Navigation – Plan du site

Une nouvelle inscription du port de Thasos

Caius Octavius, proconsul de Macédoine et patron des Thasiens
Μια νέα επιγραφή από το λιµάνι της Θάσου: Ο Γάιος Οκτάβιος, ανθύπατος Μακεδονίας και πάτρων των Θασίων
A new inscription from the port of Thasos: Caius Octavius, proconsul of Macedonia and patron of the Thasians
Julien Fournier et Angeliki G. Simossi
p. 711-723

Résumés

En 1988, la fouille sous‑marine du port de Thasos permettait l’extraction d’un imposant carreau de marbre, en même temps que d’autres blocs entassés en avant de la jetée antique. En 2017, un nouvel examen de la pierre, qui appartenait originellement à l’élévation d’un édifice de l’agora toute proche, a révélé une inscription rendue très difficilement lisible par un séjour prolongé dans l’eau de mer. Le Peuple des Thasiens y honorait son patron, Caius Octavius, proconsul de Macédoine en 60‑59 av. J.‑C.

Haut de page

Notes de l’auteur

Tous nos remerciements s’adressent à Jean‑Yves Empereur, co‑inventeur de l’inscription, qui en a très libéralement facilité la publication.

Texte intégral

  • 1 H. Duchêne, La stèle du port. Fouilles du port 1. Recherches sur une nouvelle inscription thasienne(...)
  • 2 J.‑Y. Empereur, A. Simossi, « Inscriptions du port de Thasos », BCH 118 (1994), p. 412‑415 no 3 (SE (...)
  • 3 I. K. Xydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. (...)
  • 4 I. K. Xydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. (...)

1La fouille sous‑marine du port antique de Thasos, exécutée entre 1984 et 1992 sous la direction conjointe d’Angeliki G. Simossi, archéologue et plongeuse de l’Éphorie des antiquités sous‑marines, et de Jean‑Yves Empereur, secrétaire général de l’École française d’Athènes, a occasionné une série de trouvailles épigraphiques du plus grand intérêt. Outre le règlement d’urbanisme de la première moitié du ve s. av. J.‑C. connu sous le nom de « stèle du port »1, l’exploration du bassin a fait remonter à la surface trois bases de statues honorifiques, rapidement publiées par les responsables de la fouille. La première, datée du ier s. av. J.‑C., honorait le Romain Sextus Pompeius, fils de Quintus, patron de la cité2. Les deux autres avaient été offertes à des Thasiens : Épicratès fils de Daiphrôn, qui vécut dans la première moitié du ier s. apr. J.‑C.3, et Ktésiphôn fils de Némonios, philosophe du milieu du iie s.4.

  • 5 En l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’attribuer aux trois bases inscrites un (...)
  • 6 Voir J.‑Y. Empereur, A. Simossi, BCH 114 (1990), p. 886‑887 et fig. 9 ; id., BCH 118 (1994), p. 407 (...)

2Ces trois bases furent extraites, entre 1988 et 1989, d’un amas de blocs antiques accumulés autour du phare rouge qui limite l’entrée Est du port moderne. La nature des blocs architecturaux et des inscriptions qui y furent découverts assure que ces éléments provenaient pour la plupart de l’agora toute proche5, d’où ils furent arrachés à une époque indéterminée pour être entassés en avant du môle protobyzantin, dont ils assuraient une première protection contre les vagues6. Une quatrième inscription honorifique, gravée sur un support différent, figurait dans le même ensemble (fig. 1‑3). La forte dégradation de la surface inscrite en a longuement retardé la publication : l’inscription n’a pu être déchiffrée qu’en 2017.

Fig. 1 — Le bloc inscrit.

Fig. 1 — Le bloc inscrit.

E. Miari, EFA.

3Carreau de marbre dont toutes les dimensions sont conservées (fig. 1 et 2). Seule l’angle supérieur gauche est brisé. Le lit d’attente, soigneusement dressé, comporte à son extrémité droite une mortaise pour un crampon en pi (12,5 cm séparent le centre de la mortaise de l’arête de la face antérieure). La mortaise symétrique, si elle existait à gauche, n’est pas conservée. Aucun trou de pince ni mortaise pour le scellement vertical d’un bloc d’une assise supérieure n’est visible. La face latérale gauche présente un bandeau d’anathyrose de 5 cm de largeur le long de l’arête verticale commune à la face de parement comme le long de l’arête supérieure. La face latérale droite présente le même dispositif. Dans sa partie basse, une mortaise a été pratiquée pour permettre le liaisonnement du bloc à l’assise inférieure par la fixation d’un scellement métallique vertical. Le traitement irrégulier, au pic, de la face arrière indique que celle‑ci n’était pas présentée en parement.

Fig. 2 — Relevé architectural du bloc, avec restitution de l’inscription.

Fig. 2 — Relevé architectural du bloc, avec restitution de l’inscription.

M. Wurch-Kozelj, EFA.

4Les six lignes du texte, gravées sur la face antérieure du bloc, ont une emprise maximale correspondant à un rectangle de 52 cm de largeur et 20 cm de hauteur, à l’intérieur duquel elles sont centrées sur un axe vertical. Ce rectangle théorique est nettement décentré à gauche : le début de la l. 3, la plus longue du texte est situé à 30 cm de l’arête gauche du bloc, quand la fin est distante de 125 cm par rapport à l’arête droite. Une marge de 8 cm sépare la première ligne du texte de l’arête supérieure du bloc. Le séjour prolongé du bloc dans l’eau de mer en a fortement dégradé l’épiderme : l’inscription, presque imperceptible à la lumière du jour – surtout dans sa partie gauche –, ne se distingue que sous éclairage artificiel (fig. 3).

Thasos. Dépôt lapidaire extérieur. Numéro d’inventaire de chantier : Λ 88.8
L. 204 ; h. 69,5 ; ép. 32,5.
H. lettres 2,2-2,4 ; int. 1,1.
ὁ δῆµος
Γ.άϊ̣ο̣ν̣ Ὀκτάβ̣ι[ο]ν Γαΐου υἱὸν
[στρατηγ]ὸ̣ν̣ ἀ̣ν̣θύ̣π̣ατον Ῥωµαίων
4 τὸν πάτρωνα
ἀ̣ρ̣ε̣[τ]ῆ.ς̣ ἕνεκα καὶ εὐνοίας
[τῆ]ς̣ εἰς ἑαυτόν
Le Peuple (a honoré) Caius Octavius, fils de Caius, proconsul des Romains, son patron, en raison de sa valeur et de la bienveillance qu’il lui a témoignée.

Fig. 3 — Détail de la partie supérieure gauche du bloc : l’inscription pour Caius Octavius.

Fig. 3 — Détail de la partie supérieure gauche du bloc : l’inscription pour Caius Octavius.

E. Miari, EFA.

  • 7 Numéro d’inventaire de chantier : Λ 88.10

5La nature du dispositif architectural sur lequel fut gravée l’inscription honorifique pour Caius Octavius appelle un premier commentaire. Il ne s’agit pas d’une simple base qui aurait été surmontée de la statue du patron de la cité. Les dimensions et les dispositifs de liaisonnement du bloc évoquent un édifice construit en grand appareil, très probablement un bâtiment officiel de l’agora. Un bloc appartenant au même monument, et plus précisément à la même assise, a été extrait des eaux du port la même année7. Les dimensions en sont pratiquement identiques (longueur 203, hauteur 69, épaisseur 33). Le traitement du bloc est similaire : même face de parement finement dressée, même dispositif d’anathyrose sur les faces latérales, même travail au pic de la face arrière. Seule la mortaise destinée à accueillir le crampon pour un scellement horizontal au bloc voisin à gauche se distingue par sa forme, prévue pour un crampon en queue d’aronde (12,8 cm séparent le centre de la mortaise de l’arête de la face antérieure). À l’extrémité droite du lit d’attente, endommagé, on reconnaît les vestiges d’une mortaise pour un crampon liant le bloc à son voisin à droite.

  • 8 Voir la typologie établie par M. Kajava, « Honorific and other Dedications to Emperors in the Greek (...)
  • 9 BCH 130 (2006), p. 514‑517 no 2 (SEG LVI 1019).
  • 10 Recherches II, no 199.
  • 11 Recherches II, no 178. Voir l’étude du monument réalisée par G. Biard, J. Fournier, M. Imbs (dans c (...)
  • 12 BCH 130 (2006), p. 499‑513 no 1 (SEG LVI 1020).
  • 13 Par hauteur croissante : inscription pour Aristophon fils d’Antiochos (2,8 cm) ; Sextus Pompeius (3 (...)

6Alors que les inscriptions honorifiques à l’accusatif représentent une catégorie épigraphique habituellement liée aux bases de statues8, la pratique consistant à en graver certaines sur les murs d’édifices construits est plusieurs fois attestée à Thasos au tournant du ier s. av. J.‑C. et du ier s. apr. J.‑C. Une inscription pour Agrippa Postumus, bienfaiteur du Peuple par tradition ancestrale9, fut ainsi gravée sur le chant d’une panneresse appartenant à un bâtiment non identifié de l’agora (h. 18,5 ; l. restituée 110 ; ép. 81,5). Une autre, dédiée à un Thasien du nom d’Aristophôn fils d’Antiochos10, le fut sur un carreau de l’édifice à paraskénia (GTh 12), sur lequel on grava plus tard des collèges d’archontes (h. 50,7 ; l. 97,5 ; ép. Incomplète 12,5). Dans les deux cas, il est probable qu’une statue de l’honorandus était associée à l’inscription. Certaines dédicaces votives rédigées au datif, associées elles aussi à des statues, furent gravées sur le même type de support : c’est le cas de la dédicace consacrée par la cité à Lucius César héroïsé11, inscrite sur l’une des orthostates (h. 55,2 ; l. 159 ; ép. 29) formant le corps d’un autel de l’agora, lui‑même flanqué de deux bases sur son long côté Sud‑Est (GTh 30). Une dédicace offerte par la prêtresse Kômis à Livie divinisée et à sa famille12 fut quant à elle gravée sur un carreau (h. 54,3 ; l. 155,5 ; ép. 34) de la façade arrière du grand portique Nord‑Ouest de l’agora (GTh 10) : elle surplombait ainsi une exèdre (GTh 6) adossée à la stoa, qui supportait vraisemblablement des statues des membres de la domus Augusta. La hauteur des lettres de l’inscription pour Caius Octavius (2,3 cm en moyenne) est inférieure à celle des autres inscriptions évoquées13. Cette observation suggère qu’un passant devait – et pouvait – s’approcher de la statue du patron pour en lire la dédicace.

  • 14 D’après le relevé et l’étude effectués par T. Kozelj, La Stoa Nord‑Ouest de Thasos, thèse inédite, (...)
  • 15 IG XII 8, 470‑471.
  • 16 P. M. Nigdelis, Επιγραφικά Θεσσαλονίκεια. Συµβολή στην πολιτική και κοινωνική ιστορία της αρχαίας Θ (...)
  • 17 L ’hypothèse est formulée, avec de très solides arguments, par P. Hamon, « Études d’épigraphie thas (...)
  • 18 IG XII 8, 535, complété par P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 578 et fig. 1 p. 579 (h. 18  (...)

7Dans l’attente d’une étude architecturale détaillée, il n’est pas possible d’attribuer en toute certitude le bloc inscrit en l’honneur de Caius Octavius à un édifice en particulier. On peut au moins exclure les murs du portique Nord‑Ouest. La hauteur de leurs orthostates est de 94 cm, tandis que les cinq assises de carreaux présentent des hauteurs décroissantes de 55, 54, 53, 52 et 47 cm respectivement14. À ce stade encore préliminaire de l’enquête, les dimensions du bloc pourraient orienter vers l’édifice à paraskénia, construit au ive s. av. J.‑C. sur la bordure Nord‑Est de l’agora. Si le module de ca 68‑69 cm de hauteur fut employé dans la construction de l’édifice, nous n’en conservons que des témoignages indirects : les deux premiers sont deux blocs aujourd’hui perdus (h. 69 ; l. 78 ; ép. 26) portant des fragments de listes d’archontes15. Le troisième est un bloc conservé au musée archéologique de Thessalonique (h. 68,2 ; l. incomplète 218 ; ép. 27,5), portant lui aussi des bribes de listes d’archontes, ornés des titres de philokaisares kai philopatrides16 : ce dernier élément, ainsi que l’onomastique des magistrats, incite à attribuer ce bloc à la liste des archontes thasiens, c’est‑à‑dire, d’un point de vue architectural, à l’édifice à paraskénia17. Le bloc inscrit pour Caius Octavius entrerait ainsi dans une série. L ’épaisseur de ce bloc (33 cm) et de celui qui fut trouvé dans le port la même année plaide aussi en faveur de ce rapprochement, même si elle ne constitue par un argument décisif : l’épaisseur des blocs, dans un mur à double cours, n’est pas aussi précisément réglée que leur hauteur, un interstice de largeur variable pouvant être laissé entre deux carreaux accolés. L ’association de blocs d’un module équivalent inciterait toutefois à restituer une épaisseur totale sans doute très légèrement supérieure à 66 cm. Or, deux panneresses inscrites appartenant au même édifice18 présentent chacune une épaisseur entièrement conservée de ca 67‑68 cm, qui donne l’épaisseur originelle du mur.

  • 19 L ’édifice à paraskénia a donné lieu à une première étude architecturale réalisée par R. Martin, L(...)

8Dans cette hypothèse, il serait tentant d’associer l’inscription à une statue placée sur une base anépigraphe accolée au mur du portique, mais rien n’en assure l’existence. Si ce rapprochement devait se confirmer, il apporterait un nouveau témoignage de l’importance de l’édifice à paraskénia dans l’épigraphie publique de la cité19. Outre la liste monumentale des archontes et les pièces de la correspondance des autorités romaines avec la cité, on y aurait gravé au moins une inscription honorifique pour un patron de Thasos.

  • 20 Sur la vie de Caius Octavius, voir notamment D. Kienast, Augustus. Prinzeps und Monarch (19993), p. (...)
  • 21 Suétone, Vie d’Auguste, 2.
  • 22 Suétone, Vie d’Auguste, 4. Reprenant une tradition forgée à l’époque augustéenne, l’auteur précise (...)
  • 23 CIL VI 1311 (ILS 47) : C. Octavius C. f(ilius), C. n(epos), C. pr[on(epos)], / pater Augusti / tr(i (...)
  • 24 Sur la carrière et la datation des différentes magistratures exercées, voir T. R. S. Broughton, The (...)
  • 25 P. Cosme (supra, n. 20), p. 13, considère que l’affectation de Caius Octavius en Macédoine relève d (...)

9Ce patron n’était autre que le père par le sang du futur empereur Auguste, Caius Octavius, qui fut gouverneur de la province de Macédoine en 60‑59 av. J.‑C. La vie et la carrière de Caius Octavius, qui n’appartenait pas à la plus haute aristocratie romaine – il fut le premier de sa famille à enter au Sénat –, sont paradoxalement assez mal connues20. Un très bref passage de l’Histoire romaine de Velleius Paterculus puis les quatre premiers paragraphes de la vie d’Auguste de Suétone constituent les principales sources d’information à son sujet. Cet homo nouus était originaire de la petite ville de Vélitres, dans le Latium, issu d’une riche famille de rang équestre dont aucun membre avant lui n’avait exercé de magistrature à Rome. Son père aurait été changeur, situation qui accrut certainement le patrimoine familial mais nourrit, plus tard, les railleries d’Antoine à l’encontre d’Octave21. C’est à cette fortune mais surtout à son second mariage que Caius Octavius dut son ascension politique : Atia était la fille de Marcus Atius Balbus d’Aricie, apparenté au Grand Pompée par sa mère, et de Julie, sœur de Caius Julius César22. Les étapes de la carrière de son époux sont retracées par une inscription commémorative du forum d’Auguste23. Après avoir été deux fois tribun militaire, questeur, édile de la plèbe et président d’une commission judiciaire (iudex quaestionis)dans la seconde moitié des années 60, il fut élu à la préture en 61, pour l’exercer en 6024. Le tirage au sort lui assigna alors le gouvernement de la Macédoine, l’une des provinces les plus stratégiques de l’empire25.

  • 26 Voir, à ce sujet, les sources rassemblées par Th. Sarikakis, Ῥωµαίοι ἄρχοντες τῆς ἐπαρχείας Μακεδον (...)
  • 27 Suétone, Vie d’Auguste, 3.
  • 28 Velleius Paterculus, Histoire romaine II 59, 2 : sortitus Macedoniam appellatusque in ea imperator.
  • 29 Suétone, Vie d’Auguste, 3. Les Besses, implantés entre la haute vallée de l’Hébros à l’Est et la ha (...)
  • 30 La Macédoine subit encore, au milieu des années 50, les assauts des tribus besses et densélètes. Ci (...)
  • 31 Suétone, Vie d’Auguste, 4.

10Son gouvernement est l’épisode le mieux connu de sa carrière, qui précéda immédiatement sa mort26. En route pour sa province à l’issue de sa préture, il mit fin à une révolte d’esclaves fugitifs, anciens partisans de Spartacus dans la région de Thurium, en Lucanie27, ce qui lui valut le cognomen de Thurinus, dont hérita le jeune Octave, son seul fils. En Macédoine, il fut acclamé imperator par ses troupes : cette distinction, mentionnée dans l’inscription du forum d’Auguste et rapportée par Velleius Paterculus28, lui revint après les succès remportés – d’après Suétone – contre les Thraces et les Besses29, qui menaçaient encore les frontières de la province, et continuèrent de le faire par la suite30. De retour en Italie pour se présenter au consulat, il n’eut pas le temps d’atteindre Rome et mourut subitement à Nole31 à la fin de l’année 59 ou au tout début de 58. Octave, le dernier né de ses trois enfants, n’était alors âgé que de quatre ans.

  • 32 H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), sv « στρατηγός », p (...)
  • 33 Le même titre se retrouve plusieurs fois dans des inscriptions honorifiques pour des gouverneurs : (...)

11L ’inscription de Thasos représente la toute première attestation épigraphique du gouvernement de Caius Octavius en Macédoine. Il y porte le titre de στρατηγὸς ἀνθύπατος Ῥωµαίων, l’équivalent grec du latin proconsul32 en usage dans la seconde moitié du iie s. et au ier s. av. J.‑C. pour les gouverneurs de cette province33. Suétone vante l’exemplarité du gouvernement de Caius Octavius, tant dans sa gestion des affaires militaires que dans ses relations avec les « alliés » (socii), c’est‑à‑dire avec les communautés provinciales mais aussi, probablement, avec les cités libres grecques de la région.

  • 34 Suétone, Vie d’Auguste, 3. Traduction H. Ailloud, CUF (1931), légèrement modifiée.
Prouinciae praefuit non minore iustitia quam fortitudine ; namque Bessis ac Thracibus magno proelio fusis ita socios tractauit, ut epistulae M. Ciceronis extent, quibus Quintum fratrem eodem tempore parum secunda fama procosulatum Asiae administrantem hortatur et monet, imitetur in promerendis sociis uicinum suum Octauium.
« Il gouverna sa province en montrant non moins de justice que de courage ; en effet, il écrasa dans une grande bataille les Besses et les Thraces, et traita si bien les alliés que Cicéron, dans des lettres qui nous ont été conservées, conseille et recommande à son frère Quintus qui, à cette même date, était peu apprécié comme proconsul d’Asie, de prendre modèle sur son voisin Octavius pour se faire bien voir des alliés »34.
  • 35 Cicéron, Q. Fr. I 1, 7 : et mediocri me dolore putas adfici cum audiam qua sit existimatione Vergil (...)

12L ’une des lettres auxquelles Suétone fait allusion, datée de 59, nous est parvenue. Cicéron y oppose aux outrances de son frère la modération qui faisait au même moment la réputation de certains de ses voisins, comme C. Vergilius en Sicile et C. Octavius en Macédoine35. L ’inscription des Thasiens honorant leur patron pour sa valeur et pour sa bienveillance envers eux fait, d’une certaine manière, écho à ces éloges. Ce que l’on sait de la biographie de Caius Octavius écarte l’hypothèse que Thasos soit entrée dans la clientèle du Romain avant 60. Du reste, la mention du titre de proconsul indique sans ambiguïté que c’est au cours de son gouvernement que ces liens se formalisèrent. Ils ne survécurent d’ailleurs pas à ce mandat, puisque Caius Octavius trouva la mort sur le trajet de retour vers Rome. Au cours de son séjour, les Thasiens recherchèrent et obtinrent ainsi la protection du gouverneur de la province de Macédoine toute proche.

  • 36 Cicéron, Pis. 37.
  • 37 Voir Cicéron, Pis. 83‑89.
  • 38 EKM 1, Beroia 59 : Λεύκιον Καλπόρνιον Πίσωνα | ἀνθύπατον Βεροιαῖοι καὶ οἱ ένκεκτηµένοι | Ῥωµαῖοι τὸ (...)
  • 39 Il est possible, en revanche, que le patronat de Caius Octavius ait eu une incidence sur la suite d (...)
  • 40 BCH 124 (2000), p. 351‑353 no 6.
  • 41 Voir, à ce sujet, J.‑L. Ferrary « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur de Romains  (...)
  • 42 BCH 50, 1926, p. 441 no 78 (Cl. Eilers [supra, n. 2], p. 205 no C 26). Sur le gouvernement de M. Li (...)
  • 43 Sur le patronat romain en Macédoine, dont les attestations les plus nombreuses datent des dernières (...)

13Cicéron dresse un portrait très sombre d’un successeur proche de Caius Octavius, Lucius Calpurnius Piso, gouverneur entre 57 et 55. En vertu de la lex Clodia de prouinciis consularibus de 58, Pison jouissait d’un pouvoir spécial lui donnant autorité non seulement sur la Macédoine, mais aussi sur « l’Achaïe entière, la Thessalie, Athènes, toute la Grèce »36. À cette occasion, il se serait rendu coupable d’exactions dans toute une série de cités du Nord de la Grèce, comme Dyrrachium, Apollonia, Béroia, Thessalonique, Samothrace, Byzance et même Thasos37. Or, Pison fut, à l’occasion de son gouvernement, honoré comme patron dans au moins deux de ces cités, à Béroia et à Samothrace38. Si les griefs de Cicéron à l’encontre de Pison sont dictés – probablement même amplifiés – par le contexte judiciaire du Contre Pison, il ne faut pas, à l’inverse, s’exagérer à la lecture de ses éloges l’étroitesse de la relation qui se noua alors entre Caius Octavius et les Thasiens, ni les bénéfices que ceux‑ci purent en retirer sur le moment39. Du reste, son frère Quintus Tullius Cicero, pourtant piètre gouverneur de l’avis même de Cicéron, fut lui aussi honoré en tant que patron par la cité de Colophon, dans la province d’Asie, comme l’avaient été plusieurs de ses prédécesseurs40. Ces cas de figure contemporains assurent seulement que certaines cités sollicitaient le patronat du gouverneur de province en exercice : celui‑ci était considéré, de par sa position et quel que fût son tempérament, comme le mieux à même de défendre les intérêts de la cité. Cette pratique semble précisément s’être généralisée dans la province voisine d’Asie à partir des années 6041. Parmi les proconsuls de Macédoine d’époque républicaine qui furent honorés comme patrons, on recense, outre les cas de Caius Octavius et de Lucius Calpurnius Piso, celui de Marcus Licinius Crassus, consul en 30 puis proconsul en 29‑28, honoré comme patron par la cité béotienne de Thespies42. Il est probable qu’il y en eut d’autres43.

  • 44 Voir J.‑L. Ferrary (supra, n. 41), p. 334‑338. Les deux premiers proconsuls patrons de la cité, au (...)
  • 45 Voir les décrets publiés par J. et L. Robert, Claros I. Décrets hellénistiques (1989) (SEG XXXIX 12 (...)
  • 46 J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans M.‑G. P (...)

14L ’entrée dans la clientèle d’un gouverneur de Macédoine ne signifie pas que la cité de Thasos avait perdu son statut de cité libre, ni même que celui‑ci s’était particulièrement affaibli depuis la libération proclamée à Corinthe par T. Quinctius Flamininus. Dans la province d’Asie, la plus ancienne cité connue pour avoir recouru au patronat d’un proconsul était précisément une cité libre, Colophon, qui maintint cette pratique pendant une grande partie du ier s. av. J.‑C.44 Or, on sait par ailleurs que cette cité était, à la même époque, capable d’obtenir du Sénat la défense et la garantie de ses privilèges de cité libre, contre les ingérences d’autres proconsuls d’Asie45. Thasos, de la création de la province jusqu’à la bataille de Philippes, parvint à entretenir de bons rapports avec les gouverneurs de Macédoine, qui lui valurent précisément de conserver son statut de cité libre46.

Haut de page

Bibliographie

GTh = Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, 2e éd. (2000).

Recherches II = Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos. II. De 196 avant J.‑C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, ÉtThas V (1958).

Haut de page

Notes

1 H. Duchêne, La stèle du port. Fouilles du port 1. Recherches sur une nouvelle inscription thasienne, ÉtThas XIV (1992). L ’inscription fut découverte le 13 juin 1984, lors des opérations de dragage qui précédèrent la fouille.

2 J.‑Y. Empereur, A. Simossi, « Inscriptions du port de Thasos », BCH 118 (1994), p. 412‑415 no 3 (SEG XLIV 706 ; cf. Cl. Eilers, Roman Patrons of Greek Cities [2002], p. 220 no C 59). Ce patronat – le seul formellement attesté à Thasos avant la publication de la présente inscription – n’est pas précisément daté. Les premiers éditeurs le situent dans un éventail d’une vingtaine d’année entre le commandement de Pompée en Orient (66‑62) et la bataille de Philippes (42). I. K. Xydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 1374, privilégie la datation la plus haute.

3 I. K. Xydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 410‑412 no 2 (SEG XLIV 705).

4 I. K. Xydopoulos, « Ο θεσµός της πατρωνείας στη Μακεδονία », dans Ancient Macedonia VI.2 (1999), p. 408‑410 no 1 (SEG XLIV 704).

5 En l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’attribuer aux trois bases inscrites un emplacement précis sur l’agora, correspondant à des fondations en place.

6 Voir J.‑Y. Empereur, A. Simossi, BCH 114 (1990), p. 886‑887 et fig. 9 ; id., BCH 118 (1994), p. 407 et fig. 2 p. 409. Une autre grande base honorifique, découverte en 1965 lors d’un précédent dragage du port, provenait certainement du même entassement : voir J. Fournier, « Le rhéteur Publius Sentius Secundus Sabinus, curateur à Thasos », à paraître.

7 Numéro d’inventaire de chantier : Λ 88.10

8 Voir la typologie établie par M. Kajava, « Honorific and other Dedications to Emperors in the Greek East », dans P. Iossif, A. S. Chankowski, C. C. Lorber (éds), More than Men, Less than Gods. Studies on Royal cult and Imperial Worship. Proceedings of the International colloquium organized by the Belgian School at Athens (2011), p. 553‑592.

9 BCH 130 (2006), p. 514‑517 no 2 (SEG LVI 1019).

10 Recherches II, no 199.

11 Recherches II, no 178. Voir l’étude du monument réalisée par G. Biard, J. Fournier, M. Imbs (dans ce même fascicule, p. 725‑769).

12 BCH 130 (2006), p. 499‑513 no 1 (SEG LVI 1020).

13 Par hauteur croissante : inscription pour Aristophon fils d’Antiochos (2,8 cm) ; Sextus Pompeius (3) ; Agrippa Postumus (3) ; Livie divinisée (4) ; Lucius César (4,5). Une triple inscription honorifique pour Livie, Julie l’Aînée et Julie la Jeune, perdue (IG XII 8, 381), présentait des lettres hautes de 4 cm.

14 D’après le relevé et l’étude effectués par T. Kozelj, La Stoa Nord‑Ouest de Thasos, thèse inédite, Université Lumière-Lyon II (1999).

15 IG XII 8, 470‑471.

16 P. M. Nigdelis, Επιγραφικά Θεσσαλονίκεια. Συµβολή στην πολιτική και κοινωνική ιστορία της αρχαίας Θεσσαλονίκης (2006), p. 41‑45 no 2 (inv. ΜΘ 11 331).

17 L ’hypothèse est formulée, avec de très solides arguments, par P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de la basse époque hellénistique et du début de l’Empire : du simple au double », BCH 141 (2017), p. 280‑284. Une révision et un relevé du bloc inscrit, effectués au musée de Thessalonique le 6 août 2018, assure définitivement le rattachement de cette inscription à la liste des archontes de Thasos.

18 IG XII 8, 535, complété par P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 578 et fig. 1 p. 579 (h. 18 ; l. 96 ; ép. 67) ; Recherches II, no 212 (h. 19 ; l. 85,5 ; ép. 68).

19 L ’édifice à paraskénia a donné lieu à une première étude architecturale réalisée par R. Martin, Lagora, ÉtThas VI (1959), p. 59‑91. Des remarques complémentaires ont été formulées récemment par T. Kozelj, M. Wurch-Kozelj, « L ’édifice à paraskénia de l’agora de Thasos : nouvelle approche architecturale », dans D. Mulliez (éd.), Thasos. Métropole et colonies. Actes du symposion international à la mémoire de Marina Sgourou, Thasos, 21‑22 septembre 2006 (2017), p. 159‑197. Sur le rapport entre l’élévation des murs et les inscriptions, qui est l’objet d’un travail en cours, voir J. Fournier, « Archontes et théores thasiens du ier au iiie s. apr. J.‑C. De la transformation à l’abandon des listes de magistrats », JS 2018‑1, p. 3‑53.

20 Sur la vie de Caius Octavius, voir notamment D. Kienast, Augustus. Prinzeps und Monarch (19993), p. 1‑3 ; P. Cosme, Auguste (2005), p. 9‑14 ; Fr. Hurlet, Auguste. Les ambiguïtés du pouvoir (2015), p. 29‑33.

21 Suétone, Vie d’Auguste, 2.

22 Suétone, Vie d’Auguste, 4. Reprenant une tradition forgée à l’époque augustéenne, l’auteur précise que c’est à César que la famille dut son retour au premier plan, après une éclipse de plusieurs siècles (Vie d’Auguste, 2 : procedente tempore ad plebem se contulit, ac rursus magno interuallo per Diuum Iulium in patriciatum redit).

23 CIL VI 1311 (ILS 47) : C. Octavius C. f(ilius), C. n(epos), C. pr[on(epos)], / pater Augusti / tr(ibunus) mil(itum) bis, q(uaestor), aed(ilis) pl(ebeianus) cum / C. Toranio, / iudex quaestionum, pr(aetor) proco(n)s(ul), imperator appellatus / ex provincia Macedonia. Il est possible qu’une inscription très mutilée, provenant du forum de César, se rapporte aussi à Caius Octavius (CIL VI, 40301 : [C. Octauius] C. f(ilius) | [pater Augu]sti). Voir, en dernier lieu, E. D’Ambrosio, Scienze dell’Antichità 16 (2010), p. 494.

24 Sur la carrière et la datation des différentes magistratures exercées, voir T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic (1968), vol. II (99 B.C. -31 B.C.), p. 110 (questeur), 162 (édile de la plèbe), 167 (iudex quaestionis) 179 (préture), 185, 191 (proconsulat de Macédoine), 482 (tribunat militaire), 595 (carrière).

25 P. Cosme (supra, n. 20), p. 13, considère que l’affectation de Caius Octavius en Macédoine relève de la volonté de Pompée et de César – à l’aube du triumvirat conclu avec Crassus – de placer des hommes de confiance aux postes-clefs de l’administration de Rome et des provinces. Mais la répartition des provinces prétoriennes dut se faire au début de l’année 60, à partir d’une liste établie par le Sénat en 61, avant les élections. Ce n’est donc pas à l’influence des triumvirs que Caius Octavius dut son gouvernement de Macédoine, mais au sort (J.‑L. Ferrary, par lettre).

26 Voir, à ce sujet, les sources rassemblées par Th. Sarikakis, Ῥωµαίοι ἄρχοντες τῆς ἐπαρχείας Μακεδονίας. Μέρος Α’. Ἀπὸ τῆς ἱδρύσεως τῆς ἐπαρχίας µέχρι τῶν χρόνων τοπυ Αὐγούστου (148‑27 π.Χ.) (1971), p. 98‑101. Cicéron, Att. II 1, 12 (juin  60) mentionne notamment une lettre envoyée à Caius Octavius, alors en Macédoine.

27 Suétone, Vie d’Auguste, 3.

28 Velleius Paterculus, Histoire romaine II 59, 2 : sortitus Macedoniam appellatusque in ea imperator.

29 Suétone, Vie d’Auguste, 3. Les Besses, implantés entre la haute vallée de l’Hébros à l’Est et la haute vallée du Strymon à l’Ouest, constituaient en réalité l’une des principales tribus thraces – avec les Astéens, les Odryses et les Sapéens – qui eurent affaire aux Romains au iie et au ier s. av. J.‑C. Voir P. Delev, « The Thracian Bessi », AnnuairedelUniversité deSofia, Faculté dhistoire 100 (2012), p. 6‑65. Voir également, du même auteur, « The Romans in the Balkans and the Communities of the Thracian Interior. Actions and Reactions (2nd‑1st c. BC) », dans J. Fournier, M.‑G. Parissaki (éds), Les communautés du Nord égéen au temps de l’hégémonie romaine. Entre ruptures et continuités (2018), p. 19‑27.

30 La Macédoine subit encore, au milieu des années 50, les assauts des tribus besses et densélètes. Cicéron (De Prov. Cons. 4 ; Pis. 40) signale notamment que Thessalonique était menacée et que la via Egnatia fut encore coupée sous le proconsulat de L. Calpurnius Piso.

31 Suétone, Vie d’Auguste, 4.

32 H. J. Mason, Greek Terms for Roman Institutions. A Lexicon and Analysis (1974), sv « στρατηγός », p. 86.

33 Le même titre se retrouve plusieurs fois dans des inscriptions honorifiques pour des gouverneurs : voir notamment IG X 2, 1, 134 (Q. Caecilius Q. f. Metellus à Thessalonique, 148‑146 av. J.‑C.) ; FD III 1, 526 (M. Minucius Q. f. Rufus à Delphes, 109) ; IG XII 8, 241 (L. Iulius Caesar à Samothrace, 93/2) ; CID IV 129 (Q. Ancharius Q. f. à Delphes, 55). À partir de la fin du ier s. av. J.‑C., l’usage du seul terme ἀνθύπατος se généralise.

34 Suétone, Vie d’Auguste, 3. Traduction H. Ailloud, CUF (1931), légèrement modifiée.

35 Cicéron, Q. Fr. I 1, 7 : et mediocri me dolore putas adfici cum audiam qua sit existimatione Vergilius, qua tuus uicinus C. Octauius ?

36 Cicéron, Pis. 37.

37 Voir Cicéron, Pis. 83‑89.

38 EKM 1, Beroia 59 : Λεύκιον Καλπόρνιον Πίσωνα | ἀνθύπατον Βεροιαῖοι καὶ οἱ ένκεκτηµένοι | Ῥωµαῖοι τὸν ἑαυτῶν πάτρωνα ; Samothrace II 1, no 18 : [ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆµος Λεύκιον Καλπόρνιον] | Λευκίου υ[ἱὸν Πείσ]ω̣να | τὸν αὐτοκράτορ[α καὶ πά]τ̣ρωνα τῆς πόλεως. Une troisième inscription honorant un patron du nom de L. Calpurnius Piso, en provenance d’Amphipolis, avait d’abord été associée au gouverneur de 57‑55 : voir J.‑L. Ferrary, « De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain », Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Nîmes, octobre 1992 (1997), p. 199‑225 (id., Rome et le monde grec [2017], p. 197‑228), addendum, p. 225. La contribution récente de P. Nigdelis, P. Anagnostoudis, « New Honorific Inscriptions from Amphipolis », GRBS 57 (2017), p. 314‑324 no 3, montre que le patron en question était en réalité son fils, L. Calpurnius Piso Pontifex, qui mena une mission armée de trois ans contre les Thraces, probablement entre 11 et 9 av. J.‑C.

39 Il est possible, en revanche, que le patronat de Caius Octavius ait eu une incidence sur la suite des rapports entre Thasos et Rome, en particulier lors du Principat d’Auguste : cet aspect sera développé dans un article des Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres, à la suite d’une note d’information prononcée par Julien Fournier le 23 novembre 2018.

40 BCH 124 (2000), p. 351‑353 no 6.

41 Voir, à ce sujet, J.‑L. Ferrary « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l’honneur de Romains », BCH 124 (2000), p. 331‑376 (id., Rome et le monde grec [2017], p. 379‑431), en particulier p. 338, avec la liste des références en n. 15.

42 BCH 50, 1926, p. 441 no 78 (Cl. Eilers [supra, n. 2], p. 205 no C 26). Sur le gouvernement de M. Licinius Crassus, voir, en dernier lieu, P. Nigdelis, P. Anagnostoudis (supra, n. 38), p. 305‑313 no 2.

43 Sur le patronat romain en Macédoine, dont les attestations les plus nombreuses datent des dernières décennies de la République et de l’époque augustéenne, voir I. K. Xydopoulos (supra, n. 2), p. 1371‑1379. Les attestations épigraphiques, pour la Macédoine et les îles de la Thrace égéenne, sont rassemblées par Cl. Eilers (supra, n. 2), p. 206 (C28‑29) et 219‑220 (C 57 ; 59).

44 Voir J.‑L. Ferrary (supra, n. 41), p. 334‑338. Les deux premiers proconsuls patrons de la cité, au milieu des années 90, furent C. Valerius C. f. Flaccus et son frère L. Valerius C. f. Flaccus. On ignore ce que fut le statut de la cité après la réorganisation de la province par Sylla en 85.

45 Voir les décrets publiés par J. et L. Robert, Claros I. Décrets hellénistiques (1989) (SEG XXXIX 1243 ; 1244). Sur le statut de la cité et ses rapports avec les gouverneurs, voir J.‑L. Ferrary, « Le statut des cités libres dans l’Empire romain à la lumière des inscriptions de Claros », CRAI 1991, p. 557‑577 (id., Rome et le monde grec [2017], p. 161‑180, avec une actualisation bibliographique).

46 J. Fournier, « Entre Macédoine et Thrace : Thasos à l’époque de l’hégémonie romaine », dans M.‑G. Parissaki (éd.), Thrakika Zetemata 2. Aspects of the Roman province of Thrace, Μελετήµατα 69 (2013), p. 18‑31. À partir du règne de Claude, Thasos, qui restait une cite libre, eut pour interlocuteurs principaux les procurateurs de la nouvelle province de Thrace.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Le bloc inscrit.
Crédits E. Miari, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 2 — Relevé architectural du bloc, avec restitution de l’inscription.
Crédits M. Wurch-Kozelj, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Titre Fig. 3 — Détail de la partie supérieure gauche du bloc : l’inscription pour Caius Octavius.
Crédits E. Miari, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Fournier et Angeliki G. Simossi, « Une nouvelle inscription du port de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018, 711-723.

Référence électronique

Julien Fournier et Angeliki G. Simossi, « Une nouvelle inscription du port de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.2 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/661 ; DOI : 10.4000/bch.661

Haut de page

Auteurs

Julien Fournier

Professeur d’histoire et d’épigraphie grecques à l’université de Strasbourg.

Articles du même auteur

Angeliki G. Simossi

Docteur en archéologie, Directrice de l’Éphorie des Antiquités d’Eubée.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals