Navigation – Plan du site

L’assise de nivellement en calcaire de la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia

Maud Devolder
p. 447-484

Résumés

Une série de blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris ont été découverts remployés sous la forme d’éléments architectoniques divers (bases de colonnes, seuils, marches ou linteaux par exemple) au sein du palais néopalatial de Malia. Leur observation détaillée a permis de déterminer qu’ils provenaient d’une assise de nivellement dans la façade Ouest du palais détruit à la fin de la période protopalatiale. Les matériaux utilisés et le soin apporté au façonnage des blocs illustrent la qualité du projet architectural. Leur restitution au sein du palais protopalatial de Malia met également en évidence le parallèle avec les façades Ouest des palais de Knossos et Phaistos, et suggère l’existence d’une communauté de pratiques architecturales entre les différents palais crétois au Protopalatial.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier A. Farnoux pour son aide et son soutien lors de la collecte des données sur lesquelles est fondée cette recherche. Je tiens également à remercier J. Driessen, S. Jusseret, Th. Gomrée et D. Laroche avec qui j’ai eu de nombreux échanges sur les matériaux, l’histoire des techniques de construction protopalatiales et la terminologie à utiliser pour désigner les différents éléments architecturaux décrits ici, ainsi que Fl. Gaignerot-Driessen pour sa relecture minutieuse du texte. L’article a également bénéficié des commentaires apportés par les relecteurs, dont P. Darcque, que je tiens à remercier. Cette recherche, conduite sous l’égide et avec le soutien de l’École française d’Athènes, a également bénéficié du soutien financier du FRS‑FNRS, de la Fondation Humboldt et de l’INSTAP.
Pour les périodes chronologiques, les abréviations usuelles sont utilisées : MA pour Minoen Ancien, MM pour Minoen Moyen et MR pour Minoen Récent.

Texte intégral

Aperçu chronologique de l’édifice1

  • 1 J. Hazzidakis, « Ἀνασκαφαί εν Κρήτη παρά τον χοριόν Μάλια. Γ΄. Μινωικόν Άνάκτορον », PAE 1915, p.  (...)

1La construction du palais marque le début de l’époque protopalatiale sur le site de Malia. Cette période couvre traditionnellement les phases du MM IB au MM II (1900‑1700 av. J.‑C.), mais il est possible que sur ce site la construction d’un tel édifice puisse remonter au MM IA (2050‑1900 av. J.‑C.). Ce « premier palais » – terme couramment utilisé pour désigner l’état protopalatial de l’édifice mais qui sera évité car on ne peut assurer que les éléments architecturaux présentés ici aient appartenu à un état premier de l’édifice dès le début du MM I – est détruit dans la catastrophe qui frappe le site de Malia à la fin du MM IIB (vers 1700 av. J.‑C.). Il est ensuite reconstruit pour former ce qu’on désigne régulièrement sous le terme de « second palais », qui est en fonction au cours de la période néopalatiale (MM III‑MR IB, 1700‑1430 av. J.‑C.).

Les vestiges MA IIB à l’emplacement du palais de Malia

  • 2 Devolder 2016.
  • 3 Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 7, 48‑50, pl. XXV3‑4 ; G. Daux, BCH 90 (1966), p. 1008‑1011 ; P (...)
  • 4 Pelon 1993, p. 545. La découverte dans la couche de destruction associée d’une perle en or décorée (...)
  • 5 Pelon 1986a, p. 16 ; Pelon 1986b ; Pelon 1989, p. 777 ; J. Driessen, « IIb or not IIb. On the Orig (...)

2Les murs les plus anciens au sein du palais de Malia datent du MA IIB (2450‑2200 av. J.‑C.). Construits notamment en briques, ils furent intégrés dans le palais proto‑puis néopalatial, et forment aujourd’hui encore une saillie proéminente dans l’édifice2. Ils délimitent la pièce ou « casemate » I 1 dans les Magasins Ouest, et sont datés par un dépôt de fondation qui contenait une théière et une coupe à pied décorées dans le style de Vassiliki ainsi que quatre petits pots verseurs3. Des vestiges contemporains de la « casemate » ont également été découverts sous un espace situé au Nord de la Cour Centrale du palais. O. Pelon a en effet mis au jour sous la Salle Hypostyle (IX 2) les restes d’un édifice daté du MA IIB (X), dont l’orientation, similaire à celle du futur palais, et la façade, faite de blocs, suggèrent l’importance. Ces murs illustrent le tournant architectural opéré sur le site dès le Prépalatial et sont, selon le fouilleur, le reflet d’un « esprit nouveau »4. Les sondages menés par O. Pelon ont par ailleurs montré que le plus ancien revêtement de la cour recouvrait des structures architecturales datées du MA IIA (2650‑2450 av. J.‑C.), ce qui indique l’existence d’un espace ouvert aménagé à cet endroit dès le MA IIB5.

Le palais de Malia au Protopalatial (MM I‑II)

  • 6 Il s’agit d’un dépôt découvert le long d’un mur ancien sous le mur Ouest de la pièce néopalatiale  (...)
  • 7 Voir n. 5.
  • 8 Pelon 1983, p. 699‑700, fig. 1 et 21.
  • 9Pelon 1989, p. 779, 780, 785, fig. 24‑25 et 30‑32.
  • 10 Pelon 1983, p. 698‑700.

3La construction du palais de Malia en tant que complexe architectural cohérent est datée du début du MM. La découverte sous la pièce IV 7 d’un dépôt de fondation contenant du matériel MA III‑MM IA (2200‑1900 av. J.‑C.) suggère que celle‑ci pourrait remonter au MM IA6, c’est‑à‑dire à une phase qui précède la construction des premiers palais de Knossos et de Phaistos7. Des sondages conduits sous la pièce protopalatiale γ ont également révélé qu’elle avait été construite directement sur des vestiges MA III/MM IA8, tandis qu’un mur situé sous le mur néopalatial formant la limite Est des Magasins Est (XI 1‑7) et pris dans une couche datée du MM IA pourrait conforter la construction du premier édifice pendant cette phase9. O. Pelon notait encore l’abondance de tessons MA III/MM IA dans la couche de destruction du palais protopalatial, issus selon lui du matériel incorporé dans les murs de cet édifice10. Les données suggèrent donc que le palais fut mis en chantier au MM IA, et qu’il fut peut‑être même achevé durant cette phase céramique.

  • 11 Pelon 1980 ; Pelon, Hue 1992, p. 21‑33 ; I. Schoep, « Social and Political Organization on Crete i (...)
  • 12 Pelon 1980, p. 235‑242.
  • 13 Poursat 1988, p. 74‑75 ; Pelon 2005, p. 186‑190.

4On ignore le détail de la séquence architecturale du palais au sein même de la période protopalatiale, mais il apparaît que celui‑ci est alors composé d’une série de quartiers répartis le long des côtés Est, Nord et Ouest de la Cour Centrale. à l’Est, des « Magasins » ou pièces de stockage, dotés de rigoles permettant de récupérer le liquide échappé des grands vases posés sur des banquettes le long des murs ; au Nord, une salle à piliers supportant vraisemblablement une pièce à colonnes à l’étage ; à l’Ouest, une série de pièces de stockage étroites disposées de chaque côté d’un corridor11. Le Quartier Nord-Ouest est constitué d’un ensemble d’espaces ouverts, de pièces de stockage et peut‑être d’un atelier de fondeur, tandis qu’au Nord-Est une zone dotée de cours et de pièces de stockage constitue peut‑être déjà un accès au palais12. Au MM IIB, l’édifice subit la destruction qui frappe également l’ensemble du site de Malia à la fin de la période protopalatiale13.

Le palais de Malia au Néopalatial (MM III‑MR IB)

  • 14 H. van Effenterre, Le palais de Mallia et la cité minoenne : étude de synthèse, Incunabula Graeca  (...)
  • 15 Pelon 1983, fig. 8.
  • 16 La couche de destruction qui couvrait le sol de ces pièces fut d’abord explorée par les premiers f (...)

5Le palais est reconstruit au Néopalatial sous une forme sensiblement similaire à celle de son prédécesseur. Le Quartier Nord-Ouest est cependant abandonné et une nouvelle aile est construite au Sud de la Cour Centrale14. Ailleurs, les vestiges de l’occupation protopalatiale sont intégrés dans l’édifice néopalatial. Une nouvelle façade est en outre érigée sur la Cour Ouest. Elle est composée de blocs de grès dunaire local (parfois désigné sous le terme d’ammouda), bordée d’une banquette dans le même matériau et rythmée par une série de projections. Sa datation est fondée sur les sondages menés par O. Pelon sous le Quartier III (fig. 1)15. Ceux‑ci ont révélé que la façade était construite sur les vestiges de pièces de stockage dont les sols et les plateformes étaient revêtus d’enduit et qui auraient été détruites au MM IIB16. La façade en grès dunaire sur la Cour Ouest appartient donc à la phase néopalatiale de reconstruction du palais, qui fait suite à la destruction de l’édifice protopalatial.

Fig. 1 – Plan des sondages sous le Quartier III.

Fig. 1 – Plan des sondages sous le Quartier III.

Les pièces (en chiffres arabes) sont précédées de la numérotation du Quartier auquel elles appartiennent (en chiffres romains). En noir les pièces et murs protopalatiaux, en gris clair ceux datés de la période néopalatiale, en gris moyen le mur MM III.

Redessiné d’après M. Schmid basé sur le plan d’E. Andersen, dans Pelon 1984, fig. 1.

  • 17 Pelon 1983, p. 701‑703 ; Pelon 1984, p. 881‑887, fig. 1, 12‑14 ; Pelon 1986b, p. 814, fig. 1.
  • 18 Peut‑être ce mur Nord était‑il autrefois associé à un autre mur, au Sud des Magasins Ouest du pala (...)
  • 19 Pelon 1984, p. 884.
  • 20 Pelon 1986a, p. 19 ; Poursat 1988, p. 75.
  • 21 Pour un fonctionnement du palais au MR IB, voir P. Darcque, A. Van de Moortel, M. Schmid, Fouilles (...)

6Les sondages menés sous le Quartier III ont révélé la possibilité d’une phase architecturale intermédiaire entre la destruction des salles aux plateformes enduites au MM IIB et la construction de la façade en grès dunaire17. Un mur en gros blocs de calcaire gris bleu – le calcaire local parfois désigné sous le terme de sidéropétra – est en effet apparu sous les pièces III 7b, IV 6 et IV 4 (fig. 1). Il repose sur le sol enduit de la pièce protopalatiale β et vient percer le sol de la pièce γ. Les vestiges de ce mur, qui fut construit après la destruction des pièces protopalatiales au MM IIB, sont occultés par ceux du Quartier III, qui s’étend à l’Est de la façade en grès dunaire du palais18. O. Pelon date du MM III (1700‑1600 av. J.‑C.) le matériel qualifié d’abondant associé à ce mur et attribue la construction de la façade en grès dunaire à une phase avancée du MM III voire au MR IA (1600‑1510 av. J.‑C.)19, une datation confortée par la découverte d’un dépôt de fondation20. Ce palais néopalatial, dont les ruines sont aujourd’hui visibles, est la proie d’une destruction au MR IA, mais sera en partie occupé jusqu’à la fin du MR IB voire au‑delà de cette phase21.

7Une étude architecturale menée sur le terrain en mars 2014 et en mai 2015 a permis de mettre en évidence l’incorporation dans l’édifice néopalatial de vestiges du palais protopalatial. Il s’agit notamment de blocs de calcaire cristallin gris noir et gréseux gris dont on va suggérer ici qu’ils formaient initialement l’assise de nivellement d’une façade sur la Cour Ouest détruite au MM IIB. Cette assise fut en partie démontée au Néopalatial pour laisser place à la nouvelle façade en grès dunaire et ses blocs furent remployés sous diverses formes dans l’édifice (fig. 2).

Fig. 2 – Plan du palais de Malia (phase finale).

Fig. 2 – Plan du palais de Malia (phase finale).

Les pièces (en chiffres arabes) sont précédées de la numérotation du Quartier auquel elles appartiennent (en chiffres romains). Les blocs étudiés sont numérotés au sein d’un point gris. Les pièces généralement désignées sous le terme de Quartier III sont indiquées en grisé.

Sur la base des plans dressés par E. Andersen (Pelon 1980, plan 28) et par M. Schmid et N. Rigopoulos (Pelon 2002, pl. XXXII).

Blocs de calcaire cristallin gris noir et gréseux gris

  • 22 Dimou et al. 2000, p. 440, 451 et fig. 2‑5. 
  • 23 Pelon 1980, plan III. Des blocs de calcaire gris bleu et des bases de colonnes dans divers matéria (...)

8L’étude des matériaux de construction utilisés dans le palais de Malia par E. Dimou, A. Schmitt et O. Pelon leur a permis d’identifier, en plus du grès dunaire et du calcaire gris bleu, un second type de calcaire, gris noir et bien cristallisé, provenant d’une formation géologique affleurant sur les collines entre Milatos et Aghios Nikolaos22. Certains des blocs en calcaire cristallin gris noir sont indiqués au moyen d’un pointillage dense sur le plan du palais dressé par l’architecte E. Andersen23.

  • 24 Dimou et al. 2000, p. 440.

Ce calcaire est de couleur grise à noire avec reflets bleus. Il contient parfois des inclusions siliceuses en lits boudinés ou en amygdales […]. Cette roche est très dure mais le gisement en bancs permet l’extraction de longues pierres relativement épaisses grâce aux clivages parallèles de la roche. Les surfaces du bloc obtenu sont généralement planes et demandent peu de retouches. Le degré élevé de cristallinité de la calcite permet d’obtenir un beau poli. Ces qualités sont probablement la raison pour laquelle les « calcaires en plaques » ont été particulièrement recherchés pour les pierres de seuil.24

  • 25 Nombre d’entre eux sont visibles à l’entrée Nord-Ouest du palais, Dimou et al. 2000, fig. 2 et 6.

9Outre les traits distincts liés à leur formation géologique, le calcaire gris bleu et le calcaire cristallin se différencient nettement par leur usage et la manière dont les blocs sont travaillés. Le calcaire gris bleu fut principalement utilisé sous la forme de moellons ou blocs irréguliers, et rarement travaillé, tandis que le calcaire cristallin était particulièrement prisé pour les seuils et dallages25, ainsi que pour les blocs que nous allons décrire ici.

  • 26 Shaw 2009, p. 41‑42 ; M. Devolder, Construire en Crète minoenne. Une approche énergétique de l’arc (...)
  • 27 Shaw 2009, p. 43‑44, qui fournit les références bibliographiques des sites où ont été mis au jour (...)
  • 28 L’émeri ou plus simplement du sable et de l’eau étaient utilisés pour l’abrasion, mais il est égal (...)
  • 29 « Ce calcaire de couleur grise est un calcaire gréseux bien cristallin qui présente parfois des pa (...)

10Certains des blocs de calcaire cristallin gris noir du palais de Malia ont été densément travaillés au moyen d’un outil à percussion lancée laissant des traces punctiformes qui couvrent le plus souvent l’ensemble de la surface de l’une ou de plusieurs faces du bloc (blocs 1 à 3, 6, 9 à 20, 22 et 24 à 35 décrits au tableau 1). Peut‑être ces traces indiquent‑elles l’utilisation d’un pic en métal, dont on sait qu’il était régulièrement employé pour l’extraction de blocs de pierres tendres en carrière26. Il est cependant plus probable que ces blocs en pierre dure aient été travaillés au moyen d’outils en pierre, de gros galets aisément préhensibles et dont la percussion répétée sur le calcaire produisait une surface régulière27. La combinaison, très nette sur le bloc 27 (fig. 10 et 16), entre surface très lisse et traces punctiformes suggère que dans certains cas le bloc était régularisé par piquetage et ensuite abrasé28. On soulignera le mauvais état de préservation des blocs en calcaire cristallin gris noir, qui se sont le plus souvent fissurés voire ont éclaté, à la différence des blocs de calcaire gris bleu qui ont mieux résisté aux variations de température. Outre le calcaire cristallin gris noir, plusieurs blocs d’un calcaire gréseux gris provenant des mêmes formations géologiques ont été identifiés (blocs 4, 5, 7, 8, 21 et 23 décrits au tableau 1)29. Ils sont travaillés de la même manière que les blocs de calcaire cristallin gris noir et on leur attribuera ici une fonction identique dans l’édifice. Les seules différences notables sont les reflets roses du calcaire gréseux gris et la meilleure résistance de ce matériau aux conditions extérieures. Parmi ceux‑ci, le bloc 8 fut vraisemblablement abrasé après un travail par piquetage, tandis que le bloc 5 est le seul à présenter les indices de l’utilisation de la scie, et encore celle‑ci fut‑elle vraisemblablement utilisée lors du remaniement du bloc en vue de son remploi.

11Les traits particuliers (forme, dimensions, surfaces travaillées) des blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris décrits au tableau 1 permettent d’identifier plusieurs ensembles de fonctions distinctes. Face « plane » désigne la surface régulière naturellement obtenue grâce à la ligne de clivage du bloc, « piquetée » la présence d’un réseau dense de traces d’outils, et « brisée » la surface irrégulière issue de la cassure du bloc, le plus souvent en vue de son remploi dans l’édifice néopalatial. Le traitement de ces surfaces, plane, piquetée et brisée, est respectivement représenté par une ligne droite, un pointillage et des hachures sur les figures 5 à 7, 12, 13, 15, 16 et 19 à 22. Les faces des blocs sont identifiées selon leur position dans la ruine : inférieure, supérieure, Nord, Est, Sud et Ouest (selon un Nord général indiqué sur chaque figure). Les termes conventionnels (faces de parement, arrière et de joint, et lits de pose et d’attente) ne sont utilisés que pour la restitution de la position initiale des blocs, avant leur remploi dans l’édifice néopalatial. La plupart de ces blocs proviennent, comme nous allons le suggérer, d’une assise de nivellement dans la façade Ouest du palais MM IIB (blocs 1 à 26 et seuils 27 et 28). Les autres (blocs 29 à 33) proviennent d’éléments architectoniques protopalatiaux divers remployés eux aussi dans l’édifice néopalatial. Ces derniers sont discutés dans l’annexe 1.

  • 30 Le bloc 4 constitue la seule exception, puisque ses faces Est et Ouest, autrefois lits de pose et (...)

12Les blocs 1 à 26 sont issus du remploi de blocs qui partagent les traits suivants : leurs lits d’attente et faces de parement et de joint (de chaque côté) ont été soigneusement travaillés au moyen d’un outil laissant un réseau dense de traces punctiformes sur la surface, tandis que le lit de pose et la face arrière présentent des surfaces planes mais non travaillées, qui résultent des lignes de clivage naturelles de la roche (fig. 3)30.

Fig. 3 – Restitution d’un bloc taillé en calcaire cristallin gris noir ou gréseux gris.

Fig. 3 – Restitution d’un bloc taillé en calcaire cristallin gris noir ou gréseux gris.

M. Devolder.

  • 31 Pelon 1984, fig. 13.

13À l’exception de quelques cas (blocs 6, 10, 13, 14, 15, 17 et 20), les blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris furent brisés avant d’être remployés dans le palais néopalatial. Ils sont par ailleurs souvent noyés dans les murs et les sols de l’édifice, et l’identification de leur forme initiale nécessite un examen détaillé. La forme quadrangulaire du bloc 9, avant son remploi comme base de colonne, est ainsi surtout visible sur l’un des clichés pris lors des sondages menés par O. Pelon sous le Quartier III (fig. 4)31. Les blocs 11 et 12 découverts dans la pièce III 8, vraisemblablement réutilisés comme bases de colonnes à l’étage, provenaient peut‑être d’un seul et même bloc (fig. 6 et 9). Leurs largeurs concordent et, une fois assemblés, ils présentent une partie des faces de parement et arrières, ainsi qu’une des faces de joint du bloc initial (L. min. 0,97 m).

Fig. 4 – Vue du bloc 9 sur un cliché pris lors des sondages sous le Quartier III en 1983.

Fig. 4 – Vue du bloc 9 sur un cliché pris lors des sondages sous le Quartier III en 1983.

La flèche à gauche de la photo indique l’une des faces latérales du bloc initial.

D’après la reproduction du cliché publié dans Pelon 1984, fig. 6.

Fig. 5 – Relevé de la face supérieure des blocs 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 10.

Fig. 5 – Relevé de la face supérieure des blocs 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 10.

Éch. 1/20

M. Devolder.

Fig. 6 – Relevé des différentes faces des blocs 11 et 12.

Fig. 6 – Relevé des différentes faces des blocs 11 et 12.

Éch. 1/20

M. Devolder.

Fig. 7 – Relevé de la face supérieure des blocs 16, 17, 18, 19, 20 et 21.

Fig. 7 – Relevé de la face supérieure des blocs 16, 17, 18, 19, 20 et 21.

Éch. 1/20

M. Devolder.

  • 32 Exception faite du bloc 13 qui mesure au moins 0,26 m de hauteur.

14Le travail des faces de joint suggère que les blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris étaient destinés à être placés côte à côte, chacun en contact étroit avec les blocs voisins. Le lit d’attente et la face de parement des blocs étaient également travaillés, ce qui indique que ces surfaces étaient au moins en partie visibles et devaient, dans le cas du lit d’attente, offrir une surface régulière. Au contraire, la face arrière et le lit de pose, qui présentaient des surfaces planes mais non travaillées, étaient l’une noyée dans la maçonnerie, et l’autre posée sur les fondations. Les blocs présentent des hauteurs très similaires : ils mesurent entre 0,16 et 0,22 m dans onze cas (sur 26) où celle‑ci a pu être mesurée (fig. 14)32 et les différences ont été compensées lors de la mise en place des blocs sur l’assise de fondation. Aucun de ces blocs ne présentait d’aménagement ou de traces nettes d’usure sur le lit d’attente, ce qui montre qu’ils n’avaient pas servi dans des ouvertures, portes ou fenêtres. Sur la base de ces arguments, nous suggérons donc que les blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris provenaient de l’assise de nivellement d’une ancienne façade du palais.

Fig. 8 – Vue des blocs 1, 2, 3, 5, 6, et 5 et 6.

Fig. 8 – Vue des blocs 1, 2, 3, 5, 6, et 5 et 6.

K. Papachrysanthou.

Fig. 9 – Vue des blocs 7 et 8, 9 et 10, 9, 10, 11 et 12, et 16.

Fig. 9 – Vue des blocs 7 et 8, 9 et 10, 9, 10, 11 et 12, et 16.

K. Papachrysanthou.

Fig. 10 – Vue des blocs 26, 17, 18 et 19, 20 et 28, 21, et 27.

Fig. 10 – Vue des blocs 26, 17, 18 et 19, 20 et 28, 21, et 27.

K. Papachrysanthou.

  • 33 Devolder 2016 ; M. Devolder, « Rapport : Malia, le palais », BCH 138 (2014), p. 781‑784.
  • 34 Ce niveau de sol en plâtre est encore partiellement préservé dans les pièces VIII 1 (alt. 14,48 m) (...)
  • 35 Devolder 2016 ; Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 8‑9 ; F. Chapouthier, lettre inédite datée du 1 (...)

15La présence de certains blocs encore en place dans l’édifice néopalatial confirme cette identification, et permet par ailleurs de déterminer que cette assise de nivellement soignée appartenait à la façade Ouest du palais détruit au MM IIB. Une étude récente des murs néopalatiaux des Magasins Ouest a révélé que ceux‑ci ont largement incorporé les restes de murs protopalatiaux qui se dressaient encore après la destruction MM IIB (pièces I 1‑7, II 1a, 2‑3, III 5, 6 et 8, VI 11‑12, VII 7‑9, 13 et 14 et VIII 1‑3)33. Il s’agit de murs composés de couches successives d’un mélange de moellons et d’une quantité abondante de terre, délimitant deux ensembles de magasins parallèles répartis de part et d’autre du couloir central C. Ce plan est repris assez fidèlement au Néopalatial, mais du côté de la Cour Ouest la limite de ces magasins protopalatiaux est bouleversée par la construction de la façade en grès dunaire qui ne laisse que peu de traces de la façade protopalatiale. Toutefois, à deux endroits, des blocs en calcaire cristallin gris noir sont restés en place. Il s’agit tout d’abord du bloc 13 situé dans l’angle Sud‑Ouest de la « casemate » I 1 (fig. 12). Il est placé exactement dans l’axe du mur Nord protopalatial de la pièce VIII 1. Le bloc 13 serait donc un vestige de l’assise de nivellement en calcaire de la façade Ouest du palais protopalatial, sur et contre lequel furent ensuite placés des éléments en grès dunaire de la façade néopalatiale. D’une manière plus évidente encore, les blocs 14 et 15 occupent dans l’édifice néopalatial la position qu’ils occupaient déjà dans une façade protopalatiale, du côté Ouest de la pièce VIII 3. Tous deux sont placés selon un axe Nord‑Sud et sont associés, à l’Est, à une maçonnerie liée à l’occupation protopalatiale du palais (fig. 13). En effet, le parement du mur à l’arrière des blocs 14 et 15 (alt. 14,41 m) est associé au niveau de sol protopalatial des Magasins Ouest du palais (alt. 14,48‑14,61 m)34, lequel sera ensuite rehaussé de 0,10 à 0,20 m au Néopalatial35. La position de ces blocs indique donc que l’assise de nivellement appartient au palais protopalatial et fut remployée au Néopalatial comme support pour une nouvelle façade sur la Cour Ouest : les blocs en grès dunaire reposent en effet sur les blocs en calcaire cristallin 13, 14 et 15 et sur la maçonnerie qui s’adosse à eux, tandis que la banquette en grès dunaire vient se placer directement contre leurs faces de parement. Peut‑être des moellons de calcaire gris bleu placés entre les blocs 14 et 15 indiquent‑ils des remaniements à cette assise de nivellement après son utilisation protopalatiale, mais il est également possible qu’ils comblaient des espaces vides dans son premier état (fig. 13).

Fig. 11 – Vue du bloc 4 sous l’un des blocs en grès dunaire au Nord de la pièce néopalatiale IV 1 (haut), et vue du mur Nord du Quartier V ou « Donjon » avec les blocs 20, 24 et 28 (bas).

Fig. 11 – Vue du bloc 4 sous l’un des blocs en grès dunaire au Nord de la pièce néopalatiale IV 1 (haut), et vue du mur Nord du Quartier V ou « Donjon » avec les blocs 20, 24 et 28 (bas).

K. Papachrysanthou.

Fig. 12 – Vue et relevé du bloc 13 de l’assise de nivellement protopalatiale supportant un bloc en grès dunaire et contre lequel est placée la banquette en grès dunaire de la façade néopalatiale.

Fig. 12 – Vue et relevé du bloc 13 de l’assise de nivellement protopalatiale supportant un bloc en grès dunaire et contre lequel est placée la banquette en grès dunaire de la façade néopalatiale.

Éch. 1/20

K. Papachrysanthou et M. Devolder.

Fig. 13 – Vue et relevé des blocs 14 et 15 intégrés dans la façade néopalatiale en grès dunaire.

Fig. 13 – Vue et relevé des blocs 14 et 15 intégrés dans la façade néopalatiale en grès dunaire.

Éch. 1/20

K. Papachrysanthou et M. Devolder.

16La longueur des blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris, quand elle a pu être déterminée, est très variable : entre 0,59 et 1,34 m, et ce malgré le petit nombre de blocs (huit) pour lesquels on dispose de cette dimension (fig. 14). Leur largeur varie également, mais elle se situe généralement entre 0,40 et 0,60 m (fig. 14). Cette variété dans les largeurs est significative, car elle permet d’exclure que les blocs étaient placés à la manière d’une banquette le long d’une façade structurellement indépendante d’eux. Ils formaient donc bien une assise de nivellement seulement visible en parement, tandis que le revêtement arrière était composé d’un autre matériau, des moellons noyés dans un mortier de terre vraisemblablement, comme c’est le cas à l’arrière des blocs 14 et 15 (fig. 13). On ne dispose pas de la longueur exacte de chaque bloc, celle‑ci étant masquée par leur remploi, ou les blocs ayant été brisés, mais sur la base de la longueur visible de chacun d’entre eux on peut estimer que l’assise de nivellement en calcaire mesurait au moins 14,91 m de long.

Fig. 14 – Dimensions (m) originales des blocs taillés en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris, lorsque ces données sont disponibles (tabl. 1). Les blocs 11 et 12 ont été considérés ensemble.

Fig. 14 – Dimensions (m) originales des blocs taillés en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris, lorsque ces données sont disponibles (tabl. 1). Les blocs 11 et 12 ont été considérés ensemble.

M. Devolder.

Fig. 15 – Relevé des faces de parement des blocs 1, 7, 8 et 20.

Fig. 15 – Relevé des faces de parement des blocs 1, 7, 8 et 20.

M. Devolder.

  • 36 Pelon 1980, p. 235‑242.
  • 37 Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 13, pl. IX 1 ; F. Chapouthier, BCH 60 (1936), p. 483‑485 ; F. C (...)
  • 38 Devolder 2016 ; M. Devolder 2014 (n. 33).
  • 39 Il s’agit d’un calcaire blanc jaunâtre et friable provenant de la région de Chersonissos, Dimou et (...)

17Les blocs de cette assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris furent ôtés après la destruction MM IIB pour être remployés dans le palais néopalatial, excepté dans les quelques cas où la nouvelle façade en grès dunaire fut construite directement sur et contre eux. Cela signifie donc qu’à l’Ouest des Magasins VIII 1‑3 et au Sud de la « casemate » I 1, la façade néopalatiale suit le tracé de la façade protopalatiale sur la Cour Ouest. La restitution du tracé de la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia proposée à la figure 17 est basée sur les vestiges protopalatiaux du Quartier Nord-Ouest du palais36, sur les sondages menés par les anciens fouilleurs et O. Pelon sous le Quartier III37, et sur l’identification des murs protopalatiaux des Magasins Ouest38. La partie Nord de cette façade, le long des pièces a, b, c, j, k et m, est sévèrement arasée, mais l’on peut constater qu’elle était composée d’une première assise de grands blocs bruts de calcaire gris bleu. À l’Ouest de l’ensemble découvert sous le Quartier III, la pièce α forme une projection sur la Cour Ouest et ouvre sur celle‑ci avec un portique dont les deux bases de colonnes sont encore visibles, prises dans le dallage de la cour. Plus au Sud, deux retraits encadrent une projection centrale intégrant les vestiges de la « casemate » I 1, à moins que l’absence de dallage sur la Cour Ouest au Sud de la pièce α n’indique une projection de la façade protopalatiale à cet endroit. Un diverticule de la chaussée surhaussée en aspropétra39 de la Cour Ouest menait vraisemblablement à l’Est vers une entrée dans la façade Ouest de l’édifice protopalatial, à hauteur de la pièce I 6. Peut‑être peut‑on y restituer l’un des seuils (27 ou 28).

Fig. 16 – Relevé des faces supérieure et de parement des blocs 27 et 28.

Fig. 16 – Relevé des faces supérieure et de parement des blocs 27 et 28.

Éch. 1/20

M. Devolder.

Fig. 17 – Proposition de restitution de la partie Ouest de l’aile Ouest du palais de Malia au MM IIB, avec en tracé gris plein la façade sur la Cour Ouest. En noir, la position des blocs 13, 14 et 15

Fig. 17 – Proposition de restitution de la partie Ouest de l’aile Ouest du palais de Malia au MM IIB, avec en tracé gris plein la façade sur la Cour Ouest. En noir, la position des blocs 13, 14 et 15

Basé sur Devolder 2016, fig. 9.

  • 40 Exception faite du bloc 13, cf. n. 32.

18Le bloc 27 présente sur sa face supérieure un trou de pivot suggérant son utilisation comme un seuil, fonction qu’il ne remplissait vraisemblablement pas dans l’édifice néopalatial : il est placé contre un mur et non pas dans un accès et servait peut‑être alors de banquette (fig. 10 et 16). Le matériau et le piquetage du bloc sur le lit d’attente, la face de parement et l’une des faces de joint au moins (l’autre est brisée), suggèrent que ce bloc était autrefois placé à l’endroit d’un accès dans l’assise de nivellement de la façade Ouest protopalatiale. Peut‑être le bloc 28, dont le façonnage et les dimensions sont similaires à ceux du bloc 27 et qui présente lui aussi une légère dépression sur sa face supérieure, était‑il autrefois utilisé comme un seuil intégré dans la façade du palais protopalatial (fig. 10, 11 et 16). Les dimensions de ces deux blocs semblent les démarquer nettement des blocs attribués à une assise de nivellement. Les blocs 27 et 28 sont larges de 0,52 et 0,54 m, respectivement. La hauteur minimum du bloc 27 est de 0,24 m, celle du bloc 28, entièrement visible, est de 0,34 m, tandis que les blocs de l’assise de nivellement ne mesurent presque jamais plus de 0,22 m de hauteur (tabl. 1 et fig. 14)40. Ils sont particulièrement longs : 1,18 m au minimum pour le bloc 27, 1,51 m pour le bloc 28. Il est donc probable que ces deux blocs servaient de seuils avant leur remploi dans l’édifice néopalatial.

  • 41 J. Driessen, C. F. Macdonald, The Troubled Island. Minoan Crete Before and After the Santorini Eru (...)
  • 42 J. Driessen (n. 18), p. 563.

19Le soin qui a été apporté à la construction de l’assise de nivellement de la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia témoigne du caractère monumental du projet architectural, pour lequel des matériaux non locaux ont été requis et qui a exigé le façonnage minutieux des blocs. Peut‑être ce désir de monumentalité s’est‑il manifesté dès la phase initiale de construction de l’édifice, qui comme nous l’avons indiqué précédemment pourrait selon O. Pelon remonter au MM IA. L’assise de nivellement en calcaire pourrait toutefois avoir été mise en place plus tard au cours de la période protopalatiale, avant d’être détruite au MM IIB dans la catastrophe qui frappe l’ensemble du site. On ne peut exclure que cette assise était encore en place lorsque fut mené à bien le projet de construction MM III, intermédiaire entre la destruction MM IIB du palais et la reconstruction de la façade Ouest en blocs de grès dunaire. On a en effet mentionné précédemment le mur MM III en blocs de calcaire gris bleu découvert sous le Quartier III (fig. 1), auquel il faut peut‑être associer un mur situé au Nord des silos41. Cette phase architecturale MM III du palais reste cependant difficile à saisir avec précision42.

  • 43 La façade Ouest du secteur Nord-Ouest du palais n’est pas prise en compte dans cette estimation, p (...)

20Comme on l’a mentionné précédemment, les blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris remployés au sein du palais néopalatial offrent une longueur totale de près de 15 m. C’est loin des dimensions de la façade dont le plan est restitué à la figure 17, où la partie dotée d’une assise de nivellement pourrait avoir mesuré plus de 50 m de long43. Certes on ne peut prétendre que l’observation détaillée des murs de la ruine ait été infaillible, mais il faut surtout souligner qu’un certain nombre de blocs sont peut‑être encore masqués au sein du palais néopalatial. Il est ainsi très probable que des blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris se trouvent sous la façade de grès dunaire. D’autres sont aussi probablement masqués sous les niveaux de sol de l’édifice, comme c’est le cas d’un bloc d’aspect régulier visible sur un des clichés des anciennes fouilles, du type de ceux décrits ici, et placé sous le bloc 8 dans la pièce IV 2 (fig. 18). Il est également possible que certains des blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris aient été remployés dans d’autres édifices sur le site. En plus de contribuer à la restitution de l’état protopalatial du palais de Malia, l’identification de ces blocs fournit donc également un marqueur chronologique essentiel sur le site.

Fig. 18 – Vue des blocs 7 et 8 dans la pièce IV 2 lors de sondages menés en 1956, sur un des clichés des fouilles anciennes, avec sous le bloc 8, indiqué par la flèche, un bloc régulier peut-être issu de l’assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris.

Fig. 18 – Vue des blocs 7 et 8 dans la pièce IV 2 lors de sondages menés en 1956, sur un des clichés des fouilles anciennes, avec sous le bloc 8, indiqué par la flèche, un bloc régulier peut-être issu de l’assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris.

« + » indique la dimension minimum visible lorsqu’une partie est noyée dans le sol, les murs ou les restaurations.

© EFA.

Tableau 1 – Description des blocs de calcaire cristallin gris noir et gréseux gris.

No Emplacement dans l’édifice néopalatial (fig. 2) Dimensions (m) Traitement des surfaces et état de préservation
L. l. h.
1 Mur Nord de l’espace k, dans la partie Nord-Ouest du palais.
Fig. 5, 8 et 15
0,70
(brisé)
0,58
(brisé)
0,17 Calcaire cristallin gris clair.
Face supérieure plane. Face Nord piquetée. Face Est piquetée mais en partie brisée. Face Sud brisée avec des traces irrégulières d’outil (charruage). Face Ouest brisée.
2 Mur Nord de l’espace k, dans la partie Nord-Ouest du palais.
Fig. 5 et 8
0,64
(brisé)
0,58 0,19‑0,22 Calcaire cristallin gris clair avec inclusions amygdaloïdes blanches.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée (en partie brisée). Face Est plane avec des traces irrégulières d’outil (charruage). Face Sud brisée. Face Ouest piquetée (en partie brisée).
3 Base de colonne dans le portique Nord de III 7.
Fig. 5 et 8
0,68 0,65
(brisé)
0,08 + Calcaire cristallin gris moyen.
Bloc mal préservé, avec de nombreuses fissures. Le bloc est pris dans le sol restauré.
Face supérieure piquetée. Faces Nord et Sud brisées lorsque le bloc fut retravaillé de sorte à lui donner une forme ovale. Face Est piquetée. Face Ouest plane.
4 Bloc supportant le pilier Est du portique Nord de III 7.
Fig. 5 et 11
1,31
(brisé)
0,30 0,18
0,19
Calcaire gréseux gris à reflets rose.
Face supérieure piquetée. Face Nord brisée. Face Est plane. Face Sud piquetée. Face Ouest plane.
5 Base de colonne dans l’espace IV 1 (Nord).
Fig. 5 et 8
0,56
(brisé)
0,29 0,08 + Calcaire gréseux gris à reflets rose.
Le bloc est pris dans le sol restauré.
Bloc retravaillé de sorte à former une base de colonne (diam. du plateau 0,43 m).
Face supérieure piquetée. Face Nord aplanie, par sciage ou abrasement. Face Est brisée par l’arrondi lié à la transformation du bloc en base de colonne. Face Sud aplanie, par sciage ou abrasement. Face Ouest piquetée et brisée par l’arrondi lié à la transformation du bloc en base de colonne.
6 Base de colonne dans l’espace IV 1 (Sud).
Fig. 5 et 8
0,59 0,51 0,05 + Calcaire cristallin gris moyen.
Le bloc est pris dans le sol restauré.
Bloc quadrangulaire sauf à l’angle Sud-Ouest où il fut brisé de sorte à former un arrondi lors du remploi.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est plus ou moins régulière. Face Sud piquetée et brisée. Face Ouest piquetée et brisée.
7 Base de colonne dans l’espace IV 2 (Est).
Fig. 5, 9, 15 et 18
0,49
(brisé)
0,48 0,20 + Calcaire gréseux gris à reflets rose.
Face supérieure piquetée. Face Nord plane mais en partie brisée. Face Est brisée. Face Sud piquetée. Face Ouest piquetée, avec ligne de plâtre horizontale visible 0,08 m sous le niveau de la face supérieure (liée au remploi).
8 Base de colonne dans l’espace IV 2 (Ouest).
Fig. 5, 9, 15 et 18
0,67 (brisé) 0,54 0,21 + Calcaire gréseux gris à reflets rose.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est plane et brisée. Face Sud brisée. Face Ouest piquetée (et vraisemblablement abrasée), avec ligne de plâtre horizontale visible 0,1 m sous le niveau de la face supérieure (liée au remploi).
9 Base de colonne bordant le puits de lumière III 7c (côté Est).
Fig. 4 et 9
0,55
(brisé)
0,52
(brisé)
0,02 + Calcaire cristallin gris moyen.
Bloc grossièrement ovale, dont seule la face supérieure piquetée est visible. Les contours de la base montrent que les autres faces ont été travaillées lors du remploi du bloc.
10 Base de colonne bordant le puits de lumière III 7c (côté Ouest).
Fig. 4, 5 et 9
0,59 0,58 0,04 + Calcaire cristallin gris moyen.
Les contours du bloc original ont été arrondis pour former une base de colonne.
Face supérieure piquetée. Face Nord non visible mais rectiligne. Face Est piquetée. Face Sud piquetée. Face Ouest plane.
11 Bloc effondré de l’étage dans l’espace III 8.
Fig. 6 et 9
0,49
(brisé)
0,40 0,21 + Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure piquetée, et dont les angles ont été travaillés lors du remploi pour être arrondis.
Face Nord brisée. Face Est piquetée. Face Sud brisée. Face Ouest plane. Formait initialement un seul et même bloc avec le bloc 12.
12 Bloc effondré de l’étage dans l’espace III 8.
Fig. 6 et 9
0,48
(brisé)
0,41 0,21 + Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure piquetée, et dont les angles ont été travaillés lors du remploi pour être arrondis. Face Nord brisée et piquetée.
Face Est plane. Face Sud brisée. Face Ouest piquetée. Formait initialement un seul et même bloc avec le bloc 11.
13 Bloc supportant un bloc de grès dunaire dans la façade Ouest. Partie Sud-Ouest de l’espace I 1.
Fig. 12
0,75 + 0,60 0,26 + Calcaire cristallin gris moyen.
Le bloc supporte un bloc de grès dunaire de la façade et contre lui au Sud est placée la banquette en grès dunaire.
Face supérieure piquetée. Face Nord plane. Face Est masquée sous un bloc en grès dunaire. Face Sud piquetée. Face Ouest piquetée mais en grande partie brisée.
14 Bloc dans l’angle Sud-Ouest de l’espace VIII 3 (façade Ouest).
Fig. 13
1,07 0,32‑0,41 0,08 + Calcaire cristallin gris foncé.
Le bloc est pris dans le sol (ancien) de l’espace VIII 3. Contre lui à l’Ouest la banquette en grès dunaire de la façade Ouest est posée.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est plane avec retrait (délibéré ou lié au
clivage ?). Face Sud piquetée. Face Ouest piquetée.
15 Bloc dans l’angle Sud-Ouest de l’espace VIII 3 (façade Ouest).
Fig. 13
0,40 + 0,40 0,10 + Calcaire cristallin gris foncé.
Le bloc est pris dans le sol (ancien) de l’espace VIII 3. Il supporte un bloc de grès dunaire et contre lui à l’Ouest la banquette de la façade Ouest est posée.
Face supérieure piquetée (la dépression sur la face supérieure est le fait de l’état de conservation). Face Nord masquée sous un bloc en grès dunaire. Face Est plane. Face Sud piquetée. Face Ouest piquetée.
16 Bloc (linteau ?) effondré dans l’entrée de l’espace XVIII 5.
Fig. 7 et 9
0,66
(brisé)
0,25 0,205 Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure piquetée. Face Nord plane et piquetée (piquetage pour ôter une irrégularité de la surface ?). Face Est piquetée. Face Sud piquetée. Face Ouest brisée. Face inférieure plane.
17 Bloc effondré (et restauré en position) dans la partie Est de l’espace XIX 6.
Fig. 7 et 10
0,59 0,24 + 0,17 Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure plane. Face Nord piquetée. Face Est piquetée. Face Sud piquetée. La face Sud présente un axe légèrement différent des autres faces. Face Ouest plane.
18 Accès Sud du portique Est de la Cour Centrale. Fig. 7 et 10 0,99 (brisé) 0,40 + 0,09 Calcaire cristallin gris foncé. Face supérieure piquetée. Face Nord brisée (à peine visible). Face Est piquetée. Face Sud piquetée. Face Ouest plane.
19 Accès Sud du portique Est de la Cour Centrale.
Fig. 7 et 10
0,75
(brisé)
0,22 + 0,11 Calcaire cristallin gris foncé.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est piquetée. Face Sud brisée. Face Ouest plane.
20 Marche d’accès à l’espace Va dans la Cour Nord-Ouest.
Fig. 7, 10, 11 et 15
1,13 0,375 0,22 Calcaire cristallin gris clair.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est piquetée. Face Sud plane. Face Ouest piquetée.
21 Bloc dans l’accès au Nord-Ouest du Couloir C’.
Fig. 7 et 10
0,51
(brisé)
0,34‑0,39
(brisé)
0,17 + Calcaire gréseux gris clair à reflets rose.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est plane et piquetée. Face Sud brisée. Face Ouest brisée.
22 Bloc remployé dans le mur Nord restauré de l’espace VIII 3. 0,05 + 0,34 0,16 Calcaire cristallin gris clair.
Face supérieure plane. Face Est piquetée. Face Sud piquetée. Face Ouest irrégulière. Face inférieure piquetée.
23 Bloc remployé dans le mur Nord restauré de l’espace XX 2. 0,13 + 0,325 0,17 Calcaire gréseux gris.
Face supérieure plane. Face Est brisée. Face Sud piquetée. Face Ouest piquetée. Face inférieure irrégulière.
24 Bloc remployé dans le mur Nord du Quartier V ou « Donjon ».
Fig. 11
0,11 + 0,28 0,16 Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure plane. Face Nord brisée. Face Ouest plane. Face inférieure plane. Face Est abrasée. Pas de traces de piquetage.
25 Bloc remployé dans le mur Ouest du Quartier V ou « Donjon ». 0,09 + 0,24 0,15 Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure piquetée. Face Nord brisée. Face Est non visible. Face Sud plane. Face Ouest piquetée et brisée. Face inférieure piquetée.
26 Bloc remployé dans le mur Est de l’espace XIX 6.
Fig. 10
0,40
(brisé)
0,29 0,20 Calcaire cristallin gris moyen. Inclusions amygdaloïdes.
Face supérieure plane. Face Nord piquetée (et abrasée ?). Face Est brisée. Face Sud plane. Face Ouest piquetée.
27 Bloc dans l’angle Nord-Est de l’espace IV 2.
Fig. 10 et 16
1,20
(brisé)
0,52 0,24 Calcaire cristallin gris moyen.
Le bloc est pris dans le sol restauré.
Face supérieure piquetée (et peut‑être abrasée), avec trou de pivot (6 × 6,8 cm) qui présente lui aussi des traces de piquetage. Face Nord plane. Face Est piquetée. Face Sud piquetée (et vraisemblablement abrasée). Face Ouest brisée.
Ce seuil n’est pas situé dans une entrée.
28 Seuil d’accès à l’espace Va.
Fig. 10, 11 et 16
1,51 0,54 0,34 Calcaire cristallin gris clair.
Face supérieure piquetée. Face Nord piquetée. Face Est piquetée. Face Sud plane (clivage). Face Ouest piquetée.
29 Seuil dans l’accès entre les pièces IV 2 et IV 3.
Fig. 19
1,93 + 0,69 0,03 + Calcaire cristallin gris foncé.
Le bloc, très éclaté, est pris dans le niveau de sol restauré.
Face supérieure piquetée. Face Nord grossièrement rectiligne. Face Est masquée dans le niveau de sol. Face Sud piquetée. Face Ouest masquée dans le niveau de sol.
30 Bloc effondré dans la Cour Nord-Ouest.
Fig. 19
1,82 0,59 0,04 + Calcaire cristallin gris foncé avec inclusions amygdaloïdes blanches. Le bloc est pris dans le niveau de sol.
Face supérieure porte les restes de traces de piquetage. Face Nord rectiligne, peut‑être piquetée. Face Est plane. Face Sud plane. Face Ouest plane. L’angle formé par les faces Est et Ouest donne au bloc une forme trapézoïdale.
31 Angle Sud-Est de l’espace pavé au Nord-Est du Quartier III.  0,67 + 0,62 0,03 + Calcaire cristallin gris foncé.
Le bloc est pris dans le pavement et seule la face supérieure, piquetée, est visible.
32 Bloc posé près du parement Nord du mur bordant le côté Nord des silos.
Fig. 20
0,83
(max.)
0,33‑0,48 0,15 + Calcaire cristallin gris foncé avec inclusions amygdaloïdes blanches.
Bloc grossièrement rectangulaire avec élément en projection à l’Est lui donnant une forme en Γ. Cet élément en projection à l’Est est piqueté. Élément en projection brisé au Nord.
Face supérieure piquetée. Face Nord plane. Face Est piquetée. Face Sud brisée ou de clivage irrégulier. Face Ouest piquetée et brisée. Les faces Est et Ouest présentent un axe particulier, comme si le bloc était initialement trapézoïdal.
33 Bloc situé à la base de la tête Est du mur Nord de l’espace VI 11.
Fig. 19
0,61 + 0,76 0,07 + Calcaire cristallin gris moyen.
Face supérieure piquetée dans la moitié Est. La moitié Ouest ne porte pas de traces d’outils et est 1,5 cm plus haut que la moitié Est. Face Nord plane. Face Est brisée. Face Sud plane. Face Ouest masquée par le mur Nord de l’espace VI 11.
34 Pierre à cupules dans l’espace VII 13.
Fig. 21
0,70 0,41 0,21 Calcaire cristallin gris foncé avec inclusions amygdaloïdes blanches.
Sur la face supérieure 40 petites cupules (39 bien visibles), une moyenne et, au centre, une grande. Face Nord plane et brisée. Face Est brisée et piquetée. Face Sud piquetée. Face Ouest brisée et piquetée. Face inférieure piquetée. Dans la partie inférieure du bloc sur les faces Est, Sud et Ouest, une moulure creuse est visible.
35 Partie Sud-Ouest de la Cour Centrale.
Fig. 22
0,98 0,94 0,05 + Calcaire cristallin gris foncé.
Face supérieure travaillée par piquetage et polissage. Une moulure creuse borde les côtés Nord, Est et Sud (Ouest non visible). Le plan en projection sur la face supérieure mesure 0,94 × 0,67 m.

« + » indique la dimension minimum visible lorsqu’une partie est noyée dans le sol, les murs ou les restaurations.

Conclusions

21On a identifié la présence d’une série de blocs dont les matériaux, la forme et le façonnage, ainsi que dans trois cas leur position dans la ruine, ont permis de restituer une assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris dans la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia. On ne peut déterminer la phase précise de sa construction – fait‑elle partie d’un premier état du palais au MM IA ou fut‑elle ajoutée plus tard au cours du Protopalatial ? – mais son existence est assurée au moment de la destruction de l’édifice au MM IIB. Le palais est reconstruit au Néopalatial, et l’assise de nivellement n’apparaît plus que par endroits dans la partie Sud de la façade Ouest, où elle est masquée par des murs et une banquette en grès dunaire. Les autres blocs sont réutilisés dans l’édifice néopalatial, principalement sous la forme de bases de colonnes, mais aussi de marches ou de seuils, un remploi qui suggère que les bâtisseurs du palais néopalatial étaient conscients du caractère particulier de ces éléments. Les matériaux – le calcaire cristallin gris noir et le calcaire gréseux gris ne sont pas des pierres locales comme c’est le cas du calcaire gris bleu ou du grès dunaire mais sont importés – ainsi que le façonnage des différents blocs soulignent la qualité du projet architectural. Les blocs de l’assise de nivellement en calcaire ont ainsi été soigneusement choisis, importés et travaillés de manière à obtenir des faces de parement et de joint et un lit d’attente parfaitement réguliers. Certes le travail fut facilité par les lignes de clivage naturelles de la roche, mais le soin apporté à la finition rend compte d’un souci de perfection de la part des artisans. Cette assise de nivellement est le fait de bâtisseurs disposant d’une maîtrise technique évidente, qu’il faut replacer dans le contexte du développement d’une architecture d’élite.

  • 44 Poursat 1988, p. 72.
  • 45 Schoep 2002 (n. 11), p. 101‑132 ; I. Schoep, « The State of the Minoan Palaces or the Minoan Palac (...)
  • 46 Le Hall Minoen est une unité architecturale composée de la succession d’un puits de lumière, d’un (...)
  • 47 Schoep 2004, p. 264 ; J. Shaw (n45, 2011) ; Q. Letesson, « Minoan Halls: A Syntactical Genealogy (...)
  • 48 Pour une approche récente de la fonction de ces unités architecturales et des références utiles, c (...)
  • 49 Schoep 2004, p. 247 ; Schoep 2006 (n. 11), p. 40. J. Shaw a cependant récemment présenté des éléme (...)
  • 50 Schoep 2004, p. 247 ; Schoep 2006 (n. 11), p. 40‑41.
  • 51 Devolder 2016.

22À Malia, des recherches récentes ont mis en évidence ce que la littérature désigne parfois sous le terme de « grands ensembles », comme le Quartier Mu, le Bâtiment Dessenne, la Villa Alpha, la Crypte Hypostyle et l’Agora44. De nombreuses innovations architecturales apparaissent en effet dans ces édifices au MM II, que l’on peut éventuellement envisager comme le produit de rivalités entre différents groupes sociaux45. Parmi les innovations les plus importantes résultant de cette émulation architecturale, le hall minoen et le bain lustral46 sont attestés pour la première fois à Malia dans le Quartier Mu et dans la Crypte Hypostyle47. Il s’agit de pièces à vocation d’apparat, avec selon certains auteurs une tendance domestique ou peut‑être rituelle48. La créativité architecturale illustrée par ces édifices est d’autant plus manifeste qu’aucun bain lustral ou hall minoen n’a encore été identifié avec certitude dans un palais protopalatial49. Les interprétations de la société maliote protopalatiale fondées entre autres sur la créativité de ces élites s’avèrent particulièrement stimulantes. Elles reposent toutefois largement sur notre méconnaissance de l’état protopalatial du palais de Malia. Le caractère modeste de l’édifice est régulièrement souligné, de même que ses dimensions réduites et l’absence d’un premier étage50, une sobriété que l’étude architecturale en cours a déjà permis de mettre en question. Nous avons évoqué la présence dans l’aile Ouest du palais d’une série de pièces de stockage réparties de part et d’autre du corridor C dès la période protopalatiale (fig. 17). En plus d’illustrer l’importance des réserves susceptibles d’y être stockées, celles‑ci révèlent également l’existence de pièces occupant le premier étage de l’aile Ouest : leur forme longue et étroite, leurs murs épais, ainsi que des renforts liés structurellement à plusieurs de leurs murs dans les pièces VIII 1, VIII 2 et VIII 3 indiquent que le palais de Malia disposait déjà au Protopalatial d’un Piano Nobile important51. La restitution dans la façade Ouest de blocs en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris soigneusement taillés vient s’ajouter à ces éléments pour souligner la qualité du palais de Malia au Protopalatial.

  • 52 A. Evans, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan (...)
  • 53 J. Driessen, « Ariadne’s Thread: Backtracking the Minoan Palaces », communication à l’université d (...)
  • 54 C. F. Macdonald, C. Knappett (n. 5), p. 170.
  • 55 Macdonald 2012, p. 94.
  • 56 Shaw 2015, p. 124.
  • 57 L. Pernier, Il palazzo minoico di Festòs: scavi e studi della missione archeologica italiana a Cre (...)
  • 58 F. Carinci, V. La Rosa, « Revisione Festie », Creta Antica 8 (2007), p. 11‑119 ; Militello 2012, p (...)

23L’identification de cette assise de nivellement est d’autant plus intéressante si on la replace dans un contexte crétois, en la mettant en regard avec certains traits architecturaux des palais protopalatiaux de Knossos et de Phaistos. À Knossos, une assise en calcaire soigneusement taillée prise dans une couche d’argile dure sert de support aux orthostates en gypse de la façade Ouest du palais52. Bien que les chercheurs hésitent entre une datation au MM IB53, au MM IIA54, à une phase pré‑MM III55 ou au MM III56, cette maçonnerie semble bien appartenir à un état protopalatial de la façade Ouest. À Phaistos, la façade du palais protopalatial est composée d’une assise de nivellement en calcaire soigneusement taillé haute de 0,20 à 0,21 m57 et soutenant des blocs d’orthostates, datée du MM IB (au Sud-Ouest) et du MM IIA (au Nord-Ouest)58. Peut‑être peut‑on imaginer, sur la base des traits architecturaux des palais protopalatiaux de Knossos et de Phaistos, que l’assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris du palais de Malia supportait initialement une assise d’orthostates, une hypothèse séduisante que le remploi de certains blocs dans des murs néopalatiaux au sein du palais et ailleurs sur le site de Malia viendra peut‑être étayer. En plus de fournir des données qui permettront d’orienter la recherche vers l’identification de blocs susceptibles d’avoir appartenu à un état protopalatial de l’édifice, ces parallèles reflètent l’existence d’une communauté de pratiques architecturales entre les différents palais crétois au Protopalatial.

Haut de page

Bibliographie

Chapouthier, Charbonneaux 1928 = F. Chapouthier, J. Charbonneaux, Fouilles exécutées à Mallia. Premier rapport (1922‑1924), ÉtCrét I.

Devolder 2016 = M. Devolder, « The Protopalatial State of the Western Magazines of the Palace at Malia (Crete) », OJA 35, p. 143‑161.

Dimou et al. 2000 = E. Dimou, A. Schmitt, O. Pelon, « Recherches sur les matériaux lithiques utilisés dans la construction du palais de Malia : étude géologique », BCH 124, p. 435‑457.

Driessen, Schoep, Laffineur 2002 = J. Driessen, I. Schoep, R. Laffineur (éds), Monuments of Minos. Rethinking the Minoan Palaces. Proceedings of the International Workshop “Crete of the hundred Palaces ?held at the Université Catholique de Louvain, Louvain‑la‑Neuve, 14‑15 December 2001, Aegaeum 23.

Macdonald 2012 = C. F. Macdonald, « Palatial Knossos: the Early Years », dans Schoep et al. 2012, p. 81‑113.

Militello 2012 = P. Militello, « Emerging Authority: A Functional Analysis of the MM II Settlement of Phaistos », dans Schoep et al. 2012, p. 236‑272.

Pelon 1980 = O. Pelon, Le palais de Malia. V, ÉtCrét XXV.

Pelon 1982 = O. Pelon, « L’épée à l’acrobate et la chronologie maliote (I) », BCH 106, p. 165‑190.

Pelon 1983 = O. Pelon, « L’épée à l’acrobate et la chronologie maliote (II) », BCH 107, p. 679‑703.

Pelon 1984 = O. Pelon, BCH 108, p. 881‑887.

Pelon 1986° = O. Pelon, « Un dépôt de fondation au palais de Malia », BCH 110, p. 3‑19.

Pelon 1986b = O. Pelon, BCH 110, p. 813‑816.

Pelon 1989 = O. Pelon, BCH 113, p. 771‑785.

Pelon 1993 = O. Pelon, » La salle à piliers du palais de Malia et ses antécédents : recherches complémentaires », BCH 117, p. 523‑546.

Pelon 2002 = O. Pelon, « Contribution du palais de Malia à l’étude et à l’interprétation des “palais” minoens », dans Driessen, Schoep, Laffineur 2002, p. 111‑121.

Pelon 2005 = O. Pelon, « Les deux destructions du palais de Malia », dans I. Bradfer-Burdet, B. Detournay, R. Laffineur (éds), Kris Technitis. L’Artisan crétois : Recueil d’articles en l’honneur de Jean‑Claude Poursat, publié à l’occasion des 40 ans de la découverte du Quartier Mu, Aegaeum 26, p. 185‑197.

Pelon, Hue 1992 = O. Pelon, M. Hue, « La salle à piliers du palais de Malia et ses antécédents », BCH 116, p. 1‑36.

Poursat 1988 = J.‑Cl. Poursat, « La ville minoenne de Malia : recherches et publications récentes », RA, p. 61‑82.

Schoep 2004 = I. Schoep, « Assessing the Role of Architecture in Conspicuous Consumption in the Middle Minoan I‑II Periods », OJA 23, p. 247.

Schoep et al. 2012 = I. Schoep, P. Tomkins, J. Driessen (éds), Back to the Beginning: Reassessing Social and Political Complexity on Crete during the Early and Middle Bronze Age.

Shaw 1973 = J. W. Shaw, « The Chrysolakkos Facades », dans Τα Πεπράγµενα του Γ΄ Διεθνού Κριτολογικού Συνέδριου, Ρέθυµνο 18‑23 Σεπτεµβρίου 1971, p. 319‑331.

Shaw 2009 = J. W. Shaw, Minoan Architecture: Materials and Techniques, Studi di Archeologia Cretese VII, 2e édition.

Shaw 2015 = J. W. Shaw, Elite Minoan Architecture: Its Development at Knossos, Phaistos, and Malia.

Haut de page

Annexe

Éléments architectoniques protopalatiaux divers en calcaire cristallin gris noir

Plusieurs blocs en calcaire cristallin gris noir présentaient une forme particulière qui n’a pas permis de les attribuer avec certitude à l’assise de nivellement de la façade Ouest protopalatiale du palais. Il s’agit des blocs 29 à 35.

Le bloc 29 est en partie visible seulement car remployé comme seuil dans le sol entre les pièces IV 2 et IV 3 (fig. 19). Ses dimensions et le travail de la face supérieure et de la face Sud permettraient de l’associer à une assise de nivellement, mais les faces Est et Ouest sont masquées sous le niveau de sol et il est impossible de dire si elles formaient initialement des faces de joint travaillées. Dans le cas du bloc 30, cette attribution est possible mais difficile, du fait de la forme trapézoïdale du bloc (fig. 19). On ne peut exclure qu’il formait un élément situé à un endroit particulier de l’assise de nivellement. Le bloc 31 est trop peu visible pour qu’on puisse déterminer s’il appartenait ou non à l’assise de nivellement, ou sa fonction si ce n’était pas le cas. Le bloc 33 est lui aussi en partie masqué par les murs néopalatiaux et les restaurations modernes (fig. 19). Seule une partie de sa face supérieure est travaillée et présente une dénivellation nette, avec deux plans. Le bloc supportait peut‑être un montant en bois à la tête du mur néopalatial, mais il est impossible de déterminer s’il occupait une fonction particulière dans l’édifice protopalatial.

Parmi les blocs les plus intéressants et que l’on ne peut en aucun cas attribuer à une assise de nivellement protopalatiale sur la façade Ouest, on trouve les blocs 32, 34 et 35. Il s’agit bien de blocs de calcaire cristallin gris noir et l’on peut supposer qu’ils formaient avec les blocs de l’assise de nivellement de la façade Ouest une même cargaison ou un même convoi. Ils proviendraient donc comme eux d’un état protopalatial du palais.

Fig. 19 – Relevé de la face supérieure des blocs 29, 30 et 33.

Fig. 19 – Relevé de la face supérieure des blocs 29, 30 et 33.

Éch. 1/20

M. Devolder.

Le bloc 32 découvert effondré près des silos du palais présente une forme intéressante : les parois latérales lui donnent une forme trapézoïdale, avec une projection nette (et travaillée par piquetage) du côté  (fig. 20). Peut‑être une autre projection répondait‑elle à la première du côté Ouest, mais cette partie du bloc est brisée. La projection visible sur la paroi Est du bloc rappelle celles que l’on trouve communément sur les bases en T ou Γ du Néopalatial, mais dont certains exemplaires maliotes et knossiens pourraient remonter au Protopalatial59. La forme trapézoïdale du bloc s’accorde mal avec une telle interprétation cependant et sa fonction dans l’état protopalatial du palais de Malia demeure incertaine.

Fig. 20 – Relevé de la face supérieure et vues du bloc 32.

Fig. 20 – Relevé de la face supérieure et vues du bloc 32.

Éch. 1/20

M. Devolder et K. Papachrysanthou.

Le bloc 34 fut remployé sous la forme d’une pierre à cupules dans l’espace VII 13. Il présente les inclusions blanches amygdaloïdes caractéristiques du calcaire cristallin gris noir. Il fut découvert par J. Hazzidakis en 1915 sur le sol enduit à proximité du bloc qui occupe le centre de la pièce60. La pierre à cupules fut alors installée au sommet du bloc en saillie, au centre de la pièce, place qu’il occupe aujourd’hui encore dans la ruine61. La face supérieure du bloc présente 41 petites cupules qui entourent une dépression centrale plus large. Les cupules ont été formées dans ce qui constituait initialement le lit de pose de la base, tandis que les côtés Est, Sud et Ouest du bloc présentent la moulure entourant initialement le plateau qui forme aujourd’hui la face inférieure de la pierre à cupules (fig. 21). Le bloc servait donc de base pour un support en bois dans un état antérieur de la ruine. Il était alors, pour une large part, noyé dans le sol et seul le lit d’attente était visible.

Fig. 21 – Relevé de la face supérieure, section et vues du bloc 34.

Fig. 21 – Relevé de la face supérieure, section et vues du bloc 34.

Éch. 1/20

M. Devolder et K. Papachrysanthou.

Le bloc 35 présente une teinte gris foncé et un grain fin. Le lit d’attente rectangulaire (0,94 × 0,67 m) est bordé d’une moulure et les parois latérales, en partie visibles dans le sol érodé de la cour, sont irrégulières (fig. 22). Le lit d’attente du bloc est lisse sur les bords, tandis qu’au centre il présente un piquetage dense. Si notre interprétation est correcte, ce piquetage indiquerait la présence d’un support, peut‑être un pilier rectangulaire massif en bois. La position de ce bloc mérite commentaire : il est situé légèrement au‑devant de l’escalier XIX 1, et non centré par rapport à l’axe de celui‑ci. Il pourrait ainsi marquer la présence à cet endroit d’un support dans le palais protopalatial.

Fig. 22 – Relevé de la face supérieure et vue du bloc 35.

Fig. 22 – Relevé de la face supérieure et vue du bloc 35.

Éch. 1/20

M. Devolder et K. Papachrysanthou.

Haut de page

Notes

1 J. Hazzidakis, « Ἀνασκαφαί εν Κρήτη παρά τον χοριόν Μάλια. Γ΄. Μινωικόν Άνάκτορον », PAE 1915, p. 115‑130 ; J. Hazzidakis, « Ἀνασκαφαὶ ἐν Μαλίοις τῆς Κρήτης », PAE 1919, p. 50‑59 ; Chapouthier, Charbonneaux 1928 ; F. Chapouthier, Deux épées d’apparat découvertes en 1936 au palais de Mallia au cours des fouilles exécutées au nom de l’École Française d’Athènes, ÉtCrét V (1938) ; F. Chapouthier, R. Joly, Fouilles exécutées à Mallia. Deuxième rapport : exploration du palais (1925‑1926), ÉtCrét IV (1936) ; F. Chapouthier, P. Demargne, Fouilles exécutées à Mallia. Troisième rapport : exploration du palais, bordures orientale et septentrionale (1927, 1928, 1931 et 1932), ÉtCrét VI (1942) ; F. Chapouthier, P. Demargne, A. Dessenne, Fouilles exécutées à Mallia. Quatrième rapport : exploration du palais. Bordure méridionale et recherches complémentaires (1929‑1935 et 1946‑1960), ÉtCrét XII (1962) ; Pelon 1980 ; Pelon 1982 ; Pelon 1983 ; Pelon 1986a ; Pelon, Hue 1992 ; Pelon 1993. Consulter également les rapports publiés dans les chroniques du BCH. Pour la datation des différentes périodes, on se reportera : pour une chronologie basse, à P. M. Warren, « The Absolute Chronology of the Aegean circa 2000 B.C.‑1400 B.C. A Summary », dans W. Müller (éd.), Die Bedeutung der minoischen und mykenischen Glyptik: VI. Internationales Siegel-Symposium aus Anlass des 50 jährigen Bestehens des CMS, Marburg, 9.‑12. Oktober 2008, CMS Beiheft 8 (2010), fig. 3 ; pour une chronologie haute, à Schoep et al. 2012, tabl. 1.

2 Devolder 2016.

3 Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 7, 48‑50, pl. XXV3‑4 ; G. Daux, BCH 90 (1966), p. 1008‑1011 ; Pelon 1980, p. 229‑232 ; Pelon 1989, p. 777 et 779.

4 Pelon 1993, p. 545. La découverte dans la couche de destruction associée d’une perle en or décorée au repoussé, ainsi que la présence, dans le remblai, d’un scellé, soulignent encore le caractère inhabituel pour la période, Pelon, Hue 1992, p. 29‑33 ; Pelon 1993, p. 524‑534, 545‑546.

5 Pelon 1986a, p. 16 ; Pelon 1986b ; Pelon 1989, p. 777 ; J. Driessen, « IIb or not IIb. On the Origins of Minoan Monument Building », dans J. Bretschneider, J. Driessen, K. van Lerberghe (éds), Power and Architecture: Monumental Public Architecture in the Bronze Age Near East and Aegean, Orientalia Lovaniensia Analecta 156 (2007), p. 73‑92. Des recherches récentes à Knossos ont suggéré l’existence d’un édifice principal associé à une cour dès le MA I, et qui se serait graduellement étendu par une suite d’accrétions à ce noyau primitif, avant que le premier palais soit érigé au MM IB, P. Tomkins, « Behind the Horizon: The Genesis of the ‘First Palace’ at Knossos (Final Neolithic IV‑Middle Minoan IB) », dans Schoep et al. 2012, p. 42‑47, fig. 2.3 et 2.5 ; Macdonald 2012, p. 81‑113 ; C. F. Macdonald, C. KnappettKnossos: Protopalatial Deposits in Early Magazine A and the South-West Houses, BSA Suppl. 41 (2007), p. 169. À Phaistos, S. Todaro a mis en évidence l’existence d’édifices auxquels étaient notamment associés des travaux de terrassement dès les phases MA II et III (S. Todaro, « Craft Production and Social Practices at Prepalatial Phaistos: the Background to the First ‘Palace’ », dans Schoep et al. 2012, p. 195‑235). De tels projets illustrent selon elle l’existence d’une autorité centrale et mobilisatrice ayant géré la main‑d’œuvre nécessaire à leur accomplissement (S. Todaro, The Phaistos Hills Before the Palace: A Contextual Reappraisal, Praehistorica Mediterranea 5 [2013], p. 263‑264, 281), et ce bien avant la construction du premier palais, datée du MM IB (Mili‑tello 2012, p. 239).

6 Il s’agit d’un dépôt découvert le long d’un mur ancien sous le mur Ouest de la pièce néopalatiale IV 7, Pelon 1986a, p. 3‑19 et Pelon 1986b, p. 814. Plusieurs auteurs, dont T. Whitelaw, « The Urbanization of Prehistoric Crete: Settlement Perspectives on Minoan State Formation », dans Schoep et al. 2012, p. 123‑124, soulignent cependant qu’il faut considérer ce dépôt avec prudence.

7 Voir n. 5.

8 Pelon 1983, p. 699‑700, fig. 1 et 21.

9Pelon 1989, p. 779, 780, 785, fig. 24‑25 et 30‑32.

10 Pelon 1983, p. 698‑700.

11 Pelon 1980 ; Pelon, Hue 1992, p. 21‑33 ; I. Schoep, « Social and Political Organization on Crete in the Proto-Palatial Period: The Case of Middle Minoan II Malia », JMA 15 (2002), p. 112‑115 ; Schoep 2004 ; I. Schoep, « Looking Beyond the First Palaces: Elites and the Agency of Power in EM III‑MM II Crete », AJA 110 (2006), p. 39‑41 ; Devolder 2016.

12 Pelon 1980, p. 235‑242.

13 Poursat 1988, p. 74‑75 ; Pelon 2005, p. 186‑190.

14 H. van Effenterre, Le palais de Mallia et la cité minoenne : étude de synthèse, Incunabula Graeca 76 (1980), p. 336‑337. La compréhension de cette partie du palais est toutefois entravée par la pauvreté des informations fournies dans le rapport de fouilles et la confusion qui règne dans la présentation des couches stratigraphiques, F. Chapouthier, P. Demargne, A. Dessenne (n. 1) ; Pelon 1980, p. 207.

15 Pelon 1983, fig. 8.

16 La couche de destruction qui couvrait le sol de ces pièces fut d’abord explorée par les premiers fouilleurs, qui datèrent le matériel associé entre le MA III et le MM III. la révision de celui‑ci et des sondages complémentaires menés par O. Pelon suggère à présent une datation au MM IIB. Pelon 2005, p. 186‑188, pour un résumé succinct des sondages et les références à cette datation.

17 Pelon 1983, p. 701‑703 ; Pelon 1984, p. 881‑887, fig. 1, 12‑14 ; Pelon 1986b, p. 814, fig. 1.

18 Peut‑être ce mur Nord était‑il autrefois associé à un autre mur, au Sud des Magasins Ouest du palais, mais aucun vestige ne vient combler l’espace entre ces deux « façades », J. Driessen, « Malia », dans E. H. Cline (éd.), The Oxford Handbook of the Bronze Age Aegean (ca. 3000‑1000 BC), (2010), p. 563.

19 Pelon 1984, p. 884.

20 Pelon 1986a, p. 19 ; Poursat 1988, p. 75.

21 Pour un fonctionnement du palais au MR IB, voir P. Darcque, A. Van de Moortel, M. Schmid, Fouilles exécutées à Malia. Les abords Nord-Est du palais I. Les recherches et l’histoire du secteur, ÉtCrét XXXV (2014), p. 178‑182. Pour une destruction au cours du MR IA et de rares éléments associés à une occupation plus tardive, voir Pelon 2005, p. 191‑196.

22 Dimou et al. 2000, p. 440, 451 et fig. 2‑5. 

23 Pelon 1980, plan III. Des blocs de calcaire gris bleu et des bases de colonnes dans divers matériaux travaillés par piquetage sont également indiqués sur ce plan et à deux reprises il identifie des blocs de calcaire cristallin gris noir comme du calcaire gris bleu, Pelon 1980, p. 53 (bloc 31) et 58 (bloc 13). Voir également H. van Effenterre (n. 14), p. 290‑291, fig. 386, 391, 392 et 394.

24 Dimou et al. 2000, p. 440.

25 Nombre d’entre eux sont visibles à l’entrée Nord-Ouest du palais, Dimou et al. 2000, fig. 2 et 6.

26 Shaw 2009, p. 41‑42 ; M. Devolder, Construire en Crète minoenne. Une approche énergétique de l’architecture néoapalatiale, Aegaeum 35 (2013), p. 21, n. 96.

27 Shaw 2009, p. 43‑44, qui fournit les références bibliographiques des sites où ont été mis au jour ces marteaux de pierre. Pour Akrotiri, consulter C. Palyvou, Akrotiri Thera. An Architecture of Affluence 3,500 Years Old (2005), p. 114, fig. 155. On notera également la découverte récente, à Sissi, d’une fosse datée du MR IIIB ancien et contenant un matériel lié aux travaux de construction dans le Bâtiment CD, dont de très nombreux outils de percussion en pierre, M. Devolder, « The Excavation of the Open Area North of Building E in Zone 5 », dans J. Driessen et al., Excavations at Sissi. III. Preliminary Report on the 2011 Campaign, Aegis 6 (2012), p. 120.

28 L’émeri ou plus simplement du sable et de l’eau étaient utilisés pour l’abrasion, mais il est également possible que la surface des blocs était frottée au moyen d’une autre pierre, Shaw 2009, p. 46 et 49.

29 « Ce calcaire de couleur grise est un calcaire gréseux bien cristallin qui présente parfois des passées rougeâtres. Il s’agit probablement d’une variation de faciès de la formation des calcaires en plaques décrite précédemment », Dimou et al. 2000, p. 440.

30 Le bloc 4 constitue la seule exception, puisque ses faces Est et Ouest, autrefois lits de pose et d’attente, étaient planes mais non travaillées.

31 Pelon 1984, fig. 13.

32 Exception faite du bloc 13 qui mesure au moins 0,26 m de hauteur.

33 Devolder 2016 ; M. Devolder, « Rapport : Malia, le palais », BCH 138 (2014), p. 781‑784.

34 Ce niveau de sol en plâtre est encore partiellement préservé dans les pièces VIII 1 (alt. 14,48 m) et VII 14 (alt. 14,61 m). Il est associé dans la pièce VIII 1 au mur protopalatial en couches superposées de moellons et de terre.

35 Devolder 2016 ; Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 8‑9 ; F. Chapouthier, lettre inédite datée du 14 août 1929 ; H. van Effenterre (n. 14), p. 220‑221.

36 Pelon 1980, p. 235‑242.

37 Chapouthier, Charbonneaux 1928, p. 13, pl. IX 1 ; F. Chapouthier, BCH 60 (1936), p. 483‑485 ; F. Chapouthier 1938 (n. 1) ; F. Chapouthier, H. Gallet de Santerre, BCH 71‑72 (1947‑1948), p. 405‑406 ; P. Demargne, BCH 81 (1957), p. 691 ; Pelon 1982 ; Pelon 1983 ; Pelon 1984, p. 881‑887 ; Pelon 1986b, p. 813‑814.

38 Devolder 2016 ; M. Devolder 2014 (n. 33).

39 Il s’agit d’un calcaire blanc jaunâtre et friable provenant de la région de Chersonissos, Dimou et al. 2000, p. 439.

40 Exception faite du bloc 13, cf. n. 32.

41 J. Driessen, C. F. Macdonald, The Troubled Island. Minoan Crete Before and After the Santorini Eruption, Aegaeum 17 (1997), p. 182‑183.

42 J. Driessen (n. 18), p. 563.

43 La façade Ouest du secteur Nord-Ouest du palais n’est pas prise en compte dans cette estimation, puisque son assise inférieure est composée de blocs irréguliers de calcaire gris bleu local.

44 Poursat 1988, p. 72.

45 Schoep 2002 (n. 11), p. 101‑132 ; I. Schoep, « The State of the Minoan Palaces or the Minoan Palace‑State ? », dans Driessen, Schoep, Laffineur 2002, p. 9‑21 ; Schoep 2004, p. 243‑269 ; Schoep 2006 (n. 11), p. 37‑64 ; I. Schoep, « Assessing Socio-political complexity at MM II Malia », dans E. Tambakaki, A. Kaloutsakis (éds), Πεπραγµένα ΘΔιεθνούς Κρητολογικού Συνεδρίου, Ελούντα, 1‑6 Οκτωβρίου 2001. A1: Προϊστορική Περίοδος, Ανασκαφικά Δεδοµένα (2006), p. 165‑176 ; I. Schoep, « Architecture and Power: The Origins of the Minoan ‘Palatial Architecture’ », dans Bretschneider et al. (n. 5), p. 224‑236 ; I. Schoep, « Social and Political Aspects of Urbanism in Middle Minoan I‑II Crete: Towards a Regional Approach », dans S. Owen, L. Preston (éds), Inside the City in the Greek World: Studies of Urbanism from the Bronze Age to the Hellenistic Period, University of Cambridge Museum of Classical Archaeology Monographs 1 (2009), p. 30‑31 ; I. Schoep, « The Minoan ‘Palace‑Temple’ Reconsidered : A Critical Assessment of the Spatial Concentration of Political, Religious and Economic Power in Bronze Age Crete », JMA 23 (2010), p. 232, 236 ; I. Schoep, « Bridging the Divide between the ‘Prepalatial’ and the ‘Protopalatial’ Periods ? », dans Schoep et al. 2012, p. 418‑419 ; Q. Letesson, « From Building to Architecture: The Rise of Configurational Thinking in Bronze Age Crete », dans E. Paliou, U. Lieberwirth, S. Polla (éds), Spatial Analysis and Social Spaces. Interdisciplinary Approaches to the Interpretation of Prehistoric and Historic Built Environments (2014), p. 49‑90. Bien que certains auteurs proposent de remonter ces innovations au MM I (J. W. Shaw, « Tracing the Ancestry of the Minoan Hall System », BSA 106 [2011], p. 154, 157 ; Shaw 2015, p. 102 et 163), il semble que les édifices au sein desquels elles apparaissent sont érigés à la toute fin du MM IB voire au début du MM II, J.‑Cl. Poursat, « The Emergence of Elite Groups at Protopalatial Malia. A Biography of Quartier Mu », dans Schoep et al. 2012, p. 179.

46 Le Hall Minoen est une unité architecturale composée de la succession d’un puits de lumière, d’un portique et d’un hall ou pièce principale, ce dernier bordé sur un ou plusieurs côtés de baies à portes multiples. Le Bain Lustral est une pièce en soubassement accessible par un escalier en L.

47 Schoep 2004, p. 264 ; J. Shaw (n45, 2011) ; Q. Letesson, « Minoan Halls: A Syntactical Genealogy », AJA 117 (2013), p. 303‑351.

48 Pour une approche récente de la fonction de ces unités architecturales et des références utiles, consulter J. Driessen, « Cherchez la femme: Identifying Minoan Gender Relations in the Built Environment », dans D. Panagiotopoulos, U. Günkel-Mascheck (éds), Minoan Realities: Approaches to Images, Architecture, and Society in the Aegean Bronze Age, Aegis 5 (2013), p. 141‑163.

49 Schoep 2004, p. 247 ; Schoep 2006 (n. 11), p. 40. J. Shaw a cependant récemment présenté des éléments convaincants relatifs à la présence d’une baie à portes multiples, et donc peut‑être d’un hall minoen, dans un état protopalatial du Quartier Résidentiel dans l’aile Est du palais de Knossos, Shaw 2015, p. 104‑105.

50 Schoep 2004, p. 247 ; Schoep 2006 (n. 11), p. 40‑41.

51 Devolder 2016.

52 A. Evans, The Palace of Minos: A Comparative Account of the Successive Stages of the Early Cretan Civilization as Illustrated by the Discoveries at Knossos, 1, The Neolithic and Early and Middle Minoan Ages (1921), p. 129, 209, fig. 95‑96.

53 J. Driessen, « Ariadne’s Thread: Backtracking the Minoan Palaces », communication à l’université de Toronto et à l’UNC‑Chapel Hill, les 8 et 10 janvier 2013.

54 C. F. Macdonald, C. Knappett (n. 5), p. 170.

55 Macdonald 2012, p. 94.

56 Shaw 2015, p. 124.

57 L. Pernier, Il palazzo minoico di Festòs: scavi e studi della missione archeologica italiana a Creta dal 1900 al 1950, 1, Gli strati più antichi e il primo palazzo (1935), p. 184‑185, fig. 76‑78 ; D. Levi, Festòs e la civiltà minoica, Incunabula Graeca 60 (1976), p. 31‑32, fig. 16‑22.

58 F. Carinci, V. La Rosa, « Revisione Festie », Creta Antica 8 (2007), p. 11‑119 ; Militello 2012, p. 249.

59 Q. Letesson (n. 47), p. 310‑312 ; Shaw 2015, p. 104‑105.

60 J. Hazzidakis (n. 1, 1915), p. 115‑130, fig. 7 et 8.

61 Pelon 1980, p. 166.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages sous le Quartier III.
Légende Les pièces (en chiffres arabes) sont précédées de la numérotation du Quartier auquel elles appartiennent (en chiffres romains). En noir les pièces et murs protopalatiaux, en gris clair ceux datés de la période néopalatiale, en gris moyen le mur MM III.
Crédits Redessiné d’après M. Schmid basé sur le plan d’E. Andersen, dans Pelon 1984, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 2 – Plan du palais de Malia (phase finale).
Légende Les pièces (en chiffres arabes) sont précédées de la numérotation du Quartier auquel elles appartiennent (en chiffres romains). Les blocs étudiés sont numérotés au sein d’un point gris. Les pièces généralement désignées sous le terme de Quartier III sont indiquées en grisé.
Crédits Sur la base des plans dressés par E. Andersen (Pelon 1980, plan 28) et par M. Schmid et N. Rigopoulos (Pelon 2002, pl. XXXII).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3 – Restitution d’un bloc taillé en calcaire cristallin gris noir ou gréseux gris.
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 4 – Vue du bloc 9 sur un cliché pris lors des sondages sous le Quartier III en 1983.
Légende La flèche à gauche de la photo indique l’une des faces latérales du bloc initial.
Crédits D’après la reproduction du cliché publié dans Pelon 1984, fig. 6.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Relevé de la face supérieure des blocs 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 10.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Titre Fig. 6 – Relevé des différentes faces des blocs 11 et 12.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 7 – Relevé de la face supérieure des blocs 16, 17, 18, 19, 20 et 21.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Fig. 8 – Vue des blocs 1, 2, 3, 5, 6, et 5 et 6.
Crédits K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 9 – Vue des blocs 7 et 8, 9 et 10, 9, 10, 11 et 12, et 16.
Crédits K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 10 – Vue des blocs 26, 17, 18 et 19, 20 et 28, 21, et 27.
Crédits K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 – Vue du bloc 4 sous l’un des blocs en grès dunaire au Nord de la pièce néopalatiale IV 1 (haut), et vue du mur Nord du Quartier V ou « Donjon » avec les blocs 20, 24 et 28 (bas).
Crédits K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 957k
Titre Fig. 12 – Vue et relevé du bloc 13 de l’assise de nivellement protopalatiale supportant un bloc en grès dunaire et contre lequel est placée la banquette en grès dunaire de la façade néopalatiale.
Légende Éch. 1/20
Crédits K. Papachrysanthou et M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 13 – Vue et relevé des blocs 14 et 15 intégrés dans la façade néopalatiale en grès dunaire.
Légende Éch. 1/20
Crédits K. Papachrysanthou et M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 14 – Dimensions (m) originales des blocs taillés en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris, lorsque ces données sont disponibles (tabl. 1). Les blocs 11 et 12 ont été considérés ensemble.
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 15 – Relevé des faces de parement des blocs 1, 7, 8 et 20.
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 16 – Relevé des faces supérieure et de parement des blocs 27 et 28.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 17 – Proposition de restitution de la partie Ouest de l’aile Ouest du palais de Malia au MM IIB, avec en tracé gris plein la façade sur la Cour Ouest. En noir, la position des blocs 13, 14 et 15
Crédits Basé sur Devolder 2016, fig. 9.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 18 – Vue des blocs 7 et 8 dans la pièce IV 2 lors de sondages menés en 1956, sur un des clichés des fouilles anciennes, avec sous le bloc 8, indiqué par la flèche, un bloc régulier peut-être issu de l’assise de nivellement en calcaire cristallin gris noir et gréseux gris.
Légende « + » indique la dimension minimum visible lorsqu’une partie est noyée dans le sol, les murs ou les restaurations.
Crédits © EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 978k
Titre Fig. 19 – Relevé de la face supérieure des blocs 29, 30 et 33.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 20 – Relevé de la face supérieure et vues du bloc 32.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder et K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Titre Fig. 21 – Relevé de la face supérieure, section et vues du bloc 34.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder et K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 22 – Relevé de la face supérieure et vue du bloc 35.
Légende Éch. 1/20
Crédits M. Devolder et K. Papachrysanthou.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/559/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Devolder, « L’assise de nivellement en calcaire de la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 447-484.

Référence électronique

Maud Devolder, « L’assise de nivellement en calcaire de la façade Ouest protopalatiale du palais de Malia »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.559

Haut de page

Auteur

Maud Devolder

Postdoctoral Researcher of the Gerda Henkel Foundation, Visiting Fellow of the research group AEGIS (UCLouvain, INCAL/CEMA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals