Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2La restauration de la base de Mén...

La restauration de la base de Ménodôros à Délos

Η αποκατάσταση της βάσης του Μηνοδώρου στη ∆ήλο
The restoration of the base of Menadoros on Delos
Vasileia Manidaki et Jean‑Charles Moretti
p. 659-683

Résumés

Dans le BCH 139‑140 (2015-2016) a été publiée une étude des deux monuments érigés l’un à Délos, l’autre à Athènes en l’honneur du pancratiaste et lutteur Ménodôros. Celui de Délos a été l’objet d’une restauration complète en 2018-2019. Tous les blocs manquants ont été réalisés en marbre et le principal d’entre eux, l’orthostate portant les couronnes remportées par Ménodôros, a été copié par une machine-outil à commande numérique (CNC). Le démontage partiel et le remontage de la krépis d’une part, l’étude préalable à l’anastylose du piédestal et sa réalisation d’autre part ont été l’occasion de faire plusieurs observations qui viennent compléter et, sur certains points, amender la publication du BCH. Elles permettent de mieux comprendre les intentions des concepteurs de la base pour la perception du groupe sculpté qui se dressait sur une surface légèrement inclinée vers la façade du monument.

Haut de page

Notes de la rédaction

avec la collaboration d’Aristophanis Konstantatos (EFA) [collaborateur].

Notes de l’auteur

Abréviations :
L. : longueur ; ht. : hauteur ; prof. : profondeur.
Correspondance entre les numéros des blocs utilisés dans Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016 et ceux du présent article.
1 = B2 ; 2 = B1 ; 3 = B5 ; 4 = B6 ; 5 = OP1 ; 6 = E2.

Texte intégral

  • 1 Il en a été rendu compte dans le bulletin épigraphique de la REG 131 (2018) par D. Knoepfler sous l (...)

1Dans le BCH 139‑140 (2015-2016), p. 345‑416 N. Badoud, M. Fincker et J.‑Ch. Moretti ont publié une copieuse étude des deux monuments érigés l’un à Délos, l’autre à Athènes en l’honneur du pancratiaste et lutteur Ménodôros1. Les deux bases n’étaient pas identiques, mais chacune portait un groupe sculpté et était ornée à sa face antérieure de représentations de couronnes remportées par l’athlète. Celle de Délos a semblé suffisamment bien conservée pour faire l’objet d’une restauration. Les trois degrés de la krépis étaient conservés en place en bordure de l’Agora de Théophrastos et l’identification de blocs des trois assises du piédestal qu’ils portaient ne paraissait pas douteuse malgré l’absence de goujons. De l’assise de mouluration de base, quatre blocs composant plus de la moitié de l’ensemble ont été reconnus ; de celle d’orthostates, le principal d’entre eux, orné en façade de trente‑six couronnes ; du couronnement, enfin, le plus grand des deux blocs sur lesquels étaient scellées les statues. Dès la fin de l’étude, un projet de restauration a été élaboré qui a pu être réalisé en 2018-2019 grâce à un financement de la Fondation J. M. Kaplan. Le présent article a pour but de présenter la démarche qui a conduit de l’étude à l’anastylose, la procédure qui a été suivie pour réaliser cette restauration et ses apports à la connaissance du monument.

De L’étude à L’anastylose

2Si l’association des blocs erratiques à la krépis en place avait été comprise entre 1903 et 1913, quand les fouilles de Délos, financées par le duc de Loubat, battaient leur plein, la restauration aurait probablement été immédiatement réalisée. La krépis aurait sans doute été conservée telle quelle et les blocs des assises supérieures remis en place et complétés avec des moellons de gneiss et de poros disponibles dans l’île. Les blocs ajoutés auraient été jointoyés au mortier de chaux et leurs faces visibles finement enduites dans le plan du parement d’origine. Les travaux auraient été accompagnés d’une étude des blocs antiques, mais ils n’auraient pas été précédés par un projet détaillé soumis à une autorité extérieure à l’île. Ils auraient été peu coûteux, réversibles, mais pas nécessairement très solides. Ils auraient partiellement rendu au monument son volume d’origine, sans créer aucun risque pour les visiteurs de confondre l’antique et le moderne.

3Des dizaines de bases et d’exèdres furent ainsi restaurées à Délos, principalement de part et d’autre du Dromos et dans le sanctuaire d’Apollon. C’est le cas de la base de Billienus (GD 28) (fig. 1), de la base équestre portant la dédicace ID 1536 (E 585) qui se dresse devant les propylées de l’Agora des Italiens et dont le couronnement a été remonté en inversant les faces est et ouest, du pilier d’Antiochos III (GD 38) ou de la base de Philétairos (GD 10), qui s’est partiellement effondrée il y a une dizaine d’années.

Fig. 1 — La base de Billienus restaurée, du Nord-Ouest.

Fig. 1 — La base de Billienus restaurée, du Nord-Ouest.

Cl. EFA.

  • 2 BCH 80 (1956), p. 334 ; 82 (1958), p. 775.
  • 3 Τ∆ΠΕΑΕ : Ταµείο ∆ιαχείρισης Πιστώσεων για την Εκτέλεση Αρχαιολογικών Έργων.
  • 4 Le seconde phase entrait dans le cadre du troisième Κοινοτικό Πλαίσιο Στήριξης.
  • 5 Ταχυδροµικό Ταµιευτήριο.

4Au lendemain de la première guerre mondiale, le rythme des fouilles et des anastyloses diminua et la priorité fut donnée à la conservation et à la mise en sécurité des murs, des mosaïques et des peintures murales encore en place. De vastes campagnes de restauration furent à nouveau entreprises dans les années 19502, alors que N. Kondolélon était à la tête de l’éphorie des Cyclades. Elles bénéficièrent à une grande partie des maisons et des magasins de Délos et furent marquées par la couverture partielle des Maisons du trident, des masques et de l’Hermès et par la reprise en marbre de la première restauration en poros de la façade du temple d’Isis du Sarapieion C. Ces travaux de conservation ont été poursuivies par l’Éphorie des Cyclades à partir des années 1980 grâce à différentes sources de financement complémentaire : la Société archéologique d’Athènes entre 1982 et 1991 ; le Fonds de gestion des crédits pour la réalisation de travaux archéologiques3 entre 1992 et 2000, puis entre 2001 et 20084 ; le programme ΕΣΠΑ 2007-2013, enfin, pour des travaux qui ont été réalisés entre 2010 et 2015. De son côté l’EFA a pu mener à bien d’importantes restaurations à la Maison de Fourni entre 2009 et 2012 grâce à une donation de la Banque postale de Grèce5.

  • 6 Voir par exemple la convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (...)
  • 7 Sur les anastyloses en Grèce dans la seconde moitié du xxe s., voir Bouras, Tournikiotis 2010, et e (...)
  • 8 Nous remercions D. Mavrokordatou (Éphorie des Cyclades) de nous avoir aidé à faire le point sur les (...)

5Depuis les années 1980, cependant, les modes d’aménagement des sites archéologiques de Grèce se sont modifiées et l’anastylose à finalité de préservation et de mise en valeur des monuments est devenue une pratique habituelle. Elle répond à la demande largement partagée d’aider les visiteurs non spécialistes, dont le nombre ne cesse croître, à comprendre sur place la configuration des édifices antiques par la restitution des pierres conservées à leur emplacement d’origine avec les ajouts en matériaux nouveaux nécessaires à la stabilité de l’ensemble et à son intelligibilité. Fruit de collaborations interdisciplinaires, l’anastylose est devenue un domaine autonome, qui, dans le cadre de conventions internationales pour la protection du patrimoine mondial culturel6, s’appuie sur des études spécialisées et une documentation détaillée, partiellement distincte de celle que produisent archéologues et architectes dans leurs publications monographiques7. Dans ce domaine, Délos a pris un retard certain, mais si la restauration de la base de Ménodôros constitue aujourd’hui une exception, elle ne le restera pas longtemps : l’anastylose du Portique de Philippe est en cours grâce à un financement de la Fondation P. et A. Kanellopoulos ; celle du Temple des Déliens, de la Palestre de granit, de la Maison du lac et de celle du Diadumène va être rendue possible grâce à un programme ΕΣΠΑ obtenu par l’Éphorie des Cyclades en 2019 ; et celle du théâtre, des Propylées du sanctuaire d’Apollon, de plusieurs maisons du Quartier du théâtre (III N, huilerie ; VI I, Maison du Dionysos ; VI N) et de la Synagogue a déjà fait l’objet de projets8.

6C’est dans ce contexte que s’inscrit la restauration de la base de Ménodôros qui, pour des raisons de conservation et de visibilité, ne s’imposait pas plus que celle d’autres monuments dont un grand nombre de blocs ont été identifiés. Elle est le produit d’une combinaison de circonstances : l’étude venait d’être faite, les vestiges permettaient la restauration, les compétences pour la réaliser pouvaient être réunies et il existait, avec les appels à projets de la Fondation J. M. Kaplan, la possibilité d’obtenir un financement pour la mener à bien. L’occasion a été saisie pour ce qu’elle était : une opportunité et non pas une nécessité, ni même une priorité. Mais le profit attendu n’était pas négligeable. Il s’agissait de créer un point d’attraction sur l’Agora de Théophrastos, qui fut à partir de l’époque athénienne la principale place commerciale de Délos et un lieu important pour l’exposition de statues honorifiques ; de mettre en valeur le monument le plus spectaculaire érigé dans l’île pour un athlète et l’un des plus intéressants du monde grec pour cette catégorie professionnelle à la fin de l’époque hellénistique ; de parfaire enfin sa connaissance sachant que toute anastylose, dans sa préparation et sa réalisation, apporte son lot de compléments ou d’amendements aux études architecturales qui l’ont précédée.

  • 9 À la suite de l’approbation des études préalables par le Conseil central de l’archéologie et de la (...)

7Le projet a été élaboré en 2015 par V. Manidaki, architecte, et L. Palaiologos, ingénieur civil, tous deux membres de l’ΥΣΜΑ. À la demande l’éphorie des Cyclades, il a été complété en 2017 par A. Konstantatos, restaurateur de l’EFA. Plusieurs options ont alors été proposées au Conseil central de l’archéologie (ΚΑΣ). Toutes permettaient de remettre en place l’ensemble des blocs conservés, à ceci près que nous proposions de remplacer l’orthostate inscrit par une copie en marbre. Plutôt qu’une restauration a minima qui aurait seulement complété l’assise de mouluration de base et ajouté l’orthostate constituant le petit côté Nord et portant en façade la colonne de couronnes manquante, le Conseil central de l’archéologie a retenu au début de l’année 2018 une anastylose complète de toutes les assises avec une copie de l’orthostate inscrit9. Il s’agissait donc restaurer sur la krépis conservée en place les quatre blocs antiques de l’assise moulurée de base (B1, B2, B5, B6) complétés par deux blocs nouveaux (B3, B4), une copie de l’orthostate orné de couronnes (OP1) avec trois nouveaux orthostates (OP2, OP3, OP4) et le bloc antique de l’assise de couronnement (E2) complété par un bloc nouveau (E1) (fig. 2). Les auteurs du présent article ont réalisé cette restauration entre 2018 et 2019 avec la collaboration de G. Desypris (maître-marbrier), G. Palamaris et R. Vidalis (marbriers), Th. Mavridis et St. Spingos (restaurateurs).

Fig. 2 — Restitution en éclaté de la base de Ménodôros avec numérotation des blocs.

Fig. 2 — Restitution en éclaté de la base de Ménodôros avec numérotation des blocs.

En gris, les blocs existants ; en blanc, les marbres nouveaux mis en place dans l’anastylose. L’orthostate existant copié en marbre a reçu une numérotation en italique.

V. Manidaki d’après M. Fincker.

La taille des nouveaux blocs à Athènes

Le choix des marbres

8Pour rester en cohérence avec la forte hétérogénéité des marbres antiques et limiter autant que possible la réflexion aveuglante des blocs fraîchement taillés, deux types de marbre gris bleu ont été utilisés pour réaliser les nouveaux éléments architecturaux. Le marbre de Naxos qui a été utilisé était relativement tendre et facile à tailler, ce qui a contribué à la rapidité du travail. Ses gros cristaux rendaient cependant les arêtes très fragiles et obligeaient à une grande précaution pour la préparation des joints et la mise en place des nouveaux blocs dans le monument.

La copie de l’orthostate sculpté

  • 10 Manidaki 2010, p. 71, 77‑78, 85 ; Manidaki 2019, p. 754‑766.

9Le choix d’utiliser dans la restauration une copie de l’orthostate portant les couronnes remportées par Ménodôros (OP1) s’est imposé dès l’origine du projet afin que l’original puisse être conservé voire exposé au musée et que sa face portant les couronnes et les inscriptions ne pâtisse plus des conditions atmosphériques particulièrement agressives de Délos. Plutôt que de recourir à un moulage selon une pratique courante dans les restaurations de monuments, il a semblé opportun, et cela a été accepté par le Conseil central de l’archéologie, d’utiliser du marbre. L’usage de la pierre pour réaliser des éléments architecturaux nouveaux présente des avantages évidents en termes de comportement structurel, de durabilité et de compatibilité avec les blocs antiques, tant pour la texture et la couleur, que pour le traitement des surfaces. Les copies en pierre artificielle ont une durée de vie limitée et nécessitent d’être remplacées au bout d’un certain temps10.

  • 11 Lors de ses travaux sur l’Acropole, l’ΥΣΜΑ a acquis une grande expérience dans la production de cop (...)

10Des copies fidèles en marbre ont déjà été réalisées pour des anastyloses modernes, mais de manière limitée et seulement pour la reproduction dans leur forme originale de membres architecturaux antiques très dégradés11. La copie d’un bloc antique altéré par un sculpteur est toujours sujette à caution, car elle est soumise à la subjectivité de l’artisan, qui peut s’autoriser une certaine licence. La reproduction par la taille manuelle d’objets dégradés, bien que techniquement réalisable, est considérée comme injustifiée, trop exigeante et trop coûteuse. Il est cependant actuellement possible de contourner cette difficulté en recourant pour copier une surface altérée à la taille mécanique par une machine-outil à commande numérique. L’apparition du CNC (Computer Numerical Control, soit commande numérique par ordinateur) a modifié les données techniques de l’anastylose et influencé la réflexion théorique sur la pertinence de l’usage du marbre comme matériau de copie. Dans le cas de la base de Ménodôros, produire une copie en marbre de l’orthostate sculpté OP1 constituait la partie la plus contraignante et la plus longue de la préparation des nouveaux éléments architecturaux. Elle avait un caractère expérimental et devait être validée à chaque étape du processus.

  • 12 Les travaux ont été effectués dans les locaux de Venus Marmara par le spécialiste du CNC, Al. Mourk (...)

11Dans un premier temps, un moulage de la face sculptée et inscrite de l’orthostate a été réalisé à Délos par A. Konstantatos, puis ce moulage a été scanné avec un scanner 3D à haute définition à Athènes par l’entreprise Venus Marmara12. Pour la reproduction de la façade de l’orthostate, c’est ce scan qui a été utilisé. Il rend compte avec la plus grande fidélité de la surface sculptée dans son état d’altération actuel.

12Dans la phase suivante, les autres faces ont été reproduites numériquement dans leur état restitué et les six faces de l’orthostate ont été assemblées en un seul modèle 3D (fig. 3). La surface sculptée produite séparément a été associée aux autres faces de l’orthostate à l’aide de repères préalablement choisis dans des angles des cadres des couronnes situées aux quatre angles de l’orthostate.

Fig. 3 — Association numérique du volume originel restitué de l’orthostate OP1 et de l’image obtenue par scanner de sa face antérieure.

Fig. 3 — Association numérique du volume originel restitué de l’orthostate OP1 et de l’image obtenue par scanner de sa face antérieure.

Venus Marmara, V. Manidaki.

13Afin de mieux contrôler le résultat, il a alors été décidé de réaliser des tests de sculpture en marbre pour évaluer la qualité du relief produit en comparaison avec celui du moulage (fig. 4). Ces reproductions partielles de la face antérieure de l’orthostate ont clairement montré que la précision de la numérisation de l’original était cruciale pour obtenir le meilleur rendu possible des reliefs abîmés. La dimension du « pas » de la découpe lors de la taille mécanique était tout aussi importante pour la qualité du résultat. Lors de la découpe par CNC, la tête de l’appareil suit des lignes droites à égales distances les unes des autres. En général l’écart (le « pas ») est de 1 à 2 mm et les traces rectilignes produites mécaniquement sont éliminées par un meulage manuel. Pour l’orthostate de Ménodôros, afin d’obtenir un résultat entièrement mécanique et d’éviter que sa surface ne porte les marques évidentes de son mode de production, un pas de 0,3 à 0,4 mm a été appliqué de sorte que les sillons de la taille ne sont visibles que par une observation minutieuse et rapprochée. Près de 30 heures de fonctionnement continu du CNC ont été nécessaires pour produire la face ornée de l’orthostate (fig. 5). Les détails du relief ont ainsi été rendus de façon satisfaisante sans intervention ponctuelle à la main. Cette solution technique offre un autre avantage important : les traces du processus de taille retenu (CNC) sont concentrées sur la surface visible de l’orthostate et sont reconnaissables par une observation minutieuse. Ces éléments d’identification de la copie empêchent la confusion que peut provoquer toute reproduction de bonne qualité et sont en quelque sorte les garants de l’authenticité de l’original.

Fig. 4 — Le moulage de l’orthostate OP1 et différents essais de taille par CNC.

Fig. 4 — Le moulage de l’orthostate OP1 et différents essais de taille par CNC.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 5 — Le nouvel orthostate OP1 taillé par CNC.

Fig. 5 — Le nouvel orthostate OP1 taillé par CNC.

Cl. EFA, V. Mandaki.

  • 13 Manidaki 2011.

14Un autre problème que nous avons eu à résoudre a été celui de la reproduction des arêtes abîmées de la face sculptée et de leur association avec le volume général de l’orthostate reproduit dans son état d’origine. Le problème est indépendant de l’utilisation du marbre et de la reproduction mécanique. Lors de l’insertion de copies d’éléments architecturaux sculptés dans une anastylose, des ajouts sont souvent nécessaires pour parvenir à une structure cohérente, comme ce fut le cas pour la frise du temple d’Athéna Niké lors de son anastylose13. Pour la restauration complète de cette assise, ses lacunes ont été comblées par des blocs dont la face de parement a été placée en retrait par rapport à la surface antique. Dans la base de Ménodôros, au contraire, le volume de l’orthostate a été restauré dans sa géométrie d’origine et non pas en retrait. L’association numérique de la surface sculptée altérée et des autres faces restituées a produit à la périphérie une saillie de dimension équivalente à la profondeur de l’altération naturelle. Il a été décidé de restituer le long des arêtes inférieure et supérieure et de l’arête de gauche le bandeau plat large de 7 à 9 cm qui les bordait. Le quatrième bord n’était pas longé par un bandeau vertical délimitant les surfaces carrées occupées par les couronnes, car il était au contact de l’orthostate OP2 sur lequel était sculpté ce bandeau. Là, le ressaut formait comme une saillie sur l’arête et, pour ménager un raccord avec le bord complété, une transition progressive a été créée entre la surface usée reproduite et la surface restituée. La suppression du ressaut sur les trois bords de l’orthostate OP1 s’est faite sans difficulté pour les trois côtés bordés par un bandeau. Pour le quatrième côté correspondant au joint avec l’orthostate OP2, il a fallu résoudre le problème différemment. Comme de ce côté les bords des couronnes étaient altérés, le relief copié a été complété en bordure du joint montant par un mince bandeau qui a été lissé. Dans son coin inférieur droit, en particulier, l’orthostate OP1 présente un manque important de matière très proche du joint avec l’orthostate conjoint OP2. À cet endroit de la copie, l’orthostate a été complété localement afin d’obtenir un bon contact avec le bloc voisin, puis la zone complétée a été aplanie de manière à ne pas dépasser la surface du relief altéré. Un dernier ajustage a été fait sur place lorsque l’orthostate a pris sa place définitive dans le monument.

La taille des nouveaux blocs des assises de base moulurée, d’orthostates et de couronnement

15La taille des nouveaux blocs, deux marbres de l’assise de base moulurée (B3 et B4), trois de celle d’orthostates (OP2, OP3 et OP4) et un de celle de couronnement (E1), a été réalisée en atelier. Pour diminuer le temps de travail sur le terrain, le gras de taille a été réduit au minimum (environ 1 mm) et les moulures ont été taillées dans leur forme définitive. Cette option a considérablement augmenté les exigences de précision de mesure des membres architecturaux antiques pour obtenir leur parfaite adaptation aux nouveaux blocs. Pour la taille des moulures des nouveaux blocs de l’assise de base et de celle de couronnement, des profils en aggloméré ont été réalisés, qui ont été appliqués sur toute la longueur des marbres antiques, faisant apparaître des variations de profils sur un même bloc. Un soin particulier a été porté à la taille des moulures des nouveaux marbres afin qu’ils s’adaptent au mieux aux marbres antiques avec lesquels ils entraient en contact. La reconstitution des deux moulures différentes que présente l’assise de base, une doucine en façade et un cavet droit sur les petits côtés, a ajouté une difficulté supplémentaire à ce travail. Bien que la technique du CNC ait été utilisée pour produire la copie de l’orthostate, les moulures des trois nouveaux éléments architecturaux de la base et du couronnement ont été taillées à la main par G. Palamaris. Après l’achèvement de tous les nouveaux blocs, des mises en place provisoires ont été réalisées en atelier afin de vérifier leur assemblage avant leur départ en bateau pour Délos, avec une étape à Antiparos où ils sont restés plusieurs jours, bloqués par une tempête.

Les travaux d’anastylose à Délos

Les aménagements aux abords du monument

16La base, dont la construction était de qualité médiocre, avait encore été fragilisée par la fouille, qui avait déchaussé les trois assises de sa fondation de plaques de gneiss, et par le passage de véhicules sur la voie carrossable qui relie le port au musée et passe à l’angle Sud‑Est du monument.

17Afin de consolider la fondation et de répartir correctement sur elle le poids de la base, des plaquettes de gneiss et des cales de plomb ont été insérées entre ses blocs et sous le premier degré de la krépis. Le niveau à l’Est et au Sud des fondations déchaussées a été exhaussé avec un sol stabilisé de sable de carrière et de gravier posé sur un géotextile. La voie carrossable passant au Sud du monument en a été écartée

La restauration des trois degrés de la krépis

18L’état de conservation des trois degrés de krépis ne permettait pas d’envisager la restauration complète du monument sans un démontage partiel, un recollage de certains blocs brisés et une remise à l’horizontal des lits. La première assise n’a pas été démontée. À la deuxième, il a fallu déposer les blocs K2.4, K2.5 et K.2.6 et à la troisième K3.4, K3.5 et K3.6 pour procéder à des recollages de fragments sur les blocs K2.4, K2.6, K3.4, K3.5 et K3.6 et redonner à chaque assise son horizontalité en utilisant, si nécessaire, comme dans l’Antiquité, des cales de plomb. Les blocs brisés ont été associés avec des tiges filetées en titane de 8 mm de diamètre et du ciment blanc et nous avons laissé reposer les collages durant un minimum de 30 jours en mouillant les joints. Les éclats à proximité des mortaises ont été collés au ciment blanc.

La restauration du piédestal

19La phase finale de l’anastylose a consisté à assembler à Délos tous les marbres du piédestal sur la krépis à trois degrés en utilisant un échafaudage ouvert vers l’Est et un chariot élévateur. Les travaux se sont déroulés entre le 18 et le 22 octobre 2018 avec une dernière phase de traitement des surfaces entre le 30 avril et le 4 mai 2019. Au début du chantier d’anastylose, un géotextile a été placé à l’intérieur de la base, au‑dessus du remplissage antique qu’il a isolé. La mise en place d’un remplissage moderne était indispensable à la stabilité du monument car tous les marbres, à l’exception du couronnement, avaient des surfaces portantes réduites et, dans de nombreux cas, leur centre de gravité se trouvait en dehors de ces surfaces portantes. Pour cette raison, de gros blocs de gneiss et, dans trois cas, des marbres en remploi avaient été mis en place dans la construction antique et toutes les lacunes à l’intérieur de la krépis avaient été remplies de terre.

20La restauration du remplissage a d’abord consisté à mettre en place sur le remplissage antique de la krépis deux nouveaux blocs de marbre utile à la stabilité du grand orthostate OP1. Ensuite, l’intérieur du troisième niveau de la krépis a été rempli de sable et de gravier compacté et nous avons pris soin que ce remplissage nécessaire à la stabilité des marbres du piédestal pénètre dans tous les vides. Cette opération a été suivie par la mise en place de l’assise de base moulurée composée de quatre marbres antiques et de deux nouveaux (fig. 6). Des cales à l’intérieur de la construction ont permis d’ajuster leur face antérieure dans un plan vertical. Enfin, les quatre orthostates (fig. 7‑8) et le bloc de couronnement antique E2 (fig. 9) ont été posés et en dernier lieu le nouveau bloc de couronnement E1 (fig. 10). Le vide à l’intérieur du piédestal n’a pas été comblé.

Fig. 6 — L’assise de base moulurée restaurée, du Sud.

Fig. 6 — L’assise de base moulurée restaurée, du Sud.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 7 — La pose de l’orthostate OP3, du Sud-Est.

Fig. 7 — La pose de l’orthostate OP3, du Sud-Est.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 8 — La pose de l’orthostate OP2, de l’Est.

Fig. 8 — La pose de l’orthostate OP2, de l’Est.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 9 — La pose du couronnement E2, de l’Est.

Fig. 9 — La pose du couronnement E2, de l’Est.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 10 — La pose du couronnement E1, de l’Est.

Fig. 10 — La pose du couronnement E1, de l’Est.

Cl. EFA, V. Mandaki.

21L’insertion des agrafes a été réalisée après la mise en place définitive de chaque assise qui, pour celle d’orthostates, a été parachevée par un cerclage au moyen d’une élingue. Six agrafes ont été posées sur l’assise de base moulurée, quatre sur les orthostates, deux sur le couronnement. De nouvelles agrafes en bande de titane en pi, conformes au modèle antique, n’ont été placées que dans trois cas dans les mortaises antiques prévues à cet effet, toutes trois dans l’assise de base moulurée où elles pouvaient être solidement fixées (fig. 11). Ailleurs, là où les mortaises étaient endommagées et sur tous les nouveaux marbres, on a utilisé des agrafes en tiges de titane (fig. 12).

Fig. 11 — Agrafe en bande de titane en pi mise en place dans des mortaises antiques.

Fig. 11 — Agrafe en bande de titane en pi mise en place dans des mortaises antiques.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Fig. 12 — Agrafe en tige de titane mise en place dans des mortaises modernes.

Fig. 12 — Agrafe en tige de titane mise en place dans des mortaises modernes.

Cl. EFA, V. Mandaki.

22La krépis du monument était légèrement en pente vers le Sud. La restauration de l’horizontalité de la base s’est faite progressivement, principalement au troisième degré de la krépis et au niveau de l’assise de base moulurée. L’horizontalité complète a été obtenue au lit d’attente des orthostates. Posé dessus, le bloc de couronnement E2 présentait une face de joint parfaitement verticale, malgré le traitement assez grossier de son lit de pose.

23Le traitement définitif du parement Ouest de l’assise de base moulurée ainsi que des faces et du lit supérieur du couronnement ont été réalisés à Délos en mai 2019, en se conformant aux traitements de surface antiques et en utilisant les outils attestés par les vestiges. Les marbres neufs ont aussi alors été patinés pour atténuer leur différence de couleur avec les blocs antiques. Un traitement particulier a été réservé à l’orthostate OP1 pour mieux faire ressortir les couronnes.

La taille des couronnes du nouvel orthostate

  • 14 Elle porte le numéro 24 dans la numérotation des couronnes adoptée par Badoud, Fincker, Moretti 201 (...)

24Le dernier travail sur la surface des nouveaux marbres a consisté à tailler sur place des couronnes à la face antérieure de l’orthostate OP2 qui complète en façade OP1 et qui, contrairement à lui, n’a pas été conservé. L’étude avait conduit à restituer sur OP2 une colonne de trois ou quatre couronnes. Trois ont été sculptées en anneaux circulaires (rayons de 8,5 et 5 cm) (fig. 13) correspondant à une simplification de la couronne des Olympia, qui occupe la quatrième place de la troisième ligne14. Cette forme dépouillée contient tous les reliefs de couronnes de la base et peut donc passer pour une étape dans le processus de sculpture des dix types que nous avons distingués.

Fig. 13 — G. Desypris taillant les couronnes de l’orthostate OP2.

Fig. 13 — G. Desypris taillant les couronnes de l’orthostate OP2.

Cl. EFA, V. Mandaki.

Les apports de l’anastylose à la connaissance du monument

25Le démontage partiel et le remontage de la krépis d’une part, l’étude préalable à l’anastylose du piédestal et sa réalisation d’autre part ont permis de faire plusieurs observations qui viennent compléter et, sur certains points, amender l’étude publiée dans le BCH.

La krépis

Les blocs des degrés

  • 15 Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016, p. 352‑355.

26Nous avions noté15 que dans le soubassement à trois degrés, seuls les blocs qui composaient le dernier d’entre eux avaient été associés avec des agrafes métalliques scellées au plomb. Les rares scellements visibles des deux premiers degrés s’étaient révélés être en plomb, coulés dans des mortaises où l’emplacement des griffes n’avait pas été prévu. L’observation a été confirmée par le démontage qui a permis de recueillir dans les deux premiers degrés six scellements de plomb dont plusieurs ont été retrouvés brisés en deux au niveau du joint montant qu’ils chevauchaient (fig. 14‑18). Leur variété de longueur va de pair avec l’absence d’agrafes qui, si elles avaient existé, auraient probablement toutes eu les mêmes dimensions.

Fig. 14 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.1 à gauche et K2.6 à droite.

Fig. 14 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.1 à gauche et K2.6 à droite.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 15 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.5 à gauche et K2.6 à droite.

Fig. 15 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.5 à gauche et K2.6 à droite.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 16 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.4 à gauche et K2.3 à droite.

Fig. 16 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.4 à gauche et K2.3 à droite.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 17 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit supérieur.

Fig. 17 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit supérieur.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 18 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit inférieur.

Fig. 18 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit inférieur.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

27Le démontage a permis de mieux observer les traces des outils de taille utilisés par les constructeurs de la base. Elles sont pour la plupart grossières : traces de pic, de pointe et d’un ciseau grain d’orge très large abondamment utilisé pour dresser les lits d’attente et les faces visibles. Sur les bandeaux d’anathyrose des degrés on relève aussi des traces d’outils plus fins, marteau ou ciseau grain d’orge à lame étroite et ripe.

28La description des blocs déjà publiée peut être complétée ou corrigée sur les points suivants :

29K1.4 : nous avions noté que le bloc, tout comme son répondant, K1.1, était à l’origine une architrave. La dimension que nous avions indiquée pour la hauteur originelle (0,373 m) correspond en fait à la longueur de l’extrémité Sud du bloc, qui a été démaigrie au contact de K1.5. La hauteur d’origine de l’architrave est conservée ailleurs et elle est de 0,415 m. Pour la profondeur, nous avions indiqué 0,251 m. La dimension d’origine devait, là aussi, être un peu plus forte car le démontage du deuxième degré a montré que la face supérieure du bloc, qui était précédemment la face visible de l’architrave, a été arasée pour régler à un même niveau tous les blocs de la première assise. Au lit d’attente d’origine, remployé en face postérieure, une cassure au Nord et une retaille au Sud ont fait disparaître toute trace des probables mortaises d’agrafe qui devaient s’y trouver. Le reste du lit d’attente est bien conservé avec une grande mortaise contenant du plomb (10 × 5 × 4 cm ; axes à 25,5 cm de l’actuelle face Nord et 6,5 cm du lit supérieur) et deux encoches de levier, à 89,5 et 163 cm de la face Nord.

30K1.5 : le démontage du deuxième degré a montré que le bloc était un remploi provenant probablement d’une autre base dont il constituait un côté, mais le bout droit a été retaillé pour s’adapter aux dimensions nécessaires pour la base de Ménodôros. Le lit d’attente présente en effet à chaque extrémité une mortaise pour agrafe en pi et la face postérieure a, à ses deux extrémités, des faces de joint à bandeau d’anathyrose en gamma finement dressé au marteau grain d’orge ou à la ripe. Le bandeau vertical à l’Ouest a conservé sa largeur complète (6 à 7 cm) alors que la largeur du bandeau de l’Est n’est plus que de 1 à 1,5 cm.

31K2.1 : prof. : 33 cm ; pas de trace de remploi.

32K2.4 : au lit d’attente, à droite (Sud), surface démaigrie de 2 à 5 mm sur une longueur de 12 à 13 cm pour la mise en place de K3.5. Prof. du bloc : 37,5 cm. Au lit de pose, surface finement dressée à la pointe et au marteau grain d’orge, sauf dans la partie centrale qui a été défoncée au gros pic, ce qui paraît être la trace d’un remploi. À la face de joint droit, bandeau d’anathyrose en gamma très finement dressé à la ripe.

33K2.5 : prof. : 33 cm ; pas de trace de remploi. Faces de joint Est et Nord avec bandeau d’anathyrose en gamma très finement dressé.

34K2.6 : prof. : 24,5 cm ; faces de joint avec bandeau d’anathyrose en gamma très finement dressé.

35K3.1, K3.2 et K3.3 ne présentent pas de traces de remploi.

36K3.4 a, à sa face de joint Est, un bandeau d’anathyrose en gamma finement dressé à la ripe. En bordure de la face de joint Sud, il ne reste que des vestiges du bandeau en bordure de la face antérieure.

37K3.5 a, aux faces de joint Nord et Sud, des bandeaux d’anathyrose en gamma finement dressés à la ripe.

38K3.6 : à la face postérieure, vestiges de bandeaux d’anathyrose dressées avec un marteau grain d’orge très fin.

Le remplissage

39Le démontage partiel de la krépis a rendu nécessaire celui d’une partie du remplissage de pierres et de terre conservé dans l’espace défini par les deux premiers degrés. Il est apparu que les pierres qui le composent ont été assez soigneusement disposées pour former des niveaux correspondant à ceux des assises des degrés (fig. 19). Nous avions déjà signalé un bloc de corniche de la Salle hypostyle au niveau de la deuxième assise. Un autre bloc (K1.6) de marbre blanc, de forme parallélépipédique, a été partiellement dégagé dans l’angle Nord‑Ouest au niveau du premier degré (L. visible : 39 cm ; ht. : 25,5 cm ; prof. : 31,6 cm). Sa face de joint visible présente un bandeau d’anathyrose en gamma bordant les arêtes antérieure et supérieure et son lit d’attente une mortaise d’agrafe en pi en bordure de la face de joint.

Fig. 19 — Le remplissage au niveau du deuxième degré, partie Sud, vue en surplomb du Nord.

Fig. 19 — Le remplissage au niveau du deuxième degré, partie Sud, vue en surplomb du Nord.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

40Un peu de matériel céramique et quelques ossements d’animaux ont été recueillis lors du démontage partiel du remplissage. La datation du monument vers 120‑110 fournit pour la céramique un terminus ante quem suffisamment rare pour en justifier une étude qui sera prochainement publiée par G. Ackermann.

Le piédestal

L’assise de mouluration de base (B1 à B6)

  • 16 Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016, p. 360‑361.

41Lors de l’étude, M. Fincker et J.‑Ch. Moretti avaient hésité à restituer le bloc B6 à la face Sud du monument entre B1 et B5 ou à sa face Nord. L’emplacement des mortaises d’agrafe de bronze et les dimensions des blocs les faisaient pencher pour la première solution, mais la différence de parement de la plinthe sur B6, où elle est piquetée et en saillie, et sur B1 et B5, où elle est en retrait et dressée au marteau ou au ciseau grain d’orge, les avait fait retenir la seconde hypothèse16. Dès le temps de l’étude de restauration, V. Manidaki avait fait part de ses doutes sur ce choix. La mise en connexion des blocs B5, B6 et B1 sur un plan horizontal (fig. 20) ne laisse pas douter qu’il faut retenir la première solution et c’est elle qui l’a été pour la restauration. Il a été confirmé que les joints de B6 conviennent aux joints correspondants de B1 et B5 et que le parement dressé à la pointe du bandeau de B6 constitue une phase préalable au ravalement du parement au marteau ou au ciseau grain d’orge observable sur B1, B5 et B3. La somme des longueurs de B1, B6 et B5 formant le côté Sud de l’assise de base moulurée convient aux dimensions de la troisième assise de la krépis et à celles de l’assise de couronnement. Cette restitution permet de connaître par une mesure directe la longueur de la plinthe sur sa face Nord : 123,6 cm, quand les joints sont fermés avec un serre‑joint.

Fig. 20 — L’assise de mouluration de base recomposée : de gauche à droite B5, B6, B1 et B2.

Fig. 20 — L’assise de mouluration de base recomposée : de gauche à droite B5, B6, B1 et B2.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Les différences entre les faces

42L’existence d’une différence dans le traitement des moulures entre la façade et les autres faces a été confirmée. Sur la façade (côté Est), la saillie de l’assise de mouluration de base dépasse les 17 cm et présente une doucine, tandis que sur les petits côtés, la moulure n’a qu’une saillie de 15 cm et a la forme d’un cavet droit. À sa face postérieure, l’assise de base comme le couronnement ne présentent qu’une surface chanfreinée, grossièrement taillée à la pointe. Il y avait donc une hiérarchisation significative des faces dont la finesse de traitement diminuait progressivement de la face antérieure vers la face postérieure.

Le fruit des orthostates

43Le fruit des orthostates en façade a pu être estimé à 1,5 % sur les petits côtés et 3 % sur les longs. Le fruit des petits côtés a été mesuré sur le flanc de l’orthostate conservé OP1 (retrait de 1,4 cm sur une hauteur de 92,2 cm, soit 1,5 %) et il a été confirmé avec une précision relative sur la bande horizontale qui borde les couronnes sur le côté gauche de ce même orthostate. La largeur de la bande diminue de 8,9 cm à 7,2 cm vers le haut (une différence de 1,7 cm sur une hauteur de 92,2 cm, soit 1,8 %).

44Le fruit de l’orthostate de façade, ainsi que celui de son symétrique à l’arrière, ont été estimés à partir de l’inclinaison de la face antérieure de l’orthostate conservé (OP1) qui est de 3 % entre ses deux lits. Elle est confirmée par la valeur minimale estimée de la différence de profondeur entre le lit d’attente et le lit de pose de l’assise d’orthostate sur les petits côtés. La profondeur du lit de pose de l’assise d’orthostate est estimée à 86,1 cm. Celle du lit d’attente de l’assise d’orthostate devait être d’une dimension égale ou inférieure à celle du lit de pose de l’assise de couronnement, qui est de 80,7 cm. Cela permet d’estimer le fruit des orthostates à au moins 2,9%.

45Bien que ce ne soit pas une règle générale, il est courant d’avoir une saillie de quelques millimètres de l’assise de couronnement moulurée sur celle d’orthostates et cette saillie est esthétiquement et techniquement utile pour l’assemblage de blocs d’une même assise présentant des fruits différents sur ses faces, comme elle l’est, par exemple, pour un chapiteau dorique d’ante. Dans l’anastylose, la profondeur de l’assise d’orthostate à son lit d’attente a été réduite à 80,5 cm pour créer une saillie d’environ 1 mm à la périphérie de l’assise de couronnement à son lit de pose.

L’assise de couronnement (E1‑E2)

46Deux inclinaisons différentes du lit supérieur de l’assise de couronnement ont été mises en évidence. Cette assise, sur laquelle était scellé le groupe de bronze des deux lutteurs, est formée de deux blocs présentant en façade un bandeau de 13 cm de hauteur. La taille définitive du nouvel élément de couronnement (E1) et sa mise en place en connexion avec le bloc conservé de cette assise (E2) ont permis de comprendre la géométrie de son lit supérieur. La taille en biseau visible le long de l’arête antérieure du bloc conservé (E2) existait aussi le long de ses arêtes latérales et même de son arête postérieure qui est très grossièrement taillée. En bordure de l’arête antérieure, la zone en biseau mesure environ 12 cm de large et présente une pente de 8,3 % (différence de hauteur 1 cm sur les 12 cm). Sur le côté Nord, où presque toute la saillie a été retaillée, une petite section préservée de l’angle Nord‑Ouest conserve une zone en biseau de 13 cm de large. Pour des raisons de symétrie, nous avons supposé l’existence d’une zone en biseau de même dimension du côté Sud, où a été mis en place le nouveau marbre.

47En bordure de la face postérieure du lit supérieur du couronnement, nous avons constaté à l’aide de longues règles de maçon qu’il existait un traitement correspondant dans une bande de 12 cm de large, et donc que la coupe biseautée se développait sur les quatre faces du couronnement. La zone bordant l’arête était chanfreinée sur 2 cm de large et 1 de haut.

48Comme il est de règle, le couronnement (E2) était grossièrement dressé à son lit supérieur. Les mesures de ce marbre ont cependant montré des différences significatives dans la hauteur du bandeau, mais la finalité de ces variations n’avait pas encore été comprise. À l’occasion de l’anastylose, il est apparu qu’en dehors de la zone périphérique taillée en talus, le lit supérieur, qui constituait le sol du groupe sculpté, présentait une pente descendant vers la façade Sud (1 cm sur 87 cm, soit une pente de 1,1 %). Cette inclination était favorable à l’écoulement des eaux et contribuait de manière significative à la vue du groupe sculpté en dégageant sa partie basse.

49Les éléments touchant à la conception architecturale du monument qui ont été compris au cours du processus d’élaboration et de mise en œuvre du projet d’anastylose ne modifient pas profondément la restitution déjà publiée, mais ils sont importants pour comprendre les intentions de ses concepteurs pour la perception du groupe sculpté. L’inclinaison du lit supérieur du couronnement, ainsi que le traitement en biseau de sa périphérie, constituent des dispositifs destinés à améliorer la visibilité des sculptures. Le fruit de l’orthostate portant les couronnes en relief favorisait également leur lisibilité. Comme l’orthostate se situe à la hauteur du regard, son inclinaison vers l’intérieur facilite son éclairage naturel et la lecture des inscriptions associées aux couronnes.

50Les différences de traitement dans la taille des quatre côtés de la base découlent de leur importance pour le spectateur. Le côté oriental était nettement mis en valeur par rapport aux côtés Sud et Nord et plus encore par rapport à la face postérieure. Cette hiérarchie correspond au fait que la base n’était pas visible de tout côté. Son côté occidental, en contact étroit avec un autre monument, l’était très peu. Pour comprendre la visibilité de la base, il convient de la regarder de loin. Lorsque le couronnement de la base a été mis en place au cours de l’anastylose, nous avons constaté que sa face supérieure était visible depuis l’Est à partir d’une distance d’une vingtaine de mètres. L’ensemble du groupe sculpté, y compris les pieds des lutteurs, était accessible au regard, même à une assez grande distance, pour une personne accédant par son angle Nord‑Est à l’Agora de Théophrastos, qui était à la fin du iie s. la place publique la plus importante de la ville (fig. 21). La base et le groupe statuaire apparaissaient comme une estrade sur laquelle se déroulait un combat.

Fig. 21 — Le couronnement restitué et la perception de la base de l’Est.

Fig. 21 — Le couronnement restitué et la perception de la base de l’Est.

V. Manidaki.

51L’anastylose de la base de Ménodôros n’a pas été seulement l’occasion de créer dans le paysage délien un nouveau volume de marbre (fig. 22‑25), qui est d’autant plus compréhensible que sa forme a été entièrement complétée et qu’un panneau explicatif a été placé à proximité du monument. Il a aussi permis de mieux saisir et de rendre perceptibles les subtilités de la conception d’une construction réalisée à l’économie dans le choix de ses matériaux, ses techniques de scellement et son travail de taille.

Fig. 22 — La base du Nord-Est : avant (a) et après (b) restauration.

Fig. 22 — La base du Nord-Est : avant (a) et après (b) restauration.

Cl. EFA, V. Mandaki (a) et J.-Ch. Moretti (b).

Fig. 23 — La base du Nord-Ouest : avant (a) et après (b) restauration.

Fig. 23 — La base du Nord-Ouest : avant (a) et après (b) restauration.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 24 — La base restaurée de l’Est.

Fig. 24 — La base restaurée de l’Est.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Fig. 25 — La base restaurée du Sud-Est.

Fig. 25 — La base restaurée du Sud-Est.

Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.

Haut de page

Bibliographie

Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016 = N. Badoud, M. Fincker, J.‑Ch. Moretti, « Les monuments érigés à Délos et à Athènes en l’honneur de Ménodôros, pancratiaste et lutteur », BCH 139‑140 (2015-2016), p. 345‑416.

Boletis 2019 = KBoletis, « Θεωρητικά και τεχνικά ζητήµατα της αναστήλωσης του χορηγικού µνηµείου του Θρασύλλου », dans 5ο Πανελλήνιο Συνέδριο Αναστηλώσεων, 10‑12 Ιανουαρίου 2019, Εταιρεία έρευνας και προώθησης της επιστηµονικής αναστήλωσης των µνηµείων (ΕΤΕΠΑΜ), Πρακτικά, CD‑ROM, p. 52‑67.

Bouras 2010 = Ch. Bouras 2010, « Η αποκατάσταση των αρχιτεκτονικών µνηµείων στην Ελλάδα. Χρονικό πενήντα ετών, 1950-2000 », dans Bouras, Tournikiotis 2010, p. 29‑72.

Bouras, Tournikiotis 2010 = Ch. Bouras, P. Tournikiotis (éds), Συντήρηση, Αναστήλωση και Αποκατάσταση Μνηµείων στην Ελλάδα, 1950-2000.

GD = Ph. Bruneau, J. Ducat, Guide de Délos4 (2005).

Lambrinoudakis 2010 = V. Lambrinoudakis, « Η διαµόρφωση και ωρίµανση της έννοιας της διαχείρισης µνηµείων στην Ελλάδα κατά τα τελευταία πενήντα χρόνια », dans Bouras, Tournikiotis 2010, p. 273‑284.

Mallouchou-Tufano 2010 = Ph. Mallouchou-Tufano, « Νέες επιστηµονικές απαιτήσεις versus καθιερωµένες πρακτικές. Οι περιπτώσεις της αναστήλωσης του Ιερού της Σαµοθράκης και του Ωδείου του Ηρώδου του Αττικού », dans Bouras, Tournikiotis 2010, p. 131‑156.

Manidaki 2011 = V. Manidaki, « Η αντικατάσταση των γλυπτικών αρχιτεκτονικών µελών στα µνηµεία της Ακρόπολης. Εκµαγεία, αντίγραφα και αυθεντικά µέλη », dans Τεχνικές Αναστήλωσης, υλικά και προβλήµατα εφαρµογής, Ηµερίδα, Εταιρεία έρευνας και προώθησης της επιστηµονικής αναστήλωσης των µνηµείων (ΕΤΕΠΑΜ), Θεσσαλονίκη 20/11/2010, Πρακτικά, p. 67‑88.

Manidaki 2019 = V. Manidaki, « Η αποκατάσταση των γλυπτών του Παρθενώνα. Ένα ερώτηµα 200 ετών », dans 5ο Πανελλήνιο Συνέδριο Αναστηλώσεων, 10‑12 Ιανουαρίου 2019, Εταιρεία έρευνας και προώθησης της επιστηµονικής αναστήλωσης των µνηµείων (ΕΤΕΠΑΜ), Πρακτικά, CD‑ROM, p. 751‑770.

Tournikiotis 2010 = P. Tournikiotis, « Ιδεολογικά και θεωρητικά προβλήµατα αναστήλωσης αρχιτεκτονικών µνηµείων στην Ελλάδα στο δεύτερο µισό του 20ου αιώνα », dans Bouras, Tournikiotis 2010, p. 13‑28.

Haut de page

Notes

1 Il en a été rendu compte dans le bulletin épigraphique de la REG 131 (2018) par D. Knoepfler sous les nos 248, 261 et 264 et par P. Fröhlich sous les nos 402 et 407. Tous deux ont accepté la nouvelle datation que nous avons argumentée : 120‑110, plutôt que 146‑130. Les récentes publications qui mentionnent la base délienne de Ménodôros n’ont pas pu prendre en compte notre étude : W. Decker, Antike Spitzensportler. Athletenbiografien aus dem Alten Orient, Ägypten und Griechenland (2014), p. 113 (n° 48) ; S. P. Loumanis, Pankration in ancient Greece (2017), p. 178‑182.

2 BCH 80 (1956), p. 334 ; 82 (1958), p. 775.

3 Τ∆ΠΕΑΕ : Ταµείο ∆ιαχείρισης Πιστώσεων για την Εκτέλεση Αρχαιολογικών Έργων.

4 Le seconde phase entrait dans le cadre du troisième Κοινοτικό Πλαίσιο Στήριξης.

5 Ταχυδροµικό Ταµιευτήριο.

6 Voir par exemple la convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de l’UNESCO (https://whc.unesco.org/fr/conventiontexte/, consulté le 01.08.2019).

7 Sur les anastyloses en Grèce dans la seconde moitié du xxe s., voir Bouras, Tournikiotis 2010, et en particuliers Lambrinoudakis 2010, p. 273‑284 ; Mallouchou-Tufano 2010, p. 131‑156 ; Bouras 2010, p. 44‑69 ; Tournikiotis 2010, p. 13‑25 qui, de manière significative, envisage le monument restauré comme une « ruine scientifique » (επιστηµονικό ερείπιο).

8 Nous remercions D. Mavrokordatou (Éphorie des Cyclades) de nous avoir aidé à faire le point sur les entreprises récentes et à venir de l’Éphorie des Cyclades. Voir à ce propos : Ph. Zaphiropoulou, Τα µνηµεία της ∆ήλου: πρόσφατα έργα συντήρησης και στερέωσης, Βιβλιοθήκη της εν Αθήναις Αρχαιολογικής Εταιρείας 114 (1991) ; Ead., « I monumenti di Delos: lavori di restauro e di consolidamento », Magna Grecia (Luglio-settembre 1994), p. 1‑4 ; P. Chatzidakis, « Εργασίες συντήρησης-στερέωσης των µνηµείων της ∆ήλου – Conservation -consolidation works on the monuments of Delos », Αρχαιολογικά έργα στα νησιά του Αιγαίου ΓΚΠΣ, ΕΣΠΑ ; Archaeological projects in the Aegean islands, 3rd CSF, NSRF (2013), p. 38‑43. Une histoire générale des restaurations à Délos reste à écrire et serait de la plus grande utilité tant pour les études archéologiques que pour l’élaboration de nouveaux programmes d’aménagement du site.

9 À la suite de l’approbation des études préalables par le Conseil central de l’archéologie et de la décision d’une anastylose complète de la base, il a été nécessaire de compléter l’étude de restauration avec des mesures qui ont été prise à Délos en mai 2018.

10 Manidaki 2010, p. 71, 77‑78, 85 ; Manidaki 2019, p. 754‑766.

11 Lors de ses travaux sur l’Acropole, l’ΥΣΜΑ a acquis une grande expérience dans la production de copies de plans de fracture de divers blocs et, dans certains cas, dans celle d’éléments architecturaux entiers dans leur forme restituée d’origine. Un exemple comparable à la copie de l’orthostate de Ménodôros est celle de l’architrave ornée de couronnes en relief du monument chorégique de Thrasyllos, qui a été produite par des moyens mécaniques, mais dans cette anastylose les couronnes ont été entièrement restituées (Bolétis 2019, p. 63‑64). La reproduction d’un marbre sculpté dégradé et qui plus est en très bas‑relief, n’avait jamais été entreprise.

12 Les travaux ont été effectués dans les locaux de Venus Marmara par le spécialiste du CNC, Al. Mourkas, sous la supervision générale du directeur de l’entreprise V. Mazitzoglou.

13 Manidaki 2011.

14 Elle porte le numéro 24 dans la numérotation des couronnes adoptée par Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016, p. 388, fig. 31.

15 Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016, p. 352‑355.

16 Badoud, Fincker, Moretti 2015-2016, p. 360‑361.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — La base de Billienus restaurée, du Nord-Ouest.
Crédits Cl. EFA.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 2 — Restitution en éclaté de la base de Ménodôros avec numérotation des blocs.
Légende En gris, les blocs existants ; en blanc, les marbres nouveaux mis en place dans l’anastylose. L’orthostate existant copié en marbre a reçu une numérotation en italique.
Crédits V. Manidaki d’après M. Fincker.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 3 — Association numérique du volume originel restitué de l’orthostate OP1 et de l’image obtenue par scanner de sa face antérieure.
Crédits Venus Marmara, V. Manidaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Fig. 4 — Le moulage de l’orthostate OP1 et différents essais de taille par CNC.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 5 — Le nouvel orthostate OP1 taillé par CNC.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 6 — L’assise de base moulurée restaurée, du Sud.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
Titre Fig. 7 — La pose de l’orthostate OP3, du Sud-Est.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 8 — La pose de l’orthostate OP2, de l’Est.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Titre Fig. 9 — La pose du couronnement E2, de l’Est.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 10 — La pose du couronnement E1, de l’Est.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 11 — Agrafe en bande de titane en pi mise en place dans des mortaises antiques.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 12 — Agrafe en tige de titane mise en place dans des mortaises modernes.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 13 — G. Desypris taillant les couronnes de l’orthostate OP2.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 14 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.1 à gauche et K2.6 à droite.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Fig. 15 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.5 à gauche et K2.6 à droite.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 16 — Scellement en plomb sans agrafe au lit d’attente de K2.4 à gauche et K2.3 à droite.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 17 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit supérieur.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Fig. 18 — Scellements en plomb démontés des deux premiers degrés de la krépis : lit inférieur.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 19 — Le remplissage au niveau du deuxième degré, partie Sud, vue en surplomb du Nord.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 20 — L’assise de mouluration de base recomposée : de gauche à droite B5, B6, B1 et B2.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 21 — Le couronnement restitué et la perception de la base de l’Est.
Crédits V. Manidaki.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 22 — La base du Nord-Est : avant (a) et après (b) restauration.
Crédits Cl. EFA, V. Mandaki (a) et J.-Ch. Moretti (b).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Titre Fig. 23 — La base du Nord-Ouest : avant (a) et après (b) restauration.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Fig. 24 — La base restaurée de l’Est.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Fig. 25 — La base restaurée du Sud-Est.
Crédits Cl. EFA, J.-Ch. Moretti.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/941/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vasileia Manidaki et Jean‑Charles Moretti, « La restauration de la base de Ménodôros à Délos »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 659-683.

Référence électronique

Vasileia Manidaki et Jean‑Charles Moretti, « La restauration de la base de Ménodôros à Délos »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.941

Haut de page

Auteurs

Vasileia Manidaki

Service de restauration des monuments de l’Acropole – ΥΣΜΑ

Jean‑Charles Moretti

Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA) – CNRS – MOM – Université Lyon 2 – AMU – UPPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search