Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)ChypreAmathonteSystème d’Information Géographiqu...

Rapports (2014-2015)
Chypre
Amathonte

Système d’Information Géographique d’Amathonte

Anna Cannavò
p. 1016-1021

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Équipe EFA : E. Chairi (archives, planothèque), J. Durin (programme sur les nécropoles), L. Fadin (topographie et géomatique), C. Guillaume (DAO et architecture), E. Labrousse (topographie et géomatique), L. Mulot (développement informatique), P. Patiri (numérisation), A. Rohfritsch (archives).. [contributeur]

Texte intégral

1Un nouveau programme scientifique de la mission archéologique française d’Amathonte (mission de l’École française d’Athènes en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international) a été lancé en septembre 2013 : l’objectif de ce programme est la création d’un Système d’Information Géographique (SIG) sur la ville antique d’Amathonte.

2Le développement d’un SIG de ce type comporte plusieurs opérations scientifiques articulées en deux volets (ce qu’indiquent respectivement, dans le sigle SIG, les termes information et géographique) :

  • le recensement des informations archéologiques (découvertes de vestiges ou de mobilier, observations de terrain de toute nature) et leur enregistrement dans des bases de données ;
  • le géoréférencement des éléments observables sur le terrain ou dont la localisation est connue ou peut être reconstituée à partir des sources (avec des degrés de certitude variables), et l’élaboration d’une cartographie numérique.

3La combinaison et l’interaction de ces deux volets dans un système constituent le SIG.

4La ville d’Amathonte, fondée au tournant du Ier millénaire av. J.‑C. et abandonnée au cours du viie s. apr. J.‑C., couvrant une surface d’environ 90 ha (en prenant en compte l’habitat, étendu sur 40 ha, et les nécropoles, mais non les sites secondaires), a fait l’objet de nombreuses découvertes fortuites ou clandestines depuis l’époque moderne, tandis que l’activité archéologique régulière a été de plus en plus intense à partir de la seconde moitié du xxe s., en raison de l’important développement urbain et touristique de la région. L’augmentation conséquente des découvertes archéologiques et la dispersion de la documentation relative dans des publications et archives d’accès parfois difficile, rendent désormais particulièrement ardue une approche holistique à la connaissance de la ville, de sa structure urbaine et de son développement diachronique.

5Par sa souplesse et son extensibilité illimitée, un SIG représente l’outil privilégié pour répondre au besoin de systématisation et d’accessibilité de l’information archéologique concernant le site d’Amathonte.

Présentation du programme et de ses objectifs

6Le programme vise à l’élaboration d’un SIG couvrant l’ensemble de la ville antique (noyau urbain et nécropoles), de sa fondation jusqu’à son abandon. Cela comporte, d’abord, la création de la cartographie de référence, à travers une série d’opérations :

  • le géoréférencement des structures archéologiques principales (qu’elles soient toujours visibles, en totalité ou en partie, ou qu’elles soient enfouies mais localisables), ainsi que de certains éléments topographiques ou géographiques de référence (bornes topographiques, reliefs et cours d’eau, bâtiments et structures modernes) ;
  • le recalage à partir des éléments géoréférencés, sur un fond de carte (en l’occurrence, le plan topographique du cadastre fourni par le Department of Lands and Surveys chypriote, fig. 38), de plans et relevés réalisés par les différentes missions archéologiques ayant travaillé ou travaillant sur des chantiers divers du site ;
  • l’élaboration d’un plan numérique global, avec l’adoption d’une charte graphique permettant de distinguer visuellement les vestiges visibles de ceux désormais enfouis, les données des localisations certaines de celles dont l’emplacement est imprécis ou douteux, les phasages chronologiques, et tout autre élément signifiant.

Fig. 38 – Plan topographique et cadastral du site d’Amathonte, exploité comme fond de carte pour leSIG (Department of Lands and Surveys, Chypre).

Fig. 38 – Plan topographique et cadastral du site d’Amathonte, exploité comme fond de carte pour leSIG (Department of Lands and Surveys, Chypre).

7La cartographie du site ainsi élaborée est liée à des bases de données recensant les différents types de structures découverts (éléments de muraille, édifices religieux, parties d’habitat, espaces et bâtiments publics, tombes, éléments d’aqueduc), et associant à chaque entrée des informations archéologiques essentielles (description, inventaire du matériel, chronologie, bibliographie de référence, documentation numérique). Ces bases de données, sans prétention d’exhaustivité, constituent une première couche d’information à partir de laquelle réaliser des interrogations ciblées. La relation entre les bases de données et la cartographie permet de visualiser dans l’espace les résultats des interrogations, ou bien, avec un procédé inversé, de réaliser des interrogations à partir des éléments cartographiés.

8Avant toute autre chose, le SIG d’Amathonte se veut un outil de travail collectif, qui réponde aux exigences de l’équipe scientifique de la mission française et de tout autre collaborateur et chercheur associé. Il donne à tout utilisateur la possibilité de créer et exporter des cartes – thématiques, chronologiques, par secteur ou globales – ainsi qu’un accès rapide et interactif à toute l’information archéologique répertoriée. Il offre enfin la possibilité, à quiconque le souhaite, d’apporter ses propres bases de données et d’enrichir le système en exploitant la cartographie et les informations déjà disponibles. Le système permet des accès différenciés, avec privilèges différents selon l’utilisateur : ainsi le partage de l’information n’est pas obligatoire (même si encouragé), l’accès aux données pouvant être réservé à la personne ou à l’équipe en charge de chaque dossier, pour le temps nécessaire ou souhaité.

9Le programme revêt aussi un intérêt patrimonial : par le recensement de toute la documentation disponible et la numérisation d’un grand nombre de documents d’archives (plans, dessins, photographies, carnets de fouille, fiches d’inventaire) il préserve et rend accessibles des nombreux documents, conservés en majorité dans les archives de l’EFA, qui sont peu connus, fragiles et difficiles d’accès.

10Dans le but de favoriser l’accessibilité aux données pour la communauté la plus vaste possible, le SIG d’Amathonte s’appuie à la plateforme Web SIG, développée depuis 2011 par les services topographique (L. Fadin) et informatique (L. Mulot) de l’EFA. Cette plateforme, intégralement open source, permet la visualisation et l’interrogation du SIG à travers un simple navigateur web, en évitant donc l’intermédiation de logiciels propriétaires, coûteux et parfois complexes (fig. 39). Hébergées sur un serveur de l’EFA, sécurisées et sauvegardées, les données sont accessibles à travers le réseau internet, via une interface d’utilisation simple, qui permet l’interrogation, la visualisation et l’exportation de données et de cartes.

Fig. 39 – Aperçu d’écran de la version test du SIG d’Amathonte, secteur de la nécropole Ouest (état juin 2016).

Fig. 39 – Aperçu d’écran de la version test du SIG d’Amathonte, secteur de la nécropole Ouest (état juin 2016).

EFA.

  • 26 P. Aupert (dir.), Guide d’Amathonte, SitMon XV (1996).
  • 27 Collections de l’École française d’Athènes en ligne : http://cefael.efa.gr.

11Le SIG d’Amathonte peut jouer également un rôle dans la promotion du site et dans la valorisation, auprès d’un public plus large, des résultats des recherches archéologiques. Un volet du programme est donc consacré à l’élaboration d’une base de données trilingue (en français, anglais et grec) recensant les principaux monuments et secteurs du site, avec renvoi aux entrées du Guide d’Amathonte26. Cette base permet à l’utilisateur de consulter, tout en parcourant la carte du site, une courte notice de présentation de chaque secteur, avec un lien vers le texte intégral du Guide, accessible gratuitement en ligne sur le portail Cefael27.

12Enfin, grâce à l’adoption de paramètres concordés avec les responsables du département des Antiquités chypriote, M. Solomidou-Ieronymidou, directrice du département, et D. Pilides, responsable du programme de numérisation du patrimoine archéologique de l’île (CADiP)28, le SIG d’Amathonte est techniquement compatible et exploitable au sein des projets de numérisation en cours de développement à Chypre, et représente donc un outil de collaboration et de partage d’informations entre les équipes françaises et chypriotes travaillant sur le site.

Un cas d’étude : les nécropoles d’Amathonte

13L’un des secteurs d’Amathonte dont l’étude peut bénéficier largement de la mise en place du SIG est celui des nécropoles.

  • 29 Historique des découvertes dans M.‑Chr. Hellmann, Chr. Tytgat, « Historiques des fouilles », dans P (...)

14Les nécropoles d’Amathonte s’articulent en trois secteurs, respectivement à l’Ouest, à l’Est et au Nord de la colline de l’acropole. Les deux nécropoles Est et Ouest ont été largement explorées, en particulier à partir des années 1970, lors de fouilles d’urgence liées au grand essor immobilier et touristique de la région. La nécropole Nord, moins touchée par ce développement, est restée pour cela relativement mal connue, malgré les découvertes importantes réalisées dans ce secteur par le consul L. Palma di Cesnola en 1874‑187529. Une moindre partie seulement des tombes découvertes (environs 1 300 selon le dernier décompte) est publiée. Seulement peu d’entre elles sont encore visibles sur le terrain, la majorité ayant été recouverte par les immeubles et les aménagements routiers. L’articulation globale des nécropoles et leur évolution chronologique n’ont jamais fait l’objet d’une étude d’ensemble, et toute appréciation de ces espaces est rendue particulièrement difficile par leur « effacement » au sein de la ville moderne. Le SIG représente donc l’outil idéal pour rassembler les données spatiales et archéologiques et proposer une relecture diachronique des espaces funéraires amathousiens.

15Dans le cadre des campagnes de géoréférencement pour le SIG d’Amathonte il a été possible de localiser et géoréférencer cinquante et une tombes dans la nécropole Est, dix‑sept dans la nécropole Nord et quinze dans la nécropole Ouest (fig. 40). À partir de ces vestiges, la grande majorité des tombes fouillées et non plus visibles a pu être placée sur la carte par recalage de plans et relevés disponibles dans les archives. La fiabilité du résultat final dépend de la précision avec laquelle ont été réalisés les plans dont on dispose, et qu’on a évalué au cas par cas, le but étant de visualiser toutes les données disponibles, même si imprécises et incertaines, moyennant des conventions graphiques explicites.

Fig. 40 – L. Fadin géoréférence la T. 957 dans la Nécropole Ouest, 4 avril 2014.

Fig. 40 – L. Fadin géoréférence la T. 957 dans la Nécropole Ouest, 4 avril 2014.

Cl. EFA, A. Cannavò.

16Le département des Antiquités de Chypre a mis généreusement à disposition de ce projet une grande partie de ses archives. Une partie a été exploitée au préalable par J. Durin, B. Blandin et M. Glaus, dans le cadre de la préparation du volume Nécropole d’Amathonte VII, consacré à la topographie des nécropoles amathousiennes : A. Hermary, co‑responsable avec Y. Violaris de cette publication, ainsi que B. Blandin et J. Durin, ont bien voulu partager avec le programme de SIG cette documentation essentielle. Un lot important, concernant surtout les fouilles d’urgence menées dans les nécropoles Ouest et Nord, a été étudié lors d’une mission à Nicosie en mai 2015.

  • 30 A. S. Murray, A. H. Smith, H. B. Walters, Excavations in Cyprus (1900), p. 88.

17À chacune des tombes représentées sur la carte correspond une entrée dans la base de données relative enregistrant toutes les informations disponibles (sur l’architecture, le matériel, le rite funéraire, etc.), ainsi qu’une chronologie, dont la fiabilité fait l’objet d’une évaluation et correspond, visuellement, à une nuance de couleur. Cette base de données, particulièrement longue à réaliser, est actuellement en phase de complètement. Les 312 tombes fouillées par la mission britannique à la fin du xixe s., localisées de manière très approximative dans la publication30 et pour lesquelles on dispose de quelques renseignements supplémentaires grâce aux carnets de fouilles conservés au British Museum, sont également intégrées à la base de données générale, mais elles font en plus l’objet d’une étude à part, le but étant de vérifier si une partie de ces tombes (et en cas affirmatif, lesquelles) ont été fouillées (et donc inventoriées) plusieurs fois. Ce travail est confié à J. Durin, co‑autrice de la publication en cours Nécropole d’Amathonte VII et chargée, pour cette publication, de l’inventaire des tombes amathousiennes, y compris les tombes anglaises (en collaboration avec Th. Kiely).

Haut de page

Notes

26 P. Aupert (dir.), Guide d’Amathonte, SitMon XV (1996).

27 Collections de l’École française d’Athènes en ligne : http://cefael.efa.gr.

28 Cyprus Archaeological Digitization Programme : http://www.mcw.gov.cy/mcw/DA/DA.nsf/All/1CF3BEA9C7C1C093C225750C0020C0B1?OpenDocument.

29 Historique des découvertes dans M.‑Chr. Hellmann, Chr. Tytgat, « Historiques des fouilles », dans P. Aupert, M.‑Chr. Hellmann, Amathonte I. Testimonia 1, ÉtChryp IV (1984), p. 101‑107.

30 A. S. Murray, A. H. Smith, H. B. Walters, Excavations in Cyprus (1900), p. 88.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 38 – Plan topographique et cadastral du site d’Amathonte, exploité comme fond de carte pour leSIG (Department of Lands and Surveys, Chypre).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Fig. 39 – Aperçu d’écran de la version test du SIG d’Amathonte, secteur de la nécropole Ouest (état juin 2016).
Crédits EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Fig. 40 – L. Fadin géoréférence la T. 957 dans la Nécropole Ouest, 4 avril 2014.
Crédits Cl. EFA, A. Cannavò.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Cannavò, « Système d’Information Géographique d’Amathonte »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 1016-1021.

Référence électronique

Anna Cannavò, « Système d’Information Géographique d’Amathonte »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/493 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.493

Haut de page

Auteur

Anna Cannavò

Responsabilité scientifique, EFA

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search