Navigation – Plan du site

Les aventures de Pyladès citoyen athénien pantomime malgré lui

Οι περιπέτειες του Πυλάδη, Αθηναίου πολίτη, παντοµίµου άθελά του
The adventures of the Athenian citizen Pylades, a pantomime in spite of himself
Anne Jacquemin
p. 537-544

Résumés

L’article propose un nouvel examen de FD III 2, 106 visant à rendre son identité à l’Athénien Pyladès dit aussi Olympios. La transcription en vers du décret de Delphes lui accordant la citoyenneté fut, dès la première publication, à l’origine de confusions qui firent de ce citoyen, trop soucieux de distinction – il ne s’était point satisfait du banal résumé en usage – un pantomime honoré pour ses prestations à Olympie et à Delphes et dûment enregistré comme tel dans des recueils prosopographiques professionnels et ethniques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. Colin, FD III 2, 106 et pl. IX/2. Le texte a été gravé sur le long côté sud du trésor à la septi (...)

1À l’époque d’Hadrien, certains résumés de décrets accordant la citoyenneté sont transcrits sous forme versifiée, ce qui peut nuire parfois à leur compréhension. Une inscription du trésor des Athéniens en donne une preuve éclatante : elle fait mémoire de l’octroi de la citoyenneté delphique à l’Athénien Pyladès fils de Pyladès au deuxième quart du iie siècle apr. J.-C.1

  • 2 G. Colin mentionne dans son apparat critique un « ornement en forme de cœur ».
Θεός. Τύχα ἀγαθ[ά].
Παλλάδος ἀγνοτάτης καὶ Πυθίου
᾽Απόλλωνος : Πυλάδην Πυλάδου µε
παῖδα, τὸν καὶ Ὀλύµπιον : ἀστὸν
πολείτην ἥδε σηµαίνει γραφή. hedera2
l. 3 et 4 : une interponction de deux points sépare les vers, un hexamètre dactylique suivi de deux trimètres ïambiques. Les deux invocations de la première ligne sont hors mètre.
  • 3 G. Colin, FD III 2, p. 115.
  • 4 IG II2 2020, l. 50. Son frère Lykos figure l. 49. Le dème de Tricorynthos qui doit son nom au héros (...)
  • 5 Sur la survie des Olympia à la fin du ive siècle et au début du ve siècle, voir A. Gutsfeld, « Elid (...)
  • 6 Voir J.-Y. Strasser, « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (20 (...)

2Comme le signale G. Colin, un certain nombre de détails montre l’embarras de celui qui a mis en vers un texte officiel, que ce soit la forme du poème ou le jeu avec la longueur de certaines syllabes3. On pourrait ajouter les interponctions marquant la fin des vers, ce qui laisse penser que ceux qui voyaient l’inscription ne découvraient pas immédiatement l’intention poétique. Le document archivé au bouleutèrion pouvait se résumer par le banal « les Delphiens ont fait Delphien l’Athénien … » courant au iie siècle apr. J.-C. et le texte n’aurait présenté aucun intérêt particulier, si une erreur d’interprétation d’   Ὀλύµπιος à la ligne 4 n’avait eu pour conséquence d’attribuer une activité agonistique à un individu que G. Colin proposait d’identifier à un Athénien du dème de Tricorynthos connu par un catalogue éphébique4. En effet, la paraphrase qu’il donne du texte Πυλάδην Πυλάδου Ἀθηναῖον καὶ Ὀλύµπιον, Δελφοὶ Δελφὸν ἐποίησαν, est confirmée par l’entrée ἀστός de l’index du volume FD III 2 : « Ὀλύµπιος ἀστός (poét.) » et par la reconstitution de la carrière de Pyladès fils de Pyladès, citoyen athénien « devenu successivement citoyen d’Olympie, puis de Delphes ». Cet octroi de deux citoyennetés en lien avec les sièges de deux des concours communs où s’exaltait l’idéal grec laissait supposer des victoires à une quelconque épreuve, quoique G. Colin songeât à des honneurs reçus « une trentaine d’années plus tard » – le temps écoulé entre le catalogue athénien et le décret delphique –, par un homme âgé de 45 ou 50 ans, ce qui ne lui autorisait que les épreuves hippiques qui voyaient le couronnement du propriétaire du cheval ou de l’attelage. Compte tenu de sa proposition de retrouver ce Pyladès dans un éphèbe, à une époque où l’être signifie appartenir à la bonne société, il devait penser à une victoire de ce genre. Mais c’était oublier qu’Olympie n’était point une cité et n’avait été habitée de façon permanente qu’à la fin de l’Antiquité, à une époque où le concours des Olympia survivait misérablement avant sa disparition complète5. Quand les autorités qui organisaient les Olympia récompensaient de la citoyenneté un athlète, elles le faisaient Éléen, ce qui lui donnait une authentique citoyenneté qui était aussi la leur6.

  • 7 I. E. Stephanis, Διονυσιακοί Τεχνῖται. Συµβολές στήν προσωπογραφία τοῦ θεάτρου καί τῆς µουσικῆς τῶν (...)
  • 8 L. Robert, « Pantomimen in griechischen Orient », Hermes (1930), p. 102-122 (= OMS 1, p. 654-670). (...)
  • 9 M. J. Osborne, S. G. Byrne (éd.), A Lexikon of Greek Personal Names, 2, Attica (1994), s.u. Πυλάδης (...)
  • 10 J. S. Traill, Persons of Ancient Athens, 15 (2006), n° 795 695. Le père qui porte le même nom est e (...)

3Ce point a échappé aussi à I. E. Stephanis qui enregistra Pyladès comme « danseur ? »7 et l’identifia à un pantomime célèbre de Thyatire redécouvert par L. Robert qui le présentait comme le sixième des pantomimes de ce nom, à côté du plus célèbre, qui connut la gloire à l’époque augustéenne8. Le volume du Lexicon of Greek Personal Names consacré à Athènes enregistre les deux Pyladès, le père et le fils de l’inscription FD III 2, 106 et reprend pour le second l’identification de I. E. Stéphanis ; en revanche le volume IIIB qui recense les Delphiens ne prend pas en compte le nouveau citoyen d’origine athénienne9. Dans son inventaire prosopographique, J. S. Traill10 présente l’Athénien Pyladès, également citoyen d’Olympie et de Delphes comme un danseur de pantomime, tout en faisant suivre dans la parenthèse le terme grec ὀρχηστής d’un point d’interrogation. Il ne reprend pas l’hypothèse de G. Colin relative à la possible identification avec un éphèbe du dème de Tricorynthos, qui est, lui, son n° 795 750 fils du Pylade n° 795 749.

  • 11 Étienne de Byzance est clair sur ce point : voir O57 Ὀλυµπία, éd. M. Billerbeck (2014). L ’adjectif (...)
  • 12 M. Lambertz, Glotta 1911 et 1913.
  • 13 É. Bourguet, FD III 1, 213 (début du iie siècle) et 226 (fin iie ou plutôt iiie siècle).
  • 14 M. Lambertz, « Zur Ausbreitung des Supernomen oder Signum im römischen Reiches », Glotta 1911 et 19 (...)
  • 15 J. S. Traill, Persons of Ancient Athens, 13 (2004), n° 743 425. Le nom Olympios se rencontre à Athè (...)

4Puisque Olympios n’a jamais existé comme ethnique11 et que l’activité agonistique de Pyladès reposait sur l’octroi supposé de citoyennetés liées à des cités où se célébraient des concours, il convient d’abandonner l’hypothèse d’une activité de pantomime fondée uniquement sur l’existence d’artistes portant le nom de Pyladès et de rendre à cet homme son second nom qui pouvait permettre de le distinguer de son père. La formule de l’article suivi de la conjonction de coordination καί qui sert à introduire un alias a été méconnue, quoiqu’elle fût mentionnée dans les travaux de M. Lambertz sur la diffusion du nom double dans l’empire romain12 et que É. Bourguet l’eût bien identifiée à propos de Claudius Achaïcos dit aussi Asiarchès et du funambule Nonnos dit aussi Démétrios13. Dans leur compte rendu de l’article de R. Calderini qui associe la pratique du nom double à l’Égypte, J. et L. Robert émettent des réserves quant à cette origine et l’inscription de Delphes relative à un Athénien montre bien que la pratique a dépassé le cadre du milieu grec d’Égypte où certaines personnes possédaient un nom grec et un nom égyptien14. Si J. S. Traill a omis Pyladès dit aussi Olympios, il a enregistré un autre Athénien qui avait également Olympios comme second nom, un éphèbe du dème de Gargettos au iiie s. apr. J.-C.15.

  • 16 Il a dû sa citoyenneté à ses compétences athlétiques et peut-être à ses talents d’entraîneur dont i (...)
  • 17 É. Bourguet, FD III 1, 534. Voir J.-Y. Strasser, « La course en armes et les victoires de Hédéa aux (...)
  • 18 R. Flacelière, FD III 4, 118. J. Bousquet (BCH 78 [1954], p. 428) a restitué le praenomen de Sextus (...)
  • 19 G. Colin, FD III 4, 61. L ’éditeur pensait à un premier ethnique court. Lorsque Cl. Vatin réédita l (...)
  • 20 R. Flacelière, FD III 4, 111, qui ne reprend pas la restitution d’É. Bourguet, De rebus Delphicis ( (...)

5L ’examen des inscriptions de Delphes montre que la liaison entre deux ethniques s’y fait généralement par un simple καί ou par juxtaposition. On peut citer le poète argien et athénien M. Aurelius Ptolémaios (FD III 1, 85), le pédotribe P. Flavius Claudianus, Éphésien et Éléen16, mais aussi citoyen et bouleute de la Grèce entière, ce qui fait sans doute allusion à un rôle de délégué au Panhellénion (FD III 1, 200), le secrétaire en chef de l’association des athlètes vainqueurs Quintilius Karpophoros, lui aussi Éphésien et Éléen (FD III 1, 209), un certain Iakkhos, à la fois Romain et Pergaménien (FD III 1, 231), le joueur de trompette Sérapion, Éphésien, Alexandrin et Romain (FD III 1, 554), Flavius Iulianus Élatéen et Corinthien (FD III 2, 108), Gaius Iulius Eudaimôn, citoyen de Tralles et d’Athènes (FD III 2, 250), Aristoklès fils de Diogénès, citoyen de Nicopolis, de Tyane, de Patras et d’Argos (FD III 4, 83). Cependant il existe des exemples avérés où la formule ὀ καί sert à introduire un second ethnique comme celui d’Hermésianax de Tralles, père de trois filles qui remportent des victoires dans divers concours gymniques, hippiques et musicaux, qui était, comme ses filles, aussi citoyen de Corinthe et vraisemblablement d’une autre cité17, et du pythionique originaire de Damas récompensé dans la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C. pour sa piété et ses qualités morales, qui avait également la citoyenneté de Lacédémone18. En revanche, il semble que parfois des seconds noms ont pu être pris pour l’ethnique qui leur correspondait : cela paraît être le cas du grammatikos de l’époque de Domitien L. Licinius Eukleidès ὁ καὶ Ἀθηναῖος19, du poète de Césarée Tralles Apollonios fils de Mén[andros]20 dont le second nom commençait par un chi que É. Bourguet avait pris pour l’initiale de l’ethnique de Chios.

  • 21 Dans son chapitre consacré aux artisans (Politique, III, 5, 1277b-1278b), Aristote emploie toujours (...)
  • 22 Voir M. Casevitz, « Mon astu, sa polis. Les exemples d’Hérodote », Ktèma 8 (1983), p. 75-83, notamm (...)

6L ’Athénien Pyladès fils de Pyladès dit aussi Olympios a donc reçu la citoyenneté à Delphes comme un certain nombre de ses compatriotes. L ’association ἀστὸς πολείτης est cependant singulière et ne semble pas pouvoir se rencontrer : si tout ἀστός est πολίτης à moins d’avoir perdu ses droits politiques par l’exil ou l’atimie, tout πολίτης n’est pas ἀστός, puisque l’on peut recevoir la citoyenneté d’une communauté à laquelle on n’appartient pas par le sang21. Il faut sans doute dans ces vers mettre en relation ces deux mots exprimant un aspect de la citoyenneté, l’un plus concret, plus personnel, l’autre plus politique, plus abstrait22 avec les deux divinités mentionnées au premier vers : Pyladès l’Athénien est concitoyen par la naissance d’Athéna, ἀστός convient donc parfaitement ; il a été fait citoyen par les Delphiens, sa concitoyenneté avec le dieu pythien s’exprime bien par πολίτης. Cependant comme Apollon Pythien était honoré comme Patrôos par les Athéniens en tant que père d’Ion, Pyladès aurait pu revendiquer des liens de parenté avec Apollon, mais le poète avait besoin de jouer sur l’opposition des deux façons de voir la citoyenneté.

Dieu ! Bonne Fortune !
De Pallas la Très-Sainte et d’Apollon Pythien
Moi, Pyladès enfant de Pyladès, dit aussi Olympios,
Concitoyen par le sang de l’une et concitoyen de l’autre
Voici comment me signifie cette inscription.
  • 23 Plutarque, Sur les oracles de la Pythie, 21 (404 D).

7À la différence du décret qui mettait en texte le processus d’agrégation de l’Athénien Pyladès à la communauté delphique – « Les Delphiens ont fait Delphien Pyladès fils de Pyladès, Athénien » –, sa transcription en vers ne s’intéressait qu’au résultat, la double citoyenneté exprimée par le lien aux deux divinités Athéna et Apollon. L ’emploi du verbe σηµαίνειν pourrait bien être une allusion du versificateur au propos d’Héraclite cité par Plutarque23.

Haut de page

Notes

1 G. Colin, FD III 2, 106 et pl. IX/2. Le texte a été gravé sur le long côté sud du trésor à la septième assise de parpaings, sur le deuxième bloc après l’ante (n° inv. 601).

2 G. Colin mentionne dans son apparat critique un « ornement en forme de cœur ».

3 G. Colin, FD III 2, p. 115.

4 IG II2 2020, l. 50. Son frère Lykos figure l. 49. Le dème de Tricorynthos qui doit son nom au héros au triple panache (Ajax) appartenait à la tribu Aiantide avant d’être rattaché au iie s. apr. J.-C. à la tribu Hadrianide ; il faisait également partie de la Tétrapole de Marathon, communauté antérieure au synœcisme athénien qui entretenait des liens particuliers avec Delphes.

5 Sur la survie des Olympia à la fin du ive siècle et au début du ve siècle, voir A. Gutsfeld, « Elide e Olimpia alla fine del mondo antico », Geographia Antiqua 12 (2003), p. 111-117.

6 Voir J.-Y. Strasser, « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (2003), p. 251-299 : les deux ethniques Delphien et Éléen se suivent sur le fragment A+B de FD III 1, 557 restitué p. 289. C’était aussi le cas des prêtresses de Déméter Chamyné comme Claudia Tyché de Cleitor en Arcadie (W. Dittenberger, K. Purgold, Die Inschriften von Olympia [1896], n° 473 et 474). Dans le résumé du décret octroyant la citoyenneté delphique à M. Cassius Valerius, citoyen de Carthagène, de Lacédémone et de Pisa (É. Bourguet, FD III 1, 216), la forme Πισαῖος est un équivalent poétique d’   Ἠλεῖος, comme Pisa l’est d’Olympie ; l’ethnique en usage lors de l’existence éphémère de la cité de Pisa au ive siècle était Πισᾶται (Inschriften von Olympia n° 36 et P. Siewert et H. Taeuber, Neue Inschriften von Olympia, Tyche Sonderband 7 [2013], n° 11) ; Xénophon, Helléniques, VII 4, 28), terme qui est aussi celui qu’emploie Pindare à propos de la communauté des temps mythiques (Ol. IX, 68). La forme Πισαῖος se trouve chez Diodore (XV 78, 2) et chez Pausanias (V, 3, 1 ; 16, 5 ; VI 22, 4) ; elle a été employée de façon faussement archaïsante sur la base de la statue du chanteur Spercheios, dédiée au iiie s. apr. J.-C. par les Éléens (Inschriften von Olympia n° 482).

7 I. E. Stephanis, Διονυσιακοί Τεχνῖται. Συµβολές στήν προσωπογραφία τοῦ θεάτρου καί τῆς µουσικῆς τῶν ἀρχαῖων Ἑλλήνων (1988), n° 2182 : Πυλάδης Πυλάδου Ἀθηναῖος καὶ Ὀλύµπιος.

8 L. Robert, « Pantomimen in griechischen Orient », Hermes (1930), p. 102-122 (= OMS 1, p. 654-670). Sur les pantomimes, voir aussi J.-Y. Strasser, « Inscriptions grecques et latines en l’honneur de pantomimes », Tyché 19 (2004), p. 175-212, qui traite des divers Pylades explicitement attestés comme danseurs, sans faire allusion à l’Athénien qui reçut la citoyenneté delphique.

9 M. J. Osborne, S. G. Byrne (éd.), A Lexikon of Greek Personal Names, 2, Attica (1994), s.u. Πυλάδης 1 et 2 et P.M. Fraser, E. Matthews (éd.), A Lexikon of Greek Personal Names, 3B, Central Greece. From the Megarid to Thessaly (2000), s.u. Πυλάδης.

10 J. S. Traill, Persons of Ancient Athens, 15 (2006), n° 795 695. Le père qui porte le même nom est enregistré sous le numéro 795 694. Le doute sur sa citoyenneté athénienne semble tenir de l’hypercritique.

11 Étienne de Byzance est clair sur ce point : voir O57 Ὀλυµπία, éd. M. Billerbeck (2014). L ’adjectif ne peut être qu’une épiclèse topique s’appliquant à Zeus et à Héra, ainsi qu’à d’autres divinités qui leur pourraient être associées, comme dans la prière de la femme héraut des Thesmophories d’Aristophane aux vers 331-334 qui demande de prier les dieux et déesses olympiens, pythiens et déliens, passage où ces adjectifs ne sont pas des « féminins forgés de toutes pièces vis[ant] à un effet comique » (N. Loraux, Les enfants d’Athéna [1981], p. 126, n. 31), mais des épiclèses bien attestées.

12 M. Lambertz, Glotta 1911 et 1913.

13 É. Bourguet, FD III 1, 213 (début du iie siècle) et 226 (fin iie ou plutôt iiie siècle).

14 M. Lambertz, « Zur Ausbreitung des Supernomen oder Signum im römischen Reiches », Glotta 1911 et 1913 ; R. Calderini, « Ricerche sul doppio nome personale nell’Egitto greco-romano », Aegyptus 21 (1941), p. 221-260 et 22 (1942), p. 3-45 ; J. et L. Robert, Bull. Épigr. (1946-1947), n° 50 : un exemple de nom double égyptien, connu ultérieurement, est celui de l’infortuné boxeur alexandrin Agathos Daimôn ὀ καί Kamèlos (Neue Inschriften von Olympia, n° 69). Sur cette question voir aussi J. et L. Robert, Bull. Épigr. (1964), n° 392, p. 212, où il est rappelé que de nombreux cas de noms doubles, aussi bien d’hommes que de femmes, ne sont pas la conséquence d’une adoption. Quand l’Éléen Apollonios fils d’Apollonios éleva la statue de son patron et évergète Tiberius Claudius, beau-fils de l’empereur Auguste, vainqueur à la course de quadriges des Olympia de 1 apr. J.-C., il joignit à son nom grec son nom romain Tiberius Claudius par ὁ καί (Inschriften von Olympia n° 220), mais la dédicace de sa statue par la cité d’Élis réduit son second nom, également introduit par ὀ καί, au seul Tibérius, ce qui témoigne de la difficulté rencontrée par certains Grecs face à une onomastique complexe comprenant au moins prénom et nom.

15 J. S. Traill, Persons of Ancient Athens, 13 (2004), n° 743 425. Le nom Olympios se rencontre à Athènes du ive s. av. J.-C. au iiie s. apr. J.-C., dans tous les milieux, puisqu’il est porté aussi bien par un esclave que par un magistrat.

16 Il a dû sa citoyenneté à ses compétences athlétiques et peut-être à ses talents d’entraîneur dont il a pu faire profiter de jeunes Éléens.

17 É. Bourguet, FD III 1, 534. Voir J.-Y. Strasser, « La course en armes et les victoires de Hédéa aux Isthmia », R. Phil. (2001), p. 287-296. Hermésianax et ses filles : la dédicace du monument le précise pour les trois parthénoi et une mention spéciale souligne que Tryphôsa fut « la première de toute éternité » à devenir citoyenne d’une cité dont le nom n’est plus conservé, « étant jeune fille ».

18 R. Flacelière, FD III 4, 118. J. Bousquet (BCH 78 [1954], p. 428) a restitué le praenomen de Sextus à partir du xi lu par G. Daux après les ΣΕ de la ligne 3 ; si les cinq premières lettres de la partie conservée de ligne suivante appartiennent au cognomen, il faut supposer un nomen court.

19 G. Colin, FD III 4, 61. L ’éditeur pensait à un premier ethnique court. Lorsque Cl. Vatin réédita le texte et commenta les activités pédagogiques d’Eukleidès (BCH 94 [1970], p. 688-689, il ne s’intéressa pas à la formule ὁ καί et ce fut aussi le cas de l’étude du pilier de Paul-Émile qui fut l’occasion de retrouver des fragments qui s’étaient décollés lors du démontage du monument et permit de proposer le terme γραµµικός, certes rare, au lieu du γραµµατικός de G. Colin, trop long, et de l’abréviation γραµµ. proposée par Cl. Vatin qui ne semble pas attestée et qui ne résout pas la question de la lacune de trois lettres au début de la ligne 3, à moins de supposer l’emploi du verbe προεπιδήµησας (A. Jacquemin et D. Laroche, BCH 106 [1982], p. 214 et fig. 11 p. 213. La lacune entre Eukleidès qui sert de cognomen du nom romain et son second nom ne peut être occupé que par un patronyme court comme Biôn, Diôn ou Kléôn qui pourrait avoir été choisi dans une famille dont l’onomastique serait sous le signe de la renommée.

20 R. Flacelière, FD III 4, 111, qui ne reprend pas la restitution d’É. Bourguet, De rebus Delphicis (1905), p. 30. La disposition du texte sur la pierre I avec quelques lettres sur le retour de la pierre K conduit à restituer la syllabe du milieu sur la même ligne, mais sur la pierre voisine, et la dernière syllabe du patronyme à la ligne suivante avant l’ethnique. Le second nom commençant par X pouvait avoir la même présentation ; dans ce cas, le genre de poésie pratiquée par Apollonios ne serait pas précisé, selon une hypothèse envisagée par l’éditeur qui conserve cependant, avec réserves, la restitution ἐπῶν d’É. Bourguet (FD III 4, p. 190).

21 Dans son chapitre consacré aux artisans (Politique, III, 5, 1277b-1278b), Aristote emploie toujours le terme πολίτης, sauf lorsqu’il évoque les cités qui restreignent la citoyenneté à ceux qui sont nés de deux ἀστοί, comme c’était le cas de l’Athènes de son temps.

22 Voir M. Casevitz, « Mon astu, sa polis. Les exemples d’Hérodote », Ktèma 8 (1983), p. 75-83, notamment p. 80-81 ; A. Fouchard, « Astos, politès et épichôrios chez Platon », Ktéma 9 (1984), p. 185-204 et Ed. Lévy, « Astos et politès d’Homère à Hérodote », Ktéma 10 (1985), p. 53-66.

23 Plutarque, Sur les oracles de la Pythie, 21 (404 D).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jacquemin, « Les aventures de Pyladès citoyen athénien pantomime malgré lui », Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018, 537-544.

Référence électronique

Anne Jacquemin, « Les aventures de Pyladès citoyen athénien pantomime malgré lui », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.2 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/637 ; DOI : 10.4000/bch.637

Haut de page

Auteur

Anne Jacquemin

Professeur émérite d’histoire grecque, université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals