Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Nouvelles recherches sur l’agora ...

Nouvelles recherches sur l’agora de Thasos

De la topographie à l’histoire
Νέες έρευνες στην αγορά της Θάσου: από την τοπογραφία στην ιστορία
New research on the agora of Thasos: from topography to history
Natacha Trippé
p. 195-224

Résumés

L’article expose les premiers résultats du programme scientifique « SIG du centre monumental de Thasos. Topographie et architecture » qui, depuis 2015, vise à reprendre les études sur l’agora de Thasos par le biais d’une approche conjointe des inscriptions, de la sculpture et de l’architecture. L’un des objectifs était dans un premier temps la réalisation d’un plan géoréférencé de l’agora et de ses abords, qui puisse également servir d’appui à la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). L’article expose le cadre méthodologique de leur mise en place ainsi que les diverses applications que vise le WebSIG de Thasos. Cette première étape étant désormais achevée, ces outils de recherche ont permis la reconfiguration d’un nouveau programme de recherche intitulé « Archépolis : Archéologie et histoire de l’espace public à Thasos ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Ma reconnaissance va à l’Éphorie de Kavala-Thasos et à l’École française d’Athènes qui soutiennent ce programme. Je tiens à adresser un remerciement tout particulier à L. Fadin, topographe de l’EFA, et à C. Guillaume, architecte, qui ont été à mes côtés pour mener à bien cette entreprise, malgré des conditions de travail sur le terrain souvent difficiles, ainsi qu’à Olgert et Pellumb Torra qui procèdent chaque année aux opérations titanesques de débroussaillage. Je remercie également chaleureusement les étudiants archéologues et topographes qui ont participé aux missions de relevés, ainsi que les stagiaires géomaticiens qui ont travaillé à la construction du WebSIG, sans oublier L. Mulot, ingénieur informaticien de l’EFA et E. Chairi, responsable de la planothèque où j’ai passé de nombreuses heures. Et bien sûr, mes collègues mais surtout amis, membres de l’équipe.
Le programme « SIG du centre monumental de Thasos. Topographie et architecture » est placé sous la responsabilité de N. Trippé (Université Bordeaux-Montaigne). En sont membres : G. Biard (Université Aix‑Marseille), L. Fadin (ingénieur topographe, EFA), J. Fournier (Université Strasbourg), C. Guillaume (architecte DE), P. Hamon (Sorbonne Université), M. Imbs (architecte du patrimoine), L. Mulot (ingénieur informatique, EFA), avec le concours actif de J.‑S. Gros (Anhima).
P. Kiousis (stagiaire, École de topographie de Toulouse), L. Kocher (stagiaire SIG, École Supérieure des Géomètres et Topographes) puis Q. De Grandmaison (développeur, Volontaire International, Université Rennes I) ont travaillé à la construction du WebSIG en 2017 et 2018.
Ont participé aux missions topographiques ou au travail de remplissage et d’harmonisation des bases de données : J. Gravier (étudiant, Université Bordeaux-Montaigne), M. Pottier (étudiant, Université de Lorraine), M. Sylvain (étudiante, Université de Pau), L. Tellia (stagiaire, École Supérieure des Géomètres et Topographes), A. Zanni (étudiant, Université Bordeaux-Montaigne).
Le WebSIG de Thasos est accessible depuis l’adresse https://sig-thasos.efa.gr/

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je tiens ici à exprimer ma gratitude à J. France et P. Brun pour ce soutien. La mission a également (...)
  • 2 Il s’agit de la mission préparatoire pour l’élaboration du Corpus des Inscriptions de Thasos (CITh) (...)
  • 3 Les efforts d’entretien régulier de l’agora ont débuté en 2010, suivis d’actions en vue de l’assèch (...)
  • 4 De premiers résultats ont fait l’objet de communications à l’université Laval à Québec (2019) et da (...)

1Le programme « SIG du centre monumental de Thasos. Topographie et architecture », initié en 2015 et financé par l’École française d’Athènes, s’inscrit dans le contrat quinquennal 2017-2021 de l’EFA et figure dans l’axe « Asie Mineure et Méditerranée orientale » du laboratoire Ausonius dont il reçoit par ailleurs un appui financier1. Ce programme émane de la volonté de ses membres de coordonner leurs efforts et de lier les travaux épigraphiques déjà bien engagés – et dont l’un des aspects est l’étude des blocs inscrits appartenant aux édifices de l’agora2 –, les réflexions topographiques et les questions de mise en valeur du site3. Le but est de publier les monuments de l’agora thasienne qui, bien qu’elle ait été dégagée entre 1948 et 1955, n’est encore que partiellement documentée. L’un des pivots de cette entreprise est la mise en place d’un Système d’Information Géographique (SIG), prenant appui sur l’élaboration d’un nouveau plan de l’agora et de ses abords. L’état des lieux du dossier, les enjeux de la reprise des études sur l’agora, ainsi que l’approche méthodologique et les résultats de la première phase du programme, aujourd’hui achevée, font l’objet du présent article4.

Fig. 1 — Photographie de l’agora prise par drone.

Fig. 1 — Photographie de l’agora prise par drone.

Cl. L. Fadin, N. Trippé, EFA.

La fouille de l’agora thasienne et L’état des études

  • 5 E. Miller, Le mont Athos, Vatopedi, l’île de Thasos (1889), p. 199‑217 et 390‑394.
  • 6 Sur l’histoire de l’activité française à l’échelle de la ville, voir le bilan dressé par D. Mulliez (...)
  • 7 Ch. Picard, « Fouilles de Thasos 1914 et 1920 », BCH 45 (1921), p. 86‑173 (les pages 92 à 107 porte (...)
  • 8 Voir le plan publié par Ch. Picard, « Fouilles de Thasos 1914 et 1920 », BCH 45 (1921), fig. 2, p.  (...)
  • 9 Les portiques nord‑est (GTh 15) et sud‑est (GTh 17a) étaient apparus en partie lors des campagnes d (...)
  • 10 La fouille fut conduite par A. Laumonier, Y. Béquignon, A. Bon et P. Devambez de 1923 à 1930, puis (...)

2L’intérêt pour la place publique de Thasos naît en 1864 lorsque E. Miller, philologue en visite au mont Athos pour y lire des manuscrits, se rend à Thasos et met au jour des blocs ainsi que les reliefs du Passage des théores, qu’il appelle alors « la grande chambre de Thasos »5. À l’instigation de l’archéologue Ch. Picard, convaincu du potentiel archéologique du secteur, des fouilles méthodiques débutèrent en 1911, avec l’autorisation de l’administration ottomane, puis à partir de la libération de la Grèce du Nord en 1912, avec l’autorisation des autorités helléniques6. Les archéologues commencent leur investigation dans la zone où E. Miller avait découvert les blocs des théores, et mettent à nouveau au jour le passage en 1912 et 1913. Ch. Picard interprète alors les structures comme un édifice, qu’il identifie au prytanée de la cité7. À l’issue de cette fouille, les archéologues comprirent par ailleurs qu’ils se trouvaient dans le secteur de l’agora, les limites du quadrilatère étant établies par les portiques sud‑est et sud‑ouest8. Après la Première guerre, la fouille de l’agora se poursuivit dans les années 1920 en direction de l’angle nord, révélant progressivement les monuments de la bordure nord‑est, jusqu’à l’Édifice à paraskenia (GTh 12), ainsi que les portiques bordant la place9, et le quartier dit romain10. Après une interruption au début des années 1930, notamment pour des questions d’achat de terrains, les fouilles reprirent en 1939. Leur objectif était de déterminer les limites ouest et sud du prétendu prytanée et de poursuivre l’exploration de l’aulè. Cette campagne, menée par R. Martin et E. Will, permit de préciser encore la topographie de la frange nord‑est de la place, dégageant entièrement l’édifice « en tuf » (GTh 11) et l’Édifice à paraskenia. Les circonstances historiques interrompirent les opérations archéologiques, qui reprirent en 1943 à un rythme toutefois ralenti permettant tout au plus l’ouverture de quelques sondages (à l’intérieur du portique nord‑ouest et devant le portique sud‑ouest, faisant apparaître les exèdres).

  • 11 Deux tranchées furent néanmoins réalisées dans l’aulè en 1946, révélant notamment une partie de l’e (...)
  • 12 J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos I. De la fondation de la cité à 196 (...)
  • 13 Notamment l’Artémision dont Fr. Salviat et N. Weill mènent l’exploration à partir de 1957 (Chroniqu (...)

3Il fallut en réalité attendre 194811 pour que l’exploration de la place publique soit reprise à renfort de grands moyens, dégageant, jusqu’en 1955, l’ensemble de l’aulè et les édifices la bordant. Elle mit au jour un matériel épigraphique riche et abondant (décrets, listes, lois, règlements religieux et économiques, dédicaces de magistrats) qui fut rapidement publié par J. Pouilloux et Chr. Dunant en 1954 et 195812. En dépit de l’importance indubitable de la zone, l’exploration archéologique se porta à partir de 1955 vers d’autres secteurs13, les archéologues devant également faire face au développement rapide de la ville moderne.

  • 14 La fouille de l’agora fut dirigée par R. Martin (1939), Fr. Chamoux (1948), R. Martin et J. Pouillo (...)

4La rapidité avec laquelle la fouille de l’agora dut être menée, conjuguée au roulement des équipes voyant se succéder un responsable différent chaque année14 et au manque de relevé précis de la stratigraphie, donnèrent parfois à l’exploration archéologique des allures de travaux de terrassement. La nappe phréatique empêcha par ailleurs de mener une exploration profonde de sorte que les niveaux les plus anciens furent atteints en très peu de secteurs. Les objectifs des archéologues étaient surtout de comprendre la topographie de la place, d’en identifier les monuments et de recueillir inscriptions et fragments sculptés. Aussi, alors même que le matériel épigraphique fut publié de façon exhaustive, n’en fut‑il pas de même des monuments mis au jour, qui, dans leur majorité, ne firent pas l’objet d’études architecturales abouties.

  • 15 Voir par exemple J.‑Y. Marc, « L’agora de Thasos », dans L’Espace grec. Cent cinquante ans de fouil (...)
  • 16 R. Martin, L’Agora, I, ÉtThas. VI (1959). T. Koželj, architecte de l’EFA, a repris l’étude du porti (...)
  • 17 Voir supra n. 10 J.‑Y. Marc, « La ville de Thasos de la basse époque hellénistique à l’époque impér (...)
  • 18 La fouille, menée de 1996 à 2009, est encore inédite. Voir provisoirement J.‑Y. Marc, « Un macellum(...)
  • 19 B. Holtzmann, O. Picard, Chronique BCH 95/2 (1971), p. 777‑781 ; BCH 96/2 (1972), p. 914‑919 ; BCH  (...)
  • 20 Voir la Chronique du BCH des fouilles menées à partir de 1979.

5À ce jour, les données les plus complètes sur ces édifices figurent dans la Chronique du BCH, dans quelques articles de synthèse15 et dans l’étude du Portique nord‑ouest et de l’Édifice à paraskenia menée par R. Martin, qui inaugurait une série de publications portant sur les monuments de la place, mais qui est restée sans suite16. Certains édifices ont fait l’objet d’observations menées dans sa thèse par J.‑Y. Marc, qui a plus précisément étudié les portiques sud‑ouest et sud‑est et la relation de la place avec ses abords au sud, fouillés en partie dans les années 192017. Cela donna lieu à une fouille plus étendue, qui mit au jour un macellum18. D’autres secteurs proches de l’agora ont également fait l’objet de fouilles permettant de mieux saisir la topographie environnante : les abords nord‑ouest au début des années 1970 par B. Holtzmann et O. Picard19 et le secteur de la place des Charites, au nord‑est de l’agora, par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez20. La place publique quant à elle, ainsi que les monuments qui la bordent, s’enfonça doucement sous son écrin végétal, offrant un cadre propice aux rêveries bucoliques.

6La conséquence de cet état de fait est l’extrême difficulté que l’on a à saisir la chronologie relative des bâtiments mais aussi toute indication de chronologie absolue. Face à cette situation paradoxale, s’est imposée l’idée de mettre en place un programme global, porté par une équipe pluridisciplinaire qui, par le dialogue de l’épigraphie, de l’architecture et de la sculpture, soit de nature à proposer la publication de l’ensemble des connaissances sur l’agora thasienne et à la rendre lisible au visiteur.

L’Élaboration du plan de l’agora au 1/200e

  • 21 Ce plan porte le numéro 3847 à la planothèque de l’EFA et est publié dans la Chronique du BCH 1956, (...)
  • 22 Le plan levé par C. Tousloukof présente quelques décalages mineurs par rapport au plan géoréférencé
  • 23 Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos (2000)² ; trad. grecque mise à jour 2012.

7Le temps court dans lequel fut réalisé le dégagement de l’agora ne permit que l’élaboration d’un plan d’ensemble, levé par C. Tousloukof à l’issue de la fouille en 195521. Ce plan des vestiges avait vocation à être complété, précisé et affiné par les études architecturales initiées par R. Martin22. Ce plan servit toutefois de base à la réalisation d’un plan restitué pour le Guide de Thasos paru en 1967, puis, après modifications, pour la nouvelle édition du Guide parue en 200023. Bien que de consultation commode, ce plan, au demeurant augmenté progressivement par des collages, introduisait en réalité un certain nombre d’imprécisions dans les orientations et les mesures, voire des décalages importants dans la position même des monuments par rapport au plan de 1955. Certaines propositions de restitution n’avaient par ailleurs pu s’appuyer sur des études architecturales préalables. Ce plan était par conséquent inexploitable dès lors que l’on souhaitait réaliser des relevés précis. L’élaboration d’un plan exact et géoréférencé était donc le préalable indispensable à toute reprise des activités sur l’agora.

  • 24 L. Fadin, M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, V. Picard, Atlas de Délos, Exploration archéologique de Délos(...)
  • 25 Pour des facilités de lecture, les altimétries ont été ôtées du plan présenté ici.
  • 26 À l’heure où nous rédigeons cet article, nous proposons la version du plan réalisée à l’issue des c (...)

8Dans le sillage des travaux menés pour élaborer l’Atlas de Délos24, le choix a été de dresser un plan géoréférencé au 1/200e des vestiges aujourd’hui visibles, antiques et médiévaux, ainsi que des constructions et aménagements modernes. Il renseigne les structures antiques, représentées selon l’appareil et le niveau d’élévation, les éléments constructifs, les constructions modernes (maisons, rues, limites du terrain archéologique) ainsi que les limites de fouille, les altimétries25, le nom et le numéro des monuments d’après le Guide de Thasos26 (fig. 2).

Fig. 2 — Plan de l’agora au 1/1000e – état décembre 2018.

Fig. 2 — Plan de l’agora au 1/1000e – état décembre 2018.

C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.

Conventions graphiques et appareils architecturaux

  • 27 Le récolement des plans du centre monumental a débuté dès 2012, dans le cadre de la mission sur l’e (...)
  • 28 Pour des questions de clarté et lisibilité du plan, quatre est le nombre maximal de niveaux de gris (...)
  • 29 La question de savoir s’il fallait distinguer, au sein du gris à 40%, les murs en petit appareil à (...)

9La phase préparatoire a consisté à sélectionner et numériser les plans qui allaient servir de base au lever topographique27. Ces plans ont ensuite été confrontés aux vestiges, annotés et complétés en vue de la réalisation des croquis de terrain qui, tout en constituant le support du lever topographique, appliquaient déjà les conventions de dessin en conformité avec la charte graphique adoptée. Celle‑ci s’appuie sur les normes utilisées pour l’Atlas de Délos dont la trame globale a été reprise et adaptée aux réalités archéologiques et architecturales thasiennes (fig. 3). La charte graphique pour la représentation des constructions antiques repose sur une double distinction : le critère de l’élévation et le critère de l’appareil et du matériau, rendus au moyen de quatre niveaux de gris28. Au fur et à mesure de la réalisation des croquis et du relevé des édifices, elle a pu être précisée et affinée29.

Fig. 3 — Conventions graphiques utilisées pour l’élaboration du plan des vestiges.

Fig. 3 — Conventions graphiques utilisées pour l’élaboration du plan des vestiges.

1 Sauf mention contraire, les photographies sont de N. Trippé.
2 Les murs présentant un parement externe en grand appareil de marbre et un parement interne composé de moellons sont représentés en 80% à l’extérieur et en 40% à l’intérieur, le trait de séparation entre les deux étant placé par convention au milieu du mur vu en plan (cf. GTh14).

  • 30 Le niveau de gris choisi pour un mur correspond à l’appareil de la partie conservée la plus élevée.
  • 31 Voir ci‑après.
  • 32 Voir ci‑après.

10Ces conventions graphiques, qui reposent sur un nombre limité de catégories et imposent de faire des choix dans la représentation, relèvent d’une décision de lisibilité et livrent donc l’information essentielle : ce plan au 1/200e n’est pas un plan pierre à pierre ; il ne fait pas apparaître les coups de sabre et il n’a pas pour objectif de rendre compte de la diversité des appareils des murs à Thasos30. La charte graphique a été établie dans le but de fournir un plan au 1/200e qui constitue le canevas topographique pour tout relevé à échelle plus grande que sont les plans pierre à pierre réalisés pour l’étude et la publication des édifices de l’agora31. La plateforme WebSIG qui a été mise en place simultanément intègre ensuite autant d’informations que nécessaire, qui complètent et précisent ce plan à travers différents calques : plans pierre à pierre, phasage, vestiges connus mais aujourd’hui enfouis, description et documentation de l’appareil des murs et des différentes phases de construction32.

Les missions topographiques : méthodologie

  • 33 Je remercie J.‑Y. Marc de m’avoir communiqué les points topographiques pris en 2006 et 2007 par Cl. (...)

11Les missions de terrain se sont déroulées de 2015 à 2018, à raison de quatre à cinq semaines par an, précédées d’opérations de débroussaillage. Sur ces quatre années, le relevé a pu couvrir l’ensemble de l’agora et des édifices qui la bordent, ses abords ouest (Porte maritime GTh 4, forteresse médiévale GTh 5), les abords sud33, l’odéon, le Passage des théores (GTh 46), les limites de fouille et du terrain archéologique, les rues et les bâtiments modernes alentours, et l’Artémision (GTh 53, 54, 55).

  • 34 Les bornes topographiques ayant servi de référence ont été implantées en 2004 par A. Laurens et J.  (...)
  • 35 Les vérifications du plan complété des relevés de 2018 ont eu lieu en 2019.
  • 36 Ce plan a fait l’objet d’une première publication dans J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, Thasos : d (...)

12Les relevés ont été effectués au moyen d’une station totale (deux appareils TS06 et TCR 702) et d’un GPS différentiel34. Les points topographiques et les points de niveau, après avoir été calculés via le logiciel de topographie Covadis, ont été reversés sous format dwg sous Autocad Map 3D. Le lever topographique a été rattaché au système de coordonnées grec (EGSA 87-EPSG 2100). Le dessin était ensuite réalisé par C. Guillaume : l’opération a consisté à superposer les points du relevé topographique aux plans pierre à pierre existants, en prenant également appui sur les observations consignées sur les croquis de terrain et le reportage photographique de détail. Les orthophotographies réalisées en 2017 et 2018 ont quant à elles permis une précision supplémentaire dans le tracé. Puis l’année suivante, de nouveaux secteurs étaient relevés tandis que le plan élaboré à partir des points de l’année précédente étaient confronté aux vestiges afin d’assurer l’exactitude du dessin35. À partir de ce plan géoréférencé a été par ailleurs réalisé un nouveau plan restitué où l’on a pris le parti de rester au plus proche de ce qui fut vu en fouille, en attendant de le préciser avec l’apport des études architecturales (fig. 4)36.

Fig. 4 — Plan restitué de l’agora de Thasos, 2e moitié du iis. apr. J.-C.

Fig. 4 — Plan restitué de l’agora de Thasos, 2e moitié du iie s. apr. J.-C.

EFA, C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.

  • 37 Je tiens à adresser mes remerciements au maire de Thasos, K. Hatziemmanouil qui a, deux années de s (...)
  • 38 Certains monuments, comme les magasins de la bordure sud‑est (GTh 18), ont subi d’importantes détér (...)

13Le lever topographique de l’agora a nécessité des opérations de débroussaillage de grande envergure à raison de deux coupes annuelles sur l’ensemble du secteur, complétées par le nettoyage fin des monuments, occasionnant par conséquent des coûts importants37. Ces opérations ont été extrêmement difficiles en raison de l’état de déshérence dans lequel furent laissés certains secteurs (GTh 13, 14, 17, 18), qui disparaissaient sous les ronciers et les hautes herbes depuis 25 ans38. Ces campagnes de débroussaillage intensif ont par ailleurs permis de réaliser une large couverture photographique au moyen de drones, l’orthophotographie de l’agora et d’une partie des édifices (fig. 5‑6). Ce matériel a d’ores et déjà nourri la réflexion quant aux modalités d’une possible intégration, dans le futur, d’images 3D dans le Système d’Information Géographique.

Fig. 5 — Photographie par drone de l’agora.

Fig. 5 — Photographie par drone de l’agora.

Cl. L. Fadin, N. Trippé. EFA.

Fig. 6 — Photographie par drone de l’angle nord-ouest de l’agora.

Fig. 6 — Photographie par drone de l’angle nord-ouest de l’agora.

Cl. L. Fadin, N. Trippé. EFA.

Le WebSIG de la ville de Thasos

  • 39 Pour les diverses applications des SIG en archéologie, voir notamment O. Barge, X. Rodier, G. Davti (...)

14Dès l’origine du programme, il était établi que le travail topographique était destiné à être mis en valeur au sein d’une interface numérique telle qu’un Système d’Information Géographique, qui permet de multiples applications relevant à la fois du stockage, de l’étude, de la veille archéologique et de la valorisation scientifique. Voici quelques exemples qui ont été développés dans le cadre du WebSIG thasien39 :

  • Cartographiant des données archéologiques qui possèdent une composante géographique, cet outil facilite l’approche pluridisciplinaire sur laquelle se fonde la reprise des études sur l’agora : par le croisement des données anciennes et récentes qu’il permet, le SIG du centre monumental de Thasos contribue ainsi à la production de données primaires susceptibles de conduire à de nouvelles interprétations : à titre d’exemple, la localisation géographique du lieu de trouvaille des inscriptions, mais aussi du monument auxquelles elles peuvent être rattachées, est de nature à conduire à de nouvelles hypothèses sur la fonction et la chronologie des édifices. Étant donné le puzzle qu’elle constitue et le nombre de blocs qui furent remployés, l’agora thasienne doit autant que possible s’appréhender comme un tout : l’étude d’un édifice ou d’une catégorie d’inscriptions ne peut faire l’économie de l’observation des blocs en remploi ou épars dans l’aulè. Le SIG, en proposant une visualisation topographique de ces blocs, non seulement de leur position actuelle mais aussi de leur provenance, et en permettant de constituer des séries, facilite donc l’inventaire et aide à la réflexion sur leur attribution.
  • Dans l’attente de la publication définitive, le SIG est aussi un moyen d’exposer certaines données brutes choisies et validées par l’archéologue (plans des sondages, photographies, fiches descriptives, fiches de mobilier, etc).
  • Il a paru souhaitable de le construire aussi, dans la mesure du possible, comme une plate‑forme à visée documentaire. Un SIG constitue en effet un outil particulièrement performant dont la nature même est propice à pallier le manque de publications : un des objectifs du WebSIG de Thasos est ainsi d’offrir un moyen de valoriser et d’exploiter les nombreuses données de fouille de l’agora et de ses abords, dont certaines demeurent non publiées, tout en constituant une solution d’archivage pérenne de ces données.
  • Enfin, le SIG est voué à jouer un rôle majeur dans la veille archéologique du site : il offre la possibilité de documenter de façon précise et régulière la situation des édifices, à travers la mise en ligne de relevés, de photographies montrant l’évolution des structures, d’informations concernant l’état sanitaire des vestiges, ou du marquage des murs à restaurer40.

15Ces applications dont la liste n’est pas exhaustive, ont vocation à s’enrichir au fur et à mesure de la mise à jour et de l’amélioration des bases de données archéologiques. Le questionnement et l’alimentation du WebSIG évoluent également en accord avec les problématiques scientifiques.

  • 41 L’interface WebSIG de l’EFA a initialement été conçue pour le site de Délos par Q. Briquet, stagiai (...)
  • 42 Les données vectorielles réalisées sous AutocadMap 3D sont, après quelques adaptations, transférées (...)

16La construction et le développement du WebSIG de Thasos41 ont été menés par P. Kiousis, L. Kocher, Q. De Grandmaison et L. Mulot en 2017 et 2018. Le nouveau plan de l’agora constitue le fond topographique pour l’intégration des bases de données archéologiques dans un système de coordonnées géographiques42. S’y ajoutent l’orthophotographie du cadastre et l’orthophotographie de l’agora réalisée par drone. Le plan des vestiges est modifiable, si besoin, au gré de nouvelles réflexions et découvertes, dans l’interface. Les numéros du Guide de Thasos ont été repris et définis par des polygones, couvrant schématiquement les monuments, et des sous‑numéros ont été attribués lorsqu’il était nécessaire d’apporter des précisions de localisation (par exemple numéros de pièces : GTh 14.1 ou numéros d’exèdres : GTh 24.1).

17Les bases de données archéologiques ont été homogénéisées afin de faciliter leur versement dans la plateforme. Les éléments d’ordre archéologique géolocalisés dans le WebSIG de Thasos constituent aujourd’hui les couches thématiques suivantes :

  • Les inscriptions : figurent le titre du document, la date, des photographies, la référence bibliographique renvoyant au Corpus des Inscriptions de Thasos. À terme, seront également disponibles le texte et sa traduction proposés par les éditeurs du Corpus.
  • Les blocs architecturaux de l’agora43.
  • L’ensemble des données portant sur les édifices en cours d’étude.
  • 44 Respectivement par l’équipe d’O. Picard et par J.‑S. Gros.

18Les bases de données des monnaies et du matériel céramique et non céramique de l’agora sont actuellement en cours de préparation44.

  • 45 Une nomenclature a été adoptée pour les numéros du Guide de Thasos : par exemple, la « place en con (...)

19La visée documentaire du WebSIG thasien s’illustre quant à elle au travers des anciennes photographies réalisées au moment de la grande fouille ainsi que des photographies récentes, les plans anciens qui ont été redressés, les notices du Guide de Thasos en français et en grec pour chaque monument. Il est par ailleurs tout à fait envisageable de le concevoir également à l’avenir comme un appui à la gestion des archives : le SIG peut aider à établir une nomenclature de référence pour les zones, secteurs et monuments et proposer une arborescence pertinente45.

20D’autre part, le SIG permet, dans une même interface, de travailler à plusieurs échelles : à l’échelle de la fouille, des secteurs de la ville, du site en son ensemble, ou de l’île. En raison du caractère disparate de la documentation selon les secteurs, de la publication ou non des fouilles, du degré de précision de ces dernières, les composantes géographiques des éléments susceptibles d’être cartographiés sont plus ou moins précises. Aussi les géolocalisations pourront‑elles être à l’échelle parfois du point topographique, de l’unité stratigraphique, du sondage, ou seulement d’un secteur ou d’une zone plus vaste. Il est inutile de prétendre à un degré de précision trop grand si cela n’a pas de pertinence scientifique ou d’intérêt documentaire. En revanche, une échelle plus fine peut être adoptée pour les fouilles en cours ou à venir, permettant d’atteindre le niveau de l’unité stratigraphique si nécessaire.

  • 46 Ce travail a été réalisé par J.‑S. Gros à l’occasion de son étude portant sur la céramique romaine (...)

21Outil de gestion de l’information archéologique et documentaire, le WebSIG vise un public composé des archéologues grecs et français travaillant à Thasos auxquels s’offre ainsi la possibilité de rendre accessibles leurs informations à des degrés divers, mais aussi des chercheurs non spécialistes, ainsi qu’un public plus large. Cet outil, qui doit relever le défi de la participation collective, peut jouer un rôle majeur dans la publication et la valorisation des travaux thasiens. Dans cette optique, le cadre topographique du WebSIG de Thasos va bien au‑delà de l’agora : il cartographie également les secteurs fouillés par l’École française et, dans une certaine mesure, par le service archéologique grec46, et est destiné, à terme, à fournir la bibliographie et une notice résumant les acquis de la fouille, ce pour autant de secteurs fouillés à Liménas que possible.

Un exemple de l’application du SIG à l’archéologie du bâti : les locaux administratifs (GTH 14)

22Le relevé topographique, l’élaboration de la charte graphique et la construction du Système d’Information Géographique posent indubitablement un certain nombre de questions, notamment celle des aménagements successifs qu’ont subis les édifices, qui sont parfois complexes, comme c’est le cas des « locaux administratifs » (GTh 14). Malgré le rôle essentiel qu’il a joué tout au long de l’histoire de la cité antique, la chronologie des différentes phases de ce bâtiment demeure en effet très mal connue.

23Sur le plan produit au 1/200e, les murs des différentes pièces qui composent cet édifice sont représentés en 40% pour les murs en petit appareil ou en opus incertum, en 80% pour les murs en grand appareil de marbre, ou dans les deux gris lorsque le parement externe est en grand appareil de marbre et le parement interne en petit appareil ou en opus incertum (fig. 7). En attendant la réalisation du relevé systématique des structures, le WebSIG offre d’ores et déjà la possibilité de constituer et de traiter une documentation précise qui permet d’initier l’étude du bâti et de formuler de premières réflexions sur la chronologie relative des structures.

Fig. 7 — Plan des locaux administratifs (GTh14).

Fig. 7 — Plan des locaux administratifs (GTh14).

EFA, C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.

  • 47 P. Léque, Chronique BCH 75 (1951), p. 147‑154. L’édifice est également évoqué par G. Roux : Chron (...)
  • 48 Une poursuite de la fouille semble cependant avoir été prévue (cf. P. Léque, op. cit., p. 152 : « (...)
  • 49 Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, Chronique BCH 118/2 (1994), p. 455‑460 ; BCH 119/2 (1995), p. 68 (...)
  • 50 Grandjean 1988, p. 293‑298. Le plan publié pl. 99 est un plan restitué à partir du plan de C. Tousl (...)

24Situé à l’extrémité orientale de la frange nord‑est de l’agora, l’édifice fit l’objet de fouilles partielles dès le début du xxe siècle dans le cadre de l’exploration du Passage des théores, avant d’être entièrement dégagé en 1950 lors de la fouille de l’agora47. L’exploration ne fut toutefois pas poursuivie les années suivantes, ni les relevés de l’élévation des murs réalisés, laissant nombre d’éléments sans réponse48. Des sondages furent effectués quelques années plus tard par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez, lors de la fouille du terrain Valma49. Y. Grandjean a par ailleurs fait un certain nombre d’observations et proposé de voir dans ce complexe les pièces réservées aux magistrats, ainsi que le prytanée50.

  • 51 La mesure est celle de la façade donnant sur la rue.
  • 52 Cela n’est pas assuré pour la pièce 1, dont le mur de fond présente un seuil de gneiss. Le mur de f (...)
  • 53 Les sondages XV et XVI menés par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez dans les locaux administratifs (...)
  • 54 Le plan, qui présente les vestiges aujourd’hui visibles, ne fait pas apparaître le refend entre les (...)
  • 55 On a pour l’instant nommé cet espace P 13‑15, qu’il s’agisse d’une grande pièce ou de trois. Il est (...)

25L’édifice a été entièrement nettoyé en 2017 pour le relevé topographique, ce qui a permis une description précise des appareils des murs et une couverture photographique complète, dans l’attente de la réalisation des relevés architecturaux. Il présente une forme allongée, d’une longueur de 49,60 m51, large de 11,60 sur le petit côté nord‑ouest et de 13,80 pour la largeur maximale, mesurée à hauteur de la Pièce 6. Il est divisé dans le sens de la longueur par un mur, de part et d’autre duquel s’organisent deux rangées de pièces, qui ne communiquent pas entre elles52. Ce mur longitudinal ne présente pas une largeur identique sur l’ensemble de son tracé : il fut prolongé vers le nord, à partir de la pièce 6, par un mur moins large et dans un alignement variant de quelques degrés53. Le nombre des pièces situées à l’arrière, donnant sur la rue au nord‑est menant de la place des Charites au port, qui présentait une forte pente, n’est pas déterminé avec précision en raison de la disparition de certains murs de refend. Cinq pièces sont assurées : les trois premières pièces au nord‑est (pièces 10, 11, 1254), suivies d’une grande salle, pour laquelle les archéologues n’ont pas mis au jour de murs de refend mais qu’Y. Grandjean divise en trois en raison de la présence de seuils. Le nettoyage seul n’a pas permis de déterminer ce point55. Enfin suit une dernière pièce, dont le mur sud‑est est en réalité le mur AB du Passage des théores. Le long côté sud‑ouest est composé de neuf pièces : six pièces ouvrant sur le portique nord‑est (P1‑6) et trois pièces ouvrant quant à elles, au sud‑est, sur ce qui était, jusqu’au Ier s. apr. J.‑C. un espace dégagé, au débouché du Passage des théores.

  • 56 Ni le carnet de fouille, ni le rapport dans la Chronique ne rapportent de mesures pour le bâtiment. (...)

26Le travail de documentation a porté sur l’ensemble des murs de l’édifice et a permis des observations précises de l’appareil des murs, dont nous donnons ci‑dessous quelques exemples pour les murs délimitant l’édifice (fig. 8). Le relevé topographique a quant à lui permis d’établir des mesures fiables56 et de confirmer les différences d’alignement entre diverses sections de murs.

Fig. 8 — Exemple de quelques appareils architecturaux des locaux administratifs (GTh 14).

Fig. 8 — Exemple de quelques appareils architecturaux des locaux administratifs (GTh 14).

1 Les numéros de murs sont donnés ici par commodité. Ils ne reprennent pas la numérotation qui fut donnée à certains d’entre eux par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez à l’occasion des sondages réalisés dans le secteur. Il conviendra à l’avenir d’envisager une harmonisation de ces dénominations.
2 On note aussi, à l’emplacement des tableaux de portes, la présence de blocs de marbre en remploi, présentant des crampons en pi dans des mortaises en petites queues d’aronde, qui lient les deux parements du mur.
3 Les murs de refend des pièces 1 à 6 présentent un petit appareil composé de moellons de marbre et de gneiss, et de blocs de marbre, avec la présence de quelques blocs de tuf (il s’agit des murs 10, 12, 13, 14, 15).
4 Au Nord, l’angle externe présente un dispositif de liaisonnement en besace. Le dispositif de rencontre entre le mur de façade M1 et le mur de la rue M2 est difficile à saisir en raison du manque d’élévation. Il n’est toutefois pas impossible qu’il y ait là une rupture, comme en témoigne ce qui semble être un coup de sabre.
5 Technique fort courante à Thasos (voir Grandjean 1988, p. 364).

  • 57 Il faut par ailleurs sur ce point noter que les murs des pièces 16 et 9, « mitoyennes » du Passage, (...)
  • 58 Il est difficile de se prononcer pour les autres pièces en raison de l’état des vestiges. Toutefois (...)

27Au vu des différences d’orientation, des nombreux coups de sabre et de la diversité des appareils, il ne fait aucun doute que cet ensemble a été construit par des ajouts successifs à une première structure dont un élément assuré semble être la grande pièce délimitée par le mur AB du Passage des théores57. Les six pièces ouvrant sur le portique ainsi qu’une partie des pièces à l’arrière (Pièces 10, 11, 12)58 relèvent de la même phase de construction. Elles composent un ensemble qui succéda lui‑même à un édifice plus ancien dont on distingue en façade de la pièce 1 une assise arasée servant de base à l’euthyntheria et présentant une orientation légèrement divergente. On repère aisément la rupture avec le reste de l’édifice à l’est : le bel appareil du mur de façade M1 qui fait un retour à la pièce 6 s’interrompt brusquement par un coup de sabre pour venir contre le mur nord‑ouest de la pièce 7 (M16). Celle‑ci d’ailleurs semble elle‑même avoir été aménagée après les pièces 8 et 9. Enfin notons également qu’en avant de la pièce 1, dans le portique, ont été à nouveau dégagés, lors du nettoyage, des murs plus anciens, vus par les archéologues mais non fouillés, faits de blocs de marbre soignés de petit module.

28Les nombreux réaménagements qui ont affecté l’édifice jusqu’à une date avancée ont assurément pour certains fait disparaître une partie des cloisons internes – ce qui est d’autant plus explicable qu’une partie de celles‑ci étaient vraisemblablement élevées en brique crue sur un socle de moellons –, pour d’autres, occasionné des reprises de murs avec des orientations différentes, autant d’interventions qui rendent particulièrement complexe la compréhension de l’aménagement intérieur.

29Ce n’est évidemment pas le propos ici de mener une analyse architecturale de l’édifice, mais de mettre en avant le fait que la réalisation d’un plan, d’orthophotographies et le rassemblement de l’ensemble des informations disponibles pour la construction d’un SIG (données de fouilles, photographies, examen des appareils) permettent d’ores et déjà de faire le point sur les connaissances et de poser les bases de l’étude des phases de construction et d’aménagements successifs d’un bâtiment.

Pour une étude de l’espace public à Thasos : le programme Archépolis

  • 59 Sont actuellement en cours d’étude le sanctuaire de Zeus Agoraios et l’enceinte circulaire, l’autel (...)

30La première phase du travail topographique portant sur l’agora et ses abords étant à présent achevée, l’architecture du WebSIG mise en place et le processus de versement des données archéologiques engagé, l’accent est désormais porté sur l’étude des édifices eux‑mêmes afin de replacer l’agora au cœur de l’histoire et de l’archéologie thasiennes. Ce programme d’étude, inauguré en 2018 et destiné à s’étendre dans les années à venir, porte le nom « Archépolis : Archéologie et histoire de l’espace public à Thasos ». L’agora, cœur de la cité, y sera analysée dans quatre de ses dimensions : politique, religieuse, honorifique et mémorielle59.

  • 60 P. Hamon (n. 2) ; J. Fournier, CITh V. Documents publics de l’époque romaine, en préparation.

311°) L’agora, et tout particulièrement sa frange nord‑est, concentre ce qu’on pourrait appeler les « lieux du politique » à Thasos, autrement dit les espaces et les édifices où se déroulaient, au moins à partir de l’époque classique et jusqu’à l’époque impériale avancée, les principaux actes de la vie institutionnelle : serments, opérations de contrôle et d’enregistrement, cérémonies d’entrée et de sortie de charge, banquets publics, délibérations, exécution, archivage, etc. Il convient de reconstituer cette zone complexe en étudiant de façon conjointe les bâtiments hébergeant lesdites activités (prytanée, bouleuterion, locaux des magistrats, espaces ouverts) et les traces épigraphiques que nous en avons (par les décrets, les lois, les règlements, les dédicaces de collèges de magistrats, les pièces de la correspondance officielle, etc.). L’élaboration actuelle d’un Corpus des inscriptions de Thasos, où seront d’abord publiés les documents à caractère public60, est ainsi indissociablement liée à la réflexion sur l’identification de ces lieux et sur l’histoire et la chronologie de leurs aménagements et réaménagements successifs.

  • 61 N. Trippé, « Θεοί καί Επικλήσεις στην Αποικιακή ∆ιαδικασία· θρησκευτικές µεταφορές µεταξύ Πάρου καί (...)

322°) L’agora regroupe certains des téménè et points de culte les plus importants de la cité, autour desquels se forge l’identité des Thasiens en tant que corps civique : culte de Théogénès, de Zeus Agoraios, vraisemblablement de Glaukos, mais aussi plusieurs autres connus seulement par les inscriptions ou des vestiges demeurés anonymes. Les inscriptions thasiennes touchant aux res sacrae témoignent du souci constant des autorités de réglementer la vie de la polis, tant sur le plan civique que religieux – codification des rituels, réglementation des comportements aux abords et dans les sanctuaires –, mais aussi de lier la gestion de l’espace public et de l’espace religieux61 : l’agora illustre au premier chef cette articulation du fait religieux et de l’activité politique. Il convient par conséquent d’analyser aussi les rapports qu’entretiennent les sanctuaires de l’agora avec les édifices civiques et honorifiques voisins et de réfléchir aux cheminements processionnels et à leur évolution au gré de la monumentalisation de la place.

  • 62 G. Biard, « Les portraits honorifiques sur l’agora de Thasos (ive siècle-ier siècle après J.‑C.) », (...)
  • 63 J. Fournier, « La société thasienne et l’Empire sous les Julio-Claudiens : deux inscriptions inédit (...)

333°) À partir du ive s., et plus nettement encore du iie s. av. J.‑C., l’agora devient aussi un espace de représentation honorifique : elle est sans conteste l’un des principaux epiphanestatoi topoi du centre urbain, où sont affichés les décrets honorifiques et érigées les statues, où se jouent par conséquent les stratégies d’ostentation et de différenciation des individus et des familles thasiennes62. Il s’agit d’écrire l’histoire de cet espace de l’honneur, des lieux précis où il s’établit, des formes qu’il adopte, des rapports entre les statues et leur environnement architectural. Les familles en vue sont aussi celles qui s’engagent, à partir de l’époque romaine, dans l’aménagement de lieux destinés à la célébration du culte impérial63.

  • 64 Pour une vue d’ensemble du dossier, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV. Les magistr (...)

344°) L’agora et ses abords immédiats, jusqu’au Passage des théores compris, sont enfin le lieu que choisirent les Thasiens, au ive s. av. J.‑C., pour offrir le spectacle de leur histoire séculaire sous la forme de listes monumentales de noms de magistrats : la Liste des archontes et la Liste des théores, gravées vers 360 et remontant aux origines mêmes de la cité, puis entretenues et augmentées par la suite de nouvelles entrées tout au long de l’époque hellénistique et de l’époque impériale. Le programme d’étude des monuments publics du côté nord‑est de l’agora fait donc une large place au travail actuel de reconstitution de ces catalogues, ainsi qu’aux réflexions qu’il suscite sur leur emplacement exact, sur leur évolution et leurs reconfigurations au fil des siècles, et enfin sur le rôle qu’ils jouaient dans le paysage visuel et mental des Thasiens64.

35Cette reprise des études de l’agora thasienne est par ailleurs un moyen de reprendre des actions de valorisation et de soumettre au Service archéologique des propositions concrètes d’aménagements ciblés, de parking à blocs, au fur et à mesure de l’avancée des études, dans le but de mettre en valeur les monuments et de rendre l’agora lisible au visiteur.

  • 65 Ce n’est en effet que par leur questionnement croisé et non par les seules réflexions topographique (...)
  • 66 R. Martin, Recherches sur l’agora grecque. Études d’histoire et d’architecture urbaine, BEFAR 174 ( (...)
  • 67 Parmi les nombreuses études d’ensemble portant sur l’agora grecque, voir par exemple : J. M. Camp, (...)

36Si chaque édifice public ou religieux de l’agora était identifié, avec sa chronologie relative et absolue déterminée et si ses rapports avec les bâtiments et monuments adjacents et avec les espaces environnants, y compris les voies de circulation, étaient précisés et étudiés, Thasos offrirait aux historiens des cités antiques l’un des exemples de place publique les plus instructifs en Grèce du Nord. L’agora thasienne offre en effet un cas d’étude remarquable à double titre : d’une part, la nature de la documentation y est inhabituellement variée, combinant données architecturales, textes épigraphiques et matériel sculpté65 ; d’autre part, il est possible de s’interroger sur le développement et les multiples reconfigurations de la place au cours du temps long, de l’époque archaïque à l’aube de l’époque protobyzantine, en particulier à certains des moments‑clés de l’histoire thasienne (comme la charnière entre vie et ve siècle, le premier tiers du ive siècle, ou encore les tout débuts du Principat). À cet égard, comme R. Martin l’avait suggéré dans ses études pionnières66 et plus récemment J.‑Y. Marc, l’agora de Thasos doit trouver la place qui lui revient dans l’histoire des agoras et, plus généralement, de l’urbanisme en Grèce. Elle doit être étudiée dans ses rapports – imitation, adaptation, ou innovation – avec d’autres exemples, de mieux en mieux connus : l’agora d’Athènes (cité avec laquelle Thasos n’a cessé d’entretenir des liens très étroits tout au long de l’époque classique) ; les agoras des cités environnantes, d’Olynthe à Maronée ; les agoras enfin des grandes villes de Macédoine et d’Asie Mineure, centres de pouvoir qui offrent, à l’époque hellénistique, puis à l’époque impériale, des modèles nouveaux d’organisation et de monumentalisation de l’espace67. À Thasos, la publication des monuments de l’agora, souvent mentionnés, mais, pour une grande part, encore non étudiés, n’est ainsi qu’une étape dans un projet plus ambitieux, qui consiste à apporter une contribution au dossier des études sur l’agora grecque. Les conditions humaines et techniques sont aujourd’hui réunies pour rassembler les pièces de ce puzzle et envisager l’agora thasienne dans une approche globale, afin d’en écrire l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

L’abréviation GTh est l’appellation désormais employée pour désigner les numéros du Guide de Thasos 2000².

Grandjean 1988 = Y. Grandjean, Recherches sur l’habitat thasien à l’époque grecque, ÉtThas. XII (1988).

Haut de page

Notes

1 Je tiens ici à exprimer ma gratitude à J. France et P. Brun pour ce soutien. La mission a également obtenu en 2017 un financement PSE de l’Université Bordeaux-Montaigne.

2 Il s’agit de la mission préparatoire pour l’élaboration du Corpus des Inscriptions de Thasos (CITh) (J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé). L’architecture du corpus a été présentée dans deux articles rédigés à l’occasion du centenaire des fouilles françaises à Thasos : J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, « Cent ans d’épigraphie à Thasos », REG 124 (2011), p. 205‑226 (voir également Eid., « Εκατό χρόνια επιγραφικών ερευνών στη Θάσο », AEMTh 24 [2010], p. 501‑506). Le volume III est le premier volume paru (P. Hamon, Corpus des Inscriptions de Thasos III. Documents publics du IVe siècle et de l’époque hellénistique, ÉtThas XXVI [2019]). Voir également les différents rapports publiés dans le BCH depuis 2009.

3 Les efforts d’entretien régulier de l’agora ont débuté en 2010, suivis d’actions en vue de l’assèchement de la zone, dans le cadre d’un programme mené conjointement par l’École française d’Athènes et l’Éphorie de Kavala de 2012 à 2015. Le but était de rassembler les éléments géologiques et hydrologiques permettant de mieux comprendre la circulation des eaux afin d’apporter des solutions pérennes aux problèmes d’inondation du site (D. Malamidou, N. Trippé, « L’agora de Thasos. La gestion de l’eau de l’Antiquité à nos jours », BCH 136‑137 [2012‑2013], p. 767‑768 et BCH 138 [2014], p. 687‑689 ; Y. Quesnel, M. Ghilardi, D. Malamidou, N. Trippé et al., « Étude géophysique et paléogéographique de l’agora de Thasos », dans M. Ghilardi [éd.], Géoarchéologie des îles de Méditerranée [2016], p. 139‑148). C’est à l’occasion des relevés topographiques réalisés alors avec L. Fadin que l’on a pu se rendre compte de la nécessité d’établir un plan exact de l’agora.

4 De premiers résultats ont fait l’objet de communications à l’université Laval à Québec (2019) et dans le cadre du premier atelier thématique de l’Associations des Membres et Anciens membres de l’EFA (AMEFA), Conservation et mise en valeur des sites archéologiques (2017).

5 E. Miller, Le mont Athos, Vatopedi, l’île de Thasos (1889), p. 199‑217 et 390‑394.

6 Sur l’histoire de l’activité française à l’échelle de la ville, voir le bilan dressé par D. Mulliez à l’occasion du centenaire des fouilles françaises à Thasos (D. Mulliez, « Histoire des fouilles de l’École française d’Athènes à Thasos », CRAI [2011], p. 1115‑1133).

7 Ch. Picard, « Fouilles de Thasos 1914 et 1920 », BCH 45 (1921), p. 86‑173 (les pages 92 à 107 portent sur la région de l’agora).

8 Voir le plan publié par Ch. Picard, « Fouilles de Thasos 1914 et 1920 », BCH 45 (1921), fig. 2, p. 92.

9 Les portiques nord‑est (GTh 15) et sud‑est (GTh 17a) étaient apparus en partie lors des campagnes de 1914 et 1920 ; les portiques nord‑ouest (GTh 10) et sud‑ouest (GTh 19) furent dégagés en 1922.

10 La fouille fut conduite par A. Laumonier, Y. Béquignon, A. Bon et P. Devambez de 1923 à 1930, puis poursuivie par Cl. Rolley en 1965.

11 Deux tranchées furent néanmoins réalisées dans l’aulè en 1946, révélant notamment une partie de l’enceinte circulaire (GTh 35).

12 J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos I. De la fondation de la cité à 196 av. J.‑C., ÉtThas. III (1954) ; Chr. Dunant, J. Pouilloux, Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos II. De 196 av. J.‑C. jusqu’à la fin de l’Antiquité, ÉtThas. V (1958).

13 Notamment l’Artémision dont Fr. Salviat et N. Weill mènent l’exploration à partir de 1957 (Chronique, BCH 82 [1958], p. 808‑814 ; Chronique, BCH 83 [1959], p. 775‑776).

14 La fouille de l’agora fut dirigée par R. Martin (1939), Fr. Chamoux (1948), R. Martin et J. Pouilloux (1949), P. Lévêque (1950-1952), G. Roux (1953-1954), G. Roux et Chr. Dunant (1955).

15 Voir par exemple J.‑Y. Marc, « L’agora de Thasos », dans L’Espace grec. Cent cinquante ans de fouilles de l’École française d’Athènes (1996), p. 104‑113 ; Id., « Urbanisme et espaces monumentaux à Thasos », REG 125 (2012), p. 3‑17 ; A. Muller et al., « Mutations et permanence architecturale au cœur de Thasos », CRAI (2012), p. 1855‑1889.

16 R. Martin, L’Agora, I, ÉtThas. VI (1959). T. Koželj, architecte de l’EFA, a repris l’étude du portique nord‑ouest, dans le cadre d’une thèse soutenue en 1999, restée inédite. En 1988, Y. Grandjean résume ainsi l’état de la documentation : « Car l’agora thasienne (…) reste paradoxalement, malgré son importance, malgré aussi les efforts qui y ont été déployés entre 1948 et 1955, une des régions de la ville antique sur lesquelles notre information reste incomplète, faute d’une investigation exhaustive de cet ensemble, faute aussi d’une publication détaillée et définitive des résultats enregistrés au cours des diverses campagnes qui se sont déroulées sur le site. Celui qui s’intéresse à cette place publique doit donc pour l’instant se contenter des rapports préliminaires, nécessairement succincts, qui ont été publiés dans les Chroniques du BCH entre 1949 et 1956 et faire par lui‑même la synthèse de résultats à l’obtention desquels il n’a pas pris part » (Grandjean 1988, p. 292). Ce constat demeure, dans une certaine mesure, encore d’actualité.

17 Voir supra n. 10 J.‑Y. Marc, « La ville de Thasos de la basse époque hellénistique à l’époque impériale : les constructions publiques d’une cité grecque du iie siècle av. J.‑C. au iiie siècle apr. J.‑C. », thèse de doctorat inédite (1994) ; Id. « L’agora de Thasos du iie siècle av. J.‑C. au ier siècle ap. J.‑C. : état des recherches », dans Constructions publiques et programmes édilitaires en Grèce entre le iie siècle av. J.‑C. et le ier siècle ap. J.‑C., BCH Suppl. 39 (2001), p. 495‑516. J.‑Y. Marc a notamment identifié l’édifice en tuf (GTh 11) comme le bouleuterion de la cité (J.‑Y. Marc, L’espace grec. Cent cinquante ans de fouilles de l’École française d’Athènes [1996] p. 107‑109).

18 La fouille, menée de 1996 à 2009, est encore inédite. Voir provisoirement J.‑Y. Marc, « Un macellum d’époque hellénistique à Thasos », dans L. Cavalier, R. Descat, J. des Courtils (éds), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie mineure (2012) p. 225‑239 et les rapports publiés dans la Chronique du BCH.

19 B. Holtzmann, O. Picard, Chronique BCH 95/2 (1971), p. 777‑781 ; BCH 96/2 (1972), p. 914‑919 ; BCH 97/2 (1973), p. 536‑541 ; BCH 98/2 (1974), p. 789‑793. Voir en dernier lieu Y. Grandjean, Le rempart de Thasos, ÉtThas. XXII (2011), p. 289‑298.

20 Voir la Chronique du BCH des fouilles menées à partir de 1979.

21 Ce plan porte le numéro 3847 à la planothèque de l’EFA et est publié dans la Chronique du BCH 1956, fig. 1 en regard de la page 406.

22 Le plan levé par C. Tousloukof présente quelques décalages mineurs par rapport au plan géoréférencé.

23 Y. Grandjean, Fr. Salviat, Guide de Thasos (2000)² ; trad. grecque mise à jour 2012.

24 L. Fadin, M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, V. Picard, Atlas de Délos, Exploration archéologique de Délos XLIII (2015). J’adresse par ailleurs mes sincères remerciements aux auteurs qui m’ont fait bénéficier de leur expertise.

25 Pour des facilités de lecture, les altimétries ont été ôtées du plan présenté ici.

26 À l’heure où nous rédigeons cet article, nous proposons la version du plan réalisée à l’issue des campagnes menées jusqu’en 2018. Quelques modifications minimes et vérifications doivent encore être apportées en certains endroits.

27 Le récolement des plans du centre monumental a débuté dès 2012, dans le cadre de la mission sur l’eau (n. 3). L’ensemble des plans des monuments du centre monumental est désormais numérisé.

28 Pour des questions de clarté et lisibilité du plan, quatre est le nombre maximal de niveaux de gris que l’on peut adopter.

29 La question de savoir s’il fallait distinguer, au sein du gris à 40%, les murs en petit appareil à joints vifs de ceux faits de moellons liés par du mortier s’est posée, spécifiquement au moment du relevé en 2017 des locaux administratifs (GTh 14) et des magasins (GTh 18). Une trame avait été superposée au gris à 40% pour représenter les murs composés de moellons liés par du mortier mais, difficilement lisible à l’échelle du 1/200e, elle a été abandonnée.

30 Le niveau de gris choisi pour un mur correspond à l’appareil de la partie conservée la plus élevée.

31 Voir ci‑après.

32 Voir ci‑après.

33 Je remercie J.‑Y. Marc de m’avoir communiqué les points topographiques pris en 2006 et 2007 par Cl. Soriano et P. Mougin, ce qui nous a permis de disposer d’un canevas d’ores et déjà fiable qu’il nous a suffi de compléter par des points de calage et par un certain nombre de points complémentaires. Quelques points de calage seulement ont également été pris sur le bouleuterion, étant donné l’existence d’un plan pierre à pierre établi par M. Imbs en 2009 et publié dans BCH 136‑137 (2012-2013), p. 570.

34 Les bornes topographiques ayant servi de référence ont été implantées en 2004 par A. Laurens et J. Dutertre, stagiaires topographes sous la direction de L. Fadin (A. Laurens, J. Dutertre, « Implantation d’un réseau de points topographiques sur le site antique de Thasos », Mémoire de fin d’étude, ESTP [2004]).

35 Les vérifications du plan complété des relevés de 2018 ont eu lieu en 2019.

36 Ce plan a fait l’objet d’une première publication dans J. Fournier, P. Hamon, N. Trippé, Thasos : dix siècles gravés dans le marbre. Une brève histoire au fil des inscriptions (2019), p. 10 et dans G. Biard, J. Fournier, M. Imbs, « L’autel des Césars sur l’agora de Thasos », BCH 142.2 (2018), p. 725‑770, fig. 1.

37 Je tiens à adresser mes remerciements au maire de Thasos, K. Hatziemmanouil qui a, deux années de suite, mis à ma disposition des hommes et des camions pour l’enlèvement des herbes. La question de la situation de l’agora est réellement préoccupante car celle‑ci ne fait pas l’objet d’un entretien régulier : les figuiers poussent dans les murs et en ouvrent les parements, les racines des platanes, qui ne sont pas entretenus, soulèvent les vestiges, des zones de décharge sauvages apparaissent et les monuments font l’objet de dégradations anthropiques (graffites). La situation est particulièrement compliquée en raison de l’espace à couvrir et du manque d’accès pour évacuer l’herbe coupée.

38 Certains monuments, comme les magasins de la bordure sud‑est (GTh 18), ont subi d’importantes détériorations depuis leur mise au jour : fouillés rapidement en 1954 et 1955, ces magasins se composent de cellules qui ont connu des réoccupations successives jusqu’à l’époque protobyzantine, lesquelles ont conduit à des reprises de murs parfois jusqu’en sous‑œuvre. Certains de ces murs sont aujourd’hui effondrés. Un diagnostic de l’ensemble des murs de ces magasins a été réalisé avec le concours de Ph. Konstantatos, restaurateur de l’EFA.

39 Pour les diverses applications des SIG en archéologie, voir notamment O. Barge, X. Rodier, G. Davtian, L. Saligny, « L’utilisation des systèmes d’information géographique appliquée à l’archéologie française », Revue d’Archéométrie 28 (2004), p. 15‑24 ; X. Rodier (éd.), Information spatiale et archéologie (2011). Une cartographie des éléments archéologiques à l’échelle de l’île est par ailleurs actuellement en préparation par M. Brunet.

40 C’est aussi l’un des rôles joués par le WebSIG de Délos (voir la communication de J.‑Ch. Moretti dans le cadre du premier atelier de l’AMEFA [n. 4]).

41 L’interface WebSIG de l’EFA a initialement été conçue pour le site de Délos par Q. Briquet, stagiaire topographe (École Supérieure des Géomètres et Topographes), dans une formule adaptable aux autres sites de l’École.

42 Les données vectorielles réalisées sous AutocadMap 3D sont, après quelques adaptations, transférées vers la plateforme WebSIG au moyen du logiciel QGIS.

43 Cette base est complétée au fur et à mesure des missions d’inventaire des blocs.

44 Respectivement par l’équipe d’O. Picard et par J.‑S. Gros.

45 Une nomenclature a été adoptée pour les numéros du Guide de Thasos : par exemple, la « place en contrebas de l’Artémision » est désormais nommée « Place des Charites », à la suite des travaux d’A. Muller dans le secteur. Le travail d’équivalence entre les différentes appellations topographiques et leur harmonisation ainsi que les réflexions autour de leur hiérarchisation sont actuellement en cours.

46 Ce travail a été réalisé par J.‑S. Gros à l’occasion de son étude portant sur la céramique romaine de Thasos.

47 P. Léque, Chronique BCH 75 (1951), p. 147‑154. L’édifice est également évoqué par G. Roux : Chronique BCH 1955 p. 361 ; Chronique BCH 79 (1955), fig. 15 p. 352‑354 (plan du secteur nord‑est de l’agora).

48 Une poursuite de la fouille semble cependant avoir été prévue (cf. P. Léque, op. cit., p. 152 : « seule la suite de la fouille permettra de dater cet édifice composite et souvent remanié (…) »).

49 Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, Chronique BCH 118/2 (1994), p. 455‑460 ; BCH 119/2 (1995), p. 681‑688 ; BCH 124 (2000), p. 516‑521. Deux sondages furent ouverts dans les pièces 16 et 8 (sondages XV, XVI) et un autre dans la pièce 6 (sondage XXV).

50 Grandjean 1988, p. 293‑298. Le plan publié pl. 99 est un plan restitué à partir du plan de C. Tousloukof. De cet édifice proviennent des sekomata et de nombreuses dédicaces de magistrats dont les activités étaient hébergées dans certaines de ces pièces. Y. Grandjean propose par ailleurs d’identifier les pièces 2, 3 et 4 comme des salles de banquet (Ibid. p. 295 n. 3). L’hypothèse du prytanée a été prolongée par J.‑Y. Marc (2012) (n. 15), p. 14‑15.

51 La mesure est celle de la façade donnant sur la rue.

52 Cela n’est pas assuré pour la pièce 1, dont le mur de fond présente un seuil de gneiss. Le mur de fond des pièces 2 et 3 est quant à lui aujourd’hui trop ruiné pour permettre des observations. Le plan de 1955 n’est pas clair sur ce point. Le plan restitué publié par Y. Grandjean présente quant à lui des pièces indépendantes.

53 Les sondages XV et XVI menés par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez dans les locaux administratifs (n. 49) ont révélé un état antérieur au mur longitudinal de GTh 14, illustré par un puissant mur (nommé M4 par les archéologues) qui, selon eux, formait avec le mur F touchant au mur AB du Passage des théores, une première défense, protégeant le secteur de la Place des Charites où ils proposent de voir l’agora archaïque. Le dispositif architectural du Passage des théores serait le souvenir d’une ancienne porte de la ville dont les vestiges ont été mis au jour sous le Passage. Voir la synthèse dans Fr. Blondé, A. Muller, D. Mulliez, « Le Passage des théores à Thasos : une énigme résolue ? », CRAI (2000), p. 885‑907 et note 15.

54 Le plan, qui présente les vestiges aujourd’hui visibles, ne fait pas apparaître le refend entre les pièces 11 et 12 qui est aujourd’hui particulièrement ruiné et qui, pour cette raison, n’a pu être relevé. Mais il apparaît sur les photographies prises au moment de la fouille.

55 On a pour l’instant nommé cet espace P 13‑15, qu’il s’agisse d’une grande pièce ou de trois. Il est par ailleurs possible que l’un des seuils ne soit pas en place. Le plan réalisé à l’issue de la fouille présente 5 pièces à l’arrière (Chronique BCH 79 (1955), fig. 15), tandis que le plan restitué, en raison des trois seuils mentionnés, présente 7 pièces (P. que, Chronique BCH (1955), fig. 13), ce que restitue également Grandjean 1988, pl. 99.

56 Ni le carnet de fouille, ni le rapport dans la Chronique ne rapportent de mesures pour le bâtiment. Les seules mesures dont on dispose sont celles prises par Y. Grandjean lui‑même dans les pièces 1 à 6 (Grandjean 1988, p. 294, n. 1). Le SIG permet dorénavant de pallier ce manque.

57 Il faut par ailleurs sur ce point noter que les murs des pièces 16 et 9, « mitoyennes » du Passage, ne sont pas liaisonnés avec le mur AB.

58 Il est difficile de se prononcer pour les autres pièces en raison de l’état des vestiges. Toutefois l’appareil change à partir de la pièce 13‑15, tout comme l’orientation du mur de façade donnant sur la rue. Le nettoyage doit ici, comme en de nombreux endroits du bâtiment, être relayé par des sondages complémentaires. Notons à ce propos que seules les pièces 1 et 6 ont fait l’objet de fouille en profondeur. Le carnet de fouille de 1950 est en outre particulièrement pauvre en indications stratigraphiques, et spécifiquement pour cet édifice.

59 Sont actuellement en cours d’étude le sanctuaire de Zeus Agoraios et l’enceinte circulaire, l’autel des Césars, le bouleuterion, l’édifice à Paraskenia, la base en forme de proue, les locaux administratifs. La publication de l’autel des Césars, menée à travers l’étude de l’inscription, du monument et des sculptures, est un exemple de cette approche globale souhaitée par les membres du programme (G. Biard, J. Fournier, M. Imbs [n36]).

60 P. Hamon (n. 2) ; J. Fournier, CITh V. Documents publics de l’époque romaine, en préparation.

61 N. Trippé, « Θεοί καί Επικλήσεις στην Αποικιακή ∆ιαδικασία· θρησκευτικές µεταφορές µεταξύ Πάρου καί Θάσου », dans D. Katsanopoulou (éd.), Paros IV, Paros and its colonies. Proceedings of the 4th International Conference on the archaeology of Paros and the Cyclades, 2018, p. 321‑332 ; id., CITh II. Inscriptions de l’époque archaïque et du ve siècle, en préparation.

62 G. Biard, « Les portraits honorifiques sur l’agora de Thasos (ive siècle-ier siècle après J.‑C.) », dans J. Griesbach (éd.), Polis und Porträt. Standbilder als Medien der öffentlichen Repräsentation im hellenistischen Osten (2014), p. 57‑68 ; id., « La représentation honorifique à Thasos aux ive et iiie s. av. J.‑C. À propos de quelques fragments sculptés du musée de Thasos », Monuments Piot 96 (2017), p. 47‑75. Pour un exemple de base inscrite, voir également P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, II. Un poète thasien dans l’Anthologie grecque », BCH 133 (2009), p. 273‑286.

63 J. Fournier, « La société thasienne et l’Empire sous les Julio-Claudiens : deux inscriptions inédites », BCH 130 (2006), p. 499‑518 ; J. Fournier, A. G. Simossi, « Une nouvelle inscription du port de Thasos : Caius Octavius proconsul de Macédoine et patron des Thasiens », BCH 142/2 (2018), p. 711‑723.

64 Pour une vue d’ensemble du dossier, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, IV. Les magistrats thasiens du ive s. av. J.‑C. et le royaume de Macédoine », BCH 139‑140 (2015-2016), p. 67‑125, et id., « Études d’épigraphie thasienne, VI. Deux nouveaux blocs de la Grande Liste des théores », BCH 142 (2018), p. 181‑208. Pour les sections hellénistiques et impériales des catalogues, voir P. Hamon, « Études d’épigraphie thasienne, V. Théores et archontes thasiens de la basse époque hellénistique et du début de l’Empire : du simple au double », BCH 141 (2017), p. 245‑286, et J. Fournier, « Archontes et théores thasiens du ier au iiie siècle apr. J.‑C. De la transformation à l’abandon des listes de magistrats », JSav 2018, p. 3‑53.

65 Ce n’est en effet que par leur questionnement croisé et non par les seules réflexions topographiques, qu’il sera possible d’apporter des éléments solides de datation relative, notamment à travers la constitution patiente de séries de blocs et l’observation des techniques de construction, confrontés aux éléments chronologiques fournis par les fragments sculptés et les inscriptions.

66 R. Martin, Recherches sur l’agora grecque. Études d’histoire et d’architecture urbaine, BEFAR 174 (1951) ; id., L’urbanisme dans la Grèce antique2 (1974) ; J.‑Y. Marc, note 15et 17.

67 Parmi les nombreuses études d’ensemble portant sur l’agora grecque, voir par exemple : J. M. Camp, The Athenian Agora. Excavations in the Heart of Classical Athens (1980) ; J. ‑Y. Marc, « Les agoras grecques d’après les recherches récentes », Architecture et décor 42‑43 (1998), p. 3‑15 ; A. Giannikouri (éd.), The Agora in the Mediterranean. From Homeric to Roman times. Proceedings of an International Conference Held at Kos 14‑17 April 2011 (2011) ; L. Cavalier, R. Descat (éds), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie Mineure (2012) ; Chr. P. Dickenson, On the Agora. The Evolution of a Public Space in Hellenistic and Roman Greece (C. 323 BC – 267 AD) (2017).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Photographie de l’agora prise par drone.
Crédits Cl. L. Fadin, N. Trippé, EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 2 — Plan de l’agora au 1/1000e – état décembre 2018.
Crédits C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Titre Fig. 3 — Conventions graphiques utilisées pour l’élaboration du plan des vestiges.
Légende 1 Sauf mention contraire, les photographies sont de N. Trippé.2 Les murs présentant un parement externe en grand appareil de marbre et un parement interne composé de moellons sont représentés en 80% à l’extérieur et en 40% à l’intérieur, le trait de séparation entre les deux étant placé par convention au milieu du mur vu en plan (cf. GTh14).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Fig. 4 — Plan restitué de l’agora de Thasos, 2e moitié du iis. apr. J.-C.
Crédits EFA, C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 5 — Photographie par drone de l’agora.
Crédits Cl. L. Fadin, N. Trippé. EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Titre Fig. 6 — Photographie par drone de l’angle nord-ouest de l’agora.
Crédits Cl. L. Fadin, N. Trippé. EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 7 — Plan des locaux administratifs (GTh14).
Crédits EFA, C. Guillaume, N. Trippé. Lever topographique réalisé sous la direction de L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Fig. 8 — Exemple de quelques appareils architecturaux des locaux administratifs (GTh 14).
Légende 1 Les numéros de murs sont donnés ici par commodité. Ils ne reprennent pas la numérotation qui fut donnée à certains d’entre eux par Fr. Blondé, A. Muller et D. Mulliez à l’occasion des sondages réalisés dans le secteur. Il conviendra à l’avenir d’envisager une harmonisation de ces dénominations. 2 On note aussi, à l’emplacement des tableaux de portes, la présence de blocs de marbre en remploi, présentant des crampons en pi dans des mortaises en petites queues d’aronde, qui lient les deux parements du mur.3 Les murs de refend des pièces 1 à 6 présentent un petit appareil composé de moellons de marbre et de gneiss, et de blocs de marbre, avec la présence de quelques blocs de tuf (il s’agit des murs 10, 12, 13, 14, 15).4 Au Nord, l’angle externe présente un dispositif de liaisonnement en besace. Le dispositif de rencontre entre le mur de façade M1 et le mur de la rue M2 est difficile à saisir en raison du manque d’élévation. Il n’est toutefois pas impossible qu’il y ait là une rupture, comme en témoigne ce qui semble être un coup de sabre.5 Technique fort courante à Thasos (voir Grandjean 1988, p. 364).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/731/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Trippé, « Nouvelles recherches sur l’agora de Thasos »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 195-224.

Référence électronique

Natacha Trippé, « Nouvelles recherches sur l’agora de Thasos »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.731

Haut de page

Auteur

Natacha Trippé

Université Bordeaux-Montaigne, Institut Ausonius UMR 5607.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search