Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...« De vieilles fortifications sans...

Dossier : Les fortifications du monde grec

« De vieilles fortifications sans nom et sans histoire » ?

Les fortifications de l’Épire antique : problèmes méthodologiques
«Περί αρχαίων οχυρώσεων δίχως όνοµα και ιστορία»; Οι οχυρώσεις στην αρχαία Ήπειρο: µεθοδολογικά προβλήµατα
“On old fortifications without name and without history”? The fortifications of ancient Epirus: methodological problems
Marie‑Pierre Dausse
p. 391-407

Résumés

Si les monographies sur les fortifications se multiplient, la Grèce du Nord‑Ouest semble quelque peu délaissée. Les conditions d’exploration de ces régions très montagneuses restent difficiles mais les efforts conjugués des archéologues grecs et albanais ont permis de réelles avancées depuis quarante ans. Il est désormais possible de proposer une cartographie des ouvrages fortifiés de Chaonie, de Thesprôtie et de Molossie, les trois grandes entités épirotes. Mais établir une typologie précise, des caractéristiques communes et des repères chronologiques clairs restent des tâches délicates. Il s’agira donc d’évoquer des régions trop souvent absentes des grandes synthèses sur les fortifications et les problèmes méthodologiques qui se posent pour l’étude des implantations fortifiées de communautés organisées en ethnè et koina.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nos remerciements vont à Nicolas Kyriakidis et à Stéphanie Zugmeyer pour l’organisation de ces riches rencontres, à P. Dausse pour ses relectures et à V. Mespoulet qui m’a accompagnée dans les montagnes épirotes.
La citation du titre de cet article est issue de : A. Gilliéron Grèce et Turquie : notes de voyage (1877), p. VIII.

Texte intégral

Introduction

  • 1 En 1855‑1859. Il effectue ces reconnaissances en 1856 et 1857.
  • 2 L. Heuzey, Le mont Olympe et l’Acarnanie. Exploration de ces deux régions, avec l’étude de leurs an (...)
  • 3 X. Gaultier De Claubry, Mémoire sur l’Épire, p. IV. Présenté à l’Académie des Inscriptions et Belle (...)
  • 4 A. Gillieron, Grèce et Turquie : notes de voyage (1877), p. VIII.

1Lorsqu’il est membre de l’École française d’Athènes1, Léon Heuzey brave les réticences du directeur pour partir sur des chemins réputés dangereux en Grèce du Nord. Dans son récit publié en 1860, il rappelle que « les voyageurs modernes (…) ont parcouru de préférence les provinces où les Grecs policés avaient assis leurs admirables villes ; ils se sont montrés, pour la plupart, peu curieux d’aller chercher des ruines moins célèbres, perdues au milieu des bois »2. Ces ouvrages s’apparentent, pour Xavier Gaultier de Claubry, à des « enceintes militaires dont la construction ne peut souvent révéler l’âge que d’une manière incertaine »3 ; pour Alfred Gilliéron, à « de vieilles fortifications sans nom et sans histoire »4. Ce constat reste en partie valable pour l’Épire, grande absente des synthèses récentes sur les fortifications. Il n’existe pas de monographie générale, les études sont dispersées – souvent très confidentielles – et des questions essentielles comme les datations ou les typologies sont encore en friche.

  • 5 F. Pouqueville, Voyage dans la Grèce (1826), II, p. 381.
  • 6 M.‑P. Dausse, « Les villes molosses : bilan et hypothèses sur les quatre centres mentionnés par Tit (...)
  • 7 Cabanes 1976. Pour une liste de ses nombreux articles, se reporter à l’avant‑propos de Épire, Illyr (...)
  • 8 P. Cabanes, « Cité et ethnos dans la Grèce ancienne », dans M.‑M. Mactoux, É. Geny (éds), Mélanges (...)
  • 9 C’est à partir du ive s. av. J.‑C. que commence un mouvement d’unification de ces différents ethnè. (...)
  • 10 P. Cabanes, « Remarques sur la géographie historique des villes épirotes et sur la notion politique (...)
  • 11 Thucydide I, 5.
  • 12 Une soixantaine de sites par exemple pour la partie molosse.

2Il faut d’abord rappeler quelques spécificités de la géographie épirote, « un chaos de montagnes, de torrents et de précipices »5 pour reprendre les termes de François Pouqueville. Ce contexte peut expliquer des disparités régionales. Les recherches sur la Molossie, partie la plus orientale mais surtout la plus montagneuse de l’Épire, restent peu nombreuses par rapport à ses voisines thesprôte ou chaone. Certaines villes restent à identifier6 et aucune n’a connu de fouilles systématiques. Pour 90 % des fortifications, nous ne disposons que de rapides mentions. Il faut ensuite revenir sur la principale caractéristique de ces régions : l’organisation étatique en koinon et ethnè. Grâce aux nombreux travaux de Pierre Cabanes7, cette organisation est désormais mieux connue, définie comme un système plus souple et plus « ouvert »8 que celui de la cité. L’unité la plus petite est constituée par le village. Les villages se regroupent dans un ethnos et les ethnè se fédèrent en koinon. Pour l’Épire du iiie s. av. J.‑C. Molosses, Thesprôtes et Chaones sont les principaux groupes9. Dans le détail, l’organisation précise des territoires reste un terrain en chantier10, avec notamment le rôle de certaines fortifications qui reste à déterminer ; de même que la définition de schémas régionaux. En revanche, l’image transmise par les sources littéraires de régions où les habitants vivent « sans remparts »11 ne résiste pas à l’apport des sources archéologiques. Les recherches menées sur les ouvrages fortifiés montrent qu’ils sont non seulement très nombreux (fig. 1)12, mais aussi très divers. Nous dresserons ici un état des lieux de ces questions, en insistant sur les problèmes méthodologiques qui se posent pour l’étude des implantations fortifiées des communautés épirotes organisées en ethnè et koina.

Fig. 1 — Cartes des sites de Molossie.

Fig. 1 — Cartes des sites de Molossie.

M.-P. Dausse.

À la recherche d’éléments de datation

  • 13 Mais avec des disparités régionales. Ces données sont beaucoup plus nombreuses pour la Chaonie et l (...)

3Dire qu’il s’agit de la principale difficulté relève de l’évidence. Mais en l’absence de fouilles sur la très grande majorité des ouvrages fortifiés, la tâche est encore plus périlleuse, voire impossible. La prudence et la patience sont de règle et les seuls indices dont nous disposons concernent les centres ou les villes épirotes13.

Appareils, tracés, éléments d’architecture

  • 14 Les principales références sont les suivantes : R. L. Scranton, Greek walls (1941), p. 137‑142, R.  (...)
  • 15 Nous renvoyons sur cette question à la publication très récente et très complète des deux volumes d (...)
  • 16 R. L. Beaumont, « Corinth, Ambracie, Apollonia », JHS 1952, p. 68‑73.
  • 17 Cf. F. Prendi, K. Zheku, « La ville illyrienne de Lissos, son origine et son système de fortificati (...)
  • 18 La classification de N. Hammond se fonde sur celle de R. Scranton. Cf. Hammond 1967, p. 713‑716 et (...)
  • 19 Hammond 1967, p. 659‑661.
  • 20 S. Islami, « Naissance et développement de la vie urbaine », Iliria 4 (1972), p. 7‑23 ; id., « La c (...)
  • 21 Pour une présentation des principales données sur Amantia, cf. P. Cabanes (éd.), Carte archéologiqu (...)
  • 22 Pour une présentation récente du site, cf. T. Kontogiani, A brief guide of the archaeological site  (...)
  • 23 M.‑P. Dausse, « Les fortifications de montagne de la Tsoumerka », dans L’Illyrie méridionale et l’É (...)
  • 24 Cf. supra p. 406.

4Nous ne rouvrirons pas ici l’épais dossier des tentatives de datations à partir des types d’appareil14, une approche strictement architecturale souvent critiquée, voire abandonnée aujourd’hui15. Pour l’Épire, nous pouvons citer l’hypothèse malheureuse de R. L. Beaumont sur la chronologie des murs de Byllis16, fondée sur des rapprochements entre les types d’appareil de Lissos, de Klos, d’Amantia et de Byllis. Elle a été mise à mal par les fouilles des archéologues albanais17. Nous pouvons aussi rappeler que les propositions de Nicolas Hammond se placent dans cette perspective18, avec une écrasante majorité de datations pour la période hellénistique19. Les recherches menées depuis ont montré le caractère aléatoire de cette démarche et des datations envisagées. Sélim Islami a été un pionnier dans l’étude de la chronologie des villes épirotes et de leurs enceintes fortifiées20. Il a prouvé qu’il était impossible de définir une antériorité systématique du polygonal par rapport à un appareil rectangulaire, voire isodome. Il préfère insister sur le rôle déterminant de terrains souvent accidentés, sur lesquels les fortifications vont s’adapter au mieux. Dans de nombreux cas, il constate l’usage simultané des deux types d’appareil avec une adaptation maximale au terrain. Le cas de la fortification d’Amantia en est l’illustration (fig. 2). Elle utilise au maximum la roche en place. L’appareil polygonal se rencontre sur les parties plus accidentées ; un appareil plus régulier sur les pentes plus douces21. Nous pouvons aussi citer celle de Cassopé22, dont la partie occidentale suit une courbe de niveau (fig. 3). Ces principes pourraient s’appliquer pour les fortifications très modestes de la Tsoumerka23. Perchées souvent à plus de mille mètres d’altitude, elles utilisent au maximum la roche en place. Mais avec un appareil très rustique. Nous y reviendrons24.

Fig. 2 — Fortification d’Amantia.

Fig. 2 — Fortification d’Amantia.

Cl. M.-P. Dausse.

Fig. 3 — Fortification de Cassopé.

Fig. 3 — Fortification de Cassopé.

Cl. M.-P. Dausse.

  • 25 N. Ceka, « Les fortifications dans les villes d’Illyrie méridionale et d’Épire », dans L’Illyrie mé (...)
  • 26 Cabanes 1976, p. 502‑520 ; S.‑I. Dakaris, « Organisation politique et urbanistique de la ville dans (...)
  • 27 G. Riginos et K. Lazari, Guide archéologique d’Éléa (2007).
  • 28 A Antigonéia par exemple.
  • 29 Dans la ville basse de Cassopé, par exemple.
  • 30 Sur la fortification de Gitana, C. Spanodimos, « The city walls of Gitana. Function, chronology and (...)
  • 31 Nous pensons, par exemple, à Kalendji, situé dans la partie orientale de la Molossie. Malheureuseme (...)

5Plus que les types d’appareil, ce sont les tracés des enceintes des villes et les éléments d’architecture présents qui ont permis aux archéologues albanais de préciser une chronologie25. Les travaux des archéologues grecs les confirment et les complètent petit à petit26. Deux jalons essentiels se dégagent, avec la définition de caractéristiques communes. D’abord la naissance des premières villes, à la fin du ve s. et dans la première moitié du ive s. La planimétrie reste simple, il n’y a pas de tours et très peu d’entrées. L’enceinte utilise au maximum la roche en place. À titre d’exemple, à Éléa, ville importante de Thesprôtie27 l’imposante muraille qui enserre une superficie de dix hectares ne comporte que trois portes (fig. 4). Puis, dans la seconde moitié du ive s. et au iiie s., alors que l’urbanisation se développe, les fortifications des villes deviennent plus complexes : multiplication des tours – régulièrement réparties pour les créations nouvelles28 –, entrées plus nombreuses pour faciliter les accès depuis l’extérieur29, définition de différents types d’espaces à l’intérieur grâce à des diateichisma comme à Gitana30. Peu à peu, il semble ainsi possible de différencier ces grandes villes des centres secondaires, centres de petits ethnè (fig. 5)31. Toutefois, en dehors de ces lignes générales, des données plus précises manquent. Revenons sur deux moments importants mais problématiques de l’histoire épirote.

Fig. 4 — Fortification d’Éléa, porte orientale.

Fig. 4 — Fortification d’Éléa, porte orientale.

Cl. M.-P. Dausse.

Fig. 5 — Tour méridionale de Kalendji.

Fig. 5 — Tour méridionale de Kalendji.

Cl. M.-P. Dausse.

Préciser une chronologie : deux moments problématiques

  • 32 Hammond 1967, p. 659‑661.
  • 33 La position de S.‑I. Dakaris sur les fortifications de Cassopie est en cela caractéristique. Il ado (...)
  • 34 Faute de réelle synthèse et de références sur cette question, il faut nous contenter de citer cet e (...)
  • 35 I. Andreou, « D’Ambracie à Nicopolis. Les villes jalons de l’urbanisme en Épire », dans L’Illyrie m (...)
  • 36 Notamment le règne d’Alexandre II : « les quarante années (après la mort de Pyrrhos) de vie politiq (...)
  • 37 Cabanes 1976, p. 329‑348.
  • 38 Sur la guerre épiro-illyrienne de 230 par exemple, voir Cabanes 1976, p. 208‑216.

6Le iiie s. av. J.‑C. est marqué par la figure du roi Pyrrhos. Évaluer le poids de sa politique, notamment dans le processus de développement des régions épirotes, reste délicat. Avec le risque de tomber dans un certain schématisme, en associant sans réelles preuves fortifications et politique royale. Les propositions de Nicolas Hammond se placent dans ce cadre32. Celles de Sotirios Dakaris n’échappent pas à ce travers33. Par exemple, il considère que l’organisation de la défense de l’accès Nord‑Est à la plaine de Ioannina lui incomberait34. Enfin, encore très récemment, Ioanna Andreou évoque la réalisation « d’un programme offensif et défensif de Pyrrhos »35. Il faut tout d’abord répéter combien nous manquons cruellement de données archéologiques pour dater la grande majorité des ouvrages défensifs. Ensuite, préciser que la période qui suit la mort de Pyrrhos est particulièrement méconnue36. Enfin, il convient de rappeler la vitalité du koinon des Épirotes après 232 av. J.‑C., comme en témoignent les reconstructions rapides à Dodone après le sac étolien de 219 av. J.‑C.37 Durant le dernier tiers du iiie s., les menaces conjuguées des Illyriens et des Étoliens38 ont pu aussi peser dans la mise en place de fortifications.

  • 39 Cabanes 1976, p. 284‑308.
  • 40 Tite‑Live XLV, 34.
  • 41 Strabon VII, 7, 3 et VII, 7, 9.
  • 42 Pour une analyse de ce texte, cf. I. Isager, « Eremia in Epirus and the foundation of Nicopolis. Mo (...)
  • 43 S.‑ I. Dakaris, Cassopia and the Elean colonies (1971), p. 78.
  • 44 Cf. G. Riginos, K. Lazari, V. Lamprou et A. Tzotzatou, « A new archaeological data from the main la (...)
  • 45 V. Karazteni, « Epirus in the roman period », dans I. Isager (éd.), Foundation and destruction… (n. (...)
  • 46 G. Pliakou, « Le site de Kastri-Megalo Gardiki. Nouvelles données sur l’organisation urbanistique e (...)
  • 47 À Kalonterimi-Tsiaras par exemple, avec des installations (bain et maisons) de l’époque romaine imp (...)

7Un autre moment nous interroge : la troisième guerre de Macédoine. Le koinon des Épirotes se fracture et se divise39. Les alliés de la Macédoine sont sévèrement punis par les représailles des armées de Paul‑Émile en 167 av. J.‑C. Sur cet épisode, nous disposons du récit de Tite‑Live40 qui évoque la destruction de « soixante‑dix oppida ». Sur ses conséquences, on a coutume de citer la description de Strabon41 qui semble montrer qu’à l’époque d’Auguste une grand partie de l’Épire ne s’est pas relevée42. Mais évaluer précisément l’ampleur des destructions et l’histoire de ces régions pendant les cent‑cinquante ans qui suivent reste problématique. Pendant longtemps, on a pensé que l’histoire de l’Épire s’était en quelque sorte arrêtée. Dakaris avançait même avoir reconnu des traces de destruction dans une vingtaine de sites de Cassopie43. Des découvertes récentes reviennent sur ce point de vue et le nuancent. Certains indices semblent désormais attester d’une vie en Épire après le passage des armées de Paul‑Émile. En Thesprôtie, seule la ville d’Éléa semble avoir été abandonnée44. Il est possible de considérer désormais qu’en Molossie Ammotopos, Gardiki ou Kastritsa ont été habités jusqu’à la fin du ier s. av. J.‑C.45 Selon G. Pliakou46, c’est toute la chronologie de l’enceinte de Gardiki qui serait à revoir, alors que des indices de présence à cette époque dans le bassin de Ioannina sont attestés47.

  • 48 Pour une mise au point très récente et très complète, cf. S. Fachard, « Studying rural fortificatio (...)

8En d’autres termes, pour ces deux moments importants de l’histoire épirote et de celle de ses ouvrages fortifiés, c’est progressivement, patiemment et toujours prudemment qu’il convient d’avancer. De même que pour un autre axe essentiel de l’étude des fortifications, leur typologie, notamment pour celles souvent qualifiées de « fortifications rurales »48. Présentes en très grande majorité dans l’Épire antique, leur rôle reste souvent à préciser.

Préciser une typologie : l’exemple de la Molossie

  • 49 Notamment l’existence de concentrations de sites, à l’Ouest ou à l’Est de la Molossie.

9Une soixantaine de sites se répartissent sur le territoire molosse (fig. 1). Dans 90% des cas, il s’agit d’ouvrages de taille très modeste. À titre de comparaison, la Thesprôtie voisine, pour un territoire pourtant cinq fois moins vaste, comporte deux fois plus d’enceintes au périmètre supérieur à mille mètres. Comment expliquer la répartition49, l’implantation ou encore le rôle de ces ouvrages ?

Forteresses et schémas régionaux

  • 50 « The traditional militaristic approach » selon Sylvian Fachard ; cf. « Studying rural fortificatio (...)
  • 51 Hammond 1967, p. 159 et 199 ; cartes p. 136 et 168.
  • 52 Par exemple Chrisoraki.
  • 53 S.‑I. Dakaris, « Découvertes archéologiques du bassin de Ioannina », Mélange Souli (1956), p. 46‑80
  • 54 Dodone, Psina, Graméno, Gardiki, Klimatia, Arachovitsa, Chrisoraki, Léprovouni, Paléo Gribiani, Ano (...)

10Pour répondre à ces questions, la recherche et la définition de lignes frontalières ont été la principale préoccupation pendant longtemps50. Les propositions de Nicolas Hammond ou de Sotirios Dakaris se placent dans cette perspective. Pour la partie orientale, Nicolas Hammond suggère d’expliquer la forte concentration de sites51 par le danger athamane, un peuple montagnard voisin. Les sources manquent pour confirmer cette menace et les fortifications de la Tsoumerka sont peu comparables aux imposantes forteresses de la partie occidentale de la Molossie52. Sotirios Dakaris53 envisage lui une frontière entre Molossie et Thesprôtie au ive s. av. J.‑C., matérialisée par une dizaine de fortifications54 dans la partie occidentale. Mais sa démonstration reste fragile, faute de données précises.

  • 55 S. Fachard, « Regional fortifications and fortifications of regions », R. Frederiksen, S. Müth, P.  (...)
  • 56 D. Budina, « Le lieu et le rôle d’Antigoneia dans la vallée du Drino », dans L’Illyrie méridionale (...)
  • 57 Mélan par exemple.
  • 58 Lekel au Nord, Sélo au Sud et Labova à l’Est.
  • 59 R. Perna, « Hadrianopolis, nascità di una città nella valle del Drino », dans L’Illyrie méridionale (...)
  • 60 M. Melfi, « Per Epirum. An alternative to the Adriatic. The territory of Hadrianopolis and the Drin (...)
  • 61 E. Giorgi et J. Bogdani, Il territorio di Phoinike in Caonia. Archeologia del paesaggio in Albania (...)
  • 62 Avec notamment la présence de tours isolées, élément caractéristique dans cette région.
  • 63 G. Pliakou, « Kômai et ethnè. L’organisation spatiale du bassin de Ioannina à la lumière du matérie (...)
  • 64 Moins connue et explorée que le bassin de Ioannina, pour lequel nous renvoyons aux remarquables tra (...)
  • 65 Sur cette question, cf. M.‑P. Dausse, « Les routes de l’Épire antique : quelles approches possibles (...)
  • 66 Cabanes 1976, p. 213.
  • 67 Ce site n’est pas mentionné dans les explorations pourtant très complètes de Nicolas Hammond. Il n’ (...)

11Désormais, les approches régionales sont privilégiées, avec la différenciation et la hiérarchisation patientes de fortifications55. Dans ce domaine, nous disposons d’une étude pionnière pour la Chaonie, celle de l’organisation de la vallée du Drino autour d’Antigoneia56. Pièce maîtresse d’un dispositif hiérarchisé, entourée de « centres secondaires »57, de forteresses58, de fortifications plus modestes, voire d’habitats non fortifiés comme tentent de le préciser actuellement les travaux de Roberto Perna59 et de Milena Melfi60. Pour la région de Phoinikè, les recherches de Julian Bogdani61 permettent de définir une organisation régionale claire et complexe62. Ainsi, l’organisation de la Chaonie autour de ces deux espaces apparaît comme exemplaire. À l’inverse de la Molossie, où seuls semblent se dégager quelques ensembles : le bassin de Ioannina principalement63, la plaine de Kalpaki‑Véla ou encore celle de Konitsa. La plaine de Kalpaki64 est une région très stratégique située au débouché de la principale route qui vient de Chaonie (fig. 6)65, considérée par Pierre Cabanes comme la « porte d’entrée »66 de la Molossie. Elle est densément occupée, par des installations diverses : les imposantes forteresses de Chrisoraki (fig. 7) et de Iéromnimi (fig. 8), le fortin de Ktismata, les larges terrasses de Léprovouni ou encore le site moins connu de Paléo Gribiani (fig. 9)67.

Fig. 6 — Carte des routes d’Épire.

Fig. 6 — Carte des routes d’Épire.

M.-P. Dausse et J.-P. Droux.

Fig. 7 — Fortification de Chrisoraki, muraille méridionale.

Fig. 7 — Fortification de Chrisoraki, muraille méridionale.

Cl. M.-P. Dausse.

Fig. 8 — Fortification de Iéromnimi.

Fig. 8 — Fortification de Iéromnimi.

Cl. M.-P. Dausse.

Fig. 9 — Fortification de Paléo Gribiani.

Fig. 9 — Fortification de Paléo Gribiani.

Cl. M.-P. Dausse.

D’autres types de fortifications, d’autres approches possibles

  • 68 M.‑P. Dausse, « Les fortifications de montagne de la Tsoumerka », dans L’Illyrie méridionale et l’É (...)

12Comment, ailleurs, illustrer et préciser cette expression de « fortifications rurales » ? Nous pensons aux fortifications de la partie orientale de la Molossie et à celles des monts Tsamanda, pour lesquelles nous avons pu définir des caractéristiques communes68. Il s’agit d’ouvrages de petites dimensions, c’est‑à‑dire de moins de 500 m de périmètre. Ils sont perchés souvent à plus de 1000 m d’altitude et utilisent au maximum les avantages de ces terrains montagneux. Le site de Katarachtis par exemple est installé sur un contrefort de la Tsoumerka, situé à 1415 m. La fortification utilise sur trois côtés les défenses naturelles, le piton rocheux n’étant barré que du côté Est. Makrinon et Rodavgi semblent s’apparenter à des points naturellement fortifiés, avec, en contrebas, une terrasse ceinturée par un mur. Quant à l’appareil, il apparaît peu soigné. À l’image du site de Kouliarades (fig. 10). Encore aujourd’hui, les habitants utilisent le mot de phrourion – fortin – pour évoquer cette construction. Elle n’est pas sans rappeler certaines fortifications des monts Tsamandas, comme celle de Lavdani (fig. 11). Dans cette zone très montagneuse, à l’écart des routes et des grandes villes il est possible d’observer une concentration de sites assez étonnante.

Fig. 10 — Fortification de Houliarades.

Fig. 10 — Fortification de Houliarades.

Cl. M.-P. Dausse.

Fig. 11 — Fortification de Lavdani.

Fig. 11 — Fortification de Lavdani.

Cl. M.-P. Dausse.

13Malheureusement, les données manquent encore pour tenter d’expliquer plus précisément ces implantations. Nous devons nous contenter de formuler des hypothèses. S’agit‑il de constructions effectuées dans l’urgence ? D’ouvrages modestes car réalisés avec les moyens sur place ? De sites‑refuges pour des pasteurs nombreux dans ces deux régions ? Creuser ce lien entre économie pastorale et ouvrages fortifiés pourrait ouvrir de riches perspectives. Prometteuses mais très complexes.

Conclusion

14Ce rapide état des lieux permet de montrer à la fois la richesse de ces régions montagneuses mais aussi l’ampleur du travail à accomplir ainsi que les difficultés à surmonter. Restée longtemps à l’écart des publications, souvent considérée comme une « marge du monde grec », l’Épire a toute sa pla,ce dans les recherches sur les fortifications grecques. Elle l’a d’autant plus qu’elle permet de renouveler un certain nombre de problématiques et d’aborder leur étude dans un cadre différent de celui de la cité.

Haut de page

Bibliographie

Cabanes 1976 = P. Cabanes, L’Épire de la mort de Pyrrhos à la conquête romaine (272‑167) (1976).

Hammond 1967 = N. G. L. Hammond, Epirus : the geography, the ancient remains, the history and the topography of Epirus and adjacent areas (1967).

L’Illyrie méridionale et l’Épire = L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, en six volumes (1984‑2018). I, 1987 ; II, 1996 ; III, 1999 ; IV, 2004 ; V, 2010 ; VI [Colloque international de Tirana mai 2015] (2018).

Haut de page

Notes

1 En 1855‑1859. Il effectue ces reconnaissances en 1856 et 1857.

2 L. Heuzey, Le mont Olympe et l’Acarnanie. Exploration de ces deux régions, avec l’étude de leurs antiquités, de leurs populations anciennes et modernes, de leur géographie et de leur histoire (1860).

3 X. Gaultier De Claubry, Mémoire sur l’Épire, p. IV. Présenté à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1859, il est conservé dans les archives de l’École française d’Athènes, archives manuscrites Épire 1‑1858.

4 A. Gillieron, Grèce et Turquie : notes de voyage (1877), p. VIII.

5 F. Pouqueville, Voyage dans la Grèce (1826), II, p. 381.

6 M.‑P. Dausse, « Les villes molosses : bilan et hypothèses sur les quatre centres mentionnés par Tite‑Live », dans D. Berranger-Auserve (éd.), Épire, Illyrie, Macédoine, mélanges Pierre Cabanes (2007), p. 197‑233.

7 Cabanes 1976. Pour une liste de ses nombreux articles, se reporter à l’avant‑propos de Épire, Illyrie, Macédoine (n. 6). Il est à l’origine de la précieuse série de colloques internationaux L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, en six volumes (1984‑2018).

8 P. Cabanes, « Cité et ethnos dans la Grèce ancienne », dans M.‑M. Mactoux, É. Geny (éds), Mélanges Pierre Lévêque, 2, Anthropologie et société (1989), p. 63‑83.

9 C’est à partir du ive s. av. J.‑C. que commence un mouvement d’unification de ces différents ethnè. Peu à peu se constitue une « Grande Épire », jusqu’à celle de Pyrrhos au début du iiie s. Le koinon des Épirotes est puissant après 232. Mais la conquête romaine lors de la troisième guerre de Macédoine semble marquer un coup d’arrêt brutal à l’histoire et aux évolutions en cours de ces régions. Pour un rappel de ces différentes étapes et une comparaison avec la Macédoine, cf. P. Cabanes, « La Grèce du Nord (Épire, Macédoine) en plein développement au ive s. av. J.‑C. », dans P. Carlier (éd.), Le ive siècle av. J.‑C. : approches historiographiques (1996), p. 195‑204.

10 P. Cabanes, « Remarques sur la géographie historique des villes épirotes et sur la notion politique d’Épire dans l’Antiquité », dans Mélanges Hammond (1997), p. 95‑104. Dans sa conclusion page 104, il rappelle « qu’il reste beaucoup à faire à une bonne connaissance de l’organisation de l’espace en Épire à l’époque classique et hellénistique ».

11 Thucydide I, 5.

12 Une soixantaine de sites par exemple pour la partie molosse.

13 Mais avec des disparités régionales. Ces données sont beaucoup plus nombreuses pour la Chaonie et la Thesprôtie. Si elles restent très sporadiques pour la Molossie, elles ne permettent toutefois pas d’attester d’un retard dans le processus d’urbanisation. Nous pouvons, par exemple, signaler la mise en valeur et l’étude des villes thesprôtes depuis dix ans. Cf. G. Riginos, K. Lazari, V. Lamprou et A. Tzotzatou, « A new archaeological data from the main late classical-hellenistic fortified setlements of Thesprôtia after the enhancement works of the last decade », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 753‑763. Sur la fortification de Gitana, C. Spanodimos, « The city walls of Gitana. Function, chronology and historical development », dans ibid., p. 765‑779.

14 Les principales références sont les suivantes : R. L. Scranton, Greek walls (1941), p. 137‑142, R. Martin, Manuel d’architecture grecque 1 (1965), p. 377‑388, A. W. Mac Nicoll, Hellenistic fortifications from the Aegean to the Euphrates (1967), F. E. Winter, Greek fortifications (1971), p. 95‑100, A. W. Lawrence, Greek aims in fortification (1979), p. 232‑246 et J.‑P. Adam, L’architecture militaire grecque (1982), p. 19‑36.

15 Nous renvoyons sur cette question à la publication très récente et très complète des deux volumes de Fokus fortifikation studies ; S. Müth, P. Schneider, M. Schnelle, P. de Staebler (éds), Ancient fortifications. A compendium of theory and practice (2016) et R. Frederiksen, S. Müth, P. Schneider, M. Schnelle (éds), Focus on fortifications. New research on fortifications in the ancient Mediterranean and near East (2016).

16 R. L. Beaumont, « Corinth, Ambracie, Apollonia », JHS 1952, p. 68‑73.

17 Cf. F. Prendi, K. Zheku, « La ville illyrienne de Lissos, son origine et son système de fortification », Iliria 4 (1972), p. 252‑255 et S. Islami, « Problèmes de chronologie de la cité illyrienne », Iliria 6 (1976), p. 109‑110.

18 La classification de N. Hammond se fonde sur celle de R. Scranton. Cf. Hammond 1967, p. 713‑716 et aussi p. 480‑483, p. 551‑554 et p. 668‑670.

19 Hammond 1967, p. 659‑661.

20 S. Islami, « Naissance et développement de la vie urbaine », Iliria 4 (1972), p. 7‑23 ; id., « La cité en Illyrie et en Épire », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… I, p. 65‑71. Pour un bilan récent sur les jalons proposés par S. Islami et confirmés depuis, cf. N. Ceka, « Les fortifications dans les villes d’Illyrie méridionale et d’Épire », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… V, p. 649‑662.

21 Pour une présentation des principales données sur Amantia, cf. P. Cabanes (éd.), Carte archéologique de l’Albanie (2008), p. 204‑208.

22 Pour une présentation récente du site, cf. T. Kontogiani, A brief guide of the archaeological site (2006).

23 M.‑P. Dausse, « Les fortifications de montagne de la Tsoumerka », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… V, p. 161‑167.

24 Cf. supra p. 406.

25 N. Ceka, « Les fortifications dans les villes d’Illyrie méridionale et d’Épire », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… V, p. 649‑662. Pour un bilan très récent, cf. les premières pages sur « l’urbanisation préromaine » de S. Shpuza, La romanisation de l’Illyrie méridionale et de la Chaonie (2016), p. 29‑33.

26 Cabanes 1976, p. 502‑520 ; S.‑I. Dakaris, « Organisation politique et urbanistique de la ville dans l’Épire antique », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… I, p. 71‑80 ; I. Andreou, « D’Ambracie à Nicopolis. Les villes jalons de l’urbanisme en Épire », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… III, p. 341‑351 ; G. Riginos, K. Lazari, V. Lamprou et A. Tzotzatou, « A new archaeological data from the main late classical-hellenistic fortified setlements of Thesprôtia after the enhancement works of the last decade », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 753‑763.

27 G. Riginos et K. Lazari, Guide archéologique d’Éléa (2007).

28 A Antigonéia par exemple.

29 Dans la ville basse de Cassopé, par exemple.

30 Sur la fortification de Gitana, C. Spanodimos, « The city walls of Gitana. Function, chronology and historical development », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 765‑779 ; A. Kanta-Kitsou, Guide archéologique de Gitana (2008).

31 Nous pensons, par exemple, à Kalendji, situé dans la partie orientale de la Molossie. Malheureusement cette hypothèse demande à être étayée faute de fouilles archéologiques, en dépit de régulières découvertes fortuites à proximité. Citons deux stèles hellénistiques trouvées à Plésia où l’on signale aussi des vestiges d’habitat ; cf. A.D. 1993, p. 267 et pl. 88, A.D. 1996, p. 173‑196 ; L’Illyrie méridionale et l’Épire… III, p. 161‑167 et BCH 123 (1999), p. 718.

32 Hammond 1967, p. 659‑661.

33 La position de S.‑I. Dakaris sur les fortifications de Cassopie est en cela caractéristique. Il adopte d’abord la prudence et évoque les difficultés de datation. Mais finalement, il évacue le problème en les classant toutes indistinctement à l’époque hellénistique ; cf. S.‑I. Dakaris, Cassopia and the Elean colonies (1971), p. 130‑131, p. 51 et p. 72.

34 Faute de réelle synthèse et de références sur cette question, il faut nous contenter de citer cet extrait rapporté par K. Tsakos à propos de Mikri Gotista : « In the opinion of Dakaris, the fortifications of settlements lying across the Mestovo-Zygos passes represents part of Pyrrhos attempt to protect the natural approaches to central Epirus. The castles in the valley of Zagoritikos and Sarandaporos own their existence to the same attempt ». Cf. T. Tsakos, « The castle of Gradetsi at Mikri Gotista, near Metsovo », Archaiologika Analekta ex Athenon 6 (1973), p. 481. Sur la description de M. Gotista et du site proche de Démati où il ne s’est pas rendu, on pourra aussi se reporter à la description de Hammond. Cf. Hammond 1967, p. 181, 262, 267 et 684.

35 I. Andreou, « D’Ambracie à Nicopolis. Les villes jalons de l’urbanisme en Épire », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… III, p. 345.

36 Notamment le règne d’Alexandre II : « les quarante années (après la mort de Pyrrhos) de vie politique en Épire, si souvent négligées, laissent le sentiment d’une période encore bien mal connue, où l’éclairage bien faible de nos sources ne vient frapper l’Épire que de façon très espacée en laissant dans l’ombre des pans entiers de sa vie », Cabanes 1976, p. 100.

37 Cabanes 1976, p. 329‑348.

38 Sur la guerre épiro-illyrienne de 230 par exemple, voir Cabanes 1976, p. 208‑216.

39 Cabanes 1976, p. 284‑308.

40 Tite‑Live XLV, 34.

41 Strabon VII, 7, 3 et VII, 7, 9.

42 Pour une analyse de ce texte, cf. I. Isager, « Eremia in Epirus and the foundation of Nicopolis. Models of civilization of Strabo », dans ead. (éd.), Foundation and destruction : Nicopolis and Northwestern Greece. The archaeological evidence for the city destructions, the foundation of Nicopolis and the synoecim (2003), p. 17‑29.

43 S.‑ I. Dakaris, Cassopia and the Elean colonies (1971), p. 78.

44 Cf. G. Riginos, K. Lazari, V. Lamprou et A. Tzotzatou, « A new archaeological data from the main late classical-hellenistic fortified setlements of Thesprôtia after the enhancement works of the last decade », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 753‑763.

45 V. Karazteni, « Epirus in the roman period », dans I. Isager (éd.), Foundation and destruction… (n. 42), p. 109‑117.

46 G. Pliakou, « Le site de Kastri-Megalo Gardiki. Nouvelles données sur l’organisation urbanistique et le cadre chronologique », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 695‑703.

47 À Kalonterimi-Tsiaras par exemple, avec des installations (bain et maisons) de l’époque romaine implantés sur un contrefort du Mitsikéli. Cf. poster présenté lors du colloque international de Tirana, mai 2015, L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI.

48 Pour une mise au point très récente et très complète, cf. S. Fachard, « Studying rural fortifications : a landscape approach », dans S. müth, P. Schneider, M. Schnelle, P. De Staebler (éds), Ancient fortifications. A compendium of theory and practice (2016), p. 206‑230. Sur cette terminologie, cf. note 1, p. 210 pour les principales références bibliographiques.

49 Notamment l’existence de concentrations de sites, à l’Ouest ou à l’Est de la Molossie.

50 « The traditional militaristic approach » selon Sylvian Fachard ; cf. « Studying rural fortifications : a landscape approach », dans S. Müth, P. Schneider, M. Schnelle, P. De Staebler (éds), Ancient fortifications. A compendium of theory and practice (2016), p. 209‑212.

51 Hammond 1967, p. 159 et 199 ; cartes p. 136 et 168.

52 Par exemple Chrisoraki.

53 S.‑I. Dakaris, « Découvertes archéologiques du bassin de Ioannina », Mélange Souli (1956), p. 46‑80.

54 Dodone, Psina, Graméno, Gardiki, Klimatia, Arachovitsa, Chrisoraki, Léprovouni, Paléo Gribiani, Ano Paracalamos. Là aussi, il s’agit de fortification très différentes. Nous revenons au problème déjà soulevé de la nécessité de préciser une typologie.

55 S. Fachard, « Regional fortifications and fortifications of regions », R. Frederiksen, S. Müth, P. Schneider, M. Schnelle (éds), Focus on fortifications. New research on fortifications in the ancient Mediterranean and near East, Oxford 2016, p. 413‑416.

56 D. Budina, « Le lieu et le rôle d’Antigoneia dans la vallée du Drino », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… I, p. 159‑167. Pour une présentation des principaux sites, cf. P. Cabanes (éd.), Carte archéologique de l’Albanie (2008), p. 118‑137, carte p. 66.

57 Mélan par exemple.

58 Lekel au Nord, Sélo au Sud et Labova à l’Est.

59 R. Perna, « Hadrianopolis, nascità di una città nella valle del Drino », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 587‑596.

60 M. Melfi, « Per Epirum. An alternative to the Adriatic. The territory of Hadrianopolis and the Drino valley in the Greek and early Roman periods », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 1045‑1054.

61 E. Giorgi et J. Bogdani, Il territorio di Phoinike in Caonia. Archeologia del paesaggio in Albania meridionale (2012). Pour une typologie des sites de l’époque hellénistique, on pourra se reporter aux cartes p. 381, p. 439 et p. 441.

62 Avec notamment la présence de tours isolées, élément caractéristique dans cette région.

63 G. Pliakou, « Kômai et ethnè. L’organisation spatiale du bassin de Ioannina à la lumière du matériel archéologique », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… V, p. 631‑647.

64 Moins connue et explorée que le bassin de Ioannina, pour lequel nous renvoyons aux remarquables travaux de G. Pliakou. M.‑P. Dausse, « L’organisation de la haute vallée du Thyanis : la Porte d’entrée (p. Cabanes) de la Molossie ? », dans Fortifications and Societies in the Western Mediterranean, à paraître.

65 Sur cette question, cf. M.‑P. Dausse, « Les routes de l’Épire antique : quelles approches possibles ? », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… VI, p. 991‑1001.

66 Cabanes 1976, p. 213.

67 Ce site n’est pas mentionné dans les explorations pourtant très complètes de Nicolas Hammond. Il n’a fait l’objet d’aucune étude, ni d’aucune fouille. Il domine toute cette région et pourrait correspondre à une ville. Le site est vaste et sa configuration très particulière. Il est constitué d’une large plateforme, entourée de trois collines. La plus méridionale est fortifiée.

68 M.‑P. Dausse, « Les fortifications de montagne de la Tsoumerka », dans L’Illyrie méridionale et l’Épire… V, p. 161‑167.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Cartes des sites de Molossie.
Crédits M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 2 — Fortification d’Amantia.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Fig. 3 — Fortification de Cassopé.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 850k
Titre Fig. 4 — Fortification d’Éléa, porte orientale.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 5 — Tour méridionale de Kalendji.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Titre Fig. 6 — Carte des routes d’Épire.
Crédits M.-P. Dausse et J.-P. Droux.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 958k
Titre Fig. 7 — Fortification de Chrisoraki, muraille méridionale.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Fig. 8 — Fortification de Iéromnimi.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Titre Fig. 9 — Fortification de Paléo Gribiani.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 10 — Fortification de Houliarades.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 11 — Fortification de Lavdani.
Crédits Cl. M.-P. Dausse.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/843/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Pierre Dausse, « « De vieilles fortifications sans nom et sans histoire » ? »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 391-407.

Référence électronique

Marie‑Pierre Dausse, « « De vieilles fortifications sans nom et sans histoire » ? »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.843

Haut de page

Auteur

Marie‑Pierre Dausse

Université Paris 8, UMR 7041 ArScAn.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search