Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Des emblemata – pinakes déliens :...

Des emblemata pinakes déliens : iconographie, technique, usage

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets
p. 227-263

Résumés

À partir de trois angles d’emblemata portés par d’épaisses plaques de mortier, l’étude envisage l’iconographie, la technique et l’usage de trois panneaux mosaïqués (fin iie‑début ier s.) découverts à Délos. Deux d’entre eux proviennent d’un sanctuaire (Kynthion, Samothrakeion) et le troisième d’une maison. Celui du Kynthion représente un visage qui n’avait pas été reconnu jusqu’ici. Aucun de ces trois panneaux figurés n’a été fixé dans un pavement ou une paroi. L’examen de ces documents conduit à reconnaître l’existence de panneaux mosaïqués – des pinakes – éléments mobiliers dont les correspondants en peinture sont connus depuis longtemps. Les sources iconographiques et textuelles peuvent venir à l’appui de cette interprétation des vestiges.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ma reconnaissance va au Dr P. Hadjidakis, alors Éphore des Cyclades, qui m’a donné l’autorisation de reprendre l’étude des mosaïques de Délos ; ainsi qu’à A. Farnoux, directeur de l’École française d’Athènes, qui soutient ce travail et a bien voulu parler avec moi du sujet de cet article. Je remercie aussi Alain Guimier pour son aide inlassable et sa perspicacité.

Texte intégral

  • 1 Bruneau 1972, p. 32‑33, pour le pavement no 214, Ph. Bruneau reprend ainsi les constatations de J. (...)
  • 2 Bruneau 1972, p. 101‑102.

1Le riche corpus des mosaïques de Délos, publié par Ph. Bruneau il y a un peu plus de quarante ans, a ouvert bien des pistes de recherches. Il y est question notamment d’emblemata, ces panneaux de mosaïque confectionnés, souvent en vermiculatum, dans un atelier puis mis en place dans un pavement réalisé in situ. Ph. Bruneau signale qu’à proprement parler seul le panneau de Dionysos sur un fauve découvert en place dans la Maison des Masques doit être considéré comme un emblema, puisque sa mauvaise disposition dans le pavement – et les tentatives de corrections optiques qui ont été effectuées après sa pose – prouvent qu’il a été réalisé en atelier et non in situ comme le reste du pavement1. Il signale qu’aucun support de terre cuite ou de pierre n’a été trouvé à Délos. Néanmoins, il désigne par le terme d’emblema, d’une part, plusieurs panneaux fragmentaires venus des étages, et d’autre part, les panneaux disparus des pavements de rez‑de‑chaussée, se fondant sur l’idée que si de tels panneaux ont pu être enlevés, c’est qu’ils étaient « mobiles » car réalisés en atelier2. Ces principes n’ont pas été discutés depuis, mais au contraire repris dans les publications plus récentes. Sans remettre en question l’essentiel de ces affirmations, il nous paraît utile de réexaminer quelques-uns de ces emblemata d’étage trouvés dans les décombres des maisons déliennes.

  • 3 Bruneau 1972, p. 32‑33, ainsi que l’origine de cette dénomination.

2Contrairement aux fragments de pavements d’étage qui, dans la chute, se sont détachés de leur support et ne reposent plus que sur une fine couche de mortier – ce qui les a rendus extrêmement fragiles – nous nous intéressons ici à des pièces conservées au musée de Délos, trois fragments de fine mosaïque figurée qui reposent encore sur les angles d’épaisses plaques de mortier. Selon la définition couramment admise, il s’agit donc d’emblemata vermiculata3.

  • 4 Inv. A 2909, Bruneau 1972, no 202, p. 230‑231, fig. 164. Pour le Kynthion, cf. GD 2005, no 105.
  • 5 « Fond blanc ; deux sortes de flammèches, noire et violette, puis décor en tesselles roses rouges (...)

3Selon les indications de A. Plassart reprises par Ph. Bruneau, le premier fragment provient du Kynthion et plus précisément de l’exèdre C, située en haut de l’escalier Nord-Ouest du Cynthe4. Le corpus en reproduit la photographie, en précise les dimensions conservées (13,5 cm par 11,5 cm), et en fournit une description succincte, qui se termine par « décor non interprété »5. En fait, ce fragment présente, sur fond clair (crème/blanchâtre) le bas d’un visage, en fort trois quarts vers la gauche presque de profil (fig. 1). Sa peau est beige rosé, avec un dégradé brun violet dans le cou, plus gris le long des cheveux. L’éclairage vient d’en haut. De la bouche entrouverte, on voit les lèvres charnues, ourlées, rouge rosé, avec un rehaut rose très clair qui marque le volume de la lèvre inférieure, et la ligne des dents blanches. Au‑dessus de la bouche et de l’ombre portée du nez, la disparition des tesselles et une cassure interrompent l’image. En dessous, l’arrondi du menton est rendu par la disposition arrondie des tesselles et le dégradé rose de la chair plus ou moins éclairée, un rehaut rose très clair marquant les points saillants. La ligne qui borde le visage est rose sombre, presque violet, comme le cou peu éclairé. Sur le côté gauche du panneau, une chevelure mi‑longue complète le visage, dont on distingue quatre mèches de cheveux souples, traitées en brun gris devenant noir le long de la joue. Ce visage est approximativement grandeur nature. Le profil de la mâchoire et surtout la chevelure mi‑longue qui ne semble pas coiffée incitent à penser qu’il s’agit d’un jeune homme.

Fig. 1 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 202, face.

Fig. 1 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 202, face.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

  • 6 A. Plassart, Les sanctuaires et les cultes du Mont Cynthe, EAD XI (1928), p. 95.

4Ph. Bruneau signale que cette exèdre C est datée de 118/117 par une inscription (ID 1878). Il précise aussi que son pavement (no 201) est « en éclats de marbre (en partie détruit) à l’exception d’un panneau de tessellatum placé devant l’entrée » ; il rapporte les propos d’A. Plassart : « un panneau de mosaïque plus fine se trouvait devant l’entrée ; malheureusement l’emblema en a disparu »6. Il constate qu’il ne reste plus du tessellatum que l’empreinte des tesselles toutes disparues ; et considère que le fragment 202 n’appartient pas au pavement. Effectivement, il ne porte aucune trace de mortier de fixation, nous reviendrons sur ce point.

  • 7 Il est actuellement formé de deux fragments recollés par du mortier blanc. Bruneau 1972, no 160, p (...)

5Le deuxième document porte le no 160 dans le corpus de Ph. Bruneau, qui le désigne à juste titre comme « angle d’emblema ». Il est actuellement conservé au musée de Délos sous le no A1648, avec l’indication de sa provenance : « sanctuaire du Cabirion », c’est‑à‑dire le Samothrakeion7. Les dimensions maximales de cette plaque sont de 27 cm par 19 cm, et la mosaïque en est conservée sur une surface de 25 cm par 17 cm ; elle porte un décor d’opus vermiculatum, ainsi décrit : « sur un fond blanc gris, s’entremêlent des motifs en flammèches de quatre bruns différents : jaune foncé, brun orangé, café au lait, brun violacé. Motif végétal ? Crinière de lion ? » (fig. 2).

6Ces deux fragments angulaires ont en commun d’être portés par une plaque de mortier, plus épaisse que celles des autres fragments d’étage, et dont la face inférieure est conservée : celle de l’emblema du Kynthion est épaisse de 6,5 à 7 cm et celle du Samothrakeion de 8 cm.

7Un troisième angle d’emblema sur épaisse plaque de mortier porte le no A2455b et a la même provenance que le fragment de panneau à la panthère A2455a, et le même no 169 dans le corpus de Ph. Bruneau. Nous le désignerons donc ici sous le numéro 169B (fig. 3). Dans son état actuel, la plaque mesure 13 cm par 12,5 cm, la mosaïque est conservée sur une surface de 10,7 cm par 9,3 cm ; l’épaisseur totale en est de 5,8 cm.

  • 8 Bruneau 1972, no 168.

8Le décor du fragment se compose de quatre bandes. Du bord vers le centre on reconnaît un filet triple brun (1,3 cm), un filet triple beige foncé (1,6 cm) et une bande large de sept files beige clair (3,6 cm) ; après une lame de plomb, cinq files de tesselles noires sont conservées et il est très probable qu’elles appartiennent au fond du panneau car, par leur matériau et leurs dimensions (0,4‑0,6 cm), ces tesselles sont du même type que celles du fond noir du fauve, comme l’avait signalé Ph. Bruneau. On peut aussi noter que les tesselles des bandes sont semblables à celles de l’emblema aux colombes qui provient de l’étage de la même maison B du quartier de l’Inopos8.

Fig. 2 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 160, face.

Fig. 2 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 160, face.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

Fig. 3 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 169B, face.

Fig. 3 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 169B, face.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

Iconographie

  • 9 Bruneau 1972, p. 160‑163. Le rendu de la bouche, entrouverte et laissant voir la rangée blanche de (...)
  • 10 Maison VI, 15, 14 : V. Sampaolo, Pompei Pitture e Mosaici V (1994), p. 693, 699, fig. 12.
  • 11 Bruneau 1972, no 293.
  • 12 A. Laumonier, Les figurines de terre cuite, EAD XXIII (1956), nos 364‑368, p. 137‑138, pl. 40. Pou (...)
  • 13 Pour les cultes à Délos, cf. Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénisti (...)

9À qui appartient le visage juvénile, imberbe, à la chevelure mi‑longue de l’emblema 202 ? Il peut s’agir d’un personnage mythologique. En effet, nous connaissons peu de représentations de « simples mortels » dans la mosaïque hellénistique ; on peut citer le « masque » I (jeune homme) dans la guirlande du pavement de l’Îlot des Bijoux (no 68), selon la désignation de Ph. Bruneau qui, à cause de la bouche presque close, doutait qu’il s’agît d’un masque et évoquait l’hypothèse d’un portrait d’auteur théâtral9. On peut citer aussi l’emblema au visage féminin découvert en contexte domestique à Pompéi, mais qui a été reconnu comme un portrait10. Ici, le visage délien, provenant d’un sanctuaire, peut être celui d’une divinité. Ses traits juvéniles imberbes et la coiffure mi‑longue peuvent notamment être ceux de Dionysos, d’un jeune satyre, d’Attis, de Ganymède ou encore d’un Dioscure ; seuls les attributs et notamment ceux portés sur la tête – et donc absents de ce fragment – permettaient de les distinguer. Les traits pleins et l’arrondi du menton font penser au Dionysos ailé de la maison du même nom11, toutefois, sur les mosaïques hellénistiques, le dieu est le plus souvent représenté triomphant, sur un fauve ou un char tiré par des fauves. Des figurines d’Attis, en terre cuite, ont été mises au jour près de l’Agora des Italiens et on y retrouve les cheveux mi‑longs, dépassant du bonnet phrygien12. Les Dioscures, protecteurs des marins, ont souvent le même type de chevelure, et leur culte est attesté à Délos13. Il est toutefois possible qu’il s’agisse d’un « portrait », comme nous le verrons plus loin.

  • 14 A.‑M. GuimierSorbets, « Deux Érotes et un lion sur un embléma délien », BCH 136‑137 (2012‑2013), (...)
  • 15 R. Auriemma, « Emblemata ellenistici con raffigurazioni di leoni », dans I. Bragantini, F. Guidoba (...)

10Pour le fragment conservé du deuxième emblema (no 160), Ph. Bruneau suggérait soit un décor végétal, soit une crinière : la couleur brun jaune des éléments figurés nous semble exclure un décor végétal, toujours traité dans les nuances de vert sur les mosaïques déliennes. Ces abondantes mèches peuvent effectivement appartenir à une crinière de fauve, mais la composition de ce fragment ne correspond ni à un fauve chevauché par Dionysos, ni à celle des Erotes jouant avec un lion, thèmes attestés sur les mosaïques déliennes14. Les lions de face triomphant d’une proie ornent plusieurs emblemata à fond clair, notamment à Teramo et dans la maison du Faune de Pompéi15. En raison de la position basse de la crinière, placée dans l’angle inférieur du panneau délien, on pourrait penser à la lutte du lion contre un serpent, comme sur les deux panneaux qui viennent d’être cités. L’emblema de Teramo, daté de l’époque syllanienne, a été remployé dans un pavement postérieur ; il est dans un caisson de travertin de 54,5 cm de côté, ce qui doit correspondre approximativement aux dimensions restituables du panneau délien. L’emblema de la maison du Faune à Pompéi, aujourd’hui perdu mais connu par un dessin, était porté par une plaque de terre cuite de 79 cm par 90 cm. Toutefois, le décor du panneau 160 semble se détacher sur un fond neutre. S’il s’agit bien d’une crinière, le panneau 160 serait donc à décor animalier.

  • 16 Ph. Bruneau soulignait ce trait caractéristique des panneaux d’opus vermiculatum, Bruneau 1972, p. (...)
  • 17 Bruneau 1972, no 351.
  • 18 Ph. Bruneau (n. 13), p. 379‑382 ; pour le culte et l’assimilation : p. 395.
  • 19 Ph. Bruneau (n. 13), p. 223‑226.

11Outre leurs similitudes iconographiques et techniques, sur lesquelles nous reviendrons, ces deux angles de panneaux (202 et 160) ont en commun d’être à fond clair, contrairement aux autres emblemata vermiculata déliens16. À l’exception du décor de dauphins ornant le bassin de l’Hérakleion de Rhénée17, ce sont en outre les seules mosaïques figurées découvertes dans des sanctuaires de l’île, qui sont de surcroît relativement proches : le premier du Kynthion, et le deuxième du Samothrakeion. Ce sanctuaire était dédié aux Grands Dieux, c’est‑à‑dire aux Cabires, auxquels les Dioscures ont été assimilés à l’époque hellénistique18 ; l’iconographie animalière du panneau, si elle est avérée, ne présente pas de lien évident avec ces dieux. Cet objet de prix pourrait‑il être une offrande ? Le sanctuaire du Kynthion était dédié à Zeus et Athéna dès l’époque archaïque et a connu divers réaménagements attestés par des inscriptions, mais la fonction de l’exèdre C, construite en 118/117 et réaménagée en 97/96, n’est pas précisée19. Au iie s. av. J.‑C., le Kynthion renfermait plusieurs statues divines, effigies de Zeus, Athéna, Apollon et Artémis. Cependant, cela ne permet pas d’identifier la divinité éventuellement figurée sur l’emblema, et on ne peut exclure qu’il s’agisse de la représentation symbolique de celui qui a fait don du panneau au sanctuaire.

  • 20 Bruneau 1972, no 168. L’état actuel des fragments du panneau, présentés dans un cadre de mortier m (...)
  • 21 Bruneau 1972, no 214 dans la maison des Masques et no 293 dans la maison du Dionysos.
  • 22 La photographie, prise en 1962, est conservée à la photothèque de l’EFA (no 32003) ; le support de (...)
  • 23 Bruneau 1972, p. 78.

12Le troisième angle d’emblema appartient à une série mieux connue à l’époque hellénistique. La surface réduite conservée ne permet pas de voir son décor principal, mais on reconnaît les bandes qui, sur les panneaux figurés, peints ou mosaïqués, créent un effet de profondeur. Ces bandes étaient‑elles horizontales ou verticales, par rapport à la figure principale du panneau ? Les deux emplois sont possibles, comme sur l’emblema aux trois colombes, provenant de la même maison : l’oiseau le plus clair se détache sur la partie sombre du fond, l’oiseau le plus sombre sur la partie la plus claire ; tandis que le bassin de bronze, dont les contours doivent être sombres pour que son volume soit lui aussi rendu de façon coloristique, se détache entièrement sur un fond clair20. Pour le fragment 169B, il semble donc plus probable que les bandes soient disposées horizontalement, les bandes extérieures, plus sombres que la troisième bande, créant un effet de profondeur, comme sur d’autres panneaux d’époque hellénistique. Ce rendu illusionniste du volume est‑il compatible avec la figure de la panthère dionysiaque à fond noir dont les tesselles sont très voisines de celle de la bande noire de 169B et dans lequel on constate également l’emploi de lames de plomb ? (fig. 4). C’est possible, même si sur les deux autres panneaux déliens figurant Dionysos sur un fauve, le sol est rendu de façon discrète et plus naturaliste tandis que le fond est uniformément sombre21. Sur une photographie ancienne du fragment à la panthère22 (fig. 5), le mortier est partiellement visible et semble porter une ligne latérale correspondant à la limite en retrait des tesselles semblable à celle du fragment 169B ; cette observation technique, ainsi que la présence de lames de plomb dans les deux fragments, conduit à penser soit qu’ils appartiennent au même panneau (les dimensions sont compatibles avec un panneau d’une quarantaine de centimètres de côté, comme celui des colombes), soit qu’ils appartiennent à des panneaux de même type. La présentation moderne du fragment 169A ne permet plus d’observer le mortier originel. En raison de la guirlande-collier, le caractère dionysiaque de la panthère est certain, comme Ph. Bruneau l’avait noté23, mais il est peu probable que le tableau ait aussi figuré Dionysos chevauchant : la composition dans l’angle du panneau convient plutôt à une panthère seule. En tout cas, la présence d’emblemata dans des maisons déliennes est bien attestée, au rez‑de‑chaussée comme en étage, et il n’est pas étonnant que cette riche demeure du quartier de l’Inopos en ait possédé plusieurs.

Fig. 4 –Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.

Fig. 4 –Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

Fig. 5 – Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.

Fig. 5 – Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.

Cl. EFA, no 32003.

Technique

  • 24 A.‑M. Guimier-Sorbets, « Le pavement du triclinium à la Méduse dans une maison d’époque impériale (...)

13Les trois fragments 202, 160 et 169B offrent des exemples de support bien conservés et tous ont été réalisés sur une épaisse plaque de mortier. Dans l’étude des mosaïques, on a d’abord reconnu les emblemata réalisés dans un caisson, de pierre ou de terre cuite, dont le sommet des bords montants reste visible en encadrement après leur mise en place. Lors de la dépose des mosaïques, on a aussi retrouvé des emblemata sur des plaques de terre cuite ou de pierre, sans rebord ; et il a été possible de comprendre à la fois comment ils avaient été insérés puis comment leur « raccord » avait été camouflé de manière à les rendre invisibles une fois mis en place dans la mosaïque réalisée in situ24.

  • 25 A.‑M. GuimierSorbets, « Alexandrie : les mosaïques hellénistiques découvertes sur le terrain de l (...)
  • 26 D. Salzmann, « Mosaiken und Pavimente in Pergamon», AA 1991, p. 433‑456, et particulièrement p. 43 (...)

14La réalisation d’emblemata sur plaques de mortier n’a été comprise et étudiée que plus tard. En effet, lors des fouilles anciennes – ou même plus récentes –, on n’avait pas repéré, ou pas jugé utile de noter, la présence d’une plaque de mortier distincte du reste du substrat des pavements. La fabrication d’emblema sur mortier à l’époque hellénistique a d’abord été déduite des conditions de réalisation des panneaux les plus fins, et de la tentative d’enlèvement dans l’Antiquité du panneau au chien et à l’askos découvert par le Service des Antiquités de l’Égypte sur le terrain de la moderne Bibliotheca Alexandrina à Alexandrie25. Parallèlement, un sondage dans le palais V de Pergame, réalisé par D. Salzmann dans la salle d’où provenait la mosaïque signée d’Héphaistion, déposée lors des fouilles allemandes à la fin du xixe s. et conservée au Pergamon Museum de Berlin, lui a permis de retrouver les vestiges de trois emblemata, de tailles différentes, dont la surface était détruite. Deux d’entre eux reposaient sur une plaque de mortier, qui, d’après la photographie publiée, est relativement épaisse et contient des coquillages. Le troisième panneau était remplacé par une tuile de terre cuite26.

15Ces trois fragments déliens constituent donc, dans l’état de nos connaissances, les seuls exemples reconnus d’emblemata vermiculata hellénistiques dégagés des fouilles mais encore en place sur leur plaque de mortier originelle. En effet, le panneau dionysiaque de la Maison des Masques (no 214) est toujours en place, et, après l’écroulement des maisons, parmi les fragments de mosaïque d’étage découverts dans les fouilles de l’île, il n’est pas facile de distinguer avec certitude ceux qui appartenaient à des panneaux composés en atelier avant leur mise en place définitive, des fragments de panneaux entièrement réalisés in situ.

  • 27 Cinq coquilles de murex sont visibles dans le mortier du panneau no 160, tandis qu’on en voit quat (...)
  • 28 G. Kawerau, T. Wiegand, Altertumer von Pergamon, V. 1, Die Paläste der Hochburg (1930), Text, p. 5 (...)

16Ph. Bruneau avait déjà noté que le mortier des panneaux du Kynthion et du Samothrakeion contenait des coquilles de murex trunculus ; leur emploi n’est pas exceptionnel à Délos, où il a notamment été reconnu dans le mortier d’étage d’une maison du Quartier du stade27, ainsi que sous une mosaïque du palais V de Pergame28. L’emploi de coquilles de murex ainsi que l’identité des tesselles blanc crème formant le fond des deux panneaux 202 et 160, dont la ressemblance stylistique a déjà été signalée, conduisent à proposer qu’ils proviennent d’un même atelier, vraisemblablement situé dans l’île. Le mortier du fragment 169B contient des éclats de diverses pierres et notamment de pierre ponce : comme les coquilles, ce matériau présentait l’avantage d’alléger les supports sans en affecter la solidité.

  • 29 Ces empreintes ne pourraient pas provenir des lattes du parquet de l’étage puisqu’elles apparaisse (...)
  • 30 GD 2005, no 95.

17L’examen attentif des trois plaques déliennes, dont toutes les faces sont bien conservées à l’exception de la zone de cassure, permet de constater que ces panneaux fabriqués en atelier n’ont jamais été insérés dans un pavement. On ne distingue aucune trace de mortier de fixation sur leurs faces latérales et inférieure, ni même dans les cavités ou les dépressions, ce qui serait le cas s’ils s’étaient, dans leur chute, détachés d’un pavement, ou même d’une paroi. On aperçoit, au contraire, des lignes parallèles qui montrent que ces plaques ont été moulées dans des caissettes de bois, dont les faces ont gardé l’empreinte des fibres (fig. 6). Sur la face inférieure de la plaque 160, on distingue même, outre l’empreinte de ces fibres, les limites d’une planchette large de 12 cm29 (fig. 7). Le fait que ces fragments proviennent de bâtiments différents, et notamment de deux sanctuaires, permet d’exclure qu’il s’agisse de produits encore en atelier. En outre, même si la maison de l’Inopos d’où provient le panneau 169B pouvait être en réfection au moment de son abandon30, la probabilité que les trois fragments d’emblema aient tous été en attente de pose est extrêmement faible.

  • 31 A. Maiuri, « Note su di un nuovo dipinto ercolanese », Bolletino d’Arte 31 (1937), p. 481‑489. Pro (...)

18À Herculanum, les fouilles ont mis au jour en 1936 un panneau peint figuré, qui avait été fixé dans la paroi à l’intérieur d’une caissette de bois dont les restes étaient partiellement conservés31. La restitution publiée à partir des vestiges in situ et des traces de bois sur le panneau montre que, dans la caissette profonde de 2 cm, la couche de mortier était très mince. Mais ce qui est possible dans une paroi ne l’est pas pour un sol, car la désagrégation inévitable du bois aurait créé un espace sous la plaque de mortier, une zone de fragilité incompatible avec la conservation de la mosaïque sur son support. Les panneaux de mosaïque déliens ne pouvaient donc pas avoir été mis en place dans le pavement à l’intérieur de leur caissette. Celle‑ci n’était donc utilisée que pour la réalisation des panneaux en atelier et le transport, ou elle pouvait aussi avoir été conservée comme cadre de présentation de ces objets mobiliers.

Fig. 6 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B, revers.

Fig. 6 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B, revers.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

Fig. 7 – Délos, panneau EAD XXIX no 160, revers.

Fig. 7 – Délos, panneau EAD XXIX no 160, revers.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

  • 32 Cet emblema du ier s. av. J.‑C. a été remployé au centre d’un pavement d’opus sectile au ier s. ap (...)
  • 33 A.‑M. GuimierSorbets (n. 14), plus particulièrement p. 411‑413, avec la bibliographie antérieure.
  • 34 T. C. Gouder, The Mosaic Pavements in the Museum of Roman Antiquities at Rabat, Malta (1983), fig. (...)
  • 35 A.‑M. GuimierSorbets (n. 24).

19L’examen permet aussi de constater que les faces latérales des trois plaques déliennes sont strictement perpendiculaires aux faces supérieure et inférieure, contrairement à ce qu’on observe sur les supports d’emblema en pierre ou en terre cuite. À l’époque hellénistique et au début de l’époque impériale, ces supports ont en effet des faces latérales en biseau, de manière à faciliter l’insertion du support et une meilleure prise dans le mortier du pavement in situ. C’est le cas, notamment, du portrait de femme de Pompéi (maison VI, 15, 14) sur une plaque de travertin sans rebord32. La présentation actuelle, dans une vitrine du British Museum, de l’emblema aux Erotes et au lion permet de voir les bords obliques du caisson de terre cuite qui lui sert de support33. La même constatation peut être faite pour les caissons de pierre des emblemata de la Roman Villa de Malte34. Ce profil en biseau a aussi été noté pour la plaque ronde de terre cuite de l’emblema à la méduse du terrain Diana à Alexandrie35. De plus, l’épaisseur de ces petits panneaux est telle qu’ils peuvent tenir de chant, sans fixation (fig. 8). On a donc affaire à des panneaux mosaïqués qui pouvaient certes être insérés dans un pavement, mais étaient plutôt destinés à rester indépendants, sortes d’emblemata portatifs, de pinakes décorés en mosaïque, comme on en connaît en peinture sur support de bois.

Fig. 8 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B posé de chant.

Fig. 8 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B posé de chant.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

20Sur la surface finement mosaïquée de ces panneaux, les bords étaient les parties les plus exposées, surtout lors du transport. Pour un emblema alexandrin sur une plaque ronde de terre cuite, nous avions pu montrer que les tesselles posées en atelier n’allaient pas jusqu’au bord, leur limite devant être protégée par du plâtre lors du transport, protection que l’on avait fait sauter après installation dans le pavement. Ce retrait sans tesselle permettait ensuite d’installer une bande, décorée ou non, qui servait de joint avec la surface de la mosaïque réalisée in situ. La plaque 169B présente un retrait des tesselles large de 2 cm sur les deux bords de l’angle conservé. On peut comparer avec le panneau des colombes 168 : cet espace périmétral y a été couvert par une file de dents de scie noir sur blanc et un filet double noir (fig. 9). Qu’en était‑il pour les tableaux qui n’étaient pas insérés dans un pavement ? On pouvait procéder de manière identique, ou bien ajouter un cadre de bois pour protéger les bords du panneau.

Fig. 9 – Délos, panneau EAD XXIX no 168, face.

Fig. 9 – Délos, panneau EAD XXIX no 168, face.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

Usages, d’après les inventaires déliens, les realia et l’iconographie

  • 36 R. Vallois, « Les pinakes déliens », dans Mélanges Holleaux (1913), p. 289‑299.
  • 37 A. K. Orlandos, I. N. Travlos, Λεξικόν ἀρχαίων ἀρχιτεκτονικῶν όρων (1986), p. 211.
  • 38 M.‑Chr. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions(...)
  • 39 D. Andrianou, The Furniture and Furnishings of Ancient Greek Houses and Tombs (2009) p. 114‑115, 1 (...)
  • 40 R. Hamilton, Treasure Map. A Guide to the Delian Inventories (2000), p. 196, 222.
  • 41 Sur les inventaires athéniens du Kynthion : Ph. Bruneau (n. 13), p. 22. Pour la mention des pinake (...)

21Les inventaires des sanctuaires de Délos mentionnent à plusieurs reprises des pinakes, qui ont fait l’objet de plusieurs études depuis celle de R. Vallois en 191336 : pour ce dernier, les πίνακες sont des panneaux peints et les πίνακες εἰκονικοί des portraits. Le Lexikon d’Orlandos et de Travlos comprend les πίνακες ἔμβλητοι comme des mosaïques37. M.‑Chr. Hellmann a repris la recherche au sein du vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos. Parmi divers usages, elle signale que « les “ex‑voto” (πίνακες ἀναθεματικοί) ou les “portraits” (πίνακες εἰκονικοί) sont des pièces amovibles qui encombraient les murs et même les colonnes, de l’Héraion au gymnase en passant par le Kynthion et l’Asclépiéion »38. Elle reprend le vocabulaire décrivant certains de ces panneaux (avec ou sans volet, encadré, suspendu, sur base…) et n’est pas convaincue par l’interprétation d’Orlandos et de Travlos. Dans son étude plus générale du mobilier grec, publiée en 2009, D. Andrianou a revu les divers termes employés, adoptant les interprétations précédentes avec leurs divergences39. Les inventaires conservés pour le Samothrakeion ne font pas mention de pinakes40. Au contraire, pour le trésor D du Kynthion, les inventaires datés des environs de 155‑146, mentionnent onze, dix puis dix‑sept πίνακες εἰκονικοί (ID 1403 BbII, l. 30‑32, 1417AII l. 47‑58, 1442A l. 80‑82)41. L’angle de panneau mosaïqué à décor figuré découvert dans le Kynthion faisait‑il partie de la série mentionnée dans les inventaires de ce sanctuaire ? On ne peut l’affirmer, ni l’exclure.

  • 42 Le panneau de Sainte-Marguerite, dans un caisson de mortier de tuileau (28 cm par 29 cm), est daté (...)
  • 43 Cl. Rolley,« Attributseticonographie. Unenfantroyalà Agde? » dans F.‑H. Massa-Pairault, G. Sauron  (...)
  • 44 Ph. Bruneau, « Philologie mosaïstique », Journal des Savants 1‑2 (1988), p. 3‑73, particulièrement (...)

22Jusqu’à présent, les seuls cas d’emblemata vermiculata indépendants d’un pavement ou d’une paroi étaient ceux qui avaient été trouvés dans la mer, provenant du naufrage d’un bateau. On ne citera ici que deux panneaux découverts près des côtes françaises : celui de l’enlèvement d’Europe sur le taureau, conservé dans le musée de l’île Sainte-Marguerite, dans la baie de Cannes, ainsi que celui mis au jour plus récemment au large d’Agde, qui représente le concours musical d’Apollon et Marsyas42. Sans que le contexte de découverte soit entièrement publié, il est probable que cet emblema faisait partie d’un lot d’objets d’art transportés sur un navire ayant fait naufrage près des côtes. Les deux statues de bronze publiées par Cl. Rolley en faisaient partie43. La présence de ces panneaux dans des épaves – ou près des épaves – a été interprétée comme une partie de la cargaison, et non comme un élément de décor du bateau, sans doute à juste titre en raison du contexte. Pourtant la description que fait Moschion (rapportée par Athénée, Deipnosophistes V, 206d‑209e) du bateau d’apparat que Hiéron II avait offert à Ptolémée III vers le milieu du iiie s. av. J.‑C. laisse penser que de petits panneaux figurés étaient présents dans les cabines, que Ph. Bruneau puis W. A. Daszewski ont interprétés, à juste titre selon toute vraisemblance, comme des emblemata vermiculata44.

  • 45 G. Kawerau, Th. Wiegand (n. 28), tafelband pl. XII ; D. Salzmann, « Mosaiken und Pavimente in Perg (...)

23Découvert lors des fouilles allemandes dans la « salle de culte » du palais V de Pergame, un pavement aujourd’hui conservé au Pergamon Museum montre, au sol, la représentation illusionniste d’une paroi murale (fig. 10) : entre deux guirlandes à festons suspendues, la zone médiane figure un plan horizontal en saillie (sorte d’étagère), sur lequel sont posés des panneaux figurés. Depuis les travaux de D. Salzmann, on sait que cette zone comprenait deux panneaux et non trois comme la publication initiale le restituait45. Le seul panneau conservé aujourd’hui représente un perroquet perché sur une petite base ; il se détache sur fond noir au‑dessus des bandes qui donnent la profondeur à cette scène animalière et, par ce trait, il rappelle la composition possible pour les fragments du panneau délien 169, avec des bandes dégradées horizontales et la panthère se détachant sur un fond noir. Le panneau est bordé d’un filet triple blanc et on distingue en dessous un support gris en dégradé (fig. 11). La façon dont ce panneau pergaménien est posé de chant sur un plan horizontal, sans système d’accrochage mural, évoque les panneaux déliens. La mosaïque illusionniste pergaménienne figure donc un tableau sur un socle bas posé sur un plan horizontal. Le référent de ce pinax était‑il une peinture ou bien un panneau en fine mosaïque comme ceux de Délos ?

Fig. 10 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi.

Fig. 10 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi.

D’après G. Kawerau, Th. Wiegand, Altertumer von Pergamon, V.1, Die Paläste der Hochburg (1930), tafelband pl. XII).

Fig. 11 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi, détail du panneau au perroquet, conservé au Pergamon Museum de Berlin.

Fig. 11 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi, détail du panneau au perroquet, conservé au Pergamon Museum de Berlin.

Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.

* * *

  • 46 S. Rozenberg, D. Mevorah (éds), Herod the Great: the King’s Final Journey (2013), p. 176‑185.

24Trois panneaux emblemata vermiculata déliens ont été produits en atelier et n’ont jamais été mis en place dans un pavement : ce sont donc des éléments mobiliers, comme les pinakes peints connus par ailleurs. L’un des trois pourrait avoir fait partie des pinakes offerts dans le sanctuaire du Cynthe, ce qui est également possible pour le fragment du Samothrakeion. Le troisième fragment, découvert dans une maison, participait certainement à son décor. Les peintures pariétales de la région du Vésuve comme celle nouvellement découverte dans l’Hérodion offrent de nombreux exemples de représentations de pinakes encadrés et vraisemblablement peints, suspendus à l’intérieur des maisons46. Plus illusionniste encore, le pavement du palais de Pergame figurant une paroi montre un pinax figuré, posé sur une étagère. La large diffusion de tableaux, de facture prestigieuse comme modeste, dans les contextes religieux, palatial comme domestique, est largement admise. Jusqu’ici on ne pensait qu’à des tableaux peints, mais la réalisation de pinakes en mosaïque n’a rien d’étonnant au moment même où les mosaïques les plus fines copient les peintures. De même que les ateliers de peinture exécutaient à la fois des peintures pariétales et des tableaux de chevalet, les ateliers de mosaïstes qui partageaient leur production entre les pavements exécutés in situ et les décors plus fins (vermiculatum) qu’ils composaient en atelier n’ont certainement pas négligé ce type de produit, dont le caractère mobilier permettait une large diffusion.

  • 47 Ph. Bruneau (n. 44), particulièrement p. 36.

25Pour décrire le goût du luxe de César, Suétone (César, 46) rapporte que « in expeditionibus tessellata et sectilia pauimenta circumlisse ». Que transportait donc César dans ses expéditions militaires ? Cette phrase a fait couler beaucoup d’encre chez les spécialistes de la mosaïque. Reprenant l’ensemble des propositions, Ph. Bruneau conclut en 1988 : « … une courte phrase d’apparence innocente conduit à se représenter des choses fort diverses : des mosaïques de chevalet dont, je crois, on n’a encore jamais vu d’exemples antiques ; ou l’alternance courante du tessellatum et du sectile dès l’époque de César, alors qu’on la pensait plus tardive ; ou l’emploi de pavements de campagne en pièces détachées dont il n’est nulle part ailleurs question »47. Bien que n’étant pas, à proprement parler, des pavimenta, les fragments de panneaux déliens, éléments de décor mobilier, peuvent sans doute constituer un élément de réponse.

Haut de page

Bibliographie

Bruneau 1972 = Ph. Bruneau, Les mosaïques, EAD XXIX (1972).

GD 2005 = Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos4 (2005).

Haut de page

Notes

1 Bruneau 1972, p. 32‑33, pour le pavement no 214, Ph. Bruneau reprend ainsi les constatations de J. Chamonard, Les mosaïques de la Maison des masques, EAD XIV (1933), p. 18.

2 Bruneau 1972, p. 101‑102.

3 Bruneau 1972, p. 32‑33, ainsi que l’origine de cette dénomination.

4 Inv. A 2909, Bruneau 1972, no 202, p. 230‑231, fig. 164. Pour le Kynthion, cf. GD 2005, no 105.

5 « Fond blanc ; deux sortes de flammèches, noire et violette, puis décor en tesselles roses rouges et violettes » : Bruneau 1972, p. 230. Les deux fragments de cet emblema étaient déjà recollés en 1972, comme le montre la fig. 164.

6 A. Plassart, Les sanctuaires et les cultes du Mont Cynthe, EAD XI (1928), p. 95.

7 Il est actuellement formé de deux fragments recollés par du mortier blanc. Bruneau 1972, no 160, p. 208, fig. 164. Pour le sanctuaire des Kabires – Samothrakeion, cf. GD 2005, no 93.

8 Bruneau 1972, no 168.

9 Bruneau 1972, p. 160‑163. Le rendu de la bouche, entrouverte et laissant voir la rangée blanche des dents de la mâchoire supérieure, est semblable à celui du panneau 202.

10 Maison VI, 15, 14 : V. Sampaolo, Pompei Pitture e Mosaici V (1994), p. 693, 699, fig. 12.

11 Bruneau 1972, no 293.

12 A. Laumonier, Les figurines de terre cuite, EAD XXIII (1956), nos 364‑368, p. 137‑138, pl. 40. Pour une reproduction en couleurs des deux principales, voir P. J. Hadjidakis, Delos (2003), p. 185, fig. 240‑241.

13 Pour les cultes à Délos, cf. Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, BEFAR 217 (1970) et aussi le tableau synthétisant, par divinité, les attestations du culte et les supports de représentations : P. J. Hadjidakis, supra, p. 37.

14 A.‑M. GuimierSorbets, « Deux Érotes et un lion sur un embléma délien », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 407‑419.

15 R. Auriemma, « Emblemata ellenistici con raffigurazioni di leoni », dans I. Bragantini, F. Guidobaldi (éds), Atti del 2o colloquio dellAISCOM (1995), p. 267‑284.

16 Ph. Bruneau soulignait ce trait caractéristique des panneaux d’opus vermiculatum, Bruneau 1972, p. 32‑33.

17 Bruneau 1972, no 351.

18 Ph. Bruneau (n. 13), p. 379‑382 ; pour le culte et l’assimilation : p. 395.

19 Ph. Bruneau (n. 13), p. 223‑226.

20 Bruneau 1972, no 168. L’état actuel des fragments du panneau, présentés dans un cadre de mortier moderne, ne permet plus de constatation sur le support originel. Toutefois, les dimensions restituables sont de 47,5 cm par 45 cm, bordure comprise.

21 Bruneau 1972, no 214 dans la maison des Masques et no 293 dans la maison du Dionysos.

22 La photographie, prise en 1962, est conservée à la photothèque de l’EFA (no 32003) ; le support de mortier est visible sur une plaque de verre (1913), mais ce cliché n’apporte pas d’information supplémentaire (EFA, photothèque, no 4250).

23 Bruneau 1972, p. 78.

24 A.‑M. Guimier-Sorbets, « Le pavement du triclinium à la Méduse dans une maison d’époque impériale à Alexandrie (Terrain du théâtre Diana) » dans J.‑Y. Empereur (éd.), Alexandrina I, Études alexandrines I (1998), p. 115‑139.

25 A.‑M. GuimierSorbets, « Alexandrie : les mosaïques hellénistiques découvertes sur le terrain de la nouvelle Bibliotheca Alexandrina », RA 1998, p. 263‑290 ; A.‑M. Guimier-Sorbets, « La circulation des équipes de mosaïstes et des emblémas à l’époque hellénistique et au début de l’époque impériale : quelques informations fondées sur des données techniques », dans Fr. Blondé, A. Muller (éds), L’artisanat en Grèce ancienne, les productions, les diffusions (2000), p. 281‑289.

26 D. Salzmann, « Mosaiken und Pavimente in Pergamon», AA 1991, p. 433‑456, et particulièrement p. 434‑437, fig. 2 ; D. Salzmann, « Zu den Mosaiken in den Palästen IV und V von Pergamon » dans Studien zum antiken Kleinasien, III (1995), p. 101‑112, pl. 6‑21, pl. suppl. 1‑2. Voir aussi K. M. D. Dunbabin, Mosaics of the Greek and Roman World (1999), p. 29. Pour un schéma rectifié du pavement, W. Radt, Pergamon. Geschichte und Bauten einer antiken Metropole2 (1999), p. 73, fig. 22.

27 Cinq coquilles de murex sont visibles dans le mortier du panneau no 160, tandis qu’on en voit quatre dans le no 202. Pour l’emploi du murex dans le mortier d’étage, cf. Bruneau 1972, no 112 et p. 21, 23.

28 G. Kawerau, T. Wiegand, Altertumer von Pergamon, V. 1, Die Paläste der Hochburg (1930), Text, p. 54‑55, fig. 70.

29 Ces empreintes ne pourraient pas provenir des lattes du parquet de l’étage puisqu’elles apparaissent aussi sur toutes les faces latérales conservées.

30 GD 2005, no 95.

31 A. Maiuri, « Note su di un nuovo dipinto ercolanese », Bolletino d’Arte 31 (1937), p. 481‑489. Provenant de l’étage d’une boutique, le panneau figurant une scène d’Erotes aux activités diverses autour d’un grand trépied votif mesurait 88 cm × 80 cm, c’est‑à‑dire une taille proche des grands emblemata déliens. Il n’était épais que de 2 cm.

32 Cet emblema du ier s. av. J.‑C. a été remployé au centre d’un pavement d’opus sectile au ier s. apr. J.‑C. Voir ci‑dessus note 10. Pour une vue de la face inférieure de la plaque : M. De Vos, « Paving Techniques at Pompéi », Archaeological News 16 (1991), p. 42, fig. 9.

33 A.‑M. GuimierSorbets (n. 14), plus particulièrement p. 411‑413, avec la bibliographie antérieure.

34 T. C. Gouder, The Mosaic Pavements in the Museum of Roman Antiquities at Rabat, Malta (1983), fig. de la p. 6.

35 A.‑M. GuimierSorbets (n. 24).

36 R. Vallois, « Les pinakes déliens », dans Mélanges Holleaux (1913), p. 289‑299.

37 A. K. Orlandos, I. N. Travlos, Λεξικόν ἀρχαίων ἀρχιτεκτονικῶν όρων (1986), p. 211.

38 M.‑Chr. Hellmann, Recherches sur le vocabulaire de l’architecture grecque d’après les inscriptions de Délos (1992), BEFAR 278, p. 88, 91‑93, et p. 124 pour le terme emblema.

39 D. Andrianou, The Furniture and Furnishings of Ancient Greek Houses and Tombs (2009) p. 114‑115, 139‑149.

40 R. Hamilton, Treasure Map. A Guide to the Delian Inventories (2000), p. 196, 222.

41 Sur les inventaires athéniens du Kynthion : Ph. Bruneau (n. 13), p. 22. Pour la mention des pinakes dans ces inventaires : D. Andrianou (n. 39), p. 114, 144 ; R. Hamilton, supra, p. 194, 220 nos 12 et 13.

42 Le panneau de Sainte-Marguerite, dans un caisson de mortier de tuileau (28 cm par 29 cm), est daté, sans beaucoup de justification, du ier s. apr. J.‑C. ; le bateau qui a fait naufrage est d’époque moderne : O. Wattel de Croizant, Les mosaïques représentant le mythe d’Europe (iervie siècles). Évolution et interprétation des modèles grecs en milieu romain (1995), p. 83‑85, pl. VIIIa. L’emblema d’Agde, réalisé dans un caisson de travertin (carré de 50 cm de côté), doit vraisemblablement dater du ier s. avant J.‑C. V. Blanc-Bijon, «L’emblema d’Apollon et de Marsyas », Mosaïque antique. Dossiers d’archéologie 346 (2011), p. 96‑97; V. Blanc-Bijon, Y. Coquinot, « L’embléma d’Apollon et de Marsyas (Cap d’Agde) : étude iconographique et technique – analyses des matériaux », dans M. Denoyelle, S. Descamps-Lequime, B. Mille, S. Verger (éds), Bronzes grecs et romains, recherches récentes. Hommage à Claude Rolley (2012) [en ligne, URL : http://inha.revues.org/3902].

43 Cl. Rolley,« Attributseticonographie. Unenfantroyalà Agde? » dans F.‑H. Massa-Pairault, G. Sauron (éds), Images et modernité hellénistiques. Appropriation du monde d’Alexandre à César, Collection de l’École française de Rome 390 (2007), p. 185‑191.

44 Ph. Bruneau, « Philologie mosaïstique », Journal des Savants 1‑2 (1988), p. 3‑73, particulièrement p. 19 avec la bibliographie antérieure ; pour le texte commenté : W. A. Daszewski, Corpus of Mosaics from Egypt I, Hellenistic and Early Roman Period (1985), p. 23‑25.

45 G. Kawerau, Th. Wiegand (n. 28), tafelband pl. XII ; D. Salzmann, « Mosaiken und Pavimente in Pergamon », AA 1991, p. 433‑456, et particulièrement p. 436‑437, fig. 4 ; D. Salzmann, « Zu den Mosaiken in den Palästen IV und V von Pergamon » dans Studien zum antiken Kleinasien III (1995), p. 101‑112, pl. 6‑21, pl. suppl. 1‑2, et particulièrement p. 108‑109, pl. 18.1‑2. Pour un schéma rectifié de l’ensemble du pavement, R. Grübinger, V. Kästner, A. Scholl (éds), Pergamon Panorama der antiken Metropole. Begleitbuch zur Austellung, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin (2011), p. 103, fig. 4.

46 S. Rozenberg, D. Mevorah (éds), Herod the Great: the King’s Final Journey (2013), p. 176‑185.

47 Ph. Bruneau (n. 44), particulièrement p. 36.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 202, face.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 160, face.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 ‒ Délos, panneau EAD XXIX no 169B, face.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. 4 –Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5 – Délos, panneau EAD XXIX no 169A, face.
Crédits Cl. EFA, no 32003.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Titre Fig. 6 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B, revers.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k
Titre Fig. 7 – Délos, panneau EAD XXIX no 160, revers.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre Fig. 8 – Délos, panneau EAD XXIX no 169B posé de chant.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Titre Fig. 9 – Délos, panneau EAD XXIX no 168, face.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 10 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi.
Crédits D’après G. Kawerau, Th. Wiegand, Altertumer von Pergamon, V.1, Die Paläste der Hochburg (1930), tafelband pl. XII).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 – Pergame, palais V, mosaïque figurant une paroi, détail du panneau au perroquet, conservé au Pergamon Museum de Berlin.
Crédits Cl. Anne‑Marie Guimier‑Sorbets.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/543/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets, « Des emblemata pinakes déliens : iconographie, technique, usage »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 227-263.

Référence électronique

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets, « Des emblemata pinakes déliens : iconographie, technique, usage »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/543 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.543

Haut de page

Auteur

Anne‑Marie Guimier‑Sorbets

Professeur émérite université de Paris Nanterre, UMR 7041 Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), Présidente de l’AIEMA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search