Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Étude sur la chronologie des arch...

Étude sur la chronologie des archontats de Damasias à Athènes et de la première guerre sacrée à Delphes

Christophe Flament
p. 117-139

Résumés

Les sources proposent deux dates concurrentes pour l’archontat de Damasias : 582/1 et 580/79. Cette étude tente premièrement d’établir que ces propositions sont toutes deux correctes. En effet, le nom de Damasias devait figurer sur la liste des archontes pour les trois années durant lesquelles il exerça cette charge, et non uniquement pour la première. La seconde partie de l’étude propose une interprétation nouvelle des intervalles de temps qui, dans le chapitre XIII de la Constitution d’Athènes, scandent la période séparant le départ de Solon de la désignation de Damasias, afin de les faire correspondre avec les deux termini établis plus haut. Pareille démarche oblige à remettre sur le métier la chronologie de l’archontat solonien qui constitue le point de départ du comput, question que nous aborderons à travers l’implication du législateur dans la première guerre sacrée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. à propos de la redécouverte de cette œuvre : M. Piérart, Aristote et Athènes, Aristoteles and (...)

1À la fin du xixe s., la redécouverte de la Constitution d’Athènes attribuée à Aristote bouleversa à maint égard l’image que l’on se faisait alors de l’Athènes archaïque1. Sur plusieurs points, essentiels parfois, ce traité corrigeait ou complétait les indications souvent très éparses de la tradition littéraire, portant notamment à la connaissance des Modernes des épisodes totalement inconnus de l’histoire athénienne ; celui qui se trouve au centre de cette étude en est sans doute l’un des exemples les plus fameux.

  • 2 L’époque hellénistique connut d’autres exemples d’archontes athéniens dont la charge fut prolongée (...)

2Au chapitre XIII de cette œuvre, on peut lire que, durant la période troublée qui suivit l’ἀποδημία de Solon, un certain Damasias occupa l’archontat durant deux ans et deux mois2 avant d’être destitué par la force et remplacé par un collège de dix archontes composé de cinq Eupatrides, trois agroikoi et deux dèmiourgoi :

Τὴν μὲν οὖν ἀποδημίαν ἐποιήσατο διὰ ταύτας τὰς αἰτίας. Σόλωνος δ’ ἀποδημήσαντος ἔτι τῆς πόλεως τεταραγμένης, ἐπὶ μὲν ἔτη τέτταρα διῆγον ἐν ἡσυχίᾳ. Τῷ δὲ πέμπτῳ μετὰ τὴν Σόλωνος ἀρχὴν οὐ κατέστησαν ἄρχοντα διὰ τὴν στάσιν, καὶ πάλιν ἔτει πέμπτῳ διὰ τὴν αὐτὴν αἰτίαν ἀναρχίαν ἐποίησαν. Μετὰ δὲ ταῦτα διὰ τῶν αὐτῶν χρόνων Δαμασίας αἱρεθεὶς ἄρχων ἔτη δύο καὶ δύο μῆνας ἦρξεν, ἕως ἐξηλάθη βίᾳ τῆς ἀρχῆς. Εἶτ’ ἔδοξεν αὐτοῖς διὰ τὸ στασιάζειν ἄρχοντας ἑλέσθαι δέκα, πέντε μὲν εὐπατριδῶν, τρεῖς δὲ ἀγροίκων, δύο δὲ δημιουργῶν, καὶ οὗτοι τὸν μετὰ Δαμασίαν ἧρξαν ἐνιαυτόν.

  • 3 [Aristote], Constitution d’Athènes XIII 1‑2. Sauf indication contraire, les traductions sont de l’ (...)

C’est donc pour ces raisons qu’il [Solon] partit en voyage. Solon partit tandis que la cité était agitée ; ensuite, elle était demeurée dans la tranquilité pendant quatre ans. La cinquième année après l’archontat de Solon, on ne désigna pas d’archonte à cause de la guerre civile et, de nouveau, la cinquième année, pour la même raison, il n’y eut pas d’archonte. Ensuite, durant le même laps de temps, Damasias fut désigné archonte et exerça le pouvoir pendant deux ans et deux mois, jusqu’à ce qu’on le chasse de sa charge par la force. Puis, ils jugèrent bon, en raison des dissensions, de désigner dix archontes, cinq des Eupatrides, trois des agroikoi et deux des dèmiourgoi. Ils exercèrent leurs fonctions durant l’année qui suivit Damasias3.

  • 4 CAAP, p. 179, estimait que la source du Ps.‑Aristote était une liste archontale, peut‑être comment (...)
  • 5 Les plus anciennes sources relatives à cet épisode sont Hérodote, V 71 et Thucydide, I 126. Concer (...)
  • 6 Sur Pisistrate la bibliographie est abondante ; on se limitera ici à S. Angiolillo, Ὁ ἐπὶ Κρόνου β (...)
  • 7 H. T. Wade‑Gery (« Eupatridai, Archons, and Areopagus », dans Essays in Greek History [1958], p. 1 (...)
  • 8 Comme l’explique ensuite le Ps.‑Aristote (Constitution d’Athènes XIII 2). Il aurait ainsi fait dir (...)
  • 9 C’est cet aspect qui est plus particulièrement traité dans Figueira 1984, p. 447‑473, qui demeure (...)
  • 10 Plutarque, Thésée XXV 1.

3Ce témoignage du Ps.‑Aristote relatif à Damasias s’est révélé essentiel à plus d’un titre. Premièrement, il permit de combler quelque peu le vide historique pour la période séparant l’archontat de Solon des débuts de la tyrannie de Pisistrate4. Après la tentative manquée de Cylon5 et avant celle de Pisistrate6, Damasias aurait ainsi tenté d’instaurer un régime tyrannique à Athènes7, non pas en s’emparant par la force de l’Acropole, mais en se perpétuant illégalement à la charge suprême que représentait alors l’archontat8. Ensuite, l’extrait reproduit ci‑dessus fournit l’une des plus anciennes attestations des trois catégories socio-professionnelles que sont les Eupatrides, les agroikoi et les dèmiourgoi9, institutions que Plutarque, dans sa Vie de Thésée10, faisait remonter pour sa part au synœcisme de l’Attique.

  • 11 Notamment Marmor Parium, époque 38 dont le texte est reproduit infra.
  • 12 Démétrios de Phalère, apud Diogène Laërce I, 22 (= FGrH 228 F1) : Καὶ πρῶτος σοφὸς ὠνομάσθη (Θαλῆς (...)
  • 13 Le lecteur trouvera dans les notes de bas de page du point 2, où l’on dresse un état de la questio (...)

4Le nom de Damasias n’était cependant pas totalement inconnu des Modernes avant la redécouverte de la Constitution d’Athènes : son archontat constitue, en effet, un repère chronologique majeur pour l’histoire culturelle de l’Antiquité puisqu’il correspond, d’une part à la date de l’inauguration du cycle des concours pythiques11 et, d’autre part, au moment où le collège des Sept Sages reçut pour la première fois cette appellation selon Démétrios de Phalère12. La chronologie précise de ces deux événements se révèle cependant particulièrement difficile à établir, principalement parce que nos sources livrent à leur propos des informations contradictoires13. Il paraît évident, néanmoins, que toutes ces difficultés découlent en réalité d’un seul et même problème, celui qui consiste à établir la chronologie exacte de l’archontat prolongé de Damasias. Or, sur ce point précis, la Constitution d’Athènes n’a malheureusement pas permis de faire jaillir la lumière, car l’interprétation des indications chronologiques qui, dans les chapitres XIII et XIV, auraient dû nous permettre de fixer dans le temps l’archontat de Damasias se révèle, elle aussi, particulièrement problématique.

5La présente étude propose de traiter ensemble ces différents problèmes de chronologie liés à l’archontat de Damasias auxquels on tente d’ordinaire d’apporter des solutions individualisées. Il importe néanmoins, au préalable, de retourner aux sources qui nous font connaître ces événements afin de dresser l’inventaire, primo, des problèmes qui se posent et secundo, des solutions proposées jusqu’ici par les Modernes pour tenter de les résoudre.

Les contradictions des sources antiques et les solutions proposées par les modernes : état de la question

  • 14 L’étude de référence demeure toujours celle de F. Jacoby, Das Marmor Parium (1904).

6La notice de l’époque 38 du Marmor Parium (FGrH 239)14 fournit sans conteste les indications les plus explicites pour fixer dans le temps l’archontat de Damasias :

  • 15 Comme l’explique Mosshammer 1982, p. 15, n. 2, la présence de πάλιν est là pour indiquer que l’on (...)

άφ’ οὖ [ἐν Δελφοῖ]ς [ὁ στε]φανίτης ἀγὼν πάλιν15 ἐτέθη, ἔτη ΗΗΗΔΠΙΙΙ, ἄρχοντος Ἀθήνησι Δαμασίου τοῦ δευτέρου.

Depuis le moment où, à Delphes, le concours récompensé par des couronnes fut rétabli, 318 années [se sont écoulées], sous l’archontat du second Damasias à Athènes.

  • 16 T. J. Cadoux (1948, p. 83‑86, plus particulièrement le tableau p. 86) a bien démontré que cette ch (...)

7Cette chronique situe l’avènement des concours pythiques 318 années avant l’archontat de Diognétos. Fort heureusement, il n’y a pas lieu de débattre ici du caractère « orthodoxe » ou non de cette indication chronologique16 : l’archontat de Damasias inaugurant le cycle régulier des Pythiades que l’on sait avoir été célébrées, à l’époque classique, toutes les troisièmes années du cycle olympique, seule l’année 582/1 est évidemment susceptible de convenir ici.

  • 17 Τὴν μὲν οὖν ἀποδημίαν ἐποιήσατο διὰ ταύτας τὰς αἰτίας. Σόλωνος δ’ ἀποδημήσαντος, ἔτι τῆς πόλεως τε (...)

8Ce n’est pourtant pas à cette date que l’on aboutit lorsque les indications chronologiques livrées aux chapitres XIII et XIV de la Constitution d’Athènes sont suivies à la lettre. Il faut reconnaître néanmoins que leur signification est ambiguë et, par surcroît, que le texte grec qui nous les fait connaître, tel que transmis par les papyrus, est manifestement corrompu en plusieurs endroits17. Dans de telles conditions, il paraît évidemment préférable de reprendre point par point les différentes données du problème.

  • 18 Cadoux 1948, p. 93‑94.
  • 19 En incluant les deux termini dans le comput, conformément à l’habitude du Ps.‑Aristote (cf. infra (...)
  • 20 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Aristoteles und Athen I (1893), p. 10 sqq. ; G. Busolt, Griechisch (...)
  • 21 Notamment G. de Sanctis, Ἀτθίς. Storia della repubblica ateniese dalle origini alla età di Pericle(...)
  • 22 G. V. Sumner, « Notes on Chronological Problems in the Aristotelian ἈΘΗΝΑΙΩΝ ΠΟΛΙΤΕΙΑ », CQ² 11 (1 (...)
  • 23 On notera que G. Mathieu et B. Haussoullier rendaient l’expression par « au même intervalle » dans (...)
  • 24 Cadoux 1948, p. 94. Selon lui, le Ps.‑Aristote aurait forgé cette expression pour le moins maladro (...)

9La principale difficulté consiste à déterminer la longueur exacte des trois intervalles de temps mentionnés au chapitre XIII, respectivement entre le départ de Solon et la première anarchie, entre la première et la seconde anarchie et, enfin, entre cette dernière et la désignation de Damasias. Depuis le travail de T. J. Cadoux18, on considère que la première anarchie était intervenue la cinquième année après le départ de Solon19 et la seconde « de nouveau » (« πάλιν » dit le Ps.‑Aristote) au même intervalle. La signification de l’expression διὰ τῶν αὐτῶν χρόνων qui définit le dernier intervalle est particulièrement difficile à établir tant la formulation est singulière, d’où le fait que des solutions très diverses ont été proposées. Certains ont ainsi estimé que cette mention ne faisait pas originellement partie du texte et ont dès lors proposé de la supprimer20 ; d’autres ont préconisé de la traduire par « durant la même période » ou « immédiatement »21, situant ainsi l’archontat de Damasias juste après la seconde anarchie ; d’autres estimaient encore qu’elle signifiait « durant le même intervalle que celui précédemment mentionné », c’est‑à‑dire durant le laps de temps séparant les deux périodes d’anarchie, ce qui revenait à admettre que la seconde anarchie coïncidait, en réalité, avec la deuxième année de l’archontat de Damasias22. Néanmoins, l’interprétation qui prévaut d’ordinaire aujourd’hui est de nouveau celle proposée par T. J. Cadoux : il conviendrait, selon lui, de comprendre cette expression comme signifiant « après le même intervalle de temps »23, soit après un nouvel intervalle de quatre ans, ce qui revient à placer la désignation de Damasias la cinquième année qui suivit la seconde anarchie24.

  • 25 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Que nous reste‑t‑il de Solon ? Essai de déconstruction de l’image (...)
  • 26 [Aristote], Constitution d’Athènes XIV 1 : « ἔτει δευτέρῳ καὶ τριακοστῷ μετὰ τὴν τῶν νόμων θέσιν ἐ (...)
  • 27 Cadoux 1948, p. 95‑96, ainsi que R. Develin, Athenian Officials 684‑321 B.C. (1989), p. 42. Nous a (...)
  • 28 Cf. Sosicrate apud Diogène Laërce I 62.
  • 29 Le collège des Sept Sages figure, respectivement, sous la quatrième année de la même olympiade dan (...)

10Interprétées de la sorte, les indications livrées par la Constitution d’Athènes placeraient l’archontat de Damasias la douzième année qui suivit le départ de Solon ; tout dépend, dès lors, de la date qu’il convient d’assigner à l’archontat du législateur. Or, c’est là une question qui a longtemps divisé le monde de l’érudition et qui devait également déjà faire débat durant l’Antiquité25. Fort heureusement, la date retenue par le Ps.‑Aristote semble pouvoir être assez facilement déduite des indications livrées au chapitre XIV. On y précise, en effet, que Pisistrate s’était emparé du pouvoir la trente‑deuxième année après les réformes de Solon26. Or, l’avènement de la première tyrannie est unanimement fixé par la tradition chronographique sous l’archontat de Koméas qu’il faut résolument dater de 561/6027. Partant, si l’on suit à la lettre les indications de la Constitution d’Athènes, l’archontat de Solon devrait être daté de 592/1 et non pas de 594/328. Si l’on retient 592/1 comme point de départ du comput chronologique détaillé au chapitre XIII, la première anarchie serait alors intervenue en 588/7, la seconde en 584/3, tandis que Damasias aurait été désigné archonte en 580/79. Bien qu’elle ne corresponde guère à celle livrée par le Marmor Parium, soutenir la date de 580/79 pour l’archontat de Damasias ne serait pas pour autant dénué de tout fondement : la tradition chronographique, Eusèbe de Césarée notamment29, associait précisément à la première année de la 50e olympiade – soit 580/79 – l’avènement du collège des Sept Sages que, rappelons‑le, Démétrios de Phalère plaçait effectivement sous l’archontat de Damasias.

  • 30 586/5 selon M. Miller (n. 22), p. 46‑47, et A. E. Samuel, Greek and Roman Chronology. Calendars an (...)

11La tradition aurait donc conservé deux dates différentes pour l’archontat de Damasias : celle de 582/1 livrée par le Mamor Parium ; celle de 580/79 transmise par la tradition chronographique et qu’aurait également adoptée le Ps.‑Aristote dans sa Constitution d’Athènes. Pour être tout à fait complet, il convient d’ajouter aux témoignages déjà examinés celui de deux scholies à Pindare qui seront analysées plus loin et qui placent l’archontat de Damasias quelque six ans après celui d’un certain Simon qu’une autre notice du Marmor Parium (période 37) permet de fixer, lui, en 591/90 ; partant, Damasias aurait été archonte en c. 586‑58530.

  • 31 Clément d’Alexandrie, Stromates I 27, et Georges le Syncelle I, p. 429.
  • 32 Cadoux 1948, p. 95‑96 ; Chr. Flament (n. 16), p. 23.

12À l’heure actuelle, essentiellement pour des raisons de vraisemblance, le témoignage de ces scholies est résolument écarté. Quant aux deux autres dates livrées par nos sources, c’est celle de 582/1 qui reçoit généralement les faveurs des Modernes pour le début de l’archontat de Damasias. L’interprétation des données de la Constitution d’Athènes détaillée plus haut et qui aboutissait à la date de 580/79 suscite en effet une difficulté majeure : la première anarchie serait intervenue, on l’a vu, en 588/7 ; or, Clément d’Alexandrie et Georges le Syncelle indiquent qu’un certain Philippos fut précisément archonte cette année‑là31. Pour lever cette contradiction, on admet le plus souvent que le Ps.‑Aristote avait commis une erreur dans son comput, erreur que l’on situe plus précisément dans le décompte des années écoulées entre l’archontat de Solon et la tyrannie de Pisistrate opéré au chapitre XIV, erreur qui aurait consisté à omettre les deux années d’anarchie dans le calcul32. Dans ces conditions, le point de départ du comput détaillé en XIII, 1‑2 aurait alors été la date « canonique » de l’archontat de Solon, c’est‑à‑dire 594/3 ; Damasias aurait ainsi été désigné archonte en 582/1, c’est‑à‑dire à la date figurant sur le Marmor Parium. Dans ces conditions, la première anarchie serait intervenue en 590/89 et la seconde en 586/5 ; plus de conflit, dès lors, avec l’archontat de Philippos en 588/7.

  • 33 A. A. Mosshammer (n. 29), ainsi que id., The Chronicle of Eusebius and Greek Chronographic Traditi (...)
  • 34 Suivant ainsi sans doute la tradition rapportée par Platon (Protagoras 343a) qui voulait que les S (...)
  • 35 G. V. Sumner (n. 22), p. 52, proposait toutefois la date de 583/2.

13Quant à la date de la 50e olympiade assignée par les chroniques à l’époque des Sept Sages, elle ne correspondrait pas, en définitive, à l’archontat de Damasias. A. A. Mosshammer33 expliquait, en effet, que la tradition avait en réalité conservé deux dates concurrentes pour cet événement. D’une part celle de 580/79 qui serait issue d’une tradition populaire fixant l’avènement des Sept Sages quelque cent ans avant les guerres médiques; celle de 582/1 d’autre part, qui aurait été établie par Démétrios de Phalère en synchronisant leur avènement avec la refondation des concours pythiques34 qui eut lieu effectivement sous l’archontat de Damasias, comme en atteste la notice du Marmor Parium reproduite plus haut35. Dans pareil cas de figure, l’année 580/79 ne peut effectivement plus être tenue pour celle de l’archontat de Damasias.

14En définitive, l’harmonisation des données relatives à la chronologie de l’archontat de Damasias ne semble pouvoir être réalisée qu’au prix de deux importantes concessions vis‑à‑vis des données de la tradition. Il faut ainsi admettre, primo, que le Ps.‑Aristote avait commis une erreur dans le comput détaillé au chapitre XIV de la Constitution d’Athènes et, secundo, que la tradition chronographique avait préservé deux dates concurrentes pour l’avènement des Sept Sages. Nous tenterons cependant, dans la suite de cette étude, de démontrer que les indications chronologiques se rapportant à l’archontat de Damasias disséminées dans nos sources se révèlent parfaitement cohérentes. Les difficultés que l’on vient de rappeler naissent, selon nous, de l’interprétation erronée de la part des Modernes de deux éléments‑clefs du dossier : d’une part, le caractère légal de la prolongation de l’archontat de Damasias et, d’autre part, les dates à assigner aux différents points de repère du comput détaillé par le Ps.‑Aristote au chapitre XIII de la Constitution d’Athènes.

La légalité de la prolongation de l’archontat de Damasias

  • 36 Le témoignage le plus explicite à ce propos est dans doute Xénophon, Helléniques II 3, 1 : Πυθοδώρ (...)
  • 37 D’où le fait que la tradition chronographique ne précisait jamais de quelle année il s’agissait lo (...)

15Dans sa brillante étude consacrée à la reconstitution de la liste des archontes athéniens, T. J. Cadoux estimait que seule la première année de l’archontat de Damasias devait être tenue pour légale. La deuxième aurait dû être considérée comme une « ἀναρχία », puisque Damasias occupait alors illégalement la charge, faisant valoir comme parallèle l’archontat de Pythodôros en 404/3 qui fut lui aussi déclaré illégal ensuite puisqu’institué sous le régime des Trente36. Concernant la troisième année, la liste des archontes aurait dû porter, cette fois, la mention du collège des dix magistrats qui succéda à Damasias. Dans ces conditions, le nom de ce dernier n’aurait figuré qu’une seule fois sur la liste archontale37.

  • 38 Comme le relevait Figueira 1984, p. 449.
  • 39 Quelques réflexions à ce propos dans Chr. Flament, « IG I³ 104 et les βασιλεῖς de Dracon. Réflexio (...)
  • 40 Figueira 1984, p. 449.
  • 41 Alors que Dracon ne fut, lui, que thesmothète, puisqu’il aurait officié sous l’archontat d’Aristai (...)
  • 42 Possibilité également envisagée dans Figueira 1984, p. 469.

16Cette analyse, bien qu’elle paraisse de prime abord irréfutable, repose en réalité sur des bases fragiles. Constatons, tout d’abord, que le Ps.‑Aristote ne qualifie à aucun moment Damasias de tyran, ni ne parle d’« ἀναρχία » à propos des années durant lesquelles il prolongea sa charge38. Par ailleurs, il n’y rien dans son texte pour suggérer que cette prolongation fut illégale : le Ps.‑Aristote relate simplement que Damasias était demeuré en charge deux ans et deux mois et qu’il fut ensuite chassé par la force (Δαμασίας […] ἔτη δύο καὶ δύο μῆνας ἦρξεν, ἕως ἐξηλάθη βίᾳ τῆς ἀρχῆς), sans aucunement préciser les raisons qui avaient présidé à son éviction. Ce sont en réalité les Modernes qui tiennent cette prolongation pour illégale, en se fondant principalement sur les règles régissant l’archontat athénien à l’époque classique. Or, rien n’indique que ces règles étaient déjà en vigueur durant la période qui nous occupe ici39, notamment en ce qui concerne l’itération de la charge. Au contraire, le Ps.‑Aristote présente l’archontat au vie s. comme étant différent de la magistrature de son époque, notamment en insistant sur le fait que l’archonte était alors le véritable détenteur de l’autorité suprême – « μεγίστην εἶχεν δύναμιν ὁ ἄρχων » (XIII, 2) – ce qui n’était évidemment plus le cas à la fin du ive s. Plus fondamentalement, l’élève d’Aristote indique que les années qui suivirent le départ de Solon furent marquées par des luttes « περὶ ταύτης τῆς ἀρχῆς », c’est‑à‑dire non pas autour du choix des archontes mais bien, comme l’a très judicieusement relevé Th. J. Figueira40, à propos de la nature même de l’archontat. Plusieurs épisodes rapportés par la Constitution d’Athènes attestent d’ailleurs que les Athéniens s’étaient manifestement livrés à quelques expérimentations en ce domaine au début du vie s. : Solon cumula ainsi les charges d’archonte, d’arbitre et de législateur41, tandis que l’archontat fut assuré collégialement (pour combien de temps ?) au départ de Damasias. Dans ce contexte, n’aurait‑on pu également expérimenter un archontat dont la durée aurait été étendue42, peut‑être à quatre ans, périodicité à laquelle se manifestent les troubles – quelle qu’en fut l’origine – dont le Ps.‑Aristote fait état au chapitre XIII ?

  • 43 Doutes également exprimés dans CAAP, p. 181.
  • 44 Lysias, Sur l’olivier sacré (vii) 9 : « ἐπειδὴ δ’ ἐγὼ παρέλαβον τὸ χωρίον, πρὶν ἡμέρας πέντε γενέσ (...)
  • 45 [Aristote], Constitution d’Athènes XXXV 1 et XLI 1. On relèvera également que le nom d’Isagoras, a (...)

17Si l’occupation prolongée de la charge archontale par Damasias n’était effectivement pas illégale, son nom aurait alors dû figurer plusieurs années de suite sur la liste des archontes. D’ailleurs, même si Damasias s’était maintenu au pouvoir en dépit des règles alors en vigueur, nous sommes bien moins convaincu que T. J. Cadoux que son nom y aurait été remplacé par la mention « ἀναρχία ». La signification qu’il accordait à ce dernier terme se révèle en effet assez différente de celle qu’implique la Constitution d’Athènes au chapitre XIII. Pour le Ps.‑Aristote, le terme « ἀναρχία » qualifie une année où aucun archonte ne fut institué (οὐ κατέστησαν ἄρχοντα), alors que T. J. Cadoux l’emploie, lui, pour désigner une année où l’archonte fut – pour une raison ou une autre – destitué, considérant que cette mention remplaçait alors sur la liste le nom du déchu43. On peut néanmoins légitimement douter que les Athéniens aient pratiqué ce genre de damnatio memoriae, même dans le cas Pythodôros que T. J. Cadoux prenait en exemple : si le nom de Pythodôros avait effectivement été rayé de la liste archontale, comment expliquer alors que l’orateur Lysias44 se réfère à son archontat pour fixer le terme d’un bail, ou que le Ps.‑Aristote lui‑même le mentionne à deux reprises pour dater des événements survenus sous le régime des Trente45 ?

  • 46 Cadoux 1948, p. 103 ; CAAP, p. 182‑183. Certains estimaient même que chacun des archontes avait pu (...)
  • 47 C’est de cette façon que M. Sève ([n. 23], p. 79) et Ph. Gauthier ([n. 23], p. 641) traduisent éga (...)
  • 48 Même constat chez Figueira 1984, p. 449‑450.

18Dès lors, même si Damasias avait illégalement prolongé son mandat – ce à quoi nous n’invitons pas à conclure –, il y a tout lieu de penser que son nom dut néanmoins subsister sur la liste archontale pour les années durant lesquelles il occupa effectivement cette charge. La question peut toutefois se poser pour la dernière année, puisque l’on estime généralement que le collège des dix archontes qui lui succéda exerça le pouvoir les dix mois restants46. Une fois encore, cette interprétation ne paraît pas conforme au témoignage du Ps.‑Aristote : l’expression « καὶ οὗτοι τὸν μετὰ Δαμασίαν ἧρξαν ἐνιαυτόν », qu’il faut évidemment traduire par « et ils gouvernèrent l’année après Damasias »47, laisse en effet clairement entendre que le collège entra en fonction l’année qui suivit celle où Damasias occupa encore l’archontat durant deux mois48.

19Le parallèle que l’on peut établir avec les informations du début du chapitre XXXIII de la Constitution d’Athènes est par ailleurs de nature à conforter cette interprétation. En apparence, la situation est identique à celle que l’on suppose habituellement pour la troisième année de Damasias : l’archonte Mnésilochos, membre des Quatre‑Cents, n’officia que durant deux mois ; il fut remplacé pour les dix mois restants de l’année par un certain Théopompos. Voici les termes dans lesquels le Ps.‑Aristote relate alors l’événement :

Μῆνας μὲν οὖν ἴσως τέτταρας διέμεινεν ἡ τῶν τετρακοσίων πολιτεία, καὶ ἦρξεν ἐξ αὐτῶν Μνησίλοχος δίμηνον ἐπὶ Θεοπόμπου ἄρχοντος, <ὃς> ἦρξε τοὺς ἐπιλοίπους δέκα μῆνας.

  • 49 [Aristote], Constitution d’Athènes XXXIII 1.

Le régime des Quatre‑cents se maintint donc à peu près quatre mois; et Mnésilochos, l’un d’entre eux, fut archonte pendant deux mois sous l’archontat de Théopompe qui fut en charge durant les dix mois restants49.

20À la lumière de cet exemple, gageons que si le Ps.‑Aristote avait effectivement voulu signifier, au chapitre XIII, que le collège des dix archontes officia durant les dix mois restants de l’année entamée par Damasias, ce n’est sans doute pas l’expression « τὸν μετὰ Δαμασίαν ἧρξεν ἐνιαυτόν » qu’il aurait utilisée, mais une formulation beaucoup plus proche de celle que l’on trouve au chapitre XXXIII.

  • 50 Qui estimait (Cadoux 1948, p. 103, n. 164) que l’information avait été préservée par la tradition (...)
  • 51 Nous ne voyons pas, par ailleurs, comment les Athéniens du ive s. auraient connu les vicissitudes (...)

21Au terme de cette analyse, il nous semble donc préférable d’admettre que, contrairement à ce que préconisait T. J. Cadoux50, la liste des archontes athéniens devait porter le nom de Damasias pour les trois années durant lesquelles il avait occupé l’archontat51. Ce constat est évidemment susceptible d’avoir d’importantes répercussions sur les questions de chronologie qui nous occupent ici, puisqu’il implique notamment que deux événements datés de l’archontat de Damasias n’eurent pas forcément lieu la même année. Fort de ce principe, on pourrait alors parfaitement admettre que la restauration des concours pythiques et l’avènement des Sept Sages, bien que placés respectivement par nos sources en 582/1 et en 580/79, eurent lieu tous deux alors que Damasias était archonte à Athènes : le premier événement serait survenu durant la première année de son archontat ; le second durant sa troisième et dernière année. Plus besoin, dès lors, de supposer deux dates concurrentes pour l’avènement du collège des Sept Sages.

La chronologie de la première guerre sacrée et ses répercussions sur la datation de l’archontat de Solon dans le corpus aristotélicien

  • 52 L’expression remonte en réalité à G. Grote, A History of Greece2 IV (1849), p. 84. Comme le disait (...)

22La solution proposée ici suppose néanmoins que Damasias aurait exercé l’archontat durant la période 582/1‑580/79, une chronologie qui s’accorde mal, on l’a vu, avec les indications livrées au chapitre XIV de la Constitution d’Athènes, qui placent l’archontat de Solon trente et un ans avant l’avènement de Pisistrate. Ce constat nous invite donc tout naturellement à remettre une nouvelle fois sur le métier la chronologie assignée à l’archontat solonien dans le corpus aristotélicien. Pour ce faire, nous proposons de prendre comme point de départ l’implication du législateur dans le conflit qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la « première guerre sacrée »52, conflit auquel l’archontat de Damasias se trouve d’ailleurs, lui aussi, intimement lié.

  • 53 Cf. notamment à propos de cette question : Sordi 1953, p. 320‑346 ; G. Forrest, « The First Sacred (...)
  • 54 Enlèvement de jeunes filles se rendant à Delphes selon Callisthène (FGrH 124 F1) ; les Cirrhéens a (...)
  • 55 Le commandement des opérations aurait été confié soit à Eurylochos, soit à Clisthène de Sicyone : (...)
  • 56 Robertson 1978, p. 38‑73, refuté dans G. A. Lehmann, « Der “Erste Heilige Krieg” – eine Fiktion ?  (...)
  • 57 Cf. n. 55.
  • 58 Eschine, C. Ctésiphon (iii) 107‑109.
  • 59 Comme le laisse par ailleurs très clairement entendre Plutarque dans sa Vie de Solon (XI 1‑2), ave (...)
  • 60 Plutarque, Solon XI 1 :Ἤδη μὲν οὖν καὶ ἀπὸ τούτων ἔνδοξος ἦν ὁ Σόλων καὶ μέγας. Ἐθαυμάσθη δὲ καὶ δ (...)
  • 61 Miller 1978, p. 147, estimait que les informations transmises par ces scholies relevaient de la mê (...)

23Les questions que suscite cette première guerre sacrée sont nombreuses53. Les récits qui nous la font connaître divergent en effet sur plusieurs points essentiels, tels les origines de ce conflit54 ou le nom des protagonistes55, et recèlent de nombreux éléments inacceptables sur le plan historique, si bien que certains ont été jusqu’à en mettre en cause l’existence56. Quant à Solon, si son rôle durant le conflit ne peut malheureusement pas être clairement établi57, les témoignages semblent unanimes en revanche, depuis Eschine58 au moins, pour affirmer que c’est à son instigation que les amphictions intervinrent contre les Cirrhéens59. Dans la Vie qu’il consacre au législateur, Plutarque apporte une précision importante eu égard aux questions qui nous occupent ici : le biographe range en effet l’intervention de Solon parmi les agissements qui accrurent son prestige auprès des Athéniens60, prestige qui lui valut ensuite d’être désigné comme arbitre et archonte. Si l’on se fie à Plutarque, l’archontat de Solon ne saurait être antérieur au déclenchement du conflit ; dans ces conditions, fixer la date du début de la première guerre sacrée constituera un point de repère important pour établir la chronologie de l’archontat solonien. Examinons, pour ce faire, les éléments à notre disposition sur cette question, en commençant par le texte des deux scholies à Pindare déjà évoquées61 :

  • 62 Corrections de Beck ; les manuscrits portent Δήλῳ δὲ Γυλίδα.
  • 63 Correction de Beck ; les manuscrits portent Δήλῳ.

Hypothesis b : Εὐρύλοχος ὁ Θεσσαλὸς καταπολεμήσας Κιρραίους ἀνεκτήσαντο τὸν ἀγῶνα τοῦ θεοῦ. Οἱ δὲ Κιρραῖοι λῃστρικῇ ἐφόδῳ χρώμενοι ἐφόνευον τοὺς παραβάλλοντας εἰς τὰ τοῦ θεοῦ. περιεγένετο δὲ αὐτῶν ἐπὶ ἄρχοντος Ἀθήνησι μὲν Σιμωνίδου, Δελφοῖς δὲ Γὐλίδα62. Οἱ μὲν οὖν Κιρραῖοι εἰς τὴν παρακειμένην τῷ Παρνασσῷ Κίρφιν ὄρος ἀπέφυγον, ὅσοι δὴ καὶ περιλειφθέντες ἐτύγχανον. Καταλιπὼν δὲ ὁ Εὐρύλοχος ἐνίους τῶν Θεσσαλῶν μετὰ Ἱππία τοῦ στρατηγοῦ, ὥστε τοὺς ὑπολοίπους χειρώσασθαι, ᾤχετο ἀνακτησόμενος τὸν ἀγῶνα, καὶ δὴ τοῦτον χρηματίτην μόνον ἔθετο, μετὰ δὲ χρὸνον ἑξαετῆ καταγωνισαμένων τῶν μετὰ τοῦ Ἱππία τοὺς ὑπολελειμμένους τῶν Κιρραίων, ἐπὶ μὲν Ἀθήνησιν ἄρχοντος Δαμασίου, ἐν Δελφοῖς63 Διοδώρου, ὕστερον καὶ στεφανίτην ἔθεντο κατορθώσαντες.

Eurylochos le Thessalien, après avoir remporté la guerre face aux Cirrhéens, restaura les concours du dieu. Les Cirrhéens, usant de méthodes de brigand, tuaient ceux qui s’approchaient du [sanctuaire] du dieu. Il [sc. Eurylochos] remporta la victoire sous l’archontat de Simonidès à Athènes, [sous celui] de Gylidès à Delphes. Les Cirrhéens se réfugièrent alors au mont Kirphis situé devant le Parnasse, mais se trouvèrent alors assiégés. Eurylochos ayant laissé quelques‑uns des Thessaliens avec Hippias comme stratège pour soumettre ceux qui restaient, partit pour restaurer les concours, et les établit seulement comme chrématiques. Après une période de six ans, le contingent demeuré avec Hippias vint à bout de ceux qui restaient des Cirrhéens, sous l’archontat de Damasias à Athènes, [sous celui de] Diodôros à Delphes. Et plus tard, en remettant les choses en ordre, ils établirent [le concours] où l’on décerne une couronne.

Hypothesis d : ἄλλως· τὸν Πυθικὸν ἀγῶνα διέθηκεν Εὐρύλοχος ὁ Θεσσαλος σὺν τοῖς Ἀμφικτύοσι τοὺς Κιρραίους καταπολεμήσας ὠμούς τινας ὄντας καὶ βιαζομένους τοὺς περιοίκους, ἐπὶ ἄρχοντος Δελφοῖς μὲν Γυλίδα, Ἀθήνησι δὲ Σίμωνος. Καὶ νικήσας ἔθετο χρηματικὸν ἀγῶνα· χρήμασι γὰρ μόνοις τοὺς νικήσαντας ἐτίμων, οὔπω στεφάνου ὄντος. ἔθετο δὲ ἀγῶνα κιθαρωδικὸν ὥσπερ καὶ πρότερον, προσέθηκε δὲ αὐλητὴν καὶ αὐλωδόν· καὶ τοῦ τῶν Ἀμφικτυόνων στρατεύματος ἀναχορήσαντος ὀλίγοι περελείφθησαν, ὥστε τὴν Κίρφιν διαπορθῆσαι. ἡγεῖτο δὲ τῶν περιλείφθέντων Ἰππίας ὁ Θεσσαλός. Καὶ ἔτει ἕκτῳ μετὰ τὴν τῆς Κίρρας ἅλωσιν ἀνεκήρυξαν τῷ θεῷ τὸν στεφανίτην, ἐπὶ Διοδώρου μὲν ἄρχοντος Δελφοῖς, Ἀθήνησι δὲ Δαμάσιδος.

  • 64 Notre propos nous épargne fort heureusement d’entrer dans une longue discussion relative à l’ident (...)
  • 65 C’est ce nom que Th. Homolle (« Inscription de Delphes », BCH 22 [1898], p. 265) avait voulu resta (...)

Autrement. Eurylochos le Thessalien organisa les concours pythiques avec les amphictions après avoir remporté la guerre face aux Cirrhéens qui étaient des gens cruels et qui violentaient les périèques64, sous l’archontat à Delphes de Gylidès65 et [sous celui] de Simon à Athènes. Et après avoir remporté la victoire, il fonda les concours chrématiques, car les vainqueurs étaient seulement récompensés avec de l’argent, n’ayant pas encore de couronne. Et il établit les concours de citharèdes comme auparavant, y ajouta les concours d’aulètes et d’aulodes. Un petit nombre de ceux de l’armée des amphictions qui se retirait furent laissés pour marcher à travers le Kirphis. Hippias le Thessalien fut le chef de ceux qui furent laissés. Et la sixième année après la prise de Cirrha, ils annoncèrent [les concours] où l’on décerne des couronnes, sous l’archontat de Diodôros à Delphes et [sous celui] de Damasias à Athènes.

  • 66 [Thessalos], Presbeutikos IX 406‑408 ; cf. à ce propos Sordi 1953, p. 63 sqq., ainsi que Robertson(...)
  • 67 Cf. Sordi 1953, p. 68.
  • 68 C’est néanmoins le concours στεφανίτης que Strabon (594) attribuait, pour sa part, à Eurylochos : (...)
  • 69 Ce n’est cependant pas le cas de Pausanias (X 7, 4‑5) qui date ce concours de la troisième année d (...)
  • 70 Selon N. Robertson (1978, p. 62‑63), cette date aurait pu être établie sur base de l’ancien cycle (...)

24À l’instar du Πρεσβευτικός attribué à Thessalos66, ces scholies distinguent nettement deux phases dans le conflit, ponctuées à chaque fois d’une réforme des concours pythiques67. Dans un premier temps, les opérations auraient impliqué l’ensemble du contingent amphictionique sous la conduite du thessalien Eurylochos. Cette première phase se serait soldée par la destruction de Cirrha et la célébration de l’ἀγὼν χρηματίτης68. Les deux hypotheseis situent unanimement ces événements sous l’archontat de Simon à Athènes69, que la notice de l’époque 37 du Marmor Parium permet de dater précisément de 591/9070 :

[ἀφ’ οὗ] Ἀμ[φικτ]ύο[νες ἔθ]υ[σαν κ]α̣ταπο|[λεμή]σ̣α̣ντες Κύρραν, καὶ ὁ ἀγὼν ὁ γυμνικὸς ἐτέθη χρηματίτης ἀπὸ τῶν λαφύρων, ἔτη ΗΗ[Η]ΔΔΠΙΙ, ἄρχοντος Ἀθήνησιν Σίμω[ν]ος.

À partir du moment où les amphictions ont sacrifié après avoir détruit Cyrrha et où les concours gymniques récompensés par des prix en argent pris des dépouilles furent institués, 327 années, sous l’archonte Simon à Athènes.

  • 71 Pour une proposition de localisation du mont Kirphis, cf. Sordi 1953, p. 70.
  • 72 [Thessalos], Presbeutikos XXVII 11‑12.

25Après la destruction de Cirrha et le licenciement d’une partie de leur contingent, les amphictions s’employèrent à venir à bout des résistants qui auraient trouvé refuge, soit dans les montagnes environnantes comme l’expliquent les scholies71, soit dans une forteresse située près de l’hippodrome selon d’autres récits72.

  • 73 Même analyse dans Robertson 1978, p. 63, n. 1.
  • 74 Mosshammer 1982, p. 15‑30. Cf. cependant K. Brodersen, « Zur Datierung der ersten Pythien », ZPE 8 (...)
  • 75 Certains avaient cependant proposé la date de 586/5 : H. C. Bennett, « On the Systemization of Sch (...)

26Quoi qu’il en soit, les hypotheseis placent toutes deux la conclusion définitive du conflit sous l’archontat de Damasias, tout en précisant que l’on se situait alors quelque six ans après celui de Simon. Or, si l’on se réfère aux indications du Marmor Parium, l’archontat de Simon (327 années avant Diognétos) aurait précédé non pas de six, mais de neuf années celui de Damasias et la restauration des concours pythiques (318 ans avant Diognétos). Une erreur s’est donc manifestement glissée dans le témoignage des scholies, créant ainsi une incertitude quant à la date à assigner au terme du conflit : faut‑il le placer « six ans après l’archontat de Simon » ou « sous l’archontat de Damasias », étant entendu que les deux indications ne peuvent vraisemblablement pas faire référence à la même année ? Nous proposons de privilégier ici la datation archontale, considérant, pour des raisons qui seront explicitées plus loin, que l’archontat de Damasias fut erronément remonté dans le temps par les scholiastes ou leur(s) source(s) pour être placé six ans seulement après celui de Simon. Cette solution permet notamment de rendre compte des chronologies divergentes proposées par ces mêmes scholiastes pour la restauration des Pythiades. On aura noté, en effet, que l’hypothesis d situe cet événement sous l’archontat de Damasias, tandis que l’hypothesis b le place, elle, incontestablement « plus tard » (ὕστερον)73. La date de cette restauration ne souffre cependant d’aucune contestation possible : A. A. Mosshammer74 a parfaitement établi que l’ère des Pythiades s’ouvrait en 582/175 ; en situant l’événement six ans après l’archontat de Simon, l’hypothesis d est donc clairement en faute. Or, pareille erreur s’explique facilement si la remontée dans le temps de l’archontat de Damasias avait entraîné avec elle celle de la restauration des Pythiades, probablement par souci de préserver le synchronisme originel entre les deux événements tel qu’on le trouve notamment indiqué dans la rubrique 38 du Marmor Parium reproduite plus haut. L’autre scholiaste avait cependant suivi une logique différente : si l’archontat de Damasias était placé seulement six ans après celui de Simon, il ne pouvait dès lors plus coïncider avec la restauration des Pythiades en 582/1, d’où le fait que ce scholiaste situait, lui, la célébration des concours « plus tard ».

  • 76 M.‑O. GouletCazé (et al.), Diogène Laërce. Vies et origines des philosophes illustres (1999), p.  (...)
  • 77 Nous savons, en tout cas, que Callisthène fut précisément l’auteur d’une histoire consacrée à cett (...)
  • 78 Comme l’indiquait Miller 1978, p. 129, les sources qui avaient été utilisées pour compiler ce cata (...)
  • 79 Le décret honorifique rendu à cette occasion à Aristote et Callisthène (GHI 187 = SIG3 275 = FD II (...)
  • 80 Les extraits examinés par P. Christesen (ibidem, p. 187) tendent à prouver que les pythiades y éta (...)
  • 81 Sánchez 2001, p. 210. Il semble en tout cas certain que le récit de la première guerre sacrée a dû (...)
  • 82 Comme en atteste Plutarque, Solon XI 1 : πεισθέντες γὰρ ὑπ’ ἐκείνου πρὸς τὸν πόλεμον ὥρμησαν οἱ Ἀμ (...)

27Les mécanismes d’erreurs reconstitués ici impliquent donc que la guerre contre Cirrha se soit définitivement achevée sous l’archontat de Damasias en 582/1, c’est‑à‑dire l’année de la restauration des Pythiades si l’on en croit le Marmor Parium. Que l’on ait synchronisé les deux événements n’a en soi rien de surprenant : il ne fait guère de doute que la célébration de la première Pythiade dut constituer un point de repère majeur pour établir la chronologie de cette première guerre sacrée. Dans l’ouvrage intitulé Ἀναγραφὴ τῶν Πυθιονικῶν76, Aristote et/ou son neveu Callisthène77 avaient probablement dû rassembler et compiler le plus grand nombre possible de noms de pythioniques78 (ce sont d’ailleurs ces informations qui furent gravées à Delphes entre 337/6 et 324/379). Répartis ensuite tous les quatre ans suivant la périodicité du cycle pythique, les noms de ces vainqueurs avaient dû leur permettre de fixer le début des concours en 582/180, date qui fut dès lors tenue pour celle de la restauration des Pythiades au terme de la première guerre sacrée, peut‑être de manière à constituer un précédent historique à la restauration des concours pythiques par Philippe II en 346/5, après qu’il eut mis un terme à la troisième guerre sacrée81. En tout cas, le fait que l’Ἀναγραφὴ τῶν Πυθιονικῶν comportait un historique du concours où étaient évoquées les vicissitudes de la première guerre sacrée (notamment le rôle‑clef tenu par Solon82) démontre bien que ce confit et la restauration des Pythiades étaient deux événements intimement liés dans l’esprit d’Aristote et de son école.

  • 83 Callisthène, FGrH 124 F1 : Καὶ ὁ Κρισαϊκὸς δὲ πόλεμος ὀνομαζόμενος, ὥς φησι Καλλισθένης ἐν τῷ Περὶ (...)
  • 84 La première phase se conclut d’ailleurs l’année suivante, sous l’archontat de Simon en 591/90.
  • 85 M. Miller (n. 22), p. 46, suggérait d’ailleurs que la date de la restauration des concours pythiqu (...)

28On doit encore à Callisthène une information capitale pour fixer la date du début du conflit : selon le neveu d’Aristote, en effet, le conflit avait duré dix ans83. Grâce à cette indication et compte tenu des éléments précédemment établis, on peut avancer que la première guerre sacrée avait dû débuter en 592/1 au plus tard84. Or, cette date, nous l’avons vu, correspond précisément à celle indiquée au chapitre XIV de la Constitution d’Athènes – autre œuvre composée dans l’entourage d’Aristote – pour l’archontat de Solon, puisqu’il était placé la trente‑deuxième année avant l’avènement de Pisistrate (561/60). Lorsque l’on sait que le législateur est censé être à l’origine de l’intervention des amphictions, pareille coïncidence ne peut évidemment pas passer pour fortuite. Il y a lieu de se demander si les recherches menées par l’école aristotélicienne sur les concours pythiques – et, plus largement, l’histoire delphique – ne lui avaient pas permis de dater l’archontat de Solon de 592/1. Probablement avait‑on, à l’instar de ce que nous avons fait ici, tiré parti de l’implication du législateur dans la première guerre sacrée pour faire coïncider son archontat avec la date du déclenchement des hostilités, date qui constituait peut‑être alors l’un des seuls repères disponibles pour fixer dans le temps la carrière du législateur85.

  • 86 Le premier terminus est obtenu en comptant la sixième année (comput inclusif) après Simon ; le der (...)
  • 87 En effet, la date de 586/5 correspond à une année du cycle des pythiades ; pourquoi, dès lors, avo (...)
  • 88 Robertson 1978, p. 60.
  • 89 Tout dépend, en réalité, si l’on inclut ou non l’année de l’archontat de Solon dans le comput de l (...)

29C’est également cette relation étroite entre la chronologie de la première guerre sacrée et la carrière de Solon qui explique, selon nous, la remontée dans le temps de l’archontat de Damasias dans les deux hypotheseis à Pindare examinées précédemment. En effet, même si Aristote et son entourage avaient daté l’archontat de Solon de 592/1, cette chronologie fut incontestablement revue ensuite pour être fixée, à l’époque d’Apollodore au plus tard, en 594/3. Toutefois, puisque la tradition continuait d’attribuer l’initiative du conflit au législateur – comme en atteste notamment Plutarque –, la décennie couverte par la première guerre sacrée ne devait logiquement plus s’achever sous l’archontat de Damasias en 582/1, mais plus tôt. Voilà pourquoi, pensons‑nous, les hypotheseis plaçaient le terme du conflit « six ans », ou la « sixième année » après l’archontat de Simon en 591/90. Selon le mode de comput retenu, les indications de ces hypotheseis définissent en effet une fourchette comprise entre 586/5 et 584/386, intervalle que certaines considérations permettent même de réduire à 585/4‑584/387 soit, comme le constatait N. Robertson88, quelque dix années89 après l’archontat de Solon si celui‑ci était effectivement daté de 594/3. Les scholies à Pindare tenteraient donc de concilier, chacune à leur manière, deux chronologies divergentes de la première guerre sacrée en plaquant la datation archontale originelle – c’est‑à‑dire « sous Damasias » (qui impliquait donc la date de 592/1 pour l’archontat de Solon) – sur la nouvelle chronologie établie, elle, après la fixation de l’archontat de Solon en 594/3 et selon laquelle la guerre aurait pris fin quelque six ans après l’archontat de Simon.

Nouvelle interprétation des indications chronologiques relatives à Damasias du chapitre xiii de la Constitution d’Athènes

30Placer l’archontat de Solon en 592/1 se heurte néanmoins à une difficulté majeure : on a vu précédemment que cette date se révélait incompatible avec les éléments du comput détaillés au début du chapitre XIII de la Constitution d’Athènes, tels qu’on les interprète depuis le travail de T. J. Cadoux en tout cas. Notre étude en vient donc tout logiquement à poser cette ultime question : la lecture du texte du Ps.‑Aristote proposée par T. J. Cadoux est‑elle correcte ou, du moins, la seule possible ? Pour le déterminer, reprenons l’analyse, une par une, des différentes indications chronologiques menant de l’archontat de Solon à celui de Damasias dans le texte aristotélicien.

  • Σόλωνος δ’ ἀποδημήσαντος ἔτι τῆς πόλεως τεταραγμένης, ἐπὶ μὲν ἔτη τέτταρα διῆγον ἐν ἡσυχίᾳ. Τῷ δὲ πέμπτῳ μετὰ τὴν Σόλωνος ἀρχὴν οὐ κατέστησαν ἄρχοντα διὰ τὴν στάσιν.
    Le Ps.‑Aristote précise dans cet extrait que Solon acheva son archontat et quitta Athènes alors que la situation était encore troublée. Ensuite, dit‑il, la cité demeura dans le calme pendant quatre ans avant de connaître l’anarchie la cinquième année. Tout l’enjeu consiste, en réalité, à déterminer le point de départ de ce dernier intervalle de temps. En règle générale, comme l’explique P. J. Rhodes dans son commentaire à la Constitution d’Athènes90, lorsque le Ps.‑Aristote utilise les chiffres ordinaux, l’année qui correspond à l’événement constituant le point de départ de l’intervalle est normalement incluse dans le décompte ; dans le cas qui nous occupe, l’année de l’archontat de Solon aurait donc dû être comprise dans le comput. On ne peut toutefois procéder ici de la sorte : en aucun cas, en effet, l’année de l’archontat du législateur ne saurait être incluse dans les quatre années de calme précédant la première anarchie puisque, précise le Ps.‑Aristote, Solon avait achevé sa charge dans une situation troublée ! Dans ces conditions, si l’on place l’archontat de Solon en 592/1, c’est l’année 591/90 qui devrait constituer le point de départ du comput ; la première anarchie serait alors intervenue la cinquième année qui suivit, c’est‑à‑dire en 587/691, soit un an après l’archontat de Philippos (588/7).
  • Καὶ πάλιν ἔτει πέμπτῳ διὰ τὴν αὐτὴν αἰτίαν ἀναρχίαν ἐποίησαν.
    Aucun élément ne laisse supposer que le Ps.‑Aristote ne s’en était pas tenu ensuite à sa méthode habituelle de comput inclusif. Dès lors, les indications reproduites ci‑dessus permettraient de placer la seconde anarchie en 583/2. L’emploi de l’expression « πάλιν » à propos de ce second intervalle de temps n’est donc pas tout à fait correct, mais on peut facilement comprendre que le Ps.‑Aristote en ait fait naturellement usage, puisqu’il venait d’indiquer que l’événement précédent était également survenu une « cinquième année »92.
  • Vient enfin l’expression « διὰ τῶν αὐτῶν χρόνων » si problématique. En définitive, ne devrait‑on pas accorder à ces mots leur signification littérale, c’est‑à‑dire « durant un laps de temps équivalent [à celui qui précède] » ? Le Ps.‑Aristote aurait dès lors voulu signaler par ces termes que les événements qui suivirent la seconde anarchie (« μετὰ ταῦτα ») et qu’il s’apprête à narrer occupent une nouvelle période de quatre ans, ce qui est effectivement le cas puisque, comme nous avons tenté de l’établir précédemment, l’archontat de Damasias couvrit trois années, tandis que le collège des dix archontes n’entra en charge que l’année suivante, soit la quatrième. Dès lors, si l’on veut bien nous suivre dans cette interprétation, Damasias aurait été archonte l’année qui suivit directement la seconde anarchie, soit en 582/1, date qui, on l’a vu, correspond à la refondation des concours pythiques et originellement du moins, à la fin de la première guerre sacrée. Damasias aurait été chassé du pouvoir l’année 580/79, c’est‑à‑dire celle de l’avènement des Sept Sages ; un collège de dix archontes fut institué l’année suivante, soit en 579/8, c’est‑à‑dire la dernière de l’intervalle de quatre ans qu’annonçait l’expression « διὰ τῶν αὐτῶν χρόνων ».

Conclusions et perspectives

31En définitive, les données relatives à la chronologie de l’archontat de Damasias et des événements qui lui sont associés, telles que transmises par la tradition, se révèlent tout à fait cohérentes. Les difficultés naissent en réalité de la mauvaise interprétation, d’une part du caractère légal de la prolongation de son archontat et de l’autre, des indications chronologiques livrées par le Ps.‑Aristote au chapitre XIII de sa Constitution d’Athènes. Cette dernière œuvre laisse par ailleurs très clairement entendre que la fonction archontale suscita de vifs remous au début du vie s., sans que les causes exactes en soient malheureusement connues. On peut néanmoins penser que, au même titre qu’un collège de dix archontes, un archontat quadriennal représentait peut‑être alors l’une des solutions envisagées pour remédier à ces problèmes, une expérience à laquelle on avait néanmoins mis fin prématurément, une fois encore pour des raisons qui nous échappent complètement.

  • 93 Chr. Flament (n. 25).
  • 94 Dans son Sur les forfaitures de l’ambassade (xix) 251, Démosthène déclarait en effet que Solon ava (...)
  • 95 Que Plutarque attribue, dans la Vie qu’il consacre au législateur, à Héraclide du Pont. Ce dernier (...)

32Les résultats de cette analyse rejaillissent également directement sur la chronologie de l’archontat de Solon dont nous avions déjà traité dans une précédente étude93. On y soulignait alors, notamment, que sa datation fut plusieurs fois modifiée au cours du temps : Hérodote situait manifestement l’archontat du législateur dans les années 570 ; Démosthène le fixait, pour sa part, c. 583/294 ; Apollodore en 594/3. Il faut à présent y ajouter la date de 592/1 qui découlait probablement des recherches menées par l’école aristotélicienne sur l’histoire delphique. D’ailleurs, les considérations de Plutarque relatives au décès de Solon dans la Vie qu’il lui consacre laissent très clairement entendre que le travail d’Apollodore n’avait pas scellé, une fois pour toutes, les questions relatives à la chronologie solonienne. Il n’est pas difficile, en effet, de déceler deux chronologies concurrentes dans le récit du biographe : une que l’on pourrait qualifier de « haute », l’autre de « basse »95.

  • 96 Eupolis, dans Demoi (c. 412) donnait comme archonte après Solon un certain Phormion (Schol. Ar., P (...)
  • 97 Chr. Flament (n. 25), p. 296‑300.

33Quoi qu’il en soit, toute modification apportée par les recherches chronographiques à la date de l’archontat solonien impliquait évidemment, non seulement de retoucher la liste des archontes athéniens – d’où le fait que l’on connaisse au moins deux noms différents pour l’archonte censé suivre Solon96 –, mais également de réaménager la chronologie des événements auxquels le législateur avait participé, telles la conquête de Salamine – qu’il avait fallu dès lors dédoubler, comme nous avons tenté de le démontrer ailleurs97 – ou la première guerre sacrée dont il a été question ici. Ces considérations ne constituent évidemment que les prémices d’un réexamen approfondi de la chronologie solonienne auquel nous souhaiterions nous atteler prochainement.

Haut de page

Bibliographie

CAAP = P. J. Rhodes, A Commentary on the Aristotelian Athenaion Politeia (1981).

Cadoux 1948 = T. J. Cadoux, « The Athenian Archons from Kreon to Hypsichides », JHS 68 (1948), p. 70‑123.

Figueira 1984 = Th. J. Figueira, « The Ten Archontes of 579/8 at Athens », Hesperia 53 (1984), p. 447‑473. Miller 1978 = S. G. Miller, « The Date of the First Pythiad », CSCA 11 (1978), p. 127‑158.

Mosshammer 1982 = A. A. Mosshammer, « The Dateofthe First Pythiad – Again », GRBS 23 (1982), p. 15‑30. Robertson 1978 = N. Robertson, « The Myth of the First Sacred War », CQ 28 (1978), p. 38‑73.

Sánchez 2001 = P. Sánchez, « L’Amphictionie des Pyles et de Delphes. Recherches sur son rôle historique, des origines au iie siècle de notre ère », Historia Einzelschriften 148 (2001).

Sordi 1953 = M. Sordi, « La prima guerra sacra », RFIC 31 (1953), p. 320‑346.

Haut de page

Notes

1 Cf. à propos de la redécouverte de cette œuvre : M. Piérart, Aristote et Athènes, Aristoteles and Athens (1993) ; G. Maddoli, L’Athenaion Politeia di Aristotele 1891‑1991. Per un bilanco di cento anni di studi (1993).

2 L’époque hellénistique connut d’autres exemples d’archontes athéniens dont la charge fut prolongée : il s’agit d’Olympiodoros en 294/3 et 293/2 (cf. W. K. Pritchett, B. D. Meritt, Chronology of Hellenistic Athens [1940], p. xvi‑xvii ; M. J. Osborne, Athens in the Third Century BC [2012]), ainsi que Médeios entre 91/90 et 89/8.

3 [Aristote], Constitution d’Athènes XIII 1‑2. Sauf indication contraire, les traductions sont de l’auteur.

4 CAAP, p. 179, estimait que la source du Ps.‑Aristote était une liste archontale, peut‑être commentée par un atthidographe. Même avis dans F. Jacoby, Atthis. The Local Chronicles of Ancient Athens (1949), p. 174‑176 et 351‑352, n. 46, 50, 51, ainsi que dans Figueira 1984, p. 448‑449.

5 Les plus anciennes sources relatives à cet épisode sont Hérodote, V 71 et Thucydide, I 126. Concernant la bibliographie moderne, on se reportera, entre autres, à S. Cagnazzi, « Aspiranti Tiranni e Tiranni Rinunciatari di Atene », Rivista storica dell’Antichità 35 (2005), p. 7‑21 ; A. Giuliani, « Il sacrilegio ciloniano: tradizioni e cronologia », Aevum 73 (1999), p. 21‑42 ; S. D. Lambert, « Herodotus, the Cylonian Conspiracy and the Π PYTANEIS TWN NAYKPAPWN », Historia 35 (1986), p. 105‑112 ; M. Lang, « Kylonian Conspiracy », Cph 62 (1967), p. 243‑249 ; É. Levy, « Notes sur la chronologie athénienne au vie s. I Cylon », Historia 27 (1978), p. 513‑552, ainsi que plus récemment, à Η. van Wees, Ships and Silver, Taxes and Tribute. A Fiscal History of Archaic Athens (2013), p. 48‑52.

6 Sur Pisistrate la bibliographie est abondante ; on se limitera ici à S. Angiolillo, Ὁ ἐπὶ Κρόνου βίος (1997), ainsi que B. M. Lavelle, Fame, Money, Power. The Rise of Peisistratos and “Democratic” Tyranny at Athens (2005).

7 H. T. Wade‑Gery (« Eupatridai, Archons, and Areopagus », dans Essays in Greek History [1958], p. 103‑104) considérait qu’il s’agissait là d’une réaction aristocratique face aux réformes soloniennes.

8 Comme l’explique ensuite le Ps.‑Aristote (Constitution d’Athènes XIII 2). Il aurait ainsi fait directement écho à son maître qui, dans la Politique (V 8, 7), expliquait que la tyrannie pouvait également naître de la détention prolongée d’une haute magistrature ; cf. à ce propos, notamment, les réflexions de J. M. Hall, A History of the Archaic Greek World ca. 1200‑479 BCE (2007), p. 139‑140.

9 C’est cet aspect qui est plus particulièrement traité dans Figueira 1984, p. 447‑473, qui demeure l’une des dernières études spécifiquement consacrées à cet épisode de l’histoire athénienne. Mais cf. également C. Mossé, « Classes sociales et régionalisme à Athènes au début du vie siècle », AC 33 (1964), p. 404‑413, qui compare ce collège des dix archontes aux tribuni consulari potestate à Rome (idem dans F. Jacoby [n. 4], p. 175). Cf. encore C. Roebuck, « Three Classes ( ?) in Early Athens », Hesperia 43 (1974), p. 485‑493, ainsi que R. Descat, « L’acte et l’effort. Une idéologie du travail en Grèce ancienne (8e‑5e siècles av. J.‑C.) », Annales Littéraires de l’université de Besançon 339 (1986), p. 137‑173. Pour le reste de la bibliographie, on se reportera à la liste donnée dans CAAP, p. 183. Sur les Eupatrides en particulier, nous invitons le lecteur à prendre connaissance de nos réflexions dans Chr. Flament, « Le festival des Synoikia : commémoration du synœcisme théséen ou de la formation de l’ἄστυ? », LEC 78 (2010), p. 145‑151. Certains ont mis en doute l’existence d’un collège de dix archontes, notamment M. A. Levi, Commento storico alla Respublica Atheniensium di Aristotele I (1968), p. 150‑151 ; J. Day, M. Chambers, Aristotle’s History of Athenian Democracy (1962), p. 172‑173. L. Gernet (« Les dix archontes de 581 », RevPhil 12 [1938], p. 223‑224) y voyait pour sa part le reflet de théories politiques du ve s. D’autres ont insisté sur l’incompatibilité d’une telle institution avec les réformes censitaires de Solon et ont proposé, dès lors, d’en postposer la date : cf. C. Hignett, The History of the Athenian Constitution: to the End of the Fifth Century BC (1952), p. 319‑320. Pour certains, les dix personnes en question ne furent pas de véritables archontes, mais dix πρόκριτοι, préfigurant ainsi la procédure qui sera en vigueur à l’époque classique pour la désignation de l’archonte : E. Cavaignac, « La désignation des archontes athéniens jusque 487 », RPh2 48 (1924), p. 144‑148 ; H. T. WadeGery (n. 7), p. 79. P. J. Rhodes (CAAP, p. 183) trouvait également cette idée séduisante.

10 Plutarque, Thésée XXV 1.

11 Notamment Marmor Parium, époque 38 dont le texte est reproduit infra.

12 Démétrios de Phalère, apud Diogène Laërce I, 22 (= FGrH 228 F1) : Καὶ πρῶτος σοφὸς ὠνομάσθη (Θαλῆς) ἄρχοντος Ἀθήνησι Δαμασίου, καθ’ ὃν καὶ οἱ ἑπτὰ σοφοὶ ἐκλήθησαν, ὥς φησιν Δημήτριος ὁ Φαληρεὺς ἐν τῇ τῶν ἀρχόντων ἀναγραφῇ. À propos de Démétrios de Phalère, on consultera à présent L. O. Sullivan, The Regime of Demetrius of Phalerum in Athens, 317‑307 BCE (2009).

13 Le lecteur trouvera dans les notes de bas de page du point 2, où l’on dresse un état de la question, les références aux principales études consacrées à ces différents problèmes de chronologie.

14 L’étude de référence demeure toujours celle de F. Jacoby, Das Marmor Parium (1904).

15 Comme l’explique Mosshammer 1982, p. 15, n. 2, la présence de πάλιν est là pour indiquer que l’on considérait dans l’Antiquité que les concours pythiques étaient célébrés depuis les temps héroïques.

16 T. J. Cadoux (1948, p. 83‑86, plus particulièrement le tableau p. 86) a bien démontré que cette chronique combinait manifestement des computs impliquant deux points de départ différents : l’un, que T. J. Cadoux qualifiait d’« orthodoxe », partait de 264/3 (ce qui donnerait la date 582/1 pour Damasias) ; l’autre, qualifié de « non-orthodoxe », fixait, lui, l’an I en 263/2 (ce qui donnerait la date 581/80 pour Damasias). D’après T. J. Cadoux, les dates livrées par le Marmor Parium se diviseraient en deux blocs : dans le premier le comput repose sur la date orthodoxe, le second sur celle de 263/2 ; ce serait entre les époques 40 et 41 que le système aurait basculé de l’un à l’autre. Mais d’autres explications sont possibles : cf. Chr. Flament, « Note sur la chronologie de l’Athènes archaïque. Réexamen du témoignage de l’Ἀθηναίων πολιτεία sur l’époque de la tyrannie et nouvelle datation des archontats de Koméas, Hégésias, Euthydémos et Hégéstratos », RBPH 88 (2010), p. 20‑23.

17 Τὴν μὲν οὖν ἀποδημίαν ἐποιήσατο διὰ ταύτας τὰς αἰτίας. Σόλωνος δ’ ἀποδημήσαντος, ἔτι τῆς πόλεως τεταραγμένης, ἐπὶ μὲν ἔτη τέτταρα διῆγον [ἐ]ν ἡσυχίᾳ. Τῷ δὲ πέμπτῳ μετὰ τὴν Σόλωνος ἀρχὴν οὐκ απεστησαν ἄρχοντα διὰ τὴν στ[άσ]ιν, καὶ πάλιν ἔτει πέμπτῳ *τὴν αὐτὴν αἰτίαν ἀρχαίαν* ἐποίησαν. Μετὰ δὲ ταῦτα διὰ τῶν αὐτῶν χρόνων Δ[αμ]α[σίας αἱρε]θεὶς ἄρχων ἔτη δύο καὶ δύο μῆνας ἦρξεν, ἕως ἐξηλάσθη βίᾳ τῆς ἀρχῆς.

18 Cadoux 1948, p. 93‑94.

19 En incluant les deux termini dans le comput, conformément à l’habitude du Ps.‑Aristote (cf. infra n. 90).

20 U. von Wilamowitz-Moellendorff, Aristoteles und Athen I (1893), p. 10 sqq. ; G. Busolt, Griechische Geschichte bis zur Schlacht bei Chaeroneia II (1895) ; G. Kaibel, Stil und Text der πολιτεία Ἀθηναίων des Aristoteles (1893), p. 153.

21 Notamment G. de Sanctis, Ἀτθίς. Storia della repubblica ateniese dalle origini alla età di Pericle (1912).

22 G. V. Sumner, « Notes on Chronological Problems in the Aristotelian ἈΘΗΝΑΙΩΝ ΠΟΛΙΤΕΙΑ », CQ² 11 (1961), p. 49‑54 ; il fixait les deux anarchies respectivement en 587/6 et 582/1 et plaçait dès lors la première année de l’archontat de Damasias en 583/2. M. Miller (« The Earlier Persian Dates in Herodotus », Klio 37 [1959], p. 46‑48), identifiait également la seconde anarchie avec la deuxième année de Damasias, mais parvenait à un résultat quelque peu différent : il situait les deux anarchies respectivement en 589/8 et 585/4 et plaçait donc la première année de l’archontat de Damasias en 586/5. Sur le fait que la deuxième année d’archontat ait pu être considérée comme une anarchie, cf. infra, point 3.

23 On notera que G. Mathieu et B. Haussoullier rendaient l’expression par « au même intervalle » dans la Collection des Universités de France ; M. Sève (Aristote, Constitution d’Athènes. Le régime politique des Athéniens. Traduction nouvelle, notes et index par Michel Sève [2006], p. 79) par « après le même laps de temps » ; Ph. Gauthier (Aristote, Œuvres éthiques, Politique, Rhétorique, Poétique, Métaphysique, édition publiée sous la direction de Richard Bodéüs [2015], p. 641) par « après le même intervalle de temps ».

24 Cadoux 1948, p. 94. Selon lui, le Ps.‑Aristote aurait forgé cette expression pour le moins maladroite afin d’éviter de répéter une nouvelle fois « ἔτει πέμπτῳ ». Il a été suivi sur ce point par N. G. L. Hammond, « The Seisachtheia and the Nomothesia of Solon », JHS 40 (1940), p. 72‑75 ; C. Hignett (n. 9), p. 319 CAAP, p. 180‑182.

25 Cf. à ce propos Chr. Flament, « Que nous reste‑t‑il de Solon ? Essai de déconstruction de l’image du père de la πάτριος πολιτεία », LEC 75 (2007), p. 290‑293.

26 [Aristote], Constitution d’Athènes XIV 1 : « ἔτει δευτέρῳ καὶ τριακοστῷ μετὰ τὴν τῶν νόμων θέσιν ἐπὶ Κωμέου ἄρχοντος… ».

27 Cadoux 1948, p. 95‑96, ainsi que R. Develin, Athenian Officials 684‑321 B.C. (1989), p. 42. Nous avions proposé la date de 560/59 (Chr. Flament [n. 16]), mais il faut à présent définitivement renoncer à cette solution : cf. à ce propos Chr. Flament, « La chronologie de la tyrannie de Pisistrate et de ses fils dans la Constitution d’Athènes attribuée à Aristote », REG 128 (2015), p. 215‑236.

28 Cf. Sosicrate apud Diogène Laërce I 62.

29 Le collège des Sept Sages figure, respectivement, sous la quatrième année de la même olympiade dans la version arménienne de la Chronique (577/6) et sous la deuxième année dans celle de Saint Jérôme (579/8). Cf. également Eudème de Rhodes dans son Ἀστρολογικὴ Ἱστορία (Mullach, FPG III, frag. 94, p. 276). Pour toutes les références aux sources, on se reportera à l’étude d’A. A. Mosshammer, « The Epoch of the Seven Sages », CSCA 1976, p. 165‑180, plus précisément p. 165‑166.

30 586/5 selon M. Miller (n. 22), p. 46‑47, et A. E. Samuel, Greek and Roman Chronology. Calendars and Years in Classical Antiquity (1972), p. 202.

31 Clément d’Alexandrie, Stromates I 27, et Georges le Syncelle I, p. 429.

32 Cadoux 1948, p. 95‑96 ; Chr. Flament (n. 16), p. 23.

33 A. A. Mosshammer (n. 29), ainsi que id., The Chronicle of Eusebius and Greek Chronographic Tradition (1979), p. 267‑270.

34 Suivant ainsi sans doute la tradition rapportée par Platon (Protagoras 343a) qui voulait que les Sept Sages se soient pour la première fois rencontrés à Delphes et aient, à cette occasion, dédié les prémices de leur sagesse à Apollon.

35 G. V. Sumner (n. 22), p. 52, proposait toutefois la date de 583/2.

36 Le témoignage le plus explicite à ce propos est dans doute Xénophon, Helléniques II 3, 1 : Πυθοδώρου δ’ ἐν Ἀθήναις ἄρχοντος ὅν Ἀθηναῖοι, ὃτι ἐν ὀλιγαρχίᾳ ᾑρέθη, οὐκ ὀνομάζουσι, ἀλλ’ ἀναρχίαν τὸν ἐνιαυτὸν καλοῦσιν. Cf. encore Diodore XIV 3, 1, ainsi que [Plutarque], Vie des X orateurs 835 f.

37 D’où le fait que la tradition chronographique ne précisait jamais de quelle année il s’agissait lorsqu’elle faisait référence à son archontat. On a parfois interprété la mention « Δαμασίου τοῦ δευτέρου » de la rubrique 38 du Marmor Parium comme faisant référence à la deuxième année de l’archontat de Damasias (cf. G. Busolt [n. 20], t. II2, p. 301 ; U. von Wilamowitz-Moellendorff [n. 20], t. I, p. 11 ; G. de Sanctis [n. 21], p. 204 sqq. ; G. V. Sumner [n. 22], p. 52). Ces appellations ὁ πρότερος ou δεύτερος servent en réalité à distinguer des archontes homonymes. Un autre Damasias fut en effet archonte en 639/8 (Denys d’Halicarnasse III 36, 1 ; Cadoux 1948, p. 91) ; cf. Robertson 1978, p. 61, n. 3, ainsi que CAAP, p. 182.

38 Comme le relevait Figueira 1984, p. 449.

39 Quelques réflexions à ce propos dans Chr. Flament, « IG I³ 104 et les βασιλεῖς de Dracon. Réflexions sur l’organisation sociale, politique et militaire de l’Athènes préclisthénienne », LEC 76 (2008), p. 115‑132.

40 Figueira 1984, p. 449.

41 Alors que Dracon ne fut, lui, que thesmothète, puisqu’il aurait officié sous l’archontat d’Aristaichmos ([Aristote], Constitution d’Athènes IV 1).

42 Possibilité également envisagée dans Figueira 1984, p. 469.

43 Doutes également exprimés dans CAAP, p. 181.

44 Lysias, Sur l’olivier sacré (vii) 9 : « ἐπειδὴ δ’ ἐγὼ παρέλαβον τὸ χωρίον, πρὶν ἡμέρας πέντε γενέσθαι, ἀπεμίσθωσα Καλλιστράτῳ, έπὶ Πυθοδώρου ἄρχοντος ».

45 [Aristote], Constitution d’Athènes XXXV 1 et XLI 1. On relèvera également que le nom d’Isagoras, archonte en 508/7, ne fut pas non plus effacé de la liste archontale, malgré le fait qu’il soit tombé sous le coup d’une accusation très grave : cf. à ce propos Denys d’Halicarnasse I 74, 6 ; V 1, 1.

46 Cadoux 1948, p. 103 ; CAAP, p. 182‑183. Certains estimaient même que chacun des archontes avait pu exercer une sorte de « présidence » un mois durant : cf. J. B. Bury, S. A. Cook, F. E. Adcock, Cambridge Ancient History IV (1926), p. 60.

47 C’est de cette façon que M. Sève ([n. 23], p. 79) et Ph. Gauthier ([n. 23], p. 641) traduisent également cet extrait.

48 Même constat chez Figueira 1984, p. 449‑450.

49 [Aristote], Constitution d’Athènes XXXIII 1.

50 Qui estimait (Cadoux 1948, p. 103, n. 164) que l’information avait été préservée par la tradition orale.

51 Nous ne voyons pas, par ailleurs, comment les Athéniens du ive s. auraient connu les vicissitudes de Damasias s’ils n’avaient constaté l’anomalie sur une liste d’archontes ? Cf. à ce propos les références données à la n. 3.

52 L’expression remonte en réalité à G. Grote, A History of Greece2 IV (1849), p. 84. Comme le disait Fr. Lefèvre (« L’Amphictionie pyléodelphique : Histoire et Institutions », BEFAR 298 [1998], p. 169), en se référant à K. Brodersen, « Heiliger Krieg und heiliger Friede in der frühen griechischen Geschichte », Gymnasium 98 (1991), p. 1‑14 : « le terme de “guerre sacrée” est autant, si ce n’est plus, une commodité de langage adoptée par les modernes qu’une réalité antique ».

53 Cf. notamment à propos de cette question : Sordi 1953, p. 320‑346 ; G. Forrest, « The First Sacred War », BCH 80 (1956), p. 33‑52 ; Robertson 1978 ; P. Ellinger, La légende nationale phocidienne. Artémis, les situations extrêmes et les récits de guerre d’anéantissement, BCH Suppl. 27 (1993), p. 312‑315 ; J. K. Davies, « The Tradition about the First Sacred War», dans S. Hornblower (éd.), Greek Historiography (1994), p. 193‑212 ; V. Parker, « Bemerkungen zum ersten Heiligen Kriege », RhM 140 (1997), p. 17‑37 ; Sánchez 2001, p. 58‑80 ; T. Howe, « Pastoralism, the Delphic Amphiktyony and the First Sacred War: the Creation of Apollo’s Sacred Pastures », Historia 52 (2003), p. 129‑146 ; P. Londey, « Making Up Delphic History – The 1st Sacred War Revisited », Chiron 45 (2015), p. 221‑238.

54 Enlèvement de jeunes filles se rendant à Delphes selon Callisthène (FGrH 124 F1) ; les Cirrhéens auraient rançonné les pèlerins selon Strabon IX 3, 4, et [Thessalos], Presb. XXVII 7 ; expansion thessalienne en Grèce centrale (notamment B. Helly, L’État thessalien : Aleuas le Roux, les tétrades et les « tagoi » [1995], p. 41, 132, 140‑142 ; Sánchez 2001, p. 80), action commune menée par les Alévades, les Alcméonides et Clisthène de Sicyone (G. Forrest [n. 53]), conséquence de la guerre lélantine (Sordi 1953).

55 Le commandement des opérations aurait été confié soit à Eurylochos, soit à Clisthène de Sicyone : cf. Sordi 1953, p. 58 sqq. ; Sánchez 2001, p. 71. Le contingent athénien est tantôt commandé par Solon, tantôt par Alkméon (Plutarque, Solon XI) ; le stratagème de l’hellébore est attribué à Solon (Souda, s.v. « Σόλων »), Eurylochos (Polyen VI 13), ou à Clisthène de Sicyone (Frontin, Stratagèmes III 7‑6).

56 Robertson 1978, p. 38‑73, refuté dans G. A. Lehmann, « Der “Erste Heilige Krieg” – eine Fiktion ? », Historia 29 (1980), p. 242‑246, et F. Cassola, « Note sulle Guerra Crisea », dans Φιλιάς χάριν. Miscellanea di studi classici in onore di Eugenio Manni II (1980), p. 416‑424.

57 Cf. n. 55.

58 Eschine, C. Ctésiphon (iii) 107‑109.

59 Comme le laisse par ailleurs très clairement entendre Plutarque dans sa Vie de Solon (XI 1‑2), avec les remarques de Robertson 1978, p. 63.

60 Plutarque, Solon XI 1 :Ἤδη μὲν οὖν καὶ ἀπὸ τούτων ἔνδοξος ἦν ὁ Σόλων καὶ μέγας. Ἐθαυμάσθη δὲ καὶ διεβοήθη μᾶλλον ἐν τοῖς Ἕλλησιν εἰπὼν ὑπὲρ τοῦ ἱεροῦ τοῦ ἐν Δελφοῖς. « À la suite de ces événements, Solon était devenu un grand et illustre personnage. Il fut encore plus universellement admiré et loué, lorsqu’il parla devant les Grecs en faveur du sanctuaire de Delphes » (trad. R. Flacelière, E. Chambry et M. Juneaux, CUF).

61 Miller 1978, p. 147, estimait que les informations transmises par ces scholies relevaient de la même tradition que celle suivie par le Marmor Parium. D’autres, comme Robertson 1978, p. 55, que les scholies tiraient leurs informations du catalogue des pythioniques d’Aristote et de Callisthène. Le texte des scholies retenu est celui donné dans Miller 1978, p. 146‑147.

62 Corrections de Beck ; les manuscrits portent Δήλῳ δὲ Γυλίδα.

63 Correction de Beck ; les manuscrits portent Δήλῳ.

64 Notre propos nous épargne fort heureusement d’entrer dans une longue discussion relative à l’identité et au statut de ces périèques. On se référera, à propos de cette catégorie de personnes, à la synthèse proposée par Ph. Gauthier, dans « Métèques, périèques et paroikoi : bilan et points d’interrogation », dans Études d’histoire et d’institutions grecques. Choix d’écrits. Édité et indexé par Denis Rousset (2011), p. 55‑77 (= L’étranger dans le monde grec. Actes du colloque organisé par l’Institut d’études anciennes, Nancy, mai 1987 [1988], p. 23‑46).

65 C’est ce nom que Th. Homolle (« Inscription de Delphes », BCH 22 [1898], p. 265) avait voulu restaurer à la l. 7 de FD III, 1, 400, mais cette solution a été judicieusement rejetée par Miller 1978, p. 142‑143.

66 [Thessalos], Presbeutikos IX 406‑408 ; cf. à ce propos Sordi 1953, p. 63 sqq., ainsi que Robertson 1978, p. 44 sqq. Beaucoup pensent que ce discours est une œuvre de propagande rédigée plutôt entre 350 et 250 : cf. D. Smith, The Hippo c rat ic Tradit io n (1979), p. 215‑219, et idem, Hippocrates Pseudepigraphic Writings: Letters, Embassy, Speech from the Altar, Decree (1990), p. 1‑7 et 15‑18. J. Bousquet estimait cependant que le discours pourrait bien être authentique : J. Bousquet, « Inscriptions de Delphes. 7. Delphes et les Asclépiades », BCH 80 (1956), p. 579‑593.

67 Cf. Sordi 1953, p. 68.

68 C’est néanmoins le concours στεφανίτης que Strabon (594) attribuait, pour sa part, à Eurylochos : μετὰ δὲ τὸν Κρισαῖον πόλεμον οἱ Ἀμφικτύονες ἱππικὸν καὶ γυμνικὸν ἐπ’ Εὐρυλόχου διέταξαν στεφανίτην καὶ Πύθια ἐκάλεσαν.

69 Ce n’est cependant pas le cas de Pausanias (X 7, 4‑5) qui date ce concours de la troisième année de la 48e olympiade, soit en 586/5.

70 Selon N. Robertson (1978, p. 62‑63), cette date aurait pu être établie sur base de l’ancien cycle ennaétérique des pythiades.

71 Pour une proposition de localisation du mont Kirphis, cf. Sordi 1953, p. 70.

72 [Thessalos], Presbeutikos XXVII 11‑12.

73 Même analyse dans Robertson 1978, p. 63, n. 1.

74 Mosshammer 1982, p. 15‑30. Cf. cependant K. Brodersen, « Zur Datierung der ersten Pythien », ZPE 82 (1990), p. 25‑31, qui considère que la première Pythiade pentétérique fut encore χρηματίτης et qu’elle aurait eu lieu en 586/5.

75 Certains avaient cependant proposé la date de 586/5 : H. C. Bennett, « On the Systemization of Scholia Dates for Pindar’s Pythian Odes », HSCPh 62 (1957), p. 61‑78, ainsi que Miller 1978.

76 M.‑O. GouletCazé (et al.), Diogène Laërce. Vies et origines des philosophes illustres (1999), p. 583, n. 4, estiment qu’il s’agit du même travail que celui que Diogène Laërce (V 26) connaissait sous le nom de « Πυθικός ».

77 Nous savons, en tout cas, que Callisthène fut précisément l’auteur d’une histoire consacrée à cette troisième guerre sacrée où il traitait également du conflit qui nous occupe ici : FGrH 124, T 25 ; cf. P. Pédech, Historiens compagnons d’Alexandre (1984), p. 20‑23, ainsi que W. Spoerris.v. « Callisthène », dans R. Goulet (éd.), Dictionnaire des philosophes antiques II (1994), p. 183‑221. Concernant les liens entre Aristote et Callisthène, on se reportera à A. B. Bosworth, « Aristotle and Callisthenes », Historia 19 (1970), p. 407‑413.

78 Comme l’indiquait Miller 1978, p. 129, les sources qui avaient été utilisées pour compiler ce catalogue devaient être multiples, parmi lesquelles figuraient certainement les dédicaces faites par les vainqueurs.

79 Le décret honorifique rendu à cette occasion à Aristote et Callisthène (GHI 187 = SIG3 275 = FD III, 1, 400) évoque, en effet, des tamiai qui n’ont été institués qu’en 337/6 (selon J. Bousquet, Corpus des inscriptions de Delphes. Volume II, Les comptes du quatrième et du troisième siècle [1989], p. 46‑149). En CID II, 97 (= SIG3 252), l. 42‑43, daté de 327‑324, on fait état de deux mines déboursées pour faire graver le catalogue. Cf. à propos de ce catalogue, notamment, J. Bousquet, Étude sur les comptes de Delphes (1998), p. 97‑101, ainsi que P. Christesen, Olympic Victor Lists and Ancient Greek History (2007), p. 179‑202, avec aux p. 376‑381, une liste des sources antiques qui mentionnent ce catalogue.

80 Les extraits examinés par P. Christesen (ibidem, p. 187) tendent à prouver que les pythiades y étaient d’ailleurs numérotées.

81 Sánchez 2001, p. 210. Il semble en tout cas certain que le récit de la première guerre sacrée a dû être réélaboré en fonction du déroulement du conflit auquel Philippe II avait pris part ; cf. encore Fr. Lefèvre (n. 52), p. 27‑29.

82 Comme en atteste Plutarque, Solon XI 1 : πεισθέντες γὰρ ὑπ’ ἐκείνου πρὸς τὸν πόλεμον ὥρμησαν οἱ Ἀμφικτύονες, ὡς ἄλλοι τε πολλοὶ μαρτυροῦσι καὶ Ἀριστοτέλης ἐν τῇ τῶν Πυθιονικῶν ἀναγραφῇ, Σόλωνι τὴν γνώμην ἀνατιθείς.

83 Callisthène, FGrH 124 F1 : Καὶ ὁ Κρισαϊκὸς δὲ πόλεμος ὀνομαζόμενος, ὥς φησι Καλλισθένης ἐν τῷ Περὶ τοῦ Ἱεροῦ Πολέμου, ὅτε Κιρραῖοι πρὸς Φωκεῖς ἐπολέμησαν, δεκαέτης ἦν, ἀρπασάντων Κιρραίων τὴν Πελάγοντος τοῦ Φωκέως θυγατέρα Μεγιστὼ καὶ τὰς Ἀργείων θυγατέρας ἐπανιούσας ἐκ τοῦ Πυθικοῦ ἱεροῦ· δεκάτῳ δὲ ἔτει ἐάλω καὶ ἡ Κίρρα. Il semble bien que la dernière phrase soit une paraphrase de la part d’Athénée (Mosshammer 1982, p. 29, n. 25). Cette durée de 10 ans est très probablement une donnée très artificielle (ibidem, p. 27), calquée sur la durée de la guerre de Troie comme l’estimait G. Busolt (n. 20) I2, p. 694, ou sur celle de la troisième guerre sacrée (Sánchez 2001, p. 72). Ce passage est extrait d’un ouvrage intitulé ἐν τῶι περὶ τοῦ ἱεροῦ πολέμου et consacré à la troisième guerre sacrée que, grâce à une remarque de Cicéron (Ad Fam. 5, 12, 2), on ne peut confondre avec l’Ἀναγραφή dont il a été précédemment question.

84 La première phase se conclut d’ailleurs l’année suivante, sous l’archontat de Simon en 591/90.

85 M. Miller (n. 22), p. 46, suggérait d’ailleurs que la date de la restauration des concours pythiques aurait pu être à l’origine de la date donnée par Démosthène (soit 583/2 ; cf. n. 94).

86 Le premier terminus est obtenu en comptant la sixième année (comput inclusif) après Simon ; le dernier au moyen d’un comput excluant les deux termini.

87 En effet, la date de 586/5 correspond à une année du cycle des pythiades ; pourquoi, dès lors, avoir attendu encore quatre ans avant de restaurer les concours ? A. A. Mosshammer (1982) estimait cependant, pour sa part, que 586/5 correspondait à la date impliquée dans le texte des scholies et que la guerre avait débuté en 595/4, soit un an avant l’archontat de Solon.

88 Robertson 1978, p. 60.

89 Tout dépend, en réalité, si l’on inclut ou non l’année de l’archontat de Solon dans le comput de l’intervalle.

90 CAAP, p. 193 en général ; plus précisément p. 180 pour le passage qui nous occupe ici.

91 La première année de l’intervalle ayant été incluse dans le comput, conformément aux habitudes du Ps.‑Aristote que l’on vient de rappeler.

92 On peut dresser un constat similaire pour le chapitre XV de cette même œuvre : le Ps.‑Aristote y précisait alors que le second retour d’exil de Pisistrate avait eu lieu ἑνδεκάτῳ πάλιν ἔτει, « à nouveau dans la onzième année (de son exil) ». Comme nous l’avons démontré ailleurs (Chr. Flament [n. 16], p. 8), à cet emplacement dans la phrase, l’adverbe πάλιν ne peut porter que sur ἑνδεκάτῳ ἔτει. Cette précision ne peut donc se comprendre que si l’on admet que le Ps.‑Aristote faisait ici référence à un premier exil qui avait couvert le même laps de temps. Or, au chapitre précédent (XIV 4) Pisistrate était rentré à Athènes durant la douzième et non la onzième année son exil. Ici non plus, la correspondance n’est donc pas parfaite.

93 Chr. Flament (n. 25).

94 Dans son Sur les forfaitures de l’ambassade (xix) 251, Démosthène déclarait en effet que Solon avait été archonte 240 ans auparavant ; le discours ayant été prononcé en 343, Solon aurait donc bien détenu l’éponymat en 583.

95 Que Plutarque attribue, dans la Vie qu’il consacre au législateur, à Héraclide du Pont. Ce dernier prétendait (apud Plutarque, Solon XXXI 4) en effet que Solon avait rencontré Thespis, dont on date traditionnellement l’akmè de 536/5‑533/2.

96 Eupolis, dans Demoi (c. 412) donnait comme archonte après Solon un certain Phormion (Schol. Ar., Pax 347 : πέμπτος ἀρχαῖος Ἀθηναῖος (sc. Phormion), μετὰ Σόλωνα ἄρξας. Εὔπολις ἐν Δήμοις), mais Philostratos dit qu’après Solon vint Dropides (Vit. Soph., I 16, 2).

97 Chr. Flament (n. 25), p. 296‑300.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Flament, « Étude sur la chronologie des archontats de Damasias à Athènes et de la première guerre sacrée à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 117-139.

Référence électronique

Christophe Flament, « Étude sur la chronologie des archontats de Damasias à Athènes et de la première guerre sacrée à Delphes »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/535 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.535

Haut de page

Auteur

Christophe Flament

Département de Langues et Littératures classiques, université de Namur (Belgique) ; chercheur associé à l’EFA.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search