Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...L’apport de la teichologie à l’ét...

Dossier : Les fortifications du monde grec

L’apport de la teichologie à l’étude historique d’une région

Le cas des fortifications de Thyréatide, zone conflictuelle entre Sparte et Argos aux périodes classique et hellénistique
Η συµβολή της τειχολογίας στην ιστορική µελέτη µίας περιοχής: η περίπτωση των οχυρώσεων της Θυρεάτιδας, πεδίου έντασης µεταξύ Σπάρτης και Άργους, κατά την κλασική και ελληνιστική περίοδο
The contribution of teichology to the historical study of a region: the case of the fortifications of Thyreatis conflict zone between Sparta and Argos in the Classical and Hellenistic periods
Claire Balandier et Matthieu Guintrand
p. 425-445

Résumés

Au viie s., l’extension des territoires d’Argos et de Sparte dans le Péloponnèse était telle que le mont Parnon est devenu la zone de contact entre les deux cités : après l’annexion de la Thyréatide par Sparte, au vie s., l’époque classique continue à être ponctuée de conflits entre les deux cités, Argos cherchant à en reprendre le contrôle. Les auteurs anciens sont de peu de secours pour démêler l’écheveau de l’histoire politique de cette région, sise aux confins des territoires argien, arcadien et spartiate, aux ve et ive s. : ils la mentionnent rarement, celle‑ci étant demeurée hors des grands conflits. Aussi, les sources archéologiques prennent‑elles toute leur importance. Cette contribution s’efforce de prolonger les enquêtes topographiques conduites par nos aînés en recourant à l’étude des fortifications, source de choix pour appréhender l’histoire régionale. Ainsi, l’étude des ouvrages fortifiés de Thyréatide (enceintes urbaines, tours isolées) permet d’éclairer l’histoire de cette région si convoitée ainsi que certains points de l’histoire du Péloponnèse à l’époque classique. De la période archaïque à l’époque hellénistique, la Thyréatide a été à la fois un ensemble cohérent et une partie des confins (eschatiai) d’un ensemble politique plus vaste, une région frontalière, aux marges du territoire lacédémonien ou argien, qui a conduit à l’implantation d’un réseau de villes fortifiés et de tours de guet. Après avoir fait l’inventaire de ces fortifications, leur analyse architecturale comme celle de leur implantation topographique nous ont souvent permis, d’abord d’y distinguer plusieurs phases de construction, ensuite de replacer ces ouvrages dans le réseau fortifié auquel ils appartiennent. Enfin, on a pu proposer parfois qui, de Sparte ou d’Argos, était le commanditaire de ces ouvrages fortifiés et vers quels ennemis ceux‑ci étaient tournés. Nous avons ainsi pu montrer que plusieurs de ceux qui étaient attribués à Sparte sont en fait à considérer plutôt comme argiens.

Haut de page

Notes de l’auteur

En hommage à Jacqueline Christien, Pierre Aupert et Pierre Leriche.

Texte intégral

La Thyréatide, une région conflictuelle entre sparte et argos

  • 1 Le mont Zavitsa (ancien Parparos) sépare la Thyréatide de la plaine d’Achladokampos au Nord, contrô (...)
  • 2 Rappelons que T. Kelly, A History of Argos to 500 BC (1976), a montré que l’« empire argien », évoq (...)
  • 3 Eusèbe, Chron. Anno 1298 Ol. 15, 3.
  • 4 R. A. Tomlinson, Argos and the Argolid from the end of the Bronze Age to the Roman occupation (1972 (...)
  • 5 Hérodote, I, 82 et Pausanias, III, 14 ; voir aussi P. Phaklaris, « Η µάχη της Θυρέας (546 π. Χ.) », (...)
  • 6 Hérodote, VI, 19 et 77. Sparte et Argos étaient en guerre au sujet de la Thyréatide lorsque le roi (...)

1La Thyréatide, qui s’étend le long du rivage oriental du Péloponnèse (fig. 1), est connue pour avoir été, de l’époque archaïque à la fin du ive s. av. J.‑C., convoitée par les Argiens et les Spartiates qui l’ont occupée tour à tour. La position géographique de cette petite plaine côtière, bornée par le massif du Parnon à l’Ouest et au Sud et par le mont Zavitsa au Nord1, explique l’intérêt qui lui a été longtemps porté : jouxtant l’Argolide au Nord, l’Arcadie à l’Ouest et Lacédémone au Sud‑Ouest, elle constituait une région frontalière stratégique. De plus, la plaine est fertile, arrosée par deux cours d’eau, le Tanos, au Nord, et le Vrasiatis, au Sud, dont les estuaires peuvent servir de ports naturels. On comprend donc que, dès l’époque archaïque, la Thyréatide ait été l’objet de conflits entre Argos et Sparte : à partir du viie s., l’extension des territoires des deux cités dans le Péloponnèse était telle que le mont Parnon est devenu la zone de contact entre elles. Les conflits frontaliers semblent être devenus plus violents sans qu’il faille y voir l’expression d’une volonté hégémonique d’Argos sur le Péloponnèse2. La première bataille entre les deux cités au sujet de la Thyréatide semble remonter à l’année 719/8 : il s’agirait d’une escarmouche sur la frontière3, caractéristique de l’établissement des cités sur leurs territoires au début de l’époque archaïque. En revanche, la seconde confrontation connue entre les armées des deux cités aurait eu lieu en 669, à Hysiai. Cette cité se trouvant alors en territoire argien, il semblerait que les Spartiates soient venus agresser les Argiens chez eux : la bataille d’Hysiai témoignerait donc de l’ambition spartiate de s’étendre vers le Nord‑Est après avoir pris le contrôle de la Messénie. La défaite des Spartiates aurait entraîné la révolte de cette dernière, mais aurait surtout consacré l’appartenance de la Thyréatide à Argos4, jusqu’à la bataille des Champions, vers 545, qui marque la victoire et la mainmise durable des Spartiates sur la région5. L’annexion de la Thyréatide par Sparte, au vie s., aurait été motivée par le besoin de faire reconnaître sa puissance territoriale auprès de cités récalcitrantes du Péloponnèse, telle Argos. L’intervention de Cléomène dans la région, à la veille des guerres médiques, marquerait l’affirmation spartiate sur celle‑ci6.

  • 7 Hérodote (I, 82) et Thucydide (II, 27, 2 ; IV, 56, 2 ; IV, 57 ; V, 41, 2) n’y consacrent que quelqu (...)
  • 8 J. Christien (n. 7) et également id., « La Laconie orientale ; topographie antique et problèmes his (...)
  • 9 Pour une présentation de la méthode d’étude des fortifications dans une perspective d’étude histori (...)

2L’époque classique continue à être ponctuée de conflits entre Sparte et Argos, pour le contrôle de la Thyréatide. Les auteurs anciens sont de peu de secours pour démêler l’écheveau de l’histoire politique de cette région, sise aux confins des territoires argien, arcadien et spartiate, aux ve et ive s., car ils la mentionnent rarement, celle‑ci étant demeurée hors des grands conflits7. Aussi, les sources archéologiques prennent‑elles toute leur importance. Nous ne prétendons pas reprendre ici les enquêtes topographiques conduites par nos éminents prédécesseurs, W. P. Pritchett, M. Piérart, J. Christien ou G. Shipley8, mais souhaitons tenter de compléter celles‑ci en recourant à l’étude des fortifications, source de choix, rappelons‑le, pour appréhender l’histoire régionale. En recourant à une approche méthodologique éprouvée ailleurs9, nous nous proposons ainsi, à travers l’étude des ouvrages fortifiés de Thyréatide, de tenter d’éclairer l’histoire de cette région convoitée et certains points de l’histoire du Péloponnèse à l’époque classique. Ainsi, on commencera par faire l’inventaire de ces ouvrages, puis l’on s’efforcera de replacer ceux‑ci dans le réseau auquel ils appartiennent et enfin on tentera de restituer le contexte historique qui a donné lieu à leur édification et essayer d’identifier leur commanditaire.

Fig. 1 — Carte des ouvrages fortifiés de Thyréatide.

Fig. 1 — Carte des ouvrages fortifiés de Thyréatide.

Villes et ouvrages fortifiés de Thyréatide

3La Thyréatide est depuis longtemps l’objet d’études topographiques, mais les ouvrages défensifs de la région demeurent encore peu étudiés.

Historiographie de la recherche sur les fortifications de Thyréatide

  • 10 P. Phaklaris, Αρχαία Κυνουρία. Ανθρώπινη δρασηριότητα και περιβάλλον, ∆ηµοσιεύµατα τοῦ Ἀρχαιολογικο (...)
  • 11 R. L. Scranton, Greek Walls (1941), proposait une typologie chronologique des appareils des murs «  (...)
  • 12 Y. Goester, « The Plain of Astros : a survey », Pharos I (1993), p. 39‑112.

4Malgré l’intérêt suscité par les sites de la région, les fouilles y ont été peu nombreuses. Le travail le plus complet a été effectué par P. Phaklaris, qui a rassemblé les données éparses10. Il accorde une bonne place aux fortifications, mais ses analyses descriptives sont peu fiables car il s’est trop appuyé sur R. L. Scranton11. Parmi les prospections effectuées dans la région, celles menées entre 1976 et 1979 par Y. Goester se sont aussi intéressé aux fortifications, mais avec un traitement inégal des sites de Thyréatide12.

  • 13 Thucydide, IV, 57, 1‑2.
  • 14 Le site d’Ag. Andreas (identifié à tort à celui de Prasiai) a été fouillé en 1962 par Th. Karageorg (...)
  • 15 Goester 1993, p. 55‑84 (n. 12). La plupart des sites n’ont été que partiellement prospectés tandis (...)
  • 16 Notons que J. Christien fut une des premières à l’avoir compris ; à côté de ses articles consacrés (...)

5Proportionnellement à sa superficie et comparativement aux autres régions du Péloponnèse où les ouvrages fortifiés ont été bien localisés, la Thyréatide a une forte densité de fortifications (fig. 1). Dix vestiges de ce type ont été recensés, auxquels il faut ajouter les deux fortifications mentionnées par Thucydide dont la localisation reste très incertaine13. Parmi ces vestiges, on trouve trois enceintes urbaines (Ag. Andréas, Helléniko et Tsiorovos), un ouvrage de nature indéterminée, une forteresse ou enceinte urbaine (Paralio Astros) et six tours isolées. Les ouvrages fortifiés de cette région sont relativement bien conservés, tant en plan qu’en élévation. Pour autant, seuls ceux de Xeropygado et Ag. Andreas ont été fouillés14. L’enceinte urbaine d’Helléniko a été l’objet, quant à elle, d’une étude architecturale et son tracé précisé par quelques nettoyages15. Les fortifications sont pourtant une source de choix pour l’étude des relations entre Argos et Sparte16. Replacées dans le réseau et le contexte historique auxquelles elles appartiennent, elles peuvent éclairer non seulement le rapport de force entre deux cités, Argos et Sparte, mais aussi l’histoire de toute une région, notamment certaines zones d’ombres de l’histoire du Péloponnèse en général.

Inventaire des ouvrages fortifiés de Thyréatide

6Par ouvrages fortifiés on entend les enceintes d’agglomérations comme les tours isolées implantées sur le territoire (fig. 1).

Les agglomérations fortifiées

  • 17 Thucydide, IV, 57.
  • 18 Christien (1989) n. 7, « Promenades en Laconie », DHA 15, 1989, p. 76.

7Nombre d’interrogations demeurent sur l’urbanisation de cette petite région. Trois villes fortifiées ont été identifiées : Tsiorovos, Ag. Andréas et Helléniko (Eua). Elles ont toutes été implantées sur les hauteurs qui bordent la plaine de la Thyréatide. Les auteurs anciens ne facilitent pas la localisation de sites ; ainsi, Thucydide situe celui de Thyréa à 10 stades de la côte17, ce qui ne correspond à aucun des sites connus, et Pausanias n’en fait aucune description18.

Tsiorovos19

  • 19 Appelé aussi Tsorovos ou Tsorovia selon les différentes cartes et publications.
  • 20 Phaklaris (1990), p. 90‑94, Goester (1993), p. 98.
  • 21 Goester (n. 12), p. 39‑112.

8Le site de Tsiorovos se trouve sur un petit plateau sur le flanc Sud du mont Zavitsa et a souffert du développement de l’oléiculture. L’enceinte urbaine, la moins connue de Thyréatide, a été identifiée en prospection sur les hauteurs au Nord de Kato Doliana : elle aurait fait 1000 m de périmètre. La céramique ramassée en surface a été datée des périodes classique, hellénistique et romaine20. Le plan d’Y. Goester reste le plus complet, bien qu’en partie hypothétique puisque l’archéologue signalait déjà lors de ses prospections que l’enceinte était noyée sous la végétation et n’était visible qu’à quelques endroits21. Le rempart Nord comporte encore les vestiges d’une probable tour, constituée de gros blocs calcaires blancs parallélépipédiques, conservés sur trois assises pseudo-isodomes et comportant des plumées d’angle.

Eua (Helléniko) (fig. 2)

  • 22 Rappelons que le site a été clairement identifié grâce à la découverte d’une tuile inscrite, cf. K. (...)
  • 23 Goester (n. 12), p. 77‑78.

9Dominant la plaine d’Astros à 630 m d’altitude, la ville fortifiée d’Eua se trouve à la jonction de la route côtière et de celle venant d’Argolide22. Son enceinte se suit sur presque tout son tracé, sur près de 1050 m, conservée sur une à deux assises à près de 3 m de haut au rempart Nord. Certaines courtines sont constituées de deux parements avec remplissage de tout venant, tandis que d’autres portions de rempart sont des murs d’analemma. L’appareil polygonal est prédominant, mais on observe aussi quelques assises pseudo-isodomes de blocs parallélépipédiques. Une porte et deux poternes ont été identifiées, ainsi que 10 tours. Les défenses urbaines sont complétées par une plateforme bastionnée qui domine, au Sud‑Ouest, l’accès naturel par un étroit chemin qui serpente le long d’une crête et un mur intérieur qui enserrait le haut plateau. Le site a été occupé de l’époque géométrique à l’époque romaine, bien que la céramique ramassée en surface soit surtout classique et hellénistique. Notons que sur les 12 monnaies découvertes, 9 proviennent d’Argos et sont hellénistiques23.

Fig. 2 — Plan de l’enceinte d’Helléniko (Eua).

Fig. 2 — Plan de l’enceinte d’Helléniko (Eua).

Nisi‑Aghios Andréas

  • 24 Christien (1989) (Ibid. n. 7 et 18) : « Promenades en Laconie », DHA 15, 1989, p. 76, n. 4, qui pré (...)
  • 25 G. Touchais, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1978 », BCH 103 (19 (...)

10Situé à 3 km au Nord‑Est du village d’Ag. Andréas, au lieu‑dit Nisi, ce site fortifié, implanté à l’extrémité du Parnon là où celui‑ci rejoint le littoral, est « le seul qui réponde à la description de Skylax, 46 (…) où il nomme une Méthana de Laconie, polis kai limen », selon J. Christien24. L’enceinte est préservée sur tout son tracé, ca 1100 m, sur une à 4 ou 5 assises d’élévation parfois et 23 tours ont été identifiées25. L’appareil des courtines est polygonal (fig. 3), que celles‑ci jouent le rôle d’analemma, comme cela semble le cas pour le rempart Nord‑Est, ou qu’elles soient constituées de deux parements de part et d’autre d’un remplissage de tout venant. En revanche, les tours présentent souvent un appareil trapézoïdal irrégulier, voire parallélépipédique.

Fig. 3 — Parement extérieur du rempart nord de l’enceinte d’Ag. Andréas.

Fig. 3 — Parement extérieur du rempart nord de l’enceinte d’Ag. Andréas.

Cl. M. Guintrand 2012.

Paralio Astros

11Situé sur un promontoire rocheux s’avançant dans la mer, la majeure partie du site de Paralio Astros est inaccessible. Un rempart sans tour (fig. 4) barre une petite dépression sur le versant Nord‑Ouest qui offre la voie d’accès la moins difficile. Il est apparent sur ca 300 m avant de s’interrompre au milieu de la dépression. Très ruiné, il est cependant parfois conservé sur près de 3 m de haut. De facture peu soignée, il est constitué de blocs aux dimensions très variées : certains sont massifs (ca 1,5 × 1,5 m), le plus souvent parallélépipédiques, mais parfois polygonaux.

Fig. 4 — Parement extérieur du rempart du site de Paralio Astros.

Fig. 4 — Parement extérieur du rempart du site de Paralio Astros.

Cl. M. Guintrand 2012.

Les tours isolées

12Des tours isolées ont été identifiées au Nord, à l’Ouest et au Sud de la Thyréatide.

  • 26 Phaklaris (1990), p. 214‑215 (Ibid. n. 7) s’est intéressé aux voies de communication de la Thyréati (...)

13Au Nord, trois tours isolées ont été érigées sur le mont Zavitsa le long de la frontière de la Thyréatide avec l’Argolide. La plus orientale se trouve au Nord‑Est du petit village côtier de Xeropygado, au lieu‑dit Lileika, à l’extrême Sud du cap Purno. Il s’agit d’une tour quadrangulaire, à pans coupés, adossée à une falaise et jouxtée par un petit bâtiment rectangulaire divisé en plusieurs pièces. Elle se dressait sur la route de l’Anigraia, là où celle‑ci contournait le mont Zavitsa par l’Est et longeait la côte, très abrupte, en encorbellement26.

  • 27 Ces routes sont aujourd’hui abandonnées, mais ont été utilisées jusqu’au début du XXe s. Pour les d (...)

14La route la plus rapide et la plus praticable était celle qui, au départ de Lerne sur la côte argienne, obliquait au Sud‑Ouest vers l’intérieur des terres et gravissait le flanc Ouest du mont Zavitsa27. À 600 m d’altitude, la route franchit un col où se trouve la tour isolée de Xylopyrgos (fig. 5). Conservée sur 3 à 4 assises de blocs seulement dégrossis, de formes et dimensions variables, cette tour circulaire de 6,5 m de diamètre se dresse sur encore 1,30 m de haut, au sommet d’une petite éminence. Environ 4 km plus à l’Ouest, en suivant la crête du Zavitsa, qui s’étire jusqu’au mont Parthénion, une autre tour circulaire a été érigée au sommet du lieu‑dit Anémomylos. Ses dimensions, son plan comme les techniques de construction sont similaires à celle de Xylopyrgos, mais elle est moins bien conservée.

Fig. 5 — Tour de Xylopyrgos.

Fig. 5 — Tour de Xylopyrgos.

Cl. M. Guintrand 2014.

  • 28 Mentionnée pour la première fois en 1857 par le lieutenant-général A. Jochmus, Commentaries (1857), (...)

15À l’Ouest et au Sud, trois autres tours isolées ont été découvertes. La plus occidentale, peu connue car très ruinée et isolée, se dressait au sommet de la colline peu élevée de Spathokommeno28, près de la haute plaine de Xerokampi, au Sud d’Ag. Ioannis et Orini Meligou. Rectangulaire, elle est conservée sur 9 m de long et 6,40 m de large. Une seule assise étant conservée, on peut seulement dire que, comme pour les trois tours du Zavitsa, les blocs parallélépipédiques préservés avaient été seulement dégrossis avant d’être assemblés.

16Deux tours aux caractéristiques tout à fait semblables ont été découvertes dans le Sud de la Thyréatide. L’une se trouve à 3 km au Sud‑Est du village de Charadros (fig. 6), dans les oliviers, au sommet d’une colline d’où elle domine la vallée profonde de la rivière Vrasiatis, par laquelle une route gagnait les hauteurs du Parnon. De plan quadrangulaire, de 8 m de côté, elle est relativement bien conservée, sur environ 1,50 m de haut, sa porte étant préservée sur toute son élévation. L’autre tour a été implantée à environ 7 km au Sud de la plaine de la Thyréatide, à l’Ouest du petit village côtier de Tserpho (fig. 7). Elle mesure aussi 8 m de côté, mais, moins bien conservée, elle atteint à peine 1 m de haut : un olivier pousse en son centre et le mur Est est en partie effondré. Ces deux tours présentent toutes les deux un appareil polygonal soigné, qui tend au trapézoïdal dans les angles qui comportent une plumée : elles semblent avoir été érigées par les mêmes constructeurs.

Fig. 6 — Tour de Charadros.

Fig. 6 — Tour de Charadros.

Cl. Balandier 2015.

Fig. 7 — Angle sud-ouest de la tour de Tserpho.

Fig. 7 — Angle sud-ouest de la tour de Tserpho.

Cl. Balandier 2015.

17Une fois effectué cet inventaire des vestiges fortifiés connus de Thyréatide, toute la difficulté de l’étude des politiques défensives de la région réside dans le fait de distinguer les fortifications d’époque lacédémonienne de celles de la période argienne. L’étape suivante consiste donc à tenter de replacer celles‑ci dans leur contexte historique pour essayer de distinguer qui, d’Argos ou de Sparte, en fut l’initiatrice.

Fortifications et histoire de la Thyréatide

18Quelques auteurs évoquent la Thyréatide à l’époque classique. La prise du contrôle de la région par Sparte au milieu du vie s. a créé un déséquilibre en faveur des Lacédémoniens, mais les Argiens n’ont jamais abandonné l’idée de la reprendre. Les données archéologiques peuvent‑elles aider à éclairer les étapes du contrôle de la région par Sparte puis Argos ? On va voir que l’analyse spécifique des ouvrages fortifiés va nous conduire à revenir sur certaines propositions antérieures et préciser certains points de l’histoire locale.

La Thyréatide et le reéquilibre des pouvoirs dans le Péloponnèse à l’époque classique selon les auteurs anciens

La Thyréatide pendant la domination lacédémonienne

  • 29 Thucydide, II, 27, 2.

19En 431, chassés de leur île par les Athéniens, les Éginètes ont obtenu des Spartiates de pouvoir s’installer en Thyréatide29, dans la périoikis où ils ont été assimilés aux périèques lacédémoniens. En aidant les Éginètes à s’implanter dans cette région frontalière, Sparte intégrait un peuple, ennemi des Athéniens, dont l’alliance lui était ainsi acquise. On peut donc se demander si les Éginètes ont joué un rôle dans la fortification de la région.

  • 30 Thucydide, IV, 57, 1‑2.
  • 31 Pritchett (1982), p. 71‑72, Christien et Spyropoulos (1985), p. 457, Phaklaris (1990), p. 56‑57, 76 (...)
  • 32 Phaklaris (1990), p. 58‑78.

20Selon Thucydide, l’installation de ces derniers a donné lieu à l’érection d’au moins une fortification : craignant une attaque athénienne, ils auraient entamé, avec l’aide de la troupe lacédémonienne, la construction d’un mur (teichos) en bord de mer30, qui fut interrompue par l’arrivée des Athéniens. La localisation de cette fortification égino-lacédémonienne demeure incertaine. Cependant, le rempart du site de Paralio Astros a souvent été identifié à celle‑ci en raison de son caractère inachevé31. Malheureusement ce mur ne peut être daté de façon absolue : la courte campagne de fouilles sur le site s’est limitée au sommet du promontoire où P. Phaklaris a mis au jour des murs et recueilli du matériel allant de l’Helladique ancien à la période médiévale32. Cependant, nous avons pu observer que ce mur est différent, dans sa technique de construction et dans le traitement des blocs préservés, des autres ouvrages fortifiés inventoriés en Thyréatide et qu’il ne ressemble à aucun de ceux que nous avons pu étudier en Argolide. L’appareil est très irrégulier, notamment en raison des différences de dimensions des blocs dans une même courtine, mais aussi sur l’ensemble du tracé. Bien que d’aspect rudimentaire, on constate un certain savoir‑faire dans l’assemblage des blocs : certains ont été disposés en boutisses pour renforcer la cohésion du mur et d’autres ont été ajustés avec soin, même si l’emploi de cales est assez fréquent. On peut ainsi se demander si ces différences dans la mise en œuvre ne résulteraient pas d’une accélération de la construction du mur face au danger imminent. Il aurait été intéressant de pouvoir comparer cet ouvrage avec le mur d’enceinte de la ville haute de Thyréa que mentionne Thucydide. Malheureusement, on l’a déjà noté, ce site n’a pas été localisé avec certitude.

  • 33 Phaklaris (1990), p. 205, Christien et Spyroulos (1985), p. 456.

21La tour de Xylopyrgos a parfois été attribuée aux Spartiates33. Cependant, on va voir qu’il paraît plus vraisemblable qu’elle doive être portée au crédit des Argiens après leur reconquête de la région au ive s. av. J.‑C.

  • 34 Thucydide, VI, 95, 1. La vente de ce butin leur aurait rapporté vingt‑cinq talents.
  • 35 Thucydide, V, 41.
  • 36 Thucydide, V, 69, 1. Les Argiens pensaient évidemment en premier lieu à la Thyréatide, mais aussi à (...)

22Après l’attaque athénienne et la prise de Thyréa, la Thyréatide a continué d’être habitée et exploitée, probablement par des Éginètes. Thucydide signale ainsi que les Argiens y ont fait une razzia, au printemps de l’année 414, dont ils ont tiré un gros butin34. Un nouveau traité de paix, de cinquante ans, avait bien été conclu en 421, entre Sparte et Argos, mais une clause prévoyait la possibilité pour chacune des deux cités « de lancer un défi à l’autre, afin de régler le sort de ce territoire (Cynourie/Thyréatide) »35. Ainsi, les Argiens appellent encore, au moment de la bataille de Mantinée en 418, à se battre pour restaurer l’équilibre des pouvoirs vis‑à‑vis de Sparte et revenir aux frontières du temps du partage des Héraclides, remettant ainsi en cause les conquêtes spartiates qui avaient déséquilibré le Péloponnèse36.

La récupération argienne au ive s. : en 369 ou 338 ?

  • 37 Polybe, IV, 28, 7.
  • 38 Pausanias, II, 38, 5.
  • 39 Id. et Polybe, IX, 38, 6.
  • 40 Diodore, XV, 64, 2.
  • 41 C. Kritsas, « Nouvelles inscriptions d’Argos : les archives des comptes du trésor sacré (ive s. av. (...)
  • 42 M. Piérart, « Les relations d’Argos avec ses voisines. Repentirs et mises au point », dans J. Chris (...)
  • 43 Xénophon, VI, 5, 16 et Diodore, XV, 63, 4.
  • 44 P. Cartledge, Sparta and Lakonia. A Regional History (1300-302 BC) (1979), p. 297 : « presumably al (...)
  • 45 M. Piérart (2014) (n. 8 et 42), p. 227. Christien, Ruzé 2007, p. 279, n. 1, l’ont accepté.
  • 46 Christien, Ruzé 2007, p. 302, pensent que la Thyréatide a pu être reconquise par Archidamos vers 35 (...)

23Si l’on se fie à Polybe37 et Pausanias38, les Argiens auraient récupéré la Thyréatide en 338, par un arbitrage de Philippe II de Macédoine lors d’un synédrion de la ligue de Corinthe39. Cependant, contrairement à ce que Diodore40 semblait suggérer, Argos pourrait avoir repris le contrôle de la région dès le début du ive s., lors de l’intervention thébaine en Laconie, comme paraissent en témoigner les archives des finances d’Argos41. Ainsi, on trouve, parmi « des mentions des villes de la Thyréatide en tant que kômétiques dans la nomenclature des citoyens, (…) Eὔα et Nερίς »42. Ce texte a d’abord paru être en contradiction avec les récits des déplacements, après la bataille de Leuctres, des alliés vers la Laconie : Xénophon et surtout Diodore43 semblaient indiquer que les Argiens avaient pénétré en Laconie par la frontière tégéate. Mais si l’on estime, à la suite de F. Bölte et P. Cartledge, qu’il fallait lire non Τεγεάτιδος (comme dans l’édition de Claude Vial, CUF, 1977), mais Θυρεάτιδος, dès lors les Argiens seraient entrés en Laconie par la Thyréatide44. Par conséquent, il n’y a plus de contradiction entre le texte de Diodore et l’inscription en question et l’on peut donc considérer que « l’appartenance de Néri et Eua au territoire d’Argos dès le second tiers du ive s. est un fait incontournable »45 : si les Argiens sont intervenus en Laconie, en 370/369 en passant par la Thyréatide, c’est qu’ils avaient repris le contrôle de celle‑ci aux Spartiates. On peut évidemment s’étonner que, à la fin du ive s., les Argiens n’aient pas mis en avant ce contrôle de la Thyréatide depuis le début du siècle pour justifier leur récupération de celle‑ci. Les Spartiates leur avaient‑ils rapidement repris la région après 36946 ou bien était‑il préférable, pour la cité argienne, de mettre en avant l’action de Philippe II et de la ligue de Corinthe dans leur récupération officielle de la Thyréatide ? L’analyse des vestiges d’ouvrages fortifiés aide une nouvelle fois à préciser les choses.

Fortifications et réoccupation argienne

  • 47 Voir C. Abadie-Reynal et Th. Spyropoulos « Fouilles à Helléniko (Eua de Thyréatide) », BCH 109‑1 (1 (...)
  • 48 Guintrand 2017, p. 104‑106.

24Le ive s. est, indubitablement, une période d’intense mise en défense de la région et de repeuplement de celle‑ci par les Argiens. Les villes ont connu ainsi un fort développement, notamment Eua, comme en témoignent les tombes qui y ont été découvertes47. L’étude des vestiges des fortifications de la ville semble témoigner de ce que l’espace urbain intra muros a été élargi. Ainsi, on a vu que deux enceintes ont été distinguées : les remparts intérieurs, de facture plus grossière, observés autour du plateau supérieur, seraient antérieurs à ceux au périmètre plus important48 et correspondraient à une phase d’agrandissement de l’espace urbain au ive s. Cette chronologie relative semble pouvoir être affinée par l’analyse architecturale des vestiges encore visibles. La majeure partie des tronçons des remparts de l’enceinte externe présente un appareil polygonal soigné, mais l’on observe aussi un appareil parallélépipédique dans certaines courtines qui pourrait correspondre à une phase ultérieure de restauration des défenses comme on le verra.

  • 49 J. Christien et Th. Spyropoulos (n1), p. 462 n. 52 (p. 455‑466).
  • 50 Y. Goester (n. 12), p. 107.
  • 51 G. Grigorakakis, « Agios Andreas (N. Kynouria). The excavation of the ancient defence wall », AD 65 (...)
  • 52 Notons, cependant, que les fouilles conduites par Th. Karageorga, épimélète, ont montré une modific (...)
  • 53 M. Piérart et G. Touchais, Argos une ville grecque de 6000 ans (1996), p. 63.
  • 54 Plutarque, Pyrrhos 32, 1.

25L’analyse architecturale de l’enceinte d’Ag. Andréas conduit à revenir sur la proposition de J. Christien et Th. Spyropoulos49 : ceux‑ci faisaient bien remonter la fondation de la ville à l’époque classique, mais y voyaient une fondation spartiate pendant la guerre du Péloponnèse. Les Lacédémoniens y auraient installé les gens de Méthana d’Argolide dont la ville était occupée par les Athéniens, comme ils l’avaient fait avec les Éginètes à Thyréa. Cependant, Y. Goester a proposé de dater cette fondation « at some time during the pre-Hellenistic period »50 et ajoutait, de manière convaincante, que la fortification pouvait être contemporaine de la fondation de la ville. En prospectant le site entre 1976 et 1979, elle avait pu déterminer que l’espace urbain intra muros avait été établi selon un plan en damier qui dessinait des îlots de 33 m de large sur une longueur impossible à établir. En décembre 2010, G. Grigorakakis (Éphorie des Antiquités d’Arcadie) a mené une fouille qui a permis de préciser la datation de l’ouvrage : la céramique retrouvée en fondation serait d’époque classique et la fortification aurait été érigée au ive s. av. J.‑C.51 Notre analyse architecturale des vestiges de l’enceinte d’Ag. Andréas permet de compléter ces données : l’essentiel du tracé visible présente, de façon très homogène, des courtines aux parements en appareil polygonal52. Or, le traitement des blocs comme leur mise en œuvre sont très similaires à ceux de l’enceinte externe d’Eua : aussi nous pensons que ces enceintes ont été réalisées à une même période, peut‑être par les mêmes équipes de constructeurs. Celles‑ci pourraient avoir été argiennes ou, du moins, avoir été les mêmes que celles qui ont travaillé à Argos au cours du ive s. La ville a connu alors une phase importante de reconstruction de ses défenses : plusieurs tronçons de l’enceinte mis au jour témoignent de ces travaux pour lesquels Argos aurait obtenu le soutien financier des Rhodiens53. Les courtines concernées présentent le même appareil polygonal très soigné, constitué de blocs à cinq joints, le plus souvent, et dont la première assise est composée de blocs au lit de pose horizontal, posés sur une assise de réglage au‑dessus de la fondation. À toutes les tours, d’enceinte ou isolées, on observe aussi, aux angles, quelques blocs parallélépipédiques et des plumées destinées à faciliter la mise en œuvre des blocs. Les auteurs anciens précisent, dans leur récit du siège d’Argos par le roi d’Épire Pyrrhos en 272, que celui‑ci ne put rentrer dans la ville que grâce à un traître : ceci semble indiquer que les défenses de la ville avaient été renforcées54 et ces différents vestiges pourraient appartenir à un même programme défensif de la cité argienne réalisé au ivs.

  • 55 Guintrand 2017, p. 181‑182.
  • 56 G. Grigorakakis Chron. AD 64 (2009), p. 345.
  • 57 Sur cette dédicace, cf. J. Bousquet, « Inscriptions, 1966 », BCH 90 (1966), p. 428‑430. Sur les kom (...)
  • 58 On doit cependant s’interroger sur l’efficacité de ce réseau défensif au tout début du iiie s. car (...)

26Le même appareil pouvant être observé sur la portion conservée des fortifications de la ville d’Hysiai, dont on a vu qu’elle avait toujours fait partie du territoire argien, on peut penser qu’Argos n’avait pas bénéficié seule de ces travaux. Or, c’est également le même type de construction que l’on peut observer sur la presque totalité des tours que nous avons étudiées : à Charadros, à Tserpho, etc. Ces vestiges montrent donc que c’est une importante politique de renforcement de la défense du territoire argien qui a alors été réalisée. La Thyréatide étant coupée de l’Argolide par le mont Zavitsa, il était essentiel pour Argos d’en assurer la surveillance. Une série de tours d’observation semble ainsi avoir été construite, probablement à partir du ive s. Ces tours surveillaient toutes les routes d’accès de la région. Par comparaison, à l’inverse de l’Argolide, aucune tour isolée n’a été retrouvée en Laconie55. Bien sûr, les Spartiates pourraient avoir inauguré un autre mode de contrôle du territoire en Thyréatide, mais on constate, sur le terrain comme lorsque l’on utilise un logiciel de cartographie, que les tours construites dans le même appareil polygonal, datées du ive s., sont toutes tournées vers la Laconie. Ainsi, nous avons indiqué plus haut qu’il nous semble que la tour de Xylopyrgos, parfois datée du ve s. et donc attribuée aux Spartiates, devrait plutôt être considérée comme orientée dans la direction de la Laconie et donc avoir été érigée par les Argiens. Après une récente prospection pédestre, G. Grigorakakis a proposé de dater cette tour plutôt du ive s., d’après la céramique ramassée en surface56. La Thyréatide dispose ainsi d’un véritable réseau de tours de surveillance à maille serrée au service de la défense d’Argos. La tour de Tserpho, la plus méridionale, semble matérialiser la limite du territoire récupéré par les Argiens au ive s. À cette époque, la ville périèque au sud de Tserpho, Tyros, a connu un développement, et se « revendiquait » komè des Lacédémoniens dans une dédicace delphique57. On en déduit ainsi que, dès le début du ive s., vers 369, mais peut‑être après 338, la cité argienne avait mis en place une véritable politique de défense en Thyréatide58. Cependant, cette politique n’a en fait pas concerné que la seule Thyréatide : l’étude des autres fortifications d’Argolide témoigne de l’implantation, à travers tout le territoire argien, de forteresses construites selon le même principe et les mêmes techniques de mise en œuvre et de traitement des parements. On retrouve ainsi, dans la périphérie d’Argos, à Kazarma, à Kastraki ou Katsingri (Ag. Adrianos) et dans la tour conservée à la base de l’église d’Ag. Ioannis (Lefkathia), le même appareil polygonal avec une première assise de réglage et les plumées d’angles et quelques blocs parallélépipédiques pour renforcer ces derniers.

  • 59 La grande tour à pans coupés d’Asinè et les courtines adjacentes ont été datées du début du iiie s. (...)

27Par ailleurs, l’analyse architecturale des ouvrages fortifiés témoigne aussi de quelques changements en Thyréatide, mais également dans toute l’Argolide, au début de l’époque hellénistique : on retrouve alors le même appareil polygonal « argien » du ive s. à Nauplie, dans les assises inférieures du front Nord de la forteresse, dans la grande tour d’Asinè et les courtines adjacentes, ainsi que sur les tours des nouvelles fortifications de l’Aspis. Au iiie s., on constate également l’apparition des tours à pans coupées sur ces deux derniers sites, très similaires, dans leur traitement, à celle de Xeropygado : elles pourraient donc avoir été érigées à la même période59.

  • 60 M. Piérart (2001) (n. 8).

28Pour finir, on a pu aussi observer que certaines courtines d’Eua sont constituées d’un appareil parallélépipédique qui pourrait correspondre également à une phase hellénistique de restauration des défenses. Ainsi, le bastion implanté au Sud de l’enceinte d’Eua, présente un appareil parallélépipédique pseudo isodome (fig. 8) qui doit être un ajout. Celui‑ci pourrait dater de la période où les Argiens, au milieu du iiie s., ont bénéficié de l’appui des souverains macédoniens, Antigone Gonatas puis Antigone Dosôn, pour défendre les villes isolées du Parnon60. Ils ont alors pu procéder au renforcement des fortifications existantes.

Fig. 8 — Bastion sud de l’enceinte d’Helléniko (Eua).

Fig. 8 — Bastion sud de l’enceinte d’Helléniko (Eua).

Cl. Balandier 2015.

  • 61 Cl. Balandier, La défense de la Palestine des Achéménides aux Lagides (532‑199 av. J.‑C.). Histoire (...)

29Un tel bastion, plateforme avancée protégée par une projection de l’enceinte (fig. 2 et 8), comparable à l’Aspis d’Argos, doit avoir été destiné à recevoir les batteries de défense contre les machines de siège. On constate sur d’autres sites d’Argolide que le recours à l’appareil isodome, de type modulaire, semble alors privilégié : ainsi à Méthana d’Argolide, aussi bien dans l’enceinte de la forteresse que dans la tour isolée ou à celle de Trézène, etc. Cela semble témoigner de nouvelles pratiques de construction, probablement macédoniennes, qui se sont peu diffusées dans le reste de l’Argolide. Dans le monde hellénistique, on voit ce type de construction modulaire se développer aussi bien dans les territoires sous contrôle antigonide, ptolémaïque que séleucide61. En Thyréatide, ce type d’appareil observé sur le bastion à Eua témoigne du passage de la région dans le monde hellénistique et confirme, si c’était nécessaire, l’importance stratégique qu’a conservée cette région comme cette agglomération pour Argos, à l’époque hellénistique.

Conclusion

30Que ce soit au cours de la domination spartiate, au ve s., ou après la reprise argienne, au ive s., la Thyréatide a toujours été contrainte par sa géographie : éloignée de Sparte, proche de l’Argolide, mais isolée par le mont Zavitsa, elle forme une unité géographique dont ont tenu compte les différents pouvoirs qui l’ont contrôlée dans le choix de la stratégie défensive qu’ils y établirent. De la période archaïque à l’époque hellénistique, cette région a été à la fois un ensemble cohérent et une partie des confins (eschatiai) d’un ensemble politique plus vaste, une région frontalière, aux marges du territoire lacédémonien ou argien, qui a conduit à l’implantation d’un réseau de villes fortifiées et de tours de guet. L’analyse architecturale comme celle du mode d’implantation topographique de ces ouvrages fortifiés nous ont souvent permis, d’abord d’y distinguer plusieurs phases de construction, ensuite de replacer ces ouvrages dans le réseau fortifié auquel ils appartiennent et, enfin, de proposer parfois qui, de Sparte ou d’Argos, était à l’origine de leur conception et vers quels ennemis ces ouvrages fortifiés étaient tournés. Nous avons ainsi pu montrer que plusieurs de ceux qui étaient attribués à Sparte sont en fait à considérer plutôt comme argiens. Nous ne pouvions développer plus avant, mais on notera l’utilité, parmi les nouvelles technologies, des drones et du recours aux logiciels de cartographie, pour affiner l’étude topographique et mieux appréhender l’importance stratégique de tel ou tel ouvrage fortifié et restituer le réseau défensif auquel il appartient. Cependant, aussi utiles que soient ces méthodes, elles ne peuvent se substituer, pour avoir une datation absolue, à la réalisation de sondages judicieusement placés.

Haut de page

Bibliographie

Christien, Ruzé 2007 = Fr. Ruzé et J. Christien, Sparte. Géographie, mythe et histoire (2007).

Guintrand 2017 = M. Guintrand, « Sparte et la défense du Péloponnèse méridional du milieu du vie s. au milieu du iie s. av. J.‑C. », thèse sous la direction de C. Balandier, université d’Avignon (2017).

Haut de page

Notes

1 Le mont Zavitsa (ancien Parparos) sépare la Thyréatide de la plaine d’Achladokampos au Nord, contrôlée par la cité d’Hysiai. Il se détache du Parthénion pour culminer à 974 m au‑dessus du golfe de Laconie. Pour une bonne présentation géographique de la Thyréatide, cf. J. Christien et Th. Spyropoulos, « Eua et la Thyréatide-Topographie et histoire », BCH 109 (1985), p. 455‑456.

2 Rappelons que T. Kelly, A History of Argos to 500 BC (1976), a montré que l’« empire argien », évoqué par Hérodote, I, 82, relève du mythe : Argos estimait que la Thyréatide lui appartenait car elle aurait fait partie des territoires qui lui avaient été assignés lors du retour des Héraclides, mais, à l’inverse de Sparte, elle n’a pas pour autant cherché à prendre la tête du Péloponnèse à l’époque archaïque comme cela a été trop longtemps affirmé.

3 Eusèbe, Chron. Anno 1298 Ol. 15, 3.

4 R. A. Tomlinson, Argos and the Argolid from the end of the Bronze Age to the Roman occupation (1972), p. 83‑84 et T. Kelly, « Did the Argives defeat the Spartans at Hysiae in 669 BC ? », AJP 91(1) (1970), p. 31‑42.

5 Hérodote, I, 82 et Pausanias, III, 14 ; voir aussi P. Phaklaris, « Η µάχη της Θυρέας (546 π. Χ.) », Ηόρος 5 (1987), p. 101‑119 et, en dernier lieu, Christien, Ruzé 2007, p. 179‑182.

6 Hérodote, VI, 19 et 77. Sparte et Argos étaient en guerre au sujet de la Thyréatide lorsque le roi de Lydie Crésus sollicita l’aide des Spartiates face aux Perses.

7 Hérodote (I, 82) et Thucydide (II, 27, 2 ; IV, 56, 2 ; IV, 57 ; V, 41, 2) n’y consacrent que quelques lignes. Quant à la description, très courte, de Pausanias (II, 38, 5‑7), elle est peut‑être lacunaire, cf. W. K. Pritchett, Studies in Ancient Greek Topography III (1980), p. 105‑110 et 135‑138, suivi par J. Christien, « Promenade en Laconie », DHA 15‑1 (1989), p. 76‑80.

8 J. Christien (n. 7) et également id., « La Laconie orientale ; topographie antique et problèmes historiques », Praktika Peloponnesiakôn Spoudôn, Molai 5‑7/06/1982 (1983), p. 58‑76 ; id., « Les liaisons entre Sparte et son territoire malgré l’encadrement montagneux », dans J. F. Bergier (éd.), Montagnes, fleuves, forêts dans l’histoire (1989), p. 18‑44 ; id., « De Sparte à la côte orientale du Péloponnèse », dans M. Piérart (éd.), Polydipsion Argos. Argos de la fin des palais mycéniens à l’époque classique, BCH Suppl. XXII (1992), p. 157‑171 et M. Piérart, « Argos, Philippe II et la Cynourie (Thyréatide) : les frontières du partage des Héraclides », dans R. Frei-Stolba et K. Gex (éds), Recherches récentes sur le monde hellénistique [Actes du colloque organisé à l’occasion du 60e anniversaire de P. Ducrey, Lausanne, 20‑21 novembre 1998] (2001), p. 27‑43 et ead., « Les relations d’Argos avec ses voisines. Repentirs et mises au point », dans J. Christien et B. Legras (éds), Sparte hellénistique iveiiie siècles avant notre ère, DHA Suppl. 11 (2014), p. 219‑236 ; G. Shipley, « Archaeological sites in Laconia and the Thyreatis », dans W. Cavanagh, J. Crouwel, R. W. V. Catling et G. Shipley (éds), Continuity and Change in a Greek Rural Landscape. The Laconia Survey, II, Archaeological Data, ABSA Suppl. 27 (1996), 263‑313 et « The extent of Spartan territory in the late Classical and Hellenistic periods », BSA 95 (2000), p. 367‑390.

9 Pour une présentation de la méthode d’étude des fortifications dans une perspective d’étude historique régionale, cf. Cl. Balandier, « Étudier l’organisation défensive d’une région et son évolution : pour une archéologie historique des fortifications. Question de méthode », dans R. Frederiksen, S. Müth, P. Schneider et M. Schnelle (éds), Focus on Fortification. New Research on Fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East (2016), p. 417‑434 où sont présentés les exemples de Chypre, de la Syrie‑Phénicie et de Grèce (Argolide, Béotie, Thessalie, Achaïe). De même, dans ce même colloque, voir M. Guintrand, « Les fortifications dans le système défensif lacédémonien à l’époque classique », p. 435‑445 et Gunitrand 2017. Deux autres thèses sur ces thématiques sont en cours d’achèvement (sous la direction de Cl. Balandier, université d’Avignon) : G. Rauner, « Fortifications et histoire de la défense des territoires des cités grecques de Thessalie de l’époque archaïque à hellénistique » ; T. Terki, « Les fortifications et la défense des cités de Chalcidique de l’époque archaïque à la conquête macédonienne ».

10 P. Phaklaris, Αρχαία Κυνουρία. Ανθρώπινη δρασηριότητα και περιβάλλον, ∆ηµοσιεύµατα τοῦ Ἀρχαιολογικού ∆ελτίου 432 (1990).

11 R. L. Scranton, Greek Walls (1941), proposait une typologie chronologique des appareils des murs « grecs » selon une approche positiviste des techniques de construction aujourd’hui dépassée. Malheureusement il a longtemps servi de référent à nombre de chercheurs qui oubliaient que les critères auxquels répondaient les choix d’appareils des constructeurs étaient variés : matériaux à leur disposition, fonction du mur à ériger (plein, à double parement, de soutènement, etc.), traditions locales, etc. Aussi certains appareils, tel le polygonal, ont été utilisés pendant plusieurs siècles et ne sont pas un indice précis de datation.

12 Y. Goester, « The Plain of Astros : a survey », Pharos I (1993), p. 39‑112.

13 Thucydide, IV, 57, 1‑2.

14 Le site d’Ag. Andreas (identifié à tort à celui de Prasiai) a été fouillé en 1962 par Th. Karageorga, épimélète, qui s’est intéressé au rempart de la zone portuaire, cf. AD 18 (1963), p. 89‑90 et BCH 82 (1963), p. 759 et, en 2010, à un tronçon du rempart nord‑est. Celui de Xeropygado a été fouillé en août 1981 par Th. Savvopoulou.

15 Goester 1993, p. 55‑84 (n. 12). La plupart des sites n’ont été que partiellement prospectés tandis que le site d’Helléniko a été privilégié, notamment son enceinte urbaine.

16 Notons que J. Christien fut une des premières à l’avoir compris ; à côté de ses articles consacrés à la topographie historique du Péloponnèse, et en particulier de la Laconie et de la Thyréatide, on retiendra : J. Christien et Th. Spyropoulos (n. 1) et des mêmes : « Deux forteresses de la côte orientale du Péloponnèse et la guerre de Chrémonidès », KTEMA 12 (1987), p. 111‑124 et « The Lacedemonian State in the firth Century : Fortifications, frontiers, and historical problems », dans A. Powell et St. Hodkinson (éds), Sparta and War (2006), p. 163‑185.

17 Thucydide, IV, 57.

18 Christien (1989) n. 7, « Promenades en Laconie », DHA 15, 1989, p. 76.

19 Appelé aussi Tsorovos ou Tsorovia selon les différentes cartes et publications.

20 Phaklaris (1990), p. 90‑94, Goester (1993), p. 98.

21 Goester (n. 12), p. 39‑112.

22 Rappelons que le site a été clairement identifié grâce à la découverte d’une tuile inscrite, cf. K. Kalitzis, Arch.Eph. (1960), Chron., p. 6‑8 et J. et L. Robert, Bull. Ep. (1966), n. 195.

23 Goester (n. 12), p. 77‑78.

24 Christien (1989) (Ibid. n. 7 et 18) : « Promenades en Laconie », DHA 15, 1989, p. 76, n. 4, qui précise que P. Phaklaris « appelle encore ce site Anthana en corrigeant le texte du Pseudo-Skylax ».

25 G. Touchais, « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1978 », BCH 103 (1979), p. 561 et Guintrand (2017) (Ibid. n. 1), p. 177‑179.

26 Phaklaris (1990), p. 214‑215 (Ibid. n. 7) s’est intéressé aux voies de communication de la Thyréatide : il a répertorié 21 sites avec des traces archéologiques d’anciennes routes, dont sept qu’il a lui‑même observées. Selon Pausanias, II, 38, 4‑5, cette route était étroite et peu praticable.

27 Ces routes sont aujourd’hui abandonnées, mais ont été utilisées jusqu’au début du XXe s. Pour les descriptions des voyageurs du XIXe s. qui les ont encore empruntées, cf. Pritchett (1982), p. 102‑142 (Ibid. n. 5) et Christien (1989), p. 22‑23 (Ibid. n. 8).

28 Mentionnée pour la première fois en 1857 par le lieutenant-général A. Jochmus, Commentaries (1857), p. 43, cette tour a été retrouvée seulement en 1984 par I. Arvanites.

29 Thucydide, II, 27, 2.

30 Thucydide, IV, 57, 1‑2.

31 Pritchett (1982), p. 71‑72, Christien et Spyropoulos (1985), p. 457, Phaklaris (1990), p. 56‑57, 76‑77.

32 Phaklaris (1990), p. 58‑78.

33 Phaklaris (1990), p. 205, Christien et Spyroulos (1985), p. 456.

34 Thucydide, VI, 95, 1. La vente de ce butin leur aurait rapporté vingt‑cinq talents.

35 Thucydide, V, 41.

36 Thucydide, V, 69, 1. Les Argiens pensaient évidemment en premier lieu à la Thyréatide, mais aussi à l’Aegytide, la Belminatide et la Skiritide pour les Arcadiens ainsi que la Messénie pour les Messéniens.

37 Polybe, IV, 28, 7.

38 Pausanias, II, 38, 5.

39 Id. et Polybe, IX, 38, 6.

40 Diodore, XV, 64, 2.

41 C. Kritsas, « Nouvelles inscriptions d’Argos : les archives des comptes du trésor sacré (ive s. av. J.‑C.) », CRAI (2006), p. 429‑430 (précisément p. 397‑434).

42 M. Piérart, « Les relations d’Argos avec ses voisines. Repentirs et mises au point », dans J. Christien et B. Legras (éds.), Sparte hellénistique, DHA Suppl. 11 (2014), p. 225 (Ibid. n. 8).

43 Xénophon, VI, 5, 16 et Diodore, XV, 63, 4.

44 P. Cartledge, Sparta and Lakonia. A Regional History (1300-302 BC) (1979), p. 297 : « presumably along the Astros-Karyai road. (…) Somewhere en route they stormed a garrison under the Spartiate Alexandros » reprenant une hypothèse de F. Bölte, RE, III, A2 (1929), col. 1303-1304, voir aussi J. Christien, « L’invasion de la Laconie 370/69 et les routes du Nord de l’État spartiate », Peloponnesiakon SpoudonPraktika tou 3. Diethnous Synedriou Peloponnèsiakôn Spoudôn, Kalamata, 8‑15/11/1985 (1987-1988), p. 326‑336 et M. Piérart (2014) (n. 8 et 42), p. 225‑230.

45 M. Piérart (2014) (n. 8 et 42), p. 227. Christien, Ruzé 2007, p. 279, n. 1, l’ont accepté.

46 Christien, Ruzé 2007, p. 302, pensent que la Thyréatide a pu être reconquise par Archidamos vers 358/7.

47 Voir C. Abadie-Reynal et Th. Spyropoulos « Fouilles à Helléniko (Eua de Thyréatide) », BCH 109‑1 (1985), p. 385‑454 ; G. Grigorakakis, « Honouring the dead in Mesolithic and Neolithic Peloponnese: a few general observations », dans H. Cavanagh, W. Cavanagh et J. Roy (éds), Honouring the Dead in the Peloponnese. Proceedings of the conference held at Sparta 23‑25 April 2009, CSPS Online Publication (2009), p. 183‑200.

48 Guintrand 2017, p. 104‑106.

49 J. Christien et Th. Spyropoulos (n1), p. 462 n. 52 (p. 455‑466).

50 Y. Goester (n. 12), p. 107.

51 G. Grigorakakis, « Agios Andreas (N. Kynouria). The excavation of the ancient defence wall », AD 65 (2010), p. 641‑642 ; http://www.yppo.gr/0/anaskafes/pdfs/LTH_EPKA.pdf.

52 Notons, cependant, que les fouilles conduites par Th. Karageorga, épimélète, ont montré une modification de l’enceinte, à la basse époque romaine, au rempart Nord, dans la zone portuaire et pour le mur de fortification du sommet de la colline, cf. AD 18 (1963), p. 89‑90 ; BCH 82 (1963), p. 759.

53 M. Piérart et G. Touchais, Argos une ville grecque de 6000 ans (1996), p. 63.

54 Plutarque, Pyrrhos 32, 1.

55 Guintrand 2017, p. 181‑182.

56 G. Grigorakakis Chron. AD 64 (2009), p. 345.

57 Sur cette dédicace, cf. J. Bousquet, « Inscriptions, 1966 », BCH 90 (1966), p. 428‑430. Sur les komai lacédémoniennes, cf. J. Ducat, « Le statut des périèques lacédémoniens », Ktéma 33 (2008), p. 27‑32 et G. Shipley « The Other Lakedaimonians : The Dependent Perioikic Poleis of Laconia and Messenia », dans M. Hansen (éd.), The polis as an urban centre and as a political community (1997), p. 195‑196.

58 On doit cependant s’interroger sur l’efficacité de ce réseau défensif au tout début du iiie s. car Pyrrhos aurait quitté Sparte par la Cynourie (Thyréatide) et atteint Argos par le Sud pour venir y affronter Antigone Gonatas.

59 La grande tour à pans coupés d’Asinè et les courtines adjacentes ont été datées du début du iiie s., cf. B. Wells,  The wall of Asinè », OpAth 19 (1992), p. 135‑142, et celles de l’Aspis d’Argos de la période hellénistique, cf. G. Touchais et S. Fachard, « Chronique des fouilles en ligne, Argos, Aspis », notice 3403, (2012) et A. Philippa-Touchais, G. Touchais et S. Fachard, « Argos. Aspis », BCH 136‑137 (2012‑2013), p. 593‑611.

60 M. Piérart (2001) (n. 8).

61 Cl. Balandier, La défense de la Palestine des Achéménides aux Lagides (532‑199 av. J.‑C.). Histoire et archéologie des fortifications à l’Ouest du Jourdain, avec Appendices sur Jérusalem et les ouvrages fortifiés de Transjordanie et du Nord du Sinaï, 2 vol., Études bibliques N. S. 67 [N. S. = Nouvelle Série] (2014).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Carte des ouvrages fortifiés de Thyréatide.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 2 — Plan de l’enceinte d’Helléniko (Eua).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 3 — Parement extérieur du rempart nord de l’enceinte d’Ag. Andréas.
Crédits Cl. M. Guintrand 2012.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 4 — Parement extérieur du rempart du site de Paralio Astros.
Crédits Cl. M. Guintrand 2012.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Fig. 5 — Tour de Xylopyrgos.
Crédits Cl. M. Guintrand 2014.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Titre Fig. 6 — Tour de Charadros.
Crédits Cl. Balandier 2015.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Fig. 7 — Angle sud-ouest de la tour de Tserpho.
Crédits Cl. Balandier 2015.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 8 — Bastion sud de l’enceinte d’Helléniko (Eua).
Crédits Cl. Balandier 2015.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/861/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Balandier et Matthieu Guintrand, « L’apport de la teichologie à l’étude historique d’une région »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 425-445.

Référence électronique

Claire Balandier et Matthieu Guintrand, « L’apport de la teichologie à l’étude historique d’une région »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.861

Haut de page

Auteurs

Claire Balandier

Avignon Université, UMR 8210 AnHiMA.

Matthieu Guintrand

Avignon Université.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search