Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)GrèceMaliaSecteur Pi de Malia

Rapports (2014-2015)
Grèce
Malia

Secteur Pi de Malia

Maia Pomadère
p. 917-936

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Maria Emanuela Alberti (Marie Curie Intra-European Fellow, université de Sheffield), Anne‑Marie Avramut (université de Vienne), Jonathan Devogelaere (université Aix‑Marseille), Anne Gilon (UCLouvain-AEGIS), Thibaut Gomrée (AEGIS), Charlotte Langohr (FRS‑FNRS, UCLouvain), Chloé Leclercq (université de Picardie-Jules Verne), Marta Lorenzon (University of Edinburg), Marie-Philippine Montagné (université Aix‑Marseille), Maria Ntinou (Malcolm Wiener Laboratory, ASCSA), Katerina Papayiannis (UMR 7209 CNRS, Muséum national d’histoire naturelle), Karine Rivière (EFA), Polly Westlake (chercheuse indépendante). [contributeur]

Notes de l’auteur

Ces recherches ont bénéficié du soutien financier et/ou logistique de l’École française d’Athènes, de l’Institute for Aegean Prehistory (Instap) et de l’EA 4284 de l’université de Picardie-Jules Verne (Amiens), que nous remercions, ainsi que Ch. Langohr pour ses remarques toujours judicieuses sur le texte.

Texte intégral

1Les recherches réalisées en 2014 et 2015 dans le cadre de la mission du « secteur Pi » de Malia ont consisté, d’une part en une campagne de fouilles destinée à compléter les données et à clore les recherches sur le terrain dans le secteur (juillet-août 2014) ; d’autre part, en plusieurs campagnes d’étude sur le mobilier découvert lors des fouilles effectuées entre 2005 et 2014.

  • 3 M. Pomadère, BCH 132 (2008), p. 827‑834 ; BCH 133 (2009), p. 633‑644 ; BCH 135 (2011), p. 601‑624.
  • 4 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, Fouilles exécutées à Mallia. Exploration des maisons et quartie (...)

2Les précédentes campagnes dans le secteur Pi avaient déjà mis en évidence un bâtiment néopalatial, installé dans une zone occupée du MA II au MR I bordant la rue de la Mer3. L’objectif assigné à la campagne de 2014, par le nettoyage en direction de l’édifice Delta alpha et l’exploration de la zone séparant ce dernier du bâtiment Pi, était de restituer les abords du bâtiment Pi et la trame urbaine de ce secteur (fig. 1). La partie Ouest du secteur Pi avait fait l’objet de premiers sondages en 2008 et 2010 qui avaient montré l’existence de niveaux en place entre la maison Delta alpha, mise au jour par P. Demargne en 19314, et le bâtiment Pi. L’étude urbanistique du quartier impliquait en outre la fouille d’un puits situé à l’intersection de la rue de la Mer et de la rue Traversière, dans une zone également fouillée dans les années 1930 par P. Demargne (fig. 1). Dans le cadre de cette cinquième et dernière campagne de fouilles dans le secteur, il était enfin prévu de vérifier certaines hypothèses relatives à la chrono-stratigraphie du bâtiment Pi, par des sondages limités dans les espaces auparavant fouillés en extension.

Fig. 1 – Plan du quartier Delta et du secteur Pi, avec indication des principales zones nettoyées et/ou fouillées en 2014.

Fig. 1 – Plan du quartier Delta et du secteur Pi, avec indication des principales zones nettoyées et/ou fouillées en 2014.

Plan EFA, L. Fadin, G. Hilbert, M. Pomadère.

Nettoyage du quartier Delta et fouilles du secteur Pi

  • 5 16 étudiants ont participé aux travaux de terrain : 7 de l’université de Picardie-Jules Verne (A. B (...)

3La campagne de fouilles menée dans le secteur Pi a été précédée par une semaine de nettoyage de l’ensemble de ce secteur et des abords de la maison Delta alpha (voies dites « rue de la Mer » et « rue Traversière »). Les abords de la maison néopalatiale Delta alpha, dont les murs avaient été reconstruits dès 1932, étaient recouverts de pierres et de végétation accumulées depuis des dizaines d’années, qui ont d’abord été dégagées, sur les côtés Sud (sur la rue de la Mer) et Est (vers Pi). Le nettoyage a conduit au démontage des assises supérieures de deux murs manifestement modernes : le mur d’orientation Nord‑Sud séparant Delta alpha du secteur Pi ; le mur de façade Sud de l’édifice séparant Pi de Delta alpha, sur la rue de la Mer. La campagne de fouilles s’est ensuite déroulée pendant 4 semaines5.

Sondages ouverts dans le bâtiment Pi, dans des secteurs déjà en partie fouillés entre 2005 et 2010 (secteurs supervisés par M. Pomadère) (fig. 2)

Fig. 2 – Plan phasé du secteur Pi avec indication des zones fouillées en 2014.

Fig. 2 – Plan phasé du secteur Pi avec indication des zones fouillées en 2014.

Plan EFA, G. Hilbert.

Sondage dans l’espace 2 (fig. 3)

  • 6 BCH 135 (2011), p. 618.

4Le sondage implanté dans l’espace 2 visait d’une part à vérifier si le niveau d’enduit observé dans la rue de la Mer en 20106 se poursuivait dans l’espace 2 ; d’autre part à déterminer si les blocs identifiés comme le mur 144 appartenaient à un éboulis ou à des aménagements architecturaux en place. Les résultats permettent de distinguer trois phases principales :

  • une couche d’enduit correspondant au niveau découvert en 2010 à l’extérieur du bâtiment a été mise au jour à une altitude d’env. 10,79 m, mais elle était très perturbée. Elle passe effectivement sous le mur 144 et appartient vraisemblablement à une phase MM II mal conservée. Un mur perpendiculaire au mur 144, le mur 148, est associé à cette première phase ;
  • la fouille du mur 144 a montré qu’il s’agit bien d’un mur en place, datant probablement du MM IIIB (voir l’étude céramologique de l’espace 2‑3 infra). Il correspond à un réaménagement du secteur et fut bâti directement au‑dessus du mur 148. Des lambeaux de sol enduit en relation avec cette phase correspondent aux niveaux de sols enduits détectés auparavant dans la partie Ouest de l’espace 3 et dans le couloir 1 ;
  • au‑dessus, la pièce fut comblée par un important remblai MR IA, qui a fortement rehaussé le sol de circulation.

Fig. 3 – Sondage dans l’espace 2‑3 en fin de fouilles.

Fig. 3 – Sondage dans l’espace 2‑3 en fin de fouilles.

Cl. EFA, Chr. Gaston.

Sondage dans la zone 4, couloir 1 (fig. 2)

5Il s’agissait d’élargir un précédent sondage réalisé en 2008, vers l’Ouest, afin de préciser la chronologie de la mise en place d’un sol enduit, ainsi que des murs et du sol néopalatial construits au‑dessus. Le sondage permet de conclure que les murs des espaces 11‑12‑13 bâtis au‑dessus du sol enduit protopalatial appartiennent à une même phase de construction néopalatiale (MM IIIB ou MR IA), et ne peuvent dater du protopalatial comme on l’avait d’abord supposé.

Sondage dans la zone 6 : dépôts MM IIIA de l’espace 24 (fig. 2)

  • 7 C. Knappett, I. Mathioudaki et C. F. Macdonald, « Stratigraphy and Ceramic Typology in the Middle M (...)
  • 8 Palaikastro, Block Mu, bol : C. Knappett, T. Cunningham, « Defining Middle Minoan IIIA and IIIB at (...)

6L’objectif de la poursuite des fouilles de l’espace 24 était d’achever la mise au jour des dépôts MM III et MR IA dégagés en 2010 et, éventuellement, de niveaux antérieurs, afin de préciser la chrono-stratigraphie de ces dépôts. La fouille a été conduite jusqu’au sol vierge. Elle a permis de dégager deux dépôts de destruction en position secondaire superposés. Il s’agit d’un ensemble homogène composé de débris architecturaux, quelques outils en pierre et de très nombreuses poteries liées à la phase MM IIIA. Ces ensembles correspondent vraisemblablement au nettoyage de structures voisines détruites au cours de cette phase et constituent les premiers dépôts de cette importance pour la phase MM IIIA à Malia. Ils comprennent environ 15 000 tessons appartenant à des vases dont une bonne partie peut être remontée. La restauration en a débuté en 2015 et l’étude est en cours. La typologie des coupelles démontre plusieurs parallèles avec la typologie présente à Cnossos7 (fig. 4). On relève en outre la présence d’une cuve cylindrique décorée de zébrures larges et d’ondulations au pinceau large (6.099.16) (fig. 5). Cette association des zébrures et du « featherwave » est typique du MM IIIA8. Certaines différences observées entre les formes du niveau supérieur et celles du niveau inférieur du dépôt suggèrent que la céramique provient de deux épisodes de destruction successifs au cours du MM IIIA, ou de deux espaces distincts détruits de façon contemporaine. L’étude typologique préliminaire des vases menée en 2015 par Ch. Langohr et M.‑E. Alberti favorise la deuxième hypothèse. Ces dépôts reposaient sur un niveau protopalatial perturbé (MM II), où l’on restituerait un sol de terre battue.

Fig. 4 – Espace 24, coupelles et tasses de l’US 6.141, MM IIIA.

Fig. 4 – Espace 24, coupelles et tasses de l’US 6.141, MM IIIA.

Cl. EFA, Chr. Gaston.

Fig. 5 – Espace 24, cuve cylindrique 6.099.16, décoration de larges zébrures et ondulations, MM IIIA

Fig. 5 – Espace 24, cuve cylindrique 6.099.16, décoration de larges zébrures et ondulations, MM IIIA

a. cliché. (EFA, Chr. Gaston) ; b. dessin (EFA, B. Konnemann).

Sondage dans la zone 10 (fig. 2)

7Ce nouveau numéro de zone a été attribué à un petit sondage (env. 1,85 × 1,50 m) ouvert à l’intersection de plusieurs espaces (espaces 6 et 7 du bâtiment Pi, rue 2) et zones explorées lors des campagnes précédentes (zones 3, 4 et 6). Les murs dans ce secteur paraissant non fondés, nous souhaitions vérifier si une ouverture, avec un passage vers la venelle Nord (rue 2), aurait pu précéder les murs 105‑109 manifestement tardifs (à priori MR I).

8La fouille a permis de dégager quelques vases écrasés mais presque complets sous le mur 105 : il s’agit d’un pithos (partiellement mis au jour en 2005) et d’au moins deux amphores, dont une importation du Mirambello datant du MM IIB. Ces vases avaient été intégrés dans une couche de remblai destinée à assurer la stabilité de l’extrémité Nord du mur. Le terminus post quem est donc du MM IIB et non de la période néopalatiale comme supposé. La chronologie de la construction des murs du secteur, dont une partie a été prélevée cette année, devra être revue à la lumière de l’approfondissement de l’étude céramologique. L’état protopalatial de ce secteur, comprenant une ouverture entre l’espace 7 et la rue 2, n’est pas apparu clairement.

Fouille en extension au Nord et à l’Ouest du secteur Pi (fig. 1‑2)

Zone 5 (secteur supervisé par Th. Gomrée)

9Les opérations effectuées en zone 5 en 2014 avaient pour but, d’une part, de clarifier la nature des structures protopalatiales qui affleuraient dans la partie occidentale de l’espace 25 et, d’autre part, d’ouvrir une nouvelle extension vers le Nord et vers l’Ouest afin de trouver les limites septentrionales et occidentales du même espace. Nous espérions découvrir dans cette zone une rue, qui aurait formé une limite claire pour l’îlot urbain comprenant les édifices Delta alpha et Pi à la période néopalatiale. Les résultats sont de nature différente.

10Au Nord de l’espace 25, une nouvelle pièce, l’espace 34, a été mise au jour et en partie fouillée (les limites Ouest et Nord sont localisées au‑delà du secteur des fouilles). Elle comprend un sol enduit bien préservé, mais sur lequel très peu de mobilier a été retrouvé ; une base de pilier en calcaire était insérée dans le sol à l’Ouest (fig. 6). Un seuil, formé d’une dalle associée à une base de piédroit en calcaire taillée, et à une petite structure enduite carrée, donnait accès à cette pièce depuis le Nord. La fonction de la structure enduite carrée en creux, en arrière du seuil, est obscure : il pourrait s’agit d’une marche descendante. Après un examen préliminaire de la poterie, l’ensemble est daté du MM II ; il appartenait vraisemblablement à un édifice protopalatial situé au Nord de l’espace 25, et peut‑être en partie sous ce dernier. On ne peut proposer de plan de ce bâtiment, dont une part importante se trouve vraisemblablement hors du secteur fouillé, en raison de l’arasement important des vestiges dans l’espace 25. Il est ainsi difficile d’expliquer les relations entre les diverses structures observées sur la partie Ouest de ce secteur.

Fig. 6 – L’espace 34 en fin de fouilles, vu vers l’Est.

Fig. 6 – L’espace 34 en fin de fouilles, vu vers l’Est.

Cl. EFA, M. Pomadère.

11Vers l’Ouest, les limites du remblai des fouilles de P. Demargne ont été atteintes (fig. 2). On y a découvert un mur protopalatial assez massif (mur 149), d’orientation Nord‑Sud, ainsi que divers petits espaces, dont certains en forme de Π ; l’un d’entre eux était pourvu d’un sol enduit maintes fois rechargé. Le matériel associé se trouve en position secondaire. Seul un petit dépôt formé de deux vases complets in situ a été mis au jour dans l’espace 33 ; il est provisoirement daté du MM III.

12La fouille de cette zone prouve ainsi qu’aucune rue ne bordait le bâtiment Pi sur son côté Ouest ou Nord‑Ouest aux périodes proto‑ et néopalatiale. L’espace paraît avoir été assez densément construit au MM II-MM III, avant d’être abandonné ; il aurait ensuite formé un espace libre, ouvert ou supportant seulement des structures légères.

Zone 7 (supervisée par J. Devogelaere) (fig. 1‑2)

  • 9 Th. Gomrée, Ch. Langohr, M. Pomadère, « Excavations in the Pi Area at Malia », dans M. Andrianakis, (...)

13L’objectif de la poursuite des fouilles en zone 7, à l’Ouest du bâtiment Pi, était d’opérer la liaison entre ce dernier et la maison Delta alpha. Cette opération impliquait de dégager les structures déjà découvertes par P. Demargne et ensuite remblayées, ainsi que de fouiller une bande non explorée dans les années 1930, large d’environ 6 m, le long du mur 113. Nous avions précédemment identifié ce secteur comme l’aile Pi bêta du bâtiment néopalatial Pi9, mais les fouilles de cette année ont montré qu’il s’agissait en réalité d’une partie distincte, construite au MM II. Les traces d’occupation les plus tardives correspondent à des dépôts en position secondaire attribuables au MM III.

14La partie la plus occidentale du secteur n’a pu être dégagée dans sa totalité, en raison de l’importance du volume de sédiment à prélever (l’épaisseur du remblai des anciennes fouilles est supérieur à 1 m). Ces remblais ont donc été laissés en place et nous nous sommes concentrés sur le secteur « vierge », une bande rectangulaire large de 6 m et longue d’une quinzaine de mètres. Six pièces ont été mises au jour et partiellement dégagées.

15On distingue du Nord au Sud :

  • Espace 32 : un espace rectangulaire (env. 4 × 1,50 m) dans la partie Est duquel ont été retrouvés six vases complets, tombés in situ, et 16 autres vases fragmentaires mais recomposables, ainsi que deux vases de pierre et un percuteur (fig. 7). Ce dépôt appartient à une couche de destruction par incendie MM II, vraisemblablement contemporaine de l’horizon principal de destruction de Malia à la fin de cette période (comme le riche dépôt mis au jour à l’Est, dans la pièce 17, et surtout le Quartier Mu). Par manque de temps, il n’a pas été possible d’identifier un sol sous‑jacent ;

Fig. 7 – Espace 32, dépôt de destruction 7.064 en cours de fouilles.

Fig. 7 – Espace 32, dépôt de destruction 7.064 en cours de fouilles.

Cl. EFA, M. Pomadère.

  • Espace 27 : cet espace situé dans l’angle Nord‑Est du bâtiment de la zone 7 avait fait l’objet de sondages en 201010. On y avait découvert un important dépotoir (dépotoir 3) remplissant presque complètement cet espace. Seule la couche supérieure de cette masse impressionnante de tessons mêlés à divers autres débris a été prélevée, fournissant tout de même 13 000 tessons (230 kg de poterie). Une partie a été conservée à des fins d’analyses de résidus. L’analyse préliminaire de cet ensemble suggère un horizon MM IIIA. Au Sud de cet espace, un autre dépôt en position secondaire a livré un sceau en pierre protopalatial en parfait état de conservation, portant le motif d’une araignée déjà attesté dans l’atelier de sceaux du quartier Mu11 (fig. 8). Ce dépôt secondaire semble mêler du matériel MM II et MM III ;

Fig. 8 – Le sceau 7.055.11 et son empreinte.

Fig. 8 – Le sceau 7.055.11 et son empreinte.

Cl. EFA, Chr. Gaston.

  • Espace 28 : cette pièce avait déjà été fouillée dans sa majeure partie en 1931. On y a néanmoins découvert des niveaux en place dans l’angle Sud‑Est, derrière un pilier formé de deux blocs d’ammouda (grès local) superposés. Ces couches comprenaient un pithos complet (7.054.11) associé à des dalles enduites. L’ensemble se situait au‑dessus du niveau du sol et semblait être tombé dans la pièce depuis un niveau supérieur. Un petit vase décoré à la barbotine permet de dater cette couche au MM II. Ce dépôt s’était effondré sur le pilier et sur une « gourne » en ammouda, un bloc creusé de deux cavités, posé à plat au niveau du soubassement du pilier et contre ce dernier. Il s’agit là d’un nouvel exemplaire de ce type de « bloc à double cavités » particulier à la région (Malia-Sissi)12. Si aucun sol n’a pu être clairement identifié pour la pièce, la face supérieure de la gourne fournit vraisemblablement le niveau du sol d’utilisation (alt. 10,68 m), qui devait être en terre battue. Les deux murs fermant la pièce dans cet angle Sud‑Est (murs 158 et 159) étaient doublés vers l’intérieur d’un parement de moellons supportant une couche de briques (USC 7.070-7.071) (fig. 9). Leur superposition suggère que deux états architecturaux doivent être distingués : le mur de briques doit vraisemblablement être associé à la phase d’occupation la plus ancienne, au MM II (contemporain du pilier et de la gourne) ;

Fig. 9 – L’angle Sud‑Est de l’espace 28 en fin de fouilles.

Fig. 9 – L’angle Sud‑Est de l’espace 28 en fin de fouilles.

Cl. EFA, M. Pomadère.

  • Espace 29 : la fouille de l’espace 29 avait débuté en 2008, avec le premier sondage entrepris dans la zone 7 qui avait mis au jour une cuve en ammouda (« gourne » 7.005) accolée à un mur de direction Est‑Ouest (mur 155) partageant l’espace 29 en deux de part et d’autre de la cuve13. Des noyaux d’olive associés avaient fourni un indice pour son interprétation fonctionnelle : probablement une cuve de pressoir à huile. Les couches environnantes étaient malheureusement perturbées et ne comprenaient pas de matériel en place ; une jarre presque complète se trouvait en position verticale, mais ne reposait pas sur un sol. L’ensemble est provisoirement daté du MM II ou du MM III. La fouille a permis de mettre en évidence les pierres de calage de la cuve, mais les travaux ont dû être stoppés sur un niveau arbitraire ;
  • Espace 30 : la moitié Nord de cet espace était recouverte d’une épaisse couche d’enduit blanchâtre éboulée dans la pièce, et manifestement repoussée et amoncelée dans cette zone14. La fouille a cette année montré que cette couche d’enduit, d’une épaisseur d’environ 30 cm, recouvrait peu de matériel. On y a mis au jour une petite tasse complète au décor en relief peint à la barbotine, caractéristique du MM II, d’un type assez rare car polychrome (7.060.6). Ce niveau de destruction se poursuit vers l’Est sous le mur occidental du bâtiment Pi (mur 113) et fournit donc pour ce dernier un terminus post quem ;
  • Espace 31 : cet espace en partie dégagé en 1931 n’a été que superficiellement exploré en 2014. La seule structure paraissant en place est une sorte de plate‑forme accolée au mur de façade sur la rue de la Mer. Elle était composée d’une grande dalle d’ammouda, de moellons calcaire et de terre à bâtir brûlée et indurée. Il s’agit certainement d’un foyer. Aucun mobilier en place n’y était associé.
  • 15 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, (n. 4), pl. LXVII.

16Si la zone 7 n’a malheureusement pu être explorée jusqu’aux limites de l’édifice Delta alpha, la fouille de sa moitié orientale montre ainsi que la principale phase d’occupation de cette aile doit être placée au cours du MM II. Une réoccupation partielle intervint peut‑être au MM III, mais il semble que le secteur ait principalement servi de dépotoir au cours de cette période, et peut‑être plus tardivement au cours de la période néopalatiale ; l’analyse des dépôts majeurs de poterie correspondants permettra sans nul doute d’en définir la ou les phase(s) précise(s). Le plan établi en 2014 par notre architecte G. Hilbert a par ailleurs permis de corriger celui qui avait été publié par P. Demargne15.

Zone 9 (supervisée par A. Gilon) (fig. 1)

  • 16 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, (n. 4), p. 52‑54, pl. LXVII .

17La zone 9 ouverte cette année correspond à un secteur de la rue Traversière, à l’Ouest du quartier Delta. L’objectif était surtout d’explorer les deux puits creusés dans cette voie à l’Ouest du mur de façade de l’édifice Delta gamma, fouillé dans les années 193016. Ces ouvrages n’étaient pas mentionnés dans les archives des fouilles anciennes, et nous souhaitions vérifier qu’ils dataient du xxe s. apr. J.‑C. et non de l’âge du Bronze.

18Seul le puits 2, le plus méridional, moins comblé de sédiment que le puits Nord, a été en partie fouillé. Son comblement, formé de moellons difficiles à prélever, a été dégagé à partir de l’alt. 7,64 m et sur une profondeur d’environ 1,30 m. L’exploration a montré que la maçonnerie des murs était cimentée jusqu’à l’alt. 6,55 m, niveau sur lequel la fouille a été arrêtée. Ces observations permettent de conclure que ces puits furent creusés après la première fouille du quartier, probablement dans les années 1940. Ils étaient certainement destinés à l’évacuation des eaux qui dévalaient jusque là depuis la rue de la Mer et la rue Traversière, et qui devaient stagner dans cette cuvette artificiellement créée par les travaux des années 1930.

  • 17 En dernier lieu, M. Schmid, « Spatial Analysis of House Δα at Malia », dans K. T. Glowacki, N. Voge (...)

19L’intérêt de la fouille dans ce secteur a finalement surtout résidé dans le nettoyage de la rue Traversière et des abords des puits. Les relevés existants pour cette partie de la rue étaient en effet lacunaires et ont pu être complétés cette année17. Le nettoyage de la rue au Sud‑Ouest de la maison Delta alpha a d’abord mis au jour un caniveau pavé. Il avait manifestement été découvert lors de la fouille de 1931, mais n’apparaît pas sur les plans anciens ; ce caniveau rejoignait celui de la rue de la Mer, dont nous avons pu poursuivre le tracé vers l’Ouest et vers le Sud. Au Sud, une couche de préparation de la chaussée formée d’un remblai riche en petits tessons a été découverte le long de l’édifice Delta gamma, à l’Est du puits 1 (fig. 10).

Fig. 10 – Intersection de la rue de la mer et de la rue Traversière en fin de fouilles.

Fig. 10 – Intersection de la rue de la mer et de la rue Traversière en fin de fouilles.

Cl. EFA, M. Pomadère.

20Les résultats des travaux réalisés dans ce secteur enrichissent ainsi notablement nos connaissances sur la voierie maliote. D’une part, sur la qualité technique des différentes strates de mise en place de la chaussée ; d’autre part, d’un point de vue chronologique, qui devra être précisé lors de l’étude du matériel. Enfin, l’aménagement découvert à l’intersection entre la rue de la Mer et la rue Traversière prouve que ces deux rues traversant le Quartier Delta ont été mises en place au cours d’une seule opération d’urbanisme. Cet agencement soigné fournit donc un indice en faveur de l’existence d’un véritable programme urbanistique à Malia dès le Minoen Moyen.

21Cette cinquième campagne de fouilles dans le secteur Pi apporte ainsi de nouveaux éléments sur l’histoire du Quartier Delta‑Pi : 1) la construction séparant le bâtiment Pi de l’édifice Delta alpha ne fut pas ou peu réoccupée après la période protopalatiale et constituait alors un espace en ruines ou vacant qui servit principalement de dépotoir au MM III, et peut‑être jusqu’au début du MR I ; 2) la zone septentrionale du secteur Pi ne connut aucune phase de construction après le MM II, à l’exception de l’espace 24 comblé de larges quantités de matériel résultant du nettoyage d’une ou plusieurs destruction(s) survenue(s) au cours de la phase MM IIIA. La communication entre la partie septentrionale du bâtiment Pi et le reste de la ville demeure donc énigmatique en l’absence de rue et ne semble pas avoir été nettement formalisée (passage non bâti, au travers de terrains vagues ou cultivés). L’accès principal au bâtiment Pi doit donc être situé sur la rue de la Mer. L’ensemble du secteur témoigne donc d’une métamorphose urbaine importante du secteur, d’un bâti dense pour le MM II à une occupation plus lâche à la période néopalatiale, surtout au MR I.

Campagnes d’étude du matériel archéologique en 2014 et 2015

22Diverses missions d’étude du matériel des fouilles de Pi ont été réalisées à Malia en 2014 et 2015 : étude stratigraphique et architecturale (M. Pomadère, avec la collaboration de G. Hilbert, architecte) ; étude de la poterie néopalatiale (Ch. Langohr et M. E. Alberti) ; étude de la poterie protopalatiale (espace 17) (A.‑M. Avramut) ; étude tracéologique des outils en obsidienne taillée (M.‑Ph. Montagné) ; analyse macroscopique et microscopique de l’ensemble des briques prélevées lors des campagnes successives dans le secteur Pi (M. Lorenzon) ; tri du résidu fin de flottation au microscope et identification des graines (A. Sarpaki) ; étude des coquillages et os de poisson issus des campagnes de fouilles précédentes (T. Theodoropoulou) ; étude de la microfaune (K. Papayiannis) ; étude des charbons (M. Ntinou) ; étude des sceaux néopalatiaux (K. Rivière) ; étude du mobilier métallique (J. Devogelaere) ; étude des enduits (P. Westlake). Chr. Gaston (DRAC Île-de-France) a assuré l’ensemble des photographies du mobilier. P. Saridaki était chargée de la restauration des objets, B. Konnemann des dessins du mobilier.

Étude des artefacts

Campagne d’étude sur la céramique néopalatiale (2014‑2015) (Ch. Langohr, M. E. Alberti)

23Elle s’est concentrée sur quatre zones du Bâtiment Pi.

24Fosse 1, espace 4 — Cet important dépôt de céramique bien conservée, au sein duquel de nombreuses poteries ont pu être reconstituées (presque) entièrement, peut être interprété comme le nettoyage d’une destruction dont les grands fragments sont rassemblés, emboîtés, et jetés ensemble dans la fosse. Plusieurs caractères typo-stylistiques mais aussi technologiques font suggérer un dépôt attribuable au MM IIIB. De plus, le dépôt primaire de destruction très proche, in situ dans l’espace 19, qui fut coupé par la fosse, présente de clairs caractères MM IIIA, similaires à ceux observés dans l’espace 24.

  • 18 M. Pomadère, BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 867‑868, fig. 1.

25Espace 24 — Le dépôt céramique de l’espace 24 peut être rattaché à un horizon chronologique Minoen Moyen IIIA (voir supra, fig. 4‑5). Tout l’intérêt de cet ensemble est de constituer un répertoire varié et homogène pour cette phase, bien qu’en position secondaire. Divers caractères typologiques et technologiques ont en effet permis de lui attribuer un caractère plus ancien que le dépôt MM III de la fosse 1, lié à la phase MM IIIB18.

26Espaces 2 et 3 — Les couches supérieures forment un seul et même gigantesque remblai, clairement homogène d’un point de vue typologique et taphonomique. On y retrouve le même répertoire typologique correspondant à un horizon chronologique MR IA que dans les remblais qui comblaient les espaces 10, 11 et 13. L’analyse préliminaire du dépôt montre d’ailleurs que des joints existent avec des vases découverts dans les pièces 10 et 11, situées dans la partie Ouest du bâtiment Pi. Il semble donc que le bâtiment Pi, après la destruction majeure du MR IA, constitua le dépotoir d’une et vraisemblablement plusieurs maisons environnantes, déblayées de leur matériel détruit, qui fut déversé dans les espaces 2, 3, 10, 11, 13.

  • 19 G. Rethemiotakis, K. Christakis, « The Middle Minoan III period at Galatas: pottery and historical (...)

27Le matériel présent sous ce niveau dans le sondage Nord‑Ouest des espaces 2 et 3 (réalisé en 2010) est un remblai antérieur, composé de céramique en petits fragments, assez roulés, mais on note quelques joints. Notamment, plusieurs tessons permettent de reconstituer la partie supérieure d’une jarre à bec ponté, décorée de larges zébrures peintes sous le bord (fig. 11). Ce vase, ainsi que d’autres tessons peints, correspond à un horizon MM IIIB19.

Fig. 11 – Espace 3, fragments composant la partie supérieure d’une jarre à bec ponté, décoration de larges zébrures, MM III(B ?) (2.045.008).

Fig. 11 – Espace 3, fragments composant la partie supérieure d’une jarre à bec ponté, décoration de larges zébrures, MM III(B ?) (2.045.008).

Dessin EFA, B. Konnemann.

28Espaces 10, 11 et 13 — L’étude menée en 2014 a permis une meilleure définition de la variété typologique des vases de stockage et de cuisine issus de ces contextes, particulièrement en ce qui concerne les jarres-marmites à large ouverture (type B), qui présentent une diversification importante, peut‑être liée à des usages différents. La présence de types à ouverture plus étroite et bord évasé (types AB, A ; fig. 12) concorde bien avec l’horizon chronologique MR IA déjà établi pour ces remblais.

Fig. 12 – Espaces 10, 11 et 13 (MR IA). Jarre‑marmite du type AB : ouverture plus étroite, bord évasé, épaules plus prononcées (4.030.135).

Fig. 12 – Espaces 10, 11 et 13 (MR IA). Jarre‑marmite du type AB : ouverture plus étroite, bord évasé, épaules plus prononcées (4.030.135).

Dessin EFA, B. Konnemann.

Étude de la poterie protopalatiale de l’espace 17 (A.‑M. Avramut)

29On a poursuivi l’étude de l’important dépôt de destruction secondaire de l’espace 17, avec les US 6.130 et 6.132 correspondant aux niveaux les plus profonds de cette pièce, juste au‑dessus du sol vierge. Plusieurs fragments appartiennent au MA III ou au MM IA, terminus post quem pour l’aménagement de cet espace. Les US 6.104, 6.110, 6.114 et 6.122 mises en place au‑dessus forment un seul dépôt datable au MM IIB. Le nombre de vases remontables y est important. Leurs caractéristiques techniques et morphologiques sont comparables à celles de la poterie du Quartier Mu, mais les types de décor représentés dans l’espace 17 sont beaucoup moins variés (principalement monochromes).

Étude tracéologique des obsidiennes (2014‑2015) (M.‑Ph. Montagné)

30La majeure partie du matériel observé (77 %) n’est pas très bien conservée et présente un ternissement des surfaces plus ou moins prononcé. Dans certains cas, ces marques peuvent être mises en relation avec un piétinement ou avec des modalités d’enfouissement particulières. L’analyse de l’état de conservation de l’industrie lithique permet ainsi non seulement d’établir son potentiel pour une étude tracéologique, mais aussi d’aider à la compréhension des conditions d’enfouissement du site, voire dans certains cas, proposer d’ores et déjà des hypothèses sur le fonctionnement de ces espaces.

31Le corpus étudié dans les pièces 1 à 8 du bâtiment comprend une majorité de lamelles (51 %), pour 27 % d’éclats ; ces éléments sont le plus souvent laissés bruts. La répartition de ces supports corrobore les hypothèses émises par T. Carter, notamment sur l’identification d’une aire de débitage dans l’espace 5.

32457 pièces provenant de 55 US datées du prépalatial au néopalatial ont été sélectionnées pour être observées à la loupe binoculaire et, éventuellement, pour un nettoyage effectué dans une cuve à ultrasons. L’observation a permis de déterminer l’état de conservation de chaque pièce, dont il apparaît qu’il dépend de l’origine de l’obsidienne. Seules 3 pièces peuvent être considérées comme des outils stricto sensu, c’est‑à‑dire qui présentent des aménagements (3 pointes de flèches). Cette sélection fera donc l’objet d’une demande de déplacement dans le but d’une étude au microscope métallographique au Wiener Laboratory (ASCSA) à Athènes.

Étude des éléments d’architecture en terre crue (2014) (M. Lorenzon)

33L’examen effectué a été essentiellement macroscopique ; il a consisté à faire l’inventaire du matériel découvert et à en sélectionner une partie pour une étude plus approfondie. Peu de briques crues ont été, malheureusement, conservées in situ, mais il est possible d’enregistrer leurs dimensions. Les épaisseurs sont en moyenne comprises entre 8 et 11 cm, les longueurs sont d’environ 40 à 45 cm, et les largeurs sont quant à elles assez régulières avec 34‑35 cm. Les joints de mortier mesurent enfin 2 à 3 cm d’épaisseur. La maçonnerie était donc tout à fait cohérente. De plus, les informations collectées montrent clairement deux groupes distincts : le premier groupe correspond à des briques d’une hauteur de 10 à 15 cm, alors que le second regroupe des briques dont la hauteur oscille entre 5 et 10 cm. Des empreintes de poutres en bois ont en outre pu être observées sur certaines briques.

34Les analyses microscopiques préliminaires menées avec un 800x DinoLite ont montré un pourcentage élevé de minéraux et d’inclusions organiques (principalement des algues), dont la nature a pu être déterminée. L’argile utilisée aux périodes proto‑ et néopalatiale semble provenir d’un gisement unique. 159 échantillons ont été sélectionnés pour analyses au Wiener Laboratory (ASCSA) à Athènes en 2015/2016.

Étude des enduits (2015) (P. Westlake)

35Tous les enduits provenant du secteur Pi ont été étudiés. Le volume d’enduits enregistrés pour le secteur Pi est considérable vis‑à‑vis d’autres édifices minoens de cette taille, ce que l’on doit certainement attribuer à des stratégies de collecte différentes. Quatre types principaux d’enduits ont été observés (en fonction de leurs composants, de leur texture et de leur couleur) : un enduit blanc fin ; un enduit de couleur rose (mélange de calcaire et terra rossa) ; un enduit plus grossier beige ; un enduit granuleux jaunâtre. Le nombre de fragments portant des traces de polychromie est faible, et on compte très peu de restes attribuables à des objets (tables ou autres). La plupart des fragments proviennent d’espaces peints d’enduits monochromes, mais découverts en position secondaire, jetés dans des fosses ou mixés dans des remblais après destruction.

Étude des sceaux de la période néopalatiale (2015) (K. Rivière)

36K. Rivière a étudié les six sceaux néopalatiaux provenant du secteur Pi, dont cinq sont en serpentine et de forme lenticulaire, comme la plupart des sceaux déjà connus à Malia pour cette période. Ils portent un décor géométrique ou animal. La matière du sixième, de forme amygdaloïde, demeure encore indéterminé (stéatite ou onyx ?) ; il s’agit du seul sceau qui semble avoir été percé pour être monté en bague plutôt qu’en perle. La rareté du motif qu’il porte (une seiche stylisée) indique également la production d’un atelier distinct et, probablement, une fonction différente des sceaux lentoïdes. L’étude des traces de travail visibles sur les pièces terminées permet en outre de mieux comprendre les techniques de fabrication des sceaux aux MM III-MR I.

Étude des objets métalliques ou liés à la métallurgie (2015) (J. Devogelaere)

  • 20 Le double tranchant pourrait signaler plutôt un poignard, tel qu’il avait d’abord été identifié, ma (...)
  • 21 R. D. G. Evely, Minoan Crafts: Tools and Techniques. An Introduction (1993), p. 26 et 33‑34, fig. 1 (...)

37Une première analyse typologique des objets métalliques ou liés à la métallurgie découverts entre 2005 et 2014 a été effectuée : il s’agit de 37 objets en alliage cuivreux, un objet en plomb, 11 objets en or, deux fragments de creuset en terre cuite et quelques fragments de scories. La majorité des objets sont des outils en alliage cuivreux (17), dont 5 aiguilles et épingles, une pince à épiler, trois petites scies, une lame de couteau20 et un clou. Les petites scies, du type 1A de R. D. G. Evely21 présentent une usure importante et furent certainement utilisées pour travailler de petits éléments de pierre et/ou d’os, tels les sceaux mis au jour dans l’espace 17 dont elles proviennent également (MM IIB). Les éléments de parure ne sont représentés que par deux perles (l’une formée d’un fil d’or, l’autre quadrilobée en alliage cuivreux). Les deux fragments de creuset et les trois déchets de fonte qui proviennent du secteur oriental du bâtiment Pi (espaces 3 et 5) suggèrent qu’une activité métallurgique y fut pratiquée entre le MM II et le MR I.

Étude du mobilier en os (2015) (Chl. Leclercq)

38L’étude du mobilier osseux a commencé (43 objets) : 25 outils en os ont été identifiés (poinçons, pointes, aiguille ou épingle, lissoir, fig. 13). Il faut y ajouter divers déchets de fabrication, dont plusieurs chevilles osseuses sciées, indiquant un travail de l’os dans le secteur pendant le MM IIB, ainsi que trois éléments de décoration destinés à orner un meuble ou objet en bois, et deux jetons.

Fig. 13 – Lissoir en os 6.122.51 (MM IIB).

Fig. 13 – Lissoir en os 6.122.51 (MM IIB).

Cl. EFA, Chr. Gaston.

Étude des écofacts

Étude de la faune marine (2014) (T. Theodoropoulou)

39L’étude des restes marins (poissons, invertébrés) a porté sur les échantillons (ramassages à vue lors de la fouille et résidus de flottation) issus de la campagne de fouille de 2010.

40Le matériel malacologique totalise 1 419 restes, comprenant des mollusques, des crabes et des oursins. Les restes de poissons sont en revanche beaucoup moins bien représentés (moins de 100 restes, y compris les fragments non identifiés), malgré les méthodes de prélèvement minutieuses.

  • 22 C. Knappett et al., « Deux dépôts MM IIA dans le secteur Pi de Malia », BCH (à paraître).

41Le matériel malacologique est largement dominé par les pourpres (53 %), mais on note une grande variabilité spécifique dans le reste du matériel. Près de 50 autres espèces sont présentes, dont les patelles (chapeaux chinois), les troques et les huîtres sont les plus fréquentes. Quant aux poissons, la plupart des espèces identifiées appartiennent à la famille des Sparidés (daurades, pageots, etc.). La présence majoritaire de pourpres soulève la question de leur utilisation pour la fabrication de couleur à une échelle plus ou moins réduite dans le secteur Pi22. La plupart des autres taxons sont exclusivement comestibles et représentent pour la plupart des rejets alimentaires. Les espèces reflètent l’exploitation de zones présentes dans les environs du site (pêche en étage infralittoral et dans les lagunes côtières, collecte manuelle sur les rochers).

Étude de la microfaune (2015) (K. Papayiannis)

42K. Papayianni a observé la majeure partie des restes osseux issus du tri de la flottation (110 échantillons) pour déterminer la présence d’animaux appartenant à la microfaune. La plupart des échantillons comprenaient des restes appartenant à la famille des rongeurs (Muridae), quelques‑uns des ossements de musaraignes (Soricidae) ; plus rarement ont été observés des restes de reptiles (lézards et serpents) et d’oiseaux ; une mandibule de belette a également été identifiée dans un contexte MM II alors que cet animal est mal attesté en Crète à l’âge du Bronze.

Étude des charbons (2015) (M. Ntinou)

43L’analyse anthracologique a été poursuivie, en se concentrant sur les niveaux d’occupation néopalatiaux. 1 140 charbons, collectés pendant la fouille et lors du tamisage par flottation dans 51 unités stratigraphiques, ont été examinés. Le taxon Quercus sp. (chêne vert) domine nettement les échantillons dans tous les espaces, suivi par Olea europaea (olivier) et Prunus (y compris Prunus amygdalus, l’amandier). La culture des fruits de ces deux dernières espèces pouvait être importante dans l’économie agricole et leur bois aurait été utilisé comme combustible. De nombreux autres taxons de la végétation « naturelle » ou cultivée comme l’arbousier (Arbutus sp.), Fabaceae (légumineuses), les filaires (Phyllirea) et nerpruns (Rhamnus sp.) sont en outre bien attestés dans tous les espaces. On note aussi la présence récurrente du Pinus brutia/P. halepensis (pin crétois), du Cupressus sempervirens (cyprès) et du Quercus sp. Caduc (chêne caduc), dont les troncs pouvaient être intégrés dans la charpente des bâtiments. La poursuite de l’étude devra préciser la répartition de ces taxons et leurs usages dans la construction à la période néopalatiale, en vue d’une comparaison avec les périodes plus anciennes.

Campagne de protection et de restauration des vestiges (2014‑2015) (supervisée par A. Konstantatos, EFA)

44Les espaces fouillés sous le niveau des sols néopalatiaux, dans le cadre de sondages dans les espaces explorés entre 2005 et 2010, ont tous été remblayés cette année. La méthode adoptée par A. Konstantatos, après accord de l’éphorie d’Aghios Nikolaos, a consisté à déposer un géotextile, recouvert d’une couche de petits graviers empêchant toute repousse végétale. Les graviers ont été surmontés d’une couche de terre provenant des déblais de la fouille. Le niveau de l’ensemble du secteur est ainsi homogène et correspond à celui des derniers sols néopalatiaux. Cette opération visait à protéger les vestiges tout en rendant le plan de l’édifice néopalatial plus lisible, puisque les couches et structures antérieures ont été occultées. Cette opération a été complétée en 2015 par le remblaiement de l’espace 34, dans l’objectif d’une mise en valeur du secteur et d’une ouverture éventuelle à la visite.

Haut de page

Notes

3 M. Pomadère, BCH 132 (2008), p. 827‑834 ; BCH 133 (2009), p. 633‑644 ; BCH 135 (2011), p. 601‑624.

4 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, Fouilles exécutées à Mallia. Exploration des maisons et quartiers d’habitation (1921‑1948) I, Étcrét IX (1953).

5 16 étudiants ont participé aux travaux de terrain : 7 de l’université de Picardie-Jules Verne (A. Billon, A. Duhamel, R. Dupuits, H. Gautier, Chl. Leclercq, M. Levisse, Th. Merceille) et des étudiants de diverses universités françaises et étrangères (D. Bouziane [université de Montpellier], J. Salaün [université de Rennes], A. Confais [université de Bordeaux], A.‑M. Avramut, G. Doudalis [université de Heidelberg] ; 2 ouvriers (G. Kyriakakis et Kr. Jacobsen) ; M. Andonova et A. Pratikakis (université de Réthymno) ont pris en charge le tamisage par flottation et le tri du résidu, sous le contrôle d’A. Sarpaki, carpologue. Les travaux de terrain étaient supervisés par 3 responsables de secteur : A. Gilon, Th. Gomrée et J. Devogelaere. Ch. Langohr et M.‑E. Alberti ont supervisé le tri et l’étude de la céramique. Lina Manousogiannaki a surveillé les opérations pour l’éphorie. L. Fadin a réalisé une campagne topographique en collaboration avec l’architecte en charge du relevé architectural, G. Hilbert. A. Konstantatos a assuré les débuts des travaux de restauration du mobilier, ensuite réalisés par C. Brière (INP) et D. Bardel (INRAP). B. Konnemann a mené une campagne de dessin pendant 2 semaines ; Chr. Gaston (DRAC Île-de-France) a réalisé les photographies d’objets et les photographies aériennes (perche et cerf‑volant) sur le terrain.

6 BCH 135 (2011), p. 618.

7 C. Knappett, I. Mathioudaki et C. F. Macdonald, « Stratigraphy and Ceramic Typology in the Middle Minoan III Palace at Knossos » dans C. F. Macdonald, C. Knappett (éds), Intermezzo: Intermediacy and Regeneration in Middle Minoan III Palatial Crete, ABSA Studies 21 (2013), p. 9‑19 ; C. F. Macdonald, « Between Protopalatial Houses and Neopalatial mansions: an “ Intermezzo ” southwest of the Palace », dans C. F. Macdonald, C. Knappett, op. cit., p. 21‑30.

8 Palaikastro, Block Mu, bol : C. Knappett, T. Cunningham, « Defining Middle Minoan IIIA and IIIB at Palaikastro », dans C. F. Macdonald, C. Knappett (n. 7), p. 191, fig. 17.11 ; Knossos, bassin cylindrique très similaire, dans un contexte mixé MM IIB-MM IIIA, A. MacGillivray, Knossos: Pottery Groups of the Old Palace Period, ABSA Studies 5 (1998) : no 556, p. 88, 148, pl. 92.

9 Th. Gomrée, Ch. Langohr, M. Pomadère, « Excavations in the Pi Area at Malia », dans M. Andrianakis, P. Varthalitou, I. Tzachali, Αρχαιολογικό Έργο Κρήτης 2. Πρακτικά της 2ης Συννάντησης, Ρέθυµνo, 26‑28 Νoεµβρίoυ 2010 (2012), p. 89.

10 M. Pomadère, BCH 135 (2011), p. 614.

11 Voir par exemple CMS II 2, nos 92 et 189a. Pour la forme, un parallèle à Chrysolakkos, P. Demargne, Fouilles exécutées à Mallia. Exploration des nécropoles (1921‑1933) I, étCrét VII (1945), no 1301, pl. XXIII, LXVII.

12 R. Treuil, « Les auges doubles de Malia », BCH 95 (1971), p. 13‑42. D’autres exemplaires proviennent du bâtiment Pi, voir Th. Gomrée, Ch. Langohr, M. Pomadère (n. 9), p. 91 ; à Sissi, F. Carpentier, « Excavation of Zone 2 », dans J. Driessen et al., Excavations at Sissi. Preliminary Report on the 2007‑2008 Campaigns, Aegis (2009), p. 100‑101.

13 M. Pomadère, BCH 133 (2009), p. 638, fig. 6 ; BCH 135 (2011), p. 614‑615, fig. 17.

14 Il s’agit de la couche mise au jour en 2010, BCH 135 (2011), p. 615.

15 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, (n. 4), pl. LXVII.

16 P. Demargne, H. Gallet de Santerre, (n. 4), p. 52‑54, pl. LXVII .

17 En dernier lieu, M. Schmid, « Spatial Analysis of House Δα at Malia », dans K. T. Glowacki, N. Vogeikoff-Brogan (éds), ΣΤΕΓΑ. The Archaeology of Houses and Households in Ancient Crete, Hesperia Suppl. 44 (2011), p. 109‑117, fig. 10.2.

18 M. Pomadère, BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 867‑868, fig. 1.

19 G. Rethemiotakis, K. Christakis, « The Middle Minoan III period at Galatas: pottery and historical implications », dans C. F. Macdonald, C. Knappett (n. 7), p. 102, fig. 8.12.

20 Le double tranchant pourrait signaler plutôt un poignard, tel qu’il avait d’abord été identifié, mais le contexte domestique et artisanal a conduit à choisir ici l’appellation de « couteau ». Voir M. Pomadère, BCH 135 (2011), p. 612, fig. 14.

21 R. D. G. Evely, Minoan Crafts: Tools and Techniques. An Introduction (1993), p. 26 et 33‑34, fig. 13.

22 C. Knappett et al., « Deux dépôts MM IIA dans le secteur Pi de Malia », BCH (à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du quartier Delta et du secteur Pi, avec indication des principales zones nettoyées et/ou fouillées en 2014.
Crédits Plan EFA, L. Fadin, G. Hilbert, M. Pomadère.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 2 – Plan phasé du secteur Pi avec indication des zones fouillées en 2014.
Crédits Plan EFA, G. Hilbert.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Titre Fig. 3 – Sondage dans l’espace 2‑3 en fin de fouilles.
Crédits Cl. EFA, Chr. Gaston.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 4 – Espace 24, coupelles et tasses de l’US 6.141, MM IIIA.
Crédits Cl. EFA, Chr. Gaston.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 5 – Espace 24, cuve cylindrique 6.099.16, décoration de larges zébrures et ondulations, MM IIIA
Crédits a. cliché. (EFA, Chr. Gaston) ; b. dessin (EFA, B. Konnemann).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 6 – L’espace 34 en fin de fouilles, vu vers l’Est.
Crédits Cl. EFA, M. Pomadère.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 790k
Titre Fig. 7 – Espace 32, dépôt de destruction 7.064 en cours de fouilles.
Crédits Cl. EFA, M. Pomadère.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Fig. 8 – Le sceau 7.055.11 et son empreinte.
Crédits Cl. EFA, Chr. Gaston.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 9 – L’angle Sud‑Est de l’espace 28 en fin de fouilles.
Crédits Cl. EFA, M. Pomadère.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 10 – Intersection de la rue de la mer et de la rue Traversière en fin de fouilles.
Crédits Cl. EFA, M. Pomadère.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Fig. 11 – Espace 3, fragments composant la partie supérieure d’une jarre à bec ponté, décoration de larges zébrures, MM III(B ?) (2.045.008).
Crédits Dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 12 – Espaces 10, 11 et 13 (MR IA). Jarre‑marmite du type AB : ouverture plus étroite, bord évasé, épaules plus prononcées (4.030.135).
Crédits Dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 13 – Lissoir en os 6.122.51 (MM IIB).
Crédits Cl. EFA, Chr. Gaston.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/468/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maia Pomadère, « Secteur Pi de Malia »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 917-936.

Référence électronique

Maia Pomadère, « Secteur Pi de Malia »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.468

Haut de page

Auteur

Maia Pomadère

EA 4284-TrAme, université de Picardie-Jules Verne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search