Navigation – Plan du site

L ’autel des Césars sur l’agora de Thasos

Ο βωµός των Καισάρων στην αγορά της Θάσου
The altar of the Caesars in the agora of Thasos
Guillaume Biard, Julien Fournier et Marjolaine Imbs
p. 725-769

Résumés

Cette étude constitue la première publication complète de tous les éléments associés à l’autel des Césars au cœur de l’agora de Thasos : les vestiges architecturaux, la dédicace à Lucius César et la tête sculptée mises au jour lors de la fouille du monument. L’identification de l’édifice à un autel est désormais assurée et l’appartenance du bloc inscrit à ce dernier confirmée. La présence d’une seconde dédicace, vraisemblablement à Caius César, est rendue très probable par la structure du monument, dont une restitution est proposée pour la première fois. L’association à la construction de l’autel des deux soubassements de bases qui le flanquent à l’Est est démontrée, ce qui conforte l’identification de la tête à l’un des deux princes de la jeunesse, dans lequel il faut reconnaître Caius plutôt que Lucius. Ces nouveaux éléments permettent de dater précisément le monument entre 4 et 6 apr. J.‑C. et de lui donner sa juste place dans l’histoire des relations entre Thasos et la famille impériale.

Haut de page

Texte intégral

1L ’étude de l’autel des Césars prend place dans le nouveau programme « Archépolis : Histoire et archéologie de l’espace civique à Thasos », qui a pour objectif la publication des monuments de l’agora. Placé sous l’égide de l’EFA et dirigé par N. Trippé, ce programme s’appuie notamment sur les données nouvelles acquises lors de l’établissement du système d’information géographique (SIG) du centre monumental. Le plan de l’agora de Thasos proposé dans l’article (fig. 1) a été établi dans le cadre de ce programme.
Nous adressons nos remerciements les plus vifs à l’Éphorie des Antiquités de Kavala-Thasos et à l’École française d’Athènes qui ont soutenu nos travaux.

  • 1 GTh 34.
  • 2 GTh 31‑32.
  • 3 GTh 30.

2L ’exploration archéologique de l’agora de Thasos, menée au tournant des années 1940 et 1950, a mis au jour, dans la partie centrale de l’aulè, une vingtaine d’édifices construits – enceintes, bases, exèdres et autels. La plupart de ces consécrations, qu’elles aient été publiques ou privées, demeurent anonymes : les monuments ont le plus souvent été arasés jusqu’aux fondations dans l’Antiquité tardive, les blocs remployés, les statues déplacées et brisées. Outre le sanctuaire de Zeus Agoraios1 et celui de Théogénès2, un monument en particulier a retenu l’attention, dès l’époque de la fouille, parce qu’il échappait à cette destinée : au soubassement d’un édifice à degrés furent d’emblée associés un bloc portant une dédicace de la cité à Lucius César et une tête sculptée, rapidement identifiée comme celle du jeune prince. Cet ensemble, prudemment dénommé « monument à la famille d’Auguste »3, régulièrement comparé aux autres monuments consacrés dans tout l’empire aux princes de la jeunesse, n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude en bonne et due forme. L ’inscription et la tête ont été publiées séparément, tandis que l’édifice lui‑même est demeuré inédit jusqu’à aujourd’hui. Il s’ensuit que sa nature – temple, autel, hèrôon ou base pour un groupe statuaire – n’a encore jamais fait l’objet d’un consensus. La présente étude, en examinant et en confrontant à nouveaux frais les données architecturales, statuaires et épigraphiques, a pour ambition de combler cette lacune.

Le monument

  • 4 Le corps de l’autel a été découvert en 1939, lors de la fouille conduite par E. Will. et R. Martin (...)
  • 5 Dans les villes de l’Empire, les monuments et autels en l’honneur des princes de la jeunesse sont l (...)

3Le monument auquel est attribué l’orthostate portant l’inscription en l’honneur de Lucius César héroïsé4 occupe une position centrale sur l’agora de Thasos5 (fig. 1), à presque 9 m au Sud de l’enclos du sanctuaire de Zeus Agoraios et à environ 7 m au Sud‑Est de la fondation circulaire à degrés de marbre où se dressait un autel en l’honneur de Théogénès.

Fig. 1 — Plan de l’agora de Thasos.

Fig. 1 — Plan de l’agora de Thasos.

EFA, Natacha Trippé, Cindy Guillaume, Lionel Fadin.

  • 6 Les cotes sont données dans le système EGSA (Ελληνικό Γεωδαιτικό Σύστηµα Αναφοράς).

4C’est un édifice de plan barlong dont les dimensions maximales, au niveau de l’euthyntèria, sont de 7,98 × 4,66 m, les longs côtés ayant une orientation Nord‑est/Sud‑Ouest (fig. 2‑4). Les fondations légèrement débordantes au Sud‑Est et au Sud‑Ouest sont constituées de blocs de gneiss, situés à +0,94 m6. L ’édifice présente une élévation constituée tout d’abord de deux degrés de marbre sur une euthyntèria elle aussi en marbre. Chaque niveau semble avoir été construit de la même manière : des blocs en marbre en périphérie avec un remplissage soigné de grands blocs de gneiss disposés en assises de même hauteur à joint vif.

Fig. 2 — Relevé architectural de l’autel des Césars.

Fig. 2 — Relevé architectural de l’autel des Césars.

Marjolaine Imbs.

Fig. 3 — L’autel des Césars vu de l’Ouest.

Fig. 3 — L’autel des Césars vu de l’Ouest.

Cotes et numérotation des blocs Marjolaine Imbs.

Fig. 4 — Relevé architectural de l’autel des Césars.

Fig. 4 — Relevé architectural de l’autel des Césars.

Cotes et numérotation des blocs Marjolaine Imbs.

Le soubassement (fig. 2‑4)

  • 7 Le sol de l’aulè était, semble‑t‑il, en terre battue à cet endroit, mais nous sommes près de la lim (...)

5L ’euthyntèria, située à +1,11 m, a pour dimensions 7,98 × 4,66 m et une hauteur de 0,163 m. Elle est constituée de vingt‑cinq blocs de marbre disposés sur le pourtour qui ne présentent aucun scellement horizontal, du moins visible. Leur longueur est variable (de 0,627 à 1,68 m), ainsi que leur largeur (visible pour deux blocs à l’angle Nord). Le parement est dressé au pic, mais ne devait pas être visible : la face supérieure correspondait sans doute au niveau de circulation dans l’aulè7. Le lit d’attente, visible à l’angle Nord, est finement dressé avec une implantation de l’assise supérieure marquée par un léger démaigrissement au pic à environ 0,10/0,13 m du parement. Des encoches de levier (0,08 × 0,05 m, prof. 0,023 m) associées à des mortaises parallèles au parement (0,085 × 0,025 m, prof. 0,044 m) pour les scellements verticaux permettent de comprendre la mise en place et la fixation du premier degré (fig. 5).

Fig. 5 — Autel des Césars – angle Nord.

Fig. 5 — Autel des Césars – angle Nord.

6Du premier degré de l’élévation sont conservés douze blocs sur quatorze, hauts de 0,22 m, en retrait de ca 0,10 sur le côté Nord‑Est de ca 0,13 m sur le côté Nord‑Ouest par rapport à l’euthyntèria. Cette assise a ainsi une emprise de ca 7,70 × 4,45 m, et est située à +1,32 m. La longueur des blocs varie de 0,688 à 1,596 m, avec une majorité de blocs d’une longueur de ca 1,577 m disposés sur les longs côtés. Les blocs les plus courts sont disposés aux angles de la structure (cf. infra).

7Le parement des blocs est finement dressé ainsi que leur lit d’attente, qui présente vers l’extérieur une surface soigneusement polie, large de 0,31 m, constituant la face de foulée et une surface piquetée dont la largeur varie et que recouvrait l’assise supérieure.

8La disparition de deux blocs de cette assise à l’angle Nord du monument révèle les encoches de levier ménagées sur le lit d’attente des blocs d’euthyntèria et permet de connaître le sens de mise en place des blocs du premier degré. Le côté Sud‑Ouest a été mis en place en premier. Les blocs du côté Sud‑est ont ainsi été placés en partant de l’angle Sud (de B7 à B4), tandis que ceux du côté Nord‑Ouest ont été mis en place en partant de l’angle Ouest (de B11 à 14). Les blocs du côté Nord‑Est ont été mis en place depuis l’Est pour terminer par l’angle Nord (de B3 à B1). Le remplissage en gneiss parfaitement jointif à l’origine a dû être posé concomitamment du Sud‑Ouest vers le Nord‑Est.

9Les blocs étaient tous scellés verticalement par des goujons plats gainés de plomb de section rectangulaire ca 0,043 × 0,012 m qui venaient fixer, au moment de la mise en place, le joint du bloc encore libre à l’euthyntèria à ca 0,16 m du parement de l’euthyntèria du côté Nord‑Ouest et à ca 0,22 m du côté Nord‑Est. Sur le parement Nord‑Ouest, le bloc B13 en attente du bloc B14 permet d’observer la face de joint avec une mortaise verticale sur le lit de pose pour le goujon à une distance de 0,26 m du parement, alors que sur le lit d’attente de l’euthyntèria la mortaise verticale est située à 0,16 m du parement. Ainsi, B13 n’était pas goujonné à cet endroit avec l’euthyntèria. Une erreur s’est peut‑être ici aussi produite lors du montage, à moins que le bloc B13 ne soit pas en place et résulte d’une anastylose fautive au moment la fouille (cf. infra), comme tendrait à le confirmer la différence de traitement du lit d’attente des blocs B12 et B13, ce dernier présentant un piquetage plus prononcé. La jonction entre les blocs B14 et B1 est, quant à elle, sans nul doute marquée par un repentir de chantier. Le bloc d’angle de l’euthyntèria (A1 ; fig. 5) présente deux mortaises pour goujon de même section, l’une éloignée de 0,215 m du parement Nord‑Ouest du premier degré, l’autre, associée à l’encoche de levier, éloignée de 0,29 m du même parement. Elles témoignent de deux étapes successives dans la mise en place et le scellement du bloc B14 ; la première mortaise, mal placée, n’a jamais servi.

10Le bloc de l’angle Nord B1 présentait par ailleurs un dispositif particulier de fixation par deux goujons verticaux. Une mortaise perpendiculaire au parement (0,09 × 0,035, prof. 0,05 m) est en effet creusée à proximité de l’angle du bloc A1 avec un petit canal de coulée en limite du démaigrissement marquant l’emprise de l’assise supérieure. Une seconde mortaise transversale, située sur le bloc contigu (A2), est placée sur la face arrière du bloc B1 du premier degré, à 0,745 m du parement Nord‑Est de l’euthyntèria. Le goujon disparu (0,043 × 0,012 m) était enrobé d’une gaine de plomb en partie conservée.

11Des crampons en Π solidarisaient les blocs de cette assise. Les mortaises en sont disposées parallèlement au parement à ca 0,325 m du parement du premier degré. Les crampons étaient donc recouverts par l’assise supérieure. Les branches verticales de l’agrafe en Π étaient fixées dans des mortaises disposées à ca 0,085 m de la face de joint et présentant une section de ca 0,027 × 0,02 m pour une profondeur de ca 0,034 m. Un fragment de crampon en fer de 0,07 × 0,07 m, encore gainé de plomb, est conservé du côté Sud‑Ouest, entre les blocs B9 et B10 (fig. 6). Il est à noter que le lit d’attente du bloc B10, à l’angle Ouest présente une mortaise transversale associée à un canal de coulée orienté vers le parement Sud‑Ouest (fig. 7 et 9), tandis que le lit d’attente du bloc B3, à l’angle Est ne dispose pas de cette même particularité.

12L ’angle Ouest est doté sur la face de foulée d’une fixation métallique en partie conservée et scellée au plomb (fig. 8), située à 0,22 m du parement Sud‑Ouest et à 0,165 m du parement Nord‑Ouest. L ’usure de part et d’autre de cette fixation se caractérise par un démaigrissement circulaire à ca 0,11 m du fer et sur une largeur de ca 0,132 m. Il s’agit vraisemblablement d’une fixation pour un anneau de fer.

Fig. 6 — Autel des Césars – scellement horizontal.

Fig. 6 — Autel des Césars – scellement horizontal.

Fig. 7 — Autel des Césars – angle Ouest.

Fig. 7 — Autel des Césars – angle Ouest.

Marjolaine Imbs.

Fig. 8 — Relevés architecturaux des blocs LC003 et LC004 et restitution de l’anneau de fer.

Fig. 8 — Relevés architecturaux des blocs LC003 et LC004 et restitution de l’anneau de fer.

Marjolaine Imbs.

Fig. 9 — Relevé architectural du bloc d’angle C7.

Fig. 9 — Relevé architectural du bloc d’angle C7.

Relevés et photographies de scellements Marjolaine Imbs.

13Le second degré, situé à +1,56 m, a pour dimension restituée 7,09 × 3,83 m et une hauteur de 0,229 m. De son pourtour en marbre, n’étaient conservés en place, au moment de la fouille, que deux blocs (C5 et C6) sur dix, auxquels trois blocs ont fait l’objet d’une tentative de replacement par les fouilleurs. Cinq blocs sont donc aujourd’hui visibles à cette assise. Le bloc C6 qui occupe l’angle Sud a une longueur (Sud‑Ouest) de 1,897 m et une largeur (Sud‑Est) de 1,149 m, tandis que le bloc C5 a une longueur de 1,583 m.

14Comme ceux de l’assise précédente, les blocs du deuxième degré ont été mis en place, d’après les encoches de levier visibles à la face supérieure des blocs de la première assise, depuis l’angle Sud sur le côté Sud‑Est (de C6 à C3), depuis l’angle Est sur le côté Nord‑Est (C2 puis C1), depuis l’angle Ouest sur le côté Nord‑Ouest (de C7 à C10) et peut‑être depuis l’angle Sud sur le côté Sud‑Ouest (C6 puis C7).

15Trois blocs ont donc été placés après les fouilles à cette assise : un bloc d’une longueur de 1,596 m, qui n’apparaît pas sur le relevé de C. Tousloukof, a été placé sur l’emprise de C4 ; un autre bloc, isolé, placé sur l’emprise du bloc C8 sur le long côté Nord‑Ouest, a une longueur de 1,577 m ; un fragment de bloc d’angle d’une longueur de 1,17 m, avait initialement été mis en place sur l’emprise du bloc C2, à l’angle Est, d’une façon manifestement fautive, puisqu’une face de joint latérale se présentait en parement.

16Aucun de ces trois blocs n’est à sa place originelle. Le bloc d’angle autrefois placé en C2 (fig. 9) présente en effet au lit de pose une mortaise pour goujon, située à 0,105 m du parement parallèle à la face de joint conservée et à 0,215 m du parement perpendiculaire, qui n’a pas de mortaise correspondante sur B3. Le bloc d’angle présente par ailleurs une seconde mortaise pour goujon ménagée dans l’arête inférieure de la face de joint à 0,202 m du parement, qui ne correspond pas à ce que l’on observe sur B4. Ajoutons que les blocs de l’assise C, du côté Sud‑Est, ont été mis en place depuis l’angle Sud – de C6 à C2 – et qu’ils sont par conséquent goujonnés dans leur face de joint droite. Or, pour maintenir le bloc d’angle en C2, il faudrait placer sa face de joint au contact du bloc disparu C3, mais celle‑ci présente, nous l’avons vu, une mortaise pour goujon qui supposerait un sens de mise en place inverse de celui observé sur les autres blocs. Il est donc impossible de maintenir le bloc d’angle fragmentaire en position C2.

17Il n’est pas non plus possible de placer le bloc d’angle errant en C1. Il est en effet trop court. La mortaise et l’encoche de levier ménagées au lit d’attente de B2 prouvent que C1 et C2 avaient tous deux une longueur Nord‑Est de ca 1,915 m. On ne peut supposer, pour placer le bloc d’angle errant en C1, de bloc intermédiaire long de ca 0,745 m entre les blocs des angles Nord et Est de l’assise C : le dispositif de mise en place en serait conservé au lit d’attente de B2. Enfin rappelons que l’assise C a été mise en place de ce côté depuis l’angle Est et que les blocs y sont par conséquent scellés dans leur face de joint droite, ce qui est incompatible avec le scellement pour goujon visible sur le bloc d’angle errant, qui serait alors dans la face de joint gauche.

  • 8 Ce bloc a pu être replacé dans sa position originelle lors de la campagne de l’année 2016.

18Les mortaises pour goujons présentées par ce bloc au lit de pose permettent de le replacer avec certitude à l’angle Ouest de l’assise C de l’édifice, en position C78. En effet, la mortaise ménagée dans le joint du bloc d’angle correspond parfaitement à celle qui est ménagée au lit d’attente du bloc B11, à 0,515 m du parement et à 0,715 m de l’arête droite, tandis que la mortaise pour goujon ménagée à 0,105 m du parement parallèle à la face de joint et à 0,215 m du parement perpendiculaire correspond précisément à la mortaise pour goujon avec canal de coulée ménagée dans la face supérieure de B10 à 0,415 m du parement Sud‑Ouest – soit 0,105 m de la ligne de mise en place de l’assise C – et à 0,525 du parement Nord‑Ouest – soit 0,215 m de la ligne de mise en place de l’assise C. Cette concordance parfaite est à notre sens décisive pour replacer le bloc d’angle errant en C7.

19On pourrait émettre l’hypothèse que ce bloc d’angle errant n’appartient pas à l’assise C, mais à une assise supérieure, qui constituerait alors le dallage du monument. Cependant, outre qu’il faudrait alors supposer une concordance parfaite entre les mortaises visibles au lit d’attente de B10 et celles du lit d’attente d’un bloc d’angle disparu – Ouest, Est ou Nord –, le bloc d’angle ne respecterait alors pas l’alternance des joints qui caractérise le reste du soubassement : placé sur C7, sa face de joint s’établirait sur C8 à seulement ca 0,30 m de l’arête droite de ce bloc, à ca 0,50 m de l’aplomb du joint entre B11 et B12 ; placé sur C2, sa face de joint s’établirait sur C3, à ca 0,30 m de la face de joint droite et à ca 0,46 m de l’aplomb du joint entre B4 et B5 ; placé sur C1, sa face de joint s’établirait sur C1, à ca 0,44 m du joint entre C1 et C2 et à ca 0,32 m de l’aplomb du joint entre B1 et B2. Une telle rupture dans le rythme des assises paraît peu probable dans une construction aussi soignée. Soulignons en effet que le soubassement est une construction quasi modulaire, où tous les blocs courants ont une longueur de ca 1,55‑1,60 m et où la contraction homogène des dimensions entre les assises est assurée par les blocs d’angle, dont les dimensions sont par conséquent identiques au sein d’une même assise – comme en témoignent d’une part les blocs B3, B8 et B10, d’autre part le bloc C6 et l’empreinte du bloc C2 conservée sur B3 et B4 – mais différentes d’une assise à l’autre. Le fait que le parement conservé du bloc d’angle errant a une longueur de 1,17 m, presque égale à la longueur des parements Sud‑Est de C6 et de C2, est donc un argument décisif pour replacer le bloc d’angle errant à cette assise.

20La détermination de l’emplacement du bloc d’angle errant interdit de maintenir le bloc placé sur l’emprise de C8 dans sa position actuelle, bien qu’il soit placé ainsi sur toutes les photographies anciennes du monument. En effet, le bloc d’angle replacé en C7 ne présente pas de mortaise pour scellement horizontal à la face supérieure, alors que le bloc replacé sur l’emprise de C8 en présente. Notre hypothèse est que ce bloc a fait l’objet d’une anastylose immédiatement après la fouille, comme tendrait à le prouver d’ailleurs le relevé inédit de C. Tousloukof (fig. 10) où ce bloc, contrairement aux deux autres blocs en place de l’assise C, est placé dans une position incorrecte, son parement mordant de ca 0,14 m sur la face de foulée de l’assise B. Qui plus est, la hauteur du bloc replacé en C8 – 0,217 m – est inférieure à celle des blocs conservés de l’assise C – 0,229 m –, et correspond mieux à la hauteur de l’assise B – 0,22 m. Nous proposons donc de replacer ce bloc en position B14, place pour laquelle ses dimensions et l’emplacement de la mortaise pour goujon conviennent.

Fig. 10 — Relevé architectural ancien de l’autel des Césars.

Fig. 10 — Relevé architectural ancien de l’autel des Césars.

EFA, C. Tousloukof.

21Enfin, le bloc placé sur l’emprise de C4 est trop long pour cet emplacement. En effet, la mortaise pour goujon ménagée dans le bloc B5 se trouve actuellement en retrait de 0,045 m par rapport à la face de joint droite du bloc replacé en C4. Or, pour sceller le goujon, il est nécessaire que la mortaise ménagée dans le lit d’attente du bloc de l’assise inférieure excède légèrement le parement du bloc – ca 0,02 m –, comme on l’observe sur la face de joint Nord‑Ouest du bloc C6, où le goujon est conservé. Le bloc placé en C4 devait donc avoir une longueur de ca 1,55 m. Le bloc aujourd’hui placé sur l’emprise de C4 conviendrait mieux en C3, car l’entraxe des goujons ménagés à la face supérieure des blocs B4 et B5 est de 1,60 m.

22Ainsi, de l’assise C du monument, trois blocs sont conservés du côté Sud‑Est – C3, C5 et C6 – et un bloc fragmentaire du côté Nord‑Ouest – C7. On constate une différence de traitement entre ces deux moitiés de l’assise.

23Du côté Sud‑Est, le parement des blocs est finement dressé, ainsi que le lit d’attente qui comporte, comme l’assise inférieure, une surface soigneusement polie à l’extérieur, large de 0,31 m sur le parement Sud‑Est et de 0,32 m sur le parement Sud‑Ouest, qui constitue la face de foulée, et une surface piquetée dont la largeur varie et qui était nécessairement recouverte. Il est intéressant de noter que le bloc d’angle Sud C6 présente un autre traitement particulier de son lit d’attente, avec du côté Sud‑Ouest une séparation nette entre la face de foulée et la surface piquetée par un creusement de profil semi-circulaire large de 0,02 m et profond de ca 0,008 m (fig. 11).

Fig. 11 — Autel des Césars – angle Sud.

Fig. 11 — Autel des Césars – angle Sud.

24Les blocs étaient, du côté Sud‑Est, tous scellés au premier degré par des goujons plats gainés de plomb de section rectangulaire (ca 0,04 × 0,012 m), mis en place à ca 0,17 m des parements contre le joint encore libre du bloc au moment de la mise en place. Les crampons en Π qui scellaient les blocs de cette moitié de l’assise présentent les mêmes caractéristiques que ceux de l’assise inférieure. Les mortaises sont disposées parallèlement au parement à ca 0,325 m de celui‑ci et n’étaient pas visibles du fait de la superposition de l’assise supérieure.

25Le bloc d’angle Ouest C7 (fig. 9) a lui aussi des parements finement dressés et est scellé à l’assise B par un goujon, mais il ne présente pas de mortaise pour crampon et sa face supérieure est caractérisée par une usure marquée, absente sur les autres blocs de l’assise. Une particularité de traitement distingue plus spécifiquement les blocs d’angle C7 et C6. La face Nord‑Est du bloc d’angle C6 présente en effet un double traitement : la zone en contact avec C5 présente un cadre d’anathyrose sur trois côtés, tandis que le reste de la face, qui était en contact avec le remplissage en gneiss, est piqueté assez grossièrement. En revanche, toute la partie conservée de la face de joint Nord‑Est du bloc C7 présente un cadre d’anathyrose, ce qui indique que sur 0,972 m au moins, le bloc C7 était en contact avec un autre bloc de marbre en position C8.

26Toutes ces observations nous semblent indiquer que le deuxième degré était le dernier du soubassement du monument et que la partie Nord‑Ouest de l’assise C était occupée par un dallage en marbre, tandis que la partie Sud‑Est était occupée par une construction importante. C’est la seule hypothèse qui prenne en compte toutes les particularités du bloc C7. Elle permet également d’expliquer pourquoi le comblement de gneiss est conservé partout à la même arase : il fondait les dalles en marbre au Nord‑Ouest, tandis que la construction au Sud‑Est, supportée par les blocs de marbre C1‑C7, n’avait pas nécessairement d’emplecton. Dans cette hypothèse, seuls sept blocs du soubassement du monument auraient disparu : du premier degré ne manquerait que le bloc d’angle B1 ; du second les quatre dalles C1, C8, C9 et C10 ainsi que les blocs C2 et C4.

27Le soubassement de l’édifice est ainsi construit très régulièrement selon des modules qui se répètent entre les assises, créant une alternance des joints, disposés approximativement au milieu des blocs de l’assise inférieure.

L ’élévation

28De l’élévation du monument n’est conservé avec certitude qu’un seul bloc (LC002), celui qui porte la dédicace au datif de la cité en l’honneur de Lucius César héroïsé (fig. 12‑13). L ’attribution, rendue probable par le lieu de découverte, est confirmée par la longueur du bloc, qui correspond parfaitement au module employé pour la construction du soubassement du monument.

Fig. 12 — Relevé architectural du bloc inscrit LC002.

Fig. 12 — Relevé architectural du bloc inscrit LC002.

EFA, Manuela Wurch-Kozelj.

Fig. 13 — Photographie du bloc inscrit LC002.

Fig. 13 — Photographie du bloc inscrit LC002.

EFA, Philippe Collet.

29Ce bloc en marbre local gris à gros grains, haut de 0,552 m, long de 1,589 m et large de 0,291 m, présente un parement finement dressé. L ’arête supérieure est entièrement brisée, de sorte que l’on ne peut pas savoir si elle présentait originellement une moulure ; l’arête inférieure, en revanche, est en partie conservée, ce qui permet d’affirmer qu’elle était droite et sans moulure. Les arêtes latérales ont été emportées dans les cassures.

30Le lit d’attente présente une surface bien dressée avec un travail différencié de l’avant vers l’arrière : elle est très finement piquetée à l’avant, puis moyennement à partir d’une distance de 0,059 m. Sur la partie gauche du bloc, un démaigrissement est marqué par des traces de gradine ; il s’arrête approximativement au milieu du bloc. Le lit d’attente présente des mortaises pour crampons en Π sur les deux arêtes latérales. Sur son côté gauche, le lit d’attente présente à proximité du crampon une lettre de mise en place (Β) ; sur le côté droit, plus près de l’arête antérieure, on lit une seconde lettre de mise en place (Γ). Toutes deux se lisent depuis l’arrière du bloc. Au centre du bloc, on observe une mortaise pour un scellement vertical de section quadrangulaire (0,055 × 0,018 m ; pr. 0,05 m), situé à 0,109 m du parement. À l’arrière de cette mortaise, deux encoches de levier sont mises en place respectivement à 0,71 m et 0,843 m du bord latéral gauche. La première, implantée à 0,175 m du parement, est longue de 0,07 m, tandis que la seconde, implantée à 0,14 m du parement, est longue de 0,08 m. Toutes deux correspondent à la mise en place d’un bloc de la droite vers la gauche, mais ne sauraient avoir été utilisées ensemble. La plus petite encoche est soit la trace d’un repentir, soit un indice du remploi du bloc, conforté par le travail à la gradine et par la présence de lettres de mise en place contre les arêtes.

31La face latérale gauche est soigneusement travaillée ; elle présente un cadre d’anathyrose le long de trois arêtes, en haut et sur les côtés, avec un démaigrissement central au pic. Dans la partie inférieure, on observe une cavité arrondie qui pourrait correspondre à un dispositif de guidage pour la mise en place du bloc.

32La face latérale droite, moins bien conservée, paraît avoir été perturbée lors d’un remploi où le bloc avait perdu sa fonction originelle. En effet, deux mortaises de section circulaire, très profondes, ont été percées perpendiculairement au parement à des hauteurs respectives de 0,352 et de 0,487 m. Elles sont de diamètres inégaux. La face présente, sur une surface limitée, le vestige d’un cadre d’anathyrose seulement sur le côté gauche. Le démaigrissement central est travaillé au pic. Dans la partie inférieure de la face, une encoche de levier, longue de ca 0,07 m et profonde de ca 0,05 m, est partiellement conservée à une hauteur de ca 0,095 m et à ca 0,0105 du parement.

33Dans son exposition actuelle au musée, la face arrière, plaquée contre un parapet, n’est pas visible. On peut néanmoins observer qu’elle est bien conservée et que son traitement est assez grossier. Un travail au pic très sommaire a permis de donner une verticalité approximative au bloc. Cette face était nécessairement dissimulée. Il semble que le côté gauche de la face arrière a été démaigri irrégulièrement au pic sur une longueur de ca 0,225 m.

34Enfin, le lit de pose n’est pas visible.

  • 9 L ’identification du bloc LC002 comme un orthostate du monument rend impossible l’attribution au mê (...)
  • 10 BCH 79 (1955), p. 351.
  • 11 Il faut noter cependant que, d’après les recherches de U. Weber, Versatzmarken im antiken griechisc (...)

35Le bloc inscrit était donc le deuxième élément d’un cours qui comprenait au moins trois orthostates9. Les lettres de mise en place aux arêtes, les deux encoches de levier et le retravail à la gradine au lit d’attente pourraient indiquer que le monument a fait l’objet d’un démontage puis d’un remontage. Cependant, il faut noter que de nombreux monuments de l’agora de Thasos présente des lettres de mise en place inscrites près des arêtes des blocs, par exemple le grand autel de l’angle Sud10. Ce mode d’organisation de la construction semble avoir été en faveur à Thasos, sans que cela implique un démontage puis un remontage11.

36Aucun autre bloc ne peut être attribué avec certitude au monument. Cependant, une série de blocs errants de dimensions et de facture similaires à celles du bloc d’orthostate inscrit sont entreposés à proximité du monument depuis sa découverte. Certains présentent au lit d’attente des lettres de mise en place. Après examen de toutes les caractéristiques techniques de ces blocs, nous n’en avons retenu que deux susceptibles d’avoir appartenu à l’élévation du monument. Le bloc LC004 (fig. 8) est presque en tout point semblable au bloc inscrit, aussi bien dans ses dimensions générales – sa hauteur est de 0,549 m, sa longueur de 1,59 m et sa largeur de 0,27 m – que pour le travail de ses faces. On ignore si son lit d’attente, fortement dégradé, portait des lettres de mise en place, mais il présente une encoche de levier et une mortaise pour goujon qui indiquent la mise en place d’un bloc supérieur vers la droite. Or, le bloc inscrit LC002 présente au lit d’attente les traces de mise en place d’un bloc vers la gauche. Si les deux blocs ont bien appartenu au même monument, ils n’appartenaient en revanche pas au même cours.

37Le bloc LC003 (fig. 8) est certes plus court – 1,53 m – et un peu plus épais – 0,35 m – que LC002, mais sa hauteur est identique et le traitement de ses faces tout à fait similaire. Nous avons décidé de le retenir car il porte au lit d’attente, près de la face de joint gauche, la lettre E, ce qui pourrait en faire, dans notre hypothèse de restitution, le bloc de retour Nord‑Est de l’autel, qui aurait pu être un peu plus court que les blocs des longs côtés.

Les bases (fig. 14‑15)

38Deux fondations de bases, constituées chacune d’un bloc de marbre, sont implantées en avant du côté Sud‑Est du monument. Sur la fondation Sud, qui présente un lit d’attente finement piqueté, est conservée en place la base en marbre LC001 (fig. 14), parfaitement dressée sur ses quatre faces latérales, d’un socle composé de plusieurs blocs. Cet élément inférieur de ce que nous appelons base I, est haut de 0,18 m et de plan presque carré (1,12 × 1,13 m). Implantée parallèlement au soubassement de l’autel des Césars, LC001 se situe à 0,87 m du nu du premier degré et à 0,97 m de l’angle Sud du même degré. Son lit d’attente, qui est préparé pour recevoir un corps de base de plan carré (1,00 × 1,00 m) et de hauteur inconnue, se situe à la cote +1,07 m. Sur la partie Est de la fondation, une encoche de levier est visible à 0,34 m du parement Sud‑Est du bloc, sans doute pour la mise en place d’une dalle qui permettait de rattraper le niveau de circulation (hauteur restituée de la dalle : 0,13 m). Ainsi le bloc n’était visible que sur une hauteur de 0,05 m.

Fig. 14Base I.

Fig. 14 — Base I.

39La fondation de la base Nord (fig. 15), située à la cote +1,02 m, sensiblement plus élevée que la fondation de la base I, présente un lit d’attente soigneusement dressé et, en position centrale, une surface piquetée, préparée pour recevoir un bloc de plan rectangulaire (1,16 × 1,12 m), implanté parallèlement au soubassement du monument pour Lucius César, à 0,80 m du nu de son premier degré et à 1,59 m de l’angle Est du même degré. Ce bloc était sans doute la base d’un socle composé similaire à la base I, que nous appelons base II. Au Sud de l’emprise de la base II, la surface est très usée, ce qui démontre qu’il s’agit d’une zone de passage entre les deux fondations. La circulation se faisait donc à ca +1,02 m et le parement piqueté de l’euthyntèria était visible. Les deux bases sont implantées parallèlement au soubassement de l’autel, mais elles ne sont pas symétriques par rapport au long côté Sud‑Est du monument.

Fig. 15Base II.

Fig. 15 — Base II.
  • 12 Marc 1994, p. 174.

40Ces deux fondations supportaient vraisemblablement des bases de statues de dimensions très voisines et d’implantation somme toute semblable. Il ne fait donc guère de doute que ces petits monuments sont associés et sont en lien avec l’édifice à degrés. Un indice nous permet de supposer que la base II fut mise en place en même temps que l’autel : elle se situe presque exactement dans l’axe des joints des blocs B4 et B5 et des blocs B13 et B14. Le léger désaxement de la base Sud pourrait laisser penser qu’elle n’appartient pas au projet initial, dont elle serait une modification légèrement postérieure, mais on s’expliquerait mal alors la position initiale de la base Nord. L ’hypothèse la plus vraisemblable est donc que les bases appartiennent à la même phase et sont contemporaines de l’autel12.

Hypothèses sur la fonction et la restitution du monument (fig. 16‑19)

La fonction

  • 13 Marc 1994, p. 173.
  • 14 Chamoux 1950, p. 85 ; cf. également P. Zanker, Studien zu den Angustus-Porträts I. Der Actium-Typus(...)
  • 15 C’est l’hypothèse retenue dans Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos2 (2000), p. 73.
  • 16 Guide de Thasos (1967), p. 31, fig. 6 et 10 ; P. Gros, « Les autels des Caesares et leur significat (...)

41Il reste si peu de l’élévation du monument qui portait la dédicace à Lucius César que la nature même de l’édifice est longtemps restée difficile à déterminer, comme le notait J.‑Y. Marc en 199413. On a proposé tour à tour de restituer sur les assises préservées un petit temple14 puis une base pour un groupe sculpté, protégé par un baldaquin15. Nous proposons pour notre part de reconnaître dans le monument un autel, reprenant une hypothèse ancienne16.

  • 17 Notons qu’il est impossible d’associer au monument le linteau ionique très long – 3,06 m – entrepos (...)

42L ’hypothèse d’un temple ne nous semble pas pouvoir être retenue pour plusieurs raisons, dont les plus importantes tiennent à la topographie. Il faudrait en effet en restituer la façade soit sur le petit côté Sud‑Ouest, soit sur le petit côté Nord‑Est17. Or, dans la première hypothèse, le temple ouvre directement sur le grand égout collecteur de l’agora, ce qui n’est guère satisfaisant. Si l’on admet temporairement cette anomalie, il faut souligner que cette solution a l’avantage de placer en façade l’anneau destiné à attacher les bêtes sacrificielles, fixé sur le premier degré de l’édifice, à l’angle Ouest. Mais, outre qu’il n’est pas commun d’implanter de tels anneaux sur la crèpis d’un temple, aucune trace d’autel n’est conservée de ce côté. On peut alors supposer que Lucius César était symbômos de Théogénès, mais comme l’autel du boxeur possède déjà son propre anneau pour attacher les victimes, le dispositif visible sur le monument de Lucius perd toute signification. Si l’on imagine la façade au Nord‑Est, l’anneau d’attache se trouve alors à l’arrière et le temple ouvre à proximité de l’angle du péribole du sanctuaire de Zeus Agoraios Thasios, ce qui n’est pas plus satisfaisant.

  • 18 De tels groupes sculptés existaient peut‑être à Thasos ; cf. les inscriptions honorifiques pour Liv (...)

43L ’hypothèse d’une base monumentale, plus séduisante, soulève, elle aussi, quelques problèmes. On est bien en peine en effet d’expliquer dans ce cas la présence de l’anneau d’attache à l’angle Ouest. Si l’on identifie malgré tout l’édifice comme une base monumentale et que l’on suppose, avec Fr. Salviat, l’existence d’un baldaquin, il faut le restituer sur un hypothétique troisième degré du monument, car aucune trace de l’implantation d’un tel dispositif n’est visible sur les blocs conservés du deuxième degré (C5 et C6). L ’emprise du baldaquin et de la base ou des bases à orthostates qu’il abritait était donc au maximum de ca 5,80 × 2,60 m. On peut alors placer dans cet espace une base à trois orthostates en façade et un sur les petits côtés, tous similaires au bloc inscrit : une telle base aurait en effet eu pour dimensions ca 5,40 × 1,60 m ou ca 4,80 × 2,20 m, selon le dispositif d’accroche des blocs entre eux. Comme à Corinthe, ce groupe pourrait avoir représenté Auguste et ses deux petits‑fils prématurément disparus18. Mais il faut alors placer Lucius César au centre de la composition, car les lettres de montage sur le bloc inscrit suggèrent qu’il s’agit du bloc médian, à moins que l’on ait commencé la numérotation des arêtes par le petit côté de la base, ce qui n’est guère envisageable. En dépit des difficultés qu’elle présente, l’hypothèse d’une base monumentale dotée d’un dispositif de couverture a l’avantage d’expliquer l’excellent état de conservation de la tête sculptée. Cette hypothèse se heurte cependant à l’absence de tout vestige architectural susceptible d’avoir appartenu à un baldaquin.

  • 19 Jean‑Yves Marc note la correspondance des orientations entre l’Édifice à Paraskénia, le bouleutèrio (...)
  • 20 BCH 79 (1955), p. 351.
  • 21 Marc 1994, p. 40‑41, pl. 19.

44L ’hypothèse de l’autel, que nous avons retenue, se fonde sur la présence, décisive selon nous, de l’anneau (fig. 8), mais aussi sur l’orientation du monument qui correspond parfaitement à celle de l’autel de Zeus Agoraios Thasios, à celle de l’autel à l’intérieur de l’enceinte circulaire19 et à celle du grand autel de l’angle Sud de l’agora. On peut pousser plus loin la comparaison avec ce dernier monument : daté du iiie siècle av. J.‑C. en raison de ses fondations en marbre et en gneiss mélangés20 et de ses techniques de construction – notamment la forme des scellements –, cet autel se présente comme un socle monumental plus vaste que celui du monument pour Lucius César. Il mesure en effet 11,3 × 7,55 m et comportait au moins trois degrés de marbre, dont le sommet était occupé en partie par un dallage et par l’autel proprement dit, soutenu par trois orthostates sur chacun des longs côtés et par un seul orthostate sur les petits côtés21. L ’hypothèse d’un autel nous paraît renforcée par la parenté des deux monuments.

Restitution

45Comme nous l’avons vu plus haut, il est sûr que le soubassement du monument ne comportait que deux degrés, que la partie Sud‑Est du second degré était occupée par une construction dont l’emprise était de 6,49 m dans l’axe Sud‑Ouest/Nord‑Est et au minimum de 1,90 m dans l’axe Sud‑Est/Nord‑Ouest, tandis que la partie Nord‑Ouest était occupée par un dallage.

  • 22 La plinthe de l’autel monumental du théâtre de Délos fait une saillie de 0,13 m pour une hauteur de (...)

46La nécessaire dissimulation de tous les crampons visibles au lit d’attente des blocs Sud‑Est et Sud‑Ouest de l’assise C et la symétrie très probable de la construction conduisent à émettre l’hypothèse raisonnable que l’autel occupait, dans le sens Sud‑Ouest/Nord‑Est, toute la longueur définie par le retrait de la face de foulée de 0,31 m, soit 6,49 m (fig. 16). Or, cette longueur correspond presque exactement au quadruple de la longueur du bloc inscrit. Pour combler l’éventuel espace laissé libre par l’emprise des orthostates, on peut suggérer l’existence d’une plinthe, qui aurait fait saillie de ca 0,065 m sur le corps de l’autel. Si l’on choisit d’aligner parfaitement les joints des orthostates avec ceux des blocs de l’assise B (premier degré), on obtient une longueur de ca 6,24 m, ce qui suppose une plinthe en saillie plus importante – ca 0,125 m22 – sur le corps de l’autel.

Fig. 16 — Plan restitué de l’autel des Césars superposé au relevé des vestiges.

Fig. 16 — Plan restitué de l’autel des Césars superposé au relevé des vestiges.

Marjolaine Imbs.

  • 23 Faute d’avoir retrouvé aucun des blocs d’angle de l’autel, on ignore comment cette partie avait été (...)

47Le petit côté de l’autel devait avoir une longueur telle que le monument recouvrait les deux crampons visibles au lit d’attente de C6, soit au minimum ca 1,58 m, probablement plus pour éviter la superposition des joints (fig. 16). D’autre part, l’autel devait nécessairement laisser libre une partie du dallage de la partie Nord‑Ouest qui constituait la prothysis. Son petit côté avait donc une longueur significativement inférieure à 3,22 m, longueur maximale disponible dans cette direction. En ajoutant la longueur du bloc LC003 (1,53 m ; fig. 8) au double de la profondeur du bloc inscrit (ca 0,29 m), on obtient une longueur de ca 2,11 m, soit ca 2,34 m au total dans l’hypothèse de l’existence d’une plinthe. Cette longueur nous a paru satisfaisante. Nous l’avons donc retenue comme hypothèse principale de travail23 (fig. 16‑17).

Fig. 17 — Plan restitué de l’autel des Césars.

Fig. 17 — Plan restitué de l’autel des Césars.

Marjolaine Imbs.

  • 24 La table de l’autel du théâtre à Délos à une hauteur de 0,147 m pour une hauteur totale de l’autel (...)

48Même en supposant une hauteur assez importante de la plinthe – ca 0,25 m – la hauteur des orthostates ne paraît pas suffisante pour supposer qu’ils ont supporté directement la table d’autel. On peut donc envisager l’existence d’un deuxième cours de blocs de hauteur plus faible : nous leur avons resitué, à titre d’hypothèse, la moitié de la hauteur des orthostates. On ignore tout de la table d’autel. Nous lui avons restitué, à titre d’hypothèse, une hauteur de ca 0,15 m24 (fig. 18‑19).

Fig. 18 — Élévation restituée de l’autel des Césars.

Fig. 18 — Élévation restituée de l’autel des Césars.

Marjolaine Imbs.

Fig. 19 — Restitutions tridimensionnelles de l’autel des Césars.

Fig. 19 — Restitutions tridimensionnelles de l’autel des Césars.

Marjolaine Imbs.

  • 25 Le grand autel de l’angle Sud présente un soubassement aux dimensions plus importantes (11,30 × 7,5 (...)

49Ainsi restitué, l’autel à proprement parler se présente comme un édifice de plan barlong de ca 6,49 × 2,34 m, haut de ca 1,22 m. Il présente donc la plus grande table d’autel de l’agora25.

  • 26 8,90 × ca 5 m au degré inférieur ; cf. BCH 102 (1978), p. 821‑826, fig. 25‑26.
  • 27 10 × 5,10 m ; Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos  2 (2000), p. 143.
  • 28 A. Linfert, « Prunkaltäre », dans M. Wörrle, P. Zanker (éds), Stadtbild und Bürgerbild im Hellenism (...)

50Les dimensions générales du soubassement de l’autel des Caesares sont légèrement inférieures à celles de l’autel d’Artémis, qui date de la fin de l’archaïsme26, et sensiblement inférieures à celles que l’on peut restituer à l’autel d’Hèraclès27. C’est donc l’un des plus grands autels de Thasos, qui s’inscrit dans la tradition des autels monumentaux hellénistiques, quoiqu’il ne soit pas inséré dans une cour28.

La statue

Description de la tête inv. 102

  • 29 Chamoux 1950, p. 83‑96 ; G. Hafner, Späthellenistische Bildnisplastik (1954), p. 49‑50, NK 5, pl. 2 (...)
  • 30 BCH 63 (1939), p. 320.

51La tête29 (fig. 20‑24), sculptée dans le marbre dolomitique local à grains moyens, fut mise au jour sur l’agora lors des fouilles de l’autel30. Sa hauteur maximale conservée, 0,34 m, permet de restituer une statue légèrement plus grande que nature (ca 2,00 m). Une cassure oblique traverse l’œuvre du haut de la nuque à la base du cou ; une autre mutile les narines et l’arête du nez, notamment à gauche. L ’épiderme d’un blanc grisâtre du marbre, remarquablement bien conservé, présente néanmoins du côté gauche de nombreuses concrétions de couleur brun noir.

Fig. 20 — Tête masculine inv. 102 – face.

Fig. 20 — Tête masculine inv. 102 – face.

EFA, Eirini Miari.

Fig. 21 — Tête masculine inv. 102 – profil gauche.

Fig. 21 — Tête masculine inv. 102 – profil gauche.

EFA, Eirini Miari.

Fig. 22 — Tête masculine inv. 102 – profil droit.

Fig. 22 — Tête masculine inv. 102 – profil droit.

EFA, Eirini Miari.

Fig. 23 — Tête masculine inv. 102 – trois quarts.

Fig. 23 — Tête masculine inv. 102 – trois quarts.

Guillaume Biard.

Fig. 24 — Tête masculine inv. 102 – calotte crânienne.

Fig. 24 — Tête masculine inv. 102 – calotte crânienne.

Guillaume Biard.

  • 31 Ce détail iconographique apparaît sur d’autres portraits de Thasos de la même époque, comme la tête (...)

52La dissymétrie des yeux comme le pli marqué entre le cou et la joue gauche indiquent que le personnage regardait de ce côté. Le visage ovale, large aux tempes, affiche les traits fermes d’un jeune homme vigoureux. Les lèvres souples qu’un sillon au foret courant entrouvre atténuent l’effet d’un menton un peu fort. Un léger renflement de la lèvre supérieure et les fossettes aux commissures suscitent une moue qui conserve à l’expression quelque chose d’enfantin. Le nez large et droit, souligné de deux dépressions, ancre cependant notre homme dans l’âge adulte, tout comme les yeux aux paupières épaisses que mettent en valeur l’ossature puissante des pommettes et des arcades sourcilières. L ’amande allongée des yeux a fait l’objet d’une attention particulière : le bombement du globe oculaire, le dessin précis des glandes lacrymales et les dépressions marquant discrètement le canthus externe singularisent ce visage aux traits réguliers. La chevelure courte, faite de mèches épaisses et souples, ceint le front lisse, seulement marqué d’une bosse médiane et d’une ride horizontale, d’une frange dont le contour arrondi est souligné par un discret sillon. Elle dégage les oreilles au pavillon large, légèrement inclinées vers l’arrière. Au‑delà des deux premiers rangs de mèches, la chevelure est notée d’une manière de plus en plus imprécise, et devient un simple piquetage sur le vertex, cependant que sur la nuque tombe une rangée de mèches en virgules, distinguées du reste de la coiffure par un sillon graphique31.

Hypothèses d’identification

  • 32 Chamoux 1950, p. 89.
  • 33 Chamoux 1950, p. 90.

53Quoique la forme du visage et l’agencement des traits rapprochent la tête thasienne des portraits augustéens, il n’est pas aisé, de prime abord, de comparer la disposition de la chevelure sur le front de la tête thasienne aux exemplaires connus par ailleurs (fig. 25). Comme l’a justement noté Fr. Chamoux32, le sculpteur de Thasos a suivi pour la chevelure une mode grecque hellénistique. On peut toutefois identifier une fourche à l’aplomb de l’angle interne de l’œil gauche, à droite de laquelle tombent trois grosses mèches en virgules ; la dernière se distingue par sa courbure plus marquée et forme avec la longue mèche ondulée qui la jouxte une pince fermée33.

Fig. 25 — Tête masculine inv. 102 – dessins de l’indice capillaire.

Fig. 25 — Tête masculine inv. 102 – dessins de l’indice capillaire.

Dessins schématiques de la chevelure de la tête inv. 102 : face (à gauche) et profil droit (à droite).

Guillaume Biard.

  • 34 Sur les difficultés posées par l’identification des portraits de Caius et de Lucius César, cf. F. K(...)
  • 35 Kl. Fittschen, Katalog der antiken Skulpturen in Schloss Erbach, Berlin (1977), p. 38.
  • 36 J.‑Ch. Balty, « C. et L. César : les points forts d’une iconographie », dans M. Christol, D. Darde  (...)
  • 37 D. Boschung, « Die Bildnistypen der iulisch-claudischen Kaiserfamilie: ein kritischer Forschungsber (...)
  • 38 P. Zanker, Provinzielle Kaiserporträts (1983).
  • 39 On peut se référer par exemple aux principes méthodologiques très rigoureux énoncés par C. Evers, L (...)
  • 40 Un groupe honorifique érigé à la fin du ier s. av. J.‑C. représente Livie, Julie l’ancienne et Juli (...)
  • 41 Le portrait d’Hadrien n’est qu’une exception partielle à cette règle. Le sculpteur thasien a pris d (...)

54La recherche récente n’encourage guère l’identification du portrait de Thasos34. J.‑Ch. Balty, faisant sienne la prudence de Kl. Fittschen35, ne retient pas la tête thasienne dans son analyse de l’iconographie de Caius et de Lucius César36. Elle n’apparaît pas non plus dans la revue critique des portraits julio-claudiens proposée par D. Boschung37. La rigueur des méthodes d’identification, établie notamment par P. Zanker38, a certes permis d’écarter de la réflexion une série de portraits à l’identification mal assurée, mais son application systématique39 conduit dans le cas de Thasos à un paradoxe : alors que la cité honore très tôt plusieurs membres de la famille impériale40, aucun portrait ne correspond précisément à un type élaboré à Rome41. Or, le lieu de découverte de la tête inv. 102 impose une réflexion sur l’iconographie des princes de la jeunesse à Thasos et donc de s’aventurer dans les eaux troubles des comparaisons plus approximatives.

  • 42 J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar (1987), p. 84‑85.
  • 43 On retrouve ces caractéristiques sur le portrait anciennement au musée de Cavala et provenant de Ph (...)

55J. Pollini classe la tête thasienne dans le troisième type qu’il distingue au sein des portraits supposés de Lucius César, dont l’exemplaire de référence est la statue fragmentaire de la basilique de Corinthe inv. 13642 (fig. 26). L ’indice capillaire est certes très différent, mais le traitement des yeux et de la bouche, la forme du visage lui semblent comparables, tandis que l’absence de pince clairement ouverte lui paraît un argument dirimant pour exclure un portrait de Caius César. Cette analyse exagère la parenté entre la tête de Thasos et celle de la statue de Lucius César à Corinthe (inv. 136) : les yeux de Lucius sont plus étroits, sa frange plus longue et ses cheveux beaucoup moins épais43. Sur tous ces points, le portrait de Thasos paraît plus proche du portrait de Caius César à Corinthe (inv. 135 ; fig. 27).

Fig. 26Portrait de Lucius César.

Fig. 26 — Portrait de Lucius César.

Corinthe, Musée, inv. 136.

Fig. 27Portrait de Caius César.

Fig. 27 — Portrait de Caius César.

Corinthe, Musée, inv. 135.

  • 44 Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37‑38.
  • 45 Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37, I 6‑12.
  • 46 Naples, Musée archéologique national, inv. 6048 ; J. Pollini (supra, n. 42), p. 100‑101, no 18, pl. (...)
  • 47 J.‑Ch. Balty (supra, n. 36), p. 61 ; P. Zanker, Studien zu den Augustus-Porträts, I. Der Actium-Typ (...)
  • 48 Detroit, The Detroit Institute of Art ; Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37, I 11 ; J. Pollini (sup (...)

56Ce sont en effet les portraits identifiés à Caius César qui offrent les meilleurs parallèles au portrait de Thasos. Il semble ainsi que, en dépit du volume des mèches qui lui donne sa singularité, le portrait inv. 102 appartient au type le mieux identifié des portraits de Caius César, plus précisément à la première série de répliques recensées par Kl. Fittschen44. Au sein de cet ensemble, la tête thasienne est particulièrement proche des répliques présentant une pince fermée45, notamment de celle conservée à Naples46 (fig. 28), identifiée par tous les spécialistes à Caius César47. Le portrait de Naples présente un indice capillaire très proche de celui du portrait thasien : la fourche se situe dans les deux cas à l’aplomb du canthus interne de l’œil gauche et une pince très fermée surplombe l’œil droit ; la mèche qui constitue la partie gauche de cette pince est marquée par une double incurvation. En dépit d’une interprétation assez différente du type par les sculpteurs, les deux œuvres présentent des traits communs : le menton bien dessiné, les pommettes saillantes, les légères dépressions marquant l’angle des yeux. Une comparaison de la tête de Thasos avec un portrait du musée de Détroit48 (fig. 29), confirme son appartenance à ce groupe de répliques. L ’indice capillaire diffère légèrement – la fourche s’ouvre, sur le portrait de Détroit, presque à l’aplomb de l’œil gauche –, mais la double courbe formée par la mèche qui ferme la pince à gauche rapproche les deux œuvres, de même que les volumes généraux du visage.

Fig. 28Portrait de Caius César.

Fig. 28 — Portrait de Caius César.

Naples, Musée archéologique national, inv. 6048 ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], pl. 20.

Fig. 29Portrait de Caius César.

Fig. 29 — Portrait de Caius César.

Detroit, The Detroit Institute of Art ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], pl. 19.

  • 49 Munich, Antiquarium de la Résidence ; J. Pollini (supra, n. 42), p. 86, pl. 42.
  • 50 Cf. notamment U. Hausmann, « Überlegungen zum Germanicus-Porträts », MDAI(R) 103 (1996), p. 148 ave (...)

57Une identification à Lucius César demeure‑t‑elle possible ? Parmi les portraits classés dans le type III des représentations de Lucius César par J. Pollini, une tête conservée à Munich49 (fig. 30) retient particulièrement l’attention. Elle paraît, au premier abord, assez proche de l’œuvre thasienne : sans être identiques, l’indice capillaire et la structure générale du visage présentent une parenté certaine. Cependant, la plupart des spécialistes s’accordent, avec raison nous semble‑t‑il, pour analyser le portrait de Munich comme une représentation de Germanicus selon le type créé à l’occasion de son adoption par Tibère, en 4 apr. J.‑C.50, interprétation qui paraît impossible pour le portrait thasien.

Fig. 30Portrait d’un prince julio-claudien – Germanicus ?

Fig. 30 — Portrait d’un prince julio-claudien – Germanicus ?

Munich, Antiquarium de la Résidence ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], p. 86, pl. 42.

58L ’hypothèse la plus vraisemblable est donc que la tête inv. 102 représente non pas Lucius, mais Caius César. Cela a une conséquence importante sur l’interprétation de l’autel qui n’était pas consacré au seul Lucius, mais aux deux princes de la jeunesse. Sa consécration eut donc vraisemblablement lieu après 4 apr. J.‑C. Cette hypothèse est d’ailleurs confirmée par l’installation, dès la construction de l’autel, de deux bases à proximité du monument.

Le type de la statue

  • 51 Chamoux 1950, p. 95.
  • 52 Les togati sont chaussés de calcei, lacés de corrigae en nombre plus ou moins important pour indiqu (...)
  • 53 Les statues cuirassées d’époque impériale portent les mullei ou les calcei. cf. Kl. Stemmer, Unters (...)
  • 54 C. H. Hallett, The Roman Nude. Heroic Portrait Statuary 200 BC – AD 300 (2005) ; Il n’est absolumen (...)
  • 55 La statue masculine mise au jour dans le temple d’Hèra à Pergame est chaussée de sandales (Istanbul (...)
  • 56 Naples, Musée archéologique national, inv. 6018 ; G. M. Richter, The Portraits of the Greek II (196 (...)
  • 57 R. Kabus-Preisshofen, Die hellenistische Plastik der Insel Kos (1989), p. 224‑225, no 42, pl. 47,3.
  • 58 Un pompon orne par exemple l’extrémité de l’himation porté par Cléoneicos d’Érétrie (Athènes, Musée (...)

59La restitution du type de la statue à laquelle appartenait la tête inv. 102 pose de délicats problèmes. Le rapprochement proposé par Fr. Chamoux entre cette œuvre et le pied inv. 681 (fig. 31‑34), qui pourrait paraître judicieux et vraisemblable en raison du contexte de découverte du fragment, est contestable51. Sont en effet conservés sur un fragment de plinthe, le mollet et le pied chaussé d’une crèpis à lingula ainsi que la retombée d’un drapé d’une statue masculine de taille naturelle. On peut exclure que ce fragment ait appartenu à une statue de togatus52 ou même à une statue cuirassée53 en raison des sandales. De la même façon, le pied chaussé interdit d’imaginer le personnage nu : ce type héroïsant ou divinisant a systématiquement les pieds nus54. La représentation d’un personnage drapé d’un himation ceignant les hanches est a priori possible55, mais, à l’époque impériale, ce type est lui aussi systématiquement associé aux pieds nus. L ’hypothèse la plus probable est celle d’une statue en himation. Le type des sandales est en effet assez proche de celui arboré par la statue d’Eschine56 et l’agencement du bas du vêtement évoque une statue masculine drapée mise au jour dans l’odéon de Cos, datée du milieu du ier s. apr. J.‑C.57. Des pompons ornent du reste fréquemment les angles de l’himation58. Il est dès lors impossible d’associer la tête inv. 102, si l’on accepte son identification à Caius César, au pied inv. 681. Le fils adoptif défunt d’Auguste ne saurait en effet avoir été représenté à la mode d’un citoyen grec, en himation drapé sur les deux épaules.

  • 59 Ioannina, musée, inv. 413 ; I. Laube, Thorakophoroi. Gestalt und Semantik des Brustpanzers in der D (...)
  • 60 Par exemple le togatus inédit (inv. 90) mis au jour près de l’arc de Caracalla le 22 mai 1911.
  • 61 Suétone, Vie d’Auguste XL 8.
  • 62 Thasos, Musée, inv. 1207.

60Si l’on exclut le pied inv. 681 de la réflexion, plusieurs possibilités s’offrent à nous pour restituer la statue de Caius César : le jeune héritier d’Auguste était représenté en toge, en cuirasse, nu, selon le type adopté à la basilique de Corinthe, emprunté à la statuaire divine du ive s. av. J.‑C. ou encore avec un himation autour des hanches. Certaines statues cuirassées ont été identifiées à Caius César, comme celle de Passaron en Épire59, mais les statues cuirassées sont particulièrement rares à Thasos : aucun exemple n’en est connu avant l’époque antonine, où la statue d’Hadrien et la statue d’un empereur anonyme provenant du sanctuaire d’Héraclès sont d’ailleurs isolées. Si les togati drapés selon le type de la toga exigua sont bien attestés à Thasos60, la toge augustéenne, si importante dans la renovatio des mœurs voulue par Auguste61 est presque totalement absente dans la sculpture de l’île : seule une main inédite62, qui porte un anneau et est à‑demi couverte par le drapé d’une toge, atteste ce type.

Fig. 31Pied sculpté mis au jour près de l’autel – face.

Fig. 31 — Pied sculpté mis au jour près de l’autel – face.

Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.

Fig. 32Pied sculpté mis au jour près de l’autel – profil droit.

Fig. 32 — Pied sculpté mis au jour près de l’autel – profil droit.

Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.

Fig. 33Pied sculpté mis au jour près de l’autel – arrière.

Fig. 33 — Pied sculpté mis au jour près de l’autel – arrière.

Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.

Fig. 34Pied sculpté mis au jour près de l’autel – trois quarts.

Fig. 34 — Pied sculpté mis au jour près de l’autel – trois quarts.

Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.

  • 63 On peut mentionner la statue inv. 1268, mise au jour le 17 juillet 1954 en face de la dernière exèd (...)

61En revanche, le type nu avec une chlamyde sur l’épaule gauche et ses variantes sont bien attestés dans la statuaire thasienne du ier siècle av. et apr. J.‑C.63. La statue inv. 1268 (fig. 35) présente des chairs encore souples et une musculature peu développée, ce qui prouve que ce type a été utilisé à Thasos, comme ailleurs, pour la représentation de tout jeunes hommes. Ce fait et le succès plus général du type à Thasos semblent un indice pertinent pour privilégier une restitution du portrait de Caius César selon ce type.

Fig. 35Statue masculine fragmentaire.

Fig. 35 — Statue masculine fragmentaire.

Thasos, Musée, inv. 1268 ; Guillaume Biard.

L ’emplacement et la signification de la statue

  • 64 J.‑Ch. Balty souligne que la disposition adoptée au musée de Corinthe ne correspond sans doute pas (...)
  • 65 W. Van Andringa émet cependant l’hypothèse qu’à Sens, une statue de Caius César, dont on a retrouvé (...)
  • 66 Strabon, Géographie IV 3, 2.
  • 67 Kl.‑P. Goethert, « Un autel pour Rome et Auguste à Trèves », MonPiot 88 (2010), p. 85‑90.
  • 68 Fournier 2006, p. 499‑513.

62Selon toute vraisemblance, la statue de Caius César était associée à une statue de son frère et les deux œuvres se dressaient sur les bases mises au jour près de l’autel, face à l’Est. Comme les statues de Corinthe64, celles de Thasos étaient probablement tournées l’une vers l’autre et appartenaient sans doute au même type, le nu héroïque à Schulterbausch selon notre hypothèse. On objectera qu’il est rare que des statues se dressent derrière un autel. Il faut noter que, indépendamment des hypothèses que nous avons formulées plus haut, il n’existe à notre connaissance aucun parallèle exact au dispositif adopté par la cité de Thasos65. Nous savons cependant que l’autel consacré à Rome et à Auguste à Lyon en 12 av. J.‑C. était environné de très nombreuses statues, représentant les soixante tribus gauloises66, et peut‑être Auguste et Rome67, sans que l’on connaisse la dimension exacte des œuvres. Par ailleurs, l’association d’une inscription gravée sur l’élévation d’un monument aux œuvres qui sont placées devant celle‑ci n’est pas surprenante à Thasos : devant la dédicace faite sous le règne de Tibère par la prêtresse Kômis à la famille impériale, gravée sur le mur arrière du portique Nord‑Ouest, se dressaient probablement les statues des membres de la famille impériale érigées sur l’exèdre semi-circulaire qui a été déplacée pour l’occasion68. Deux arguments, l’un mineur, l’autre soulevant plus de difficultés, pourraient être opposés à cette restitution : d’une part, l’arrière de la tête inv. 102 n’a visiblement pas été sculpté pour être visible, ou du moins pas pour être observé en détail. L ’espace assez étroit entre les bases et l’autel – ca 0,87 m – pourrait suffire à expliquer le peu de soin apporté à cette partie de l’œuvre, qui aurait été par ailleurs située en hauteur. D’autre part, l’état de conservation excellent de l’œuvre suggère que la statue était abritée dans l’Antiquité, ce qui n’était bien sûr pas le cas des statues installées sur les bases à l’Est de l’autel : est‑il possible qu’une statue en marbre local à l’air libre ait conservé une surface originelle en si bon état ? Sur ce point, notre ignorance est grande : pour une œuvre en marbre, les rôles respectifs des modalités d’exposition et d’entretien antiques d’une part et des conditions d’enfouissement après l’Antiquité d’autre part dans la dégradation de l’épiderme sont loin d’être connus. On peut simplement noter que l’état de préservation de l’épiderme varie parfois d’une façon importante sur une même œuvre. Prenons par exemple la statue féminine de grande taille inv. 2152 du musée d’Istanbul, qui était présentée dans l’Antiquité sous le portique du sanctuaire d’Artémis à Thasos : l’épiderme du marbre est impeccable sur le visage, beaucoup plus usé sur certains plis du vêtement, par exemple sur le bouffant de tissu retenu par le coude gauche. Il est à noter que cette statue est vraisemblablement restée longtemps à l’air libre après l’effondrement du portique. L ’exposition aux intempéries ne paraît donc pas susceptible d’expliquer seule la dégradation de l’épiderme du marbre. Il est donc imprudent d’attribuer le bon état de la tête inv. 102 à des modalités d’exposition antiques précises.

La dédicace à Lucius César

  • 69 Musée de Thasos. Inv. 582 (= LC002). Le bloc fut découvert en juillet 1939 par R. Martin, avec d’au (...)
  • 70 Comparer la dédicace de la prêtresse Kômis pour Livie et sa famille (Fournier 2006, p. 499‑513 no 1 (...)

63L ’inscription69 gravée sur le bloc LC002, en arrière de la base I (fig. 18), court sur trois lignes séparées par deux interlignes de 3 cm. Le texte est centré sur la face de parement du bloc (fig. 12 et 13). Les lettres, hautes de 4,5 cm, sont régulières et soigneusement gravées. Anguleuses et dotées de légers apices, elles présentent les caractéristiques habituelles des inscriptions de l’époque julio-claudienne à Thasos : alpha à barre brisée, epsilon à haste centrale plus courte, pi aux hastes verticales de même longueur, sigma aux hastes supérieure et inférieure parallèles, oméga très resserré en bas70.

  • 71 Les graphies Λεύκιος et Λούκιος, pour translittérer le latin Lucius, sont également admises et indi (...)
  • 72 Fr. Chamoux, REG 72 (1959), p. 367‑368.
  • 73 Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos2 (2000), p. 73 no 30. Il est exclu, par conséquent, que (...)

64La gravure laisse entrevoir certains repentirs du lapicide. À la l. 1, celui‑ci avait commencé à graver ΛΟΥΚΙΩΙ, avant d’effacer l’omicron pour rétablir ΛΕΥΚΙΩΙ71. À la l. 2, on distingue les restes de deux hastes verticales encadrant le Y de υἱῶι. Fr. Chamoux en a fourni l’explication : le lapicide avait primitivement oublié le mot υἱῶι et prévu une mise en page sur trois lignes, la dernière étant seulement occupée par ἡ πόλις. Il avait déjà commencé à graver la première lettre du mot ἥρωι à la fin de la l. 2 lorsque, « s’apercevant de son erreur, il effaça H, grava à la fin de la ligne 2 le mot oublié υἱῶι et ajouta le mot ἥρωι à la ligne 3, où il n’était pas prévu : c’est pourquoi ce mot est décalé vers la gauche et séparé de ἡ πόλις par un vide »72. Cette remarque va contre l’hypothèse, émise ultérieurement, selon laquelle le mot ἥρωι aurait été ajouté à la dernière ligne dans un deuxième temps, après la mort de Lucius César survenue à Marseille, le 20 août de l’an 2 apr. J.‑C.73 La gravure du mot ἥρωι est de la même main et parfaitement alignée sur la suite de la ligne. Du reste, les mots ἡ πόλις n’auraient eux‑mêmes pas été correctement centrés s’ils avaient été seuls gravés à l’origine.

Λευκίωι Καίσαρι Αὐτοκράτορος
Καίσαρος θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ υἱῶι
        ἥρωι ἡ πόλις
À Lucius César, fils de l’empereur César Auguste, fils du divin (César), héros, la cité (a fait la dédicace).
  • 74 IG XII 8, 381 : ὁ δῆµος | Ἰουλίαν Καίσαρος Σεβαστοῦ | θυγατέρα τὴν δ̣ι̣ὰ προγόνων | εὐεργέτιν. ὁ δῆ (...)
  • 75 Fournier 2006, p. 514‑517 no 2 (SEG LVI 1019) : [ὁ δῆµος Μᾶρκον] Ἀγρίπ[π]α̣ν θεοῦ Σεβαστοῦ | [υἱὸν (...)
  • 76 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 161 no 177 : A.ὐ̣τοκρά|τορι Καίσα|ρ̣ι Θεῶι Θε|οῦ υἱῶι | Σεβαστ (...)

65Le texte s’insère dans une riche série de consécrations faites sur l’agora pour les membres de la famille d’Auguste : outre son épouse Livie, les Thasiens honorèrent sa fille Julie l’Aînée, née de sa première épouse Scribonia, sa petite‑fille, dite Julie la Jeune, fille de Julie l’Aînée et d’Agrippa74, mais aussi Agrippa Postumus, frère cadet de Julie la Jeune et de Lucius César75. Il se distingue néanmoins de ces inscriptions honorifiques, toutes rédigées à l’accusatif, par l’emploi du datif. Ce cas le rapproche davantage du petit autel consacré à Auguste, découvert à proximité de l’Odéon76. Il faut ainsi reconnaître à ce texte un caractère de dédicace religieuse, ce que confirme le mot ἥρως : l’autel sur lequel est gravée l’inscription fut consacré au culte héroïque de Lucius César, institué après la mort prématurée du fils adoptif et héritier d’Auguste.

  • 77 C’était l’hypothèse émise déjà par R. Martin, BCH 63 (1939), p. 319‑320, suivi par Ch. Picard, RA 1 (...)
  • 78 Voir P. Gros (supra, n. 16), p. 181.
  • 79 Si les deux princes de la jeunesse sont le plus souvent honorés dans un formulaire épigraphique com (...)
  • 80 Voir, à ce sujet, C. B. Rose, Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian (...)
  • 81 Supra, n. 75.
  • 82 Voir Fournier 2006, p. 516‑517.
  • 83 Voir, à ce sujet, Fr. Hurlet, « Le statut posthume de Caius et Lucius César », dans M. Christol et (...)

66L ’absence de Caius César dans le formulaire de la dédicace a convaincu les premiers commentateurs que l’inscription était antérieure à la mort de l’aîné des deux princes de la jeunesse77, survenue à Limyra le 21 février de l’an 4, étant donné qu’après cette date les frères furent presque systématiquement associés dans les honneurs posthumes78. Comme la restitution de l’édifice l’assure désormais, le monument fut bien prévu d’emblée pour accueillir les statues des deux princes prématurément décédés : il est probable, par conséquent, qu’une dédicace jumelle pour Caius César fut gravée sur l’orthostate contigu à droite79, en arrière de la base II. Ainsi, le terminus post quem de l’édifice ne doit pas être fixé à la mort de Lucius en 2, mais bien à celle de Caius en 480. D’autre part, la dédicace pour Lucius, dans laquelle Auguste est seulement désigné comme fils du divin (César), est assurément antérieure à l’inscription honorifique pour Agrippa Postumus, fils d’Auguste et bienfaiteur par tradition ancestrale81, où l’empereur est personnellement paré du qualificatif de θεός. Ce dernier document s’insère dans un étroit éventail chronologique : nécessairement postérieur à l’adoption conjointe d’Agrippa et de Tibère par Auguste – qui survint le 26 juin de l’an 4, dans le cadre du renouvellement dynastique consécutif à la mort de Lucius et Caius –, il est antérieur à la relégation d’Agrippa en 682. En toute rigueur, le terminus ante quem de la dédicace pour Lucius doit ainsi être fixé à l’année 6. Il est probable que la construction de l’autel fut décidée plus tôt, dans la vague d’émotion qui suivit la mort des deux princes83.

Conclusion

  • 84 Voir Fr. Hurlet (supra, n. 83).

67L ’étude conjointe de l’architecture, de l’inscription et de la statuaire permet d’établir que – peut‑être dès l’an 4 apr. J.‑C., au plus tard en 6 – un autel fut érigé sur l’agora de Thasos en l’honneur des Césars Lucius et Caius, et immédiatement flanqué des statues des deux jeunes hommes probablement représentés dans la nudité héroïque. Le décès rapproché des deux princes de la jeunesse, premiers successeurs désignés d’Auguste, fut perçu comme un véritable bouleversement dans l’histoire encore très récente du Principat. Il donna lieu à des honneurs funéraires votés par le Sénat et par le Peuple romain, et suscita l’érection de nombreux édifices commémoratifs dans les communautés de l’empire84. La consécration rapide d’un monument aussi soigné révèle l’attention portée par les Thasiens à la composante dynastique du tout nouveau régime – une attention que soulignent également les honneurs votés très peu de temps après pour Agrippa Postumus, éphémère héritier du Principat.

  • 85 GTh 31.
  • 86 GTh 29. À propos de ce secteur, Fr. Salviat, BCH 80 (1956), p. 152, évoque « la région de l’agora l (...)
  • 87 Un décret d’Érésos pour un citoyen bienfaiteur indique que celui‑ci avait consacré à ses frais un t (...)
  • 88 CIL XI 1420 et 1421. Sur le rite annuel de la parentatio pour Lucius César, voir J. Scheid, « Les d (...)

68On réserva pour les deux princes héroïsés un emplacement de choix sur l’agora, dans un secteur où les consécrations religieuses étaient nombreuses, entre l’autel d’un autre héros, Théogénès85, et une fondation dont la nature demeure inconnue86. L ’érection d’un autel allait de pair avec la tenue de cérémonies régulières – probablement au jour anniversaire de la mort des princes –, sous la direction d’un prêtre ou de magistrats. La nature des honneurs funèbres rendus aux Césars est mal connue87. Un décret de la colonie de Pise, pris après la mort de l’aîné des deux frères, associait Caius aux cérémonies annuelles pour le défunt Lucius, réglées par un précédent décret. Celui‑ci prévoyait que les magistrats, auprès d’un autel érigé sur les fonds publics, immoleraient aux Mânes du prince un bœuf et une brebis sombres. Ils procéderaient ensuite à leur crémation sur un bûcher préparé à même le sol. Il était permis aux particuliers qui le souhaitaient de s’associer au rite en offrant des cierges et des couronnes88. Dans le cas thasien, la présence d’un anneau d’attache sur le premier degré du monument assure seulement que les manifestations commémoratives comportaient des sacrifices sanglants.

  • 89 Voir J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans de recherche épigraphique à Thasos », REG 124 (20 (...)
  • 90 À cet égard, le cas thasien se conforme à une observation faite par P. Gros (supra, n. 16), p. 179, (...)
  • 91 IG XII 8, 380 : dédicace du pavement du temple par Euphrillos et son épouse Hékataia, avec le conco (...)
  • 92 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 76‑77 no 185. Sur la datation du décret et sur l’identificatio (...)

69Lucius et Caius ne furent pas les premiers membres de la domus Augusta dont l’effigie fut dressée sur l’agora ou à ses abords : avant eux, Julie, Livie et Julie la Jeune avaient déjà fait leur apparition dans le paysage thasien. Il semble bien, en revanche, qu’ils furent, sitôt décédés, les tout premiers personnages de la famille impériale à recevoir un hommage cultuel. Cet événement ne fut manifestement pas étranger à l’apparition du culte d’Auguste lui‑même, qui fut initié de son vivant dans la cité. On a vu que l’épithète θεός, absente de sa titulature dans la dédicace à Lucius César, est accolée à son nom dans l’inscription honorifique pour Agrippa Postumus. Dans le très court intervalle qui sépara la gravure des deux inscriptions, Auguste dut recevoir pour la première fois des honneurs divins89, comme si l’héroïsation des héritiers défunts avait contribué à sacraliser la personne du Prince90. Par la suite, le culte du fondateur du Principat se développa et fut associé à différentes installations : outre le petit autel déjà mentionné, consacré au divin Auguste, un temple fut consacré à Auguste et à la déesse Rome91. On ignore l’emplacement exact de ce temple, et même s’il faut l’identifier ou non à l’un des temples des Augustes (ναοὶ τῶν Σεβαστῶν) mentionnés dans un décret pris sous le règne de Tibère, en 22 apr. J.‑C.92

  • 93 Voir, en ce sens, P. Gros, « Nouveau paysage urbain et cultes dynastiques : remarques sur l’idéolog (...)
  • 94 Voir J.‑Y. Marc, « L ’agora de Thasos du iie siècle av. J.‑C. au ier siècle ap. J.‑C. : état des re (...)

70Par la centralité de son implantation sur l’agora comme par son rôle fondateur dans le culte impérial à Thasos, l’autel des Césars fut une réalisation remarquable. Il serait pourtant excessif de voir dans son érection le signe d’une « reprise en main » par Rome, la première grande réalisation d’un programme de restructuration de l’agora destiné à affirmer la centralité du nouveau pouvoir dans la piété officielle93. L ’autel, qui respecte l’orientation des principaux édifices antérieurs de l’agora, paraît au contraire s’être fondu dans le paysage des anciens cultes civiques, qui ne déclinèrent pas à cette occasion94. S’il y eut certainement une action concrète de plusieurs membres de la famille impériale en faveur de l’équipement ou de l’embellissement de la ville – comme en témoignent les titres d’évergètes décernés à Livie, à Julie et à Agrippa Postumus –, rien n’indique, en revanche, que les principales réalisations de l’époque julio-claudienne aient fait partie d’un projet unitaire directement commandé par le pouvoir. Ces entreprises procèdent d’initiatives tant publiques – comme pour l’autel des Césars – que privées, grâce à l’action d’une génération de notables dont les plus éminents représentants portaient le titre officiel d’« amis de César et de la patrie » (φιλοκαίσαρες καὶ φιλοπάτριδες).

Haut de page

Bibliographie

Chamoux 1950 = Fr. Chamoux, « Un portrait de Thasos : Lucius César », MonPiot 44 (1950), p. 83‑96.

Dunant, Pouilloux, Recherches II = Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos. II, ÉtThas V (1958).

Fournier 2006 = J. Fournier, « La société thasienne et l’Empire sous les Julio-Claudiens : deux inscriptions inédites », BCH 130.1 (2006), p. 499‑518.

GTh = Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos, 2e éd. (2000) ; trad. grecque mise à jour, 2012.

Marc 1994 = J.‑Y. Marc, La ville de Thasos de la basse époque hellénistique à l’époque impériale : les constructions publiques d’une cité grecque du iie siècle av. J.‑C. au iiie siècle apr. J.‑C., thèse de doctorat inédite (1994).

Haut de page

Notes

1 GTh 34.

2 GTh 31‑32.

3 GTh 30.

4 Le corps de l’autel a été découvert en 1939, lors de la fouille conduite par E. Will. et R. Martin (BCH 63 [1939], p. 319‑320). Les deux bases en avant du long côté Sud‑Est du monument ont été mises au jour à l’occasion d’un nettoyage effectué en 1948.

5 Dans les villes de l’Empire, les monuments et autels en l’honneur des princes de la jeunesse sont le plus souvent installés à l’emplacement le plus en vue de la place principale ; cf. W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (i  eriii  e siècle apr. J.‑C.) (2002), p. 45‑54, en particulier p. 51. L ’installation de ces monuments a joué un rôle central dans le développement urbain des capitales de certaines cités gauloises ; cf. P. Gros, « L ’età imperiale », dans P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano (1988), p. 339.

6 Les cotes sont données dans le système EGSA (Ελληνικό Γεωδαιτικό Σύστηµα Αναφοράς).

7 Le sol de l’aulè était, semble‑t‑il, en terre battue à cet endroit, mais nous sommes près de la limite du secteur dallé ; cf. BCH 76 (1952), p. 254 et Marc 1994, p. 181‑182 ; l’installation du dallage a d’ailleurs occasionné le remblaiement des premiers degrés de certains monuments, comme l’autel monumental Sud.

8 Ce bloc a pu être replacé dans sa position originelle lors de la campagne de l’année 2016.

9 L ’identification du bloc LC002 comme un orthostate du monument rend impossible l’attribution au même monument, proposée par B. Holtzmann à titre d’hypothèse, des fragments de plaques décorées d’armes défensives (cf. B. Holtzmann, La sculpture de Thasos. Corpus des reliefs, I, Les reliefs à thème divin, ÉtThas XV [1994], p. 103‑105, no 28‑35).

10 BCH 79 (1955), p. 351.

11 Il faut noter cependant que, d’après les recherches de U. Weber, Versatzmarken im antiken griechischen Bauwesen (2013), p. 339‑349, la numérotation des arêtes indique plus fréquemment le démontage et le remontage du monument.

12 Marc 1994, p. 174.

13 Marc 1994, p. 173.

14 Chamoux 1950, p. 85 ; cf. également P. Zanker, Studien zu den Angustus-Porträts I. Der Actium-Typus (1973), p. 48 ; l’hypothèse est rejetée par Fr. Salviat (Fr. Salviat, « Un monument de Théogénès à Thasos », BCH 80 [1956], p. 152, n. 5), car il n’est pas commun d’inscrire la dédicace d’un temple sur un orthostate.

15 C’est l’hypothèse retenue dans Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos2 (2000), p. 73.

16 Guide de Thasos (1967), p. 31, fig. 6 et 10 ; P. Gros, « Les autels des Caesares et leur signification dans l’espace urbain des villes julio-claudiennes », dans R. Étienne, M.‑Th. Le Dinahet (éds), Lespace sacrificiel dans les civilisations méditerranéennes de l’Antiquité. Actes du colloque tenu à la Maison de l’Orient, Lyon, 4‑7 juin 1988 (1991), p. 181 ; Marc 1994, p. 174, à la suite de Fr. Chamoux (BCH 73 [1949], p. 547 et Chamoux 1950, p. 83), parle d’un hèrôon, sans en préciser la forme exacte. Il le rapproche toutefois des hèrôa hellénistiques. Il pense sans doute aux hèrôa de Théra ou de Messène.

17 Notons qu’il est impossible d’associer au monument le linteau ionique très long – 3,06 m – entreposé près de l’angle Ouest de l’édifice. Il est en effet beaucoup trop fort pour un bâtiment dont la façade n’a pu excéder 3,20 m.

18 De tels groupes sculptés existaient peut‑être à Thasos ; cf. les inscriptions honorifiques pour Livie, Julie l’Ancienne, et Julie la Jeune copiées par le docteur Christidis (E. Miller, RA 37 [1879], p. 282‑285 no 1 [IG XII 8, 381] ; J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans d’épigraphie à Thasos », REG 124 [2011], p. 220) ; il est possible cependant que ces dédicaces soient inscrites sur le mur d’un bâtiment, sans être nécessairement associées à des statues.

19 Jean‑Yves Marc note la correspondance des orientations entre l’Édifice à Paraskénia, le bouleutèrion, le sanctuaire de Zeus Agoraios Thasios, le sanctuaire de Théogénès et le monument de Lucius César : Marc 1994, p. 28‑29.

20 BCH 79 (1955), p. 351.

21 Marc 1994, p. 40‑41, pl. 19.

22 La plinthe de l’autel monumental du théâtre de Délos fait une saillie de 0,13 m pour une hauteur de 0,352 m ; cf. R. Étienne, J.‑P. Braun, « Lautel monumental du théâtre à Délos », BCH 119 (1995), p. 75, fig. 20 et p. 81.

23 Faute d’avoir retrouvé aucun des blocs d’angle de l’autel, on ignore comment cette partie avait été traitée. Nous n’avons pas retenu cependant l’hypothèse de blocs à crossette.

24 La table de l’autel du théâtre à Délos à une hauteur de 0,147 m pour une hauteur totale de l’autel de 1,294 m ; cf. R. Étienne, J.‑P. Braun (supra, n. 23), p. 79, fig. 26 et p. 81.

25 Le grand autel de l’angle Sud présente un soubassement aux dimensions plus importantes (11,30 × 7,55 m), mais l’autel en lui‑même a des dimensions assez réduites (2,74 × 1,30 m) ; cf. BCH 79 (1955), p. 351‑352, fig. 12.

26 8,90 × ca 5 m au degré inférieur ; cf. BCH 102 (1978), p. 821‑826, fig. 25‑26.

27 10 × 5,10 m ; Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos  2 (2000), p. 143.

28 A. Linfert, « Prunkaltäre », dans M. Wörrle, P. Zanker (éds), Stadtbild und Bürgerbild im Hellenismus. Kolloquium, München, 24. bis 26. Juni 1993 (1995), p. 131‑146.

29 Chamoux 1950, p. 83‑96 ; G. Hafner, Späthellenistische Bildnisplastik (1954), p. 49‑50, NK 5, pl. 21 ; C. Maderna, Iuppiter, Diomedes und Merkur als Vorbilder für römische Bildnisstatuen (1988), p. 238‑240 (avec la bibliographie antérieure).

30 BCH 63 (1939), p. 320.

31 Ce détail iconographique apparaît sur d’autres portraits de Thasos de la même époque, comme la tête inédite inv. 55, trouvée sur l’agora ou la tête fragmentaire inédite inv. 1740, trouvée en remploi dans la tour génoise du vieux port.

32 Chamoux 1950, p. 89.

33 Chamoux 1950, p. 90.

34 Sur les difficultés posées par l’identification des portraits de Caius et de Lucius César, cf. F. Krinzinger, « Das Bildnis des “judendlichen Augustus” von Velia », AA 1976, p. 90‑101, ici p. 100 ; C. Maderna (supra, n. 29), p. 239.

35 Kl. Fittschen, Katalog der antiken Skulpturen in Schloss Erbach, Berlin (1977), p. 38.

36 J.‑Ch. Balty, « C. et L. César : les points forts d’une iconographie », dans M. Christol, D. Darde (éds), Lexpression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée de Nîmes. Actes du colloque organisé à l’initiative de la ville de Nîmes et du Musée archéologique (Nîmes, Carré d’Art, 20‑23 Octobre 2005), Paris (2009), p. 66, n. 48.

37 D. Boschung, « Die Bildnistypen der iulisch-claudischen Kaiserfamilie: ein kritischer Forschungsbericht », JRA 6 (1993), p. 39‑79, ici, p. 52‑54.

38 P. Zanker, Provinzielle Kaiserporträts (1983).

39 On peut se référer par exemple aux principes méthodologiques très rigoureux énoncés par C. Evers, Les portraits d’Hadrien. Typologie et ateliers (1994), p. 279‑280.

40 Un groupe honorifique érigé à la fin du ier s. av. J.‑C. représente Livie, Julie l’ancienne et Julie la jeune (cf. infra, n. 75). Une statue honore un peu plus tard Agrippa Postumus (Fournier 2006, p. 514‑517, no 2).

41 Le portrait d’Hadrien n’est qu’une exception partielle à cette règle. Le sculpteur thasien a pris de nombreuses libertés dans la reproduction du type Rollockenfrisur (cf. C. Evers [supra, n. 40], p. 187‑188, no 138).

42 J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar (1987), p. 84‑85.

43 On retrouve ces caractéristiques sur le portrait anciennement au musée de Cavala et provenant de Philippes (J. Pollini [supra, n. 42], p. 105, no 33, pl. 34) ; sur ce point, voir également J.‑Ch. Balty (supra, n. 36), p. 65.

44 Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37‑38.

45 Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37, I 6‑12.

46 Naples, Musée archéologique national, inv. 6048 ; J. Pollini (supra, n. 42), p. 100‑101, no 18, pl. 20.

47 J.‑Ch. Balty (supra, n. 36), p. 61 ; P. Zanker, Studien zu den Augustus-Porträts, I. Der Actium-Typus (1973), p. 47 (et note 2), pl. 36b ; Zs. Kiss, Liconographie des princes julio-claudiens au temps d’Auguste et de Tibère (1975), p. 52 ; Kl. Fittschen (supra, n. 35), réplique I 6, p. 37.

48 Detroit, The Detroit Institute of Art ; Kl. Fittschen (supra, n. 35), p. 37, I 11 ; J. Pollini (supra, n. 42), p. 100, no 17, pl. 19.

49 Munich, Antiquarium de la Résidence ; J. Pollini (supra, n. 42), p. 86, pl. 42.

50 Cf. notamment U. Hausmann, « Überlegungen zum Germanicus-Porträts », MDAI(R) 103 (1996), p. 148 avec la note 50.

51 Chamoux 1950, p. 95.

52 Les togati sont chaussés de calcei, lacés de corrigae en nombre plus ou moins important pour indiquer le statut du personnage représenté cf. H. Rupprecht-Goette, « Mulleus – Embas – Calceus. Ikonographische Studien zu römischen Schuhwerk », JDAI 103 (1988) p. 452‑464.

53 Les statues cuirassées d’époque impériale portent les mullei ou les calcei. cf. Kl. Stemmer, Untersuchungen zur Typologie, Chronologie und Ikonographie der Panzerstatuen (1978) ; plusieurs exemples fragmentaires en sont conservés à Thasos. On peut mentionner notamment le torse cuirassé inv. 2100 et les deux pieds qui lui sont associés (inv. 2100 A et B).

54 C. H. Hallett, The Roman Nude. Heroic Portrait Statuary 200 BC – AD 300 (2005) ; Il n’est absolument pas assuré que la statue en bronze au Metropolitan Museum, datée du milieu du iiie s. apr. J.‑C. et souvent identifiée à Trébonien Galle, portait des sandales : le pied droit est moderne et le pied gauche pourrait appartenir à une autre œuvre (New York, Metropolitan Museum of Art, Roger Fund, 1905 [05.30] ; P. Zanker, Roman Portraits. Sculptures in Stone and Bronze in the Collection of the Metropolitan Museum of Art [2016], p. 94‑97, no 30). C. Maderna (supra, n. 29), p. 239 propose, en associant le pied inv. 681 à la tête inv. 101, de restituer à la statue le type de l’Hermès Ludovisi, sans évoquer la difficulté posée par le port des sandales.

55 La statue masculine mise au jour dans le temple d’Hèra à Pergame est chaussée de sandales (Istanbul, Musée archéologique, inv. 2767 ; G. Biard, La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique, Athènes, Paris [2017], p. 266‑268, pl. IX)

56 Naples, Musée archéologique national, inv. 6018 ; G. M. Richter, The Portraits of the Greek II (1965), p. 213, fig. 1369‑1371 ; G. Biard (supra, n. 55), p. 333‑334, pl. XXXVI b.

57 R. Kabus-Preisshofen, Die hellenistische Plastik der Insel Kos (1989), p. 224‑225, no 42, pl. 47,3.

58 Un pompon orne par exemple l’extrémité de l’himation porté par Cléoneicos d’Érétrie (Athènes, Musée national, inv. 244 ; St. Lehmann, « Der bekleidete Gymnasiast – eine neue Deutung zum Jïngling von Eretria », AK 44 ([2001], p. 18‑23, pl. 9‑13,2).

59 Ioannina, musée, inv. 413 ; I. Laube, Thorakophoroi. Gestalt und Semantik des Brustpanzers in der Darstellung des 4. Bis 1. Jhs. v. Chr. (2006), p. 114 et 232, no 43, pl. 46,3‑4.

60 Par exemple le togatus inédit (inv. 90) mis au jour près de l’arc de Caracalla le 22 mai 1911.

61 Suétone, Vie d’Auguste XL 8.

62 Thasos, Musée, inv. 1207.

63 On peut mentionner la statue inv. 1268, mise au jour le 17 juillet 1954 en face de la dernière exèdre au Sud devant le portique Sud‑Ouest de l’agora (BCH 79 [1955], p. 366‑367, fig. 40‑41) et le torse inv. 3725 découvert sur le terrain Valma, à l’Est de l’agora (B. Holtzmann, R. Jacob, « Les abords Nord‑Est de l’Agora de Thasos, III. 1, Les sculptures », BCH 134 [2010], p. 223‑299, p. 267‑269, n° 36, fig. 36).

64 J.‑Ch. Balty souligne que la disposition adoptée au musée de Corinthe ne correspond sans doute pas à la disposition originelle des œuvres, mais les doutes concernent essentiellement la présence à l’origine d’une statue d’Auguste capite velato et non la position relative des statues des deux frères ; cf. J.‑Ch. Balty (supra, n. 36), p. 59‑61.

65 W. Van Andringa émet cependant l’hypothèse qu’à Sens, une statue de Caius César, dont on a retrouvé un fragment de la base, se dressait près d’un autel funéraire consacré aux princes de la jeunesse ; cf. W. Van Andringa (supra, n. 5), p. 51‑52.

66 Strabon, Géographie IV 3, 2.

67 Kl.‑P. Goethert, « Un autel pour Rome et Auguste à Trèves », MonPiot 88 (2010), p. 85‑90.

68 Fournier 2006, p. 499‑513.

69 Musée de Thasos. Inv. 582 (= LC002). Le bloc fut découvert en juillet 1939 par R. Martin, avec d’autres inscriptions et fragments architecturaux, en remploi dans le mur génois construit au centre de l’agora, directement sur l’épaisse couche de destruction qui recouvrait les vestiges antiques. Une première transcription fut donnée par R. Martin, BCH 63 (1939), p. 319‑320, puis reprise par Ch. Picard, RA 1941/1, p. 101. L ’édition complète a été donnée par Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 62 no 178.

70 Comparer la dédicace de la prêtresse Kômis pour Livie et sa famille (Fournier 2006, p. 499‑513 no 1 [SEG LVI 1020]).

71 Les graphies Λεύκιος et Λούκιος, pour translittérer le latin Lucius, sont également admises et indifféremment employées, y compris pour Lucius César. Voir, par exemple, IG II2 3251: ὁ δῆµος | Λούκιον Καίσαρα Αὐτοκράτορος | θεοῦ ὑοῦ Σεβαστοῦ Καίσαρος ὑόν.

72 Fr. Chamoux, REG 72 (1959), p. 367‑368.

73 Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos2 (2000), p. 73 no 30. Il est exclu, par conséquent, que le monument ait été dédié à Lucius de son vivant, puis consacré à son culte héroïque après sa mort.

74 IG XII 8, 381 : ὁ δῆµος | Ἰουλίαν Καίσαρος Σεβαστοῦ | θυγατέρα τὴν δ̣ι̣ὰ προγόνων | εὐεργέτιν. ὁ δῆµος | Λειβίαν ∆ρούσιλλαν τ[ὴ]ν τοῦ Σεβαστοῦ Καίσαρος | γυναῖκα θεὰν εὐεργέτιν. Iουλίαν Μάρκου Aγ[ρ]ίππου θυγατέρα | ὁ δῆµος.

75 Fournier 2006, p. 514‑517 no 2 (SEG LVI 1019) : [ὁ δῆµος Μᾶρκον] Ἀγρίπ[π]α̣ν θεοῦ Σεβαστοῦ | [υἱὸν τὸν διὰ π]ρ̣ογ̣ό̣[νων] ε̣ὐεργέτην.

76 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 161 no 177 : A.ὐ̣τοκρά|τορι Καίσα|ρ̣ι Θεῶι Θε|οῦ υἱῶι | Σεβαστῶι.

77 C’était l’hypothèse émise déjà par R. Martin, BCH 63 (1939), p. 319‑320, suivi par Ch. Picard, RA 1941/1, p. 101, par Chamoux 1950, p. 85 et par Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 62.

78 Voir P. Gros (supra, n. 16), p. 181.

79 Si les deux princes de la jeunesse sont le plus souvent honorés dans un formulaire épigraphique commun, il existe au moins un cas (de leur vivant) où leurs noms et leurs titres apparaissent dans deux dédicaces jumelles gravées côte à côte : IG XII 2, 167 (Mytilène).

80 Voir, à ce sujet, C. B. Rose, Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period (1997), p. 159‑160 no 96, qui estimait déjà que l’autel avait d’emblée été flanqué des deux statues.

81 Supra, n. 75.

82 Voir Fournier 2006, p. 516‑517.

83 Voir, à ce sujet, Fr. Hurlet, « Le statut posthume de Caius et Lucius César », dans M. Christol et D. Darde (éds), Lexpression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes (2009), p. 75‑82. Pour l’auteur, il ne fait aucun doute que les décisions prises à Rome en la mémoire de Lucius et Caius furent systématiquement portées à la connaissance des multiples communautés établies en Italie et dans les provinces de l’empire. Les consécrations à Caius et à Lucius, très nombreuses dans les mois qui suivirent leur décès, se firent plus rares dans les dernières années du règne d’Auguste, après l’adoption de Tibère.

84 Voir Fr. Hurlet (supra, n. 83).

85 GTh 31.

86 GTh 29. À propos de ce secteur, Fr. Salviat, BCH 80 (1956), p. 152, évoque « la région de l’agora la plus riche en chapelles et en autels ».

87 Un décret d’Érésos pour un citoyen bienfaiteur indique que celui‑ci avait consacré à ses frais un téménos et un temple aux fils d’Auguste à l’emplacement le plus en vue de l’agora. IG XII Suppl. 124, l. 15‑17 : [καθ|ιέρ]ωσε δὲ καὶ τοῖς παίδεσσι τῶ Σεβ[άστ]ω τέµενός τε καὶ να[ῦον ἐκ] τῶν ἰδ[ίων] | [ἐν τ]ῷ ἐπιφανεστάτῳ τόπῳ τᾶς ἀγόρας. L ’inscription, datée entre 1 et 4 apr. J.‑C., est cependant antérieure à la mort de Caius, peut‑être même à celle de Lucius. Voir M. Kajava, ZPE 139 (2002), p. 90‑94.

88 CIL XI 1420 et 1421. Sur le rite annuel de la parentatio pour Lucius César, voir J. Scheid, « Les décrets de Pise et le culte des morts », dans A. Fraschetti (éd.), La commemorazione di Germanico nella documentazione epigrafica (2000), p. 131‑140. L ’auteur montre que ce rituel, adressé aux Mânes du prince, c’est‑à‑dire aux divinités d’en bas, est caractéristique du processus d’héroïsation, qui n’assimilait pas le prince aux « vrais diui », mais lui assurait une « quasi-divinisation ».

89 Voir J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans de recherche épigraphique à Thasos », REG 124 (2011), p. 221.

90 À cet égard, le cas thasien se conforme à une observation faite par P. Gros (supra, n. 16), p. 179, pour les provinces d’Occident : le culte « fut d’abord “dynastique” avant de devenir “impérial” ».

91 IG XII 8, 380 : dédicace du pavement du temple par Euphrillos et son épouse Hékataia, avec le concours de l’archonte φιλόκαισαρ καὶ φιλόπατρις Thersènôr fils d’Hègèsipolis.

92 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 76‑77 no 185. Sur la datation du décret et sur l’identification des ναοὶ τῶν Σεβαστῶν comme temples d’Auguste et de Livie, voir J. Fournier, « Retour sur un décret thasien : la donation testamentaire de Rebilus », BCH 138 (2014), p. 79‑102.

93 Voir, en ce sens, P. Gros, « Nouveau paysage urbain et cultes dynastiques : remarques sur l’idéologie de la ville augustéenne à partir des centres monumentaux d’Athènes, Thasos, Arles et Nîmes », dans Chr. Goudineau (éd.), Les villes augustéennes de Gaule (1991), p. 133,quiestime que l’implantation de l’autel, profitant du prestige conservé par le sanctuaire voisin de Théogénès, visait en quelque sorte à détourner la fonction ancienne de l’agora vers la promotion d’un culte officiel. De même, Fr. Hurlet, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique (1997), p. 476, évoque « la prise de possession de l’espace public par le régime au détriment des cultes locaux traditionnels ».

94 Voir J.‑Y. Marc, « L ’agora de Thasos du iie siècle av. J.‑C. au ier siècle ap. J.‑C. : état des recherches », dans J.‑Y. Marc, J.‑Ch. Moretti (éds), Constructions publiques et programmes édilitaires en Grèce entre le iie siècle av. J.‑C. et le i  er siècle ap. J.‑C., BCH Suppl. 39 (2001), p. 513 : les constructions liées au culte impérial ne modifièrent fondamentalement ni l’organisation, ni l’aspect de la place publique, mais s’intégrèrent parmi les monuments existants dédiés aux cultes civiques et héroïques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan de l’agora de Thasos.
Crédits EFA, Natacha Trippé, Cindy Guillaume, Lionel Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 2 — Relevé architectural de l’autel des Césars.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 3 — L’autel des Césars vu de l’Ouest.
Crédits Cotes et numérotation des blocs Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Fig. 4 — Relevé architectural de l’autel des Césars.
Crédits Cotes et numérotation des blocs Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 5 — Autel des Césars – angle Nord.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 6 — Autel des Césars – scellement horizontal.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 7 — Autel des Césars – angle Ouest.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 8 — Relevés architecturaux des blocs LC003 et LC004 et restitution de l’anneau de fer.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 9 — Relevé architectural du bloc d’angle C7.
Crédits Relevés et photographies de scellements Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 10 — Relevé architectural ancien de l’autel des Césars.
Crédits EFA, C. Tousloukof.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 11 — Autel des Césars – angle Sud.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 12 — Relevé architectural du bloc inscrit LC002.
Crédits EFA, Manuela Wurch-Kozelj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Fig. 13 — Photographie du bloc inscrit LC002.
Crédits EFA, Philippe Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 14Base I.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Fig. 15Base II.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 16 — Plan restitué de l’autel des Césars superposé au relevé des vestiges.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 17 — Plan restitué de l’autel des Césars.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 18 — Élévation restituée de l’autel des Césars.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 19 — Restitutions tridimensionnelles de l’autel des Césars.
Crédits Marjolaine Imbs.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 20 — Tête masculine inv. 102 – face.
Crédits EFA, Eirini Miari.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Titre Fig. 21 — Tête masculine inv. 102 – profil gauche.
Crédits EFA, Eirini Miari.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Fig. 22 — Tête masculine inv. 102 – profil droit.
Crédits EFA, Eirini Miari.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 23 — Tête masculine inv. 102 – trois quarts.
Crédits Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 24 — Tête masculine inv. 102 – calotte crânienne.
Crédits Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Titre Fig. 25 — Tête masculine inv. 102 – dessins de l’indice capillaire.
Légende Dessins schématiques de la chevelure de la tête inv. 102 : face (à gauche) et profil droit (à droite).
Crédits Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 26Portrait de Lucius César.
Crédits Corinthe, Musée, inv. 136.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Titre Fig. 27Portrait de Caius César.
Crédits Corinthe, Musée, inv. 135.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 28Portrait de Caius César.
Crédits Naples, Musée archéologique national, inv. 6048 ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], pl. 20.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Fig. 29Portrait de Caius César.
Crédits Detroit, The Detroit Institute of Art ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], pl. 19.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 30Portrait d’un prince julio-claudien – Germanicus ?
Crédits Munich, Antiquarium de la Résidence ; d’après J. Pollini, The Portraiture of Lucius and Gaius Caesar [1987], p. 86, pl. 42.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Fig. 31Pied sculpté mis au jour près de l’autel – face.
Crédits Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 32Pied sculpté mis au jour près de l’autel – profil droit.
Crédits Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 33Pied sculpté mis au jour près de l’autel – arrière.
Crédits Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 34Pied sculpté mis au jour près de l’autel – trois quarts.
Crédits Thasos, Musée, inv. 681 ; Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 35Statue masculine fragmentaire.
Crédits Thasos, Musée, inv. 1268 ; Guillaume Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/677/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Biard, Julien Fournier et Marjolaine Imbs, « L ’autel des Césars sur l’agora de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018, 725-769.

Référence électronique

Guillaume Biard, Julien Fournier et Marjolaine Imbs, « L ’autel des Césars sur l’agora de Thasos », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.2 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/677 ; DOI : 10.4000/bch.677

Haut de page

Auteurs

Guillaume Biard

Aix‑Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix‑en‑Provence, France.

Articles du même auteur

Julien Fournier

Julien Fournier, université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède.

Articles du même auteur

  • Caius Octavius, proconsul de Macédoine et patron des Thasiens
    Μια νέα επιγραφή από το λιµάνι της Θάσου: Ο Γάιος Οκτάβιος, ανθύπατος Μακεδονίας και πάτρων των Θασίων
    A new inscription from the port of Thasos: Caius Octavius, proconsul of Macedonia and patron of the Thasians
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018

Marjolaine Imbs

Marjolaine Imbs, Architecte du Patrimoine.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals