Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Bâtir en terre au Néolithique

Bâtir en terre au Néolithique

Approche morpho-technologique des vestiges architecturaux de Dikili Tash (Grèce)
Οικοδοµώντας µε χώµα στη Νεολιθική εποχή: µορφο-τεχνολογική προσέγγιση των αρχιτεκτονικών καταλοίπων στο Ντικιλί Τας (Ελλάδα)
Building with earth in the Neolithic period: morpho-technological approaches to the architectural remains at Dikili Tash (Greece)
Sandra Prévost‑Dermarkar
p. 1-61

Résumés

À Dikili Tash, les vestiges architecturaux néolithiques en terre à bâtir, le plus souvent préservés sous la forme de fragments brûlés, ont fait l’objet d’une étude morpho-technologique systématique dans le cadre du deuxième programme de recherches (1986-2000). La démarche s’inscrit dans une problématique plus générale, dont l’objectif est de reconstituer la maison néolithique en tant que système technique. Une de ses originalités est de recourir systématiquement aux expérimentations pour valider les hypothèses d’interprétation et mettre au point plusieurs référentiels. Les résultats obtenus apportent une multitude d’informations sur la nature des composants de la terre à bâtir et sa préparation, en particulier sur le choix privilégié de la balle comme dégraissant végétal. Ils mettent en évidence des techniques de construction peu attestées pour cette période, comme la construction des murs en torchis sur poteaux jointifs, des voûtes de four par empilement de colombins et des silos sous forme de corbeilles enduites scellées par une chape de terre à bâtir.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude est le fruit d’une collaboration étroite avec Sylvia Martinez, pour la mise au point de la démarche méthodologique. Malheureusement, cette dernière a cessé toute activité archéologique au début des années 2000 et ne peut donc pas être associée en tant qu’auteure à cet article. Mais les résultats présentés ici lui doivent beaucoup. Mes recherches entamées en 1993, dans le cadre du deuxième programme de recherches à Dikili Tash (1986-2000), se sont poursuivies au début de la décennie suivante, avec les collaborations déterminantes de Cécile Germain-Vallée, archéologue et micromorphologue, et de Paola Pugsley, dessinatrice. Dès le départ, nous avons été encouragées par le directeur de la fouille du secteur français René Treuil, en particulier lorsque nous avons mené des essais expérimentaux sur le site même de Dikili Tash. J’ai également été soutenue, en particulier depuis 2008, par les directeurs de l’équipe franco-hellénique, H. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, Z. Tsirtsoni et P. Darcque. Ce travail s’est aussi nourri d’échanges fructueux avec d’autres spécialistes intervenants sur le site, comme V. Anagnostopoulos, R. Christidou, A. Dandrau, K. Douni, D. Helmer, A. Konstantatos, L. Lespez, Y. Maniatis, C. Oberweiler, H. Procopiou et G. Willcox.
Je remercie également les directeurs de mission qui nous ont accueillies, S. Martinez et moi‑même, sur leurs chantiers et nous ont permis d’étudier des vestiges architecturaux de leurs fouilles : N. Efstratiou (Makri), M. Lichardus‑Itten (Kovačevo), D. Malamidou (Kryonéri et Liménaria), Str. Papadopoulos (Liménaria), J. J. Roodenberg (Ilıpınar), G. Touchais (Sovjan) et K. Wardle (Servia).
J’exprime, enfin, toute ma reconnaissance à mes premiers lecteurs, P. Darcque, R. Treuil et Z. Tsirtsoni pour leurs remarques, aides et conseils précieux.

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’expression « terre à bâtir » désigne un matériau préparé à partir de terres plus ou moins argileu (...)
  • 2 D. Friesem, P. Karkanas, G. Tsartsidou, R. Shahack-Gross, « Sedimentary processes involved in mud b (...)
  • 3 Voir le schéma publié par C. Cammas, « L’architecture en terre crue à l’Âge du Fer et à l’époque ro (...)

1En archéologie, l’étude architecturale des maisons construites en terre à bâtir1 et en bois reste, dans la plupart des cas, difficile. En effet, à l’air libre, sous l’action érosive de la pluie et du vent, le bois pourrit, les constructions hors d’usage s’écroulent et la terre à bâtir fond rapidement, en constituant alors des nappes compactes de sédiments informes assez homogènes, ressemblant à une terre non préparée2. En Grèce septentrionale et dans les Balkans, de nombreux sites préhistoriques présentent cependant des restes de construction en terre assez bien préservés. En effet, certains niveaux d’habitat ont été détruits par le feu, qui a durci partiellement le matériau terre à bâtir et cette terre dite « crue », en réalité juste séchée à l’air au moment de la mise en œuvre, est devenue « semi-cuite ». Cette action a préservé en partie les formes des éléments architecturaux et les empreintes des différents ingrédients et supports. Cependant, sur ces sites, les vestiges d’éléments architecturaux préservés dans leur position originelle sont peu nombreux et rarement complets. Dans leur grande majorité, ils apparaissent sous forme de fragments épars ou de fragments groupés en amas informes ayant subi des altérations diverses dues aux conditions d’enfouissement et de vieillissement3.

Le site de Dikili Tash

  • 4 Le premier programme, dirigé par J. Deshayes et D. Théocharis, s’est déroulé de 1961 à 1975 ; voir (...)
  • 5 Le second programme, dirigé par H. Koukouli-Chryssanthaki sur le secteur VI et R. Treuil sur les se (...)
  • 6 Voir les plans topographiques, BCH 136‑137 (2012-2013), p. 749, fig. 1 ; Dikili Tash II, 2, fig. 1‑ (...)
  • 7 Pour une présentation préliminaire de ces niveaux, voir Darcque, Tsirtsoni 2010. Pour une présentat (...)

2Tous les vestiges de terre à bâtir qui ont servi à cette étude proviennent de la fouille programmée du site archéologique de Dikili Tash. Ce site se présente sous la forme d’un tell de 16 mètres de haut, constitué d’une superposition de couches d’occupation humaine souvent détruites par des incendies. Identifié au début du xxe siècle, il a fait l’objet de fouilles systématiques depuis 19614, menées conjointement sous l’égide de l’École française d’Athènes et de la Société archéologique d’Athènes. Le matériel présenté ici a été mis au jour, lors du deuxième programme de recherches (entre 1986 et 1995, pour les fouilles)5, sur le versant Sud du tell, dans le secteur I et, surtout, dans le secteur V6. Ces deux secteurs ont principalement livré des niveaux d’occupation du Néolithique récent I, dont la date absolue est comprise entre 5300 et 4800 av. J.‑C. (datations C14 et TL)7.

  • 8 R. Treuil, Z. Tsirtsoni, « Late Neolithic houses at Dikili Tash: a contextual approach », dans S. H (...)

3La richesse et l’assez bonne conservation des vestiges architecturaux, entrevues durant le premier programme, ont décidé de l’objectif principal de ce second programme de fouilles : dégager sur la plus grande surface possible les vestiges architecturaux des niveaux d’habitation pour comprendre l’organisation spatiale des habitats tout en essayant d’approcher les modes de vie néolithiques8. C’est dans ce cadre et pour répondre à cette problématique générale des fouilles qu’a été développée la démarche d’étude des fragments de terre à bâtir présentée ici.

Le cadre géographique

  • 9 S. Chohadzhiev, Neolithic and Chalkolithic cultures in the Struma river basin (2007) ; Todorova et (...)
  • 10 S. Chohadzhiev (n. 9), p. 60‑64 ; R. Treuil, Le Néolithique et le Bronze ancien égéens. Les problèm (...)

4Le site de Dikili Tash appartient à l’aire géographique du Nord‑Est égéen et du Sud‑Est balkanique. Situé en Macédoine orientale grecque, il se trouve sur la bordure Sud‑Est de la plaine de Drama, qui communique facilement à l’Ouest avec la plaine de Serrès, par la vallée de l’Angitis, et au‑delà plus au Nord, par la vallée du Strymon, avec le Sud de la Bulgarie. Cet ensemble géographique partage un climat et une couverture végétale semblables. À l’époque néolithique, des habitats plus ou moins contemporains y sont nombreux et les contacts entre eux bien attestés9. Ces régions partagent aussi l’emploi, dominant au Néolithique, des techniques du torchis sur armature de bois pour construire les murs des maisons, à la différence des régions plus au Sud, où prédomine l’emploi des briques crues10. Les maisons balkaniques quadrangulaires peuvent comporter de une à trois pièces et un toit probablement en bâtière. Aujourd’hui encore, ces traits communs architecturaux se retrouvent dans l’habitat traditionnel et justifient qu’on place l’étude de notre matériel dans cette aire géographique, plutôt que de faire le lien avec les régions égéennes plus méridionales.

Problèmes méthodologiques et objectifs

  • 11 Comme l’a rappelé Sylvia Martinez (Martinez 2001, p. 63‑64), elles sont dues à Chr. Tsountas et con (...)
  • 12 S. Martinez, n. 3.
  • 13 S. Prévost, Les fours et les foyers domestiques en Égée au Néolithique et à l’Âge du bronze, Mémoir (...)
  • 14 Plusieurs équipes, travaillant pendant les mêmes années dans cette aire chrono-géographique, ont au (...)

5Bien que dans le monde égéen les premières observations technologiques sur des fragments de terre à bâtir brûlés datent du début du xxe siècle11, ces fragments, présents en grande quantité sur les sites néolithiques, n’ont fait, jusque dans les années 1990, l’objet d’aucune collecte et enregistrement systématiques. Ils n’ont pas non plus bénéficié de stratégie d’étude, sans doute par méconnaissance de la valeur documentaire de ce type de vestiges. À Dikili Tash, quasiment dès le début du deuxième programme de recherches, en 1986, on s’est demandé quels pouvaient être les apports d’une étude analytique des caractéristiques internes et externes de chaque fragment à la connaissance des techniques de construction en terre et en bois. Une approche morpho-technologique a été développée au début des années 1990, en particulier dans le cadre des recherches universitaires de S. Martinez d’une part, pour les techniques de construction en général12, et de celles de l’auteure, d’autre part, pour les structures de combustion domestiques13. Ce type d’étude reste rare dans le monde égéen14.

  • 15 Voir H. Balfet (éd.), Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ? (1991 (...)
  • 16 Une approche similaire est suivie dans A. Coudart, Architecture et société néolithique. L’unité et (...)
  • 17 D. Borić, « First Households and ‘House Societies’ in European Prehistory », dans Prehistoric Europ (...)

6Les problèmes méthodologiques étaient nombreux pour identifier, étudier et gérer des milliers de fragments de terre à bâtir. Il s’avérait donc indispensable de mettre au point des protocoles de fouille, de prélèvement, d’enregistrement et de stockage de ces vestiges particuliers. Les objectifs étaient eux aussi multiples. Il s’agissait de comprendre les choix des matériaux et des techniques de mise en œuvre, de spécifier les savoir‑faire technologiques et de reconstituer les chaînes opératoires des éléments architecturaux15. En effet, cette démarche méthodologique (fig. 1) s’inscrivait dans une problématique plus générale de reconstitution de la maison en tant que système technique pour retrouver le processus global de construction des habitations16 et, à travers lui, éclairer le fonctionnement de la vie économique et sociale des villages néolithiques17.

Fig. 1 — Mode d’acquisition des données technologiques à partir des fragments de terre à bâtir brûlés.

Fig. 1 — Mode d’acquisition des données technologiques à partir des fragments de terre à bâtir brûlés.

D’après un schéma de S. Martinez.

  • 18 Martinez 2001 ; S. Martinez, S. Prévost-Dermarkar, « Les techniques de construction de l’habitat en (...)

7Jusqu’à présent, la démarche suivie et ses résultats n’ont été évoqués, de façon partielle, que dans quatre articles18. Le but est donc de présenter ici une synthèse de cette approche morpho-technologique et de ses principaux résultats, en soulignant son intérêt toujours d’actualité pour une meilleure connaissance de l’architecture néolithique dans le Nord de la Grèce et le Sud des Balkans.

Une démarche interdisciplinaire

  • 19 Infra, § III.1.1. Les terre choisies.
  • 20 Infra, § III.1.1. Les dégraissants végétaux.

8L’approche méthodologique a été interdisciplinaire. Elle a associé des analyses micromorphologiques, des recherches géomorphologiques et des analyses physico-chimiques19 pour déterminer l’environnement morpho-pédologique du site, la nature et les provenances des matières premières et pour préciser les différentes mises en œuvre de la terre à bâtir. Elle a fait appel à l’archéobotanique pour déterminer la nature des dégraissants végétaux utilisés dans la terre à bâtir20.

  • 21 Voir S. de Beaune, Pour une archéologie du geste‑Broyer, moudre, piler. Des premiers chasseurs aux (...)

9Le recours à l’expérimentation, parfois guidée par les données ethnographiques recueillies dans des habitats traditionnels de cette région, a été régulièrement nécessaire pour valider certaines solutions techniques envisagées, par exemple pour tester les qualités ou propriétés des matières premières et matériaux, pour valider la reconstitution d’une chaîne opératoire ou bien encore pour créer des référentiels. En effet, l’élaboration de référentiels artificiels, où, en faisant varier les paramètres, on a pu observer l’impact de chacun de ces derniers sur le résultat final obtenu, a fait évoluer les hypothèses technologiques proposées pour la construction des éléments architecturaux21. Au final, la comparaison des observations techniques sur les échantillons archéologiques et sur les échantillons expérimentaux, croisée avec les données ethnographiques, a permis de valider ou non certaines suppositions et de créer dans certains cas des référentiels servant de base au système de description et aux propositions d’identification.

  • 22 N. Efstratiou et al. (n. 14). 
  • 23 C.A. Mould, K. Wardle (n. 14).
  • 24 D. Malamidou, « Ανασκαφή στον προϊστορικό οικισµό “Κρυονέρι” Ν. Κερδυλλίων », AEMTh 11 (1997), p. 5 (...)
  • 25 SPapadopoulos, DMalamidou, « Προϊστορικός οικισµός Λιµεναρίων: το χρονικό της έρευνας », dans S(...)
  • 26 J. L. Brochier, « Fouilles franco-bulgares du site Néolithique Ancien de Kovačevo (Bulgarie du Sud‑ (...)
  • 27 F. Gérard, « Stratigraphy and Architecture on the Southwest Flank of Ilıpınar », dans J. J. Roodenb (...)
  • 28 P. Léra, F. Prendi, G. Touchais, « Sovjan (Albanie) », BCH 120 (1996), p. 995‑1026 ; P. Léra, G. To (...)
  • 29 Comme l’évolution des techniques de construction semble avoir été plus lente que celle d’autres art (...)
  • 30 C.‑A. de Chazelles, Les maisons en terre de la Gaule méridionale (1997) ; Chazelles, Klein 2003.
  • 31 Aurenche 1981 ; O. Aurenche, Vous avez dit ethnoarchéologue ? Choix d’articles (1972-2007) (2012).
  • 32 Houben, Guillaud 1989 ; L. Fontaine, R. Anger, Bâtir en terre. Du grain de sable à l’architecture ( (...)

10Cette étude s’est aussi nourrie de l’observation macroscopique de faits techniques analogues, en appliquant la même analyse morpho-technologique à du matériel d’autres sites protohistoriques de Grèce septentrionale comme Makri22, Servia23, Kryonéri24 et Liménaria25 ou de pays voisins comme Kovačevo26 (Bulgarie), Ilıpınar27 (Turquie) et Sovjan28 (Albanie). On a comparé avec des études techniques sur du matériel architectural, pour la même aire chrono-géographique29, mais aussi pour d’autres régions du monde30. On a aussi fait appel aux connaissances techniques recueillies lors d’enquêtes ethnographiques passées31 et actuelles sur les modes de construction de maisons en terre et en bois encore pratiqués dans certaines régions du monde, où les savoir‑faire traditionnels ne sont pas encore perdus. Enfin, l’étude a été complétée par les données d’ingénierie fournies par certains architectes qui mettent en œuvre ce type de construction32.

Le traitement du matériel

Les vestiges sur le terrain et leur traitement (fig. 2)

11Durant le premier programme de recherches à Dikili Tash, aucune stratégie d’étude ou d’échantillonnage n’avait été développée. Seuls les plus « beaux » et gros fragments en terre avaient été retenus et conservés de manière aléatoire, comme une sorte de collection de référence. Durant le deuxième programme, le protocole de traitement sur le terrain, de stockage et d’enregistrement des fragments en terre a évolué parallèlement à la mise au point et au développement du processus d’étude.

Fig. 2 — Les étapes de traitement des vestiges architecturaux de la fouille au laboratoire.

Fig. 2 — Les étapes de traitement des vestiges architecturaux de la fouille au laboratoire.

12Sur la fouille, les vestiges architecturaux se sont présentés sous différents aspects (fig. 3). Suivant le niveau dégagé, leur état de préservation et leur nature, on a choisi des stratégies de fouille et des protocoles de traitement appropriés.

Fig. 3 — Photo générale du niveau V/Ouest/3 en cours de fouille.

Fig. 3 — Photo générale du niveau V/Ouest/3 en cours de fouille.

Cl. EFA, V. Anagnostopoulos.

13Pour les structures partiellement préservées en place, par exemple des structures de combustion ou un sol enduit, une fouille fine en plan ou en coupe a été privilégiée, afin de comprendre les techniques de construction utilisées. Ensuite, suivant le niveau d’occupation, on a décidé soit de laisser en place les vestiges, soit de démonter ces derniers en les enregistrant sous un numéro de locus.

14Pour des parties de construction, par exemple un mur ou des voûtes de four, retrouvées en position tombée, brisées en de multiples fragments, mais avec des éléments en connexion plus ou moins lisible, on a choisi d’observer attentivement à la fouille l’aspect, la position et l’orientation des fragments les uns par rapport aux autres, ainsi que le lien avec les structures encore en place (base de mur ou de voûte), le but étant de reconstituer les relations qui unissaient ces décombres avant que la maison ne s’effondre. Pour documenter au mieux l’organisation des différents éléments entre eux, des photos et des relevés graphiques sur la fouille se sont révélés indispensables. On les a multipliés, afin de limiter la perte d’informations liée au prélèvement et au maniement de ces fragments si fragiles.

15Cependant, pour beaucoup d’entre eux, les vestiges se sont présentés sous forme d’amas (fig. 4), qui ont été prélevés et enregistrés comme des ensembles portant également un numéro de locus. Une autre grande proportion des fragments a été retrouvée éparpillée sur toute la surface fouillée (fig. 5). À partir de 1993, il a été décidé de prélever tous les fragments de terre à bâtir, à l’exception des plus petits (inférieurs à 2 cm environ), sans forme, ni empreintes. On a choisi de les ramasser à la manière des tessons de céramique et de les enregistrer comme des ensembles, par unité stratigraphique, sauf certains fragments présentant un intérêt particulier, qui ont été numérotés individuellement sur la fouille. La présence sur le site d’une maison de fouilles avec une réserve a facilité le stockage de ce matériel abondant et volumineux.

Fig. 4 — Amas de fragments de terre à bâtir au Sud du secteur V/Ouest/3.

Fig. 4 — Amas de fragments de terre à bâtir au Sud du secteur V/Ouest/3.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 5 — Fragments éparpillés à la surface des niveaux V/Ouest/1 et V/Ouest/3.

Fig. 5 — Fragments éparpillés à la surface des niveaux V/Ouest/1 et V/Ouest/3.

Cl. EFA, P. Darcque.

Le stockage et le conditionnement

16La variété de la composition de la terre à bâtir et son degré de « cuisson » durant l’incendie donnent des vestiges de solidité variable ; beaucoup se sont révélés très fragiles et difficiles à manipuler sans se fragmenter davantage, ce qui a entraîné la perte d’informations. C’est pourquoi, certains fragments de terre à bâtir ont été consolidés par imprégnation dans une résine acrylique de type Paraloïd B72, à différentes concentrations. Il s’agissait de faciliter la manipulation et d’améliorer la conservation. Cependant, par la suite, ce traitement a été abandonné, car il s’est révélé dommageable et inapproprié : aspect brillant du fragment (fig. 6) et impossibilité de réaliser certaines analyses développées au cours de l’étude, comme les analyses micromorphologiques. Dans leur grande majorité non traités, les fragments ont été stockés dans des tiroirs, sans emballage pour les plus volumineux ou dans des sacs plastiques non fermés pour les plus petits, pour éviter toute condensation due aux variations des conditions hygrométriques au cours de l’année. Le système de stockage s’est amélioré en même temps que notre connaissance du matériel. Le nombre de manipulations a donc été limité le plus possible, l’entassement dans les tiroirs aussi et surtout les chocs entraînant de nouvelles fragmentations.

Fig. 6 — Fragment consolidé au paraloïd B72 : aspect brillant de la surface.

Fig. 6 — Fragment consolidé au paraloïd B72 : aspect brillant de la surface.

Cl. EFA, P. Darcque.

L’enregistrement et la description morpho-technologique

  • 33 La dénomination de « terre crue » pour ces fragments en terre à bâtir a été choisie par opposition (...)

17Parallèlement à l’avancée des opérations de terrain, la totalité du matériel architectural sorti des fouilles a été enregistré dans la base de données générale existante. À chaque ensemble de fragments ou fragment individualisé correspond donc une fiche d’enregistrement comportant une première partie commune à tout le matériel inventorié, répertoriant des informations générales et une seconde partie correspondant à un modèle descriptif spécifique aux fragments en « terre crue »33 (fig. 7). La description morpho-technologique commence par une description générale des fragments (dimensions, formes, couleur, etc.), et se poursuit par la description de la composition de la pâte (texture et structure), les empreintes des supports, les différentes couches et les surfaces. Le croisement des différents critères descriptifs retenus permet de séparer des ensembles de fragments en groupes techniques distincts. Pour chaque groupe, on formule ensuite des hypothèses sur la nature des matériaux, leur préparation et leur mise en œuvre. On essaie d’identifier ensuite l’appartenance de ces groupes à des structures dont on reconstitue la chaîne opératoire de construction.

Fig. 7 — Modèle de fiche d’enregistrement des fragments d’architecture sur la base de données FileMaker.

Fig. 7 — Modèle de fiche d’enregistrement des fragments d’architecture sur la base de données FileMaker.
  • 34 Environ 9 850 fragments ont été répertoriés et étudiés.

18Cette étude à l’échelle macroscopique a été faite sur plusieurs milliers de fragments d’architecture34. Afin d’accélérer la détermination des couleurs des fragments, qui est assez répétitive, des cartes‑types ont été fabriquées à partir de fragments broyés dont les dénominations des couleurs ont été trouvées dans le code Cailleux avec sa correspondance dans le code Munsell (fig. 8). Pour uniformiser la description, on a réalisé un lexique spécifique aux constructions trouvées sur le site, qui a fixé le vocabulaire employé (infra Annexe : lexique trilingue, p. 58‑61), ainsi qu’un guide de saisie pour la description des fragments de terre à bâtir, qui explicite chaque rubrique.

Fig. 8 — Cartes-types fabriquées par S. Martinez pour déterminer les couleurs des fragments.

Fig. 8 — Cartes-types fabriquées par S. Martinez pour déterminer les couleurs des fragments.

Couleurs des cartes données de gauche à droite : Rouge Cailleux N47 Munsell 2,5 YR 5/4 ; Brun Rouge Clair Cailleux N55 Munsell 5 YR 6/4 ; Jaune Rouge Cailleux N57 Munsell 5 YR 6/6 ; Brun Clair Cailleux N67 Munsell 7,5 YR 6/4 ; Brun Jaune Clair Cailleux N69 Munsell 10 YR 5/1 ; Gris Cailleux P71 Munsell 10 YR 5/1 ; Brun Gris Très Foncé Cailleux T71 Munsell 2,5 Y 3/2.

Cl. B. Perello.

L’échantillonnage pour analyses

  • 35 Germain-Vallée et al. 2011.
  • 36 C. Cammas (n. 4), p. 33‑53 ; T. Duvernay, « La construction en terre crue : potentiel des restes en (...)
  • 37 A. Dandrau, La construction en terre dans le monde égéen protohistorique : les matériaux et leurs p (...)
  • 38 L. Lespez, « L’évolution des paysages du Néolithique à la période ottomane dans la plaine de Philip (...)

19Cette première étape de l’étude à l’échelle macroscopique a facilité ensuite la sélection des fragments les mieux caractérisés, afin de compléter les observations macroscopiques par des analyses micromorphologiques35. Celles‑ci avaient déjà montré ailleurs leur efficacité pour préciser les premières hypothèses formulées sur ce type de matériel36. Des analyses physico-chimiques, utilisant l’observation au microscope polarisant, la diffraction des rayons X et la spectroscopie d’absorption infrarouge, ont aussi été pratiquées sur des échantillons pour caractériser les matériaux constitutifs de la terre à bâtir, comme les minéraux argileux37, et déterminer leur provenance38.

Résultats de l’étude morpho-technologique

Les matériaux et les techniques de préparation

La composition de la terre à bâtir

20Étudier la nature, la qualité et la quantité des composants de la terre à bâtir utilisée pour construire les divers éléments architecturaux permet d’approcher certains savoirs des constructeurs du Néolithique. Cela s’intègre aussi dans un cadre de recherche plus vaste, sur l’exploitation des ressources minérales des environs de Dikili Tash, ainsi que sur l’utilisation et la gestion des ressources végétales cultivées, selon les exigences de ces bâtisseurs.

21La nature des éléments constitutifs de la terre à bâtir, à savoir la terre plus ou moins argileuse et les dégraissants minéraux et végétaux, a été identifiée de façon macroscopique dans les cassures des fragments à l’aide d’un compte‑fil. Il s’agissait d’abord de noter l’aspect du fond de pâte (de fin à grossier), la nature et la quantité des composants minéraux (mica, sable fin, grossier, quartz, gravier, etc.) et végétaux (balle, paille, etc.), ainsi que la présence ou non d’inclusions isolées.

Les terres choisies

  • 39 Pour une définition du matériau terre, voir A. Dandrau (n. 38), p. 3‑15.

22De nombreuses inclusions anthropogènes dans la pâte de certains fragments – tessons (fig. 9), micro-fragments d’os, charbons, graines, nodules de terre à bâtir, etc. –, montrent que la terre du site a sans nul doute servi, dans certains cas, à la construction des éléments architecturaux. Mais l’existence de fragments ne présentant aucun élément d’origine anthropogène, suggère aussi que des terres d’une autre provenance, sans doute de formations naturelles, ont peut‑être été recherchées et utilisées39. Cette impression est renforcée par l’aspect différent du fond de pâte (de texture fine à grossière), la nature et la grande quantité de certains composants minéraux (mica en particulier).

Fig. 9 — Inclusion d’un tesson dans la pâte de la terre à bâtir du mur 626.

Fig. 9 — Inclusion d’un tesson dans la pâte de la terre à bâtir du mur 626.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

  • 40 L. Lespez (n. 38), p. 271.
  • 41 A. Dandrau (n. 37), p. 257‑263.
  • 42 L. Lespez (n. 38), p. 271.
  • 43 Germain-Vallée et al. 2011, p. 57.
  • 44 S. Martinez, « Un filet de portage du Néolithique récent à Dikili Tash (Macédoine orientale, Grèce) (...)

23Ces hypothèses ont conduit à mener des recherches conjointes entre spécialistes, géomorphologue, micromorphologue, archéomètre et archéologue. Ainsi, des analyses physico-chimiques, géomorphologiques et micromorphologiques ont confirmé les premières impressions macroscopiques. Il en ressort que, pour le torchis, « le matériau utilisé possède une origine locale et a dû faire l’objet d’un prélèvement dans les environs immédiats du tell »40, voire sur le tell lui‑même. En revanche, pour les enduits des murs, plus riches en calcaire41, des sédiments fins prélevés dans l’axe du vallon situé à l’Est du site ont pu être choisis42. Il en va de même pour la terre à bâtir utilisée dans la construction des soles et voûtes de four. En effet, l’analyse micromorphologique des échantillons archéologiques sélectionnés n’a montré aucun élément anthropogène dans la pâte et « a démontré que deux types de terre ont été employés pour bâtir les structures de combustion »43, un pour les soles et l’autre pour les voûtes. La comparaison avec les résultats des analyses sur des échantillons provenant de formations naturelles a permis de proposer l’utilisation des sédiments sablo-limoneux des cônes de déjection pour la confection des soles, et des sédiments limono-argileux décarbonatés présents sur certains sols des parties médianes ou distales de ces mêmes cônes pour la construction des voûtes. Les habitants du tell de Dikili Tash semblent avoir acquis une très bonne connaissance des ressources sédimentaires de leur environnement proche et avoir développé une stratégie de prélèvement montrant une maîtrise empirique des propriétés des terres disponibles, afin de répondre au mieux aux impératifs techniques de leurs constructions en terre. Il faut ajouter que l’étude minutieuse d’une motte de terre portant des empreintes de liens (fig. 10) suggère l’utilisation d’un filet de portage destiné à transporter cette matière première, ce qui prouve la recherche de terres spécifiques44.

Fig. 10 — Motte de terre avec l’empreinte d’un filet de portage.

Fig. 10 — Motte de terre avec l’empreinte d’un filet de portage.

Cl. EFA, S. Martinez.

Les dégraissants végétaux

  • 45 E. Bonnaire, M. Tengberg, « Éléments pour l’identification des empreintes végétales dans la terre à (...)

24Pour déterminer la nature des dégraissants végétaux incorporés dans la terre et estimer leur quantité, les empreintes ont été observées à la loupe binoculaire. En effet, quand la conservation de ces empreintes est bonne – des phytolithes sont parfois visibles –, les archéobotanistes peuvent distinguer les rachis, les glumes, les barbes, etc., et ainsi déterminer les espèces de céréales utilisées. Ils peuvent compléter les données obtenues par l’étude des restes carbonisés et créer ainsi des référentiels45.

  • 46 Martinez 2001, p. 65. Cette identification a été réalisée par l’archéobotaniste G. Willcox, qui ava (...)
  • 47 Ces expérimentations sur les fractions de déchets de décorticage ont été réalisées par S. Martinez (...)

25La présence exclusive des restes de céréales vêtues, communément appelés « balle » (fig. 11) et correspondant à l’enveloppe de la graine, a été reconnue46. La fraction très fine observée a fait penser que ce dégraissant a été obtenu par décorticage dans un mortier avec un pilon, puis vanné pour séparer les graines de la balle. Cette observation a ensuite été validée par une série d’expérimentations47, où le décorticage de blé amidonnier planté et récolté sur le site a été effectué par l’action d’un pilon dans un mortier en bois, spécialement fabriqué à cette occasion ; après vannage (fig. 12), la fraction de la balle obtenue correspondait à la taille des empreintes dans les fragments archéologiques.

Fig. 11 — Empreintes de balle dans la terre à bâtir d’une voûte de four.

Fig. 11 — Empreintes de balle dans la terre à bâtir d’une voûte de four.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Fig. 12 — Balle obtenue après vannage.

Fig. 12 — Balle obtenue après vannage.

Cl. EFA, S. Martinez.

  • 48 S. Martinez, « Le dégraissant végétal dans la terre à bâtir des maisons néolithiques : création d’u (...)

26S. Martinez a ensuite créé un outil pour estimer et enregistrer les différentes proportions de terre et de dégraissants végétaux contenus dans chaque fragment et visibles à l’œil nu48. Elle a mis au point ce référentiel en s’inspirant des « abaques » qu’utilisent les pétrographes pour étalonner la quantité de tel ou tel minéral présent sur une lame mince. Son idée était donc de pouvoir distinguer visuellement la fréquence des vacuoles laissées par les dégraissants consumés sur une surface standardisée, mais chaque vacuole dessinée devait représenter le volume que le dégraissant végétal prenait dans la masse de la terre à bâtir. Le problème était à la fois conceptuel, graphique et pratique : comment convertir sur une représentation en deux dimensions les proportions entre deux volumes ? L’option expérimentale a apporté la solution, car elle s’appuyait sur des données réelles. En effet, la connaissance des proportions de dégraissant végétal mélangé à la terre pour obtenir des volumes de terre à bâtir ne pouvait être tirée que de reconstitutions expérimentales. Ainsi, des échantillons de terre à bâtir ont été confectionnés avec des proportions entre terre et dégraissant végétal différentes à chaque fois. Quatre mélanges ont été réalisés : les proportions de dégraissant végétal et de terre y sont respectivement de 1 pour 4 (soit ± 20 % de dégraissant végétal), 1 pour 3 (soit ± 25 %), 3 pour 5 (soit ± 38 %) et 5 pour 4 (soit ± 56 %). Après avoir brûlé chaque échantillon, un dessin des vacuoles laissées par la balle disparue a été réalisé (fig. 13), puis comparé aux fragments archéologiques afin d’en estimer la proportion de dégraissant végétal.

Fig. 13 — Référentiel pour les proportions de balle dans un volume de terre.

Fig. 13 — Référentiel pour les proportions de balle dans un volume de terre.

a) 1 pour 4 soit 20 % ; b) 1 pour 3 soit 25 % ; c) 3 pour 5 soit 38 % ; d) 5 pour 4 soit 56 %.

Dessin EFA, S. Martinez.

27À l’usage, ce référentiel s’est révélé assez satisfaisant pour classer les préparations de terre à bâtir. Ainsi, les fragments d’enduit de sol contiennent environ 20 % de balle ; les murs ont des proportions plus variables, allant de 25 % environ à 56 % ; les voûtes de four, quant à elles, comportent toujours une proportion de dégraissants nettement supérieure, plus de 56 % (fig. 14).

Fig. 14 — Grande quantité d’empreintes de balle dans un colombin de voûte de four.

Fig. 14 — Grande quantité d’empreintes de balle dans un colombin de voûte de four.

Cl. EFA, P. Darcque.

  • 49 Infra, § III.2.
  • 50 Infra, § III.4.
  • 51 Houben, Guillaud 1989, p. 88.
  • 52 F. Volhard, Construire en terre allégée (2016), p. 34.
  • 53 Pour l’utilisation de la balle de riz dans la construction traditionnelle au Mali, voir A. Vissac, (...)
  • 54 Houben, Guillaud 1989, p. 104‑105 ; A. Vissac et al. (n. 53).

28La proportion variable de dégraissant végétal dans la composition des pâtes utilisées pour les différents éléments architecturaux s’explique sans doute par plusieurs facteurs. Il existe d’abord un lien entre la quantité de dégraissant végétal et le mode de mise en œuvre du matériau. En effet, la terre à bâtir subit des contraintes mécaniques à divers moments de sa mise en œuvre49 (projection du torchis, modelage de colombins, épandage de sole, lissage des enduits, etc.). Le type de structure construit représente un autre facteur, car on ne fabrique pas de la même façon des parois de mur, un enduit de sol ou une voûte de four50. Enfin, un autre critère du choix des proportions doit être lié à la qualité de la terre choisie, ce qui implique, comme on l’a vu précédemment, que ces propriétés sont connues et exploitées, même si les critères d’identification de l’époque nous échappent. Ces hypothèses permettent de mieux apprécier les compétences des bâtisseurs du Néolithique, acquises sans doute par l’expérience et la transmission. Aujourd’hui, les architectes et ingénieurs qui construisent avec de la terre connaissent parfaitement le rôle joué par le dégraissant végétal. D’un point de vue mécanique, l’ajout de fibres dans la terre agit en constituant une sorte d’armature interne omnidirectionnelle et résistant à diverses contraintes mécaniques, dont la traction. L’autre avantage est de diminuer les fissurations au séchage, les fibres répartissant les tensions dues au retrait de l’argile dans toute la masse du matériau. La présence de fibres accélère également le séchage en drainant par les canaux des fibres l’humidité vers l’extérieur ; inversement, elle favorise l’absorption d’eau51. Enfin, plus le volume de dégraissant végétal est important, plus le matériau se trouve allégé et plus ses propriétés isolantes augmentent52. Mais, le plus grand intérêt de l’ajout de fibres reste d’augmenter la cohésion du matériau53. Cependant, la quantité de fibres qui doit être mélangée à la terre au moment du gâchage dépend aussi du pouvoir de cohésion naturel de la terre utilisée ; celui‑ci est fonction de la qualité collante des argiles et de la quantité d’autres composants inertes contenus. Il faut ajouter qu’à cette échelle d’observation macroscopique, il n’est pas possible de déterminer si des stabilisants d’origine naturelle (bouse ou huile de lin par exemple) ont pu être utilisés pour renforcer les propriétés mécaniques du mélange54, comme le montrent des exemples ethnographiques.

  • 55 Ce dégraissant est souvent noté dans les publications : par exemple à Stara Zagora, l’auteur mentio (...)
  • 56 Il faut noter que l’on n’a pas reconnu à la fouille et de façon certaine à l’étude, des fragments p (...)

29Contrairement à ce qu’on pouvait imaginer au départ, la paille hachée55 n’a donc pas été employée à Dikili Tash pour les niveaux d’occupation néolithiques présentés ici. Ce constat, tout comme celui de l’utilisation intensive de la balle comme dégraissant végétal, met en lumière quelques aspects de la vie des hommes de l’époque néolithique. En effet, il faut imaginer les quantités de balle importantes que les habitants du village devaient conserver, et donc stocker, après chaque décorticage et vannage des grains vêtus, pour pouvoir répondre aux besoins de leurs diverses constructions. De plus, l’emploi intensif de la balle conduit à l’hypothèse que la paille était, elle, sauvegardée pour couvrir les toits56. Cela met en évidence une gestion raisonnée des restes de récoltes et indique que diverses chaînes opératoires de construction des éléments architecturaux sont intégrées dans le processus de traitement des céréales.

Les supports de la terre à bâtir

30L’observation attentive en plan et en section des empreintes laissées sur les fragments par les supports permet de déterminer leur nature (bois, roseaux, pierres, surface de terre à bâtir, etc.) et leur traitement éventuel. À chaque fois, l’identification a été validée par comparaison avec des empreintes fabriquées expérimentalement ou avec des fragments prélevés dans des constructions traditionnelles de la région ou des régions voisines. De plus, l’espacement plus ou moins grand des empreintes des supports, ainsi que leurs orientations les unes par rapport aux autres ou par rapport à la surface du fragment, témoignent de la fonction de chaque élément du support et permettent de déterminer le type utilisé.

Les supports végétaux

  • 57 P. Arcelin, O. Buchsenschutz, « Les données de la Protohistoire », dans J. Lasfargues (éd.), Archit (...)
  • 58 Les études anthracologiques et palynologiques en cours apporteront un éclairage sur cette question.
  • 59 On mentionne l’utilisation de roseaux pour une phase du NM dans C.A. Mould, K. Wardle (n. 14), p. 8 (...)
  • 60 Martinez 2001, p. 64.
  • 61 Martinez 2001, p. 64.

31Les pièces de bois utilisées ont totalement disparu, brûlées et/ou désagrégées dans le sédiment. Les empreintes sont donc les seuls témoignages permettant de reconnaître les dimensions, les quantités et les préparations des bois d’œuvre, ainsi que leur format et leur type d’agencement, voire d’assemblage57. Cependant, la nature des essences ne peut être déduite des empreintes58. Les fragments étudiés présentent deux types d’empreintes de bois d’œuvre, reconnaissables à leur section différente : angulaire et circulaire. Dans ce dernier cas, le diamètre des supports en bois a été estimé à l’aide de calibres placés dans les empreintes (fig. 15). Les empreintes de section circulaire correspondent à l’usage de branches (diamètre autour de 1 cm) ou de rondins (diamètre autour de 5 cm) et montrent que ceux‑ci pouvaient être utilisés tels quels, sans préparation, avec toute leur épaisseur. Les empreintes les plus modestes se présentent le plus souvent grossièrement parallèles dans le même plan, mais aussi plus ou moins profondément enfoncées dans la terre à bâtir, ce qui suggère l’utilisation de petites branches souples entrelacées (fig. 16) pour composer un type de support. Quelques empreintes, sensiblement de la même taille, agencées en une sorte de quadrillage, offrent un aspect plus rectiligne, avec de petites stries et de petites empreintes de nœuds régulières, ce qui suggère l’utilisation de roseaux et non de branches pour construire un support sans doute destiné à un élément architectural différent59 (fig. 17). Les empreintes de plus grand diamètre correspondent à des rondins, qui ont pu subir des préparations comme un écorçage, attesté par les surfaces lisses des empreintes (infra, fig. 35). Les empreintes angulaires font penser à une préparation des bois d’œuvre par débitage pour obtenir des bois refendus. Cela est attesté par l’aspect ridé des empreintes60. En effet, celles‑ci montrent de nombreuses stries parallèles plus ou moins serrées, parfois fines et droites, parfois épaisses et ondulées, qui correspondent aux marques laissées par les fibres du bois refendu (fig. 18). Des fragments détachés d’un plancher de bois d’une maison traditionnelle en ruine dans le village de Marčevo, au Sud‑Ouest de la Bulgarie, dans le district de Blagoevgrad, montrent des surfaces d’empreintes d’aspect similaire (fig. 19). Les extrémités de ces bois refendus laissent des empreintes angulaires caractéristiques, mais leur section complète n’est pas conservée, ce qui empêche de déterminer si des planches étaient réellement utilisées. Dans tous les cas, quel que soit le support de bois utilisé, les dimensions sont impossibles à mesurer, puisque ces empreintes, du fait de la fragmentation de la terre à bâtir, ne sont que partielles en longueur, en largeur et en épaisseur. Elles ne permettent de reconstruire qu’une partie de la section et non la totalité de la pièce61.

Fig. 15 — Fragment du mur 626 avec calibre de bois placé dans l’empreinte de poteau.

Fig. 15 — Fragment du mur 626 avec calibre de bois placé dans l’empreinte de poteau.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Fig. 16 — Empreintes de branches entrelacées.

Fig. 16 — Empreintes de branches entrelacées.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 17 — Empreintes formant un quadrillage.

Fig. 17 — Empreintes formant un quadrillage.

Cl. EFA, V. Anagnostopoulos.

Fig. 18 — Empreinte de bois de refend.

Fig. 18 — Empreinte de bois de refend.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 19 — Empreinte de bois de refend sur un fragment d’une maison actuelle de Marčevo, en Bulgarie.

Fig. 19 — Empreinte de bois de refend sur un fragment d’une maison actuelle de Marčevo, en Bulgarie.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

  • 62 Infra, § III.4.1. et § III.4.4.
  • 63 Voir note 1.

32L’agencement entre elles des empreintes de bois de différentes sections ou roseaux donne des indications précieuses sur la nature des différentes armatures végétales et leurs modes d’assemblage. Elles peuvent être entrelacées, parallèles dans un même plan, jointives ou non, croisées perpendiculairement ou obliquement, déterminant ainsi l’aspect et donc la nature du support (clayonnage, treillis, canisse, etc.)62. Le mode de construction employé correspond de toute façon toujours à une technique de torchis, où de la terre à bâtir est appliquée sur une armature végétale63, indépendamment de sa nature et son agencement.

Les supports minéraux

  • 64 Supra, § IV.1.1.
  • 65Infra, § III.4.2. et § III.4.3.
  • 66Aurenche 1981, p. 245 ; E. Papadopoulou, S. Prévost-Dermarkar, « Il n’y a pas de cuisine sans feu. (...)
  • 67  P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 116 (1992), p. 715‑717, et BCH 118 (1994), p. 438 et p. 43 (...)

33Des empreintes (plutôt concaves, de formes et tailles variées) caractéristiques de pierres et de tessons (empreintes planes et anguleuses en section) sont reconnues sur certains fragments de terre à bâtir. Lorsqu’elles sont visibles en quantité très limitée sur des fragments, elles correspondent à des inclusions involontaires dans le mélange de terre à bâtir. Cela indique l’utilisation d’une terre anthropique, comme la terre du tell, dont les éléments grossiers n’ont pas été éliminés64. En revanche, lorsque ces empreintes sont présentes en quantité importante sur une seule surface et que leur espacement est serré, elles peuvent être interprétées comme celles de matériaux durs utilisés dans les soubassements de certains éléments architecturaux (plates‑formes et structures de combustion)65. Il y a plusieurs raisons possibles à cet usage : surélever la structure, solidifier la fondation, éviter les remontées capillaires et surtout emmagasiner la chaleur pour la restituer ensuite dans le cas des structures de combustion66. En effet, la comparaison avec des fragments de la sole prélevés sur le four 614, encore bien conservée en place dans le niveau d’occupation VO/167, permet une identification indiscutable. Cette certitude est renforcée par la présence de cailloux ou tessons encore en place sur la face inférieure de certains fragments de sole de structures de combustion (fig. 20). Aucune trace d’une préparation spécifique de ces pierres ou tessons n’est décelée sur les empreintes. On observe que les soubassements de cailloutis des structures de combustion sont plus ou moins serrés et denses. Au contraire, l’absence d’empreintes laisse penser qu’on est en présence de fragments d’une sole de réfection directement posée sur la surface de la sole précédente.

Fig. 20 — Fragments de la sole du four 614 avec cailloux visibles.

Fig. 20 — Fragments de la sole du four 614 avec cailloux visibles.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar et dessin EFA, P. Pugsley.

La préparation préalable de la terre à bâtir

  • 68 Infra, § III.4.3. et § III.5.
  • 69 Supra, § III.1.2.3.
  • 70 Germain-Vallée et al. 2011, p. 58.
  • 71 Prévost-Dermarkar 2003, p. 220 ; Infra, § III.5.
  • 72 Aurenche 1981, p. 53‑54.
  • 73 Houben, Guillaud 1989, p. 195.
  • 74 Aurenche 1981, p. 52 ; Houben, Guillaud 1989, p. 88.

34La structuration de la pâte, c’est‑à‑dire la répartition plus ou moins homogène de ses différents ingrédients, indique le degré de malaxage et donc de travail préalable à la mise en place de la terre à bâtir. Ce travail dépend sans nul doute de la destination du mélange, certains éléments architecturaux requérant plus de soin dans leur préparation que d’autres. Ainsi, les fragments de sole des structures de combustion présentent toujours une pâte où les dégraissants exclusivement minéraux sont parfaitement répartis, de façon homogène (fig. 21). Cela indique un travail de malaxage attentif, sans doute en lien avec les techniques de mise en œuvre et de finitions prévues par la suite68 et, évidemment, avec les propriétés thermiques recherchées pour cette partie de la structure, à savoir limiter les remontées d’humidité et emmagasiner un maximum de chaleur69. De même, il a été remarqué macroscopiquement qu’une grande majorité des fragments dégraissés avec de la balle ont aussi une pâte où tous les ingrédients sont répartis de façon assez homogène, ce qui montre, là encore, un soin particulier apporté au malaxage de la terre à bâtir. Cela est sans nul doute facilité par la fraction fine du dégraissant végétal, qui se mélange bien à la terre argileuse, elle‑même de texture fine. Cela ne serait pas le cas avec un dégraissant présentant des fibres plus longues comme de la paille. Cette première impression de finesse nous a laissé penser qu’il y a eu une sélection soigneuse des matériaux de base entrant dans la composition de la terre à bâtir. On peut imaginer une préparation poussée des ingrédients, par tamisage ou décantation de la terre, afin d’obtenir une texture fine. De plus, le décorticage à sec du dégraissant végétal dans un mortier donne de petites fractions, ce qui facilite ensuite le travail de malaxage et l’obtention d’une terre à bâtir homogène. Cette impression a été confirmée ensuite par les analyses micromorphologiques70. À travers les expérimentations que l’on a pu mener71, les témoignages ethnographiques72 ou ceux des constructeurs en terre d’aujourd’hui73, cette étape du malaxage de la terre à bâtir apparaît comme l’une des plus importantes de la chaîne opératoire et l’une des plus physiques (fig. 22). Certains exemples ethnographiques montrent aussi la possibilité de laisser le mélange reposer, ce qui entraîne un pourrissement du dégraissant végétal et une fermentation ; celle‑ci augmente le pouvoir de cohésion du matériau74.

Fig. 21 — Pâte d’un fragment de sole de four comportant exclusivement des dégraissants minéraux.

Fig. 21 — Pâte d’un fragment de sole de four comportant exclusivement des dégraissants minéraux.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Fig. 22 — Malaxage de la terre à bâtir par foulage.

Fig. 22 — Malaxage de la terre à bâtir par foulage.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Les techniques de mise en œuvre de la terre à bâtir

35En observant la structuration de la pâte, on a pu, grâce aux marques laissées sur les fragments archéologiques et par comparaison avec les stigmates observables sur des fragments expérimentaux, reconnaître quatre techniques différentes de mise en œuvre : l’épandage, la compression, la projection et le modelage. Cette caractérisation est très utile quand il s’agit de déterminer la fonction architecturale des fragments qui ne présentent aucune empreinte de support.

L’épandage

  • 75 Martinez 2001, p. 65.
  • 76 Germain-Vallée et al. 2011, p. 59.

36La première technique est visible sur des fragments identifiés comme des hourdages de structures de combustion (fig. 23), qui présentent macroscopiquement une texture granulaire laissant des vides entre les éléments constitutifs. Cela semble correspondre à la technique de l’épandage simple, où l’on étend la pâte à l’état semi-liquide sur une surface assez plane, sans travail de compression postérieur75, comme le confirment les analyses micromorphologiques76.

Fig. 23 — Hourdage d’une structure de combustion correspondant à la technique de l’épandage.

Fig. 23 — Hourdage d’une structure de combustion correspondant à la technique de l’épandage.

Cl. EFA, S. Martinez.

La compression

  • 77 G.R.H Wright, Ancient Building Technology. Vol. 2 : Materials (2000), p. 86.
  • 78 Germain-Vallée et al. 2011, p. 58‑59.

37En revanche, la technique de compression intense, laissant le moins de vides possible entre les grains visibles à l’œil nu77, a été constatée sur toutes les sections des fragments de sole de structures de combustion, systématiquement construites à Dikili Tash sans dégraissants végétaux. Cette densité très forte n’a pu être obtenue que par un traitement spécial après l’épandage du mélange destiné à la sole sous forme semi-liquide. Au cours de nombreux essais expérimentaux de construction de soles de foyers et de fours, nous avons testé différentes techniques de compactage : par pression, puis par battage de la pâte avec le plat de la main, puis avec un outil, par exemple un galet, à des stades différents du séchage de la sole (fig. 24). Cela nous a permis d’établir des exemples de référence, couplant les différentes natures de terres employées, leurs traitements, les proportions et la granulométrie des sables rajoutés avec les techniques de compactage. Ces constatations ont été confirmées ensuite par les analyses micromorphologiques78.

Fig. 24 — Technique de compression.

Fig. 24 — Technique de compression.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

La projection

38La technique de la projection a été identifiée sur certains fragments de terre appartenant à des couches de torchis appliquées sur un support de bois. La forme des mottes de terre à bâtir projetées est parfois reconnaissable dans l’épaisseur d’un fragment de mur vu en section, ainsi que par les empreintes digitales laissées au moment de la préhension de la motte et de sa projection sur le support de bois (fig. 25).

Fig. 25 — Empreintes digitales laissées sur une motte de torchis.

Fig. 25 — Empreintes digitales laissées sur une motte de torchis.

Cl. EFA, P. Darcque.

Le modelage

  • 79 H. Balfet, M.‑F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon, Lexique et typologie des poteries (1989), p. 77‑81.

39Quant à la dernière technique, celle du modelage, elle a été reconnue à Dikili Tash dans les sections des fragments montrant une superposition de colombins de terre à bâtir où les joints entre chacun sont bien visibles (fig. 26). Elle est bien connue des spécialistes de la céramique79.

Fig. 26 — Colombins superposés montrant l’utilisation de la technique du modelage.

Fig. 26 — Colombins superposés montrant l’utilisation de la technique du modelage.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Les traitements de surface

  • 80 H. Balfet, M.‑F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon, Lexique et typologie des poteries (1989), p. 52‑54.

40En observant l’aspect des surfaces, on peut déterminer si ces dernières ont fait ou non l’objet de traitements. Les surfaces ont pu ainsi être définies comme brutes, approximativement aplanies ou aplanies. Parfois elles sont tout simplement mal conservées. Grâce à cette première observation, ainsi que par les traces digitales ou les traces d’outils visibles, nous avons identifié deux techniques de traitement : par impact ou bien par recouvrement. La similitude avec les traitements de surface des vases en céramique nous a beaucoup aidées80.

Par impact

  • 81 H. Balfet et al. (n. 79), p. 77‑81.
  • 82 Une recherche a été entreprise avec R. Christidou, spécialiste de l’outillage en os, pour comparer (...)
  • 83 Infra, § III.5.
  • 84 Germain-Vallée et al. 2011, p. 60‑61.

41Dans le premier cas, il peut s’agir d’une simple égalisation, d’un lissage ou bien d’un talochage, voire d’un polissage. Ainsi, de nombreux fragments présentant sur une de leur face des empreintes de support en bois ont montré sur l’autre surface un aspect égalisé, voire lissé, identifiable à l’orientation prise par les dégraissants végétaux et correspondant à un premier traitement par impact. Ce traitement de surface a été plus ou moins poussé. Dans le cas de nombreux fragments identifiés comme appartenant à des soles de four, la surface présente un aspect très lissé, au toucher très doux (fig. 27). Certaines, de couleur noire ou grise très foncée, sont d’un aspect presque poli et brillant, qui peut résulter de leur exposition au feu, mais aussi d’un traitement de surface spécifique au moment de la mise en place. Cet aspect résulte peut‑être d’un travail de lissage proche des techniques employées pour le traitement de surface des céramiques81, comme de la répétition des gestes à des états de séchage différents de la pâte, avec un apport plus ou moins grand en eau et l’utilisation d’outils différents (galet ou os82). Ce travail de lissage de la pâte est attesté par la présence d’empreintes fines, longues de quelques centimètres et courbes, à la surface de soles encore en place, laissant imaginer un mouvement circulaire, soit directement à la main, soit à l’aide d’un outil. Des expérimentations menées à Dikili Tash sur la mise en œuvre et le traitement de surface des soles de structures de combustion (fig. 28) ont montré que le soin apporté à ces deux étapes de la construction est indispensable pour obtenir un aspect proche des fragments archéologiques83 ; le choix des matières premières et le soin apporté au malaxage du matériau constituent les deux autres critères préalables. Toutes ces observations macroscopiques ont été ensuite confirmées et complétées par des analyses micromorphologiques84.

Fig. 27 — Surface très lissée et douce d’un fragment de sole de four.

Fig. 27 — Surface très lissée et douce d’un fragment de sole de four.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 28 — Essais de lissage avec différents outils (galet, main, os) et deux personnes différentes.

Fig. 28 — Essais de lissage avec différents outils (galet, main, os) et deux personnes différentes.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Par recouvrement

42Dans le second cas, il peut s’agir de l’action d’enduire ou de badigeonner, cette seconde technique se combinant avec la première. En effet, sur des fragments présentant plusieurs couches de terre à bâtir superposées, on a pu remarquer que la première couche appliquée sur le support en bois présente une surface égalisée lissée, mais souvent moins finement que les autres couches successives qui la recouvrent. Ces couches moins épaisses sont aussi d’une composition différente, en particulier parce qu’elles contiennent de moins en moins de dégraissant végétal et de moins grande fraction. Ces observations permettent de distinguer, en l’absence d’empreintes de support, les fragments de couches de torchis des fragments de couches d’enduits plus fins présentant deux surfaces planes et parallèles, dont l’une est particulièrement bien lissée, et qui correspond donc à la surface extérieure du mur ou de l’aménagement. Parfois, une très fine couche de badigeon blanchâtre a même été distinguée, avec de fines stries visibles à la loupe, ce qui suggère une application au pinceau (fig. 29).

Fig. 29 — Fragments montrant plusieurs couches d’enduit et un badigeon blanchâtre.

Fig. 29 — Fragments montrant plusieurs couches d’enduit et un badigeon blanchâtre.

Cl. EFA, P. Darcque.

Reconstitution des techniques de construction des éléments architecturaux

43Pour reconstituer les différentes techniques utilisées pour construire un élément architectural, il a fallu croiser les critères descriptifs vus précédemment : composition de la terre à bâtir (nature et quantité des dégraissants minéraux et végétaux, et leurs tailles respectives), aspect des empreintes des supports et agencement entre elles et par rapport à la surface des fragments, texture et structure de la pâte, forme et couleur du fragment, nombre et épaisseurs de couches et surfaces avec type de traitements subis.

44Pour rendre compte de la succession de différentes couches de terre à bâtir et/ou de l’agencement de plusieurs empreintes sur un même fragment, de tailles et d’aspects variés, orientées différemment, qui peuvent s’entrecroiser selon des plans différents, les prises de vues photographiques et les relevés graphiques ont été indispensables. Mais, le dessin de ce type d’artefact archéologique était peu pratiqué au moment où nous avons commencé notre enquête et pratiquement inexistant avec un rendu technique. En effet, notre but n’était pas d’avoir une vue réaliste du fragment, mais un rendu graphique mettant en valeur les observations techniques. C’est pourquoi des conventions graphiques ont été recherchées et mises au point avec la dessinatrice P. Pugsley (fig. 30), à la fois pour les vues de face et en coupe des fragments. Le dessin nous a aussi permis de proposer des reconstitutions des différentes techniques architecturales, en replaçant les fragments dans leur position primaire supposée à l’intérieur de la structure (infra fig. 35).

Fig. 30 — Conventions graphiques pour les dessins des fragments d’architecture.

Fig. 30 — Conventions graphiques pour les dessins des fragments d’architecture.

Dessin EFA, P. Pugsley.

  • 85 Infra, III.4.1.2.
  • 86 Infra, III.4.4.

45Grâce à l’analyse morpho-technologique des fragments retrouvés épars ou groupés, ceux‑ci ont pu être triés et des groupes « technologiques » ont pu être distingués (fig. 31). Certains de ces groupes ont les caractéristiques d’un type de construction et l’on a donc pu supposer qu’ils appartenaient à tel ou tel élément architectural. Par exemple, en combinant les indices sur la technique de mise en œuvre (empilement de colombins modelés) avec l’aspect de la pâte utilisée (en particulier le très grand pourcentage de balle de céréales), l’appartenance d’un grand nombre de fragments retrouvés éparpillés à des voûtes de four a été établie, avec parfois de véritables recollages de fragments (fig. 32). Le croisement de ces groupes technologiques avec leur position stratigraphique et planimétrique a conduit, dans certains cas, à rattacher directement ces fragments à des structures conservées en place, sortes de « recollages » à distance : c’est le cas notamment de nombreux fragments retrouvés éparpillés et appartenant probablement au même pan de mur85. Dans d’autres cas, la reconnaissance et l’association de groupes technologiques entre eux ont aussi permis de mettre en évidence l’existence de structures non reconnues à la fouille, car complètement détruites86.

Fig. 31 — Présentation schématique de la démarche méthodologique.

Fig. 31 — Présentation schématique de la démarche méthodologique.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 32 — Trois fragments de paroi de four qui collent.

Fig. 32 — Trois fragments de paroi de four qui collent.

Cl. EFA, P. Darcque.

Les murs en torchis

46Sur certains fragments de terre à bâtir, l’agencement des empreintes entre elles montre que des bois de sections variables, ayant subi ou non une préparation, ont été assemblés de deux manières différentes, correspondant à deux techniques d’armature en bois pour la construction des murs en torchis.

Sur clayonnage

  • 87 Pour un exemple bien conservé, voir Z. Kiziltan, M. A. Polat, « The Neolithic at Yenikapı. Marmaray (...)
  • 88 P. Darcque, Z. Tsirsoni 2010, p. 61‑62 ; pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑61 e (...)
  • 89 Martinez 2001, p. 64 ; pour des photos voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑68 à 5‑71. 
  • 90 Ces fragments ont été retrouvés dans l’amas 609. Pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2, fig (...)
  • 91 Aurenche 1981, p. 70 et p. 135‑139.
  • 92 Technique mentionnée pour la même phase du NRI : voir H. Koukouli-Chryssanthaki, H. Todorova, I. As (...)
  • 93 Reconnue pour une phase du NA sur le site de Sofia-Slatina : voir V. Nikolov, « Das frühneolithisch (...)

47L’entrelacement de branches, facilement reconnaissable, indique l’usage de la technique du clayonnage pour construire l’armature de bois supportant le torchis87. Elle a été reconnue dans la construction du mur 605 du niveau V/Ouest/288. En effet, l’observation attentive des empreintes sur les fragments les mieux conservés et sur la base in situ de ce mur confirme l’utilisation de poteaux verticaux espacés reliés entre eux par des branches fines entrelacées89. Un grand élément de torchis, remonté à partir de plusieurs fragments appartenant au niveau V/Ouest/390, sur lequel les empreintes de bois sont particulièrement bien conservées (fig. 33), montre que la pièce de bois verticale utilisée dans la technique du clayonnage n’est pas toujours celle d’un poteau de section circulaire, mais peut aussi être celle d’un bois de refend. Les fragments de murs construits sur ce type de support en bois présentent toujours une épaisseur de torchis préservée de plusieurs centimètres, elle‑même recouverte d’une ou plusieurs couches d’enduit servant, comme le montrent les témoignages ethnographiques, à protéger le mur, à lui donner une meilleure finition, certaines pouvant correspondre aussi à des couches de réfection pour réparer les fissurations91. L’utilisation de cette technique de construction pour ériger les murs des maisons néolithiques a souvent été reconnue, que ce soit en Grèce du Nord92 ou en Bulgarie93.

Fig. 33 — Fragment recollé de mur en torchis sur clayonnage. Empreintes de poteaux et de bois de refend verticaux avec entrelacement de branches.

Fig. 33 — Fragment recollé de mur en torchis sur clayonnage. Empreintes de poteaux et de bois de refend verticaux avec entrelacement de branches.

Cl. EFA, P. Darcque, dessins EFA, P. Pugsley.

Sur poteaux jointifs

  • 94 P. Darcque, Z. Tsirsoni 2010, p. 60‑61 ; pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2 (n. 90) et p (...)
  • 95 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑15.
  • 96 Martinez 2001, p. 64. 
  • 97 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑13.
  • 98 Dans le cas du mur 809/817 du niveau V/Est/3 construit selon la même technique, les traverses sont (...)
  • 99 Dans la région des Rhodopes, cette technique a été observée par N. Efstratiou, voir N. Efstratiou, (...)
  • 100 C. A. Mould, K. A. wardle (n. 15), p. 79‑82 et p. 83, fig. 3‑5. Une variante utilisant des roseaux (...)
  • 101 M. Özdoğan, dans M. Özdoğan, N. Başgelen, P. Kuniholm (éds.), The Neolithic in Turkey, New Excavati (...)
  • 102 Pour une phase plus récente du NRII, on trouve la mention de cette technique sur le site d’Orlitsa (...)
  • 103 Comme expliqué dans la note 56, pour ces secteurs, aucun fragment associé à une technique de constr (...)

48Le type d’armature utilisé et ayant laissé des empreintes sur les fragments de l’élément architectural 626 du niveau V/Ouest/394 a été plus difficile à reconnaître. En effet, cet élément architectural se présentait sur la fouille sous la forme d’une grande surface plane de plus d’un mètre carré (fig. 34), constituée de plusieurs centaines de fragments restés en connexion95. Leur retournement méticuleux, en conservant leur orientation, a montré l’existence d’empreintes de supports de bois sur l’autre face. L’observation des empreintes et de leur relation réciproque a permis de reconnaître une armature constituée de poteaux à section ronde écorcés, d’un diamètre variant de 5 à 9 cm, alternant de façon aléatoire avec des poteaux à section quadrangulaire correspondant à des bois refendus, disposés parallèlement sans espace entre eux, donc de façon jointive (fig. 35). L’observation de ces deux types d’empreintes montre que les bois refendus étaient taillés pour obtenir des épaisseurs comparables aux sections des rondins et donc donner au support un aspect régulier96 (fig. 36). Les empreintes ne montrent aucun entrelacement avec les poteaux comme dans la technique du clayonnage, ni d’empreintes de poteaux plus larges pouvant être interprétées comme celles de poutres supportant un plancher. La position de cet élément architectural à l’extérieur de la pièce d’habitation (bien délimitée par son sol enduit conservé) et les restes d’un parement en torchis encore en position verticale sur quelques centimètres, percé de quelques trous de section circulaire, plus ou moins alignés selon un axe Nord‑Ouest/Sud‑Est, identifiés comme la base du mur97, nous confortent dans l’interprétation de cet élément comme un pan de mur tombé à plat et construit sur une armature de poteaux jointifs. Quelques fragments du mur présentent par endroit des empreintes d’éléments transversaux de dimensions modestes, de section ronde placées perpendiculairement aux empreintes de poteaux98 et, sur de très rares fragments, une empreinte de lien est partiellement visible, témoignant de l’assemblage de ces différentes pièces de bois (fig. 37). On a donc supposé que ces quelques empreintes appartiennent à des branches, utilisées comme des traverses, attachées aux poteaux pour maintenir l’alignement et renforcer la cohésion de l’armature, déjà donnée par la pose jointive des poteaux. Lors de la destruction, seule une moitié de l’épaisseur du mur aurait été conservée : en effet, la face lissée des fragments vers le haut et la face avec empreintes de bois vers le bas nous conduit à penser que c’est la face interne du mur qui a survécu, tandis que la face externe a été détruite lors de sa chute. Cette couche de terre à bâtir qui peut atteindre une dizaine de centimètres sur les fragments les mieux conservés correspond en réalité à plusieurs couches : une couche de torchis, recouverte d’une couche d’enduit de terre à bâtir, à son tour badigeonnée avec une terre blanchâtre. La reconstitution expérimentale menée sur le site a confirmé la capacité de ce type d’armature à recevoir du torchis et plusieurs couches d’enduits (fig. 38). Cela a aussi été observé dans le village de Golešovo au Sud‑Ouest de la Bulgarie (district de Blagoevgrad) où cette technique est employée dans la construction de l’habitat traditionnel (fig. 39)99. Enfin, parmi les exemples archéologiques connus, on peut mentionner les vestiges de la fouille de Servia100, en Macédoine occidentale grecque, ou d’Aşaği Pınar101, en Thrace turque, qui montrent l’emploi d’une technique semblable102 pour la construction des murs103.

Fig. 34 — Pan de mur 626 sur la fouille.

Fig. 34 — Pan de mur 626 sur la fouille.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 35 — La face du mur 626 avec les empreintes de poteaux jointifs et reconstitution de l’armature en bois avec positionnement des fragments de torchis.

Fig. 35 — La face du mur 626 avec les empreintes de poteaux jointifs et reconstitution de l’armature en bois avec positionnement des fragments de torchis.

Cl. EFA, Ph. Collet et dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 36 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 avec trois empreintes de rondins et une empreinte de bois de refend.

Fig. 36 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 avec trois empreintes de rondins et une empreinte de bois de refend.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 37 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 montrant une empreinte de lien, une de traverse et une de bois de refend.

Fig. 37 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 montrant une empreinte de lien, une de traverse et une de bois de refend.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 38 — Reconstitution expérimentale d’un mur en torchis sur poteaux jointifs.

Fig. 38 — Reconstitution expérimentale d’un mur en torchis sur poteaux jointifs.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Fig. 39 — Mur en torchis sur poteaux jointifs dans le village de Golešovo (Bulgarie).

Fig. 39 — Mur en torchis sur poteaux jointifs dans le village de Golešovo (Bulgarie).

Cl. S. Prévost-Dermarkar.

Les sols et plates‑formes

  • 104 Pour une illustration de ce sol, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑20.
  • 105 Ce même type de sol est reconnu pour tous les niveaux de Servia, voir C. A. Mould et K. A. wardle ( (...)

49L’observation du sol le mieux conservé sur une assez grande superficie, le sol 637104 du niveau V/Ouest/3 (fig. 40), a permis de comprendre les techniques liées à sa mise en place. Il n’apparaît pas comme un simple sol de terre battue, mais comme un sol construit105. Il se caractérise par une fine couche de terre à bâtir dégraissée avec de la balle en très faible quantité, donnant un aspect très compact au revêtement. Cela est sans doute dû à la mise en place par épandage, à l’état semi-liquide, du mélange (fig. 41), puis à la compression avec un outil avant lissage. Les inégalités du sol correspondent à l’aménagement préalable du terrain, sans doute grossièrement aplani et nivelé pour recevoir ensuite la couche d’enduit qui remonte sur les restes de base de mur encore en place au Nord‑Est. Par endroit, plusieurs couches d’enduit ont été repérées, ce qui indique l’entretien du sol par des réfections. Toutefois, les expérimentations menées pour tester la mise en place de ce type d’enduit de sol ont montré une assez bonne résistance au piétinement intensif.

Fig. 40 — Le sol 637 (niveau V/Ouest/3) autour du four 600.

Fig. 40 — Le sol 637 (niveau V/Ouest/3) autour du four 600.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 41 — Sol expérimental en terre à bâtir.

Fig. 41 — Sol expérimental en terre à bâtir.

Cl. EFA, S. Martinez.

  • 106 Darcque, Tsirtsoni 2010, p. 60, fig. 8. Voir aussi Dikili Tash II, 2, fig. 5‑25 à 5‑28.
  • 107 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑73 à 5‑76 et fig. 5‑77 à 5‑83.
  • 108 À Makri, deux exemples de plates‑formes sont mentionnés dans N. Efstratiou et al. (n. 14), p. 28 et (...)
  • 109 Darcque, Tsirtsoni 2010, p. 61, fig. 13.

50À l’ouest, ce sol présente une surélévation, aménagée sur une couche épaisse de sédiment, recouverte de la même terre à bâtir que celle utilisée pour le sol, lissée et délimitée par une bordure arrondie enduite. Cet aménagement joue le rôle d’une plate‑forme sur laquelle sont posés, entre autres, trois vases de stockage et une douzaine d’objets. Malheureusement, ce locus 601 est mal conservé et son plan probablement ovale à l’origine n’est que très partiellement conservé106. Une variante dans la technique de construction de ces plates‑formes aménagées sur un sol construit est illustrée par la plate‑forme 603107 du niveau V/Ouest/2 (fig. 42). Elle montre cette fois l’aménagement d’un soubassement sous la forme d’un cailloutis, placé sur le sol et recouvert d’un enduit de terre à bâtir pour donner cette surélévation par rapport au sol de l’habitat108. Sur cette plate‑forme, au contact du mur, une sorte d’étagère a été entièrement construite à partir d’une masse de terre à bâtir modelée, enduite et décorée de deux sillons incisés109.

Fig. 42 — Au premier plan, le soubassement de la plate-forme 603 (niveau V/Ouest/2).

Fig. 42 — Au premier plan, le soubassement de la plate-forme 603 (niveau V/Ouest/2).

Cl. EFA, P. Darcque.

Les voûtes et soles de four

  • 110 P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 118 (1994), p. 440 et p. 441‑442, fig. 3‑5 et 7. Voir aussi (...)
  • 111 Supra, n. 67. Pour des photos de la structure, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑88 à 5‑93.
  • 112 S. Prévost-Dermarkar, « Les foyers et les fours domestiques en Égée au Néolithique et à l’Âge du Br (...)

51La fouille attentive des vestiges des fours 600 du niveau V/Ouest/3110 (fig. 43) et 614 du niveau V/Ouest/1111, dont les soles étaient en place tout comme la base des voûtes, conservée à certains endroits sur une trentaine de centimètres de haut, confirme l’existence de fours domestiques d’un type simple, celui où un même espace clos surmonté par une voûte en berceau avec une ouverture à sa base sert à la fois de chambre de combustion et de chambre de cuisson112.

Fig. 43 — Le four 600 (niveau V/Ouest/3) en cours de fouille.

Fig. 43 — Le four 600 (niveau V/Ouest/3) en cours de fouille.

Cl. EFA, P. Darcque.

  • 113 Pour cet exemple datant du NRI, voir J. Deshayes, « Fours néolithiques de Dikili Tash », dans Mélan (...)
  • 114 Prévost-Dermarkar 2003, p. 221.
  • 115 Supra, § III.1.1.2.
  • 116 Germain-Vallée et al. 2011, p. 59.
  • 117 Martinez 2001, p. 66.
  • 118 L. Fontaine, R. Anger (n. 32), p. 64‑65.

52L’observation des fragments permet de comprendre la technique de construction employée pour mettre en place les voûtes de ces fours. En effet, en section, certains fragments de parois de four montrent l’existence de colombins empilés les uns sur les autres, avec recouvrement partiel du colombin inférieur par le colombin supérieur (supra, fig. 26 et fig. 44). En surface, par endroits, les lignes de jonction entre les colombins sont observables. De plus, la face interne ne porte aucune empreinte d’un quelconque support, tout comme la sole qui n’est pas percée de trous. Ces voûtes de four ne sont donc pas construites en utilisant une armature de bois enduite de terre à bâtir, comme dans un exemplaire mis au jour durant le programme de fouilles précédent113, mais il faut plutôt imaginer l’utilisation d’une technique proche de celle du potier montant un vase aux colombins. Cependant, les dimensions de ces structures au sol (au minimum 1,20 m de long sur 0,80 m de large) laissent imaginer des hauteurs de voûtes assez grandes et donc des difficultés techniques pour éviter un écroulement. Là encore, l’expérimentation nous a permis de confronter nos solutions techniques à la réalité de la construction de ce type de structure. La reconstitution d’un four expérimental114 a validé cette hypothèse technique et confirmé le bien‑fondé du choix des proportions de dégraissants végétaux. En effet, la composition particulière de la terre à bâtir des voûtes, avec une proportion exceptionnellement élevée de balle de petite fraction, est surprenante et peut être comprise comme un moyen d’augmenter la cohésion de la pâte, dicté par la technique de construction employée115. Ces dégraissants jouent le rôle d’armature interne au matériau, sorte d’ossature omnidirectionnelle répartissant les tensions et diminuant les risques de fissuration116. Ainsi, on constate que la mise en place par superposition et inclinaison progressive des niveaux de colombins est facilitée par la cohésion du matériau utilisé, qui présente l’avantage d’assurer la tenue du sommet de la voûte117 et fait très probablement partie des propriétés recherchées. Cependant, le montage d’une voûte selon cette technique n’est réalisable qu’à la condition de laisser sécher suffisamment chaque niveau de colombins avant de poser le suivant, cela pour éviter tout affaissement, en particulier de la partie supérieure de la voûte (fig. 45). La nécessité d’un temps de séchage assez long est bien connue des bâtisseurs africains qui construisent, encore aujourd’hui, des édifices voûtés118.

Fig. 44 — Dessin technique d’un fragment de la voûte du four 600, montrant les colombins empilés.

Fig. 44 — Dessin technique d’un fragment de la voûte du four 600, montrant les colombins empilés.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 45 — Mise en place des derniers colombins pour fermer la voûte expérimentale.

Fig. 45 — Mise en place des derniers colombins pour fermer la voûte expérimentale.

Cl. EFA, P. Darcque.

  • 119 Pour le choix des terres, voir supra, § III.1.1.
  • 120 Pour les supports de pierres, voir supra, § III.1.2.
  • 121 Prévost-Dermarkar 2003, p. 217.
  • 122 Pour la compression des soles, voir supra, § III.2.2.

53Les soles des deux fours 600 et 614 se présentent toujours sous l’aspect d’une couche d’environ 4 cm d’épaisseur de terre à bâtir uniquement dégraissée avec des minéraux119, probablement appliquée d’abord à l’état semi-liquide par épandage sur une fondation. Celle‑ci est constituée d’un radier de pierres serrées, noyées dans un sédiment meuble, placé dans un trou creusé dans le sol120 et qui amène la sole au même niveau que le sol de l’habitation. Pour le four 614 entièrement démonté, cette fondation atteint environ 40 cm de profondeur121. La couche de terre à bâtir est étalée sur toute la surface de la fondation, en remontant sur la paroi de la voûte et est ensuite compressée, puis lissée aux doigts ou avec un outil122 pour obtenir une surface de sole parfaitement lisse et plane.

Les silos construits

  • 123 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑109 et fig. 5‑122 à 5‑124.
  • 124 P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 118 (1994), p. 437‑446.
  • 125 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑125 à 5‑130. Des vestiges du même type de silo ont été retrouvés au (...)
  • 126 K. Douni, Les dispositifs de la conservation alimentaire au Néolithique dans le bassin égéen, Mémoi (...)
  • 127 Cette technique de fabrication de silos ne semble pas attestée ailleurs sur les sites néolithiques (...)

54Ces structures écroulées se présentaient sur la fouille sous la forme de deux groupes de fragments retrouvés systématiquement associés dans chacun des amas numérotés 852 et 848 dans le secteur V/Est/3123. Le premier groupe est toujours constitué de fragments plats (certains présentent un profil légèrement bombé), d’une épaisseur variant de 4 à 10 cm, qui se caractérisent par une pâte de texture grossière comportant des graviers et dégraissée avec de la balle. Ils présentent tous, sur la face extérieure, parfois convexe, une surface lissée attestée par des empreintes longues et peu profondes laissées par les doigts ou un outil et, sur la face intérieure, des empreintes de paille (fig. 46). Dans l’amas 852, le plus grand fragment porte sur la face lissée une sorte d’anse en forme de tenon percé d’un trou de 1,5 cm de diamètre (fig. 47). Sur la fouille, ces fragments étaient associés à des cendres, à des graines et à des morceaux de bois carbonisés124. Ce groupe de fragments est systématiquement associé, dans les deux amas, à un second groupe de fragments très brûlés, très fragmentés, voire pulvérulents, portant les empreintes très serrées d’un clayonnage de fines branches, d’un centimètre de diamètre environ (fig. 48). L’association de ces deux groupes et le contexte de fouille nous fait penser que ces fragments appartenaient à des silos construits en deux parties : le corps constitué d’une corbeille basse en fine tiges de bois tressées et enduite de terre à bâtir (partie correspondant au groupe de fragments avec empreintes), scellé par une sorte de couvercle en forme de chape en terre à bâtir (fig. 49), appliquée encore humide sur un lit de paille125. Ce système de fermeture permet de protéger les récoltes placées à l’intérieur pendant une longue période, comme l’ont montré des expérimentations menées par S. Martinez et K. Douni126 en 2000 et 2001. À cette occasion, deux silos ont été construits en suivant la technique imaginée ci‑dessus (fig. 50)127. Lors de leur ouverture, on a identifié sur les fragments de terre à bâtir les mêmes empreintes que celles observées sur les fragments archéologiques, ce qui confirme l’hypothèse proposée.

Fig. 46 — Fragments de couvercle de silo avec une surface lissée et une surface avec empreintes de paille.

Fig. 46 — Fragments de couvercle de silo avec une surface lissée et une surface avec empreintes de paille.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 47 — Fragment du couvercle du silo 852 avec tenon en cours de dégagement et dessin technique du fragment.

Fig. 47 — Fragment du couvercle du silo 852 avec tenon en cours de dégagement et dessin technique du fragment.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 48 — Deux fragments avec empreintes d’un clayonnage fin appartenant sans doute à une corbeille de silo.

Fig. 48 — Deux fragments avec empreintes d’un clayonnage fin appartenant sans doute à une corbeille de silo.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 49 — Reconstitution graphique d’un silo construit sur corbeille.

Fig. 49 — Reconstitution graphique d’un silo construit sur corbeille.

Dessin EFA, P. Pugsley.

Fig. 50 — Reconstitution expérimentale d’un silo construit sur corbeille.

Fig. 50 — Reconstitution expérimentale d’un silo construit sur corbeille.

Cl. S. Martinez.

Les décors muraux

  • 128 R. Treuil, P. Darcque, « Un “bucrane” néolithique à Dikili Tash (Macédoine orientale) : parallèles (...)
  • 129 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑41b.
  • 130 Comme sur le site de Promahonas, voir la maquette dans H. Koukouli-Chryssanthaki et al. (n. 92), p. (...)

55La terre à bâtir a également été employée dans une technique originale de surmodelage, pour sculpter un bucrane complet retrouvé tombé sur le sol de la pièce du niveau V/Ouest/3128. Cette technique consiste à utiliser le crâne d’un bovidé comme support et à l’enduire de terre à bâtir en sculptant une tête d’animal dont les narines, la bouche et les yeux sont représentés de manière stylisée par de simples sillons en creux (fig. 51). La face postérieure plane correspond sans doute à la surface sur laquelle le bucrane a été modelé et/ou fixé. D’autres museaux de bovidés modelés et fragmentés ont été retrouvés à proximité dans un amas (fig. 52)129 et on peut imaginer qu’ils étaient exposés comme des trophées130. Ces objets montrent la variété des réalisations auxquelles se prêtent les propriétés plastiques de la terre à bâtir.

Fig. 51 — Bucrane du niveau V/Ouest/3.

Fig. 51 — Bucrane du niveau V/Ouest/3.

Cl. EFA, P. Collet.

Fig. 52 — Fragment de museau de bovidé.

Fig. 52 — Fragment de museau de bovidé.

Dessin EFA, P. Pugsley.

La reconstitution de chaînes opératoires de construction

  • 131 Pour une reconstitution en dessin de la chaîne opératoire de construction d’un four, voir Germain-V (...)

56La reconnaissance et l’association de toutes les étapes de préparation des matériaux, de mise en œuvre et de traitement nous ont finalement conduits à proposer une reconstitution de la totalité de la chaîne opératoire de construction de certains éléments architecturaux131 (supra, fig. 1).

  • 132 Cependant, nous avons bénéficié de l’aide précieuse de Grigoris Exouzidis, gardien du site, qui ava (...)

57Deux exemples de chaînes opératoires testées par des expérimentations sont présentés de façon synthétique, dans les tableaux 1 et 2, ci‑après. Ils respectent et suivent les grandes étapes habituelles de la construction en terre à bâtir, à savoir : la recherche et la collecte des matières premières (fig. 53), la préparation et la mise en place des supports (fig. 54‑55), la préparation du matériau terre à bâtir (supra, fig. 22), sa mise en œuvre (fig. 56) et la finition des surfaces (fig. 57). On peut ainsi mieux comprendre l’importance de chaque étape et avoir une idée de la durée des opérations. Bien que notre manque d’expérience et de savoir‑faire ait probablement influencé notre perception des premières étapes de recherche et de préparation, celles‑ci nous sont apparues comme longues132.

Fig. 53 — Collecte des matières premières.

Fig. 53 — Collecte des matières premières.

Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.

Fig. 54 — Écorçage des poteaux pour préparation des poteaux de l’armature et de liens avec l’écorce.

Fig. 54 — Écorçage des poteaux pour préparation des poteaux de l’armature et de liens avec l’écorce.

Cl. EFA, S.  Prévost-Dermarkar.

Fig. 55 — Mise en place du soubassement en pierre d’un foyer expérimental.

Fig. 55 — Mise en place du soubassement en pierre d’un foyer expérimental.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 56 — Mise en place d’un niveau de colombins pour la construction d’une voûte de four expérimental.

Fig. 56 — Mise en place d’un niveau de colombins pour la construction d’une voûte de four expérimental.

Cl. EFA, P. Darcque.

Fig. 57 — Lissage de la surface de la voûte.

Fig. 57 — Lissage de la surface de la voûte.

Cl. EFA, P. Darcque.

Tableau 1 — Chaîne opératoire de la construction d’un mur en torchis sur poteaux jointifs.

Séquences

Opérations

Outils possibles

1) Recherche et collecte des matières premières pour la confection de la terre à bâtir et du support

– extraction de la terre argileuse
– collecte et stockage du dégraissant végétal (balle de blé vêtu : engrain ou amidonnier)
– choix et abattage des arbres selon le diamètre (entre 6 et 9 cm de préférence)

– pic en bois
– faucille ou mains (moisson)
– mortier et pilon en bois (décorticage du blé vêtu)
– hache en pierre

2) Préparation et mise en place du support

– façonnage de 37 poteaux en pointe pour faciliter l’enfoncement
– débitage en bois de refend si nécessaire
– écorçage et récupération de l’écorce pour fabriquer des liens
– creusement d’un petit fossé de 30 cm de profondeur
– enfoncement des poteaux alignés et serrés les uns aux autres
– comblement du fossé
– positionnement d’une traverse en branche attachée avec des liens en écorce

– hache en pierre
– masse et coin
– baguette de bois
– pic en bois
– mains
– mains
– mains

3) Préparation du matériau « terre à bâtir »

– mélange à sec de la terre et du dégraissant (balle)
– ajout d’eau
– malaxage à l’état humide du mélange « terre à bâtir »

– pieds ou outil en bois
– récipient en terre cuite
– pieds pour foulage

4) Mise en place de la couche de torchis de terre à bâtir

– projection d’une couche de torchis sur l’armature en bois sur chaque face du mur
– égalisation grossière
– début du séchage mais torchis encore humide

– mains
– mains, galet ou bois

5) Finition des surfaces

– rajout d’une couche plus fine d’enduit de terre à bâtir
– lissage

– mains
– mains, galet, os ou bois

58Le but était de vérifier la bonne tenue du torchis sur l’armature de poteaux jointifs et non la reconstruction d’un mur complet. L’expérimentation s’est donc limitée à la construction d’une portion de mur de 2 m de long sur 1,60 m de haut environ, dont seulement 1,60 m2 a été enduit. Les temps et les quantités de terre à bâtir n’ont pas été notés.

Tableau 2 — Chaîne opératoire de la construction d’un four domestique voûté.

Séquences

Opérations

Outils possibles
* non utilisés dans nos essais

Quantités
(mesurées dans un seau gradué en litres)

Temps approx.
(pour une personne non expérimentée)

1) Recherche et collecte des matières premières pour la confection de la terre à bâtir et du support

– choix et extraction de la terre argileuse
– collecte et stockage du dégraissant végétal (balle de blé vêtu : engrain ou amidonnier)
– choix des pierres pour le cailloutis

– pic en bois*
– faucille ou mains (moisson)
– mortier et pilon en bois (décorticage du blé vêtu)

pour toute l’expérimentation :
– 338 l de terre
– 151 l de balle
– 13 l de sable
– 147 l d’eau

une demi-journée, si la balle a été stockée après la moisson

2) Mise en place du soubassement

– creusement d’une fosse (profonde de 40 cm)
– comblement de la fosse avec des pierres et de la terre (4 niveaux de pierres de tailles différentes)

– pic en bois*
– mains

– 1h30
– 1h30

3) Préparation du matériau « terre à bâtir » pour la voûte et la sole

– mélange à sec de la terre et du dégraissant : 2 préparations différentes (balle pour la voûte et uniquement sable pour la sole)
– ajout d’eau
– malaxage à l’état humide du mélange « terre à bâtir »

– pieds ou outil en bois*


– récipient en terre cuite
– pieds pour foulage

– pour la sole : 30 l de terre +13 l de sable + 16 l d’eau, soit un total de 31 l de mélange
– pour la voûte : 308 l de terre + 151 l de balle + 131 l d’eau, soit un total de 225 l

– 0h30 pour le mélange de la sole

– 0h30 pour un mélange = un niveau de colombins

4) Mise en place du premier niveau de colombins

– façonnage et mise en place de colombins pour constituer la première assise

– mains

– pour un niveau de colombins : 14 l de terre + 7 l de balle + 5 l d’eau, soit un total de 10 l

– 0h30 pour la mise en place d’un niveau de colombins

5) Mise en place de la sole

– épandage du mélange
– égalisation grossière
– compactage

– lissages répétés à différents états de séchage

– mains
– mains
– mains et/ou outil (masse en bois* ou galet)
– mains et/ou galet, os, tissu*, cuir*

–  h50 pour toute cette séquence

6) Construction de la voûte

– façonnage des colombins
– superposition des 14 niveaux successifs de colombins
– pression et lissage aux points de jonction entre colombins supérieurs et inférieurs

– mains
– mains
– mains

– 14h cumulées
– respecter un temps de séchage de 1 à 2h entre chaque niveau de colombins du sommet

7) Finition de surface de la voûte

– rajout d’une couche plus fine d’enduit de terre à bâtir
– lissage
– bouchage des fissures qui apparaissent lors du séchage

– mains et/ou galet

– un total de 256 l de terre à bâtir utilisée

– au total 19h30 cumulées pour la construction du four

Quantités et temps donnés pour la reconstitution d’un four de plan ovale mesurant 1,50  m de long sur 1 m de large, avec une plage avant de 40 cm.

59Le soin apporté au choix des matières premières, puis à leur mise en œuvre, surtout pour la préparation du mélange « terre à bâtir », est apparu comme indispensable pour obtenir un résultat comparable aux données archéologiques. Cela met en lumière le savoir‑faire technique dont bénéficiaient les usagers de la terre à bâtir de ces périodes préhistoriques, leur permettant une utilisation efficace de ce matériau. Les quantités de chaque ingrédient incorporé (terre, dégraissants et eau) sont apparues comme primordiales à maîtriser pour obtenir la consistance adaptée à chaque technique utilisée, comme le façonnage de colombins pour la voûte du four, d’autant plus que des mélanges différents ont été nécessaires pour réaliser les différentes parties des structures construites (torchis et enduit pour le mur ; sole, torchis et enduit des parois de la voûte pour le four), ainsi que pour limiter les fissurations au séchage. Le respect d’un temps de séchage s’est révélé lui aussi déterminant pour obtenir le résultat escompté, en particulier pour monter et incliner les rangs de colombins constituant la voûte du four ou pour accrocher la couche d’enduit sur la couche de torchis du mur. Enfin, le soin apporté au traitement des surfaces et aux finitions a joué un grand rôle pour limiter les fissurations, comblées régulièrement au cours du séchage, et essayer d’obtenir un aspect aussi proche que possible des vestiges archéologiques, par exemple pour le compactage et le lissage de la sole du four.

La reconstitution du système technique

  • 133 Voir P. Darcque et al. (n. 6), p. 249 ; P. Darcque, Z. Tsirtsoni 2010, p. 59‑61 ; Dikili Tash II, 2 (...)

60La description de l’ensemble de ces chaînes opératoires, leur association entre elles, et leur croisement avec la répartition des vestiges sur le terrain ont débouché sur une reconstitution partielle de l’habitat néolithique de Dikili Tash, comme celle d’une pièce d’habitation du niveau V/Ouest/3133 (fig. 58). Cette proposition est fondée sur les résultats de l’étude morpho-technologique des fragments d’architecture, identifiés en élévation ou parmi le matériel épars dans la couche de destruction : mur Est de la pièce en torchis sur poteaux jointifs, sol enduit, four domestique voûté, foyer sur sole aménagée, plate‑forme surélevée construite, décor architectural sous la forme d’un bucrane surmodelé.

Fig. 58 — Reconstitution d’une pièce d’habitation du niveau V/Ouest/3.

Fig. 58 — Reconstitution d’une pièce d’habitation du niveau V/Ouest/3.

Éch. 1/100

Dessin EFA, P. Pugsley.

  • 134 S. Martinez, S. Prévost-Dermarkar (n. 18), p. 148. Pour un emploi des deux techniques dans une même (...)
  • 135 R. Treuil, Z. Tsirtsoni (n. 29), p. 214‑215.

61À cette occasion, pour la première fois sur le site de Dikili Tash, un système technique a été reconnu associant dans un même niveau d’habitat des murs en torchis construits avec deux techniques différentes d’armatures en bois : clayonnage et poteaux jointifs134. Malheureusement, l’emplacement exact du mur de torchis sur clayonnage, trop fragmenté et éparpillé, n’a pas pu être établi. Finalement, l’identification et la localisation des aménagements domestiques qui structurent l’espace intérieur de la pièce, associées aux autres vestiges archéologiques (céramiques, restes botaniques, outillage en pierre, etc.), ont permis de reconstituer l’organisation spatiale des activités domestiques dans une maisonnée et les relations entre aires de circulation et aires d’activité135.

Conclusion

62L’approche suivie, fondée sur une analyse morpho-technologique de l’ensemble des fragments de terre à bâtir, a apporté une multitude d’informations précieuses pour notre connaissance de l’architecture en terre du Néolithique et des bâtisseurs préhistoriques.

63L’étude a montré que le choix des matériaux semble avoir été primordial, en lien à la fois avec les ressources disponibles, mais aussi avec l’élément architectural projeté. C’est en particulier le cas des terres à bâtir des soles de structure de combustion et des voûtes de four. Cela souligne la connaissance des hommes préhistoriques de leur environnement naturel et des propriétés de la terre à bâtir. L’utilisation exclusive de la balle dans les mélanges destinés à tous les éléments architecturaux, à l’exception des soles de four, réclame une explication. Pour tous les aménagements intérieurs et les enduits de murs, ce choix peut s’expliquer au moins par des raisons de techniques de mise en œuvre (empilement de colombins, par exemple) et de traitement de surface (enduit de sol, par exemple), en lien peut‑être aussi avec la recherche d’un rendu plus fin et plus esthétique. Ce choix est plus étonnant pour la construction de la couche de torchis des murs, où la paille aurait très bien pu jouer le même rôle. Dans ce cas, le choix effectué est peut‑être en rapport avec la gestion des productions agricoles, ce qui permet de démontrer la place importante tenue par la construction dans l’économie villageoise. L’exemple de Dikili Tash invite donc à rechercher de façon plus systématique et approfondie les composants (en particulier le type de dégraissant végétal) employés dans la terre de construction lors de l’étude architecturale des habitats préhistoriques. On a vu aussi que le soin apporté à la préparation du matériau terre à bâtir est systématique et très important pour obtenir un mélange parfaitement adapté à toutes les techniques de mise en œuvre identifiées, illustrant la maîtrise par les bâtisseurs de chacune des étapes des chaînes opératoires de construction. L’ensemble des connaissances et des compétences développées par ces bâtisseurs a probablement été intégré par la répétition et la visibilité quotidienne des pratiques de construction au sein de l’habitat, permettant de développer des stratégies, par exemple pour le stockage des déchets de traitement des céréales ou bien des compétences spécifiques pour la mise en œuvre du matériau terre à bâtir. Le savoir‑faire technique s’est ainsi maintenu au sein de la communauté et s’est peut‑être diffusé ailleurs.

64L’étude a aussi montré que la combinaison des différentes techniques de préparation, de mise en œuvre et de traitement de surface a permis de construire des éléments architecturaux variés, adaptés à leur fonction dans la maison, soulignant encore l’étendue des savoir‑faire des constructeurs préhistoriques. Ainsi, elle a mis en évidence la construction de murs en torchis sur poteaux jointifs, technique plus rarement évoquée pour les maisons préhistoriques que la technique sur clayonnage. Elle a souligné que la construction des voûtes de four par empilement de colombins, donc sans armature de bois, est privilégiée par les bâtisseurs. Enfin, l’identification de la fabrication de silos sous la forme de corbeilles enduites scellées par une chape en terre s’est révélée originale et inconnue jusqu’à présent à Dikili Tash.

  • 136 Cependant, en nous appuyant sur notre première expérience, nous avons essayé d’améliorer le process (...)
  • 137 Pour la maison 1, l’étude par l’auteure a commencé en 2009, s’est poursuivie en 2011, puis de 2012 (...)
  • 138 Pour les datations récentes de la maison 1, voir Z. Tsirtsoni, « The Late Neolithic II (Chalcolithi (...)

65Ces résultats nous ont encouragés à poursuivre l’étude architecturale en utilisant la même méthode, dans le cadre du nouveau programme de recherches136, commencé depuis 2008 sur le site, pour les vestiges des quatre maisons du secteur 6137. L’un des objectifs de ce nouveau programme est de donner une vision diachronique des techniques de construction en étudiant des habitations du niveau du Néolithique Récent II, dont la date absolue est comprise entre 4300 et 4200 av. J.‑C. (datations C14 et TL)138. La variété des techniques de construction reconnues dans les secteurs I et V datés du Néolithique Récent I est donc progressivement confrontée aux résultats obtenus dans l’étude des fragments architecturaux du secteur 6. Il s’agit de montrer les permanences et/ou les changements dans le système technique de construction des maisons de chaque niveau d’occupation du site de Dikili Tash. Dans l’avenir, l’intérêt grandissant pour ces vestiges et la multiplication des études technologiques sur d’autres sites préhistoriques de la même aire géographique pourraient mettre en évidence des particularités chrono-culturelles dans les systèmes techniques.

Haut de page

Bibliographie

Aurenche 1981 = O. Aurenche, La maison orientale. L’architecture du Proche‑Orient Ancien des origines au milieu du quatrième millénaire.

Chazelles, Klein 2003 = C.‑A. de Chazelles et A. Klein (éds), échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, 1, Terre modelée, découpée ou coffrée. Matériaux et modes de mise en œuvre.

Darcque, Tsirtsoni 2010 = P. Darcque, Z. Tsirtsoni, « Evidence from Dikili Tash (Eastern Macedonia, Greece) and the tell issue », dans S. Hansen (éd.), Leben auf dem Tell als soziale Praxis, p. 59‑62.

Dikili Tash II, 2, à paraître = P. Darcque, H. Koukouli-Chryssanthaki, D. Malamidou, R. Treuil, Z. Tsirtsoni, Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale, Histoire d’un tell : les recherches 1986-2016, vol. II, 2.

Germain-Vallée et al. 2011 = C. Germain-Vallée, S. Prévost-Dermarkar, L. Lespez, « Stratégie de prélèvement et de mise en œuvre de la « terre à bâtir » des structures de combustion néolithique du site de Dikili Tash (Grèce) à partir d’une étude micromorphologique », Archéosciences 35, p. 41‑63.

Houben, Guillaud 1989 = H. Houben, H. Guillaud, Traité de construction en terre3.

Kalchev 2013 = P. Kalchev, An early Neolithic two‑level building at tell Okrazhna bolnitsa in Stara Zagora.

Martinez 2001 = S. Martinez, « A New Look at House Construction Techniques. Current Research at Dikili Tash, Neolithic Site of Eastern Macedonia », AEMTh 13, p. 63‑68.

Prévost-Dermarkar 2003 = S. Prévost-Dermarkar, « Les fours néolithiques de Dikili Tash (Macédoine, Grèce) : une approche expérimentale des techniques de construction des voûtes en terre à bâtir », dans M.‑C. Frère-Sautot (éd.), Le feu domestique et ses structures au Néolithique et aux Âges des métaux (Actes du colloque de Bourg‑en‑Bresse et Beaune, 7‑8 octobre 2000), p. 215‑223.

Todorova et al. 2007 = H. Todorova, M. Stefanovich, G. Ivanov (éds), The Struma/Strymon River Valley in Prehistory, 2.

Haut de page

Annexe

Lexique trilingue des termes techniques

Français

Anglais

Grec

adhérence

adherence, grip

πρόσφυση

agencement

arrangement

διάταξη

amas

pile, heap

σωρός, συσσώρευση

aménagement

interior fittings

εσωτερικός εξοπλισµός, κατασκευή

assemblage

assemblage

συναρµολόγηση

aplanir

to level

ισιώνω, στρώνω

argile

clay

άργιλος, πηλός

armature

frame, framework, reinforcement

σκελετός, ξυλοδεσιά

badigeon

white wash, color wash

επίχρισµα (ασβεστώδες, χρωµατιστό), σοβάς

balle (syn. glume)

chaff, husk

φλούδα δηµητριακών

battre/ battage

to beat/ beating, to pack/packing

πατώ, χτυπώ, συµπιέζω

bois d’œuvre

timber, lumber

οικοδοµικό ξύλο, ξυλεία

bois refendu

split wood, cleft timber

σχισµένο ξύλο

branche

branch

κλαδί

caillou

gravel

χαλίκι

cailloutis

cobbled area, pebble floor

χαλικόστρωτο (δάπεδο), στρώση από χαλίκια

canisse

reed panel

καλαµωτή

chambre de combustion

burning/combustion chamber

θάλαµος καύσης

chambre de cuisson

baking/cooking chamber

θάλαµος ψησίµατος/ θάλαµος όπτησης

chape

covering

κάλυµµα, πλάκα

clayonnage

wattle

πλέγµα κλαδιών

cohésion (de la pâte)

cohesiveness, cohesion (of the mixture)

συνοχή, συνεκτικότητα (του µίγµατος)

colombin

coil

κουλούρα

compacter/ compactage

to compact/ compacting

συµπιέζω/ συµπίεση

compresser/ compression

to compress/ compressing

πιέζω, συµπιέζω/ συµπίεση

corbeille

basket

καλάθι

couche

layer

στρώµα, στρώση

couvercle

cover

κάλυµµα, πώµα

débiter du bois

to cut up wood

κόβω, τεµαχίζω ξύλο

décantation

settling

καθίζηση, καθαρισµός µέσω καθίζησης

décortiquer/ décorticage

to shell/ shelling, to husk/ husking

αποφλοιώνω, ξεφλουδίζω (σπόρους)/ απο­φλοίωση

dégraissant

temper

έγκλεισµα, πρόσµιξη

écorcer/ écorçage

to peel/ peeling

ξεφλουδίζω (ξύλο)/ ξεφλούδισµα

égaliser/ égalisation

to even

ισιώνω, στρώνω

empilement (de colombins)

stake, staking (of coils)

στοίβαγµα (κουλούρων)

empreinte

imprint

αποτύπωµα

empreinte digitale

fingerprint, digital print

αποτύπωµα δαχτύλου, δαχτυλιά

enduit/ enduire

coating, plaster/ to coat, to plaster

επίχρισµα, επένδυση, σοβάς/ επιχρίω, επενδύω, σοβατίζω

épandre/ épandage

to pour/ pouring

χύνω, απλώνω/ χύσιµο, άπλωµα

façonner/ façonnage

to shape/ shaping

πλάθω, µορφοποιώ, κατασκευάζω/ µορφο­ποίηση, κατασκευή

fermentation

fermentation

ζύµωση

fibre

fibre

ίνα

filet de portage

carrying net

δίχτυ για µεταφορά

finition

finishing

επεξεργασία επιφάνειας

fissure/ fissuration

crack

ρωγµή, σκάσιµο

fond de pâte

clay matrix

άργιλος, αργιλική µάζα

four domestique

domestic oven

οικιακός φούρνος, ιπνός

foyer

hearth, fire place

εστία

fraction

fraction

κλάσµα

gâcher/ gâchage

to mix/ mixing

αναµιγνύω/ ανάµιξη (οικοδοµικών υλικών)

galet

pebble, river stone

Βότσαλο

gravier

gravel

Χαλίκι

hourdage

mud filling

γέµισµα από αχυροπηλό

joint (entre colombins)

joint, bed joint

αρµός, ένωση

lisser/ lissage

to smooth/ smoothing

λειαίνω/ λείανση

lien

tie

δέσιµο

malaxer/ malaxage

to knead/ kneading

ζυµώνω/ ζύµωµα

mélange

mix, mixture

µίγµα

mettre en place (mettre en œuvre)

to install

εγκαθιστώ, τοποθετώ

modeler/ modelage

to model/ modelling

πλάθω/ πλάσιµο

mortier

mortar

κονίαµα, σοβάς

motte de terre

ball, block of earth

µπάλα, κοµµάτι χώµατος

niveler

to level, flatten

ισιώνω, ισοπεδώνω

paille

straw

άχυρο

paille hachée

chopped straw

ψιλοκοµµένο άχυρο

paroi

wall, wall side

επιφάνεια τοίχου, τοίχωµα

parement

(wall) face

πρόσωπο τοίχου

pâte

clay mixture, fabric

µίγµα για πλάσιµο, πηλός

pilon

pestle

κόπανος/γουδοχέρι

perche

wooden stake

λεπτός πάσσαλος

planche

plank

σανίδα

plancher

wooden floor, flooring

ξύλινο πάτωµα

plate‑forme

platform

υπερυψωµένη επιφάνεια, έδρανο

polir

to polish, to burnish

στιλβώνω

poteau

post

στύλος, πάσσαλος

poteaux jointifs

joined posts

ενωµένοι πάσσαλοι

poutre

beam

δοκός, δοκάρι

presser/ pression

to press/ pressing

πιέζω/ πίεση

projeter/ projection

to throw/ throwing

πετώ, ρίχνω (ένα υλικό πάνω σε µια επιφάνεια)

propriété isolante

insulation property, isolating

µονωτική ιδιότητα

propriété thermique

thermal property

θερµική ιδιότητα

réfection

repair

επισκευή

remontée d’humidité par capillarité

capillary rise of moisture

άνοδος της υγρασίας (λόγω τριχοειδούς ιδιότητας)

rondin

log, round stick

τµήµα κορµού, στρογγυλεµένο ξύλο

roseau

reed

καλάµι

sable

sand

άµµος

sécher/ séchage

to dry/ drying

στεγνώνω/ στέγνωµα

silo (construit)

storage bin

αποθηκευτικό δοχείο (από άψητο πηλό)

sol (artificiel intérieur)

floor

πάτωµα, δάπεδο

sol enduit

plastered floor

επιχρισµένο δάπεδο

sol en terre battue

mud floor, earthen floor

χωµάτινο δάπεδο

sole

oven floor

δάπεδο φούρνου ή εστίας

soubassement

foundation, substructure

βάση, υπόβαθρο, υπόστρωµα

stabilisant

stabilizing agent

στερεωτικό, σταθεροποιητικό υλικό

structure de combustion

thermal structure

θερµική κατασκευή

support

supporting element

στήριγµα, υποστήριγµα

surmodeler

to cover, to coat

επενδύω µε πηλό, πλάθω (πάνω σε υπόστρωµα)

talocher/ talochage

to trowel

σοβατίζω

tamiser/ tamisage

to sieve/ sieving

κοσκινίζω

tasser

to pack

στοιβάζω σφιχτά, συµπιέζω

terre crue

earth, mud

άψητος πηλός, αχυροπηλός

terre cuite

baked clay, terracotta

ψηµένος πηλός, κεραµική

terre à bâtir

construction earth, mud, daub

πηλός χτισίµατος, λάσπη, αχυροπηλός

texture

texture

υφή, σύσταση

torchis (technique de)

daub (technique)

τεχνική χτισίµατος µε αχυροπηλό πάνω σε ξύλινο σκελετό (γενικά)

torchis sur clayonnage

wattle-and-daub

τεχνική χτισίµατος µε αχυροπηλό πάνω σε ξύλινο πλέγµα

traction

traction

έλξη

traitement de surface

surface finishing

επεξεργασία επιφάνειας

traverse

crosstie, wooden crosspiece

τραβέρσα

treillis

trellis, lattice

πλέγµα

vanner

to winnow

λιχνίζω

voûte

vault

θόλος, καµάρα

Haut de page

Notes

1 L’expression « terre à bâtir » désigne un matériau préparé à partir de terres plus ou moins argileuses, malaxées avec de l’eau et des dégraissants d’origine végétale, minérale ou animale. Ce matériau peut servir de composant pour fabriquer des briques, être employé comme terre massive, pour façonner les aménagements intérieurs des maisons, ou bien encore recouvrir des armatures de bois, pour construire des murs. Cette expression est à distinguer du terme « torchis », qui doit être réservé à la technique de mise en œuvre de la terre à bâtir sur un support végétal ; voir O. Aurenche (éd.), Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche‑Orient ancien (1977), p. 167 et 170 ; O. Aurenche, « Propositions de terminologie pour les modalités de mise en œuvre de la terre comme matériau de construction », dans Chazelles, Klein 2003, p. 279‑282.

2 D. Friesem, P. Karkanas, G. Tsartsidou, R. Shahack-Gross, « Sedimentary processes involved in mud brick degradation in temperate environments: a micromorphological approach in an ethnoarchaeological context in northern Greece », Journal of Archaeological Science 41 (2014), p. 556‑567.

3 Voir le schéma publié par C. Cammas, « L’architecture en terre crue à l’Âge du Fer et à l’époque romaine : apports de la discrimination micromorphologique des modes de mise en œuvre », dans Chazelles, Klein 2003, p. 33, fig. 1. Voir aussi S. Martinez, Les techniques de construction au Néolithique dans la Grèce du Nord et les Balkans, Mémoire de DEA, Université de Paris I (1996), p. 8.

4 Le premier programme, dirigé par J. Deshayes et D. Théocharis, s’est déroulé de 1961 à 1975 ; voir R. Treuil (dir.), Dikili Tash, village préhistorique de Macédoine orientale I. Fouilles de Jean Deshayes (1961-1975), volume 1, BCH Suppl. XXIV (1992), sp. p. 3‑17, ainsi que H. Koukouli-Chryssanthaki, A. Romiopoulou, « Οι ανασκαφές στον ελληνικό τοµέα του προϊστορικού οικισµού Ντικιλί Τας (1961-1967) », dans ∆ιεθνές Συνέδριο για την Αρχαία Θεσσαλία στη µνήµη του ∆.Ρ. Θεοχάρη, Βόλος 1987 (1992), p. 226‑248.

5 Le second programme, dirigé par H. Koukouli-Chryssanthaki sur le secteur VI et R. Treuil sur les secteurs I et V, s’est déroulé de 1986 à 2000 ; voir HKoukouli-Chryssanthaki, RTreuil, DMalamidou, « Προϊστορικός οικισµός Φιλίππων Ντικιλί Τας : δέκα χρόνια ανασκαφικής έρευνας », AEMTh 10 (1996) p. 681‑704 ; RTreuil, « Dikili Tash à l’époque néolithique : un village dans la plaine de Drama », Dossiers dArchéologie 222 (1997), p. 18‑25 ; PDarcque, HKoukouli-Chryssanthaki, DMalamidou, RTreuil, ZTsirtsoni, « Recent researches at the Neolithic settlement of Dikili Tash, Eastern Macedonia, Greece: an overview », dans Todorova et al. 2007, p. 247‑256 ; Dikili Tash II, 2. Le site web www.dikili-tash.fr. fournit la liste complète des rapports préliminaires.

6 Voir les plans topographiques, BCH 136‑137 (2012-2013), p. 749, fig. 1 ; Dikili Tash II, 2, fig. 1‑6.

7 Pour une présentation préliminaire de ces niveaux, voir Darcque, Tsirtsoni 2010. Pour une présentation complète, voir Dikili Tash II, 2, chap. 2 et chap. 5.

8 R. Treuil, Z. Tsirtsoni, « Late Neolithic houses at Dikili Tash: a contextual approach », dans S. Hiller, V. Nikolov (éds), Karanovo III, Beiträge zum Neolithikum in Südosteuropa (Proceedings of the International Symposium “Das Neolithikum in Südosteuropa”, Karanovo, 6‑9 October 1997) (2000), p. 213‑216.

9 S. Chohadzhiev, Neolithic and Chalkolithic cultures in the Struma river basin (2007) ; Todorova et al. 2007.

10 S. Chohadzhiev (n. 9), p. 60‑64 ; R. Treuil, Le Néolithique et le Bronze ancien égéens. Les problèmes stratigraphiques et chronologiques, les techniques, les hommes (1983), p. 272‑274, sp. p. 267, carte 4, sp. p. 269, carte 5 ; R. Treuil, P. Darcque, J.‑C. Poursat, G. Touchais, Les civilisations égéennes du Néolithique et de l’Âge du bronze (2008), p. 69‑71.

11 Comme l’a rappelé Sylvia Martinez (Martinez 2001, p. 63‑64), elles sont dues à Chr. Tsountas et concernent les sites de Dimini et Sesklo, en Thessalie ; voir Chr. Tsountas, Αι προϊστορικαί ακροπόλεις ∆ιµηνίου και Σέσκλου (1908), p. 79‑84, fig. 13‑17.

12 S. Martinez, n. 3.

13 S. Prévost, Les fours et les foyers domestiques en Égée au Néolithique et à l’Âge du bronze, Mémoire de DEA, Université de Paris I (1993).

14 Plusieurs équipes, travaillant pendant les mêmes années dans cette aire chrono-géographique, ont aussi montré un intérêt pour les vestiges architecturaux, mais avec d’autres problématiques liées à des contextes de fouille différents : à Servia, une étude non systématique des empreintes sur certains fragments de terre à bâtir a été menée pour comprendre les techniques de construction des murs, des toits et des sols, voir C. A. Mould et K. A. Wardle dans C. Ridley, K. A. Wardle, C. A. Mould, Servia I, BSA. Supplementary Volume 32 (2000), p. 71‑91 ; à Dispilio, l’étude de l’architecture a surtout mis en valeur la technologie du travail du bois d’œuvre (particulièrement bien conservé sur ce site) et des assemblages, voir S. Chatzitoulousis, « Η τεχνολογία του ξύλου στο Νεολιθικό λιµναίο οικισµό του ∆ισπηλιού Καστοριάς », Ανάσκαµµα 1 (2008), p. 93‑123 ; à Makri, l’étude des vestiges a porté surtout sur la répartition spatiale des différents aménagements, voir N. Efstratiou, M. P. Fumanal, C. Ferrer, D. Urem Kotsos, A. Curci, A. Tagliacozzo, G. Stratouli, S. M. Valamoti, M. Ntinou, M. Madella, K. Skourtopoulou, « Excavations at the Neolithic settlement of Makri, Thrace, Greece (1988-1996) – A preliminary report », Saguntum 31 (1998), p. 11‑62.

15 Voir H. Balfet (éd.), Observer l’action technique. Des chaînes opératoires, pour quoi faire ? (1991), p. 17.

16 Une approche similaire est suivie dans A. Coudart, Architecture et société néolithique. L’unité et la variance de la maison danubienne, Documents d’archéologie française 67 (1998), p. 18‑19.

17 D. Borić, « First Households and ‘House Societies’ in European Prehistory », dans Prehistoric Europe: Theory and Practice (2008), p. 109‑142.

18 Martinez 2001 ; S. Martinez, S. Prévost-Dermarkar, « Les techniques de construction de l’habitat en terre du site néolithique de Dikili Tash (Macédoine orientale, Grèce) », dans Cahier des thèmes transversaux ArScAn 4 (2002/2003), p. 147‑150 ; Prévost-Dermarkar 2003 ; Germain-Vallée et al. 2011.

19 Infra, § III.1.1. Les terre choisies.

20 Infra, § III.1.1. Les dégraissants végétaux.

21 Voir S. de Beaune, Pour une archéologie du geste‑Broyer, moudre, piler. Des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs (2000), p. 33‑36, sp. p. 35, fig. 4.

22 N. Efstratiou et al. (n. 14). 

23 C.A. Mould, K. Wardle (n. 14).

24 D. Malamidou, « Ανασκαφή στον προϊστορικό οικισµό “Κρυονέρι” Ν. Κερδυλλίων », AEMTh 11 (1997), p. 509‑538 ; D. Malamidou, « Kryoneri : a Neolithic and Early Bronze Age settlement in the lower Strymon valley », dans H. Todorova et al (n. 9), p. 297‑308.

25 SPapadopoulos, DMalamidou, « Προϊστορικός οικισµός Λιµεναρίων: το χρονικό της έρευνας », dans SPapadopoulos, DMalamidou (éds), ∆έκα Χρόνια Ανασκαφικής Έρευνας στον Προϊστορικό Οικισµό Λιµεναρίων Θάσου. Πρακτικά Ηµερίδας. Θάσος 11 Ιουλίου 2003 (2012), p. 37‑50.

26 J. L. Brochier, « Fouilles franco-bulgares du site Néolithique Ancien de Kovačevo (Bulgarie du Sud‑Ouest). Étude de la sédimentation anthropique. La stratégie des ethnofaciès sédimentaires en milieu de constructions en terre », BCH 118.2 (1994), p. 619‑645. M. Lichardus-Itten, « Un bâtiment exceptionnel du Néolithique ancien à Kovačevo (Bulgarie) », Les Nouvelles de l’archéologie 127 (Mars 2012), p. 25‑30.

27 F. Gérard, « Stratigraphy and Architecture on the Southwest Flank of Ilıpınar », dans J. J. Roodenberg, L. C. Thissen (éds), The Ilıpınar excavations II (2001), p. 177‑221.

28 P. Léra, F. Prendi, G. Touchais, « Sovjan (Albanie) », BCH 120 (1996), p. 995‑1026 ; P. Léra, G. Touchais, « Sovjan (Albanie) », BCH 128 (2004), p. 1096‑1147 ; P. Léra, G. Touchais, « Sovjan (Albanie) », BCH 130.2 (2006), p. 790‑809 ; P. Léra, G. Touchais, « Sovjan (Albanie) », BCH 131.2 (2007), p. 1050‑1075 ; P. Léra, G. Touchais, « Sovjan (Albanie). Étude et prospection », BCH 132.2 (2008), p. 875‑903.

29 Comme l’évolution des techniques de construction semble avoir été plus lente que celle d’autres artefacts, on comparera nos résultats pour la phase du NRI de Dikili Tash, avec d’autres sites néolithiques de l’aire géographique retenue, en mentionnant l’appartenance de ces exemples aux grandes phases de la périodisation égéenne, à savoir le Néolithique Ancien (NA), le Néolithique Moyen (NM) et le Néolithique Récent (NR). Pour la périodisation, voir R. Treuil et al. (n. 10), p. 31, tableau chronologique I et Z. Tsirtsoni (éd.), The Human Face of Radiocarbon. Reassessing Chronology in prehistoric Greece and Bulgaria, 5000-3000 cal BC (2016), p. 19, Table 1 et p. 454, Table 1.

30 C.‑A. de Chazelles, Les maisons en terre de la Gaule méridionale (1997) ; Chazelles, Klein 2003.

31 Aurenche 1981 ; O. Aurenche, Vous avez dit ethnoarchéologue ? Choix d’articles (1972-2007) (2012).

32 Houben, Guillaud 1989 ; L. Fontaine, R. Anger, Bâtir en terre. Du grain de sable à l’architecture (2009).

33 La dénomination de « terre crue » pour ces fragments en terre à bâtir a été choisie par opposition à la « terre cuite » réservée à la céramique. Le terme « torchis » n’a pas été employé pour les raisons expliquées supra, n. 1.

34 Environ 9 850 fragments ont été répertoriés et étudiés.

35 Germain-Vallée et al. 2011.

36 C. Cammas (n. 4), p. 33‑53 ; T. Duvernay, « La construction en terre crue : potentiel des restes en position secondaire. Le cas d’un site rural du Bassin Parisien, opération archéologique préventive de Ville‑Saint‑Jacques / Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) », dans Chazelles, Klein 2003, p. 55‑71 ; J. Wattez, « Caractérisation micromorphologique des matériaux façonnés en terre crue dans les habitats néolithiques du Sud de la France : exemple des sites de Jacques‑Cœur (Montpellier, Hérault) du Jas del Biau (Millau, Aveyron) et de la Capoulière (Mauguio, Hérault) », ibid., p. 21‑31.

37 A. Dandrau, La construction en terre dans le monde égéen protohistorique : les matériaux et leurs propriétés, Thèse, Université de Paris I (1997), p. 235‑301.

38 L. Lespez, « L’évolution des paysages du Néolithique à la période ottomane dans la plaine de Philippes », dans H. Koukouli-Chryssanthaki, R. Treuil (éds), Dikili Tash, un village préhistorique en Macédoine orientale II, volume 1 (2008), p. 267‑272.

39 Pour une définition du matériau terre, voir A. Dandrau (n. 38), p. 3‑15.

40 L. Lespez (n. 38), p. 271.

41 A. Dandrau (n. 37), p. 257‑263.

42 L. Lespez (n. 38), p. 271.

43 Germain-Vallée et al. 2011, p. 57.

44 S. Martinez, « Un filet de portage du Néolithique récent à Dikili Tash (Macédoine orientale, Grèce) », dans P. Bodu, Cl. Constantin (éds.), Approches fonctionnelles en Préhistoire, Actes du XXVe Congrès Préhistorique de France, Nanterre, 24‑26 novembre 2000 (2004), p. 217‑222.

45 E. Bonnaire, M. Tengberg, « Éléments pour l’identification des empreintes végétales dans la terre à bâtir », dans B. Van Doosselaere et C. Oberweiler (éds), Dégraissants organiques : identifications, nomenclatures et référentiels. Actes de la table‑ronde. Cahier des thèmes transversaux ArScAn 7 (2007), p. 81‑85 ; C. Delhon, « Potentiel de l’analyse des phytolithes contenus dans les pâtes céramiques et les matériaux de construction », ibid., p. 87‑93 ; E. Bonnaire, « Le torchis comme témoin ethnographique. Éléments sur les pratiques architecturales et agricoles au VSG ancien : le site des Ouches à Sours (Eure et Loir) », Internéo 7 (2008), p. 23‑30.

46 Martinez 2001, p. 65. Cette identification a été réalisée par l’archéobotaniste G. Willcox, qui avait déjà observé ce type de dégraissant dans la composition de la terre à bâtir utilisée sur le site de Tell Abraq ; voir G. Willcox, M. Tengberg, « Preliminary report on the archaeobotanical investigations at Tell Abraq with special attention to chaff impressions in mud brick », Arabian Archaeology and Epigraphy 6 (1995), p. 129‑138.

47 Ces expérimentations sur les fractions de déchets de décorticage ont été réalisées par S. Martinez et H. Procopiou en 2001.

48 S. Martinez, « Le dégraissant végétal dans la terre à bâtir des maisons néolithiques : création d’un référentiel », dans Actes de la rencontre internationale « Archéologie Expérimentale : Résultats et Perspectives », Centro di Archeologia Sperimentale, Turin, Italia, du 9 au 12 décembre 1999 (non publié).

49 Infra, § III.2.

50 Infra, § III.4.

51 Houben, Guillaud 1989, p. 88.

52 F. Volhard, Construire en terre allégée (2016), p. 34.

53 Pour l’utilisation de la balle de riz dans la construction traditionnelle au Mali, voir A. Vissac, A. Bourges, D. Gandreau, R. Anger, L. Fontaine, Argiles et biopolymères. Les stabilisants naturels pour la construction en terre (2017), p. 18‑19.

54 Houben, Guillaud 1989, p. 104‑105 ; A. Vissac et al. (n. 53).

55 Ce dégraissant est souvent noté dans les publications : par exemple à Stara Zagora, l’auteur mentionne de la paille hachée et du fumier, voir P. Kalchev, An early Neolithic two‑level building at tell Okrazhna bolnitsa in Stara Zagora (2013), p. 25.

56 Il faut noter que l’on n’a pas reconnu à la fouille et de façon certaine à l’étude, des fragments pouvant appartenir à une toiture pour ces secteurs I et V. En l’absence de vestiges clairement identifiés, l’hypothèse d’une toiture végétale en pente est privilégiée.

57 P. Arcelin, O. Buchsenschutz, « Les données de la Protohistoire », dans J. Lasfargues (éd.), Architectures de terre et de bois. L’habitat privé des provinces occidentales du monde romain. Antécédents et prolongements. Protohistoire, M‑A et quelques expériences contemporaines. Actes du 2e congrès archéologique de Gaule méridionale. Lyon, 2‑6 nov. 1983, Documents d’archéologie française 2 (1983), p. 15‑28.

58 Les études anthracologiques et palynologiques en cours apporteront un éclairage sur cette question.

59 On mentionne l’utilisation de roseaux pour une phase du NM dans C.A. Mould, K. Wardle (n. 14), p. 82 et fig. 3‑3, p. 81 et pour une phase du NA dans G. Pyke dans K. Wardle (éd.), Nea Nikomedia I : The excavation of an Early Neolithic village in Northern Greece 1961-1964. The excavation and the ceramic assemblage, BSA. Supplementary Volume 25 (1996), p. 42.

60 Martinez 2001, p. 64.

61 Martinez 2001, p. 64.

62 Infra, § III.4.1. et § III.4.4.

63 Voir note 1.

64 Supra, § IV.1.1.

65Infra, § III.4.2. et § III.4.3.

66Aurenche 1981, p. 245 ; E. Papadopoulou, S. Prévost-Dermarkar, « Il n’y a pas de cuisine sans feu. Une approche des techniques culinaires au Néolithique et à l’Âge du Bronze Ancien à travers les structures de combustion en Grèce du Nord », dans C. Mee, J. Renard (éds), Cooking up the Past, Food and culinary practices in the Neolithic and Bronze Age Aegean (2007), p. 123‑135, en particulier p. 128.

67  P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 116 (1992), p. 715‑717, et BCH 118 (1994), p. 438 et p. 439, fig. 1‑2. Pour un plan du niveau, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑87 et pour des photos du soubassement, fig. 5‑7 et 5‑8.

68 Infra, § III.4.3. et § III.5.

69 Supra, § III.1.2.3.

70 Germain-Vallée et al. 2011, p. 58.

71 Prévost-Dermarkar 2003, p. 220 ; Infra, § III.5.

72 Aurenche 1981, p. 53‑54.

73 Houben, Guillaud 1989, p. 195.

74 Aurenche 1981, p. 52 ; Houben, Guillaud 1989, p. 88.

75 Martinez 2001, p. 65.

76 Germain-Vallée et al. 2011, p. 59.

77 G.R.H Wright, Ancient Building Technology. Vol. 2 : Materials (2000), p. 86.

78 Germain-Vallée et al. 2011, p. 58‑59.

79 H. Balfet, M.‑F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon, Lexique et typologie des poteries (1989), p. 77‑81.

80 H. Balfet, M.‑F. Fauvet-Berthelot, S. Monzon, Lexique et typologie des poteries (1989), p. 52‑54.

81 H. Balfet et al. (n. 79), p. 77‑81.

82 Une recherche a été entreprise avec R. Christidou, spécialiste de l’outillage en os, pour comparer les traces laissées sur les os par le lissage des soles expérimentales avec des traces observées sur des outils archéologiques en os. Les résultats sont prometteurs et feront l’objet d’une publication.

83 Infra, § III.5.

84 Germain-Vallée et al. 2011, p. 60‑61.

85 Infra, III.4.1.2.

86 Infra, III.4.4.

87 Pour un exemple bien conservé, voir Z. Kiziltan, M. A. Polat, « The Neolithic at Yenikapı. Marmaray-Metro Project Rescue Excavations » dans M. Özdoğan, N. Başgelen, P. Kuniholm (éds.), The Neolithic in Turkey, New Excavations & New Research, vol. 5, Northwestern Turkey and Istanbul (2013), p. 117 et p. 139, fig. 16.

88 P. Darcque, Z. Tsirsoni 2010, p. 61‑62 ; pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑61 et 5‑62 et pour des photos, fig. 5‑63 à 5‑65.

89 Martinez 2001, p. 64 ; pour des photos voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑68 à 5‑71. 

90 Ces fragments ont été retrouvés dans l’amas 609. Pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑9.

91 Aurenche 1981, p. 70 et p. 135‑139.

92 Technique mentionnée pour la même phase du NRI : voir H. Koukouli-Chryssanthaki, H. Todorova, I. Aslanis, I. Vajsov, M. Valla, « Promahon-Topolnica. A greek-bulgarian archaeological project », dans H. Todorova et al. (n. 10), p. 48 et M. pappa, M. Besios « The Neolithic Settlement at Makriyalos, Northern Greece : Preliminary Report on the 1993-1995 Excavations », JFA 26 (1999), p. 177‑195. Technique sans doute utilisée aussi à Makri pour la même phase, voir N. Efstratiou et al. (n. 15), p. 26 et p. 27, fig. 22.

93 Reconnue pour une phase du NA sur le site de Sofia-Slatina : voir V. Nikolov, « Das frühneolithische Haus von Sofia-Slatina. Eine Untersuchung zur vorgeschichtlichen Bautechnik », Germania 67 (1989), p. 1‑49 ; pour une phase du NM sur le site de Stara Zagora : voir P. Kalchev (n. 55), p. 24‑33 et sur le site de Gălăbnik : voir A. Bakamska, « Tell Gălăbnik. Architecture and Site Planning », dans Todorova et al. 2007, p. 178‑179 ; pour une phase du NRII sur le site d’Orlitsa : Y. Boyadzhiev, K. Boyadzhiev, « The Late Chalcolithic site of Orlitsa », dans Z. Tsirtsoni (n. 29), p. 216‑217.

94 P. Darcque, Z. Tsirsoni 2010, p. 60‑61 ; pour un plan du niveau voir Dikili Tash II, 2 (n. 90) et pour une photo, fig. 5‑10.

95 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑15.

96 Martinez 2001, p. 64. 

97 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑13.

98 Dans le cas du mur 809/817 du niveau V/Est/3 construit selon la même technique, les traverses sont placées légèrement en oblique, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑113.

99 Dans la région des Rhodopes, cette technique a été observée par N. Efstratiou, voir N. Efstratiou, Εθνοαρχαιολογικές αναζητήσεις στα Ποµακοχώρια της Ροδόπης (2002), p. 369, fig. 53, p. 370, fig. 54 et p. 383, fig. 86.

100 C. A. Mould, K. A. wardle (n. 15), p. 79‑82 et p. 83, fig. 3‑5. Une variante utilisant des roseaux à la place de bois verticaux est mentionnée p. 82 et p. 81, fig. 3‑3.

101 M. Özdoğan, dans M. Özdoğan, N. Başgelen, P. Kuniholm (éds.), The Neolithic in Turkey, New Excavations & New Research, vol. 5 : Northwestern Turkey and Istanbul (2013), p. 188 et p. 261, fig. 146‑147.

102 Pour une phase plus récente du NRII, on trouve la mention de cette technique sur le site d’Orlitsa en Bulgarie : voir Y. Boyadzhiev, K. Boyadzhiev (n. 93), p. 216‑217.

103 Comme expliqué dans la note 56, pour ces secteurs, aucun fragment associé à une technique de construction de toit n’a pu être identifié de façon certaine. Pour une technique de toiture utilisant la terre à bâtir, voir S. Chatzitoulousis dans L. Stephani, Αγγελοχώρι Ηµαθίας. Οικισµός της Ύστερης Εποχής του Χαλκού, Τόµος 1 (2010), p. 105‑114.

104 Pour une illustration de ce sol, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑20.

105 Ce même type de sol est reconnu pour tous les niveaux de Servia, voir C. A. Mould et K. A. wardle (n. 14), p. 89. À Makri, au NRI, les sols sont construits de la même manière, voir N. Efstratiou et al. (n. 14), p. 26. En Bulgarie, on peut mentionner pour une phase du NM, ce type de sol bien conservé sur le site de Stara Zagora, voir P. Kalchev (n. 55), p. 34‑35 et sur le site de Gălăbnik : voir A. Bakamska (n. 93), p. 179.

106 Darcque, Tsirtsoni 2010, p. 60, fig. 8. Voir aussi Dikili Tash II, 2, fig. 5‑25 à 5‑28.

107 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑73 à 5‑76 et fig. 5‑77 à 5‑83.

108 À Makri, deux exemples de plates‑formes sont mentionnés dans N. Efstratiou et al. (n. 14), p. 28 et p. 29, fig. 29. Des exemples de ce type de plate‑forme sont mentionnés pour le NM en Bulgarie sur les sites de Slatino, voir S. Chohadzhiev, Слатино. Праисторически селища — Slatino. Prehistoric settlements (2006), p. 50 et fig. 44, p. 127 et de Stara Zagora, voir P. Kalchev (n. 55), p. 54.

109 Darcque, Tsirtsoni 2010, p. 61, fig. 13.

110 P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 118 (1994), p. 440 et p. 441‑442, fig. 3‑5 et 7. Voir aussi Dikili Tash II, 2, fig. 5‑17 à 5‑20.

111 Supra, n. 67. Pour des photos de la structure, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑88 à 5‑93.

112 S. Prévost-Dermarkar, « Les foyers et les fours domestiques en Égée au Néolithique et à l’Âge du Bronze », Civilisations 1‑2 (2002), p. 223‑237 ; E. Papadopoulou, S. Prévost-Dermarkar (n. 67), p. 129. De nombreux exemples de ce type de structures sont mentionnés dans les publications de fouilles. Des exemples bien conservés ont été trouvés à Dispilio aux phases du NR : voir S. E. Kalogiropoulou, Cooking, space and the formation of social identities in Neolithic Northern Greece: evidence of thermal structures assemblages from Avgi and Dispilio in Kastoria, Thèse, Université de Cardiff (2013), p. 145‑147 et fig. 6.10 à 6.14, p. 53‑57. Des exemples bulgares des phases du NM sont rapportés dans A. Bakamska (n. 93), p. 179, S. Chohadzhiev (n. 108), p. 50, P. Kalchev (n. 55), p. 44‑47 et V. Vandova, « The Early Neolithic Site at Piperkov Čiflik, Near Kjustendil (Season 2004) », dans H. Todorova et al. (n. 9), p. 194‑196.

113 Pour cet exemple datant du NRI, voir J. Deshayes, « Fours néolithiques de Dikili Tash », dans Mélanges helléniques offerts à Georges Daux (1974), p. 71 et fig. 3 et R. Treuil (n. 4), p. 42 et pl. 32 D et pl. 170, b‑d.

114 Prévost-Dermarkar 2003, p. 221.

115 Supra, § III.1.1.2.

116 Germain-Vallée et al. 2011, p. 59.

117 Martinez 2001, p. 66.

118 L. Fontaine, R. Anger (n. 32), p. 64‑65.

119 Pour le choix des terres, voir supra, § III.1.1.

120 Pour les supports de pierres, voir supra, § III.1.2.

121 Prévost-Dermarkar 2003, p. 217.

122 Pour la compression des soles, voir supra, § III.2.2.

123 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑109 et fig. 5‑122 à 5‑124.

124 P. Darcque, G. Touchais, R. Treuil, BCH 118 (1994), p. 437‑446.

125 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑125 à 5‑130. Des vestiges du même type de silo ont été retrouvés au niveau V/Ouest/2, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑84.

126 K. Douni, Les dispositifs de la conservation alimentaire au Néolithique dans le bassin égéen, Mémoire de D.E.A., Université de Paris I (2000), p. 39‑44.

127 Cette technique de fabrication de silos ne semble pas attestée ailleurs sur les sites néolithiques du Nord de la Grèce et du Sud des Balkans.

128 R. Treuil, P. Darcque, « Un “bucrane” néolithique à Dikili Tash (Macédoine orientale) : parallèles et perspectives d’interprétation », BCH 122 (1998), p. 1‑25 et Dikili Tash II, 2, fig. 5‑43 à 5‑47.

129 Voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑41b.

130 Comme sur le site de Promahonas, voir la maquette dans H. Koukouli-Chryssanthaki et al. (n. 92), p. 61, fig. 25‑26.

131 Pour une reconstitution en dessin de la chaîne opératoire de construction d’un four, voir Germain-Vallée et al. 2011, p. 60, fig. 10.

132 Cependant, nous avons bénéficié de l’aide précieuse de Grigoris Exouzidis, gardien du site, qui avait pratiqué la construction de mur en torchis dans sa jeunesse et nous a fait bénéficier de son expérience pour couper les supports en bois et pour tresser le clayonnage.

133 Voir P. Darcque et al. (n. 6), p. 249 ; P. Darcque, Z. Tsirtsoni 2010, p. 59‑61 ; Dikili Tash II, 2, fig. 5‑58 à 5‑60. Pour une reconstitution du niveau V/Ouest/2, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑83 et pour celle du niveau V/Est/3, voir Dikili Tash II, 2, fig. 5‑133.

134 S. Martinez, S. Prévost-Dermarkar (n. 18), p. 148. Pour un emploi des deux techniques dans une même maison, voir Y. Boyadzhiev, K. Boyadzhiev (n. 93), p. 216‑217.

135 R. Treuil, Z. Tsirtsoni (n. 29), p. 214‑215.

136 Cependant, en nous appuyant sur notre première expérience, nous avons essayé d’améliorer le processus d’étude et de trouver des solutions aux difficultés rencontrées lors du prélèvement, de l’enregistrement et de la conservation de la terre à bâtir. Voir B. Perello, S. Prévost-Dermarkar, « L’architecture en torchis du site de Dikili Tash : nouvelles données de la maison 1 du secteur 6 (ve millénaire av. n.è) », dans C.‑A. de Chazelles, É. Leal, A. Klein (éds), Dégraissant Terre crue : torchis, techniques de garnissage et de finition, mobilier façonné en terre. Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue 4. Actes de la table ronde internationale de Lattes (Hérault), 23‑25 novembre 2016 (2018), p. 51‑56.

137 Pour la maison 1, l’étude par l’auteure a commencé en 2009, s’est poursuivie en 2011, puis de 2012 à 2014 en collaboration avec B. Perello, et en 2015, avec M. Félix. Pour les autres maisons 2 à 4, elle se fait en collaboration avec P. Bacoup, depuis 2016.

138 Pour les datations récentes de la maison 1, voir Z. Tsirtsoni, « The Late Neolithic II (Chalcolithic)-Early Bronze Age transition at the tell of Dikili Tash », dans Z. Tsirtsoni (éd.) (n. 29), p. 271‑297.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Mode d’acquisition des données technologiques à partir des fragments de terre à bâtir brûlés.
Crédits D’après un schéma de S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 2 — Les étapes de traitement des vestiges architecturaux de la fouille au laboratoire.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 3 — Photo générale du niveau V/Ouest/3 en cours de fouille.
Crédits Cl. EFA, V. Anagnostopoulos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 4 — Amas de fragments de terre à bâtir au Sud du secteur V/Ouest/3.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 5 — Fragments éparpillés à la surface des niveaux V/Ouest/1 et V/Ouest/3.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Titre Fig. 6 — Fragment consolidé au paraloïd B72 : aspect brillant de la surface.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 7 — Modèle de fiche d’enregistrement des fragments d’architecture sur la base de données FileMaker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 841k
Titre Fig. 8 — Cartes-types fabriquées par S. Martinez pour déterminer les couleurs des fragments.
Légende Couleurs des cartes données de gauche à droite : Rouge Cailleux N47 Munsell 2,5 YR 5/4 ; Brun Rouge Clair Cailleux N55 Munsell 5 YR 6/4 ; Jaune Rouge Cailleux N57 Munsell 5 YR 6/6 ; Brun Clair Cailleux N67 Munsell 7,5 YR 6/4 ; Brun Jaune Clair Cailleux N69 Munsell 10 YR 5/1 ; Gris Cailleux P71 Munsell 10 YR 5/1 ; Brun Gris Très Foncé Cailleux T71 Munsell 2,5 Y 3/2.
Crédits Cl. B. Perello.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre Fig. 9 — Inclusion d’un tesson dans la pâte de la terre à bâtir du mur 626.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 10 — Motte de terre avec l’empreinte d’un filet de portage.
Crédits Cl. EFA, S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 11 — Empreintes de balle dans la terre à bâtir d’une voûte de four.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 12 — Balle obtenue après vannage.
Crédits Cl. EFA, S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Titre Fig. 13 — Référentiel pour les proportions de balle dans un volume de terre.
Légende a) 1 pour 4 soit 20 % ; b) 1 pour 3 soit 25 % ; c) 3 pour 5 soit 38 % ; d) 5 pour 4 soit 56 %.
Crédits Dessin EFA, S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 14 — Grande quantité d’empreintes de balle dans un colombin de voûte de four.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. 15 — Fragment du mur 626 avec calibre de bois placé dans l’empreinte de poteau.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Fig. 16 — Empreintes de branches entrelacées.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 17 — Empreintes formant un quadrillage.
Crédits Cl. EFA, V. Anagnostopoulos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 18 — Empreinte de bois de refend.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 19 — Empreinte de bois de refend sur un fragment d’une maison actuelle de Marčevo, en Bulgarie.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 20 — Fragments de la sole du four 614 avec cailloux visibles.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar et dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 21 — Pâte d’un fragment de sole de four comportant exclusivement des dégraissants minéraux.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 22 — Malaxage de la terre à bâtir par foulage.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 23 — Hourdage d’une structure de combustion correspondant à la technique de l’épandage.
Crédits Cl. EFA, S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Titre Fig. 24 — Technique de compression.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 685k
Titre Fig. 25 — Empreintes digitales laissées sur une motte de torchis.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 26 — Colombins superposés montrant l’utilisation de la technique du modelage.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 27 — Surface très lissée et douce d’un fragment de sole de four.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 28 — Essais de lissage avec différents outils (galet, main, os) et deux personnes différentes.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 29 — Fragments montrant plusieurs couches d’enduit et un badigeon blanchâtre.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Titre Fig. 30 — Conventions graphiques pour les dessins des fragments d’architecture.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 31 — Présentation schématique de la démarche méthodologique.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 32 — Trois fragments de paroi de four qui collent.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 33 — Fragment recollé de mur en torchis sur clayonnage. Empreintes de poteaux et de bois de refend verticaux avec entrelacement de branches.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque, dessins EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Titre Fig. 34 — Pan de mur 626 sur la fouille.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 35 — La face du mur 626 avec les empreintes de poteaux jointifs et reconstitution de l’armature en bois avec positionnement des fragments de torchis.
Crédits Cl. EFA, Ph. Collet et dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 36 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 avec trois empreintes de rondins et une empreinte de bois de refend.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 37 — Dessin technique d’un fragment du mur 626 montrant une empreinte de lien, une de traverse et une de bois de refend.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 38 — Reconstitution expérimentale d’un mur en torchis sur poteaux jointifs.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 39 — Mur en torchis sur poteaux jointifs dans le village de Golešovo (Bulgarie).
Crédits Cl. S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 40 — Le sol 637 (niveau V/Ouest/3) autour du four 600.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 41 — Sol expérimental en terre à bâtir.
Crédits Cl. EFA, S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 42 — Au premier plan, le soubassement de la plate-forme 603 (niveau V/Ouest/2).
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 43 — Le four 600 (niveau V/Ouest/3) en cours de fouille.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 44 — Dessin technique d’un fragment de la voûte du four 600, montrant les colombins empilés.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Fig. 45 — Mise en place des derniers colombins pour fermer la voûte expérimentale.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Fig. 46 — Fragments de couvercle de silo avec une surface lissée et une surface avec empreintes de paille.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 47 — Fragment du couvercle du silo 852 avec tenon en cours de dégagement et dessin technique du fragment.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 48 — Deux fragments avec empreintes d’un clayonnage fin appartenant sans doute à une corbeille de silo.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 49 — Reconstitution graphique d’un silo construit sur corbeille.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 50 — Reconstitution expérimentale d’un silo construit sur corbeille.
Crédits Cl. S. Martinez.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 735k
Titre Fig. 51 — Bucrane du niveau V/Ouest/3.
Crédits Cl. EFA, P. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 52 — Fragment de museau de bovidé.
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 53 — Collecte des matières premières.
Crédits Cl. EFA, S. Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 54 — Écorçage des poteaux pour préparation des poteaux de l’armature et de liens avec l’écorce.
Crédits Cl. EFA, S.  Prévost-Dermarkar.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 55 — Mise en place du soubassement en pierre d’un foyer expérimental.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 56 — Mise en place d’un niveau de colombins pour la construction d’une voûte de four expérimental.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 57 — Lissage de la surface de la voûte.
Crédits Cl. EFA, P. Darcque.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 58 — Reconstitution d’une pièce d’habitation du niveau V/Ouest/3.
Légende Éch. 1/100
Crédits Dessin EFA, P. Pugsley.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/712/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Prévost‑Dermarkar, « Bâtir en terre au Néolithique »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 1-61.

Référence électronique

Sandra Prévost‑Dermarkar, « Bâtir en terre au Néolithique »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.712

Haut de page

Auteur

Sandra Prévost‑Dermarkar

UMR 7041‑Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn) – CNRS‑Université de Paris I‑Université de Paris Nanterre-Ministère de la Culture et de la Communication.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search