Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139-140.2Rapports (2014-2015)AlbanieSovjanBassin de Korçë, Kallamas

Rapports (2014-2015)
Albanie
Sovjan

Bassin de Korçë, Kallamas

Petrika Lera, Gilles Touchais et Cécile Oberweiler
p. 1029-1065

Notes de la rédaction

Avec la collaboration de : Christophe Benech (CNRS-Archéorient, Lyon), Charlotte Blein (EHESS,UMR 5189), Athina Boleti (Paris 1 Sorbonne, UMR 7041), Gazmend Elezi (UCLA), Armelle Gardeisen (CNRS, UMR 5140), Maja Gori (université d’Amsterdam), TobiasKrapf (ESAG), Rudenc Ruka (université de Cologne, Institut archéologique de Tirana), Eduard Shehi (Institut archéologique de Tirana). [contributeur]

Texte intégral

  • 2 Les travaux ont été cofinancés, comme les années précédentes, par le ministère des Affaires étrangè (...)
  • 3 P. Lera étant momentanément immobilisé pour des raisons de santé, la campagne de 2014 a été supervi (...)

1Les campagnes de 2014 et 2015 ont été consacrées, pour l’essentiel, à l’étude des données des trois principales opérations de terrain menées à bien par la Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë depuis sa création, à savoir les fouilles de Sovjan (1993‑2006), celles de Kallamas (2008‑2011) et la prospection dans la partie Nord du bassin de Korçë (programme PALM, 2007‑2013)2. C’est dans le cadre de l’élaboration des résultats de ce dernier programme que s’inscrivent les seuls travaux de terrain effectués en 2015 : d’une part, une brève campagne de prospection géophysique sur deux des sites repérés au cours des recherches de surface ; d’autre part, l’inventaire géo‑référencé des sites antiques connus dans l’ensemble du bassin de Korçë. Ces deux campagnes ont mobilisé, en moyenne, une dizaine de chercheurs, archéologues, techniciens et étudiants3.

  • 4 Voir le précédent rapport, BCH 138 (2014), p. 795.

2Pendant ces deux années, on s’est efforcé de maintenir l’activité scientifique à l’abri des perturbations causées, la première année, par le transfert des locaux de la Mission de l’ancien musée archéologique dans le nouveau bâtiment universitaire4, et, l’année suivante, par le réaménagement complet des espaces de travail au sein de ce bâtiment. Ce changement de locaux prélude à un changement de personnes, puisque G. Touchais, atteint par la limite d’âge, doit quitter la direction de la mission en octobre 2015 pour la transmettre à C. Oberweiler.

Les nouveaux locaux

  • 5 Convention signée à Korçë le 26 juillet 2014 en présence de l’Ambassadrice de France en Albanie.
  • 6 La capacité totale de la réserve est de 1 650 tiroirs, soit plus de deux fois et demie celle de l’a (...)

3Les espaces mis à la disposition de la mission, au terme d’une convention entre l’université de Korçë et le Centre d’Études Albanologiques (dont dépend l’Institut archéologique de Tirana)5, se composent d’une grande salle de 160 m2 en sous‑sol avec deux pièces attenantes, et de cinq pièces au 4e étage. Au sous‑sol, la réserve a été installée équipée de rayonnages métalliques avec tiroirs pour le stockage du matériel archéologique6 et d’un vaste plan de travail, ainsi que le laboratoire de restauration. Au 4e étage ont été aménagés deux bureaux, deux chambres et une salle de bains. L’ensemble offre des conditions de travail très satisfaisantes pour la poursuite des activités de la mission.

Les travaux d’Étude et de publication

Étude des données des fouilles de Sovjan

4Tout en poursuivant la préparation du premier volume de la publication, on a progressé dans l’étude de deux catégories du mobilier qui fourniront la matière des volumes suivants : les céramiques de l’âge du Bronze et les restes fauniques.

La céramique du Bronze Ancien final et du Bronze Moyen

  • 7 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 882, n. 8. Soutenue en 2012, cette thèse a été publiée en 2015, après r (...)

5Dans le cadre d’un contrat de recherche post-doctorale, M. Gori a entrepris l’étude technologique de la céramique des couches 7, 8 et 9 de Sovjan, en complément à l’analyse morpho-typologique qui constituait l’objet principal de sa thèse7. Le projet a pour but d’éclairer le contexte techno-fonctionnel de la production, ainsi que les réseaux d’acquisition des savoir‑faire et de diffusion des produits auxquels participait le site de Sovjan à la fin du IIIe et au début du IIe millénaire av. J.‑C. La première phase du projet a consisté en un examen macroscopique approfondi de l’ensemble du matériel. L’étude macroscopique préliminaire menée dans le cadre de la thèse avait conduit à distinguer trois principaux groupes techno-morphologiques, caractérisés respectivement par : 1) un régionalisme technologique doublé d’affinités typologiques avec des productions céramiques d’autres régions, du Nord des Balkans à la Grèce continentale (par exemple la céramique grise polie) ; 2) des affinités technologiques et typologiques avec des productions céramiques d’autres régions, ce qui pourrait correspondre à des importations ; 3) un régionalisme à la fois technologique et typologique, qui caractérise les productions propres au site de Sovjan.

6Le réexamen des quelque 2 500 tessons des couches 7 à 9 a servi de base pour la sélection de 47 échantillons représentatifs, qui seront ensuite soumis à des analyses pétrographiques et chimiques destinées à tester la validité des hypothèses issues de l’observation macroscopique et à fournir des informations sur les techniques de fabrication et la provenance des argiles. On pourra ainsi appréhender les choix techniques opérés à chaque étape de la fabrication pour chaque récipient ou groupe de récipients similaires, ce qui offrira un cadre général pour la reconstitution finale des chaînes opératoires.

La céramique du Bronze Récent

7Poursuivant, dans le cadre de sa thèse, l’étude de la céramique des couches 5 et 6 de Sovjan, T. Krapf a effectué, au cours de ces deux années, plusieurs séjours à Korçë, totalisant près de cinq mois de présence sur place. Son objectif était triple : comparer la céramique du bassin de Korçë avec celle de la Macédoine ; poursuivre la documentation du matériel céramique des couches 5 et 6 de Sovjan (comptages statistiques, dessins, etc.), afin de pouvoir en décrire la séquence avec précision ; procéder à une série d’analyses de ce matériel par spectromètre XRF.

Comparaison de la céramique du bassin de Korçë avec celle de la Macédoine

  • 8 Les actes de cette rencontre sont en cours de publication aux presses de l’Académie de Vienne.

8Le travail a consisté, après une série de visites individuelles de sites de référence, à organiser un « séminaire itinérant » de deux semaines (juillet 2015) pour les doctorants en archéologie préhistorique des Balkans travaillant sur des sujets transfrontaliers. Intitulé Balkan Bronze Age Borderland: Along Ancient Routes from the Aegean to Albania, F.Y.R.O.M. and SW Bulgaria, ce séminaire, auquel la Mission franco-albanaise a apporté son soutien scientifique et logistique, a réuni une dizaine d’étudiants de diverses nationalités qui ont ainsi eu l’occasion de visiter un grand nombre de sites et de musées en Grèce, en Albanie, en Macédoine ex‑yougoslave et en Bulgarie, de rencontrer les acteurs locaux de la recherche et d’avoir entre eux des échanges fructueux8.

  • 9 Voir T. Krapf, « Συνδέοντας στρωµατογραφίες στην Βόρεια Ελλάδα και Νότια Αλβανία », AErgoMak 29 (à (...)

9Pour Sovjan, ces comparaisons ont notamment montré que, s’il y a très peu de parallèles entre la céramique de l’Albanie et celle de la Macédoine orientale et de la Bulgarie, l’Albanie sud‑orientale semble au contraire plus ouverte aux influences de la vallée de l’Axios, même si les deux régions conservent des traits particuliers. Ces parallèles permettent d’établir une correspondance entre les séquences stratigraphiques de Kastanas et de Sovjan, avec un synchronisme très net entre les niveaux supérieurs de la couche 5c1 de Sovjan et les couches 12 et 13 de Kastanas9. Le matériel récemment fouillé à Apsalos, dans la préfecture de Pella, fait le lien entre les deux régions car il est déjà beaucoup plus proche de celui de Sovjan. Plus surprenant, la céramique à peinture mate de la région d’Aiani est très différente de celle de Sovjan, ce qui ne s’explique pas seulement par la différence chronologique mais aussi par le fait que la production d’Aiani relève d’une tradition différente de celle du reste de l’Égée septentrionale. Les particularités de la production d’Aiani ne se rencontrent en effet pas non plus à Platania/Boubousti, qui se trouve à mi‑chemin entre ce site et Sovjan. En revanche, le matériel des tombes de la région du Pogoni (Palaiopyrgos) en Épire présente de grandes affinités avec celui de l’Albanie sud‑orientale. En Macédoine ex‑yougoslave, la culture matérielle de la région d’Ochrid appartient à la même tradition que celle de Sovjan, ce qui n’est pas étonnant vu la proximité géographique.

Travaux de documentation

  • 10 US 03/600 à 615, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 1101 et 1103, fig. 8.
  • 11 Plus d’une centaine de clichés ont en outre été pris à l’aide d’un microscope numérique.

10La priorité a été donnée au matériel des couches 5c2 et surtout 5c3 (BR), moins riche et moins bien connu (fig. 1). Les différences avec le matériel de la couche 6 sont flagrantes : apparition des canthares à anses surélevées (encore de forme simple, rarement rainurées), des bols à profil en S avec tenons tubulaires percés horizontalement, présence d’anses en bréchet et de céramique (semi‑)fine typique de la couche 5c. C’est à partir de la couche 5c2 que l’on trouve de façon régulière les canthares à anses pincées avec perforations/impressions sur l’attache supérieure, si caractéristiques du bassin de Korçë, qui se généralisent dans la couche 5c1. L’étude a permis de détecter plus d’une centaine de nouveaux recollages (fig. 2), notamment parmi le matériel des unités stratigraphiques correspondant au locus 984, foyer à plusieurs lits de tessons superposés fouillé en 2003 dans les couches du Bronze Récent10. Le matériel étudié a été photographié de façon systématique11 et un choix de 660 pièces a été dessiné.

Fig. 1 – Sovjan. Fragments de céramique de la couche 5c3.

Fig. 1 – Sovjan. Fragments de céramique de la couche 5c3.

Fig. 2 – Sovjan. Vase du Bronze Récent après restauration (SV 02/302.17).

Fig. 2 – Sovjan. Vase du Bronze Récent après restauration (SV 02/302.17).

11La typologie détaillée ayant été mise au point, les 2 300 fragments individualisés, issus de 80 US sélectionnées des couches 5c1 à 6 ont fait l’objet d’un enregistrement exhaustif : pâte, décor, forme, type de bord, d’anse (ou tenon) et de fond. En outre, pour la statistique des pâtes, 7 500 fragments supplémentaires de panses ont été comptés et pesés systématiquement, ce qui porte à plus de 1 2000 le nombre total de fragments disponibles pour une étude statistique du développement des classes céramiques des couches 5a à 6. Ces données sont actuellement en cours d’évaluation.

  • 12 C’est pendant la transition BR/FA que les corrélations sont les meilleures (cf. supra).
  • 13 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 882.

12De façon complémentaire, on a entrepris de documenter la céramique des couches du Fer Ancien (4 à 5b) afin de préciser la chronologie des couches du Bronze Récent mais aussi de mieux replacer la séquence de Sovjan dans son contexte interrégional12 et d’en appréhender les ultimes développements. Il existe en effet une grande continuité dans les traditions céramiques entre le BR et le début du FA et aussi une grande incertitude sur la chronologie de cette phase de transition en Albanie. Ce travail doit encore se poursuivre, mais une première description de la céramique du FA est désormais possible (fig. 3). La documentation de la céramique du BR et du FA a aussi été étendue à une bonne partie des US mélangées et de celles dont la position stratigraphique est moins certaine. Ainsi, la céramique du sondage B1 (2002) – déjà étudiée par M. Gori car initialement attribuée à la couche 9 mais manifestement postérieure au BM – peut être attribuée désormais à la couche 5c, ce qui s’accorde du reste avec les datations par le radiocarbone13. De même, certaines US du sondage A8, censées appartenir à la couche 6, ont pu être assignées à une phase plus récente (5c1). On notera enfin l’identification d’un fragment de kylix mycénienne, probablement non décorée, dans le sondage A13 (couche 5c1, sol S2).

Fig. 3 – Sovjan. Céramique du Fer Ancien.

Fig. 3 – Sovjan. Céramique du Fer Ancien.

Dessin T. Krapf.

  • 14 BCH 133 (2009), p. 717.

13En marge de cette étude, le matériel découvert sur les sites localisés lors de la prospection (programme PALM) et assignés provisoirement au BR a été revu : à part quelques rares sites ayant livré un matériel abondant et bien datable grâce à des parallèles avec celui de Sovjan (par exemple le site 13‑85.1, près de Gurbardhë, qui date de la transition du BR au FA14), la majorité de la céramique collectée est très peu ou pas du tout diagnostique.

Analyses

14Un programme d’analyses de la céramique des niveaux du BR par spectromètre XRF a été lancé en 2015, en collaboration avec O. Aslaksen. Un total de 140 tessons a été analysé à l’aide d’un scanner XRF portable (Thermo Scientific Niton XL3t Goldd+) dans le but de mieux comprendre les choix des matériaux argileux et des pigments utilisés, ainsi que les priorités des hommes préhistoriques pour la fabrication de leurs pots. L’essentiel de l’échantillonnage concerne la couche 5 (a, b, c) mais plusieurs échantillons ont aussi été analysés dans la couche 6, et plus sporadiquement dans les couches 7 et 8. À titre de comparaison, huit échantillons provenant de Maliq et deux de Barç ont été ajoutés.

La faune

  • 15 Projet dirigé par les professeurs J. Maran (université de Heidelberg), I. Finkelstein (université d (...)

15En 2014, A. Gardeisen a procédé au prélèvement de 9 ossements de porcs issus de couches datées du BR au FA. Ce prélèvement permettra d’intégrer les données archéozoologiques du site de Sovjan dans un programme européen intitulé Ancient DNA and paleo-isotopic signatures of pigs (Sus scrofa) from “Sea People” sites in Greece and in the Levant15.

16Entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer (ca 1440‑800 av. J.‑C.), la plaine côtière du Levant Sud (Israël) était occupée par une communauté d’immigrants, les Philistins, encore cités comme l’un des « Peuples de la Mer » originaires du bassin égéen, de Chypre, ou du Sud de l’Anatolie. L’éventualité d’un transport et d’un déplacement de populations porcines réalisé par ces peuples est soulevée par des études génétiques issues des analyses d’ADN mitochondrial de porcs prélevés dans des sites archéologiques contemporains en Israël et en Anatolie. On a donc émis l’hypothèse de déplacements de populations animales d’Ouest en Est (depuis le monde égéen jusqu’aux territoires du Sud‑Ouest asiatique) et supposé que les Philistins seraient à l’origine de l’implantation de nouvelles populations porcines dans le Sud levantin. Afin de vérifier cette hypothèse, une campagne de prélèvements de restes osseux de porcs issus de sites archéologiques datés de la fin de l’âge du Bronze au premier âge du Fer a été conjointement menée en Israël, au Liban, et dans le monde égéen (Grèce et Albanie méridionale). Les études isotopiques (carbone et azote) couplées aux analyses génétiques ont pour but d’identifier d’éventuels changements dans l’alimentation de ces porcs à la suite de leur introduction. L’échantillonnage réalisé à Sovjan sur des niveaux du BR, de la transition BR/FA et du FA s’intègre dans une série de sites égéens sélectionnés pour leur cadre géo-chronologique (Dikili Tash, Archontiko, Kirrha).

Étude des données des fouilles de Kallamas

17Le cadre chronologique de l’occupation du site néolithique a pu être précisé grâce à une nouvelle série de datations par le radiocarbone, tandis que l’étude de l’outillage lithique poli et taillé se poursuivait et que celle de la céramique entrait dans sa phase active.

Les datations absolues

  • 16 Analyses réalisées au laboratoire du Centre de recherches archéométriques Demokritos (Athènes) sous (...)
  • 17 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 698‑699.
  • 18 Deux graines prélevées dans le niveau III avaient été données pour analyse mais l’une d’elles ne co (...)

18Six nouvelles datations par le radiocarbone ont été obtenues à partir de l’analyse de graines par la méthode AMS16. Elles font suite à une première série réalisée en 201117. Les graines datées ont toutes été prélevées dans les trois niveaux du sondage principal C1, où la séquence d’occupation du site est la plus longue. Deux datations ont été réalisées dans le niveau I (Ib et Ic), trois dans le niveau II et une dans le niveau III18 :

Sondage Niveau/locus No laboratoire Datation BP Datation cal BC
C1 Ib DEM‑2852 5984 ± 29 4946‑4791 BC
C1 Ic DEM‑2849 6163 ± 28 5214‑5030 BC
C1 II DEM‑2848 6228 ± 29 5301‑5070 BC
C1 II DEM‑2850 6202 ± 28 5288‑5053 BC
C1 II/804 DEM‑2851 6165 ± 29 5215‑5030 BC
C1 III DEM‑2853 6163 ± 29 5114‑5028 BC

19Les datations, qui se situent presque toutes autour de 5200‑5000 cal BC, sont très cohérentes entre elles ; il n’y a pas véritablement de différence chronologique entre les niveaux Ic, II et III, ce qui suggère que ceux‑ci correspondent à des phases d’occupation très rapprochées dont la durée totale n’excèderait pas 200 ou 300 ans, compte tenu de la marge d’erreur que l’on observe. Seule la date du niveau Ib (le plus récent) est légèrement postérieure : entre 4946 et 4791 BC. Dans la première série d’analyses, deux échantillons de charbons prélevés dans les niveaux 1b et 1c du même sondage C1 avaient fourni des dates légèrement plus récentes, Ib étant daté entre 4684 et 4490 cal BC, Ic entre 4838 et 4688 cal BC. Ces différences pourraient toutefois s’expliquer par le fait que la première série de datations a été réalisée sur des charbons de bois – matériau qui a une durée de vie longue, ce qui augmente la marge d’erreur –, tandis que la deuxième série a été réalisée sur des graines, matériau à durée de vie très courte. D’autre part, la chronologie du niveau III – pour lequel nous ne disposons encore que d’une seule date – demanderait à être confirmée, ce que l’on envisage de faire prochainement.

L’outillage lithique poli

  • 19 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 700‑707 et fig. 25‑31.

20L’étude technologique des lames polies de Kallamas, commencée en 201119, a été poursuivie en 2014 par A. Boleti dans la nouvelle réserve de Korçë, où ces pièces sont désormais conservées avec l’ensemble du matériel issu des fouilles franco-albanaises. Cette campagne a permis d’achever l’enregistrement et l’étude de la totalité du matériel issu des fouilles, ainsi que de la quasi-totalité du matériel provenant des ramassages de surface, y compris ceux de 2014.

La matière première

  • 20 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 702.

21L’étude a confirmé la présence de deux types principaux de productions : une production en roches de la famille des syénites et une production en d’autres roches, comme les serpentinites/stéatites et les marbres (fig. 4) ou encore des roches très peu tenaces, comme les schistes (fig. 5)20.

Fig. 4 – Kallamas. Lames en pierre polie en différentes roches (serpentinites, marbre, schiste).

Fig. 4 – Kallamas. Lames en pierre polie en différentes roches (serpentinites, marbre, schiste).

Fig. 5 – Kallamas. Lame polie en schiste avec tranchant portant des traces d’utilisation.

Fig. 5 – Kallamas. Lame polie en schiste avec tranchant portant des traces d’utilisation.

La chaîne opératoire

22L’étude a également apporté de nouveaux éléments pour la reconstitution de la chaîne opératoire de production des lames polies en syénites. Plus précisément, les modalités de la taille pour le dégrossissage des blocs initiaux (fig. 6) et la mise en forme des ébauches ont pu être mises en évidence de manière plus détaillée. Le traitement des données permettra d’évaluer le degré de recours à la taille par rapport au sciage, qui est amplement pratiqué. L’étude de grandes quantités de déchets de taille n’a pas livré pour l’instant de remontages. Ce fait est dû en grande partie au mode de cassure des syénites, qui est plus irrégulier que conchoïdal (fig. 7).

Fig. 6 – Kallamas. Bloc de syénite dégrossi par taille (cortex presque totalement enlevé).

Fig. 6 – Kallamas. Bloc de syénite dégrossi par taille (cortex presque totalement enlevé).

Fig. 7 – Kallamas. Ensemble de déchets de taille en syénite.

Fig. 7 – Kallamas. Ensemble de déchets de taille en syénite.

23Une autre technique, le forage avec un foret tubulaire, utilisé pour la production des haches-marteaux, est également suggérée – en dehors des objets finiseux-mêmes – par la présence d’une petite carotte de forage en roche métamorphique (fig. 8).

Fig. 8 – Kallamas. Carotte de forage de roche.

Fig. 8 – Kallamas. Carotte de forage de roche.

Les outils

24Cette campagne a également permis d’approfondir la question des outils employés pour la production des lames polies, et plus précisément des polissoirs. Un grand éventail de polissoirs en schiste est présent sur le site. On y trouve des volumes très variés : de quelques centimètres à plus de 50 cm de longueur (fig. 9). Lors d’une brève prospection à Kallamas, trois grands polissoirs, qui représentent les plus grands volumes sur le site, ont été repérés en surface, près d’une très grande concentration de déchets de taille (fig. 10), et enregistrés. Les surfaces abrasées caractéristiques des polissoirs sont soit plates, soit concaves ; parfois elles portent des rainures. Ces outils, actifs et/ou passifs selon les dimensions, se prêtent donc au polissage des surfaces plates, courbes ou tranchantes des lames de hache, d’herminette et de ciseau. Toutefois, une étude complète du corpus des polissoirs, qui prendra en compte tous les matériaux et produits susceptibles d’avoir été travaillés au moyen de ceux‑ci, est nécessaire avant de se prononcer définitivement sur leur utilisation.

Fig. 9 – Kallamas. Polissoirs de différents volumes en schiste.

Fig. 9 – Kallamas. Polissoirs de différents volumes en schiste.

Fig. 10 – Kallamas. Polissoirs en schiste de gros volume repérés en surface près d’une concentration de déchets de taille de syénites.

Fig. 10 – Kallamas. Polissoirs en schiste de gros volume repérés en surface près d’une concentration de déchets de taille de syénites.

L’économie de débitage

25On a pu constater qu’en dehors des ébauches préparées selon un schéma précis, des déchets de taille (éclats, lames et lamelles), parfois de dimensions très réduites (1‑2 cm), ont servi de supports pour la production d’outils ; dans ce cas, c’est le plus souvent le tranchant qui est poli (fig. 11).

Fig. 11 – Kallamas. Lame polie sur éclat, tranchant utilisé.

Fig. 11 – Kallamas. Lame polie sur éclat, tranchant utilisé.

Utilisation

26Enfin, comme il a été constaté pour le matériel étudié lors de la première campagne, pratiquement tous les outils finis ont été utilisés ; les tranchants sont souvent émoussés, voire très endommagés (cassures, enlèvements, esquillements) (fig. 12). Une étude fine des traces d’utilisation est indispensable pour déterminer les activités dans lesquelles ces outils sont intervenus, le travail du bois étant l’activité la plus probable.

Fig. 12 – Kallamas. Outils avec tranchants endommagés.

Fig. 12 – Kallamas. Outils avec tranchants endommagés.
  • 21 Ces résultats ont été présentés, sous le titre « Les lames en pierre polie du site néolithique de K (...)

27Les résultats préliminaires de cette campagne d’étude viennent donc confirmer et enrichir les observations faites lors de la précédente21. L’étude approfondie du matériel et de son contexte en vue d’une publication est actuellement en cours.

L’outillage lithique taillé

28La brève campagne menée en 2014 par R. Ruka a été consacrée à l’examen du matériel de surface collecté entre 2007 et 2009. Les pièces ont été enregistrées dans une base Excel distinguant 25 critères, en prélude à une analyse plus approfondie dont les paramètres, plus nombreux, seront définis en collaboration avec G. Kourtessi-Philippakis, chargée de l’étude du matériel lithique taillé issu des sondages. Malgré sa brièveté et son caractère préliminaire, cette mission a permis de faire un certain nombre d’observations.

  • 22 I. Pojani, I. Gjipali, V. Dimo, « Epidamne-Dyrrhachion: The Chora », dans I. Gjipali, L. Përzhita, (...)

29Un point particulièrement intéressant est la présence d’une production de micro-lames, soit par pression, soit par percussion indirecte sur nucléus tabulaire à face étroite en radiolarite. Tout indique que ce matériau est d’origine locale : plusieurs affleurements peuvent être observés dans la zone de Qafa e Zvezdës, à quelques kilomètres du site. Qui plus est, ce type de débitage a été considéré en Albanie comme un marqueur chronologique du Mésolithique et du Néolithique Ancien ; dans la mesure où il est présent à Kallamas, cela pourrait éclairer d’un jour nouveau l’interprétation d’autres importants lots de matériel de surface, comme celui de Bishti i Pallës (district de Durrës)22. D’autre part, la relative abondance, parmi le matériel de Kallamas, de matières premières exogènes provenant probablement du Sud‑Ouest de l’Albanie, suggère des interconnexions entre la région et la côte adriatique. Mais des recherches plus approfondies sont nécessaires pour établir l’existence et préciser la nature de celles‑ci.

La céramique

30La céramique issue des fouilles de Kallamas constitue l’une des bases de la thèse entreprise en 2015 par G. Elezi. Cette thèse a pour objectif l’étude du rôle de la céramique dans les réseaux d’échanges entre les communautés néolithiques du Sud‑Est de l’Albanie et du Nord de la Grèce. Elle portera sur la période pendant laquelle ces échanges sont le mieux attestés d’après la documentation archéologique et la bibliographie, à savoir entre la fin du VIe et le milieu du Ve millénaire, et reposera sur une analyse du matériel céramique de plusieurs sites de Grèce septentrionale et d’Albanie sud‑orientale. Parmi ces derniers, le site de Kallamas occupera une place particulière, d’une part, parce qu’il s’agit d’une fouille récente et que la totalité du matériel céramique exhumé a été conservée, d’autre part, parce que l’on dispose pour ce site d’une séquence de datations absolues par le radiocarbone ; le matériel d’autres sites albanais de la même période, déjà plus ou moins connu ou publié (Maliq I, Dërsnik), sera également réexaminé.

  • 23 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 698‑699 ; C. Oberweiler, G. Touchais, P. Lera, « Les recherches franco- (...)

31Cependant, la comparaison entre les deux régions nécessite la mise en place d’un cadre commun, qui fait encore cruellement défaut. C’est ce qui a jusqu’à présent empêché l’établissement de synchronismes clairs entre les cultures néolithiques de Grèce et d’Albanie. En effet, les deux pays ayant évolué, pendant toute la seconde moitié du xxe s., dans deux mondes politiques différents, donc avec des conceptions et des méthodes de l’archéologie différentes, chacun d’eux a notamment adopté des subdivisions chrono-culturelles différentes pour le Néolithique, ce qui a créé une différenciation artificielle entre les deux régions. Or, on commence justement d’entrevoir – en particulier grâce aux fouilles de Kallamas – que le Néolithique Récent de la chronologie albanaise, tel qu’il a été défini par l’assemblage culturel de Maliq I, correspond en fait à la phase tardive du Néolithique Récent égéen (NR II), la phase initiale (NR I) étant – en partie au moins – synchrone du Néolithique Moyen albanais23. C’est pourquoi seule une étude menée à un niveau suprarégional est susceptible de replacer les différentes phases du Néolithique albanais dans leur véritable contexte chrono-culturel.

Étude des données du programme PALM

32À l’issue de la septième et dernière campagne de terrain menée en 2013, le programme de prospection archéologique du lac Maliq est entré définitivement dans la phase d’étude en vue de la publication. Trois aspects de l’étude ont été privilégiés au cours de ces deux années : l’analyse de la céramique antique, l’élaboration d’une synthèse préliminaire de l’ensemble des résultats de la prospection et la refonte du SIG.

Étude de la céramique antique (ive s. av. J.‑C.-ive s. apr. J.‑C.)

  • 24 BCH 138 (2014), p. 816.

33À la suite du tri systématique et du traitement préliminaire de la céramique antique effectués en 2013 par Ch. Blein et E. Shehi24, ce dernier s’est livré l’année suivante à un examen approfondi du matériel. L’étude a porté sur les tessons qui avaient été sélectionnés, sur la base de critères morphologiques, comme susceptibles de fournir des indications sur la chronologie et la typologie des établissements localisés. Les tessons ont été regroupés par catégories de vases, enregistrés dans des tableaux synthétiques, et les plus caractéristiques ont été dessinés. Sur un total de 32 sites ayant livré de la céramique antique, 28 présentent un matériel digne d’intérêt, parmi lequel 514 tessons avaient été précédemment sélectionnés. On a pu étudier 318 d’entre eux, correspondant à 10 sites.

34À ce stade de l’étude, il est bien sûr trop tôt pour avoir une image claire de la céramique antique dans la région de Korçë, mais on peut néanmoins formuler quelques observations préliminaires :

  • la céramique offre peu de possibilités de datations sûres, si l’on compare avec les trouvailles d’autres régions d’Albanie, comme celles de Dyrrachium, d’Apollonia ou de Phoinikè par exemple. Cela s’explique principalement par deux raisons, outre le mauvais état des tessons. Tout d’abord, la plus grande partie du matériel qui se prête à une classification typologique est la céramique culinaire, qui est encore très mal connue en Albanie. Ensuite, le répertoire comporte un certain nombre de formes nouvelles ;
  • les vases semblent dater, pour l’essentiel, de l’époque impériale, tandis que les trouvailles de l’époque urbaine illyrienne (hellénistique) et de l’Antiquité tardive sont rares ;
  • les différentes catégories de vases sont très inégalement représentées ; les fragments de récipients culinaires sont de loin les plus nombreux, tandis que les tessons d’amphores sont très rares. En effet, les quelques anses recensées peuvent aussi bien appartenir à de grands vases de stockage ou de cuisine ; si elles appartiennent à des amphores, il s’agit d’une production locale encore inconnue, caractérisée par des détails morphologiques qui la rapprochent de la céramique commune. Mais il est encore trop tôt pour se prononcer sur ce point ;
  • la richesse du répertoire des vases culinaires (fig. 13, A‑B) offre la possibilité d’élaborer une typologie originale pour l’époque romaine, qui pourra servir d’élément de comparaison pour le reste de l’Albanie25. Parmi la céramique de cuisine, on a identifié la présence de productions locales connues sous le nom d’Illyrian Cooking Ware (ICW), du type 1 (fig. 13, C‑D), datées entre le iie et le ive s. apr. J.‑C., très connues en Illyrie méridionale et exportées aussi vers la Grèce, l’Italie du Sud et la Dalmatie26. Parmi elles, certains exemplaires ne possèdent pas la pâte traditionnelle des ICW 1, ce qui pourrait faire penser à une production régionale du bassin de Korçë ;
  • on note l’absence frappante de céramique fine, surtout de sigillée. Si la présence de sigillée est documentée dans les sites fortifiés des collines, comme Zaradishta, dans le matériel du programme PALM elle se réduit pour l’instant à quatre tessons : un fragment de bord de céramique africaine à engobe rouge du type Hayes 50A (fig. 13, E) datant du iiie s. apr. J.‑C. et trois fragments de parois indatables. Mais il se peut qu’au moins deux autres tessons – appartenant l’un à un couvercle (fig. 13, F), l’autre à un vase culinaire – soient des imitations locales de productions africaines. Si cette hypothèse était confirmée, ce serait une question très intéressante à analyser ;
  • enfin, la majeure partie des tessons étudiés présente des problèmes de cuisson (pâte en « sandwich » ou brûlée), qu’il serait intéressant d’étudier afin de comprendre les raisons d’une telle dégradation de la production (recherche de rentabilité liée à la question du marché, recul technologique, etc.).

Fig. 13 – Programme PALM. Céramique culinaire d’époque romaine.

Fig. 13 – Programme PALM. Céramique culinaire d’époque romaine.

Dessin E. Shehi, éch. 1⁄2.

35En marge de l’étude de la céramique romaine issue du programme PALM, E. Shehi a examiné l’ensemble de la céramique antique conservée dans les réserves du musée de Korçë. Il s’agit de matériel provenant, pour l’essentiel, des fouilles albanaises menées jadis dans les sites fortifiés de Zaradishta et de Symiza. La comparaison de cette céramique avec celle du programme PALM – même si le matériel des anciennes fouilles, qui résulte d’un tri opéré par les fouilleurs, est sans doute moins représentatif – permet de formuler un certain nombre d’hypothèses. En confrontant ces deux séries, il paraît notamment possible de déceler des ruptures dans l’histoire du bassin de Korçë, correspondant à des changements d’ordre socio-économique, politique, administratif, voire climatique.

36Plus de 300 tessons ont été dessinés au cours des campagnes de 2014 et 2015, par C. Rocheron et E. Shehi. Ce dernier a en outre commencé de dessiner la céramique provenant des vieillies fouilles albanaises ou de trouvailles fortuites dans le bassin de Korça (Zaradishta, Hije e Korbit).

Synthèse préliminaire

  • 27 C. Oberweiler, Les dynamiques de l’implantation humaine dans le bassin de Korçë. Une étude diachron (...)

37Une première synthèse des résultats des sept campagnes du programme PALM a été élaborée par C. Oberweiler, dans le cadre du mémoire qu’elle a présenté à l’Académie des inscriptions et belles lettres en tant que membre de l’EFA en 4e année27. Ce mémoire s’organise en quatre parties, dont la première définit le cadre géographique et historique de l’enquête, résumant au demeurant les acquis des fouilles albanaises antérieures aux années 1990 et exposant les problèmes de chronologie relative qu’elles continuent souvent de poser. La deuxième partie présente la méthodologie du programme de prospection, ainsi que les adaptations dont elle a fait l’objet au fil des campagnes de terrain. Après quelques pages (troisième partie) sur la construction du SIG lié au programme PALM, la quatrième et dernière partie esquisse, à partir d’une analyse préliminaire des résultats de la prospection croisant approche typologique (types de sites) et chronologique (périodes d’occupation), une histoire des paysages du bassin de Korçë en relation avec celle de l’implantation humaine, depuis le Néolithique jusqu’au Moyen Âge.

38Cette première synthèse permet de formuler un certain nombre d’observations sur les choix des sites d’habitat et sur les principaux facteurs qui les ont influencés. On a ainsi pu mettre en lumière l’importance du facteur « lac » – l’ancien lac Maliq, aujourd’hui disparu, occupait toute la partie Nord du bassin – qui constitue un élément déterminant, omniprésent dans le choix de ces implantations, et cela à toutes les périodes.

  • 28 Le seul exemple actuellement connu est celui du site néolithique de Burimas, qui est implanté au so (...)

39Aux périodes préhistoriques – du Néolithique au début de l’âge du Fer (env. 7000‑800/700 av. J.‑C.) – on observe une relative constance dans l’implantation des habitats, qui se situent de préférence sur la périphérie du lac, en particulier sur ses rives occidentales et septentrionales, les habitats de piémont ou de hauteur étant alors très rares28 (fig. 14). Cette bande de terre comprise entre les piémonts (à l’Ouest) et les rives du lac-marécage (à l’Est) est, en outre, densément peuplée. Par exemple, du début au milieu de l’âge du Bronze – période pour laquelle nous avons le plus de données – sur un tronçon de la rive Ouest du lac long d’environ 7 km (entre Maliq et Zvirina), on ne compte pas moins de sept sites d’habitat, de superficie variable, dont certains sont espacés d’à peine un kilomètre (fig. 15). L’image que nous renvoie cette partie du bassin serait donc celle d’un chapelet de petits hameaux qui s’égrènent sur le pourtour occidental du lac. Les données paléoenvironnementales montrent en outre que leur proximité avec le lac est fonction des saisons, mais aussi, à plus grande échelle, d’événements climatiques ponctuels. Mais à aucun moment les habitats ne semblent avoir été construits sur le lac lui‑même, à distance des rives. Ainsi, à Sovjan, les fouilles ont permis de constater que, lors des phases de haut niveau lacustre, l’habitat faisait l’objet d’un réaménagement destiné à l’isoler de la nappe d’eau, qui venait jusqu’au pied des maisons.

Fig. 14 – Programme PALM. Carte de localisation des sites d’habitat préhistoriques par rapport aux rives du lac avec, en rouge, la zone de concentration (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).

Fig. 14 – Programme PALM. Carte de localisation des sites d’habitat préhistoriques par rapport aux rives du lac avec, en rouge, la zone de concentration (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).

Fig. 15 – Carte de localisation des sites d’habitat du début au milieu de l’âge du Bronze par rapport aux rives du lac (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).

Fig. 15 – Carte de localisation des sites d’habitat du début au milieu de l’âge du Bronze par rapport aux rives du lac (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).

40Comment expliquer l’attirance des hommes préhistoriques pour cette zone du bassin ? C’est sans doute sa proximité avec plusieurs terroirs complémentaires qui l’explique. Sur les versants Ouest, tout proches, on trouve une dense forêt de chênes, et leurs pentes assez modérées constituent, en outre, un terrain particulièrement propice aux activités sylvo-pastorales. Entre ces versants boisés et les rives du lac, des terroirs intermédiaires offrent une mosaïque de sols favorable au développement de la polyculture. Des traces en sont d’ailleurs visibles sur le site de Sovjan et l’histoire de l’utilisation des terroirs, telle qu’on a pu la restituer, peut très probablement s’appliquer aux autres habitats lacustres qui l’entourent. Au début de l’âge du Bronze et jusqu’au Bronze Moyen, période de haut niveau lacustre, l’aire cultivée semble se limiter aux abords immédiats du site, tandis qu’à la fin de la période, qui enregistre une régression du niveau lacustre, la situation est plus complexe et l’assemblage botanique – exempt de plantes de milieu humide – suggère deux hypothèses : soit les espaces agricoles ont gagné sur la plaine et s’étendent désormais jusqu’au pied des versants, soit on cultive toujours les abords immédiats du site mais le tell est alors plus éloigné des rives du lac. En réalité, c’est une combinaison de ces deux hypothèses qui est la plus vraisemblable : l’homme cultive toujours les abords du site mais son terroir s’est étendu, sans doute à la faveur de défrichements, qui deviennent plus importants à partir du BM. De fait, à partir de 4500 cal BP, soit aux alentours de 2500 av. J.‑C., on commence à observer une augmentation du hêtre et une baisse du chêne et du sapin. Outre le fait que cela correspond à l’optimum climatique holocène, donc à un climat considéré comme plus humide qu’actuellement, l’homme n’est sans doute pas étranger à ce phénomène : le hêtre ne s’épanouissant vraiment qu’en pleine lumière, les défrichements ont pu favoriser son développement. Par ailleurs, on observe au même moment sur les diagrammes polliniques la présence accrue de céréales, suggérant une extension des espaces agricoles. Ces deux observations correspondent très probablement à un essor démographique dans la plaine et, par conséquent, à une augmentation du nombre des habitats, telle qu’on l’observe au BR : la bande d’occupation comprise entre les piémonts (à l’Ouest) et les rives du lac‑marécage (à l’Est) s’est élargie, mais il n’y a pas véritablement de déplacement de l’habitat et certains sites comme Sovjan, Maliq et Podgoria-Kisnik, déjà occupés au Néolithique, continuent de l’être à la fin du BR et au début de l’âge du Fer. Ainsi, si les variations que connaît le lac durant ces millénaires entraînent des abandons, des petits déplacements ou simplement des aménagements de l’habitat, elles ne bouleversent pas complètement les dynamiques d’implantation, comme ce sera le cas après 800/700 av. J.‑C.

  • 29 Rappelons que le début de la période romaine est conventionnellement daté de 146 av. J.‑C., année d (...)
  • 30 P. Cabanes, Les Illyriens, de Bardylis à Genthios, iveiie s. av. J.‑C. (1988).

41Après cette date – et le bouleversement des dynamiques humaines qui marque la fin du FA I – on assiste, jusqu’à la période romaine29, à une reconfiguration de la plaine et des occupations humaines. Il n’y a aucune continuité dans l’occupation entre le FA I et les périodes immédiatement suivantes : les périodes « proto-urbaine illyrienne» (ou FA II, entre le viie s. et le ve s. av. J.‑C.) et « urbaine illyrienne » (450‑31 av. J.‑C.) en chronologie albanaise, ces dernières étant du reste très mal connues dans le bassin de Korçë. Si aux périodes préhistoriques tous les habitats se concentrent dans la plaine, autour du lac et sur ses rives, aux périodes suivantes, les quelques sites connus sont tous localisés en piémont, voire sur des hauteurs : Symizë, Hija e Korbit, Lumalas, Kakaç et Drenovë. C’est pourquoi toute la série des sites de piémont attribués de manière encore floue au BR/FAI ou au FA II pourrait, à titre d’hypothèse, appartenir plutôt au FA II, c’est‑à‑dire à la période proto-urbaine illyrienne (fig. 16). L’extension maximale du lac, qui perdure jusqu’à la période romaine, est sans doute la première raison qui explique la localisation des sites de cette période sur les piémonts ou les hauteurs, mais ce n’est sans doute pas la seule. Les sites de ces périodes, dans le bassin de Korçë comme dans le reste de l’Albanie illyrienne, sont très souvent situés sur des hauteurs mais ils sont aussi fortifiés. C’est le cas d’Amantia, de Klos ou encore de Phoiniké et de Bouthrotos. Si l’on considère la position géographique du bassin de Korçë, au ve s. av. J.‑C. et jusqu’au moment où la Macédoine devient une province romaine, ces fortifications prennent tout leur sens. En effet, la plaine de Korçë est une zone frontière entre les Illyriens, qui l’occupent, et les Macédoniens à l’Est ; c’est une « zone tampon », selon la formule de P. Cabanes30. Il semble que cette situation perdure jusqu’à l’époque romaine où, à nouveau, la configuration de la plaine se modifie.

Fig. 16 – Carte de localisation des sites d’habitat du FA II par rapport aux rives du lac.

Fig. 16 – Carte de localisation des sites d’habitat du FA II par rapport aux rives du lac.

Triangles pleins : sites inédits ; triangles vides : sites inédits attribués provisoirement au FA II ; cercles : sites connus antérieurement.

42À l’époque romaine – et jusqu’à l’Antiquité tardive, aux alentours du iiieive s. apr. J.‑ C. – certains des sites connus aux périodes précédentes continuent d’être occupés, tandis que de nouvelles installations apparaissent, surtout en bas de piémont et dans les zones intermédiaires entre la plaine et le piémont ; le Nord de la plaine semble désormais peuplé plus densément. Le caractère strictement défensif des sites de hauteur de la période illyrienne semble s’atténuer. Le lac occupe toujours la presque totalité du Nord de la plaine et les habitats se répartissent entre piémonts et zones immergées (fig. 17). Pour la période de l’Antiquité tardive, on dispose encore de trop peu d’indices pour proposer des schémas d’implantation de l’habitat.

Fig. 17 – Carte de localisation des sites de la période romaine par rapport aux rives du lac.

Fig. 17 – Carte de localisation des sites de la période romaine par rapport aux rives du lac.
  • 31 V. Popovic, « Byzantins, slaves et autochtones », dans Villes et peuplement dans l’Illyricum protob (...)

43Enfin la période médiévale (viexive s.) voit une nouvelle reconfiguration de la plaine et des occupations humaines. L’ensemble de la zone Nord du bassin se peuple, empiétant même sur l’emplacement du lac tel qu’il était connu depuis sa formation jusqu’à la période romaine. Les habitats se répartissent indifféremment sur tout le bassin, en évitant toutefois le centre (fig. 18), et tous les types de terroirs sont désormais exploités. En piémont, certains sites fortifiés continuent d’être occupés (Kakaç, Bllaç…) – mais on ne sait pas s’ils sont toujours fortifiés – tandis que de nouveaux se créent dans la plaine. La localisation de plusieurs sites dans la zone pérenne du lac suggère qu’à cette époque celui‑ci est soit complètement asséché, soit réduit à un petit marécage confiné au centre de la plaine, dans la zone de tourbe non prospectée. Ce phénomène peut avoir plusieurs explications. Il pourrait s’agir d’un événement climatique sec (chaud ou froid) entraînant un niveau de très basses eaux du lac : on pense bien sûr au « petit Âge de glace », qui se situe entre le xive et le xviiie s. en Europe occidentale, mais les dates ne correspondent pas et, d’autre part, rien n’indique pour l’instant que cet épisode ait été ressenti jusqu’en Europe méridionale. L’autre hypothèse serait celle de travaux de drainage du lac afin d’accroître les surfaces cultivables. Cette hypothèse est d’autant plus intéressante à considérer que le début de la période coïncide avec les invasions slaves dans le Sud des Balkans. On sait en effet qu’à cette époque des Bulgares s’installent dans le bassin de Korçë et doivent donc cohabiter avec la population locale. Une augmentation soudaine de la démographie pourrait expliquer un besoin accru de terres cultivables. L’examen du lexique albanais vers le xiexiie s. suggère du reste une dichotomie dans les activités de la population : les emprunts slaves se rapportent à l’habitat, à l’agriculture et à l’élevage, révélant une population slave tournée vers la plaine, tandis que le vocabulaire autochtone révèlerait une population nomade et pastorale31.

44Les progrès de cette étude, au cours des campagnes d’étude à venir, devraient permettre de répondre plus finement à toutes ces questions, et sans doute à bien d’autres. Ils devraient aussi permettre de préciser la chronologie de nombreux sites et de valider ou non les premières hypothèses.

Fig. 18 – Carte de localisation des sites de la période médiévale.

Fig. 18 – Carte de localisation des sites de la période médiévale.

Refonte du SIG

  • 32 BCH 138 (2014), p. 817‑818.
  • 33 V. Depond, Le traitement et la sauvegarde des données dans le milieu de l’archéologie : adaptation (...)
  • 34 Google Satellite n’a pas été retenu car il montre une imprécision trop grande par rapport aux donné (...)

45Le SIG développé parallèlement aux campagnes de terrain a fait l’objet d’un début de refonte en Web SIG, c’est‑à‑dire sur une plateforme Internet, ce qui permettra de s’affranchir des logiciels lourds et coûteux tels que Arcgis ESRI. Après un test prometteur32, une première mise en forme a été réalisée par un stagiaire topographe de l’EFA en 201433. Ce Web SIG utilise des logiciels et des technologies OpenSource gratuits : c’est le cas par exemple du logiciel de SIG bureautique QuantumGis, qui permet de gérer toute la partie cartographique de l’application web. D’autre part, on peut ajouter des fonds de plan de type photographie aérienne par le biais de fournisseurs libres de données ortho-photographiques, tels que Nokia satellite, Open Street Map, Bing Satellite et Google Earth qui ajoute une application 3D34. C’est ainsi que l’on a notamment pu réajuster le géo-référencement du fond de cartes topographiques initial : d’une imprécision de 120 m par rapport aux données GPS, on est passé à 9 m. Si l’on ne mesure pas encore tous les avantages de l’utilisation du Web SIG, ses facilités d’accès et d’utilisation sont néanmoins indéniables pour un public plus large.

Médiation

46En complément aux travaux d’étude et de publication qui ont occupé ces deux années, il convient de mentionner deux actions qui vont dans le sens d’une diffusion aussi large que possible des résultats de la recherche archéologique.

  • 35 BCH 138 (2014), p. 799‑800.

47La première est la réalisation du dépliant sur les habitats lacustres de la région de Korçë, qui avait été mis en chantier en 201335. Imprimé dans les trois versions prévues (française, anglaise, albanaise) et tiré à 900 exemplaires, ce dépliant à l’attention du grand public est aujourd’hui diffusé dans un grand nombre d’institutions culturelles d’Albanie (musées, bibliothèques, etc.).

48La seconde action répondait à une demande de l’administration du Parc national de Prespa : il s’agissait de présenter aux visiteurs, dans le pavillon du parc abritant le centre d’interprétation à Gorica, une vitrine montrant un choix d’objets archéologiques issus des fouilles du site de Kallamas (fig. 19), ainsi qu’un poster évoquant les activités des premiers habitants de la région et leur interaction avec le milieu naturel. L’objectif était de faire prendre conscience aux visiteurs de la dimension historique et culturelle des paysages, mais aussi de l’apport décisif de l’archéologie à la compréhension des mécanismes qui en ont régi l’évolution.

Fig. 19 – Gorica, pavillon du Parc national de Prespa. Vitrine présentant un choix d’objets provenant des fouilles de Kallamas.

Fig. 19 – Gorica, pavillon du Parc national de Prespa. Vitrine présentant un choix d’objets provenant des fouilles de Kallamas.

49Enfin, la refonte complète du site web de la Mission (http://www.sovjan-archeologie.net) a permis non seulement d’en renouveler la présentation, désormais plus attrayante, mais surtout de mettre en ligne des informations et des documents graphiques sur les fouilles de Kallamas et sur la prospection du lac Maliq.

Les travaux de terrain

50Les deux opérations lancées en 2015 – prospection géophysique et reconnaissance de sites antiques dans l’ensemble du bassin de Korçë – s’inscrivent dans la suite logique du programme PALM. La première vise en effet à une connaissance plus approfondie de sites repérés en surface, la seconde à un élargissement du cadre géographique de l’enquête.

La prospection géophysique

  • 36 La campagne a été menée du 19 au 28 juillet par Chr. Benech, assisté de M. Benet et E. Rakipllari.

51Une campagne de prospection géophysique a été conduite en 2015 sur deux sites déjà connus et qui – au moins pour l’un des deux – avaient été localisés au cours des prospections pédestres du programme PALM36. L’objectif principal était d’essayer de préciser l’étendue de ces sites et, accessoirement, de tester leur potentiel archéologique dans la perspective de fouilles futures.

  • 37 BCH 134 (2010), p. 641.
  • 38 BCH 130 (2006), p. 808‑809, et BCH 132 (2008), p. 902, fig. 26.
  • 39 D’autres méthodes comme la sismique, le radar ou la tomographie électrique pourraient être envisagé (...)
  • 40 Une partie du tracé d’une possible voie romaine avait été détectée sur GoogleEarth après la campagn (...)

52La prospection a porté en priorité sur les sites d’époque romaine, qui ont laissé le plus de vestiges visibles en surface et qui, par conséquent, sont susceptibles de se trouver à une profondeur détectable par les méthodes géophysiques. Les prospections ont été réalisées en utilisant la méthode magnétique, au moyen d’un gradiomètre au césium, méthode facile à mettre en œuvre et qui permet une reconnaissance à la fois rapide et détaillée du terrain. Le choix des sites a cependant été en partie modifié par rapport au programme envisagé, après une reconnaissance de terrain en début de campagne : le site 12‑86.0537 a finalement été écarté en raison de l’importance de la végétation, qui rendait la plus grande partie du site impropre à la prospection ; le tumulus situé immédiatement à l’Ouest du village de Sovjan38 a lui aussi été écarté en raison de la présence d’installations modernes perturbatrices pour une prospection magnétique39. La détection du prolongement de la voie romaine visible sur image satellitaire40 n’a pas non plus été possible car les champs qui auraient dû être explorés étaient cultivés.

  • 41 BCH 134 (2010), p. 641‑642 et fig. 27‑28.

53Les prospections se sont donc concentrées sur deux sites : le site 19‑79, qui s’étend sur le piémont dans la partie Nord du bassin, à proximité du village de Nizhavec, où plusieurs vestiges d’époque romaine ont été repérés, en particulier une citerne dans un champ en bas de pente41 ; l’autre site, connu depuis les années 1980, se trouve à l’Ouest du village de Sovjan (juste à côté du tumulus qu’il était initialement prévu d’explorer) et il se signale, d’une part, par une grande quantité de matériel visible en surface et, d’autre part, par les témoignages des paysans, qui avaient signalé la présence de vestiges de constructions en pierre exhumés lors des labours. Dans les deux cas, le choix des terrains prospectés a dû prendre en compte les cultures pratiquées dans les champs et qui rendaient certains d’entre eux inaccessibles. Un peu plus d’un hectare a été prospecté pour chaque site.

Mise en œuvre de la prospection magnétique

54La prospection magnétique a été réalisée au moyen d’un gradiomètre G‑858 (Geometrics) en mesure de gradient vertical (fig. 20). La vitesse d’acquisition le long des profils était de 0,1 seconde, soit une mesure tous les 10 cm environ, le long de profils parallèles espacés de 1 m. Cette méthode permet une reconnaissance du terrain basée sur la mesure des propriétés magnétiques des sols, liée à la quantité d’oxydes de fer qui sont présents. Elle permet de détecter des variations relativement faibles pouvant être liées non seulement à la présence de vestiges archéologiques mais aussi à des traces d’anciens aménagements de terrain.

Fig. 20 – Prospection magnétique au moyen d’un gradiomètre au césium G858.

Fig. 20 – Prospection magnétique au moyen d’un gradiomètre au césium G858.

55Le contexte environnemental des sites étudiés, localisés sur le piémont entourant l’ancien lac Maliq, ne posait pas de problème particulier pour une reconnaissance de type magnétique. Ce sont des secteurs soumis aujourd’hui à une agriculture intensive et variée, qui peut nécessiter des labours profonds. La très grande quantité de matériel visible sur le site à l’Ouest de Sovjan semble effectivement être remontée en surface à la faveur des labours. Les principales perturbations enregistrées sur le site 19‑79 près de Nizhavec sont dues à la présence d’un poteau électrique et de clôtures métalliques.

Étude du site 19‑79 près de Nizhavec

56La reconnaissance du site a fait l’objet de deux zones distinctes. Les champs situés entre ces deux secteurs étaient inaccessibles à cause de la présence de cultures. C’est d’ailleurs dans l’un de ces deux champs que se trouve la citerne repérée en rospection pédestre.

57Les anomalies magnétiques les plus intéressantes se trouvent dans le secteur le plus au Sud. La carte est relativement perturbée par la présence d’un poteau électrique, mais aussi de canaux et des traces de labours qui apparaissent sous la forme d’anomalies linéaires. On voit cependant clairement apparaître le plan d’un bâtiment de forme oblongue, de 22 m de long sur 13 m de large environ (fig. 21).

Fig. 21 – Carte magnétique obtenue sur le site 19‑79.

Fig. 21 – Carte magnétique obtenue sur le site 19‑79.

58Ce bâtiment apparaît sous la forme d’anomalies négatives (en blanc), ce qui signifie que les matériaux de construction utilisés sont moins magnétiques que le terrain environnant. Les murs détectés doivent donc probablement être construits en blocs calcaire (fig. 22). La sécheresse de l’été a par ailleurs rendu certains de ces murs visibles en surface. Le plan précis de ce bâtiment est assez difficile à restituer car il est en partie perturbé par les effets de labours et de canaux, mais aussi par quelques anomalies positives fortement magnétiques (en rouge) qui pourraient être d’origine anthropique et liées à la fonction du bâtiment (fours ? foyers ?).

Fig. 22 – Détail de la carte magnétique sur le bâtiment repéré avec, en rouge/vert, une proposition d’interprétation du bâtiment.

Fig. 22 – Détail de la carte magnétique sur le bâtiment repéré avec, en rouge/vert, une proposition d’interprétation du bâtiment.

59Le bâtiment qui apparaît sur la carte magnétique semble être relativement irrégulier, à la fois dans sa forme générale, qui ne semble pas tout à fait rectangulaire, et dans son organisation interne. Cette interprétation est toutefois à prendre avec précaution car beaucoup de perturbations interfèrent avec les anomalies liées aux murs : la division centrale dans le sens de la longueur semble bien exister mais son tracé est perturbé par l’anomalie d’un fossé moderne. Deux petites pièces semblent se différencier dans la partie Nord‑Ouest, alors que toute la partie Sud du bâtiment paraît être d’un seul tenant.

60Aucune autre structure ou organisation significative n’apparaît autour de ce bâtiment. Il est cependant intéressant de mentionner une anomalie négative de forme oblongue à une quinzaine de mètres au Nord‑Ouest (fig. 23). Il est difficile d’avancer une hypothèse sur l’origine de cette anomalie mais son tracé est suffisamment clair pour mériter d’être mentionné : il est en outre positionné sur une zone particulièrement humide formant un léger replat.

Fig. 23 – Détail de la carte magnétique sur une anomalie d’origine peut‑être archéologique, dont les contours sont délimités en vert.

Fig. 23 – Détail de la carte magnétique sur une anomalie d’origine peut‑être archéologique, dont les contours sont délimités en vert.

Étude du site romain à l’Ouest de Sovjan

61Sur ce site qui, d’après le matériel visible en surface, s’étend sur plusieurs hectares, on a sélectionné deux secteurs : le premier, à l’Ouest, part du pied du piémont et couvre la partie supérieure du site sur une bande de 200 m ; le second, à l’Est, couvre une bande de 84 m descendant en pente douce vers la rivière qui sépare le site du village moderne.

62La prospection magnétique n’a révélé aucune structure bâtie sur l’ensemble des deux zones (fig. 24). Le signal magnétique du champ Ouest est relativement perturbé, probablement à cause des labours profonds qui sont pratiqués. Les deux anomalies magnétiques linéaires qui traversent la bande prospectée ont probablement une origine pédologique ou bien signalent la présence d’anciens fossés. Quelques anomalies positives sont visibles sur les deux parcelles mais, en l’absence d’autres éléments, il est difficile de déterminer leur origine. Dans la partie orientale du champ Est, il faut cependant noter un alignement de petites anomalies positives, qui semblent marquer une ancienne limite de champ.

Fig. 24 – Carte magnétique obtenue sur le site 11‑75 avec, en rouge, la localisation des principales anomalies positives.

Fig. 24 – Carte magnétique obtenue sur le site 11‑75 avec, en rouge, la localisation des principales anomalies positives.

63Pour conclure, on notera que les deux sites romains testés dans le bassin de Korçë ont donné des résultats relativement limités par rapport aux indices et au matériel archéologique qui avaient été repérés en prospection pédestre. Pour le site 19‑79, près de Nizhavec, un seul bâtiment a été repéré mais il n’est pas sûr qu’il remonte à la période romaine. Pour le site à l’Ouest de Sovjan, les prospections magnétiques n’ont révélé aucune trace de constructions, excepté quelques anomalies positives, malgré la grande densité de matériel visible en surface. La pratique des labours profonds a peut‑être entièrement détruit le site : ce n’est donc pas un problème de détection des structures par la méthode magnétique, mais plutôt une question de conservation des sites dans une région soumise à une agriculture intensive de plus en plus mécanisée.

L’inventaire des sites antiques du bassin de Korçë

64Dans le cadre de l’élaboration des résultats du programme PALM sur l’occupation du territoire pendant la période antique (ca viiie s. av. J.‑C.-viiie s. apr. J.‑C.), Ch. Blein a entrepris, en collaboration avec P. Lera, l’inventaire des sites antiques connus dans l’ensemble du bassin de Korçë. Il s’agit de réaliser un répertoire exhaustif des établissements anciens repérés lors des prospections du programme PALM, ainsi que des sites connus hors de la zone de prospection et dont l’existence est attestée soit par des fouilles archéologiques, d’extension souvent limitée (Drenova, Zaradisht, Symiza…), soit par la présence de vestiges encore visibles (surtout des fortifications : Bellovoda, Boboshtiça, Mborja…), soit enfin par des découvertes fortuites. Il s’agit en outre de géo-référencer les sites qui ne le sont pas encore et d’uniformiser, autant que faire se peut et sur le modèle des données issues des prospections, les informations disponibles pour chacun des établissements répertoriés.

Les objectifs

65La création de ce catalogue répond à trois objectifs.

  • 42 M. Janllari, étudiante à l’université de Korçë, a effectué un premier dépouillement des revues loca (...)

66Dans le bassin de Korçë, l’Antiquité a largement été négligée au profit des périodes préhistoriques. Même si les sites « antiques » ne sont pas rares et même si certains d’entre eux sont évoqués dans des publications (articles ou chroniques de fouilles du Buletin Arkeologjik puis de la revue Iliria et de la gazette locale Per Para42), les mentions sont souvent imprécises et tout reste à faire. À part les habitants des villages concernés, le principal détenteur d’informations sur plusieurs de ces sites est P. Lera. Le premier objectif est donc de rassembler et d’archiver toute la documentation disponible (articles, photos…) sur les établissements « antiques » avant que ceux qui ne sont mentionnés nulle part ne soient totalement oubliés.

67Le deuxième objectif est de compléter la carte archéologique du bassin de Korçë afin d’alimenter le Web SIG actuellement en construction, et de mener une étude de l’occupation de ce territoire compris dans toute sa diversité – à la fois géographique (zone de montagne, piémonts, plaine…) et humaine (différents types d’établissements).

68Le troisième objectif est de remettre en contexte, à l’échelle du bassin compris dans son ensemble, les sites découverts dans le cadre du programme PALM et de pouvoir les considérer au regard des établissements – de nature vraisemblablement bien différente – implantés dans la partie Sud du bassin et sur les hauteurs. Pour l’essentiel, les sites repérés lors des prospections paraissent être des habitats installés en bordure de plaine et dans des zones de collines ou de piémont, avec un caractère agricole marqué. À l’inverse, la plupart des sites – tumuli exceptés – actuellement connus hors de la zone de prospection sont des établissements fortifiés plus ou moins imposants. Bien que les problèmes de chronologie ne soient pas résolus et que la précision des données ne soit pas la même au sein de la zone prospectée et à l’extérieur, cette première opposition, presque caricaturale, montre néanmoins que les résultats de la prospection ne livrent pas, pour les périodes antiques, un éventail complet des différents types de sites présents dans le bassin. Dans le cadre d’un travail portant sur l’occupation et l’organisation du territoire, la réalisation de ce catalogue est donc indispensable pour mener une analyse fine des résultats issus du programme PALM.

La réalisation du catalogue

69Le travail a consisté en trois tâches principales :

  • construction d’une base de données pour regrouper les informations disponibles sur chacun des sites répertoriés. Conçue comme un outil pour l’étude de l’occupation du territoire du bassin de Korçë, cette base de données a été élaborée selon les principes méthodologiques mis en œuvre dans la thèse de Ch. Blein, ceux d’une approche à la fois contextuelle et diachronique des sites43. La part dédiée au contexte (environnemental et anthropique) des sites y est donc relativement importante ;
  • établissement d’un catalogue des sites « antiques » connus – à l’exception de ceux qui ont été repérés dans le cadre du programme PALM – avec enregistrement de la bibliographie (Zotero) et des informations fournies par P. Lera. Partant d’une liste initiale de 19 sites, on en a finalement recensé près de 3544. Des compléments bibliographiques doivent encore être apportés à ce travail ;
  • reconnaissance pédestre systématique des sites répertoriés. Ce travail de terrain avait pour but, d’abord de localiser les sites avec exactitude en enregistrant leurs coordonnées GPS, ensuite d’évaluer l’importance des vestiges potentiellement visibles et/ou l’étendue du site. Cette première campagne, menée avec l’aide de M. Bénet et E. Rakipllari, s’est concentrée sur les sites de la partie Sud du bassin, dont la datation et la durée d’occupation demeurent approximatives, voire inconnues.

Premiers éléments d’interprétation

70Il est bien sûr trop tôt pour interpréter les résultats de cette première exploration, toute tentative d’interprétation se heurtant à deux obstacles majeurs : l’absence de chronologie précise des sites visités et l’absence, ou l’approximation, des relevés des vestiges fouillés ou visibles en surface. Néanmoins, on peut formuler quelques observations préliminaires, à la fois sur la nature des sites et sur leur répartition spatiale.

Nature des sites

71Parmi l’ensemble des établissements visités (fig. 25), il est possible de distinguer des établissements fortifiés (Vithkuq, Leshnjë, Bellovoda, Boboshtica, Mborja, Barç, Kuç i Zi, Gjonomadh, Hija e Korbit et Lumalas), des sites dits d’habitat (Barç, Kuç i Zi, Mborja, Polena, Zaradishtë, Zhitom et peut‑être Drenova), des tumuli (Plasa, Kuç i Zi, Barç, Boboshtica, Kamenica et Polena) et des tombes (Vithkuq, Polena et Barç).

Fig. 25 – Carte de localisation des établissements antiques connus dans la partie Sud du bassin de Korçë.

Fig. 25 – Carte de localisation des établissements antiques connus dans la partie Sud du bassin de Korçë.

Fond de carte A. Chabrol.

72La catégorie la mieux représentée est celle des établissements fortifiés, dont la fonction exacte demeure difficile à déterminer. Ces établissements s’étendent toujours au sommet d’élévations assez étendues (a priori plusieurs milliers de m2). Certains d’entre eux étaient dotés de murs de fortifications massifs, aujourd’hui effondrés, qui entouraient diverses constructions (Bellovoda : fig. 26, Boboshtica, Mborja : fig. 27, Kuç i Zi ; dans une moindre mesure Vithkuq et Barç), tandis que d’autres (Hija e Korbit, Lumalas, Gjonomadh et Leshnjë) présentent des vestiges beaucoup plus modestes – les murs de fortification sont difficiles à distinguer – ou ne présentent plus aucun vestige.

Fig. 26 – Mur de fortification de Bellovoda.

Fig. 26 – Mur de fortification de Bellovoda.

Fig. 27 – Vestiges de l’établissement fortifié de Mborja.

Fig. 27 – Vestiges de l’établissement fortifié de Mborja.

73Les sites d’habitat, pour leur part, s’étendent sur la partie basse des pentes des montagnes qui entourent le bassin de Korçë, parfois en contrebas des établissements fortifiés (Barç, Mborja, Kuç i Zi), ou sur des collines basses (Zaradishtë, Zhitom). Aucun vestige bâti n’est plus visible sur ces sites ; ils sont connus par des découvertes fortuites ou par les fouilles de sauvetage qui ont pu y être conduites, et ils ne peuvent être repérés aujourd’hui que par la céramique visible en surface.

Répartition spatiale des sites

74L’ensemble des sites connus dans la partie Sud du bassin, à l’exception de quelques tumuli, se situe donc en bordure de ce dernier, sur les hauteurs ou à l’intérieur des massifs montagneux. Si ce phénomène est constant, la répartition et l’organisation des établissements situés dans la partie Sud‑Est de la plaine et celles des sites de la partie Sud‑Ouest varient par contre sensiblement. Au Sud‑Est, le long du mont Morava, dans la zone où se situe la ville de Korçë, on peut remarquer que les sites connus sont installés à un intervalle à peu près régulier. À l’inverse, les sites repérés dans la partie Sud‑Ouest du bassin, moins nombreux, sont répartis de façon plus irrégulière et parfois situés au sein des massifs montagneux, vraisemblablement le long des voies de passage les plus praticables.

75Par ailleurs, on peut observer que les établissements fortifiés les plus imposants forment un arc de cercle longeant le mont Morava, depuis Vithkuq au Sud‑Ouest jusqu’à Kuç i Zi au Nord‑Est. Ainsi, à l’exception de Bellovoda – exception à nuancer toutefois car Bellovoda se situe à l’extrémité Sud du bassin –, dans l’état actuel de nos connaissances, la bordure Sud‑Ouest du bassin ne semble pas avoir été occupée par des établissements fortifiés imposants, à la différence de la bordure Sud‑Est. Ce constat pourrait être mis en relation avec une hypothèse que l’on essaiera de mettre à l’épreuve l’an prochain et qui situe le centre urbain antique du bassin dans les environs immédiats de l’actuelle Korçë, soit dans la zone occupée par les fortifications les plus massives.

Découvertes fortuites

76En 2014, un ramassage de surface sur un site préhistorique découvert fortuitement deux ans plus tôt par P. Lera à la limite Nord de la ville de Korçë, a produit plusieurs tessons caractéristiques du BR/FA (fig. 28). Ce matériel permet de préciser la chronologie du site, qui est assez proche des tumuli de l’âge du Bronze et du Fer de Barç et de Kuç i Zi.

Fig. 28 – Tessons du BR/FA trouvés au Nord de la ville de Korçë.

Fig. 28 – Tessons du BR/FA trouvés au Nord de la ville de Korçë.

Dessin T. Krapf.

  • 45 Rappelons que le tumulus de Sovjan mesure plus de 60 m de diamètre (supra, n. 38) et que, au Sud du (...)

77L’année suivante, un nouveau tumulus a été localisé dans le Nord du bassin de Korçë, à quelques centaines de mètres au Nord du village de Zvirina (fig. 29). C’est sur ce tumulus même qu’est installé le cimetière actuel du village, qui est surmonté d’une église (fig. 30) : c’est sans doute ce qui explique pourquoi le tumulus n’avait jamais été identifié jusqu’à maintenant. Une partie de celui‑ci a été détruite lors de la construction de l’église et, au dire des habitants du village, le creusement de chaque nouvelle tombe livre son lot d’ossements humains et de fragments de céramique. De gros moellons en calcaire visibles entre les tombes témoignent aussi de restes de la structure du tumulus. On peut évaluer son diamètre à un peu plus d’une soixantaine de mètres45.

Fig. 29 – Localisation du tumulus de Zvirina.

Fig. 29 – Localisation du tumulus de Zvirina.

Cl. Google Earth.

Fig. 30 – Le tumulus de Zvirina sous le cimetière et l’église modernes.

Fig. 30 – Le tumulus de Zvirina sous le cimetière et l’église modernes.

Conclusion

78Les années 2014 et 2015 ont donc été, pour la Mission archéologique franco-albanaise du bassin de Korçë, deux années charnières. L’équipe de recherche a quitté le bâtiment traditionnel du musée archéologique, où elle était hébergée depuis sa création, pour investir de nouveaux locaux – moins prestigieux mais plus fonctionnels. D’autre part, ces deux années, qui font suite à la dernière campagne de prospection, consacrent aussi un déplacement du centre de gravité des activités de la mission, du terrain vers la publication, objectif désormais prioritaire. Enfin, elles préparent le passage de relais au niveau de la direction de l’équipe, et voient en même temps la participation albanaise se renforcer.

Haut de page

Notes

2 Les travaux ont été cofinancés, comme les années précédentes, par le ministère des Affaires étrangères et l’École française d’Athènes.

3 P. Lera étant momentanément immobilisé pour des raisons de santé, la campagne de 2014 a été supervisée par G. Touchais et C. Oberweiler. Entre le 20 juillet et le 15 septembre elle a réuni, pour des séjours plus ou moins longs à Korçë, le personnel suivant : A. Boleti, T. Krapf, A. Gardeisen, R. Ruka, E. Shehi, E. Hasa (université de Tirana, responsable administratif de la réserve de Korçë) et M. Peillet (INP). La campagne de 2015, qui s’est déroulée du début juillet à la fin août sous la direction de P. Lera, G. Touchais et C. Oberweiler, a mobilisé un personnel un peu plus nombreux : O. Aslaksen (université de Göteborg) Chr. Benech, M. Bénet (université de Nantes), Ch. Blein, G. Elezi, M. Gori, E. Hasa, T. Krapf, M. Peillet, C. Rocheron (céramologue, dessinatrice) et E. Shehi, avec l’aide de Kl. Dautllari, G. Dautllari, M. Janllari et E. Rakipllari.

4 Voir le précédent rapport, BCH 138 (2014), p. 795.

5 Convention signée à Korçë le 26 juillet 2014 en présence de l’Ambassadrice de France en Albanie.

6 La capacité totale de la réserve est de 1 650 tiroirs, soit plus de deux fois et demie celle de l’ancienne réserve qui, avec ses 638 tiroirs, était complètement saturée. Cela permet d’envisager avec sérénité le stockage du matériel qui viendra à être exhumé lors de fouilles futures. Dans l’immédiat, cela a surtout permis de rapporter de Gorica ë Vogel la totalité du matériel des fouilles de Kallamas, qui était stocké depuis 2008 à l’école du village (voir BCH 134 [2010], p. 618).

7 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 882, n. 8. Soutenue en 2012, cette thèse a été publiée en 2015, après révision et corrections, sous le titre Along the Rivers and Through the Mountains. A Reviewed Chrono-Cultural Framework from the South-Western Balkans in the late 3rd and early 2nd Millenium BCE (Universitätsforsch. z. prähist. Archäol, 268), Bonn.

8 Les actes de cette rencontre sont en cours de publication aux presses de l’Académie de Vienne.

9 Voir T. Krapf, « Συνδέοντας στρωµατογραφίες στην Βόρεια Ελλάδα και Νότια Αλβανία », AErgoMak 29 (à paraître).

10 US 03/600 à 615, BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 1101 et 1103, fig. 8.

11 Plus d’une centaine de clichés ont en outre été pris à l’aide d’un microscope numérique.

12 C’est pendant la transition BR/FA que les corrélations sont les meilleures (cf. supra).

13 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 882.

14 BCH 133 (2009), p. 717.

15 Projet dirigé par les professeurs J. Maran (université de Heidelberg), I. Finkelstein (université de Tel Aviv) et A. Maeir (université Bar Ilan).

16 Analyses réalisées au laboratoire du Centre de recherches archéométriques Demokritos (Athènes) sous la direction de Y. Maniatis.

17 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 698‑699.

18 Deux graines prélevées dans le niveau III avaient été données pour analyse mais l’une d’elles ne contenait pas assez de charbon pour fournir des résultats.

19 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 700‑707 et fig. 25‑31.

20 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 702.

21 Ces résultats ont été présentés, sous le titre « Les lames en pierre polie du site néolithique de Kallamas (Prespa) : approche technologique » (poster), au VIe Colloque international sur l’Illyrie Méridionale et l’Épire dans l’Antiquité (sous presse).

22 I. Pojani, I. Gjipali, V. Dimo, « Epidamne-Dyrrhachion: The Chora », dans I. Gjipali, L. Përzhita, B. Muka (éds), Recent Archaeological Discoveries in Albania (2013), p. 130‑135.

23 BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 698‑699 ; C. Oberweiler, G. Touchais, P. Lera, « Les recherches franco-albanaises dans la région de Korçë : nouvelles données sur la chronologie absolue de la pré­histoire albanaise », dans Proceedings of the International Congress of Albanian Archaeological Studies, 65th Anniversary of Albanian Archaeology (21‑22 November, Tirana 2013), (2014), p. 83‑92 ; C. Oberweiler, G. Touchais, P. Lera, « Synchronization of the Albanian and North Aegean Late Neolithic periods. New data from the Lakeside Dwelling of Kallamas (Albania) », dans S. Dietz, F. Mavridis, Ž. Tankosić, T. Takaoğlu (éds), Communities in transition: The Circum-Aegean Area During the 5th and the 4th Millenia BC, (2018), p. 185‑194.

24 BCH 138 (2014), p. 816.

25 Le principal problème sera alors le manque d’informations sur les contextes stratigraphiques.

26 E. Shehi, « Illyrian Cooking Ware (IWC): Some Ideas on the Origins and Evolution », dans S. Japp, P. Kögler (éds), Traditions and Innovations: Tracking the Development of Pottery from the Late Classical to the Early Imperial Periods Proceedings of the First Conference of IARPotHP, Berlin, November 2013, 7th‑10th (2016), p. 209‑221

27 C. Oberweiler, Les dynamiques de l’implantation humaine dans le bassin de Korçë. Une étude diachronique, de la préhistoire à l’époque médiévale, 107 p., inédit.

28 Le seul exemple actuellement connu est celui du site néolithique de Burimas, qui est implanté au sommet d’une colline, près du village moderne du même nom, au Sud du Mali Thatë.

29 Rappelons que le début de la période romaine est conventionnellement daté de 146 av. J.‑C., année de la création de la province romaine de Macédoine.

30 P. Cabanes, Les Illyriens, de Bardylis à Genthios, iveiie s. av. J.‑C. (1988).

31 V. Popovic, « Byzantins, slaves et autochtones », dans Villes et peuplement dans l’Illyricum protobyzantin, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome, Rome, 12‑14 mai 1982 (1984), p. 230.

32 BCH 138 (2014), p. 817‑818.

33 V. Depond, Le traitement et la sauvegarde des données dans le milieu de l’archéologie : adaptation et développement d’un Web SIG existant aux sites archéologiques de Korça en Albanie et Dikili Tash en Grèce, mémoire (2014), inédit.

34 Google Satellite n’a pas été retenu car il montre une imprécision trop grande par rapport aux données GPS de terrain.

35 BCH 138 (2014), p. 799‑800.

36 La campagne a été menée du 19 au 28 juillet par Chr. Benech, assisté de M. Benet et E. Rakipllari.

37 BCH 134 (2010), p. 641.

38 BCH 130 (2006), p. 808‑809, et BCH 132 (2008), p. 902, fig. 26.

39 D’autres méthodes comme la sismique, le radar ou la tomographie électrique pourraient être envisagées sur ce type de structure.

40 Une partie du tracé d’une possible voie romaine avait été détectée sur GoogleEarth après la campagne PALM de 2009 ; localisée entre deux collines, au Nord du village de Veliternë, elle est parallèle à la route nationale qui relie Korçë à Pogradec.

41 BCH 134 (2010), p. 641‑642 et fig. 27‑28.

42 M. Janllari, étudiante à l’université de Korçë, a effectué un premier dépouillement des revues locales à la bibliothèque municipale de Korçë.

43 Ch. Blein, Économie et territoire en Macédoine sous domination romaine (la Bottiée, l’Éordée et la Piérie du iie s. av. J.‑C. au iiie s. apr. J.‑C.), thèse en cotutelle EHESS – université de Thessalonique, Paris (2015).

44 Les fiches de sites ayant été décomposées comme l’impose le programme PALM, il est possible qu’un établissement ancien corresponde à deux fiches (habitat/nécropole par exemple).

45 Rappelons que le tumulus de Sovjan mesure plus de 60 m de diamètre (supra, n. 38) et que, au Sud du bassin, le tumulus de Kamenica, de forme ellipsoïdale, mesure environ 70 m de long pour 50 m de large.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sovjan. Fragments de céramique de la couche 5c3.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 2 – Sovjan. Vase du Bronze Récent après restauration (SV 02/302.17).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 3 – Sovjan. Céramique du Fer Ancien.
Crédits Dessin T. Krapf.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 4 – Kallamas. Lames en pierre polie en différentes roches (serpentinites, marbre, schiste).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Fig. 5 – Kallamas. Lame polie en schiste avec tranchant portant des traces d’utilisation.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 6 – Kallamas. Bloc de syénite dégrossi par taille (cortex presque totalement enlevé).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 7 – Kallamas. Ensemble de déchets de taille en syénite.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 8 – Kallamas. Carotte de forage de roche.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 9 – Kallamas. Polissoirs de différents volumes en schiste.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 10 – Kallamas. Polissoirs en schiste de gros volume repérés en surface près d’une concentration de déchets de taille de syénites.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 11 – Kallamas. Lame polie sur éclat, tranchant utilisé.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 12 – Kallamas. Outils avec tranchants endommagés.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 13 – Programme PALM. Céramique culinaire d’époque romaine.
Crédits Dessin E. Shehi, éch. 1⁄2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 14 – Programme PALM. Carte de localisation des sites d’habitat préhistoriques par rapport aux rives du lac avec, en rouge, la zone de concentration (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Fig. 15 – Carte de localisation des sites d’habitat du début au milieu de l’âge du Bronze par rapport aux rives du lac (triangles : sites inédits ; cercles : sites connus antérieurement).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 16 – Carte de localisation des sites d’habitat du FA II par rapport aux rives du lac.
Légende Triangles pleins : sites inédits ; triangles vides : sites inédits attribués provisoirement au FA II ; cercles : sites connus antérieurement.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 17 – Carte de localisation des sites de la période romaine par rapport aux rives du lac.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 18 – Carte de localisation des sites de la période médiévale.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 19 – Gorica, pavillon du Parc national de Prespa. Vitrine présentant un choix d’objets provenant des fouilles de Kallamas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 20 – Prospection magnétique au moyen d’un gradiomètre au césium G858.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 21 – Carte magnétique obtenue sur le site 19‑79.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 22 – Détail de la carte magnétique sur le bâtiment repéré avec, en rouge/vert, une proposition d’interprétation du bâtiment.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 23 – Détail de la carte magnétique sur une anomalie d’origine peut‑être archéologique, dont les contours sont délimités en vert.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 343k
Titre Fig. 24 – Carte magnétique obtenue sur le site 11‑75 avec, en rouge, la localisation des principales anomalies positives.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Fig. 25 – Carte de localisation des établissements antiques connus dans la partie Sud du bassin de Korçë.
Crédits Fond de carte A. Chabrol.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 942k
Titre Fig. 26 – Mur de fortification de Bellovoda.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 27 – Vestiges de l’établissement fortifié de Mborja.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Titre Fig. 28 – Tessons du BR/FA trouvés au Nord de la ville de Korçë.
Crédits Dessin T. Krapf.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 29 – Localisation du tumulus de Zvirina.
Crédits Cl. Google Earth.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 30 – Le tumulus de Zvirina sous le cimetière et l’église modernes.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/501/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Petrika Lera, Gilles Touchais et Cécile Oberweiler, « Bassin de Korçë, Kallamas »Bulletin de correspondance hellénique, 139-140.2 | 2016, 1029-1065.

Référence électronique

Petrika Lera, Gilles Touchais et Cécile Oberweiler, « Bassin de Korçë, Kallamas »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 139-140.2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.501

Haut de page

Auteurs

Petrika Lera

Université Fan S. Noli de Korçë, Institut archéologique de Tirana

Gilles Touchais

Université Paris 1 Sorbonne, UMR 7041

Articles du même auteur

Cécile Oberweiler

EFA, UMR 7041

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search