Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Héraclès, le satyre et la sphinx

Héraclès, le satyre et la sphinx

Une scène originale sur une hydrie d’Apollonia d’Illyrie (Albanie)
Ηρακλής, ο σάτυρος και η σφίγγα: µια πρωτότυπη σκηνή σε υδρία από την Απολλωνία Ιλλυρίας (Αλβανία)
Herakles, the satyr and the sphinx: an original scene on a hydria from Illyrian Apollonia (Albania)
Fabien Bièvre‑Perrin
p. 125-138

Résumés

Une hydrie à figures rouges offre une scène mythologique inédite : un satyre fait face à Héraclès, agenouillé. Autour d’eux, une sphinx et des oiseaux semblent observer la scène. Découvert en 1955 à Apollonia d’Illyrie, ce vase est aujourd’hui exposé au musée archéologique du site. Cet article propose une analyse détaillée de l’iconographie et des modèles qui ont pu influencer le peintre, afin d’en affiner l’analyse, mais aussi la datation et d’en déterminer l’origine, probablement locale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée portant la référence 10-LABX-0090. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02.

Texte intégral

  • 1 A. Fenet, V. Dimo « Apollonia d’Illyrie (Albanie). Fouilles à la nécropole », dans BCH 121 (1997), (...)
  • 2 Le vase mesure environ 19 cm de haut pour 12,5 cm de large, il porte le numéro d’inventaire 2527.

1Le petit musée d’Apollonia d’Illyrie en Albanie expose une série de vases à figures rouges, dont la provenance exacte n’est pas toujours connue. Les publications et l’inventaire laissent néanmoins penser que la plupart d’entre eux aient été découverts dans les nécropoles de la cité, notamment la nécropole tumulaire1. Découverte en 1955, l’hydrie figurée dont il sera question ci‑après fait partie de ces objets, elle présente cependant un intérêt particulier puisqu’elle offre, selon notre lecture, une scène inédite représentant Héraclès et un satyre, accompagnés d’une sphinx et d’oiseaux (fig. 1 et 2)2.

Fig. 1 — L’hydrie d’Héraclès et la sphinx, musée d’Apollonia, inv. 2527.

Fig. 1 — L’hydrie d’Héraclès et la sphinx, musée d’Apollonia, inv. 2527.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

Fig. 2 — Dessin de la scène de l’hydrie d’Apollonia, inv. 2527.

Fig. 2 — Dessin de la scène de l’hydrie d’Apollonia, inv. 2527.

Dessin Fabien Bièvre-Perrin.

  • 3 Le vase se trouve dans une vitrine scellée, la photogrammétrie a permis d’en relever la silhouette.

2Haute de 19 cm, l’hydrie est en mauvais état et toute la partie arrière a été perdue, les lacunes n’ont pas été combléeslors de la restauration3. Outre les cassures et des différences de conservation d’un fragment à l’autre, on observe de nombreuses imperfections : engobe inégal, peinture plus ou moins diluée, fels, inégalités de cuisson (coup de feu qui provoque des contrastes importants au sein des zones censées être noires), lèvre irrégulière… Les contours peints ne sont pas toujours net.

3Des surpeints ont dû exister, notamment au niveau du visage du satyre, comme le laissent penser de petits traces blanches. L’assurance et la précision des traits sont variables, ce qui pourrait suggérer l’intervention de plusieurs peintres.

Description de la scène

Héraclès (fig. 3)

  • 4 Ces scènes sont généralement violentes (enlèvements, meurtres), contrairement à celle qui nous inté (...)
  • 5 Cette caractéristique fait écho à une certaine façon de représenter les ailes « en faucille », nota (...)
  • 6 Obole de Stymphalos (Arcadie), vers 370‑350 av. J.‑C. = Pozzi (Boutin) 4364 ; SNG Copenhagen 285.

4La figure centrale, Héraclès, est clairement la plus soignée. Installé sur un petit promontoire, le genou gauche posé à terre, l’autre plié devant lui, Héraclès s’appuie de sa main gauche sur sa massue et désigne ce que porte le satyre devant lui de l’index de sa main droite. La position générale renvoie à des représentations du héros tirant à l’arc, mais nul arc n’est présent dans la scène : cette position est peu commune, notamment dans la céramique italiote, et semble majoritairement associée à Héraclès (fig. 4). Sa tenue mérite que l’on s’y arrête dans le détail. Contrairement à son habitude, il n’est pas nu sous sa léonté, il porte une tunique courte en tissus, décorée de vagues sur les manches et d’une bande dans sa partie basse. La peau du lion de Némée semble avoir été coupée afin de n’en conserver qu’une sorte de couvre‑chef, en effet la cape qu’il porte dans son dos est de la même fabrique que la tunique : on identifie la même bande ornementale, il n’y a pas de pattes. La façon dont la cape vole et s’enroule derrière Héraclès, comme pour figurer un mouvement brutal s’achevant dans la position représentée, est à ma connaissance inédite. On peut voir des capes et des tissus voler derrière des personnages, dont Héraclès, dans la céramique figurée4, mais pas en s’enroulant ainsi vers le haut5. Sur la base de ces constats, on pourrait douter de l’identité du personnage, bien que la massue plaide en faveur de cette hypothèse. Pour compléter la parure, signalons la présence possible de chaussures laissant apparaître les orteils. Par ailleurs, Héraclès est ici figuré glabre, comme sur un lécythe attique du Groupe de Palerme 16 (fig. 5), où une tunique remplace également la léonté, ou sur de nombreuses monnaies, par exemple sur une série de Stymphalos en Arcadie où il est associé, sur l’avers, au profil de l’un des fameux oiseaux monstrueux du lac éponyme6.

Fig. 3 — Héraclès sur l’hydrie Apollonia 2527.

Fig. 3 — Héraclès sur l’hydrie Apollonia 2527.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

Fig. 4 — Lécythe à figures noires du Peintre d’Athéna (vers 490 av. J.-C.).

Fig. 4 — Lécythe à figures noires du Peintre d’Athéna (vers 490 av. J.-C.).

Provenance : Géla. LIMC, V, s.v. Herakles, n° 2245.

D’après Kaiserlich Deutsches ArchäOlogisches Institut, Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts [1886], p. 172.

Fig. 5 — Lécythe attique à figures rouges, 450-400 av. J.-C.

Fig. 5 — Lécythe attique à figures rouges, 450-400 av. J.-C.

Provenance Géla. MAR Palermo NI2153 n2, Beazley, ARV 2 1204.1

Cl. Marie-Lan Nguyen.

Les oiseaux (fig. 6)

  • 7 Notons à ce sujet que cette étape du mythe semble avoir été particulièrement populaire en Sicile où (...)

5Les deux oiseaux qui surmontent la composition sont très schématiques et anguleux, contrairement aux oiseaux élégants et plus naturalistes que l’on trouve dans la céramique apulienne contemporaine. Ils ressemblent beaucoup aux oiseaux du lac Stymphale figurés dans la peinture de vases archaïque (fig. 4)7. Cependant, dans ces représentations, Héraclès utilise toujours son arc ou une fronde, et non sa massue.

6Les deux volatiles jouent un rôle important dans l’agencement de la scène. On note en effet que le peintre a choisi, originalité supplémentaire, de ne pas orner le vase de palmettes ou de frises, à l’exception des chevrons sur la lèvre : les oiseaux occupent la partie supérieure du vase et ouvrent la composition vers le haut, sur un ciel non délimité.

Fig. 6 — Les deux oiseaux sur l’hydrie Apollonia 2527.

Fig. 6 — Les deux oiseaux sur l’hydrie Apollonia 2527.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

Le satyre (fig. 7)

  • 8 RVAp 8/11, 8/61, 12/89, 17/52, 21/407, 25/71. Voir aussi le rhyton 1856,1226.59 du British Museum : (...)

7Le personnage debout et nu face à Héraclès semble être un satyre. Son visage est très animal, ses yeux disproportionnés et sa queue relativement courte. Ce qu’il porte dans les mains n’est pas clairement identifiable. Dans sa main droite, il pourrait s’agir d’une palme ou d’une branche quelconque : la façon dont il la saisit semble indiquer une sorte d’outil et ne l’assimile en aucun cas à une variation du thyrse. De sa main gauche, il supporte une boîte ou un panier garni de fruits ou de gâteaux. Ce type de représentation schématique avec deux diagonales renvoie généralement à une ciste : des parallèles assez précis existent dans la céramique apulienne8. Un objet long et fin semble sortir de la bouche du personnage, ronde et bien remplie. Il ne tient pas l’objet en question, il est donc exclu qu’il s’agisse d’une flûte. Peut‑être utilise‑t‑il un sifflet ou est‑il en train de manger l’un des mets qu’il présente à Héraclès ?

Fig. 7 — Le satyre sur l’hydrie Apollonia 2527.

Fig. 7 — Le satyre sur l’hydrie Apollonia 2527.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

La sphinx (fig. 8)

  • 9 Voir par exemple le fragment archaïque 86.569 du Museum of fine Arts de Boston : https://www.mfa.or (...)
  • 10 Le même constat peut être fait en parcourant le LIMC (VIII, s.v. Sphinx) ou le catalogue de la publ (...)
  • 11 Jean‑Marc Moret indique d’ailleurs que les ailes en faucille de cette sphinx doivent être une inven (...)

8La sphinx est tapie sous l’anse droite du vase, une patte à plat et l’autre légèrement levée devant elle, l’arrière‑train relevé comme si elle s’apprêtait à se redresser ou à bondir. Sa queue s’enroule en spirale. Ses deux seins sont représentés de profil, mais une seule aile, en faucille, est figurée. On note que le peintre a créé un écho très intéressant entre la cape d’Héraclès et les ailes de l’animal. Le modèle est difficile à identifier. En effet, même si le style et la position de notre sphinx évoquent beaucoup celles représentées à de nombreuses reprises dans la céramique attique à figures rouges, notamment sur les petits lécythes produits dans le dernier quart du ve s.-premier quart du ive s. av. J.‑C. (fig. 9), aucune des 290 occurrences illustrées de la Beazley Archive ne fournit de parallèle pour la forme des ailes, ni pour la poitrine. Cette façon de représenter les ailes en faucille, de même que les oiseaux, paraît légèrement archaïsante9 et les sphinx attiques sont dépourvues de seins, contrairement à une partie des représentations italiennes, italiotes comme étrusques10 : le seul parallèle pour ces deux caractéristiques semble se trouver sur une œnochoé apulienne (fig. 10)11.

Fig. 8 — La sphinx sur l’hydrie Apollonia 2527.

Fig. 8 — La sphinx sur l’hydrie Apollonia 2527.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

Fig. 9 — Lécythe attique (425-375 av. J.-C.).

Fig. 9 — Lécythe attique (425-375 av. J.-C.).

Athènes, musée de l’Agora, P16874 (M.B. Moore, « Attic Red-Figured and White-Ground Pottery », The Athenian Agora 30 (1997), pl. 94.960, http://www.beazley.ox.ac.uk/​record/​96D6464F-2CF8-4886-8C53-6005B5BF17FB.

Fig. 10 — Oenochoé apulienne (vers 350 av. J.-C.), associée au peintre de l’Ilioupersis.

Fig. 10 — Oenochoé apulienne (vers 350 av. J.-C.), associée au peintre de l’Ilioupersis.

Coll. privée d’Allemagne (ex. Zürich, Arete) (RVAp I, 8/139 ; Schaeunburg 1982, p. 235).

  • 12 Des cygnes ou des félins par exemple, sur des hydries du Peintre de Policoro (A. D. Trendall, The R (...)
  • 13 Il n’est pas rare de trouver une sphinx sous l’anse d’un vase comme motif décoratif.

9Le vase est très abîmé à cet endroit, mais il semble qu’un motif réponde à la sphinx sous l’anse opposée. Il est envisageable qu’il s’agisse d’un rocher ou des cheveux d’une tête, une configuration existante dans la céramique italiote, notamment sur des hydries où des éléments végétaux, des objets, des animaux, des têtes masculines ou féminines de profil occupent cet espace12. Dans ce cas, il faudrait peut‑être voir ces deux éléments comme de simples motifs décoratifs sans valeur narrative et sans lien direct avec la scène centrale13.

Analyse de la scène

  • 14 LIMC VIII, s.v. Sphinx, p. 1160 et n° 218. Parfois le sphinx est supposé être l’adversaire d’Héracl (...)

10Si Hercule et une sphinx peuvent se côtoyer sur un même vase, dans des registres séparés, la seule autre scène les impliquant aussi étroitement remonte à ma connaissance à l’époque moderne : il s’agit d’une fresque d’Annibale Carracci (1560-1602) qui a donné lieu à plusieurs reprises dont une gravure de P. Aquila (fig. 11). La rencontre de ces deux icônes de l’Antiquité semble constituer un unicum apolloniate. Héraclès a bien sûr rencontré et affronté de nombreux monstres au cours de ses pérégrinations, dont certains ne sont pas vraiment identifiés, mais aucune mention n’est faite d’une sphinx, même si la possibilité que le héros l’ait bravée figure dans plusieurs publications14.

Fig. 11 — Gravure (1670-1692), Le repos d’Hercule, Imagines Farnesiani Cubiculi Cum ipsarum monocromatibus et ornamentis.

Fig. 11 — Gravure (1670-1692), Le repos d’Hercule, Imagines Farnesiani Cubiculi Cum ipsarum monocromatibus et ornamentis.

P. Aquila, d’après A. Carracci (cl. British Museum, inv. 1865,1111.212 : https://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details.aspx?assetId=https://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details.aspx?assetId1135908001&objectId=3317458&partId=1

  • 15 Héraclès est représenté dans une scène comparable sur un vase du Schlaepfer Group (RVAp 9/160), mai (...)
  • 16 On identifie en effet quelques scènes impliquant un sphinx et un satyre. Par exemple 202393, Atheni (...)

11Le lien entre Héraclès et le satyre, plus central, pose également question. On pourrait envisager qu’il s’agisse de l’un des Cercopes, ces deux frères qui volèrent l’arc et les flèches d’Héraclès dans son sommeil avant qu’il ne les attrape et qu’ils ne se moquent de son postérieur poilu. Dans ce cas on pourrait penser que ce que le personnage ne tient pas une boîte, mais le carquois d’Héraclès : l’absence de l’arc est problématique, de même que celle du deuxième énergumène15. On peut donc classer cette scène dans une vaste série de représentations non expliquées et figurant Héraclès et un satyre, probablement en raison de leurs liens respectifs avec la sphère dionysiaque (fig. 12). La plupart du temps il semble que le satyre exécute un geste rituel honorant le héros16.

Fig. 12 — Coupe à figures rouges, vers 460 av. J.-C.

Fig. 12 — Coupe à figures rouges, vers 460 av. J.-C.

D’après LIMC, V, s.v. Herakles, n° 3219, pl. 144.

12L’absence de l’arc, du carquois ou d’une fronde est également problématique si l’on envisage de reconnaître les monstres du lac Stymphale dans les deux oiseaux qui survolent la scène, ce que confirment aussi le style figuratif et la position agenouillée d’Héraclès. Les oiseaux appartiennent à la sphère figurative du héros dont ils évoquent un des travaux, mais ils n’ont pas ici de rôle narratif.

Bilan : datation et origine de la production

  • 17 C. Jourdain-Annequin, « Héraclès en Occident. Mythe et histoire », Dialogues d’histoire ancienne 8  (...)
  • 18 Sur le tournoiement et son rapport au bachisme et à la mort, voir par exemple V. Toillon, « Corps e (...)
  • 19 C. Rolley Claude, « L’hydrie. Remarques sur un livre récent », Revue des Études Grecques 78, fascic (...)

13Héraclès étant l’un des protomystes d’Éleusis, peut‑être la scène renvoie‑t‑elle à une forme d’initiation, qui expliquerait la position du héros face au satyre, porteur d’objets sacrés. Colette Jourdain-Annequin soulignait en 1982 dans son article « Héraclès en Occident. Mythe et histoire » les liens étroits entretenus par le héros avec la mort et la volonté de la dépasser17. Si on ne considère pas la sphinx comme un motif annexe sans signification narrative, sa sémantique eschatologique ferait alors sens, en rendant la dimension funéraire de la scène plus explicite. La cape tournoyante du héros, les oiseaux et l’ouverture qu’ils créent vers le ciel pourraient également participer de cette lecture eschatologique (fig. 13)18. Cette hypothèse entre en adéquation avec le probable contexte de l’objet, la nécropole, et la fonction funéraire fréquemment assignée aux hydries19.

Fig. 13 — La photogrammétrie a permis de déterminer les mesures du vase précisément, malgré la vitrine, ainsi que de produire un déroulé de la scène. Des recherches sont en cours pour perfectionner la technique.

Fig. 13 — La photogrammétrie a permis de déterminer les mesures du vase précisément, malgré la vitrine, ainsi que de produire un déroulé de la scène. Des recherches sont en cours pour perfectionner la technique.

Cl. Fabien Bièvre-Perrin.

  • 20 Voir pour comparaison : Hydrie du Peintre d’Erbach, Met Museum 56.171.55 (J. Beazley, Attic Red‑fig (...)

14Le style du peintre et les comparaisons opérées ci‑devant incitent à dater le vase au début du ive s. av. J.‑C. La forme du vase, notamment au niveau du pied annulaire bas et des anses horizontales recourbées et courtes, confirme cette hypothèse et la précise : les parallèles incitent à placer sa production dans le premier quart du siècle (400-375) (fig. 14 et fig. 15)20.

Fig. 14 — Profil de l’hydrie Apollonia 2527, d’après la photogrammétrie, la lèvre semble avoir été déformée lors de la cuisson.

Fig. 14 — Profil de l’hydrie Apollonia 2527, d’après la photogrammétrie, la lèvre semble avoir été déformée lors de la cuisson.

Dessin Fabien Bièvre-Perrin.

Fig. 15 — Hydrie lucanienne attribuée à l’atelier du peintre de Creuse (400-375 av. J.-C.).

Fig. 15 — Hydrie lucanienne attribuée à l’atelier du peintre de Creuse (400-375 av. J.-C.).

D’après Metropolitan Museum, inv. 19.192.45, https://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​250778.

  • 21 Dans le cadre de sa thèse « Héraclès dans l’imaginaire grec : iconographie et procédés de représent (...)

15La plupart des parallèles iconographiques évoqués ci‑devant figurent sur du matériel italien, et notamment apulien. Il a donc été envisagé que le vase provienne de cette région lui aussi, ainsi que le cartel du musée l’indique à ce jour. Le succès du mythe d’Héraclès en Italie du Sud, et secondairement de l’épisode de Stymphale, semblent aller en ce sens21, mais le style général et sa maladresse, la couleur jaune de l’argile et la composition très originale incitent plutôt à voir dans cette hydrie une production illyrienne. L’assemblage de motifs et de styles (fig. 12) caractérise en effet cette production, qui fournit une synthèse des influences qui touchent la région, qu’elles proviennent d’Athènes, de Corinthe ou de Grande Grèce. Dans notre cas, il semble que le peintre ait notamment choisi des éléments apuliens et attiques, mais que leur sens ait été perdu : la position d’Hercule en archer à genoux et des oiseaux est reprise, sans l’arc, et la sphinx fait son apparition dans la sphère du héros. Peut‑on aller jusqu’à parler d’une hellénisation superficielle étant donné la maîtrise incomplète des techniques et des thèmes ? Cela est encore risqué étant donné notre méconnaissance des productions de la région et de la fonction de ces images.

  • 22 E. Shehi, A. Tichit, « Processus d’imitation dans les productions illyriennes d’époque hellénistiqu (...)
  • 23 La collection de vases d’Épidamne-Dyrrhachion n’est que partiellement publiée. Le musée archéologiq (...)
  • 24 K. Minollari, « Red‑figure vases from Durres. A reflection of a local culture ? », dans Journal of (...)
  • 25 Outre la découverte de nombreux indices archéologiques (séparateurs, ratés de cuisson), j’ai mis en (...)

16Mis à part à Dyrrhachion, où les études permettent de confirmer l’influence de l’Attique et de l’Italie, ainsi que l’existence d’une production locale de lécythes à figures rouges miniatures (dont certains exemplaires ont probablement été exportés à Apollonia), les productions de céramiques figurées illyriennes sont encore très mal connues22. Les arguments pour envisager que l’hydrie ait été produite dans un atelier de la proche Épidamne sont néanmoins nombreux : argile jaune similaire à l’œil nu, parallèles dans la production23, assemblages originaux de motifs24. En revanche, la sobriété et l’absence de décor, notamment sur la languette, ne vont pas en ce sens. Il est donc envisageable que l’hydrie d’Héraclès et la sphinx soit une production d’Apollonia d’Illyrie où l’existence d’ateliers est fortement envisagée en raison d’indices nombreux25. La présence de vases proches de notre hydrie dans les collections du site pourrait aller en ce sens (fig. 16).

Fig. 16 — Deux autres hydries conservées au musée d’Apollonia d’Illyrie (n° d’inventaire inconnu et n° 1029).

Fig. 16 — Deux autres hydries conservées au musée d’Apollonia d’Illyrie (n° d’inventaire inconnu et n° 1029).
Haut de page

Notes

1 A. Fenet, V. Dimo « Apollonia d’Illyrie (Albanie). Fouilles à la nécropole », dans BCH 121 (1997), p. 854‑856. En ligne : http://www.academia.edu/14982097.

2 Le vase mesure environ 19 cm de haut pour 12,5 cm de large, il porte le numéro d’inventaire 2527.

3 Le vase se trouve dans une vitrine scellée, la photogrammétrie a permis d’en relever la silhouette.

4 Ces scènes sont généralement violentes (enlèvements, meurtres), contrairement à celle qui nous intéresse. O. Taplin, Pots and Plays. Interactions between Tragedy and Greek Vase-Painting of the Fourth Century BC (2007) permet de voir plusieurs de ces représentations, lorsque Lycurgue s’apprête à frapper sa femme une seconde fois (cratère apulien, Peintre de Lycurgue, vers 350 av. J.‑C., p. 71, RVAp 16/5) ; Néoptolemos se réfugie sur l’autel de Delphes (cratère apulien, peintre de l’Ilioupersis, vers 360 av. J.‑C., p. 139) ; Héraclès, en pleine folie, porte son enfant vers un bûcher pour le tuer (cratère en calice paestan, signé par Astéas, vers 350 av. J.‑C., p. 144) ; Phrixos se tient au‑dessus de l’autel, sous la lame d’Athamas (cratère à volutes apulien, Peintre de Darius, vers 330 av. J.‑C., p. 215). RVAp 1/52, 2/2. La cape de quelques personnages à l’arrêt vole parfois légèrement à l’arrière, par exemple dans des scènes du peintre de Varrese (RVAp 13/4) ou du Peintre de Ruvo 512 (14/58).

5 Cette caractéristique fait écho à une certaine façon de représenter les ailes « en faucille », notamment celles de la sphinx du vase, j’y reviendrai.

6 Obole de Stymphalos (Arcadie), vers 370‑350 av. J.‑C. = Pozzi (Boutin) 4364 ; SNG Copenhagen 285.

7 Notons à ce sujet que cette étape du mythe semble avoir été particulièrement populaire en Sicile où des peintres ont figuré des oiseaux très proches des nôtres. Voir par exemple : Amphore à figures noires, Groupe E, vers 540 av. J.‑C. (CVA, Londres, British Museum 3, III.He.5, pl. 29.1a‑d).

8 RVAp 8/11, 8/61, 12/89, 17/52, 21/407, 25/71. Voir aussi le rhyton 1856,1226.59 du British Museum : https://www.britishmuseum.org/research/collection_online/collection_object_details/collection_image_gallery.aspx?partid=1&assetid=1249401001&objectid=393990.

9 Voir par exemple le fragment archaïque 86.569 du Museum of fine Arts de Boston : https://www.mfa.org/collections/object/fragment-182315). Les occurrences dans les vases à figures rouges sont rares et anciennes, voir par exemple la coupe attique érotique de Berlin du peintre Nikosthénès (510‑500 av. J.‑C.), Antikensammlung Berlin (Altes Museum), inv. 1964.4 : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Kylix_by_Nikosthenes,_erotic_motivs,_Antikensammlung_Berlin,_141337.jpg.

10 Le même constat peut être fait en parcourant le LIMC (VIII, s.v. Sphinx) ou le catalogue de la publication de J.‑M. Moret Œdipe, la sphinx et les Thébains. Essai de mythologie iconographique (1984) : une seule sphinx attique avec une poitrine est recensée, sur un sarcophage du iie siècle après J.‑C. (cat. 159). Pour des cas de sphinx avec poitrine en Italie, voir par exemple un cratère du Peintre de Python (360‑350 av. J.‑C.), Museo archeologico nazionale di Napoli, inv. 81417 (ex Museo Borbonico 2846) (http://www.beazley.ox.ac.uk/record/ACA1248C-1625-4D32-974D-D94360B0DCF1) ; une oenochoé campanienne (350‑335 av. J.‑C.) parodiant le mythe d’Œdipe, MET Museum, inv. 01.8036 (https://www.mfa.org/collections/object/oinochoe-wine-jug-with-a-caricature-of-oedipus-and-the-sphinx-154131) ; un cratère en cloche apulien (ive siècle av. J.‑C.), marché, Artemis Gallery (Louisville, États‑Unis), lot 0022A (https://www.liveauctioneers.com/item/44002635_apulian-red-figure-bell-krater-with-sirensphinx-and-eros). Par ailleurs, des sphinx avec une poitrine ont été identifiées dans d’autres régions et hors de la céramique figurée, voir par exemple LIMC s.v. Sphinx 59 (vase en forme de sphinx de Phanagoria), 102 (sarcophage de Sidon) et 106 (monument funéraire de Xanthos) ; sur des plaques en terre cuite de de Mélos, des sphinx sont pourvues de mamelles (F. Stilp, « ‘Melian Reliefs’ in the Collection of the British School at Athens », The Annual of the British School at Athens [2003], p. 437‑446, voir notamment la n° 19).

11 Jean‑Marc Moret indique d’ailleurs que les ailes en faucille de cette sphinx doivent être une invention du peintre, mais le vase est daté de 350 av. J.‑C. et est donc a priori plus tardif que l’hydrie d’Apollonia (J.‑M. Moret, Œdipe, la sphinx et les Thébains. Essai de mythologie iconographique [1984], p. 96). Voir par ailleurs la kylix attique à figures rouges de Nikosthénès citée en note 9.

12 Des cygnes ou des félins par exemple, sur des hydries du Peintre de Policoro (A. D. Trendall, The Red‑Figured Vases of Lucania, Campania and Sicily [1967], n° 284, 286, 290).

13 Il n’est pas rare de trouver une sphinx sous l’anse d’un vase comme motif décoratif.

14 LIMC VIII, s.v. Sphinx, p. 1160 et n° 218. Parfois le sphinx est supposé être l’adversaire d’Héraclès : J. Bayet, « Hercule funéraire (suite et fin) », MEFRA 40 (1923), p. 58, mais les indices sont ténus et peu convainquant. Par ailleurs, quatre vases attiques (fin du ive s.-début du ve s. av. J.‑C.) figurent Héraclès et un hybride quadrupède à tête de femme à l’apparence léonine (oenochoé de Boston : https://www.mfa.org/collections/object/oinochoe-153540). Frank Brommer classe la scène parmi les « travaux non étayés littérairement » d’Héraclès (F. Brommer, Herakles II. Die unkanonischen taten des Helden, Darmstadt [1984], p. 146), mais certains penchent pour Lamia ou la sphinx de Thèbes. Voir M. Patera, Figures grecques de l’épouvante de l’antiquité au présent [2015], p. 53‑69. On retrouve sur notre hydrie la poitrine représentée de profil.

15 Héraclès est représenté dans une scène comparable sur un vase du Schlaepfer Group (RVAp 9/160), mais le satyre tient bien un arc.

16 On identifie en effet quelques scènes impliquant un sphinx et un satyre. Par exemple 202393, Athenian, Paris, Musée du Louvre, CA1947 (http://www.beazley.ox.ac.uk/record/6721D2CE-59BC-4309-AA29-4A0E91233EC3), 10062, Athenian, Greenwich (CT), Bareiss, Malibu (CA), The J. Paul Getty Museum, Malibu (CA), The J. Paul Getty Museum, 244 (http://www.beazley.ox.ac.uk/record/5E818204-6613-454B-92B7-EA9BC0B56190) ou Naples, Museo archeologico nazionale : 81417 (http://www.beazley.ox.ac.uk/record/ACA1248C-1625-4D32-974D-D94360B0DCF1).

17 C. Jourdain-Annequin, « Héraclès en Occident. Mythe et histoire », Dialogues d’histoire ancienne 8 (1982), p. 227‑282.

18 Sur le tournoiement et son rapport au bachisme et à la mort, voir par exemple V. Toillon, « Corps et âme en mouvement. Expression et signification du mouvement dans la peinture de vases en Grèce ancienne (ve s. av. J.‑C.). Ivresse, possession divine et mort », thèse, Université de Franche-Comté (2014), p. 124‑125 (en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01162698) et les travaux en cours de Pierre Bonnechere.

19 C. Rolley Claude, « L’hydrie. Remarques sur un livre récent », Revue des Études Grecques 78, fascicule 371‑373 (1965), p. 602‑609 (en ligne : https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_1965_num_78_371_3846) ; A. Alexandridou, « De l’eau pour les défunts. Les hydries à décor peint en contexte funéraire attique de l’âge du Fer à l’époque archaïque », Pallas 94 (2014), p. 17‑38 (en ligne : https://journals.openedition.org/pallas/1530).

20 Voir pour comparaison : Hydrie du Peintre d’Erbach, Met Museum 56.171.55 (J. Beazley, Attic Red‑figure Vase‑painters [1963], p. 1418‑1419, p. 1693, n. 12) ; Hydrie attique, Met Museum (G. M. Richter, Gisela, « Athenian Red‑Figured Vases », Bulletin of the Metropolitan Museum of Art 20 (1925), p. 130‑31, fig. 8) ; hydrie du Long Slopes Painter, Museo archeologico nazionale Domenico Ridola, T192 de l’Abbaye de S. Michele a Montescalioso ; Hydries du Peintre de Tarpoley, British Museum 1867,0508.1319 (RVAp 3/54) et 1856,0902.11 (CVA British Museum 6 III Ic Pl. 99, 7).

21 Dans le cadre de sa thèse « Héraclès dans l’imaginaire grec : iconographie et procédés de représentation aux époques archaïque et classique », Clara Granger a recensé 3161 vases attiques produits entre 560 et 460 et représentant Héraclès. Parmi les 1452 vases dont l’origine est connue, 968 proviennent d’Italie.

22 E. Shehi, A. Tichit, « Processus d’imitation dans les productions illyriennes d’époque hellénistique : le cas des lécythes de l’Artemision de Dyrrhachion », dans N. Fenn, C. Römer-Sthrel (éds), Networks in the Hellenistic World According to the pottery in the Eastern Mediterranean and beyond (2013), p. 117‑129 ; E. Shehi, « Kilns in Albania : an overview », RCRF Acta 41 (2010), p. 55‑59. Voir aussi les trois notes suivantes.

23 La collection de vases d’Épidamne-Dyrrhachion n’est que partiellement publiée. Le musée archéologique de Durrës permet d’identifier des parallèles intéressants avec l’hydrie d’Apollonia, notamment pour la façon de représenter le coffre, les tissus et les mains. On repère également un Héraclès glabre assis, sur une pélikè par ailleurs dépourvue de toute ornementation. Pour les tissus, voir par exemple un fragment de lécythe dans E. Shehi, A. Tichit n. prec., p. 124, fig. 10.

24 K. Minollari, « Red‑figure vases from Durres. A reflection of a local culture ? », dans Journal of Archaeological Science: Reports 21 (2018) p. 1025‑1034. Les travaux archéométriques en cours à Dyrrhachion et Apollonia permettront peut‑être de mieux établir les faits.

25 Outre la découverte de nombreux indices archéologiques (séparateurs, ratés de cuisson), j’ai mis en évidence l’existence d’un peintre ou d’un groupe de peintres qui aurait produit au moins une dizaine des vases découverts à Apollonia, probablement dans les environs de la cité. Il en sera question lors d’un colloque organisé en décembre 2019 à Tirana : « The red‑figured vases of Apollonia (Illyria): between imitation of Italian models and innovation », L'archeologia della morte in Illiria e in Epiro contesti, ritualita’ e immagini tra eta’ ellenistica e romana, Tirana, 16‑19/12/2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — L’hydrie d’Héraclès et la sphinx, musée d’Apollonia, inv. 2527.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 2 — Dessin de la scène de l’hydrie d’Apollonia, inv. 2527.
Crédits Dessin Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 3 — Héraclès sur l’hydrie Apollonia 2527.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Fig. 4 — Lécythe à figures noires du Peintre d’Athéna (vers 490 av. J.-C.).
Légende Provenance : Géla. LIMC, V, s.v. Herakles, n° 2245.
Crédits D’après Kaiserlich Deutsches ArchäOlogisches Institut, Jahrbuch des Kaiserlich Deutschen Archäologischen Instituts [1886], p. 172.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 5 — Lécythe attique à figures rouges, 450-400 av. J.-C.
Légende Provenance Géla. MAR Palermo NI2153 n2, Beazley, ARV 2 1204.1
Crédits Cl. Marie-Lan Nguyen.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 6 — Les deux oiseaux sur l’hydrie Apollonia 2527.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Fig. 7 — Le satyre sur l’hydrie Apollonia 2527.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Titre Fig. 8 — La sphinx sur l’hydrie Apollonia 2527.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 659k
Titre Fig. 9 — Lécythe attique (425-375 av. J.-C.).
Crédits Athènes, musée de l’Agora, P16874 (M.B. Moore, « Attic Red-Figured and White-Ground Pottery », The Athenian Agora 30 (1997), pl. 94.960, http://www.beazley.ox.ac.uk/​record/​96D6464F-2CF8-4886-8C53-6005B5BF17FB.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 10 — Oenochoé apulienne (vers 350 av. J.-C.), associée au peintre de l’Ilioupersis.
Crédits Coll. privée d’Allemagne (ex. Zürich, Arete) (RVAp I, 8/139 ; Schaeunburg 1982, p. 235).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 11 — Gravure (1670-1692), Le repos d’Hercule, Imagines Farnesiani Cubiculi Cum ipsarum monocromatibus et ornamentis.
Crédits P. Aquila, d’après A. Carracci (cl. British Museum, inv. 1865,1111.212 : https://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details.aspx?assetId=https://www.britishmuseum.org/​research/​collection_online/​collection_object_details.aspx?assetId1135908001&objectId=3317458&partId=1
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 12 — Coupe à figures rouges, vers 460 av. J.-C.
Crédits D’après LIMC, V, s.v. Herakles, n° 3219, pl. 144.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 13 — La photogrammétrie a permis de déterminer les mesures du vase précisément, malgré la vitrine, ainsi que de produire un déroulé de la scène. Des recherches sont en cours pour perfectionner la technique.
Crédits Cl. Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Fig. 14 — Profil de l’hydrie Apollonia 2527, d’après la photogrammétrie, la lèvre semble avoir été déformée lors de la cuisson.
Crédits Dessin Fabien Bièvre-Perrin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 15 — Hydrie lucanienne attribuée à l’atelier du peintre de Creuse (400-375 av. J.-C.).
Crédits D’après Metropolitan Museum, inv. 19.192.45, https://www.metmuseum.org/​art/​collection/​search/​250778.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 16 — Deux autres hydries conservées au musée d’Apollonia d’Illyrie (n° d’inventaire inconnu et n° 1029).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/742/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Bièvre‑Perrin, « Héraclès, le satyre et la sphinx »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 125-138.

Référence électronique

Fabien Bièvre‑Perrin, « Héraclès, le satyre et la sphinx »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/742 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.742

Haut de page

Auteur

Fabien Bièvre‑Perrin

Gerda Henkel Stiftung/Aix‑Marseille Université - LabexMed, USR 3155 IRAA.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search