Navigation – Plan du site

Varia Philippica, 2

∆ιάφορα Φιλιππικά, 2
Varia Philippica, 2
Michel Sève et Patrick Weber
p. 771-802

Résumés

L’article présente diverses observations faites au forum de Philippes au fil des ans, difficiles à intégrer dans une publication définitive. I. Plusieurs creusements affectent les dalles, surtout dans la partie nord-ouest du dallage : six logements pour rabattre des anneaux ayant peut-être servi aux officiels de la colonie pour attacher leur monture, et cinq trous carrés (deux sont traversants) qui pourraient avoir servi à fixer des mâts. II. Publication de 12 jeux de marelle (un seul avait déjà été illustré) dont la répartition peut donner des indications sur la fréquentation réelle de la place ; en appendice, présentation succincte de 5 autres marelles (4 au marché, 1 dans la rue du Commerce). III. Fragment de cadran solaire en marbre dont le lieu d’exposition pourrait avoir été la rue du Commerce à proximité du forum. IV. Fragment d’une plaque de latrine trouvée dans un remblai, probablement antérieure au milieu du IIe s. p. C., mais dont l’emplacement d’origine ne peut être déterminé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le plan de repérage de la fig. 1 utilise un orthophotoplan réalisé par Lionel Fadin en mai 2016. Le (...)
  • 2 L’absence de ces éléments au centre de la place ne paraît pas due uniquement aux aléas de la conser (...)

1L’objet du présent article est de faire connaître des observations faites au fil des ans au cours de l’étude du forum, qui ne trouveraient pas leur place dans la publication définitive et qui risquent d’échapper à l’attention. C’est ce qui explique leur caractère dispersé : leur seul point commun est d’être des traces de la vie quotidienne. Nous ne nous proposons pas de réaliser à leur sujet une mise au point complète. Notre projet est plus modeste : il est de mettre à la disposition de collègues plus compétents que nous, dans des contextes plus favorables, des faits probablement plus fréquents que nous ne croyons, mais que leur modestie même a tenu cachés soit à l’attention des archéologues, soit à celle de leurs lecteurs. La répartition des divers éléments, le long des côtés Nord, Est et Ouest de la place dont le côté Sud et le centre sont laissés vides (fig. 1)1 pourrait donner des indications sur les endroits les plus fréquentés, quelle que soit du reste l’interprétation qu’on doit adopter pour les anneaux et les trous objets de la première section du présent article2. Il pouvait y en avoir d’autres dans la partie Nord de la place, et surtout dans sa moitié Ouest, dissimulés sous les nombreux blocs difficiles à déplacer qui y ont été disposés : c’est certain dans le cas de la marelle M 12.

Fig. 1 — Plan de repérage des anneaux, trous et marelles.

Fig. 1 — Plan de repérage des anneaux, trous et marelles.

EFA/L. Fadin, P. Weber.

Anneaux et trous dans le dallage

2Certaines dalles de la place basse du forum présentent des vestiges d’aménagement difficiles à remarquer comme à interpréter, creusements pour rabattre des anneaux métalliques ou trous carrés soigneusement taillés. Les anneaux sont concentrés dans le quart Nord-Ouest de la place, ce qui n’est pas le cas des trous. Leur nombre permet d’écarter l’hypothèse qu’il s’agirait de remplois. Cette hypothèse serait en outre d’un faible secours. L’étude de sa dédicace a permis de comprendre que le dallage appartenait pour l’essentiel à la première phase architecturale, du milieu du ier s. p.C. S’il s’agit de remplois, quel aurait été le premier emploi ? Rien dans ce que l’on sait de l’histoire de Philippes ne permet de le comprendre. On ne peut en revanche être assuré que ces aménagements sont contemporains de la mise en place d’origine, même si c’est le plus vraisemblable. On peut enfin écarter l’hypothèse qu’ils faisaient système : quoique les lacunes du dallage actuellement conservé et les recouvrements dus à des blocs trop massifs pour être déplacés risquent de nous en dérober quelques-uns, ils sont trop peu nombreux et trop dispersés pour qu’on puisse en proposer une interprétation d’ensemble.

Anneaux dans le dallage

3On relève dans le dallage six creusements pour des anneaux que leur profondeur ne permet pas d’expliquer comme des traces d’usure : ils sont intentionnels (fig. 2 à 8).

  • 3 Paul Collart avait remarqué cet anneau dès 1931, voir le carnet 2-C PHI 28 où il est décrit ainsi : (...)
A (fig. 2). Face à la curie et à peu près dans l’axe, à 3,50 m environ à l’Est des encoches pratiquées pour étançonner la façade dans le troisième état architectural : forme en 8, avec mortaise au centre ; longueur maximale environ 26 cm ; largeur maximale de chacune des boucles 17 cm. La trace pour l’anneau est très nette, profondeur 2 cm. Dans la mortaise centrale, fragment d’une double tige de fer avec sa fixation au plomb, longueur 6,5 cm, largeur 5 cm ; la section des fragments de fer est de 1 × 1,5 cm. Il s’agit certainement d’une tige repliée sur elle-même pour fixer au sol un anneau dont le diamètre extérieur était de 10 à 11 cm3.

Fig. 2 — Anneau A.

Fig. 2 — Anneau A.

Cl. Michel Sève.

B (fig. 3). Face à l’extrémité Ouest de la fontaine Ouest : forme en 8, assez usée, longueur maximale 20 cm, largeur maximale de chaque boucle 13,5 cm ; la trace pour l’anneau est très nette, profondeur 1,5 cm. Au centre, mortaise où est conservée une tige de fer fixée au plomb, section 1 × 1,5 cm, et pour la mortaise 8,5 × 4,2 cm. Le diamètre de l’anneau pouvait être d’environ 9 cm.

Fig. 3 — Anneau B.

Fig. 3 — Anneau B.

Cl. Michel Sève.

C (fig. 4). Face à l’extrémité Est de la fontaine Ouest, trace très profonde (environ 4 cm) en forme de 8 : longueur maximale 23,5 cm ; largeur pour chaque boucle 16,5 cm environ. Au centre, une mortaise vide longue de 9 cm, large de 6,5 cm, profonde d’environ 2,5 cm. Le diamètre de l’anneau est difficile à évaluer : 9 à 9,5 cm peut-être.

Fig. 4 — Anneau C.

Fig. 4 — Anneau C.

Cl. Michel Sève.

D (fig. 5). Face au petit monument situé à l’Ouest de la tribune (Guide, no 16), trace en partie dissimulée par des dalles de dallage déplacées. Longueur maximale 23,5 cm ; largeur de chaque boucle 15,5 cm ; profondeur de la trace 4,5 cm. Le logement de l’anneau est très incliné. L’anneau paraît avoir été plutôt ellipsoïdal que rond, d’environ 10 à 12 cm.

Fig. 5 — Anneau D.

Fig. 5 — Anneau D.

Cl. Michel Sève.

E (fig. 6 et 8). Face au monument très ruiné qui flanque la tribune à l’Est (Guide, no 18) ; longueur maximale 20 cm ; largeur maximale de chaque boucle 13 cm ; profondeur 2 à 2,5 cm. Le logement est irrégulier et une boucle est plus creuse que l’autre. Au centre, mortaise de 8 × 7,5 cm, profondeur 4,5 cm environ. Le diamètre de l’anneau, qui paraît avoir été irrégulier (ellipsoïdal ?) est de 8,5 à 9,5 cm.

Fig. 6 — Anneau E.

Fig. 6 — Anneau E.

Cl. Michel Sève.

F (fig. 7 et 8). À 3,20 m à l’Est du précédent mais sur la même ligne, logement assez usé, longueur maximale 23 cm, largeur maximale de chaque boucle 14,5 cm, l’une plus creuse que l’autre (profondeur respective 1,5 et 2,5 cm) ; au centre, mortaise vide 10 × 7,5 cm, profondeur 4 cm environ. Anneau peut-être ellipsoïdal, diamètre 9,5 à 10,5 cm.

Fig. 7 — Anneau f.

Fig. 7 — Anneau f.

Cl. Michel Sève.

Fig. 8 — Anneaux E (à droite) et F (à gauche).

Fig. 8 — Anneaux E (à droite) et F (à gauche).

Cl. Michel Sève.

  • 4 Voir par exemple le relief publié par Fr. Chamoux, Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 147 fig. 4, ré (...)

4Dans tous ces exemples, il s’agit de logements destinés à rabattre les anneaux en position horizontale quand ils ne servaient pas, de manière à éviter qu’ils ne constituent un obstacle pour les passants. Paul Collart estimait qu’il pouvait y avoir deux anneaux dans le seul exemple qu’il pouvait connaître, l’anneau A. Nous pensons plutôt qu’il s’agit à chaque fois d’un seul anneau qui pouvait être rabattu indifféremment d’un côté ou de l’autre. Il est difficile d’expliquer à quoi ils pouvaient servir. Des anneaux fixés dans le sol sont connus dans les sanctuaires, pour attacher les animaux de sacrifice ; ordinairement, ils dépassent au-dessus du niveau du sol sans qu’il soit prévu de les rabattre4. Ce ne peut pas être le cas au forum : le seul lieu de culte connu y est le temple Est (Guide, no 1) à proximité duquel il n’y a ni autel ni anneau. La répartition de ces anneaux dans le quart Nord-Ouest de la place inviterait plutôt à les mettre en rapport avec les constructions d’usage civique qui s’y trouvaient (tribune, curie, pièce aux cinq colonnes jouant le rôle d’une basilique civile). La seule hypothèse que nous présentons faute d’en trouver une meilleure est que ces anneaux permettaient aux officiels d’attacher leur monture quand ils venaient remplir leurs fonctions.

Trous pratiqués dans le dallage

T 1. Près de l’anneau B. Trou traversant carré très bien taillé pratiqué dans une dalle, actuellement dans une cavité carrée de 26 cm de côté, profonde de 6,5 cm, qui ressemble à un arrachement. Dimensions de la partie taillée : 14 cm de côté (fig. 9).

Fig. 9 — Trou T 1.

Fig. 9 — Trou T 1.

Cl. Michel Sève.

T 2. Trou carré non traversant au fond bien piqueté pratiqué au milieu d’une dalle, actuellement dans une cavité elle-même carrée qui semble d’arrachement. Dimensions de la cavité d’arrachement : 12 cm de côté ; de la cavité bien taillée : 6 × 6,5 cm ; profondeur 4 à 4,5 cm (fig. 10).

Fig. 10 — Trou T 2.

Fig. 10 — Trou T 2.

Cl. Michel Sève.

T 3. Trou non traversant au fond bien piqueté pratiqué au milieu d’une dalle à peu de distance à l’Est du précédent et dans le même alignement, dans une cavité grossièrement carrée qui semble d’arrachement, environ 15 × 16 cm, profonde de 2 à 3 cm ; la cavité taillée, elle-même profonde de 2,5 cm, hésite entre le carré et le cercle, dimension 7 cm (fig. 11).

Fig. 11 — Trou T 3.

Fig. 11 — Trou T 3.

Cl. Michel Sève.

T 4. Dans une dalle comprise dans un ensemble bien conservé de la partie Sud-Est du dallage, trou non traversant dans une cavité (d’arrachement ?) peu régulière, de 21 cm de côté. La partie mieux taillée n’est pas conservée au complet : on y voit surtout un angle droit, 17 × 10 cm, profondeur 3 cm. À l’endroit où il se trouve, ce trou est entièrement isolé (fig. 12).

Fig. 12 — Trou T 4.

Fig. 12 — Trou T 4.

Cl. Michel Sève.

T 5. À proximité du petit côté Est de la place, au tiers de sa longueur à compter du Sud, trou traversant presque carré très bien taillé, 13,5 × 12 cm. Les arêtes supérieures paraissent légèrement épaufrées, mais on n’y relève pas d’autres traces d’arrachement (fig. 13).

Fig. 13 — Trou T 5.

Fig. 13 — Trou T 5.

Cl. Michel Sève.

  • 5 Malgré l’encombrement du dallage à proximité du trou T 1 et ses lacunes à proximité du trou T 5, ce (...)

5Ni la localisation de ces trous, ni l’alternance entre trous traversants et trous non traversants, ne nous ont permis de proposer une explication. Ils sont trop dispersés pour faire système. Deux points semblent assurés : ils sont intentionnels, et ont servi à fixer quelque chose. Pour les trous traversants T 1 et T 5, on pourrait penser à des mâts5. C’est moins vraisemblable pour les trous non traversants, en particulier pour le trou T 4, peu profond et entièrement isolé.

Marelles gravées sur le dallage

  • 6 Dans une bibliographie abondante, voir en dernier lieu Ch. Roueché, « Using civic space: identifyin (...)
  • 7 Philippes, p. 362 avec les notes 1 et 2 et la pl. LI, 3 : il s’agit des marelles M 1, M 6, M 11 et (...)
  • 8 Philippes, p. 364 ; voir l’appendice ci‑après.
  • 9 Voir ci‑dessous, appendice, marelle M 14.

6Dans le monde romain, les espaces publics comportent fréquemment des jeux gravés sur le sol, appelés en latin tabella lusoria, et en français jeu de marelle, quoi qu’ils n’aient rien à voir avec la marelle à laquelle jouent les enfants de chez nous6. Ceux de Philippes ne font pas exception. Paul Collart en connaissait quatre au forum7 : nous en avons relevé huit autres. Il en signale d’autres au marché8. Toutes ne sont pas nécessairement destinées au jeu, et certaines pourraient indiquer des emplacements pour une personne, par exemple celle du marché pour Jean le boucher9. Néanmoins, rien ne laisse penser que ce puisse être le cas pour les exemplaires du forum. À l’exception de la marelle M 11 (une série de cupules dans un arrangement rectangulaire), elles sont circulaires, divisées par des diamètres qui se croisent en quatre secteurs (marelles M 2, M 4, M 5, M 10) ou en huit secteurs (marelles M 1, M 3, M 7, M 9, M 12) ; seules les marelles M 6 et M 8 présentent un tracé plus complexe. Plusieurs sont d’une exécution très maladroite. On ne peut proposer une date que pour un petit nombre d’entre elles : les marelles M 1 et M 6, gravées sur des supports mis en place à l’occasion des travaux du deuxième état architectural (respectivement l’emmarchement de la curie et l’extrémité nord de la bande transversale qui marque l’axe du dallage) ne peuvent être antérieures au troisième quart du iie s. p.C. ; la marelle M 11, sur le stylobate du portique sud du forum refait à l’occasion des travaux du troisième état architectural, est nécessairement du vie s. p.C. Notons enfin qu’il n’y a de marelles que dans quelques parties du forum, probablement dans des emplacements plus fréquentés que d’autres. On n’en trouve qu’une dans la moitié Sud, à proximité du portique Est, et aucune dans la partie centrale du dallage, en particulier dans le voisinage de la dédicace. Elles sont concentrées dans la partie Nord, surtout devant la tribune et dans l’angle Nord‑Est au voisinage du temple pour le culte impérial et celui du génie de la colonie, et, dans la partie Ouest, de part et d’autre du vestige d’une grande structure presque entièrement disparue (peut‑être un monument honorifique) située dans l’alignement de la fontaine Ouest, à peu près dans l’axe longitudinal du forum. Dans ce dernier cas, peut‑être s’agissait‑il surtout de profiter de l’ombre, dans un lieu qui n’en offrait guère.

  • 10 Signalée dans Philippes, p. 362 note 1 ; croquis dans le carnet 2‑C PHI 31 (1934).
M 1 (fig. 14). Sur l’emmarchement de la curie. Cercle dont un quart environ est perdu, divisé en huit secteurs par des rayons qui se croisent, mais d’une façon irrégulière, et pas vraiment au centre : aucun diamètre n’est continu, ce qui rend la dimension difficile à mesurer ; longueur la plus courante des rayons : 7,5 cm (diamètre 14 cm selon P. Collart10). Type PWST 2013 : C 4.

Fig. 14 — Marelle M 1.

Fig. 14 — Marelle M 1.

Cl. Michel Sève.

M 2 (fig. 15). Cercle très correctement dessiné d’environ 31 à 32 cm de diamètre divisé en quatre secteurs par deux diamètres à peu près perpendiculaires (mais l’un d’eux n’est pas rigoureusement droit et dévie légèrement après le centre). Type PWST 2013 : C 2.

Fig. 15 — Marelle M 2.

Fig. 15 — Marelle M 2.

Cl. Michel Sève.

M 3 (fig. 16). Dans le milieu de la place, à l’angle Sud‑Est de la grande structure dont il ne subsiste que l’emplacement vers le milieu du côté Ouest. Grand cercle divisé en huit secteurs, peu visible, mais qui peut néanmoins se lire sur la presque totalité de sa circonférence, gravé sur une dalle très lisse en partie effacée par l’usure, brisée en deux fragments. Tracé passablement irrégulier, diamètre difficile à mesurer : le seul à peu près complet mesure 72,5 cm ; les autres rayons varient entre 36 et 38 cm. Type PWST 2013 : C 4.

Fig. 16 — Marelle M 3.

Fig. 16 — Marelle M 3.

Cl. Michel Sève.

M 4 (fig. 17). Dans le milieu de la place, au Nord de la même structure, cercle bien conservé mais peu régulier divisé en quatre secteurs par deux diamètres qui se croisent au centre, dont l’un n’est pas tout à fait droit, mesurant l’un 31 cm, l’autre 32,5 cm. Type PWST 2013 : C 2.

Fig. 17 — Marelle M 4.

Fig. 17 — Marelle M 4.

Cl. Michel Sève.

M 5 (fig. 18). À proximité de la précédente. Cercle assez profondément incisé par une rainure assez large (jusqu’à 1 cm), mais assez effacée, divisé en quatre secteurs par deux diamètres qui se croisent au centre : l’impression que l’on peut avoir que l’un d’eux est lui‑même subdivisé est peut‑être une illusion d’optique ; diamètre : 33,5 cm. Type PWST 2013 : C 2 ?

Fig. 18 — Marelle M 5.

Fig. 18 — Marelle M 5.

Cl. Michel Sève.

  • 11 Signalée dans Philippes, p. 362 et pl. LI, 3. L’emplacement où elle est gravée laisse penser qu’ell (...)
M 6 (fig. 19). Devant la tribune, sur la dalle qui marque l’extrémité Nord de la bande transversale marquant l’axe du dallage et de la place basse du forum11. Cercle profondément incisé divisé en neuf secteurs par autant de rayons qui se rejoignent au centre ; seuls deux d’entre eux sont alignés d’une façon suffisamment correcte pour qu’on puisse mesurer le diamètre, et plusieurs sont tracés très irrégulièrement ; diamètre 59,5 à 61 cm (60 à 62 cm selon P. Collart). Cinq des secteurs, contigus, ont à leur extrémité un demi-cercle irrégulièrement exécuté, qui n’occupe jamais entièrement l’arc défini par le secteur où il se trouve : la corde varie entre 11,5 et 16 cm, la flèche entre 8 et 11,5 cm.

Fig. 19 — Marelle M 6.

Fig. 19 — Marelle M 6.

Cl. Michel Sève.

7Cet exemplaire n’entre pas dans la typologie PWST 2013, par la division du cercle en 9 secteurs (et non 8) et du fait que seuls 5 secteurs comportent un demi-cercle le long du périmètre : l’emplacement et la profondeur des incisions font qu’on ne peut penser à un tracé inachevé. C’est peut‑être du type C 5 qu’il se rapprocherait le plus étroitement, malgré le caractère désordonné de la division du cercle et des arcs de cercle à l’extrémité des secteurs.

M 7 (fig. 20). Devant le temple Est, cercle au tracé incertain divisé en huit secteurs très irréguliers par autant de rayons qui semblent se rejoindre au centre, mais laissent en réalité un petit espace libre peut‑être souligné par une rainure circulaire plus effacée que les autres et qui pourrait n’être qu’une illusion d’optique. Aucun rayon n’est droit, et deux d’entre eux, situés l’un en face de l’autre, sont nettement courbes et dessinent une sorte de S inversé. Les incisions sont assez larges. À l’intérieur de deux secteurs contigus, deux tracés qui ne semblent pas accidentels, peut‑être I et l’équivalent d’un sigma carré (il ne semble pas s’agir de la notation grecque des nombres 16 ou 210). Diamètre : 38 cm. Type PWST 2013 : C 4.

Fig. 20 — Marelle M 7.

Fig. 20 — Marelle M 7.

Cl. Michel Sève.

M 8 (fig. 21 et 22). Devant le portique Est, sur une plaque de dallage assez usée, dessin en incision peu profonde, mais bien lisible et bien conservé. Grand cercle nettement lisible, diamètre 71,5 cm, divisé en huit secteurs presque réguliers (l’un d’eux est plus petit) par quatre diamètres qui se recoupent au centre. À l’intérieur, un autre cercle concentrique, mais moins bien conservé, diamètre 49 cm. Dans la partie interne des secteurs délimitée par ce cercle, tous sauf un comportent des lignes parallèles en arc de cercle, normalement six (une fois cinq), plus légèrement gravées, et qui se correspondent d’un secteur à l’autre ; la partie externe est vide. Le centre de la figure est laissé libre sur 9 à 10 cm à compter du centre, mais ne dessine pas un cercle. L’ensemble donne l’impression d’une toile d’araignée.

Fig. 21 — Marelle M 8.

Fig. 21 — Marelle M 8.

Cl. Michel Sève.

Fig. 22 — Marelle M 8.

Fig. 22 — Marelle M 8.

Dessin EFA/P. Weber.

8C’est le jeu le plus compliqué et le plus complet observable au forum, qui n’entre pas dans la typologie PWST 2013, malgré un rapprochement possible avec le type CC 9.

M 9 (fig. 23). Cercle au tracé très heurté avec des parties presque rectilignes, divisé en huit secteurs très inégaux par autant de rayons au tracé très peu régulier qui se rejoignent au centre mais ne forment pas vraiment des diamètres ; le centre est marqué par un léger creusement. Diamètre : environ 58,5 cm. La corde du secteur le plus grand est de 28 cm, celle du secteur le plus petit de 17 cm. Type PWST 2013 : C 4.

Fig. 23 — Marelle M 9.

Fig. 23 — Marelle M 9.

Cl. Michel Sève.

M 10 (fig. 24). Jeu très mal lisible à cause de l’usure, en principe un cercle, mais très peu régulier et tendant vers l’ellipse, divisé en quatre secteurs inégaux par deux lignes qui se croisent à l’écart du centre. Dimensions : 34 cm dans le sens le plus long, 28 cm dans le sens perpendiculaire. Type PWST 2013 : C 2.

Fig. 24 — Marelle M 10.

Fig. 24 — Marelle M 10.

Cl. Michel Sève.

M 11 Cupules (fig. 25 et 26). Sur le stylobate protobyzantin du portique Sud, à 9 m environ de l’extrémité Ouest. Ensemble de 18 cupules d’un diamètre moyen de 5 cm disposées en rectangle dans un espace long de 61 cm, large de 55 cm, disposé le long du bord de la marche, à 28 cm du bord intérieur de l’assise.

Fig. 25 — Marelle M 11.

Fig. 25 — Marelle M 11.

Cl. Michel Sève.

Fig. 26 — Marelle M 11.

Fig. 26 — Marelle M 11.

Croquis EFA/ P. Collart.

9La disposition ne rencontre aucun équivalent exact dans la typologie PWST 2013 : le nombre des cupules ferait songer à un rapprochement avec le type H 6, lui‑même à 18 cupules, mais en six rangées de trois. La disposition est ici trop différente : deux rangées de quatre décalées l’une par rapport à l’autre, puis une rangée de deux à peu près centrée, deux rangées de trois décalées, enfin deux fois une cupule isolée, centrée ; ce qui pourrait être pris pour une dix‑neuvième cupule paraît hors système. Ce jeu est le seul qui puisse être daté avec une certaine vraisemblance : le stylobate sur lequel il est creusé n’a été mis en place que lors des travaux de la troisième phase architecturale, dans le début du vie s. p.C.

  • 12 Simple mention dans Philippes, p. 362 note 1 ; croquis dans le carnet 2‑C PHI 31 (1934). L’édifice (...)

10Il convient d’ajouter à ces exemples un autre que nous n’avons pu retrouver, mais que P. Collart signale12.

M 12 (fig. 27). « En face du petit édifice central, à l’Est ». D’après le croquis de P. Collart, cercle irrégulier divisé en huit secteurs, diamètre 63 cm dans le sens est‑ouest, 60 cm dans le sens nord‑sud. Type PWST 2013 : C 4.

Fig. 27 — Marelle M 12.

Fig. 27 — Marelle M 12.

Croquis EFA/P. Collart.

Appendice : marelles au marché et dans la rue du Commerce

  • 13 Signalées par P. Collart, Philippes, p. 364. L’une des marelles circulaires est très ornée.
  • 14 J. Coupry, « Un joueur de marelle au marché de Philippes », BCH 70 (1946), p. 102‑105.

11Les fouilles conduites par Jacques Coupry en 1935 au Sud du forum ont fait découvrir cinq autres marelles, une dans la rue du Commerce qui n’a jamais été mentionnée, et quatre au marché, trois circulaires sur le dallage de l’entrée monumentale, une rectangulaire sur le stylobate Nord le long de la rue du Commerce13 (fig. 28). L’une d’elles a été publiée, la marelle inscrite au nom du boucher Jean, Iôannès, d’époque prôtobyzantine, mais les circonstances de l’époque ont fait que le plan du monument n’est pas très lisible, publié dans un format trop petit sur un papier d’une qualité très médiocre qui n’a pas bien résisté au passage du temps14. Il est curieux de noter que les marelles M 13 d’un côté de la rue, M 15, M 16 et M 17 de l’autre, paraissent alignées. Elles le seraient aussi, lointainement, avec la marelle M 6 : le léger décalage vers l’Est ne tient qu’au fait que l’axe du forum tombe au milieu de la colonnade de façade du marché. Aucune de ces marelles ne peut être antérieure aux grands travaux du milieu du iie s. p.C. ; il est probable que la marelle M 15 soit sensiblement postérieure. Quoique ces exemples soient extérieurs au forum, il a semblé utile d’en donner ici une présentation succincte.

Fig. 28 — Marelles dans la rue du Commerce et la halle nord du marché.

Fig. 28 — Marelles dans la rue du Commerce et la halle nord du marché.

Desssin EFA/H. Ducoux.

M 13 (fig. 29). Sur une dalle rectangulaire brisée en deux fragments presque jointifs par une cassure oblique ; elle est disposée transversalement à la rue exactement en face du mur de refend séparant les boutiques 10 et 11 (Guide, no 7). Cercle divisé en huit secteurs par autant de rayons qui se rejoignent au centre d’une façon que la cassure nous dérobe. Chacun de ces secteurs comporte à son extrémité un arc de cercle assez tendu. Type PWST 2013 : C 5, malgré le fait que tous les secteurs, et non un sur deux, sont ornés d’un arc de cercle. On notera que cette marelle rappelle de très près par sa disposition et son tracé la marelle M 6, tout en étant plus régulière.

Fig. 29 — Marelle M 13 dans la rue du Commerce.

Fig. 29 — Marelle M 13 dans la rue du Commerce.

Cl. Michel Sève.

M 14 (fig. 30). Sur le stylobate Nord du marché, à l’Ouest et au pied de la troisième colonne de façade en partant de l’Est, marelle rectangulaire située en face de la marelle M 13, transversalement par rapport au stylobate dont elle occupe presque toute la largeur. Le rectangle est divisé par ses deux médianes, au croisement desquelles est gravé un petit carré. Une série de petits carrés chevauchent la médiane longue, probablement six de chaque côté, mais il se peut qu’au contact de chacun des petits côtés, il s’agisse plutôt d’un demi‑cercle, comme c’est le cas au contact de la médiane courte avec chacun des longs côtés. Entre ces points de contact et les petits côtés, à chaque fois six figures tangentes au long côté et à peu près entre elles, en alternance cercles et carrés disposés sur la pointe. La typologie PWST 2013 ne propose aucun parallèle.

Fig. 30 — Marelle M 14 sur le stylobate Nord du marché.

Fig. 30 — Marelle M 14 sur le stylobate Nord du marché.

Cl. Michel Sève.

  • 15 D. Feissel, Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine du iiie au vie siècle, BCH Suppl. VII (...)
  • 16 U. Schädler (note 6), p. 90.
M 15 (fig. 31). Sur la file de dalles limitant à l’Est la halle d’entrée du marché, sur la première dalle au Nord. Cercle divisé en huit secteurs ornés chacun d’un arc de cercle assez tendu, très comparable à la marelle M 13. Diamètre environ 1,10 m. Cette marelle est inscrite à raison d’une lettre par secteur pour chaque mot, le nom propre dans les arcs extérieurs, le nom de métier près du centre ; les croix ne se correspondent pas : + Ἰωάννου + µαγ[ί]ρου15. Date de l’inscription : ivevie s. p.C. D. Feissel supppose que le joueur de marelle avait son échoppe à l’intérieur du marché, mais selon U. Schädler16, il s’agirait plutôt d’indiquer l’emplacement de l’éventaire d’un marchand. La disposition très serrée des marelles M 15, M 16 et M 17 pourrait en faire douter ; mais on ne peut savoir si ces marelles sont contemporaines entre elles ; et d’autre part, la halle en bordure de laquelle se trouve cette marelle n’occupe que le tiers central de la façade du marché, et l’on ne sait, faute d’une publication suffisante, comment se présentait le tiers Est à l’époque où l’inscription a été gravée. Peut‑être y avait‑il là un espace suffisant pour l’activité professionnelle de Jean.

Fig. 31 — Marelle M 15 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Nord.

Fig. 31 — Marelle M 15 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Nord.

D’après BCH 70 [1946], p. 104, fig. 2.

M 16. Sur la même file de dalles que la précédente, sur la dalle adjacente, à une distance d’une vingtaine de centimètres. Cercle divisé en huit secteurs par autant de rayons qui se rejoignent au centre, mais le tracé du cercle est irrégulier et aucun des secteurs n’est égal aux autres. Type PWST 2013 : C4.
M 17 (fig. 32). Sur une dalle à peu près carrée de la même file à proximité de l’extrémité Sud de la halle d’entrée du marché ; la dalle est à présent très fragmentée. Cercle divisé en huit secteurs par autant de rayons qui ne se rejoignent pas exactement au centre si l’on en croit la représentation (simplifiée) qu’en donne H. Ducoux ; l’emplacement ne peut plus être observé. L’extrémité de chacun des rayons est ornée d’un motif en double volute enroulée vers le bas. À l’intérieur du cercle, incisions en lignes brisées dont la pointe, à laquelle est tangent un petit cercle, s’insère dans chaque secteur entre les volutes ; ce motif est répété à l’intérieur en dimensions plus petites. Cette marelle est aussi compliquée que la marelle M 8, plus ornée qu’elle, et ne rencontre pas de parallèle dans la typologie PWST 2013.

Fig. 32 — Marelle M 17 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Sud.

Fig. 32 — Marelle M 17 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Sud.

Cl. Michel Sève.

Fragment de cadran solaire

12Parmi les fragments de marbre qui jonchent l’intérieur de la bibliothèque a été trouvé un fragment de cadran solaire longtemps passé inaperçu (fig. 33‑36).

Fragment de cadran solaire brisé de tous côtés en marbre local (inv. 1893) : ne demeurent intactes que les faces extérieure et intérieure ; hauteur maximale conservée 34 cm ; largeur maximale conservée 29 cm ; épaisseur maximale en bas 14 cm dans le sens vertical, 25 cm en projection horizontale ; épaisseur minimale en haut 5,5 à 6 cm.
La face interne présente une courbure concave assez marquée : rayon restitué 26,8 cm. La surface est lisse et marquée d’un analemma. Il est profondément incisé et il en subsiste deux lignes obliques parallèles écartées de 13 cm environ, allant de haut à gauche à droite en bas ; la ligne la plus basse est la limite de cet analemma. Elles croisent trois lignes parallèles écartées l’une de l’autre de 8 à 8,5 cm déterminant sept losanges dont un seul subsiste en entier. La façon dont ces lignes se poursuivent laisse supposer la perte d’au moins une ligne dans chacune des séries.
La face externe, nettement convexe, présente un traitement très décoratif de godrons en éventail terminés en bas par une lunule très plate : le creux ne dépasse pas 1 cm. Il en subsiste 8 : à l’extrémité droite, on hésite entre un neuvième godron et une cassure. Les nervures sont très minces (environ 0,5 cm) et écartées à la base de 2,5 cm. Le godron central, conservé sur une hauteur de 24 cm, est large en haut de 4 cm. La ligne de base des lunules dessine une horizontale au‑dessous de laquelle la surface est lisse sur une hauteur de 5,5 cm. Cette horizontale permet d’orienter le fragment.

Fig. 33 — Cadran solaire.

Fig. 33 — Cadran solaire.

a. vue arrière ; b. vue avant ; c. vue latérale.

Dessin EFA/P. Weber.

Fig. 34 — Cadran solaire, vue arrière.

Fig. 34 — Cadran solaire, vue arrière.

Cl. Michel Sève.

Fig. 35 — Cadran solaire, vue avant.

Fig. 35 — Cadran solaire, vue avant.

Cl. Michel Sève.

Fig. 36 — Cadran solaire, vue latérale. 

Fig. 36 — Cadran solaire, vue latérale. 

Cl. Michel Sève.

  • 17 M. Denis Savoie, président honoraire de la commission des cadrans solaires à la Société astronomiqu (...)
  • 18 Sur la typologie des cadrans solaires, voir par exemple J. Bonnin, La mesure du temps dans l’Antiqu (...)
  • 19 A. Avram, O. Mitroi, « Un fragment de cadran solaire d’époque impériale découvert à Tomis », Dacia  (...)
  • 20 Guide, p. 17 (pour la date) et fig. 44b p. 69 (dessin de la frise). Ce décor était très employé au (...)
  • 21 Il convient de mentionner ici le cadran solaire portatif en bronze découvert dans un contexte du vi (...)

13Il s’agit donc d’un cadran solaire en quart de sphère traité en forme de vasque17. Ce n’est pas le type le plus courant : les cadrans solaires sont ordinairement creusés dans un bloc cubique le plus souvent traité en fauteuil orné de pattes de lion18. Les exemplaires en forme de vasque sont beaucoup plus rares. Il vient cependant d’en être publié un fragment d’époque impériale trouvé à Tomis19. La partie supérieure de ce fragment, lisse et marquée d’un analemma à l’intérieur, est ornée à l’extérieur d’une moulure assez développée couronnée par un bandeau décoré d’un rinceau. Nous ne connaissons pas d’exemplaire à décor godronné comparable à celui de Philippes. Ce décor paraît répéter celui de la frise du temple Est et de la curie, ce qui ferait restituer au sommet une moulure très simple : après un amortissement des godrons en cul de four, un bandeau plat surmontant un ovolo très tendu ; à l’intérieur, cela laisserait un peu de place pour écrire le nom des mois, probablement sous une forme abrégée. On peut y voir un argument pour proposer une date dans la deuxième moitié du iie s. p.C., à l’époque de la deuxième phase monumentale20. Il est fragile, mais c’est le seul dont nous disposions. C’est à ce jour le seul cadran solaire en pierre connu à Philippes21.

  • 22 L’intérieur de la bibliothèque n’était éclairé qu’en lumière indirecte, en troisième jour depuis le (...)
  • 23 Guide, p. 22‑24.
  • 24 Il en existe au moins un près du temple d’Apollon à Pompéi ; il date de l’époque augustéenne.
  • 25 K. Schaldach (note 18), p. 34‑35, mentionne une figurine de terre cuite au musée national d’Athènes (...)
  • 26 Voir en particulier M. T. Olszewski, « Les cadrans solaires dans les mosaïques romaines et byzantin (...)
  • 27 Par exemple à Izmit-Nicomédie, sur un relief de la deuxième moitié du iie s. p.C. (le cadran solair (...)
  • 28 P. Lemerle, « Le testament d’un Thrace à Philippes », BCH 60 (1936), p. 336‑343 ; P. Pilhofer, Phil (...)
  • 29 P. Lemerle, op. cit., p. 339, se demande s’il s’agit d’une horloge hydraulique ou d’un cadran solai (...)

14Il va de soi que ce cadran solaire n’a pas de rapport avec le bâtiment dans lequel il a été trouvé22 : ces instruments ne sont utiles qu’à l’air libre, puisque le principe même de leur fonctionnement suppose qu’ils soient exposés aux rayons du soleil. C’est un bloc de remploi, ce qu’indiquent en outre ses dimensions et la façon dont il a été retaillé, utilisé probablement à l’occasion des travaux de la troisième phase architecturale, dans le premier tiers du vie s. p.C. Il a dû être endommagé lors du séisme qui, pensons‑nous, a rendu alors nécessaires les grands travaux de réaménagement et de consolidation correspondant à la troisième phase architecturale du forum23. C’est d’autant plus vraisemblable que son exposition initiale devait être au sommet d’une colonne, à hauteur d’homme, ce que suggère sa forme. On ne connaît que très peu d’exemples directs24 d’un tel dispositif, mais il en existe quelques représentations, sous la forme de figurines de terre cuite25 ou d’images sur des mosaïques26 ou sur des reliefs27. L’instrument était peut‑être installé sur la place basse du forum, ou plus probablement dans la rue du Commerce. Il existait en effet une horloge à proximité du forum. Une inscription funéraire datée du iiie s. mentionne un don à « l’association du dieu Souregethes près de l’agora, à côté de l’horloge », ἔδωκα συµποσίῳ θεοῦ Σουρεγέθου πρὸς τὴν ἀγορὰν παρὰ τὸ ὡρολ[ό]γιν28. L’horloge près de laquelle l’association avait son siège est très probablement un cadran solaire, mais il serait bien aventuré de penser qu’il s’agit de celui dont nous avons conservé un fragment29.

Plaque de latrine

  • 30 Sur les latrines romaines, l’étude la plus complète est celle de A. Bouet, Les latrines dans les pr (...)

15Les fouilles de 1934 ont fait découvrir, dans la partie Est du portique Sud, une plaque de latrines qui n’a pas beaucoup intéressé les fouilleurs ; leur contribution se borne à une photographie où cette plaque, dressée à la verticale, n’est certainement pas dans la position où elle a été découverte, et à une mention très cursive dans le livre de Paul Collart30.

16Fragment de plaque de latrine en marbre local (inv. 1899), complet à gauche, brisé à droite, comportant un trou et la moitié du suivant (fig. 37). Longueur conservée 92 cm ; largeur irrégulière, de l’ordre de 40 cm à la face de joint, mais seulement 37 cm à l’autre extrémité conservée ; hauteur 14 à 15 cm à l’avant, variable mais de l’ordre de 20 à 21 cm à l’arrière. La face antérieure (fig. 38) est bien ravalée. La face supérieure est bien ravalée elle aussi, au moyen d’un ciseau qui a laissé des traces caractéristiques, mais devait rester confortable à la chair nue. La lunette conservée à 14 cm de la face de joint et 19 cm de la face arrière, a un diamètre de 15,5 cm ; elle est précédée d’une saignée rectangulaire longue de 5,5 cm et large de 6 cm ; la lunette incomplète paraît de dimensions équivalentes. L’écart entre elles est de 48 cm, l’entraxe de 63 cm. La face de joint (fig. 39) n’est haute que de 14 cm et présente une anathyrose le long des arêtes supérieure (environ 4 cm) et antérieure (environ 4,5 cm). La face inférieure (fig. 40) est démaigrie et bien ravalée sur une profondeur d’environ 14 cm le long de la face de joint, pour reposer sur un support, tandis que le reste paraît presque brut de carrière. La face arrière, qui n’a jamais été visible, est très irrégulière et présente un traitement très grossier ; la pierre ne semble pourtant pas avoir été retaillée, et ce traitement doit être d’origine pour une face accolée contre le mur de la pièce si elle n’y était pas insérée. Par le traitement de la face supérieure comme par le rythme des lunettes, ces latrines étaient confortables pour leurs usagers.

Fig. 37 — Plaque de latrine découverte au forum.

Fig. 37 — Plaque de latrine découverte au forum.

Dessin EFA/P. Weber.

Fig. 38 — Plaque de latrine, vue de devant.

Fig. 38 — Plaque de latrine, vue de devant.

Cl. Michel Sève.

Fig. 39 — Plaque de latrine, vue latérale.

Fig. 39 — Plaque de latrine, vue latérale.

Cl. Michel Sève.

Fig. 40 — Plaque de latrine, face inférieure.

Fig. 40 — Plaque de latrine, face inférieure.

Cl. Michel Sève.

  • 31 Philippes, p. 356 : « cet égout … desservait aussi, vers l’Est, une latrine, détruite lors de la co (...)
  • 32 Le sondage du milieu du portique a fait découvrir les vestiges d’une construction augustéenne, voir (...)
  • 33 Voir BCH 109 (1985), p. 864‑873 et fig. 1 face à la p. 864.

17L’explication de la présence de cette plaque au forum n’est pas facile : dans les vestiges qui nous sont parvenus, on ne peut identifier aucune installation convenant à des latrines. On peut supposer qu’il s’agit de la plaque que mentionne P. Collart31, malgré le fait qu’il la dise percée de trois trous alors que celle qui nous occupe n’en a conservé qu’un et demi ; mais nous n’en connaissons pas d’autre, et c’est bien elle qui figure sur la photographie de 1934, année où a été fouillé ce côté de la place basse du forum. Il la met en rapport avec le grand égout qui court le long du côté Sud de la place sous la nef externe du portique Sud, qui aurait selon lui desservi des latrines à l’Est. Cette brève analyse pose plusieurs problèmes. Un problème de clarté sur le lieu exact de la découverte, d’abord. Elle a été trouvée dans le remblai, mais de quel remblai s’agit‑il ? Elle se trouve actuellement dans la nef externe du portique Sud, à une dizaine de mètres de son extrémité Est ; rien ne laisse penser qu’elle a été déplacée depuis 1934 (elle ne l’a en tout cas pas été depuis le début de nos travaux en 1977). On pourrait penser qu’il s’agit des couches qui ont recouvert les vestiges depuis leur abandon. Le terme de remblai ne paraît pourtant pas approprié dans ce cas. Il s’agit plus probablement du remblai mis en place à l’époque de Marc Aurèle, qui a fait l’objet de sondages en 1934 vers le milieu du portique Sud et à son extrémité Est32. Faut‑il pour autant restituer une latrine à l’extrémité Est du forum dans son premier état ? Ce n’est pas probable. Les latrines romaines demandent des installations importantes de circulation d’eau, pour leur alimentation et leur évacuation. Les fouilles pratiquées à l’angle Sud‑Est du forum en 1984 ont montré que le grand égout circulant sous le portique Sud ne se prolongeait pas vers l’Est, ou y est perdu, et qu’on ne peut repérer à cet emplacement aucune installation d’alimentation qui devrait venir des pentes de l’acropole ni aucun vestige de latrine33. Si ces considérations permettent de proposer pour cette pièce une date dans les débuts de la colonie, antérieure en tout cas aux travaux d’époque antonine, tout essai de localisation demeure vain.

  • 34 G. Gounaris, Τὸ βαλανεῖο καὶ τὰ βόρεια προσκτίσµατα τοῦὈκταγώνου,Βιβλιοθήκη τῆς ἐν Ἀθήναις ἀρχαιολο (...)

18C’est l’occasion de revenir sur ce que l’on sait des latrines de Philippes. On en connaît d’autres, mais d’une façon très imparfaite, dans l’ensemble thermal construit à l’Est du forum le long de la via Egnatia dès les premiers temps de la colonie34. Il s’agit d’une pièce de 7,60 × 3 m, installée dans l’angle Nord‑Est du bâtiment, vers l’intérieur duquel elle ouvre par deux portes, une simple et une double ; elle n’a pas d’ouverture vers la via Egnatia et n’était donc destinée qu’aux usagers de ces thermes. Les aménagements techniques sur lesquels on a peu de détails se trouvaient le long du grand côté Nord et du petit côté Ouest. D’après les dessins publiés, on n’en a retrouvé que deux plaques percées chacune d’un seul trou ; si elles sont entières, leur schéma général ne correspond pas à celui de la plaque trouvée au forum. Cette installation était encore en service au vie s. p.C. Elle a été réaménagée à cette époque : la fréquentation était devenue mixte, et on a préparé une pièce séparée pour chacun des deux sexes.

  • 35 P. Lemerle, « Palestre romaine à Philippes », BCH 61 (1937), p. 86‑102 et pl. IX‑XIII ; sur les lat (...)
  • 36 Sur l’aménagement des sièges des latrines, voir Bouet (note 30), p. 92‑104, où le témoignage de la (...)
  • 37 M. Boyd et S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine. I. Phi (...)

19Les seules latrines bien connues sont celles de la palestre35. Il s’agit d’une grande pièce de 14 × 5,50 m située en sous‑sol et accessible par un escalier, mais qui ouvrait de plain‑pied sur la rue qui la longeait au sud en contrebas. Les sièges étaient disposés le long des deux grands côtés Est et Ouest et du petit côté Nord ; il y avait quatorze plaques, chacune percée de trois trous : l’installation offrait donc des commodités pour quarante‑deux personnes (fig. 41). Longues de 2,40 m, larges de 58 cm et épaisses à l’avant de 14 cm, elles reposaient sur des supports hauts de 31 cm et larges de 25 cm sur lesquels elles s’appuyaient au moyen d’un démaigrissement de l’ordre de 2 cm : la hauteur du siège était donc de 43 cm, un peu plus que nos installations actuelles (fig. 42). Les percements, d’un diamètre de 15 à 16 cm, étaient situés à environ 12 à 13 cm du mur de fond, 10 cm de la face antérieure ; ils étaient écartés de 46 à 47 cm (entraxe 62 cm). À l’avant de chaque lunette, une saignée longue de 10 cm se prolongeait sur la plaque antérieure sur une hauteur de 12 cm (soit 26 cm disponibles au total) et une largeur de 9 cm ; ces plaques, épaisses de 7 cm, n’étaient pas verticales, mais légèrement inclinées vers l’arrière selon une disposition peu courante (fig. 43)36. On y entrait par un vestibule ouvrant sur le petit côté Sud, auquel on accédait de deux façons : par un escalier venant de la palestre proprement dite située au niveau supérieur, et par une porte ouvrant sur la rue qui séparait la palestre d’un ensemble non fouillé, mais où M. Provost et M. Boyd pensent reconnaître un grand ensemble thermal37. Ces latrines étaient donc prioritairement destinées aux usagers de la palestre, à laquelle les reliait un escalier direct, et à ceux des thermes en face desquels elles se trouvaient. Mais le fait qu’elles ouvraient directement sur la rue laisse penser qu’elles étaient aussi destinées au public. Les installations de la palestre ont été arasées dans le début du vie s. pour laisser place à l’atrium de la basilique B, qui n’a jamais été construit ; peut‑être avaient‑elles été endommagées par le séisme qui avait rendu nécessaires les travaux de la troisième phase architecturale de la place basse du forum. Néanmoins, ces latrines situées plus de trois mètres en contrebas du sol de la palestre ont dû n’être atteintes que légèrement, si elles l’ont été, et rester encore en service à l’époque protobyzantine, ce qui explique leur remarquable état de conservation.

Fig. 41 — Latrines de la palestre, angle Nord-Ouest.

Fig. 41 — Latrines de la palestre, angle Nord-Ouest.

Cl. Michel Sève.

Fig. 42 — Latrines de la palestre, détail de l’installation.

Fig. 42 — Latrines de la palestre, détail de l’installation.

Dessin EFA/P. Weber.

Fig. 43 — Latrines de la palestre, détail des sièges.

Fig. 43 — Latrines de la palestre, détail des sièges.

Cl. Michel Sève.

Haut de page

Bibliographie

Guide = M. Sève et P. Weber, Guide du forum de Philippes, Sites et monuments 18 (2012).

CIPh II 1 = C. Brélaz, Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, II, La colonie romaine, 1, La vie publique de la colonie, Études épigraphiques 6 (2014)

Philippes = Paul Collart, Philippes, ville de Macédoine, depuis ses origines jusqu’à la fin de l’époque romaine, Travaux et mémoires des anciens membres étrangers de l’École et de divers savants 5 (1937).

Haut de page

Notes

1 Le plan de repérage de la fig. 1 utilise un orthophotoplan réalisé par Lionel Fadin en mai 2016. Les anneaux y sont indiqués par des cercles désignés par des lettres, les trous par des points blancs désignés par des chiffres, les marelles par des croix désignées par des chiffres.

2 L’absence de ces éléments au centre de la place ne paraît pas due uniquement aux aléas de la conservation du dallage, ni à la présence en son milieu à peu près exact de la dédicace longue de plus de 21 m de la dédicace CIPhi II, 1, 66. Voir à ce sujet M. Sève, P. Weber, « Varia Philippica », BCH 141 (2017), p. 755‑761.

3 Paul Collart avait remarqué cet anneau dès 1931, voir le carnet 2-C PHI 28 où il est décrit ainsi : « une sorte de 8 creusé dans une dalle (long. 26 cm, larg. 18 cm) avec au centre un reste de métal scellé ; peut‑être place de deux anneaux fixés là », mais il ne le mentionne pas dans son livre Philippes, ville de Macédoine, depuis ses origines jusqu’à la fin de l’époque romaine, Travaux et mémoires des anciens membres étrangers de l’École et de divers savants, 5 (1937).

4 Voir par exemple le relief publié par Fr. Chamoux, Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 147 fig. 4, référence que nous devons à Natacha Trippé. Nous ne connaissons pas d’étude d’ensemble sur les anneaux de sacrifice, malgré leur fréquence ; il y en avait 36 au sanctuaire de Zeus Olympios à Dion, et plusieurs dizaines au sanctuaire d’Apollon à Claros. Voir les exemples réunis dans ThesCRA 1 (2004), p. 105‑106, nos 364‑370, en particulier L. Robert, Hellenica X (1955), p. 295 et pl. 45 : sur l’autel d’Apollon à Claros, un anneau a laissé une cavité analogue à celles de Philippes. L. Robert l’attribue aux « heurts de l’anneau soulevé par la tension de la corde, puis retombant sur la marche », mais elle est plus probablement intentionnelle, ce que leur profondeur rend certain à Philippes. À Thasos, sur l’autel des Césars, voir dans ce volume, p. 735 fig. 8. Nombreux anneaux dans le pavement du théâtre de Dionysos à Athènes, M. Vitti, Musiva & sectilia 11 (2014) [2018], p. 169‑173.

5 Malgré l’encombrement du dallage à proximité du trou T 1 et ses lacunes à proximité du trou T 5, ces deux trous paraissent très isolés. L’hypothèse qu’ils aient servi à fixer des mâts n’est proposée que faute de mieux, et nous ne pouvons préciser à quoi ils auraient pu servir. L’idée qu’il s’agirait de remplois se heurte à la même objection que pour les anneaux : quel aurait été le premier emploi, et pourquoi si peu d’exemplaires ? Du fait de cette dispersion et de ce très petit nombre, le cas nous paraît très différent de celui des forums coloniaux de l’Italie républicaine étudié par H. Mouritsen, PBSR 72 (2004), p. 37‑67, dont l’interprétation en termes politiques est combattue par F. Coarelli, PBSR 73 (2005), p. 23‑30.

6 Dans une bibliographie abondante, voir en dernier lieu Ch. Roueché, « Using civic space: identifying the evidence », dans W. Eck, P. Funke (éds), Öffentlichkeit – Monument – Text. Akten XIV Congressus Internationalis Epigraphiae Graecae et Latinae, 27.‑31. Augusti MMXII, Corpus Inscriptionum Latinarum auctarium series nova, 4 (2014), p. 135‑158, avec en particulier la typologie des jeux de marelle p. 141‑158 (Pavement and Wall Signs Typology 2013, citée ici PWST 2013) à laquelle il sera renvoyé. C’est l’occasion de signaler le projet ERC Locus ludi animé à l’université de Fribourg (Suisse) par Véronique Dasen, et le site https://locusludi.unifr.ch avec les premiers éléments d’une base de données topographique et une abondante bibliographie. Sur l’interprétation des marelles rondes, voir U. Schädler, « Encore sur la « marelle ronde » : cent ans après Carl Blümlein », Kentron 34 (2018), p. 87‑98.

7 Philippes, p. 362 avec les notes 1 et 2 et la pl. LI, 3 : il s’agit des marelles M 1, M 6, M 11 et M 12. Rappelons aussi la découverte en 1931 d’un dé à jouer en os « près du puits » (carnet 2‑C PHI 28) ; il faut comprendre qu’il s’agit d’une des pièces antérieures à la pièce au cinq colonnes (Guide p. 65, no 10). L’objet semble donc antérieur au iie siècle p.C. et ne doit pas être associé aux marelles que nous présentons ici. On ne dispose d’aucun renseignement supplémentaire et on ignore s’il a été conservé.

8 Philippes, p. 364 ; voir l’appendice ci‑après.

9 Voir ci‑dessous, appendice, marelle M 14.

10 Signalée dans Philippes, p. 362 note 1 ; croquis dans le carnet 2‑C PHI 31 (1934).

11 Signalée dans Philippes, p. 362 et pl. LI, 3. L’emplacement où elle est gravée laisse penser qu’elle n’est pas antérieure au deuxième état monumental du forum.

12 Simple mention dans Philippes, p. 362 note 1 ; croquis dans le carnet 2‑C PHI 31 (1934). L’édifice devant lequel se trouve ce cercle est probablement celui à l’Est de la tribune, Guide, no 18. Il y a actuellement une série de blocs sur le dallage à cet endroit, ce qui pourrait expliquer que nous ne l’avons pas revu.

13 Signalées par P. Collart, Philippes, p. 364. L’une des marelles circulaires est très ornée.

14 J. Coupry, « Un joueur de marelle au marché de Philippes », BCH 70 (1946), p. 102‑105.

15 D. Feissel, Recueil des inscriptions chrétiennes de Macédoine du iiie au vie siècle, BCH Suppl. VIII (1983), p. 193‑194, no 229 (ivevie siècle).

16 U. Schädler (note 6), p. 90.

17 M. Denis Savoie, président honoraire de la commission des cadrans solaires à la Société astronomique de France, veut bien nous donner l’avis suivant, dont nous le remercions chaleureusement : « Les éléments très fragmentaires du cadran ne permettent quasiment aucune déduction. Tout au plus que c’est possiblement un cadran sphérique dont on voit encore l’arc diurne d’été et la courbe des équinoxes, coupés par deux lignes horaires antiques ».

18 Sur la typologie des cadrans solaires, voir par exemple J. Bonnin, La mesure du temps dans l’Antiquité (2015) ; pour la Grèce, K. Schaldach, Die antiken Sonnenuhren Griechenlands. Festland und Peloponnes (2006).

19 A. Avram, O. Mitroi, « Un fragment de cadran solaire d’époque impériale découvert à Tomis », Dacia 60 (2016), p. 173‑181, avec une importante bibliographie. À la différence de celui de Philippes, le fragment est complet en haut, ce qui a permis de conserver le nom des mois.

20 Guide, p. 17 (pour la date) et fig. 44b p. 69 (dessin de la frise). Ce décor était très employé au forum ; c’était aussi celui de l’entablement des portiques et de la pièce aux cinq colonnes, mais il n’en subsiste que des épaves. C’est aussi un décor très courant à cette époque : on le rencontre à Thessalonique, par exemple au portique des Incantadas, voir L. Laugier et M. Sève, « Colonnade de l’Incantada », dans S. Descamps-Lequime (éd.), Au royaume d’Alexandre le Grand. La Macédoine antique (2011), p. 576‑588, et M. Sève et P. Weber, « La colonnade des Incantadas à Thessalonique », Bulletin de la SFAC 43 (2011‑2012) dans Revue Archéologique, 2013/1, p. 125‑133.

21 Il convient de mentionner ici le cadran solaire portatif en bronze découvert dans un contexte du viie s. p.C., mais que l’écriture fait dater de la période 250‑350 p.C. : G. Gounaris, « Χάλκινο φορητὸ ἡλιακὸ ὡρολόγιο ἀπὸ τοὺς Φιλίππους », ArchEph 1978, p. 161‑191 ; id., « Anneau astronomique solaire portatif antique découvert à Philippes », Annali dell’Istituto e Museo di Storia della Scienza di Firenze 5.2 (1980), p. 3‑18 ; P. Pilhofer, Philippi, II., Katalog der Inschriften von Philippi2 (2009), n° 326. Bonnes photos dans Ch. Koukouli Chrysanthaki, Ch. Bakirtzis, Φίλιπποι (1995), p. 90 fig. 78, et dans G. Gounaris, E. Gounari, Φίλιπποι. Αρχαιολογικός οδηγός (2004), p. 75. Voir aussi Chr. Hoët-van Cauwenberghe, « Cadrans solaires portatifs antiques : un exemplaire inédit provenant des Balkans », Archäologisches Korrespondenzblatt 42, 4 (2012), p. 555‑571, et Chr. Hoët-van Cauwenberghe, É. Binet, « Cadrans solaires antiques de hauteur : nouveautés relatives aux modèles portatifs », dans M. Scholz, M. Horster (éds), Lesen und schreiben in den römischen Provinzen, RGZM-Tagungen 26 (2015), p. 149‑164.

22 L’intérieur de la bibliothèque n’était éclairé qu’en lumière indirecte, en troisième jour depuis le portique, ou par les fenêtres hautes au sommet de ses murs.

23 Guide, p. 22‑24.

24 Il en existe au moins un près du temple d’Apollon à Pompéi ; il date de l’époque augustéenne.

25 K. Schaldach (note 18), p. 34‑35, mentionne une figurine de terre cuite au musée national d’Athènes représentant un cadran solaire posé sur colonne à hauteur d’homme, d’après F. Winter, Typen der figürlichen Terrakotten (1903), II, p. 442, no 3.

26 Voir en particulier M. T. Olszewski, « Les cadrans solaires dans les mosaïques romaines et byzantines (ier siècle ap. J.‑C. – ixe siècle ap. J.‑C.) », dans T. Agnieszka (éd.), Ad fines imperii Romani. Studia Thaddaeo Sarnowski septuagenario ab amicis, collegis discipulisque dedicata (2015), p. 449‑468, qui recense 23 représentations de cadrans solaires, dont douze sur colonne ou pilastre : il s’agit de cadrans solaires placés à hauteur d’homme sur un support indépendant, normalement dans un lieu de passage. Le numéro 8 de sa liste, p. 454, alors inédit, a maintenant été publié : H. Pamir, N. Sezgin, « The Sundial and Convivium Scene on the Mosaic from the Rescue Excavation in Late Antique House of Antioch », Adalya 19 (2016), p. 251‑280 ; la mosaïque est datée du iiie ou du ive s. p.C.

27 Par exemple à Izmit-Nicomédie, sur un relief de la deuxième moitié du iie s. p.C. (le cadran solaire, de type conique, est disposé sur une colonne), ou à Varna-Odessos sur un fragment de stèle du iiie s. p.C. (cadran de type cubique disposé sur un pilastre), voir E. Pfuhl et H. Möbius, Die ostgriechischen Grabreliefs II (1979), respectivement p. 506 et pl. 303, no 1831b, et p. 558 et pl. 327, no 2319.

28 P. Lemerle, « Le testament d’un Thrace à Philippes », BCH 60 (1936), p. 336‑343 ; P. Pilhofer, Philippi, II., Katalog der Inschriften von Philippi2 (2009), no 133. Malgré les hésitations de P. Lemerle, la formule onomastique du défunt, Αὐρήλιος Ζιπυρων, comme le style de l’écriture et du relief, impliquent une datation dans le iiie s. p.C.

29 P. Lemerle, op. cit., p. 339, se demande s’il s’agit d’une horloge hydraulique ou d’un cadran solaire. La zone du forum est à présent bien mieux connue qu’à son époque : aucune trace d’une horloge hydraulique n’a pu y être observée. On notera l’emploi du mot ἀγορά qui pourrait paraître ambigu. Dans les Actes des Apôtres, 16, 19‑20, le mot ἀγορά désigne le forum bien plutôt que le marché, voir C. Brélaz, Philippes, colonie romaine d’Orient. Recherches d’histoire institutionnelle et sociale, BCH Suppl. 59, 2018, p. 238‑239. Qu’il s’agisse du forum ou du marché, macellum, qui lui faisait face, seule la rue du Commerce séparait les deux endroits, et l’horloge était très vraisemblablement située dans la rue.

30 Sur les latrines romaines, l’étude la plus complète est celle de A. Bouet, Les latrines dans les provinces gauloises, germaniques et alpines, 59e supplément à Gallia (2009). L’ampleur de cette étude dépasse de loin ce que son titre laisse attendre, et l’étude de synthèse, p. 21‑184, s’appuie sur la documentation de tout l’empire romain, y compris les latrines de la palestre de Philippes dûment mentionnées dans l’index.

31 Philippes, p. 356 : « cet égout … desservait aussi, vers l’Est, une latrine, détruite lors de la construction du portique, mais d’où provient une plaque de marbre percée de trois trous découverte dans le remblai » (il s’agit du grand égout recouvert par le portique Sud, Guide no 6, sp. p. 53). Cet égout porte le numéro 165 dans la thèse encore inédite de Michel Sève, « Recherches sur les places publiques dans le monde grec du Ier au VIIe s. de notre ère : l’exemple de Philippes » (1989), p. 196‑198.

32 Le sondage du milieu du portique a fait découvrir les vestiges d’une construction augustéenne, voir Philippes, p. 357 (il n’y est pas question de la plaque qui nous occupe) ; Guide, p. 54 et fig. 30. Nous sommes très mal renseignés sur celui de l’extrémité Est, mais l’égout apparaît à cet endroit sur le plan dressé par H. Ducoux ; Philippes, pl. XLIV.

33 Voir BCH 109 (1985), p. 864‑873 et fig. 1 face à la p. 864.

34 G. Gounaris, Τὸ βαλανεῖο καὶ τὰ βόρεια προσκτίσµατα τοῦὈκταγώνου,Βιβλιοθήκη τῆς ἐν Ἀθήναις ἀρχαιολογικῆς ἑταιρείας, 122 (1990), p. 28‑29 et pl. I‑II (résumé en allemand p. 88).

35 P. Lemerle, « Palestre romaine à Philippes », BCH 61 (1937), p. 86‑102 et pl. IX‑XIII ; sur les latrines, voir p. 95‑96 et pl. XI‑XIII. Mentionnées dans Philippes, p. 365 et pl. LV, 1. Elles ont été souvent illustrées : voir déjà BCH 59 (1935), p. 288, fig. 41 ; Ch. Koukouli-Chrysanthaki, Ch. Bakirtzis, Φίλιπποι (1995), p. 46 fig. 36 ; M. Sève, « Philippes : une ville romaine en Grèce », dans L’espace grec. Cent cinquante ans de fouilles de l’École française d’Athènes (1996), p. 94 ; G. Gounaris, E. Gounari, Φίλιπποι. Αρχαιολογικός οδηγός (2004), p. 62 ; M. Sève, Philippes 1914‑2014. 100 ans de recherches françaises, Patrimoine photographique 2 (1914), p. 220‑221, fig. 138 et 139 ; M. Sève, « Φίλιπποι », dans A. Vlachopoulos (éd.), Μακεδονία-Θράκη. Αρχαιολογία 4 (2017), p. 453, fig. 928. L’étude de la plaque du forum a été l’occasion de revoir et préciser cette installation.

36 Sur l’aménagement des sièges des latrines, voir Bouet (note 30), p. 92‑104, où le témoignage de la latrine de Philippes est largement utilisé, mais dont les données peuvent être précisées : l’entraxe des lunettes n’est pas de 58 cm comme il est dit p. 103, et la plaque antérieure n’est pas verticale comme le donne à croire la fig. 63et p. 93.

37 M. Boyd et S. Provost, « Application de la prospection géophysique à la topographie urbaine. I. Philippes, les quartiers Sud‑Ouest », BCH 125 (2001), p. 453‑521, spécialement p. 503‑509 à propos de l’édifice du champ Kalaïtzoglou.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan de repérage des anneaux, trous et marelles.
Crédits EFA/L. Fadin, P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Fig. 2 — Anneau A.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 3 — Anneau B.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 4 — Anneau C.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Fig. 5 — Anneau D.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Fig. 6 — Anneau E.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 7 — Anneau f.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 8 — Anneaux E (à droite) et F (à gauche).
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 9 — Trou T 1.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 10 — Trou T 2.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 11 — Trou T 3.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 12 — Trou T 4.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 13 — Trou T 5.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Fig. 14 — Marelle M 1.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Fig. 15 — Marelle M 2.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 16 — Marelle M 3.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 17 — Marelle M 4.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 18 — Marelle M 5.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Fig. 19 — Marelle M 6.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 20 — Marelle M 7.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 21 — Marelle M 8.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 634k
Titre Fig. 22 — Marelle M 8.
Crédits Dessin EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 23 — Marelle M 9.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 24 — Marelle M 10.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 25 — Marelle M 11.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Fig. 26 — Marelle M 11.
Crédits Croquis EFA/ P. Collart.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 27 — Marelle M 12.
Crédits Croquis EFA/P. Collart.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 28 — Marelles dans la rue du Commerce et la halle nord du marché.
Crédits Desssin EFA/H. Ducoux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Fig. 29 — Marelle M 13 dans la rue du Commerce.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 30 — Marelle M 14 sur le stylobate Nord du marché.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 31 — Marelle M 15 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Nord.
Crédits D’après BCH 70 [1946], p. 104, fig. 2.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 32 — Marelle M 17 sur le bord Est de la halle d’entrée du marché, au Sud.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Fig. 33 — Cadran solaire.
Légende a. vue arrière ; b. vue avant ; c. vue latérale.
Crédits Dessin EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Fig. 34 — Cadran solaire, vue arrière.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Fig. 35 — Cadran solaire, vue avant.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Titre Fig. 36 — Cadran solaire, vue latérale. 
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 37 — Plaque de latrine découverte au forum.
Crédits Dessin EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 38 — Plaque de latrine, vue de devant.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 39 — Plaque de latrine, vue latérale.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Fig. 40 — Plaque de latrine, face inférieure.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 41 — Latrines de la palestre, angle Nord-Ouest.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 42 — Latrines de la palestre, détail de l’installation.
Crédits Dessin EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Fig. 43 — Latrines de la palestre, détail des sièges.
Crédits Cl. Michel Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/686/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Sève et Patrick Weber, « Varia Philippica, 2 », Bulletin de correspondance hellénique, 142.2 | 2018, 771-802.

Référence électronique

Michel Sève et Patrick Weber, « Varia Philippica, 2 », Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 142.2 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bch/686 ; DOI : 10.4000/bch.686

Haut de page

Auteurs

Michel Sève

Professeur des universités, Émérite en histoire grecque.

Articles du même auteur

Patrick Weber

Architecte.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals