Navigation – Plan du site
Rapports (2014-2015)
Grèce
Mirambello

Prospection de l’Anavlochos I

Florence Gaignerot-Driessen, Lionel Fadin, Romaric Bardet et Maud Devolder
p. 951-974

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Dominique Barcat (EA 7338), Pierre Baulain (université Paris IV Sorbonne), Catharine Judson (UNC),Julia Juhasz (UNC), Romain Machavoine (université Paris I Sorbonne) et Ophélie Mouthuy (UCLouvain). [contributeur]

Notes de l’auteur

Nous exprimons toute notre gratitude à Mesdames Sofianou, Zographaki et Zervaki (Éphorie du Lasithi) pour leur bienveillante collaboration, ainsi qu’au personnel du musée d’Agios Nikolaos. Nous sommes redevables à S. Jusseret (University of Texas) et M. Macklin (University of Lincoln) pour leur précieuse expertise géoarchéologique. Nous remercions chaleureusement les habitants de Vrachasi pour leur accueil et J. Driessen, directeur des fouilles de Sissi, pour son généreux prêt de matériel à la mission. La campagne 2015 a bénéficié du soutien financier du programme ARC « A World in Crisis » (UCLouvain), de la University of North Carolina at Chapel Hill, de l’EFA, du CNRS (UMR 8167 et EA 7338) et de l’école doctorale 124 (université Paris IV Sorbonne).

Texte intégral

Enjeux et méthodes de la prospection

  • 2 Pour une présentation du massif dans son contexte régional et une histoire des recherches archéolog (...)

1Le programme d’exploration de l’Anavlochos vise à caractériser l’occupation ancienne du massif en se fondant sur une étude de sa géomorphologie, de sa topographie et des vestiges archéologiques (structures architecturales et mobilier) observables en surface2. La première partie de la prospection du massif, programmée sur deux ans (2015‑2016), a été conduite du 27 juillet au 23 août 2015. La dernière semaine de la campagne, du 24 au 28 août, a été consacrée au lavage et à l’étude préliminaire du matériel collecté sur le terrain.

2Les efforts se sont concentrés dans le vallon central du massif, sur le sommet Ouest et sur la pente Nord de Kako Plaï (fig. 1). Au total, environ 30 ha ont été prospectés de manière intensive et plus de 300 structures architecturales antiques (murs de terrasse, murs externes et internes d’édifices, rampes d’accès, potentiels aménagements hydrauliques) ont été relevées, cartographiées, décrites et photographiées de manière systématique. Environ 35 ha, situés en contrebas de l’habitat et nettement moins densément occupés, ont en outre été parcourus de manière extensive. Pour des raisons de sécurité, on a dû renoncer à prospecter certaines zones particulièrement escarpées (falaises et pentes abruptes). Dans les espaces recouverts d’un tapis épineux trop épais, le manque de visibilité a enfin entravé les investigations.

Fig. 1 – Plan topographique de l’Anavlochos indiquant la zone prospectée en 2015.

Fig. 1 – Plan topographique de l’Anavlochos indiquant la zone prospectée en 2015.

Plan EFA, L. Fadin et Fl. Gaignerot-Driessen.

3Le mobilier archéologique visible en surface a été quantifié sur le terrain, mais seuls les tessons de céramique fine et les fragments remarquables (formes, tessons décorés, pâtes inusuelles) de céramique grossière ont été collectés, par unité de prospection (UP) d’1 ha, en suivant la ligne des terrasses. La proportion de matériel retenu a été évaluée et sera prise en compte dans l’étude finale. Dans le secteur circonscrit du dépôt votif (Kako Plaï), le matériel observable en surface a en revanche été ramassé de manière exhaustive. Au total, environ 100 kg de matériel archéologique ont été collectés cette année, puis traités et entreposés au musée d’Agios Nikolaos. Au sein des différentes UP prospectées, le mobilier associé à des structures architecturales remarquables ou présentant une concentration significative a été isolé.

4Dans chaque UP, la géomorphologie, la topographie, le couvert végétal et les perturbations liées à l’activité humaine moderne ont été documentés de manière systématique.

Description de la zone prospectée en 2015

Topographie et toponymie

5La zone prospectée de manière intensive en 2015 consiste en un vallon qui regarde vers le Nord en direction de la baie de Milatos et descend jusqu’à la route de terre menant vers Sissi (fig. 2‑3). Quatre pics le surplombent, au Nord‑Ouest (alt. 528,50 m), au Sud (alt. 57,10 m), au Sud‑Ouest (alt. 551 m) et au Sud‑Est (alt. 518 m) (fig. 1 et 3). Les anciens du village de Vrachasi, niché sur le flanc Sud du massif, donnent plus volontiers au massif le nom de « Kendouglas » et nomment la partie prospectée « Kato Kendouglas », l’« Ano Kendouglas » ou Anavlochos, correspondant selon eux à la partie orientale du massif, où culmine le pic de Vigla (alt. 626 m). Le nom de Kako Plaï, que l’on donnait à la pente Nord, très abrupte, du pic Nord‑Ouest jusque dans les années 1950, est aujourd’hui tombé en désuétude. En contrebas du vallon, la région qui s’étend au Nord, de part et d’autre de la route qui descend vers Sissi, est appelée Lami. Depuis Vrachasi, on accède à l’ensellement qui relie le pic Nord‑Ouest au pic Sud‑Ouest par un ancien calderim.

Fig. 2 – Le massif de l’Anavlochos vu du Sud‑Est, depuis le site de Néapolis Kastri.

Fig. 2 – Le massif de l’Anavlochos vu du Sud‑Est, depuis le site de Néapolis Kastri.

Cl. Fl. Gaignerot-Driessen.

Contexte géologique et ressources hydriques

6L’Anavlochos consiste en une extension du massif du Lasithi, bien qu’il en soit séparé par la gorge du Sélinari (fig. 2). Il est principalement composé de roches calcaires qui reposent sur une couche géologique schisteuse. Cette strate est nettement visible au niveau du village de Vrachasi (alt. Ca 400 m). Ce contexte géologique, ainsi que le régime des pluies de la région, déterminent dans une large mesure l’hydrologie et les ressources en eau du site.

  • 3 J.‑Cl. Bonnefont, La Crète : étude morphologique (1972), p. 49 ; S. Naoum, I. K. Tsanis, « Temporal (...)

7En Crète, le climat méditerranéen ne se traduit pas par une insuffisance des précipitations sur l’année (ca 800 mm/an en moyenne) mais par leur inégale répartition annuelle, voire pluriannuelle. Aux fortes averses de l’automne et de l’hiver succède une période plus ou moins longue de sécheresse estivale, marquée par l’assèchement généralisé des eaux superficielles (torrents, zones basses de marais). De plus, le principal gradient climatique qui affecte l’île oppose les sites implantés en altitude à ceux qui se trouvent sur les côtes ou les plaines côtières, les premiers recevant plus d’eau du fait de l’intensité supérieure de la condensation en altitude. Le régime des pluies dans la zone d’habitat de l’Anavlochos n’est pas précisément connu, mais le site bénéficiait à coup sûr d’une pluviosité plus importante, par exemple, que Milatos, comme le suggèrent diverses mesures pluviométriques modernes réalisées sur l’île, en particulier dans le Mirambello ou la Messara3.

8En montagne, cette eau a tendance à s’évacuer rapidement sous forme de ruissellements torrentiels. Sur l’Anavlochos, le vallon central devrait constituer la principale zone de concentration de ces écoulements superficiels (fig. 3). Un possible conduit hydraulique en pierre a été repéré dans l’UP 19 (HY19.1) (fig. 4‑5). Ce conduit rectiligne couronne le mur M18.5, auquel il est par ailleurs intégré. Long d’environ 1,20 m, il part en direction du mur de terrasse TA14.10, auquel il est perpendiculaire. Le conduit semble avoir été aménagé entre deux rochers et était doté d’une couverture dont un ou deux blocs restent peut‑être en place. Il est obstrué à environ 40 cm de profondeur de son ouverture. Il évacuait manifestement les eaux en direction du fond du vallon central, ce qui confirme que le fond de la vallée sèche jouait bien son rôle de concentration des ruissellements. Aucun indice d’écoulement important n’a toutefois pu être observé le long de cette ligne.

Fig. 3 – Le vallon central de l’Anavlochos vu de l’Ouest, depuis le sommet du pic Nord‑Ouest.

Fig. 3 – Le vallon central de l’Anavlochos vu de l’Ouest, depuis le sommet du pic Nord‑Ouest.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 4 – Débouché du conduit HY19.1 vu de l’Ouest.

Fig. 4 – Débouché du conduit HY19.1 vu de l’Ouest.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 5 – Plan topographique de l’habitat du vallon central levé en 2015 (éch. 1⁄450).

Fig. 5 – Plan topographique de l’habitat du vallon central levé en 2015 (éch. 1⁄450).

Plan EFA, L. Fadin et Fl. Gaignerot-Driessen.

9Dans la partie supérieure du vallon (UP 14, UP 18‑19 et UP 22‑23), occupée par l’agglomération antique, les terrasses de culture modernes, bien qu’abandonnées il y a quelques décennies, jouent en effet toujours leur rôle de barrage : elles ralentissent les ruissellements – et donc l’érosion – et contribuent au contraire à l’infiltration des eaux dans le sous‑sol. Quant à la partie inférieure de la vallée sèche, au‑delà de la limite Nord de l’UP 22, qui marque l’extrémité septentrionale de l’occupation antique, elle ne présente pas davantage d’indices d’écoulements significatifs, alors que plus aucune terrasse ne barre le vallon : ici, la vallée sèche est occupée par des buissons, des arbres et aucune pierre érodée ou galet ne jonche le sol.

10Si la superficie relativement modeste du bassin versant constitué par le vallon central peut également justifier l’absence d’écoulement important, il faut surtout évoquer, d’autre part, l’infiltration des précipitations dans le sol calcaire perméable. L’Anavlochos est en effet soumis à une intense érosion karstique, comme de nombreux autres massifs calcaires de l’île. Elle est particulièrement perceptible au sommet des trois hauteurs principales, où s’ouvrent dans le rocher diverses crevasses (e.g. au sommet du pic Sud‑Ouest : HY15.1) et où des galeries souterraines creusées par l’action de dissolution des eaux de pluie ont fini par apparaître à même le sol du fait de l’effondrement de leur plafond calcaire (e.g. au sommet du pic Nord‑Ouest : HY27.1) (fig. 5). Les pentes les plus abruptes de ces hauteurs révèlent aussi une quantité importante de cavités rocheuses de toutes tailles, également formées par la dissolution lente de la roche. Sur les pentes Nord et Est du pic Nord‑Ouest, ces cavités ont atteint différents stades d’érosion : dans l’UP 26, la cavité HY26.2, située à quelques mètres au Sud‑Est sous le sommet du pic Nord‑Ouest, est accessible par une étroite ouverture (fig. 5‑6a). La salle, dont le volume peut être évalué à une vingtaine de m3, présente de petites stalactites ainsi que le seul écoulement d’eau récent et nettement visible que nous ayons pu constater sur le site en 2015 (fig. 6b). Aucun aménagement n’ayant été observé à l’intérieur, il est impossible d’affirmer que cette cavité était accessible dans l’Antiquité, d’autant que le sol de cette grotte est aujourd’hui largement recouvert de terre, parvenue à l’intérieur par l’ouverture. À proximité immédiate apparaissent deux autres cavités souterraines plus petites (HY26.3 et HY26.4) (fig. 5). Plus au Nord, sur la pente de Kako Plaï, il faut aussi signaler une cavité largement ouverte à l’air libre (HY27.2), qui semble consécutive à l’effondrement d’une cavité comparable à celle de l’UP 26 (HY26.2). Une vaste zone de chaos rocheux, résultat probable de l’érosion et de l’effondrement des parois des cavités karstiques, a aussi été observée dans l’UP 28 (HY28.1).

Fig. 6 – Cavité HY26.2.

Fig. 6 – Cavité HY26.2.

a. l’ouverture extérieure ; b. la salle intérieure.

Cl. Mission Anavlochos.

11À l’issue de son cheminement souterrain dans le réseau de conduits karstiques de l’Anavlochos, l’eau infiltrée rejaillit naturellement sous la forme d’une ligne de sources en arrivant au contact de la couche géologique sous‑jacente de schiste imperméable, qui passe par Vrachasi. Cette ligne de sources explique sans doute en partie la localisation du village. La fontaine du Platanos, aménagée sous sa forme actuelle au milieu du xixe s. dans la partie Ouest de Vrachasi, offre encore aujourd’hui un débit d’au moins 500 l/h, (estimation août 2015). Une autre source est encore active dans la partie orientale du village. Depuis le site, où d’autres formes d’approvisionnement en eau ont été mises en évidence (voir infra), l’utilisation de ces sources, si elles étaient déjà actives, aurait supposé un trajet aller‑retour d’une petite heure, ce qui paraît un délai raisonnable pour les habitants de l’Anavlochos du Bronze Récent et du premier âge du Fer.

  • 4 Voir l’exemple de Dréros, où des fours à chaux ont été construits sur et à proximité des ruines ant (...)

12Plus généralement, l’environnement karstique a pu jouer un rôle important dans le choix d’implantation de l’occupation antique. Le sommet du massif, Vigla (fig. 1‑3), est nettement entaillé par une doline en cours de formation. Plusieurs « puits » exploitant les ressources en eau souterraines de cette dépression ont été repérés. Leur exploitation à des fins agricoles dès l’Antiquité est fort probable dans la mesure où la zone a été occupée notamment au Minoen Récent IIIC. Les vestiges de terrasses de culture modernes ainsi que d’un four à chaux, implanté, comme c’est souvent le cas dans la région4, à proximité des ruines antiques, sont observables en contrebas de Vigla. Une autre doline se développe par ailleurs dans la partie la plus élevée de l’Anavlochos, plus près encore de l’habitat géométrique, entre les UP 3 et 4.

Couvert végétal

13Les saillies du rocher calcaire occupent environ 30 % de la surface dans le vallon central. Le couvert végétal se compose essentiellement d’un maquis épineux, parfois dense, et de quelques arbres (chênes verts et rares amandiers) ou arbustes (mastic). Au total, 35 espèces ont pu être recensées. Leur distribution contribue à caractériser les zones d’implantation de l’habitat et orientera les recherches à venir. On retiendra ainsi que les secteurs les plus densément occupés (UP 22, UP 23, UP 18 et partie Ouest des UP 21, UP 20 et UP 19), du fait de la relative douceur des pentes et des nombreuses terrasses qui les structurent, sont principalement couverts d’un maquis associant une grande variété d’espèces. On compte parmi elles la phlomis lanata, la salvia triloba, le thymus capitatus, l’origanum onites, le cistus creticus et le rhamnus oleoides subsp. graecus.

Occupation et utilisation récentes

  • 5 V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder (n. 2), p. 5‑25.
  • 6 Nous remercions D. Haggis pour cette possible identification.
  • 7 S. G. Spanakis, Πόλεις και χωριά της Κρήτης στο πέρασµα των αιώνων, τόµος Α (1991), p. 202.

14Les bergers de Vrachasi utilisent encore actuellement le massif comme pâturage pour leurs troupeaux de chèvres. Leurs abris et enclos sont observables sur la pente orientale du pic Nord‑Ouest comme dans l’ensellement. Entre le mur M19.1 de l’édifice fouillé par le Service archéologique grec en 20125 et la paroi rocheuse contre laquelle il s’appuie au Sud, subsiste un foyer de pierre sur lequel le lait était jadis chauffé au cours du processus de fabrication du fromage. Le vallon central a également longtemps été utilisé par les habitants de Vrachasi à des fins agricoles. Les murs de terrasses modernes, qui viennent souvent recouvrir ou s’appuyer sur les ruines antiques, en structurent les pentes en arc‑de‑cercle. Ces terrasses étaient autrefois plantées d’amandiers. La lecture des vestiges antiques est en outre en partie occultée de part et d’autre de l’ensellement (UP 24 et UP 25) par les ruines d’un hameau que l’on peine à dater. Les anciens de Vrachasi n’ont pas souvenir d’avoir jamais connu d’habitat permanent sur l’Anavlochos. Si des fragments de céramique moderne ont été trouvés dans ce secteur, on y a aussi ramassé quelques tessons recouverts d’émail stannifère qui évoquent la majolique de la Renaissance italienne (fig. 7)6. Une présence vénitienne est du reste attestée à Vrachasi par des actes officiels dès 13917. Au sommet du pic Nord‑Ouest, un petit bâtiment ruiné d’époque indéterminée fait écho à celui qui avait été observé sur le pic de Vigla en 2014, lors de la fouille de sauvetage du Service archéologique grec. Au pied de la vallée sèche, à une centaine de mètres au Sud de la route non asphaltée qui mène vers Sissi, se trouvent enfin les ruines d’une maison de plan absidal, que surplombe à l’Ouest une aire de battage (aloni).

Fig. 7 – Tessons de majolique (?) provenant de l’UP 25.

Fig. 7 – Tessons de majolique (?) provenant de l’UP 25.

Cl. Mission Anavlochos.

Localisation et réexamen des fouilles anciennes

  • 8 P. Demargne, BCH 55 (1931), p. 365‑407.

15L’un des objectifs de la mission était de localiser et de relever les vestiges observés sur l’Anavlochos par P. Demargne (EFA) en 19298.

Les « Maisons Demargne »

16Dans le vallon central, les six terrasses géométriques signalées par Demargne ont pu être identifiées sans difficulté à partir des observations de terrain, ainsi que du plan topographique et des photos publiés en 1931. Les terrasses dénommées A1, A2, A3, A4, A5 et A6 sur le plan topographique de 1931 (fig. 8) correspondent ainsi respectivement aux terrasses TA20.7, TA23.16, TA20.14, TA18.3, TA18.11 et TA18.10 du plan topographique levé en 2015 (fig. 5, 9‑14). Dans certains cas, on a pu repérer la trace des déblais des anciennes fouilles et mettre en évidence la présence de murs internes et de rampes d’accès qui n’avaient pas été mentionnés par Demargne. On a ainsi mieux pris la mesure de ces grandes bâtisses géométriques et de leur organisation. L’élévation des murs de terrasses A4 (= TA18.3) et A6 (= TA18.10), dont la hauteur préservée oscille entre 1,30 m et 3 m, a en outre été dessinée (fig. 12 et 14).

Fig. 8 – Plan topographique du massif de l’Anavlochos de 1931.

Fig. 8 – Plan topographique du massif de l’Anavlochos de 1931.

A. habitat du vallon central ; B. nécropole de Lami ; C. dépôt votif de Kako Plaï.

D’après P. Demargne, BCH 55 (1931), p. 369, Fig. 4 ; plan EFA, H. Ducoux.

Fig. 9 – Les terrasses A1, A2 et A3 vues de l’Ouest en 2015.

Fig. 9 – Les terrasses A1, A2 et A3 vues de l’Ouest en 2015.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 10 – Les terrasses A4, A5 et A6 vues du Nord‑Est en 2015.

Fig. 10 – Les terrasses A4, A5 et A6 vues du Nord‑Est en 2015.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 11 – Mur de terrasse A4 (= TA18.3) vue de l’Est en 2015.

Fig. 11 – Mur de terrasse A4 (= TA18.3) vue de l’Est en 2015.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 12 – Élévation du mur de terrasse A4 (= TA18.3).

Fig. 12 – Élévation du mur de terrasse A4 (= TA18.3).

a. ligne Nord‑Sud ; b. ligne Est‑Ouest.

Plans EFA, M. Devolder et L. Fadin.

Fig. 13 – Ligne Nord‑Sud du mur de terrasse A6 (= TA18.10) vue de l’Est en 2015.

Fig. 13 – Ligne Nord‑Sud du mur de terrasse A6 (= TA18.10) vue de l’Est en 2015.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 14 – Élévation du mur de terrasse A6 (= TA18.10).

Fig. 14 – Élévation du mur de terrasse A6 (= TA18.10).

a. ligne Nord‑Sud ; b. ligne Est‑Ouest.

Plans EFA, M. Devolder et L. Fadin.

La citerne du pic Nord‑Ouest

17Au sommet du pic Nord‑Ouest, la citerne (HY26.1), qui figure sur le plan de 1931, a fait l’objet d’une étude approfondie (fig. 3, 8 et 15). L’ouvrage, intégralement creusé dans le calcaire de la paroi rocheuse, présente une forme assez irrégulière, tant en plan qu’en élévation. Le fond ne peut être observé, puisque la citerne est aujourd’hui comblée par de la terre sur une hauteur indéterminée. Les vestiges d’un enduit hydraulique, revêtement indispensable à l’étanchéité des parois calcaires, sont visibles sur une hauteur d’environ 3 m au‑dessus du point le plus bas du niveau de terre actuel (fig. 15b). L’enduit a été appliqué en couches successives, qui peuvent correspondre à une ou plusieurs phases de préparation puis d’entretien. Au Sud de la citerne, une plateforme de plan grossièrement carré (ca 1,80 m de côté) et comportant une niche creusée dans la paroi Ouest a également été aménagée contre le rocher (fig. 15c). Cette plateforme, à laquelle une rampe taillée dans le rocher permet d’accéder, est immédiatement contiguë à la citerne et la surplombe. Elle servait peut‑être ainsi de plateforme pour le puisage.

Fig. 15 – La citerne HY26.1 du pic Nord‑Ouest.

Fig. 15 – La citerne HY26.1 du pic Nord‑Ouest.

a. vue du Nord ; b. détail présentant des traces d’enduit hydraulique et des concrétions ; c. probable plateforme de puisage.

Cl. Mission Anavlochos.

Le « dépôt votif » de Kako Plaï

  • 9 Voir O. Pilz, M. Krumme, « Il deposito votivo di Kako Plai sull’Anavlochos: risultati preliminari d (...)
  • 10 P. Demargne (n. 8), p. 380, fig. 17.

18Le lieu du dépôt votif de Kako Plaï mentionné par Demargne (fig. 8 : C), qui a livré des fragments de pithoi incisés et de vases peints, des fusaïoles et surtout de très nombreuses terres‑cuites anthropomorphes et zoomorphes d’époque géométrique à classique9, a également pu être localisé avec précision, à partir du plan topographique et d’une photo de 193110, ainsi que du matériel et des indices archéologiques observables en surface (bermes et déblais du sondage de 1929).

19Demargne ne le précise pas et le plan topographique de 1931, très schématique, en rend mal compte, mais le dépôt occupe en réalité une position élevée et invisible depuis l’habitat. Il surplombe en revanche immédiatement la nécropole toute proche de Lami (fig. 8 : B). On peut ensuite noter dans ce secteur, éloigné de l’habitat et qui ne porte par ailleurs aucun vestige architectural, une concentration significative de moellons de calcaire approximativement dégrossis. Sous les buissons épineux, quelques lignes de murs semblent se dessiner, que l’on peine toutefois à suivre. Si la nature du matériel observé et ramassé en 2015 coïncide bien avec celui que le fouilleur de 1929 décrit, elle laisse aussi penser que ce dernier n’avait conservé qu’une partie très sélective des trouvailles. Outre des fusaïoles, les fragments d’une figurine d’époque géométrique, de plaquettes de style dédalique, de statuettes moulées d’époque proto-archaïque à classique et de pithoi à reliefs, on a collecté en 2015 une très abondante quantité de vaisselle datant du Minoen Récent IIIC à l’époque archaïque et dont ne subsistent souvent que les fonds et les anses (fig. 16 et fig. 17 : 1.c, 2.a‑c, 3.b et f, 6.b, 7).

Fig. 16 – Sélection d’objets en terre‑cuite ramassés en 2015 sur le lieu du dépôt votif.

Fig. 16 – Sélection d’objets en terre‑cuite ramassés en 2015 sur le lieu du dépôt votif.

1. tête de figurine d’époque géométrique ; 2. corps de statuette moulée de style dédalique ; 3. buste de plaquette de style dédalique ; 4. corps de statuette moulée d’époque classique ; 5‑6. Fusaïoles.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 17 – Sélection de fragments de pithoi à reliefs ramassés en 2015 sur l’Anavlochos.

Fig. 17 – Sélection de fragments de pithoi à reliefs ramassés en 2015 sur l’Anavlochos.

1. à rosettes ; 2. à cercles concentriques ou spirales ; 3. à arêtes de poisson ou zigzags ; 4. à cercles ; 5‑6. à cordeau ; 7. à triangles ; 8. à losanges ; 9. à pointillés obliques.

Cl. Mission Anavlochos.

20Immédiatement au Sud de ce dépôt, on a en outre observé les vestiges architecturaux très mal préservés d’une petite terrasse aménagée contre le rocher, que les chênes verts ombragent de leurs branches. Une cavité de 0,40 m sur 0,70 m portant des concrétions perce la paroi rocheuse verticale qui ferme la terrasse au Sud. En contrebas de cette anfractuosité et malgré la pente naturelle du terrain, une terre noire et humide s’est accumulée, ce qui suggère qu’un dispositif (bassin, muret ?) a permis de la retenir.

21Les indices topographiques, géologiques, botaniques et archéologiques abondent ainsi dans le même sens, laissant penser qu’une source ou des ruissellements intermittents s’écoulaient jadis du rocher ; ces écoulements sont peut‑être à l’origine du dépôt votif, ou d’un éventuel sanctuaire, dont on aurait observé les vestiges à proximité. La relation qui unit ce possible sanctuaire à la nécropole de Lami reste à préciser. On cherchera tout particulièrement en 2016 à repérer les traces d’un éventuel chemin antique menant de l’un à l’autre. Les tronçons d’une rampe antique ont été observés cette année entre le potentiel sanctuaire et la partie Ouest de l’habitat. La forte érosion qui affecte la pente de Kako Plaï, comme le passage régulier des chèvres, explique l’aspect très ruiné des vestiges et le dévalement du mobilier antique. La richesse archéologique de ce secteur comme la rapide dégradation des vestiges rendent souhaitable qu’un nettoyage et une fouille systématique y soient très prochainement entrepris.

Les tombes de Lami

22À Lami, immédiatement en contrebas au Nord du possible sanctuaire, on a repéré certaines des tombes fouillées par Demargne et datées du Bronze Récent et de l’époque géométrique (fig. 8 : B). D’autres sépultures antiques ont été observées dans ce vaste espace funéraire. Elles feront l’objet d’un relevé systématique en 2016.

L’habitat du vallon central

Forme et chronologie de l’occupation

23La chronologie proposée se fonde principalement sur la typologie des murs et sur la céramique fine ramassée lors de la campagne, la céramique commune retrouvée en surface n’étant généralement pas diagnostique. On notera toutefois que le vallon central a livré de nombreux fragments de pithoi incisés ou à reliefs, dont les motifs sont traditionnellement attribués à des phases chronologiques spécifiques par la littérature archéologique : cordeau, arêtes de poisson et zigzags du Minoen Récent IIIC, cercles concentriques du Protogéométrique, rosettes orientalisantes d’époque proto-archaïque (fig. 17). Ces divers motifs sont toutefois attestés sur l’ensemble du vallon central et de manière mixte. Faut‑il en déduire que la chrono-typologie traditionnellement proposée est à revoir, que les pithoi ont fait l’objet d’un remploi d’une époque à une autre ou, plus simplement, que le matériel de surface rend compte en un même point de phases d’occupation distinctes ?

L’occupation au Minoen Récent IIIC

  • 11 N. Papadakis, V. Apostolakou, « ΚΔ’ Εφορεία προϊστορικών και κλασικών αρχαιοτήτων », dans M. Andrea (...)

24Les fouilles conduites par le Service archéologique grec en 2006‑2007, 2012 et 2014 ont montré que le massif avait connu une occupation dès le Minoen Récent IIIC11. La prospection conduite en 2015 a permis d’identifier certains secteurs où le mobilier comme l’architecture rendent compte de cette occupation. Elle prend la forme de petites terrasses, dont les murs de soutènement, préservés au plus sur deux assises, se composent de blocs à peine dégrossis, parfois mégalithiques, appuyés sur le rocher. Ces terrasses sont principalement établies sur les hauteurs, au‑dessus de 500 m d’altitude, notamment sur les sommets Nord‑Ouest et Sud‑Ouest, qui contrôlent visuellement toute la gorge du Sélinari. Les fouilles du Service archéologique grec comme le matériel observé en surface lors de la prospection indiquent cependant que l’occupation au Minoen Récent IIIC s’étend également en certains endroits du vallon central, désormais recouverts par les vestiges des phases postérieures.

L’occupation au Protogéométrique

  • 12 S. Wallace, Ancient Crete: From Successful Collapse to Democracy’s Alternatives: Twelfth to Fifth C (...)

25La campagne 2015 a également révélé que l’habitat protogéométrique s’étendait dans le vallon central sur près d’une dizaine d’hectares. On a en effet retrouvé du matériel diagnostique, en particulier de nombreux fragments de skyphoi à pied conique (fig. 18), sur toute cette superficie, sans nette interruption. L’Anavlochos semble donc bien illustrer le schéma de nucléation protogéométrique qui se dégage à l’échelle de la région et même de l’île12. En revanche, aucune structure architecturale de cette époque n’a pu être identifiée avec certitude, si bien que l’organisation urbaine de l’habitat au Protogéométrique comme les structures sociales et politiques que celle‑ci pourrait refléter nous échappent pour le moment tout à fait.

Fig. 18 – Fragments du skyphos protogéométrique  AN15-UP21-OB001.

Fig. 18 – Fragments du skyphos protogéométrique  AN15-UP21-OB001.

Cl. Mission Anavlochos.

L’occupation au Géométrique Récent

  • 13 V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder (n. 2), p. 524‑525, 530‑535.

26Les murs de terrasses massifs qui structurent les pentes du vallon central peuvent être datés du Géométrique Récent à partir des résultats des fouilles conduites par le Service archéologique grec dans l’habitat en 201213. Les sondages ouverts dans la partie haute du versant oriental (UP 19‑20) ont en effet permis de mettre au jour une vaste terrasse (TA19.1, TA19.3, TA20.16), sur laquelle s’étaient établis deux grands ensembles architecturaux (fig. 3 et 5). Or la fouille du comblement de la partie la plus au Sud de cette terrasse (TA19.1) a livré du matériel datable du Géométrique Récent qui constitue le terminus post quem de sa construction. Les sondages de 2006 avaient en outre mis en évidence le fait que ces terrasses venaient élargir des aménagements plus étroits que le type d’appareil comme le matériel observable à l’entour engagent à dater du Minoen Récent IIIC.

27Le matériel observé en surface dans l’habitat du vallon central ne va pas au‑delà de l’époque proto-archaïque. Dans l’état actuel de nos connaissances, qui prennent également en compte les résultats des sondages de 2012, on peut ainsi penser que l’habitat a été déserté au début du viie s., après avoir été entièrement restructuré au Géométrique Récent.

L’habitat géométrique

  • 14 A. Farnoux, J. Driessen, « Quartier Nu (Nord de l’Atelier de Sceaux) » BCH 115 (1991), p. 735‑741.

28Le Géométrique Récent constitue la phase florissante de l’habitat établi dans le vallon central. Le rocher comme les petites terrasses minoennes, qui apparaissent là où les murs de terrasses massifs du Géométrique Récent cessent de s’élever, permettent d’en dessiner les contours. On a en outre retrouvé au Nord‑Ouest l’épais mur Nord‑Sud (TA27.1) signalé par A. Farnoux et J. Driessen en 199114, qui semble marquer la limite occidentale de l’habitat (fig. 5 et 19). Un tronçon Est‑Ouest (TA26.2) paraît du reste assurer la même fonction sur la pente Sud du massif (fig. 5 et 20).

Fig. 19 – Mur TA27.1 vu de l’Ouest.

Fig. 19 – Mur TA27.1 vu de l’Ouest.

Cl. Mission Anavlochos.

Fig. 20 – Mur TA26.2 vu du Sud.

Fig. 20 – Mur TA26.2 vu du Sud.

Cl. Mission Anavlochos.

29Il faut exclure de la zone d’habitat à proprement parler les pentes Ouest et Nord du pic Nord‑Ouest. Celles‑ci n’ont livré que des tronçons de rampes, qui semblent conduire vers Kako Plaï. On notera que la céramique fine était particulièrement abondante dans cette région et paraît avoir dévalé des petites terrasses qui couronnent les pentes et s’appuient sur la paroi verticale du rocher. Celle‑ci est percée de crevasses et de failles verticales et se situe immédiatement en contrebas de la citerne.

30Le tissu urbain s’organise de manière dense sur une dizaine d’hectares. Un système de rampes, parfois pourvues de marches, permet de circuler dans l’habitat et de passer d’une terrasse à l’autre. Aucun espace ou bâtiment central n’a pu être identifié. Différents quartiers d’habitation (quartiers Ouest, Sud, Est, Nord‑Est) semblent en revanche se distinguer. Il est remarquable que dans chacun d’eux on ait observé la présence d’une ou plusieurs potentielles sources aménagées ou installations hydrauliques (HY18.1, HY18.2, HY19.2, HY20.1, HY20.2, HY21.1, HY22.1). Lorsqu’on les compare, un schéma récurrent se dégage : une anfractuosité naturelle du rocher est aménagée sur une terrasse, souvent plus large que les terrasses avoisinantes et accessible depuis une rampe. Ces potentielles installations hydrauliques constitueraient ainsi au sein des différents quartiers de petits espaces communautaires liés à la fonction d’approvisionnement en eau. La « terrasse au figuier », qui avait orienté le choix d’implantation des sondages de 2012, en porte sans doute le plus clair exemple (HY19.2).

31Les murs de terrasse de l’habitat géométrique récent installé sur l’Anavlochos présentent un solide appareil composé de gros blocs pouvant atteindre jusqu’à 1,60 m de long pour 1 m de large et dont la face extérieure est aplanie. À l’arrière, de petits moellons sont amassés sur toute la hauteur du mur de cette face extérieure et bouchent une partie des interstices qui existent entre les blocs. Des espaces demeurent cependant ménagés et en certaines occurrences des coups de sabre sont observables (TA19.13). On note également que ces murs de terrasses, construits sur et souvent entre deux saillies du rocher, s’appuient généralement sur des socles rocheux percés d’anfractuosités naturelles ou de failles verticales présentant de petites concrétions (TA18.3). Tout semble donc être fait pour assurer la stabilité de ces terrasses, en facilitant leur drainage et en limitant ainsi la poussée des terres.

32Dans certains cas, la première assise du mur de façade du bâtiment établi sur la terrasse est conservée sur la ligne du mur de terrasse. Le retrait qu’elle marque vers l’intérieur par rapport au mur de terrasse et le plus petit calibre des blocs ou moellons qui la composent permettent de la distinguer. La paroi verticale du rocher constitue l’essentiel des murs arrière et latéraux des bâtiments, conservés par endroits sur 1,50 m de hauteur. La surface aplanie de cette paroi est parfois revêtue d’un parement de petits moellons, qui viennent aussi, le cas échéant, combler les interstices de la ligne rocheuse. Les plus vastes terrasses portent des bâtiments qui présentent une succession d’espaces étagés sur deux niveaux différents (TA18.3, TA18.4 et TA18.5). Certaines, en particulier celles du versant Ouest, sont pourvues de rampes d’accès, mi‑taillées dans le rocher, mi‑construites de petits moellons.

Conclusions

  • 15 Sur ces différents édifices, voir E. H. Hall, « Excavations in Eastern Crete Vrokastro », The Museu (...)

33La campagne 2015 a permis de localiser avec précision les maisons, la citerne et le dépôt votif signalés par Demargne en 1931 et de faire un premier repérage dans la zone de la nécropole. Il apparaît aujourd’hui que le « dépôt votif » de Kako Plaï appartient probablement à un sanctuaire suburbain, qui domine la nécropole associée à l’habitat. Ce sanctuaire liminal, qui serait installé entre la ville des vivants et celle des morts, connaît des parallèles dans la région et invite à repenser les catégories traditionnelles des espaces cultuels crétois du premier âge du Fer. Les vestiges de Kako Plaï et de Karphi (Vitsilovrysi), les édifices d’Azoria (Early Iron Age-Orientalizing Building), de Karakovilia, de Lato (Maison du Temple) et de Dréros (Dépôt R)15, ont en effet en commun de jouxter des regroupements de tombes, d’être éloignés de l’habitat, de n’offrir aucune structure architecturale qui puisse être associée à une tombe ou à une résidence en particulier et de présenter du matériel principalement daté du Géométrique Récent. Certains de ces espaces, comme celui de l’Anavlochos, ont livré des figurines et des plaquettes d’époques variées, qui ne permettent pas toutefois d’identifier avec certitude les divinités olympiennes auxquelles un culte aurait été voué. La localisation et l’époque de ces espaces suggèrent qu’ils aient pu être dédiés ou bien au culte de divinités chthoniennes, ou bien à celui d’ancêtres, réels ou fictifs.

  • 16 Pour une présentation des sources écrites anciennes relatives à la cité de Milatos, voir IC I, p. 2 (...)

34Les 300 structures antiques relevées en 2015, comme le matériel de surface ramassé, permettent de revoir la chronologie, l’étendue, la nature et l’organisation de l’occupation antique du vallon central de l’Anavlochos. À un habitat Minoen Récent IIIC fait de petits hameaux dispersés sur l’ensemble du massif, succède ainsi une agglomération protogéométrique étendue sur une dizaine d’hectares, dont l’organisation socio-politique nous échappe. Au Géométrique Récent, des travaux de grande ampleur sont entrepris, qui consistent à élargir les terrasses anciennes en construisant de puissants murs de soutènement, un système de rampes permettant de passer d’une terrasse à l’autre. Aucun espace ou bâtiment public n’a pu jusqu’à maintenant être identifié. On peut en revanche distinguer plusieurs quartiers d’habitation, qui disposaient probablement chacun d’au moins une installation hydraulique capable de l’approvisionner en eau. Il se pourrait ainsi que la communauté établie à cette époque sur l’Anavlochos se soit organisée en groupes sociaux distincts, comme pourraient aussi le refléter les petits agrégats de tombes observés dans la nécropole. À défaut d’agora, le point de référence de la communauté semble plutôt avoir été le probable sanctuaire suburbain de Kako Plaï, fréquenté jusqu’à l’époque classique, alors que l’habitat paraît avoir été abandonné dès l’époque proto-archaïque. Le vallon central de l’Anavlochos nous offre ainsi les vestiges d’un habitat qui semble immédiatement précéder l’émergence de la polis, de ses centres urbains, de ses monuments et de ses institutions. L’abandon du site au tout début du viie s. correspond à la phase de développement de l’habitat établi sur le Kastello de Milatos, en direction duquel s’ouvre le vallon central (fig. 2). La topographie comme les vestiges archéologiques laissent ainsi penser que les habitants de l’Anavlochos, ou au moins une partie d’entre eux, ont pu abandonner le site au profit de Milatos, que les sources épigraphiques et littéraires antiques qualifient de polis16.

Haut de page

Notes

2 Pour une présentation du massif dans son contexte régional et une histoire des recherches archéologiques qui y ont été conduites, voir V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder, BCH 136‑137 (2015), p. 513‑535 ; Fl. Gaignerot-Driessen, De l’occupation postpalatiale à la cité‑État grecque : le cas du Mirambello (Crète), Aegaeum 40 (2016).

3 J.‑Cl. Bonnefont, La Crète : étude morphologique (1972), p. 49 ; S. Naoum, I. K. Tsanis, « Temporal and Spatial Variation of Annual Rainfall on the Island of Crete, Greece », Hydrological Processes 17 (2003), p. 1899‑1922 ; L. V. Watrous et al., The Plain of Phaistos: Cycles of Social Complexity in the Mesara Region of Crete, Monumenta Archaeologica 23 (2004), p. 59, 65, 180.

4 Voir l’exemple de Dréros, où des fours à chaux ont été construits sur et à proximité des ruines antiques pour en exploiter les blocs de calcaire. Voir en dernier lieu V. Zographaki, A. Farnoux, BCH 136‑137 (2012‑2013) [2015], p. 651‑660.

5 V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder (n. 2), p. 5‑25.

6 Nous remercions D. Haggis pour cette possible identification.

7 S. G. Spanakis, Πόλεις και χωριά της Κρήτης στο πέρασµα των αιώνων, τόµος Α (1991), p. 202.

8 P. Demargne, BCH 55 (1931), p. 365‑407.

9 Voir O. Pilz, M. Krumme, « Il deposito votivo di Kako Plai sull’Anavlochos: risultati preliminari dello studio dei materiali », dans G. Rizza (éd.), Identità culturale, Etnicità, Processi di Trasformazione a Creta fra Dark Age e Arcaismo (2011), p. 323‑332 ; O. Pilz, M. Krumme, « Das Heiligtum von Kako Plaï auf dem Anavlochos (Kreta) », dans I. Gerlach, D. Raue (éds), Sanktuar und Ritual, Heilige Plätze im archäologischen Befund (2013), p. 343‑348.

10 P. Demargne (n. 8), p. 380, fig. 17.

11 N. Papadakis, V. Apostolakou, « ΚΔ’ Εφορεία προϊστορικών και κλασικών αρχαιοτήτων », dans M. Andreadaki-Blazaki (éd.), 2000‑2010 από το ανασκαφικ ργο των αρχαιοττων (2012), p. 319 ; V. Zographaki, « Αναύλοχος Βραχασίου », ArchDelt 61 (2006) [2014], p. 1174‑1176 ; V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder (n. 2).

12 S. Wallace, Ancient Crete: From Successful Collapse to Democracy’s Alternatives: Twelfth to Fifth Centuries BC (2010), p. 233‑253 ; Fl. Gaignerot-Driessen (n. 2).

13 V. Zographaki, Fl. Gaignerot-Driessen, M. Devolder (n. 2), p. 524‑525, 530‑535.

14 A. Farnoux, J. Driessen, « Quartier Nu (Nord de l’Atelier de Sceaux) » BCH 115 (1991), p. 735‑741.

15 Sur ces différents édifices, voir E. H. Hall, « Excavations in Eastern Crete Vrokastro », The Museum. Anthropological Publications III.3 (1914), p. 170‑172 ; J. D. S Pendlebury, H. W. Pendlebury, M. B. Money-Coutts, « Karphi: A City of Refuge of the Early Iron Age in Crete », BSA 38 (1937‑1938), p. 98‑100 ; D. C. Haggis, « Azoria and Archaic Urbanization », dans Fl. Gaignerot-Driessen, J. Driessen (éds), Cretan Cities: Formation and Transformation, Aegis 7 (2014), p. 129‑130 ; Fl. Gaignerot-Driessen, « The Temple House at Lato reconsidered », OJA 31 (2012), p. 59‑82 ; H. van Effenterre, M. Perna (éd.) La nécropole de Dréros, ÉtCrét 8.2 (2009), p. 78, 84, 119‑120, 138‑139, 143, 145‑146, 151‑152.

16 Pour une présentation des sources écrites anciennes relatives à la cité de Milatos, voir IC I, p. 241‑242 ; P. Perlman, « Crete », dans M. H. Hansen, T. H. Nielsen (éds), An Inventory of Archaic and Classical Poleis: An Investigation Conducted by the Copenhagen Polis Centre for the Danish National Research Foundation (2004), p. 1178.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan topographique de l’Anavlochos indiquant la zone prospectée en 2015.
Crédits Plan EFA, L. Fadin et Fl. Gaignerot-Driessen.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Fig. 2 – Le massif de l’Anavlochos vu du Sud‑Est, depuis le site de Néapolis Kastri.
Crédits Cl. Fl. Gaignerot-Driessen.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 3 – Le vallon central de l’Anavlochos vu de l’Ouest, depuis le sommet du pic Nord‑Ouest.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 4 – Débouché du conduit HY19.1 vu de l’Ouest.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 839k
Titre Fig. 5 – Plan topographique de l’habitat du vallon central levé en 2015 (éch. 1⁄450).
Crédits Plan EFA, L. Fadin et Fl. Gaignerot-Driessen.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Titre Fig. 6 – Cavité HY26.2.
Légende a. l’ouverture extérieure ; b. la salle intérieure.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Fig. 7 – Tessons de majolique (?) provenant de l’UP 25.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 8 – Plan topographique du massif de l’Anavlochos de 1931.
Légende A. habitat du vallon central ; B. nécropole de Lami ; C. dépôt votif de Kako Plaï.
Crédits D’après P. Demargne, BCH 55 (1931), p. 369, Fig. 4 ; plan EFA, H. Ducoux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 9 – Les terrasses A1, A2 et A3 vues de l’Ouest en 2015.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Fig. 10 – Les terrasses A4, A5 et A6 vues du Nord‑Est en 2015.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 11 – Mur de terrasse A4 (= TA18.3) vue de l’Est en 2015.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 12 – Élévation du mur de terrasse A4 (= TA18.3).
Légende a. ligne Nord‑Sud ; b. ligne Est‑Ouest.
Crédits Plans EFA, M. Devolder et L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 13 – Ligne Nord‑Sud du mur de terrasse A6 (= TA18.10) vue de l’Est en 2015.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Fig. 14 – Élévation du mur de terrasse A6 (= TA18.10).
Légende a. ligne Nord‑Sud ; b. ligne Est‑Ouest.
Crédits Plans EFA, M. Devolder et L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 15 – La citerne HY26.1 du pic Nord‑Ouest.
Légende a. vue du Nord ; b. détail présentant des traces d’enduit hydraulique et des concrétions ; c. probable plateforme de puisage.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Fig. 16 – Sélection d’objets en terre‑cuite ramassés en 2015 sur le lieu du dépôt votif.
Légende 1. tête de figurine d’époque géométrique ; 2. corps de statuette moulée de style dédalique ; 3. buste de plaquette de style dédalique ; 4. corps de statuette moulée d’époque classique ; 5‑6. Fusaïoles.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 17 – Sélection de fragments de pithoi à reliefs ramassés en 2015 sur l’Anavlochos.
Légende 1. à rosettes ; 2. à cercles concentriques ou spirales ; 3. à arêtes de poisson ou zigzags ; 4. à cercles ; 5‑6. à cordeau ; 7. à triangles ; 8. à losanges ; 9. à pointillés obliques.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Fig. 18 – Fragments du skyphos protogéométrique  AN15-UP21-OB001.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 19 – Mur TA27.1 vu de l’Ouest.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 20 – Mur TA26.2 vu du Sud.
Crédits Cl. Mission Anavlochos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/479/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Gaignerot-Driessen, Lionel Fadin, Romaric Bardet et Maud Devolder, « Prospection de l’Anavlochos I »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 951-974.

Référence électronique

Florence Gaignerot-Driessen, Lionel Fadin, Romaric Bardet et Maud Devolder, « Prospection de l’Anavlochos I »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/479

Haut de page

Auteurs

Florence Gaignerot-Driessen

Université d’Heidelberg, UMR 8167, UCLouvain

Lionel Fadin

EFA

Articles du même auteur

Romaric Bardet

Université Aix‑Marseille, université Paris I Sorbonne, UMR 8167

Maud Devolder

Humboldt Research Fellow, UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals