Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.2Akraiphia et la guerre entre Démé...

Akraiphia et la guerre entre Démétrios Poliorcète et les Béotiens

Yannis Kalliontzis
p. 669-696

Résumés

Est publié, dans cet article, un nouveau décret d’Akraiphia en l’honneur des métèques de la cité qui ont participé à une guerre contre un Démétrios. Ce Démétrios doit être identifié avec le roi Démétrios Poliorcète et la guerre doit être datée de la période des révoltes des Béotiens contre Démétrios Poliorcète au début du iiie s. av. J.‑C. La cité accorde aux métèques le privilège d’isotélie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cet article figurait dans ma thèse en cotutelle (université Paris 4 Sorbonne et université de Neuchâtel), Contributions à l’épigraphie et l’histoire de la Béotie hellénistique, soutenue à l’université Paris 4 Sorbonne, le 23 mars 2013, sous la direction de D. Knoepfler et de Fr. Lefèvre. Je remercie les membres du jury et notamment D. Knoepfler, D. Rousset et Chr. Müller pour leurs remarques. Ma gratitude va également à A. P. Matthaiou, N. Papazarkadas et J. Curbera qui m’ont fait des remarques pertinentes. Ce décret a également été présenté dans le séminaire de D. Rousset à l’EPHE le 3 mai 2016. Ce travail est le résultat de deux projets, celui de la Société épigraphique grecque et de l’éphorie des Antiquités de la Béotie relatif au catalogue des inscriptions des musées de Thèbes et de Chéronée et le projet Corpus des inscriptions de la Béotie centrale de l’École française d’Athènes et des Inscriptiones Graecae financé par l’ANR et la DFG.
Je remercie également M. V. Aravantinos autrefois directeur de l’ancienne IXe éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de la Béotie de m’avoir accordé le droit de publier cette inscription. Ma gratitude s’adresse aussi à Mme A. Charami directrice de l’éphorie des Antiquités de la Béotie pour sa confiance. Je tiens enfin à remercier Chr. et M. Feyel ainsi que G. Biard pour avoir relu mon texte. Les photographies sont publiées avec l’aimable autorisation de l’éphorie des Antiquités de Béotie.

Texte intégral

1Durant la haute époque hellénistique, les Béotiens ont eu des rapports conflictuels avec les rois de Macédoine. La défaite des Béotiens face à Philippe II à Chéronée et la destruction de Thèbes par Alexandre en 335 ont mis définitivement fin à la période de l’hégémonie thébaine et ont ouvert une nouvelle période pendant laquelle les Béotiens ont subi la domination de différents rois hellénistiques, notamment des rois de Macédoine. Parmi ces rois se distingue Démétrios Poliorcète qui a eu une relation extrêmement tumultueuse avec les Béotiens.

  • 1 Plutarque, Vie de Démétrios 39‑40, Diodore de Sicile 21, fr. 25‑27 (éd. P. Goukowsky), Polyen III  (...)
  • 2 Polyen IV 7, 11 : Δηµήτριος κήρυκα πρὸς Βοιωτοὺς πέµψας πόλεµον ἐπήγγειλεν. Ὁ µὲν κήρυξ ἐν Ὀρχοµεν (...)
  • 3 Sur la conquête de la Béotie par Démétrios, voir B. Gullath, Untersuchungen zur Geschichte Boiotie (...)

2Les relations de Démétrios avec les Béotiens ont été complexes. Nos principales sources de renseignements sur la conquête de la Béotie par le roi Démétrios Poliorcète et les révoltes successives des Béotiens sont Plutarque, Diodore de Sicile et Polyen1. Probablement en 293, presque immédiatement après son accession au trône de Macédoine, Démétrios entreprend une expédition pour conquérir la Béotie. La rapidité dont il fit preuve surprit les béotarques à Orchomène alors qu’il occupait déjà Chéronée2. Ils durent céder et la Béotie dut se plier à l’autorité de Démétrios3.

  • 4 Sur Peisis, voir P. Paschidis, Between City and King: Prosopographical Studies on the Intermediari (...)
  • 5 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 2, B. Gullath (n. 3), p. 189‑190.
  • 6 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 3.
  • 7 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 4.
  • 8 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 5.
  • 9 De la période des révoltes béotiennes date une lettre adressée à Démétrios Poliorcète, portant sur (...)

3Même si cette conquête de la Béotie a eu somme toute un caractère modéré, les Béotiens n’ont pas tardé à se révolter contre l’autorité de Démétrios. Cette révolte s’est peut‑être produite en 292 sous l’impulsion du roi Lysimaque de Thrace et sous la conduite de Peisis de Thespies. Peisis a joué un rôle assurément important, quoique mal défini, dans les affaires béotiennes de cette période4. Le roi de Sparte Cléonymos est lui aussi venu au secours des Béotiens probablement avec l’aide des Étoliens5. Mais la réponse de Démétrios ne s’est pas fait attendre, il est vite parvenu devant Thèbes avec des machines de guerre, semant la peur et sonnant par là même la fin de cette première révolte béotienne6. Cléonymos a été obligé de se retirer. Démétrios a imposé des garnisons dans les villes et les a obligées à payer un lourd tribut et à Thèbes, il a institué comme harmoste l’historien Hiéronymos de Cardia7. De plus, il a traité avec amitié Peisis malgré son important rôle pendant la révolte et l’a nommé polémarque de Thespies8. On voit bien que si Démétrios a fait preuve d’indulgence, il a alors fermement établi son autorité en Béotie9.

  • 10 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 6.
  • 11 P. Levêque, Pyrrhos (1957), p. 135‑138.
  • 12 Plutarque, Vie de Démétrios 40, 5.
  • 13 Diodore de Sicile 21, fr. 25, 27, Plut. Dém. 40, 6.
  • 14 Sur les révoltes béotiennes, voir C. Wehrli (n. 3), p. 173‑176.
  • 15 Plutarque, Vie de Démétrios 46, 1 : Ἐπεὶ δ’ ἅπαξ ὥσπερ εἰς ὁδὸν βασιλικὴν τὴν ἐλπίδα κατέστη, καὶ (...)
  • 16 D. Knoepfler, « La réintégration de Thèbes dans le Koinon béotien », dans R. Frei‑Stolba, K. Gex ( (...)

4Peu de temps après cette première révolte, probablement en 291, les Béotiens se sont soulevés une nouvelle fois, dans un contexte différent. À l’annonce de l’emprisonnement de Lysimaque par le roi Thrace Dromichaitès, Démétrios décida de se lancer dans la conquête du royaume de ce dernier10. Mais la libération subite de Lysimaque par Dromichaitès contraignit Démétrios à abandonner cette campagne. L’absence de Démétrios donna l’occasion à ses ennemis d’organiser une seconde révolte. La réponse de Démétrios fut une nouvelle fois fulgurante. Son fils Antigone Gonatas qui avait déjà la situation sous contrôle infligea une défaite sévère aux Béotiens avant même l’arrivée de son père. Seule Thèbes continua à résister. Or, pendant que Démétrios assiégeait Thèbes, Pyrrhos traversa la Thessalie et arriva aux Thermopyles11. Démétrios laissa alors la conduite du siège à son fils et alla à la rencontre de Pyrrhos qu’il mit facilement en déroute. Lors de cette campagne, il renforça son contrôle en Thessalie par l’installation de dix mille fantassins et de mille cavaliers. Puis il rentra à Thèbes et entreprit le siège de la cité avec plus de rigueur en utilisant ses fameuses machines de guerre dont l’hélépolis. À la fin de 291 ou au début de 290, les Thébains cédèrent finalement en raison de la supériorité des assiégeants12. Démétrios fit exécuter dix ou treize personnes qui étaient les chefs de la révolte13. Il semble qu’après cette deuxième révolte et la résistance thébaine, Démétrios Poliorcète ait privé Thèbes de sa politeia et l’ait placée sous le contrôle d’un gouverneur macédonien. En dépit de quelques obstacles dans sa conquête de la Béotie, Démétrios a pu entre les années 293 et 290 contrôler une très large partie de la péninsule hellénique à savoir la Macédoine, la Thessalie, la Béotie et quelques autres places fortes en Grèce centrale et dans le Péloponnèse14. Il semble que Démétrios ait contrôlé la Béotie jusqu’en 287 quand il a rendu leur politeia aux Thébains15. Il est très probable qu’après la chute de Démétrios Poliorcète en 286, le koinon béotien et Thèbes aient retrouvé leur autonomie. Comme l’a souligné D. Knoepfler, c’est à l’occasion des combats communs contre Démétrios que Thèbes a pu être réintégrée au sein du koinon béotien16.

5Une inscription inédite nous donne des nouvelles informations sur cette période très tourmentée pour la Béotie.

Le bloc inscrit et ses textes

  • 17 Sur les recherches de l’EFA à Akraiphia voir Chr. Müller, BCH 119 (1995), p. 655‑660 et BCH 120 (1 (...)

6Musée de Thèbes, Inv. 44107. Le lieu de trouvaille est inconnu, mais grâce au texte nous comprenons qu’il s’agit d’une inscription d’Akraiphia17. Bloc de marbre blanc brisé à droite et en bas. Le bloc est inscrit sur la face principale et sur le côté gauche. H. 0,285 m, l. 0,49 m, ép. 0,21 m.

Le décret

7H. l. 0,009 m. (ο) ‑0,01 m. Sur la face principale du bloc.

  • 18 Voir D. Knoepfler, « De Delphes à Thermos : un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée gala (...)

8Les lignes de réglages sont visibles sur cette face. Alpha avec barre médiane droite. Sigma avec des barres extérieures divergentes. Thêta avec point au centre. La forme des lettres présente certaines similitudes avec celle du traité conclu entre les koina étolien et béotien trouvé à Delphes et daté par D. Knoepfler aux années 27018 (fig. 1).

Fig. 1 – Le décret d’Akraiphia.

Fig. 1 – Le décret d’Akraiphia.

9Début du iiie s. av. J.‑C.

  • 19 Voir la discussion plus loin p. 680‑682.
  • 20 G. Vottero, « Sur une question de phonétique béotienne, le datif thématique en ‑OI et les diphtong (...)
  • 21 E. Schwyzer, Griechische Grammatik (1939), p. 407, β.
  • 22 E. Lhôte, Les lamelles oraculaires de Dodone (2006), p. 187‑188, no 89. Pour de nouvelles mentions (...)
  • 23 Sur ce phénomène voir E. Lhôte (n. 22), p. 187‑188.
  • 24 P. Roesch, Études Béotiennes (1982), p. 348‑349.
[- - - c. 7 - - -]ιω ἄρχοντος τοιὶ ἀπεγράψανθο ἐν τὼς συ[µπο]-
[λιτευοµέ ?]νως καττὸ ψάφισµα τῶ δάµω·
[- - - c. 6 - - -] Mειλιῆος ἔλεξε· δεδόχθη τοῖ δάµοι ὅπως κὰ ϝιδῶ[νθι]
[πάντε]ς τοὶ Ἕλλανες ὅτι Ἀκρηφιεῖες πολλὰν ἐπιµέλειαν πο[ιῶνθι]
5 [τῶ]ν χρεισίµων ἐν τοῖς κηροῖς γ[ι]νυµένων τῆ πόλι, δεδόχθ[η τοῖ]
[δ]άµοι, ὅποττοι τῶν πεδαϝοίκων συνεπολέµεισαν τὸµ π[όλε]-
µον τὸµ περιστάντα περὶ τὰν πόλιν τὸν ποδ Δα‑
µάτριον ἐπὶ Ξενοκρίτω ἄρχοντος κὴ διέµειναν ἐν τῆ πόλι πι[θό]‑
µενοι τοῖς ἀρχόντεσσι κὴ ταδδόµενοι ὅποις ἕκαστον κατέτ[αξαν],
10 εἶµεν αὐτοῖς ϝισοτέλιαν δεδοµέναν παρ τᾶς πόλιος κὴ α[ὐτοῖς]
κὴ τοῖς ἐκγόνοις, ἐµφερόντεσσι ἐν τὰν πόλιν κὴ ἐν τὸ κο[ινὸν]
Βοιωτῶν ἅ κα κὴ τοὶ ἄλλοι πολῖτη ἐµφέρωνθι· ἐπιµέλεσ[θη δὲ]
τὼς πολεµάρχως ὅπως µειδὶς αὐτὼς ἀδικίει, ὅπ[ως δὲ]
ἁ δωριὰ κουρία ἴει αὐτοῖς ἐµ πάντα τὸν χ[ρόνον, κὴ φανε]‑
15 ροὶ ἴωνθι ὁπόττοις δέδοτη ἁ ϝισοτ[έλια παρ τᾶς πόλιος, ἀπο]‑
γράφεσθη αὐτὼς ποττὼς π̣[ολεµάρχως τὼς ἐπὶ nomen]
ω ἄρχοντος ἐν τοῖ πρόσθα [- - - - - - - - - - - - - - ἀπο]-
γράψαντας αὐτῶν τὰ ὀνύµα̣[τα - - - - - - - - - - - - - - - ]
ἐν τοῖ δάµοι· ἐπὶ δέ κα ἀν[αγράψωνθι τὰ ὀνύµατα - - - - - - - ]
20 ἠ τίς κα β̣ε̣ί̣λ̣ε̣ι̣τ̣η̣ [τῶν πολιτῶν - - - - - - - - - - - - - - - - - - -]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Traduction
[- - -] étant archonte, les personnes suivantes ont été inscrites parmi les [ - - - - - - - ] conformément au décret du peuple. [- - - -] fils de Meilias a fait la proposition ; plaise au peuple afin que tous les Grecs sachent que les Akraiphiens prennent grand soin des hommes qui se sont rendus utiles à la cité pendant les temps difficiles, plaise au peuple : que les métèques qui ont participé à la guerre contre Démétrios sous l’archonte Xenokritos et qui sont restés dans la cité en obéissant aux archontes et en se rangeant là où les archontes ont affecté chacun d’eux, que la cité leur accorde à eux et à leurs descendants l’isotélie, qu’ils payent à la cité et au koinon des Béotiens les taxes que paient aussi les autres citoyens. Que les polémarques veillent à ce que personne ne commette d’injustice contre eux. Afin que ce privilège soit valable pour toujours et que soient connus ceux auxquels a été accordée l’isotélie par la cité, qu’ils soient enregistrés auprès des polémarques sous l’archonte untel, dans [- nom de lieu - ], après avoir inscrit leurs noms et leurs patronymes et [qu’ils affichent] devant l’assemblée du peuple, après qu’ils auront inscrit les noms des métèques, si l’un des citoyens veut…
Notes critiques
L. 1 : Οn rencontre souvent la phrase τοιὶ ἀπεγράψανθο ἐν dans des catalogues militaires d’Akraiphia et d’autres cités béotiennes, voir par exemple dans le catalogue militaire d’Akraiphia IG VII 2720 : τυῒ ἀπεγράψανθο ἐσς ἐφήβων ἐν πελτοφόρας. Τοιί est la forme béotienne de οἵδε. À la fin de la première ligne et au début de la deuxième il faut restituer un participe parce que la ligne suivante qui est mutilée au début commence avec la désinence ‑]νως19.
L. 2 : Μειλιῆος doit être un adjectif patronymique provenant du nom Μειλίας qui est attesté deux fois à Akraiphia LGPN IIIB 273. Cette forme de l’adjectif patronymique apparaît également à Orchomène, Πρόκριτος Μειλιῆος IG VII 3175, l. 38.
L. 3 : L’utilisation du datif en ‑οι dans le décret, par exemple l. 3, δεδόχθη τοῖ δάµοι et l. 6, donne un argument supplémentaire pour une datation du décret du début du iiie s. av. J.‑C. car, après le milieu du siècle on attendrait un datif en ‑υ20.
L. 7 : Les lettres de cette ligne sont un peu plus grandes et plus écartées que celles de la ligne suivante ; il en résulte donc une nette différence du nombre de lettres par ligne. L’assimilation de la préposition ποτὶ devant la lettre delta se trouve par exemple dans le décret de proxénie de Tanagra IG VII 518, l. 3‑6 : προξένως εἶµεν κὴ εὐεργέτας τᾶς πόλιος | Ταναγρήων Φιλοκράτην Ζωΐλω, Θηραµένην Δαµατρίω,| Ἀπολλοφάνην Ἀθανοδότω Ἀντιοχεῖας τῶν ποδ Δάφνη, etc. 21.
L. 9 : L’adverbe ὅποις = ὅποι est attesté dans une lamelle oraculaire de Dodone22 : τύχα ἀγαθά. ἦ τυγχάνοιµί κα ἐµπορευόµενος ὅπυς κα δοκῆι σύµφορον ἔµειν καὶ ἄγων τῆι(?) κα δοκῆι ἅµα τᾶι τέχναι χρεύµενος et dans le traité entre Épidaure et Hermionè IG IV2 1, 74,  l. 14 : τούτο[υς] | [δ’ ἐπιµελεῖσθαι, ὅπως λάβηι τὰ] ἥµισσα ἑκάτερος [τῶν χρηµάτων. χωρησάτω δὲ ἑκάτ]ερος, ὅπυς κα κε|[λεύσωντι τοὶ στραταγοί, v καὶ ὁπ]εῖ κα ἐξέλθωντι̣ [ἐκκ τᾶς χώρας, ἐπιµεληθέντων ἑκάτ]εροι. La forme ὅποις fournit la forme manquante de l’évolution ὅποι=ὅποις=ὅπυς23. Le verbe τάδδοµαι est utilisé dans un décret de Thespies en l’honneur d’un hoplomaque athénien IThesp 29, l. 12‑16 : οἵτινες διδάξονθι | τώς τε παῖδας κὴ τὼς νιανίσκως | τοξευέµεν κὴ ἀκοντιδδέµεν | κὴ τάδδεσθη συντάξις τὰς περὶ | τὸν πόλεµον24.
L. 11 : Le verbe ἐµφέρω est la forme dialectale du verbe εἰσφέρω. La même forme apparaît dans des inscriptions thessaliennes IG IX 2, 205, l. 20 : καὶ ἐµφερόντω τὰ ἐν τοὺς Αἰτωλοὺς γινόµενα κατὰ τὸν βουλευτὰν.
L. 12 : La forme de l’infinitif en ‑εσθη est attestée en Béotie : [ἢ ἐφάπτειτη, ἐπιµέ]λεσθη τὸν ἱαρεία τῶ Ἀσκλαπιῶ τὸν ἤι ἀντιτουνχάνοντα | [κὴ τὼς πολεµάρχω]ς κὴ δαµιώεµεν κὴ σουλεῖµεν τὼς καταδουλιδδοµένως (Darmezin 1999, p. 84, no 119, l. 6‑7).
L. 15 : La forme ἴωνθι qui est la forme dialectale du subjonctif ὦσιν apparaît dans d’autres inscriptions de Béotie, IG VII 3171, l. 46 : κὴ τᾶν βουῶν κὴ τᾶν ἵππων κ[ὴ] | κα τινὰ ἄσαµα ἴωνθι ; IThesp 56, l. 9 : ὁπόττα δέ κα ἀπίτευτα ἴωνθι ἐνβᾶση τὰν ἀρχὰν καθ’ἅ κα φήνειτη αὐτῆ σύνφορον εἶµεν.

Catalogue de noms

10Sur le côté gauche du même bloc. L’écriture est semblable à celle de la face principale. Et même si elle présente la particularité d’être plus soignée et de révéler une gravure moins profonde, la forme des lettres ne présente pas de différence (fig. 2).

Fig. 2 – Le catalogue de noms.

Fig. 2 – Le catalogue de noms.
Début du iiis. av. J.‑C.
Κάρπος Διωνουσίω, Φι[λέ]-
τηρος Καλλίππω, Πύ[ρραν]-
δρος Λίοντος, Ἑρµάϊ[ος Ἑρ]-
µαΐω, Θίων Δαµοτέλ[ιος],
5 Μένων Δαµοτέλιος, [Σω]-
τειρίδας Δαµοστρότιος,
Πανκλεῖς Σιµίαο, Ὀνασίων
Παράλω, Διωνουσόδωρος Χα-
ριξένω, Δρόµων Διωνουσο-
10 δώρω, Πατρώνδας Πάτρων-
ος, Θρασοκλεῖς Ἀρχεβώλω,
Ζώπυρος Θρασοκλεῖος, Ἐρά-
[των] Στροτώνιος, Νικόλαος
[- - - - - - - - - -]Ν Θιαγέ-
15 [νιος - - - - - - - - - - - - - - -]

11La similitude de la forme des lettres, l’absence d’intitulé sur cette face, l’absence de la liste des hommes qui ont participé à la guerre annoncée dans l’intitulé sur la face principale, suggèrent qu’il s’agit de la suite de la liste de l’inscription de la face principale. L’hypothèse d’un catalogue militaire semble devoir être rejetée dans la mesure où, même si des catalogues militaires sont inscrits sur les faces latérales d’une stèle, ils commencent toujours par un intitulé.

L. 1 : Le nom Κάρπος est fréquent dans beaucoup de régions grecques (Béotie [2 fois], Phocide [3 fois], Thessalie [1 fois] LGPN IIIB 226, les îles [28 fois] LGPN I 252, Attique [48 fois, mais la plupart des attestations datent de l’époque impériale] LGPN II 256). Le nom Φιλέτηρος est lui aussi assez fréquent dans plusieurs régions (Béotie [2 fois] LGPN IIIB 421, Attique [20 fois] LGPN II 447, les îles [15 fois] LGPN I 460).
L. 2 : Le nom Κάλλιππος se rencontre quatre fois à Akraiphia et est très fréquent en Béotie (LGPN IIIB 221).
L. 3 : On a ici la première attestation de la forme dialectale du nom Λέων, Λίων en Béotie. Θίων Δαµοτέλιος et Μένων Δαµοτέλιος sont vraisemblablement frères.
L. 4 : Le nom Δαµοτέλεις est attesté à Akraiphia et cinq autres fois en Béotie (LGPN IIIB 102).
L. 5 : Le nom Σωτειρίδας se rencontre cinq fois en Béotie sous la forme Σωτηρίδας (LGPN   IIIB 397).
L. 6 : Le nom Δαµόστροτος est attesté deux fois en Béotie, à Thespies et à Tanagra (LGPN IIIB 102). Ici le nom prend la forme d’un adjectif patronymique.
L. 7 : Le nom Πανκλεῖς est attesté cinq fois en Béotie (LGPN IIIB 332). Le nom Ὀνασίων est attesté une fois à Thespies (LGPN IIIB 326).
L. 8 : Le nom Πάραλος n’est pas attesté en Béotie, il se rencontre deux fois à Délos et en Eubée (LGPN I 360). Il est plus fréquent en Attique ([8 attestations] LGPN II 359‑360). Il est vraisemblable que Πάραλος soit un étranger installé à Akraiphia.
L. 9 : Le nom Δρόµων est attesté douze fois à Athènes (LGPN II 135) et dans d’autres régions grecques et une seule fois à Lébadée (LGPN IIIB 127).
L. 10 : Le nom Πατρώνδας est attesté deux fois à Tanagra et trois fois à Delphes (LGPN III B340). Le nom Πάτρων est attesté deux fois à Akraiphia et est assez fréquent en Béotie avec onze autres attestations (LGPN IIIB 338).
L. 11 : Ni le nom Θρασοκλεῖς ni le patronyme Ἀρχέβωλος ne sont attestés en Béotie. La forme Θρασυκλῆς est commune en Attique (42 attestations, LGPN II 228) et dans les îles de la mer Égée (20 attestations, LGPN I 226). Pour un autre exemple ou le Y est remplacé la par le O dans un nom voir Μικοθίον/Μικυθίον dans le catalogue IG IX 12 2002, l. 27 avec le commentaire de J. Curbera. La forme Ἀρχέβουλος est attestée en Attique (3 attestations LGPN I 67). Le Ζώπυρος Θρασοκλεῖος de la ligne suivante est vraisemblablement le fils de Θρασοκλεῖς Ἀρχεβώλω.
L. 13 : Le nom Στρότων est attesté une fois à Akraiphia (LGPN IIIB 387). On a ici la forme de l’adjectif patronymique Στροτώνιος.
  • 25 Voir par exemple le nom du proxène de Tanagra Νίων Νικάνορος Ἀλεξανδρεῖα IG VII 519, l. 5.

12Le fait que la plupart des noms présentent des caracteristiques du dialecte béotien, par exemple Διωνούσιος, Λίων, ne doit pas nous amener à penser qu’il s’agit de Béotiens. Les Béotiens avaient tendance à donner une forme béotienne même aux noms des étrangers qu’ils honnoraient avec la proxénie25. On ne retrouve par ailleurs pas des noms d’origine purement béotienne comme Καφισόδωρος ou Ἀσωπόδωρος. Parmi ces noms Θρασοκλεῖς Ἀρχεβώλω, Ζώπυρος qui doit être le fils du précédent et Ὀνασίων Παράλω portent des noms présentant des caractéristiques qu’on ne retrouve pas en Béotie pendant cette période. La variété de l’onomastique et ces caractéristiques nous amènent à penser qu’il s’agit visiblement d’un groupe d’étrangers non béotiens installés à Akraiphia.

Analyse

13Le décret comporte les parties suivantes : 1) l. 1‑2 : intitulé ; 2) l. 3 : formule de sanction ; 3) l. 3‑5 : formule hortative ; 4) l. 5‑6 : formule de résolution ; 5) l. 6‑20 : décisions ; 6) face gauche : catalogue des noms.

Intitulé, des sympoliteuomenoi à Akraiphia ? (l. 1‑5)

[- - - c. 7 - - - ]ιω ἄρχοντος τοιὶ ἀπεγράψανθο ἐν τὼς συ[µπο]-
[λιτευοµέ ?]νως καττὸ ψάφισµα τῶ δάµω.
[- - - c. 6 - - -] Mειλιῆος ἔλεξε, δεδόχθη τοῖ δάµοι ὅπως κὰ ϝιδῶ[νθι]
[πάντε]ς τοὶ Ἕλλανες ὅτι Ἀκρηφιεῖες πολλὰν ἐπιµέλειαν πο[ιῶνθι]
5 [τῶ]ν χρεισίµων ἐν τοῖς κηροῖς γ[ι]νυµένων τῆ πόλι,
  • 26 Sur la sympolitie à l’époque classique et hellénistique, voir l’article de J. Pascual, « La sympol (...)

14À la fin de la première ligne et au début de la deuxième il faut restituer un participe. Une possibilité serait de restituer συµπoλιτευόµενοι qui apparaît dans de nombreuses sources philologiques et épigraphiques26.

  • 27 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche. Testo critico, traduzione e commento, vol. II, Greci (...)

15Le terme συµπολιτευόµενοι apparaît une fois dans un contexte béotien dans la description que l’historien des Helléniques d’Oxyrhynchos donne de l’organisation fédérale béotienne, vers 395 av. J.‑C. En décrivant le µέρος thébain il note que Thèbes fournit quatre béotarques, deux pour la cité même et deux au nom de Platées, de Skolos, d’Erythrai et de Skaphai et de tous les autres lieux qui étaient auparavant en sympolitie avec la cité de Platées, et qui payaient alors tribut à la cité de Thèbes : Θηβαῖοι µὲν τέτταρα<ς> συνεβάλλοντο, δύο µὲν ὑπὲ[ρ τῆς] πόλεως, δύο δὲ ὑπὲρ Πλαταιέων καὶ Σκώλου καὶ Ἐ̣ρ̣[υ]θρῶ[ν] καὶ Σκαφῶν καὶ τῶν ἄλλων χωρίων τῶν πρότερον µὲν ἐκείνοις συµπολιτευοµένων, τότε δὲ συντελούντων εἰς τὰς Θήβας, Hellenica Oxyrhynchia, Fragmenta Londinensia Fr. D 19, 3 (Chambers). Comme le souligne l. Moretti les habitants de ces villages appartenaient au µέρος de Platées dans le koinon béotien, combattaient avec les Platéens, mais n’étaient pas citoyens de Platées27. Le participe συµπολιτευόµενοι est également utilisé dans un sens similaire chez Diodore de Sicile, 5, 58 : Μικρὸν δ’ὕστερον τούτων τῶν χρόνων, Κάδµος ὁ Ἀγήνορος, ἀπεσταλµένος ὑπὸ τοῦ βασιλέως κατὰ ζήτησιν τῆς Εὐρώπης, κατέπλευσεν εἰς τὴν Ῥοδίαν κεχειµασµένος δ’ ἰσχυρῶς κατὰ τὸν πλοῦν καὶ πεποιηµένος εὐχὰς ἱδρύσασθαι Ποσειδῶνος ἱερόν, διασωθεὶς ἱδρύσατο κατὰ τὴν νῆσον τοῦ θεοῦ τούτου τέµενος καὶ τῶν Φοινίκων ἀπέλιπέ τινας τοὺς ἐπιµελησοµένους. οὗτοι δὲ καταµιγέντες Ἰαλυσίοις διετέλεσαν συµπολιτευόµενοι τούτοις ἐξ ὧν φασι τοὺς ἱερεῖς κατὰ γένος διαδέχεσθαι τὰς ἱερωσύνας.

  • 28 M. Feyel, Polybe et l’histoire de Béotie au iiie siècle avant notre ère (1942), p. 292, Ph. Gauthi (...)

16Dans les sources épigraphiques le participe συµπολιτευοµένοι est attesté dans le décret de politographie de Pharsale I.ThessEnipeus, 5028, l. 1‑3 : ἀ[γαθᾶι τύχαι]. ἁ πόλις Φαρσαλίουν τοῖς καὶ οὑς ἐξ ἀρχᾶς συµπολιτευοµένοις καὶ συµπο|λ[εµεισάντε]σσι πάνσᾳ προθυµίᾳ ἔδουκε τὰν πολιτείαν καττάπερ Φαρσαλίοις τοῖς | ἐ[ξ ἀρχᾶς πολ]ιτευοµένοις. Le parallèle est éclairant. Des personnes qui étaient des sympoliteuomenoi deviennent des politeuomenoi notamment après avoir participé à des combats communs avec la cité de Pharsale.

  • 29 F. Lefèvre, « Traité de paix entre Démétrios Poliorcète et la confédération étolienne (fin 289 ?)  (...)

17Le terme συµπολιτευόµενοι apparaît aussi dans l’alliance entre Démétrios Poliorcète et les Étoliens SEG 48, 58829, l. 23‑25 : [µὴ ἐξεῖναι δὲ µήτ᾽|Αἰτωλοῖς µήτε τοῖς σ]υµπολιτευοµένοις µετ᾽αὐτῶν [ἐν | τοῖς πέντε ἔτεσιν µηθενὶ τρόπῳ µήτε συµµαχίαν µήτε φιλίαν µή]τ᾽εἰρήνην πρὸς µηθένα | [τῶν πολεµίων τοῦ βασιλέως Δηµητρίου].

  • 30 K. Freitag, « Zur Integration von Neubürgern in den griechischen Bundesstaaten in hellenistischer (...)

18Une autre population susceptible de présenter des similitudes avec les métèques d’Akraiphia est celle des étrangers installés dans différentes cités étoliennes qui portent le titre de πολιτεύοντες ou οἰκοῦντες ἐν Αἰτωλίᾳ30. Les décrets d’asylie étoliens donnent plusieurs attestations de ces πολιτεύοντες voir par exemple, IG IX 12, 169 A l. 1‑4 : ἔδοξεν τοῖς Αἰτωλοῖς· ποτὶ τοὺς [Κε]ίους τὰν φιλίαν τὰν ὑπάρχουσαν διαφυ|λάσσειν καὶ µηθένα ἄγειν Αἰτωλῶν µηδὲ τῶν ἐν Αἰτωλίαι πολιτευόν|των τοὺς Κείους µηθαµόθεν ὁρµώµενον µήτε κατὰ γᾶν µήτε κατὰ θάλατ|ταν.

  • 31 J. Rzepka (n. 30), p. 71.
  • 32 R. Zelnick-Abramovitz, Not Wholly Free: The Concept of Manumission and the Status of Manumitted Sl (...)

19J. Rzepka a récemment émis l’hypothèse que les πολιτεύοντες ἐν Αἰτωλίᾳ étaient des étrangers qui possédaient la citoyenneté civique, accordée par une des cités de la confédération étolienne, mais pas la citoyenneté fédérale et vice versa31. Il est très difficile de savoir quel était le statut exact de ces πολιτεύοντες ἐν Αἰτωλίᾳ, ils devaient être des étrangers établis depuis longtemps sur le territoire du koinon étolien et avoir un statut analogue à celui des métèques. Ils avaient probablement certains droits civiques, sans être toutefois des citoyens de pleins droits. Les συµπολιτευόµενοι d’Akraiphia pourraient avoir un statut analogue aux πολιτεύοντες d’Étolie dans le cadre de la cité d’Akraiphia. Nous pouvons également remarquer que le verbe πολιτεύειν/πολιτεύεσθαι est utilisé avec le sens flexible et vague de liberté de mouvement dans des actes d’affranchissement de la Grèce centrale32.

  • 33 Sur cette formule voir J. l. García Ramón, « Una fórmula supradialectal en decretos honoríficos de (...)

20Une phrase similaire à celle de la ligne 4 : ὅπως κὰ ϝιδῶ[νθι] [πάντε]ς τοὶ Ἕλλανες ὅτι Ἀκρηφιεῖες πολλὰν ἐπιµέλειαν πο[ιῶνται], apparaît dans le décret athénien IG II276, l. 15‑18 : ὅπως ἂν εἰ[δ]ῶσιν π[ά]|ντες ὅσοι ἂν στρατεύωνται µετ’ Ἀθηνα[ί|ω]ν ὅτι τιµᾶι ὁ δῆµος τοὺς ἄνδρας τοὺς [ἀ|γ]αθούς33. Les similitudes sont encore plus frappantes avec le décret athénien IG II2 505. Dans cette inscription, la cité d’Athènes accorde entre autres privilèges l’isoteleia à deux métèques Nikandros fils d’Antiphanès d’Ilion et Polyzèlos fils d’Apollophanès d’Éphèse. Les deux étrangers ont parfaitement accompli leur devoir en finançant la défense d’Athènes surtout pendant la guerre lamiaque. Ce décret est daté de 302/1. On y retrouve à peu près la même phrase introductive que dans le décret d’Akraiphia : l. 41‑43 ὅπως ἂν οὖν ἅπασιν ἦι φανερὸν ὅτι ἡ βουλὴ καὶ ὁ | [δ]ῆµος ὁ Ἀθηναίων ἐπίσταται χάριτας ἀποδιδόνα|[ι κ]αταξίας τοῖς φιλοτιµουµένοις εἰ[ς] ἑα[υτ]ὸ[ν, etc. Des phrases analogues mentionnant les Grecs, apparaissent dans des inscriptions delphiques FD III 3, 214, l. 22‑23, qui date de 247/6 av. J.‑C. : ἵνα δὲ καὶ εἰδῶσι πάντες οἱ Ἕλληνες τὰ ἐ|[ψηφισµ]έ̣ν[α τῆι τε β̣ουλῆι] καὶ τῶι δήµωι, Syll.³ 613A, l. 34‑37 : ὅπως ἂν οὖν εἰδῶσιν πάν|τες οἱ Ἕλληνες, διότι τὸ κοινὸν τῶν Ἀµφι[κτιόνων] | ἐπίσταται χάριτας ἀξίας ἀποδιδόναι τοῖς εἰς [αὐ]|τοὺς εὐεργετοῦσι καὶ τοὺς ἄλλους Ἕλληνας.

  • 34 Je remercie N. Papazarkadas d’avoir attiré mon attention sur ce point.

21Cette phrase exprime le sentiment de libération des Béotiens et d’autres peuples et cités de la Grèce centrale après la libération de cette région du contrôle de Démétrios Poliorcète en 287 av. J.‑C.34.

Les métèques de la cité, l’octroi de l’isotélie (l. 5‑12)

δεδόχθ[η τοῖ]
[δ]άµοι, ὅποττοι τῶν πεδαϝοίκων συνεπολέµεισαν τὸµ π[όλε]-
µον τὸµ περιστάντα περὶ τὰν πόλιν τὸν ποδ Δά-
µάτριον ἐπὶ Ξενοκρίτω ἄρχοντος κὴ διέµειναν ἐν τῆ πόλι πι[θό]-
µενοι τοῖς ἀρχόντεσσι κὴ ταδδόµενοι ὅποις ἕκαστον κατέτ[αξαν],
10 εἶµεν αὐτοῖς ϝισοτέλιαν δεδοµέναν παρ τᾶς πόλιος κὴ α[ὐτοῖς]
κὴ τοῖς ἐκγόνοις, ἐµφερόντεσσι ἐν τὰν πόλιν κὴ ἐν τὸ κο[ινὸν]
Βοιωτῶν ἅ κα κὴ τοὶ ἄλλοι πολῖτη ἐµφέρωνθι·

22La phrase συνεπολέµησαν τὸµ π[όλε]µον de la l. 6 apparaît aussi dans le décret de politographie de Dymè, AchaïIII 4 (Syll  3 529, l. 6‑10) : τούσδε ἁ πόλις πολί|τας ἐποιήσατο συµπολε|µήσαντες τὸµ πόλεµον | καὶ τὰµ πόλιν συνδια|σώισαντες, κρίνασα κα|θ᾽ἕνα ἕκαστον. L’archonte Ξενόκριτος à la l. 8 doit être l’archonte local d’Akraiphia ; il n’est pas connu par ailleurs.

Les métèques d’Akraiphia

  • 35 IG IV 615, l. 2, 552, l. 8, ces inscriptions sont des catalogues des noms du ve s., uniquement con (...)
  • 36 Sur les métèques, voir Ph. Gauthier, « Citoyens et étrangers dans les inscriptions hellénistiques  (...)

23Le terme πεδάϝοικος est la forme dialectale du terme metoikos qui apparaît dans beaucoup d’inscriptions. La proposition πεδά est l’équivalent de µετὰ dans les dialectes éoliens et doriens, par exemple IG VII 3171, l. 23 : πεδὰ τῶν πολεµάρχων κὴ τῶν κατοπτάων, Pindare, Pythiques V 47 : Μακάριος ὅς ἔχεις καὶ πεδὰ µέγαν κάµατον λόγων φερτάτων µναµήι. Le terme πεδάϝοικος de la ligne 6 est jusqu’à présent inconnu en Béotie mais il est attesté à deux reprises dans des inscriptions d’Argos35. Il est en général difficile de préciser le statut des métoikoi, et pas seulement dans les cités hellénistiques36. La tâche est encore plus difficile en Béotie, en raison de l’absence jusqu’à ce jour de témoignages détaillés.

  • 37 Diodore de Sicile 17 : 11, οἱ δὲ Θηβαῖοι τοὺς µὲν ἱππεῖς ἐντὸς τοῦ χαρακώµατος ἔταξαν, τοὺς δ’ ἐλε (...)

24Il existe une seule autre mention de métèques en Béotie. Lors du siège de Thèbes par Alexandre le Grand, Diodore de Sicile mentionne la participation des esclaves libérés, des fugitifs, et des métèques à la défense de la cité37. Il s’agit d’un contexte qui présente certaines analogies avec la situation d’Akraiphia lors de la guerre contre Démétrios.

L’isotélie

  • 38 Sur l’isotélie voir l. Migeotte, Les finances des cités grecques (2014), p. 461‑464.

25La concession des privilèges et notamment celle de l’isotélie aux étrangers qui participent à la défense de la cité est souvent attestée dans les cités grecques38.

  • 39 Sur le statut des isoteleis à Athènes, voir D. Whitehead, The Ideology of the Athenian metic (1977 (...)
  • 40 Sur les inscriptions des héros de Phylé voir Osborne I, p. 37‑41, D6, Osborne II, p. 26‑43, D6 et (...)
  • 41 Pour d’autres exemples de ce type de formule voir M. Niku, The Official Status of the Foreign Resi (...)
  • 42 M. Niku, The Official Status of the Foreign Residents in Athens, 322‑120 B.C. (2007), p. 97‑98.

26C’est notamment le cas à Athènes comme l’attestent les sources littéraires et les inscriptions39. Lors de la guerre civile de 404‑403, le parti démocratique de Thrasyboulos a promis l’isoteleia à une partie des étrangers qui combattraient avec eux (Xen. Hell. II 4, 25)40. Ainsi, dans trois décrets d’Athènes on accorde l’isotélie à des étrangers qui ont participé à des combats aux côtés des Athéniens, IG II3 418 (340‑320 av. J.‑C.), IG II2 554 (306/5 av. J.‑C.), IG II2 505 (302/1 av. J.‑C.). Le décret d’Akraiphia présente certaines similitudes avec ces décrets attiques accordant l’isotélie à des métèques qui ont combattu aux côtés des Athéniens. Par exemple, le décret IG II2 505, l. 51‑56d accorde aux deux métèques et à leurs descendants l’isotélie et précise qu’ils payeront les mêmes taxes que les Athéniens : εἶναι δὲ αὐτοῖς κα[ὶ ἰ]σ[οτέλ|ειαν] παρὰ τοῦ δήµου καὶ αὐτοῖς καὶ τοῖς ἐγγ[όνοι|ς αὐτ]ῶ[ν] καὶ γῆς καὶ οἰκίας ἔνκτησιν καὶ τὰ[ς εἰσφ|ορὰς] αὐτοὺς εἰσφέρειν µετ’ Ἀθηναίων καὶ [τὰς στρ|ατε]ίας στρατεύεσθαι ὅταν καὶ Ἀθηναῖοι [στρατε|ύων]τα[ι]41. À Athènes, on ne connait qu’un seul exemple d’octroi massif du privilège d’isotélie dans le décret en l’honneur des Téniens IG II2 66042.

27Le décret IG II2 109 (Osborne I, p. 49‑51, D 11) accorde le droit de cité à Astykratès de Delphes et l’isotélie à ses partisans. De même en IG II2 237 (Osborne I, p. 61‑65, D 16) on accorde ce privilège aux Acarnaniens qui appartenaient au même parti que Phormion et Karphinas et voulaient venir habiter à Athènes.

  • 43 Achaïe III, 4 (Syll  3 529) l. 1‑11 : ἐπὶ θεοκόλου Ἀριστολαΐδα, | βουλάρχου Τιµοκράτεος, | προστάτ (...)
  • 44 I.Ephesos 8, l. 43‑48  : εἶναι δὲ καὶ τοὺς ἱσοτελεῖς καὶ παροίκους καὶ ἱεροὺς καὶ ἐξελευθέρους καὶ (...)

28Le plus souvent les cités grecques concèdent la pleine citoyenneté aux métèques ou aux étrangers qui ont participé à des combats à leurs côtés. Citons l’exemple de Dymè qui accorde la politeia aux étrangers qui ont participé à une guerre et ont sauvé la cité43. Éphèse lors de sa révolte contre Mithridate pendant la guerre mithridatique, accorde des droits civiques aux isoteleis, aux paroikoi, aux esclaves sacrés, aux affranchis et aux étrangers, à condition qu’ils s’enrôlent dans l’armée44. Citons enfin le décret de Pharsale IG IX 2, 234 où l’on trouve également attesté le terme συµπολιτευόµενοι.

  • 45 IThesp 55, l. 26‑27 [I. Pernin, Les baux ruraux en Grèce ancienne (2014), p. 122‑125, no 25], IThe (...)
  • 46 Sur l’organisation du système des impôts dans le Koinon, voir E. Mackil, Creating a Common Polity, (...)
  • 47 Pour des cas parallèles à Athènes, voir D. Whitehead (n. 39, 1977), p. 12‑13.

29Les lignes 11‑12 attestent l’existence d’une taxe fédérale imposée par le Koinon à toutes les cités béotiennes. On trouve déjà mention d’une taxe fédérale dans deux baux de Thespies45. Selon les Helléniques d’Oxyrhynchos, au début du ive s. les tele du koinon béotien contribuaient de façon équitable aux finances du Koinon. Il devait en être de même au sein du koinon béotien de l’époque hellénistique qui commençait à se mettre en place à l’époque du décret d’Akraiphia46. La phrase des l. 11‑12 explicite l’accord de l’isoteleia et ne pourrait pas être utilisée comme un argument pour l’existence des εἰσφοραί sur le modèle athénien dans les cités et le koinon béotiens47.

  • 48 Sur l’importance du paiement des impôts comme signe d’appartenance à la cité, voir P. J. Rhodes, A (...)

30Dans les décrets athéniens accordant l’isotélie on retrouve des phrases qui soulignent l’importance de la contribution des étrangers aux finances de la cité, en payant des impôts ou en participant aux souscriptions, voir par exemple les décrets IG II2 505 que j’ai déjà mentionné plus haut et IG II2 55448. À Athènes comme à Akraiphia participer aux combats et aider financièrement la cité permettait à des étrangers de mieux s’intégrer dans la cité.

La protection des nouveaux isotèles (l. 12‑20)

ἐπιµέλεσ[θη δὲ]
τὼς πολεµάρχως ὅπως µειδὶς αὐτὼς ἀδικίει, ὅπ[ως δὲ]
ἁ δωριὰ κουρία ἴει αὐτοῖς ἐµ πάντα τὸν χ[ρόνον, κὴ φανε]-
15 ροὶ ἰῶνθι ὁπόττοις δέδοτη ἁ ϝισοτ[έλια παρ τᾶς πόλιος, ἀπο]-
γράφεσθη αὐτὼς ποττὼς π̣[ολεµάρχως τὼς ἐπὶ nomen]
ω ἄρχοντος ἐν τοῖ πρόσθα [- - - - - - - - - - - - - - ἀπο]-
γράψαντας αὐτῶν τὰ ὀνύµα[τα κὴ ἀναγράψαντας αὐτὰ]
ἐν τοῖ δάµοι, ἐπὶ δὲ κα ἀν[αγράψωνθι τὰ ὀνύµατα αὐτῶν]
20 ἠ τίς κα β̣ε̣ί̣λ̣ε̣ι̣τ̣η̣ [τῶν πολιτῶν - - - - - - - - - - - - - - - - - -]
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -- - - - - - - - - -
  • 49 I. Savalli, « I neocittadini nelle città ellenistiche, Note sulla concessione e l’acquisizione del (...)
  • 50 C. Vatin (n. 36), p. 183.

31Dans les cités, différents magistrats veillent à l’enregistrement des étrangers auxquels la cité accorde des privilèges tels que le droit de cité ou l’isotélie49. Les polémarques qui apparaissent à la l. 13 jouent un rôle important dans la relation entre les métèques et la cité à Athènes50. On trouve des parallèles à cette formule dans les décrets attiques accordant l’isotélie et d’autres privilèges à des étrangers IG II2 660, l. 16‑19 : καὶ ἐπιµελεῖσθαι αὐ[τῶν τὴν βου]|λὴν τὴν ἀεὶ βουλεύουσα[ν καὶ τοὺς σ]|τρατηγούς, ὅπως ἂν µηδ’ ὑ[φ’ ἑνὸς ἀδικ]|ῶνται et IG II2 505, l. 56‑58 : ἐπιµελεῖσθαι δὲ αὐτ[ῶν] καὶ [τὴν β]ουλ[ὴν τὴ]|[ν] ἀεὶ βουλεύουσαν καὶ τοὺς στρατηγούς, ὅπως ἂν | [µ]ηδ’ὑφ’ ἑνὸς ἀδικῶνται.

32Les deux décrets présentent à quelques différences près la même formulation. Il en est de même dans les décrets plus fragmentaires IG II3 418 pour Asklepiodôros daté de 340‑320 et IG II2 554 pour Euxenidès de Phaselis qui est daté de 306/5, ainsi que pour le décret IG II2 768+802 pour un Pergaménien.

33Pour un parallèle à la l. 14 : ὅπ[ως] ἁ δωριὰ κουρία ἴει αὐτοῖς ἐµ πάντα τὸν χ[ρόνον], il faut se reporter au décret de Larisa pour l’intégration des nouveaux citoyens IG IX, 2, 517, l. 20 : τὸ µὰ ψάφισµα τόνε κῦρρον ἔµµεν κὰπ παντὸς χρόνοι. La phrase κὴ ὅπως φανεροὶ ἰῶνθι trouve des parallèles dans deux décrets d’Halicarnasse, l. Migeotte, L’emprunt public, no 101, l. 22‑23, δεδό|[χθαι ὅπως ἂν] οἱ τὰς χρείας παρεχόµενοι | [καὶ ε]ὐ[εργέ]ται φανεροὶ ὦσιν, et ibid., no 103, l. 3‑4, ὅπως δ’ ἂν οἱ προδανείσαντες εἰς τὴν στοὰν ἣν ὁ δῆµος ἀνατί|θησιν τῶι Ἀπόλλωνι καὶ Βασιλεῖ Πτολεµαίωι φανεροὶ ὦσιν πᾶσιν etc.

  • 51 G. Klaffenbach, « Bemerkungen zum griechischen Urkundenwesen », Sitzungsberichte der Deutsche Akad (...)
  • 52 Sur la question de l’enregistrement des nouveaux citoyens dans les archives de la cité, voir I. Sa (...)

34La clause des lignes 17‑18 : [ἀπο]γράψαντας αὐτῶν τὰ ὀνύµα[τα - - ] trouve de nombreux parallèles dans les décrets attiques qui accordent l’isotélie et d’autres privilèges, IG II2 237, l. 33‑35 : ἀναγ[ράψ]αι δὲ κ[α]ὶ τὰ ὀνόµατα τῶν Ἀκαρ|[νάν]ων εἰς τὴν αὐτὴ[ν στή]λην ὑπογράψαντα τὰς πόλει[ς τῆ]ς Ἀκαρναν[ίας ὧν εἷς ἕ]κ[ασ]τός ἐστιν et IG II2 545, l. 15‑17 : ἀπογρ[ά]|[ψασθαι δὲ αὐτοὺς τὰ ὀνόµατ]α πρὸς τὸγ γραµµατέα [τ|οῦ πολεµάρχου καὶ τὸν γραµ]µατέα τῶν στ[ρ]α[τηγ]ῶ[ν]51. Des formules similaires apparaissent dans le décret du koinon des cités de Lesbos IG XII Suppl. 136, l. 27‑29 : [‑ ‑ ἀπογράφεσθα]ι πρὸς τοὶς στροτάγοις καὶ εἰς φύλαν ἄν κ[ε βόλληται ἐπικλάρωσθαι - -]|[- - - - - -]µατα καὶ ἀγόραις ἐπίµελες πόησθον οἰ σ[τρόταγοι - - - - - -]|[- - - - - - -]υόµ[ε]νοι βολλεύσονται et dans une inscription de Milet, Delphinion 143, l. 57‑59 : µετέχειν αὐτοὺς ἁπάντων, ὧγ καὶ οἱ ἄλλοι πολῖται µετέχουσιν, καὶ τὸµ βουλό|µενον Μιλησίων πολιτεύεσθαι ἐν Σελευκε̣[ία]ι ἀ̣πογράφεσθαι πρός τε τοὺς στρα|τηγοὺς καὶ τὸγ γραµµατέα τοῦ δήµου52.

  • 53 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (20092), p. 907‑908.

35L’archonte mentionné aux l. 16‑17 doit être un des successeurs de l’archonte Xénokritos de la l. 8. Πρόσθα à la l. 17 doit être la forme éolienne et dorienne de la préposition πρόσθεν qui doit préciser ici le lieu53. Cette préposition doit indiquer l’endroit dans lequel l’enregistrement des métèques devait avoir lieu. D’autres inscriptions signalent l’emplacement où le recensement doit se faire par exemple I.Lampsakos 9, l. 48‑50 : ποιησάσθω<σ>αν δὲ τῶν ερ[ - - - - - - - -]|[- - - κα]θ’ αὑτὴν κατὰ φυλὰς καὶ ἐχέτω ὁ παῖς ἐν τῷ ταµιείῳ ἕ<ω>ς̣ [ἂν - - - - - - - - ] | [τὴν] ἀ̣πο̣γραφὴν ποιῶνται καθ<ε>στῶσαν π το ερο το Διον[σου - - - - - - ] | [- - - πάντ]ας π̣ολ̣ί̣τας προσιέναι καὶ ἀπογράφεσθαι εἰς τὰ Ἀσκληπ[ίεια - - - ] | [ - - - τὴν] µ̣ὲ̣ν̣ χειροτονίαν τῶν ἀνδρῶν γίνεσθαι ἐν τῆι δε̣<υ>[τέρᾳ τῶν ἐκκλησιῶν - - - ] | [- - τῶν ἀ]ρχείων, τὰ δὲ κατὰ τὴν ἀπογραφὴν συντελε<ῖ>σθαι κ[ - - -]. Dans ce décret – que nous mentionnerons également pour d’autres parallèles – les citoyens de Lampsaque qui ont le droit de participer à la fête des Asklépieia doivent se réunir dans le sanctuaire de Dionysos. La phrase pourrait prendre la forme ἐν τοῖ πρόσθα [τοῦ/τῆς nom d’un lieu τόπωι, etc.].

  • 54 L. Migeotte, « Un fonds d’achat de grain à Coronée », Économie et finances publiques des cités gre (...)

36Il est délicat de proposer une restitution pour la phrase des l. 18‑19. Nous pouvons supposer que les polémarques après avoir enregistré les noms des métèques devaient en présenter la liste devant l’assemblée. Une phrase qui présente des analogies apparait dans le décret de Coronée SEG 43, 20554 sur un fonds d’achat de grain. Ce décret prevoit aux lignes 6‑9 : τὸ µὲν ἀργ|ούριον δόµεν Ἀντιγενίδαν τῦς πολεµάρχυς | ἐµφανὲς ν τ δµυ ἐπί κα τὸ ψάφισµα κούριον γε|γένειτη.

  • 55 Eschine, Contre Timarque, 55 : Καὶ τοιαῦτα πράγµατα καὶ τοιαύτας ὕβρεις ἐγὼ ἀκήκοα γεγονέναι ὑπὸ τ (...)
  • 56 IG II2 111, l. 43‑45 : ἀπογράψαι δ|ὲ αὐτῶν τὰ ὀνόµατα αὐτί[κα µά]λα ἐναντίον το͂ δήµο τῶι γραµµατε (...)

37À l’appui de cette interprétation nous pouvons également citer la tournure ἐν + datif chez les orateurs attiques, notamment dans deux passages d’Eschine55. Dans les inscriptions attiques une expression équivalente à ἐν τῶι δήµωι, devant l’assemblée, est ἐνάντιον τοῦ δήµου ou τῆς βουλῆς qui prescrit la présentation de certaines affaires56. Une phrase extraite du décret des tribus qui contrôlaient les sanctuaires d’Apollon et d’Héraklès à Halasarna présente de grandes similitudes. Ce décret réglemente l’enregistrement des citoyens qui avaient le droit de participer à la gestion de ces sanctuaires. Le texte prévoit l’enregistrement du décret devant l’assemblée IG XII 4, 103, l. 65‑72 : ν δ τι δµωι | τὸ ψάφισµα τόδε ἀνα|γράψαντες εἰς λεύκω|µα ἐκτιθέντω πᾶσαν | ἁµέραν φανερὸν σκο|πεῖν τῶι χρήζοντι ὅµ|περ χρόνον καὶ ἁ ἀπο|γραφὰ ὑπάρχει. La présence d’un verbe qui commence avec ἀν[- -] à la l. 19, fort probablement ἀναγράφω, rend plus probable le complement ἀναγράψαντας à la ligne précedente.

  • 57 IG VII 1780, Darmezin 1999, p. 102, no 137.

38La mention ἐπὶ δὲ κά à la l. 19 introduit une phrase temporelle et hypothétique et trouve plusieurs parallèles notamment dans des inscriptions béotiennes à caractère financier et dans des actes d’affranchissement des cités béotiennes et de Delphes, SEG 43, 205, l. 24‑25 : ἐπὶ δέ κα διαπωλείσων|θι πάντα τὸν σῖτον, ἐλλογιττάνθω µετὰ τῶν κατο|πτάων τὸ σουναγµένον ἀπὸ τᾶς τιµᾶς, IThesp 214, l. 10‑1457 : ἐπὶ δέ τί κα πάθει Εὔτυχος, παρακ[ατ|α]τίθεται οὗτα τὰ σώµα[τα] | ἐναντία τῶ Ἀσκλαπιῶ παρὰ | [Ἐ]πίτιµον Σαµίχω κὴ Σάµιχον | [κ]ὴ Καλλικράτην Ἐπιτίµ[ω], FD III 3, 333, l. 4‑5 : ἐπὶ δέ κά τι πάθῃ ἀνθρώπινον Κλεόµαντις, | ἔστωσ[αν] τὰ καταλιφθέντα ὑπ’ αὐτοῦ πάντα <Σω>σύλᾳ ἐν χρήσει.

  • 58 I. Pernin (n. 45), 117‑122, no 24.

39La phrase hypothétique introduite par ἠ τίς κὰ β̣ε̣ί̣λ̣ε̣ι̣τ̣η̣ pourrait peut‑être faire référence aux citoyens qui auraient voulu examiner le catalogue des métèques isotèles et vérifier son exactitude. Une phrase similaire apparaît dans la fameuse loi de Paros concernant les archives (SEG 33, 679, l. 67‑72) : ὅπως δὲ καὶ ἐ|άν τις βούληται τῶν γραµµάτων τῶν ἐν τῶι ἱερῶι | τῆς Ἑστίας ἐπισκοπεῖν ἐξεῖ αὐτοῖς, ἐάν τις φῆι µὴ | ὡσαύτως ἀναγεγράφθαι τοῖς ἐν τῶι Πυθίωι γράµµ[α]|σιν τὰ ἐν τῶι τῆς Ἑστίας, τοὺς µὴ φαµένους δηλοῦν | τοῖς ἄρχουσιν ἐγ κυρίαι ἐκλησίαι ἀκούοντος τοῦ δή|µου ὃ ἂµ µὴ φῆι εἶναι ὡσαύτως ἀναγεγραµµένον | τοῖς ἐν τῶι Πυθίωι γράµµασιν,... De même en Béotie dans le bail de Thespies, IThesp 54, l. 29‑3358 : ὅπως | ὦν ἅ τε προήρεσις τῶ καταλιπόντος φανε[ρ]ὰ ε[ἶ] κὴ τῶν π[ο]λιτάων ὁ βωλόµενος ἔχει ἐφορ<ᾶ>σθη τὰν δόσιν ἃν πεπόειτη,| τὸν δᾶµον, ἐπί κα τὸ ψάφισµα [κ]ούριον [γ]ένειτη, ἑλέσθη ἀρχὰν δούο ἄνδρ[α]ς µεὶ νεωτέρως τριάκοντα ϝε[τ]έων, τὼς δὲ εἱρ[ε]|θέντας ἐγδόµεν τὰν ἐνκόλαψιν τῶν γραµµάτων ἐν τὰν στάλαν τὰν ἐν τῦ προυτανίυ ὅπ[ω]ς̣ [ἀνγ( ?)]ρ̣άψει ὅπ[ω] | κὴ τὺ λυπὺ τὺ ἀντε̣θέοντες γ̣[ᾶς] τ[ῆς] Μώ[σ]ης, τό τε ψάφισµα κὴ̣ τὰς θείκας ἧ̣ς̣ κατέλ[ι]πε Γό[ρ]γο[υ]θος̣ Κλεισθέν[ε]ος... Enfin, des décrets de l’époque hellénistique, comme par exemple dans le décret d’Halasarna de Cos que nous avons déjà cité IG XII 4, 103, l. 65‑72, donnent aux citoyens la possibilité de controler des listes mentionnant des noms.

40Un exemple qui présente beaucoup de similitudes est celui du décret de Lampsaque sur l’organisation de la fête des Asklépieia (I.Lampsakos 9) auquel nous avons déjà fait référence. Selon ce décret, il faut enregistrer les citoyens qui ont le droit de participer à cette fête, l. 45‑48 : καὶ οἱ ἐπιµήνιοι διδότωσαν τὸ δε<λτ>[ίον - - - - - - - ] | [ - - - ὀν]όµασιν, οἱ δὲ ἄνδρες τὰς ἀπογραφὰς διδότωσαν τῶν [ | [ὁ δὲ ταµ]<ί>ας τιθέτω εἰς ἓν τῶν οἰκηµάτων τῶν ἐν τῆι ταµιακ[ῇ στοᾷ καὶ ἐξέστω] | [σκοπ]<ε>[ῖν] τῷ βουλοµένῳ. Dans ce décret la cité de Lampsaque prévoit l’enregistrement des citoyens qui avaient le droit de participer à la fête des Asklépieia dans un registre, l’affichage de la liste dans un portique et le contrôle par les citoyens volontaires de la conformité de la liste.

  • 59 Sur la signification de cette formule voir Ch. W. Hedrick, « For Anyone Who Wishes to See », AncW  (...)

41L’expression σκοπεῖν τῳ βουλοµένῳ apparaît avec le même sens dans d’autres décrets, I.Oropos 277, l. 42 : γράφεσθαι τ|ὸν νεωκόρον καὶ αὐτοῦ καὶ τῆς πόλεος καὶ ἐκ|τιθεῖν ἐν τοῖ ἱεροῖ γράφοντα ἐν πετεύροι σ|κοπεῖν <τ>οῖ βολοµένοι, IG XII 7, 515, l. 87 : oἱ ἐπιµεληταὶ λόγον ἀποδότωσαν | [τ]ῆ̣ς δαπάνης, γράψαντες εἰς σανίδας τοῖς τε πρυτάνεσι καὶ τῷ γυµ|νασιάρχωι, οἱ δὲ ἐκτιθέτωσαν σκοπεῖν τῶι βουλοµένωι59.

  • 60 Sur la dokimasia du droit de cité accordé à un bienfaiteur étranger, voir Chr. Feyel, Dokimasia. L (...)
  • 61 Osborne I, p. 161‑164, p. 164 : « Thus the second vote was added to the procedure for naturalizati (...)

42De façon générale la procédure décrite dans les dernières lignes du décret présente des similitudes avec la procédure évidemment plus compliquée et organisée qui était appliquée après l’octroi du droit de cité à Athènes, à savoir le second vote de ratification des décrets accordant la politeia à des étrangers60. Nous avons trace de cette procédure dans le discours Contre Nééra attribué à tort à Démosthène61.

  • 62 Sur cette inscription voir A. Wilhelm, « Attische Urkunden, X. Beschluss der Isotelen aus Rhamnus  (...)

43La procédure adoptée à Akraiphia trouve peut‑être un parallèle dans le décret du dème de Rhamnonte, Petrakos, Δµος το Ραµνοντος 8, qui prévoit la dokimasia de l’isoteleia accordée aux mercenaires en poste dans la forteresse de Rhamnonte62. Malheureusement la cassure de la pierre ne permet pas de connaitre le détail des clauses qui suivaient.

Le catalogue des métèques

44Comme nous l’avons déjà vu l’inscription commence par l’intitulé, [untel] étant archonte, les personnes suivantes ont été inscrites parmi les [- - - - - - -] conformément au décret du peuple. On s’attendrait ensuite à trouver les noms des métèques et non pas le décret d’Akraiphia. Cet intitulé devrait en bonne logique être gravé après le décret de la cité. Mais, on a choisi de citer le décret auquel fait référence le titre de l’inscription.

  • 63 Pour des exemples de ce type des catalogues, voir I. Savalli (n. 49), p. 406‑408.

45Comme pour d’autres décrets accordant des privilèges importants tels que la politographie, le décret d’Akraiphia était suivi d’un catalogue des métèques isotèles. Cette liste devait commencer sur la face principale de la stèle à la suite du décret de la cité et continuer sur la face gauche, la seule à nous être parvenue63.

L’origine des métèques d’Akraiphia

46L’origine des metoikoi d’Akraiphia pose également des problèmes. Les noms inscrits sur la face gauche de la stèle sont communs dans le monde grec et ne présentent pas de traits spécifiquement béotiens.

  • 64 Pausanias IX 25, 5 : Ἐντεῦθεν ἐς Ἀκραίφνιον ἐστιν ὁδὸς τὰ πλείω πεδιάς. εἶναι δὲ ἐξ ἀρχῆς τε µοῖρα (...)

47Pourtant, selon Pausanias, suite à la destruction de Thèbes par Alexandre, des Thébains ont trouvé refuge à Akraiphia64. Faut‑il voir derrière les πεδάϝοικοι mentionnés des Thébains qui se seraient installés à Akraiphia après la destruction de leur ville ? Il est probable qu’après s’être installés pendant vingt ans dans une autre cité, ces Thébains aient éprouvé des difficultés à rentrer dans une cité ravagée où tout était à reconstruire – sans oublier que la Thèbes rétablie en 316 av. J.‑C. n’était plus la cité puissante et riche d’autrefois, son territoire était alors amoindri. De leur côté, les cités voisines de Thèbes qui ont offert refuge à des Thébains avaient aussi intérêt à garder une main‑d’œuvre susceptible d’aider à l’exploitation des nouvelles terres acquises.

  • 65 Pour ce phénomène, voir J. Velissaropoulos-Karakostas (n. 30), p. 151‑160.

48Pour séduisante qu’elle soit, une telle hypothèse est à exclure parce que la grande majorité des noms des métèques ne sont pas caractéristiques de Thèbes ou de la Béotie. Dès lors, il faut envisager une explication plus banale. Il s’agit vraisemblablement d’un groupe d’étrangers de diverses provenances, établis pour différentes raisons à Akraiphia. Leur aide à un moment crucial leur a donné l’occasion d’accéder au statut d’isotèle. Ce phénomène est courant dans l’histoire grecque ; des cités accordent des privilèges à des étrangers résidents sans droits civiques pour des raisons démographiques et militaires65.

Parallèles

  • 66 M. Feyel (n. 28), p. 285‑297.
  • 67 IG IX 2, 516‑517.
  • 68 F. Marchand, « The Philippeis of IG VII 2433 », dans R. W. V. Catling F. Marchand (éds), Onomatolo (...)

49À notre connaissance, il n’existe pas d’autres parallèles épigraphiques assurés en Béotie d’octroi de droits civiques pleins ou partiels à des étrangers ayant combattu aux côtés d’une cité. Une liste de noms de Thèbes comportant plusieurs lignes effacées, IG VII 2433, avait été interprétée par M. Feyel66 comme une tentative du roi Philippe V de Macédoine pour introduire de nouveaux citoyens dans une cité alliée. M. Feyel a voulu faire de cette inscription un autre exemple de la politique de repeuplement de Philippe attestée par les fameuses lettres de Larissa67. Beaucoup de faits rendent cette inscription problématique. La présence d’au moins cinq Philippiens est difficile à interpréter. Les nombreuses rasurae sont également énigmatiques. F. Marchand est revenue récemment sur cette inscription. À l’aide d’arguments onomastiques, elle a essayé de démontrer que les Philippieis de cette liste ne devaient pas provenir de Philippes de Macédoine, mais de Philippes de Carie, ancienne Euromos, fondation de Philippe V68. Les conclusions de F. Marchand sont très vraisemblables, mais malheureusement hypothétiques. Le caractère même de ce document n’est pas facile à cerner : est‑ce véritablement une politographie ? Il est par ailleurs difficile de le dater avec précision.

Le cadre historique

  • 69 Sur la Béotie pendant la guerre démétriaque, voir M. Feyel (n. 29), p. 83‑105. Sur la soumission p (...)
  • 70 Polybe 20, 5 : βραχέος δ’αἰθύγµατος ἐγκαταλειποµένου τῆς προγονικῆς δόξης, ἦσαν τινες οἳ δυσηρεστο (...)
  • 71 M. Feyel (n. 60), p. 117‑120.

50La mention du roi Démétrios nous aide à dater l’inscription de façon assez précise. Il ne peut s’agir du roi Démétrios II. En effet, les relations entre les Béotiens et Démétrios II de Macédoine étaient plutôt amicales. Au cours de la guerre contre les Étoliens lancée en 239 av. J.‑C. Démétrios II envahit la Béotie en 236 av. J.‑C. et la libère du joug étolien69. C’est la raison pour laquelle les Béotiens l’ont bien accueilli et se sont soumis à son autorité. Même si les relations amicales avec Démétrios II ne faisaient pas l’unanimité en Béotie70, il semble que jusqu’à la mort de Démétrios II en 229 av. J.‑C., il n’y ait pas eu de révolte antimacédonienne en Béotie analogue à celle évoquée dans le décret d’Akraiphia. Mais après la mort du roi Démétrios II, les Béotiens se sont vite débarrassés de la tutelle macédonienne et ont appliqué une politique étrangère indépendante en nouant des bonnes relations avec les Achéens et les Athéniens, sans toutefois passer du côté des ennemis de la Macédoine71. En revanche, les relations des Béotiens avec Démétrios Poliorcète étaient difficiles, comme nous l’avons déjà montré. Les Béotiens se sont soulevés plusieurs fois contre l’autorité de Démétrios Poliorcète.

Chronologie des révoltes béotiennes

  • 72 P. Cloché, Thèbes de Béotie, des origines à la conquête romaine (1952), p. 208.
  • 73 K. J. Beloch, Griechische Geschichte IV 2, Die griechische Weltherrschaft (1927), p. 247‑249 § 117
  • 74 Sur la datation des révoltes béotiennes, voir Lévèque 1957, p. 135‑139 et AReinach, « Un monumen (...)

51Il nous faut donc situer la guerre contre Démétrios à laquelle fait référence l’inscription dans le cadre de révoltes béotiennes au début du iiie s. av. J.‑C. La chronologie des révoltes béotiennes a soulevé bien des questions. Selon P. Cloché, la première révolte a eu lieu en 293 av. J.‑C. et la seconde en 29272. En revanche, K. J. Beloch penchait pour une succession presque immédiate de deux révoltes et les datait des années 292‑29173. Cette datation repose sur un passage où Plutarque spécifie que la deuxième révolte a eu lieu peu de temps après la première et que Thèbes est tombée deux fois en une seule année74.

  • 75 Chr. Habicht, Athènes hellénistique : Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine (200 (...)

52Mais il paraît difficile de préciser à quelle révolte appartiennent les événements mentionnés dans l’inscription. Cependant, nous penchons pour la seconde révolte probablement datée de 291 qui a vu une confrontation plus intense et plus générale entre les Béotiens et Démétrios. L’année de l’archonte d’Akraiphia Xénokritos était donc probablement l’année 291 av. J.‑C. À cette période très tourmentée on pourrait probablement rattacher une attaque étolienne en Attique qui pourrait être liée aux révoltes béotiennes, malheureusement nous ne possédons pas suffisamment de sources pour étayer cette assertion75.

  • 76 Pour la base d’Eugnotos d’Akraiphia, voir J. Ma, « The Many Lives of Eugnotos of Akraiphia », Stud (...)
  • 77 P. Perdrizet, « Inscriptions d’Akraephiae », BCH 24 (1901), p. 73‑74.
  • 78 Y. Kalliontzis, « Digging in Storerooms for Inscriptions: An Unpublished Casualty List from Platai (...)
  • 79 D. Knoepfler (n. 16).

53L’épigramme en l’honneur de l’Akraiphien Eugnotos est un autre témoignage important situé dans ce contexte des révoltes (fig. 3)76. Eugnotos est tombé ou probablement s’est suicidé dans une bataille contre une armée d’un roi macédonien à Onchestos près d’Haliarte. P. Perdrizet avait émis l’hypothèse convaincante qu’Eugnotos était mort pendant la bataille qui s’est produite lors de la seconde révolte béotienne de 291 av. J.‑C. entre la cavalerie béotienne et l’armée dirigée par le fils de Démétrios Poliorcète, Antigone Gonatas77. L’apparition d’un deuxième texte sur ces révoltes à Akraiphia montre le rôle de premier plan qu’a joué cette cité pendant ces révoltes. Un autre fragment d’épigramme provenant de Thespies et mentionnant la δουλοσύνη ainsi qu’une entreprise commune des Béotiens pourrait appartenir à cette période des révoltes contre l’autorité macédonienne (IThesp 336)78. Mais l’état fragmentaire de cette inscription ne permet pas de conclusions certaines. Le décret d’Akraiphia date selon toute probabilité de la période qui suit la libération de la Béotie par rapport à Démétrios Poliorcète en 287 av. J.‑C. Cette libération a donné la possibilité au Koinon de se réorganiser et probablement de réintégrer Thèbes en son sein79.

Fig. 3 – L’orthostate avec l’épigramme d’Eugnotos d’Akraiphia.

Fig. 3 – L’orthostate avec l’épigramme d’Eugnotos d’Akraiphia.

Conclusion

  • 80 D. Whitehead (n. 40, 1984), p. 49‑50, J. K. Davies, « Cultural, social and economic features of th (...)
  • 81 M. Clerc, De la condition des étrangers domiciliés dans les différentes cités grecques (1898), p.  (...)
  • 82 W. Mack, Proxeny and Polis, Institutional Networks in the Ancient Greek World (2015), p. 56‑57. À (...)

54La cité d’Akraiphia était une petite cité, sans débouché véritable sur la mer, plutôt isolée. Seul le sanctuaire d’Apollon Ptoios apportait un certain éclat à Akraiphia et attirait un nombre considérable de personnes pendant la fête et les concours organisés en l’honneur du dieu. L’existence de populations à côté du corps civique avec des statuts divers, métèques, paroikoi, laoi, était un phénomène répandu dans le monde hellénique toutes périodes historiques confondues80. Le phénomène des résidents étrangers dans les cités grecques ne s’est pas limité aux grandes cités marchandes comme Athènes, Corinthe ou Milet, mais il s’est propagé dans presque toutes les cités. Ce phénomène atteint son apogée à la période hellénistique. Le cas de la petite cité d’Akraiphia n’est donc pas exceptionnel. La Béotie n’était pas épargnée par ce phénomène et il semble que malgré la pénurie de témoignages, il existait dans les cités béotiennes une population de métèques et d’étrangers. M. Clerc considérait que l’existence d’une clause d’isoteleia dans les décrets de proxénie béotiens impliquait l’existence des métèques isoteleis dans les cités béotiennes81. La présence des métèques isoteleis à Akraiphia vient renforcer cette hypothèse. Toutefois, il ne faut pas automatiquement en déduire l’existence d’une classe d’isotèles dans les cités béotiennes. Comme le souligne W. Mack, les proxènes isotèles, notamment les proxènes athéniens, étaient censés vivre dans leurs patries82.

55Bien que l’octroi de l’isoteleia et d’autres privilèges à des métèques ne soit pas un phénomène rare surtout pendant la période hellénistique, le cas d’Akraiphia est particulier dans la mesure où les métèques isoteleis doivent payer des impôts non seulement à la cité d’Akraiphia mais aussi au Koinon.

56Le caractère exceptionnel de ce décret d’Akraiphia réside dans l’octroi collectif de l’isoteleia. Il est dû aux circonstances particulières dans lesquelles s’est trouvée la cité. Elles l’ont amenée à honorer les non-citoyens qui ont apporté un appui décisif à la défense d’Akraiphia.

Haut de page

Bibliographie

Darmezin 1999 = l. Darmezin, Les affranchissements par consécration en Béotie et dans le monde grec hellénistique (1999).

Osborne I = M. J. Osborne, Naturalization in Athens, Vol. I (1981).

Osborne II = M. J. Osborne, Naturalization in Athens, Vol. II, Commentaries on the Decrees granting Citizenship (1982).

Haut de page

Notes

1 Plutarque, Vie de Démétrios 39‑40, Diodore de Sicile 21, fr. 25‑27 (éd. P. Goukowsky), Polyen III 7, 2 et IV 7, 11.

2 Polyen IV 7, 11 : Δηµήτριος κήρυκα πρὸς Βοιωτοὺς πέµψας πόλεµον ἐπήγγειλεν. Ὁ µὲν κήρυξ ἐν Ὀρχοµενῷ τοῖς Βοιωτάρχαις τοῦ πολέµου τὴν ἐπιστολὴν ἀπέδωκε Δηµήτριος δὲ ἐν Χαιρωνείᾳ τῇ ὑστεραίᾳ ἐστρατοπέδευσε. Κατεπλάγησαν οἱ Βοιωτοὶ πόλεµον ἀγγελλόµενον ὁµοῦ καὶ παρόντα et Plut. Dém. 39, 1‑2.

3 Sur la conquête de la Béotie par Démétrios, voir B. Gullath, Untersuchungen zur Geschichte Boiotiens in der Zeit Alexanders und der Diadochen (1982), p. 186‑189, C. Wehrli, Antigone et Démétrios (1968), p. 173‑174 et K. J. Beloch, Griechische Geschichte IV, 1, Die griechische Weltherrschaft (1925), p. 224‑227.

4 Sur Peisis, voir P. Paschidis, Between City and King: Prosopographical Studies on the Intermediaries Between the Cities of the Greek Mainland and the Aegean and the Royal Courts in the Hellenistic Period (322‑190 BC) (2008), p. 312‑315, c15. Sur cette première révolte voir C. Wehrli, supra, p. 174, B. Gullath, supra, p. 189‑193.

5 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 2, B. Gullath (n. 3), p. 189‑190.

6 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 3.

7 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 4.

8 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 5.

9 De la période des révoltes béotiennes date une lettre adressée à Démétrios Poliorcète, portant sur l’infidélité des Thébains. Cette lettre préservée sur papyrus (POxy 13) pourrait être attribuée à Hiéronymos de Cardia, G. de Sanctis, « Una lettera a Demetrio Poliorcete », RFIC 59 (1931), p. 330‑334. Cette lettre a été parfois interprétée comme un exercice de rhétorique, E. Manni, Demetrio Poliorcete (1951), p. 109‑110 et J. Hornblower, Hieronymus of Cardia (1981), p. 254‑255.

10 Plutarque, Vie de Démétrios 39, 6.

11 P. Levêque, Pyrrhos (1957), p. 135‑138.

12 Plutarque, Vie de Démétrios 40, 5.

13 Diodore de Sicile 21, fr. 25, 27, Plut. Dém. 40, 6.

14 Sur les révoltes béotiennes, voir C. Wehrli (n. 3), p. 173‑176.

15 Plutarque, Vie de Démétrios 46, 1 : Ἐπεὶ δ’ ἅπαξ ὥσπερ εἰς ὁδὸν βασιλικὴν τὴν ἐλπίδα κατέστη, καὶ συνίστατο πάλιν σῶµα καὶ σχῆµα περὶ αὑτὸν ἀρχῆς, Θηβαίοις µὲν ἀπέδωκε τὴν πολιτείαν.

16 D. Knoepfler, « La réintégration de Thèbes dans le Koinon béotien », dans R. Frei‑Stolba, K. Gex (éds), Recherches récentes sur le monde hellénistique (2001), p. 18.

17 Sur les recherches de l’EFA à Akraiphia voir Chr. Müller, BCH 119 (1995), p. 655‑660 et BCH 120 (1996), p. 853‑864 avec toute la bibliographie sur les travaux plus anciens.

18 Voir D. Knoepfler, « De Delphes à Thermos : un témoignage épigraphique méconnu sur le trophée galate des Étoliens dans leur capitale (le traité étolo‑béotien) », CRAI 2007, p. 1215‑1253, A. Jacquemin, D. Mulliez, G. Rougemont, Choix d’inscriptions de Delphes (2012), p. 128‑131, no 64.

19 Voir la discussion plus loin p. 680‑682.

20 G. Vottero, « Sur une question de phonétique béotienne, le datif thématique en ‑OI et les diphtongues à premier élément long », dans C. Brixhe (éd.), Hellènika Symmikta II (1995), p. 96‑100.

21 E. Schwyzer, Griechische Grammatik (1939), p. 407, β.

22 E. Lhôte, Les lamelles oraculaires de Dodone (2006), p. 187‑188, no 89. Pour de nouvelles mentions de ὅπει dans la récente publication du corpus des lamelles oraculaires de Dodone voir S. Dakaris, I. Vocotopoulou, A. Christides, Τα χρηστήρια ελάσµατα της Δωδώνης των ανασκαφών ΔΕυαγγελίδη. Τόµος Ι. Επίγραφές 1‑2220, Τόµος  ΙΙ. Επιγραφές 2221‑4216 (2013), nos 187A, 1244, 2501A, 3661A. Le numéro 187A émane selon toute probabilité d’un Béotien.

23 Sur ce phénomène voir E. Lhôte (n. 22), p. 187‑188.

24 P. Roesch, Études Béotiennes (1982), p. 348‑349.

25 Voir par exemple le nom du proxène de Tanagra Νίων Νικάνορος Ἀλεξανδρεῖα IG VII 519, l. 5.

26 Sur la sympolitie à l’époque classique et hellénistique, voir l’article de J. Pascual, « La sympoliteia griega en las épocas clàsica y hellenistica », Gerion 25 (2007), p. 167‑186 avec la bibliographie.

27 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche. Testo critico, traduzione e commento, vol. II, Grecia centrale e settentrionale (1975), p. 63.

28 M. Feyel, Polybe et l’histoire de Béotie au iiie siècle avant notre ère (1942), p. 292, Ph. Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (1985), p. 197‑202, L. Moretti (n. 27), p. 62‑65, no 96, R. Lonis, « L’anaplerôsis ou la reconstitution du corps civique avec des étrangers », dans R. Lonis (éd.), L’étranger dans le monde grec 2 (1992), p. 245‑270. Pour une interprétation différente de cette inscription, voir R. Oetjen, Athen im dritten Jahrhundert v. Chr. Politik und Gesellschaft in den Garnisonsdemen auf der Grundelage der inschriftlichen Überlieferung, (2014), p. 99‑101. Chr. Feyel a exprimé ses réserves sur les interprétations historiques de R. Oetjen, voir Chr. Feyel, Bull. 2015, 223.

29 F. Lefèvre, « Traité de paix entre Démétrios Poliorcète et la confédération étolienne (fin 289 ?) », BCH 122 (1998), p. 112, l. 23‑24.

30 K. Freitag, « Zur Integration von Neubürgern in den griechischen Bundesstaaten in hellenistischer Zeit‑Ein Problemaufriss », dans L.‑M. Günther (éd.), Migration und Bürgerrecht in der hellenistischen Welt (2012), p. 92, J. Rzepka, The Rights of Cities within the Aitolian Confederacy (2006), p. 61. Dans les décrets étoliens il y a plusieurs mentions des πολιτεύοντες ou οἰκοῦντες ἐν Αἰτωλίᾳ, voir par exemple FD III 3, 185, l. 5 : Ἀλεξεινίδης Φιλωνίδου Ἠλεῖος ἐν Αἰτωλίαι οἰκῶν, FD III 3, 240 (IG IX 12 179), l. 19‑20 : συναποδέχεσθαι τοὺς Αἰτω[λοὺς ἄσυλον] εἶµεν αὐτὸ τὰ ἀπ’ Αἰτωλῶν καὶ τῶν ἐν Αἰτωλίᾳ κατοικεόντων καὶ µηθένα ἄγειν µηδὲ ῥυσ[ιάζειν ἐ]ντὸς τῶν ὁρίων, F. Lefèvre, CID IV 56, l. 8‑9 : ἐπαινέσαι τε Καλλικλῆ Καλλικλέος Ἀθηναῖον οἰκοῦντα ἐν Αἰτωλίαι, CID IV 58, l. 8 : οἰκοῦντα ἐν Αἰτωλίᾳ, décret d’asylie de Céos, IG IX 12 169a, l. 2‑3, µηδὲ τῶν ἐν Αἰτωλίᾳ πολιτευόντων, IG IX 12 189, l. 3‑4 : décret d’asylie pour les Mytiléniens, µηδὲ τῶν ἐν Αἰτωλίᾳ πολιτευόντων, IG IX 12 190, l. 1‑2, autre décret d’asylie pour les Mytiléniens : µηδὲ τῶν ἐν Αἰτωλίᾳ πολιτευόντων. Le cas est caractéristique des synoikoi dont le statut a été précisé par les Étoliens Syll  3 480, cf. J. Velissaropoulos-Karakostas, Droit grec d’Alexandre à Auguste (323 av. J.‑C.-14 ap. J.‑C.), I, personnes-biens-justice (2011), p. 196 : « Les synoikoi de Delphes sont des étrangers résidents dont les privilèges notamment l’octroi de l’immunité, font l’objet du présent décret de la confédération étolienne qui a voulu mettre fin aux concessions abusives ».

31 J. Rzepka (n. 30), p. 71.

32 R. Zelnick-Abramovitz, Not Wholly Free: The Concept of Manumission and the Status of Manumitted Slaves in the Ancient Greek World (2005), p. 317, Darmezin 1999, p. 226‑227. Ce sens apparaît également dans des sources tardives Thesaurus Graecae Linguae 12, 1353.

33 Sur cette formule voir J. l. García Ramón, « Una fórmula supradialectal en decretos honoríficos de época helenística: nuevos datos y el caso de Tesalia » dans F. Cortés Gabaudán, J. Méndez Dosuna (éds), Dic mihi, musa, virum: homenaje al profesor Antonio López Eire (2010), p. 233‑242.

34 Je remercie N. Papazarkadas d’avoir attiré mon attention sur ce point.

35 IG IV 615, l. 2, 552, l. 8, ces inscriptions sont des catalogues des noms du ve s., uniquement connues par des fac‑similés de l’abbé Fourmont. Il existe apparement une inscription inédite d’Argos qui mentionne également des πεδάϝοικοι voir M. Piérart, « Argos : une autre démocratie », dans P. Flensted-Jensen, T. H. Nielsen, l. Rubinstein (éds), Polis & Politics : Studies in Ancient Greek History (2000), p. 298 et p. 312, n. 7.

36 Sur les métèques, voir Ph. Gauthier, « Citoyens et étrangers dans les inscriptions hellénistiques », Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études 1978/79 (1982), p. 321‑328, Ph. Gauthier, « Métèques, périèques et paroikoi : bilan et points d’interrogation », dans R. Lonis (éd.), L’étranger dans le monde grec (1987), 23‑46 [=Études d’histoire et d’institutions grecques. Choix d’écrits, p. 55‑77], C. Vatin, Citoyens et non-citoyens dans le monde grec (1984), p. 171‑193. Sur les étrangers résidents et leurs droits dans la cité hellénistique, voir J. Velissaropoulos-Karakostas (n. 30), p. 190‑197.

37 Diodore de Sicile 17 : 11, οἱ δὲ Θηβαῖοι τοὺς µὲν ἱππεῖς ἐντὸς τοῦ χαρακώµατος ἔταξαν, τοὺς δ’ ἐλευθερωθέντας οἰκέτας καὶ τοὺς φυγάδας καὶ τοὺς µετοίκους τοῖς πρὸς τὰ τείχη βιαζοµένοις ἀντέταξαν, αὐτοὶ δὲ τοῖς µετὰ τοῦ βασιλέως (5) Μακεδόσι πολλαπλασίοις οὖσι συνάπτειν µάχην πρὸ τῆς πόλεως ἡτοιµάζοντο. Le verbe ἀντέταξαν de ce passage fait écho au verbe κατέταξαν de la l. 9 du nouveau décret d’Akraiphia. Sur ce passage de Diodore, voir Th. Boulay, Arès dans la cité. Les poleis et la guerre dans l’Asie Mineure hellénistique (2014), p. 224.

38 Sur l’isotélie voir l. Migeotte, Les finances des cités grecques (2014), p. 461‑464.

39 Sur le statut des isoteleis à Athènes, voir D. Whitehead, The Ideology of the Athenian metic (1977), p. 11‑13 avec toutes les définitions des lexicographes. Pour une discussion sur les métèques et les isoteleis à la fin de la période classique et la période hellénistique, voir D. Whitehead, « Immigrant Communities in the Classical Polis, some principles for a synoptic treatment », AC 53 (1984), p. 47‑59, et D. Whitehead, « The ideology of the Athenian metic, some pendants and reappraisal », PCPhS 212 (1986), p. 148‑152.

40 Sur les inscriptions des héros de Phylé voir Osborne I, p. 37‑41, D6, Osborne II, p. 26‑43, D6 et avec toute la bibliographie récente P. J. Rhodes - R. Osborne, Greek Historical Inscriptions (2003), p. 20‑27, no 4.

41 Pour d’autres exemples de ce type de formule voir M. Niku, The Official Status of the Foreign Residents in Athens, 322‑120 B.C. (2007), p. 100‑101.

42 M. Niku, The Official Status of the Foreign Residents in Athens, 322‑120 B.C. (2007), p. 97‑98.

43 Achaïe III, 4 (Syll  3 529) l. 1‑11 : ἐπὶ θεοκόλου Ἀριστολαΐδα, | βουλάρχου Τιµοκράτεος, | προστάτα Κύλωνος, | γραµµατιστᾶ δαµοσι|οφυλάκων Μενάνδρου | τούσδε ἁ πόλις πολί|τας ἐποιήσατο συµπολε|µήσαντες τὸµ πόλεµον | καὶ τὰµ πόλιν συνδια|σώισαντες, κρίνασα κα|θ᾽ἕνα ἕκαστον. Sur cette inscription, voir Ph. Gauthier (n. 28), p. 199‑202, A. Rizakis, « La politeia dans les cités de la confédération achéenne », Tyche 5 (1990), p. 123‑129.

44 I.Ephesos 8, l. 43‑48  : εἶναι δὲ καὶ τοὺς ἱσοτελεῖς καὶ παροίκους καὶ ἱεροὺς καὶ ἐξελευθέρους καὶ ξένους, ὅσοι ἂν ἀναλάβωσιν τὰ ὅπλα καὶ πρὸς το[ὺς] |ἡγεµόνας ἀπογράψωνται, πάντας πολίτας ἐφ᾽ἴσῃ καὶ ὁµοίαι, ὦν καὶ τὰ ὀνόµατα [δια]|σαφησάτωσαν οἱ ἡγεµόνες τοῖς προέδροις καὶ τῶι γραµµατεῖ τῆς βουλῆς, οἳ | καὶ ἐπικληρωσάτεσαν αὐτοὺς εἰς φυλὰς καὶ χιλιαστῦς·τοὺς δὲ δηµοσίους | ἐλευθέρους καὶ παροίκους, τοὺς ἀναλαβόντας τὰ ὅπλα [- -]. Cf. F. Papazoglou, Laoi et Paroikoi. Recherches sur la structure de la société hellénistique (1997), p. 173‑174.

45 IThesp 55, l. 26‑27 [I. Pernin, Les baux ruraux en Grèce ancienne (2014), p. 122‑125, no 25], IThesp 48, 15‑17, [I. Pernin, op. cit., p. 107‑109, no 22]. Sur la taxe fédérale béotienne, voir I. Pernin, op. cit., p. 139‑140.

46 Sur l’organisation du système des impôts dans le Koinon, voir E. Mackil, Creating a Common Polity, Religion, Economy, and Politics in the Making of the Greek Koinon (2013), p. 295‑298. Sur la réorganisation du Koinon après la libération de Démétrios Poliorcète, voir D. Knoepfler (n. 16). Sur les ressources des cités béotiennes, voir l. Migeotte, « Ressources financières des cités béotiennes », Économie et finances des cités grecques (2010), p. 225‑226.

47 Pour des cas parallèles à Athènes, voir D. Whitehead (n. 39, 1977), p. 12‑13.

48 Sur l’importance du paiement des impôts comme signe d’appartenance à la cité, voir P. J. Rhodes, A Commentary on the Aristotelian Athenaion Politeia (1981), p. 653 : « The minimun privilege which all ἱσοτελεῖς must enjoy is exemption from the µετοίκιον and any other tax that was levied on metics but not on citizens, equality with citizens in liability for εἰσφορά and other taxes, and for military service, mentioned in one inscription, may have been thought of as part of rather than as an addition to ἱσοτέλεια (IG II2 287). » Sur les obligations de l’honorandus à Athènes, voir P. Liddel, Civic Obligation and Individual Liberty in Ancient Athens (2007), p. 180‑182, p. 181.

49 I. Savalli, « I neocittadini nelle città ellenistiche, Note sulla concessione e l’acquisizione della politeia », Historia 34 (1985), p. 407, n. 153a.

50 C. Vatin (n. 36), p. 183.

51 G. Klaffenbach, « Bemerkungen zum griechischen Urkundenwesen », Sitzungsberichte der Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin (1960), p. 5‑25.

52 Sur la question de l’enregistrement des nouveaux citoyens dans les archives de la cité, voir I. Savalli (n. 49), p. 406‑408.

53 P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (20092), p. 907‑908.

54 L. Migeotte, « Un fonds d’achat de grain à Coronée », Économie et finances publiques des cités grecques, vol. I (2010), p. 335, voir aussi id. Les finances des cités grecques (2014), p. 42. Pour un autre exemple béotien qui présente des similitudes, voir la convention entre Chorsiai et Thisbé, l. Migeotte, L’emprunt public dans les cités grecques (1984), no 11, l. 17‑19 (SEG 22, 407) : πα[ρεόν]|των τῶν πολεµάρχων κὴ τῶν κατοπτάων πε̣[δὰ τᾶς | π]λείθας.

55 Eschine, Contre Timarque, 55 : Καὶ τοιαῦτα πράγµατα καὶ τοιαύτας ὕβρεις ἐγὼ ἀκήκοα γεγονέναι ὑπὸ τοῦ ἀνθρώπου τούτου εἰς τὸ σῶµα τοῦ Τιµάρχου οἵας ἐγὼ µὰ τὸν Δία τὸν Ὀλύµπιον οὐκ ἂν τολµήσαιµι πρὸς ὑµᾶς εἰπεῖν ἃ γὰρ οὗτος ἔργῳ πράττων οὐκ ᾐσχύνετο, ταῦτ’ ἐγὼ λόγῳ µόνον σαφῶς ἐν ὑµῖν εἰπὼν οὐκ ἂν ἐδεξάµην ζῆν.

Eschine, Contre Ctésiphon, 217 : Ἐγὼ δὲ οὔτε τὰς Δηµοσθένους διατριβὰς ἐζήλωκα, οὔτ’ ἐπὶ ταῖς ἐµαυτοῦ αἰσχύνοµαι, οὔτε τοὺς εἰρηµένους ἐν ὑµῖν λόγους ἐµαυτῷ ἀρρήτους εἶναι βουλοίµην, οὔτε τὰ αὐτὰ τούτῳ δηµηγορήσας ἐδεξάµην ἂν ζῆν. Je remercie A. P. Matthaiou de m’avoir signalé ces exemples.

56 IG II2 111, l. 43‑45 : ἀπογράψαι δ|ὲ αὐτῶν τὰ ὀνόµατα αὐτί[κα µά]λα ἐναντίον το͂ δήµο τῶι γραµµατεῖ τὸς στρατηγὸ[ς τ]ὸ[ς] Ἰουλιητῶν τὸς ἐπιδηµο͂ντας Ἀθήνησι, IG II² 1237, l. 81‑88 : πρὶν ἂν οἱ αὐτο͂ το͂ εἰσαγοµένο θιασῶται κρύβδην ἀπὸ το͂ βωµο͂ φέροντες τὴν ψῆφον διαψηφίσωνται. καὶ τὰς ψήφος τὰς τότων ἐναντίον τῶν ἁπάντων φρατέρων τῶν παρόν|των ἐν τῆι ἀγορᾶι ὁ φρατρίαρχος διαρ|ιθµησάτω καὶ ἀναγορευέτω ὁπότερ’ ἂν ψηφίσωνται, I.Eleusis 85, l. 12‑14 : ε̣ἰ̣ς δὲ τὸν σ̣τ̣έ̣φ̣α̣ν[ο]ν̣ τ̣ὸ ἀ̣ργ̣|ύ̣ρ̣ι̣ον̣ δ̣οῦναι Φιλοκώµωι ἐναν̣τ̣ίον τῶν̣ δη̣µ̣[ο]|τῶν̣ ἑκ̣ατὸν δραχµὰς Μοιροκλέα etc.

57 IG VII 1780, Darmezin 1999, p. 102, no 137.

58 I. Pernin (n. 45), 117‑122, no 24.

59 Sur la signification de cette formule voir Ch. W. Hedrick, « For Anyone Who Wishes to See », AncW 31 (2000), p. 127‑135.

60 Sur la dokimasia du droit de cité accordé à un bienfaiteur étranger, voir Chr. Feyel, Dokimasia. La place et le rôle de l’examen préliminaire dans les institutions des cités grecques (2009), p. 221‑236.

61 Osborne I, p. 161‑164, p. 164 : « Thus the second vote was added to the procedure for naturalization early in the fourth century (probably in or so in after 385/4) and it was retained in regular use until the reforms of ca. 229. Thereafter, although lip‑service was paid to it for a few decades, it was in reality a dead letter. By ca. 190 it no longer figured in the decrees even as a form of words. Its place was now taken over completely by the scrutiny in court. » Chr. Feyel (n. 60), p. 225 : « Il reste que la constatation de M. J. Osborne, fondée sur une étude méticuleuse des inscriptions, est en partie juste, la première attestation certaine du mot dokimasia dans les décrets athéniens conférant le droit de cité est tardive. Elle date très précisement de 302, soit quelques années après le rétablissement de la démocratie (307). » Sur la politographie à Athènes voir le témoignage essentiel du pseudo-Demosthène 58, 89f. Sur la procédure de la politographie à Athènes et dans d’autres cités grecques voir aussi J. Velissaropoulos-Karakostas (n. 30), p. 171‑187.

62 Sur cette inscription voir A. Wilhelm, « Attische Urkunden, X. Beschluss der Isotelen aus Rhamnus », Sitzb. Wiener Akad., 202, 5 (1925), p. 6‑15 = Akademieschriften I, p. 466‑475 et Chr. Feyel (n. 60), p. 242‑252, avec la bibliographie.

63 Pour des exemples de ce type des catalogues, voir I. Savalli (n. 49), p. 406‑408.

64 Pausanias IX 25, 5 : Ἐντεῦθεν ἐς Ἀκραίφνιον ἐστιν ὁδὸς τὰ πλείω πεδιάς. εἶναι δὲ ἐξ ἀρχῆς τε µοῖραν τῆς Θηβαΐδος τὴν πόλιν φασὶ καὶ ὑστερον διαπέσοντας Θηβαίων ἐς αὐτὴν ἄνδρας εὕρισκον, ἡνίκα Ἀλέξανδρος ἐποίει τὰς Θήβας ἀναστάτους ὑπὸ ἀσθενείας καὶ γήρως οὐδὲ ἐς τὴν Ἀττικὴν ἀποσωθῆναι δυνηθέντες ἐνταῦθα ὤικισαν.

65 Pour ce phénomène, voir J. Velissaropoulos-Karakostas (n. 30), p. 151‑160.

66 M. Feyel (n. 28), p. 285‑297.

67 IG IX 2, 516‑517.

68 F. Marchand, « The Philippeis of IG VII 2433 », dans R. W. V. Catling F. Marchand (éds), Onomatologos, Studies in Greek Personal Names presented to Elaine Matthews (2010), p. 332‑343 (SEG 60, 150). Voir les critiques de P. Hamon, « Philippes, vue de Thasos et d’ailleurs (iveiie s. av. J.‑C.) », dans J. Fournier (éd.), Philippes de la préhistoire à Byzance (2016), p. 127, n. 61.

69 Sur la Béotie pendant la guerre démétriaque, voir M. Feyel (n. 29), p. 83‑105. Sur la soumission pacifique de la Béotie à Démétrios II, voir id., p. 101‑102 et J. Scholten, The Politics of Plunder Aitolians and their Koinon in the Early Hellenistic Era, 279‑217 B.C. (2000), p. 272‑273 avec la bibliographie.

70 Polybe 20, 5 : βραχέος δ’αἰθύγµατος ἐγκαταλειποµένου τῆς προγονικῆς δόξης, ἦσαν τινες οἳ δυσηρεστοῦντο τῇ παρούσῃ καταστάσει καὶ τῷ πάντα πείθεσθαι Μακεδόσι. Διὸ καὶ µεγάλην ἀντιπολιτείαν εἶναι συνέβαινε τούτοις πρὸς τοὺς περὶ τὸν Ἀσκώνδαν και Νέωνα, τοὺς Βραχύλλου προγόνους. Οὗτοι γὰρ ἦσαν οἱ µάλιστα τότε µακεδονίζοντες.

71 M. Feyel (n. 60), p. 117‑120.

72 P. Cloché, Thèbes de Béotie, des origines à la conquête romaine (1952), p. 208.

73 K. J. Beloch, Griechische Geschichte IV 2, Die griechische Weltherrschaft (1927), p. 247‑249 § 117.

74 Sur la datation des révoltes béotiennes, voir Lévèque 1957, p. 135‑139 et AReinach, « Un monument delphien, l’Étolie sur les trophées gaulois du Kallion », Journal International d’archéologie numismatique 13 (1911), p. 215‑227.

75 Chr. Habicht, Athènes hellénistique : Histoire de la cité d’Alexandre le Grand à Marc Antoine (2006), p. 107‑108 ; D. Knoepfler, « Athènes hellénistique  (1re partie) : nouveaux développements sur l’histoire, les institutions et les cultes de la cité », Annuaire du Collège de France, 110e année (2009‑2010), p. 561‑562, S. Tracy, Athens and Macedon, Attic Letter-Cutters of 300 to 229 B.C., (2004), p. 38‑45.

76 Pour la base d’Eugnotos d’Akraiphia, voir J. Ma, « The Many Lives of Eugnotos of Akraiphia », Studi Ellenistici 16 (2005), p. 141‑191, et É. Cairon, Les épitaphes métriques hellénistiques du Péloponnèse à la Thessalie (2009), p. 150‑158, no 46 avec la bibliographie.

77 P. Perdrizet, « Inscriptions d’Akraephiae », BCH 24 (1901), p. 73‑74.

78 Y. Kalliontzis, « Digging in Storerooms for Inscriptions: An Unpublished Casualty List from Plataia in the Museum of Thebes and the Memory of War in Boeotia », dans N. Papazarkadas (éd.), The Epigraphy and History of Boeotia New Finds, New Prospects (2014), p. 348, no 6.

79 D. Knoepfler (n. 16).

80 D. Whitehead (n. 40, 1984), p. 49‑50, J. K. Davies, « Cultural, social and economic features of the Hellenistic world, Demographic problems », CAH VII, 1, p. 267‑268.

81 M. Clerc, De la condition des étrangers domiciliés dans les différentes cités grecques (1898), p. 9‑10 : « Plusieurs décrets de proxénie du κοινόν béotien du iiie siècle, trouvés les uns à Oropos, les autres à Coronée, confèrent, avec d’autres privilèges, l’isotèlie aux étrangers faits proxènes ; ils devaient donc jouir de ce privilège dans toutes les cités de la confédération. Les inscriptions nous révèlent, en effet, l’existence de métèques dans la plupart des villes béotiennes. » Le privilège d’isoteleia apparaît dans plusieurs décrets des cités béotiennes : Haliarte : IG VII 2848, 2849, Platées : IG VII 1664, 1665, Tanagra : IG VII 504‑509, Thèbes : IG VII 2409, Thisbé : IG VII 2223, 2224.

82 W. Mack, Proxeny and Polis, Institutional Networks in the Ancient Greek World (2015), p. 56‑57. À Athènes nous retrouvons quelques rares cas de proxènes isotèles établis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le décret d’Akraiphia.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/575/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 2 – Le catalogue de noms.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/575/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 3 – L’orthostate avec l’épigramme d’Eugnotos d’Akraiphia.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/575/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 326k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannis Kalliontzis, « Akraiphia et la guerre entre Démétrios Poliorcète et les Béotiens »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 669-696.

Référence électronique

Yannis Kalliontzis, « Akraiphia et la guerre entre Démétrios Poliorcète et les Béotiens »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/575 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.575

Haut de page

Auteur

Yannis Kalliontzis

Membre de l’école française d’Athènes, coresponsable du projet ANR‑DFG « Corpus des inscriptions de la Béotie centrale »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search