Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)ChypreAmathonteAyios Tychonas – Klimonas

Rapports (2014-2015)
Chypre
Amathonte

Ayios Tychonas – Klimonas

François Briois, Jean-Denis Vigne, Jean Guilaine et Yodrik Franel
p. 1022-1027

Texte intégral

  • 32 Cette opération a bénéficié du soutien financier du ministère des Affaires étrangères et du Dévelop (...)

1Les recherches sur le site de Klimonas (Ayios Tychonas), à Chypre, s’inscrivent dans le cadre d’une opération de sauvetage portant sur un site de la plus ancienne phase du Néolithique précéramique de l’île et du continent voisin (Pre‑Pottery Neolithic A ou PPNA, 9100‑8600 av. J.‑C.). Le gisement est situé au cœur d’un territoire de la partie méridionale de Chypre, aire où la pression immobilière est particulièrement élevée et s’est même accrue ces dernières années. C’est pourquoi dès 2011, prenant en compte le résultat de campagnes de prospections successives depuis 1991 mais surtout une série de sondages‑tests réalisés en 2009 par notre mission, le département des Antiquités de Chypre a soutenu notre projet d’étude de ce site exceptionnel32.

  • 33 J.‑D. Vigne, Fr. Briois, A. Zazzo et al., « The First Wave of Cultivators Spread to Cyprus Earlier (...)

2Les travaux menés depuis 2009 avaient, chaque année, confirmé avec plus de force l’intérêt et l’originalité du site de Klimonas, premier village PPNA de Chypre montrant la pratique de l’agriculture « prédomestique » et l’existence de bâtiments domestiques et d’au moins un bâtiment communautaire polyphasé33. Ce site d’agriculteurs-chasseurs est d’un intérêt majeur pour Chypre, mais aussi pour tout le Proche‑Orient, où les implantations villageoises datant de la fin du Xe millénaire et du début du IXe millénaire bien conservées et fouillées récemment ne sont pas plus d’une dizaine.

3Combinant investigations géophysiques, grands décapages mécaniques et fouilles fines, les campagnes de 2014 et 2015 ont apporté un volume considérable d’informations nouvelles. Ce sont autant de contributions à la connaissance du PPNA chypriote, tout récemment découvert.

4Nos interventions de terrain ont permis d’évaluer l’extension de l’établissement néolithique précéramique sur le versant, du moins celle des bâtiments que l’érosion a préservés. Les vestiges PPNA délimitent une surface de près d’un demi-hectare (5600 m²). Les restes de bâtis fouillés ou reconnus sont tous localisés sur des substrats calcaires (havara, calcaires de Lefkara ou colluvions carbonatées), les zones argileuses de l’Ouest et du Sud du versant, peu favorables à l’implantation d’architectures lourdes et plus érodées que les autres, étant exemptes de vestiges précéramiques.

  • 34 J.‑D. Vigne, Fr. Briois, T. Cucchi, Y. Franel, P. Mylona, M. Tengberg, R. Touquet, J. Wattez, G. Wi (...)

5Un premier chantier, implanté au Nord‑Ouest du site (secteur F) a permis la fouille complète des restes d’une construction circulaire (St 800) et la reconnaissance de deux autres dans son proche environnement. Les restes de l’édifice étudié sont exceptionnels non seulement parce que celui‑ci représente le premier exemple de bâtiment domestique qu’il nous a été donné de fouiller sur le site, mais aussi parce que, en dépit d’un état de dégradation avancé résultant de l’érosion du versant, l’infrastructure de la surface bâtie a été peu ou prou conservée, offrant une image presque complète de son emprise (fig. 41). D’un diamètre de 6 m, le bâtiment reposait sur une plate‑forme rendue horizontale par un vaste creusement de délimitation circulaire, en amont de la pente naturelle, et par l’épandage de remblais en aval. Le sol était soigneusement nivelé et, dans la partie Nord au moins, revêtu d’un enduit encore tenace aujourd’hui. Implanté dans une tranchée de fondation périphérique, l’épais mur de briques de terre crue était renforcé au Sud, là où la portée était la plus grande, par une série de poteaux de bois. Ce dispositif ne laisse aucun doute sur le fait que l’édifice était coiffé d’un toit, très probablement en matériaux légers. L’espace interne d’un peu plus de 24 m² était compartimenté par au moins une cloison principale de terre crue, elle‑même enracinée dans une tranchée de fondation et armée de poteaux. Elle sépare un espace méridional de 8 m², disposant de sa propre entrée, qui a pu accueillir diverses activités artisanales ou des stocks. Large d’un peu moins de 16 m², la partie résidentielle s’ouvrait sur l’extérieur par une entrée aujourd’hui très démantelée, mais dont on perçoit l’importance à travers la complexité des aménagements qui l’entourent et l’abondance des dépôts d’objets remarquables. Cet espace résidentiel est structuré par un poteau central, une large plaque foyère, différentes superstructures dont on ne perçoit plus l’existence que par des groupes de trous de piquets34.

Fig. 41 – Vue du bâtiment 800 en cours de fouille, prise vers le Nord.

Fig. 41 – Vue du bâtiment 800 en cours de fouille, prise vers le Nord.

Cl. J.‑D. Vigne.

6Un deuxième chantier implanté au Sud (secteur B) a fait l’objet de deux larges décapages, l’un de 471 m² en 2014 et un deuxième de 400 m² en 2015, permettant d’établir un lien spatial avec les surfaces que nous avions fouillées en 2011‑2012 (fig. 42). Ce secteur a livré une information particulièrement riche, sous la forme des restes d’au moins vingt‑trois bâtiments, contemporains de St 800 et du bâtiment communautaire (St 10). À cheval sur le ressaut topographique naturel qui structure les marges méridionales du site, cet espace s’est révélé lui aussi tout à fait exceptionnel : il a été protégé de l’érosion par différents systèmes de murs de terrasses agricoles qui se sont succédé depuis la période de l’Antiquité. De ce fait, les aménagements néolithiques implantés sur le ressaut ont été préservés. De plus, bien que très érodés et systématiquement amputés de leur extension méridionale, ceux qui étaient aménagés dans la pente du talus offrent directement à la fouille leurs aménagements profonds, ce qui permet en relativement peu de temps d’accéder à une information maximale.

Fig. 42 – Vue du secteur B en cours de fouille, prise vers l’est.

Fig. 42 – Vue du secteur B en cours de fouille, prise vers l’est.

Cl. J.‑D. Vigne.

7Plus de 350 structures et unités stratigraphiques datant, pour la très grande majorité, du PPNA ont pu être étudiées. Leur organisation au sol dessine d’emblée un ensemble de bâtiments juxtaposés ou superposés, aménagés dans la pente selon une délinéation circulaire, à l’image du bâtiment 800. La partie aval n’est en général pas conservée, mais quelques lambeaux de remblai de terrassement suggèrent une technique globalement comparable à celle observée en secteur F. On retrouve systématiquement : des tranchées de fondation de murs périphériques, armés ou non de poteaux de bois ; des sols recouverts d’enduits, qu’ils soient nivelés sur la roche ou bien dans du sédiment meuble ; des trous de piquets et petites tranchées de fondation évoquant des aménagements internes ; des dépôts d’objets remarquables, en fosse dans le sol ou enfouis dans la terre crue des murs au moment de la construction ; des structures de combustion et même une imposante pierre à cupule, ayant fait office de mortier encore en place sur le sol d’origine.

8L’essentiel des efforts a cependant porté sur la zone centrale, où, à la faveur d’un paléo-chenal d’érosion du versant, d’âge probablement tardiglaciaire, le remplissage atteint jusqu’à 1,70 m d’épaisseur sur une longueur d’une petite dizaine de mètres. Dans ce contexte, la complexité archéologique est rendue maximale par les phénomènes d’érosion et de bioturbation, par le recoupement des dépôts précéramiques, par des creusements parfois volumineux, datant du Néolithique avec céramique et des périodes ultérieures, et surtout par l’accumulation, parfois sur les mêmes niveaux, des restes de plusieurs bâtiments successifs. On a en dénombré au moins six sur une surface de 30 m². La fouille devra être poursuivie en 2016 pour qu’on puisse disposer d’une vision plus claire de cet enchevêtrement. Il n’en reste pas moins que, dès à présent, la masse d’informations recueillie est considérable. À la lumière de l’expérience acquise sur le bâtiment communautaire en 2011 et 2012, et sur le secteur F, elle génère une démarche comparative particulièrement productive, d’où sortira sans doute un riche catalogue des constantes et des variantes architecturales et fonctionnelles.

9Ainsi, la surface sur laquelle le village précéramique est conservé s’élève à plus d’un demi-hectare (fig. 43). Par rapport aux villages PPNA du Levant, Klimonas se situe donc dans la moyenne haute, ce qui montre que nous sommes en présence d’un site majeur pour cette période. Les travaux menés sur les secteurs F et B donnent un aperçu de la densité des constructions, certes diachroniques, qui ont couvert toute cette surface. On peut l’estimer au minimum à vingt‑six bâtiments conservés et reconnus (trois en F, vingt‑trois en B) pour une surface totale d’environ 500 m² décapés. Si on admet que toute l’emprise actuellement conservée du village était bâtie de la même manière, on peut donc estimer le nombre minimum de constructions initiales à 280. Les données radiométriques et leur traitement bayésien devraient permettre de préciser prochainement les rythmes de reconstruction des bâtiments et la durée d’occupation du village.

Fig. 43 – Délimitation de l’emprise minimale du site PPNA de Klimonas et localisation synthétique des bâtiments fouillés ou supposés (en pointillé) depuis 2009.

Fig. 43 – Délimitation de l’emprise minimale du site PPNA de Klimonas et localisation synthétique des bâtiments fouillés ou supposés (en pointillé) depuis 2009.

Relevé et DAO R. Touquet et J.‑D. Vigne.

  • 35 S. W. Manning, C. McCartney, B. Kromer, S. T. Stewart, « The Earlier Neolithic in Cyprus: Recogniti (...)

10Considérant le caractère organisé d’un tel village – bâtiment communautaire au cœur du dispositif entouré par des constructions à usage domestique – on conviendra qu’on est ici face à une organisation sociale pensée, planifiée, collectivement ordonnée. Or un tel « système » ne semble pas avoir été improvisé sur l’île même. Il est le reflet de dispositions matérielles et sociales importées du continent autant dans la morphologie circulaire des unités domestiques que dans leur implantation tout autour de grands bâtiments identitaires. Klimonas, tout comme Asprokremnos35, pourrait donc se situer aux sources mêmes du premier vrai peuplement sédentaire de l’île, réalisé par des communautés d’« agriculteurs-chasseurs » migrants, venues répliquer sur une île sub‑déserte (seulement fréquentée jusque‑là par de petits groupes mobiles sans impact environnemental d’envergure) un modèle d’organisation sociale d’origine continentale.

11Ces authentiques agriculteurs « pionniers » sont donc probablement les premiers à avoir instauré à Chypre, avec leurs paléovillages et les espaces nécessaires au fonctionnement de ceux‑ci (surfaces cultivées, aires de chasse), des localités plus ou moins pérennes, même si celles‑ci ont donné lieu à des déplacements périodiques ultérieurs. Ce moment est donc constitutif parallèlement des premiers territoires villageois – ceux‑ci sans doute non étroitement définis en raison des faibles densités démographiques, mais qu’il importait désormais de baliser – entraînant par là même des problèmes de frontières, d’acquisition d’espaces aux ressources vitales et minérales (gîtes à silex), et de construction identitaire au plan symbolique.

  • 36 J. Guilaine, « Neolithic Warfare: Comments », Neo‑Lithics 10 (2010), p. 38‑39.

12Les différences typologiques dans les armatures de flèche de Klimonas et d’Asprokremnos pourraient traduire précisément l’expression d’une sensible différence dans ces productions, reflet de traditions identitaires distinctes. On n’exclura pas aussi que le grand nombre d’armatures, alors courantes à Chypre dans ces villages PPNA, pouvait correspondre à une nécessité pratique (l’obtention de la viande par la chasse aux petits sangliers chypriotes) mais aussi à se prémunir contre toute éventuelle confrontation à une époque où, précisément, la compétition pour la fixation des premiers territoires stables pouvait s’exacerber36.

Haut de page

Notes

32 Cette opération a bénéficié du soutien financier du ministère des Affaires étrangères et du Développement international (mission « Néolithisation-Klimonas »), de l’École française d’Athènes, du CNRS, à travers le Site d’Étude en écologie globale « Limassol » (SEEG) de l’Institut écologie et environnement (INEE) et de L’UMR 7209 (Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements). L’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) et la Fondation Fyssen (Marie‑Curie COFUND) ont permis la mise à disposition temporaire de personnels.

33 J.‑D. Vigne, Fr. Briois, A. Zazzo et al., « The First Wave of Cultivators Spread to Cyprus Earlier than 10,600 years ago », Proceedings of the National Academy of Science of the USA 109, 22 : p. 8445‑8449. <J.‑D. Vigne, Fr. Briois, T. Cucchi et al., « Klimonas, a Late PPNA Hunter-Cultivator Village in Cyprus: New Results », dans J.‑D. Vigne, Fr. Briois, M. Tengberg (éds), Nouvelles données sur les débuts du Néolithique à Chypre / New Data on the Beginning of the Neolithic in Cyprus (2017).

34 J.‑D. Vigne, Fr. Briois, T. Cucchi, Y. Franel, P. Mylona, M. Tengberg, R. Touquet, J. Wattez, G. Willcox, A. Zazzo et J. Guilaine, « Klimonas, a Late PPNA Hunter-cultivator Village in Cyprus: New Results », dans J.‑D. Vigne, Fr. Briois & M. Tengberg (eds.), Nouvelles données sur les débuts du Néolithique à Chypre / New Data on the Beginnings of the Neolithic in Cyprus (2017), p. 21‑46.

35 S. W. Manning, C. McCartney, B. Kromer, S. T. Stewart, « The Earlier Neolithic in Cyprus: Recognition and Dating of a Pre‑Pottery Neolithic A Occupation », Antiquity 84 (2010), p. 693‑706.

36 J. Guilaine, « Neolithic Warfare: Comments », Neo‑Lithics 10 (2010), p. 38‑39.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 41 – Vue du bâtiment 800 en cours de fouille, prise vers le Nord.
Crédits Cl. J.‑D. Vigne.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 42 – Vue du secteur B en cours de fouille, prise vers l’est.
Crédits Cl. J.‑D. Vigne.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Fig. 43 – Délimitation de l’emprise minimale du site PPNA de Klimonas et localisation synthétique des bâtiments fouillés ou supposés (en pointillé) depuis 2009.
Crédits Relevé et DAO R. Touquet et J.‑D. Vigne.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Briois, Jean-Denis Vigne, Jean Guilaine et Yodrik Franel, « Ayios Tychonas – Klimonas »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 1022-1027.

Référence électronique

François Briois, Jean-Denis Vigne, Jean Guilaine et Yodrik Franel, « Ayios Tychonas – Klimonas »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.495

Haut de page

Auteurs

François Briois

EHESS, université de Toulouse 2, UMR 5608

Jean-Denis Vigne

CNRS‑Muséum national d’histoire naturelle-Sorbonne Universités, UMR 7209

Articles du même auteur

Jean Guilaine

Collège de France

Yodrik Franel

INRAP

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search