Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Antoine, Cléopâtre, et les techni...

Antoine, Cléopâtre, et les technites dionysiaques à Chypre

Jean‑Baptiste Cayla
p. 313-336

Résumés

Cet article propose une nouvelle datation pour trois dédicaces à Aphrodite Paphienne mentionnant les technites dionysiaques de Chypre. Les dieux Évergètes dont le culte est associé à celui de Dionysos sont certainement Antoine et Cléopâtre. À Paphos, ce culte singulier pourrait être consécutif à l’entrevue de Tarse racontée par Plutarque. Ces documents jettent un nouvel éclairage sur la période dite de la « restauration » lagide à Chypre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Un γραμματεῖον, au sens de « bureau », « secrétariat ».

1Les technites de Chypre sont connus par dix inscriptions, dont la plus ancienne date du milieu du iie s. av. J.‑C. Ils constituent une section1 de l’association d’Alexandrie, d’abord implantée à Paphos, la cité principale de l’administration lagide, qui a fourni l’essentiel de la documentation, avec des inscriptions provenant du théâtre d’une part, et, d’autre part, du sanctuaire d’Aphrodite Paphienne à Palaipaphos (village moderne de Kouklia), à une quinzaine de kilomètres du centre urbain de la cité hellénistique et romaine.

  • 2 Test. Sal., nos 79, 83, 95.
  • 3 Le Guen 2001, p. 300‑315, nos 62‑71 (avec traduction des inscriptions en français).
  • 4 Aneziri 2003, après un article de 1994 consacré à la documentation épigraphique chypriote (Aneziri(...)
  • 5 Dans l’œuvre de T. B. Mitford, ces inscriptions sont commentées à plusieurs endroits : « New inscr (...)

2L’inscription la plus ancienne a été retrouvée près du théâtre de Paphos, et l’association y porte le titre de τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Πάφον γραμματείωι [περὶ τὸν Διόνυσον τεχ]νιτῶν, alors que l’on trouve ensuite le titre de τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ Κύπρον γραμματείωι περὶ τὸν Διόνυσον τεχνιτῶν, qui suggère que l’association a essaimé dans d’autres cités de l’île, au moins à Salamine, comme l’attestent trois inscriptions sur des bases de statues2. Ces inscriptions de Chypre sont republiées et commentées, d’une part par B. Le Guen3, d’autre part par S. Aneziri4, dont les ouvrages rassemblent toute la documentation concernant les technites dionysiaques. Dans l’ensemble, ces deux études restent fidèles aux analyses de T. B. Mitford, qui, le premier, a publié les inscriptions de Chypre5. Les deux auteures s’appuient notamment sur la datation par T. B. Mitford de trois inscriptions de Palaipaphos pour souligner le rôle des technites dans la politique de Ptolémée IX, entre 106‑105 et 88 av. J.‑C. Les arguments de Mitford ne sont pas discutés. Ils ne paraissent pourtant pas recevables.

  • 6 Aucune spécialité artistique n’est mentionnée. Ce sont des magistrats, des « officiels », probable (...)

3Ces trois inscriptions sont gravées sur trois bases de statues dédiées à Aphrodite Paphienne et destinées à honorer des membres de l’association, non pas des artistes mais plutôt des membres honoraires6. À la différence des autres textes, des dieux Évergètes sont mentionnés dans les titres de l’association des technites, désignés cette fois comme οἱ περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνίται, « les technites du cortège de Dionysos et des dieux Évergètes ». Pour dater ces documents, il faudra tenir compte d’une autre base inscrite de Palaipaphos (no 4), qui mentionne le personnage de l’inscription no 1, Potamôn, fils d’Aigyptos.

Catalogue7

Le Koinon des Chypriotes consacre à Aphrodite Paphienne une statue de Potamôn

4Palaipaphos. Piédestal de marbre noir complet (36 × 77 × 76,5 cm). Musée de Kouklia, KM 45. Fig. 1.
Ed. princ. : E. A. Gardner et al., « Inscriptions of Kuklia and Amargetti », JHS 9 (1888), p. 250, no 105.
Mitford 1961, p. 37, no 99 (Le Guen 2001, I, TE 69, p. 312‑313 ; Aneziri 2003, E10, p. 400).

Fig. 1 — Inscription no 1.

Fig. 1 — Inscription no 1.

Cl. Jean‑Baptiste Cayla.

  • 8 Cf. n. 76 (glose d’Hésychius).
Ἀφροδίτηι Παφίαι,
τὸ κοινὸν τὸ Κυπρίων, Ποτάμων̣[α] Αἰγύπτ[̣ ου],
τῶν ἐν Πάφωι γεγυμνασιαρχηκότων
καὶ ἡγητορευκότων καὶ τῶν περὶ τὸν
Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν,
εὐνοίας χάριν.
À Aphrodite Paphienne, le Koinon des Chypriotes (consacre la statue de) Potamôn, fils d’Aigyptos, membre des anciens gymnasiarques de Paphos, membre des anciens Maîtres des Sacrifices8 et membre des technites du cortège de Dionysos et des dieux Évergètes, en raison de son dévouement.

La cité de Paphos consacre à Aphrodite Paphienne une statue de Kallippos

5Palaipaphos. Piédestal de marbre dont la partie postérieure a été sciée (18,7 × 61 cm). British Museum (GIBM II, 1883, 385). Fig. 2.
Ed. princ. : J. von Hammer, Topographische Ansichten gesammelt auf eine Reise in die Levante (1811), p. 180, no 50.
Mitford 1961, p. 36‑37, no 98 (Le Guen 2001, I, TE 68, p. 311‑312 ; Aneziri 2003, E9, p. 400).

Fig. 2 — Inscription no 2.

Fig. 2 — Inscription no 2.

Cl. Jean‑Baptiste Cayla.

  • 9 Cf. n. 75.
Ἀφροδίτηι Παφίαι,
ἡ πόλις ἡ Παφίων, Κάλλιππον Καλλίππου, δὶς γραμμα‑
τεύσαντα τῆς βουλῆς καὶ τοῦ δήμου καὶ ἠρχευκότα τῆς
πόλεως καὶ τῶν περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέ‑
τας τεχνιτῶν, τὸν γραμματέα τῆς πόλεως, γυμ̣[να]‑
σιαρχήσαντα καλῶς τὸ ιβʹ (ἔτος).
À Aphrodite Paphienne, la cité de Paphos (consacre la statue de) Kallippos, fils de Kallippos, qui fut deux fois secrétaire du Conseil et du Peuple, qui fut chef religieux (?)9 de la cité, qui est membre des technites du cortège de Dionysos et des dieux Évergètes, secrétaire de la cité, qui a été un bon gymnasiarque (lors de ?) la douzième année.

Un membre des technites du cortège de Dionysos et des dieux Évergètes, fils de Stasikratès, consacre à Aphrodite Paphienne les statues de ses trois enfants

6Palaipaphos. Piédestal de pierre locale brun-rose pratiquement complet (18,5 × 82,5 × 51 cm). Face inscrite brisée à droite et à gauche. Musée de Kouklia, KM 64. Fig. 3.
Ed. princ. : LBW, no 2794.
Mitford 1961, p. 37, no 100 (Le Guen 2001, I, TE 70, p. 313‑314 ; Aneziri 2003, E11, p. 400).

Fig. 3 — Inscription no 3.

Fig. 3 — Inscription no 3.

Cl. Jean‑Baptiste Cayla.

Ἀφροδίτηι Παφ[ίαι]
[. . . . ιπ]π̣ος ? Στασικράτου τῶ[ν πε]ρὶ τὸν [Διόνυσον]
[καὶ θε]οὺς Εὐεργέτας τεχνιτῶν, τὰ ἑα̣[υτοῦ τέκνα]
vvvv Τ̣ιμόκριτον vvvv Καλλίστιον vvvv Σ̣[τασικράτην ? vvvv].
[…ip]pos ?, fils de Stasikratès, membre des technites du cortège de Dionysos et des dieux Évergètes, (consacre) à Aphrodite Paphienne (les statues de) ses enfants, Timokritos, Kallistion, S[tasikratès ?].

Le Koinon des Chypriotes consacre à Aphrodite Paphienne une statue de Potamôn

7Palaipaphos. Piédestal de pierre locale grise à taches blanches (29 × 93,5 × 38,5 cm).

  • 10 « Liens commerciaux et alliances matrimoniales entre Chypriotes et négociants italiens », dans G. (...)
  • 11 « Nea Paphos et l’administration ptolémaïque de Chypre », dans C. Balandier (éd.), Nea Paphos. Fon (...)

8Musée de Kouklia, KM 24. Fig. 4.
Ed. princ. : E. A. Gardner et al., « Inscriptions of Kuklia and Amargetti », p. 249, no 102.
Mitford 1961, p. 39, no 107.
Cf. Mitford 1953, p. 166, no 119 (datation) ; Cayla 2006 (sur la famille de Potamôn)10 ; Mehl 2016 (datation)11.

Fig. 4 — Inscription no 4.

Fig. 4 — Inscription no 4.

Cl. Jean‑Baptiste Cayla.

Ἀφροδίτηι Παφίαι, τὸ κο[ινὸν
τὸ Κυπ]ρ̣ί̣ων Ποτάμωνα
Αἰγύπτου, τὸν ἀντιστράτηγον
τῆς νήσου καὶ ἐπὶ τῶν
μετάλλων, τὸν γυμνασίαρχον,
εὐνοίας χάριν.
À Aphrodite Paphienne, le Koinon des Chypriotes (consacre la statue) de Potamôn, fils d’Aigyptos, stratège délégué de l’île et préposé aux mines, gymnasiarque, en raison de son dévouement.

Qui sont les « dieux évergètes » ?

  • 12 Le titre de l’association n’a pas été conservé dans son intégralité, mais la lacune est courte et (...)

9A priori, ces dieux Évergètes renvoient au règne de Ptolémée III Évergète ou à celui de Ptolémée VIII Évergète II. C’est ce qu’a pensé T. B. Mitford. La première solution est d’emblée éliminée, notamment par le style de l’écriture. La seconde solution conviendrait mieux mais paraît contredite par une inscription de Salamine (Test. Sal., no 79), gravée sur la base d’une statue de l’épouse du stratège Théodôros. On sait que ce stratège fut en fonction sous Ptolémée VIII. Pourtant, le titre de l’association des technites qui honore cette dame ne comportait pas de mention de dieux Évergètes12.

  • 13 Mitford 1961, p. 35, no 95 (Le Guen 2001, I, TE 67, p. 310‑311 ; Aneziri 2003, E8). Ce piédestal d (...)
  • 14 On sait que cet Aristokratès fut hypomnématographe d’après une base inscrite de Paphos publiée par (...)

10T. B. Mitford a alors pensé que les dieux Évergètes n’étaient pas les souverains vivants mais leurs parents. Il faudrait par conséquent dater les trois inscriptions paphiennes des règnes des enfants de Ptolémée VIII et de Cléopâtre III, soit Ptolémée X Alexandre Ier ou Ptolémée IX Sôter II. Là encore, il subsiste des obstacles. Ainsi, si les dieux Évergètes sont les parents des souverains régnants, on ne comprend pas pourquoi ils n’apparaissent pas dans une inscription de Salamine (Test. Sal., no 83), où le stratège Hélénos est honoré par l’association entre 114/3‑107/6, durant le règne chypriote de Ptolémée X. On ne comprend pas non plus pourquoi les dieux Évergètes n’apparaissent pas sur la base d’une statue de l’épouse du technite Aristokratès13, dont on sait que la carrière est attachée au règne de Ptolémée IX ou de Ptolémée X14.

  • 15 Test. Sal., 79 (Aneziri 1994, p. 195, no 2). Cf. supra, n. 12.
  • 16 Mitford, OAth I (1953), p. 135‑137, no 10, texte édité d’après deux copies : celle de M. Markidès, (...)
  • 17 Aneziri 1994, p. 181‑183.
  • 18 Le Guen 2001, I, p. 302.

11Pour dépasser cette aporie, Mitford suppose que, quand les deux souverains régnants ont les mêmes parents, ces parents sont nommés par leur nom dynastique à côté de Dionysos dans le titre de l’association chypriote. Quand le souverain n’a pas les mêmes parents que son épouse, les parents du couple régnant ne sont pas mentionnés, faute de pouvoir être nommés. Ainsi, selon Mitford, sous Ptolémée X, les dieux Évergètes ne figurent pas dans les titres des technites, car ce souverain n’a pas épousé une de ses sœurs. De même, dans l’inscription de Salamine15, datée par la stratégie de Théodôros, entre 124 et 118 av. J.‑C. – une période où Évergète II, Cléopâtre II et Cléopâtre III se sont réconciliés et règnent ensemble – les technites sont simplement περὶ τὸν Διόνυσον, parce que, selon Mitford, les parents de ces trois souverains ne peuvent pas être honorés sous le même nom. En revanche, l’association est περὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Εὐεργέτας sous le règne de Ptolémée IX, car ce souverain épouse sa sœur, Cléopâtre IV (avant un second mariage avec Cléopâtre V Sélénè). Pour les documents incomplets, Mitford propose des restitutions qui ne contredisent pas cette hypothèse, voire qui l’étendent à d’autres règnes lagides. Ainsi, sur une base retrouvée près du théâtre de Paphos, il propose de restituer [τὸ κοινὸν τῶν ἐν τῶι κ]ατὰ Πάφον γραμματε<ί>ω<ι> π̣[ερὶ τὸν Διόνυσον καὶ θεοὺς Ἐπιφανεῖς ? τεχ]νιτῶ̣ν et de dater du règne d’Évergète II et de sa sœur Cléopâtre II, dont les parents sont les dieux Épiphanes16. Cette théorie est admise par S. Aneziri17 et par B. Le Guen18 : « Certes, il s’agit là uniquement d’une restitution, suggérée à Mitford par le constat que les épithètes “Épiphanes” et “Évergètes” des dieux mentionnés tour à tour dans la titulature de l’association chypriote ne pouvaient renvoyer qu’aux parents des souverains régnants, mais, en l’état actuel de la documentation, elle semble être la meilleure possible : elle seule tient compte de l’ensemble du corpus et lui donne sens ». Les dates de toutes les inscriptions découlent de ce « constat ». À la fin du iie s. av. J.‑C., par exemple, quand les dieux Évergètes ne sont pas mentionnés, il faudrait dater le document du règne de Ptolémée X (114‑107).

  • 19 Concernant Ptolémée IX, la solution de Mitford est d’autant moins convaincante que l’on connaît la (...)

12Ces contorsions pour donner une explication cohérente à des documents dispersés dans le temps pourraient suffire à susciter le doute. Par ailleurs, on a du mal à croire que la présence ou l’absence des souverains aux côtés de Dionysos soit due à un hasard généalogique19. Certes, les technites sont toujours liés au culte du souverain, mais il est probable que l’inclusion des dieux dynastiques dans leurs titres est significative, qu’elle indique une relation particulière au pouvoir lagide dans des périodes où le culte royal est plus étroitement associé à celui de Dionysos.

  • 20 « In l. 4, I have ventured Θεοὺς Ἐπιφανεῖς for some such addition appears to be necessary to compl (...)
  • 21 Le Guen 2001, TE 60 et 61, p. 293‑300 (OGI 50 et 51). Sur les liens de l’assocation avec les dieux (...)
  • 22 Mitford 1953, p. 137, n. 4.
  • 23 C’est aussi l’avis de St. Pfeiffer, Griechische und lateinische Inschriften zum Ptolemäerreich und (...)

13En réalité, le complément de καὶ θεοὺς Ἐπιφανεῖς dans l’inscription du théâtre est une conjecture (T. B. Mitford laisse d’ailleurs un point d’interrogation20), et rien n’oblige à postuler cette longueur de ligne. Ainsi, le corpus des inscriptions où les dieux dynastiques sont inclus dans les titres des technites se limite à deux groupes : les inscriptions de Ptolémaïs où figurent les θεοὶ Ἀδελφοί21, les inscriptions de Palaipaphos où figurent les θεοὶ Εὐεργέται. Contrairement à ce que veut croire Mitford22, les dieux Adelphes de Ptolémaïs sont très probablement les souverains régnants23. Leur mention à côté du nom de Dionysos s’accorde bien avec la politique cultuelle de Ptolémée Philadelphe. À partir de ces deux exemples isolés, qui sont des exceptions dans la documentation concernant les technites, il apparaît bien risqué d’élaborer une théorie selon laquelle il y aurait une alternance bien attestée entre présence et absence du nom des souverains dans les titres des technites, selon des règles précises fixées dès Ptolémée II par l’étiquette de la cour lagide. En réalité, l’échafaudage repose sur un présupposé erroné. C’est ce qui apparaît assez clairement lorsque l’on aborde ce dossier en évitant de se focaliser sur la mention des dieux Évergètes pour prendre en compte d’autres indices patents.

14Deux arguments obligent en effet à placer tous ces documents à une date plus basse.

  • 24 Mitford 1961, p. 37, no 99 (à propos de l’inscription no 1).
  • 25 GIBM II, 1883, 385 (à propos de l’inscription no 2)
  • 26 Voir notamment J. Pouilloux, « Deux amis : le stratège Diogénès et le gymnasiarque Stasicratès, fi (...)

15Tout d’abord, l’écriture, avec des lettres ornées de grands apices bifides, est sans conteste incompatible avec la datation proposée. T. B. Mitford, lui‑même, remarque un style d’écriture sans parallèle dans l’épigraphie hellénistique24. C. T. Newton remarque lui aussi que les lettres ont l’air plus tardives25. Dans l’inscription no 4, en particulier, le rho à petite boucle carrée haut perchée présente une forme facilement reconnaissable, souvent retenue comme critère pour dater des inscriptions de Chypre de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. ou de la première moitié du ier s. apr. J.‑C.26.

  • 27 Cf. supra, n. 6. Là encore, ce haut personnage n’est pas un artiste mais un membre honoraire de l’ (...)
  • 28 Mitford 1961, p. 40, no 110.

16Le second argument de datation est le fait qu’aucun de ces personnages ne porte de titre aulique. On sait que ces titres se dévaluent et prolifèrent sous les règnes de Ptolémée IX et de Ptolémée X. Aristokratès, un membre de l’association des technites dionysiaques27, porte par exemple le titre de συγγενής, qui est le titre le plus élevé de la hiérarchie aulique, réservé au début du siècle au seul stratège de l’île. Est aussi συγγενής un secrétaire de la cité de Paphos du nom d’Onésandros, qui fonda à Paphos un Ptolemaion pour Ptolémée IX28. Certes, Aristokratès fut maître de la chancellerie, tandis qu’Onésandros dirigea la bibliothèque d’Alexandrie. Tous les deux ont à l’évidence joué un rôle de premier plan à la cour de l’un et l’autre lagide. Il n’en reste pas moins invraisemblable que, sous le règne de Ptolémée IX ou de Ptolémée X, des personnages aussi considérables que Potamôn ou Kallippos ne portent aucun titre honorifique, même si ces magistrats municipaux ne sont pas des fonctionnaires royaux comme Aristokratès et Onésandros.

  • 29 Cf. H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis, American Studies in P (...)
  • 30 IGR, III, 953 (cf. Mitford, ANRW II, 7, 2 [1980], p. 1292 et n. 16). Cf. M. Holleaux, ΣΤΡΑΤΗΓΟΣ ΥΠ (...)
  • 31 Les références sont données dans P. Bernard, C. Rapin, « Un papyrus gréco-bactrien d’une collectio (...)
  • 32 Sur ces termes, voir A. Dworakowska, Quarries in Roman provinces (1983), en particulier p. 98‑114, (...)
  • 33 La datation de ce texte, apparemment antérieur aux trois autres, continue de faire difficulté. Voi (...)

17D’autres considérations secondaires peuvent venir corroborer ces deux principaux arguments. On peut ainsi noter que la formule avec χάριν est inconnue de l’épigraphie d’époque hellénistique à Chypre, alors qu’elle est courante dans les inscriptions d’époque républicaine et du début de l’époque impériale. Surtout, les fonctions de Potamôn (inscription no 4) ne sont attestées par aucun document. À Chypre, on ne connaît plus de stratège lagide à partir de la fin du iie s. av. J.‑C., dès lors que le souverain réside sur l’île. Pour conserver la datation de T. B. Mitford, il faudrait comprendre que l’ἀντιστράτηγος est nommé à un moment où le roi s’absente, mais le terme convient mal, et la formation du nom rappelle plutôt les noms de fonctions romaines bâtis avec le préfixe pro‑ (propraetor, proconsul, etc.)29. On a l’impression que le terme ἀντι‑στράτηγος est formé sur le modèle du terme ἀνθ‑ύπατος, avec, au lieu d’un second élément romain, un second élément hérité de l’époque lagide : ce mot en quelque sorte hybride n’est pas sans évoquer la fonction d’ἀνθύπατος καὶ στρατηγός, attestée au tout début de l’époque romaine à Chypre30. Par ailleurs, et alors que la documentation papyrologique est abondante, on ne connaît pas dans l’Égypte lagide de fonctionnaire ἐπὶ τῶν μετάλλων. Un fonctionnaire bien connu est ὁ ἐπὶ τῶν προσόδων31. À notre connaissance, dans l’administration lagide, aucune charge attestée ne porte un nom formé à partir de μέταλλον. Dans le monde romain, le dossier est beaucoup plus consistant. À côté du préposé aux mines de l’époque impériale (procurator metallorum ; en grec, ἐπίτροπος τῶν μετάλλων, ou τῶν λατομείων, ou encore πάντων τῶν μετάλλων τῆς Αἰγύπτου), on connaît des chefs d’exploitations minières ou maîtres carriers (ἐπὶ τῆς λατομίας, μεταλλάρχης, ἀρχιμεταλλάρχης)32. Ainsi, les fonctions de Potamôn mentionnées dans l’inscription no 4 peuvent mieux s’expliquer si l’inscription est postérieure à l’annexion romaine33.

  • 34 Schrapel 1996, p. 106.

18Il semble donc que ces textes ne puissent pas être datés de l’époque lagide. Pour autant, on ne peut pas non plus les dater de l’époque impériale et les souverains désignés comme « dieux Évergètes » doivent bien être des lagides. Voilà une petite énigme, dont l’histoire de Chypre au ier s. av. J.‑C. peut fournir la solution : la période où les technites de Chypre sont associés à un culte de dieux Évergètes doit être la « restauration » lagide, après l’annexion romaine de 59 av. J.‑C., après que César a restitué l’île à la dynastie en 48‑47 av. J.‑C.34. Dans ce cas, si la douzième année mentionnée dans l’inscription no 2 est une année régnale, ce pourrait être une année régnale de Cléopâtre VII, correspondant à 41‑40 av. J.‑C. Il faut examiner de plus près cette hypothèse à partir de ce que l’on sait de l’histoire de Chypre à cette époque.

La « restauration » lagide à Chypre

  • 35 P. J. Bicknell, « Cesar, Antony, Cleopatra and Cyprus », Latomus 36 (1977), p. 325‑342.
  • 36 Schrapel 1996, p. 136.

19Le premier examen systématique des sources littéraires qui nous renseignent sur cette période est dû à P. J. Bicknell35, dont voici les conclusions (p. 325) : « I argue, counter to the common view, that Cleopatra VII did not achieve control of Cyprus until 44, that her authority over the island was terminated by Antony in summer 41, and that she regained it between 37 and 34 and probably early in 35. » Cette chronologie est en partie contredite par les sources documentaires et les positions de Bicknell sont critiquées par T. Schrapel36 :

« Wenn die epigraphischen und die wenigen numismatischen Zeugnisse zusammen mit den literarischen Testimonia der Zeit zwischen 47 und 30 v. Chr. betrachtet werden, dann zeigt sich, daß vom Alexandrinischen Krieg an bis zum endgültigen Untergang des Ptolemäerreiches nach der Schlacht bei Actium (Sept. 31 v. Chr.) Zypern kontinuierlich unter der administrativen Oberhoheit Kleopatras VII. stand. Damit ergibt sich aber für die Beurteilung dieser Gebietsübertragen eine andere Situation. »

  • 37 Plutarque (Antoine XXXVI 3) : ἐλθούσῃ δὲ χαρίζεται καὶ προστίθησι μικρὸν οὐδὲν οὐδ’ ὀλίγον ἀλλὰ Φο (...)
  • 38 Dion Cassius (48, 40, 5‑6) : Quintus Labienus est capturé en Cilicie par Démétrios, ancien affranc (...)

20Deux faits rapportés par les textes sont à l’origine de la thèse de P. J. Bicknell. D’une part, d’après Plutarque et Dion Cassius37, Chypre figure parmi les territoires qu’Antoine donne à Cléopâtre en 37‑36 av. J.‑C. Par ailleurs, d’après Dion Cassius38, un Démétrios est nommé à Chypre par Antoine en 39 av. J.‑C., ce qui implique que le triumvir a autorité sur l’île.

  • 39 TestSal., no 97. L’inscription est datée d’une année 15, certainement la 15e année du règne de C (...)
  • 40 E. Van’t Dack, « Notices Cypriotes », dans Ptolemaica Selecta. Études sur l’armée et l’administrat (...)
  • 41 E. Van’t Dack, op. cit., p. 180.
  • 42 Schrapel 1996, p. 133.
  • 43 Schrapel 1996, p. 135.

21Une inscription de Salamine datée de 38 av. J.‑C. semble contredire ces documents39. Elle fait connaître Diogénès, fils de Nouménios, stratège de l’île et de la Cilicie, « Parent des rois » (συγγενὴς τῶν βασιλέων), qui honore son ami Stasikratès, fils de Stasikratès, gymnasiarque en 39. Le génitif pluriel qui détermine le titre aulique désigne, selon l’éditeur, Cléopâtre et Césarion (Ptolémée XV). L’île appartient donc à Cléopâtre avant la donation de 37‑36 et Diogénès semble avoir été en fonction en même temps que l’homme nommé par Antoine. Ainsi, en 1988, E. Van’t Dack40 propose « une solution qui n’exclut pas la présence éventuellement simultanée des deux instances. Après les erreurs de Sérapion, gouverneur de la reine, qui à l’insu de celle‑ci avait envoyé des bateaux à C. Cassius Longinus, et après les critiques d’Antoine à l’égard de la reine à Tarsos, le triumvir a sans doute jugé utile de nommer un superviseur afin d’éviter les faux pas ultérieurs […]. Il ne nous semble pas que, dans ce cas, il s’agirait nécessairement d’un pays annexé41 ». On trouve une explication du même ordre chez T. Schrapel, pour qui Démétrios est un militaire : « Der Beauftragte Mark Antons ist nicht ohne weiteres mit dem offiziellen Provinzbeamten des Triumvirn auf Zypern gleichzusetzen. Im übrigen legt der ganze Kontext bei Cassius Dio nahe, daß Demetrios in Anbetracht der verworrenen militärischen Verhältnisse in Kilikien und auf Zypern nach dem Parthereinfall in Syrien, wovon ja auch Kilikien nicht verschont blieb, zu militarischen Zwecken unterwegs war. Nur aufgrund der Stelle bei Cassius Dio läßt sich dessen Funktion jedoch nicht genau definieren42 ». Il faudrait alors écarter les témoignages de Plutarque et Dion Cassius concernant la donation de 37‑36 : « Plutarchs und Cassius Dios Angaben zur sogenannten Schenkung Kilikiens und Zyperns helfen in der Chronologie nicht weiter. Im Gegenteil, wenn nur diese Überlieferung zu Rate gezogen wird, dann könnte sich falsche chronologische Schlußfolgerungen ergeben. Die Überlieferung beider Autoren beruht bezüglich Zypern und Kilikien auf einer Kontamination der Quellen.43 »

  • 44 Schrapel 1996, p. 134.
  • 45 L’union des deux souverains a cela d’ambigu qu’elle peut être une sorte de mise sous tutelle, une (...)
  • 46 Ce pluriel étonnant est déjà remarqué par J. Pouilloux (n. 26, p. 143). Le titre aulique peut appa (...)
  • 47 On trouve aussi le génitif singulier τοῦ βασιλέως déterminant les deux titres συγγενὴς καὶ τροφεύς (...)

22Pour défendre son hypothèse d’une présence militaire romaine dans la possession de Cléopâtre, T. Schrapel donne l’exemple de Cyrène44, où l’on connaît L. Pinarius Scarpus, officier militaire d’Antoine, sous le règne de Cléopâtre, au moment où étaient frappées des monnaies datées de 31 av. J.‑C., aux effigies du consul Antoine et de la reine Cléopâtre. Toutefois, contrairement à ce que suppose T. Schrapel pour Chypre, à Cyrène, Antoine est associé à Cléopâtre et, s’il figure sur les monnaies de Cyrène, on peut supposer qu’il règne sur le pays au même titre que la reine. Si c’est le cas, il n’est pas impossible qu’à Chypre aussi il y ait eu un règne conjoint d’Antoine et de Cléopâtre45. Ainsi, les βασιλεῖς de l’inscription de Salamine de 38 av. J.‑C. (Test. Sal., no 97) pourraient bien ne pas être uniquement Cléopâtre et Césarion. À l’appui de cette hypothèse, il faut remarquer que le titre aulique συγγενὴς τῶν βασιλέων est un unicum46. Le singulier est la règle, même lorsque plusieurs souverains règnent conjointement. Entre 142 et 131, par exemple, ils sont trois : Ptolémée VIII Évergète II, Cléopâtre II, sœur et première épouse, Cléopâtre III, nièce et seconde épouse. Le stratège Séleukos n’en reste pas moins συγγενὴς τοῦ βασιλέως (Test. Sal., no 76). Un autre parallèle assez exact nous serait fourni par les corégences successives de Cléopâtre III et de ses fils, Ptolémée IX et Ptolémée X47. Quoi qu’il en soit, la singularité du titre aulique de Diogénès reflète certainement la singularité d’une situation politique, celle d’une corégence, d’une souveraineté partagée entre Cléopâtre et Antoine, qui n’est pas de même nature que les autres situations de corégence de l’histoire de la dynastie lagide.

  • 48 Il semble que le seul nom de culte connu pour cette reine, Θεὰ Νεώτερα, soit postérieur à 37‑36 av (...)
  • 49 E. Bernand, Inscriptions grecques d’Alexandrie ptolémaïque (2001), p. 102‑105, no 36 (= OGI 195).
  • 50 Cf. notamment C. B. R. Pelling, Plutarch, Life of Antony (1988), p. 195.
  • 51 [Ἀ]ντωνίου καὶ Ὀ[κτ]αίας δυεῖν θε[ῶν Ε]ὐεργετῶν (A. E. Raubitschek, « Octavia’s Deification at Ath (...)
  • 52 Pour les rapports religieux des technites avec les évergètes, voir en particulier L. Robert, « Not (...)
  • 53 L’association de Cléopâtre avec Aphrodite ne date pas de l’entrevue de Tarse. On connaît une monna (...)

23À Paphos, les souverains de l’inscription no 2 (de 41‑40 av. J.‑C. ?) sont certainement les dieux Évergètes, car Antoine figure parmi eux. Si les souverains de cette année étaient seulement Cléopâtre et Césarion, ils seraient nommés dieux Philopatores. Il n’y a pas d’autre solution que d’admettre que l’expression « dieux Évergètes » constitue un nom de culte pour Antoine et Cléopâtre, même s’il n’est pas attesté. D’ailleurs, aucun surnom dynastique ne pouvait être utilisé pour ce couple : Antoine ne pouvait pas porter celui de Cléopâtre48. L’une des rares inscriptions concernant Antoine qui nous soit parvenue le nomme « dieu » et « évergète » : Ἀντώνιον μέγαν κἀμίμητον ἀφροδισίοις Παράσιτος τὸν ἑαυτοῦ θεὸν κ̣αὶ εὐεργέτην, (ἔτους) ιθʹ τοῦ κ(αὶ) δʹ, Χοιὰχ κθʹ (28 décembre 34 av. J.‑C.)49, où le terme ἀφροδισίοις a certainement une portée religieuse50. On a aussi retrouvé à Athènes un autel dédié aux dieux Évergètes Antoine et Octavie51, que l’on peut dater du séjour du couple à Athènes, entre 40 et 36 av. J.‑C. D’une manière générale, cette époque est celle où des cultes de dieux Évergètes sont bien attestés52. Par ailleurs, l’évergétisme est sans doute la source principale de financement des technites. L’exemple de Priène (Plutarque, Antoine XLVII 1, cité infra) montre qu’Antoine est un évergète exceptionnel de l’association. D’un autre côté, Cléopâtre renouait avec la tradition des Cléopâtres précédentes, notamment de Cléopâtre III, qui fut honorée comme la déesse Aphrodite à Chypre, avec l’épithète de « Bienfaitrice » (Εὐεργέτις)53.

24Entre le règne conjoint de Cléopâtre et de Césarion, et l’année 39, où Démétrios est nommé par Antoine, il y a eu l’entrevue de Tarse (Plutarque, Antoine XXVI 5, cité infra), à l’issue de laquelle, selon nous, Antoine s’est associé à Cléopâtre pour régner sur Chypre. Les technites dionysiaques, toujours étroitement associés à la politique d’Antoine, auraient alors intégré dans leurs fonctions le culte de cette nouvelle famille royale. L’inscription no 2, si elle date bien de 41‑40 av. J.‑C. – si le nombre 12 ne désigne pas une douzième année de gymnasiarchie –, a justement été gravée peu de temps après l’épisode de Tarse, où, nous dit Plutarque, la foule croit voir la rencontre entre Aphrodite et Dionysos, « pour le bonheur de l’Asie » (ἐπ’ ἀγαθῷ τῆς Ἀσίας). Ces dieux bienfaisants peuvent être les dieux Évergètes des trois inscriptions paphiennes. Dans ce contexte, on comprend bien que les deux souverains figurent à côté de Dionysos dans le titre de l’association de Chypre et, d’autre part, on comprend pourquoi les technites sont liés à Aphrodite précisément dans ces trois inscriptions. La géographie rend cette séquence chronologique vraisemblable : après Tarse, il est très possible qu’Antoine et Cléopâtre en route pour l’Égypte aient fait escale à Paphos.

25Si l’on suit les sources littéraires, Antoine ne cesse de faire partie des souverains de Chypre qu’en 37‑36 av. J.‑C., au moment de la fameuse « donation ». C’est sans doute dans la période qui suit cet événement, entre 37 et 30 av. J.‑C., qu’il faut placer deux nouvelles inscriptions qui sont venues enrichir la documentation après l’étude de T. Schrapel.

  • 54 I. Michaelidou-Nicolaou, « Chapter 11. The Inscriptions », dans A. H. S. Megaw et al. (éds), Kouri (...)
  • 55 P. Thonemann (n. 48), (BullÉp. 2009, 534), avec nouveau texte p. 93, meilleur que celui de l’editi (...)
  • 56 Les dates sur les documents du règne de Cléopâtre VII ne sont pas toujours faciles à interpréter, (...)
  • 57 La pierre porte, contre la brisure à gauche, une haste horizontale qui invite à lire γ̣γʹ ou τ̣γʹ, (...)
  • 58 M. Egetmeyer identifie le signe syllabique lu et reconnaît un mot comparable à ἔφορος, formé à par (...)
  • 59 Traduction de P. Thonemann (n. 48) : « of bouleutic rank ». L’auteur rappelle qu’au cours du ier s (...)

26I. Nicolaou a en effet publié en 2007 un décret de Kourion, dont la date n’est pas claire54. Selon l’éditrice, il faudrait lire le chiffre 13, qui indiquerait l’année 40‑39, la treizième du règne de Cléopâtre VII. Ce texte important a été revu par P. Thonemann55, qui préfère lire une année trois, dans ce cas probablement la troisième année de la nouvelle ère inaugurée en 37‑36 après la restitution des territoires syriens à la couronne lagide, attestée par les doubles datations qui figurent sur plusieurs documents de cette époque56. On ne retrouve dans ce texte aucune des expressions habituelles (et peu variables) du style officiel de la période lagide : sont mentionnés notamment un ἱερεὺς τῶν βασιλέων (l. 3) et des κύριοι βασιλεῖς (l. 16), expressions remarquables, qui signalent que l’époque n’est plus celle des formules que l’on recontre dans les inscriptions antérieures (on attendrait plutôt, par exemple, l’expression ἱερεὺς Θεῶν + surnom dynastique). Si l’inscription date de 40‑39, ces βασιλεῖς sont les mêmes que ceux de l’inscription de Salamine. S’il faut retenir la date de 34, l’expression désigne Cléopâtre et Césarion57. Ce document évoque aussi le monde du théâtre (l. 27‑29 : [τοὺς ἐ]πιδημήσαντας ἐνδόξους ἄνδρας κ̣[αὶ φιλο]λ̣όγους καὶ θεατρικοὺς ἀδιαλίπτως τ̣[ῆς ἐπὶ τὴν] ἑστίαν καταλογῆς καταξιώσας), témoignant ainsi, comme les inscriptions des technites dionysiaques paphiens dans la même période, de la vitalité de la vie artistique. Fait caractéristique de cette époque, on remarque la survivance d’une très ancienne fonction, celle d’ἐπίλυκος, déjà attestée à l’époque des royaumes chypriotes par les inscriptions du sanctuaire d’Hylatès à Paphos58, à côté de la fonction romaine de sénateur (l. 2‑3 : τῶ̣[ν βουλ]ευ̣τῶν, selon la restitution de Thonemann) qui, avec le génitif pluriel59, prend l’allure d’un titre honorifique de la cour lagide.

  • 60 I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae XXXVI, 1996 », RDAC 1997, p. 267‑268, no 1 ; dis (...)
  • 61 P. Thonemann retient la date ζ̣ʹ ([n. 48], p. 95), mais on peut aussi lire un stigma. J. Bingen, « (...)
  • 62 Plutarque, Antoine LXXI 3. La cérémonie est suivie de plusieurs jours de fête à Alexandrie.
  • 63 Rien n’exclut qu’elle coïncide tout à fait avec l’inscription du prince dans l’éphébie. La date dé (...)

27Daté du règne conjoint de Cléopâtre et de Césarion, un petit autel dédié à Héraklès a aussi été retrouvé à Amathonte60. En supposant, là encore, une erreur de lapicide, l’éditrice, I. Nicolaou, le date de la dixième année, soit 43‑42 av. J.‑C. Pourtant, la pierre porte plutôt le signe ϛ̣ʹ ou ζ̣ʹet il vaut mieux lire une année 6 ou 7 de la nouvelle ère, soit 32‑31 ou 31‑3061. Dans ces années, Césarion, né le 23 juin 47, n’est pas loin de la majorité, puisqu’il sera inscrit parmi les éphèbes juste après Actium62. Par ses affinités avec les éphèbes, à l’instar des princes lagides des générations précédentes (ou des fils de gouverneurs), le jeune corégent devait apparaître comme une figure tutélaire du gymnase, et la formule de datation particulièrement développée du petit autel d’Amathonte s’expliquerait alors assez bien63.

28Voici donc les quatre périodes que nous proposons de distinguer pour les années 48/7‑30 av. J.‑C. (la « restauration lagide ») :

  • Nouvelle période de règne des Lagides sur Chypre, à partir d’octobre 48 av. J.‑C. : Règne d’Arsinoé IV et Ptolémée le Jeune – futur Polémée  XIV – ; règne de Cléopâtre VII avec son frère, Ptolémée XIII.
  • Règne de Cléopâtre VII avec Césarion à partir du milieu de 43 av. J.‑C.64 : Sérapion, stratège de 43 à 41 av. J.‑C.
  • Règne conjoint de Cléopâtre, de Césarion, et d’Antoine (41‑37/6) : Démétrios, affranchi de Jules César, stratège de 41 à 39 (?) ; Diogénès, stratège de l’île et de la Cilicie en 38 (Test. Sal., 97, à dater de l’année précédente selon T. B. Mitford).
  • Règne de Cléopâtre VII avec Césarion (36/5‑30). On ignore si l’île est alors une unité administrative indépendante.

Le texte de Plutarque

  • 65 Plutarque n’est pas la seule source. Chez Velleius Paterculus (2, 82), par exemple, Antoine s’exhi (...)
  • 66 Plutarque, Vies parallèles (2001).

29Les liens d’Antoine avec la figure de Dionysos ont été rendus célèbres par le texte de Plutarque65. Bien qu’ils soient connus, il n’est pas inutile de rappeler ici les principaux passages où Antoine est associé à Dionysos et où apparaissent ses liens avec les technites dionysiaques. Ils éclairent singulièrement la documentation épigraphique de Paphos. Nous donnons la traduction de A.‑M. Ozanam66.

Plutarque, Antoine XXIV 2‑5 : Antoine en Asie ; son entrée à Éphèse (42‑41 av. J.‑C.)

  • 67 Plus exactement, « un thiase de spectacles asiatiques » (Ἀσιανῶν ἀκροαμάτων θίασος).

30« Des joueurs de cithare comme Anaxénor, des aulètes de chœurs comme Xouthos, un danseur comme Métrodore, et une troupe d’artistes asiatiques67 de la même espèce, qui surpassaient en effronterie et en vulgarité les pestes qu’ils avaient amenées d’Italie, affluèrent à la cour et la régentèrent. La situation devint tout à fait intolérable car tous se laissaient entraîner dans cette voie. L’Asie entière, telle la cité que dépeint Sophocle, était pleine d’encens,

Mais aussi de péans et de gémissements.

31Lorsqu’Antoine entra dans Éphèse, il était précédé par des femmes en costumes de Bacchantes, et d’hommes et d’enfants déguisés en Satyres et en Pans ; la cité était remplie de lierre, de thyrses, de psaltérions, de syrinx et d’auloï, et on l’acclamait sous les noms de Dionysos Charidotès [“Donneur de grâce”] et Meilichios [“Doux comme le miel”]. Il se montrait sans doute tel avec quelques personnes, mais pour la plupart, il était Dionysos Omestès [“Mangeur de chair crue”] et Agrionios [“Sauvage”] ».

Plutarque, Antoine XXVI 2‑5 : l’entrevue de Tarse (41 av. J.‑C.)

  • 68 Le verbe κωμάζειν suppose un κῶμος, c’est‑à‑dire un cortège dionysiaque associé à un banquet : Aph (...)

32« Cléopâtre était allongée sous un dais brodé d’or, parée comme Aphrodite telle que les peintres la représentent ; des enfants qui ressemblaient aux Éros des tableaux se tenaient debout, de part et d’autre, et l’éventaient. De même, ses petites servantes, parées de robes de Néréides et de Charites, se tenaient les unes au gouvernail, les autres aux cordages. Des parfums merveilleux, exhalés par de nombreux aromates, embaumaient les rives. Depuis l’embouchure du fleuve, sur les deux rives, les gens du pays l’accompagnaient ou descendaient de la cité pour contempler ce spectacle. La foule qui emplissait l’agora en sortit précipitamment si bien que, pour finir, Antoine, qui était assis sur une estrade, se retrouva seul. Le bruit courait sur toutes les lèvres qu’Aphrodite venait festoyer avec Dionysos (ὡς ἡ Ἀφροδίτη κωμάζοι παρὰ τὸν Διόνυσον68) pour le bonheur de l’Asie. »

Plutarque, Antoine LX 2‑3 : les signes avant Actium

33« […] et, à Athènes, les vents arrachèrent la statue de Dionysos de la Gigantomachie et la firent tomber dans le théâtre ; or, Antoine se prétendait apparenté à Héraclès et comme il désirait imiter, nous l’avons dit, la vie de Dionysos, il se faisait appeler le Nouveau Dionysos. »

Plutarque, Antoine LVI 6‑7 et LVII 1 : les technites dionysiaques à Samos à la veille d’Actium

  • 69 Le texte grec met sur le même plan, dans une structure comparative qui n’apparaît pas dans la trad (...)

34« Les forces firent leur jonction et ils s’embarquèrent pour Samos. Là, ils vécurent dans les plaisirs. En effet, si les rois, les dynastes, les tétrarques, tous les peuples et toutes les cités situés entre la Syrie, le Palus Méotis, l’Arménie et l’Illyrie avaient reçu ordre d’envoyer ou d’apporter ce qui était nécessaire pour la guerre, tous les artistes de Dionysos (οἱ περὶ τὸν Διόνυσον τεχνίται) se virent, de leur côté69, contraints de se rendre à Samos. Alors que presque partout à la ronde, le monde habité poussait des lamentations et des sanglots, une seule île fit résonner, pendant bien des jours, l’aulos et la lyre : les théâtres étaient pleins et les chœurs se disputaient les prix. Chaque cité envoyait un bœuf pour les sacrifices et les rois offraient à l’envie de belles réceptions et des cadeaux somptueux. Ce fut au point qu’on se demandait ce qu’ils feraient, s’ils étaient vainqueurs, pour rendre grâce de leur victoire, puisqu’ils fêtaient avec tant de magnificence les préparatifs de la guerre. À l’issue de ces fêtes, Antoine donna pour résidence (ἔδωκεν οἰκητήριον) aux artistes dionysiaques la ville de Priène. Quant à lui, il embarqua pour Athènes où il vécut de nouveau dans les jeux et les spectacles. »

Plutarque, Antoine LXXV 4‑6 : la nuit avant la mort d’Antoine

35« Cette nuit‑là, dit‑on, vers minuit, alors que la cité, pleine de crainte dans l’attente des événements était plongée dans le silence et l’accablement, on entendit soudain les sons harmonieux de toutes sortes d’instruments et les cris d’une foule, accompagnés d’“Évohés” et de danses de satyres. On aurait dit un thiase qui s’éloignait bruyamment en courant. Le cortège traversa la cité jusqu’à la porte extérieure qui regardait les ennemis ; là, le vacarme, après avoir été plus fort que jamais, s’éteignit. Ceux qui interprétèrent ce signe jugèrent que le dieu qu’Antoine avait imité avec tant d’ardeur et auquel il avait conformé sa vie l’abandonnait. »

  • 70 Autre anecdote chez Plutarque (Antoine LX 7), parmi les signes qui annoncent la défaite : « Le nav (...)
  • 71 La filiation étroite entre Arsinoé Philadelphe et Cléopâtre VII est évidente dans les portraits, e (...)
  • 72 Cf. J. Olivier, Ch. Parisot-Sillon, « Les monnayages aux types de Cléopâtre et Antoine. Premiers r (...)

36Par‑delà la visée morale du récit, on devine que ces fêtes et ces banquets ont une dimension rituelle qui revêt une signification dans l’idéologie militaire. La présence des technites à Samos (extrait d), dans ce rassemblement qui précède la bataille décisive, n’est pas fortuite. Cléopâtre vient de persuader Antoine de ne pas la renvoyer en Égypte et de la garder auprès de lui pour affronter Octave. Sa présence sur le champ de bataille est contestée, et Antoine choisit de combattre sur mer pour lui faire plaisir car elle est fière de sa flotte. Ces anecdotes rappellent que la reine assimilée à Isis‑Aphrodite est une figure protectrice de la marine70 à l’instar des reines lagides depuis Arsinoé Philadelphe71. Le couple des souverains incarne la jonction des forces à Samos, qui est aussi la jonction de l’armée de terre et de la marine. C’est ainsi que Cléopâtre et Antoine sont figurés sur les monnaies, selon une répartition des rôles sans équivoque72. Par‑delà le discrédit jeté sur Antoine, l’anecdote révèle donc un aspect de l’idéologie militaire, et l’on comprend le rôle crucial des technites, entre Antoine et Cléopâtre : la fête qu’ils célèbrent à Samos est une fête militaire. La statue du nouveau Dionysos arrachée par un ouragan (extrait c) est parfois identifiée comme celle qui se dressait depuis 32 av. J.‑C. à l’entrée de l’Acropole, aux côtés de Cléopâtre en nouvelle Isis. À Chypre, on comprend que le culte de ce couple ait pu être institué sous l’égide des technites dionysiaques.

Aphrodite Paphienne et Dionysos

  • 73 Le Guen 2001, TE 76, p. 323, de Syracuse, ainsi que TE 77, p. 324, de la fin du ier s. av. J.‑C. C (...)
  • 74 Ce verbe est aussi attesté par I. Cos, 44, 367, 384 (maintenant dans IG XII, 4, 2). On le trouve e (...)
  • 75 Voir O. Masson, « Vocabulaire grec et épigraphie : ἀρχός “chef, archonte” », dans A. Etter (éd.), (...)
  • 76 S.v. « ἁγήτωρ· ὁ Ἀφροδίτης θυηλῶν ἡγούμενος ἱερεὺς ἐν Κύπρῳ ».
  • 77 Chez Hésychius encore, on trouve mention de fêtes nommées Ἁγητόρια : ἁγητής· […] καὶ ἡ ἑορτὴ Ἁγητό (...)

37À Paphos, en effet, les technites apparaissent singulièrement liés au culte d’Aphrodite, ce qui vient conforter l’hypothèse que Cléopâtre-Aphrodite est incluse dans ces dieux Évergètes (en dehors de Paphos, les liens entre les technites et Aphrodite sont attestés uniquement en Sicile, où l’on connaît notamment un décret de l’association des technites d’Aphrodite Hilara daté de 47‑45 av. J.‑C.73). D’abord, dans toute la documentation connue concernant les technites, seules les trois inscriptions mentionnant les dieux Évergètes sont des dédicaces à Aphrodite. Le rôle dans le culte d’Aphrodite du personnage honoré est aussi suggéré par le participe ἠρχευκότα, qui est une forme du verbe ἀρχεύω74, alors que l’on attendrait une forme du verbe ἄρχω pour désigner l’accomplissement d’une magistrature civique. Le verbe homérique dénominatif ἀρχεύω signifie « commander, régner sur », c’est‑à‑dire l’action de l’ἀρχός, au sens homérique du terme. Étant donné l’importance de ce mot dans le vocabulaire religieux chypriote et particulièrement à Paphos, il est probable qu’ἀρχεύω est ici un dérivé du terme ἀρχός dans son acception dialectale et archaïque75. L’effet produit par ce terme rare du vocabulaire religieux local est redoublé par l’occurrence remarquable, dans l’inscription no 1, d’une forme parallèle, ἡγητορευκότων, participe du verbe ἡγητορεύω, non attestée ailleurs, dérivée du terme ἡγήτωρ qui, selon la glose d’Hésychius76, désigne le prêtre d’Aphrodite qui, à Chypre, dirige les sacrifices77.

  • 78 Les personnages honorés font bien partie des technites, même si ce ne sont pas des artistes mais d (...)
  • 79 Inscription sur gemme (Le guen 2001, I, no 71, p. 314‑315). Plusieurs graphies (ι pour ει et ε pou (...)

38Des membres de l’association des technites78 de cette époque interviennent donc dans l’administration municipale, dans la vie politique et culturelle, dans le culte des souverains, mais on devine aussi qu’ils jouent un rôle dans les rites spécifiques de la cité chypriote : par cette combinaison de cultes, ils ont dû être les acteurs principaux de la célébration rituelle de l’union d’Antoine avec la reine associée à la déesse protectrice de la flotte, l’Aphrodite Ouranienne de Paphos. Ainsi, si l’expression Παφίης σύνοδος (« la confrérie de la Paphienne »), qui figure sur un bijou retrouvé en Égypte, renvoie – ce qui est probable – aux technites de Paphos, elle s’explique peut‑être par l’association des cultes de Dionysos et d’Aphrodite propre à cette période79.

Conclusion

  • 80 Sous Néron par exemple, le monde du théâtre a dû aussi jouer un rôle majeur dans les Nérôneia de P (...)

39À Paphos, entre le théâtre (à Néa Paphos) et le sanctuaire poliade excentré (à Palaipaphos), entre Dionysos et Aphrodite, la topographie constitue deux pôles, deux espaces dans lesquels se sont figurées les relations du pouvoir au culte local. Des cortèges, des banquets, des spectacles et des discours, nous n’avons pas de trace sinon ces quelques inscriptions sur des bases de statues : les bribes d’une topique paphienne. Ce qui se laisse entrevoir, c’est la permanence des lieux et des parcours rituels, qui, à chaque règne, peuvent faire l’objet d’une réécriture originale80. Pour Antoine et Cléopâtre, la cité et son territoire ont certainement été la scène d’une hiérogamie singulière, qui est aussi l’alliance de deux puissances. Les rites s’inscrivent dans un contexte stratégique et militaire dont Plutarque nous donne le fil.

40La nouvelle datation de ces documents amène à revoir la chronologie politique de cette période, mais ses conséquences dépassent l’histoire de la « restauration » lagide à Chypre. Ces textes étant les plus anciennes attestations du Koinon des Chypriotes (no 4), de la βουλή et du δῆμος de Paphos (no 2), dès lors que l’on révise l’identification des dieux Évergètes, la création de ces institutions ne semble pas être antérieure à l’annexion de 58 av. J.‑C. Tout laisse supposer qu’il s’agit là du résultat des réformes institutionnelles entreprises par les Romains, au moment de la lex Prouinciae de P. Cornelius Lentulus Spinther (56‑53 av. J.‑C.) ou, plus tard, au moment de l’intervention du questeur S. Sextilius Rufus (49 av. J.‑C.). Ce petit dossier jette donc un éclairage nouveau sur l’histoire des institutions de la cité chypriote et sur la romanisation de l’île.

Haut de page

Bibliographie

Aneziri 1994 = S. Aneziri, « Zwischen Musen und Hof: die dionysischen Techniten auf Zypern », ZPE 104, p. 179‑198.

Aneziri 2003 = S. Aneziri, Die Vereine der Dionysischen Techniten im Kontext der hellenistischen Gesellschaft, Historia Einzelschriften 163.

Le Guen 2001 = B. Le Guen, Les Associations de Technites dionysiaques à l’époque hellénistique (2 vol.). Mitford 1953 = T. B. Mitford, « Seleucus and Theodorus », OAth. I, p. 130‑171.

Mitford 1961 = T. B. Mitford, « Hellenistic Inscriptions of Old Paphos », ABSA 56, p. 1‑41.

Test. Sal. = J. Marcillet-Jaubert, J. Pouilloux, P. Roesch, Salamine de Chypre XIII. Testimonia Salaminia 2. Corpus épigraphique (1987).

Schrapel 1996 = T. Schrapel, Das Reich der Kleopatra, Trierer historische Forschungen 34.

Haut de page

Notes

1 Un γραμματεῖον, au sens de « bureau », « secrétariat ».

2 Test. Sal., nos 79, 83, 95.

3 Le Guen 2001, p. 300‑315, nos 62‑71 (avec traduction des inscriptions en français).

4 Aneziri 2003, après un article de 1994 consacré à la documentation épigraphique chypriote (Aneziri 1994).

5 Dans l’œuvre de T. B. Mitford, ces inscriptions sont commentées à plusieurs endroits : « New inscriptions from Roman Cyprus », Op. Arch. 6 (1950), p. 75, n. 5 ; « Helenos, Governor of Cyprus », JHS 79 (1959), p. 121, n. 93 ; pour Paphos, Mitford 1961, p. 5, no 5 et p. 35, no 95, et surtout Mitford 1953, p. 136‑137, n. 14, où l’on trouvera les principaux arguments de datation avancés par l’auteur.

6 Aucune spécialité artistique n’est mentionnée. Ce sont des magistrats, des « officiels », probablement des bienfaiteurs de l’association. Cf. Aneziri 2003, p. 219.

7 Nous donnons des lemmes abrégés (lemmes complets dans J.‑B. Cayla, Les Inscriptions de Paphos [sous presse]).

8 Cf. n. 76 (glose d’Hésychius).

9 Cf. n. 75.

10 « Liens commerciaux et alliances matrimoniales entre Chypriotes et négociants italiens », dans G. Grivaud, S. Fourrier (éds), Identités croisées en un milieu méditerranéen : le cas de Chypre (Antiquité-Moyen Âge) (2006), p. 187‑206.

11 « Nea Paphos et l’administration ptolémaïque de Chypre », dans C. Balandier (éd.), Nea Paphos. Fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’Antiquité à nos jours (actes du 1er colloque international sur Paphos. Avignon 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 (2016), p. 255‑259 (datation différente de celle de Cayla 2006).

12 Le titre de l’association n’a pas été conservé dans son intégralité, mais la lacune est courte et le complément des éditeurs est assuré : τὸ Κοι[νὸν τῶν ἐν τῶι κατὰ] / Κύπρον γραμματε[ίωι περὶ τὸν Διόνυσον] / τεχνιτῶν.

13 Mitford 1961, p. 35, no 95 (Le Guen 2001, I, TE 67, p. 310‑311 ; Aneziri 2003, E8). Ce piédestal de Palaipaphos est perdu, mais l’inscription a été copiée en 1862 et en 1888 (LBW, no 2793 ; E. Oberhummer, Griesch. Inschr. 1888, p. 330, n° 1).

14 On sait que cet Aristokratès fut hypomnématographe d’après une base inscrite de Paphos publiée par I .Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae VI, 1966 », RDAC 1967, p. 84‑85, no 9 (SEG, XXV, 1102 ; BullÉp 1969, 604).

15 Test. Sal., 79 (Aneziri 1994, p. 195, no 2). Cf. supra, n. 12.

16 Mitford, OAth I (1953), p. 135‑137, no 10, texte édité d’après deux copies : celle de M. Markidès, datée de 1918, trouvée dans un carnet de notes « among the Cyprus Museum papers » (non uidi), et celle de I. K. Peristianes, « Ἐπιγραφαὶ ἐκ Νέας Πάφου », Κυπριακὰ Χρονικά (mai 1923), p. 138. Les compléments proposés par Mitford reposent sur l’hypothèse d’une longueur de ligne suffisante pour restituer le titre développé de l’association des technites. Les éditions suivantes sont d’après Mitford : P. Roesch, « Théodoros, gouverneur de Chypre », RA 1967, p. 229, no 3 ; Aneziri 1994, p. 194, no 1 (commentaire p. 183‑184) ; Le Guen 2001 p. 300‑301, no 62 ; Aneziri 2003, E7. Des restitutions plus courtes sont préférables (voir mes propositions dans Les Inscriptions de Paphos [sous presse]).

17 Aneziri 1994, p. 181‑183.

18 Le Guen 2001, I, p. 302.

19 Concernant Ptolémée IX, la solution de Mitford est d’autant moins convaincante que l’on connaît la haine de ce souverain pour sa mère, Cléopâtre III Évergète (il tente de l’assassiner en 107 av. J.‑C. et se réfugie à Chypre), qui, de son côté, n’a cessé de manœuvrer pour favoriser l’accession au pouvoir de son fils cadet. Que Ptolémée IX ait été le promoteur d’un culte de la famille royale par le biais de ses parents divinisés (Cléopâtre III meurt en 101 av. J.‑C.), l’idée est plutôt cocasse pour l’historien. Si l’on considère la période antérieure à 107 av. J.‑C., l’on sait, il est vrai, que le culte de la reine mère associé à Isis a été particulièrement développé à Alexandrie, mais le nom de culte des souverains régnants est invariablement θεοὶ Φιλομήτορες Σωτῆρες (pluriel comprenant Cléopâtre III), apparaissant à part du θεὸς Εὐεργέτης (Ptolémée VIII Évergète II) dans les titres des prêtres éponymes. À cette époque, les θεοὶ Εὐεργέται sont sans ambiguïté les ancêtres, Ptolémée III et Bérénice II. Sur ces questions, cf. G. Hölbl, Ptolemaic Empire (2001), p. 204‑206 et p. 286‑288. À la mort de Cléopâtre III, l’on notera par ailleurs que, depuis plusieurs années, Ptolémée IX s’est séparé de l’une et l’autre de ses sœurs épouses. L’explication de Mitford ne tient pas compte de ces faits.

20 « In l. 4, I have ventured Θεοὺς Ἐπιφανεῖς for some such addition appears to be necessary to complete the line. » Il se trouve que l’éditeur a choisi les restitutions les plus longues possibles pour les lignes 1 et 2. Le complément Θεοὺς Ἐπιφανεῖς est plus une conséquence qu’un argument de la « théorie » de Mitford (cf. supra, n. 16).

21 Le Guen 2001, TE 60 et 61, p. 293‑300 (OGI 50 et 51). Sur les liens de l’assocation avec les dieux Adelphes, voir en outre Le Guen 2001, I, p. 34.

22 Mitford 1953, p. 137, n. 4.

23 C’est aussi l’avis de St. Pfeiffer, Griechische und lateinische Inschriften zum Ptolemäerreich und zur römischen Provinz Aegyptus (2015) (non uidi). Cf. St. Pfeiffer, Herrscher- und Dynastiekulte im Ptolemäerreich. Systematik und Einordnung der Kultformen (2008). Bibliographie plus ancienne dans Le Guen 2001, p. 294, n. 877. On sait que les dieux Frères sont célébrés dès 269 av. J.‑C. Philadelphe meurt en 246 av. J.‑C.

24 Mitford 1961, p. 37, no 99 (à propos de l’inscription no 1).

25 GIBM II, 1883, 385 (à propos de l’inscription no 2)

26 Voir notamment J. Pouilloux, « Deux amis : le stratège Diogénès et le gymnasiarque Stasicratès, fils de Stasicratès, de Salamine de Chypre», dans Πρακτικ το Πρτου Διθνους Κυπρολογικο Συνεδρου (1972), p. 143.

27 Cf. supra, n. 6. Là encore, ce haut personnage n’est pas un artiste mais un membre honoraire de l’association.

28 Mitford 1961, p. 40, no 110.

29 Cf. H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis, American Studies in Papyrology 13 (1974), p. 22‑23.

30 IGR, III, 953 (cf. Mitford, ANRW II, 7, 2 [1980], p. 1292 et n. 16). Cf. M. Holleaux, ΣΤΡΑΤΗΓΟΣ ΥΠΑΤΟΣ (1918).

31 Les références sont données dans P. Bernard, C. Rapin, « Un papyrus gréco-bactrien d’une collection privée », CRAI 1994, p. 284‑286.

32 Sur ces termes, voir A. Dworakowska, Quarries in Roman provinces (1983), en particulier p. 98‑114, et p. 110, n. 403 et 406 pour les références épigraphiques.

33 La datation de ce texte, apparemment antérieur aux trois autres, continue de faire difficulté. Voir mes propositions dans Les Inscriptions de Paphos (sous presse), et la datation différente défendue par A. Mehl (n. 11). Cf. J.‑B. Cayla (n. 10) : les descendants de Potamôn sont connus par d’autres inscriptions paphiennes. Ils portent les tria nomina et se sont alliés plusieurs fois à une famille de négociants romains de la gens Licinnia, corroborant, selon nous, l’hypothèse d’un rôle diplomatique joué par l’ἀντιστράτηγος lors de litiges entre les Chypriotes et les négociants romains, au moment où l’île est administrée depuis la Cilicie (l’intervention du proconsul de Cilicie, nommé Cicéron, est connue par Fam. 13, 48 : les Paphiens sont recommandés à S. Sextilius Rufus, le premier questeur de l’île, en 49 av. J.‑C.).

34 Schrapel 1996, p. 106.

35 P. J. Bicknell, « Cesar, Antony, Cleopatra and Cyprus », Latomus 36 (1977), p. 325‑342.

36 Schrapel 1996, p. 136.

37 Plutarque (Antoine XXXVI 3) : ἐλθούσῃ δὲ χαρίζεται καὶ προστίθησι μικρὸν οὐδὲν οὐδ’ ὀλίγον ἀλλὰ Φοινίκην, Κοίλην Συρίαν, Κύπρον, Κιλικίας πολλήν […] (« Lorsqu’elle vint, il eut le désir de lui plaire et les territoires qu’il ajouta à ses possessions n’étaient négligeables ni en taille ni en nombre : la Phénicie, la Coelé‑Syrie, Chypre et une grande partie de la Cilicie […] ») ; Dion Cassius (49, 32, 5) : πολλὰ δὲ καὶ τῆς Φοινίκης τῆς τε Παλαιστίνης, Κρήτης τέ τινα καὶ Κυρήνην τήν τε Κύπρον αὐτοῖς ἐχαρίσατο (« Il leur accorda une grande partie de la Phénicie et de la Palestine, une portion de la Crète, Cyrène et Chypre »).

38 Dion Cassius (48, 40, 5‑6) : Quintus Labienus est capturé en Cilicie par Démétrios, ancien affranchi de César, « qui avait été alors affecté à Chypre par Antoine » (τότε τῇ Κύπρῳ πρὸς τοῦ Ἀντωνίου προστεταγμένος).

39 TestSal., no 97. L’inscription est datée d’une année 15, certainement la 15e année du règne de Cléopâtre VII.

40 E. Van’t Dack, « Notices Cypriotes », dans Ptolemaica Selecta. Études sur l’armée et l’administration lagides, Studia Hellenistica 29 (1988), p. 178‑182. Les conclusions de T. B. Mitford (« Roman Cyprus », ANRW II, 7, 2 (1980), p. 1293‑1294) sont proches de celles de J. P. Bicknell.

41 E. Van’t Dack, op. cit., p. 180.

42 Schrapel 1996, p. 133.

43 Schrapel 1996, p. 135.

44 Schrapel 1996, p. 134.

45 L’union des deux souverains a cela d’ambigu qu’elle peut être une sorte de mise sous tutelle, une annexion d’un type particulier puisqu’elle laisse le titre de reine à Cléopâtre mais les bases stratégiques à Antoine, ainsi que, probablement, les ressources de l’île. Cette solution a l’intérêt d’être compatible avec la donation de 37‑6 av. J.‑C. En somme, Cléopâtre peut recevoir ce qu’elle possède déjà, si cette donation est financière plutôt que territoriale. De même, en 42‑41 av. J.‑C., Antoine, nous dit Plutarque (LVII 1, cité infra), « offre Priène » (Πριήνην ἔδωκεν) en résidence (οἰκητήριον) aux technites, ce qui implique sans doute une partie des revenus de la cité (voir Le Guen 2001, II, p. 97), mais ce qui ne signifie pas qu’il leur confie le gouvernement de Priène. En 15 av. J.‑C., Auguste donne la moitié des mines de Chypre à Hérode, comprenant bénéfices et droits d’exploitation. Voir P. Briant, « Dons de terres et de villes », REA 87 (1985), 1‑2, p. 53‑72. Il me semble donc que l’hypothèse d’une dissociation entre propriété territoriale et exploitation des ressources peut se défendre, à Chypre, entre 41 et 37‑36 av. J.‑C. : les difficultés des historiens viennent sans doute de l’ambiguïté du verbe « donner » (quel que soit le verbe utilisé en grec, δίδωμι ou χαρίζομαι).

46 Ce pluriel étonnant est déjà remarqué par J. Pouilloux (n. 26, p. 143). Le titre aulique peut apparaître ici comme une survivance, une sorte d’archaïsme dont se pare la dernière cour lagide, qui veut s’inscrire dans la tradition dynastique. À cette époque, le système lagide de hiérarchie aulique a tout l’air un souvenir.

47 On trouve aussi le génitif singulier τοῦ βασιλέως déterminant les deux titres συγγενὴς καὶ τροφεύς portés par le stratège Hélénos, par exemple dans Test. Sal., no 81, qui date probablement de peu après 107‑106, alors qu’Alexandre Ier est corégent de sa mère à Alexandrie (cf. E. Van’t Dack, « Apollodôros et Helenos, deux ΤΡΟΦΕΙΣ de Ptolémée X Alexandre Ier», dans M. Geerard et al. (éds), Opes Atticae, Miscellanea philologica et historica Raymondo Bogaert et Hermanno Van Looy oblata, Sacris erudiri 31 [1990], p. 435). Pourtant, dans ce cas précis, la fonction de τροφεύς rend le singulier obligatoire : cet exemple ne nous donne pas d’argument.

48 Il semble que le seul nom de culte connu pour cette reine, Θεὰ Νεώτερα, soit postérieur à 37‑36 av. J.‑C., mais cette date est discutée (cf. P. Thonemann, « A Ptolemaic Decree from Kourion», ZPE 165 [2008], p. 87‑95).

49 E. Bernand, Inscriptions grecques d’Alexandrie ptolémaïque (2001), p. 102‑105, no 36 (= OGI 195).

50 Cf. notamment C. B. R. Pelling, Plutarch, Life of Antony (1988), p. 195.

51 [Ἀ]ντωνίου καὶ Ὀ[κτ]αίας δυεῖν θε[ῶν Ε]ὐεργετῶν (A. E. Raubitschek, « Octavia’s Deification at Athens », TaPhA 77 [1946], p. 146‑150, revu dans BullÉp. 1948, 55). D’après Sénèque l’Ancien (Suasoriae, 1.6‑7), Octavie a sans doute été assimilée à Athéna Polias.

52 Pour les rapports religieux des technites avec les évergètes, voir en particulier L. Robert, « Note d’épigraphie hellénistique », BCH 50 (1926), p. 497‑501 (OMS I, p. 61‑65).

53 L’association de Cléopâtre avec Aphrodite ne date pas de l’entrevue de Tarse. On connaît une monnaie de bronze frappée à Chypre (RPC I, 3901 ; visible sur le catalogue en ligne de la bnf), qui figure au droit la tête de l’enfant Césarion près de celle de sa mère, représentation pouvant évoquer Aphrodite et Éros, ou Isis et Horus (ou Harpocrate). Cette monnaie d’un type unique est très différente des émissions alexandrines, ce qui laisse supposer qu’il s’agit d’une émission exceptionnelle, peut‑être en rapport avec la naissance de Césarion (en 47 ou en 44 av. J.‑C.) et le retour de Chypre dans le royaume lagide. À Rome, une statue de la reine a été dressée dans le temple de Vénus Genetrix en 46 av. J.‑C., au moment où Cléopâtre et son frère‑époux Ptolémée XIV résident dans la villa de César avec le petit Césarion. Le culte de Césarion est promu par la reine après 44 av. J.‑C., ou bien après la divinisation officielle de César proclamée le 1er janvier 42 av. J.‑C. : on pouvait établir un parallèle entre le prince, fils d’un père assassiné, et Horus, fils d’Osiris. On sait qu’un Kaisareion monumental est alors érigé à Alexandrie et, à Hermonthis, celui que l’on appelle le Mammisi, « sanctuaire de la naissance », temple de style égyptien consacré à Cléopâtre et Césarion.

54 I. Michaelidou-Nicolaou, « Chapter 11. The Inscriptions », dans A. H. S. Megaw et al. (éds), Kourio: Excavations in the Episcopal Precinct (2007), p. 368‑374 (cf. BullÉp. 2009, 534).

55 P. Thonemann (n. 48), (BullÉp. 2009, 534), avec nouveau texte p. 93, meilleur que celui de l’editio princeps.

56 Les dates sur les documents du règne de Cléopâtre VII ne sont pas toujours faciles à interpréter, mais la nouvelle ère qui commence en 37‑36 est bien attestée. Cf. P. Thonemann (n. 48), p. 87 ; M. Chauveau, « Ères nouvelles et corégences en Égypte ptolémaïque », dans B. Kramer et al., Akten des 21. Interantionalen Papyrologenkongresses Berlin, 13.‑19.8. 1995 (1997), p. 163‑171 (en particulier p. 165).

57 La pierre porte, contre la brisure à gauche, une haste horizontale qui invite à lire γ̣γʹ ou τ̣γʹ, dates difficilement concevables. I. Nicolaou suppose par conséquent une erreur de lapicide ([L]<ι>γʹ) tandis que P. Thonemann complète le symbole L tout à fait au‑dessus des autres lettres (ḶΓʹ). L’erreur de lapicide est certes hautement improbable, mais la solution de Thonemann n’est pas non plus totalement assurée. La haste horizontale était peut‑être un trait surmontant le signe ιʹ (Ι̅ Γʹ, avec le trait à la hauteur de la barre horizontale du gamma, au lieu de Ι̅Γ̅ʹ, avec un trait horizontal au‑dessus des deux signes), auquel cas on pourrait ne pas exclure la date proposée dans l’editio princeps.

58 M. Egetmeyer identifie le signe syllabique lu et reconnaît un mot comparable à ἔφορος, formé à partir de la racine *luk‑ d’un verbe de vision (Cf. M. Egetmeyer, « Epilukos/opilukos : un titolo greco di origine indoeuropea », dans A. Sacconi et al. (éds), Colloquium Romanum, Atti del XII colloquio internazionale di Micenologia I, 2008, p. 252‑267).

59 Traduction de P. Thonemann (n. 48) : « of bouleutic rank ». L’auteur rappelle qu’au cours du ier s. av. J.‑C., les bouleutes des cités grecques orientales ont été nommés à vie. On peut traduire plus simplement par « membre des bouleutes ». Le génitif est souvent utilisé de façon comparable pour exprimer l’appartenance à une association (comme celle des technites).

60 I. Nicolaou, « Inscriptiones Cypriae Alphabeticae XXXVI, 1996 », RDAC 1997, p. 267‑268, no 1 ; discussion de la date dans I. Nicolaou, « A Cypriot Evidence for the Associate Reign of Cleopatra VII and Ptolemy XV Caesarion », dans S. Evangelisti, L. Galli (éds), XIo Congresso internazionale di epigrafia greca e latina (Roma, 18‑27 Settembre 1997), vol. I (1997), p. 371‑374.

61 P. Thonemann retient la date ζ̣ʹ ([n. 48], p. 95), mais on peut aussi lire un stigma. J. Bingen, « SEG XLVII, 1866 : Cléopâtre VII et Chypre », CE 74 (2003), p. 236‑240, propose de lire Lι̣ζ̣ʹ, mais le iota n’est pas visible. Il semble par ailleurs que le titre de Théa Neôtera que porte Cléopâtre n’apparaisse pas avant 37‑36. Cf. J. Bingen (supra) ; P. Thonemann (n. 48) ; contra : F. Muccioli, « La Titolatora di Cleopatra VII in una nuova iscrizione cipriota e la genesi dell’epiteto Thea Neotera », ZPE 146 (2004), p. 105‑114, qui donne 43‑42 comme terminus ante quem pour la création de ce titre.

62 Plutarque, Antoine LXXI 3. La cérémonie est suivie de plusieurs jours de fête à Alexandrie.

63 Rien n’exclut qu’elle coïncide tout à fait avec l’inscription du prince dans l’éphébie. La date développée sur un document de ce type constitue un unicum.

64 Cf. Der Neue Pauly, X, 550 (2001). Césarion devient corégent de sa mère après la mort de Ptolémée XIV, assassiné en juillet 44, mais ce n’est qu’une année plus tard que Cléopâtre peut prendre le contrôle de l’île.

65 Plutarque n’est pas la seule source. Chez Velleius Paterculus (2, 82), par exemple, Antoine s’exhibe comme nouveau Bacchus à Alexandrie. Dans la documentation épigraphique, à Athènes (IG II² 1043, l. 22‑23), Antoine, qui occupe les fonctions de gymnasiarque, est honoré comme nouveau Dionysos lors des Panathénées Antoniennes (cf. M. Kantiréa, Les dieux et les dieux augustes. Le culte impérial en Grèce sous les Julio-claudiens et les Flaviens. Études épigraphiques et archéologiques, ΜΕΛΕΤΗΜΑΤΑ 50 [2007], p. 37‑38). Pour une vue d’ensemble, voir Fr. Chamoux, Marc Antoine : dernier prince de l’Orient grec (1986), p. 270‑330.

66 Plutarque, Vies parallèles (2001).

67 Plus exactement, « un thiase de spectacles asiatiques » (Ἀσιανῶν ἀκροαμάτων θίασος).

68 Le verbe κωμάζειν suppose un κῶμος, c’est‑à‑dire un cortège dionysiaque associé à un banquet : Aphrodite apparaît ici invitée ou intégrée au rituel bacchique.

69 Le texte grec met sur le même plan, dans une structure comparative qui n’apparaît pas dans la traduction (ὥσπερ/οὕτω), le rassemblement des technites et les contributions des différents rois à l’effort de guerre (πέμπειν καὶ κομίζειν τὰς εἰς τὸν πόλεμον παρασκευάς).

70 Autre anecdote chez Plutarque (Antoine LX 7), parmi les signes qui annoncent la défaite : « Le navire amiral de Cléopâtre s’appelait Antonias, et un signe effrayant y apparut : des hirondelles ayant fait leur nid sous la poupe, il en survint d’autres, qui chassèrent les premières et tuèrent leurs petits » (trad. A.‑M. Ozanam)

71 La filiation étroite entre Arsinoé Philadelphe et Cléopâtre VII est évidente dans les portraits, en particulier dans les représentations de la reine portant la double cornucopia. L’exemple le plus célèbre est la statue du musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg (inv. no 3936), où l’on a parfois reconnu Arsinoé plutôt que Cléopâtre (sur cette question, voir S.‑A. Ashton, Ptolemaic Royal Sculpture from Egypt: the Greek and Egyptian Traditions and their Interaction [1999], p. 186‑188).

72 Cf. J. Olivier, Ch. Parisot-Sillon, « Les monnayages aux types de Cléopâtre et Antoine. Premiers résultats et perspectives », BSFN (nov. 2013), p. 268 : « […] la tiare arménienne qui accompagne le portrait d’Antoine fait écho à la proue de navire à laquelle est associé le buste de la reine. On peut y deviner une forme de séparation des tâches entre les deux dirigeants : les opérations terrestres seraient le domaine d’Antoine et des armées romaines. La flotte serait fournie par Cléopâtre, à la tête d’un royaume doté d’une solide tradition thalassocratique […] ».

73 Le Guen 2001, TE 76, p. 323, de Syracuse, ainsi que TE 77, p. 324, de la fin du ier s. av. J.‑C. Cf. S. Aneziri, « A different guild of artists : τὸ Kοινὸν τῶν περὶ τὴν Ἱλαρὰν Ἀφροδίτην τεχνιτῶν », Aρχαιογνωσία 11 (2001‑2002), p. 47‑56.

74 Ce verbe est aussi attesté par I. Cos, 44, 367, 384 (maintenant dans IG XII, 4, 2). On le trouve en outre dans la consécration d’un autel de Thèbes à Dionysos Thrace, émanant de deux personnages dont l’un d’eux, celui à qui se rapporte le participe ἀρχεύσας, porte le nom d’Ὀνήσιμος, qui pourrait être chypriote.

75 Voir O. Masson, « Vocabulaire grec et épigraphie : ἀρχός “chef, archonte” », dans A. Etter (éd.), o‑o‑pe‑ro‑si, Festschrift für Ernst Risch zum 75. Geburtstag (1986), p. 455‑456. Je propose de traduire par « chef religieux », même si cette expression n’est pas entièrement satisfaisante.

76 S.v. « ἁγήτωρ· ὁ Ἀφροδίτης θυηλῶν ἡγούμενος ἱερεὺς ἐν Κύπρῳ ».

77 Chez Hésychius encore, on trouve mention de fêtes nommées Ἁγητόρια : ἁγητής· […] καὶ ἡ ἑορτὴ Ἁγητόρια. Le terme ἡγήτωρ est attesté par une inscription d’Amathonte, où il désigne la fonction d’un certain Aristiôn, auteur d’un décret sur la fête annuelle en l’honneur d’Aphrodite (GIBM, IV, 2, 975, avec le nom de l. 7-8 corrigé par A. Hermary, CCEC 29 [1999], p. 53) : Ἀγαθῆι Τύχηι L[…] / Ἐφ’ ἱερέως Κύπρου Ἀφρ[οδίτης] / Χαρίνου τοῦ Χαρίνου, [τῶν ἐστρα‑]/τηγηκότων καὶ γεγυμν[ασιαρχηκό‑]/των καὶ ἀρξάντων ὑπὲ[ρ τῆς σω‑]/τηρίας τοῦ Ἀμαθουσίω[ν δήμου] / καὶ τῶν καρπῶν· Ἀρίστ[ων Εὐφρά‑]/νορος, τῶν ἐστρατηγη[κότων καὶ ἀρξάν‑]/των, ὁ ἡγήτωρ τὸ εἰθισ[μένον] etc. La révision de la date de l’inscription paphienne pourrait amener à revoir celle d’Amathonte, où il faut remarquer, comme caractéristique stylistique commune, la série de participes parfaits au génitif pluriel.

78 Les personnages honorés font bien partie des technites, même si ce ne sont pas des artistes mais des membres honoraires de l’association (cf. n. 6).

79 Inscription sur gemme (Le guen 2001, I, no 71, p. 314‑315). Plusieurs graphies (ι pour ει et ε pour αι) sont l’indice d’une date basse dans l’époque hellénistique. On ajoutera toutefois que rien ne prouve que cette association originale entre Dionysos et Aphrodite soit absolument inédite à Paphos. Nous n’avons pas de documents qui l’indiquent, mais on peut envisager qu’Antoine et Cléopâtre se soient appuyés sur une tradition lagide antérieure.

80 Sous Néron par exemple, le monde du théâtre a dû aussi jouer un rôle majeur dans les Nérôneia de Paphos attestés par une inscription (I. Nicolaou, RDAC 1970, p. 154‑155, no 10 ; texte revu par J.‑B. Cayla, Les Inscriptions de Paphos [sous presse]). On y trouve la mention d’un « prêtre du komos » ou plutôt « prêtre du dieu Kômos », ἱερεὺς τοῦ Κώμου (on peut reconnaître le dieu romain Comus), dont la fonction singulière évoque des festivités rituelles dans la tradition des banquets dionysiaques de l’époque lagide (cf. supra, n. 68).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Inscription no 1.
Crédits Cl. Jean‑Baptiste Cayla.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 2 — Inscription no 2.
Crédits Cl. Jean‑Baptiste Cayla.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre Fig. 3 — Inscription no 3.
Crédits Cl. Jean‑Baptiste Cayla.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 4 — Inscription no 4.
Crédits Cl. Jean‑Baptiste Cayla.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean‑Baptiste Cayla, « Antoine, Cléopâtre, et les technites dionysiaques à Chypre »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 313-336.

Référence électronique

Jean‑Baptiste Cayla, « Antoine, Cléopâtre, et les technites dionysiaques à Chypre »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.548

Haut de page

Auteur

Jean‑Baptiste Cayla

Enseignant en classes préparatoires aux grandes écoles (lettres supérieures, première supérieure) au Lycée Cézanne (Aix‑en‑Provence).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search