Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Note méthodologique

Dossier : Les fortifications du monde grec

Note méthodologique

De l’étude des fortifications crétoises au travers de l’analyse du type d’appareil
Μεθοδολογική σηµείωση: περί της µελέτης των κρητικών οχυρώσεων µέσω της ανάλυσης της τοιχοποιίας
The Study of Cretan Fortifications through an Analysis of Masonry Style; a Methodological Approach
Nadia Coutsinas
p. 409-424

Résumés

L’étude des fortifications crétoises d’époque classique et hellénistique est rendue difficile par l’absence généralisée de fouille stratigraphique. Pour leur datation, il est nécessaire de se fonder sur le type d’appareil, dont il est pourtant bien connu que sa valeur chronologique n’est que toute relative, voire discutable. Néanmoins, à l’échelle de la Crète, des identités régionales apparaissent, en terme d’appareil. On peut ainsi observer que l’appareil rectangulaire est cantonné à la partie occidentale de la Crète, spécialement entre le mont Ida et les monts Blancs, tandis que l’extrémité orientale de l’île semble avoir eu une prédilection pour les murs non appareillés. La cité d’Aptera, en Crète occidentale, constitue un cas exceptionnel et une énigme, puisque son enceinte, datée dans son ensemble du milieu du ive siècle av. J.‑C., présente deux types d’appareil.
Nous présentons ici les différentes explications de l’usage en Crète des différents types d’appareil, qui peuvent être de nature historique aussi bien que géographique. Pour ce dernier point, l’apport des nouvelles technologies, au travers de l’élaboration d’un SIG, pourrait être décisif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Coutsinas 2013.

1La réflexion que nous proposons ici s’appuie sur une étude générale des fortifications crétoises identifiées à ce jour et datées des époques archaïque à hellénistique1. Elle repose sur un large corpus, qui englobe à la fois les fortifications urbaines et les fortifications extra-urbaines, soit les forts et tours implantés dans le territoire. Leur datation n’est pas toujours assurée avec certitude en raison de divers problèmes que nous allons détailler.

  • 2 Le nombre exact est fluctuant selon l’époque considérée et selon les chercheurs. Voir A. Chaniotis (...)
  • 3 Sur les prospections en Crète, voir Coutsinas 2013, p. 49‑53 et carte 3 p. 51.

2La Crète comportait près d’une soixantaine de cités à l’époque classique2. Toutes n’étaient pas fortifiées (que ce soit leur centre urbain ou leur territoire), ou en tout cas les ouvrages de défense n’ont pas encore été retrouvés. En effet, il ne faut pas négliger le fait que dans certaines zones l’absence de vestiges provient simplement de l’absence d’identification en raison d’un manque de prospection scientifique3.

3Les fortifications sont réparties sur l’ensemble de l’île (fig. 1). Les ouvrages de défense crétois ont été classés en trois catégories : les enceintes urbaines, les forts et les tours isolées. Dans un souci d’homogénéité, nous concentrerons notre analyse sur les enceintes urbaines.

Fig. 1 — Typologie des fortifications crétoises.

Fig. 1 — Typologie des fortifications crétoises.

N. Coutsinas.

Problème de datation des fortifications crétoises

4La question de la datation des ouvrages défensifs est cruciale dès lors que l’on cherche à comprendre l’histoire politique d’une cité, au travers de l’examen de cet élément particulier d’urbanisme monumental.

5L’étude des fortifications crétoises dans leur ensemble est d’autant plus compliquée par le fait qu’elles ont malheureusement rarement fait l’objet d’une attention particulière et qu’elles sont plutôt très médiocrement conservées. Elles sont le plus souvent simplement mentionnées (par exemple dans les comptes rendus de prospection), au mieux brièvement décrites ; mais l’étude de la seule élévation visible, sans fouille, n’apporte que des éléments fragmentaires sur l’histoire d’une fortification.

Les différentes méthodes de datation4

  • 4 Coutsinas 2013, p. 131‑147.

6Il existe plusieurs méthodes de datation des fortifications, qui doivent idéalement être combinées. Néanmoins, la datation repose bien souvent seulement sur l’une ou l’autre, sachant que la seule qui soit réellement fiable est la fouille stratigraphique.

7Outre l’établissement de la datation, la fouille permet de déterminer le tracé ou les différents tracés d’une enceinte. Les vestiges visibles correspondant au dernier état d’utilisation, rien ne permet d’exclure le fait qu’elle ait subi des modifications au cours de son histoire. Or, en Crète, sur une soixantaine d’ouvrages de défense recensés, un peu moins d’une vingtaine ont fait l’objet d’une fouille spécifique d’une portion au moins de leur structure défensive.

  • 5 SEG VIII 269 ; J. Moody et alii, « Archaeological Survey in Sphakia, Crete », EMC 33 (1989), p. 207
  • 6 Décret en l’honneur de Patroklos, navarque de Ptolémée II Philadelphe : IC III, iv, 2‑3. Pour les d (...)

8L’existence de sources littéraires ou épigraphiques est à double tranchant pour l’archéologue des périodes historiques. Si les sources écrites apportent des informations précieuses, celles‑ci doivent être utilisées avec précaution et ne pas être surinterprétées. Il est en effet dangereux d’associer de façon systématique une fortification à un évènement historique relaté par les sources. C’est pourtant ce qui a été fait pour deux sites crétois, Anopolis et Itanos. À Anopolis, la datation de la première enceinte à la fin du iiie s. av. J.‑C. repose sur une inscription relatant la conquête de la ville par ses ennemis puis sa libération par l’un de ses citoyens5. Pour Itanos, on associe souvent la fortification à l’arrivée dans la cité de la garnison lagide entre 270 et 260 av. J.‑C.6 Cependant, le contexte historique, conforté par la fouille d’une tour d’angle de l’enceinte, laisse à penser que la fortification daterait plutôt de la seconde moitié du ive siècle.

  • 7 Strabon X, 4, 11 (trad. F. Lasserre, CUF, 1971). Mention originale dans Iliade, II 645.
  • 8 Cependant, un mur a été mis au jour sur l’acropole occidentale d’Hagios Ioannis où se trouvent les (...)
  • 9 Diodore de Sicile XVI, 63, 3.
  • 10 Polybe IV, 55, 4.
  • 11 Dion Cassius 36.18.2. Commentaire dans N. Stampolidis, ELEUTHERNA. Polis-Acropolis-Necropolis (2004 (...)

9Pour la Crète, les mentions de fortifications chez les historiens antiques sont très limitées. Homère, le premier, évoque Γόρτυνά τε τειχήεσσα, « Gortyne aux puissantes murailles »7, dont pourtant les plus anciens murs retrouvés datent de l’époque hellénistique8. À l’époque hellénistique, si les mercenaires crétois engagés dans les différentes armées sont souvent mentionnés, les événements se déroulant en Crète sont rarement relatés. Seuls sont évoqués quelques sièges : celui de Kydonia, peu après le milieu du ive s., par Diodore de Sicile9, ceux de Kydonia et d’Eleutherna, au moment de la guerre de Lyttos (221-219 av. J.‑C.), par Polybe10, celui d’Eleutherna au moment de la conquête de la ville par le Romain Metellus en 67 av. J.‑C. par Dion Cassius11.

  • 12 Coutsinas 2013, p. 140‑142.
  • 13 Coutsinas 2013, p. 71‑74.
  • 14 Voir Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 248 ; F. Winter, « The In (...)

10Certains éléments constitutifs caractéristiques – comme le tracé ou des éléments structurels ou décoratifs – peuvent également être utilisés comme indices de datation. Or, si le tracé peut apporter des pistes chronologiques, d’autres éléments comme la ciselure d’angle, la hauteur ou l’épaisseur des murs ne sont pas vraiment des critères satisfaisants. Et surtout, étant donné l’état de conservation des fortifications crétoises, ils sont difficilement utilisables car on les retrouve rarement12. Le seul élément qui puisse être utilisé est le tracé en crémaillère13. Selon toute vraisemblance, ce tracé où les crémaillères se substituent aux tours de flanquement apparaît environ au milieu du ive s. et est en usage jusqu’au milieu du iiie s.14. On le retrouve à Itanos dans l’ensemble de la fortification (fig. 2) et à Phaistos dans une section uniquement.

11Enfin, l’étude des tessons répartis sur un site donné permet au moins de situer l’utilisation du site dans une certaine période chronologique. Ce n’est néanmoins qu’un indice ténu car il n’est évidemment pas possible de lier précisément ces tessons à la fortification et donc de la dater. De plus, la fourchette chronologique ainsi donnée peut être assez étendue, ce qui pose problème dans le cas de sites occupés à différentes périodes, chose qui n’est pas rare en Crète.

Fig. 2 — Plan de la fortification d’Itanos.

Fig. 2 — Plan de la fortification d’Itanos.

D. Théodorescu, P. Duboeuf.

L’étude typologique de l’appareil

12L’étude typologique de l’appareil est également utilisée afin de dater les fortifications. En effet, la description et l’analyse de l’appareil apparaît comme la première approche la plus évidente pour toute construction dont l’élévation est en partie conservée. Or, l’utilisation de cet élément comme critère de datation est problématique à plus d’un titre.

  • 15 Par exemple, A. Evans « Goulàs: The City of Zeus », BSA 2 (1895-1896), p. 169 : « It may safely be (...)
  • 16 À ce sujet, voir N. Coutsinas, « À la conquête de Cnossos : archéologie et nationalismes en Crète 1 (...)

13Tout d’abord, sa valeur chronologique n’est que toute relative, voire discutable. En effet, il n’est plus possible de voir une succession chronologique dans l’utilisation des différents appareils, se succédant du style polygonal au style rectangulaire (dont la variante à assises isodomes est censée être la plus parfaite) en passant par le style trapézoïdal. Selon cette logique, en Crète, la cité de Lato a longtemps été considérée comme une ville minoenne sur la base de l’appareil polygonal massif de ses murs15. C’est d’ailleurs en raison de cette datation erronée que les Français ont débuté des fouilles à Goulas (le toponyme moderne de Lato) en 1899, déçus d’avoir perdu le site préhistorique prometteur de Cnossos, et désireux de mettre au jour leur propre site préhistorique crétois16.

  • 17 R. L. Scranton, Greek Walls (1941). Néanmoins ses exemples ne se trouvent qu’en Grèce propre, dans (...)
  • 18 G. Säflund, « The dating of ancient fortifications in Southern Italy and Greece », Opuscula Archeol (...)
  • 19 G. Säflund, « The dating of ancient fortifications in Southern Italy and Greece », Opuscula Archeol (...)

14C’est en particulier R. L. Scranton qui a établi des séquences chronologiques et proposé une grille de datation, qui se veut applicable dans l’ensemble du monde grec17. Dans son introduction, R. L. Scranton réfute ce qu’il considère comme deux idées reçues : la régionalisation des styles et l’influence du matériau sur le choix de l’appareil. G. Säflund, également, veut voir une uniformité entre les différentes régions du monde grec. Il postule que l’art des fortifications évolue de façon parallèle en Grèce, en Asie Mineure et en Italie du Sud18, pour la raison qu’Athènes et le Pirée auraient servi de modèle à l’ensemble du monde grec19. Or, il est difficile d’imaginer une uniformisation de l’usage des types d’appareil dans l’ensemble du monde grec, sans particularités régionales. Nous verrons qu’il existe, à l’échelle de la seule Crète des particularismes régionaux que nous tenterons d’expliquer.

  • 20 Voir Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115 et p. 123‑124.

15En dernier lieu, il faut bien avouer que les typologies d’appareil, quelle que soit leur validité, ne sont d’aucun secours pour la chronologie lorsqu’il est question de murs en pierres brutes, en moellons ou même en appareil polygonal fruste à joints irréguliers car ces diverses techniques ne sont absolument pas datables par elles‑mêmes. Or, ce sont celles qui sont le plus couramment employées en Crète orientale20.

Les types d’appareils utilisés en Crète

  • 21 E. Greco et alii 1998, p. 598.
  • 22 J. Boardman, S. Hood, « A Hellenic Fortification Tower on the Kefala Ridge at Knossos (Knossos Surv (...)
  • 23 Coutsinas 2013, p. 231.

16Voyons à présent quels sont les types d’appareil qui ont été utilisés en Crète pour les fortifications d’époques classique et hellénistique. Concernant le matériau, seule la pierre semble avoir été utilisée. Mais pour certains sites l’hypothèse d’une élévation en brique a été avancée : Itanos21, Cnossos22 et Eleutherna23. Ces exemples sont cependant trop isolés et hypothétiques pour être représentatifs de la construction crétoise.

Les différents types d’appareils

17La maçonnerie cyclopéenne se caractérise par l’emploi de blocs imposants sans taille d’appareillage qui doivent être calés entre eux par de petits blocs ou des éclats de pierre. Il faut noter que la différence majeure entre la maçonnerie cyclopéenne et celle en pierres brutes vient essentiellement des dimensions des blocs utilisés. Elle se rencontre en Crète à Itanos, dans la seule assise conservée du flanc Ouest de la fortification, probablement l’assise de fondation. L’emploi à l’époque hellénistique de cette maçonnerie généralement considérée comme préhistorique est une raison supplémentaire pour ne pas associer aveuglément un certain type d’appareil à une période donnée.

18L’appareil polygonal se caractérise par l’emploi de blocs présentant plus de quatre faces de joint, taillés de sorte qu’ils s’ajustent plus ou moins parfaitement. En raison de cette caractéristique, la taille définitive ne peut se faire à la carrière et a lieu au fur et à mesure de la mise en place des blocs. En Crète, le seul exemple de polygonal à joints ajustés est celui de la tour située au lieu‑dit Poulé de Meskla. Cela pourrait s’expliquer par le fait que l’appareil polygonal à joints droits est assez répandu aux ve et ive s. dans le Péloponnèse, région à laquelle l’ouest de la Crète est traditionnellement liée. Mais c’est plus souvent l’appareil polygonal fruste qui est utilisé en Crète. Il faut souligner que le polygonal à joints courbes, autrement dit « appareil lesbien » n’est pas attesté sur l’île. Néanmoins, il faut noter que les blocs des murs en appareil polygonal peuvent parfois présenter un joint presque courbe.

19L’appareil rectangulaire offre l’avantage de permettre une taille finale des blocs en carrière : il n’y a plus de problème d’adaptation d’un bloc à l’autre selon son emplacement dans la construction, tous les blocs étant identiques. L’exemple crétois le plus remarquable, par la régularité et la taille des blocs, est certainement l’enceinte de Phalasarna.

  • 24 Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115. Il faut préciser que l’identification de l’appareil d’un mu (...)

20Il apparaît clairement, en Crète, certaines particularités régionales dans l’usage des types d’appareils24. L’appareil rectangulaire est cantonné à la partie ouest de l’île, spécialement entre le Mont Ida et les Monts Blancs, avec quelques exceptions au centre. Au sud‑ouest de l’île, dans l’enclave de la vallée du Kakodikianos – axe de pénétration depuis la côte sud vers l’intérieur de l’île, dans les montagnes du Sélino –, on note une nette prédominance de l’appareil polygonal. Enfin, en Crète de l’est, il semble y avoir eu une prédilection pour les murs non appareillés. Les moellons dominent les constructions, alors qu’ils sont à peine employés dans l’ouest ou au centre de l’île, à l’exception majeure de l’enceinte de Gortyne.

Le cas d’Aptera

  • 25 V. Niniou-Kindeli, Ἀπτερα, Aptera, [2006 ?], p. 53.

21Un cas tout à fait particulier est celui d’Aptera, en Crète occidentale, dont l’enceinte présente deux types d’appareils : la section occidentale est en appareil rectangulaire isodome et pseudo-isodome et la section orientale en appareil polygonal fruste (fig. 3). Or ces deux parties sont strictement contemporaines, datées un peu après le milieu du ive siècle av. J.‑C. par la fouille de la tranchée de fondation25.

  • 26 L’une des hypothèses évoquées par F. Winter, Greek Fortifications, Phoenix Suppl. 9 (1971), p. 83.
  • 27 Α. Τζιγκουνaκη κ.α., « Ανάδειξη της κύριας εισόδου της Απτέρας », Αρχαιολογικό Έργο Κρήτης 3, B (20 (...)

22À Aptera, la différence d’appareil entre les deux sections de l’enceinte est trop importante pour n’y voir que la marque de deux groupes de maçons d’aptitude différente26. L’entrée principale de la ville étant située à l’ouest27, un effort esthétique particulier a peut‑être été fait de ce côté‑là. Le mur oriental, en appareil polygonal fruste, n’est pas moins beau et il ne semble pas qu’il faille y voir la marque d’une certaine hâte dans l’exécution de cette section de l’enceinte. Il n’est pas non plus possible d’y voir une quelconque contrainte technique induite par la qualité du matériau, puisque c’est le même pour l’ensemble du circuit.

Fig. 3 — Enceinte d’Aptera.

Fig. 3 — Enceinte d’Aptera.

a) section du flanc occidental en appareil rectangulaire isodome, b) section du flanc oriental en appareil polygonal.

N. Coutsinas.

  • 28 Ce sont le mur de soutènement de Thémistocle et de Cimon à Éleusis, le sèkos du temple de Poséidon (...)
  • 29 Une stèle funéraire et deux reliefs publiés dans Y. Papaoikonomou, « L’enfant aux astragales. À pro (...)
  • 30 Sur les relations possibles entre Kydonia et Athènes dans le second quart du ive s., voir S. Dusani (...)

23Comment expliquer, alors, ce choix spécifique ? À l’époque classique, on retrouve l’appareil pseudo-isodome avec une alternance régulière d’assises hautes et basses principalement en Attique28. Or, nous savons par ailleurs qu’il existe au ive siècle une influence attique en Crète occidentale, notamment visible dans la sculpture29. En effet, dans la seconde moitié du ve s., le célèbre sculpteur Krésilas de Kydonia exerce à Athènes et est notamment connu pour avoir réalisé le portrait de Périclès. L’influence attique constatée dans la sculpture classique crétoise pourrait s’expliquer par le retour en Crète d’artistes crétois formés dans l’atelier de Krésilas à Athènes. De plus une inscription de la fin du iiie s. av. J.‑C. découverte sur l’agora d’Athènes rapporte une attestation mutuelle de syngeneia entre Athènes et Kydonia, ce qui confirme un lien particulier entre les deux cités. Le témoignage de l’enceinte d’Aptera prend alors un sens nouveau : il semble que cela pourrait être une marque supplémentaire, dans l’architecture cette fois, de cette influence attique constatée en Crète occidentale à l’époque classique30.

Le type d’appareil : les raisons multiples d’un choix

24Au‑delà du cas singulier d’Aptera, où l’on peut voir le rôle de l’influence culturelle, nous allons tenter d’envisager les différentes explications de l’usage en Crète de tel ou tel type d’appareil, qui peuvent être historiques, géographiques ou techniques.

Des raisons historiques

25En observant la répartition des cités fortifiées et non fortifiées (fig. 4), il semble qu’il existe une distinction majeure entre les moitiés occidentale et orientale de la Crète. Plus spécifiquement, le Mont Ida semble représenter un espace charnière entre deux modes de fonctionnement défensif.

  • 31 Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115.

26La distinction entre l’est et l’ouest du Mont Ida se retrouve également dans le choix de l’appareil utilisé31. En Crète orientale, ce sont les murs non appareillés – en pierres brutes ou en moellons – qui prédominent, alors qu’ils sont presque inexistants dans le reste de l’île, à l’exception majeure de l’enceinte de Gortyne. Ce choix technique va dans le sens d’une construction hâtive, sous la pression d’un danger, ce qui laisse peu de place aux préoccupations esthétiques. Au contraire, dans la moitié occidentale de la Crète, c’est l’usage de l’appareil rectangulaire qui est la règle, spécialement entre le Mont Ida et les Monts Blancs. De plus, au nord‑ouest de l’île se trouvent les seules fortifications crétoises « de prestige », dont la qualité de l’appareil dénote une préoccupation esthétique incontestable : la fonction démonstrative y est aussi importante que la fonction de protection (Aptera, Phalasarna mais aussi Keraia et Kydonia, pour autant que les quelques vestiges permettent d’en juger). Ce point confirme et renforce l’idée que ces enceintes n’ont pas été construites dans l’urgence face au danger, contrairement à la situation en Crète orientale.

Fig. 4 — Cités fortifiées et non fortifiées : la charnière du Mont Ida et les cités dominantes.

Fig. 4 — Cités fortifiées et non fortifiées : la charnière du Mont Ida et les cités dominantes.

N. Coutsinas.

27Cette conclusion s’explique par la situation politique : à l’est du Mont Ida, les petites cités ont eu à faire face aux poussées expansionnistes d’une poignée de cités dominantes (Praisos puis Hiérapytna, Lyttos, Cnossos et Gortyne), ce qui explique qu’elles aient ressenti à un moment le besoin de se protéger. A contrario, les cités « dominantes » ne sont pas fortifiées, comme si elles n’avaient pas besoin de la démonstration matérielle de leur force ni du caractère dissuasif d’une enceinte. Dans le même temps, à l’ouest du Mont Ida, il n’y a aucune domination évidente d’une cité sur ses voisines, ce qui n’exclut pas les conflits. L’enceinte, plutôt que d’avoir un rôle unique de protection, symbolise l’autonomie et la puissance des cités. Or, cette situation politique dérive indirectement de la situation géographique de ces cités. Au centre et à l’Est, des plaines permettent à certaines cités de se développer et de dominer leurs voisines (Praisos, Hiérapytna, Lyttos, Cnossos, Gortyne) alors qu’à l’Ouest, le relief très compartimenté des Monts Blancs et des monts du Sélino fait que chaque cité est autonome et ne peut réellement s’étendre pour dominer les voisines.

Des raisons techniques

  • 32 Coutsinas 2013, p. 127‑131.

28Si plusieurs éléments techniques peuvent déterminer le choix d’un appareil (l’économie de matériau et la facilité d’assemblage, la résistance de l’appareillage, l’adaptation à la topographie ou à la fonction de la construction et enfin, la valeur décorative)32, nous allons nous concentrer ici sur la question spécifique de la qualité du matériau disponible.

L’emplacement des carrières

  • 33 Coutsinas 2013, p. 97‑101.

29Pour des raisons d’économie, afin d’éviter les transports coûteux, le matériau de construction était extrait à proximité immédiate de la fortification. Les quelques carrières crétoises identifiées sont toutes situées dans un rayon d’un kilomètre de l’ouvrage fortifié, et généralement à une distance inférieure au demi kilomètre (les cas les plus explicites sont Itanos, Eleutherna et Phalasarna)33. Ainsi, la construction est tributaire du matériau disponible à proximité immédiate du site, lequel est fonction de la formation géologique.

Le type de pierre

  • 34 H. Van Effenterre, « Fortins crétois », RA 31‑32 (1948), p. 1033‑1046.

30Dans son article sur les fortins crétois, H. Van Effenterre fait une distinction entre la Crète orientale employant la sideropetra et la Crète occidentale employant l’ammouda34. Sideropetra (de σίδηρος, le fer) est le nom donné localement à un calcaire gris particulièrement dur. L’ammouda ou ammoudopetra (de άµµος, le sable) est le nom local de l’aéolianite, une roche constituée de sable côtier cimenté avec du carbonate de calcium. C’est un matériau particulièrement tendre qui supporte très mal l’érosion.

  • 35 Néanmoins, Ch. Fassoulas, Field Guide to the Geology of Crete (2000).

31Nous avons tenté de mettre à jour cette nomenclature en dressant la liste des types de pierre utilisés dans les sites répertoriés. Trois types ont été recensés (fig. 5) : la sideropetra, le calcaire, l’ammouda, parfois utilisées de façon mixte (ce qui constitue une quatrième catégorie). Enfin, ont été classés dans une dernière catégorie les sites dont le type de pierre utilisé est inconnu, soit qu’ils n’ont pu être visités, soit que la fortification a disparu. Si la définition de sideropetra et ammouda ne pose, a priori, pas de problème, le terme « calcaire » a été utilisé quand la pierre n’était ni assez dure pour être de la sideropetra, ni assez tendre pour être de l’ammouda, ce qui reste somme toute assez peu précis. Il manque encore en Crète une étude géologique spécifique et détaillée35. Or, on constate qu’il y a bien une distinction à faire entre les diverses régions de Crète. En Crète orientale, la sideropetra n’est dominante qu’à l’ouest du golfe de Mirabello, car à l’extrême Est les matériaux sont plus diversifiés. En Crète centrale, la sideropetra est peu attestée. En Crète occidentale, enfin, c’est le calcaire tendre qui prédomine, avec deux exceptions : à l’extrême Ouest l’enceinte de Phalasarna (en appareil rectangulaire) est construite en ammouda et, au Sud‑Ouest, les ouvrages défensifs de la vallée du Kakodikianos (en appareil polygonal) se distinguent par une utilisation de la sideropetra.

Fig. 5 — Les types de pierres utilisés pour la construction des ouvrages de défense.

Fig. 5 — Les types de pierres utilisés pour la construction des ouvrages de défense.

N. Coutsinas.

  • 36 J.‑C. Bessac, « Analyse des problèmes posés par la construction des remparts grecs en pierre », dan (...)

32La qualité du matériau peut assurément influer sur le choix de l’appareil. Ainsi, les appareils polygonal et trapézoïdal sont toujours associés à des roches dures, car ils ont l’avantage de conserver au plus près la forme initiale du bloc tel que débité en carrière, en limitant les interventions pénibles sur un matériau résistant. Au contraire, les roches tendres, qui se débitent facilement, sont toujours associées à l’appareil rectangulaire (mais cela n’exclu pas que l’appareil rectangulaire puisse être adopté avec une roche dure, comme le marbre). De plus, la qualité de la carrière même joue un rôle : les variations de hauteur des bancs de carrière poussent naturellement à l’emploi d’un appareil pseudo-isodome, afin de pouvoir utiliser la totalité du matériau disponible36.

Conclusion

33Nous venons de voir le type d’informations qu’il est possible d’obtenir grâce à une approche traditionnelle d’observation des fortifications, du matériau utilisé, du type d’appareil choisi. Or, sur cette question particulière du choix de l’appareil, il apparaît de façon claire qu’une étude micro-régionale est nécessaire. Avant toute explication symbolique, esthétique ou politique du choix de l’appareil, il faudrait d’abord voir ce que permet ou non, – ou bien encore ce qu’impose – le matériau choisi, qui est généralement le matériau immédiatement disponible. Les autres explications ne sont pas à exclure mais n’interviennent que dans un second temps. Il faudrait donc, pour chaque site dresser systématiquement la liste des carrières utilisées et intégrer les données géologiques. L’élaboration d’un SIG pourrait apporter une aide significative, permettant notamment de faire une recherche alliant les deux critères du type d’appareil et du type de matériau. Cela permettra d’éviter les discussions théoriques sur les styles régionaux et les supposées influences stylistiques dans telle ou telle région.

Haut de page

Bibliographie

Coutsinas 2013 = N. Coutsinas, Défenses crétoises. Fortifications urbaines et défense du territoire en Crète aux époques classique et hellénistique (2013).

Haut de page

Notes

1 Coutsinas 2013.

2 Le nombre exact est fluctuant selon l’époque considérée et selon les chercheurs. Voir A. Chaniotis « Problems of “Pastoralism” and “Transhumance” in Classical and Hellenistic Crete », Orbis Terrarum 1 (1995), note 93, p. 55 ; P. Perlman « Πόλις Ὑπήκοος. The Dependent Polis and Crete », dans M. H. Hansen (éd.), Introduction to an Inventory of Poleis, Symposium, August, 23‑26 1995 (1996), fig. 1.1, p. 282‑283 ; P. Perlman « Crete », dans M. H. Hansen, T. H. Nielsen (éds), An Inventory of Archaic and Classical Poleis (2004), p. 1144‑1195. Voir également Coutsinas 2013, note 264, p. 301.

3 Sur les prospections en Crète, voir Coutsinas 2013, p. 49‑53 et carte 3 p. 51.

4 Coutsinas 2013, p. 131‑147.

5 SEG VIII 269 ; J. Moody et alii, « Archaeological Survey in Sphakia, Crete », EMC 33 (1989), p. 207.

6 Décret en l’honneur de Patroklos, navarque de Ptolémée II Philadelphe : IC III, iv, 2‑3. Pour les différentes hypothèses concernant la date d’arrivée de la garnison, voir Coutsinas 2013, p. 188‑189.

7 Strabon X, 4, 11 (trad. F. Lasserre, CUF, 1971). Mention originale dans Iliade, II 645.

8 Cependant, un mur a été mis au jour sur l’acropole occidentale d’Hagios Ioannis où se trouvent les premières phases de l’habitat à Gortyne (xiiexe s.) ; il pourrait s’agir du mur dont parle Homère. Voir G. Rizza, V. Scrinari, I santuario sull’acropoli di Gortina (1968), p. 21‑22.

9 Diodore de Sicile XVI, 63, 3.

10 Polybe IV, 55, 4.

11 Dion Cassius 36.18.2. Commentaire dans N. Stampolidis, ELEUTHERNA. Polis-Acropolis-Necropolis (2004), p. 89‑90.

12 Coutsinas 2013, p. 140‑142.

13 Coutsinas 2013, p. 71‑74.

14 Voir Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 248 ; F. Winter, « The Indented Trace in Later Greek Fortifications », AJA 75 (1971), p. 423‑424.

15 Par exemple, A. Evans « Goulàs: The City of Zeus », BSA 2 (1895-1896), p. 169 : « It may safely be said that of no prehistoric city on Hellenic soil are such extensive remains extant above ground as the Cretan Goulàs ».

16 À ce sujet, voir N. Coutsinas, « À la conquête de Cnossos : archéologie et nationalismes en Crète 1878‑1900 », ERH ‑ REH 13.4 (2006), p. 515‑532.

17 R. L. Scranton, Greek Walls (1941). Néanmoins ses exemples ne se trouvent qu’en Grèce propre, dans les îles et en Asie Mineure, l’auteur n’ayant pu se rendre en Grande Grèce.

18 G. Säflund, « The dating of ancient fortifications in Southern Italy and Greece », Opuscula Archeologica 1 (1935), p. 100.

19 G. Säflund, « The dating of ancient fortifications in Southern Italy and Greece », Opuscula Archeologica 1 (1935), p. 106.

20 Voir Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115 et p. 123‑124.

21 E. Greco et alii 1998, p. 598.

22 J. Boardman, S. Hood, « A Hellenic Fortification Tower on the Kefala Ridge at Knossos (Knossos Survey 18) », BSA 52 (1957), p. 225.

23 Coutsinas 2013, p. 231.

24 Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115. Il faut préciser que l’identification de l’appareil d’un mur n’est pas toujours évidente car la régularité parfaite n’existe que dans les livres. Ainsi, en 2013, j’ai maladroitement classé Lato et Hyrtaia (Melidochori, Kastriotis) dans les sites à appareil rectangulaire alors qu’il s’agit d’un appareil polygonal massif tendant vers le rectangulaire. Leur régularité se démarque des murs en pierres brutes de Crète orientale.

25 V. Niniou-Kindeli, Ἀπτερα, Aptera, [2006 ?], p. 53.

26 L’une des hypothèses évoquées par F. Winter, Greek Fortifications, Phoenix Suppl. 9 (1971), p. 83.

27 Α. Τζιγκουνaκη κ.α., « Ανάδειξη της κύριας εισόδου της Απτέρας », Αρχαιολογικό Έργο Κρήτης 3, B (2015), p. 97‑102.

28 Ce sont le mur de soutènement de Thémistocle et de Cimon à Éleusis, le sèkos du temple de Poséidon à Sounion, mais également au temple d’Athéna Niképhoros Polias à Pergame. Exemples mentionnés dans A. Orlandos Les matériaux de construction et la technique architecturale des anciens grecs, II (1968), p. 147‑150, bibliographie afférente notes 1‑3, p. 150.

29 Une stèle funéraire et deux reliefs publiés dans Y. Papaoikonomou, « L’enfant aux astragales. À propos d’une stèle funéraire crétoise », BCH 105 (1981), p. 255‑263 et « Deux nouveaux reliefs classiques en Crète », BCH 105 (1981), p. 667‑671 ; une base inscrite de Kydonia publiée dans A.‑M. Liesenfelt et alii, « Base inscrite de Kydonia », BCH 107.1 (1983), p. 405‑419.

30 Sur les relations possibles entre Kydonia et Athènes dans le second quart du ive s., voir S. Dusanic, « Athens, Crete and the Aegean after 366/5 B.C. », Talanta 12‑13 (1980-1981), p. 7‑29. Également P. Brulé, La piraterie crétoise hellénistique (1978), p. 16‑17 ; M. Baldwin Bowsky, « An Atticizing Stele from Western Crete », ZPE 118 (1997), p. 197‑206.

31 Coutsinas 2013, tableau 12, p. 114‑115.

32 Coutsinas 2013, p. 127‑131.

33 Coutsinas 2013, p. 97‑101.

34 H. Van Effenterre, « Fortins crétois », RA 31‑32 (1948), p. 1033‑1046.

35 Néanmoins, Ch. Fassoulas, Field Guide to the Geology of Crete (2000).

36 J.‑C. Bessac, « Analyse des problèmes posés par la construction des remparts grecs en pierre », dans P. Leriche, H. Tréziny (éds), La fortification dans l’histoire du monde grec (1986), p. 273‑282.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Typologie des fortifications crétoises.
Crédits N. Coutsinas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 2 — Plan de la fortification d’Itanos.
Crédits D. Théodorescu, P. Duboeuf.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 3 — Enceinte d’Aptera.
Légende a) section du flanc occidental en appareil rectangulaire isodome, b) section du flanc oriental en appareil polygonal.
Crédits N. Coutsinas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 4 — Cités fortifiées et non fortifiées : la charnière du Mont Ida et les cités dominantes.
Crédits N. Coutsinas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 5 — Les types de pierres utilisés pour la construction des ouvrages de défense.
Crédits N. Coutsinas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Coutsinas, « Note méthodologique »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 409-424.

Référence électronique

Nadia Coutsinas, « Note méthodologique »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.852

Haut de page

Auteur

Nadia Coutsinas

Foundation for Research & Technology, Hellas (FORTH) - Institute for Mediterranean Studies (IMS).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search