Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2Missions topographiques à Latô II...

Missions topographiques à Latô II (2005-2007) : étude de morphologie urbaine

Τοπογραφικές αποστολές στη Λατώ ΙΙ (2005-2007): µελέτη αστικής µορφολογίας
Topographical missions at Lato II (2005-2007): A study of the urban morphology
Hélène Wurmser
p. 555-631

Résumés

Implantée dans le massif du Mirambello, sur un site stratégique de moyenne montagne et au point de passage entre la Crète centrale et la Crète orientale, la ville de Latô se caractérise à la fois par un profil géomorphologique remarquable et par une exceptionnelle qualité de conservation. Trois campagnes de prospection et de relevés, effectuées entre 2005 et 2007, ont permis de dégager les spécificités de sa morphologie urbaine, les schémas récurrents d’implantation du bâti, l’organisation de son système de défense, les modalités de circulation au sein de la ville et son articulation avec le territoire. L’ensemble de ces caractéristiques permet d’entrevoir le rôle central et planificateur de la cité, qui a su tirer le meilleur parti de conditions topographiques exigeantes pour doter Latô d’une organisation efficace et homogène.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 H. Wurmser, A. Farnoux, L. Fadin, S. Apostolakou, « Missions topographiques à Latô I (2005-2007) : (...)
  • 2 Comme au temps du premier relevé complet de Latô effectué par l’archéologue J. Demargne et l’archit (...)

1La rédaction de cet article s’inscrit dans la continuité des recherches et missions de terrain menées à Latô entre 2005 et 2007, sous l’égide de l’École française d’Athènes, et de l’analyse critique du plan de Joseph Demargne publiée en 20071. Après en avoir établi l’intérêt documentaire et les limites d’utilisation, le plan, que nous republions ici (fig. 1), associé à la carte au 1/5000, a pu être utilisé comme point de départ des prospections qui ont conduit à l’analyse de la morphologie urbaine de Latô. Les observations dont il sera question dans cet article ont été faites sans fouilles, eu égard à la qualité générale de conservation du site, mais avec de nombreux nettoyages effectués dans certaines zones de la ville pour en améliorer la visibilité ; elles s’appuient également sur la réalisation de coupes transversales nord-sud et est-ouest, ainsi que sur des coupes localisées dans le Quartier ouest : ces coupes sont représentées par des tirets sur le plan général. Le présent article s’articule autour de trois axes complémentaires qui permettront successivement de synthétiser les spécificités géomorphologiques de Latô, de dégager l’organisation générale de la ville, largement conditionnée par la topographie, et sa morphologie interne2.

Fig. 1 — Plan topographique de Latô avec la localisation des coupes.

Fig. 1 — Plan topographique de Latô avec la localisation des coupes.

Topographie et DAO, EFA/Lionel Fadin ; 1/6000.

  • 3 P.-Y. Balut, « Restauration, restitution, reconstitution », RAMAGE 1 (1982), p. 95-109.
  • 4 R. Westgate, « House and Society in Classical and Hellenistic Crete : A Case Study in Regional Vari (...)
  • 5 Ibid. p. 452.

2Pour mener à bien cette étude, il faut d’abord cerner les caractéristiques géographiques et topographiques qui modèlent l’implantation du site. L’attention portée à l’environnement dans lequel s’établissent les villes antiques apparaît à la fois comme un préalable indispensable et comme un garde-fou contre la tentation souvent grande – et malheureusement de plus en plus souvent assumée – de surinterpréter les plans. Dans le cas de Latô, la pratique de « l’archéologie en chambre » semble particulièrement néfaste, en ce qu’elle minimise considérablement la part des contraintes géomorphologiques qui influent sur les modes de construction et l’implantation du bâti, et qu’elle donne de Latô une image recomposée – une reconstitution au sens plein du terme3 – à partir de la seule typologie des plans, ou des quelques bâtiments publiés, qui ne correspond que très imparfaitement à la réalité du terrain. De ce point de vue, l’article de Ruth Westgate paru en 2007 doit être vivement critiqué4, pour sa méconnaissance manifeste du site lui-même, que ne rattrape en aucun cas la compilation d’articles aussi savants soient-ils. Pourtant, qui s’aventure en-dehors du chemin de visite touristique – au demeurant fort limité – sur les pentes des Quartiers nord et ouest comprendra aisément qu’il n’y a pas à Latô de maisons à péristyle ou même à cour, qui auraient nécessité de gigantesques remblais, que l’on n’y emploie que le calcaire local et que l’on y maintient des traditions constructives fortes, héritées de l’époque archaïque, pour la simple raison qu’elles sont les plus à même de correspondre aux besoins et aux contraintes d’une importante bourgade essentiellement agricole. S’étonner que Latô n’ait aucune ressemblance avec la Délos ou l’Athènes hellénistique est donc un faux problème, d’autant plus superfétatoire que, contrairement à ce que pourrait faire croire un usage immodéré de la typologie, il n’y a, en soi, aucune raison d’attendre que ce que nous appelons aujourd’hui la Grèce ait été uniformément recouvert de maisons à péristyle à l’époque hellénistique. De même, déduire de la simplicité des plans de maisons l’organisation sociologique et politique complète de Latô – le caractère fortement communautaire et égalitaire de son organisation, la grande visibilité des femmes ou l’absence d’esclaves – et a fortiori de toutes les villes qui lui ressemblent, est scientifiquement et méthodologiquement aventureux, sauf à considérer que l’archéologie fait œuvre de fiction. Enfin, comparer, même avec précaution, ces maisons crétoises aux appartements soviétiques de l’ère Khrouchtchev, « dont la conception aurait cherché à amoindrir la nucléarité bourgeoise de la famille stalinienne5 », ne peut que plonger le lecteur dans un abîme de perplexité.

  • 6 Pour la synthèse topographique, voir Fl. Gaignerot-Driessen, De l’occupation postpalatiale à la cit (...)

3À rebours d’une archéologie fictive, il s’agira ici de rendre compte d’un certain nombre d’observations de terrain et de faire mieux connaître le site de Latô dont la topographie exigeante et l’accès difficile limitent généralement la découverte à quelques secteurs balisés qui sont loin de représenter toute l’amplitude de son implantation. Établie en moyenne montagne et au sein d’un relief fortement marqué par les phénomènes karstiques, la ville tire parti de son environnement en exploitant la roche calcaire pour la construction des édifices, en aménageant les pentes par un réseau dense de terrasses et en bénéficiant d’une position privilégiée sur la principale voie de communication qui mène à la Crète orientale6. La situation générale de Latô conditionne ainsi sa morphologie et les modes d’aménagement du site, en lui conférant à la fois des caractéristiques propres et des aspects communs aux sites escarpés du massif du Mirambello auquel il appartient.

Caractéristiques géomorphologiques de Lato

Les premières observations des voyageurs et des archéologues

  • 7 T. A. B. Spratt, Travels and Researches in Crete (1865), p. 130-141.

4L’implantation particulière de Latô et son environnement géographique ont fait l’objet de descriptions et d’explications dès la découverte du site. Ainsi, T. A. B. Spratt note l’importance du système de terrasses, conditionné par les pentes abruptes de l’acropole nord, ainsi que l’emploi exclusif du calcaire local. Il précise que la profonde dépression autour de laquelle s’organise la ville a la forme d’un « cratère », sans pour autant relever d’un phénomène volcanique. Il remarque également que le site de Goulas ne possède aucune source, mais qu’une rivière pérenne coule dans une gorge à proximité du village de Kritsa au sud. La vallée est d’ailleurs cultivée et plantée d’oliviers et de vignes7.

  • 8 F. Halbherr, Museo italiano di Antichità Classica III (1890), col. 645-654.
  • 9 L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI (1895), p. 251-282.
  • 10 A. Evans, « Goulas : the city of Zeus », BSA 2 (1895-1896), p. 184 et note.
  • 11 Le mot « doline » ou son équivalent anglais sont issus de la langue serbo-croate et n’apparaissent (...)
  • 12 A. Evans (n. 10), p. 184.
  • 13 Bulletin de la Société de Géographie 2e série, III (1935), p. 108-127.
  • 14 A. Evans (n. 10), p. 184.

5À la suite des observations d’A. Taramelli et F. Halbherr8, L. Mariani9 est le premier à avancer une explication physique et géologique à la présence de la doline : selon lui, la dépression autour de laquelle s’organise la ville est imputable au phénomène d’érosion hydraulique. Si l’explication théorique est partiellement juste, la représentation qu’il publie d’un système hydrographique s’écoulant par le nord-est depuis le fond de la dépression est contestable et n’a jamais pu être vérifiée sur le terrain (fig. 2). Elle est d’ailleurs critiquée par A. Evans dans son article paru en 1895-189610, qui souligne que l’eau contenue dans la dépression ne peut s’évacuer par l’extérieur. L’auteur définit à son tour le processus chimique et géologique qui conduit à la formation d’une dépression de ce type11 : « Between the Northern and Southern Citadel heights of Goulàs is a remarkable crater-like hollow, the formation of which is mainly due to two causes, the decomposition of the limestone rock by the action of the carbonic acid in the rain-water, and the removal of the absorbed elements by subterranean channels »12. De la même façon, et bien que la plaine de Lakonia, située en contrebas et au nord du site, soit, à la fin du xixe siècle, rendue partiellement insalubre par des résurgences d’eau, L. Mariani suppose qu’elle était probablement habitée et cultivée à l’époque mycénienne. Son opinion est pourtant contredite par le bref compte-rendu du consul A. Fabreguettes13 et les observations d’A. Evans : « At certain seasons of the year the greater part of this plain is completely inundated, and in ancient times, when the rainfall was probably greater, it must have formed a shallow lake »14.

Fig. 2 — Croquis du site de Latô.

Fig. 2 — Croquis du site de Latô.

D’après L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI [1895], p. 251-252.

  • 15 J. Demargne, « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », BCH 25 (1901), p. 282-  (...)
  • 16 Metochia (µετόχια) : hameaux ou maisons isolés, de construction simple, utilisés notamment pour les (...)
  • 17 J. Demargne (n. 15), p. 287.

6L’ensemble de ces remarques sera complété et affiné par les analyses minutieuses de J. Demargne à partir de 1899. Parallèlement aux recherches et aux fouilles qu’il mène sur le site, l’archéologue français parcourt la région dans laquelle s’insère la ville de Latô et relève les caractéristiques géographiques et topographiques de son implantation15. Le site s’inscrit dans une chaîne de montagnes peu élevées qui part de la mer et s’étage sur un axe allant du sud-ouest au nord-est. Il est séparé du massif du Lassithi à l’ouest par un ravin profond et encaissé, ainsi que par les contreforts du Katharo, peu fertile mais propice à l’élevage. En contrebas et au nord, les petites plaines de Mesa et d’Exo Lakonia constituent pour J. Demargne le principal terroir de la ville : « Ces plaines, faute d’un écoulement pour les eaux, sont inondées en hiver et fiévreuses en été. Couvertes du reste de cultures et plantées de beaux arbres, oliviers et caroubiers, elles sont d’une fertilité exceptionnelle et plusieurs metochia16, ou bien sont jetées au milieu comme des îlots de terre ferme ou bien se sont rangées contre les parois des montagnes. C’était la partie riche du terroir à laquelle s’ajoutait la haute vallée du Xeropotamos qui s’en va finir à Kalo Khorio ».17 À la manière des deltas ou des zones lagunaires, la plaine de Lakonia apparaît à la fois comme fertile et insalubre. Si la culture de certains fruitiers y semble possible au début du xxe siècle, l’humidité permanente exclut les plantations de céréales ou de vignes. Quoi qu’il en soit, si la culture de l’olivier est aujourd’hui florissante dans ce terroir, c’est qu’il a bénéficié de vastes travaux de drainage qui montrent sans doute que le lieu restait peu propice à la culture extensive. Le plan de situation générale réalisé par J. Demargne au cours de ses campagnes de recherche complète le dessin d’A. Evans et J. L. Myres (fig. 3) en élargissant la perspective sur les environs de Goulas (fig. 4). Le site s’inscrit dans un paysage au relief accidenté rendu à la plume ; les différentes zones de traits concentriques permettent de figurer les sommets et les dépressions qui jalonnent la région située entre Kritsa et Aghios Nikolaos. Le fait d’inscrire un site antique dans le réseau des voies et des installations urbaines modernes semble de ce point de vue tout à fait exceptionnel pour l’époque.

Fig. 3 — Dessin panoramique du relief entourant Latô.

Fig. 3 — Dessin panoramique du relief entourant Latô.

D’après A. Evans, BSA 2 [1895-1896], fig. 1, p. 173 ; Clichés modernes du paysage, Matthieu Ghilardi.

Fig. 4 — Carte des environs de Goulas.

Fig. 4 — Carte des environs de Goulas.

Par J. Demargne et V. Seyk, BCH 25 [1901], pl. XX.

  • 18 J. Demargne (n. 15), p. 288.
  • 19 J. Demargne (n. 15), p. 289 et note 1.

7La description topographique du site rejoint en revanche les observations faites par les premiers visiteurs : « Au sommet se détachent deux pointes ; entre les deux un creux s’insinue pour aboutir à une passe ou une percée. Si l’on monte par cette rigole, on se trouvera tout en haut en présence d’un singulier phénomène : à cette hauteur la montagne se creuse et forme comme une cuvette ou un entonnoir, ce que les gens du pays appellent « to lako » (le lac). La comparaison d’un cratère vient naturellement à l’esprit »18. La citation de J. Demargne témoigne d’hésitations lexicologiques que l’on ne saurait lui reprocher en ce début de xxe siècle : entre la cuvette, l’entonnoir, le lac, auxquels l’auteur ajoute par la suite l’image géométrique du tronc de cône, aucun terme ne semble tout à fait approprié pour décrire l’étrangeté du relief. Mais si le vocabulaire géomorphologique manque encore à l’époque pour définir avec précision les phénomènes d’érosion, les archéologues montrent, avec un enthousiasme parfois mêlé de perplexité, tout l’intérêt qu’ils portent à l’implantation d’un site dans son environnement. Les conditions géographiques et topographiques particulières de Latô y modèlent en effet les modes de construction et de circulation. La toponymie même du lieu semble refléter des caractéristiques géographiques ou agricoles19. Ainsi, le quartier de Badéna situé au sud-ouest et en contrebas des limites de la ville tire son nom du mot turc désignant l’amandier ; le sommet de l’acropole nord où se trouve une tour évoque un espace aplani (khoreftra) ; le lieu-dit Goulas viendrait du nom « goula » indiquant un endroit creusé et encaissé.

Prédominance des phénomènes karstiques et dynamique torrentielle

  • 20 Les définitions que nous donnons des principales formes du relief karstique sont reprises de M. Der (...)
  • 21 Chr. Siart, M. Ghilardi et I. Holzhauer, « Geoarchaeological study of karst depressions integrating (...)

8Les missions topographiques et géomorphologiques réalisées entre 2005 et 2007 ont, de ce point de vue, permis de nommer et de définir précisément les phénomènes visibles à Latô et dans les environs. La région du Mirambello se caractérise en effet par la prépondérance des phénomènes karstiques dus à la présence de roches sédimentaires calcaires. L’omniprésence des roches carbonatées dans le secteur de Latô favorise une morphologie karstique très marquée par la présence de dépressions de dimensions variables. Le relief se forme ainsi selon des processus d’érosion par dissolution de la roche qui créent des paysages spécifiques20. La description des phénomènes qui caractérisent l’environnement immédiat de Latô est largement nourrie des observations faites par M. Ghilardi21 au cours des deux campagnes d’août 2006 et avril 2007. Elles ont également été corroborées par les missions effectuées à Dréros.

  • 22 Les éléments de description géomorphologique des dolines sont dus à Matthieu Ghilardi que je remerc (...)
  • 23 La doline centrale de Latô a un diamètre maximum de 200 m. Le fond se situe à 311 m d’altitude alor (...)

9Dans cet ensemble, la doline est le phénomène karstique qui caractérise sans doute le mieux le site de Latô. Il est aussi celui qui a le plus frappé les voyageurs, comme le montrent leurs témoignages. Il s’agit d’une dépression de forme ovale dont le bord est souvent en pente raide et où la roche affleure ; la terre tapisse le fond de la dépression et la transforme en espace de culture. La doline offre ainsi généralement un profil en baquet, mais certaines dolines ont une forme de transition entre celle d’un baquet et celle d’un entonnoir. L’origine des dolines semble due à l’existence d’un point d’absorption puisque l’eau de la dépression fermée ne peut s’écouler, après la pluie, que vers la profondeur22. Outre la ville elle-même, l’environnement immédiat de Latô est implanté sur un réseau de cinq dolines réparties sur un axe nord-sud est (fig. 4). Le site est construit partiellement autour de la première doline (fig. 5), dont la forme en entonnoir et l’encaissement profond et abrupt ont contribué à son identification comme « cratère » par les premiers archéologues et voyageurs23. Les quatre autres dolines font pleinement partie du terroir de Latô ; encore exploitées aujourd’hui, leur culture et leur végétation varient en fonction de leur profil géomorphologique. Ainsi, à 1400 m au sud-est de Latô, s’étend une vaste doline (250 × 140 m) dont la surface plane est entièrement consacrée aujourd’hui à la culture des oliviers (fig. 6). Des travaux de creusement ont révélé la présence d’eau à peu de distance de la surface, ainsi que les traces d’arrachement d’un mur manifestement antique (fig. 7). Sur le côté ouest a été repérée une canalisation en pierre pour le drainage ou l’irrigation (fig. 8), ainsi que de très nombreux tessons. De même, à 300 m de là, une dernière doline forme un profond entonnoir (250 m de dénivelé pour un diamètre de 75 m) aux parois très relevées et parcourues de failles, caractéristiques des reliefs karstiques. Le couvert végétal y est très dense et le taux d’humidité élevé, ce qui explique la présence d’une végétation hygrophile comme les osiers. La culture d’amandiers, manifestement abandonnée aujourd’hui, s’étage en terrasses construites sur la paroi intérieure sud de la dépression ; certaines d’entre elles pourraient être antiques.

Fig. 5 — Doline 1 autour de laquelle est construite la ville de Latô.

Fig. 5 — Doline 1 autour de laquelle est construite la ville de Latô.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 6 — Doline 4 plantée d’oliviers.

Fig. 6 — Doline 4 plantée d’oliviers.

Cliché Matthieu Ghilardi.

Fig. 7 — Mur antique partiellement arraché dans la doline 4.

Fig. 7 — Mur antique partiellement arraché dans la doline 4.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 8 — Dispositif d’irrigation ou de drainage.

Fig. 8 — Dispositif d’irrigation ou de drainage.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 24 Comme me l’a fait remarquer O. Picard, le grec moderne désigne ce phénomène par le mot καταβόθρον ((...)
  • 25 Explications fournies par Matthieu Ghilardi.

10Par opposition à ce type de relief très accidenté, la région de Latô se caractérise également par une zone de plaine : un poljé. Le poljé désigne une plaine karstique fermée, large de quelques centaines de mètres à quelques kilomètres, qui contraste par sa platitude et souvent par sa mise en culture avec les plateaux karstiques pierreux qui la bordent. Les bords du poljé sont en pente forte ; le fond plat est tapissé d’une terre de décalcification. Une rivière parcourt souvent ce fond mais ne peut sortir que souterrainement par un gouffre appelé ponor24. Après de longues pluies, le calcaire peut être chargé d’eau et le ponor cesse de l’absorber, de sorte que le fond du poljé est temporairement inondé25. La plaine de Lakonia, ainsi nommée dans la plupart des publications, est en fait constituée de deux poljés, celui de Flamouriana (Meso Lakonia) et celui d’Exo Lakonia (fig. 9). La longueur maximale de la dépression fermée est de 2,2 km et la largeur maximale de 850 m. Les deux poljés sont aujourd’hui consacrés à la culture intensive de l’olivier pour laquelle d’importants travaux de drainage et d’irrigation ont été effectués au cours du xxe siècle.

Fig. 9 — Poljés de Flamouriana et d’Exo Lakonia.

Fig. 9 — Poljés de Flamouriana et d’Exo Lakonia.

D’après un cliché de Matthieu Ghilardi.

11De ce fait, le réseau hydrographique naturel est aujourd’hui très limité dans les environs de Latô. Au pied ouest du site court un talweg relativement profond, mais dans lequel aucun écoulement d’eau n’a été constaté, même au printemps. Il sert aujourd’hui de dépotoir à ciel ouvert et l’importance de la végétation qui croît sur ses parois semble confirmer que l’eau y ruisselle, sans toutefois s’y déverser avec suffisamment de violence et d’abondance pour empêcher la croissance des jeunes pousses. En revanche, les talwegs qui marquent la région nord de Kritsa connaissent probablement encore un régime hydrologique torrentiel, comme le montrent le caractère dénudé de leurs parois, les nombreux dépôts sédimentaires visibles en amont et les blocs, tantôt fortement émoussés, tantôt très anguleux déposés dans le lit du cours d’eau (fig. 10). Les poljés et les dolines constituent ainsi une réserve d’eau intéressante, moins comme apport direct que comme nappe souterraine propice aux cultures. Comme je l’ai évoqué plus haut, le secteur de Latô et la zone qui s’étend au sud sont jalonnés de cinq dolines, dont trois au moins contenaient suffisamment d’eau pour permettre des plantations céréalières. Les poljés de Lakonia et de Flamouriana étaient également régulièrement humides, comme en témoignent tous les récits de voyageurs. La présence ancienne de hameaux ou de fermes isolées (metochia) confirme la vocation agricole de ces surfaces importantes qui faisaient incontestablement partie du terroir de la ville. Il est possible que les résurgences aient servi ponctuellement à l’approvisionnement des maisons les plus proches, mais les réserves en eau de Latô proviennent essentiellement du dense réseau de citernes construites au sein des quartiers. En effet, Latô ne possède aucune source d’eau vive en ville ou à proximité. Pour pallier ce manque essentiel à la survie d’une communauté, les habitants ont creusé et bâti un nombre très important de citernes de grande contenance dont il sera plus précisément question dans le chapitre consacré à la morphologie urbaine.

Fig. 10 — Talweg de Kritsa.

Fig. 10 — Talweg de Kritsa.

Cliché Matthieu Ghilardi.

Localisation et topographie générale du site

Un passage obligé entre la Crète centrale et la Crète orientale dans l’Antiquité : une situation topographique exceptionnelle

  • 26 Voir le même constat et les rapprochements avec l’Anavlochos dans Vasso Zographaki, Florence Gaigne (...)
  • 27 P. Demargne, « Recherches sur le site de l’Anavlochos », BCH 55 (1931), p. 365.

12Dans l’Antiquité comme de nos jours, la voie qui permet de relier la Crète centrale et la Crète orientale nécessite de contourner l’énorme massif du Lassithi par le nord (fig. 11). La route nationale qui permet aujourd’hui de relier rapidement Héraklion à Aghios Nikolaos en passant par Mallia a sans doute profondément changé notre perception du réseau viaire antique, mais conserve le tracé du seul passage possible entre les différentes montagnes de la région. Montant de la plaine de Mallia vers le Sélinari, elle s’engouffre dans le défilé de Vrachasi, traverse la plaine de Néapolis avant de descendre en pente douce vers la ville d’Aghios Nikolaos. Ce faisant, elle laisse au nord les villes antiques de l’Anavlochos et de Dréros qui constituaient les étapes du voyage vers Olonte au nord-est, Latô, puis Istron au sud26. L’existence de la cité de Milato, située sur la côte nord et à l’est de Mallia, ainsi que les vestiges d’un chemin turc signalé et emprunté par P. Demargne27 pour se rendre de la plaine de Milato à la région du Mirambello, semblent suggérer que la route antique passait probablement plus à l’est que la route actuelle.

Fig. 11 — Carte de situation de Latô dans le massif du Mirambello.

Fig. 11 — Carte de situation de Latô dans le massif du Mirambello.

D’après O. Picard, P. Ducrey, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest, habitations et défense », BCH 120-2 [1996], p. 722, fig. 1.

13Pour rejoindre Latô à partir de Néapolis, le développement d’Aghios Nikolaos et la poursuite de la route nous ont fait oublier l’importance du passage par l’intérieur des terres qui est pourtant le plus direct. Les voyageurs comme T. A. B. Spratt l’ont d’ailleurs emprunté en traversant les poljés de Flamouriana et de Lakonia. Arrivé à hauteur de la ville, il faut aujourd’hui quitter la route et prendre vers l’ouest en direction du village de Kritsa en contournant le massif du Thylakas par le sud-est. À Kritsa, un embranchement remonte vers le nord et conduit au site de Latô. Quoique l’entrée moderne du site ait été déplacée vers l’ouest, la route qui y mène se termine toujours en impasse, donnant l’image d’une ville isolée au sein d’un relief fortement accidenté. Elle était cependant reliée au sud et au nord, par des voies dont les tracés sont aujourd’hui peu visibles et dont nous reparlerons. Si les routes modernes suivent un autre chemin, elles desservent pourtant les mêmes espaces géographiques : un réseau de routes secondaires ou de campagne permet d’accéder aux villages des poljés fertiles de Flamouriana et de Lakônia, au nord et en contrebas des ruines ; il conduit également aux contreforts du Lassithi et au massif du Katharo au sud, avant de redescendre vers Hiérapétra ou Mallès. La route nationale qui mène d’Aghios Nikolaos à Sitia suit en revanche les circonvolutions de la côte en passant par Istron et Pachia Ammos, avant de rejoindre le pied des massifs montagneux plus à l’intérieur des terres.

  • 28 L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI (1895), p. 251-282 et J. Demargne, « Les ruines de Goul (...)
  • 29 Voir également la recension des fortins identifiés entre Dréros et Olonte, et notamment dans le mas (...)
  • 30 A. Brown, Arthur Evans’s Travels in Crete 1894-1899, BAR International Series 1000 (2001), p. 201-2 (...)
  • 31 Le nom Akhladiès est donné par les gens de la région comme équivalent du lieu-dit Roukouni et de la (...)

14A. Evans, puis J. D. S. Pendlebury s’intéressent particulièrement aux routes qui desservent Latô et aux relations de communication que le site entretient avec le massif du Katharo d’une part, le Mirambello d’autre part. La route qui mène à la ville de Lyttos, de l’autre côté du massif du Lassithi, a été suivie par L. Mariani sur l’ensemble de son tracé28. Les voies du sud-ouest et du nord-est sont jalonnées de forts ou de postes d’observation qui assurent la surveillance du territoire latien29. Le caractère militaire et défensif de ces constructions est cependant loin d’être évident. L’opinion d’A. Evans sur ce point témoigne surtout de sa tentative de reconstruction de la société supposée mycénienne de Latô. En effet, leur mode de construction ne diffère pas nécessairement de celui que l’on observe à Latô même et certains ensembles ont un accès direct à une citerne. La régularité de leur implantation n’exclut pas qu’il puisse aussi s’agir de metochia implantées dans une zone de pâturage sans doute particulièrement fréquentée dès l’Antiquité. Certaines de ces ruines ont été vues et localisées entre les visites d’A. Evans à la fin du xixe siècle et les explorations de M. S. F. Hood en 1948. Dans son ouvrage de synthèse sur les voyages d’Evans en Crète, A. Brown signale qu’elle a eu accès aux notes prises par Hood au cours de son repérage des forts situés sur la route de Kritsa au Katharo. La voie ancienne est recoupée à intervalles réguliers par la route moderne. De part et d’autre, des vestiges antiques ont été repérés et relevés, notamment grâce aux bergers de la région. J’en dresse ici la liste telle qu’elle apparaît dans la note d’A. Brown sur l’entreprise de M. S. F. Hood30 : Astividopo ; Plaka Roukhana, à quinze minutes de marche d’Astividopo ; Akhladiès31 à une demi-heure du précédent ; Khodra Karakia, à quinze minutes ; Paterageorghi Sternes ; Koprana ; Amigdalia Spitaki à cinq minutes à l’est de Koprana ; Skamia.

15Bien qu’il ne soit pas question de traiter ici du territoire de Latô et de ses limites, la présence de ruines nombreuses sur le tracé de la route ancienne documente l’importance de la voie ouest menant vers le Katharo et, au-delà, le Lassithi. Mais la liste des metochia et fortins repérés met cependant en évidence le problème central des études de territoire, à savoir le recoupement, réel ou supposé, des toponymes modernes et antiques. Sur les huit noms rapportés par Hood, seuls deux (Paterageorghi et Skamia) se retrouvent encore sur les cartes au 5000e et au 10000e ; et encore ne s’agit-il que de toponymes concernant une zone entière, un massif et non un lieu-dit précis. Pour le toponyme d’Akhladiès, nous disposons en outre de trois autres synonymes d’après les observations d’Evans et de Hood, dont aucun n’est plus reporté sur les cartes. La difficulté se double du problème de l’identification des toponymes modernes avec ceux conservés dans les inscriptions traitant du territoire de Latô.

  • 32 Signalons que S. Apostolakou, ancienne éphore d’Aghios Nikolaos et M. Sorou, historienne et préside (...)

16L’accès à la ville elle-même se faisait par une route principale venant du nord et traversant les poljés de Flamouriana et de Lakonia. À l’extrémité sud du poljé de Flamouriana, le chemin débutait son ascension en lacets réguliers sur les pentes de l’acropole nord avant de contourner le site pour rejoindre la Porte ouest. Ce chemin antique, emprunté notamment par Spratt lors de sa visite, est conservé dans le tracé du caldérim qui permet encore aujourd’hui de descendre jusqu’à la plaine (fig. 12). Il représente le seul passage depuis Kritsa vers Lakonia jusqu’au milieu du xxe siècle et a fait l’objet de restaurations, notamment en 1915, sur décision du conseil municipal de Kritsa32. Il est soigneusement pavé de petites pierres et jalonné de marches basses qui permettent une montée régulière, à pied ou à dos d’âne. Certaines sections peuvent faire jusqu’à trois mètres de large.

Fig. 12 — Le caldérim ancien menant à Latô.

Fig. 12 — Le caldérim ancien menant à Latô.

Cliché Hélène Wurmser.

Orientation générale du site et répartition des quartiers

  • 33 L’évaluation a été approchée à partir de la carte au 1/5000 et du plan de 1901, en traçant un polyg (...)
  • 34 J. Demargne, « Fouilles à Latô en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 206-232.

17L’escarpement du site et les grandes variations du relief ont conduit à la relative dispersion des quartiers et à l’expansion de la ville sur une surface maximale de 60 ha33. Le centre civique et religieux s’implante naturellement à l’endroit le plus propice au développement architectural complexe, à savoir dans la zone d’ensellement plane et de forme trapézoïdale qui sépare les deux acropoles (fig. 13). Le second quartier différencié par les fouilles de J. Demargne est situé le long du côté sud de la rue qui mène à l’agora et a été identifié par l’archéologue comme une sorte de quartier artisanal34. À partir de cette rue, mais du côté nord cette fois, s’étendent les principaux secteurs d’habitation répartis sur les flancs de l’acropole nord. Les différents quartiers comportent des spécificités d’orientation, d’implantation et d’organisation qui leur sont propres (fig. 14) :

Fig. 13 — La zone de l’agora vue depuis le sud.

Fig. 13 — La zone de l’agora vue depuis le sud.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 14 — Plan Seyk.

Fig. 14 — Plan Seyk.

Publié par J. Demargne dans le BCH 25 [1901].

  • Le Quartier ouest s’étend depuis la rue principale – que l’on appelle la rue Demargne – jusqu’à la clôture moderne implantée sur une ligne de rupture d’orientation de la montagne. L’extrémité supérieure du quartier monte jusqu’à l’emplacement de la tour de l’acropole nord au lieu-dit Khoreftra. Il est caractérisé par des terrasses relativement larges dans la partie supérieure du quartier ; elles permettent souvent la construction sur un même niveau d’une maison, d’une citerne et d’une rue. Les différents bâtiments sont nettement distingués les uns des autres par de larges espaces laissés libres et des zones de circulation relativement bien lisibles. Le quartier est tout entier orienté au nord-ouest ; il domine la route d’accès principal de la ville et offre une vue sur le massif aride du Lassithi à l’ouest.
  • Le Quartier nord s’étend depuis la clôture vers le nord-est jusqu’à la « ligne de rochers à pic » notée par J. Demargne dans le plan de 1901. Contrairement au Quartier ouest, ce secteur est construit sur les pentes les plus fortes du site, dont la déclivité est fréquemment comprise entre 50 et 60 %. Pour résister à la poussée des terres, les terrasses sont plus nombreuses, souvent plus élevées, mais moins étendues en largeur : le mur de terrasse est ainsi fréquemment surélevé pour constituer également le mur de façade latérale du bâtiment qu’il porte. Ce réseau dense et resserré ne permet pas toujours de visualiser le réseau viaire qui dessert le quartier. Les murs massifs et nombreux sont pourtant dans un état remarquable de conservation, preuve que les rigueurs et contraintes du relief ont influé en bonne part sur les exigences constructives et techniques. Le quartier est orienté au nord-est et dispose d’une vue imprenable sur l’ensemble des poljés de Flamouriana et Lakonia jusqu’à Aghios Nikolaos.
  • Agaratiès : à l’extrémité sud-est du site, le quartier d’Agaratiès est construit sur un espace relativement plan surplombant partiellement la « pente raide » qui ferme la doline à l’est. La présence de clôtures et d’enclos de bergers, la densité de la végétation en certains endroits ainsi que la construction moderne d’une aire à battre (fig. 15), ont profondément perturbé les vestiges. Il a été particulièrement difficile d’identifier les structures relevées sur le plan Demargne, malgré le repère que constitue la maison A étudiée par V. Hadjimichali35. Le quartier est orienté à l’est et au nord où il est limité par une ligne de rochers à pic qui en interdisent l’accès. Il permet de contrôler les poljés en contrebas et le port d’Aghios Nikolaos selon une meilleure perspective que depuis le Quartier nord. Il est le seul à ne pas être aménagé sur des terrasses et se caractérise également par des édifices à l’aspect de « nid d’abeilles », si l’on en croit le dessin du plan. L’enchevêtrement des murs y est dense, mais les arbres et les buissons en cachent totalement l’organisation précise.

Fig. 15 — Aire à battre moderne dans le secteur d’Agaratiès.

Fig. 15 — Aire à battre moderne dans le secteur d’Agaratiès.

Cliché Hélène Wurmser.

  • Sur les parois internes de la doline, et particulièrement sur les flancs est et ouest, s’étage un autre quartier organisé notamment autour d’une grande citerne (fig. 60). À l’extrémité nord, les constructions s’appuient sur le rocher entaillé et travaillé. Dans le reste de la pente, la densité de la végétation et la poussée des terres ont fortement dégradé les conditions d’observation et de conservation des vestiges (fig. 16). Les éboulements y sont nombreux et la visibilité souvent mauvaise. Seul un édifice a été identifié avec certitude : il s’agit probablement d’une maison dont les murs ont été partiellement déchaussés par des fouilles, tandis que les déblais ont été rassemblés au centre de la pièce. Nous n’avons cependant pas trouvé trace de ce dégagement dans les archives ou dans les articles concernant Latô. Le quartier est orienté vers le fond de la doline à l’ouest, mais la partie supérieure nord regarde vers le sud et l’ouest puisqu’elle est directement adossée au rocher.
  • Badéna : ce quartier est le plus excentré de Latô et se situe en contrebas et à l’ouest de la rue principale. Il s’étage sur une surface restreinte de part et d’autre du chemin qui mène à la chapelle d’Aghios Antonios mentionnée sur le plan, mais se trouve recouvert par une végétation dense et abondante qui masque la plupart des vestiges. Les quatre citernes figurées sur le plan Demargne ont cependant pu être repérées. Le quartier suit l’axe d’orientation de la rue Demargne en direction du nord-ouest.

Fig. 16 — Vestiges de maison dans la pente O de la doline.

Fig. 16 — Vestiges de maison dans la pente O de la doline.

Cliché Hélène Wurmser.

18Si l’on exclut les secteurs de la rue Demargne, de l’agora et du temple, les quartiers de Latô sont fonctionnellement indifférenciés, avec une prédominance de l’habitat, si l’on en juge par la répétition d’un certain nombre de schémas architecturaux. À ces quartiers constitués d’un ensemble de bâtiments, il faut ajouter le sommet de l’acropole sud, le lieu-dit Pyrgos, l’emplacement du fort et la nécropole :

19– Au sommet de l’acropole sud se trouve un édifice d’une certaine importance qui a été l’objet de nombreuses interprétations dès sa découverte, par A. Taramelli et L. Mariani, puis par A. Evans. Les premiers, ainsi que J. Demargne, l’ont identifié comme un temple, tandis qu’Evans reconnaissait l’emplacement du palais, à l’image du mégaron de Troie. La construction en est soignée et le plan du bâtiment semble en effet exclure une simple habitation, sans que l’on puisse avancer d’autres hypothèses, en l’absence d’une véritable étude.

  • 36 M. Nowicka, Les maisons à tour dans le monde grec (1975) ; P. Grimal, « Les maisons à tour hellénis (...)

20– Au lieu-dit Pyrgos, quelques murs ont pu être identifiés. Bien que la construction soit située sur une pente douce et que la végétation n’y soit pas particulièrement dense, les murs observés par J. Demargne ont bien mal résisté au passage du temps. Le toponyme suggère pourtant la présence d’une tour qui pourrait allier des fonctions défensives et agricoles36. La proximité de ce secteur avec le village de Kritsa a pu éventuellement encourager la population à utiliser Pyrgos comme carrière à l’époque contemporaine. J. Demargne précisait notamment que la rue qui longeait la zone à l’ouest était soutenue par un mur de terrasse dont il ne reste aujourd’hui aucun élément identifiable. Quoi qu’il en soit, Pyrgos constitue un relais sur l’axe reliant les deux acropoles et le mont Thylakas qui domine l’ensemble du site en culminant à 520,26 m d’altitude. Il offre une vue panoramique sur le Lassithi à l’ouest (fig. 17), Aghios Nikolaos à l’est, Latô au nord, le Thylakas au sud.

Fig. 17 — Panorama sur le site de Latô depuis l’est.

Fig. 17 — Panorama sur le site de Latô depuis l’est.

Cliché Hélène Wurmser.

21– L’appellation de « fort » est reprise de l’identification proposée par J. Demargne sur le plan de 1901. Comme pour les constructions qui jalonnent les routes anciennes de la région, il n’est pas certain que le rôle militaire et défensif ait été prépondérant. La localisation de ruines dans un secteur densément terrassé a pu également servir à des fonctions agricoles de stockage ou de production. Nous avons effectivement repéré un ensemble de murs antiques situé à l’est et en contrebas du quartier d’Agaratiès (fig. 18). Les constructions sont réparties sur une sorte de contrefort rocheux en surplomb des terrasses menant au poljé de Flamouriana. Si la situation isolée peut faire penser à un avant-poste à caractère militaire, la construction et l’organisation du bâtiment ne diffèrent en rien de celles que l’on observe à l’intérieur de la ville ; il est notamment pourvu d’une citerne.

Fig. 18 — Emplacement du fort vu depuis l’ouest.

Fig. 18 — Emplacement du fort vu depuis l’ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 37 « Il sera question, dans un article suivant, des tombeaux qui ont été découverts en différents endr (...)
  • 38 H. Wurmser, A. Farnoux, L. Fadin, S. Apostolakou, « Missions topographiques à Latô I (2005-2007) : (...)

22– La nécropole. Le plan publié en 1901 comportait, en haut et sur la droite (nord-est), la mention et le dessin d’une tombe. La représentation laissait présager, peut-être impru-demment, l’existence d’une sorte de tombe à tholos pourvue d’un dromos. L’auteur annonçait en outre dans le même article la préparation d’une étude générale sur les sépultures découvertes à Latô37. Son décès prématuré et la disparition de ses archives ont depuis lors laissé cette question en suspens, sans qu’elle soit même évoquée par A. Reinach ou P. Demargne38. La première mission effectuée sur le site en 2005 se donnait pour but d’évaluer la validité du plan Demargne dans le relevé et la localisation des vestiges. La tombe, comme les autres parties du site, ont ainsi fait l’objet d’une prospection qui s’avéra infructueuse. L’exploration de ce secteur a certes permis d’identifier un certain nombre de murs que l’on pourrait dater de l’Antiquité, mais l’ensemble est très perturbé par les terrasses de culture modernes. Outre la présence d’une végétation particulièrement agressive et d’éboulis nombreux dans une pente relativement forte, l’imprécision du plan s’est révélée ici insurmontable. Dessinée en bordure d’un plan général dont nous ne possédons aucune épreuve originale, la tombe peut avoir été placée « pour mémoire » et à titre indicatif. L’absence de toute autre construction ou précision du relief à cet endroit empêche que l’on puisse se caler sur un élément sûr et encore aujourd’hui repérable. Enfin, l’analyse critique et les essais de calage du plan sur la carte au 5000e nous ont montré combien les distorsions pouvaient être importantes, particulièrement dans les zones les plus éloignées et les plus accidentées. Le périmètre de prospection lui-même n’est donc pas fermement établi et il conviendra de reprendre les recherches pour relever et géoréférencer les nombreux murs du secteur.

23L’aménagement des différents quartiers de Latô donne à la ville une étendue particulièrement importante qui tire parti des contraintes topographiques du terrain tout en servant des objectifs défensifs. En effet, chaque quartier permet de contrôler l’environnement, depuis les hauteurs du Lassithi jusqu’au port d’Aghios Nikolaos. Passage obligé sur la route menant de Crète centrale en Crète orientale, Latô n’est pourtant pas d’accès facile et les visiteurs de passage pouvaient être vus de loin cheminant sur le caldérim ouest. L’intérêt d’une telle situation est manifestement d’avoir associé aux défenses naturelles du relief une localisation particulièrement attractive sur une voie de communication essentielle de la Crète.

  • 39 B. Gauthiez, Espace urbain. Vocabulaire et morphologie (2003), p. 110.

24Implanté sur un site accidenté, l’urbanisme de Latô doit donc s’adapter aux spécificités topographiques qui conditionnent les modes de construction, ainsi que les modes d’élaboration de la voirie et du bâti. Selon la définition fournie par B. Gauthiez, la morphologie urbaine est « l’étude de la forme physique de l’espace urbain. (…) Par extension, [elle détermine la] configuration formelle et la structure de l’espace urbain, l’ensemble des liens spatiaux et fonctionnels organisant entre eux les édifices, les aménagements urbains »39. Après avoir cerné les caractéristiques topographiques et géomorphologiques du site, il convient de mener l’analyse des spécificités de Latô en matière de voirie, d’aménagement du parcellaire et d’implantation du bâti.

Analyse de la morphologie urbaine de Latô

Les accès de la ville

  • 40 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 295 pour le texte et la traduc (...)

25Sur le plan publié en 1901, J. Demargne identifie cinq « portes » desservant les différents quartiers : une porte au nord, deux portes à l’ouest ainsi qu’à l’est. Ce nombre apparaît d’emblée comme très important pour une ville de cette taille et difficilement compatible avec les fortes pentes qui entourent le site, puisque la présence d’une porte suppose l’existence d’une voie d’accès praticable. Le terme même de porte sous-entend en outre une clôture de l’espace. Or, l’absence remarquable de mur d’enceinte continu entourant la ville laisse apparemment libres les conditions d’accès aux quartiers, rendant de ce fait possible que certaines de ces portes soient en réalité des poternes ou de simples passages ménagés pour les habitants de la ville. Leur nombre s’accorderait alors davantage avec ce que Philon de Byzance décrit des systèmes de défense dans le livre V de la Syntaxe mécanique40. Certains quartiers ne sont en effet limités que par les obstacles naturels, ruptures de pente ou lignes de rochers à pic signalées sur le plan (fig. 14). À partir des informations publiées par J. Demargne lui-même, nous avons donc entrepris de vérifier la validité de l’identification en prospectant dans les secteurs concernés et en relevant tous les éléments de construction et de topographie qui pouvaient soutenir ou infirmer l’hypothèse de départ.

La Porte ouest

  • 41 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest. Habitations et défense », BCH 120 (199 (...)
  • 42 Voir la synthèse de N. Coutsinas, Défenses crétoises: fortifications urbaines et défense du territ (...)
  • 43 J. Demargne, « Fouilles à Latô, en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 207. Voir aussi la planche  (...)

26La Porte ouest, appelée porte 14 sur le plan Demargne, est le seul accès parfaitement évident de la ville et sans doute la seule « porte » de Latô, à proprement parler. Elle est le point d’aboutissement du caldérim ancien qui serpente sur les pentes basses du Quartier ouest depuis le poljé de Flamouriana. Les caractéristiques de sa construction l’apparentent à un bastion et la placent parmi les meilleures réalisations de l’architecture latienne. Elle a été décrite précisément dans un article d’O. Picard et P. Ducrey41 et je rappelle ici brièvement ses principaux traits qui serviront d’éléments comparatifs pour l’appréciation des autres accès. La porte est une construction rectangulaire, selon un plan à corridor42, de 7,40 m sur 5,20 m ; elle ménage à l’ouest un passage de 3,20 m. Les murs en sont particulièrement épais et se caractérisent par un appareil isodome rectangulaire qui contraste avec l’appareil polygonal employé pour le mur fortifié de la rue Demargne. Comme pour la rue qui la prolonge, le sol du corridor est pavé de petites pierres. Le puissant bastion ainsi formé présente en réalité une succession de trois passages de plus en plus réduits d’ouest en est, interdisant le passage des chars et fermés dans l’antiquité par des portes de bois à un ou deux battants. J. Demargne précise que l’ensemble de la construction devait faire environ deux mètres de hauteur et qu’elle était couverte ; depuis l’intérieur de la ville et à l’angle extérieur nord-est de la porte, on accédait à « une galerie supérieure par un escalier dont les premières marches sont entaillées dans le rocher »43. La Porte ouest est donc un élément essentiel du dispositif de défense de la ville en même temps que son accès principal (fig. 19). Elle est complétée sur un axe est-ouest par deux murs fortifiés – en trait gras sur le plan – qui barrent le passage sud, le plus facilement accessible.

Fig. 19 — Porte ouest vue du sud.

Fig. 19 — Porte ouest vue du sud.

Cliché Hélène Wurmser.

Le secteur de la Porte 15

27Perpendiculairement à la Porte ouest et en contrebas, sur l’axe de la rue, J. Demargne identifie une deuxième porte. Selon le plan, elle prend la forme d’un passage entre deux bastions. La prospection menée dans le secteur s’est révélée décevante : seul le bastion sud a pu être repéré avec quelque certitude. Il s’agit en fait d’une construction assez légère de moellons et non de blocs similaires à ceux mis en œuvre dans le mur de fortification ou la Porte ouest. Il existe bien un passage entre cette construction et les ruines situées plus au nord, mais l’ensemble qui s’étend depuis la Porte jusqu’à ce niveau n’est plus qu’un immense éboulis où pousse une végétation abondante (fig. 20). On ne peut donc pas conclure que la porte 15 en est véritablement une. Elle constitue sans doute plutôt l’aménagement d’une rue importante qui permettait notamment de relier le quartier de Badéna et le Quartier ouest. Il est d’ailleurs impossible de passer directement de la porte 15 à la rue Demargne : le plan de 1901 est de ce point de vue particulièrement trompeur en l’absence de courbes de niveau. En effet, le secteur est séparé de celui de la Porte ouest par une rupture de pente soutenue par un haut mur (fig. 37). Ce dernier barre le passage et renforce ainsi le rôle défensif de la porte principale en empêchant que l’on puisse la contourner par le sud et l’ouest. En cas de danger, il est probable que le système de défense laissait à l’extérieur Badéna et la zone de transition de la porte 15, tous deux accessibles directement depuis le caldérim. En temps normal, les habitants de ces secteurs gagnaient le centre de la ville et les autres quartiers en empruntant la porte la plus à l’ouest signalée dans le mur de fortification (fig. 21). Elle s’ouvre sur une pièce trapézoïdale qui en fait une sorte de porte à cour. Le plan suggère en outre, du moins si l’on se fie à l’interprétation de la charte graphique utilisée, qu’une citerne s’adosse à la face externe du mur de fortification et à gauche de la porte. On ne peut toutefois en observer les vestiges, l’espace étant aujourd’hui occupé par un important empierrement moderne. En contrebas, nous avons repéré la fin du mur fortifié ou plutôt son arrachement (fig. 22). Seuls un nettoyage minutieux et d’éventuels sondages permettraient de savoir s’il se poursuivait plus bas, assurant la protection de la partie sud-ouest du quartier. En tout état de cause, on comprend difficilement son interruption brutale figurée sur le plan et observée sur le terrain, quoique J. Demargne n’ait fait aucune remarque sur ce point.

Fig. 20 — Le secteur de la Porte 15 vu du Nord-Ouest.

Fig. 20 — Le secteur de la Porte 15 vu du Nord-Ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 21 — La porte la plus à l’ouest du mur fortifié et l’alignement de moellons qui la précède pour constituer un pas d’âne.

Fig. 21 — La porte la plus à l’ouest du mur fortifié et l’alignement de moellons qui la précède pour constituer un pas d’âne.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 22 — Arrachement du mur fortifié à son extrémité ouest.

Fig. 22 — Arrachement du mur fortifié à son extrémité ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

L’accès nord

28À l’opposé du quartier et de la Porte ouest, le plan fait état d’un troisième accès à la ville par le nord. Là encore, la porte est en réalité un passage ménagé entre deux bâtiments dont l’architecture ne diffère pas des simples maisons. Étant donné la forte déclivité de la pente dans ce quartier, il est bien peu probable que ce côté de l’acropole ait constitué un véritable accès à la ville. Lors de la réalisation de la coupe topographique nord-sud, nous avons arpenté l’ensemble de la montagne de ce côté, depuis la route moderne qui longe le poljé de Flamouriana. Des terrasses réservées à la culture des oliviers jalonnent la face nord et quelques tessons antiques ont roulé jusqu’à mi-pente. Si des terrasses étaient également aménagées dans l’Antiquité, on peut penser que le passage nord était emprunté ponctuellement par les Latiens. L’ensemble du secteur a été relevé et dessiné (fig. 23), mais son organisation n’est pas éminemment claire. Il révèle notamment plusieurs phases de construction dont toutes n’appartiennent peut-être pas à l’Antiquité (fig. 24). Plusieurs murs ont ainsi été complétés par des amoncellements de moellons et le passage lui-même est barré par un mur bas de pierres sèches (fig. 25). On comprend mal également comment on passait de la terrasse supérieure (alt. 334,1 m) à la terrasse inférieure (alt. 328,4 m) sur laquelle est construite une maison dont un jambage de porte est encore en place. Elle était au moins constituée de deux pièces en enfilade qui communiquaient par une porte à l’ouest de la première. Sur la terrasse supérieure, deux piédroits marquent un passage (alt. 335,3 m). Ils ne sont liés à aucun mur qui suive leur axe, mais sont longés par un tronçon de mur perpendiculaire. Le dispositif ne s’apparente donc pas à un seuil d’entrée de maison, mais plutôt à un aménagement signalant une rue et dont nous reparlerons dans le chapitre concernant la voirie. Aucun élément probant de construction ou de situation ne permet d’identifier une porte dans le secteur. Il s’agit effectivement d’un passage qui donne accès à la pente nord, mais il ne peut s’agir d’un accès régulier et aménagé comme tel.

Fig. 23 — Plan topographique du secteur de la Porte nord.

Fig. 23 — Plan topographique du secteur de la Porte nord.

Fig. 24 — Secteur de la Porte nord : mur de terrasse et tracé de la rue.

Fig. 24 — Secteur de la Porte nord : mur de terrasse et tracé de la rue.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 25 — Secteur de la Porte nord vu depuis le nord.

Fig. 25 — Secteur de la Porte nord vu depuis le nord.

Cliché Hélène Wurmser.

Les accès est et 36

29Le quartier est et celui de la doline possédaient apparemment aussi un accès chacun, les portes est et 36, ainsi identifiés dans le plan. La porte est se situe à l’ouest de la Maison A. Des pointillés reportés sur le plan suggèrent pourtant la présence de constructions liées à un autre bâtiment. Rien ne subsiste de ces structures et l’existence même d’un passage à cet endroit est douteuse (fig. 26). La situation de la porte 36 n’est pas plus évidente et, en l’état actuel des vestiges, il n’est pas possible de conclure qu’il y avait bien une porte à cet endroit. L’argument le plus important pour ne pas corroborer l’identification de J. Demargne est que nous n’avons trouvé aucune trace de la route censée permettre de descendre vers le poljé de Flamouriana. Demargne signale en effet qu’un chemin soutenu par des blocs serpente le long de la pente raide, mais l’importance de la déclivité est telle que les substructions ont dû s’effondrer depuis lors. Comme pour les exemples précédents, à l’exclusion de la Porte ouest, les points de passage permettant de sortir de la ville vers l’est devaient être empruntés ponctuellement, mais ne pouvaient constituer des accès principaux.

Fig. 26 — Emplacement présumé de la Porte est.

Fig. 26 — Emplacement présumé de la Porte est.

Cliché Hélène Wurmser.

30Au terme des prospections systématiques effectuées dans les zones identifiées comme des portes par J. Demargne, il faut conclure qu’il n’existe qu’un accès encore aujourd’hui formellement reconnaissable. Les autres secteurs apparaissent davantage comme des points de passage ou d’aboutissement de rues. L’absence de mur d’enceinte ou de fortification continue explique naturellement l’absence de porte ; elle contribue également à multiplier les possibilités de passages informels permettant de quitter la ville. Néanmoins, la défense naturelle que constituent les lignes de rochers à pic ou les pentes raides empêche que l’on puisse accéder facilement au site. La seule voie dont les vestiges nous sont conservés est le caldérim venant de l’ouest. L’aménagement de chemins sur les pentes nord et est aurait sans doute affaibli le système défensif de Latô en permettant de pénétrer directement dans des quartiers fort peu protégés. Un accès par l’est aurait particulièrement fragilisé le quartier d’Agaratiès qui ne possède pas de réseau de terrasses, mais s’étend sur une surface relativement plane. À partir d’Agaratiès, il aurait alors été facile de gagner la rue principale et, partant, l’agora et les quartiers d’habitation ouest. Néanmoins, le témoignage de J. Demargne, qui a connu de meilleures conditions d’observation, laisse ouverte la possibilité d’un passage ponctuel, notamment vers les terrasses de culture qui s’étendent à l’est du site (voir fig. 18 à l’arrière-plan).

La voirie

Voirie secondaire

  • 44 B. Gauthiez, Espace urbain. Vocabulaire et morphologie (2003). Si la voirie est « l’ensemble des vo (...)

31Les rues principales qui permettent de relier les différents quartiers de Latô constituent une « voirie secondaire », conformément à la définition donnée par le lexique d’urbanisme de B. Gauthiez44. Elles ont été identifiées par J. Demargne et généralement représentées sur le plan par un trait continu doublé d’un trait en pointillés. Le symbole graphique sert également à signaler le mur de terrasse qui les soutient et dont la présence est souvent nécessaire, eu égard à la forte déclivité du terrain. Un certain nombre de ces rues n’a pas pu être repéré lors des missions récentes, soit que le mur de terrasse se soit effondré dans la pente, soit que le tracé de la voie ait été perturbé par la végétation ou les réoccupations modernes. Il a cependant été possible de retrouver, au moins partiellement, les voies de communication qui structurent la ville.

  • 45 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest. Habitations et défense », BCH 120 (199 (...)
  • 46 J. Demargne, « Fouilles à Latô, en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 207-209.

32L’artère principale que nous désignons aujourd’hui volontiers sous le nom de « rue Demargne » est la plus longue du site et permet de desservir six secteurs différenciés de la ville antique. Le premier tronçon part de la Porte ouest et remonte vers l’est en direction de l’agora. Comme nous le remarquions à propos de la Porte 15 et contrairement à l’impression donnée par la représentation du plan, il n’est pas possible de prolonger la rue vers l’ouest après la porte : une forte rupture de pente et la construction d’un mur en contrebas interdisent en effet un passage direct de ce côté. La pente a en revanche été aménagée vers l’est au niveau du rocher, soit par la taille ou la construction de marches, soit par l’installation d’un revêtement de petites pierres enfoncées dans la terre battue, de type caldérim (fig. 27). La première portion de la rue dessert à l’ouest différents niveaux du quartier d’habitation qui s’étend vers le nord. Des portes piétonnes sont ménagées dans le puissant mur fortifié qui borde la rue et permettent d’accéder à sept terrasses étagées45. Certaines d’entre elles semblent avoir été murées dès l’Antiquité par un appareil de blocs similaire à celui que l’on trouve régulièrement dans les constructions latiennes (fig. 28). La rue dessert également au sud un secteur fouillé et identifié par J. Demargne comme un quartier artisanal limité par un mur de terrasse46. Au bout de la montée et après un coude vers le sud qui permet de contourner le portique, la rue aboutit à l’agora. Son emplacement correspond à l’un des espaces plans les plus étendus du site, dans l’ensellement qui marque le passage entre les deux acropoles. La voie se poursuit à partir de l’angle sud-est, entre la terrasse du temple et le début de la doline. Elle est soutenue dans cette seconde portion par un mur de terrasse en bon état de conservation. Au niveau du théâtre et de l’exèdre est, elle s’élargit pour former une plateforme en surplomb au-dessus de la dépression qui s’étend au nord. Le dispositif influe sur la construction du mur de terrasse qui est, à cet endroit, particulièrement épais ; la plateforme est limitée à l’ouest et à l’est par deux contreforts arrondis en appareil polygonal (fig. 29 et 30). L’ensemble est aussi soigné que la construction du mur fortifié et la qualité du travail a permis qu’il soit parfaitement conservé.

Fig. 27 — La rue Demargne vue de l’ouest vers l’est.

Fig. 27 — La rue Demargne vue de l’ouest vers l’est.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 28 — Porte bouchée dans le mur ouest de la rue Demargne.

Fig. 28 — Porte bouchée dans le mur ouest de la rue Demargne.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 29 — Détail du contrefort ouest.

Fig. 29 — Détail du contrefort ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 30 — Mur de terrasse de la rue Demargne à l’emplacement du théâtre.

Fig. 30 — Mur de terrasse de la rue Demargne à l’emplacement du théâtre.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 47 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô IV. Le théâtre », BCH 95-2 (1971), p. 515-531.

33L’élargissement particulier de la rue coïncide avec la présence de la série de gradins qui a été identifiée comme un théâtre47. Il n’a été découvert que lors des campagnes de fouilles de la fin des années soixante, en même temps que l’exèdre qui borde les gradins à l’est. La plateforme est ainsi interprétée comme une possible scène où se déroulaient notamment des processions ou des événements à caractère religieux, en contrebas de la terrasse du temple. La dernière portion de l’artère principale se laisse deviner dans le chemin étroit qui permet de gagner le quartier d’Agaratiès en pente douce à partir de l’exèdre. Le tracé en est conservé grâce au passage régulier des chèvres et des moutons, mais il n’est plus soutenu aujourd’hui par aucun mur de terrasse et n’appa-raît que faiblement dans le relevé de la coupe nord-sud (fig. 31 et fig. 75, point 353.2). Il se perd ensuite dans le dédale des rochers plus ou moins aménagés ou taillés pour recevoir des degrés, et semble former une fourche qui dessert au sud-est le quartier d’Agaratiès et au nord-ouest le quartier de la doline.

Fig. 31 — Panorama de la rue Demargne depuis la terrasse du temple vers l’acropole sud et le Quartier est.

Fig. 31 — Panorama de la rue Demargne depuis la terrasse du temple vers l’acropole sud et le Quartier est.

Cliché Hélène Wurmser.

34La question se pose de savoir si le quartier qui s’étend sur la paroi interne de la doline pouvait être relié au sommet de l’acropole nord et de là, aux Quartiers nord et ouest. Une rue taillée dans le rocher a été repérée le long de la fermeture de la dépression (fig. 32) ; elle permet d’accéder au sommet du quartier sans solution apparente de continuité vers l’ouest. Le passage est possible en contournant l’acropole par le nord au prix d’un peu d’escalade, mais il ne peut en aucun cas s’agir d’une voie aménagée et régulièrement empruntée. Seule une petite portion du passage a pu être identifiée. Elle longe la clôture moderne et apparaît sous la forme de marches inégales taillées dans un important rocher. Elle ne se prolonge pas au-delà du dernier tiers de la pente, preuve que les habitants de ce quartier devaient probablement faire le tour de la doline par le sud pour gagner le centre de la ville et les autres secteurs d’habitation.

Fig. 32 — Rue de la doline vers l’acropole nord.

Fig. 32 — Rue de la doline vers l’acropole nord.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 48 J. Demargne, « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », BCH 25 (1901), p. 302-3 (...)

35Dans le quartier d’Agaratiès, une seule rue a pu être reconnue avec certitude, à la suite de l’identification proposée par J. Demargne. Cette rue ne mène visiblement pas vers d’autres secteurs de la ville, mais ne constitue pas non plus une voie d’accès de la voirie primaire, au sens où elle ne rejoint pas de route permettant de relier Latô à une autre agglomération. La rue est visible à partir du secteur de la Porte est et s’oriente sur un axe nord-sud. Son tracé a été perturbé par des amoncellements de moellons et de blocs, peut-être destinés à en boucher l’accès (fig. 33). Cependant, le revêtement de caldérim est conservé en plusieurs endroits, contrairement aux autres rues de Latô, à l’exception de l’artère principale (fig. 34). La rue paraît relativement large, malgré les remaniements et les perturbations. Elle se perd ensuite dans un système de terrasses de culture qui jalonnent la pente du massif est et permet de relier Latô à son terroir. En descendant vers le nord, on rejoint le fort tandis qu’au sud, on gagne le système des cinq dolines par le hameau de Sta Melissakia dont les ruines ont été identifiées. J. Demargne avait par ailleurs repéré sur cet axe un tronçon de voie partiellement taillé dans le rocher48.

Fig. 33 — Rue d’Agaratiès vers le sud. Le passage semble en avoir été bouché.

Fig. 33 — Rue d’Agaratiès vers le sud. Le passage semble en avoir été bouché.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 34 — Détail du caldérim de la rue d’Agaratiès.

Fig. 34 — Détail du caldérim de la rue d’Agaratiès.

Cliché Hélène Wurmser.

36Pour revenir au centre de la ville, une rue secondaire partant du bastion est du prytanée a été relevée dans le plan de 1901. Elle permet de relier l’agora aux constructions sises sur la paroi interne nord de la doline. Une partie de cette rue de terre – qui comporte un revêtement de caldérim dans sa partie basse – est encore visible, dégagée au nord-ouest par un petit mur de soutènement, mais la fin du tracé disparaît dans la forte pente de l’acropole nord (fig. 35). L’accès même de la rue à l’angle du bastion a été bouché, probablement lors de la restauration moderne du site, pour éviter que la rue ne soit empruntée (fig. 36). Quel que soit l’état actuel du site, il n’est en revanche pas concevable que ce chemin se poursuive le long de l’abrupte paroi pour rejoindre le quartier est de la doline. Il se terminait donc probablement ici en cul-de-sac.

Fig. 35 — Tracé de la rue qui part de l’agora.

Fig. 35 — Tracé de la rue qui part de l’agora.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 36 — Départ de la rue du bastion et son bouchage à l’arrière-plan.

Fig. 36 — Départ de la rue du bastion et son bouchage à l’arrière-plan.

Cliché Hélène Wurmser.

37Les moyens de communication du quartier de Badéna avec les autres secteurs de Latô sont peu clairs. Le quartier était accessible depuis le caldérim qui monte du poljé de Flamouriana, mais ne possédait pas de lien direct avec la rue Demargne (fig. 37). Il est possible que le chemin de terre et de pierre qui traverse Badéna et permet d’accéder aujourd’hui à la chapelle d’Aghios Antonios corresponde au tracé d’une voie ancienne qui longeait l’ensemble du quartier ouest à mi-pente environ de l’acropole nord. Badéna pouvait alors être relié au site de deux manières : depuis le bas du quartier ouest, en franchissant l’une des deux dernières portes ménagées dans le mur fortifié, ou en contournant ce mur, depuis le chemin qui permet de rejoindre le caldérim.

Fig. 37 — Mur de séparation entre la zone de la Porte ouest et le bas du quartier.

Fig. 37 — Mur de séparation entre la zone de la Porte ouest et le bas du quartier.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 49 R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique (1974), p. 76.

38Le réseau viaire secondaire de Latô paraît finalement assez restreint, puisqu’il se limite à quatre grandes rues qui structurent l’ensemble de la ville. Le phénomène ne doit cependant pas étonner étant donné le caractère particulièrement accidenté du site. L’étude montre surtout le rôle distributeur essentiel de la rue Demargne qui dessert tous les quartiers. Le resserrement de la voirie autour de cet axe est-ouest assure également le contrôle des passages et la cohésion du système défensif, en limitant la multiplication des accès. De ce point de vue, l’opinion de R. Martin, selon lequel « c’est sous la forme de quartiers juxtaposés, plus ou moins indépendants, qu’il faut imaginer ces cités aux temps de l’archaïsme »49, mérite d’être discutée dans le cas de Latô. La ville est certes étendue dans toutes les directions et le quartier de Badéna plutôt isolé des autres, mais l’ensemble est aussi cohérent que le permettent les conditions topographiques. Comme le montrera également l’étude du parcellaire et des modes d’organisation des quartiers, Latô est l’expression d’une gestion structurée et centralisée de la ville, où chaque secteur joue un rôle dans la cohésion de l’ensemble urbain.

Voirie tertiaire

  • 50 Pour le plan détaillé de la rue Ouest et du départ des terrasses, voir P. Ducrey, O. Picard, « Rech (...)

39La voirie tertiaire concerne la desserte intérieure des différents quartiers. Sur ce sujet, l’analyse ne peut pas être menée de manière égale dans tous les secteurs de Latô, eu égard à l’état de conservation variable des vestiges et à l’emprise de la végétation. Ainsi, nous n’avons pu identifier qu’une seule rue dans le quartier de la doline. Elle part de la grande citerne qui porte le numéro 34 sur le plan de 1901 et se poursuit vers le sud-ouest avant de se perdre sous les arbres. L’étude est en revanche plus fructueuse dans les Quartiers ouest et nord, grâce au système de terrasses et à la plus grande lisibilité des vestiges. À partir des portes ménagées dans le mur fortifié de la rue Demargne, on accède à différentes rues qui correspondent à chaque fois à une terrasse50. Elles ne sont pas nécessairement très étendues en largeur ou en longueur et sont souvent rapidement coupées par une construction. Ainsi, aucune rue ne permet de suivre une courbe de niveau sur l’ensemble de son tracé ; les édifices et les terrasses sont de plus en plus denses et enchevêtrés au fur et à mesure que l’on avance du Quartier ouest au Quartier nord. Les rues suivent les implantations et serpentent selon les espaces ménagés entre les bâtiments, les citernes et les murs de terrasse. J. Demargne avait mentionné une rue descendant depuis l’acropole nord vers l’ouest. Elle était constituée, dans sa partie supérieure, de marches taillées dans le rocher, mais nous n’avons pas réussi à en retrouver le tracé.

40Le réseau viaire tertiaire est organisé selon deux types de rues : les unes suivent les courbes de niveau sur un axe parallèle à la pente, les autres permettent de passer d’une terrasse à l’autre sur un axe plus ou moins perpendiculaire à celle-ci.

41Les rues qui suivent les courbes de niveau sont généralement situées sur des terrasses suffisamment larges pour contenir à la fois le passage et les bâtiments. La rue longe alors le mur de terrasse et le mur d’un édifice parallèle, permettant parfois une circulation périphérique autour des maisons. Le meilleur exemple qui permet d’illustrer ce mode de circulation est celui de la maison E. La maison elle-même avait été relevée et utilisée par V. Hadjimichali dans son étude sur l’habitat. Après avoir nettoyé le bâtiment et ses abords, nous en avons réalisé un relevé topographique qui permet de cerner l’organisation générale des trois terrasses qui se succèdent (fig. 38). La maison occupe à peu près le centre de la terrasse ; elle est longée à l’est et à l’ouest par deux passages, l’un suivant la courbe de niveau 360 et l’autre la courbe 356 (fig. 39 et 40). La rue est (niveau 360), de faible largeur, dessert à la fois la maison E et un autre bâtiment situé sur une terrasse supérieure ; elle est installée entre deux murs extérieurs de maisons entre lesquels se trouve un remplissage de terre et de moellons. La rue ouest est bien plus large et couvre la distance entre le mur ouest de la maison et le mur de terrasse situé en contrebas.

Fig. 38 — Plan topographique de la maison E (échelle 1/100).

Fig. 38 — Plan topographique de la maison E (échelle 1/100).

Fig. 39 — Ensemble de la maison E et de la rue est, vu vers le sud-est.

Fig. 39 — Ensemble de la maison E et de la rue est, vu vers le sud-est.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 40 — Ensemble de la maison E et des rues est et ouest, vu vers le nord-est.

Fig. 40 — Ensemble de la maison E et des rues est et ouest, vu vers le nord-est.

Cliché Hélène Wurmser.

42Le même ensemble qui enserre la maison E permet également d’illustrer l’un des modes de passage d’une terrasse à l’autre. Dans la rue ouest s’ouvre en effet un passage perpendiculaire à la pente qui mène à la terrasse inférieure (fig. 41). Le dispositif n’a pas pu être observé fréquemment : il faut en effet que la terrasse soit suffisamment large et la déclivité modérée pour permettre ce type d’aménagement. Une fouille ou un nettoyage appuyé permettrait en outre de savoir si ce passage était doté de marches. Dans le cas qui nous occupe, la rue perpendiculaire donne accès à une citerne située en contrebas et adossée au mur de terrasse.

Fig. 41 — Passage perpendiculaire entre deux terrasses au niveau de la maison E.

Fig. 41 — Passage perpendiculaire entre deux terrasses au niveau de la maison E.

Cliché Hélène Wurmser.

43Quand la pente est relativement forte et les murs de terrasse ou de soutènement assez hauts, le passage d’une terrasse à l’autre peut se faire par un escalier. Un seul exemple de ce dispositif a été repéré, dans l’ensemble 1 (fig. 42 et 43). À l’extrémité du mur de terrasse est (alt. 355.6 m) est construit un massif directement appuyé sur le rocher ; le massif soutient trois degrés d’escalier (fig. 44) qui permettent d’accéder à la terrasse inférieure (alt. 353.1 m). Les blocs soigneusement taillés mais dispersés que l’on observe à l’extrémité de cette même terrasse correspondent probablement aux vestiges de deux ou trois marches supplémentaires qui descendaient à la citerne (alt. 351.0 m).

Fig. 42 — Plan topographique de l’ensemble 1 (échelle 1/100).

Fig. 42 — Plan topographique de l’ensemble 1 (échelle 1/100).

Fig. 43 — Terrasse supérieure de l’ensemble 1 nord et massif d’escalier à l’extrémité nord.

Fig. 43 — Terrasse supérieure de l’ensemble 1 nord et massif d’escalier à l’extrémité nord.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 44 — Détail des marches et du massif.

Fig. 44 — Détail des marches et du massif.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 51 M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque. Habitat, urbanisme, fortifications (2010), p. 327 et fig. (...)

44Dans le cas où le mur de terrasse est aussi le mur de façade d’un bâtiment, on observe parfois un décalage axial entre deux portions du mur, l’une étant légèrement plus avancée que l’autre. On peut se demander si ce décalage ne pouvait pas être utilisé comme un point de passage d’une terrasse à l’autre, complété par des marches en bois ou en pierre (fig. 45), à l’image des escaliers de courtines que l’on observe dans les fortifications51. L’ensemble 3, dont nous avons réalisé le plan topographique (fig. 46), pourrait fournir un exemple de ce type de passage. Il serait ménagé entre deux murs de terrasse supérieurs (alt. 349.3 et alt. 348.6) et permettrait d’accéder à la rue que nous avons identifiée en contrebas. Celle-ci passe dans l’intervalle situé entre les murs de terrasse et le mur de fond d’une maison, avant de bifurquer vers le nord-ouest pour rejoindre la terrasse inférieure. L’hypothèse demanderait à être confirmée par le nettoyage de l’ensemble de la zone. Il ne faut cependant pas confondre ce dispositif de passage éventuel avec le renforcement d’un mur de terrasse (fig. 47). Dans ce dernier cas, le décalage permet en effet de répartir différemment la poussée des terres et, par là même, de consolider chaque tronçon de mur. Nous en reparlerons à propos des modes de construction des murs de terrasse.

Fig. 45 — Possibilité de passage dans le décalage des murs de terrasse.

Fig. 45 — Possibilité de passage dans le décalage des murs de terrasse.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 46 — Plan topographique de l’ensemble 3 : possibilité de passage d’une terrasse à l’autre (échelle 1/200).

Fig. 46 — Plan topographique de l’ensemble 3 : possibilité de passage d’une terrasse à l’autre (échelle 1/200).

Fig. 47 — Renforcement d’un mur de terrasse.

Fig. 47 — Renforcement d’un mur de terrasse.

Cliché Hélène Wurmser.

45Plus généralement, les passages entre deux niveaux de terrasses sont ménagés entre les édifices. Les rues peuvent alors être assez larges et signalées par des parastades. Certaines de ces rues semblent avoir été bouchées dès l’Antiquité par des blocs et des moellons entassés (fig. 48), ce qui permet souvent de les identifier. L’illustration montre en outre que l’aménagement du passage, repérable par la présence des parastades, a succédé à l’édification des deux bâtiments construits de part et d’autre, avant d’être finalement bouché. Dans l’ensemble 2 (fig. 49), la rue s’ouvre devant la maison nord et descend jusqu’à la terrasse inférieure. Celle-ci est en partie construite et en partie libre. Au cours des prospections a été repéré un aménagement qui n’a pour l’heure jamais été décrit. À la hauteur du point (alt. 347.5), un bloc parallélépipédique sculpté repose sur un affleurement rocheux. Il est profondément engagé dans le mur de terrasse auquel il s’adosse (fig. 50 et 51). Le bloc de calcaire est soigneusement travaillé dans sa partie supérieure : le centre est recreusé et encadré de rebords arrondis et peu élevés. La destination de cet élément sculpté n’est pas assurée, mais il est probable que l’on ait affaire à une sorte d’autel sur la table duquel on pouvait disposer de petites offrandes ou faire brûler de l’encens. L’observation des alentours montre qu’il ne faisait pas partie d’un édifice particulier, mais plutôt d’un espace public à l’air libre ; l’ensemble de l’aménagement est manifestement réalisé en une seule phase, mais postérieure à l’édifice dont on discerne l’angle à droite du cliché. Aucun élément ne permet de dire s’il s’agit d’un remploi.

Fig. 48 — Rue bouchée entre deux édifices.

Fig. 48 — Rue bouchée entre deux édifices.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 49 — Plan topographique de l’ensemble 2 (échelle 1/100).

Fig. 49 — Plan topographique de l’ensemble 2 (échelle 1/100).

Fig. 50 — Autel inséré dans un mur de terrasse et reposant sur le rocher.

Fig. 50 — Autel inséré dans un mur de terrasse et reposant sur le rocher.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 51 — Autel vu vers le sud-ouest.

Fig. 51 — Autel vu vers le sud-ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

46Dans le Quartier nord, le plus abrupt et le plus exigeant en matière de construction, la pente a été aménagée pour former une rue large, soutenue par un haut mur (fig. 52). Elle prend son départ sous l’acropole nord et effectue un virage régulier vers l’est avant de rejoindre une terrasse inférieure. Là se trouve encore en place le seuil d’une maison qui s’ouvrait au débouché de la rue sur un espace libre. Le tracé de la rue a été barré par un mur de médiocre qualité, sans qu’il soit possible d’en déterminer la date. Il s’agit pour le moment du seul exemple de cette ampleur d’un dispositif de franchissement des courbes de niveau progressif ; à cet égard, il serait intéressant de savoir si la pente était laissée en terre ou si elle avait reçu un revêtement de caldérim avec d’éventuels pas-d’âne. La qualité du système de terrasse et partant, leur état de conservation, montrent particulièrement ici l’adaptation des constructions latiennes aux exigences de la topographie.

Fig. 52 — Grande rue du Quartier nord à droite, rue secondaire à gauche, seuil de maison au premier plan.

Fig. 52 — Grande rue du Quartier nord à droite, rue secondaire à gauche, seuil de maison au premier plan.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 52 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 174-176.

47V. Hadjimichali avait formulé l’hypothèse que les toits des maisons, accessibles par un escalier, pouvaient servir à passer d’une terrasse à l’autre52. L’idée provenait à la fois de l’observation des pratiques modernes dans les villages crétois, à l’instar du village abandonné de Chondrovolaki dont la parenté stylistique avec les constructions latiennes est patente (fig. 53), et de l’exemple unique d’un escalier de maison de Latô : celui-ci s’inscrit dans le plan de la maison B dont le mur de fond et une grande partie du mur nord sont directement taillés dans le rocher. J’émets, pour ma part, quelques réserves sur cette interprétation précise, sans pour autant exclure que les Latiens aient utilisé les toits en terrasse, non seulement pour des activités domestiques, mais aussi comme moyen de passage. En effet, l’escalier dont il est question dans cet exemple est très étroit et va s’étrécissant au fur et à mesure de la montée (fig. 54). S’il était extérieur à la maison, nous aurions dû conserver les traces du mur nord qui en constituait la limite, ce qui n’est pas le cas. On peut penser, par conséquent, que « l’escalier » est en fait un aménagement du rocher destiné à recevoir les blocs et moellons qui prolongeaient le mur nord lui-même ; de tels ravalements du rocher sont observables en d’autres points du site, sans toutefois avoir la régularité et l’ampleur de celui-ci.

Fig. 53 — Village abandonné de Chondrovolaki.

Fig. 53 — Village abandonné de Chondrovolaki.

Cliché Matthieu Ghilardi.

Fig. 54 — Escalier de la maison B.

Fig. 54 — Escalier de la maison B.

Cliché Hélène Wurmser.

48Nous n’avons pas pu reconnaître de revêtement particulier, de type caldérim, dans les rues de la voirie tertiaire. La végétation, l’amoncellement des couches de terre ainsi que les éboulements ne permettent pas de savoir si les rues étaient pavées ou de simple terre battue. La seconde hypothèse semble, dans la plupart des cas, la plus vraisemblable. Néanmoins, les rues peuvent être aménagées de manière plus complexe, notamment lorsqu’elles coupent les courbes de niveau. Pour assurer une descente régulière, des marches peu élevées ont été mises en place, à la manière des degrés bas, ou pas-d’âne, qui jalonnent le caldérim d’accès à Latô. Trois exemples de ce dispositif ont été identifiés : il s’agit d’alignements de petits moellons qui, par leur taille, leur épaisseur et leur situation, ne peuvent en aucun cas constituer les assises d’un mur (fig. 21), à l’aplomb de la dernière porte du grand mur ouest et fig. 38, sur le côté de la maison E, entre les courbes de niveau 358 et 357. Un nettoyage minutieux pourrait permettre de vérifier ces premières observations. Le second type d’aménagement consiste à placer sur le tracé de la rue deux parastades qui s’apparentent à des jambages de porte. Ils ne peuvent toutefois pas être confondus avec les seuils d’un édifice parce qu’ils ne sont manifestement reliés à aucun mur et sont de dimensions nettement plus réduites que les piédroits des portes.

Citernes

49Comme je l’évoquais plus haut, le système d’alimentation directe en eau de Latô repose entièrement sur un dense réseau de citernes récupérant les eaux pluviales. Si leur prise en compte est essentielle à toute étude d’urbanisme, c’est qu’elles participent pleinement des modalités d’aménagement urbain, en conditionnant les systèmes de circulation et l’implantation des places publiques. De ce point de vue, l’exemple de Latô ne déroge pas à la règle générale et les trois campagnes menées entre 2005 et 2007 ont permis d’en repérer de nombreux exemplaires dans un état de conservation variable. Certaines citernes sont remarquablement préservées avec une partie ou la totalité de leur couverture de pierre. La majorité d’entre elles est cependant largement éboulée, certaines n’étant plus identifiables que par la dépression qu’elles forment, par les lichens et les mousses dont la présence témoigne d’une humidité rémanente, ainsi que par les traces d’enduit hydraulique conservées. Malgré le caractère encore partiel de leur relevé, plusieurs remarques peuvent être faites sur leur implantation et leur répartition d’une part, sur les caractéristiques de leur construction d’autre part.

50Les citernes sont présentes dans l’ensemble des quartiers de Latô. Certains secteurs semblent spécialement bien dotés, à l’instar du Quartier ouest, depuis le sommet de l’acropole nord jusqu’à la chapelle d’Aghios Antonios. L’acropole sud paraît en revanche en être totalement dépourvue. Une concentration importante de citernes est également constatée sur les parois internes est et ouest de la doline, avec une densité particulière dans la zone de rencontre entre la pente de l’acropole nord et la fermeture de la doline. Peu de citernes ont pour le moment été repérées avec certitude dans le quartier nord. La largeur restreinte des terrasses et l’importance de la pente ont pu limiter leur construction ; l’ampleur de la végétation et des éboulis masque par ailleurs un grand nombre de vestiges.

51Certaines grandes citernes semblent jouer un rôle central dans l’approvisionnement en eau des quartiers, en complément des citernes construites devant la plupart des maisons. Elles sont généralement implantées dans des zones planes et dégagées s’étendant sur une surface relativement importante, et ne sont pas structurellement liées à une habitation particulière. Nous pouvons pour le moment identifier quatre grandes citernes qui sont déjà signalées sur le plan de 1901 sous la forme de carrés ou de rectangles hachurés pour figurer le creusement :

  • La citerne de l’agora qui porte l’intitulé C1 (fig. 55 et 56) : construite sur la place centrale de Latô, au bas de l’escalier menant au prytanée, elle n’a pas conservé sa couverture, mais les vestiges d’un escalier permettant d’y descendre, soit pour y puiser de l’eau quand le niveau était bas, soit pour assurer son entretien.

Fig. 55 — Citerne de l’agora, vue depuis le prytanée.

Fig. 55 — Citerne de l’agora, vue depuis le prytanée.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 56 — Vue de l’intérieur de la citerne de l’agora.

Fig. 56 — Vue de l’intérieur de la citerne de l’agora.

Cliché Hélène Wurmser.

  • Citerne du Quartier ouest (C2), située sur le tracé de la coupe est-ouest, dans le bas du quartier à la limite de Badéna. Elle est construite sur une esplanade dégagée de toute construction apparente, sans doute au point d’aboutissement de plusieurs rues, dont une vient sûrement de l’est. La citerne est peut-être partiellement éboulée ; une dalle de couverture est engagée dans l’ancien regard. Il est possible que la pierre ait été placée ainsi à l’époque moderne ou contemporaine, de manière à éviter la chute de chèvres ou de moutons qui paissent régulièrement sur le site (fig. 57).

Fig. 57 — Citerne du Quartier ouest vue de l’ouest.

Fig. 57 — Citerne du Quartier ouest vue de l’ouest.

Cliché Hélène Wurmser.

  • Citerne du Quartier nord (C3), située à peu de distance et en surplomb de la chapelle d’Aghios Antonios. Elle est construite dans un vaste espace libre et protégé de la poussée des terres par un mur de terrasse à l’est. La citerne est remarquable par le dallage conservé, dans lequel s’ouvre un regard complet et muni d’une grille moderne (fig. 58 et 59).

Fig. 58 — Plan topographique de la citerne C3 (échelle 1/100).

Fig. 58 — Plan topographique de la citerne C3 (échelle 1/100).

Fig. 59 — La citerne du Quartier nord (C3).

Fig. 59 — La citerne du Quartier nord (C3).

Cliché Hélène Wurmser.

  • Citerne de la doline (C4), construite au bas de la paroi intérieure est de la doline. Elle est située au centre d’une place dégagée de forme trapézoïdale où aboutissent au moins deux rues dont le départ est encore identifiable. La citerne est partiellement éboulée et remplie de pierres et de terre, mais elle conserve encore en place une poutre de couverture (fig. 60).

Fig. 60 — La citerne de la doline et sa poutre de couverture.

Fig. 60 — La citerne de la doline et sa poutre de couverture.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 53 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 170-174.

52Si la citerne de l’agora présente sans conteste la contenance la plus grande de toutes les citernes de Latô, les trois autres réservoirs ne sont pas nécessairement en reste, puisque leur état de conservation inégal ne permet pas d’en estimer la capacité exacte. Parmi elles, seule la citerne C3 est parfaitement conservée et dégagée de tout éboulement. Par leur situation particulière, au centre ou en périphérie de certains secteurs, les quatre exemples décrits représentent probablement les éléments d’un approvisionnement en eau à l’échelle du quartier. Le fait qu’elles ne soient manifestement pas liées architecturalement à des bâtiments ou à des habitats précis renforce cette hypothèse. Ce réseau est complété par une implantation relativement dense de citernes réparties régulièrement à travers toute la ville. Dans un grand nombre de cas, elles sont situées en avant des maisons, dans un espace plan et libre permettant une circulation périphérique. Elles peuvent par ailleurs être également construites à l’intérieur de certaines maisons, comme le montre l’exemple de l’habitation A dégagée par V. Hadjimichali53. L’état actuel des observations ne permet pas de savoir s’il existe une logique d’implantation des citernes de Latô, mais elles semblent avoir été prévues avant la construction de certaines habitations. Les citernes principales, situées parfois au centre des quartiers, exercent de ce point de vue une fonction régulatrice et distributrice qui structure l’ensemble du réseau.

53L’observation systématique des citernes a permis de rendre compte des matériaux et techniques utilisés de manière récurrente pour leur construction. Les dimensions moyennes relevées pour les exemplaires bien conservés révèlent une contenance d’environ 30 à 40 m3. Les citernes sont complètement ou partiellement creusées dans le rocher. Le complément peut se faire en appareil simple de moellons, mais nous n’avons pour l’instant relevé aucun exemple de citerne entièrement maçonnée, ce qui semble assez normal. La taille du rocher fournit en même temps le matériau calcaire utilisé pour la construction des édifices et des maisons en particulier, ce qui semble confirmer la planification préalable de l’emplacement des citernes avant l’édification des habitations. Les parois intérieures du réservoir sont recouvertes d’un épais enduit hydraulique de couleur rose, parfois totalement conservé.

  • 54 Ibidem.

54La couverture des citernes est également particulièrement soignée et conçue sur un modèle récurrent : deux ou trois poutres de pierre sont installées perpendiculairement à l’ouverture, puis recouvertes de dalles assemblées à joints vifs (fig. 61). Certaines poutres sont biseautées à une extrémité pour permettre une insertion plus profonde et plus solide dans la maçonnerie du rebord. La citerne de la Maison du Prytanée conserve les traces d’une couverture en bois signalée par les trous du poutrage (fig. 62). Il est en effet probable que toutes les citernes ne possédaient pas de couverture en pierre, sans doute plus onéreuse et plus longue à mettre en œuvre. Le grand nombre de citernes éboulées ou complètement ouvertes repérées sur le terrain semble accréditer cette hypothèse qu’il faudrait vérifier par le dégagement et l’observation minutieuse d’un certain nombre d’exemples caractéristiques. Lorsque le dallage de couverture est en pierre, un regard central y est ménagé pour permettre à la fois de vérifier le remplissage du réservoir et de puiser l’eau (fig. 63) ; nous avons d’ailleurs observé de nombreux sillons d’usure provoqués par le frottement des cordes aux angles des regards et aux joints des blocs qui les constituent. Dans un seul cas encore visible, celui de la maison A fouillée par V. Hadjimichali54, le système d’alimentation a été conservé. Il s’agit de deux ouvertures pratiquées dans l’enduit aux angles est et ouest qui correspondent aux angles intérieurs du mur de la pièce dans laquelle est construite la citerne (fig. 64). On peut y voir le débouché de deux gouttières qui auraient conduit l’eau depuis le toit jusqu’au réservoir. Cet exemple particulier d’une citerne située à l’intérieur d’une maison ne permet cependant pas de documenter l’alimentation en eau des citernes construites à l’extérieur. La seule qui assure encore aujourd’hui ses fonctions en étant régulièrement remplie d’eau est une citerne située devant la chapelle d’Aghios Antonios. Elle a été remaniée, avec un regard rehaussé, et entretenue pour les besoins du lieu, mais la qualité de son enduit et de sa maçonnerie l’identifie à une citerne antique. Elle doit cependant être alimentée par un système de captage des eaux de ruissellement en amont aujourd’hui invisible. On ne peut en effet supposer que les seuls regards et orifices de puisage, aux dimensions assez restreintes, suffisaient à drainer les eaux de pluie et à remplir des volumes moyens de 30 à 40 m3. Si l’on n’a pas remarqué de rigoles ou de creusements dans les dallages permettant de diriger l’eau vers le regard, on peut noter que les citernes sont naturellement situées au point d’arrivée ou de trajet d’une pente favorisant le ruissellement. Le rocher taillé ou les murs de terrasse régulièrement construits à proximité immédiate et en surplomb de la citerne, ont pu jouer un rôle encore à préciser dans leur alimentation.

Fig. 61 — Détail d’une couverture de citerne en pierre associant poutre et dalles.

Fig. 61 — Détail d’une couverture de citerne en pierre associant poutre et dalles.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 62 — Traces de poutrage en bois pour la couverture de la citerne du prytanée.

Fig. 62 — Traces de poutrage en bois pour la couverture de la citerne du prytanée.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 63 — Regard et orifice de puisage de la citerne située en surplomb du prytanée.

Fig. 63 — Regard et orifice de puisage de la citerne située en surplomb du prytanée.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 64 — Arrivée de gouttière dans la citerne de la maison A.

Fig. 64 — Arrivée de gouttière dans la citerne de la maison A.

Cliché Hélène Wurmser.

55Quoi qu’il en soit, les observations faites ont permis de confirmer l’importance des citernes déjà signalées et décrites par L. Mariani, A. Evans et J. Demargne. L’archéologue français les a soigneusement identifiées dans le plan général de la ville. Elles ont d’ailleurs constitué des points de repère souvent plus sûrs que les murs des édifices ou des terrasses dans l’identification des vestiges que nous avons effectuée en prospection. La documentation photographique, géographique, ainsi que les relevés, pourront à leur tour servir de point de départ à un travail d’approfondissement de la question de l’eau à Latô. Ce travail devra rendre compte de manière exhaustive de la situation de toutes les citernes identifiables, et s’interroger précisément sur leur mode d’alimentation, en lien avec les conditions du relief et de l’architecture.

Places et carrefours

  • 55 R. Martin, Recherches sur l’agora grecque (1951), p. 228.

56En l’état actuel du site, il est difficile de reconnaître tous les lieux qui ont pu constituer des points de rencontre, qu’il s’agisse de carrefours réunissant plus de deux rues ou de places libres de constructions. La place la plus importante de Latô est évidemment l’agora installée dans l’ensellement plan et trapézoïdal situé entre les deux acropoles. Elle constitue le point d’aboutissement de quatre rues établies approximativement à ses quatre angles : la première portion de la rue Demargne aboutit à l’ouest et se poursuit à partir de l’angle sud-est vers le quartier d’Agaratiès ; de l’angle sud-ouest part une petite rue en escalier taillé dans le rocher qui rejoint la terrasse du temple (fig. 65) ; du bastion nord-est part une rue qui dessert la paroi nord-est de la doline. L’agora est un espace régularisé à l’époque hellénistique. R. Martin note ainsi que « la régularité apparente de cette esplanade ne fut obtenue que progressivement et les édifices restèrent toujours séparés par les multiples rues qui débouchaient sur la place »55. Elle est fermée à l’est par un mur dont il ne reste qu’une assise irrégulière de blocs polygonaux. Les trois autres côtés sont limités par des constructions plus complexes : l’ensemble du prytanée et des gradins au nord, le portique à l’ouest et l’exèdre au sud. Comme toute place, son rôle de distribution et la communication qu’elle permet entre les différents quartiers sont essentiels. L’agora de Latô est d’autant plus importante que, comme nous l’avons vu, elle s’organise autour de la plus grande citerne de la ville.

Fig. 65 — Rue en escalier menant de l’agora à la terrasse du temple.

Fig. 65 — Rue en escalier menant de l’agora à la terrasse du temple.

Cliché Hélène Wurmser.

57Dans la plupart des cas, les citernes sont construites à l’extérieur des maisons, dans un espace laissé libre. Elles peuvent ainsi servir non seulement à la maison dont elles dépendent directement, mais aussi à d’autres habitations situées à proximité. On peut, de ce point de vue, reprendre l’exemple de l’ensemble 1 (fig. 42). La citerne construite sur la terrasse (alt. 351.0) dépend d’une maison dont on remarque le seuil d’entrée au sud dont il ne subsiste qu’un jambage (alt. 350.4). L’identification de deux escaliers permettant de passer d’une terrasse à l’autre prouve que la citerne était accessible aux habitations voisines. On constate, par ailleurs, que la place où elle est implantée a été particulièrement aménagée : outre les marches qui en facilitent l’accès, elle est limitée à l’est par un petit mur de terrasse dont l’empattement forme une banquette. Ce mur à banquette, placé à l’entrée de la maison, est un schéma typique d’aménagement de l’espace domestique en Crète ou dans les Cyclades. Il fait de la place un point de rencontre des habitants de la maison, de leurs voisins et des utilisateurs de la citerne.

  • 56 Isée, Discours V, 11. Texte établi, traduit et annoté par P. Roussel, Belles Lettres (1922).

58Dans les quartiers ouest et nord, la plupart des maisons conservent un espace libre en façade. Tous ces espaces ne sont pas pour autant occupés par des citernes et il est probable que l’on s’en soit servi pour des usages utilitaires. On peut imaginer qu’ils étaient occupés par des jardins permettant une culture vivrière. L’hypothèse s’appuie sur des témoignages d’auteurs ou d’inscriptions à l’instar d’un passage d’Isée56 :

Καὶ ὃ πάντων δεινότατον, τὴν οἰκίαν αὐτῶν τὴν πατρῴαν, παίδων ὄντων τούτων, πριάµενος καὶ κατασκάψας, [τὸν] κῆπον ἐποιήσατο πρὸς τῇ αὑτοῦ οἰκίᾳ τῇ ἐν ἄστει.
Et voici le pire : leur maison paternelle, alors qu’ils étaient des enfants, [Dikaiogénès] l’acheta, la démolit et, sur son emplacement, fit le jardin attenant à sa maison de ville.

59Pour confirmer cette idée, on pourrait fouiller certains espaces qui s’étendent en avant des maisons, lorsque la terrasse est suffisamment large pour accueillir quelques cultures, tout en laissant une place suffisante pour le dégagement des rues. La question majeure consiste cependant à estimer l’épaisseur de terre disponible avant le rocher vierge qui affleure souvent à peu de distance de la surface. L’avant des maisons constituait, quoi qu’il en soit, un espace essentiel : d’une certaine façon, il représente la cour que l’habitat latien ne peut avoir à l’intérieur et prolonge les deux ou trois pièces en enfilade. À cet endroit, on observe régulièrement des récipients en pierre enfoncés dans le sol et qui ne semblent pas avoir été déplacés (fig. 66 et fig. 57 à l’arrière-plan) : il faut y reconnaître des mortiers en calcaire dont on trouve des parallèles plus perfectionnés ou en matériaux différents dans l’ensemble du monde grec. Dans la pente du Quartier ouest, on a également noté des fragments de meules et de récipients moins profonds que des mortiers ; en l’état actuel, il est difficile de savoir s’ils ont été remployés par les occupations saisonnières modernes de Latô. L’espace qui précède les maisons servait donc à de nombreuses tâches domestiques de plein air, sans empiéter sur l’espace intérieur restreint de l’habitation.

Fig. 66 — Mortier en calcaire devant une maison.

Fig. 66 — Mortier en calcaire devant une maison.

Cliché Hélène Wurmser.

60Le réseau viaire de Latô montre ainsi davantage de variété qu’il n’y paraît au premier abord, surtout pour les rues qui coupent les courbes de niveau et aménagent les pentes. Les points de passage d’une terrasse à une autre semblent relativement nombreux, qu’il s’agisse d’escaliers, de paliers progressifs, de parastades ou de terrasses courbes formées partiellement par d’importants remblais. Si l’on conserve l’hypothèse que les Latiens pouvaient également emprunter les toits en terrasses de leurs maisons pour gravir ou dévaler les différents niveaux de leur acropole nord, on constate qu’ils disposaient d’un réseau dense de moyens de communication au sein d’un même quartier. De ce point de vue, le système non orthogonal d’organisation des rues se révèle non seulement éminemment plus adapté à la topographie du site, mais aussi beaucoup plus souple et inventif, ménageant de petites places et des possibilités de circulation périphérique autour des maisons.

L’implantation du bâti

Le système des terrasses

61L’implantation de Latô dans un site de moyenne montagne rend nécessaire la construction régulière de terrasses destinées à la fois à soutenir les constructions et à assurer un réseau de circulation homogène entre les différents quartiers. Il convient au préalable de rappeler les définitions architecturales qui différencient les types de mur. Dans le Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, R. Ginouvès propose les explications suivantes :

  • Mur de soutènement : « mur dont une face est libre, tandis que l’autre reçoit la poussée des terres qu’il est chargé de contenir, réalisant ainsi un changement de niveau du sol ».
  • Mur de terrasse : « si le mur de soutènement sert à réaliser, au-dessus du remblai, un espace plat et libre, accessible à la circulation et donc une terrasse, il constitue un mur de terrasse »57.

62Il me semble que l’on peut déduire de ces deux définitions que le mur de terrasse soutient théoriquement un espace libre de construction, tandis que le mur de soutènement détermine un espace construit. Cependant, la distinction n’est ni complète, ni systématique, le mur de terrasse représentant souvent un emploi particulier du mur de soutènement, sans différence architectonique notable. Cette parenté constructive s’illustre d’ailleurs dans le cas de Latô, où la différence entre le mur de terrasse et le mur de soutènement est loin d’être tranchée, montrant par là-même le caractère inadapté de certaines définitions trop strictes. Une terrasse peut en effet recevoir à la fois un passage et un ou plusieurs édifices. La largeur limitée des espaces disponibles entre deux courbes de niveau nécessite souvent que le mur de terrasse soit aussi un mur de soutènement. Pour les mêmes raisons, le mur de soutènement se prolonge parfois en hauteur pour constituer le mur de façade de l’édifice lui-même : les deux murs sont alors légèrement décalés l’un par rapport à l’autre, sans toutefois permettre le passage (fig. 67).

Fig. 67 — Succession verticale d’un mur de soutènement et d’un mur de bâtiment.

Fig. 67 — Succession verticale d’un mur de soutènement et d’un mur de bâtiment.

Cliché Hélène Wurmser.

63Les terrasses qui s’étagent sur les pentes du site suivent naturellement les courbes de niveau. Les murs qui les soutiennent sont généralement construits directement sur le rocher, particulièrement dans le Quartier nord où il affleure en de nombreux endroits et modèle la morphologie du secteur (fig. 68). Certains d’entre eux peuvent être suivis sur plusieurs dizaines de mètres, notamment dans le Quartier ouest où la déclivité est moins forte et les terrasses plus larges. Néanmoins, ils ne sont jamais construits d’un seul tenant. Pour résister à la poussée des terres, les habitants de Latô utilisent différentes techniques de construction :

Fig. 68 — Mur de terrasse construit directement sur le rocher.

Fig. 68 — Mur de terrasse construit directement sur le rocher.

Cliché Hélène Wurmser.

  • Le mur est constitué dans sa hauteur de deux parties dont les axes sont légèrement décalés l’un part rapport à l’autre. Les assises supérieures sont alors en retrait par rapport aux assises inférieures (fig. 69). Il s’agit de la superposition de deux murs construits l’un au-dessus l’autre en suivant deux tracés différents, selon une technique qui permet de dissocier et de mieux répartir la pression exercée par les terres.

Fig. 69 — Mur de terrasse à ressaut.

Fig. 69 — Mur de terrasse à ressaut.

Cliché Hélène Wurmser.

  • Le mur est divisé en plusieurs portions, séparées par un joint vertical et qui ne sont pas nécessairement liaisonnées entre elles. On observe en effet de nombreux coups de sabre dans certains murs de terrasse ou de soutènement : ils ne correspondent pas forcément à différentes phases de construction, mais à un mode de renforcement des murs. En effet, dans le cas d’un mur relativement étendu et si la poussée des terres provoque la rupture ou l’affaiblissement d’un endroit précis, la division en portions indépendantes permet de ne restaurer que la partie défectueuse, sans fragiliser le reste de la construction (fig. 70). La juxtaposition des murs peut également s’accompagner d’un décalage des axes et d’un renforcement des blocs aux points de liaison (fig. 47). L’appareil utilisé est le plus souvent irrégulier, fait de blocs polygonaux ou rectangulaires taillés dans le calcaire coquillier local. Pour renforcer la cohésion des murs, les constructeurs emploient des blocs de dimensions plus importantes pour les assises inférieures. Les interstices laissés libres entre les blocs sont remplis de petites pierres ou de moellons de taille modeste. Nous n’avons, en revanche, observé aucun dispositif servant à canaliser les eaux de pluie ou de ruissellement ou à évacuer l’eau stagnante au pied des murs de terrasse. Le seul drain triangulaire que l’on observe à Latô est celui ménagé dans le parement ouest du portique de l’agora (fig. 71).

Fig. 70 — Coup de sabre dans un mur de terrasse.

Fig. 70 — Coup de sabre dans un mur de terrasse.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 71 — Drain ménagé dans le parement ouest du portique de l’agora.

Fig. 71 — Drain ménagé dans le parement ouest du portique de l’agora.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 58 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 87-90. Voir aussi. M.-Chr. Hel (...)
  • 59 R. Harfouche, Histoire des paysages méditerranéens terrassés : aménagements et agriculture, BAR Int (...)

64Le système des terrasses permet de replacer Latô dans une perspective régionale et historique plus large. Il inscrit en effet le site dans l’ensemble des villes dont la topographie et l’urbanisme constituent une défense particulièrement efficace. De ce point du vue, l’urbanisation latienne observée au sud du Quartier ouest correspond tout à fait au système de défense idéal où habitat et rempart sont associés, formant ainsi l’image d’une ville-forteresse58. Je mentionnerai cependant que l’installation de la ville dans un paysage au relief fortement marqué ne peut être assimilée à la simple recherche d’une zone de refuge. Comme l’a très bien montré R. Harfouche, cette localisation permet également de contrôler et de mettre en valeur la richesse fondamentale des communautés paysannes qui devaient peupler ces montagnes, à savoir la terre cultivable. Le choix du lieu « implique également que les paysans possèdent une connaissance des sols et de leurs qualités agronomiques et qu’ils maîtrisent le savoir-faire nécessaire à leur protection et à leur soin »59. Comme nous l’avons vu, le choix du site de Latô, rendu au premier abord hostile par ses fortes pentes, sa végétation dense et son aridité, s’éclaire lorsque l’on prend en compte la présence d’un terroir tout proche, constitué notamment par les dolines ; ces dernières offrent le double avantage d’être accessibles depuis la ville, par les quartiers d’Agaratiès et de Pyrgos, et totalement dérobées au regard de celui qui ne connaît pas la région et qui accèderait à Latô par le caldérim. De plus, la variété des techniques de construction mises en œuvre dans les murs de terrasse et de soutènement latiens montre que, de ce point de vue, les habitants de Latô étaient très au fait des dispositifs les plus efficaces, malgré le caractère fruste et rustique du matériau à leur disposition.

L’organisation parcellaire

65Les prospections et relevés topographiques permettent de déceler des schémas d’organisation récurrents dans les quartiers d’habitation et partant, des types différents de parcelles. Les contraintes du relief ont généralement limité les phénomènes de recomposition du parcellaire qui auraient nécessité une refonte partielle du système des terrasses. En l’état actuel des recherches, j’ai remarqué deux types d’organisation de l’habitat : l’ensemble mitoyen et la maison individuelle. Ces types étant tous deux établis sur des terrasses suffisamment larges pour les contenir, il est difficile de connaître les raisons qui ont poussé les habitants à choisir telle formule plutôt que telle autre. En donner immédiatement une interprétation sociologique ou fonctionnelle serait tout à fait prématuré, d’autant que l’organisation interne de l’habitat est généralement identique d’un type à l’autre.

66– L’ensemble mitoyen : lorsque la largeur des terrasses est suffisante, deux maisons mitoyennes peuvent y être construites. Elles sont généralement décalées l’une par rapport à l’autre, notamment pour permettre l’installation de citernes. Le décalage peut être horizontal ou vertical, lorsque les constructions s’adossent à la pente. De nombreux exemples de cette disposition sont visibles dans le Quartier ouest. Les Maisons du Prytanée sont ainsi constituées de deux habitations ouvrant à l’est et ayant chacune deux ou trois pièces en enfilade (fig. 72).

Fig. 72 — Maisons du Prytanée.

Fig. 72 — Maisons du Prytanée.

D’après V. Hadjimichali, BCH 95 [1971], p. 182 fig. 12.

67Sur la terrasse inférieure et plus à l’ouest sont construites deux autres maisons mitoyennes. L’une, appelée Maison D, a été étudiée par V. Hadjimichali. Dans cet ensemble, les maisons sont décalées l’une de l’autre sur un axe nord-sud : la première pièce de la Maison Delta s’appuie sur la dernière pièce de sa voisine à l’est. La maison est s’appuie elle-même sur le mur de soutènement qui en constitue également le mur de fond. La disposition générale fait preuve d’une économie de moyens remarquable tout en garantissant à chaque maison l’espace vital nécessaire et l’équipement d’une citerne. Le plan barlong des maisons ou la juxtaposition des pièces en enfilade sont particulièrement propices à la mise en œuvre des ensembles mitoyens : ceux-ci permettent d’exploiter au mieux la pente, tout en fournissant les moyens d’un passage d’une terrasse à l’autre. Bien que nous ignorions quelle est la destination précise des quartiers d’Agaratiès et de Badéna, les deux secteurs montrent une mise en œuvre particulièrement importante de l’ensemble mitoyen. Même si la pente y est plus faible et les surfaces relativement planes, la mitoyenneté est utilisée pour une occupation dense, conférant à ces quartiers un aspect de « nid d’abeilles ». Le manque de place et la densité des constructions y ont, semble-t-il, limité en nombre l’implantation des citernes, du moins dans le secteur d’Agaratiès. Il faudrait de ce point de vue vérifier si l’approvisionnement en eau se faisait de préférence par un système de distribution à partir d’une citerne centrale, telle que la citerne C4 mentionnée plus haut.

68– La maison individuelle : lorsque l’espace disponible le permet, la maison peut être construite au milieu d’une large terrasse qui permet la circulation périphérique. L’habitation s’ouvre alors généralement sur un espace laissé libre de construction, mais où se trouve parfois la citerne. Dans le cas de la Maison E, deux rues longent la construction à l’est et à l’ouest. La citerne se trouve en contrebas de la terrasse et appuyée contre le mur de soutènement. Les habitants de la Maison E y accèdent par un passage ménagé dans ce mur, comme nous l’avons vu précédemment. Ce schéma a pu être repéré régulièrement, en particulier dans le Quartier ouest.

69Dans le Quartier nord où la déclivité est beaucoup plus importante et les terrasses de largeur réduite, l’implantation des maisons suit une disposition mixte entre l’ensemble mitoyen et la maison individuelle. Chaque habitation occupe la largeur d’une terrasse, les maisons se succédant sur un axe est-ouest (fig. 73). Elles sont mitoyennes sur un axe nord-sud, de sorte que le mur de terrasse qui les sépare est à la fois le mur de façade de la maison supérieure et le mur de fond de la maison inférieure. Du fait de l’étroitesse de l’espace disponible, toutes les habitations ne possèdent pas de citerne. La seule que nous ayons relevée se trouve au centre du quartier situé à l’ouest de la ligne de rochers à pic notée par J. Demargne dans le plan de 1901 (fig. 14 et fig. 74).

Fig. 73 — Maison occupant la largeur d’une terrasse dans le Quartier nord.

Fig. 73 — Maison occupant la largeur d’une terrasse dans le Quartier nord.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 74 — Citerne du Quartier Nord.

Fig. 74 — Citerne du Quartier Nord.

Cliché Hélène Wurmser.

  • 60 Texte établi, traduit et annoté par E. Des Places, Belles Lettres (2003).

70Grâce aux observations et aux relevés effectués dans l’ensemble des quartiers de Latô, il apparaît que l’implantation de l’habitat correspond à au moins deux schémas directeurs. La répétition de ces schémas, utilisant remarquablement l’espace à disposition, donne à la ville un aspect homogène, quoique plus dense et plus resserré dans les quartiers d’Agaratiès et du nord. L’organisation du parcellaire contribue également à renforcer le système de défense naturel, chaque terrasse représentant à elle seule un obstacle à franchir. La morphologie de Latô rejoint ici la description de la ville idéale proposée par Platon dans les Lois (779b)60 :

Ἀλλ’ εἰ δὴ τεῖχός γέ τι χρεὼν ἀνθρώποις εἶναι, τὰς οἰκοδοµίας χρὴ τὰς τῶν ἰδίων οἰκήσεων οὕτως ἐξ ἀρχῆς βάλλεσθαι, ὅπως ἂν ᾖ πᾶσα ἡ πόλις ἓν τεῖχος, ὁµαλότητί τε καὶ ὁµοιότησιν εἰς τὰς ὁδοὺς πασῶν τῶν οἰκήσεων ἐχουσῶν εὐέρκειαν, ἰδεῖν τε οὐκ ἀηδὲς µιᾶς οἰκίας σχῆµα ἐχούσης αὐτῆς, εἴς τε τὴν τῆς φυλακῆς ῥᾳστώνην ὅλῳ καὶ παντὶ πρὸς σωτηρίαν γίγνοιτ’ ἂν διάφορος.

71Néanmoins, si les hommes ont pour quelque raison besoin de murailles, il faut dès le début jeter les fondements des habitations particulières de façon que toute la cité ne soit qu’un rempart, en alignant toutes les habitations sur le même plan du côté de la rue pour en assurer la défense, sans compter que l’aspect d’une ville n’est pas déplaisant quand elle ressemble à une seule maison et que, si elle facilite ainsi la garde, elle l’emporte du tout au tout sur les autres pour la sécurité.

  • 61 En dernier lieu, N. Coutsinas, Défenses crétoises. Fortifications urbaines et défense du territoire (...)

72On peut rappeler à ce sujet que les villes construites sur un système de terrasses ont toujours fourni une résistance particulière aux assauts militaires, à l’image de Périnthe que Philippe de Macédoine échoua à prendre selon Diodore de Sicile (XVI, 76, 3). On a ainsi pu évoquer pour Latô l’idée d’une ville-forteresse dont l’organisation est particulièrement visible dans l’épais mur fortifié de la rue Demargne et dans son articulation avec les maisons-tours61. Si l’image est juste, on doit surtout rappeler qu’elle contient en réalité tout un système de défense dans lequel chaque élément construit ou naturel joue un rôle indispensable, depuis le choix du site jusqu’aux forts contrôlant le territoire, en passant par le mur fortifié, les terrasses, les pentes abruptes et l’implantation des accès.

Urbanisation ou urbanisme ?

  • 62 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô », BCH 93-2 (1969), p. 792-822 ; P. Ducrey, O. Picard, «  (...)
  • 63 Sur la prise en compte de l’occupation antérieure du site, ainsi que sur la réinterprétation de cer (...)

73Les caractéristiques topographiques et constructives fortement marquées du site de Latô invitent à poser la question du mode de planification de la ville. Si l’on connaît maintenant assez bien la chronologie et les aménagements de l’agora et de la terrasse du temple à l’époque hellénistique62, il n’en est pas de même des quartiers d’habitation et finalement de l’histoire globale du site63. L’homogénéité de l’appareil des murs et du matériau employé donne de prime abord l’impression que la ville est construite d’une seule venue. En revanche, l’absence de plan orthonormé et de rues se coupant à angles droits, conformément à l’aspect théorique, souvent abstrait et bien trop normatif que l’on confère à l’urbanisme d’époque hellénistique, semble ranger Latô dans la catégorie des villes formées par urbanisation.

  • 64 De ce point de vue, les observations faites à Azoria corroborent l’idée que la fin du VIIe siècle c (...)
  • 65 R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique (1974), p. 291.
  • 66 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 214.

74Il apparaît pourtant bien peu probable que l’on ait pu laisser s’agglomérer sans ordre et sans contrôle l’habitat latien, dans un site aussi exigeant et contraignant, et si l’on considère que la ville est fondée au viie s. av. J.-C., la qualité de son organisation et sa cohérence reflètent le projet d’une communauté constituée, politiquement, économiquement et socialement structurée64. Les observations faites sur le terrain permettent d’ailleurs de retrouver l’ordre dans lequel les constructions devaient s’organiser. Les possibilités restreintes d’accès ont sans doute imposé dès le départ le tracé de la rue Demargne, de même que l’ensellement entre les deux acropoles désignait le lieu d’implantation d’un espace de distribution et de régulation, comme à Dréros. La prise en compte indispensable des courbes de niveau a ensuite conditionné la mise en œuvre des terrasses. Dans les quartiers où la forte déclivité ne permettait pas de ménager un espace constructible suffisamment large, la montagne a été profondément entaillée, le rocher dressé et ravalé, fournissant par là même le matériau utilisé dans les édifices. Dans le tracé des coupes topographiques nord-sud et est-ouest (fig. 75 et fig. 76), on remarque particulièrement l’aménagement du haut de l’acropole nord : il a été creusé à la fois horizontalement pour élargir les terrasses et implanter les maisons, et verticalement pour placer les citernes qui ont d’ailleurs probablement été régulièrement planifiées avant la construction des maisons ou de certains murs de terrasse, servant ainsi de carrières de pierre pour les bâtiments dont elles dépendent. Les rues du réseau viaire tertiaire résultent des aménagements précédents et ne font pas l’objet d’une planification préalable, contrairement aux voies principales que constituent la rue Demargne ou la rue de la doline, par exemple. De ce point de vue, Latô correspond relativement bien à la description d’une ville archaïque, telle l’Emporion de Chios que R. Martin décrit ainsi65 : « Occupé aux viiie et viie siècles, abandonné dans le courant du vie siècle, ce site a conservé les caractères de la petite cité primitive ; elle était disposée sur les flancs ouest d’une colline dont le sommet est couronné par une plate-forme de 230 mètres d’altitude ; l’habitat occupe les pentes entre les niveaux 60 et 150 mètres. Il s’étage du nord au sud, le long de rues approximativement parallèles, le parallélisme étant soumis aux sinuosités des courbes de niveaux. C’est le terrain qui impose sa loi, comme sur la plupart de ces sites archaïques. Les maisons sont dispersées, de structure simple, comportant une ou deux pièces rectangulaires, dont le toit était souvent soutenu par des poteaux intérieurs ; elles présentent leur long côté en bordure des rues, mais elles ne sont pas contiguës et ne forment pas d’ensembles alignés ou homogènes. » Je pense cependant que l’opposition traditionnelle – et de plus en plus souvent remise en question – entre l’urbanisation « primitive », entendue comme processus continu et progressif d’agglomération des édifices, et l’urbanisme hellénistique comme principe régulateur et planificateur de la morphologie urbaine, ne s’illustre certes pas en des termes aussi stricts dans le cas de Latô, et plus généralement dans le cas des villes où les contraintes topographiques conditionnent si profondément les modes d’implantation et de construction. De ce fait, je n’adhère pas à l’appréciation de V. Hadjimichali pour qui Latô représente davantage un « groupe de hameaux plutôt qu’une agglomération urbaine »66. Les observations sur le réseau viaire, la répartition des citernes et des différents quartiers montrent au contraire la cohésion de l’ensemble, dans un projet finalement assez homogène, fondé sur la répétition de schémas urbains adaptés au terrain.

Fig. 75 — Coupe topographique nord-sud.

Fig. 75 — Coupe topographique nord-sud.

Fig. 76 — Coupe topographique est-ouest.

Fig. 76 — Coupe topographique est-ouest.
  • 67 R. Scranton, Greek Walls (1941), p. 10-13.

75Il est en revanche plus délicat de déterminer les étapes chronologiques relatives de la construction de la ville. Seuls des quartiers centraux ont en effet été fouillés de manière stratigraphique. Les maisons du mur fortifié, la Maison du Temple, la terrasse du Temple ou le Prytanée ont tous fourni les éléments d’une chronologie d’époque hellénistique et quelques traces d’une occupation archaïque dont il faudrait pouvoir enrichir matériellement le témoignage. Dans certains cas, les variations de l’appareil des murs peuvent constituer un indice de la postériorité d’une construction sur une autre, sans que l’on puisse pour autant évaluer la distance chronologique absolue qui les sépare. Certes, l’interprétation temporelle des appareils ne saurait être systématique et ne saurait reposer sur ce seul indice, comme l’a montré depuis longtemps l’étude de R. Scranton67. Néanmoins, les voyageurs et J. Demargne avaient déjà noté que certains édifices ou murs de terrasse utilisaient des blocs rectangulaires de module plus réduit que les grands blocs polygonaux présents par exemple dans le mur fortifié (fig. 77). Nous avons observé qu’ils étaient manifestement plus présents dans le Quartier nord, mais cette remarque peut aussi être imputable à un effet de l’état des ruines. Il est cependant probable que la ville s’est d’abord étendue depuis le centre vers le nord en occupant prioritairement le Quartier ouest, notamment parce qu’il était entièrement caché des poljés de Flamouriana et de Lakonia et, par là même, de l’accès principal à la ville. De ce point de vue, le Quartier nord qui s’étend depuis la clôture moderne jusqu’à la ligne de rochers à pic semble a priori plus récent. Quelques restaurations ou remaniements de murs ont également été remarqués au fil de nos explorations (fig. 78). L’étude du bâti pourrait à ce titre constituer une nouvelle piste de recherche pour affiner la connaissance chronologique et l’évolution de la ville. En plusieurs endroits, les remaniements peuvent sans doute être datés de l’Antiquité, étant établi que le site n’est pas globalement réoccupé aux époques impériale et médiévale. Il est d’ailleurs frappant d’observer le très grand nombre de bouchages de rues ou de portes qui marque absolument tous les quartiers de Latô. O. Picard notait déjà que certaines portes du mur de fortification de la rue Demargne avaient été condamnées parce qu’elles offraient une prise trop facile aux éventuels assauts. Les différentes phases d’occupation et d’aménagement de la ville peuvent ainsi être éclairées et confirment l’image d’un abandon progressif des quartiers qui se resserrent autour du centre civique, avant d’être définitivement délaissés.

Fig. 77 — Appareil rectangulaire.

Fig. 77 — Appareil rectangulaire.

Cliché Hélène Wurmser.

Fig. 78 — Mur remanié ou restauré.

Fig. 78 — Mur remanié ou restauré.

Cliché Hélène Wurmser.

76Dans tous ses aspects morphologiques, Latô a su tirer parti des conditions du terrain : si la ville était certainement fruste et que l’on y menait la vie rude des communautés paysannes de moyenne montagne, les appareils de murs, l’étendue de l’agglomération, la complexité de son organisation urbaine et la qualité de certains édifices montrent que les Latiens possédaient une connaissance très approfondie des techniques et des traditions constructives. Fruit d’une communauté structurée, la ville répond à ses besoins spécifiques avec une économie de moyens et une efficacité remarquables. Cette adaptation forte des moyens aux fins semble n’avoir eu qu’une seule limite : l’éloignement de la zone côtière dont l’attractivité économique en pleine expansion à l’époque hellénistique a finalement conduit à l’abandon de Latô à l’orée du IIe s. av. J.-C.

Haut de page

Notes

1 H. Wurmser, A. Farnoux, L. Fadin, S. Apostolakou, « Missions topographiques à Latô I (2005-2007) : analyse critique du plan de J. Demargne et V. Seyk (1901) », BCH 131-2 (2007), p. 889-924.

2 Comme au temps du premier relevé complet de Latô effectué par l’archéologue J. Demargne et l’architecte V. Seyk, les travaux engagés à Latô sont le fruit d’une collaboration entre plusieurs disciplines et plusieurs individualités. Je tiens donc à remercier particulièrement Alexandre Farnoux (PR Paris IV-Sorbonne) qui a œuvré pour que soit rouverte la Porte Ouest de Latô et l’étude du Mirambello, Lionel Fadin (topographe EFA) à qui je dois l’ensemble de la documentation graphique, relevés et coupes présentés dans les planches, et sans qui ma contribution à l’analyse de la morphologie urbaine aurait été bien maigre, Matthieu Ghilardi (CNRS-CEREGE) dont l’expertise sur les phénomènes karstiques a largement éclairé l’implantation si particulière du site et les caractéristiques géographiques de la région, Philippe Collet (photographe EFA) qui s’est chargé de rectifier et d’harmoniser les clichés pris au cours de la mission d’avril 2007.

3 P.-Y. Balut, « Restauration, restitution, reconstitution », RAMAGE 1 (1982), p. 95-109.

4 R. Westgate, « House and Society in Classical and Hellenistic Crete : A Case Study in Regional Variation », AJA 111-3 (2007), p. 423-457.

5 Ibid. p. 452.

6 Pour la synthèse topographique, voir Fl. Gaignerot-Driessen, De l’occupation postpalatiale à la cité-État grecque : le cas du Mirambello (Crète), Aegaeum 40 (2016), p. 282-289.

7 T. A. B. Spratt, Travels and Researches in Crete (1865), p. 130-141.

8 F. Halbherr, Museo italiano di Antichità Classica III (1890), col. 645-654.

9 L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI (1895), p. 251-282.

10 A. Evans, « Goulas : the city of Zeus », BSA 2 (1895-1896), p. 184 et note.

11 Le mot « doline » ou son équivalent anglais sont issus de la langue serbo-croate et n’apparaissent dans le vocabulaire français et anglais qu’en 1895. Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales.

12 A. Evans (n. 10), p. 184.

13 Bulletin de la Société de Géographie 2e série, III (1935), p. 108-127.

14 A. Evans (n. 10), p. 184.

15 J. Demargne, « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », BCH 25 (1901), p. 282- 307.

16 Metochia (µετόχια) : hameaux ou maisons isolés, de construction simple, utilisés notamment pour les travaux agricoles.

17 J. Demargne (n. 15), p. 287.

18 J. Demargne (n. 15), p. 288.

19 J. Demargne (n. 15), p. 289 et note 1.

20 Les définitions que nous donnons des principales formes du relief karstique sont reprises de M. Derruau, Formes du relief terrestre (1988) et R. Coque, Géomorphologie (1998).

21 Chr. Siart, M. Ghilardi et I. Holzhauer, « Geoarchaeological study of karst depressions integrating geophysical and sedimentological methods: case studies from Zominthos and Latô (Central and East Crete, Greece) », Géomorphologie : relief, processus, environnement 4 (2009), p. 241-256 ; Chr. Siart, M. Ghilardi, M. Forbriger, K. Theodorakopoulou, « Terrestrial laser scanning and electrical resistivity tomography as combined tools for the geoarchaeological study of the Kritsa-Latô dolines (Mirambello, Crete, Greece) », Géomorphologie : relief, processus, environnement 1 (2012), p. 59-74.

22 Les éléments de description géomorphologique des dolines sont dus à Matthieu Ghilardi que je remercie.

23 La doline centrale de Latô a un diamètre maximum de 200 m. Le fond se situe à 311 m d’altitude alors que le sommet de la paroi nord atteint 395 m : le dénivelé est donc de 85 m environ. Elle est ouverte et moins encaissée sur les côtés Est, vers Aghios Nikolaos, et Ouest, vers l’agora

24 Comme me l’a fait remarquer O. Picard, le grec moderne désigne ce phénomène par le mot καταβόθρον (katavothron), renvoyant précisément à l’idée d’un canal souterrain formé par l’érosion.

25 Explications fournies par Matthieu Ghilardi.

26 Voir le même constat et les rapprochements avec l’Anavlochos dans Vasso Zographaki, Florence Gaignerot-Driessen et Maud Devolder, « Nouvelles recherches sur l’Anavlochos », BCH 136-137.2 (2012-2013), p. 513-535.

27 P. Demargne, « Recherches sur le site de l’Anavlochos », BCH 55 (1931), p. 365.

28 L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI (1895), p. 251-282 et J. Demargne, « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », BCH 25 (1901), p. 302.

29 Voir également la recension des fortins identifiés entre Dréros et Olonte, et notamment dans le massif de l’Oxa par H. Van Effenterre, « Querelles crétoises », REA 44 (1942), p. 31-51.

30 A. Brown, Arthur Evans’s Travels in Crete 1894-1899, BAR International Series 1000 (2001), p. 201-202, n. 173.

31 Le nom Akhladiès est donné par les gens de la région comme équivalent du lieu-dit Roukouni et de la Kitten’s Cistern ou Plativolo identifiée par A. Evans (voir note précédente et op. cit. p. 310).

32 Signalons que S. Apostolakou, ancienne éphore d’Aghios Nikolaos et M. Sorou, historienne et présidente de l’Association des Philologues du Lassithi-Sud, ont mené des recherches sur le caldérim. M. Sorou a notamment rassemblé les témoignages modernes de son utilisation au cours des xixet xxe siècle.

33 L’évaluation a été approchée à partir de la carte au 1/5000 et du plan de 1901, en traçant un polygone comprenant l’ensemble des quartiers de la ville et des éléments de son système de défense ; la surface occupée tient ainsi compte du lieu-dit Pyrgos et du quartier de Badéna, secteurs excentrés, mais faisant manifestement partie intégrante du fonctionnement général de la ville.

34 J. Demargne, « Fouilles à Latô en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 206-232.

35 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 167-222. Nous avons conservé la dénomination des maisons élaborée par V. Hadjimichali lors de ses recherches.

36 M. Nowicka, Les maisons à tour dans le monde grec (1975) ; P. Grimal, « Les maisons à tour hellénistiques et romaines », MEFR 56 (1939), p. 28-59.

37 « Il sera question, dans un article suivant, des tombeaux qui ont été découverts en différents endroits, et de deux sanctuaires placés sur la route même de Critsa à Néapolis, entre Critsa et Goulas », J. Demargne « Les ruines de Goulas », BCH 25 (1901), p. 305.

38 H. Wurmser, A. Farnoux, L. Fadin, S. Apostolakou, « Missions topographiques à Latô I (2005-2007) : analyse critique du plan de J. Demargne et V. Seyk (1901) », BCH 131-2 (2007), p. 902 et la note 28. Voir aussi P. Demargne, « Terres cuites archaïques de Latô (Crète) », BCH 53-2 (1929), p. 382-429 et du même auteur, « Plaquettes votives de la Crète archaïque », BCH 54 (1930), p. 195-209.

39 B. Gauthiez, Espace urbain. Vocabulaire et morphologie (2003), p. 110.

40 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 295 pour le texte et la traduction du passage de Philon de Byzance (V, A, 33-35) et p. 254-256 ; p. 353-355 pour les commentaires et les attestations.

41 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest. Habitations et défense », BCH 120 (1996), p. 748-751.

42 Voir la synthèse de N. Coutsinas, Défenses crétoises: fortifications urbaines et défense du territoire en Crète aux époques classique et hellénistique (2014), p. 82-85, avec la bibliographie antérieure.

43 J. Demargne, « Fouilles à Latô, en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 207. Voir aussi la planche IV qui accompagne cet article et représente le plan détaillé de la porte, de la rue principale, du quartier artisanal et de l’agora : l’emplacement de l’escalier menant au rempart porte le numéro 2.

44 B. Gauthiez, Espace urbain. Vocabulaire et morphologie (2003). Si la voirie est « l’ensemble des voies et des espaces libres permettant la circulation des véhicules et des piétons, [elle] peut être décomposée en voirie primaire : voies principales entre agglomérations ; voirie secondaire : rues à l’intérieur d’un quartier ; voirie tertiaire : voies de desserte des bâtiments ou de groupes de bâtiments. »

45 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest. Habitations et défense », BCH 120 (1996), p. 721-754.

46 J. Demargne, « Fouilles à Latô, en Crète 1899-1900 », BCH 27 (1903), p. 207-209.

47 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô IV. Le théâtre », BCH 95-2 (1971), p. 515-531.

48 J. Demargne, « Les ruines de Goulas ou l’ancienne ville de Latô en Crète », BCH 25 (1901), p. 302-303.

49 R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique (1974), p. 76.

50 Pour le plan détaillé de la rue Ouest et du départ des terrasses, voir P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest. Habitations et défense », BCH 120 (1996), p. 725, fig. 4.

51 M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque. Habitat, urbanisme, fortifications (2010), p. 327 et fig. 465 représentant l’escalier d’une courtine de Palairos.

52 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 174-176.

53 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 170-174.

54 Ibidem.

55 R. Martin, Recherches sur l’agora grecque (1951), p. 228.

56 Isée, Discours V, 11. Texte établi, traduit et annoté par P. Roussel, Belles Lettres (1922).

57 R. Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, vol. II (1992), p. 21.

58 Y. Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, BEFAR 223 (1974), p. 87-90. Voir aussi. M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque. Habitat, urbanisme, fortifications (2010), p. 307.

59 R. Harfouche, Histoire des paysages méditerranéens terrassés : aménagements et agriculture, BAR International Series 1634 (2007), p. 227.

60 Texte établi, traduit et annoté par E. Des Places, Belles Lettres (2003).

61 En dernier lieu, N. Coutsinas, Défenses crétoises. Fortifications urbaines et défense du territoire en Crète aux époques classique et hellénistique (2013), p. 207.

62 P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô », BCH 93-2 (1969), p. 792-822 ; P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô II. Le grand temple », BCH 94-2 (1970), p. 567-590 ; P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô IV. Le théâtre », BCH 95-2 (1971), p. 515-531 ; P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô V. Le prytanée », BCH 96 (1972), p. 567-592 ; P. Ducrey, O. Picard, « Recherches à Latô VI. Céramique hellénistique », BCH 100-1 (1976), p. 253-267.

63 Sur la prise en compte de l’occupation antérieure du site, ainsi que sur la réinterprétation de certains vestiges et matériels associés, voir Fl. Gaignerot-Driessen, « The ‘Temple House’ at Lato reconsidered », Oxford Journal of Archaeology, 31-1 (2012), p. 59-82 et du même auteur, De l’occupation postpalatiale à la cité-Etat grecque : le cas du Mirambello (Crète), Aegaeum 40 (2016), p. 282-289.

64 De ce point de vue, les observations faites à Azoria corroborent l’idée que la fin du VIIe siècle change profondément la morphologie urbaine, à la fois par la spécialisation et l’articulation des espaces domestiques et civiques, permettant le développement conjoint de la ville et de la cité dans un système cohérent. D. C. Haggis, « The Archaeology of Urbanization: Research Design and the Excavation of an Archaic Greek City on Crete », dans D. C. Haggis, C. M. Antonaccio (eds), Classical Archaeology in Context: Theory and Practice in Excavation in the Greek World (2015) chap. 9, p. 219-258.

65 R. Martin, L’urbanisme dans la Grèce antique (1974), p. 291.

66 V. Hadjimichali, « Recherches à Latô III. Maisons », BCH 95-1 (1971), p. 214.

67 R. Scranton, Greek Walls (1941), p. 10-13.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Plan topographique de Latô avec la localisation des coupes.
Crédits Topographie et DAO, EFA/Lionel Fadin ; 1/6000.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 2 — Croquis du site de Latô.
Crédits D’après L. Mariani, Monumenti antichi dei Lincei VI [1895], p. 251-252.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 3 — Dessin panoramique du relief entourant Latô.
Crédits D’après A. Evans, BSA 2 [1895-1896], fig. 1, p. 173 ; Clichés modernes du paysage, Matthieu Ghilardi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Fig. 4 — Carte des environs de Goulas.
Crédits Par J. Demargne et V. Seyk, BCH 25 [1901], pl. XX.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Fig. 5 — Doline 1 autour de laquelle est construite la ville de Latô.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 6 — Doline 4 plantée d’oliviers.
Crédits Cliché Matthieu Ghilardi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre Fig. 7 — Mur antique partiellement arraché dans la doline 4.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 8 — Dispositif d’irrigation ou de drainage.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 9 — Poljés de Flamouriana et d’Exo Lakonia.
Crédits D’après un cliché de Matthieu Ghilardi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 10 — Talweg de Kritsa.
Crédits Cliché Matthieu Ghilardi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 11 — Carte de situation de Latô dans le massif du Mirambello.
Crédits D’après O. Picard, P. Ducrey, « Recherches à Latô VII. La rue Ouest, habitations et défense », BCH 120-2 [1996], p. 722, fig. 1.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Titre Fig. 12 — Le caldérim ancien menant à Latô.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 13 — La zone de l’agora vue depuis le sud.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 14 — Plan Seyk.
Crédits Publié par J. Demargne dans le BCH 25 [1901].
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 15 — Aire à battre moderne dans le secteur d’Agaratiès.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 16 — Vestiges de maison dans la pente O de la doline.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 17 — Panorama sur le site de Latô depuis l’est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 18 — Emplacement du fort vu depuis l’ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 566k
Titre Fig. 19 — Porte ouest vue du sud.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 20 — Le secteur de la Porte 15 vu du Nord-Ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Titre Fig. 21 — La porte la plus à l’ouest du mur fortifié et l’alignement de moellons qui la précède pour constituer un pas d’âne.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 22 — Arrachement du mur fortifié à son extrémité ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Fig. 23 — Plan topographique du secteur de la Porte nord.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 24 — Secteur de la Porte nord : mur de terrasse et tracé de la rue.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 25 — Secteur de la Porte nord vu depuis le nord.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 26 — Emplacement présumé de la Porte est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Fig. 27 — La rue Demargne vue de l’ouest vers l’est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 28 — Porte bouchée dans le mur ouest de la rue Demargne.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 29 — Détail du contrefort ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 30 — Mur de terrasse de la rue Demargne à l’emplacement du théâtre.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 31 — Panorama de la rue Demargne depuis la terrasse du temple vers l’acropole sud et le Quartier est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 32 — Rue de la doline vers l’acropole nord.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 33 — Rue d’Agaratiès vers le sud. Le passage semble en avoir été bouché.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 34 — Détail du caldérim de la rue d’Agaratiès.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 35 — Tracé de la rue qui part de l’agora.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Titre Fig. 36 — Départ de la rue du bastion et son bouchage à l’arrière-plan.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 37 — Mur de séparation entre la zone de la Porte ouest et le bas du quartier.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Fig. 38 — Plan topographique de la maison E (échelle 1/100).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Fig. 39 — Ensemble de la maison E et de la rue est, vu vers le sud-est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 40 — Ensemble de la maison E et des rues est et ouest, vu vers le nord-est.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 41 — Passage perpendiculaire entre deux terrasses au niveau de la maison E.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 661k
Titre Fig. 42 — Plan topographique de l’ensemble 1 (échelle 1/100).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 43 — Terrasse supérieure de l’ensemble 1 nord et massif d’escalier à l’extrémité nord.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 44 — Détail des marches et du massif.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 45 — Possibilité de passage dans le décalage des murs de terrasse.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 46 — Plan topographique de l’ensemble 3 : possibilité de passage d’une terrasse à l’autre (échelle 1/200).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 47 — Renforcement d’un mur de terrasse.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 48 — Rue bouchée entre deux édifices.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 49 — Plan topographique de l’ensemble 2 (échelle 1/100).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Fig. 50 — Autel inséré dans un mur de terrasse et reposant sur le rocher.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Titre Fig. 51 — Autel vu vers le sud-ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Fig. 52 — Grande rue du Quartier nord à droite, rue secondaire à gauche, seuil de maison au premier plan.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 53 — Village abandonné de Chondrovolaki.
Crédits Cliché Matthieu Ghilardi.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 54 — Escalier de la maison B.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Fig. 55 — Citerne de l’agora, vue depuis le prytanée.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 56 — Vue de l’intérieur de la citerne de l’agora.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 57 — Citerne du Quartier ouest vue de l’ouest.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 58 — Plan topographique de la citerne C3 (échelle 1/100).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 59 — La citerne du Quartier nord (C3).
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 678k
Titre Fig. 60 — La citerne de la doline et sa poutre de couverture.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 61 — Détail d’une couverture de citerne en pierre associant poutre et dalles.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 62 — Traces de poutrage en bois pour la couverture de la citerne du prytanée.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 63 — Regard et orifice de puisage de la citerne située en surplomb du prytanée.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Fig. 64 — Arrivée de gouttière dans la citerne de la maison A.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 65 — Rue en escalier menant de l’agora à la terrasse du temple.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 66 — Mortier en calcaire devant une maison.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Fig. 67 — Succession verticale d’un mur de soutènement et d’un mur de bâtiment.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre Fig. 68 — Mur de terrasse construit directement sur le rocher.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre Fig. 69 — Mur de terrasse à ressaut.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 70 — Coup de sabre dans un mur de terrasse.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 71 — Drain ménagé dans le parement ouest du portique de l’agora.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 72 — Maisons du Prytanée.
Crédits D’après V. Hadjimichali, BCH 95 [1971], p. 182 fig. 12.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Fig. 73 — Maison occupant la largeur d’une terrasse dans le Quartier nord.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 74 — Citerne du Quartier Nord.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 75 — Coupe topographique nord-sud.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Titre Fig. 76 — Coupe topographique est-ouest.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 77 — Appareil rectangulaire.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 78 — Mur remanié ou restauré.
Crédits Cliché Hélène Wurmser.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/926/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Wurmser, « Missions topographiques à Latô II (2005-2007) : étude de morphologie urbaine »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 555-631.

Référence électronique

Hélène Wurmser, « Missions topographiques à Latô II (2005-2007) : étude de morphologie urbaine »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.926

Haut de page

Auteur

Hélène Wurmser

Université Lumière-Lyon 2, Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (CNRS/Lyon 2, AMU, UPPA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search