Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Le logement des particuliers roma...

Le logement des particuliers romains dans la Grèce égéenne aux iie et ier siècles av. J.‑C., d’après les sources textuelles

Paul Ernst
p. 337-352

Résumés

Dans cet article sont étudiés les quelques documents littéraires et épigraphiques qui comprennent des indications sur le logement des particuliers romains installés ou de passage dans la Grèce égéenne, ainsi que sur l’hospitalité dont ils bénéficiaient parfois, à la fin de l’époque hellénistique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Brigitte Le Guen pour ses observations et ses conseils.
Sauf indication contraire, les extraits latins et grecs cités dans le présent article suivent la leçon retenue dans la Collection des Universités de France et sont traduits par l’auteur.
Les monuments déliens sont mentionnés avec le numéro qu’ils portent dans le Guide de Délos (Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos4 [2005]).

Texte intégral

  • 1 Parmi les nombreuses études menées sur le sujet, on peut mentionner la thèse de J. Hatzfeld (Les t (...)

1Nombreux étaient les Romains et, plus généralement, les Italiens à se rendre dans la Grèce égéenne aux iie et ier s. av. J.‑C., période marquée par la multiplication des interventions diplomatiques et militaires de Rome dans la partie orientale du bassin méditerranéen et par le développement des échanges économiques et culturels entre l’Italie et ces territoires anciennement et fortement hellénisés de la péninsule balkanique, des îles de la mer Égée et de l’Asie Mineure1.

  • 2 Dans l’ouvrage qu’elle écrivit sur la « Grèce romaine » et qui renouvela l’approche de cette pério (...)
  • 3 Voir infra, p. 345.
  • 4 Par exemple, sur la question des tournées des gouverneurs romains dans les conventus, voir l’étude (...)
  • 5 Parmi les nombreuses études dans lesquelles ces questions sont évoquées, voir notamment celles de (...)

2Depuis l’essor relativement récent des travaux menés sur la Grèce sous la domination romaine, peu de chercheurs ont spécifiquement traité de la question des formes concrètes et des modes de logement des Romains qui y résidaient ou séjournaient2. En dehors du cas spécifique de l’île cosmopolite et du carrefour économique que constitua à cette époque Délos dont quelques demeures bien conservées ont été attribuées à des occupants italiens3, la question des lieux de résidence et de séjour a essentiellement fait l’objet de deux approches : l’identification et l’étude des cadres administratifs dans lesquels les gouverneurs exerçaient leurs fonctions4 et l’examen du logement des magistrats, de leur personnel et des armées romaines par les cités grecques5. Ainsi est‑ce à celui des particuliers romains qu’est consacré cet article.

  • 6 Sur les negotiatores et ceux qui negotiantur, dont les affaires mentionnées dans les sources litté (...)

3La documentation actuelle sur ce sujet est essentiellement constituée d’inscriptions émanant d’autorités publiques, de dédicaces privées retrouvées dans des demeures, ainsi que d’extraits de l’œuvre de Cicéron et notamment de sa Correspondance dans laquelle sont évoqués quelques aspects précis et concrets de la vie de ses amis dans la partie orientale de la Méditerranée. L’examen critique de ces sources permet de se faire une idée de ce qu’étaient les cadres de vie quotidiens ou temporaires de ces particuliers romains dont la plupart étaient des hommes d’affaires (negotiatores), au sens large du terme6, et de mettre en évidence les enjeux politiques que pouvait revêtir l’hospitalité dont certains bénéficiaient parfois.

Les cadres de vie domestique

4Dans l’étude des cadres et des modes de vie domestiques des Romains dans la Grèce égéenne, ceux de T. Pomponius Atticus, riche Romain de rang équestre, occupe une place particulière. Bien connus grâce à la correspondance qu’Atticus a entretenue avec son ami Cicéron et à la biographie que Cornélius Népos lui a consacrée, ils ont été abordés dans plusieurs travaux mais nécessitent un nouvel examen.

  • 7 Népos, Atticus 2, 3 : ac ne illa peregrinatio detrimentum aliquod afferret rei familiari eodem mag (...)
  • 8 Ses libéralités sont évoquées plus loin (Népos, Atticus 2, 4‑6).
  • 9 On ne peut naturellement pas exclure pour autant qu’ils aient présenté des caractéristiques grecqu (...)
  • 10 On sait que C. Malleolus, questeur de Cn. Cornélius Dolabella, gouverneur de Cilicie entre 80 et 7 (...)

5On sait, par Cicéron, qu’Atticus, en 86 av. J.‑C., après la mort de son père, était venu s’installer à Athènes avec « une grande partie de ses biens » (magnam partem fortunarum […] suarum)7 pour y vivre pendant vingt ans. L’auteur laisse supposer qu’il ne s’agissait pas seulement d’argent8 mais que des biens matériels, sans doute du mobilier, avaient été transportés. Aussi Atticus aurait‑il vécu dans un cadre de vie en partie constitué d’objets acquis à Rome9, ce qui était sans doute le cas de beaucoup de Romains qui, résidant dans le monde grec, pouvaient concomitamment avoir recours à des biens ou des usages d’origine romaine et hellénique10.

  • 11 En novembre 68, Cicéron se réjouit de « l’achat épirote » (Epirotica emptio) d’Atticus (Atticus I  (...)
  • 12 Des lois II 7 et Atticus VII 2 (CCLXXXIX), 3.
  • 13 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 15. Sur le rapport d’Atticus à la poésie, voir aussi Népos, Atticus  (...)
  • 14 Népos, Atticus 18, 5‑6 : namque uersibus qui honore rerumque gestarum amplitudine ceteros populi R (...)
  • 15 Voir la synthèse d’É. Deniaux (« Atticus et l’Épire », dans P. Cabanes [éd.], L’Illyrie méridional (...)
  • 16 J. Hatzfeld (n. 1), p. 62‑63. Voir aussi d’É. Deniaux (n. 15), p. 247, n. 30.
  • 17 Voir, en particulier, la démonstration de Fr. G. Moore, « Cicero’s Amaltheum », CPh 1.2 (1906), p. (...)
  • 18 Je rejoins l’hypothèse d’É. Deniaux ([n. 15], p. 248), selon laquelle il pourrait s’agir d’« un pa (...)
  • 19 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 18.
  • 20 Cicéron, Atticus I 13 (XIX), 1.

6À plusieurs reprises dans les lettres de Cicéron à Atticus, il est question de l’Amaltheum / Ἀμαλθεῖον que celui‑ci possédait en Épire, peut‑être depuis l’année 68 av. J.‑C.11. C’est dans ce lieu qui, planté de platanes et aménagé sur le Thyamis, est décrit comme un lieu enchanteur12 qu’Atticus se serait souvent rendu. Des épigrammes qu’il avait lui‑même composées y auraient été placées13. Peut‑être s’agissait‑il de celles que, comme elogia, il avait associées à des statues ou à des bustes d’hommes célèbres, selon Cornélius Népos14. Les analyses des sources littéraires et les fouilles archéologiques menées en Épire ont conduit à de multiples hypothèses sur la localisation, le nom et la fonction de ce lieu15. L’Amaltheum d’Atticus a souvent été considéré comme un domaine, le « domaine d’Amalthée ». C’est ainsi qu’il est évoqué par Jean Hatzfeld16. Or, cette appellation pourrait bien renvoyer à une construction en particulier – sans doute un lieu consacré à l’étude, avec sa bibliothèque et son décor notamment sculptural17 – ou, plus largement, à une partie de terrain comprenant cet édifice18. C’est ce que peuvent laisser penser deux textes : dans le premier19, Cicéron évoque sa volonté de construire un Ἀμαλθεῖον dans son domaine d’Arpinum (libet mihi facere in Arpinati) ; dans le second20, sans doute à la manière d’une métaphore renvoyant aux rites suivis par les généraux pour se concilier la faveur des dieux avant la bataille, l’auteur écrit à son ami, à propos d’un voyage effectué par celui‑ci afin de recouvrer ses créances : ego […] te arbitror caesis apud Amaltheam tuam uictumeis statim esse ad Sicyonem oppugnandum profectum (« […] je pense qu’une fois les victimes sacrifiées auprès de ton Amalthée tu es aussitôt parti faire le siège de Sicyone »).

  • 21 É. Deniaux (n. 15), p. 247. Les découvertes épigraphiques et archéologiques postérieures à cette é (...)
  • 22 Fr. G. Moore (n. 17), p. 124‑125 : « that his villa lay on the road to Dodona, where the nymph had (...)
  • 23 P. Grimal, Les Jardins romains3 (1984), p. 305.
  • 24 Ibid. (interprétation formulée à partir de Cicéron, Atticus I 16 [XXII], 18, où il est question de (...)
  • 25 P. Grimal (n. 23), p. 306 (voir aussi p. 305).

7Mais pourquoi un Romain avait‑il dans sa propriété d’Épire un lieu au nom d’Amalthée ? Un sanctuaire privé dédié à Amalthée semble peu vraisemblable21. Frank G. Moore explique ce nom par la situation du domaine sur la route de Dodone où Amalthée faisait l’objet d’un culte22. Quant à Pierre Grimal, il y voit « un véritable paysage sacré dans le goût de la peinture : imitation consciente des légendes et des traditions helléniques sur la nymphe Amalthée23 ». Atticus se serait inspiré des textes érudits des poètes hellénistiques24 et aurait fait aménager son domaine suivant « l’esthétique paysagiste des peintres et des sculpteurs : celle du “décor sacré”25 », en évoquant probablement une grotte. Mais cette interprétation ne permet pas de comprendre les raisons du choix d’un lieu évoquant Amalthée et (plus précisément peut‑être) une partie des légendes qui lui étaient associées.

  • 26 Voir notamment J. Hatzfeld (n. 1), p. 62‑63.
  • 27 Varron, De l’agriculture II 2 ; II 9.
  • 28 Dans son De l’agriculture, Varron fait notamment s’exprimer Atticus sur l’élevage des brebis (II 2 (...)

8Il est possible d’approfondir la réflexion sur ce sujet. Atticus est connu pour ses importantes activités économiques et, en particulier, pour les troupeaux qu’il détenait en Épire26. Varron, dans son traité De l’agriculture27, souligne le grand nombre de connaissances d’Atticus en matière d’élevage. Or, les deux traditions mythologiques, selon lesquelles Amalthée était une nymphe ou une chèvre, la décrivent comme la nourrice de Zeus, ce qui en fait un symbole de fécondité et de prospérité. On peut donc supposer que c’est pour ces qualités qu’Atticus avait donné le nom d’Amalthée à un monument de son domaine dont l’exploitation a pu, du reste, consister en un élevage caprin28. Cette hypothèse, qui n’est pas incompatible avec celle de Frank G. Moore, expliquerait la métaphore employée avec humour par Cicéron.

  • 29 À ce sujet, on pourra consulter les études éditées récemment par A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou(...)
  • 30 P. Grimal (n. 23), p. 304.
  • 31 Voir notamment Cicéron, Atticus I 4 (X), 3 ; I 8 (IV), 2 ; I 9 (V), 2 ; I 10 (VI), 3. On peut rapp (...)
  • 32 Voir notamment J. H. D’Arms, « Ville rustiche e ville di “otium” », dans F. Zevi (éd.), Pompei 79  (...)
  • 33 Sur le gymnase comme lieu consacré par Cicéron à l’otium, voir notamment P. Cordier, « Les habits (...)
  • 34 L’admiration dont témoigne Cicéron pour l’Amaltheum d’Atticus (Cicéron, Des lois II 7) est telle q (...)
  • 35 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 18.

9Si l’ensemble de cette propriété d’Atticus s’apparente très probablement aux villae rusticae dont plusieurs sont connues en Grèce continentale29, la construction de son Amaltheum s’inscrit dans le contexte de l’essor de l’engouement des élites italiennes pour des cadres de vie hellénisés. En effet, les caractéristiques naturelles du site – le platane constitue « l’arbre habituel des jardins et des promenades publiques en Grèce, des gymnases et des portiques30 » – ainsi que la présence de sculptures et d’épigrammes font penser aux cadres, pour partie imités des gymnases grecs31, dans lesquels les élites italiennes, dès la fin du iie siècle et particulièrement au cours du ier s. av. J.‑C.32, pratiquaient l’otium33 (compatible avec des activités productives à but lucratif) à des fins de repos et d’étude34, mais aussi de distinction sociale. L’émulation entre les membres de l’aristocratie est d’ailleurs perceptible dans l’implication personnelle de Cicéron dans l’aménagement de sa propre villa d’Arpinum, dans laquelle il souhaitait un Amaltheum35.

  • 36 Sur la capacité de recourir à des pratiques tantôt grecques, tantôt romaines, dont il rend compte (...)

10Ajoutons enfin que, si les épigrammes placées dans l’Amaltheum d’Atticus correspondent bien aux elogia dont Cornélius Népos précise qu’ils étaient associés à des représentations de Romains célèbres (et non de Grecs), cet endroit constituerait un cas d’association d’éléments helléniques et romains. Au sein même de son lieu de résidence et dans le cadre de la pratique de l’otium, ce choix aurait permis à Atticus d’affirmer son intérêt pour l’hellénisme tout en lui permettant d’afficher une certaine identité romaine. Il compterait ainsi au nombre de ces Romains qui cherchaient à concilier l’hellénisme et la romanité et à en tirer parti à des fins de distinction sociale et culturelle36.

  • 37 Cicéron, Familiers VII 29 (DCCVII), 1. En fait, M’. Curius n’y précise pas de quelle propriété il (...)
  • 38 Cicéron, Atticus VI 1 (CCXLV), 25.

11La documentation littéraire livre d’autres mentions de lieux de résidence de Romains dans la Grèce égéenne, mais elles ne sont guère accompagnées d’une description. Ainsi, on sait, par exemple, que M’. Curius avait une propriété à Patras, qu’il s’apprêtait à céder à Atticus en octobre 4537, et que Pompéius Vindillus (ou Vindullus) possédait une maison à Laodicée du Lycos, dans laquelle se trouvaient de « petits portraits de dames » (imagunculae matronarum) romaines38.

  • 39 Par exemple, sur l’impossibilité d’associer avec certitude la plupart des vestiges archéologiques (...)
  • 40 Une centaine de demeures ont été fouillées. On en trouvera des catalogues dans les études de M. Tr (...)

12Quant aux sources de nature épigraphique, rares sont celles qui permettent aujourd’hui d’affirmer qu’une demeure était occupée par des Romains39. La documentation délienne est la seule à permettre plusieurs hypothèses solides en la matière, ce qui s’explique à la fois par les conditions de conservation exceptionnelles de maisons du iie et du ier s. av. J.‑C. et par l’importance des recherches menées sur cette île40 qui constitua à cette époque un carrefour non seulement commercial mais aussi culturel.

  • 41 ID 1802 (base de statue ; inscription bilingue émanant de trois affranchis, en l’honneur de leur p (...)
  • 42 J. Marcadé, « Les trouvailles de la maison dite de l’Hermès, à Délos », BCH 77 (1953), p. 510‑512 (...)
  • 43 ID 1724 (base de statue ; inscription grecque émanant de trois membres de la gens Egnatia, en l’ho (...)
  • 44 ID 2378 (dédicace grecque de Σπόριος Στερτένιος à Artémis Sôteira)
  • 45 En 1948, W. Déonna (La Vie privée des Déliens [1948], p. 18) puis, en 1968, Ph. Bruneau (« Contrib (...)

13En effet, la découverte de dédicaces (de statue honorifique ou cultuelle) dans la Maison I C du Quartier du Stade (GD 79)41, la Maison de l’Hermès (GD 89)42, la Maison dite « de Philostrate d’Ascalon »43 et la Maison E de la rue du Péribole (GD 82)44 a permis d’associer leur dernière phase d’occupation à des habitants d’origine italienne : respectivement à Q. Tullius et/ou un (ou plusieurs) de ses affranchis, à des Paconii, à des Egnatii ou un individu fortement lié à la communauté italienne (Philostrate, détenteur de la citoyenneté de Naples) et à Sp. Stertinius45.

14Ainsi la documentation textuelle offre‑t‑elle quelques informations sur les propriétés des Romains. Quant aux endroits où ils pouvaient séjourner, ils sont parfois mentionnés dans l’œuvre de Cicéron ainsi que dans quelques documents épigraphiques publics.

Lieux d’accueil temporaire et pratiques d’hospitalité

  • 46 Voir, par exemple, Cicéron, Atticus I 9 (V), 1 ; I 13 (XIX), 1.
  • 47 Pour ne citer que quelques exemples, Cicéron s’est rendu à de nombreuses reprises chez Atticus (vo (...)

15Cicéron fait souvent allusion aux nombreux déplacements privés d’Atticus46, mais sans donner de détails sur les lieux dans lesquels il séjournait. En revanche, plusieurs extraits montrent que l’auteur et les personnes qui faisaient partie de ses réseaux d’amitié et de connaissances entretenaient des relations d’hospitalité fondées sur l’échange de beneficia et d’officia47.

  • 48 Dans l’état actuel de la documentation, il n’est pas possible d’affirmer que les différents types (...)
  • 49 Sur les liens d’hospitalité dans le monde grec, voir notamment Ph. Gauthier, « L’étranger et l’hos (...)
  • 50 Sur les problèmes relatifs à la datation de ce voyage et sur le sens large qu’il faut certainement (...)
  • 51 Plutarque, Caton le Jeune 12, 3.

16Bien que tous les Romains n’aient pas eu les fonctions politiques de Cicéron et n’aient pas été liés à autant de personnes que lui, il est vraisemblable que, lors de leurs voyages dans la Grèce égéenne, certains d’entre eux aient séjourné chez des individus de même origine géographique et/ou de même profession, qui avaient parfois constitué des associations comme à Délos48, ou, plus généralement, avec lesquels ils avaient tissé des liens sur place ou, auparavant, en Italie. Loger chez des amis ou des connaissances (directes ou indirectes) grecs devait également être une pratique courante49, notamment dans le cadre de solidarités professionnelles, bien qu’on en trouve très peu d’attestations précises. Par exemple, Plutarque rapporte que, lors du voyage que Caton le Jeune effectua en Asie dans les années 60 av. J.‑C.50, celui‑ci préférait loger chez des amis (φίλοι) de son père ou chez les siens51.

  • 52 Ἐκδεχόμενος {δεχομενος} δὲ καὶ Ῥωμαίους καὶ τελῶν τὴν ἰς τούτους δαπάνην ἐκ τῶν ἰδίων; « recevant (...)
  • 53 L. et J. Robert (n. 52), p. 35.
  • 54 Sur le droit de logement (régi, à partir de 59 av. J.‑C., par la lex Iulia de repetundis) dont bén (...)
  • 55 Sur les enjeux politiques de l’accueil de Romains par les deux citoyens de Colophon Polémaios et M (...)

17L’hospitalité privée dont ont bénéficié des Romains de passage dans la Grèce égéenne pouvait présenter des enjeux politiques, comme en témoignent certains décrets honorifiques. Ainsi trouve‑t‑on, dans un décret du dernier tiers du iie s. av. J.‑C. exposé dans le sanctuaire de Claros, l’accueil de Romains (Ῥωμαῖοι) parmi les bienfaits de Polémaios envers la cité de Colophon52. Ce service rendu s’insère dans un contexte politique particulier. En effet, comme l’a rappelé Louis Robert, après la mort d’Attale III, « la domination du nouvel Eumène sur Colophon a été brève, peut‑être quelques mois de 133‑132 av. J.‑C. ; elle a dû disparaître après la victoire des Éphésiens devant Kymè. La répercussion sur la cité limitrophe fut sans doute immédiate. Mais l’épisode a laissé des séquelles et l’intégration dans le nouvel ordre romain n’a pas été sans difficultés ni conflits53 ». L’accueil de Romains était donc d’autant plus remarquable que Colophon échappait théoriquement à toute obligation en la matière à l’égard des magistrats romains et de leurs troupes54 en tant que cité libre55.

  • 56 IG V 1, 1432. Le document est daté d’entre 70 et 30 av. J.‑C. par L. Migeotte, « La date de l’oktô (...)
  • 57 Th. DrewBear (« Deux décrets hellénistiques d’Asie Mineure », BCH 96 [1972], p. 453‑455), en prés (...)
  • 58 IG V 1, 1432, 31‑33 : ὑποδεχόμενος δὲ καὶ ἁγουμένους καὶ τῶν ἄλλων Ῥωμαίων καὶ πλείονας τίθεται τὰ (...)
  • 59 Sur l’usage du terme Ῥωμαῖοι dans des inscriptions grecques pour désigner, plus largement, toute p (...)

18Le même genre de bienfait est mentionné dans un décret de Messène du ier s. av. J.‑C. en l’honneur du secrétaire des synèdres56. Aristoklès aurait offert l’hospitalité non seulement à des magistrats romains (ἡγούμενοι57) mais aussi aux « autres Romains » (οἱ ἄλλοι Ῥωμαῖοι)58. Comme ces deux inscriptions sont d’ordre public, le mot Ῥωμαῖοι y renvoie très probablement seulement aux citoyens romains59.

  • 60 IG V 1, 1146. Sur le rôle des Cloatii en Laconie, voir Chr. Le Roy, « Richesse et exploitation en (...)
  • 61 L. Migeotte, L’Emprunt public dans les cités grecques. Recueil de documents et analyse critique (1 (...)
  • 62 « Lorsque, sollicitant une faveur personnelle de Publius Autronius et de Lucius Marcilius, qui éta (...)

19Il est vraisemblable que des Romains installés dans la Grèce égéenne aient également pris en charge l’accueil de particuliers de passage, venus d’Italie. En tout cas, le décret de Gytheion, port de Sparte, en l’honneur des frères Cloatii, Némérius et Marcus60, daté de 71/70 av. J.‑C. par Léopold Migeotte61, montre que l’hébergement de magistrats romains – ici Publius Autronius et Lucius Marcilius (non connus par ailleurs) – dans une cité grecque pouvait être assuré par des Romains vivant dans le territoire en question62.

  • 63 ID 1694 ; 1845 ; 2000.
  • 64 Sur ces inscriptions, voir M.‑Fr. Baslez, « Mobilité et ouverture de la communauté “romaine” de Dé (...)

20Ces relations formelles d’hospitalité pouvaient déboucher sur des rapports plus étroits entre familles. C’est ce dont témoigne un ensemble d’inscriptions déliennes de la fin du iie siècle63. Le στρατηγὸς ἀνθύπατος Servius Cornelius Lentulus fut l’hôte d’un Athénien, Dionysios, fils de Nikôn (épimélète de l’île en 110 av. J.‑C.), puis ce furent les quatre fils de celui‑ci qui furent reçus par le Romain, sans doute à Rome, et le fils du Romain qui se rendit à Délos64. Sans doute pouvait‑il en aller de même entre particuliers romains et Grecs.

  • 65 Pour la fin de l’époque hellénistique, voir notamment les cas d’Épidaure, de Cassope, de Délos (GD(...)
  • 66 Des campements étaient notamment organisés lors des panégyries pour ceux qui faisaient le déplacem (...)
  • 67 Voir Plutarque, Caton le Jeune 12, 3.

21Enfin, il est très probable que beaucoup de Romains qui, de passage dans des territoires helléniques, n’y connaissaient aucun habitant, aient logé, comme de nombreux voyageurs, dans des hôtelleries65 ou, faute de moyens financiers suffisants ou de places disponibles dans ces bâtiments, dans des lieux d’accueil aménagés temporairement66. Mais les sources ne comportent guère d’indications sur la fréquentation, par des Romains, de ces lieux de séjour. Nous savons par Plutarque que Caton le Jeune, lors du voyage mentionné ci‑dessus, logeait dans des auberges (πανδοκεῖα) quand il ne connaissait personne dans les endroits où il se rendait67. Certes, l’auteur cherche ici à mettre en avant – en l’exagérant ? – la frugalitas du Romain qui n’aurait pas souhaité s’adresser aux magistrats romains, mais, de toute évidence, de telles pratiques étaient courantes.

  • 68 Syll.3 609‑610. Voir récemment A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Del (...)
  • 69 [Ca 15 lettres] Τ̣Α ὑπάρχ[ει]ν [κατ]ά̣λυμα τοῖς ἡμετέροι[ς πολ]ίτα[ις] ; « [- - -] qu’il y ait une (...)
  • 70 D. Rousset (n. 69), p. 259.
  • 71 D. Rousset, p. 258.
  • 72 D. Rousset, p. 260‑261.

22Quelques inscriptions comprennent la mention d’un cas particulier de lieux d’accueil temporaire : des καταλύματα destinés officiellement aux Ῥωμαῖοι. Une lettre de M’. Acilius Glabrio, datée de l’hiver 191/190 av. J.‑C. et trouvée à Delphes68, stipule la nécessité d’un lieu de séjour pour les citoyens romains69. Ce bâtiment est interprété par Denis Rousset comme « un lieu de résidence destiné, semble‑t‑il, à accueillir les citoyens romains de passage à Delphes » ; « peut‑être s’agissait‑il de réserver à cet effet l’un des immeubles confisqués par M’. Acilius Glabrio70 ». La décision du consul a été prise dans le contexte politique de la guerre menée par Rome contre Antiochos III et ses alliés étoliens : « après la victoire des Thermopyles (avril 191 av. J.‑C.), puis la prise d’Hèrakleia de l’Oitaia et le siège infructueux de Naupacte par M’. Acilius Glabrio (été 191 av. J.‑C.), une trêve intervint entre Romains et Étoliens à l’automne 191 av. J.‑C., et l’armée romaine s’installa en Phocide71 ». Dans cette région, le magistrat de Rome paraît donc avoir été en position de force72 pour imposer, outre plusieurs décisions portant sur des biens fonciers, l’existence d’un lieu de séjour destiné aux citoyens romains. Ainsi, garantir l’hébergement de ceux qui venaient par exemple consulter l’oracle et/ou assister aux Pythia répondait sans doute à un besoin, mais le choix de créer un lieu réservé aux citoyens romains semble aussi avoir constitué un moyen de manifester concrètement les nouveaux rapports de pouvoir entre Rome et la région.

  • 73 IG V 1, 7 (décret honorifique sur pierre, assez fragmentaire, découvert hors de son contexte origi (...)
  • 74 G. Shipley, dans W. G. Cavanagh et al. (éds), The Laconia Survey. Continuity and Change in a Greek (...)
  • 75 IG V 1, 7, 4‑7 : δόντω δὲ [αὐτῶι οἱ] ἐπιμελ[η]ταὶ τοῦ ῥωμαίου καταλύμ[ατος καὶ παρε][χ]όντω αὐτῶι (...)
  • 76 IG V 1, 869 : κ̣̣ατάλυμα τῶν Ῥωμ̣αίων καὶ δικαστᾶν ; G. Shipley, op. cit. (n. 74) : [κ]α̣τ̣[άλυμα (...)
  • 77 A. J. B. Wace (n. 73), p. 40 : « the dicasts meant were perhaps ξενοδίκαι, arbitrators from other (...)
  • 78 A. J. B. Wace (n. 73), p. 40 : « we have here an undoubted reference to a building intended to ser (...)
  • 79 P. Cartledge et A. Spawforth (Hellenistic and Roman Sparta. A Tale of two Cities2 [2002], p. 86) d (...)

23L’existence d’édifices de ce type est également attestée par plusieurs autres inscriptions datées du iie s. av. J.‑C. : cinq retrouvées à Sparte même, une sur pierre et quatre sur tuile73, et une sur tuile découverte près du Ménélaion74. L’ensemble de ces textes paraît témoigner d’une certaine institutionnalisation du lieu et de sa fonction. Alors que celui de Delphes fait état de l’intervention d’un magistrat romain dans la création d’un tel bâtiment, l’inscription sur pierre de Sparte comporte la mention des ἐπιμελ[η]ταὶ τοῦ ῥωμαίου καταλύμ[ατος] qui devaient donner et fournir des éléments, dont la nature n’est pas précisée, à un individu honoré, conformément à des lois75, tandis que les textes sur tuiles, probablement quasiment identiques76, mettent sur le même plan des Ῥωμαῖοι et des juges très vraisemblablement étrangers77. Ce καταλύμα avait donc manifestement une dimension publique et le terme Ῥωμαῖοι renvoyait certainement seulement aux citoyens romains. Était‑il uniquement destiné à ceux qui, investis d’une charge et/ou d’une mission publique, représentaient Rome78 ? L’association de ce mot à δικασταί pourrait constituer un argument en faveur de cette interprétation, mais il est aussi possible que l’ouverture de ce lieu à tous les citoyens romains ait correspondu à une volonté de distinguer tous ceux qui appartenaient à la cité qui commençait à exercer une certaine influence en Méditerranée orientale. En tout cas, l’existence d’un tel bâtiment à Sparte semble bien être liée au développement des relations entre la cité grecque et Rome au iie s. av. J.‑C.79.

  • 80 Voir A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou (éds) (n. 15). Par exemple, sur l’opus incertum employé pou (...)

24À la lecture des sources littéraires et épigraphiques, force est de constater que les Romains installés dans la Grèce égéenne aux iie et ier s. av. J.‑C. semblent avoir vécu dans des cadres souvent grecs dans lesquels ils apportaient parfois leurs propres mobiliers et objets. Certes, si les demeures déliennes occupées par des Italiens ne sont guère différentes des autres maisons de l’île, des influences romaines sont perceptibles dans des villae rusticae récemment étudiées, aussi bien dans leurs décors que dans les techniques de construction employées80. Néanmoins, la plupart de ces villae, dont on ne peut que très rarement identifier les occupants, datent de la fin de la période considérée ici et de l’époque impériale.

25Quant aux particuliers romains qui n’étaient que de passage, ils dormaient peut‑être sous des tentes lors de panégyries ou logeaient soit dans des auberges, soit chez des connaissances, soit chez des citoyens grecs – quelquefois des bienfaiteurs romains ? – qui, comme il n’existait pas de proxènes romains dans les cités helléniques, se chargeaient concrètement de l’hospitalité publique offerte par la cité à laquelle ils étaient liés. Les relations personnelles et diplomatiques pouvaient donc avoir des conséquences importantes sur les lieux et les modes de vie des Romains de passage dans des territoires de la Grèce égéenne. Ainsi, le développement, au iie s. av. J.‑C., de l’hospitalité offerte, selon une procédure apparemment très codifiée, par des cités grecques à des citoyens romains est‑il assurément à mettre en rapport avec les interventions et les rôles politiques et militaires croissants de Rome dans la partie orientale du bassin méditerranéen.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses études menées sur le sujet, on peut mentionner la thèse de J. Hatzfeld (Les trafiquants italiens dans l’Orient hellénique [1919]) ainsi que l’ouvrage collectif édité par Chr. Müller et Cl. Hasenohr (Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.‑C.-ier siècle ap. J.‑C., BCH Suppl. 41 [2002]).

2 Dans l’ouvrage qu’elle écrivit sur la « Grèce romaine » et qui renouvela l’approche de cette période, notamment par l’exploitation plus systématique des sources archéologiques, S. E. Alcock consacra quelques pages à l’installation de Romains (Graecia Capta. The Landscapes of Roman Greece [1993], p. 75‑77), mais sans évoquer les modalités concrètes et précises de leur logement.

3 Voir infra, p. 345.

4 Par exemple, sur la question des tournées des gouverneurs romains dans les conventus, voir l’étude de J. Fournier (Entre tutelle romaine et autonomie civique. L’administration judiciaire dans les provinces hellénophones de l’Empire romain [129 av. J.‑C.-235 apr. J.‑C.] [2010], notamment p. 56‑61 et cartes 1 et 2 p. 610‑611 ; avec mention des références bibliographiques antérieures).

5 Parmi les nombreuses études dans lesquelles ces questions sont évoquées, voir notamment celles de T. R. S. Broughton (« Roman Asia Minor », dans T. Frank [éd.], An Economic Survey of Ancient Rome IV [1938], p. 574‑578), S. Mitchell (« Requisitioned transport in the Roman Empire: a new inscription from Pisidia », JRS 66 [1976], p. 127‑128) ou encore, plus récemment, A. Bérenger (« Les relations du gouverneur avec les notables provinciaux : cérémonial et sociabilité », dans N. Barrandon, Fr. Kirbihler [dir.], Les Gouverneurs et les Provinciaux sous la République romaine [2011], p. 180‑182 ; Le Métier de gouverneur dans l’empire romain. De César à Dioclétien [2014], p. 338‑345 ; « Gouverneurs de province et villégiature », dans O. Devillers [éd.], Neronia IX. La villégiature dans le monde romain de Tibère à Hadrien. Actes du IXe congrès de la SIEN [2014], p. 255‑256).

6 Sur les negotiatores et ceux qui negotiantur, dont les affaires mentionnées dans les sources littéraires et épigraphiques antérieures aux années 40‑30 av. J.‑C. sont privées, de nature diverse et toujours réalisées hors d’Italie, voir J. Andreau, Der Neue Pauly 8 (2000), s.v. « Negotiator », col. 783‑785 et J. Andreau, « Qu’est‑ce qu’un negotiator à la fin de la République ? », dans A.‑Fl. Baroni et al. (dir.), Échanger en Méditerranée. Acteurs, pratiques et normes dans les mondes anciens (2016), p. 19‑35.

7 Népos, Atticus 2, 3 : ac ne illa peregrinatio detrimentum aliquod afferret rei familiari eodem magnam partem fortunarum traiecit suarum ; « et, pour que ce séjour à l’étranger ne portât pas quelque préjudice à son patrimoine familial, il fit traverser avec lui une grande partie de ses biens ».

8 Ses libéralités sont évoquées plus loin (Népos, Atticus 2, 4‑6).

9 On ne peut naturellement pas exclure pour autant qu’ils aient présenté des caractéristiques grecques ou hellénisantes.

10 On sait que C. Malleolus, questeur de Cn. Cornélius Dolabella, gouverneur de Cilicie entre 80 et 79 av. J.‑C., s’était installé dans sa province avec ses biens personnels, en particulier de l’argenterie de grande valeur, et une familia magna qui comprenait multi artifices et « beaucoup de beaux hommes » (multi formosi homines) (Cicéron, Seconde action contre Verrès I 91). Ces artifices étaient très probablement des artisans spécialisés dans l’argenterie pour laquelle Verrès, comme C. Malleolus, avait un goût prononcé (voir R. Robert, « Ambiguïté du collectionnisme de Verrès », dans J. Dubouloz, S. Pittia [dir.], La Sicile de Cicéron 2007], p. 22‑23 ; sur l’officina que Verrès installa à Syracuse, voir Cicéron, Seconde action contre Verrès IV 54, où le mot artifices renvoie clairement à des activités artisanales). Dans ce même texte, on apprend que sur son lieu de résidence se trouvaient des « vins et autres denrées qu’on se procure très facilement en Asie » (vina ceteraque quae in Asia facillime comparantur). C. Malleolus apparaît donc aussi comme un consommateur de produits locaux parmi lesquels les vins réputés de Cos ou de Chios (voir notamment Varron, De l’agriculture II Préf. 3 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XIV 25 ; XIV 95‑97) devaient sans doute occuper une place importante.

11 En novembre 68, Cicéron se réjouit de « l’achat épirote » (Epirotica emptio) d’Atticus (Atticus I 5 [II], 7), sans donner davantage de précisions. Par ailleurs, dans une lettre d’avril 59, il évoque une domus qui, située à Buthrote, appartenait également à son ami (Atticus II 6 [XXXIII], 2 ; voir aussi Atticus IV 8 [CXIV], 1). Comme il est vraisemblable que cette domus ne faisait pas partie de la même propriété que l’Amaltheum, aménagé sur le Thyamis et donc situé plus au sud que Buthrote, on ne peut affirmer que la mention de « l’achat épirote » se rapporte aux deux constructions. Cornélius Népos (Atticus 14, 3) parle, du reste, des Epiroticae possessiones d’Atticus.

12 Des lois II 7 et Atticus VII 2 (CCLXXXIX), 3.

13 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 15. Sur le rapport d’Atticus à la poésie, voir aussi Népos, Atticus 4, 1 ; 18, 5.

14 Népos, Atticus 18, 5‑6 : namque uersibus qui honore rerumque gestarum amplitudine ceteros populi Romani praestiterint exposuit ita ut sub singulorum imaginibus facta magistratusque eorum non amplius quaternis quinisque uersibus descripserit, ut uix credendum sit tantas res tam breuiter potuisse declarari ; « et, en effet, c’est en vers qu’il présenta ceux qui, du peuple romain, s’étaient distingués par le caractère honorable de leurs charges et la grandeur de leurs actions, à savoir que sous les statues de chacun il décrivit leurs faits et leurs magistratures en moins de quatre ou cinq vers, si bien qu’on aurait à peine cru que tant d’actes pussent être exprimés aussi brièvement ».

15 Voir la synthèse d’É. Deniaux (« Atticus et l’Épire », dans P. Cabanes [éd.], L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité. Actes du colloque international de Clermont-Ferrand [22‑25 octobre 1984] [1987], p. 247‑248) et l’étude de R. Neudecker (Die Skulpturenausstattung römischer Villen in Italien [1988], p. 9‑11). Sur la question de l’identification (sur des critères néanmoins fragiles) de vestiges archéologiques à l’Amaltheum d’Atticus, voir notamment les études citées par M. Zarmakoupi, « The villa culture of Roman Greece », dans A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou (éds), Villae Rusticae. Family and Market-Oriented Farms in Greece under Roman Rule. Proceedings of an International Congress held at Patrai, 23‑24 April 2010 (2013), p. 756, n. 18.

16 J. Hatzfeld (n. 1), p. 62‑63. Voir aussi d’É. Deniaux (n. 15), p. 247, n. 30.

17 Voir, en particulier, la démonstration de Fr. G. Moore, « Cicero’s Amaltheum », CPh 1.2 (1906), p. 121‑126.

18 Je rejoins l’hypothèse d’É. Deniaux ([n. 15], p. 248), selon laquelle il pourrait s’agir d’« un parc organisé en relation avec l’eau, peut‑être avec un nymphée, associant l’art des jardins à des préoccupations culturelles, avec une décoration de bustes et de statues ».

19 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 18.

20 Cicéron, Atticus I 13 (XIX), 1.

21 É. Deniaux (n. 15), p. 247. Les découvertes épigraphiques et archéologiques postérieures à cette étude ne semblent pas avoir livré de témoignage de culte à Amalthée.

22 Fr. G. Moore (n. 17), p. 124‑125 : « that his villa lay on the road to Dodona, where the nymph had a cult, would be sufficient excuse for the erection of a new shrine with a certain interpretatio Romana, even without assuming the previous existence of an older sanctuary on or near his estates ».

23 P. Grimal, Les Jardins romains3 (1984), p. 305.

24 Ibid. (interprétation formulée à partir de Cicéron, Atticus I 16 [XXII], 18, où il est question des poemata et des historiae dont disposait Atticus au sujet d’Amalthée).

25 P. Grimal (n. 23), p. 306 (voir aussi p. 305).

26 Voir notamment J. Hatzfeld (n. 1), p. 62‑63.

27 Varron, De l’agriculture II 2 ; II 9.

28 Dans son De l’agriculture, Varron fait notamment s’exprimer Atticus sur l’élevage des brebis (II 2) et le nombre de bergers auxquels sont généralement confiés, en Épire, les troupeaux de brebis et de chèvres (II 2, 20), ainsi que sur les chiens qui assurent la défense des troupeaux d’ovins et de caprins (II 9).

29 À ce sujet, on pourra consulter les études éditées récemment par A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou (éds) (n. 15), et, pour l’Épire et l’Illyrie, S. Shpuza, La Romanisation de l’Illyrie méridionale et de la Chaônie (2016), notamment p. 118‑129.

30 P. Grimal (n. 23), p. 304.

31 Voir notamment Cicéron, Atticus I 4 (X), 3 ; I 8 (IV), 2 ; I 9 (V), 2 ; I 10 (VI), 3. On peut rappeler que « la notion de gymnasium en tant que dépendance d’une villa de plaisance finit par désigner un type de jardin arboré dont les harmoniques culturelles, sans jamais s’effacer complètement, pouvaient perdre de leur importance au profit des compositions de plus en plus savantes qui en occupèrent l’espace » (P. Gros, L’Architecture romaine du début du iiie siècle av. J.‑C. à la fin du Haut‑Empire, II. Maisons, palais, villas et tombeaux2 [2006], p. 297). À propos des influences helléniques sur la décoration sculpturale des demeures d’Italie, voir R. Neudecker (n. 15), p. 5‑20.

32 Voir notamment J. H. D’Arms, « Ville rustiche e ville di “otium” », dans F. Zevi (éd.), Pompei 79 (1979), p. 68‑75, A. R. Littlewood, « Ancient Literary Evidence for the Pleasure Gardens of Roman Country Villas », dans E. B. Macdougall (éd.), Ancient Roman villa gardens. Acts of the 10th Dumbarton Oaks colloquium on the history of landscape architecture (held in Washington, D.C. in 1984) (1987), p. 9‑22, S. De Caro, « Le ville residenziali », dans M. Borriello et al. (éds), Pompei. Abitare sotto il Vesuvio. Catalogo della mostra (Ferrara, Palazzo dei Diamanti, 29 settembre 1996-19 gennaio 1997) (1996), p. 21‑27, et la synthèse élaborée plus récemment par P. Gros (n. 31), p. 290‑291.

33 Sur le gymnase comme lieu consacré par Cicéron à l’otium, voir notamment P. Cordier, « Les habits grecs du baigneur romain. Pourquoi les équipements de loisir romain et leur personnel portent‑ils des noms à la grecque ? », dans F.  Dupont, É. Valette-Cagnac (éds), Façons de parler grec à Rome (2005), p. 91‑93.

34 L’admiration dont témoigne Cicéron pour l’Amaltheum d’Atticus (Cicéron, Des lois II 7) est telle que le lieu pourrait avoir été conçu de manière à évoquer le « jardin des Bienheureux », comme l’a sans doute été le jardin de la « Villa des Papyri » d’Herculanum, élaboré également au ier s. av. J.‑C. (G. Sauron, « Templa Serena. À propos de la “Villa des Papyri” d’Herculanum : contribution à l’étude des comportements aristocratiques romains à la fin de la République », MEFRA 92 [1980], p. 290‑294).

35 Cicéron, Atticus I 16 (XXII), 18.

36 Sur la capacité de recourir à des pratiques tantôt grecques, tantôt romaines, dont il rend compte en utilisant le concept de code-switching, voir notamment A. Wallace-Hadrill, « Vivere alla greca per essere Romani », dans S. Settis (éd.), I Greci. Storia Cultura Arte Società, 2, Una storia greca, III, Trasformazioni (1998), p. 952 et 961‑962.

37 Cicéron, Familiers VII 29 (DCCVII), 1. En fait, M’. Curius n’y précise pas de quelle propriété il s’agit. Étant donné que ce document a été écrit à Patras, que, dans deux lettres – la première de la même année, la seconde du début de l’année 44 – Cicéron présente M’. Curius comme un negotiator de Patras (Cicéron, Familiers XIII 17 [DXXV], 1 ; XIII 50 [DCCXV], 1), ce que d’autres extraits confirment (Cicéron, Atticus VII 2 [CCLXXXIX], 3 ; Familiers VII 28 [CCCCXCV], 1 ; XVI 5 [CCLXXXVI], 2), et qu’il n’est nulle part question d’autres lieux de résidence, il semble presque assuré qu’il s’agit bien de la propriété que M’. Curius occupait à Patras.

38 Cicéron, Atticus VI 1 (CCXLV), 25.

39 Par exemple, sur l’impossibilité d’associer avec certitude la plupart des vestiges archéologiques de villae rusticae de la province d’Achaïe à des Romains mentionnés dans des épitaphes retrouvées à proximité, voir les remarques de S. Zoumbaki (« In search of the horn of plenty: Roman entrepreneurs in the agricultural economy of the province of Achaïa », dans A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou [éds] [n. 15], p. 72). On peut aussi mentionner la villa d’Agios Donatos, en Thesprotie, pour laquelle « it is unclear whether the builders of the first phase » (fin du iie ou premier tiers du ier s. av. J.‑C.) « were local aristocrats or early Roman settlers » (B. Forsén, P. Reynolds, « An Early Closed Deposit at the Roman Villa of Agios Donatos », dans B. Forsén, E. Tikkala [éds], Thesprotia Expedition II. Environment and Settlement Patterns [2011], p. 264), mais qui, si l’on en croit la restitution proposée pour l’inscription COS figurant sur deux tuiles (B. Forsén, « The Emerging Settlement Patterns of the Kokytos Valley », dans B. Forsén, E. Tikkala [éds], op. cit., p. 18 et fig. 5, et B. Forsén, P.  Reynolds, op. cit., p. 250‑251), pourrait avoir appartenu à L. Cossinius qui faisait partie des Epirotae (ou Synepirotae) mis en scène par Varron (De l’agriculture II 1, 2 ; II 2, 1 ; II 5, 1).

40 Une centaine de demeures ont été fouillées. On en trouvera des catalogues dans les études de M. Trümper, Wohnen in Delos. Eine baugeschichtliche Untersuchung zum Wandel der Wohnkultur in hellenistischer Zeit (1998), p. 175‑318, et de B. Tang, Delos, Carthage, Ampurias. The Housing of Three Mediterranean Trading Centres (2005), p. 226‑287.

41 ID 1802 (base de statue ; inscription bilingue émanant de trois affranchis, en l’honneur de leur patron Quintus Tullius).

42 J. Marcadé, « Les trouvailles de la maison dite de l’Hermès, à Délos », BCH 77 (1953), p. 510‑512 (cf. SEG XIII 425) (dédicace d’un pilier hermaïque Ἑρμεῖ καὶ συνήθεσι par Διονύσιος Πακώνιος Γναίου νεώτερος).

43 ID 1724 (base de statue ; inscription grecque émanant de trois membres de la gens Egnatia, en l’honneur du banquier « Philostrate de Naples »).

44 ID 2378 (dédicace grecque de Σπόριος Στερτένιος à Artémis Sôteira)

45 En 1948, W. Déonna (La Vie privée des Déliens [1948], p. 18) puis, en 1968, Ph. Bruneau (« Contribution à l’histoire urbaine de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale », BCH 92 [1968], p. 665‑666) établissaient déjà des listes de demeures que des Italiens avaient pu occuper (voir aussi Ph. Bruneau, Les Mosaïques, EAD XXIX [1972], p. 115‑116). La question a récemment été reprise par M. Zarmakoupi, « Les maisons des négociants italiens à Délos : structuration de l’espace domestique dans une société en mouvement », dans N. Tran [dir.], Marchands romains au long cours, Cahiers « Mondes anciens » 7, [https://journals.openedition.org/mondesanciens/] ; voir aussi M. Zarmakoupi, « The Spatial Environment of Inscriptions and Graffiti in Domestic Spaces: The Case of Delos», dans R. Benefiel, P. Keegan [éds], Inscriptions in the Private Sphere in the Greco-Roman World [2016], p. 50‑79). Pour une analyse détaillée des maisons déliennes aujourd’hui connues dans lesquelles des Italiens ont probablement vécu, voir P. Ernst, Recherches sur les pratiques culturelles des Italiens à Délos aux iie et ier siècles avant notre ère, thèse, université Paris 8 (2016) (à paraître).

46 Voir, par exemple, Cicéron, Atticus I 9 (V), 1 ; I 13 (XIX), 1.

47 Pour ne citer que quelques exemples, Cicéron s’est rendu à de nombreuses reprises chez Atticus (voir É. Deniaux [n. 15], p. 249‑250), et plusieurs fois chez M’. Curius à Patras (Cicéron, Atticus VII 2 [CCLXXXIX], 3 ; Familiers VII 28 [CCCCXCV], 1 ; XIII 17 [DXXV], 1) ; P. Védius a été accueilli, à Laodicée du Lycos, dans la maison de Pompéius Vindillus (ou Vindullus) (Cicéron, Atticus VI 1 CCXLV], 25).

48 Dans l’état actuel de la documentation, il n’est pas possible d’affirmer que les différents types d’associations déliennes qui étaient constituées exclusivement ou partiellement d’Italiens (e.g. les Italici / Ἰταλικοί et les marchands d’huile) avaient mis formellement en place un accueil des personnes de même origine géographique. Néanmoins, dans la pratique, le phénomène devait certainement exister. Sur la très probable entraide au sein des communautés d’étrangers, voir notamment M.‑Fr. Baslez, « Les communautés d’Orientaux dans la cité grecque : formes de sociabilité et modèles associatifs », dans R. Lonis (éd.), L’Étranger dans le monde grec (1988), p. 146.

49 Sur les liens d’hospitalité dans le monde grec, voir notamment Ph. Gauthier, « L’étranger et l’hospitalité en Grèce et à Rome », AncSoc 4 (1973), p. 1‑21.

50 Sur les problèmes relatifs à la datation de ce voyage et sur le sens large qu’il faut certainement donner au mot Ἀσία, voir P. Ernst, « L’arrivée de Caton le Jeune à Antioche dans les récits de Plutarque et de Julien. Des discours, une pratique et des représentations », REG 125 (2012), p. 453‑456.

51 Plutarque, Caton le Jeune 12, 3.

52 Ἐκδεχόμενος {δεχομενος} δὲ καὶ Ῥωμαίους καὶ τελῶν τὴν ἰς τούτους δαπάνην ἐκ τῶν ἰδίων; « recevant aussi des Romains et payant de sa fortune la dépense pour ces personnages » (SEG XXXIX 1243, IV 20‑23 ; éd. et trad. L. et J. Robert, Claros, I, Décrets hellénistiques, 1 [1989], p. 11‑62).

53 L. et J. Robert (n. 52), p. 35.

54 Sur le droit de logement (régi, à partir de 59 av. J.‑C., par la lex Iulia de repetundis) dont bénéficiaient les gouverneurs romains et leur entourage dans les territoires qu’ils administraient, voir notamment les travaux d’A. Bérenger (n. 5). Sur l’hébergement des soldats romains et des « Staatsgästen » dans les cités grecques et sur les cas d’exemption (ἀνεπισταθμεία) de ces charges, on pourra se reporter aux études de D. Hennig (« Staatliche Ansprüche an privaten Immobilienbesitz in der klassischen und hellenistischen Polis », Chiron 25 [1995], p. 274‑282 ; « Die Beherbergung “Staatsgästen” in der hellenistischen Polis », Chiron 27 [1997], p. 363‑368 ; voir aussi auparavant E. Ziebarth, « Gasthäuser im alten Griechenland », dans Εις μνήμην Σπυρίδωνος Λάμπρου [1935], p. 345‑346). Les riches citoyens étaient alors mis à contribution selon leurs moyens et le rang de leurs hôtes. Il semble qu’il s’agissait là d’un devoir qu’ils devaient rendre à leur cité, à la manière d’une liturgie (voir, par exemple, un décret de Cos daté du ier s. av. J.‑C., en l’honneur d’un prêtre d’Héraclès Kallinikos, dispensé de nombreuses charges dont celle de l’« hébergement des Romains » [ὑποδοχὰ Ῥωμαίων] [M. Segre, Iscrizioni di Cos, ED, 180, 19]).

55 Sur les enjeux politiques de l’accueil de Romains par les deux citoyens de Colophon Polémaios et Ménippos (qui reçut plusieurs fois à ses frais le gouverneur de la province d’Asie Q. Mucius Scaevola, son questeur et des tribuns militaires en 120/119 av. J.‑C. ; SEG XXXIX 1244, II 42‑45 ; cf. L. et J. Robert [n. 52], p. 98‑99), voir les remarques de J.‑L. Ferrary, « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI 135.3 (1991), p. 561‑562.

56 IG V 1, 1432. Le document est daté d’entre 70 et 30 av. J.‑C. par L. Migeotte, « La date de l’oktôbolos eisphora de Messène », Topoi 7 (1997), p. 51‑61 (= L. Migeotte, Économie et finances publiques des cités grecques, I. Choix d’articles publiés de 1976 à 2001 [2010], p. 367‑376) ; voir aussi C. Grandjean, Les Messéniens de 370/369 au ier siècle de notre ère, BCH Suppl. 44 (2003), p. 252, qui se prononce plus précisément en faveur des années 48‑42 ou 39‑30 av. J.‑C., et Ch. Doyen, « De la drachme au denier. Retour sur l’ὀκτώβολος εἰσφορά de Messène », dans E. Apostolou, Ch. Doyen (éds), Το νόμισμα στην Πελοπόννησο, BCH Suppl. 57 (sous presse), pour qui le texte serait datable des années 43‑31 av. J.‑C.

57 Th. DrewBear (« Deux décrets hellénistiques d’Asie Mineure », BCH 96 [1972], p. 453‑455), en présentant les occurrences dans la documentation épigraphique, a montré que ce mot renvoyait aux autorités romaines.

58 IG V 1, 1432, 31‑33 : ὑποδεχόμενος δὲ καὶ ἁγουμένους καὶ τῶν ἄλλων Ῥωμαίων καὶ πλείονας τίθεται τὰς ἰδίας δαπάνας εἰς τὰ τᾶς πόλεως συμφέροντα ; « recevant sous son toit des magistrats et même d’autres Romains, il accrut encore ses dépenses dans l’intérêt de la cité ».

59 Sur l’usage du terme Ῥωμαῖοι dans des inscriptions grecques pour désigner, plus largement, toute personne originaire de la péninsule italienne, voir notamment J. Hatzfeld (n. 1), p. 8‑9 et 242‑245.

60 IG V 1, 1146. Sur le rôle des Cloatii en Laconie, voir Chr. Le Roy, « Richesse et exploitation en Laconie au ier siècle av. J.‑C. », Ktèma 3 (1978), p. 261‑266 (sur le décret : p. 262‑265).

61 L. Migeotte, L’Emprunt public dans les cités grecques. Recueil de documents et analyse critique (1984), p. 90‑96, no 24.

62 « Lorsque, sollicitant une faveur personnelle de Publius Autronius et de Lucius Marcilius, qui étaient leurs hôtes et qu’ils recevaient à leurs propres frais (l. 16‑17 : ὄντας αὐτοῖς ξένους, οὓς καὶ ὑπεδέξαντο τοῖς ἰδίοις δαπανάμασιν), ils nous ont épargné de fournir les soldats et les autres choses, considérables, qu’ils nous imposaient » (éd. et trad. L. Migeotte [n. 61], p. 91‑93).

63 ID 1694 ; 1845 ; 2000.

64 Sur ces inscriptions, voir M.‑Fr. Baslez, « Mobilité et ouverture de la communauté “romaine” de Délos : amitiés, mariages mixtes, adoptions », dans Chr. Müller, Cl. Hasenohr (éds) (n. 1), p. 57‑58.

65 Pour la fin de l’époque hellénistique, voir notamment les cas d’Épidaure, de Cassope, de Délos (GD 113) et d’Égine étudiés par L. H. Kraynak, Hostelries of Ancient Greece, Ph.D., University of California (1984), p. 63‑73 ; 73‑79 ; 90‑108 ; 147‑149.

66 Des campements étaient notamment organisés lors des panégyries pour ceux qui faisaient le déplacement (voir Chr. Chandezon, « Foires et panégyries dans le monde grec classique et hellénistique », REG 113 [2000], p. 71 et n. 2). Sur les constructions légères (σκηναί) destinées aux pèlerins, voir notamment M. Dillon, Pilgrims and Pilgrimage in Ancient Greece (1997), p. 209‑211, ainsi que N. Deshours, Les Mystères d’Andania. Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse (2006), p. 90, et L. Gawlinski, The Sacred Law of Andania. A New Text with Commentary (2012), p. 144‑149 (sur le règlement relatif à l’organisation de la célébration des Mystères d’Andanie en 91/90 [IG V 1, 1390 ; Syll.3 736 ; Fr. Sokolowski, LSG, no 65, 34‑39]).

67 Voir Plutarque, Caton le Jeune 12, 3.

68 Syll.3 609‑610. Voir récemment A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes, traduites et commentées (2012), p. 258‑264, no 144.

69 [Ca 15 lettres] Τ̣Α ὑπάρχ[ει]ν [κατ]ά̣λυμα τοῖς ἡμετέροι[ς πολ]ίτα[ις] ; « [- - -] qu’il y ait une résidence pour nos citoyens » (éd. et trad. D. Rousset, Le Territoire de Delphes et la terre d’Apollon [2002], p. 250‑254, no 41).

70 D. Rousset (n. 69), p. 259.

71 D. Rousset, p. 258.

72 D. Rousset, p. 260‑261.

73 IG V 1, 7 (décret honorifique sur pierre, assez fragmentaire, découvert hors de son contexte originel) et IG V 1, 869 (quatre tuiles [voir A. J. B. Wace, ABSA 13 (1906/1907), no 46, p. 39‑40] portant la même inscription, retrouvées dispersées, hors de leur contexte originel).

74 G. Shipley, dans W. G. Cavanagh et al. (éds), The Laconia Survey. Continuity and Change in a Greek Rural Landscape, II. Archaeological Data, ABSA Suppl. 27 (1996), no 19, p. 223‑224 (http://www.csad.ox.ac.uk/laconia/) (cf. SEG XLVII 373) (tuile estampillée apparemment retrouvée hors de son contexte originel).

75 IG V 1, 7, 4‑7 : δόντω δὲ [αὐτῶι οἱ] ἐπιμελ[η]ταὶ τοῦ ῥωμαίου καταλύμ[ατος καὶ παρε][χ]όντω αὐτῶι τε καὶ τοῖς μετ’ αὐτο[ῦ, ἅτινα αὐ]τοῖς ἐν τοῖς νόμοις διατέτακται ; « que les épimélètes du lieu de séjour romain lui donnent et lui fournissent, à lui ainsi qu’à ceux qui sont avec lui, ce qui a été convenu avec eux dans les lois ».

76 IG V 1, 869 : κ̣̣ατάλυμα τῶν Ῥωμ̣αίων καὶ δικαστᾶν ; G. Shipley, op. cit. (n. 74) : [κ]α̣τ̣[άλυμα τῶν Ῥω]μ̣αίω̣ν̣ κ̣αὶ̣ [δικαστῶν].

77 A. J. B. Wace (n. 73), p. 40 : « the dicasts meant were perhaps ξενοδίκαι, arbitrators from other cities in inter-state disputes about boundaries and similar questions ». Sur les décrets honorifiques votés par les cités grecques de l’époque hellénistique en faveur de juges étrangers, voir notamment L. Robert, « Notes d’épigraphie hellénistique (inscriptions relatives à des juges étrangers) », BCH 48 (1924), p. 331‑342 (= id., OMS, I [1969], p. 1‑12), Id., « Les juges étrangers dans la cité grecque », dans E. von Caemmerer (éd.), Xenion. Festschrift für Pan. I. Zepos (1973), p. 765‑782 (= Id., OMS, V [1989], p. 137‑154 = Id., Choix d’écrits [édité par D. Rousset avec la collaboration de Ph. Gauthier et I. SavalliLestrade] [2007], p. 299‑314), Ch. Crowther, « Foreign judges and regional variations in Hellenistic Asia Minor », dans H. Elton, G. Reger (éds), Regionalism in Hellenistic and Roman Asia Minor. Acts of the Conference (Hartford, Connecticut [USA], August 22‑24 1997) (2007), p. 58, A. Cassayre, La justice dans les cités grecques. De la formation des royaumes hellénistiques au legs d’Attale (2010), p. 127‑175, et P. Hamon, « Mander des juges dans la cité : notes sur l’organisation des missions judiciaires à l’époque hellénistique », CCG 23 (2012), p. 195‑222 (notamment p. 204‑205 sur la question du logement de ces juges). Sur l’existence de juges étrangers non seulement reçus mais aussi envoyés par Sparte, voir également J. Fournier (n. 4), p. 167‑168.

78 A. J. B. Wace (n. 73), p. 40 : « we have here an undoubted reference to a building intended to serve as a lodging for Roman ambassadors or commissioners and for dicasts ».

79 P. Cartledge et A. Spawforth (Hellenistic and Roman Sparta. A Tale of two Cities2 [2002], p. 86) datent l’inscription sur pierre de Sparte d’après 146 av. J.‑C. C’est en 147 que Sparte reçut l’autorisation de Rome de quitter la confédération achéenne dans laquelle elle était entrée en 192. Sur les rapports entre Sparte, la confédération achéenne et Rome, qui joua un rôle d’arbitre dans les conflits, de 192 à 146, voir notamment P. Cartledge, A. Spawforth, op. cit., p. 71‑83, ainsi que É. Lévy, Sparte. Histoire politique et sociale jusqu’à la conquête romaine (2003), p. 301‑304.

80 Voir A. D. Rizakis, I. P. Touratsoglou (éds) (n. 15). Par exemple, sur l’opus incertum employé pour la construction de la villa d’Agios Donatos, en Thesprotie (à la fin du iie ou dans le premier tiers du ier s. av. J.‑C.), et les peintures qui y ont été retrouvées et qui peuvent être rapprochées de décors découverts à Rome et à Pompéi et datées des années 50‑30 av. J.‑C., voir B. Forsén (n. 39), p. 17‑18, ainsi que B. Forsén et al., « Catalogue of sites in the Central Kokytos Valley », dans B. Forsén, E. Tikkala (éds) (n. 39), p. 111‑113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Ernst, « Le logement des particuliers romains dans la Grèce égéenne aux iie et ier siècles av. J.‑C., d’après les sources textuelles »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 337-352.

Référence électronique

Paul Ernst, « Le logement des particuliers romains dans la Grèce égéenne aux iie et ier siècles av. J.‑C., d’après les sources textuelles »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.550

Haut de page

Auteur

Paul Ernst

Université Paris 8, EA 1571, université de Caen, UMR 6273.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search