Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Études d’épigraphie thasienne, VII

Études d’épigraphie thasienne, VII

Magistrats, patients, défunts : en relisant les noms thasiens
Μελέτες θασιακής επιγραφικής, VII. Αξιωµατούχοι, ασθενείς, αποθανόντες: ξαναδιαβάζοντας τα θασιακά ονόµατα.
Studies in Thasian epigraphy, VII. Magistrates, the sick and the dead: on rereading Thasian names.
Patrice Hamon
p. 139-193

Résumés

La révision générale des inscriptions de Thasos en vue de la préparation d’un Corpus permet d’améliorer ou de corriger la lecture d’une vingtaine de noms d’individus apparaissant dans les listes d’archontes et de théores et dans des épitaphes ; y sont adjoints trois noms figurant dans les Épidémies d’Hippocrate. Plusieurs anthroponymes nouveaux sont présentés ; quelques fantômes sont éliminés. L’analyse prosopographique permet en outre de situer ces individus assez précisément dans le temps, entre le viie s. et le ier s. av. J.‑C., et de reconstituer entre eux des liens de parenté.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements s’adressent à l’EFA pour son soutien constant, à l’Éphorie des Antiquités de Kavala-Thasos et au musée du Louvre. L’accès aux réserves du Louvre m’a été obligeamment accordé par Mme Fr. Gaultier, directrice du Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, et j’y ai été guidé par Mme A. Scherer. Sauf indication contraire, les clichés sont dus à Ph. Collet, photographe de l’EFA, et les relevés à M. Wurch-Koželj, architecte de l’EFA : qu’ils trouvent tous deux ici l’expression de ma sincère gratitude. Merci enfin à M. Debidour (univ. Lyon‑3), à S. Minon (EPHE), à A. Alonso Déniz (CNRS) et à Cl. Le Feuvre (Sorbonne Université), qui ont généreusement répondu à mes questions.

Texte intégral

  • 1 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 253‑311 ; J. Pouilloux tint à jour jusqu’en 1983 une version m (...)
  • 2 Le décompte demande à être vérifié. Dans un nombre non négligeable de cas, la version en ligne du L (...)
  • 3 Le LGPN I s’appuie sur le corpus aujourd’hui dépassé d’A.‑M. Bon, A. Bon, Les timbres amphoriques d (...)
  • 4 Parmi les inscriptions publiées depuis 1987, voir en particulier Y. Grandjean, « Tessères de juge t (...)
  • 5 SEG XXXI 799.
  • 6 SEG XXIII 189 II, l. 22.
  • 7 SEG LXIII 69.
  • 8 IG XII 8, 301, l. 4 : voir P. Hamon, BCH 141 (2017), p. 258, n. 31 (copie fautive).
  • 9 IG XII Suppl. 351 (CITh III, 11), l. 3 : voir P. Hamon, BCH 135 (2010), p. 312‑313.
  • 10 IG XII Suppl. 400 e.
  • 11 Pline, Histoire naturelle XXXV 61.
  • 12 SEG XXXI 778.
  • 13 IG XII Suppl. 454 ; désormais CITh III, 41, l. 1.
  • 14 IG XII 8, 335, l. 13. Voir CITh III, 63, l. 11.
  • 15 IG XII 8, 280 A, l. 14 : voir Hamon 2018, p. 195‑197.
  • 16 Ἀθηνά(δης) : Y. Garlan (n. 3 [1999]), p. 213, n577. Ἀντιάναξ : A.‑M. Bon, A. Bon (n. 3), p. 108‑1 (...)

1Qui veut avoir une vue d’ensemble de l’onomastique thasienne ne doit plus se reporter à la « Prosopographie » publiée par J. Pouilloux en 1958 en annexe de ses Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, mais à l’admirable volume I du Lexicon of Greek Personal Names, édité par P. M. Fraser et E. Matthews en 19871. Sont répertoriés dans cet ouvrage 4346 Thasiens et 281 Thasiennes, portant un peu plus de 1600 anthroponymes différents2. Plus de trente ans après, il faudrait mettre à jour ce catalogue, en tenant compte des corpus de timbres amphoriques rédigés par Y. Garlan et par M. Debidour3 et des nouvelles inscriptions découvertes à Thasos4. Parmi les noms thasiens attestés par les textes littéraires et surtout par les inscriptions et qui figurent dans le LGPN, un certain nombre ont déjà été corrigés ou éliminés : *Ἀγγροκλῆς est en fait Ἀρ[ισ]τοκλῆς5 ; Βαθέας n’est pas Thasien6 ; *Βοετᾶς est Βοστᾶς7 ; Θεοφρῶν est Θερσίων8 ; Κρέων doit être complété en [Ἀστυ]κρέων9 ; Νυκτερινός n’est pas un anthroponyme10 ; Νησεύς, peintre de la fin du ve s. que Pline désigne comme « Nesea Thasius »11, pourrait bien être un Μνησέας ou plus probablement un Μνησίης, comme Fr. Salviat me l’a suggéré ; le féminin Πεισιώ peut tout aussi bien être Πεισίω, génitif du masculin Πεισίης12 ; Πύθιος est en réalité le génitif de Πῦθις13 ; *Σταῦραξ est une erreur de copie pour Στύραξ14 ; *[Χ]ειρόβουλος est un fantôme à corriger en Ἡ̣ρόβουλος15. En outre, plusieurs noms d’éponymes et de fabricants thasiens figurant sur les timbres amphoriques et enregistrés dans le LGPN avaient d’abord été mal déchiffrés et sont aujourd’hui écartés : *Ἀθανά(δης) a été relu et corrigé en Ἀθηνά(δης), *Βιτιάναξ en Ἀντιάναξ, *∆ανάης en Ἰδνάδης, *∆ῖκος en [Ἰσό]δικος, Λεωφῶν en Λεωφάνης οu Λεώφαντος, *Μαλίων en [Σι]µαλίων, *Πρηξῆναξ en Πρηξίπολις ; ce qu’on a lu et restitué comme un nominatif *[Π]υρώνιος est en fait le génitif [Ἡρ]ο̣φ̣ῶντ̣ος ; Ἡροφῶς est manifestement une erreur de gravure pour Ἡροφῶν ; il faut enfin expulser des noms thasiens Ἀγορᾶναξ, Ἆθλιος, ∆αήµων, Θεαίδητος et Μήνων16.

  • 17 J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911-2011) », REG 124 (2011), p (...)
  • 18 Le projet LGPN‑Ling, actuellement en cours de réalisation sous la direction conjointe de S. Minon, (...)

2Par ailleurs, la publication actuellement en cours d’un Corpus des inscriptions de Thasos, réunissant et classant l’ensemble des documents épigraphiques, y compris quelques inédits, conduit à revoir les textes sur les pierres et à faire quelques progrès17. En préparant deux volumes de ce corpus – consacrés, pour l’un, aux listes monumentales de magistrats (CITh I, avec Fr. Salviat) et, pour l’autre, aux documents relatifs aux cultes ainsi qu’aux épitaphes (CITh IV, avec N. Trippé) –, j’ai eu l’occasion de faire plusieurs observations sur des noms mal lus et d’en déchiffrer de nouveaux. Il appartiendra aux spécialistes d’onomastique d’en faire l’analyse morphologique et sémantique18. Dans la présente contribution, mon objectif consiste simplement à établir, photographies à l’appui, la forme sous laquelle ces noms apparaissent, à présenter quelques anthroponymes jusqu’ici inconnus à Thasos et à éliminer un certain nombre de fantômes.

  • 19 Pouilloux, Recherches I, p. 442‑443 ; N. Trippé (n. 4), p. 56.
  • 20 La seconde version des listes est censée être une copie fidèle de la première. Elle modifie cependa (...)

3Autant que faire se peut, il importe de déterminer la date à laquelle ces noms apparaissent dans l’épigraphie locale. Thasos a ceci d’original qu’on peut situer précisément dans le temps la plupart des anthroponymes qui y sont connus, grâce aux listes d’archontes et de théores annuels où ils figurent. Ainsi sont attestés de nombreux noms remontant au viie, au vie et au ve s. av. J.‑C., ce qui n’est pas fréquent dans le reste du monde grec. Il faut cependant prêter attention aux problèmes de chronologie que posent les listes thasiennes de magistrats. Ces annales ne furent gravées qu’à la fin de l’époque classique, une première fois vers 360 et une seconde fois vers 320 av. J.‑C. (voir infra). La forme sous laquelle les anthroponymes les plus anciens y apparaissent est donc sujette à caution. En effet, les listes procèdent vraisemblablement d’archives civiques conservées sur papyrus, qui devaient être rédigées, au moins jusque dans les années 430‑420, en alphabet paro-thasien19, mais au moment de la transcription sur pierre, au ive s., cet alphabet n’est plus en vigueur ; en outre, la langue elle‑même a évolué depuis le vie s. (et elle continue de se transformer au cours du ive s., d’une version de la liste à l’autre20). Les listes inscrites à l’époque classique ne sont donc pas un miroir fidèle de l’état de la langue à l’époque archaïque.

  • 21 Voir, dans le même sens, les remarques de Fr. Salviat (n. 3).

4La perspective adoptée ci‑après est également prosopographique. Certains des noms étudiés, tout à fait originaux, ne se rencontrent que fort rarement à Thasos même, presque toujours combinés aux mêmes deux ou trois autres noms. Cela laisse penser que chaque famille de l’élite locale conservait précieusement un stock d’anthroponymes distinctifs, les distribuait entre frères et prêtait attention à les transmettre à la génération suivante21. À partir du ive s., la gravure des listes de magistrats, sous une forme monumentale, rendit encore plus visible aux yeux de tous ce patrimoine onomastique durable des lignées thasiennes. Dans ce contexte, l’occurrence d’un nom rare, puis sa réapparition à une date postérieure, laissent soupçonner l’existence d’un lien de parenté entre les deux individus concernés. Il convient dès lors de tester cette hypothèse, en examinant les écarts chronologiques qui séparent ces individus et en essayant de bâtir un stemma. L’onomastique ouvre ainsi le chemin à l’histoire de la société.

Noms d’archontes

  • 22 Fr. Salviat, « Les archontes de Thasos », dans Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie gr (...)
  • 23 Sur la partie hellénistique et romaine de la liste, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, (...)

5Le dossier des listes d’archontes, mis en ordre par Fr. Salviat et actuellement en cours de republication, a été présenté ailleurs22. Rappelons que ces magistrats étaient désignés à raison de trois par an (sauf en période de crise politique). Une liste récapitulative des triades annuelles d’archontes, remontant aux origines de la cité, fut inscrite dans les années 360 av. J.‑C. sur un édifice de marbre blanc dont l’emplacement sur l’agora reste indéterminé. Six assises d’un mur, de hauteur inégale, étaient gravées (I à VI). Cette « Petite Liste des archontes » (PLArch.) occupait sept colonnes et couvrait en principe, au moment de son inauguration, les années ca 670-ca 360 (fig. 1). Dans les années 320 av. J.‑C., elle fut interrompue et désaffectée. Une seconde liste, copie exacte de la première mais plus longue d’une quarantaine d’années, fut inscrite sur de grandes plaques de marbre gris. Cette « Grande Liste des archontes » (GLArch.) occupait quant à elle neuf colonnes et couvrait en principe les années ca 670‑325. Elle fut prolongée à l’époque hellénistique et jusqu’au iiie s. apr. J.‑C.23.

Fig. 1 — Petite Liste des archontes (PLArch.) et Grande Liste des théores (GLTh.) au 1/40.

Fig. 1 — Petite Liste des archontes (PLArch.) et Grande Liste des théores (GLTh.) au 1/40.

Emplacement des blocs ; la zone de recouvrement entre Petite Liste et Grande Liste des théores (cf. infra) est indiquée en bleu ; les blocs copiés par E. Miller et perdus portent leur numéro dans les IG XII 8.

Relevé EFA, M. Wurch-Koželj.

6Les deux listes nous sont connues par des blocs (ou des plaques), intacts ou mutilés, ainsi que par une multitude de fragments. Elles se distinguent nettement l’une de l’autre par la couleur et le grain du marbre, ainsi que par le style de gravure. Parmi les quelque 500 individus qu’elles font connaître, on peut relever quelques anthroponymes nouveaux ; certains autres demeurent problématiques. Ces noms sont présentés ci‑après dans un ordre approximativement chronologique, en progressant dans les listes de la gauche vers la droite.

71. – ∆ίης (?) ; Ὄρχαµος (viie s.).

  • 24 Le raccord établi en 2011 entre inv. 776 et inv. 862 + 863 (Recherches I, 40 + 41) a été présenté d (...)
  • 25 Hamon, CITh III, p. 129.
  • 26 PLArch. 1/IV/(16) à (22) ? : Recherches I, 33 (± 640‑634 av. J.‑C. ?). – Le système de référence « (...)

8De la première colonne de la Petite Liste, nous avons conservé un bloc (inv. 776), identifiable au fait que sa partie gauche n’est pas ravalée. Il est situé à l’assise IV, qui se prolonge à droite, dans la colonne 2, par le bloc fragmentaire inv. 862 + 863 (fig. 1)24. Le bloc inv. 776 comprend quelques anthroponymes parmi les plus anciens connus à Thasos, remontant peut‑être aux années 640 av. J.‑C. et provenant directement de la métropole parienne. Il a malheureusement subi des dommages importants. Une fois la Petite Liste mise hors d’usage et remplacée par la Grande Liste, les Thasiens se mirent à y encastrer des stèles de bronze portant des décrets honorifiques25. Le bloc en question reçut au moins trois stèles de ce type, le bloc adjacent en reçut deux autres, qui toutes détruisirent ou mutilèrent gravement les noms précédemment inscrits. En outre, à la fin de l’Antiquité, le bâtiment lui‑même fut démantelé et les éléments en furent intégrés dans la basilique GTh 13. Le bloc inv. 776, remployé à l’horizontale, peut‑être comme élément de pavement, était visible à cet endroit au xve s., lorsque Cyriaque d’Ancône séjourna à Thasos ; il fut enseveli par la suite et redécouvert seulement en 1949, lors de la fouille de l’édifice GTh 11. Ces vicissitudes expliquent que la surface gravée soit aujourd’hui très usée, striée de fissures et d’éraflures, et que les noms d’archontes qui nous intéressent soient extrêmement difficiles à déchiffrer. La fig. 2 présente une photographie du bloc plus nette que celle publiée en 1954. Combinée avec la photographie d’estampage (fig. 4), elle permet de se faire une idée précise de l’état actuel de l’inscription. L’édition de J. Pouilloux, pour les six premières lignes, est la suivante26 :

Ῥέων Καλλίνου
̅Θύµαιθος ∆ιως
Χάριλλος Ἀριζήλου

4

Κάλαµις Λεωδίκου
̅Λ̣εωγένης Κλεοδώρου
Ι̣Γαβαλλ . . . . δ̣άµου

Fig. 2 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 1-6, détail.

Fig. 2 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 1-6, détail.

Cliché EFA, Ph. Collet.

  • 27 Les éditeurs du LGPN l’ont enregistré sous la forme ∆ῖος, gén. ∆ίο⟨υ⟩. V. Gomis García (n. 20), p.  (...)
  • 28 Voir O. Masson, « Nouvelles notes d’anthroponymie grecque, VII : essai d’une histoire de ∆ίης », ZP (...)
  • 29 M.‑G. Parissaki, « Mandra, Abdère et Thasos. – Remarques sur deux inscriptions errantes », Tekmeria(...)
  • 30 SEG XLVIII 929. Les autres formes attestées du génitif sont ∆ίεος, ∆ιέους, ∆ιείους, ∆ιήους et ∆ίους (...)

9À la l. 2, Cyriaque avait copié : ΘΥΜΑΙΟΣ∆ΙΟΣ. La redécouverte de la pierre a permis à J. Pouilloux d’amender en Θύµαιθος ∆ιως. Cette transcription, qu’on a voulu corriger27, s’avère presque entièrement exacte : du ∆ se distinguent les barres obliques ascendante et descendante ; le I et le Ω sont nets. Seule la dernière lettre fait difficulté. On discerne après l’Ω un trait descendant en oblique, mais je pense, après avoir scruté la pierre sous différents éclairages, qu’il s’agit d’une éraflure plutôt que de la barre inférieure d’un Σ (fig. 3). Je préfère donc transcrire ∆̣ίω et l’interpréter comme le génitif de ∆ίης, un nom bien attesté en Éolide et dans d’autres régions comme la Troade, l’Ionie et la Macédoine28. Il n’est connu à Thasos que par une autre occurrence, considérablement plus tardive puisqu’elle se situe vers le début de l’époque impériale29. La forme ∆ίω au génitif apparaît sur une épitaphe à Périnthe au ve s.30.

Fig. 3 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 2.

Fig. 3 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 2.

Cliché de Patrice Hamon.

Fig. 4 — Estampage, Archives EFA, détail : Recherches I, 33, l. 2-6.

Fig. 4 — Estampage, Archives EFA, détail : Recherches I, 33, l. 2-6.

Cliché de Patrice Hamon.

10Le nom gravé à la l. 6 ne fut pas du tout déchiffré par Cyriaque. J. Pouilloux, quant à lui, donnait ces précisions : « 2 lettres avant . . αβαλλ[ος], dont on distingue le sommet : haste droite K ? ou E ? ». Un réexamen de la pierre et des estampages conduit à une lecture partiellement différente, sans néanmoins résoudre la difficulté : la première lettre, triangulaire, doit être A ; la deuxième, constituée d’une haste verticale et d’une barre supérieure horizontale formant un angle droit, doit être Γ ; la troisième est triangulaire (deux hastes obliques nettes) ; la quatrième, transcrite comme un B, donne sous certains éclairages l’impression – peut‑être trompeuse – d’être un Ω, posé sur la ligne ; la quatrième paraît bien être un A (trace infime de la barre horizontale médiane) ; les deux dernières sont effectivement des Λ, sans barre horizontale inférieure (M est exclu). Après la lacune (trois ou quatre lettres tout au plus), la première lettre conservée n’est pas un ∆ : on voit nettement le sommet des deux barres en croix d’un Χ. On peut hésiter entre deux transcriptions : Λ̣ΓΛ̣Β̣Α̣ΛΛ[- ca 3-4 -]Χ̣ΑΜΟΥ ou Λ̣ΓΛ̣Ω̣Α̣ΛΛ[- ca 3-4 -]Χ̣ΑΜΟΥ.

  • 31 J’ai grandement bénéficié, sur le problème de ce nom, de discussions avec S. Minon et avec A. Alons (...)
  • 32 On connaît à Thasos au vie s. le sobriquet Λαλλῆς : E. Nieto Izquierdo (n. 18).

11L’idionyme me reste impénétrable31. Si la quatrième lettre est Ω plutôt que Β, nous aurions affaire un composé à premier élément Ἀγλω‑, comparable à Ἀγλωφῶν et Ἀγλωφάνης qui sont attestés dans la Thasos d’époque classique. Mais le second élément pose problème, si bien que cette lecture doit vraisemblablement être rejetée. Vérification faite à plusieurs reprises, la cinquième lettre ne peut pas en effet être un ∆ : il faut par conséquent écarter l’hypothèse d’un nom tel que *Ἀγλωδάµας. Cette lettre ne semble pas non plus être un Λ : on écartera donc également *Ἀ̣γλ̣ώ̣λ̣α̣λ[ος], les composés à second élément ‑λαλος n’étant du reste pas attestés avant l’époque impériale32. La question reste ouverte.

  • 33 Sur l’étymologie et la signification controversées du mot ὄρχαµος, voir P. Chantraine, Dictionnaire (...)
  • 34 Abdère (magistrat monétaire) : O. Masson, RN 26 (1984), p. 53 (= Masson, OGS II, p. 432) ; sur la d (...)

12Pour le patronyme, en revanche, il n’existe en principe qu’une restitution possible : [Ὀρ]χ̣άµου. Il s’agit d’un nom peu répandu, issu du lexique homérique (ὄρχαµος ἀνδρῶν vel λαῶν, « chef » ou « commandant de guerriers »)33. Il apparaît à Abdère, vraisemblablement en provenance de la métropole Téos, au tout début du ive s. ; à Phanagoreia, autre fondation téienne, et à Gorgippia au iiie s. ; à Amisos, colonie de Phocée ou de Milet, au ive s. ; enfin à Éphèse au iie s. (avec également Ὀρχάµων) ; etc.34. Le nom, d’inspiration épique, a manifestement son origine en Asie Mineure et plus précisément en Ionie. La nouvelle occurrence thasienne le fait remonter de plus de deux siècles et demi dans le passé (voir infra).

  • 35 PLArch. 2/IV/(16) à (21) ? : Recherches I, 40 et 41.
  • 36 GLTh. 1/IV/(2e Aparchè) : IG XII 8, 274, l. 6. Sur le sens des deux Aparchai mentionnées dans la co (...)
  • 37 Sur ce nom, exclusivement thasien, voir Fr. Salviat (n. 3), p. 78.

13Sur le bloc jointif à droite (fig. 1), constitué de deux fragments (inv. 862 + 863), on ne lit que les patronymes mutilés d’archontes situés dans la colonne 2, en principe vers 607-602 av. J.-C.35. Aucun d’eux ne se laisse restituer, sinon Λ̣άβρ̣[ου], à la l. 10. Il pourrait s’agir d’ Ἀγασικλῆς Λάβρου, qui fut théore lors de la « Seconde Aparchè »36. Le nom Λάβρος est porté par plusieurs Thasiens jusqu’au iiie s.37.

142. – Σµένδρων ; Ἅρπαλος ; Λύσων (vie s.).

  • 38 PLArch. 3/II/(4) à (9) ?  : Recherches I, 32. Notre hypothèse d’emplacement repose sur deux critère (...)

15Un autre bloc de la Petite Liste (inv. 360) se situe plus loin à droite, vraisemblablement à la colonne 3 de l’assise II (fig. 1) – sauf erreur de notre part38. Il fut soigneusement martelé dans l’Antiquité, pour des raisons qui m’échappent. Ainsi ont presque entièrement disparu seize noms d’archontes, idionymes et patronymes, situés en principe entre 586 et 581 av. J.-C. J. Pouilloux avait réussi à déchiffrer quelques‑uns seulement de ces noms sous les traces de gradine. Un examen très attentif de la pierre sous une lumière rasante permet d’en gagner plusieurs autres (fig. 5).

Fig. 5 — Musée de Thasos, inv. 360 : Recherches I, 32, l. 3-7, partie droite, détail.

Fig. 5 — Musée de Thasos, inv. 360 : Recherches I, 32, l. 3-7, partie droite, détail.

Cliché EFA, Ph. Collet.

  • 39 GLTh. 3/IV/(12) : IG XII 8, 289 A, l. 4 ([ὁ δεῖνα] Ἁρπάλου ; le bloc, copié par Miller, est perdu). (...)
  • 40 Le LGPN enregistre un archonte thasien de la basse époque hellénistique dénommé [- - - Λ]ύσωνος (Re (...)

16À la l. 3, Pouilloux avait déchiffré : Πολεµόκριτος [Σ]µενδ̣[. . .]ΟΣ (« Σ très douteux devant MEN »). La révision permet de lever le doute : il faut lire Σ̣µένδ⟦ρ⟧ω̣⟦ν⟧ο̣ς. (la partie gauche de l’Ω est visible). Le nom Σµένδρων est attesté à l’époque hellénistique à Cos, à Calymna et à Méthymna. Il est nouveau à Thasos, où il remonte à une époque considérablement plus ancienne. À la l. 5, on lit la fin d’un idionyme en [- - - -]χ[ο]ς̣, puis – assez clairement – le patronyme Ἁ̣ρ̣π⟦ά⟧λ̣ου̣. Le nom Ἅρπαλος, bien représenté en Macédoine entre la fin de l’époque classique et l’époque impériale, est déjà porté par un Thasien du vie s., père d’un théore en fonction en ± 48339. À la l. 7, on distingue sans difficulté le patronyme Λύ̣σ̣ωνος (Λ net ; partie inférieure du Υ et du Σ). Les composés Λυσαγόρης, Λυσίλεως et Λυσίστρατος sont attestés à Thasos dès l’époque archaïque, mais Λύσων y est nouveau40.

17À la l. 14 enfin, dans le collège situé en principe en 581 av. J.‑C., on déchiffre le nom complet d’un archonte : Ἡ̣γ̣ή⟦σ⟧α̣⟦ρχο⟧ς Π̣ο̣λ̣υ̣φ̣⟦ά⟧ν̣τ̣⟦ο⟧υ̣. Il appartient à une famille dont on retrouvera ci‑après la trace, par le retour des mêmes noms, au ve et au ive s. (voir infra).

183. – Πρῆξις ; [Ζ?]ωβίων (vie s.).

  • 41 Fr. Salviat (n. 22), p. 243 ; voir fig. 1.
  • 42 PLArch. 5/III/(10) à (15) : Recherches I, 28 A (± 514-509 av. J.‑C.). Sont signalés en gras les arc (...)

19Un peu plus loin encore à droite, dans l’assise III (fig. 1), se place un long bloc intact, conservant ses quatre faces de joint (inv. 764). Comme l’a démontré Fr. Salviat, il porte les vestiges des colonnes 5, 6 et 741. Dans la colonne 5 se lisent avec plus ou moins de difficulté les noms de quatorze archontes (fig. 6)42 :

inv. 764

[- - - - -]ο̣ς Θεοκλέος
[- - - - -]η̣ς Π̣α̣γκ̣[λ]έος.
̅[Θεµι?]σ̣τοκλῆς Κυδίωνος



(11)



513

4

Ἀ̣ρ̣χ̣έπολις Πυθόλεω
[Π]ρηξίλεως Κλέ[ωνο]ς.
̅Εὐθύδικος Περιάνδρου
Εὐαλκίδης Ἀ⟨λ⟩κ̣ίδο[υ?]



(12)



512

8

Φάνιππος Προκέω.
̅Ἀµφηρί[δ]η[ς Σιµ]αλίω̣[νο]ς
[Κρ]ατ̣[ιστό]λε[ω]ς̣ [.]ωβίων[ο]ς
Ἀντίπαππος Ὀργέως.


(13)


511

12

̅∆εινόστρατος Ἀττάλεω
Ε̣[ὐρυ]σ̣θέν̣ης̣ Π̣[. .]ΙΛ̣[- -]
Ὀρθαγόρης [- - - - - -].
̅[- - - - - - - - - - - - - - -]

(14)


(15)

510


509

16

[- - - - - - - - - - - - - - -]

Fig. 6 — Musée de Thasos, inv. 764 : Recherches I, 28 A.

Fig. 6 — Musée de Thasos, inv. 764 : Recherches I, 28 A.

Cliché EFA, Ph. Collet.

  • 43 À la l. 7, Pouilloux avait transcrit ΑΚΙ∆ΟΥ et enregistré dans son index le nom *Ἀκίδης (pour leque (...)
  • 44 Le nom Ἀριστοκλῆς est fréquent à Thasos, mais il serait ici manifestement trop court d’une lettre.
  • 45 Recherches I, 66 bis. Trouvé en août 1953, le fragment fut intégré in extremis dans l’ouvrage de J. (...)

20Par rapport à l’editio princeps de J. Pouilloux, la relecture n’apporte que des retouches43, ainsi que trois noms supplémentaires : [Θεµι?]στοκλῆς (l. 3), qui est nouveau à Thasos44 ; Κρατιστόλεως (l. 10) et Εὐρυσθένης (l. 13), qui sont connus par ailleurs. On peut cependant aller un peu plus loin, en complétant la colonne grâce à un fragment trouvé dans la basilique GTh 13 (inv. 1177). J. Pouilloux n’avait pu attribuer ce fragment à telle ou telle des listes et s’est borné à le transcrire ainsi45 :

  • 46 La restitution de l’idionyme, hypothétique, repose sur un rapprochement prosopographique. [Θρασυκλῆ (...)
  • 47 Recherches I, 50. J’ai signalé ce recoupement entre Petite Liste et Grande Liste dans Hamon 2015-20 (...)

21Or la blancheur du marbre, le travail soigné de la surface, les lettres fines et élancées (fig. 7), tout indique que ce fragment appartient à la Petite Liste des archontes. Un autre élément doit être relevé : le lit de pose du bloc originel est partiellement conservé, ce qui signifie que le dernier nom se situait juste avant un joint horizontal entre deux blocs. Un dernier indice permet de replacer le fragment à sa place exacte. Le nom [Θρασυκλῆ]ς Πυθόλεω46, ici à la l. 4, réapparaît dans la Grande Liste des archontes, qui reproduit la Petite Liste à l’identique (voir supra). Il y figure sur un petit fragment de marbre gris, où on lit47 :

[- - - - - - - - - - - - - - - -]
[Θρασυκλῆς? Π]υθ̣[όλεω]
[- - - - - - ο]ς Θεοκ̣[λέος]
[- - - - ης Π]α̣γκλ[έος].

4

̅ ̅[Θεµι?στοκλ]ῆς Κυ̣δ̣[ίωνος]
[Ἀρχέπολις Π]υθόλε[ω]
[- - - - - - - - - - - - - - - -]

  • 48 Voir également fig. 1. Deux autres éclats du même bloc de marbre blanc ont été identifiés en 2017. (...)

22Sur ce fragment gris, après [Θρασυκλῆς? Π]υθ̣[όλεω], suivent quatre noms que l’on retrouve au sommet du bloc blanc inv. 764 invoqué plus haut. Le recoupement est parfait et permet d’établir en toute certitude la jonction, dans la Petite Liste sur marbre blanc, entre le fragment inv. 1177 (assise II) et la colonne A du bloc inv. 764 (assise III). Ce raccord est illustré par la fig. 748 :

Fig. 7 — Emplacement relatif du fragment inv. 1177 et du bloc inv. 764 : Recherches I, 66 bis + Recherches I, 28 A.

Fig. 7 — Emplacement relatif du fragment inv. 1177 et du bloc inv. 764 : Recherches I, 66 bis + Recherches I, 28 A.

Cliché de Patrice Hamon.

inv. 1177

̅[- - - - - - - -] Θρασ̣[- - - -]
[- - - - -]ς Παγκλέ[ος]
[- - - - - - -]τ̣ης ΠΡΗΞΙΟ[- -].
̅[Θρασυκλῆ?]ς Πυθόλεω

(9)


(10)

515


514

inv. 764

[- - - - -]ο̣ς Θεοκλέος
[- - - - -]η̣ς Π̣α̣γκ̣[λ]έος.
̅[Θεµι?]σ̣τοκλῆς Κυδίωνος
Ἀ̣ρ̣χ̣έπολις Π]υθόλεω
κτλ.



(11)



513

  • 49 Voir C. Dobias-Lalou, « La suffixation des anthroponymes en Cyrénaïque pré-romaine », dans SAGA, p. (...)
  • 50 Sur ces noms thasiens masculins en ‑ις, ‑ιος, voir S. Minon (n. 18 [2018]), p. 735.

23En publiant le fragment inv. 1177, J. Pouilloux avait transcrit dans son apparat critique le patronyme de la l. 3 sous la forme : Πρηξίο[υ]. Le nom Πρηξίας a été enregistré par lui dans la « Proposopographie thasienne » et retenu par la suite par les éditeurs du LGPN (avec deux exemples de Πρηξίας connus à Érétrie au iiie s.). Pour un nom thasien de haute époque, on s’attendrait plutôt à trouver la forme ionienne Πρηξίης, dont le génitif serait Πρηξίω (comme ∆ίης, gén. ∆ίω). En outre, un détail d’ordre matériel éveille le doute. L’inscription est soigneusement gravée. L’intervalle entre les lettres est tout à fait régulier. Si la dernière lettre du patronyme était vraiment un Y, son pied devrait descendre assez bas, au point d’être visible sous le bord de la cassure oblique. Or ce n’est manifestement pas le cas (fig. 7). Il faut donc à mon avis restituer une autre lettre, en l’espèce un Σ (dont la barre oblique descendante s’est perdue au ras de la cassure) : Πρήξιο[ς]. Si cette conclusion est exacte, nous avons affaire au nom Πρῆξις, gén. Πρήξιος. Il n’est pas tout à fait nouveau, puisqu’on connaît plusieurs exemples du masculin Πρᾶξις en milieu dorien, particulièrement à Cyrène dès le ive s.49. Il s’agit, là comme à Thasos, de l’hypocoristique d’un nom composé. Le diminutif thasien Πρῆξις est issu de Πρηξίδικος, Πρηξίλεως ou Πρηξίπολις – tous noms connus dans l’onomastique locale au moins dès le vie s. Les anthroponymes masculins en ‑ις sont du reste assez nombreux à Thasos, comme Ἄναξις, ∆άµνις, Κρῖνις ou Ξεῖνις, pour ne prendre que quelques exemples d’époque archaïque50.

  • 51 Recherches I, 48. Le marbre n’est pas blanc, comme l’indiquait J. Pouilloux par erreur, mais gris à (...)

24Plus bas dans la même colonne 5 de la Petite Liste, les collèges d’archontes nos 13 et 14, situés en principe en ± 511‑510 av. J.‑C., sont de lecture particulièrement délicate. Mais un deuxième recoupement avec un éclat de la Grande Liste sur marbre gris permet un minuscule progrès. Le fragment gris inv. 839, trouvé lui aussi dans la basilique GTh 13 et publié sans commentaire par J. Pouilloux, livre en effet la fin des patronymes de quatre archontes déjà connus (fig. 8)51 :

[Κρατιστόλεως . ωβί]ων̣[ος]
[Ἀντίπαππος Ὀργέω]ς̣.
̅[∆εινόστρατος Ἀττά]λ̣εω

4

[Εὐρυσθένης Π . . ΙΛ̣ -ο]υ̣?
[κτλ.]

Fig. 8 — Musée de Thasos, inv. 839 : Recherches I, 48.

Fig. 8 — Musée de Thasos, inv. 839 : Recherches I, 48.

Cliché EFA, Ph. Collet.

  • 52 J’écarte ici, sur le conseil de S. Minon, la forme *Ἀτταλῆς, gén. Ἀτταλέω, enregistrée par le LGPN. (...)
  • 53 Pour d’autres composés en Ζω‑, voir Bechtel, HPN, p. 186‑187, et O. Masson, « Notes d’anthroponymie (...)

25Les gains sont infimes par rapport à la version originale sur marbre blanc. À la l. 3, les lettres Λ̣ΕΩ confirment que l’on n’a pas affaire au nom Ἄτταλος (pace Pouilloux), mais à Ἀττάλης52. À l’extrémité de la l. 4, on distingue peut‑être l’extrémité de la barre oblique ascendante d’un Y : le magistrat en question pourrait s’appeler Ε̣[ὐρυ]-σ̣θέν̣ης̣ Π̣[ερ]ιά̣[νδρο]υ̣ et il n’est pas exclu qu’il soit le frère d’Εὐθύδικος Περιάνδρου, archonte deux ans plus tôt, en ± 512 av. J.‑C. À la l. 1, enfin, l’éclat n’apporte rien de neuf pour élucider le nom déjà déchiffré dans la Petite Liste : [Κρ]ατ̣[ιστό]-λε[ω]ς̣ [.]ωβίων[ο]ς. Il ne manque qu’une lettre au début du patronyme, mais aucun nom [.]ωβίων n’est attesté, sauf erreur. J’avancerai à ce propos une hypothèse, qui demande à être critiquée. Il existe en milieu ionien un anthroponyme Ζώβιος et son féminin Ζωβίη vel Ζωβία, attestés en particulier à Éphèse, à Milet, à Samos et en Eubée au ive et au iiie s.53. Le nom thasien qui nous intéresse pourrait être un dérivé en ‑ων du même nom : [Ζ]ωβίων. On comparera les couples Ἀντίβιος/Ἀντιβίων, Εὔβιος/Εὐβίων et Πολύβιος/Πολυβίων.

264. – Ἀνδρογήθης (vieve s.).

  • 54 Bechtel, HPN, p. 108.
  • 55 CITh III, 47, l. 1 ; GLTh. 6/VI/(22) : IG XII 8, 283 B, l. 17 (presque entièrement disparu, mais co (...)
  • 56 Recherches I, 60, et p. 227. Dimensions de l’ensemble : h. (conservée) 18 ; larg. (conservée) 40 ; (...)

27Plusieurs anthroponymes exclusivement thasiens sont composés sur γῆθος (« joie ») : Ἀνδρογήθης, Παγγήθης et Γήθυλος (auquel s’ajoute le féminin Γηθυλίς)54. Le premier d’entre eux, Ἀνδρογήθης, n’est jusqu’ici connu que par une seule occurrence : un certain Satyros f. d’Androgèthès figure sur une stèle votive datée vers 400 av. J.‑C., puis dans la Liste des théores en 37255. Son père, Androgèthès, se situe approximativement dans le dernier tiers du ve s. Mais un nouveau raccord entre des fragments de la Grande Liste des archontes révèle un deuxième exemple de ce nom rare, probablement antérieur. Au fragment de marbre gris inv. 735A, publié par J. Pouilloux, se raccordent en effet les deux éclats inv. 749 et 724, signalés par lui autrefois parmi les « fragments insignifiants » (fig. 9)56.

28L’ensemble ainsi reconstitué livre partiellement les noms de quatre archontes. L’intervalle entre la l. 2 et la l. 3 (1,8 cm) est légèrement plus grand que dans les lignes suivantes (1,5 cm), ce qui indique que le premier archonte appartient à une triade et que les trois autres appartiennent à la triade suivante :




4

[- - - - - - - - -]ρωνο̣ς.
̅[- - - - - -] Ν̣αυµάχου
[Ἀντιγέν?]ης Ἀντικρά[τ]εο[ς]
[Λυσίσ]τ̣ρατος Ἀνδρ̣ογήθεο[ς].

Fig. 9 — Grande Liste des archontes : raccord entre les fragments inv. 735 A (Recherches I, 60), inv. 749 et inv. 724.

Fig. 9 — Grande Liste des archontes : raccord entre les fragments inv. 735 A (Recherches I, 60), inv. 749 et inv. 724.

Relevé EFA, M. Wurch-Koželj.

  • 57 Voir le schéma dans Hamon 2015-2016, p. 76, fig. 4. Dans ces colonnes 4‑6, il faut exclure les anné (...)
  • 58 [GLTh. 6/VI/(21)]. Le nom est connu uniquement par la Petite Liste, en PLTh. 6/II/(9) : Recherches  (...)

29Ces fragments proviennent vraisemblablement de la plaque qui contenait les colonnes 4, 5 et 6 de la Grande Liste, couvrant environ un siècle entre ± 556 et 447 av. J.‑C.57. De cette plaque sont en effet déjà connus une dizaine de fragments similaires, remployés dans la basilique GTh 13 (voir supra). Certains indices prosopographiques invitent à situer les quatre archontes en question dans la colonne 6, vers le premier tiers ou le second quart du ve s. Lysistratos f. d’Androgèthès (l. 4) doit en effet être lié de quelque manière au Satyros f. d’Androgèthès précédemment cité. Mon hypothèse serait qu’il eut pour frère un [Satyros] f. d’Androgèthès (floruit vers 470‑440 ?). De celui‑ci seraient issus deux fils : Androgèthès f. de [Satyros] et Lysistratos f. de [Satyros] (vers 430‑400 ?). Et de ces frères seraient nés, à la génération suivante, les deux cousins Satyros f. d’Androgèthès, théore en 372 (voir supra), et Satyros f. de Lysistratos, théore en 37358. Ainsi se vérifierait le postulat formulé plus haut selon lequel les noms recherchés se perpétuaient dans les mêmes familles. Si le stemma 1 est exact (fig. 10), l’aïeul Androgèthès I serait à situer entre la fin du vie s. et le premier tiers du ve s. ; son fils Lysistratos aurait été archonte dans les années 470 ou 460 (avant que l’archontat ne devînt, en 463, une magistrature unique).

Fig. 10 — Stemma 1.

Fig. 10 — Stemma 1.

Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.

  • 59 IG XII 8, 412.
  • 60 GLTh. 1/V/(1) : IG XII 8, 276, l. 10.

30À la l. 3, le complément [Ἀντιγέν]ης s’inspire de l’épitaphe d’un certain Ἀντικράτης Ἀντιγένεος, datée de la première moitié du ive s.59 : il s’agit peut‑être du bisaïeul et de l’arrière-petit-fils. À la l. 1, on lit la fin d’un patronyme en -ωνος. Parmi les noms connus au vie et au ve s. à Thasos, on peut hésiter entre Ἄγρων, Ἄνδρων, Κίρων et Χοίρων. L’idionyme qui précède est nécessairement très court : 6 ou 7 lettres. À titre de simple hypothèse, on peut suggérer de restituer [Χοίρων ? Ἄνδ]ρωνος, qui serait un descendant (un petit‑neveu ?) de Ἄνδρων Χοίρωνος, lequel figure dans le premier collège des théores annuels, en ± 544 av. J.‑C.60. On reviendra ci‑après sur cette famille.

Noms de théores

  • 61 Fr. Salviat (n. 36) ; id., « Catalogue des théores de Thasos : objections et réponses », BCH 107 (1 (...)
  • 62 Voir, provisoirement, le schéma de la Grande Liste (partie ancienne et partie additionnelle), dans (...)
  • 63 Sur la date à laquelle la gravure s’interrompt, voir J. Fournier (n. 23), p. 31‑34.

31Outre les listes d’archontes, il existe à Thasos des listes de théores61. Ces magistrats étaient également désignés tous les ans par collèges de trois. Selon toute apparence, la charge de théore était habituellement revêtue plusieurs années après celle d’archonte. Une liste récapitulative des triades annuelles de théores fut gravée dans les années 360 av. J.‑C., au même moment que la première liste des archontes, sur un édifice indéterminé du centre urbain. Cette « Petite Liste des théores » (PLTh.) occupait six colonnes, sur une hauteur de six assises, et couvrait une période allant du viie s. à 368. Elle fut complétée dans un premier temps, puis abandonnée vers 330‑320 av. J.‑C. Une seconde liste, copie exacte de la première, fut alors inscrite sur le mur gauche du Passage des théores (GTh 46), dans une écriture différente de la première. Cette « Grande Liste des théores » (GLTh.) occupait sept colonnes entières, sur huit assises, et descendait jusqu’en 325 (fig. 1)62. Elle fut ensuite alimentée au cours de l’époque hellénistique et jusqu’à la fin, au moins, du iie s. apr. J.‑C.63.

32De la Petite Liste, il ne subsiste que trois blocs, intacts, au musée de Thasos. De la Grande Liste, on connaît près de cent blocs : la plupart furent découverts par E. Miller au xixe s., dans les ruines du Passage ; dix autres furent exhumés par les archéologues postérieurs. Quarante de ces blocs sont aujourd’hui conservés, soit au Louvre (28), soit au musée de Thasos (12) ; tous les autres, copiés par Miller en 1864, disparurent par la suite, remployés dans des constructions modernes à Liménas. Ce vaste ensemble inscrit comptait quelque 2000 individus à la fin de l’Antiquité. Il est beaucoup mieux conservé que les listes d’archontes, puisqu’on lit encore plus de la moitié des noms, soit environ 1100 (idionyme et patronyme), de toutes époques, complets ou mutilés.

  • 64 Fr. Bechtel, Thasische Inschriften ionischen Dialekts im Louvre, Abhandlungen der königlichen Gesel (...)
  • 65 E. Jacobs, Thasiaca (1893), p. 13‑33.

33Après les publications initiales de Miller, où l’on relève des erreurs de lecture, les inscriptions furent rééditées par Fr. Bechtel en 1884 et 1887, après révision sur estampages de celles conservées au Louvre, puis à nouveau dans la SGDI en 190564. En 1893, E. Jacobs eut à sa disposition les mêmes estampages pour rédiger une étude pionnière sur la chronologie des théores65. Dix ans plus tard, C. Fredrich entreprit une relecture complète des inscriptions d’après les pierres elles‑mêmes, à partir de laquelle il donna dans les IG XII, 8 en 1909 une réédition d’ensemble, qui est à ce jour la seule disponible. J. Pouilloux publia en 1954 plusieurs blocs nouveaux, sans toutefois entreprendre une révision d’ensemble. Plus d’un siècle après Fredrich, j’ai récemment collationné tous les blocs inscrits, ceux du Louvre aussi bien que ceux conservés à Thasos. Or cette révision permet, ici encore, de corriger certaines lectures et d’améliorer le déchiffrement de passages difficiles. Je ne signalerai ci‑après que les progrès qui présentent un intérêt pour l’onomastique et pour la prosopographie. Comme pour les archontes, je procéderai de façon chronologique, de gauche à droite, en partant de la première colonne.

345. – Ἀλκινάδης ; Ὄρχαµος (viie s.).

  • 66 GLTh. 1/I/(1re Aparchè) : Fr. Bechtel (n. 64 [1884]), p. 8‑9, no 5 (« grösstenteils undeutlich ») ; (...)

35Le tout début de la Grande Liste est conservé, sur un bloc de la colonne 1 portant l’invocation à la Bonne Fortune et un sous‑titre chronologique (Ἐπὶ τῆς πρώτης ἀπαρχῆς), puis les noms des huit premiers théores de l’histoire thasienne. Il faut situer ceux‑ci à une date très haute, vraisemblablement au viie s. av. J.‑C., alors que la charge de théore n’était pas encore annuelle. La pierre portant cet incipit (Louvre, Ma 870), est malheureusement très endommagée, si bien que plusieurs idionymes continuent de poser problème66.

36À la l. 4, E. Miller, Fr. Bechtel et C. Fredrich ont tous lu Ἀλκιάδης Τηλεφάνεω. Fredrich notait cependant une sorte de vacat entre I et A (ΑΛΚΙ Α∆ΗΣ). Devant la pierre et sur les photographies (fig. 11), je lis en fait : Ἀ[λ]κ̣ινάδης. Le nom est nouveau à Thasos (et à Paros), mais il est attesté deux fois, sous la forme Ἀλκινάδας, à Sparte au vie et au ve s.

Fig. 11 — Musée du Louvre, Ma 870, détail : IG XII 8, 273, l. 4-6.

Fig. 11 — Musée du Louvre, Ma 870, détail : IG XII 8, 273, l. 4-6.

Cliché de Patrice Hamon.

  • 67 Fr. Bechtel, ibid., fait à ce propos une remarque un peu ambiguë : « . ΛΛΜΟΣ der Abklatsch. Der ers (...)
  • 68 Voir sur ce point Fr. Salviat (n. 36), p. 120‑121 ; et, de façon plus développée, id., « Archiloque (...)

37Le nom suivant, à la l. 5, réserve également des difficultés. Bechtel et Fredrich avaient cru pouvoir déchiffrer [Κ]άδµος Μετηρίτου, mais l’idionyme serait trop court d’une lettre et doit être écarté67. Je vois pour ma part : . Ι̣Χ̣Α̣ΜΟΣ. La première lettre est insaisissable ; la deuxième a une haute haste verticale, parfaitement nette ; la troisième, indistincte, pourrait être un Χ légèrement déséquilibré vers la gauche ; la quatrième est un A, dont la barre horizontale se devine. Il ne faut pas hésiter à lire : [Ὄ]ρ̣χ̣α̣µος. C’est le nom rencontré plus haut, dans la première colonne de la Petite Liste des archontes. Il est si rare qu’on est en droit de postuler une parenté entre [Ὄ]ρ̣χ̣α̣µος Μετηρίτου et Λ̣ΓΛ̣Β̣Α̣ΛΛ[. .] vel Λ̣ΓΛ̣Ω̣Α̣ΛΛ[. . Ὀρ]χ̣άµου : un père et son fils ? Pour tester cette hypothèse, il faudrait avoir une idée plus précise de la chronologie absolue de la première colonne de la liste des théores et savoir en particulier à quelle date commence le décompte de ces magistrats. Le problème, abordé par Fr. Salviat, n’a pu jusqu’ici trouver de réponse. Si l’on suppose que la « Première Aparchè » correspond bien aux tout débuts de l’histoire de Thasos, quand la jeune colonie parienne prit vers 670‑660 av. J.‑C. son autonomie, il est effectivement possible que le théore Orchamos f. de Metèritos – un des colons venus de Paros ? – soit le père de [- - - ?] f. d’Orchamos, archonte vers 64068.

  • 69 GLTh. 3/VII/(27) : IG XII 8, 278 A, l. 8. On a mis ce nom en rapport avec le mythe relatif à l’orig (...)

38Le nom Κάδµος existe cependant bien par ailleurs à Thasos, mais n’est pas attesté avant la fin du vie s., comme patronyme du théore [- - -]ήδης Κάδµου (± 468 av. J.‑C.)69 ; il survivra encore longtemps, à l’époque hellénistique et impériale.

396. – *Τιµοπείθης / Τιµόξενος (ve s.).

  • 70 CITh III, 48, l. 3. Beaucoup plus douteuse me semble être l’occurrence thasienne du nom dans l’épig (...)

40Parmi les noms thasiens, deux composés en ‑πείθης ont été répertoriés par Bechtel dans ses HPN et par les auteurs du LGPN : Ξενοπείθης et *Τιµοπείθης. Il faut désormais leur adjoindre Πολυπείθης, révélé par une dédicace datée vers 300 av. J.‑C.70. Le deuxième nom, *Τιµοπείθης, suscite néanmoins le doute, car sa facture n’est pas sans poser problème.

  • 71 GLTh. 3/VI/(20) ; Fr. Bechtel (n. 64 [1884]), p. 7‑8, no 4 (SGDI 5471), l. 2 ; IG XII 8, 280 B, l.  (...)
  • 72 PLArch. 6/III/(11) : Recherches I, 28 B, l. 19.
  • 73 GLTh. 3/V/(16) : IG XII 8, 277 B, l. 18.
  • 74 Syll.3 36 ; Pausanias VI 11, 2. Voir le stemma hypothétique proposé par Fr. Salviat (n. 3), p. 81.

41L’occurrence provient de la Grande Liste des théores, où le nom est censé figurer sur un bloc de l’assise VI portant une section des colonnes 2 et 3 (Louvre, Ma 876). Selon Fr. Bechtel et C. Fredrich, un théore dénommé Ἀρχῆναξ Τιµοπ̣ε̣ί̣[θεος] (vel Τιµοπ̣ε̣ί̣[θευς]) y apparaît ; il est daté de ± 475 av. J.‑C.71. Sur le bloc, son nom est gravé juste avant un joint vertical, à un endroit où la surface est érodée. Ma lecture est différente de celle des précédents éditeurs (fig. 12‑13) : après ΤΙΜΟ, je vois assez distinctement les lettres ΞΕΝ (barre horizontale inférieure du Ξ, E quasi intact, haste gauche et barre oblique du N). Il faut restituer : Ἀρχῆναξ Τιµοξέν̣[ου]. Ce magistrat a probablement deux frères parmi les magistrats des années précédentes : Euryanax f. de Timoxenos, archonte en 48072, et Neilis f. de Timoxenos, théore en ± 47973. Le personnage en question pourrait être apparenté, de près ou de loin, à l’athlète Théogenès, qui était fils du prêtre d’Héraclès Timoxenos74.

Fig. 12 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17-19, partie droite.

Fig. 12 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17-19, partie droite.

Cliché de Patrice Hamon.

Fig. 13 — Estampage, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17, partie droite.

Fig. 13 — Estampage, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17, partie droite.

Estampage : (Archives EFA), détail.

Cliché de Patrice Hamon.

427. – *Ἱππῆς / Ἀµφίης (vieve s.).

  • 75 GLTh. 3/VI/(24) : IG XII 8, 280 B, l. 29. La lecture de Fr. Bechtel (n. 62 [1884]), l. 14, était be (...)

43Sur le même bloc Ma 876, un peu plus bas dans la colonne 3, le collège no 21 se situe en ± 471 av. J.‑C. Sans signaler de difficulté, C. Fredrich y avait déchiffré le nom du théore Στρατόλα̣ος Ἱππέω75. L’hapax *Ἱππῆς a été enregistré, parmi d’autres noms thasiens composés sur Ἱππ‑, dans la « Prosopographie » de J. Pouilloux, puis dans le LGPN, où il côtoie, dans d’autres régions, les formes Ἱππᾶς et Ἱππέας.

  • 76 Le nom ne réapparaît à Thasos qu’à l’époque impériale : Recherches II, 204, l. 1 ; 267, l. 4.

44Le réexamen de la pierre, ainsi que de l’estampage conservé à l’EFA, infirme cette lecture (fig. 14). Le nom du théore se lit en fait : Στρατ̣ο̣κλῆς̣ (seule occurrence à Thasos aux époques classique et hellénistique76). Du patronyme, on distingue, non sans difficulté, les traces suivantes : le sommet d’une lettre triangulaire ; puis un passage traversé par une large fissure, qui semble être antique et doit avoir gêné le lapicide : on distingue peut‑être une deuxième forme triangulaire avant la fissure (partie gauche d’un M ?), puis, au‑delà de la fissure, la petite boucle d’un Φ ; vient ensuite une haste verticale, qui descend jusqu’en bas de la ligne ; et enfin les lettres ΕΩ, qui sont plus nettes. Il faut lire à mon avis : Ἀ̣µ̣ v φ̣ίεω.

Fig. 14 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 29.

Fig. 14 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 29.

Cliché de Patrice Hamon.

  • 77 Voir S. Minon (n. 18 [2018]), p. 734.
  • 78 GLTh. 5/IV/(12) : IG XII 8, 277 D, l. 59 (Ἀµφίας Κλεοστράτου).
  • 79 GLTh. 4/I/(3) : Recherches II, 406 B, l. 16 (459 av. J.‑C.).
  • 80 Comparer les frères thasiens Ἄρχιππος Ἀρχίππου et Ἵππαρχος Ἀρχίππου, ayant reçu la citoyenneté à At (...)

45Le nom ionien Ἀµφίης, hypocoristique d’un composé tel que Ἄµφανδρος ou Ἀµφηρίδης77, est porté par un théore de l’année 417 av. J.‑C., mais enregistré dans la Grande Liste sous la forme attique Ἀµφίας78. Le père de ce dernier apparaît vraisemblablement, une quarantaine d’années plus tôt, au sommet de la colonne 4 de la Grande Liste, où J. Pouilloux a suggéré de rétablir : Κλεόστρατος Ἀ[µφίεω]79. La parenté des noms Στρατοκλῆς et Κλεόστρατος est frappante80 : elle porte à croire que Stratoklès f. d’Amphiès, théore en ± 471, et Kleostratos f. d’Amphiès, théore en ± 459, étaient frères.

468. – *∆ιάφαντος / Πολύφαντος (vieve s.).

  • 81 GLTh. 4/VI/(21) : IG XII 8, 285 A, l. 2.

47Juste à droite du bloc Ma 876 dans l’assise VI, aux colonnes 4, 5 et 6, se situaient IG XII 8, 285 et IG XII 8, 283, aujourd’hui disparus. Ils ont été combinés l’un avec l’autre par Fr. Salviat, grâce à la copie de la Petite Liste. On peut même supposer qu’ils ne constituaient pas deux blocs jointifs (comme la publication séparée d’E. Miller le laissait penser), mais deux fragments d’un seul et même long bloc (voir infra). L’un et l’autre étaient apparemment très endommagés au moment de la découverte, si bien que les copies de Miller présentent des lacunes. Dans la colonne 4 (IG XII 8, 285 A), Miller lut le nom d’un théore daté de ± 441 av. J.‑C.81 : . ΑΦΑΝΤΟΣΗΓΗΣΑΡΧΟΥ, qu’il transcrivit [∆ι]άφαντος Ἡγησάρχου ; il fut suivi par Bechtel et par Fredrich et l’anthroponyme *∆ιάφαντος est entré dans le LGPN, comme un hapax. Mais il s’agit d’un fantôme. La seule lecture possible est [Πο]λ̣[ύ]φαντος Ἡγησάρχου (le Λ ayant été pris pour un A et la lacune occupée par l’Y n’ayant pas été correctement notée).

  • 82 GLTh. 3/VI/(23) : IG XII 8, 280 B, l. 26.
  • 83 PLArch. 3/II/(9) : Recherches I, 32, l. 15 (± 581 av. J.‑C.).
  • 84 GLTh. 6/V/(18) : IG XII 8, 277 E, l. 105 (= PLTh. 6/II/(6) : Recherches I, 27 C, l. 10).
  • 85 PLArch. 4/VI/(29) : Recherches I, 31 B, l. 2. On est tenté de reconnaître le même personnage dans u (...)
  • 86 PLArch. 6/III/(13) : Recherches I, 28 B, l. 10. GLTh. 4/II ou III/(4) ou (7) : IG XII 8, 279 A, l.  (...)

48En effet, le père de ce théore, Ἡγήσαρχος Πολυφάντου, apparaît dans la colonne précédente, sur le bloc situé immédiatement à gauche de celui‑ci, en ± 472 av. J.‑C.82 : père et fils sont séparés de trente et un ans, ce qui correspond à l’écart habituel entre deux générations. Un certain Ναυφάντης Πολυφάντου, archonte en 478, doit être le frère d’Ἡγήσαρχος Πολυφάντου. On peut remonter assez loin dans le passé de cette famille, puisque un ancêtre dénommé Ἡ̣γ̣ή⟦σ⟧α̣⟦ρχο⟧ς Π̣ο̣λ̣υ̣⟦φάν⟧τ⟦ο⟧υ̣ fut archonte en ± 581 (voir supra)83 : il doit s’agir du trisaïeul du théore de ± 472. La lignée se prolongea jusqu’au ive s. : un Πολύφαντος Ἡγησάρχου est théore en 37684. Il existe en outre une branche secondaire : un Ἡγήσαρχος Μέγωνος fut archonte en ± 52885 ; un Μέγων Πολυφάντου, théore en ± 459 ou ± 45586, descend de ce dernier, à moins qu’il ne soit le frère cadet d’Ἡγήσαρχος Πολυφάντου, le théore de ± 472 (voir le stemma 2, fig. 15).

Fig. 15 — Stemma 2.

Fig. 15 — Stemma 2.

Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.

49Sur le même bloc IG XII 8, 285 A, à la l. 1, Miller a lu ΚΟΣΜΙΛΕΩ. Étant donné les difficultés de déchiffrement, il ne faut peut‑être pas accorder pleine confiance à cette lecture, ni retenir sans réserve l’anthroponyme Κοσµίδης, lui aussi enregistré comme un hapax. À la l. 4, la finale du génitif ∆ΕΛΕΩΣ est aberrante : il faut corriger en [Μεγ]α̣κ̣λέο̣ς vel [Παντ]α̣κ̣λέο̣ς.

509. – Μοσχῖνος / Μαχῖνος (veive s.).

  • 87 GLTh. 4/V/(18) : IG XII 8, 277 C, l. 50.
  • 88 Le nom, en [GLTh. 5/VI/(21)], a disparu dans les lacunes du bloc fragmentaire IG XII 8, 285 + IG XI (...)

51Thasos fournit les exemples les plus anciens d’un nom peu fréquent, Μαχῖνος, qui n’est attesté par ailleurs qu’à Érétrie, à Athènes et à Crannon entre le ive et le iie s. Les deux occurrences thasiennes viennent de la Grande Liste : un théore du nom de Σῶλλος Μαχίνου est en fonction en ± 44487 ; un autre du nom de Ἱστιαῖος Μαχίνου l’est une génération plus tard, en 40888. L’écart paraît trop faible pour que les deux Μαχῖνος soient grand‑père et petit‑fils et trop grand pour qu’ils soient frères, mais une parenté plus éloignée n’est pas exclue.

  • 89 A. Coulié, « Nouvelles inscriptions érotiques à Thasos », BCH 122 (1998), p. 443‑445 (SEG XLVIII 11 (...)

52Il faut leur ajouter un troisième exemple, qui prolonge l’existence de ce nom rare à Thasos. Au Sud‑Est de l’île, à proximité de la tour de Schidia, une crique au lieu‑dit Phonea Plakka abrite un site et une carrière de marbre antiques, qui ont été décrits par A. Coulié. Celle‑ci a relevé, sur le front de la carrière, trois inscriptions rupestres. L’une d’elles se rapproche, par sa nature et par son style de gravure, des acclamations gravées vers le milieu du ive s. dans la baie de Kalami, à une demi-douzaine de kilomètres plus au Sud. A. Coulié a déchiffré sur la paroi89 : Μο̣σ̣χῖνος καλός. Le nom Μοσχῖνος est connu à Héraclée du Pont et en Béotie au ive et au iiie s. J’ai revisité le site en 2019, en compagnie de N. Trippé, et fait une lecture différente. Entre le M et le Χ (légèrement déporté vers le haut), on ne distingue que des traces de lettres, qui ont été prises pour « la courbe inférieure d’un Ο », suivie d’un Σ « très probable, en dépit de son allure étiolée ». En fait, il s’agit d’un A, dont se distinguent le pied gauche et la barre droite descendant en oblique (fig. 16). Il faut lire un nom bien thasien : Μα̣χῖνος καλός. Il est impossible de savoir si le jeune et beau Μαχῖνος de Phonea Plakka avait quelque rapport avec les deux théores du ve s., Σῶλλος et Ἱστιαῖος.

Fig. 16 — Inscription rupestre de Phonea Plakka : SEG XLVIII 1167.

Fig. 16 — Inscription rupestre de Phonea Plakka : SEG XLVIII 1167.

Cliché de Patrice Hamon.

5310. – Ἵππων (vieve s.).

  • 90 PLArch. 7/III/(35) : Recherches I, 28 C, l. 36. Dans son édition, J. Pouilloux a transcrit par méga (...)
  • 91 [GLTh. 6/VI/(24)]. Le magistrat n’est connu que par la Petite Liste, en PLTh. 6/III/(12) : Recherch (...)
  • 92 GLTh. 1/V/(1) et (2) : IG XII 8, 276, l. 10 et 13 (± 544 et 543 av. J.‑C.). Voir supra.

54Dans le groupe des composés en ‑πείθης (voir supra), le nom Ξενοπείθης n’est porté à Thasos que par deux individus : le père de l’archonte Ἄνδρων Ξενοπείθεος, en fonction en 412 av. J.‑C.90, et le théore Ξενοπείθης Ἱππ[- - - -], daté de 370 av. J.‑C.91. On peut légitimement soupçonner une parenté entre ces magistrats. Il est même tentant de restituer le nom du second en Ξενοπείθης ῞Ιππ[ωνος], car on trouve, trois générations plus tôt, parmi les premiers théores annuels, un couple de frères dénommés Ἄνδρων Χοίρωνος et Ἵππων Χοίρωνος92.

  • 93 PLTh. 6/III/(12) : Recherches I, 27 C, l. 27. Sur la pierre (inv. 935 : voir la photographie dans H (...)
  • 94 Recherches I, 72 (sans illustration). H. (cons.) 14 ; l. (cons.) 7,5 ; ép. (cons.) 7. H. l. 1,3. Vo (...)
  • 95 La place approximative de ce joint vertical est indiquée par l’encoche de levier qu’on observe au l (...)
  • 96 Toutes les parties perdues sont restituées de façon certaine grâce à la copie fournie par la Petite (...)

55La restitution est confirmée par un raccord inédit. Dans la Petite Liste, le nom du théore Ξενοπείθης Ἱππ[- - - -] figure dans la colonne 693. Dans la Grande Liste, la même section de la colonne 6, à l’assise VI, est presque entièrement perdue : on n’en connaît que des bribes, gravées sur le bloc ou fragment disparu IG XII 8, 283, où Miller avait déchiffré quelques lettres à droite. Il existe par ailleurs au musée de Thasos un petit fragment (inv. 606), découvert en 1912 par Ch. Picard dans le Passage et publié dans les Recherches de J. Pouilloux, mais qui jusqu’ici n’a guère retenu l’attention94. Comme le prouvent la couleur grise du marbre et le style de gravure, il appartient clairement à la Grande Liste des théores. On n’y lit plus que la fin de quelques patronymes au génitif (fig. 17). Le fragment est néanmoins intéressant d’un point de vue architectural, car il conserve une partie du lit de pose et de la face latérale : il constituait donc le coin inférieur droit d’un bloc. Théoriquement, on pourrait le replacer à plusieurs endroits dans les parties perdues du mur. Mais puisque le bloc auquel il appartenait fut brisé en fragments, il est tentant de le rapprocher d’IG XII 8, 283, qui devait lui aussi être fragmentaire, et de le placer précisément à l’assise VI, à l’endroit où passait un joint vertical95. Un schéma du bloc permet de vérifier l’hypothèse (fig. 18). À la l. 11, le patronyme de Xenopeithès est bien [Ἵππω]νος96 :

  • 97 La copie sur la Petite Liste ne donne ici que le début du patronyme : Θρασωνίδης Πολ[- - -]. Mais o (...)

GLTh. 6/VI/(21) à (25)

̅[Τελεσαγόρης Μεγακλείδευς]
[Σάτυρος Λυσιστράτου]
[Πυ . . . ΙΠΑ . . . . . . σίου].

(21)

373

4

̅[Ἀρίζηλος Ἀθηνα- - -]
[Ἀριστοφάνης Λε- - -]
[Σάτυρος] Ἀν̣[δρογήθευς].
̅[Μνη]σαγόρης Ἀ̣θ̣η̣[- - - -]

(22)


(23)

372


371

8

[Πυθώνυµος Στρατονίκου]
[Ἀριστοφῶν Ἱππάρχου].

inv. 606

̅[Θεόµνηστος Ἡρακλεί]τ̣[ου]
[Ξενοπείθης Ἵππω]νος

(24)

370

12

[Πῦθις Ἡγησάνδρου].
̅[Μετάγονος Πυθίων]ο̣ς
[Θρασωνίδης Πολύθρου?]97
[Σφαῖρος Φιλωνίδεω].


(25)


369

Fig. 17 — Musée de Thasos, inv. 606 : Recherches I, 72.

Fig. 17 — Musée de Thasos, inv. 606 : Recherches I, 72.

Cliché EFA, Ph. Collet.

Fig. 18 — Schéma d’un bloc perdu (assise VI, colonnes 4 à 6), à son emplacement dans l’architecture du mur portant la Grande Liste des théores : [IG XII 8, 285] + [IG XII 8, 283] + Musée de Thasos, inv. 606.

Fig. 18 — Schéma d’un bloc perdu (assise VI, colonnes 4 à 6), à son emplacement dans l’architecture du mur portant la Grande Liste des théores : [IG XII 8, 285] + [IG XII 8, 283] + Musée de Thasos, inv. 606.

Les lettres restituées en bleu sont connues par la Petite Liste.

Relevé et dessin EFA, M. Wurch-Koželj.

  • 98 On trouve exactement le même rapport entre Nikiès f. de Pythônymos, archonte en 411 (PLArch. 7/III/ (...)

56Je supposerais volontiers qu’Andrôn f. de Xeinopeithès, archonte en 412, était le frère de Hippôn (f. de Xeinopeithès), qui eut pour fils Xenopeithès II f. d’Hippôn, théore en 370. L’archonte et le théore, séparés par une quarantaine d’années, seraient ainsi oncle et neveu98 (voir le stemma 3, fig. 19).

Fig. 19 — Stemma 3.

Fig. 19 — Stemma 3.

Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.

5711– Kυννήθιος (ve s.).

  • 99 GLTh. 5/VII/(31) : E. Miller, JSav 1872, p. 56‑57, col. 3, l. 15 ; IG XII 8, 278 C, l. 41.
  • 100 Fr. Bechtel (n. 64 [1887]), p. 61‑62, no 78. Le même Fr. Bechtel s’est ensuite montré plus circonsp (...)
  • 101 Sur Κύννα, qui est illyrien, voir O. Masson, « Quelques noms de femmes en Macédoine », ZPE 55 (1984 (...)
  • 102 S. Minon (n. 18 [2018]), p. 737, n. 18, proposant de corriger en ⟨Ε⟩ὐννηθίου.
  • 103 Recherches I, 27 B, l. 53.

58Sur un bloc perdu de la Grande Liste, E. Miller copia autrefois le nom Πυθίων Κυννηθίου. On peut situer ce bloc à l’assise VII, dans la colonne 5, et dater le collège en question de 398 av. J.‑C.99. Le nom du père a été discuté. Convaincu que Miller avait commis une erreur, Fr. Bechtel proposa de le corriger en Κυν⟨αί⟩θου100. C. Fredrich se contenta de marquer son scepticisme par un point d’interrogation, renvoyant d’un mot aux anthroponymes masculin Κύννιος et féminin Κύννα (et Κυννίς)101. L’existence même de ce nom inexpliqué a été mise en doute102. Pourtant, la découverte en 1951 d’un bloc de la Petite Liste des théores, qui procure une copie exacte de la même section de la colonne 5, a confirmé la lecture de Miller : Πυθίων Κυννη[θίου]. J’ai pu vérifier au musée que le déchiffrement de J. Pouilloux était exact (fig. 20)103 : l’hapax Kυννήθιος existe bel et bien.

Fig. 20 — Musée de Thasos, inv. 982, détail : Recherches I, 27 A, l. 51-56.

Fig. 20 — Musée de Thasos, inv. 982, détail : Recherches I, 27 A, l. 51-56.

Cliché de Patrice Hamon.

5912. – Θεσπιεύς (ive s.).

  • 104 Voir le schéma dans Hamon 2018, p. 184, fig. 1.
  • 105 GLTh. 7/IV/(13) : IG XII 8, 277 F, l. 116.

60À l’assise IV de la Grande Liste, la colonne 7 est traversée par le joint vertical entre deux blocs (Louvre, Ma 902.2 et 902.4)104. Plusieurs lettres se sont perdues à cet endroit, de part et d’autre du joint. À la l. 5, le nom d’un théore situé en principe en 357 av. J.‑C., n’a pu être déchiffré105. Fredrich avait lu Ο̣ . . | . ε̣ὺς Ἐπικράτευς et proposé avec réserve de restituer le nom *Θ[ρα|σ]εύς, qui n’est pas attesté par ailleurs. Le réexamen de la pierre (fig. 21) permet de constater que les deux premières lettres sont ΘΕ, suivies d’une lettre dont on devine une barre inférieure descendant légèrement en oblique : il doit s’agir d’un Σ plutôt que d’un Ξ. D’après l’étendue de la lacune, la restitution la plus vraisemblable me semble être : Θεσ̣|[πι]εύς.

  • 106 Pouilloux, Recherches I, p. 322. Voir également Cl. Vial, Délos indépendante, BCH Suppl. X (1984), (...)

61L’anthroponyme Θεσπιεύς est attesté à Athènes et à Ténos. C’est sa première occurrence dans l’onomastique thasienne, mais elle ne surprend pas, car plusieurs noms formés sur des ethniques sont connus dans l’île (Ἀργεῖος, Λακεδαιµόνιος, Λόκρος, Μαντινεύς, Θέσσαλος). Au ive et au iiie s., plusieurs d’entre eux se rapportent précisément à la Béotie (Βοιωτός), ainsi qu’à l’Eubée voisine (Εὔβοιος, Ἐρετριεύς, Χαλκιδεύς), régions avec lesquelles les Thasiens – ou certaines familles thasiennes en particulier – semblent avoir eu un lien fort106.

Fig. 21 — Musée du Louvre, Ma 902.2, détail : IG XII 8, 277 F, l. 115-117.

Fig. 21 — Musée du Louvre, Ma 902.2, détail : IG XII 8, 277 F, l. 115-117.

Cliché de Patrice Hamon.

6213.  Ἰσίγονος / Ἰσαγόρης (ive s.).

  • 107 GLTh. 7/V/(17) : E. Miller, JSav 1872, p. 53, col. 2, l. 5 ; IG XII 8, 277 F, l. 128.
  • 108 Fr. Bechtel (n. 64 [1887]), p. 62‑63, no 81.
  • 109 SGDI 5470.
  • 110 H. Seyrig, « Quatre cultes de Thasos », BCH 51 (1927), p. 178‑233, part. p. 229‑233. Ces conclusion (...)

63Le bloc situé juste en dessous du précédent, à l’assise V, a été vu par Miller, puis a disparu. Il comprenait une partie des colonnes 6 et 7. Dans la colonne 7, le nom d’un théore situé en 343 av. J.‑C. fut copié par E. Miller : ΙΣΑΓΟΝΟΣΠΛΩΝΟΣ (« peut‑être Ἰσίγονος Γέλωνος ou Γύλωνος »)107. Fr. Bechtel, suivi par Fredrich, adopta la correction de l’idionyme en Ἰσίγονος et amenda le patronyme en Φίλωνος108 ; il proposa plus tard Ἰσαγό⟨ρη⟩ς Φίλωνος109. C’est néanmoins la leçon Ἰσίγονος qui a été généralement retenue. Dans cet anthroponyme, au même titre que dans Νεῖλις et Κάνωβος, H. Seyrig a vu l’indice des relations suivies que Thasos aurait entretenues avec l’Égypte dès l’époque classique : « de toute la Grèce », écrivait‑il, « c’est Thasos qui possède la plus ancienne série de noms théophores égyptiens »110. Les auteurs du LGPN ont à leur tour enregistré cet exemple du nom Ἰσίγονος comme le plus précocément attesté en Grèce.

  • 111 La copie comporte à l’évidence plusieurs erreurs (l. 7 et l. 15 [= IG XII 8, 277 F, l. 130 et l. 13 (...)
  • 112 GLTh. 4/VIII/(31) : IG XII 8, 282 B (= D*), l. 22.
  • 113 PLArch. 8/III/(12) : Recherches I, 30 A, l. 7. GLTh. 6/V/(18) : IG XII 8, 277 E, l. 104 (cf. PLTh.  (...)
  • 114 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 592, no 13.
  • 115 CITh III, 93, l. 12. Sur la forme Εὐαγόρεος au lieu de Εὐαγόρεω, voir V. Gomis García (n. 20).

64Il est cependant préférable d’éliminer cet Ἰσίγονος thasien et d’en revenir à la leçon Ἰσαγό⟨ρη⟩ς Φίλωνος, car elle fait moins violence à la copie de Miller111. En outre, si le personnage d’Isagorès f. de Philôn n’est pas attesté par ailleurs, plusieurs Thasiens portent des noms analogues, dont certains pourraient lui être apparentés à des degrés divers : Φίλων Ἀναξαγόρεω, théore en 431 av. J.‑C.112 ; Φαναγόρης Φίλωνος, archonte en 379 et théore en 376113 ; le fils de ce dernier, Φίλων Φαναγόρεω, dédicant d’une offrande à Artémis dans le 3e quart environ du ive s.114 ; Φίλων Εὐαγόρεος, jeune citoyen en garnison à la même époque115 ; etc.

6514. – Θεΰλλος / Θευκλῆς (ive s.).

  • 116 Sur les difficultés particulières que pose cette partie récente de la Grande Liste, voir P. Hamon ( (...)

66Au sommet de la colonne 8 de la Grande Liste, on passe de la partie récapitulative à la partie complémentaire, qui couvre toute l’époque hellénistique, puis la haute époque impériale. Ces sections tardives ne sont pas encore entièrement mises en ordre. La plupart des blocs ont disparu ; seuls quelques exemplaires sont conservés au Louvre116.

  • 117 GLTh. 8/VI/(19) : IG XII 8, 287 A, l. 3.
  • 118 J’ai réuni les exemples dans Hamon 2018, p. 193, n. 30, où la correction Θευκ̣λ̣[εῦς] est déjà sign (...)

67Le bloc du Louvre Ma 878, très usé, comporte selon toute vraisemblance une section des colonnes 8 et 9. À la l. 2 de la colonne gauche (= 8), C. Fredrich a déchiffré le nom d’un théore qui fut en charge en ± 307 av. J.‑C. : Ἡγήσιππος Θεΰλλ̣[ου]117. L’anthroponyme Θεΰλλος est attesté à Athènes et à Sélinonte, si bien que l’occurrence thasienne a été enregistrée par le LGPN. Elle me paraît cependant douteuse, car une hypothèse beaucoup plus simple s’offre à nous (que la collation sur la pierre ne permet pas de confirmer) : Θευκ̣λ̣[εῦς]. Le nom Θεοκλῆς est représenté par quelques exemples à Thasos, du vie au ive s.118. La graphie ευ (pour εο) est courante en milieu ionien ; elle devient fréquente, à Thasos, à partir de la seconde moitié du ive s.

6815.  *Ἐρασίλεως / Ἀξίλεως (iveiiie s.).

  • 119 GLTh. 9/IV/(15) : IG XII 8, 277 H, l. 162.

69Sur le bloc du Louvre Ma 902.4 (voir supra), le nom d’un théore situé dans la colonne 9, en ± 280 av. J.‑C., fait lui aussi problème. Gravé à proximité de l’arête inférieure, qui est épaufrée, il se déchiffre très mal119. E. Miller avait lu : Εὐρυµένης Ἐρα[- - -]. La lecture de Fredrich était toute différente : [Π]α̣[ρ]µενίδης Ἐ̣[ρ]α̣σίλεω. Ayant revu la pierre, je pense qu’il faut corriger les deux noms. Je ne distingue pas les lettres ΕΥΡΥ vues par Miller, mais ΜΕΝΙ∆ΗΣ est net ; la suite, en grandes lettres bien écartées, se lit Α̣Ξ̣ΙΛΕΩ (fig. 22). Il faut donc lire : Εὐρυµενίδης Ἀ̣ξ̣ίλεω.

Fig. 22 — Musée du Louvre, Ma 902.4, détail : IG XII 8, 277 H, l. 162, partie droite.

Fig. 22 — Musée du Louvre, Ma 902.4, détail : IG XII 8, 277 H, l. 162, partie droite.

Cliché de Patrice Hamon.

  • 120 GLTh. 10/II/(5) : IG XII 8, 313, l. 6.
  • 121 Le nom Ἀναξίλεως est attesté trois fois par ailleurs à Thasos.
  • 122 GLArch. 11/(26 ?) : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 582, no 2 A, l. 9 (la restitution s’ (...)

70Le magistrat Eurymenidès f. d’Axileôs n’est pas un inconnu. Il eut un fils, qui fut lui‑même théore une vingtaine d’années plus tard, en ± 257120. Le nom de ce dernier (sur un bloc aujourd’hui perdu) a été copié autrefois et transcrit par Miller sous la forme Ἀξίλεως Εὐρυµέν[ους], puis corrigé par Wilamowitz (apud Fredrich) en Ἀ(να)ξίλεως Εὐρυµέν[ου vel ‑ίδου]121. Mais la correction est inutile ; il convient de lire : Ἀξίλεως Εὐρυµεν[ίδου]. Le théore Axileôs fut probablement aussi archonte. Sur un fragment de la Grande Liste des archontes, situé vers 270‑265 av. J.‑C., on peut en effet rétablir : [Ἀξίλεω]ς Εὐρυµενίδου122.

  • 123 IG XII 5, 608, l. 13 et l. 23 : Κρῖνις Ἀξίλεω et Λαµπροκλῆς Ἀξίλεω, vainqueurs à l’Isthme (?) et à (...)
  • 124 Le nom Ἐρασίλας est en revanche attesté par quatre occurrences (à Camiros, à Mélos et à Éphèse).

71L’anthroponyme Ἀξίλεως est attesté par une seule autre occurrence, à Kéos123. On éliminera *Ἐρασίλεως, enregistré comme un hapax par le LGPN124.

7216. – *Παίσιος / Φιλίσκος (iiie s.).

  • 125 GLTh. 11/VII/(24) : IG XII 8, 292 B, l. 12.

73Sur un bloc qu’il faut situer plus loin à droite, vraisemblablement dans la colonne 11 de l’assise VII, figure un théore daté de ± 206 av. J.‑C. Son nom a été lu par E. Miller aussi bien que par Fr. Bechtel et par C. Fredrich comme Παίσιος Ἡρακλείδου125. L’anthroponyme *Παίσιος, inconnu par ailleurs à Thasos comme dans le reste du monde grec, a été enregistré dans la « Prosopographie » de J. Pouilloux et dans le LGPN. Or la collation sur la pierre prouve qu’il s’agit d’une erreur : les lettres Φ (élancé, avec une petite boucle peu profondément gravée) et Ι ont été prises pour un Π ; l’A est en fait un Λ ; la lettre antépénultième est un K, dont les deux barres obliques sont nettes (fig. 23). Il faut lire un nom banal et bien attesté chez les Thasiens : Φιλίσκος.

  • 126 CITh III, 49, l. 25 ([Φιλ]ίσκος Ἡρακλείδ[ου]) ; 61, l. 4.

74Le grand‑père du personnage en question, également dénommé Philiskos f. d’Hèrakleidès, fut magistrat à plusieurs reprises vers le milieu du iiie s. av. J.‑C. Il figure parmi les magistrats d’une seule et même année, ainsi que dans un collège d’épistates consacrant une offrande à Aphrodite126. Son petit‑fils Philiskos f. d’Hèrakleidès occupa la fonction de théore une cinquantaine d’années plus tard.

Fig. 23 — Musée du Louvre, Ma 880, détail : IG XII 8, 292 B, l. 12.

Fig. 23 — Musée du Louvre, Ma 880, détail : IG XII 8, 292 B, l. 12.

Cliché de Patrice Hamon.

7517. – Ἐλέφων (ive s. av. J.‑C.-ier s. apr. J.‑C.) ; Ἱεροΐτας (iieier s.) ; noms incertains.

  • 127 Les éditeurs du LGPN I en ont eux‑mêmes corrigé quelques‑uns, par exemple *Κασίων amendé en ⟨Π⟩ασίω (...)

76L’analyse est plus difficile pour les très nombreux blocs qui ont disparu après la fouille du Passage des théores en 1864. Tant qu’ils n’auront pas refait surface, nous sommes entièrement dépendants des copies imparfaites de Miller. Plusieurs noms copiés par ce dernier, d’époque hellénistique ou impériale, paraissent curieux ou douteux. Sous réserve d’une vérification exhaustive, j’en signale ici pour finir quelques exemples127.

  • 128 Y. Grandjean (n. 4 [2010]), p. 75, no 10 (SEG LX 955).
  • 129 IG XII 8, 338, l. 6 (corrections suggérées par U. von Wilamowitz-Moellendorf et par Fr. Hiller von (...)
  • 130 Ce rapprochement a déjà été signalé dans J. Fournier, P. Hamon, M.‑G. Parissaki (n. 17), p. 82.
  • 131 Les auteurs du LGPN, suivis par Y. Grandjean, ont transcrit Ἑλεφῶν avec esprit rude. A. Alonso Déni (...)
  • 132 Recherches II, 238.

77Y. Grandjean a récemment publié une nouvelle plaquette de bronze au nom de Ἐλέφων Ἡρ[α]κ̣λείδο̣[υ], qu’il date de la seconde moitié ou de la fin du ive s. av. J.‑C.128. Or sur un bloc perdu de la Grande Liste des théores, fort difficile à situer, E. Miller avait lu autrefois ΛΕΙ∆ΗΣΕΛΕ . ΩΝΟ, que C. Fredrich a voulu corriger en [Εὐκ]λείδης Β̣λε[π]ῶνο[ς] vel [Τ]ελε[σ]ῶνο[ς]129. Il s’agit en fait certainement de [Ἡρακ]λείδης Ἐλέ[φ]ωνο[ς], qui est le fils du précédent ou son descendant plus éloigné130. L’anthroponyme Ἐλέφων, qui est exclusivement thasien131, n’était connu jusqu’ici que par une inscription d’époque impériale132. On constate désormais qu’il est bien plus ancien et qu’il jouit à Thasos d’une longévité remarquable.

  • 133 GLTh. 14/IV/(11) à (13) : IG XII 8, 334. Voir Y. Grandjean (n. 4 [2012-2013]), p. 229‑235, et mes r (...)
  • 134 E. Miller, JSav 1872, p. 233 ; BNF, Département des manuscrits, Suppl. grec 1343, fol. 74, verso (a (...)
  • 135 CITh III, 50, l. 19.

78Le même Y. Grandjean est parvenu à situer dans la colonne 14 de la Grande Liste, vers 125 av. J.‑C., un bloc perdu qui portait trois collèges de théores133. Il existe de cette inscription deux copies : celle publiée par Miller en majuscules dans son editio princeps et une seconde, conservée parmi ses papiers à la Bibliothèque nationale (fig. 24)134. Le troisième et dernier collège du bloc est celui qui pose problème. Le premier nom a été transcrit ΠΑΙ∆ . ΓΟ . ΟΣ dans la première copie et ΠΑΙ∆ . ΓΟΡΟΣ dans la seconde, ce que Miller a lui‑même corrigé en Παιδ[ό]γο[ν]ος. Le nom *Παιδογόνος est répertorié dans le LGPN comme un hapax, mais je me demande s’il ne s’agirait pas plus simplement de Πα⟨ράµ⟩ο[ν]ος, un nom qui se répand à Thasos à la basse époque hellénistique. Le nom suivant est, d’après les copies, soit . ΕΝΟΦΙ∆ΟΣΑΠΟ∆ΗΜ∆ΟΥ ([Ξ]ενόφιλ̣ος Ἀποδήµου selon Miller), soit . ΗΝΟΝ∆ΟΣ v ΑΠΟ∆ΗΜΟΥ. L’idionyme pourrait tout aussi bien être [Μ]ηνόφιλος. Quant au patronyme, étant donné qu’Ἀπόδηµος est extrêmement rare (deux seuls exemples dans le LGPN, à Samos et à Bithynion-Klaudioupolis), on peut se demander s’il ne doit pas être amendé en Ἀπο⟨λλω⟩νίδου. Si cette hypothèse est correcte, Mènophilos f. d’Apollônidès pourrait être le frère de Philonikos f. d’Apollônidès, qui fut magistrat dans le troisième quart environ du iie s.135.

Fig. 24 — Copie du bloc IG XII 8, 334 par E. Miller : Bibliothèque nationale de France, Suppl. grec 1343, fol. 74, verso, détail.

Fig. 24 — Copie du bloc IG XII 8, 334 par E. Miller : Bibliothèque nationale de France, Suppl. grec 1343, fol. 74, verso, détail.

Tous droits réservés.

  • 136 GLTh. 14 ? /VII ?/(25 ?) : IG XII 8, 301, l. 7 (vers 110 av. J.‑C. ?). Le nom de Damôn f. de Rhiano (...)

79Un théore à peu près contemporain des précédents figurait sur un bloc lui aussi perdu, où Miller avait copié Πάνος ∆άµωνος, corrigé par C. Fredrich en Πάν⟨ι⟩ς et enregistré comme tel par le LGPN. Il fallait en réalité lire Ῥιανὸς ∆άµωνος, car ce personnage est apparenté, à une génération de distance, à un ∆άµων Ῥιανοῦ, lui‑même théore (voir infra)136.

  • 137 GLTh. 16?/I‑IV?/(?) : IG XII 8, 314, l. 4. La date est incertaine.
  • 138 M. Debidour (n. 3 [1999]), p. 1015, nos 3062-3064 ; id. (n. 3 [2011]), p. 53 (groupe XVIII).
  • 139 GLTh. 10/II/(7) : IG XII 8, 313, l. 12 (± 255 av. J.‑C.). La seconde occurrence de *Παννικός procèd (...)

80Un théore mal situé dans le temps, peut‑être au ier s. av. J.‑C., porte selon la copie de Miller le nom de ΜΕΡΟΙΨΑΣ Πύρρου137. Il faut probablement amender l’idionyme en Ἱεροΐτας – nom porté par un autre Thasien, éponyme amphorique vers le début du iie s.138. Il est possible que les deux magistrats soient apparentés. Entre autres noms encore problématiques, dans ces mêmes secteurs tardifs de la liste, on trouve par exemple *Παννικός139.

Quelques noms thasiens chez Hippocrate

  • 140 J’adopte la chronologie défendue par J.‑É. Dugand, « Hippocrate à Thasos et en Grèce du Nord », dan (...)
  • 141 Hippocrate, Épidémies I et III, texte établi, traduit et annoté par J. Jouanna (2016) ; on consulte (...)

81Outre les inscriptions, nous disposons d’une source écrite d’importance capitale sur la Thasos d’époque classique : le traité des Épidémies I et III, où sont consignées les observations d’Hippocrate sur le climat et les maladies qui régnaient dans l’île pendant le séjour de quatre ans qu’il y effectua, entre 411 et 408 av. J.‑C.140. J. Jouanna vient de procurer dans la Collection des universités de France une remarquable édition de ce traité, qui fera désormais autorité141. Dans son analyse détaillée des manuscrits, l’éditeur démontre qu’il existe trois prototypes de la tradition directe : les manuscrits A, V et I pour le livre I ; uniquement V et I pour le livre III. En ce qui concerne Épidémies I, le manuscrit A est le plus ancien et le plus conservateur, si bien que J. Jouanna le considère comme supérieur aux deux autres et fonde son édition critique sur cette hiérarchie.

  • 142 Sur ces fiches, voir les pages synthétiques de J. Jouanna, ibid. (2016), p. xliii‑lv.
  • 143 J.‑É. Dugand, « Les adresses de malades d’Épidémies I et III et les preuves tant archéologiques qu’ (...)
  • 144 Voir J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 308‑309, n. 2.
  • 145 Outre ces cas, l’identification du sanctuaire de la Délienne a récemment permis d’éliminer le nom ∆ (...)

82Les Épidémies I et III intéressent au premier chef l’historien de la société thasienne, car on y trouve plus d’une cinquantaine d’anthroponymes, ceux des patients soignés par le médecin, de leurs parents ou de leurs logeurs. Ces noms figurent en particulier dans les deux ensembles de fiches de malades qui accompagnent le traité (la « liste A + B » et la « liste C », comme les désigne J. Jouanna)142. Ils ont été répertoriés et commentés, surtout d’un point de vue prosopographique, par J.‑É. Dugand et par K. Deichgräber, et ils ont trouvé place dans le LGPN143. Ils réservent cependant bien des difficultés, voire des apories, car un certain nombre de ces noms ont pu être notés de façon fautive par l’auteur lui‑même des Épidémies, qui n’était pas Thasien et fut peut‑être dépaysé par l’onomastique locale ; d’autres encore ont été corrompus par la tradition manuscrite. Plusieurs formes étonnantes ou aberrantes ont déjà été expliquées : *Βοώτης (I 27, 8) pourrait être Βοιωτός (Dugand) ; ∆αϊθάρσης (I 16, 2 et 20, 3) est la forme dorienne de ∆ηϊθράσης ; *∆εάλκης (III 1, 3 et 17, 15)144 est∆ηΐαλκος vel ∆έαλκος (Dugand) ; Ἐρασῖνος(I 27, 8) est peut‑être plutôt Ἔρασις (Deichgräber) ; Μέτων (I 27, 7) a des chances d’être un Μέγων, car ce dernier nom est très bien connu à Thasos, tandis que le premier ne l’est pas du tout (Deichgräber) ; etc.145. M’appuyant sur la nouvelle édition de J. Jouanna, je voudrais attirer l’attention sur trois autres noms.

8318. – Ἀγαΐδης (ve‑ive s.).

  • 146 Epid. I 20, 3. Voir le commentaire détaillé de ce passage par J. Jouanna (n. 140 [2016]), p. 221‑22 (...)
  • 147 GLTh. 10/V/(19) : IG XII 8, 288 B, l. 25 (Πυθίων Ἀγλαΐδευς, théore en ± 243). GLTh. 11/VI/(23) : IG(...)

84Dans un développement sur l’évolution des maladies lors de la troisième « constitution », Hippocrate cite le cas d’une patiente, la fille d’Ag(l)aïdès146. Les manuscrits offrent deux leçons : τῇ Ἀγαΐδου θυγατρί pour A ; τῇ Ἀγλαΐδου θυγατρί pour V et I. Comme le rappelle J. Jouanna à propos de tout le passage, « les noms propres sont malheureusement susceptibles de multiples déformations ». Tous les éditeurs sans exception ont retenu la leçon Ἀγλαΐδου, si bien que cet Ἀγλαΐδης est entré dans la « Prosopographie » de J. Pouilloux, puis dans le LGPN, avec deux autres Thasiens du même nom, plus tardifs147.

  • 148 Y. Garlan (n. 3), index, s.v. (groupes F1-F2 et G1). Le nom avait été mal lu par A.‑M. Bon, A. Bon  (...)

85Or le nom Ἀγαΐδης existe bien à Thasos, même s’il n’est pas répertorié dans le LGPN. Il est porté par un fabricant d’amphores vinaires du ive s., actif sous différents éponymes amphoriques entre ca 360 et 345 av. J.‑C. On le lit intégralement sur plusieurs timbres, au nominatif (Ἀγαΐδης), quelquefois abrégé en Ἀγαΐδ(ης) ou Ἀγαΐ(δης), et une fois au génitif Ἀγαΐδε(ω)148. Par conséquent, la leçon du manuscrit A doit être préférée, ici comme ailleurs, à celle des manuscrits V et I : le père de la jeune malade soignée par Hippocrate s’appelait à mon avis Ἀγαΐδης.

  • 149 GLTh. 5/VII/(28) : E. Miller, JSav 1872, p. 56‑57, col. 3, l. 6 (IG XII 8, 278 C, l. 32). Le nom du (...)
  • 150 Cette correction est reprise par Fr. Salviat (n. 3), p. 76.
  • 151 J.‑É. Dugand (n. 142), p. 150 ; K. Deichgräber (n. 143), p. 20. Les troubles politiques de la fin d (...)

86Il existe un troisième et dernier exemple de ce nom (qui est inconnu en dehors de Thasos). Dans la Grande Liste des théores, sur un bloc perdu qu’on peut replacer à l’assise VII, E. Miller avait copié autrefois le nom d’un théore en fonction en 401 av. J.‑C. : Πεισίστρατος ΑΓΑΡ∆ΕΩ, amendé par C. Fredrich en Ἀγλ̣⟨α⟩ΐδεω149. La correction est abusive : il faut certainement éditer Ἀγα⟨ΐ⟩δεω150. Étant donné la rareté insigne de cet anthroponyme, il est possible, une fois encore, qu’un lien de parenté unisse les trois personnages évoqués. Comme l’ont déjà suggéré J.‑É. Dugand et K. Deichgräber, Ἀγαΐδης pourrait être le père de la malade de 410/409, une toute jeune femme pas encore mariée, et du théore de 401, même si l’écart chronologique paraît bien faible151. Il pourrait avoir comme descendant le fabricant Ἀγαΐδης du troisième quart du ive s., son petit‑fils ou un parent plus éloigné.

8719. – Ἀρχηγέτης / Ἀρχηγένης (ve s.).

  • 152 Ces adresses, qui sont une trentaine, ont été commentées par J.‑É. Dugand (n. 143), p. 135‑147, et (...)
  • 153 Epid. III 1, 1 ; 1, 5 ; 27, 6. L’adresse de Chairiôn (Epid. III 1, 5) a été élucidée par Y. Grandje (...)
  • 154 Epid. I 15, 1 ; I 15, 2, et 17, 2. Comparer I 21, 3. Le rédacteur emploie indifféremment, semble‑t‑ (...)

88Les fiches du médecin livrent l’identité du patient : son nom propre s’il est un homme adulte (beaucoup plus rarement son patronyme) et le plus souvent son adresse, sous la forme d’une indication topographique152. Pythiôn résidait par exemple « près du sanctuaire de Gè » (παρὰ Γῆς ἱρόν), Chairiôn était alité « près (du sanctuaire) de la Délienne » (παρὰ ∆ηλίην), Kleanaktidès « au‑dessus de l’Hérakleion » (ἐπάνω τοῦ Ἡρακλείου)153. Dans certains cas, on précise que le patient est hébergé dans la maison d’un autre : Hèrakleidès était alité « chez Aristokydès » (παρὰ Ἀριστοκύδει), Biôn « chez Silènos » (παρὰ Σιληνόν)154.

  • 155 Voir l’édition de J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 270, n. 47.
  • 156 C. Fredrich, « Thasos », MDAI(A) 33 (1908), p. 215‑246, part. p. 235 ; R. Martin, « Thasos : quelqu (...)
  • 157 Pouilloux, Recherches, 127, suivi par A. J. Graham (n. 143), p. 306, n. 34 : ἥρωι Σ̣ωτ̣ί̣ωνι ἀρχηγέ (...)
  • 158 K. Deichgräber (n. 143), p. 13.

89L’une de ces adresses constitue depuis longtemps une énigme. Dans la liste A, la fiche 5 relate le cas de l’épouse d’Epikratès, qui tomba malade peu après avoir accouché et fut suivie par Hippocrate pendant près de quatre‑vingts jours. Le médecin note qu’elle habitait παρὰ Ἀρχηγέτην – la leçon est la même dans tous les manuscrits155. On a voulu voir dans cette adresse un repère dans le paysage urbain. Le « fondateur » en question serait un héros, comme on en connaît tant d’autres à Thasos. Pour C. Fredrich, suivi par R. Martin, il ne pouvait s’agir que de Télésiklès lui‑même, l’oikiste qui guida la première expédition des Pariens156 ; il aurait eu un hérôon ou un sanctuaire, comparable au cénotaphe de Glaukos (GTh 16). Pour J. Pouilloux, il faut préférer la figure plus modeste du ἥρως Σ̣ωτ̣ί̣ων (?) ἀρχηγέτης à qui est adressée une dédicace de la fin du ve s.157. On a également songé à Apollon Pythios, dont l’oracle conduisit les Pariens vers l’« île brumeuse » et qui fut à l’origine de la nouvelle cité des Thasiens158 ; mais son sanctuaire, perché sur l’acropole, n’était vraisemblablement pas entouré de quartiers d’habitation et les inscriptions contemporaines ne le désignent jamais que sous le terme de Πύθιον.

  • 159 J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 270 et n. 47.
  • 160 Ἀρχαγέτας figure sur une épitaphe à Théra (IG XII 3, 762a, époque archaïque) et sur une autre à Épi (...)
  • 161 PLTh. 6/III/(14) : Recherches I, 27 C, l. 34. La lecture a été signalée dans Hamon 2015-2016, p. 80 (...)
  • 162 Le nom se lit également, mais plus mutilé, dans la Grande Liste, en GLTh. 6/VII/(26) : IG XII 8, 27 (...)
  • 163 IG XII 5, 110, l. 10‑11. À Sébastopolis du Pont, l’inscription privée SEG XXXIX 1354 honore un cert (...)
  • 164 L’accusatif analogique Ἀρχηγένην (pour Ἀρχηγένη) doit s’expliquer par le dialecte propre à Hippocra (...)

90L’autre hypothèse, comme le suggère J. Jouanna159, est que l’adresse παρὰ Ἀρχηγέτην se rapporte au nom d’un individu, habitant de Thasos. L’anthroponyme Ἀρχηγέτης n’est cependant que très rarement attesté, dans des milieux dépourvus de tout rapport avec Thasos ou bien à une date tardive160. Mais un nom thasien livre sans doute la clef du passage. Dans la Petite Liste des théores, le tout dernier collège de la partie récapitulative, qui doit se situer en 368 av. J.‑C., comprend un membre dont le patronyme avait été incomplètement déchiffré par J. Pouilloux et par conséquent écarté du LGPN : Ἀρότης Ἀρχηγελ[- - -]161. J’ai signalé ailleurs qu’il fallait lire en fait : Ἀρχηγέν[εος]162. L’anthroponyme Ἀρχηγένης n’était connu jusqu’ici qu’à Paros, au ive s.163 ; il n’est pas surprenant de le trouver à Thasos vers la fin du ve s. ; un nom voisin, Ἀρχιγένης, est attesté par ailleurs, à Chios et à Érétrie. Le nom Ἀρχηγένης est donc spécifiquement paro-thasien et c’est lui qu’on lit selon toute vraisemblance, à peine déformé, dans la fiche hippocratique évoquée plus haut : παρὰ Ἀρχηγένη(ν)164 est devenu παρὰ Ἀρχηγέτην, par la faute vénielle d’un copiste à qui ce nom épichorique était inconnu. La patiente n’était donc pas alitée « près (du sanctuaire) de l’Archégète », divinité insaisissable du panthéon local, mais « chez Archègenès », un citoyen thasien en chair et en os. Il n’est pas impossible que cet Archègenès des années 411‑408 soit précisément le père d’Arotès f. d’Archègenès, théore en 368.

91Comme on l’a dit, les Épidémies I et III présentent quelques autres exemples, fort peu nombreux, de patients thasiens désignés par leur nom propre et alités chez un autre, sans que la nature du lien personnel entre le malade et son hôte soit explicite. Si l’hypothèse formulée ci‑dessus est exacte, le cas qui nous intéresse est curieux. L’épouse d’Epikratès ne vit pas dans l’oikos de son mari, dont elle porte pourtant l’enfant : serait‑elle une jeune veuve, recueillie par un parent, Archègénès ? d’autres configurations familiales sont‑elles envisageables ?

9220. – Ῥίνων vel Ῥιανός (ive s.) ?

  • 165 Voir l’édition dans la Collection des universités de France, avec son ample introduction : Hippocra (...)
  • 166 K. Deichgräber (n. 143), p. 22‑28. Si le raisonnement onomastique est fondé (du moins quand les nom (...)
  • 167 Le cas du fils d’*Ἀνέχετος/Ἀνάσχετος est comparé à celui de Μνησιάναξ (VII, 45 : voir J. Jouanna, B (...)
  • 168 Sur ces trois malades, voir les notes de l’édition de J. Jouanna, Br. Grmek (n. 165), p. lxxi-lxxii(...)

93Le livre VII des Épidémies rassemble des observations et des fiches de malades qui furent rédigées vers le milieu du ive s., par un élève ou un épigone d’Hippocrate165. Ce médecin itinérant séjourna dans plusieurs cités de Macédoine, de Chalcidique, de Thrace et de Chersonèse. Thasos fut l’une de ses étapes, comme l’indique explicitement une fiche (VII 112). Mais Fr. Deichgräber a suggéré que plusieurs autres patients cités dans le livre VII pourraient eux aussi être Thasiens, car ils portent des noms assez caractéristiques de l’onomastique locale, connus en particulier par les listes de magistrats166 : Ἀµφιφράδης (VII 12), ∆ηΐαλκος vel ∆έαλκος (122), Ἡγητορίδης (52), Κλέοχος (40 ; 47), Κλεοκύδης (1), Κῦδις (5). Sur le même principe, P. M. Fraser a proposé de corriger le nom *Ἀνέχετος (46) en Ἀνάσχετος et d’y reconnaître un Thasien, ce qui demeure incertain167. Par ailleurs, le cas de Κλεοκύδης est comparé, dans la même « constitution » climatique, à ceux de Πολυκράτης (1 ; 7) et de Πυθόδωρος (2)168 ; le cas de Κῦδις à celui de Χαρτάδης (5 ; 10) ; le cas du fils d’ Ἡγητορίδης à celui du fils d’ Ἡγησίπολις (52). En toute logique, si les premiers sont bien Thasiens, on pourrait admettre avec Deichgräber que les seconds le sont également. Deichgräber voulait identifier comme Thasiens beaucoup d’autres patients encore, qui portent des noms attestés à Thasos : Ἀντιφάνης (26), Θεοκλῆς (24), Πεισίστρατος (48), Ἅρπαλος et son fils Τηλεφάνης (37), Τιµῶναξ (106). Ces noms‑là sont cependant si banals que l’hypothèse est beaucoup plus fragile. L’enquête sur la présence de patients thasiens dans le livre VII se heurte ainsi à de multiples obstacles.

  • 169 K. Deichgräber (n. 143), p. 28‑33, s’est intéressé à la série de blessés de guerre en Epid. VII 29‑ (...)
  • 170 P. M. Fraser, E. Matthews (éds), LGPN III B (2000), s.v. Ῥίνων.

94L’une des fiches de ce livre mentionne un certain Ῥίνων ∆άµωνος, qui mourut d’une blessure à la cheville (VII 38)169. Il est désigné avec son patronyme, ce qui n’est pas courant dans les Épidémies. La fiche est reproduite au livre V, où le nom a été déformé en *Θρίνων (V 76). Les rédacteurs du LGPN ont suggéré avec prudence de situer ce malade en Thessalie, où le nom Ῥίνων est attesté170. Or nous avons croisé plus haut une famille thasienne où alternaient, au iie s. av. J.‑C., les noms Ῥιανός et ∆άµων. Il est assez tentant, au moins à titre d’hypothèse, de reconnaître dans Ῥίνων ∆άµωνος un Thasien, ancêtre de la même famille de théores, daté du milieu du ive s. Son idionyme pourrait effectivement avoir été Ῥίνων, à moins que la tradition manuscrite n’ait déformé Ῥιανός en Ῥίνων.

Trois épitaphes

  • 171 Ch. Picard, « Les fouilles de Thasos », CRAI 1912, p. 205‑206.
  • 172 [Φιλίσκος? Ἀρι]στοληΐδεω (IG XII 8, 407) doit être le théore connu par GLTh. 6/V/(20) : IG XII 8, 2 (...)
  • 173 Par exemple, Πανγ[ή]θη̣[ς] Βάτωνος (Recherches I, 80) est le fils du théore Βάτων Παγγήθευς, connu (...)

95Les épitaphes thasiennes sont au nombre d’un peu plus d’une centaine seulement pour les périodes archaïque, classique et hellénistique réunies, dont plus de la moitié datant du ive s. ; elles ne deviennent très abondantes qu’à partir du ier s. apr. J.‑C. Leur inégale répartition chronologique s’explique à la fois par les usages épigraphiques locaux et par l’histoire des fouilles. Les principales zones de nécropoles se situaient dans la plaine qui s’étend à l’Ouest de l’enceinte. Plantée d’oliviers jusque dans les années 1960, grignotée aujourd’hui par l’urbanisation, cette plaine n’a été que très partiellement explorée. Le secteur de la Porte du Silène (GTh 70) a livré un lot important d’inscriptions du ive s.171 ; des trouvailles sporadiques ont procuré par ailleurs une vingtaine de stèles et de bases inscrites du vie et du ve s. et environ autant d’époque hellénistique. Depuis une quarantaine d’années, nos collègues du Service archéologique exhument régulièrement, à la faveur de fouilles d’urgence, des documents inédits, en particulier hellénistiques, qui viendront accroître l’ensemble. Quelque limité qu’il soit, ce corpus présente un intérêt prosopographique évident, car plusieurs archontes et théores connus par les listes évoquées plus haut reparaissent dans les inscriptions funéraires172 ou sont apparentés à des défunts173. Les épitaphes font par ailleurs connaître des noms de Thasiennes et d’étrangers, entièrement absents des inscriptions publiques. Dans la perspective de leur republication dans le CITh IV, une révision générale de ces textes a été entreprise, qui permet de corriger certains noms et d’en révéler d’autres.

9621. – *Κύνεσις / Σύνεσις (ive s.).

  • 174 Recherches I, 123 ter (SEG XVIII 376). Voir la copie de Ch. Avezou dans son « Carnet 1911 » (Archiv (...)
  • 175 L’écriture est tout à fait comparable à celle de l’inscription du Délion publiée par Y. Grandjean, (...)

97Sur les pentes de l’acropole fut recueillie en 1911 une base funéraire d’époque classique, moulurée en haut et en bas. L’inscription qu’elle porte, constituée de deux lignes, ne fut publiée qu’en 1954, dans les Recherches de J. Pouilloux174. Le style stoichèdon indique une date antérieure à 350 av. J.‑C. L’emploi de l’alphabet ionien, la graphie ‑ο du génitif et enfin la forme des lettres175 invitent à la situer dans la première moitié du ive s. Le texte transcrit par J. Pouilloux (d’après les copies de Ch. Avezou et de Ch. Picard) est le suivant :

Κύνεσις

Σπόρο

  • 176 L’hypothèse a déjà été formulée d’un mot par J. Bousquet, « Notes d’épigraphie thasienne », BCH 83  (...)

98L’anthroponyme masculin *Κύνεσις est entré dans la « Prosopographie » de J. Pouilloux, puis dans le LGPN. Cependant, le réexamen de l’estampage conservé à l’EFA (fig. 25) montre que la première lettre, située à l’aplomb du Σ de la l. 2, avait été presque entièrement emportée par un éclat à la surface de la pierre, de même que le sommet de l’Y qui suit. Je ne vois aucune trace du K initial lu par les inventeurs en 1911. En revanche, au bord de la zone blanche laissée par l’épaufrure, on distingue peut‑être la barre oblique descendante d’un Σ. Si cette observation est exacte, le défunt est vraisemblablement une femme : Σ̣ύνεσις 176. Ce nom édifiant (« Intelligence ») est connu au iiie s. à Athènes, à Érétrie et, plus près de Thasos, à Abdère.

Fig. 25 — Estampage de Ch. Avezou (Archives EFA), détail : Recherches I, 123 ter.

Fig. 25 — Estampage de Ch. Avezou (Archives EFA), détail : Recherches I, 123 ter.

Cliché de Patrice Hamon.

9922. – Πίπος (ve s.) ; Πιπώ (ive ou iiie s.).

  • 177 Pouilloux, Recherches II, p. 227. Le numéro « bleu » 466 qu’on lit sur la fig. 26 ne doit pas être (...)
  • 178 Inv. 1007 (a) + 536 (b). Dimensions : h. 14 ; larg. conservée ca 30, largeur totale estimée ca 45 ; (...)

100J. Pouilloux a signalé deux moellons inscrits parmi les « fragments insignifiants » recueillis sur le site de Thasos (inv. 1007 et 536)177. Ils furent découverts séparément, entre les années 1930 et le début des années 1950 ; leurs lieux respectifs de trouvaille ne sont pas connus. La parenté de l’écriture m’a conduit à les rapprocher et j’ai constaté qu’ils étaient jointifs (fig. 26). Le raccord permet de reconstituer une petite base de marbre, haute de 14 cm, de largeur et de profondeur indéterminées. La face antérieure et la face latérale gauche (seule conservée) sont dressées ; la jonction entre les deux faces n’est pas marquée par une arête, ce qui crée l’illusion qu’elle est restée à l’état brut. La partie droite et l’arrière de la base sont perdus. Au lit supérieur, on observe encore le coin antérieur gauche d’une cavité d’encastrement de forme carrée ou rectangulaire, dont le fond est piqueté et qui était destinée à recevoir une stèle ou la plinthe d’un petit pilier de marbre178.

101Sur la face antérieure, on lit l’inscription suivante :

 Π [.] π [.]
Θευ̣̣δότ[. .]

Fig. 26 — Musée de Thasos, inv. 1007 + 536 : face antérieure et lit supérieur.

Fig. 26 — Musée de Thasos, inv. 1007 + 536 : face antérieure et lit supérieur.

Clichés de Patrice Hamon.

  • 179 Voir CITh III, Appendice I, p. 414‑415, groupes XII et XIII.

102Il s’agit vraisemblablement du nom d’un défunt. Les deux lignes ne devaient pas compter le même nombre de lettres : le graveur semble en effet avoir cherché à centrer l’inscription, en écartant les lettres de la première ligne davantage que celles de la seconde. À la l. 2, la seule restitution possible est Θευ̣̣δότ[oυ]. À la l. 1, une unique lettre, étroite, a disparu dans la cassure entre les deux fragments : la seule possibilité est un I. Après le second Π, il n’y a place que pour une seule lettre si l’on veut que les lignes soient rigoureusement équilibrées ; on peut peut‑être envisager la possibilité qu’il y en ait eu deux. Le nom à restituer doit donc être le féminin Π[ι]π[ώ], qui est nouveau, ou à la rigueur Π[ί]π[ος] vel Π[ι]π[ίς]. Les quelques lettres conservées indiquent, par leur forme, une date vers la fin du ive ou le début du iiie s.179. La graphie ευ au lieu de εο confirme cette datation approximative (voir supra).

  • 180 GLTh. 4/VIII/(33) : IG XII 8, 282 B, l. 26. Voir Hamon 2015-2016, p. 95‑97.
  • 181 SEG XLVII 879 (cf. L. et J. Robert, Bull. 1970, 373).
  • 182 Bechtel, HPN, p. 586. Πίπος n’a vraisemblablement aucun rapport avec le dace Pipus (D. Dana, Onomas (...)
  • 183 Aristote, Histoire des animaux VIII 3 (593a 4). Voir D’Arcy W. Thompson, A Glossary of Greek Birds  (...)

103L’anthroponyme Πίπος est connu par une seule occurrence, précisément à Thasos. Un bloc de la Grande Liste des théores, copié au xixe s. par E. Miller et aujourd’hui perdu, fait connaître un dénommé Πολύθρους Πίπου. La place exacte du bloc, au pied de la colonne 4, a été récemment établie avec certitude, ce qui permet de situer le magistrat en 429 av. J.‑C.180. On pouvait légitimement douter, jusqu’ici, de l’exactitude de la copie de Miller et donc de l’existence même du nom Πίπος, bien que le féminin Πιπίς soit attesté à Amphipolis au début du iiie s.181. Mais la nouvelle inscription tend à confirmer que la lecture de Miller était exacte : Πίπος doit bien avoir existé à Thasos. Notre épitaphe atteste en outre que ce sobriquet insolite eut la vie longue, au moins sous sa forme féminine. Πίπος est tiré de πίπος, l’oisillon182 ; Πιπώ de πιπώ, le pic ou l’épeiche183.

10423. – *Κλάδος / Ἀσκλᾶς (iie s.).

  • 184 Dunant, Pouilloux, Recherches II, 276 (inv. 1223), sans illustration. Sur le contexte précis de la (...)

105Dans un ensemble de tombes de la nécropole de Patarghia, datées de la fin de l’époque classique et de l’époque hellénistique, L. Ghali-Kahil découvrit en 1953 l’épitaphe modeste d’un certain Epigonos. Celle‑ci fut publiée par Chr. Dunant et par J. Pouilloux184, qui proposèrent une date très basse (« iieiiie s. ap. J.‑C. »). La stèle, ornée d’une simple moulure le long de l’arête supérieure, est en fait d’un type courant à l’époque hellénistique à Thasos. L’écriture, dépourvue d’ornements, appartient plutôt au iie s. av. J.‑C. environ (fig. 27).

Fig. 27 — Musée de Thasos, inv. 1223 : Recherches II, 276.

Fig. 27 — Musée de Thasos, inv. 1223 : Recherches II, 276.

Cliché EFA, Ph. Collet.

  • 185 L. Dubois, « Des noms en ‑ᾶς  », SAGA, p. 299‑332.
  • 186 O. Masson, « Pape-Benseleriana V : Asklas l’Obscur », ZPE 27 (1977), p. 251‑254 (= Masson, OGS I, p (...)
  • 187 Ἀσκληπιόδωρος : IG XII 8, 414 (iiie s.). Ἀσκληπιάδης : M. Debidour (n. 3 [1999]), p. 1001, no 3029 (...)

106Les éditeurs ont transcrit l’inscription de la façon suivante : Ἐπίγονος | Κλάδος. Ils s’interrogeaient sur le sens de la deuxième ligne : « nominatif d’un second nom ? ». Mais *Κλάδος, enregistré avec réserve dans le LGPN, est aberrant. Il s’agit en fait certainement du patronyme du défunt, dont la première lettre a été emportée à gauche par la cassure. Je lis sur la pierre : [.]ΣΚ̣ΛΑ∆ΟΣ, c’est‑à‑dire le génitif du nom [Ἀ]σκ̣λᾶς. Comme L. Dubois l’a montré en détail, les composés courts en ‑ᾶς sont anciens en milieu ionien : à Thasos, on rencontre dès le ve s. ou le ive s. les noms Ἡρᾶς, Παµφᾶς et Πυθᾶς185. Mais le diminutif Ἀσκλᾶς est vraisembablement plus tardif, à Thasos comme ailleurs dans le monde grec186 : il dérive d’un théophore tel qu’ Ἀσκληπιόδωρος ou Ἀσκληπιάδης, dont les premiers exemples dans l’onomastique thasienne datent seulement de l’époque hellénistique187.

Appendice : une liste d’époque impériale

  • 188 L’étude a été conduite en 1998 et 1999, grâce au soutien des directeurs successifs de la XVIIIe Éph (...)
  • 189 Sans no inv. (bloc no 416 sur le plan du théâtre levé par T. Koželj [EFA]). Sur les travaux de rest (...)

107La publication du document suivant m’a été confiée en 1997 par R. Étienne, directeur de l’EFA, parmi un ensemble d’inscriptions gravées sur les bancs du théâtre (GTh 62)188. Le texte a été transcrit d’après des photographies prises en 1984 et d’après la pierre elle‑même. Le bloc, de forme parallélépipédique, se trouvait jusqu’en 1999 dans la partie basse du koilon, mais il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un gradin. Toute cette zone, située à l’arrière de la balustrade entourant l’orchestra, fit l’objet de travaux de restauration à la fin des années 1950, à l’occasion desquels des blocs épars furent déplacés et remployés : le bloc en question pourrait lui‑même avoir erré et il n’est pas impossible qu’il provienne du rempart, qui à cet endroit jouxte le théâtre189. Sur la face principale, en lettres maladroites, peu profondes et gravées de guingois, on devine à gauche (A) les traces indéchiffrables d’un nom ou d’un mot (?) ; à droite (B), on lit une douzaine de noms au nominatif, disposés en colonne (fig. 28‑29) :

A

B

[- - - - - - - - - - - - - -]
[- - - - -] . Ι̣ΗΒΟΛΛΕ
[Β]ειθυς, Θεόδωτος,
     Ἀρ̣τεµᾶς, Βειθυς,

4

Η̣Ρ̣Θ̣Λ̣ . .

     Μακεδών, Κ̣ΟΥΙΝΤΑΣ
     [- -]∆̣Ω̣ΡΟ[Σ? - - - - - - Ι̣Σ
     Ι̣ Ι̣ [- -]κράτης
     Τυρανίων

8

     Ζιπυρων
     Ναβλ̣ᾶ̣ς̣ (?)
     vac.

Fig. 28 — Liste de noms : vue d’ensemble.

Fig. 28 — Liste de noms : vue d’ensemble.

Cliché EFA, Ph. Collet.

Fig. 29 — Liste de noms : détail.

Fig. 29 — Liste de noms : détail.

Cliché EFA, Ph. Collet.

108Nous n’avons pas affaire à une inscription officielle, si bien que toute comparaison paléographique est délicate. Les lettres sont de hauteur irrégulière (de 3 à 5 cm) et dépourvues d’ornement. On relèvera les A à barre droite et les Σ à branches parallèles, ainsi que la ligature de Ρ et Τ à la l. 3. Par son style, la gravure indique une date vers le ier s., voire la première moitié du iie s. apr. J.‑C.

  • 190 D. Dana (n. 182), s.v. « Bithus » et « Zipyro ».
  • 191 I.Smyrna 398 (ca ier s. apr. J.‑C.), avec le commentaire de l’éditeur, G. Petzl, qui renvoie à Hésy (...)

109Après la l. 1, qui demeure impénétrable, neuf noms se laissent déchiffrer sur les onze ou douze qui étaient gravés. Certains d’entre eux pourraient même avoir été volontairement effacés, en tout ou partie (l. 5‑6). La plupart d’entre eux sont banals et déjà connus dans l’épigraphie thasienne d’époque impériale, beaucoup plus pauvre qu’aux époques archaïque et classique. Les noms Ἀρτεµᾶς, Θεόδωτος et Μακεδών sont portés par plusieurs Thasiens entre le ier et le iiie s. apr. J.‑C. ; Τυραν(ν)ίων, qui n’est pas fréquent, apparaît à Thasos pour la première fois. Les noms thraces Βειθυς et Ζιπυρων, très bien représentés en Macédoine orientale, sont attestés à Thasos à plusieurs reprises190. Deux noms, enfin, posent problème. À la l. 4, après Μακεδών, on distingue mal la première lettre, qui comprend une haste verticale à gauche et peut‑être une petite barre oblique (Κ ?) ; puis on lit sans difficulté ΟΥΙΝΤΑΣ. Si la première lettre est bien un K, on doit avoir affaire au nom nouveau Κ̣ουϊντᾶς, hypocoristique de Κόϊντος/Κούϊντος (ou d’un dérivé tel que Κοϊντιανός/Κουϊντιανός), comparable à Λουκᾶς et à Ποπλᾶς ; mais la question reste ouverte. À la l. 9, on lit distinctement ΝΑΒ, suivi d’une lettre triangulaire apparemment dépourvue de barre horizontale à mi‑hauteur (ce qui exclut A en faveur de ∆ ou de Λ) ; on devine ensuite le sommet de deux lettres : la première est en pointe et la seconde est vraisemblablement un Σ (dont ne subsiste que la barre supérieure horizontale, formant un angle aigu avec le départ de la barre oblique descendante). Sauf erreur, il s’agit de Ναβλ̣ᾶ̣ς̣, un anthroponyme formé sur le nom de métier ναβλᾶς (le joueur de νάβλα, une sorte de harpe) et qui n’est attesté qu’une seule autre fois, dans une épitaphe de Smyrne d’époque impériale191.

110Le statut personnel des personnages en question, dépourvus de patronymes (tous citoyens ?), et la nature de la liste restent indéterminés.

Haut de page

Bibliographie

Bechtel, HPN = Fr. Bechtel, Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit (1917).

Dunant, Pouilloux, Recherches II = Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, II : de 196 avant J.‑C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, ÉtThas V (1958). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence : e.g. « Recherches II, 406 ».

GTh = Y. Grandjean, Fr. Salviat (dir.), Guide de Thasos, 2e éd. (2000) ; trad. grecque mise à jour, 2012.

Hamon 20152016 = P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV. Les magistrats thasiens du ivsiècle av. J.‑C. et le royaume de Macédoine », BCH 139‑140 (2015‑2016), p. 67‑125.

Hamon 2018 = P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, VI. Deux nouveaux blocs de la Grande Liste des théores », BCH 142 (2018), p. 181‑208.

Hamon, CITh III = P. Hamon, Corpus des inscriptions de Thasos III. Documents publics du Quatrième siècle et de l’époque hellénistique, ÉtThas XXVI (2019). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence : e.g. « CITh III, 47 ».

LGPN = P. M. Fraser, E. Matthews (éds), A Lexicon of Greek Personal Names, 8 volumes (1987‑2018).

Masson, OGS = O. Masson, Onomastica Graeca selecta, I‑III (1990-2000).

Pouilloux, Recherches I = J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, I : de la fondation de la cité à 196 avant J.‑C., ÉtThas III (1954). Les inscriptions publiées dans cet ouvrage sont désignées par la simple référence : e.g. « Recherches I, 28 ».

SAGA = A. Alonso Déniz, L. Dubois, Cl. Le Feuvre, S. Minon (éds), La suffixation des anthroponymes grecs antiques, Hautes Études du monde gréco-romain 55 (2017).

Haut de page

Notes

1 Dunant, Pouilloux, Recherches II, p. 253‑311 ; J. Pouilloux tint à jour jusqu’en 1983 une version manuscrite de cet « Index onomastique » (Archives de l’EFA : Thasos‑3 B). P. M. Fraser, E. Matthews, LGPN I: The Aegean Islands, Cyprus, Cyrenaica (1987), avec la version consultable et interrogeable en ligne (http://clas-lgpn2.classics.ox.ac.uk). Pour les noms de Paros, métropole de Thasos, on peut consulter, outre le LGPN I, l’index élaboré par D. Berranger-Auserve, Paros II : prosopographie générale et étude historique du début de l’époque classique jusqu’à la fin de la période romaine (2000), p. 27‑83.

2 Le décompte demande à être vérifié. Dans un nombre non négligeable de cas, la version en ligne du LGPN commet une erreur sur le genre : sur les 308 noms qualifiés de féminins, 27 au moins appartiennent à des hommes ; certains autres sont ambigus. Le nombre total d’anthroponymes varie de quelques dizaines tout au plus selon que l’on tient compte ou non des variantes orthographiques.

3 Le LGPN I s’appuie sur le corpus aujourd’hui dépassé d’A.‑M. Bon, A. Bon, Les timbres amphoriques de Thasos, ÉtThas IV (1957), ainsi que sur l’article de Y. Vinogradov, « Keramičeskie klejma ostrova Fasos [Les timbres céramiques de l’île de Thasos] », Numizmatika i epigrafika 10 (1972), p. 3‑63. Voir désormais Y. Garlan, Les timbres amphoriques de Thasos, I : timbres protothasiens et thasiens anciens, ÉtThas XVIII (1999), et M. Debidour, Les timbres amphoriques thasiens de type récent. Méthodologie et interprétation (1999), mémoire d’HDR inédit. On trouve un tableau d’ensemble du timbrage récent, chez Y. Garlan, « En visitant et revisitant les ateliers amphoriques de Thasos », BCH 128‑129 (2004-2005), p. 323‑327, et, avec quelques différences dans le classement, chez M. Debidour, « Étudier le commerce des amphores thasiennes : quelques remarques à propos des trouvailles autour du Pont-Euxin (IVe‑IIe s. av. J.‑C.) », dans Ch. Tzochev, T. Stoyanov, A. Bozkova (éds), Production and trade of amphorae in the Black Sea (PATABS II) (2011), p. 35‑53. Ch. Tzochev, The Athenian Agora, XXXVII: Amphora Stamps from Thasos (2016), a proposé en dernier lieu un reclassement du timbrage thasien, qui suscite l’intérêt, mais aussi quelques doutes (voir le compte rendu de M. Debidour, RA 2018, p. 193‑195, ainsi que ceux d’A. Avram, REA 120 [2018], p. 203‑210, et REG 132 [2019], p. 149‑153 [Bulletin amphorologique (2012-2016), no 67]). Sur les rencontres prosopographiques que l’on peut établir entre inscriptions et timbres, voir Fr. Salviat, « Magistratures thasiennes et timbres amphoriques », dans N. Badoud, A. Marangou-Lerat (éds), Analyse et exploitation des timbres amphoriques grecs. Actes du colloque d’Athènes, 3‑5 février 2010 (2019), p. 73‑89.

4 Parmi les inscriptions publiées depuis 1987, voir en particulier Y. Grandjean, « Tessères de juge thasiennes », dans A. Tamis, C. J. Mackie, S. G. Byrne (éds), Philathenaios. Studies in honour of Michael J. Osborne (2010), p. 65‑80 ; id., « Inscriptions de Thasos », BCH 136‑137 (2012-2013), p. 225‑268 ; J. Fournier, St. Dadaki, « Hérodès fils de Samos et sa famille », BCH 136‑137 (2012-2013), p. 269‑298 ; N. Trippé, « Une lettre d’époque classique à Thasos », BCH 139‑140 (2015-2016), p. 43‑65.

5 SEG XXXI 799.

6 SEG XXIII 189 II, l. 22.

7 SEG LXIII 69.

8 IG XII 8, 301, l. 4 : voir P. Hamon, BCH 141 (2017), p. 258, n. 31 (copie fautive).

9 IG XII Suppl. 351 (CITh III, 11), l. 3 : voir P. Hamon, BCH 135 (2010), p. 312‑313.

10 IG XII Suppl. 400 e.

11 Pline, Histoire naturelle XXXV 61.

12 SEG XXXI 778.

13 IG XII Suppl. 454 ; désormais CITh III, 41, l. 1.

14 IG XII 8, 335, l. 13. Voir CITh III, 63, l. 11.

15 IG XII 8, 280 A, l. 14 : voir Hamon 2018, p. 195‑197.

16 Ἀθηνά(δης) : Y. Garlan (n. 3 [1999]), p. 213, n577. Ἀντιάναξ : A.‑M. Bon, A. Bon (n. 3), p. 108‑109, nos 218‑227, et désormais M. Debidour (n. 3 [1999]), p. 540‑548, nos 1564-1594 (deux homonymes). Ἰδνάδης : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 170, no 535, et désormais M. Debidour, ibid., p. 656, no 1935. Ἰσόδικος : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 243‑246, nos 882‑897, et M. Debidour, ibid., p. 276‑286, nos 748‑783. Λεωφ(άνης) : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 145, no 412, et désormais Y. Garlan, ibid., p. 274, no 872‑873 (le nom de ce fabricant, abrégé sur les timbres en question, se lit en toutes lettres sur les timbres d’autres éponymes). Λεώφαντος : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 222, no 772, et Y. Garlan, ibid., p. 167, no 367. Σιµαλίων Ἀθη(- - -) : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 381, no 1550, et M. Debidour, ibid., p. 826, no 2465 (le personnage est attesté comme apologos dans CITh III, 70, l. 3). Πρηξίπολις : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 354‑356, nos 1417‑1430, et M. Debidour, ibid., p. 503‑513, nos 1454‑1487 (le personnage est peut‑être attesté comme épistate dans CITh III, 62, l. 5). Ἡροφῶντος : *[Π]υρώνιος avait déjà été corrigé en [Ἡρ]ο̣φῶντ̣ος par A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 219, no 759 (désormais M. Debidour, ibid., p. 619‑620, no 1810), mais figure encore chez Y. Vinogradov (n. 3), p. 63, no 172, et dans le LGPN. Ἡροφῶν : A.‑M. Bon, A. Bon, ibid., p. 221, no 770, et Y. Garlan, ibid., p. 175, no 395.
M. Debidour a vérifié avec moi cette liste de noms fantômes, ce dont je le remercie chaleureusement.

17 J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans d’épigraphie à Thasos (1911-2011) », REG 124 (2011), p. 205‑226 ; J. Fournier, P. Hamon, M.‑G. Parissaki, « Recent epigraphic research in Thasos, Aegean Thrace & Samothrace (2005-2015) », Archaeological Reports 61 (2014-2015), p. 75‑93.

18 Le projet LGPN‑Ling, actuellement en cours de réalisation sous la direction conjointe de S. Minon, Cl. Le Feuvre, M. Egetmeyer et R. Parker, a pour objectif de procurer l’analyse linguistique des noms grecs répertoriés par le LGPN : http://clas-lgpn4.classics.ox.ac.uk:8080/exist/apps/lgpn-ling/about.html?lang=fr. On se reportera aux actes du colloque SAGA publiés dans ce cadre en 2017. Pour ce qui concerne Thasos, rappelons qu’O. Masson consacra plusieurs études à son onomastique : O. Masson, « Une série de sobriquets grecs : les noms Κιβᾶς, Κίβις, etc. », REG 80 (1967), p. 27‑30 (= Masson, OGS I, p. 93‑96) ; id., « Les anses d’amphores et l’anthroponymie grecque », dans J.‑Y. Empereur, Y. Garlan (éds), Recherches sur les amphores grecques, BCH Suppl. XIII (1986), p. 37‑44 (= Masson, OGS II, p. 535‑542) ; Y. Garlan, O. Masson, « Les acclamations pédérastiques de Kalami (Thasos) », BCH 106 (1982), p. 3‑22 ; id., « À propos de Théogénès, athlète et héros thasien », REG 107 (1994), p. 694‑697 (= Masson, OGS III, p. 195‑198). Plus récemment, voir S. Minon, « Anthroponymes en Ἀµφ(ι)‑ et en ‑αρ(ι)‑ : de Ἀµφιάρης à Ἀµφαρίο̅ν », RPhil 84 (2010), p. 289‑324 (sur Ἄµφανδρος, Ἀµφηρίδης, Ἀµφίας) ; E. Nieto Izquierdo, « Monsieur Λαλλῆς le Thasien », REG 129 (2016), p. 575‑579 ; S. Minon, « Ἀµφ̣ίδ̣ιος Χαριλλίδεω (Thasos, vie s. a.C.) : un nom dérivé en ‑ιδ‑ιος, un composé en ‑διος ou ‑ιδιος ou un composé tronqué en ‑ι‑δ‑ιος ? », REG 131 (2018), p. 733‑754.

19 Pouilloux, Recherches I, p. 442‑443 ; N. Trippé (n. 4), p. 56.

20 La seconde version des listes est censée être une copie fidèle de la première. Elle modifie cependant les désinences du génitif des noms en ‑ης : Hamon 2015-2016, p. 83, n. 37. Dans son étude consacrée à ces noms, V. Gomis García, « Interactions analogiques dans les flexions des anthroponymes masculins en ‑ā‑ et en ‑s‑ à Thasos », dans SAGA, p. 535‑557, a relevé l’écart séparant la date d’un individu et la date de la liste où il apparaît (voir sa n. 13), sans distinguer cependant les Petites Listes d’un côté (archontes et théores) et les Grandes Listes de l’autre, séparées les unes des autres par une quarantaine d’années. Ses conclusions sur l’évolution de la flexion de ces noms au ive s. pourraient à cet égard être précisées.

21 Voir, dans le même sens, les remarques de Fr. Salviat (n. 3).

22 Fr. Salviat, « Les archontes de Thasos », dans Actes du VIIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (1984), p. 235‑258 ; Hamon 2015-2016, p. 70‑77 et fig. 2 et 4. On trouvera dans Hamon, CITh III, p. 15‑19, un schéma d’ensemble de la Petite Liste des archontes, accompagné d’une table chronologique.

23 Sur la partie hellénistique et romaine de la liste, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de l’époque hellénistique et impériale : du simple au double », BCH 141 (2017), p. 245‑286, part. p. 268‑286, et J. Fournier, « Archontes et théores thasiens du ier au iiie siècle apr. J.‑C. De la transformation à l’abandon des listes de magistrats », JSav 2018, p. 3‑53.

24 Le raccord établi en 2011 entre inv. 776 et inv. 862 + 863 (Recherches I, 40 + 41) a été présenté dans BCH 136‑137 (2012-2013), p. 565‑566 et fig. 29.

25 Hamon, CITh III, p. 129.

26 PLArch. 1/IV/(16) à (22) ? : Recherches I, 33 (± 640‑634 av. J.‑C. ?). – Le système de référence « PLArch. 1/I/(1) » vel sim. (liste, colonne, assise, collège) a été expliqué en détail dans Hamon 2015-2016, p. 90.

27 Les éditeurs du LGPN l’ont enregistré sous la forme ∆ῖος, gén. ∆ίο⟨υ⟩. V. Gomis García (n. 20), p. 546, songe à ∆ιζης, gén. ∆ιζους, un nom thrace qui paraît improbable parmi des archontes thasiens de haute époque. S. Minon (n. 18 [2018]), p. 748, n. 61, préfère envisager ∆ιεύς, gén. ∆ιέως (issu de l’ethnique de la cité de Dion d’Eubée ou de Dion de Chalcidique), qui est attesté au ive s. à Néapolis, colonie thasienne (SEG XLIII 430) : voir infra n. 30.

28 Voir O. Masson, « Nouvelles notes d’anthroponymie grecque, VII : essai d’une histoire de ∆ίης », ZPE 102 (1994), p. 179‑184 (= Masson, OGS III, p. 184‑189), qui ne cite pas l’exemple thasien. Voir également N. Guilleux, dans SAGA, p. 88‑89.

29 M.‑G. Parissaki, « Mandra, Abdère et Thasos. – Remarques sur deux inscriptions errantes », Tekmeria 7 (2002), p. 107‑116, part. p. 114‑115 (SEG LII 816).

30 SEG XLVIII 929. Les autres formes attestées du génitif sont ∆ίεος, ∆ιέους, ∆ιείους, ∆ιήους et ∆ίους. S’il fallait admettre l’existence du sigma final (vu par Cyriaque et Pouilloux, mais douteux), ∆ίως̣ s’expliquerait – comme me le suggère S. Minon – soit comme une variante phonétique de ∆ιέως, génitif de ∆ιεύς (voir supra n. 27), soit comme la simplification phonétique de ∆ίεος, génitif de ∆ίης, en ∆ίους vel ∆ίος, dont la graphie originelle en alphabet paro-thasien (∆ΙΩΣ) aurait troublé le rédacteur ou compilateur de la liste du ive s. ou encore le lapicide (qui l’aurait gravée telle quelle, sans bien la comprendre [?]). On n’observe aucun exemple sûr d’une erreur de ce type dans le reste de la liste, ni dans celle des théores (voir néanmoins infra n. 43).

31 J’ai grandement bénéficié, sur le problème de ce nom, de discussions avec S. Minon et avec A. Alonso Déniz, que je remercie.

32 On connaît à Thasos au vie s. le sobriquet Λαλλῆς : E. Nieto Izquierdo (n. 18).

33 Sur l’étymologie et la signification controversées du mot ὄρχαµος, voir P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (2009)2, s.v.  ; S. R. van der Mije dans Lexicon des frühgriechischen Epos III (2004), s.v. Pour Cl. Le Feuvre, Ὅµηρος δύσγνωστος. Réinterprétations de termes homériques en grec archaïque et classique (2015), p. 504‑514, ὄρχαµος dérive d’ ὄρχος, « rang, rangée » : c’est le « chef de rang » et par extension le « chef des rangs », donc le « chef de troupe ».

34 Abdère (magistrat monétaire) : O. Masson, RN 26 (1984), p. 53 (= Masson, OGS II, p. 432) ; sur la date, voir K. Chryssanthaki-Nagle, L’histoire monétaire d’Abdère en Thrace (2007), p. 119‑126 (période VI) ; M.‑G. Parissaki, Prosopography and Onomasticon of Aegean Thrace (2007), p. 226, suggère que le nom remonte aux colons téiens qui fondèrent Abdère. Phanagoreia et Gorgippia : voir I. E. Surikov, Drevnosti Bospora 22 (2018), p. 210‑211.

35 PLArch. 2/IV/(16) à (21) ? : Recherches I, 40 et 41.

36 GLTh. 1/IV/(2e Aparchè) : IG XII 8, 274, l. 6. Sur le sens des deux Aparchai mentionnées dans la colonne 1 de la Liste des théores, voir Fr. Salviat, « Les colonnes initiales du catalogue des théores et les institutions thasiennes archaïques », dans Thasiaca, BCH Suppl. V (1979), p. 107‑127, part. p. 120‑121, suivi par R. Martin, « Relations entre métropole et colonies : aspects institutionnels », dans Φιλίας χάριν. Miscellanea in onore di Eugenio Manni (1979), p. 1435‑1445 (= id., Architecture et urbanisme [1987], p. 439‑448, part. p. 446‑447).

37 Sur ce nom, exclusivement thasien, voir Fr. Salviat (n. 3), p. 78.

38 PLArch. 3/II/(4) à (9) ?  : Recherches I, 32. Notre hypothèse d’emplacement repose sur deux critères : 1°) la hauteur du bloc (0,44 m), légèrement inférieure à celle des blocs inv. 764 et 763 (0,45 m), nous conduit à le placer à l’assise II ; la largeur maximale de la colonne gravée (0,47 m) correspond exactement à celle de la colonne gravée en Recherches I, 30 A [inv. 337], qui se situe au pied de la colonne 3.

39 GLTh. 3/IV/(12) : IG XII 8, 289 A, l. 4 ([ὁ δεῖνα] Ἁρπάλου ; le bloc, copié par Miller, est perdu). Un Ἅρπαλος, père du patient Τηλεφάνης soigné par un médecin hippocratique au ive s., pourrait éventuellement être thasien (Epid. VII 37 ; voir aussi V, 75), sans certitude. On trouve parmi les mêmes fiches médicales le nom Ἁρπαλίδης, qui lui aussi pourrait appartenir à un Thasien (Epid. VII 6 ; voir infra).

40 Le LGPN enregistre un archonte thasien de la basse époque hellénistique dénommé [- - - Λ]ύσωνος (Recherches II, 210, l. 3), mais la restitution [Να]ύσωνος est préférable, car Ναύσων est assez fréquent à Thasos. Aux six exemples de ce nom recensés par le LGPN entre le vie et le ier s., il faut en ajouter deux, sinon trois. Les trois occurrence thasiennes du nom Παύσων sont en effet douteuses. Il faut certainement lire Ν̣αύσων (et non [Π]αύσων) Ἀριστοφῶν[τος] en GLTh. 8/V/(16) : IG XII 8, 297, l. 5 (relecture au musée : inv. 2359). Ce théore, situé en ± 310, eut pour fils Ἀριστοφῶν Ναύσωνος, qui fut magistrat vers 300 : CITh III, 48, l. 18. Il eut par ailleurs pour frère ou pour parent un certain Ναυσικύδης Ἀριστ[οφῶντος], qui fut archonte (GLArch. 11/(2 ?) : Recherches I, 34 B, l. 43 [± 293]) et théore (GLTh. 9/II/(6) : Recherches I, 35 B, l. 7 [± 289]). Le fils de ce dernier apparaît comme théore sur un bloc aujourd’hui perdu, en GLTh. 10/II/(5) : IG XII 8, 313, l. 4 (± 257) ; il est possible que la lecture Παύσων Ναυσικύδ[ου], due à Miller, doive être amendée en ⟨Ν⟩αύσων Ναυσικύδ[ου]. Le troisième et dernier exemple de Παύσων à Thasos figure sur un bloc également perdu de la Grande Liste des théores : IG XII 8, 331 A, l. 7 (place indéterminée).

41 Fr. Salviat (n. 22), p. 243 ; voir fig. 1.

42 PLArch. 5/III/(10) à (15) : Recherches I, 28 A (± 514-509 av. J.‑C.). Sont signalés en gras les archontes connus par ailleurs comme théores.

43 À la l. 7, Pouilloux avait transcrit ΑΚΙ∆ΟΥ et enregistré dans son index le nom *Ἀκίδης (pour lequel on attendrait un génitif *Ἀκίδεω) vel Ἀκίδας. Sur la pierre (qui, si l’on compare la photographie de 1949, ne semble pas s’être dégradée), je ne vois distinctement que la haste verticale du K ; le Y final n’existe plus. La lecture alternative Ἄγ̣ιδο[ς] surprendrait à Thasos au vie s. (le graffite SEG XXXI 759, qui porte le nom Ἆγις, n’est pas thasien, selon toute vraisemblance). Par conséquent, il faut probablement suivre la proposition faite par les auteurs du LGPN I, s.v. Ἀκίδης, de corriger en Ἀ⟨λ⟩κ̣ίδο[υ]. A. Alonso Déniz me suggère que ce pourrait être, non le génitif d’Ἀλκίδης (pour lequel on attendrait Ἀλκίδεω), mais celui d’un nom Ἄλκιδος, inconnu par ailleurs, issu de la troncation d’Ἀλκίδηµος. Si l’hypothèse est correcte, il faut relever que ce serait ici la seule et unique faute attestée du lapicide de la Petite Liste des archontes : la question ne me semble pas tranchée.

44 Le nom Ἀριστοκλῆς est fréquent à Thasos, mais il serait ici manifestement trop court d’une lettre.

45 Recherches I, 66 bis. Trouvé en août 1953, le fragment fut intégré in extremis dans l’ouvrage de J. Pouilloux, mais n’a pas reçu d’illustration.

46 La restitution de l’idionyme, hypothétique, repose sur un rapprochement prosopographique. [Θρασυκλῆς? Π]υθ̣[όλεω], qui a peut‑être pour frère l’archonte Ἀρχέπολις Πυθόλεω (513), pourrait être le père du théore Πυθόλεως Θρασυκλέος, en GLTh. 3/V/(16) : IG XII 8, 277 B, l. 17 (479). Il aurait pour petit‑fils le théore Θρασυκλῆς Πυ[θόλεω], en GLTh. 4/IV/(12) : IG XII 8, 289 B, l. 9 (450).

47 Recherches I, 50. J’ai signalé ce recoupement entre Petite Liste et Grande Liste dans Hamon 2015-2016, p. 75, n. 21 ; le fragment en question est illustré ibid., fig. 3.

48 Voir également fig. 1. Deux autres éclats du même bloc de marbre blanc ont été identifiés en 2017. On trouvera un exposé détaillé de ces questions dans la publication générale des listes thasiennes (P. Hamon, Fr. Salviat, CITh I, en préparation).

49 Voir C. Dobias-Lalou, « La suffixation des anthroponymes en Cyrénaïque pré-romaine », dans SAGA, p. 472‑492, part. p. 477‑478.

50 Sur ces noms thasiens masculins en ‑ις, ‑ιος, voir S. Minon (n. 18 [2018]), p. 735.

51 Recherches I, 48. Le marbre n’est pas blanc, comme l’indiquait J. Pouilloux par erreur, mais gris à grains moyens. La forme des lettres est également caractéristique de la Grande Liste des archontes.

52 J’écarte ici, sur le conseil de S. Minon, la forme *Ἀτταλῆς, gén. Ἀτταλέω, enregistrée par le LGPN. Le même personnage fut aussi théore : Hamon 2018, p. 195, l. 15 (où l’on corrigera l’accent en Ἀττάλεω).

53 Pour d’autres composés en Ζω‑, voir Bechtel, HPN, p. 186‑187, et O. Masson, « Notes d’anthroponymie grecque et asianique », Beiträge zur Namenforschung 8 (1957), p. 161‑167 (= Masson, OGS I, p. 5‑11).

54 Bechtel, HPN, p. 108.

55 CITh III, 47, l. 1 ; GLTh. 6/VI/(22) : IG XII 8, 283 B, l. 17 (presque entièrement disparu, mais connu par la Petite Liste, en PLTh. 6/III/(10) : Recherches I, 27 C, l. 22).

56 Recherches I, 60, et p. 227. Dimensions de l’ensemble : h. (conservée) 18 ; larg. (conservée) 40 ; ép. (conservée) 11. Lettres : h. 1,5 ; intervalle 1,6.

57 Voir le schéma dans Hamon 2015-2016, p. 76, fig. 4. Dans ces colonnes 4‑6, il faut exclure les années 528‑519, 515‑510, 491‑490 et 481‑478 av. J.‑C., qui sont connues par la Petite Liste sur marbre blanc ou par d’autres fragments de la Grande Liste sur marbre gris. De même, on écartera les années 463‑447, pendant lesquelles l’archontat devint une magistrature annuelle unique : voir Fr. Salviat (n. 22), p. 255‑257. Ces questions chronologiques complexes seront réexaminées en détail dans la publication finale.

58 [GLTh. 6/VI/(21)]. Le nom est connu uniquement par la Petite Liste, en PLTh. 6/II/(9) : Recherches I, 27 C, l. 18.

59 IG XII 8, 412.

60 GLTh. 1/V/(1) : IG XII 8, 276, l. 10.

61 Fr. Salviat (n. 36) ; id., « Catalogue des théores de Thasos : objections et réponses », BCH 107 (1983), p. 181‑187. Voir la mise au point plus récente de Hamon 2015-2016, p. 77‑97, avec la fig. 6, ainsi que les compléments apportés dans Hamon 2018. On trouvera dans Hamon, CITh III, p. 20‑25, un schéma d’ensemble de la Grande Liste des théores, avec un tableau chronologique, en attendant la réédition dans CITh I, en préparation. Le point d’ancrage dans la chronologie absolue est le collège d’Antiphôn, Athènippos et Kleochos (GLTh. V/5/(20) : IG XII 8, 277 D, l. 81‑83), sous lequel furent confisqués les biens d’opposants au régime oligarchique (IG XII 8, 263). Suivant J. Pouilloux, Fr. Salviat et moi‑même mettons cette confiscation en rapport avec la loi oligarchique Recherches I, 18 II, l. 7‑14, et retenons l’année 409 comme la plus vraisemblable. Mais une date en 411 est préférée par R. Osborne, P. J. Rhodes, Greek Historical Inscriptions 478-404 bc (2017), p. 460‑465, no 177 A. Cette dernière hypothèse, si elle devait être retenue, remonterait tous les collèges de théores de deux ans par rapport aux dates ici proposées.

62 Voir, provisoirement, le schéma de la Grande Liste (partie ancienne et partie additionnelle), dans Hamon 2018, p. 184‑185, fig. 1‑2.

63 Sur la date à laquelle la gravure s’interrompt, voir J. Fournier (n. 23), p. 31‑34.

64 Fr. Bechtel, Thasische Inschriften ionischen Dialekts im Louvre, Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen 32, III (1884) ; id., Die Inschriften des ionischen Dialekts, Abhandlungen der historisch-philologischen Classe der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen 34 (1887) ; id. dans H. Collitz, Frbechtel, Sammlung der griechischen Dialektinschriften III, 2 (1905), nos 5465-5482.

65 E. Jacobs, Thasiaca (1893), p. 13‑33.

66 GLTh. 1/I/(1re Aparchè) : Fr. Bechtel (n. 64 [1884]), p. 8‑9, no 5 (« grösstenteils undeutlich ») ; IG XII 8, 273.

67 Fr. Bechtel, ibid., fait à ce propos une remarque un peu ambiguë : « . ΛΛΜΟΣ der Abklatsch. Der erste Winkel steht unter dem zweiten Zeichen der vorausgehenden Zeile, so dass vorn nur ein Buchstab fehlen kann ». Le « second signe » de la ligne précédente est, semble‑t‑il, le Λ de Ἀ[λ]κ̣ινάδης (transcrit erronément Ἀ[λ]κιάδης par Bechtel), en fait placé légèrement plus à gauche.

68 Voir sur ce point Fr. Salviat (n. 36), p. 120‑121 ; et, de façon plus développée, id., « Archiloque hoplite et général – À Thasos avec Glaukos – Retour à Paros », dans D. Mulliez (éd.), Thasos. Métropole et colonies. Actes du symposion international à la mémoire de Marina Sgourou, Thasos, 21-22 septembre 2006, RechFH V (2017), p. 65‑112, part. p. 74‑75. Cette « première Aparchè » commence peut‑être vers 670-660 av. J.‑C. et s’achève avec l’avènement des « Douze archontes » (IG XII 8, 275 A, l. 5‑6). Sa durée exacte est cependant impossible à déterminer. Selon que le bloc Ma 872 se place immédiatement sous Ma 873, à l’assise II (Hamon 2018, p. 184, fig. 1), ou seulement à l’assise III (hypothèse préférée par Fr. Salviat), elle compte douze ou bien vingt-quatre théores, qui exercèrent certainement leur charge pendant plusieurs années, sinon à vie.

69 GLTh. 3/VII/(27) : IG XII 8, 278 A, l. 8. On a mis ce nom en rapport avec le mythe relatif à l’origine phénicienne d’Héraclès et des Thasiens en général : Pouilloux, Recherches I, p. 357‑358.

70 CITh III, 48, l. 3. Beaucoup plus douteuse me semble être l’occurrence thasienne du nom dans l’épigramme funéraire mutilée Recherches I, 130, telle que l’a restituée W. Peek, Griechische Vers-Inschriften: Grabepigramme (1955), p. 682, no 1073 a ([πατρίδος] εἰµὶ Θάσου - - -]ς, βλάστη[µ᾿ Ἐπιπ]ε̣ίθου]). À la l. 3, il paraît impossible de trancher entre les lectures Π (Pouilloux) et Ε̣ (Peek), tant la surface est érodée (inv. 516) ; la restitution s’appuie sur la métrique. Cet Ἐπιπε̣ίθης thasien a néanmoins été enregistré par le LGPN.

71 GLTh. 3/VI/(20) ; Fr. Bechtel (n. 64 [1884]), p. 7‑8, no 4 (SGDI 5471), l. 2 ; IG XII 8, 280 B, l. 17. Sur l’emplacement du bloc, voir Hamon 2018, p. 194‑195.

72 PLArch. 6/III/(11) : Recherches I, 28 B, l. 19.

73 GLTh. 3/V/(16) : IG XII 8, 277 B, l. 18.

74 Syll.3 36 ; Pausanias VI 11, 2. Voir le stemma hypothétique proposé par Fr. Salviat (n. 3), p. 81.

75 GLTh. 3/VI/(24) : IG XII 8, 280 B, l. 29. La lecture de Fr. Bechtel (n. 62 [1884]), l. 14, était beaucoup plus incomplète.

76 Le nom ne réapparaît à Thasos qu’à l’époque impériale : Recherches II, 204, l. 1 ; 267, l. 4.

77 Voir S. Minon (n. 18 [2018]), p. 734.

78 GLTh. 5/IV/(12) : IG XII 8, 277 D, l. 59 (Ἀµφίας Κλεοστράτου).

79 GLTh. 4/I/(3) : Recherches II, 406 B, l. 16 (459 av. J.‑C.).

80 Comparer les frères thasiens Ἄρχιππος Ἀρχίππου et Ἵππαρχος Ἀρχίππου, ayant reçu la citoyenneté à Athènes dans le premier quart du ive s. : M. J. Osborne, Naturalization in Athens II (1982), p. 48‑57, no D9 ; A. G. Woodhead, The Athenian Agora, XVI. Inscriptions: The Decrees (1997), p. 55‑56, no 40.

81 GLTh. 4/VI/(21) : IG XII 8, 285 A, l. 2.

82 GLTh. 3/VI/(23) : IG XII 8, 280 B, l. 26.

83 PLArch. 3/II/(9) : Recherches I, 32, l. 15 (± 581 av. J.‑C.).

84 GLTh. 6/V/(18) : IG XII 8, 277 E, l. 105 (= PLTh. 6/II/(6) : Recherches I, 27 C, l. 10).

85 PLArch. 4/VI/(29) : Recherches I, 31 B, l. 2. On est tenté de reconnaître le même personnage dans un théore daté de ± 506, en GLTh. 1/VI/(22) : Hamon 2018, p. 195, l. 7. Mais la restitution [Ἡγήσαρχο]ς̣ Μέγωνος est un peu trop longue pour la lacune. Il s’agit peut‑être d’un frère.

86 PLArch. 6/III/(13) : Recherches I, 28 B, l. 10. GLTh. 4/II ou III/(4) ou (7) : IG XII 8, 279 A, l. 1 (la place de ce bloc, Ma 875, à l’assise II ou à l’assise III dépend de celle du bloc Ma 872, qui fait débat : voir supra n. 68).

87 GLTh. 4/V/(18) : IG XII 8, 277 C, l. 50.

88 Le nom, en [GLTh. 5/VI/(21)], a disparu dans les lacunes du bloc fragmentaire IG XII 8, 285 + IG XII 8, 283 (voir infra et fig. 18). Mais il figure dans la Petite Liste, en PLTh. 5/III/(11) : Recherches I, 27 B, l. 24.

89 A. Coulié, « Nouvelles inscriptions érotiques à Thasos », BCH 122 (1998), p. 443‑445 (SEG XLVIII 1167).

90 PLArch. 7/III/(35) : Recherches I, 28 C, l. 36. Dans son édition, J. Pouilloux a transcrit par mégarde Ξεινοπείθεος ; la collation sur la pierre confirme qu’il faut lire Ξενοπείθεος.

91 [GLTh. 6/VI/(24)]. Le magistrat n’est connu que par la Petite Liste, en PLTh. 6/III/(12) : Recherches I, 27 C, l. 27.

92 GLTh. 1/V/(1) et (2) : IG XII 8, 276, l. 10 et 13 (± 544 et 543 av. J.‑C.). Voir supra.

93 PLTh. 6/III/(12) : Recherches I, 27 C, l. 27. Sur la pierre (inv. 935 : voir la photographie dans Hamon 2015-2016, p. 81, fig. 7), un joint vertical passe après les lettres ΙΠΠ : la fin du nom était gravée au‑delà du joint, sur le bloc adjacent, qui est perdu. Juste avant le joint, la place aurait été suffisante pour accueillir un I. Si l’espace est resté vacant, c’est parce que la lettre à graver est plus étalée en largeur : il s’agit d’un A (Ἱππ|[αγόρεω] vel Ἱππ|[άρχου]) ou bien d’un Ω (Ἵππ|[ωνος] vel Ἱππ|[ώνακτος]).

94 Recherches I, 72 (sans illustration). H. (cons.) 14 ; l. (cons.) 7,5 ; ép. (cons.) 7. H. l. 1,3. Voir le carnet de fouille de Ch. Picard, « Thasos 1912 » (Archives de l’EFA, C. Tha 6), p. 74.

95 La place approximative de ce joint vertical est indiquée par l’encoche de levier qu’on observe au lit d’attente du bloc inv. 271, lequel se situait à l’assise inférieure (VII) : voir Hamon 2018, p. 184, fig. 1.

96 Toutes les parties perdues sont restituées de façon certaine grâce à la copie fournie par la Petite Liste : Recherches I, 27 C, l. 17‑31. Sur la fig. 18, les noms et lettres connus par cette copie sont indiqués en bleu.

97 La copie sur la Petite Liste ne donne ici que le début du patronyme : Θρασωνίδης Πολ[- - -]. Mais on constate grâce au nouveau raccord qu’il ne manque à la fin que quatre ou cinq lettres. Il s’agit donc d’un nom très court : Πολ[ύωνος] ou Πολ[ύθρου]. Le premier serait le plus vraisemblable, car on connaît au milieu du vie s. un archonte et théore du nom de Θράσων Πολ[ύωνος] (Hamon 2018, p. 192). Mais en essayant de restituer ΥΩΝΟΣ sur le schéma, avec un calibre de lettres exactement identique à celui des lignes 11 et 13 (où se lit en partie la même séquence ΩΝΟΣ), j’ai constaté que la place disponible est trop étroite pour Πολ[ύωνος] et, partant, que la restitution Πολ[ύθρου] est la plus probante ; une trace infime, au ras de la cassure, appartient peut‑être à l’Y final. Fr. Salviat (n. 3), p. 77 et p. 81, est tenté d’identifier ce Θρασωνίδης Πολ [ύθρου  ?[, théore en 369, avec un fabricant et éponyme amphorique Θρασωνίδης placé par Y. Garlan (n. 3) dans les années 370 (groupe C). Il n’est pas tout à fait exclu qu’il soit identique à Θρασωνίδης, l’un des trois archontes en fonctions lors de la réconciliation de 390 : CITh III, 1, l. 44‑45.

98 On trouve exactement le même rapport entre Nikiès f. de Pythônymos, archonte en 411 (PLArch. 7/III/(36) : Recherches I, 28 C, l. 39) et Pythônymos f. de Stratonikos, théore en 371 (PLTh. 6/III/(11) : Recherches I, 27 C, l. 24).

99 GLTh. 5/VII/(31) : E. Miller, JSav 1872, p. 56‑57, col. 3, l. 15 ; IG XII 8, 278 C, l. 41.

100 Fr. Bechtel (n. 64 [1887]), p. 61‑62, no 78. Le même Fr. Bechtel s’est ensuite montré plus circonspect dans SGDI 5474, laissant le nom en majuscules (ΚΥΝΝΗΘΙΟΥ).

101 Sur Κύννα, qui est illyrien, voir O. Masson, « Quelques noms de femmes en Macédoine », ZPE 55 (1984), p. 133‑136, part. p. 133 n. 7 (= Masson, OGS II, p. 417). Κύννιος est attesté à Gortyne.

102 S. Minon (n. 18 [2018]), p. 737, n. 18, proposant de corriger en ⟨Ε⟩ὐννηθίου.

103 Recherches I, 27 B, l. 53.

104 Voir le schéma dans Hamon 2018, p. 184, fig. 1.

105 GLTh. 7/IV/(13) : IG XII 8, 277 F, l. 116.

106 Pouilloux, Recherches I, p. 322. Voir également Cl. Vial, Délos indépendante, BCH Suppl. X (1984), p. 310‑312 ; P. M. Fraser, Greek Ethnic Terminology (2009), p. 215‑224.

107 GLTh. 7/V/(17) : E. Miller, JSav 1872, p. 53, col. 2, l. 5 ; IG XII 8, 277 F, l. 128.

108 Fr. Bechtel (n. 64 [1887]), p. 62‑63, no 81.

109 SGDI 5470.

110 H. Seyrig, « Quatre cultes de Thasos », BCH 51 (1927), p. 178‑233, part. p. 229‑233. Ces conclusions ont été reprises par Pouilloux, Recherches I, p. 313‑314 et p. 383, n. 5. Sur le culte d’Isis à Thasos à la basse époque hellénistique, voir CITh III, 103.

111 La copie comporte à l’évidence plusieurs erreurs (l. 7 et l. 15 [= IG XII 8, 277 F, l. 130 et l. 138]), mais la confusion entre A et I est peu vraisemblable.

112 GLTh. 4/VIII/(31) : IG XII 8, 282 B (= D*), l. 22.

113 PLArch. 8/III/(12) : Recherches I, 30 A, l. 7. GLTh. 6/V/(18) : IG XII 8, 277 E, l. 104 (cf. PLTh. 6/II/(6) : Recherches I, 27 C, l. 9).

114 P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 592, no 13.

115 CITh III, 93, l. 12. Sur la forme Εὐαγόρεος au lieu de Εὐαγόρεω, voir V. Gomis García (n. 20).

116 Sur les difficultés particulières que pose cette partie récente de la Grande Liste, voir P. Hamon (n. 23), p. 248‑249, et Hamon 2018, p. 197‑205, avec la fig. 2 p. 185.

117 GLTh. 8/VI/(19) : IG XII 8, 287 A, l. 3.

118 J’ai réuni les exemples dans Hamon 2018, p. 193, n. 30, où la correction Θευκ̣λ̣[εῦς] est déjà signalée. On peut ajouter le nom du fabricant Θευκλῆς, qui figure sur des timbres amphoriques du troisième quart du ive s. : Y. Garlan (n. 3), nos 816 et 844 (groupes G1 et G2) ; il n’est pas impossible qu’il s’agisse du père du théore Hègèsippos.

119 GLTh. 9/IV/(15) : IG XII 8, 277 H, l. 162.

120 GLTh. 10/II/(5) : IG XII 8, 313, l. 6.

121 Le nom Ἀναξίλεως est attesté trois fois par ailleurs à Thasos.

122 GLArch. 11/(26 ?) : P. Bernard, Fr. Salviat, BCH 86 (1962), p. 582, no 2 A, l. 9 (la restitution s’appuie sur l’étendue de la lacune, limitée à 6 ou 7 lettres).

123 IG XII 5, 608, l. 13 et l. 23 : Κρῖνις Ἀξίλεω et Λαµπροκλῆς Ἀξίλεω, vainqueurs à l’Isthme (?) et à Némée au ve s., étaient peut‑être frères, issus de l’une des cités de Kéos.

124 Le nom Ἐρασίλας est en revanche attesté par quatre occurrences (à Camiros, à Mélos et à Éphèse).

125 GLTh. 11/VII/(24) : IG XII 8, 292 B, l. 12.

126 CITh III, 49, l. 25 ([Φιλ]ίσκος Ἡρακλείδ[ου]) ; 61, l. 4.

127 Les éditeurs du LGPN I en ont eux‑mêmes corrigé quelques‑uns, par exemple *Κασίων amendé en ⟨Π⟩ασίων dans GLTh. 14 ?/VI ?/(20 ?) : IG XII 8, 302, l. 8.

128 Y. Grandjean (n. 4 [2010]), p. 75, no 10 (SEG LX 955).

129 IG XII 8, 338, l. 6 (corrections suggérées par U. von Wilamowitz-Moellendorf et par Fr. Hiller von Gaertringen respectivement). L’emplacement du bloc ou fragment est inconnu.

130 Ce rapprochement a déjà été signalé dans J. Fournier, P. Hamon, M.‑G. Parissaki (n. 17), p. 82.

131 Les auteurs du LGPN, suivis par Y. Grandjean, ont transcrit Ἑλεφῶν avec esprit rude. A. Alonso Déniz m’indique qu’il faut transcrire de préférence Ἐλέφων, avec esprit doux et accent récessif, « raccourci d’un composé en Ἐλέφ‑ » (tiré de ἐλεφαίρεσθαι, « tromper »).

132 Recherches II, 238.

133 GLTh. 14/IV/(11) à (13) : IG XII 8, 334. Voir Y. Grandjean (n. 4 [2012-2013]), p. 229‑235, et mes remarques dans BCH 141 (2017), p. 259, n. 38.

134 E. Miller, JSav 1872, p. 233 ; BNF, Département des manuscrits, Suppl. grec 1343, fol. 74, verso (avec la légende « Thasos. Port de Panagia. Découverte le 27 juin 1864 »).

135 CITh III, 50, l. 19.

136 GLTh. 14 ? /VII ?/(25 ?) : IG XII 8, 301, l. 7 (vers 110 av. J.‑C. ?). Le nom de Damôn f. de Rhianos apparaît à deux reprises dans la Grande Liste, en GLTh. 15/IX/(?) : IG XII 8, 298 A, l. 11 ; et en GLTh. 15 ou 16 ?/I II ?/(?) : IG XII 8, 303 B, l. 11 (emplacement encore problématique). Il peut s’agit d’un grand‑père et de son petit‑fils homonyme ou bien d’un cas d’itération.

137 GLTh. 16?/I‑IV?/(?) : IG XII 8, 314, l. 4. La date est incertaine.

138 M. Debidour (n. 3 [1999]), p. 1015, nos 3062-3064 ; id. (n. 3 [2011]), p. 53 (groupe XVIII).

139 GLTh. 10/II/(7) : IG XII 8, 313, l. 12 (± 255 av. J.‑C.). La seconde occurrence de *Παννικός procède d’une correction douteuse en IG XII 8, 296, l. 2 (iieier s. av. J.‑C. ? ; emplacement indéterminé), où la copie porte ΠΑΝ . . ΤΙΚΟΥ. On pourrait amender de préférence en Παν[κρα]τί⟨δ⟩ου.

140 J’adopte la chronologie défendue par J.‑É. Dugand, « Hippocrate à Thasos et en Grèce du Nord », dans R. Joly (éd.), Corpus Hippocraticum. Actes du Colloque de Mons, 1975 (1977), p. 233‑245 (sans retenir toutefois l’hypothèse d’une interversion des livres I et III : cf. J. Jouanna, infra [n. 141 (2014)], p. 36, n. 14), et précisée par Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas XXII (2011), p. 358‑360. Je retiens de préférence l’hypothèse, qui est certes débattue (voir note suivante), selon laquelle l’auteur du traité est Hippocrate lui‑même et non un disciple. J’ai tiré grand profit de mes discussions répétées avec Fr. Salviat sur le séjour d’Hippocrate à Thasos.

141 Hippocrate, Épidémies I et III, texte établi, traduit et annoté par J. Jouanna (2016) ; on consultera en particulier le stemma des manuscrits, p. ccxii-ccxiii. Voir également J. Jouanna, « Philologie et archéologie : la médecine hippocratique et les fouilles de Thasos », REG 127 (2014), p. 29‑54.

142 Sur ces fiches, voir les pages synthétiques de J. Jouanna, ibid. (2016), p. xliii‑lv.

143 J.‑É. Dugand, « Les adresses de malades d’Épidémies I et III et les preuves tant archéologiques qu’épigraphiques du séjour d’Hippocrate à Thasos, capitale de l’île de ce nom  », dans Philologie, littératures et histoire anciennes, Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Nice 35 (1979), p. 131‑155, part. p. 147‑152 ; K. Deichgräber, Die Patienten des Hippokrates. Historisch-prosopographische Beiträge zu den Epidemien des Corpus Hippocraticum, Abhandlungen der geistes‑ und sozialwissenschaftlichen Klasse, Akad. der Wissenschaften und der Literatur Mainz 9 (1982). Voir également le tableau procuré, à partir de ces études antérieures, par A. J. Graham, « Thasos: The Topography of the Ancient City », ABSA 95 (2000), p. 301‑327, part. p. 324‑327.

144 Voir J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 308‑309, n. 2.

145 Outre ces cas, l’identification du sanctuaire de la Délienne a récemment permis d’éliminer le nom ∆ηµαίνετος en Epid. III 1, 5 : Y. Grandjean, Fr. Salviat, « Hippocrate et le sanctuaire de la Délienne à Thasos », BCH 136‑137 (2012-2013), p. 215‑223 ; J. Jouanna (n. 141 [2014]), p. 46‑50, montre que παρὰ ∆ηµαινέτῳ est une leçon fautive issue de la tradition indirecte.

146 Epid. I 20, 3. Voir le commentaire détaillé de ce passage par J. Jouanna (n. 140 [2016]), p. 221‑223, n. 30.

147 GLTh. 10/V/(19) : IG XII 8, 288 B, l. 25 (Πυθίων Ἀγλαΐδευς, théore en ± 243). GLTh. 11/VI/(23) : IG XII 8, 291 B, l. 11 (Ἀγλα[ΐδης Πυθίωνος?], théore en ± 207). Le théore de ± 243 peut être le père du théore de ± 207, si du moins la restitution est exacte.

148 Y. Garlan (n. 3), index, s.v. (groupes F1-F2 et G1). Le nom avait été mal lu par A.‑M. Bon, A. Bon (n. 3), no 1638. La lecture correcte a été établie, sauf erreur, par Y. Garlan, BCH Suppl. XIII (1986), p. 259.

149 GLTh. 5/VII/(28) : E. Miller, JSav 1872, p. 56‑57, col. 3, l. 6 (IG XII 8, 278 C, l. 32). Le nom du magistrat figure également dans la Petite Liste, en PLTh. 5/IV/(18) : Recherches I, 27 B, l. 44. Le patronyme y est malheureusement mutilé (Πεισίστρατος Ἀγ[- - -]), ce qui empêche toute vérification.

150 Cette correction est reprise par Fr. Salviat (n. 3), p. 76.

151 J.‑É. Dugand (n. 142), p. 150 ; K. Deichgräber (n. 143), p. 20. Les troubles politiques de la fin du ve s. peuvent néanmoins avoir ponctuellement réduit le nombre de candidats aux plus hautes charges et, par voie de conséquence, accéléré les « carrières » : Hamon 2015-2016, p. 115‑116.

152 Ces adresses, qui sont une trentaine, ont été commentées par J.‑É. Dugand (n. 143), p. 135‑147, et par K. Deichgräber (n. 143). Voir également A. J. Graham (n. 143), p. 320‑321.

153 Epid. III 1, 1 ; 1, 5 ; 27, 6. L’adresse de Chairiôn (Epid. III 1, 5) a été élucidée par Y. Grandjean, Fr. Salviat (n. 145).

154 Epid. I 15, 1 ; I 15, 2, et 17, 2. Comparer I 21, 3. Le rédacteur emploie indifféremment, semble‑t‑il, le datif et l’accusatif après la préposition παρά. On trouve également le génitif à deux reprises : Epid. I 17, 2 ; III 1, 9. Le cas de Pantaklès est ambigu : Παντακλεῖ, ὃς ᾤκει παρὰ ∆ιονύσιον (Epid. I 21, 3). Il me semble qu’on peut hésiter entre un repère topographique et la maison d’un particulier : « près du Dionysion » – interprétation généralement retenue – ou bien « chez Dionysios » (bien que toutes les occurrences thasiennes de l’anthroponyme ∆ιονύσιος soient plus tardives).

155 Voir l’édition de J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 270, n. 47.

156 C. Fredrich, « Thasos », MDAI(A) 33 (1908), p. 215‑246, part. p. 235 ; R. Martin, « Thasos : quelques problèmes de structure urbaine », CRAI 1978, p. 182‑197, part. p. 189 (= id., Architecture et urbanisme [1987], p. 449‑465, part. p. 456). Il existait, semble‑t‑il, un sanctuaire de héros fondateur à Érythrées, d’après une inscription du ive s. énumérant des voies publiques : [ἀπὸ τοῦ ἡρωΐου τοῦ ἀρ]χηγέτευ εἰς Ἀχίλ[λειον] (I. Erythrai 151, l. 36).

157 Pouilloux, Recherches, 127, suivi par A. J. Graham (n. 143), p. 306, n. 34 : ἥρωι Σ̣ωτ̣ί̣ωνι ἀρχηγέτηι. Le nom du héros, à la l. 1, est sujet à caution. B. Holtzmann, La sculpture de Thasos. Corpus des reliefs, II : reliefs à thèmes héroïque, ÉtThas XXV (2018), p. 20 et n. 57, préférerait lire Σ̣ωσ̣ί̣ωνι et écarte par ailleurs le rapprochement avec l’« Archégète » de la fiche hippocratique. La pierre (inv. 243), dont le marbre se délite, est aujourd’hui quasiment illisible à la l. 1.

158 K. Deichgräber (n. 143), p. 13.

159 J. Jouanna (n. 141 [2016]), p. 270 et n. 47.

160 Ἀρχαγέτας figure sur une épitaphe à Théra (IG XII 3, 762a, époque archaïque) et sur une autre à Épidaure (SEG XXXVIII 322, date indéterminée), mais il n’est pas sûr qu’il s’agisse là d’un anthroponyme. Le nom Ἀρχηγέτης se rencontre à Anazarbe de Cilicie au ier ou au iie s. apr. J.‑C. (I. Anazarbos 194, l. 1).

161 PLTh. 6/III/(14) : Recherches I, 27 C, l. 34. La lecture a été signalée dans Hamon 2015-2016, p. 80, n. 29, avec la fig. 7 (où le N est clairement lisible).

162 Le nom se lit également, mais plus mutilé, dans la Grande Liste, en GLTh. 6/VII/(26) : IG XII 8, 278 D, l. 44 (collation au musée [inv. 271] : Ἀρό[της Ἀρχη]γ[έ]ν[ευς]).

163 IG XII 5, 110, l. 10‑11. À Sébastopolis du Pont, l’inscription privée SEG XXXIX 1354 honore un certain Σκίπιον Ἀρχηγένην τὸν καὶ Ὀλύµπιν, mais il faut y soupçonner un iotacisme pour Ἀρχιγένην, à cause de la date (iie s. apr. J.‑C.) et parce que le nom féminin Ἀρχιγενίς est attesté dans la même cité (SEG XXXIX 1355, l. 4).

164 L’accusatif analogique Ἀρχηγένην (pour Ἀρχηγένη) doit s’expliquer par le dialecte propre à Hippocrate.

165 Voir l’édition dans la Collection des universités de France, avec son ample introduction : Hippocrate, Épidémies V et VII, texte établi, traduit et annoté par J. Jouanna, Br. Grmek (2000). Les éditeurs synthétisent, p. xlii-xlv, les éléments permettant de situer le traité entre ca 357 et 348 av. J.‑C. Plusieurs fiches du livre VII sont reproduites, avec des variantes, dans la seconde partie du livre V, les deux procédant d’un original perdu.

166 K. Deichgräber (n. 143), p. 22‑28. Si le raisonnement onomastique est fondé (du moins quand les noms considérés sont typiquement thasiens), les identifications de patients que propose Deichgräber avec des individus connus par l’épigraphie sont toutes sujettes à caution, voire erronées. – Sur Ἅρπαλος (VII 37) et Ἁρπαλίδης (VII 6), voir supra n. 39.

167 Le cas du fils d’*Ἀνέχετος/Ἀνάσχετος est comparé à celui de Μνησιάναξ (VII, 45 : voir J. Jouanna, Br. Grmek [n. 165], p. 221‑222, n. 4), mais ce dernier nom n’est pas attesté à Thasos.

168 Sur ces trois malades, voir les notes de l’édition de J. Jouanna, Br. Grmek (n. 165), p. lxxi-lxxii et p. 179‑183.

169 K. Deichgräber (n. 143), p. 28‑33, s’est intéressé à la série de blessés de guerre en Epid. VII 29‑38 ; 121. Il proposait d’y trouver l’écho d’un seul et même épisode militaire ayant impliqué Thasos et ses alliés, à savoir la défense de Datos contre les Thraces, puis contre Philippe II entre 360 et 356 (Diodore XVI 3 et 8 ; sur ces événements, voir O. Picard, CRAI 2011, p. 1146‑1151). Les toponymes et ethniques mentionnés dans certaines de ces fiches (ainsi que dans les versions parallèles du livre V : voir J. Jouanna, Br. Grmek [n. 165], p. 160, n. 8‑9) sont cependant très incertains, si bien que le raisonnement historique de Deichgräber ne repose sur aucune base solide. Seule la fiche Epid. VII 121 se rapporte bien à la guerre de Datos.

170 P. M. Fraser, E. Matthews (éds), LGPN III B (2000), s.v. Ῥίνων.

171 Ch. Picard, « Les fouilles de Thasos », CRAI 1912, p. 205‑206.

172 [Φιλίσκος? Ἀρι]στοληΐδεω (IG XII 8, 407) doit être le théore connu par GLTh. 6/V/(20) : IG XII 8, 277 E, l. 111 (374 av. J.‑C.) ; voir également CITh III, 82, l. 4, et 83, l. 2. [Σ]ώµβροτος Βίωνος (Recherches I, 93) est l’archonte connu par CITh III, 4, l. 1 (voir Y. Grandjean, Fr. Salviat, « Règlements du Délion de Thasos », BCH 130 [2006], p. 293‑327, part. p. 303). Φανόκριτος Αἰσχρίωνος (H. Koukouli-Chryssanthaki, AD 26 [1971], Chron. II, 2, p. 414) est certainement l’archonte connu par GLArch. 10/(3 ?) : Recherches I, 34 A, l. 7 (323 av. J.‑C. [?]) ; il devint par la suite théore, en GLTh. 8/V/(18) : IG XII 8, 297, l. 10 (± 308 av. J.‑C.).

173 Par exemple, Πανγ[ή]θη̣[ς] Βάτωνος (Recherches I, 80) est le fils du théore Βάτων Παγγήθευς, connu par GLTh. 5/V/(18) : IG XII 8, 277 D, l. 75 (411 av. J.‑C.).

174 Recherches I, 123 ter (SEG XVIII 376). Voir la copie de Ch. Avezou dans son « Carnet 1911 » (Archives EFA, C THA 4), p. 28 ter, où le profil est dessiné, et celle de Ch. Picard dans son « Carnet 1911 » (Archives EFA, C THA 3), p. 108. La pierre semble avoir été égarée depuis lors.

175 L’écriture est tout à fait comparable à celle de l’inscription du Délion publiée par Y. Grandjean, Fr. Salviat (n. 165), fig. 3‑5, qui est bien située dans les années 380-360 av. J.‑C. (CITh III, 4 et fig. 14).

176 L’hypothèse a déjà été formulée d’un mot par J. Bousquet, « Notes d’épigraphie thasienne », BCH 83 (1959), p. 401.

177 Pouilloux, Recherches II, p. 227. Le numéro « bleu » 466 qu’on lit sur la fig. 26 ne doit pas être pris en compte.

178 Inv. 1007 (a) + 536 (b). Dimensions : h. 14 ; larg. conservée ca 30, largeur totale estimée ca 45 ; prof. (conservée) 21. Les dimensions de la mortaise sont inconnues, sauf la profondeur, qui est de 4 cm. Lettres : h. 1,6‑1,7 ; intervalle entre les lettres de la l. 1 : ca 5,5 ; intervalle entre les lettres de la l. 2 : 2 ; intervalle entre les deux lignes : 1. Ce type de base funéraire, avec mortaise au lit supérieur, est bien connu à Thasos au ive s. : e.g. Recherches I, 77 ; 103 ; 134 ; etc.

179 Voir CITh III, Appendice I, p. 414‑415, groupes XII et XIII.

180 GLTh. 4/VIII/(33) : IG XII 8, 282 B, l. 26. Voir Hamon 2015-2016, p. 95‑97.

181 SEG XLVII 879 (cf. L. et J. Robert, Bull. 1970, 373).

182 Bechtel, HPN, p. 586. Πίπος n’a vraisemblablement aucun rapport avec le dace Pipus (D. Dana, Onomasticum Thracicum, Μελετήµατα 70 [2014], p. 264). Comme le souligne E. Nieto Izquierdo (n. 18), p. 577‑578, la présence de noms thraces parmi les archontes et théores thasiens n’est pas attestée avant le ive s. et reste infime jusqu’au début de l’époque impériale (cf. P. Hamon [n. 23], p. 272).

183 Aristote, Histoire des animaux VIII 3 (593a 4). Voir D’Arcy W. Thompson, A Glossary of Greek Birds (1936), p. 250.

184 Dunant, Pouilloux, Recherches II, 276 (inv. 1223), sans illustration. Sur le contexte précis de la trouvaille, voir L. Ghali-Kahil, BCH 78 (1954), p. 232‑238 et p. 246. La stèle provient de la « zone K », située à quelques dizaines de mètres au Sud‑Ouest du cimetière moderne de Liménas. Elle fut découverte à l’arrière d’un grand hérôon de la fin du ive s., entre plusieurs tombes du iiie ou du iie s. Tout ce secteur a été dégagé de nouveau lors d’une fouille d’urgence en mars 2019.

185 L. Dubois, « Des noms en ‑ᾶς  », SAGA, p. 299‑332.

186 O. Masson, « Pape-Benseleriana V : Asklas l’Obscur », ZPE 27 (1977), p. 251‑254 (= Masson, OGS I, p. 299‑302).

187 Ἀσκληπιόδωρος : IG XII 8, 414 (iiie s.). Ἀσκληπιάδης : M. Debidour (n. 3 [1999]), p. 1001, no 3029 (groupe XVIII, ca 192‑181 ?) ; CITh III, 120, l. 7‑8 (dernier tiers du iie s.) ; IG XII 8, 306 B, l. 14 (ier s. av. J.‑C.) ; IG XII 8, 307, l. 8 (ier s. av. J.‑C. ?).

188 L’étude a été conduite en 1998 et 1999, grâce au soutien des directeurs successifs de la XVIIIe Éphorie des antiquités classiques, Mme H. Koukouli-Chryssanthaki et M. Z. Bonias, ainsi que de la regrettée M. Sgourou (†), alors responsable du musée. Elle a donné lieu à un mémoire (Recherches sur les inscriptions et le théâtre de Thasos à l’époque impériale), soumis à l’Académie des inscriptions et belles‑lettres en 2000 : voir Ph. Gauthier, CRAI 2000, p. 1993‑1994. Le mémoire comprend un corpuscule de ca 80 inscriptions « topiques » du iie ou iiie s. apr. J.‑C., dont la publication, longtemps retardée, est prévue dans un prochain fascicule du BCH. Sur le théâtre, on se reportera à Z. Bonias, J.‑Y. Marc, « Το αρχαίο θέατρο της Θάσου. Ολοκλήρωση της ανασκαφής, έναρξη της αναστήλωσης », AEMTh 10 (1996), p. 795‑812 ; Z. Bonias, « Το αρχαίο θέατρο της Θάσου », dans ΑρχαίαθέατρατηςΜακεδονίας (2012), p. 225‑244. L’édifice fait actuellement l’objet d’un nouveau programme de restauration, qui est présenté dans une brochure hors commerce publiée sous la direction de M. Nicolaïdou-Patera, ΑποκατάστασηκαιΑνάδειξη: ΑρχαίοΘέατροΘάσου / Restoration and Enhancement Project: Ancient Theatre of Thassos (2015).

189 Sans no inv. (bloc no 416 sur le plan du théâtre levé par T. Koželj [EFA]). Sur les travaux de restauration et les déplacements de gradins, voir D. Lazaridis, AD 16 (1960), Chron., p. 220 ; id., AD 17 (1961-1962), Chron., p. 244. Sur cette section du rempart, voir Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas XXII (2011), p. 77‑79.

190 D. Dana (n. 182), s.v. « Bithus » et « Zipyro ».

191 I.Smyrna 398 (ca ier s. apr. J.‑C.), avec le commentaire de l’éditeur, G. Petzl, qui renvoie à Hésychius, s.v. ναβλᾶς.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Petite Liste des archontes (PLArch.) et Grande Liste des théores (GLTh.) au 1/40.
Légende Emplacement des blocs ; la zone de recouvrement entre Petite Liste et Grande Liste des théores (cf. infra) est indiquée en bleu ; les blocs copiés par E. Miller et perdus portent leur numéro dans les IG XII 8.
Crédits Relevé EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 2 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 1-6, détail.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Fig. 3 — Musée de Thasos, inv. 776 : Recherches I, 33, l. 2.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 4 — Estampage, Archives EFA, détail : Recherches I, 33, l. 2-6.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Fig. 5 — Musée de Thasos, inv. 360 : Recherches I, 32, l. 3-7, partie droite, détail.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 6 — Musée de Thasos, inv. 764 : Recherches I, 28 A.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 7 — Emplacement relatif du fragment inv. 1177 et du bloc inv. 764 : Recherches I, 66 bis + Recherches I, 28 A.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 8 — Musée de Thasos, inv. 839 : Recherches I, 48.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 9 — Grande Liste des archontes : raccord entre les fragments inv. 735 A (Recherches I, 60), inv. 749 et inv. 724.
Crédits Relevé EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Fig. 10 — Stemma 1.
Légende Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 11 — Musée du Louvre, Ma 870, détail : IG XII 8, 273, l. 4-6.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Fig. 12 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17-19, partie droite.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Fig. 13 — Estampage, détail : IG XII 8, 280 B, l. 17, partie droite.
Légende Estampage : (Archives EFA), détail.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 14 — Musée du Louvre, Ma 876, détail : IG XII 8, 280 B, l. 29.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 15 — Stemma 2.
Légende Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 16 — Inscription rupestre de Phonea Plakka : SEG XLVIII 1167.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 17 — Musée de Thasos, inv. 606 : Recherches I, 72.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Fig. 18 — Schéma d’un bloc perdu (assise VI, colonnes 4 à 6), à son emplacement dans l’architecture du mur portant la Grande Liste des théores : [IG XII 8, 285] + [IG XII 8, 283] + Musée de Thasos, inv. 606.
Légende Les lettres restituées en bleu sont connues par la Petite Liste.
Crédits Relevé et dessin EFA, M. Wurch-Koželj.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 19 — Stemma 3.
Légende Les individus attestés comme archonte ou comme théore sont en gras.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 20 — Musée de Thasos, inv. 982, détail : Recherches I, 27 A, l. 51-56.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Titre Fig. 21 — Musée du Louvre, Ma 902.2, détail : IG XII 8, 277 F, l. 115-117.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 22 — Musée du Louvre, Ma 902.4, détail : IG XII 8, 277 H, l. 162, partie droite.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 23 — Musée du Louvre, Ma 880, détail : IG XII 8, 292 B, l. 12.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 24 — Copie du bloc IG XII 8, 334 par E. Miller : Bibliothèque nationale de France, Suppl. grec 1343, fol. 74, verso, détail.
Crédits Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 25 — Estampage de Ch. Avezou (Archives EFA), détail : Recherches I, 123 ter.
Crédits Cliché de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 26 — Musée de Thasos, inv. 1007 + 536 : face antérieure et lit supérieur.
Crédits Clichés de Patrice Hamon.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 27 — Musée de Thasos, inv. 1223 : Recherches II, 276.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 28 — Liste de noms : vue d’ensemble.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 29 — Liste de noms : détail.
Crédits Cliché EFA, Ph. Collet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/726/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, VII »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 139-193.

Référence électronique

Patrice Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, VII »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/726 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.726

Haut de page

Auteur

Patrice Hamon

Sorbonne Université, UMR 8167 Orient et Méditerranée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search