Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.1Et si Diane n’était pas lesbienne ?

Et si Diane n’était pas lesbienne ?

Biographie critique d’une statue(tte) d’Artémis du Musée archéologique d’Istanbul
Edhem Eldem
p. 389-448

Résumés

L’histoire des collections du Musée impérial, aujourd’hui Musée archéologique d’Istanbul, est extrêmement lacunaire pour ce qui est des premières décennies de son existence. Il est possible toutefois de combler ces lacunes ou de corriger de nombreuses erreurs en ayant recours de manière systématique à une documentation contemporaine restée inexploitée jusqu’ici. C’est notamment le cas d’une célèbre statue d’Artémis, cataloguée comme provenant de Lesbos vers 1865, mais dont nous pouvons désormais dire avec certitude qu’elle fut découverte en 1844 au lieu‑dit des « Bains de Diane » (Halkapınar) dans les environs de Smyrne. Cette enquête devient aussi l’occasion de retracer la « biographie » de cet objet, longuement étudié et admiré par Salomon Reinach, et de proposer une relecture des interprétations et commentaires dont il fut l’objet.

Haut de page

Texte intégral

Prologue : le musée impérial ottoman et ses collections

Histoires d’un musée

1Quiconque s’est intéressé aux collections du Musée archéologique d’Istanbul, anciennement Musée impérial [ottoman], sait à quel point notre connaissance de la provenance ainsi que de la date et des circonstances d’acquisition des pièces les plus anciennes est limitée, voire souvent erronée. La raison en est simple : la création du musée, en 1846, tenant plus de la volonté politique des dirigeants de l’époque que d’une véritable entreprise scientifique, les premières acquisitions se firent dans le désordre le plus complet et sans le moindre effort de classement.

2Certes, il nous faut à tout prix éviter de tomber dans le piège d’un traitement par trop eurocentrique des premiers efforts archéologiques de l’Empire. Il n’y a pas de doute que l’aspect scientifique de l’archéologie occidentale de l’époque n’était guère développé et que la plupart des acquisitions de l’époque tenaient plus de la cueillette que de la constitution de véritables collections fondées sur des principes solidement établis. Toujours est‑il que même sans commettre péché d’orientalisme, il paraît possible d’établir quelques distinctions de base entre la manière dont les premières collections ottomanes furent constituées et les pratiques archéologiques et muséologiques contemporaines en Europe. Sans même aller jusqu’à la comparaison du contexte méthodologique et scientifique, il suffira de souligner une différence fondamentale concernant l’enregistrement des acquisitions. Alors qu’en Europe les données de base concernant l’origine, la provenance, la date et les principales caractéristiques de chaque acquisition faisaient partie d’une procédure plus ou moins standardisée depuis le dix‑huitième siècle – voire même plus tôt – les collections ottomanes se sont apparemment formées sans le moindre effort d’établir un inventaire des pièces qui y étaient intégrées. La description que l’archéologue Albert Dumont faisait des antiquités renfermées dans l’église de Sainte-Irène suffit à décrire la nature aléatoire, pour ne pas dire chaotique, d’une collection qui avait plus de vingt ans et prétendait se constituer en musée :

  • 1 A. Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène à Constantinople. Antiquités grecques, gréco-romaines et byzant (...)

Le gouvernement de la Porte ottomane a réuni depuis quelques années dans le Vieux‑Sérail (Séni‑Séraï) (sic) un certain nombre d’objets antiques trouvés à Constantinople et dans d’autres parties de l’empire. Malheureusement le local occupé par cette collection fait partie de l’église Sainte‑Irène, aujourd’hui transformée en dépôt d’armes et inaccessible au visiteur qui n’est pas muni d’une permission spéciale. La plupart des archéologues passent ainsi à Constantinople sans voir ce musée formé à leur intention, et ceux qui ont la bonne fortune d’y pénétrer, ne peuvent l’étudier en détail sans des formalités qui se renouvellent sans cesse, sans des ennuis dont le moindre inconvénient est de perdre un temps précieux.
Les statues, les inscriptions et les bas‑reliefs dans les salles de Sainte‑Irène sont exposés sans ordre ; plusieurs cachés par des objets qui n’ont aucun rapport avec l’archéologie, ne peuvent être examinés qu’imparfaitement ; d’autres ont beaucoup à souffrir du peu de soin qu’on en prend et même de l’humidité, et se détériorent chaque jour davantage. En même temps, et rien n’est plus regrettable, la provenance de chaque monument n’est indiquée par aucun témoignage digne de foi. Des étiquettes mobiles, par suite faciles à déplacer, font connaître en termes souvent très‑vagues l’origine des objets découverts en dehors de Constantinople1.

  • 2 L’héritage de cet historien allemand, directeur du Musée impérial de 1872 à sa mort en 1881, est a (...)
  • 3 Voir, entre autres, T. Öz, Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler (1948) et K. Su, Osman Hamdi Bey’e Kadar Tü (...)

3Le problème est aggravé par diverses tendances historiographiques qui ont tenté de peindre les débuts de l’archéologie ottomane sous un meilleur jour en minimisant ses faiblesses et incohérences tout en mettant l’accent sur une volonté et une prise de conscience difficiles à soutenir par une documentation objective. La première de ces tendances puise son inspiration dans une perception nationaliste du phénomène, doublée d’une tradition hagiographique encensant les « pères fondateurs » de la discipline, à commencer par Osman Hamdi Bey. Certes, le rôle que ce dernier joua dans le développement de la discipline à partir de 1881, date de sa nomination à la direction du Musée impérial, fut tel qu’il justifie certainement un traitement d’exception. Il n’en est pas moins vrai que le récit national de l’archéologie ottomane et turque pèche sérieusement par son silence sur la contribution d’étrangers et de non musulmans – Philipp Anton Dethier en est un bon exemple2 – et par son désir d’attribuer coûte que coûte un rôle conscient à des Turcs – lire musulmans – dont la contribution fut très probablement « accidentelle », tel le grand maître de l’Artillerie, Ahmed Fethi Pacha, à qui l’on attribue la fondation du musée en 18463.

  • 4 Par une méthodologie « à l’américaine », j’entends une tendance des deux dernières décennies, disc (...)

4Non sans ironie, une tendance historiographique beaucoup plus récente, fortement inspirée d’une méthodologie et d’une argumentation « à l’américaine », a contribué à confirmer cette vision, malgré une prise de position beaucoup plus critique à l’égard du discours nationaliste turc. Cette fois‑ci, c’est le souci d’éviter des clichés orientalises et le désir de rendre aux Ottomans une dignité que l’historiographie occidentale leur avait trop souvent refusée qui poussa certains chercheurs à prendre la documentation contemporaine un peu trop au pied de la lettre afin de prouver que l’entreprise « archéologique » ottomane des années 1840‑1870 découlait d’une volonté et d’une prise de conscience des dirigeants, dont Ahmed Fethi Pacha était l’exemple le plus flagrant. Dès lors, il devenait possible de contrer la vision orientaliste d’un phénomène réduit à l’imitation d’une pratique occidentale à peine digérée en proposant la construction d’un discours historique alternatif fondé sur une lecture impériale des collections de Sainte‑Irène4.

Musée ou dépôt d’antiques ?

5Hélas, la réalité est bien moins glorieuse. La création d’un musée, en février 1846, faisait partie d’un programme de « civilisation » imaginé par des bureaucrates et un sultan dont l’enthousiasme n’avait d’égal que la naïveté et les connaissances superficielles. Captivés et frustrés par les grandes campagnes archéologiques des années 1840 – Botta à Khorsabad, Layard à Ninive, Fellows à Xanthos et Newton à Halicarnasse – les Ottomans s’étaient décidés à damer le pion aux Européens en prenant une initiative dont le premier pas aurait été l’institution d’un musée d’antiquités. Ce projet s’inscrivait dans une vision plus générale d’émulation de la modernité occidentale par un « transfert » d’institutions scientifiques jugées essentielles pour atteindre le niveau contemporain de civilisation. Ce n’est donc pas un hasard que la même année vit la naissance d’une université et d’un projet de transformation de la bibliothèque du palais de Topkapı en bibliothèque impériale.

  • 5 Voir à ce sujet E. Eldem, « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelo (...)
  • 6 E. Eldem, « The (Still)Birth of the Ottoman « Museum »… » (n. 3).

6Toutefois, ces projets avaient en commun une destinée des plus éphémères. La bibliothèque ne vit jamais le jour ; l’université n’ouvrit ses portes qu’en 1863 et ce pour une année. Le musée seul pourrait faire exception, si l’on en juge par le fait qu’il ne fut jamais officiellement fermé, en dehors d’un court intervalle en 1871. Le fait qu’il resta ouvert – ou plutôt non clos – ne revient pas pour autant à dire qu’il y régna la moindre activité. En effet, il semble bien qu’une fois passé l’enthousiasme et l’engouement – déjà assez limités – des deux premières années, le musée – ou plutôt le dépôt d’antiquités – de Sainte‑Irène sombra dans une léthargie qui correspond bien à la description qu’en faisait Dumont en 1868, ainsi que bien d’autres avant et après lui. Des ordres circulaires furent expédiés à travers l’Empire dans les mois qui suivirent l’inauguration et un certain nombre d’objets – y compris un squelette de baleine – furent ainsi acquis en 1846‑1847, au gré du zèle de quelques gouverneurs et administrateurs provinciaux5. Après cela, plus rien, si ce n’est l’envoi occasionnel de tel objet qui fut découvert ou confisqué et dont la nature semblait le destiner à cette collection hétéroclite qui encombrait l’atrium de l’ancien arsenal du palais. D’ailleurs, les voyageurs de l’époque ne s’y trompaient guère : pour la plupart, les curiosités de Constantinople se limitaient aux mosquées impériales et plus particulièrement à Sainte‑Sophie, à ce qu’il leur était donné de voir du palais de Topkapı, au « musée » des costumes anciens où une série de mannequins arboraient les tenues de janissaires et d’autres représentants de l’ancien régime que l’occidentalisation avait relégués à l’exotisme du passé. Et si leurs pérégrinations les amenaient souvent à franchir le seuil de l’église de Sainte‑Irène, ce n’était pas pour y voir quelques marbres d’ailleurs généralement inaccessibles, mais pour visiter la nef du temple, ancien arsenal, où ils pouvaient admirer des armes et des étendards dont certains étaient censés remonter au Moyen Âge et aux Croisades6.

  • 7 E. Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus d (...)

7Dès lors, il paraît difficile et problématique d’appeler musée ce qui n’était vraisemblablement qu’un dépôt d’antiquités. Il n’en reste pas moins que la transformation graduelle de ce dépôt en une véritable collection s’est accompagnée d’un problème de taille, celui de la reconstitution des données manquantes concernant les « cueillettes » non répertoriées des premières décennies de son existence. Les archéologues et autres responsables chargés de l’organisation et de l’étude de la collection tentèrent de combler ces lacunes avec plus ou moins de bonheur en combinant les quelques informations éparses dont ils disposaient avec leur expérience dans la discipline. Edward Goold, directeur de 1869 à 1871, avait bien peu de connaissances et la plupart des quelques hypothèses qu’il émit dans son très succinct catalogue furent rejetées – voire parfois ridiculisées – par ses successeurs7. Tony Terenzio, directeur en 1871‑1872, fut encore moins actif et se contenta de tenir un registre qui répétait dans ses grandes lignes les observations de son prédécesseur. Quant à Philipp Anton Dethier, le désordre qui régna dans ses registres pendant les dix années de son mandat (1872‑1881) ne fit qu’accroître la confusion dans les collections, obligeant ainsi ses successeurs à tenter de démêler toutes ces incohérences et incertitudes en l’absence de tout inventaire définitif. De toute manière, la tendance prononcée qu’il avait à proposer les théories les plus extravagantes pour expliquer le sens profond de certaines des pièces de la collection rendait de toute évidence inintéressante la question fort prosaïque de leur provenance ou de leur date d’acquisition.

  • 8 S. Reinach, Ministère de l’Instruction publique. Catalogue du Musée impérial d’antiquités (1882).
  • 9 [A. Joubin], Musée impérial ottoman. Monuments funéraires. Catalogue sommaire [Constantinople, Mih (...)
  • 10 G. Mendel, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, t. I, Constantinople, Musées (...)

8C’est donc aux successeurs de Dethier qu’échut la tâche ingrate de tenter de percer le mystère des collections anciennes en combinant quelques bribes d’information avec une bonne dose de connaissances archéologiques et de bon sens. Osman Hamdi n’étant pas vraiment archéologue mais plutôt un administrateur de génie, ce sont trois savants français qu’il recruta successivement qui se chargèrent de la préparation des premiers véritables catalogues des collections avec tout ce que cela supposait de recherche historique. Salomon Reinach, le premier, inclut ainsi bien des attributions et suppositions dans son catalogue8 et dans de nombreuses publications postérieures traitant de certains objets de la collection. André Joubin reprit le flambeau et tenta, lui aussi, dans ses catalogues, de pallier certaines lacunes concernant les pièces les plus anciennes9. C’est toutefois à Gustave Mendel que nous devons le travail le plus remarquable en la matière. Ainsi qu’il l’explique dans l’introduction de son monumental catalogue en trois volumes10, il réalisa un travail aussi systématique que méticuleux pour déchiffrer les registres de Dethier et pour exploiter un grand nombre de publications extrêmement variées susceptibles d’apporter quelque lumière à la question des premières collections du musée.

Archéologie d’une collection

  • 11 Sur Mendel et son catalogue, voir M. Poulain, Fr. Queyrel et G. Paquot (éds), Éclats d’antiques. S (...)

9Aujourd’hui, un peu plus d’un siècle après la publication du catalogue de Mendel, nous en sommes toujours là. Aucune recherche n’a pris la suite de ses travaux et l’inventaire actuel des sculptures des Musées archéologiques d’Istanbul reprend fidèlement les 1 413 notices de son catalogue. Évidemment, cette situation est en grande partie le reflet de l’excellence de son travail11. En effet, le détail et la précision avec lesquels chacune de ces notices est rédigée et doublée d’une bibliographie raisonnée rendent extrêmement difficile, voire futile, toute tentative de réécriture ou de rajout. De ce point de vue, il paraît raisonnable d’accepter cet état de fait et de prendre l’ébauche d’inventaire dressée en 1868 par Albert Dumont comme un premier jalon, ainsi que le font les fiches d’inventaire du musée, qui traitent systématiquement tous les objets qu’il contenait comme faisant partie de « l’ancienne collection » (eski takım). En réalité, il apparaît que cette catégorie doit être élargie pour inclure un certain nombre d’objets entrés après le recensement de Dumont, jusqu’au début des années 1870, étant donné que les enregistrements de Goold et de Terenzio, ainsi que ceux de Dethier durant les premières années de son mandat, restent extrêmement imprécis et fortement lacunaires.

  • 12 Mendel, Catalogue, t. II, 283, n° 560. Pour l’historique de cette découverte, voir S. Reinach, « S (...)

10La contribution que l’historien de l’archéologie et des collections peut prétendre amener à notre connaissance actuelle se limite donc essentiellement à la révision des informations dont nous disposons sur ces anciennes collections. Certaines, il faut le rappeler, sont tellement solidement établies qu’il est inutile de les remettre en question. C’est notamment le cas de la célébrissime statuette d’acteur comique (inv. 8), dont on connaît toutes les péripéties de la découverte et du transfert à Istanbul parce qu’elle eut la chance d’avoir échappé à la curiosité de Maxime Du Camp, qui en fit l’acquisition à Tralles (Aydın) le 20 octobre 1850, se la vit confisquer le lendemain par le gouverneur Hacı Osman Efendi, et finit par la retrouver à Sainte‑Irène en novembre ou décembre de la même année, lors de son passage par Istanbul12. Ce cas très particulier est exceptionnel, et il va de soi que Reinach, Joubin et Mendel ne pouvaient guère compter sur l’existence et la disponibilité d’une documentation d’une telle précision pour les autres objets de l’ancienne collection. Parfois, ils avaient le bonheur de dénicher des articles contemporains des découvertes parus dans des revues spécialisées ou dans la presse quotidienne et qui avaient échappé à l’attention de leurs prédécesseurs. Souvent, ils devaient s’en tenir à de vagues souvenirs et rumeurs qui circulaient parmi les personnels du musée et certains amateurs d’antiquités de la ville. Enfin, dans la grande majorité des cas, ils n’avaient que leur flair pour les aider à déterminer, avec beaucoup de risques d’erreur, la provenance de certains objets selon leur aspect, leur matériau, ou certains détails physiques et épigraphiques.

11Aujourd’hui l’historien dispose d’un atout remarquable qui manquait aux pionniers de l’archéologie ottomane : les archives de l’État qui regorgent d’une riche documentation concernant l’action « archéologique » menée par le gouvernement et ses agents. Pour toute période antérieure aux années 1880, devant l’absence d’archives muséales, cette documentation est pratiquement la seule qui puisse permettre d’explorer cette terra incognita de la discipline. Cette situation à elle seule ne fait que confirmer ce que j’exposais plus haut concernant la nature des premières entreprises ottomanes dans ce domaine. Si les seules traces qui en ont survécu se trouvent dans les archives de l’État, c’est bien là une preuve que le projet était avant tout politique et administratif, sans véritable prétention « scientifique ». C’est donc pendant ma quête de documents pouvant servir à une histoire ottomane de l’archéologie – plutôt qu’une histoire de l’archéologie ottomane – que je me suis rendu compte qu’un filon à exploiter était précisément celui de l’histoire des collections, avec des retombées fort intéressantes sur cette période précoce et quasi embryonnaire du Musée impérial.

  • 13 Mendel, Catalogue, t. I, 98, n° 21 ; Otto Frick, « Phädra und Hippolyt, Ariadne auf Naxos (Sarkoph (...)
  • 14 Archives de la Présidence du Conseil, Archives ottomanes (BOA), İ. DH. 263/16351.
  • 15 E. Eldem, « Μια νέα ματιά σε μια αρχαί πόλη: Η Θεσσαλονίκη στην οθωμανική Αρχαιολογία, 1882‑1912 » (...)

12Jusqu’ici je suis parvenu à résoudre le « mystère » entourant une demi‑douzaine d’objets faisant partie de cette « ancienne collection », avec différents degrés de conséquence et de précision. Dans le cas du célèbre sarcophage de Phèdre et d’Hippolyte (inv. 125), dont la prétendue provenance de Thessalonique, admise avec réserves par Dumont et Reinach, ne reposait, selon Mendel, « que sur une assertion de Spiegelthal, consul d’Allemagne à Smyrne », rapportée par Otto Frick, qui avait vu l’objet à Sainte‑Irène au milieu des années 185013, je suis parvenu à confirmer et à dater cette origine grâce à un document, daté d’octobre 1852, émanant du gouverneur de Salonique, Yusuf Sıddık Pacha, annonçant l’envoi d’une « pierre antique en forme d’abreuvoir » (antika tekne taşı), et un autre, daté de novembre, accusant réception d’une « pierre antique en forme de coffre » (antika sandık taşı) devant être expédiée au musée14. Certes, les documents ottomans ne parlaient ni de Phèdre, ni d’Hippolyte, mais il paraît raisonnable de supposer qu’un objet envoyé de Thessalonique en 1852, destiné au musée et décrit comme un abreuvoir ou un coffre en pierre antique n’était autre que ce célèbre sarcophage15.

  • 16 « Incidents at Constantinople. Sculptured Marble Found in the Forum of Constantine at Constantinop (...)
  • 17 « Découverte à Constantinople. Marbre antique découvert à Constantinople », L’Univers illustré, 76 (...)
  • 18 E. Eldem, Mendel‑Sebah (n. 11), p. 21.

13La presse de l’époque m’a fourni l’occasion d’identifier un autre objet de la collection, une imposante tête de Méduse (inv. 3214) placée aujourd’hui dans le jardin archéologique situé entre la direction du musée et Çinili Köşk. C’est dans l’Illustrated London News du 8 mai 1869 que parut une gravure de cette tête monumentale, découverte, apprend‑on, lors des travaux d’élargissement de la chaussée dans les environs de la célèbre Colonne brûlée (Çemberlitaş), nom donné à la colonne de Constantin située dans le forum portant son nom16. Presque cinq mois plus tard, l’Univers illustré reprit cette nouvelle, accompagnée de la même image, pour informer le public français de cette « découverte à Constantinople » d’un « bloc de marbre sculpté qu’à sa forme on reconnaît facilement pour avoir été la clef de quelque arcade gigantesque »17. Il s’agissait là d’un exemple typique d’une acquisition de peu postérieure au recensement de Dumont (1868) mais dont la provenance et la date d’acquisition n’étaient pas connues. Or si elle ne figure pas dans le catalogue de Mendel, c’est parce qu’elle se trouvait alors encore à Sainte‑Irène et qu’elle ne fut intégrée dans les collections du musée qu’en 191618.

  • 19 Mendel, Catalogue, t. I, p. 84‑85, n° 16 ; p. 130, n° 37 ; p. 131‑132, n° 38.
  • 20 E. Eldem, « Early Ottoman Archaeology… » (n. 5).

14Un des exemples les plus frappants de ces « repêchages » historiques est probablement celui de trois fragments de sarcophages déjà notés par Dumont en 1868 et qui, à la suite de maintes interprétations, furent finalement identifiés comme représentant le sommeil d’Ariane à Naxos ou une nymphe découverte par un satyre (inv. 83), le combat des Lapithes et des Centaures (inv. 92) et la mort des prétendants (inv. 10)19. La provenance du premier bas‑relief fut attribuée à Thessalonique par Reinach en 1882 et maintenue par Joubin et Mendel après lui, tandis qu’aucune proposition n’était faite pour les deux autres reliefs. Des recherches détaillées dans les archives d’État et dans la presse m’ont permis d’établir avec certitude que les trois fragments avaient été déterrés en août 1847 à Ascalon (Ashkelon), au nord de la bande de Gaza, par le gouverneur de Jérusalem, Zarif Mustafa Pacha, suite à la circulaire évoquée plus haut et enjoignant aux autorités locales d’alimenter le musée de Constantinople avec des « pierres antiques » (antika taş) de quelque importance. Au‑delà de corriger et d’établir la provenance et la date d’acquisition de ces objets, cette étude me permit aussi de révéler le côté extrêmement naïf de ces premières « fouilles », l’oubli total qui suivit la première publicité qui fut faite à ces acquisitions lors de leur arrivée à Istanbul et, enfin, les péripéties pseudo-scientifiques dont ces reliefs furent l’objet une fois redécouverts, avant de finalement recevoir, à défaut d’une date et d’une provenance, une description et une interprétation raisonnables, notamment par Joubin et, bien sûr, par Mendel20.

15À long terme, il paraît possible d’envisager de passer ainsi au crible fin tous les objets du « catalogue » de Dumont et d’en réaliser ainsi une sorte d’édition critique qui aurait l’avantage de combler le vide historiographique des premières décennies du Musée impérial. Évidemment, le caractère purement documentaire de cette quête relève beaucoup plus de l’histoire que de l’archéologie. Je ne sais toujours pas quelles conséquences l’identification des trois reliefs ci‑dessus comme provenant d’Ascalon et non de Salonique pourrait avoir d’un point de vue archéologique, d’autant plus qu’il s’agit de pièces mineures qui ne sont même pas exposées aujourd’hui. D’un autre côté, je persiste à croire que l’histoire des collections, indépendamment de la portée purement archéologique des objets, reste un élément clef de notre compréhension de l’évolution des musées et des deux disciplines connexes de l’archéologie et de la muséologie. Cette question me paraît d’autant plus importante dans le contexte très particulier de l’Empire ottoman, vu l’état pour le moins rudimentaire de nos connaissances et le manque flagrant de méthode dans ce domaine historique. Si, de plus, il devait en découler quelque information susceptible d’apporter de nouvelles connaissances dans le domaine de l’archéologie, je n’en serais que plus heureux d’y avoir contribué, même indirectement.

La statue d’Artémis de Mytilène : biographie officielle

Une statue de Diane peu ordinaire

16C’est dans cette optique que je me propose de décortiquer dans ce qui suit la provenance attribuée à un autre objet figurant parmi les œuvres répertoriées par Dumont et en proposer une autre, fondée sur des informations tirées, encore une fois, des deux principales sources en la matière, à savoir les archives officielles et la presse quotidienne. En revanche, cette étude se démarquera de celles que j’ai évoquées plus haut par deux particularités qui me semblent importantes à souligner. Tout d’abord, contrairement à la tête de Méduse et aux reliefs d’Ascalon, l’objet en question n’est pas une pièce mineure ou secondaire, mais un des objets les plus connus et les plus visibles de la collection. Deuxièmement, la provenance et, jusqu’à un certain point, la date d’acquisition qui lui sont attribuées le sont avec un degré de certitude et de conviction qui devraient normalement décourager toute remise en question. D’un certain point de vue, ce cas ressemble à celui du sarcophage de Phèdre et d’Hippolyte dont il partage la renommée et le prestige, ainsi que la provenance plus ou moins assurée, mais s’en distingue par le fait qu’au lieu de confirmer cette provenance, je vais m’efforcer de la prouver fausse.

17L’objet en question est la statuette d’Artémis répertoriée sous le numéro 121 de l’inventaire des Musées archéologiques d’Istanbul. L’appellation de statuette que lui donne Mendel est due au fait qu’elle est plus petite que nature, puisqu’elle mesure 107 cm, plinthe de 2 cm comprise. Artémis y est représentée debout, mais au repos, s’appuyant du coude droit sur un pilier de coupe rectangulaire. Sa pose est fortement déhanchée dans la direction du pilier et son poids repose entièrement sur la jambe gauche, la droite étant croisée devant celle‑ci. La main gauche est posée sur la hanche, la paume tournée vers l’extérieur, accentuant ainsi l’attitude nonchalante de la déesse. Elle porte une courte tunique agrafée sur l’épaule, chausse de hautes bottines connues sous le nom d’endromides. Les bras sont ornés de bracelets en forme de serpents, placés très haut, autour des biceps. Les cheveux sont relevés en chignon, avec une petite mèche descendant sur chacune des deux tempes (fig. 1).

Fig. 1 – Statue d’Artémis de Mytilène.

Fig. 1 – Statue d’Artémis de Mytilène.

Musées archéologiques d’Istanbul, inv. 121. Marbre, h. 107 cm, plinthe comprise.

© İstanbul Arkeoloji Müzeleri.

  • 21 Mendel, Catalogue, t. II, p. 244‑246, n° 533.

18Mendel, dont la notice fournit les détails ci‑dessus, juge le travail « mauvais », soulignant l’aspect « raide » de la draperie, la main gauche « ridiculement longue » et « les jambes trop hautes et maladroitement rattachées au buste ». Il lui reconnaît cependant un charme certain et une certaine élégance dans l’exécution : « l’attitude est gracieuse et presque nonchalante, mais le regard de la déesse, tourné à droite et porté au loin, montre qu’elle ne prend qu’un repos passager et qu’elle est prête à poursuivre sa chasse ; les formes du corps sont d’une élégance vigoureuse ; le visage, d’un ovale très pur, a une belle expression de gravité virginale »21. C’est probablement à ce charme que cette statue(tte) doit la relative célébrité qui en fait une des œuvres les plus connues et les plus vues des Musées archéologiques d’Istanbul. Les reproductions en miniature alignées le long de la vitrine du gift shop témoignent bien du caractère presque iconique que cet objet semble avoir dernièrement acquis (fig. 2). Nous n’irons pas jusqu’à suggérer une comparaison, tentante certes, mais un peu trop facile, avec la Vénus de Milo et le Musée du Louvre.

Fig. 2 – Reproductions de l’Artémis de Mytilène alignées le long de la vitrine du magasin de souvenirs des Musées archéologiques d’Istanbul.

Fig. 2 – Reproductions de l’Artémis de Mytilène alignées le long de la vitrine du magasin de souvenirs des Musées archéologiques d’Istanbul.

Cl. Edhem Eldem, 2016.

  • 22 A. Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène » (n. 1), p. 250, n° XIII.

19C’est Dumont qui, en 1868, fera de cette œuvre une première description, déjà semblable à celle de Mendel : « Statue de Diane (?). – La déesse, vêtue d’une courte tunique serrée à la ceinture, est au repos. Grande expression de jeunesse et cependant dignité ; grâce remarquable, malgré une exécution imparfaite ». Dumont ne proposait aucune provenance et n’avançait aucune date d’acquisition ; il se contentait d’observer que la statue se trouvait dans la « salle fermée de Sainte‑Irène »22. À peine trois ans plus tard, lorsque Goold publia son catalogue, la statue avait été promue à la deuxième place de l’inventaire et au rang des quelques marbres jugés dignes d’être illustrés et figurait fièrement sur la première planche de l’ouvrage, lithographiée par l’illustrateur et artiste [Baptiste ?] Limondjian (fig. 3). Cependant, à son habitude, Goold n’avait de toute évidence pas fait de recherche préliminaire et était passé à côté du recensement de Dumont. Il s’ensuivait une notice bien plus brouillonne et qui n’identifiait pas la déesse :

Statue en marbre, hauteur 1m, 7c. Prove Mytilène, (Midilli). Jeune fille de Lesbos, appuyée à droite sur un fût de colonne tronquée ; le bras gauche posé sur la hanche. Draperie grâcieuse (sic) et élégante ; figure fine et jolie ; pieds supérieurement ciselés et chaussés. Ensemble de l’exécution parfait, et de la meilleure période de l’art antique. L’avant‑bras droit mutilé au dessous (sic) du coude : les Armilla en forme de serpents, et l’Anadema relevant une gracieuse chevelure.

Fig. 3 – Edward Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople, Constantinople, Zellich, 1871, p. 6 et pl. 1.

Fig. 3 – Edward Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople, Constantinople, Zellich, 1871, p. 6 et pl. 1.

© İstanbul Arkeoloji Müzeleri.

  • 23 Goold, Catalogue, p. 6 et pl. 1.

20Suivaient deux « explications », ou plutôt des digressions, sur armilla et anadema, les deux termes que Goold avait utilisés pour décrire respectivement les bracelets et le bandeau de la jeune femme, pensant pouvoir ainsi faire étalage de sa science23.

  • 24 Archives des Musées archéologiques d’Istanbul (IAMA), « Catalogue général du Musée impérial de Con (...)

21Si la notice de Goold péchait par son manque de précision et par une appréciation bien trop positive de la qualité du travail, elle avait la particularité remarquable de donner une provenance, celle de l’île de Mytilène, l’antique Lesbos. C’est d’ailleurs cette information qui, dans l’esprit de Goold, donnait un sens et une identité à la statue. Là où Dumont avait pensé reconnaître Diane, Goold voyait une « jeune fille de Lesbos ». Cette explication un peu simpliste d’un art puisant son inspiration dans une sorte de répertoire des types « du pays » trouvait apparemment son origine dans l’inventaire manuscrit de 1870 : « Statue, marbre de Lesbos, jeune Lesbienne appuyée sur un fût de colonne brisée, provce Mytilène ; hautr 1m 7c, sujet fort gracieux, exécution parfaite et de la meilleure période de l’art antique »24.

  • 25 IAMA, inventaire de Terenzio, 1871‑1872, p. 1, sub n° 18.
  • 26 « Το Αρχαιολογικόν Μουσείον Κωνσταντινουπόλεως », Παρνασσός, IV (1880), p. 658.

22Terenzio, encore moins compétent, se contenta de reprendre très succinctement les observations de son prédécesseur dans son propre inventaire : « [Statue] de jeune Lesbienne. Lesbos. Marbre. 107 [cm] »25. Comment expliquer que Goold et Terenzio aient pu donner une provenance exacte alors que Dumont, trois ans auparavant, n’en proposait aucune ? Évidemment, on peut imaginer que Goold et Terenzio, le premier surtout, avaient pu avoir accès à toute sorte d’information inaccessible à Albert Dumont, qui n’avait fait que passer quelque temps à Istanbul. Il faut remarquer toutefois que parmi les provenances évoquées par Goold dans son inventaire, celle de la « jeune Lesbienne » figure parmi les plus vagues. En effet, dans la plupart des cas, cette mention est accompagnée du nom de la personne ayant découvert ou amené l’objet, alors que d’autres sont explicitement répertoriés comme de « provenance inconnue ». Il faut donc en conclure que si Goold avait quelque connaissance de l’origine de la statue, elle se limitait probablement à une rumeur qu’il ne pouvait ni dater, ni rattacher à l’action de quelque individu. Dethier semble ne pas avoir été intéressé par cette statue, qui ne figure pas parmi les quelques objets de la collection qu’il se plut à commenter. En 1880, à l’occasion de l’inauguration du nouveau bâtiment de Çinili Köşk devant abriter les collections, la statue fit une brève réapparition sous le nom d’Artémis, citée dans la revue grecque Parnassos parmi les principales œuvres du musée26.

  • 27 Reinach, Catalogue, p. 12 et n. 1. Son Atalante était tirée d’une statue de Hippomène et Atalante (...)
  • 28 Reinach, Catalogue, p. 7.
  • 29 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis in the Museum at Constantinople », American Journal of Arch (...)

23Il semble que Salomon Reinach, qui prit la relève après les dix années du mandat de Dethier, ait pris au sérieux l’indication fournie par Goold, tout en rétablissant le lien probable de la statue avec Artémis : « Prov. Mételin, Charmante statue de Diane en costume de chasseresse, appuyée contre une petite colonne ». Un petit doute subsistant sur l’identité de la jeune femme, Reinach proposait en note de bas de page d’y voir peut‑être une Atalante27. On sait dans quelles conditions et avec quelle hâte Reinach prépara ce catalogue. Il n’y voyait qu’une ébauche pour le grand public à laquelle devait faire suite un catalogue détaillé28. Ce projet ne vit jamais le jour, mais Reinach trouva maintes occasions de réaliser le genre de notices extrêmement détaillées sur certaines œuvres du musée correspondant probablement à ce qu’il aurait voulu voir paraître dans ce catalogue idéal. Parmi ces études, celle qu’il publia en 1885 – en anglais – sur la statue d’Artémis tient une place particulièrement importante dans la « biographie » de cet objet29.

Salomon Reinach et l’Artémis de Mytilène

  • 30 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis in the Museum at Constantinople », American Journal of Arch (...)
  • 31 « Although characteristic attributes are wanting, our statue may be safely pronounced to represent (...)
  • 32 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 321‑322.
  • 33 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 322.
  • 34 « We believe that this type originated at the epoch of Praxiteles, and that the statue of Tchinly‑ (...)

24Le commentaire de Reinach est extrêmement précis et détaillé. Après avoir décrit l’aspect charmant de l’objet et reproché aux responsables du musée d’en avoir gâché la beauté en en détruisant la patine par un nettoyage brutal, Reinach avançait l’opinion qu’il s’agissait très probablement d’une copie d’un original grec, exécutée par un artiste de seconde classe. La combinaison d’un type supérieur et d’une facture médiocre ainsi que le format réduit de l’objet lui paraissaient en être la preuve30. Il attirait l’attention sur les deux bracelets ou armillae, dont il soulignait l’aspect particulièrement ancien. Tout en notant que cette « jeune femme lesbienne » ne portait pas de carquois, il suggérait quand même que « malgré l’absence d’attributs caractéristiques, notre statue peut sans risque être jugée représenter Artémis »31. Il pensait toutefois que ce type était rare, voire unique, si l’on prenait en considération la main gauche posée sur la hanche et la jambe droite croisée devant la gauche, pose le plus souvent associée avec des représentations juvéniles d’Apollon, de Dionysos et de satyres. Partant du fait que le plus célèbre type de satyre au repos était du ciseau de Praxitèle et que celui‑ci était aussi l’auteur d’au moins six statues d’Artémis, Reinach proposait de voir dans cette statue une copie d’un des chefs‑d’œuvre aujourd’hui disparus du grand sculpteur32. S’appuyant sur les travaux de Rayet, Studniczka et Froehner, Reinach allait jusqu’à évoquer une parenté possible avec la Diane de Gabies du Louvre et, tout en reconnaissant le caractère purement spéculatif d’une telle suggestion, avec la mystérieuse Artémis Brauronia33. Et Reinach de conclure : « Nous pensons que ce type apparut au temps de Praxitèle et que la statue de Tchinily- Kiosk peut nous fournir une idée sinon adéquate, du moins véritable, d’un chef‑d’œuvre du IVe siècle depuis longtemps transformé en chaux34 ».

  • 35 E. Eldem, Mendel‑Sebah (n. 11), p. 48‑49.
  • 36 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319.

25Reinach faisait un grand honneur et rendait un énorme service à cette petite statue qui acquit de fait une visibilité et un prestige inespérés. Les photographies dont nous disposons de l’agencement de Çinili Köşk vers 1890 prouvent qu’on lui réserva une place de choix, au centre d’une salle, entourée d’objets entassés pêle‑mêle le long des murs. Pour pallier ses dimensions modestes, elle avait été placée sur un autel circulaire (inv. 122) qui lui servait de piédestal et la mettait ainsi bien en évidence (fig. 4)35. Était‑ce le résultat de la publicité qui lui avait été faite, ou se trouvait‑elle dans cet emplacement depuis son transfert de Sainte‑Irène en 1882, documenté par Reinach lui‑même36 ?

Fig. 4 – La statue d’Artémis de Mytilène au milieu de la grande salle de Çinili Köşk.

Fig. 4 – La statue d’Artémis de Mytilène au milieu de la grande salle de Çinili Köşk.
  • 37 S. Reinach, « Tête en marbre d’Artémis découverte à Cyzique », Revue archéologique, XXV (juillet‑d (...)
  • 38 S. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées (1903).

26Reinach continua de s’occuper de cette statue dans une série de publications qui la plaçaient au centre de ses préoccupations. En 1894, dans un commentaire sur une tête d’Artémis trouvée à Cyzique et entrée au musée de Dresde en 1892, il suggérait qu’elle présentait « des rapports assez étroits avec les Artémis de l’école de Praxitèle » et regrettait que « la plus remarquable des statues de ce type » ne fût encore assez connue de la communauté : « c’est celle qui a passé de Lesbos au Musée de Constantinople ». Selon Reinach, « il y a certainement plus qu’une ressemblance générale entre la tête de cette belle figure et le fragment de Cyzique. Or, l’importance de l’Artémis de Tchinly-Kiosk (sic) est encore accrue par une observation de M. R. von Schneider, qui a noté l’analogie de la tête de Mytilène avec l’une des plus exquises productions de l’art antique, le buste découvert à Tralles et conservé aujourd’hui au Musée de Vienne». Reinach terminait en appelant de ses vœux la constitution d’un corpus de têtes antiques37, projet qu’il mènerait lui‑même à bien quelque dix ans plus tard38.

  • 39 P. Arndt, Photographische Einzelaufnahmen antiker Sculpturen nach Auswahl und mit Text [Munich, Ve (...)
  • 40 J. Punnett Peters, « An Art Impetus in Turkey », The Century. Illustrated Monthly Magazine, XLV (n (...)
  • 41 G. Wissowa (éd.), Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. III (1895), (...)
  • 42 A. Henderson, « The Imperial Ottoman Museum at Constantinople », dans H. Mason Baum et F. Bennett (...)
  • 43 W. Deonna, L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, II, Les lois de l’art (1912), p. 177‑178.

27Reinach avait réussi à attirer l’attention sur « sa » petite statue. Elle figurait dans le répertoire photographique de Paul Arndt en 189339 ; la même année, l’archéologue américain John Punnett Peters lui faisait la part belle, photographie pleine page à l’appui, dans un article sur le développement des arts et de l’archéologie dans l’Empire ottoman, au même titre que le prestigieux sarcophage dit d’Alexandre40 ; en 1895, elle figurait dans la nouvelle édition par Wissowa de la prestigieuse encyclopédie des études classiques d’August Pauly41 ; en 1902, Arthur Henderson l’inclut dans la série d’images qu’il choisit pour illustrer son article sur le Musée impérial, paru dans la populaire publication de Records of the Past42 ; dix ans plus tard, Waldemar Deonna la donnait en exemple d’un « profil un peu bombé, qui semble avoir été de mode pendant les dernières années du Ve siècle »43.

  • 44 Königliche Museen zu Berlin. Beschreibung der antiken Sculpturen mit Auschluss der pergamenischen (...)
  • 45 [A. Joubin], Catalogue des sculptures (n. 9), p. 6‑7.
  • 46 [A. Joubin], Müze‑i Hümayun. Asar‑ı Heykeltraşî Katalogu [Istanbul, Mihran] (1311/1895), p. 7‑8.
  • 47 Ahmed Refik, Büyük Tarih‑i Umumî, II, Istanbul, Kütüphane‑i İslam ve Askeri – İbrahim Hilmi, 1328/ (...)
  • 48 [Vahid], Müze‑i Hümayun‑ı Osmanî’ye Mahsus Muhtasar Rehnüma, [Istanbul], Ahmed İhsan, 1325/1909, p (...)
  • 49 [Vahid], Müze‑i Hümayun. Rehnüma, Istanbul, Matbaa‑i Ebuzziya, 1330/1914, p. 100.
  • 50 [Vahid], Müze‑i Hümayun. Rehnüma, Istanbul, Ahmed İhsan ve Şürekâsı, 1337/1921, p. 40.

28À Istanbul même, c’était au tour d’André Joubin de s’essayer à la description de cette pièce. Elle ne différait pas beaucoup de celle de Reinach, si ce n’est par la proposition qu’il faisait d’y voir une œuvre dérivée de l’Amazone de Polyclète, conservée au Musée de Berlin44. Pour lui, il s’agissait d’une « très jolie réplique romaine d’une œuvre grecque »45. C’est alors que l’Artémis de Mytilène fit ses débuts dans les sources de langue turque, à commencer par la traduction fidèle du catalogue de Joubin, parue en 1895, où elle prit le nom de Artemis istatüsü46. Elle apparut aussi en image dans la monumentale histoire universelle d’Ahmed Refik [Altınay]47, ainsi que dans la séquence de guides du Musée impérial publiés par Vahid Bey, historien de l’art et gendre d’Osman Hamdi Bey. La lecture des trois éditions de cette brochure révèle quelques variations. En 1909 la statue (heykel) de « Diane, déesse de la chasse » (sayd ü şikâr ilahesi Diyana) se trouvait dans la salle XXII et arborait un style apparenté à l’Amazone de Polyclète48 ; en 1914, elle se trouvait dans la salle XXV et était désormais décrite comme « une copie faite au IIe siècle apr. J.‑C. d’une œuvre réalisée dans le style de Praxitèle, c’est‑à‑dire au IVe siècle » (Praksitel üslubunda yani dördüncü asırda yapılan bir eserin bade’l‑milad ikinci asırda vücuda getirilmiş kopyasıdır)49 ; enfin, en 1921, elle avait été rebaptisée Artémis et figurait désormais dans la salle XIII du musée50.

Vénus de Milo et Diane de Mytilène

  • 51 S. Reinach, Répertoire de la statuaire grecque et romaine, t. II, vol. I [Paris, Ernest Leroux] (1 (...)

29De son côté, Reinach ne lâchait pas prise. La petite statue figurait en bonne place parmi les divers types d’Artémis qu’il avait relevés dans son Répertoire de la statuaire51. En 1903, ce fut le tour de la tête seule, qu’il traita dans le détail dans le Recueil de têtes dont il déplorait l’absence dix ans plus tôt et qu’il avait fini par publier lui‑même (fig. 5 et 6). Le commentaire qu’il en faisait était intéressant à bien des égards. Contredisant ses propos de 1894 dans la Revue archéologique, il réfutait cette fois‑ci la ressemblance que Robert von Schneider pensait voir entre cette Artémis et la tête provenant de Tralles et conservée à Vienne. De fait, il semblait réviser sa propre théorie d’une copie d’une œuvre perdue de Praxitèle pour repousser la datation du modèle d’origine de près d’un siècle, en se fondant sur les traits de la jeune femme :

  • 52 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 126.

Le profil est attique et présente les caractères de l’atticisme antérieur à Praxitèle : on remarquera, en particulier, la très légère saillie frontale, suivie et précédée d’une dépression, qui se retrouve dans les profils de femme sur les lécythes blancs athéniens, le menton carré et un peu fuyant, que nous avons signalé dans les têtes de l’école de Phidias. L’ensemble rappelle, en plus jeune et plus virginal, si l’on peut dire, l’Aphrodite de Melos52.

Fig. 5 – Visage de l’Artémis de Mytilène.

Fig. 5 – Visage de l’Artémis de Mytilène.

S. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées, Paris, Gazette des beaux‑arts, 1903, pl. 163.

Fig. 6 – Profil de l’Artémis de Mytilène.

Fig. 6 – Profil de l’Artémis de Mytilène.

R. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées, Paris, Gazette des beaux‑arts, 1903, pl. 164.

  • 53 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 109‑110.

30C’était une comparaison ambitieuse. Or justement, Reinach était un partisan acharné de cette célèbre statue dont il défendait l’ancienneté, notamment face aux attaques d’Adolf Furtwängler qui la datait – avec raison – de la fin de la période hellénistique. Pour Reinach, la Vénus de Milo – qu’il pensait plutôt être une Amphitrite – datait d’avant le milieu du IVe siècle, marquant ainsi « comme la transition entre l’art des élèves de Phidias et celui de Praxitèle ». En repoussant la date du modèle supposé de l’Artémis de Mytilène, Reinach rendait celle‑ci comparable – en style, mais pas en exécution – avec la Vénus de Milo, la tête de l’Héra du Capitole et la tête Caetani53.

31En fin de notice, Reinach proposait une nouvelle interprétation qui permettait de justifier la chronologie alternative qu’il avançait :

  • 54 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 127.

Je me suis parfois demandé si l’original de cette belle statue ne serait pas de Strongylion, sculpteur contemporain d’Alcamène, créateur du type classique de l’Artémis chasseresse qui nous est connu par les monnaies de Mégare et de Pagae. Strongylion, très apprécié à l’époque romaine, était l’auteur d’une Amazone dite Eucnemos (aux belles jambes), que Néron transportait avec lui dans ses voyages, et de trois Muses sur l’Hélicon54.

32C’était le début d’une nouvelle enquête sur la source d’inspiration de l’Artémis de Mételin, que Reinach rendrait publique par une communication lors de la séance du 8 avril 1903 de l’Académie des inscriptions et belles‑lettres :

  • 55 Académie des inscriptions et belles‑lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1903, t. I (190 (...)

M. S. Reinach pense qu’une belle statue d’Artémis court‑vêtue, découverte vers 1865 dans l’île de Lesbos et conservée au Musée de Constantinople, dérive d’un original de Strongylion ; elle offre, en effet, des analogies avec les motifs favoris de Praxitèle, mais elle est d’un style plus archaïque, qui atteste encore l’influence de la grande école du cinquième siècle, en particulier de Polyclète et de Phidias55.

  • 56 « Strongylion », American Journal of Archaeology, VII (1903), p. 465.
  • 57 H. Lechat, « Salomon Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées », Revue critique d’ (...)

33Cette supposition reçut quelque publicité, si l’on considère que l’American Journal of Archaeology en fit état56 et qu’Henri Lechat, dans un compte rendu du Recueil de têtes antiques, déclara que c’était là une « hypothèse des plus heureuses et qui mérite grande attention »57. Quant à Reinach, il la développa sérieusement l’année suivante dans un article fourni qu’il publia dans la Revue archéologique. Dans cette étude beaucoup plus poussée, Reinach suggérait que le Ve siècle vit l’apparition d’un type féminin d’athlète court vêtue dont dériveraient deux interprétations : la première, peut‑être par Polyclète, aurait été celle de l’Amazone, tandis que l’autre, attribuable à Strongylion, aurait représenté la déesse chasseresse Artémis. Reinach réinscrivait donc son Artémis de Mytilène dans un nouveau cadre chronologique, en amont de Praxitèle, dont les prédécesseurs lui paraissaient avoir été négligés au profit de ses émules. Strongylion était un bon candidat, vu que son Artémis de Mégare était censée avoir inspiré celle de Praxitèle à Anticyre. « En présence d’une œuvre comme l’Artémis de Mételin, qui fait songer d’une part à Polyclète, d’autre part à Praxitèle, il est donc légitime de se demander si l’attribution à Strongylion n’aurait pas pour elle quelque vraisemblance ». La pose amazonienne et court vêtue, les jambes croisées, la main sur la hanche étaient autant de détails que Reinach associait à « un artiste intermédiaire entre Phidias et Polyclète, d’une part, Praxitèle de l’autre ». Enfin, la tête confirmait cette datation, puisqu’elle paraissait précéder celle de la Vénus de Milo, que Reinach datait de la fin du Ve ou du premier tiers du IVe siècle : « Si la tête de Mételin doit être considérée comme un peu plus ancienne, on la placera nécessairement vers 410, époque de la maturité de Strongylion ». Suivait une description méticuleuse de tous les aspects du visage, de la chevelure, du corps et du costume qui, selon Reinach, indiquaient les origines du modèle reproduit. La conclusion était formelle, presque sans appel :

  • 58 S. Reinach, « Strongylion », Revue archéologique, III (janvier‑juin 1904), p. 38‑39.

En résumé, l’examen de la statue de Mételin autorise à conclure qu’elle est l’œuvre d’un artiste postérieur à Polyclète, antérieur à Praxitèle et pouvant être considéré comme un précurseur de celui‑ci. Parmi les sculpteurs dont nous connaissons autre chose que le nom, deux seulement, Céphisodote et Strongylion, satisfont aux conditions énoncées; mais Céphisodote ne peut entrer en ligne, parce que l’Eiréné de Munich, copie d’une de ses œuvres les plus importantes, offre un caractère tout différent de l’Artémis. Reste donc Strongylion, qui, répétons‑le, était un sculpteur d’Artémis et d’Amazones. Sans doute, nous sommes loin de connaître, même de nom, tous les artistes considérables de la génération qui suivit celle de Phidias et les conclusions auxquelles nous sommes conduits participent toujours de l’incertitude qui pèse sur notre savoir si borné de l’histoire de l’art attique. Mais, dans l’état actuel de nos informations ou de notre ignorance, il semble difficile d’attribuer l’original de l’Artémis de Mételin à un autre artiste que Strongylion58.

L’« indice mammaire » de Salomon Reinach

  • 59 « Strongylion », American Journal of Archaeology, VIII (1904), p. 475. La deuxième mention faisait (...)
  • 60 H. Lechat, Phidias et la sculpture grecque au Ve siècle (1906), p. 125.
  • 61 Académie des inscriptions et belles‑lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1907 (1907), p. (...)
  • 62 S. Reinach, « Un indice chronologique applicable aux figures féminines de l’art grec », Revue des (...)
  • 63 S. Reinach, « Un indice chronologique applicable aux figures féminines de l’art grec », Revue des (...)
  • 64 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 31‑32.

34Cette reformulation provoqua des réactions assez semblables à celles de l’année précédente. Les Américains en firent à nouveau brièvement état59, tandis que Lechat la recevait cette fois‑ci avec un bémol, suggérant que Callimachos était probablement un meilleur candidat que Strongylion qui « n’est jusqu’ici qu’une vapeur flottante »60. Pendant ce temps, infatigable dans sa quête de séries et de système dans la sculpture grecque, Reinach, après avoir développé – et épuisé – les poses et les têtes comme critère de comparaison et de datation, avait commencé à explorer une nouvelle méthode de datation, reposant sur ce qu’il appelait l’« indice mammaire ». Reinach présenta son nouvel indice à l’Académie le 3 mai 190761, et publia l’année suivante un article où il le définissait comme « la distance entre la base des seins, mesurée en rapport avec leur diamètre »62. C’était là le résultat de son observation que « le rapprochement des seins, d’abord très écartés, puis moins écartés et enfin tangents [pouvait] fournir un indice chronologique »63. Suivaient des torses, que Reinach passait au crible, en s’attardant sur certains qui lui étaient particulièrement chers. La Vénus de Milo, bien sûr, qui devenait la preuve même de son intégrité scientifique, puisque son nouvel indice révélait ses propres erreurs passées et mettait fin à son rêve de la voir dater du Ve siècle, faisant d’un espoir phidiesque une réalité praxitélienne64.

35Évidemment, l’Artémis de Mytilène ne pouvait échapper au test mammaire. C’est sur elle que se porta son regard immédiatement après la Vénus de Milo, mais cette fois par le truchement d’un des conservateurs du Musée impérial, Edhem, le fils d’Osman Hamdi Bey :

  • 65 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 33.

Edhem Bey a eu l’obligeance de les mesurer ; la distance des pointes est de 0m15, alors que l’intervalle entre les deux globes est de 0m045 et le diamètre des seins à la base de 0m08. Le même ami veut bien me communiquer les mesures qu’il a prises sur l’Athéna de Leptis, dont l’original est antérieur d’au moins un demi‑siècle à celui de l’Artémis de Mételin. Dans l’Athéna, la distance des pointes est de 0m16, le diamètre à la naissance de 0m06, l’intervalle de 0m08 à 0m085. Ce sont donc deux sculptures archaïques et dont l’indice mammaire suffit à marquer non seulement l’époque approchée, mais l’ancienneté relative65.

  • 66 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 32.

36On l’aura compris, c’était une victoire pour la science et pour Reinach : « J’ai proposé jadis d’attribuer à Strongylion, sculpteur contemporain d’Alcamène, l’original de la belle Artémis de Mételin au musée de Constantinople. L’attribution reste naturellement incertaine ; mais la date assignée par moi à l’original est pleinement confirmée par l’étude des seins »66.

37Cette fois‑ci, la communauté archéologique semble être restée sourde aux arguments de Reinach. Mendel, dont le catalogue a en quelque sorte scellé le destin de la plupart des objets du Musée impérial, réfutait poliment ces suppositions et ramenait la datation de l’Artémis à la seconde moitié ou à la fin du IVe siècle, évoquant un autre sculpteur dont l’art lui semblait proche, Lysippe :

  • 67 Mendel, Catalogue, t. II, p. 245.

M. S. Reinach a cru reconnaître dans l’Artémis de Mételin les caractères d’une œuvre pré-praxitélienne qu’il attribue à Strongylion ; il nous paraît difficile d’accepter cette hypothèse : l’attitude de la statuette rappelle celle du satyre [du Louvre] jouant de la flûte, qui paraît bien être une création de l’école praxitélienne au début de l’époque hellénistique, et la tête présente une ressemblance certaine avec d’autres têtes qu’on s’accorde à déclarer post-praxiléliennes : telles la tête de Tralles à Vienne et celle de Cyzique à Dresde ; l’analogie avec la Vénus de Milo nous paraît plus éloignée ; d’autre part, il est vrai, notre déesse n’a pas cette langueur et cette sensualité caractéristiques des figures de cette école ; elle ne s’abandonne pas ; dans son repos, on sent une·virtualité de mouvement, mais par‑là, elle se rapproche, non pas des œuvres de la fin du Ve siècle, mais de celles de Lysippe : nous ne pouvons‑nous empêcher de sentir une sorte de parenté de caractère entre elle et une œuvre comme l’Hermès au repos de Pompéi, et, sans vouloir établir entre les deux aucun rapport d’école, nous y trouvons cependant une preuve nouvelle de l’origine tardive de l’Artémis qui a dû être créée au plus tôt vers la fin du IVe siècle67.

38Il est surprenant que Mendel n’ait pas pris la peine de préciser que ce commentaire ne concernait pas la statue elle‑même, mais son éventuel modèle. Alors que ses notices se terminent plus ou moins régulièrement par une datation de l’objet, celle‑ci s’arrête abruptement avec le paragraphe cité plus haut, créant une ambigüité probablement involontaire. La fiche d’inventaire de la statue lève le doute en la décrivant comme étant de facture romaine dans le style du IVe siècle.

  • 68 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319‑320.

39Cet historique permettra peut‑être de redorer le blason de l’Artémis des Musées archéologiques d’Istanbul en lui rendant un peu de la relative célébrité qu’elle avait acquise grâce à la curiosité de Salomon Reinach. Certes, l’objet bénéficie aujourd’hui d’une certaine visibilité, mais celle‑ci repose plus sur son charme indéniable que sur la moindre connaissance de l’attention qu’elle attira pendant quelque temps en raison de certaines particularités stylistiques et esthétiques. Après tout, le fait de figurer parmi certaines des œuvres les plus prestigieuses des musées d’Europe dans une discussion mettant en scène les plus grands noms de la sculpture grecque était un honneur insigne qui mérite d’être rappelé. Bien sûr, il ne faut pas oublier non plus que toute cette effervescence était due aux efforts de Reinach, qui paraissait avoir un attachement particulier pour cette statuette. Après tout, lorsqu’il publia son premier article à ce sujet en 1885, il soulignait bien que cette œuvre était pratiquement inconnue et que le catalogue de Goold où elle avait été reproduite pour la première fois étant introuvable, elle pouvait bien être considérée comme inédite68. C’était son Artémis à lui ; il lui appartenait donc de la faire connaître au public et, surtout, à la communauté scientifique.

La statue d’Artémis de Mytilène : biographie critique

Une provenance problématique

40J’ai tenté, dans les pages qui précèdent, de reconstituer le parcours de la statue depuis son apparition dans la littérature archéologique jusqu’à la maturation d’une certaine interprétation de sa nature, de son époque et, surtout, du style qu’elle imitait. En tant qu’historien, je n’ai rien à y redire ; aussi me suis‑je prudemment limité à en donner un récit aussi précis que possible sans jamais tenter d’émettre la moindre opinion sur des concepts et des contextes qui me sont totalement étrangers. En revanche, malgré une introduction qui suggérait que c’était là mon principal objectif, je n’ai pas encore abordé la question de la provenance et de la date d’acquisition de cet objet. Or c’est là que je pense pouvoir proposer une contribution critique à la biographie apparemment parfaite de cet objet.

  • 69 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319.
  • 70 [A. Joubin], Catalogue des sculptures (n. 9), p. 6.
  • 71 [A. Joubin], Asar‑ı Heykeltraşî (n. 46), p. 7.

41Rappelons‑nous qu’à peine quelques années après la publication du « catalogue » de Dumont où la provenance de l’objet n’était pas notée – certainement parce qu’il ne la connaissait pas – Goold et Terenzio attribuaient à la statue la provenance – non datée – de Mytilène. En 1882, Reinach suivit l’exemple, sans plus de détail. Toutefois, l’article qu’il publia en 1885 amena à cette provenance un degré de précision nouveau : « Selon le registre succinct et souvent peu fiable tenu par les employés du Musée, elle fut découverte il y a environ vingt ans à Mytilène, – même si nous ne savons pas si ce fut dans la ville principale ou ailleurs sur Lesbos »69. Il semble donc que l’entrée de cette pièce ait eu lieu vers 1865. C’est avec le catalogue de Joubin, paru en 1893, qu’un nouvel élément s’ajouta à ces informations : « Provenance : Mételin. Envoi d’Ismaïl Pacha »70. La version turque était encore plus détaillée, puisqu’on y trouvait le nom de famille du pacha : « Elle fut trouvée à Mytilène et offerte par Kulaksızzade İsmail Pacha »71. Mendel reprit consciencieusement toutes ces informations : Mételin, 1865, Ismail Pacha.

42Ainsi que je l’expliquais plus haut, la présence de telles informations est tellement rare pour les objets des anciennes collections, que loin de les mettre en doute, la réaction normale est de s’estimer heureux d’avoir un tel degré de précision pour un des objets au moins : une provenance, une date et un « inventeur », dans le sens latin du terme. Il faut toutefois reconnaître l’existence de certaines ambigüités et incohérences. Tout d’abord, 1865 n’est certainement pas une date précise, mais simplement un calcul fondé sur l’observation de Reinach. Surtout, il est difficile d’expliquer comment cette information a pu se transformer et se développer pendant une vingtaine d’années, pour ainsi dire au compte‑gouttes. Vers 1870, Goold et Terenzio ne connaissaient que la provenance ; en 1882 Reinach avait une date approximative ; en 1893 Joubin connaissait le nom de l’expéditeur. Si Reinach avait effectivement eu accès à un registre – il s’agit vraisemblablement de l’un ou l’autre des inventaires dressés par Goold et Terenzio en 1870 et 1871‑1872 respectivement – il faut comprendre que celui‑ci ne mentionnait pas İsmail Pacha. Comment cette information avait‑elle surgi entre 1882 et 1893, avec, ainsi que le dévoile la version turque, la précision supplémentaire du nom de famille du pacha ? Enfin, que faut‑il penser du fait que Reinach reprenait cette mention très vague d’une provenance alors qu’il était le premier à admettre que les registres du musée étaient peu fiables ?

43Honnêtement, je dois admettre que je n’aurais normalement pas eu de raison de remettre en question la provenance de Mytilène et que si je viens d’énumérer les incohérences ci‑dessus, c’est bien parce que j’avais d’autres raisons de douter de la validité de cette assertion. Ce qui me mit la puce à l’oreille était un passage d’un article paru dans le Journal de Constantinople du 1er septembre 1847 concernant la visite du sultan Abdülmecid au musée. Le quotidien précisait que « S. M. a employé plus d’une heure et demie à visiter toutes les salles de cet établissement », entendant par cela à la fois la collection d’armes exposée dans la nef de l’église et les antiquités se trouvant dans l’atrium et dans quelques salles environnantes. Le journal s’attardait en particulier sur la collection d’antiquités :

  • 72 Journal de Constantinople, 1er septembre 1847.

S. M. y a admiré surtout les antiquités découvertes, en dernier lieu, à Lampsaka, la statue de Diane trouvée, il y a quelques années, à Smyrne en creusant les fondations de la fabrique de papier, aujourd’hui en pleine activité, des médailles et quelques curiosités égyptiennes72.

  • 73 Mendel, Catalogue, t. I, p. 334.
  • 74 Mendel, Catalogue, t. II, p. 362.

44La mention d’une statue de Diane provenant d’Izmir et dont la découverte était si clairement identifiée était surprenante. Le Musée impérial ne possède que deux autres statues d’Artémis : l’une (inv. 2005) est une réplique sans tête ni buste du type de l’Artémis Colonna provenant des fouilles de Milet de 1899‑190073 ; l’autre (inv. 61) est une statuette d’environ 130 cm dont on sait qu’elle provient de Cyrène et qu’elle faisait partie des objets rétrocédés en juin 1870 par le British Museum74. La seule statue d’Artémis pouvant correspondre à cette acquisition smyrniote est donc l’Artémis de Mytilène, à condition de bien vouloir remettre en question à la fois sa provenance et sa date d’acquisition.

Halkapınar et les « bains de Diane »

  • 75 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.
  • 76 J. Murray, Hand‑book for Travellers in the Ionian Islands, Greece, Turkey, Asia Minor, and Constan (...)
  • 77 G. Meyer, « Les ruines de Smyrne dans les relations des voyageurs (XVIIe‑XIXe siècles). Étude prél (...)

45L’emplacement de la trouvaille était significatif. La fabrique de papier en question avait été fondée à Halkapınar, une modeste localité à l’est d’Izmir connue sous le nom de « Bains de Diane »75 (fig. 7). Cette ancienne source thermale se trouvait sur la route qui menait d’Izmir à Bornova (Bournabat), à quelque cinq lieues du célèbre pont dit des caravanes76. Cette appellation était plus ou moins systématiquement attestée depuis le dix‑huitième siècle par nombre d’observateurs occidentaux, ainsi que l’a déjà noté Guy Meyer dans son étude consacrée aux ruines de Smyrne relevées dans les relations de voyage77. Je donne en annexe un tableau chronologique des principaux auteurs et observateurs – tant occidentaux que locaux – ayant évoqué le site et, à partir de 1846, la statue de Diane, afin d’éviter une longue et fastidieuse énumération dans le texte (tableau 1).

Fig. 7 – Bains de Diane. Photographie sur papier albuminé par Philibert Rubellin, photographe à Smyrne Views of Asia Minor.

Fig. 7 – Bains de Diane. Photographie sur papier albuminé par Philibert Rubellin, photographe à Smyrne Views of Asia Minor.

« À peu de distance de Smyrne, un bassin alimenté par une infinité de sources fournit tour à tour sa force motrice à une fabrique de papier et à un moulin. Le bassin est désigné sous le nom de « Bains de Diane ». On y a trouvé une statue de Diane, des fragments de toutes sortes, qui font supposer que là s’élevait un temple ».

© Getty Research Institute, Los Angeles [2002.R.44].

  • 78 Vincent Stochove, Le voyage d’Italie et du Levant de messieurs Fermanel, conseiller au parlement d (...)
  • 79 Paul Ricaut [Rycaut], Histoire de l’estat présent de l’Église grecque, et de l’Église arménienne, (...)
  • 80 Paul Ricaut (n. 79), p. 33.
  • 81 Laurent, chevalier d’Arvieux, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la P (...)
  • 82 Strabon, Géographie de Strabon, tr. Amédée Tardieu (1880), t. III, p. 122. Pour une version de Str (...)
  • 83 Quintus de Smyrne, Guerre de Troie, depuis la mort d’Hector jusqu’à la ruine de cette ville, tr. T (...)

46Pour simplifier les choses, il sera probablement utile de distinguer trois « moments » différents dans l’évolution de la perception du lieu‑dit. Dans un premier temps, correspondant plus ou moins au dix‑septième siècle, si l’on excepte Stochove, qui, en 1630, évoque un temple de Diane78, tous les auteurs de cette période se réfèrent à un temple de Janus, s’appuyant parfois sur le récit de la découverte d’une tête du dieu ; certains y voient l’Homérion, censé abriter une statue du Poète dans une niche. En 1678, Rycaut et Galland rapportent la destruction de ce temple79, apparemment victime d’une campagne architecturale ottomane qui avait déjà emporté le théâtre antique en 167580. La topographie est encore aussi vague que la toponymie. Parmi tous ces auteurs, seul le chevalier d’Arvieux associe le temple à des particularités physiques qui rappellent les « bains de Diane » : un étang et sept moulins81. Strabon est parfois cité et c’est sur son témoignage que s’appuient les références à l’Homérion et à la statue d’Homère82. En revanche, le seul auteur classique qui parle d’un temple de Diane, Quintus Smyrnaeus, n’apparaît pas encore. Pourtant son témoignage est précieux, puisqu’il se souvient d’avoir gardé ses troupeaux alors qu’un « duvet léger couvrait à peine [s]es joues » à proximité « d’un temple de Diane », « dans les pâturages de Smyrne, éloignés de l’Hermus trois fois autant que la voix humaine peut s’étendre »83.

47Une seconde période débute avec la cristallisation de l’appellation des « bains de Diane » pour décrire un endroit désormais identifiable comme l’étang de Halkapınar. Le Hollandais Cornelis de Bruyn en est le précurseur isolé puisqu’il en parle dès 1674, alors que ses contemporains ne jurent que par Janus ou Homère. Son témoignage est d’autant plus intéressant qu’il évoque lui aussi le temple de Janus, mais à un autre endroit :

  • 84 Corneille Le Brun, Voyage au Levant [Delft, Henri de Kroonevelt] (1700), p. 25.

À une bonne heure de la Ville, dans l’endroit qu’on appelle Planure, autrement la plaine de Haselaer, il y a quelques ruines que l’on dit être des restes d’un Temple de Janus. […] Dans la même plaine, à un[e] demie heure de Smyrne, on trouve aupres (sic) du grand chemin, le bain de Diane. C’est un Lac dont l’eau fait tourner sept moulins à moudre du blé84.

  • 85 Aubry de la Mottraye, Voyages du Sieur A. de la Motraye, en Europe, Asie, & Afrique [La Haye, T. J (...)
  • 86 Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roi... [Amsterdam, a (...)

48Il faut reconnaître dans « Haselaer » Hacılar, un lieu‑dit situé un peu plus à l’est de Halkapınar. Vingt ans plus tôt, d’Arvieux notait aussi que l’étang et ses sept moulins se trouvaient « assez près » du temple de Janus. Il faut donc en déduire que la plupart des auteurs ne décrivaient pas les bains de Diane, mais un temple situé plus loin, vers l’intérieur. De Bruyn est donc le second à évoquer l’étang, mais le premier à l’appeler « bain[s] de Diane ». D’où tenait‑il ce nom ? Il ne le dit pas ; toujours est‑il qu’il faudra attendre près de trente ans pour que cette appellation soit reprise, pour ne plus être abandonnée. Si en 1699, Aubry de la Mottraye parle des ruines d’un temple païen et de restes de mosaïques sur le chemin menant de Smyrne à des bains d’eau chaude, la description qu’il fait de ces derniers ne correspond en rien à ce que nous savons des bains de Diane85. C’est donc le botaniste Pitton de Tournefort qui prendra la relève de de Bruyn pour parler des bains de Diane en tant que « débris d’un grand édifice de marbre » à côté d’une « source admirable qui fait moudre continuellement sept meules dans le même moulin »86. C’est cette version qui se maintiendra, avec quelques variations sur l’état et la nature des ruines, tout au long de ce siècle et du suivant.

  • 87 G. Groc et İ. Çağlar, La presse française de Turquie de 1795 à nos jours. Histoire et catalogue (1 (...)

49Une particularité qui se dessine au cours du dix‑neuvième siècle est l’apparition d’une sensibilité archéologique et historique absente jusque‑là et visant à relier ces vestiges et connaissances à l’histoire de la ville. Les deux questions principales sont de savoir si les bains de Diane constituent une limite ou le centre même de l’ancienne Smyrne et si cet étang et ses sources peuvent être identifiés comme le mystérieux Mélès de l’antiquité. Il est intéressant de noter que la plupart des auteurs qui s’engagent dans cette quête ont une attache locale. Charles Tricon, futur fondateur du Smyrnéen (1824) et du Spectateur oriental (1824‑1827)87, est un des premiers, insistant sur l’importance des vestiges cachés par les eaux et les roseaux de l’étang et avançant l’idée qu’il s’agit là de l’emplacement du Mélès :

  • 88 Charles Tricon, « Extrait d’une lettre écrite de Constantinople, en 1812, et adressée à M. Barbié (...)

Le monument des Bains de Diane, c’est‑à‑dire, les restes antiques qui existent sur le bord de ces bains, et ensuite les fondations dont j’ai parlé qui sont un peu plus loin, et qui s’élèvent au‑dessus des eaux, parmi des roseaux qui les cachent, mais que l’on découvre à l’aide d’une colonne tronquée, laquelle aplatie d’un côté devoit servir de pilastre ; le monument des Bains de Diane, dis‑je, a dû être, selon moi, une dépendance de l’antique Smyrne : en descendant la rivière, on trouve à la droite quelques autres petits débris, dont le caractère annonce la plus haute antiquité. Si l’on pouvoit se permettre des fouilles vers la mer, dans ces lieux pleins de roseaux et un peu dangereux, je ne doute pas que l’on ne fît des découvertes intéressantes88.

  • 89 Κωνσταντίνος ΟἰκΟνόμΟς (Konstantin Ikonomos), « Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης », Ἑρμῆς ὁ Λόγιο (...)
  • 90 Né à Izmir en 1833, Bonaventure Slaars était le fils du négociant hollandais André Slaars et de Ca (...)
  • 91 Bonaventure F. Slaars, « Dissertation qui précise la situation du fleuve Mélès », Revue archéologi (...)

50Tricon est suivi par Constantin Iconomos (1780‑1857), prêcheur et intellectuel qui résida à Izmir, et dont la dissertation sur Smyrne, publiée à plusieurs reprises, souligne l’importance des bains de Diane mais réfute son identification avec le Mélès89. C’est à Bonaventure Slaars, Smyrniote né d’une union « levantine »90, qu’il reviendra de publier deux études détaillées sur l’histoire de la ville, reprenant de manière assez systématique toutes les observations de ses prédécesseurs. Pour ce qui est des questions qui nous intéressent, Slaars défendra de manière fort convaincante l’hypothèse de l’identité entre les bains de Diane et le Mélès et déduira de la découverte de la statue de Diane l’existence d’un temple dédié à la déesse à cet emplacement91.

  • 92 G. Meyer, « Les ruines de Smyrne » (n. 77), p. 362.
  • 93 Évidemment, Meyer n’évoque guère cette possibilité pour la simple raison qu’il ne connaît pas la s (...)

51Il semble désormais établi avec plus ou moins de certitude que le bassin des bains de Diane, quelles qu’aient pu être ses fonctions, se trouvait proche ou au centre même d’une nécropole située aux abords de la ville de Smyrne. L’Homérion, le temple de Janus, ou le temple de Diane que les voyageurs et curieux du dix‑septième au dix‑neuvième siècle pensaient découvrir n’étaient probablement que des monuments funéraires92. Par conséquent, il est tout à fait plausible d’imaginer que notre statue d’Artémis, dont les dimensions modestes ne font guère penser à un temple qui lui aurait été dédié, remplissait elle aussi de semblables fonctions93.

La statue émerge

  • 94 Bonaventure F. Slaars, Étude sur Smyrne (n. 91), p. 97.

52Il nous reste à essayer de reconstituer aussi précisément que possible les circonstances dans lesquelles cette statue fut découverte. On se souviendra qu’en 1847 le Journal de Constantinople notait qu’elle avait eu lieu « il y a quelques années ». Un certain nombre de sources contemporaines permettent d’étayer cette observation, tout en y apportant d’utiles précisions. En particulier, l’ouvrage de Slaars constitue un tournant important dans l’historique de notre statue, non parce qu’il est le premier à en parler, mais parce qu’il est le premier à intégrer sa découverte dans une étude sur Smyrne à caractère scientifique. Plus précisément, dans un long paragraphe de sa « dissertation sur les origines et les diverses situations de la ville de Smyrne » consacré aux ruines découvertes dans les environs de l’agglomération, il renvoie à la mention faite par l’ingénieur Luigi Storari de la découverte en 1847 de plusieurs objets, dont une statue de Diane, et ajoute que « au milieu du bassin des Bains de Diane, on voit encore aujourd’hui d’autres ruines à travers la limpidité des eaux »94. En effet, les propos de Storari ne prêtent à aucune confusion et mettent en rapport ces découvertes et la création de la fabrique de papier :

  • 95 « Quivi nel centro d’un gran bacino a traverso le limpidissime sue acque vedonsi in ombra gli avan (...)

Là, au milieu d’un grand bassin, à travers ses eaux fort limpides se distinguent dans l’ombre les restes du célèbre temple de Diane, quelque statue et d’autres marbres. Ce bassin, alimenté par une infinité de sources locales par un pittoresque canal, met en mouvement à la fois une fabrique de papier et un moulin muni de plusieurs meules, qui, réunis en un majestueux bâtiment, forment un établissement qui pourrait être comparé aux plus beaux d’Europe95.

53Une note en bas de page donnait de précieux détails concernant les découvertes :

  • 96 « Il sig. ingegnere Barbieri nel 1847, rilacciando le sorgenti per formare il suddetto bacino, tro (...)

En 1847 M. l’ingénieur Barbieri, reliant les sources pour former le susdit bassin, trouva la statue de Diane, une tête de Vénus et de bacchante, et en les préservant avec toute la diligence d’une personne qui aime les beaux‑arts, les a expédiés au gouvernement à Constantinople. Ce même ingénieur m’a dit avoir vu une autre statue, une mosaïque représentant des vases de fleurs avec des pampres, des colonnes, des fondations et plusieurs têtes et bras mutilés, mais l’eau qui surgissait en quantité des sources l’empêcha de les recueillir96.

  • 97 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.
  • 98 C. G. Young, A Wayfarer’s Notes on the Shores of the Levant, and the Valley of the Nile [Édimbourg (...)
  • 99 « Carte de la source des bains de Diane dressée par l’ingénieur Barbieri en 1844 », dans F. Slaars(...)

54Storari – et avec lui Slaars – ne se trompaient que sur la date. L’inauguration de la fabrique de papier remontait à trois années plus tôt, en 1844, ainsi que le notait le Journal de Constantinople en date du 26 juin 1844 qui rapportait que « M. Duz, aîné, directeur de l’hôtel des Monnaies, se trouve depuis la semaine passée à Smyrne, où il s’est rendu, dit‑on, pour visiter une fabrique de papier nouvellement établie dans cette ville »97. Le fait que Cuthbert Young, qui visita Smyrne en 1846, mentionne la découverte de la statue et son envoi à Constantinople prouve bien que la date avancée par Storari était erronée98. D’ailleurs il suffit de voir que ce même Barbieri est l’auteur d’une « carte de la source des bains de Diane » dressée en 1844 – et publiée par Slaars en 1867 – pour se rendre compte que c’est à cette année‑là qu’il faut ramener la découverte de la statue99 (fig. 8).

Fig. 8 – « Carte de la source des bains de Diane dressée par l’ingénieur Barbieri en 1844 ».

Fig. 8 – « Carte de la source des bains de Diane dressée par l’ingénieur Barbieri en 1844 ».

Bonaventure F. Slaars, « Dissertation qui précise la situation du fleuve Mélès », Revue archéologique, t. XVI (juillet‑décembre 1867), pl. XIX.

55Un commentaire surprenant sur la découverte parut en 1857 dans la gazette archéologique grecque, sous la plume du savant allemand Xavier Landerer, pharmacien du roi Othon Ier de Grèce :

  • 100 Une référence qui rappelle l’ambigüité du terme halka, évoquée plus bas (n. 103).
  • 101 « Μίαν περίπου ὥραν μακρὰν τῆς πόλεως Σμύρνης, εἰς πεδιάδα ζωγραφικωτάτην καὶ εὐφορωτάτην, ὑπάρχει (...)

À une heure environ de la ville de Smyrne, dans une plaine fort pittoresque et très fertile, se trouve un lieu nommé Halka Pınar où, dit‑on, se trouvaient autrefois les bains d’Artémis. Concernant le nom de Halka Pınar, on suppose que l’eau qui y jaillit de terre avec force est barrée par une chaîne de cuivre100. Que les bains d’Artémis étaient là, nous pouvons le supposer avec une grande probabilité à cause des vestiges d’un ancien bain qui y ont été découverts, d’une sorte de revêtement de marbre, et surtout à cause d’une statue de marbre d’Artémis qui y a été trouvée. Cette statue qui, dit‑on, était d’excellente facture, figure Artémis sortant du bain, laquelle se présente vêtue d’un tissu très fin. Cette statue a été apportée à Constantinople et de là, dit‑on, par l’intermédiaire d’un certain Pacha, elle a été envoyée à Paris. Aujourd’hui, sur les vestiges de ces anciens bains, a été construite une fabrique de papier, qui tire parti de cette eau excellente et très pure ; à cause de l’absence de composants salins, elle appartient à la catégorie des eaux de source, de sorte que sa consommation peut également s’avérer très saine pour le corps101.

56Landerer n’était pas archéologue mais chimiste et botaniste ; les bains de Diane l’intéressaient surtout pour les vertus thérapeutiques de ses eaux. Néanmoins, ses remarques surprennent par les détails fournis, même s’ils sont en grande partie suspects. Le chiton dont elle est vêtue peut effectivement être qualifié de « tissu très fin », mais il paraît plus difficile d’y voir la déesse sortant du bain. De même, si Landerer rapporte bien qu’elle fut transférée à Constantinople, nous savons que le voyage à Paris qu’il lui attribuait n’eut jamais lieu. Simple erreur, ou reflet de rumeurs provoquées par des velléités d’appropriation par des diplomates ou agents français ? Nous ne le saurons probablement jamais, à moins d’arriver à remonter la filière des informations recueillies par Landerer.

57L’année suivante, en 1858, c’était au tour d’un autre Allemand, Alexander Conze, d’informer les lecteurs de l’Archäologischer Anzeiger de la découverte :

  • 102 « Bei den Bauten dafür hat man zahlreiche alte Reste gefunden, denen man den Namen der Dianenbäder (...)

Un grand nombre de vestiges découverts parmi les bâtiments [de Halkapınar] ont été nommés les bains de Diane ; l’ingénieur-en-chef, M. Barbieri, a découvert dans un étang un ancien bassin avec des marches, des canaux, un sol en mosaïque et une statue de femme parfaitement conservée (aujourd’hui dans la collection de l’église Sainte‑Irène à Constantinople). Enfin, une statue colossale gît encore sous l’eau102.

  • 103 Μιχάλης Γ. ΤςακyρΟγΛΟυ (Michael G. Tsakyroglou), Τα Σμυρναϊκά ήτοι ιστορική και τοπογραφική μελέτη (...)
  • 104 A. Fontrier, « Le Monastère de Lembos près de Smyrne et ses possessions au XIIIe siècle », Bulleti (...)

58De toute évidence, Conze avait eu accès aux mêmes informations que Storari et Landerer. Les avait‑il lus ou cette information circulait‑elle à Smyrne au moment de sa visite ? Quoi qu’il en soit, il semble bien que les quelques commentaires concernant cette découverte aient été limités à ces quatre auteurs : Storari et Landerer en 1857, Conze en 1858 et, enfin, Slaars en 1868. Après Slaars, la plupart des auteurs semblent avoir perdu leur intérêt pour la statue, ce qui explique probablement que les experts des décennies suivantes n’aient pas fait de rapprochement entre cette statue et l’Artémis « de Mytilène ». Si Mikhalis Tsakyroglou, par exemple, accorde toute son attention au bassin de Halkapınar, décrivant son aspect général, sa remise en état par Barbieri en 1847 (sic) et proposant de le dater de la période romaine ou byzantine, il ne dit pas un mot de la statue103. Il en va de même pour Aristote Fontrier, dont l’intérêt se limite à démontrer que les bains de Diane n’ont aucun rapport avec le Mélès104.

  • 105 C. J. Cadoux, Ancient Smyrna. A History of the City from the Earliest Times to 324 A.D. (1938), p. (...)
  • 106 Ibidem ; Ξ. Λανδερέρ (Xavier Landerer), « Λουτρὰ τῆσ Ἀρτέμιδος», Εφημερις Αρχαιολογικη, 45 (1857), (...)
  • 107 G. E. Bean, Aegean Turkey. An Archaeological Guide (1966), p. 47 ; J. Freely, The Western Shores o (...)

59Cecil John Cadoux, auteur d’un ouvrage magistral sur l’histoire de Smyrne relèguera cette découverte au statut d’un fait divers, évoquant dans une note la mention qu’en faisait Xavier Landerer, sans y attacher plus d’importance et acceptant l’information qu’il donnait de son ultime transfert à Paris105. D’ailleurs Cadoux émettait quelques doutes sur l’ancienneté de l’appellation de bains de Diane donnée à Halkapınar, suggérant qu’elle était probablement assez récente106. C’est probablement ce qui a incité les auteurs les plus récents à inverser toute la logique de l’affaire, au point de tomber dans l’erreur de penser que c’est cette découverte – qu’ils ne documentent ou ne datent même plus – qui avait donné ce nom à la source et à l’étang de Halkapınar107.

Les sources ottomanes

  • 108 Ahmed Muhyiddin Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, copié par Ahmed bin Hacı Abdi Kapudan, 1093/1682, İsta (...)

60Il ne faut probablement pas s’étonner de ce que les sources ottomanes ne fassent aucune mention des références mythologiques et topographiques occidentales que nous venons de voir. En revanche, le toponyme de Halkapınar – avec des variantes – est attesté dès la première moitié du quinzième siècle, notamment dans divers exemplaires du célèbre portulan du navigateur Piri Reis. Ainsi, chacune des diverses versions de la carte du golfe d’Izmir comporte forcément une représentation du ruisseau donnant dans le golfe, provenant parfois d’un petit étang. Le nom varie quelque peu, prenant généralement la forme de Halka Pınarı ou celle de Halkalı Suyu. Dans les deux exemplaires appelant l’endroit Halka Pınarı, ce nom est suivi de la mention « bu bir hüdâyi vâsi’ pınardür », soit « ceci est une vaste source naturelle » (fig. 9). Au‑delà de cette indication cartographique, le texte du portulan ne décrit nullement les lieux108.

  • 109 Il existe un grand nombre de toponymes contenant le terme halka. L’Index Anatolicus de Sevan Nişan (...)

61Pınar (source) et su (ruisseau) ne posent pas de véritable problème de compréhension et varient apparemment selon si l’on définit l’endroit par les sources alimentant le bassin, ou par le ruisseau qui se déverse dans le golfe. En revanche, il est bien plus difficile de donner un sens à halka, que les auteurs occidentaux ont tendance à traduire par « anneau » ou « cercle ». Il faut cependant envisager la possibilité d’une étymologie grecque, dérivée de χαλκός (cuivre)109. Deux sources ottomanes du dix‑septième siècle décrivent les lieux avec force détails, sans pour autant en élucider l’étymologie. Il s’agit tout d’abord du célèbre Cihan‑nümâ (géographie universelle) de Kâtib Çelebi, où l’auteur décrit, vers 1650, « la tête de la source » (Pınar Başı) et les légendes qui l’entourent :

Fig. 9 – Baie d’Izmir selon Ahmed Muhyiddin Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, copie anonyme, fin 17e‑début 18e, Walters Art Museum.

Fig. 9 – Baie d’Izmir selon Ahmed Muhyiddin Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, copie anonyme, fin 17e‑début 18e, Walters Art Museum.

Ms W. 658, f° 68 v°. Halkalıpınar, appelé ici « Kalkalu Suyu » se trouve au fond du golfe, juste à côté de la ville d’Izmir et de la citadelle du Mont Pagus, juste au‑dessus de la représentation d’un trois‑mâts.

© Walters Art Museum.

  • 110 Kâtib Çelebi, Kitâb‑ı Cihân‑nümâ, Istanbul, Darü’t‑Tıbaatü’l‑Âmire, 1145/1732, p. 670.

Il y a à Smyrne une promenade charmante qu’on appelle la Source. Il y sort d’une voûte une grande quantité d’eau qui forme un lac grand comme une demi‑aire ; l’eau en coule dans la mer, et il s’y trouve en aval des moulins. Il est possible d’entrer dans la grotte d’où surgit cette eau, et il y a au fond une sorte de porte fermée, et les gens du pays prétendent qu’il s’y trouve des richesses et des trésors, mais qu’ils sont gardés par des talismans ; et ils racontent que ceux qui sont arrivés jusqu’à la porte ont été tués par un vent pestilentiel qui en sort110.

62On pourra objecter que Kâtib Çelebi n’utilise pas le toponyme de Halkapınar et qu’il pourrait s’agir d’une des nombreuses localités appelées Pınarbaşı, dont une à Bornova, près de Smyrne. Néanmoins la description qu’il fait des propriétés physiques de l’étang et des moulins ne laisse pas de doute quant à l’identification de ce lieu comme les bains de Diane.

63Quelque vingt ans plus tard, en 1671, Evliya Çelebi passera par İzmir et laissera une description fort vivante de Halkapınar, ainsi nommée :

  • 111Nisvân‑ı sahib‑‘isyan”, formule rimée et typiquement misogyne pour décrire les femmes en se référ (...)
  • 112 Evliya Çelebi Seyahatnamesi. Anadolu, Suriye, Hicaz (1671‑1672), t. IX, Istanbul, Devlet Matbaası, (...)

Ladite source de Halkalı (Halkalı Pınar) est une eau limpide qui sort d’un rocher. Les quatre côtés sont recouverts d’herbe et de jardins de roses et de tulipes, un lieu de plaisance délicieux à l’ombre des arbres et où l’on entend le chant de milliers de rossignols. Des milliers de poissons de toutes sortes nagent dans ses eaux limpides, mais comme c’est un lieu entretenu par des hommes pieux et que les poissons ne sont pas pêchés, ceux‑ci accompagnent les promeneurs, sautent hors de l’eau et jouent de mille manières sans jamais craindre les hommes et viennent docilement manger des morceaux de pain et de viande de leur main. C’est un mystère divin que de voir qu’une fois par semaine, le mercredi, lorsque les femmes à l’âme rebelle111, visitent cette promenade, il ne reste plus la moindre trace des poissons qui disparaissent toute la journée. C’est là bien étrange magie, et les gens du pays disent qu’il s’agit d’un sort de la Reine Kaydefa112.

  • 113 P. Mengous, Narrative of a Greek Soldier: Containing Anecdotes and Occurrences Illustrating the Ch (...)
  • 114 Slaars, Étude sur Smyrne 9, n. 91), p. 12‑13.

64Il apparaît de ces deux extraits que la connaissance ottomane – culturellement turque ou turcophone, si l’on veut – de ces lieux reste extrêmement limitée et, surtout, fortement empreinte de fantastique. D’autres sources locales présentent des variantes de ces légendes, prouvant qu’il existait une tradition populaire assez vibrante concernant les propriétés et secrets de cette source. Ainsi, Petros Mengous, soldat de l’armée grecque durant la guerre d’indépendance, rapporte deux superstitions rattachées aux bains de Diane. Selon la première, qu’il attribue aux meuniers de la région, seules six des sept meules de l’étang étaient utilisées, car l’une d’entre elles était hantée par une « dame noire » que certains déclaraient avoir vue, marchant en silence ; malheur à qui mettrait la meule en mouvement, car il en mourrait sur le champ. Une autre superstition, selon Mengous, spécifique aux Turcs, voulait que les eaux de l’étang eussent coulé originellement dans le sens contraire jusqu’à ce que les Grecs anciens les eussent inversées grâce à un barrage souterrain bloqué par un anneau en fer, d’où l’appellation de la « source de l’anneau ». Si ce barrage venait à céder, les eaux libérées engloutiraient la ville de Smyrne tout entière113. Slaars, encore une fois, s’était lui aussi intéressé à l’étymologie de Halkapınar, suggérant – complètement à tort – qu’il fallait en fait dire Halk Pınar, soit la fontaine publique, halk voulant dire « peuple ». Il rapportait lui aussi la tradition selon laquelle Smyrne avait « péri par l’eau sortie des Bains de Diane » et que le même sort la menaçait dans le futur. Il tenait par ailleurs de certains vieillards que c’était un « mage » qui avait « arrêté l’inondation en posant sur la source des Bains de Diane une porte de fer qu’il a fermée au moyen d’un anneau, et que le lac et le canal des Bains de Diane sont formés par l’eau qui sort des fentes de la porte !! »114

Bureaucratie et archéologie

  • 115 E. Eldem, « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1 (...)

65J’aurai l’occasion de revenir sur ces mythes et légendes ; pour le moment, il suffira de noter que les sources ottomanes offrent bien peu d’indices quant aux aspects concrets de l’étang et des antiquités qui s’y trouvaient. Le manque d’intérêt de l’État et des élites pour l’archéologie et les antiquités au moins jusqu’à la moitié du dix‑neuvième siècle explique en grande partie ce silence115. En revanche, c’est à la minutie bureaucratique de l’administration ottomane que nous devons les quelques documents qui permettent de lever le doute sur les indications extrêmement vagues fournies par Storari et de suivre avec beaucoup de précision les péripéties de la découverte. Le 3 Şevval 1260, soit le18 août 1844, Mehmed Hamdi, gouverneur (muhassıl) d’Izmir, en informait le ministre des Finances en ces termes :

  • 116 BOA, İ. DH. 91/4546, 3 Şevval 1260/18 août 1844.

[…] lors de l’aménagement de l’endroit nécessaire à la fabrique de papier en cours de construction au lieu‑dit de Halka Pınar, à Izmir, suite au besoin d’abattre un mur ancien situé à peu de distance, l’excavation du dit mur a mis au jour une figure de jeune femme en pierre et que l’on nomme une antique (taşdan yapılmış antika tabir olunur bir kız sureti). Or s’il est vrai que, dû à la croyance et à l’intérêt bien connus des Grecs et des Francs pour ce genre de figures anciennes, la nouvelle de cet événement s’est répandue à Izmir et a causé bien des rumeurs, la figure en question est faite à la perfection, au point de ne paraître pas de pierre. Afin d’être examinée, elle a été placée dans une caisse et envoyée par l’intermédiaire de l’agent financier de la province, votre serviteur Hoca Ovanes, à votre serviteur Düzoğlu Agop, banquier de la Monnaie impériale […]116

  • 117 BOA, İ. DH. 91/4546, 18 Şevval 1260/2 septembre 1844.
  • 118 BOA, A. MKT. 16/12, 20 Şevval 1260/4 septembre 1844.

66Environ deux semaines plus tard, le 2 septembre, le grand vizirat transmettait cette information au palais et demandait la permission de déposer l’objet soit à la Monnaie (Darbhane), soit à l’Arsenal (Cebehane). Le palais trancha en décrétant que la statue soit déposée à l’Arsenal117. Deux jours plus tard, des instructions dans ce sens étaient expédiées aux ministres des Finances et de la Guerre (fig. 10)118. Il est donc clair que la statue fit son entrée dans l’Arsenal dans le courant du mois de septembre 1844.

Fig. 10 – Brouillon des instructions données aux ministères des Finances et de la Guerre pour l’expédition de la statue à l’arsenal de Sainte‑Irène.

Fig. 10 – Brouillon des instructions données aux ministères des Finances et de la Guerre pour l’expédition de la statue à l’arsenal de Sainte‑Irène.

BOA, A. MKT. 16/12, 20 Şevval 1260/4 septembre 1844.

© Başbakanlık Osmanlı Arşivi.

  • 119 V. Seropyan, « Düzyan Ailesi », Dünden Bugüne İstanbul Ansiklopedisi, t. III (1994), p. 113‑114. P (...)
  • 120 BOA, C. İKTS 18/86, Présentation du projet de fabrique de papier, 1er Cemaziyülahir 1259/29 juin 1 (...)

67De cette information il faut tout d’abord retenir l’identité de l’acquéreur de la statue, Düzoğlu Agop. Né en 1793, Agop descendait de la célèbre famille arménienne des Duz ou Duzian, établie à Constantinople au début du dix‑septième siècle. Joailliers de père en fils, les Duz devront leur succès à leur proximité du palais. Sarkis Duz ( ?‑1721) était le joaillier en chef du sultan Ahmed III (r. 1703‑1730) ; son fils Hovhannes ( ?‑1744), lui aussi joaillier, fut très proche du sultan Mahmud Ier (r. 1730‑1754), qui, à la mort de ce dernier, éleva son fils Mikael Çelebi (1723‑1783) au poste de joaillier en chef du palais. Mikael se maintint à ce poste sous quatre sultans successifs et refusa en 1758 l’administration de la Monnaie. Son fils, Hovhannes Çelebi (1749‑1812) prit sa succession en tant que joaillier du palais et administrateur de la Monnaie, et passa la main à ses fils Krikor Çelebi (1774‑1819) et Sarkis Çelebi (1777‑1819). Ces derniers, victimes d’une cabale ourdie par Halet Efendi et de querelles intestines nourries par leur identité catholique, furent emprisonnés et exécutés en 1819, de même que leur frère cadet Mikael Çelebi (1789‑1819), tandis que le reste de la famille était exilé au monastère de Surp Garabed, à Kayseri. Agop (1793‑1847) et le benjamin, Boghos (1797‑1871), purent ainsi échapper à la tragédie de la famille et, après le pardon de Mahmud II en 1823, revenir en force. L’administration de la Monnaie fut confiée à Agop en 1834 et Boghos fut nommé joaillier de la cour en 1839. Agop brilla tout particulièrement par sa contribution à la modernisation de la Monnaie par l’introduction de machines à vapeur et la frappe, en 1844, des premières monnaies produites selon les standards européens de l’époque. L’établissement d’une fabrique de papier à Izmir figurait aussi parmi ses projets de modernité119. Le choix de l’entrepreneur s’était porté sur les bains de Diane pour une raison évidente : la puissance de l’eau qui alimentait les moulins du bassin et qui, désormais, fournirait l’énergie nécessaire à la nouvelle usine120 (fig. 11 et 12).

Fig. 11 – « Bains de Diane – Smyrne ».

Fig. 11 – « Bains de Diane – Smyrne ».

Carte postale affranchie le 25 mars 1907.

Collection de l’auteur. Cette carte postale reprend la photographie de Rubellin des années 1860 (fig. 7).

Fig. 12 – « Souvenir de Smyrne – Bains de Diane ».

Fig. 12 – « Souvenir de Smyrne – Bains de Diane ».

Carte postale affranchie le 23 novembre 1908. On y reconnaît, en partie caché par les arbres, le bâtiment de l’usine. La date plus tardive de l’image est attestée par le kiosque octogonal du premier plan servant à la distribution des eaux après la création de la Compagnie des eaux de Smyrne, dans les années 1890.

68Le rôle que joua Agop Duzian dans cette affaire n’est pas sans rappeler celui du drogman de la Marine, Nicolas Mourousi, qui, quelque vingt‑cinq ans auparavant, avait tenté de s’approprier une statue découverte sur l’île de Milo. Des officiers de la marine française étaient intervenus et avaient obtenu de la Porte l’annulation du contrat passé entre le drogman et le paysan qui avait découvert l’objet. C’est ainsi qu’avait commencé le périple de la Vénus de Milo qui se terminerait par son entrée dans les collections royales à Paris. Agop Duzian avait‑il en tête le souvenir de cette spoliation lorsqu’il parlait de soustraire la petite Diane aux regards intéressés des Grecs et des Francs ? Son intention première était‑elle vraiment de remettre l’objet entre les mains d’un gouvernement qui n’avait guère de prétentions archéologiques ou muséologiques, ou espérait‑il qu’on la lui ferait déposer à la Monnaie d’où elle finirait par passer dans sa collection privée, si tant est qu’il en avait une ?

69Nous n’en savons malheureusement rien ; toujours est‑il que la volonté impériale se prononça en faveur de l’arsenal de Sainte‑Irène. Or cette indication fournit un indice de plus allant dans le sens de mon hypothèse, puisque le décret impérial confirmant l’établissement d’un musée dans l’atrium de Sainte‑Irène fait clairement mention du fait qu’il s’y trouvait déjà un certain nombre d’antiquités :

  • 121 BOA, İ.MSM 17/387, 14 Safer 1262/11 février 1846.

Ainsi que Votre Hautesse en a été informée, les antiquités, c’est‑à‑dire les œuvres anciennes consistant en des statues et autres représentations, étant fort prisées et demandées dans tous les États d’Europe, des lieux spéciaux y ont été établis à grands frais sous le nom de musée pour les y réunir ; or comme il se trouve en ce moment quelques exemplaires desdites antiquités dans l’entrepôt militaire situé à proximité de la Monnaie impériale et qu’il en apparaît parfois de nouvelles à travers les domaines impériaux bien gardés, un décret impérial précédent a ordonné que la section située à l’arrière dudit arsenal soit transformée en musée et aménagée en conséquence et que, pour le moment, les objets existants y soient placés et que chaque fois que de tels objets anciens seront découverts ils soient recueillis et placés dans ledit endroit121

70Le document était daté du 11 février 1846 ; il est donc clair que l’arsenal contenait alors déjà une collection d’antiquités, probablement fort modeste, dont devait vraisemblablement faire partie la statue d’Artémis. Le tout est donc de savoir s’il est plausible de relier les huit moments « décisifs » de la biographie de cette statue : 1) découverte d’une statue dite de Diane à Halkapınar lors de l’aménagement du bassin (1844) ; 2) déterrement d’une statue de jeune fille lors de la démolition d’un mur antique près de la fabrique de papier établie à Halkapınar (août 1844) ; 3) transport de la statue de jeune fille à Istanbul (août 1844) ; 4) entrée de cette statue à l’arsenal de Sainte‑Irène (septembre 1844) ; 5) constatation de l’existence d’une collection d’antiques dans l’arsenal avant la création du musée (février 1846) ; 6) description d’une statue de Diane au musée provenant de la fabrique de papier de Smyrne (septembre 1847) ; 7) description d’une statue de Diane dans le recensement de Dumont (août 1868) ; et, enfin, 8) première illustration de la statue dans le catalogue de Goold (1871).

71Évidemment, un doute subsistera toujours sur certains maillons de la chaîne, mais tant que nous admettons qu’il est pratiquement impossible que deux statues de femme aient été découvertes et documentées au même endroit et dans la même année ou que le musée ait acquis une autre statue d’Artémis qui aurait ensuite disparu entre 1847 et 1868, l’enchaînement logique de ces événements paraît évident. Si, à défaut de certitude, la méthode en histoire doit le plus souvent se satisfaire du vraisemblable, il semble légitime de proposer et de défendre cette nouvelle provenance pour remplacer celle qui est restée attachée à l’objet pendant près d’un siècle et demi.

72Certes, il est vrai que la rigueur scientifique exigerait que cette démonstration ne s’arrête pas à prouver cette nouvelle origine et qu’elle parvienne à démanteler celle qu’elle remplace. Or c’est là une tâche bien plus difficile, voire impossible à réaliser. S’il est relativement aisé de restituer un événement sur la base de témoignages et d’observations plus ou moins concrets, il en va tout autrement de l’exercice inverse de prouver que quelque chose n’eut pas lieu. Pour y parvenir, il faudrait pouvoir remettre en question des faits ; or dans le cas de l’attribution de la statue à Mytilène, nous n’avons que des propos invérifiables et, de ce fait, tout aussi irréfutables. Ainsi que je l’expliquais plus haut, Goold fut le premier à lui attribuer cette provenance, sans la moindre explication ; son successeur, Terenzio, se contenta de reprendre cette indication, tout comme Reinach, dix ans plus tard. C’est ce dernier qui, trois ans plus tard, en 1885, lut dans un registre « souvent peu fiable » du musée, que la statue avait été découverte « il y a environ vingt ans ». C’est Joubin qui, le premier, en 1893, en nomma l’inventeur, « İsmaïl Pacha », que la version turque de son catalogue identifiait par le patronyme de Kulaksızzade. La lumière était faite et Mendel pouvait enfin donner une provenance précise : « Mételin ; découverte vers 1865 et envoyée au musée par Ismaïl Pacha ».

  • 122 Si l’on s’en tient aux almanachs de l’État (Salname) dont la publication commence en 1263/1847, ce (...)

73L’idéal aurait été de pouvoir prouver que l’île n’avait pas eu de gouverneur de ce nom, ou que s’il y en avait eu un, son mandat ne correspondait pas à la date présumée de la découverte. Ce vœu est en partie exaucé. L’île de Mytilène fut effectivement gouvernée des années 1840 à 1860 par Kulaksızzade İsmail, répondant au titre de bey jusqu’en 1853 et à celui de pacha par la suite. En revanche, İsmail Pacha fut destitué en décembre 1860, soit cinq ans avant la prétendue découverte de la statue. Fils d’un ancien gouverneur de l’île, Kulaksızzade Mustafa Ağa, İsmail était né en 1223/1808‑1809 et avait bâti sa carrière dans le sillage de son père, reproduisant ainsi un profil assez typique d’un notable provincial doublant son pouvoir socio-économique d’un poste administratif. On ne s’étonnera donc pas de voir son mandat ponctué d’accusations de corruption portées contre lui et son fils, Halil Bey, et de plaintes faisant état d’abus dirigés particulièrement contre les non musulmans de l’île qui, pour se mettre à l’abri de ces vexations, essayaient d’acquérir une nationalité ou protection étrangère. Sa déchéance, en 1860, fut apparemment un coup dur dont il ne se remit jamais, si l’on considère qu’il mourut ruiné en 1881122.

74Évidemment, rien sur la statue d’Artémis. La date avancée par Reinach suffirait déjà à réfuter tout rapport avec İsmail Pacha. Par acquit de conscience, j’ajouterai un certain nombre d’observations qui corroborent cette opinion. Tout d’abord, le nom du pacha n’apparaît dans aucun des inventaires ou catalogues avant Joubin et Mendel et dans le cas de ces deux derniers, il n’est cité que dans le cas de la statue en question. Il faut donc en déduire que contrairement à d’autres hommes d’État et bureaucrates dont le nom figure souvent dans ces documents et publications – tels Ali Rıza Pacha, Costaki Adossidès Pacha, Abdurrahman Pacha, Subhi Pacha, Sabri Pacha – İsmail Pacha n’avait guère la vocation de bienfaiteur du musée. Par ailleurs, parmi les quelques cas relevés dans les archives ottomanes d’antiquités découvertes sur l’île de Mytilène, aucun ne correspond à la période du mandat d’İsmail. Il faut donc se rendre à l’évidence : il s’agit probablement là d’une erreur qui a dû se glisser dans les notes de Goold ou de Terenzio, que Reinach a prise au sérieux et que Joubin, par excès de zèle, est allé consolider en se renseignant sur l’identité du gouverneur de l’île, sans même s’assurer de ce que les dates correspondaient.

Conclusion et spéculations

75À défaut de certitude, je pense avoir démontré de manière convaincante que l’Artémis de Mytilène du Musée impérial ne provenait pas de l’île en question mais de Halkapınar, près d’Izmir. Cet exercice aura permis à l’historien que je suis de suivre et de documenter deux approches interconnectées de l’histoire de l’archéologie et de la muséologie ottomanes. Tout d’abord, il s’agit d’une remise en question qui me semble nécessaire, voire urgente, de notre (mé)connaissance des premières décennies de l’existence du musée et de ses collections. Le cas de cette statue, tout comme bien d’autres objets entrés au musée avant les années 1870, ne fait que confirmer la nature aléatoire de la constitution des collections archéologiques pendant cette période. Deuxièmement, on peut déduire de cette observation que l’étude de ces objets non ou mal répertoriés risque inévitablement d’être viciée par de fausses ou mauvaises prémisses. Il ne s’agit donc pas seulement d’une question d’attribution et d’inventaire, mais de distorsions et d’erreurs que peuvent provoquer les bases extrêmement douteuses sur lesquelles sont fondées la plupart des études et interprétations qui ont été faites de ces objets.

  • 123 Meyer, « Les ruines de Smyrne » (n. 77), p. 362.
  • 124 BOA, İ. HR. 111/5457, rapport du gouverneur d’İzmir, Hekimbaşı İsmail Pacha, 29 Şaban 1270/27 mai (...)
  • 125 Königliche Museen zu Berlin, Beschreibung der antiken Sculpturen mit Ausschluss der pergamenischen (...)

76L’approche historique est aussi susceptible d’apporter un supplément d’information par le biais des ressources extrêmement sous-exploitées des archives ottomanes. Dans le cas particulier des bains de Diane et de la localité de Halkapınar, quelques documents presque contemporains de la découverte de la statue d’Artémis viennent étayer l’hypothèse de Guy Meyer qui place les bains de Diane « au cœur d’une nécropole»123. En 1854, trois sarcophages furent découverts dans un champ situé « sur la route en construction allant des limites de la vile de Smyrne à la fabrique de papier » et le consul de Prusse s’était empressé d’acquérir les objets pour la somme de 500 piastres. Alertées, les autorités s’étaient emparées de l’affaire, mais avaient finalement décidé de les céder au consul, arguant que « selon des experts, ces sarcophages ne sont pas des antiquités grecques de grande rareté et valeur, mais datent probablement du début des Romains ou de la période tardive des Grecs »124. Le consul en question n’était autre que Ludwig Peter Spiegelthal, qui rivalisait avec son propre frère, Friedrich Wilhelm, consul de Suède, pour expédier à Berlin des antiquités acquises dans la région. Le catalogue des musées royaux de Berlin regorge de tels objets provenant de Smyrne et dont l’acquisition est souvent datée de 1854125. Si les trois sarcophages de Halkapınar n’y figurent pas, il n’en reste pas moins que cet exemple rappelle, encore une fois, que la recherche historique a toutes les chances d’apporter à l’archéologie des données, des précisions et un contexte qui manquent souvent aux objets dont l’acquisition a été réalisée à une époque et dans des circonstances défiant les règles de base de la méthode scientifique.

77Toutefois, c’est probablement là que les compétences de l’historien non archéologue s’arrêtent. Je suis bien évidemment incapable de tirer des conclusions de la découverte que je pense avoir faite au sujet de la provenance de la statue d’Artémis du Musée impérial. Le fait qu’elle ait été trouvée dans les environs de Smyrne et non à Mytilène est‑il susceptible d’en modifier l’interprétation et l’analyse ? Ce que nous en avons vu jusqu’ici suggèrerait que cette nouvelle attribution ne devrait pas avoir d’incidence sur l’identité de la statue.

78Après tout, si Reinach s’était servi de toutes ses caractéristiques – jusqu’à l’écartement des seins – pour tenter de l’attribuer et de la dater, il n’avait jamais tiré la moindre conclusion de sa provenance géographique. Toutefois, il est particulièrement frappant de voir que l’intérêt que Reinach portait à cette statue se limitait à l’original dont il pensait qu’elle était une copie tardive. Dès lors, il semblerait bien que l’étude de cette statue en tant qu’œuvre romaine reste encore à faire et que la question de sa provenance pourrait bien acquérir de l’importance dans ce contexte. Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’un débat qui relève de l’archéologie et de l’histoire de l’art, deux domaines dans lesquels je ne devrais guère m’aventurer.

79Et pourtant, il est un aspect de ce transfert de provenance qui me paraît susceptible d’amener une dimension tout à fait nouvelle à la biographie de cet objet. En effet, la provenance de Mytilène était extrêmement pauvre en matière de contexte : au‑delà d’une vague date et d’une référence très générale à l’île et à son gouverneur, pas la moindre précision quant à l’emplacement, l’environnement, ou les conditions dans lesquels la statue avait supposément été découverte. Dans le cas de Smyrne, c’est tout le contraire. La découverte est localisée de manière très précise et elle se rattache à un contexte historique et mythologique des plus fournis. C’est d’ailleurs sur ce dernier point que je propose de bâtir une réinterprétation possible de cette statue. Plus précisément, il me semble qu’une analyse un peu plus poussée – et inévitablement spéculative – des mythes et légendes qui entourent le lieu de la découverte pourrait éventuellement conduire à une révision conséquente de nos connaissances sur cet objet. Si, contrairement aux principes énoncés plus haut, je cède à la tentation de me lancer dans une étude pseudo-archéologique, c’est uniquement parce que mon raisonnement sera fondé sur l’utilisation d’une documentation qui m’est familière, celle des sources modernes et contemporaines, ottomanes et occidentales, traitant des mythes, légendes et autres traditions populaires concernant cette localité.

80Évidemment, ces mythes et légendes se recoupent et se répètent ; il est certain qu’une étude plus approfondie de la documentation du dix‑neuvième siècle en révèlerait bien d’autres dans le même style. De manière générale, il paraît raisonnable de noter deux registres principaux. Le premier concerne la nature des eaux et la forme de l’étang, avec des variations somme toute assez classiques sur le thème du trésor enfoui ou englouti dont l’accès est bloqué par des obstacles physiques ou magiques. On peut facilement imaginer que ces images ont un rapport plus ou moins direct avec la réalité des ruines et vestiges décrits par nombre de voyageurs. Quant au second registre, il relève des créatures mythiques associées au lieu et à sa magie : la reine Kaydefa d’Evliya Çelebi, la dame noire et les Grecs anciens de Mengous ou le mage bouche‑trou de Slaars.

  • 126 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34 ; pour le dessin de cette t (...)

81Il semble que certains de ces caractères aient été particulièrement présents dans le folklore local. C’est notamment le cas de Kaydefa, dont le mythe était relevé par Rycaut à la fin du dix‑septième siècle. Selon lui, « Coidafa » était le nom que les Turcs donnaient à la femme dont une grande tête de pierre était encastrée dans le mur du château du Mont Pagus126. Évidemment, il y a là un rapport direct avec le nom turc du château en question, Kadife Kale, qui, sous l’apparence anodine mais déplacée d’une référence au velours (kadife), doit en fait son nom à cette même Kaydefa. D’ailleurs, lors de sa description du château en question, Evliya Çelebi insistait sur le caractère surnaturel de cette tête qu’il attribuait aussi à la « Mère Kaydefa » (Kaydefa Ana) :

  • 127 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 91.

Lorsqu’on vient de l’extérieur et que l’on pénètre par cette porte, dans un endroit situé à deux hauteurs d’homme de la tour qui se trouve à droite, il y a, sous une petite arche, une image de la Mère Kaydefa sculptée dans du marbre brut. Et où que l’on aille, elle semble regarder dans cette direction. Si l’on sourit, elle en fait de même. Si l’on se met à pleurer, on observe qu’elle aussi pleure ; c’est une scène bien étrange. Cependant, elle n’a pas de corps en‑dessous du cou. C’est un visage radieux de déesse, représentée avec un collier autour du cou, son teint rosé, des pendants aux oreilles, sa tête couronnée de boucles et ses yeux de biche et de gazelle soulignés au khôl. Mais elle n’a pas d’âme127.

  • 128 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 55.
  • 129 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 65.
  • 130 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 69.
  • 131 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 81.
  • 132 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 100.
  • 133 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, éd. O. Şaik Gökyay, Y. Dağlı (1995), t. I, p. 13‑14.
  • 134 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34‑35.

82Là aussi, comme à Halkapınar, Kaydefa veillait sur un trésor ensorcelé, fixant de son regard une imposante tour où il était déposé. Notons tout de suite que Kaydefa est un personnage qui réapparaît souvent chez Evliya Çelebi. Elle serait la fondatrice de Sardes128, de Nif (Nymphée)129, de Manisa (Magnésie)130, de Pergame131 et sa fille, Ulice (prononcer Ulidjé), aurait bâti la citadelle d’Urla pour se protéger d’Alexandre132. Ainsi que l’avait remarqué Rycaut, dans la mythologie turco-ottomane, le caractère de Kadeyfa était fortement lié à celui d’Alexandre le Grand, connu dans la tradition islamique comme İskender Zu’l‑karneyn – Alexandre aux Deux Cornes. Evliya Çelebi se faisait l’interprète de cette tradition en lui donnant une place de choix dès les premières pages de son récit. L’apparition de Kaydefa était directement liée à celle d’Alexandre : en l’an 5075 de la Création, lorsque Dieu fit de lui le maître du monde, seule Kaydefa, « souveraine grecque de Macédoine et de Smyrne » (Yûnâniyândan Makedonya ve İzmirne sâhibi) refusa de se soumettre à son autorité et réussit à lui tenir tête. Incapable de la vaincre, Alexandre parvint à s’infiltrer dans une des villes de son ennemie, mais fut découvert, grâce à un portrait que celle‑ci avait fait faire de son rival. Arrêté et amené devant Kaydefa, il fut pardonné contre la promesse de ne plus lever les armes contre elle. De retour en son palais, le sage Khidr lui fournit le moyen de se venger sans rompre sa parole, en lui conseillant d’inonder le royaume de Kaydefa en y déversant les eaux de la mer Noire133. Presque à la même date, Rycaut rapportait lui aussi la légende « turque » selon laquelle Coidafa était la reine des terres correspondant aujourd’hui à la mer Égée, jadis terre ferme, et qu’Alexandre le Grand, à qui elle avait refusé le passage, s’était vengé en perçant les détroits de l’Hellespont pour submerger son royaume134. Ce recoupement synchronique entre les deux auteurs – le témoignage smyrniote d’Evliya Çelebi datait de 1671, celui de Rycaut de 1678 – prouve à quel point cette légende était ancrée dans la culture populaire ottomane.

  • 135 T. Açık, « Evliya Çelebi’de Yunan‑Roma Dünyası », dans N. Tezcan (éd.), Çağının Sıradışı Yazarı Ev (...)
  • 136 Julia Rubanovich évoque le thème littéraire du « victor victus » pour décrire la situation d’Alexa (...)
  • 137 Les rares chercheurs qui se sont penchés sur les sources du récit d’Evliya Çelebi n’ont pas vu que (...)

83Tansu Açık, qui a étudié la question des références à l’antiquité dans le récit d’Evliya Çelebi, associe la figure de Kaydefa à Candace/Kandake et en attribue l’origine à une tradition orale anatolienne135. Cette observation fort intéressante mérite toutefois d’être approfondie. À l’origine, kandake n’est pas vraiment un nom de personne, mais plutôt un terme dérivé de la langue méroïtique et désignant de manière générique une reine, ce que la Bible reprit à son compte en donnant le nom de Candace à la reine d’Éthiopie. Dans notre cas particulier, la référence la plus intéressante à ce titre ou personnage n’est pas biblique, mais apparaît dans le célèbre roman d’Alexandre de Pseudo-Callisthène, ce récit mi‑historique, mi‑légendaire de la vie et des hauts faits du Macédonien. En effet, cette œuvre, probablement composée au début du IVe siècle, comporte tout un épisode relatant les rapports entre Alexandre et Candace, généralement décrite comme la reine de Méroë. Sans trop nous attarder sur les détails et péripéties de cette rencontre, retenons simplement qu’elle comporte assez d’éléments pour nous permettre de l’identifier comme une source d’inspiration partielle de la version « turque » de la légende de Kaydefa. On y découvre en effet l’idée d’une souveraine non soumise – mais pas forcément insoumise – à l’autorité d’Alexandre, le motif de la visite incognito de l’empereur à la reine qui parvient à le découvrir et, par conséquent, le thème d’un homme puissant devant se soumettre à la volonté d’une femme136. Or, là où le roman d’Alexandre, dans pratiquement toutes ses versions, se fond dans l’aventure suivante concernant l’île des Amazones, le récit « turc » prend un tournant très différent, évoquant la vengeance d’Alexandre par les eaux. C’est là une particularité qui reste inexpliquée et dont il semble difficile de retracer l’origine de manière satisfaisante137.

  • 138 d’Arvieux, Mémoires... (n. 81), t. I, p. 45.
  • 139 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34‑35.
  • 140 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676, par (...)
  • 141 L. Storari, Guida di Smirne (n. 95), p. 39. Storari ne donne aucune date, mais son ouvrage ayant é (...)
  • 142 Nous ne disposons d’aucune indication quant à la date d’entrée de cette tête au musée. Mendel (Cat (...)

84Je ne retiendrai de cette digression qu’un point très particulier, celui de l’amalgame qu’Evliya Çelebi fait entre divers caractères légendaires qu’il fond dans la même identité de Kaydefa. En effet, celle‑ci, même si elle dérivait de toute évidence de la Candace du mythe alexandrin, était pour Evliya une souveraine grecque ayant régné sur un territoire vaguement familier, s’étendant d’une Macédoine décentrée vers Byzance à la ville de Smyrne. Toutefois, au‑delà de cette identité, Kaydefa était aussi identifiée au célèbre buste fiché dans la porte du château du Mont Pagus. Or pour la plupart des voyageurs, il s’agissait là d’une représentation de la fondatrice éponyme de la ville, l’Amazone Smyrne. Dès 1654, le chevalier d’Arvieux notait cette croyance locale et parlait d’une « tête de femme trois fois plus grosse que la nature, que les gens du Païs disent être celle d’une Princesse qui a bâtie (sic) la ville de Smirne & lui a donné son nom »138. Quelque vingt‑cinq ans plus tard, Rycaut, dont on a vu qu’il connaissait bien la légende locale de Kaydefa, explique que l’objet « ressemble à une teste d’Amazone ; & les Turcs la prennent pour une certaine Coidafa » et conclut : « il est bien … probable que la femme qu’ils appellent Coidafa est Smyrne, cette célèbre Amazone, qui, si nous en croyons un Ancien, a donné son nom à la ville dont nous parlons »139. La même information était reprise par bon nombre d’autres voyageurs, dont Spon, Tournefort et Chandler, pour ne citer que les principaux140. Bien plus tard, en fait quelques années après la statue d’Artémis, la tête colossale fut retirée de son emplacement et conservée dans la grande caserne de la ville141, avant d’être expédiée au musée de Constantinople (inv. 310)142.

85Oserais‑je alors proposer un rapprochement entre tous ces mythes et l’identité de la statue d’Artémis ? Et si ce n’était pas Artémis mais Smyrne qu’elle représentait ? Si le folklore local rattachait le lieu de la découverte à la légende de Kaydefa et si cette dernière était une émanation de l’Amazone Smyrne, ne pourrait‑on pas envisager de la substituer à Diane que les voyageurs occidentaux tenaient tant à voir à l’origine de l’étang de Halkapınar ?

  • 143 Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène » (n. 1), p. 250, n° XIII.
  • 144 Goold, Catalogue, p. 6 et pl. 1 ; IAMA, inventaire de Terenzio, 1871‑1872, p. 1, sub n° 18.
  • 145 Reinach, Catalogue, p. 12 et n. 1.
  • 146 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 321.

86Évidemment, pour aller dans ce sens, il faudrait d’abord pouvoir émettre quelque doute au sujet de l’attribution de cette statue qui n’a jamais été vraiment remise en question depuis sa découverte, il y a plus de 170 ans. Toutefois, à y regarder de plus près, si le Journal de Constantinople l’avait appelée Diane, n’était‑ce pas en grande partie parce qu’elle avait été découverte dans un lieu qui portait son nom ? Vingt ans plus tard, Dumont ne l’avait identifiée qu’avec un point d’interrogation143, tandis que Goold et Terenzio la qualifiaient simplement de « jeune Lesbienne »144. Le verdict de ces derniers n’est certes pas à prendre trop au sérieux, mais Reinach lui‑même avait émis quelques doutes à ce sujet. Ainsi notait‑il dans son catalogue que c’était « peut‑être aussi une Atalante … ou simplement une jeune fille de Lesbos en costume de Diane chasseresse »145. Quelques années plus tard, il était encore troublé par l’absence de carquois et d’autres attributs caractéristiques de la déesse et s’il pensait quand même reconnaître Artémis « sans risque », c’était à condition d’admettre que le type était rare, voire même unique146.

  • 147 [A. Joubin], Catalogue des sculptures, p. 6.
  • 148 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (n. 52), p. 127.
  • 149 S. Reinach, « Strongylion », Revue archéologique, t. III (janvier‑juin 1904), p. 33‑39, pl. III‑IV

87Si le doute peut être jeté sur l’identité d’une Artémis sans carquois et par trop nonchalante, il existe aussi des rapprochements possibles entre le type de cette statue et certaines représentations d’Amazone. C’est d’ailleurs ce qui poussait Joubin à voir dans cette statue une œuvre dérivée de l’Amazone de Polyclète conservée au musée de Berlin147. Reinach avait lui aussi une lecture assez similaire de l’œuvre, puisqu’en l’attribuant à Strongylion, il soulignait que cet artiste était aussi l’auteur de l’Amazone Eucnemos (aux belles jambes) dont, selon Pline, Néron s’était tant épris148. Il suggérait que les types de l’Amazone et d’Artémis dérivaient tout deux d’un type féminin athlétique, vêtu d’un court chiton : Polyclète se serait chargé de l’Amazone et Strongylion d’Artémis, tout en produisant aussi des Amazones149.

  • 150 A. Corso, The Art of Praxiteles. The Development of Praxiteles’ Workshop and its Cultural Traditio (...)
  • 151 P. Devambez et A. Kaufmann-Samaras, Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, t. I (1981), n.  (...)
  • 152 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, XIX, 23.
  • 153 Voir notamment G. M. A. Richter, « Pliny’s Five Amazons », Archaeology, t. 12/2 (juin 1959), p. 11 (...)
  • 154 Cl. Pellegrino Sestieri, « Alla ricerca di Phradmon », Archeologia Classica, t. 3 (1951), p. 6 ; R (...)
  • 155 F. Eichler, « Eine neue Amazone und andere Skulpturen aus dem Theater von Ephesos », Oesterreichis (...)
  • 156 Ridgway, « A Story of Five Amazons » (n. 153),p. 4.

88Le rapprochement entre le chiton court et les belles jambes de l’Artémis de Mégare et de l’Amazone Eucnemos, toutes deux de Strongylion, a souvent été fait150, même si cette dernière a fini par être identifiée à l’Amazone cavalière d’Herculanum151. Les interminables recherches sur l’histoire des cinq statues d’Amazones du temple d’Artémis relatée par Pline l’Ancien152 et les hésitations des spécialistes quant aux types et exemplaires de statues censés avoir été copiés sur ces modèles laissent souvent flotter un doute sur les différentes manières dont les Amazones pouvaient être représentées153. Il est particulièrement intéressant de voir que l’Amazone dite de la villa Doria-Pamphilj fut remise en question par Sestieri qui y voyait une création romaine classicisante représentant Diane et non une Amazone154. De même, contre ceux qui remarqueraient qu’à la différence des Amazones, la statue du Musée impérial a les deux seins couverts, il est possible de rappeler que celle de la villa Doria-Pamphilj, ainsi que la cinquième des Amazones, celle d’Éphèse, découverte en 1898 mais publiée en 1958, sont toutes deux dans le même cas155. Ridgway note ainsi que les seins recouverts n’étaient pas une prérogative d’Artémis et que s’il est exact que les Amazones tendent à se découvrir à partir de la moitié du cinquième siècle, il n’en est pas moins vrai que des représentations plus pudiques continueront à être produites jusqu’à la fin de la période hellénistique156.

89Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que je me suis aventuré bien au‑delà de mes compétences et que mon hypothèse de l’Amazone Smyrne n’a aucune chance face à tous les indices confirmant le verdict de générations d’archéologues. D’ailleurs, plus qu’une ingérence tout à fait illégitime dans un domaine qui n’est pas le mien, j’espère que l’on voudra bien croire que cet exercice purement spéculatif n’était qu’une tentative bien naïve de mettre en rapport une discipline et un discours restés trop souvent européocentriques avec des sources locales généralement inconnues ou tout simplement ignorées. Le fait d’avoir pu corriger la provenance de cette statue à partir d’une documentation ottomane était déjà un grand pas dans cette direction ; c’eût été trop beau que de pouvoir en modifier l’attribution grâce à des informations glanées dans les traditions locales. J’espère seulement qu’au‑delà d’un simple problème de provenance et de la remise en question du récit officiel de l’archéologie turque, cette étude pourra contribuer à une prise de conscience de la nécessité d’une plus grande ouverture sur la dimension locale afin d’arriver à un récit plus réel et plus englobant d’un phénomène souvent bien plus complexe qu’on ne l’imagine.

Annexe

Tableau 1 – Liste chronologique des principaux auteurs et observateurs ayant évoqué le site des bains de Diane et, à partir d 1846, la découverte de la statue.

  • 157 Strabon, Géographie, t. III, p. 122.
  • 158 Quintus de Smyrne, Guerre de Troie, t. II, p. 219.
  • 159 Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Atatürk Kitaplığı, f° 29 r°‑v°, 31 v° ; (...)
  • 160 Stochove, Le voyage d’Italie et du Levant (1664), p. 22.
  • 161 Du Loir, Gervais Clouzier, Les Voyages du sieur du Loir, contenus en plusieurs lettres écrits du L (...)
  • 162 François de la Boullaye‑le‑Gouze, Les Voyages et observations du sieur de la Boullaye‑le‑Gouze, ge (...)
  • 163 Balthasar de Monconys, Journal des voyages de Monsieur de Monconys, conseiller du Roy en ses conse (...)
  • 164 Kâtib Çelebi, Kitâb‑ı Cihân‑nümâ, p. 670 ; Louis Vivien de Saint‑Martin, Description historique et (...)
  • 165 D’Arvieux, Mémoires, t. I, p. 63‑64.
  • 166 Robert de Dreux, Voyage de Paris à Constantinople, contenant des particularités de l’ambassade de (...)
  • 167 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 82‑83 ; Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 2005, p. 48.
  • 168 Corneille Le Brun, Voyage au Levant [1714], p. 25.
  • 169 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, t. I, p. 308‑309.
  • 170 Ricaut, Histoire, p. 36.
  • 171 Bauden (éd.), Le Voyage à Smyrne, p. 92.
  • 172 De la Mottraye, Voyages, t. I, p. 185.
  • 173 Tournefort, Relation d’un voyage, t. II, p. 202.
  • 174 Richard Pococke, A Description of the East and Some Other Countries [Londres, l’auteur, 1715], t.  (...)
  • 175 Chandler, Travels in Asia Minor, p. 69.
  • 176 John Cam Hobhouse, A Journey through Albania and other Provinces of Turkey in Europe and Asia to C (...)
  • 177 Mengous, Narrative of a Greek Soldier, p. 58‑59.
  • 178 Tricon, « Extrait d’une lettre », p. 5‑38.
  • 179 Οἰκονόμος (Ikonomos), « Αὐτοσκἐδιος διατρβὴ περὶ Σμὑνης », (15 octobre 1817), p. 524 ; (1er novemb (...)
  • 180 « Letters from Asia [No. 14] », The Kaleidoscope; or, Literary and Scientific Mirror, II/67 (9 oct (...)
  • 181 Anton Prokesch von Osten, Denkwürdigkeiten und Erinnerungen aus dem Orient, t. II [Stuttgart, Hall (...)
  • 182 D’abord publié sous forme de lettres anonymes : « Letters from the Levant, No. III », The New Mont (...)
  • 183 Joseph‑François Michaud et Baptistin Poujoulat, Correspondance d’Orient 1830‑1831 [Paris, Ducollet (...)
  • 184 « Fragment inédit sur la ville de Smyrne », Bulletin de la Société de géographie, 111 (juillet 183 (...)
  • 185 Francis Vyvyan Jago Arundell, Discoveries in Asia Minor; Including the Description of the Ruins of (...)
  • 186 Alphonse de Lamartine, Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (18 (...)
  • 187 Charles Texier, Asie Mineure, Description géographique, historique et archéologique des provinces (...)
  • 188 Auguste‑Frédéric‑Louis Wiesse de Marmont, Voyages du Maréchal duc de Raguse en Hongrie, en Transyl (...)
  • 189 James Kennedy Bailie, « Memoirs of Researches amongst the inscribed Monuments of the Græco-Roman E (...)
  • 190 Slaars, « Dissertation », pl. XIX.
  • 191 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.
  • 192 Cuthbert G. Young, A Wayfarer’s Notes on the Shores of the Levant, and the Valley of the Nile [Édi (...)
  • 193 Journal de Constantinople, 1er septembre 1847.
  • 194 Journal de Constantinople, 21 septembre 1847.
  • 195 Frederick Walpole, The Ansayrii, and the Assassins, with Travels in the Further East, in 1850‑51. (...)
  • 196 « Papèterie orientale à Smyrne », Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies, XV (1854), p. 1 (...)
  • 197 Storari, Guida di Smirne, p. 53.
  • 198 Andrew Park, Egypt and the East, or Travels on Sea and Land [Glasgow, Thomas Murray & Son, 1857], (...)
  • 199 Landerer, « Λουτρὰ τῆσ Ἀρτέμιδος », p. 1550.
  • 200 Conze, « Alterthümer zu Smyrna », col. 228.
  • 201 Slaars, « Dissertation », p. 244‑254.
  • 202 Slaars, Étude sur Smyrne, p. 12‑13 et n. 25, 97‑98.
  • 203 Victor Guérin, Description géographique, historique et archéologique de la Palestine [Paris, Impri (...)
  • 204 Τσακύρογλου (Tsakyroglou), Τα Σμυρναϊκά…, t. II, p. 32‑33, 59.
  • 205 Georg Weber, Le Sipylos et ses monuments. Ancienne Smyrne (Navlochon). Monographie historique et t (...)
  • 206 Fontrier, « Le Monastère de Lembos », p. 389‑390.
  • 207 Fontrier, « Notes sur la géographie ancienne de l’Ionie », p. 368‑369.
  • 208 Fontrier, « Antiquités d’Ionie », p. 119.
  • 209 Cadoux, Ancient Smyrna, p. 9‑14, 60, 175‑177, 212‑214, 219.
  • 210 Bean, Aegean Turkey, p. 47.
  • 211 Freely, The Western Shores of Turkey, p. 99.
Observateur date Observations
Strabon157 ca 17 Homérion contenant un temple et une statue d’Homère.
Quintus Smyrnaeus158 ca 390 Temple de Diane à trois portées de voix de l’Hermus.
Piri Reis159 ca 1525 Halkapınarı/Halkalu Suyu, source naturelle et abondante du port intérieur d’Izmir.
Stochove160 1630 Temple de Diane, bâti de gros blocs de marbre brun sans ciment.
Du Loir161 1639 Temple de Janus, carré et sans ciment.
La Boullaye‑le Gouz162 1644 Temple de Janus.
Monconys163 1648 Temple dit de Janus, mais probablement de Saturne.
Kâtib Çelebi164 ca 1650 Source de Pınarbaşı ; trésor et talisman de la grotte.
Chevalier d’Arvieux165 1654 Temple de Janus ; assez près de là, un étang et sept moulins.
Père de Dreux166 ca 1666 Temple de Janus.
Evliya Çelebi167 1671 Source et étang de Halkalı Pınar rempli de poissons ; talisman de Kaydefa.
Le Bruyn168 1674 Bain de Diane, à une demi‑heure de la ville ; temple de Janus à Haselaer (Hacılar), à une bonne heure de la ville.
Spon et Wheler169 1675 Temple dit de Janus, supposé être l’Homérion de Strabon.
Rycaut170 1678 Temple dit de Janus, et non Homérion, démoli, révèle des tombeaux.
Galland171 1678 Temple dit de Janus démoli par un Turc l’ayant acheté.
De la Mottraye172 1699 Source thermale ; entre Smyrne et ces bains, temple païen et mosaïque.
Tournefort173 1702 Ruines du temple et d’un édifice de marbre dit Bains de Diane ; sept meules d’un moulin.
Pockocke174 1739 Fontaine thermale dite bains de Diane, ancienne limite de Smyrne.
Chandler175 1764 Source thermale dite bains de Diane.
Hobhouse176 1810 Sources dites bains de Diane, entourées de ruines.
Mengous177 ca 1810 Étang, sept meules ; superstitions ; bains de Diane; eau chaude en hiver, fraîche en été.
Tricon178 1812 Bains de Diane, emplacement de l’ancienne Smyrne ; vestiges cachés par les eaux et les roseaux, dont une colonne de granit rouge ; la rivière elle‑même n’est autre que le Mélès.
Ikonomos179 1817 Selon Strabon et Homère, l’ancienne Smyrne s’étend jusqu’à l’emplacement actuel des bains de Diane (λουτρω τῆς Ἀρτέμιδος) ; marbres et autres vestiges d’une splendide construction aujourd’hui disparue ; le Mélès est le cours d’eau passant sous le pont des caravanes.
R. W. P.180 1820 Étang et lavoir dits bains de Diane, sans aucune raison vu l’absence de vestiges ; probablement un lieu de prostitution.
Prokesch von Osten181 1825 Bains de Diane ; gradins entourant l’étang ; platane et lieu de prières (namazgâh) en guise de « monument turc » ; marécages alentour.
Emerson182 1827 Temple d’Homère et bains de Diane ; aucun vestige.
Michaud et Poujoulat183 1830 Source et marais dits bain de Diane ; fontaine.
Journal de Smyrne184 1832 Près des bains de Diane, vers les moulins, grande quantité de marbres provenant d’un édifice superbe.
Arundell185 1833 Bains de Diane, source thermale, quelques colonnes ; probablement d’époque chrétienne.
Lamartine186 1833 Confusion entre les bains de Diane et le pont des caravanes.
Texier187 1834 Petit lac dit bains de Diane.
Duc de Raguse188 1834 Bains de Diane ; étang servant de lavoir ; vestiges alentour ; fontaine dite du pacha ; température de 18‑20° C.
Bailie189 1842 Bains de Diane, emplacement du temple d’Esculape ; relevé d’un fragment de mosaïque prélevé sur place.
Barbieri190 1844 Plan des bains de Diane et des sources qui alimentent l’étang.
Journal de Constantinople191 1844 Établissement d’une fabrique de papier à Smyrne.
Young192 1846 Statue de Diane expédiée à Constantinople ; fabrique de papier.
Journal de Constantinople193 1847 Statue de Diane trouvée en creusant les fondations de la fabrique de papier à Smyrne.
Journal de Constantinople194 1847 Fabrique de papier fondée à l’emplacement des bains de Diane.
Walpole195 1850 Bains de Diane cachés par une fabrique de papier.
Journal de Constantinople196 1854 Fabrique de papier établie sur l’emplacement des bains de Diane.
Storari197 1854 Statue de Diane et autres vestiges découverts sur le site du bassin lors de la construction de la fabrique de papier.
Park198 1856 Statue de Diane découverte à l’emplacement d’une fabrique de papier et expédiée à Constantinople.
Landerer199 1857 Étymologie de Halkapınar liée au mythe d’une chaîne de cuivre ; restes probables de thermes dédiés à Diane, dont une statue de la déesse sortant du bain et un sol en marbre ; construction d’une fabrique de papier ; statue envoyée à Constantinople et de là à Paris par l’intermédiaire d’un pacha.
Conze200 1858 Vestiges des bains de Diane ; statue de femme découverte et envoyée à Constantinople.
Slaars201 1867 Démonstration que les bains de Diane sont le Mélès de l’antiquité.
Slaars202 1868 Bains de Diane ; étymologie et mythe de Halkapınar ; la statue découverte prouve l’existence d’un temple de Diane.
Guérin203 1875 Bains de Diane, étang, fabrique de papier.
Tsakyroglou204 1876 Bains de Diane (λουτρά τῆς Ἀρτέμιδος) connus sous le nom de Khalka-Bounar (χαλκὰ-μπουναρ) ; étang peu profond de forme semi-circulaire ; construction probablement romaine ou byzantine et réparée par Barbieri en 1847.
Weber205 1880 Ruines des environs des bains de Diane probablement d’époque romaine.
Fontrier206 1892 Halkapınar pourrait être Periklystra (Περίκλυστρα).
Fontrier207 1898 Les bains de Diane n’ont aucun rapport avec le Mélès.
Fontrier208 1907 Les bains de Diane n’ont aucun rapport avec le Mélès.
Cadoux209 1938 Bains de Diane à Halkapınar ; peu de ruines alentour ; identification avec le Mélès possible mais incertaine ; probable limite de l’extension de la ville en période romaine ; doutes sur l’ancienneté du rapport entre Halkapınar et le nom de Diane ; statue de Diane expédiée à Constantinople puis à Paris selon Landerer.
Bean210 1966 Étang des bains de Diane limpide, mais ruisseau pollué par les industries ; son nom est probablement lié à la découverte d’une statue et d’une tête attribuées à la déesse.
Freely211 1988 Bains de Diane nommés après la découverte d’une statue d’Artémis.
Haut de page

Bibliographie

Goold, Catalogue = E. Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople (1871).

Mendel, Catalogue = G. Mendel, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, t. I, Constantinople, Musées impériaux (1912) ; t. II, Constantinople, Musées impériaux (1914) ; t. III, Constantinople, Musées impériaux (1914).

Reinach, Catalogue = S. Reinach, Ministère de l’Instruction publique. Catalogue du Musée impérial d’antiquités (1882).

Haut de page

Notes

1 A. Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène à Constantinople. Antiquités grecques, gréco-romaines et byzantines », Revue archéologique, XVIII (juillet‑décembre 1868), p. 237‑238. En déclarant que le musée a été créé « à l’intention » des archéologues, Dumont ne fait que reprendre la rhétorique du gouvernement qui, plus de vingt ans auparavant, présentait la création de cet établissement comme une mission scientifique et « civilisatrice ». La description qu’il fait des lieux et des difficultés d’y accéder suffisent à prouver que cette intention était restée lettre morte.

2 L’héritage de cet historien allemand, directeur du Musée impérial de 1872 à sa mort en 1881, est ambigu, ne serait‑ce qu’à cause de la déraison qui semble l’avoir gagné vers la fin de sa vie et qui se reflète dans des interprétations extrêmement fantaisistes, pour ne pas dire loufoques, qu’il fit de certaines trouvailles archéologiques. Il n’en reste pas moins qu’il fut le premier à apporter quelque ordre et méthode dans les collections, à tenter de limiter les dommages causés par les fouilles étrangères en proposant une législation plus ou moins réaliste et à entreprendre une action contre les abus de Henry Schliemann et Luigi di Cesnola, autant de contributions rarement reconnues ou même mentionnées dans l’historiographie « officielle » de l’archéologie « turque ». Sur Dethier, voir : E. Eldem, « The Archaeology of a Photograph: Philipp Anton Dethier and his ‘Group for the History of Greek Art’ », Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 127 (2013), p. 499‑530 ; Id., « Philipp Anton Dethier: der Anti‑Held der osmanischen Archäologie. Philipp Anton Dethier: Osmanlı Arkeolojisinin Anti-Kahramanı », dans E. Pauw (éd.), Daheim in Konstantinopel. Deutsche Spuren am Bosporus ab 1850. Memleketimiz Dersaadet. 1850’den İtibaren Boğaziçi’ndeki Alman İzleri (2014), p. 59‑91.

3 Voir, entre autres, T. Öz, Ahmet Fethi Paşa ve Müzeler (1948) et K. Su, Osman Hamdi Bey’e Kadar Türk Müzesi (1965). Cette version « officielle » du récit de l’archéologie turque débute avec la fondation du musée par Ahmed Fethi Pacha en 1846, puis reprend avec la nomination d’Osman Hamdi Bey à la tête de la même institution en 1881, faisant ainsi l’impasse sur plus de vingt ans d’inactivité (1847‑1869) et plus de dix ans de gestion par des sujets étrangers, Edward Goold (1869‑1871), Tony Terenzio (1871‑1872) et Philipp Anton Dethier (1872‑1881). L’avantage de ce scénario est double : d’un côté il permet d’accorder le rôle principal à des Ottomans musulmans, ce qui permet de les revendiquer comme les fondateurs de l’archéologie et de la muséologie turques ; de l’autre, ils donnent une illusion de continuité là où il n’y a en fait que beaucoup d’apathie et d’hésitations. Les incohérences de ce récit sont occultées par une documentation lacunaire étudiée avec bien peu de méthode et par le fait qu’il n’est pas entièrement faux. Il est notamment vrai que la discipline et le musée atteignirent un niveau et une réputation internationaux grâce à Osman Hamdi Bey. En revanche, la paternité d’Ahmed Fethi Pacha est très problématique et tient plus du mythe que de la réalité. D’une manière générale, il semble qu’il s’agisse là d’un exemple typique de confusion entre corrélation et causalité. En effet, ce bureaucrate se retrouva à la tête du musée parce que celui‑ci fut établi dans l’arsenal de Sainte‑Irène qui relevait de son autorité en tant que grand maître de l’artillerie. La plupart des auteurs ont donc pris pour une vocation ce qui n’était qu’un « accident » bureaucratique et une sinécure ex officio. Pour une réévaluation critique des mythes fondateurs du Musée impérial, voir E. Eldem, « The (Still)Birth of the Ottoman « Museum » : a Critical Reassessment », dans M. Gahtan et E. Troelenberg (éds), Collecting and Empires: an Historical and Global Perspective (2018), p. 258‑285.

4 Par une méthodologie « à l’américaine », j’entends une tendance des deux dernières décennies, discernable dans les sciences humaines et sociales du monde anglo-saxon, dominé par les États‑Unis, traitant du monde islamique et, plus particulièrement de l’Empire ottoman. Partant des meilleures intentions, notamment de celle d’éviter ou de corriger les clichés et distorsions causés par une vision orientaliste et eurocentrique, ces travaux essaient de « remettre les pendules à l’heure » en attachant une importance accrue aux actions et au pouvoir des « locaux », généralement ignorés ou perçus comme passifs et apathiques par une historiographie plus orientaliste ou du moins plus eurocentrique. S’il est vrai que cette approche permet de corriger des erreurs et distorsions et de donner une voix à des acteurs souvent condamnés au silence, elle n’est pas sans comporter des risques sérieux, à commencer par une tendance à promouvoir les interprétations qui vont dans le « bon » sens. Il n’est guère surprenant de voir que ce genre de dérapage est plus fréquent dans les contextes où la documentation manque, ou semble manquer, puisque cette lacune permet à l’historien d’interpréter les faits beaucoup plus librement, allant parfois jusqu’à remplacer un raisonnement critique par un vœu pieux. Dans le cas particulier de l’histoire de l’archéologie et de la muséologie ottomanes et turques, un exemple flagrant est celui de Wendy M. K. Shaw, dont le travail intitulé Possessors and Possessed. Museums, Archaeology, and the Visualization of History in the Late Ottoman Empire (2003), tout en étant novateur dans l’ensemble, a le défaut d’attribuer un rôle extrêmement positif et réfléchi à Ahmed Fethi Pacha et, indirectement, à la classe dirigeante de l’époque, dans l’établissement du musée en 1846. Dans le même ordre d’idées, le musée lui‑même est présenté comme un projet visant à offrir une lecture « impériale » de l’héritage, formulée pour concurrencer les récits eurocentriques de l’époque. Cette vision d’une prise de conscience anti-orientaliste de l’élite ottomane découle plus des intentions de l’auteure que de la documentation contemporaine disponible.

5 Voir à ce sujet E. Eldem, « Early Ottoman Archaeology: Rediscovering the Finds of Ascalon (Ashkelon), 1847 », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 378 (2017), p. 35‑36.

6 E. Eldem, « The (Still)Birth of the Ottoman « Museum »… » (n. 3).

7 E. Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople (1871).

8 S. Reinach, Ministère de l’Instruction publique. Catalogue du Musée impérial d’antiquités (1882).

9 [A. Joubin], Musée impérial ottoman. Monuments funéraires. Catalogue sommaire [Constantinople, Mihran] (1893) ; [Id.], Musée impérial ottoman. Catalogue des sculptures grecques, romaines, byzantines et franques [Constantinople, Mihran] (1893).

10 G. Mendel, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, t. I, Constantinople, Musées impériaux (1912) ; t. II, Constantinople, Musées impériaux (1914) ; t. III, Constantinople, Musées impériaux (1914).

11 Sur Mendel et son catalogue, voir M. Poulain, Fr. Queyrel et G. Paquot (éds), Éclats d’antiques. Sculptures et photographies : Gustave Mendel à Constantinople (2013) ; E. Eldem, Mendel‑Sebah: Müze‑i Hümayun’u Belgelemek – Mendel‑Sebah: Documenting the Imperial Museum (2014).

12 Mendel, Catalogue, t. II, 283, n° 560. Pour l’historique de cette découverte, voir S. Reinach, « Statuette d’acteur comique au Musée de Tchinli-Kiosk à Constantinople », Gazette archéologique. Recueil de monuments pour servir à la connaissance de l’histoire de l’art dans l’antiquité et le moyen‑âge, vol. VIII (1883), p. 250‑258. Voir aussi, M. Poulain et al., Éclats d’antiques (n. 11), p. 242‑247 ; E. Eldem, Mendel‑Sebah (n. 11), p. 84‑85.

13 Mendel, Catalogue, t. I, 98, n° 21 ; Otto Frick, « Phädra und Hippolyt, Ariadne auf Naxos (Sarkophagrelief zu Constantinopel) », Denkmäler und Forschungen. Archäologische Zeitung, XV, n° 100‑102 (avril‑juin 1857), col. 33 ; Id., « Zum Hippolytus-Sarkophag in Constantinopel », Denkmäler und Forschungen. Archäologische Zeitung, XVI, n° 109‑110 (janvier‑février 1858), col. 131.

14 Archives de la Présidence du Conseil, Archives ottomanes (BOA), İ. DH. 263/16351.

15 E. Eldem, « Μια νέα ματιά σε μια αρχαί πόλη: Η Θεσσαλονίκη στην οθωμανική Αρχαιολογία, 1882‑1912 », dans Dimitris Keridis (éd.), Θεσσαλονίκη: Μια πόλη σε μετάβαση, 1912‑2012 (2015), p. 129‑131.

16 « Incidents at Constantinople. Sculptured Marble Found in the Forum of Constantine at Constantinople », The Illustrated London News, 1537 (8 mai 1869), p. 456.

17 « Découverte à Constantinople. Marbre antique découvert à Constantinople », L’Univers illustré, 767 (25 septembre 1869), p. 620.

18 E. Eldem, Mendel‑Sebah (n. 11), p. 21.

19 Mendel, Catalogue, t. I, p. 84‑85, n° 16 ; p. 130, n° 37 ; p. 131‑132, n° 38.

20 E. Eldem, « Early Ottoman Archaeology… » (n. 5).

21 Mendel, Catalogue, t. II, p. 244‑246, n° 533.

22 A. Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène » (n. 1), p. 250, n° XIII.

23 Goold, Catalogue, p. 6 et pl. 1.

24 Archives des Musées archéologiques d’Istanbul (IAMA), « Catalogue général du Musée impérial de Constantinople 1870 », p. 1, sub n° 3.

25 IAMA, inventaire de Terenzio, 1871‑1872, p. 1, sub n° 18.

26 « Το Αρχαιολογικόν Μουσείον Κωνσταντινουπόλεως », Παρνασσός, IV (1880), p. 658.

27 Reinach, Catalogue, p. 12 et n. 1. Son Atalante était tirée d’une statue de Hippomène et Atalante de la collection Barberini, publiée dans Charles Othon Frédéric Jean‑Baptiste de Clarac, Alfred Maury et Victor Texier, Musée de sculpture antique et moderne, t. V [Paris, Imprimerie nationale] (1851), p. 41‑42.

28 Reinach, Catalogue, p. 7.

29 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis in the Museum at Constantinople », American Journal of Archaeology, I/4 (1885), p. 319‑323 et pl. IX.

30 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis in the Museum at Constantinople », American Journal of Archaeology, I/4 (1885), p. 320.

31 « Although characteristic attributes are wanting, our statue may be safely pronounced to represent Artemis » : S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 321.

32 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 321‑322.

33 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 322.

34 « We believe that this type originated at the epoch of Praxiteles, and that the statue of Tchinly‑Kiosk can give us a true, if not adequate, idea of some master‑piece of the fourth century which has long ago been converted into lime » : S. Reinach, « Marble Statue of Artemis », p. 323.

35 E. Eldem, Mendel‑Sebah (n. 11), p. 48‑49.

36 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319.

37 S. Reinach, « Tête en marbre d’Artémis découverte à Cyzique », Revue archéologique, XXV (juillet‑décembre 1894), p. 282‑284.

38 S. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées (1903).

39 P. Arndt, Photographische Einzelaufnahmen antiker Sculpturen nach Auswahl und mit Text [Munich, Verlaganstalt für Kunst und Wissenschaft] (1893), p. 36.

40 J. Punnett Peters, « An Art Impetus in Turkey », The Century. Illustrated Monthly Magazine, XLV (novembre 1892‑avril 1893), p. 546, 558.

41 G. Wissowa (éd.), Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. III (1895), col. 1425.

42 A. Henderson, « The Imperial Ottoman Museum at Constantinople », dans H. Mason Baum et F. Bennett Wright (éds), Records of the Past, vol. I (1902), p. 297.

43 W. Deonna, L’archéologie, sa valeur, ses méthodes, II, Les lois de l’art (1912), p. 177‑178.

44 Königliche Museen zu Berlin. Beschreibung der antiken Sculpturen mit Auschluss der pergamenischen Fundstück [Berlin, W. Spemann] (1891), p. 8‑9.

45 [A. Joubin], Catalogue des sculptures (n. 9), p. 6‑7.

46 [A. Joubin], Müze‑i Hümayun. Asar‑ı Heykeltraşî Katalogu [Istanbul, Mihran] (1311/1895), p. 7‑8.

47 Ahmed Refik, Büyük Tarih‑i Umumî, II, Istanbul, Kütüphane‑i İslam ve Askeri – İbrahim Hilmi, 1328/1912, p. 193.

48 [Vahid], Müze‑i Hümayun‑ı Osmanî’ye Mahsus Muhtasar Rehnüma, [Istanbul], Ahmed İhsan, 1325/1909, p. 59.

49 [Vahid], Müze‑i Hümayun. Rehnüma, Istanbul, Matbaa‑i Ebuzziya, 1330/1914, p. 100.

50 [Vahid], Müze‑i Hümayun. Rehnüma, Istanbul, Ahmed İhsan ve Şürekâsı, 1337/1921, p. 40.

51 S. Reinach, Répertoire de la statuaire grecque et romaine, t. II, vol. I [Paris, Ernest Leroux] (1897), p. 315.

52 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 126.

53 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 109‑110.

54 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (1903), p. 127.

55 Académie des inscriptions et belles‑lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1903, t. I (1903), p. 164‑165.

56 « Strongylion », American Journal of Archaeology, VII (1903), p. 465.

57 H. Lechat, « Salomon Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées », Revue critique d’histoire et de littérature, LVI (1903), p. 88.

58 S. Reinach, « Strongylion », Revue archéologique, III (janvier‑juin 1904), p. 38‑39.

59 « Strongylion », American Journal of Archaeology, VIII (1904), p. 475. La deuxième mention faisait suite à l’article que Reinach publia l’année suivante dans la Revue archéologique.

60 H. Lechat, Phidias et la sculpture grecque au Ve siècle (1906), p. 125.

61 Académie des inscriptions et belles‑lettres. Comptes rendus des séances de l’année 1907 (1907), p. 228.

62 S. Reinach, « Un indice chronologique applicable aux figures féminines de l’art grec », Revue des études grecques, XXI (1908), p. 14.

63 S. Reinach, « Un indice chronologique applicable aux figures féminines de l’art grec », Revue des études grecques, XXI (1908), p. 15‑16. Pour une étude de cet indice dans le contexte social, culturel et, surtout, du genre au début du vingtième siècle, voir A. A. Donohue, Greek Sculpture and the Problem of Description (2005), p. 161‑164.

64 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 31‑32.

65 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 33.

66 S. Reinach, « Un indice chronologique… » (n. 62), p. 32.

67 Mendel, Catalogue, t. II, p. 245.

68 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319‑320.

69 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 319.

70 [A. Joubin], Catalogue des sculptures (n. 9), p. 6.

71 [A. Joubin], Asar‑ı Heykeltraşî (n. 46), p. 7.

72 Journal de Constantinople, 1er septembre 1847.

73 Mendel, Catalogue, t. I, p. 334.

74 Mendel, Catalogue, t. II, p. 362.

75 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.

76 J. Murray, Hand‑book for Travellers in the Ionian Islands, Greece, Turkey, Asia Minor, and Constantinople, [Londres] (1840), p. 264 ; E. Smedley et H. James Rose (éds), Encyclopædia Metropolitana or, Universal Dictionary of Knowledge, t. XXII [Londres, B. Fellowes] (1845), p. 432.

77 G. Meyer, « Les ruines de Smyrne dans les relations des voyageurs (XVIIe‑XIXe siècles). Étude préliminaire », Journal des savants, 2008, p. 355‑362.

78 Vincent Stochove, Le voyage d’Italie et du Levant de messieurs Fermanel, conseiller au parlement de Normandie, Fauvel, maistre des comptes en ladite province, sieur d’Oudeauville, Baudouin de Launay et de Stochove, sieur de Sainte Catherine, gentilhomme flamen [Rouen, Jacques Hérault] (1670), p. 22.

79 Paul Ricaut [Rycaut], Histoire de l’estat présent de l’Église grecque, et de l’Église arménienne, trad. M. de Rosemond [Middlebourg, Gilles Horthemels] (1692), p. 36 ; Fr. Bauden (éd.), Le Voyage à Smyrne. Un manuscrit d’Antoine Galland (1678) contenant Smyrne ancienne et moderne et des extraits du Voyage fait en Levant… (2000), p. 92.

80 Paul Ricaut (n. 79), p. 33.

81 Laurent, chevalier d’Arvieux, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, la Palestine, l’Égypte, et la Barbarie... par le R. P. Jean‑Baptiste Labat [Paris, Charles‑Jean-Baptiste Delespine le fils] (1735), t. I, p. 63‑64.

82 Strabon, Géographie de Strabon, tr. Amédée Tardieu (1880), t. III, p. 122. Pour une version de Strabon que les voyageurs auraient pu consulter, voir Isaac Casaubon (éd.), Strabonis rerum geographicarum libre XVII [Genève, Eustache Vignon] (1587), p. 444.

83 Quintus de Smyrne, Guerre de Troie, depuis la mort d’Hector jusqu’à la ruine de cette ville, tr. Tourlet [Paris. Lesguilliez frères] (1800), t. II, p. 219. Même s’ils ne le citent guère, les auteurs du dix‑septième siècle auraient pu consulter la traduction latine de Iodoco Valeraeo (Josse Velareus), Quinti Calabri derelictorum ab Homero libri quatordecim [Lyon, Sébastien Gryphe] (1541), p. 217‑218.

84 Corneille Le Brun, Voyage au Levant [Delft, Henri de Kroonevelt] (1700), p. 25.

85 Aubry de la Mottraye, Voyages du Sieur A. de la Motraye, en Europe, Asie, & Afrique [La Haye, T. Johnson & J. Van Duren] (1727), t. I, p. 185.

86 Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roi... [Amsterdam, aux dépens de la Compagnie] (1718), t. II, p. 202.

87 G. Groc et İ. Çağlar, La presse française de Turquie de 1795 à nos jours. Histoire et catalogue (1985), p. 170‑171.

88 Charles Tricon, « Extrait d’une lettre écrite de Constantinople, en 1812, et adressée à M. Barbié du Bocage, membre de l’Institut de France, etc. », Magasin encyclopédique ou Journal des sciences, des lettres et des arts, t. V (1813), p. 16.

89 Κωνσταντίνος ΟἰκΟνόμΟς (Konstantin Ikonomos), « Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης », Ἑρμῆς ὁ Λόγιος, 20 (15 octobre 1817), p. 524 ; 21 (1er novembre 1817), p. 556 ; Id., Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης [Meliti, Société apostolique de Londres] (1831), p. 14‑15, 32 ; Id., Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης [Smyrne, P. Marcopoulos] (1869), p. 8‑9, 25‑26.

90 Né à Izmir en 1833, Bonaventure Slaars était le fils du négociant hollandais André Slaars et de Catherine Fornetti, membre d’une des grandes familles de drogmans ayant surtout servi la France. Il épousa en 1863 Adélaïde Caporal, d’une famille smyrniote de souche française. http://gw.geneanet.org/marmara2?lang=en&p=bonaventure&n=slaars

91 Bonaventure F. Slaars, « Dissertation qui précise la situation du fleuve Mélès », Revue archéologique, XVI (juillet‑décembre 1867), p. 244‑254 ; Id., Étude sur Smyrne par Constantin Iconomos, traduite du grec par Bonaventure F. Slaars et enrichie par le traducteur d’un appendice et de notes nombreuses, étendues et variées qui la complètent [Smyrne, B. Tatikian] (1868), p. 12‑13, 51‑52, 97‑99, 105‑123.

92 G. Meyer, « Les ruines de Smyrne » (n. 77), p. 362.

93 Évidemment, Meyer n’évoque guère cette possibilité pour la simple raison qu’il ne connaît pas la statue en question.

94 Bonaventure F. Slaars, Étude sur Smyrne (n. 91), p. 97.

95 « Quivi nel centro d’un gran bacino a traverso le limpidissime sue acque vedonsi in ombra gli avanzi del famoso tempio di Diana, qualche statua ed altri marmi. Questo bacino, alimentato da un’infinità di sorgenti locali, per un pittoresco canale dà movimento a vicenda ad una fabbrica di carta e ad un mulino di più macine, che riunite in un maestoso fabbricato formano uno stabilimento che può stare a confronto ai più belli d’Europa » : Luigi Storari, Guida con cenni storici di Smirne scritta dall’ingegnere Luigi Storari nell’occasione in cui pubblicava la pianta di quella città da esso rilevata nell’anno 1854 [Turin] (1857), p. 53.

96 « Il sig. ingegnere Barbieri nel 1847, rilacciando le sorgenti per formare il suddetto bacino, trovò la statua di Diana, una testa di Venere e di Baccante, che conservandola con tutta diligenza di chi ha cuore per le belle arti, inviò al Governo in Costantinopoli. Lo stesso sig. Ingegnere mi disse d’aver visto un’altra statua, un mosaico rappresentante vasi di fiori con pampini, colonne, fondamenta e varie teste e braccia mutilale, ma l’acqua che in copia esciva dalle sorgenti gl’impedì di raccoglierle », L. Storari, Guida di Smirne (n. 95), p. 53, n. 1.

97 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.

98 C. G. Young, A Wayfarer’s Notes on the Shores of the Levant, and the Valley of the Nile [Édimbourg, William P. Kennedy] (1848), p. 56.

99 « Carte de la source des bains de Diane dressée par l’ingénieur Barbieri en 1844 », dans F. Slaars, « Dissertation » (n. 91), pl. XIX. Étant donné que c’est Slaars lui‑même qui publia la carte de Barbieri en appendice de sa « dissertation » sur le Mélès, il faut en déduire que la date de 1847 qu’il donne dans ce travail ainsi que dans son étude sur Smyrne publiée l’année suivante est une simple erreur, à rapprocher du nom de Stuard qu’il donne à Storari dans la première de ces sources. Ce qui est plus surprenant, c’est que bien qu’il mentionne Barbieri souvent dans son étude sur le Mélès, il n’y fait aucune allusion à la découverte de la statue de Diane.

100 Une référence qui rappelle l’ambigüité du terme halka, évoquée plus bas (n. 103).

101 « Μίαν περίπου ὥραν μακρὰν τῆς πόλεως Σμύρνης, εἰς πεδιάδα ζωγραφικωτάτην καὶ εὐφορωτάτην, ὑπάρχει θέσις ὀνομαζομένη Χαλκὰ Πουνὰρ, ἐνταῦθα λέγεται, ὅτι ὑπῆρξαν τὸ πάλαι τὰ τῆς Ἀρτέμιδος λουτρά. Ὅσον ἀφορᾴ τὴν ὀνομασίαν Χαλκὰ Πουνὰρ δοξάζεται, ὅτι το ἐνταῦθα ὁρμητικῶς ἐκ τῆς γῆς ἀναβρύον ὕδωρ εἶναι δεδεμένων διὰ χαλκίνης ἀλύσσεως, ὅτι τἀ λουτρἀ τῆς Ἀρτέμιδος ᾗσαν ἐνταῦθα. Τοῦτο δυνάμεθα νὰ εἰκάσωμε μετὰ πολλῆς πιθανότητος ἐκ τῶν ἐνταῦθα εὑρεθέντων λειψάνων ἀρχαίου λουτροῦ ἔκ τινος μαρμαρίνου καταστρώματος, καὶ ἰδίως ἐκ τοῦ ἐνταῦθα εὑρεθέντος μαρμαρίνου ἀναγλύφου τῆς Ἀρτέμιδος. Τὸ ἄγαλμα τοῦτο, τὸ ὁποῖον, ὡς λέγουν, ᾖτον ἀνωτάτης τέχνης, παρίστα τὴν Ἀρτέμιδα ἐξερχομένη ἐκ τῶν λουτρῶν, ἥτις φαίνεται μετά τινος λεπτατάτου ὑφάσματος κεκαλυμἐνη. Τὸ ἄγαλμα τοῦτο μετεφέρθη εἰς Κωνσταντινούπολιν, καὶ ἐκεῖθεν, ὡς λέγουν, μεσιτείᾳ τινὸ ; Πασσᾶ μετεκομίσθη εἰς Παρισίους. Τὴν σήμερον ἐκτίσθη ἐπὶ τῶν λειψάνων τῶν ἀρχαίων τούτων λουτρῶν Χαρτοποιεῖον, τὸ ὁποῖον ὠφελεῖται ἀπὸ τοῦτο τὸ ἀξιόλογων καὶ καθαρώτατον ὕδωρ, ὅπερ ἕνεκα τῆς ἐλλείψεως ἁλατούχων συστατικῶν ἀνήκει εἰς τὴν τάξιν τῶν Ἀκρατοκρηνῶν » (Ξαβερ Λανδερéρ (Xavier Landerer), « Λουτρὰ τῆσ Ἀρτέμιδος », Εφημερίς Αρχαιολογική, 45 [1857], p. 1550).

102 « Bei den Bauten dafür hat man zahlreiche alte Reste gefunden, denen man den Namen der Dianenbäder zu geben pflegt ; der leitende Ingenieur Herr Barbieri nennt als solche in einem Teiche ein altes Bassin mit hineinführenden Stufen und darauf zulaufende Kanäle, ferner Mosaikböden, eine vollkommen erhaltene weibliche Statue (jetzt in der Sammlung an der Irenenkirche in Konstantinopel) –, eine kolossale Statue endlich stehe noch jetzt unter dem Wasser » (Alexander Conze, « Alterthümer zu Smyrna », Archäologischer Anzeiger, XVI/118‑119 [octobre‑novembre 1858], col. 228).

103 Μιχάλης Γ. ΤςακyρΟγΛΟυ (Michael G. Tsakyroglou), Τα Σμυρναϊκά ήτοι ιστορική και τοπογραφική μελέτη περί Σμύρνης, t. II [Smyrne, Nikolaos Damianos], 1879, p. 32‑33, 59.

104 A. Fontrier, « Le Monastère de Lembos près de Smyrne et ses possessions au XIIIe siècle », Bulletin de correspondance hellénique, XVI (1892), p. 389‑390 ; Id., « Notes sur la géographie ancienne de l’Ionie », Revue des universités du midi, t. IV, n° 1 (janvier‑mars 1989), p. 368‑369 ; Id., « Antiquités d’Ionie », Revue d’études anciennes, t. 9 (1907), n° 2, p. 119.

105 C. J. Cadoux, Ancient Smyrna. A History of the City from the Earliest Times to 324 A.D. (1938), p. 219, n. 3.

106 Ibidem ; Ξ. Λανδερέρ (Xavier Landerer), « Λουτρὰ τῆσ Ἀρτέμιδος», Εφημερις Αρχαιολογικη, 45 (1857), p. 1550.

107 G. E. Bean, Aegean Turkey. An Archaeological Guide (1966), p. 47 ; J. Freely, The Western Shores of Turkey. Discovering the Aegean and Mediterranean Coasts (20063), p. 99.

108 Ahmed Muhyiddin Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, copié par Ahmed bin Hacı Abdi Kapudan, 1093/1682, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Atatürk Kitaplığı, MC Yz 0.000030, f° 29 r°‑v°, 31 v° ; Id., copie anonyme, fin 17e‑début 18e, Walters Art Museum, Ms W. 658, f° 68 v° ; Id., copie anonyme et non datée, Bibliothèque nationale de France, Mss supplément turc 956, f° 80 v°‑81 r°, 84 r° ; Id., copie anonyme et non datée, Bibliothèque nationale de France, Mss supplément turc 220, f° 18 v°‑19 r°, 20 r°.

109 Il existe un grand nombre de toponymes contenant le terme halka. L’Index Anatolicus de Sevan Nişanyan dénombre six Halkapınar et sept Halkalı sur le territoire turc actuel (www.nisanyanmap.com). Normalement, le terme halka, dans le sens d’anneau ou de cercle, est d’origine arabe et devrait s’écrire halqa (حلقه). Or on le trouve souvent orthographié khalqa (خلقه), notamment dans le cas de la plupart des exemplaires du portulan de Piri Reis. Cette variante peut fort bien provenir du fait que l’orthographe ottomane était souvent flexible et approximative ; mais on ne peut exclure la possibilité que cette graphie particulière reflétait en fait une étymologie locale dérivée du grec χαλκός (cuivre) dont le χ (khi) aurait été rendu par le خ (kha) arabe.

110 Kâtib Çelebi, Kitâb‑ı Cihân‑nümâ, Istanbul, Darü’t‑Tıbaatü’l‑Âmire, 1145/1732, p. 670.

111Nisvân‑ı sahib‑‘isyan”, formule rimée et typiquement misogyne pour décrire les femmes en se référant à leur « essence ».

112 Evliya Çelebi Seyahatnamesi. Anadolu, Suriye, Hicaz (1671‑1672), t. IX, Istanbul, Devlet Matbaası, 1935, p. 87‑88 ; Evliya Çelebi Seyahatnamesi, éd. Yücel Dağlı, Seyit Ali Kahraman et Robert Dankoff, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, 2005, t. IX, p. 48.

113 P. Mengous, Narrative of a Greek Soldier: Containing Anecdotes and Occurrences Illustrating the Character and Manners of the Greeks and Turks in Asia Minor, and Detailed Events of the Late War in Greece [New York, Elliott and Palmer] (1830), p. 58‑59.

114 Slaars, Étude sur Smyrne 9, n. 91), p. 12‑13.

115 E. Eldem, « From Blissful Indifference to Anguished Concern: Ottoman Perceptions of Antiquities, 1799‑1869 », Z. Bahrani, Z. Çelik et E. Eldem (éds), Scramble for the Past. A Story of Archaeology in the Ottoman Empire, 1753‑1914 (2011), p. 281‑329.

116 BOA, İ. DH. 91/4546, 3 Şevval 1260/18 août 1844.

117 BOA, İ. DH. 91/4546, 18 Şevval 1260/2 septembre 1844.

118 BOA, A. MKT. 16/12, 20 Şevval 1260/4 septembre 1844.

119 V. Seropyan, « Düzyan Ailesi », Dünden Bugüne İstanbul Ansiklopedisi, t. III (1994), p. 113‑114. Pour un historique de l’établissement et de la gestion de la fabrique de papier, voir Z. Arıkan, « İzmir Kâğıt Fabrikası ile İlgili Belgeler », Belgeler, XVIII/22 (1997), p. 113‑198. Ce dernier article comprend aussi la transcription de deux des documents concernant la découverte de la statue, mais s’en tient à cette information de base.

120 BOA, C. İKTS 18/86, Présentation du projet de fabrique de papier, 1er Cemaziyülahir 1259/29 juin 1843.

121 BOA, İ.MSM 17/387, 14 Safer 1262/11 février 1846.

122 Si l’on s’en tient aux almanachs de l’État (Salname) dont la publication commence en 1263/1847, ce n’est qu’en 1265/1849 qu’Ismail Bey apparaît pour la première fois au poste de kaymakam (sous‑gouverneur) de l’île (Salname, [Istanbul], Darü’l‑Tibaati’l‑Âmire, 1263/1849‑1277/1861). Selon une étude pointue réalisée sur le partage de l’héritage de son père, Kulaksızzade Mustafa Ağa, il aurait rempli un premier poste de commandant et gouverneur de l’île (muhafız et nazır) à la mort de celui‑ci de 1248/1832‑1833 jusqu’à la promulgation des Tanzimat en 1839 et c’est en 1260/1844 qu’il aurait été nommé kaymakam. Les détails de sa carrière proviennent de ce même article : F. Doğan, « Ondokuzuncu Yüzyılın İkinci Yarısında Osmanlı Taşrasında Bir kadının Hukuk Mücadelesi: Midilli Nazırı Kulaksızzade Mustafa Ağa’nın Mirası Davası », History Studies, 3/2 (2011), p. 163‑190.

123 Meyer, « Les ruines de Smyrne » (n. 77), p. 362.

124 BOA, İ. HR. 111/5457, rapport du gouverneur d’İzmir, Hekimbaşı İsmail Pacha, 29 Şaban 1270/27 mai 1854.

125 Königliche Museen zu Berlin, Beschreibung der antiken Sculpturen mit Ausschluss der pergamenischen Fundstücke [Berlin, W. Spemann] (1891).

126 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34 ; pour le dessin de cette tête par Chenavard en 1843‑1844, voir Meyer, « Les ruines de Smyrne » (n. 77), p. 295, fig. 7.

127 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 91.

128 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 55.

129 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 65.

130 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 69.

131 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 81.

132 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 100.

133 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, éd. O. Şaik Gökyay, Y. Dağlı (1995), t. I, p. 13‑14.

134 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34‑35.

135 T. Açık, « Evliya Çelebi’de Yunan‑Roma Dünyası », dans N. Tezcan (éd.), Çağının Sıradışı Yazarı Evliyâ Çelebi (2009), p. 30‑31.

136 Julia Rubanovich évoque le thème littéraire du « victor victus » pour décrire la situation d’Alexandre face à Candace (J. Rubanovich, « Re‑Writing the Episode of Alexander and Candace in Medieval Persian Literature : Patterns, Sources, and Motif Reansformation», dans M. Stock (éd.), Alexander the Great in the Middle Ages: Transcultural Perspectives (2016), p. 125. Le roman d’Alexandre est bien documenté dans toutes ses versions. Pour une version byzantine de l’histoire Candace, voir Willem J. Aerts, The Byzantine Alexander Poem (2014), t. I, p. 196‑211 ; t. II, p. 256‑257, 530‑559 ; pour une version arménienne, voir A. Mugrdich Wolohojian, The Romance of Alexander by Pseudo-Callisthenes. Translated from the Armenian Version (1969), p. 131‑144 ; pour la version éthiopienne, voir E. A. Wallis Budge, The Alexander Book in Ethiopia. The Ethiopic Versions of Pseudo-Callisthenes, the Chronicle of Al‑Makîn, the Narrative of Joseph ben Gorion, and a Christian Romance of Alexander (1933), p. 112‑127.

137 Les rares chercheurs qui se sont penchés sur les sources du récit d’Evliya Çelebi n’ont pas vu que sa version de l’histoire d’Alexandre et de Candace était directement tirée de l’İskender‑nâme d’Ahmedî (ca 1335‑1412), la célèbre version en vers et en langue turque du roman d’Alexandre, composée au tournant du quatorzième siècle (İ. Ünver, Amedī: İskender‑nāme. İnceleme – Tıpkıbasım [1983]). Toutefois, la question ne s’arrête pas là, car les études portant sur l’İskender‑nâme ou, plus généralement, sur les versions « turques » du roman d’Alexandre n’offrent aucune explication au sujet de cette divergence majeure d’avec les versions antérieures, y compris celles des poètes persans Ferdowsi et Nizami : voir, par exemple, F. Woodman Cleaves, « An Early Mongolian Version of the Alexandre Romance », Harvard Journal of Asiatic Studies, t. 22 [décembre 1959], p. 1‑99 ; J. A. Boyle, « The Alexander Legend in Central Asia », Folklore, 85/4 (hiver 1974), p. 217‑228 ; Id., « The Alexander Romance in the East and West », Bulletin of the John Rylands Library, 60 (1977), p. 13‑27 ; R. Dankoff, « The Alexander Romance in the Dīwān Lughāt at‑Turk », Humaniora Islamica, I (1973), p. 233‑244 ; Id., « The Romance of İskender and Gülşāh », dans S. M. Akural (éd.), Turkic Culture. Continuity and Change (1987), p. 95‑103 ; H. Boeschoten, « Adventures of Alexander in Medieval Turkish », dans R. Stoneman, K. Erickson et I. Netton (éds), Alexander Romance in Persia and the East (2012), p. 117‑126 ; M. Toutant, « Le premier roman d’Alexandre versifié en ottoman ou les fondements d’une didactique princière », Turcica, 47 (2016), p. 3‑31. Tout une recherche serait à envisager pour tenter de reconstituer la généalogie du texte d’Ahmedî, dont il semblerait qu’il ait été inspiré par le mythe grec du déluge, dont on retrouve des traces dans certains textes islamiques médiévaux, tels le Mojmal al‑Tavārīkh va al‑Qesās anonyme du onzième siècle et l’Āyine‑i Iskandar (Miroir d’Alexandre) du poète indien du treizième siècle Khosrow al‑Dehlawi ; voir à ce sujet A. M. Piemontese, « Sources and Art of Amir Khosrou’s « The Alexander Mirror » », dans F. D. Lewis et S. Sharma (éds), The Necklace of the Pleiades. Studies in Persian Literature Presented to Heshmat Moayyad on his 80th Birthday (2010), p. 31‑45. C’est là une entreprise certainement passionnante, mais qui dépasse de beaucoup le contexte et les besoins de la présente étude.

138 d’Arvieux, Mémoires... (n. 81), t. I, p. 45.

139 Rycaut, Histoire de l’estat présent de l’Église grecque (n. 79), p. 34‑35.

140 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676, par Jacob Spon, docteur médecin aggrégé à Lyon, & George Wheler, gentilhomme anglois [Lyon, Antoine Cellier], 1678, t. I, p. 303 ; Tournefort, Relation d’un voyage… (n. 86), t. II, p. 199 et pl. en vis‑à‑vis ; Richard Chandler, Travels in Asia Minor or an Account of a Tour Made at the Expense of the Society of Dilettanti [Londres, J. Dodsley, J. Robson, T. Cadell, P. Elmsley and G. Robinson] (1776), p. 61.

141 L. Storari, Guida di Smirne (n. 95), p. 39. Storari ne donne aucune date, mais son ouvrage ayant été publié en 1857, il faut probablement dater l’opération des années 1850.

142 Nous ne disposons d’aucune indication quant à la date d’entrée de cette tête au musée. Mendel (Catalogue, t. III, p. 367‑368, sub n° 1133) l’identifie clairement, sans pour autant y voir l’Amazone Smyrne. Reinach (Catalogue, p. 43, sub n° 340) l’a reconnue aussi, et note qu’« elle passait autrefois pour représenter l’amazone Smyrna ». Mendel y voit une correspondance avec la « tête colossale » répertoriée sous le n° 93 du catalogue de Goold (Catalogue, p. 35), ce qui prouverait que la tête est entrée au musée avant 1870, ainsi que le confirme la présence de cette mention dans les inventaires manuscrits de Goold et de Terenzio (IAMA, “Catalogue général du Musée impérial de Constantinople 1870,” p. 4, sub n° 97 ; inventaire de Terenzio, 1871‑1872, p. 5, sub n° 33). Bien que fort probable, cette correspondance est quelque peu contrariée par les dimensions variables de la tête : 92 cm pour Goold et Terenzio, 79 cm pour Reinach et 85 cm pour Mendel.

143 Dumont, « Le Musée Sainte‑Irène » (n. 1), p. 250, n° XIII.

144 Goold, Catalogue, p. 6 et pl. 1 ; IAMA, inventaire de Terenzio, 1871‑1872, p. 1, sub n° 18.

145 Reinach, Catalogue, p. 12 et n. 1.

146 S. Reinach, « Marble Statue of Artemis » (n. 29), p. 321.

147 [A. Joubin], Catalogue des sculptures, p. 6.

148 S. Reinach, Recueil des têtes antiques (n. 52), p. 127.

149 S. Reinach, « Strongylion », Revue archéologique, t. III (janvier‑juin 1904), p. 33‑39, pl. III‑IV.

150 A. Corso, The Art of Praxiteles. The Development of Praxiteles’ Workshop and its Cultural Tradition until the Sculptor’s Acme (364‑1 BC) (2004), p. 59‑62.

151 P. Devambez et A. Kaufmann-Samaras, Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, t. I (1981), n. 110, p. 625, n° 595.

152 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XXXIV, XIX, 23.

153 Voir notamment G. M. A. Richter, « Pliny’s Five Amazons », Archaeology, t. 12/2 (juin 1959), p. 111‑115 et B. Sismondo Ridgway, « A Story of Five Amazons », American Journal of Archaeology, t. 78 (1974), p. 1‑17.

154 Cl. Pellegrino Sestieri, « Alla ricerca di Phradmon », Archeologia Classica, t. 3 (1951), p. 6 ; Ridgway, « A Story of Five Amazons » (n. précédente), p. 3.

155 F. Eichler, « Eine neue Amazone und andere Skulpturen aus dem Theater von Ephesos », Oesterreichische Jahreshefte, t. 43 (1956‑1958), p. 7‑18 ; Richter, « Pliny’s Five Amazons » (n. 153), p. 113.

156 Ridgway, « A Story of Five Amazons » (n. 153),p. 4.

157 Strabon, Géographie, t. III, p. 122.

158 Quintus de Smyrne, Guerre de Troie, t. II, p. 219.

159 Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, İstanbul Büyükşehir Belediyesi Atatürk Kitaplığı, f° 29 r°‑v°, 31 v° ; id., Walters Art Museum, f° 68 v° ; id., Bibliothèque nationale de France, Mss supplément turc 956, f° 80 v°‑81 r°, 84 r°; id., Bibliothèque nationale de France, Mss supplément turc 220, f° 18 v°‑19 r°, 20 r°.

160 Stochove, Le voyage d’Italie et du Levant (1664), p. 22.

161 Du Loir, Gervais Clouzier, Les Voyages du sieur du Loir, contenus en plusieurs lettres écrits du Levant… [Paris, 1654], p. 15.

162 François de la Boullaye‑le‑Gouze, Les Voyages et observations du sieur de la Boullaye‑le‑Gouze, gentilhomme angevin [Paris, Gervais Clousier, 1653], p. 20.

163 Balthasar de Monconys, Journal des voyages de Monsieur de Monconys, conseiller du Roy en ses conseils d’Estat et privé, et Lieutenant criminel au siège présidial de Lyon où les sçavants trouveront un nombre infini de nouveautez, en machines de mathématique, expériences physiques, raisonnemens de la belle philosophie, curiositez de chymie, et conversations des illustres de ce siècle [Lyon, Horace Boissat et Georges Rémeus, 1666], p. 475.

164 Kâtib Çelebi, Kitâb‑ı Cihân‑nümâ, p. 670 ; Louis Vivien de Saint‑Martin, Description historique et géographique de l’Asie Mineure [Paris, Arthus Bertrand, 1852], t. II, p. 733.

165 D’Arvieux, Mémoires, t. I, p. 63‑64.

166 Robert de Dreux, Voyage de Paris à Constantinople, contenant des particularités de l’ambassade de M. de la Haye‑Vantelet, ainsi que des mœurs & du caractère du sultan Mahomet IV…, Bibliothèque nationale, Mss. Fr. nouvelles acquisitions 4962, f° 51 v°‑52 r°.

167 Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 1935, p. 82‑83 ; Evliya Çelebi Seyahatnamesi, 2005, p. 48.

168 Corneille Le Brun, Voyage au Levant [1714], p. 25.

169 Jacob Spon, Voyage d’Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, t. I, p. 308‑309.

170 Ricaut, Histoire, p. 36.

171 Bauden (éd.), Le Voyage à Smyrne, p. 92.

172 De la Mottraye, Voyages, t. I, p. 185.

173 Tournefort, Relation d’un voyage, t. II, p. 202.

174 Richard Pococke, A Description of the East and Some Other Countries [Londres, l’auteur, 1715], t. II, p. 39.

175 Chandler, Travels in Asia Minor, p. 69.

176 John Cam Hobhouse, A Journey through Albania and other Provinces of Turkey in Europe and Asia to Constantinople, in the Years 1809 and 1810 [Philadelphie, M. Carey and Son, 1817], t. II, p. 88.

177 Mengous, Narrative of a Greek Soldier, p. 58‑59.

178 Tricon, « Extrait d’une lettre », p. 5‑38.

179 Οἰκονόμος (Ikonomos), « Αὐτοσκἐδιος διατρβὴ περὶ Σμὑνης », (15 octobre 1817), p. 524 ; (1er novembre 1817), p. 556 ; id., Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης, 1831, p. 14‑15, 32 ; id., Étude sur Smyrne, p. 12‑13, 51‑53 ; id., Αὐτοσχέδιος διατριβὴ περὶ Σμύρνης, 1869, p. 8‑9, 25‑26.

180 « Letters from Asia [No. 14] », The Kaleidoscope; or, Literary and Scientific Mirror, II/67 (9 octobre 1821), p. 106. Lettres anonymes attribuées à un certain R. W. P., marin décédé de la peste à Constantinople.

181 Anton Prokesch von Osten, Denkwürdigkeiten und Erinnerungen aus dem Orient, t. II [Stuttgart, Hallberger, 1836], p. 155.

182 D’abord publié sous forme de lettres anonymes : « Letters from the Levant, No. III », The New Monthly Magazine and Literary Journal, II (1827), p. 256. Republiées deux ans plus tard : James Emerson, Letters from the Ægean [New York, J. & J. Harper, 1829], p. 52.

183 Joseph‑François Michaud et Baptistin Poujoulat, Correspondance d’Orient 1830‑1831 [Paris, Ducollet, 1833], p. 250‑251.

184 « Fragment inédit sur la ville de Smyrne », Bulletin de la Société de géographie, 111 (juillet 1832), p. 110. Article tiré du Journal de Smyrne du 15 avril 1832.

185 Francis Vyvyan Jago Arundell, Discoveries in Asia Minor; Including the Description of the Ruins of Several Ancient Cities, and Especially Antioch of Pisidia [Londres, Richard Bentley, 1834], t. II, p. 405‑408.

186 Alphonse de Lamartine, Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832‑1833) ou notes d’un voyageur [Paris, Charles Gosselin, 1835], t. III, p. 177‑178.

187 Charles Texier, Asie Mineure, Description géographique, historique et archéologique des provinces et des villes de la Chersonnèse d’Asie [Paris, Firmin Didot frères, fils et Cie, 1862], p. 305.

188 Auguste‑Frédéric‑Louis Wiesse de Marmont, Voyages du Maréchal duc de Raguse en Hongrie, en Transylvanie, dans la Russie méridionale, en Crimée, et sur les bords de la mer d’Azoff, à Constantinople, dans quelques parties de l’Asie Mineure, en Syrie, en Palestine et en Égypte [Paris, Ladvocat, 1837], t. II, p. 194‑195.

189 James Kennedy Bailie, « Memoirs of Researches amongst the inscribed Monuments of the Græco-Roman Era, in certain ancient Sites of Asia Minor », Transactions of the Royal Irish Academy, vol. XIX (1853), p. 154‑155.

190 Slaars, « Dissertation », pl. XIX.

191 Journal de Constantinople, 26 juin 1844.

192 Cuthbert G. Young, A Wayfarer’s Notes on the Shores of the Levant, and the Valley of the Nile [Édimbourg, William P. Kennedy, 1848], p. 56.

193 Journal de Constantinople, 1er septembre 1847.

194 Journal de Constantinople, 21 septembre 1847.

195 Frederick Walpole, The Ansayrii, and the Assassins, with Travels in the Further East, in 1850‑51. Including a Visit to Nineveh [Londres, Richard Bentley, 1851], t. I, p. 20‑21.

196 « Papèterie orientale à Smyrne », Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies, XV (1854), p. 136‑137. Tiré du Journal de Constantinople, s.d.

197 Storari, Guida di Smirne, p. 53.

198 Andrew Park, Egypt and the East, or Travels on Sea and Land [Glasgow, Thomas Murray & Son, 1857], p. 99.

199 Landerer, « Λουτρὰ τῆσ Ἀρτέμιδος », p. 1550.

200 Conze, « Alterthümer zu Smyrna », col. 228.

201 Slaars, « Dissertation », p. 244‑254.

202 Slaars, Étude sur Smyrne, p. 12‑13 et n. 25, 97‑98.

203 Victor Guérin, Description géographique, historique et archéologique de la Palestine [Paris, Imprimerie nationales, 1880], p. 8‑9.

204 Τσακύρογλου (Tsakyroglou), Τα Σμυρναϊκά…, t. II, p. 32‑33, 59.

205 Georg Weber, Le Sipylos et ses monuments. Ancienne Smyrne (Navlochon). Monographie historique et topographique [Paris, Ducher et Cie, 1880], p. 111‑112.

206 Fontrier, « Le Monastère de Lembos », p. 389‑390.

207 Fontrier, « Notes sur la géographie ancienne de l’Ionie », p. 368‑369.

208 Fontrier, « Antiquités d’Ionie », p. 119.

209 Cadoux, Ancient Smyrna, p. 9‑14, 60, 175‑177, 212‑214, 219.

210 Bean, Aegean Turkey, p. 47.

211 Freely, The Western Shores of Turkey, p. 99.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Statue d’Artémis de Mytilène.
Légende Musées archéologiques d’Istanbul, inv. 121. Marbre, h. 107 cm, plinthe comprise.
Crédits © İstanbul Arkeoloji Müzeleri.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 2 – Reproductions de l’Artémis de Mytilène alignées le long de la vitrine du magasin de souvenirs des Musées archéologiques d’Istanbul.
Crédits Cl. Edhem Eldem, 2016.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 3 – Edward Goold, Catalogue explicatif, historique et scientifique d’un certain nombre d’objets contenus dans le Musée impérial de Constantinople, Constantinople, Zellich, 1871, p. 6 et pl. 1.
Crédits © İstanbul Arkeoloji Müzeleri.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 4 – La statue d’Artémis de Mytilène au milieu de la grande salle de Çinili Köşk.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Titre Fig. 5 – Visage de l’Artémis de Mytilène.
Légende S. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées, Paris, Gazette des beaux‑arts, 1903, pl. 163.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 6 – Profil de l’Artémis de Mytilène.
Légende R. Reinach, Recueil de têtes antiques idéales ou idéalisées, Paris, Gazette des beaux‑arts, 1903, pl. 164.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 7 – Bains de Diane. Photographie sur papier albuminé par Philibert Rubellin, photographe à Smyrne Views of Asia Minor.
Légende « À peu de distance de Smyrne, un bassin alimenté par une infinité de sources fournit tour à tour sa force motrice à une fabrique de papier et à un moulin. Le bassin est désigné sous le nom de « Bains de Diane ». On y a trouvé une statue de Diane, des fragments de toutes sortes, qui font supposer que là s’élevait un temple ».
Crédits © Getty Research Institute, Los Angeles [2002.R.44].
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Titre Fig. 8 – « Carte de la source des bains de Diane dressée par l’ingénieur Barbieri en 1844 ».
Légende Bonaventure F. Slaars, « Dissertation qui précise la situation du fleuve Mélès », Revue archéologique, t. XVI (juillet‑décembre 1867), pl. XIX.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Fig. 9 – Baie d’Izmir selon Ahmed Muhyiddin Piri Reis, Kitâb‑ı Bahriye, copie anonyme, fin 17e‑début 18e, Walters Art Museum.
Légende Ms W. 658, f° 68 v°. Halkalıpınar, appelé ici « Kalkalu Suyu » se trouve au fond du golfe, juste à côté de la ville d’Izmir et de la citadelle du Mont Pagus, juste au‑dessus de la représentation d’un trois‑mâts.
Crédits © Walters Art Museum.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 10 – Brouillon des instructions données aux ministères des Finances et de la Guerre pour l’expédition de la statue à l’arsenal de Sainte‑Irène.
Légende BOA, A. MKT. 16/12, 20 Şevval 1260/4 septembre 1844.
Crédits © Başbakanlık Osmanlı Arşivi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 11 – « Bains de Diane – Smyrne ».
Légende Carte postale affranchie le 25 mars 1907.
Crédits Collection de l’auteur. Cette carte postale reprend la photographie de Rubellin des années 1860 (fig. 7).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Titre Fig. 12 – « Souvenir de Smyrne – Bains de Diane ».
Légende Carte postale affranchie le 23 novembre 1908. On y reconnaît, en partie caché par les arbres, le bâtiment de l’usine. La date plus tardive de l’image est attestée par le kiosque octogonal du premier plan servant à la distribution des eaux après la création de la Compagnie des eaux de Smyrne, dans les années 1890.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/554/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 925k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edhem Eldem, « Et si Diane n’était pas lesbienne ? »Bulletin de correspondance hellénique, 141.1 | 2017, 389-448.

Référence électronique

Edhem Eldem, « Et si Diane n’était pas lesbienne ? »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.1 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.554

Haut de page

Auteur

Edhem Eldem

Université de Boğaziçi et Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search