Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.2Le tombeau A de Camiros : les vas...

Le tombeau A de Camiros : les vases archaïques et leurs contenus

L’apport de l’étude chronologique et des analyses chimiques des résidus
Anne Coulié, Dominique Frère, Nicolas Garnier et Andras Marton
p. 553-621

Résumés

L’article revient sur un contexte funéraire découvert au xixe s. à Camiros par l’archéologue Auguste Salzmann et récemment reconstitué au musée du Louvre, où il est conservé. L’étude stylistique et typologique du mobilier a été prolongée par une campagne d’analyses des contenus, une approche qui réactualise, par des moyens d’investigations modernes, l’intérêt suscité par le tombeau A. Les résultats apportent, entre autres, des données précieuses sur la réalité du commerce des « vases à parfum » grecs archaïques et sur leur utilisation parfois médicinale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur les fouilles franco-britanniques conduites à Rhodes par Auguste Salzmann et Alfred Biliotti, c (...)
  • 2  Cat. Rhodes, p. 24‑25 et 136‑151 ; Coulié 2014, p. 26‑28.
  • 3  Pour le moment aucune crémation n’a été découverte dans une tombe à chambre à Camiros (néanmoins o (...)
  • 4  Les tombes voisines de la tombe aux bijoux du Louvre, située probablement à Kéchraki (Kakirachi), (...)
  • 5  A. Salzmann, RA 6 (1863), p. 1‑2 ; la plupart des objets de la tombe sont illustrés individuelleme (...)
  • 6  Ch. Gates (n. 3), p. 32‑35, et notamment 33‑34. Sur les différences marquées entre les pratiques f (...)

1L’objectif de cet article est de reprendre l’étude d’un mobilier funéraire, exhumé au xixe s. à Camiros par l’archéologue Auguste Salzmann (1824‑1872)1. Récemment reconstitué2, il provient d’une tombe à chambre mise au jour lors des premières campagnes de fouilles, entre le printemps 1859, date du début des fouilles et 1863, date de la rédaction de l’article. Les tombes à chambre sont associées à des inhumations3. On ne dispose d’aucune information sur l’architecture de la tombe, sur la position des offrandes funéraires, ni même sur le nombre des sépultures retrouvées, mais le mobilier de cette tombe, désigné dans les registres sous le nom de tombeau A (fig. 1), comprenait quarante objets, identifiés grâce aux indications croisées données par un livre d’entrée conservé au département des antiquités grecques, étrusques et romaines et un article de Salzmann : « Parmi ces dernières4, il en est une trouvée intacte. Les objets qui en proviennent forment à eux seuls une petite collection, déposée aujourd’hui au musée du Louvre, dont l’étude offre le plus grand intérêt. Elle est remarquable surtout par la grande variété des produits de l’art céramique, qui, si on ne connaissait pas leur unité de provenance, sembleraient ne pas avoir une origine commune, et laisseraient croire qu’ils appartiennent à différentes époques »5. La diversité du mobilier (cf. Annexe 1) tient aussi à l’histoire du tombeau A, une tombe à chambre, réutilisée, comme c’est souvent le cas dans la cité de Camiros à l’époque archaïque6, sur plus d’un siècle.

Fig. 1 – Le mobilier du tombeau A conservé au musée du Louvre.

Fig. 1 – Le mobilier du tombeau A conservé au musée du Louvre.
  • 7  En ce qui concerne le monde grec, les analyses de contenu ont porté principalement sur des catégor (...)
  • 8  J.‑J. Maffre, D. Frère, N. Garnier, E. Dodinet, RA 2013, p. 57‑80.
  • 9 D. Frère, N. Garnier, M. Cygielman, L. Pagnini, StEtr LXXVII (2015), p. 253‑291.
  • 10 En cours de publication dans les actes du colloque qui s’est déroulé à l’École française de Rome d (...)

2Les nombreux vases fermés du tombeau A ont fait l’objet, en 2014 et 2015, d’une campagne d’analyses des contenus. Cette dernière permet, par des moyens d’investigations modernes, de compléter des approches plus classiques, stylistiques et typologiques, capables de préciser la chronologie des objets et les centres de production. Pour la première fois7, l’ensemble des vases fermés d’un contexte funéraire grec ont été analysés de façon systématique, en utilisant une méthode et des protocoles testés sur d’autres aires géographiques du monde antique, comme la Cyrénaïque grecque8, l’Étrurie et la Sardaigne (nouragique et phénico-punique)9, l’Italie du Sud grecque et samnite et la Gaule protohistorique10. Le parti pris de privilégier le contexte d’utilisation et non de production a des incidences sur l’interprétation.

3L’intérêt de la tombe découverte à Rhodes, une terre d’échange en Méditerranée orientale, réside dans la très grande diversité du mobilier tant du point de vue des matériaux dans lesquels sont confectionnées les offrandes que de leur origine géographique. L’enquête sur les contenus devrait donc permettre de vérifier s’il existe des distinctions en fonction des matériaux (la faïence, le verre et la terre cuite) et des centres producteurs (Athènes, la Laconie, la Grèce de l’Est…), voire en fonction des ateliers d’une même cité, comme c’est le cas, par exemple, à Corinthe. Nous commencerons par présenter le mobilier du tombeau A ; puis, nous exposerons la méthode et les résultats des analyses des contenus, avant de proposer des éléments de conclusion et d’interprétation sur les données étonnantes et complexes, réunies autour de catégories que l’on classe traditionnellement parmi les « vases à parfum ».

L’origine géographique du mobilier funéraire et sa datation

Aigyptiaka et orientalia

  • 11 A. Salzmann (n. 5), p. 1‑2 ; Cat. Rhodes, p. 150, no 7‑30.
  • 12 Nous remercions Günter Hölbl pour ces informations.
  • 13 La translittération de l’objet est w.f. La translittération complète, selon la racine, est hwi.f (...)
  • 14 Cat. Rhodes, no 7‑31 ; G. Hölbl, « Ägyptisches Kulturgut in Ionien im 7. Jh. v. Chr.: Der Beitrag (...)
  • 15 Nous remercions Günter Hölbl pour cette expertise ; ClMüller-Winkler, Die ägyptischen Objekt-Amu (...)
  • 16 G. Hölbl, « Die ägyptische Götterwelt in den rhodischen Votivdepots von Kameiros », dans S. L. Lip (...)

4La présence d’importations égyptiennes et orientales est mentionnée d’emblée dans l’article de Salzmann qui recense « des fioles en terre émaillée, de travail assyrien ; des objets en porcelaine bleue d’origine égyptienne ; […] enfin un scarabée portant le cartouche de Chaufrou [Khoufou]11 ». Bien que l’étude des aigyptiaka de l’époque archaïque ait beaucoup progressé et que des types égyptisants soient désormais considérés comme des productions levantines ou grecques, le scarabée, dont le dos et la tête sont typiques des productions de la xxvie dynastie (664 à 525 av. J.‑C.)12, semble être une production égyptienne (Cat. 37, fig. 2a). La mention du Pharaon Khoufou (Khéops), le grand bâtisseur de la ive dynastie, pourrait sembler anachronique, mais les caractères hiéroglyphiques qui transcrivent l’égyptien Khoufou(i)13 signifient aussi « puisse‑t‑il me protéger », une invocation particulièrement adaptée à l’usage d’une amulette. La tombe de Camiros a aussi livré un œil Oudjat (Cat. 38, fig. 2b). Cette amulette, représentant l’œil gauche de Horus arraché par Seth, très prisée en Égypte se rencontre fréquemment à Chypre, en milieu phénico-punique et à Rhodes, comme en témoignent les découvertes des fouilles d’Auguste Salzmann et d’Alfred Biliotti, conservées au British Museum. En dehors de ces aires géographiques, la présence de l’œil Oudjat est rare, presque absent en Grèce centrale et occidentale, même si des trouvailles récentes (un exemplaire a été trouvé à Milet dans le dépôt du temple d’Aphrodite à Zeytintepe) invitent à nuancer les choses pour l’Ionie14. La présence des deux éléments ajourés inscrit l’exemplaire du Louvre dans une série produite en Égypte de la xxiie à la xxve dynastie (xeviie s.)15. Il s’agirait donc de l’offrande la plus ancienne du tombeau, qui remonte au plus tard à la première moitié du viie s. Quant à l’amulette en faïence en forme de Bès (Cat. 39, fig. 2c), elle évoque par sa petite taille, son allure compacte et schématique, un exemplaire de Camiros, conservé au British Museum que G. Hölbl considère comme un original égyptien16.

Fig. 2 – Aigyptiaka provenant du tombeau A.

Fig. 2 – Aigyptiaka provenant du tombeau A.

a. scarabée (E 3896) ; b. œil Oudjat (NIII 1661) ; c. amulette (NIII 1660).

  • 17 A. de Longpérier, Choix de monuments antiques pour servir à l’histoire de l’Art en Orient et en Oc (...)
  • 18 cf. infra p. 562‑564.

5L’origine orientale de certains vases, considérés comme tels au xixe s., est désormais discutée. Tenus pour assyriens par A. Salzmann et A. de Longpérier17, les alabastres et flacons en « faïence » décorés de motifs géométriques (Cat. 2‑3, fig. 3) sont à présents considérés comme rhodiens18.

Fig. 3 – Les productions rhodiennes du tombeau A : vases glaçurés (A 346 et A 348) ; lampe (NIII 1637) ; coupe de Vroulia (A 293) ; aryballe en faïence (A 371) ; alabastre en verre (A 376).

Fig. 3 – Les productions rhodiennes du tombeau A : vases glaçurés (A 346 et A 348) ; lampe (NIII 1637) ; coupe de Vroulia (A 293) ; aryballe en faïence (A 371) ; alabastre en verre (A 376).
  • 19 C. H. Greenewalt jr., Lydian Pottery of the Sixth Century B.C.: The Lydion and Marbled Ware, thèse (...)
  • 20 Nous remercions Michael Kerschner pour ces informations.
  • 21 C. H. Greenewalt (n. 19), p. 71‑74.

6Parmi les offrandes du tombeau A se trouvaient aussi deux lydia (Cat. 27‑28). Un seul a été identifié dans la collection (Cat. 27, fig. 5). Il appartient à la forme I « fat‑bodied lydia ». Un exemplaire semblable, également entièrement vernissé, a été découvert dans la sépulture 8 de Pitané, datée par C. H. Greenwald des années 580‑56019. L’aspect brillant du vernis sur l’exemplaire du Louvre pourrait indiquer une importation lydienne20. L’autre lydion (Cat. 28), d’après sa description, pourrait être classé parmi les lydia gréco-orientaux avec cannelures horizontales et daté entre 600‑550/50021.

7Les vases du tombeau A proviennent, en grande majorité, du monde grec. Sept vases sont sûrement issus de différents ateliers de la Grèce de l’Est, dont cinq, probablement de Rhodes (fig. 3).

Les productions rhodiennes

  • 22 K. F. Kinch, Vroulia (1914), col. 168‑188, fig. 53‑72, pl. 9 : 2‑12 ; E. Walter-Karydi, Samische G (...)
  • 23 P. Dupont, Dacia 27 (1983), p. 28‑29 ; R. E. Jones et al., Greek and Cypriot Pottery: A Review of (...)
  • 24 Cat. Rhodes, p. 117 (tableau) et p. 300 ; A. Coulié, CRAI (2016), p. 1235‑1239 : une coupe rhodien (...)
  • 25 Sur la date du synœcisme récemment précisée, voir N. Badoud, Le temps de Rhodes. Une chronologie d (...)
  • 26 ClRh 3, tombe XXXVII de Ialysos (nos 5 et 6) avec du matériel du viie s., p. 63‑67 ; G. Jacopi, Es (...)
  • 27 ClRh 6‑7, tombe à chambre XXVII de Papastilourès (Camiros), no 11, p. 81, fig. 9, avec du matériel (...)
  • 28 ClRh 6‑7 (1932), tombe à chambre IV de la nécropole de Papastilourès, p. 27, 30, no 4, fig. 16, au (...)
  • 29 M. Kerschner, U. Schlotzhauer, Ancient West & East 4.1 (2005), p. 46.
  • 30 L’alabastre no 13690 est attribué à l’atelier du Peintre de Henderson par C. W. Neeft, l’autre est (...)
  • 31 Udo Schlotzhauer envisage de remonter des coupes de Vroulia à décor floral du type de celle du Lou (...)
  • 32 ClRh 3, tombe IV, p. 25‑31, fig. 11‑12 : la coupe qui présente des fleurs de lotus à l’intérieur a (...)

8La chose est assurée pour la coupe dite de Vroulia (Cat. 34, fig. 3), qui s’insère dans une série très cohérente, définie par K. F. Kinch en 1914 dans sa publication des fouilles de Vroulia et qui comprend, outre les coupes, la forme la plus fréquente, des amphores, des hydries, des stamnoi et des situles22. Des analyses archéométriques destinées à identifier l’origine des pâtes confortent depuis les années 1980 l’origine rhodienne du « style de Vroulia »23. Des analyses conduites récemment par Anne Bouquillon sur des vases du Louvre ont permis de distinguer à l’intérieur de la production rhodienne, qui se signale par un taux très élevé de magnésium, trois sous‑groupes24, qui ont été associés, à titre d’hypothèse de travail, aux trois cités rhodiennes, Camiros, Ialysos et Lindos, qui se partageaient le territoire de l’île avant le synœcisme de 40825. Le dernier groupe comprend un cratère et une coupe de Vroulia, que l’on est tenté d’associer à un atelier de Lindos, plutôt qu’au village de Vroulia, situé sur le territoire de cette dernière. L’argile foncée, souvent très cuite, présente des taux d’aluminium et de silice plus forts que dans le reste des productions rhodiennes, ainsi que des taux très faibles de calcium. La coupe du tombeau A s’inscrit par sa typologie, sa technique et le détail de la spirale peinte sous le pied dans le groupe de Vroulia, dont la production à décor « subgéométrique » remonte au moins au dernier tiers du viie s.26 et semble se poursuivre au début du vie s.27. Un exemplaire au décor et au profil identiques, muni d’un pied similaire28 était associé à une œnochoé du style transitionnel des chèvres sauvages, généralement daté entre 600‑58029 et des vases du Corinthien ancien, dont l’un de la phase avancée (vers 600‑595)30. Quant à la version à décor floral incisé, qui débute peut‑être dès la fin du viie s.31, elle est attestée dans des contextes du deuxième et troisième quarts du vie s.32.

  • 33 V. Arveiller-Dulong, M.‑D. Nenna, Les verres antiques, I, Contenants à parfum en verre moulé sur n (...)
  • 34 V. L. Webb, Archaic Greek faience. Miniature Scent Bottles and Related Objects from East Greece, 6 (...)
  • 35 Cat. Rhodes, p. 89‑92 et 100‑103. Les trouvailles diversifiées du sanctuaire d’Aphrodite à Zeytint (...)
  • 36 N. Kourou, « Literacy, networks and social dynamics in Archaic Rhodes », dans R. Nawracala, S. Naw (...)

9L’alabastre en verre (Cat. 1, fig. 3), daté de la fin du vie ou du début du ve s.33 est aussi considéré comme une œuvre locale, l’artisanat du verre étant attesté à Rhodes depuis le xiiie s. Un troisième vase pourrait être rhodien : il s’agit d’un aryballe en faïence (Cat. 4, fig. 3), daté entre 575‑55034. La technique de la faïence, largement partagée entre l’Égypte et l’Orient depuis ses origines, n’est guère attestée dans le monde grec, en dehors d’un centre de production qui semble assuré, bien qu’encore mal défini, à Rhodes35. En l’absence de preuves archéologiques (des rebuts d’ateliers sont connus pour le verre, mais non pour la faïence), il convient d’évoquer une série d’arguments. La mixité culturelle et notamment la présence d’orientaux à Rhodes, dont témoignent de nombreux dossiers épigraphiques36, offrent un cadre historique qui permet de comprendre la transmission d’une tradition artisanale. La quantité des objets en faïence découverts à Rhodes et l’adoption de formes typiquement grecques, comme l’œnochoé et l’aryballe rond, plaident aussi en faveur d’une production locale. C’est justement ce dernier type, inventé à Corinthe à l’époque de Transition et très en vogue jusqu’au milieu du vie s., qui est représenté dans le tombeau A : l’aryballe en faïence a donc toute chance d’être une production grecque et plus précisément rhodienne.

  • 37 ClRh 3, p. 44‑45 ; F. W. von Bissing, Zeit und Herkunft der in Cerveteri gefundenen Gefässe aus äg (...)
  • 38 E. J. Peltenburg, Levant 1 (1969), p. 73‑96. Sa liste peut être complétée : classe IA no 4, H. Met (...)
  • 39 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77‑81. V. Webb a récemment mis en doute l’hypothèse d’une production (...)
  • 40 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77‑78 et n. 17 et pour une chronologie révisée des exemples trouvés à (...)

10L’alabastre et le flacon décorés de motifs géométriques (Cat. 2‑3, fig. 3) se distinguent par la technique des productions habituellement regroupées sous le terme faïence. Il s’agit, en réalité, d’une variante de la céramique glaçurée. Ils ont été largement diffusés : de l’Anatolie et de la Syrie jusqu’en Étrurie, avec une très forte concentration sur l’île de Rhodes où l’existence d’un centre de production a été supposée depuis longtemps37. Le matériel, qui entre temps a augmenté (fig. 4a‑d), a été classé par E. J. Peltenburg38, qui met en relation la large diffusion des objets et la mobilité des artisans, probablement provoquée par le contexte géopolitique au Moyen‑Orient. En dépit de la similarité des productions, il suppose l’existence de plusieurs centres producteurs en Syrie septentrionale, à Rhodes et peut‑être aussi en Étrurie39, actifs dans la seconde moitié et surtout le dernier quart du viie s.40.

Fig. 4 – Sélection d’alabastres glaçurés du musée du Louvre.

Fig. 4 – Sélection d’alabastres glaçurés du musée du Louvre.

a. AM 1073 ; b. CA 2898 ; c. A 349 (S 650) ; d. A 347 (S 637) ; e. A 374.

  • 41 Cat. Rhodes, p. 103. Cependant une origine rhodienne n’est guère envisageable pour les exemplaires (...)
  • 42 Cat. Rhodes, p. 117, groupe 2 (le plus nombreux) ; Coulié 2014, p. 43 ; A. Coulié (n. 24), p. 1335 (...)
  • 43 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77.
  • 44 E. J. Peltenburg, p. 95, classe II, no 1, fig. 2c.
  • 45 Le vase provenant de Zinjirli, E. J. Peltenburg (n. 38), p. 95, classe II, no 1, fig. 2c, se disti (...)

11Des analyses d’argile effectuées à Athènes, au centre national de la recherche scientifique Démocritos, ont confirmé l’existence d’une production rhodienne d’alabastres pointus (Classe I de E. J. Peltenburg)41. Les analyses conduites par Anne Bouquillon en 2015 au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) permettent d’annexer au groupe rhodien le flacon et l’alabastre à fond plat du tombeau A. Sous la glaçure, le noyau d’argile révèle une forte teneur en magnésium, conforme à la signature chimique de l’argile rhodienne et plus précisément, même si la prudence s’impose en ce domaine, aux valeurs associées au groupe de Camiros42. Néanmoins, les différences de décor repérées entre les vases trouvés à Camiros et Ialysos et la singularité de l’argile des exemplaires trouvés à Lindos rendent probable l’existence de différents ateliers à Rhodes43. E. J. Peltenburg a classé les exemplaires du tombeau A dans sa Classe II (Cat. 2, fig. 3) et sa Classe III (Cat. 3, fig. 3). Si la Classe III, qui comprend deux exemplaires de Camiros et un de Délos relevant d’une même typologie44, est bien, au vu des analyses, rhodienne, il faudrait désormais distinguer dans la Classe II, qui regroupe des « jarres globulaires à fond plat », les exemplaires sans anses trouvés et fabriqués à Rhodes (Cat. 2) de deux autres sous‑groupes45.

  • 46 Les lampes chypriotes, toujours à coupelle, sont de deux types : l’un, doté d’une colonnette moulu (...)
  • 47 No Rég. 1861.10‑24.8, D. M. Bailey (n. 46), p. 165‑166, Q363, pl. 72‑73. D’après la description, l (...)
  • 48 R. H. Howland, Greek Lamps and Their Survivals, The Athenian Agora 4 (1958), p. 21‑23, nos 62‑63, (...)

12La lampe à colonnette (Cat. 35, fig. 3), tenue pour chypriote (?)46, trouve son meilleur parallèle à Rhodes dans une lampe conservée au British Museum et provenant également des fouilles de Salzmann et Biliotti à Camiros : elle est composée d’une colonne similaire, rythmée par des moulures et se terminant par une figure féminine tenant une lampe à trois becs presque identique à l’exemplaire du tombeau A47. La lampe du British Museum est datée, d’après les caractéristiques stylistiques de la représentation féminine et les caractéristiques typologiques de la lampe, dans le dernier quart du viie s., probablement vers 600, voire un peu plus tard. La lampe posée sur la colonnette est atypique. Elle est tournée et munie de trois courts becs fermés (bridge nozzle) et peut être apparentée aux types 9 et 10 de H. R. Howland et au type I d’O. Broneer48. La morphologie de la lampe, dotée de becs fermés, la rapproche aussi de la production grecque. Le seul exemplaire comparable, au British Museum, permet de revenir sur l’origine chypriote d’une lampe probablement issue d’un atelier rhodien, actif vers la fin du viie ou au début du vie s.

La Grèce de l’Est

  • 49 Coulié 2014, p. 43, 190‑191 ; A. Coulié (n. 24), p. 1321‑1335.
  • 50 A. Coulié, A. Villing, « La céramique rhodienne à l’époque archaïque », dans Cat. Rhodes, p. 118, (...)

13En revanche, le plat au sphinx (Cat. 29, fig. 5) n’est pas une production rhodienne, comme permet de l’affirmer une série d’analyses conduites au C2RMF par Anne Bouquillon, qui établissent une distinction claire entre les plats de Doride de l’Est, conservés au Louvre, et le groupe rhodien, beaucoup plus riche en magnésium49. Selon les résultats obtenus par H. Mommsen sur des œuvres similaires du British Museum, il s’agirait d’une production de Cos50.

Fig. 5 – Les vases de la Grèce de l’Est (plat de Cos, A 308 ; plats milésiens, A 398-399 ; kernos A 344) et le lydion (NIII 1630) du tombeau A conservés au musée du Louvre.

Fig. 5 – Les vases de la Grèce de l’Est (plat de Cos, A 308 ; plats milésiens, A 398-399 ; kernos A 344) et le lydion (NIII 1630) du tombeau A conservés au musée du Louvre.
  • 51 Pour des parallèles proches : un exemplaire trouvé à Ialysos dans la nécropole de Marmaro, cf. L.  (...)
  • 52 P. Dupont, V. Lungu, Anatolia Antiqua 16 (2008), p. 77‑86.
  • 53 Id., « Characterization of the Bug and Dniepr Limans workshops: Preliminary lab results and compar (...)
  • 54 Nous remercions Udo Schlotzhauer pour ces informations.
  • 55 Il s’agit du plat du Louvre A 302, cf. Coulié 2014, p. 43 et 120 ; sur l’association suggérée par (...)
  • 56 M. Akurgal et al., Töpferzentren der Ostägäis: Archäometrische und archäologische Untersuchungen z (...)
  • 57 R. M. Cook, P. Dupont, East Greek Pottery (1998), p. 136‑137.
  • 58 ClRh 8, tombe XXII de Ialysos, p. 146‑147, fig. 132 (au centre, en haut) ; voir aussi ClRh 8, p. 6 (...)

14Quant aux deux plats à pied haut en bucchero ionien (Cat. 30‑31, fig. 5, 9 g‑h)51, on est tenté de les attribuer à un centre de production milésien. D’après leur pâte et l’aspect de la surface, ils sont issus du même atelier et il est même possible qu’ils aient été tournés par le même potier. Des exemplaires à pâte grise ont été identifiés comme milésiens par les analyses de P. Dupont52, parmi lesquels ne figure pas le type à pied haut ; ni la couverte en bucchero noir, passée sur les parois des plats du tombeau A, à l’exception des parties grises, peu visibles, situées à l’extérieur de la vasque et à l’intérieur du pied. Dans une autre contribution, P. Dupont a classé un fragment de plat à pied haut parmi le matériel milésien, en le comparant à d’autres plats à pâte grise, mais sans l’analyser53. Des analyses conduites par H. Mommsen et U. Schlotzhauer sur des exemplaires trouvés à Milet et présentant, comme ceux du tombeau A, un haut pied mouluré ont été attribués à l’atelier de Kalabaktépé, (« Atelier A », selon Mommsen)54. La pâte grise des exemplaires du tombeau A contient d’ailleurs énormément de mica, une caractéristique de l’argile milésienne. Les plats en bucchero ionien de l’atelier de Kalabaktepé diffèrent, du point de vue du tournage du pied et de la lèvre (fig. 5, 9. 7 et 8), des exemplaires milésiens peints dans le style des chèvres sauvages. Parmi ces derniers, le seul à avoir été analysé parmi les exemplaires du Louvre relève du groupe Milet II (rapproché par Anne Bouquillon du groupe A de H. Mommsen, groupe de Kalabaktépé)55. Les variantes typologiques attestées sur les plats en bucchero ionien pourraient traduire des différences chronologiques ; elles peuvent aussi renvoyer à des traditions artisanales différentes, puisque les fouilles ont mis au jour plusieurs structures artisanales archaïques sur la colline de Kalabaktépé56. D’une façon générale, la céramique en « bucchero ionien » est contemporaine de la période du Corinthien ancien et moyen57. À Rhodes, un plat très similaire a été retrouvé dans un contexte du premier quart du vie s.58.

  • 59 Pour une synthèse, A. M. Bignasca, I kernoi circolari in Oriente e in Occidente (2000), p. 68‑78. (...)
  • 60 Un fragment similaire est conservé au British Museum (no rég. 1924,1201.1146).
  • 61 Les kernoi sont fréquents dans le répertoire des potiers de Chios. Certains sont décorés dans le s (...)
  • 62 Nous remercions Michael Kerschner pour ces précisions (ART 940095, un exemplaire du Géométrique ré (...)
  • 63 P. Blome (éd.), Orient und frühes Griechenland. Kunstwerke der Sammlung H. und T. Bosshard (1990), (...)
  • 64 G. Kopcke, AM 83 (1968), p. 250‑314, nos 79‑80, fig. 29, pl. 108 : 5 et 6.
  • 65 F. G. Lo Porto, ASAtene ns 21‑22 (1959‑1960), p. 66‑69, no 6, fig. 48, F, il faut noter qu’ici, l’ (...)

15Le kernos (Cat. 32, fig. 5) est vraisemblablement une production de la Grèce de l’Est qu’il est difficile d’assigner à un centre précis. Sa taille le classe parmi les grands kernoi de l’époque archaïque59. Sa forme, un anneau circulaire de section ronde avec quatre gobelets, est peu fréquente en Grèce et dans les îles égéennes60. La simplicité de son décor linéaire diffère de celui, beaucoup plus élaboré, de l’exemplaire de Chios trouvé à Naukratis et datable autour de 60061. Ce dernier n’a hélas pas conservé les vases qui surmontaient l’anneau. Les kernoi, peu nombreux, trouvés à l’Artémision d’Éphèse, sont datés de la fin de l’époque géométrique et du viie s. et ils présentent des différences notables : les récipients associés à l’anneau central sont des lécythes62 ou des hydries et non des gobelets, comme sur le vase du tombeau A. Un des premiers exemples de kernos relevant, en milieu grec, de la même typologie que le vase du Louvre est daté du début du viie s. : il est constitué d’un anneau surmonté de trois gobelets sans anse et d’une protomé en forme de bélier63. On peut citer, parmi les parallèles les plus proches quant à l’anneau et le fond conservé des gobelets, deux kernoi, malheureusement très lacunaires, trouvés dans le sanctuaire d’Héra à Samos64, datés au premier quart du vie s. et un exemplaire corinthien trouvé dans une sépulture à Tarente, datée au Corinthien ancien, probablement dans sa phase avancée65. L’argile très orangée de l’exemplaire du Louvre contient des inclusions blanches, fréquent dans la vallée du Méandre, et pourrait donner des indications sur l’atelier probablement gréco-oriental, peut‑être éphésien, actif vers la fin du viie ou dans le premier quart du vie s. C’est apparemment dans une argile très proche qu’a été tourné un couvercle retrouvé sur l’exaleiptron (Cat. 22), comme en témoigne le livre d’entrée. Son décor suit les modèles corinthiens de style conventionnel du Corinthien récent I et II (Cat. 33, fig. 1, 9d, 13).

La Grèce continentale

  • 66 C. M. Stibbe, Laconian Oil Flasks and Other Closed Shapes. Laconian Black-Glazed Pottery, Part 3, (...)
  • 67 Sur les amphorisques à vernis noir de cette classe, B. A. Sparkes, L. Talcott, Black and Plain Pot (...)

16Les importations corinthiennes dominent (avec dix‑huit vases, dont onze aryballes et trois alabastres, Cat. 5‑22, fig. 8), contre trois pour Athènes (une olpé et deux amphorisques, Cat. 24‑26, fig. 6) et une pour la Laconie, un aryballe (Cat. 23, fig. 6), daté entre 575‑55066. L’olpé attique est issue de l’atelier des Premières Olpés et date du premier quart du vie s., tandis que les amphorisques peuvent être datés dans la première moitié du vie s. Cette classe est la version réduite des amphores à huile du type « SOS », dont le marquage est repris sur l’exemplaire conservé du tombeau A67.

17Quelques objets, consignés dans le livre d’entrée du musée, n’ont pas été retrouvés et ne sont connus ni par des croquis ni par une description : une lampe à couverte grise (Cat. 36) et de l’antimoine (Cat. 40).

Fig. 6 – Les vases attiques (olpé A 475 et amphorisque NIII 1602) et l’aryballe laconien (A 486) provenant du tombeau A conservés au musée du Louvre.

Fig. 6 – Les vases attiques (olpé A 475 et amphorisque NIII 1602) et l’aryballe laconien (A 486) provenant du tombeau A conservés au musée du Louvre.

Corinthe : le fil directeur de la céramique (cf. annexe 2 et fig. 7‑9)

18Entre la fin du viie s. et la fin de l’archaïsme, le matériel renvoie à plusieurs phases stylistiques et chronologiques, documentées avec précision par le matériel corinthien, le plus abondant et le mieux daté de cet assemblage (pour une analyse détaillée, cf. Annexe 2). Les vases les plus anciens sont des alabastres. L’un d’eux, attribué au Peintre du Dauphin (Cat. 5, fig. 7), date de la période de Transition ; le second (Cat. 6), n’a pas été attribué, en dépit du caractère très particulier des incisions : il se situe au début du Corinthien ancien. Le Corinthien ancien avancé est représenté par le cotylisque (Cat. 21), décoré de chiens courant.

Fig. 7 – L’alabastre perdu provenant  du tombeau A (A 451)

Fig. 7 – L’alabastre perdu provenant  du tombeau A (A 451)
  • 68 C. W. Neeft, « In aetate ferrea nunc vivimus. The Case of the Royal Library Painter », dans P. Val (...)
  • 69 C. W. Neeft, « In aetate ferrea nunc vivimus. The Case of the Royal Library Painter », dans P. Val (...)

19L’essentiel des vases fermés du tombeau A sont des aryballes. Deux d’entre eux appartiennent au type E (Cat. 8‑9) et ont été décorés par le peintre de la Bibliothèque Royale de Bruxelles, auquel C. W. Neeft a récemment consacré une étude exemplaire68 : les deux aryballes du Louvre sont classés dans la phase moyenne du peintre, que l’on date traditionnellement de la phase avancée du Corinthien ancien et que C. W. Neeft propose de dater plutôt du début du Corinthien moyen69. La reconstitution de la production du peintre nous permet de mettre en perspective les deux vases du Tombeau A. Sur les 54 œuvres qui lui sont actuellement attribuées, 51 ont une provenance. Rhodes figure en tête avec 7 exemplaires importés. Si l’on se focalise sur les vases à parfum (aryballes et alabastres), cette position est encore plus marquante. Sur 24 vases, dont 20 ont une origine assurée, 7 proviennent de Rhodes. Ces chiffres soulignent une relation commerciale spécifique entre Rhodes et l’un des marchands pour lesquels le peintre de la Bibliothèque Royale de Bruxelles a décoré une grande partie de ces vases à parfum.

20Sept aryballes (Cat. 10‑16) appartiennent au Groupe du Lion et datent de la phase avancée du Corinthien ancien (Cat. 10, 12, 14‑16), de la transition entre le Corinthien ancien et moyen (Cat. 11) et du Corinthien moyen (Cat. 13). Il est intéressant de noter que Rhodes semble avoir une place importante dans la distribution des aryballes à décor floral du Groupe du Lion. D’autres vases datent du Corinthien moyen. L’alabastre du Peintre de la Frise des Guerriers (Cat. 7) et l’aryballe (Cat. 17) présentent un type de décor compartimenté par des incisions verticales. L’aryballe à fond plat du tombeau A (Cat 18) attribué au Peintre de Dracula date également du deuxième quart ou du milieu du Corinthien moyen.

21La pyxis à paroi convexe sans anse (Cat. 19) date du Corinthien moyen ou du début du Corinthien récent, ainsi que l’œnochoé (Cat. 20) de taille réduite. Pour l’exaleiptron (Cat. 22), on peut proposer une datation au Corinthien récent I et II.

22Au terme de cette première partie, il paraît judicieux pour mieux comprendre les différentes phases d’ensevelissement de confronter les données stylistiques et typologiques à l’analyse des contenus. Ces derniers peuvent conduire à affiner les regroupements en suggérant l’association de vases relevant de phases chronologiques différentes.

Fig. 8 – Les vases corinthiens du tombeau A conservés au musée du Louvre.

Fig. 8 – Les vases corinthiens du tombeau A conservés au musée du Louvre.

Fig. 9 – Dessins des profils ?

Fig. 9 – Dessins des profils ?

a. cotylisque (A 406), b. aryballe (A 415), c. œnochoé (A 425), d. couvercle (NIII 1612.2), e. exaleiptron (A 411), f. pyxis (A 434), g. plat sur pied haut (A 399), h. plat sur pied haut (A 398).

Les analyses

La méthode

  • 70 N. Garnier, S. M. Valamoti, Journal of Archaeological Science 74 (2016), p. 195‑206.

23L’analyse des contenus organiques des vases a été conduite suivant une méthodologie récemment développée et optimisée pour l’extraction des marqueurs solubles (provenant des huiles, graisses, cires, résines, poix, gommes…) mais aussi des marqueurs insolubles (provenant des fruits, des huiles polyinsaturées, de la fermentation…)70. Chaque extrait est ensuite analysé par une technique d’analyse séparative (la chromatographie en phase gazeuse, GC) associée à une technique d’analyse structurale (la spectrométrie de masse, MS). La mise en œuvre de protocoles d’extraction de la matière organique adaptée aux matériaux recherchés, qui plus est anciens, dégradés, mélangés et conservés à l’état de traces, et l’analyse sensible et sélective des marqueurs extraits par le couplage GC‑MS se sont révélés la seule démarche acceptable, susceptible de fournir des résultats pertinents et fiables pour l’identification des matériaux organiques. Pour la présentation détaillée de la méthodologie et des résultats, cf. l’Annexe 3.

  • 71 N. Massar, « Parfumer les morts. Usages et contenu des balsamaires hellénistiques en contexte funé (...)
  • 72 N. Massar, « Parfumer les morts. Usages et contenu des balsamaires hellénistiques en contexte funé (...)
  • 73 Cf. par ex. J. O’Shea, « Social configurations and the archaeological study of mortuary practices (...)
  • 74 Les analyses de chimie organique de contenu donnent de très bons résultats dans des contenants en (...)
  • 75 Voir N. Garnier, D. Frère, « Une archéologie de l’évanescent », dans A. Verbanck-Piérard, N. Massa (...)
  • 76 Voir en particulier T. F. M. Oudemans, Leiden Journal of Pottery Studies 23 (2007), p. 5‑20.
  • 77 C. H. E. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi (1936), p. 124‑125, 235, no 66, pl. 37 : 2 ; N. Ch. (...)
  • 78 Louvre E 415 (S 1151), prov. de Gela, CVA Louvre 13, pl. 44 : 3, 5 et 45 : 8‑9 ; C. W. Neeft, Prot (...)
  • 79 J. Boardman, The History of Greek Vases (2001), p. 257 : « The use of iris in Corinth is mentioned (...)
  • 80 K. Volioti, Pallas 87 (2011), p. 263.
  • 81 P. Badinou, La laine et le parfum. Epinetra et alabastres. Forme, iconographie et fonction, Études(...)
  • 82 H. Parko, « Small Corinthian Oil‑Containers: Evidence of the Archaic Perfume Trade ? », dans C. Sc (...)
  • 83 M. Gras, « Commerce de l’huile corinthienne : huile vierge et huile parfumée, nouvelle approche », (...)

24Le mobilier de la tombe de Camiros comprend deux grandes catégories de vases, bien attestées dans les contextes funéraires grecs et liées à deux produits emblématiques de la civilisation hellénique : le vin et l’huile parfumée71. Les « vases de banquet » (coupes, olpés…) et les vases dits « à parfum » (aryballes, alabastres, lécythes, amphorisques…) sont bien connus et font l’objet, depuis le xixe s., d’études typologiques et stylistiques. Dans un article récent, Natacha Massar souligne bien que les seules sources dont nous disposons pour la connaissance du statut et de la fonction des vases dans la tombe sont archéologiques puisque la mise en terre et la déposition du mobilier funéraire sont ignorées ou presque des textes grecs72. Il va de soi que nous n’avons dès lors qu’une vision très réduite de ce que fut concrètement l’événement funéraire de la mise en place du défunt dans la sépulture et du matériel l’accompagnant. Il existe plusieurs filtres qui réduisent l’information contenue dans les contextes funéraires dont celui qui sélectionne, parmi l’ensemble des restes physiques déposés avec et autour du mort, ceux qui se conserveront jusqu’à l’arrivée des archéologues73. Les matériaux organiques, et particulièrement ceux qui sont mous et liquides, connaissent un processus naturel de transformation chimique qui conduit à une dégradation parfois complète de leur structure moléculaire d’origine. Quant aux produits biologiques contenus dans des récipients, ils subsistent très rarement, sous forme de décoloration ou de résidus, sur les parois internes des vases. Le plus souvent, plus rien n’est visible à l’œil nu, mais les matériaux organiques amorphes n’ont pas complètement disparu. Ils sont piégés dans les macro ou micro anfractuosités des parois internes des vases et ont pu être captés, absorbés à l’intérieur de la structure plus ou moins poreuse des pâtes céramiques et même des pâtes vitrifiées comme les faïences74. L’archéologie biomoléculaire permet d’identifier les marqueurs chimiques porteurs d’informations sur la nature des matériaux organiques invisibles mais présents au sein des récipients. Les analyses biochimiques de contenus archéologiques se sont particulièrement développées depuis les années 1990 et surtout dans le domaine des vases à parfum75. Elles s’avèrent particulièrement efficaces d’une part avec les formes « fermées » et d’autre part quand le contenu biologique est resté en contact avec les parois internes du contenant. Ces deux critères se rencontrent dans le cas des vases à parfum et des vases à servir le vin et les conditions sont d’autant plus optimales si les vases ont été déposés pleins dans la sépulture. De plus, les contextes clos comme les tombes, s’ils connaissent de nombreux événements post-dépositionnels76, protègent souvent mieux l’intégrité biologique de leur contenu que les contextes ouverts. Toutes les conditions sont donc réunies pour que des analyses chimiques des contenus des formes fermées de la tombe de Rhodes puissent donner des résultats. Mais pourquoi recourir à des analyses archéométriques coûteuses qui ne devraient en toute logique que souligner la vérité de La Palice selon laquelle des vases à vin ont contenu du vin et des vases à parfum du parfum ? D’une part, parce que l’usage du vase peut avoir été, et particulièrement dans le cadre des rituels funéraires, différent de sa fonction première (ainsi une œnochoé peut très bien avoir servi à une libation de miel, de lait, d’huile). D’autre part, parce que les analyses peuvent caractériser avec plus ou moins de précision la nature d’un produit biologique brut comme le vin (vin blanc, vin rouge, vin résiné, vin aromatisé, vin miellé…) ou d’un mélange complexe comme une huile parfumée, et apportent des informations techniques sur les méthodes de fabrication et de conservation (comme le poissage des parois internes du vase). Et enfin, parce que la fonction de certaines catégories de formes céramiques, comme l’exaleiptron, est sujette à discussions. Pour les petits contenants fermés que sont les aryballes, alabastres et lécythes, est le plus souvent reconnue une fonction de réceptacle à parfum, en sachant que l’on entend par parfum une huile parfumée. Nous ne disposons pas, pour les flacons céramiques grecs archaïques, d’inscription relative à leur contenu, exception faite d’un lécythe du peintre de Diosphos, sur le plat de l’embouchure duquel est peinte la mention : « HIPINON »77 et le cas moins sûr d’un aryballe corinthien au Louvre portant une inscription un peu ambigüe qui peut être également lue comme « ΑΓΛΠΥΝ » pour «απλος » en référence à son contenu « simple, non mélangé »78. Les contenus des petits « vases à parfum » grecs archaïques nous échappent donc en grande partie79. La méconnaissance de leurs contenus, entraîne la construction d’hypothèses opposées concernant la valeur économique des aryballes/alabastres et lécythes, certains les considérant comme des petits objets de faible valeur80, d’autres comme des vases nécessairement de petites dimensions « car, vu leur prix, on n’achète que de petites quantités de parfum ou d’huile parfumée »81, et d’autres enfin postulant que ces vases étaient livrés vides82 ou alors emplis seulement de poudres aromatiques, le mélange avec l’huile ne se faisant qu’au moment de leur utilisation83. Le recours aux analyses biomoléculaires des contenus apporte des données inédites permettant, grâce à l’identification de matériaux organiques présents dans les vases, d’apporter des réponses aux questions posées concernant leurs fonctions dans le rituel funéraire et leur statut dans la tombe. L’intérêt de lancer une analyse portant sur plus d’une vingtaine de contenus de vases fermés provenant de la tombe rhodienne réside d’une part dans la diversité géographique du matériel déposé dans la tombe (un vase laconien et des vases corinthiens, attiques, rhodiens), et d’autre part dans la présence de formes qui posent des problèmes quant à leur fonction précise comme l’exaleiptron, le lydion et le kernos.

  • 84 Deux programmes lauréats de l’Agence Nationale de la Recherche pilotés par l’UMR 8546 (AOROC, ENS  (...)
  • 85 Quelques articles de synthèse ont été publiés : D. Frère, « Parfums, huiles et crèmes parfumées en (...)
  • 86 Pour les balsamaires en verre, cf. D. Frère, E. Dodinet, N. Garnier, « L’étude interdisciplinaire (...)
  • 87 W. R. Biers, S. Searles, K. O. Gerhardt, « Non-Destructive Extraction Studies of Corinthian Plasti (...)
  • 88 Cl. Cerchiai Manodori Sagredo, Nettare di Dioniso. La vite e il vino attraverso le parole degli au (...)
  • 89 Prov. de Cerveteri, Monte Abatone (http://www.bioarchaeo.net) et R. Corbineau, V. Jolivet, D. Frèr (...)
  • 90 A. Pecci, M. Á. Cau Ontiveros, N. Garnier, JASc 40 (2016), p. 4491‑4498 ; N. Garnier, « Identifier (...)
  • 91 N. Garnier, S. M. Valamoti (n. 70), p. 195‑206.
  • 92 V. Bel et al., « Réflexions interdisciplinaires autour des pratiques funéraires gauloises en Langu (...)

25La vaste base de données constituée à partir des résultats de plusieurs campagnes d’analyses qui ont porté sur des centaines de récipients84 nous permet actuellement de proposer des synthèses, en particulier en ce qui concerne la catégorie dite des vases à parfum. Pour résumer85, il s’avère que la matière du contenant joue un rôle très important dans la nature (et la valeur) du contenu. Les balsamaires en verre (sur noyau d’argile) et en albâtre contiennent des parfums précieux fabriqués à partir de composants exotiques et selon des recettes et des techniques complexes86. Les fioles en céramique et en faïence servent à conditionner des matières grasses parfumées beaucoup plus communes, composées d’un excipient végétal (huile d’olive dans la plupart des cas) ou animal (graisses de ruminants ou de non ruminants ayant fait l’objet d’un chauffage), de substances aromatiques qui sont visibles mais difficilement identifiables (hormis quelques exceptions), de résine ou de poix de conifère (qui peut servir de conservateur mais aussi d’essence), de cire d’abeille (agent de conservation ou résidu de miel mal filtré), de produit laitier (ce matériau est étonnamment l’un des plus communs dans les vases à parfum en céramique) et parfois (plus rarement), de vin ou de vinaigre en faibles quantités. Il est important de noter que ces différents composants ne se retrouvent que rarement systématiquement ensemble. Nous avons des combinaisons variables de résultats à l’intérieur de chaque vase regroupant le plus souvent trois à quatre matériaux (graisse animale/produit laitier/cire d’abeille/substance aromatique ; huile/produit laitier/cire d’abeille ; graisse animale/résine de conifère/cire d’abeille ; huile/poix de conifère/vin ou vinaigre ; etc.). Nos résultats sont dans l’ensemble semblables à ceux de l’équipe de l’Université de Pennsylvanie qui, dans les années 1990, a fait l’analyse moléculaire des contenus de vingt‑quatre vases plastiques de Corinthe, de la Grèce de l’Est et de la Crète87. En ce qui concerne les vases à servir le vin, il est possible d’identifier, outre les marqueurs du vin, des composants comme la cire d’abeille (résidu de miel ?), la résine ou la poix (vin résiné ?, poissage du vase ?) et parfois des produits laitiers (fromage râpé88 ?). Le fait sur lequel nous désirons insister est que, hormis quelques exceptions ponctuelles (comme une olpé étrusco-corinthienne qui a pu contenir du miel)89 les vases à vin ont contenu du vin blanc ou du vin rouge et les vases « à parfum » des substances grasses aromatisées qui appartiennent dans certains cas au domaine de la cosmétique (parfums à base d’huiles végétales et onguents à base de graisses animales) et dans d’autres cas à celui du médicinal. Dernièrement, des avancées scientifiques considérables ont été faites dans le domaine de l’archéologie biomoléculaire avec la découverte et la publication de protocoles permettant non seulement l’identification certaine de jus de raisin fermenté (vin ou vinaigre)90 avec parfois précisions sur la nature du vin (blanc ou rouge)91. Il est toutefois important de noter que les résultats dépendent de la conservation des marqueurs chimiques dont certains peuvent avoir subi trop d’altérations ou avoir été dissous par lixiviation pour être détectés. Ainsi, la présence des marqueurs du raisin peut être remarquée sans celle des marqueurs de fermentation. Dans ce cas, deux possibilités s’offrent à nous : soit il s’agit de raisin (déposé sous forme de grappe ou de jus dans le récipient) soit il s’agit de vin (ou de vinaigre) mais pour lequel manquent les marqueurs de fermentation qui ont subi un processus de dégradation. Autre limite à l’interprétation des résultats : les produits laitiers sont des matières grasses animales. Leurs marqueurs peuvent se surimposer à ceux des graisses animales sous‑cutanées et donc les camoufler, les rendre invisibles. Un produit laitier peut donc cacher une graisse animale sous‑cutanée, les marqueurs de cette dernière n’étant pas différenciables de ceux du produit laitier à l’analyse92.

Les résultats (fig. 10)

  • 93 L’œnochoé corinthienne, en raison de l’exiguïté de l’embouchure, de la profondeur de la panse et d (...)

26Vingt‑cinq objets ont été analysés : la lampe et vingt‑quatre vases, parmi lesquels figurent tous les vases fermés entrant dans la catégorie des vases à parfum93. Parmi les vases ouverts qui donnent de moins bons résultats, le kernos, en raison de sa fonction rituelle, a reçu une attention particulière.

  • 94 Comme il a été dit, les produits laitiers peuvent cacher la présence de graisses d’animaux ruminan (...)

27Les matériaux biologiques issus du monde animal sont les graisses, dont des produits laitiers94, et des acides biliaires.

Les graisses

  • 95 R. Touzé, « Les matières premières employées dans la confection des huiles, onguents et poudres pa (...)
  • 96 P. Martinetto et al., « Les formulations cosmétiques à base de plomb  », Memnonia, cahier supplé (...)
  • 97 Lost Scents, p. 24.
  • 98 P. Martinetto et al. (n. 96), p. 125.
  • 99 L. Bodiou, D. Frère, Dossiers d’Archéologie 337 (2010), p. 46‑49 ; L. Bodiou, « L’huile et le corp (...)
  • 100 Lost Scents, p. 24.
  • 101 N. Kunisch, « Anstelle eines Hafenlöwen… Zu einem korinthischen Salbgefäß », dans R. Biering et al(...)
  • 102 Contenu fait d’un mélange de matériaux minéraux d’une très grande finesse (poudres minérales) et d (...)

28Il est parfois possible de préciser s’il s’agit de graisses de ruminants (Cat. 7, 16, 19, 24, 32‑1), de non ruminants (Cat. 8, 14, 16, 18, 19, 25, 32‑4) et si elles ont fait l’objet d’un chauffage à haute température (Cat. 8, 16, 32‑3). Rattacher les graisses au processus de fabrication des parfums (enfleurage à froid ou à chaud, ébullition…) est une hypothèse qui est peu compatible avec les techniques de parfumerie attestées dans les mondes grec et romain, comme le résume Rachel Touzé, en citant des sources littéraires (de Théophraste à Pline), qui suggèrent que les excipients n’ont d’origine que végétale95. L’emploi de matières grasses animales (graisse d’oie, de bovin…) dans la fabrication de parfums est, en revanche, bien attesté en Égypte par les textes et les analyses96, ce qui fait dire à William Biers à propos des résultats de contenus des vases à parfum corinthiens archaïques que leur méthode de fabrication pouvait se rapprocher de celle utilisée en Égypte97. De fait, la remarque de Rachel Touzé ne concerne que les périodes hellénistique et romaine, sachant que nous ne disposons, pour l’époque archaïque, d’aucun texte sur la fabrication des huiles parfumées. Il est à noter que nombre de recettes égyptiennes employant ces matériaux d’origine animale sont des « exemples d’association de la cosmétologie et de la médecine »98. Cette remarque nous permet de formuler une autre hypothèse qui pourrait expliquer la présence dominante et concomitante de graisses animales et de produits laitiers dans les aryballes et alabastres (cf. tableau ci‑dessous) : il pourrait s’agir d’ingrédients de recettes médicinales où, selon les textes (en particulier le corpus hippocratique), les composants d’origine animale sont nombreux, adaptés aux différentes affections dont souffrent les malades99. Ce qui rejoint une autre proposition formulée par William Biers, à savoir que les graisses animales ont pu servir d’agent épaississant, pour donner une consistance de crème ou d’onguent100. Norbert Kunish pense que les graisses animales identifiées dans les petits flacons corinthiens ne seraient que des contaminations provenant des sédiments accumulés dans la tombe101. De fait, l’intérieur d’une tombe est saturé de matériaux organiques qui se décomposent, se mêlent aux sédiments et peuvent pénétrer dans les vases à l’occasion d’infiltrations d’eau et de coulées de boue. Cependant, cette explication ne peut valoir ni pour les graisses animales qui ont subi une opération de chauffe, ni pour les produits laitiers ni pour les graisses d’animaux ruminants. Dans le cas précis des graisses chauffées, des opérations techniques témoignent directement de la fabrication du produit biologique contenu dans le vase, à savoir l’enfleurage à chaud, l’ébullition ou le chauffage à sec. De plus, dans le cas spécifique des petits vases à parfum, l’emplissage par phénomène naturel est limité par l’étroitesse de l’orifice. Dans un grand nombre de cas, il a pu être observé que les contenus des aryballes et alabastres découverts dans les tombes à chambre étrusques, pourtant recouverts d’épaisses incrustations, sont en partie pleins d’un contenu d’origine anthropique102. Les contaminations venant de l’environnement de la tombe peuvent, en revanche, être plus importantes pour les formes ouvertes et pour les formes fermées dotées d’une embouchure relativement large, comme une œnochoé par exemple.

Fig. 10 – Tableau récapitulatif des résultats des analyses de contenu.

Cat. Graisse Produit laitier Acides biliaires Huile Conifère Vin, fruit Exsudant aromatique Cendres végétales Suie
1 ? x
2 ? x x x
3 x x x x
4 x x
6 x x
7 x
8 ? x x
9 ? x
10 ? x x
11 ? x
12 ? x x x
13 x
14 ? x x
15 x x x
16 x x
17 ? x x x
18 x x x
19 x
22 ? x x x
23 ? x x
24 x x x
25 x x x x
27 ? x x x
32-1 x x x x
32-2 ? x x x x
32-3 x x x x x
32-4 x x x x
36 ? x x x
Total min. 13 16 9 3 15 6 3 1 5

Les produits laitiers

  • 103 J.‑J. Maffre, D. Frère, N. Garnier, E. Dodinet (n. 8), p. 57‑80.
  • 104 L. Bodiou, S. Jaëggi, D. Frère, « Les produits laitiers et le corps médical. Usages du lait et de (...)

29La présence de lait ou de dérivés du lait dans de petits vases fermés supposés contenir du parfum peut sembler, elle aussi, étonnante. Pourtant, cette récurrence des produits laitiers est l’une des principales caractéristiques des vases à huile parfumée archaïques et classiques en céramique, qu’il s’agisse des aryballes, alabastres mais aussi des lécythes attiques103. Sachant que leur contenu est un mélange, un produit laitier peut avoir pour rôle de lui conférer une texture crémeuse et onctueuse à vertu émolliente, avec de plus une dimension médicinale fortement marquée pour le lait dans le monde égyptien et grec104. Le lait est utilisé dans l’arsenal des prescriptions des médecins antiques, particulièrement ceux de la collection hippocratique. Plusieurs types de lait sont prescrits : le lait de vache et d’ânesse le plus communément, mais aussi le lait de femme et, de manière plus anecdotique, le lait de brebis, de chèvre, de jument ou de chienne. Le lait est rarement prescrit seul, souvent délayé, agrémenté de miel, de sel, il est recommandé mêlé à d’autres ingrédients minéraux et végétaux ou alors en traitement unique, sous la forme de « cure de lait ». La présence récurrente de lait dans les flacons de la tombe rhodienne (douze sur dix‑neuf vases analysés) conforte la dimension médicinale de leurs contenus.

La bile

  • 105 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xl. 146 ; Dioscoride, De Materia Medica II 96.
  • 106 Celse, De Medicina V 5‑7, 12.
  • 107 Celse, De Medicina IV 28, bile de chèvre ; Pline, Naturalis Historia XXVIII, xxv. 90, pour rendre (...)
  • 108 Hippocrate, De ulceribus (028) 414. 12, bile de taureau ; Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlviii (...)
  • 109 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xxvi. 91 ; XXVIII, li. 190‑191, bile de taureau pour l’amygdalit (...)
  • 110 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lv. 197, bile d’ours.
  • 111 Hippocrate, De la nature des femmes 2. 187 et 188, Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxi. 216‑217, (...)
  • 112 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlix. 182, bile du taureau.
  • 113 Hippocrate, De morbiis iii (023) 134. 14 ; Pline, Naturalis Historia XXXII, xxxi. 101, bile de tau (...)
  • 114 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lviii. 205
  • 115 Pour les blessures : Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxxi. 236, bile de taureau pour les brûlure (...)
  • 116 Hippocrate, De Natura muliebri (033) 414. 97, bile de scorpion de mer.
  • 117 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxxvii. 246 et 253‑251, bile de taureau et de veau, bile de chèv (...)
  • 118 Pline, Naturalis Historia XXVIII, li. 191, bile de sanglier et de taureau.
  • 119 Pline, Naturalis Historia XXX, xxxvii. 111, pour le traitement de la petite peau.
  • 120 Pline, Naturalis Historia XXVII, xlvii. 266, bile de lézard vert.
  • 121 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxii. 221 et 223, bile de sanglier ou de cochon.
  • 122 Pline, Naturalis Historia XXX, xlvii, 135, bile de thon et de lièvre de mer.
  • 123 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlvii. 169, bile de taureau ; XXXII, xxii. 67, bile de scorpion (...)
  • 124 Pline, Naturalis Historia XXXII, xlix. 132, bile de la torpille.
  • 125 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lvii. 200.
  • 126 Pline, Naturalis Historia XXX, xxiv. 84, bile de serpent.

30Ce matériau d’origine animale, peu compatible avec une substance parfumée, est étonnamment récurrent dans nos résultats (présent dans neuf sur dix‑neuf vases balsamaires analysés). Très réputée et souvent utilisée dans la médicine antique105, la bile était appréciée surtout pour son caractère nettoyant, érodant et épispatique106. Elle était fréquemment mêlée à du lait, surtout pour les maladies des yeux107, des oreilles108, de la gorge109, du système respiratoire110, de l’anus111, les problèmes dentaires112. La bile était aussi utilisée pour la purification des intestins113, dans le traitement de la dysenterie114 et très répandue dans le traitement des divers problèmes de peau et des blessures115. C’est également un composant fréquemment mentionné en relation avec la contraception116 et dans les traitements gynécologiques117. Occasionnellement pour le traitement des écrouelles118, des ongles119, des veines120, de la goutte et des articulations121. On mentionne aussi son utilisation en traitement complémentaire contre les poils indésirables122 ou pour lutter contre la perte des cheveux123. Elle est parfois évoquée comme aphrodisiaque124 et recommandée contre les troubles du sommeil125. La bile est également présente dans les pratiques de magie126. Sans aller en détail dans une analyse de la crédibilité des diverses recettes mentionnées dans les sources antiques, on peut néanmoins accepter une utilisation médicale de la bile et diriger nos investigations dans ce sens.

31Les différents matériaux d’origine animale (graisse, produit laitier et bile) représentent donc des indices convergents d’un contenu à dimension médicinale qui prenait la forme d’un onguent gras destiné à être appliqué sur la peau.

Les huiles végétales

32Habituellement l’huile végétale, en particulier l’huile d’olive quand il est possible de la caractériser, représente un matériau fréquemment identifié à l’intérieur des aryballes, alabastres et lécythes. Sa rareté dans les vases de la tombe rhodienne surprend. Nous pouvons, pour les huiles, raisonner sur leur absence qui est signifiante. En effet, les stérols représentant environ 1 % des constituants des huiles, sont insolubles dans l’eau contrairement aux acides gras, très stables au cours du temps et, quand ils ont été présents dans le vase, sont bien conservés. Aussi, si une matière grasse animale est identifiée dans un vase par le cholestérol, la présence d’une huile végétale aurait été décelée par ses stérols constitutifs car les stérols animaux et végétaux ont les mêmes caractéristiques chimiques et se conservent tout autant. Nous pouvons donc constater que les vases du tombeau A de Camiros, hormis trois exemplaires (Cat. 22, Cat. 32, Cat. 36), n’ont pas contenu d’huile, mais des graisses animales. Celles‑ci représentaient la base grasse, ou excipient, du mélange parfumé.

Les matériaux aromatiques

  • 127 Lost Scents, p. 25 : la campagne n’a porté que sur un petit nombre d’échantillons qui ne concernai (...)
  • 128 Lost Scents, p. 29.
  • 129 L’exaleiptron (Cat. 22), avec un extrait de feuillu (acides ursolique, oléanonique, oléanolique et (...)
  • 130 Des plantes du genre Juniperus ont été non seulement utilisées dans la parfumerie antique, mais ég (...)
  • 131 E. Dodinet, « Les sources de parfum du Bronze levantin. Bois, résines, fruits et racines », dans L (...)
  • 132 L’acide déhydroabiétique avec son dérivé méthylé et des traces d’hydrocarbures polyaromatiques.
  • 133 La montée de température lors de la technique de fabrication de la poix a pu être mal contrôlée, e (...)

33À la différence des graisses, il s’agit de matériaux d’origine végétale (fleurs, feuilles, racines dans certains cas) qui se dégradent très vite. L’équipe de William Biers a particulièrement recherché, dans les contenus d’aryballes corinthiens, les marqueurs révélateurs du rhizome de l’iris, à savoir les terpénoïdes comme l’irigermanal et l’iridogermanal, mais sans succès127. Ils ont par contre relevé la présence d’oxyde de manoyle et de camphre qui révèlent la présence de substances fortement aromatiques. Ils notent d’ailleurs à leur propos que les terpènes identifiés (dont le cédrol et le cédrène) caractérisent des sources végétales dégageant des odeurs lourdes et prégnantes plutôt que florales128. Les vases de Rhodes n’ont hélas pas gardé les marqueurs moléculaires révélateurs de matériaux aromatiques, exception faite de deux vases129. Dans ces deux cas, nous pouvons affirmer l’existence de matériaux aromatiques mais sans avoir la possibilité technique d’en préciser l’origine végétale. Par contre, le flacon en faïence (Cat. 3) a révélé de l’oxyde de manoyle qui peut nous orienter vers le genévrier cade130. Avec ses notes boisées et fumées, le genévrier cade nous emmène dans l’univers des odeurs lourdes et capiteuses131 mentionnées par l’équipe de Biers. L’oléorésine de conifère représente un matériau présent dans un peu plus de la moitié des vases. Les oléorésines de conifères, si communs en Méditerranée (cyprès, pins, genévriers, cèdres…), sont identifiées grâce aux acides terpéniques qui leur sont spécifiques et qui se conservent bien en milieu archéologique. Les oléorésines peuvent être utilisées en tant que matériau aromatique mais aussi pour l’imperméabilisation des vases. Dans ce dernier cas, c’est un goudron végétal, la poix, qui est utilisée et non une oléorésine brute extraite par gemmage. Dans le cas des vases de Rhodes, les marqueurs de poix132 ne sont pas présents, toutefois, les cendres végétales et la suie, identifiées dans six vases, correspondent sans doute à un goudron végétal qui serait arrivé jusqu’à carbonisation133. Dans la plupart des vases, hormis le lydion, l’oléorésine de conifère n’est attestée que sous forme de traces, ce qui indique qu’elle était présente mais en faibles quantités. Elle a pu être utilisée dans le mélange gras comme fixatif et conservateur mais aussi pour ses qualités aromatiques. La poix (suie et cendres végétales) a pu avoir les mêmes fonctions mais a pu aussi servir à l’imperméabilisation des parois internes des vases.

Vin, vinaigre et jus de fruits

  • 134 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di (...)
  • 135 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di (...)
  • 136 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di (...)

34les matériaux tirés de fruits se révèlent particulièrement intéressants. Certains indiquent la présence de vin rouge et de vin blanc ou d’un dérivé du vin, comme le vinaigre. C’est le cas de l’olpé (Cat. 24) qui a contenu du vin ; du kernos (Cat. 32), dont une des coupelles a assurément contenu du vin et les trois autres soit du jus de raisin blanc, soit du vin blanc ; du flacon en faïence (Cat. 2) qui révèle du vin ou du vinaigre. La présence de faibles quantités de vin ou de vinaigre n’est pas étonnante dans des flacons à substances parfumées. De fait, le vin peut intervenir à différentes étapes de fabrication d’une huile parfumée, lors de l’extraction à froid, de l’extraction à chaud134, mais aussi comme ingrédient dans les recettes, comme celle du parfum au safran ou Crocinum135 et celle du parfum à la rose ou Rhodinum136. L’aryballe (Cat. 15) révèle des marqueurs qui indiquent l’exploitation d’un fruit dans la fabrication du contenu, mais sans que l’on puisse identifier l’espèce. La lampe (Cat. 35) garde de très faibles traces de présence de fruits (raisin noir) qui peuvent être l’indice de jus de raisin, de vin ou de vinaigre.

L’interprétation du mobilier de la tombe en fonction des contenus

35Les analyses invitent à revenir sur deux points : l’utilisation des vases d’une part, l’organisation des assemblages, d’autre part.

L’apport des analyses de contenu à l’étude de l’utilisation des vases

36Certains résultats correspondent au moins partiellement aux hypothèses de départ concernant les contenus et donc les fonctions des vases :

L’olpé (Cat. 24)

37Elle contenait du vin, mais aussi un produit laitier et de la suie. Cette dernière pourrait attester de la présence de poix, utilisée comme un conservateur ou pour ses fonctions aromatiques (vin résiné), plutôt que pour étanchéifier le vase, comme dans le cas des amphores commerciales. Le produit laitier peut être interprété comme du fromage râpé qui aurait été plongé dans le vin. À moins qu’il ne s’agisse d’un témoignage de libation de lait, aussi attestée dans les pratiques funéraires que les libations de vin. Deux scénarios s’offrent à nous : soit l’olpé n’a eu qu’un contenu (vin aromatisé avec de la poix et du fromage râpé), soit elle en a eu deux à l’occasion de deux événements différents : du vin aromatisé à la poix (consommation lors d’un banquet ou première libation) et du lait pour une (seconde ?) libation.

L’exaleiptron (Cat. 22)

  • 137 I. Scheibler, JdI 79 (1964), p. 72‑91 ; Idem, AA 83 (1968), p. 389‑397 et V. Saripanidi, « Το εξάλ (...)
  • 138 Amyx, CorVPA, p. 474.
  • 139 V. Saripanidi (n. 137), p. 283‑288.
  • 140 V. Saripanidi (n. 137), p. 284.
  • 141 V. Saripanidi (n. 137), p. 286, n. 24 et 26.

38C’est le seul vase classé dans la catégorie des vases à parfum à avoir contenu de l’huile végétale. La présence de produits laitiers, de graisses animales et de plantes aromatiques (extrait de conifère et de feuillu) conforte la dimension d’un contenu lié au parfum. En effet la recherche a longtemps supposé que ces vases servaient à contenir des mélanges à base d’une crème faite « sur place » et destinée à ne pas être gardée longtemps137. Les exaleiptra sont peu utilisés comme offrandes funéraires en dehors de Rhodes, de la Sicile138 et de la Grèce septentrionale139. À Corinthe et dans l’essentiel du monde grec, ils proviennent plutôt de contextes domestiques et votifs. Ces divergences reflètent des particularismes régionaux en matière de pratiques funéraires140. L’association inédite d’un couvercle grec de l’Est (Cat. 33) et d’un exaleiptron corinthien (Cat. 22), une forme d’ordinaire dépourvue de couvercle (au moins en argile)141 témoigne du désir de préserver le mélange aromatique, selon une formule qui n’est pas attestée ailleurs à Rhodes.

Le lydion (Cat. 27)

  • 142 A. Rumpf, AM 45 (1920), p. 163‑170.
  • 143 Voir l’article de synthèse avec bibliographie antérieure : E. Poletti Ecclesia, « Lydia  », dans G(...)
  • 144 T. J. Craig, Molecular Taphonomy: An Experimental and Empirical Study of archaeological Ceramic Re (...)

39Le classement du lydion dans la catégorie des vases à parfum se fonde sur le rapprochement entre des textes grecs parlant de la bakkaris et du brentheion et la présence en grand nombre, dans l’empire lydien et ses environs, d’un type de vase particulier, sans anses, muni d’un pied haut tronconique ou en trompette, d’une panse piriforme ou ovoïde et d’un col s’évasant fortement vers le haut pour former une embouchure large et ronde142. L’hypothèse d’Andreas Rumpf, amplement reprise depuis, selon laquelle le lydion est le conteneur par excellence de la bakkaris, n’a jamais pu être confirmée. La morphologie de son embouchure a fait supposer que le contenu du lydion avait une consistance crémeuse143 ce qui donne un indice sur la nature du produit et non sur sa composition. Sachant qu’aucun lydion n’a été retrouvé bouché, nous ignorons le procédé d’obturation de ce type de vase au contenu onctueux semi-solide. Les analyses effectuées sur les lydia découverts à Sardes et Gordion ont permis de déterminer un contenu complexe composé en partie de matières grasses de ruminants et de matériaux d’origine végétale dont des résines144. Les résultats concernant le lydion de la tombe rhodienne présentent une composition similaire : de la résine de conifère et un produit laitier.

La pyxis (Cat. 19)

  • 145 Les autres fonctions : boite de stockage, boite à poudre, à pastilles de fard ou comme ici, le con (...)

40Elle contenait de la graisse animale de ruminant, ce qui renvoie, sans surprise à une des fonctions supposées de cette forme145, liée au domaine cosmétique ou médical.

Le kernos (Cat. 32)

  • 146 Sur l’utilisation des kernoi, F. G. Lo Porto (n. 65), p. 68 ; ClRolley, BCH 89 (1965), p. 471‑47 (...)

41Les analyses ont révélé des contenus en partie homogènes et en partie différents dans chaque coupelle, dont les fonds percés assurent la communication du liquide entre elles et la base annulaire. Trois coupelles ont contenu le même liquide (jus de raisin blanc ou vin blanc), tandis que la quatrième présente les marqueurs d’une boisson fermentée, sans doute à base de raisin. Nous formulons comme hypothèse que les quatre coupelles contenaient le même breuvage, à savoir du vin blanc résiné. En effet, chaque vasque contient de la résine de conifère. De même, la graisse animale est partout présente (les marqueurs du produit laitier pouvant cacher ceux de la graisse animale sous‑cutanée). En revanche, une coupelle a contenu un mélange complexe de plantes chauffées et deux autres, des sucs digestifs (bile), avec, pour l’une d’elle, un produit laitier. Les analyses permettent donc de confirmer la fonction rituelle de ce type de vase146 : les contenus légèrement différents de chaque coupelle coulaient dans l’anneau central pour s’y mélanger. Ce mélange ne remontait pas à l’intérieur des vasques, au bas desquelles les prélèvements ont été faits.

La lampe (Cat. 45)

  • 147 Un programme est en cours pour l’analyse des contenus des lampes au Département des Antiquités Ori (...)

42Elle a contenu des corps gras d’origine animale (dont un produit laitier) et végétale (huile de graines), une résine de conifère et de très faibles quantités d’un produit de la vigne (jus de raisin noir, vin ou vinaigre). Les graisses (dont le beurre) et la résine n’ont rien de surprenant pour la fabrication d’un combustible destiné à l’éclairage. L’ajout, en quantités infimes, de vin ou de vinaigre (nous préférons exclure l’hypothèse de jus de raisin), peut avoir eu des motivations rituelles ou techniques147. Rappelons que de nos jours encore le vinaigre est très utilisé comme un agent dégraissant et a pu l’être ici pour nettoyer la lampe.

43D’autres résultats ont ménagé quelques surprises et invitent à revenir sur la question débattue du commerce et de l’utilisation des petits vases fermés corinthiens et, de façon plus générale, des « vases à parfum », comme récipients destinés à contenir de l’huile ou de l’huile parfumée.

Les aryballes, les alabastres et l’amphorisque

  • 148 Payne, NC, p. 5‑6, n. 3.
  • 149 Norbert Kunisch reprend la question à propos d’un petit vase plastique corinthien en forme de sphi (...)
  • 150 L’auteur invoque le cas de flacons corinthiens dédiés dans des sanctuaires détruits par le feu, co (...)
  • 151 J. B. Salmon, Wealthy Corinth. A History of the City to 338 B.C. (1984), p. 117‑118, par ex. Akrai (...)
  • 152 Les investigations ont pris un nouvel élan à partir des années 1990, cf. H. Parko (n. 82), p. 55‑6 (...)
  • 153 Par exemple, le vase éponyme du Peintre d’Akrai sentait le parfum au moment de sa découverte, G. J(...)

44Depuis l’œuvre monumentale de H. Payne la question est ouverte de savoir si les aryballes et alabastres corinthiens ont contenu de l’huile et/ou du parfum et s’ils ont été exportés vides ou remplis148. D’autres observations portant sur la forme peu adaptée et la porosité de certains « vases à onguent » ont aussi contribué à remettre en question le fait qu’ils avaient été systématiquement utilisés comme des récipients pour l’huile (parfumée)149. J. B. Salmon avance des arguments en faveur de l’idée selon laquelle certains de ces vases pourraient avoir été offerts vides dans les sanctuaires150 ; il observe que des sépultures ont livré un plus grand nombre de vases à onguent que nécessaire pour les rites funéraires et en déduit que le surplus a été vraisemblablement déposé vide151. Il est impossible d’estimer le volume de la production et du commerce des parfums à Corinthe à partir de la quantité des « vases à parfum »152. Les données archéologiques suggèrent que tous les « vases à parfum » n’ont pas toujours contenu de l’huile (parfumée)153 et qu’une partie a été exportée vide. La proportion des vases exportés vides par rapport à la production complète ne peut pas être estimée pour le moment. Il est possible qu’elle ait changé non seulement au fil du temps, mais également en fonction des contextes et des régions géographiques, ainsi que de la situation économique et sociale de l’utilisateur.

  • 154 M. Gras (n. 83).

45Théoriquement, trois cas de figure peuvent donc être envisagés : premièrement, les vases étaient livrés vides et remplis à destination. Deuxième possibilité, les vases étaient livrés avec des matériaux aromatiques séchés, mélangés parfois à des poudres minérales154. Dans ce cas, arrivés à destination, l’utilisateur ajoute les adjuvants et les autres composants pour en faire une substance médicinale ou parfumée. La troisième hypothèse, la plus répandue, selon laquelle les vases étaient livrés avec leur contenu impliquerait que les ateliers de parfumerie fonctionnaient en étroite collaboration avec les ateliers de potiers, ce qui n’a jamais été mis en évidence par les fouilles. Les résultats des analyses effectuées sur les flacons du tombeau de Camiros invitent à rejeter cette dernière hypothèse. Ils n’ont, en effet, jamais contenu d’huile, car même dans le cas d’une réutilisation, le marqueur de l’huile aurait été détecté. En outre, ils présentent des marqueurs de substances incompatibles avec des huiles parfumées, comme les acides biliaires.

  • 155 A. Alexandridou (n. 67), p. 31 ; une huile spéciale, ChReusser, « The François Vase in the Conte (...)
  • 156 Les amphores du type « SOS » ont servi pour l’export d’huile d’olive et probablement du vin, cf. a (...)
  • 157 Un amphorisque attique découvert en Étrurie, dans la tombe 183 de Casalone de Ceri, a donné comme (...)

46Autre résultat frappant, on constate qu’en dépit de la variété des matériaux, des typologies et de la diversité des centres de production, les vases à parfum ont un contenu similaire, marqué par la présence des produits laitiers et des graisses d’origine animale, qui renvoient à des onguents gras et épais, parfois simplement aromatisés (résine de conifère, Cat. 16, 23 ; extraits de fruits, Cat. 15). Il est intéressant de noter que les aryballes à décor floral du Groupe du Lion (Cat. 15‑16) ont contenu une préparation aromatisée à base de plante, avec une composante de graisse animale de ruminant longuement chauffée. Cette homogénéité des contenus retrouvés dans des vases d’origines différentes sur un bon siècle d’intervalle s’explique non pas par les contextes de production, mais d’utilisation, qui reflètent des pratiques locales. Au‑delà d’une base commune, il existe des composantes spécifiques qui permettent de préciser des pratiques individuelles et de revenir sur les assemblages funéraires. Un des marqueurs les plus étonnants dans le contexte des vases à parfum est la bile. Elle se retrouve dans sept des vases analysés : un alabastre et cinq aryballes corinthiens, ainsi que l’amphorisque attique. Le plus ancien est l’alabastre (Cat. 6) du Corinthien ancien peu avancé ; le plus récent, l’amphorique attique à vernis noir (Cat. 25), dont la datation flotte dans la première moitié du vie siècle. Alors que les amphorisques étaient supposés contenir de l’huile155, voire, comme les amphores « SOS » qu’ils imitent, du vin156, le petit amphorisque du Louvre n’a jamais contenu ni huile157, ni vin. En revanche, on y a retrouvé des restes de graisse animale de non-ruminant, des acides biliaires, de la suie et de la résine de conifère en faible quantité.

Essai de reconstruction des différents assemblages de la tombe à chambre de Camiros

47L’étude des vases corinthiens permet de distinguer au maximum six phases stylistiques pouvant correspondre à des dépositions successives dans le Tombeau A. La première remonte à la période de Transition avec l’alabastre du Peintre du Dauphin (Cat. 5), la deuxième au Corinthien ancien peu avancé (avec l’alabastre décoré de panthères encadrant un oiseau, Cat. 6) ; la troisième, au début du Corinthien moyen (avec les aryballes du Peintre de la Bibliothèque royale de Bruxelles et les vases du Groupe du Lion). Le cotylisque pourrait appartenir à la première ou à la deuxième phase. Une quatrième déposition paraît possible vers le milieu du Corinthien moyen (avec l’alabastre du Peintre de la Frise des Guerriers et l’aryballe à fond plat du Peintre de Dracula). L’aryballe décoré de compartiments incisés appartient plus vraisemblablement à cette dernière. Il est également possible que les phases 3 et 4 n’en forment qu’une seule. On a déjà observé que les aryballes décorés par le Peintre de la Bibliothèque royale de Bruxelles (et sans doute les exemplaires soignés du Groupe du Lion) ont été gardés relativement longtemps avant d’avoir été déposés dans une sépulture. La cinquième phase, représentée par l’œnochoé et la pyxis, interviendrait à la fin du Corinthien moyen ou au début du Corinthien récent. Et la sixième, représentée par l’exaleiptron, correspond au Corinthien récent I ou II.

48Pour compléter la reconstitution des différentes phases de cette sépulture multiple, nous disposons du mobilier non corinthien, dont la répartition entre plusieurs phases est parfois loin d’être claire. Par exemple, les importations égyptiennes (?), qui correspondent probablement, au moins pour certaines d’entre elles (Cat. 38), aux offrandes les plus anciennes de la tombe, pourraient aussi être rapprochées des vases de taille réduite de la fin du Corinthien moyen-début du Corinthien récent.

  • 158 Il est également possible que les remèdes aient été volontairement placés dans des contenants beau (...)

49L’apport des analyses des contenus pour une lecture des assemblages est loin d’être négligeable. La présence de la bile dans plusieurs contenants corinthiens (Cat. 6, 8, 12, 14, 17, 18) et dans l’amphorisque attique (Cat. 25) pourrait indiquer qu’ils appartiennent au même assemblage funéraire, associé à un défunt malade. Dans ce cas, les phases stylistiques établies à partir de la chronologie relative corinthienne (du Corinthien ancien au milieu du Corinthien moyen, soit une bonne trentaine d’années) renverraient à une même déposition. De ce fait, nous sommes enclins à dater plus précisément l’amphorisque attique au premier quart plutôt que dans la première moitié du vie s. On peut formuler prudemment l’hypothèse que des vases acquis au fil d’une vie ont été déposés dans la tombe, alors que la personne, parvenue à un âge avancé, souffrait d’une maladie des yeux158.

  • 159 Ou périmé ?

50Par ailleurs, on dispose d’autres indices en faveur d’une interprétation médicinale du contenu : la présence de différentes préparations, pouvant correspondre à des recettes. Parmi les vases contenant de la bile, on trouve des produits laitiers, qui pouvaient être ou fermentés (Cat. 12)159 ou chauffés (Cat. 8, 11).

  • 160 Sur l’utilisation de l’antimoine dans l’Antiquité en général, cf. R. J. Forbes, Metallurgy in Anti (...)
  • 161 Pline, Naturalis Historia XXXIII, xxxiii. 101.
  • 162 Strabon, Geographia XVI 17 ; Pline, Naturalis Historia XXIX, xxviii. 118 ; XXIX, xxix. 131 ; XXIX, (...)
  • 163 R. J. Forbes (n. 160), p. 265.
  • 164 R. J. Forbes (n. 160), p. 265.

51La présence d’antimoine dans la tombe va dans le même sens. Dans l’Antiquité l’antimoine pouvait être retrouvé avec de l’argent sous une forme granuleuse mais il est extrêmement rare160. Il est plus probable qu’il s’agisse de sulfure d’antimoine (stimmi ou stibi) dont on a distingué une variété mâle et une variété femelle (cette dernière plus pure et de meilleure qualité)161. L’antimoine a été utilisé dans la fabrication des alliages cuivreux et, ce qui est plus intéressant pour nous ici, dans la médecine antique, surtout pour le traitement médical des yeux et pour leur maquillage162. Le stibi tetragonon163 était probablement des petits cubes de poudre de stibnite mélangée avec du talc ou de la graisse animale164.

  • 165 À la période Transitionnelle, ou un peu plus tard (si l’alabastre n’avait pas été tout fraichement (...)

52Les analyses de contenu permettent d’affiner la chronologie des dépositions, dont la reconstitution reste hypothétique. Il est envisageable que la première sépulture remonte au viie s.165. La suivante, qui semble assurée au Corinthien moyen est celle d’une personne atteinte probablement d’une maladie des yeux. Cette maladie pourrait expliquer le nombre inhabituel de « vases à parfum » déposés avec elle et remplis de divers remèdes. Une troisième est datée vers la fin du Corinthien moyen/début du Corinthien récent, voire un peu plus tard dans le Corinthien récent, si l’on y associe l’exaleiptron de petite taille. Hormis ses dimensions réduites qui se retrouvent sur d’autres vases de la troisième déposition, rien ne permet de l’associer à cet assemblage plutôt qu’au suivant, représenté par l’alabastre en verre, qui correspondrait à une quatrième sépulture (ou bien à une réouverture de la tombe) vers la fin du vie, début du ve s.

53Nous proposons une division du mobilier selon les horizons suivants :

  • 166 Cela dit l’alabastre corinthien (Cat. 5) aujourd’hui perdu n’a pas été analysé et a pu contenir de (...)

54Certains objets anciens n’attestant pas la présence de bile166 ont été dissociés de ceux un peu plus récents de l’assemblage 2, où la bile est attestée. On a fusionné deux phases en raison de la présence de la bile, mais il est raisonnable de garder à part les objets les plus anciens.

  • 167 ClRh 3, Tombe XVI de Ialysos (Drakidis), p. 44‑45 ; ClRh 6‑7.1, tombe à chambre no 30 de Camiros, (...)

55Assemblage 1, vers 610‑595 (fig. 7, 11) : l’alabastre corinthien (Cat. 5), les vases glaçurés à décor géométrique (Cat. 2‑3)167 et, très probablement, le cotylisque corinthien (Cat. 21). Pour des raisons chronologiques, il est possible que la coupe de Vroulia (Cat. 34), la lampe (Cat. 35), les plats en bucchero (Cat. 30‑31) appartiennent à cet assemblage. Les aigyptiaka peuvent aller presque n’importe où. Leur pouvoir protecteur peut conduire à les associer à l’assemblage 2 (dans lequel la présence de la bile peut indiquer la présence d’un malade) ou à l’assemblage 3.

Fig. 11 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique.

Fig. 11 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique.

56Assemblage 2, vers 585‑570 (fig. 12) : L’alabastre du corinthien ancien (Cat. 6), les vases de la fin du Corinthien ancien/début Corinthien moyen et les vases du Corinthien moyen (Cat. 7‑18). On peut classer ici l’olpé attique (Cat. 21), au moins un amphorisque (Cat. 25) et pour son utilisation médicale, l’antimoine (Cat. 40). Éventuellement la coupe de Vroulia (Cat. 34), la lampe (Cat. 35), les plats en bucchero (Cat. 30‑31), le plat de Cos (Cat. 29), le kernos (Cat. 32), l’amphorisque non retrouvé (Cat. 26) et les deux lydia (Cat. 27‑28). On ne peut exclure que la lampe à colonnette (Cat. 35) ait été associée à cette phase.

Fig. 12 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 2.

Fig. 12 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 2.
  • 168 G. Hölbl (n. 14), p. 183‑184, 195.

57Assemblage 3, vers 570‑550/540 (fig. 13) : Les vases corinthiens de taille réduite (Cat. 19, 20), dont peut‑être l’exaleiptron aussi de taille réduite (Cat. 22). L’aryballe laconien (Cat. 23), l’aryballe en faïence (Cat. 4). On ne peut exclure que l’amphorisque (Cat. 26) et le lydion (Cat. 28) perdus aient pu s’y ajouter. Le scarabée (Cat. 37), l’œil Oudjat (Cat. 38) et la figurine en forme de Bès (Cat. 39), bien que plus anciens, sont souvent, en raison de leur fonction apotropaïque, associés à des tombes féminines ou à des tombes d’enfant168. Dans ce dernier cas, ils pourraient dialoguer avec les vases corinthiens de taille réduite retrouvés dans le tombeau A.

  • 169 En plus de l’exemplaire du tombeau A, on peut citer la lampe à colonnette du British Museum, celle (...)
  • 170 L’alabastre en verre (Cat. 1) de la fin du vie, voire du début du ve s. renseigne sur la dernière (...)

58Assemblage 4, vers 500‑480 : l’alabastre en verre (Cat. 1) et peut‑être l’exaleiptron (Cat. 22) et son couvercle (Cat. 33). Étant donné la rareté des lampes dans les tombes archaïques à Rhodes169, on est tenté d’associer l’exemplaire perdu (Cat. 36) à la dernière phase d’utilisation du tombeau A170.

Fig. 13 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 3.

Fig. 13 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 3.

Conclusion

  • 171 Sur la question des tombes multiples à Camiros et sur la problématique de l’absence de restes huma (...)
  • 172 Pour un exemple de réouverture tardive, vers 300‑250, d’une tombe à chambre de Camiros du viievie(...)

59L’étude du mobilier réuni par Auguste Salzmann et conservé grâce à lui au musée du Louvre confirme la pratique rhodienne de réutiliser un tombeau familial sur plusieurs générations171. Dans la plupart des cas, finalement assez peu nombreux, l’écart chronologique entre la première et la dernière utilisation ne dépasse pas un bon demi‑siècle. C’est, semble‑t‑il, aussi le cas du tombeau A, utilisé de la fin du viie s. jusque vers 570, avec une possibilité d’une réouverture à la fin de l’archaïsme172.

60Les assemblages permettent de reconstituer trois contextes principaux. Le premier (fin du viis.) comporte vraisemblablement, outre des productions locales (vases glaçurés à décor géométrique, lampe et coupe de Vroulia) quelques importations, milésiennes et corinthiennes. Le deuxième est particulièrement riche notamment par la présence du kernos, rare en contexte funéraire, de vases attiques, grecs de l’Est et lydiens (?), ainsi qu’une douzaine de vases à parfum corinthiens, provenant d’ateliers spécifiques (Groupe du Lion, Peintre de la Bibliothèque royale de Bruxelles). Le troisième se distingue par la présence d’un aryballe laconien, d’un aryballe en faïence, probablement local et par des vases corinthiens de taille réduite, qui pourraient renvoyer à une tombe d’enfant, comme les amulettes protectrices (aigyptiaka), bien que probablement plus anciennes.

  • 173 Soit en tout 28 prélèvements pour analyses biomoléculaires, en comptant les quatre coupelles du ke (...)
  • 174 À moins que le produit laitier identifié ne soit le témoignage d’une libation de lait lors du ritu (...)
  • 175 Cf. notes 8‑10.
  • 176 Rarement les deux en même temps.
  • 177 Il n’existe pas, à notre connaissance, d’étude de synthèse de l’exploitation de bile dans les rece (...)
  • 178 En sachant que les matériaux végétaux à dimension aromatique ou médicinale pouvaient voyager avec (...)
  • 179 L’hypothèse d’une production de parfums à Rhodes depuis le viiie s. a été proposée depuis longtemp (...)
  • 180 L’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une sépulture de médecin enterré avec son équipement ne foncti (...)

61Une campagne d’analyses moléculaires des contenus a concerné vingt vases en céramique, trois en faïence, un en verre et une lampe173. Les résultats permettent de déterminer que l’olpé attique (Cat. 24) contenait du vin rouge résiné, avec sans doute ajout de fromage râpé174 et d’apporter des éléments sur la fonction de formes telles que le lydion, l’exaleiptron et le kernos. Les balsamaires du tombeau A de Camiros se révèlent originaux en ce qui concerne leur contenu, si on les compare à ceux des aryballes et alabastres corinthiens, étrusques et laconiens, aux amphorisques et aux lécythes attiques de différents contextes méditerranéens175. Le balsamaire est un type de vase qui contient systématiquement un corps gras constitué soit de graisse animale soit d’huile végétale176 (rarement les deux en même temps). Les autres matériaux biologiques intégrés dans cette base grasse sont, par ordre de récurrence : un produit laitier (très souvent), une résine ou poix de conifère (souvent), un produit de la ruche (cire ou miel mal raffiné, assez souvent), du vin ou du vinaigre (rarement). Les substances aromatiques d’origine florale, fortement volatiles, ne sont que rarement détectables en général, ce qui implique que l’absence de leurs marqueurs n’est pas signifiante et ne peut donner lieu à une quelconque interprétation. Les aryballes et alabastres corinthiens et l’aryballe laconien du tombeau rhodien se distinguent par le fait qu’aucun n’a jamais contenu d’huile végétale. L’excipient était donc formé d’une matière grasse d’origine animale (graisse sous‑cutanée à laquelle était ajouté un produit laitier dans de nombreux cas) avec parfois ajout de résine ou poix de conifère faisant office tout à la fois de fixatif des matériaux aromatiques, de conservateur du produit parfumé ou médicinal et de principe odorant. L’absence récurrente d’huile végétale dans les vases à parfum du tombeau rhodien apparaît bien comme une originalité par rapport à l’ensemble des analyses concernant les aryballes, alabastres et lécythes d’autres régions du bassin méditerranéen. Seul l’exaleiptron se distingue de ce fait du reste du mobilier. Ce dernier a d’ailleurs fait l’objet d’une utilisation particulière, puisqu’on lui a adjoint à Rhodes un couvercle grec de l’Est, destiné à protéger son contenu. Mais le plus étonnant, c’est la présence d’acides biliaires dans sept flacons, composant incongru au sein d’une recette de parfum177. La bile, un ingrédient très présent dans les recettes médicinales antiques, est souvent employée avec du lait, en particulier pour les affections des yeux et des oreilles. Par ailleurs, les contenus sont largement homogènes, indépendamment du contenant : ni le matériau (faïence, verre ou terre cuite), ni le centre producteur (Corinthe, Athènes, la Laconie, Rhodes, la Lydie…) ne semblent jouer de rôle dans la définition du contenu. Celui‑ci ne semble lié ni à l’espace (ateliers, régions), ni au matériau (plus ou moins précieux), mais uniquement au consommateur. Pourrait ainsi se trouver validée l’hypothèse qu’une partie des vases à onguent voyageaient vides et n’étaient emplis qu’une fois arrivés à destination, la nature de leurs contenus variant alors en fonction des exigences locales178, pour répondre à des pratiques funéraires spécifiques ou à un besoin médical ponctuel179, comme ce fut sans doute le cas pour l’un des défunts du tombeau180.

Haut de page

Bibliographie

Amyx, CorVPA = D. A. Amyx, Corinthian Vase-Painting in the Archaic Period (1988).

Benson, GKV = J. L. Benson, Die Geschichte der korinthischen Vasen (1953).

Cat. Rhodes = A. Coulié, M. Filīmonos-Tsopotou (éds), Rhodes, une île grecque aux portes de l’Orient, xveve siècle avant J.‑C. (2014).

ClRh 3 = G. Jacopi, Scavi nella necropoli di Ialisos 1924‑1928, Clara Rhodos 3 (1929), p. 1‑284.

ClRh 6‑7 = G. Jacopi, Esplorazione archeologica di Camiro, II, scavi nelle necropoli Camiresi 1932‑33, Clara Rhodos 6‑7 (1933), p. 1‑439.

Corinth XV.3 = A. N. Stillwell, J. L. Benson, The Potters’ Quarter. The Pottery, Corinth XV.3 (1984).

Coulié 2014 = A. Coulié, La céramique de la Grèce de l’Est. Le style des chèvres sauvages.

Dehl‑von Kaenel 1995 = Ch. Dehl‑von Kaenel, Die archaische Keramik aus dem Malophoros-Heiligtum in Selinunt.

Lost Scents = W. R. Biers, K. O. Gerhardt, R. A. Braniff, Lost Scents. Investigations of Corinthian “Plastic Vases” by Gas Chromatography-Mass Spectrometry, MASCA Research Papers in Science and Archaeology 11 (1994).

Neeft, CorVPAC = C. W. Neeft, Addenda et Corrigenda to D. A. Amyx, Corinthian Vase-Painting in the Archaic Period, Allard Pierson Series, Scripta Minora 3 (1991).

Payne, NC = H. Payne, Necrocorinthia. A Study of Corinthian Art in the Archaic Period (1931).

Perachora II = T. J. Dunbabin, Perachora. The Sanctuaries of Hera Akraia and Limenia, II (1962).

Pottier, Catalogue = E. Pottier, Catalogue des vases antiques de terre cuite, Études sur l’histoire de la peinture et du dessin dans l’Antiquité. Première partie, les origines (1896).

Pottier 1897 = E. Pottier, Vases antiques du Louvre.

Salzmann, Camiros = A. Salzmann, Nécropole de Camiros, journal des fouilles (1875).

Zervos, Rhodes = S. G. Zervos, Rhodes, capitale du Dodécanèse (1920).

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : liste du mobilier du tombeau A

Dénomination. No du catalogue (no d’inventaire) ; mesures en cm (bibliographie en note).
Résultat de l’analyse de contenu.
D = diamètre ; DB = Diamètre de la base ; DE = Diamètre de l’embouchure ; DPl = Diamètre du plat de l’embouchure ; DP = Diamètre de la panse ; H = hauteur ; L = largeur ; Long = longueur.

Vase en verre

Cat. 1. Alabastre en verre moulé sur noyau (fig. 3). A 376 (NIII 1652). H 9,5 ; DP 2,8181.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; aucun autre matériau biologique.

Vases en faïence et revêtement siliceux

Cat. 2. Flacon en faïence (fig. 3). A 346 (NIII 1509) ; H 15,2 ; DP 11,4182.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; vin, vinaigre (?), suie.

Cat. 3. Alabastre en faïence (fig. 3). A 348 (NIII 1512) ; H 22 ; DP 9183.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier, suie ; genévrier cade (oxyde de manoyle).

Cat. 4. Aryballe en faïence (fig. 3). A 371 (NIII 1535) ; H 5,9 ; DP 6,5184.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier. Ce vase n’a contenu ni huile, ni résine, poix ou cire.

Vases corinthiens

Cat. 5. Alabastre (fig. 7). A 451 (S 441), aujourd’hui perdu. H 8,0185.
Non analysé.

Cat. 6. Alabastre (fig. 8). A 450 (NIII 1529 ; S 430) ; H 8,7 ; D 4186.
Analyse de contenu : graisse animale ; acides biliaire.

Cat. 7. Alabastre (fig. 8). A 435 (NIII 1525 ; S 673) ; H 19,2 ; DPl 5,2‑5,4 (en bas) et 5,1‑5,0 (en haut) ; DP 9,9‑10187.
Analyse de contenu : graisse animale de ruminant en faible quantité. Le vase est très pollué, ce qui ne permet pas d’identifier d’autres composants, mais il ne semble pas qu’il ait contenu une huile, des résines ou de la cire.

Cat. 8. Aryballe (fig. 8). A 447 (NIII 1594 ; S 429) ; H 7 ; D 6,3188.
Analyse de contenu : graisse animale de non-ruminant fortement chauffée ; acides biliaires en faible quantité. Le vase ne révèle aucune trace de résine, de poix, d’huile végétale ou de cire.

Cat. 9. Aryballe (fig. 8). A 448 (NIII 1548) ; H 6,5 ; D 6,2189.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier. Le vase est fortement pollué et aucun autre marqueur biologique que le lait n’est visible.

Cat. 10. Aryballe (fig. 8). A 472 (NIII 1541 ; S 438) ; H 5,8 ; D 6,3190.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; traces de résine de conifère. Aucun autre matériau biologique n’est identifié.

Cat. 11. Aryballe (fig. 8). A 449 (NIII 1538 ; S 423) ; H 5,6‑5,7 ; DPl 4,1 (en haut) et 4,3 (en bas) ; DP 5,9191.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier chauffé ; aucun autre marqueur biologique.

Cat. 12. Aryballe (fig. 8). A 462 (NIII 1547 ; S 431) ; H 6,2‑6,1 ; DPl 4 ; DP 6,2‑6,3192.
Analyse de contenu : résine de conifère ; graisse animale dont produit laitier fermenté en grande quantité ; acides biliaires ; aucun autre matériau biologique.

Cat. 13. Aryballe (fig. 8). A 470 (NIII 1536). H 8,3 cm ; D 8 cm193.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier. Le vase est très pollué ; on ne note aucun autre matériau biologique.

Cat. 14. Aryballe (fig. 8). A 455 (NIII 1537 ; S 624) ; H 6,2 ; DPl 4,2 ; DP 6,4194.
Analyse de contenu : graisse animale de non-ruminant ; acides biliaires nombreux ; aucun autre matériau biologique.

Cat. 15. Aryballe (fig. 8). A 419 (NIII 1543 ; S 623) ; H 6,3 ; DPl 4,1‑4,2 ; DP 6,26195.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier chauffé ; poix de conifère en faible quantité ; extraits de fruits (acides citrique, itaconique, vanillique).

Cat. 16. Aryballe (fig. 8). A 420 (NIII 1542 ; S 411) ; H 6,4‑6,6 ; DPl 4,1‑4,2 ; DP 6,5‑6,6196.
Analyse de contenu : graisse animale de ruminant longuement chauffée ; poix de conifère en faible quantité.

Cat. 17. Aryballe (fig. 8, 9b). A 415 (NIII 1595 ; S 413) ; H 7,6‑7,8 ; DPl 4,3 ; DP 7,4‑7,5 cm197.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; poix de conifère ; plante comportant des quantités importantes de matairésinol.

Cat. 18. Aryballe à fond plat (fig. 8). A 463 (NIII 1539 ; S 648) ; H 10,8‑11,2 ; DPl 5,1 ; DP 10,4 DB 6,4‑6,5198.
Analyse de contenu : résine de conifère ; graisse animale de non-ruminant ; acides biliaires ; aucun autre matériau biologique.

Cat. 19. Pyxis convexe sans anse (fig. 8, 9f  ). A 434 (NIII 1571 ; S 428) ; H 6,2‑6,4 ; DE 5,6 ; DP 8,3‑8,4 ; DB 4,9‑5,0199.
Analyse de contenu : graisse animale de ruminant. Le vase n’a contenu ni résine, ni poix, huiles ou substances aromatiques.

Cat. 20. Œnochoé de taille réduite (fig. 8, 9c). A 425 (NIII 1601 ; S 679). H 11 ; 13,1 (avec anse). D du pied 4,5 ; DP 9,3200.
Non analysée.

Cat. 21. Cotylisque (fig. 8, 9a). A 406 (NIII 1606 ; S 405) ; H 4,8 ; DE 6,4 ; L 9,2 (avec anses) DB 2,5201.
Non analysé.

Cat. 22. Exaleiptron (fig. 8, 9e). A 411 (NIII 1612.1 ; S 443). H 2,9‑3 ; D du pied 5,5 ; DP 7,7 ; D avec l’anse 9,4202.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; huile siccative en plus faible quantité ; résine de conifère ; extrait de feuillu riche en composés aromatiques (acides ursolique, oléanonique, oléanolique et surtout en acide arjunolique).

Vase laconien

Cat. 23. Aryballe laconien (fig. 6). A 486 (NIII 1596) ; H 6,5 cm ; D 6,1203.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; traces de résine de conifère.

Vases attiques

Cat. 24. Olpé à figures noires (fig. 6). A 475 (NIII 1584) ; H 23,8 ; DP 13,7204.
Analyse de contenu : vin ; produit laitier ; suie.

Cat. 25. Amphorisque à vernis noir (fig. 6). (NIII 1602 ; S 7219). H 10 ; DP 6,2205.
Analyse de contenu : résine de conifère en très faible quantité ; graisse animale de non-ruminant ; acides biliaires ; suie.

Cat. 26. Amphorisque à vernis noir. Non identifiable, perdu (?)206.
Non analysé.

Vase lydien (?)

Cat. 27. Lydion (fig. 5). S 3956 (NIII 1630) ; H 7,8 ; D 7,1207.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; résine de conifère en grande quantité ; suie ; aucun autre matériau biologique.

Vases gréco-orientaux

Cat. 28. Lydion. (NIII 1631), aujourd’hui perdu ; H 7208.

Cat. 29. Plat (fig. 5). A 308 (NIII 1553) ; D 29,4209.

Cat. 30. Plat à pied haut en bucchero ionien (fig. 5, 9h). A 398 (NIII 1579). H 10,5 ; D 18,6210.

Cat. 31. Plat à pied haut en bucchero ionien (fig. 5, 9g). A 399 (NIII 1578). H 12,5 ; D 20211.

Cat. 32. Kernos (fig. 5). A 344 (NIII 1577). H 7, 8 ; D 20,5212.
Analyse de contenu. Vasque 1 : graisse animale de ruminant ; trace de résine de conifère ; raisin blanc. Ce récipient n’a contenu ni huile ni cire. Vasque 2 : graisse animale dont produit laitier ; vin blanc ; acides biliaires ; traces de résine de conifère. Ce récipient n’a contenu ni huile ni cire. Vasque 3 : cendres végétales ; huile végétale ; graisse animale chauffée à sec ; traces de résine de conifère ; vin blanc. Vasque 4 : graisse animale de non-ruminant ; traces de résine de conifère ; acides biliaires ; vin blanc.

Cat. 33. Couvercle (fig. 1, 9d, 13). (NIII 1612.2). D 6, D de l’arête interne 4213.
L’argile orangée, contenant des inclusions blanches est proche de celle du kernos. Ce couvercle a été retrouvé sur l’exaleiptron A 411 (Cat. 22), auquel il s’adapte parfaitement. Le sommet et la tranche du bouton sont vernissés. Bande en rouge appliqué directement sur l’argile sous le bouton à la naissance du couvercle. Sur le couvercle, de l’intérieur vers l’extérieur : trois cercles – une rangée de points entre deux cercles – deux cercles – rouge appliqué directement sur l’argile le long du rebord.

Cat. 34. Coupe de « Vroulia » (fig. 3). A 293 (NIII 1605). H 9,5 ; l 22,5 (avec anses)214.

Lampes

Cat. 35. Lampe (fig. 3). (NIII 1637 ; S 337). H 36,5 ; D 9,2215.
Analyse de contenu : graisse animale dont produit laitier ; résine de conifère ; huile insaturée ; traces de fruits (raisin, vin ou vinaigre ?).

Cat. 36. Lampe à centre conique. (NIII 1638) ; D 9,2216. Non retrouvée.

Petits objets en faïence

Cat. 37. Scarabée (fig. 2a). (E 3896). Long 0,94 ; l 0,67 ; épaisseur 0,5217.

Cat. 38. Amulette en forme d’œil Oudjat (fig. 2b). (NIII 1661 ; S 1234) ; long. 1,2218.

Cat. 39. Figurine en forme de Bès (fig. 2c). (NIII 1660 ; S 1232). H 1,5219.Réidentifiée en 2016 au département des Antiquités orientales par Hélène Le Meaux grâce à d’anciennes photographies des collections de Camiros. L’objet avait été inventorié par erreur avec du matériel provenant des fouilles de Carthage (AO 3047).

Autres

Cat. 40. Antimoine. Perdu.

Annexe 2 : Étude des vases corinthiens

Le plus ancien vase corinthien du tombeau A est l’alabastre transitionnel daté de la phase précoce du Peintre du Dauphin (Cat 5, fig. 7)220.

L’autre alabastre de petite taille est décoré d’incisions d’un style intéressant (Cat. 6, fig. 8)221. Le motif de l’oiseau de proie à tête tournée vers l’arrière, flanqué de deux félins affrontés, n’est pas commun sur les alabastres et les aryballes de la période de Transition et du Corinthien ancien. Il se rencontre notamment dans les deux grands ateliers du Corinthien ancien, l’atelier du Peintre du Sphinx (les félins sont alors toujours des lions) et dans l’atelier du Sphinx au Double Corps (les félins encadrant l’oiseau à tête retournée sont alors toujours des panthères222). Le style, la composition, l’utilisation des motifs de remplissage et leur type, les languettes concentriques autour de l’embouchure, peintes alternativement en noir et en rouge (appliquées directement sur l’argile) inscrivent ce vase dans la phase peu avancée du Corinthien ancien.

Les cotylisques décorés de chiens courant en silhouette apparaissent au Protocorinthien récent et perdurent jusqu’au Corinthien moyen223. D’après la forme et l’exécution du décor, le cotylisque du Tombeau A (Cat. 20, fig. 8, 9a) date du Corinthien ancien, probablement de sa deuxième moitié224.

L’essentiel des vases fermés du tombeau A sont des aryballes. Deux d’entre eux appartiennent au type E (Cat. 8‑9, fig. 8). Ils sont décorés par le Peintre de la Bibliothèque Royale de Bruxelles dans sa phase moyenne, vers la fin du Corinthien ancien ou le début du Corinthien moyen.

Six aryballes appartiennent ou sont liés étroitement au Groupe du Lion (Cat. nos 10‑16, fig. 8)225. Ce groupe, il vaudrait mieux dire ce type, est défini par une syntaxe caractéristique et des décors secondaires standards226. Ce type, traditionnellement daté dans la phase avancée du Corinthien ancien, débute à cette date, mais une grande partie de cette série se prolonge au Corinthien moyen. La production du Peintre des Lions héraldiques (qui n’a pas décoré que des aryballes)227 et de son atelier forme le noyau du groupe. Cet héritage est repris par le Peintre de Sonderliste228 et, plus tard, dans le Corinthien moyen, par le Peintre (?) de Schloss Rheydt229. Néanmoins, d’autres peintres du Groupe du Lion, ainsi que des peintres extérieurs à ce groupe décorent des aryballes en reprenant la syntaxe canonique, mais dans un style différent230. L’influence du Groupe du Lion a été importante et a perduré tard dans le Corinthien moyen231.

Quatre aryballes du tombeau A portent un décor figuré. L’un présente une iconographie unique, difficile à interpréter : un trépied flanqué de deux personnages (Cat. 10, fig. 8)232. Il date de la fin du Corinthien ancien ou peut‑être du début du Corinthien moyen. Les sirènes héraldiques entre un motif floral composé d’un bouton de lotus et d’une palmette sont assez fréquentes sur les aryballes du Groupe du Lion (Cat. 12, fig. 8). On peut aussi attribuer à la même main un fragment trouvé à Corinthe233. Cet aryballe semble dater du Corinthien moyen. Le motif du sanglier représenté seul est rare sur les aryballes du Groupe du Lion (Cat. 14, fig. 8)234. Cet aryballe est probablement décoré par le même peintre qu’un autre exemplaire conservé à Cologne235. D’après les incisions qu’il utilise, ce peintre est un compagnon proche du Peintre des Lions héraldiques. D’après son style, cet aryballe date de la phase tardive du Corinthien ancien236.

L’aryballe Cat. no 11 (fig. 8) porte un décor très original : un oiseau-panthère à double corps237. J. L. Benson l’a attribué à la main du peintre du Louvre A 1053 (également de Rhodes), mais cette attribution n’a pas été retenue par D. A. Amyx238. D’après une comparaison de visu de ces deux aryballes, l’attribution de J. L. Benson est tout à fait valide. C. W. Neeft ajoute un troisième vase à la production de ce peintre239. Le fond de l’aryballe du tombeau A est décoré d’une rosace aux pétales réservés, dessinés en contour. Cette rosace est peu habituelle à cette place et n’est pas conforme à la décoration canonique du groupe240, ni aux autres aryballes du peintre, qui portent des croissants tournant sur le fond. Le peintre a sans doute commencé sa carrière tard dans le Corinthien ancien, mais la dépression mal formée et irrégulière du fond du vase du tombeau A et le remplacement du motif des croissants tourbillonnant par une rosace aux pétales réservés suggèrent une date au début du Corinthien moyen.

Un aryballe, plus grand et plus globulaire que la plupart des exemplaires du Groupe du Lion (Cat. 13, fig. 8) porte un décor peu commun : un oiseau tourné vers la droite face à la tête d’un homme barbu et casqué. Cette composition est rare au Corinthien ancien241. Au cours du Corinthien moyen, on retrouve une composition similaire sur un aryballe conservé à Iéna et décoré dans la syntaxe du Groupe du Lion242. Elle devient plus fréquente au cours du Corinthien récent, surtout sur les œuvres du Peintre du Lion ailé243, dont l’aryballe d’Iéna se rapproche par le style244. Les incisions des détails du visage du vase du Tombeau A sont très proches de celles d’un aryballe du Corinthien moyen de l’Ermitage245. D’après le dessin de la tête casquée, les dimensions et la forme du vase, cet aryballe date également du Corinthien moyen, probablement de sa première moitié.

Les deux derniers aryballes du Groupe du Lion portent une décoration florale (Cat. 15‑16, fig. 8). Le premier présente une croix de palmettes élaborée avec quatre boutons de lotus très naturalistes. Les pétales des palmettes sont pointus, les boutons sont incisés en forme de “« ” ou de “x”. On en connaît plusieurs exemplaires très proches246. Sur des vases similaires, décorés par une même main, les boutons sur les longues tiges ne sont pas inclus dans la composition247. Ces deux séries sont reliées par l’aryballe du Louvre AM 1771 sur lequel des boutons de lotus de même type, incisés de la même manière, sont rattachés aux volutes des palmettes par de petites tiges, et le cœur de la fleur de lotus médiane supérieure est divisé par une courte incision verticale, comme sur certains aryballes ornés de compositions plus élaborées248. On reconnaît ici la production d’un seul artisan, le maître principal des aryballes à décor floral du Groupe du Lion, nommé d’après ses nombreux vases trouvés à Rhodes, le Peintre de la Croix de lotus et de palmette (Lotus-palmette cross) de Rhodes249. Il est intéressant de noter que les vases portant la version plus élaborée de la croix, comme celle du tombeau A, sont plus globulaires et un peu plus grands que les autres qui sont aplatis en bas et en haut. Peut‑être la forme plus globulaire était‑elle plus adaptée à un décor plus large et plus étendu. Néanmoins il est possible qu’il s’agisse d’une différence chronologique car les vases plus grands et plus globulaires du Groupe du Lion sont généralement plus tardifs que les aryballes plus petits et plus aplatis. S’agirait‑il de la série plus élaborée de la phase récente de ce peintre250 ?

Le décor du second aryballe est une croix de fleurs de lotus, flanquées de « feuilles » ovales allongées, dont le contour est repris par une incision intérieure. Les pétales des fleurs de lotus sont également un peu pointus et les feuilles ont une terminaison trifide, incisée en forme de croix. Le style montre que le peintre a été un compagnon du précédent. D’après le lieu de conservation de l’une de ces œuvres, nous proposons de le nommer Peintre de la Croix de lotus d’Unterlinden251. Les aryballes à décor floral du Groupe du Lion ont également débuté au cours du Corinthien ancien et ont perduré dans le Corinthien moyen. On ne dispose pas d’un autre assemblage permettant de préciser la chronologie de ces deux peintres, actifs, semble‑t‑il, à la fin du Corinthien ancien ou au début du Corinthien moyen.

Un dernier aryballe complète la liste. Sa panse porte un décor compartimenté par des incisions verticales (Cat. 17, fig. 89b). Ce type n’a pas été décrit par H. Payne dans Necrocorinthia252. Ce décor apparaît ponctuellement sur des vases à onguent au Protocorinthien et au Corinthien ancien253, mais il devient populaire seulement au Corinthien moyen et récent sur les aryballes à fond plat (NC type no 1294) et sur les grands alabastres non figurés du Groupe des écailles254. Sur les petits alabastres, ce décor est moins fréquent255. Sur les aryballes globulaires, la bande d’incisions verticales est plus rare. On peut citer en premier lieu les aryballes globulaires de grande taille du Peintre des écailles sur lesquels elle orne l’épaule256. Dans le cas des petits aryballes globulaires, il pourrait s’agir de l’adaptation du décor caractéristique de l’atelier du Peintre des écailles sur une forme globulaire plus réduite où il occupe le milieu de la panse. Ce type, comme les grands alabastres non figurés du Groupe des écailles, date du Corinthien moyen et du début du Corinthien récent. L’exemplaire du tombeau A peut être daté, d’après sa forme, sa taille relativement grande et la dépression régulière, bien articulée, du fond, au Corinthien moyen.

L’aryballe à fond plat s’inscrit clairement dans l’entourage du Peintre d’Otterlo (Cat. 22, fig. 8)257. Le peintre de l’aryballe du Louvre a décoré également un aryballe de Palerme258 et peut‑être un autre conservé au Japon259. C. W. Neeft a baptisé ce peintre, d’après les incisions du museau de ses panthères, le Peintre de Dracula, un proche du Peintre d’Otterlo260. En l’absence de contexte bien daté, le vase du Louvre est daté par son style, d’après la chronologie du Peintre d’Otterlo dans le deuxième quart ou le milieu du Corinthien moyen.

Le grand alabastre est attribué au Peintre de la Frise des Guerriers qui est lui‑même issu de l’atelier du Peintre des écailles (Cat. 7, fig. 8)261. La chronologie interne de sa production n’est pas claire, les figures montrent peu de changements. Néanmoins le peintre varie les éléments de remplissage. On est tenté de dater le vase du Tombeau A, d’après la forme du vase et l’utilisation des motifs de remplissage, vers le milieu ou pas trop tard dans la deuxième moitié du Corinthien moyen.

La pyxis à paroi convexe sans anse est de taille réduite (Cat. 19, fig. 8). Elle s’inscrit dans une série de petites pyxides caractérisées par leur taille et par leur forme très similaire. La panse est décorée d’une frise d’hoplites et de motifs de remplissage à figures noires, régulièrement espacés entre les figures. La frise est encadrée par deux filets et le bas de la panse est orné d’une rangée d’arêtes rayonnantes262. Il pourrait s’agir de la production d’un atelier. La frise d’hoplites est un décor plus fréquent sur les aryballes globulaires et les alabastres de grande taille. Elle est beaucoup moins commune sur les amphorisques263, les aryballes annulaires264, sur les petits alabastres265 ou les cotyles266. Sur les pyxides, ce décor est présent sur certains exemplaires à paroi convexe (avec ou sans anse) et sur les couvercles appartenant à des pyxides tripodes ou des pyxides à paroi convexe sans anse, dont une bonne partie est issue de l’atelier du Peintre des écailles et du Peintre de l’Ermitage 267. On peut faire le même commentaire à propos des aryballes à fond plat268. Sur la pyxis du tombeau A, le motif de remplissage peint dans la partie supérieure montre une version simplifiée, dégénérée du motif en forme d’» éventail », séparant les hoplites dans l’atelier du Peintre des écailles269. Il est vraisemblable que le peintre de la pyxis du Louvre ait été influencé par cette production. J. L. Benson a daté, à juste titre, la pyxis du tombeau A à la transition du Corinthien moyen et récent270.

L’œnochoé de taille réduite est décorée dans la technique de la silhouette (Cat. 20, fig. 8, 9c). Sa forme inhabituelle, très globulaire, est pour le moment sans parallèle proche. Peut‑être le potier était‑il peu expérimenté ou mal à l’aise avec cette forme ou avec le fait de réduire la taille normale. La technique de la silhouette a coexisté avec celle de la figure noire dès l’introduction de cette dernière au Protocorinthien ancien271. L’histoire de ces deux techniques est rarement autonome, dans la mesure où la première se définit par l’omission des incisions qui caractérisent la seconde. Leur proximité est plus évidente à certaines époques, comme au Protocorinthien ancien, époque à laquelle beaucoup de vases ne sont pas incisés ou, plus d’un siècle plus tard, après le Corinthien récent I, quand l’utilisation des incisions devient de plus en plus arbitraire272. Certains peintres par exemple ont travaillé avec les deux techniques. C’est le cas du Peintre des palmettes de Budapest, qui a exécuté la même composition en silhouette et en figure noire273. Sur les formes hautes et fermées, le décor en silhouette est surtout attesté sur des œnochoés coniques274. Sur les autres formes hautes et fermées (sans compter les amphorisques qui sont des vases à onguent ou à huile), il est beaucoup plus rare mais néanmoins présent sur quelques œnochoés globulaires275, œnochoés à fond large276 et amphores277, et il n’est attesté que sur une seule hydrie278.

Les motifs de remplissage sont identiques sur l’œnochoé globulaire de Samos datée vers la fin du Corinthien moyen et comparables à ceux de l’œnochoé 2078 de Pérachora et de l’amphore d’Argos, associée à un aryballe annulaire tardif du Peintre de Blaricum, datable au Corinthien moyen avancé279. Pour l’œnochoé du Tombeau A, on peut proposer une datation vers la fin du Corinthien moyen ou au début du Corinthien récent.

Le vase corinthien le plus récent de l’assemblage est l’exaleiptron de taille réduite (Cat. 22, fig. 8, 9e). La datation des exaleiptra est complexe, surtout pour des exemplaires de taille réduite ou miniature, qui sont généralement tardifs280. D’après sa forme, sa taille et la décoration de l’épaule, de l’intérieur et du fond, celui‑ci est issu du même atelier que l’exaleiptron A 410 du Louvre provenant également de Camiros281. Malheureusement aucun parallèle proche ne provient d’un contexte bien daté. Le motif dit d’Antiparos (triangle échelonné) et le fait que la partie inférieure de la panse ne soit pas peinte indique une date postérieure au premier quart du vie siècle282. Sur les exemplaires de taille normale, le pied conique relativement haut et peu large se rencontre jusqu’au milieu du vie s.283. Le centre de gravité du vase, situé à peu près à mi‑hauteur, est un développement de la forme qui s’inscrit dans le deuxième quart du vie siècle, tandis que le profil est moins arrondi que dans la deuxième moitié du vie siècle. D’après les éléments avancés ci‑dessus, on peut proposer une datation au Corinthien récent I‑II.

Annexe 3 : dossier scientifique sur les analyses

La méthodologie mise en œuvre pour identifier les contenus organiques d’une série de vases en céramique est présentée et discutée au regard des autres approches disponibles, plus ou moins pertinentes et adaptées pour identifier les matériaux organiques anciens284. Utiliser des méthodes permettant l’extraction efficace de biomarqueurs à partir de microquantités de matière prélevée (quelques dizaines de milligrammes) dans des céramiques lavées et restaurées, identifier de façon sûre les marqueurs recherchés par des techniques fiables de chromatographie et de spectrométrie de masse (GC‑MS), nous sont apparus les critères minima pour nos recherches. S’en suit la définition d’associations moléculaires qui permettent de remonter aux sources biologiques. Les interprétations sont confrontées aux données environnementales du site, validées par un archéobotaniste puis recontextualisées285.

Les vases de la tombe de Camiros ne présentaient pas de résidus visibles à l’intérieur. Le prélèvement consistait à gratter légèrement les parois internes afin d’obtenir une poudre céramique (100 à 200 mg), principalement de nature minérale, et dans laquelle est imprégnée la matière organique qui constituait le contenu du vase. Au laboratoire, la poudre prélevée est extraite par des solvants et/ou des réactifs organiques, i.e. les molécules organiques absorbées sur les particules minérales d’argile ou de silice de la céramique sont dissoutes dans une phase organique. Après séparation de la phase minérale et purification, elle peut être analysée par GC‑MS. Deux étapes d’extraction et d’analyse sont nécessaires pour donner accès à la matière organique soluble mais aussi insoluble286.

Les corps gras sont identifiés par leurs constituants majoritaires (les acides gras, issus de l’hydrolyse de leurs triglycérides natifs) et minoritaires (les stérols pour les animaux et les végétaux, et les terpènes pour les sources végétales). L’analyse précise des stérols permet aujourd’hui de discriminer les sources animales (cholestérol) et les sources végétales (sitostérol majoritaire et nombreux autres phytostérols et triterpènes). Parmi les corps gras d’origine animale, le profil des acides gras permet de distinguer les cires, les graisses d’animaux ruminants ou non-ruminants, et les produits laitiers. La discrimination des huiles végétales est plus difficile et encore en cours de développement car elle nécessite l’analyse des triterpènes, de structure moléculaire complexe et présents à l’état de traces infimes, souvent insuffisamment concentrés dans les échantillons archéologiques pour une étude plus poussée. Les stérols et les triterpènes sont particulièrement fiables car conservés quelles que soient les conditions de milieu. En revanche les acides gras sont sensibles à l’ionisation et perdus par lessivage en milieu neutre ou alcalin. Les profils moléculaires de matériaux organiques archéologiques sont donc très différents de leurs homologues modernes et requièrent expérience et rigueur pour leur interprétation.

Résultats des analyses chimiques

Les résultats sont résumés dans le précédent tableau (fig. 10). Les matériaux les plus souvent identifiés sont les produits laitiers, les corps gras provenant d’animaux ruminants ou de non-ruminants, les résines de conifères ou la poix obtenue par combustion de bois de résineux. Quelques vases présentent cependant des marqueurs rarement identifiés que l’on détaillera ci‑dessous.

Olpé attique (Cat. 24) : bien que remplie de sédiment riche en pollutions environnementales notamment des marqueurs des matières plastiques universellement présents et les produits de dégradation des cires végétales provenant de la végétation environnante, les parois internes situées au fond de l’olpé ont conservé des traces du contenu originel : un corps gras provenant d’un animal ruminant caractérisé par une distribution d’acides gras pairs et impairs, de 12 à 18 atomes de carbone (notés 12:0 – 18:0), linéaires et ramifiés, et par le cholestérol abondant confirmant l’origine animale. La forte proportion de cires végétales dégradées complique l’identification des marqueurs. La seconde extraction acido-catalysée met en évidence, en plus des acides gras déjà observés, de l’acide tartrique et de l’acide syringique indiquant du raisin noir ou teinturier, et des traces d’acide succinique, marqueur de fermentation. Il s’agit d’un vin rouge.

L’olpé a contenu du vin rouge assez concentré, un corps à forte teneur lipidique provenant d’un animal ruminant, une résine de conifère et des traces de suie ou d’amurque. On ne note aucun autre matériau (ni huile, ni cire, ni bile).

Kernos (Cat. 32) : il a fait l’objet de quatre prélèvements distincts des parois internes des tubes reliant chaque coupelle à l’anneau. Ces prélèvements invisibles (< 200 mg chacun) permettent de caractériser les liquides qui ont été versés dans chaque coupelle. Les quatre premiers extraits, mais aussi les seconds extraits obtenus en milieu acide montrent des chromatogrammes bien différents (fig. 14), indiquant que quatre liquides différents ont été versés :

  • la première coupelle a contenu une matière grasse de ruminant et des traces de résine de conifère, un jus de fruit dont du raisin. Celui‑ci ne semble pas avoir fermenté et ne montre pas les marqueurs du raisin/vin rouge. Il s’agirait d’un jus de raisin blanc. D’autres fruits rentrent dans la composition du mélange en raison d’un fort taux d’acide malique, mais notre connaissance actuelle de la conservation des acides aldariques en contexte archéologique ne nous permet pas d’aller plus avant dans les interprétations de ces marqueurs. Le mélange ne contenait ni huile végétale, ni cire.
  • la deuxième coupelle contenait un produit laitier (caractérisé par une distribution très large d’acides gras et de cholestérol), des traces de résine de conifère, une boisson fermentée à base de fruits dont du raisin, et des sucs digestifs. L’analyse met en évidence les marqueurs de fermentation de la boisson fruitée. Les acides biliaires (dihydroxycholanoique et glycocholique) sont présents, marqueurs de bile. Aucune huile ni cire n’est détectée.
  • la troisième coupelle contient un mélange complexe résultant de plantes chauffées voire calcinées jusqu’à l’obtention de cendres (cét‑2‑ones impaires à longue chaîne caractéristiques des cendres végétales), de matières grasses animales fortement chauffées à sec, des traces de résine de conifère, une boisson fruitée contenant notamment du raisin blanc.
  • la quatrième coupelle présente les marqueurs d’une matière grasse de non-ruminant, des traces de résine de conifère, des acides biliaires, et les marqueurs de fruits. Aucune huile ni cire n’est présente.

Fig. 14 – Chromatogrammes des premiers extraits lipidiques obtenus à partir des imprégnations des quatre coupelles du kernos

Fig. 14 – Chromatogrammes des premiers extraits lipidiques obtenus à partir des imprégnations des quatre coupelles du kernos

Les associations moléculaires permettent non seulement de détecter la présence de boissons à base de fruits, mais aussi de préciser qu’elles sont identiques dans les coupelles 2, 3 et 4. Le raisin a été utilisé soit comme raisin blanc soit sous forme de vin blanc. D’autres fruits entrent aussi dans le mélange. Les traces de résine de conifère peuvent être un adjuvant pour aromatiser le vin. L’analyse et la nature même des imprégnations formées par diffusion des fluides à l’intérieur des parois ne permettent pas de savoir si les différents fruits appartenaient au même mélange ou si diverses boissons ont été versées successivement. Les acides biliaires ne sont présents que dans les coupelles 2 et 4.

Aryballe corinthien (Cat. 15) : outre les pollutions environnementales et liées à la restauration de l’objet (isocyanates des colles polyruréthanes), l’analyse révèle une distribution large (7:0 – 18:0) d’acides gras, pairs et impairs, linéaires et ramifiés, ainsi que l’acide phytanique, association caractéristique des produits laitiers. Les acides itaconique et méthylmaléique indiquent quant à eux qu’il y a eu fermentation de sucres. Des traces de résine sont visibles. Plusieurs hypothèses sont possibles : l’aryballe a été rempli de lait qui s’est dégradé et a fermenté dans le vase ; ou l’aryballe a été rempli d’une recette à base de lait fermenté. Les adjuvants sont peu nombreux, on identifie des traces de résine de conifère.

Exaleiptron corinthien (Cat. 22) : le vase, très peu pollué par rapport aux autres, présente les marqueurs de produits laitiers, d’une résine de conifère oxydée, d’huile végétale également très oxydée, mais aussi de triterpènes, composés spécifiques aux plantes feuillues (fig. 151). Ces composés à 30 atomes de carbone présentent des structures et des spectres de masse particulièrement complexes. Aussi ils sont toujours présents en faible quantité et sont très peu recherchés et étudiés en archéologie. Ce vase présente une association de marqueurs inédite (fig. 152) : les acides ursonique et ursolique majoritaires, associés aux acides oléanolique et oléanonique. L’acide arjunolique, relativement abondant, n’a jamais été identifié dans des échantillons archéologiques. Il provient d’exsudats de feuillus ou d’extraits obtenus à partir de feuilles ou d’écorces par décoction. Il est assez répandu dans les espèces tropicales mais il est présent comme triterpène majoritaire dans un nombre restreint d’espèces. On le retrouve surtout dans Terminalia arjuna (d’où il fut extrait et identifié pour la première fois)287, Celastrus orbiculatus Thunb. (Celastraceae). L’extrait de ses tiges présente de nombreux composés identifiés dans les imprégnations de l’exaleiptron (Cat. 22), à savoir les acides syringique et vanillique, l’acide oléanonique. Toutes les parties de la plante sont toxiques, cependant elle est utilisée en médecine traditionnelle. Les espèces Myrianthus sp. peuvent être écartées car l’acide arjunolique est associé à d’autres triterpènes (acides tormentique, euscaphique, benthamique et 3-isoarjunolique qui auraient dû être détectés) ; de même pour Chonemorpha griffithii. Parmi les espèces riches en acide arjunolique, les espèces Terminalia sp. semblent les meilleurs candidates. Cependant, il est important de noter que la bibliographie en phytochimie et pharmacognosie est biaisée car les travaux de caractérisation moléculaire des plantes et d’inventaire des marqueurs est un lourd labeur réalisé principalement par les équipes de chercheurs indiens, sur la flore indienne ou Sud-asiatique. Ainsi les plantes européennes et méditerranéennes sont beaucoup moins bien décrites, ce qui fausse les identifications. L’élaboration de bases de données chimiques complètes sur la flore méditerranéenne nécessiterait le travail de nombreuses équipes de chimistes que nul laboratoire ou programme de recherche ne souhaite envisager tant l’œuvre est grande.

Fig. 15 – 1. Chromatogramme du premier extrait lipidique obtenu à partir des imprégnations des parois de l’exaleiptron. 2. Détails des acides triterpéniques identifiés dans les parois de l’exaleiptron.

Fig. 15 – 1. Chromatogramme du premier extrait lipidique obtenu à partir des imprégnations des parois de l’exaleiptron. 2. Détails des acides triterpéniques identifiés dans les parois de l’exaleiptron.

Aryballe (Cat. 17) : parallèlement aux pollutions dues aux plastiques et adhésifs, le vase révèle des produits laitiers, sans marqueur de fermentation, les mêmes composés de résines de conifère oxydée que dans les autres vases, une huile végétale oxydée, des acides biliaires (acides chénodéoxycholique et glycocholique) et des phénols inédits en contexte archéologique, à savoir le matairésinol et le matairésinoside, identifiés par leurs spectres de masse et par comparaison aux données publiées dans la littérature (fig. 16)288. Les lignanes se retrouvent dans de nombreux végétaux, légumes, céréales289 notamment le lin. Si le matairésinol est mentionné dans de nombreuses plantes, le matairésinoide et encore plus l’association de ces deux marqueurs ne l’est que rarement, impliquant une forte pertinence chimiotaxonomique. Les espèces asiatiques peuvent être écartées290, ainsi que celles pour lesquelles d’autres lignanes similaires auraient dû être conservées et n’ont pas été détectées dans l’échantillon291. À ce jour, les centaurées292 sont les seules espèces où les deux marqueurs sont mentionnés, notamment C. macrocephala Muss. Puschk. Ex Willd293, les graines de C. nigra294, C. americana Nutt. (anciennement sect. Plectocephalus)295 et C. scabiosa296. Étant donné les très faibles traces de marqueurs conservés, l’espèce ne peut être totalement précisée. Cependant on peut noter que le bleuet d’Orient (C. depressa) est représenté sur les peintures murales de la villa d’Apui (règne de Ramsès II, C. Joret 1897), de la tombe d’Ipy (Thèbes, T217), de la tombe de Sennedjem dans les jardins d’Ialou (Deir‑el‑Medineh, règne de Ramsès, xiiie s. av. J.‑C.) et identifié dans la tombe de Toutankhamon297. La préparation a probablement contenu des bleuets.

Fig. 16 – Détail du chromatogramme (TIC, courant ionique total) et fragmentogramme de l’ion à m/z 502 mettant en évidence les deux lignanes, identifiées par leurs spectres de masse (EI, 70 eV).

Fig. 16 – Détail du chromatogramme (TIC, courant ionique total) et fragmentogramme de l’ion à m/z 502 mettant en évidence les deux lignanes, identifiées par leurs spectres de masse (EI, 70 eV).
Haut de page

Notes

1  Sur les fouilles franco-britanniques conduites à Rhodes par Auguste Salzmann et Alfred Biliotti, cf. Cat. Rhodes, p. 24‑35, et Coulié 2014, p. 15‑39.

2  Cat. Rhodes, p. 24‑25 et 136‑151 ; Coulié 2014, p. 26‑28.

3  Pour le moment aucune crémation n’a été découverte dans une tombe à chambre à Camiros (néanmoins on connaît un certain nombre de sépultures qui ne contenaient pas d’ossements humains), cf. Ch. Gates, From Cremation to Inhumation: Burial Practices at Ialysos and Kameiros During the Mid‑Archaic Period, ca. 625‑525 B.C., Institute of Archaeology, University of California, Los Angeles Occasional Papers 11 (1983), p. 21‑28.

4  Les tombes voisines de la tombe aux bijoux du Louvre, située probablement à Kéchraki (Kakirachi), cf. Cat. Rhodes, p. 32 ; Coulié 2014, p. 19, fig. 5.

5  A. Salzmann, RA 6 (1863), p. 1‑2 ; la plupart des objets de la tombe sont illustrés individuellement dans le catalogue, Cat. Rhodes, p. 136‑151.

6  Ch. Gates (n. 3), p. 32‑35, et notamment 33‑34. Sur les différences marquées entre les pratiques funéraires à Camiros et Ialysos, M. D’Acunto, « Nécropoles et sociétés aux époques protogéométrique et géométrique », dans Cat. Rhodes, p. 58‑60.

7  En ce qui concerne le monde grec, les analyses de contenu ont porté principalement sur des catégories d’objets (par exemple les vases à étriers pour l’époque mycénienne et des vases plastiques pour l’époque archaïque) et non des contextes, cf. Lost Scents.

8  J.‑J. Maffre, D. Frère, N. Garnier, E. Dodinet, RA 2013, p. 57‑80.

9 D. Frère, N. Garnier, M. Cygielman, L. Pagnini, StEtr LXXVII (2015), p. 253‑291.

10 En cours de publication dans les actes du colloque qui s’est déroulé à l’École française de Rome du 16 au 18 novembre 2015 : Les produits biologiques en Italie et Gaule préromaines. Produits alimentaires, médicinaux, magico-religieux, cosmétiques.

11 A. Salzmann (n. 5), p. 1‑2 ; Cat. Rhodes, p. 150, no 7‑30.

12 Nous remercions Günter Hölbl pour ces informations.

13 La translittération de l’objet est w.f. La translittération complète, selon la racine, est hwi.f ou hwj.f (i ou j peuvent être employés indifféremment). Nous remercions Christophe Barbotin pour ces informations.

14 Cat. Rhodes, no 7‑31 ; G. Hölbl, « Ägyptisches Kulturgut in Ionien im 7. Jh. v. Chr.: Der Beitrag Milets zu einem religionshistorischen Phänomen », dans J. Fischer, E. Trinkl (éds), Der Beitrag Kleinasiens zur Kultur‑ und Geistesgeschichte der griechisch-römischen Antike. Akten des Internationalen Kolloquiums Wien, 3.‑5. November 2010 (2014), p. 189‑190 ; V. Webb, Faience Material from the Samos Heraion Excavation, Samos 13 (2016), p. 71 et n. 436‑438 pour les trouvailles avec bibliographie.

15 Nous remercions Günter Hölbl pour cette expertise ; ClMüller-Winkler, Die ägyptischen Objekt-Amulette, OBO, Ser. Arch. 5 (1987), p. 94, 144 §b et 154. Nous remercions aussi Geneviève Pierrat-Bonnefois, qui n’exclut pas une origine levantine et une datation plus récente.

16 G. Hölbl, « Die ägyptische Götterwelt in den rhodischen Votivdepots von Kameiros », dans S. L. Lippert (éd.), Sapientia Felicitas. Festschrift für Günter Vittmann (2016), p. 238, n. 183. Cf. autres figurines de Bès trouvées à Rhodes, V. Karageorghis, « Scarabées, amulettes et figurines », dans G. Clerc et al., Objets égyptiens et égyptisants, Fouilles de Kition II (1976), p. 124‑126, n. 6.

17 A. de Longpérier, Choix de monuments antiques pour servir à l’histoire de l’Art en Orient et en Occident, musée Napoléon III (sans date) [1867‑1874, rassemblé en 1882], livraisons 10‑12, pl. L, « Vases émaillés de Camiros ».

18 cf. infra p. 562‑564.

19 C. H. Greenewalt jr., Lydian Pottery of the Sixth Century B.C.: The Lydion and Marbled Ware, thèse de l’université de Pennsylvanie (1966), p. 15, 24, 210, no Fb 61, pl. XVI: E, F.

20 Nous remercions Michael Kerschner pour ces informations.

21 C. H. Greenewalt (n. 19), p. 71‑74.

22 K. F. Kinch, Vroulia (1914), col. 168‑188, fig. 53‑72, pl. 9 : 2‑12 ; E. Walter-Karydi, Samische Gefäße des 6. Jhs. v. Chr. Landschaftsstile ostgriechischer Gefäße, Samos 6.1 (1973), p. 52‑53.

23 P. Dupont, Dacia 27 (1983), p. 28‑29 ; R. E. Jones et al., Greek and Cypriot Pottery: A Review of Scientific Studies, Fitch Laboratory Occasional Paper I (1986), p. 296, p. 667‑671 ; P. Dupont, A. Thomas, « Naukratis : Les importations grecques orientales archaïques », dans A. Villing, V. Schlotzhauser (éds), Naukratis: Greek Diversity in Egypt (2006), p. 79, fig. 5, NAU 58 et 59 et p. 81 ; une récente analyse par activation neutronique associe le faciès chimique d’une coupe de Vroulia provenant de Naukratis (British Museum, GR 1888,0601.569.a‑c) à celui d’une anse timbrée d’amphore rhodienne d’époque hellénistique (British Museum, GR 2011,5002.16) ; A. Villing, H. Mommsen, BSA 112 (2017).

24 Cat. Rhodes, p. 117 (tableau) et p. 300 ; A. Coulié, CRAI (2016), p. 1235‑1239 : une coupe rhodienne du Louvre, dont la technique est très inférieure à celle du « groupe de Vroulia » (p. 1341, fig. 16), se rapproche des vases associés au groupe de Camiros, ce qui prouve qu’il existe des imitations locales en marge du groupe principal.

25 Sur la date du synœcisme récemment précisée, voir N. Badoud, Le temps de Rhodes. Une chronologie des inscriptions de la cité fondée sur l’étude de ses institutions (2015), p. 23.

26 ClRh 3, tombe XXXVII de Ialysos (nos 5 et 6) avec du matériel du viie s., p. 63‑67 ; G. Jacopi, Esplorazione archeologica di Camiro, I, scavi nelle necropoli Camiresi 1929‑1930, Clara Rhodos 4 (1931), tombe à chambre III de Camiros (no 7), dont le mobilier unifié renvoie plutôt à la fin du viie s., p. 43‑50 ; ClRh 6‑7, p. 53, fig. 50, no 1 et probablement 2, tombe XI de Papastilourès (Camiros), dont le matériel renvoie au viie s. (notamment au dernier tiers), p. 45‑51.

27 ClRh 6‑7, tombe à chambre XXVII de Papastilourès (Camiros), no 11, p. 81, fig. 9, avec du matériel de la fin viie‑début vie s. (p. 84‑98).

28 ClRh 6‑7 (1932), tombe à chambre IV de la nécropole de Papastilourès, p. 27, 30, no 4, fig. 16, au milieu en bas. Pour une coupe similaire sortie du même atelier et provenant de Rhodes, mais sans contexte précis, Louvre A 294 (S 373), actuellement en dépôt à Dijon, au musée des Beaux‑Arts.

29 M. Kerschner, U. Schlotzhauer, Ancient West & East 4.1 (2005), p. 46.

30 L’alabastre no 13690 est attribué à l’atelier du Peintre de Henderson par C. W. Neeft, l’autre est proche du Peintre de Berlin F 1003, Amyx, CorVPA, p. 88, B‑1.

31 Udo Schlotzhauer envisage de remonter des coupes de Vroulia à décor floral du type de celle du Louvre A 332 (A. Coulié [n. 24], p. 1339, fig. 15) à la fin du viie s. : le profil de la vasque et du pied trouve des analogies dans les coupes ioniennes du viie s., tandis que le décor floral évoque les frises de lotus peintes sur les vases milésiens du style des chèvres sauvages au cours de la seconde moitié du viie s. La présence des coupes florales de Vroulia dans des contextes du vie s. pourrait indiquer que le décor des fleurs de lotus, qui n’est plus à la mode sur la céramique, s’inspirerait d’autres modèles, peut‑être métalliques, comme le suggèreraient des coupes en argent phéniciennes, importées et parfois imitées à Rhodes, P. Triantaphylidis, ASAA XC, serie III.12 (2012), p. 215.

32 ClRh 3, tombe IV, p. 25‑31, fig. 11‑12 : la coupe qui présente des fleurs de lotus à l’intérieur a été trouvée avec du matériel attique des 2e et 3e quarts du vie s. ; ClRh 6‑7.1, tombe V, p. 33, fig. 21. E. Walter-Karydi les date dans la première moitié du vie s., E. Walter-Karydi (n. 22), p. 52‑53.

33 V. Arveiller-Dulong, M.‑D. Nenna, Les verres antiques, I, Contenants à parfum en verre moulé sur noyau et vaisselle moulée, viie siècle avant J.‑C.-ier siècle après J.‑C. (2000), p. 42.

34 V. L. Webb, Archaic Greek faience. Miniature Scent Bottles and Related Objects from East Greece, 650‑500 B.C. (1978), p. 112, no 744.

35 Cat. Rhodes, p. 89‑92 et 100‑103. Les trouvailles diversifiées du sanctuaire d’Aphrodite à Zeytintepe pourraient signaler l’existence d’autres ateliers en Grèce.

36 N. Kourou, « Literacy, networks and social dynamics in Archaic Rhodes », dans R. Nawracala, S. Nawracala (éds), ΠΟΛΥΜΑΘΕΙΑ. Festschrift für Hartmut Matthäus anläßlich seines 65. Geburtstages (2015), p. 245‑263 ; Cat. Rhodes, p. 235‑238 ; G. Hölbl (n. 14), p. 182.

37 ClRh 3, p. 44‑45 ; F. W. von Bissing, Zeit und Herkunft der in Cerveteri gefundenen Gefässe aus ägyptischer Fayence und glasiertem Ton, Sitzungsberichte der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse Abteilung 2.7 (1941), p. 98‑112 ; E.‑M. Bossert, MDOG 94 (1963), p. 56 ; E. Lagarce, J. Leclant, « Vase plastique en faïence Kit. 1747 : une fiole pour eau de jouvence », dans G. Clerc et al. (n. 16), p. 267, n. 7.

38 E. J. Peltenburg, Levant 1 (1969), p. 73‑96. Sa liste peut être complétée : classe IA no 4, H. Metzger, Les céramiques archaïques et classiques de l’acropole lycienne, Fouilles de Xanthos IV (1972), p. 82, no 149, pl. 33 ; no 20, illustré fig. 4c (Louvre A 349=S650) ; Louvre A 352, provenant de Camiros, en dépôt à Bordeaux. Classe IB, no 2, illustré fig. 4b (Louvre CA 2898) ; no 4, illustré fig. 4d (Louvre A 347=S687) ; no 5 illustré fig. 4a (Louvre AM 1073), Cat. Rhodes, p. 336, prov. de Camiros ; no 11, CVA Berlin 4, pl. 170 : 9 ; un exemplaire très similaire sans provenance, CVA Berlin 4, pl. 170 : 8. Classe IC : no 6, V. Webb (n. 14), p. 179, no 616, pl. 43 : 4 ; no 24, J. Boardman, The Greeks Overseas (1999), p. 72, fig. 59 ; Louvre A 350, de Camiros. Classe ID : deux exemplaires très proches prov. de Camiros (?), issus sans doute du même atelier, CVA Bibliothèque Nationale 1, pl. 3 : 8‑9 ; Louvre A 351, prov. de Camiros, en dépôt à l’université de Bourgogne. Classe IH : Louvre A 374 (fig. 4e), de Camiros. Classe II, no 2, Cat. Rhodes, p. 206, no 34 et fig. (coul.). Classe II, no 2, Cat. Rhodes, p. 206, no 34 et fig. (coul.) ; M. A. Rizzo, « La tomba di Monte dell’Oro e l’orientalizzante ceretano », dans M. Pandolfini Angeletti (éd.), Archeologia in Etruria meridionale (2003), p. 374, 381, 409, no 10, fig. 12. Classe IV, no 1, V. Webb (n. 14), p. 181‑182, fig. 31, a ; no 2 prov. de la sépulture 1 du grand tumulus 2 de la nécropole de Banditaccia à Cerveteri, G. Ricci, MonAnt 42 (1955), col. 205‑206, no 1 et col. 211, fig. 5 et V. Webb (n. 14), p. 181‑182, fig. 31, c ; deux fragments provenant de Héraion de Samos pourraient également appartenir à cette classe, V. Webb (n. 14), p. 180‑181, nos 617‑618, fig. 30. D’après V. Webb, la Classe V d’E. J. Peltenburg comprenant le vase du musée Gregoriano Etrusco (inv. 472) provenant de Cerveteri, fortement altéré par la restauration moderne, peut rejoindre également la Classe IV, cf. V. Webb (n. 14), p. 181‑182, fig. 31, b. D’autres exemplaires insuffisamment connus pour être classés : Tell Bassit (Syrie), V. Webb (n. 14), p. 178, n. 929 ; Égine, Temple d’Aphaïa, V. Webb (n. 14), p. 178, n. 929 ; musée de Colmar, H. Hofmann, AA 1904, p. 48, provenant de Camiros de la coll. Salzmann ; et plusieurs sont signalés à Argos (Héraion), F. W. von Bissing (n. 37), p. 10. Nos remerciements vont à Paul Collins, Ashmolean Museum, pour les photos des exemplaires conservés à Oxford.

39 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77‑81. V. Webb a récemment mis en doute l’hypothèse d’une production locale en Étrurie, V. Webb (n. 14), p. 181‑182.

40 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77‑78 et n. 17 et pour une chronologie révisée des exemples trouvés à Al Mina, cf. V. Webb (n. 14), p. 180, n. 941. Elle propose une datation après 650 (probablement après 650/630). Cette datation est confirmée par un tumulus fouillé en 1982 au Monte dell’Oro près de Cerveteri, dont le mobilier comprend des vases corinthiens de la période de Transition et du Corinthien ancien peu avancé, M. A. Rizzo (n. 38), p. 374. À Cerveteri, l’exemplaire no 2 de la classe IV a été déposé vers 620‑590, G. Ricci, MonAnt 42 (1955), col. 203‑215 ; E. J. Peltenburg (n. 38), p. 96. L’alabastre provenant de Samos (Classe IC.6) vient d’un contexte daté entre 625‑600, V. Webb (n. 14), p. 180.

41 Cat. Rhodes, p. 103. Cependant une origine rhodienne n’est guère envisageable pour les exemplaires trouvés à Al Mina, cf. E. J. Peltenburg (n. 38), p. 79.

42 Cat. Rhodes, p. 117, groupe 2 (le plus nombreux) ; Coulié 2014, p. 43 ; A. Coulié (n. 24), p. 1335‑1337.

43 E. J. Peltenburg (n. 38), p. 77.

44 E. J. Peltenburg, p. 95, classe II, no 1, fig. 2c.

45 Le vase provenant de Zinjirli, E. J. Peltenburg (n. 38), p. 95, classe II, no 1, fig. 2c, se distingue par la présence d’une anse et par sa décoration ; celui trouvé à Cerveteri présente une large embouchure à lèvre haute, légèrement rentrante, différente de la petite embouchure circulaire droite avec une lèvre arrondie peu évasée des exemplaires de Rhodes.

46 Les lampes chypriotes, toujours à coupelle, sont de deux types : l’un, doté d’une colonnette moulurée très différente, Th. Oziol, Les lampes au Musée de Chypre, Salamine de Chypre VII (1977), p. 30‑31, nos 45‑46, pl. 4 ; D. Kassab Tezgör, T. Sezer, Catalogue des lampes en terre cuite du Musée archéologique d’Istanbul (1995), p. 37, no 18 et fig., de Tell Taannek, IIe âge du Fer ; l’autre, surmontant une figure féminine, D. M. Bailey, A Catalogue of the Lamps in the British Museum. Vol. I Greek, Hellenistic, and Early Roman Pottery Lamps (1975), p. 219‑221, Q485‑487, pl. 95.

47 No Rég. 1861.10‑24.8, D. M. Bailey (n. 46), p. 165‑166, Q363, pl. 72‑73. D’après la description, l’argile de l’exemplaire du Louvre est identique.

48 R. H. Howland, Greek Lamps and Their Survivals, The Athenian Agora 4 (1958), p. 21‑23, nos 62‑63, pl. 3, 22, 23, 31, mais la lèvre ressemble aussi à certaines lampes appartenant au type 2, cf. p. 11, nos 20‑21, pl. 1, 29. Sa morphologie la rapproche des lampes du type I (ou il veut mieux dire du groupe I d’O. Bronner), parmi lequel on trouve des lampes similaires, cf. N. Bookidis, E. G. Pemberton, The Sanctuary of Demeter and Kore. The Greek Lamps and Offering Trays, Corinth XVIII.7 (2015), p. 48, nos 49‑50, pl. 5 et p. 36‑37 pour un commentaire sur le type I.

49 Coulié 2014, p. 43, 190‑191 ; A. Coulié (n. 24), p. 1321‑1335.

50 A. Coulié, A. Villing, « La céramique rhodienne à l’époque archaïque », dans Cat. Rhodes, p. 118, n 12 et 14 ; A. Coulié (n. 24), p. 1326.

51 Pour des parallèles proches : un exemplaire trouvé à Ialysos dans la nécropole de Marmaro, cf. L. Laurenzi, Necropoli ialise (scavi dell’anno 1934), Clara Rhodos 8 (1936), tombe 10, p. 111, fig. 98. Il existe aussi un exemplaire inédit, provenant des fouilles de Biliotti à Rhodes et conservé à Berlin dans les réserves de l’Antikensammlung (Misc. 7750.7).

52 P. Dupont, V. Lungu, Anatolia Antiqua 16 (2008), p. 77‑86.

53 Id., « Characterization of the Bug and Dniepr Limans workshops: Preliminary lab results and comparative typological studies », dans E. Papuci-Władyka et al. (éds), Pontika 2008, BAR‑IS 2240 (2011), p. 106, fig. 28.

54 Nous remercions Udo Schlotzhauer pour ces informations.

55 Il s’agit du plat du Louvre A 302, cf. Coulié 2014, p. 43 et 120 ; sur l’association suggérée par Anne Bouquillon entre les groupes A et D de Hans Mommsen et les groupes II et I établis à partir des vases du Louvre, cf. Coulié 2014, p. 61 et A. Coulié (n. 24), p. 1320‑1322.

56 M. Akurgal et al., Töpferzentren der Ostägäis: Archäometrische und archäologische Untersuchungen zur mykenischen, geometrischen und archaischen Keramik aus Fundorten in Westkleinasien (2002), p. 37‑44 ; A. Coulié, La céramique grecque aux époques géométrique et orientalisante (2013), p. 159, n. 119‑121 (avec bibliographie).

57 R. M. Cook, P. Dupont, East Greek Pottery (1998), p. 136‑137.

58 ClRh 8, tombe XXII de Ialysos, p. 146‑147, fig. 132 (au centre, en haut) ; voir aussi ClRh 8, p. 67, no 2, fig. 52 : bien que le plat ne soit pas décrit comme un vase en bucchero, il se rattache au même groupe par la typologie. En dépit des descriptions (« terre beige, engobe brun-rouge »), le plat sur pied haut de l’acropole de Xanthos semble se rattacher, au moins typologiquement, au même groupe, H. Metzger (n. 38), p. 33, no 36.

59 Pour une synthèse, A. M. Bignasca, I kernoi circolari in Oriente e in Occidente (2000), p. 68‑78. À l’époque archaïque, en Grèce et dans les îles, ils sont peu fréquents en contexte funéraire, mais bien attestés dans les sanctuaires liés aux déesses (Héra à Samos, Athéna à Lindos et Smyrne, Aphrodite à Naucratis et Déméter à Thasos).

60 Un fragment similaire est conservé au British Museum (no rég. 1924,1201.1146).

61 Les kernoi sont fréquents dans le répertoire des potiers de Chios. Certains sont décorés dans le style des chèvres sauvages, d’autres sont issus de l’atelier du « Sphinx et du Lion », ils peuvent aussi présenter un décor géométrique ou être sans décor. La plupart datent du viie s., plus rarement du début du vie s. La production des kernoi non décorés a continué au moins jusqu’au iiie s. Sur les kernoi chiotes, cf. A. A. Lemos, Archaic Pottery of Chios. The Decorated Styles (1991), p. 22, 24, 133, 138, 246, 249‑250, nos 355‑354, p. 317‑318, nos 1381‑1382, 1384, 1388, 1391, p. 321, no 1440 ; M. Bergeron, « Pots and people: Greek trade and votive rituals », dans D. Robinson, F. Goddio (éds), Thonis-Heracleion in Context, Oxford Centre for Maritime Archaeology Monograph 8 (2015), p. 274, fig. 14 : 9. D’autres exemplaires proviennent de Naukratis : au British Museum no rég. 1888,0601.153, 1888,0601.478.h (1924,1201.22), 1924,1201.21, 1924,1201.24, 1924,1201.197, 1924,1201.198, 1924,1201.199, 1965,0930.473, 1965,0930.293 ; un fragment dans la collection du Louvre (AM 1363.14) ; un deuxième dans la collection de l’Institut d’Archéologie de l’université de Londres (UCL 750) et deux autres au musée d’archéologie classique de l’université de Cambridge (NA 99, NA 109).

62 Nous remercions Michael Kerschner pour ces précisions (ART 940095, un exemplaire du Géométrique récent ou subgéométrique).

63 P. Blome (éd.), Orient und frühes Griechenland. Kunstwerke der Sammlung H. und T. Bosshard (1990), p. 100, no 148 (S. Szidat).

64 G. Kopcke, AM 83 (1968), p. 250‑314, nos 79‑80, fig. 29, pl. 108 : 5 et 6.

65 F. G. Lo Porto, ASAtene ns 21‑22 (1959‑1960), p. 66‑69, no 6, fig. 48, F, il faut noter qu’ici, l’anneau a une section quadrangulaire. Sur un kernos de l’Antre Corycien AC 2395, A. Jacquemin, « Céramiques des époques archaïque, classique et hellénistique », dans L’Antre Corycien II, BCH Suppl. 9 (1984), p. 90, no 36 et fig., peut‑être de fabrication corinthienne : l’anneau présente une section à mi‑chemin entre le type quadrangulaire et arrondi.

66 C. M. Stibbe, Laconian Oil Flasks and Other Closed Shapes. Laconian Black-Glazed Pottery, Part 3, Allard Pierson Series, Scripta Minora 5 (2000), p. 116, no G28, sous‑groupe Gb, 650/625‑550/525, d’après la forme certainement après 575, l’auteur note que cette forme est fréquente à Rhodes, p. 35 ; F. Coudin, Les Laconiens et la Méditerranée à l’époque archaïque (2009), p. 31.

67 Sur les amphorisques à vernis noir de cette classe, B. A. Sparkes, L. Talcott, Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th Centuries B.C. Part 1, Athenian Agora 12 (1970), p. 155‑156. Pour une liste des exemplaires marqués « SOS » : J. D. Beazley, F. Nogara, La raccolta Benedetto Guglielmi nel Museo gregoriano etrusco. Parte I (1939), p. 51, no 56 ; Perachora II, p. 340, nos 3669‑3673 ; Tarente, F. G. Lo Porto (n. 65), p. 183‑184, fig. 157d ; A. Alexandridou, The Early Black-Figured Pottery of Attika in Context (2011), p. 30‑31, inclut aussi des exemplaires à figures noires ; Galerie Ostrakon, Thalwil (2015) exemplaire coll. allemande, avec une bande réservée décorée de deux rangées de feuilles de lierre, très proche d’un amphorisque d’une collection particulière prêté au musée Allard Pierson, CVA Allard Pierson Museum 5, pl. 247 : 1‑4.

68 C. W. Neeft, « In aetate ferrea nunc vivimus. The Case of the Royal Library Painter », dans P. Valvanis, E. Manakidou (éds), Essays on Greek Pottery and Iconography in Honour of Professor Michalis Tiverios (2014), p. 125‑137.

69 C. W. Neeft, « In aetate ferrea nunc vivimus. The Case of the Royal Library Painter », dans P. Valvanis, E. Manakidou (éds), Essays on Greek Pottery and Iconography in Honour of Professor Michalis Tiverios (2014), p. 134‑135, et pour un bilan de la datation des contextes clos contenant des vases du Peintre de la Bibliothèque royale de Bruxelles, cf. p. 135, n. 31 et notamment no 14 (Rhodes 11587, Ialysos, Tombe 380, cf. ClRh 3, p. 79), un contexte qui présente, comme le tombeau A, un aryballe de la phase avancée du Peintre de la Bibliothèque royale et un alabastre de l’atelier à décor d’écailles.

70 N. Garnier, S. M. Valamoti, Journal of Archaeological Science 74 (2016), p. 195‑206.

71 N. Massar, « Parfumer les morts. Usages et contenu des balsamaires hellénistiques en contexte funéraire », dans A. Tsingarida (éd.), Shapes and Uses of Greek Vases (7th‑4th centuries B.C.), Études d’archéologie 3 (2009), p. 310.

72 N. Massar, « Parfumer les morts. Usages et contenu des balsamaires hellénistiques en contexte funéraire », dans A. Tsingarida (éd.), Shapes and Uses of Greek Vases (7th‑4th centuries B.C.), Études d’archéologie 3 (2009), p. 309.

73 Cf. par ex. J. O’Shea, « Social configurations and the archaeological study of mortuary practices case study », dans R. Chapman, I. Kinnes, K. Randsborg (éds), The Archaeology of Death (1981), p. 39‑40.

74 Les analyses de chimie organique de contenu donnent de très bons résultats dans des contenants en céramique, en faïence, mais aussi en verre, en pierre, en métal et en bois.

75 Voir N. Garnier, D. Frère, « Une archéologie de l’évanescent », dans A. Verbanck-Piérard, N. Massar, D. Frère (éds), Parfums de l’Antiquité. La rose et l’encens en Méditerranée (2008), p. 71‑74 ; N. Garnier, « Une histoire de l’analyse chimique des parfums archéologiques. 160 ans de développement scientifique », dans D. Frère, L. Hugot (éds), Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule (2012), p. 63‑74.

76 Voir en particulier T. F. M. Oudemans, Leiden Journal of Pottery Studies 23 (2007), p. 5‑20.

77 C. H. E. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi (1936), p. 124‑125, 235, no 66, pl. 37 : 2 ; N. Ch. Stampolidis, Y. Tassoulas, Hygieia. Health, Illness, Treatment from Homer to Galen (2014), p. 274, no 139.

78 Louvre E 415 (S 1151), prov. de Gela, CVA Louvre 13, pl. 44 : 3, 5 et 45 : 8‑9 ; C. W. Neeft, Protocorinthian Subgeometric Aryballoi, Allard Pierson Series Volume 7 (1987), p. 282, liste CXIII : NC 478A type 1, sous‑groupe A, no 4 ; R. Wachter, Non‑Attic Greek Vase Inscriptions (2001), p. 30‑31, Cat. PCO 1.

79 J. Boardman, The History of Greek Vases (2001), p. 257 : « The use of iris in Corinth is mentioned, and rose must have been popular, for the rest, we guess ».

80 K. Volioti, Pallas 87 (2011), p. 263.

81 P. Badinou, La laine et le parfum. Epinetra et alabastres. Forme, iconographie et fonction, Études d’archéologie 7 (2003), p. 52.

82 H. Parko, « Small Corinthian Oil‑Containers: Evidence of the Archaic Perfume Trade ? », dans C. Scheffer (éd.), Ceramics in Context, Proceedings of the Internordic Colloquium on Ancient Pottery held at Stockholm, 13‑15 June 1997, Stockholm Studies in Classical Archaeology 12 (2001), p. 55‑60.

83 M. Gras, « Commerce de l’huile corinthienne : huile vierge et huile parfumée, nouvelle approche », dans R. Étienne (dir.), La Méditerranée au viie s. av. J.‑C. (essais d’analyses archéologiques), Travaux 7 (2010), p. 210.

84 Deux programmes lauréats de l’Agence Nationale de la Recherche pilotés par l’UMR 8546 (AOROC, ENS Paris), Perhamo (Parfums et résidus huileux archéologiques de la Méditerranée occidentale), 2007‑2010, cf. D. Frère, « Un programme de recherches archéologiques et archéométriques sur des huiles et crèmes parfumées de l’Antiquité », dans L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (éds), Parfums et odeurs dans l’Antiquité (2008), p. 205‑216 ; et Magi (Manger, boire, offrir pour l’éternité en Gaule et Italie préromaines) 2013‑2017, cf. le site bioarchaeo.net.

85 Quelques articles de synthèse ont été publiés : D. Frère, « Parfums, huiles et crèmes parfumées en Étrurie orientalisante », Mediterranea III (2006), p. 87‑119 ; D. Frère, N. Garnier, « Archeologia e analisi chimica dei profumi archeologici: uno status quaestionis », dans A. Carannante, M. D’Acunto (éds), I profumi nelle società antiche. Produzione, commercio, usi, valori simbolici (2012), p. 55‑79 ; D. Frère, N. Garnier, E. Dodinet, « Archéologie des huiles parfumées et médicinales en Méditerranée Nord-occidentale préromaine (viiievie s. av. J.‑C.) », dans C. Malet (éd.), Le corps. Soins, rituels et symboles, Collection Eurasie 25 (2015), p. 99‑120.

86 Pour les balsamaires en verre, cf. D. Frère, E. Dodinet, N. Garnier, « L’étude interdisciplinaire des parfums anciens au prisme de l’archéologie, la chimie et la botanique : l’exemple de contenus de vases en verre sur noyau d’argile (Sardaigne, vieive siècle av. J.‑C.) », ArcheoSciences 36 (2012), p. 47‑59. Pour les vases en albâtre, cf. A. Martelli, « L’alabastre de la Tombe de la Bella Signora de Chiusi. Découverte, typologie et analyse préliminaire du contenu », dans A. Verbanck-Piérard, N. Massar, D. Frère (n. 75), p. 261‑265 et G. Giachi et al., « A multianalytical approach in the chemical characterisation of the etruscan ointment of Thana Plecunia (Chiusi, Italy) », dans D. Frère, L. Hugot (éds), Les huiles parfumées en Méditerranée occidentale et en Gaule (2012), p. 75‑82.

87 W. R. Biers, S. Searles, K. O. Gerhardt, « Non-Destructive Extraction Studies of Corinthian Plastic Vases: methods and problems. A Preliminary Report », dans C. Jette, M. Torben (éds), Proceedings of the 3rd Symposium on Ancient Greek and Related Pottery (1990), p. 33‑50 ; Lost Scents.

88 Cl. Cerchiai Manodori Sagredo, Nettare di Dioniso. La vite e il vino attraverso le parole degli autori antichi (2013), p. 84 et 170, d’après Athénée, Deipnosphistae I 10a‑b ; Homère, Iliade XI 624‑641 ; Homère, Odyssée X 233‑236, 264‑266 et 329 ; Ovide, Métamorphoses XIV 273‑287 ; Pline, Naturalis Historia XIV 53. Il peut s’agir de fromage de chèvre sec gratté dans le vin de Pramnos mélangé à du miel et de la farine pour obtenir une substance aux propriétés médicinales. Le vin de Pramnos avait la réputation d’être un vin fort doté de vertus médicinales, voir aussi J. Jouanna, REG 109 (1996), p. 418, 430 ; G. Klimis, « Medicinal Herbs and Plants in Homer », dans S. A. Paipetis (éd.), Science and Technology in Homeric Epics. History of Mechanism and Machine Science, vol. 6 (2008), p. 284.

89 Prov. de Cerveteri, Monte Abatone (http://www.bioarchaeo.net) et R. Corbineau, V. Jolivet, D. Frère, « Les produits de la ruche », dans Les produits biologiques en Italie et Gaule préromaines. Produits alimentaires, médicinaux, magico-religieux, cosmétiques. Actes du colloque de Rome, 2015 (à paraître).

90 A. Pecci, M. Á. Cau Ontiveros, N. Garnier, JASc 40 (2016), p. 4491‑4498 ; N. Garnier, « Identifier les traces de vin archéologique : des structures de production aux vases à boire. Un bilan des méthodologies et des apports de l’analyse chimique organique », dans L. Rivet (dir.), Société française d’étude de la céramique antique en Gaule. Actes du congrès de Nyon 14‑17 mai 2015 (2015), p. 299‑314.

91 N. Garnier, S. M. Valamoti (n. 70), p. 195‑206.

92 V. Bel et al., « Réflexions interdisciplinaires autour des pratiques funéraires gauloises en Languedoc (viieiie siècles av. J.‑C.) : l’apport de la chimie organique », dans Les produits biologiques… (n. 89).

93 L’œnochoé corinthienne, en raison de l’exiguïté de l’embouchure, de la profondeur de la panse et de la dureté de l’argile n’a pas fait l’objet d’un prélèvement suffisant de matière.

94 Comme il a été dit, les produits laitiers peuvent cacher la présence de graisses d’animaux ruminants dont ils ne se différencient chimiquement que très peu. Il est donc possible, voire probable, que nous ayons aussi des graisses d’animaux ruminants dans les vases où sont attestés des produits laitiers.

95 R. Touzé, « Les matières premières employées dans la confection des huiles, onguents et poudres parfumés en Grèce ancienne  », dans L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (n. 84), p. 47.

96 P. Martinetto et al., « Les formulations cosmétiques à base de plomb  », Memnonia, cahier supplémentaire I (2003), p. 125‑126. Ces analyses doivent cependant être maniées avec prudence en raison de la méthodologie adoptée.

97 Lost Scents, p. 24.

98 P. Martinetto et al. (n. 96), p. 125.

99 L. Bodiou, D. Frère, Dossiers d’Archéologie 337 (2010), p. 46‑49 ; L. Bodiou, « L’huile et le corps médical. Usages de l’huile dans la pharmacopée des médecins hippocratiques », dans D. Frère, L. Hugot (n. 75), p. 221‑229.

100 Lost Scents, p. 24.

101 N. Kunisch, « Anstelle eines Hafenlöwen… Zu einem korinthischen Salbgefäß », dans R. Biering et al. (éds), Maiandros. Festschrift für Volkmar von Graeve (2006), p. 191‑199.

102 Contenu fait d’un mélange de matériaux minéraux d’une très grande finesse (poudres minérales) et de matériaux biologiques.

103 J.‑J. Maffre, D. Frère, N. Garnier, E. Dodinet (n. 8), p. 57‑80.

104 L. Bodiou, S. Jaëggi, D. Frère, « Les produits laitiers et le corps médical. Usages du lait et de ses dérivés dans la pharmacopée antique », dans Les produits biologiques… (n. 89).

105 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xl. 146 ; Dioscoride, De Materia Medica II 96.

106 Celse, De Medicina V 5‑7, 12.

107 Celse, De Medicina IV 28, bile de chèvre ; Pline, Naturalis Historia XXVIII, xxv. 90, pour rendre la vision meilleure ; XXVIII, xlvii. 167, bile d’ours, xlvii. 170 et 172, bile de chèvre ; XXVIII, xlviii, bile de taureau et de veau, bile de chèvre XXVIII, xxviii. 110, bile de crocodile ; XXXVIII, xxvii. 94 ; XXVIII, xxx. 117 ; XXIX, xxxviii. 117, bile de hibou, 118, bile de vautour et bile d’aigle, 122‑125, bile de python, d’aigle, de vautour, de coq, de poule, d’oie et de perdrix XXXII, xiv. 33, bile de tortue ; Pline, Naturalis Historia XXXII, xxiv. 70, bile de coracinus ; Dioscoride, De Materia Medica, II 14, bile de scorpion de mer ; II 96, bile de scorpion de mer, callionymus [uranoscopus], de hyène, de tortue, d’aigle, de perdrix, de taureau, de mouton, de porc, de chèvre, de chèvre sauvage et III 58, bile de poule.

108 Hippocrate, De ulceribus (028) 414. 12, bile de taureau ; Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlviii. 173‑176, bile de sanglier, de chèvre et de taureau ; XXIX, xxxix. 133, bile de mouton XXIX, xxxix ; 135, bile de souris, 137, de chèvre ; XXXII, xxv. 77, bile de raie et bile de mulet ; Dioscoride, De Materia Medica II 78, bile de bœuf ; II 96, bile de taureau, bile de porc.

109 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xxvi. 91 ; XXVIII, li. 190‑191, bile de taureau pour l’amygdalite, Dioscoride, De Materia Medica II 96, bile de tortue ; IV 155, bile de taureau.

110 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lv. 197, bile d’ours.

111 Hippocrate, De la nature des femmes 2. 187 et 188, Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxi. 216‑217, bile d’ours, de taureau, de loup et de chèvre.

112 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlix. 182, bile du taureau.

113 Hippocrate, De morbiis iii (023) 134. 14 ; Pline, Naturalis Historia XXXII, xxxi. 101, bile de taureau pour calmer les intestins et XXVIII, lviii. 202‑203, bile du loup, de la chèvre et du taureau pour soulager les intestins.

114 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lviii. 205

115 Pour les blessures : Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxxi. 236, bile de taureau pour les brûlures ; Hippocrate, De ulceribus (028) 418. 15, bile de taureau. Pour les cicatrices : Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxxvi. 245, bile de veau ; XXXII, xliv. 127, bile de scorpion de mer ; Pline Naturalis Historia XXXII, xxiv. 69, bile d’Uranoscopidae ; Dioscoride, De Materia Medica II 96. Pour divers problèmes de peau : Hippocrate, De la nature des femmes 2. 187 et 188 ; Pline, Naturalis Historia XXVIII, l. 187‑188, bile de bouc pour le traitement des tâches de rousseur ; XXVIII, lxxv. 244, bile de chèvre contre les démangeaisons ; XXX, xli. 121, bile de hérisson pour traiter le vitiligo ; XXXII, xliv. 127, bile de grenouille pour le traitement des ulcères ; XXXVII, xlv. 128, bile de scorpion rouge pour le traitement des verrues. Pour un traitement de la « lèpre » : Pline, Naturalis Historia XXVIII 186‑187, bile de chèvre et de taureau et de veau ; Dioscoride, De Materia Medica II 96.

116 Hippocrate, De Natura muliebri (033) 414. 97, bile de scorpion de mer.

117 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxxvii. 246 et 253‑251, bile de taureau et de veau, bile de chèvre ; Hippocrate, De locis in homine (028) 346. 47, bile de taureau ; Hippocrate, De Natura muliebri (033) 314. 2 ; 360 (89), bile du taureau et (97), bile du cochon ; 394. 52, bile de taureau ; Hippocrate, De sterilibus (036bis) 426. 9, bile de taureau ; 432. 11, bile de taureau ; 434. 12 ; 450. 23(2), bile de taureau.

118 Pline, Naturalis Historia XXVIII, li. 191, bile de sanglier et de taureau.

119 Pline, Naturalis Historia XXX, xxxvii. 111, pour le traitement de la petite peau.

120 Pline, Naturalis Historia XXVII, xlvii. 266, bile de lézard vert.

121 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lxii. 221 et 223, bile de sanglier ou de cochon.

122 Pline, Naturalis Historia XXX, xlvii, 135, bile de thon et de lièvre de mer.

123 Pline, Naturalis Historia XXVIII, xlvii. 169, bile de taureau ; XXXII, xxii. 67, bile de scorpion de mer. En général pour le traitement du cuir chevelu : Ibid., XXVIII, xxviii. 163 et 165, bile de chèvre et de vache.

124 Pline, Naturalis Historia XXXII, xlix. 132, bile de la torpille.

125 Pline, Naturalis Historia XXVIII, lvii. 200.

126 Pline, Naturalis Historia XXX, xxiv. 84, bile de serpent.

127 Lost Scents, p. 25 : la campagne n’a porté que sur un petit nombre d’échantillons qui ne concernaient que les vases plastiques archaïques.

128 Lost Scents, p. 29.

129 L’exaleiptron (Cat. 22), avec un extrait de feuillu (acides ursolique, oléanonique, oléanolique et surtout en acide arjunolique) riche en composés aromatiques et l’aryballe (Cat. 17), avec une plante comportant des quantités importantes de matairésinol. La plante utilisée pour le mélange dans l’exaleiptron pourrait appartenir à la famille des Terminalia, dont certains ont été utilisés dans la médecine antique : Dioscoride, De Materia Medica I 40, Balaninon elaion, pour le traitement de la peau, des boutons et des tâches de rousseur, de la cataracte des yeux et la purification des intestins et IV 160, Balanos aurepsike, pour le traitement de la peau, des cicatrices et des « lèpres ». La Terminalia citrica pourrait correspondre à la plante utilisée pour leur fabrication, T. A. Osbalden, R. P. A. Wood (éd. et trad.), Discorides. De Materia Medica (2000), p. 41 et 715.

130 Des plantes du genre Juniperus ont été non seulement utilisées dans la parfumerie antique, mais également dans la médecine, T. A. Osbalden, R. P. A. Wood (n. 129), p. 28, 101‑102, 639, 767, 780, 805.

131 E. Dodinet, « Les sources de parfum du Bronze levantin. Bois, résines, fruits et racines », dans L. Bodiou, D. Frère, V. Mehl (n. 84), p. 25.

132 L’acide déhydroabiétique avec son dérivé méthylé et des traces d’hydrocarbures polyaromatiques.

133 La montée de température lors de la technique de fabrication de la poix a pu être mal contrôlée, entraînant une carbonisation partielle.

134 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di Teofrasto (2010), p. 214.

135 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di Teofrasto (2010), p. 225.

136 G. Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di Teofrasto (2010), p. 226.

137 I. Scheibler, JdI 79 (1964), p. 72‑91 ; Idem, AA 83 (1968), p. 389‑397 et V. Saripanidi, « Το εξάλειπτρο στα ταφικά έθιµα της κεντρικής Μακεδονίας », dans E. Kefalidou, D. Tsiafaki (éds), Kerameos Paides: Studies Offered to Prof. Michalis Tiverios by his Students (2012), p. 286. La question se pose de savoir si l’huile a été utilisée pour elle‑même à l’état liquide ou si, comme on s’accorde généralement à le croire, elle a fait l’objet d’un mélange plus crémeux avec le reste des éléments détectés. Néanmoins d’autres fonctions ont été également proposées : encensier, lampe, cf. R. M. Burrows, P. N. Ure, JHS 31 (1911), p. 80‑99 et I. Scheibler, AA 83 (1968), p. 394‑397.

138 Amyx, CorVPA, p. 474.

139 V. Saripanidi (n. 137), p. 283‑288.

140 V. Saripanidi (n. 137), p. 284.

141 V. Saripanidi (n. 137), p. 286, n. 24 et 26.

142 A. Rumpf, AM 45 (1920), p. 163‑170.

143 Voir l’article de synthèse avec bibliographie antérieure : E. Poletti Ecclesia, « Lydia  », dans G. Bagnasco Gianni (éd.), Cerveteri. Importazioni e contesti nelle necropolis (2002), p. 571.

144 T. J. Craig, Molecular Taphonomy: An Experimental and Empirical Study of archaeological Ceramic Residues from Central and Western Turkey, thèse de doctorat, University of New England, Armidale, NSW, Australia (2008), p. 137.

145 Les autres fonctions : boite de stockage, boite à poudre, à pastilles de fard ou comme ici, le conteneur d’une crème. Pour les analyses de contenus de pyxides grecques (dont corinthiennes), cf. I. Barbiès-Fronty, M. Bimbenet-Privat, P. Walter (éds), Le bain et le miroir. Soins du corps et cosmétiques de l’Antiquité à la renaissance (2009), p. 126‑133.

146 Sur l’utilisation des kernoi, F. G. Lo Porto (n. 65), p. 68 ; ClRolley, BCH 89 (1965), p. 471‑475 ; G. Bakalakis, Kernos 4 (1991), p. 105‑117 ; M. Maass, « Saugschalen », dans H. Froning, T. Hölscher, H. Mielsch (éds), Kotinos. Festschrift für Erika Simon (1992), p. 26‑28 ; A. M. Bignasca (n. 59), p. 157‑171. Sur l’apport des analyses de contenu à l’usage des kernoi, cf. A. Quercia, « I residui organici nella ceramica. Stato degli studi e prospettive di ricerca », dans F. D’Andria, J. De Grossi Mazzorin, G. Fiorentino (éds), Uomini, piante e animali nella dimensione del sacro (2008), p. 209‑216 ; G. Samorini, « L’uso di sostanze psicoattive nei Misteri Eleusini », dans F. D’Andria, J. De Grossi Mazzorin, G. Fiorentino, op. cit., p. 217‑233.

147 Un programme est en cours pour l’analyse des contenus des lampes au Département des Antiquités Orientales du musée du Louvre.

148 Payne, NC, p. 5‑6, n. 3.

149 Norbert Kunisch reprend la question à propos d’un petit vase plastique corinthien en forme de sphinx : la présence d’un tout petit orifice, aménagé au sommet du vase, semble mal adaptée au fait de recevoir un contenu liquide ; un test sur la porosité d’un aryballe corinthien du Groupe du Guerrier (malheureusement non précisément identifié) a démontré qu’il était incapable de retenir l’eau, N. Kunisch (n. 101), p. 193‑194.

150 L’auteur invoque le cas de flacons corinthiens dédiés dans des sanctuaires détruits par le feu, comme celui d’Aphaïa à Égine, qui ne montrent pas de traces de combustion intense, attendues sur un vase rempli d’huile. Cependant, si le flacon a été vidé au moment de l’offrande, il n’est pas sûr que l’imprégnation ait été suffisante pour occasionner une combustion très intense. Néanmoins, même si l’huile se dégrade très vite au sens du parfumeur, du point de vue du chimiste, les marqueurs restent très bien conservés dans un récipient qui n’a plus son bouchon. Seules des analyses de contenu pourraient apporter les arguments décisifs pour trancher la question.

151 J. B. Salmon, Wealthy Corinth. A History of the City to 338 B.C. (1984), p. 117‑118, par ex. Akraiphia et Rhitsona ; I. Algrain, Th. Brisart, C. Jubier, « Les vases à parfum à Athènes aux époques archaïques et classiques », dans A. Verbanck-Piérard, N. Massar, D. Frère (n. 75), p. 149 pour l’inscription et p. 152 pour la vente de vases vides.

152 Les investigations ont pris un nouvel élan à partir des années 1990, cf. H. Parko (n. 82), p. 55‑60 et V. V. Stissi, « From Catalogue to Cultural Context: Bringing Life to Greek Sanctuary Pottery », dans B. Schmaltz, M. Söldner (éds), Griechische Keramik in kulturellen Kontext (2003), p. 77‑79 ; N. Massar, A. Verbanck-Piérard, « Follow the scent… Marketing perfume vases in the Greek World », dans A. Tsingarida, D. Viviers (éds), Pottery Markets in the Ancient Greek World (8th‑1st centuries B.C.), Études d’archéologie 5 (2013), p. 285‑287.

153 Par exemple, le vase éponyme du Peintre d’Akrai sentait le parfum au moment de sa découverte, G. Judica, Le antichità di Acre (1819), p. 105, pl. XIX ; Amyx, CorVPA, p. 118, A‑1. La quantité de vases à parfum produits à Corinthe n’était pas non plus constante, mais pour le moment la fluctuation de la production est difficilement estimable. Il est vraisemblable, comme pour les lécythes attiques et les balsamaires hellénistiques, que cela ne reflète pas entièrement la fluctuation de la commercialisation de l’huile (parfumée).

154 M. Gras (n. 83).

155 A. Alexandridou (n. 67), p. 31 ; une huile spéciale, ChReusser, « The François Vase in the Context of the Earliest Attic Imports to Etruria », dans H. A. Shapiro, M. Iozzo, A. Lezzi-Hafter (éds), The François Vase: New Perspectives (2013), p. 33‑51.

156 Les amphores du type « SOS » ont servi pour l’export d’huile d’olive et probablement du vin, cf. avec bibliographie A. Alexandridou (n. 67), p. 31.

157 Un amphorisque attique découvert en Étrurie, dans la tombe 183 de Casalone de Ceri, a donné comme résultat de contenu de l’huile végétale (http://www.bioarchaeo.net).

158 Il est également possible que les remèdes aient été volontairement placés dans des contenants beaux et anciens pour en augmenter la valeur et l'attractivité.

159 Ou périmé ?

160 Sur l’utilisation de l’antimoine dans l’Antiquité en général, cf. R. J. Forbes, Metallurgy in Antiquity (1950), p. 260‑266.

161 Pline, Naturalis Historia XXXIII, xxxiii. 101.

162 Strabon, Geographia XVI 17 ; Pline, Naturalis Historia XXIX, xxviii. 118 ; XXIX, xxix. 131 ; XXIX, xxxvii. 115 ; XXXIII, xxxiii ; Celsus, De Medicina V 1, 5‑8, 9, 15 ; Jérome, Epistolae, LIV. Ad Furiam de Viduitate Servanda 7 ; CXVII. Ad Matrem et Filiam in Gallia Commorantes 4 ; Dioscoride, De Materia Medica I 6, un composant d’une potion à base de nardos, IV 155, pour la purification des intestins ; V 99.

163 R. J. Forbes (n. 160), p. 265.

164 R. J. Forbes (n. 160), p. 265.

165 À la période Transitionnelle, ou un peu plus tard (si l’alabastre n’avait pas été tout fraichement acquis sur le marché quand il a été déposé dans la tombe) et surtout si le cotylisque appartient à cet assemblage, ce qui est plus probable que de l’associer au mobilier de la phase suivante.

166 Cela dit l’alabastre corinthien (Cat. 5) aujourd’hui perdu n’a pas été analysé et a pu contenir de la bile.

167 ClRh 3, Tombe XVI de Ialysos (Drakidis), p. 44‑45 ; ClRh 6‑7.1, tombe à chambre no 30 de Camiros, p. 104‑105, fig. 116.

168 G. Hölbl (n. 14), p. 183‑184, 195.

169 En plus de l’exemplaire du tombeau A, on peut citer la lampe à colonnette du British Museum, celle de la sépulture F 155 de Fikellura, D. M. Bailey (n. 46), p. 32, Q15, pl. 6 et 140a, vers 520‑480. Pour la période classique ou plus tardive : de Ialysos, ClRh 3, p. 161, tombe XLIX, pl. 2 et provenant d’un assemblage dispersé : D. M. Bailey (n. 46), p. 175, Q389, pl. 79‑80, vers 300‑250. De Calatomilo, ClRh 6‑7, p. 158‑159, 177, fig. 187, sépultures LV, LXX. De la nécropole de Fikellura : tombe F 266, D. M. Bailey (n. 46), p. 170‑171, Q376, pl. 76, 77, 141a, vers 500‑450 ; tombe F 97, id., p. 172, Q380, vers 300‑250 ; F 117 et id., p. 36, Q28, pl. 8‑9, 139b, vers 450‑430 ; tombe F 167, id., p. 173, Q383, pl. 78‑79, 140, vers 300‑250 ; tombe F 287, id., p. 177, Q399‑400, pl. 80‑81, 141b, vers 300‑250. À Camiros, Papatislures tombe P 7, id., p. 172‑173, 176, Q381‑382, Q393 et Q395, pl. 78‑79 et 80‑81, vers 300‑250. Provenant des assemblages non reconstituables de Camiros : id., p. 171, Q377, vers 465‑435, p. 174, Q385, pl. 78‑79, vers 300‑250, p. 182, Q427, vers 225‑100.

170 L’alabastre en verre (Cat. 1) de la fin du vie, voire du début du ve s. renseigne sur la dernière phase d’utilisation de la tombe, à moins qu’il ne s’agisse d’une simple réouverture du tombeau A.

171 Sur la question des tombes multiples à Camiros et sur la problématique de l’absence de restes humains, cf. Ch. Gates (n. 3), p. 32‑35 ; les indices sont contradictoires : si l'on trouve rarement plusieurs squelettes, ces derniers semblent, dans plusieurs cas, avoir été déposés presque simultanément.

172 Pour un exemple de réouverture tardive, vers 300‑250, d’une tombe à chambre de Camiros du viievie s., qui a accueilli des lampes hellénistiques, cf. Papatislures tombe P 7, D. M. Bailey (n. 46), p. 172‑173, Q 381, pl. 78‑79.

173 Soit en tout 28 prélèvements pour analyses biomoléculaires, en comptant les quatre coupelles du kernos.

174 À moins que le produit laitier identifié ne soit le témoignage d’une libation de lait lors du rituel funéraire et donc de plusieurs usages du vase.

175 Cf. notes 8‑10.

176 Rarement les deux en même temps.

177 Il n’existe pas, à notre connaissance, d’étude de synthèse de l’exploitation de bile dans les recettes médicinales de l’Antiquité. A. Ricciardetto, « L’utilisation thérapeutique et cosmétique des produits animaux d’origine égyptienne dans l’antiquité gréco-romaine », dans Le teint de Phrynè. Thérapeutique et cosmétique dans l’Antiquité (sous presse).

178 En sachant que les matériaux végétaux à dimension aromatique ou médicinale pouvaient voyager avec les balsamaires sous une forme sèche, soit à l’intérieur de ceux‑ci, soit dans un récipient accompagnateur : voir par exemple le panier en osier d’une épave grecque archaïque contenant des feuilles de laurier avec de la poix : X. Nieto, M. Santos Retolaza, El vaixell grec arcaic de cala Sant Vicenç, Monografies del CASC 7 (2009), p. 251‑253.

179 L’hypothèse d’une production de parfums à Rhodes depuis le viiie s. a été proposée depuis longtemps (J. N. Coldstream, BICS 16 (1969), p. 1‑8 ; G. Bourogiannis, AIONArch 7 (2000), p. 9‑23 ; G. Bourogiannis, « Rhodes et les parfums », dans Cat. Rhodes, p. 112‑115). Pour les imitations locales des vases à onguent corinthiens à Rhodes, cf. A. Archontidou-Argyre, AD 32.2 (1977) [1984], p. 261‑280, dont la production débute déjà dans le Protocorinthien tardif. En l’absence d’analyses de contenu, il est difficile de définir la nature de cette production locale. Les compositions spécifiques mises en évidence dans certains vases du tombeau A relèvent surtout d’une production sans doute locale, mais à caractère médicinal.

180 L’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une sépulture de médecin enterré avec son équipement ne fonctionne pas : l’absence d’outil et le peu de diversité dans les préparations plaident plus pour des soins thérapeutiques ciblés. Pour des récipients médicaux cf. récemment, E. Vivliodetis, M. Gianopoulou, « Various Medicines in a Variety of Vessels », dans N. Chr. Stampolidis, Y. Tassoula (éds), Hygieaia. Health, Illness, Treatment from Homer to Galen (2014), p. 50‑59.

181 V. Arveiller-Dulong, M.‑D. Nenna (n. 33), p. 42, no 12 et fig. ; Cat. Rhodes, p. 148, no 7‑25 et fig. (coul.), p. 330.

182 Salzmann, Camiros, pl. 6 ; Pottier 1897, p. 15 ; A. de Longpérier (n. 17), livraisons 10‑12, pl. L, no 1 ; G. Perrot, Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’antiquité. Tome 3, Phénice – Chypre (1885), pl. VI, à gauche ; Ch. Blinkenberg et al., Lindos, fouilles et recherches 1902‑1914 : fouilles de l’acropole (1931), col. p. 273 ; F. W. von Bissing (n. 37), p. 101, 103, 106, pl. VII, 2 ; E.‑M. Bossert (n. 37), p. 54, n. 8 ; M. A. Rizzo (n. 38), p. 381, no 10 ; A. Caubet, E. Lagarce, Reports of the Department of Antiquities Cyprus (1972), p. 125, n. 3 ; A. Caubet, P. Pierrat-Bonnefois (dir.), Faïences de l’Antiquité. De l’Égypte à l’Iran (2005), p. 129, no 342 ; A. Caubet, Faïences et matières vitreuses de l’Orient ancien. Étude physico-chimique et catalogue des œuvres du département des Antiquités Orientales (2007), p. 279 ; Cat. Rhodes, p. 151, no 7‑32 et fig. (coul.), p. 328.

183 Salzmann, Camiros, pl. 7 ; A de Longpérier (n17), livraisons 10‑12, pl. LI, no 2 ; Pottier 1897, p. 15 ; ChBlinkenberg et al. (n. 182), col. 273 ; F. W. von Bissing (n. 37), p. 100, 103, pl. VII, 10 ; E.‑M. Bossert (n. 38), p. 54, n. 8 ; M. A. Rizzo, (n. 38), p. 381, no 10 ; A. Caubet, P. Pierrat-Bonnefois (n. 182), p. 129, no 342 ; A. Caubet (n. 182), p. 279 ; Cat. Rhodes, p. 151, no 7‑33 et fig. (coul.), p. 328.

184 V. L. Webb (n. 34), p. 112, no 744 ; Cat. Rhodes, p. 148, no 7‑26 et fig. (coul.).

185 Pottier 1897, pl. 15 ; G. Perrot, Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’antiquité. Tome IX, La Grèce Archaïque (1911), p. 604, fig. 312 ; Zervos, Rhodes, p. 51, fig. 91 ; Payne, NC, p. 281, no 211 ; CVA Louvre 8, pl. 15 : 12‑13, 19‑20 ; R. J. Hopper, BSA 44 (1949), p. 196, (2) ; Benson, GKV, p. 28, liste 30, no 4 ; A. Seeberg, ActaA 32 (1961), p. 179, n. 11 ; C. W. Neeft, BABesch 52/3 (1977/8), p. 34, no 4 ; Amyx, CorVPA, p. 61, A‑4 ; Cat. Rhodes, p. 328.

186 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 15 : 11, 17 et 21 ; E. Kunze-Götte, CVA Stuttgart 1, comm. ad pl. 13 : 3‑4 ; Amyx, CorVPA, p. 66, dans la note ; Cat. Rhodes, p. 145, no 7‑11 et fig. (coul.), p. 328; L. Winkler-Horaček, Monster in der frühgriechischen Kunst, Image & Contexte 4 (2015), p. 527.

187 Pottier, Catalogue, p. 170 ; Pottier 1897, p. 17‑18, pl. 14 ; CVA Louvre 8, pl. 16 : 13‑14, 16‑17 ; Zervos, Rhodes, p. 42, fig. 71 ; P. Mingazzini, Vasi della collezione Castellani. Catalogo (1930), p. 142, no 59 ; Payne, NC, p. 63, 303, no 791 ; D. A. Amyx, University of California Publications in Classical Archaeology I.9 (1943), p. 221‑222, 231, n. 102 ; P. N. Ure, Hesperia 15 (1946), p. 44 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 196, (2) ; Benson, GKV, p. 44, liste 70, no 1 ; L. Banti, Enciclopedia dellArte Antica III (1960), s.v. « Fregio di guerrieri, Pittore del », p. 736, fig. 901 ; D. Gordon Mitten, AntK 9 (1966), p. 5, n. 5 ; J.‑J. Maffre, BCH 95 (1971), p. 629, n. 12 ; Amyx, CorVPA, p. 154, A‑1, pl. 61 : 1 ; Cat. Rhodes, p. 144, no 7‑17 et fig. (coul.), p. 328.

188 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 18 : 1‑4 ; Amyx, CorVPA, p. 126, A‑1 ; E. Papuci-Władyka, Corinthian and Italo-Corinthian Pottery from the Polish Collections (1989), p. 28 ; Cat. Rhodes, p. 136, no 7‑1 et fig. (coul.), p. 329 ; C. W. Neeft (n. 68), p. 137, no 30 et p. 130, 133.

189 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 18 : 5‑6, 10, 12 ; Amyx, CorVPA, p. 126, A‑2 ; E. Papuci-Władyka (n. 188), p. 28 ; C. W. Neeft (n. 68), p. 130, 137, no 31.

190 Pottier, Catalogue, p. 171 ; Pottier 1897, p. 20, pl. 16 ; Zervos, Rhodes, p. 66, fig. 138 ; Payne, NC, p. 116, 289, no 552 ; CVA Louvre 8, pl. 19 : 28‑29, 31‑32 ; Benson, GKV, p. 32, liste 38, no 10a ; F. G. Lo Porto (n. 65), p. 85, n. 4‑5 ; A. Seeberg, Acta ad Archaeologiam et Artium Historiam Pertinentia Institutum Romanorum Norvegiae II (1965), p. 7, n. 6 ; E. Brandt, Gruss und Gebet: eine Studie zu Gebärden in der minoisch-mykenischen und frühgriechischen Kunst (1965), p. 71 ; P. Ghiron-Bistagne, RA (1973), p. 306‑307, fig. 2‑4 ; Amyx, CorVPA, p. 124, no 43, p. 649, no 2 ; M. Steinhart, Die Kunst der Nachahmung. Darstellungen mimetischer Vorführungen in der griechischen Bildkunst archaischer und klassischer Zeit (2004), p. 32, n. 283 ; Cat. Rhodes, p. 137, no 7‑3 et fig. (coul.), p. 328,

191 Salzmann, Camiros, pl. XLI, en haut ; Pottier, Catalogue, p. 170 ; Pottier 1897, p. 19, pl. 15 ; G. Weicker, Der Seelenvogel in der alten Literatur und Kunst: Eine mythologisch-archäologische Untersuchung (1902), p. 140, n. 2 ; Zervos, Rhodes, p. 86, fig. 100 ; J. A. J. Morin, Le dessin des animaux en Grèce d’après les vases peints (1911), p. 86, fig. 100 ; M. H. Swindler, Ancient Painting (1929), fig. 260 ; P. Mingazzini (n. 187), p. 128 ; Payne, NC, p. 91, 289, no 543 ; CVA Louvre 8, pl. 18 : 26‑28, 30 ; Benson, GKV, p. 32, liste 39, no 1 ; F. G. Lo Porto (n. 65), p. 89, ad nos 6‑7 ; G. Vindry (dir.), 3000 ans de parfumerie (1980), p. 46, no 65 ; Amyx, CorVPA, p. 122, no 1, p. 288, 662 ; Neeft, CorVPAC, p. 38 ; N. Icard-Gianolio, A.‑V. Szabados, LIMC Supplementum (2009), s.v. « Monstra », p. 346‑347, no 43, pl. 172 ; Cat. Rhodes, p. 139, no 7‑7 et fig. (coul.).

192 Pottier, Catalogue, p. 170 ; Pottier 1897, p. 19, pl. 16 ; G. Weicker (n. 191), p. 140, n. 2 ; Zervos, Rhodes, p. 66, fig. 135 ; Payne, NC, p. 289, no 546 ; CVA Louvre 8, pl. 20 : 5‑7 ; Benson, GKV, p. 32, liste 38, no 8a ; Amyx, CorVPA, p. 123, no 20 ; E. Hofstetter, Sirenen im archaischen und klassischen Griechenland, Beiträge zur Archäologie 19 (1990), p. 41, 353, no K 32, n. 626 ; Cat. Rhodes, p. 138, no 7‑6 et fig. (coul.), p. 329 ; L. Winkler-Horaček (n186), p. 589.

193 Salzmann, Camiros, pl. XL, à droite ; Pottier, Catalogue, p. 170 ; L. Heuzley, Gazette Archéologique VI (1880), p. 146‑147, fig. A ; Pottier 1897, p. 19 ; Zervos, Rhodes, p. 23, fig. 24 ; Payne, NC, p. 320, no 1260 ; CVA Louvre 8, pl. 19 : 21‑25 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 172, n. 43 et p. 205, (2) ; F. G. Lo Porto (n. 65), p. 81, ad no 5 ; Münzen und Medaillen A.G. Basel. Sonderliste L (1969), p. 4, no 5 ; N. Kunisch, Antiken der Sammlung Julius C. und Margot Funcke (1972), p. 43, no 46 ; V. L. Webb (n. 34), p. 112 comm ad no 744, mentionné par erreur comme un vase plastique rhodien en forme de tête casquée ; Corinth XV.3, p. 105, no 497 ; Amyx, CorVPA, p. 123, no 40 ; S. U. Wisseman, dans CVA University of Illinois-Urbana-Campaign, Illinois, comm. Ad pl. 4 : 1‑2 ; Dehl-von Kaenel 1995, p. 50, no 1 ; F. Utili, « Ein Aryballos des “Malers von Berlin F 1090” », dans R. Stupperich (éd.), Ausgrabungen in Assos 1993, AMS 57 (2006), p. 67 ; Cat. Rhodes, p. 137, no 7‑4 et fig. (coul.).

194 Pottier, Catalogue, p. 170 ; Payne, NC, p. 289, no 544 ; CVA Louvre 8, pl. 18 : 13‑16 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 205, (2) ; Benson, GKV, p. 35, liste 46, no 6 ; Perachora II, p. 149, no 1572 ; K. Schauenburg dans, CVA Heidelberg 1, comm. ad pl. 11 : 5‑6 ; L. Banti, Enciclopedia dellArte Antica II (1959), s.v. « Caccia al cinghiale, Pittore della », p. 246 ; D. A. Amyx, BABesch 38 (1963), p. 91, n. 5 ; A. Seebreg, JHS 85 (1965), p. 108, n. 45 ; Amyx, CorVPA, p. 122, no 5 et comm ad no 6 ; Dehl-von Kaenel 1995, p. 50, no 5 ; Cat. Rhodes, p. 138, no 7‑5 et fig. (coul.).

195 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 20 : 20‑22 ; Payne, NC, p. 152, 289, no 558, fig. 59 A ; R. J. Hopper (n. 185), p. 205, (2) ; A.‑F. Laurens, Catalogue des collections I. Céramique corinthienne et étrusco-corinthienne (1974), p. 64, no 18 ; Amyx, CorVPA, p. 124, no 15 ; O. Brehm, Boreas 33 (2010), p. 143‑144, no 1 ; Cat. Rhodes, p. 139, no 7‑8 et fig. (coul.).

196 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 20 : 15‑17 ; Amyx, CorVPA, p. 124, no 5 ; Cat. Rhodes, p. 140, no 7‑9 et fig. (coul.), p. 328.

197 Pottier, Catalogue, p. 169 ; CVA Louvre 8, pl. 20 : 18‑19, 23‑24 ; Charles Ede. Corinthian and East Greek Pottery V, no 6 ; Dehl-von Kaenel 1995, p. 74, ad no 280 ; G. Vindry (n191), p. 46, no 66 ; Cat. Rhodes, p. 140, no 7‑10 et fig. (coul.), p. 329.

198 Salzmann, Camiros, pl. 41 : 2 ; Pottier, Catalogue, p. 170 ; Pottier 1897, p. 19 ; CVA Louvre 8, pl. 17 : 11‑15 ; D. A. Amyx (n. 187), p. 217 ; F. G. Lo Porto (n. 66), p. 170 ; Perachora II, 218 ad no 2129 ; J. L. Benson, AK 14 (1971), p. 18, n. 2 ; J. Bouzek, dans CVA Tchécoslovaquie 1, comm. ad pl. 22 : 1‑4 ; G. Vindry (n191), p. 48, no 68 ; Cat. Rhodes, p. 141, no 7‑12 et fig. (coul.).

199 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 21 : 17, 22, 26 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 210, (5) ; D. A. Amyx (n. 187), p. 223, 231, n. 118 ; Benson, GKV, p. 115, no 204 ; F. G. Lo Porto (n. 65), p. 140, n. 5 ; E. Lissi, « La Collezione Scaglione a Locri », ASMG, N.S. IV (1961), p. 117, no 197 ; J.‑J. Maffre (n. 187), p. 629, n. 10 ; Corinth XV.3, p. 165, n. 2, no 868 ; Amyx, CorVPA, 448 ; G. F. Giudice (éd.), La collezione archeologica del Banco di Sicilia (1992), p. 60, C72 ; A. Kustermann Graf, Selinunte. Necropoli di Manicalunga. Le tombe della contrada Gaggera (2002), p. 218 ; Cat. Rhodes, p. 143, no 7‑13 et fig. (coul.), p. 329.

200 Pottier, Catalogue, p. 170 ; CVA Louvre 8, pl. 24 : 10‑11 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 190, n. 122, p. 233, (1) ; Perachora II, p. 261, no 2532 ; Cat. Rhodes, p. 142‑143, no 7‑16 et fig. (coul.), p. 329.

201 Pottier, Catalogue, p. 169 ; CVA Louvre 8, pl. 23 : 4 ; M. Cristofani Martelli, dans CVA Gela 2, comm. ad pl. 26 : 6 ; Cat. Rhodes, p. 142, no 7‑14 et fig. (coul.).

202 Pottier, Catalogue, p. 169 ; CVA Louvre 8, pl. 22 : 13, 15 ; K. Schauenburg, dans CVA Heidelberg 1, comm. ad pl. 9 : 3 ; N. Prange, dans CVA Kiel 2, comm. ad pl. 33 : 7‑8 ; Cat. Rhodes, p. 142‑143, no 7‑15 et fig. (coul.), p. 330.

203 CVA Louvre 8, pl. 20 : 26, 29 et 30 ; B. B. Shefton, dans Perachora II, p. 383, n. 1 ; C. M. Stibbe (n. 66), p. 116, no G28 ; Cat. Rhodes, p. 144, no 7‑18 et fig. (coul.), p. 329.

204 Salzmann, Camiros, pl. 36 ; Pottier 1897, p. 20 ; Payne, NC, p. 193 ; J. D. Beazley, Hesperia 13 (1944), p. 42, n. 8 ; J. D. Beazley, Attic Black-Figure Vase Painters (1956), p. 14, no 8 ; H. Metzger (n38), p. 193 ; H. Mommsen, dans CVA Berlin, Antikenmuseum 7, comm. ad pl. 30 : 3‑5 ; Y. Tuna-Nörling, Die attisch-schwarzfigurige Keramik und der attische Keramikexport nach Kleinasien (1995), p. 115, n. 421, p. 158, n. 466, p. 167, n. 948 ; A. Alexandridou (n. 67), p. 15, 96, 133, n° 351 ; R. Ribaud Magali, RBPh 87 (2009), p. 19 ; Cat. Rhodes, p. 145, no 7‑20 et fig. (coul.), p. 329.

205 Cat. Rhodes, p. 145, no 7‑20 et fig. (coul.), p. 329.

206 Cat. Rhodes, p. 330.

207 Cat. Rhodes, p. 147, no 7‑23 et fig. (coul.).

208 Cat. Rhodes, p. 330.

209 Salzmann, Camiros, pl. 54 ; A. de Longpérier (n. 17), livraisons 16‑18, pl. LII, 2 ; Pottier 1897, p. 12 ; H. Prinz, Funde aus Naukratis. Beiträge zur Archäologie und Wirtschaftsgeschichte des VII. und VI. Jahrhunderts v. Chr. Geb, Klio Beiheft 7 (1908), p. 130, no 55 ; K. F. Kinch (n. 22), p. 223‑224, n. 3 et 4 ; Zervos, Rhodes, p. 143, pl. 15, fig. 344a ; CVA Louvre 1, pl. 3 : 7 et 4 : 7 ; A. Rumpf, JDAI 48 (1933), p. 77 ; C. W. L. Scheurleer, Grieksche Ceramiek (1936), p. 32 ; W. Schierling, Werkstätten orientalisierender Keramik auf Rhodos (1957), p. 35, 86, 122, n. 251 et p. 136, n. 662 ; C. Kardara, Ροδιακή αγγειογραφία (1963), p. 287, fig. 274 ; E. Walter-Karydi, Samische Gefässe des 6. Jahrhunderts v. Chr., Samos 6.1 (1973), p. 92, 150, no 1101, pl. 139 ; Cat. Rhodes, p. 148‑149, no 7‑28 et fig. (coul.), p. 329.

210 Cat. Rhodes, p. 146, no 7‑21 et fig. (coul.), p. 329.

211 Cat. Rhodes, p. 146, no 7‑22 et fig. (coul.), p. 329.

212 Cat. Rhodes, p. 147, no 7‑24 et fig. (coul.), p. 329 ; probablement aussi : Payne, NC, p. 296, dans l’introduction sur les « Ring vases and kotylai », mentionne un kernos rhodien intact au Louvre ; Ch. Darenberg, E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines III.1 (1900), s.v. « Kernos », p. 825, n. 7, mentionnent un kernos avec cinq vases sur l’anneau au Louvre, mais aucun vase ne correspond à cette description dans la collection. Il est probable que les auteurs font référence au kernos du tombeau A.

213 Réidentifié en 2016.

214 K. F. Kinch (n22), p. 174 ; Cat. Rhodes, p. 148, no 7‑27 et fig. (coul.), p. 330.

215 Cat. Rhodes, p. 150, no 7‑19 et fig. (coul.), p. 330.

216 Cat. Rhodes, p. 330.

217 A. Salzmann (n. 5), p. 2 ; A. Dumont, RA 44 (1882), p. 350 ; G. Perrot, Ch. Chipiez (n. 185), p. 656, n. 1 ; A. Dumont, J. Chaplain, Histoire de la peinture des vases grecs depuis les origines jusqu’au ve siècle avant Jésus‑Christ suivie d’un choix de vases peints trouvés en Grèce (1888), p. 172 ; L. Heuzey, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre (1891), p. 213 ; Id., BCH 16 (1892), p. 317 ; A. L. Frothingham, AJA 11 (1896), p. 447 ; C. Torr, Memphis and Mycenae an examination of Egyptian Chronology and its Application to the Early History of Greece (1896), p. 62 ; H. Gauthier, Le Livre des rois d’Égypte. Tome 1, Des Origines à la fin de la xiie dynastie (1907), p. 76 ; N. J. Skon-Jedele, “Aigyptiaka”: A catalogue of Egyptian and Egyptianizing objects excavated from Greek archaeological sites, ca. 1100‑525 B.C., with historical commentary, Dissertation, University of Pennsylvania (1994), p. 2072, no 3202 ; Cat. Rhodes, p. 150, no 7‑30 et fig. (coul.), p. 332.

218 Cat. Rhodes, p. 150, no 7‑31 et fig. (coul.), p. 330.

219 Il s’agit probablement de la figurine publiée dans : Zervos, Rhodes, p. 360, fig. 686, XV ; L. Heuzley, Catalogue des figurines antiques de terre cuite du musée du Louvre (1923), p. 209, no 2 ; N. J. Skon-Jedele (n. 217), p. 1994‑1995, no 3017 ; Cat. Rhodes, p. 330.

220 Sur le peintre, cf. C. W. Neeft (n. 185), p. 134‑140 ; Amyx, CorVPA, p. 60‑63 ; C. W. Neeft, « Corinthian Pottery in Thasos and Argilos: Preliminary Observations », dans M. Tiverios et al. (éds), Archaic Pottery of Northern Aegean and its Periphery [700‑480 BC] (2012), p. 189‑191, fig. 3. Il est intéressant de noter que Rhodes semble avoir une place importante dans la distribution de ses œuvres les plus anciennes.

221 D. A. Amyx a comparé les incisions des têtes des panthères avec celles de l’œnochoé 22.139.9 du Metropolitan Museum, cf. CorVPA, p. 66, en note.

222 Dans la manière du Peintre du Sphinx au Double Corps (C. W. Neeft) : Ch. Dugas, Les vases de l’Héraion, EAD X (1928), p. 129, no 422, pl. 29 ; Princeton 349. Sur les grandes écoles et les ateliers de cette période, cf. C. W. Neeft, Greek Vases in the J. Paul Getty Museum (2000), p. 24.

223 Sur ce style également dit « subgéométrique », C. W. Neeft (n. 78), p. 18. Sur les cotyles décorées de chiens courant en silhouette, Perachora II, pl. 14 ; R. J. Hopper (n. 185), p. 185‑190 ; Corinth XV.3, p. 226‑235, pl. 52‑53. Leur présentation dans l’ordre chronologique sur les planches illustre bien l’évolution de la forme, du style et du décor. Pour une belle série illustrant leur évolution, cf. F. Van der Wielen-Van Ommeren, L. de Lachenal (éds), La dea di Sibari e il santuario ritrovato I.1. BdA Volume Speciale (2007), p. 228‑231. Il reste beaucoup de travail à faire sur la classification de plus de 900 exemplaires recensés.

224 Pour la forme et le décor : Cl. Lambrugo, Profumi di argilla. Tombe con unguentari corinzi nella necropoli arcaica di Gela (2013), p. 138‑140, BMA 372.2, fig. 78 : 2, Syracuse 20960, prov. sép. BMA 372 de la nécropole de Borgo à Gela, mais les chiens sont rendus plus soigneusement que sur le vase du tombeau A ; Perachora II, p. 244, nos 2232‑2233, pl. 19, le no 2232 fournit également un parallèle pour la forme de la jambe arrière du chien, bien que décoré par un peintre différent ; Uppsala, Gustavinum 1202, M. Blomberg, dans M. Blomberg (éd.), From the Gustavinum Collections in Uppsala 3 (1993), p. 42‑54, no 7 et fig. 7a‑b.

225 Sur le Groupe du Lion, cf. Amyx, CorVPA, p. 118‑125 ; Neeft, CorVPAC, p. 37‑38. D. A. Amyx a recensé quatre‑vingt aryballes, C. W. Neeft en ajoute onze de plus. Actuellement plus de deux cent cinquante aryballes présentent la syntaxe canonique.

226 Croissant tournant sur le fond, panse sans encadrement ; de courtes languettes inscrites entre des cercles sur le plat de l’embouchure, une rangée de très petits points sur la tranche ; décoration seulement sur la face, pas ou peu de motifs de remplissage.

227 Pour la liste des vases qui lui sont attribués, on peut ajouter : Göteborg, GAM 21701, CVA Göteborg, pl. 20 : 1‑2 (M. Blomberg, E. J. Holmberg). Le vase de Göteborg présente des oiseaux presque identiques à ceux encadrant un bucrane sur un aryballe conservé à Istanbul 8253, prov. de Pitané, inscrivant le vase dans la manière du peintre, C. H. Greenewalt (n. 19), p. 187‑189, pl. VIII, B, E‑G (atelier du Peintre des Lions héraldiques, D. A. Amyx) ; K. Iren, Aiolische orientalisierende Keramik (2003), p. 147, no 7, p. 185, no 293, fig. 75, pl. 62 : 293.

228 Wintertur 284, CVA Ostschweiz Ticino, pl. 16 : 11 (C. W. Neeft) ; Ermitage B.4130, CVA The State Hermitage Museum VII, pl. 12 : 1‑6 (A. Bukina), cavalier avançant vers la droite et Marché antiquaire de Paris, La Reine Margot, no 842, lion vers la droite. Très proche, Catania KC 2, G. Rizza, Bollettino d’Arte 45 ser. 4 (1960), p. 248, fig. 3, Pégase vers la gauche, rangée du haut, le deuxième vers la droite, mais la photo est trop petite pour en dire davantage.

229 P. E. Blomberg, Boreas 25 (1996), p. 39‑41, 48‑50, 52, fig. 17‑19. Il présente (p. 50, 54, fig. 20a‑d) également un aryballe, décoré d’une sphinge marchant vers la droite à Leyde, Rijksmuseum D. M. R. 18, qui relie stylistiquement ce peintre (?) avec le Peintre de Sonderliste.

230 Cf. Kiel B 34, par le Peintre Blaricum, CVA Kiel 1, pl. 27 : 9‑12.

231 E.g. CVA Reading 1, pl. 3 : 19a‑c, Peintre de Blaricum ; CVA Frankfurt 1, pl. 15 : 4, décor floral.

232 Leur visage est comparable à Corinthe CP‑2362, D. A. Amyx, P. Lawrence, Archaic Corinthian Pottery and the Anaploga Well, Corinth VII.2 (1975), p. 34, no 93, pl. 15, du Corinthien moyen (?).

233 Cp‑2359, Amyx, CorVPA, p. 123, no 28.

234 CVA Copenhague 2, pl. 86 : 9, Abc 825 ; Heidelberg, Institut archéologique 77, Amyx, CorVPA, p. 122, no 6, prov. de Rhodes.

235 Cologne, Musée romain-germanique GA 147, K. Berger, KölnJb 27 (1994), p. 9‑10, fig. 7‑10, chimère avançant vers la droite. K. Berger l’a attribuée au Peintre des Lions héraldiques. Il s’agit plutôt d’une main très proche : la chimère diffère de celles exécutées par le peintre.

236 Pour une représentation similaire de la fourrure du sanglier à l’aide de courts traits en rehauts blancs, cf. Louvre E 522, Amyx, CorVPA, p. 96, A‑7, Peintre du Duel.

237 L’oiseau-panthère n’est pas un motif fréquent. On compte, outre les exemplaires de ce peintre, l’alabastre Athènes 291 prov. de Thèbes, Benson, GKV, p. 120, no 457, et l’olpé du Peintre de Bayraklı provenant de Camiros conservée à Londres, British Museum 1860.2‑1.18, C. W. Neeft, OudhMeded 77 (1997), p. 121, no 6, pl. 1 : 1, 2 : 4.

238 Amyx, CorVPA, p. 122, no 2 et p. 288, 662.

239 Neeft, CorVPAC, p. 38.

240 Pour cette décoration, on retrouve des parallèles sur les vases du Peintre de Blaricum : Galerie Numfil, à Znojmo, République Tchèque, 2014, coq tourné vers la gauche ; CVA Caltagirone, pl. 5 : 1‑6.

241 Corinth XV.3, p. 105, no 497, pl. 25, 93, 95 (KP 1707).

242 Iéna V 122, CVA Jena 1, pl. 13 : 1‑4, oiseau volant vers la gauche, tête barbue casquée tournée vers la droite : la crête du casque sur le vase du Louvre trouve ici un bon parallèle.

243 Amyx, CorVPA, p. 244‑255, nos A‑13‑16, 22.

244 L’attribution au peintre même suscite des réserves.

245 CVA Hermitage 7, pl. 31 : 5‑9 et fig. 57.

246 Par le peintre : 1. Louvre A 419 ; 2. Louvre A 418, Amyx, CorVPA, p. 124, no 13, prov. de Rhodes ; 3. London, British Museum 1885.12‑13.32, Amyx, CorVPA, p. 124, no 14, prov. de Rhodes ; 4. Corinth C‑71‑288, Amyx, CorVPA, p. 124, no 13. Les nos 3 et 4 ont été attribués à la même main par D. A. Amyx.

247 Par le peintre : 1. Louvre AM 1771, prov. de Rhodes ; 2. Louvre E 362 ; 3. Gela G 29, Amyx, CorVPA, p. 125, no 23 ; 4. Amyx, CorVPA, p. 125, no 24 ; 5. Palerme, Amyx, CorVPA, p. 124, no 6, prov de Sélinonte, réplique du no 2 ; 6. Stockholm, MM 1969.25, CVA Stockholm 1, pl. 7 : 1‑3, fig. 34, 147, prov. de Chypre, réplique du no 1 ; 7. Liebieghaus I.N. 1497, Amyx, CorVPA, 125, no 22. Les nos 3 et 4 ont été attribués à la même main par M. Cristofani Martelli. Dans la manière du peintre : Hamm, Gustav-Lübcke-Museum 8162, O. Brehm, Boreas 33 (2010), p. 143‑144, no 1, pl. 32 : 1.

248 Cette incision revient sur plusieurs vases du peintre : Louvre A 418 et Louvre E 362.

249 H. Payne attribue implicitement deux vases à la même main : 1. Berlin F 1047 (?), Amyx, CorVPA, p. 124, no 16, de Smyrne ; 2. Carthage, Amyx, CorVPA, p. 125, no 17. Dans sa manière : Berlin F 1092, Amyx, CorVPA, p. 125, no 28, aryballe à fond plat. S. Bruni a attribué l’aryballe de Gravisca 72/26872 à la même main que celui du Louvre A 418, S. Bruni, Le ceramiche corinzie ed etrusco-coinzie. Gravisca 2 (2009), p. 51, no 26 et fig. Le vase porte une composition similaire, mais plus « lourde », les pétales des palmettes sont arrondis et le bouton de lotus est différent, il ne comporte pas les incisions en forme de croix. Cet aryballe est le travail d’un autre peintre dont le style est proche. Les vases suivants peuvent être attribués au moins à quatre peintres, dont le style est très proche : – British Museum 1947.7‑14.4, Amyx, CorVPA, p. 125, no 27, pl. 50 : 5 ; par la même main (?) Christchurch AR 434.0, CVA New Zealand, pl. 36 : 5‑6, prov. Tarquinia. Les pétales sont pointus, les tiges des fleurs de lotus sont fermées par deux incisions parallèles, mais la composition est différente, les fleurs de lotus sur les branches latérales se dirigent obliquement vers le bas du vase. Pour le moment il est plus prudent de le distinguer du Peintre de la Croix de lotus et de palmette (Lotus-palmette cross) de Rhodes. – Deux aryballes de Leyde prov. de Rhodes : Rijksmuseum D.M.R. 12 et D.M.R. 13, J. P. J. Brants, Beschrijving van de klassieke Verzameling. Part II, Grieksch Vaatwerk (1930), p. 13, nos 31 et 33. La forme des vases est plus aplatie et le style du dessin et des incisions est plus lourd. Nos remercions Ruurd Halbertsma pour les photos des aryballes de Leyde. – Corinthe CP‑2363, Amyx, CorVPA, p. 310, no 12bis, prov. de Corinthe ; Villa Giulia 10439, P. Van der Pasch, dans Satricum, Nieuw Licht op een Oude Stad (1985), p. 99, no 108 et ill., prov. de Satricum. La panse est décorée d’une grande croix de palmette élaborée aux pétales pointus, mais les feuilles latérales se rejoignent en formant un cercle unique. Et dans la manière du peintre : Providence, 14.433, Amyx, CorVPA, p. 125, no 20, une version plus complexe avec des boutons de lotus et une petite palmette à la jonction des pétales externes. – Palerme, H64.114, prov. de Himère, A. Adriani (éd.), Himera I (1970), p. 97, no Ac.13, pl. 25 : 5. Le peintre de ce vase a probablement également décoré un autre aryballe de l’Ermitage B. 4384, CVA Hermitage, pl. 31 : 1‑3, qui n’adopte pas la syntaxe du Groupe du Lion.

250 Si l’aryballe à fond plat du Berlin F 1092, portant un décor proche de la version élaborée de sa croix de palmette, est en effet décoré par notre peintre, cela confirmerait que cette version est la plus récente et qu’elle date du Corinthien moyen.

251 On lui attribue : 1. Louvre A 420 ; 2. Corinthe C‑70‑84, Amyx, CorVPA, p. 124, no 6, pl. 50 : 6, prov. de Corinthe ; 3. Musée Unterlinden de Colmar EP 1083, prov. de Rhodes ; 4. Paris, Cabinet des Médailles, De Ridder 104, CVA Bibliothèque Nationale, pl. 13 : 11, prov. de Rhodes. Près du peintre : 1. Louvre E 364, Amyx, CorVPA, p. 124, no 4, au style plus lourd, aux incisions moins soignées. Nos 1 et 2 ont été également regroupés par D. A. Amyx. Un aryballe du Corinthien moyen à Cracovie, Université 165 atteste l’influence du Groupe du Lion et rappelle la composition du peintre, CVA Cracow 1, pl. 8 : 1‑4 et fig. 9. Amyx a rapproché ces deux vases de l’aryballe de Délos B 6.499, ChDugas (n222), p. 93‑94, no 217, pl. XXIII ; Amyx, CorVPA, p. 124, no 7.

252 À ne pas confondre avec les « foot‑ball aryballoi » du type Payne, NC, p. 291, no 638. Parmi les exemplaires de ce type : A. K. Andreiomenou, AD 27 (1972) [1973], p. 178, fig. 63a, à gauche, prov. de Chalcis ; Dehl-von Kaenel 1995, p. 74, no 280, pl. 3, de Sélinonte ; E. Lissi, ASMG 4 (1961), p. 117, no 199, pl. 56, prov de Locres ; G. Genovese, I sanctuari rurali nella Calabria Greca (1999), p. 45, pl. 18 : 1, prov. de San Mauro di Corigliano ; CVA Irland 1, pl. 7 : 7, prov. inconnue. Deux autres aryballes, peut‑être d’une même main, sont décorés de zigzags verticaux en rehauts blancs dans les compartiments : CVA Wien 1, Sammlung Masch, pl. 3 : 1 et Charles Ede. Corinthian and East Greek Pottery V, no 6 et fig., prov. de Larissa ; M. Castoldi, M. Volonté (éds), Museo Archeologico di Cremona. Le collezioni. Grecia, Italie meridionale e Sicilia (2002), p. 174, no 280 et fig. ; B. Madigan, Corinthian and Attic Vases in the Detroit Institute of Arts (2008), p. 9‑11, nos 15 et 19, fig. 18 et 22 ; A. G. Bukina, D. V. Zhuravlev, Вéстник дрéвней истóрии 2.285 (2013), p. 71, no 7, pl. 1 : 7. Deux aryballes fragmentaires de Sardes appartiennent peut‑être à ce type, J. Snyder Schaeffer, « The Corinthian Pottery », dans J. Snyder Schaeffer, H. N. Ramage, C. H. Greenewalt Jr., The Corinthian, Attic, and Lakonian Pottery from Sardis, Archaeological Exploration of Sardis 10 (1997), p. 44‑45, Cor 96‑97, pl. 14‑15.

253 C. W. Neeft (n. 78), p. 295‑296, listes CXX‑CXXII ; Payne, NC, p. 284, no 378 ; CVA Louvre 8, pl. 16 : 9, 12, 19.

254 Amyx, CorVPA, p. 193.

255 On peut citer également quelques petits alabastres : K. F. Kinch (n. 22), p. 72, sép. 11, pl. 39 ; P. Orlandini, MonAnt 46 (1963), p. 55, no 12, pl. 18. L, prov. de Gela ; CVA Braunschweig, pl. 2 : 6 ; M. Celuzza, G. C. Cianferoni (éds), Signori di Maremma (2010), p. 135, no 5 : 11 et fig. (coul.), prov. de Poggio Bucco ; CVA Kiel 1, pl. 27 : 5‑7.

256 Comme l’aryballe de la collection de l’université du Missouri, no inv. 61.31, l’atteste, cette décoration apparaît déjà sur les œuvres réalisées tôt dans sa carrière, Amyx, CorVPA, p. 150, A‑19, pl. 58 : 1 et également sur les nos A19 et 29.

257 Le « Peintre d’Otterlo », tel qu’il est présenté par J. L. Benson et D. A. Amyx, regroupe certainement plusieurs mains, cf. Neeft, CorVPAC, p. 52.

258 Fondazio Mormino 70F, G. F. Giudice (n. 199), p. 55, no C56 et fig., p. 161, 163, fig. 99‑100.

259 E. Simon, The Kurashiki Ninagawa Museum (1982), no 17 et fig.

260 J. L. Benson (n198), p. 18.

261 Sur le peintre, cf. Amyx, CorVPA, p. 154‑155 ; C. W. Neeft, CorVPAC, p. 46‑47. Un alabastre, portant aussi une frise animalière, est également dû au peintre, cf. D. Pandermalis, St. Eleftheratou, Ch. Vlassopoulou, Acropolis Museum. Guide (2016), p. 58‑59, fig. 54, au milieu (coul.), prov. du sanctuaire de la Nymphe. N. Mekacher et J. Christiansen rapprochent du peintre deux autres vases d’un style tout à fait comparable, F. Van der Wielen-Van Ommeren, L. de Lachenal (n. 223), p. 111, no 82, fig. 1 : 69, aryballe à fond plat, ex Malibu 80.AE.98.1, p. 124‑125, no 40, fig. 2 : 34, grand alabastre, ex Malibu 80.AE.114.18.

262 Louvre A 434 ; Louvre A 433, CVA Louvre 8, pl. 21 : 13, 18, 23, prov. également de Rhodes ; Montpellier 112, A.‑F. Laurens (n. 195), p. 90, no 36 et fig., offre un bon parallèle pour les motifs de remplissage du Louvre A 434 ; J. L. Caskey, P. Amandry, Hesperia 21 (1952), p. 191, no 166, pl. 52, prov. d’Argos ; E. Borowski (éd.), Glories of Ancient Greece. Vases and Jewelry from the Borowski Collection (1983), p. 35, no 42 et fig. 42 ; G. Navarra, Città sicane sicule e greche nella zona di Gela (1964), p. 50 et fig. ; Cremona, Museo Civico Ala Ponzone D 92, cf. M. Castoldi, M. Volonté (éds), Museo Archeologico di Cremona. Le Collezioni Grecia, Italia Meridionale e Sicilia (2002), p. 178, Cat. n° 288, repeinte (?). Parmi les parallèles, on peut citer une pyxis avec des motifs de remplissage très similaires à la pyxis du Tombeau A, mais la panse est décorée d’une frise de sirènes, exécutées de façon très semblable aux hoplites, R. Stupperich, Boreas 4 (1981), p. 207, no 1, pl. 33 : 1 et 3. Malgré cette différence iconographique, les similarités rapprochent ce vase de la même série.

263 CVA Bruxelles 1, pl. 1 : 28 ; université d’Erlangen I 539, CVA Erlangen, pl. 25 : 6‑8 et un autre amphorisque (antique ?) de forme inhabituelle, marché antiquaire de New York, Hixenbaugh, no 3995, ex. coll. A. Guttman (Berlin).

264 Ermitage B.4636, CVA Hermitage VII, pl. 36 : 6‑7, du Corinthien moyen.

265 Corinth XV.3, p. 158, no 806, pl. 37.

266 S. S. Weinberg, The Geometric and Orientalizing Pottery, Corinth VII.1 (1943), p. 66, no 260, pl. 35.

267 Couvercles : Louvre E 609, sur la pyxis signée par « Chares », Amyx, CorVPA, p. 256, A‑1, p. 327, 569, no 57, p. 634, no 7, p. 641, pl. 110 : 2a‑c ; Bochum S 477bis, CVA Bochum 3, pl. 22 : 2‑3, comparable au couvercle de « Charès » ; Corinth XV.3, p. 165, no 868 (KP 211) ; Qeensland 87.916, J. Savage, MedA 2 (1989), p. 177, no 26 et fig., montre une influence de l’atelier du Peintre des écailles, avec des barbes allongées et des motifs de remplissage comparables à ceux sur Karlsruhe, B 3027, Amyx, CorVPA, p. 155, C‑11 ; Winchester College 43, CVA Winchester, pl. 10 : 20. Pyxides à paroi convexe issues de l’atelier du Peintre des écailles : Amyx, CorVPA, p. 155, C‑11‑14 ; Dehl-von Kaenel 1995, p. 179‑180, no 1116, pl. 39, avec anses ; Athènes 935, Amyx, CorVPA, p. 313, C‑10bis, sans anse, hoplites également sur le couvercle ; E. Korka, « Η γραπτή πώρινη σαρκοφάγος Φανερωµένης Χιλιοµοδίου Κορινθίας », dans K. Kissas, W. D. Niemeier (éds), The Corinthia and the Northeast Peloponnese, Athenaia 4 (2013), p. 304‑305, fig. 4, prov. de Chiliomodi. Cette dernière est décorée par la même main que Dehl-von Kaenel 1995, p. 102, no 483, pl. 8, alabastre et J. Snyder Schaeffer (n. 252), p. 58, Cor 143, pl. 23, alabastre. Trois pyxides par le Peintre des taches hachurées (Hatched Blobs Painter) : G. F. Giudice (n. 199), p. 54, C50‑C51 et fig. ; Dehl‑von Kaenel 1995, p. 79, no 307 = C. W. Neeft, Talanta 36‑37 (2004‑2005), p. 321, no 307. D’autres pyxides à paroi convexe sans anse décorées d’une frise de guerriers : Christie’s. Fine Antiquities. London. 11 July 1990, p. 39, no 141, motifs de remplissage en chute de neige ; J. M. Eisenberg, One Thousand Years of Ancient Greek Vases (1990), p. 6, no 19 et fig (coul.), hoplites vers la gauche, remplissage en chute de neige, il s’agit probablement de la pyxis précédente ; Pontecagnano 14817, L. Cerchiai, Le officine etrusco-corinzie di Pontecagnano (1990), p. 22, no 55, hoplites vers la droite ; Selinonte, nécropole de Manicalunga, sép. 168, A. Kustermann Graf (n. 199), p. 217, pl. 82, hoplites vers la gauche ; trouvé avec un vase plastique en forme de lion du Corinthien ancien.

268 Un exemplaire très petit, d’une forme inhabituelle : Ch. Dugas (n222), p. 118, no 355, pl. XXV et des vases liés à l’atelier du Peintre des écailles : ibid., p. 118, no 354, pl. XXVIII ; Amyx, CorVPA, p. 155, A‑6, Délos 353, dans la manière du Peintre de la Frise des Guerriers et cf. n. 264.

269 Cf. les motifs de remplissage sur la pyxis de Palerme, prov. de Sélinonte, Amyx, CorVPA, p. 155, C‑12 et sur l’alabastre prov. de Sélinonte, Dehl‑von Kaenel 1995, p. 101, no 478, pl. 8, attribués au même peintre par Ch. Dehl‑von Kaenel.

270 Benson, GKV, p. 115. Cette datation est soutenue par D. A. Amyx, CorVPA, p. 448. D’après les observations de C. W. Neeft sur la chronologie des aryballes aux hoplites, les motifs de remplissage en chute de neige et à figures noires sont plutôt caractéristiques de la production du Corinthien moyen, C. W. Neeft, « ΑΓΑΝΟ ΑΓΑΠΩ. A Corinthian Workshop of Warrior Aryballoi », dans M. Gnade (éd.), Stips Votiva. Papers persented to C. M. Stibbe (1991), p. 130.

271 Corinth XV.3, p. 226.

272 Sur la technique de la silhouette, cf. R. J. Hopper (n. 185), p. 185‑192 ; Corinth XV.3, p. 226‑238, pl. 52‑54, avec un bon aperçu de la diversité des formes. Sur les ateliers spécialisés dans des cotyles décorées dans le style de la silhouette : J. L. Benson, Hesperia 52 (1983), p. 321‑322 ; L. Grasso, Kotylai coppe corinzie figurate. Studi Materiali di Archeologia Greca 4/1.1 (1998), p. 91‑107.

273 Amyx, CorVPA, p. 249, no 3, pl. 109 : 2 a‑b, et J. L. Benson (n. 272), p. 324.

274 Perachora II, pl. 84‑86.

275 Outre l’exemplaire du tombeau A, on peut citer : Sotheby’s. Catalogue 3. 12. 1973, lot. 120 ; CVA Rhodos 1, pl. 1 : 3 ; H. P. Isler, T. E. Kalpaxis, Das archaische Nordtor, Samos IV (1978), p. 166, no 668, pl. 75, annexe 24 ; Milane MA 167/3 : V. Olivotto, RASMI 51‑52 (1993), p. 14‑16, no 3, pl. XIII : 33 et un fragment probablement d’une œnochoé globulaire de Corinthe C‑53‑184 : E. Brann, Hesperia 25 (1956), p. 355 no 3, pl. 52, prov. de Corinthe.

276 Carthage : É. Boucher, CahByrsa (1953), p. 28, no 112, 28, pl. 15 ; Perachora : Perachora II, p. 213, nos 2076, 2078, pl. 85 ; Argos : Chr. Kritsas, AD 28 B’1 (1973), pl. 118, très proche d’une amphore conservée à Vienne (Musée d’histoire de l’art IV 3500) ; Akraphia, Sépulture 14 : A. K. Andreiōmenou, To kerameikon ergastērion tēs Akraiphias, thèse, université d’Athènes (1980), p. 130, sép. 14, no 9, fig. 7 : 4 et sans provenance précise : CVA Louvre 13, pl. 71 : 2, 5. Quatre autres sont recensées dans les notes de C. W. Neeft : Gela 31380 (282) ; Messina SP 673, Perachora et Musée d’histoire de l’art de Vienne IV. 58. On peut ajouter quelques fragments d’œnochoés de forme non déterminée : Perachora II, p. 209, no 2047 ; Dehl‑von Kaenel 1995, p. 139, no 818, pl. 19.

277 Mykonos : Ch. Dugas (n222), p. 197‑108, nos 123‑125, 107‑108, pl. LIX ; Odessa 23377, N. M. Sekerskaia, E. F. Redina, S. A. Bulatovich, « The Collection of Greek Antiquities in the Archaeological Museum of Odessa », dans V. Karageorghis, V. P. Vanchugov (éds), Greek and Cypriot Antiquities in the Archaeological Museum of Odessa (2001), p. 26, no 5, fig. 5, prov. de Berezan ; Argos : I. Ch. Papachristodoulou, AD 24 (1969) [1971], p. 107, fig. 85b, ligne supérieure, deuxième à gauche, prov. d’Argos ; Wien Kunshistorisches Museum IV. 3500, K. Masner, Die Sammlung antiker Vasen und Terracotten im K. K. Oesterreich. Museum (1892), p. 5, no 53 ; Prague NM 41, J. Bouzek, T. Klůsová, Umění starého Korintu (1998), no 40 et fig. Deux autres sont signalées dans les notes de C. W. Neeft : Syracuse MN 3048 et Palerme 1662, prov. de Gela.

278 Gela – Bitalemi 20706, recensée dans les notes de C. W. Neeft.

279 Cf. notes 275‑276.

280 Forme : classe A.II de R. M. Burrows, P. N. Ure, JHS 31 (1911), p. 74‑75 ; type 3 d’Amyx, CorVPA, p. 471‑473. Sur l’évolution des exaleiptra, cf. R. J. Hopper (n. 185), p. 231‑232 et M. K. Risser, Corinthian Conventionalizing Pottery, Corinth VII.5 (2001), p. 97‑102.

281 D’autres sont également très similaires : CVA Bruxelles : Musées Royaux d’Art et d’Histoire, pl. 7 : 8a‑b ; CVA Edinburgh, pl. 6 : 7‑8 ; Ch. Dugas, Les vases orientalisants de style non mélien, EAD XVII (1935), p. 106, no 111, pl. LVIII ; Artemis Gallery (Boulder Country, Colorado) vente 05. 12. 2014, lot. 23F ; Kiel B 412, CVA Kiel 1, pl. 33 : 7‑8 ; Sydney, Nicholson Museum 46.08.

282 Le motif apparaît dans le répertoire des vases du style conventionnel aux alentours de 570, Perachora II, p. 273, ad no 2602 ; D. A. Amyx, California Studies in Classical Archaeology 4 (1971), p. 22, n. 20.

283 M. K. Risser (n. 280), p. 98, no 362, pl. 21. Cf. aussi Corinth XV.3, p. 296, nos 1619‑1620, pl. 65, 120, à comparer aussi à pl. 120 : 1619‑1620 et 1677, 1679 et un exemplaire plus tardif : p. 307, no 1681, pl. 120.

284 N. Garnier, « Quel rôle pour les chimistes dans les recherches en archéologie ? », dans D. Djaoui (éd.), Histoires matérielles : terre cuite, bois, métal et autres objets, des pots et des potes : mélanges offerts à Lucien Rivet, Archéologie et Histoire Romaine 33 (2016), p. 31‑50.

285 N. Garnier, « Amphorae and residue analysis. I: Theorical considerations », dans B. Bernal Casasola (éd.), Roman Amphorae Contents Interactive International Conference (sous presse).

286 N. Garnier, S. M. Valamoti (n. 70), p. 195‑206.

287 V. Dhingra, S. Dhingra, A. Singla, Egyptian Journal of Forensic Sciences 3.1 (2013), p. 15‑19 [http://dx.doi.org/10.1016/j.ejfs.2012.10.001].

288 I. Boldizsár, Zs. Füzfai, F. Tóth et al., Journal of Chromatography A 1217.10 (2010), p. 1674‑1682.

289 A. Durazzo et al., Food Chemistry 140 (2013), p. 666‑671.

290 Schisandra sphenanthera, une plante d’Asie subtropicale. Cf. C.‑Q. Liang et al., Fitoterapia 86 (2013), p. 171‑177 [http://dx.doi.org/10.1016/j.fitote.2013.03.008].

291 Comme dans les feuilles de Forsythia viridissima et F. koreana, cf. S. Kitagawa, S. Hisada, S. Nishibe, Phytochemistry 23.8 (1984), p. 1635‑1636 [http://dx.doi.org/10.1016/S0031-9422(00)83456-1].

292 T. Milošević Ifantis et al., Phytochemistry 94 (2013), p. 159‑170, [http://dx.doi.org/10.1016/j.phytochem.2013.05.014].

293 N. L. Ribeiro et al., Biochemical Systematics and Ecology 30 (2002), p. 1097‑1100.

294 M. Middleton et al., Biochemical Systematics and Ecology 31 (2003), p. 653‑656.

295 M. Shoeb et al., Phytochemistry 67 (2006), p. 2370‑2375.

296 G. Cooper et al., Biochemical Systematics and Ecology 30 (2002), p. 65‑67 ; L. Ribeiro et al. (n. 293).

297 C. T. de Vartavan, Annales de la Fondation Fysse 8 (1993), p. 9‑22. Il faut garder en tête que les identifications au niveau de l’espèce, surtout dans les peintures et dans des études de la fin du xixe s., sont à considérer avec prudence. Pour une discussion sur la validité des représentations et des identifications de Centaurea sp., cf. le site https://www.tela-botanica.org.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le mobilier du tombeau A conservé au musée du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Aigyptiaka provenant du tombeau A.
Légende a. scarabée (E 3896) ; b. œil Oudjat (NIII 1661) ; c. amulette (NIII 1660).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Fig. 3 – Les productions rhodiennes du tombeau A : vases glaçurés (A 346 et A 348) ; lampe (NIII 1637) ; coupe de Vroulia (A 293) ; aryballe en faïence (A 371) ; alabastre en verre (A 376).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 4 – Sélection d’alabastres glaçurés du musée du Louvre.
Légende a. AM 1073 ; b. CA 2898 ; c. A 349 (S 650) ; d. A 347 (S 637) ; e. A 374.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5 – Les vases de la Grèce de l’Est (plat de Cos, A 308 ; plats milésiens, A 398-399 ; kernos A 344) et le lydion (NIII 1630) du tombeau A conservés au musée du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 6 – Les vases attiques (olpé A 475 et amphorisque NIII 1602) et l’aryballe laconien (A 486) provenant du tombeau A conservés au musée du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 7 – L’alabastre perdu provenant  du tombeau A (A 451)
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 8 – Les vases corinthiens du tombeau A conservés au musée du Louvre.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 9 – Dessins des profils ?
Légende a. cotylisque (A 406), b. aryballe (A 415), c. œnochoé (A 425), d. couvercle (NIII 1612.2), e. exaleiptron (A 411), f. pyxis (A 434), g. plat sur pied haut (A 399), h. plat sur pied haut (A 398).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 11 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 12 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 13 – Les objets conservés de l’assemblage hypothétique no 3.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 14 – Chromatogrammes des premiers extraits lipidiques obtenus à partir des imprégnations des quatre coupelles du kernos
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 15 – 1. Chromatogramme du premier extrait lipidique obtenu à partir des imprégnations des parois de l’exaleiptron. 2. Détails des acides triterpéniques identifiés dans les parois de l’exaleiptron.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 16 – Détail du chromatogramme (TIC, courant ionique total) et fragmentogramme de l’ion à m/z 502 mettant en évidence les deux lignanes, identifiées par leurs spectres de masse (EI, 70 eV).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/566/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Coulié, Dominique Frère, Nicolas Garnier et Andras Marton, « Le tombeau A de Camiros : les vases archaïques et leurs contenus »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 553-621.

Référence électronique

Anne Coulié, Dominique Frère, Nicolas Garnier et Andras Marton, « Le tombeau A de Camiros : les vases archaïques et leurs contenus »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/566 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.566

Haut de page

Auteurs

Anne Coulié

Conservatrice en chef au musée du Louvre

Dominique Frère

Professeur à l’université Bretagne Sud, FRE TEMOS et UMR 8546, responsable du programme ANR Magi.

Nicolas Garnier

Directeur du Laboratoire Nicolas Garnier (LNG), participant au programme Magi.

Andras Marton

CRBC et EPHE, chargé de mission au musée du Louvre.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search