Navigation – Plan du site

L ’habitat de Krisa (Chrysso-Haghios Georgios) à l’âge du Bronze

Un réexamen de la topographie du site et de la céramique
Ο οικισµός της Κρίσας (Χρυσσό‑Άγιος Γεώργιος) στην Εποχή του χαλκού: µια επανεξέταση της τοπογραφίας του χώρου και της κεραµεικής
The settlement of Krisa (Chrysso‑Hagios Georgios) in the Bronze Age: a re‑evaluation of the site topography and ceramics
Laetitia Phialon
p. 403-536

Résumés

L ’habitat de Krisa, fouillé en 1935‑36, a livré d’importants vestiges de l’âge du Bronze. Le réexamen du site et du mobilier a pour but de revoir l’accessibilité de l’éperon rocheux, de redater les dépôts céramiques découverts dans les bâtiments et les tombes au sein de l’habitat, ainsi que de mettre à jour nos connaissances sur le corpus céramique. On démontre, entre autres, que la porte ouverte dans le mur de fortification se trouve plus à l’Est que l’emplacement indiqué jusqu’alors. De plus, la phase HR I de l’habitat était plus importante que ce qui avait été supposé, alors que la phase HR II A demeure difficile à identifier. Par ailleurs, on souligne la présence récurrente de vases à boire et vaisselle de table dans le corpus céramique mycénienne. Enfin, on soutient que la majeure partie des céramiques à peinture mate et mycénienne examinées a certainement été produite régionalement.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est fondé sur mon mémoire de membre scientifique suisse de l’EfA (2013‑2016), intitulé L ’habitat de Krisa à l’âge du Bronze : un réexamen des équipements domestiques. La réalisation du projet repose sur les autorisations et financements de l’École française d’Athènes (direction A. Farnoux), la 10e Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques, Delphes (direction A. Psalti), le Fonds national suisse de la recherche scientifique, ainsi que sur la collaboration de Lionel Fadin, topographe de l’EfA, Philippe Collet, photographe de l’EfA, et Birgit Konnemann, dessinatrice. Mes recherches en 2010 ont été soutenues par le Mediterranean Archaeological Trust. J’adresse à tous mes remerciements.

L ’éperon rocheux de Saint‑Georges

  • 1 Pour l’orthographe du nom : Chrysso, voir Homolle 1893, p. 631 et Jannoray, Van Effenterre 1937, p. (...)

2Le site de l’âge du Bronze qui s’étend sur l’éperon rocheux de Saint‑Georges, au sud du village actuel de Chrysso1, est, à plusieurs égards, digne d’intérêt, peut‑être avant tout par sa position topographique exceptionnelle, à la base du versant sud du Mont Parnasse. Ce site archéologique, qui dès le xixe s. a attiré l’attention des voyageurs et des chercheurs, offre une vue imprenable sur la plaine couverte de nos jours d’oliviers, qui se déploie jusqu’au golfe d’Itéa. L ’éperon rocheux, qui s’avance dans la plaine, est quant à lui visible depuis le village actuel de Delphes et s’intègre à merveille dans le panorama du golfe d’Itéa (fig. 1).

3Le côté sud‑est de l’éperon rocheux est abrupt et inaccessible. À son pied, la vallée du Pleistos, un cours d’eau dont le lit est de nos jours asséché, s’engouffre vers le nord‑est entre le mont Parnasse et le mont Kirphis. Les flancs ouest et nord‑ouest de l’éperon, raides mais accessibles, bordent la plaine qui s’étend jusqu’aux environs d’Amphissa. C’est toutefois du côté nord que l’on accède le plus aisément à l’éperon. Depuis le village de Chrysso, le chemin caillouteux actuel conduit jusqu’à la chapelle Saint‑Georges et, de là, descend jusqu’à la plaine.

Fig. 1 — Vue surplombant Delphes, Chrysso et la vallée du Pléistos.

Fig. 1 — Vue surplombant Delphes, Chrysso et la vallée du Pléistos.

Cl. L. Phialon.

  • 2 Homolle 1893, p. 631.

4Les vestiges d’un mur de fortification sont encore visibles de nos jours. Son tracé apparaît clairement sur le plus ancien plan du site établi en 1893 (fig. 2), une année après la visite de E. Ardaillon, membre de l’École française d’Athènes, dans la région de Chrysso et de Kirrha2. On rappellera que c’est en 1892 que débuta la « Grande fouille » de Delphes (1892‑1903) menée sous les auspices de l’EfA.

Fig. 2 — Plan de Krisa établi en 1893.

Fig. 2 — Plan de Krisa établi en 1893.

Archives EFA, plan de Crissa Phocide, no 898 ; d’après Lerat, Jannoray 1936, p. 133, fig. 2.

  • 3 Jannoray 1937, p. 33 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299, n. 1.
  • 4 Lerat, Jannoray 1936, p. 129‑145 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299‑326 ; Jannoray, Van Effent (...)

5Ce n’est que plus tard, en 1935 et 1936, que L. Lerat, J. Jannoray et H. Van Effenterre, eux aussi membres de l’EfA3, entreprirent des fouilles archéologiques sur l’éperon rocheux, au sud‑ouest de la chapelle Saint‑Georges, mettant au jour les vestiges d’un habitat de l’âge du Bronze et des constructions d’époque byzantine dans sept sondages et un secteur principal. Les résultats des fouilles ont été publiés dans trois articles principaux, le premier dans la Revue archéologique, en 1936, les deux autres dans le Bulletin de Correspondance Hellénique, en 1937 et 19384. Bien que les sondages aient été remblayés après les opérations de terrain, les vestiges de constructions apparaissent de nos jours à la surface du terrain.

6Le présent article fournit des données inédites sur la topographie du site et le corpus céramique. Il s’agit notamment de revoir l’accessibilité du site et plus globalement celle de l’éperon rocheux, de reconsidérer la datation des bâtiments et des tombes de l’âge du Bronze, enfin de mettre à jour les classes céramiques et la typologie des vases représentés à Krisa.

  • 5 Lerat 1948, p. 621. Voir aussi Rousset 2002, p. 33 : « Il ne nous paraît pas possible de démêler l’ (...)

7Néanmoins, la localisation du site de Krisa sur l’éperon rocheux de Saint‑Georges (Haghios Georgios) a suscité plusieurs interrogations. L ’article de L. Lerat, publié dans la Revue archéologique en 1948, en formule clairement les enjeux par le bais d’une question initiale : « y a‑t‑il eu une Krisa distincte de Kirrha ? »5. Nous proposons donc de clarifier ce point en premier lieu.

Topographie historique et Histoire des recherches

Krisa dans les textes antiques : un port, une plaine ou une ville ?

  • 6 Iliade, II.520 : Κρῖσάν τε ζαθέην. Traduction de Mazon, Chantraine, Collart et Langumier à la Socié (...)

8Les textes antiques, d’Homère jusqu’au ive s. av. J.‑C., évoquent un port et/ou une plaine d’une même région nommés, selon les auteurs, Krisa ou Kirrha. Dans le Catalogue des vaisseaux, les gens de Krisa font partie du contingent phocidien mais ce texte nous renseigne peu sur la position topographique d’une ville qui porterait ce nom (Iliade, II, 517‑526)6, contrairement à l’Hymne à Apollon, qui nous apprend que Krisa se situe au pied du Parnasse (282 : ἵκεο δ’ἐς Κρίσην ὑπὸ Παρνησσὸν νιφόεντα), qu’en sa direction après avoir longé le Péloponnèse s’ouvre un golfe immense (431 : καὶ δὴ ἐπὶ Κρίσης κατεφαίνετο κόλπος ἀπείρων), que Krisa est couverte de vignes et qu’il y a là un port (438‑439 : ἷξον δ’ἐς Κρίσην εὐδείελον, ἀµπελόεσσαν, ἐς λιµέν, [...]).

9La mention d’un port aux vers 438‑439 de l’Hymne à Apollon s’accorderait ainsi davantage avec la position topographique du site actuel de Kirrha et non avec celle de Krisa sur l’éperon rocheux au‑dessous du village de Chrysso. La même observation vaut pour l’emplacement de Krisa sur la côte chez Sophocle (Électre, 180‑181 : οὒτε γὰρ ὁ τὰν Κρῖσαν βούνοµον ἔχων ἀκτὰν).

10Néanmoins, c’est dans la même œuvre que l’on trouve une référence à la plaine de Krisa (Sophocle, Électre, 730 : ναυαγίων Κρισαῖον ἱππικῶν πέδον). Hors du domaine de la tragédie antique, dans deux textes du ve s. av. J.‑C., on retrouve également une référence à la plaine de Krisa, dans le cadre des guerres médiques chez Hérodote (VIII.32 : τοῦ Κρισαίου πεδίου), ainsi qu’une autre au golfe de Krisa, à propos de la guerre du Péloponnèse chez Thucydide (1.107 : τοῦ Κρισαίου κόλπου). De plus, Isocrate mentionne la plaine de Krisa (Plataïque, XIV, 31 : ὥσπερ τὸ Κρισαῖον πεδίον ;) dans son discours qui fait suite à la destruction de Platées en 374/3 av. J.‑C.

  • 7 Lerat 1948 p. 628 : « On serait donc tenté de croire que Krisa ne fut jamais que le nom d’une provi (...)
  • 8 Voir aussi Pindare, Isthmique II, 18 : Ἐν Κρίσᾳ ; toutefois sans indication topographique supplémen (...)

11Par conséquent, on se demande, comme l’avait déjà fait L. Lerat en 19487, si le nom de Krisa à l’âge héroïque n’évoque pas une province. Une seconde hypothèse consisterait à garder Krisa comme nom de ville, une Krisa assez puissante et connue, dont le nom servirait de référence pour une région entière. On apprend, en effet, chez Pindare qu’une colline et que des vallons sont également considérés comme kriséens (Ve Pythique, 37 : Κρισαῖον λόφον ; VIe Pythique, 18 : Κρισαίαις ἐνὶ πτυχαῖς ἀπαγγελεῖ)8.

  • 9 Lerat 1948, p. 623 : « Il [Pindare] n’use donc de Krisa que comme d’un synonyme poétique qui est à (...)
  • 10 Lerat 1948, p. 631‑632.
  • 11 Lerat 1948, p. 630. Voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 144 : « Phocide préhellénique ».
  • 12 Loeb Classical Library (v. 15‑16 : ἔθηκε καὶ βαθυλείµων’ ὑπὸ Κίρρας πετρᾶν ἀγὼν κρατησίποδα Φρικίαν (...)
  • 13 Voir Amandry et al. 1990, p. 28. On rappellera que L. Lerat (1948, p. 632) proposa de situer Kirrha (...)

12En outre, une équivalence entre Krisa et Kirrha pour les ve et ive s. av. J.‑C., comme le suggère L. Lerat9, paraît tout à fait plausible. L ’hypothèse repose sur l’idée que le nom de Kirrha pourrait correspondre à une création hellénique ou être le résultat d’une transformation phonétique et poétique de Κρῖσα10, alors que Krisa est, selon lui, « un mot nettement préhellenique »11. En effet, chez Pindare, les roches de Kirrha dominent la plaine (Xe Pythique, 15 : ἔθηκε καὶ βαθυλείµων’ ὑπὸ Κίρρας πετρᾶν)12, alors que deux poèmes de Bacchylide évoquent bien plus la côte et la plaine qu’un mont rocheux au sujet de Kirrha (chant 4 : †παρ’ ἑστίαν† ἀγχιάλοις τ[ε Κί] ρρας µυχοῖς ; chant 11 : ἐν πεδίῳ στέφανοι Κίρρας ἔπεσον). Il est également question de la plaine de Kirrha et du port chez Eschine, dans le cadre de la première guerre sacrée13 (Contre Ctésiphon, III, 107 : τὸ Κιρραῖον ὠνοµασµένον πεδίον καὶ λιµὴν).

  • 14 Bourguet 1902, p. 53, pour le commentaire, voir p. 56‑57, 59, pour la datation, voir p. 36.

13Par conséquent, on ne peut pas exclure que le nom de Kirrha se rapporte, comme il a été supposé pour Krisa, à un ensemble géographique incluant une plaine et un port. Cependant, c’est en tant que port que Kirrha est avant tout considérée à partir de la seconde moitié du IVe siècle, comme en témoigne une inscription de Delphes de cette période sur le transport d’éléments architecturaux en pierre et son prix (Colonne I, lignes 8‑11 : [γε π]ὰρ τὰν σύγγροφον ἐγ [Λεχαίου] [εἰς] Κίρραν, τοῦ ἐπιγναφ[ηίου ἑκά]–[στ]ου δραχµὰς διακατία[ς ἴκατι τ]–[έτ]ορας ; ligne 18 : [ύ]νγροφον ἐγ Λεχαίο[υ εἰς Κίρρα]ν)14.

  • 15 Voir Rougemont 2006, p. 477, n. 4. Hypothèse et ouvrages cités par Herda 2008, p. 52, n. 301 ; l’au (...)

14En somme, collines, vallons, côte et golfe garderaient encore le nom de Krisa au ve s. av. J.‑C., chez Pindare, Sophocle ou Thucydide, tandis que la plaine, qui semble s’étendre jusqu’à la côte, peut être désignée comme celle de Kirrha, chez Bacchylide (ve s.) et Eschine (ive s.), ou comme celle de Krisa, chez Sophocle, Hérodote (ve s.) et Isocrate (ive s.). De ce fait, l’usage des deux noms pour une région plutôt que pour une localité demeure une interprétation possible. L ’hypothèse que les Kriséens/Kirrhéens regroupent plusieurs communautés et ne soient pas une cité à proprement parler ne doit pas être écartée15. Le nom de Kirrha pourrait ne désigner la ville portuaire que plus tard.

  • 16 Il s’agit de la thèse dualiste soulignée par Lerat (1948, p. 621, n. 2). Texte de Strabon cité par (...)
  • 17 Voir Lerat, Jannoray 1936, p. 145, n. 1 : « Pausanias identifie les deux villes, et dit d’une façon (...)

15À partir du ier s. av. J.‑C., les noms de Kirrha et de Krisa se rapportent, selon les textes antiques, à la même ville ou à deux villes distinctes situées en bord de mer. Chez Strabon, les villes de Kirrha et Krisa sont clairement distinguées lors de l’évocation de la première guerre sacrée (IX, 3,3 : Πάλιν γὰρ ἐφεξῆς ἐστιν ἄλλη πόλις, Κρῖσα, ἀφ’ ἧς ὁ κόλπος Κρισαῖος)16, mais toutes deux sont localisées au bord de la mer (IX, 3,3 : Υποπέπτωκε δὲ πόλις ἀρχαία Κίρρα, ἐπὶ τῇ θαλάττῃ ἱδρυµένη ; IX, 3,1 : Αὐτὴ γὰρ ἡ Κρῖσα τῆς Φωκίδος ἐστιν ἐπ’ αὐτῆς ἱδρυµµένη τῆς θαλάττης). En revanche, plus tard, Pausanias mentionne que le nom de Krisa a été remplacé par celui de Kirrha (X.37.5 : Ὅµηρος µέντοι Κρίσαν ἔν τε Ἰλιάδι ὁµοίως καὶ ὕµνῳ τῷ ἐς Ἀπόλλωνα ὀνόµατι τῷ ἐξ ὰρχῆς καλεῖ τὴν πόλιν)17, localise Kirrha sur la côte (e.g. X.37.4 : Ἐς δὲ Κίρραν τὸ ἐπίνειον Δελφῶν ὁδὸς µὲν σταδίων ἑξήκοντά ἐστιν ἐκ Δελφῶν ; X.37.8 : καὶ ἐπίνειον Δελφῶν ἐστιν ἡ Κίρρα) et parle de sa destruction lors de la première guerre sacrée.

  • 18 Strabon, Géographie, Livre IX, CUF (Les Belles Lettres), 1996, 2003, p. 210, n. 6 : « Strabon ayant (...)
  • 19 Voir Amandry et al. 1990, p. 29. Par exemple, d’après le texte de Tite Live (Livre XLII, XV : Escen (...)
  • 20 Au iiie s. après J.‑C., Héliodore d’Émèse, dans son roman Les Éthiopiques, se sert des deux toponym (...)

16De ce fait, Raoul Baladié n’exclut pas l’hypothèse d’une même ville désignée par ces deux noms à la suite d’une possible confusion chez Strabon18. Néanmoins, Pline l’Ancien distingue également la ville de Kirrha de celle de Krisa (Histoires, III.[4].7 : oppidum Cirrha ; III.[4].8 : Quondam praeterea oppidum Crisa). Les textes antiques plus récents ne donnent pas d’explication supplémentaire sur la position topographique de Kirrha19 ni sur celle de Krisa20. Les recherches de terrain menées dans la région à la fin du xixe s. et dans les années trente avaient pour objectif de localiser ces villes antiques.

Les objectifs des fouilles des années trente sur l’éperon rocheux

  • 21 Archives manuscrites de l’EfA, lettres écrites par Ardaillon à Homolle (Delphes 1‑1893). Elles font (...)
  • 22 Archives manuscrites de l’EfA, correspondance de Van Effenterre et Jannoray adressée au Directeur d (...)
  • 23 Fouilles de 1934‑1935 à Delphes, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 130.

17C’est en regard des découvertes faites à Delphes que les recherches de l’EfA se sont orientées sur l’éperon rocheux, tout d’abord en 1893, dans le but de compléter les résultats de la grande fouille de Delphes21, puis en 1935‑36, afin de retrouver la » Krissa » antique mentionnée dans les textes22, à la suite de campagnes de fouilles qui avaient révélé une occupation mycénienne importante à Delphes23.

  • 24 Voir Lerat, Jannoray 1936, p. 135.
  • 25 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.
  • 26 Lerat, Jannoray 1936, p. 131, 145.
  • 27 Lerat, Jannoray 1936, p. 145.
  • 28 Lerat, Jannoray 1936, p. 135 : « forte demeure » ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 323. Voir égal (...)
  • 29 Pour une influence de la Crète aux derniers temps de l’HM, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 1 (...)
  • 30 Lerat, Jannoray 1936, p. 130.

18Les sondages ouverts sur l’éperon rocheux ont conduit les fouilleurs à y localiser la Krisa « homérique », comme l’avait suggéré Ulrichs24, et à confirmer l’attribution du mur de fortification à l’époque mycénienne25. C’est ce site que les fouilleurs nomment désormais la citadelle de Krisa26, dont la ruine, bien antérieure au début du vie s., serait due aux invasions doriennes27. Les fouilleurs espéraient vraisemblablement retrouver là le palais de Strophios et de Pylade28. Malgré la découverte d’édifices importants de l’âge du Bronze, la présence d’un palais mycénien ne peut toutefois pas être confirmée, comme notre étude va le montrer. C’est par ailleurs la thèse d’une influence crétoise sur la culture matérielle de Krisa que soutiennent les fouilleurs29, thèse qui ferait écho à l’arrivée de marins de Knossos évoquée dans la tradition littéraire, notamment dans l’Hymne homérique à Apollon (v. 391‑393, 438)30. En dépit des différentes classes céramiques de l’Helladique Moyen et de l’Helladique Récent identifiées jusqu’à présent, il est toutefois difficile d’argumenter en faveur de cette interprétation.

  • 31 Lerat, Jannoray 1936, p. 130, n. 1, p. 136. Selon les fouilleurs, l’autel ne devait pas être in sit (...)
  • 32 Lerat, Jannoray 1936, p. 136, 144.
  • 33 Desborough 1964, p. 125.
  • 34 Jannoray 1937, p. 33‑34.

19Outre les vestiges mycéniens, il y avait peut‑être l’espoir de découvrir là les restes d’un téménos archaïque, à cause de la présence d’un autel portant une dédicace archaïque à Héra et Athéna copiée par Ulrichs31, mais aucun élément n’a été découvert sur l’éperon rocheux qui permettrait de soutenir l’existence d’un sanctuaire ou même d’une occupation archaïque. Trois tessons géométriques et un tesson attique constituent les seules trouvailles postérieures à l’époque mycénienne recueillies dans les tranchées d’essai32, et antérieures à la réoccupation byzantine33. Ce n’est sans doute pas sur l’éperon rocheux de Saint‑Georges qu’il faut donc localiser la ville archaïque, dont la destruction est rapportée dans les sources littéraires34.

Sites et toponymes modernes

  • 35 Skorda 1992, p. 63‑64 ; citée par Morgan 2003, p. 124, 126. Voir aussi Rousset 2002, p. 33, 44, 65, (...)

20Curieusement, on ne retrouve pas dans les textes antiques d’allusion à une ville située sur un éperon rocheux, un promontoire, ou une colline rocheuse, qui pourrait correspondre à celui de Saint‑Georges, caractérisé par les vestiges d’un mur de fortification massif. Ce point ne semble pas avoir retenu l’attention des auteurs anciens. Le nom de Krisa donné au site de l’âge du Bronze mis au jour sur l’éperon rocheux est‑il alors fondé ? Ne serait‑il pas plus prudent de nommer ce site Chrysso-Haghios Georgios, d’après les toponymes modernes ? En outre, est‑ce qu’un site phocidien comme Haghia Varvara aurait pu correspondre à la Krisa de l’Hymne homérique à Apollon35, à savoir à la Krisa archaïque ? Si la question reste ouverte dans l’état actuel des recherches, il est en revanche certain que Haghia Varvara ne correspond pas à la Krisa mycénienne.

  • 36 Pour le toponyme Χρυσό et sa localisation variant dans le temps, voir Rousset 2002, p. 33.
  • 37 Le site de Krisa se trouve à environ 1h30 de marche de Delphes, à mi-chemin entre le sanctuaire et (...)
  • 38 Lerat, Jannoray 1936, p. 131 : « au confluent des vallées du Pleistos et de la rivière d’Amphissa » (...)
  • 39 Lerat, Jannoray 1936, p. 131.

21C’est bien sur l’éperon rocheux de Saint‑Georges (chapelle Ἅγ. Γεώργιος / Haghios Georgios, 38° 28’ Nord 22° 28’ Est) qu’un habitat fortifié de l’âge du Bronze a été mis au jour, dominant la vallée du Pleistos, au sud du village actuel de Chrysso (Χρισσό)36. L ’éperon rocheux, qui est visible depuis le village actuel de Delphes mais pas depuis le sanctuaire antique37, s’élève au confluent des vallées du Pleistos (Πλείστος π.), dont le lit est asséché (Ξεροπόταµος), et de l’Hylaithos (΄Υλαιθος π.)38. L ’environnement de l’éperon rocheux a peu changé depuis 80 ans. Il s’agit toujours d’une vaste plate‑forme, couverte de broussaille, dont les côtés sud et sud‑est forment une falaise tombant à pic, dont les fouilleurs avaient déjà souligné le caractère inaccessible39. Des arbustes et de la broussaille couvrent ses pentes ouest et nord‑ouest, qui, si elles ne tombent pas à pic, s’avèrent toutefois bien raides.

  • 40 Mesure prise sur la carte de l’armée grecque (1988), établie au 1:50.000.
  • 41 Petronotis 1973, p. 119 n. 3. Voir la magoula de Xéropigado dans Dor et al. 1960, sp. p. 14‑16.
  • 42 Dor et al. 1960. Pour les rapports de fouille du Service archéologique grec parus dans l’Arch. Delt (...)
  • 43 McInerney 1999, p. 63 : « the Krisaian plain below Delphi, an alluvial fan of over 13 km2 ». Sur le (...)
  • 44 Luce 1991, p. 698.

22La chapelle de Saint‑Georges est située à un peu plus de 4 km à vol d’oiseau de l’église actuelle du village de Kirrha40 (nommé précédemment Xéropigado41). À proximité de cette église s’étendent les restes d’un autre important habitat de l’âge du Bronze42. Néanmoins, le mont Paloukaki (Παλουκάκι, alt. 539 m) ne permet pas d’établir un contact visuel direct entre les deux sites. De nature alluviale, la plaine de Krisa (Κρισαίον πεδίον) s’étend en direction d’Amphissa et se prolonge par la plaine de Kirrha jusqu’à Itéa43. De toute part, les oliviers couvrent de nos jours les plaines de Krisa et de Kirrha, ce qui n’était probablement pas le cas dans l’Antiquité44.

  • 45 Jannoray 1937, p. 33‑43, spéc. p. 33, note 2 (historiens modernes) ; Jannoray, Van Effenterre 1937  (...)
  • 46 Lerat 1948, p. 632 : Krisa I = magoula de Xeropigado (HA‑HR I) ; Krisa I bis et II = acropole de Ch (...)

23Malgré les confusions toponymiques et incertitudes évoquées plus haut, par rapport aux textes antiques, on gardera toutefois le nom de Krisa pour le site découvert au sud du village actuel de Chrysso, par convention et pour respecter un usage établi45. Alterner les noms de Kirrha et Krisa, selon le modèle proposé par L. Lerat pour les périodes de l’âge du Bronze46, serait, dans le cadre de notre étude, une source de confusion supplémentaire.

Nouvelles considérations topographiques

Le mur de fortification

Le tracé du mur, son appareil et sa datation

  • 47 Lerat, Jannoray 1936, p. 133, fig. 2 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. Documents graphiqu (...)
  • 48 Du 6 au 10 octobre 2014, les relevés topographiques ont été effectués sur le chemin actuel, sur les (...)
  • 49 Cette mesure se rapproche des 1500 m indiqués pour le développement total du mur dans Jannoray, Van(...)
  • 50 Hope Simpson, Hagel 2006, p. 95. Voir aussi Kalogeroudis 2008, p. 240. Cette superficie est donc bi (...)
  • 51 Cette configuration rappelle celle d’Eutrésis, où les fortifications délimitent une aire de ca 213  (...)

24Si Krisa se révèle être un site important à la période mycénienne, c’est notamment en raison de son mur de fortification, dont les vestiges sont encore visibles de nos jours sur les pentes de l’éperon rocheux (fig. 3). Son tracé apparaît clairement sur les plans de 1893 et 1935‑1936 (fig. 4)47. Le mur couronne la crête nord et ouest de l’éperon rocheux. Sur la base de nouveaux relevés, effectués en collaboration avec Lionel Fadin, topographe de l’EfA (fig. 5)48, on estime que son tracé se développe sur environ 1350 m, sur une distance séparant ses extrémités sud‑ouest à nord‑est d’environ 1066 m en plan49. La surface comprise entre le mur de fortification et l’arête sud‑est de l’éperon rocheux atteint ca 235 000 m2, comme l’ont estimé R. Hope Simpson et D. Hagel50. La majeure partie de cette surface n’est pas bâtie ; cette observation concerne principalement toute la partie nord de l’éperon rocheux51.

Fig. 3 — Vue du mur de fortification mycénien et du village de Chrysso.

Fig. 3 — Vue du mur de fortification mycénien et du village de Chrysso.

Cl. L. Phialon.

Fig. 4 — Plan de Krisa établi en 1935‑1936.

Fig. 4 — Plan de Krisa établi en 1935‑1936.

Archives EFA, Krisa, plan d’ensemble, VIIIA 897 ; d’après Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII.

Fig. 5 — Plan topographique de Krisa, relevé en octobre 2014.

Fig. 5 — Plan topographique de Krisa, relevé en octobre 2014.

Relevé, dessin L. Fadin.

  • 52 Lerat, Jannoray 1936, p. 132.
  • 53 Lerat, Jannoray 1936, p. 132 : « Le tronçon Nord-Ouest, qui longe le ravin, est le seul où plusieur (...)

25Le mur est de nos jours assez bien conservé pour que l’on puisse constater que l’appareil correspond bien à ce que décrivent les fouilleurs52 : il s’agit d’un mur à double parement, dont l’intérieur est rempli par un blocage de moellons et de terre (segments 4 et 5 sur le plan fig. 5). Les parements sont constitués de blocs calcaires empilés les uns sur les autres, avec les interstices bouchés par de petites cailloux. Les blocs peuvent atteindre de grandes dimensions (long. 2,5 × haut. 1,5 × ép. 0,9 m). Le mur à double parement atteint sur le côté nord de l’éperon rocheux plus de 5 m de large, mais sa largeur est le plus souvent de 4 m. Le tronçon passant au nord‑ouest de la chapelle Saint‑Georges (segment 3) comprend encore plusieurs assises en place, qui atteignent plus de 3 m de haut53 (fig. 6).

Fig. 6 — Détail du mur de fortification (a), comparé à une photo publiée dans le BCH 61 (b)

Fig. 6 — Détail du mur de fortification (a), comparé à une photo publiée dans le BCH 61 (b)

a. Cl. L. Phialon. b. Archives EFA, Krisa, L6266‑09 ; d’après Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325, fig. 26.

  • 54 Hope Simpson, Hagel 2006, p. 94‑95 (Chryso : ancient Krisa), pour les fortifications mycéniennes, p (...)
  • 55 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.

26L ’appareil de type cyclopéen, ainsi désigné par les larges blocs de pierre qui le constituent, est un trait architectural caractéristique la période mycénienne et permet de dater le mur de fortification qui se dresse sur les pentes de l’éperon rocheux de Saint‑Georges de l’Helladique Récent54. La présence de tessons trouvés au pied d’un mur d’enceinte secondaire, dont il sera question plus loin, a amené les fouilleurs à dater plus précisément ce mur de fortification de l’HR III B55. Certains des segments ont certainement été reconstruits à une période postérieure.

  • 56 Le tracé de l’enceinte à l’angle sud-ouest est mieux conservé que ce que mentionnent les fouilleurs (...)

27Dans sa partie sud‑ouest (segment 1), le mur de fortification n’est pas constitué de larges blocs mais de moellons dont les dimensions ne dépassent pas 0,7 m de long pour 0,6 m de haut56. On remarque ensuite la présence de larges blocs, à une distance de 47 m, en direction nord‑est, depuis l’extrémité sud du mur (fig. 7), qui nous apporte la preuve qu’il s’agit bien d’un mur mycénien. Ces blocs sont suivis, à nouveau, de moellons plus petits. En remontant vers le nord, l’appareil du mur change à nouveau sur une longueur d’environ 60 m, à partir d’un point situé à 66,7 m de l’extrémité sud du mur : des tuiles apparaissent dans l’appareil du mur, à sa base. Ce type d’appareil n’est pas d’époque mycénienne.

  • 57 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV. Selon le croquis conservé aux archives de l’EfA (429‑001), (...)

28Ce n’est pas non plus de l’âge du Bronze que date la construction rectangulaire fermée du secteur VII, qui borde le mur de fortification, mais de l’époque byzantine57. Le tracé du mur se perd au nord de celle‑ci. À environ 99 m de la construction byzantine, plus au nord, c’est‑à‑dire à un peu plus de 266 m de l’extrémité sud du mur, deux tronçons de murs, l’un de ca 2 m, l’autre de ca 34 m, partent d’ouest en est (segment 2) et contrastent avec l’orientation générale du mur édifié sur la partie sud de l’éperon. On reviendra plus tard sur ces deux tronçons qui pourraient constituer une partie de la possible « muraille intérieure ».

29Le mur de fortification principal, sur la partie ouest de l’éperon (segment 3), se retrouve à une distance de ca 53 m du petit tronçon orienté ouest‑est, c’est‑à‑dire à un peu plus de 314 m de distance de l’extrémité sud du mur et à 148 m de la construction byzantine. Cette fois‑ci, le mur est constitué de blocs imposants (fig. 8).

Fig. 7 — Détail du mur de fortification, tronçon sud.

Fig. 7 — Détail du mur de fortification, tronçon sud.

Cl. L. Phialon.

Fig. 8 — Détail du mur de fortification, tronçon ouest.

Fig. 8 — Détail du mur de fortification, tronçon ouest.

Cl. L. Phialon.

La porte nord

30Le chemin actuel qui part du village n’est pas indiqué sur les plans de 1893 et de 1935‑36. Notre nouvel examen topographique montre qu’il passe à environ 9 m à l’ouest de la porte ouverte sur le côté nord du mur (segment 5).

  • 58 Lerat, Jannoray 1936, p. 134 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325.
  • 59 Lerat, Jannoray 1936, p. 134.

31Les fouilleurs rapportent que la ligne de rempart s’interrompt sur une largeur de 3,75 m, à quelques mètres au sud‑est du sentier de muletier qui mène au village moderne58. Selon nos relevés topographiques, la porte se situe cependant à l’est de l’emplacement signalé sur le plan de 1935‑1936, à une distance de 38 m. Sur le terrain, on reconnaît clairement cette porte par la présence de blocs de parement taillés qui bordent chaque côté de l’ouverture. Le plus grand d’entre eux (long. 2,87 × haut. 1,17 m) correspond au bloc médian du côté ouest59. Cette porte est ouverte sur 3 m de large (fig. 9).

Fig. 9 — La porte nord du mur de fortification mycénien.

Fig. 9 — La porte nord du mur de fortification mycénien.

Cl. L. Phialon.

  • 60 Ulrichs 1840, p. 19.
  • 61 Lerat, Jannoray 1936, p. 134, n. 1.

32Quant à la présence d’une petite porte du côté ouest signalée par Ulrichs60, qui a décrit le mur de fortification et son appareil, il n’en restait aucune trace dans les années trente61 et rien ne nous permet aujourd’hui d’en confirmer l’existence.

Une « muraille intérieure »

  • 62 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.
  • 63 Lettre de J. Jannoray du 27 août 1936 adressée au Directeur de l’EfA conservée aux archives de l’Éc (...)

33Dans le BCH 61, l’existence d’une « muraille intérieure dont la fondation paraît bien mycénienne (tessons HR III, restes d’une hydrie HR III b, au pied de cette muraille, à son extrémité Sud‑Est), [...] » est rapportée ; avec le rempart principal, elle constitue une « double ligne de défense »62. Seules ces assises inférieures devaient être mycéniennes63. Cette « muraille intérieure » est cependant difficile à identifier aujourd’hui.

34Pourrait‑il s’agir du mur légèrement courbe, passant au nord de l’église Saint‑Georges, relevé sur le plan de 1935‑1936 ? Les plus grands blocs sont de dimensions nettement inférieures (max. long. 1,2 × haut. 0,55 m) (fig. 10), à celles des blocs du mur de fortification principal. Selon les relevés de 2014, ce mur est conservé sur 27,2 m de long.

Fig. 10Mur situé au nord‑ouest de l’église Saint‑Georges.

Fig. 10 — Mur situé au nord‑ouest de l’église Saint‑Georges.

Cl. L. Phialon.

  • 64 Davis 1929, p. 90.
  • 65 Contrairement à ce que montre un croquis conservé aux archives de l’EfA (planothèque, numéro 3310).
  • 66 Lerat, Jannoray 1936, p. 136.

35Ce mur pourrait correspondre à la description de O. Davies au sujet d’un mur d’enceinte érigé près de la chapelle des Quarante Saints : « what was apparently the circuit wall of the city, which must have lain by the chapel of the Forty Saints, is now hardly visible, and is not built of very large stones, as a whole not large enough for Mycenaean ; [...] »64. En effet, sur le plan de 1893, la chapelle des Quarante Saints (Ἀγίων σαράντα) est indiquée à l’emplacement de la chapelle Saint‑Georges, et non à l’emplacement de la chapelle détruite, si l’on considère notamment les courbes de niveau65. Néanmoins, les fouilleurs français identifient plus tard la chapelle en ruines comme celle consacrée aux Quarante Saints66.

  • 67 Dans la lettre de J. Jannoray du 27 août 1936, conservée aux archives de l’EfA (PHO‑LO 1 1912‑1937. (...)

36Si l’on admet que le mur passant au nord‑ouest de la chapelle Saint‑Georges correspond à un tronçon de la « muraille intérieure », on devrait retrouver une autre partie de cette muraille plus bas. De ce fait, on revient sur les deux tronçons orientés ouest‑est, évoqués plus haut, dont on a relevé le tracé en contrebas, sur la pente de l’éperon rocheux. Pourrait‑il s’agir d’une partie de la « muraille intérieure » ? Se trouvaient‑il dans la continuité du mur passant au nord de l’église Saint‑Georges, relevé sur le plan de 1935‑1936 ? Les deux tronçons de murs orientés ouest‑est n’apparaissent ni sur le plan de 1893 ni sur celui de 1935‑1936. Le petit tronçon occidental comprend des blocs de pierre (long. 1,2 m), contrairement au tronçon oriental long de 34 m, fait de moellons (max. 0,6 m)67.

Le « bastion » et la « route antique »

Le « bastion »

  • 68 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325 : « Un bastion semi-circulaire, de 6 m 20 de rayon, conservé (...)
  • 69 Voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 134‑135.

37La structure bâtie située à l’ouest du mur de fortification et désignée comme « bastion » sur le plan de 1935‑36 est faite de gros moellons (fig. 11). De forme semi-circulaire, elle fait encore de nos jours 10,6 m de long et atteint plus de 2 m de haut68. Selon les fouilleurs, il s’agit d’un bastion ou d’une tour de guet69.

  • 70 L ’existence d’ouvrages semblables, à l’intérieur de l’enceinte, aux extrémités sud-ouest et nord-e (...)
  • 71 Lerat, Jannoray 1936, p. 132 : « Puis, au point où la plate‑forme se scinde en deux éperons séparés (...)

38Selon nos relevés topographiques, ce » bastion » se trouve à une distance de 59 m, la plus courte, en contrebas, du mur de fortification. Entre ces deux points, le dénivelé est très fort (24 m) et la pente très raide (ca 40%). Bien qu’il soit difficile de proposer une autre identification, la fonction de cette structure peut être discutée. À quoi pouvait servir un bastion situé sur l’un des points les plus raides de la pente occidentale, à une altitude inférieure à celui du mur de fortification ? La vue n’était pas plus dégagée depuis le » bastion » qu’elle ne l’était depuis le mur d’enceinte, et aucun autre ouvrage semblable à ce » bastion » n’a en outre été repéré à l’extérieur ou à l’intérieur du mur lors de notre mission d’octobre 201470. De ce » bastion », on peut rejoindre un sentier, sans doute moderne, qui contourne la dépression qui passe sur le côté ouest, au centre, de l’éperon rocheux71.

Fig. 11Le « bastion ».

Fig. 11 — Le « bastion ».

Cl. L. Phialon.

La « route antique »

  • 72 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326. Pour la présence de cette petite porte ouest, les fouilleurs (...)

39Quant au chemin étroit désigné comme « route antique » sur les plans de 1893 et de 1935‑36, il s’agit de nos jours d’un sentier qui descend en direction de la plaine, sans toutefois l’atteindre. Le sentier a été repéré lors de notre mission à un peu plus de 56 mètres à l’ouest du mur de fortification, à une altitude de ca 135,8  m, en contrebas de ce dernier (dénivelé : 10,8 m). On le suit sur une distance de 293 m, sur une pente faible (ca 14%). Là, il s’arrête brusquement sans atteindre la plaine. Ce sentier, qui permet le passage d’une seule personne, est de nos jours peu praticable. Il est difficile de comprendre comment ce dernier a pu être relié à d’autres chemins. On n’en sait pas davantage sur le tracé de la route qui, selon les fouilleurs, remonte vers la petite porte ouest déjà disparue dans les années trente72.

Les sondages et vestiges bâtis visibles en surface

  • 73 Une cinquantaine de clichés, conservés à la photothèque de l’EfA, montrent les vestiges du mur de f (...)
  • 74 Lerat, Jannoray 1936, p. 135.

40Bien que les sondages et la fouille des années 1930 menés dans la partie sud‑ouest de l’éperon rocheux, à environ 40 m de la chapelle, aient été remblayés, certains murs de l’habitat préhistorique affleurent de nos jours à la surface du terrain73. Cette zone étroite, avant les opérations des années trente, était couverte de terre sur une profondeur assez importante pour y encourager la conduite de fouilles74.

  • 75 Lerat, Jannoray 1936, p. 135‑137 (secteur I), 137 (six tranchées ouvertes autour de l’église de Sai (...)

41Les opérations de 1935 et 1936 ont consisté en une fouille principale, que l’on désigne ici comme secteur principal, et sept autres sondages. La dénomination des sondages et des vestiges architecturaux varie toutefois entre la RA de 1936 et le BCH 61. Le premier secteur mentionné dans la RA de 1936 inclut deux tranchées ouvertes respectivement sous la chapelle en ruines, entre celle‑ci et la chapelle Saint‑Georges75. Le deuxième secteur décrit dans la RA de 1936 couvre une aire située plus à l’Ouest, qui comprend notamment le premier des sept sondages décrits dans le BCH 61.

  • 76 Les altitudes des structures suivantes ont été relevées à leur sommet : tombe 5 (alt. entre 142,02 (...)

42Une distance d’environ 140 m sépare l’extrémité nord‑est du secteur principal de l’extrémité sud‑ouest du sondage III (fig. 12). Du nord‑ouest au sud‑est, la distance maximale estimée (du sondage II au sondage VI) atteint ca 40 m. Dans cette aire, les sondages (I à III, VI, secteur principal) ne se rejoignent pas, mais on peut estimer que l’ensemble de ceux‑ci couvre une surface de près de 2800 m2. Excepté pour ce qui concerne le secteur principal et le sondage VII, il est difficile de recaler avec exactitude les plans des autres sondages. Les structures de l’âge du Bronze qui apparaissent de nos jours le plus distinctement en surface sont deux tombes (t. 5 et t. 15) découvertes dans le secteur principal. Ces tombes nous permettent de recaler le plan du secteur principal. Un écart d’altitude maximum de ca 2 m sépare la tombe 5 (fig. 13) du côté nord‑est et la tombe 15 sur le côté sud‑ouest76.

Fig. 12 — Plan d’ensemble de la zone fouillée (relevé en octobre 2014, dessin L. Fadin), sondages et secteur pincipal.

Fig. 12 — Plan d’ensemble de la zone fouillée (relevé en octobre 2014, dessin L. Fadin), sondages et secteur pincipal.

Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV, XXV ; dessin L. Phialon.

Fig. 13— Tombe 5.

Fig. 13 — Tombe 5.

Cl. L. Phialon.

43Le chemin actuel passe en bordure du secteur principal, à une altitude de 142,68-143,46 m. Le recalage des plans de 1935‑1936 montre que certains vestiges se trouvaient à l’endroit de son passage, comme la construction en forme de clé d’époque byzantine. En comparaison, le bâtiment byzantin mis au jour dans le sondage VII se trouve à une altitude bien inférieure (120,45-120,84 m).

Le plan topographique de l’éperon rocheux

  • 77 Lerat, Jannoray 1936, p. 132.
  • 78 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. La carte régionale publiée dans l’ouvrage de Typalidou-Fa (...)

44Le plan topographique de l’éperon rocheux, établi en 1935‑1936 sur la base du plan de 1893, montre clairement la rupture de pente sur le côté sud. La face nord, décrite comme une « large convexité » par les fouilleurs77, n’apparaît toutefois pas bien comme telle sur le plan de 1935‑193678. En revanche, les cartes topographiques de l’armée grecque montrent que les courbes de niveau forment un relief plus accidenté sur le côté nord et nord‑ouest que ce qui apparaît sur les plans de 1893 et de 1935‑1936, établis par les chercheurs français. Ceci n’est pas un point négligeable dans notre étude. En effet, comme nous avons pu le constater sur le terrain, les pentes au relief prononcé sur les côtés ouest et nord‑ouest ne permettent pas un bon accès au site. La seule partie de l’éperon rocheux accessible sans difficulté s’étend sur son quart nord‑est.

  • 79 Lerat, Jannoray 1936, p. 131.
  • 80 On utilise sous AutoCAD les cartes de l’armée grecque établies au un cinq millièmes (1:5000, Γεωγρα (...)
  • 81 Dans Lerat, Jannoray 1936, p. 131, il est indiqué que la hauteur de l’éperon se situe à plus de 100 (...)

45Quant au point le plus haut de l’éperon, il se situe à son extrémité orientale, à « 142 mètres au‑dessus du niveau de la vallée », selon les fouilleurs79. Sur le plan de 1935‑1936, la courbe de niveau la plus élevée atteint 150 m, mais l’altitude du point le plus haut de l’éperon n’est pas indiquée. Néanmoins, sur les cartes de l’armée grecque80, le point le plus élevé de l’éperon rocheux se situe à 198,40 m, ce qui donne une différence de près de 50 m par rapport au plan de 1935‑1936. En contrebas de l’éperon, dans la vallée, l’altitude indiquée sur les cartes de l’armée grecque, à l’est du point le plus élevé de l’éperon, est de 84,10 m. Il y a donc à cet endroit, entre le point le plus élevé de l’éperon et la plaine, un peu plus de 114 m de dénivelé81. La vallée descend en direction de la plaine de Krisa. L ’altitude indiquée sur les cartes de l’armée grecque au point le plus bas de l’éperon rocheux, à son pied sud‑ouest, est de 57,27 m.

46L ’altitude la plus élevée enregistrée lors de notre mission, à l’extrémité est de l’éperon rocheux, atteint 198,7 m. Cette mesure confirme que les altitudes indiquées pour le relief du terrain sur le plan de 1935‑1936 doivent être revues, tout comme celles des vestiges bâtis. À proximité du point oriental le plus élevé et jusqu’à l’extrémité sud‑ouest du plateau se dressent encore de nos jours les vestiges d’un mur massif.

Bilan topographique : révision du plan et nouveau document graphique

47En somme, les relevés topographiques effectués sur le mur et les structures visibles en surface, menés lors de notre mission en 2014, permettent de réviser le plan de 1935‑1936, publié dans le BCH 61, et de proposer un nouveau document graphique (fig. 5).

48Les principales révisions par rapport au plan de 1935‑1936 sont les suivantes :

  1. La porte qui s’ouvre sur le côté nord du mur de fortification mycénien se trouve à 38 m à l’est de la position indiquée sur le plan de 1935‑1936.
  2. Le tracé d’une « route antique » indiquée sur le plan de 1935‑1936, sur le côté nord de l’éperon, correspond en fait à un sentier, non carrossable. Il débute près du mur de fortification, descend vers la plaine vers l’ouest, sur environ 293 mètres en plan, et se termine brusquement sur le côté de l’éperon sans mener jusqu’à la plaine.
  3. Les altitudes enregistrées lors de notre mission sont plus élevées que celles indiquées sur le plan de 1935‑1936, d’environ 53 m.
  4. Les courbes de niveau représentées sur le plan de 1935‑1936, au nord‑ouest du mur de fortification, sont inexactes. Selon le plan de l’armée grecque, le relief est plus prononcé et la dépression du terrain sur le côté ouest plus marquée.

Niveaux de construction et phases d’occupation de l’habitat

Un réexamen de la documentation et de la céramique

  • 82 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV, p. 302‑304, fig. 3 (bâtiment A), p. 304‑306, fig. 5 (bâtime (...)
  • 83 Pour une étude des bâtiments, voir Hiesel 1990, p. 73‑74, fig. 56 (ensemble F, 1er et 2nd états), p (...)
  • 84 Je remercie J. Rutter, C. Hale, I. Mathioudaki et L. Papazoglou-Manioudaki pour l’indication de par (...)

49En ce qui concerne les vestiges architecturaux de l’habitat, c’est leur datation plus que leur position topographique qui retiendra notre attention. Comme l’établissent les fouilleurs, l’habitat de Krisa comprend quatre niveaux architecturaux de l’âge du Bronze : les trois premiers états correspondent à des niveaux de construction bien distincts dans le secteur principal, alors que les constructions du quatrième état sont le plus souvent juxtaposées à celles du précédent ; les deux premiers états sont attribués respectivement à l’HM II et à l’HM III, le troisième à l’HR I‑II, le quatrième à l’HR III82. Un réexamen approfondi de la céramique trouvée en contexte est indispensable pour préciser la durée d’occupation des bâtiments83, revoir leur place dans la séquence chronologique, et dater les tombes84. Jusqu’à présent, la phase de l’HR I n’avait guère été reconnue par les différents chercheurs qui s’étaient penchés sur la datation des niveaux de construction ; notre étude permet de démontrer plus loin que certains bâtiments du premier état ont été occupés durant cette phase.

  • 85 La table de concordance établie par les fouilleurs pour les vases céramiques, qui étaient alors con (...)
  • 86 Lors de mon étude de matériel céramique en  2014 (22 au 30 avril, 7 mai), j’ai examiné 66 vases inv (...)
  • 87 Mon examen céramique au musée de Delphes a porté sur 13 fragments, dont 11 sont publiés (voir Janno (...)
  • 88 Mountjoy 1999, p. 752, no 33, fig. 290, p. 768, no 122, fig. 300, p. 773, nos 164, 169, fig. 302, p (...)
  • 89 Trois autres vases, qui proviennent des tombes à chambre mycéniennes situées au nord de l’éperon ro (...)

50De plus, le réexamen du corpus céramique dans son ensemble, à savoir près de 100 vases inventoriés lors des anciennes fouilles françaises (voir annexe 1)85, devrait permettre de mieux estimer l’importance des phases d’occupation représentées dans l’habitat. Lorsque les vases ont été examinés dans les musées de Delphes ou d’Amphissa, les numéros d’inventaire apparaissent dans le texte en gras et renvoient au catalogue en fin d’article86. Outre la céramique inventoriée, 68 fragments céramiques ont été illustrés, c’est‑à‑dire dessinés ou photographiés, dans le BCH 6287. De plus, onze autres fragments assignés à Krisa n’ont été publiés qu’en 1999 par P. Mountjoy (annexe 2)88. L ’état fragmentaire de cette céramique laisse supposer que ce matériel provient de l’habitat et non pas du groupe de tombes fouillées par l’Éphorie de Delphes au nord de l’éperon rocheux89.

  • 90 Pour les structures α et β en forme de π, dans le bâtiment A, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p (...)
  • 91 Pour des petits objets, outils divers et figurines en terre cuite inclus, voir Jannoray, Van Effent (...)

51Cette nouvelle étude céramique conduit également à préciser quelles sont les formes céramiques les plus courantes à Krisa par phase chronologique, afin de mieux comprendre la nature des activités qui ont pu se dérouler dans l’habitat. On rappellera que de nombreux aspects de la vie quotidienne demeurent inconnus. L ’habitat de Krisa devait certes abriter des espaces de travail et de production, et la préparation de nourriture se faire autour de foyers à l’intérieur des maisons, à l’HM comme à l’HR, ou en dehors de celles‑ci à l’HM90, mais on ignore quels contextes ont livré la plupart des outils (haches en pierre, de poinçons en pierre et en os, de poids et des fusaïoles91).

  • 92 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 110 (« Près de soixante mille tessons ont été réunis et examinés  (...)
  • 93 Pour les dessins (24 vases, cinq fragments), mon étude a bénéficié de la collaboration de Birgit Ko (...)

52On s’intéressera également aux caractères techniques des céramiques découvertes dans l’habitat, afin de mieux définir les traits d’une production régionale et de relever de possibles céramiques importées sur le site. Néanmoins, nous sommes bien loin des « près de soixante mille tessons » mentionnés par les fouilleurs92. Il faut donc garder à l’esprit que l’étude présente est fondée sur une proportion très faible du matériel mis au jour lors des fouilles93.

Une mise à jour des résultats obtenus jusqu’à présent

  • 94 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111.
  • 95 Skorda 1992, p. 44.
  • 96 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 118‑119, fig. 9. Un des fragments est illustré dans Dor et al. 19 (...)

53L ’établissement sur l’éperon remonte vraisemblablement à une phase avancée de l’HM, notamment en raison de l’absence de céramique caractéristique du début de la période, tel le Minyen noir94. D’avis général, l’habitat a été fondé au cours de l’HM95. On notera toutefois les traces possibles d’une première fréquentation au Bronze Ancien, si l’on en juge par la découverte de trois fragments appartenant probablement au même vase, une « poêle à frire » du CA II, mais l’hypothèse d’une acquisition plus tardive d’un vase ancien ne peut pas être écartée96.

  • 97 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 301, voir aussi p. 315, n. 1.
  • 98 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 1. Il est également rapporté qu’une couche d’argile brûlé (...)
  • 99 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 125.
  • 100 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 301, 315.
  • 101 Krisa : distances, mais aucune altitude, indiquées sur les plans réalisés au crayon gris (documents (...)

54Les constructions mésohelladiques et mycéniennes se succèdent de manière inégale sur l’ensemble des secteurs fouillés. L ’horizon mésohelladique semble avoir été détruit par incendie, comme le suggère la présence d’une couche de cendre qui recouvrait les constructions HM en maints endroits97. Lorsque les niveaux sont clairement distincts, une différence de 0,3 à 0,4 m est constatée entre le sol HM et le sol HR. Une couche de terre d’une dizaine de centimètres s’étendait entre les cendres qui recouvraient l’état HM et les fondations mycéniennes de l’ensemble G98. Un niveau de constructions intermédiaire entre l’HM et l’HR III n’est préservé, selon les fouilleurs, qu’à de rares endroits99. Par conséquent, les fouilleurs soutiennent un abandon partiel et de courte durée entre la phase d’occupation mésohelladique et la phase mycénienne100. Cependant, cette observation devrait être argumentée par une étude de la céramique. En outre, aucune coupe stratigraphique n’a été publiée par les fouilleurs, et ne peut être reconstituée, à l’image de ce qui a été proposé pour Orchomène101.

  • 102 Buck 1964, p. 282 (« the site was settled near the end of M.H. I »).
  • 103 Hope Simpson, Dickinson 1979, p. 257, G 56 (« two are attributable to late MH »).
  • 104 Mountjoy 1999, p. 742.
  • 105 Phialon 2011, p. 44‑45, 90, 95, 100.

55Selon R. Buck, la fondation de Krisa remonte à la fin de l’HM I102. En revanche, R. Hope Simpson et O. Dickinson assignent les deux premiers niveaux à l’HM III, le troisième à l’HR III A1 et le quatrième à l’HR III B103. Ces datations sont suivies par P. Mountjoy104. Dans mon étude de 2011, je suggère pour ma part de faire remonter l’occupation du site à l’HM II, n’exclus pas que le troisième niveau ait pu être occupé dès l’HR II B, et souligne qu’aucune construction ne peut être datée de l’HR II A105.

  • 106 Hope Simpson, Dickinson 1979, p. 257, G 56. Même information dans Hope Simpson 1981, p. 77, C 51. P (...)
  • 107 Mountjoy 1999, p. 748, no 11, p. 750, no 13 (voir Dor et al. 1960, pl. XXXIVb et h), p. 748, nos 3, (...)
  • 108 Desborough 1964, p. 125.
  • 109 Mountjoy 1999, p. 742.

56Néanmoins, R. Hope Simpson et O. Dickinson n’excluent pas que le site ait pu être occupé de manière continue de l’HM à l’HR III B106, tandis que P. Mountjoy identifie de la céramique de l’HR II B107, en plus de celle de l’HR III. La date proposée dès 1964 par V.R. d’A. Desborough pour la destruction de l’habitat (HR III B) est communément admise108, mais le site n’était pas tout à fait abandonné durant l’HR III C, comme l’atteste la découverte de céramique de cette phase109.

  • 110 Pour des structures qui n’apparaissent pas dans le tableau : 1) bâtiment absidal (secteur III, « HM (...)
  • 111 On dénombre un total de 27 tombes à ciste (16 dans le secteur principal, sept dans le secteur I, qu (...)

57Se fondant sur la céramique inventoriée retrouvée en contexte, on peut proposer un nouvel examen de la durée d’occupation des bâtiments que l’on replacera dans une séquence chronologique mise à jour de la manière suivante (fig. 14)110. On peut y ajouter les tombes qui ont livré du mobilier céramique et dont la position stratigraphique par rapport aux bâtiments est précisée par les fouilleurs111. Les raisons de cette révision sont expliquées en détail dans les paragraphes suivants.

Fig. 14Durée d’occupation des bâtiments et phases chronologiques.

Fig. 14 — Durée d’occupation des bâtiments et phases chronologiques.

lettre en majuscule = bâtiment ;
t. = tombe ;
en gras = avec céramique inventoriée en contexte.

Les contextes et le mobilier datables de l’Helladique Moyen et de l’Helladique Récent I

Secteur principal : les bâtiments du premier niveau (bâtiments A et D)

58Quatre bâtiments et des tombes sont assignés par les fouilleurs à l’horizon mésohelladique (fig. 15). Douze vases céramiques leur sont associés (fig. 16), dont les datations doivent être revues. Cette révision soulève des interrogations sur la durée d’occupation des bâtiments ainsi que sur la séquence stratigraphique décrite par les fouilleurs, comme on le verra dans le cas du bâtiment B.

Fig. 15 — Secteur principal, constructions et tombes des deux premières phases, HM‑HR I.

Fig. 15 — Secteur principal, constructions et tombes des deux premières phases, HM‑HR I.

Archives EFA, Krisa, 900‑001 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV.

Fig. 16 — Secteur principal, céramique en contexte de l’HM et de l’HR I.

Fig. 16 — Secteur principal, céramique en contexte de l’HM et de l’HR I.

Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon, E. Velli.

  • 112 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308.
  • 113 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306, fig. 7.
  • 114 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 302, fig. 3, p. 304, fig. 5.
  • 115 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304, fig. 5.

59Les fouilleurs attribuent les bâtiments A et B du secteur principal au premier niveau (« HM II ») et le bâtiment C au second (« HM III »)112. Le bâtiment D, hachuré sur l’un des plans113, comme le sont les bâtiments A et B sur d’autres plans114, doit également appartenir au premier niveau. Les tombes 8, 10, 11 et 13, mises au jour dans l’habitat, sont clairement assignées au premier niveau, les tombes 9 et 12 au second115.

  • 116 Mes remerciements à E. Velli pour m’avoir transmis son dessin et celui du vase inv. 6149. Parallèle (...)
  • 117 Pevkakia (Phase 6 früh) : Maran 1992a, p. 89, pl. 69.10 (Napf, exemple cannelé sur l’épaule). Les c (...)

60Deux vases (inv. 6150, 6147) proviennent du bâtiment A, dont l’un correspond à un gobelet minyen gris à pied cannelé (inv. 6150). Ce vase trouve des parallèles dans le niveau 7 de Mitrou (HM II‑III), en raison notamment de la cannelure sur le bas de la panse. Les traits de ce gobelet, comme le bord évasé à lèvre épaissie en bourrelet rond et la largeur des anses, sont plutôt caractéristiques de la fin de l’HM II que de l’HM III116. De même, l’autre vase inventorié qui provient du bâtiment A, un petit vase caréné (inv. 6147), trouve des parallèles tout au long de l’HM117. Doit‑on les considérer comme les éléments d’un même dépôt et donc dater le bâtiment au plus tard de l’HM III, ou estimer que ce dernier a pu être occupé de la fin de l’HM II à l’HM III ? Je n’exclurai pas cette dernière option.

  • 118 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308.
  • 119 Kirrha : Dor et al. 1960, p. 135, no 59, inv. 6245, pl. XLVIII, no 60, inv. 6247, pl. LI. Tsoungiza (...)
  • 120 Parallèle pour la louche inv. 6143 : Rutter 2015, p. 214, fig. 3, no 7 (dipper), pour le dépôt, voi (...)
  • 121 Goldman 1931, p. 138‑139, fig. 187, no 3 ; Maran 1992a, pl. 89.5, Beil. 15.16 (Phase 6 Mitte).

61En ce qui concerne le bâtiment D, sa datation doit être revue. Quatre vases y ont été mis au jour (inv. 6096, 6142, 6143, 6149)118. La tasse à anse de panier (inv. 6142) peut être assignée au début de l’HR I, si l’on se réfère à des parallèles de Tsoungiza et si l’on suppose que les exemplaires à peinture mate polychrome HM III B de Kirrha leur sont contemporains119. De même, des exemples proches des deux vases lissés non peints (inv. 6096, 6143) se trouvent parmi la céramique du début de l’HR I à Tsoungiza120. Bien que le canthare minyen gris (inv. 6149) puisse être plus ancien que l’HR I121, on considérera l’ensemble de vases à boire-vaisselle de table comme un même dépôt.

  • 122 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 307. Les pithoi ou jarres, partiellement enterrées, reposaient in (...)
  • 123 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308. Néanmoins, dans la RA (Lerat, Jannoray 1936, p. 140, fig. 7) (...)

62En outre, huit pithoi ou jarres et un bothros ont été découverts dans le bâtiment D, qui n’est constitué que d’une seule pièce principale122. Il est également rapporté qu’un sceau en pierre mis au jour auprès des pithoi a dû servir à les cacheter123. Le bâtiment D a manifestement servi en premier lieu d’espace de stockage. De la vaisselle à boire y a également retrouvée, peut‑être entreposée là, mais on ne peut pas exclure que ce dépôt se soit fait dans un deuxième temps.

Secteur principal : le bâtiment B, les tombes 10 et 11

  • 124 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304‑305, fig. 5, p. 312‑313.
  • 125 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 124, no 24, pl. XXII.5, no 25, pl. XXII.7.
  • 126 Kirrha, tombe 9 : Dor et al. 1960, p. 117, 136, no 66, pl. LI. Pour des amphorisques d’Argolide (HM (...)
  • 127 Mitrou : amphorisques découvertes dans des tombes, HR I (C. Hale, S. Vitale, communication personne (...)
  • 128 Pour une tradition locale mésohelladique qui perdure durant les premières phases de l’HR des deux c (...)

63Dans la partie centrale du secteur principal, selon les fouilleurs, deux tombes (10 et 11) appartiennent au premier niveau (HM II)124. Chacune des tombes contenait un vase. Il s’agit de deux amphorisques à peinture mate (inv. 6100, 6105), dont la datation doit être revue125. Les exemples les plus proches de ces deux vases sont un amphorisque à pied conique de Kirrha (inv. 6289), retrouvé dans une tombe assignée à l’HM III B par L. Dor et ses collaborateurs126, des amphorisques à fond plat provenant de sites argiens, que S. Dietz attribue aux phases HM III B à HR I B, et d’autres de Grèce centrale127. En termes chronologiques, on admettra que la phase HM III B recoupe, du moins en partie, la phase HR I128.

  • 129 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 305. Les fouilleurs, à la même page, rapportent aussi que les tom (...)
  • 130 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304, fig. 5.

64Si l’on date les tombes 10 et 11 de la transition HM III‑HR I, tout en suivant les indications stratigraphiques des fouilleurs, qui rapportent que le sol des pièces du bâtiment B recouvrait ces tombes129, on devrait également revoir la datation du bâtiment B, qui ne serait alors pas occupé à l’HM II mais à l’HR I. Malheureusement, aucune céramique inventoriée ne peut être associée à ce bâtiment. Le même constat vaut pour le bâtiment C qui est plus récent que le bâtiment  B et représente le seul édifice assigné dans les années trente au second niveau mésohelladique130.

  • 131 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306. Voir aussi Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 112, n. 3. Pour (...)

65Les fouilleurs rapportent aussi que « la céramique recueillie au niveau des constructions B comprenait surtout du minyen gris et de la peinture mate, tandis que la maison C, plus récente, a plutôt donné du minyen jaune »131. Néanmoins, on s’attendrait à trouver dans une couche de l’HR I une plus grande quantité de céramiques lissées claires que de céramiques foncées. Le bâtiment B pourrait avoir été occupé avant l’HR I, mais probablement pas depuis l’HM II. La datation du bâtiment B flotte donc entre l’HM III et l’HR I. En outre, le bâtiment C, qui a été assigné à l’HM III par les fouilleurs, ne peut désormais plus être daté de cette phase, mais devait être occupé à l’HR I. La datation du bâtiment C pourrait valoir pour l’ensemble du deuxième niveau de construction, étant donné qu’aucun autre bâtiment n’est attribué à ce niveau.

Secteur principal : autres tombes

  • 132 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 303.
  • 133 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312.
  • 134 Seules les tombes dites » d’adultes », à savoir les plus grandes, contiendraient des offrandes funé (...)
  • 135 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 311.
  • 136 Lerat, Jannoray 1936, p. 142 (= t. 5). Dans les archives de l’EfA (PHO‑LO 2‑C2), L. Lerat note que (...)
  • 137 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 309.

66Certaines tombes dépassaient du niveau des sols HM, comme il est rapporté dans le cas du bâtiment A132. D’autres tombes, telle la tombe 1, qui a livré un amphorisque de l’HR I (inv. 6026)133, se trouve en marge des habitations. Quelques tombes sont pourvues de mobilier, le plus souvent céramique (t. 1, t. 10 et 11, t. 15 et sans doute t. 14, t. 27)134. Rares sont les autres catégories de matériel découvertes dans les tombes de l’habitat de Krisa : un fil en or dans la tombe 3135 ; une plaque en bronze dans la tombe 27136, que l’on re‑datera plus loin de l’HR II B ; des fragments de pâte vitreuse bleuâtre (sans doute des restes de perles) et des éléments de collier en os associés à la sépulture 28137.

  • 138 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 314.
  • 139 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312. Selon, les fouilleurs, le vase ne se trouvait peut‑être pas (...)
  • 140 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 1.

67La tombe 15, découverte dans le bâtiment A, appartient manifestement au deuxième niveau de construction, puisqu’elle est dite dépasser le niveau des sols des constructions voisines assignées par les fouilleurs au premier niveau138. Son mobilier se compose de trois vases (inv. 6097, 6102, 6137). De même, la tombe 14, à laquelle il faut peut‑être rapporter un vase (inv. 6136), dépasse du niveau des sols environnants139. Une partie de la tombe se trouvait sous une couche d’argile brûlée, elle‑même recouverte d’une couche de cailloux et de terre, sous un mur mycénien140. Ces quatre vases (inv. 6097, 6102, 6137, et inv. 6136) sont de pâte semi-grossière et difficiles à dater sur des critères stylistiques. Le fait que les tombes soient associées au deuxième niveau de construction conduit à les dater de l’HR I. On rappellera que le bâtiment A a vraisemblablement été occupé jusqu’à l’HM III et que le deuxième niveau est désormais attribué à l’HR I sur la base du bâtiment C.

Secteur I : l’ensemble E, 1er état

  • 141 Ensemble E : Lerat, Jannoray 1936, p. 138‑139 (pièce a), 139‑140 (partie N‑O) ; Jannoray, Van Effen (...)
  • 142 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3, où est corrigée la datation HA indiquée dans Lerat, Ja (...)
  • 143 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316, fig. 15.
  • 144 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315.
  • 145 Phialon 2011, p. 90.

68Dans le secteur I141, la pièce a de l’ensemble E a fourni de la céramique de la fin de l’HM ou même du début de l’HR, dont une grande jarre et un grand pithos (inv. 6013), qui appartiennent, selon les fouilleurs, au » Minyen jaune finissant »142. Les fouilleurs datent la construction de la pièce a de la période de transition entre l’HM et l’HR. Cependant, en plan, la pièce a de l’ensemble E est signalée par les fouilleurs comme appartenant à la phase HR I‑II143. Les fouilleurs rapportent encore que la céramique découverte au niveau des murs est principalement datée de la fin de l’HM ou du début de l’HR144, ce qui fournirait donc un indice en faveur d’une occupation de l’espace bâti allant probablement jusqu’à l’HR I145. Par conséquent, il faut sans doute rattacher le premier état de l’ensemble E à l’horizon considéré comme mésohelladique par les fouilleurs.

Les céramiques grossière et semi-grossière

  • 146 Jannoray, Van Effenterre 1938 : céramique mésohelladique (p. 111‑125), céramique helladique récente (...)
  • 147 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114‑118 ; les fragments de céramique incisée de la figure 8 peuve (...)

69Les fouilleurs ont attribué les vases en pâte grossière et semi-grossière sans décor peint à l’HM, mais certains vases pourraient être antérieurs ou postérieurs à cette période146. Pour eux, il s’agit de céramique dite » vulgaire », à savoir treize vases de formes diverses, deux pithoi et des fragments de céramique incisée, datant du CA II147.

La céramique grossière (pithoi, amphore)

  • 148 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116‑117, no 18, fig. 6.
  • 149 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306‑308, fig. 7‑9. Pour le pithos inv. 6013, voir Jannoray, Van E (...)
  • 150 Dor et al. 1960, p. 58, 127, nos 15 à 17, pl. XXXVI à XXXVIII ; p. 119, 131, no 39, pl. XLVII. Le d (...)

70La céramique grossière est représentée par deux pithoi (inv. 6013, 6155) et une amphore (inv. 6140). Les dégraissants de diverse nature comprennent essentiellement des inclusions minérales et, parfois, de la chamotte, qui peuvent atteindre 0,5‑0,6 cm. On rangera la grande amphore ou pithos inv. 6311 parmi la céramique grossière148. Ces jarres de stockage sont massives. Le pithos inv. 6013 mesure plus d’1 mètre de hauteur. Leur nombre était certainement plus élevé que les trois exemplaires inventoriés, puisque le bâtiment D en abritait déjà huit149, ce qui représente un espace de stockage important entre l’HM II et l’HR I. En comparaison, à Kirrha, les jarres en céramique grossière et pithoi proviennent des niveaux HM I a et HM II150, plus ancien et peut‑être contemporain au bâtiment D. Quant à l’amphore inv. 6140, plus petite (34 cm) et brûlée par endroits, elle pourrait avoir servi de récipient de cuisson.

La céramique semi-grossière

  • 151 Au musée, ce vase porte à tort le numéro 6115.
  • 152 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114.

71L ’examen de huit vases (inv. 6022, 6099, 6101, 6117151, 6120 ; contexte funéraire : inv. 6097, 6136, 6137) montre que la céramique semi-grossière comprend des dégraissants de toutes sortes, allant de 0,3 à 0,5 cm pour les plus grands. La pâte est brune, souvent de ton rouge, plus rarement grise. Les fouilleurs précisent, à juste titre, que les dégraissants sont souvent des fragments de pierres, que les parois sont épaisses, la surface polie à la brosse et que des taches noirâtres ont été produites par des coups de feu152, un trait caractéristique de la céramique culinaire (cooking pottery). De plus, on remarquera la présence de quelques paillettes dorées dans la pâte de trois d’entre eux (inv. 6099, 6101, 6117), comme c’est le cas pour certains vases à pâte semi-fine (inv. 6014, 6096, 6113).

  • 153 Tasses inv. 6102 et 6103 semblables au vase inv. 6097, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, (...)
  • 154 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116, no 15, pl. XXI.6. Pour un parallèle moins élancé, voir Valmi (...)
  • 155 Touchais 1981, p. 188‑189, fig. 45, nos 14‑15 (tasses), nos 12, 13 (cruches).

72Outre la petite amphore inv. 6022 et la petite jarre inv. 6120, la céramique semi-grossière comprend plusieurs tasses (inv. 6097, 6099, 6101, 6102, 6103, 6117)153. Trois d’entre elles (inv. 6097, 6102, 6136) proviennent de tombes ; les autres ont dû être utilisées en contexte domestique. Néanmoins, la tasse à fond pointu inv. 6101 découverte dans l’ensemble F, occupé principalement à l’HR III A1, doit sans doute être considérée comme une intrusion. Enfin, la céramique semi-grossière compte encore une cruche à anse verticale surélevée (inv. 6126)154. Des parallèles pour des tasses et des cruches sont fournis par la céramique de Koumoula, en Phocide155.

Les céramiques lissées, dites minyennes

  • 156 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 2, fig. 1.
  • 157 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 1, pl. XX. Ce vase à anse horizontale tubulaire pourrait (...)

73Outre deux exemples difficile à classer – un bol sans anse (inv. 6112), à pâte dite grossière gris foncé, que sa forme et son engobe rouge lustré apparentent au minyen rouge de Grèce continentale156, ainsi qu’une grande cuvette (inv. 6127) à engobe rouge-orangé à pâte semi-grossière157 –, les deux classes de céramiques lissées principales sont celles à pâte grise et à pâte claire.

La céramique lissée à pâte grise (Minyen gris)

  • 158 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113‑114.
  • 159 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113 : les « coupes à pied annelé » équivalent aux gobelets à haut (...)

74Il est rapporté que le minyen gris a été trouvé en abondance à Krisa, mais seuls six vases en minyen gris sont inventoriés et décrits dans le BCH 62 (inv. 6027, 6098, 6147, 6149, 6150, 6154)158. D’après les tessons recueillis, les gobelets à haut pied cannelé et les canthares sont les deux types les plus courants159, mais seuls un gobelet à haut pied (inv. 6150) et trois canthares (inv. 6027, 6098 et 6149) font partie du catalogue céramique publié en 1938. Les deux autres vases sont une tasse à anse surélevée (inv. 6154) et une possible amphorisque caréné miniature (inv. 6147).

  • 160 Pour un parallèle en céramique lissée noire de Pevkakia (phase 7), qui se rapprocherait davantage d (...)

75Le canthare inv. 6149, très peu profond, se rapproche davantage de la céramique de l’HM II‑III que de l’HR I, mais son dépôt remonte vraisemblablement à l’HR I160. Plusieurs parallèles proviennent d’Orchomène. On peut supposer que cette céramique a été importée à Krisa, mais seuls les résultats d’analyses pétrographiques pourraient nous renseigner davantage à ce sujet. Trois de ces vases (inv. 6027, 6098, 6154) sont clairement faits d’une pâte fine et grise, à inclusions blanches très fines ; la pâte d’un quatrième vase (inv. 6147) est un tout petit peu moins fine. L ’engobe, dans le cas où le vase en est bien recouvert (inv. 6098), est également gris.

La céramique lissée à pâte claire (« Minyen jaune »)

  • 161 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119 : « comme la terre elle‑même, cet engobe est très clair, jaun (...)
  • 162 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119‑120. On rappellera que les vases inv. 6096 et 6143 ont été dé (...)
  • 163 Parallèle de Tsoungiza D242 (J. Rutter, communication personnelle) ; supra n. 120. Pour une pâte se (...)

76La couleur de la céramique lissée et engobée, identifiée comme du minyen jaune par les fouilleurs varie du jaune à l’orangé161, en passant par les tons beiges. Trois vases, à savoir un canthare, une tasse à anse surélevée (ou louche) et un cratère (inv. 6096, 6143, 6141), ainsi que la partie supérieure d’une amphore, font partie de la céramique décrite comme minyen jaune162. Le canthare inv. 6096, à la surface lissée, est de pâte et d’engobe beige, mais comprend des dégraissants variés et de formes diverses163. En revanche, la pâte beige rosé de la tasse inv. 6143, recouverte d’engobe beige, est nettement plus fine.

  • 164 Pour une forme proche (minyen gris), voir Sarri 2010, p. 242, no 8, pl. 4 ; pour un canthare minyen (...)
  • 165 Vases à boire décrits comme « gobelets à anses surélevées », voir Dor et al. 1960, p. 126, nos 10 à (...)
  • 166 Dor et al. 1960, p. 128, no 19, inv. 6267, pl. XXXIX.
  • 167 Le vase d’Eutrésis (1er niveau), dont le bord est plus élevé que celui de Krisa, est probablement p (...)
  • 168 Rutter 2015, p. 214, fig. 3. Pour le contexte, supra n. 120.

77Les parallèles les plus proches pour le canthare (inv. 6096) ont été découverts à Orchomène164. Les canthares de Kirrha, de pâte grise ou noirâtre, assignés à la phase HM I a165 sont plus anciens. De même, la tasse/louche, de pâte gris foncé, attribuée à l’HM I b166, est elle aussi certainement plus ancienne que celle de Krisa (inv. 6143)167. Ce sont toutefois des parallèles de Tsoungiza qui nous conduisent à dater le dépôt de Krisa qui comprend ces vases de l’HR I168.

  • 169 Pour la variété des pâtes et des classes regroupées sous la désignation de minyen, voir Maran 1992a (...)
  • 170 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119, n. 2 ; voir Goldman 1931, p. 166, fig. 233 (minyen jaune, 2e(...)
  • 171 Dor et al. 1960, p. 132, no 45, inv. 6290, pl. XLIV. Une version différente de cratère à quatre ans (...)
  • 172 Goldman 1931, p. 164, fig. 230, no 1 (2e ou 3e niveau HM), cité dans Jannoray, Van Effenterre 1938, (...)

78Alors que le minyen gris de Krisa paraît homogène169, le minyen jaune regroupe manifestement différentes productions sur ce site. Le nombre de vases examiné est toutefois trop limité pour permettre des rapprochements entre groupes de céramiques lissées mésohelladiques. On ajoutera à cet inventaire deux vases certainement produits en Grèce centrale : un cratère à quatre anses horizontales (inv. 6141), dont les plus proches exemples, à Eutrésis, Drachmani170 et Kirrha171, et un col d’amphore, dont le parallèle le plus proche est le col d’une cruche découverte à Eutrésis172.

La céramique semi-fine sans décor

  • 173 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127‑128. Au musée, le vase publié comme inv. 6113 porte à tort le (...)

79Sous la période dite » prémycénienne » sont décrites des cruches à pâte semi-fine, non peintes (inv. 6014, 6015, 6106, 6113)173. La pâte de ces cruches comprend des inclusions fines blanches, avec parfois des quelques paillettes dorées et vacuoles (inv. 6014, 6113) ou d’autres inclusions noires ou grises (0,2-0,3 cm). Leur surface est égalisée. Dans le cas de la cruche inv. 6014, la présence de chamotte la rapproche des exemples de céramique semi-grossière, et les traces d’engobe beige, sur son côté non brûlé, du canthare inv. 6096.

80En raison de ces inclusions mais aussi de sa forme à col bas et large embouchure, la cruche inv. 6014 se distingue des autres cruches à col plus haut et plus étroit. Cette cruche de forme très simple pourrait se rapporter au type mycénien FS 112, mais la pâte n’est pas assez fine pour correspondre à cette classe céramique. La même observation vaut pour les autres cruches, qui se rapprochent respectivement du type FS 113 (inv. 6015) ou du type FS 118 (inv. 6106), sans leur correspondre pleinement. La cruche globulaire inv. 6113 s’écarte des types de formes établis pour la céramique mycénienne.

La céramique à peinture mate

  • 174 Les vases inventoriés sont considérés comme « Minyen jaune à peinture mate », voir Jannoray, Van Ef (...)
  • 175 Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13, nos 13 et 17 (cratères, bord plat épais ; bord recourbé, de (...)

81Quatre vases inventoriés (inv. 6026, 6100, 6105, 6142), dont l’importance pour la datation des bâtiments et des tombes a déjà été soulignée, ainsi que de nombreux fragments font partie de la céramique à peinture mate illustrée dans le BCH 62 (voir Catalogue, complément)174. La plupart des fragments sont des fragments de panse, mais cinq d’entre eux correspondent à des bords de vases ouverts (cratères, possibles gobelets)175.

  • 176 Pour les tombes 10 et 11, supra n. 129. Pour la tombe 1, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312 (...)
  • 177 Dietz 1991, p. 195‑198 : exemples provenant de tombes d’Argolide.
  • 178 Rutter 2015, p. 212‑213, D35, D195, fig. 2. Pour des exemples d’Argolide provenant de tombes et dat (...)
  • 179 Dor et al. 1960, p. 80, 117, 135, no 59, inv. 6245, pl. XLVIII, p. 119, 135, no 60 a, inv. 6247, pl (...)
  • 180 Dor et al. 1960, p. 124, 135, no 59b, inv. 6468.
  • 181 Dor et al. 1960, p. 117, 135, no 60b et c. On notera que ces deux vases ont été découverts dans la (...)

82En ce qui concerne les amphorisques à peinture mate (inv. 6026, 6100, 6105), qui proviennent tous de tombes176, on renverra à des parallèles datés de l’HM III b et de l’HR I177. La présence d’un engobe clair est observée sur le vase inv. 6026. La tasse à anse de panier (inv. 6142), au décor mat noir, est une forme que l’on trouve également en céramique semi-grossière et non décorée (inv. 6117). Cette forme est représentée parmi la céramique de l’HR I mise au jour dans l’habitat de Tsoungiza178. Pour des parallèles assignés à la phase HM III b, on se reportera à deux tasses à anse de panier et à décor mat bichrome de Kirrha179. Ces deux tasses ainsi qu’une troisième, également de Kirrha180, sont ornées de motifs assimilés à des dauphins. Elles proviennent de tombes, tout comme deux autres tasses non décorées de Kirrha181.

  • 182 Dor et al. 1960, p. 73, pl. XXXIIIa à d, f.
  • 183 Pavúk, Horejs 2012, p. 74, 76, fig. 8, no 13. Pour le cratère, voir Sarri 2010, p. 328, no 2, pl. 3 (...)
  • 184 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 123, fig. 13.17.
  • 185 Peinture mate sur fond clair, désigné comme « Minyen jaune à peinture mate », voir Jannoray, Van Ef (...)

83Le motif de dauphin stylisé paraît très apprécié à Kirrha ; il orne quatre autres fragments céramiques découverts sur ce site182, et se rencontre aussi sur d’autres formes de vases, comme un petit cratère d’Orchomène, qui remonte probablement au début de l’HR183. C’est peut‑être aussi une partie de dauphin stylisé qui est préservée sur un fragment de bord découvert à Krisa184, ou peut‑être un être fantastique, comme c’est le cas pour deux autres fragments185. On peut certainement y voir les traces d’une production régionale phocidienne.

  • 186 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122, fig. 13.1 à 3, 6, 8, 10, 13, 17.
  • 187 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122 (« et les potiers s’essaieront même à la polychromie »), fig. (...)
  • 188 Tessons classés sous « minyen gris à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 120, f (...)
  • 189 Tessons classés sous « céramique vulgaire à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. (...)

84L ’examen de huit fragments à peinture mate montre que le décor est de couleur brune à nuances variées186. Cette variation de brun, incluant des tons orange et rouge, conduit à considérer trois de ces huit fragments comme bichromes187. Quant à la pâte de ces fragments, elle varie principalement entre le beige orangé (5YR 6/6 et 6/8, reddish yellow), le beige mauve ou rosé (2.5YR 6/4, 5YR 6/3 et 6/4, 5YR 7/3 et 7/4, light reddish brown, pink), et le rose orangé (2.5YR 6/6, light red). Le brun foncé est également la couleur des motifs peints sur deux fragments dont la pâte, selon les fouilleurs, devrait être plus foncée que les précédents188, ce qui n’est pas le cas pour le premier possédant une pâte plutôt claire, beige rosée. De plus, d’autres fragments, eux aussi à peinture mate brune, devaient avoir une pâte plus grossière, mais l’examen de deux d’entre eux montre que la pâte est semi-fine189.

  • 190 Pour les tessons suivants, en particulier (Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 11.1, fig. 13.1), vo (...)

85Les parallèles les plus proches pour les fragments à peinture mate de Krisa proviennent de Kirrha190, là où ils ont sans doute été produits à l’HR I. Ces parallèles peuvent être interprétés comme la preuve de contacts bien établis entre les deux sites à cette phase. De tels contacts sont plus difficiles à détecter par l’étude du matériel céramique datable d’avant la phase HM III b-HR I. On se rapportera aux céramiques lissées examinées plus haut, et non à la céramique à peinture mate. Nous reviendrons plus loin sur les contacts entre Krisa et Kirrha.

Les contextes et le mobilier datables de l’Helladique Récent II‑III

Secteur principal : les ensembles F et G

  • 191 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 2, voir aussi plan de l’enemble F, p. 317, fig. 16.

86Le secteur principal est l’endroit où les deux niveaux de l’HR se distinguent le mieux. Dans la partie centre‑est du secteur, l’ensemble G est constitué de deux niveaux de construction superposés. En revanche, dans la partie occidentale du secteur, les pièces nord de l’ensemble F, construites lors de la seconde phase, jouxtent les pièces sud de cet édifice (fig. 17)191.

Fig. 17Secteur principal, constructions des deux dernières phases, HR(II‑)III.

Fig. 17 — Secteur principal, constructions des deux dernières phases, HR(II‑)III.

Archives EFA, Krisa, 900‑001 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV.

  • 192 Terrasse ou passage, long de 13 m et large de 2 m, d’après le plan, Jannoray, Van Effenterre 1937 p (...)

87Plus nombreux que ceux de l’horizon mésohelladique, 21 vases restaurés proviennent de deux bâtiments ainsi que du passage situé au milieu du secteur, sans doute hors d’usage à ce moment192. L ’ensemble F correspond assurément au bâtiment le mieux documenté, puisqu’il compte 11 vases associés à son premier état et 8 vases à son second état (fig. 18 et 19).

Fig. 18Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 3).

Fig. 18 — Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 3).

Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon, G. Touchais.

Fig. 19Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 4).

Fig. 19 — Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 4).

Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon.

  • 193 Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744.
  • 194 Selon les fouilleurs, quatre vases inventoriés et de nombreux tessons portent un décor de « flammes (...)
  • 195 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322 ; Mountjoy 1999, p. 752, no 30, fig. 290.
  • 196 Pour trois de ces vases (inv. 6082, 6086, 6133), voir Mountjoy 1999, p. 750‑752, nos 26, 34, 35, fi (...)

88Les fouilleurs rapportent que de la céramique à décor de « flammes » provient de l’ensemble F, un motif caractéristique de la phase HR III A1 (FM 19)193. Un gobelet, un cratère et une hydrie décorés de ce motif sont associés au premier état de l’ensemble F (inv. 6087, 6082, 6133), tout comme deux autres vases à boire de l’HR III A1 ornés toutefois de motifs différents (inv. 6086, 6151)194. Ces vases ainsi qu’un second gobelet orné de motifs de flammes (inv. 6081), cette fois‑ci trouvé dans l’ensemble G195, confirment que le premier niveau HR remonte bien à l’HR III A1196.

  • 197 Ensemble F, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318. Pour le vase, voir Jannoray, Van Effenterre(...)
  • 198 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 (inv. 6132, pièce g), p. 319 (inv. 6130, pièce h, « en profon (...)

89Néanmoins, l’ensemble F était peut‑être déjà occupé à l’HR II B, en raison de la découverte d’un « biberon » (inv. 6104) qui pourrait remonter à cette phase197. De plus, deux gobelets dont la facture s’apparente au minyen jaune (inv. 6130, 6132) constituent certainement les vases les plus anciens de ce bâtiment198, pour lesquels on proposera une datation HR II.

  • 199 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 2, fig. 1. Les parallèles cités par les fouilleurs remont (...)
  • 200 Mountjoy 1999, p. 785, no 268, fig. 310.

90En outre, le mobilier céramique découvert dans l’ensemble F, dans son premier état, inclut deux vases dont la datation se différencie nettement des phases HR II et HR III A1 proposées pour la majorité des vases inventoriés de ce contexte. Le plus ancien vase est un bol à pâte dite grossière (inv. 6112) que les fouilleurs comparent à des exemples HM de céramique lissée rouge d’Eutrésis et qui trouve un parallèle en céramique fine à Pevkakia199. Le second vase correspond à une amphore ou une hydrie (inv. 6123), datée par P. Mountjoy de l’HR III C récent200. Il est difficile d’expliquer la présence de ces vases parmi le mobilier du premier état de l’ensemble F. Le bol lissé rouge (inv. 6112) pourrait‑il provenir d’une couche inférieure, l’amphore/hydrie de l’HR III C (inv. 6123) d’une couche supérieure à l’ensemble F ? Ce bâtiment était‑il encore occupé ou réoccupé à l’HR III C ? Ces questions restent ouvertes.

  • 201 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320, fig. 21 et 22. Pour la datation des vases inv. 6110 et 6111, (...)
  • 202 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 323. Le numéro d’inventaire (6117) cité en 1937 est certainement (...)

91Le second état de l’HR comprend principalement de la céramique de l’HR III B, qui, à nouveau, provient essentiellement de l’ensemble F. Trois vases de forme fermée (inv. 6110, 6111, 6114) constituaient vraisemblablement un dépôt homogène dans la pièce j de ce bâtiment201 et fournissent un ancrage chronologique certain pour le second niveau de l’horizon HR. Cette datation se confirme par la découverte dans la pièce s de l’ensemble G, qui appartient au second état, du vase inv. 6115202. Ce vase peut lui aussi être attribué à l’HR III B.

  • 203 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318‑319.
  • 204 Mountjoy 1999, p. 759, n. 70, p. 762, n. 73.
  • 205 Je n’ai pas retrouvé ces deux vases dans les musées phocidiens. Le vase inv. 6089 n’est pas illustr (...)

92Cependant, la durée d’occupation du second « état » HR ne se limite sans doute pas à l’HR III B.  Trois vases (inv. 6089, 6091, 6094) ont été recueillis dans les couches supérieures dégagées de l’ensemble F203, cette fois‑ci dans la partie sud (pièces g et h). Le vase inv. 6091 peut certainement être attribué à l’HR III A2204, les deux autres sont plus difficiles à dater et pourraient remonter à l’HR III A2 comme à l’HR III B205.

  • 206 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322.
  • 207 Mountjoy 1999, p. 762, no 81, fig. 296.

93Bien qu’on ne puisse pas préciser à quel « état » appartenaient deux vases restaurés à partir de fragments découverts à l’intérieur et à l’extérieur de l’ensemble F206, leur datation suggère que le bâtiment était en usage dès l’HR III A2. Il s’agit d’un cratère monochrome (inv. 6144), attribué à cette phase par P. Mountjoy207, ainsi que d’une bassine tripode (inv. 6128), qui pourrait également être datée de l’HR III A2.

94Alors que la pièce j de l’ensemble F a livré des vases fermés, faits pour contenir et transporter des denrées liquides, les pièces h et g du même édifice ont principalement fourni de la vaisselle de table et des vases à boire. Des activités liées à la consommation de boissons se sont manifestement tenues dans cet édifice qui apparaît non seulement comme le mieux documenté mais aussi le plus important du site à l’HR III. Nous reviendrons sur l’interprétation de l’ensemble F plus loin.

Secteur I : l’ensemble E, 2nd état, et la tombe 27

  • 208 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315‑316.
  • 209 Voir Mountjoy 1999, p. 763, 766, no 102, fig. 298.
  • 210 Lerat, Jannoray 1936, p. 139, 143, fig. 7, nos 10, 11.

95Deux bols (inv. 6017, 6018) et une jarre à étrier (inv. 6016) ont été recueillis dans la pièce a de l’ensemble E, « à un niveau un peu plus élevé » que celui qui a livré de la céramique de la transition HM‑HR (fig. 20)208. Ce niveau correspond donc, selon toute vraisemblance, à une seconde phase d’occupation du bâtiment. Le vase à étrier inv. 6016 remonte certainement à l’HR III B209, une phase qui coïncide avec le second état de l’ensemble F, dans sa partie nord. En revanche, il est plus difficile de dater uniquement sur la base de photographies les deux autres vases (inv. 6017, 6018), qui pourraient correspondre à des Truncated stemmed bowls ou à des Deep bowls210. Une datation à l’HR III B, ou éventuellement à l’HR III A2, peut être proposée.

Fig. 20Secteur I. Bâtiment et céramique en contexte.

Fig. 20 — Secteur I. Bâtiment et céramique en contexte.

Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon. Plan, archives EFA, Krisa, 899 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV.I ; photo de vases Lerat, Jannoray 1936, p. 143, fig. 7, nos 10‑11.

  • 211 Archives manuscrites de l’EfA, rapport de Lucien Lerat, PHO‑LO 2‑C2. Dans ce document, les vases so (...)
  • 212 Dans un autre passage du document PHO‑LO 2‑C2, il est toutefois indiqué que ces vases proviennent d (...)

96Outre ces récipients, d’autres vases proviennent de ce bâtiment, si l’on se réfère à un rapport inédit de Lucien Lerat211 : il s’agit des cruches inv. 6014 et 6015, des coupes inv. 6019 et 6020, la tasse inv. 6021, la cruche à deux anses inv. 6022 (ou petite amphore), le canthare inv. 6027, ainsi que quatre autres vases (inv. 6023 à 6026). Néanmoins, ce n’est pas du cellier mais de tombes que proviennent trois vases au moins (inv. 6024, 6025, 6026)212. Quant aux datations, on notera que le canthare en minyen gris (inv. 6027) semble remonter à l’HM II‑III et les deux coupes coniques (inv. 6019 et 6020) à la fin de l’HR III B.

  • 213 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316. Selon les fouilleurs, la céramique trouvée dans les deux piè (...)
  • 214 Lerat, Jannoray 1936, p. 139.

97Enfin, comme il est rapporté dans le BCH 61, la partie nord de l’ensemble E a livré de la céramique du style du Grenier (ou Granary Style)213. Ceci semble faire écho au rapport de la RA de 1936, où il est mentionné que « la céramique du style du granary y formait une couche compacte noyée dans la cendre »214. Néanmoins, aucune céramique n’y est plus précisément décrite ou illustrée. Nous reviendrons sur cet aspect un peu plus loin.

  • 215 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3 : « la tombe 27, en rapport avec l’ensemble E, contenai (...)
  • 216 Mountjoy 1999, p. 748, no 3, fig. 288.L ’attribution de la tombe en plan à la période HM (voir Jann (...)

98L ’ensemble E et la tombe 27 ne sont probablement pas contemporains215. La tombe 27 est plus récente que le premier état de la pièce a et plus ancienne que le second, étant donné que le vase (inv. 6024) qu’elle contenait peut être daté de l’HR II B216.

La céramique fine et semi-fine sans décor

  • 217 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 10, pl. XXI.5 (ta (...)

99Le fait qu’aucune céramique mycénienne décorée de l’HR II A n’a pu être identifiée nous empêche de confirmer que l’habitat était bien occupé durant cette phase. Toutefois, on rappellera que deux vases de l’ensemble F pourraient être plus anciens que l’HR II B : il s’agit d’une tasse à fond pointu (inv. 6101), peut‑être de l’HM, examinée plus haut, et d’une coupe profonde à pied probablement de l’HR I‑II (inv. 6132)217.

  • 218 L ’exemplaire de Krisa paraît plus récent que le gobelet de Tsoungiza (LH I), qui possède deux anse (...)
  • 219 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 26, pl. XXIII.1.
  • 220 Dor et al. 1960, p. 116, 134, no 54a, inv. 6230, pl. LIV.

100Cette coupe est l’une des cinq coupes/gobelets (inv. 6083, 6085, 6130, 6132, 6095), attribués par les fouilleurs à la céramique « prémycénienne ». La pâte fine de ces vases couverts d’un engobe beige est de couleur beige, à teinte rosée ou mauve et comprend des inclusions blanches très fines. Deux de ces coupes/gobelets (inv. 6132, 6095) sont de forme plutôt conique, à surface lissée, et dérivent de la tradition minyenne mésohelladique. Une datation HR I‑II me semble toutefois appropriée pour la coupe/gobelet à quatre anses et épaule légèrement anguleuse (inv. 6132), parce que son bord court et son fond étroit le rapproche des gobelets mycéniens218, mais son pied n’est pas conservé. Quant au gobelet inv. 6095219, il pourrait remonter à l’HR I. Un parallèle, attribué à l’HM III b, provient de Kirrha220. Le pied conique du vase inv. 6095 le distingue du gobelet mycénien FS 262.

  • 221 Pour un exemple non peint de Nichoria (mixed LH IIA deposit), voir McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P (...)

101En revanche, les trois autres gobelets sont de panse arrondie et peuvent être considérés comme de la céramique mycénienne non peinte. Le vase inv. 6085 (FS 263) possède un pied finissant en profil droit, se retrouve sur des coupes/gobelets à tige basse de l’HR II A, au plus tôt221. Le gobelet inv. 6083 ressemble au précédent mais il lui manque toute la partie inférieure. Quant au gobelet inv. 6130, il est plus étroit ; la pastille sur le dessus de son anse liée au bord est un trait étranger à la céramique mycénienne.

La céramique mycénienne : formes et phases chronologiques

  • 222 En 2014, mon étude a porté sur 38 vases mycéniens [numéros en gras] (inv. 6016, 6019, 6020, 6024, 6 (...)

102La céramique mycénienne inventoriée comprend des catégories fonctionnelles différentes222. Parmi les vases décorés de forme fermée, on trouve des vases de transport (jarres à étrier, amphores), et d’autres destinés à verser, de grande dimension (hydrie, cruches) et de petite dimension (petite cruche basse, « biberon » et askos). Parmi les formes ouvertes, on compte des vases à boire (coupes profondes à pied court / goblets, coupes à haut pied / kylikes, tasses) et d’autres exemplaires qui composent la vaisselle de table (cratérisque, bassine, bols de différents types). Les jarres à étrier (5 exemplaires) et bols profonds / deep bowls (6 exemplaires) sont les formes les mieux représentées. La datation de la céramique mycénienne s’échelonne entre l’HR II B et l’HR III C. Alors que certaines formes ne sont représentées qu’à une seule phase de l’HR, les datations proposées pour les kylikes couvrent l’ensemble de l’HR III. À ce matériel inventorié, on ajoutera la présence de plusieurs fragments de vases dont la forme est bien identifiée. Leur datation s’étend elle aussi de l’HR II B à l’HR III C.

103On expliquera les raisons qui ont conduit à dater ces vases et fragments d’une phase plutôt qu’une autre durant la période HR en détail ci‑dessous. Pour les références bibliographiques des vases inventoriés, on se reportera au catalogue en fin d’étude. Les parallèles proposés pour la céramique de Krisa proviennent de différentes régions de Grèce continenale. On soulignera toutefois les formes bien représentées en Phocide.

La céramique de l’HR II B et de l’HR III A1

104La phase HR II B est essentiellement représentée par de la céramique mycénienne, comme les phases qui suivent, aussi bien par des vases inventoriés que par des fragments céramiques. Les vases de l’HR II B ont pu être découverts à distance l’un de l’autre (par exemple, inv. 6024, t. 27 ; et inv. 6104, ensemble F). Quant aux vases de l’HR III A1, plusieurs exemplaires ont été mis au jour dans l’ensemble F (inv. 6081, 6082, 6086, 6133). Il s’agit principalement de vases à boire et vaisselle de table.

105Vases inventoriés :

  • cruches basses (FS 87) : inv. 6025, 6119, HR II B223 ;
  • jarre piriforme (FS 30) : inv. 6024, HR II B ;
  • biberon (feeding bottle, FS 158) : inv. 6104 est dépourvu de col, mais possède un bec tubulaire latéral, HR II B224 ;
  • cruche (FS 109) et hydrie (FS 128) : la cruche (inv. 6124), l’hydrie (inv. 6133)225, ainsi que le vase à col que l’on désignera comme inv. 6151(a)226, portent un motif de « flammes », caractéristique de l’HR III A1 ;
  • tasse (FS 219) : inv. 6151(b) (FS 219) décorée de mouchetures, un trait caractéristique de l’HR III A1 ;
  • coupes/gobelets (FS 255, FS 254 ?) : on considère ici quatre vases inventoriés. L ’un est d’eux (inv. 6081 et 6087, FS 255) est décoré d’un motif de « flammes » (FM 19, wavy stems, HR III A1)227. On classera également le vase inv. 6088 sous le type FS 255 (HR II‑III A1), même si sa tige plus élancée s’apparente au type FS 256 et qu’il ne possède qu’une anse228. Quant au gobelet inv. 6084229, son décor est très effacé ; il pourrait correspondre à des spirales courantes sur un gobelet de type FS 254 (HR II B)230 ;
  • coupe/kylix : la kylix inv. 6086 est de forme caractéristique de la phase HR III A1231 ;
  • petit cratère (FS 279) : le petit cratère inv. 6082, au décor de » flammes » daté de l’HR III A1, ressemble aux gobelets FS 255, mais son bord à lèvre plate carrée le distingue de ces derniers ;

106Fragments :

  • alabastre (FS 82 ou 83 ?) : un exemplaire, probablement de l’HR II B232 ;
  • coupes/gobelets (FS 254, FS 255) : deux fragments de l’HR II B et un de l’HR III A1 publiés par Mountjoy233 ; deux exemplaires, au moins, de l’HR III A1, avec motif » en flammes » (FM 19)234, et deux autres vases probablement de l’HR II B, avec motif de roche pendant (FM 32)235 , uniquement par les fouilleurs ;
  • forme indéterminée : quatre fragments peut‑être de l’HR II B (tiges ondulées et fleur)236.

La céramique de l’HR III A2 et de l’HR III B

107Si certains vases de l’HR III A2 et de l’HR III B proviennent d’édifices, principalement de l’ensemble F (HR III A2 : inv. 6089, 6091, 6094, 6128, 6144 ; HR III B : inv. 6016, 6110, 6111, 6115), la majorité de la céramique inventoriée datée de ces deux phases est dépourvue de contexte. Ces exemples variés (cratérisque, tasses semi-globulaires, kylix ; jarre à étrier, chope, askos) apportent toutefois la preuve que l’habitat était occupé de manière importante et continue du premier au second » état » de l’HR. Le nombre de fragments datables de ces deux phases est plus élevé que pour les phases précédentes.

108Vases inventoriés :

  • amphores à col étroit : une datation HR III B et HR III A2‑B1 convient bien, respectivement, aux vases inv. 6115 et 6134, en raison de leur col étroit237 ;
  • jarres à étrier (FS 173, 180‑182) : cinq exemplaires (inv. 6016, 6108, 6109, 6110, 6111) remontent à l’HR III B238 ;
  • hydrie (FS 128) et cruches (FS 107, 120) : certains de ces vases peuvent atteindre presque 40 cm de haut (hydrie inv. 6114). Deux d’entre eux possèdent une anse à surface cannelée, partant du haut du col (hydrie inv. 6114, cruche inv. 6116), et datent de l’HR III B239. Pour d’autres vases à col (amphores, hydries et/ou cruches) et à décor linéaire (inv. 6131, 6139)240, la datation est moins assurée ;
  • askos (FS 194) : l’askos inv. 6121, daté de l’HR III B par P. Mountjoy, pourrait aussi remonter à l’HR III A2241. De même, pour la petite amphore inv. 6134 décorée de bandes, on hésite entre une datation HR III A2 ou HR III B (piriforme élancée : HR III A2, mais bandes peu ondulées : HR III B1) ;
  • tasses (FS 214, 220, 230) : trois tasses semblables (FS 214) proviennent de Krisa (inv. 6089, 6090, 6153)242, et peuvent être datées de l’HR III A2. Quant à la tasse inv. 6148b, sa forme carénée (FS 230) se rencontre aussi bien à la phase HR III A1 que III A2. On ne peut pas dater aussi précisément la tasse inv. 6094 (FS 220)243, qui remonte à l’HR III244 ;
  • tasse à bec : il s’agit d’un vase (inv. 6152) de l’HR III A2 ou III B1 ;
  • chope à bec (spouted mug, FS 251) : le vase inv. 6118 est assigné à l’HR III B245 ;
  • coupes/kylikes (FS 256, 267) : la kylix inv. 6148a (FS 256) est datée de l’HR III A2246. C’est peut‑être également à cette phase que l’on doit assigner la kylix à une anse (inv. 6093), de panse carénée (FS 267)247 ;
  • cratérisque, truncated stemmed bowls, bol : trois bols à tige/pied tronqué (truncated stemmed bowls, abrév. TSB, inv. 6091, 6092, 6129) peuvent être datés de l’HR III A2, comme le cratérisque inv. 6107, de forme plus petite qu’un cratère mais plus grande qu’un TSB248. Les cratérisques ont un diamètre qui oscille entre 20 et 25 cm249. La forme du bord sert de critère de distinction entre les deep bowls (DB) et les TSB. Ces derniers ont une lèvre arrondie, contrairement au DB (sans lèvre/lipless). Ces formes de vases sont bien représentées en Phocide250. Il est difficile de se prononcer sur la forme du vase inv. 6138, peut‑être un TSB, en grande partie restauré, ainsi que sur celle du vase inv. 6122251, peut‑être d’un Shallow angular bowl (FS 295) de l’HR III252 ;
  • bassine/cratère (FS 294), bassine tripode : la bassine/cratère inv. 6144, une forme particulière en raison de sa profondeur et ses anses en ruban, remonte à l’HR III A2. De même, la bassine tripode (inv. 6128), plus large et mois profonde que l’exemple précédent, est atypique et difficile à dater, malgré son décor de lignes ondulées (HR III A2-III B ?) ;

109Fragments :

  • coupes/kylikes (FS 256, FS 257 ?, FS 258) : on suivra la datation de Mountjoy pour deux fragments de coupes (HR III A2), l’un orné d’un poulpe, l’autre d’un murex (FM 23, whorl‑shell)253, et un troisième, lui aussi orné d’un murex (HR III B)254 ; on assignera à l’HR III B1 les fragments de deux autres kylikes (FS 258), ornés de murex (FM 23, whorl‑shell)255 ;
  • deep bowls (FS 284) : les fragments de cinq DB sont datés de l’HR III B256 ;
  • stemmed bowls (FS 305) : deux exemplaires, l’un de l’HR III A2, l’autre de l’HR III B257 ;

110autres (forme indéterminée) :

  • trois fragments de l’HR III A2 ou de l’HR III B (FM 46, curtailed running spiral ; motif ondulé à intérieur strié ; motif végétal stylisé)258 ; deux autres fragments de l’HR III (A‑B) (parties de tentacules ? ; FM 70, scale pattern with point fill)259 ;
  • quatre fragments de l’HR III B (FM 58, chevron, horizontal ; FM 75, panelled with FM 43, semi-circles ; FM 75, triglyph/panelled ; motif proche de FM 17, rosette, FM 29, trefoil)260 ;
  • trois fragments de l’HR III B2 (FM 51, stemmed spiral with hatched fill ; FM 75, triglyph/panelled)261.

La céramique de l’HR III B2‑III C et de l’HR III C

  • 262 Mountjoy 1999, p. 777, no 196, fig. 305, p. 781, no 235, fig. 306. Le no 196 de Mountjoy correspond (...)
  • 263 Mountjoy 1999, p. 777, 779, 781, nos 206, 208, 228, 233, 239, fig. 305, 306.
  • 264 Mountjoy 1999, p. 783, 785, nos 256, 261, fig. 309.

111Un dernier point concerne la présence de céramique HR III C dans l’habitat de Krisa. Outre l’hydrie de l’HR III C récent (inv. 6123) découverte dans l’ensemble F, qui s’avère principalement occupé à l’HR III A1, le reste de la céramique datable de l’HR III C ne peut pas être associée à des vestiges architecturaux. En revanche, plusieurs fragments de vases ouverts peuvent être datés de phases allant de l’HR III B2-III C à l’HR III C moyen. On peut par exemple citer deux fragments de deep bowls datés de l’HR III C ancien262. D’autres tessons ne sont publiés que par P. Mountjoy : cinq fragments de deep bowls assignés à l’HR III C ancien263, et deux fragments de cratères à l’HR III C moyen264.

  • 265 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316 ; Lerat, Jannoray 1936, p. 139.
  • 266 La désignation « style du granary » se rapporte à la décoration de vases trouvés sur le sol de la f (...)

112Ce sont peut‑être ces fragments qui ont été considérés par les fouilleurs comme de la céramique du style du Grenier (voir ensemble E, pièces b et c)265. Rappelons, cependant, que ce style est désormais assigné à l’HR III C moyen266, une sous‑phase très peu représentée dans la céramique provenant de l’habitat de Krisa.

113Vases inventoriés :

  • amphore à col étroit : inv. 6146, on remarquera que la bande ondulée peinte sur les anses correspond à un trait répandu à l’HR III C267 ;
  • amphore (ou hydrie) à anse sur la panse (FS 58) et amphorisque ? (FS 59) : le vase inv. 6123 est daté de l’HR III C récent268. Les vases de type FS 58 (amphora, belly-handled) peuvent inclure des exemples à col plus étroit que le vase de Krisa. Les anses horizontales sur la panse rappellent la forme d’un stamnos. Quant au vase inv. 6145, on le considérera comme amphorisque269 plutôt que comme bol et l’attribuera à la phase HR III C ;
  • coupes/kylikes (FS 274) : deux coupes/kylikes coniques (inv. 6019 et 6020) correspondent au type FS 274. Si les exemplaires peints se rencontrent principalement à l’HR III C ancien et moyen270, les kylikes non peintes de ce type, comme celles de Pylos271, peuvent être attribuées à la fin de l’HR III B ou au début de l’HR III C. Certains parallèles sont datés de l’HR III B272. Les exemples non peints FS 274 ont pu être produits avant une version peinte de ce type ;
  • éventuellement, bol sans lèvre (FS 204) : il est difficile de dater le bol inv. 6135, car cette forme d’inspiration minoenne se rencontre durant tout l’HR273 ;

114et fragments :

  • deep bowls (FS 284) : un seul fragment est inventorié (inv. 6125)274 et daté, comme les fragments de cinq autres DB275, de l’HR III C ancien ; on ajoutera encore les fragments de deux DB, l’un de la fin de l’HR III B ou de l’HR III C ancien, l’autre de l’HR III C ancien276 ;
  • cratère (FS 282) et cratère à bec (FS 298) : deux cratères de l’HR III C moyen, seulement publié par P. Mountjoy277.

115autres (forme indéterminée) :

  • trois fragments de l’HR III B2 ou de l’HR III C ancien (FM 46, running spiral ; FM 62, tricurved arch with stemmed spiral fill ; FM 61, zigzag)278 ;
  • un fragment peut‑être de l’HR III C ancien (FM 43, semi-circles with chevron fill)279.

Un bilan typo-chronologique de la céramique mycénienne

  • 280 Lerat, Jannoray 1936, p. 136.

116La grande majorité du matériel inventorié a certainement été découverte dans l’espace habité, excepté deux vases de l’HR II B, c’est‑à‑dire une jarre piriforme provenant de la tombe 27 (inv. 6024) et une petite cruche peut‑être associée à une autre sépulture (inv. 6025)280. Le mobilier retrouvé dans les tombes semble avoir été systématiquement signalé par les fouilleurs. Ces deux vases ne sont pas inclus dans le graphique ci‑dessous (fig. 21).

Fig. 21Céramique mycénienne inventoriée : formes et phases chronologiques.

Fig. 21 — Céramique mycénienne inventoriée : formes et phases chronologiques.

117La répartition des vases inventoriés par formes et phases chronologiques montre une nette prédominance des formes ouvertes (vases à boire et vaisselle de table) au cours de l’HR III A, alors que les vases fermés datent de manière prépondérante de l’HR III B et du début de l’HR III C. Ce déséquilibre pourrait être interprété comme la preuve d’une consommation de boisson sur le site plus intensive au cours de l’HR III A que durant les autres phases. Néanmoins, cette hypothèse est difficile à soutenir en raison de la découverte de plusieurs fragments de vases ouverts datables de l’HR III B et du début de l’HR III C, publiés mais non inventoriés (fig. 22). L ’existence de ces fragments suggère que cette inégalité résulte davantage d’un état de conservation différent du matériel céramique au cours de l’HR.

118Si l’on tient compte de l’ensemble de ces fragments, une autre image se dégage de la répartition des formes par phase chronologique : les formes ouvertes prédominent sur les formes fermées pendant toute la durée de l’HR III (fig. 23). Comment peut‑on expliquer le nombre important de deep bowls découverts seulement dans un état fragmentaire ? Proviendraient‑ils en majorité des couches supérieures de l’habitat de l’âge du Bronze, plus exposées aux perturbations ultérieures, notamment lors de la réoccupation du site à la période byzantine ? Rappelons que l’on est seulement en présence d’une infime partie du matériel céramique mis au jour à Krisa. De ce fait, ce n’est sans doute qu’un hasard si aucun vase fermé ne peut être assigné uniquement à la phase HR III A2, sans datation postérieure de l’HR III B possible.

Fig. 22Céramique mycénienne non inventoriée : formes et phases chronologiques.

Fig. 22 — Céramique mycénienne non inventoriée : formes et phases chronologiques.

Fig. 23 — Comparaisons entre céramique mycénienne inventoriée et non inventoriée (formes ouvertes et fermées).

Fig. 23 — Comparaisons entre céramique mycénienne inventoriée et non inventoriée (formes ouvertes et fermées).

119Quant au reste de la céramique non inventoriée, on renoncera à se prononcer sur la forme spécifique des tessons illustrés par les fouilleurs. Il est fort probable que la plupart d’entre eux correspondent à des formes ouvertes. Les motifs en triglyphes (ou panneaux, FM 75), comme ceux qui ornent certains fragments de la figure 19 du BCH 62, se rencontrent souvent sur des deep bowls et plus rarement sur des stemmed bowls et des cratères. En ce qui concerne les cinq fragments illustrés à la figure 15 du BCH 62, on oubliera la mention « prémycéniens ». Leur décor permet de les assigner à des phases allant de l’HR II B à l’HR III B2.

La céramique mycénienne : caractères techniques et dimensions

  • 281 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129‑131. Les fouilleurs décrivent ce motif sous la période « prém (...)

120Parmi le matériel mycénien étudié se trouvent aussi bien des vases peints – décorés de motifs ou monochromes – que des vases non peints. La peinture rouge, brune ou noire, selon les exemplaires, est souvent terne, bien que brillante à l’origine, effacée ou craquelée par endroits. Le motif de triples lignes ondulées (FM 19, wavy stems), dit de « flammes », peut être considéré comme caractéristique de la région phocidienne281. Il orne plusieurs vases et fragments céramiques de Krisa.

121Trois des vases ornés du motif de « flammes » (inv. 6082, 6087, 6124) sont couverts d’un engobe beige orangé ou beige clair, alors que le plus ancien, le biberon (inv. 6104), ne semble pas en porter. La couleur de leur pâte oscille entre le beige à teinte rose, mauve ou verdâtre, et le brun. Cette variation est peut‑être due à des conditions ou des températures de cuisson différentes. Au niveau macroscopique, les inclusions visibles dans la pâte de ces vases, blanches et fines, sont certainement de nature calcaire.

  • 282 La désignation « beige » n’est pas employée dans le Munsell Soil‑Color Charts (2012), système d’ide (...)

122En général, la pâte des vases mycéniens est difficile à observer car nombre d’entre eux, un peu plus du tiers, ont été recouverts soit d’un engobe soit de peinture. La pâte des vases mycéniens est fine à semi-fine (dégraissants <0,3 cm). Sa couleur, peu contrastée, varie dans les tons suivants282 :

  • beige mauve / vieux mauve (2.5YR 6/3, 2.5YR 6/4 ; 5YR 6/3, 5YR 6/4, 7.5YR 6/3, light reddish brown, light brown),
  • beige rosé / chamois (2.5YR 7/4, 7.5YR 7/4, light reddish brown, pink),
  • beige orange / ocre (5YR 6/6, 7.5YR 6/6, 7.5YR 6/8, reddish yellow),
  • beige / brun clair (7.5YR 6/4, light brown),
  • rose orangé (2.5YR 6/6, light red).

123La pâte des vases mycéniens paraît en général bien cuite. Cependant, deux vases (askos inv. 6121 et petite amphore inv. 6134) paraissent avoir subi une cuisson très (trop ?) forte, comme le montre leur pâte brune compacte et cassante. On ne voit presque plus de traces de dégraissants. En outre, le vase inv. 6134 comporte des marques imprimées sur sa partie inférieure, qu’il est difficile d’interpréter (marque de potier ?).

  • 283 Résultats d’analyses attendus pour le matériel de Kirrha par Efthalia Velli (EfA, PHO‑LO 1 1936‑199 (...)
  • 284 Thomas 1992, p. 304, pour la kylix FS 258A, et the « Zygouries »-style kylix, p. 300‑316.
  • 285 Supra n. 253. Les fragments décorés de murex (FM 23), conservés dans les caisses « CO 23 » sont de (...)

124Il serait très utile d’en connaître davantage sur les dégraissants et la composition des pâtes par le biais d’analyses pétrographiques ou chimiques futures283. La présence d’un motif tel que le whorl‑shell (FM 23), qui apparaît sur presque 60% des fragments de kylix décorée de Zygouriès284, pourrait également être l’indice d’une céramique importée à Krisa285, même si ce motif est répandu sur les kylikes du monde mycénien en général.

  • 286 D’autres productions qui ne sont pas éginètes peuvent toutefois montrer des caractéristiques macros (...)
  • 287 Certaines poteries communes néolithiques de l’Antre corycien comportent des pélites micacées, voir (...)

125Par ailleurs, deux vases sont de pâte beige verdâtre (inv. 6104, 6139). Serait‑ce le résultat d’une argile différente ou celui d’une cuisson soumise à un apport d’oxygène plus limité que pour la céramique à pâte beige rosé ? Un seul vase de Krisa, un bol (inv. 6138), se révèle être de pâte beige verdâtre avec des particules fines dorées visibles sur sa face intérieure. Pourrait‑il s’agir d’un vase de production éginète, production qui peut rassembler ces deux caractéristiques techniques (pâte verdâtre et mica doré)286 ? Néanmoins, la pâte d’autres vases mycéniens qui comprend des paillettes dorées et des inclusions très fines blanches comme dégraissants (inv. 6090, 6135, 6151(b), 6153) est de couleur beige, à teinte mauve ou rosée, selon les cas. La présence de particules dorées s’observe également pour des vases en céramique semi-grossière. Pour ces vases, l’hypothèse de céramiques importées semble peu probable287. On soulignera toutefois l’importance d’étendre les analyses pétrographiques ou chimiques au matériel phocidien de sites tel que Krisa.

126Alors que plusieurs vases mycéniens peuvent être classés sous le même type de formes, on ne trouve pas deux vases de même type aux dimensions similaires. Si l’on prend le cas des jarres à étrier, deux d’entre elles sont de dimensions proches (inv. 6111 et 6109) mais appartiennent à des types différents (FS 171, forme ellipsoïdale ; FS 182, piriforme). On ne constate donc pas de séries de vases semblables parmi le mobilier examiné. Au contraire, les dimensions des vases varient grandement. Les plus grands vases mycéniens examinés sont des cruches, conservées sur ca 27 cm (hauteur restaurée, ca 33‑35 cm) et la partie d’une hydrie à décor linéaire haute de 32 cm, tandis que les plus petits vases correspondent à des tasses de ca 5,5 cm. Il faudrait disposer de deep bowls complets pour relever un éventuel phénomène de standardisation dans la production céramique mycénienne utilisée à Krisa, ce qui n’est toutefois pas le cas pour le matériel de cet habitat.

Une note sur les contacts entre Krisa et les autres sites phocidiens

  • 288 Dor et al. 1960 ; Van Effenterre 1975, p. 35‑42 ; Maran 1998, p. 68‑71.
  • 289 Buck 1964, p. 282 ; Skorda 2006, p. 667‑668 ; Phialon 2011, p. 148.

127Notre présente étude conduit à s’interroger sur les contacts entre Krisa et les autres sites phocidiens, principalement Kirrha, à l’âge du Bronze. La céramique du CA II recueillie sur l’éperon aurait pu être amenée par des individus de passage qui se rendaient à Kirrha, un site habité dès l’HA, ou en partaient288. La proximité géographique entre les deux sites est un argument souvent avancé pour soutenir qu’une partie de la communauté de Kirrha s’installa sur l’éperon, un peu avant la fin de l’HM289. Il serait étonnant que ces deux communautés voisines n’aient pas interagi régulièrement à partir de cette époque.

  • 290 Pour des cruches à peinture mate de Kirrha et d’autres sites, voir Maran 2007, p. 169 ; Dakoronia 2 (...)
  • 291 Pour le matériel de Koumoula, voir Touchais 1981.

128Notre réexamen de la céramique à peinture mate confirme un rapprochement de ces deux sites à l’HR I. Néanmoins, en ce qui concerne l’HM, on ne retrouve pas à Krisa des cruches à peinture mate semblables à celles de Kirrha et à celles qui marquent le passage de Phocide en Phthiotide, pour reconnaître une voie passant de Kirrha à Krisa290. Une autre route montagneuse pouvait être empruntée pour se rendre de l’autre côté du Mont Parnasse en passant par Krisa et Delphes. Les parallèles observés entre la céramique semi-grossière et grossière de Krisa et de Koumoula291 montrent que des contacts ont été noués entre les communautés phocidiennes et renforcent l’idée d’affinités culturelles bien établies au sein de la région à la fin de l’HM.

  • 292 Krisa : plan absidal, trapézoïdal, carré, rectangulaire, à couloir, voir Phialon 2011, p. 168‑179.
  • 293 Kirrha : Bâtiment a‑e (HM III B), avec murs de phase antérieure (HM III A), voir Dor et al. 1960, p (...)
  • 294 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318‑322, fig. 16 (ensemble F), pl. XXV. Il est peu probable que l (...)

129En outre, on ne retrouve pas à Krisa de bâtiments composés de pièces alignées sur un axe292, en enfilade, comme c’est le cas à Kirrha293. À l’inverse, aucun bâtiment n’est caractérisé par la présence d’un couloir autour d’une pièce principale à Kirrha, alors que cet élément architectural est représenté dans l’habitat de Krisa, à l’HR III, par l’ensemble F294, le plus grand édifice du site. Ces différences architecturales affaiblissent la thèse selon laquelle une partie de la communauté de Kirrha se serait installée à Krisa au cours de l’HM.

  • 295 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 (ensemble F), 316 (ensemble E). Pour les bases de deux bâtime (...)
  • 296 Dor et al. 1960, p. 40 : « Cette construction est le type même de la demeure préhellénique continen (...)
  • 297 Darcque 1990, p. 21‑31.
  • 298 Murs très ruinés, constitués le plus souvent d’une seule assise de moellons sur deux rangs, petites (...)

130L ’une des pièces de l’ensemble F (pièce h) ainsi que la pièce b de l’ensemble E, toutes deux pourvues de bases axiales, sont nommées « mégaron » par les fouilleurs295. Ce terme est également employé pour décrire la pièce b du bâtiment « HM III b » à Kirrha, dans le secteur D296. On rappellera que l’utilisation de ce terme est débattue et que son emploi pour des bâtiments ou des pièces autres que celles de l’unité centrale des palais mycéniens peut engendrer des confusions terminologiques et fonctionnelles297. Les édifices faits de moellons à Kirrha et Krisa se placent dans une tradition architecturale domestique, relativement pauvre en innovations298, de l’HM et du début de l’HR, qui n’atteint en rien la complexité architecturale d’un mégaron mycénien tel que celui de Mycènes, Tirynthe ou Pylos, à l’HR III A2‑III B. Ce n’est pas non plus la vaisselle de table retrouvée dans l’ensemble F de Krisa qui permet d’argumenter en faveur d’un palais. Son usage pourrait toutefois suggérer une consommation de boissons élargie à la communauté dans cet édifice sur une période allant de l’HR III A1 à l’HR III B.

  • 299 Pour la relation tombes-habitations en Grèce centrale, voir Phialon 2011, p. 85‑86, 107 ; pour Kirr (...)
  • 300 Dor et al. 1960, p. 118, 122, 124.
  • 301 Skorda 1992, p. 45 ; voir aussi CMS V,2, p. 257.

131Le domaine funéraire reste lui aussi relativement modeste sur l’éperon rocheux de Saint‑Georges. À Krisa comme à Kirrha, des défunts ont été inhumés dans l’habitat de l’âge du Bronze, une pratique répandue à l’HM et au début de l’HR en Grèce continentale299. La découverte d’armes, de bijoux en or et d’épingles en bronze dans certaines tombes de Kirrha pourrait suggérer que la communauté établie près de la mer était plus florissante à l’HM III B‑HR I que celle de Krisa qui occupait l’éperon rocheux300, lieu pour lequel nous avons déjà souligné la pauvreté du matériel associé aux sépultures. Un changement dans les pratiques funéraires se constate après l’HR II B : un cimetière de tombes à chambre est utilisé depuis l’HR III A aux abords du village de Chrysso, un usage qui perdure durant tout l’HR III301.

  • 302 Skorda, Zurbach 2010, p. 546.

132Alors que l’habitat de Krisa gagne en importance au cours de l’HR III, comme le suggère notamment la construction d’un mur de fortification sur l’éperon rocheux, celui de Kirrha semble s’affaiblir. Néanmoins, les résultats des nouvelles fouilles franco-helléniques de Kirrha pourraient livrer les traces d’un habitat mycénien plus important que ce que l’on soupçonne jusqu’à présent302.

  • 303 Müller 1992, p. 455‑458, fig. 5. Pour une coupe de la fouille de 1934, voir Lerat 1938, p. 186, fig (...)
  • 304 Alors que la céramique couvre tout l’HR, seules deux maisons fournissent des données sur les phases (...)
  • 305 Lerat 1984, p. 3‑25.

133Par ailleurs, l’habitat de Krisa n’est pas le seul site phocidien à être établi en hauteur. C’est à Delphes, sur les pentes du sanctuaire même d’Apollon et à ses abords est, qu’ont été découverts des vestiges architecturaux mycéniens303. La plus ancienne phase de construction du « village mycénien » remonte peut‑être à l’HR III A304. Au cours de l’HR III, les habitants de Krisa ont pu entretenir des rapports réguliers avec ceux de Delphes. Ils ont aussi pu fréquenter l’Antre corycien, situé sur les hauteurs du versant sud du Mont Parnasse, durant l’HR III A1-III A2305. Rappelons qu’il est facile d’accéder à l’éperon de Saint‑Georges depuis Delphes, en passant par le village actuel de Chrysso.

  • 306 Chronique des fouilles en ligne, BCH (Archaeology in Greece online, BSA), notice 4746, avec référen (...)

134De l’éperon rocheux de Saint‑Georges qui domine la plaine, il était aisé d’observer, voire contrôler, les mouvements et les activités qui se faisaient en direction d’Amphissa. Des découvertes récentes dans la plaine couverte d’oliviers, qui s’étend d’Itéa à Amphissa, notamment celle d’une tombe à tholos mycénienne, montrent que la région était bien occupée à l’HR, et cela jusqu’à la fin de la période306.

  • 307 Müller 1992, p. 489 ; Skorda 1992, p. 43‑44. Pour le maillage du territoire, voir aussi Luce 2011a, (...)
  • 308 Pour des kylikes de Zygouriès à Delphes, voir Müller 1992, p. 468 : « L ’aspect de l’argile fait de (...)
  • 309 C.‑à‑.d. dès le xiie siècle av. J.‑C. ; la pauvreté des liens entre Delphes et Médéon aux xe et ixe(...)

135À l’HR III, les communautés phocidiennes se sont peut‑être davantage tournées vers la mer qu’en direction des flancs montagneux. Afin d’observer les mouvements maritimes et les activités côtières donnant sur le golfe de Corinthe, les habitants de Krisa devaient avoir bénéficié d’un site relais près de la côte, comme pourrait l’être Gla à l’HR III A2-III B, à l’ouest d’Itéa307. Durant la période palatiale, les habitants de Krisa comme ceux de Delphes ont pu nouer des contacts allant au‑delà de l’ancienne Locride de l’Ouest, sans doute de l’autre côté du golfe de Corinthe308. De même, Médéon de Phocide devait s’intégrer à ce réseau d’échanges, à cette période. Le cimetière de Médéon continue à être en usage au cours de l’HR III C et aux époques suivantes, alors que les signes de repli se constatent à Delphes et à Krisa dès l’HR III C309. L ’habitat de Krisa n’est plus occupé après l’âge du Bronze.

Conclusion

  • 310 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. Pour le nouveau plan, voir fig. 5.

136L ’habitat de l’âge du Bronze, mis au jour en 1935‑1936 sur l’éperon rocheux, n’avait pas besoin d’être protégé sur son côté sud, contrairement à son côté nord. Là, un large mur défensif mycénien est encore visible de nos jours, ainsi que sur les pentes nord‑ouest et sud‑ouest de l’éperon. Une porte qui s’ouvrait dans le tronçon nord du mur donnait accès à une large étendue inoccupée ainsi que, plus loin au sud, aux habitations mycéniennes. De nouveaux relevés topographiques entrepris en 2014 nous ont permis de revoir la position de cette porte, à l’est de l’endroit indiqué sur le plan de 1935‑1936310. En outre, les courbes de niveau indiquées sur le plan de l’armée grecque montrent que le terrain était encore plus accidenté sur le côté ouest que ce qui apparaît sur le plan de 1935‑1936. Reste la question problématique de la « muraille intérieure », qui correspond sans doute au mur légèrement courbe édifié au nord de l’église, mais dont le tracé se perd sur la pente ouest. Ce mur délimite une aire bien plus petite que celle du mur de fortification principale, à savoir la partie méridionale de l’éperon, là où l’habitat de l’âge du Bronze s’est concentré. Sur la partie nord de l’éperon, la roche affleurait à la surface. S’il y avait là des constructions, elles n’ont laissé aucune trace. Quant à l’extrémité sud de l’éperon rocheux, elle se prête facilement à un aménagement en terrasses.

  • 311 En revanche, de l’autre côté du golfe de Corinthe, l’habitat d’Aigion (Achaïe) est bien habité de l (...)

137L ’habitat de l’âge du Bronze, près de la chapelle Saint‑Georges, comprend plusieurs bâtiments qui ont été édifiés en quatre phases successives. Un réexamen de la céramique a permis de réviser plusieurs points sur l’occupation de l’habitat : 1) si l’habitat était bien occupé à l’HM II‑III, à savoir durant une phase qui correspond à Mitrou MH phase 7, il l’était également durant l’HR I (voir fig. 14) ; 2) un déclin de l’habitat ou même une éventuelle rupture dans l’occupation du site a peut‑être eu lieu à l’HR II A, étant donné qu’aucune céramique ne peut être datée uniquement de cette phase, sans datation antérieure ou postérieure possibles311 ; 3) le troisième niveau occupé essentiellement à l’HR III A1 l’était sans doute déjà à l’HR II B (voir tombe 27 et céramique de cette phase) ; 4) le dernier niveau bâti était occupé à l’HR III A2 et à l’HR III B, c’est‑à‑dire pas seulement durant l’HR III B ; 5) l’occupation post-palatiale de l’habitat, qui se résume à la découverte de céramique de l’HR III C, devait être ténue, peut‑être concentrée dans le secteur I.

  • 312 Supra n. 89.

138Notre examen de la céramique conduit également à revoir la datation de certaines tombes de Krisa et laisse supposer une datation à l’HR I pour plusieurs d’entre elles (t. 1, 10, 11, 14, 15). La tombe 27 doit même être assignée à l’HR II B. Il s’agit de la dernière tombe installée dans l’habitat et l’une des rares tombes à avoir livré du mobilier métallique. Cette tombe pourrait également être le signe d’une réoccupation tangible après un déclin de l’habitat à l’HR II A. La présence de tessons de l’HR II B bien identifiés dans cette étude conforte l’idée que l’habitat devait être modestement occupé durant cette phase. À partir de l’HR III, l’espace funéraire se situe à distance de l’habitat mycénien, aux abords orientaux du village de Chrysso où trois tombes à chambre ont été découvertes312.

  • 313 Bâtiment D (huit pithoi ou jarres, fosse à provision) : Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306‑308, (...)
  • 314 Pour la céramique trouvée en contexte, voir fig. 18 et 19 ; voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p.  (...)

139Alors que les coutumes funéraires changent entre l’HR II B et l’HR III A, les pratiques observées dans l’habitat semblent s’orienter vers une consommation de boisson plus marquée dès l’HR III A1, et moins tournée vers l’entreposage de denrées, sans toutefois rompre avec les usages antérieurs de l’HM et de l’HR I. On rappellera que le dépôt de vases à boire dans le bâtiment D remonte vraisemblablement à l’HR I, mais que la pièce de cet édifice a servi en premier lieu de réserve à provisions. La découverte de pithoi dans ce bâtiment et dans l’ensemble E laisse supposer qu’il y avait là des espaces de stockage de denrées permanents à Krisa de l’HM à l’HR I313. Plus tard, c’est l’ensemble F de Krisa qui a sans doute été le lieu principal où de la boisson a été consommée en commun au cours de l’HR III A, comme le suggère la vaisselle de table recueillie dans ses pièces314. Cette pratique a sans doute perduré à l’HR III B, peut‑être dans cet édifice, puisque des jarres à étrier et une hydrie de cette phase y ont été retrouvées, mais le contexte de vases à boire et autres vases ouverts assignés à l’HR III B, tels que les deep bowls, demeure inconnu. Après la destruction des bâtiments du secteur principal à l’HR III B, seuls des tessons laissent penser que de la vaisselle de table a encore servi, peut‑être dans l’ensemble E, à l’HR III C ancien et moyen.

  • 315  À Aigeira, un mur de fortification a été érigé à la période post-palatiale, voir Gauss 2015, p. 14 (...)
  • 316 Müller 1992, p. 458, 472‑473, pour la céramique voir p. 460, fig. 7b, 7‑9, p. 465‑466, fig. 10, p.  (...)
  • 317 Des tombes à chambre étaient encore en usage au cours de l’HR III C à Delphes (Müller 1992, p. 470) (...)

140Alors que l’Achaïe, de l’autre côté du golfe, se distingue par son dynamisme315, on observe en Phocide un déclin évident de l’habitat à Krisa à partir de l’HR III C ancien. À Delphes, également, après la destruction des maisons du « village » par une avalanche de rochers au cours ou à la fin de l’HR III C récent316, il ne semble rester qu’une forme d’activité résiduelle aux phases suivantes. La documentation funéraire nous informe jusqu’à présent davantage que les habitats sur la Phocide post-palatiale317. Les recherches en cours ou futures nous permettront d’en apprendre davantage sur les communautés qui l’ont peuplée au cours de l’âge du Bronze et sur leurs rapports avec les régions voisines en Grèce centrale comme dans le Péloponnèse.

Catalogue

Céramique inventoriée

141(photos : Philippe Collet, EFA, Laetitia Phialon, EFA)
(dessins : Birgit Konnemann, Laetitia Phialon, EFA)

6013. Pithos (fig. 24). Recollé de plus de 35 fragments ; profil complet. H. : 104 cm ; diam. bord : 42,1 cm (90% cons.) ; diam. fond : 20 cm ; diam. max. : 65,3 cm ; ép. : 2 cm. Pâte grossière, brun foncé en cassure (5YR 4/4, reddish brown) à brun clair à la surface (5YR 6/3, light reddish brown), à inclusions de couleur et formes diverses (1. grises, arrondies ou anguleuses, < 0,6 cm ; 2. mauves, 0,3 cm ; 3. noires, 0,15 cm ; 4. petites blanches). Surface égalisée.
Forme ovoïde-biconique, étirée dans sa partie supérieure en une sorte de col ; bord plat, épais, incliné vers l’intérieur ; fond légèrement bombé. Bande en relief à chevrons incisés sur la panse.
Lerat, Jannoray 1936, p. 139, fig. 7.1 à p. 143 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 117, no 17, fig. 7. Les parallèles fournis par les fouilleurs (« Eutresis, p. 147, fig. 201 : pl. XIII et XIV ») sont éloignés du pithos inv. 6013, ont une forme qui s’apparente aux types méliens (« Phylakopi, pl. VII, no 1, pl. VII, no 4 »), biconique, parfois avec un col convexe (et non concave), et portent un décor en peinture mate (et non une bande en relief incisée). Pour un pithos plus élancé et sans bande en relief incisée, voir Blegen, Rawson 1966, p. 160, fig. 329, no 416 (Pylos, Palace, room 32, HR III B). Pour un pithos de Koumoula, avec cordon digité, voir Touchais 1981, p. 186‑187, fig. 44, no 2 (HM).
Contexte : ensemble E, pièce a.
Datation : fin HM ou début HR, comme il est proposé dans le BCH 61.

Fig. 24 — Pithos inv. 6013.

Fig. 24 — Pithos inv. 6013.

Cl. L. Phialon, dessin EFA, B. Konnemann.

6014. Cruche à anse verticale (fig. 25). Recollée de 9 fragments ; profil complet.
H. : 15,4 cm ; diam. bord : 11,5 cm (80% cons.) ; diam. fond : 6,5 cm ; diam. max. : 15,8 cm ; ép. : 0,32‑0,6 cm. Capacité : 1,45 L. Masse : 658 g.
Pâte semi-fine/semi-grossière, brun rosé (5YR 6/3 et 6/4, light reddish brown), à inclusions fines blanches, quelques paillettes dorées minuscules, chamotte, quelques vacuoles longilignes (< 0,5 cm). Engobe beige (7.5YR 6/6, reddish yellow). Surface égalisée.
Forme ovoïde ; bord évasé, à lèvre arrondie, légèrement épaissie à l’intérieur ; col bas ; fond plat, bosselé ; anse vertical en ruban (larg. : 3,3 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127‑128, no 30, pl. XXIII.5. Pour cette cruche classée sous « pré-mycénienne », les parallèles indiqués par les fouilleurs (« Korakou, p. 48, fig. 80 ; Ch.‑Tombs, p. 156 et 163 ») sont respectivement datés de l’HR I‑II et de l’HR III par A. Wace (1932, pl. XXXIV.20 et LVII.15). Sa pâte et son engobe beige la rapprochent du canthare inv. 6096.
Datation : début HR.

Fig. 25 — Cruche à anse verticale inv. 6014.

Fig. 25 — Cruche à anse verticale inv. 6014.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6015. Cruche à anse verticale fragmentaire (fig. 26). Recollée de 7 fragments : fond et panse conservés, bord reconstitués.
H. cons. : 13,2 cm (15,2 cm avec restauration) ; diam. fond : 5,5 cm ; diam. max. : 12, 6 cm ; ép. : 0,35 cm. Capacité : 0,75 L (avec restauration). Masse : 357 g.
Pâte semi-fine, rouge brique (2.5YR 4/6, red) à brun noirci à la surface (2.5YR 4/1, dark reddish gray), à inclusions fines blanches et arrondies noires. Surface égalisée.
Forme globulaire, pansue ; fond en disque.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 128, citée sous no 31. Ce vase est cité avec deux autres cruches (inv. 6113 et 6106). La cruche inv. 6015 se rapproche toutefois du type FS 113, la cruche inv. 6106 du type FS 118. Sa pâte ne semble pas comprendre de grosses inclusions.
Datation : HM (?).

Fig. 26 — Cruche à anse verticale inv. 6015.

Fig. 26 — Cruche à anse verticale inv. 6015.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6016. Jarre à étrier (fig. 27). Recollée de 57 fragments ; profil complet.
H. : 18,6 cm ; diam. Fond : 6,9 cm ; diam. max. : 19,3 cm. Masse : 785 g.
Pâte fine, beige (10YR 7/6, yellow), à inclusions blanches minuscules. Engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown). Surface polie, brûlée par endroits.
Céramique mycénienne. Forme globulaire (FS 173) ; départ de bec tubulaire, en majeure partie reconstitué, rejoint par deux anses verticales ; fond saillant concave, légèrement concave. Peinture brun foncé noir (10YR 3/1, very dark gray) à brun rouge (10YR 4/6, dark yellowish brown), brillante, effacée par endroit. Quatre fleurs de papyrus sur l’épaule (FM 18) ; alternance de fines bandes et de bandes plus épaisses sur la panse, bordant une frise de losanges quadrillés (FM 73) ; bande à la base du bec ; quatre cercles concentriques sur le disque du faux goulot ; anses et fond peints ; trois cercles concentriques sous le fond.
Lerat, Jannoray 1936, p. 139‑140, no 8, fig. 7 à p. 143 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315‑316 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142‑143, no 60, pl. XXVII.1, fig. 20.1 à p. 139 ; Mountjoy 1999, p. 763, 766, no 102, fig. 298. On suivra la datation de P. Mountjoy, même si la jarre est de forme plus sphérique que FS 180. Pour les parallèles phocidiens (FM 18, FS 173), HR III B, voir Mountjoy 1999, p. 763, no 98 (Krisa inv. 6111), nos 99, 100 (Delphes), fig. 297.
Contexte : ensemble E, pièce a, « niveau plus élevé ».
Datation : HR III B.

Fig. 27 — Jarre à étrier inv. 6016.

Fig. 27 — Jarre à étrier inv. 6016.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6019. Coupe conique (kylix) (fig. 28). Recollée de 21 fragments ; bord et panse conservés, fond et pied reconstitués.
H. cons. : 9 cm (19 cm avec restauration) ; diam. 17,5‑18 cm (85% cons.) ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,97 L. Masse : 365 g.
Pâte fine, beige rosé (7.5YR 7/4, light reddish brown). Engobe beige (7.5YR 7/2, pinkish gray). Surface égalisée ; possible déformation à la cuisson.
Céramique mycénienne. Forme conique (FS 274) ; bord droit à lèvre amincie ; à l’origine, deux anses verticales arrondies (une seule conservée).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 48, pl. XXV.3. Comme pour le vase inv. 6020, voir les parallèles suivants : Mycènes : Mylonas Shear 1987, p. 72, pl. 17, nos 19‑21 (HR III B). Zygouriès : Blegen 1928, fig. 141‑142 (HR III B). Pylos : Blegen, Rawson 1966, p. 151‑153, fig. 363 et 364, Shape 29g (no 284). Schimatari : Mountjoy 1983, p. 80, nos 150, 151, fig. 32 (HR). Pour des exemples peints HR III C (FS 274) : e.g. Mountjoy 1999, p. 684, no 187, fig. 262 (Orchomène, HR III ancien), p. 714, nos 72, 73, fig. 274 (Lefkandi, HR III C moyen).
Datation : HR III B-III C ancien.

Fig. 28 — Coupe conique (kylix) inv. 6019.

Fig. 28 — Coupe conique (kylix) inv. 6019.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6020. Coupe (kylix) (fig. 29). Recollée de 11 fragments ; profil complet, sauf extrémité de la base ; anses reconstituées.
H. : 15,8 cm ; diam. bord : 16‑17 cm (5% cons.) ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,74 L. Masse : 340 g.
Pâte fine, beige orangé (5YR 6/6, reddish yellow), à inclusions blanches (< 0,3 cm).
Céramique mycénienne. Forme conique (FS 274) ; bord droit à lèvre arrondie ; pied à base concave, tige légèrement bombée.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, sous no 48. Pour les parallèles, voir ci‑dessus inv. 6019.
Datation : HR III B-III C ancien.

Fig. 29 — Coupe (kylix) inv. 6020.

Fig. 29 — Coupe (kylix) inv. 6020.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6022. Petite amphore (fig. 30). Recollée de 26 fragments ; profil complet.
H. : 14,7 cm ; diam. bord : 9,5 cm (100% ‑>AV ) ; diam. max. 13,7 cm ; ép. : 0,3‑0,6 cm. Capacité : 0,97 L. Masse : 565 g.
Pâte semi-grossière, brun gris (2.5YR 3/1 à 4/1, dark reddish gray), à inclusions blanches (< 0,3 cm). Surface lissée.
Forme globulaire ; bord légèrement épaissi et arrondi ; fond plat, légèrement bombé à l’intérieur ; deux anses verticales épaisses en ruban, à l’origine (une seule conservée, larg. : 2,1 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 12, pl. XXI.7 ; Lerat, Jannoray 1936, p. 139, fig. 7.2 à p. 143.
Datation : HM ?

Fig. 30 — Petite amphore inv. 6022.

Fig. 30 — Petite amphore inv. 6022.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6024. Jarre piriforme/conique (fig. 31). Recollée de 5 fragments ; profil complet.
H. : 17,5 cm ; diam. bord : 10,5 cm ; diam. fond : 6,8 cm ; diam. max. : 16 cm ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 1,45 L. Masse : 664 g.
Pâte fine, beige rosé (5YR 7/4, ligh reddish brown), à inclusions très fines blanches. Engobe beige jaune clair (10YR 8/2, very pale brown). Surface polie.
Céramique mycénienne. Forme conique (FS 30) ; bord plat, épaissi et saillant ; fond en tore ; trois anses verticales en ruban sur l’épaule. Peinture brun foncé à noir (5YR 2.5/1, black), brillante, effacée et écaillée par endroits.
Quatre registres de bandes ondulées (FM 53) séparées par de triples bandes horizontales ; bord et col peints, dessus des anses et fond peints ; bord peint à l’intérieur.
Lerat, Jannoray 1936, p. 141‑142, fig. 6, fig. 7, no 7 à p. 143 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 311, n. 1 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133, no 39, pl. XXIV.5 ; Mountjoy 1999, p. 748, fig. 288, no 3. Le vase désigné comme « amphoriskos à trois anses verticales » décoré de « festons » par les fouilleurs provient bien de la tombe no 2 (et pas no 3, comme indiqué en 1936, sur la fig. 6 de la p. 141). On suivra la datation de Mountjoy mais pas le type de forme proposé (FS 28, piriforme). Les parallèles indiqués par les fouilleurs (« Prosymna I, p. 390 ; Ch.‑Tombs, p. 151, 158, 171 »), qui peuvent être datés de l’HR I et de l’HR II A, sont donc plus anciens que la jarre conique inv. 6024. Pour le décor, voir toutefois Pavúk, Horejs 2012, p. 67, fig. 6, no 9 (Thermon, HR II A).
Contexte : tombe 27.
Datation : HR II B.

Fig. 31 — Jarre piriforme inv. 6024.

Fig. 31 — Jarre piriforme inv. 6024.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6025. Petite cruche basse (fig. 32). Recollée de 19 fragments ; profil complet.
H. : 7,3 cm ; diam. bord : 5,7 cm ; diam. fond : 4 cm ; diam. max. 10,5 cm ; ép. : 0,28 cm. Capacité : 0,16 L. Masse : 128 g.
Pâte fine, beige orangé (5YR 6/6, reddish yellow), à inclusions très fines blanches. Engobe beige orangé (7.5YR 6/6, reddish yellow), disparu par endroits.
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale basse (FS 87) ; bord évasé ; fond plat ; anse verticale en ruban (larg. 3 cm). Peinture rouge (10R 4/8, red), très effacée. Bord et col peints à l’intérieur et à l’extérieur ; traces de peinture sur la partie inférieure de la panse.
Lerat, Jannoray 1936, p. 137, fig. 7, no 4 à p. 143, contexte, voir p. 137 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 29, pl. XXIII.4. Les parallèles indiqués par les fouilleurs (« Ch.‑Tombs, p. 150 et 157 ; Prosymna I, p. 389 ») peuvent être datés de l’HR I et de l’HR II A. Le plus proche d’entre eux est celui de Prosymna, voir Mountjoy 1999, p. 82, no 10, fig. 10 (HR I). Le décor est trop effacé pour servir de critère de datation. Toutefois, pour des raisons de cohérence régionale, on suivra la datation proposée pour les parallèles phocidiens datés de l’HR II B, voir Mountjoy 1999, p. 748, nos 4 à 6.
Contexte : à quelque distance d’un squelette et un peu au‑dessus (voir tombe 1).
Datation : prob. HR II B.

Fig. 32 — Petite cruche basse inv. 6025.

Fig. 32 — Petite cruche basse inv. 6025.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.

6026. Amphorisque (fig. 33). Conservé intégralement ; profil complet.
H. : 9,7 cm ; diam. bord : 7,4 cm ; diam. fond : 4,2 cm ; diam. max. : 8,7 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,24 L. Masse : 163 g.
Pâte fine, rose orangé (2.5YR 6/6, light red), à inclusions blanches minuscules, quelques minuscules paillettes dorées et de rares petites vacuoles. Engobe claire (7.5YR 9/1, white).
Céramique à peinture mate. Forme galbée ; fond annulaire ; deux anses verticales en ruban (larg. : 1,65 cm). Peinture noire, mate, diluée, effacée par endroits. Deux zigzags, chacun bordé par des bandes horizontales sur le col et le haut de la panse ; traces de peinture sur le bord des anses et sur le dessus du bord.
Lerat, Jannoray 1936, p. 137, fig. 7, no 5 à p. 143, contexte, voir p. 136‑137 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 124, no 23, pl. XXII.6. Deux vases presque semblables (le décor varie quelque peu) de Krisa, décrits par les fouilleurs (nos 24 et 25). Voir aussi un amphorisque à pied conique de Kirrha, tombe 9, HM III B, voir Dor et al. 1960, p. 117, 136, no 66, pl. LI. Pour des amphorisques d’Argolide (HM III B à HR I B), voir Dietz 1991, p. 195‑198. Pour des amphorisques minyens, voir Sarri 2010, pl. 11.2‑6. Amphorisques HR I de Mitrou (C. Hale, S. Vitale, communication personnelle).
Contexte : tombe 1, près du crâne du squelette.
Datation : HR I.

Fig. 33Amphorisque inv. 6026.

Fig. 33 — Amphorisque inv. 6026.

Cl. L. Phialon, dessin EFA, L. Phialon.

6027. Canthare (fig. 34). Recollé de 20 fragments ; partie du bord et une anse reconstituées ; profil complet.
H. : 7,3 cm (avec anse), 4,6 cm (sans anse) ; diam. bord : 7,7 cm (40% cons.) ; ép. 0,3 cm. Capacité : 0,1 L. Masse : 75 g.
Pâte fine, grise (Gley 1 6/N, gray), poreuse, à inclusions blanches fines et vacuoles (< 0,2 cm). Surface probablement engobée grise (2.5Y 6/1, reddish gray), lissée à l’origine, très abîmée.
Minyen gris. Forme carénée ; bord éversé grand ; fond plat ; à l’origine, deux anses en ruban (larg. : 1,6 cm).
Lerat, Jannoray 1936, p. 136, fig. 7, no 6 à p. 143 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113, sous no 4. Ce vase désigné comme « skyphos bas à anses verticales surélevées » par les fouilleurs est semblable aux vases inv. 6098 et 6149 ; voir Goldman 1931, p. 138‑139, fig. 187, no 3 ; Maran 1992a, pl. 89.5, Beil. 15.16, p. 103, pl. 120.16, Beil. 16.11 ; Sarri 2010, pl. 8.
Datation : HM III.

Fig. 34 — Canthare inv. 6027.

Fig. 34 — Canthare inv. 6027.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6082. Petit cratère fragmentaire (fig. 35). Recollé de 25 fragments ; bord et panse conservés ; fond, pied et anses reconstitués.
H. cons. : 15,5 cm (19,2 cm avec restauration, mais pied probablement reconstitué à tort) ; diam. bord : 24,2 cm (60% cons.) ; ép. : 0,45‑0,55 cm. Capacité : ca 4 L. Masse : 856 g.
Pâte fine, beige orangé (7.5YR 6/6, reddish yellow) à beige mauve (7.5YR 6/3, light brown), à inclusions blanches (< 0,3 cm). Engobe beige orangé (7.5YR 6/8, reddish yellow).
Céramique mycénienne. Forme ovoïde conique (FS 279) ; bord éversé à lèvre plate carrée (larg. : 0,75 m) ; à l’origine, deux anses horizontales. Peinture brun foncé à noir (7.5YR 2.5/1, black), brillante à l’origine. Deux triples flammes (FM 19) sur chaque côté du vase, trois bandes horizontales sur la partie inférieure de la panse ; bord peint à l’extérieur et sur le dessus.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, sous no 32, pl. XXIII.8 ; Mountjoy 1999, p. 752, no 35, fig. 290 ; cf. Mountjoy 1990, fig. 11 à p. 255. Ce vase désigné comme « coupe profonde à pied » par les fouilleurs est proche des vases inv. 6081 et 6087, mais son bord s’en distingue. On suivra la classification (krater, ring‑based, FS 279 ; wavy stems, FM 19) et la datation de Mountjoy (sans reconstitution du pied).
Contexte : ensemble F, pièce g.
Datation : HR III A1.

Fig. 35 — Petit cratère inv. 6082.

Fig. 35 — Petit cratère inv. 6082.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6083. Coupe (gobelet) fragmentaire (fig. 36). Recollée de 36 fragments ; bord et panse conservés ; fond reconstitué.
H. cons. (avec anse) : 10,7 cm ; diam. bord : 15,7‑17,7 cm ; ép. : 0,5 cm. Capacité : 1,27 L. Masse : 448 g.
Pâte fine, beige orangé (7.5YR 6/6, reddish yellow) à rose orangé (2.5YR 6/6, light red   ), à rares inclusions blanches minuscules. Engobe beige (5YR 6/6, reddish yellow) à beige rougeâtre (2.5YR 5/6, red). Surface lissée.
Céramique mycénienne. Panse ovoïde conique (FS 254) ; bord éversé, large ; deux anses verticales en ruban.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, sous no 28. Coupe classée, comme les vases inv. 6085 et 6130, sous la céramique « prémycénienne » par les fouilleurs, mais parallèles de l’HR II : Nichoria (dépôt HR II A) : McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P3345, fig. 9‑12 ; Acropole d’Athènes, puits Z (avec céramique HM à HR III A1) : Mountjoy 1981, p. 37, nos 236, 237, fig. 20.
Datation : HR II (A ?).

Fig. 36 — Coupe (gobelet) inv. 6083.

Fig. 36 — Coupe (gobelet) inv. 6083.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6085. Coupe (gobelet) (fig. 37). Recollée de 46 fragments ; profil complet.
H. : 21 cm ; diam. bord : 21,1‑23,5 cm (75% cons.) ; diam. base : 10 cm ; ép. 0,5 cm. Capacité : ca 4 L. Masse : 1130 g.
Pâte fine, beige mauve (5YR 6/3 à 6/4, light reddish brown), à inclusions très fines blanches, nombreuses. Engobe beige jaune, visible sous le pied (10YR 8/2, very pale brown). Traces de tournage sous la base du pied. Surface lissée, brûlée par endroits.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (FS 263) ; bord éversé, large ; pied à base légèrement dômée, évasée et à extrémité plate verticale ; deux anses verticales en ruban (larg. : 3,5 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 28, pl. XXIII.2. Coupe classée, comme les vases inv. 6083 et 6130, sous céramique « prémycénienne » par les fouilleurs, mais parallèles de l’HR II : Acropole d’Athènes, puits Z (avec céramique HM à HR III A1) : Mountjoy 1981, p. 37, nos 236, 237, fig. 20, pour le pied, p. 24, no 85, fig. 10 ; pour la forme du pied, voir Nichoria (mixed LH IIA deposit) : McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P3309, fig. 9‑9, pour le corps, p. 528, P3345, fig. 9‑12.
Datation : HR II (A ?).

Fig. 37 — Coupe (gobelet) inv. 6085.

Fig. 37 — Coupe (gobelet) inv. 6085.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6087. Coupe (gobelet) (fig. 38). Recollée de 6 fragments ; profil complet.
H. : 10 cm ; diam. bord : 12‑13 cm (ca 15% cons.) ; diam. base : 6,2 cm ; ép. : 0,52 cm. Capacité : 0,5 L. Masse : 225 g.
Pâte fine, beige (7.5YR 6/4, light brown), à inclusions fines blanches. Engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown). Suface polie.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (FS 254 ou FS 255) ; bord éversé, légèrement concave ; pied bas à base concave ; deux anses, l’une conservée (larg. : 1,88 cm), l’autre reconstituée. Peinture brun foncé (2.5YR 3/2, dusky red   ) à brun rouge dilué (2.5YR 3/6, dark red), brillante. Deux triples flammes (FM 19) sur chaque côté de l’anse et départ de troisième triple flammes, trois bandes horizontales sur la partie inférieure de la panse, bord peint à l’intérieur et à l’extérieur, bande au passage vers le pied.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, sous no 32. Les fouilleurs indiquent deux autres coupes semblables, inv. 6081 (Mountjoy 1999, p. 752, no 30, fig. 290, HR III A1) et 6082. Le vase inv. 6081 correspond bien à une coupe/gobelet, tandis que le vase inv. 6082 peut être considéré comme un petit cratère, dont la forme ressemble certes très fortement à celle d’un gobelet. Pour le motif de « flammes », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129 ; Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744.
Contexte : ensemble F, pièce h, « en profondeur ».
Datation : HR III A1.

Fig. 38 — Coupe (gobelet) inv. 6087.

Fig. 38 — Coupe (gobelet) inv. 6087.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann.

6088. Coupe (gobelet) à une anse (fig. 39). Recollée de 5 fragments ; profil complet.
H. : 10,5 cm ; diam. bord : 11,8 cm ; diam. base : 6 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,42 L. Masse : 258 g.
Pâte fine, brune (7.5YR 5/6, strong brown), poreuse, à inclusions blanches fines et noires arrondies minuscules. Surface égalisée.
Céramique mycénienne non peinte. Forme hémisphérique (FS 255) ; bord légèrement éversé, à lèvre fendue ; pied à base dômée et extrémité fendue ; anse à ruban (larg. 1,8 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 46, pl. XXV.4. Parallèles : Papazoglou-Manioudaki 2015, p. 318, fig. 13a‑13b (Aigion, HR II), deux anses ; Mountjoy 1981, p. 24, no 85, fig. 10 (FS 263, Athènes, Acropole, puits E), au pied semblable à inv. 6086.
Datation : HR (II B‑)III A1.

Fig. 39 — Coupe (gobelet) inv. 6088.

Fig. 39 — Coupe (gobelet) inv. 6088.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6090. Tasse semi-globulaire (fig. 40). Recollée de 5 fragments ; profil complet.
H. : 8 cm ; diam. bord : 11,4‑12 cm ; diam. fond : 5 cm ; ép. : 0,6 cm. Capacité : 0,39 L. Masse : 278 g.
Pâte fine, beige (entre 7.5YR 6/4, light brown, et 7.5YR 6/6, reddish yellow), poreuse, à inclusions blanches minuscules, paillettes dorées et vacuoles.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (FS 214) ; bord à lèvre épaissie ; fond annulaire ; anse en ruban (larg. : 2,3 cm).
Peinture brun foncé à brun rouge (2.5YR 2.5/4, reddish brown, à 2.5YR 3/6, dark red), très effacée. Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 49, pl. XXV.6 ; Mountjoy 1999, p. 756, n. 67. On suivra la classification (« knobbed rim ») et la datation de Mountjoy. Comme indiqué par les fouilleurs, deux autres tasses semblables proviennent également de Krisa (inv. 6089 et 6153). Pour une tasse décorée (FS 214), voir Mountjoy 1999, p. 535, no 166, fig. 193 (Trachones, HR III A2).
Contexte : Dans les documents écrits conservés aux archives de l’EfA (PHO‑LO 2‑C2), il est mentionné : « 6090 : 1 coupe du cellier h. 0.16 diam. 0.165 [...]). Comme la forme du vase ainsi que les mesures indiquées ne correspondent ni à ce qui est mentionné dans le BCH 62 ni à ce que l’on a constaté au musée de Delphes, on préférera ne pas rapporter la tasse inv. 6090 à la coupe mentionnée sous ce numéro dans le document d’archives.
Datation : HR III A2.

Fig. 40 — Tasse semi-globulaire inv. 6090.

Fig. 40 — Tasse semi-globulaire inv. 6090.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6091. Truncated stemmed bowl fragmentaire (fig. 41). Recollé de 13 fragments ; bord, panse et anses conservée ; fond reconstitué.
H. cons. : 11,3 cm (12,6 cm avec restauration) ; diam. 18,4 cm (55% cons.) ; ép. : 0,6 cm. Capacité : 2,2 L. Masse : 623 g.
Pâte semi-fine, beige mauve (2.5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions blanches (0,3 cm) et gris foncé très fines. Traces de tournages visibles sur le bord.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique ; bord à lèvre légèrement éversée ; deux anses horizontales arrondies. Peinture rouge (10R 5/8, red) à noir (10R 2.5/1, reddish black), brillante. Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 136, no 44, pl. XXV.1 ; Mountjoy 1999, p. 759, n. 70, p. 762, n. 73. Vase désigné comme « grand bol ou cratère ». Selon les fouilleurs, trois autres vases sont semblables (inv. 6092, 6107, 6129), mais inv. 6107 correspond à un cratérisque. Les vases inv. 6091, 6092 et 6129 ont un diamètre de moins de 20 cm. Pour des exemples attiques, voir Mountjoy 1999, p. 541, nos 202 à 204, fig. 196, et béotiens, p. 669‑671, nos 107 à 109, fig. 255.
Contexte : ensemble F, pièce g, couches supérieures.
Datation : HR III A2.

Fig. 41 — Truncated stemmed bowl inv. 6091.

Fig. 41 — Truncated stemmed bowl inv. 6091.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6092. Truncated stemmed bowl (fig. 42). Recollé de 9 fragments ; profil complet.
H. : 8 cm ; diam. bord : 12,6 cm (90% cons.) ; diam. fond : 5,7 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,5 L. Masse : 224 g.
Pâte fine, beige (7.5YR 6/4, light brown), à inclusions blanches minuscules. Traces de tournage visibles sous le fond.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (proche de FS 279) ; bord légèrement éversé ; fond annulaire ; deux anses horizontales arrondies, l’une d’elles en grand partie reconsituée. Peinture brun très foncé (2.5YR 2.5/1, reddish black) à brun rouge dilué (2.5YR 3/6, dark red   ), brillante, effacée par endroits. Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 136, sous no 44. Pour les parallèles, voir inv. 6091.
Datation : HR III A2.

Fig. 42 — Truncated stemmed bowl inv. 6092.

Fig. 42 — Truncated stemmed bowl inv. 6092.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6096. Canthare (fig. 43). Recollé de 10 fragments ; profil complet.H. : 10 cm (sans anse), 12 cm (avec anse) ; diam. bord : 12,2‑13 cm (75% cons.) ; diam. fond : 5 cm ; diam. max. : 14 cm ; ép. : 0,5 cm. Capacité : 0,75 L. Masse : 399 g.
Pâte semi-grossière, beige mauve (5YR 6/3 à 6/4, light reddish brown), à inclusions grises arrondies (0,4 cm) et blanches minuscules, paillettes dorées et chamotte mauve (0,5 cm). Engobe beige orangé (7.5YR 6/6, reddish yellow). Surface probablement lissée à l’origine, abîmée.
Imitation de minyen jaune. Forme légèrement carénée ; bord éversé, large ; fond plat ; deux anses verticales épaisses (larg. : 1,8 cm, ép. : 1 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119, no 19, pl. XXII.2. La pâte de ce vase, désigné comme « skyphos à deux anses verticales » par les fouilleurs, comporte de trop gros dégraissants pour être classée comme Minyen jaune. Sa pâte et son engobe beige le rapprochent de la cruche inv. 6014. Toutefois, le canthare est une forme fréquente parmi les classes fines lissées, voir un canthare d’Orchomène (minyen gris), voir Sarri 2010, p. 242, no 8, pl. 4 ; pour un canthare minyen jaune, voir Sarri 2010, p. 242, no 3, pl. 4. Tsoungiza (HR I) : D242 (J. Rutter, communication personnelle).
Contexte : bâtiment D.
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 43 — Canthare inv. 6096.

Fig. 43 — Canthare inv. 6096.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6097. Tasse (fig. 44). Recollée de 24 fragments ; profil complet.
H. : 9,2 cm ; diam. bord : 11,2‑11,6 cm (90% cons.) ; ép. : 0,25‑0,35 cm. Capacité : 0,53 L. Masse : 265 g.
Pâte semi-grossière, brun rouge (2.5YR 4/8, red), à inclusions gris noir (0,4 cm) et blanches fines, possible chamotte rouge clair (0,5 cm) et beige (0,3 cm). Surface lissée, brûlée par endroits.
Forme globulaire ; bord légèrement éversé ; fond assez plat ; anse verticale surélevée.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 314 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, no 7, pl. XXI.1. Pour quatre tasses semblables (« surface polie à la brosse et cuisson négligée, taches noirâtres produites par coup de feu »), voir inv. 6099, 6102, 6103 et 6136.
Contexte : tombe 15.
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 44 — Tasse inv. 6097.

Fig. 44 — Tasse inv. 6097.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6098. Canthare (fig. 45). Recollé de 10 fragments ; profil complet.
H. : 7,5 cm (avec anse), 4,5 cm (sans anse) ; diam. bord : 10 cm (75% cons.) ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,16 L. Masse : 101 g.
Pâte fine, gris beige (10YR 6/2, light brownish gray), à inclusions blanches fines. Engobe gris 10YR 5/1, lissé.
Minyen gris. Forme carénée ; bord légèrement éversé ; fond plat ; anse verticale surélevée, en ruban (larg. : 1,8 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113, no 4, fig. 3.1. Vase désigné comme « skyphos bas à anses verticales surélevées », classé comme minyen gris, à juste titre, par les fouilleurs. Pour des canthares semblables, voir inv. 6027 et 6149 ; Maran 1992a, pl. 89.5, Beil. 15.16 ; Sarri 2010, pl. 8.
Datation : HM II‑III.

Fig. 45 — Canthare inv. 6098.

Fig. 45 — Canthare inv. 6098.

Cl. L. Phialon, dessin B. Konnemann, L. Phialon.

6099. Tasse (fig. 46). Recollée de 4 fragments ; profil complet.
H. cons. : 9 cm ; diam. bord : 12‑12,5 cm ; ép. : 0,5‑0,6 cm. Capacité : 0,7 L. Masse : 313 g.
Pâte semi-grossière, brun rouge (2.5YR 5/6, red) à brun (7.5YR 5/4, brown), à inclusions noires arrondies (<0,4 cm) et blanches minuscules, paillettes dorées visibles sur la face intérieure. Surface lissée à l’extérieur, égalisée à l’intérieur, brûlée par endroits.
Forme hémisphérique ; bord légèrement évasé ; fond plat ; anse épaisse verticale en ruban (larg. : 2,2 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, sous no 7. Pour quatre tasses semblables, voir inv. 6097, 6102, 6103 et 6136.
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 46 — Tasse inv. 6099.

Fig. 46 — Tasse inv. 6099.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6101. Tasse à fond pointu (fig. 47). Recollée de 2 fragments ; profil complet.
H. : 8,5 cm (avec anse) ; diam. bord : 7,7 cm (30% cons.) ; diam. max. : 8,8 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,25 L. Masse : 250 g.
Pâte semi-grossière, rouge brique (10R 5/4, weak red) à brun (5YR 5/4, reddish brown) à la surface, à inclusions grises (0,3 cm) et mauves, paillettes dorées, quelques vacuoles. Surface égalisée, brûlée sur un côté, gris foncé sur le fond.
Forme ovoïde ; bord légèrement éversé ; fond pointu.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 10, pl. XXI.5. Pour deux tasses semblables de Koumoula, voir Touchais 1981, p. 188‑189, fig. 45, nos 14‑15.
Contexte : ensemble F, pièce g, premier état.
Datation : possible intrusion HM, en contexte de l’HR III A1.

Fig. 47 — Tasse à fond pointu inv. 6101.

Fig. 47 — Tasse à fond pointu inv. 6101.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6104. « Biberon » (fig. 48). Recollé de 14 fragments, anse transversale et bec reconstitués ; profil complet.
H. cons. : 6,5 cm ; diam. bord : 6,1 cm (90% cons.) ; diam. max. : 6,8 cm ; diam. pied : 3,8 cm ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,07 L. Masse : 84 g.
Pâte fine, beige verdâtre (10YR 6/2, light brownish gray), à inclusions blanches minuscules. Surface grise (brûlée ?).
Céramique mycénienne. Forme globulaire (FS 158) ; bord éversé ; fond annulaire haut ; départ d’anse transversale ; ouverture sur la panse au départ du bec. Peinture noire (10YR 2/1, black), brillante à l’origine, effacée par endroits et terne. Trois triples flammes (FM 19) et bande horizontale sur la panse ; bord et fond peints ; bande fine à l’intérieur, au bord.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133‑134, no 40, pl. XXIV.7 ; Mountjoy 1999, p. 748, no 7, fig. 288 ; cf. Mountjoy 1990, fig. 11 à p. 255. Pour ce vase désigné comme « amphoriskos à bec et anse transversale », les fouilleurs proposent plusieurs parallèles, qui toutefois correspondent soit au biberon à bec ponté, soit au biberon FS 159, qui possède un col. Le bec devait toutefois être tubulaire. Forme proche du type FS 159. Pour le motif de « flammes », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129 ; Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744.
Contexte : ensemble F, pièce g, premier état.
Datation : HR II B (ou début HR III A1).

Fig. 48 — « Biberon » inv. 6104.

Fig. 48 — « Biberon » inv. 6104.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6106. Cruche (fig. 49). Recollée de 26 fragments ; profil complet.
H. cons. 16,6 cm (avec anse), 16,2 (sans anse) ; diam. bord : 6,5 cm (20% cons.) ; diam. fond : 5,1 cm ; diam. max. : 12,9 cm ; ép. : 0,42 cm. Capacité : 0,75 L. Masse : 400 g.
Pâte semi-fine, beige orangé (7.5YR 6/6, reddish yellow) à gris (7.5 YR 4/1, dark gray), à inclusions blanches (< 0,2 cm). Surface lissée à l’origine.
Forme ovoïde ; bord évasé, dans la continuité du col ; fond annulaire peu prononcé ; anse verticale en ruban (larg. 2,1 cm).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 128, sous no 31. Vase cité avec deux autres cruches (inv. 6113 et 6015) par les fouilleurs. Il ne ressemble toutefois pas à la forme globulaire de la cruche inv. 6113.
Datation : début HR.

Fig. 49Cruche inv. 6106.

Fig. 49 — Cruche inv. 6106.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6107. Cratérisque (fig. 50). Recollé de 23 fragments ; profil complet, mais grande partie du vase reconstituée.
H. : 19 cm ; diam. bord : 22,7‑23 cm (25% cons.) ; diam. max. : 24,3 cm ; ép. : 0,6 cm. Capacité : 5,2 L. Masse : 1387 g.
Pâte fine, beige mauve (5YR 6/3, light reddish brown), à inclusions blanches fines.
Céramique mycénienne. Forme globulaire (proche de FS 279) ; bord rentrant à lèvre éversée ; fond annulaire ; à l’origine, deux anses horizontales arrondies (une seule conservée). Peinture rouge brun (2.5YR 4/8, red), brillante. Extérieur et intérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 136, sous no 44 ; Mountjoy 1999, p. 759, 762, no 75, fig. 295. Pour ce « grand bol ou cratère », les fouilleurs citent en comparaison les vases inv. 6091, 6092, 6129, qui sont toutefois de plus petites dimensions (diamètre de moins de 20 cm) et ici identifiés comme truncated stemmed bowls. On suivra donc la désignation de « cratérisque » ainsi que la datation proposée par Mountjoy. Parallèles : Mountjoy 1999, p. 274, no 133, fig. 91 (H. Stephanos, Laconie, HR III A2) ; pour des exemples peints phocidiens, voir p. 759, nos 73, 74, fig. 295 (Delphes).
Datation : HR III A2.

Fig. 50Cratérisque inv. 6107.

Fig. 50 — Cratérisque inv. 6107.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6108. Jarre à étrier (fig. 51). Recollée de 52 fragments ; panse et fond conservés ; « étrier » (goulot‑anses) et bec restaurés.
H. cons. : 18 cm (23,3 cm avec restauration) ; diam. pied : 10,7 cm (70% cons.) ; diam. max. : 21,5 cm. Masse : 1124 g.
Pâte fine, beige (10YR 7/4, very pale brown), à inclusions blanches minuscules. Engobe beige clair, grisâtre (7.5YR 8/1, white). Surface brûlée par endroits.
Céramique mycénienne. Forme ovoïde conique (proche de FS 175) ; pied creux évasé.
Peinture noire, effacée. Frise d’un motif effacé, probablement de lignes ondulées (FM 53) sur l’épaule ; bandes fines et plus larges au‑dessus de la frise, bandes fines au‑dessous ; partie de la panse peinte ; fond et pied peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143, no 64, pl. XXVII.5. Pour une autre jarre à étrier, voir inv. 6109. Cette forme de vase est bien mycénienne. Pour un exemple plus aplati (FS 182), voir Mountjoy 1999, p. 548, no 230, fig. 199 (Athènes, HR III B1). Voir aussi les variantes de la forme 65d dans Blegen, Rawson 1966, fig. 392.
Datation : HR III B.

Fig. 51Jarre à étrier inv. 6108.

Fig. 51 — Jarre à étrier inv. 6108.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6109. Jarre à étrier (fig. 52). Recollée de 6 fragments ; panse et fond conservés ; « étrier » (goulot‑anses) et bec restaurés.
H. cons. 9,6 cm (13,5 cm avec restauration) ; diam. fond : 6,5 cm ; diam. max. : 13 cm. Masse : 307 g.
Pâte fine, beige rosé (7.5YR 7/4, pink), assez poreuse. Engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown). Surface polie.
Céramique mycénienne. Piriforme (FS 182) ; fond annulaire saillant. Peinture brun foncé (2.5YR 3/1, dark reddish gray) à rouge (2.5YR 6/6, light red), brillante à l’origine, effacée et écaillée. Frise de chevrons (FM 58) sur l’épaule, bandes fines et larges sur la panse ; fond peint.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143, no 63, pl. XXVII.4 ; Mountjoy 1999, p. 763, 766, no 106, fig. 298. On suivra la classification et la datation de Mountjoy. Voir un exemple proche (FS 182, FM 18), voir Mountjoy 1999, p. 222, no 131, fig. 70 (Zygouriès, HR III B). Pour le décor, voir jarre à étrier inv. 6110.
Datation : HR III B.

Fig. 52 — Jarre à étrier inv. 6109.

Fig. 52 — Jarre à étrier inv. 6109.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6110. Jarre à étrier (fig. 53). Recollée de 19 fragments ; profil complet.
H. : 9,5 cm ; diam. fond : 5,3 cm ; diam. max. : 13,2 cm. Masse : 304 g.
Pâte fine, beige (10YR 7/2, light gray), à inclusions blanches minuscules. Engobe écaillé, beige clair (10YR 8/2, very pale brown).
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale aplatie (FS 180) ; faux goulot à bouton supérieur (diam. : 3 cm) rejoint par deux anses ; fond annulaire. Peinture brillante à l’origine, effacée, brun foncé (10YR 2/2, very dark brown), diluée brun (10YR 5/4, yellowish brown). Chevrons (FM 58) à remplissage de rosettes faites de points sur l’épaule ; bandes épaisses et fines horizontales sur l’épaule ; cercles concentriques sur le disque du faux goulot.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143, no 62, pl. XXVII.3, fig. 20.3 à p. 139 ; Mountjoy 1999, p. 763, 766, no 103, fig. 298. On suivra la classification et la datation de Mountjoy. Pour la forme (FS 180), voir Mountjoy 1999, p. 140, no 254, fig. 34 (Mycènes, HR III B1), p. 220‑222, no 130, fig. 70 (Zygouriès, HR III B). Pour le décor (FM 58), voir jarre à étrier inv. 6109.
Contexte : ensemble F, pièce j.
Datation : HR III B.

Fig. 53 — Jarre à étrier inv. 6110.

Fig. 53 — Jarre à étrier inv. 6110.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6111. Jarre à étrier (fig. 54). Recollée de 2 fragments ; profil complet, mais bec reconstitué.
H. : 14 cm ; diam. fond : 5,2 cm ; diam. max. : 13,8 cm. Masse : 370 g.
Pâte fine, beige (7.5YR 7/4), à inclusions blanches minuscules.
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale (FS 171, avec faux goulot correspondant à FS 173) ; faux goulot à bouton supérieur (diam. : 3,6 cm) rejoint par deux anses à l’origine (l’une conservée, l’autre rconstituée) ; fond annulaire. Engobe beige clair (10YR 8/2).
Peinture noire (5YR 2.5/1, black) à brun (5YR 4/6, yellowish red), brillante, effacée sur la partie inférieure de la panse.
Cinq fleurs de papyrus triangulaire (FM 18) sur l’épaule ; bandes larges et fines alternées ; frise de zigzags ; bande large et une autre plus bas ; bande à la base du bec ; fond peint ; anse peinte, avec triangle réservé près du faux goulot ; cercles concentriques sur le disque du faux goulot.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320, fig. 21 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142, no 61, pl. XXVII.2, fig. 20.2 à p. 139, voir p. 143 ; Mountjoy 1999, p. 763, no 98, fig. 297. On suivra la datation de Mountjoy. Pour des parallèles phocidiens de l’HR III B (FM 18, FS 173), voir Mountjoy 1999, p. 763, nos 99, 100, fig. 297 (Delphes), p. 766, no 102 (Krisa, inv. 6016).
Contexte : ensemble F, pièce j.
Datation : HR III B.

Fig. 54Jarre à étrier inv. 6111.

Fig. 54 — Jarre à étrier inv. 6111.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.

6113. Remarque : vase retrouvé au musée de Delphes, inscrit « 6114 » (mais il s’agit d’une erreur par rapport au numéro indiqué dans le BCH 62).
Cruche (fig. 55). Recollée de 35 fragments ; profil complet. Retrouvée effondrée au musée de Delphes (parties remises ensemble pour la photo).
H. : 32,3 cm ; diam. bord restauré : 12,2 cm (40% cons.) ; diam. max. : 28,2 cm ; ép. : 0,35 cm. Masse : 1550 g.
Pâte semi-grossière, brun chocolat (5YR 5/4, reddish brown), à inclusions blanches et brun gris (général : 0,3 cm ; exception : 0,6 cm), vacuoles, paillettes dorées visibles sur la face intérieure. Surface égalisée.
Forme globulaire ; bord évasé et col cylindrique ; fond plat ; anse arrondie.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 128, no 31, pl. XXIII.6. Vase cité avec deux autres cruches (inv. 6015 et 6106). La cruche inv. 6113 est toutefois globulaire et ne ressemble pas aux deux autres exemplaires.
Datation : début HR ?.

Fig. 55Cruche inv. 6113.

Fig. 55 — Cruche inv. 6113.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6114. Grande hydrie fragmentaire (fig. 56). Recollée de 51 fragments ; grande partie de la panse et du col conservés ; reste du vase reconstitué (voir commentaire ci‑dessous). Retrouvée effondrée au musée.
H. cons. : 36 cm (38 cm avec restauration) ; diam. max. : ca 38 cm (ca 55%) ; ép. : 0,5 cm. Masse : 5758 g.
Pâte fine, brune (7.5YR 5/6, strong brown), à inclusions blanches fines. Engobe beige (7.5YR 7/2, pinkish gray).
Céramique mycénienne. Forme globulaire-conique (FS 128) ; col légèrement évasé ; anse verticale cannelée partant du haut du col.
Peinture noire (7.5YR 2.5/1, black), brillante à l’origine, effacée par endroits. Bande large horizontale, bordée par trois bandes plus fines sur l’épaule ; bande large plus bas, bordée de bandes plus fines.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320, fig. 20 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142, no 56, pl. XXVI.6. Au musée de Delphes, deux vases sont inscrits avec le numéro 6114 : il s’agit ici du bon numéro pour l’hydrie, mais d’une erreur d’inscription pour la cruche, qui correspond au numéro 6113, publié en 1938. la photo publiée du vase montre que son bord était également conservé et recollé. Pour une hydrie de forme plus globulaire, à anse à section ronde partant du bord (FS 128), voir Mountjoy 1986, p. 103, fig. 124, no 1 (Phylakopi, HR III B1) = Mountjoy 1999, p. 909, no 103, fig. 369.
Contexte : ensemble F, pièce j.
Datation : HR III B.

Fig. 56Grande hydrie inv. 6114.

Fig. 56 — Grande hydrie inv. 6114.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann.

6115. Petite amphore (fig. 57). Recollée de 24 fragments ; panse et fond conservés ; bord reconstitué.
H. cons. : 17,6 cm (19,4 cm avec restauration) ; diam. fond : 4,85 cm ; diam. max. : 12,1 cm. Masse : 329 g.
Pâte fine, rose beige (2.5YR 7/3, light reddish brown), aucun dégraissant visible. Engobe jaune clair verdâtre (2.5Y 8/2, pale brown), friable.
Céramique mycénienne. Piriforme-ovoïde (proche de FS 168) ; col étroit cylindrique ; anse verticale épaisse (partant du haut du col à épaule) ; fond en tore.
Peinture brillante, brun foncé (7.5YR 2.5/3, very dark brown) à brun dilué (7.5YR 4/6, strong brown), écaillée par endroits. Bande à la base du col ; six bandes fines et une bande plus large horizontales sur la partie supérieure de la panse ; bande large au bas de la panse ; fond peint, mais partie réservée au niveau du tore ; parties latérales de l’anse conservée peintes, ovale peint sur son dessus.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 323 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, sous no 55, pl. XXVI.3. Les fouilleurs rapportent en 1937 que, de la pièce s, « provient une amphore HR III b, inv. 6117, trouvée presque intacte le long du mur Nord-Ouest ». Il s’agit probablement d’une erreur, car le numéro inv. 6117, publié en 1938 correspond à une tasse. Au musée, aucun vase portant le numéro 6117 n’a été retrouvé. En revanche, deux vases portent le numéro 6115, l’amphore décrite ici, et la tasse qui correspond au numéro inv. 6117 du BCH 62 (1938). Les parallèles indiqués par les fouilleurs en (« Ch.‑Tombs, p. 168 ; Prosymna II, fig. 327 ») peuvent être datés de l’HR III A2-III B1.
Contexte : ensemble G, pièce s, le long du mur nord‑ouest.
Datation : HR III B.

Fig. 57Petite amphore inv. 6115.

Fig. 57 — Petite amphore inv. 6115.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6116. Remarque : vase retrouvé au musée de Delphes, inscrit « 6113 » (mais il s’agit d’une erreur par rapport au numéro indiqué dans le BCH 62).
Cruche fragmentaire (fig. 58). Recollée de 23 fragments ; col, panse et anse conservés ; bord et fond reconstitués.
H. cons. : 19,5 cm ; diam. max. : 19 cm. Masse : 834 g.
Pâte semi-fine, beige mauve (2.5YR 6/3, light reddish brown), à inclusions blanches (0,3 cm). Engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown).
Céramique mycénienne. Forme ovoïde (FS 120, globulaire) ; col légèrement évasé ; anse verticale cannelée (larg. : 2 cm).
Peinture, brun foncé (2.5YR 2.5/1, reddish black) à rouge effacé (2.5YR 5/8, red), brillante à l’origine. Bandes fines sur l’épaule, suivie d’une bande large sur la panse, puis bandes plus fines horizontales ; dessus de l’anse peint.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142, no 57, pl. XXVI.5. Pour des cruches de forme assez proche, FS 120, voir Mountjoy 1999, p. 134, no 235, fig. 32 (Berbati, HR III B1), p. 147, no 280, fig. 37 (Mycènes, HR III B2), p. 544, no 217, fig. 197 (Vourvatsi, HR III B1).
Datation : HR III B.

Fig. 58Cruche inv. 6116.

Fig. 58 — Cruche inv. 6116.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6117. Remarque : vase retrouvé au musée de Delphes, inscrit « 6115 » (mais il s’agit d’une erreur).
Tasse à anse de panier (fig. 59). Recollée de 2 fragments, anse reconstituée ; profil complet.
H. cons. : 6,5 cm (sans anse), 9,8 cm (avec anse restaurée) ; diam. bord : 8 cm ; diam. max. : 8,2 cm ; ép. : 0,5‑0,6 cm. Capacité : 0,1 L. Masse : 170  g.
Pâte semi-grossière, rouge brun (2.5YR 5/8, red) à brun noirci (5YR 4/1, dark gray), à inclusions rouge clair (2.5YR 6/6, light red) correspondant probablement à de la chamotte (0,6 cm), paillettes dorées visibles sur la face intérieure. Surface lissée.
Forme hémisphérique ; bord légèrement éversé, large ; fond bombé ; départs d’anse de panier.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 11, pl. XXI.4. Pour la forme (céramique à peinture mate), voir inv. 6142. Forme ici plus arrondie que l’exemple d’Eutrésis (céramique domestique HM), voir Goldman 1931, p. 177, fig. 245, no 5.
Datation : HR I.

Fig. 59Tasse à anse de panier inv. 6117.

Fig. 59 — Tasse à anse de panier inv. 6117.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6119. Cruche basse fragmentaire (fig. 60). Recollée de 6 fragments ; panse et fond conservés ; bord reconstitué.
H. cons. : 6,9 cm (7,3 cm avec restauration) ; diam. bord : 5,6 cm ; diam. fond : 3,6 ; diam. max. : 8,5 cm ; ép. : 0,53 cm. Capacité : 0,18 L. Masse : 138 g.
Pâte fine, beige mauve (2.5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions blanches fines. Engobe beige orangé (5YR 6/6, reddish yellow). Surface lissée.
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale basse (FS 87), légèrement biconique ; départ de bord éversé ; départ de l’anse verticale sur la partie inférieure de la panse ; fond plat. Peinture brun foncé (2.5YR 2.5/1, reddish black, à 2.5YR 2.5/4, dark reddish brown), brillante. Bande fine légèrement courbe passant sur la panse ; trois bandes fines horizontales sur la partie inférieure de la panse.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133, no 36, pl. XXIV.6. On ne retrouve pas le vernis noir mentionné en 1938 ni les mêmes dimensions. La cruche inv. 6025 est de forme plus aplatie et arrondie. Pour trois exemples phocidiens plus proches, voir Mountjoy 1999, p. 748, nos 4 à 6, fig. 288 (HR II B).
Datation : HR II B.

Fig. 60Cruche basse inv. 6119.

Fig. 60 — Cruche basse inv. 6119.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6120. Jarre miniature (fig. 61). Recollée de 11 fragments ; profil complet.
H. : 6 cm ; diam. bord : 2,7 (30% cons.) ; diam. fond : 2,4 cm ; diam. max. : 5,6 cm ; ép. : 0,48 cm. Capacité : 0,07 L. Masse : 62 g.
Pâte semi-grossière, beige gris noirci (5YR 4/1, dark gray) à rouge brique (2.5YR 4/8, red   ), à inclusions blanches (< 0,3 cm) et anguleuses noires fines.
Forme ovoïde ; bord rentrant à lèvre épaissie ; fond plat avec léger sillon.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116, no 14, pl. XXI.8.
Datation : HM ou début HR.

Fig. 61Jarre miniature inv. 6120.

Fig. 61 — Jarre miniature inv. 6120.

Dessin EFA, L. Phialon.

6121. Askos (fig. 62). Recollé de plus de 8 fragments. Retrouvé effondré au musée ; extrémité manquante.
H. : 5,5 cm (sans anse), 8,6 cm (avec anse) ; long. : 12,4 cm ; larg. : 5,8 cm ; ép. : 0,5 cm. Masse : 389 g.
Pâte fine, brun rouge (2.5YR 4/6 à 5/6, red   ), très compacte et dure. Engobe beige verdâtre (10YR 7/3).
Céramique mycénienne. Forme en demi-lune (FS 194) ; anse plate transversale. Peinture noire (2.5YR 2.5/1, reddish black), effacée. Bandes courbes longitudinales sur la panse.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143, no 66, pl. XXVII.7 ; Mountjoy 1999, p. 766, no 109, fig. 298. Les parallèles indiqués par les fouilleurs (« Ch.‑Tombs, p. 172 ; Προϊστορικὴ Ἐλευσίς, p. 126, fig. 106, no 370 ; Prosymna II, p. 305, no 745 ») peuvent être datés de l’HR III. Selon P. Mountjoy (1999, p. 766, no 109), les bandes peintes sur le corps, de manière assez droite, correspondent bien à un trait HR III B ; voir aussi Mylonas Shear 1987, fig. 15, no 108  (HR III B). On suivra donc cette datation. Pour d’autres askoi, voir Mountjoy 1999, fig. 28, no 13, fig. 253, no 90 (HR III A2). Pour une petite amphore à pâte similaire, voir inv. 6134.
Datation : HR III B.

Fig. 62Askos inv. 6121.

Fig. 62 — Askos inv. 6121.

Cl. L. Phialon ; dessin EFA, B. Konnemann.

6123. Amphore à anses sur la panse (év. hydrie) fragmentaire (fig. 63). Recollée de 17 fragments, panse et fond conservés, bord, col et anse verticale reconstitués.
H. cons. : 17,3 cm (21,2 cm avec restauration) ; diam. max. : 16,9 cm ; ép. : 0,5‑0,7 cm. Capacité : ca 2,3 L. Masse : 939 g.
Pâte semi-fine, brun chocolat (5YR 5/4, reddish brown), à inclusions blanches (0,3 cm). Engobe brun mauve (7.5YR 5/4, brown), écaillé. Surface polie à l’origine, abîmée.
Céramique mycénienne. Forme globulaire (FS 58) ; fond saillant concave ; deux anses horizontales arrondies. Peinture brun foncé ou noire (7.5YR 2.5/1, black), brillante, effacée et écaillée. Triple bande ondulée horizontale (FM 53) sur la panse, au niveau des anses ; quadruple bande sur chaque épaule ; double bande horizontale sur la partie inférieure de la panse ; bande sur le dessus de chaque anse et fine bande autour de leur départ, les deux tombant sur la partie inférieure de la panse.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133, no 38, pl. XXIV.2. Mountjoy 1999, p. 785, no 268, fig. 310. On suivra la datation de Mountjoy pour ce vase désigné comme « hydrie » (anse verticale incertaine) et attribué à la période « prémycénienne » par les fouilleurs. Les meilleurs parallèles correspondent à des amphorisques (FS 59) d’Attique, voir Mountjoy 1999, p. 603, no 504, fig. 225 (Athènes, HR III C récent). La forme FS 58 peut inclure des vases à col plus étroit, voir Mountjoy 1999, p. 603, no 503, fig. 225 (Pérati, HR III C récent).
Contexte : ensemble F, pièce g, premier état ; mais intrusion de couches supérieures très probablement.
Datation : HR III C récent.

Fig. 63Amphore à anses sur la panse inv. 6123.

Fig. 63 — Amphore à anses sur la panse inv. 6123.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6124. Cruche fragmentaire (fig. 64). Recollée de 21 fragments ; bord et panse conservés ; fond reconstitué.
H. cons. : 24,6 cm (25,7 cm avec reconstitution) ; diam. max. : 21,3 cm ; ép. : 0,53 cm. Capacité : 3,83 L. Masse : 1445 g.
Pâte fine, rose orangé (2.5YR 6/6, light red), à inclusions blanches fines. Engobe beige orangé (7.5YR 6/8, reddish yellow).
Céramique mycénienne. Forme globulaire (FS 109) ; bord évasé à lèvre carrée ; col cylindrique ; anse verticale en ruban (larg. : 3 cm).
Peinture brun foncé (2.5YR 2.5/2, very dusky red) à brun brique dilué (2.5YR 5/6, red), brillante, effacée par endroits. Trois triples flammes (FM 19) sur l’épaule, bande horizontale sur le col et triple bande horizontale sur la panse ; bord peint par bande large à l’extérieur et fine à l’intérieur.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, no 35, pl. XXIV.1 ; Mountjoy 1999, p. 750, no 25, fig. 289 ; cf. Mountjoy 1990, p. 255, fig. 11. On suivra la datation de Mountjoy mais pas le type de forme (FS 110 moins globulaire que FS 109). Pour le motif de « flammes », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129 ; Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744. Pour une cruche ornée de ce motif (variante à quatre tiges), au bord toutefois différent du vase inv. 6124, voir Mountjoy 1999, p. 526, no 135, fig. 188 (Éleusis, HR III A2).
Datation : HR III A1.

Fig. 64Cruche inv. 6124.

Fig. 64 — Cruche inv. 6124.

Dessin B. Konnemann.

6128. Bassine tripode (fig. 65). Recollée de 36 fragments ; une des quatre anses reconstituée (deux autres seulement en petite partie) et deux des trois pieds reconstitués ; profil complet.
H. : 15 cm ; diam. bord : 35,3 cm ; ép. : 1 cm. Capacité : 5,35 L. Masse : 1974 g.
Pâte semi-fine, rose orangé (2.5YR 6/6, light red), à inclusions grises fines et blanches, rares minuscules paillettes dorées. Engobe de même ton, rose orangé (2.5YR 6/6, light red). Surface polie, brûlée par endroits.
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale basse (proche de FS 294) ; bord éversé à lèvre trapézoïdale ; à l’origine, quatre anses horizontales ; fond en disque ; départ d’un des trois pieds en ruban (larg. : 3,4 cm). Peinture brun foncé (2.5YR 2.5/2, very dusky red) à brun rouge (2.5YR 3/6, dark red  ), brillante, écaillée par endroits. Triple bande ondulée (FM 53) sur le pourtour de la panse ; six bandes fines horizontales sur la partie inférieure de la panse et une bande sur le fond ; bord peint par bande large à l’extérieur et fine à l’intérieur.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 134, no 42, fig. 18. Il s’agit bien d’un vase mycénien (et non « prémycénien », comme signalé en 1938).
Contexte : par moitié dans le passage m et par moitié dans l’ensemble F (pièce g ou h).
Datation : HR III A2 ou III B ?

Fig. 65Bassine tripode inv. 6128.

Fig. 65 — Bassine tripode inv. 6128.

Cl. L. Phialon ; dessin EFA, L. Phialon.

6129. Truncated stemmed bowl fragmentaire (fig. 66). Recollé de 18 fragments ; bord et panse conservés ; fond, partie du bord et l’une des anses reconstitués.
H. cons. : 10 cm (10,5 cm avec restauration) ; diam. bord : 13,7‑14 cm (25% cons.) ; diam. max. : 14,5 cm ; ép. : 0,25 cm. Capacité : ca 1,05 L. Masse : 230 g.
Pâte fine, beige (7.5YR 6/4, light brown), à inclusions blanches fines (sauf exception de 0,4 cm). Traces de tournage sur la face intérieure.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (proche de FS 279) ; bord éversé ; fond annulaire ; à l’origine, deux anses horizontales arrondies. Peinture brillante, brun foncé à l’extérieur (2.5YR 3/2, dusky red) à brun à l’intérieur (2,5YR 3/4, dark reddish brown). Extérieur et intérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 136, sous no 44. Selon les fouilleurs, trois autres vases sont semblables (inv. 6091, 6092, 6107), mais inv. 6107 correspond à un cratérisque. Pour les parallèles, voir inv. 6091.
Datation : HR III A2.

Fig. 66Truncated stemmed bowl inv. 6129.

Fig. 66 — Truncated stemmed bowl inv. 6129.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6130. Coupe (gobelet) (fig. 67). Recollée de 19 fragments, pied reconstitué ; profil de la vasque complet.
H. cons. : 15 cm (18,1 cm avec restauration) ; diam. bord : 14,5‑15,2 cm (35% cons.) ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 1,6 L. Masse : 550 g.
Pâte fine, beige mauve (2.5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions blanches minuscules. Engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown). Surface lissée.
Forme ovoïde conique ; bord éversé large ; anse verticale en ruban (larg. 2,5 cm), pastille reliant le dessus de l’anse au bord.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, sous no 28. Aucun exemple proche pour ce vase dit « prémycénien ». Son large bord éversé et fin le rapproche des vases de l’HR II A à Nichoria, voir McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P3345, fig. 9‑12 ; pour un gobelet au corps étroit, Acropole d’Athènes, puits Z (avec céramique HM à HR III A1), voir Mountjoy 1981, p. 38, no 249, fig. 21.
Contexte : ensemble F, pièce h, « en profondeur ».
Datation : HR II (A ?).

Fig. 67Coupe (gobelet) inv. 6130.

Fig. 67 — Coupe (gobelet) inv. 6130.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6131. Grande cruche (fig. 68). Recollée de 61 fragments ; panse et fond conservés ; bord, col et majeure partie de l’anse reconstitués.
H. cons. : 27 cm (33 cm avec restauration) ; diam. fond : 13,3 cm ; diam. max. : 28 cm ; ép. : 0,8 cm. Masse : 2789 g.
Pâte semi-fine, beige mauve (5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions calcaires (0,2 cm).
Céramique mycénienne. Forme globulaire (proche de l’hydrie FS 128) ; départ de col cylindrique ; fond en disque ; départ d’anse verticale. Peinture brun foncé (7.5YR 3/1, very dark gray, et 7.5YR 2.5/1, black), très effacée. Hypothèse : fond peint, majeure partie de la panse peinte, avec zone réservée sur la panse où passent des bandes fines peintes.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142, no 59, pl. XXVI.7. Pour une grande cruche de forme proche (Pylos), voir Blegen, Rawson 1966, p. 377‑378, fig. 369, no 1087.
Datation : HR III (B).

Fig. 68Grande cruche inv. 6131.

Fig. 68 — Grande cruche inv. 6131.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6132. Coupe (gobelet) à quatre anses (fig. 69). Recollée de 15 fragments, pied et deux anses (une verticale, l’autre horizontale) reconstitués ; profil de la vasque complet.
H. cons. : 11,3 cm (14,8 cm avec restauration et anse) ; diam. bord : 17 cm (35% cons.) ; diam. max. : 17,8 cm ; ép. : 0,5‑1 cm. Capacité : 1,25 L. Masse : 450 g.
Pâte fine, beige mauve (5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions blanches fines. Engobe beige (7.5YR 6/6, reddish brown) à brun foncé (7.5YR 4/4, brown). Surface lissée.
Forme légèrement carénée à l’épaule ; bord éversé ; deux anses verticales en ruban (larg. : 2,1 cm) et, à l’origine, deux anses horizontales arrondies.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 27, pl. XXIII.3.
Contexte : ensemble F, pièce g.
Datation : HR I‑II.

Fig. 69Coupe (gobelet) inv. 6132.

Fig. 69 — Coupe (gobelet) inv. 6132.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6134. Petite amphore (fig. 70). Recollée de 11 fragments ; profil complet, mais large partie du bord reconstitué.
H. : 15 cm ; diam. bord : 3,4 cm (15% cons.) ; ép. : 0,5 cm. Capacité : 0,25 L. Masse : 300 g.
Pâte fine, brun rouge (2.5YR 4/6, red, à 2.5YR 5/6, red   ), très compacte et dure, à inclusions blanches minuscules. Engobe beige verdâtre (10YR 7/3, very pale brown). Surface polie.
Céramique mycénienne. Piriforme (proche du vase à bec FS 150) ; bord légèrement évasé, dans le prolongement du col cylindrique ; fond annulaire ; à l’origine, deux anses verticales (larg. : 1,2 cm). Peinture noire (2.5YR 2.5/1, reddish black), brillante. Bandes verticales légèrement ondulées de la base du col à la partie inférieure de la panse (FM 67) ; fond peint ; bande sur le bord, autre à la base du col ; côtés latéraux de la partie conservée de l’anse peints.
Marques imprimées au bas de la panse, entre deux bandes ondulées.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, no 55, pl. XXVI.2. Ce sont principalement les cruches à embouchure tronquée qui sont piriformes avec décor de bandes verticales ondulées (FM 67), et non les amphores. Plusieurs d’entre elles sont assignées à l’HR III A2, voir Mountjoy 1999, p. 216, no 109, fig. 68 (Corinthe). On ne peut toutefois pas exclure une datation HR III B1 (bandes peu ondulées sur une cruche à bec tronqué, voir Mountjoy 1999, p. 134, no 243, fig. 32). Pour un askos à pâte similaire, voir inv. 6121.
Datation : HR III A2‑III B1.

Fig. 70Petite amphore inv. 6134.

Fig. 70 — Petite amphore inv. 6134.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6135. Bol (fig. 71). Recollé de 2 fragments ; profil complet.
H. cons. : 5,2 cm ; diam. bord : 12,2 cm (30% cons.) ; ép. : 0,5 cm. Capacité : 0,26 L. Masse : 118 g.
Pâte semi-fine, beige rosé (7.5YR 6/6, reddish yellow), à inclusions blanches fines (0,2 cm) et paillettes dorées. Traces de tournage à l’intérieur et à l’extérieur.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique-conique (FS 204) ; bord droit à lèvre amincie ; fond plat irrégulier.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 52, pl. XXV.8. Les parallèles indiqués par les fouilleurs (Ch.‑Tombs, p. 184 ; Prosymna II, fig. 280, no 523) sont difficiles à dater précisément, bien que Wace attribue cette forme à l’HR I‑II. Pour de meilleurs parallèles : Mountjoy 1983, p. 45, no 351, fig. 16 (Orchomène, HR) p. 57, no 92, fig. 21 (Drachmani-Piperi, HR) ; Pavúk, Horejs 2012, p. 62, fig. 5 (Korakou, HR II A et II B) ; Mountjoy 1981, fig. 10, nos 191 à 98 (Athènes, HR II-III A1) ; Blegen, Rawson 1966, p. 359‑360, fig. 354, shape 11 (Pylos, HR III B).
Datation : HR.

Fig. 71Bol inv. 6135.

Fig. 71 — Bol inv. 6135.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6136. Tasse (fig. 72). Recollée de trois fragments ; profil complet.
H. : 5,3 cm ; diam. bord : 7,7 cm (35% cons.) ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,1 L. Masse : 70 g.
Pâte semi-grossière, à brun foncé (5YR 6/3, light reddish brown, à 5YR 4/2, dark reddish grey), à inclusions grises arrondies (0,2 cm) et blanches fines. Surface lissée.
Forme hémisphérique ; bord légèrement évasé ; fond plat ; anse verticale en ruban.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, sous no 7.
Pour quatre tasses semblables, voir inv. 6097, 6099, 6102 et 6103. Pour la pâte, voir aussi inv. 6137.
Contexte : tombe 14 (mais « peut‑être pas dans la tombe à l’origine »).
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 72Tasse inv. 6136.

Fig. 72 — Tasse inv. 6136.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6137. Petite cruche (fig. 73). Recollée de 5 fragments ; profil complet.
H. : 8 cm ; diam. bord : 6,4‑6,7 cm (15% cons.) ; diam. max. : 9 cm ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,21 L. Masse : 150 g.
Pâte semi-grossière, brun rouge (2.5YR 4/4, reddish brown) à brun (7.5YR 5/3, brown) et noir, à inclusions brunes et grises, difficiles à identifier, qui se confondent avec la surface irrégulière mais lissée du vase.
Forme ellipsoïdale basse ; bord évasé ; départ d’anse verticale.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 314 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 8, pl. XXI.2. Pour une pâte semblable, voir inv. 6136. Pour les plus proches parallèles, à Koumoula : Touchais 1981, p. 188‑189, nos 12, 13, citant les exemples de Krisa, ainsi qu’une cruche d’Asinè (col toutefois plus étroit que notre vase inv. 6137), voir Frödin, Persson 1938, fig. 194, 1 (HM II).
Contexte : tombe 15.
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 73Petite cruche inv. 6137.

Fig. 73 — Petite cruche inv. 6137.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6138. Bol (truncated stemmed bowl ?) (fig. 74). Recollé de 11 fragments ; profil complet.
H. cons. : 13 cm (13,3 cm avec restauration) ; diam. bord : 17,8 cm (10% cons.) ; diam. fond : 8,1 cm ; ép. : 0,45 cm. Capacité : 2,38 L. Masse : 673 g.
Pâte fine, beige verdâtre (10YR 7/2, light gray), poreuse, à inclusions grises fines et quelques paillettes dorées. Surface lissée.
Céramique mycénienne. Forme arrondie à tendance biconique ; bord éversé à lèvre légèrement épaissie ; fond annulaire. Peinture brun foncé (10YR 3/6, dark yellowish brown), brillante à l’origine, écaillée et effacée par endroits. Bande oblique bordée par deux bandes horizontales, dont l’une constitue le bord peint ; pied et bas de la panse peints ; cercle sur le fond, à l’intérieur.
Vase inédit. Dans les livres d’inventaire du musée de Delphes, il est désigné comme « kyathos ». Comme exemples proches, on citera des truncated stemmed bowls découverts en Attique (Mountjoy 1999, p. 541, nos 202, 203), datés de l’HR III A2.
Datation : HR III (A2 ?).

Fig. 74Bol (Truncated stemmed bowl ?) inv. 6138.

Fig. 74 — Bol (Truncated stemmed bowl ?) inv. 6138.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6139. Grande cruche (fig. 75). Recollée de 26 fragments ; panse et fond conservés ; bord, col et majeure partie de l’anse reconstitués.
H. cons. : 27,6 cm (35 cm avec restauration) ; diam. fond : 11,5 cm ; diam. max. : 28,5 cm ; ép. min. : 0,9 cm. Masse : 3069 g.
Pâte semi-fine, beige (7.5YR 7/2, pinkish gray) à ton gris verdâtre (10YR 7/2, light gray), à inclusions blanches fines (0,2 cm).
Céramique mycénienne. Forme globulaire (proche de la cruche FS 107) ; fond saillant légèrement concave ; départ d’anse verticale. Peinture noire (7.5YR 2.5/1, black), effacée.
Trois larges bandes horizontales sur le haut de la panse, deux autres plus bas.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 142, no 58, pl. XXVI.4. Pour une grande cruche (Pylos), voir Blegen, Rawson 1966, p. 377‑378, fig. 369, no 1087.
Datation : HR III (B).

Fig. 75Grande cruche inv. 6139.

Fig. 75 — Grande cruche inv. 6139.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6140. Amphore (fig. 76). Recollée de 40 fragments ; profil complet.
H. : 34 cm ; diam. bord : 19,2 cm (50% cons.) ; diam. fond : 13,2 cm ; diam. max. : 29,2 cm ; ép. : 0,65 cm. Masse : 4805 g.
Pâte grossière, beige mauve (2.5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions gris foncé arrondies, brunes anguleuses, banches (< 0,6 cm). Surface égalisée, lissée par endroits. Brûlée sur la panse.
Forme pansue ; bord plat, évasé dans le prolongement du col ; fond saillant massif, plat ; à l’origine, deux anses horizontales sur l’épaule, l’une conservée, l’autre reconstituée, comme un stamnos.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 13, fig. 4.
Datation : HM.

Fig. 76Amphore inv. 6140.

Fig. 76 — Amphore inv. 6140.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6142. Tasse à anse de panier (fig. 77). Recollée de 5 fragments ; anse et partie de la panse entièrement reconstituées ; profil complet.
H. : 6 cm (sans anse) ; diam. bord : 6,1 cm (40% cons.) ; diam. max. : 7,8 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,12 L. Masse : 93 g.
Pâte fine, beige mauve (5YR 6/3, light reddish brown), à inclusions blanches très fines. Surface polie.
Céramique à peinture mate. Forme globulaire ; bord éversé ; fond en disque peu prononcé. Peinture mate, noire (5YR 2.5/1, black). Bande horizontale sur le bord et une autre au passage vers la panse, deux bandes fines ondulées sur la panse, au‑dessus de deux bandes horizontales.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 124, no 22, pl. XXII.4. Pour la forme, voir inv. 6117 (céramique semi-grossière). Parallèles : Dor et al. 1960, p. 135, no 59, inv. 6245, pl. XLVIII, no 60, inv. 6247, pl. LI (Kirrha, bichrome, HM III B) ; Mylonas 1975, pl. 403β (Éleusis, nécropole, peinture mate, HM) ; Dietz 1991, p. 162, fig. 48, AB‑4, AB‑7(3) (Argolide, tombes, HR I A) ; Kalogeropoulos 2010, p. 215, fig. 3a (Brauron, habitat, peinture mate, HR I) ; Rutter 2015, p. 212‑213, D35, D195, fig. 2 (Tsoungiza, habitat, peinture mate, HR I).
Contexte : bâtiment D.
Datation : début HR I.

Fig. 77Tasse à anse de panier inv. 6142.

Fig. 77 — Tasse à anse de panier inv. 6142.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6143. Louche fragmentaire (fig. 78). Recollée de 9 fragments ; bord et panse conservés ; fond reconstitué.
H. : 6,8 cm ; diam. bord : 10,5 cm (35% cons.) ; ép. : 0,6 cm. Capacité : 0,45 L. Masse : 210 g.
Pâte fine, beige rosé (2.5YR 7/4, light reddish brown), à inclusions blanches minuscules. Engobe beige mauve (2.5YR 6/4, light reddish brown). Surface égalisée, brûlée près du fond.
Ceramique claire lissée (dit « Minyen jaune »). Forme ellipsoïdale aplatie ; bord droit ; départ d’anse verticale en ruban surélevée, comme un kyathos.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119, no 20, pl. XXII.1. Pour trois tasses à anses surélevées de Korakou en minyen jaune, voir Blegen 1921, p. 19, fig. 26, citées dans Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119, n. 1. Tsoungiza (habitat, HR I) : Rutter 2015, p. 214, fig. 3, no 7.
Contexte : bâtiment D.
Datation : début HR I.

Fig. 78 — Louche inv. 6143.

Fig. 78 — Louche inv. 6143.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6144. Cratère/bassine fragmentaire (fig. 79). Recollé de 26 fragments ; bord et panse conservés ; fond reconstitué.
H. cons. : 15,5 cm ; diam. bord : 25 cm (65% cons.) ; ép. : 0,45 cm. Capacité : 4,7 L. Masse : 968 g.
Pâte fine, beige mauve (2.5YR 6/3, light reddish brown) à beige rosé (7.5YR 7/3, pink), à inclusions blanches très fines.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (plus profonde que la bassine FS 294) ; bord éversé court ; deux anses horizontales en ruban (larg. : 3 cm, plus proches de la bassine que du cratère).
Peinture rouge brique (2.5YR 5/8, red) à noir (2.5YR 2.5/1, reddish black), brillante. Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 136, no 45, pl. XXV.2. Mountjoy 1999, p. 762, no 81, fig. 296. Les cratères de Korakou pourvus d’anses horizontales en ruban cités en comparaison par les fouilleurs sont tout à fait pertinents (« Korakou, p. 63, fig. 87 et 88 » [i.e. Blegen 1921]), contrairement à ceux de Céphallénie (« S. Marinatos, Ἀρχ. Ἐφ., 1932, pl. 4, 5, 8 et 10 »), de formes certes variées mais éloignées du vase inv. 6144. Pour un cratère avec une autre forme d’anses, voir Mountjoy 1999, p. 128, no 209, fig. 29 (Berbati, HR III A2). On suivra la datation de Mountjoy.
Contexte : par moitié dans le passage m et par moitié dans l’ensemble F (pièce g ou h).
Datation : HR III A2.

Fig. 79Cratère/bassine inv. 6144.

Fig. 79 — Cratère/bassine inv. 6144.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6145. Amphorisque (?) fragmentaire (fig. 80). Recollé de 4 fragments ; fond et panse conservés ; bord reconstitué.
H. cons. : 11 cm (12 cm avec restauration) ; diam. fond : 5,5 cm (50% cons.) ; diam. max. (panse) : 13 cm (50% cons.) ; ép. : 0,3‑0,4 cm. Capacité : 0,7 L. Masse : 440 g.
Pâte fine, rose orangé (2.5YR 6/6, light red) mais plusieurs vacuoles de forme arrondie (max. 0,2 cm) ou allongée, inclusions noires et blanches minuscules. Engobe beige (7.5YR 7/3, pink).
Céramique mycénienne. Bien que ce vase restauré soit assez ouvert pour correspondre à un bol, on préférera l’identifier comme un amphorisque (FS 59 ?) plutôt qu’un bol en raison de sa partie supérieure incurvée vers l’intérieur. Forme galbée. Fond annelé. Une des deux anses horizontales arrondies conservée. Peinture noire (2.5 YR 2.5/1, reddish black), brillante sur la partie inférieure du vase, à brun (2.5YR 3/4, dark reddish brown) très diluée, et appliquée de manière négligée dans sa partie supérieure, avec motif de cercle barré sur une face, de deux Λ sur l’autre face, et un Λ sous l’anse. Intérieur peint brun rouge très dilué (2.5YR 4/6 et 4/8, red   ).
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, no 54, pl. XXVI.1. Parallèle : Mountjoy 1999, p. 605, no 515, fig. 225 (Athènes, amphorisque monochrome, HR III C récent).
Datation : HR III C.

Fig. 80 — Amphorisque (?) inv. 6145.

Fig. 80 — Amphorisque (?) inv. 6145.

Cl. L. Phialon ; dessin EFA, L. Phialon).

6146. Amphore fragmentaire (fig. 81). Recollée de 15 fragments ; partie supérieure, bord et anses inclus, conservée ; partie inférieure du vase manquante.
H. cons. : 14,8 cm ; diam. bord : 5,7 m ; diam. max. : 15,5 cm ; ép. : 0,35 cm. Masse : 436 g.
Pâte fine, beige rosé (7.5YR 7/4, pink), à inclusions blanches (< 0,25 cm) et vacuoles minuscules. Engobe beige rosé (7.5YR 7/3, pink).
Forme ovoïde à épaule tombante ; col concave ; bord évasé à lèvre aplatie ; deux anses verticales en ruban (larg. : 2,2 cm). Peinture brun foncé (7.5YR 2.5/3, very dark brown) et diluée (7.5YR 4/6, strong brown), brillante, effacée par endroits. Bande horizontale sur la panse, autre sur le col ; bord peint ; bande ondulée sur chaque anse.
Vase inédit. Il n’apparaît pas dans la table de concordance du BCH 62. Pour un « flacon » (FS 192), voir Mountjoy 1999, p. 766, no 108, fig. 298 (« Itea. may be an Argive import », HR III B). Pour une bande ondulée sur une anse de cruche, voir Mountjoy 1999, p. 163, no 332, fig. 43 (Asinè, HR III C moyen).
Datation : HR III B ou III C.

Fig. 81Amphore inv. 6146.

Fig. 81 — Amphore inv. 6146.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6147. Petit vase caréné fragmentaire (bol ou jarre sans anse ?) (fig. 82). Recollé de 2 fragments ; bord et panse conservés, fond reconstitué.
H. cons. : 4,2 cm (5,8 cm avec restauration) ; diam. bord : 5 cm (75% cons.) ; diam. max. : 6,6 cm ; ép. : 0,4 cm.
Capacité : 0,35 L. Masse : 57 g.
Pâte semi-fine, grise (2.5Y 6/1, reddish gray, à 10YR 7/1, light gray), à inclusions calcaires fines (< 0,2 cm) et quelques vacuoles très fines.
Minyen gris. Forme biconique ; bord éversé, légèrement concave. Surface lissée.
Jannoray, Van Effenterre 1937 p. 303 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, no 6, fig. 3.3. Parallèles : Goldman 1931, p. 141, fig. 194, no 2 (Eutresis) ; Maran 1992a, p. 89, pl. 69.10 (Pevkakia, Napf, Phase 6 früh, exemplaire cannelé) ; Philippa-Touchais, Touchais 2011, p. 209, fig. 13.29 (Argos, GM angular bowl or kantharos) ; Cosmopoulos 2014, p. 25, no 399 (Eleusis, angular GM cup, MH II).
Contexte : bâtiment A, pièce a ou b.
Datation : HM(II‑)III.

Fig. 82Petit vase caréné inv. 6147.

Fig. 82 — Petit vase caréné inv. 6147.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6148 [6148(b)]. Remarque : le vase conservé au musée de Delphes qui porte le numéro 6148 ne correspond pas à la coupe profonde à pied (kylix) inv. 6148 décrit et illustré dans le BCH 62 (auquel se rapporte P. Mountjoy 1999, p. 759, no 64, fig. 294 ; cf.
Mountjoy 1990, fig. 12 à p. 256). La description ici correspond au vase conservé au musée.
Tasse carénée (fig. 83). Grande partie du bord et de l’anse reconstituée ; profil complet.
H. cons. : 5,5 cm (6,2 cm avec restauration) ; diam. bord : 9,5 cm (6% cons.) ; ép. : 0,35 cm. Capacité : 0,14 L. Masse : 1124 g. Pâte fine, entre beige mauve et beige orangé (entre 5YR 6/4, light reddish brown, et 5YR 6/6, reddish brown), à inclusions gris foncé minuscules. Traces de tournage sous le fond.
Céramique mycénienne. Forme tronconique (FS 230), concave, carène près du pied ; bord droit aminci ; départ d’anse verticale en ruban ; fond annulaire. Peinture brune (2.5YR 2.5/4, dark reddish brown) à brun rouge dilué (2.5YR 4/8, red). Extérieur et intérieur peints.
Vase inédit. Pour des tasses décorées (FS 230), voir Mountjoy 1999, p. 113, no 130, fig. 22 (Prosymna, HR III A1), p. 272, no 107, fig. 90 (Pellana, HR III A2), p. 523, nos 119 à 121, fig. 187 (Athènes, HR III A1), p. 662, fig. 251 (Tanagra, HR III A1), p. 667, nos 94, 95 (Thèbes, HR III A2).
Datation : HR III A.

Fig. 83Tasse carénée inv. 6148(b).

Fig. 83 — Tasse carénée inv. 6148(b).

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6151 [inv. 6151(a)]. Panse de vase fermé. Recollée de 18 fragments (cons. 75%).
H. : 24,5 cm ; diam. max. panse : 32 cm ; ép. : 0,6 cm. Masse : 521 g.
Pâte fine, beige orangé (5YR 6/6) à brun mauve (5YR 5/4), à rares minuscules inclusions blanches. Engobe beige orangé.
Céramique mycénienne. Peinture brillante, rouge brique (10R 4/8). Motifs de « flammes » (FM 19).
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318.
Contexte possible : ensemble F, chambre g.
Datation : HR III A1.
6151 [6151(b)]. Remarque : Possible erreur de numérotation au musée, si ce vase est bien orné d’un décor de « flammes », comme il est rapporté dans le BCH 61 (1937), p. 318. Une partie de vase, recollée à partir de plusieurs fragments (caisses « CO 23 ») et portant également le numéro 6151, est ornée de ce motif.
Tasse (fig. 84). Recollée de 2 fragments ; profil complet.
H. cons. : 5,5 cm (5,8 cm avec restauration) ; diam. bord : 11,3 cm (6% cons.) ; diam. fond : 3 cm ; ép. : 0,3 cm. Capacité : 0,25
L. Masse : 83 g.
Pâte fine, entre beige mauve et beige orangé (entre 5YR 6/4, light reddish brown, et 5YR 6/6, reddish brown), à inclusions blanches minuscules et paillettes dorées (pâte ou engobe ?). Engobe beige rosé (7.5YR 7/3, pink). Traces de tournage à l’intérieur du vase, sur le fond.
Céramique mycénienne. Forme arrondie basse (FS 219) ; bord éversé court, épaissi ; fond plat légèrement concave ; départ d’anse verticale en ruban. Peinture rouge brun (10R 4/8, red   ), diluée (2.5YR 5/8, red  ), brillante à l’origine, désormais assez terne. Mouchetures (FM 77) ; bandes fines sur la partie inférieure de la panse ; fond et dessus de l’anse peints.
Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318. Parallèles : Mountjoy 1999, p. 752, no 29, fig. 289 (Delphes, HR III A1), p. 111, no 127, fig. 22 (Mycènes) ; exemples attiques, e.g. p. 523, no 117, fig. 187 (Agora d’Athènes, HR III A1).
Contexte : ensemble F, pièce g.
Datation : HR III A1.

Fig. 84Tasse inv. 6151(b).

Fig. 84 — Tasse inv. 6151(b).

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6152. Tasse à bec (fig. 85). Recollée de 4 fragments ; profil complet.
H. : 5,6 cm (sans anse), 6,7 cm (avec anse) ; diam. bord : 12,7 cm (40% cons.) ; diam. fond : 4,5 cm ; ép. : 0,4‑0,5 cm. Capacité : 0,34 L. Masse : 128 g.
Pâte fine, brun mauve (5YR 5/4, reddish brown), à inclusions blanches minuscules.
Céramique mycénienne. Forme ellipsoïdale basse (FS 253) ; bord légèrement évasé à lèvre plate ; fond annulaire ; bec en gouttière (long. : 3,4 cm) ; anse verticale en ruban (larg. : 1,4 cm), perpendiculaire au bec.
Peinture brillante à l’origine, terne et effacée par endroits, brun foncé (5YR 2.5/2, dark red   ), diluée sur l’anse (5YR 4/2, dark reddish gray). Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 51, pl. XXV.7. vase désigné comme « tasse ».
Les parallèles indiqués dans Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, n. 3 (« Ch.‑Tombs, p. 169 ; Prosymna II, fig. 235, no 1077 ») peuvent être datés de l’HR III A, voir l’exemple cité dans Mountjoy 1999, p. 127, no 204, fig. 28 (HR III A2). Pour d’autres exemples, voir Mountjoy 1999, p. 113, no 132, fig. 22 (Asinè, HR III A1), p. 141, no 265, fig. 35 (Prosymna, HR III B1).
Datation : HR III A2 ou HR III B1.

Fig. 85Tasse à bec inv. 6152.

Fig. 85 — Tasse à bec inv. 6152.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6153. Tasse semi-globulaire (fig. 86). Recollée de 13 fragments ; profil complet.
H. : 8,5 cm (sans anse), 8,7 cm (avec anse) ; diam. bord : 12,7 cm (20% cons.) ; diam. fond : 5,2 cm ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,6 L. Masse : 252 g.
Pâte fine, beige mauve (5YR 6/4, light reddish brown), à inclusions blanches fines et paillettes dorées.
Céramique mycénienne. Forme hémisphérique (FS 214) ; bord droit à lèvre arrondie ; fond annulaire ; anse verticale en ruban épaisse. Peinture brillante à l’origine, brun brique et diluée à l’extérieur (2.5YR 3/6, dark red), brun foncé et plus dense à l’intérieur (2.5YR 2.5/4, dark reddish brown). Intérieur et extérieur peints.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, sous no 49 ; Mountjoy 1999, p. 756, no 58, fig. 294. Comme indiqué par les fouilleurs, deux autres tasses semblables proviennent également de Krisa (inv. 6089 et 6090). On suivra la datation de Mountjoy. Pour une tasse décorée (FS 214), voir Mountjoy 1999, p. 535, no 166, fig. 193 (Trachones, HR III A2).
Datation : HR III A2.

Fig. 86Tasse semi-globulaire inv. 6153.

Fig. 86 — Tasse semi-globulaire inv. 6153.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.

6154. Tasse à anse surélevée fragmentaire (fig. 87). Recollée de 2 fragments ; bord, partie de panse et anse conservés ; fond et majeure partie de panse reconstitués.
H. : 5,5 cm (sans anse), 8,5 cm (avec anse) ; diam. bord : 7,5 cm (30% cons.) ; diam. max. : 8,5 cm ; ép. : 0,4 cm. Capacité : 0,13 L. Masse : 85 g.
Pâte fine, grise (10YR 6/1, gray, à Gley 1 5/N, gray), à inclusions blanches minuscules. Surface lissée à l’origine, abîmée.
Minyen gris. Forme ellipsoïdale, basse ; bord éversé ; anse verticale en ruban surélevée, comme le kyathos.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113‑114, no 5, fig. 3.2. L ’exemple d’Eutrésis cité par les fouilleurs (« Cf. Eutresis, p. 139, fig. 187, no 1 ») semble plus trapu. Pour un parallèle inédit de Tsoungiza (HR I), voir G81 (J. Rutter).
Datation : HM III ou HR I.

Fig. 87Tasse à anse surélevée inv. 6154.

Fig. 87 — Tasse à anse surélevée inv. 6154.

Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.

6155. Pithos (fig. 88). Recollé de ca 60 fragments ; profil complet.
H. : 73,6 cm ; diam. bord : 14 cm (5% cons.) ; diam. fond : 12,6 cm ; diam. max. : 56,8 cm ; ép. : 1,1 cm au col.
Pâte grossière, beige mauve (2.5YR 6/3, light reddish brown), beige à la surface (2.5YR 5/4 et 5/6, reddish brown, red), à inclusions mauves (2.5YR 6/4, light reddish brown), rondes, correspondant sans doute à de la chamotte (0,6 cm), et blanches fines.
Forme ovoïde ; col étroit cylindrique ; bord légèrement évasé ; fond légèrement bombé, étroit ; à l’origine, deux anses sur l’épaule et deux anses sur la panse (à chaque fois, l’une conservée, l’autre restaurée). Agrafe en plomb sur la panse, trous pour une seconde agrafe.
Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116, no 16, fig. 5. La jarre à eau minyenne jaune d’Eutrésis (2e ou 3e niveau HM, Goldman 1931, p. 166, fig. 232, no 1) ressemble davantage à notre récipient que les parallèles cités par les fouilleurs, i.e. Goldman 1931, p. 166, fig. 232, no 2 (Eutresis, Minyen jaune à peinture mate) ; pithoi possèdant des anses uniquement sur la partie inférieure de la panse : Mylonas 1932, p. 100, fig. 81 ; Valmin 1934‑35, p. 51, fig. 28. Le parallèle le plus proche est un pithos de Kirrha (découvert près de la tombe 26, niveau HM II, rempli de cendres blanchâtres provenant de matières organiques), voir Dor et al. 1960, p. 119, 131, no 39, inv. 6307, pl. XLVII.
Datation : HM.

Fig. 88 — Pithos inv. 6155.

Fig. 88 — Pithos inv. 6155.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.

Céramique non inventoriée (fragments publiés)

BCH 62 = Jannoray, Van Effenterre 1938

(dessins E. Velli [cf. BCH 62, fig. 11, 12] ; dessins B. Konnemann [cf. BCH 62, fig. 13, 19])
(photos L. Phialon, EfA

1) Panse de vase ouvert (cons. 5‑10%). Long. : 7,4 cm ; ép. : 0,8 cm. Masse : 44 g. Pâte fine, beige orangé (5YR 6/6) à rose orangé (2.5YR 6/6), à inclusions blanches fines, rares inclusions gris foncé. Engobe beige clair (10YR 8/2). Peinture mate, brun foncé (2.5 YR 3/1 à 2.5YR 5/1). Frise de trois losanges hachurés sur trois bandes horizontales. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 11.1. Datation : HR I. (fig. 89)

Fig. 89Panse de vase ouvert.

Fig. 89 — Panse de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.

2) Panse de vase fermé (cons. 5‑10%), sans doute un départ de col. Long. : 7,7 cm ; ép. : 0,6 cm. Masse : 27 g. Pâte fine, beige mauve (5YR 6/3) à ton gris (7.5YR 6/1), à inclusions blanches et vacuoles très fines. Engobe beige clair (10YR 8/1). Peinture mate, brun foncé (7.5 YR 4/1), craquelée par endroits. Traits verticaux traversés par une ligne horizontale, bande horizontale au‑dessus. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 12.12. Datation : HR I. (fig. 90).

Fig. 90Panse de vase fermé.

Fig. 90 — Panse de vase fermé.

Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.

3) Panse de vase ouvert (cons. 1‑5%). Long. : 5,4 cm ; ép. : 1,1. Masse : 21 g. Pâte fine, beige rosé (5YR 7/4), à inclusions blanches très fines, d’autres noirs, rouges (probablement de la chamotte), quelques vacuoles. Engobe beige jaune clair (10YR 8/2). Peinture mate, brun foncé (10YR 3/2). Ligne horizontale, ligne verticale à petites traits horizontaux. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 12.4. Datation : HR I. (fig. 91).

Fig. 91Panse de vase ouvert.

Fig. 91 — Panse de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.

4) Panse de vase ouvert (cons. 5‑10%). Long. : 5,8 cm ; ép. : 0,6 cm. Masse : 15 g. Pâte fine, beige orangé (5YR 6/6), à inclusions blanches très fines et de rares vacuoles. Engobe beige clair (entre 5YR 7/2 et 7/3). Peinture mate bichrome, brun foncé (5YR 4/1) et brun rouge (5YR 3/4). Losange pointé (brun foncé), au‑dessus de trois fines bandes horizontales (brun foncé, rouge). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.1. Datation : HR I. (fig. 92).

Fig. 92Panse de vase ouvert.

Fig. 92 — Panse de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.

5) Bord de vase ouvert. Recollé de deux fragments (cons. 10%). Diam. bord : ca 37 cm ; long. : 8,4 cm ; ép. : 0,7 cm. Masse : 43 g. Pâte fine, brun rosé (5YR 5/6), à inclusions noires très fines, blanches et trous minuscules. Engobe beige clair (10YR 8/2) à gris (10YR 6/1). Peinture mate, brune (5YR 4/3), effacée. Frise de losanges. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.2. Datation : HR I. (fig. 93).

Fig. 93Bord de vase ouvert.

Fig. 93 — Bord de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

6) Panse de vase (cons. 1‑5%). Long. : 4,9 cm ; ép. : 0,7 cm. Masse : 14 g. Pâte fine, rose orangé (2.5YR 6/6), à inclusions blanches minuscules, quelques trous. Engobe beige clair (10YR 8.5/2). Peinture mate, brun foncé (5YR 3/3), diluée (5YR 7/1). Rangée de points entre deux lignes. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.3. Datation : HR I.
7) Panse de vase fermé (cons. 5‑10%). Long. : 9,5 cm ; ép. : 1 cm. Masse : 85 g. Pâte fine, beige mauve (5YR 6/4), à inclusions blanches minuscules, quelques trous. Engobe beige jaune clair (10YR 8/2). Peinture mate bichrome, brun (5YR 4/2), brun orangé (5YR 5/4 à 5YR 5/6). Bande ondulée horizontale entre deux lignes. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.6. Datation : HR I. (fig. 94).

Fig. 94Panse de vase fermé.

Fig. 94 — Panse de vase fermé.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

8) Bord de vase ouvert (cons. 15%). Diam. bord : 18 cm ; long. : 9,6 cm ; ép. : 0,6 cm. Masse : 94 g. Pâte semi-fine, beige rosé à mauve (5YR 7/3 à 2.5YR 6/4), à inclusions blanches (< 0,4 cm). Engobe beige clair (10YR 8/2). Peinture mate bichrome, brun foncé (5YR 3/2), brun (5YR 4/6). Zigzag, cinq lignes horizontales au‑dessous. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.8. Datation : HR I. (fig. 95).

Fig. 95Bord de vase ouvert.

Fig. 95 — Bord de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.

9) Panse de vase ouvert (cons. 5‑10%). Long. : 10,8 cm ; ép. : 1,2 cm. Masse : 128 g. Pâte fine, beige rosé (5YR 7/3), à inclusions blanches et trous minuscules. Engobe beige clair (10YR 8/2). Peinture mate, brun foncé (5YR 2.5/2), effacée par endroits. Partie de spirale à tige remplie de traits verticaux, reposant sur une ligne horizontale. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.10. Datation : HR I. (fig. 96).

Fig. 96Panse de vase ouvert.

Fig. 96 — Panse de vase ouvert.

Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.

10) Bord de cratère (cons. 10‑15%). Diam. bord : 35 cm ; long. : 13,3 cm ; ép. : 0,6 cm. Masse : 63 g. Pâte fine, beige orangé (5YR 6/8), à inclusions blanches minuscules. Engobe rosé clair (7.5YR 8/3). Deux spirales tangentes sous une bande horizontale, rebord (larg. : 1,7 cm) peint. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13.13. Datation : HR I. (fig. 97).

Fig. 97Bord de cratère.

Fig. 97 — Bord de cratère.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

11) Bord de cratère (cons. 15%). Diam. bord : 32 cm ; long. : 10,9 cm ; ép. : 0,7 cm. Pâte fine, beige rosé (5YR 6/4), à inclusions blanches, rares inclusions angulaires brun violet foncé (0,3 cm) et fines gris foncé. Engobe beige clair (10YR 8/1). Peinture mate, brun foncé (5YR 3/1). Queue de dauphin (?) incurvée, sous bande horizontale ; traits sur le dessus du bord et bande à l’intérieur. Jannoray, van Effenterre 1938, fig. 13.17. Datation : HR I. (fig. 98).

Fig. 98Bord de cratère.

Fig. 98 — Bord de cratère.

Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.

12) Panse de vase fermé (cons. 10‑15%). Long. : 3,7 cm ; ép. : 0,4 cm. Masse : 6 g. Pâte fine, beige rosé (7.5YR 7/4). Engobe beige orangé (5YR 6/6). Peinture mate, noir violacé (5R 2.5/2). Groupe de quatre lignes ondulées horizontales. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 16 (gauche, en haut). Datation : HR I.
13) Bord de gobelet (cons. 5‑10%). Diam. bord : 13 cm ; h. : 7 cm ; ép. : 0,3 cm. Masse : 150 g. Pâte fine, beige mauve (2.5YR 6/3), à inclusions blanches minuscules. Engobe beige orangé (5YR 6/6). Céramique mycénienne. Peinture brillante, rouge brique (10R 3/6), diluée (10R 4/8). Motif de « flammes » (FM 19). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 16 (milieu). Datation : HR III A1.
14) Bord de bol à tenon. Diam. bord : 25 cm ; long. 9,2 cm ; ép. : 0,5 cm. Masse : 43 g. Pâte fine, beige mauve (2.5YR 6/4), à inclusions blanches minuscules. Céramique mycénienne. Peinture brillante, brun brique (2.5YR 2.5/4) à rouge (2.5YR 4/8). Motif de « flammes » (FM 19). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 16 (gauche, en bas). Datation : HR III A1.
15) Panse de kylix (FS 256), décorée d’un poulpe (FM 21, octopus). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.13 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVj ; Mountjoy 1999, p. 759, no 69, fig. 294. Datation : HR III A2. (fig. 99).

Fig. 99Panse de kylix.

Fig. 99 — Panse de kylix.

Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.

16) Bord de kylix (FS 256 ou FS 257), décoré d’un murex (FM 23, whorl shell). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.17 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVi ; Mountjoy 1999, p. 759, no 71, fig. 294. Datation : HR III A2. (fig. 100).

Fig. 100Bord de kylix.

Fig. 100 — Bord de kylix.

Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.

17) Panse de gobelet (FS 254), décorée d’un lys (FM 9). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.19 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVb ; Mountjoy 1999, p. 748, no 11, fig. 288. Datation : HR II B.
18) Bord de bol à pied (FS 304, stemmed bowl), décoré d’une fleur et d’un motif en panneau, intérieur monochrome. Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.20 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVc ; Mountjoy 1999, p. 762, no 84, fig. 296. Datation : HR III A2. (fig. 101).

Fig. 101Bord de stemmed bowl.

Fig. 101 — Bord de stemmed bowl.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

19) Bord de bol à pied (FS 305, stemmed bowl), décoré d’une fleur (FM 18). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.21 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVd ; Mountjoy 1999, p. 769‑770, no 139, fig. 300. Datation : HR III B. (fig. 102).

Fig. 102Bord de stemmed bowl.

Fig. 102 — Bord de stemmed bowl.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

20) Bord de bol profond (FS 284, deep bowl), décoré d’une fleur (FM 18). Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.23 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVf ; Mountjoy 1999, p. 768, no 133, fig. 300. Datation : HR III B. (fig. 103).

Fig. 103 — Bord de deep bowl.

Fig. 103 — Bord de deep bowl.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

21) Bord de bol profond (FS 284, deep bowl), recollé de deux fragments, décoré d’une rosette (FM 27) sur la panse et points sur la lèvre. Mountjoy 1999, p. 773, no 169, fig. 302. Datation : HR III B2. (fig. 104).

Fig. 104Bord de deep bowl.

Fig. 104 — Bord de deep bowl.

Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.

Annexes

Annexe 1. Table de concordance (céramique inventoriée)

RA 1936 = Lerat, Jannoray 1936, p. 143.

BCH 61 = Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315‑323.

BCH 62 = Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111‑143.

Mountjoy 1999, p. 748‑785.
en gras : vases décrits dans le Catalogue de cet article ;
en italique : vases dont le numéro n’est pas indiqué dans la table de concordance du BCH 62.
Inv.

RA 1936

BCH 61

BCH 62 Mountjoy 1999
6013

fig. 7, no 1

p. 315, n. 3

no 17, fig. 7
6014 no 30, pl. XXIII.5
6015 sous no 31
6016

fig. 7, no 8

p. 316

no 60, pl. XXVII.1, fig. 20.1

fig. 298, no 102

6017

fig. 7, no 10

p. 316

6018

fig. 7, no 11

p. 316

6019 no 48, pl. XXV.3
6020 sous no 48
6021
6022

fig. 7, no 2

no 12, pl. XXI.7
6023

fig. 7, no 3

no 9, pl. XXI.3
6024

fig. 7, no 7

no 39, pl. XXIV.5

fig. 288, no 3

6025

fig. 7, no 4

no 29, pl. XXIII.4
6026

fig. 7, no 5

no 23, pl. XXII.6
6027

fig. 7, no 6

sous no 4
6081

p. 322

no 32, pl. XXIII.7

fig. 290, no 30

6082

p. 318

sous no 32, pl. XXIII.8

fig. 290, no 35

6083 sous no 28
6084 no 33, pl. XXIII.10
6085 no 28, pl. XXIII.2
6086

p. 319

no 34, pl. XXIII.9

fig. 290, no 34

6087

p. 319

sous no 32
6088 no 46, pl. XXV.4
6089

p. 319

sous no 49
6090 no 49, pl. XXV.6

n. 67

6091

p. 318

no 44, pl. XXV.1

n. 70, n. 73

6092 sous no 44
6093 no 47, pl. XXV.5
6094

p. 319

no 50, pl. XXV.9
6095 no 26, pl. XXIII.1
6096

p. 308

no 19, pl. XXII.2
6097

p. 314

no 7, pl. XXI.1
6098 no  4, fig. 3.1
6099 sous no 7
6100

p. 313, fig. 14

no 24, pl. XXII.5
6101

p. 318

no 10, pl. XXI.5
6102

p. 314

sous no 7
6103 sous no 7
6104

p. 318

no 40, pl. XXIV.7

fig. 288, no 7

6105

p. 313

no 25, pl. XXII.7
6106 sous no 31
6107 sous no 44

fig. 295, no 75

6108 no 64, pl. XXVII.5
6109 no 63, pl. XXVII.4

fig. 298, no 106

6110

p. 320

no 62, pl. XXVII.3, fig. 20.3

fig. 298, no 103

6111

p. 320, fig. 21

no 61, pl. XXVII.2, fig. 20.2

fig. 297, no 98

6112

p. 318

no 2, fig. 1
6113 no 31, pl. XXIII.6
6114

p. 320, fig. 20

no 56, pl. XXVI .6
6115

p. 323 [dit inv. 6117]

sous no 55, pl. XXVI.3
6116

no 57, pl. XXVI.5

6117

no 11, pl. XXI.4

6118

no 43, pl. XXIV.4

fig. 299, no 117

6119

no 36, pl. XXIV.6

6120

no 14, pl. XXI.8

6121

no 66, pl. XXVII.7

fig. 298, no 109

6122

no 41, pl. XXIV.8

6123

p. 318

no 38, pl. XXIV.2

fig. 310, no 268

6124

no 35, pl. XXIV.1

fig. 289, no 25

6125

no 53d, fig. 21d

fig. 305, no 196

6126

no 15, pl. XXI.6

6127

no 1, pl. XX

6128

p. 322

no 42, fig. 18

6129

sous no 44

6130

p. 319

sous no 28

6131

no 59, pl. XXVI.7

6132

p. 318

no 27, pl. XXIII.3

6133

p. 319

no 37, pl. XXIV.3

fig. 289, no 26

6134

no 55, pl. XXVI.2

6135

no 52, pl. XXV.8

6136

p. 312

sous no 7

6137

p. 314

no 8, pl. XXI.2

6138
6139

no 58, pl. XXVI.4

6140

no 13, fig. 4

6141

no 21, pl. XXII.3

6142

p. 308

no 22, pl. XXII.4

6143

p. 308

no 20, pl. XXII.1

6144

p. 322

no 45, pl. XXV.2

fig. 296, no 81

6145

no 54, pl. XXVI.1

6146
6147

p. 303

no 6, fig. 3.3

6148(a)

no 65, pl. XXVII.6

fig. 294, no 64

6148(b)
6149

p. 308

sous no 4

6150

p. 303

no 3, fig. 2

6151(a)

p. 318

6151(b)
6152

no 51, pl. XXV.7

6153

sous no 49

fig. 294, no 58

6154

no 5, fig. 3.2

6155

no 16, fig. 5

6311

no 18, fig. 6

Annexe 2. Table de concordance (fragments céramiques)

BCH 62 = Jannoray, van Effenterre 1938, p. 118‑140.
Mountjoy 1999, p. 750‑781.

BCH 62

Dor et al. 1960

Mountjoy 1999

fig. 8 (5 fragments)

fig. 9

pl. XXVIIId

fig. 10

fig. 11.1

fig. 11.2

fig. 12.1

fig. 12.2

fig. 12.3

fig. 12.4

fig. 12.5

fig. 13.1

fig. 13.2

fig. 13.3

fig. 13.4

fig. 13.5

fig. 13.6

fig. 13.7

fig. 13.8

fig. 13.9

fig. 13.10

fig. 13. 11

fig. 13.12

fig. 13.13

fig. 13.14

p. 73, pl. XXXIIc

fig. 13.15

p. 72, pl. XXXId

fig. 13.16

p. 72, pl. XXXIe

fig. 13.17

fig. 13.18

p. 72, pl. XXXIIe

fig. 15.1

fig. 15.2

fig. 15.3

fig. 15. 4

fig. 15.5

fig. 15.6

fig. 15.7

p. 97, pl. XXXIVh

fig. 288, no 13

fig. 15.8

fig. 15.9

fig. 16 (haut)

fig. 16 (gauche, haut)

fig. 16 (gauche, centre)

fig. 16 (milieu)

fig. 16 (droite, centre)

fig. 16 (gauche, bas)

fig. 16 (droit, bas)

fig. 19.1

fig. 19.2

fig. 19.3

fig. 19.4

fig. 19.5

fig. 19.6

fig. 19.7

fig. 19.8

fig. 19.9

fig. 19.10

fig. 19.11

fig. 19.12

fig. 19.13

p. 97, pl. XXXIVj

fig. 294, no 69

fig. 19.14

fig. 19.15

fig. 19.16

fig. 19.17

p. 97, pl. XXXIVi

fig. 294, no 71

fig. 19.18

fig. 19.19

p. 97, pl. XXXIVb

fig. 288, no 11

fig. 19.20

p. 97, pl. XXXIVc

fig. 296, no 84

fig. 19.21

p. 97, pl. XXXIVd

fig. 300, no 139

fig. 19.22

fig. 19.23

p. 97, pl. XXXIVf

fig. 300, no 133

fig. 19.24

p. 97, pl. XXXIVe

fig. 306, no 235

fig. 19.25

fig. 21a

fig. 21b

p. 771, n. 85

fig. 21c

p. 771, n. 85

fig. 21d

fig. 305, no 196

fig. 290, no 33

fig. 300, no 122

fig. 302, no 164

fig. 302, no 169

fig. 305, no 206

fig. 305, no 208

fig. 306, no 228

fig. 306, no 233

fig. 306, no 239

fig. 309, no 256

fig. 309, no 261

Haut de page

Bibliographie

Amandry 1981 = P. Amandry, « L’exploration archéologique de la grotte », dans L’Antre corycien I, BCH Suppl. VII (1981), p. 75‑93.

Amandry et al. 1990 = P. Amandry, J.‑M. Luce, D. Rousset, « Autour de Delphes », dans Les Dossiers d’archéologie, n° 151, juillet-août 1990, Delphes, oracles, cultes et jeux (1990), p. 26‑31.

Blegen 1921 = C. W. Blegen, Korakou. A Prehistoric Settlement near Corinth (1921).

Blegen 1928 = C. W. Blegen, Zygouries. A Prehistoric Settlement in the Valley of Cleonae (1928).

Blegen, Rawson 1966 = C. W. Blegen, M. Rawson, The Palace of Nestor at Pylos in Western Messenia, I. The buildings and their contents (1966).

Bourguet 1902 = E. Bourguet, « Inscriptions de Delphes : Comptes particuliers des Naopes », BCH 26 (1902), p. 29‑94.

Buck 1964 = R. J. Buck, « Middle Helladic Mattpainted Pottery », Hesperia 33 (1964), p. 231‑313.

Busolt 1893 = G. Busolt, Griechische Geschichte bis zur Schlacht bei Chaeroneia, I, Bis zur Begründung des Peloponnesischen Bundes (1893).

Catling 2009 = H. W. Catling, Sparta: Menelaion I. The Bronze Age (2009).

CMS V, 2 = Y. Nikopoulou-de Sike, « Delphi. Archäologisches Museum », dans I. Pin (éd.), Kleinere griechische Sammlungen, Corpus der Minoischen und Mykenischen Siegel V, 2 (1975), p. 257‑258.

Coleman 1985 = J. E. Coleman, « “Frying Pans” of the Early Bronze Age Aegean », AJA 89 (1985), p. 191‑219.

Cosmopoulos 2014 = M. B. Cosmopoulos, The sanctuary of Demeter at Eleusis. The Bronze Age (2014).

Courtois 1981 = L.‑Ch. Courtois, « Annexe I. Aperçu technologique sur les céramiques néolithiques de l’Antre corycien », dans L’Antre corycien, BCH Suppl. VII (1981), p. 173‑182.

Dakoronia 2010 = F. Dakoronia, « Delphi-Kirrha-Pefkakia via Spercheios Valley : Matt-Painted Pottery as Sign of Intercommunication », dans A. Philippa-Touchais et al. (éds), Mesohelladika (2010), p. 573‑581.

Darcque 1990 = P. Darcque, « Pour l’abandon du terme “mégaron” », dans P. Darcque, R. Treuil (éds), L’habitat égéen préhistorique, BCH Suppl. 19 (1990), p. 21‑31.

Darcque 2005 = P. Darcque, L’habitat mycénien. Formes et fonctions de l’espace bâti en Grèce continentale à la fin du IIe millénaire avant J.‑C., BEFAR 319 (2005).

Davis 1929 = O. Davis, « Two North Greek Mining Towns », JHS 49 (1929), p. 89‑99.

Davis 1979 = J. L. Davis, « Late Helladic I Pottery from Korakou », Hesperia 48 (1979), p. 234‑263.

Desborough 1964 = V. R. d’A. Desborough, The Last Mycenaeans and their Successors. An Archaeological Survey c. 1200 - c. 1000 B.C. (1964).

Dickinson 1977 = O. T. P. K. Dickinson, The Origins of the Mycenaean Civilisation, SIMA 49 (1977).

Dietz 1991 = S. Dietz, The Argolid at the Transition to the Mycenaean Age. Studies in the Chronology and Cultural Development in the Shaft Grave Period (1991).

Dor et al. 1960 = L. Dor, J. Jannoray, H. et M. Van Effenterre, Kirrha. Étude de préhistoire phocidienne (1960).

French 1972 = D. H. French, Notes on Prehistoric Pottery Groups from Central Greece (1972).

Frödin, Persson 1938 = O. Frödin, A. W. Persson, Asine. Results of the Swedish Excavations 1922-1930 (1938).

Gauss 2015 = W. Gauss, « Überlegungen zur mykenischen Befestigungsmauer und “Unterstadt” von Aigeira », dans S. et R. Nawracala (éds), Πολυµαθεια. Festschrift für Hartmut Matthäus anläßlich seines 65. Geburtstages (2015), p. 149‑161.

Gauss, Kiriatzi 2011 = W. Gauss, E. Kiriatzi, Pottery Production and Supply at Bronze Age Kolonna, Aegina. An Integrated Archaeological and Scientific Study of a Ceramic Landscape (2011).

Gauss, Lindblom 2017 = W. Gauss, M. Lindblom, « Pre-Mycenaean pottery shapes of the central Aegean: a new resource in development », dans C. Wiersma, S. Voutsaki (éds), Social Change in Aegean Prehistory (2017), p. 1‑15.

Goldman 1931 = H. Goldman, Excavations at Eutresis in Boeotia (1931).

Hale 2015 = C. Hale, The Middle Helladic Ceramic Sequence at Mitrou, East Lokris: A Diachronic Quantitative Analysis and its Implications for Inter‑ and Intra-regional Interaction in Central Greece during the Middle Bronze Age, thèse non publiée, Université de Melbourne (2015).

Hale 2016 = C. Hale, « The Middle Helladic Fine Gray Burnished (Gray Minyan) Sequence at Mitrou, East Lokris », Hesperia 85 (2016), p. 243‑295.

Herda 2008 = A. Herda, « Apollon Delphinios – Apollon Didymeus: Zwei Gesichter eines milesischen Gottes und ihr Bezug zur Kolonisation Milets in archaischer Zeit », dans R. Bol, U. Höckmann, P. Schollmeyer (éds), Kult(ur)kontakte. Apollon in Milet/Didyma, Histria, Myus, Naukratis und auf Zypern (2008), p. 13‑75.

Herda 2011 = A. Herda, « How to run a state cult. The Organization of the cult of Apollo Delphinios in Miletos », dans M. Haysom, J. Wallensten (éds), Current approaches to religion in ancient Greece (2011), p. 57‑93.

Hiesel 1990 = G. Hiesel, Späthelladische Hausarchitektur. Studien zur Architekturgeschichte des griechischen Festlandes in der späten Bronzezeit (1990).

Homolle 1893 = Th. Homolle, « Nouvelles et Correspondance », BCH 17 (1893), p. 624‑641.

Hope Simpson, Dickinson 1979 = R. Hope Simpson, O. T. P. K. Dickinson, A Gazetteer of Aegean Civilization in the Bronze Age, I, The Mainland and Islands (1979).

Hope Simpson 1981 = R. Hope Simpson, Mycenaean Greece (1981).

Hope Simpson, Hagel 2006 = R. Hope Simpson, D. K. Hagel, Mycenaean Fortifications, Highways, Dams and Canals (2006).

Jannoray 1937 = J. Jannoray, « Krisa, Kirrha et la première guerre sacrée », BCH 61 (1937), p. 33‑43.

Jannoray, Van Effenterre 1937 = J. Jannoray, H. Van Effenterre, « Fouilles de Krisa (Phocide) », BCH 61 (1937), p. 299‑326.

Jannoray, Van Effenterre 1938 = J. Jannoray, H. Van Effenterre, « Fouilles de Krisa (Phocide) II », BCH 62 (1938), p. 110‑148.

Kalogeropoulos 2010 = K. Kalogeropoulos, « Middle Helladic Human Activity in Eastern Attica: The Case of Brauron », dans A. Philippa-Touchais et al. (éds), Mesohelladika (2010), p. 211‑221.

Kalogeroudis 2008 = G. Kalogeroudis, Befestigungsanlagen im griechischen Raum in der Bronzezeit und ihre Entwicklung von neolithischer bis in archaischer Zeit (2008).

Kountouri 2017 = E. Kountouri, «Το µυκηναϊκό νεκροταφείο στο Χρισσό Φωκίδας: πρώτη προσέγγιση », dans S. Oikonomou (éd.), Αρχαιολογικές συµβολές. Τόµος Δ: Φωκίδα (2017), p. 25‑33.

Krzyszkowska 2005 = O. Krzyszkowska, Aegean Seals. An Introduction, BICS Suppl. 85 (2005).

Küpper 1996 = M. Küpper, Mykenische Architektur. Material, Bearbeitungstechnik, Konstruktion und Erscheinungsbild, Internationale Archäologie 25 (1996).

Kyriakidis 2011 = N. Kyriakidis, « “De l’importance de ne pas être phocidien”. Enjeux politiques et identitaires des récits des origines delphiques », dans J.‑M. Luce (éd.), Delphes, sa cité, sa région, ses relations internationales, Pallas 87 (2011), p. 77‑93.

Lagia et al. 2016 = A. Lagia, I. Moutafi, R. Orgeolet, D. Skorda, J. Zurbach, « Revisiting the Tomb: Mortuary Practices in Habitation Areas in the Transition to the Late Bronze Age at Kirrha, Phocis », dans A. Dakouri-Hild, M. J. Boyd (éds), Staging Death. Funerary Performance, Architecture and Landscape in the Aegean (2016), p. 181‑205.

Lemerle 1936 = P. Lemerle, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce », BCH 60 (1936), p. 452‑489.

Lemerle 1937 = P. Lemerle, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce », BCH 61 (1937), p. 441‑476.

Lerat 1938 = L. Lerat, « Fouilles de Delphes (1934‑1935). Rapport préliminaire », RA série 6 XII (1938), p. 183‑227.

Lerat 1948 = L. Lerat, « Krisa », Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à Charles Picard à l’occasion de son 65e anniversaire, II, RA série 6, XXXI-XXXII (1948), p. 621‑632.

Lerat 1952 = L. Lerat, Les Locriens de l’Ouest, I, Topographie et ruines : II, Histoire, institutions, prosopographie, BEFAR 176 (1952).

Lerat 1984 = L. Lerat, « Chapitre premier : Époque mycénienne », dans L’Antre corycien II, BCH Suppl. IX (1984), p. 3‑25.

Lerat, Jannoray 1936 = L. Lerat, J. Jannoray, « Premières recherches sur l’acropole de Krisa (Phocide) », RA série 6 VIII (1936), p. 139‑145.

Luce 1991 = J.‑M. Luce, « Delphes 3, L’aire du char des Rhodiens », BCH 115 (1991), p. 691‑699.

Luce 2011a = J.‑M. Luce, « La Phocide à l’âge du fer », dans A. Mazarakis Ainian (éd.), The « Dark Ages » Revisited (2011), p. 349‑374.

Luce 2011b = J.‑M. Luce, « Delphes et Médéon de Phocide à l’Âge du fer », Pallas 87 (2011), p. 59‑76.

Maran 1992 a = J. Maran, Die Deutschen Ausgrabungen auf der Pevkakia-Magula in Thessalien, III, Die mittlere Bronzezeit (1992).

Maran 1992 b = J. Maran, Kiapha Thiti. Ergebnisse der Ausgrabungen II.2, Marburger Winckelmann-Programm 1990 (1992).

Maran 1998 = J. Maran, Kulturwandel auf dem griechischen Festland und den Kykladen im späten 3. Jahrtausend v. Chr. Studien zu den kulturellen Verhältnissen in Südosteuropa und dem zentralen sowie östlichen Mittelmeerraum in der späten Kupfer‑ und frühen Bronzezeit (1998).

Maran 2007 = J. Maran, « Emulation of Aeginetan Pottery in the Middle Bronze Age of Coastal Thessaly : Regional Context and Social Meaning », dans F. Felten, W. Gauss, R. Smetana (éds), Middle Helladic Pottery and Synchronisms (2007), p. 167‑182.

McDonald, Wilkie 1992 = W. A. McDonald, N. Wilkie, Excavation at Nichoria in Southwest Greece, II, The Bronze Age Occupation (1992).

McInerney 1999 = J. McInerney, The Folds of Parnassos. Land and Ethnicity in Ancient Phokis (1999).

Milka 2010 = E. Milka, « Burials upon the Ruins of Abandoned Houses in the Middle Helladic Argolid », dans A. Philippa-Touchais et al. (éds), Mesohelladika (2010), p. 347‑355.

Morgan 2003 = C. Morgan, Early Greek States Beyond the Polis (2003).

Mountjoy 1981 = P. A. Mountjoy, Four Early Mycenaean Wells from the South Slope of the Acropolis at Athens, Miscellanea Graeca 4 (1981).

Mountjoy 1983 = P. A. Mountjoy, Orchomenos V. Mycenaean Pottery from Orchomenos, Eutresis and other Boeotian Sites (1983).

Mountjoy 1986 = P. A. Mountjoy, Mycenaean Decorated Pottery: A Guide to Identification, SIMA 73 (1986).

Mountjoy 1990 = P. A. Mountjoy, « Regional Mycenaean Pottery », BSA 85 (1990), p. 245‑270.

Mountjoy 1999 = P. A. Mountjoy, Regional Mycenaean Decorated Pottery (1999).

Müller 1992 = S. Müller, « Delphes et sa région à l’époque mycénienne », BCH 116 (1992), p. 445‑496.

Mylonas 1932 = G. E. Mylonas, Προϊστορική Ελευσίς (1932).

Mylonas 1975 = G. E. Mylonas, Το δυτικόν νεκροταφείον της Ελευσίνος (1975).

Mylonas Shear 1987 = I. Mylonas Shear, The Panagia Houses at Mycenae, University Museum Monograph 68 (1987).

Nordquist 1987 = G. C. Nordquist, A Middle Helladic Village. Asine in the Argolid (1987).

Papazoglou-Manioudaki 2010 = L. Papazoglou-Manioudaki, « The Middle Helladic and Late Helladic I Periods at Aigion in Achaea », dans A. Philippa-Touchais et al. (éds), Mesohelladika (2010), p. 129‑141.

Papazoglou-Manioudaki 2015 = L. Papazoglou-Manioudaki, « The Early Mycenaean settlement at Aigion in Achaea and the western frontier of the north-east Peloponnese », dans A.‑L. Schallin, I. Tournavitou (éds), Mycenaean up to date, Skrifter 4, 56 (2015), p. 313‑324.

Pavúk 2008 = P. Pavúk, « Grey Wares as a Phenomenon », dans B. Horejs, P. Pavúk (éds), Aegean and Balkan Prehistory (2008). URL: http://www.aegeobalkanprehistory.net/index.php?p=article&id_art=5.

Pavúk, Horejs 2012 = P. Pavúk, B. Horejs, Mittel‑ und Spätbronzezeitliche Keramik Griechenlands (2012).

Petronotis 1973 = A. Petronotis, « Ἀρχιτεκτονικὰ καὶ οἰκιστικὰ µνηµεῖα καὶ ἱστορικὲς θέσεις τοῦ Νοµού Φωκίδος », Επετηρίς Εταιρείας Στερεοελλαδικών Μελετών Δ’ (1973), p. 93‑132.

Phialon 2011 = L. Phialon, L’émergence de la civilisation mycénienne en Grèce centrale, Aegaeum 32 (2011).

Philippa-Touchais, Touchais 2011 = A. Philippa-Touchais, G. Touchais, « Fragments of the Pottery Equipment of an Early Middle Helladic Household from Aspis, Argos », dans W. Gauss et al. (éds), Our Cups Are Full: Pottery and Society in the Aegean Bronze Age. Papers Presented to Jeremy B. Rutter on the Occasion of his 65th Birthday (2011), p. 203‑216.

Poursat 2014 = J.‑C. Poursat, L’art égéen, 2, Mycènes et le monde mycénien (2014).

Rougemont 2006 = G. Rougemont, « Rez. v. D. Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon », Topoi 14 (2006), p. 477‑491.

Rousset 2002 = D. Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, BEFAR 310 (2002).

Rutter 1989 = J. Rutter, « A ceramic definition of Late Helladic I from Tsoungiza », Hydra 6 (1989), p. 1‑13.

Rutter 2015 = J. Rutter, « Ceramic Technology in Rapid Transition. The Evidence from Settlement Deposits of the Shaft Grave Era at Tsoungiza (Corinthia) », dans W. Gauss, G. Klebinder-Gauss, C. von Rüden (éds), The Transmission of Technical Knowledge in the Production of Ancient Mediterranean Pottery, ÖAI 54 (2015), p. 207‑223.

Sarri 2010 = K. Sarri, Orchomenos IV : Orchomenos in der mittleren Bronzezeit (2010).

Skorda 1992 = D. Skorda, « Recherches dans la vallée du Pléistos », dans Delphes. Centenaire de la grande fouille réalisée par l’École française d’Athènes, 1892-1903 (1992), p. 39‑66.

Skorda 2006 = D. Skorda, « Η σωστική ανασκαφική δραστηριότητα στον προϊστορικό οικισµό της Κίρρας κατά το 2000 », dans A. Mazarakis Ainian (éd.), Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας II (2006), p. 657‑675.

Skorda 2010 =  D. Skorda, « Κίρρα: οι κεραµεικοί κλίβανοι του προϊστορικού οικισµού στη µετάβαση από τη µεσοελλαδική στην υστεροελλαδική εποχή », dans A. Philippa-Touchais et al. (éds), Mesohelladika (2010), p. 651‑668.

Skorda, Zurbach 2010 = D. Skorda, J. Zurbach, « Kirrha (Phocide) », BCH 134 (2010), p. 546.

Sotiriadis 1912 = G. Sotiriadis, « Fouilles préhistoriques en Phocide », REG 25 1912, p. 262.

Thomas 1992 = P. M. Thomas, LH IIIB:1 pottery from Tsoungiza and Zygouries, thèse de l’Université de North Carolina, Chapel Hill (1992).

Touchais 1981 = G. Touchais, « Annexe II : le matériel de l’habitat préhistorique de Koumoula », dans L’Antre corycien I, BCH Suppl. VII (1981), p. 183‑193, 252‑257.

Typalidou-Fakiris 2004 = C. Typalidou-Fakiris, Villes fortifiées de Phocide et la IIIe guerre sacrée 356‑346 av. J.‑C. (2004).

Ulrichs 1840 = H. N. Ulrichs, Reisen und Forschungen in Griechenland, 1, Reise über Delphi durch Phocis und Boeotia bis Theben (1840).

Valmin 1934‑35 = N. Valmin, « Rapport préliminaire de l’expédition en Messénie », Bulletin de la société royale des Lettres de Lund (1934‑1935), p. 1‑52.

Valmin 1938 = N. Valmin, The Swedish Messenia Expedition, Skrifter Utgivna I (1938).

Van Effenterre 1975 = H. et M. Van Effenterre, « Comment croire à l’Helladique Ancien III ? », BCH 99 (1975), p. 35‑49.

Vitale 2006 = S. Vitale, « The LH IIIB-LH IIIC Transition on the Mycenaean Mainland: Ceramic Phases and Terminology », Hesperia 75 (2006), p. 177‑204.

Wace 1921‑23 = A. J. B. Wace, « Excavations at Mycenae. The Lion Gate », BSA 25 (1921‑23), p. 9‑38.

Zurbach et al. 2012‑13 = J. Zurbach, D. Skorda, R. Orgeolet et alii, « Kirrha (Phocide) », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 569‑592.

Haut de page

Notes

1 Pour l’orthographe du nom : Chrysso, voir Homolle 1893, p. 631 et Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299, n. 2 ; Chryso, voir Hope Simpson, Dickinson 1979, G 56 et Phialon 2011, p. 44 ; Chriso, voir Skorda 1992, p. 41. Éperon rocheux aussi désigné comme acropole, voir Amandry 1981, p. 75.

2 Homolle 1893, p. 631.

3 Jannoray 1937, p. 33 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299, n. 1.

4 Lerat, Jannoray 1936, p. 129‑145 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299‑326 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 110‑148. Voir aussi Lemerle 1936, p. 466‑467. Pour des tessons de Krisa publiés plus tard, voir Dor et al. 1960, pl. XXVIIId, XXXId et e, XXXIIc et e, XXXIIIj, XXXIVb à f et h à j.

5 Lerat 1948, p. 621. Voir aussi Rousset 2002, p. 33 : « Il ne nous paraît pas possible de démêler l’écheveau mieux que n’a pu faire L. Lerat ».

6 Iliade, II.520 : Κρῖσάν τε ζαθέην. Traduction de Mazon, Chantraine, Collart et Langumier à la Société d’Édition « Les Belles Lettres » de 1937 (Crisa la divine). Voir Dictionnaire Bailly (1950), s.v. « Κρῖσα ».

7 Lerat 1948 p. 628 : « On serait donc tenté de croire que Krisa ne fut jamais que le nom d’une province ». L. Lerat ne retient toutefois finalement pas cette hypothèse, puisque Krisa peut être considérée comme une ville dans le Catalogue des Vaisseaux.

8 Voir aussi Pindare, Isthmique II, 18 : Ἐν Κρίσᾳ ; toutefois sans indication topographique supplémentaire.

9 Lerat 1948, p. 623 : « Il [Pindare] n’use donc de Krisa que comme d’un synonyme poétique qui est à Kirrha ce qu’est Pythô à Delphes et Pisa à Olympie ».

10 Lerat 1948, p. 631‑632.

11 Lerat 1948, p. 630. Voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 144 : « Phocide préhellénique ».

12 Loeb Classical Library (v. 15‑16 : ἔθηκε καὶ βαθυλείµων’ ὑπὸ Κίρρας πετρᾶν ἀγὼν κρατησίποδα Φρικίαν) ; en comparaison, l’édition CUF, Les Belles Lettres (v. 16‑17 : Ἔθηκε καὶ βαθυλείµων’ ὑπὸ Κίρρας ἀγών πέτραν κρατησίποδα Φρικίαν).

13 Voir Amandry et al. 1990, p. 28. On rappellera que L. Lerat (1948, p. 632) proposa de situer Kirrha à l’ouest de Xéropigado, sur la côte, après l’âge du Bronze mais avant 580 av. J.‑C., c’est‑à‑dire avant sa destruction, lors de la première Guerre sacrée. Voir aussi Rousset 2002, p. 44 : « il n’est pas sûr qu’il faille considérer la Kirrha archaïque comme identique à la Krissa homérique ». Pour la destruction de la cité au début du vie s., voir Jannoray 1937, p. 34, n. 3 : « Pour cette date [590 av. J.‑C.], cf. Busolt, Gr. Gesch., I, p. 697, note 1 » ; mais Busolt 1893, p. 694 : « Im Jahre 590 wurde Krisa von den Amphiktyonen erorbert ». Voir Typaldou-Fakiris 2004, p. 285 ; Kyriakidis 2011, p. 78.

14 Bourguet 1902, p. 53, pour le commentaire, voir p. 56‑57, 59, pour la datation, voir p. 36.

15 Voir Rougemont 2006, p. 477, n. 4. Hypothèse et ouvrages cités par Herda 2008, p. 52, n. 301 ; l’auteur préfère cependant considérer Krisa, qu’il assimile à Kirrha, comme un port, voir p. 56 : « dass jetzt Krisa/Kirrha mit seinem Delphinion zu einer Art Heiligtumshafen für die neue Polis Delphi wurde » ; voir aussi Herda 2011, p. 76, n. 117 : « Apollo Delphinios founds the polis Crisa, not the polis Delphi on the beach ».

16 Il s’agit de la thèse dualiste soulignée par Lerat (1948, p. 621, n. 2). Texte de Strabon cité par Kyriakidis 2011, p. 89. Pour Krisa et la guerre nommée kriséenne, voir aussi Strabon, IX, 3,1 (τῷ δὲ Κρισαίῳ κόλπῳ [...] Κρισαῖον κόλπον) et IX, 3,4 (Κρισαῖον πόλεµον). Pour une mention du « siège de Krisa » pendant la première Guerre sacrée (590 av. J.‑C.), voir Lerat, Jannoray 1936, p. 135.

17 Voir Lerat, Jannoray 1936, p. 145, n. 1 : « Pausanias identifie les deux villes, et dit d’une façon catégorique que Krisa est le nom homérique de Kirrha (X, 37, 4) ».

18 Strabon, Géographie, Livre IX, CUF (Les Belles Lettres), 1996, 2003, p. 210, n. 6 : « Strabon ayant trouvé dans ses sources les deux formes du même toponyme a pu en faire deux villes distinctes, alors qu’il s’agissait de la même – confusion rendue possible par l’identité phonétique reconnue par certains linguistes entre Kirrha et Crisa ».

19 Voir Amandry et al. 1990, p. 29. Par exemple, d’après le texte de Tite Live (Livre XLII, XV : Escendentibus ad templum a Cirrha, [...]), qui rapporte un attentat contre Eumène, Kirrha se trouvait en contrebas de Delphes. Le texte d’Appien qui fait mention de Kirrha ne nous renseigne pas davantage sur son emplacement (Le Livre Macédonien, Fr. 11, 4).

20 Au iiie s. après J.‑C., Héliodore d’Émèse, dans son roman Les Éthiopiques, se sert des deux toponymes pour indiquer le golfe de Krisa et, manifestement, le port de Kirrha (Livre II, XXVI.1 : διά τε τοῦ Κρισαίου κόλπου τῇ Κιρραίᾳ προσορµισθεὶς ἐκ νεὼς ἐπὶ τὴν πόλιν ἀνέθεον), tandis qu’Athénée évoque la guerre de Krisa (XIII, 560, c : ὁ Κρισαϊκὸς δὲ πόλεµος), en nommant toutefois à cette occasion les Kirrhéens et non des Kriséens (XIII, 560, c : Κιρραῖοι).

21 Archives manuscrites de l’EfA, lettres écrites par Ardaillon à Homolle (Delphes 1‑1893). Elles font mention du « plan de Crissa et de Cirrha » (ix.93. Delphes 10 juillet 1893), et indiquent la mise en place d’un relevé des ruines en Phocide au tachéomètre, comme il a été fait pour Krisa (« Crissa », 1er août 1893).

22 Archives manuscrites de l’EfA, correspondance de Van Effenterre et Jannoray adressée au Directeur de l’EfA (1925‑1936 : dir. P. Roussel, 1936‑1950 : dir. R. Demangel). L ’intérêt des fouilleurs à retrouver la « Krissa » mentionnée par les textes antiques (PHO‑LO 1 1912‑1937) y est souligné.

23 Fouilles de 1934‑1935 à Delphes, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 130.

24 Voir Lerat, Jannoray 1936, p. 135.

25 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.

26 Lerat, Jannoray 1936, p. 131, 145.

27 Lerat, Jannoray 1936, p. 145.

28 Lerat, Jannoray 1936, p. 135 : « forte demeure » ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 323. Voir également le document d’archives PHO‑LO 1 1912‑1937 (Chrysso, 17 juillet 1936). Quant à la généalogie, on rappellera que Crisos est le père de Strophios et le grand‑père de Pylade, il est le fils de Phocus et le frère de Panopeus (Pausanias, Description de la Grèce, II.29.4).

29 Pour une influence de la Crète aux derniers temps de l’HM, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 125, voir p. 147 (influences créto-cycladiques) ; voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 144 (influences crétoises).

30 Lerat, Jannoray 1936, p. 130.

31 Lerat, Jannoray 1936, p. 130, n. 1, p. 136. Selon les fouilleurs, l’autel ne devait pas être in situ, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 299, n. 2.

32 Lerat, Jannoray 1936, p. 136, 144.

33 Desborough 1964, p. 125.

34 Jannoray 1937, p. 33‑34.

35 Skorda 1992, p. 63‑64 ; citée par Morgan 2003, p. 124, 126. Voir aussi Rousset 2002, p. 33, 44, 65, no 85. Il s’agit d’un téménos d’époque archaïque (vie s.), voir Ergon 52 (2005), 49‑53.

36 Pour le toponyme Χρυσό et sa localisation variant dans le temps, voir Rousset 2002, p. 33.

37 Le site de Krisa se trouve à environ 1h30 de marche de Delphes, à mi-chemin entre le sanctuaire et le golfe, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 129.

38 Lerat, Jannoray 1936, p. 131 : « au confluent des vallées du Pleistos et de la rivière d’Amphissa ». On se réfère à la carte de l’armée grecque pour la configuration générale de la plaine de Krisa et les toponymes grecs actuels (Γεωγραφική Υπηρεσία Στρατού – Hellenic Military Geographical Service, 1988).

39 Lerat, Jannoray 1936, p. 131.

40 Mesure prise sur la carte de l’armée grecque (1988), établie au 1:50.000.

41 Petronotis 1973, p. 119 n. 3. Voir la magoula de Xéropigado dans Dor et al. 1960, sp. p. 14‑16.

42 Dor et al. 1960. Pour les rapports de fouille du Service archéologique grec parus dans l’Arch. Deltion, voir Hope Simpson, Dickinson 1979, G 58, p. 235, 258 ; Phialon 2011, p. 45‑47. Reprise des fouilles en 2009, sous la direction de D. Skorda (10e Éphorie) et J. Zurbach (EfA, ENS), voir Zurbach et al. 2012‑13, p. 569‑592.

43 McInerney 1999, p. 63 : « the Krisaian plain below Delphi, an alluvial fan of over 13 km2 ». Sur les cartes géographiques de l’armée grecque (1988), il est, en outre, indiqué « Ὅρµος Ἰτέας » et « ΚΟΛΠΟΣ ΙΤΕΑΣ ΚΡΙΣΑΙΟΣ ». Le golfe d’Itéa portait le nom de Krisa au Moyen Âge, voir Amandry et al. 1990, p. 29 : « En 1147, le roi de Sicile Roger II débarqua ses troupes dans le “port de Krisa”. Mais ce nom est alors celui du golfe ». La baie d’Itéa portait le nom de Salona, voir Lerat 1952, p. 163 : « 18. Le fond de la baie de Salona ».

44 Luce 1991, p. 698.

45 Jannoray 1937, p. 33‑43, spéc. p. 33, note 2 (historiens modernes) ; Jannoray, Van Effenterre 1937 ; Skorda 1992, p. 41 ; Müller 1992, p. 490, n° 13. Pour une référence aux historiens modernes, voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 129, n. 2.

46 Lerat 1948, p. 632 : Krisa I = magoula de Xeropigado (HA‑HR I) ; Krisa I bis et II = acropole de Chrysso (HM II-HR III).

47 Lerat, Jannoray 1936, p. 133, fig. 2 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. Documents graphiques, archives de l’EfA, 1) plan de l’éperon établi en 1893 (Krisa. 898), 2) plan principal de l’éperon (Krisa. 897).

48 Du 6 au 10 octobre 2014, les relevés topographiques ont été effectués sur le chemin actuel, sur les angles de la chapelle Saint‑Georges, le long du mur de fortification mycénien, sur les angles d’une construction byzantine, sur les restes de la chapelle en ruine, sur les vestiges de murs de l’âge du Bronze, sur le « bastion » mycénien, ainsi que sur le chemin qui correspond à la dite « route antique ».

49 Cette mesure se rapproche des 1500 m indiqués pour le développement total du mur dans Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 324. Dans ce rapport, l’erreur commise précédemment est corrigée, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 131 (300 m).

50 Hope Simpson, Hagel 2006, p. 95. Voir aussi Kalogeroudis 2008, p. 240. Cette superficie est donc bien supérieure à celle que j’ai estimée dans Phialon 2011, p. 394.

51 Cette configuration rappelle celle d’Eutrésis, où les fortifications délimitent une aire de ca 213 000 m2, dont seulement 35 000 m2 sont occupés par des constructions de l’âge du Bronze, voir Hope Simpson, Hagel 2006, p. 83‑84, voir p. 95. Pour la publication du site, voir Goldman 1931.

52 Lerat, Jannoray 1936, p. 132.

53 Lerat, Jannoray 1936, p. 132 : « Le tronçon Nord-Ouest, qui longe le ravin, est le seul où plusieurs assises soient encore en place (fig. 3). [...] il a encore, par endroits, plus de 3 mètres de hauteur » ; voir aussi Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 324 : « Dans sa partie la mieux conservée, au Nord de la ville antique, cette enceinte dépasse trois mètres de hauteur (fig. 26) ». Sur le nouveau plan, il s’agit du premier tronçon partant du sud-ouest du segment 3.

54 Hope Simpson, Hagel 2006, p. 94‑95 (Chryso : ancient Krisa), pour les fortifications mycéniennes, p. 23. Pour l’appareil cyclopéen, voir aussi Küpper 1996, p. 31‑35.

55 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.

56 Le tracé de l’enceinte à l’angle sud-ouest est mieux conservé que ce que mentionnent les fouilleurs, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 132 ; voir aussi Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 324. C’est de ce point que nous avons commencé les relevés topographiques du mur qui ont mené jusqu’à l’extrémité nord‑est. L ’extrémité sud du mur de fortification sert de point de référence pour localiser les différents tronçons de mur par la distance qui les sépare.

57 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV. Selon le croquis conservé aux archives de l’EfA (429‑001), il s’agit d’une citerne.

58 Lerat, Jannoray 1936, p. 134 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325.

59 Lerat, Jannoray 1936, p. 134.

60 Ulrichs 1840, p. 19.

61 Lerat, Jannoray 1936, p. 134, n. 1.

62 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326.

63 Lettre de J. Jannoray du 27 août 1936 adressée au Directeur de l’EfA conservée aux archives de l’École, voir PHO‑LO 1 1912‑1937. 3. Fouilles à Krisa (1936) : « De ce mur d’enceinte secondaire seules les assises inférieures sont préhelléniques, et comme on le voit par la céramique, se datent de l’helladique récent III, de même que l’enceinte principale ».

64 Davis 1929, p. 90.

65 Contrairement à ce que montre un croquis conservé aux archives de l’EfA (planothèque, numéro 3310).

66 Lerat, Jannoray 1936, p. 136.

67 Dans la lettre de J. Jannoray du 27 août 1936, conservée aux archives de l’EfA (PHO‑LO 1 1912‑1937. 3. Fouilles à Krisa [1936]), il est rapporté que l’enceinte secondaire porte le numéro 4 sur le plan I, que cette dernière descend au nord-ouest vers le mur de l’enceinte principale, et qu’à leur jonction se trouvait peut‑être une porte secondaire. Néanmoins, on ne retrouve pas de plan publié ni de document graphique conservé aux archives de l’EfA où un numéro 4 serait associé au tracé de cette enceinte. Voir également la lettre de J. Jannoray du 17 juillet 1936 (PHO‑LO 1 1912‑1937) : « Cette portion de l’acropole est enclose dans une sorte d’enceinte secondaire, en contrebas de laquelle monte un chemin d’accès venant d’une porte percée dans l’enceinte principale ». Il ne s’agit pas de la porte Nord.

68 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325 : « Un bastion semi-circulaire, de 6 m 20 de rayon, conservé sur une hauteur de plus de deux mètres (fig. 28) [...] ».

69 Voir aussi Lerat, Jannoray 1936, p. 134‑135.

70 L ’existence d’ouvrages semblables, à l’intérieur de l’enceinte, aux extrémités sud-ouest et nord-est, est une hypothèse suggérée dans Lerat, Jannoray 1936, p. 135.

71 Lerat, Jannoray 1936, p. 132 : « Puis, au point où la plate‑forme se scinde en deux éperons séparés par un ravin, elle [la route] obliquait soudain pour rejoindre l’éperon méridional et tournait ensuite, à angle droit, vers l’Ouest, courant à mi-pente le long du ravin. Enfin, reprenant la direction du Sud, elle venait buter au bord de la falaise, à un endroit où celle‑ci domine la plaine d’une soixantaine de mètres seulement et non loin du point d’aboutissement d’une fissure de la roche [...] ».

72 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 326. Pour la présence de cette petite porte ouest, les fouilleurs se rapportent à Ulrichs 1840, p. 19 (« In der Westseite unfern der Ecke, die sie mit der Nordseite bildet, hat sich ein schmaler Thorweg erhalten »). Pour un chemin et la petite porte, voir PHO‑LO 1 1912‑1937 (Chrysso, 17 juillet 1936), supra n. 28. Pour un chemin, en partie dallé, le long de l’enceinte secondaire, voir PHO‑LO 1 1912‑1937 (Athènes, 27 août 1936).

73 Une cinquantaine de clichés, conservés à la photothèque de l’EfA, montrent les vestiges du mur de fortification, les sondages en cours de fouille, les restes de bâtiments et de tombes mis au jour, ainsi que des vues de l’éperon et de la plaine qui s’étend en contrebas (planches L1404, L6253, L6266). Il est toutefois difficile d’associer ces documents photographiques, à l’exception de certaines photos du mur de fortification, aux vestiges architecturaux représentés sur les plans du BCH 61 (1937).

74 Lerat, Jannoray 1936, p. 135.

75 Lerat, Jannoray 1936, p. 135‑137 (secteur I), 137 (six tranchées ouvertes autour de l’église de Saint‑Georges), 138‑142 (secteur II).

76 Les altitudes des structures suivantes ont été relevées à leur sommet : tombe 5 (alt. entre 142,02 et 142,22 m), mur au sud‑ouest de cette tombe (alt. 141,67 et 141,95 m), mur dans le prolongement de l’escalier, côté ouest (alt. 142,07 m), tombe 15 (alt. 140,14 à 140,29 m), mur à l’extrémité sud-ouest du secteur, au bas de la pente (alt. 140,44 m).

77 Lerat, Jannoray 1936, p. 132.

78 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. La carte régionale publiée dans l’ouvrage de Typalidou-Fakiris 2004, p. 9, 257, fig. 222 se fonde sur le dossier graphique constitué par J.‑P. Michaud et J. Blécon. Pour ce dossier, voir la fiche de la planothèque de l’EfA (Phocide-Doride 5940). Le plan et les coupes réalisées par J. Blécon, dans le cadre de l’étude de J.‑P. Michaud en 1968‑1969, se fondent sur le plan de 1935‑1936.

79 Lerat, Jannoray 1936, p. 131.

80 On utilise sous AutoCAD les cartes de l’armée grecque établies au un cinq millièmes (1:5000, Γεωγραφική Υπηρεσία Στρατού) pour générer numériquement le relief de l’éperon, celui de la vallée et de la plaine environnantes.

81 Dans Lerat, Jannoray 1936, p. 131, il est indiqué que la hauteur de l’éperon se situe à plus de 100 m au‑dessus du ravin du Pleistos.

82 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV, p. 302‑304, fig. 3 (bâtiment A), p. 304‑306, fig. 5 (bâtiment B), p. 305‑306, fig. 5 (bâtiment C), p. 306‑308, fig. 7 et 8 (bâtiment D), p. 322‑323, fig. 24 (ensemble G), p. 318‑322, fig. 16 (ensemble F).

83 Pour une étude des bâtiments, voir Hiesel 1990, p. 73‑74, fig. 56 (ensemble F, 1er et 2nd états), p. 100‑101, fig. 75 (ensemble G, 2nd état) ; Darcque 2005, p. 142, plan 124 (ensemble G, 2nd état), p. 142, 153, 324, plan 126 (ensemble F, 1er état) et 127 (2nd état). Voir aussi Phialon 2011, spéc. p. 168‑179, 185.

84 Je remercie J. Rutter, C. Hale, I. Mathioudaki et L. Papazoglou-Manioudaki pour l’indication de parallèles. Les résultats exposés ici et éventuelles erreurs relèvent bien entendu de ma propre responsabilité.

85 La table de concordance établie par les fouilleurs pour les vases céramiques, qui étaient alors conservés dans leur ensemble au Musée de Delphes, comprend 91 vases (inv. 6013 à 6027, 6081 à 6155, 6311), voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 148 (table de concordance). Les numéros inv. 6017, 6018, 6021, 6125, 6138, 6146, 6151 n’apparaissent pas dans la table du BCH 62, mais font toutefois bien partie de la collection céramique de Krisa, comme le confirment les livres d’inventaire conservés au musée de Delphes. Trois d’entre eux (inv. 6125, 6017, 6018) sont d’ailleurs publiés, dans l’article où il est question de 88 vases reconstitués, certains à partir de plus de 100 fragments, par V. Iannikos du Musée national, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 110 et n. 2.

86 Lors de mon étude de matériel céramique en  2014 (22 au 30 avril, 7 mai), j’ai examiné 66 vases inventoriés. Neuf d’entre eux n’avaient été ni photographiés ni dessinés dans les publications précédentes, mais simplement intégrés dans l’inventaire du BCH 62. À l’exception de trois vases (inv. 6024, 6026, 6128) et six fragments (Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19 ; Mountjoy 1999, p. 773, no 169, fig. 302) exposés dans les vitrines du musée archéologique d’Amphissa, le mobilier céramique de l’âge du Bronze se trouve actuellement dans les réserves du musée de Delphes.

87 Mon examen céramique au musée de Delphes a porté sur 13 fragments, dont 11 sont publiés (voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 121, 123, fig. 11‑13), ainsi que sur du matériel non publié contenu dans deux caisses portant la mention « CO 23 ». Sur l’une d’elles, « Fouilles de KRISA 1938 (?) » y est aussi inscrit. Ces caisses contiennent une partie de vase inv. 6151(a), 324 tessons et parties de vases non inventoriés, datables de l’âge du Bronze, dont quatre ont été publiés dans le BCH 62 (p. 129, fig. 16), du matériel du premier millénaire avant notre ère, non inventorié, ainsi que 14 pesons de fuseau, dont sept proviennent assurément de Kirrha (inv. 6489, 6496, 6497, 6546a, 6546b, 6546d, 6546f, voir Dor et al. 1960, p. 143‑144, no 24c, f, 25b, pl. LXII).

88 Mountjoy 1999, p. 752, no 33, fig. 290, p. 768, no 122, fig. 300, p. 773, nos 164, 169, fig. 302, p. 777, 779, 781, nos 206, 208, 228, 233, 239, fig. 305, 306, p. 783, 785, nos 256, 261, fig. 309. Cet ouvrage comprend aussi 32 vases et fragments de vases, illustrés ou cités en note, déjà publiés par les fouilleurs.

89 Trois autres vases, qui proviennent des tombes à chambre mycéniennes situées au nord de l’éperon rocheux, sont également réexaminés par P. Mountjoy (1999, p. 770, no 141, fig. 301, p. 783, n. 92 et 107), après avoir été publiés par D. Skorda (1992, p. 45, photos 3, 5 et 7). Le parallèle proposé pour le vase inv. 8116 appartient à l’HR III A1, celui pour le vase inv. 8063 à l’HR III A2, selon Mountjoy 1986, fig. 63 et fig. 95,2. Voir CMS V, 2, p. 257, pour les sceaux p. 257‑269, nos 317 à 335 ; pour les sceaux inv. 8523 et 8533, voir aussi Krzyszkowska 2005, p. 262‑263, nos 516‑517. Étude en cours par Elena Kountouri (Direction des antiquités préhistoriques et classiques) ; voir Kountouri 2017.

90 Pour les structures α et β en forme de π, dans le bâtiment A, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 303, n. 1 (foyers), voir Goldman 1931, p. 43, fig. 47, type 2 (four ou conteneur). Pour des constructions semblables, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 303, n. 1, voir pl. XXV (secteur principal, en ε), XXIV (sondage I, en δ). Quant à la structure π, fermée sur les quatre côtés, dans l’ensemble F (Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319‑320, voir fig. 16 et 18), sa forme ressemble à celle d’une tombe et non à un foyer en forme de π.

91 Pour des petits objets, outils divers et figurines en terre cuite inclus, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 144‑146. Pour des figurines à Kirrha, Dor et al. 1960, p. 145. Pour les fusaïoles, supra n. 87. Les petits objets mis au jour à Krisa ne se distinguent guère de ceux qui ont été découverts dans d’autres habitats de l’âge du Bronze en Grèce continentale, comme celui d’Asinè en Argolide à l’HM, voir Nordquist 1987, p. 38‑39 (bone tools), 40‑42 (working in stone), 54‑56 (terracotta whorls).

92 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 110 (« Près de soixante mille tessons ont été réunis et examinés ; quatre-vingt-huit vases ont été reconstitués, certains de plus de cent fragments [...] »).

93 Pour les dessins (24 vases, cinq fragments), mon étude a bénéficié de la collaboration de Birgit Konnemann au musée de Delphes (24 au 28 avril 2014). Mes propres dessins portent sur 33 vases céramiques. Les dessins de 12 vases (Krisa. VII G 6319, nos 1 à 12, 1971), avec l’autorisation de G. Touchais, ont servi à la préparation de mon étude. En outre, on dispose désormais de 87 photographies en couleurs de 57 vases effectuées par Philippe Collet, photographe de l’EfA (13‑14 mai 2014). Les vases inv. 6121 et 6127, qui se sont effondrés dans les armoires de l’apothèque, n’ont pas été photographiés. Les deux pithoi placés sous l’escalier ont été photographiés lors de mes missions précédentes. Pour des clichés de matériel céramique (142 clichés de vases reconstitués, 25 clichés de fragments céramiques) et de petits objets (8 clichés), conservés aux archives de l’EfA : planches L6253, L6254, L6264 à L6267.

94 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111.

95 Skorda 1992, p. 44.

96 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 118‑119, fig. 9. Un des fragments est illustré dans Dor et al. 1960, pl. XXVIIId. La présence dans l’habitat de ce type de vase mis au jour essentiellement en contexte funéraire cycladique peut difficilement être expliquée (fréquentation, héritage, acquisition plus tardive ?). Pour des parallèles (CA II), voir Coleman 1985, pl. 33, fig. 1‑3 (Syros).

97 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 301, voir aussi p. 315, n. 1.

98 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 1. Il est également rapporté qu’une couche d’argile brûlée, puis une couche de cailloux et de terre recouvrait en partie la tombe 14.

99 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 125.

100 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 301, 315.

101 Krisa : distances, mais aucune altitude, indiquées sur les plans réalisés au crayon gris (documents d’archives à l’EfA : 3301, 3302, 3721). Sol vierge atteint à différentes profondeurs (secteur II : à 0,5 m de prof. ; en moyenne : ca 0,4 m de prof.), voir Lerat, Jannoray 1936, p. 138. Orchomène : Sarri 2010.

102 Buck 1964, p. 282 (« the site was settled near the end of M.H. I »).

103 Hope Simpson, Dickinson 1979, p. 257, G 56 (« two are attributable to late MH »).

104 Mountjoy 1999, p. 742.

105 Phialon 2011, p. 44‑45, 90, 95, 100.

106 Hope Simpson, Dickinson 1979, p. 257, G 56. Même information dans Hope Simpson 1981, p. 77, C 51. Pour une occupation « sans coupure profonde », voir Skorda 1992, p. 44.

107 Mountjoy 1999, p. 748, no 11, p. 750, no 13 (voir Dor et al. 1960, pl. XXXIVb et h), p. 748, nos 3, 7, fig. 288.

108 Desborough 1964, p. 125.

109 Mountjoy 1999, p. 742.

110 Pour des structures qui n’apparaissent pas dans le tableau : 1) bâtiment absidal (secteur III, « HM »), mur/pièce α (secteur VI, « HM »), voir Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV (plan), pour le mur α (tracé curviligne), voir aussi p. 301, fig. 2 ; 2) pièce rectangulaire-trapézoïdale à l’ouest de l’ensemble G (secteur principal, HR, phase 2), voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 317, fig. 16, voir aussi Hiesel 1990, p. 17 ; Darcque 2005, p. 142, 151, plan 125 ; 3) pièce rectangulaire (secteur II, HR), pièce double (secteur IV, HR), voir Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV.

111 On dénombre un total de 27 tombes à ciste (16 dans le secteur principal, sept dans le secteur I, quatre dans le secteur VI) et une sépulture (28), voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308 (« une trentaine de tombes »). Pour les tombes, voir aussi Phialon 2011, p. 72‑73, 230, 237.

112 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308.

113 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306, fig. 7.

114 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 302, fig. 3, p. 304, fig. 5.

115 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304, fig. 5.

116 Mes remerciements à E. Velli pour m’avoir transmis son dessin et celui du vase inv. 6149. Parallèles de Mitrou (phase 7, MH II Final/MH III) : Hale 2016, p. 287, fig. 15 (avec bord en biseau à profil concave, avec cannelure sur la partie inférieure de la panse). Voir aussi Pavúk, Horejs 2012, p. 101, 128, fig. 25.1. Parallèles de Pevkakia (Phase 6 früh, Phase 6 Mitte) : Maran 1992a, pl. 69.1 (lèvre épassie, sans cannelure sur la panse), pl. 113.9‑11 (bord à profil concave), (Phase 7) pl. 117.10, 120.5 (bord à profil concave). Le pied d’un gobelet semblable mis au jour à Kirrha n’est pas conservé (voir Dor et al. 1960, pl. XLIII, inv. 6284, « HM I b »). Parallèles d’Orchomène : Sarri 2010 : pl. 15.1 (bord à profil concave, cannelure sur la panse), pl. 15‑24 (divers profils). Parallèles d’Eutrésis : Goldman 1931, p. 137, fig. 185.5 (divers profils). Voir type de Lianokladi dans Gauss, Lindblom 2017, p. 11‑12, fig. 1.8, forme 62B.

117 Pevkakia (Phase 6 früh) : Maran 1992a, p. 89, pl. 69.10 (Napf, exemple cannelé sur l’épaule). Les cannelures sur l’épaule sont observées sur les vases minyen gris de la phase 7 de Mitrou (HM II‑III), voir Hale 2016, p. 269, Table 7. Argos (MH I‑II), voir Philippa-Touchais, Touchais 2011, p. 209, fig. 13.29.

118 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308.

119 Kirrha : Dor et al. 1960, p. 135, no 59, inv. 6245, pl. XLVIII, no 60, inv. 6247, pl. LI. Tsoungiza : Rutter 2015, p. 212‑213, D35, D195, fig. 2. Le décor de la tasse inv. 6142 se distingue toutefois des exemples cités.

120 Parallèle pour la louche inv. 6143 : Rutter 2015, p. 214, fig. 3, no 7 (dipper), pour le dépôt, voir p. 210, n. 16, p. 20, table 2, West Building (voir aussi Rutter 1989). Parallèle pour le canthare inv. 6096 : Tsoungiza D242 (J. Rutter, communication personnelle), vase qui n’a toutefois qu’une anse.

121 Goldman 1931, p. 138‑139, fig. 187, no 3 ; Maran 1992a, pl. 89.5, Beil. 15.16 (Phase 6 Mitte).

122 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 307. Les pithoi ou jarres, partiellement enterrées, reposaient in situ sur la roche, au milieu de cendres abondantes.

123 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 308. Néanmoins, dans la RA (Lerat, Jannoray 1936, p. 140, fig. 7), il est question d’un sceau en stéatite provenant vraisemblablement du sondage I, où se trouve l’ensemble E. S’agit‑il du même sceau, comme je le suppose, peut‑être à tort (Phialon 2011, p. 207, n. 117), ou de deux sceaux différents ? Il pourrait y avoir confusion avec un poinçon en pierre, dont la provenance indiquée est problématique, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 145 (« dans le magasin aux pithoi, G »), fig. 22, no 4. C’est le bâtiment D et non G qui abritait de tels récipients. Le style du sceau évoque celui du groupe populaire continental (Popular Mainland Group Style), répandu à l’HR III, voir Krzyszkowska 2005, p. 271‑273 ; Poursat 2014, p. 179. Pour un parallèle provenant de Médéon qui se rapproche de l’exemple de Krisa, voir CMS V, 2, no 339.

124 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304‑305, fig. 5, p. 312‑313.

125 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 124, no 24, pl. XXII.5, no 25, pl. XXII.7.

126 Kirrha, tombe 9 : Dor et al. 1960, p. 117, 136, no 66, pl. LI. Pour des amphorisques d’Argolide (HM III B à HR I B), voir Dietz 1991, p. 195‑198.

127 Mitrou : amphorisques découvertes dans des tombes, HR I (C. Hale, S. Vitale, communication personnelle).

128 Pour une tradition locale mésohelladique qui perdure durant les premières phases de l’HR des deux côtés du Golfe de Corinthe, voir Dickinson 1977, p. 23. Pour Kirrha, voir Pavúk, Horejs 2012, p. 54 (« Das HM IIIb gleichzeitig mit SH I sein musste, steht dabei jedoch außer Zweifel »). Pour l’Argolide, voir Dietz 1991, spéc. p. 26, fig. 1 ; commentaire dans Rutter 2015, p. 210, n. 16.

129 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 305. Les fouilleurs, à la même page, rapportent aussi que les tombes 10 et 11 étaient « beaucoup plus profondément enfoncées en terre que les murs des constructions ».

130 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 304, fig. 5.

131 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306. Voir aussi Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 112, n. 3. Pour la représentation des classes selon les périodes et les sites, voir Pavúk, Horejs 2012, p. 17‑34 (e.g. Kirrha, Tab. 1, d’après Dor et al. 1960, p. 34, pl. 1 ; Kiapha Thiti, Tab. 3, d’après Maran 1992 b, p. 217, pl. 35b ; le minyen gris est toutefois représenté en large proportion à Pevkakia, phase 7 (HM III-HR I), Tab. 6, d’après Maran 1992a, I, p. 83, II, p. 31‑38).

132 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 303.

133 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312.

134 Seules les tombes dites » d’adultes », à savoir les plus grandes, contiendraient des offrandes funéraires, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 314. La découverte de squelettes d’adultes ou d’enfants ainsi que de restes osseux humains est rapportée (id., p. 309‑312), mais aucune analyse bioarchéologique n’a été entreprise. Les tombes 21 à 27 ont été découvertes dans le secteur I.

135 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 311.

136 Lerat, Jannoray 1936, p. 142 (= t. 5). Dans les archives de l’EfA (PHO‑LO 2‑C2), L. Lerat note que l’amphore à trois anses (inv. 6024) provient de la tombe Apostolou.

137 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 309.

138 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 314.

139 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312. Selon, les fouilleurs, le vase ne se trouvait peut‑être pas à l’origine dans la tombe. Il faut probablement voir dans l’implantation d’un mur mycénien, qui recoupait la tombe, une cause de perturbations.

140 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 1.

141 Ensemble E : Lerat, Jannoray 1936, p. 138‑139 (pièce a), 139‑140 (partie N‑O) ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315‑316, fig. 15 ; voir Hiesel 1990, p. 17, fig. 7 (pièce a), p. 59, fig. 45 (partie N‑O) ; Darcque 2005, p. 142, 151, plan 123 (maisons E1 et E2), p. 323 (E1).

142 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3, où est corrigée la datation HA indiquée dans Lerat, Jannoray 1936, p. 139, 143, fig. 7, no 1. Dans le catalogue, le pithos est décrit sous la céramique vulgaire mésohelladique, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 117, no 17, fig. 7.

143 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316, fig. 15.

144 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315.

145 Phialon 2011, p. 90.

146 Jannoray, Van Effenterre 1938 : céramique mésohelladique (p. 111‑125), céramique helladique récente (p. 125‑143), période prémycénienne (p. 125‑135), période mycénienne (p. 135‑143). La distinction entre la période prémycénienne et la période mycénienne doit être revue pour la céramique à décor peint.

147 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114‑118 ; les fragments de céramique incisée de la figure 8 peuvent être datés de l’HM, mais ceux de la figure 9 du CA II (décor à étoile centrale), supra n. 96.

148 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116‑117, no 18, fig. 6.

149 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306‑308, fig. 7‑9. Pour le pithos inv. 6013, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3 (pièce a de l’ensemble E, transition HM‑HR).

150 Dor et al. 1960, p. 58, 127, nos 15 à 17, pl. XXXVI à XXXVIII ; p. 119, 131, no 39, pl. XLVII. Le dernier pithos ressemble au pithos inv. 6155, il a été découvert près de la tombe 26 et était rempli de cendres blanchâtres provenant de matières organiques (HM II). Pour des jarres et pithoi, sans anses sur l’épaule, voir aussi Valmin 1938, pl. XVII, nos 34, 20, 38, 37, 51. Pour une jarre de Koumoula, voir Touchais 1981, p. 186‑187, fig. 44, no 2.

151 Au musée, ce vase porte à tort le numéro 6115.

152 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114.

153 Tasses inv. 6102 et 6103 semblables au vase inv. 6097, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 114, sous no 7.

154 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 116, no 15, pl. XXI.6. Pour un parallèle moins élancé, voir Valmin 1938, pl. XX.27.

155 Touchais 1981, p. 188‑189, fig. 45, nos 14‑15 (tasses), nos 12, 13 (cruches).

156 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 2, fig. 1.

157 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 1, pl. XX. Ce vase à anse horizontale tubulaire pourrait correspondre aux fragments retrouvés au fond d’une des étagères (apothèque 5, Delphes), qui ne peuvent toutefois pas être remontés. Pour un exemple non peint (anse horizontale en ruban), voir Mountjoy 1981, p. 24, no 64, fig. 9 (Athènes, Well E, HR II B-III A1, au plus tard).

158 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113‑114.

159 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 113 : les « coupes à pied annelé » équivalent aux gobelets à haut pied, les « skyphoi à anses surélevées » aux canthares.

160 Pour un parallèle en céramique lissée noire de Pevkakia (phase 7), qui se rapprocherait davantage du canthare inv. 6027, légèrement plus profond que inv. 6149, voir Maran 1992a, p. 103, pl. 120.16, Beil. 16.11. Parallèles d’Orchomène : Sarri 2010, pl. 8 (la plupart en minyen gris, peu profonds). Parallèle de Mitrou (phase 7, i.e. HM II‑III) pour Krisa inv. 6149 : Hale 2015, vol. 2, p. 215, pl. XXI (MH‑P225).

161 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119 : « comme la terre elle‑même, cet engobe est très clair, jaune, jaune-rosé, chamois et parfois même orangé ». On considère le jaune rosé comme ocre et le chamois comme du beige rosé ou du beige orangé. Elles correspondent aux classes lissées rouge claire à jaune, voir Maran 1992a, p. 107‑110 ; voir aussi commentaire sur le Minyen jaune dans Maran 1992 b, p. 130.

162 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119‑120. On rappellera que les vases inv. 6096 et 6143 ont été découverts dans le bâtiment D.

163 Parallèle de Tsoungiza D242 (J. Rutter, communication personnelle) ; supra n. 120. Pour une pâte semblable d’un vase à surface brûlée, voir cruche inv. 6014.

164 Pour une forme proche (minyen gris), voir Sarri 2010, p. 242, no 8, pl. 4 ; pour un canthare minyen jaune, voir Sarri 2010, p. 242, no 3, pl. 4. Exemple sans pied, mais à panse au profil droit, voir Dietz 1991, fig. 47, Aa‑3 (HM III A).

165 Vases à boire décrits comme « gobelets à anses surélevées », voir Dor et al. 1960, p. 126, nos 10 à 12, inv. 6266, 6265, 6262, pl. XXXV.

166 Dor et al. 1960, p. 128, no 19, inv. 6267, pl. XXXIX.

167 Le vase d’Eutrésis (1er niveau), dont le bord est plus élevé que celui de Krisa, est probablement plus ancien, voir Goldman 1931, p. 162, fig. 226, no 1. Sa forme pourrait ressembler à celle de la tasse de Lianokladi, qui n’est toutefois pas un vase minyen jaune, Pavúk, Horejs 2012, p. 91, fig. 14, Lk. 2.

168 Rutter 2015, p. 214, fig. 3. Pour le contexte, supra n. 120.

169 Pour la variété des pâtes et des classes regroupées sous la désignation de minyen, voir Maran 1992a, p. 80 ; Gauss, Kiriatzi 2011, p. 182‑183, table 59 ; pour le minyen gris, voir Pavúk 2008 ; Pavúk, Horejs 2012, p. 15‑16 ; Hale 2016, p. 246.

170 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 119, n. 2 ; voir Goldman 1931, p. 166, fig. 233 (minyen jaune, 2e ou 3e niveau HM) ; voir Sotiriadis 1912, p. 262, fig. 10, p. 257 (minyen gris). Selon les fouilleurs (Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 120, n. 1), cette forme dérive des bols minyens gris, voir Goldman 1931, p. 139, fig. 189 et p. 140, fig. 190, no 2. La panse du cratère de Krisa inv. 6141 n’est toutefois pas carénée.

171 Dor et al. 1960, p. 132, no 45, inv. 6290, pl. XLIV. Une version différente de cratère à quatre anses horizontales, à pâte grise, provient de Kirrha et, assignée à l’HM III a, pourrait être contemporaine du cratère de Krisa.

172 Goldman 1931, p. 164, fig. 230, no 1 (2e ou 3e niveau HM), cité dans Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 120, n. 2. Il s’agit sans doute d’une cruche et non pas d’une hydrie. Son col et son bord sont semblables à l’amphore de Krisa. Un autre vase cité en comparaison par les fouilleurs à Krisa, à la même note de bas de page, correspond à un pithos et se différencie de l’amphore de Krisa par la forme de son bord et son décor à peinture mate (voir Goldman 1931, p. 166, fig. 232, no 2 et p. 170).

173 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127‑128. Au musée, le vase publié comme inv. 6113 porte à tort le numéro 6114.

174 Les vases inventoriés sont considérés comme « Minyen jaune à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122.

175 Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 13, nos 13 et 17 (cratères, bord plat épais ; bord recourbé, de diamètre sans doute supérieur à 30 cm), no 8 (gobelet ?, bord éversé finissant en lèvre aplatie sur le dessus), nos 12 et 18 (non examinés, possibles bord plat et bord recourbé).

176 Pour les tombes 10 et 11, supra n. 129. Pour la tombe 1, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 312. Le vase no 6026 se trouvait près du crâne, tandis que le vase no 6025 a été trouvé « à quelque distance du squelette et un peu au‑dessus », voir Lerat, Jannoray 1936, p. 136. Voir aussi archives de l’EfA, document PHO‑LO 2‑C2 : tombe, nommée Zourbas et associée à deux vases (inv. 6026 et 6025).

177 Dietz 1991, p. 195‑198 : exemples provenant de tombes d’Argolide.

178 Rutter 2015, p. 212‑213, D35, D195, fig. 2. Pour des exemples d’Argolide provenant de tombes et datés de l’HR I A, voir Dietz 1991, p. 162, fig. 48, AB‑4, AB‑7(3) ; pour des exemples d’Attique, voir Mylonas 1975, pl. 403β (Éleusis) ; Kalogeropoulos 2010, p. 215, fig. 3a (Brauron).

179 Dor et al. 1960, p. 80, 117, 135, no 59, inv. 6245, pl. XLVIII, p. 119, 135, no 60 a, inv. 6247, pl. LI. Voir Lemerle 1937, p. 460, fig. 23 en bas, HR I.

180 Dor et al. 1960, p. 124, 135, no 59b, inv. 6468.

181 Dor et al. 1960, p. 117, 135, no 60b et c. On notera que ces deux vases ont été découverts dans la tombe 7.

182 Dor et al. 1960, p. 73, pl. XXXIIIa à d, f.

183 Pavúk, Horejs 2012, p. 74, 76, fig. 8, no 13. Pour le cratère, voir Sarri 2010, p. 328, no 2, pl. 39.2.

184 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 123, fig. 13.17.

185 Peinture mate sur fond clair, désigné comme « Minyen jaune à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122. Pour fragments 15, 14 et 18 de la figure 13, voir aussi Dor et al. 1960, pl. XXXId, pl. XXXIIc et e. Pour un fragment décoré d’un motif semblable, daté de l’HR I (basin, polychrome), à Korakou, voir Davis 1979, p. 243‑244, fig. 6, no 69.

186 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122, fig. 13.1 à 3, 6, 8, 10, 13, 17.

187 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 122 (« et les potiers s’essaieront même à la polychromie »), fig. 13, nos 1, 6 et 8, peut‑être 3. Pour de la céramique à peinture mate polychrome de Krisa, voir aussi Buck 1964, p. 282. Pour de la céramique à peinture mate de Krisa (mais pas polychrome), voir French 1972, p. 31.

188 Tessons classés sous « minyen gris à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 120, fig. 11.1 et 11.2.

189 Tessons classés sous « céramique vulgaire à peinture mate », voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 120‑121, fig. 12, dont nos 2 et 4 (semi fine).

190 Pour les tessons suivants, en particulier (Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 11.1, fig. 13.1), voir Dor et al. 1960, pl. XXVIII.i et XXX.c ; voir Skorda 2010, p. 659, fig. 7 et 8 (fragments recueillis dans le remblai de l’HR I‑II couvrant le four 3). Pour des tessons à peinture mate de Delphes, voir Müller 2010, p. 459, fig. 7.a.1.

191 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 2, voir aussi plan de l’enemble F, p. 317, fig. 16.

192 Terrasse ou passage, long de 13 m et large de 2 m, d’après le plan, Jannoray, Van Effenterre 1937 p. 320, pour le plan, voir p. 317, fig. 16. Escalier et murs de terrasse assignés au troisième niveau de construction.

193 Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744.

194 Selon les fouilleurs, quatre vases inventoriés et de nombreux tessons portent un décor de « flammes » (inv. 6082, 6104, 6123, 6151), voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318. Toutefois, le vase inv. 6151 examiné en 2014 est décoré de mouchetures (FM 77). On le désignera comme inv. 6151(b). Quant au motif décorant le vase inv. 6123, il est horizontal. Quatre autres vases ont été recueillis « en profondeur » dans la pièce h, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 (inv. 6086, 6087, 6130, 6133).

195 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322 ; Mountjoy 1999, p. 752, no 30, fig. 290.

196 Pour trois de ces vases (inv. 6082, 6086, 6133), voir Mountjoy 1999, p. 750‑752, nos 26, 34, 35, fig. 289‑290. Pour les vases inv. 6087.

197 Ensemble F, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318. Pour le vase, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133‑134, no 40, pl. XXIV.7. Une datation HR III A1 n’est toutefois pas exclue par P. Mountjoy (1999, p. 748, no 7, fig. 288 ; voir Mountjoy 1990, p. 255, fig. 11).

198 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 (inv. 6132, pièce g), p. 319 (inv. 6130, pièce h, « en profondeur ») ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 27 (inv. 6132), sous no 28 (inv. 6130).

199 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 111, no 2, fig. 1. Les parallèles cités par les fouilleurs remontent à l’HA et à l’HM. Le bol d’Eutrésis (Red-burnished undecorated ware) possède une anse horizontale, voir Goldman 1931, p. 126, fig. 171. Pour un dessin de inv. 6112 : archives de l’EfA (VII G 6319‑007), je remercie Gilles Touchais pour l’autorisation de consulter ses dessins. Parallèle de Pevkakia : Maran 1992a, p. 106, pl. 105,19 (rotpolierte Ware, Schale mit abgeknicktem Rand, Phase 6 Mitte). Pour des céramiques semi-grossières (Gebrauchskeramik) à engobe rouge mais à pâte rouge brun, voir id., p. 121‑122 ; à Asinè : Nordquist 1987, p. 50, 52.

200 Mountjoy 1999, p. 785, no 268, fig. 310.

201 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320, fig. 21 et 22. Pour la datation des vases inv. 6110 et 6111, voir Mountjoy 1999, p. 763, no 98, fig. 297, p. 766, no 103, fig. 298. Le vase inv. 6114, examiné au musée de Delphes, appartient vraisemblablement à l’HR III B (pour une datation HR III A, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 320, fig. 20).

202 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 323. Le numéro d’inventaire (6117) cité en 1937 est certainement une erreur. L ’amphore en question, examinée au musée de Delphes, porte bien le numéro inv. 6115, comme mentionné dans le BCH 62 (1938, p. 141, pl. XXVI.3), et non 6117.

203 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318‑319.

204 Mountjoy 1999, p. 759, n. 70, p. 762, n. 73.

205 Je n’ai pas retrouvé ces deux vases dans les musées phocidiens. Le vase inv. 6089 n’est pas illustré, contrairement au vase inv. 6094 (Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 50, pl. XXV.9), que j’attribue sans plus de précision à l’HR III A.

206 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322.

207 Mountjoy 1999, p. 762, no 81, fig. 296.

208 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315‑316.

209 Voir Mountjoy 1999, p. 763, 766, no 102, fig. 298.

210 Lerat, Jannoray 1936, p. 139, 143, fig. 7, nos 10, 11.

211 Archives manuscrites de l’EfA, rapport de Lucien Lerat, PHO‑LO 2‑C2. Dans ce document, les vases sont dits provenir du « cellier », mais cette désignation – source de confusion avec le bâtiment D – doit être oubliée. La cruche inv. 6023 est aussi censée provenir de la chambre 2 bis. Il doit s’agir de la partie nord-ouest de l’ensemble E.

212 Dans un autre passage du document PHO‑LO 2‑C2, il est toutefois indiqué que ces vases proviennent de tombes.

213 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316. Selon les fouilleurs, la céramique trouvée dans les deux pièces adjointes, à l’HR III, à la pièce a « appartient exclusivement au style du granary ».

214 Lerat, Jannoray 1936, p. 139.

215 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3 : « la tombe 27, en rapport avec l’ensemble E, contenait un amphoriskos HR I ». La tombe 27 correspond à la tombe 2 publiée dans la RA (Lerat, Jannoray 1936, p. 141‑143, fig. 7, no 7), découverte au milieu d’une cour.

216 Mountjoy 1999, p. 748, no 3, fig. 288. L ’attribution de la tombe en plan à la période HM (voir Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV) est certainement une erreur, car les fouilleurs mêmes ont daté de l’HR I le vase provenant de cette tombe (voir ci‑dessus, Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3). D’après le document PHO‑LO 2‑C2, l’amphore inv. 6024 provient de la tombe Apostolou.

217 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 ; Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 115, no 10, pl. XXI.5 (tasse), p. 127, no 27, pl. XXIII.3 (coupe).

218 L ’exemplaire de Krisa paraît plus récent que le gobelet de Tsoungiza (LH I), qui possède deux anses verticales et deux appendices de préhension horizontales, voir Rutter 1989, p. 5‑6, no 6, p. 11, fig. 3.6.

219 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 127, no 26, pl. XXIII.1.

220 Dor et al. 1960, p. 116, 134, no 54a, inv. 6230, pl. LIV.

221 Pour un exemple non peint de Nichoria (mixed LH IIA deposit), voir McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P3309, fig. 9‑9. Ce trait morphologique se rencontre souvent à l’HR III A1, sur des coupes à tige plus haute que notre gobelet, voir McDonald, Wilkie 1992, p. 528, P3336, fig. 9‑11. Pour le type de forme (FS 263) représenté parmi le matériel du puits Z de l’Acropole d’Athènes, daté au plus tard de l’HR II B-III A1, voir Mountjoy 1981, p. 37, nos 236 à 237, fig. 20, p. 38, no 249, fig. 21.

222 En 2014, mon étude a porté sur 38 vases mycéniens [numéros en gras] (inv. 6016, 6019, 6020, 6024, 6025, 6082, 6087, 6088, 6090, 6091, 6092, 6104, 6107, 6108, 6109, 6110, 6111, 6114, 6115, 6116, 6119, 6121, 6123, 6124, 6128, 6129, 6131, 6134, 6135, 6138, 6139, 6144, 6145, 6146, 6148(b), 6151, 6152, 6153). On suivra la datation proposée par P. Mountjoy (1999, p. 742 sq) pour 16 d’entre eux ainsi que pour six autres qui n’ont pas été examinés lors de ma mission de 2014 (inv. 6081, 6086, 6118, 6125, 6133, 6148a), voir Annexe 1. On ajoutera cinq autres vases mycéniens publiés (inv. 6084, 6089, 6093, 6094, 6122).

223 Pour des parallèles phocidiens (HR II B), voir Mountjoy 1999, p. 748, nos 4 à 6, fig. 288. En Argolide, ce type de forme est principalement représenté à l’HR I et l’HR II, voir Mountjoy 1999, p. 82, nos 7 à 10, fig. 10 (HR I), p. 89, nos 34, 35, fig. 13 (HR II A), p. 98, nos 79 à 81, fig. 17 (HR II B).

224 Les fouilleurs voient dans cette forme une influence insulaire et une technique continentale, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 134, n. 1. On notera deux variantes pour le biberon de type FS 158. La première est caractérisée par un bec ponté partant du bord et pour laquelle l’influence insulaire évoquée par les fouilleurs paraît pertinente mais indirecte. Pour une influence créto-cycladique, voir Goldman 1931, p. 155, fig. 218 (vase à peinture mate de l’HM), voir aussi P. Mountjoy 1999, p. 748 (vase no 8, fig. 288, avec bec ponté). La seconde, celle de notre vase, au bec tubulaire latéral, s’inscrit dans un développement continental, proche du type FS 159. Le type FS 158 illustré dans Mountjoy 1986, fig. 277, correspond à la variante à bec ponté.

225 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 133, no 37, pl. XXIV.3 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 ; Mountjoy 1999, p. 750‑752, no 26, fig. 289 ; cf. Mountjoy 1990, p. 255, fig. 11.

226 Dans les caisses « CO 23 », seule une partie de vase à col (cruche ?) porte un numéro, à savoir 6151, et paraît correspondre à l’un des numéros d’inventaire fournis dans le BCH 61, voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318 : « C’est de là que vient tout une série de bols, de coupes et d’hydries portant un décor de “flammes” (inv. 6082, 6104, 6123, 6151 et beaucoup d’autres fragments importants de vases semblables qui n’ont pu être reconstitués) [...] ». Au musée de Delphes, dans l’apothèque 5, un vase porte toutefois déjà ce numéro : il s’agit d’une tasse (FS 219), que l’on désignera comme 6151(b), supra n. 194.

227 Pour le gobelet inv. 6081, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, no 32, pl. XXIII.7 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 322 ; Mountjoy 1999, p. 752, no 30, fig. 290. Deux autres vases (inv. 6082, 6087) sont cités sous le no 32, avec inv. 6081, mais inv. 6082 correspond à un petit cratère, même si sa forme ressemble à celle d’un gobelet. Pour le motif, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129 ; voir Mountjoy 1990, p. 254 ; Mountjoy 1999, p. 744.

228 Parallèle de Aigion (HR II, FS 254), voir Papazoglou-Manioudaki  2015, p. 318, fig. 13a‑13b. Pour le type FS 256, daté du début de l’HR III A2, voir Mountjoy 1986, p. 204.

229 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, no 33, pl. XXIII.10.

230 Comme un gobelet (FS 254) de Delphes, voir Mountjoy 1999, p. 750, no 16, fig. 288.

231 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 132, no 34, pl. XXIII.9 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 ; Mountjoy 1999, p. 752, no 34, fig. 290 (HR III A1). Il s’agit d’une forme qui n’apparaît pas parmi les formes de Furumark (FS), mais chez Mountoy 1986, p. 65‑66, fig. 76.

232 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 128, fig. 15.5.

233 Mountjoy 1999, p. 748, no 11, p. 750, no 13, fig. 288 (FS 254, HR II B), p. 752, no 33, fig. 290 (HR III A1) ; pour le nos 11 et 13, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 139, fig. 19.19 et p. 128, fig. 15.7 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVb et h.

234 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129, fig. 16 en haut et au milieu (HR II B), p. 138, fig. 19.6, possible, p. 128, fig. 15.1 (HR III A1).

235 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 128, fig. 15.1, p. 138, fig. 19.6. Parallèles phocidiens, voir Mountjoy 1999, p. 749‑750, nos 14‑15, fig. 288 (HR II B). Le motif FM 32 peut toutefois se rencontrer jusqu’à l’HR III B1 (Prosymna).

236 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 131, fig. 15.6, 8, 9 ; p. 138, fig. 19.18.

237 Ce sont en majorité des cruches qui ont un col étroit à l’HR III A2 et III B, voir e.g. Mountjoy 1999, p. 134, no 235, fig. 32 (Berbati, HR III B1). Pour des vases à col étroit et deux anses verticales (flask, FS 192), voir e.g. Mountjoy 1999, p. 140, no 256, fig. 34 (Argos, HR III B1), p. 766, no 108, fig. 298 (Itea, peut‑être une importation argienne, HR III B).

238 La datation proposée par les fouilleurs doit être revue (Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143 : style de tell‑el Amarna, de la phase HR III A).

239 Ce qui n’est pas le cas pour l’hydrie de Phylakopi voir Mountjoy 1986, p. 103, fig. 124, no 1 (HR III B1) = Mountjoy 1999, p. 909, no 103, fig. 369. L ’anse des hydries de HR III C ancien part également du bord du vase, voir Mountjoy 1999, p. 228, no 175, fig. 73 (Korakou), p. 775, no 181, fig. 303 (Delphes).

240 Pour des fragments d’amphores et hydries à décor linéaire HR III B de Béotie, voir Mountjoy 1983, p. 18‑19, nos 84‑92, fig. 5 ; pour une hydrie de Phocide de l’HR III C ancien, voir Mountjoy 1999, p. 775, no 181, fig. 303.

241 Selon P. Mountjoy 1999 (p. 766, no 109), les bandes peintes sur le corps du vase de manière assez droite correspondent davantage à un trait de l’HR III B ; voir aussi Mylonas Shear 1987, fig. 15, no 108 (HR III B) ; pour des askoi de l’HR III A2, voir Mountjoy 1999, fig. 28, no 13, fig. 253, no 90.

242 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, sous no 49.

243 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 50, pl. XXV.9 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319.

244 Les parallèles donnés par les fouilleurs (Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, n. 2 : « Cf. Ch.‑Tombs, p. 148 ») peuvent être datés de l’HR II A. On se rapportera, pour comparaison, à des tasses plus récentes, voir Mountjoy 1999, p. 550, no 236, fig. 199 (Agora d’Athènes, FS 220, HR III B1). Pour des exemples non peints, voir Blegen, Rawson 1966, p. 360, fig. 354, shape 12 (nos 1 et 2) ; voir aussi Mountjoy 1983, p. 57, no 94, fig. 21 (Drachmani-Piperi, HR).

245 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 135, no 43, pl. XXIV.4 ; Mountjoy 1999, p. 766, no 117, fig. 299. On précisera que les chopes correspondent au type de forme FS 226, caractéristique de l’HR III B, voir Mountjoy 1986, p. 112, 128. Si le vase inv. 6118, peu préservé, avait une anse latérale, il s’apparenterait au bol conique à bec FS 301, voir Mountjoy 1986, p. 118‑119, fig. 145.

246 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 143, no 65, pl. XXVII.6 ; Mountjoy 1999, p. 759, no 64, fig. 294. Le type de forme remonte au début de l’HR III A2, voir Mountjoy 1986, p. 204 ; pour des exemples attiques, voir Mountjoy 1999, p. 540, nos 184 à 191, fig. 195.

247 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 137, no 47, pl. XXV.5. Pour un parallèle, voir Mountjoy 1986, p. 57, no 99, fig. 21 (Drachmani-Piperi), voir aussi, par exemple, p. 41, nos 295‑300 (Orchomène, HR III A, III B).

248 Pour le truncated stemmed bowl, voir Mountjoy 1986, p. 92. Le TSB se rapproche toutefois du type de bol FS 283, à deux anses, voir Mountjoy 1986, p. 216, fig. 281. Ces formes n’apparaissent pas parmi les formes de Furumark (FS).

249 Voir Mountjoy 1999, p. 759‑762, nos 73 à 75, fig. 295.

250 Mountjoy 1999, p. 759‑762, nos 73 à 78, fig. 295. En outre, une fosse découverte à Kirrha en 2009 a notamment fourni des TSB, voir mon rapport de 2013 « Kirrha – 2013. Campagne d’étude (novembre) – section céramique » aux archives de l’EfA et le rapport de I. Mathioudaki, sur le secteur 1 fouillé en 2009, qui comprend la fosse L700 (non publiés).

251 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 134, no 41, pl. XXIV.8.

252 Les parallèles donnés par les fouilleurs (Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 134, n. 2 et 3 : « Cf. Korakou, p. 55, fig. 75 ; Korakou, p. 53, fig. 72 ; Ch.‑Tombs, p. 149, 156, 162 » – pour Korakou, voir Blegen 1921, p. 53, fig. 72 ; Mountjoy 1999, p. 212, no 73, fig. 66, FS 237, HR II B) ne correspondent pas bien au vase inv. 6122, qui est pourvu d’anses horizontales en ruban. On attribuera ce vase au type FS 295, voir Mountjoy 1986, p. 205.

253 Mountjoy 1999, p. 759, nos 69, 71, fig. 294 (HR III A2) ; voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 139, fig. 19.13 (poulpe) et 19.17 (FM 23, whorl‑shell) ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVj et i. Pour le motif FM 23, whorl‑shell, sur des kylikes, voir Thomas 1992, fig. 13, 51‑60 (Tsoungiza et Zygouries) ; voir aussi Mountjoy 1999, p. 141, no 266, fig. 35 (Prosymna), p. 552, no 242, fig. 200 (Kopreza).

254 Mountjoy 1999, p. 768, no 122, fig. 300 (HR III B).

255 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 138, fig. 19.15 et 19.16.

256  Mountjoy 1999, p. 768, no 133, fig. 300 (HR III B), p. 771, n. 85 (2 fragments), p. 773, nos 164, 169 (HR III B2) ; pour les deux fragments de la n. 85, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 140, fig. 21b, c ; pour le no 169, voir aussi Vitale 2006, p. 193‑194, 202.

257 Mountjoy 1999, p. 762, no 84, fig. 296 (HR III A2), p. 770, no 139, fig. 300 (HR III B) ; voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 139, fig. 19.20 et 19.21 ; Dor et al. 1960, p. 97, pl. XXXIVc et d.

258 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129, fig. 15.4 ; p. 138, fig. 19.4 et 19.7.

259 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 138, fig. 19.14 et 25.

260 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 138, fig. 19.5, 8, 11, 22.

261 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129, fig. 15.2 et 15.3 (FM 51) ; p. 138, fig. 19, no 9 (FM 75). Pour FM 51, voir Mountjoy 1999, p. 773, no 163, fig. 302 (Delphes).

262 Mountjoy 1999, p. 777, no 196, fig. 305, p. 781, no 235, fig. 306. Le no 196 de Mountjoy correspond à Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, no 53 d, fig. 21.d.

263 Mountjoy 1999, p. 777, 779, 781, nos 206, 208, 228, 233, 239, fig. 305, 306.

264 Mountjoy 1999, p. 783, 785, nos 256, 261, fig. 309.

265 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 316 ; Lerat, Jannoray 1936, p. 139.

266 La désignation « style du granary » se rapporte à la décoration de vases trouvés sur le sol de la fondation Est (East Basement) du Granary à Mycènes, voir Mountjoy 1999, p. 49. Pour le contexte, voir Wace 1921‑23, p. 38‑61, ici p. 39 : « Deep bowls [...], and some of the Granary Class ».

267 Par exemple, sur une anse de cruche, voir Mountjoy 1999, p. 163, no 332, fig. 43 (Asinè, HR III C moyen). Possible apparition antérieure, sur une cruche à bec, voir Mountjoy 1999, p. 546, no 220, fig. 197 (Vourvatsi, HR III B1).

268 Mountjoy 1999, p. 785, no 268, fig. 310. Pour des parallèles, voir Mountjoy 1999, p. 159, no 323, fig. 42 (Asinè, HR III C moyen), p. 603, no 503, fig. 225 (Pérati, HR III C récent).

269 Vase désigné comme « amphorisque » dans Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, no 54, pl. XXVI.1. Les plus petits exemples d’amphores, nommés amphorisques (FS 59), paraissent bien répandus en Attique à l’HR III C, voir Mountjoy 1999, p. 604, fig. 225.

270 E.g. Mountjoy 1999, p. 684, no 187, fig. 262 (Orchomène, HR III C ancien), p. 714, nos 72, 73, fig. 274 (Lefkandi, HR III C moyen). Pour un type proche, en général moins profond (FS 275), voir des exemples de Messénie dans Mountjoy 1999, p. 359, nos 136 à 138, fig. 124 (HR III C récent).

271 Blegen, Rawson 1966, fig. 363 et 364, Shape 29g (no 284). Pour la couche de destruction de Pylos : Vitale 2006, p. 190 (discussion), 200, table 2 (HR III C ancien) ; Mountjoy 1999, p. 301 (transition HR III B-III C ancien) ; Hope Simpson, Dickinson 1979, p. 127 (fin HR III B), voir aussi D1 ; voir aussi R. Hope Simpson 1981, F 1.

272 Exemples d’Argolide et de Corinthie, voir Mycènes : Mylonas Shear 1987, p. 72, pl. 17, nos 19‑21 ; voir Zygouriès : Blegen 1928, p. 151‑153, fig. 141‑142 ; Thomas 1992, p. 400‑407, fig. 67‑69.

273 Pavúk, Horejs 2012, p. 62, fig. 5 (Korakou, HR II A et HR II B, « minoisierende konische Näpfe »). Pour le matériel des puits d’Athènes (HR II‑III A1), voir e.g. Mountjoy 1981, fig. 10, nos 91 à 98. Pour Pylos, voir Blegen, Rawson 1966, p. 359‑360, fig. 354, Shape 11 (no 553). Voir commentaire plus bas pour la datation de la couche de destruction à Pylos.

274 Mountjoy 1999, p. 777, no 196, fig. 305 ; voir Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 141, no 53d, fig. 21d à p. 140.

275  Mountjoy 1999, p. 777‑781, nos 206, 228, 233, 235, 239, fig. 305‑306 ; pour le vase n° 235, voir Jannoray, Van Effenterre 1938, fig. 19.24 ; Dor et al. 1960, pl. XXXIVe.

276 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 140, fig. 21a, p. 138, fig. 19.12.

277 Mountjoy 1999, p. 783, no 256, p. 785, no 261, fig. 309 (HR III C moyen).

278 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 138, fig. 19.1 à 3, avec les motifs respectifs FM 46, FM 62, FM 61.

279 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 138, fig. 19.10. Pour FM 43 (sur des jarres piriformes), voir Mountjoy 1999, p. 773, nos 171 à 173, fig. 303 (Delphes).

280 Lerat, Jannoray 1936, p. 136.

281 Jannoray, Van Effenterre 1938, p. 129‑131. Les fouilleurs décrivent ce motif sous la période « prémycénienne », mais il s’agit bien d’un motif (FM 19, wavy stems) représenté sur des vases assignés principalement à l’HR III A1 par P. Mountjoy (1999, p. 744). En d’autres régions de Grèce, ce motif se rencontre rarement, voir Mountjoy 1999, p. 536, no 135, fig. 188 (Éleusis, HR III A2). On notera que sur ce dernier vase, une cruche, le motif de « flammes » (FM 19) est constitué de quatre tiges, alors que les exemples phocidiens n’en comptent que trois.

282 La désignation « beige » n’est pas employée dans le Munsell Soil‑Color Charts (2012), système d’identification des couleurs utilisé lors de mon étude en 2014.

283 Résultats d’analyses attendus pour le matériel de Kirrha par Efthalia Velli (EfA, PHO‑LO 1 1936‑1994).

284 Thomas 1992, p. 304, pour la kylix FS 258A, et the « Zygouries »-style kylix, p. 300‑316.

285 Supra n. 253. Les fragments décorés de murex (FM 23), conservés dans les caisses « CO 23 » sont de pâte claire (5YR 7/2, pinkish gray) rarement de ton rosé (5YR 7/3, pink), avec inclusions vraisemblablement calcaires très fines, et présentent un engobe beige clair (10YR 8/2, very pale brown). On ne peut toutefois pas confirmer que ces fragments, qui ne sont pas illustrés dans le BCH 62, contrairement à d’autres tessons ornés de ce motif, proviennent bien de Krisa.

286 D’autres productions qui ne sont pas éginètes peuvent toutefois montrer des caractéristiques macroscopiques similaires. De plus, les critères habituels de description macroscopique (mica, ton verdâtre) sont insuffisants pour saisir la variabilité minérale de la production éginète ; une analyse pétrographique comparative des pâtes est nécessaire, voir Gauss, Kiriatzi 2011, p. 23.

287 Certaines poteries communes néolithiques de l’Antre corycien comportent des pélites micacées, voir Courtois 1981, p. 172.

288 Dor et al. 1960 ; Van Effenterre 1975, p. 35‑42 ; Maran 1998, p. 68‑71.

289 Buck 1964, p. 282 ; Skorda 2006, p. 667‑668 ; Phialon 2011, p. 148.

290 Pour des cruches à peinture mate de Kirrha et d’autres sites, voir Maran 2007, p. 169 ; Dakoronia 2010, p. 573‑581.

291 Pour le matériel de Koumoula, voir Touchais 1981.

292 Krisa : plan absidal, trapézoïdal, carré, rectangulaire, à couloir, voir Phialon 2011, p. 168‑179.

293 Kirrha : Bâtiment a‑e (HM III B), avec murs de phase antérieure (HM III A), voir Dor et al. 1960, p. 39‑40, pl. XII.

294 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318‑322, fig. 16 (ensemble F), pl. XXV. Il est peu probable que les bâtiments à couloirs de Lerne, d’Égine ou même de Thèbes, qui datent de l’HA, aient pu influencer la conception et la réalisation du bâtiment mycénien de Krisa, en raison de l’écart chronologique qui les sépare. L ’édifice de l’HR II B-III A1 mis au jour au Ménélaion de Sparte fournit un élément de comparaison plus pertinent, Darcque 2005, p. 153 (édifice 1), 141, plan 88. Catling 2009, p. 25‑32, fig. 10, 16.

295 Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 319 (ensemble F), 316 (ensemble E). Pour les bases de deux bâtiments, voir Darcque 2005, p. 119.

296 Dor et al. 1960, p. 40 : « Cette construction est le type même de la demeure préhellénique continentale, [...] : la chambre au foyer ou mégaron, précédée d’un vestibule ou prodromos».

297 Darcque 1990, p. 21‑31.

298 Murs très ruinés, constitués le plus souvent d’une seule assise de moellons sur deux rangs, petites pierres dans les interstices, argile comme liant, briques crues pour l’élévation, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 138 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 301. Ce type d’appareil se rencontre très fréquemment à l’HM et à l’HR en Grèce continentale, voir Phialon 2011, p. 163‑164. L ’emploi de chaux et l’insertion de fragments de tuiles ou de briques dans les interstices sont d’époque moderne, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 137.

299 Pour la relation tombes-habitations en Grèce centrale, voir Phialon 2011, p. 85‑86, 107 ; pour Kirrha, voir Lagia et al. 2016, p. 181‑205. Pour l’Argolide, voir Milka 2010.

300 Dor et al. 1960, p. 118, 122, 124.

301 Skorda 1992, p. 45 ; voir aussi CMS V,2, p. 257.

302 Skorda, Zurbach 2010, p. 546.

303 Müller 1992, p. 455‑458, fig. 5. Pour une coupe de la fouille de 1934, voir Lerat 1938, p. 186, fig. 2.

304 Alors que la céramique couvre tout l’HR, seules deux maisons fournissent des données sur les phases de construction. Le mur HR III B qui recouvre l’une de ces deux maisons fournit un terminus post quem, voir Müller 1992, p. 473, citant Lerat 1938, p. 195. Pour la céramique de tradition mésohelladique, voir Lerat 1938, p. 188 « une dizaine de tessons « minyens » gris ou jaunes, quatre ou cinq tessons à peinture mate ».

305 Lerat 1984, p. 3‑25.

306 Chronique des fouilles en ligne, BCH (Archaeology in Greece online, BSA), notice 4746, avec référence à un communiqué et des coupures de presse. Étude en cours de Elena Kountouri (Direction des antiquités préhistoriques et classiques) et collaborateurs.

307 Müller 1992, p. 489 ; Skorda 1992, p. 43‑44. Pour le maillage du territoire, voir aussi Luce 2011a, p. 349‑374.

308 Pour des kylikes de Zygouriès à Delphes, voir Müller 1992, p. 468 : « L ’aspect de l’argile fait de ces pièces des produits importés du Nord-Est du Péloponnèse ».

309 C.‑à‑.d. dès le xiie siècle av. J.‑C. ; la pauvreté des liens entre Delphes et Médéon aux xe et ixe siècles est ensuite soulignée par J.‑M. Luce 2011b, p. 63.

310 Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII. Pour le nouveau plan, voir fig. 5.

311 En revanche, de l’autre côté du golfe de Corinthe, l’habitat d’Aigion (Achaïe) est bien habité de l’HR I à l’HR II B/III A1, voir Papazoglou-Manioudaki 2015.

312 Supra n. 89.

313 Bâtiment D (huit pithoi ou jarres, fosse à provision) : Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 306‑308, fig. 7 (plan), 8‑9. Ensemble E, pièce a (pithos inv. 6013, jarre) : Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 315, n. 3, voir Lerat, Jannoray 1936, p. 139, fig. 5, p. 143, no 1 (pithos).

314 Pour la céramique trouvée en contexte, voir fig. 18 et 19 ; voir Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 318‑319. La pièce g de ce bâtiment était remplie de fragments de vases, dont certains à décor de « flammes ». On notera que la surface de la pièce g (ca 9,6 m2) est bien inférieure à celle de la pièce h (ca 51,7 m2). La vaisselle a sans doute été rangée dans la pièce g pour être utilisée dans la pièce h.

315  À Aigeira, un mur de fortification a été érigé à la période post-palatiale, voir Gauss 2015, p. 149‑161.

316 Müller 1992, p. 458, 472‑473, pour la céramique voir p. 460, fig. 7b, 7‑9, p. 465‑466, fig. 10, p. 472‑475.

317 Des tombes à chambre étaient encore en usage au cours de l’HR III C à Delphes (Müller 1992, p. 470) et près du village de Chrysso, voir ci‑dessus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Vue surplombant Delphes, Chrysso et la vallée du Pléistos.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 2 — Plan de Krisa établi en 1893.
Crédits Archives EFA, plan de Crissa Phocide, no 898 ; d’après Lerat, Jannoray 1936, p. 133, fig. 2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 3 — Vue du mur de fortification mycénien et du village de Chrysso.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Fig. 4 — Plan de Krisa établi en 1935‑1936.
Crédits Archives EFA, Krisa, plan d’ensemble, VIIIA 897 ; d’après Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIII.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 5 — Plan topographique de Krisa, relevé en octobre 2014.
Crédits Relevé, dessin L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 6 — Détail du mur de fortification (a), comparé à une photo publiée dans le BCH 61 (b)
Crédits a. Cl. L. Phialon. b. Archives EFA, Krisa, L6266‑09 ; d’après Jannoray, Van Effenterre 1937, p. 325, fig. 26.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 7 — Détail du mur de fortification, tronçon sud.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 8 — Détail du mur de fortification, tronçon ouest.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 9 — La porte nord du mur de fortification mycénien.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 10Mur situé au nord‑ouest de l’église Saint‑Georges.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 11Le « bastion ».
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 12 — Plan d’ensemble de la zone fouillée (relevé en octobre 2014, dessin L. Fadin), sondages et secteur pincipal.
Crédits Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV, XXV ; dessin L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Fig. 13— Tombe 5.
Crédits Cl. L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Fig. 14Durée d’occupation des bâtiments et phases chronologiques.
Légende lettre en majuscule = bâtiment ; t. = tombe ; en gras = avec céramique inventoriée en contexte.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 15 — Secteur principal, constructions et tombes des deux premières phases, HM‑HR I.
Crédits Archives EFA, Krisa, 900‑001 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 16 — Secteur principal, céramique en contexte de l’HM et de l’HR I.
Crédits Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon, E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 658k
Titre Fig. 17Secteur principal, constructions des deux dernières phases, HR(II‑)III.
Crédits Archives EFA, Krisa, 900‑001 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXV.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 18Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 3).
Crédits Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon, G. Touchais.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 19Secteur principal, céramique en contexte de l’HR (phase 4).
Crédits Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 20Secteur I. Bâtiment et céramique en contexte.
Crédits Dessins de vases B. Konnemann, L. Phialon. Plan, archives EFA, Krisa, 899 ; Jannoray, Van Effenterre 1937, pl. XXIV.I ; photo de vases Lerat, Jannoray 1936, p. 143, fig. 7, nos 10‑11.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 21Céramique mycénienne inventoriée : formes et phases chronologiques.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 22Céramique mycénienne non inventoriée : formes et phases chronologiques.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 23 — Comparaisons entre céramique mycénienne inventoriée et non inventoriée (formes ouvertes et fermées).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 24 — Pithos inv. 6013.
Crédits Cl. L. Phialon, dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 25 — Cruche à anse verticale inv. 6014.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 26 — Cruche à anse verticale inv. 6015.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 27 — Jarre à étrier inv. 6016.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 28 — Coupe conique (kylix) inv. 6019.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 29 — Coupe (kylix) inv. 6020.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 30 — Petite amphore inv. 6022.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 31 — Jarre piriforme inv. 6024.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 32 — Petite cruche basse inv. 6025.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Fig. 33Amphorisque inv. 6026.
Crédits Cl. L. Phialon, dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 34 — Canthare inv. 6027.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 35 — Petit cratère inv. 6082.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 36 — Coupe (gobelet) inv. 6083.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 37 — Coupe (gobelet) inv. 6085.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 38 — Coupe (gobelet) inv. 6087.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 39 — Coupe (gobelet) inv. 6088.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 40 — Tasse semi-globulaire inv. 6090.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 41 — Truncated stemmed bowl inv. 6091.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 42 — Truncated stemmed bowl inv. 6092.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 43 — Canthare inv. 6096.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 44 — Tasse inv. 6097.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 45 — Canthare inv. 6098.
Crédits Cl. L. Phialon, dessin B. Konnemann, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 46 — Tasse inv. 6099.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 47 — Tasse à fond pointu inv. 6101.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 48 — « Biberon » inv. 6104.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 49Cruche inv. 6106.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 50Cratérisque inv. 6107.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 51Jarre à étrier inv. 6108.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Fig. 52 — Jarre à étrier inv. 6109.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 53 — Jarre à étrier inv. 6110.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 54Jarre à étrier inv. 6111.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 55Cruche inv. 6113.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Fig. 56Grande hydrie inv. 6114.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 57Petite amphore inv. 6115.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 58Cruche inv. 6116.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 59Tasse à anse de panier inv. 6117.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 60Cruche basse inv. 6119.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 61Jarre miniature inv. 6120.
Crédits Dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 62Askos inv. 6121.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 63Amphore à anses sur la panse inv. 6123.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 64Cruche inv. 6124.
Crédits Dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 65Bassine tripode inv. 6128.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 66Truncated stemmed bowl inv. 6129.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 67Coupe (gobelet) inv. 6130.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Fig. 68Grande cruche inv. 6131.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 69Coupe (gobelet) inv. 6132.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 70Petite amphore inv. 6134.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 71Bol inv. 6135.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 72Tasse inv. 6136.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 73Petite cruche inv. 6137.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 74Bol (Truncated stemmed bowl ?) inv. 6138.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 75Grande cruche inv. 6139.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 76Amphore inv. 6140.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 77Tasse à anse de panier inv. 6142.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 78 — Louche inv. 6143.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 79Cratère/bassine inv. 6144.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 80 — Amphorisque (?) inv. 6145.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin EFA, L. Phialon).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Fig. 81Amphore inv. 6146.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 82Petit vase caréné inv. 6147.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 83Tasse carénée inv. 6148(b).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Fig. 84Tasse inv. 6151(b).
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 85Tasse à bec inv. 6152.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Fig. 86Tasse semi-globulaire inv. 6153.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Fig. 87Tasse à anse surélevée inv. 6154.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet ; dessin EFA, B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 88 — Pithos inv. 6155.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann, L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 89Panse de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 90Panse de vase fermé.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 91Panse de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 92Panse de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 93Bord de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Fig. 94Panse de vase fermé.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 95Bord de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 96Panse de vase ouvert.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin E. Velli.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 97Bord de cratère.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 98Bord de cratère.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 99Panse de kylix.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 100Bord de kylix.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin L. Phialon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 101Bord de stemmed bowl.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 102Bord de stemmed bowl.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 103 — Bord de deep bowl.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 104Bord de deep bowl.
Crédits Cl. L. Phialon ; dessin B. Konnemann.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/631/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Phialon, « L ’habitat de Krisa (Chrysso-Haghios Georgios) à l’âge du Bronze », Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018, 403-536.

Référence électronique

Laetitia Phialon, « L ’habitat de Krisa (Chrysso-Haghios Georgios) à l’âge du Bronze », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.2 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/631 ; DOI : 10.4000/bch.631

Haut de page

Auteur

Laetitia Phialon

Chargée de cours à l’université de Fribourg (2018) ; membre scientifique suisse de l’EfA (2013-2016) ; boursière du Fonds national suisse de la recherche scientifique (2013‑2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals