Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Les fortifications de l’oppidum d...

Dossier : Les fortifications du monde grec

Les fortifications de l’oppidum de Saint‑Blaise (Saint‑Mitre-les‑Remparts)

Découvertes et approches nouvelles
Οι οχυρώσεις του οικισµού (oppidum) στο Saint‑Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts): Ανα­καλύψεις και νέες προσεγγίσεις
The fortifications of the oppidum at Saint‑Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts): discoveries and new approaches
Jean Chausserie‑Laprée, Sandrine Duval, Marie Valenciano et Victor Canut
p. 361-389

Résumés

Explorées depuis 1924, les fortifications de l’oppidum de Saint‑Blaise dans le Sud de la France ont récemment fait l’objet de nouvelles investigations à l’occasion de la mise en valeur projetée du site.
S’ils ont confirmé l’empilement et/ou la succession d’au moins quatre lignes de défense appartenant aux périodes gauloise, tardo-antique et médiévale, ces travaux ont beaucoup renouvelé notre connaissance et notre interprétation de ces murailles, en particulier pour la période protohistorique. Deux points principaux doivent être relevés : l’existence d’un puissant mur gaulois dès la fin du viie s. av. J.‑C., qui nous permet d’identifier ici la forteresse de la tribu gauloise des Ségobriges que les Phocéens ont abordé avant la fondation de Marseille ; la muraille hellénistique en grand appareil de type grec doit désormais être interprétée comme un ouvrage gaulois inachevé, anéanti par les Romains lors de la chute de l’oppidum à la fin du iie s. av. J.‑C.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire des recherches archéologiques à Saint‑Blaise, voir en dernier lieu J. Chausserie-Lap (...)

1En août 1935, quelques jours après le démarrage des fouilles archéologiques entreprises à Saint‑Blaise par Henri Rolland, paraissait dans la revue « Beaux arts », le premier article faisant mention des recherches effectuées sur cet oppidum de basse Provence occidentale (fig. 1). Son titre, « Le mur grec de Martigues », résume de manière lapidaire la nature de la principale découverte effectuée alors sur ce site. Il donne déjà surtout l’orientation que prendront des fouilles effectuées durant 35 ans par l’archéologue qui s’investissait depuis peu aussi sur le site « gallo‑grec » de Glanum à Saint-Rémy-de-Provence. Si la longue suite d’occupations humaines, avec leur cortège de vestiges domestiques, de quartiers d’habitations, de voies de circulation, de lieux de culte, de cimetières et de carrières de pierres, qui ont marqué les habitats qui se sont succédé à Saint‑Blaise depuis le Néolithique, ont également attiré l’attention de nombreux chercheurs de divers horizons1, l’étude des systèmes défensifs qui protégeaient la plupart de ces habitats (oppidum gaulois, agglomération tardo-antique, castrum médiéval) ont jusqu’à aujourd’hui constitué l’essentiel des travaux effectués depuis la disparition d’Henri Rolland. Cet article, qui se propose de faire un point d’ensemble sur cette problématique, en est d’ailleurs l’illustration.

Fig. 1 — Carte de localisation du site de Saint-Blaise dans le Sud de la France.

Fig. 1 — Carte de localisation du site de Saint-Blaise dans le Sud de la France.

DAO : S. Duval.

2La reprise, en 2006, de travaux d’étude, de fouilles et de relevés sur le site de Saint‑Blaise, sous l’égide de la métropole Aix‑Marseille-Provence qui a désormais en charge la gestion et la mise en valeur de l’oppidum, nous fournit ici l’essentiel des données présentées. Repartant des remarquables archives laissées par Henri Rolland, mais parfois inexploitées, et en fonction d’opérations localisées, dues tantôt à des interventions d’urgence ou de sécurité, tantôt au programme de mise en valeur, la connaissance des murailles de Saint‑Blaise s’est en effet beaucoup accrue.

3Les éléments nouveaux concernent principalement les murs d’époque protohistorique avec d’une part une enceinte « archaïque » (viieve s. av. J.‑C.) dont le tracé et les caractères techniques sont mieux perçus, et d’autre part un ensemble remparé hellénistique (iie s. av. J.‑C.), beaucoup plus complexe à bien des égards que ce que l’on savait.

4Par ailleurs, si la muraille tardo-antique, identifiée comme celle de l’agglomération secondaire d’Ugium (veviie s. ap. J.-C.), incorpore de très nombreux remplois des deux murs précédents, et apparaît aussi comme une source importante d’informations pour la compréhension de ces fortifications protohistoriques, elle fait actuellement elle-même l’objet par l’une d’entre nous, Marie Valenciano, d’une lecture archéologique d’ensemble, désormais replacée dans un large contexte méditerranéen, dont elle n’avait jamais bénéficié. Seront enfin rapidement abordés les quelques éléments nouveaux découverts de la modeste fortification du petit castrum de Castelveyre, dont l’occupation n’excède pas le xive siècle (fig. 2).

Fig. 2 — Plan d’ensemble du site avec ses 4 remparts (archaïque, hellénistique, tardo-antique, médiéval).

Fig. 2 — Plan d’ensemble du site avec ses 4 remparts (archaïque, hellénistique, tardo-antique, médiéval).

Localisation des principales zones étudiées (saillant sud, « tumulus de cendres », porte principale, extrémité nord, carrière) ;

DAO : S. Duval.

Les fortifications de l’oppidum gaulois

La fortification archaïque

5S’il n’en pas toujours été ainsi, il est aujourd’hui avéré que l’oppidum protohistorique de Saint-Blaise était dès son installation, protégé par une défense artificielle couvrant son flanc est/sud‑est entre les deux falaises qui assuraient la protection naturelle du site au nord et à l’ouest.

  • 2 À défaut de sondage stratigraphique dédié à sa datation précise et effectué au pied même de ce mur (...)

6Quoique encore très lacunaire, son identification et sa nature sont désormais mieux définis qu’au temps des recherches d’Henri Rolland2. Si elle est presque partout recouverte et occultée par la fortification hellénistique en grand appareil, le nettoyage de la structure interne de cette dernière ou le dégagement récent de quelques portions non englobées par le mur en pierres de taille permettent d’en déterminer le tracé et d’en définir les caractéristiques principales. Il s’agit d’un ouvrage de pierres calcaires non taillées, prélevées à la surface du site, et assemblées à la terre crue argileuse. Comportant, semble‑t‑il, le plus souvent deux parements, voire davantage, qui englobent une masse volumineuse de pierres et de terre, il est souvent constitué à la base de très gros blocs sommairement empilés et reposant directement sur le substrat géologique (marne ou rocher). Tout comme son tracé, les emplacements des éléments les plus marquants de sa défense (tours et portes) paraissent identiques à ceux de la muraille de type grec. Le meilleur exemple d’une telle superposition a pu se lire dans l’exploration et l’étude récentes de trois secteurs distincts : le saillant sud (fig. 3), la zone de la porte principale (fig. 4), la partie nord‑est de l’oppidum à proximité de la falaise.

Fig. 3 — Plan du saillant sud et de ses aménagements et dispositifs défensifs successifs.

Fig. 3 — Plan du saillant sud et de ses aménagements et dispositifs défensifs successifs.

Éch. 1/175e.

DAO : S. Duval.

Fig. 4 — Rempart et habitations archaïques à l’arrière de la porte principale.

Fig. 4 — Rempart et habitations archaïques à l’arrière de la porte principale.

a – Plan des structures d’habitat archaïque (à gauche) et hellénistique (à droite) appuyé contre la muraille (1.75e) ; b – L’unité domestique A1 et ses deux foyers en argile maçonnée, adossée au parement interne du mur archaïque ; c – L’unité domestique A2 et son sol de galets, à l’extrémité ouest du mur archaïque ; d – Les stèles en remploi dans le parement externe du rempart archaïque ; e – Détail de l’élévation du parement externe du rempart archaïque avec remploi de stèles.

a. rel. S. Duval ; DAO S. Duval et M. Valenciano ; b. c. d. et e. cl. S. Duval.

7Les récentes fouilles de sauvetage urgent (2009, puis 2017-2018) conduites dans ce dernier secteur, très peu concerné par les recherches précédentes, ont apporté une documentation décisive pour caractériser la nature et la chronologie de cette fortification primitive, associée aux premiers temps de l’oppidum gaulois.

8Elles ont notamment révélé la présence, bien avant 600 av. J.‑C., puis durant la période de la fondation de Marseille, d’une occupation indigène structurée. Concentrée sur quelques centaines de mètres carrés, elle se manifeste par la superposition et la succession, sans solution de continuité, de diverses structures domestiques et de défense, particulièrement éclairantes pour suivre la mise en place d’une agglomération fortifiée sur ce plateau de Saint‑Blaise.

9Nous en présentons ci‑dessous les principaux éléments suivant leur ordre chronologique (fig. 5).

Fig. 5 — Vue en coupe vers l’ouest des vestiges de la fortification primitive en bordure de la falaise limitant, au nord-est, l’oppidum.

Fig. 5 — Vue en coupe vers l’ouest des vestiges de la fortification primitive en bordure de la falaise limitant, au nord-est, l’oppidum.

Cl. J. Chausserie-Laprée.

  • 3 Voir Th. Lachenal, « Les productions céramiques des étapes ancienne et moyenne du Bronze final en P (...)

10Les vestiges les plus anciens consistent dans une batterie de silos à grains, creusés dans le substrat et transformés en dépotoirs domestiques au cours du Bronze final3, puis probablement lors de la transition Bronze/Fer.

11Au‑dessus de cette aire d’ensilage ont été successivement aménagés deux dispositifs défensifs qui barrent, tous deux, l’extrémité du plateau et ont les mêmes emplacement et orientation :

  • un fossé de 3 m de large, qui devait atteindre à l’origine au moins 2 m de profondeur et dont le comblement comprenait de nombreux fragments de céramique non tournée de la deuxième moitié du viie s., associés à des tessons de vaisselle étrusque en bucchero nero ;
  • une muraille construite en pierres liées à la terre, qui apparaît parfaitement parementée sur la seule face extérieure, une importante accumulation de pierres et de blocs formant à l’arrière un imposant talus surélevé de plus de 8 m de large. Celui‑ci repose partiellement sur un lit de petites pierres et galets, déjà souvent repéré sur le site comme couche d’assainissement et d’installation initiale à l’habitat gaulois. Contre cet ensemble s’est adossée une habitation en dur dont ont été reconnus un mur de pierres parementées, des sols et des foyers d’argile maçonnée. Le mobilier trouvé in situ est daté de la fin du viie‑début du vie s. av. J.‑C. (céramique non tournée, amphores étrusques, bol à oiseau de Grèce orientale). Ces sols ont à leur tour été recoupés par plusieurs grandes fosses-dépotoirs, dont l’une au moins comportait de très nombreuses poteries brûlées de la même période (céramiques non tournées, amphores et bucchero étrusques, kylix ionienne à filets). À proximité, d’autres fosses et foyers ont livré un mobilier archéologique comparable, contemporain de cette période des premiers échanges entre monde celtique et marchands grecs ou étrusques4.
  • vers la fin du vie s. av. J.‑C., la fortification est renforcée par une tour ovoïde qui ferme et défend le site sur ce flanc nord‑est de l’oppidum5.

12Pour la première fois à Saint‑Blaise, et, au‑delà, sur un oppidum de basse Provence occidentale, est rassemblée une quantité significative de documents parfaitement en place et datables, attestant la présence, à la fin du premier âge du Fer, d’une puissante fortification et de structures d’habitat associés. Ils témoignent de l’existence d’une agglomération indigène importante dont la chronologie montre qu’elle a tout à la fois précédé et encadré le moment de la fondation de la cité phocéenne.

  • 6 Elle s’attache en particulier à la proximité, déclarée par les auteurs antiques (d’une part Justin, (...)
  • 7 D. garcia, « Aristocrates et ploutocrates en Celtique méditerranéenne », dans M. C. Belarte, D. Gar (...)

13Sur la base de ces faits matériels inédits, mis en résonance avec la relecture des textes6 relatifs à la première rencontre entre les Gaulois et les navigateurs phocéens qui allaient fonder Marseille, nous proposons de placer à Saint‑Blaise le site de cette rencontre initiale et par suite la capitale des Ségobriges, « ceux de la forteresse victorieuse ». Reprenant le raisonnement de D. Garcia7 (2015, 88), pour qui cet « ethnonyme fait référence à une communauté précise et limitée, qui a étendu sa suprématie sur une zone plus large [, le] nom du groupe port[ant] en lui l’acte de passage d’une communauté polynucléaire à structuration égalitaire vers une société proto-urbaine hiérarchisée », nous proposons de voir dans le site de Saint‑Blaise – la « Mastramellé » ou « l’Héracléa » des auteurs antiques ? – le point de départ de l’essaimage territorial d’un nouveau type d’agglomérations fortifiées où la part respective des héritages indigènes et des apports « coloniaux » est encore difficile à distinguer.

14Outre la chronologie nouvellement établie pour les débuts de cette agglomération protohistorique, deux autres arguments, souvent évoqués, plaident également en faveur de cette proposition :

  • l’absence, tant à Marseille même que sur les autres sites gaulois de son environnement proche, pour le premier âge du Fer, de vestiges d’habitat et de défense antérieurs au début du vie s. av. J.‑C.
  • le nombre considérable de stèles mises au jour en remploi dans différentes parties de cette fortification primitive. On en dénombre en effet aujourd’hui plus de 300, mutilées ou intactes, que celles‑ci aient été retrouvées en place, en parement de la muraille et au sein de la maçonnerie, ou en vrac à proximité immédiate, dans les déblais et remblais mobilisés pour la construction de la muraille hellénistique. Cette accumulation de stèles, principalement dans les éléments les plus notables de la muraille (tours, portes), qui fait de Saint‑Blaise le site gaulois du Midi à en avoir livré le plus grand nombre, indique l’existence d’un ou plusieurs lieux d’exposition de ces monolithes, antérieurs à l’érection de la fortification primitive et témoins de pratiques cultuelles encore difficiles à définir8. Au sein de certaines des fortifications méridionales du premier âge du Fer, la présence de ces monolithes à la fonction cultuelle incontestable, quoique non élucidée, pourrait marquer le lien non fortuit et même central entre d’anciens lieux de culte abandonnés, qui restent à découvrir, et l’émergence et la constitution des premiers habitats structurés et fortifiés du Midi gaulois.

15La durée de fonctionnement de ce premier mur, ainsi que les probables modifications et reconstructions qu’il a dues recevoir ou subir durant le second âge du Fer, sont à ce jour très mal documentées, principalement en raison du bouleversement considérable des terrains, causé au iie s. av. J.‑C. par l’importance des travaux exécutés lors de la réorganisation complète de l’agglomération.

La fortification hellénistique

16L’élément majeur et emblématique de cette seconde grande phase d’occupation est donc une muraille en grand appareil de type grec, qui reprend, peu ou prou, le tracé du rempart gaulois évoqué ci‑dessus. Adoptant un tracé en ligne brisée de plus de 450 m de long, il barre le plateau de Castillon, sur le côté est de l’agglomération. La muraille proprement dite comprend trois tours et trois saillants, qui encadrent onze murs de courtines, larges de 2 à 3 m. Il est percé d’une porte charretière principale dans la ville basse et de deux poternes dans la ville haute.

  • 9 Les rares portions de la fortification où elle n’est pas seulement le placage d’un nouveau mur sur (...)
  • 10 Sur les rapprochements que l’on peut faire entre cette fortification et celle de Glanum, particuliè (...)

17Alors que l’on se trouve au point de contact privilégié entre monde gaulois et aire d’influence gréco-italique, la mise en œuvre de la fortification en grand appareil de Saint‑Blaise procède essentiellement par le rhabillage de la muraille dite « archaïque », de technique indigène. Le principe général de la construction consiste dans l’érection d’un mur en pierres de grand appareil, montées à joints vifs et sciés, et au parement extérieur ravalé au marteau taillant9. L’élévation des blocs de grand appareil, qui portent des trous de pinces sur les lits d’attente, repose sur une assise de fondation débordante, elle‑même ancrée sur le rocher aménagé. Tours, portes et courtines sont surmontées d’un chemin de ronde pourvu de gargouilles et couronnées par un crénelage muni de merlons à sommet arrondi10.

  • 11 H. Rolland, Fouilles de Saint‑Blaise (Bouches-du‑Rhône), Gallia, SupplIII (1951) ; H. Rolland, Fo (...)

18Il ne s’agit pas ici de décrire dans le détail les éléments constitutifs de cet ouvrage exceptionnel, qui a donné lieu à nombre de publications scientifiques et de vulgarisation, à commencer par les travaux pionniers d’Henri Rolland, puis de tous ceux qui en ont déterminé la date de construction (le milieu du iie s. av. J.‑C.) et les modes de construction11.

19Ce que nous exposons ici, ce sont les découvertes et interprétations nouvelles que nos investigations ont produites récemment au sujet de cette fortification. Elles portent aussi bien sur le lieu et les techniques d’extraction des blocs de la muraille, sur les dispositifs « annexes » (avant‑murs, fossés) mis en œuvre, que sur les principes, le processus et la réalité de l’exécution, de l’anéantissement, du recouvrement et de la récupération de cet ouvrage.

La carrière du rempart

20Parmi plusieurs lieux d’extraction possibles, H. Rolland avait localisé, sans la décrire, la principale carrière du rempart à environ 100 m du grand saillant sud de l’enceinte. Nous avons pu en faire une étude et un relevé préliminaires : il s’agit d’une vaste excavation artificielle de plan approximativement rectangulaire (40 m × 80 m), creusée dans le plateau calcaire sur 2 à 5 m de profondeur. Ses dimensions et sa capacité de production (entre 10 et 15 000 m³) ont pu suffire pour l’approvisionnement principal en matériaux (blocs pour les parements, déchets de taille pour le blocage interne) de l’ensemble de l’ouvrage. Selon un processus souvent observé dans les carrières, le lieu a connu plusieurs autres phases d’extraction, toutes superficielles, (périodes tardo-antique, médiévale et moderne) et modes d’occupation (site de tombes rupestres, plantations d’époque moderne et contemporaine) qui ont longtemps occulté les marques de l’exploitation initiale. Mais nombre d’indices garantissent que nous sommes bien en présence de la carrière d’époque hellénistique : planchers et fronts de taille révélant l’extraction de grands blocs dont les dimensions correspondent aux éléments mis en œuvre dans le mur lui‑même ; nature de la roche (dureté, couleur, zones de dégradations) en tous points identique à celle des blocs du monument ; blocs abandonnés et saignées d’extraction entamées, mais inachevées, qui signalent l’interruption brutale qu’a dû subir le chantier de la carrière, au moment de la prise de l’agglomération par les Romains.

  • 12 J.‑C. Bessac, La pierre en Gaule Narbonnaise et les carrières du bois des Lens (Nîmes) : histoire, (...)
  • 13 La fouille récente par Philippe Mellinand de la remarquable carrière grecque de la rue de La Corder (...)

21Les observations les plus intéressantes portent sur les procédés techniques précis d’extraction, qui nous informent sinon sur l’identité des carriers, du moins sur la période possible et les modes inédits d’exploitation de cette carrière. D’après les marques laissées dans la pierre, on relève l’usage de deux types d’outils de carrier : d’abord celui d’une escoude en fer pour le détourage et le havage des blocs parallélépipédiques, qui apparaît peu distinctive d’une époque précise ; surtout celui des coins utilisés pour la fracturation horizontale des blocs à leur base. À Saint‑Blaise, les carriers semblent avoir manié des coins d’un type particulier, dont l’usage laisse sur le sol rocheux des marques, dites emboîtures, aux contours émoussés, arrondies ou tronconiques, formant une sorte de petit réservoir sous le niveau d’enlèvement de chaque bloc (fig. 6). D’après J.‑C. Bessac12, ce type de trace ne se rencontre en Gaule que sur de rares et petits sites d’extraction du bois des Lens, près de Nîmes, telle la carrière du Roquet, et signale l’utilisation de coins de bois dur (genévrier, olivier, pistachier). Ce mode d’extraction, qu’il qualifie de « gallo‑grec », inconnu du monde classique méditerranéen, serait étranger au monde grec et trouverait son origine dans des pratiques propres au monde celtique13.

22Ces observations révéleraient ainsi une ambivalence voire une contradiction entre des modes d’extraction inconnus du monde gréco-italique et d’essence gauloise (en particulier par l’emploi de coins en bois) et un monument considéré comme une fortification de technologie et d’inspiration grecques.

Fig. 6 — Plan schématique et vues de détail du plancher d’extraction de la carrière du rempart en grand appareil.

Fig. 6 — Plan schématique et vues de détail du plancher d’extraction de la carrière du rempart en grand appareil.

a – Plan de la zone d’extraction (éch.1:1000e) ; b et c – Tranchées de havage et négatifs d’emboîtures coniques.

a. DAO M. Valenciano ; b. et c. cl. J. Chausserie-Laprée.

Un rempart inachevé

  • 14 J. Chausserie-Laprée, S. Duval, « Saint‑Blaise au iie s. avant notre ère. L’agglomération gauloise (...)

23Si l’on sait depuis les années 1980 que la construction de l’enceinte en grand appareil de Saint‑Blaise ne peut pas remonter au‑delà du milieu du iie s. av. J.‑C. et s’inscrit de ce fait dans la période qui a immédiatement précédé la ruine de l’agglomération, datée vers 125 av. J.‑C., ce n’est que récemment que l’on a pu apporter la preuve que la fortification était en cours de construction, et donc inachevée, au moment du siège et de la prise de l’oppidum par les Romains14.

24Dans la ville haute, à mi‑chemin de son tracé, entre la porte principale et la tour II, la muraille hellénistique montre une lacune que tous les chercheurs expliquaient par le démantèlement qu’avait subi la fortification lors de la reconstruction du site à l’époque tardo-antique. Cette « partie détruite » d’environ 80 m venait tutoyer, au sud, le fameux « tumulus de cendres » d’époque archaïque, dont la préservation, sous les fondations du mur grec, était due, d’après Henri Rolland, à la volonté des bâtisseurs d’épargner une ancienne aire cultuelle. Or l’absence de cette longue portion de mur de grand appareil, tout comme le maintien de cette zone cendreuse primitive trouvent leur explication dans l’arrêt brutal et définitif du chantier de construction de la muraille de type grec, les bâtisseurs ayant été confrontés à l’imminence, puis à la réalité de l’attaque et de la prise de possession du site par les troupes romaines. C’est précisément dans le secteur du « tumulus de cendres », exploré en 1939 par H. Rolland, que l’on a pu observer de manière précise l’interruption de ce vaste chantier qui visait ici à remplacer muraille et maisons de la période archaïque par une fortification en grand appareil de type grec et un quartier d’habitations aux espaces élargis. Il a pu être montré qu’avait été observé un certain tuilage dans le processus de démolition/reconstruction, la muraille ancienne n’étant ici démantelée qu’au fur et à mesure de l’avancement du chantier de la nouvelle enceinte, afin de maintenir une défense minimale de cette partie de l’oppidum (fig. 7). La fragilité de cette zone en travaux n’a pourtant pas échappé aux assaillants romains qui ont dû y concentrer une bonne part de leurs attaques et de leurs balistes, comme en témoignent, selon les archives Rolland, les dizaines de boulets de catapulte en pierre mis au jour dans ce secteur, en particulier dans le remplissage du grand puits entaillé dans la roche à proximité immédiate.

  • 15 Il a en effet été soumis à d’importants campagnes de récupération des pierres taillées, en particul (...)
  • 16 Selon un décompte effectué sur le terrain en août et septembre 2013, la partie du mur comprise entr (...)

25Complètement absent dans cette partie médiane, le rempart de type grec n’était pas pour autant achevé en totalité sur les deux grands tronçons nord et sud où les fouilles en ont néanmoins mis en évidence les fondations et une partie plus ou moins grande de l’élévation. Sur la seule base des vestiges conservés en place deux millénaires après sa ruine, il est certes difficile d’évaluer le degré d’achèvement d’un ouvrage de ce type15, mais la « providence » de la destruction violente et de l’anéantissement total – par leur mise à bas volontaire – des élévations de la forteresse, observés et renseignés partout par les fouilles que H. Rolland a conduites au pied du rempart, nous indique que seule la partie nord (entre la porte principale et la courtine Phi) du mur était à peu près terminée. C’est en effet de cette zone septentrionale que provient la grande majorité des merlons (plus de cinquante) – et quelques éléments de parapet et de gargouille – couronnant le sommet de l’enceinte. La partie sud, pourtant plus proche de la carrière, n’a livré en tout que vingt‑sept merlons, presque tous répartis entre le saillant sud et la tour I, et un seul fragment de gargouille16.

Fig. 7 — Zone de la ville haute où le rempart en grand appareil est inachevé et interrompu.

Fig. 7 — Zone de la ville haute où le rempart en grand appareil est inachevé et interrompu.

a – Tuilage entre la fortification archaïque et le rempart hellénistique ; b – Soubassement de la fortification archaïque ; c – Point d’arrêt de la construction du rempart hellénistique.

Cl. et restitution S. Duval.

Avant‑murs, fossés et barbacanes : quelques données nouvelles sur le dispositif défensif

26Les récents travaux de mise en valeur du site ont également permis de rouvrir plusieurs secteurs anciennement explorés par H. Rolland, enrichissant notre connaissance sur les modalités de construction, de fonctionnement et d’abandon de la fortification hellénistique.

27Les principales données nouvelles concernent les vastes espaces et structures qui se développaient extra‑muros, mais faisaient partie intégrante d’un système défensif de l’oppidum que l’on doit aujourd’hui reconsidérer avec toute sa complexité. Le principal élément en est l’avant‑mur, bâti à quelques mètres de la muraille et délimitant un fossé sec plus ou moins large selon la topographie du site. Fait de blocs et pierres brutes d’extraction, souvent des rebuts de taille, et liés à la terre, il a été considéré jusqu’à présent, d’après son mode de construction assez sommaire, comme un dispositif à la fois incomplet et construit à la hâte par les défenseurs. Il n’en est probablement rien. En effet, plusieurs nouveaux tronçons de cet avant‑mur ont ainsi été découverts, scellés sous les décombres de la destruction de l’oppidum ou recouverts par les remblais postérieurs d’époque tardo-antique ou moderne. Outre un long pan mis au jour au pied du saillant sud (fig. 3), les fouilles récentes se sont consacrées à l’étude du dispositif de chicane piétonne qui, au pied de la courtine Phi, met en communication le plateau de Castillon (et aussi l’accès, taillé dans la roche, à la source de La Tourtoulane) avec le fossé sec courant au pied de la fortification.

  • 17 On retrouverait à Saint-Blaise un dispositif proche de celui de l’oppidum des Caisses de Jean‑Jean (...)

28Adoptant un pendage vers l’est, possible indice de la proximité d’un deuxième fossé sec aménagé contre l’avant‑mur17, un niveau de circulation, parsemé de tessons de céramique et restes alimentaires (coquilles de moules et ossements animaux) et recouvert de quelques galets de Crau, marque à la fois le niveau de construction de cet ouvrage et l’abandon de l’oppidum après sa destruction militaire. Celle‑ci, dont la datation de la fin du iie s. av. J.‑C. est confirmée, est caractérisée ici par une importante couche de démolition et d’effondrement de pierres brutes et blocs taillés, certains de très gros modules, formant la maçonnerie de l’avant-mur (fig. 8). Les strates recouvrant cet amoncellement ont confirmé les observations faites par H. Rolland sur l’absence de niveaux d’habitat ou de circulation postérieurs à cet événement : la période gallo‑romaine est ici marquée par la formation d’une épaisse couche humique exempte de tout vestige d’occupation, elle‑même recouverte d’une couche de brasier (sciure et déchets de pierres) liée à la reconstruction de la muraille lors de la phase tardo-antique.

29Les meilleurs témoignages que cet avant‑mur, dont l’érection permettait d’absorber une grande part des déchets d’extraction, répond à un programme global de défense de l’oppidum, conçu dès l’origine et destiné à doubler la muraille principale sur tout son parcours, proviennent encore de la ville basse. Entre la porte principale et la falaise nord, ce sont en effet pas moins de quatre barbacanes (ou chantepleures) qu’a révélées l’examen attentif de l’avant‑mur. Une seule avait été vue en 1939 par H. Rolland, qui en reproduit le dessin dans ses notes manuscrites, mais était restée inédite. Destinés à évacuer vers l’extérieur les eaux pluviales, ce sont des dispositifs pratiqués dans l’épaisseur de la maçonnerie, ouverts sur le sol de circulation du fossé, dont les éléments constitutifs (dallage de couverture, aménagements de galets, pierre d’arrêt, etc.) et le comblement (sable) témoignent du grand soin et de l’efficacité de leur réalisation (fig. 9).

Fig. 8 — Couche de destruction et sol de circulation (fin iis. av. J.-C.) mis au jour contre l’avant-mur du rempart hellénistique au niveau de la chicane d’entrée, ouverte au pied de la courtine Phi.

Fig. 8 — Couche de destruction et sol de circulation (fin iie s. av. J.-C.) mis au jour contre l’avant-mur du rempart hellénistique au niveau de la chicane d’entrée, ouverte au pied de la courtine Phi.

Au premier plan, à gauche, mur de division parcellaire d’époque moderne.

Cl. J. Chausserie-Laprée.

Fig. 9 — Croquis et vues d’ensemble et de détail de barbacanes percées dans l’avant mur du rempart hellénistique.

Fig. 9 — Croquis et vues d’ensemble et de détail de barbacanes percées dans l’avant mur du rempart hellénistique.

a – Aménagement de galets et pierre dressée pour l’écoulement de l’eau à travers une barbacane de l’avant-mur de la courtine Π ; b – Les deux barbacanes de l’avant-mur de la courtine Π ; c – Aménagement d’une barbacane de l’avant-mur de la courtine Φ.

Cl. J. Chausserie-Laprée ; Plan Henri Rolland.

Conclusion sur la muraille en grand appareil

30J.‑C. Bessac a marqué l’importance que l’on devait accorder aux conditions techniques et économiques locales de la réalisation des ouvrages antiques au détriment de leur valeur esthétique. Prenant sa suite, nous avons souligné, en particulier dans la mise en œuvre, voire dans la conception de la muraille de Saint‑Blaise, les nombreux traits qui, sans être proprement indigènes, ne relèvent pas non plus de manières de faire typiquement gréco-italiques.

  • 18 P. Arcelin, « Les poleis massalias d’Etienne de Byzance », dans M. Bats et alii (éds), Peuples et t (...)

31À la suite de nombreux chercheurs, on ne peut également que constater les similitudes très nettes entre les deux murailles de Glanum et de Saint‑Blaise, qu’il s’agisse de la morphologie de la porte principale charretière, protégée par une tour quadrangulaire détachée du rempart, ou du type d’équipement et de l’apparence de leur couronnement, gargouilles et merlons à sommet arrondi. Si l’on s’interroge encore sur l’origine et la filiation architecturale, punique pour les uns, indigène voire marseillaise pour d’autres, que l’on doit donner à la forme très particulière de ces merlons, ce qui paraît acquis sur ces deux sites comme sur d’autres, c’est le caractère foncièrement gaulois des communautés qui édifient ou font construire de tels monuments. Naguère perçus comme la preuve de la présence marseillaise ou au moins de l’influence directe de Marseille au sein des habitats de son arrière-pays, ces édifices de prestige, qui se développent spécialement au moment où le poids économique et commercial de Marseille décroît fortement au profit du commerce italien, pourraient être au contraire la marque de l’essor, de la prospérité et de l’affranchissement politique des élites indigènes celtiques qui les érigent18.

Le rempart tardo-antique

32Suite à l’abandon de l’oppidum durant l’Antiquité romaine, Saint‑Blaise fait l’objet d’un nouvel essor à partir de la deuxième moitié du ve siècle. Les récentes recherches, conduites par Marie Valenciano, basées sur la relecture des minutes de fouilles anciennes et une observation de la stratigraphie générale du site ont permis de réinterpréter les données disponibles pour l’Antiquité tardive et d’inscrire Saint‑Blaise dans la mouvance méditerranéenne. Ces travaux ont démontré que si un premier habitat, plutôt lâche, est centré sur la ville basse, c’est au début du vie siècle que l’agglomération se dote d’une parure monumentale (rempart et nouvelle église) au sein d’une véritable trame d’occupation répartie sur les 5 ha de l’ancien oppidum. Les structures du vie siècle se fondent le plus souvent sur les couches homogènes de l’habitat protohistorique et sont caractérisées par l’emploi généralisé du mortier de chaux, du moins pour les édifices monumentaux (église, rempart, domus à caractère élitaire), qui confèrent à Saint‑Blaise un aspect quasi-urbain.

  • 19 R. de Cabrens, « Un oppidum provençal à l’époque mérovingienne (Saint‑Blaise) », Rhodania, compte‑r (...)

33Souvent mentionnée, la muraille tardo-antique n’a pourtant jamais fait l’objet d’une étude détaillée depuis la première présentation qu’en avait faite René de Cabrens en 1924, une décennie avant le début des fouilles du site. Nous proposons ici de faire un rapide bilan des données disponibles19 (fig. 10).

34Comme les précédentes, la fortification tardo-antique suit la topographie naturelle du terrain et trouve ses fondations tantôt sur le socle rocheux (dans la ville haute notamment), tantôt sur les restes des anciennes murailles. Ce rempart présente une mise en œuvre homogène et semble avoir été bâti d’un seul tenant, sans aménagements de portes ou de chicanes.

Fig. 10 — Le rempart tardo antique de Saint-Blaise.

Fig. 10 — Le rempart tardo antique de Saint-Blaise.

a – Croix gravée sur un bloc de la tour 8 ; b – La tour 7 ; c – La tour du saillant méridional.

DAO : S. Duval et M. Valenciano ; cl. J. Chausserie-Laprée.

Tours et courtines

  • 20 Pour les tours, nous reprenons la numérotation d’H. Rolland (1951), alors que pour les courtines no (...)

35Le plus souvent chaînées aux courtines, les tours, qui présentent pourtant un traitement très divers, sont parfaitement intégrées à la maçonnerie. Un soin particulier a été accordé à ces ouvrages, notamment aux tours quadrangulaires (tours 3, 7 et 9 en particulier), dont la construction est principalement formée du remploi direct de blocs hellénistiques de grand appareil, sans reprise de taille. Ils sont assemblés à joints très fins, de sorte que le mortier de chaux reste ici très discret contrairement à la maçonnerie des courtines20. Sans doute les bâtisseurs de l’Antiquité tardive, ayant observé la technicité de la muraille hellénistique, ont‑ils parfois tenté de l’imiter. Par ailleurs, plusieurs blocs du parement externe des fondations des tours 7, 8 et 9 montrent la présence de petites croix gravées, qui rappellent les marques lapidaires bien connues de la muraille hellénistique. Signes cultuels ou marques liées à la construction, ces croix, jamais signalées et inédites pour ce type d’ouvrage, ont‑elles une dimension religieuse individuelle ou faut‑il y voir une consécration d’ensemble de l’ouvrage ?

  • 21 Si l’on suit une des rares descriptions de leur remplissage, celui de la tour 2 par H. Rolland (arc (...)

36Dans le cas des tours de plan semi-circulaire ou outrepassé, les blocs de remploi ne sont utilisés que pour les assises de fondation tandis que l’élévation présente des moellons équarris, agencés en assises régulières et liés au mortier de chaux. Enfin, malgré l’absence d’étude des strates conservées à l’intérieur des tours, la question de leur fonctionnement reste en suspens, mais il s’agit probablement de tours aveugles à base pleine ayant pu faire l’objet d’une circulation interne21.

  • 22 Les fouilles conduites au pied des courtines RP 12 et RP 13 et de la tour 9 ont récemment mis en év (...)

37Les courtines, dont le tracé se situe le plus souvent en arrière des enceintes protohistoriques, s’asseyant parfois sur le substrat rocheux aménagé (en particulier là où le mur de grand appareil est absent), offrent une mise en œuvre proche de celle des tours sub‑circulaires. En effet, les remplois de blocs hellénistiques qui semblent se restreindre aux niveaux de fondation – sur trois ou quatre assises – illustrent l’opportunisme des bâtisseurs, concernant indifféremment des blocs entiers ou brisés, les irrégularités étant comblées grâce à l’usage de moellons parfois disposés de chant22.

Les accès à l’agglomération

38Concernant les ouvertures éventuelles de la muraille tardo-antique, les fouilles n’ont mis au jour qu’un tracé aveugle sur tout son parcours, en particulier au niveau des portes identifiées pour les fortifications antérieures. Pourtant l’étude des archives laissées par H. Rolland, comme les travaux les plus récents laissent envisager l’existence d’accès possibles depuis le plateau de Castillon aux deux extrémités de cette agglomération.

  • 23 La proximité et la concentration de tombes rupestres au sud de ces vestiges sont un indice suppléme (...)

39À l’extrême sud‑ouest tout d’abord, contre la falaise surplombant l’étang de Lavalduc, la mention d’un mur «  gallo‑romain », bâti en arrière de la poterne hellénistique et selon le même axe que la courtine RP 2, pourrait correspondre aux vestiges d’un premier accès au site. Il expliquerait la présence, à l’arrière, de la tour 1, la plus monumentale du site, qui offrirait ainsi un dispositif de mise en scène de cet accès, selon le modèle antique dont découle l’organisation de ces habitats tardifs23.

40Au nord‑est également, et malgré l’absence sur le terrain de tout vestige architectural d’une telle porte, irrémédiablement détruit par les aménagements de l’époque moderne (parcellaire, voie carrossable), la même logique conduit à restituer un second accès entre la falaise et la muraille RP 13. Il est déduit par la proximité du chemin entaillé dans la roche qui conduit à la source de La Tourtoulane et à l’étang de Citis, et aussi par la découverte intra‑muros d’un quartier tardo-antique bâti en terrasses en bordure de falaise, et pourvu d’une voie d’axe est‑ouest pouvant mettre en communication l’une des deux églises du site avec la vaste aire funéraire mentionnée plus haut.

Saint‑Blaise, une agglomération et une fortification d’inspiration byzantine ?

41Si le prestige de l’agglomération se manifeste ostensiblement par la présence de ce rempart monumental, Saint‑Blaise est loin d’être un cas isolé dans le Sud de la Gaule et le bassin méditerranéen. Le modèle décrit ci‑dessus se retrouve autant dans celui des enceintes réduites des agglomérations tardo-antiques ayant un statut de chef‑lieu de cité que dans celui d’habitats perchés et fortifiés.

  • 24 On se reportera à la synthèse déjà citée de Marc Heijmans (2006) ainsi qu’aux travaux de Michel Bon (...)
  • 25 L. Schneider, « Structure du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du Sud‑Est de la (...)

42Pour le Sud de la Gaule tout d’abord, le remploi de blocs destinés à asseoir les fondations de la muraille, autrefois interprété comme l’indice d’une construction rapide en réponse aux « invasions barbares », se retrouve dans la plupart des chefs‑lieux de cités gauloises24. Mais, c’est sur des sites ayant un rang proche de celui de Saint‑Blaise, par exemple les deux agglomérations perchées et fortifiées du Roc de Pampelune et de La Malène en Languedoc, que l’on note, pour le vie siècle également, un remaniement comparable des territoires, se traduisant par un déplacement des autorités vers de nouveaux centres du pouvoir25.

43Plus largement, le bassin méditerranéen offre d’autres comparaisons utiles qu’il nous faut intégrer dans un cadre historique précis. Procope de Césarée nous dit d’abord (Procope, Bell. Goth, V, 9) que l’empereur Justinien, engagé dans sa « conquête », propose une alliance aux Francs et à saint Césaire en 535. Le monde byzantin et les cités provençales (surtout par l’intermédiaire des ports d’Arles, de Marseille, et pourquoi pas de Fos) seraient alors en contact. Du même auteur, le De Aedificis (écrit entre 553 et 555) relate les campagnes de construction de murailles à travers l’Empire byzantin au cours de ces « conquêtes justiniennes ». N’étant pas englobés dans l’empire de Justinien au visiècle, la Provence et plus généralement le Sud de la Gaule ne seraient pourtant pas concernés par ces campagnes de construction. Le Re Strategica (écrit anonyme de stratégie militaire daté du viie siècle), autre source écrite issue des Byzantins, recommande pour la construction des remparts la réoccupation de monuments plus anciens afin de procéder à la récupération des matériaux. Les tours et les courtines doivent être construites en deux parements assemblés à l’aide d’un blocage de mortier de chaux, et les murs, atteindre une largeur d’environ 2,30 m pour 9,30 m de haut. S’inspirant de l’architecture hellénistique, l’édification de la muraille s’organise en plusieurs chantiers qui se rejoignent. Il convient également que le plan de la fortification s’adapte à la fois aux contraintes du substrat naturel mais aussi aux vestiges sous‑jacents. Ainsi, en ne protégeant que les zones faciles d’accès, les falaises ou les rivières constituent des prolongements à la ligne de défense, le rempart avec ses « tours projetées » formant un espace de circulation autour de l’agglomération. Il est précédé d’un avant‑mur et d’un fossé creusé.

  • 26 Pour l’Italie, que ce soit en Ligurie, par exemple à San Antonino di Perti, ou en Calabre, ainsi à (...)

44Ces descriptions, très proches de celle de notre muraille, nous interrogent sur les liens de Saint‑Blaise avec l’aire de domination justinienne et sa perméabilité à la diffusion de modèles architecturaux byzantins, présents tout autour du bassin méditerranéen, notamment en Italie et en Espagne26.

  • 27 L’influence ou la présence byzantine en Provence ne sont pas des faits nouveaux, grâce notamment à (...)

45Si l’agglomération secondaire de Saint‑Blaise s’inscrit au sein du phénomène global de perchement de l’habitat, qui s’amorce autour de la deuxième moitié du ve siècle, son essor particulièrement soudain au cours des années 530, avec un fort impact sur le terroir qu’elle administre, doit être surtout lié à sa position littorale, tout près du port très actif de Fos‑sur‑Mer, entre Marseille et Arles. Par son ouverture aux grands courants commerciaux et mouvements de population du bassin méditerranéen, Saint‑Blaise a pu marquer en Provence, au cours du vie siècle, un point d’implantation idéal de la culture byzantine, reconnaissable à la reproduction de principes architecturaux, fonctionnant sur toute l’aire méditerranéenne27.

La fortification de Castelveyre

46Si la continuité entre les occupations tardo-antique et alto‑médiévale demeure difficile à établir, la partie nord du plateau de Castillon apparaît la plus récemment occupée, abritant le siège d’un petit castrum. Qu’il matérialise une ultime rétraction de l’habitat, désormais réduit à environ 1 ha, ou qu’il traduise une réinstallation, le site est toujours délimité par les deux falaises qui dominent les étangs de Citis et de Lavalduc, tandis qu’au sud un nouveau mur au tracé coudé barre complètement le plateau.

47Au xiiie siècle, l’archevêque d’Arles, Hugues Béroard, prit la décision de réhabiliter ce lieu autrefois largement peuplé, mais désormais vétuste et en ruine, vulgairement appelé Castrum Vetus ou Castelveyre. L’archevêque fit édifier un nouveau rempart en cédant les revenus du fief à Pierre‑Durand Porcellet qui devait procéder à la restauration de l’église Notre‑Dame et des maisons. Cette tentative de réoccupation du plateau est pourtant un échec puisque les textes mentionnent un abandon total du site dès le début du XIVe siècle. Ces données issues des dépouillements d’archives restent à confirmer par l’archéologie, de même que doivent être menées de véritables recherches se rapportant au rempart de Castelveyre (1,30 m de large), dont la façade, conservée par endroits sur 2,50 m de haut, montre de nombreux trous de boulins et archères. À ce jour, et malgré une importante restauration (en partie abusive) faite dans les années 1940‑1950, ni relevé ni aucune étude n’ont été réalisés sur ce mur d’enceinte. En dehors des sondages entrepris extra‑muros sous la direction de Gabrielle Démians d’Archimbaud, qui avaient permis de repérer la tranchée de fondation du rempart, effectivement datée du XIIIe siècle, il a fallu attendre les travaux récents d’aménagement de l’entrée du site archéologique pour que l’on puisse observer à nouveau ses fondations et surtout restituer une porte au centre du rempart. Marqué par un grand seuil monolithe, cet accès pourrait constituer le débouché d’une voie de circulation traversant le site depuis le nord du castrum (fig. 11). En effet, à l’endroit le plus étroit de l’isthme constitué par le rapprochement des étangs de Citis et de Lavalduc, le substrat a été entaillé et aménagé d’encoches afin d’accueillir les structures en bois d’une supposée porte médiévale.

Fig. 11 — Soubassement du mur du castrum de Castelveyre et seuil monolithe d’une porte axiale, mis au jour lors des fouilles récentes (2009 et 2017).

Fig. 11 — Soubassement du mur du castrum de Castelveyre et seuil monolithe d’une porte axiale, mis au jour lors des fouilles récentes (2009 et 2017).

Cl. J. Chausserie-Laprée.

De nouvelles méthodes de relevé et d’étude

48L’ampleur des systèmes défensifs des villes préromaine et tardo-antique, qui se développent sur près de 500 m linéaire, et surtout leur complexité avec une superposition et une imbrication récurrentes des vestiges (souvent sur plus de 6 à 8 mètres de hauteur) nous ont conduits à actualiser aussi nos modes d’étude et de relevé de cet ensemble.

  • 28 Opération conduite par Victor Canut (Ville de Martigues) et Jules Fleury (CEREGE).

49La question est devenue d’autant plus cruciale que la mise en valeur du site prévoit, au sein du futur pavillon d’accueil du public, la réalisation de plusieurs maquettes physiques et à terme virtuelles du site, et spécialement de la fortification hellénistique. Les contraintes topographiques et environnementales (présence d’une végétation arborée importante) paraissent pouvoir être dépassées par de nouveaux outils d’acquisition de données. Un premier relevé photogrammétrique par drone, complété par des vidéos en panoramique et en plongée, a été mené sur le site en 2017, grâce à l’étroite collaboration et aux moyens techniques du pôle SIGéo/CEREGE28. Cette intervention effectuée sur tout le linéaire du rempart fournit aujourd’hui des données utilisables aussi bien pour la recherche et l’étude de ces fortifications que pour leur restitution en trois dimensions (fig. 12).

Fig. 12 — Relevé photogrammétrique par drone des remparts de Saint-Blaise.

Fig. 12 — Relevé photogrammétrique par drone des remparts de Saint-Blaise.

Cl. J. Fleury, 2017.

Conclusion

  • 29 Voir par ailleurs J. Chausserie-Laprée, S. Duval, M. Valenciano, « Saint‑Blaise en Provence, capita (...)

50Au terme de cette présentation préliminaire des données nouvelles concernant les fortifications de Saint‑Blaise29, celles‑ci s'avèrent particulièrement importantes pour l’appréhension du site durant la période protohistorique. Si l’oppidum se place toujours comme un site majeur d’une période marquée par l’aventure phocéenne, c’est dans une toute autre perspective que l’on doit aujourd’hui le reconsidérer. Qu’il s’agisse des premiers temps de l’habitat, avec un mur d’enceinte clairement antérieur à la fondation de Marseille, ou de la chute de l’oppidum, qui révèle l’inachèvement du rempart de type grec lors de la destruction de l’agglomération par les Romains à la fin du iie s. av. J.‑C., Saint‑Blaise ne peut plus être présenté comme une citadelle de Marseille ou un site placé sous son influence. Au sein de ce que certains ont appelé « la Massalie », il s’agit là de la principale agglomération gauloise de la Provence occidentale. Nous proposons d’y situer la forteresse des Ségobriges, peuple celtique qui pendant cinq siècles a entretenu avec ses voisins grecs et leurs alliés romains des relations fondées tantôt sur l’alliance, les échanges culturels et commerciaux, tantôt sur la résistance et l’opposition armée.

51Quant à la muraille tardo-antique, identifiée comme celle de l’agglomération secondaire d’Ugium (veviie s. ap. J.‑C.), la lecture archéologique d’ensemble que nous en avons faite, replacée dans un large contexte méditerranéen, nous permet d’y percevoir l'influence de modèles architecturaux byzantins, perceptibles en maints lieux de l’aire méditerranéenne.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire des recherches archéologiques à Saint‑Blaise, voir en dernier lieu J. Chausserie-Laprée, B. Calvia (éds), Saint‑Blaise, 1935‑2017. Les travaux et les jours (2017), Atelier Baie, 64 p.

2 À défaut de sondage stratigraphique dédié à sa datation précise et effectué au pied même de ce mur d’enceinte primitif, la construction de cette muraille dès les premiers temps de l’occupation du site gaulois, soit au tout début du vie s. av. J.‑C, voire à la fin du viie s., nous était fournie indirectement par la découverte intra‑muros, à l’arrière de ce mur, mais sans contact avec celui‑ci, de plusieurs structures domestiques (sols de galets et foyers d’argile maçonnée dans le secteur du « tumulus de cendres ») contenant un abondant mobilier céramique indigène et tourné, typique de cette période des premiers contacts entre Gaulois et colons méditerranéens. On doit également signaler d’abord les travaux d’Henri Rolland dans la ville basse, restés pratiquement inédits, qui avaient identifié un mur de défense primitif au parement appareillé regardant l’extérieur, tandis qu’à l’intérieur il formait un glacis de pierres amoncelées en gradins. On peut rappeler enfin le sondage inédit qu’Yvon Garlan a réalisé en 1962 dans le secteur de la porte principale, révélant déjà une tour primitive de la fortification gauloise. Voir B. Bouloumié, Un oppidum gaulois à Saint‑Blaise en Provence, Histoire et archéologie, Dossiers d’archéologie, 84 (1984).

3 Voir Th. Lachenal, « Les productions céramiques des étapes ancienne et moyenne du Bronze final en Provence (xivexie s. av. J.‑C.) », Documents d’archéologie méridionale, 35, 2012, p. 13‑52.

4 Voir J. Chausserie-Laprée et M. Valenciano, « De nouvelles fosses du premier âge du Fer (viievisiècles av. J.‑C.) sur l’oppidum de Saint‑Blaise à Saint‑Mitre-les‑Remparts (Bouches‑du‑Rhône) », Bulletin de l’Association française pour l’étude de l’âge du Fer, 37 (2019), p. 41‑45.

5 Après avoir été masqués (au iie s. av. J.‑C.) par le mur en grand appareil de type grec, ces vestiges gaulois « archaïques » ont été recoupés et en grande partie détruits durant l’Antiquité tardive, lors du percement d’un chemin en bordure de la falaise.

6 Elle s’attache en particulier à la proximité, déclarée par les auteurs antiques (d’une part Justin, Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée, XLIII, III ; d’autre part Plutarque, Vie de Solon, 2, 7), des bouches du Rhône pour situer le site de cet événement fondateur. Sur ce point, Saint‑Blaise est le site protohistorique de la région le plus proche de l’embouchure (« ostia ») du fleuve.

7 D. garcia, « Aristocrates et ploutocrates en Celtique méditerranéenne », dans M. C. Belarte, D. Garcia, J. Sanmartí (éds), Les estructures socials protohistoriques a la Gàl‑lia i a Iberia. Homenatge a Aurora Martín i Enriqueta Pons, Arqueo Mediterrània 14 (2015), p. 85‑94.

8 B. Bouloumié, J.‑C. Bessac, « Les stèles de Glanum et de Saint‑Blaise et les sanctuaires préromains du Midi de la Gaule », RAN 18 (1985), p. 127‑187 ; S. Duval, J. Chausserie-Laprée, « Stèles en remploi et fortification primitive à Saint‑Blaise », Documents d’archéologie méridionale 34 (2013) p. 205‑240.

9 Les rares portions de la fortification où elle n’est pas seulement le placage d’un nouveau mur sur l’enceinte archaïque révèlent un parement interne fait de blocs bruts d’extraction, liés à la terre, et qui montrent souvent, au centre du bloc, la marque (un petit trou carré) de l’outil ayant servi à le soulever et le manipuler.

10 Sur les rapprochements que l’on peut faire entre cette fortification et celle de Glanum, particulièrement au sujet de la forme des merlons, voir H. Tréziny, « Marseille et l’hellénisation du Midi : regards sur l’architecture et l’urbanisme de la Gaule méridionale à l’époque hellénistique », Pallas 70 (2006), p. 163‑186.

11 H. Rolland, Fouilles de Saint‑Blaise (Bouches-du‑Rhône), Gallia, SupplIII (1951) ; H. Rolland, Fouilles de Saint‑Blaise (1951-1956), Gallia, Suppl. VII (1956) ; J.‑Cl. Bessac, « Le rempart hellénistique de Saint‑Blaise (Saint‑Mitre-les‑Remparts, B. du Rh.) : technique de construction », Documents d’archéologie méridionale 3 (1980), p. 137‑157 ; B. Bouloumié, M. Fincker, H. Tréziny, « Le rempart hellénistique de Saint‑Blaise, II, Sondage stratigraphique de la campagne 1981 », Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae XXIX, 1‑4 (1984) p. 227‑266 ; H. Tréziny, « Imitations, emprunts, détournements : sur quelques problèmes d’architecture et d’urbanisme en Gaule méridionale », dans M. Bats, G. Bertucchi, G. Congès, H. Tréziny (éds), Marseille grecque et la Gaule. Actes du colloque international d’histoire et d’archéologie et du Ve congrès archéologique de Gaule méridionale (Marseille, 18‑23  novembre 1990), Études massaliètes 3 (1992), p. 337‑349.

12 J.‑C. Bessac, La pierre en Gaule Narbonnaise et les carrières du bois des Lens (Nîmes) : histoire, archéologie, ethnographie et techniques, JAR, Suppl. 16 (1996).

13 La fouille récente par Philippe Mellinand de la remarquable carrière grecque de la rue de La Corderie, à Marseille, a mis en évidence pour la période grecque (vieve s. av. J.‑C.) l’utilisation de coins en métal de forme cylindrique et de grandes dimensions. Ils ont laissé dans la pierre des marques très particulières, différentes aussi bien des emboîtures triangulaires dont témoigne habituellement l’usage des coins métalliques aux époques antique, médiévale et moderne que des emboîtures coniques laissées par les coins en bois de Saint‑Blaise. Voir en dernier lieu Ph. Mellinand, « Les Grecs ont laissé une carrière à Marseille », Archéologia, Hors‑série 23 (2018), p. 54‑57.

14 J. Chausserie-Laprée, S. Duval, « Saint‑Blaise au iie s. avant notre ère. L’agglomération gauloise et sa fortification hellénistique en grand appareil », dans V. Guichard, M. Vaginay (éds), Les modèles italiens dans l’architecture des iie et ier siècles avant notre ère en Gaule et dans les régions voisines, Actes du colloque de Toulouse (2‑4 octobre 2013), Bibracte 30 (2019), p. 225‑234. B. Bouloumié, Un oppidum gaulois..., op. cit. p. 42‑43, avait déjà énoncé succinctement cette hypothèse, mais sans y apporter les éléments de preuve matérielle nécessaires à la démonstration.

15 Il a en effet été soumis à d’importants campagnes de récupération des pierres taillées, en particulier lors de l’érection de la muraille tardo-antique (voir infra).

16 Selon un décompte effectué sur le terrain en août et septembre 2013, la partie du mur comprise entre la tour II et la courtine N n’a livré que quatre merlons, retrouvés en remploi dans la fortification tardo-antique ou dans la couche de destruction au pied du mur hellénistique. Ce secteur de la ville haute était à l’évidence en début de chantier, comme l’indique encore la très faible hauteur conservée de l’élévation des courtines M, N, O et P.

17 On retrouverait à Saint-Blaise un dispositif proche de celui de l’oppidum des Caisses de Jean‑Jean à Mouriès, où l’alternance de fossés et talus est complétée en outre par une aire réservée à des chevaux de frise : Y. Marcadal, J.‑L. Paillet, Défendre un oppidum en Provence, Les Caisses de Jean‑Jean à Mouriès, vieier s. av. J.‑C., BIAMA, 22 (2013). Voir aussi l’impressionnant fossé, révélé par prospection géophysique et mis au jour récemment au pied de la muraille du site ibérique d’Ullastret en Catalogne.

18 P. Arcelin, « Les poleis massalias d’Etienne de Byzance », dans M. Bats et alii (éds), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, RAN, Suppl. 35 (2003) p. 131‑145.

19 R. de Cabrens, « Un oppidum provençal à l’époque mérovingienne (Saint‑Blaise) », Rhodania, compte‑rendu du 6e congrès, Avignon (1924) (1925), p. 133‑144 ; G. Démians d’Archimbaud, L’oppidum de Saint‑Blaise (Bouches-du-Rhône) du ve au viie siècle, Documents d’archéologie française 45 (1994) ; M. Valenciano, « Saint‑Blaise/Ugium : de l’agglomération tardo-antique au castrum médiéval. Relectures et regards nouveaux », thèse de doctorat, Aix‑Marseille Université (2015).

20 Pour les tours, nous reprenons la numérotation d’H. Rolland (1951), alors que pour les courtines nous utiliserons une nomenclature inédite, « RP » signifiant « rempart ».

21 Si l’on suit une des rares descriptions de leur remplissage, celui de la tour 2 par H. Rolland (archives de 1939) et les données de la campagne de 1973 (fouilles des tours 6, 8 et 10 par A. Dumoulin).

22 Les fouilles conduites au pied des courtines RP 12 et RP 13 et de la tour 9 ont récemment mis en évidence l’ampleur du chantier de construction de cette enceinte nouvelle, matérialisé par une épaisse couche de sciure de pierres.

23 La proximité et la concentration de tombes rupestres au sud de ces vestiges sont un indice supplémentaire pour accréditer la probabilité d’une telle ouverture à cet endroit de la muraille. Voir pour des comparaisons les exemples donnés par M. Heijmans, « La mise en défense de la Gaule méridionale aux ivevie siècles », Gallia 63 (2006) p. 59‑74.

24 On se reportera à la synthèse déjà citée de Marc Heijmans (2006) ainsi qu’aux travaux de Michel Bonifay et Martial Monteil pour les fortifications de Marseille et de Nîmes, datées entre la deuxième moitié du ve s. et le vie s. ap. J.‑C. : M. Bonifay, « L’avant‑mur tardif sur le chantier de la Bourse », dans M. Bouiron, H. Tréziny, B. Bizot, A. Guilcher, J. Guyon, M. Pagni (éds), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René, Actes du colloque de Marseille, Études massaliètes 7 (2001) p. 85‑97 ; M. Monteil, Nîmes antique et sa proche campagne, Étude de topographie urbaine et périurbaine (fin vie s. av. J.‑C.-vie s. ap. J.‑C.), Monographies d’archéologie méditerranéenne 3 (1999).

25 L. Schneider, « Structure du peuplement et formes de l’habitat dans les campagnes du Sud‑Est de la France de l’Antiquité au Moyen Âge (iveviie siècles). Essai de synthèse », Gallia 64 (2007) p. 1‑189 ; L. Schneider « Établissements perchés de France méridionale (veixe siècles) », dans I. Catteddu (éd.), Aux origines du Moyen Âge (vexe siècles). À la découverte des sociétés rurales, Dossiers d’Archéologie 344 (2011).

26 Pour l’Italie, que ce soit en Ligurie, par exemple à San Antonino di Perti, ou en Calabre, ainsi à Santa Maria del Mare, les habitats de hauteur, pourvus de fortifications homogènes de grande ampleur, également scandées de tours, sont particulièrement dynamiques entre le ve et le vie siècle. Leurs plans et les techniques employées pour la construction du rempart évoquent l’influence de modèles architectoniques d’Orient, au moment de la conquête justinienne. L’influence orientale propre aux habitats de hauteur est également évoquée à Majorque pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age, avec la mise en place supposée d’un pôle administratif byzantin. Voir T. Mannoni, G. Murialdo, San Antonino : un insediamento fortificato nella Liguria Bizantina [Museo archeologico del Finale] (2001) ; C. Raimondo, « Per un atlante crono-tipologico delle tecniche murarie in Calabria tra VI e XI secolo : il contributo del castrum bizantino di S. Maria del Mare », Archeologia medievale 31 (2004) p. 473‑496 ; G. Roma, « Paesaggi della Calabria tardoantica e medievale : fonti scritte e documentazione archeologica », dans G. Volpe, M. Turchiano (éds), Paesaggi e insediamenti rurali in Italia meridionale fra tardoantico e altomedioevo (2005), p. 584‑608 ; E. Zanini, Le Italie bizantine. Territorio, insediamenti ed economica nella provincia bizantina d’Italia (viviii secolo) (1998) ; M.‑A. Cau, C. Mas Florit, « Tracing settlement patterns in Late Antique Mallorca (Balearic islands) : a field survey in the eastern territories », Hortus Artium Medievalium 19 (2013), p. 247‑264.

27 L’influence ou la présence byzantine en Provence ne sont pas des faits nouveaux, grâce notamment à l’apport plus important d’or dans les ports d’Arles et de Marseille. Voir J. Lafaurie, C. Morrisson, « La pénétration des monnaies byzantines en Gaule mérovingienne et wisigothique du viau viiie s. », Revue numismatique 6 (1987) p. 38‑98. Mais leur rôle dans le développement et les caractères architecturaux et urbains d’un tel habitat de hauteur est encore peu signalé en Gaule.

28 Opération conduite par Victor Canut (Ville de Martigues) et Jules Fleury (CEREGE).

29 Voir par ailleurs J. Chausserie-Laprée, S. Duval, M. Valenciano, « Saint‑Blaise en Provence, capitale gauloise des Ségobriges », Archéologia 581, novembre 2019, p. 44‑50 ; J. Chausserie-Laprée, « Saint‑Blaise (Saint‑Mitre-les‑Remparts, Bouches‑du-Rhône) », dans É. Gailledrat, D. Dusseaux, R. Plana (éds.), L’aventure phocéenne. Grecs, Ibères et Gaulois en Méditerranée nord-occidentale (2019), p. 40‑41 ; J. Chausserie-Laprée, N. Nin, S. Duval, « Le pays des Ségobriges au premier âge du Fer, un laboratoire de la protourbanisation dans le Sud de la Gaule », dans Urbanization in Iberia and Mediterranean Gaul in the first millennium BC, Treballs de la Mediterrània Antiga 7, (2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Carte de localisation du site de Saint-Blaise dans le Sud de la France.
Crédits DAO : S. Duval.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 2 — Plan d’ensemble du site avec ses 4 remparts (archaïque, hellénistique, tardo-antique, médiéval).
Légende Localisation des principales zones étudiées (saillant sud, « tumulus de cendres », porte principale, extrémité nord, carrière) ;
Crédits DAO : S. Duval.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 946k
Titre Fig. 3 — Plan du saillant sud et de ses aménagements et dispositifs défensifs successifs.
Légende Éch. 1/175e.
Crédits DAO : S. Duval.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 851k
Titre Fig. 4 — Rempart et habitations archaïques à l’arrière de la porte principale.
Légende a – Plan des structures d’habitat archaïque (à gauche) et hellénistique (à droite) appuyé contre la muraille (1.75e) ; b – L’unité domestique A1 et ses deux foyers en argile maçonnée, adossée au parement interne du mur archaïque ; c – L’unité domestique A2 et son sol de galets, à l’extrémité ouest du mur archaïque ; d – Les stèles en remploi dans le parement externe du rempart archaïque ; e – Détail de l’élévation du parement externe du rempart archaïque avec remploi de stèles.
Crédits a. rel. S. Duval ; DAO S. Duval et M. Valenciano ; b. c. d. et e. cl. S. Duval.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Fig. 5 — Vue en coupe vers l’ouest des vestiges de la fortification primitive en bordure de la falaise limitant, au nord-est, l’oppidum.
Crédits Cl. J. Chausserie-Laprée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 822k
Titre Fig. 6 — Plan schématique et vues de détail du plancher d’extraction de la carrière du rempart en grand appareil.
Légende a – Plan de la zone d’extraction (éch.1:1000e) ; b et c – Tranchées de havage et négatifs d’emboîtures coniques.
Crédits a. DAO M. Valenciano ; b. et c. cl. J. Chausserie-Laprée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 7 — Zone de la ville haute où le rempart en grand appareil est inachevé et interrompu.
Légende a – Tuilage entre la fortification archaïque et le rempart hellénistique ; b – Soubassement de la fortification archaïque ; c – Point d’arrêt de la construction du rempart hellénistique.
Crédits Cl. et restitution S. Duval.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Fig. 8 — Couche de destruction et sol de circulation (fin iis. av. J.-C.) mis au jour contre l’avant-mur du rempart hellénistique au niveau de la chicane d’entrée, ouverte au pied de la courtine Phi.
Légende Au premier plan, à gauche, mur de division parcellaire d’époque moderne.
Crédits Cl. J. Chausserie-Laprée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Titre Fig. 9 — Croquis et vues d’ensemble et de détail de barbacanes percées dans l’avant mur du rempart hellénistique.
Légende a – Aménagement de galets et pierre dressée pour l’écoulement de l’eau à travers une barbacane de l’avant-mur de la courtine Π ; b – Les deux barbacanes de l’avant-mur de la courtine Π ; c – Aménagement d’une barbacane de l’avant-mur de la courtine Φ.
Crédits Cl. J. Chausserie-Laprée ; Plan Henri Rolland.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 10 — Le rempart tardo antique de Saint-Blaise.
Légende a – Croix gravée sur un bloc de la tour 8 ; b – La tour 7 ; c – La tour du saillant méridional.
Crédits DAO : S. Duval et M. Valenciano ; cl. J. Chausserie-Laprée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 11 — Soubassement du mur du castrum de Castelveyre et seuil monolithe d’une porte axiale, mis au jour lors des fouilles récentes (2009 et 2017).
Crédits Cl. J. Chausserie-Laprée.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 12 — Relevé photogrammétrique par drone des remparts de Saint-Blaise.
Crédits Cl. J. Fleury, 2017.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/822/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chausserie‑Laprée, Sandrine Duval, Marie Valenciano et Victor Canut, « Les fortifications de l’oppidum de Saint‑Blaise (Saint‑Mitre-les‑Remparts) »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 361-389.

Référence électronique

Jean Chausserie‑Laprée, Sandrine Duval, Marie Valenciano et Victor Canut, « Les fortifications de l’oppidum de Saint‑Blaise (Saint‑Mitre-les‑Remparts) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.822

Haut de page

Auteurs

Jean Chausserie‑Laprée

Conservateur en chef du patrimoine, ville de Martigues.

Sandrine Duval

Archéologue, Assistante principale de conservation du patrimoine, Service Archéologie, Ville de Martigues.

Marie Valenciano

Archéologue, Métropole Aix‑Marseille-Provence, pays de Martigues, chercheure associée, Aix‑Marseille Univ., CNRS, LA3M, Aix‑en‑Provence, France.

Victor Canut

Géo‑archéologue, Service Archéologie, Ville de Martigues.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search