Navigation – Plan du site

AccueilNuméros141.2Poteries des fosses dépotoirs du ...

Poteries des fosses dépotoirs du site de l’Archiepiskopi à Nicosie (fin XIIe‑XIVe siècles)

Les vestiges d’une production locale sous les Lusignan
Véronique François
p. 821-895

Résumés

Le dégagement de cinq fosses dépotoirs au comblement homogène sur le site de l’Archipiskopi à Nicosie fouillé par F. Hadjichristofi (Département des Antiquités de Chypre) de 2009 à 2011 a livré un bel échantillonnage de productions chypriotes déjà connues et d’importations byzantines et proche-orientales. Cependant, l’intérêt majeur de ces assemblages réside dans la mise en évidence d’une production locale de poterie à pâte calcaire, glaçurée ou non. Cette activité potière à Nicosie a débuté à la fin du xiiexiiie siècle et s’est poursuivie presque inchangée au xive siècle. Les productions de la capitale des Lusignan sont diversifiées et, pour une partie d’entre elles, témoignent d’apports proche-orientaux – émail, bases à disque, cruche à filtre. L’artisanat de la terre dans l’île ainsi que les liens entretenus avec les territoires croisé et musulman du Proche‑Orient sont donc réexaminés au regard de ces nouvelles données.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation des fouilles récentes conduites par les archéologues du Département des Anti (...)

1Dans le cadre des fouilles de sauvetage ouvertes à Nicosie, le Département des Antiquités de Chypre est intervenu sur un terrain voisin de l’archevêché orthodoxe au sud‑est de la ville1.

2Le matériel recueilli dans cinq fosses du site de l’Archiepiskopi apporte des données nouvelles sur la production de poterie à Chypre à l’époque des Lusignan et soulève un certain nombre de questions relatives à l’origine des potiers, au développement de l’artisanat de la terre dans l’île ainsi qu’aux liens entretenus avec les territoires croisé et musulman du Proche‑Orient.

  • 2 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 55‑137 ; H. Cook, « From Boom to Bust: The Impact of the Crusades upo (...)
  • 3 Sur sa composition voir S. Y. Waksman « Archaeometric Approaches to Ceramics Production and Import (...)
  • 4 Papanikola-Bakirtzi 1996.
  • 5 Sur ce point voir V. François, « Vaisselle de terre à Chypre et pouvoirs politiques aux époques co (...)
  • 6 Autour de l’église en ruine d’Agios Iakovos, une pernette et deux biscuits de vases sgraffito reje (...)
  • 7 E. Papademetriou, Modern glazed pottery of Cyprus. Lapithos Ware (2005) ; Ionas 2000.
  • 8 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 138‑212. Pour des exemplaires tardifs voir V. François, « Fragments d (...)
  • 9 François, Vallauri 2010, p. 295‑310.
  • 10 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 211‑212.
  • 11 Ionas 2000.
  • 12 Les céramiques sont modelées. La tournette est employée pour les différentes phases de la finition
  • 13 Sur l’évolution des formes voir R. S. Gabrieli, « Shades of Brown: Regional Differentiation in the (...)
  • 14 V. François, L. Vallauri, « Production et consommation de céramiques à Potamia (Chypre) de l’époqu (...)

3L’activité potière à Chypre aux époques franque et vénitienne est bien documentée par l’archéologie. Des ateliers ont été localisés en plusieurs endroits de l’île comme dans la région de Paphos, où des vestiges partiels ont été mis au jour à Lemba et à Paphos sur le site de Fabrika2. Les potiers y réalisaient, à partir du milieu du XIIIe et au XIVe siècle, de la vaisselle de table glaçurée selon un savoir‑faire qu’ils partageaient avec les artisans de le terre byzantins et levantins. Ils fabriquaient des coupes, des plats et des cruches tournés dans une pâte argileuse, fine, rouge foncé et très dure, souvent surcuite3, qu’ils peignaient d’abord à l’engobe de spirales ou de lignes ondulées sous une glaçure plombifère brillante, qu’ils couvraient plus simplement d’une glaçure monochrome sur engobe ou qu’ils incisaient plus ou moins finement. Sur ces décors sgraffito étaient ensuite appliquées des glaçures plombifères monochromes, incolores, très brillantes, parfois rehaussées de pigments colorés verts et ocre jaune. Des études typologiques et stylistiques ont permis de définir précisément les caractéristiques de ces premières fabrications de vaisselle de table à Chypre4. Créées apparemment ex‑nihilo, il n’existe en effet aucune trace d’une production potière glaçurée avant l’arrivée des Francs, elles sont pourtant considérées comme une sorte de variante locale des fabrications byzantines. Cependant, elles empruntent aussi beaucoup à certaines productions du Levant5. Selon toute vraisemblance, un atelier situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Famagouste, à Enkomi, a fonctionné de la fin du XIIIe jusqu’à la fin duXIVe siècle. On sait cependant fort peu de choses sur sa production à pâte argileuse poreuse, sableuse, de couleur rosâtre sinon qu’elle était dans la tradition des céramiques de Paphos et qu’elle portait souvent un engobe rouge employé seul ou combiné à un engobe blanc6. À la fin du XIVe siècle, un centre de fabrication important s’est développé à Lapithos, sur la côte nord de l’île, un peu à l’ouest du port de Kyrénia. Une prospection menée par le Département des Antiquités chypriotes ainsi que des fouilles de sauvetage ouvertes dans le quartier d’Ayios Loukas ont fourni une quantité impressionnante de déchets de cuisson et de pernettes qui témoigne d’une intense activité de production dans ce village de la fin du XIVe jusqu’au XVIe siècle. La fabrication de vaisselle s’est maintenue pendant l’époque ottomane et jusqu’en 19747. Les artisans y réalisaient des coupes et des calices à pâte argileuse, fine, de couleur chamois, ornés de figures humaines, de blasons, d’oiseaux et de motifs géométriques qu’ils dessinaient assez schématiquement8. L’exécution des décors a évolué vers une grande simplification : des compositions géométriques grossièrement incisées et rehaussées de bandes vertes se sont transformées peu à peu en simples bandes peintes en vert. Des traces d’une activité potière – des pernettes, des nodules de cuivre utilisés pour la coloration en vert du vernis au plomb, une brique vitrifiée de la paroi d’un four, des moutons, des ratés de cuisson ainsi que des biscuits – ont également été observées sur un terrain au nord‑ouest de la vieille ville de Famagouste, autour des églises de Sainte‑Marie du Carmel et des Arméniens, en face du bastion San Luca, ainsi que sur la rampe d’accès au bastion Martinengo9. Ce secteur qui n’était pas loti de maisons se trouvait, à l’époque vénitienne, en périphérie des quartiers d’habitation et à proximité de l’enceinte. Dans cet atelier, sans doute en activité entre la fin du XVe et la fin du XVIe siècle, les artisans de la terre offraient à la clientèle locale des céramiques proches des productions vénéto-padanes tournées dans une pâte argileuse calcaire, de couleur crème ou rose, assez compacte qui présente des inclusions plus ou moins grossières de quartz, de micro-fossiles, des petits points rouges de fer ainsi que des inclusions noires. On ne saurait terminer l’inventaire des centres de fabrications de céramique de table glaçurée d’époques franque et vénitienne à Chypre sans signaler encore que des pernettes et des déchets de cuisson ont été découverts à Soloi, dans la baie de Morphou10. Cependant, on ignore tout de la vaisselle glaçurée réalisée dans cette officine. Dans l’île, d’autres ateliers fournissaient aux habitants une céramique modelée dans une pâte argileuse de couleur lie‑de‑vin. La permanence des formes des marmites, des jattes et des pots à cuire, des petites cruches, des jarres de stockage et des pots à traire retrouvés dans les fouilles et les prospections à Chypre dans des contextes datés entre le XIIe et le XVIIe siècle, et celles des poteries modernes des ateliers de Kornos, Kaminaria, Ayios Dmitrios et Phini est confondante. C’est pourquoi il est tentant d’attribuer la production médiévale à ces villages du Troodos11. La terre grossière, employée jusqu’il y a peu dans ces ateliers par des potières, montrant une bonne résistance aux chocs thermiques, est utilisée pour les pots culinaires entièrement montée à la main12. Sa texture poreuse favorisant l’évaporation et la conservation de l’eau fraîche ou des grains, elle convient aussi à l’élaboration de grosses jarres rondes de stockage inamovibles et de petits vases à liquide. Cette argile semble être la même que celle des objets archéologiques. Cette production médiévale du Troodos, particulièrement typique, est ornée avec beaucoup de soin de cordons digités ou découpés, de pastilles appliquées, de répétitions d’impressions réalisées à la roulette, au peigne, ou avec des tiges creuses juxtaposées dans des jeux de compositions complexes d’ondes, de lignes, de rouelles, d’oculi, de hachures. Au XIVe siècle, les céramiques allant au feu portent, sur leur surface interne, une couche de glaçure plombifère13. Enfin, le matériel découvert à Potamia-Agios Sozomenos à 25 km au sud‑est de Nicosie, dans les sondages ouverts au manoir royal des Lusignan, dans la fouille d’un moulin ainsi qu’en prospection a livré les indices d’un artisanat de la terre pour des godets de noria réalisés en pâte calcaire aux XVe et XVIe siècles14.

4C’est dans ce contexte d’intense activité potière que viennent se placer les découvertes de l’Archiepiskopi qui témoignent de l’existence vraisemblable d’un nouveau centre de fabrication à Chypre, celui de Nicosie.

Contexte de découverte

  • 15 Je veux adresser tous mes remerciements à Fryni Hadjichristofi qui m’a confié l’étude du matériel (...)
  • 16 Une étude spécifique, menée par l’auteur et F. Hadjichristofi, sera prochainement consacrée à cett (...)
  • 17 Quelques pièces de ces secteurs sont présentées en fin d’article dans les figures 33‑36. Nous y re (...)
  • 18 Il y avait également quelques contenants en verre, des monnaies peu lisibles et des petits objets (...)
  • 19 Y. Violaris, « Excavations at the Site of Palaion Demarcheion, Lefkosia », CCEC 34, 2004, p. 73, 8 (...)

5Plusieurs campagnes de fouille dirigées par Fryni Hadjichristofi de 2009 à 2011 sur le site de l’Archiepiskopi ont dégagé, au sud du chantier, les vestiges d’un alakatin, une machine élévatoire à traction animale qui permettait de puiser l’eau dans un profond puits voûté15. Des godets de terre cuite, fixés sur la chaîne de corde d’une des roues de bois, déversaient l’eau dans un bassin carré enduit de mortier hydraulique duquel s’échappe un canal. L’abondance de godets et la variété des types mis au jour dans la fouille témoignent d’une longue période de fonctionnement pour cette installation. Elle a débuté dès l’époque franque et s’est poursuivie sous les Ottomans16. Au nord du terrain, il ne reste que les fondations d’un grand bâtiment de plan rectangulaire. Sa période d’occupation est antérieure à l’époque des Lusignan comme le montrent des remblais homogènes datés, grâce aux céramiques importées, de la fin XIIe‑XIIIe siècle17 (secteurs Θ14, Θ13, Θ12‑13). Cinq fosses dépotoirs encadrent, au nord et à l’est, les vestiges de cet édifice (fig. 1). Ces fosses, de profondeur variable, creusées dans la terre, contenaient presque exclusivement des poteries18. Chacune d’elles semble avoir a été comblée en une seule fois car les remplissages sont homogènes. Sur la base des céramiques importées et des types d’origine chypriote déjà connus, le contenu des fosses I15‑Θ15, Θ15, H13 et Θ12 est daté de la fin du XIIe‑XIIIe siècle tandis que celui de la fosse H15 appartient plutôt au XIVe siècle. La partie centrale du terrain de l’Archipskopi n’était pas bâtie, ni au Moyen Âge ni à l’époque ottomane. La présence du système hydraulique – la noria, le bassin et le canal – indique qu’il s’agissait peut‑être d’une zone de jardins ou de vergers située en périphérique du quartier d’habitation qui a été dégagé entre 2002 et 2006 sur le site voisin du Palaion Demarcheion, au nord de l’archevêché. L’exploration archéologique de ce terrain a livré les ruines de maisons, d’églises et de divers bâtiments, des vestiges d’activités artisanales, des puits et des citernes, ainsi que des fosses dépotoirs des époques franque et vénitienne. Elle a par ailleurs révélé l’existence d’une activité de production de céramique comme en attestent de nombreuses pernettes et des rebuts de cuisson qui sont datés, par Y. Violaris, des XIVe‑XVe siècles19. Aucun four n’a été dégagé. On peut faire l’hypothèse que les fours de potiers, rejetés à la périphérie du quartier d’habitation, se trouvaient à proximité de la zone non construite de l’Archipiskopi, peut‑être sous la route moderne qui sépare les deux terrains. Il est également possible que ces dépotoirs de production soient des terres de remblais qui ont été transportées d’un quartier voisin pour réaliser des travaux de nivellement. Dans l’état actuel des recherches, l’exacte localisation de cette officine est impossible à déterminer néanmoins, grâce au matériel des fosses de l’Archiepiskopi, il est possible d’en définir la production. Car, comme j’en fais l’hypothèse, une grande partie des céramiques mises au jour dans cette fouille est vraisemblablement d’origine locale.

Fig. 1 – Plan de la partie nord du site de l’Archipiskopi et fosses (relevés et photographies, Département des Antiquités de Chypre).

Fig. 1 – Plan de la partie nord du site de l’Archipiskopi et fosses (relevés et photographies, Département des Antiquités de Chypre).
  • 20 Papanikola-Bakirtzi 1996 ; François, Vallauri 2010, p. 295‑310.
  • 21 A. C. Charalambous, « Cypriot Medieval Glazed pottery: A Study on Provenance and Manufacture », da (...)
  • 22 Je remercie Smadar Gabrieli, en charge de l’étude de ce matériel, pour m’avoir montré une partie d (...)
  • 23 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris, « Pottery of a 12th Century Pit from the Palaion Demarcheion site (...)
  • 24 A. H. S. Megaw, « Three Medieval Pit‑Groups from Nicosia », RDAC 1937‑1939, 1951, p. 145‑168.

6Quels sont les indices qui permettent de croire à l’existence de cette officine à Nicosie ? L’argile est le premier d’entre eux. En effet, la pâte des céramiques recueillies dans ces fosses se distingue nettement de celles des ateliers de Paphos, de Lapithos et de Famagouste tandis qu’elle semble plus proche de celle de Potamia20. Cette pâte argileuse calcaire, dure, contient de petites inclusions noires, rouges et blanches plus ou moins abondantes selon les types d’objets et sa couleur varie du beige à l’orangé. À Nicosie, la pâte de pièces de même nature trouvées les fouilles du Palaion Demarcheion et dans celles du monastère cistercien de Saint‑Théodore ainsi qu’un trépied découvert dans les fouilles du bastion Podocataro, ont fait l’objet d’analyses physico-chimiques21. Les exemplaires de Saint‑Théodore – des coupes à panse carénée ou à panse hémisphérique profondes avec un marli étroit ou plus large souligné par un ressaut et des coupelles à lèvre éversée épaisse, tout à fait semblables aux céramiques du XIVe siècle de l’Archipiskopi (fig. 28 et 29) – montrent une composition de leur pâte identique. S. Y. Waksman envisage que ces objets puissent appartenir à la production de l’atelier d’Enkomi. Elle note, d’une part, une grande proximité avec la pâte des productions de Potamia extraite dans la plaine alluviale de la rivière Gialias où se trouve également Enkomi et, d’autre part, elle remarque que ces objets portent un engobe rouge dont l’usage est généralement attribué à cette officine. Cependant, pour Enkomi, il n’existe pas de référence physico-chimique permettant une attribution sûre et, comme il a déjà été mentionné, on ne sait quasiment rien sur cette production. Le deuxième indice sérieux d’une production locale est la présence, dans ces fosses, d’une pernette (fig. 15 : 6), de formes glaçurées collées (fig. 14 : 7), de surcuits (fig. 19 : 7), de pièces portant des traces de collages et d’arrachements (fig. 17 : 2, fig. 28 : 7, 8 ; fig. 29 : 2). Le troisième et dernier élément militant en faveur d’une fabrication nouvelle est l’originalité des formes et des traitements de surface de la plupart des pièces mises au jour. Ces objets ne sont pas reconnus sur d’autres sites de Chypre. Leur association dans ces fosses, remplies en une seule fois, avec des poteries importées du monde byzantin et du Proche‑Orient fournit des datations pour cette production diversifiée de cruches, de petites jarres, de pots, de bassins ainsi que de vaisselle glaçurée et de lampes. Elle semble avoir débuté à la fin du XIIe‑XIIIe siècle et s’est poursuivie presque inchangée au XIVe siècle. L’exploration archéologique du monastère de Saint‑Théodore indique que cette officine a probablement maintenu son activité au XVe siècle. On y trouve en effet des formes nouvelles de céramiques communes et de vaisselle glaçurée réalisées dans cette même pâte calcaire22. Le contenu des cinq fosses de l’Archiepiskopi peut être comparé aux comblements d’époque franque, de latrines, de puits ou de puisards mis au jour dans la ville. Il s’apparente d’une part, au matériel d’une des fosses du Palaion Demarcheion, étudié par M.‑L. von Wartburg et, d’autre part, à l’assemblage découvert dans un puits maçonné de 3 m de profondeur lié aux vestiges d’une habitation incendiée un peu avant le milieu du XIVe siècle à l’angle des rues Androcleous et Pindarou23. Le remplissage de ce puits était fait de cendres, de charbons de bois, d’objets en verre et en fer ainsi que de poterie. Quelques céramiques de l’Archiepiskopi entretiennent également des analogies avec des productions d’origines locales et de la vaisselle importée de Syrie jetées probablement sur une période de temps assez courte, durant le XIVe siècle, dans une latrine de 5 m de profondeur du quartier de Chrysaliniotissa24.

7Le dégagement des dépotoirs du site de l’Archiepiskopi a donc livré un bel échantillonnage des productions chypriotes déjà connues et des céramiques importées sur l’île de la fin du XIIe au XIVe siècle. Cependant l’intérêt majeur de ces assemblages réside dans la mise au jour d’une production de poterie à pâte calcaire, glaçurée ou non, sans doute réalisée à Nicosie durant les mêmes périodes, et en grande partie inédite. Les conditions mêmes de leur enfouissement permettent de reconstituer des vases entiers ou des profils complets après collage. Cependant, de mauvaises conditions de conservation dues à une forte humidité du sol rendent parfois difficile l’identification des traitements de surface – les parois argileuses sont maculées et certaines glaçures sont très dégradées. Les associations répétitives d’objets dans les fosses I15‑Θ15, Θ15, H13 et Θ12 permettent une présentation du matériel par type et non fosse par fosse. En revanche, le mobilier du dépotoir H15, plus récent, est étudié isolément. Dans ce cadre, la céramique est donc classée par période, puis par fonction supposée et par origine.

Tableau 1 – Répartition des types et comptage des NMI (nombre minimum d’individus) par fosse.

Fosse I15‑Θ15
fin XIIe‑XIIIe s.
prof. 3,10 m
diam. 1,80 m
Fosse Θ15
fin XIIe‑XIIIe s.
prof. 2,10 m
diam. 1,30 m
Fosse H13
fin XIIe‑XIIIe s.
prof. 2,10 m
diam. 1,10 m
Fosse Θ12
fin XIIe‑XIIIe s.
prof. 0,20 m
diam. 1,20 m
Fosse H15
XIVe s.
prof. 1,15 m
diam. 1,30 m
Culinaires du Troodos
Marmites 10 13 51 7 8
Jattes 6 1 2
Petits pots à cuire 2 2 4 1 9
Cruches allant au feu 2 2
Total culinaire 18 15 58 8 21
Modelées grossières autres origines 3 2 1
Communes locale
Petites jarres 1 15 21 6 6
Pots 4 12 1
Bassins 2
Godets 2
Vaisselle locale sans revêtement 2 1
Vaisselle locale glaçurée
Vaisselle locale à glaçure alcalino- plombifère 1 27 23 1 27
Vaisselle locale émaillée 12 8
Vaisselle locale émaillée et peinte en vert et brun 105 5 6
Vaisselle locale de type Brown and Green Sgraffito Ware et Slip Painted de « style Paphos » 17 1 10
Total glaçurée locale 118 44 29 17 37
Lampes locales 3
Vaisselle glaçurée d’autres ateliers chypriotes 5 4
Importations de Byzance 31 1 2
Importations du Proche‑Orient
Culinaire de Beyrouth 1 5 8
Vaisselle glaçurée 7 2 3 5 2
Varia 1 1
Total par fosse 181 95 135 40 72

Assemblages de la fin XIIe‑XIIIe siècle (Fosses I15‑Θ15, Θ15, H13, Θ12 et bâtiment rectangulaire)

Céramique culinaire

Céramique culinaire d’origine chypriote

8La céramique culinaire est présente dans toutes les fosses. Elle est particulièrement abondante dans la fosse H13. De grosses marmites, des petits pots à cuire et des jattes plus rares, modelés ou fabriqués à la tournette, sont réalisés dans une pâte dure, rouge-brunâtre foncé, bien cuite. Ces ustensiles portent toujours des traces de feu à l’extérieur. On peut faire l’hypothèse qu’ils étaient fabriqués dans les ateliers de Kornos ou de Phini.

  • 25 Tous les dessins et toutes les photographies des céramiques sont de l’auteur.

9Les marmites à panse globulaire aux parois particulièrement fines et dont la surface externe est soigneusement lissée sont prépondérantes (fig. 2 ; fig. 3 : 1, 2)25. L’ouverture est soulignée par une petite lèvre éversée, inclinée ou horizontale, parfois terminée par une sorte de feston repoussé au doigt (fig. 3 : 3). Les deux anses en ruban, très plates ou parfois légèrement concaves, sont en saillie au‑dessus de la lèvre. Ces marmites reposent sur un fond lenticulaire qui, d’une part, est idéal pour les cuissons par convection – la forme du globe autorise une bonne répartition et une bonne propagation de la chaleur, elle permet de conserver longuement une préparation sans avoir besoin de la remettre au feu – et, d’autre part, assure une meilleure stabilité sur les surfaces irrégulières du sol des maisons et facilite le calage des pots dans le foyer. Ces récipients à cuire se déclinent dans plusieurs tailles. Le diamètre à l’ouverture est compris entre 18 et 30 cm dans les fouilles de l’Archiepiskopi mais, sur d’autres sites de l’île, il existe des exemplaires plus petits, de 15 cm de diamètre. Des types moins fréquents consistent en : grosses marmites à deux anses avec une panse hémisphérique et une lèvre rentrante soulignée, à l’extérieur, par une collerette digitée, dont le diamètre à l’ouverture varie entre 28 et 33 cm (fig. 3 : 4, 5) ; une marmite à panse carénée avec une lèvre droite épaisse soulignée par un cordon appliqué, digité (fig. 4 : 1) ; une marmite à panse globulaire avec une lèvre saillante repoussée au doigt (fig. 4 : 2).

Fig. 2 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 2 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 3 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 3 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.

10Des petits pots, à parois fines, portent des traces de suie qui attestent une utilisation à proximité du foyer. Il en existe plusieurs sortes. Certains d’entre eux ont une panse globulaire, un petit col cylindrique et une lèvre droite biseautée (fig. 4 : 3, 4) tandis qu’un autre a une panse ovoïde, un col cylindrique, une lèvre droite et deux anses rubanées attachées à la lèvre et en haut de la panse (fig. 4 : 5). Un petit pot, à panse globulaire et fond lenticulaire avec un col cylindrique et une anse rubanée attachée à la lèvre et en haut de la panse, se distingue par son bec pincé qui facilite l’écoulement des bouillons et autres préparations liquides (fig. 4 : 6). Le type le plus habituel correspond à un petit pot à panse globulaire lissée, à lèvre épaissie à l’extérieur, avec deux petites anses rubanées attachées à la lèvre et en haut de la panse (fig. 4 : 7, 8). Ces pots à cuire sont fréquents dans les fouilles de Nicosie et semble perdurer au moins jusqu’au XIVe siècle comme en attestent les découvertes de la fosse H15. Enfin, d’autres contenants ont une capacité encore plus réduite : le premier à une panse ovoïde et une lèvre éversée (fig. 4 : 9) et le second, une lèvre en biseau sur un col cylindrique (fig. 4 : 10).

Fig. 4 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 4 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.
  • 26 Pour compléter la typologie, nous renvoyons, dans les figures 33 à 36, aux objets contemporains tr (...)

11Les jattes sont plus rares : une première catégorie est de forme cylindrique basse à large ouverture, avec parfois une paroi épaisse, une lèvre rentrante et deux anses horizontales (fig. 5 : 1, 2) ; une seconde catégorie possède une panse hémisphérique profonde, une lèvre rentrante et deux anses à tenon26 (fig. 33 : 1).

  • 27 R. S. Gabrieli, « Towards a Chronology – The Medieval Coarse Ware from the Tomb in Icarus Street, (...)

12Une grosse cruche à bec pincé avec un col cylindrique sur une panse ovoïde (fig. 5 : 3) et une cruche à lèvre à gorge épaissie avec une large anse plate, trouvée dans le secteur Θ12‑Θ13 (fig. 33 : 2), présentent, comme dans les fouilles de Paphos, des traces de feu sur la panse qui témoignent d’une utilisation à proximité d’un foyer27.

  • 28 R. S. Gabrieli, B. McCall, J. R. Green, « Medieval Kitchen ware from the Theatre Site at Nea Papho (...)

13Cette production de céramique culinaire d’origine chypriote, sans revêtement interne, a été l’objet d’une étude typologique détaillée menée par S. Gabrieli et établie à partir des découvertes de Paphos28. Elle est bien représentée sur de nombreux sites de l’île et rivalise souvent avec des céramiques culinaires glaçurées provenant des ateliers de Beyrouth.

Fig. 5 – (1‑3) Céramiques culinaires des ateliers du Troodos ; (4) marmite de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 5 – (1‑3) Céramiques culinaires des ateliers du Troodos ; (4) marmite de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Céramique culinaire glaçurée des ateliers de Beyrouth

  • 29 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S. Y. Waksman, « Premiers éléments pour une caractérisati (...)
  • 30 Les potiers de Beyrouth ont exploité des niveaux argileux plus ou moins calcaires, plus ou moins f (...)
  • 31 A. Shapiro, « Petrographic Analysis of the Crusader-Period Pottery », dans E. J. Stern, ‘Akko I. T (...)
  • 32 Pour un inventaire des principales découvertes au Bilâd al‑Châm voir : E. J. Stern, ‘Akko I. The 1 (...)

14Dans les années 1990, plusieurs fouilles de sauvetage ouvertes dans le centre ville de Beyrouth – sur la place de l’Étoile, la place des Martyrs et dans le quartier des Souks – ont livré les indices d’une production locale de céramiques datée entre l’époque fatimide et la période mamelouke. Plusieurs fours ont été repérés et l’un d’entre eux au moins a été fouillé. L’étude du four à barre découvert place des Martyrs et du matériel associé a montré que les potiers de Beyrouth réalisaient des céramiques de table à pâte rouge ou beige sans revêtement ou glaçurées, des vases à eau, des lampes et de la céramique culinaire à glaçure plombifère appliquée directement sur la pâte29. Tandis que l’extérieur des marmites, des pots à cuire et des jattes est laissé nu, l’aspect intérieur de ces objets, très brillant, est de couleur brune ou marron chocolat lorsque la glaçure est incolore. Dans certains cas, lorsqu’elle est plus épaisse, sûrement teintée au manganèse, elle est presque noire et donne au vase un effet de laque très lisse et brillante. La pâte ferrugineuse, de texture granuleuse, contient des inclusions blanches opaques, calcaires ; sa couleur varie du rouge orangé au rouge violacé30. Des analyses pétrographiques et chimiques des pâtes confirment l’origine locale de ces céramiques culinaires glaçurées31. Cette production levantine datée des XIIe et XIIIe siècles est bien identifiée sur de nombreux sites du Proche‑Orient32. On en retrouve quelques exemplaires dans les fosses de l’Archiepiskopi à Nicosie.

  • 33 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, fig. 4.15 : 6.
  • 34 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 43‑45, pl. 4.16 et 4.17.

15Deux grosses marmites complètes ont été découvertes dans les fosses I15‑Θ15 et H13. La première a une panse galbée de faible épaisseur avec un épaulement très marqué sur lequel sont fixées deux anses horizontales rubanées, le fond est lenticulaire (fig. 5 : 4). Une couche de glaçure plombifère de couleur brun-violet foncé est appliquée au fond, à l’intérieur. Ce type est daté du XIIe siècle dans les fouilles de Saint‑Jean‑d’acre33. La seconde est caractérisée par une panse ovoïde profonde, une lèvre éversée à gorge destinée à recevoir un couvercle, un fond lenticulaire et deux petites anses verticales fixées en haut de la panse (fig. 6 : 1). La paroi est plus épaisse. Les traces de tournage sont très visibles. Une couche de glaçure plombifère orange est appliquée sur toute la surface intérieure y compris sur la lèvre tandis qu’elle apparaît en taches à l’extérieur. Des traces de collage apparaissent en bas de la panse – un anneau circulaire témoigne des points de contact laissés par des pièces emboîtées les unes dans les autres lors de l’enfournement. Ce type de marmite est daté du XIIIe siècle à Saint‑Jean‑d’acre34.

  • 35 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 43, fig. 4.16 : 5‑7.

16Les productions de Beyrouth sont également représentées par des petits pots à cuire de plusieurs formes : un pot à panse ovoïde terminée en collerette, glaçuré à l’intérieur (fig. 6 : 2) ; un pot à deux anses à tenon collées sur une panse globulaire avec une petite lèvre en T, la glaçure plombifère brillante, brun-violet foncé, est appliquée sur la lèvre et de façon partielle sur la panse (fig. 6 : 3). À Acre, dans le complexe des Hospitaliers, de tels objets apparaissent dans des niveaux du XIIIe siècle35. Enfin, une cruche allant au feu avec une lèvre en triangle sur un col court, couverte de glaçure plombifère caramel, brillante, appliquée sur toute la surface interne, porte des traces de feu à l’extérieur (fig. 6 : 4).

  • 36 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 39, fig. 4.14 : 4, 7, 15.

17Les jattes peu profondes ont reçu, à l’intérieur, une couche de glaçure plombifère brun foncé et brillante tandis qu’on observe des traces de suie sur la surface externe. Il en existe plusieurs modèles : à panse tronconique et une petite lèvre épaissie à l’intérieur avec de petites anses à tenon (fig. 6 : 5 ; fig. 33 : 7) ; à panse tronconique peu profonde et lèvre en T avec un fond plat et deux anses à tenon grossièrement façonnées (fig. 6 : 6) ; à panse cannelée avec une lèvre épaissie à l’extérieur (fig. 6 : 7) ; à panse tronconique avec des anses à tenon très saillantes (fig. 6 : 8). Ces types sont présents à Acre, le premier est daté du XIIe siècle tandis que les autres sont attribués au XIIIe siècle36.

Fig. 6 – Céramiques culinaires des ateliers de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 6 – Céramiques culinaires des ateliers de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.
  • 37 von Wartburg, Violaris 2009, p. 253, 254, fig. 2 : 9, 10.
  • 38 M.‑L. von Wartburg, « Medieval Glazed Pottery from the Sanctuary of Aphrodite at Palaipaphos (Site (...)
  • 39 A. H. S. Megaw, « Supplementary Excavations on a Castle Site at Paphos, Cyprus, 1970‑1971 », DOP 2 (...)
  • 40 R. S. Gabrieli (n. 27), p. 423‑454, fig. 6. Des analyses chimiques des pâtes d’un matériel identiq (...)
  • 41 R. S. Gabrieli, B. McCall, J. R. Green (n. 28), p. 335‑353.
  • 42 La saveur spéciale que la terre donnait aux bouillons qui cuisaient dans les marmites est souvent (...)

18À Chypre, de la fin du XIIe jusqu’au XIIIe siècle, comme en attestent plusieurs fouilles, la batterie de cuisine était constituée d’une part de marmites à panse globulaire, de jattes allant au feu et de petits pots à cuire modelés dans une argile rouge-brunâtre, fabriqués probablement dans le massif du Troodos et, d’autre part, de jattes et de marmites glaçurées des ateliers de Beyrouth. Ces deux productions majeures, concurrentes ou complémentaires, sont souvent associées sur les sites de consommation comme : à Nicosie, dans une fosse du Palaion Demarcheion37 ; à Kouklia, dans la fosse H130A datée du XIIIe siècle38 ; à Paphos, dans les niveaux de destruction du château de Saranda Kolones, c’est‑à‑dire au début du XIIIe siècle39, dans la tombe d’odos Icarou dans la deuxième moitié du XIIIe siècle40 et sur la colline Fabrika dans les dernières années de ce même siècle41. On peut désormais ajouter à cette liste, les fosses I15‑Θ15‑, Θ15, H13, Θ12 des fouilles de l’Archiepiskopi à Nicosie. Ce qui distingue les productions chypriotes de celles de Beyrouth, c’est l’application d’une couche de glaçure plombifère qui imperméabilise la surface au contact des aliments et des corps gras et facilite ainsi le nettoyage des ustensiles. Les pâtes sans glaçure risquent, dans le cas des marmites, de faciliter les échanges de goût d’une cuisson à l’autre, les produits organiques restant piégés à l’intérieur de l’argile comme les matières grasses d’origines animales ou végétales. Le faible coût de ces ustensiles en céramiques et leurs propriétés intrinsèques – leur « senteur terrestre » pour les marmites du Troodos42 et leur salubrité lorsqu’ils sont glaçurés comme à Beyrouth – expliquent sans doute leur emploi généralisé à Chypre de la fin du XIIe au XIIIe siècle.

Céramique de service et de stockage, de fabrication locale

Flacon et cruche à filtre

  • 43 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:8.

19Deux pièces se distinguent par leurs formes inhabituelles. La première est un flacon au long col tubulaire, cannelé, terminé par une petite lèvre droite. La panse, plus large que haute, repose sur une base annulaire cylindrique et deux anses verticales sont attachées à mi‑col et à mi‑panse (fig. 7 : 1). La pâte argileuse, calcaire, de couleur beige-rosé, contient de petites inclusions rouges. La seconde est un vase à filtre, un type de récipient caractéristique des productions du monde islamique (fig. 7 : 2). La partie inférieure du col cylindrique est baguée. Le filtre épais est percé de six trous. La panse globulaire est soulignée par deux ressauts proéminents. Deux anses épaisses sont fixées en bas du col et à l’épaulement. Le col et la partie supérieure de la panse sont ornés de séries de petites lignes parallèles tracées au peigne. La pâte calcaire, dure, contenant de petites inclusions beiges et roses, est de couleur beige en surface et rose au cœur. Un vase à filtre fragmentaire a également été trouvé sur le chantier du Palaion Demarcheion43.

Fig. 7 – Flacon et vase à filtre, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 7 – Flacon et vase à filtre, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Petites jarres

  • 44 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:2.
  • 45 von Wartburg, Violaris 2009, p. 253, fig. 3:1

20Différents modèles de petites jarres, à panse globulaire ou ovoïde, sont réalisés dans une pâte calcaire, de couleur beige, avec de petites inclusions noires et rouges. Aucune forme complète n’a pu être reconstituée à partir du matériel des fosses. Cependant, l’observation des cols permet de distinguer plusieurs types : une cruche à long col cylindrique avec une petite lèvre éversée ou biseautée soulignée par quelques cannelures avec deux anses en forme de boudin à section ovale attachées à mi‑col et à l’épaule, la panse est globulaire ou ovoïde (fig. 8 : 1, 2). Le col est parfois évasé (fig. 8 : 3) et, dans certains cas, la lèvre est en bourrelet creux (fig. 8 : 4) ou plein (fig. 8 : 5) ou soulignée par un ressaut (fig. 8 : 6). Les jarres sont montées sur une base discoïde (fig. 8 : 7, 8) ou un fond plat (fig. 8 : 9 ; fig. 34 : 6, 7). D’autres exemplaires sont de plus grande taille (fig. 9). Parmi eux, une grande jarre à col cylindrique avec une panse ovoïde et une base discoïde, deux anses à arêtes fixées à mi‑col et à l’épaule, s’apparente à une jarre mise au jour dans une fosse du Palaion Demarcheion44 (fig. 9 : 1). Souvent, des filets sont tracés au peigne sur le col et la panse (fig. 9 : 1‑3 ; fig. 34 : 1). Cet échantillonnage peut être complété par différents cols cylindriques terminés par des lèvres en crochet plus ou moins proéminentes et dont certaines sont déjà signalées au Palaion Demarcheion45 (fig. 34 : 1‑3, 5).

Fig. 8 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 8 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 9 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 9 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Pots

  • 46 Flourentzos 1994, pl. XXIV : 56.

21Une série de pots dont il est difficile de déterminer l’usage spécifique ont un diamètre à l’ouverture variant entre 16,8 cm et 24 cm. La forme la plus complète correspond à un pot largement ouvert, au col court légèrement évasé terminé par un bord droit. La panse galbée repose sur un fond discoïde. Une anse en forme de boudin à section ovale est attachée en bas du col et à mi‑panse (fig. 10 : 1). Il existe des variantes avec une panse globulaire (fig. 10 : 2), sans col mais avec une lèvre courte éversée (fig. 10 : 3) et des lèvres plates épaissies à l’extérieur (fig. 11 : 1, 2). Un vase de même nature et de même forme a été trouvé dans le dépotoir au coin des rues Androcleous et Pindarou46.

Fig. 10 – Pots, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 10 – Pots, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Jarre

22Une seule jarre a été retrouvée dans les fosses. Ce grand contenant, à panse ovoïde, sans col, avec une petite lèvre éversée (fig. 11 : 3), est orné, sur l’épaulement, de lignes ondulées et de filets tracés au peigne.

Fig. 11 – Pots, jarre et bassins, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 11 – Pots, jarre et bassins, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Bassins

  • 47 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:9.

23Les bassins sont rares. Ils ont une panse tronconique et un bord plat éversé formant un petit marli (fig. 11 : 4, 5). Un autre type de grand bassin à anses en tenon est présent une des fosses du Palaion Demarcheion47.

Céramique modelée grossière

  • 48 von Wartburg, Violaris 2009, 251, fig. 2:12 ; Flourentzos 1994, pl. XXV:59.

24Le curage de ces fosses a livré quelques céramiques modelées dans une argile orange, dure, contenant des dégraissants végétaux. Elles sont assez grossièrement façonnées. Des couvercles en forme de large plateau circulaire de 1,5 cm ou 2,2 cm d’épaisseur pour un diamètre de 23 ou 25 cm, possèdent un bouton de préhension central conique pincé à la base ou cylindrique ; une série de perforations permettait à la vapeur de s’échapper (fig. 12 : 1, 2). La périphérie du plateau est ornée d’un ou deux bandeaux de points digités. Ce même type de couvercle est présent dans la fosse du Palaion Demarcheion et dans le puits des rues Androcleous et Pindarou48. Deux fragments de jarres à fond plat, de même nature, ne laissent cependant rien présager de la forme de ce gros contenant (fig. 12 : 3).

Fig. 12 – (1‑3) Couvercles et jarre modelés ; (4, 5) godets d’alakathkia, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 12 – (1‑3) Couvercles et jarre modelés ; (4, 5) godets d’alakathkia, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Godets d’Alakathkia

  • 49 G. Grivaud, « Frankish & Venetian Nicosia 1191‑1570 », dans D. Michaelides (éd.), Historic Nicosia(...)
  • 50 St. De Lusignan, Chorograffia et breve historia universale dell’isola de Cipro (1573), p. 11.

25Comme en témoignent les textes, les miniatures et les découvertes archéologiques, les alakathkia, des machines élévatoires à traction animale qui permettaient de puiser l’eau dans des puits profonds, étaient fréquents à Nicosie à l’époque des Lusignan et des Vénitiens49. Ce système hydraulique se compose de deux roues de bois. La première, horizontale, mue par un animal de traits, entraîne une seconde roue installée verticalement dans un puits. Cette dernière est munie d’une chaîne de corde sur laquelle sont fixés des godets de terre cuite qui, une fois remontés, déversent l’eau dans un bassin ou dans un canal. Au Moyen Âge, à Nicosie, les alakathkia alimentaient les fontaines publiques et permettaient l’arrosage des nombreux jardins de la ville. Allesandro Magno, dans son Viaggio a Cypro en 1560, a dessiné avec précision ce type de structure légendé « modo di cavar l’acqua per abbeverar il giardini chiamato Alachato ». Ce système hydraulique était en usage à Nicosie, à Famagouste et dans toute l’île comme en témoigne également Étienne de Lusignan en 1573 : » hà le sue vigne, & giardini bellissimi, ornati d’ogni frutto : & ogni 6. ò 8. giorni, li adacquano, con li animali, rivolgendo certe rote grande : le quali tirano dalla pozzi tanta acqua, quanta ne vogliono : & con queste rote per tutta l’Isola ; ove vogliono adacquar li giardini, over li bombasi ; fanno in questo modo ; & à Nicosia, & nelle Casali50 ».

  • 51 M.‑L. von Wartburg, « Cane Sugar Production Sites in Cyprus. Real and Imagined », RDAC 2000, p. 39 (...)
  • 52 V. François, L. Vallauri (n. 14), p. 529, 530, fig. 2:10 ; L. Vallauri (n. 14), p. 225, 232, fig.  (...)

26Au sud du terrain de l’Archiepiskopi, un alakatin a été mis au jour. Un puits maçonné et voûté se situe à proximité d’un bassin enduit de mortier hydraulique duquel part, vers le nord, un canal maçonné. Il semble cependant que cette installation ne soit pas médiévale. En effet, elle est bâtie sur des niveaux de remblais contenant des céramiques du XVIe siècle. Néanmoins, si cette alakatin est ottoman, l’abondance de godets de terre et la variété des types mis au jour montrent que son utilisation a vraisemblablement commencé dès l’époque franque. Dans la fosse Θ12, deux godets fragmentaires représentés par des fonds en bouton terminés en pointe ou en forme de cône bagué permettant de fixer le godet à la chaîne de cordes, témoignent du fonctionnement de ce système hydraulique dès le XIIIe siècle (fig. 12 : 4, 5). Une prospection menée dans la vallée du Gialias par H. W. Catling en 1957, a livré, au lieu‑dit Archangelos non loin du manoir royal, les vestiges d’un four de potier médiéval et de nombreux surcuits51. D’abord identifiés comme des amphores ou des moules à sucre, les objets produits dans cet atelier sont en fait des godets de noria, dont certains, fragmentaires, ont des boutons semblables à celui trouvé dans la fosse Θ12. Ils sont apparus au cours d’une prospection à Potamia-Agios Sozomenos, conduite par une équipe franco-chypriote dans les années 2000, et dans la fouille du manoir royal des Lusignan52. D’autres types de godets, découverts dans la fouille de l’Archiepiskopi et qui seront prochainement publiés, témoignent d’un long temps de fonctionnement de l’alakatin, continu au intermittent, sans doute jusqu’au XIXe siècle.

Vaisselle de service sans revêtement d’origine locale

  • 53 Voir par exemple V. Porter, O. Watson, « Tell Minis’ Wares », Syria and Iran. Three Studies in Med (...)
  • 54 H. Marchesi, J. Thiriot, L. Vallauri, Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe siècle et le qua (...)

27Cette catégorie de coupe sans revêtement est peu représentée dans les fosses mais elle est beaucoup plus fréquente dans la fouille des niveaux du XIIIe siècle, en particulier dans le secteur Θ14. Cette vaisselle est mal cuite, la pâte calcaire orange est savonneuse. Les formes sont assez standardisées. Il s’agit le plus souvent de grandes coupes à panse carénée, aux parois épaisses assez grossièrement tournées, avec une lèvre ronde, en biseau ou, plus rarement, éversée (fig. 13) et de coupe à lèvre épaissie et panse carénée soulignée par une arête (fig. 34 : 8). La base annulaire à disque creux a été évidée au tournassage sans doute pour alléger la pièce (fig. 13 : 4 ; fig. 34 : 10). Cette méthode de façonnage du pied est caractéristique des céramiques islamiques d’époques abbasside et fatimide53. Elle n’était pas employée dans le monde byzantin ni dans la production chypriote médiévale. Il est intéressant de noter qu’une partie de la production des ateliers de Sainte‑Barbe à Marseille au XIIIe siècle, s’apparentant aux céramiques réalisées dans les officines de Sicile, se caractérise par ce même profil de pied, confirmant l’adoption en terre chrétienne d’un mode de fabrication de tradition islamique54. Ce type de base, qui caractérise aussi des productions de Nicosie glaçurées (fig. 19 : 1, 2, 7 ; fig. 33 : 3 ; fig. 34 : 15, 16), indique peut‑être que les potiers en activité dans la ville à cette époque venaient du Proche‑Orient croisé et musulman.

Fig. 13 – Vaisselle de service sans revêtement, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 13 – Vaisselle de service sans revêtement, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

28Les coupes sont majoritaires mais on trouve aussi, parmi ces céramiques sans couverte, une petite tasse à panse cylindrique et lèvre éversée (fig. 34 : 9).

  • 55 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S. Y. Waksman (n. 29), p. 327‑329, fig. 3.
  • 56 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 90 : 1‑3, fig. 92 : 1, fig. 99 : 1, 3‑6, 9, fig. 102 : 2, 3, fi (...)
  • 57 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 18‑20, 73.
  • 58 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 27, 28, 34‑38, vol. II, fig. 4.1‑4.11.
  • 59 J. Monchamp, « Contribution à l’étude de la céramique médiévale égyptienne. Chrono-typologie des c (...)
  • 60 J. Monchamp, « Contribution à l’étude de la céramique médiévale égyptienne. Chrono-typologie des c (...)
  • 61 R.‑P. Gayraud, J.‑C. Tréglia, G. Guionova, « Céramiques d’un niveau d’occupation d’époque mamelouk (...)

29Si, comme j’en fais l’hypothèse, ces contenants de service étaient réalisés à Nicosie, ils s’inscrivent dans une tradition proche-orientale typique des époques croisée et mamelouke qui consiste en la fabrication de coupes et de coupelles plus ou moins grossièrement façonnées sans aucun revêtement. À Beyrouth, un ensemble homogène de céramiques découvert dans le remblai du four de la place des Martyrs ainsi qu’à l’intérieur du foyer témoigne de la fabrication locale, du milieu du XIIe au début du XIIIe siècle, d’une vaisselle de table à pâte rouge sans revêtement, de qualité assez médiocre55. Deux types dominent. Le premier consiste en coupelle à panse hémisphérique, avec une lèvre dans le prolongement de la panse ou plus rarement en T, reposant sur une base annulaire presque plate ou sur un fond discoïde. Le second est caractérisé par des coupes largement ouvertes, peu profondes, à panse hémisphérique et petite lèvre éversée, montées sur une large base annulaire évasée. Pour leur part, les potiers de l’atelier de Massyaf, à 45 km à l’ouest de Hama, au sud de la plaine de Ghab, ont également réalisé, probablement entre le XIIe et la fin du XIIIe siècle, une large gamme de coupes de toute taille à panse hémisphérique, tronconique ou carénée, montée sur une base annulaire ainsi que de petites jattes à fond plat sans revêtement56. Cette production non glaçurée n’était pas uniquement destinée à une consommation locale. Elle était commercialisée au‑delà de la ville comme en témoignent les exemplaires mis au jour dans la citadelle de Marqab et au Crac des chevaliers57. Pour sa part, la fouille du complexe des Hospitaliers à Saint‑Jean‑d’acre a livré une grande quantité de coupes de différentes formes sans couverte. Des coupelles, assez grossièrement tournées, à panse hémisphérique avec un marli et un fond discoïde, dominent58. Déjà présente dans les niveaux du XIIe siècle, cette poterie fabriquée localement est plus abondante dans ceux du XIIIe siècle. Selon E. Stern, il s’agit peut‑être d’une vaisselle de table bon marché utilisée par les frères, les malades et les pèlerins logés dans le Complexe des Hospitaliers. Des coupelles, en pâte alluviale brune, très grossièrement tournées étaient également employées au Caire à l’époque ayyoubide59. Des écuelles au façonnage très irrégulier témoignant d’une fabrication rapide sont très abondantes dans les contextes du milieu XIIIe‑XVe siècles. Pour l’époque mamelouke, 3000 individus ont été comptabilisés dans les fouilles de la muraille ayyoubide du Caire60. Elles apparaissent également en en grand nombre à Fustat61 et sont généralement considérées comme des « emballages perdus » liés aux cuisines ambulantes des rues du Caire.

Vaisselle de service glaçurée d’origine locale

Cruches glaçurées

  • 62 M.‑L. von Wartburg, « Mittelalterliche keramik aus dem Aphroditeheiligtum in Palaiopaphos (Grabung (...)

30Les cruches, fabriquées dans une pâte calcaire, dure, de couleur rose au cœur avec de petites inclusions blanches, et blanchâtre à l’extérieur, sont incomplètes. La partie supérieure manque toujours. Deux formes dominent : des cruches de différentes tailles, à fond discoïde et panse ovoïde ou globulaire plus ou moins épaisse (fig. 14 : 1‑3) et des cruches à panse globulaire montées sur une base annulaire évasée (fig. 14 : 4, 5). La surface externe est couverte, presque jusqu’en bas de la panse, d’une couche de glaçure alcalino-plombifère de couleur verdâtre appliquée directement sur la pâte. Deux exemplaires se distinguent des précédents par leur décoration. Le premier est orné, sur la panse, de cercles pointés de différentes tailles peints à l’engobe blanc sous une glaçure alcalino-plombifère verdâtre appliquée directement sur la pâte (fig. 14 : 5). Ce type de composition est identique à celui observé sur des cruches de Paphos mises au jour dans les fouilles de Kouklia, de Saranda Kolones et d’Acre62. Le second est décoré de formes géométriques peintes en vert mais on ne distingue, sur ce fragment de panse, aucune trace de glaçure (fig. 14 : 6). Un surcuit composé de deux cols de formes fermées collées et tachées de glaçure pourrait appartenir à ces formes (fig. 14 : 7).

Fig. 14 – (1‑5) Cruches glaçurées ; (6) cruche peinte sans glaçure ; (7) surcuit. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 14 – (1‑5) Cruches glaçurées ; (6) cruche peinte sans glaçure ; (7) surcuit. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Coupes à glaçure alcalino-plombifère

31Cette série rassemble des coupes d’une grande variété de formes généralement aux parois épaisses. Une glaçure alcalino-plombifère de couleur jaunâtre ou verdâtre, aujourd’hui très dégradée, est appliquée directement sur la pâte ou parfois sur un jus pauvre d’engobe blanc. L’utilisation de pernette lors de l’enfournement est attestée par les trois marques d’arrachement sur le fond.

  • 63 Flourentzos 1994, pl. XIII:18, 24, pl. XX, pl. XXII:42‑44.

32Un premier groupe comprend des récipients à parois fines à panse carénée avec une petite lèvre éversée, soulignée à l’extérieur par une gorge (fig. 15 : 1, 2). Le profil de la panse est parfois très anguleux (fig. 15 : 3). La base annulaire est évasée ou cylindrique, parfois à disque interne (fig. 34 : 11). La paroi externe est glaçurée jusqu’au point d’inflexion. On trouve aussi, dans cette catégorie, une mini-coupelle à panse hémisphérique et lèvre éversée montée sur un fond plat (fig. 15 : 4) et une sorte de tasse à panse cylindrique avec une lèvre éversée (fig. 15 : 5). Un deuxième groupe est composé de coupes à panse hémisphérique épaisse avec un large marli plat, horizontal ou incliné, et une base annulaire évasée ou cylindrique (fig. 16 : 1‑5). Une coupelle est de même forme mais la liaison entre le marli et la panse est soulignée par un ressaut interne (fig. 16 : 6). La surface de ces objets est très endommagée de même que celle d’une coupe à panse carénée particulièrement épaisse (fig. 17 : 1). Enfin, plusieurs coupes ont une panse tronconique et une lèvre épaissie à gorge (fig. 17 : 2‑4). La base annulaire est assez plate. De la vaisselle de ce type se trouvait déjà dans le puits dégagé au coin des rues Androcleous et Pindarou63.

Fig. 15 – (1‑5) Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle ; (6) pernette.

Fig. 15 – (1‑5) Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle ; (6) pernette.

Fig. 16 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 16 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Coupes émaillées

  • 64 Flourentzos 1994, pl. XIII:23.

33À cause du mauvais état de conservation de ces objets, il n’est pas toujours facile de distinguer la nature de leur revêtement. Toutefois, il semble que cette vaisselle tournée dans une pâte calcaire, dure, de couleur orangé, soit couverte d’une couche de glaçure plombifère opacifiée à l’étain d’assez mauvaise qualité. Il n’en subsiste parfois que des traces partielles. L’utilisation d’un émail est une nouveauté dans la production chypriote alors que cette glaçure était en usage dans le monde islamique dès l’époque abbasside. Dans les fosses et dans le niveau 3 du secteur Θ14, elle est appliquée sur des coupes à panse hémisphérique profonde avec un marli horizontal parfois souligné par un ressaut proéminant (fig. 17 : 5‑7) ; sur des coupes à lèvre rentrante et panse hémisphérique (fig. 18 : 1‑3 ; fig. 34 : 12) ou à petite lèvre éversée (fig. 18 : 4, 5). Les potiers fabriquaient également des micro-coupelles de 12 cm de diamètre à l’ouverture avec des lèvres en crochet, éversées ou plates (fig. 18 : 6‑11) et des grands plats à carène (fig. 34 : 13, 14). Ce type de production faisait partie du mobilier du puits dégagé par P. Flourentzos64.

Fig. 17 – (1, 2) Coupes à glaçure alcalino-plombifère ; (3‑7) coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 17 – (1, 2) Coupes à glaçure alcalino-plombifère ; (3‑7) coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 18 – Coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 18 – Coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Coupes émaillées peintes en vert et brun

  • 65 A. H. S. Megaw, J. Rosser (n. 39), p. 324‑329, fig. 6:5‑7, fig. 327:20‑23, fig. 8:37, 38, fig. III (...)

34Cet ensemble se caractérise par des motifs rayonnants, des festons et des entrelacs peints en vert et brun sur un émail appliqué en couche fine et d’assez mauvaise qualité. Il s’échappe en coulures à l’extérieur. Les formes grossièrement tournées, aux parois épaisses, sont identiques à celles du groupe précédent. Il s’agit de coupes plates largement ouvertes (fig. 19 : 1, 2) ; de coupes à panse hémisphérique à lèvre rentrante (fig. 19 : 3 ; fig. 34 : 15), à lèvre épaissie (fig. 19 : 4), dans le prolongement de la panse (fig. 19 : 5), en biseau (fig. 19 : 6), à marli plus ou moins large avec une gorge (fig. 20 : 1, 2 ; fig. 34 : 16) ou à lèvre éversée (fig. 20 : 3‑5 ; fig. 33 : 3). Les bases annulaires à disque interne sont semblables à celles des céramiques de service sans revêtement et à glaçure alcalino-plombifère (fig. 19 : 1, 2, 7 ; fig. 33 : 3 ; fig. 34 : 15, 16). Dans la fosse I15‑Θ15, un surcuit émaillé calciné témoigne de l’origine locale de cette production (fig. 19 : 7). Les fouilles du château de Saranda Kolones à Paphos ont livré des céramiques de même aspect, elles sont considérées comme des importations du Levant65. Dans la publication, la glaçure est qualifiée de plombifère. Cependant, puisqu’elle était mal conservée, comme il est précisé dans le catalogue, il devait être difficile d’en déterminer la nature. Bien qu’elles ne soient pas décrites comme émaillées les formes et les décors des poteries ornées de « erratic brown stripes » ou de « broad-brush manganese segments » paraissent identiques aux exemplaires de Nicosie.

Fig. 19 – Coupes émaillées peintes en vert et brun. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 19 – Coupes émaillées peintes en vert et brun. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 20 – Coupes émaillées peintes en vert et brun, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Fig. 20 – Coupes émaillées peintes en vert et brun, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.

Coupes peintes à l’engobe, incisées et incisées peintes en vert et ocre de « style Paphos »

35Ces sept récipients de service, peints à l’engobe, incisés et incisés avec des rehauts polychromes sont particulièrement intéressants car, d’un point de vue morphologique et stylistique, ils s’apparentent aux productions des ateliers de Paphos du XIIIe siècle. Cependant, la pâte calcaire, de couleur beige, contenant de petites inclusions noires et rouges, est très différente de celle de Paphos. Il s’agit sans doute d’une fabrication de Nicosie. Ces vases ont en commun une autre caractéristique étonnante, ils sont couverts de deux engobes, blanchâtre et rouge, appliqués à l’intérieur comme à l’extérieur. L’engobe coloré en rouge était jusqu’à présent considéré comme une marque de fabrique de l’atelier d’Enkomi dont la période d’activité est datée du XIVe siècle. Il semble donc que son usage soit antérieur dans les officines de Nicosie.

  • 66 Pour des comparaisons avec la production de la région de Paphos, voir Papanikola-Bakirtzi 1996, fi (...)
  • 67 Papanikola-Bakirtzi 1996, fig. XVI : 82
  • 68 D. Papanikola-Bakirtzi, F. N. Mavrikiou, C. Bakirtzis, Byzantine Glazed Pottery in the Benaki Muse (...)

36Cette production locale de « style Paphos » est illustrée par deux coupes à panse carénée, avec une petite lèvre éversée, reposant sur une base annulaire évasée. Elles sont ornées de grandes spirales tangentes peintes à l’engobe blanc et d’une ligne ondulée tracée sur le bord66 (fig. 21 : 1, 2). La glaçure plombifère est incolore ou jaune d’or. À l’extérieur, une ligne ondulée est peinte à l’engobe blanc sur une couche d’engobe rouge appliquée jusqu’à mi‑panse et couverte de glaçure. Une coupe à panse tronconique carénée avec un profil très anguleux, une lèvre en T et une base annulaire évasée est simplement décorée d’une sorte de tresse et de cercles concentriques incisés à travers une couche d’engobe rouge (fig. 21 : 3). La glaçure plombifère est de couleur caramel. À l’extérieur, engobe rouge et glaçure couvrent le haut de la panse. D’autres céramiques incisées sont rehaussées de coulures ou de taches de pigments verts et jaune d’ocre sous une glaçure plombifère incolore. Elles sont tantôt ornées de décors zoomorphes – un oiseau occupe l’intérieur d’une coupe à panse carénée à profil anguleux et dont l’extérieur est rythmé par un bandeau de hachures incisées (fig. 21 : 4), un poisson est incisé au fond d’une coupe à base annulaire en crochet67 (fig. 21 : 5) – ou de motifs géométriques couvrants incisés sur des coupes à panse carénée avec une lèvre en biseau68 (fig. 22 : 1, 2). Tous ces vases portent des traces d’arrachements de pernette.

Fig. 21 – Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle.

Fig. 21 – Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle.

Vaisselle de service de Paphos et d’autres ateliers chypriotes

37La vaisselle de l’atelier de Paphos est représentée, dans la fosse H13, par quelques fragments incisés et peints à l’engobe et, dans la fosse Θ15, par une belle coupe complète à panse hémisphérique profonde avec un large marli incliné terminé par un ressaut (fig. 22 : 3). Le marli est souligné par un bandeau de motifs en S tandis qu’un médaillon circulaire hachuré, une sorte de blason, occupe le centre de la coupe. Ce décor sgraffito est rehaussé de coulures de pigments jaune d’ocre et vert foncé sous une glaçure plombifère jaune pâle. La base annulaire possède ce profil en crochet si caractéristique des productions de Paphos. Il n’y aucune ambigüité sur l’origine de cet objet car la pâte argileuse, fine et très dense, de couleur orange vif est celle qui était utilisée dans les ateliers de la région.

38À l’évidence, il existait dans l’île d’autres ateliers que ceux de la région de Paphos et de Nicosie, dans lesquels les potiers réalisaient des vases de même style mais avec des argiles différentes comme en témoignent deux bases annulaires de Green and Brown Sgraffito Ware à pâte orange, dure, très fine. Les décors sont incisés à travers une couche d’engobe blanc et rehaussés de coulures de pigments jaune d’ocre et verts sous une glaçure plombifère incolore et brillante. La première de ces bases cylindriques, percée d’un trou de suspension, est ornée d’entrelacs composant une fleur aux longs pétales (fig. 22 : 4). Sur la seconde, des palmettes et un bandeau de cercles tangents se détachent d’un fond spiralé (fig. 22 : 5). L’argile employée n’est pas celle de Paphos et n’est pas non plus celle de Nicosie. En l’état de la recherche, il est impossible d’attribuer ces pièces à leurs officines respectives. C’est également le cas pour les objets suivants. En effet, deux coupes à panse hémisphérique au profil très anguleux sont tournées dans une pâte calcaire, rose, dure, avec de très petites inclusions blanches qui n’est pas celle employée à Nicosie. L’une est simplement couverte à l’intérieur et sur le bord à l’extérieur, d’un engobe beige et d’une glaçure plombifère vert émeraude (fig. 22 : 6) tandis que, sur l’autre, deux cercles sont incisés à mi‑panse et la glaçure plombifère de couleur caramel est appliquée directement sur la pâte (fig. 22 : 7). Des vases de même aspect apparaissent également dans plusieurs niveaux de la fouille de l’Archipiskopi ainsi que dans celle du monastère de Saint‑Georges‑des Manganes.

Fig. 22 – (1, 2) Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle ; (3) coupe de Paphos ; (4‑7) coupes de « style Paphos » d’origines inconnues.

Fig. 22 – (1, 2) Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle ; (3) coupe de Paphos ; (4‑7) coupes de « style Paphos » d’origines inconnues.

Importations

Vaisselle de service de l’Orient chrétien, byzantin et franc

  • 69 S. Y. Waksman, C. Girgin, « Les vestiges de production de céramiques des fouilles de Sirkeci (Ista (...)
  • 70 Sur cette catégorie voir notamment J. W. Hayes, Excavations at Saraçhane in Istanbul, vol. II, The (...)
  • 71 J. W. Hayes (n récédente), p. 35‑37 ; G. D. R. Sanders (n. précédente), p. 89‑104.
  • 72 A. H. S. Megaw, E. R. Jones, « Byzantine and Allied Pottery: a Contribution by Chemical Analysis t (...)
  • 73 A. H. S. Megaw, « Betwixt Greeks and Saracens », Acts of the International Archaeological Symposiu (...)

39Les céramiques byzantines sont représentées par diverses productions. Dans certains contextes de découverte, les fragments sont résiduels comme ceux de Glazed White Ware II des fosses I15‑Θ15 et Θ15 et du secteur Θ14. Le premier est une panse de coupe à pâte kaolinitique blanche avec de petites inclusions rouges, entièrement couvert d’une glaçure plombifère verte (non illustré K206/11). Cette céramique à pâte blanche apparaît à la fin du IXe siècle mais elle est vraiment abondante au Xe et se maintient jusqu’au début du XIIe siècle. Les fouilles, entreprises dans le quartier de Sirkeci à Istanbul, ont livré les premiers indices d’une possible production locale pour cette vaisselle69. Le second fragment est un exemplaire de Spatter Painted Ware du début du XIIe siècle dont l’ornementation est obtenue par aspersion de pigments sur la surface humide du récipient (fig. 35 : 1). La base annulaire cylindrique, assez plate, de Polychrome Ware réalisée dans une pâte kaolinitique blanche, fine, contenant de petites inclusions rouges, trouvée dans le comblement de la fosse Θ15 est aussi résiduelle70 (fig. 23 : 1). Les motifs sont peints en polychromie à l’aide de diverses glaçures plombifères riches en silice. Les contours noirs épais sont tracés à l’aide d’un engobe teinté à l’oxyde de fer destiné à contenir les aplats de glaçures colorées à l’oxyde de cuivre pour le bleu et à l’oxyde de manganèse pour l’aubergine. La glaçure plombifère a complètement disparu. Pour cette catégorie byzantine, trois sous‑groupes ont été mis en évidence par J. Hayes et G. Sanders à partir du matériel de Saraçhane et de Corinthe71. Cet objet relève de la Classe I qui, à Saraçhane, est attribuée à la seconde moitié du Xe et au début du XIe siècle à partir de la découverte d’un seul tesson. À Corinthe, des vases de ce type apparaissent en nombre dans des niveaux autour de 975/1000 et sont encore attestés dans des contextes datés autour de 1050/1060. Cette vaisselle est considérée comme une production constantinopolitaine72. De façon générale, la Polychrome Ware est peu présente dans les fouilles où elle apparaît parfois dans des contextes très modestes. Sur l’île de Chypre, en plus de Nicosie, cette céramique est attestée à Soloi et Paphos73.

Fig. 23 – (1) Polychrome Ware, début XIIe siècle ; (2‑4) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (5‑7) céramiques dites d’Al‑Mina, XIIIe siècle.

Fig. 23 – (1) Polychrome Ware, début XIIe siècle ; (2‑4) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (5‑7) céramiques dites d’Al‑Mina, XIIIe siècle.

40On trouve également, mais cette fois dans des niveaux homogènes du secteur Θ14, une base de grand plat de Glazed White Ware IV, à pâte blanche, sableuse, avec un motif de cercles tangents peint en vert et manganèse sous une glaçure plombifère incolore produite du XIIe au troisième quart du XIIIe siècle (fig. 35 : 2).

  • 74 A. H. S. Megaw, « An early Thirteenth Century Aegean Glazed Ware », dans G. Robertson, G. Henderso (...)
  • 75 Sur ce point voir V. François, La vaisselle de terre à Byzance (2017), p. 67‑72, 197‑208.
  • 76 V. François, « De la cale à l’atelier. La vaisselle byzantine de la donation Janet Zakos », dans M (...)
  • 77 von Wartburg, Violaris 2009, p. 255‑257, fig. 5:1, 2, fig. 6, fig. 9:2.
  • 78 A. H. S. Megaw, J. Rosser (n. 39), p. 319‑331 ; M.‑L. von Wartburg, « Cypriot Contacts with East a (...)

41L’Aegean Ware dont la production s’étend du milieu du XIIe siècle au troisième quart du XIIIe siècle est bien représentée sur le site de l’Archiepiskopi74. L’Aegean Ware est le nom donné par A. H. S. Megaw, en 1975, à un petit ensemble de coupes mis au jour dans les fouilles du château de Saranda Kolones à Paphos, dans des contextes de la fin XIIe‑début XIIIe siècle. Les caractéristiques techniques, morphologiques et stylistiques de ces vingt‑trois vases en faisaient un groupe homogène probablement issu d’un même atelier que l’auteur situait, sans plus de précision, en Égée. Peu à peu, d’autres objets plus ou moins semblables par certains de leurs aspects sont venus s’agréger au groupe initial75. L’Aegean Ware est progressivement devenue un ensemble multiforme76. Deux coupes découvertes dans la fosse I15‑Θ15 correspondent au type décrit par A.H.S. Megaw (fig. 23 : 2, 3). Elles se caractérisent par une pâte fine, dure de couleur orange, contenant de petites inclusions blanches. La première est une grande coupe à panse tronconique et lèvre rentrante montée sur une base annulaire très plate et la seconde une coupe à panse hémisphérique et lèvre rentrante. Un engobe blanc est appliqué en jus pauvre à l’intérieur et sur le bord à l’extérieur. La glaçure plombifère est jaune. Ces plats sont ornés de décors incisés à la gouge. Autour d’un médaillon central hachuré ou d’une sorte de soleil rayonnant, se développe, sur le haut de la panse, un bandeau composé de cercles concentriques barrés. Ces compositions sont parfois rehaussées de coulures ou de taches vertes. La fouille des fosses ainsi que des niveaux 2‑4 du secteur Θ14 ont livré d’autres fragments, différents des précédents, mais qui pourtant relève aussi de l’Aegean Ware. Ils sont finement incisés, peints en vert et brun sur un engobe très blanc ou peints à l’engobe (fig. 23 : 4 ; non illustrés K209/11 et K210/11 fosse I15‑Θ15 ; K168/11 fosse I12‑Θ12 ; fig. 35 : 3‑9). Des exemplaires complets ont été découverts dans la fouille voisine du Palaion Demarcheion77. Cette catégorie de vaisselle de table byzantine, largement commercialisée en Méditerranée, est fréquente à Chypre sur de nombreux sites dans la région de Paphos et à Limassol78.

  • 79 M.‑L. Von Wartburg (n. précédente), p. 161, fig. 18.
  • 80 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 55‑58, vol. II, p. 66, 67, fig. 4.30 : 4.

42Trois coupes découvertes dans les fosses Θ15 et H13 sont des représentantes des productions attribuées aux ateliers d’Al‑Mina. Fabriquées dans le port d’Antioche jusqu’à la fin du XIIIe siècle, ce style de vase était également réalisé dans d’autres officines de Cilicie et de Syrie du Nord aux XIIIe et XIVe siècles. Très bien diffusée en Méditerranée orientale, cette vaisselle de table est attestée à Chypre, dans la région de Paphos79. Les exemplaires recueillis dans les fosses sont fabriqués dans une pâte calcaire, orange clair, contenant des inclusions blanches et rouges. Deux coupes, à panse hémisphérique profonde terminée par un large marli souligné par un ressaut proéminant, sont ornées de décors géométriques et floraux rehaussés de pigments de couleur pourpre, vert et jaune d’ocre sous une glaçure alcalino-plombifère incolore (fig. 23 : 5, 6). Sur l’une d’entre elle, la lettre R a été incisée après cuisson sous le marli, à l’extérieur. Le curage de la fosse Θ15 a livré un grand plat à panse tronconique avec un large marli souligné, à chacune de ses extrémités, par un ressaut (fig. 23 : 7). À l’intérieur et sur le bord à l’extérieur, une glaçure plombifère vert émeraude est appliquée sur un engobe beige. Ce type de plat s’apparente à certaines découvertes de Saint‑Jean‑d’acre datées du XIIIe siècle80.

Vaisselle de service, de stockage et luminaire du Proche‑Orient islamique

43Les productions de Syrie et ou d’Égypte misent au jour dans ces fosses mais également dans le secteur Θ14 se répartissent en deux catégories inégales. La première, la mieux représentée, est constituée de céramiques à pâte argileuse, calcaire, tandis qu’un second ensemble plus marginal comprend des vases en pâte siliceuse.

  • 81 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris 2009, p. 255‑258, fig. 5 : 5‑11.
  • 82 S.Y. Waksman, « Ceramics of the ‘Serçe Limanı’ type and Fatimid pottery Production in Beirut », Le (...)
  • 83 J. Rosser, « Excavations at Saranda Kolones, Paphos, Cyprus, 1981‑1983 », DOP 39, 1985, p. 91, fig (...)

44Quatre coupes massives, apparemment identiques à celles découvertes dans la fouille du Palaion Demarcheion, sont sans doute issues d’une production proche-orientale dont l’origine n’est pas connue81. Elles ne sont pas s’en rappeler certaines productions d’époque fatimide des ateliers de Beyrouth82 mais pour autant ce ne sont pas les mêmes pâtes. Il s’agit de coupes à panse carénée épaisse avec une lèvre en biseau et une base annulaire évasée (fig. 24 : 1, 2) et de coupes à panse tronconique avec une lèvre rentrante et une base à disque (fig. 36 : 1, 2) fabriquées dans une pâte calcaire, assez grossière, contenant des inclusions blanches. Les traces de tournage sont bien visibles. Un décor de festons, de hachures ou de ruban (fig. 33 : 5) est peint en vert et brun sous une glaçure plombifère jaune-verdâtre appliquée directement sur la pâte. Elles s’apparentent à une coupe ornée de grosses spirales peintes en vertdécouverte dans les fouilles de Saranda Kolones et datée du début du XIIIe siècle83. Ce groupe comprend également une coupelle à panse hémisphérique profonde avec un marli incliné souligné par un ressaut proéminant et une petite base annulaire à disque interne portant également un décor de festons et de lignes entrelacées peint en vert sous une glaçure plombifère appliquée directement sur la pâte (fig. 24 : 3, 4). Ces céramiques importées pourraient avoir servi de modèles pour la fabrication à Nicosie de coupes émaillées peintes en vert et brun.

  • 84 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 19 : 2.

45Une grande coupe à panse hémisphérique terminée par une lèvre en crochet et reposant une basse annulaire presque plate, à pâte orange foncé, dure, s’apparente aux productions sans revêtement du XIIe‑fin XIIIe de l’atelier de Massyaf en Syrie84 (fig. 24 : 5).

Fig. 24 – Vaisselle peinte en vert et brun, Proche‑Orient islamique, XIIIe siècle.

Fig. 24 – Vaisselle peinte en vert et brun, Proche‑Orient islamique, XIIIe siècle.
  • 85 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S.Y. Waksman 2003, p. 334, 335, fig. 10 : 18‑21.
  • 86 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris 2009, p. 260‑262, fig. 9 3A‑3B ; M.‑L. von Wartburg, A. Portmann, (...)
  • 87 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 53, vol. II, p. 63, 64, fig. 4.28 : 5.
  • 88 W. Kubiak, « Medieval Oil Lamps from Fustat », Ars Orientalis 8, 1970, p. 13‑15, fig. 2 : fig. 12.

46Ces formes lourdes contrastent avec d’autres pièces de vaisselle originaires d’Égypte ou du Bilâd al‑Châm comme cette élégante coupe à panse tronconique du XIIe siècle montée sur une base annulaire haute et cylindrique ornée de rinceaux incisés sous une glaçure alcaline jaune-verdâtre (fig. 25 : 1). La pâte calcaire, fine, est beige en surface et rose au cœur. Plusieurs fragments de panse, une base annulaire très plate et une coupelle à petit marli, en pâte calcaire, beige, assez friable, sont couverts, à l’intérieur et à l’extérieur, d’une glaçure alcaline de couleur aubergine (fig. 25 : 2, 3 ; fig. 36 : 3) proviennent vraisemblablement des ateliers de Beyrouth de même que des récipients fragmentaires à glaçure alcaline de couleurs bleu turquoise, verte ou peints en noir sous glaçure turquoise85 (fig. 25 : 4 ; fig. 36 : 4). On en trouve des exemplaires complets dans la fosse I6 au Palaion Demarcheion ainsi qu’au monastère d’Agia Moni sur les contreforts du Troodos dans le district de Paphos86. La vaisselle de Beyrouth est aussi présente dans le niveau 2 du secteur Θ14 sous la forme de coupes à pâte argileuse rouge, engobées et décorées de spirales incisées sous une glaçure plombifère verte ou orange (fig. 36 : 5, 6). Les productions islamiques sont également représentées par un albarello fragmentaire, à col évasé sur une longue panse cylindrique et dont la partie supérieure est marquée par une carène sous le col (fig. 25 : 5). On observe les traces d’arrachement d’une anse sur l’épaule. Une couche de glaçure alcaline de couleur bleu turquoise est appliquée à l’intérieur et à l’extérieur sur une pâte argileuse, beige, très sableuse. Enfin, la fosse Θ12 contenait une belle lampe à long bec avec un réservoir sphérique sur un fond discoïde, un long col évasé et une anse à poucier (fig. 25 : 6). La pâte argileuse beige, dure, est couverte d’une glaçure alcaline vert d’eau. L’extrémité du bec porte des traces de feu. Un exemplaire absolument identique, découvert dans les fouilles de Saint‑Jean‑d’Acre, est daté du XIIIe siècle87. Ce type de lampe à pâte calcaire blanchâtre ou beige était notamment fabriqué à Fustat en Égypte de la deuxième moitié du XIIe jusqu’au XVe siècle88.

47Un seul exemplaire de céramique à décor polychrome peint sous glaçure alcaline transparente, typique de l’époque ayyoubide, a été découvert dans la fosse I15‑Θ15 (fig. 25 : 7). Il s’agit d’une coupe à paroi fine en pâte siliceuse, blanche, ornée d’un décor géométrique et végétal couvrant peint en noir et coloré en jaune et rouge. La glaçure alcaline incolore a complètement disparu. À l’extérieur, deux bandeaux de motifs géométriques sont peints en noir comme toujours sur cette catégorie de vaisselle datée de la fin XIIe‑début XIIIe siècle. On peut compléter cet inventaire par quelques fragments à pâte siliceuse et glaçure alcaline d’époque ayyoubide découverts dans le secteur Θ14 : une base à glaçure vert d’eau épaisse, une élégante coupe ornée de rinceaux couvrants découpés portant des traces de glaçure bleue et une base peinte en bleu et noir sous une glaçure incolore (fig. 36 : 7‑9). Enfin, un tesson au décor d’écailles peint au lustre métallique verdâtre a été mis au jour dans un niveau du XIIIe siècle du secteur Θ12‑Θ13 (fig. 33 : 6).

Fig. 25 – Importations du Proche‑Orient islamique, fin XIIe‑XIIIe siècle (1‑6) céramiques et lampe à pâte argileuse et glaçure alcaline ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline.

Fig. 25 – Importations du Proche‑Orient islamique, fin XIIe‑XIIIe siècle (1‑6) céramiques et lampe à pâte argileuse et glaçure alcaline ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline.

Assemblage du XIVe siècle (fosse H15)

Céramique culinaire d’origine chypriote

  • 89 Sur ce type voir R. S. Gabrieli 2008 (n. 27), p. 430, 431, 452, fig. 8.
  • 90 Pour divers exemples trouvés à Potamia voir V. François, L. Vallauri 2001 (n. 14), p. 534, fig. 5: (...)

48La batterie de cuisine du XIVe siècle, telle qu’elle apparaît dans la fosse H15, ne se distingue guère de celle qui était employée à la fin du XIIe et au XIIIe siècle. L’argile rouge lie‑de‑vin, granuleuse et ferrugineuse utilisée par les potiers du Troodos a permis de façonner des ustensiles identiques. On trouve le même type de marmite, cette fois de plus petite taille, avec deux anses rubanées et une lèvre épaissie en triangle (fig. 26 : 1) ; le même type de pot à cuire à petite lèvre horizontale (fig. 26 : 2) ; et une série de petits pots grossièrement modelés, à panse globulaire ou carénée sur un fond lenticulaire ou plat, avec différents types de lèvre et deux anses rubanées attachées à la lèvre et en haut de la panse (fig. 26 : 3‑6) ; les mêmes poêlons bas avec une anse à tenon (fig. 26 : 78). La plupart de ces récipients modelés ont des parois très fines de 3 mm d’épaisseur. Leur surface externe est complètement noircie au feu. Deux cruches, à panse ovoïde, avec un col plus ou moins évasé et un bec pincé, une grande anse très plate attachée à la lèvre, étaient également employées sur le foyer comme en témoigne leur paroi externe partiellement noircie à l’opposé de l’anse89 (fig. 26 : 9, 10). La nouveauté réside dans une anse de jarre modelée et ornée d’un décor imprimé au peigne. Ce type d’objet est caractéristique des productions décorées avec soin et attribuées à l’atelier Kornos au XIVe siècle90 (fig. 26 : 11).

Fig. 26 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, XIVe siècle.

Fig. 26 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, XIVe siècle.

Jarres et pot de production locale

49Une jarre à pâte calcaire de fabrication locale à panse ovoïde et base discoïde est identique à celles mises au jour dans les fosses I15‑I15, Θ15, H13, Θ12, (fig. 27 : 1). Un pot à pâte calcaire, grossièrement tourné, est assez semblable aux exemples des fosses plus anciennes mais on peut, cette fois, restituer deux anses (fig. 27 : 2).

Céramique modelée grossière

50Cette catégorie est seulement représentée par un épais fragment de panse de jarre modelée orné d’ondulations tracées au peigne (fig. 27 : 3). La pâte, de couleur rouge en surface et grise au cœur, contient de grosses inclusions blanches mais pas de dégraissants végétaux.

Fig. 27 – (1, 2) Jarre et pot, Nicosie, XIVe siècle ; (3) jarre modelée.

Fig. 27 – (1, 2) Jarre et pot, Nicosie, XIVe siècle ; (3) jarre modelée.

Vaisselle de service glaçurée d’origine locale

51La vaisselle de service de la fosse H15, quel que soit son traitement de surface, est sans doute une production locale comme en atteste sa pâte argileuse, calcaire, cuisant beige à orange clair et contenant de petites inclusions rouges, noires et blanches. Quelques‑uns de ces objets sont des surcuits comme le révèlent des traces de collages sur leur surface interne.

Coupes à glaçure alcalino-plombifère

52La production locale de vaisselle de table à glaçure alcalino-plombifère brunâtre, verdâtre ou incolore, appliquée directement sur la pâte ou sur une fine couche d’engobe rose, déjà mise en évidence pour le XIIIe siècle s’est poursuivie au XIVe. Deux coupes sont sans doute des rebuts d’atelier comme en témoignent leur glaçure brûlée, pleine de picots et de cloques et les traces de collages laissées par la base circulaire d’autres objets (fig. 28 : 7, 8 ; fig. 29 : 2). Les traces d’arrachement de pernette sont très visibles. Trois formes sont familières, elles étaient déjà présentes dans les fosses de la fin XIIe‑XIIIe siècle. Il s’agit : de coupes à panse carénée soulignée à l’extérieur par une arête ou par un cordon appliqué digité avec une petite lèvre éversée et une base annulaire évasée ou cylindrique (fig. 28 : 1‑3) ; de coupes à panse hémisphérique profonde avec un marli incliné, creux, souligné par un ressaut proéminant, et une base annulaire évasée (fig. 28 : 4, 5). On reconnaît aussi des vases peu profonds aux parois épaisses avec une petite lèvre éversée parfois creusée d’une gorge (fig. 28 : 6‑8). Une nouvelle forme fait son apparition. Il s’agit de coupes plates largement ouvertes, d’un diamètre compris entre et 18 et 29 cm, avec un large marli incliné souligné par une arête et une base cylindrique (fig. 29 : 1‑3).

Fig. 28 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, XIVe siècle.

Fig. 28 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, XIVe siècle.

Fig. 29 – (1‑3) Céramiques à glaçure alcalino-plombifère ; (4, 5) céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.

Fig. 29 – (1‑3) Céramiques à glaçure alcalino-plombifère ; (4, 5) céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.

Brown and Green Sgraffito Ware de « style Paphos »

  • 91 Voir par exemple Papanikola-Bakirtzi 1996, fig. XII : 113 ; D. Papanikola-Bakirtzi, Colours of Med (...)
  • 92 Voir par exemple Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 75, fig. III:1, 5.
  • 93 Papanikola-Bakirtzi 2012, p. 89 : 144 ; Flourentzos 1994, pl. IX‑XII, pl. XIII : 26, pl. XIV‑XIX.

53Il semble qu’au XIVe siècle, les potiers de Nicosie aient poursuivi leur production de vaisselle de table au décor incisé à travers un engobe blanc, rehaussé de coulures colorées sous une glaçure plombifère incolore, dans le style de ce qui se faisait à Paphos à la même époque et que les spécialistes nomment Brown and Green Sgraffito Ware. Le répertoire ornemental identique est composé de grands médaillons centraux divisés par une croix qui sont ornés de fleurons polylobés stylisés91 (fig. 29 : 4, 5) ; d’un grand médaillon découpé en damier avec, sur le bord, un bandeau de grecques (fig. 30 : 1) ; d’une fleur à quatre pétales dans un petit médaillon central (fig. 30 : 2) ; de divers motifs géométriques couvrants (fig. 30 : 3, 4) ; et des traditionnelles représentations de châtelaine au long voile (fig. 30 : 5), d’un couple de Francs enlacés (fig. 31 : 1) ou d’un chevalier armé d’une épée (fig. 31 : 2). Les formes sont semblables à celles tournées dans les officines de Paphos : des coupes peu profondes à marli incliné, creux, souligné par un ressaut proéminent et des coupes à panse hémisphérique ou carénée. Seules les hautes bases annulaires, plus ou moins évasées, diffèrent92. La surface extérieure est souvent couverte, jusqu’au point d’inflexion, d’un engobe rouge et de glaçure de couleur caramel ou chocolat (fig. 30 : 1). La paroi externe peut être rythmée par de petits médaillons en relief – des rosettes appliquées (fig. 30 : 3) – ou ornée de bandeaux parallèles incisés et alternativement colorés en vert et jaune d’ocre (fig. 31 : 1). Des traces d’arrachement de pernette apparaissent sur tous ces objets. Ce qui permet de distinguer la les produits de Nicosie de ceux des officines de la région de Paphos est, d’une part, la pâte qui, dans la capitale, est calcaire, beige ou orangée avec de petites inclusions noires, rouges et blanches et, d’autre part, l’emploi combiné d’engobes rouge et blanc. Certains vases de Brown and Green Sgraffito Ware, conservés dans les principales collections privées de Chypre et dont le centre de fabrication restait jusqu’alors inconnu, pourraient ainsi être attribués à l’atelier de Nicosie ainsi qu’une série de vases du comblement du puits de la maison incendiée93.

Fig. 30 – Céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.

Fig. 30 – Céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.

Lampes glaçurées de production locale

54Une petite coupelle montée sur un fond plat et dont la lèvre a été pincée pour recevoir une mèche, couverte d’un engobe rouge et d’une glaçure plombifère verdâtre (fig. 31 : 3), côtoie des lampes de même forme munies d’un petit réservoir percé d’un trou et d’une petite anse, entièrement couvertes d’un émail blanc très mal conservé et peint de coulures de pigments verts (fig. 31 : 4, 5). Elles ont vraisemblablement été fabriquées localement dans une pâte calcaire, beige-orangée.

Fig. 31 – Céramiques de « style Paphos » et lampes, Nicosie, XIVe siècle.

Fig. 31 – Céramiques de « style Paphos » et lampes, Nicosie, XIVe siècle.

Vaisselle de table du Proche‑Orient islamique

  • 94 Sur ce type voir R. A. Wade Haddon, « What is Mamluk Imitation Sultanabad ? », Al‑Rāfidān XXXII, 2 (...)
  • 95 Les photographies de ce matériel, mis au jour lors de travaux de creusement faits à la fin du XIXe(...)

55Au XIVe siècle, les potiers de Syrie et d’Égypte cherchant leur inspiration auprès des productions de l’Iran mongol ilkhanide ont imité les céramiques dites de Sultanabad mais dont le lieu d’origine reste inconnu. Ils ont repris leur composition à panneaux rayonnants dans lesquels alternent calligraphie, fleurons, petites feuilles trilobées, séries de trois ou quatre points assemblés et animaux divers94. Des ratés de cuisson portant ce décor caractéristique ont été trouvés dans le quartier de Bâb Charqî à Damas et témoignent donc d’une fabrication damascène pour une partie au moins de ces céramiques du style de Sultanabad95. Deux exemplaires de la production syro-égyptienne, à pâte siliceuse avec une glaçure alcaline incolore mal conservée, étaient en usage à Nicosie. Une élégante coupe profonde à marli incliné montée sur une haute base annulaire cylindrique est ornée d’un décor zoomorphe tracé en noir et coloré en bleu de cobalt – sur le marli des poissons stylisés nagent au milieu de fleurons trilobés pointés tandis que, sur la panse, une oie se détache d’un semis de fleurons trilobés et de rosettes à cinq pétales (fig. 32 : 1). Une coupe de même forme est décorée de motifs géométriques et végétaux couvrants (fig. 32 : 2). L’extérieur est rythmé par une répétition de bandes parallèles en faisceaux.

Varia

56Une coupe à panse hémisphérique avec un marli incliné, creux, souligné par une arête, avec un décor géométrique couvrant incisé rehaussé de pigments bruns s’apparente aux céramiques dites d’Al‑Mina (fig. 32 : 3). Cependant, l’exécution est très grossière, il n’y a pas de trace d’engobe et la pâte calcaire, de couleur beige, très légère, est différente de celles employées dans les diverses versions des productions de style Al‑Mina et des productions de Nicosie. L’origine de cet objet est donc difficile à déterminer.

Fig. 32 – (1, 2) Céramiques dites de Sultanabad, XIVe siècle ; (3) céramique de « style Al‑Mina ».

Fig. 32 – (1, 2) Céramiques dites de Sultanabad, XIVe siècle ; (3) céramique de « style Al‑Mina ».

Production de poterie à Nicosie : de nouvelles perspectives sur l’artisanat de la terre à Chypre et au Proche‑Orient croisé et musulman

57Les fouilles du terrain voisin de l’archevêché et la mise au jour du comblement de cinq fosses dépotoirs contenant presque exclusivement des poteries apportent des informations nouvelles sur l’artisanat de la terre à l’échelle de la capitale des Lusignan, à l’échelle de l’île et à celle, plus lointaine, du Proche‑Orient croisé et musulman.

  • 96 Information tirée du rapport de fouille rédigé par A. H. S. Megaw. Flourentzos, 1994, p. 2‑3.
  • 97 Voir le catalogue de l’exposition Ceramic Finds from Byzantine and Medieval Nicosia.

58Ces données confirment ce que nous savions déjà grâce aux fouilles anciennes, c’est‑à‑dire que Nicosie était, à l’époque franque, un centre de fabrication de vaisselle de terre. Des fours avaient déjà été dégagés en 1947 par A. H. S. Megaw à proximité de l’avenue Stasinos, une rue parallèle aux douves creusées au pied de la muraille vénitienne96. La céramique associée à ces structures, une production du XIIIe siècle selon lui, n’ayant pas été publiée nous ne savons rien de ses caractéristiques. Dans ce même secteur, rue Vitonos non loin du bastion de Podocataro, les vestiges d’un four et un dépotoir d’atelier contenant des pernettes, des biscuits et des surcuits ont aussi été mis au jour97. Cette production s’apparente à celle de Lapithos au XVe siècle. Le matériel de l’Archiepiskopi documente à son tour l’artisanat de la terre dans la ville et livre des informations sur le tout début de la production, à la fin XIIe‑XIIIe siècle, puis sur son développement au XIVe siècle. Rappelons que les éléments qui permettent d’accréditer la thèse d’une fabrication locale sont : une argile calcaire spécifique qu’on ne reconnaît dans aucune des autres productions attestées dans l’île pour ces époques ; la présence de pernettes sur les sites voisins de l’Archiepiskopi et du Palaion Demarcheion ; des surcuits trouvés dans les fosses ; des formes nouvelles non identifiées sur les autres sites de consommation à Chypre à l’exception de ceux de Nicosie.

Fig. 33 – Céramiques dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle (1, 2) céramiques culinaires du Troodos ; (3) coupe émaillée, Nicosie : (4) Aegean Ware ; (5) coupe peinte en vert et brun, Proche‑Orient ; (6) céramique peinte au lustre métallique, Syrie ou Égypte ; (7) jatte glaçurée, Beyrouth.

Fig. 33 – Céramiques dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle (1, 2) céramiques culinaires du Troodos ; (3) coupe émaillée, Nicosie : (4) Aegean Ware ; (5) coupe peinte en vert et brun, Proche‑Orient ; (6) céramique peinte au lustre métallique, Syrie ou Égypte ; (7) jatte glaçurée, Beyrouth.
  • 98 M.‑L. von Wartburg, « Chronology and stratigraphy of the Medieval Pottery of Cyprus : a critical r (...)

59L’existence de ce centre et de ses produits variés bouleversent l’image de l’artisanat de la terre à Chypre. De petites jarres, des pots, quelques bassins et des lampes glaçurées étaient proposés à la vente. Pour le service, les potiers réalisaient des coupes de différentes formes sans glaçure ou couvertes de glaçures plombifère ou alcalino-plombifère et même d’émail. On reconnaît parmi elles des coupes de « style Paphos » fabriquées avec cette argile calcaire si caractéristique de la ville. Leurs formes et leurs décorations sont tout à fait semblables à celles des coupes de Paphos mais, pour autant, elles ne proviennent pas de cette région. Ainsi, au cours des XIIIe et XIVe siècles, des artisans de la terre fabriquaient le même style de vaisselle à 150 km de distance. Comme nous l’avons signalé, d’autres pièces de « style Paphos » ont été réalisées avec une troisième catégorie d’argile qui, en l’état de la recherche, ne peut être attribuée à aucun des ateliers connus. En 2007 déjà, M.‑L. von Wartburg remarquait qu’il existait à Chypre une série de vases de type Brown and Green Sgraffito Ware typique du XIVe siècle dont l’origine n’était pas assurée98. Elle faisait l’hypothèse, sur la base de l’observation de la pâte, que ces céramiques étaient fabriquées au nord de l’île, peut‑être à Soloi, Lapithos ou Nicosie, ce qui se vérifie aujourd’hui. Une autre caractéristique de la vaisselle de service de Nicosie est l’emploi combiné d’engobes blanc et rouge dès le XIIIe siècle. Ce traitement de surface était jusqu’alors attribué à l’officine d’Enkomi à la fin du XIIIe et jusqu’à la fin duXIVe siècle. Enfin, rappelons que la production de la rue Vitonos, datée du XVe siècle, est de même style que celle de Lapithos. Il existait à l’évidence des liens étroits entre les ateliers de Nicosie et les autres centres producteurs de l’île mais il est difficile de savoir qui a imité qui. La circulation des hommes et des modèles est sans nulle doute à l’origine du développement concomitant ou non d’un même style de production dans des officines différentes mais il est encore impossible de prouver l’antériorité d’une fabrication sur une autre.

Fig. 34 – Productions de Nicosie dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1‑7) petites jarres ; (8‑10) vaisselle de service sans revêtement ; (11) coupe à glaçure alcalino-plombifère ; (12‑14) coupes émaillées ; (15, 16) coupes émaillées peintes en vert et brun.

Fig. 34 – Productions de Nicosie dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1‑7) petites jarres ; (8‑10) vaisselle de service sans revêtement ; (11) coupe à glaçure alcalino-plombifère ; (12‑14) coupes émaillées ; (15, 16) coupes émaillées peintes en vert et brun.
  • 99 S. Y. Waksman, V. François, « Vers une redéfinition typologique et analytique des céramiques byzan (...)
  • 100 Pour des exemples voir notamment Papanikola-Bakirtzi 1996, pl. XII : 62, pl. XIII : 66, 68, pl. XV (...)
  • 101 R. L. Hobson, dès 1932, remarquait que les productions chypriotes entretenaient des liens stylisti (...)
  • 102 Voir les exemples cités dans V. François (n. 5), p. 438‑439, notes 102‑109.
  • 103 V. François (n. 5), p. 441.
  • 104 Les réfugiés qui ont migré vers Chypre au XIIIe siècle étaient des Italiens – des Pisans et des Gé (...)
  • 105 R. S. Gabrieli 2007, p. 403.
  • 106 Leur présence est signalée à Acre, Atlit, Horbat ‘Uza et Jaffa. E.J. Stern 2008, p. 458‑460, fig.  (...)

60La poterie de Chypre participait de cette réalité multiethnique et multiculturelle qui caractérisait l’île aux périodes franque et vénitienne. Des influences byzantines sont visibles dans la production de Paphos du XIIIe siècle. Les potiers fabriquaient en effet des coupes dans le style des Zeuxippus Wares byzantines très populaires dans le bassin oriental de la Méditerranée et dont une partie était importée dans l’île99. En plus de ces imitations locales, ils empruntaient à cette catégorie de vaisselle de petits éléments décoratifs typiques – des chevrons imbriqués, des sortes de doubles parenthèses, des X pointés – qu’ils combinaient à des décors francs ou orientaux tels que des boucliers hachurés, des lions rampants, des poissons, des faces lunaires100. Pour sa part, la vaisselle glaçurée chypriote, en particulier celle incisée et rehaussée de pigments colorés appliqués en coulures, partageait également « un air de famille » avec les productions croisées réalisées dans la principauté d’Antioche et le royaume de Petite Arménie101 et connues sous les appellations génériques de céramiques « d’Al‑Mina » ou « de Saint‑Syméon ». Ainsi les coupelles à panse hémisphérique profonde terminée par un large marli horizontal souvent souligné par une arête sont plus typiques des productions d’Al‑Mina que de Byzance. Et, de la même façon, les décors des Brown and Green Sgraffito Ware chypriotes empruntent un certain nombre d’éléments au répertoire ornemental des céramiques de ces régions102. L’influence franque se manifeste pour sa part, au XIVe siècle, par l’introduction d’une forme nouvelle, le calice, et par l’apparition de représentations qui peuvent être considérées comme des marqueurs identitaires francs – des chevaliers armés de pied en cap, des chevaliers et des châtelaines enlacés, des femmes magnifiquement vêtues ou des blasons armoriés103. La production de Nicosie, si elle est composée d’objets qui d’un point de vue stylistique et morphologique sont semblables aux fabrications déjà reconnues dans l’île, contient également des pièces originales dans leurs formes et leur traitement de surface. Un détail morphologique tel que les bases à disque, un nouveau type de contenant pour les liquides muni d’un filtre ainsi que l’utilisation de l’émail – une couverte inconnue à Byzance mais qui était en revanche employée par les artisans du Proche‑Orient musulman depuis le IXe siècle – sont les traces d’un mode de fabrication de tradition islamique. À l’instar des artisans qui avaient quitté les États croisés pour accompagner les Lusignan à Chypre104, il est envisageable, qu’à la fin XIIe‑XIIIe siècle, des potiers soient venus du Levant pour exercer leur activité sur l’île. Ils y auraient conservé leur savoir‑faire en l’adaptant progressivement à la demande locale. Ces liens avec le Proche‑Orient sont d’ailleurs clairement visibles à travers les céramiques importées retrouvées dans les fosses mais aussi sur d’autres sites de l’île. Le goût des habitants de Chypre pour les productions orientales se manifestait à travers l’utilisation qu’ils faisaient des productions de Beyrouth à la fin du XIIe‑XIIIe siècle : des poteries culinaires mais aussi de la vaisselle de service telles que de grosses coupes à pâte calcaire décorée de festons peints en vert et brun sous une glaçure plombifère jaune-verdâtre appliquée directement sur la pâte ainsi que des coupes au décor incisé sous glaçure plombifère et d’autres couvertes de glaçure alcaline aubergine ou bleue. Ils appréciaient également les élégantes coupes à pâte siliceuse incisées ou peintes sous glaçure alcaline ou à glaçure monochrome venues de Syrie et/ou d’Égypte. Il est possible, comme S. Gabrieli en fait l’hypothèse, que des relations étroites, peut‑être familiales, liaient les populations côtières des deux côtés de la mer105. De plus, sur la base du différentiel de coût entre transport maritime et transport terrestre, le commerce d’un port à l’autre était sans doute plus aisé que vers l’intérieur des terres. Ainsi un potier de Beyrouth pouvait avoir plus de facilité pour distribuer sa production à Famagouste que pour l’envoyer à Jérusalem. De la même façon, des marmites et des cruches modelées, fabriquées à Chypre, étaient vendues sur les côtes du Levant au XIIIe siècle106. Les villes côtières, levantines et chypriotes, bénéficiaient sans doute d’un même réseau commercial dont la distribution de la céramique culinaire et de la vaisselle glaçurée témoigne. Ces relations fortes entre Chypre et le Proche‑Orient sont confirmées par l’absence de poterie chypriote au Levant après la chute de Saint‑Jean‑D’acre en 1291. Au XIVe siècle, le vaisselier de Nicosie s’est enrichi de quelques formes nouvelles et les productions émaillées ne sont plus attestées ; la vaisselle islamique est moins variée et on ne trouve plus traces d’importations byzantines.

Fig. 35 – Productions byzantines dans les niveaux du bâtiment rectangulaire : (1) Spatter Painted Ware, début XIIe siècle ; (2) Glazed White Ware IV, XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (3‑9) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle.

Fig. 35 – Productions byzantines dans les niveaux du bâtiment rectangulaire : (1) Spatter Painted Ware, début XIIe siècle ; (2) Glazed White Ware IV, XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (3‑9) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle.
  • 107 L’hypothèse, déjà énoncée dans l’article suivant, se renforce. V. François (n. 5), p. 423‑454.

61L’étude des céramiques de ces cinq fosses dépotoirs permet des ajustements et offre de nouvelles perspectives sur l’artisanat de la terre à Chypre mais aussi au‑delà de l’île, au Proche‑Orient croisé et musulman. Il semble en effet que ces nouvelles données éloignent encore un peu plus la production médiévale chypriote du monde byzantin pour la rapprocher davantage des centres de fabrication orientaux107. Ces combinaisons d’influences aux multiples origines ont concouru à la création d’une vaisselle tout à fait originale dont les découvertes du site de l’Archiepiskopi fouillé par F. Hadjichristophi rendent bien compte aujourd’hui.

Fig. 36 — Céramiques du Proche‑Orient dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1, 2) céramiques à pâte argileuse peintes en vert et brun sous glaçure plombifère ; (3, 4) céramiques à pâte argileuse et glaçure alcaline aubergine ou bleu turquoise, Beyrouth ; (5, 6) coupe sgraffito à pâte argileuse et glaçure plombifère, Beyrouth ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline ; (8) coupe à pâte siliceuse, au décor découpé, sous glaçure alcaline ; (9) coupe à pâte siliceuse, peinte en noir et bleu sous glaçure alcaline.

Fig. 36 — Céramiques du Proche‑Orient dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1, 2) céramiques à pâte argileuse peintes en vert et brun sous glaçure plombifère ; (3, 4) céramiques à pâte argileuse et glaçure alcaline aubergine ou bleu turquoise, Beyrouth ; (5, 6) coupe sgraffito à pâte argileuse et glaçure plombifère, Beyrouth ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline ; (8) coupe à pâte siliceuse, au décor découpé, sous glaçure alcaline ; (9) coupe à pâte siliceuse, peinte en noir et bleu sous glaçure alcaline.
Haut de page

Bibliographie

Flourentzos 1994 = P. Flourentzos, A Hoard of Medieval Antiquities from Nicosia.

François, Vallauri 2010 = V. François, L. Vallauri, « Famagouste : indices d’une production de vaisselle à l’époque vénitienne », CCEC 40, p. 295‑310.

Ionas 2000 = I. Ionas, Traditionnal Pottery and Potters in Cyprus. The Disappearance of an Ancient Craft Industry in the 19th and 20th centuries.

Megaw 1972 = A. H. S. Megaw, « Supplementary Excavations on a Castle Site at Paphos, Cyprus, 1970‑1971 », DOP 26, p. 332‑343.

Papanikola-Bakirtzi 1996 = D. Papanikola-Bakirtzi, Mεσαιωνική εφυαλωµένη κεραµεική της Κύπρου : Τα εργαστήρια Πάφου και Λαπήθου.

Papanikola-Bakirtzi 2012 = D. Papanikola-Bakirtzi, Colours of Medieval Cyprus through the Medieval Ceramic Collection of the Leventis Municipal Museum of Nicosia.

Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014 = D. Papanikola-Bakirtzi, N. Coureas (éds), Cypriot Medieval Ceramics. Reconsiderations and New Perspectives.

von Wartburg, Violaris 2009 = M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris, « Pottery of a 12th Century Pit from the Palaion Demarcheion site in Nicosia: a Typological and Analytical Approach to a closed Assemblage », dans J. Zozaya, M. Retuerce, M. A. Hervás et A. de Juan (éds), Actas del VIII congreso internacional de cerámica medieval en el Mediterráneo, Ciudad Real‑Almagro del 27 de febrero al 3 de marzo de 2006, vol. I, p. 249‑264.

Bibliographie générale

A. Bouquillon, « Analyses chimiques de quelques productions céramiques byzantines des collections du Louvre », dans V. François, La vaisselle de terre à Byzance (2017), p. 310‑333.

St. De Lusignan, Chorograffia et breve historia universale dell’isola de Cipro, (1573).

E. Faure-Boucharlat (éd.), À la fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne Xe‑XIXe siècles d’après les fouilles archéologiques [Catalogue d’exposition, Lyon‑Vienne-Mâcon 1990‑1991] (1990).

V. François, « Vaisselle de terre à Chypre et pouvoirs politiques aux époques comnène, franque et vénitienne », dans G. Grivaud, France de Chypre (1192‑1474), CCEC 43, p. 423‑454.

V. François, « De la cale à l’atelier. La vaisselle byzantine de la donation Janet Zakos », dans M. Martiniani-Réber (éds), Donation Janet Zakos. De Rome à Byzance, Collections byzantines du MAH‑Genève 3 (2015), p. 201‑271.

V. François, La vaisselle de terre à Byzance (2017).

V. François, « Fragments d’histoire II : la vaisselle de table à Nicosie au lendemain de la conquête ottomane », BCH 141 (2017), p. 353‑387.

V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri et S. Y. Waksman, « Premiers éléments pour une caractérisation des productions de Beyrouth entre domination franque et mamelouke », dans C. Bakirtzis (éds), Actes du VIIe Congrès international sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11‑16 octobre 1999 (2003), p. 325‑340.

V. François et I. Shaddoud, « Nouvel atelier de potier d’époque abbasside au sud de Tell Abou Ali à Raqqa », Al‑Rāfidān XXXIV (2013), p. 21‑81.

V. François et L. Vallauri, « Production et consommation de céramiques à Potamia (Chypre) de l’époque franque à l’époque ottomane », BCH 125 (2001), p. 523‑546.

R. S. Gabrieli, « Towards a Chronology – the Medieval Coarse Ware from the Tomb in Icarus Street, Kato Pafos », RDAC (2008), p. 423‑454.

R. S. Gabrieli, « Shades of Brown: Regional Differentiation in the Coarse Ware of Medieval Cyprus », dans D. Papanikola-Bakirtzi et N. Coureas (éds), Cypriot Medieval Ceramics. Reconsideration and New Perspectives (2014), p. 191‑212.

R. S. Gabrieli, B. McCall et J. R. Green, « Medieval Kitchen ware from the Theatre Site at Nea Paphos », RDAC (2001), p. 335‑353.

R.‑P. Gayraud, J.‑C. Tréglia, G. Guionova, « Céramiques d’un niveau d’occupation d’époque mamelouke à Istabl Antar/Fostat (Le Caire, Égypte) », dans S. Gelichi, Atti del IX Congresso internazionale sulla ceramica medievale nel Mediterraneo (2012), p. 297‑302.

F. Giudice et al., « Paphos, Garrison’s Camp. Campagna 1990 », RDAC (1994), p. 215‑268.

F. Giudice et al., « Paphos, Garrison’s Camp. Campagna 1991 », RDAC (1996), 171‑268.

G. Grivaud, « Frankish & Venetian Nicosia 1191‑1570 », dans D. Michaelides (éds), Historic Nicosia (1992), p. 115‑120.

J. W. Hayes, Excavations at Saraçhane in Istanbul, vol. II, The pottery (1992).

V. Karageorghis, Ancient Cypriote Art in the Pierides Foundation Museum (2008).

W. Kubiak, « Medieval Oil Lamps from Fustat », Ars Orientalis 8 (1970), p. 1‑18.

H. Marchesi, J. Thiriot et L. Vallauri, Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe siècle et le quartier Sainte‑Barbe (Ve‑XVIIe s.), DAF 65 (1997).

A. H. S. Megaw, « Three Medieval Pit‑Groups from Nicosia », RDAC 1937‑1939 (1951), p. 145‑168.

A. H. S. Megaw, « An early Thirteenth Century Aegean Glazed Ware », dans G. Robertson et G. Henderson (éds), Studies in Memory of David Talbot‑Rice (1975), p. 35‑45.

A. H. S. Megaw, « Betwixt Greeks and Saracens », dans Acts of the International Archaeological Symposium ‘Cyprus betwwen the Orient and Occident’, Nicosia, 8‑14 September 1985 (1986), p. 505‑519.

A. H. S. Megaw et R. E. Jones, « Byzantine and Allied Pottery: a Contribution by Chemical Analysis to Problems of Origin and Distribution », ABSA 78 (1983), p. 235‑263.

A. H. S. Megaw et J. Rosser, « A Watchtower before Pafos Castle », RDAC (2001), p. 319‑331.

J. Monchamp, « Contribution à l’étude de la céramique médiévale égyptienne. Chrono-typologie des céramiques issues des fouilles de la muraille ayyoubide du Caire (fin Xe-début XVIe siècles) », Thèse de doctorat, Paris IV‑Sorbonne, 2011, 2 vols.

D. Papanikola-Bakirtzis, « Cypriot Medieval Glazed Pottery: Answers and Questions », dans A. A. M. Bryer et G. S. Georghallides, The Sweet Land of Cyprus’, Papers given at the Twenty‑Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, mars 1991 (1993), p. 115‑130.

D. Papanikola-Bakirtzi, F. N. Mavrikiou et C. Bakirtzis, Byzantine Glazed Pottery in the Benaki Museum (1999).

V. Porter et O. Watson, « ‘Tell Minis’ Wares », dans J. Wilson Allan, C. Roberts (éds), Syria and Iran. Three Studies in Medieval Ceramics, Oxford Studies in Islamic Art IV (1987), p. 175‑248.

E. Prokopiou, « Λεµεσοσ : οδος Ζικ‑Ζακ. Εκθεση αποτελεσµατων σωστικης ανασκαφικης ερευνας 1993 », RDAC (1997), p. 285‑322.

J. Rosser, « Excavations at Saranda Kolones, Paphos, Cyprus, 1981‑1983 », DOP 39 (1985), p. 81‑97.

G. D. R. Sanders, « Byzantine Polychrome Pottery », dans J. Herrin, M. Mullet et C. Otten-Froux (éds), A Mosaic of Byzantine and Cypriot Studies in Honour of A. H. S. Megaw, BSA Studies 8 (2001), p. 89‑104.

I. Shaddoud, « Céramiques des forteresses croisées, ismaéliennes, ayyoubides et mameloukes de Syrie du Nord », Thèse de doctorat, Aix‑Marseille Université, 2014, 2 vols.

A. Shapiro, « Petrographic Analysis of the Crusader-Period Pottery », dans E. J. Stern, ‘Akko I. The 1991‑1998 Excavations. The Crusader-Period Pottery (2012), vol . I, p. 103‑126.

E. J. Stern, « Production and Export of the 13th Century CE Cypriot Pottery: The Evidence from the Crusader Kingdom of Jerusalem », RDAC (2008), p. 455‑469.

E. J. Stern, ‘Akko I. The 1991‑1998 Excavations. The Crusader-Period Pottery (2012) 2 vols.

L. Vallauri, « Céramiques en usage à Potamia-Agios Sozomenos de l’époque médiévale à l’époque ottomane », CCEC 34 (2004), p. 223‑235.

Y. Violaris, « Excavations at the Site of Palaion Demarcheion, Lefkosia », CCEC 34 (2004), p. 69‑80.

Y. Violaris, « Another ‘Pit Group’ from Nicosia: A Fifteenth Century Sealed Assemblage from the Site of Palaion Demarcheion », résumé dans D. Papanikola-Bakirtzi et N. Coureas (éds), Cypriot Medieval Ceramics. Reconsideration and New Perspectives (2014), p. 57‑58.

M.‑L. von Wartburg, « Medieval Glazed Pottery from the Sanctuary of Aphrodite at Palaipaphos (Site TA). A Preliminary Survey », RDAC (1997), p. 184‑196.

M.‑L. von Wartburg, « Mittelalterliche keramik aus dem Aphroditeheiligtum in Palaiopaphos (Grabungsplatz TA) », AA (1998), p. 133‑165.

M.‑L. von Wartburg, « Cane Sugar Production Sites in Cyprus. Real and Imagined », RDAC (2000), p. 381‑401.

M.‑L. von Wartburg, « Cypriot Contacts with East and West as reflected in Medieval Glazed Pottery from the Paphos Region », dans C. Bakirtzis (éd.), Actes du VIIe Congrès international sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11‑16 octobre 1999 (2003), p. 153‑166.

M.‑L. von Wartburg, A. Portmann, F. Wild et al., « ‘Islamic’ table ware found in Cyprus: Study and analysis of fabric and glazes », RDAC (2010), p. 389‑410.

R. A. Wade Haddon, « What is Mamluk Imitation Sultanabad ? », Al‑Rāfidān XXXII (2011), p. 276‑293.

S. Y. Waksman, « Céramiques levantines de l’époque des Croisades : le cas des productions à pâte rouge de Beyrouth », dans Revue d’archéométrie 26 (2002), p. 67‑77.

S. Y. Waksman, « Ceramics of the ‘Serçe Limanı type and Fatimid pottery Production in Beirut », Levant 43 (2011), p. 201‑212.

S. Y. Waksman et C. Girgin, « Les vestiges de production de céramiques des fouilles de Sirkeci (Istanbul). Premiers éléments de caractérisation », Anatolia Antiqua XVI (2008), p. 443‑469.

S. Y. Waksman, E. J. Stern, I. Segal et al., « Elemental and Petrographic Analysis of Local ans Imported Ceramics from Crusader Acre », ‘Atiqot 59 (2008), p. 157‑190.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation des fouilles récentes conduites par les archéologues du Département des Antiquités de Chypre, je renvoie au catalogue de l’exposition Ceramic Finds from Byzantine and Medieval Nicosia actuellement sous presse. Cette exposition, organisée par le Département des Antiquités et le musée municipal Leventis, a été présentée aux musées archéologiques de Nicosie et de Limassol de 2013 à 2015.

2 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 55‑137 ; H. Cook, « From Boom to Bust: The Impact of the Crusades upon the Glazed Pottery Paphos, Cyprus, during the Thirteenth and Fourteenth Centuries A.D. from the Theatre Workshop Perspective », dans Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014, p. 191‑212.

3 Sur sa composition voir S. Y. Waksman « Archaeometric Approaches to Ceramics Production and Imports in Medieval Cyprus », ibid., p. 263‑274.

4 Papanikola-Bakirtzi 1996.

5 Sur ce point voir V. François, « Vaisselle de terre à Chypre et pouvoirs politiques aux époques comnène, franque et vénitienne », dans G. Grivaud (éd.), France de Chypre (1192‑1474), CCEC 43, 2013, p. 423‑454.

6 Autour de l’église en ruine d’Agios Iakovos, une pernette et deux biscuits de vases sgraffito rejetés en cours de fabrication témoignent de l’existence d’un atelier dans les environs. La découverte, dans les années 1950, de vestiges de fours, de pernettes et d’un dépotoir d’atelier confirme l’existence d’une production locale qui pour autant est très mal connue. D. Papanikola-Bakirtzis, « Medieval Pottery from Enkomi », dans V. Déroche, J.‑M. Spieser (éds), Recherches sur la céramique byzantine, BCH Supplément XVIII, 1989, p. 233‑246.

7 E. Papademetriou, Modern glazed pottery of Cyprus. Lapithos Ware (2005) ; Ionas 2000.

8 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 138‑212. Pour des exemplaires tardifs voir V. François, « Fragments d’histoire II : la vaisselle de table et du quotidien à Nicosie au lendemain de la conquête ottomane », BCH 141, p. 353‑387, fig. 9‑10.

9 François, Vallauri 2010, p. 295‑310.

10 Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 211‑212.

11 Ionas 2000.

12 Les céramiques sont modelées. La tournette est employée pour les différentes phases de la finition.

13 Sur l’évolution des formes voir R. S. Gabrieli, « Shades of Brown: Regional Differentiation in the Coarse Ware of Medieval Cyprus », dans Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014, p. 191‑212.

14 V. François, L. Vallauri, « Production et consommation de céramiques à Potamia (Chypre) de l’époque franque à l’époque ottomane », BCH 125 (2001), p. 523‑546 ; L. Vallauri, « Céramiques en usage à Potamia-Agios Sozomenos de l’époque médiévale à l’époque ottomane », CCEC 34, 2004, p. 223‑235 ; V. François, L. Vallauri, « Ceramics from Potamia-Agios Sozomenos: New Archaeological Data on the Ceramic Production and Trade in Cyprus », dans Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014, p. 45‑55.

15 Je veux adresser tous mes remerciements à Fryni Hadjichristofi qui m’a confié l’étude du matériel de sa fouille et qui m’a permis, sur place, de travailler dans d’excellentes conditions. Rien n’aurait pu faire sans la bienveillance de Marina Solomidou-Ieronymidou, directrice du Département des Antiquités de Chypre, qui a autorisé et soutenu matériellement ce travail. Qu’elle trouve ici l’expression de ma gratitude. Enfin, j’exprime ma reconnaissante à la Fondation Leventis pour l’aide financière accordée pour cette recherche.

16 Une étude spécifique, menée par l’auteur et F. Hadjichristofi, sera prochainement consacrée à cette installation et aux godets.

17 Quelques pièces de ces secteurs sont présentées en fin d’article dans les figures 33‑36. Nous y renverrons pour compléter la typologie établie à partir du matériel des fosses.

18 Il y avait également quelques contenants en verre, des monnaies peu lisibles et des petits objets métalliques.

19 Y. Violaris, « Excavations at the Site of Palaion Demarcheion, Lefkosia », CCEC 34, 2004, p. 73, 80, fig. 18 ; Y. Violaris, « Another ‘Pit Group’ from Nicosia: A Fifteenth Century Sealed Assemblage from the Site of Palaion Demarcheion », dans Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014, p. 57‑58.

20 Papanikola-Bakirtzi 1996 ; François, Vallauri 2010, p. 295‑310.

21 A. C. Charalambous, « Cypriot Medieval Glazed pottery: A Study on Provenance and Manufacture », dans Papanikola-Bakirtzi, Coureas 2014, p. 279‑300 ; S. Y. Waksman (n. 3), p. 264‑269, fig. 5, 8, 9, pl. XIX b.

22 Je remercie Smadar Gabrieli, en charge de l’étude de ce matériel, pour m’avoir montré une partie de ces céramiques. D’autres objets étaient présentés dans l’exposition Ceramic Finds from Byzantine and Medieval Nicosia et j’ai également eu accès aux pièces conservées dans les réserves du musée archéologique de Nicosie.

23 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris, « Pottery of a 12th Century Pit from the Palaion Demarcheion site in Nicosia: a Typological and Analytical Approach to a closed Assemblage », dans J. Zozaya, M. Retuerce, M. A. Hervás, A. de Jua (éds), Actas del VIII Congreso internacional de cerámica medieval en el Mediterráneo, Ciudad Real‑Almagro, 27 février-3 mars 2006 (2009), vol. I, p. 249‑264 ; P. Flourentzos, A Hoard of Medieval Antiquities from Nicosia (1994).

24 A. H. S. Megaw, « Three Medieval Pit‑Groups from Nicosia », RDAC 1937‑1939, 1951, p. 145‑168.

25 Tous les dessins et toutes les photographies des céramiques sont de l’auteur.

26 Pour compléter la typologie, nous renvoyons, dans les figures 33 à 36, aux objets contemporains trouvés dans les secteurs Θ12‑Θ13 niveau 3 et Θ14 niveaux 2 et 3 qui datent de la fin XIIe‑XIIIe siècle.

27 R. S. Gabrieli, « Towards a Chronology – The Medieval Coarse Ware from the Tomb in Icarus Street, Kato Pafos », RDAC 2008, p. 430, 440, 441, fig. 8.

28 R. S. Gabrieli, B. McCall, J. R. Green, « Medieval Kitchen ware from the Theatre Site at Nea Paphos », RDAC 2001, p. 335‑353 ; R. S. Gabrieli (n. précédente), p. 423‑454.

29 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S. Y. Waksman, « Premiers éléments pour une caractérisation des productions de Beyrouth entre domination franque et mamelouke », dans C. Bakirtzis (éd.), Actes du VIIe Congrès international sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11‑16 octobre 1999 (2003), p. 325‑340.

30 Les potiers de Beyrouth ont exploité des niveaux argileux plus ou moins calcaires, plus ou moins ferrugineux, au sein des formations du Crétacé inférieur. S. Y. Waksman, « Céramiques levantines de l’époque des Croisades : le cas des productions à pâte rouge de Beyrouth », Revue d’archéométrie 26, 2002, p. 67‑77.

31 A. Shapiro, « Petrographic Analysis of the Crusader-Period Pottery », dans E. J. Stern, ‘Akko I. The 1991‑1998 Excavations. The Crusader-Period Pottery (2012), vol. I, p. 107, 120 ; S. Y. Waksman, E. J. Stern, I. Segal et al., « Elemental and Petrographic Analysis of Local and Imported Ceramics from Crusader Acre », ‘Atiqot 59, 2008, p. 157‑190 ; S. Y. Waksman 2002 (n. précédente), p. 67‑77.

32 Pour un inventaire des principales découvertes au Bilâd al‑Châm voir : E. J. Stern, ‘Akko I. The 1991‑1998 Excavations. The Crusader-Period Pottery (2012), vol. I, p. 41‑44, vol. II, p. 38‑4 ; I. Shaddoud « Céramiques des forteresses croisées, ismaéliennes, ayyoubides et mameloukes de Syrie du Nord », Thèse de doctorat, Aix Marseille Université, 2014, vol. II, pl. 1, 2, 7, 8 : 2, 9, 62, 120, 121:1‑3.

33 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, fig. 4.15 : 6.

34 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 43‑45, pl. 4.16 et 4.17.

35 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 43, fig. 4.16 : 5‑7.

36 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. II, p. 39, fig. 4.14 : 4, 7, 15.

37 von Wartburg, Violaris 2009, p. 253, 254, fig. 2 : 9, 10.

38 M.‑L. von Wartburg, « Medieval Glazed Pottery from the Sanctuary of Aphrodite at Palaipaphos (Site TA). A Preliminary Survey », RDAC 1997, p. 190, 191, fig. 15, fig. XXI : 1‑3.

39 A. H. S. Megaw, « Supplementary Excavations on a Castle Site at Paphos, Cyprus, 1970‑1971 », DOP 26, 1972, p. 334, fig. D, pot type A, fig. E, pot type B, fig. 24 ; A. H. S. Megaw, J. Rosser, « A Watchtower before Pafos Castle », RDAC 2001, p. 324, 325, fig. 6 : 10, 11, p. 327, fig. 7 : 26.

40 R. S. Gabrieli (n. 27), p. 423‑454, fig. 6. Des analyses chimiques des pâtes d’un matériel identique trouvé à Leptos Walls et à Kouklia confirment une fabrication dans les environs de Beyrouth. S. Y. Waksman (n. 3), p. 67‑77.

41 R. S. Gabrieli, B. McCall, J. R. Green (n. 28), p. 335‑353.

42 La saveur spéciale que la terre donnait aux bouillons qui cuisaient dans les marmites est souvent signalée dans les livres de cuisines occidentaux. E. Faure-Boucharlat (éd.), À la fortune du pot. La cuisine et la table à Lyon et à Vienne Xe‑XIXe siècles d’après les fouilles archéologiques [Catalogue d’exposition, Lyon-Vienne-Mâcon 1990‑1991] (1990), p. 30.

43 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:8.

44 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:2.

45 von Wartburg, Violaris 2009, p. 253, fig. 3:1

46 Flourentzos 1994, pl. XXIV : 56.

47 von Wartburg, Violaris 2009, p. 252, 254, fig. 3:9.

48 von Wartburg, Violaris 2009, 251, fig. 2:12 ; Flourentzos 1994, pl. XXV:59.

49 G. Grivaud, « Frankish & Venetian Nicosia 1191‑1570 », dans D. Michaelides (éd.), Historic Nicosia (2012), p. 117, 118, fig. 4‑6.

50 St. De Lusignan, Chorograffia et breve historia universale dell’isola de Cipro (1573), p. 11.

51 M.‑L. von Wartburg, « Cane Sugar Production Sites in Cyprus. Real and Imagined », RDAC 2000, p. 390, 393, 395, fig. 6, 7.

52 V. François, L. Vallauri (n. 14), p. 529, 530, fig. 2:10 ; L. Vallauri (n. 14), p. 225, 232, fig. 3.

53 Voir par exemple V. Porter, O. Watson, « Tell Minis’ Wares », Syria and Iran. Three Studies in Medieval Ceramics, Oxford Studies in Islamic Art IV (1987), p. 175‑248 ; V. François, I. Shaddoud, « Nouvel atelier de potier d’époque abbasside au sud de Tell Abou Ali à Raqqa », Al‑Rāfidān XXXIV, 2013, fig. 20:5, fig. 22:2, fig. 23:1, fig. 24:6, 9, fig. 35:7.

54 H. Marchesi, J. Thiriot, L. Vallauri, Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe siècle et le quartier Sainte‑Barbe (Ve‑XVIIe s.), DAF 65, 1997, p. 217‑228, fig. 190:6, 7, fig. 192, fig. 198:5.

55 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S. Y. Waksman (n. 29), p. 327‑329, fig. 3.

56 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 90 : 1‑3, fig. 92 : 1, fig. 99 : 1, 3‑6, 9, fig. 102 : 2, 3, fig. 103 : 6,

57 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 18‑20, 73.

58 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 27, 28, 34‑38, vol. II, fig. 4.1‑4.11.

59 J. Monchamp, « Contribution à l’étude de la céramique médiévale égyptienne. Chrono-typologie des céramiques issues des fouilles de la muraille ayyoubide du Caire (fin Xe-début XVIe siècles) », Thèse de doctorat, Paris IV‑Sorbonne, 2011, p. 203, fig. 130.

60 J. Monchamp, « Contribution à l’étude de la céramique médiévale égyptienne. Chrono-typologie des céramiques issues des fouilles de la muraille ayyoubide du Caire (fin Xe-début XVIe siècles) », Thèse de doctorat, Paris IV‑Sorbonne, 2011, p. 274, fig. 190.

61 R.‑P. Gayraud, J.‑C. Tréglia, G. Guionova, « Céramiques d’un niveau d’occupation d’époque mamelouke à Istabl Antar/Fostat (Le Caire, Égypte) », dans S. Gelichi (éd.), Atti del IX Congresso internazionale sulla ceramica medievale nel Mediterraneo (2012), p. 300, 301, fig. 3 : 4‑9 ;

62 M.‑L. von Wartburg, « Mittelalterliche keramik aus dem Aphroditeheiligtum in Palaiopaphos (Grabungsplatz TA) », AA 1998, p. 135, fig. 49 : 1 ; Megaw 1972, fig. F et 32 ; V. Karageorghis, Ancient Cypriote Art in the Pierides Foundation Museum (1985), n° 267 ; E. J. Stern, « Production and Export of the 13th Century CE Cypriot Pottery: The Evidence from the Crusader Kingdom of Jerusalem », RDAC 2008, p. 460, fig. 2:6.

63 Flourentzos 1994, pl. XIII:18, 24, pl. XX, pl. XXII:42‑44.

64 Flourentzos 1994, pl. XIII:23.

65 A. H. S. Megaw, J. Rosser (n. 39), p. 324‑329, fig. 6:5‑7, fig. 327:20‑23, fig. 8:37, 38, fig. III:4, 5.

66 Pour des comparaisons avec la production de la région de Paphos, voir Papanikola-Bakirtzi 1996, fig. II‑IV ; M.‑L. von Wartburg (n. 62), p. 135, fig. 49 : 2, 3.

67 Papanikola-Bakirtzi 1996, fig. XVI : 82

68 D. Papanikola-Bakirtzi, F. N. Mavrikiou, C. Bakirtzis, Byzantine Glazed Pottery in the Benaki Museum (1999), p. 165:342

69 S. Y. Waksman, C. Girgin, « Les vestiges de production de céramiques des fouilles de Sirkeci (Istanbul). Premiers éléments de caractérisation », Anatolia Antiqua XVI (2008), p. 458‑459, fig. 25 b ; 460 IST 2 et IST 3 ; 461, fig. 27.

70 Sur cette catégorie voir notamment J. W. Hayes, Excavations at Saraçhane in Istanbul, vol. II, The Pottery (1992), p. 35‑37 ; G. D. R. Sanders, « Byzantine Polychrome Pottery », dans J. Herrin, M. Mullet, C. Otten-Froux (éds), A Mosaic of Byzantine and Cypriot Studies in Honour of A. H. S. Megaw, BSA Studies 8 (2001), p. 89‑91.

71 J. W. Hayes (n récédente), p. 35‑37 ; G. D. R. Sanders (n. précédente), p. 89‑104.

72 A. H. S. Megaw, E. R. Jones, « Byzantine and Allied Pottery: a Contribution by Chemical Analysis to Problems of Origin and Distribution », ABSA 78 (1983), p. 256‑258. Les analyses des pâtes de trois fragments de Polychrome Ware du Louvre montrent une composition identique à celle des tessons de Glazed White Wares I et II probablement attribuables aux officines de la capitale sur la base de leur argile. A. Bouquillon, « Analyses chimiques de quelques productions céramiques byzantines des collections du Louvre », dans V. François, La vaisselle de terre à Byzance (2017), p. 312‑315.

73 A. H. S. Megaw, « Betwixt Greeks and Saracens », Acts of the International Archaeological Symposium ‘Cyprus betwwen the Orient and Occident’, Nicosie, 8‑14 septembre 1985 (1986), p. 505‑519.

74 A. H. S. Megaw, « An early Thirteenth Century Aegean Glazed Ware », dans G. Robertson, G. Henderson (éds), Studies in Memory of David Talbot‑Rice (1975), p. 35‑45.

75 Sur ce point voir V. François, La vaisselle de terre à Byzance (2017), p. 67‑72, 197‑208.

76 V. François, « De la cale à l’atelier. La vaisselle byzantine de la donation Janet Zakos », dans M. Martiniani-Réber (éd.), Donation Janet Zakos. De Rome à Byzance, Collections byzantines du MAH‑Genève 3 (2015), p. 201‑271.

77 von Wartburg, Violaris 2009, p. 255‑257, fig. 5:1, 2, fig. 6, fig. 9:2.

78 A. H. S. Megaw, J. Rosser (n. 39), p. 319‑331 ; M.‑L. von Wartburg, « Cypriot Contacts with East and West as reflected in Medieval Glazed Pottery from the Paphos Region », dans C. Bakirtzis (éd.), Actes du VIIe Congrès international sur la céramique médiévale en Méditerranée, Thessalonique 11‑16 octobre 1999 (2003), p. 154, fig. 2 : 1.1‑1.4, 1.7, p. 158, fig. 11 ; F. Giudice et al., « Paphos, Garrison’s Camp. Campagna 1990 », RDAC 1994, p. 256‑260, tav. LXXI:1, 2 ; F. Giudice et al., « Paphos, Garrison’s Camp. Campagna 1991 », RDAC 1996, p. 240, tav. XXXV:14 ; E. Prokopiou, « Λεµεσοσ : οδος Ζικ‑Ζακ. Εκθεση αποτελεσµατων σωστικης ανασκαφικης ερευνας 1993 », RDAC 1997, p. 285‑322.

79 M.‑L. Von Wartburg (n. précédente), p. 161, fig. 18.

80 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 55‑58, vol. II, p. 66, 67, fig. 4.30 : 4.

81 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris 2009, p. 255‑258, fig. 5 : 5‑11.

82 S.Y. Waksman, « Ceramics of the ‘Serçe Limanı’ type and Fatimid pottery Production in Beirut », Levant 43, 2011, p. 203, fig. 2 : LEV226.

83 J. Rosser, « Excavations at Saranda Kolones, Paphos, Cyprus, 1981‑1983 », DOP 39, 1985, p. 91, fig. 21.

84 I. Shaddoud (n. 32), vol. II, fig. 19 : 2.

85 V. François, A. Nicolaïdis, L. Vallauri, S.Y. Waksman 2003, p. 334, 335, fig. 10 : 18‑21.

86 M.‑L. von Wartburg, Y. Violaris 2009, p. 260‑262, fig. 9 3A‑3B ; M.‑L. von Wartburg, A. Portmann, F. Wild et al., « ‘Islamic’ Table Ware Found in Cyprus: Study and Analysis of Fabric and Glazes », RDAC 2010, p. 394, 395, fig. 3 : 10.

87 E. J. Stern 2012 (n. 31), vol. I, p. 53, vol. II, p. 63, 64, fig. 4.28 : 5.

88 W. Kubiak, « Medieval Oil Lamps from Fustat », Ars Orientalis 8, 1970, p. 13‑15, fig. 2 : fig. 12.

89 Sur ce type voir R. S. Gabrieli 2008 (n. 27), p. 430, 431, 452, fig. 8.

90 Pour divers exemples trouvés à Potamia voir V. François, L. Vallauri 2001 (n. 14), p. 534, fig. 5:3, 8.

91 Voir par exemple Papanikola-Bakirtzi 1996, fig. XII : 113 ; D. Papanikola-Bakirtzi, Colours of Medieval Cyprus through the Medieval Ceramic Collection of the Leventis Municipal Museum of Nicosia (2012), p. 108:49, 121:62.

92 Voir par exemple Papanikola-Bakirtzi 1996, p. 75, fig. III:1, 5.

93 Papanikola-Bakirtzi 2012, p. 89 : 144 ; Flourentzos 1994, pl. IX‑XII, pl. XIII : 26, pl. XIV‑XIX.

94 Sur ce type voir R. A. Wade Haddon, « What is Mamluk Imitation Sultanabad ? », Al‑Rāfidān XXXII, 2011, p. 276‑293.

95 Les photographies de ce matériel, mis au jour lors de travaux de creusement faits à la fin du XIXe siècle, sont conservées au département des Arts de l’Islam du musée du Louvre.

96 Information tirée du rapport de fouille rédigé par A. H. S. Megaw. Flourentzos, 1994, p. 2‑3.

97 Voir le catalogue de l’exposition Ceramic Finds from Byzantine and Medieval Nicosia.

98 M.‑L. von Wartburg, « Chronology and stratigraphy of the Medieval Pottery of Cyprus : a critical review », dans B. Böhlendorf-Arslan, A. O . Uysal, J. Witte-Or (éds), Çanak. Late Antique and Medieval Pottery and Tiles in Mediterranean Archaeological Contexts, Byzas 7 (2007), p. 424.

99 S. Y. Waksman, V. François, « Vers une redéfinition typologique et analytique des céramiques byzantines du type Zeuxippus Ware », BCH 128‑129 (2004‑2005), p. 629‑724.

100 Pour des exemples voir notamment Papanikola-Bakirtzi 1996, pl. XII : 62, pl. XIII : 66, 68, pl. XVI : 81 et pl. XVII : 86.

101 R. L. Hobson, dès 1932, remarquait que les productions chypriotes entretenaient des liens stylistiques forts avec les céramiques d’Al‑Mina. R. L. Hobson, Guide to Islamic Pottery (1932), p. 28‑30. Quelques unes de ces analogies ont été soulignées dans M.‑L. von Wartburg (n. 78), p. 163‑165.

102 Voir les exemples cités dans V. François (n. 5), p. 438‑439, notes 102‑109.

103 V. François (n. 5), p. 441.

104 Les réfugiés qui ont migré vers Chypre au XIIIe siècle étaient des Italiens – des Pisans et des Génois de Marqab, au sud de la principauté d’Antioche, se sont installés à Famagouste – et des chrétiens de Syrie. Quelques‑uns étaient des artisans, d’autres des marchands. N. Coureas, « Economy », dans A. Nikoalaou-Konnari, C. Schnabel (éds), Cyprus, Society and Culture 1191‑1374 (2005), p. 128.

105 R. S. Gabrieli 2007, p. 403.

106 Leur présence est signalée à Acre, Atlit, Horbat ‘Uza et Jaffa. E.J. Stern 2008, p. 458‑460, fig. 2 : 11, 12 ; eadem 2012, vol. I, p. 59, 60, vol. II, p. 88, 89, fig. 4.40 : 5‑10 ; eadem, « The Paphos Glazed Wares: Distribution and Consumption in the Latin Kingdom of Jerusalem », dans D. Papanikola-Bakirtzi, N. Coureas (éds), 2014, p. 61‑76.

107 L’hypothèse, déjà énoncée dans l’article suivant, se renforce. V. François (n. 5), p. 423‑454.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de la partie nord du site de l’Archipiskopi et fosses (relevés et photographies, Département des Antiquités de Chypre).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 2 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 3 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 4 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 5 – (1‑3) Céramiques culinaires des ateliers du Troodos ; (4) marmite de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 6 – Céramiques culinaires des ateliers de Beyrouth, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 7 – Flacon et vase à filtre, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 8 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 9 – Petites jarres, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 10 – Pots, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 11 – Pots, jarre et bassins, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 12 – (1‑3) Couvercles et jarre modelés ; (4, 5) godets d’alakathkia, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 13 – Vaisselle de service sans revêtement, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 14 – (1‑5) Cruches glaçurées ; (6) cruche peinte sans glaçure ; (7) surcuit. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 15 – (1‑5) Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle ; (6) pernette.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 16 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 17 – (1, 2) Coupes à glaçure alcalino-plombifère ; (3‑7) coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 18 – Coupes émaillées, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 19 – Coupes émaillées peintes en vert et brun. Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 20 – Coupes émaillées peintes en vert et brun, Nicosie, fin XIIe‑XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Fig. 21 – Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 22 – (1, 2) Coupes de « style Paphos », Nicosie, XIIIe siècle ; (3) coupe de Paphos ; (4‑7) coupes de « style Paphos » d’origines inconnues.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 23 – (1) Polychrome Ware, début XIIe siècle ; (2‑4) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (5‑7) céramiques dites d’Al‑Mina, XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 24 – Vaisselle peinte en vert et brun, Proche‑Orient islamique, XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 25 – Importations du Proche‑Orient islamique, fin XIIe‑XIIIe siècle (1‑6) céramiques et lampe à pâte argileuse et glaçure alcaline ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 26 – Céramiques culinaires des ateliers du Troodos, XIVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Fig. 27 – (1, 2) Jarre et pot, Nicosie, XIVe siècle ; (3) jarre modelée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 28 – Coupes à glaçure alcalino-plombifère, Nicosie, XIVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 29 – (1‑3) Céramiques à glaçure alcalino-plombifère ; (4, 5) céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 30 – Céramiques de « style Paphos », Nicosie, XIVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 31 – Céramiques de « style Paphos » et lampes, Nicosie, XIVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Fig. 32 – (1, 2) Céramiques dites de Sultanabad, XIVe siècle ; (3) céramique de « style Al‑Mina ».
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 33 – Céramiques dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle (1, 2) céramiques culinaires du Troodos ; (3) coupe émaillée, Nicosie : (4) Aegean Ware ; (5) coupe peinte en vert et brun, Proche‑Orient ; (6) céramique peinte au lustre métallique, Syrie ou Égypte ; (7) jatte glaçurée, Beyrouth.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 34 – Productions de Nicosie dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1‑7) petites jarres ; (8‑10) vaisselle de service sans revêtement ; (11) coupe à glaçure alcalino-plombifère ; (12‑14) coupes émaillées ; (15, 16) coupes émaillées peintes en vert et brun.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Fig. 35 – Productions byzantines dans les niveaux du bâtiment rectangulaire : (1) Spatter Painted Ware, début XIIe siècle ; (2) Glazed White Ware IV, XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle ; (3‑9) Aegean Wares, fin XIIe‑troisième quart du XIIIe siècle.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 36 — Céramiques du Proche‑Orient dans les niveaux du bâtiment rectangulaire, fin XIIe‑XIIIe siècle : (1, 2) céramiques à pâte argileuse peintes en vert et brun sous glaçure plombifère ; (3, 4) céramiques à pâte argileuse et glaçure alcaline aubergine ou bleu turquoise, Beyrouth ; (5, 6) coupe sgraffito à pâte argileuse et glaçure plombifère, Beyrouth ; (7) coupe à pâte siliceuse et glaçure alcaline ; (8) coupe à pâte siliceuse, au décor découpé, sous glaçure alcaline ; (9) coupe à pâte siliceuse, peinte en noir et bleu sous glaçure alcaline.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/585/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique François, « Poteries des fosses dépotoirs du site de l’Archiepiskopi à Nicosie (fin XIIe‑XIVe siècles) »Bulletin de correspondance hellénique, 141.2 | 2017, 821-895.

Référence électronique

Véronique François, « Poteries des fosses dépotoirs du site de l’Archiepiskopi à Nicosie (fin XIIe‑XIVe siècles) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 141.2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.585

Haut de page

Auteur

Véronique François

Aix Marseille Université, CNRS, LA3M UMR 7298,13090 Aix‑en‑Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search