Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Les premiers travaux miniers à Ma...

Les premiers travaux miniers à Maronée-Camariza du Laurion

Οι πρώτες µεταλλευτικές εργασίες στη Μαρώνεια-Καµάριζα του Λαυρίου
The first mining works at Maroneia-Kamariza in Lavrion
Georges N. Dermatis
p. 225-242

Résumés

La lecture des documents modernes (rapports techniques des ingénieurs grecs et français et cartes minières de la Compagnie Française des Mines du Laurium, élaborés lors de la reprise des travaux miniers à Camariza du Laurium au xixe s.) qui décrivent les restes des travaux miniers antiques à Camariza, qu’il s’agisse des terres accumulées en quantités considérables au fur et à mesure de l’extraction (haldes), des plynites rejetées au cours de la concentration ou des scories issues de la fusion, permet de localiser en ce lieu la Maronée antique, ainsi baptisée par analogie avec la Maronée de Thrace. Ils nous livrent même une image étonnamment précise de ces travaux pionniers, réellement gigantesques, très précisément aux puits miniers Hilarion N° 1, Serpieri N° 1, Jean Baptiste N° 1. Les rapports relatifs au puits Jean Baptiste N° 1 mettent particulièrement en exergue l’antique extraction des veines à une profondeur d’à peine 28 m et la présence d’un riche gisement de plomb argentifère à 76 m, sur une longueur de 500 m et une épaisseur de 2 à 8 m, qui est, très probablement, le fameux « contact » repéré en 483 av. J.‑C.

Haut de page

Notes de l’auteur

La présente étude reprend pour l’essentiel les éléments signalés dans une contribution de l’auteur au Colloque d’Athènes (20‑22 avril 2015) sur Mines, Metals and Money in Attica and the Ancient World, organisé conjointement par la direction des Musées épigraphique et numismatique d’Athènes et le Centre Australien d’études numismatiques antiques de l’Université de Macquarie.

Texte intégral

« ἀργύρου πηγή τις ἐστιν αὐτοῖς,
θησαυρὸς χθονός ».
Les Perses, v. 238.

  • 1 Voir récemment C. Flament, « A Note on the Laurium Stratigraphy and the Early Coins of Athens: the (...)
  • 2 VII, 144.
  • 3 Ath. Polit., XXII, 7.
  • 4 Passages abondamment commentés par J. Labarbe, La Loi navale de Thémistocle (1957).

1La découverte du troisième contact métallifère de plomb argentifère dans la région du Laurion se situe dans les premières années du ve s., avant 483 av. J.‑C. en tout cas1, sur un site qui reçut le nom de « Maronée ». Eschyle y fait allusion dès 472, décrivant le lieu de la découverte comme une « source d’argent » et un « trésor souterrain ». Hérodote2 l’évoque ensuite, avant qu’Aristote3 à son tour mentionne la découverte des mines de Maronée comme un événement majeur qui permit la construction des trières victorieuses des Perses à Salamine4. Et l’on n’ignore pas à quel point, ensuite, les « chouettes » d’Athènes firent la fortune de la Cité et ouvrit le « siècle d’or » de Périclès.

  • 5 Voir e.a. C. E. Conophagos, Le Laurium antique et la technique grecque de la production de l’argent (...)

2La renaissance du Laurion au xixe s., à partir de 1865, s’inscrit donc dans une longue histoire, autant qu’elle résulte d’une dynamique contemporaine : révolution industrielle et développement de l’industrie métallurgique en Europe occidentale, création de l’État grec et premières tentatives d’industrialisation du pays. Les témoignages historiques, qui en Grèce ont joué un rôle décisif dans cette renaissance, affleuraient sous la forme de vestiges de la métallurgie antique – ceux de la fonte (scories), mais aussi ceux de la concentration (terres métallifères ou plynites des laveries antiques)5 ou de l’extraction (haldes, puits, galeries, salles d’extraction) – et de traces laissées par les techniques utilisées en surface et en sous‑sol, tous éléments valorisés par les entrepreneurs modernes, dont les réalisations s’inscrivirent réellement dans le prolongement des travaux antiques : reprise de l’exploitation aux mêmes lieux et dans la même logique de production.

  • 6 G. N. Dermatis, « Les mines de Maronée-Camariza au Laurion », dans Liber Amicorum Tony Hackens. Num (...)

3Il est donc naturel de tirer profit des recherches et des travaux réalisés au xixe s. – qu’il s’agisse d’extraction ou de métallurgie – pour localiser la Maronée antique en un secteur particulier de la région minière du Laurion, comme nous l’avons fait6, en proposant d’identifier Maronée à la moderne Camariza. Il suffit, pour se convaincre qu’il en est bien ainsi, de prendre en compte les vestiges de l’exploitation antique parfaitement conservés jusqu’au xixe s., même si fait encore défaut une preuve directe incontestable, comme, par exemple, un témoignage épigraphique. Nous ne manquons pas, à cet égard, d’indices probants :

  1. l’intensité et l’extension des travaux miniers souterrains liés au troisième contact – comparées à d’autres secteurs du Laurion – n’ont été nulle part aussi denses qu’à Camariza, ainsi qu’en attestent les relevés réalisés au xixe s. ;
  2. il en va de même pour les dépôts engendrés par l’exploitation, qu’il s’agisse des haldes, des plynites (terres métallifères) ou des scories, sans commune mesure avec le reste du Laurion ;
  3. et cela explique que les rapports préliminaires des ingénieurs du xixe s. se concentrèrent sur Camariza avant tout. Leur intérêt primordial pour ce site peut faire office de preuve.

4Dans le prolongement de l’étude de 2007, nous voulons ici, avant tout, attirer l’attention des chercheurs sur l’importance des rapports modernes d’expertise et d’évaluation des gisements miniers, qui à eux seuls constituent, comme on le lira ci‑dessous, d’authentiques « fouilles » sur les traces des mineurs antiques. À les lire sans a priori, on est en mesure de localiser avec une grande précision le lieu de découverte du troisième contact – au début du ve s. av. J.‑C. – en ce lieu que les sources ont dénommé « Maronée », là où fut mise en chantier l’exploitation de ce fabuleux gisement. À la différence des sources antiques, totalement muettes sur l’emplacement exact de cette « Maronée » du Laurion, les archives laissées par les ingénieurs du xixe s. (plans, cartes, relevés, rapports) sont dénuées de toute ambiguïté. La plupart, toutefois, sont encore inédits ou, lorsqu’ils ont été signalés, n’ont pas fait l’objet d’une investigation adéquate. Les documents graphiques, quand on les éclaire par les analyses de J.‑B. Serpieri, A. Cordellas, P. Vouyoukas, de Reydellet, S.A. Papavasiliou, sont en réalité aujourd’hui l’unique voie pour localiser, aussi précisément que possible, le point de départ des travaux miniers antiques à Maronée/Camariza et mettre adéquatement en perspective la découverte du troisième contact.

  • 7  D. Morin et A. Photiades, « Nouvelles recherches sur les mines antiques du Laurion (Grèce) », dans (...)
  • 8 A. Cordellas, Description des produits des mines du Laurium et d’Oropos exposés à la troisième péri (...)
  • 9  Voir G. N. Dermatis, Λαύρειο το Μαύρο Φως. Η Μεταλλευτική και Μεταλλουργική Βιοµηχανία στο Λαύρειο(...)

5Les premiers mineurs antiques, une fois qu’ils eurent repéré le troisième contact, eurent l’audace de creuser des puits7 à la recherche de ce gisement particulièrement riche en plomb argentifère. L’étape suivante, comme le signale A. Cordellas dans son rapport, consista à suivre les veines métallifères pour aboutir finalement aux couches les plus abondantes : « Dans la vallée de Camariza, qui se trouve à 150 ou 175 mètres au‑dessus du niveau de la mer, on rencontre une grande quantité de ces filons, fouillés et exploités par les anciens. C’est probablement en les suivant que les anciens mineurs sont arrivés à découvrir les immenses et riches couches du contact8 ». Le troisième contact à Maronée-Camariza était, en effet, exceptionnellement riche et étendu. Il n’est pas fortuit que les mineurs modernes choisirent d’y débuter leurs explorations, en élargissant trois puits antiques qu’ils dénommèrent Hilarion N° 1 (du nom de Hilarion Roux, co‑fondateur de la première société du Laurion, Hilarion Roux et Cie, 1865‑1873), Jean‑Baptiste N° 1 et Serpieri N° 1 (tirés respectivement du prénom et du nom de Jean‑Baptiste Serpieri, co‑fondateur de la même société) et qui demeurèrent jusqu’en 1970, c’est‑à‑dire pour plus d’un siècle, les trois principaux sites d’extraction9. Donnons donc la parole aux acteurs du renouveau minier, dont les témoignages en disent long sur leur dette vis‑à‑vis des Anciens. Ils sont si limpides qu’il suffit de les lire pour découvrir comment, entre 1870 et 1875, ils procédèrent à la remise en exploitation des infrastructures antiques à Camariza.

  • 10 Έγγραφα περί των εν Λαυρίω µεταλλευµάτων υποβληθέντων εις την Βουλήν υπό του υπουργού των Οικονοµικ (...)

6Commençons par le rapport technique de 1870 signé J. B. Serpieri et A. Cordellas10 :

7a) À propos du puits minier Hilarion N° 1 : « on a rouvert un puits antique … en le nettoyant des remblais accumulés par les eaux de ruissellement, qui le comblèrent. D’une profondeur de 30 m et de section carrée, de 1,3 m sur 1,3 m, creusé à travers le schiste et le calcaire, il aboutit, au cœur de la colline, à la mine antique abandonnée, d’où les Anciens jadis extrayèrent d’importantes quantités de minerai comme (nous le découvrîmes) au fur et à mesure de notre progression par les galeries effondrées… ». La profondeur de 30 m est indiquée par la lettre A sur le relevé afférent du puits Hilarion N° 1 (fig. 1) ; celle de 37 m, signalée par la lettre B, indique le niveau d’approfondissement atteint en 1870. Le même relevé signale le gisement métallifère du troisième contact entre schiste et calcaire ainsi que le niveau des travaux antiques. Un authentique « relevé de fouilles » !

Fig. 1 — Puits minier antique (dénommé « Hilarion N° 1 » à l’époque moderne), au lieu-dit Verzekos (= Bertsekos).

Fig. 1 — Puits minier antique (dénommé « Hilarion N° 1 » à l’époque moderne), au lieu-dit Verzekos (= Bertsekos).

Dessin de A. Cordellas, 1870 ; ΙΑΛ-ΕΜΕΛ, Archives historiques du Laurion, Société d’études de la Lauréotique.

8b) Au puits minier Serpieri N° 1 : « (Le puits), bouché aux deux tiers par des remblais, a été nettoyé jusqu’à une profondeur de 65 m. Le fond aboutit à une mine antique où fut exploitée jadis une veine de galène sulfurée de plomb. »

  • 11 Même document que celui signalé n. précédente, p. 10‑11.

9c) Au puits minier Jean‑Baptiste N° 1 : « Ce puits A relié à une mine antique, en laquelle furent réalisées des extractions étendues, atteint à une profondeur de 28 m une galerie antique B... ». Sur le second relevé (fig. 2) relatif à ce puits sont reportés la hauteur du puits antique (lettre A) et son approfondissement sur 24 m. supplémentaires (lettre Γ), l’épaisseur du troisième contact entre le schiste et le calcaire, les extractions des Anciens le long des veines α, β, γ, δ, ε, la galerie antique (lettre B) qui rejoint le puits antique, et la nouvelle galerie ∆ (ouverte en 1870). Ces indications relatives au puits Jean‑Baptiste N° 1 recoupent celles du rapport technique de 1870 rédigé par la Commission de l’État, constituée de P. Vouyoukas, responsable des mines, Th. Ipitis et G. Oikonomos : « Parvenus au lieu Camariza et en parcourant différents sites sur lesquels, à la suite de sondages fructueux de veines métallifères ou de gisements de minerais, furent ouverts différents puits et galeries antiques, nous prêtâmes attention à la mine dénommée « Jean‑Baptiste » … en laquelle nous pénétrâmes … ; on y rencontre de larges galeries souterraines, des vestiges d’extractions antiques dans plusieurs directions… ; une enquête plus large des galeries souterraines antiques, conformément à l’esprit de la mission, se révéla impossible, en raison des difficultés rencontrées tant pour descendre que pour remonter à l’intérieur du puits, et (aussi à cause) de l’effondrement des galeries souterraines antiques… »11.

Fig. 2 — Puits minier antique (dénommé « Jean-Baptiste N° 1 » à l’époque moderne).

Fig. 2 — Puits minier antique (dénommé « Jean-Baptiste N° 1 » à l’époque moderne).

Dessin de A. Cordellas, 1870 ; ΙΑΛ-ΕΜΕΛ, Archives historiques du Laurion, Société d’études de la Lauréotique.

  • 12 A. Cordellas (n. 8), respectivement p. 21‑22, 26‑27 et 23‑24.

10Dans son rapport de 187512, au terme de huit années d’intenses recherches dans les travaux souterrains des Anciens à Camariza, au moment où reprennent les travaux d’extraction, A. Cordellas récapitule ses observations, dont nous extrayons les passages suivants :

11a) À propos du puits Hilarion N° 1 :
« Aux environs de ce puits, on rencontre de nombreuses traces de travaux antiques, par lesquels nos prédécesseurs ont exploité plusieurs gîtes superposés (...) et enfin un troisième gîte très riche a été constaté par notre puits. Lorsque la reprise du fonçage de ce puits fut décidée, il avait alors 30 mètres de profondeur, il recoupait les micachistes de la surface, les calcaires inférieurs, une autre couche de micachistes et s’arrêtait au mur du 3e amas de plomb ».

12b) À propos du puits Serpieri N° 1 :
« Ce puits situé aux environs de Camaresa, et à 600 mètres au Sud‑Est du [Jean Baptiste N° 1 ] (...) Avant la reprise des travaux actuels ce puits avait rencontré, à 66 mètres de profondeur et au contact des schistes et des calcaires inférieurs, de très grands vides, restes de l’exploitation d’un riche amas de plomb (...). Au milieu des vastes exploitations antiques, on a trouvé dernièrement un filon ou griffon d’un mètre de puissance, se dirigeant vers la profondeur, avec une inclinaison de 88 degrés (...). Autour du puits Serpieri, l’on rencontre des excavations qui toutes aboutissent à des travaux très étendus ».

  • 13 Voir fig. 2, la lettre B.

13c) À propos du puits Jean‑Baptiste N° 1 :
« Ce puits creusé par les anciens jusqu’à une profondeur de 28 mètres (...). Au fond du puits, les Grecs avaient pratiqué une petite galerie13, par laquelle ils avaient recoupé plusieurs filons assez riches en plomb, mais d’une faible puissance. Cependant, à l’extrémité de cette galerie se présente un filon d’un mètre composé de carbonates de plomb et de fer, et de galène d’une teneur moyenne de 3.000 gr d’argent à la tonne de plomb (...). À 76 mètres nous avons trouvé des travaux antiques très développés. Par ces travaux, les premiers mineurs avaient exploité, sur une longueur de plus de 500 mètres, une couche de plomb très riche, et d’une puissance de 2 à 8 mètres (...). Les travaux antiques du puits se dirigent dans tous les sens... Les parties tendres et riches du gisement ont été enlevées, les autres ont été laissées en place. Le toit est soutenu, dans ses parties faibles, par des piliers en maçonnerie en pierre sèche, qui sont encore très bien conservés ».

  • 14 C.F.M.L, Rapport de Reydellet, 1875, p. 3‑4 (document dactylographié) (Archives M. Markoulis).
  • 15 C.F.M.L, Rapport de Reydellet, 1875, p. 4‑5, 18.
  • 16 A. Cambresy, Le Laurium (1889), p. 141.

14Dans son rapport de 1875, l’ingénieur de la Compagnie française des mines du Laurion, de Reydellet, fournit, lui aussi, de bien intéressantes informations sur la richesse métallifère et les travaux anciens à Camariza : « Pour la région de Camaresa, au contraire, sur près de deux kilomètres de longueur, et 510 mètres de largeur, on a la certitude que les anciens ont exploré et exploité tout ce qui s’est trouvé assez riche pour les moyens de lavage et de fusion dont ils disposaient. En rapprochant simplement les plans relevés aux puits Jean Baptiste, Clémence, Serpieri et Isabelle, le périmètre englobé est de 25 hectares dont 1/5 environ occupé par les vides (...). Les Grecs m’ont paru avoir exploité aussi bien des carbonates riches que les sulfures, plus avancés en cela que les Celtibères qui les ont partout négligés »14. Nonobstant, l’échantillonnage réalisé essentiellement dans les secteurs des puits Serpieri N° 1, Jean‑Baptiste N° 1 et Hilarion N° 1, révéla des contenus encore exploitables en plomb argentifère15, ce qui, une fois de plus, a été analysé comme l’indice d’une « puissante mine... où les travaux de mines ont été le plus développés, où ils ont atteint la plus grande profondeur », comme l’écrira, 14 ans plus tard (en 1889) le minéralogiste A. Cambresy16. Du reste, l’exploitation un siècle durant a donné pleinement raison aux estimations de A. Cordellas et de Reydellet.

  • 17 Έκθεσις περί της επιθεωρήσεως των εν Λαυρείω µεταλλείων υπό Σ.Α. Παπαβασιλείου, Υπουργείον των Οικο (...)

15L’extraction du riche minerai de plomb argentifère créa de grands vides dans les travaux souterrains et dans les salles d’extraction du secteur minier du puits Serpieri N° 1, que signala, à la suite de son inspection de 1893, S. A. Papavasiliou, secrétaire du bureau des Mines du ministère de l’Économie : « Mine de Camareza : il importe de prendre des mesures contre l’effondrement des vides gigantesques provoqués au premier étage par l’extraction antique, qu’on peut évaluer entre 20.000 et 40.000 m3. Ces vides remontent à 2.000 ans et plus »17.

  • 18 C. Conophagos (n. 5) annexe en fin de volume, la date, par erreur, de 1890 et la surcharge de compl (...)
  • 19 On ne peut que souligner la rigueur et l’abondance des documents graphiques réalisés par les ingéni (...)

16La carte minière de 1903, bien connue18, réalisée par la Compagnie française des mines du Laurion19 nous renseigne sur l’importance des travaux au troisième contact à Camariza (fig. 3). Sur des cartes similaires de la même Compagnie, réalisées quelques années plus tôt, on peut observer, rendu avec une étonnante précision, le dense réseau de galeries – un véritable labyrinthe – dans les secteurs des puits centraux Hilarion N° 1, Serpieri N° 1 et Jean‑Baptiste N° 1, ainsi que les puits miniers incroyablement nombreux, tous des travaux anciens, tantôt laissés en l’état, tantôt élargis pour les besoins de l’exploitation moderne (fig. 4 à 8) :

Fig. 3 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du troisième contact à Camariza.

Fig. 3 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du troisième contact à Camariza.

Extrait du relevé dressé par A. Rappigno, signé par le directeur général de la Compagnie française des mines du Laurium, R. Marià, 1903.

Archive I. Katsikas.

17a) À propos du puits Hilarion N° 1 :

  • sur un relevé topographique de 1893 (fig. 4) sont dénombrés jusqu’à 15 sites dont 11 sont signalés comme puits (« P. Hilarion ») et 4 comme descenderies (« Des. Hilarion »)20, et reportés les chemins qui les relient ainsi que les installations en surface ;
  • sont de même localisés 11 puits « Hilarion » et 3 descenderies, ainsi que 3 puits dénommés Bertseko et une descenderie, sur une carte minière de 1895-1897 (fig. 5) ;
  • sur la carte minière de 1898 (fig. 6) sont dénombrés 15 puits « Hilarion » dont 10 sont, cette fois, identifiés et 2 descenderies.

Fig. 4 — Feuille N° 20, Carte topographique (puits, routes, descenderies, immeubles).

Fig. 4 — Feuille N° 20, Carte topographique (puits, routes, descenderies, immeubles).

Extrait du relevé dressé par les Frères Salton, Juillet 1893.

Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, Université polytechnique d’Athènes [NTUA]).

Fig. 5 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».

Fig. 5 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».

Extrait du relevé dressé par C. Salton, signé par le directeur général de la Compagnie française des mines du Laurium, A. Moulle, 1895-1897.

Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, université polytechnique d’Athènes [NTUA].

Fig. 6 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».

Fig. 6 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».

Extrait d’un relevé, dont la signature n’a pu être déchiffrée, de Janvier 1898.

Archives M. Markoulis.

18b) Dans le secteur du puits Serpieri N° 1 :

  • sur la carte minière de 1898 (fig. 7) sont dénombrés jusqu’à 15 puits avec le nom « Serpieri », dont 14 sont localisés et une descenderie qui menait, comme dans le secteur Hilarion, aux galeries donnant accès aux travaux souterrains. S’y ajoutent 2 puits complémentaires portant les noms « Isabelle » et « Tunnel. »
  • sur la carte minière de 1903 (fig. 3) sont dénombrés 17 puits avec le nom « Serpieri », dont 16 sont localisés, les 2 puits « Isabelle » et « Tunnel », un autre dit « De la Rotonde » et une descenderie.

Fig. 7 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) des secteurs miniers « Serpieri N° 1 » et « Jean Baptiste N° 1 ».

Fig. 7 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) des secteurs miniers « Serpieri N° 1 » et « Jean Baptiste N° 1 ».

Extrait du même dessin que celui de la fig. 6.

Archives M. Markoulis.

19c) Dans le secteur du puits Jean‑Baptiste N° 1 :

  • sur la carte minière de 1898 (fig. 7) sont reportés 2 puits avec le nom « Jean‑Baptiste » et 2 descenderies, ainsi que 4 autres puits : 2 portent le nom « Papillon », un celui de « Francisque » et le dernier appelé « Clémence ». Sur la carte minière de 1895‑1897 on repère aussi la partie intensément exploitée du troisième contact du même puits (fig. 8).
  • on retrouve les mêmes puits sur la carte de 1903 (fig. 3), mais sans descenderie.

Fig. 8 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Jean Baptiste n° I ».

Fig. 8 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Jean Baptiste n° I ».

Extrait du même dessin que celui de la fig. 5.

Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, université polytechnique d’Athènes [NTUA].

Conclusions

  • 21 C. Conophagos (n. 5) ; id., Η ∆ηµοκρατία της Αθήνας και οι παραχωρήσεις στους πολίτες της των µεταλ (...)

20Tant d’informations sur les chantiers miniers souterrains que redécouvrirent, après tant de siècles d’abandon, les ingénieurs modernes – qui prirent soin de les décrire et de les cartographier en l’état, avec autant d’enthousiasme que de précision –, sont comme une fouille méthodique qui nous autorise – avec les réserves d’usage – à délimiter avec précision le périmètre des premiers travaux d’extraction antiques associés au nom de Maronée, dans la région de Camariza, mais plus encore de situer, sans grand risque, les lieux précis où fut repéré le troisième contact aux endroits où furent rouverts les puits « Hilarion N° 1 », « Serpieri N° 1 » et « Jean‑Baptiste N° 1 ». Plus particulièrement la richesse des veines de plomb argentifère au puits « Jean‑Baptiste N° 1 » à une profondeur d’à peine 28 m et l’opulent gisement à 76 m, sur une longueur de 500 m et une épaisseur de 2 à 8 m, sont ce que l’on attend en écho à la surprise éprouvée par les Anciens lors de la découverte du troisième contact à Maronée. Il en subsiste toutes ces galeries souterraines desquelles Athènes, grâce au travail des esclaves, aux innovations technologiques, à l’établissement d’un programme d’exploitation performant21, à une législation adéquate, put extraire l’argent qui fit sa puissance.

Haut de page

Notes

1 Voir récemment C. Flament, « A Note on the Laurium Stratigraphy and the Early Coins of Athens: the Work of D. Morin and A. Photiades and its Impact on the Study of Athenian Coinage », AJN 23 (2011), p. 1‑6, qui remet en perspective la découverte du troisième contact à Maronée, tant sur le plan chronologique que dans ses conséquences historiques.

2 VII, 144.

3 Ath. Polit., XXII, 7.

4 Passages abondamment commentés par J. Labarbe, La Loi navale de Thémistocle (1957).

5 Voir e.a. C. E. Conophagos, Le Laurium antique et la technique grecque de la production de l’argent (1980), p. 212‑273 ; J. E. Jones, « Laurion: Agrileza, 1977‑1983. Excavations at a Silver‑Mine Site », ArchRepts (1984‑85), p. 106 s. ; id., The Planning and Construction of Attic Ergasteria, Bautechnik der Antike (1991), p. 107s. ; id., « The Three Washeries at Agrileza in the Laureotiki », dans Ἀργυρῖτις γῆ, Χαριστήριο στον Κ. Κονοφάγο (1998), p. 43‑53 ; C. G. Tsaimou, E. C. Conophagos, « Σύστηµα σταθερής πίεσης στον εµπλουτισµό των επιπέδων πλυντηρίων του αρχαίου Λαυρίου », ibid., p. 155‑162 ; C. Domergue, « Remarques sur le fonctionnement des laveries planes du Laurion », dans Ἀργυρῖτις γῆ, Χαριστήριο στον Κ. Κονοφάγο (1998), p. 33‑41 ; id., Les mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine (2008) ; E. Ch. Kakavoyannis, Μέταλλα εργάσιµα και συγκεχωρηµένα. Η οργάνωση της εκµετάλλευσης του ορυκτού πλούτου της Λαυρεωτικής από την Αθηναϊκή ∆ηµοκρατία, ΥΠΠΟ (2005), p. 217‑260 ; G. Papadimitriou, « Ore washeries and water cisterns in the mines of Laurion-Attica », dans Cura Aquarum in Greece, Athens 2015 (2017), Part 2, p. 395‑416 ; id., « Τα κυκλικά τριβεία του Λαυρίου. Η συµβολή τους στην παραγωγή αργύρου και µολύβδου », Αρχαιολογία και Τέχνες 125 (décembre 2017), p. 102‑113.

6 G. N. Dermatis, « Les mines de Maronée-Camariza au Laurion », dans Liber Amicorum Tony Hackens. Numismatica Lovaniensia 20 (2007), p. 57‑65, où l’on trouvera la bibliographie détaillée. D’autres, avant nous – notamment E. Ardaillon et C. Conophagos – y avaient songé déjà, en tirant parti d’un relevé de A. Cordellas qui fut l’un des premiers, sinon le premier, à identifier Maronée à Camariza, voir ibid., p. 60, n. 15‑16, identification qui fut ensuite contestée par J. Labarbe (et à sa suite par Maria Oikonomakou), ibid., p. 59, n. 10. E.Ch. Kakavoyannis, au départ, localisait, lui aussi, la Maronée antique à Camariza, après avoir découvert les plus anciennes installations d’enrichissement (premières laveries) dans la vallée Bertseko, incluse dans la région de Camariza, installations qu’il reliait au traitement des minerais de plomb argentifère du troisième contact découvert par les Anciens à Maronée, au point d’appeler la vallée Bertseko le « ravin de Maronée ». Ces premières laveries, il les datait alors, à partir des tessons de surface, des premières décennies du ve s. av. J.‑C. (E. Ch. Kakavoyannis, « Αρχαιολογικές έρευνες στην Λαυρεωτική για την ανακάλυψη µεταλλευτικών έργων και µεταλλουργικών εγκαταστάσεων των προκλασικών χρόνων », dans Αρχαιολογικά Ανάλεκτα εξ Αθηνών xxii [1989], p. 71‑87). On constate toutefois que l’auteur, dans sa thèse Μέταλλα εργάσιµα... (Athènes, 2005), quand il présente en détail et avec grand soin ces anciennes installations de Bertseko, ne les relie plus à la découverte du troisième contact de Maronée, tenue alors pour un événement indépendant de la mise en place des laveries de Bertseko (voir op. cit., p. 237‑242, 323, 329), et ne dit plus rien d’une éventuelle identification Maronée-Camariza, se démarquant sans plus de la proposition de M. Oikonomakou, laquelle, tirant notamment parti de la découverte d’une inscription signalant un « Ἑρµαϊκόν » [s.e. µέταλλον, « mine »], situait erronément Maronée au lieu‑dit Elaphos et dans les vallées de Botsaris, Souriza et Noria (ibidem, p. 44‑45). Il importe d’insister sur le fait que les premières laveries ne peuvent pas être reliées à la découverte du troisième contact à Maronée, dans la mesure où de telles installations étaient destinées à enrichir des minerais pauvres, ce qui ne peut être le cas de ceux, particulièrement riches, extraits du troisième contact, comme l’ont souligné tous les auteurs, anciens et modernes. Leur teneur étant de l’ordre de 40 à 50 %, les fondeurs les versaient en l’état dans leurs fours pour en extraire directement le plomb argentifère et, dans le prolongement, l’argent et le plomb séparément. Il s’ensuit que les premières installations de Bertseko ne peuvent dater de la fin vie-début ve s. av. J.‑C. (comme proposé ibidem p. 245), datation que, du reste, Kakavoyannis lui‑même tenait pour précaire, tant sont ténus les éléments de datation, trouvailles de surface en l’occurrence (ibidem, p. 329). En réalité, ces installations ne peuvent qu’être nettement postérieures à 483 av. J.‑C. Elles datent d’une seconde période qui commence avec la mise en œuvre de l’enrichissement de minerais pauvres, ceux troisième contact ou d’autres provenances. Ces premières laveries représentent alors les premiers essais, encore imparfaits, de ce qui deviendra par la suite les laveries d’enrichissement caractéristiques du Laurion.

7  D. Morin et A. Photiades, « Nouvelles recherches sur les mines antiques du Laurion (Grèce) », dans Pallas 67 (2005), p. 327‑358.

8 A. Cordellas, Description des produits des mines du Laurium et d’Oropos exposés à la troisième période Olympienne (1875) (doublé d’un rapport en grec), p. 17.

9  Voir G. N. Dermatis, Λαύρειο το Μαύρο Φως. Η Μεταλλευτική και Μεταλλουργική Βιοµηχανία στο Λαύρειο 1860‑1917. Ελληνική και Ευρωπαϊκή ∆ιάσταση / Laurion la Lumière Noire. L’industrie minière et métallurgique au Laurion 1860‑1917. Dimension grecque et européenne [thèse de doctorat soutenue à l’Université catholique de Louvain en 1999] (2003). Id., « Ο ρόλος των Ελλήνων Μηχανικών στο Βιοµηχανικό Λαύριο της Μεταλλείας και της Μεταλλουργίας· η σχέση µε το Εθνικό Μετσόβιο Πολυτεχνείο (EΜΠ) », texte d’une communication présenté au Congrès de l’ΕΜΠ, 170 χρόνια Πολυτεχνείο, οι Μηχανικοί και η Τεχνολογία στην Ελλάδα, Πολυτεχνειούπολη Ζωγράφου, 4‑5 mars 2009, dont l’édition numérique se trouve sur le site de l’ΕΜΠ (Université polytechnique d’Athènes) : NTUA_170years_volume_B., 2012, II, p. 77‑84. C. G. Manthos, G. N. Dermatis, Λαύριο η Βοή του Χρόνου. Το Νεότερο Λαύριο της Μεταλλείας και Μεταλλουργίας / The Rumble of Time. The Modern Lavrio of Mining and Metallurgy [édition bilingue de la Société d’Études de la Lauréotique] (2017).

10 Έγγραφα περί των εν Λαυρίω µεταλλευµάτων υποβληθέντων εις την Βουλήν υπό του υπουργού των Οικονοµικών (κατά την συνεδρίασιν της 12/2/1871), s.l.s.d., p. 3‑4.

11 Même document que celui signalé n. précédente, p. 10‑11.

12 A. Cordellas (n. 8), respectivement p. 21‑22, 26‑27 et 23‑24.

13 Voir fig. 2, la lettre B.

14 C.F.M.L, Rapport de Reydellet, 1875, p. 3‑4 (document dactylographié) (Archives M. Markoulis).

15 C.F.M.L, Rapport de Reydellet, 1875, p. 4‑5, 18.

16 A. Cambresy, Le Laurium (1889), p. 141.

17 Έκθεσις περί της επιθεωρήσεως των εν Λαυρείω µεταλλείων υπό Σ.Α. Παπαβασιλείου, Υπουργείον των Οικονοµικών, Τµήµα Μεταλλείων και Μονοπωλίων (1893), p. 8.

18 C. Conophagos (n. 5) annexe en fin de volume, la date, par erreur, de 1890 et la surcharge de compléments tirés de données archéologiques supplémentaires. Le relevé authentique date de 1903 et correspond à celui duquel nous avons extrait la partie reproduite ici (fig. 3).

19 On ne peut que souligner la rigueur et l’abondance des documents graphiques réalisés par les ingénieurs, topographes et dessinateurs de la Société Française. Cartes et plans sont désormais conservés au Parc Technologique et Culturel du Laurion, administré par l’Université Polytechnique (NTUA). Cette source inégalée d’informations constitue un ensemble original et exemplaire à plus d’un titre, d’une réelle qualité esthétique.

20 La « descenderie » est une galerie d’accès aux travaux souterrains, tandis que le puits était creusé à des fins d’exploration ou d’aération, et parfois d’extraction.

21 C. Conophagos (n. 5) ; id., Η ∆ηµοκρατία της Αθήνας και οι παραχωρήσεις στους πολίτες της των µεταλλείων της Λαυρεωτικής κατά τον 4ο αι. π. Χ. Ο βασικός ρόλος του αργύρου του Λαυρίου στην ισχύ και τον πολιτισµό της Αθήνας, document d’abord livré sous forme dactylographiée, en 1988, avant d’être imprimé à Athènes en 1997. Également, E.Ch. Kakavoyannis (n. 6).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Puits minier antique (dénommé « Hilarion N° 1 » à l’époque moderne), au lieu-dit Verzekos (= Bertsekos).
Crédits Dessin de A. Cordellas, 1870 ; ΙΑΛ-ΕΜΕΛ, Archives historiques du Laurion, Société d’études de la Lauréotique.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 2 — Puits minier antique (dénommé « Jean-Baptiste N° 1 » à l’époque moderne).
Crédits Dessin de A. Cordellas, 1870 ; ΙΑΛ-ΕΜΕΛ, Archives historiques du Laurion, Société d’études de la Lauréotique.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 3 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du troisième contact à Camariza.
Légende Extrait du relevé dressé par A. Rappigno, signé par le directeur général de la Compagnie française des mines du Laurium, R. Marià, 1903.
Crédits Archive I. Katsikas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 4 — Feuille N° 20, Carte topographique (puits, routes, descenderies, immeubles).
Légende Extrait du relevé dressé par les Frères Salton, Juillet 1893.
Crédits Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, Université polytechnique d’Athènes [NTUA]).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Titre Fig. 5 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».
Légende Extrait du relevé dressé par C. Salton, signé par le directeur général de la Compagnie française des mines du Laurium, A. Moulle, 1895-1897.
Crédits Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, université polytechnique d’Athènes [NTUA].
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Titre Fig. 6 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Hilarion N° 1 ».
Légende Extrait d’un relevé, dont la signature n’a pu être déchiffrée, de Janvier 1898.
Crédits Archives M. Markoulis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) des secteurs miniers « Serpieri N° 1 » et « Jean Baptiste N° 1 ».
Légende Extrait du même dessin que celui de la fig. 6.
Crédits Archives M. Markoulis.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 8 — Travaux souterrains (galeries, puits, descenderies) du secteur minier « Jean Baptiste n° I ».
Légende Extrait du même dessin que celui de la fig. 5.
Crédits Archives du Parc technologique et culturel du Laurion, université polytechnique d’Athènes [NTUA].
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges N. Dermatis, « Les premiers travaux miniers à Maronée-Camariza du Laurion »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 225-242.

Référence électronique

Georges N. Dermatis, « Les premiers travaux miniers à Maronée-Camariza du Laurion »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.746

Haut de page

Auteur

Georges N. Dermatis

Docteur en Philosophie et Lettres de l’Université Catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search