Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.2Encore sur le katadesmos du banqu...

Encore sur le katadesmos du banquier Pasiôn : un post‑scriptum

Benedetto Bravo
p. 659-667

Résumés

Une nouvelle lecture de la tablette de plomb qui a fait l’objet d’un article du BCH 139‑140 (2015‑2016), p. 211‑236, est proposée sur la base d’une vieille photographie qui a été retrouvée récemment. Elle n’infirme pas l’interprétation d’après laquelle cette tablette serait un texte magique écrit par (ou pour) le célèbre banquier Pasiôn.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 B. Bravo, A. Wolicki, « Un katadesmos du banquier Pasiôn (SEG LIII 256) », BCH 139‑140 (2015‑2016) (...)

1Dans un article du BCH 139‑140 (2015‑2016), écrit en collaboration avec Aleksander Wolicki1, j’ai proposé une nouvelle lecture et une nouvelle interprétation d’un texte gravé sur une tablette de plomb, que David Jordan avait publiée en 2003 sur la base d’une photographie (ou de plus d’une photographie ?) qui lui avai(en)t été transmise(s) par Marie‑Thérèse Couilloud‑Le Dinahet et que cette chercheuse avait reçue(s) de Pierre Amandry. Aleksander Wolicki et moi‑même, nous avons soutenu que ce texte n’est pas une lettre du célèbre banquier Pasiôn, comme le premier éditeur l’avait pensé, mais un texte magique, un κατάδεσµος, écrit par ou pour ce banquier, et que c’est à partir de cette hypothèse que ses phrases étrangement elliptiques deviennent compréhensibles.

Tablette d’imprecation en plomb.

Tablette d’imprecation en plomb.

EFA, inv. 47913.

  • 2 Je remercie Alexandre Farnoux de m’avoir donné son accord pour la publication de la photographie. (...)

2On ignorait alors, et on ignore encore à présent, où l’objet se trouve. Véronique Chankowski avait beaucoup fait pour s’enquérir de l’histoire de la tablette de Pasiôn et avait espéré en trouver des photos à l’École française d’Athènes, mais les recherches qu’elle avait effectuées en ce sens avaient donné un résultat négatif. Dans mes efforts visant à donner une meilleure lecture de l’inscription, je n’avais pu m’appuyer que sur le texte établi par David Jordan et sur la très mauvaise reproduction d’une photographie publiée dans son article. Cependant, quelques mois après la parution du BCH 139‑140 (2015‑2016), Marie‑Thérèse Couilloud‑Le Dinahet a retrouvé chez elle le négatif d’une photographie de la tablette. Elle l’a confié à Véronique Chankowski, qui l’a déposé à l’École française d’Athènes. Les services de l’École l’ont numérisé. À présent, disposant d’une copie en haute définition, que le directeur de l’École, Alexandre Farnoux, m’a autorisé à publier, je peux améliorer la lecture du texte et faire quelques nouvelles observations. Ci‑dessous, je vais présenter les résultats de mon travail de révision2.

3Voici ma nouvelle lecture :

  • 3 Dans l’article du BCH 2015‑2016, j’ai admis deux possibilités d’interprétation du présent ἀδικȏσι (...)
(vacat) ασίων ικαιάρχō ἐπιστέλλ‑
2 ω Σατυρίωνα τιµωρήσ‑
ασθαι καὶ µετελθɛ̑ν κα‑
4 ὶ Νικόστρατον τὸν Δείν‑
ων̣ο̣ς̣ ἀδελφὸν καὶ Ἀρε‑
6 θ̣{ε}όσ̣ɩ̣ον, ὡς παρ (lire γὰρ) ἐµὲ ἀδι‑
κȏσι καὶ ἐπιβōλεύōσι,
8 καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰα‑
ντόδωρον, καὶ ἐπιβōλ‑
10 εύōσι, καὶ µὴ πρότερον
(vacat) ἐ̣[ᾶν τ]ελεσθῆναί τɩ̣
Traduction : « Moi, asiôn fils de ikaiarchos, j’envoie la demande de punir et de frapper de punition Satyriôn – et Nikostratos frère de Deinôn, et Arethousios, car de même qu’à moi, ils me font tort3 et font des machinations... [sous‑entendu : de même il est juste qu’ils soient punis] – et Glauketès et Aiantodôros... [sous‑entendu : car de même qu’à moi, ils me font tort] et font des machinations... [sous‑entendu : de même il est juste qu’ils soient punis], et de ne pas [laisser] que quelque chose soit réalisé auparavant ».

4D’abord, quelques observations concernant la l. 1.

5(a) Ce que j’ai écrit au sujet du début de la ligne (ασίων ικαιάρχō) dans l’article du BCH de 2015‑2016, me paraît encore aujourd’hui correct. L’espace entre le bord gauche virtuel (c’est‑à‑dire le prolongement de la ligne verticale qu’on voit sur le côté gauche de plusieurs lignes) et l’alpha de ΑΣΙΩΝ, est, d’une part, nettement plus large que celui qui, dans chacune des autres lignes (à l’exception de la dernière), sépare la première lettre du bord gauche ; mais d’autre part, il est décidément trop étroit pour qu’on puisse supposer que la première lettre du nom Πασίων ait disparu à cause d’une perte d’un petit morceau du plomb. Le pi, dans cette écriture, est une lettre large (même lorsqu’il apparaît dans sa variante la plus petite, comme à la l. 1 dans επιστελλ) ; il n’aurait pu être contenu dans cet espace. Il est donc clair que l’auteur (Pasiôn lui‑même ou un spécialiste de la magie, dont Pasiôn se serait servi) a omis la première lettre du nom Πασίων. L’a‑t‑il fait par inadvertance ? Certainement pas, car tout de suite après ce nom, l’auteur a écrit ΙΚΑΙΑΡXO au lieu de ΔΙΚΑΙΑΡΧΟ. C’est délibérément qu’il a omis la première lettre des deux noms.

6Jusqu’ici, rien de neuf par rapport à ce que j’ai écrit jadis. Mais il reste à faire encore d’autres observations au sujet de la l. 1. Dans ΑΣΙΩΝΙΚΑΙΑΡΧΟ, le groupe de lettres ΝΙΚ présente une particularité frappante : l’intervalle entre le ny et l’iôta et celui entre cette dernière lettre et le kappa sont anormalement étroits. Des deux choses l’une : ou bien l’auteur a d’abord omis délibérément toute la première syllabe de ΔΙΚΑΙΑΡΧΟ afin de déformer ce nom, ensuite il a pensé qu’il suffisait d’omettre la première lettre et par conséquent il a inséré un iôta entre le ny de ΑΣΙΩΝ et le kappa de ΚΑΙΑΡΧΟ ; ou bien il a écrit les trois lettres ΝΙΚ tout près l’une de l’autre, afin de signaler, par ce rapprochement anomal, que le nom ΔΙΚΑΙΑΡΧΟ a été déformé délibérément. Je choisis décidément cette dernière hypothèse, non seulement parce que la correction que, selon la première hypothèse, l’auteur aurait effectuée, aurait été totalement dépourvue de sens, mais aussi parce que, si l’on retient la seconde hypothèse, on pourra supposer qu’en laissant un espace vide avant ΑΣΙΩΝ, l’auteur a voulu faire, par un autre moyen, une chose parfaitement analogue à celle qu’il a faite en réduisant le plus possible les intervalles entre les lettres ΝΙΚ : il a voulu signaler que le nom ΠΑΣΙΩΝ a été déformé délibérément.

7Je prévois une objection : n’aurait‑il pas été plus naturel de laisser un espace vide entre ΑΣΙΩΝ et ΙΚΑΙΑΡΧΟ ? Je réponds : pareille solution n’aurait pas été souhaitable, car elle aurait amoindri l’espace disponible dans cette ligne, où l’auteur voulait encore écrire ΕΠΙΣΤΕΛΛΩ. Certes, il n’a pas réussi à placer ce mot tout entier dans cette ligne (il a dû mettre l’oméga au début de la ligne suivante) ; mais c’était là probablement son intention. Observons que plusieurs lettres de cette ligne sont légèrement plus petites que la plupart de celles des autres lignes (sauf la dernière ligne, écrite dans un espace très restreint) et qu’en dépit de l’espace vide avant ΑΣΙΩΝ, la l. 1 contient 21 lettres, alors que les lignes 2–10 (je laisse de côté la l. 11) contiennent respectivement 17, 18, 19, 17, 18, 18, 18, 17, 19 lettres.

  • 4 Il ressort de là que la marge inférieure du troisième volet a dû se trouver exposée, au cours des (...)

8(b) Que l’auteur ait voulu que les deux noms déformés (ασίων et ικαιάρχō) ainsi que le verbe ἐπιστέλλω soient contenus dans la l. 1, est confirmé par la façon dont il plia la tablette après avoir gravé le texte. La photo permet en effet de constater que l’auteur plia la tablette horizontalement à deux endroits, en produisant les effets suivants : le premier pli sépara nettement la première ligne du reste du texte ; le deuxième pli divisa le reste de la tablette en deux parties de dimensions plus ou moins égales, en passant au milieu de la ligne 6 ; à la suite du pliage, toute la face portant l’inscription devint le côté intérieur de la tablette4.

  • 5 À cette occasion, je désire corriger une partie de ce que j’ai écrit dans l’article du BCH 2015‑20 (...)

9La division entre la première ligne et le reste du texte, produite par le pliage de la tablette, n’est évidemment pas un accident fortuit. Si l’on admet qu’elle ait été voulue par celui qui plia la tablette, il faut se demander quel en était le but. Je suppose que, de même que la déformation des noms Πασίων Δικαιάρχο, elle aussi devait servir à mettre l’opérateur magique à l’abri des forces dangereuses que l’opération était censée déclencher5. Cela peut paraître absurde, mais n’est pas plus absurde que n’importe quel autre élément symbolique de cette opération magique ou de n’importe quelle autre opération magique. Ce qui, dans la magie, est absurde de notre point de vue, c’est ne sont pas les énonciations ou les actions dont les opérations se composent, mais le système dont elles font partie.

  • 6 Le κατάδεσµος le plus surprenant que je connaisse, c’est une tablette de plomb trouvée à Lattes (L (...)

10On peut m’objecter une autre chose. Normalement, dans les textes des κατάδεσµοι (que les savants modernes appellent improprement defixiones), le nom de l’opérateur magique n’apparaît pas du tout. Éviter d’écrire son nom, c’était pour l’opérateur, manifestement, une précaution pour ne pas tomber lui‑même dans le champ d’action des forces qu’il entendait mettre en mouvement. Pourquoi Pasiôn a‑t‑il écrit ou fait écrire son nom et celui de son père, tout en prenant soin de les déformer et de séparer la ligne qui les contenait du reste du texte ? N’aurait‑il pas été plus simple de ne pas écrire son nom ni celui de son père ? À cette question, je ne sais répondre. Je peux seulement rappeler que les textes des κατάδεσµοι se présentent sous des formes variées, ne suivent pas un modèle unique. Ils peuvent nous surprendre et il faut être prêt à accueillir les surprises6.

11Voici maintenant quelques nouvelles observations concernant la lecture d’autres parties de l’inscription.

l. 5‑6 : Dans la première partie de la l. 5, où, auparavant, je ne voyais rien, je peux confirmer la lecture de Jordan ΩΝ[Ο]Σ ; j’enlèverais même les parenthèses : je vois ΩṆỌΣ. À la fin de la l. 5 et au début de la l. 6, Jordan a lu Ἀρε|θ[ό]σιον, mais au début de la l. 6, je vois Θ̣ΕΟΣ̣ỊΟΝ. L’epsilon qui suit le thêta est sans doute un lapsus de celui qui a écrit, car un nom de personne *Αρεθεοσιος n’est pas attesté, alors que dans le plaidoyer pseudo-démosthénien LIII (Contre Nicostratos), le nom Ἀρεθούσιος apparaît à plusieurs reprises. Il faut donc lire Ἀρε|θ̣{ε}ṓσ̣ɩ̣ον. À quoi l’auteur de l’inscription pensait‑il au moment où il a écrit cet epsilon ? Il me paraît bien difficile de le deviner. Tous les jours, nous commettons (en parlant ou en écrivant) des lapsus dont l’origine est évidente, mais nous en commettons aussi d’autres qu’il est difficile d’expliquer.
l. 6‑7 : Lorsque je ne disposais que de la reproduction publiée dans l’article de Jordan, je croyais voir ὡς γὰρ ἐµὲ ἀδι|κȏσι, alors que Jordan avait donné ὡς παρ᾿ ἐµὲ ἀδι|κȏσι. À présent, je constate, grâce à la photo numérisée, qu’il est bien inscrit ΩΣΠΑΡΕΜΕΑΔΙ|ΚΟΣΙ : ici, Jordan avait vu juste. Je suis cependant toujours convaincu que ὡς παρ᾿ ἐµὲ ἀδι|κȏσι est impossible en grec. Je propose donc de corriger παρ᾿ en γὰρ. Celui qui écrivait a probablement commis un lapsus : il avait l’intention d’écrire ΓΑΡ, mais après avoir tracé le deuxième trait du gamma, il a eu l’impression d’être en train d’écrire un pi ; c’est pourquoi il a ajouté un trait vertical descendant.
l. 11 : Cette ligne, qui auparavant était pour moi presque entièrement illisible (je croyais y entrevoir seulement deux lettres, Ο̣Ε̣, mais c’était une illusion), je peux maintenant la lire en grande partie. Elle a été gravée dans l’espace fort restreint qui était disponible entre la l. 10 et la marge inférieure, qui est légèrement cambrée. Elle touche directement à la marge inférieure. L’intervalle qui la sépare de la ligne précédente est un peu plus petit que celui qui sépare les autres lignes les unes des autres, et les lettres y sont un peu plus petites que celles des autres lignes. Son commencement se trouve au‑dessous de la quatrième lettre de la ligne précédente, plus précisément, tout près de l’extrémité du trait inférieur de la lettre Σ de ευοσι, à un niveau légèrement plus haut par rapport aux lettres ΕΛΕΣΘΗΝΑΙΤỊ qu’on voit après une brève lacune. La différence de niveau s’explique sans doute par le fait qu’après la première lettre, l’espace disponible allait s’élargissant. À vrai dire, l’auteur aurait pu commencer la ligne au‑dessous de la troisième lettre de la l. 10, ou au‑dessous de l’espace vide entre la troisième et la quatrième lettre ; mais il a décidé de commencer un peu plus loin vers la droite, je ne sais pourquoi.
  • 7 D’autant plus qu’Aleksander Wolicki voit ici exactement ce que je vois.

12La première lettre de cette ligne n’est visible que partiellement et imparfaitement. Cependant, après d’innombrables examens, je crois pouvoir faire confiance à mes yeux7. J’aperçois un trait vertical rectiligne, légèrement oblique, très mince mais net, et un trait horizontal rectiligne, plus gros et un peu moins net, qui part de l’extrémité supérieure du trait vertical et va vers la droite ; au milieu ou, peut‑être, un peu au‑dessous du milieu du trait vertical, je crois reconnaître une trace confuse d’un trait allant vers la droite, légèrement incliné vers le haut et un peu plus long que le trait horizontal supérieur. De ces constatations, je conclus qu’il y a là probablement les restes d’un epsilon.

13Suit une lacune comprenant très probablement trois lettres. Après la lacune, je vois ΕΛΕΣΘΗΝΑΙΤỊ : ici, évidemment, il faut lire τ]ελεσθῆναί τɩ̣.

14Puisque la l. 10 se termine par les mots καὶ µὴ πρότερον, il me paraît évident qu’on ne peut restituer la l. 11 qu’ainsi : ἐ̣[ᾶν τ]ελεσθῆναί τɩ̣.

  • 8 Voir BCH 139‑140 (2015‑2016), p. 216‑217, 222‑224.
  • 9 Jordan avait lu la ligne 11 ainsi : [πρ]ο̣σ̣τ̣ελεσθῆναι τὴ‑. À l’endroit où Jordan a lu Ọ, je vois (...)

15Certes, il se peut que les restes d’un epsilon que je crois voir et que je considère comme étant le début de la ligne 11, ne soient qu’une illusion. Mais s’il en était ainsi, cela n’aurait pas de conséquences pour la lecture. Je constate en effet qu’à la gauche de l’endroit où je crois voir ces restes, la surface du plomb semble plus ou moins intacte ; en tout cas, elle ne présente rien qui puisse suggérer qu’il y ait eu ici une ou deux lettres. Il est donc certain qu’avant τ]ελεσθῆναί τι, il n’a pu y avoir plus de trois lettres. Dans ces conditions, on pourrait tenter de restituer [πρὶν τ]ελεσθῆναί τɩ̣. Il faudrait alors supposer qu’après καὶ µὴ πρότερον, l’auteur a délibérément omis d’écrire un verbe à l’infinitif (infinitif dépendant de ἐπιστέλλω), en laissant le discours en suspens selon une convention attestée dans d’autres κατάδεσµοι et que l’auteur de notre texte a suivie dans la partie précédente (d’abord après ὡς γὰρ ἐµὲ ἀδικȏσι καὶ ἐπιβōλεύōσι, puis après καὶ Γλαυκέτην καὶ Αἰαντόδωρον, puis encore après καὶ ἐπιβōλεύōσι)8. Il faudrait en outre supposer qu’en écrivant καὶ µὴ πρότερον, l’auteur entendait dire quelque chose comme « et de ne pas les laisser aller ». Mais cela ne donnerait pas un texte acceptable au point de vue de la syntaxe : en effet, on s’attendrait à πρὶν τελεσθῆι τι, et non pas à πρὶν τελεσθῆναί τι. En outre, le τι serait étrange : on ne comprendrait pas pourquoi l’auteur demande modestement la réalisation de « quelque chose », au lieu de demander la réalisation de tout ce qu’il souhaite. En somme : une restitution [πρὶν τ]ελεσθῆναί τɩ̣ est impossible. Cela étant, je ne saurais imaginer d’autre restitution que celle que j’ai proposée – avec cette seule différence qu’il faudrait mettre le verbe ἐᾶν tout entier entre parenthèses carrées : [ἐᾶν τ]ελεσθῆναί τɩ̣9.

16Ainsi restituée, la dernière phrase du texte (fin de la l. 10 + l. 11) signifie : « ... et de ne pas laisser que quelque chose soit réalisé auparavant ». Pasiôn veut que la puissance de l’au‑delà à laquelle il adresse son message, intervienne avant que Satyriôn, Nikostratos, Arethousios, Glauketès et Aiantodôros, qui « font des machinations » (ἐπιβōλεύōσι) contre lui, ne commencent à réaliser leurs desseins.

  • 10 Bravo‑Wolicki (n. 1) p. 222.

17Si cette nouvelle lecture est juste, il en ressort qu’auparavant, lorsque j’ai tenté d’imaginer approximativement le sens de ce qui pouvait être écrit à la l. 11, qui était pour moi illisible10, je me suis trompé. Cependant, la nouvelle lecture ne contredit nullement la thèse principale de l’article que j’ai écrit avec Aleksander Wolicki. Le texte de cette tablette est bien un katadesmos.

Haut de page

Notes

1 B. Bravo, A. Wolicki, « Un katadesmos du banquier Pasiôn (SEG LIII 256) », BCH 139‑140 (2015‑2016), p. 211‑236.

2 Je remercie Alexandre Farnoux de m’avoir donné son accord pour la publication de la photographie. Je remercie aussi Andrzej Chankowski, Véronique Chankowski, Adam Łajtar et Aleksander Wolicki, qui m’ont aidé par leurs conseils et leurs observations.

3 Dans l’article du BCH 2015‑2016, j’ai admis deux possibilités d’interprétation du présent ἀδικȏσι : « ils m’ont fait tort » et « ils me font tort » (car le présent ἀδικῶ signifie proprement « je suis l’auteur d’un tort »). Maintenant, je vois que seule la seconde interprétation convient au contexte.

4 Il ressort de là que la marge inférieure du troisième volet a dû se trouver exposée, au cours des siècles, à l’action de facteurs extérieurs : c’est peut‑être cela qui explique le fait que le début de la dernière ligne de l’inscription s’est détérioré.

5 À cette occasion, je désire corriger une partie de ce que j’ai écrit dans l’article du BCH 2015‑2016 au sujet d’une autre tablette magique, Defixionum Tabellae Atticae (IG III, 3), 102. Il s’agit du passage de la face B de cette tablette, où R. Wünsch a lu [Ἑ]ρµῆ Ἄϊδη. Ayant constaté que d’après le fac‑similé, là où selon Wünsch il y aurait un iota, il y a un petit ny placé en haut, et que ce qui selon Wünsch serait un delta, a plutôt l’air d’un alpha, j’ai imaginé (pp. 217‑218) que sur le plomb, il pouvait y avoir ρµῆ ἄναξ. Cependant, d’après le fac‑similé, l’êta semble sûr. C’est pourquoi je suppose aujourd’hui que sur le plomb, il y avait ]ΡΜΗΑΝΑΗ, et qu’il faut entendre cela comme [Ἑ]ρµῆ, ἄν(αξ) Ἅ(ιδ)η. Le nom d’Hadès, divinité terrible, a été écrit délibérément d’une manière incomplète (de même que le nom générique de cette divinité, δαίµων, a été écrit dans cette tablette sans la première lettre : αίµων). Quant au nom d’Hermès, il se peut qu’il ait été écrit sans epsilon, comme je le pensais jadis, mais puisque juste au‑dessous de ce nom (à la ligne suivante), il y a le nom Φερσεφόνη écrit sans aucune déformation, il est plus probable que l’absence de l’epsilon dans ΡΜΗ est due à un dégât du plomb.

6 Le κατάδεσµος le plus surprenant que je connaisse, c’est une tablette de plomb trouvée à Lattes (Lattara) et datable du milieu du Ve siècle av. J.‑C. : voir mon article dans Palamedes 11 (2016) p. 41‑76.

7 D’autant plus qu’Aleksander Wolicki voit ici exactement ce que je vois.

8 Voir BCH 139‑140 (2015‑2016), p. 216‑217, 222‑224.

9 Jordan avait lu la ligne 11 ainsi : [πρ]ο̣σ̣τ̣ελεσθῆναι τὴ‑. À l’endroit où Jordan a lu Ọ, je vois quelque chose qui peut ressembler à un omikron, et puis quelque chose qui peut ressembler au trait supérieur d’un sigma, mais cette impression est certainement illusoire, car si c’étaient des lettres, ce seraient des lettres très petites, bien plus petites que celles qu’on voit nettement dans cette ligne. En outre, s’il y avait là ΟΣ, ces deux lettres seraient trop éloignées du tau de τ̣ελεσθῆαι (ou [τ]ελεσθῆναι). Ce qu’on voit à cet endroit, ce ne sont que des dégâts fortuits de la surface du plomb.

10 Bravo‑Wolicki (n. 1) p. 222.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tablette d’imprecation en plomb.
Crédits EFA, inv. 47913.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benedetto Bravo, « Encore sur le katadesmos du banquier Pasiôn : un post‑scriptum »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 659-667.

Référence électronique

Benedetto Bravo, « Encore sur le katadesmos du banquier Pasiôn : un post‑scriptum »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 22 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/574 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.574

Haut de page

Auteur

Benedetto Bravo

Institut d’Histoire, université de Varsovie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search