Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Une tombe hellénistique de Gjerbë...

Une tombe hellénistique de Gjerbës (Albanie) : un marqueur culturel ?

Lavdosh Jaupaj
p. 287-311

Résumés

Retrouvée sur le territoire du Koinon des Bylliones, dans l’arrière‑pays d’Apollonia, l’épitaphe de Megallis non seulement enrichit le corpus des inscriptions grecques de la région, mais pose aussi le problème de l’identité des occupants de la nécropole. En effet, le mobilier funéraire, ainsi que le rite de l’incinération, renvoient à un contexte indigène, alors que le nom de la défunte est grec. Deux hypothèses sont alors envisageables ; la première fait de Megallis une Grecque d’origine qui se serait installée dans la région. Dans ce cas on est dans une problématique qui est plutôt celle des mobilités en contexte colonial. La seconde est de faire de Megallis une indigène originaire du lieu, et dans ce cas on est dans une problématique d’acculturation, avec une « hellénisation » de l’onomastique illyrienne, comme conséquence de l’expansion du royaume épirote et de l’intensification des échanges avec les colonies grecques de la côte.

Haut de page

Texte intégral

Le cadre géographique

  • 1 Gjeografia Fizike e Shqipërisë, Vëllimi II “Akademia e Shkencave e RSH”, Qendra e Studimeve Gjeogr (...)
  • 2 P. Cabanes (éd.), Carte archéologique de l’Albanie (2008), p. 146‑224.

1Le village de Gjerbës est situé dans la partie orientale du district de la Mallakastra et relève de la municipalité de Selit qui fait partie de la préfecture de Fier (fig. 1). Ce district recouvre un large territoire, avec des hauteurs allant de 300 à 600 m d’altitude au‑dessus du niveau de la mer ; le paysage est une combinaison de formations géologiques calcaires et de zones terrigènes, avec de nombreux cours d’eau et des sols aménagés aujourd’hui en terrasses agricoles1. Bénéficiant d’un climat méditerranéen doux favorable au développement de la vie, la Mallakastra a un territoire densément peuplé, comme l’ont montré les données archéologiques provenant des différents sites2. Le climat tempéré, les précipitations régulières et le bon ensoleillement qui caractérisent la région aujourd’hui n’ont pas subi de grandes variations depuis les époques anciennes et expliquent cet environnement favorable aux populations. Le site dans l’Antiquité appartient au koinon des Bylliones dont la capitale Byllis se situe à environ 10 km à l’Ouest. Le territoire des Bylliones se situe lui‑même dans l’arrière‑pays d’Apollonia, colonie grecque corcyro-corinthienne fondée dans le dernier quart du viie s. av. J.‑C. La proximité de cette colonie explique en grande partie les influences grecques diffusées dans toute la région de la Mallakastra, dont la tombe qui fait l’objet de cette étude est une belle illustration.

Fig. 1  Gjerbës. Localisation géographique du site.

Fig. 1 – Gjerbës. Localisation géographique du site.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Les données de fouille

2Le village se divise entre une partie haute appelée localement « Jaupaj », construite sur une dorsale montagneuse, et une partie basse appelée « Goras », située au pied d’une colline en direction de « Përroit de Çurkës » (fig. 2).

Fig. 2  Localisation de la tombe.

Fig. 2 – Localisation de la tombe.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 3 Les coordonnées de la tombe sont les suivantes : latitude 40°33’34.66"N ; longitude 19°49’52.96"E  (...)
  • 4 L’Institut archéologique de Tirana, alerté par mes soins de la découverte fortuite de cette tombe, (...)

3À l’endroit appelé « Yrti Haredinit », au cours de travaux agricoles durant le mois de septembre 2007, un tracteur a sorti un larnax de pierre calcaire portant une inscription en langue grecque, quelques blocs de taille moyenne provenant de la maçonnerie de la tombe, des fragments de céramique et des fragments d’os brûlés3. Le propriétaire signala la découverte et nettoya superficiellement l’endroit où apparaissait une ligne de mur4. Après avoir recueilli tous les matériaux de surface laissés sur place par le propriétaire, on a ouvert un sondage de 2 × 2 m dont l’exploration s’est avérée positive. Après l’évacuation de la terre végétale travaillée par le tracteur, est apparu l’angle sud‑ouest d’un mur, et une couche de pierres où l’on distinguait la trace négative laissée par l’extraction du larnax, et le couvercle du larnax dans l’angle sud-ouest (fig. 3). On a ensuite dégagé les parois nord, ouest et sud de la structure, mais la paroi est n’a pas été retrouvée car le propriétaire a refusé que l’on poursuive les travaux d’exploration (fig. 4).

Fig. 3  Le couvercle de l’urne au moment de la découverte.

Fig. 3 – Le couvercle de l’urne au moment de la découverte.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 4  Plan général de l’enclos funéraire.

Fig. 4 – Plan général de l’enclos funéraire.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 5 Les os ont été récupérés en vue d’analyses anthropologiques qui n’ont pas encore pu être faites du (...)

4D’une manière générale on a pu observer que toute la zone a été fortement perturbée par les travaux agricoles qui ont éparpillé les sépultures et leur mobilier. Seule la paroi ouest de la structure a été entièrement dégagée : elle mesure 2,40 m pour une largeur variant entre 35 et 38 cm, avec cinq blocs conservés. La paroi nord a été dégagée sur 2,60 m (5 blocs) et la paroi sud sur 2,50 m (5 blocs) ; elles présentent des largeurs identiques à celle de la paroi ouest. La fouille n’a pu être menée que dans la partie ouest de la structure sur un peu plus de 2 m. Au centre de la fouille, ont été dégagés trois blocs en calcaire formant l’angle nord-ouest d’une tombe à ciste, orientée est-ouest, où a été récupérée la plus grande partie du matériel. Sur le côté sud, la paroi est constituée d’une plaque de schiste ; sur le côté nord seuls trois blocs ont pu être dégagés. La largeur de la tombe est de 35 cm. Elle se trouve à 85 cm du mur ouest et à 55 cm du mur sud de la structure rectangulaire que l’on peut identifier comme un enclos funéraire. La fouille a été interrompue par le propriétaire avant que la paroi est de la tombe n’ait pu être atteinte. La tombe n’a donc été dégagée que sur une longueur de 105/108 cm. Une dernière photo de l’état de la fouille avant son interruption a pu être faite en urgence (fig. 5), ainsi que le relevé de la paroi nord de la tombe (fig. 6). Ce profil montre, sous la terre arable (US 04), une couche de terre cendreuse avec des restes d’os brûlés correspondant à la couche d’occupation de l’enclos funéraire (US 05), et des éléments de la paroi nord de la tombe, très détruite5. La fouille n’a pas pu descendre au‑delà de 40 cm de profondeur, et le fond de la tombe n’a pas été atteint.

Fig. 5  État de la fouille avant l’interruption des travaux.

Fig. 5 – État de la fouille avant l’interruption des travaux.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 6  Profil du côté nord de la tombe.

Fig. 6 – Profil du côté nord de la tombe.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 6 Pour Apollonia, A. Mano, « Nekropoli i Apolonisë – Tuma 1 », dans Iliria I (1971), p. 121‑138 ; po (...)
  • 7 Toutefois, on ne peut éliminer l’hypothèse d’un bustum vu que tout l’espace est rempli de terre ce (...)

5Même si la fouille n’a pu être achevée, on peut identifier un enclos funéraire sans doute familial, de plan rectangulaire, orienté est/ouest, avec des murs faits de blocs de calcaire et de dalles de schiste montés à sec de façon peu soignée, et abritant en son centre une tombe à ciste construite et orientée de la même façon, sans couverture conservée. L’hypothèse d’un simple enclos funéraire est une hypothèse minimale. On pourrait penser aussi aux restes d’un édifice funéraire type naiskos abritant la tombe centrale, comme on en connaît à Apollonia, Amantia ou Phoinikè, mais aucun élément architectural n’a pu être récupéré6. La tombe à ciste contenait une amphore renfermant les cendres d’un défunt (cf. infra catalogue no 13), et peut donc être interprétée comme le réceptacle de cette incinération7. Le larnax devait être adossé au mur ouest ou sud. On a ainsi deux sépultures bien identifiées au sein de l’enclos ou de l’édifice. Le seul rite attesté, dans les deux cas, est celui de l’incinération, mais on sait qu’il cohabite avec les rites d’inhumation en territoire illyrien pendant toute l’époque hellénistique. La présence d’un fragment de sarcophage retrouvé sur l’angle sud-ouest de l’enclos (cf. infra catalogue no 3) pourrait correspondre à une sépulture à inhumation, mais le fragment peut provenir d’un enclos avoisinant.

Catalogue du matériel

6À proximité de la tombe ont été récupérés le larnax avec l’inscription (nos 1 et 2), un fragment de couvercle de sarcophage (no 3), une figurine (no 4) et un fragment de figurine (no 5), un cratère (no 6), trois anses (no 7‑8‑9), un fond d’amphore poissé (no 10).

7À l’intérieur de la tombe ont été récupérés deux lampes à huile (no 11 et 12), une amphore de table intacte contenant des cendres et des os brûlés (no 13), une pyxide (no 14), deux fragments de tuile (no 15 et 16), quatre monnaies (no 17/1‑4) et une épingle en fer (no 18).

Le matériel récupéré dans l’enclos funéraire hors la tombe

1) Le larnax et l’inscription grecque (fig. 713)
Matériau : pierre calcaire blanche au grain très fin, rappelant celui des Monts Karaburun.
État de conservation : plusieurs fractures à l’extrémité gauche de la base, au sommet supérieur droit du réceptacle (à l’emplacement de la mortaise), aux extrémités gauche du couvercle, et sur les acrotères latérales droites. Nombreuses traces, anciennes et récentes, laissées par les travaux agricoles sur le côté gauche, qui prouvent que l’urne était déjà renversée.
– Le corps du larnax (fig. 79)
Dimensions :
Hauteur : 66,5 cm.
Largeur : 32 cm au‑dessus de la base ; 30 cm au sommet sous le couvercle.
Épaisseur : 39 cm (hors base).
Largeur de la base : 39 cm ; hauteur totale de la base : 12 cm (hauteur de la plinthe : 8,5 cm).
Description : le réceptacle a la forme de parallélépipède, il est creusé dans sa partie supérieure d’une cavité de forme irrégulière destinée à recevoir les cendres. Les dimensions de la cavité sont 28 × 20 × 21 cm. La partie inférieure se termine par une base formée d’une plinthe, d’un filet et d’un quart de rond à profil tendu ; la base ne court qu’en façade et sur les côtés latéraux avec une saillie de 3,5 cm par rapport à la face antérieure. La face arrière est à peine dégrossie, ce qui pourrait indiquer que le larnax devait être adossée à un mur.

Fig. 7  L’urne vue de face (avec l'inscription).

Fig. 7 – L’urne vue de face (avec l'inscription).

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 8  Côté gauche de l’urne.

Fig. 8 – Côté gauche de l’urne.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 9  Côté droit de l’urne.

Fig. 9 – Côté droit de l’urne.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

– Angle du couvercle avec acrotère (fig. 12).
no inv. 1139 ; conservé dans les réserves du musée d’Apollonia.
Dimensions :
12,5 × 11 cm.
Il s’agit de l’angle antérieur gauche du couvercle de l’urne ; la cassure est ancienne, mais le fragment colle parfaitement avec l’angle cassé du couvercle de l’urne.
Hauteur maximale : 21,5 cm (avec acrotère central).
Largeur : 38 cm ; épaisseur : 39 cm.
Hauteur du tympan : 10 cm.
Hauteur de l’acrotère central : 6 cm.
Largeur de l’acrotère central : 10 cm.
Le couvercle en forme de fronton triangulaire est recreusé à l’intérieur. Le fronton est décoré de quatre acrotères latéraux de forme arrondie, et deux acrotères faîtiers de forme cubique. Le lit de pose du couvercle présente un cadre d’anathyrose pour permettre une bonne étanchéité. La corniche et les rampants du fronton sont marqués par un large bandeau en haut relief. Le couvercle était fixé sur le réceptacle par un tenon aux deux angles opposés – angle antérieur droit et angle postérieur gauche – (fig. 10), mais sur le réceptacle on a trois mortaises aux angles antérieurs droit et gauche, et à l’angle postérieur gauche (fig. 11). Les tenons devaient être en bois car ils ont disparu, mais on peut observer les cavités rectangulaires des mortaises, d’une profondeur de 3 à 4 cm, sous le couvercle et sur le réceptacle.

Fig. 10  Le dessous du couvercle de l’urne.

Fig. 10 – Le dessous du couvercle de l’urne.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 11  Le dessus de l’urne.

Fig. 11 – Le dessus de l’urne.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 8 On peut comparer avec le texte de l’inscription n° 29, p. 22, pl. 3, du CIGIME 1997.
  • 9 Je remercie le professeur Pierre Cabanes de m’avoir fourni ces informations alors que le dernier v (...)
  • 10 CIGIME 2007 p. 90‑92, 100‑103 ; Lexicon of Greek personal names, Volume IIIA ; SEG,1988, p. 483‑49 (...)
– L’inscription (fig. 7 et 13)
Elle est située au sommet de l’urne juste sous le couvercle, et n’est pas vraiment centrée mais alignée sur le côté gauche et les deux lignes sont légèrement inclinées vers le bas (fig. 7).
La hauteur des lettres est de 2 cm ; la forme des lettres oriente vers une datation aux IIIe‑IIe s. av. J.‑C.8
ΜΕΓΑΛΛ[Ε]Ι ΧΑΙΡΕ
Megallis, salut !
La lecture ne présente pas de difficulté sauf pour l’epsilon après le deuxième lambda9. On pourrait aussi un lire un omicron. Mais dans ce cas on aurait un nom masculin (Μεγαλλοι) au datif, ce qui n’est pas satisfaisant.
Μεγαλλει est un nom féminin au vocatif, avec le digramme ει pour ι ; ce nom Μεγαλλις est connu à Bouthrôtos dans les inscriptions 25, l. 11‑12 ; 31, l. 89‑9010. Il figure aussi chez Diodore de Sicile XXXIV/XXXV, 2, 10, pour une Mégallis femme de Damophilos et sous la forme Métallis en XXXIV/XXXV, 2, 33.

Fig. 12  L’angle du couvercle de l’urne.

Fig. 12 – L’angle du couvercle de l’urne.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 13  Détail de l’inscription.

Fig. 13 – Détail de l’inscription.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

2) Fragment de couvercle de sarcophage (fig. 14)
no inv. 1137 ; conservé dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : pierre calcaire semblable à celle de l’urne.
Dimensions : 20 × 13, 4 cm.
Description : similaire au larnax mais avec des dimensions plus grandes. Il s’agit donc d’un sarcophage plutôt que d’un larnax.
Comparaison : N. Ceka, art. cit. note 6, tab. I, 2c.

Fig. 14  Fragment d’angle de couvercle de sarcophage.

Fig. 14 – Fragment d’angle de couvercle de sarcophage.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 11 Abrégé en Stillwell 1952 dans la suite du catalogue.
  • 12 Abrégé en Almagro-Gorbea 1980 dans la suite du catalogue.
3) Figurine féminine assise sur un trône (fig. 15)
Elle a été retrouvée le long du mur ouest au centre de l’enclos.
no inv. 1148 ; conservé dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : terre cuite ; pâte fine et pulvérulente ; Munsell 5YR 7/6 (beige/ocre)
Dimensions : hauteur : 29, 7 cm ; largeur : 15,5 cm ; profondeur : 9,8 cm.
État de conservation : recomposée à partir d’une dizaine de fragments ; il manque la partie inférieure de la jambe droite.
Description : la statuette représente un personnage féminin assis sur un trône. La tête haute de 4,7 cm et large de 3,5 cm porte une couronne. Les traits du visage ovale sont peu visibles dans l’état de conservation actuel. Elle porte un vêtement drapé qui descend jusqu’aux pieds ; les plis du tissu sont particulièrement bien marqués sur les jambes. La masse des seins est à peine visible. Les bras sont allongés le long du corps et les mains reposent sur les jambes. Les pieds sont posés sur le socle du trône, à moins qu’il ne s’agisse d’un tabouret bas indépendant. Le trône mesure 15,5 cm de large, sur 13,5 cm de haut. La statuette ne présente de revers qu’à hauteur de la tête et des épaules : tout le reste de l’arrière est largement ouvert. L’épaisseur moyenne est de 1,3 cm.
Comparaison : A. N. Stillwell, Corinth XV/II, The potters’ quarter. The terracottas, The American School of Classical Studies at Athens (1952), Type XVII, voir fig. 4, p. 121, pl. 26 et fig. 30, p. 29, pl. 2811 J. Almagro-Gorbea, Corpus de las terracotas de Ibiza (1980), groupe IV de la typologie12 datation proposée : IVe‑IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 15  Figurine no 4.

Fig. 15 – Figurine no 4.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

4) Fragment de figurine (fig. 16)
Le fragment a été retrouvé dans l’angle sud-ouest de l’enclos à une cinquantaine de centimètres de la figurine précédente. Dans un premier temps on a réuni ce fragment avec ceux de la figurine no 4, mais la restauration a montré qu’il appartenait à une autre statuette.
no inv. 1149 ; conservé dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : terre cuite ; pâte fine et pulvérulente ; surface : Munsell 5YR 7/6 ; pâte : 5YR 4/1.
Dimension : h : 15 cm ; largeur : 4 cm.
État de conservation : fragment isolé.
Description : Le fragment appartient à une statuette du même type que la figurine no 4. Il correspond à la partie gauche du trône.
Comparaison : A. N. Stillwell 1952 ; J. Almagro-Gorbea 1980 groupe IV de la typologie ; datation proposée : IVe‑IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 16  Fragment de figurine no 5.

Fig. 16 – Fragment de figurine no 5.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 13 Abrégé en Dimo 1984 dans la suite du catalogue.
5) Jarre (fig. 17)
Elle a été retrouvée à l’angle extérieur sud-ouest de la tombe.
no inv. 1122 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte fine et pulvérulente ; Munsell 5YR 7/6.
Dimensions : diamètre à l’ouverture : 26 cm ; diamètre du pied : 12 cm ; hauteur : 27,7 cm.
État de conservation : recomposée à partir d’une quarantaine de fragments. Forme presque complète.
Description : profil en cloche. Bord évasé avec lèvre horizontale à marli concave pour recevoir le couvercle. Anses horizontales à profil circulaire, relevées sous la lèvre, en forme d’oméga. Col peu élevé à profil concave régulier. Pied en anneau peu marqué. Traces de décor linéaire à vernis rouge en haut de la panse. Ce type est utilisé aussi pour le stockage alimentaire. À noter que la mauvaise qualité de la pâte rend peu probable l’utilisation de ce vase pour recevoir des liquides.
Comparaison : V. Dimo, « Nouvelles fouilles aux murailles d’Apollonia », Iliria XIV (1984/1), Tab. V. 1 et 2, p. 213, tab. V, 413. Datation proposée : IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 17  Jarre no 6.

Fig. 17 – Jarre no 6.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

6) Anse (fig. 18)
L’anse a été trouvée au moment du nettoyage dans la couche superficielle. Elle présente une section circulaire et devait appartenir à une cruche.
no inv. 1126 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte dure, sableuse et micacée ; Munsell 2.5YR 5/8.
Dimensions : diamètre : 2 cm.
Description : anse à section circulaire qui devait appartenir à une cruche de production locale.

Fig. 18  Anse isolée no 7.

Fig. 18 – Anse isolée no 7.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

7) Anse (fig. 19)
Comme la précédente, l’anse a été retrouvée dans la couche superficielle au moment du nettoyage.
no inv. 1136 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte dure, sableuse et micacée ; Munsell 5YR 6/7.
Dimensions : diamètre : 1.8 cm.
Description : anse en ruban.

Fig. 19  Anse isolée no 8.

Fig. 19 – Anse isolée no 8.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 14 Abrégé en Amore 2010 dans la suite du catalogue.
8) Anse et col d’hydrie (fig. 20)
Ce fragment d’hydrie a été retrouvé comme les deux anses précédentes dans la couche superficielle de l’enclos funéraire au moment du nettoyage.
no inv. 1138 ; conservé dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte fine et dure, micacée ; Munsell 5YR 7/6.
Dimensions : diamètre de l’ouverture : 18 cm
État de conservation : un seul fragment conservé.
Description : les lèvres repliées vers l’extérieur viennent reposer sur l’extrémité supérieure des anses ; anses en ruban à profil triangulaire avec cannelure sur la face supérieure.
Comparaison : A. Mano art. cit. note 6, pl. 10, 2 ; M. G. Amore, The complex of tumulus 9, 10,11 in the Necropolis of Apollonia, BAR int. ser. 2059 (2010), 4.201, p. 55914. Datation : IVe‑IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 20  Anse et col d’hydrie no 8.

Fig. 20 – Anse et col d’hydrie no 8.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Matériel récupéré dans la tombe

9) Fond d’amphore (fig. 21)
Il a été retrouvé dans la couche superficielle au moment du nettoyage de la tombe.
no inv. 1138 : dans le dépôt d’Apollonia).
Matériau : céramique ; pâte fine et pulvérulente ; Munsell 5YR 7/5.
État de conservation : un seul fragment conservé.
Description : il s’agit vraisemblablement d’un fond d’amphore. Il se caractérise par la présence de bitume sur la paroi interne, comme on en rencontre souvent dans la région pour les vases de production locale.
Comparaison : voir infra no 13. Datation : IVe‑IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 21  Fond d'amphore bitumée no 9.

Fig. 21 – Fond d'amphore bitumée no 9.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 15 Abrégé en Bereti 1995 dans la suite du catalogue.
  • 16 Abrégé en Vrekaj 2004 dans la suite du catalogue.
10) Amphore de table (fig. 2425)
Elle a été trouvée à l’angle sud-ouest la tombe, avec l’embouchure contre la paroi sud. L’amphore s’est émiettée au moment de sa récupération, et la restauration de la panse s’est avérée impossible car les fragments subsistants étaient trop fragiles. Seul le col a pu être restauré.
no inv. 1130 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte bien dépurée, fine et pulvérulente ; Munsell : 5YR 7/5.
Dimension : hauteur : 26 cm ; diamètre de l’embouchure : 10 cm.
État de conservation : au moment de la découverte, l’amphore présente déjà des lacunes sur la panse et le fond est détruit. Actuellement il ne reste plus que des fragments.
Description : amphore de table à panse globulaire se rétrécissant fortement au niveau du pied ; lèvres à profil triangulaire ; anses en ruban ; col bien marqué sur des épaules carénées ; le pied annulaire est à fond plat. Ce type d’amphore est bien connu dans les nécropoles d’Apollonia (type A dans le tumulus 1). Les parois minces et la pâte fragile rendent peu probable l’utilisation de cette amphore pour contenir des liquides ou des denrées ; il semble que son usage soit seulement funéraire. De fait, l’amphore servait d’urne cinéraire car elle contenait des os brûlés et des cendres.
Comparaison : A. Mano art. cit. note 6, fig. 26 p. 130 ; A. Mano, Apolonia e Ilirisë (2006), tab. XVIII V23 no 140, tab. XXIV, V 23 ; Amore 2010, 19. 1 p. 127 ; datation : IVeIIIe s av. J.‑C.
11) Lampe à huile (fig. 22 a‑b‑c‑d)
Elle a été trouvée le long de la paroi nord de la tombe à 40 cm de la paroi ouest, mélangée à des os brûlés et de la terre cendreuse.
no inv. 1123 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte fine et pulvérulente ; Munsell 2,5 YR, 5/1 ; traces de vernis noir à l’intérieur et à l’extérieur.
Dimensions : longueur : 10,5 cm ; diamètre : 6 cm.
État de conservation : recomposée à partir d’une dizaine de fragments ; il manque l’attache de l’anse et une partie du réservoir.
Description : lampe à huile à vernis noir ; le réservoir est circulaire ; le bec est en forme d’enclume ; anse annulaire à section triangulaire.
Comparaison : V. Dimo, P. Lenhardt et F. Quantin (éds), Apollonia I : atlas archéologique et historique (2007) p. 139, 86 ; Dimo 1984 tab. V, 5 ; V. Bereti, « Découvertes dans les nécropoles antiques des territoires amantins », Iliria XXV (1995/1‑2)15 ; V. Bereti art. cit. note 6, p. 136, tab. II, 4 ; 1995/1‑2, p. 220, tab. V, 1 ; B. Vrekaj, « L’éclairage à Apollonia : lampes à huile et autres alternatives », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité IV (2004), p. 269‑292 (avec toute la bibliographie antérieure), pl. VIII, 3416. Datation : IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 22 a-b-c-d  Lampe à huile no 11.

Fig. 22 a-b-c-d – Lampe à huile no 11.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

12) Lampe à huile (fig. 23 a-b-c-d)
Elle a été trouvée dans la partie est de la tombe.
no inv. 1124 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte fine et pulvérulente ; Munsell 5YR 7/6 ; traces de vernis orange.
Dimensions : longueur : 11,5 cm ; diamètre : 6,3 cm.
État de conservation : entièrement recomposée à partir d’une dizaine de fragments.
Description : lampe à huile à engobe orange ; le réservoir est circulaire ; le bec est ovale, en forme d’enclume avec orifice en U ; anse annulaire à section ovale.
Comparaison : V. Dimo, P. Lenhardt et F. Quantin (éds), Apollonia I : atlas archéologique et historique (2007), p. 139, 86 ; Dimo 1984, tab. v, 5 ; V. Bereti, art. cit. note 6, p. 136, tab. II, 4 ; Bereti 1995, p. 220, tab. V, 1 ; Vrekaj 2004 ; S. De Maria, Sh. Gjongeçaj, art. cit. note 6, p. 138 no 13. Datation : IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 23 a-b-c-d  Lampe à huile no 12.

Fig. 23 a-b-c-d – Lampe à huile no 12.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 24  L’amphore de table no 10 au moment de la découverte.

Fig. 24 – L’amphore de table no 10 au moment de la découverte.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

Fig. 25  Dessin de la partie restaurée de l’amphore no 10.

Fig. 25 – Dessin de la partie restaurée de l’amphore no 10.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

13) Pyxide (fig. 26)
Elle a été retrouvée au centre de la tombe le long de la paroi sud.
no inv. 1125 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : céramique ; pâte fine et dure ; vernis extérieur noir Munsell 2,5 YR 5/6 ; vernis orange, Munsell 5YR 3/1.
Dimensions : diamètre de l’ouverture : 8,3 cm ; diamètre du pied : 5,4 cm ; diamètre maximale au centre avec l’anneau : 13,3 cm ; hauteur : 6,8 cm.
État de conservation : forme complète mais il manque le couvercle.
Description : profil biconique ; au niveau de la carène, présence d’une collerette permettant de recevoir le couvercle ; traces de vernis noir sur la face externe de la partie basse, mais le pied est réservé ; traces de vernis orange sur la face externe de la partie haute, et à l’intérieur sauf sur le fond.
Comparaison : Type B dans The Athenian Agora, Volume XXIX, Part 1 et 2 ; N. Ceka, L. Papajani, « Fouilles archéologiques 1974‑1975 – Belsh », Iliria VI (1976), p. 334‑336, tab. IX, p. 375 ; V. Bereti art. cit. note 6, p. 135, tab. I, 4 ; Bereti 1995, p. 220, tab. III, 7. Datation : IIIe‑IIe s. av. J.‑C.

Fig. 26  Pyxide no 13.

Fig. 26 – Pyxide no 13.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

14) Tuile (fig. 27)
Il s’agit d’un fragment de tuile courante de type dit corinthien, retrouvé à proximité de la lampe à huile no 12. Il pourrait s’agir d’un élément de couverture ou de paroi de tombe.
no inv. 1135 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : terre cuite ; pâte dure ; Munsell 5YR 7/6.
Dimensions : longueur 7,5 cm ; épaisseur : 1,5 cm.
État de conservation : fragment.
Description : fragment de la partie centrale plate de la tuile.
Comparaison : H. Myrto, « Un sanctuaire antique dans les environs de Durrës », Iliria XIX (1989/1), p. 105, tab. I, 6 ; N. Ceka, « Timbres antiques trouvés dans la contrée entre Aoos et Genusus », Iliria XII (1982/1), p. 130, tab. VI. Datation : IIIe‑IIe s. av. J.‑C.

Fig. 27  Tuile no 14.

Fig. 27 – Tuile no 14.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

  • 17 Les deux fragments n’appartiennent pas la même tuile car la couleur de la pâte et le profil varien (...)
15) Tuile (fig. 28)17
Il s’agit d’un fragment de tuile courante de type dit corinthien retrouvé à côté de la lampe à huile no 11 et de la pyxide no 14. Il pourrait s’agir d’un élément de couverture ou de paroi de tombe, comme dans le cas de l’exemplaire précédent.
no inv. 1146 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : terre cuite ; pâte dure ; Munsell 5YR 7/6.
Dimension : 12 × 17 × 5 cm.
État de conservation : un fragment de la bordure.
Description : le bord présente un bourrelet à profil convexe caractéristique des tuiles d’époque hellénistique.
Comparaison : H. Myrto, « Un sanctuaire antique dans les environs de Durrës », Iliria XIX (1989/1), p. 105, tab. I, 6 ; N. Ceka, « Timbres antiques trouvés dans la contrée entre Aoos et Genusus », Iliria XII (1982/1), p. 130, tab. VI ; Amore 2010, 8.32 p. 592. Datation : IIIe‑IIe s. av. J.‑C.

Fig. 28  Tuile no 15.

Fig. 28 – Tuile no 15.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

16) Quatre monnaies de bronze
Elles ont été retrouvées éparpillées dans la partie ouest de la tombe ; la monnaie 17/2 était coincée entre les deux assises des blocs servant de paroi nord à la tombe. Elles ont été rapatriées au Cabinet des médailles de l’Institut archéologique de Tirana.
16/1 (fig. 29)
Matériau : bronze.
Métrologie :
Diamètre : 2,1 cm.
Poids : 7,87 gr.
État de conservation : très médiocre ; la monnaie est à peine lisible.
Description :
D/ Tête de Zeus (?) R/ Foudre
Émissions du Koinon des Épirotes.
Comparaison : SNG, Grèce. Deuxième partie : Macédoine--Thessalie-Illyrie-Epire-Corcyre, pl. XLVIII, 1781‑1784 ou 1790 ; Sh. Gjongeçaj, « Deux trésors monétaires antiques », dans Iliria XX (1990/1), p. 167, tab. VII, 97. Datation : 234‑168 av. J.‑C.

Fig. 29  Monnaie no 16/1 (A. Meta).

Fig. 29 – Monnaie no 16/1 (A. Meta).

Cl. Lavdosh Jaupaj.

16/2 Matériau : bronze.
Métrologie :
Diamètre : 2,2 cm.
Poids : 6,20 gr.
État de conservation : très mauvais ; la monnaie n’est pas lisible.
16/3 Diamètre : 2,1 cm.
Poids : 6,77 gr.
État de conservation : très mauvais ; la monnaie n’est pas lisible.
16/4 Diamètre : 1,7 cm.
Poids : 4,04 gr.
État de conservation : très mauvais ; la monnaie n’est pas lisible.
17) Épingle en fer (fig. 30)
Elle a été retrouvée le long de la paroi nord de la tombe, à côté de la monnaie 17/3.
no inv. 11 ; conservée dans les réserves du musée d’Apollonia.
Matériau : fer.
Dimensions : 10,5 cm.
État de conservation : très corrodé ; la pièce n’est pas entière. Trois fragments récupérés. La section est circulaire dans la partie médiane et inférieure et rectangulaire à proximité de la tête.
Description : section circulaire ; tête sphérique.
Comparaison : Amore 2010, 13.51 p. 661. Datation : IVe‑IIIe s. av. J.‑C.

Fig. 30  Épingle no 17.

Fig. 30 – Épingle no 17.

Cl. Lavdosh Jaupaj.

8Les vases sont tous de production locale, sauf peut‑être la pyxide. Le mobilier, plutôt modeste, est datable au iiie s. av. J.‑C. D’après des comparaisons faites avec la nécropole tumulaire d’Apollonia, la présence des statuettes en terre cuite et de la pyxide font plutôt penser à des sépultures féminines.

La tombe comme marqueur culturel

Le rituel funéraire

  • 18 L. Papajani, « La cité illyrienne de Klos », Iliria IV (1976), p. 411‑422 ; N. Ceka, « Le Koinon d (...)
  • 19 S. Anamali, « Données sur l’élément illyrien dans les villes antiques d’Épidamne et Apollonie », B (...)
  • 20 H. Hidri, « Particularités du rituel de l’enterrement à la nécropole de Dyrrachium», Iliria XXVI ( (...)
  • 21 M. G. Amore, The complex of Tumuli 9, 10 et 11 in the necropolis of Apollonia (Albania), 2 vol., B (...)
  • 22 ZhAndrea, art. cit. note 19, p. 53‑99.

9Les données archéologiques de l’enclos funéraire de Gjerbës montrent que le rite d’incinération est le seul utilisé. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un cas isolé ou d’une caractéristique de la région car malheureusement les nécropoles des grands centres voisins, Byllis et Nikaia (Klos), ne sont pas encore identifiées et le rite funéraire dominant pratiqué pendant la période hellénistique et romaine dans cette région reste méconnu18. On peut en revanche établir des comparaisons avec les cités coloniales de Dyrrachium et surtout d’Apollonia dont les nécropoles hellénistiques sont bien connues19. Le rite de l’incinération est pratiqué par les colonies de Corinthe et Corcyre, et il a coexisté avec le rite de l’inhumation qui est en usage sans discontinuité. Au cours de certaines périodes, on remarque toutefois que le rite d’incinération est prédominant, par exemple dans la nécropole de Dyrrachium située sur les collines de la ville, dans les tombes les plus anciennes remontant à la fin du viie et au début du vie s., époque de l’installation des premiers colons. Pendant la période hellénistique et à l’arrivée des Romains, on note la prédominance de l’inhumation, surtout au ier s. av. J.‑C., et plus encore aux ieriie s. ap. J.‑C.20. À Apollonia, grâce aux recherches menées dans les nécropoles tumulaires, la présence de sépultures indigènes précédant l’implantation de la colonie est attestée, mais aucun établissement indigène n’a pu être identifié sur le site. Ce qui est certain, c’est que les colons grecs adoptent dès le départ la tradition tumulaire bien établie en Illyrie21. En revanche, il est difficile d’affirmer de façon définitive que le rite d’incinération est importé par les colons grecs, car les données provenant des nécropoles illyriennes des viiieviie s. sont encore insuffisantes. Il semblerait toutefois que le rite illyrien soit plutôt celui de l’inhumation, et dans ce cas l’introduction de l’incinération serait à mettre en relation avec l’arrivée des Grecs. À partir du vie s. av. J.‑C., comme cela a été est bien montré à Barc et Kuç i Zi dans le bassin de Korça, les influences grecques sont bien diffusées à l’intérieur des terres, en même temps que les produits commerciaux22.

  • 23 Dion Cassius, II, 4.

10La période des iiieier s. av. J.‑C. correspond à l’invasion romaine en Illyrie23. Il semblerait que cet événement entraîne une plus forte utilisation du rite de l’incinération dans les régions conquises, sans toutefois faire disparaître le rite de l’inhumation qui reste dominant. Il est difficile cependant d’affirmer que la pratique de l’incinération dans l’enclos funéraire de Gjerbës est une conséquence de l’arrivée des Romains. En effet, la tombe reste pour l’instant trop isolée, et il n’est pas impossible que le même enclos, ou d’autres nécropoles du site, attestent le rite d’inhumation. À la même période, à Dyrrachium et à Apollonia, les nécropoles ne montrent pas de changement notable dans les rites. La découverte de Gjerbës permet en tout cas de poser les données du problème et est une bonne opportunité pour développer l’étude des nécropoles dans la région.

Qui est Megallis ?

  • 24 S. Islami, « Shteti ilir në luftërat kundër Romës », Iliria III (1973), p. 5‑23 ; P. Cabanes, « Le (...)

11La tombe se trouvant dans un site indigène, situé à la frontière du territoire d’Apollonia, la question de l’identité des défunts est cruciale pour appréhender les phénomènes d’interactions culturelles. Les peuples de cette région étaient des habitants du Koinon des Bylliones qui ont reçu une forte influence épirote au moment de l’expansion du royaume de Pyrrhus. Un problème encore non résolu est de savoir si ce koinon existait avant la conquête romaine, ou s’il est une solution régionale mise en place par Rome pour institutionnaliser son protectorat dans une région qui, selon les sources littéraires, témoigne sa sympathie pour Rome24. Quoi qu’il en soit, la langue officielle du koinon reste le grec, ce qui témoigne d’une réelle autonomie du koinon à la période où l’enclos funéraire de Gjerbës est en usage. On peut en effet noter que la langue grecque est présente non seulement sur des actes officiels, mais aussi sur les légendes monétaires, les matériaux de construction et les productions céramiques (timbres sur tuiles, briques, lampes à huile et amphores).

  • 25 Pour l’instant, les inscriptions funéraires en grec retrouvées dans les territoires de l’arrière‑p (...)

12L’intérêt de l’épitaphe de Gjerbës est qu’elle se situe dans un contexte familial et donc privé25. Le grec comme langue administrative et officielle du koinon n’est donc plus une explication suffisante. Deux hypothèses peuvent être formulées mais ne sont pas vérifiables dans l’état actuel de nos connaissances. La première est de faire de Megallis une Grecque d’origine, qui, pour des raisons qui nous échappent, peut‑être matrimoniales, se serait installée dans la région. Dans ce cas on est dans une problématique qui est plutôt celle des mobilités en contexte colonial. La seconde est de faire de Megallis une indigène originaire du lieu, et dans ce cas on est dans une problématique d’acculturation, avec une « hellénisation » de l’onomastique indigène, comme conséquence de l’expansion du royaume épirote et de l’intensification des échanges avec les colonies grecques de la côte.

Le contexte historique et culturel

  • 26 Encore aujourd’hui, même dans les milieux intellectuels, la question de l’Épire reste objet de con (...)
  • 27 H. Ceka, « Les Atintanes », Buletin për Shkencat Shoqërore 1 (1956), p. 108‑122 ; N. G. L. Hammond(...)
  • 28 Les fouilles n’ont pas confirmé un centre habité par des indigènes avant l’arrivée des Grecs, mais (...)
  • 29 S. Anamali, art. cit. note 19 (1956) p. 3‑39 et (1971), p. 89‑98 ; P. Cabanes (éd.), « L’apport de (...)
  • 30 A. Mano, « Les rapports commerciaux d’Apollonie avec l’arrière‑pays », Studia Albanica (1973/1), p (...)

13Malgré de nombreux travaux qui ont donné lieu à bien des discussions, on mesure encore mal le rôle qu’a joué l’arrière‑pays illyrien dans le processus des échanges commerciaux et culturels avec les trois colonies de la côte ionio-adriatique (Orikos, Apollonia et Dyrrachium). On ne dispose pour l’instant d’aucune étude globale sur les rapports de ces colonies avec les populations indigènes. Le manque de documents ainsi que les effets néfastes d’un antagonisme nationaliste contemporain rendent le problème encore plus délicat26. Selon un « compromis » consensuel, les chercheurs font dépendre l’arrière‑pays d’Apollonia et le territoire du koinon de Byllis de la plus grande région du sud de l’Illyrie méridionale peuplée par la tribu des Atintanes27. Les iiieiie s. av. J.‑C. correspondent à la période de leur plus forte ouverture à la culture hellénique, ce que montrent à la fois les importations de produits grecs, le développement urbanistique avec des édifices grecs (théâtres, stades), et l’onomastique. Toutefois, les relations remontent au moment de la fondation des colonies grecques sur la côte illyro-épirote dans le dernier quart du viie s. av. J.‑C.28. À Épidamne-Dyrrhachion, il semble qu’il y ait eu un véritable centre illyrien avant l’arrivée des Grecs car on y a identifié des couches archéologiques avec des poteries locales qui sont mêlées à des céramiques proto-corinthiennes29. La diffusion de la culture grecque dans l’arrière‑pays apolloniate est repérable par les données archéologiques dès le vie s.30.

  • 31 J.‑P. Vernant, « Le mariage en Grèce archaïque », Parola del passato 148‑149 (1973), p. 51‑74.
  • 32 R. Van Compernolle, « Femmes indigènes et colonisateurs », Modes de contacts et processus de trans (...)

14Les mariages entre les deux communautés grecque et indigène ont été vraisemblablement un facteur important d’acculturation31. On invoque souvent ce phénomène au moment de la fondation coloniale, car la présence de femmes dans les premiers contingents coloniaux est rarement attestée. Von Compernolle notamment a insisté sur le rôle des femmes autochtones dans les colonies grecques : « le rôle joué par la femme indigène dans l’élaboration des sociétés coloniales explique sans doute, pour une part non négligeable, certains aspects caractéristiques propres aux différentes colonies grecques de la Méditerranée, et ceci dans plusieurs domaines»32. En fait les mariages interethniques ont dû avoir lieu tout au long de la période, car les échanges commerciaux mettaient quotidiennement en relation les marchands grecs avec les populations de l’arrière‑pays.

15L’enclos funéraire de Gjerbës apporte un élément supplémentaire au dossier des relations gréco-illyriennes en Épire et Illyrie-méridionale. L’épitaphe de Megallis dans un centre situé sur le koinon des Bylliones dans l’arrière‑pays d’Apollonia non seulement enrichit le corpus des inscriptions grecques dans la région, mais pose le problème de l’identité des occupants de la nécropole. Le matériel modeste de la tombe, de production locale, ainsi que le rite de l’incinération, indiquent plutôt un environnement indigène. Dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de savoir si la femme incinérée est une Grecque qui s’est déplacée et sédentarisée en territoire taulantin, ou s’il s’agit d’une indigène qui a pris un nom grec. Quoi qu’il en soit, cet exemple pour l’instant isolé est une invitation à développer l’étude des nécropoles illyriennes qui restent encore fort mal connues.

Haut de page

Bibliographie

CIGIME 1997 = P. Cabanes (éd.), Corpus des Inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire, 2. I. 2, Inscriptions d’Épidamne-Dyrrachion et d’Apollonia, Études épigraphiques 2.

CIGIME 2007 = P. Cabanes (éd.), Corpus des Inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire, 2. 2, Inscriptions de Bouthrôtos, Études épigraphiques 2.

CIGIME 2016 = P. Cabanes (éd.), Corpus des Inscriptions grecques d’Illyrie méridionale et d’Épire, 3, Inscriptions d’Albanie, Études épigraphiques 2.

Haut de page

Notes

1 Gjeografia Fizike e Shqipërisë, Vëllimi II “Akademia e Shkencave e RSH”, Qendra e Studimeve Gjeografike (1991), p. 431‑452.

2 P. Cabanes (éd.), Carte archéologique de l’Albanie (2008), p. 146‑224.

3 Les coordonnées de la tombe sont les suivantes : latitude 40°33’34.66"N ; longitude 19°49’52.96"E ; altitude : 391 m.

4 L’Institut archéologique de Tirana, alerté par mes soins de la découverte fortuite de cette tombe, me chargea de récupérer le plus d’informations possible, car en 2007 il était encore responsable des fouilles de sauvetage. Cependant, la tombe se trouvant dans une propriété privée, il fallait l’autorisation du propriétaire. Ce dernier donna son accord, mais lorsqu’il s’aperçut qu’il s’agissait d’une tombe riche en matériel, il interdit la poursuite des travaux. Le larnax est toujours conservé par le propriétaire. Le reste du mobilier a été transporté dans les réserves du musée d’Apollonia, à l’exception des monnaies rapa- triées au Cabinet des médailles de l’Institut archéologique de Tirana.

5 Les os ont été récupérés en vue d’analyses anthropologiques qui n’ont pas encore pu être faites du fait de l’absence en Albanie de laboratoire spécialisé.

6 Pour Apollonia, A. Mano, « Nekropoli i Apolonisë – Tuma 1 », dans Iliria I (1971), p. 121‑138 ; pour Amantia, S. Anamali, « Amantia », Iliria II (1972), p. 107‑120 ; V. Bereti, « Deux tombes antiques près d’Armen », dans Iliria XVI (1986/2), p. 129‑138 ; pour Phoinikè, S. De Maria, Sh. Gjongeçaj (éds), « Rapporto preliminare sulle campagne di scavi e ricerche 2004‑2006 », dans Phoinike IV (2007), p. 93‑94 ; pour Olympè, B. Dautaj, « La forteresse de Mavrovë et son identification avec la cité illyrienne Olympè », dans Iliria XII (1981/1), p. 57‑82 ; pour Byllis, N. Ceka, « Les constructions sépulcrales des cités illyriennes », Monumentet 9 (1975), p. 40 ; pour des tombes à naiskos en dehors d’Albanie, cf. J.‑L. Lamboley, « Édifice funéraire d’une nécropole de Rocavecchia », Studi di Antichità 5 (1988), p. 161‑175.

7 Toutefois, on ne peut éliminer l’hypothèse d’un bustum vu que tout l’espace est rempli de terre cendreuse et de restes d’ossements. Dans ce cas, la structure aurait été réutilisée dans un second temps comme réceptacle de l’amphore contenant les cendres. Il est impossible de trancher entre les deux hypothèses, car le fond de la tombe n’a pas été atteint, et toute la zone a été fortement perturbée par les travaux agricoles, ce qui a pu entraîner le déplacement des objets.

8 On peut comparer avec le texte de l’inscription n° 29, p. 22, pl. 3, du CIGIME 1997.

9 Je remercie le professeur Pierre Cabanes de m’avoir fourni ces informations alors que le dernier volume des CIGIME où figure cette inscription était encore sous presse. Entretemps, le volume CIGIME 2016 est paru. On trouvera l’inscription au no 326 p. 225.

10 CIGIME 2007 p. 90‑92, 100‑103 ; Lexicon of Greek personal names, Volume IIIA ; SEG,1988, p. 483‑490.

11 Abrégé en Stillwell 1952 dans la suite du catalogue.

12 Abrégé en Almagro-Gorbea 1980 dans la suite du catalogue.

13 Abrégé en Dimo 1984 dans la suite du catalogue.

14 Abrégé en Amore 2010 dans la suite du catalogue.

15 Abrégé en Bereti 1995 dans la suite du catalogue.

16 Abrégé en Vrekaj 2004 dans la suite du catalogue.

17 Les deux fragments n’appartiennent pas la même tuile car la couleur de la pâte et le profil varient d’un fragment à l’autre.

18 L. Papajani, « La cité illyrienne de Klos », Iliria IV (1976), p. 411‑422 ; N. Ceka, « Le Koinon des Bylliones », Iliria XIV (1984/2), 1986, p. 64‑67.

19 S. Anamali, « Données sur l’élément illyrien dans les villes antiques d’Épidamne et Apollonie », Buletin për Shkencat Shoqërore 1 (1956), p. 3‑39 ; S. Anamali, « Les villes de Durrës et d’Apollonie et leurs rapports avec les Illyriens », Studime Historike 2 (1971), p. 125‑135 ; ZhAndrea, Kultura ilire e tumave në pellgun e Korçës (1985), p. 14‑19 et 105‑108 ; A. Mano, art. cit. note 6, p. 109 ; A. Mano, Apolonia d’Illyrie. Recherches et études archéologiques (2006), p. 116‑120, et en fr. 210‑216 ; H. Hidri, « Fouilles de 1977 dans la nécropole de Dyrrah – secteurs des collines de Dautë », Iliria XIII (1983/1), p. 137‑145.

20 H. Hidri, « Particularités du rituel de l’enterrement à la nécropole de Dyrrachium», Iliria XXVI (1996/1‑2), p. 160‑161.

21 M. G. Amore, The complex of Tumuli 9, 10 et 11 in the necropolis of Apollonia (Albania), 2 vol., BAR int. ser. 2059 (2010), p. 91‑105.

22 ZhAndrea, art. cit. note 19, p. 53‑99.

23 Dion Cassius, II, 4.

24 S. Islami, « Shteti ilir në luftërat kundër Romës », Iliria III (1973), p. 5‑23 ; P. Cabanes, « Les modifications territoriales et politiques en Illyrie méridionale et en Épire au IIIe s. et dans la première moitié du IIe s. av. J.‑C. », Iliria XVI (1986/1), p. 71‑99.

25 Pour l’instant, les inscriptions funéraires en grec retrouvées dans les territoires de l’arrière‑pays d’Apollonia se comptent sur les doigts d’une main. Près de Gjerbës, on ne connaît que l’épitaphe de Grishicë : cf. N. Ceka, « Les inscriptions de Byllis », Iliria XVII (1987/2), n° 44 p. 94‑121. L’inscription de Gjerbës, limitée à deux mots, se caractérise par son caractère très laconique : on ne peut pas faire plus court. Cette brièveté se retrouve aussi dans l’épigraphie funéraire de Dyrrachium et pourrait donc être une caractéristique régionale.

26 Encore aujourd’hui, même dans les milieux intellectuels, la question de l’Épire reste objet de controverses entre Grecs et Albanais.

27 H. Ceka, « Les Atintanes », Buletin për Shkencat Shoqërore 1 (1956), p. 108‑122 ; N. G. L. Hammond, Epirus (1967), p. 526‑600. N. G. L. Hammond, « The Illyrian Atintani, the Epirotic Atintanes and the Roman », The Journal of Roman Studies 79 (1989), p. 11‑25 ; N. Ceka, art. cit. note 25, p. 59‑73 ; N. Ceka, « Les Atintanes, un nouvel aperçu de leur territoire et de leur histoire » Iliria XXXIV (2009‑2010), p. 5‑23. M. B. Hatzopoulos, « Le problème des Atintanes et le peuplement de la vallée de l’Aoos », L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité II (1993), p. 183‑190.

28 Les fouilles n’ont pas confirmé un centre habité par des indigènes avant l’arrivée des Grecs, mais les données archéologiques montrent que l’utilisation de nécropoles tumulaires est bien liée à une forte tradition illyrienne. Cf. Amore (n. 21).

29 S. Anamali, art. cit. note 19 (1956) p. 3‑39 et (1971), p. 89‑98 ; P. Cabanes (éd.), « L’apport des sources littéraires à l’onomastique d’Épidamne-Dyrrhachion, et Apollonia d’Illyrie », Grecs et Illyriens dans les inscriptions en langue grecque d’Épidamne-Dyrrhachion et d’Apollonia d’Illyrie (1993), p. 7‑20 ; P. Cabanes (éd.), « États fédéraux et Koina en Grèce du Nord et en Illyrie méridionale », L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité III (1999), p. 373‑382 ; H. Ceka, « L’élément illyrien dans les cités de Dyrrachium et d’Apollonia », Buletin i Institutit të Shkencave 3‑4 (1951), p. 132‑138 ; H. et N. Ceka, « Sur le développement de l’État chez les Illyriens », Studime Htstorike 2 (1969), p. 133·143 (repris dans Les Illyriens et la genèse des Albanais [1971], p. 139‑146).

30 A. Mano, « Les rapports commerciaux d’Apollonie avec l’arrière‑pays », Studia Albanica (1973/1), p. 185‑294 (repris dans Studime Historike 1 [1973], p. 155‑162 et dans Iliria IV [1976], p. 307‑316) ; A. Mano, « Problemi della colonizzazione ellenica nell’Iliria meridionale», dans Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Collection de l’École française de Rome 67 (1983), p. 227‑238.

31 J.‑P. Vernant, « Le mariage en Grèce archaïque », Parola del passato 148‑149 (1973), p. 51‑74.

32 R. Van Compernolle, « Femmes indigènes et colonisateurs », Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes, Collection de l’École française de Rome 67 (1983), p. 1048.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1  Gjerbës. Localisation géographique du site.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2  Localisation de la tombe.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 3  Le couvercle de l’urne au moment de la découverte.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 4  Plan général de l’enclos funéraire.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 5  État de la fouille avant l’interruption des travaux.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Titre Fig. 6  Profil du côté nord de la tombe.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 7  L’urne vue de face (avec l'inscription).
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 8  Côté gauche de l’urne.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9  Côté droit de l’urne.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 10  Le dessous du couvercle de l’urne.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11  Le dessus de l’urne.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12  L’angle du couvercle de l’urne.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 13  Détail de l’inscription.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Titre Fig. 14  Fragment d’angle de couvercle de sarcophage.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 15  Figurine no 4.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 16  Fragment de figurine no 5.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 17  Jarre no 6.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 18  Anse isolée no 7.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 19  Anse isolée no 8.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 20  Anse et col d’hydrie no 8.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 21  Fond d'amphore bitumée no 9.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 22 a-b-c-d  Lampe à huile no 11.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 23 a-b-c-d  Lampe à huile no 12.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 24  L’amphore de table no 10 au moment de la découverte.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 25  Dessin de la partie restaurée de l’amphore no 10.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 26  Pyxide no 13.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 27  Tuile no 14.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 28  Tuile no 15.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 29  Monnaie no 16/1 (A. Meta).
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 30  Épingle no 17.
Crédits Cl. Lavdosh Jaupaj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/546/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lavdosh Jaupaj, « Une tombe hellénistique de Gjerbës (Albanie) : un marqueur culturel ? »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 287-311.

Référence électronique

Lavdosh Jaupaj, « Une tombe hellénistique de Gjerbës (Albanie) : un marqueur culturel ? »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.546

Haut de page

Auteur

Lavdosh Jaupaj

Chercheur à l’Institut archéologique de Tirana-Académie des études albanologiques et chercheur associé à l’UMR 5789 HISOMA.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search