Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.2Varia Philippica

Varia Philippica

Michel Sève et Patrick Weber
p. 753-767

Résumés

L’article présente deux résultats qui trouveraient mal leur place dans la publication définitive en cours d’élaboration. I. Compléments d’ordre archéologique à la publication de la dédicace du dallage CIPh II 1, 66, et proposition pour la remettre à sa place initiale. Elle était située longitudinalement au milieu de la place de façon à pouvoir être lue depuis la terrasse haute. Comme la suivante, la première phase monumentale a été aménagée aux frais des notables de la colonie. II. Publication d’une table à mesure connue par une allusion et une photographie, et d’un autre fragment très mutilé. La table à mesure située face au tabularium, impossible à dater, est taillée en sous‑face pour emboîter les degrés du monument, au moins à partir du milieu du iie s. p. C. Examen des difficultés que soulève sa présence dans un espace qui n'avait plus de rôle commercial à cette époque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, II, La colonie romaine, 1, La vie publiq (...)

1Une mission de mai 2016 destinée à étudier les moyens d’améliorer la présentation du site a été l’occasion d’examiner plus précisément la dédicace du dallage, pour laquelle nous suggérons une possible remise en place, et les tables à mesure, qui n’ont pas encore fait l’objet d’un examen d’ensemble. Ces résultats trouveraient mal leur place dans la publication définitive en cours d’élaboration ; ils permettent de compléter, d’un point de vue archéologique, les données de la récente publication du premier volume du corpus épigraphique de Philippes1.

La dédicace du dallage

  • 2 CIPh II 1, p. 191‑193, n° 66 ; photographies et fac‑similés des différentes plaques, pl. XXVI.
  • 3 CIPh II 1, p. 192. Liste des inscriptions sur dallage connues par St. Friesen, dans St. Friesen, D (...)
  • 4 Cela coûtait certainement très cher, mais nous n’avons qu’un document qui permette de s’en faire u (...)
  • 5 Pour l’exèdre, voir Guide, p. 16 et p. 67 n° 13 ; pour l’angle Nord-Est, « Un monument honorifique (...)
  • 6 Notons qu’ils ne forment une ligne continue qu’en dessous du texte ; à gauche et à droite, il y en (...)
  • 7 Dans le même sens, on peut citer la croix très discrète gravée à la partie inférieure du fût de la (...)

2Le déblaiement du centre de la place basse effectué par le service archéologique grec en 1959 et 1960 a fait apparaître des plaques portant la trace d’une grande inscription en lettres de bronze qui a longtemps suscité la perplexité : les caractéristiques matérielles des plaques, la hauteur des lettres – 62 cm –, l’emplacement même de la découverte rendaient peu probable l’attribution de cette inscription aux bâtiments entourant la place, et ce n’est que dernièrement qu’on a compris qu’il s’agissait en fait de la dédicace du dallage lui‑même. C’est à C. Brélaz que revient le mérite d’en avoir présenté la première édition et l’essentiel de l’interprétation2. Il en résulte que le dallage a été consacré à ses frais par un personnage dont le nom est presque entièrement perdu, un chevalier qui a exercé la fonction de tribun militaire ; c’était aussi un notable local qui fut flamine d’Auguste : [- - -]lus · trib(unus) · mil(itum) · [- - -]III · fla(men) · divi · Aug(usti) · d(e) · s(ua) · p[(ecunia) f(ecit)]. Les dédicaces de dallage, le plus souvent pour des places publiques, parfois pour des théâtres, ne sont pas très nombreuses ; elles se rencontrent le plus souvent en Occident et datent essentiellement de l’époque julio-claudienne3. C’est cette date qu’adopte l’éditeur qui s’appuie sur ces parallèles et sur la prêtrise d’Auguste qu’a exercée le personnage. Il ne fait donc plus de doute pour nous que la place basse du forum était dallée dès sa première phase monumentale, et que ce dallage était dû à l’évergétisme d’un notable local4. On peut en voir d’autres indices dans l’angle Nord-Ouest du forum, près de l’exèdre située à proximité de la curie, et dans l’angle Nord-Est, où le niveau du dallage a été relevé devant le temple Est en englobant le degré inférieur de la base du monument pour les prêtresses de Livie5. Ces dalles sont restées en place pendant toute la durée d’utilisation du forum, y compris lors de la troisième phase monumentale du vie s. p.C. : on suivra volontiers C. Brélaz dans son explication de l’état de désordre dans lequel ont été trouvées certaines de ces plaques par les conséquences du pillage des lettres de bronze et de l’affaissement du remblai sous‑jacent. C’est aussi par la durée d’utilisation de la place et de son dallage que l’on peut songer à expliquer les trous qui semblent encadrer les mots divi Aug(usti). L’éditeur songe à une grille ou un dispositif analogue ; ces trous paraissent néanmoins bien irréguliers6, et on pourrait se demander s’il n’y a pas là une tentative avortée pour effacer le nom d’Auguste divinisé, souvenir trop visible du paganisme, à l’époque prôtobyzantine7.

  • 8 Les mesures que nous avons prises en mai 2016 indiquent plutôt 117 cm.
  • 9 De gauche à droite : fragment 1, 143,5 cm ; fragment 2, 285 cm ; fragment 3, 258 cm ; fragments 4+ (...)
  • 10 Pour C. Brélaz, il faut probablement restituer [f(ecit)] à la fin du texte, mais peut‑être une for (...)
  • 11 Sur ce point, voir les remarques de C. Brélaz (n. 1), p. 192 et note 158 : les exemples allégués n (...)
  • 12 Du fait que le fragment 7, qui porte la fin de l’inscription, est complet à droite, nous préférons (...)
  • 13 Par exemple, à Segobriga en Espagne, la dédicace du dallage du forum, à laquelle manque le début e (...)
  • 14 Si l’on refuse cette hypothèse, il faut admettre que la totalité des plaques conservées se trouvai (...)
  • 15 Pour le premier état, les dimensions de la place dallée sont de 112 m dans le sens Est-Ouest, envi (...)
  • 16 Outre la quasi-impossibilité matérielle de le faire, il a pu y avoir des raisons d’ordre politique (...)

3Les quatorze fragments conservés de cette dédicace ont été décrits dans la publication de C. Brélaz à laquelle on se contentera de renvoyer pour le détail. On en retiendra que ces dalles, toutes grossièrement épannelées au revers, ont une épaisseur comprise entre 17 et 30 cm, mais le plus souvent 22 cm ; une hauteur allant de 118 à 119,5 cm8 ; une longueur très variable pour les fragments complets ou recomposés9, donnant ensemble un total de près de 11,18 m, mais d’une façon discontinue parce qu’il manque au moins une plaque entre les fragments 2 et 3, et qu’il n’est pas sûr que l’inscription soit complète à droite10. Dans la lacune, il faut restituer au moins un chiffre, puisque la barre horizontale qui surmonte les chiffres se prolongeait à gauche (il n’y a qu’un trou de fixation visible pour elle, à l’extrémité droite). C. Brélaz hésite entre deux solutions, l’itération de la fonction militaire, qui lui paraît moins probable, ou l’indication de la légion où a servi le personnage, qu’il privilégie. Puisque le fragment 2, qui porte les lettres RIB  MIL est complet à droite, et le fragment 3, qui porte les lettres III  FLA  D, l’est à gauche, il manque une plaque complète entre les deux fragments. S’il s’agit du nombre de fois où a été exercée la même fonction militaire, on ne peut restituer qu’un seul chiffre, qui ne peut guère être que I11 ; la plaque manquante serait alors extrêmement étroite, sans aucune proportion avec les plaques subsistantes de la dédicace. S’il s’agit de l’indication de la légion, le chiffre à restituer peut être I, V ou X, précédé des lettres LEG  : la plaque manquante aurait alors une dimension comparable à celle que constituent les fragments 4+5, soit 152,3 cm ou un peu plus : elle s’insèrerait parfaitement dans l’ensemble, et l’hésitation n’est pas permise. Il convient donc de restituer la dédicace ainsi : [- - -]lus · trib(unus) · mil(itum) · [leg(ionis) · I, ou V, ou X]III · fla(men) · divi · Aug(usti) · d(e) · s(uo) · f(ecit)12. La longueur est alors voisine de 13 m. Les fragments conservés ne donnent que la partie droite de l’inscription : il manque la totalité du nom du personnage, à l’exception des trois dernières lettres de son cognomen, et même en supposant que gentilice et cognomen étaient courts, il manque à gauche plus d’une vingtaine de lettres, donc au moins 8 mètres. Dans ces conditions, la dédicace occupait une longueur supérieure à 21 mètres ; ce n’est pas inhabituel13. Il est possible de la remettre en place : il n’y a au centre du forum que trois files de dalles ayant une hauteur compatible avec celle des plaques de l’inscription, et parmi elles, une seule comportant une lacune suffisamment longue pour recevoir ces dalles. Elle était disposée parallèlement au long côté et à peu près selon l’axe longitudinal de la place, et se développait de part et d’autre de son axe de symétrie. Dans le dallage du iie s., cet axe est matérialisé par une bande de dalles disposées transversalement par rapport aux autres, et larges de 1,15 m. Cela ne correspond à la longueur d’aucune des plaques de la dédicace. Il faut donc admettre que la dédicace interrompait cette bande axiale14. Si l’on adopte la chronologie très convaincante proposée par C. Brélaz, c’est en fonction du forum du ier siècle qu’il faut interpréter l’emplacement de cette dédicace. Or la terrasse basse du forum était plus étendue à cette époque, dans toutes ses dimensions, que celle qui lui a succédé15. Il a fallu remanier le dallage, au moins en le raccourcissant ; mais la façon dont la dédicace était réalisée, avec des lettres chevauchant les joints, rendait son déplacement à peu près impossible : elle a dû rester en place. La bande axiale a dû être réalisée lors des travaux du deuxième état, en respectant la dédicace du ier s. qu’il était impossible de déplacer16, et qui se trouvait mise en valeur de ce fait. C’est ce qu’indique le dessin fig. 1.

Fig. 1 – La dédicace du dallage remise en place.

Fig. 1 – La dédicace du dallage remise en place.

Dessin P. Weber.

  • 17 Voir sur ce point les remarques de G. Susini, « Le iscrizioni plateali : osservazioni tecniche », (...)
  • 18 Voir Guide, p. 12‑16 et, pour le détail de la démonstration, « Le côté Nord du forum de Philippes  (...)
  • 19 Selon C. Brélaz (n. 1), p. 193, « la dédicace devait être lisible pour qui faisait face au Capitol (...)

4Les lettres de cette dédicace sont beaucoup plus grandes qu’il n’est habituel : 62 cm, quand les autres dédicaces de dallage ont le plus souvent des lettres de l’ordre de 30 cm. On peut se demander comment elle pouvait être lue : depuis le dallage lui‑même ou les portiques qui l’entouraient, les vues sont beaucoup trop obliques pour que le passant puisse la saisir d’ensemble. C’est aussi le cas des autres dédicaces de dallage : si l’on ne peut les voir d’un point en hauteur, elles ne peuvent être lues que lettre à lettre, en les épelant17. Il faudrait conclure qu’elles étaient faites pour être vues plus que pour être lues ; néanmoins, le prestige du notable à l’origine de la dédicace ne peut être complet que si son nom est effectivement lu. Un tel point haut existe à Philippes : c’est la terrasse haute du forum, dont le rapport avec la place basse a pu être montré à partir d’autres arguments18. Ni la dénivellation entre la place basse et cette terrasse, de l’ordre de 8,50 m, ni la distance entre son extrémité et l’emplacement que nous proposons ne faisaient obstacle à sa lecture (fig. 2) ; une vue probablement moins commode pouvait être obtenue à partir de la via Egnatia qui traversait le forum, environ 2 m en surplomb par rapport à la place basse. C’est probablement ce qui explique la dimension très inhabituelle de ses lettres. Dans ces conditions, il faut penser que le texte était tourné vers le Nord en direction de l’acropole, pour être lu par les passants (dans la rue) et surtout les personnes qui fréquentaient la terrasse supérieure, au premier chef les membres de l’élite municipale19. Néanmoins, la compréhension très imparfaite que l’on a des rapports entre les deux terrasses du forum rend ces considérations en partie hypothétiques. Il faudrait, pour progresser, pouvoir fouiller la route maintenant déclassée qui traverse le site.

Fig. 2 – Plaques inscrites de la dédicace vues depuis la terrasse haute du forum.

Fig. 2 – Plaques inscrites de la dédicace vues depuis la terrasse haute du forum.

Cl. M. Sève.

5Par delà l’avantage indéniable que constituerait pour la présentation du site la remise en place de cette dédicace, on peut tirer trois conclusions de cette étude. La première est que dès son premier état, vers le milieu du ier s. p.C., la place basse du forum avait reçu un dallage complet, et que ce dallage n’a pas été fondamentalement remanié par la suite. Certes, il a été rehaussé dans l’angle Sud-Ouest de la place, il a été repris à son angle Nord-Est, à proximité du temple pour le culte des empereurs et du génie de la colonie, et dans son angle Nord-Ouest, à proximité de la curie, son extension surtout a été quelque peu réduite ; mais pour l’essentiel, il est resté le même. La deuxième est que les constructions du forum dans son premier état ont été financées par de riches notables locaux, comme c’est aussi le cas pour les constructions du deuxième état, de l’époque de Marc Aurèle. On pouvait le supposer ; on en a maintenant un élément de preuve. La troisième est que l’on dispose d’un argument supplémentaire, et peu attendu, pour mettre en rapport l’une avec l’autre les deux terrasses du forum.

Tables à mesure au forum

  • 20 Voir en particulier St. A. Fritzilas, « Un sékôma en marbre de Mégalopolis », dans V. Chankowski, (...)
  • 21 CIPh II 1, p. 135‑136, n° 32, et pl. XVII.
  • 22 Voir CIPh II 1, p. 312‑314, n° 158, et pl. XLIV. Table en calcaire brisée à gauche et en bas, 196  (...)

6Les tables à mesures, mensae ponderariae ou sékomata, font l’objet d’un intérêt grandissant20. On en connaît plusieurs dans la colonie de Philippes. Deux d’entre elles ont été publiées, trouvées l’une au forum, dans la pièce Nord du bâtiment aux quatre pièces accolé au temple Est (voir ci‑après no 3)21, l’autre à Kipia, dans le sanctuaire du Héros Aulonitès22. Nous en présentons deux autres. Celle qui a été trouvée près du tabularium n’a fait l’objet que de mentions allusives, mais pas d’une étude complète ; l’autre est entièrement inédite.

Table à mesures près du tabularium (fig. 3‑6)

7Pierre dite table à mesures dans la littérature ancienne, découverte en 1934, conservée actuellement in situ en face du tabularium (inv. 1140). Bloc parallélépipédique de marbre, brisé en biseau à la partie postérieure. Longueur : 1,04 m ; épaisseur : 0,80 m ; hauteur : 0,46 cm ; retaillé en sous‑face dans toute sa longueur pour ménager un encastrement, hauteur 0,19 à 0,20 m ; profondeur 0,34 à 0,35 m ; les faces latérales sont simplement épannelées. Au lit supérieur, deux grandes cavités délimitées par un bourrelet en saillie d’environ 0,015 m, large de 0,03 à 0,04 m, mal conservé dans les deux cas ; dimensions respectives : diamètre 0,49 m, profondeur 0,20 m pour la plus grande ; diamètre 0,38 m, profondeur 0,165 m pour l’autre. Dans les écoinçons, trois cavités qu’aucun bourrelet ne délimite, elles aussi de tailles différentes et sensiblement plus petites (respectivement diamètre 11 cm, profondeur 5,5 cm ; diamètre 11 cm, profondeur 3,5 cm, la dernière n’est pas complète, diamètre conservé 15 cm, profondeur 7 cm). Toutes ces cavités sont dépourvues de trous d’évacuation. On peut estimer que la partie manquante portait deux autres cavités de taille intermédiaire.

Fig. 3 – Table à mesures près du tabularium.

Fig. 3 – Table à mesures près du tabularium.

Dessin P. Weber.

fig. 4 – Table à mesures près du tabularium, vue de l'arrière.

fig. 4 – Table à mesures près du tabularium, vue de l'arrière.

Cl. P. Collart, 1934.

Fig. 5 –Table à mesures près du tabularium, vue latérale.

Fig. 5 –Table à mesures près du tabularium, vue latérale.

Cl. M. Sève.

Fig. 6 – Table à mesures près du tabularium, vue de dessus.

Fig. 6 – Table à mesures près du tabularium, vue de dessus.

Cl. M. Sève.

  • 23 P. Collart, Philippes, ville de Macédoine, p. 362‑363 et pl. LI, 2 ; croquis coté, carnet Philippe (...)
  • 24 Un argument en ce sens : le poids de la pierre, qu’on peut évaluer à près de 840 kg.
  • 25 Socle haut de 40 cm constitué de deux dalles réunies par deux crampons, taillé en sous‑face sur un (...)
  • 26 Le tabularium est très ruiné, mais il subsiste un fragment du degré inférieur de son soubassement (...)

8On ne sait qu’en gros où l’objet a été trouvé : P. Collart se contente de dire qu’il a été « retrouvé en place », « vers l’angle sud-ouest des bâtiments », c’est‑à‑dire dans la région du tabularium23. Les photographies prises en 1934 montrent cette pierre à l’endroit où elle se trouve encore, à peu de distance du tabularium : il est probable que c’est l’endroit de la découverte, et qu’elle n’a jamais été déplacée24. Cette proximité oriente vers une hypothèse. L’encoche en sous‑face n’est pas habituelle dans les exemples connus de table à mesures, mais elle trouve un parallèle à Philippes : c’est le socle pour une base honorifique placé devant le piédestal de la colonne nord de la curie (fig. 7)25 ; un autre analogue lui faisait très vraisemblablement pendant face à la colonne sud. Il comporte une telle encoche permettant d’emboîter le premier degré de l’emmarchement formant crépis du bâtiment devant lequel il est placé ; il avait été installé dès le moment de la construction. C’est à un dispositif comparable que l’on peut penser dans le cas de la table à mesures26.

Fig. 7 – Encastrement du socle de base devant la curie.

Fig. 7 – Encastrement du socle de base devant la curie.

Cl. M. Sève.

Fragment de table à mesures du côté Est du forum (fig. 8‑9)

  • 27 Une table à mesures pourvue de deux cavités percées au fond a été dédiée au Héros Aulonitès dans s (...)

9Fragment brisé de tous côtés sauf sur un bord (inv. 1889), 30 × 20 cm, hauteur (complète) 0,13 m environ. Il subsiste des vestiges de cinq cupules, toutes percées, dont une seule est complète, la plus petite : diamètre 4 cm, profondeur 7 cm. On ne peut mesurer précisément le diamètre des autres. Le fond de l’appareil est bossué : il semble qu’on n’ait gardé que la matière indispensable pour la solidité des cupules, probablement pour l’alléger. Le bord subsistant est bordé à son sommet par un listel en saillie de 2 cm, haut de 6 cm. Il faut le restituer tout autour de l’appareil : il devait servir à le poser sur un bâti de bois permettant d’accéder à sa partie inférieure pour déboucher les trous et recueillir les produits mesurés27.

Fig. 8 – Fragment de table à mesures, vue de dessus.

Fig. 8 – Fragment de table à mesures, vue de dessus.

Cl. M. Sève.

Fig. 9 – Fragment de table à mesures, vue de dessous.

Fig. 9 – Fragment de table à mesures, vue de dessous.

Cl. M. Sève.

  • 28 Il s’agit d’éléments très fragmentés provenant de la ruine des murs de la reconstruction d’époque (...)

10Ce fragment a été observé en 1988 dans un pierrier situé du côté Est de la place28. Ces circonstances interdisent toute hypothèse sur son emplacement primitif. Tout au plus peut‑on supposer qu’il se trouvait au forum ou à proximité immédiate : les matériaux utilisés dans la reconstruction prôtobyzantine semblent pour l’essentiel avoir été pris sur place dans les ruines des bâtiments de l’époque de Marc Aurèle. Faut‑il croire qu’il venait du marché remployé comme entrée secondaire de la basilique B, malgré l’éloignement ? À l’époque de son remploi, cette table à mesures était brisée. Est‑ce à cause des circonstances, probablement un séisme, qui ont rendu nécessaire la reconstruction d’ensemble de la place basse, ou parce qu’elle ne servait déjà plus ? Le maintien en place de la table à mesures près du tabularium peut s’expliquer par son poids, indépendamment de son utilité réelle à cette époque.

Fragment de table à mesures près du temple Est (fig. 10)

  • 29 CIPh II 1, 32, à qui nous empruntons des éléments de commentaire. P. Collart, Carnet Philippes 2‑C (...)

11Bloc de marbre (inv. 504) aux faces latérales polies, faces supérieure et postérieure grossièrement épannelées, 0,30 × 0,675 × 0,53 m. Au lit supérieur, cavité en entonnoir délimitée par un rebord en saillie large de 7 cm et haut de 2,5 cm, diamètre 0,38 m en haut, 0,16 m en bas, capacité 19,3 l (il s’agit là d’un chiffre approximatif, puisqu’en l’absence d’évacuation, la cavité était destinée à recevoir le récipient de bronze qui constituait l’étalon proprement dit). Sur la face antérieure, inscription AVGVST29.

Fig. 10 – Table à mesures près du temple Est.

Fig. 10 – Table à mesures près du temple Est.

Cl. C. Brélaz, DAO S. Zanatta.

12Selon les indications de P. Collart, ce fragment a été découvert « remployé, dans les pièces voisines du temple ». Il se trouve actuellement dans la pièce la plus au Nord du bâtiment aux quatre pièces (Guide, n° 3). L’objet est manifestement déplacé et devait recevoir à gauche et à droite d’autres blocs portant le reste de l’inscription. Il est actuellement impossible de déterminer l’emplacement de son installation primitive. Sa date n’est pas facile à établir, et C. Brélaz propose l’époque julio-claudienne d’après l’écriture.

  • 30 Sur tout cela, voir Guide, p. 20.
  • 31 CIPh II 1, p. 262‑264, n° 117, et pl. XXXVI. La date suggérée par l’écriture – ier s. p.C. – pose (...)
  • 32 Guide, p. 16‑17.
  • 33 C’est peut‑être alors seulement, et pour faciliter sa mise en place en un endroit qui ne s’y prêta (...)

13Le fait de rencontrer trois tables à mesures différentes sur la place basse du forum est troublant. Les deux derniers objets présentés ne posent guère de problèmes : l’un et l’autre sont en remploi, ce sont des pierres errantes dont l’emplacement primitif ne peut être déterminé. Tout autre est le cas de la table à mesures située près du tabularium. La proposition de remise en place de cette pièce, si elle est exacte, suscite deux difficultés, l’une de topographie, l’autre de chronologie. La place la plus naturelle pour des étalons de mesure officiels paraît être le marché, là où on avait besoin de mesures exactes et vérifiables. De fait, c’était l’interprétation de Paul Collart, mais avec une conception floue de ce que pouvait être le marché de Philippes, et cette interprétation a été suivie par Dimitris Lazaridis, qui voit dans le bâtiment que nous considérons comme le tabularium le bureau des édiles. Or à partir de la deuxième moitié du iie s. p.C. au moins, le lieu des échanges ne se trouvait pas ici, mais un peu plus loin. Un marché, macellum, a été construit vers ce moment‑là de l’autre côté de la rue qui borde le forum au Sud, et les boutiques du côté Sud du forum sont orientées vers cette nouvelle construction, créant un espace d’échanges de part et d’autre de cette rue judicieusement appelée rue du Commerce à l’initiative des archéologues grecs30. Une inscription trouvée au marché ensuite recouvert par la basilique B indique qu’un collège d’édiles y avait consacré des étalons de mesure fabriqués avec le métal de mesures fausses31. À cause du dénivelé entre la rue et la terrasse du forum, le tabularium n’était accessible qu’au sommet d’un escalier : le recours à cette table à mesures, s’il devait être fréquent, était malcommode. Si elle n’a été placée là qu’à cette époque, on peut se demander pourquoi. On pourrait penser qu’elle a été installée plus tôt et qu’elle a été conservée lors des travaux de réaménagement du troisième quart du iie s. En effet, le forum paraît bien avoir comporté une fonction commerciale au moment de sa création vers le milieu du ier s. p.C. ; ses bâtiments ne subsistent qu’en fondation et ont été entièrement recouverts par le grand réaménagement de l’époque de Marc Aurèle, si bien qu’aucune précision n’est possible. Cette fonction commerciale est confirmée par un aménagement provisoire difficile à dater, mais peut‑être en rapport avec les grands travaux du milieu du iie s. : l’installation dans le grand côté Sud du forum de boutiques ouvrant vers la place, dont il subsiste un grand nombre de blocs pour une façade en bois utilisés en remploi et laissés en place par la suite quand ils avaient perdu leur utilité32. Il n’est pas possible de dater la table à mesures dont nous parlons. Elle pourrait être mise en rapport avec l’un ou l’autre de ces aménagements et avoir été conservée définitivement face au tabularium, selon une logique plus administrative que commerciale : les récipients de bronze utilisés pour les opérations concrètes de mesure auraient été entreposés dans le bâtiment, pour une meilleure protection ; ce serait un argument de plus pour identifier sa fonction33. Dans l’état actuel de nos connaissances, la question reste sans solution.

Haut de page

Bibliographie

Guide = M. Sève et P. Weber, Guide du forum de Philippes, Sites et monuments 18 (2012).

CIPh II 1 = C. Brélaz, Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, II, La colonie romaine, 1, La vie publique de la colonie, Études épigraphiques, 6 (2014).

Haut de page

Notes

1 Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, II, La colonie romaine, 1, La vie publique de la colonie, Études épigraphiques, 6 (2014), respectivement nos 32 (fragment d’une table à mesure) et 66 (dédicace du dallage).

2 CIPh II 1, p. 191‑193, n° 66 ; photographies et fac‑similés des différentes plaques, pl. XXVI.

3 CIPh II 1, p. 192. Liste des inscriptions sur dallage connues par St. Friesen, dans St. Friesen, D. Schowalter, J. Walters (éds), Corinth in Context : Comparative Studies on Religion and Society, Supplements to Novum Testamentum, 134 (2010), p. 244.

4 Cela coûtait certainement très cher, mais nous n’avons qu’un document qui permette de s’en faire une idée, au forum de Madaure, où l’ensemble du dallage et des portiques a coûté 200 000 sesterces : forum cum porticu novo opere ex (sestertium) CC m[il(ibus) n(ummum)] sua [p]ecunia stravit idemq(ue) [de]d(icavit) (Inscriptions latines de l’Algérie, 2120). Cette dédicace est l’une des plus tardives connues, peut‑être de l’époque des Sèvères ; St. Gsell pense qu’elle date du Haut‑Empire.

5 Pour l’exèdre, voir Guide, p. 16 et p. 67 n° 13 ; pour l’angle Nord-Est, « Un monument honorifique au forum de Philippes », BCH, 112 (1988), p. 474 et 479 ; Guide, p. 18 et p. 76, n° 21.

6 Notons qu’ils ne forment une ligne continue qu’en dessous du texte ; à gauche et à droite, il y en a un au‑dessus et un en dessous du D et du G respectivement, ce qui donne l’impression d’une ligne verticale avec le trou de l’interponction. Ceux de la ligne horizontale ne suivent pas un tracé régulier.

7 Dans le même sens, on peut citer la croix très discrète gravée à la partie inférieure du fût de la colonne Nord au temple Est. Si cette interprétation est exacte, il faudrait situer cette tentative assez tôt, à une époque où le latin était encore suffisamment compris.

8 Les mesures que nous avons prises en mai 2016 indiquent plutôt 117 cm.

9 De gauche à droite : fragment 1, 143,5 cm ; fragment 2, 285 cm ; fragment 3, 258 cm ; fragments 4+5, ensemble 152,3 cm ; fragment 6, 139,5 cm ; fragment 7, 139 cm.

10 Pour C. Brélaz, il faut probablement restituer [f(ecit)] à la fin du texte, mais peut‑être une formule plus longue comme d(e) s(uo) f(orum) stravit.

11 Sur ce point, voir les remarques de C. Brélaz (n. 1), p. 192 et note 158 : les exemples allégués ne dépassent pas le chiffre IIII.

12 Du fait que le fragment 7, qui porte la fin de l’inscription, est complet à droite, nous préférons cette interprétation évoquée par C. Brélaz dans l’apparat p. 191 ; si l’on écrit d(e) · s(ua) · p(ecunia) [· f(ecit)], il faudrait supposer que l’interponction et la dernière lettre aient été gravées soit sur une plaque très étroite, soit à l’extrémité gauche d’une plaque qui n’aurait rien porté d’autre. L’autre solution envisagée, d(e) · s(uo) · f(orum) [· stravit] demande 8 espaces, donc une plaque équivalente au fragment 2, qui mesure 2,58 m. La solution que nous retenons nous semble la plus conforme à ce qu’indiquent les données matérielles.

13 Par exemple, à Segobriga en Espagne, la dédicace du dallage du forum, à laquelle manque le début et qui comporte une lacune au milieu, mesure 16,48 m pour sa partie conservée : les lettres étaient hautes de 32 cm, et elle est gravée sur une seule ligne, parallèlement au long côté du dallage, voir J. M. Abascal Palazón, G. Alföldy, R. Cebrián, Archivo español de arqueología, 74 (2001), p. 117‑122, et ZPE, 143 (2003), p. 255‑274.

14 Si l’on refuse cette hypothèse, il faut admettre que la totalité des plaques conservées se trouvait à l’Ouest de la bande axiale, sur une longueur d’environ 13 m. Les dimensions de la lacune actuelle dans le dallage ne permettent pas de l’exclure ; mais il en résulterait une assez forte dissymétrie, puisque dans l’état actuel de nos connaissances, nous possédons environ 60 % de la longueur totale de cette inscription, ou un peu moins, selon la place que prenait la formule onomastique complète du personnage.

15 Pour le premier état, les dimensions de la place dallée sont de 112 m dans le sens Est-Ouest, environ 62 m dans le sens Nord-Sud ; pour le deuxième état, 97,26 m dans le sens Est-Ouest et 48,28 m dans le sens Nord-Sud. Voir Guide, respectivement p. 14 et 18.

16 Outre la quasi-impossibilité matérielle de le faire, il a pu y avoir des raisons d’ordre politique et social, comme dans le cas du monument pour les prêtresses de Livie, voir M. Sève et P. Weber, BCH, 112 (1988), p. 467‑479, spécialement p. 479.

17 Voir sur ce point les remarques de G. Susini, « Le iscrizioni plateali : osservazioni tecniche », Atene e Roma, n.s. 22, 1977, p. 155‑158.

18 Voir Guide, p. 12‑16 et, pour le détail de la démonstration, « Le côté Nord du forum de Philippes », BCH 110 (1986), p. 531‑581.

19 Selon C. Brélaz (n. 1), p. 193, « la dédicace devait être lisible pour qui faisait face au Capitolium ». Mais précisément, pour des raisons matérielles, elle ne l’était pas. De même, il n’est pas impossible que les constructions qui bordaient la place basse le long de la rue, très mal connues pour la première phase monumentale, aient gêné la lecture. On peut penser que les personnes qui fréquentaient les temples de la terrasse haute étaient surtout des officiels, c’est‑à‑dire des membres de l’élite municipale envers lesquels le donateur devait plus particulièrement s’affirmer.

20 Voir en particulier St. A. Fritzilas, « Un sékôma en marbre de Mégalopolis », dans V. Chankowski, P. Karvonis (éds), Tout vendre, tout acheter. Structures et équipements des marchés antiques, Bordeaux, 2012, p. 319‑331 ; le sékoma de Philippes n’est pas mentionné dans ce volume. Voir aussi, dans C. Saliou (éd.), La mesure et ses usages dans l’Antiquité : la documentation archéologique, Dialogues d’histoire ancienne, suppl. 12 (2015), V. Chankowski, Cl. Hasenohr, « Étalons et tables de mesure à Délos hellénistique : évolutions et ruptures », p. 21‑39 ; C. Cioffi, « Documenting, measuring and integrating sekomata: An example from Naxos », p. 41‑56 ; K. Rezkallah-Boussaid, « Les tables de mesures de capacité en Algérie antique », p. 57‑78.

21 CIPh II 1, p. 135‑136, n° 32, et pl. XVII.

22 Voir CIPh II 1, p. 312‑314, n° 158, et pl. XLIV. Table en calcaire brisée à gauche et en bas, 196 × 116 cm, hauteur 32 cm ; les longs côtés sont pourvus d’une anathyrose le long de leur arête supérieure. Cette table est percée de deux cavités délimitées par un rebord en relief (bandeau couronnant une moulure en quart de rond) et munies d’un trou d’évacuation ; celle de gauche est brisée ; celle de droite est particulièrement grande : diam. en haut 74 cm, en bas environ 27 à 30 cm ; profondeur environ 25 cm ; capacité environ 46,7 l.

23 P. Collart, Philippes, ville de Macédoine, p. 362‑363 et pl. LI, 2 ; croquis coté, carnet Philippes 2‑C PHI 31. Signalé par D. Lazaridis, Φίλιπποι Ρωµαική ποικία, 1973, p. 34, § 152 : l’auteur en tire argument pour reconnaître dans le bâtiment sud-ouest le local des agoranomes. Mention dans CIPh II 1, p. 314 sub n° 158. Pas de mention chez Cl. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, 1983, p. 133‑136.

24 Un argument en ce sens : le poids de la pierre, qu’on peut évaluer à près de 840 kg.

25 Socle haut de 40 cm constitué de deux dalles réunies par deux crampons, taillé en sous‑face sur une largeur d’environ 30 cm pour emboîter la marche 2, haute de 39,5 cm. Il repose sur la marche inférieure par l’intermédiaire d’une couche d’éclats de taille et affleure environ 4,5 cm en dessous du niveau de la face de foulée de la marche 3. On a reconnu un socle analogue (inv. 1160) à proximité du tabularium, mais il n’était plus en place : bloc retaillé en sous‑face sur une hauteur de 24,5 cm, permettant d’emboîter le premier degré du soubassement du monument par l’intermédiaire d’une couche d’éclats de taille.

26 Le tabularium est très ruiné, mais il subsiste un fragment du degré inférieur de son soubassement (bloc inv. 1327), haut de 31,5 cm ; sa face de foulée est large d’au moins 29 cm. Ces dimensions sont compatibles avec la mise en place proposée si l’on suppose qu’il était soutenu par une couche d’éclats de taille, comme le socle face à la curie. On peut aussi penser que cette table à mesure n’emboîtait pas le premier degré de l’emmarchement, mais le deuxième : dans ce cas, son lit supérieur se trouverait à hauteur d’appui, plus commode pour effectuer les mesures.

27 Une table à mesures pourvue de deux cavités percées au fond a été dédiée au Héros Aulonitès dans son sanctuaire de Kipia par deux duumvirs, CIPh II 1, n° 158. Rien n’est dit de la façon dont la pierre, haute de 0,32 m, était supportée ; si le produit mesuré devait être récupéré par en‑dessous, il faut penser qu’elle reposait sur un bâti permettant la manœuvre des bouchons et la mise en place des récipients appropriés. Des exemples entièrement en pierre dans les magasins du front de mer à Délos chez Cl. Hasenohr, dans Tout vendre, tout acheter, p. 252‑259 : ils sont munis de supports latéraux permettant l’accès à la partie inférieure des cavités.

28 Il s’agit d’éléments très fragmentés provenant de la ruine des murs de la reconstruction d’époque prôtobyzantine, que nous‑mêmes ou les services archéologiques avons fait rassembler en pierriers pour faciliter la circulation. On peut considérer que les fragments qui s’y trouvent n’étaient plus d’usage au moment de cette reconstruction, vers le début du vie s. p.C.

29 CIPh II 1, 32, à qui nous empruntons des éléments de commentaire. P. Collart, Carnet Philippes 2‑C PHI 30, p. 33.

30 Sur tout cela, voir Guide, p. 20.

31 CIPh II 1, p. 262‑264, n° 117, et pl. XXXVI. La date suggérée par l’écriture – ier s. p.C. – pose un problème de chronologie : les ruines actuellement conservées du marché datent du milieu du iie s. Faut‑il penser que le monument a succédé à un autre plus ancien situé au même endroit (la fouille très incomplète du monument ne permet aucune hypothèse en ce sens), ou plutôt que la base a été déplacée au moment du grand remodelage du centre de la ville vers le milieu du iie s. ?

32 Guide, p. 16‑17.

33 C’est peut‑être alors seulement, et pour faciliter sa mise en place en un endroit qui ne s’y prêtait guère, qu’une encoche a été ménagée en sous‑face. Faut‑il pour autant y voir le lieu du bureau des édiles, à la suite de P. Collart et D. Lazaridis ? On attendrait plutôt ce local au marché, mais le monument est beaucoup trop mal connu pour qu’on puisse se prononcer.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La dédicace du dallage remise en place.
Crédits Dessin P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 994k
Titre Fig. 2 – Plaques inscrites de la dédicace vues depuis la terrasse haute du forum.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Fig. 3 – Table à mesures près du tabularium.
Crédits Dessin P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre fig. 4 – Table à mesures près du tabularium, vue de l'arrière.
Crédits Cl. P. Collart, 1934.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 5 –Table à mesures près du tabularium, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Fig. 6 – Table à mesures près du tabularium, vue de dessus.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 7 – Encastrement du socle de base devant la curie.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 8 – Fragment de table à mesures, vue de dessus.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Titre Fig. 9 – Fragment de table à mesures, vue de dessous.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 10 – Table à mesures près du temple Est.
Crédits Cl. C. Brélaz, DAO S. Zanatta.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/580/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Sève et Patrick Weber, « Varia Philippica »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 753-767.

Référence électronique

Michel Sève et Patrick Weber, « Varia Philippica »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/580 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.580

Haut de page

Auteurs

Michel Sève

Professeur des Universités, Émérite en histoire grecque

Articles du même auteur

Patrick Weber

Architecte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search