Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Les fortifications de Delphes dan...

Dossier : Les fortifications du monde grec

Les fortifications de Delphes dans l’Antiquité

État de la question et premiers résultats de l’étude architecturale
Οι οχυρώσεις των ∆ελφών στην αρχαιότητα: κατάσταση της έρευνας και πρώτα αποτελέσµατα της αρχιτεκτονικής µελέτης
The fortifications at Delphi in Antiquity: current state of research and first results of the architectural study
Nicolas Kyriakidis et Stéphanie Zugmeyer

Résumés

Il est convenu de considérer dans la littérature scientifique que Delphes a eu, comme Délos, « Apollon pour rempart ». De l’arrivée des Amphictions, au plus tard au moment de ce qu’il est convenu d’appeler la Première Guerre sacrée (début du vie s. av. J.‑C.), jusqu’à la fin du paganisme, le sanctuaire et la cité de Delphes ont en effet été protégés par l’interdit religieux que les membres de l’Association internationale étaient chargés de faire respecter. Cette configuration politico-religieuse a évité à la petite cité des Delphiens d’avoir à assumer la charge de défendre le riche sanctuaire. De cet idéal antique a résulté un vide scientifique et bibliographique, alors même que les études sur les fortifications ou, plus largement, sur les systèmes défensifs, ont été nombreuses ces dernières décennies. Les fouilles menées en 2017 et 2018 ont cependant permis en quelques semaines de renouveler entièrement le questionnement sur les fortifications de Delphes dans l'Antiquité.

Haut de page

Notes de l’auteur

Parce qu’il n’y a pas de recherche de terrain sans argent, nous remercions les financeurs des opérations qui ont permis les résultats inédits présentés dans cet article, au premier rang desquelles l’École française d’Athènes et l’Université Paris 8, mais aussi l’IRAA. Comme toutes les grandes aventures, celle de l’étude des fortifications de Delphes est collective. Nous voudrions témoigner de notre reconnaissance à la directrice, Madame Ath. Psalti, aux archéologues Anth. Tsaroucha et N. Petrochilos, au gardien‑chef Chr. Christopoulos et aux gardiens du Musée de Delphes qui ont fait tout leur possible pour faciliter le déroulement de nos opérations de terrain. Enfin nous voudrions remercier tous les membres de l’équipe pour leur travail et leur bonne humeur pendant ces semaines passées ensemble à Delphes.

Texte intégral

  • 1 Cette expression de Ph. Bruneau s’applique à Délos. L’absence d’intérêt des chercheurs pour les dis (...)
  • 2 Amandry 1981, p. 740‑746.
  • 3 Typaldou-Fakiris 2004, p. 255‑261 [voir le compte rendu de Rousset 2005].
  • 4 Bommelaer 2015, p. 263.

1Il est convenu de considérer dans la littérature scientifique que Delphes a eu, comme Délos, « Apollon pour rempart »1. De l’arrivée des Amphictions, au plus tard au moment de ce qu’il est convenu d’appeler la Première Guerre sacrée (début du vie s. av. J.‑C.), jusqu’à la fin du paganisme, le sanctuaire et la cité de Delphes ont en effet été protégés par l’interdit religieux que les membres de l’Association internationale étaient chargés de faire respecter. Cette configuration politico-religieuse a évité à la petite cité des Delphiens d’avoir à assumer la charge de défendre le riche sanctuaire. De cet idéal antique a résulté un vide scientifique et bibliographique, alors même que les études sur les fortifications ou, plus largement, sur les systèmes défensifs ont été nombreuses ces dernières décennies. Tout au plus P. Amandry – le savant qui s’est le plus soucié de ce problème – a‑t‑il consacré à cette question un peu moins de 6 pages (dont plusieurs de photographies) dans un article qui passe pour son « testament »2. Dans sa synthèse sur les fortifications phocidiennes, C. Typaldou-Fakiris traite du problème tout aussi rapidement sous le seul angle de l’histoire politique et technique du ive s. av. J.‑C.3 La dernière édition du Guide de Delphes relègue la description des vestiges défensifs en annexe des passages sur le gymnase ou le stade et ne leur consacre que quelques lignes4.

État de la recherche

  • 5 Diodore, XVI 25.
  • 6 Leake 1835, p. 565‑566.
  • 7 Justin, XXIV 6.
  • 8 Il invoque également Tite‑Live (42, 15), qui, narrant l’attaque dont est victime Eumène de Pergame (...)
  • 9 Ulrichs 1840, p. 117.
  • 10 Amandry 1981, p. 742.
  • 11 Valavanis 1980, p. 340.
  • 12 Typaldou-Fakiris 2004, p. 261.
  • 13 Voir par exemple Bommelaer 2015, p. 263.
  • 14 Amandry 1981, p. 744.

2L’identification des vestiges qui barrent l’accès Ouest de Delphes avec une forteresse phocidienne de la Troisième Guerre sacrée (356-346 av. J.‑C.) s’est progressivement imposée à partir du xixe s. En effet, si W. M. Leake mentionne bien les « western walls of Delphi » dans son récit de voyage et cite à la même page Diodore de Sicile qui nous apprend que « Philomélos entoura le sanctuaire d’un rempart » (Ὁ Φιλόµηλος τεῖχός τε περιέβαλετο τῷ ἱερῷ)5, c’est néanmoins pour refuser de rapprocher les vestiges du texte6. Interprétant le mot hiéron (sanctuaire) dans le sens le plus étroit du terme et s’appuyant principalement sur le récit que fait Justin de l’attaque galate de 279 av. J.‑C. qui affirme que Delphes n’était pas défendue par une ligne de remparts continus7, il conclut alors : « Probably therefore, the existing walls are of a subsequent date, and were constructed when the sanctity of the place was falling into disrespect »8. C’est à une conclusion différente que parvient quelques années plus tard H. N. Ulrichs qui n’hésite pas à identifier nos vestiges au programme de Philomélos9. cette seconde interprétation a généralement prévalu depuis. Si P. Amandry10, suivi par P. D. Valavanis11, hésitait cependant pour ces vestiges entre le ive et le iiie s. av. J.‑C., c’est‑à‑dire entre occupation phocidienne et étolienne, C. Typladou-Fakiris, dans les quelques pages qu’elle a consacré à cette fortification, accepte sans discussions une datation au début de la Troisième Guerre sacrée12 et c’est cette opinion, devenue traditionnelle, qui est généralement acceptée avec plus ou moins de prudence suivant les auteurs13. Au xixe s., les plans des voyageurs figurent un mur d’enceinte pourvu de plusieurs tours en nombre variable, tantôt situé sur la crête topographique, tantôt sur la crête militaire face à l’Ouest (fig. 1 à 3). Le plan Convert, s’il reste à ce jour le plus complet, ne laisse pas deviner de restitution (fig. 4). Les plans postérieurs, qui prennent parti sur la forme des fortifications, sont malheureusement moins complets, à l’exception de la découverte d’un nouveau tronçon vers le Sud et d’un alignement de plusieurs blocs à l’Est de la seule tour identifiée, vestiges que le plan Laroche est le seul à topographier (fig. 5). Depuis le début du xxe s., le plan restitué était celui d’une citadelle rectangulaire isolée, sans réduit défensif. Outre la phase de construction, seules quelque traces d’une réfection de l’Antiquité tardive avaient été notées, sans être plus précisément localisées ni même photographiées. À l’Est du site archéologique, au‑dessus du gymnase, un mur tardif percé d’une porte dont le montant Nord est visible de la route moderne a été interprété comme un mur d’enceinte interdisant l’accès oriental à la ville de Delphes, après l’abandon du sanctuaire d’Athéna Pronaia (fig. 6). Cette construction n’était pas mieux datée (« Du ive, ou du ve, voire du vie siècle ?14 »).

Fig. 1 — Plan général de Delphes.

Fig. 1 — Plan général de Delphes.

D’après Leake 1835.

Fig. 2 — Plan général de Delphes.

Fig. 2 — Plan général de Delphes.

D’après Ulrichs 1840.

Fig. 3 — Plan général de Delphes.

Fig. 3 — Plan général de Delphes.

D’après Laurent 1840.

Fig. 4 — Plan général de Delphes.

Fig. 4 — Plan général de Delphes.

D’après Convert 1895.

Fig. 5 — Plan général de la fortification.

Fig. 5 — Plan général de la fortification.

D. Laroche, archives EFA.

Fig. 6 — Vue de la porte Est traversée par la route moderne.

Fig. 6 — Vue de la porte Est traversée par la route moderne.

Photo EFA / D. Nouzeran.

  • 15 Sur ces opérations, se reporter aux rapports Kyriakidis et alii cités dans la bibliographie cette c (...)

3Née de la constatation de cette lacune, la présente étude constitue la première étape d’une recherche en cours. Elle a déjà pu bénéficier de deux campagnes de relevés (2013 et 2014) et de deux opérations de fouille (2017 et 2018)15.

4Les deux premières campagnes avaient permis de découvrir de nouveaux vestiges architecturaux, autour et à l’intérieur de l’espace rectangulaire identifié jusqu’à présent comme la forteresse classique/hellénistique (fig. 5). Surtout, elles ont montré que les vestiges se poursuivaient plus au Sud, posant ainsi la question d’un mur d’enceinte qui serait venu se raccorder sur la forteresse. Lors de nos fouilles de 2017 et 2018, la mise au jour des fondations, voire des élévations antiques – parfois sur près de 4 m de hauteur – et la découverte de couches archéologiques en place ont produit des résultats nouveaux. La fouille des fondations et l’étude précise des appareils nous ont mené à la conclusion qu’il n’y avait pas eu un système défensif classique-hellénistique qui aurait fait l’objet d’une reprise dans l’Antiquité tardive, mais bien deux systèmes défensifs successifs de conception et de plan différents, ne partageant aucune structure commune (fig. 7).

Fig. 7 — Plan général des vestiges.

Fig. 7 — Plan général des vestiges.

EFA / S. Zugmeyer et L. Fadin.

Une nouvelle restitution de la phase classique/hellénistique

5Dès les premières campagnes d’étude sur le terrain, il nous est apparu que les murs qui avaient été associés au sein du même ensemble architectural répondaient à deux logiques différentes. Les murs de la phase classique/hellénistique se caractérisent par un appareil trapézoïdal à décrochements et bossages dont il ne reste que très peu d’élévation. Le tracé de ce premier état de la fortification n’a été identifié qu’en suivant la tranchée de fondation du mur, taillée directement dans le rocher (fig. 8).

Fig. 8 — Rempart antique au Nord-Ouest, rocher taillé pour la mise en place des blocs de première assise.

Fig. 8 — Rempart antique au Nord-Ouest, rocher taillé pour la mise en place des blocs de première assise.

Photo EFA / S. Zugmeyer.

6Cette tranchée de fondation, soigneusement réalisée, a été creusée en même temps que la pose de la première assise de blocs. En effet, les surfaces en contact avec le lit de pose et parfois les faces de joint de chaque bloc sont taillées « sur mesure » dans le rocher. La dénivelée du terrain était compensée par une différence de niveau des lits d’attente préparés sur le rocher. Les surfaces horizontales ont été traitées soigneusement avec un piquetage assez fin alors que les faces verticales ont été dégagées plus grossièrement. Les fissures et lacunes du rocher au lit d’attente étaient comblées avec des débris de taille. Les blocs étaient alors mis en place à l’aide de pinces de bardage dont quelques encoches sont conservées. La tranchée étant plus large que les blocs de première assise, pour en faciliter la pose, l’intervalle entre les pans verticaux du rocher et les blocs était comblé avec de la terre et des éclats de taille.

7Il y a peu de blocs conservés au Nord du mur transversal Est/Ouest et il s’agit essentiellement de blocs appartenant à la première assise (fig. 9). À chaque assise, les lits d’attente des blocs sont préparés et retaillés après la pose, pour recevoir les blocs de l’assise supérieure. L’appareil des murs est trapézoïdal avec des décrochements aux assises inférieures qui sont dus à la nécessité de compenser la dénivelée du terrain. Au niveau des assises supérieures, l’appareil devait probablement être pseudo-isodome trapézoïdal. Le parement à bossage est broché de stries verticales rustiques, telles qu’on peut en observer sur d’autres forteresses de la région.

Fig. 9 — Rempart antique au Nord-Ouest, quelques blocs de première assise en place.

Fig. 9 — Rempart antique au Nord-Ouest, quelques blocs de première assise en place.

Photo EFA / S. Zugmeyer.

8Le mur est, comme de règle pour les murs de défense en grande appareil, à double parement. Large de 3,20 m en moyenne, il est constitué de deux parements et d’un remplissage de terre et de pierres, suivant une technique bien connue qui permet d’absorber les chocs. Le dispositif était renforcé par des murets irréguliers en moellons disposés transversalement au parement. Ces murets assez grossiers (et mal conservés) servaient vraisemblablement, avant tout, à faciliter le remplissage du cœur de la maçonnerie dans ce terrain en forte pente.

9La partie Sud de la fortification, matérialisée par un long mur situé sur la rupture de pente Ouest, présente également un mur à double parement (fig. 10). L’appareil du parement externe conservé sur deux assises dans deux tronçons différents, présente un appareil pseudo-isodome trapézoïdal avec un bossage où les stries verticales sont plus rares. P. Amandry rapproche ce parement du mur de soutènement de la terrasse inférieure du gymnase, de celui du mur Sud du stade et de ceux des murs de soutènement de la terrasse du portique Ouest, dont les datations sont comprises entre la fin du ive et le début du iiie siècle.

Fig. 10 — Élévation de la fortification antique à l’Ouest.

Fig. 10 — Élévation de la fortification antique à l’Ouest.

EFA / M. Bublot.

Disposition générale (fig. 7)

10Les opérations de terrain nous ont permis de découvrir le tracé de la fortification classique/hellénistique tel qu’il n’avait jamais pu être observé. Elles ont notamment permis de mettre au jour le mur transversal Est/Ouest, la courtine Est avec une tour d’angle ainsi qu’une probable porte au Nord‑Est, dont la fouille n’est pas achevée.

11Nous restituons ainsi une citadelle d’une superficie de 3500 m2, qui s’étendait d’une crête militaire à l’autre et dont les angles Sud étaient protégés par des tours pleines de plan carré de 8 m de côté. La tour Sud‑Ouest, contre laquelle s’adossait vraisemblablement un escalier, couvrait en outre l’accès à une poterne située à une dizaine de mètres plus au Sud.

12Sur cette forteresse venait s’appuyer un mur longeant la rupture de pente Ouest. Il est conservé actuellement sur une longueur de 150 m en direction du Sud. Nous avons là un dispositif qui – contrairement à ce qui a pu être suggéré parfois – conforte le témoignage de Diodore.

À l’Est

13La question de la protection des accès Est de Delphes pose encore problème. En l’état actuel des connaissances, nous ne savons pas si une fortification protégeait le site à l’Est. Plusieurs possibilités sont envisageables : le mur pourrait en effet être recherché en avant de Marmaria ou adossé au péribole de Marmaria ou encore dans le secteur du gymnase, voire à hauteur de Castalie. Dans ces deux dernières configurations, la topographie serait plus favorable à l’établissement d’une fortification, mais le sanctuaire d’Athéna Pronaia formerait alors une sorte de redoute. Une dernière possibilité serait qu’il n’y ait pas de défense à l’Est. Cette question demeure ouverte.

Une nouvelle restitution de la phase tardo-antique (fig. 7)

14Pendant l’Antiquité tardive, une nouvelle fortification est implantée sur l’éperon rocheux où s’était déjà installée la forteresse classique-hellénistique. Cette fortification ne reprend pas les vestiges de l’ancienne forteresse, mais adopte une disposition très différente. Cette nouvelle position est même incompatible avec la conservation des vestiges de la forteresse classique-hellénistique et expliquerait son démantèlement complet si celui‑ci n’avait pas eu lieu antérieurement.

15La plus grande nouveauté de la fouille vient cependant de l’ampleur des vestiges. Les murs mis au jour composent une vaste fortification pour laquelle ont pu être identifiées deux phases constructives majeures qui ont chacune connu des remaniements.

Description

16Un large mur Est/Ouest en maçonnerie de moellons et fragments de briques barre l’éperon. À l’Est, il s’interrompt sur le terrain abrupt qui domine le site de la ville antique, au‑dessus du stade. À l’Ouest, il semble se prolonger dans les terrasses plantées qui bordent le village moderne. Ce mur a été renforcé par une large tour a implantée contre son parement Nord, sur la crête topographique. Cette tour, qui a été fouillée entre 2017 et 2018, est pleine dans sa partie inférieure et est conservée sur plusieurs mètres de haut (fig. 11).

Fig. 11 — Tour a et rempart de l’Antiquité tardive.

Fig. 11 — Tour a et rempart de l’Antiquité tardive.

Photo EFA / Kh. Robert.

17Elle témoigne d’un système protégeant l’extrémité Sud de l’éperon, au Sud du mur Est‑Ouest. Les fouilles de 2018 ont d’ailleurs permis la découverte, à cet endroit, des vestiges d’un habitat adossé au rempart (fig. 7c) qui a livré un matériel très riche (lustre en verre, appliques en ivoire, fragments de mosaïque...).

18Dans un deuxième temps, un long mur Nord/Sud a été implanté sur la crête de l’éperon. Ce mur, de 1,70 m d’épaisseur maximale, mal conservé, qui est constitué de moellons et fragments de briques liés au mortier comporte également, dans sa partie Sud, de nombreux blocs en réemploi. Il s’appuie au Sud sur la tour a et au Nord, sur une seconde tour b avant de prendre une direction Sud‑Ouest/Nord‑Est pour aller rejoindre les flancs abrupts du Parnasse. Il coupe le chemin des Phédriades, aussi est‑il percé d’une porte, large d’un mètre, qui a été dégagée en 2017 (fig. 12). La porte, dont le seuil maçonné est bien conservé, s’ouvrait à deux battants. Elle était flanquée à l’Ouest d’une tour carrée creuse de 5,70 m de côté, avec une ouverture vers l’Est.

Fig. 12 — Minutes du plan de la porte et de la tour b.

Fig. 12 — Minutes du plan de la porte et de la tour b.

EFA / S. Zugmeyer.

19À une époque indéterminée, le mur Sud‑Ouest/Nord‑Est et la tour b ont fait l’objet d’un doublement du côté intérieur, peut‑être pour permettre l’installation d’un chemin de ronde.

20Les différentes phases de construction avérées dans l’Antiquité tardive correspondent à deux systèmes défensifs successifs. Alors que dans un premier temps seul le quartier d’habitation semble avoir été protégé, dans un second temps, c’est la totalité de la ville de Delphes qui a été enclose d’une muraille.

Datation

  • 16 Cf. Pétridis 2010, p. 141‑144, où figure la bibliographie antérieure.

21Tous les sondages effectués en 2017 et 2018 ont permis d’atteindre des couches archéologiques, notamment la couche d’abandon du site, datée du début du viie s. de notre ère16. Elle recouvrait dans certains secteurs un niveau de circulation de l’Antiquité tardive sous lequel a été trouvé du matériel provenant des remblais de construction associés aux murs tardifs. Une fois l’étude céramologique effectuée, il sera possible de dater la construction et la durée d’utilisation de ces fortifications. En l’absence de contextes bien datés de l’Antiquité tardive avant l’abandon du site, nous avons là une opportunité exceptionnelle de restituer son épaisseur chronologique à une période cruciale dans l’histoire de Delphes, puisqu’elle correspond à l’extension maximale de l’aire urbaine. À l’autre extrémité du site, au‑dessus du gymnase, nous avons entrepris l’étude du mur d’enceinte Est de la ville proto-byzantine (fig. 13). Ce mur Sud‑Ouest/Nord‑Est se développe au‑dessus du mur Est du gymnase, de part et d’autre de la route moderne. Il s’agit d’un mur banché en moellons comportant quelques blocs de remploi. Au bord de la route, on observe les vestiges d’une porte constituée de blocs de remploi antique appareillés au mortier (fig. 6). La réalisation de deux sondages de part et d’autre du tronçon Nord du mur nous a permis d’établir qu’il était fondé directement sur le rocher et de collecter du matériel associé à sa fondation.

Fig. 13 — Vue du rempart de l’Antiquité tardive à l’Est du site.

Fig. 13 — Vue du rempart de l’Antiquité tardive à l’Est du site.

EFA / Équipe.

22Dans le remplissage contre la face Ouest du rempart, à quelques centimètres de son parement, nous avons découvert deux tombes à ciste. L’une d’entre elles contenait le corps d’un adulte, sans matériel associé. La ciste était constituée de fragments de blocs de marbre calés par des morceaux de tuiles et de briques. Trois au moins des fragments de marbre proviennent du trésor de Siphnos : leur découverte enrichit notre connaissance du démantèlement des sanctuaires à l’époque proto-byzantine et nous renseigne également sur l’évolution de la topographie funéraire et sacrée de Delphes avec la christianisation.

Conclusion

23Les fouilles menées en 2017 et 2018 ont permis en quelques semaines de renouveler entièrement le questionnement sur les fortifications de Delphes dans l’Antiquité. Les nouveaux acquis sont significatifs : détermination de l’emprise réelle de la première phase des fortifications antiques, abandon ensuite, avant la reconstruction ex nihilo d’un système défensif complet à l’échelle du site à l’époque proto-byzantine, cette dernière période ayant connu pas moins de quatre phases constructives différentes, dont deux majeures. Découverte enfin d’une nécropole jusqu’à présent inconnue à l’Est du site et d’un quartier d’habitation de l’élite, sur le promontoire à l’Ouest du sanctuaire, au‑delà de la zone des nécropoles. L’étude du matériel associé à ces découvertes et la poursuite de l’exploration archéologique des fortifications de Delphes promettent une évolution rapide des premières conclusions présentées ici.

Haut de page

Bibliographie

Amandry 1981 = P. Amandry, « Chronique Delphique (1970-1981) », BCH 105 (1981), p. 673‑769.

Bommelaer 2015 = J.‑Fr. Bommelaer, Guide de Delphes. Le site, Sites et monuments 7 (2015).

Gauthier 2000 = Ph. Gauthier, « Les institutions politiques de Delphes au iie siècle a.C. », dans A. Jacquemin (éd.), Delphes cent ans après la grande fouille : essai de bilan. Actes du Colloque international organisé par l’École française d’Athènes, Athènes-Delphes, 17-20 septembre 1992, BCH Supplément 36 (2000), p. 109‑139.

Kyriakidis et al. = N. Kyriakidis et Pl. Pétridis, « Delphes – IV. Prospection aux fortifications dites “de Philomélos” », BCH 138.2 (2014), p. 722‑726.

Kyriakidis et alii = N. Kyriakidis, D. Laroche et St. Zugmeyer, « Delphes – Les fortifications dites de Philomélos », BCH 139‑140 (2015-16), p. 763‑769.

Kyriakidis et alii = N. Kyriakidis, Pl. Pétridis et St. Zugmeyer, « Recent researches on the so‑called Philomelus’ fortifications in Delphi », dans Al. Mazarakis-Ainia (dir.), 5ο Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας, Πρακτικά Επιστηµονικής Συνάντησης, Τµήµα Ιστορίας, Αρχαιολογίας, Κοινωνικής Ανθρωπολογίας Πανεπιστηµίου Θεσσαλίας και ΥΠΠΟ, Βόλος 26.2-1.3.2015.

Kyriakidis et alii = N. Kyriakidis, Pl. Pétridis et St. Zugmeyer, « Excavating the fortifications of Delphi », pour le 6ο Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας, Πρακτικά Επιστηµονικής Συνάντησης, Τµήµα Ιστορίας, Αρχαιολογίας, Κοινωνικής Ανθρωπολογίας Πανεπιστηµίου Θεσσαλίας και ΥΠΠΟ, Βόλος 1.‑4.3.2018 (à paraître).

N. Kyriakidis, « The Fortifications of Ancient Phokis: Results and Prospects », dans K. Sporn, E. Laufer et A. Farnoux, Ancient Phokis. New approaches to its history, archaeology and topography, Papers of an international conference held at the German Archaeological Institute (DAI) Athens 30.03.-01.04.2017.

W. M. Leake, Travels in Northern Greece, vol. 2 (1835).

P. Pétridis, La céramique proto-byzantine de Delphes : une production et son contexte, FD V 4 (2010).

D. Rousset, « Compte rendu de C. Typaldou-Fakiris, Villes fortifiées de Phocide et la iiie Guerre sacrée, 356‑346 av. J.‑C. (2004) », RA 40 (2005), p. 101‑103.

C. Typaldou-Fakiris, Villes Fortifiées de Phocide et la iiie Guerre Sacrée 356-346 av. J.‑C. (2004).

H. N. Ulrichs, Reisen und Forschungen in Griechenland. I. Reise über Delphi durch Phocis und Boeotien bis Theben (1840).

P. D. Valavanis, Αρχαίος πύργος στουςελφούς, Αρχαιογνωσία 1 (1980), p. 331‑343.

Haut de page

Notes

1 Cette expression de Ph. Bruneau s’applique à Délos. L’absence d’intérêt des chercheurs pour les dispositifs techniques de protection de la ville antique montrent qu’ils ont implicitement considéré qu’il en allait de même à Delphes. Voir par exemple Gauthier 2000, p. 113‑114.

2 Amandry 1981, p. 740‑746.

3 Typaldou-Fakiris 2004, p. 255‑261 [voir le compte rendu de Rousset 2005].

4 Bommelaer 2015, p. 263.

5 Diodore, XVI 25.

6 Leake 1835, p. 565‑566.

7 Justin, XXIV 6.

8 Il invoque également Tite‑Live (42, 15), qui, narrant l’attaque dont est victime Eumène de Pergame aux abords de Delphes, ne mentionne pas de fortification.

9 Ulrichs 1840, p. 117.

10 Amandry 1981, p. 742.

11 Valavanis 1980, p. 340.

12 Typaldou-Fakiris 2004, p. 261.

13 Voir par exemple Bommelaer 2015, p. 263.

14 Amandry 1981, p. 744.

15 Sur ces opérations, se reporter aux rapports Kyriakidis et alii cités dans la bibliographie cette contribution.

16 Cf. Pétridis 2010, p. 141‑144, où figure la bibliographie antérieure.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan général de Delphes.
Crédits D’après Leake 1835.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Fig. 2 — Plan général de Delphes.
Crédits D’après Ulrichs 1840.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Fig. 3 — Plan général de Delphes.
Crédits D’après Laurent 1840.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 4 — Plan général de Delphes.
Crédits D’après Convert 1895.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 5 — Plan général de la fortification.
Crédits D. Laroche, archives EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 6 — Vue de la porte Est traversée par la route moderne.
Crédits Photo EFA / D. Nouzeran.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 753k
Titre Fig. 7 — Plan général des vestiges.
Crédits EFA / S. Zugmeyer et L. Fadin.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 8 — Rempart antique au Nord-Ouest, rocher taillé pour la mise en place des blocs de première assise.
Crédits Photo EFA / S. Zugmeyer.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 9 — Rempart antique au Nord-Ouest, quelques blocs de première assise en place.
Crédits Photo EFA / S. Zugmeyer.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 10 — Élévation de la fortification antique à l’Ouest.
Crédits EFA / M. Bublot.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 11 — Tour a et rempart de l’Antiquité tardive.
Crédits Photo EFA / Kh. Robert.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 12 — Minutes du plan de la porte et de la tour b.
Crédits EFA / S. Zugmeyer.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 13 — Vue du rempart de l’Antiquité tardive à l’Est du site.
Crédits EFA / Équipe.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Kyriakidis et Stéphanie Zugmeyer, « Les fortifications de Delphes dans l’Antiquité »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 30 octobre 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.762

Haut de page

Auteurs

Nicolas Kyriakidis

Paris 8, UMR 7041 ArScAn.

Articles du même auteur

Stéphanie Zugmeyer

Aix Marseille Université, IRAA – USR 3155 (AMU‑CNRS, UPPA, Lyon 2).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search