Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Les fortifications d’Amphissa, de...

Dossier : Les fortifications du monde grec

Les fortifications d’Amphissa, de l’Antiquité à l’époque contemporaine

Premières observations de terrain et essai de bilan
Οι οχυρώσεις της Άµφισσας, από την αρχαιότητα έως τη σύγχρονη εποχή: προκαταρκτικές παρατηρήσεις πεδίου και απόπειρα απολογισµού
The fortifications of Amphissa from antiquity to today: initial field observations and an attempt at synthesis
Athanasia Psalti, Anthoula Tsaroucha, Nicolas Kyriakidis, Nikolaos Petrochilos, Stéphanie Zugmeyer, Nicolas Faucherre, David Ollivier, Vincent Ory et Audric Loulelis
p. 321-346

Résumés

Située dans une vallée fertile, au débouché de la passe de Gravia, entre les pentes extrêmes du Ghiona et du Parnasse, la ville d’Amphissa a occupé depuis l’Antiquité une place stratégique dans l’histoire diplomatico-militaire, place dont témoigne l’ampleur des fortifications de toutes époques conservées aujourd’hui. Face au défi que représente la compréhension de ces vestiges relativement peu étudiés jusqu'à présent, une équipe internationale et transdisciplinaire s’est constituée depuis 2017 avec pour but l'étude des systèmes défensifs d’Amphissa dans la longue durée. La présente communication expose les premiers résultats de cette enquête.

Haut de page

Texte intégral

1Située dans une vallée fertile, au débouché de la passe de Gravia, entre les pentes extrêmes du Ghiona et du Parnasse, la ville d’Amphissa a occupé depuis l’Antiquité, une place stratégique dans l’histoire diplomatico-militaire. L’ampleur des vestiges défensifs conservés aujourd’hui témoigne encore des conflits qui se sont succédés dans la région : Troisième puis Quatrième Guerre sacrée, Guerre antiochique, conflits entre Francs, Byzantins et Turcs, mais aussi, plus récemment, la Guerre civile grecque. Tous ont laissé leur empreinte dans les murs du Kastro. Moins visibles et infiniment moins bien conservés, les vestiges du rempart qui protégeait la ville dans l’Antiquité sont observables dans les caves et en soubassement des murs de l’agglomération moderne.

  • 1 Bon 1937, p. 136‑208, avec des compléments de Lerat 1952, p. 174‑178.
  • 2 Το Κάστρο των Σαλώνων 2014.

2L’acropole antique sur laquelle est venu s’installer le kastro médiéval et moderne a fait l’objet d’une étude d’A. Bon publiée en 1937 et complétée par L. Lerat en 19521. Plus récemment, en 2014, un colloque a permis de rendre compte de l’état de la recherche sur le monument2. Il est alors apparu que la connaissance de cette fortification avait peu progressé depuis les années 1930 et qu’elle présentait encore des lacunes importantes, notamment en ce qui concerne l’articulation des différentes phases de construction. Le rempart urbain, mieux connu grâce aux fouilles de sauvetage du service archéologique grec, n’a pas encore reçu l’attention qu’il méritait dans les études sur les fortifications grecques. Il présente pourtant un exemple intéressant de fortification bien datée par la stratigraphie et l’étude céramique à une époque charnière pour l’histoire de la poliorcétique.

3Le constat de cette lacune dans la recherche a amené, sous l’égide de l’Éphorie de Phocide et avec le soutien de la Municipalité de Delphes, à la constitution d’une équipe internationale et transdisciplinaire chargée de l’étude des systèmes défensifs d’Amphissa dans la longue durée. Les campagnes 2017 et 2018 visaient à réunir pour la première fois cette équipe sur le terrain et à établir un diagnostic des enjeux et des moyens de la future étude.

4L’un des premiers enjeux de notre étude était de mieux préciser les phases de construction des fortifications de l’acropole et d’en envisager également la destination. L’étude du site permet en effet d’assister dans la longue durée à la transformation progressive d’une enceinte destinée à défendre la cité d’Amphissa et son centre urbain en un kastro permettant aux gouvernants de contrôler les habitants de la ville située en contrebas. Les premiers travaux de terrain nous ont également permis de revoir et de mieux comprendre les bâtiments civils et religieux qui occupaient le plateau du kastro aux époques médiévales et modernes.

5C’est sur cette acropole devenue château que nous nous concentrerons dans cette première livraison, l’étude de la partie urbaine du rempart n’étant aujourd’hui qu’amorcée.

6L’assiette de l’acropole d’Amphissa, devenue château franc de La Sole, puis citadelle ottomane de Salona, n’occupe une position forte qu’en apparence. Surplombant en balcon la ville étalée dans la vallée sur ses flancs Sud et Est, elle se prolonge de plain‑pied avec une longue échine au Nord‑Ouest, tandis qu’un étroit col sépare sa basse‑cour d’une colline avancée qui la surplombe et la révèle au Sud‑Ouest ; ces deux points faibles – avec la prise en compte progressive d’une artillerie à longue portée – ont déterminé le front d’assaut (Nord-Ouest) et le front de bombardement (Sud-Ouest). Ces contraintes naturelles ont donc conditionné tous les aménagements successifs : l’acropole antique a d’abord absorbé les crêtes Nord et Nord-Ouest (fig. 1) ; l’envahisseur franc a retranché un étroit réduit au Nord‑Est derrière un puissant mur‑bouclier dressé des blocs de cette enceinte antique abandonnée ; l’occupant ottoman a encore renforcé la protection contre ces deux menaces par de puissantes batteries terrassées pour le canon, plus tard entérinées par les redoutes bétonnées de la guerre civile grecque qui les coiffent (fig. 2).

Fig. 1 — L’acropole d’Amphissa : le rempart classique-hellénistique.

Fig. 1 — L’acropole d’Amphissa : le rempart classique-hellénistique.

DAO St. Zugmeyer.

Fig. 2 — Le kastro d’Amphissa : phases médiévales et modernes.

Fig. 2 — Le kastro d’Amphissa : phases médiévales et modernes.

DAO D. Ollivier.

Phases antiques

  • 3 Hérodote VIII 32. Le texte ne mentionne pas explicitement que la ville est fortifiée.
  • 4 Strabon IX 3,4 et IX 4,8 (Amphissa rasée après la Quatrième Guerre sacrée). Polyen 4, 2, 8 (prise d (...)
  • 5 Diodore 18, 38, 2.
  • 6 Tite‑Live XXXVII, 5‑6.

7Les sources textuelles mentionnent à plusieurs reprises les fortifications d’Amphissa. Au moment de la Deuxième Guerre médique, la ville sert de refuge aux Phocidiens fuyant devant l’invasion perse d’après Hérodote3. La cité, assiégée et prise par Philippe de Macédoine en 3384, est en état de soutenir à nouveau un siège en 322/321 face aux Étoliens5. Amphissa est à nouveau prise par les armées romaines en 190, mais la population se réfugie alors dans l’acropole qui résiste jusqu’à la trêve6.

  • 7 Pausanias X, 38, 4. Lerat 1952, p. 176.

8La première phase antique est attestée par la présence d’un mur en appareil polygonal à joints courbes à l’Ouest et au Nord de l’Acropole (fig. 3). Il est traditionnellement daté, sur la foi des parallèles, de la seconde moitié du vie s. av. J.‑C. Les vestiges de ce mur ancien ont été conservés dans les phases antiques ultérieures et intégrés à la fortification. Ils ont pu appartenir à une première fortification, mais pourraient également constituer les restes du soutènement d’un temple édifié sur l’acropole, par exemple, le sanctuaire d’Athéna mentionné par Pausanias suivant l’ingénieuse hypothèse de L. Lerat7.

Fig. 3 — Jonction des appareil polygonal et trapézoïdal, angle Ouest de l’acropole.

Fig. 3 — Jonction des appareil polygonal et trapézoïdal, angle Ouest de l’acropole.

Cl. équipe Amphissa.

  • 8 Sur l’aire géographique et chronologique où cet appareil est attesté, Fachard 2012, p. 258‑260.

9À cette exception près, l’ensemble des murs de la fortification antique est réalisé en appareil trapézoïdal pseudo-isodome à double cours typique de l’Antiquité classique/hellénistique8. L’appareil de ces murs n’est cependant pas homogène. En effet, la plupart de maçonneries conservées présentent un grand appareil finement réalisé, constitué de blocs aux faces de parement grossièrement équarries et striés. Les arêtes d’angle des courtines et des tours ont été dégagées par des ciselures verticales (fig. 3). Dans la partie la mieux conservée du mur, au Nord‑Ouest de l’Acropole, sept assises permettent d’observer, en élévation, l’utilisation de boutisses disposées régulièrement (une assise sur deux au même aplomb) pour renforcer un mur construit en panneresses (fig. 4).

Fig. 4 — Détail de l’appareil, mur Nord-Ouest de l’acropole.

Fig. 4 — Détail de l’appareil, mur Nord-Ouest de l’acropole.

Cl. équipe Amphissa ; DAO St. Zugmeyer.

10L’étude des courtines Nord‑Ouest et Sud a permis de mettre en évidence des différences dans cet appareil trapézoïdal. Plusieurs sections de murs présentent un appareil postérieur au précédent, comportant des hauteurs d’assise moindre, réalisé avec moins de soin et dont les blocs ne présentent pas de stries verticales. Ces sections de murs qui méritent une étude plus systématique, pourraient être des réparations (fig. 4).

  • 9 Lerat 1952, p. 177, repris par Portelanos 1998, p. 878.
  • 10 Les dimensions de la tour permettraient l’usage de l’artillerie à torsion, mais la perte des fenêtr (...)

11L’élément le plus marquant du système défensif de l’Acropole est une grande tour de 12,5 m de long, en débord de 5,50 m du mur d’enceinte, bien plus massive que les tours de l’enceinte urbaine (fig. 5). Il est possible qu’elle ait servi à protéger une porte antique, qui serait située sous la porte médiévale9, mais il est évident que ce secteur, qui constituait l’emplacement le plus faible du dispositif défensif10, imposait la présence d’une tour d’artillerie de contre-batterie capable de couvrir les secteurs les plus propices à l’installation de l’artillerie ennemie (du Nord‑Ouest au Sud‑Ouest) et d’assurer la protection directe contre un assaut ennemi.

Fig. 5 — La tour quadrangulaire couvrant à revers la grande porte de la basse-cour.

Fig. 5 — La tour quadrangulaire couvrant à revers la grande porte de la basse-cour.

Cl. équipe Amphissa.

  • 11 Voir déjà la restitution de Portelanos 1998, pl. 233‑234.

12La découverte en 2018 de nouveaux fragments du mur vers le Nord, dans le prolongement de ceux déjà topographiés par nos prédécesseurs, atteste de façon définitive de l’existence d’une enceinte antique disparue au Nord du kastro médiéval et moderne qui englobait la totalité du sommet de la colline qui constituait l’acropole antique11. Sa surface représentait un polygone irrégulier d’environ 280 × 150 m dans ses plus grandes dimensions, soit approximativement une surface double de celle enclose par les vestiges médiévaux et modernes (fig. 1).

  • 12 État des découvertes et photographies chez Tsaroucha 2014.

13Dans la ville, les fouilles de sauvetage du service archéologique grec ont permis de mettre au jour d’importants éléments du mur d’enceinte12. Les techniques sont les mêmes que celles observées sur l’Acropole. Le plan en est grossièrement hexagonal. À l’Est, la ville s’étendait jusqu’au fleuve Hylaithos. Au moins une porte à cour a été découverte, au Sud‑Est. L’étude céramologique préliminaire a orienté les fouilleurs vers une datation de ces constructions dans la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.

14Le caractère homogène des techniques mises en œuvre incite, en l’état actuel de nos connaissances, à supposer une campagne majeure de construction suivie de réfections. Le réexamen de l’ensemble du dossier, notamment en tenant compte des données stratigraphiques des fouilles de sauvetage (tranchée de fondation du rempart, couche de destruction associée et réoccupation par des tombes) permettra de dégager rapidement une vue d’ensemble de l’histoire des phases antiques des fortifications d’Amphissa.

Phases médiévales

  • 13 Bon 1937 et Longnon 1937.
  • 14 Regesta Honorii papae 111, éd. P. Pressuti (1888‑1895), t. II p. 164 B, n° 4509 , cité par Longnon, (...)

15Selon Bon et Longnon13, le premier seigneur franc après la conquête de 1204 est Thomas Ier d’Autremencourt, chevalier du Laonnois cité par le pape Innocent III en 1210 pour devoir payer l’acrostiche (dîme) au clergé byzantin ; il portait le titre de seigneur (αφέντης) et dépendait du roi de Salonique Boniface de Montferrat. Il meurt sans doute en 1211 lors du siège de La Sole par le despote Michel Ange Comnène. Quand, en 1222, disparut l’éphémère royaume latin de Salonique, c’est à La Sole et à Bodonitsa qu’incomba la mission de défendre les possessions franques contre les Grecs du Nord et de l’Ouest. Dans une lettre du 25 septembre 1223, le pape Honorius III accorde l’absolution aux seigneurs du duché d’Athènes qui avaient été excommuniés pour leurs empiètements sur les droits des églises, à condition qu’ils consacrent à la fortification du château de La Sole les sommes qu’ils auraient dépensées à venir à Rome se faire relever de l’excommunication14. Comme pour Bodonitsa, tenue par Guido Pallavicini de 1205 à 1237, la date de 1222 est donc capitale pour l’histoire des fortifications franques qui subsisteraient à Amphissa. Après la victoire des Catalans contre les Francs au lac Copaïs en 1311, où Thomas III d’Autremencourt fut tué, c’est la famille catalane Fadrique qui y prend le titre de comte. Placée sous la régence impopulaire de sa mère, Hélène Asanina Cantacuzène, Maria Fadrique est renversée en 1394 par la population qui ouvre les portes de la ville aux Ottomans. Passée au despote de Morée en 1402, Salona est vendue par Théodore Ier Paléologue aux Hospitaliers de Saint‑Jean, mais est reprise par les Ottomans dès 1410.

16L’époque médiévale correspond à un rétrécissement important de la zone fortifiée (fig. 1 et 2). La partie sommitale de l’acropole antique, retranchée à la période médiévale (xiiie s. ?) pour former le kastro, occupe une surface moyenne de 4000 m2, soit une emprise d’environ 100 × 40 m. L’enceinte présente un tracé très irrégulier et hétérogène : du Sud‑Est vers le Nord, la muraille épouse un relief accidenté et abrupt, alors que, depuis l’Ouest vers le Sud, celui‑ci s’adoucissant, le mur devient quasiment rectiligne. L’occupation du sol compris dans cet espace exigu semble dense au regard de nos premières observations, et ce malgré la présence d’importants éboulis. Le moindre rocher affleurant présente de multiples entailles de façonnage liées à l’aménagement de constructions aujourd’hui disparues. Malgré ces transformations anthropiques, l’espace n’est pas une véritable plate‑forme : une pente naturelle orientée Sud-Ouest/Nord-Est s’élève sensiblement depuis la porte principale au Sud pour culminer à 260 m d’altitude, à la hauteur de la grosse tour circulaire dominant tout le site au Nord.

Phase byzantine

17La première série de bâtiments que nous présentons pourrait constituer un ensemble byzantin antérieur à la conquête franque et donc à la formation du kastro, largement ouvert sur la grande acropole antique (fig. 2).

Complexe ecclésial

  • 15 Buchon 1843, p. 257 (non vidimus).

18La partie Est du kastro est occupée par une église orientée, déjà signalée par plusieurs auteurs, dont A. Bon citant J.‑A. Buchon15. La prospection a permis de mettre en évidence un édifice probablement de plan basilical, dont la nef centrale est terminée par une abside semi-circulaire. L’appareil visible depuis l’extérieur est formé d’assises régulières offrant une alternance de lits doubles de briques fines et d’assises de moellons à joints beurrés, maçonnerie caractéristique de la période byzantine (type A, cf. annexe) (fig. 6). La nef Nord a été transformée en citerne à une époque ultérieure (ottomane ?) ; la nef Sud, marquée par deux tronçons de murs très arasés, est à peine visible. Un bâtiment de plan rectangulaire vient s’accoler à l’église le long de sa nef Nord, au bord de l’à‑pic. La partie Est présente un redan encadré par deux épaulements qui pourrait à première vue dessiner une abside à chevet plat : serait‑ce la seconde église signalée par Buchon et qualifiée d’église franque ? L’appareil visible à l’Est semble toutefois de facture byzantine. Au Sud du groupe ecclésial, un bâtiment rectangulaire, dont l’orientation diffère sensiblement de celle de l’église, vient prendre l’angle Sud‑Est de cette dernière en écharpe. Il n’est pas possible de préciser si ce vaste bâtiment (salle ?) est venu s’accoler ou détruire l’abside de l’église byzantine, mais il est de toute évidence postérieur à cette dernière. Placé au bord de l’escarpement comme les absides des églises, son large pignon (maçonnerie de type B à briques employées horizontalement, cf. annexe) devait constituer un signal fort depuis la ville basse.

Fig. 6 — Maçonnerie de type A, abside de la chapelle byzantine.

Fig. 6 — Maçonnerie de type A, abside de la chapelle byzantine.

Cl. équipe Amphissa.

Palais (?) fortifié (fig. 7)

19Vers l’Ouest, dans le prolongement de l’église, se développait un imposant bâtiment dont subsiste uniquement le mur Sud. Deux phases de construction ont pu être observées : la première concerne un mur visible uniquement sur quelques mètres de longueur, conservé en partie basse de l’élévation à son angle Sud‑Est supposé. Épais de 0,66 m et construit en moellons de calcaire équarris formant des assises régulières, il est percé par une porte large de 1,37 m. Dans une seconde phase, cette première construction sans doute en ruine est doublée par l’intérieur pour être absorbée dans un vaste bâtiment dont les dimensions existantes attestent une construction imposante (au moins 35 m de long). De cet édifice subsistent deux pans de murs de 1,50 m d’épaisseur, aux tracés légèrement obliques, réunis par une tour semi-circulaire dont la construction est toutefois postérieure à l’ensemble. À l’intérieur de celle‑ci, les négatifs de trous d’encastrement de poutres de section circulaire et parallèles suggèrent l’existence d’un niveau de plancher, voire d’un balcon ou d’une bretèche saillant vers le Sud.

20L’ensemble s’élève encore à plus de 10 m de haut, couronné par un crénelage. Le parement interne révèle les ancrages d’un plancher en relation avec deux grandes fenêtres, dont une entièrement conservée, mais fortement remaniée et d’au moins trois arrachements de murs de refend venant subdiviser l’espace interne. Le parement externe de type B présente tous les 0,60 m en partie basse des lits de briques horizontales soulignés d’un joint creux et surmontés de trous de boulins non traversant. En somme, le programme révèle à la fois une fonction résidentielle de grande ampleur, ce qui autorise l’hypothèse d’un palais épiscopal, et sa participation directe à la clôture du kastro au Sud, avant le doublement de la muraille à l’époque franque.

Fig. 7 — Élévation interne du palais (?) fortifié, avec refend, baie et crénelage.

Fig. 7 — Élévation interne du palais (?) fortifié, avec refend, baie et crénelage.

Cl. équipe Amphissa.

Tour maîtresse circulaire (fig. 8)

21Au Nord‑Ouest du bâtiment fortifié, et peut‑être à l’origine associée à lui, une grosse tour ronde d’environ 11 m de diamètre s’élève encore sur plusieurs mètres de hauteur, bien que ruinée sur la moitié de sa circonférence. Là encore, deux phases semblent caractériser l’édifice. La tour s’assoit en effet sur une première construction, pour l’heure non identifiable, qui pourrait ne pas avoir été circulaire. Cette structure a en tout cas servi de soubassement à la tour, ennoyée au moment de la reconstruction sous un chemisage à double retrait assez irrégulier formant un fruit à la base de la tour. La tour est construite en moellons de calcaire associés à des fragments de tuiles plates ou de briques noyés dans du mortier formant un appareil irrégulier (type B), marqué par ses joints lissés. À l’intérieur, la présence de plusieurs trous d’ancrage de poutres de section ronde visibles dans le parement, marque le niveau d’un plancher. Celui‑ci est à mettre en relation avec une porte d’accès ; son piédroit Sud, le seul encore en place, a conservé la glissière de fermeture du vantail. Il existait vraisemblablement un second étage, si l’on en croît les deux trous de boulin visibles au sommet du pan de mur. Le parement extérieur présente sur toute la hauteur les trous d’encrage circulaires de très faible diamètre de l’échafaudage de construction.

Fig. 8 — La grosse tour vue du Sud.

Fig. 8 — La grosse tour vue du Sud.

Cl. équipe Amphissa.

Tour en fer à cheval du front d’attaque à l’Ouest (fig. 9)

  • 16 Il n’est pas impossible que ces deux tours circulaires correspondent à une première campagne franqu (...)

22Une dernière construction pourrait également être rattachée à l’architecture byzantine : il s’agit d’une tour située à l’extrémité Ouest du kastro, de plan semi-circulaire outrepassé, prise entre deux ouvrages francs. Elle est conservée jusqu’au niveau de sa plate‑forme sommitale, protégée par un parapet conservé sur à peine une assise d’élévation. L’épaisseur du mur est plus importante à l’Ouest (2,20 m), partie exposée aux attaques, qu’à sa gorge à l’Est (1,35 m). La tour présente depuis la base un appareil irrégulier de blocs de calcaire en remploi sur une hauteur moyenne de 2m, puis sur le reste de l’élévation, un appareil en moellons de calcaire bruts ajustés par des fragments de briques ou tuiles de calage liés avec un mortier de chaux (type B). Cette tour, si elle est byzantine, suggère que le retranchement du kastro face à l’Ouest, et donc l’abandon de la grande enceinte antique en avant, serait antérieur à l’arrivée des Francs16.

Fig. 9 — Maçonnerie de type B, tour du kastro face au NO.

Fig. 9 — Maçonnerie de type B, tour du kastro face au NO.

Cl. équipe Amphissa.

Phase franque

Réduit défensif

23La deuxième grande phase de transformation du kastro est attribuée pour l’heure à la période dite « franque », sans qu’on puisse exclure l’hypothèse d’une campagne catalane, ce qui ouvre une chronologie de deux siècles (1204-1410) pour ce chantier. Mais son ampleur – marqué par le remploi systématique de blocs antiques – qui aboutit à la fermeture du kastro et à la création d’une muraille urbaine couvrant les sources à son pied Nord, suggère le contexte de l’injonction pontificale à fortifier La Sole à partir de 1223.

24Il s’agit de la création d’un véritable château sur le modèle occidental. La partie la plus vulnérable vers l’Ouest est renforcée par une plate‑forme terrassée. Face à la basse‑cour et au bombardement possible depuis le Sud‑Ouest, la partie sommitale est fermée par un long mur‑bouclier avec redan couvrant la porte. La particularité principale de cette campagne est le retranchement du kastro en remployant systématiquement pour la construction des courtines des blocs de calcaire provenant du démantèlement de l’enceinte antique, que ce soit des blocs issus d’appareils polygonaux ou trapézoïdaux.

25Le petit front Nord-Ouest – venant prendre en tenaille la tour en fer à cheval antérieure – comme le grand mur‑bouclier Sud‑Ouest présentent tous deux un appareil plus ou moins réglé de blocs de grand appareil de calcaire en remploi, liés au mortier avec insertion ponctuelle de fragments de brique en guise de calage (type D1) (fig. 10). Le grand mur Sud‑Ouest mesure 120 m de long pour 4,50 m d’épaisseur. C’est une courtine très puissante dont le sommet est pourvu d’un parapet construit avec des moellons de pierres et fragments de tuile remanié et surélevé à l’époque ottomane.

Fig. 10 — Maçonnerie de type D1, kastro.

Fig. 10 — Maçonnerie de type D1, kastro.

Cl. équipe Amphissa.

26Ce long mur Sud‑Ouest est percé par deux portes donnant sur la basse‑cour. La principale est aménagée au Sud de l’enceinte. Il s’agit d’une porte large de 1,66 m et haute de 2,80 m, coiffée d’un linteau monolithe de calcaire droit, lui‑même surmonté d’une petite croix grecque réalisée avec des fragments de brique fines. Au droit de la feuillure, les jambages n’offrent pas de traces particulières d’ancrage de gonds, à l’exception de la glissière de fermeture. La présence en négatif d’un linteau en bois ayant laissé son empreinte sur le mortier permet de restituer un cadre également en bois pour la fixation des vantaux. Au‑delà du linteau, le couloir d’accès, de l’épaisseur du mur, est couvert par trois monolithes posés sur deux encorbellements latéraux de deux assises de blocs disposés à plat. La seconde porte se situe à l’Ouest, tout contre le raccordement avec le mur de la basse‑cour et dans le prolongement d’un chemin de ronde.

Basse‑cour

27La basse‑cour, adossée à l’Ouest du kastro, occupe une emprise d’environ 280 × 150 m de côté dans ses plus grandes dimensions. Des élévations antiques conséquentes existent encore au Sud‑Ouest et à l’Est, sans qu’on puisse certifier pour l’instant que les deux portes qui la percent, charretière vers la montagne et muletière vers la ville, soient d’origine antique.

28L’observation des maçonneries permet de repérer une multitude de mises en œuvre différentes, qui suggèrent que cette basse‑cour a été modifiée, agrandie ou réparée par les occupants successifs. Au demeurant, aucune maçonnerie supputée franque (remploi d’antique) n’y est visible, sauf la courtine prolongeant la grande porte charretière vers le Nord‑Ouest, atypique dans sa mise en œuvre ; on est donc autorisé à formuler l’hypothèse que ce secteur de l’acropole antique n’a pas été refermé à la période franque pour y retrancher une basse‑cour par barrage au Nord‑Ouest, mais seulement à la période ottomane : le château franc pourrait alors avoir fonctionné sans basse‑cour. La prospection minutieuse de ce secteur a permis de mettre en évidence l’occupation de l’espace par différents bâtiments, parfois de grandes dimensions, munis de caves ou de citernes. Il est cependant difficile, sans l’apport de sondages archéologiques, de déterminer leur appartenance à telle ou telle période d’occupation du site.

29La portion d’enceinte la plus complexe et la plus passionnante de la basse‑cour est le front Nord‑Ouest, qui constitue précisément le retranchement d’une basse‑cour après abandon de l’acropole antique. Ce mur est construit en plusieurs phases, dont certaines sont peut‑être ottomanes :

  • dans un premier temps est dressé un mur formant un angle droit allant du réduit à la porte Ouest. Sur sa face Ouest, il ne présente que des remplois d’antiques hétérogènes (type D2). Sur sa face Nord, son parement externe est de type B avec des moellons homogènes de gros module noyés dans un mortier débordant. Ce mur est porté intérieurement par des contreforts d’1,80 m de large environ, qui pouvaient contrebuter la courtine et/ou porter un chemin de ronde.
  • dans une deuxième phase de ce mur Nord, l’espace entre les contreforts (intervalle entre 3,50 m et 4,10 m) est rempli de maçonnerie pour renforcer le mur contre les risques de bombardement.
  • dans un troisième temps, une rampe est mise en place contre ce mur pour desservir une batterie d’artillerie tournée vers la montagne dominante au Sud‑Ouest.

30Les deux portes de la basse‑cour sont toutes deux couvertes à revers par une tour sur substrat antique. Une tour quadrangulaire logeable est ainsi placée en saillie devant la porte occidentale, qu’elle dissimule aux approches. Cette tour, vraisemblablement à base pleine, disposait de deux niveaux percés de meurtrières cintrées d’action frontale. Elle était surmontée d’une plate‑forme planchéiée équipée d’un parapet crénelé. Une archère ménagée à l’étage sur le flanc oriental permettait de prendre la porte à revers (fig. 5). Cette tour se prolonge vers la porte par une courtine à poutres noyées (type C). Une seconde tour sur substrat antique couvre à revers la porte de ville. Tout ce secteur voit les courtines ultérieurement surmontées d’un parapet de moellon continu percé de créneaux de fusillade.

Enceinte vers la ville couvrant les fontaines

  • 17 La fontaine actuelle existant sur le col au SO est alimentée par un château d’eau.

31Prise entre les deux longs murs qui assuraient dans la pente la liaison entre l’acropole et la ville antique, une enceinte rectiligne a été créée à mi‑pente, trop proche de l’escarpement pour permettre un lotissement, mais intégrant le débouché de la rampe d’accès à la basse‑cour. Remployant une grande quantité de blocs antiques en son sein, cette enceinte paraît franque. Sa caractéristique est d’intégrer toutes les fontaines de la ville, refaites à l’époque ottomane, à la fois pour enclore la source d’approvisionnement de la forteresse (l’acropole d’Amphissa n’a pas d’accès direct aux nappes phréatiques, ce qui justifie la présence de citernes sur le site17) et peut‑être dans une volonté de contrôle de la population urbaine grecque.

32La porte qui la perce est placée à l’angle de la rue Aristolia Kamperaki. Elle ouvre sur une placette ou coulent deux fontaines et à partir de laquelle s’engage la rampe montant à l’acropole ; elle est couverte à revers par une tour quadrangulaire longée par la rampe d’accès. La largeur d’origine de cette porte devait être de 2,86 m, si on restitue deux piédroits de part et d’autre (l’un ayant disparu) de 0,50 m de saillie pour 0,70 m de large.

33L’enceinte franque – intégrant toutes les fontaines urbaines sourdant à la cote de 165 m – est caractérisée par le remploi de blocs antiques et une tour‑porte quadrangulaire inscrite dans la pente. Des réactualisations ottomanes sont venues en modifier le tracé au Sud, de façon à intégrer les rampes successives couvrant l’accès du kastro vers la ville à l’intérieur du périmètre enclos. Ces états successifs franc et ottoman témoignent de la montée d’une méfiance entre occupants du kastro et population urbaine.

Phases ottomanes

  • 18 Bon 1937, p. 164‑167.
  • 19 Ágoston 2005, p. 17.
  • 20 Pour plus d’informations, voir Nicolle 2010. Ces éléments seront traités de manière plus précise da (...)
  • 21 Ágoston 1999, p. 126.

34À Amphissa, la caractérisation des constructions datant de la première période ottomane reste, à ce jour, difficile, dans la mesure où les techniques employées ne semblent pas avoir particulièrement évolué depuis la période byzantine (fig. 2). Lorsque les troupes de Bayezid Ier se sont emparées du site, aux alentours de 139418, bien que l’usage de l’artillerie par les Ottomans soit avérée aux sièges de Constantinople de 1394 et de 140219, celle‑ci n’avait pas encore eu d’impact majeur sur l’architecture militaire. En effet, il faut attendre la construction de Rumeli Hisarı et d’Anadolu Hisarı sur le Bosphore par Mehmet II en 1452 pour constater une adaptation à l’utilisation de l’artillerie20. De ce fait, il est difficile de déterminer avec certitude ce que les Ottomans ont pu édifier sur le kastro d’Amphissa dans le premier demi‑siècle d’occupation du site. Les éléments que l’on peut donc attribuer avec certitude à l’occupation ottomane sont donc relativement tardifs, a fortiori parce que les structures semblent davantage adaptées à l’usage du mousquet, introduit aux alentours de 152021, plutôt qu’à l’arquebuse à croc, ce qui suggèrerait une date de construction au plus tôt dans la seconde moitié du xvie s.

  • 22 Il s’agit du vestige mentionné plus haut, p. 337.

35Les adjonctions ottomanes concernent donc essentiellement des adaptations ponctuelles à l’usage de l’arme à feu, terrasses à canon et parapets pour mousquets. Une terrasse, située dans la basse‑cour au Nord‑Ouest, permettait vraisemblablement de battre dans l’axe de l’approche la route menant à la porte principale22. Elle était accessible depuis une rampe. Le parapet, trop délabré, ne permet pas de déterminer le nombre d’emplacements et donc le nombre théorique de pièces d’artillerie qui composaient la batterie. Une autre terrasse, établie sur l’extrémité Ouest du réduit castral, protégeait la crête du promontoire rocheux sur laquelle de kastro a été érigé.

  • 23 Petit canon pivotant chargé de grenaille.

36Les principales interventions consistent en un rehaussement des murs antérieurs par l’adjonction de parapets continus percés de créneaux de fusillade (fente de tir) pour le tir au mousquet, à l’instar d’une portion de courtine conservée au Sud et qui coiffe des terrasses en connexion avec la ville (fig. 11). Sur la courtine conservée à l’Est de la basse‑cour, le parapet semble avoir été crénelé pour l’usage de petites pièces d’artillerie, peut‑être des escopettes23. Chaque merlon étant percé d’un à deux créneaux de fusillade pour l’usage du mousquet. Une fausse braie a également été repérée au‑devant de la porte principale (fig. 2). Son degré de délabrement fortement avancé, en raison, notamment de l’aménagement de la route d’accès au site, ne permet pas d’observer la structure sur l’ensemble de son tracé. Toutefois, des vestiges repérés en connexion du mur principal, au Nord‑Ouest et au Sud‑Ouest, suggèrent son plan. Il semblerait qu’elle prenne naissance à l’angle occidental de la courtine menant à l’accès principal du kastro et qu’elle vienne enrouler la pointe Sud‑Ouest de la basse‑cour avant de surélever la rupture de pente en cet endroit et de se refermer sur le mur antique. La fausse braie est cependant conservée sur la quasi-totalité de son élévation sur une portion de quelques mètres et permet d’entrevoir qu’elle se caractérisait par un mur de terrasse surmonté d’un parapet continu percé de créneaux de fusillade, pour l’usage du mousquet, et d’au moins une ouverture quadrangulaire, probablement pour l’usage d’artillerie de petit calibre.

Fig. 11 — Parapet en reprise d’un mur antique.

Fig. 11 — Parapet en reprise d’un mur antique.

Cl. équipe Amphissa.

37Les Ottomans paraissent avoir concentré une attention particulière au versant oriental du promontoire rocheux qui se caractérise par une succession de terrasses au‑dessus de la ville (fig. 12). Les prospections en cet endroit ont révélé l’existence d’une série de quatre murs, probablement défensifs, qui viennent systématiquement occuper et rehausser les ruptures de pente. Leurs tracés n’ont pour l’instant pas été déterminés avec précision et devraient faire l’objet dans les campagnes futures d’un relevé topographique pour en établir une cartographie précise et affirmer les hypothèses. Il faut signaler que l’ensemble de ces constructions ne sont observables que par leurs assises des fondations. Seule une petite portion conservée sur la totalité de son élévation suggère que ces murs étaient en réalité des parapets maigres et continus percés de créneaux de fusillade, permettant le tir au mousquet. Toutefois, les points de communication entre les différentes terrasses n’ont pour l’instant pu être repérés. Enfin, il semble qu’au moins une portion de l’enceinte urbaine a également été remaniée à l’époque ottomane.

Fig. 12 — Mur défensif surplombant une fontaine dans la ville.

Fig. 12 — Mur défensif surplombant une fontaine dans la ville.

Cl. équipe Amphissa.

  • 24 Ce type de dispositif n’est pas sans rappeler l’accès à ville haute de Monemvasia où une succession (...)

38En raison des mises en œuvre relativement proches entre les périodes byzantines et ottomanes, les constructions attribuables avec sûreté à l’ère ottomane sont celles comportant des adaptations à l’utilisation de l’artillerie. Les Ottomans semblent avoir avant tout occupé les structures préexistantes en les adaptant essentiellement à l’usage d’une artillerie légère de défense rapprochée, si l’on exclut les deux petites terrasses d’artillerie au Nord qui devaient quant à elle accueillir de véritables canons. La présence d’aménagements pour l’usage du mousquet ainsi que celle du parapet continu semblent indiquer que ces fortifications sont assez récentes, mais aucune date de construction ne peut être suggérée pour le moment. La concentration des dispositifs de défenses sur les terrasses en connexion avec la ville semble indiquer qu’il s’agissait de contrôler la population urbaine, voire de s’en protéger24.

Phase contemporaine

39Le kastro perd sa fonction militaire à l’issue de la Guerre d’indépendance. Il connaît cependant une réoccupation à des fins défensives au moment de la Guerre civile (1946-1949). Les casemates construites à cette époque sont le fruit d’un mélange entre préoccupations militaires, mise en œuvre traditionnelle et architecture de l’urgence.

  • 25 Eudes 1970, p. 199 et 232.

40L’intérêt de ce promontoire rocheux est double, parce qu’il permet à la fois de contrôler la ville d’Amphissa et surtout, comme le révèle la direction dans laquelle les casemates font feux, de la couper des massifs montagneux qui l’entourent. La ville, dès le début de la Guerre Civile, est tenue par les forces du gouvernement royaliste. Le dispositif militaire mis en place autour de celle‑ci à cette occasion a pour but d’interdire l’accès à la ville des partisans acculés dans les massifs montagneux du Parnasse et du Ghiona25. Ce dispositif est composé de la fortification du kastro au Nord‑Ouest, et d’un ensemble de casemates installées à intervalle régulier à la périphérie Nord et Nord‑Ouest de la ville. Le développement suivant traite des casemates appartenant à l’ensemble du kastro, le reste du dispositif devant faire l’objet d’une étude plus approfondie.

41Les casemates du kastro protègent ses abords directs et sont au nombre de trois. La première couvre l’accès par la route (fig. 2 et 13). Les deux suivantes battent le feu sur les accès par le Nord.

Fig. 13 — Casemate à l’angle Ouest de l'acropole.

Fig. 13 — Casemate à l’angle Ouest de l'acropole.

Cl. équipe Amphissa.

  • 26 Lerat 1952, n. 4 p. 174‑175, confirmé par des témoignages locaux. Le déminage, entre octobre 1947 e (...)

42Toutes trois occupent le sommet arasé d’une tour de la fortification médiévale et moderne. Leur mise en œuvre allie architecture traditionnelle, puisqu’elles sont montées en moellons jointés au ciment, et inspiration militaire du conflit mondial précédent, puisqu’une dalle de béton coffré sert au couvrement. Ces casemates constituent ainsi un rehaussement contemporain au sommet de ces tours. Leur mise en œuvre reste modeste : si des tessons de céramique sont inclus entre les moellons grossièrement équarris, les linteaux des embrasures de tirs sont constitués d’une planche de bois de moins de 2 cm d’épaisseur, parfois de deux planches, qui ploient sous le poids des moellons qu’elles soutiennent. Les orifices réduits des embrasures de tir associent ces ouvrages à une fonction d’observation et de défense rapprochée par arme à feu individuelle d’épaule, tout en excluant l’usage d’armes de gros calibre (fig. 14). Enfin, un réseau de barbelés dont l’ampleur reste encore à déterminer renforce le système défensif des abords immédiats du kastro. Le glacis avait été miné26. Au sein du réduit médiéval, au nord de la chapelle, une salle voutée semi-enterrée et l’antichambre accolée présente des inscriptions en grec : un des murs de l’antichambre comporte une flèche peinte au‑dessus de laquelle est écrit « mortiers », le mur de la chambre porte la mention « explosifs ». Ces deux salles présentaient l’avantage d’être en grande partie enterrées, ce qui les plaçaient à la fois à l’abri d’éventuels combats et dans un espace facile à surveiller.

Fig. 14 — Intérieur d’une des casemates Nord.

Fig. 14 — Intérieur d’une des casemates Nord.

Cl. équipe Amphissa.

43Le dernier système défensif de la ville d’Amphissa était complété par une ligne de fortification suivant un axe Nord‑Sud installées sur une crête topographique située à l’Ouest du kastro et surplombant la ville. Si cette ligne défensive, composée de trois casemates et d’un poste d’appui, présente une mise en œuvre plus soignée que celle des casemates du kastro, elle témoigne certainement d’une seconde campagne de mise en défense des abords de la ville. La quantité relativement importante de béton utilisé dans la mise en œuvre indique une construction dans des délais plus longs que ceux du kastro. Par ailleurs, l’inscription « 10‑02‑1949 » réalisée à la pointe de la truelle dans le béton frais constitue un jalon chronologique. Au vu de l’écart entre l’appareil des casemates du kastro, et l’appareil des casemates implantées sur la ligne de crête, il est vraisemblable que deux campagnes distinctes aient été effectuées, la première vraisemblablement avant octobre 1947, date à laquelle L. Lerat constate la réoccupation militaire du kastro. Cette première campagne témoigne d’une architecture de l’urgence, tandis que la standardisation des ouvrages de la seconde laisse croire à une planification plus longuement réfléchie.

Conclusion

44L’approche des dispositifs défensifs du site d’Amphissa dans la longue durée permet de rendre compte de la totalité des vestiges, du vie s. av. J.‑C. au xxe s. ap. J.‑C. Des contraintes topographiques identiques dans un cadre technologique et politique fluctuant ont amené les constructeurs des différentes époques à privilégier le contrôle de la ville ou, au contraire, la défense face aux abords Nord et Nord‑Ouest du site. Ces inversions constantes du sens de la menace, qui obligent les occupants successifs à renforcer tantôt le front de ville, tantôt celui enfilant la passe de Gravia, tantôt le mont Ghiona surplombant le site, constituent un formidable palimpseste d’ouvrages militaires accumulés. La poursuite des opérations de relevé des vestiges alliés à l’étude du matériel des anciennes fouilles, complétées le cas échéant par de nouvelles fouilles sur l’acropole d’Amphissa, permettront d’améliorer significativement notre connaissance d’un site qui fournit une séquence chronologique presque continue de l’époque archaïque à nos jours.

Haut de page

Bibliographie

Ágoston 1999 = G. Ágoston, « Ottoman Warfare in Europe 1453-1826 », dans J. Black (éd.) European Warfare 1453-1815 (1999), p. 118‑144.

Ágoston 2005 = G. Ágoston, Guns for the Sultan: Military Power and the Weapons Industry in the Ottoman Empire (2005).

Ágoston 2015 = G. Ágoston, s. v. « Armement. Des origines aux réformes du xixe s. », dans F. Georgeon, N. Vatin et G. Veinstein (éds), Dictionnaire de l’empire Ottoman (2015).

Bon 1937 = A. Bon, « Forteresses médiévales de la Grèce centrale », BCH 61 (1937), p. 136‑208.

Buchon 1843 = J. A. C. Buchon, La Grèce continentale et la Morée : voyage, séjour et études historiques en 1840 et 1841 (1843).

Το Κάστρο των Σαλώνων 2014 = Το Κάστρο των Σαλώνων (Άµφισσας). Ιστορική ∆ιαδροµή∆υνατότητες και Προοπτική Ανάδειξης (2014).

Deltenre 2014 = F.‑D. Deltenre, « La capture d’Amphissa par Philippe II lors de la quatrième guerre sacrée. À propos d’un stratagème de Polyen (Stratagèmes, IV 2.8) », Res Antiquae XI (2014), p. 91‑100.

Eudes 1970 = D. Eudes, Les Kapetanios : la Guerre civile grecque, 1943-1949 (1970).

Lerat 1952 = L. Lerat, Les Locriens de l’Ouest, BEFAR 176 (1952).

Longnon 1937 = J. Longnon, « Les Autremencourt seigneurs de Salona en Grèce 1204-1311 », Bulletin de la Société historique de haute-Picardie 15 (1937), p. 15‑48.

Nicolle 2010 = D. Nicolle, Ottoman fortification 1300-1710 (2010).

Ober 1992 = J. Ober, « Towards a Typology of Greek Artillery Towers: the First and Second Generations (c. 375-275 B.C.) », dans S. Van De Maele, J. M. Fossey (éds), Fortificationes Antiquae (including the papers of a conference held at Ottawa University / incluant les communications lues à un colloque tenu à l’Université d’Ottawa), Monographies en archéologie et histoire classiques de l’université McGill / McGill university monographs in classical archaeology and history 12 (1992), p. 147‑169.

Portelanos 1998 = A. Portelanos, « Οι αρχαίες αιτωλικές οχυρώσεις », Thèse de l’université de Crète (1998).

Tsaroucha 2014 = A. Tsaroucha, « Η αρχαία Άµφισσα και η οχυρώση της », dans Το Κάστρο των Σαλώνων 2014, p. 37‑49.

Haut de page

Annexe

Typologie des maçonneries médiévales et modernes du kastro d’Amphissa

L’une des particularités du site est la multiplicité apparente de différents types de maçonneries, due à une longue occupation humaine, à des cultures techniques et à des moyens financiers disparates entre les maîtres d’ouvrage successifs. Si l’on excepte la période antique, cinq types de maçonnerie ont pu être observés pour les périodes médiévale et moderne :

Type A : moellon et brique alternés
Le premier appareil, surtout visible dans le kastro, est un appareil mixte avec alternance d’assises régulières en briques fines et de moellons de calcaire bruts à l’agencement irrégulier. Des fragments de brique se retrouvent dans les joints comme élément de calage associés au mortier de chaux. Il est traditionnellement considéré comme la marque des campagnes byzantines

Type B : moellons et fragments de briques noyés
Le second appareil présent sur l’ensemble du site est un appareil irrégulier de moellons de calcaire bruts et de fragments de briques ou de tuiles noyés dans un abondant mortier de chaux. La proportion de fragments de briques par rapport aux moellons peut varier de manière importante selon l’ouvrage ; outre une différence de mise en œuvre évidente, cette particularité, que l’on retrouve également dans le grand appareil, peut‑elle être considérée comme un marqueur chronologique ?

Type C : moellons et fragments de brique (type B) avec poutres noyées
Une partie des murs observés est caractérisée par la présence de poutres horizontales noyées dans l’intérieur du mur ; elles semblent structurer ces maçonneries sur l’ensemble de leur élévation et correspondre par endroits au niveau des trous de boulin. Ces poutres sont insérées longitudinalement et parallèlement à l’axe des murs et sont systématiquement disposées par trois, si tant est que l’épaisseur des maçonneries le permette. D’autres pièces de bois sont disposées perpendiculairement aux murs et semblent, pour une partie d’entre elles tout du moins, être clouées aux poutres longitudinales. Des observations supplémentaires sont nécessaires pour déterminer la fonction de cette armature de bois qui pourrait résulter de la mise en place d’un échafaudage durant la campagne de construction, ou d’un système permettant d’augmenter la résistance des murs au séisme ou à la sape malgré leur maigreur. Ces poutres noyées semblent en tout cas marquer des campagnes tardives.

Type D : remploi d’antique
À plusieurs endroits du site, les murs présentent un appareil de blocs de grandes dimensions en remploi, provenant manifestement de l’enceinte urbaine grecque (blocs de type polygonal ou trapézoïdal). Ils peuvent être agencés de deux manières, à l’image de la courtine sud‑ouest du kastro : la première (type D1) se caractérise par un appareil assisé, grâce au remploi presque exclusif de blocs trapézoïdaux pseudo-isodomes, calés par des cailloux et des fragments de briques ; la seconde (type D2) est un appareil plus irrégulier avec l’emploi pêle‑mêle de blocs isodomes et polygonaux, nécessitant donc beaucoup plus de blocage d’ajustement.

Type E : moellon équarri de forme cubique
Un dernier appareil a été observé au niveau de la seconde enceinte. Visible uniquement depuis l’extérieur, une partie de l’enceinte (entre 10 et 20 m de longueur) présente un appareil singulier de moellons de calcaire équarris de manière presque cubique formant des assises régulières à joints creux (joints ayant peut‑être disparu). La fourrure, bien visible en raison de la disparition presque complète du parement externe, est composés de blocs et moellons de calcaire bruts liés avec un mortier de chaux maigre. L’absence de fragments de tuiles ou de briques est notable. S’agit‑il d’une partie de l’enceinte antique rhabillée à une époque ultérieure, peut‑être franque ? Ou bien du mur sud‑est d’un édifice construit en bordure de falaise, probablement associé à un contexte liturgique ?

Haut de page

Notes

1 Bon 1937, p. 136‑208, avec des compléments de Lerat 1952, p. 174‑178.

2 Το Κάστρο των Σαλώνων 2014.

3 Hérodote VIII 32. Le texte ne mentionne pas explicitement que la ville est fortifiée.

4 Strabon IX 3,4 et IX 4,8 (Amphissa rasée après la Quatrième Guerre sacrée). Polyen 4, 2, 8 (prise d’Amphissa par Philippe). Voir Deltenre 2014.

5 Diodore 18, 38, 2.

6 Tite‑Live XXXVII, 5‑6.

7 Pausanias X, 38, 4. Lerat 1952, p. 176.

8 Sur l’aire géographique et chronologique où cet appareil est attesté, Fachard 2012, p. 258‑260.

9 Lerat 1952, p. 177, repris par Portelanos 1998, p. 878.

10 Les dimensions de la tour permettraient l’usage de l’artillerie à torsion, mais la perte des fenêtres de tir et l’impossibilité d’étudier l’épaisseur du mur sans fouille empêchent d’aller plus loin dans l’étude, cf. Ober 1992.

11 Voir déjà la restitution de Portelanos 1998, pl. 233‑234.

12 État des découvertes et photographies chez Tsaroucha 2014.

13 Bon 1937 et Longnon 1937.

14 Regesta Honorii papae 111, éd. P. Pressuti (1888‑1895), t. II p. 164 B, n° 4509 , cité par Longnon, référence non consultée.

15 Buchon 1843, p. 257 (non vidimus).

16 Il n’est pas impossible que ces deux tours circulaires correspondent à une première campagne franque lancée avec peu de moyens et un artisanat local, avant l’énorme chantier qu’a dû constituer le pillage de l’enceinte en grand appareil de l’acropole et sa réutilisation pour les murs‑boucliers du kastro.

17 La fontaine actuelle existant sur le col au SO est alimentée par un château d’eau.

18 Bon 1937, p. 164‑167.

19 Ágoston 2005, p. 17.

20 Pour plus d’informations, voir Nicolle 2010. Ces éléments seront traités de manière plus précise dans une thèse en cours de V. Ory.

21 Ágoston 1999, p. 126.

22 Il s’agit du vestige mentionné plus haut, p. 337.

23 Petit canon pivotant chargé de grenaille.

24 Ce type de dispositif n’est pas sans rappeler l’accès à ville haute de Monemvasia où une succession de rampes battues par des créneaux de fusillade permettait de contrôler l’accès bloqué par plusieurs portes successives.

25 Eudes 1970, p. 199 et 232.

26 Lerat 1952, n. 4 p. 174‑175, confirmé par des témoignages locaux. Le déminage, entre octobre 1947 et octobre 1950 (dates des deux voyages de L. Lerat), aurait été laissé à la charge des propriétaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — L’acropole d’Amphissa : le rempart classique-hellénistique.
Crédits DAO St. Zugmeyer.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 2 — Le kastro d’Amphissa : phases médiévales et modernes.
Crédits DAO D. Ollivier.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 775k
Titre Fig. 3 — Jonction des appareil polygonal et trapézoïdal, angle Ouest de l’acropole.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Titre Fig. 4 — Détail de l’appareil, mur Nord-Ouest de l’acropole.
Crédits Cl. équipe Amphissa ; DAO St. Zugmeyer.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5 — La tour quadrangulaire couvrant à revers la grande porte de la basse-cour.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Titre Fig. 6 — Maçonnerie de type A, abside de la chapelle byzantine.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 871k
Titre Fig. 7 — Élévation interne du palais (?) fortifié, avec refend, baie et crénelage.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 8 — La grosse tour vue du Sud.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Fig. 9 — Maçonnerie de type B, tour du kastro face au NO.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 877k
Titre Fig. 10 — Maçonnerie de type D1, kastro.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Titre Fig. 11 — Parapet en reprise d’un mur antique.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Titre Fig. 12 — Mur défensif surplombant une fontaine dans la ville.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 830k
Titre Fig. 13 — Casemate à l’angle Ouest de l'acropole.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Fig. 14 — Intérieur d’une des casemates Nord.
Crédits Cl. équipe Amphissa.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/792/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Athanasia Psalti, Anthoula Tsaroucha, Nicolas Kyriakidis, Nikolaos Petrochilos, Stéphanie Zugmeyer, Nicolas Faucherre, David Ollivier, Vincent Ory et Audric Loulelis, « Les fortifications d’Amphissa, de l’Antiquité à l’époque contemporaine »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 321-346.

Référence électronique

Athanasia Psalti, Anthoula Tsaroucha, Nicolas Kyriakidis, Nikolaos Petrochilos, Stéphanie Zugmeyer, Nicolas Faucherre, David Ollivier, Vincent Ory et Audric Loulelis, « Les fortifications d’Amphissa, de l’Antiquité à l’époque contemporaine »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/792 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.792

Haut de page

Auteurs

Athanasia Psalti

Éphorie de Phocide.

Articles du même auteur

Anthoula Tsaroucha

Éphorie de Phocide.

Nicolas Kyriakidis

Paris 8, UMR 7041 ArScAn.

Articles du même auteur

Nikolaos Petrochilos

Éphorie de Phocide.

Articles du même auteur

  • The current state of research
    Les remparts de Chaleion : l’état actuel de la recherche
    Το οχυρωµατικό τείχος του Χαλείου: η σηµερινή κατάσταση της έρευνας
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019

Stéphanie Zugmeyer

IRAA – USR 3155 (AMU‑CNRS, UPPA, Lyon 2).

Articles du même auteur

Nicolas Faucherre

UMR 7298 LA3M (AMU‑CNRS).

Articles du même auteur

David Ollivier

UMR 7298 LA3M (AMU‑CNRS).

Vincent Ory

UMR 7298 LA3M (AMU‑CNRS).

Audric Loulelis

UMR 7298 LA3M (AMU‑CNRS).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search