Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Les fortifications antiques de Ma...

Dossier : Les fortifications du monde grec

Les fortifications antiques de Marseille et leurs relations avec les constructions régionales

Οι αρχαίες οχυρώσεις της Μασσαλίας και η σχέση τους µε τοπικές κατασκευές
The ancient fortifications at Marseilles and their relation to regional constructions
Henri Tréziny
p. 347-360

Résumés

Les fortifications de Marseille antique sont aujourd’hui assez bien connues pour que l’on puisse en suivre le développement technique depuis l’époque archaïque (briques crues sur socle en calcaire local), classique et hellénistique ancienne (le tuf remplace la brique crue) jusqu’au iie s. av. J.‑C. (construction massive en calcaire du cap Couronne). Une telle typo-chronologie ne semble pas s’appliquer au monde phocéo-massaliète d’Occident, qu’il s’agisse des remparts d’Emporion, qui utilisent un appareil polygonal rustique, ou de ceux d’Olbia de Ligurie. Ici, le polygonal du ive s. laisse place au iie s. à un grand appareil qui évoque plutôt le rempart de Marseille au ive s. On en conclut logiquement que les techniques utilisées dépendent moins d’un faciès culturel que des matériaux à disposition localement et des ressources financières pour importer des matériaux extérieurs. Un bref tour d’horizon dans les sites indigènes de Basse-Provence permet de s’interroger sur les conditions et les motivations de l’utilisation de techniques « grecques » dans des habitats gaulois.

Haut de page

Texte intégral

Marseille

  • 1 De Phocée, selon les sources anciennes et la plupart des commentateurs. J’ai suggéré ailleurs (Herm (...)
  • 2 Description dans Hesnard, Bernardi, Maurel 1999. La structure est alors considérée comme un quai.

1On admet aujourd’hui que Massalia a été fondée autour de 600 av. J.‑C. par des Grecs venus d’Asie Mineure1. Le premier habitat devait se cantonner à la butte Saint‑Laurent et à la butte des Moulins. Il était protégé par une muraille dont on ne connaît que l’extrémité maritime, dans la fouille de la place Villeneuve-Bargemon. L’ouvrage se présentait comme un mur d’environ 2,50 m d’épaisseur, terminé au Sud par une « tour » quadrangulaire (6 m sur 7 m en élévation) dont la fondation est faite de d’un batardeau en bois contenant des blocs de poudingue, au‑dessus de laquelle se trouvent des blocs taillés et une couche d’argile qui est sans doute la base d’une élévation en briques crues 2. Cette fortification devait enserrer la colline des Moulins (rue de la Roquette), puis sans doute la butte Saint-Laurent (fig. 1). Une technique tout à fait comparable se retrouve plus tard, vers la fin du VIe s., dans la nouvelle enceinte retrouvée à l’extrémité méridionale du chantier de la Bourse (fig. 2). La fortification englobe alors le quartier de la Grand‑Rue et – très probablement – la butte des Carmes. Le socle (lithologema) est construit sur une soixantaine de cm en blocs taillés de calcaire de Saint-Victor (assises de 20 à 30 cm), puis surmonté de briques d’adobe que l’on a retrouvées effondrées. En avant du rempart, une plateforme était retenue par un batardeau en pieux de pin : elle servait au débarquement des blocs depuis la carrière et à leur retaille, comme l’indiquent les épaisses couches de déchets de taille. Le lithologema a sans doute fait l’objet plus tard (ive s. ?) d’une surélévation d’une assise de calcaire blanc, peut‑être pour contrer l’élévation du niveau de la mer. Vers la fin du ive s., dans le secteur Nord-Ouest des fouilles, l’enceinte est remaniée. Le lithologema est toujours construit en calcaire blanc de Saint‑Victor, mais avec des blocs qui proviennent de bancs plus épais et plus résistants que dans la phase précédente. L’élévation est en blocs de tuf, quadrangulaires, avec des assises d’une soixantaine de cm. À cette phase se rattachent deux tours quadrangulaires, mal conservées, qui encadrent la porte d’Italie (fig. 3 et 4). Leur forme peut‑être oblongue évoque celle de la tour de la phase 5 de la porte méridionale de Glanum (infra), mais aussi les tours phénico-puniques de Motyè ou d’Héraclée Minoa.

Fig. 1 — Plan de Marseille avec l’emplacement des diverses phases des fortifications.

Fig. 1 — Plan de Marseille avec l’emplacement des diverses phases des fortifications.

1. Place Villeneuve Bargemon, premier quart du vie s. 2. Vers 500, Bourse. 3. Vers 300, Bourse. 4. Vers 140 av. J.-C., Bourse et butte des Carmes

H. Tréziny sur fond de plan Bouiron / Inrap.

Fig. 2 — Le rempart de la fin de l’archaïsme sur le chantier de la Bourse, au-dessous des fondations du mur hellénistique.

Fig. 2 — Le rempart de la fin de l’archaïsme sur le chantier de la Bourse, au-dessous des fondations du mur hellénistique.

Photo H. Tréziny.

Fig. 3 — Plan restitué de la porte d’Italie en calcaire blanc, vers 300 av. J.-C. En grisé, porte du iie s. av. J.-C.

Fig. 3 — Plan restitué de la porte d’Italie en calcaire blanc, vers 300 av. J.-C. En grisé, porte du iie s. av. J.-C.

H. Tréziny.

Fig. 4 — Angle Nord-Est de la tour Nord de la porte en calcaire blanc.

Fig. 4 — Angle Nord-Est de la tour Nord de la porte en calcaire blanc.

Photo H. Tréziny.

  • 3 Sur le liaisonnement des parements et la question de l’emplecton, je renvoie à ce que j’ai écrit da (...)
  • 4 Les fortifications antiques du chantier de la Bourse sont en cours de publication. On pourra se réf (...)

2Vers le milieu ou la seconde moitié du  iie s., les fortifications de Marseille sont entièrement reconstruites en calcaire rose du cap Couronne. On en connaît un petit tronçon sur la butte des Carmes, mais surtout des courtines et trois tours sur le chantier de la Bourse. Les blocs sont extraits dans les carrières du cap Couronne, une trentaine de kilomètres à l’Ouest de Marseille, puis transportés par bateaux. La taille est normalisée à partir d’une mesure en carrière d’environ 52 cm (1 coudée) : blocs longs de 1c × 1c × 3c, blocs courts de 1c × 1,5c × 2c (fig. 5). Les signes lapidaires visibles le plus souvent sur le bout des blocs avant ravalement se retrouvent sur l’épave de Carry-le-Rouet. Elles sont donc sans doute faites en carrière ou à l’embarquement (alpha-rho : marque d’entrepreneur ?) et complétées par un signe numérique indiquant peut‑être le lot de livraison (gamma = 3, delta = 4, etc…). D’autres signes lapidaires semblent avoir été faits sur le chantier et sont plutôt la signature de maçons, comme la marque Pa‑ (Parménon ?). Les courtines sont à double parement, faisant alterner blocs longs et blocs courts, disposés en panneresse ou en boutisse. Les boutisses peuvent être de simples liaisonnements pénétrant dans le remplissage ou constituer de véritables murets reliant les deux parements, selon le principe du « mur à caissons »3. On connaît dans cette phase trois tours quadrangulaires, deux de plan carré autour de la porte d’Italie (successeurs des tours en calcaire blanc de la phase précédente), une autre rectangulaire à l’extrémité méridionale. Les tours étaient creuses, dotées de meurtrière dès le rez‑de‑chaussée. Un fossé protégeait la fortification vers l’Est, succédant sans doute à un fossé plus ancien retrouvé sous la tour Carrée de la porte hellénistique4.

Fig. 5 — Axonométrie schématique de la courtine méridionale du rempart en calcaire rose du iie s.

Fig. 5 — Axonométrie schématique de la courtine méridionale du rempart en calcaire rose du iie s.

En hachuré, section sur le rempart archaïque.

H. Tréziny.

3Même si elles ne sont connues que de façon très fragmentaire et souvent mal conservées, les fortifications antiques de Marseille se prêtent donc assez bien à une étude typo-chronologique. À la phase archaïque et peut‑être au ve s. se rapportent des structures en briques crues sur socle de calcaire blanc. Part la suite, la brique crue est remplacée par du tuf (iveiie s. ?), et la construction du iie s. (vers 140 ?) fait appel à un nouveau matériau et à de nouvelles techniques de construction.

Sites massaliètes et phocéens

  • 5 Sur le rempart, voir notamment Sanmartì, Castaner, Tremoleda 1988 et 1992 ; sur les travaux récents (...)

4Empuries est sans doute une fondation phocéenne, dont les relations avec Marseille étaient assez étroites. Les fortifications de la neapolis sont bien connues dès au moins le ive s. et le rempart du iie s. av. J.‑C. est encore bien conservé, surtout sur le côté Sud de la ville5. Aussi bien dans la phase grecque (ive s. av. J.‑C.) que dans la phase républicaine (iie s. av. J.‑C.), les remparts d’Empuries sont construits dans un appareil polygonal, avec des blocs de grandes dimensions, sans aucun rapport avec les remparts de Marseille. La différence technique tient ici évidemment à la nature des blocs que l’on peut extraire en carrière.

  • 6 Coupry 1986 ; Bats 2004 ; pour le rempart Ouest, Bouet 1992.

5Olbia de Ligurie est une sous-colonie de Marseille, à fonction sans doute militaire (epiteichisma) fondée vers le milieu du ive s. av. J.‑C.6 Son plan est globalement carré, même si le côté méridional, fouillé récemment, présente des décrochements à cause du trait de côte. À la suite des fouilles de J. Coupry, puis de M. Bats, on distingue dans le rempart deux grandes phases de construction. Sur le côté Est et dans la partie orientale du côté Nord, le mur est en appareil polygonal de grandes dimensions, souvent double (deux murs accolés), même s’il est toujours difficile de distinguer entre mur double par construction ou mur doublé dans une deuxième phase. Quoi qu’il en soit, ce rempart est généralement daté de la deuxième moitié du ive s. av. J.‑C., contemporain de la fondation du site.

6Sur le côté Ouest, le rempart est surtout connu par les travaux de Coupry et quelques sondages plus récents. Il est conservé sur une ou deux assises de grand appareil. La longueur des blocs en parement oscille entre 69 et 191 cm, même si la moyenne tourne autour de 92 cm. Quelques blocs sont disposés en boutisse, et comme le terrain est en pente vers le Sud, la hauteur d’assise varie entre 53 et 63 cm par l’effet de décrochements. La parement intérieur est en petit appareil, et l’épaisseur de la courtine atteint 3,40 m, soit l’épaisseur du « mur double » en appareil polygonal du côté Est.

7Sur le côté Nord, la technique de construction est à peu près la même, mais l’épaisseur du rempart est réduite à 2,08 m en élévation. La longueur des blocs en parement varie entre 82 et 91 cm, les hauteurs d’assise entre 40 et 61 cm. Des blocs en boutisse pénètrent dans le remplissage et le parement interne est également en petit appareil. Épaisseur mise à part, les techniques de construction des deux remparts en grand appareil Ouest et Nord sont assez proches et les deux ouvrages pourraient être à peu près contemporains contemporains, datables sans doute au iie s. av. J.‑C. ou plus tard.

  • 7 Publication en cours dans le volume Olbia grecque, sous la direction de M. Bats.

8Sur le côté Sud enfin, le rempart est conservé en fondations et semble avoir deux phases avec deux épaisseurs différentes. En attendant la publication définitive de l’ouvrage7, on observera que la technique de construction du rempart en grand appareil d’Olbia est très proche de celle que nous avons datée à Marseille vers 300 av. J.‑C. (fig. 6), très éloignée en revanche de celle du rempart marseillais du iie s. av. J.‑C., en calcaire rose du cap Couronne.

9Nous conclurons donc que la technique utilisée dans la construction des remparts massaliètes dépend essentiellement des matériaux à disposition et aussi sans doute des ressources financières qui permettent, dans le cas de Marseille, des transports sur de grandes distances.

Fig. 6 — Plan du rempart Nord en grand appareil de l’enceinte d’Olbia et du mur en calcaire blanc de Marseille.

Fig. 6 — Plan du rempart Nord en grand appareil de l’enceinte d’Olbia et du mur en calcaire blanc de Marseille.

Relevés H. Tréziny.

Les remparts en grand appareil en provence

  • 8 L’étude fondamentale reste celle de Bessac 1980. Aussi, Tréziny 1986, 1989. Pour les travaux récent (...)
  • 9 Tréziny 1992.

10Les remparts de Saint‑Blaise ont de longue date attiré l’attention des chercheurs qui ont fait quelquefois de ce site une forteresse marseillaise. On sait aujourd’hui que l’oppidum était habité par des Gaulois et on suppose que la construction était peut‑être inachevée au moment de la prise de la ville (par l’armée romaine ?) aux environs de 125 av. J.‑C. Construit en pierre locale, dont les carrières ont été étudiées récemment, le mur a une technique très soignée8, très proche de celle des remparts grecs de Marseille (fig. 7), mais la construction n’est pas normalisée. Les marques de tâcheron, nombreuses dans la partie basse des remparts, sont souvent rehaussées de peinture rouge, ce qui est rarissime dans les constructions grecques. On ne connaît pas de tours creuses, comme à Marseille, mais plutôt des bastions, et les merlons monolithes arrondis de type punique n’ont pas – à ce jour – de parallèle à Marseille9. Bref, on considérera le rempart de Saint‑Blaise comme une construction originale, œuvre sans doute de techniciens marseillais au service d’un pouvoir local.

  • 10 Paillet, Tréziny 2004. Les fouilles de 1992‑1996 ont mis au jour les multiples phases de la fortifi (...)
  • 11 Tréziny, Vacca-Goutoulli 2000.
  • 12 Brémond, Heijmans 1993 et 1994 ; Tréziny 2006, p. 165‑167.

11La même technique de construction (avec les mêmes merlons arrondis) se retrouve dans les remparts de la porte Nord de Glanum10, ou (sans les merlons) dans le petit rempart des Tours de Castillon à Paradou, dans les Alpilles11. Elle témoigne d’un groupe régional, très influencé par les techniques massaliètes, mais qui relève sans doute d’un autre contexte culturel et politique. On rappellera également les remparts en grand appareil d’époque romaine de la colonie d’Arles, qui relèvent d’une toute autre logique12.

Fig. 7 — Détails des appareils du rempart en calcaire rose de Marseille (à gauche) et du rempart de Saint-Blaise (à droite).

Fig. 7 — Détails des appareils du rempart en calcaire rose de Marseille (à gauche) et du rempart de Saint-Blaise (à droite).

Photos H. Tréziny.

Fig. 8 — La porte Nord du rempart de Glanum. Mise en évidence de la tour « trapézoïdale » de la phase 5.

Fig. 8 — La porte Nord du rempart de Glanum. Mise en évidence de la tour « trapézoïdale » de la phase 5.

H. Tréziny, fond de plan topographique J.-L. Paillet.

De Phocée aux Mayans. Appareil polygonal et tours quadrangulaires

  • 13 Sur les fortifications, Tocco 2009 ; sur le « village en polygonal », Neutsch 1994 ; aussi Cicala e (...)

12Revenant à Marseille, je voudrais à présent évoquer un tout autre dossier, celui de la tradition phocéenne et ionienne. On sait que l’appareil polygonal est particulièrement fréquent dans le monde ionien. On le trouve à Phocée, dans des murs de bâtiments sur l’acropole, mais curieusement pas dans la fortification où on préfère un appareil rectangulaire à appareil alterné de d’assises en panneresse et en carreaux. Il est bien attesté, près de Phocée, dans les remparts de Larissa sur l’Hermos, mais aussi en Occident à Vélia, dans des constructions de l’acropole, mais surtout dans les murs de terrassement de ce que l’on appelle le « villaggio in poligonale », alors que là aussi l’enceinte (mal connue pour les périodes les plus anciennes) est en appareil rectangulaire13. En dehors des villes phocéennes, on le trouve aussi en Occident dans les remparts de Naxos de Sicile, colonie chalcidienne, ou dans les murs de Lipari, deux sites où la pierre, d’origine volcanique, se prête sans doute mieux à ce type de taille. Paradoxalement, l’appareil polygonal est totalement absent à Marseille et il faut y voir une fois de plus l’adaptation des techniques de construction aux matériaux à disposition.

13Le dossier des tours quadrangulaires est également très éclairant. À l’époque archaïque, nous connaissons peut de tours, mais toutes sont quadrangulaires. L’enceinte, déjà mentionnée supra, de l’acropole de Larissa sur l’Hermos présente une série relativement serrée de tours quadrangulaires, souvent de forme oblongue à deux compartiments. Cette forme se retrouve en Occident dans des fortifications phénico-puniques, notamment celles de Motyè dès l’époque archaïque, ou d’Héraclée Minoa. Nous ne connaissons pas les tours archaïques de Marseille, mais elles devaient également avoir une forme quadrangulaire, comme plus tard celles de la porte d’Italie, vers 300 puis vers 140 av. J.‑C.

  • 14 Fouilles Tréziny 1990, 1992, 1994. La publication doit en être assurée par D. Isoardi (AMU, CNRS, C (...)

14Une dizaine de kilomètres au Nord de Marseille, le petit oppidum des Mayans semble avoir été occupé entre les années 540 et la première moitié du ve s. av. J.‑C. Bien qu’on y ait trouvé des céramiques grecques assez abondantes, le site paraît indigène14. Or la fortification présente sur son côté Nord un tracé d’apparence curviligne, en fait polygonal, dont chaque angle est marqué par une tour quadrangulaire pleine (fig. 9). Le matériau utilisé est le calcaire extrait du substrat, qui se prête mal à la taille. Le paradoxe est double. D’une part, tous les sites indigènes régionaux dotés de tours au vie s. ou plus tard ont des tours curvilignes (les Baou de Saint‑Marcel, Saint‑Blaise, La Pitié à Marignane), d’autre part le matériau utilisé conviendrait à des tours curvilignes, mais se prête très mal à des constructions quadrangulaires et notamment aux chaînages d’angle.

15L’interprétation suggérée est qu’il s’agit, dans un site indigène très proche de Marseille et qui devait entretenir avec la cité grecque des rapports étroits, de l’imitation volontaire d’un modèle massaliète.

Fig. 9 — Plan de l’oppidum des Mayans.

Fig. 9 — Plan de l’oppidum des Mayans.

Dessin H. Tréziny sur levé topographique J.-L. Paillet.

16Le bilan de cette analyse est contrasté. D’une part, les fortifications de Marseille présentent une évolution claire et assez bien datée, permettant d’élaborer un modèle chrono-typologique. D’autre part, les techniques de construction utilisées dans les sites phocéens et massaliètes, mais aussi dans les sites indigènes proches de Marseille, ne peuvent se limiter à une lecture massaliète. Tout dépend, mais on pouvait s’y attendre, du contexte géologique et économique, des matériaux à disposition et des ressources disponibles, mais aussi du contexte politique et, pour les sites indigènes, de la volonté d’adapter à leurs besoins des « modèles grecs » choisis selon des critères qui nous échappent le plus souvent.

Haut de page

Bibliographie

Bats 2004 = M. Bats, « Les colonies massaliètes de Gaule méridionale : sources et modèles d’un urbanisme militaire hellénistique », dans S. Agusta-Boularot et X. Lafon (éds), Des Ibères aux Vénètes (2004), p. 51‑64.

Bessac 1980 = J.‑Cl. Bessac, « Le rempart hellénistique de Saint‑Blaise. Techniques de construction », Documents d’archéologie méridionale 3 (1980), p. 137‑157.

Bouet 1992 = A. Bouet, « Quatre tombes d’une nécropole de l’Antiquité tardive à Olbia‑de-Provence », Bulletin archéologique de Provence 22 (1993), p. 28‑35.

Brémond, Heijmans 1993 = J. Brémond, M. Heijmans, « Histoire d’une découverte annoncée. La résidence Les Dominicaines », Bulletin des Amis du Vieil Arles 82 (1993), p. 3‑7.

Brémond, Heijmans 1994 = J. Brémond, M. Heijmans, « De la cave au grenier. Trois ans de prospection arlésienne », Bulletin archéologique de Provence 23 (1994), p. 91‑116.

Castanyer, Santos, Tremoleda 2009-2011 = P. Castanyer, M. Santos, J. Tremoleda, « Darreres recerques sobre la gènesi de l’enclavament grec d’Empòrion », Empuries 56 (2009-2011 [2016]), p. 55‑73.

Castanyer, Santos, Tremoleda 2016 = P. Castanyer, M. Santos, J. Tremoleda, « Una nueva fortificación de época republicana en Empúries. Una base militar para la conquista de Hispania », dans Los Escipiones. Roma conquista Hispania [catalogue de l’exposition de Madrid] (2016), p. 107‑127.

Cicala et al. 1999 = L. Cicala, C. A. Fiammenghi, R. Maffettone, L. Vecchio, « Problemi di topografia storica dell’Acropoli di Velia : l’edificio ellenistico ad Ovest del tempio », dans F. Krinzinger et G. Tocco (éds), Neue Forschungen in Velia (1999), p. 39‑60.

Coupry 1986 = J. Coupry, « Les fortifications d’Olbia en Ligurie », dans P. Leriche et H. Tréziny (éds), La fortification dans l’histoire du monde grec (1986), p. 389‑406.

Hermary, Tréziny 2016 = A. Hermary, H. Tréziny, « Artémis d’Éphèse, de Marseille à Arles », dans E. Okan, C. Atila (éds), Studies in Honour of Ömer Özyigit (2015), p. 237‑246.

Hesnard, Bernardi, Maurel 1999 = A. Hesnard, PhBernardi, Chr. Maurel, « La topographie du port de Marseille de la fondation de la cité à la fin du Moyen Âge », dans M. Bouiron et al. (éds), Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René (2001), p. 159‑202.

Karlsson 1992 = L. Karlsson, Fortification Towers and Masonry Techniques in the Hegemony of Syracuse, 405-211 B.C. (1992).

Neutsch 1994 = B. Neutsch, « L’esplorazione delle pendici meridionali dell’acropoli di Velia », dans G. Greco et F. Krinzinger (éds), Velia. Studi e ricerche (1994), p. 55‑70.

Paillet, Tréziny 2004 = J.‑L. Paillet, H. Tréziny, « Le rempart en grand appareil et la porte charretière de Glanum », dans S. Agusta-Boularot et al. (éds), « Dix ans de fouilles et recherches à Glanum (Saint-Rémy-de-Provence) : 1992-2002 », JRA XX (2004), p. 26‑56 [p. 29‑30].

Sanmartì, Castaner, Tremoleda 1988 = E. Sanmartì, P. Castaner, J. Tremoleda, « La secuencia historico-topografica de las murallas del sector meridional de Emporion », MDAI(M) 29 (1988), p. 191‑200.

Sanmartì, Castaner, Tremoleda 1992 = E. Sanmartì, P. Castaner, J. Tremoleda, « Nuevos datos sobre la historia y la topografia de las murallas de Emporion », MDAI(M) 33 (1992), p. 102‑112.

Tocco 2009 = G. Tocco (éd.), Velia. La cinta fortificata e le aree sacre (2009).

Tomlinson 1961 = R. A. Tomlinson, « Emplekton masonry and “Greek structura” », JHS 81 (1961), p. 133‑140.

Tréziny 1986 = H. Tréziny, « Remarques sur la fonction de la fortification hellénistique de Saint‑Blaise », dans M. Bats et H. Tréziny (éds), Études massaliètes, 1, Le territoire de Marseille grecque, Travaux du Centre Camille-Jullian 1 (1986), p. 145‑151.

Tréziny 1989 = H. Tréziny, « Métrologie, architecture et urbanisme dans le monde massaliète », RANarb 22 (1989 [1990]), p. 1‑46.

Tréziny 1992 = H. Tréziny, « Imitations, emprunts, détournements : sur quelques problèmes d’architecture et d’urbanisme en Gaule méridionale », dans M. Bats et al. (éds), Marseille grecque et la Gaule, Études massaliètes 3 (1992), p. 337‑349.

Tréziny 1994 = H. Tréziny, « Les fortifications phocéennes d’Occident (Emporion, Vélia, Marseille) », RÉA 96 (1994), p. 115‑135.

Tréziny 2000 = H. Tréziny, « Thasos vu de l’ouest », dans F. Blondé, A. Muller, D. Mulliez (éds), « Thasos, d’Archiloque aux guerres médiques. Questions de topographie et d’urbanisme. Bilan de la journée d’étude de Lille, 20 mars 2000 », Topoi 10 (2000 [2003]), p. 28‑31.

Tréziny 2001 = H. Tréziny, « Les fortifications de Marseille dans l’Antiquité », dans M. Bouiron et al. (éds), Marseille : trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René (2001), p. 45‑57.

Tréziny 2006 = H. Tréziny, « Marseille et l’hellénisation du Midi : regards sur l’architecture et l’urbanisme de la Gaule méridionale à l’époque hellénistique », dans L’hellénisation en Méditerranée occidentale au temps des guerres puniques (260-180 av. J.‑C.) (2006), p. 163‑186.

Tréziny 2009 = H. Tréziny, « La pierre de construction à Marseille de l’Antiquité aux Temps Modernes », dans Ph. Jockey (éd.), Huitième Colloque International d’Asmosia (Aix-en-Provence,12‑18 juin 2006) (2009), p. 203‑212.

Tréziny, Vacca-Goutoulli 2000 = H. Tréziny, M. Vacca-Goutoulli, « Le rempart en grand appareil des Tours de Castillon (13 - Le Paradou) », dans Ph. Leveau et J.‑P. Saquet (éds), Milieux et sociétés dans la vallée des Baux, Revue archéologique de Narbonnaise, Supplément 31 (2000), p. 201‑204.

Haut de page

Notes

1 De Phocée, selon les sources anciennes et la plupart des commentateurs. J’ai suggéré ailleurs (Hermary, Tréziny 2016) que la composante phocéenne, prépondérante après 540 et l’arrivée de nouveaux contingents phocéens, n’était vers 600 que l’une des composantes ioniennes, aux côtés par exemple d’Éphésiens ou de Milésiens.

2 Description dans Hesnard, Bernardi, Maurel 1999. La structure est alors considérée comme un quai.

3 Sur le liaisonnement des parements et la question de l’emplecton, je renvoie à ce que j’ai écrit dans Tréziny 1999, p. 251‑254 ; voir aussi Tomlinson 1987 et Karlsson 1992 à propos des fortifications de Sicile (« hieronian chains »).

4 Les fortifications antiques du chantier de la Bourse sont en cours de publication. On pourra se référer à Tréziny 2001 et 2009.

5 Sur le rempart, voir notamment Sanmartì, Castaner, Tremoleda 1988 et 1992 ; sur les travaux récents, Castanyer, Santos, Tremoleda 2009‑2011 ; sur l’enceinte de la colonie romaine, Castanyer, Santos, Tremoleda 2016.

6 Coupry 1986 ; Bats 2004 ; pour le rempart Ouest, Bouet 1992.

7 Publication en cours dans le volume Olbia grecque, sous la direction de M. Bats.

8 L’étude fondamentale reste celle de Bessac 1980. Aussi, Tréziny 1986, 1989. Pour les travaux récents, Chausserie-Laprée, dans ce volume, p. 361‑390.

9 Tréziny 1992.

10 Paillet, Tréziny 2004. Les fouilles de 1992‑1996 ont mis au jour les multiples phases de la fortification de l’Âge du fer mais n’ont pas permis de préciser la date de construction du mur en grand appareil entre le dernier quart du iie et le premier quart du ier s. av. J.‑C. Rappelons que l’avant‑dernière phase de la porte Nord comportait une tour oblongue de plan trapézoïdal plutôt que rectangulaire, évoquant celles de la porte d’Italie à Marseille vers 300 av. J.‑C. (fig. 8).

11 Tréziny, Vacca-Goutoulli 2000.

12 Brémond, Heijmans 1993 et 1994 ; Tréziny 2006, p. 165‑167.

13 Sur les fortifications, Tocco 2009 ; sur le « village en polygonal », Neutsch 1994 ; aussi Cicala et al. 1999, fig. 12.

14 Fouilles Tréziny 1990, 1992, 1994. La publication doit en être assurée par D. Isoardi (AMU, CNRS, Centre Camille Jullian).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan de Marseille avec l’emplacement des diverses phases des fortifications.
Légende 1. Place Villeneuve Bargemon, premier quart du vie s. 2. Vers 500, Bourse. 3. Vers 300, Bourse. 4. Vers 140 av. J.-C., Bourse et butte des Carmes
Crédits H. Tréziny sur fond de plan Bouiron / Inrap.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 2 — Le rempart de la fin de l’archaïsme sur le chantier de la Bourse, au-dessous des fondations du mur hellénistique.
Crédits Photo H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre Fig. 3 — Plan restitué de la porte d’Italie en calcaire blanc, vers 300 av. J.-C. En grisé, porte du iie s. av. J.-C.
Crédits H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 4 — Angle Nord-Est de la tour Nord de la porte en calcaire blanc.
Crédits Photo H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 5 — Axonométrie schématique de la courtine méridionale du rempart en calcaire rose du iie s.
Légende En hachuré, section sur le rempart archaïque.
Crédits H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 6 — Plan du rempart Nord en grand appareil de l’enceinte d’Olbia et du mur en calcaire blanc de Marseille.
Crédits Relevés H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 7 — Détails des appareils du rempart en calcaire rose de Marseille (à gauche) et du rempart de Saint-Blaise (à droite).
Crédits Photos H. Tréziny.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 787k
Titre Fig. 8 — La porte Nord du rempart de Glanum. Mise en évidence de la tour « trapézoïdale » de la phase 5.
Crédits H. Tréziny, fond de plan topographique J.-L. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 9 — Plan de l’oppidum des Mayans.
Crédits Dessin H. Tréziny sur levé topographique J.-L. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/813/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Tréziny, « Les fortifications antiques de Marseille et leurs relations avec les constructions régionales »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 347-360.

Référence électronique

Henri Tréziny, « Les fortifications antiques de Marseille et leurs relations avec les constructions régionales »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.813

Haut de page

Auteur

Henri Tréziny

Directeur de recherche émérite au CNRS, Aix Marseille Univ, CNRS, CCJ, Aix‑en‑Provence, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search