Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.1Dossier : Les fortifications du m...Conclusion

Dossier : Les fortifications du monde grec

Conclusion

Sylvian Fachard
p. 447-453

Texte intégral

  • 1 Leriche et Tréziny 1986.
  • 2 Frederiksen et al. 2016.

1La présente collection d’articles vient clôturer la table ronde internationale « Architecture militaire, une culture partagée entre Grèce et Provence », qui s’est tenue du 23 au 24 novembre 2017 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix‑en‑Provence. Cette rencontre a permis de rassembler des spécialistes des fortifications antiques et médiévales du monde méditerranéen, avec un accent particulier porté sur la Grèce et la Provence. L’approche, qui s’illustre par sa portée chronologique et géographique, est à saluer. Trop souvent, en effet, les spécialistes se sont concentrés sur une période historique donnée (grecque, romaine, médiévale) et rares demeurent les projets qui étudient avec la même rigueur une enceinte sur la longue durée. Or la rencontre d’Aix a précisément permis aux spécialistes présents de comparer des fortifications des périodes classique, hellénistique, romaine, byzantine, médiévale, ottomane et contemporaine dans un cadre géographique s’étendant de la Provence à l’Albanie, la Grèce et la Turquie. À ce titre, la rencontre d’Aix se place dans le sillage du Colloque de Valbonne qui, pour la première fois, avait réuni des archéologues et historiens travaillant sur des sites s’étendant de Gibraltar à l’Indus1. Le colloque d’Athènes en 2013 s’en est également inspiré, en incorporant des études des murailles du Proche‑Orient, de Grèce, d’Albanie, d’Italie, de France et d’Espagne, allant de l’Âge du Bronze au Bas Empire romain2. Ces colloques ont non seulement débouché sur des publications de référence, mais ils ont permis en outre à de nombreux spécialistes de découvrir des sites souvent méconnus, de comparer résultats et méthodes, de proposer de nouvelles interprétations et de tisser des liens avec des collègues qu’ils n’auraient sans doute jamais rencontrés ailleurs. La table ronde d’Aix‑en‑Provence s’inscrit dans cette tradition.

Fortifications : nouveaux développements

  • 3 Fachard 2016a.
  • 4 Un modèle en la matière est l’étude d’A. Blomley « A Landscape of Conflict ? Rural fortifications i (...)
  • 5 Sapirstein et Murray 2017.
  • 6 Müth et al. 2016.

2Cette collection d’articles tombe à point nommé, puisqu’elle profite d’un nouvel élan dans la recherche sur les fortifications antiques. En effet, la dernière décennie a vu la parution de plusieurs études synthétiques, ce qui démontre que ce champ de recherche se trouve en pleine expansion tout en atteignant un nouveau niveau de maturité3. Pierre Leriche a récemment rappelé les principaux jalons qui ont marqué le développement de la « teichologie » depuis le colloque de Valbonne ; on réalise que ceux‑ci se sont multipliés depuis ces dernières années. En outre, on recense un nombre croissant de projets de terrain : en Grèce seulement, pour la période 2006‑2016, plus de 300 opérations de terrain furent concernées à divers degrés par des fortifications. Outre la multiplication des études et des publications, on observe également l’émergence de nouvelles technologies qui modifient la façon dont on approche l’étude des fortifications urbaines et rurales. Les SIG (systèmes d’information géographique) permettent de recenser les fortifications d’une région dans une base de données et d’étudier leur distribution dans le paysage antique en rapport avec le terrain et le relief, les voies de communication, les surfaces agricoles, les ressources naturelles, l’habitat et les frontières, tout en conduisant diverses analyses spatiales (visibilité, allocations territoriales basées sur l’effort de marche, analyse des distances et des cheminements)4. Toute nouvelle étude des fortifications à l’échelle régionale doit désormais incorporer ces méthodes. Le développement des DGPS, des drones et de la photogrammétrie ont révolutionné le travail de terrain5. La capacité de relever et de documenter de larges fortifications avec une précision extrême, en des temps records et à moindre coût aurait paru inconcevable il y a encore quelques années. Une tour antique peut désormais être relevée et documentée en l’espace de quelques heures par une équipe expérimentée de trois personnes. Ces nouvelles pratiques devraient permettre à l’avenir de mieux relever et décrire les fortifications, et par extension, d’en promouvoir l’étude et la publication. En outre, les approches se sont diversifiées et affinées, les fouilles stratigraphiques se sont multipliées, les études régionales ont gagné en importance et de nouvelles synthèses permettent de renforcer le cadre méthodologique et de guider les recherches futures.6 Les études publiées ici s’inscrivent dans la mouvance actuelle et illustrent à divers titres les nouvelles directions de la recherche sur les fortifications.

Murailles en pierre : carrières, appareils, traditions édilitaires et savoir faire

  • 7 Bessac 1999 et 2016.

3On relève dans le présent dossier une rigueur dans la description et l’examen des appareils en pierre. Grâce aux travaux de J.‑C. Bessac, il est désormais bien établi que toute analyse des méthodes de constructions et des appareils doit commencer par la recherche et l’étude des carrières.7 La lithostratigraphie de la roche dicte les contraintes et les choix des tailleurs de pierre. Le « style » de l’appareil, qui est en réalité la méthode d’assemblage des blocs, reflète les décisions prises et permet de déboucher sur une fascinante analyse de l’économie du chantier de construction. Dans son étude des appareils des fortifications crétoises, N. Coutsinas (p. 409‑424) rappelle combien les fouilles stratigraphiques demeurent rares, puisque seul un tiers des enceintes ont fait l’objet d’une fouille. Elle propose une typologie des appareils pour les cités crétoises fortifiées, soulignant certaines particularités dont elle cherche à comprendre les raisons et motifs, pratiques et techniques d’abord, politiques et historiques ensuite. Elle souligne, à juste titre, que la proximité des roches joue un rôle primordial dans le choix de l’appareil.

4D’autres auteur(e)s de cette collection d’articles adoptent la même prudence. Par ailleurs, une approche globalisante des données à disposition est souhaitée lorsque l’on étudie les traditions édilitaires de régions et de zones culturelles. H. Tréziny (p. 347‑361) propose une étude sur les fortifications de Marseille et leurs relations avec d’autres enceintes régionales. Il souligne que dans les remparts masssaliètes, la technique de construction dépend principalement des matériaux et des ressources financières disponibles. L’auteur se penche notamment sur l’étonnant rempart de Saint‑Blaise, oppidum gaulois dont les murailles étaient sans doute inachevées lors de la prise de la ville par les Romains en 125 av. J.‑C. Il souligne à quel point le rempart constitue une œuvre originale, réalisée par « des techniciens marseillais au service d’un pouvoir local ». L’auteur montre que les techniques massaliètes eurent une influence dans la région et que des sites indigènes s’inspirèrent des « modèles grecs », tout en reconnaissant que des nombreux critères nous échappent et en soulignant que les prises de décisions dépendent du contexte géologique et économique propre à chaque site.

  • 8 Bessac 1996.

5De Saint‑Blaise il est également question dans l’article de J. Chausserie-Laprée, S. Duval, M. Valenciano et V. Canut (p. 361‑390), qui présentent les nouveaux résultats obtenus depuis la reprise des travaux sur le site en 2006. L’exploration et l’étude des carrières permettent de mieux comprendre les décisions prises lors des différentes phases de constructions et même de livrer des informations passionnantes sur l’identité des carriers. Les traces laissées lors de l’extraction des blocs par des coins de bois dur appartiennent à un type particulier, étudié par J.‑C. Bessac dans des carrières du bois des Lens (Nîmes) et qualifiées par lui de « gallo‑grec ».8 Ce type reste non attesté dans le monde classique méditerranéen. Aussi, si le rempart est de technologie et d’inspiration grecques, les modes d’extraction paraissent relever du monde celtique. De tels résultats nous rappellent à quel point l’étude des carrières est primordiale pour l’interprétation des techniques de constructions, des appareils, mais également pour notre compréhension des traditions édilitaires et l’identité des artisans.

Études régionales

6Trois études de cette collection se concentrent sur des fortifications dites rurales ou sur la répartition de fortifications à l’échelle d’une région. C. Balandier et M. Guintrand (p. 425‑446) proposent une nouvelle étude des fortifications de la Thyréatide, région disputée entre Sparte et Argos, avec une nouvelle carte recensant enceintes urbaines, forteresses, tours isolées et routes principales. L’approche régionale permet de déceler des particularités locales et surtout de développer nos connaissances pour des régions qui demeurent encore peu connues et mal étudiées. C’est aussi le cas de l’Épire, dont les fortifications furent longtemps délaissées par la recherche traditionnelle. M.‑P. Dausse (p. 391‑408) rend compte des avancées réalisées depuis quarante ans et propose une excellente cartographie des fortifications de Thesprotie, Molossie et Chaonie. Elle met en garde contre les associations rapides (et souvent fragiles !) entre fortifications et politiques géostratégiques, en promouvant une classification patiente des sites fortifiés afin de dégager l’organisation régionale de l’habitat et tenter de comprendre comment les fortifications s’intègrent dans une complexité territoriale caractérisée par des communautés organisées en ethnè et koina.

  • 9 Cherry et al. 1991, p. 285‑297 ; Lohmann 1993, p. 154‑161 ; Konecny 1997 ; Morris 2001 ; Morris et (...)

7Dans l’étude des fortifications extra-urbaines, une catégorie de vestiges continue à poser de nombreux problèmes d’interprétation : les tours. En effet, ces dernières représentent un type de construction de nature défensive qui fut amené à jouer plusieurs rôles et fonctions. Dans les campagnes grecques du continent et des îles, on trouve des tours érigées dans des fermes ou des complexes agricoles, voire miniers ; des tours construites comme postes de garde ou de guet ; des tours jouant le rôle de phare maritime ou servant encore celui de tombeau familial9. Malgré l’élaboration de certains critères d’ordre topographique et une étude attentive de la céramique de surface, il reste souvent difficile de trancher entre l’une ou l’autre fonction. Le dernier mot doit revenir aux fouilles stratigraphiques, mais malheureusement ces dernières demeurent fort rares. À ce titre, l’article de F. Dakoronia et P. Kounouklas est à relever puisqu’il présente les résultats de plusieurs fouilles conduites sur des tours de Locride Oponte et de Phocide (p. 267‑288). La tour de Sphaka, entre Élatée et Kalapodi, fournit un exemple de tour dans la fonction principale demeure difficile à établir sur les critères de la topographie et de l’architecture. La fouille s’est révélée déterminante. Si la céramique n’offre pas un résultat tranché, elle permet au moins de dater la construction et l’occupation de la tour au troisième siècle avant notre ère. La découverte d’une pointe de lance en fer constitue une découverte exceptionnelle et fournit un indice solide en faveur d’une interprétation de la tour comme un poste de garde. Par ailleurs, les recherches menées dans le périmètre de la tour ont permis de découvrir deux bâtiments et un tronçon de route antiques. Les fouilleurs interprètent la tour et ce complexe comme faisant partie d’un poste de garde édifié le long de la route passant par Élatée pour la garde de ses frontières. L’article présente également d’autres tours qui ont fait l’objet de fouilles et propose de les associer à des tours de guet érigées pour la surveillance des axes de communication de la région.

Fouilles et recensements

8L’importance des fouilles stratigraphiques est soulignée dans chaque contribution de la collection. Dans certains cas, des fouilles ciblées permettent de déboucher sur de réelles remises en question et de réfuter des idées reçues. La fouille conduite par N. Kyriakidis sur les hauteurs de Delphes, aux fortifications dites de Philomélos et associées traditionnellement à l’occupation du site par les Phocidiens durant la 3e Guerre sacrée, a permis de révéler un dispositif fortifié bien plus étendu, tant dans l’espace que dans le temps, qui modifie notre conception de la défense de Delphes (p. 249‑266). Les fouilles révèlent en effet deux systèmes défensifs de conception et de plan différents, l’un daté de la période classique-hellénistique, le second de l’Antiquité tardive.

9Même sans fouilles nouvelles, le recensement systématique de travaux plus anciens à l’échelle d’un site entier permet de déboucher sur des synthèses. L’étude conduite par N. Petrochilos sur les murailles de Chaleion (aujourd’hui Galaxidi) offre une synthèse sur un site peu connu et imparfaitement publié (p. 289‑320). Le rassemblement de la documentation existante, le réexamen des données de fouille, couplé à de nouvelles observations sur le terrain et l’élaboration d’un plan d’ensemble, débouchent sur des résultats excellents, qui permettent de fixer la date de construction des murailles vers 325‑320 avant notre ère, sans doute durant la grande expansion territoriale étolienne.

En guise de conclusion

  • 10 Voir à ce titre la nouvelle étude de la forteresse béotienne d’Éleuthères par une équipe de prospec (...)

10La progression de nos connaissances dans le domaine des fortifications est à saluer, mais il est important d’éviter les erreurs du passé et il faut rappeler que ce domaine d’étude exige des compétences particulières dans des domaines variés. Les complexités architecturales et chronologiques des fortifications sont plus aisément affrontées par des équipes comprenant archéologues, architectes, topographes, céramologues, historiens, épigraphistes, auxquels s’ajoutent prospecteurs et géographes lorsque l’on étudie les fortifications rurales10. Le travail d’équipe réalisé par l’équipe Amphissa s’inscrit dans cette logique (N. Faucherre, N. Kyriakidis, A. Loulelis, N. Petrochilos, D. Ollivier, V. Ory, A. Psalti, A. Tsaroucha et St. Zugmeyer, p. 321‑346). Conduit par une équipe pluridisciplinaire réunissant des spécialistes travaillant entre la Grèce et la Provence, de l’Antiquité à la période ottomane et moderne, ce projet symbolise à plus d’un titre l’esprit de la table ronde d’Aix‑en‑Provence. Cette rencontre, qui paraît aujourd’hui dans le Bulletin de Correspondance Hellénique, confirme, si besoin était, que l’étude des fortifications antiques est actuellement l’un des champs d’études les plus dynamiques en Méditerranée.

Haut de page

Bibliographie

Bessac 1996 = J.‑C. Bessac, La pierre en Gaule Narbonnaise et les carrières du bois des Lens (Nîmes) : histoire, archéologie, ethnographie et techniques, JAR, Suppl. 16 (1996).

Bessac 1999 = J.‑C. Bessac, « Pierres de taille: archéologie et technique », dans La construction. Les matériaux durs : pierre et terre cuite (1999), p. 7‑49.

Bessac 2016 = J.‑C. Bessac, « Techniques et économie de la construction des fortifications en pierre : méthodes et perspectives », dans Frederiksen et al. 2016, p. 129–141.

Cherry et al. 1991 = J. F. Cherry, J. L. Davis et E. Mantzourani, Landscape Archaeology as Long‑Term History. Northern Keos in the Cycladic Islands from Earliest Settlement until Modern Times (1991).

Fachard 2012 = S. Fachard, La défense du territoire d’Érétrie : Étude de la chora et de ses fortifications (2012).

Fachard 2016a = S. Fachard, « A decade of research on Greek fortifications », Archaeological Reports 62 (2016), p. 77‑88.

Fachard 2016b = S. Fachard, « Studying Rural Fortifications: A Landscape Approach », dans Müth et al. 2016, p. 207‑230.

Frederiksen et al. 2016 = R. Frederiksen, S. Müth, P. I. Schneider et M. Schnelle (éds), Focus on Fortifications : New Research on Fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East (2016).

Konecny 1997 = A. Konecny, Hellenistische Turmgehöfte in zentral‑und Ostlykien (1997).

Leriche et Tréziny 1986 = P. Leriche et H. Tréziny (dir.), La fortification dans l’histoire du monde grec (1986).

Lohmann 1993 = H. Lohmann, Atene: Forschungen zu Siedlungs‑ und Wirtschaftsstruktur des klassischen Attika (1993).

Morris 2001 = S. P. Morris, « The Towers of Ancient Leukas: Results of a Topographic Survey, 1991‑1992 », Hesperia 70.3 (2001), p. 285‑347.

Morris et Papadopoulos 2004 = S. P. Morris et J. K. Papadopoulos, « Greek Towers and Slaves: An Archaeology of Exploitation », AJA 109 (2004), p. 155‑225.

Müth et al. 2016 = S : Müth, P. I. Schneider, M. Schnelle et P.D. De Staebler (éds), Ancient fortifications : a compendium of theory and practice (2016), vol. 1.

Sapirstein et Murray 2017 = Ph. Sapirstein et S. P. Murray, « Establishing best practices for photogrammetric recording during archaeological fieldwork », Journal of Field Archaeology 42 (2017), p. 337‑350.

Haut de page

Notes

1 Leriche et Tréziny 1986.

2 Frederiksen et al. 2016.

3 Fachard 2016a.

4 Un modèle en la matière est l’étude d’A. Blomley « A Landscape of Conflict ? Rural fortifications in the Argolid » (thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Oxford sous la direction de M. Stamatopoulou).

5 Sapirstein et Murray 2017.

6 Müth et al. 2016.

7 Bessac 1999 et 2016.

8 Bessac 1996.

9 Cherry et al. 1991, p. 285‑297 ; Lohmann 1993, p. 154‑161 ; Konecny 1997 ; Morris 2001 ; Morris et Papadopoulos 2004 ; Fachard 2012, p. 247‑250 et Fachard 2016b.

10 Voir à ce titre la nouvelle étude de la forteresse béotienne d’Éleuthères par une équipe de prospection multidisciplinaire, dont les résultats ont été présentés par le signataire à la rencontre d’Aix. Voir S. Fachard, S. P. Murray, A. R. Knodell, K. Papangeli, F. Marchand et N. Papazarkadas, « The Fortress of Eleutherai: New Insights from Survey, Architecture, and Epigraphy », à paraître dans Hesperia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvian Fachard, « Conclusion »Bulletin de correspondance hellénique, 143.1 | 2019, 447-453.

Référence électronique

Sylvian Fachard, « Conclusion »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.1 | 2019, mis en ligne le 01 août 2020, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/bch/876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.876

Haut de page

Auteur

Sylvian Fachard

American School of Classical Studies at Athens.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search