Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2Un agonothète athénien exceptionn...

Un agonothète athénien exceptionnel (Hérode Atticus ?) dans une inscription d’époque impériale méconnue (IG II2 3649)

An exceptional Athenian agonothetes (Herodes Atticus?) in a little-known imperial inscription (IG II  2 3649)
Ένας εξαιρετικός Αθηναίος αγωνοθέτης (Ηρώδης Αττικός ;) σε µια παραγνωρισµένη επιγραφή της αυτοκρατορικής περιόδου (IG II  2 3649)
Clément Sarrazanas
p. 685-711

Résumés

L’inscription attique d’époque impériale IG II2 3649, qui contient les fragments d’une impressionnante carrière civique d’un citoyen athénien dont le nom est perdu, a été peu commentée par les historiens. Cette contribution procède d’abord à une nouvelle étude archéologique du monument sur lequel était gravé ce texte, initialement un pilier hermaïque qui a ultérieurement connu plusieurs phases de remploi et de retaille. L’étude propose ensuite un commentaire épigraphique du texte, avec de nouvelles restitutions. Enfin l’analyse historique du document, en particulier avec la mention de l’exercice d’agonothésies exceptionnellement nombreuses, permet de dater le texte dans la seconde moitié du iie s. apr. J.‑C. et d’identifier très vraisemblablement le citoyen honoré avec Hérode Atticus, célèbre et richissime évergète athénien de l’époque antonine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie chaleureusement le directeur du Musée épigraphique d’Athènes, M. Athanasios Themos, ainsi que toute l’équipe des conservateurs et des gardiens qui m’ont si souvent réservé le meilleur des accueils dans leurs murs. Ma gratitude va également au Prof. Klaus Hallof pour m’avoir très aimablement fourni des photographies des estampages de l’inscription IG II2 3649 conservés dans le fonds des Inscriptiones Graecae de la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, ainsi qu’aux Professeurs Denis Knoepfler et Éric Perrin-Saminadayar pour leurs relectures diligentes et leurs précieux conseils. Je remercie également le chercheur anonyme qui a procédé à l’expertise de ce texte avant sa publication dans le BCH.
Toutes les traductions du grec ancien sont personnelles.

Texte intégral

1Une inscription fragmentaire conservée au Musée Épigraphique d’Athènes (IG II2 3649) donne plusieurs étapes d’une impressionnante carrière civique attribuable à un citoyen athénien éminent de la fin du iie s. apr. J.‑C. dont le nom est perdu (fig. 1). La pierre, aujourd’hui dans un mauvais état, a connu un certain nombre de modifications et de phases de remploi ultérieures dont l’établissement et la succession posent d’épineux problèmes qui ne sont pas sans conséquence sur la compréhension et l’interprétation de l’inscription. Ce texte, qui indique notamment l’exercice d’un nombre exceptionnellement élevé d’agonothésies exercées à Athènes, a été très peu commenté, et aucune identification n’a jamais été proposée pour le récipiendaire de ce monument.

  • 1 K. Pittakis, AEph 1854, no 2323, p. 1196.

2La première édition en fut donnée en 1854 par K. Pittakis, avec un fac‑simile1 (fig. 2). L’inscription fut ensuite intégrée au corpus des Inscriptiones Graecae par W. Dittenberger, à partir d’un estampage de U. Koehler, avec des propositions de restitutions plus convaincantes que celles de Pittakis (IG III 682). Ce texte fut repris en 1940, avec quelques changements mineurs, par J. Kirchner dans la seconde édition du corpus (IG II2 3649), version que je reproduis ici :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
[τὸν δεῖνα ἀγωνοθετήσ]αντα τῶν µεγάλων ∆[ιον]-
[υσίων καὶ τῶν µεγά]λων · Παναθηναίων [καὶ]
[— — — —  Σεβασ]τείων · Ἁδριανίω[ν καὶ]
[— — — — Πανελλη]νίων · καὶ ἄρξαντα τὴ[ν ἐπώ]-
[νυµον ἀρχὴν καὶ τὴν] ἀγορανοµε[ί]α[ν] ἡ [βουλὴ]
[καὶ ὁ δῆµος ἀνέστη]σαν εὐνοίας ἕνεκα.

Fig. 1 — Face antérieure du pilier EM 9584a, portant l’inscription IG II2 3649.

Fig. 1 — Face antérieure du pilier EM 9584a, portant l’inscription IG II2 3649.

Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.

Fig. 2 — Fac-simile de l’inscription IG II2 3649 effectué par Pittakis.

Fig. 2 — Fac-simile de l’inscription IG II2 3649 effectué par Pittakis.

D’après K. Pittakis, AEph 1854, no 2323, p. 1196.

  • 2 Malgré la mention (restituée) d’une agonothésie des Panhellènia, l’inscription n’a pas été retenue (...)
  • 3 E. Kapetanopoulos, « Attic inscriptions : notes », RBPh 52 (1974), p. 61‑62, no 3.

3Par la suite, seul Elias Kapetanopoulos a repris le dossier de cette inscription2, en travaillant à partir d’une photographie de la pierre et d’un estampage effectué en son temps par Pittakis, ce qui l’a amené, en faisant la synthèse avec les lectures présentées dans les IG, à proposer un texte amélioré par rapport à ses prédécesseurs3. L’auteur n’offrait cependant que des justifications très succinctes à ses nouvelles propositions de restitutions, et aucun commentaire historique n’accompagnait son édition du texte.

  • 4 Cl. Sarrazanas, « Agonothésie, athlothésie et chorégie à Athènes. Organisation et organisateurs des (...)

4Dans le cadre de mes travaux de recherche doctorale portant sur l’histoire de l’agonothésie à Athènes4, j’ai examiné la pierre au Musée Épigraphique d’Athènes une première fois en avril 2013 ; je l’ai revue en septembre 2018 à l’occasion de la préparation du présent article. J’ai également pu consulter en avril 2019 les photographies de deux estampages du fond des Inscriptiones Graecae de l’Académie de Berlin, l’un réalisé par Kirchner, l’autre (partiel) par W. Peek. Je propose ici une réédition de ce texte avec de nouvelles hypothèses de restitutions, ainsi qu’un nouveau commentaire archéologique, historique et prosopographique.

Description et état de la pierre

5Plusieurs problèmes rendent l’établissement du texte malaisé, à commencer par l’état actuel du monument. La pierre était utilisée en remploi dans une citerne d’époque médiévale ou moderne située juste devant la façade Ouest du Parthénon, d’où Pittakis l’a fait extraire le 17 mai 1840. Les dimensions conservées présentent une hauteur de 33 cm, une largeur de 28 cm et une épaisseur de 25 cm. Le marbre, d’un blanc neigeux, provient sans doute du Pentélique.

  • 5 Par ex. IG II2 2021 (début du iie s. apr. J.‑C.) ; 3744 (principat d’Hadrien) ; 3739 (milieu du iie(...)
  • 6 Par ex. Agora XV 399, hermès surmonté d’un portrait de Dôrotheos de Kholleidai, ἠρεσιώνης (sur le (...)
  • 7 Par ex. IG II2 3660, de 220‑230 apr. J.‑C.
  • 8 Par ex. IG II2 3664, de l’époque antonine.
  • 9 Par ex. IG II2 3665, de ca 175‑190 apr. J.‑C.
  • 10 Cf. IG II2 3806, pilier honorant l’auteur (συγγραφεύς, sans doute un historien) Pompèianus de Koll (...)
  • 11 Par ex. IG II2 3736, de l’époque antonine.

6Le monument sur lequel était gravée l’inscription était initialement un pilier étroit et élevé, vraisemblablement surmonté à l’origine d’un portrait ou d’un buste. Il s’agit du type bien connu des piliers honorifiques prenant la forme d’un hermès, qui ont été élevés en nombre à Athènes à l’époque impériale, en particulier au iie et au iiie siècles. La majorité des exemplaires connus représente des magistrats éphébiques de l’époque antonine5 ou des membres du Conseil6, mais ce type de monument pouvait aussi être élevé pour honorer toute catégorie de notables comme des archontes7, des membres du personnel religieux8, des sophistes9 ou des écrivains10, ou même des citoyens pour lesquels l’inscription ne précise aucune fonction particulière11, etc.

  • 12 Agora XV 449 (= IG II2 1803), que l’on a longtemps datée de ca 205 apr. J.‑C., sur la base de la re (...)
  • 13 Agora XV 486 (= IG II2 2482).

7En plus du texte principal, deux inscriptions supplémentaires ont été gravées sur deux autres côtés du pilier : il s’agit de listes de prytanes fragmentaires, dont l’une, se rapportant à la tribu Oinéis, est désormais datée de ca 220 apr. J.‑C.12 (fig. 3), et l’autre, de la tribu Attalis, est datée du début du iiie siècle apr. J.‑C.13 (fig. 4).

Fig. 3 — Face latérale droite du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 449.

Fig. 3 — Face latérale droite du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 449.

Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.

Fig. 4 — Face arrière du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 486.

Fig. 4 — Face arrière du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 486.

Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.

8La pierre présente des traces de retaille sur plusieurs de ses faces : il est clair que le pilier a été ultérieurement débité de façon à obtenir un bloc plus petit, grossièrement parallélépipédique. Sous la dernière ligne conservée, on distingue clairement les traces de coups de pics assénés frontalement et profondément, à intervalles à peu près réguliers sur une ligne, de façon à détacher la partie inférieure du pilier (fig. 5). Des traces de la même opération sont visibles au bas de la face gauche.

Fig. 5 — Traces de coups de pic au bas de la face antérieure du pilier EM 9584a indiquant une opération de retaille du bloc.

Fig. 5 — Traces de coups de pic au bas de la face antérieure du pilier EM 9584a indiquant une opération de retaille du bloc.

Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.

9Sur le sommet du monument, on distingue aussi la trace de coups de pics portés latéralement qui ont permis de détacher cette fois la partie supérieure du pilier. Celui‑ci comportait certainement la tête sculptée du citoyen honoré par l’inscription et présentait donc des irrégularités qui ne convenaient pas à un remploi de la pierre comme bloc de construction. Cette opération a également eu pour conséquence de supprimer la ou les premières lignes de l’inscription qui nous intéresse, mais aussi les premières du texte gravé sur la face droite (Agora XV 449), et plusieurs lignes du texte gravé sur la face arrière (Agora XV 486). Enfin, une partie du sommet du bloc ainsi retaillé s’est détachée postérieurement à ces opérations le long des failles du bloc de marbre, qui présente des inclusions de mica.

10La face gauche du pilier (en regardant notre inscription), contrairement aux trois autres, n’est pas lissée, et au contraire très irrégulière (fig. 6). Des traces de coups de pic portés de haut en bas le long de la face sont bien visibles, de façon à seulement la dégrossir. Cette face présente aussi deux mortaises : la première, de section globalement carrée et d’une profondeur d’environ 3 cm, se trouve à peu près au milieu du bloc actuel. La seconde, conservée seulement en partie, est située juste au‑dessus de la première ; elle est profonde de 3 cm, large de 1,5 cm et d’une longueur conservée de 3 cm. Cette seconde mortaise est interrompue par la cassure « naturelle » de la partie supérieure de la pierre.

Fig. 6 — Face latérale gauche du pilier EM 9584a.

Fig. 6 — Face latérale gauche du pilier EM 9584a.

Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.

11Pittakis pensait que cette face, justement parce qu’elle n’était que dégrossie et non lissée, devait constituer la face arrière du pilier, et il supposait qu’elle était adossée à un mur ou à un autre élément architectural. Cependant, pour Koehler (rapporté par Dittenberger dans l’apparat de IG III 682), l’aspect de la face de gauche ne correspondait pas à l’état initial du monument, mais là aussi à une opération de retaille de la pierre postérieure à la gravure de l’inscription qui nous intéresse.

12L’interprétation de Koehler est démontrée par le fait que dans cette inscription, les premières lettres de plusieurs lignes ont manifestement été coupées en leur milieu : le lapicide avait donc dû disposer initialement à gauche d’un espace plus important pour graver des lettres, qui a ultérieurement disparu. Il faut sans doute ajouter à cela une marge plus ou moins importante que le lapicide avait dû laisser à gauche, comme c’est le plus souvent le cas sur ce genre de monument.

13Koehler pensait encore que cette opération de retaille de la face gauche avait eu lieu dès l’Antiquité, au moment ou peu avant la gravure de la face arrière (Agora XV 486). À l’appui de cette hypothèse, il soulignait le fait que la liste de prytanes sur la face arrière présente une large marge à sa droite qui pourrait laisser penser que la largeur du pilier avait déjà été réduite au moment où Agora XV 486 a été gravée. Cependant, rien n’impose cette solution puisque le lapicide aurait très simplement pu choisir d’aligner les noms des prytanes à gauche, en laissant un large vacat à droite : rien ne lui imposait de centrer les noms ou de les disposer sur deux colonnes.

14En réalité, cette opération de retaille de la face gauche a manifestement eu lieu bien après la période d’utilisation du monument comme support des trois inscriptions, au moment où il a été débité pour servir de bloc de construction. La mortaise ménagée sur la face gauche paraît elle aussi dater du moment de cette retaille : elle est trop petite et trop basse pour correspondre aux cavités habituellement ménagées sur les côtés des piliers hermaïques, qui sont en général rectangulaires, plus larges, plus profondes, et plus haut dans le monument, près du buste ; de plus, il n’y a pas d’autre mortaise qui lui ferait pendant sur la face droite du monument. Ces réaménagements du bloc ont ainsi dû être effectués afin de l’intégrer de façon plus adéquate à la structure où il devait être utilisé en remploi.

  • 14 Un cas édifiant est par exemple celui du pilier hermaïque EM 10309, sur lequel a d’abord été gravée (...)

15L’inscription IG II2 3649 est donc chronologiquement la première à avoir été gravée. Celle‑ci, écrite en plus gros caractères que les autres ne concernait qu’un seul individu, dont le portrait couronnait le pilier. Les deux autres listes de prytanes, inscrites par des mains différentes et situées sur le côté et à l’arrière du pilier, correspondent à des étapes ultérieures. On sait en effet que l’on n’hésitait pas, au iiie siècle apr. J.‑C., à faire inscrire des listes de prytanes sur des monuments (en particulier des piliers hermaïques) datant de plusieurs décennies auparavant et où il restait de l’espace disponible. Les listes de prytanes ajoutées sur le monument primitif pouvaient d’ailleurs ne pas nécessairement se rapporter à la même tribu. Les exemples de ce phénomène sont nombreux14, et c’est de toute évidence un cas de figure similaire qui s’est produit ici.

16L’un des enjeux pour la bonne compréhension de l’histoire du monument et pour l’édition du texte serait de connaître l’épaisseur du morceau qui a été détaché du pilier à gauche, puisqu’on pourrait en déduire l’étendue des lacunes que présentent les lignes inscrites à gauche. Cette question est d’une importance capitale notamment pour avancer ou écarter des propositions de restitution de ce texte difficile et relativement atypique. La présence des mortaises sur la face gauche ne permet pas, en l’état, de répondre à cette question puisque celles‑ci, on l’a vu, ne paraissent avoir été ménagées qu’après la retaille, et ne correspondent donc pas à la phase initiale du monument.

17Une question similaire se pose aussi pour la partie droite de l’inscription. En effet, cette face inscrite présente un mauvais état de conservation : sur l’essentiel de la moitié droite, l’épiderme de la pierre s’est progressivement desquamé. Dès l’époque de Pittakis, les lettres en fin de ligne avaient déjà disparu, de sorte que l’on ignore si le lapicide avait ou non laissé une marge bordant le champ inscrit à droite, ce qui rend incertain le nombre de lettres à y restituer.

Texte et traduction

18La plupart des éditeurs précédents n’ont guère prêté attention à ces problèmes d’espace disponible à gauche et à droite. De la même manière, tous (sauf Pittakis, qui pensait que le monument était complet) ont considéré que la partie manquante à gauche de la pierre autorisait des restitutions parfois relativement longues.

19Il m’a donc paru important, avant de discuter ces restitutions et d’en proposer de nouvelles, de relever le texte tel qu’il apparaît aujourd’hui, sous une forme brute, puis d’estimer globalement l’espace disponible à droite.

20Le texte lisible sur la pierre se présente aujourd’hui ainsi :

[..]̣̣̣̣̣̣̣̣Α̣ΝΤΑΤΩΝΜΕΓΑΛΩ̣Ν̣ [ ca 3 ]
[.]ΩΝ · ΠΑΝΑΘΗΝΑΙΩΝ · [ ca 4 ]
]Π̣ΕΙΩΝ · Α∆ΡΙΑΝΙΩΝ [ ca 5 ]
]ΝΙΩΝ · ΚΑΙΑΡΞ̣Α̣Ν̣ΤΑΤΗ̣ [ 2‑3 ]
]Α̣ΓΟΡΑΝΟΜΩ̣[... ca 10... ]
]Σ̣ΑΝΕΥΝΟ̣[.]ΑΣΕ[ - - - - -]

21À partir de cette lecture de l’état actuel de la pierre et des estampages de l’Académie de Berlin, je propose deux solutions de restitution du texte, suivant l’importance supposée des lacunes à gauche et à droite du texte conservé.

22EM 9584a. Fragment d’un pilier (probablement hermaïque) en marbre blanc (pentélique), découvert sur l’Acropole, en remploi dans le mur d’une citerne d’époque médiévale ou moderne. Le pilier a été retaillé dans ses parties supérieure et inférieure, ainsi que dans sa partie gauche par rapport au texte ici étudié. Deux autres textes ont été gravés sur les faces arrière (IG II2 2485) et droite (IG II2 1803) du pilier. Sur la face antérieure, la surface de la pierre est très abîmée et effacée sur sa moitié droite.

Dimensions conservées : haut. 33 cm ; larg. 28 cm ; épaiss. 25 cm.
Champ inscrit conservé : haut. 20 cm. Hauteur des lettres : 1,3 cm.
Sigma carré. Oméga de forme minuscule angulaire.

23Éd. K. Pittakis, AEph 1854, no 2323, p. 1196 ; W. Dittenberger, IG III 682 (à partir d’un estampage de U. Koehler) ; J. Kirchner, IG II2 3649 ; E. Kapetanopoulos, RBPh 52 (1974), no 3, p. 61 (à partir d’un estampage de Pittakis).

24A°) Hypothèse de restitutions longues :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
[— — ἀγωνοθετήσ]ντα τῶν µεγάλω̣ν̣ [∆ιο]-
[νυσίων ? καὶ µεγάλ]ων · Παναθηναίων · [καὶ]
[µεγάλων Ὀλυµ]π̣είων · Ἁδριανίων [·] ˹λ˺[ευ]-
4 [σεινίων · Πανελλη]νίων · καὶ ἄρξ̣τα τὴ̣[ν]
[ἐπώνυµον καὶ τῶν] ἀ̣γορανόµ̣[ν] ἀρχὴ˹ν˺ [... ]
[— — — ἀνέστη]σ̣αν εὐνοίας ἕνεκα vacat

25B°) Hypothèse de restitutions courtes :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
[— — — — — — ἀγωνοθε]-
[τήσ]ντα τῶν µεγάλ [Παν]-
[ελληνί ?]ων · Παναθηναίων · [Ὀλ]-
[υµ]είων · Ἁδριανίων [·] ˹λ˺[ευ]-
4 [σει]νίων · καὶ ἄρξ̣α̣ν̣τα τὴ̣[ν]
[τῶν] γορανόµ[ν] ἀρχὴ˹ν˺ [ἀνέσ]-
[τη]σ̣αν εὐνοίας ἕνεκα vacat

26N. C. Les lettres soulignées ne sont plus visibles sur la pierre aujourd’hui. 1 – [ἅπα]ντα τῶν µετα..... τ Pittakis. 1‑2 – µεγάλων ∆[ιο]|[νυσίων Kirchner (Kapetanopoulos). 1‑2 B – rest. Sarrazanas. 2 début – µεγά]λων Dittenberger (Kirchner ; Kapetanopoulos). 2 fin – Pittakis voyait le bas d’une haste verticale, d’où κ̣[αὶ] Kapetanopoulos. 3 début – τείων Pittakis ; [… Σεβασ]τείων Kirchner ; [τῶν µεγάλων Ὀλυµ]πείων Kapetanopoulos. 3 fin – Ἁδριανίων[.]εα[.....] Pittakis ; d’où Ἐ˹λ˺[ευ]|[θερίων corr. Kapetanopoulos ; d’où rest. Sarrazanas ; Ἁδριανίω[ν καὶ] Kirchner. 4 début – [… Πανελλη]νίων Dittenberger (Kirchner) ; [θερίων τε Πανελλη]νίων Kapetanopoulos. 4 fin – νίων Κλ(αύδιος) Ἀρ[ριανὸς ἐπισ]τατ[ήσας ἐπὶ τὴς ἀ]- Pittakis ; ἄρξαντα τὴ[ν ἐπώ]- Kirchner ; ἄρξαντα τὴ[ν ἐ]- Kapetanopoulos. 5 – [νυµον ἀρχὴν καὶ τὴν] ἀγορανοµε[ί]α[ν] Dittenberger (Kirchner) ; [ἀ]|γορανόµω[ν] ἀρχῆς Pittakis ; [πώνυµον τε καὶ τὴν ἀ]γορανόµω[ν] ἀρχὴ˹ν˺ Kapetanopoulos. 5‑6. … ἀνέστησ]|αν Pittakis ; ἡ [βουλὴ]|[καὶ ὁ δῆµος ἀνέστη]σαν Dittenberger (Kirchner) ; [οἱ Ἀ]|[ρεοπαγῖται (?) ἀνέστη]σαν Kapetanopoulos.

27Traduction de l’hypothèse A :

[…] qui a été agonothète des Grandes [Dionysies ?] et des Grandes Panathénées, et des Grands Olympeia, Hadriania, Éleuseinia, Panhellènia ; et qui a exercé la magistrature éponyme et celle des agoranomes ; […] ont consacré (ce monument) en raison de sa bienveillance.

28Traduction de l’hypothèse B :

[…] qui a été agonothète des Grands [Panhellènia ?], Panathénées, Olympeia, Hadriania, Éleuseinia ; et qui a exercé la magistrature des agoranomes ; […] ont consacré (ce monument) en raison de sa bienveillance.

Commentaire épigraphique

29Dans les premières lignes du texte disparues lors de la retaille du bloc figurait à coup sûr, à l’accusatif, le nom du citoyen honoré par le monument. Il est également possible que l’inscription ait débuté par les noms, au nominatif, des personnes ou des instances qui lui avaient décerné cette distinction, comme l’indique le verbe final au pluriel [ἀνεστή]σαν (voir infra).

  • 15 Voir par ex. IE 358, l. 3‑4 ; IG II2 3605, l. 6‑8 ; 3669, l. 5, etc.

30L. 1, début – Malgré l’état de la pierre, Dittenberger, Kirchner et Kapetanopoulos restituaient sans hésiter un participe aoriste du verbe ἀγωνοθετεῖν, comme y invitent les noms des concours qui suivent. Les lettres conservées sur la pierre pourraient autoriser la restitution d’un vainqueur ([νικήσ]αντα), mais on voit mal ce que la mention de ces victoires viendrait faire sur ce pilier, à côté d’une fonction civique telle que l’agoranomie. Surtout, dans les palmarès d’athlètes vainqueurs, les noms des concours qui suivent le verbe νικᾶν figurent normalement à l’accusatif, et non au génitif comme c’est ici le cas dans la suite du texte. En revanche, le génitif est le cas habituel pour les noms de concours dépendant du verbe ἀγωνοθετεῖν, comme l’attestent de très nombreux parallèles15. Cette solution est donc bien la seule envisageable.

31L. 1, fin – Koehler déchiffrait ici le début d’une lettre triangulaire, non restituée par Dittenberger mais interprétée comme un ∆ par Kirchner ; Pittakis ne l’a pas lue sur la pierre, non plus que Kapetanopoulos à partir de l’estampage de Pittakis. Aucune lettre n’est aujourd’hui visible à cet endroit, qui est très abîmé ; je n’en distingue pas non plus de trace sur l’estampage fait par Kirchner conservé à l’Académie de Berlin. Il ne me paraît pas impossible que ce que Koehler a pris pour une trace de lettre ne soit en fait qu’une épaufrure à la surface de la pierre.

  • 16 IG II2 3112 (datée des années 85‑110 apr. J.‑C.), l. 3.
  • 17 Claudius Asklépiodôros est agonothète des Kaisareia Sebasteia vers 50‑60 (IE 358), et Titus Coponiu (...)

32Très naturellement, en contexte athénien, Kirchner restituait en lisant ce delta une mention des Grandes Dionysies. Cette restitution, qui n’est pas complètement impossible, me paraît toutefois incertaine, non seulement du fait que Koehler est le seul à avoir vu une partie de cette lettre, mais aussi parce que la mention d’une agonothésie des Grandes Dionysies est rarissime dans les inscriptions de l’époque impériale : à vrai dire, il n’en existe qu’un seul exemple épigraphiquement attesté16. Les autres solutions envisageables consisteraient à restituer ici des Kaisareia ou des Sebasteia (mais dont l’existence n’est plus attestée à Athènes après le ier s. apr. J.‑C.17), ou bien, dans le cadre de l’hypothèse B, les Panhellènia.

33L. 2, début – La copie de Koehler donnait ici la fin d’une barre oblique, que Dittenberger (suivi par les chercheurs postérieurs) interprétait comme la fin d’un lambda. Pittakis ne lisait quant à lui aucune trace de lettre avant l’oméga. En réalité, cet endroit de la pierre est abîmé et présente plusieurs éclats : il est très difficile de distinguer ici ce qui relève de la gravure ou des accidents de la pierre. La lecture du lambda est donc très douteuse.

34L. 2, fin – Kapetanopoulos restituait après le dernier nu un kappa, sur la foi d’une trace de lettre qu’avait vue Pittakis. Sur la pierre, je distingue un point, qui est d’ailleurs attendu ici pour séparer les noms des concours, comme dans le reste de l’énumération des agonothésies.

  • 18 Le nom de ce concours était restitué dans IG II2 3614, l. 5‑7 par Kirchner, à la suite d’une hypoth (...)
  • 19 ISmyrna 661, l. 8‑9.
  • 20 Par exemple dans IG II2 2041, l. 2.
  • 21 SEG XXI 742, l. 8‑9.
  • 22 W. Buckler et D. Robinson ont cru devoir restituer un concours athénien appelé Ὀλύµπεια [Ἁδριά|ν] (...)
  • 23 Les Olympieia d’Athènes ont certainement été créés par Hadrien lors de son séjour à Athènes en 128/ (...)
  • 24 Les Hadrianeia d’Athènes furent institués eux aussi à l’initiative de l’empereur Hadrien, à l’occas (...)

35L. 3, début – L’examen de la pierre confirme que la première lettre est un Π, comme l’avait vu Elias Kapetanopoulos à partir de l’estampage de Pittakis : la barre horizontale est trop courte à droite pour qu’il puisse s’agir d’un tau. Il ne peut donc être fait mention ici de Sébasteia, comme le proposaient Dittenberger et Kirchner, ni d’Asklèpeia, un concours qui n’est en fait jamais attesté à Athènes, contrairement à une idée longtemps admise et encore défendue par certains chercheurs18. La restitution [Ὀλυµ]πείων est donc hors de doute. Kapetanopoulos pensait qu’il n’était pas question du concours athénien des Olympieia, mais qu’il fallait comprendre que l’homme ici honoré avait été agonothète du concours des Hadrianeia qui auraient exceptionnellement reçu un adjectif qualificatif supplémentaire : le concours aurait été dans ce texte appelé Hadrianeia « Olympiens ». L’absence de coordination entre les deux termes permet en théorie cette lecture, et l’on sait qu’il existait ailleurs, par exemple à Smyrne, des concours appelés Hadrianeia Olympia19. Cependant, pour toute l’époque impériale, une pareille appellation n’est jamais attestée pour le concours athénien, aussi bien dans les inscriptions concernant des agonothésies que dans des palmarès d’athlètes : il s’agirait alors d’un hapax. Certes, Hadrien était couramment honoré à Athènes en tant que Ἁδριανὸς Ὀλύµπιος20. Mais d’autres exemples d’ajout d’adjectifs à des noms de fêtes montrent que le plus souvent, c’est le second nom qui qualifie le premier : le cas est indubitable, par exemple, pour les Grandes Panathénées Augustes d’Athènes (τῶν µεγάλων Παναθηναίων Σεβαστῶν) dont Tiberius Claudius Nouios fut l’agonothète21. Si l’on pourrait à la limite envisager ici des Olympieia « Hadrianiens », une telle dénomination de ces concours resterait là encore sans autre exemple pour Athènes22. Il faut donc lire, tout simplement, une mention du concours athénien des (Grands) Olympieia23, suivie d’une mention du concours distinct et bien connu des Hadrianeia24.

  • 25 Par ex. Agora XVIII H346 (époque augustéenne) ; Agora XV 313, l. 8‑14 ; (ca 80‑90 apr. J.‑C.) ; IE  (...)

36L. 3, fin – les dernières lettres de la ligne sont aujourd’hui complètement effacées (comme c’était déjà le cas du temps de Koehler). Pittakis déchiffrait en bout de ligne les lettres ΕΑ, à la suite de la mention des Hadrianeia, sans pouvoir en rendre compte. Kapetanopoulos a ingénieusement corrigé cette lecture, en y voyant plutôt la suite de lettres ΕΛ : il restituait ensuite l’adjectif Ἐ˹λ˺[ευθερίων], ainsi que, dans la lacune, la coordination τε. Ce savant proposait ainsi d’identifier le concours suivant dans l’énumération comme des Panhellènia « Libres » ou plutôt Panhellènia « de la liberté ». Cette solution est très improbable : les Panhellènia sont très souvent mentionnés, y compris dans des documents ne provenant pas seulement d’Attique, et ils ne figurent jamais avec une telle appellation. Il est bien plus préférable, dans le contexte attique, de restituer ici les traditionnels Éleusinia, concours athénien ancestral toujours bien attesté à l’époque impériale et dont l’agonothésie constitue une charge digne de mention sur plusieurs monuments honorifiques athéniens25.

37Pittakis notait encore un espace un peu plus large entre le nu et l’epsilon qu’il lisait sur la pierre ; Kapetanopoulos n’en a pas tenu compte, mais il me paraît logique de restituer ici un point de séparation entre les noms des deux concours, comme dans toute l’énumération qui précède.

38L. 4 – Kirchner comme Kapetanopoulos, à la suite de Dittenberger, restituent ici une mention des Panhellènia. Si l’on suit l’hypothèse A (restitutions longues), cette solution s’impose, malgré le faible nombre de lettres conservées, car on ne voit pas quel autre concours célébré à Athènes finissant par -nia ou -neia le citoyen honoré pourrait avoir dirigé au cours de sa carrière (en plus des Hadrianeia et des Éleusinia déjà mentionnées). Si en revanche on suit l’hypothèse B (restitutions courtes), ces lettres correspondraient très bien à la fin du nom des Éleusinia.

39La suite de l’inscription ne concerne plus les agonothésies, et le καὶ introduit une nouvelle rubrique, celle d’une ou plusieurs ἀρχαί exercées par le citoyen honoré. Dans l’hypothèse A, la restitution de l’archontat éponyme, proposée par Dittenberger et admise par Kirchner et Kapetanopoulos, paraît la plus convaincante, même si l’on pourrait aussi envisager la restitution d’une charge d’archonte‑roi. Il ne serait d’ailleurs pas étonnant qu’un homme qui avait été en mesure d’assumer autant d’agonothésies probablement dispendieuses ait aussi revêtu au cours de sa carrière la magistrature suprême dans la cité, qui était en général assumée par des citoyens fortunés en mesure de prendre à leur compte les importantes dépenses liées à cette charge.

  • 26 IG V 1, 130, l. 4‑5 : … ἄρξας τὴν τῶν ἀγορα]νόµων ἀρχήν.
  • 27 Par ex. IG II2 3670, l. 2‑3.

40L. 5 – Après le mu conservé, le bas de l’oméga est encore visible sur la pierre, et donne raison à la lecture initiale de Pittakis (suivi par Kapetanopoulos) contra Dittenberger (suivi par Kirchner). Il faut donc bien restituer ici un génitif pluriel ἀγορανόµω[ν], qui doit se rapporter au substantif ἀρχή. Cette formulation pour désigner l’exercice de l’agoranomie, bien que relativement inhabituelle, paraît trouver au moins un parallèle dans une inscription de Sparte au iie s. apr. J.‑C., qui est en partie restituée26. Ajoutons qu’on trouve des périphrases de ce genre dans les inscriptions athéniennes d’époque impériale pour désigner l’exercice d’autres magistratures, comme par exemple ἄρξαντα τὴν τοῦ βασιλέως ἀρχὴν pour désigner l’exercice de la fonction d’archonte‑roi27.

41L. 5, fin – Pittakis donnait la lecture ΑΡΧΗΣ, avec un sigma carré, que Kapetanopoulos proposait logiquement de corriger en ἀρχὴ˹ν˺, puisque le verbe transitif ἄρχειν appelle habituellement un complément à l’accusatif. Cependant, dans quelques cas, notamment dans des inscriptions de l’époque impériale, il peut être suivi d’un complément au génitif : c’était peut‑être le cas ici également, mais l’état de la pierre et les incertitudes pesant sur l’établissement du texte ne permettent pas de se prononcer.

42L. 6 – Les premières lettres conservées invitent évidemment à restituer un verbe, et donc un sujet au pluriel. La proposition de Kapetanopoulos (sans justification) semble peu familière ; celle de Dittenberger serait plus conforme à la typologie des inscriptions honorifiques publiques, même si le nombre de lettres paraît être trop important par rapport à l’étendue de la lacune.

43L. 6, milieu – le iota, aujourd’hui invisible sur la pierre, se distingue encore en partie sur l’estampage de Kirchner.

44Il ne semble pas y avoir eu de ligne supplémentaire gravée immédiatement à la suite de la l. 6.

Datation

45La datation de l’inscription est elle aussi rendue difficile par les multiples étapes de gravure et d’utilisation de la pierre. Il est clair toutefois que les graveurs des listes de prytanes sur deux autres faces du pilier ne sont pas les mêmes que le lapicide de la face antérieure : la forme des lettres et le style de gravure sont différents (dans les listes de prytanes, les lettres sont très largement lunaires et non carrées et anguleuses comme sur la face principale).

46En se fondant notamment sur la forme des lettres, Pittakis pensait que l’inscription pour l’éminent citoyen athénien avait été gravée après les deux listes de prytanes, mais cela est peu convaincant. Les arguments tirés de la paléographie ne permettent pas d’obtenir de certitude sur la chronologie relative, surtout pour ces inscriptions qui sont proches dans le temps. Nous avons également vu que la retaille de la face gauche avait pris place après la gravure de la face avant du pilier, et que notre inscription correspond dans tous les cas à la phase initiale d’utilisation du monument.

47Plusieurs éléments permettent malgré tout de situer le texte dans une fourchette chronologique d’environ 80 ans. La mention d’agonothésies des Olympieia et des Hadrianeia (assurées aussi bien dans l’hypothèse A que dans l’hypothèse B) donne comme terminus post quem la fin du principat d’Hadrien, 137/8 apr. J.‑C. D’un autre côté, la liste de prytanes de la tribu Oinéis gravée sur la face droite date de ca 220 apr. J.‑C., ce qui fournit le terminus ante quem puisque celle‑ci a été gravée après l’inscription qui nous intéresse. Le citoyen athénien a donc dû être honoré par ce pilier dans la seconde moitié du iie ou bien au tout début du iiie siècle apr. J.‑C.

Commentaire historique

48Malgré les difficultés qu’elle pose, cette inscription est exceptionnelle, ce que ne semblent pas avoir toujours remarqué les commentateurs précédents. Au vu de la longue liste des fonctions mentionnées dans le texte (quelle que soit l’hypothèse de restitution retenue), il est clair que le pilier a été décerné à un homme ayant eu une longue carrière d’évergète.

  • 28 Par ex. IG II2 2052, l. 59 et 70 (de 145/6 apr. J.‑C.).
  • 29 Cf. par ex. IG II2 2130, l. 73 (de 195/6 apr. J.‑C.).
  • 30 L’idée, émise par Follet 1976, p. 348, a notamment été acceptée et reprise par Byrne 2003, p. 318 n(...)

49On peut écarter d’emblée la possibilité (non envisagée par les commentateurs précédents) que l’inscription se rapporte en fait à des fonctions internes à l’éphébie athénienne. Il existait bien des agoranomes propres à cette institution, choisis parmi les éphèbes28, ainsi qu’un concours éphébique nommé Hadrianeia, qui avait son propre agonothète là encore choisi parmi les éphèbes29. Mais même si l’on sait que les jeunes membres de cette institution participaient aux concours de la grande fête pentétérique d’Athéna, la fonction « d’agonothète des Grandes Panathénées » (qui apparaît avec certitude à la l. 2 de notre inscription) n’est jamais attestée dans les inscriptions athéniennes émanant de ce collège, qui sont pourtant très nombreuses. Il ne fait donc aucun doute que les fonctions énumérées dans le texte concernent bien une carrière civique et non éphébique. J’ajoute enfin que, contrairement à une idée émise par Simone Follet et qui s’est largement imposée depuis, l’empereur Hadrien n’a pas exercé une agonothésie perpétuelle des Hadrianeia athéniens30 : les agonothésies de ce concours étaient manifestement assumées par des citoyens athéniens, comme c’était le cas pour les autres concours organisés par la cité.

50Le nombre et l’identification des agonothésies citées dans cette inscription constituent le second problème : combien de concours sont ici mentionnés et quels noms portent‑ils ? Comme nous l’avons vu, l’absence de conjonction de coordination entre les noms de ces agônes a gêné les commentateurs précédents et les a poussés à imaginer des combinaisons d’adjectifs qui pouvaient qualifier les concours. En réalité, à bien y regarder, on retrouve très simplement dans cette liste les plus grands concours sacrés et eisélastiques qui se tenaient à Athènes après la fin du principat d’Hadrien. Figurent ainsi dans l’inscription, à coup sûr et a minima les Grandes Panathénées, les Olympieia, les Hadrianeia et les Éleusinia, et ce dans l’hypothèse A comme dans l’hypothèse B. À cette liste de quatre agonothésies, il convient d’ajouter celle du concours mentionné aux l. 1‑2 (peut‑être les Grandes Dionysies, si Kirchner a vu juste, ou bien les Grands Panhellènia). Selon l’hypothèse retenue, l’homme honoré par le pilier a donc exercé cinq ou six agonothésies de grands concours célébrés à Athènes.

  • 31 Parmi de nombreux cas, on peut citer par ex. IG II² 3163 (iie ou iiie siècle apr. J.‑C.), l. 5‑6 : (...)

51Il est vrai que la juxtaposition des noms des concours, sans coordination, est inhabituelle dans les inscriptions honorant des agonothètes. Mais les points marqués sur la pierre entre les noms des fêtes pouvaient dispenser d’inscrire καὶ à chaque fois : on trouve des parallèles à ces énumérations de concours sans conjonction de coordination dans les inscriptions indiquant des listes de victoires d’athlètes31. Cette particularité dans notre texte plaide ainsi en faveur de l’hypothèse B, où tous les noms des concours à partir du premier se trouvent ainsi juxtaposés.

  • 32 Simone Follet a bien montré, contre les distinctions opérées notamment par Daniel Geagan, qu’il n’y (...)

52À ce titre, il convient sans doute de comprendre que l’adjectif µεγάλων, bien lisible à la l. 1, est en fait placé en facteur commun pour tous les concours qui pouvaient tous être appelés « Grands32 ». Ainsi, par l’usage des points et cette disposition textuelle, le lapicide pouvait éviter d’avoir à répéter (et à graver) de trop nombreuses fois les mots καὶ et µεγάλων.

  • 33 Cf. L. Moretti, Iscrizioni agonistiche greche (1953), no 71 et Follet 1976, p. 331.
  • 34 L’agonothésie des Panathénées est la plus fréquemment attestée dans la documentation épigraphique a (...)

53L’hypothèse A, en revanche, présente une répétition de l’adjectif µεγάλων à au moins trois reprises, ce qui a pour effet de singulariser les deux premiers concours : les Grandes Dionysies (?) et les Grandes Panathénées. Cela pourrait s’expliquer par le statut particulier de ces concours au sein de la liste : les Grandes Dionysies athéniennes (s’il s’agit bien de ce concours) n’étaient pas un concours œcuménique pentétérique, mais un concours civique annuel, plus local, qui n’entrait pas tout à fait dans la même catégorie que les suivants. Les Grandes Panathénées, bien que devenues « concours sacré eisélastique » par la faveur d’Hadrien33, étaient la fête d’Athéna et d’Athènes par excellence, celle qui célébrait la divinité poliade, et donc la cité elle‑même. C’est peut‑être à ce titre que l’agonothésie de ce concours pouvait être mise particulièrement en valeur dans les inscriptions, mais aussi parce qu’il s’agissait de la plus illustre et la plus importante (et la plus dispendieuse ?) des fêtes athéniennes à l’époque impériale34. Dans l’hypothèse A, c’est donc le [µεγάλ]ων de la l. 3 (en grande partie restitué) qui se trouverait en facteur commun pour les quatre derniers concours mentionnés : Olympieia, Hadrianeia, Eleusinia et Panhellènia.

54Que le citoyen en question ait exercé cinq ou six agonothésies de concours célébrés dans la cité implique dans tous les cas que celui‑ci fut honoré de ce monument à la fin de sa vie : il fallait en effet avoir eu le temps (et l’argent) de pouvoir revêtir successivement toutes ces agonothésies (la plupart pentétériques) au cours d’une carrière qui avait d’ailleurs dû être émaillée d’autres magistratures civiques.

  • 35 Voir IE 503, l. 9.

55Il faut souligner que ce nombre d’agonothésies est absolument extraordinaire. Dans une inscription en son honneur rédigée par la cité vers 180 apr. J.‑C., on indique que Lucius Memmius de Thorikos a été agonothète à trois reprises (ἀγωνοθέτην τρὶς), ce qui est déjà un fait digne de mention et de fierté, et qui constitue, exception faite de notre inscription, un record à Athènes35 : aucun autre document de l’époque impériale n’atteste la tenue de plus de deux agonothésies pour un même individu au cours de toute sa carrière. Même en admettant les interprétations de Kapetanopoulos, qui ne voyait dans ce texte « que » quatre concours (Dionysies, Grandes Panathénées, « Grands Hadrianeia Olympiens » [sic] et « Panhellènia de la Liberté » [sic]), le total des agonothésies exercées demeure dans tous les cas supérieur à celui de Lucius Memmius.

56L’individu honoré par ce pilier hermaïque ne peut donc être qu’un citoyen tout à fait éminent et sans doute encore plus riche que la moyenne des notables qui assumaient ordinairement ces fonctions très coûteuses dans le cadre des pratiques évergétiques dans l’Athènes impériale.

Propositions d’identification dans l’hypothèse A

57Si l’inscription mentionnait bien une agonothésie des Panhellènia (l. 4 de la version A du texte), le nombre de candidats possibles à l’identification se trouve extrêmement limité. En effet, seuls trois citoyens Athéniens sont attestés comme agonothète des Panhellènia ou comme archonte du Panhellènion.

  • 36 Byrne 2003, p. 50 no 3(ii).
  • 37 IG IV2 1, 691, l 3‑8.
  • 38 C’est la lecture ingénieuse proposée par J. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and cultural (...)

58Quintus Alleius Epiktètos36, archonte du Panhellènion et agonothète des Panhellènia dans les années 140-150, était originaire d’une cité du Péloponnèse (très probablement Épidaure) mais il avait reçu la citoyenneté athénienne dans les années 130-140 (cf. IG II2 3625). La base de statue érigée en son honneur à Épidaure vers 150 apr. J.‑C. indique qu’il exerça à Athènes les fonctions d’archonte éponyme (à une date incertaine), de stratège des hoplites, d’épimélète de la gymnasiarchie du dieu Hadrien et de héraut de l’Aréopage37, c’est‑à‑dire les magistratures les plus importantes de la cité à l’époque impériale. L’inscription n’indique toutefois aucune agonothésie exercée à Athènes autre que celle des Panhellènia, non plus qu’une agoranomie. Par ailleurs, Alleius Epiktètos eut aussi une importante carrière civique à Épidaure et fut épimélète de la cité d’Argos pendant quinze ans38. Même si la chose n’est pas absolument impossible, il est difficile d’envisager l’exercice des agonothésies de quatre autres concours athéniens pentétériques au milieu des carrières locales menées par cet homme au sein de trois cités différentes.

  • 39 IG II2 3712 = J. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and Cultural Policy in the East. Hesperi (...)
  • 40 Le lien institutionnel qui couplait systématiquement archontat du Panhellènion et agonothésie des P (...)
  • 41 Philostrate, Vie des Sophistes, II 23. Voir la mise au point sur le dossier prosopographique très c (...)
  • 42 B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale (2002), p. 87.

59Cassianus Antiochos fut archonte du Panhellènion au début du iiie s. apr. J.‑C.39 et dut par conséquent revêtir aussi l’agonothésie des Panhellènia dans le cadre de cette fonction40. Ce citoyen athénien, qui était aussi appelé Synésios et qui ne fait sans doute qu’un avec le sophiste du même nom mentionné par Philostrate, est connu par quelques autres inscriptions41. On sait qu’il provenait d’une famille athénienne en vue, celle des Cassiani de Steiria. Cependant, l’activité de Cassianus Antiochos permet de situer son archontat du Panhellènion dans les années 230 apr. J.‑C.42, une date qui est difficilement compatible avec la présence de la liste de prytanes inscrite sur le côté droit du pilier, qui est à placer plutôt dans les années 220. Ajoutons qu’on ne connaît rien du reste de la carrière civique de Cassianus Antiochos à Athènes, et qu’aucune agonothésie d’un autre concours que les Panhellènia n’est attestée dans son cas. Il n’est pas non plus connu comme agoranome : toutes ces zones d’ombre rendent l’identification avec cet homme peu plausible.

60Le dernier agonothète des Panhellènia athénien qui soit connu est le célèbre et richissime Hérode Atticus, comme l’indique Philostrate dans la biographie qu’il lui consacre :

Καὶ µὴν καὶ ἐλειτούργησεν Ἀθηναίοις τήν τε ἐπώνυµον καὶ τὴν τῶν Πανελληνίων, στεφανωθεὶς δὲ καὶ τὴν τῶν Παναθηναίων « καὶ ὑµᾶς », εἶπεν, « ὦ Ἀθηναῖοι, καὶ τῶν Ἑλλήνων τοὺς ἥξοντας καὶ τῶν ἀθλητῶν τοὺς ἀγωνιουµένους ὑποδέξοµαι σταδίῳ λίθου λευκοῦ. » Καὶ εἰπὼν ταῦτα τὸ στάδιον τὸ ὑπὲρ τὸν Ἰλισσὸν ἔσω τεττάρων ἐτῶν ἀπετέλεσεν ἔργον ξυνθεὶς ὑπὲρ πάντα τὰ θαύµατα, οὐδὲν γὰρ θέατρον αὐτῷ ἁµιλλᾶται.

Et il assuma en outre à Athènes la fonction éponyme, et celle de responsable des Panhellènia ; et, couronné aussi de la liturgie des Panathénées, il déclara : « Je vous recevrai, Athéniens, ainsi que les Grecs qui feront le déplacement, et les athlètes qui viendront concourir, dans un stade de marbre blanc ». Et, après avoir fait cette promesse, il acheva en l’espace de quatre ans la construction du stade qui est au‑dessus de l’Ilissos, réalisant un ouvrage qui dépasse toutes les autres merveilles : il n’y a en effet aucun édifice de spectacle qui rivalise avec celui‑ci.
Philostrate
, Vie des Sophistes, II 1 (549‑550)

  • 43 La chronologie exacte de ces deux agonothésies, qui eurent lieu probablement dans les années 140, n (...)
  • 44 Cf. IG II2 3190, 3733 et 3734.
  • 45 IG II2 3602.

61Ce passage de Philostrate est la seule source qui nous apprenne qu’Hérode Atticus avait exercé ces deux agonothésies, des Panhellènia et des Panathénées43 : aucune inscription n’est venue jusqu’ici recouper les informations données par cet auteur. Le texte indique aussi qu’Hérode fut archonte éponyme à Athènes, ce qui est cette fois confirmé par des inscriptions44 : la date de son archontat est située en 126/7, alors qu’il n’était âgé que de 25 ans. Enfin, on sait encore par une inscription que cet homme illustre avait commencé sa carrière civique en tant qu’agoranome45, en 122 apr. J.‑C. Ce sont donc au moins trois étapes (et possiblement quatre, dans l’hypothèse A) connues de la carrière d’Hérode Atticus qui figurent aussi dans l’inscription gravée sur le pilier honorifique. Le fait que Philostrate ne mentionne pas d’autres agonothésies comme les Olympieia ou les Hadrianeia ne constitue pas un argument suffisant pour réfuter cette hypothèse d’identification. Tout comme il ne rappelle pas dans sa biographie la fonction d’agoranome exercée par Hérode, Philostrate a très bien pu ne mentionner que les agonothésies les plus marquantes, ou celles ayant donné lieu à des actes ou des paroles dignes de mémoire, comme c’est le cas à propos du stade panathénaïque.

  • 46 Cf. Follet 1976, p. 126‑131 et A. J. Spawforth, S. Walker, « The world of the Panhellenion », JRS 7 (...)

62Toujours dans le cadre de l’hypothèse A, il paraît peu probable que l’individu honoré puisse être un autre citoyen éminent dont nous ne connaîtrions pas le reste de la carrière. En effet, si les Panhellènia sont bien à restituer à la l. 4 du texte, il n’existe guère d’autre solution envisageable puisque la liste et la chronologie des archontes du Panhellènion et agonothètes des Panhellènia jusqu’au début du iiie siècle est déjà presque intégralement connue46 : aucun autre citoyen athénien n’y figure.

Examen de l’hypothèse B

63Si le texte initial de l’inscription correspond à l’hypothèse B, le nombre des agonothésies serait alors de cinq : le chiffre demeure toujours hors norme à Athènes. L’hypothèse B, dans laquelle la restitution des Panhellènia n’est pas assurée, autorise en théorie des possibilités d’attribution de ce pilier hermaïque à d’autres Athéniens éminents du iie ou du début du iiie s. apr. J.‑C.

  • 47 IE 503, l. 9. Sur sa carrière, voir K. Clinton, The sacred officials of the Eleusinian mysteries, T (...)

64Pour autant, dans l’état actuel de la documentation, on voit mal quel citoyen pourrait convenir. Lucius Memmius de Thorikos, déjà évoqué plus haut, est à écarter : l’inscription qui mentionne ses trois agonothésies (non précisées) date en effet de ca. 180 apr. J.‑C., alors que cet homme influent et proche des empereurs était déjà très âgé (il avait environ 80 ans)47. Il ne lui restait guère de temps pour exercer encore deux agonothésies supplémentaires. Les autres citoyens en vue de la fin du iie ou du début du iiie siècle ne sont jamais connus comme agonothètes plus de deux fois.

65La solution B n’exclut pas pour autant Hérode Atticus de la liste des candidats possibles à l’identification. En effet, dans ce cas de figure les lettres -νίων de la l. 3 constitueraient la fin du nom des Éleusinia, ce qui autorise en retour l’hypothèse d’une restitution des Panhellènia à la fin de la l. 1 et au début de la l. 2. Il est vrai que le nom de ce concours serait alors presque intégralement restitué, mais par rapport à l’hypothèse A, cette solution présente l’avantage de ne plus introduire un concours annuel (les Grandes Dionysies) au milieu d’une énumération de concours sacrés pentétériques, et d’éviter la répétition quelque peu curieuse de l’adjectif µεγάλων.

66Par ailleurs, en prenant garde de ne pas tomber dans un raisonnement circulaire, j’ajoute qu’une restitution des Panhellènia en tête de la liste correspondrait justement à ce que l’on sait de la chronologie des agonothésies exercées par Hérode Atticus, grâce au texte de Philostrate. Il est clair que son agonothésie des Panhellènia fut antérieure à celle des Grandes Panathénées, cette dernière étant en général placée au début ou au milieu des années 140. Quelle que soit la date retenue pour cette dernière fonction, elle ne put prendre place qu’assez peu de temps après la mort du père d’Hérode Atticus, survenue vers 137/8 apr. J.‑C. : ce n’est qu’à partir de ce moment qu’Hérode, ayant touché son héritage, put disposer librement et entièrement de son immense fortune. L’agonothésie des Panhellènia dut donc être la toute première d’un concours sacré pentétérique dans la carrière d’Hérode, suivie par celle des Grandes Panathénées dans un deuxième temps ; la deuxième partie de sa vie devait lui laisser assez de temps pour célébrer les autres grandes fêtes de la cité d’Athènes, non mentionnées par Philostrate mais possiblement révélées par cette inscription.

67Par rapport à la solution A, l’hypothèse B fait également disparaître la restitution de l’archontat éponyme, mais cette fonction pouvait figurer dans la partie supérieure de l’inscription, perdue. Il ne fait de toute façon guère de doute qu’un citoyen athénien ayant exercé autant d’agonothésies dans sa vie, quelle qu’ait été son identité, avait dû aussi exercer au cours de sa carrière la magistrature suprême dans l’Athènes impériale.

68Dans tous les cas, la date de la mort d’Hérode convient à la fourchette chronologique dans laquelle doit prendre place la gravure de notre inscription. Une datation aux alentours de 175 apr. J.‑C. laisse également un écart temporel suffisant pour la réutilisation du pilier pour y inscrire des listes de prytanes postérieures de plusieurs dizaines d’années.

69Quelle que soit la lecture retenue pour ce texte, Hérode Atticus constitue le candidat le plus convaincant à l’identification, en raison aussi bien des recoupements que permet la documentation littéraire et épigraphique, que de l’exceptionnelle fortune dont celui‑ci disposait et qui devait lui permettre de somptueuses dépenses évergétiques dans le cadre de ses agonothésies, dont Philostrate nous a préservé un exemple frappant à l’occasion des Grandes Panathénées.

Responsables de l’érection du monument et lieu d’exposition

70L’état fragmentaire de l’inscription ne permet pas de connaître l’identité de ceux qui avaient décerné à l’agonothète ce pilier hermaïque. La terminaison au pluriel du verbe [ἀνέστη]σαν (l. 5‑6), permet seulement de comprendre que plusieurs personnes ou instances se sont associées pour honorer ce citoyen.

  • 48 Cf. par ex. IG II2 2021.
  • 49 On possède plusieurs parallèles de ce genre de pratique à l’époque impériale. Cf. par ex. IG II2 38 (...)

71La solution la plus naturelle consiste à envisager une décision des instances civiques de la cité, et les parallèles offrent de nombreuses possibilités : ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆµος, ou bien ἡ ἐξ Ἀρείου πάγου βουλὴ καὶ ἡ βουλὴ τῶν NN καὶ ὁ δῆµος ὁ Ἀθηναίων48, etc. Ces expressions pouvaient figurer, on l’a dit, dans la partie supérieure de l’inscription, perdue. Mais les responsables de l’érection du monument pouvaient aussi être des familiers ou des proches de la personne honorée, comme c’est parfois le cas sur des hermès athéniens de l’époque impériale. On pourrait aussi envisager ici la mention d’un groupe de personnes (des amis ou des membres de la famille du citoyen honoré ?), qui auraient pris en charge la fabrication et l’érection du monument, sans doute après que cet honneur eut été accordé par la cité ou l’un de ses organes49.

  • 50 Cf. Agora XV, p. 19‑20.

72Le lieu où se trouvait initialement exposé ce pilier hermaïque est inconnu, puisqu’il a été trouvé en remploi dans une structure d’époque bien postérieure. Il est cependant probable qu’il ait été d’abord exposé dans un lieu en vue, à proximité de piliers ou de stèles qui portaient des listes de prytanes, ce qui a pu encourager les prytanes de l’Oinéis de ca 220 à inscrire leurs noms sur ce monument déjà tout prêt. Les lieux d’exposition des listes de prytanes des iie et iiie siècles pouvaient varier, mais beaucoup de ces documents étaient installés dans la zone de l’Agora, près du bouleutèrion ou de la tholos, ou encore à proximité de la stoa d’Attale50. Le pilier avait sans doute été érigé lui aussi dans le secteur de l’Agora, ce qui n’a d’ailleurs rien de surprenant pour un citoyen aussi généreux que celui qui était honoré.

Conclusion

73Ce fragment d’inscription attique, qui n’a guère retenu l’attention des historiens de l’Athènes impériale jusque‑là, présente plusieurs zones d’ombre qui rendent sa lecture et son interprétation difficiles. Si les deux propositions formulées sont envisageables, l’hypothèse B offre des solutions plus simples et plus naturelles de restitution du texte grec et constitue à mon sens la lecture la plus convaincante.

74Il est clair dans tous les cas que ce texte déroule une carrière civique exceptionnelle en ce qui concerne le nombre d’agonothésies athéniennes exercées par un même individu. Le citoyen honoré par ce monument était un homme particulièrement riche et éminent de la fin du iie ou du début du iiie siècle apr. J.‑C. : la perte du nom de l’honorandus en est d’autant plus frustrante.

75En l’état actuel de la documentation littéraire et épigraphique à notre disposition, et sans céder à une fascination facile pour les « grands noms » de l’histoire de la cité à l’époque impériale, une identification avec Hérode Atticus constitue la solution la plus vraisemblable.

  • 51 Voir SEG XXIX 127 (= Ameling II, no 189), l. 87‑94 (daté de 174/5 apr. J.‑C.). À la l. 90, Marc-Aur (...)
  • 52 Philostrate, Vie des Sophistes, II 566 et 587.

76Peu de citoyens athéniens devaient avoir les moyens financiers, autant qu’Hérode Atticus, d’assumer les frais de cinq ou six agonothésies de grands concours qui furent sans doute accompagnés de générosités évergétiques grandioses. Il ne serait pas étonnant que les Athéniens, malgré les rapports parfois tendus qu’ils pouvaient entretenir avec le sophiste, aient souvent sollicité leur richissime concitoyen pour assumer les frais des agonothésies les plus prestigieuses et les plus coûteuses. Le pilier inscrit a pu être érigé par la cité à la toute fin de la carrière d’Hérode Atticus, en remerciement de ses bienfaits, peut‑être à l’occasion de son retour à Athènes en 175, à une époque où l’empereur Marc-Aurèle en personne demandait aux Athéniens de se réconcilier avec son précepteur et ami51. On peut aussi envisager l’érection de ce monument à titre posthume, après la mort d’Hérode survenue vraisemblablement en 177, les relations étant apparemment redevenues bonnes avec les Athéniens dans les toutes dernières années de sa vie52.

Haut de page

Bibliographie

Ameling II = Herodes Atticus (1983), volume II.

Byrne 2003 = S. Byrne, Roman citizens of Athens.

Follet 1976 = S. Follet, Athènes au iie et iiie siècles, études chronologiques et prosopographiques.

Sarrazanas à paraître = Cl. Sarrazanas, La cité des spectacles permanents. Organisation et organisateurs des concours civiques dans l’Athènes hellénistique et impériale (2 vol.) (à paraître).

Haut de page

Annexe

Les listes de prytanes gravées ultérieurement sur le pilier

1. Liste de prytanes de la tribu Oinéis, ca 220 apr. J.‑C.

Inscription gravée sur le côté droit du pilier hermaïque, par une main différente de IG II2 3649 et de Agora XV 486.

Ed. K. Pittakis, AEph 1854, no 2321, p. 1195 ; W. Dittenberger, IG III 1049 ; J. Kirchner, IG II2 1803 ; J. Oliver, Hesperia IV (1935), p. 52 ; B. D. Meritt, J. S. Traill, Agora XV 449.

[- - - - - - - - - - - - - - - - στρα]-
[τηγοῦντος ἐπὶ τοὺ]ς ὁπ[λείτας]
[Λ(ουκίου) Φλ(αουίου) Φι]λοστράτου Στει[ριέ]-

4

[ως νε(ωτέρου) —’ π]ρυτανείας οἱ πρυτά-
[νεις] τῆς Οἰνεῖδος φυλῆς τ[ει]-
[µή]σαντες ἑαυτοὺς ἀνέγρ̣[α]-
         ψαν.

8

ἐπώνυµος Αἴλ(ιος) Π[υ]ρφόρος
Κλ(αύδιος) Ἱεροφάντης vv Ἀχαρνεύς
Οὐεντ(ίδιος) Νεικοκράτης Φυλ[ά](σιος)
Οὐεντ(ίδιος) Ζοΐλος Φυλά(σιος) vacat

12

Φλ(άουιος) Ξ̣ενοκλῆς Ἀχαρ(νεύς) vacat
Κλεῖτος Ͻ Ὀῆθεν vacat
[Κ]αλλίστραος Ποσ[ει]δ[ωνίου — —]
[— — c.8 — —]σιο[— c.4 —]λ[— —]

16

[— c. ? —]λ[— c.3 —]τ[— —]

N.C. : 1‑3 – [ἐπὶ ἄρχοντος Μ Μουνατίου]|[Θεµίσωνος Ἀζηνιέως rest. Meritt&Traill ; mais cf. Byrne, Citizens, p. 263 no 154(i) ; p. 370 no 3(ii.3) et p. 518‑519.

Remarques : cette nouvelle édition du texte reprend pour l’essentiel celle d’Agora XV 449, en y apportant les nouvelles restitutions suggérées par S. Byrne pour les l. 1‑4. J’ai ajouté le développement des abréviations, qui n’est donné ni dans les IG ni dans Agora XV. La datation proposée pour le texte est celle de Byrne 2003, p. 518‑519, à partir de recoupements prosopographiques.

2. Liste de prytanes de la tribu Attalis, iiie s. apr. J.‑C.

Inscription gravée sur la face arrière du pilier hermaïque, par une main différente de IG II2 3649 et de Agora XV 449.

Ed. K. Pittakis, AEph 1854, no 2322, p. 1195 ; W. Dittenberger, IG III 1299 ; J. Kirchner, IG II2 2482 ; B. D. Meritt, J. S. Traill, Agora XV 486.

[- - - - - - - - - - - - - -]
1 [․․․․]µ[— — —]
[․․․․]ηµ[— — —]
[Ἀντ]ιφῶν Αὐ̣τ̣ο̣[— — —]
[Γεν]έθλιος Ἀντι[ό]χο[υ]
5 [․․․]σιππος Ͻ vacat
[Ζ]ώσιµος Ͻ vacat
[ἱερ]εὺς Εἰσίδωρος vacat
[․․]άτων Ἑ<ρ>µογένους vacat
[․․․․]ίδης Σωσιπάτρου vacat
10 [․․6․․․]ας Σωσιπάτρου vacat
[— — — —]ς Ͻ vacat
[— — — —]σίδης vacat
[— — — —]ων vacat
[— — — —] Ͻ vacat
Haut de page

Notes

1 K. Pittakis, AEph 1854, no 2323, p. 1196.

2 Malgré la mention (restituée) d’une agonothésie des Panhellènia, l’inscription n’a pas été retenue dans la synthèse de référence sur le Panhellènion de J. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and Cultural Policy in the East, Hesperia suppl. 13 (1970). Simone Follet mentionne à peine ce texte, sans le commenter, en arguant de son « interprétation douteuse » : Follet 1976, p. 348.

3 E. Kapetanopoulos, « Attic inscriptions : notes », RBPh 52 (1974), p. 61‑62, no 3.

4 Cl. Sarrazanas, « Agonothésie, athlothésie et chorégie à Athènes. Organisation et organisateurs des concours civiques aux époques hellénistique et impériale », thèse de doctorat soutenue le 6 février 2015 à l’Université Paul Valéry de Montpellier, sous la direction du Pr. Christophe Chandezon (prix de thèse de la SOPHAU 2015). La version remaniée de cette thèse est à paraître sous le titre : La cité des spectacles permanents. Organisation et organisateurs des concours civiques dans l’Athènes hellénistique et impériale.

5 Par ex. IG II2 2021 (début du iie s. apr. J.‑C.) ; 3744 (principat d’Hadrien) ; 3739 (milieu du iie s. apr. J.‑C.), etc.

6 Par ex. Agora XV 399, hermès surmonté d’un portrait de Dôrotheos de Kholleidai, ἠρεσιώνης (sur le sens de ce mot, voir J. S. Traill, Hesperia 40, 1971, p. 317‑318) de ca 220 ; ou encore Agora XV 466 (= IG II2 1817), hermès qui honore un épistate des prytanes des alentours de 255 apr. J.‑C.

7 Par ex. IG II2 3660, de 220‑230 apr. J.‑C.

8 Par ex. IG II2 3664, de l’époque antonine.

9 Par ex. IG II2 3665, de ca 175‑190 apr. J.‑C.

10 Cf. IG II2 3806, pilier honorant l’auteur (συγγραφεύς, sans doute un historien) Pompèianus de Kollytos, décerné après un vote de l’Aréopage (ψηφισαµένης τῆς ἐξ Ἀρείου πάγου βουλῆς, l. 5‑7).

11 Par ex. IG II2 3736, de l’époque antonine.

12 Agora XV 449 (= IG II2 1803), que l’on a longtemps datée de ca 205 apr. J.‑C., sur la base de la restitution (totale) du nom de l’archonte Marcus Munatius Themisôn aux l. 1‑2. Cependant Byrne 2003, p. 370 et surtout p. 518‑519, en se fondant sur de nouveaux recoupements prosopographiques, conclut que ce texte ne peut être antérieur à 215/6 et propose donc une datation de cette inscription aux alentours des années 220 apr. J.‑C.

13 Agora XV 486 (= IG II2 2482).

14 Un cas édifiant est par exemple celui du pilier hermaïque EM 10309, sur lequel a d’abord été gravée la liste des prytanes de l’Antiochis de l’année 169/170 (Agora XV 380) ; dans un second temps a été gravée sur le côté gauche la liste des prytanes de la Kékropis de l’année 177/8 (Agora XV 398) ; sur le côté droit, on a ajouté les prytanes de l’Antiochis d’une année postérieure à 216 (Agora XV 472) ; et enfin, sans doute faute de place encore disponible, on a inscrit la liste des prytanes de l’Oinéis d’une année postérieure à 216 sur la face avant du pilier, sous le tout premier texte (Agora XV 473).

15 Voir par ex. IE 358, l. 3‑4 ; IG II2 3605, l. 6‑8 ; 3669, l. 5, etc.

16 IG II2 3112 (datée des années 85‑110 apr. J.‑C.), l. 3.

17 Claudius Asklépiodôros est agonothète des Kaisareia Sebasteia vers 50‑60 (IE 358), et Titus Coponius Maximus est agonothète de Grands Kaisareia vers 100 apr. J.‑C. (IG II2 3571).

18 Le nom de ce concours était restitué dans IG II2 3614, l. 5‑7 par Kirchner, à la suite d’une hypothèse de P. Graindor, BCH 38 (1914), p. 431‑432, no 30 : ἀγω|[νοθ]ετήσαντα τὠ[ν µεγάλων Ἀσ]|[κλη]πιείων. Follet 1976, p. 321, constatant qu’un concours civique des Asklèpieia n’est jamais attesté à Athènes, avait plutôt proposé de restituer ἀγω|[νοθ]ετήσαντα τὠ[ν Παναθηναίων καὶ]| [Ὀλυµ]πιείων. Dans sa nouvelle édition des inscriptions d’Éleusis (IE 478), K. Clinton montrait que cette solution était trop longue et proposait une leçon ἀγω|[νοθ]ετήσαντα τὠ[ν µεγά]λων| [Ἀσκλη]πιείων, revenant ainsi à la première restitution de Graindor et Kirchner. Cet épigraphiste pensait ainsi prouver définitivement l’existence d’un concours appelé « Grands Asklèpieia» à Athènes et rejoignait la thèse de S. Aleshire, The Athenian Asklepieion, the People, their dedications and the Inventories, p. 92‑93, qui avait déjà argumenté dans ce sens. Mais cette restitution n’est en aucun cas « confirmed by the stone », comme K. Clinton l’affirme dans son commentaire à IE 478, vol. II p. 360 : l’édition des lettres positivement lues sur la pierre, tout comme les photographies proposées dans son corpus (de très bonne qualité) n’imposent pas cette solution. Aucun argument ne permet d’écarter dans l’inscription d’Éleusis une restitution ἀγω|[νοθ]ετήσαντα τὠ[ν µεγά]λων| [Ὀλυµ]πιείων. En réalité, un concours civique athénien qui aurait été appelé Asklèpieia n’apparaît jamais que par restitution dans les inscriptions attiques impériales, et à chaque fois une mention des Olympieia, concours athénien bien plus souvent attesté et dont l’existence est certaine, est possible et préférable. Enfin, contra S. Aleshire, The Athenian Asklepieion, the People, their dedications and the Inventories, p. 92‑93, la mention des Grands Asklèpieia dans l’inscription d’Épidaure IG IV2, 1, 691 se rapporte au concours de la cité d’Épidaure, non d’Athènes (comme le pense aussi, avec raison, Byrne 2003, p. 50, no 3[ii]).

19 ISmyrna 661, l. 8‑9.

20 Par exemple dans IG II2 2041, l. 2.

21 SEG XXI 742, l. 8‑9.

22 W. Buckler et D. Robinson ont cru devoir restituer un concours athénien appelé Ὀλύµπεια [Ἁδριά|ν]εια dans leur édition du palmarès agonistique ISardis 79, l. 11‑12. Mais la réédition de J.‑Y. Strasser du texte montre qu’il faut en fait restituer le nombre de victoires aux Olympeia juste à la suite de ce nom. Les Olympeia et les Hadrianeia sont bien ici deux concours distincts, comme dans l’inscription qui nous intéresse ; cf. J.‑Y. Strasser, « La carrière du pancratiaste Markos Aurèlios Dèmostratos Damas », BCH 127 (2003), p. 258‑266.

23 Les Olympieia d’Athènes ont certainement été créés par Hadrien lors de son séjour à Athènes en 128/9 qui vit l’achèvement de l’Olympieion. Leur première célébration dut avoir lieu en 132 ou en 136 apr. J.‑C. Sur ces points, voir Follet 1976, p. 346 ; Br. Le Guen, « Hadrien, l’Empereur philhellène, et la vie agonistique de son temps. À propos d’un livre récent : Hadrian und die dionysischen Künstler. Drei in Alexandreia Troas neugefundene Briefe des Kaisers an die Künstler-Vereinigung », Nikephoros 23 (2010), p. 216.

24 Les Hadrianeia d’Athènes furent institués eux aussi à l’initiative de l’empereur Hadrien, à l’occasion de son séjour à Athènes de 131/2 apr. J.‑C. La première célébration put avoir lieu dès 133 (G. Petzl, E. Schwertheim, Hadrian und die dionysischen Künstler. Drei in Alexandreia Troas neugefundene Briefe des Kaisers an die Künstler-Vereinigung. Asia Minor Studien 58 [2006], p. 74), ou plus vraisemblablement en 137 apr. J.‑C., comme le soutient de façon convaincante J.‑Y. Strasser, « Qu’on fouette les concurrents… À propos des lettres d’Hadrien retrouvées à Alexandrie de Troade », REG 123 (2010), p. 611. Si le nom du concours est le plus souvent écrit Ἁδριάνεια dans les inscriptions, la variante orthographique Ἁδριάνια est également bien attestée (par ex. dans FD III 1, 89, l. 6 ; ISmyrna 659, l. 6 ; IGUR I 240, l. 26, etc.). C’est également le cas à la l. 3 de notre inscription : rien n’impose donc ici d’y lire un adjectif pluriel qui qualifierait un autre concours.

25 Par ex. Agora XVIII H346 (époque augustéenne) ; Agora XV 313, l. 8‑14 ; (ca 80‑90 apr. J.‑C.) ; IE 463, l. 25‑26 (même date) ; IG II2 3605 (ca 157/8 apr. J.‑C.).

26 IG V 1, 130, l. 4‑5 : … ἄρξας τὴν τῶν ἀγορα]νόµων ἀρχήν.

27 Par ex. IG II2 3670, l. 2‑3.

28 Par ex. IG II2 2052, l. 59 et 70 (de 145/6 apr. J.‑C.).

29 Cf. par ex. IG II2 2130, l. 73 (de 195/6 apr. J.‑C.).

30 L’idée, émise par Follet 1976, p. 348, a notamment été acceptée et reprise par Byrne 2003, p. 318 no 73 ou encore F. Camia, Theoi Sebastoi. Il culto degli imperatori romani in Grecia (Provincia Achaia) nel secondo secolo D.C. (2011), p. 103. Cette idée résiste cependant difficilement à l’examen des sources. Une lettre d’Antonin aux Technites d’Athènes dans laquelle on a longtemps pensé qu’Hadrien était mentionné comme agonothète (IG II2 1105, l. 15, où est restitué ἀγωνοθ]έτην θεὸν Ἁδρια[νὸν) ne peut plus être avancée comme un argument (Follet 1976, p. 348 n. 5). Une lecture plus attentive montre que la leçon correcte est bien εὐερ]γέτην θεὸν Ἁδρια[νὸν, comme l’avait justement vu D. Geagan, « Hadrian and the Athenian Dionysiac technitai », TAPhA 103 (1972) 133‑160 (= SEG XXX 86), face B, l. 57. J’ai moi‑même revu la pierre en 2013 et le gamma est absolument hors de doute. Bien plus, en‑dehors de l’inscription commentée dans le présent article et que Follet rejetait comme douteuse, il existe au moins une attestation certaine d’une agonothésie des Hadrianeia, celle de Cassianus Hiérokèryx, quelques années avant 230 apr. J.‑C. (IG II2 3707 = IE 645, l. 5‑6). Il est impossible qu’il s’agisse ici d’une agonothésie éphébique, comme le voulait Follet 1976, p. 287 et 322, sans doute pour défendre son idée d’une agonothésie perpétuelle d’Hadrien. Il est inconcevable qu’une agonothésie éphébique ait été mentionnée dans l’inscription juste après une ambassade en Bretagne, et avant la mention des stratégies et de l’archontat éponyme : on ne saurait ainsi mélanger les deux échelles de responsabilités. L’argument d’une énumération chronologique ne tient pas non plus, puisque l’ambassade en Bretagne ne saurait avoir été effectuée avant une agonothésie éphébique. Sur ces points, voir Sarrazanas à paraître, vol. I, no 101 et vol. II, chap. 8, partie II, section B.3.

31 Parmi de nombreux cas, on peut citer par ex. IG II² 3163 (iie ou iiie siècle apr. J.‑C.), l. 5‑6 : […] νεικήσας κατὰ τὸ ἑξῆς Πανελλήνια, | Ὀλύµπια, Ἴσθµια, Ἁδριάνεια, Ῥώµη[ν] ; ou encore FD III 1, 89, l. 3‑9 : […] νεικήσας Πύθια γ΄, Νέµεια ε΄, Ἴσθµια δ΄ | Καπιτώλια, Εὐσέβεια ἐν Ποτιόλοις, Σεβαστὰ ἐν Νεα|πόλει δ΄ κατὰ τὸ ἑξῆς, Ἄκτια πρῶτος, τὴν ἱερὰν τῆς | Ἥρας ἀσπίδα γ΄, Ἁδριάνια ἐν Ἀθήναις, Ὀλύµπεια, Ἀσκλήπεια, | Κοµόδεια ἐν Περγάµῳ πρῶτος, Ὀλύµπια Κοµό|δεια ἐν Λακεδαίµονι πρῶτος καὶ ταλαντιαίους <π>ολλοὺς | ἐν τῇ Ἀσίᾳ καὶ τῇ Ἑλλάδι.

32 Simone Follet a bien montré, contre les distinctions opérées notamment par Daniel Geagan, qu’il n’y a plus lieu, pour l’époque impériale, de différencier « Petites » et « Grandes » éditions d’un concours, et ce que l’adjectif soit précisé ou omis dans la source (littéraire ou épigraphique). Je reprends à mon compte son analyse fondée sur les exemples qu’elle a rassemblés, ainsi que ses conclusions à ce propos : « Ces incertitudes signifient peut‑être qu’il n’existait pas (ou plus) de célébration moins importante et qu’aucune confusion n’était possible. Elles invitent à ne pas tirer de conclusions trop précises de l’absence de l’épithète » ; cf. Follet 1976, p. 318, contra D. Geagan, The Athenian Constitution after Sulla, Hesperia suppl. XII (1967), p. 132.

33 Cf. L. Moretti, Iscrizioni agonistiche greche (1953), no 71 et Follet 1976, p. 331.

34 L’agonothésie des Panathénées est la plus fréquemment attestée dans la documentation épigraphique attique datant d’après le principat d’Hadrien (au moins 10 attestations assurées), loin devant les Olympieia (au moins 3 attestations assurées).

35 Voir IE 503, l. 9.

36 Byrne 2003, p. 50 no 3(ii).

37 IG IV2 1, 691, l 3‑8.

38 C’est la lecture ingénieuse proposée par J. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and cultural policy in the East, Hesperia suppl. XIII (1970), p. 120 no 39, l. 9.

39 IG II2 3712 = J. Oliver, Marcus Aurelius. Aspects of civic and Cultural Policy in the East. Hesperia suppl. 13 (1970), p. 105‑106, no 20.

40 Le lien institutionnel qui couplait systématiquement archontat du Panhellènion et agonothésie des Panhellènia a déjà été pressenti (sans étude détaillée) et présenté comme une hypothèse par Follet 1976, p. 343 et par C. P. Jones, « The Panhellenion », Chiron 26 (1996), p. 37. Je m’attache à démontrer ce point dans Sarrazanas à paraître, vol. I, L‑13 et vol. II, chap. 8, partie II, section C.

41 Philostrate, Vie des Sophistes, II 23. Voir la mise au point sur le dossier prosopographique très complète et convaincante de B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale (2002), p. 74‑87.

42 B. Puech, Orateurs et sophistes grecs dans les inscriptions d’époque impériale (2002), p. 87.

43 La chronologie exacte de ces deux agonothésies, qui eurent lieu probablement dans les années 140, n’est pas assurée et pose plusieurs problèmes : les scénarios envisagés par Follet 1976, p. 129, ne sont aujourd’hui plus tenables en raison de l’avancée des connaissances. Je traite ces questions délicates dans Sarrazanas à paraître, vol. I, L‑13 et vol. II, chap. 8, partie II, section C.2. Dans le cadre du présent article, peu importe la chronologie retenue : l’élément le plus important du témoignage de Philostrate est bien qu’Hérode Atticus a exercé l’agonothésie des Panhellènia et celle des Panathénées au cours de sa carrière.

44 Cf. IG II2 3190, 3733 et 3734.

45 IG II2 3602.

46 Cf. Follet 1976, p. 126‑131 et A. J. Spawforth, S. Walker, « The world of the Panhellenion », JRS 75 (1985), p. 84‑85.

47 IE 503, l. 9. Sur sa carrière, voir K. Clinton, The sacred officials of the Eleusinian mysteries, Transactions of the American Philosophical Society 64 (1974), p. 83‑85 et Follet 1976, p. 289‑290.

48 Cf. par ex. IG II2 2021.

49 On possède plusieurs parallèles de ce genre de pratique à l’époque impériale. Cf. par ex. IG II2 3806 (voir supra, n. 10), où le dédicant de l’hermès est Sôsigénès, un sophiste ami du citoyen distingué par le conseil de l’Aréopage (Pompèianus de Kollytos) ; ou bien IG II2 3605 (milieu du iie siècle apr. J.‑C.) : Ψηφισαµένης τῆς πό|λεως καὶ τοῦ δήµου | Κλ(αύδιος) Ἡρώιδης ἀνέθηκεν | φιλίας ἕνεκεν Φλ(άουιον) · ∆ωρό|θεον στρατηγήσαντα | καὶ ἀγωνοθετήσαν|τα τῶν µεγάλων Ἐλευσι|νίων ; ou encore Agora XVIII H382 ; H439, etc.

50 Cf. Agora XV, p. 19‑20.

51 Voir SEG XXIX 127 (= Ameling II, no 189), l. 87‑94 (daté de 174/5 apr. J.‑C.). À la l. 90, Marc-Aurèle invoque comme argument les « bienfaits » (εὐποιίας) précédents d’Hérode envers ses concitoyens, dans une formule très générale qui doit bien entendu englober ses agonothésies. L’inscription versifiée IG II2 3606 (= Ameling II, no 190) présente le retour de Sirmium à Athènes comme triomphal, Hérode étant accueilli par l’ensemble de la cité et par plusieurs dieux ; voir P. Graindor, Un milliardaire antique. Hérode Atticus et sa famille (1930), p. 127‑128. Cet épisode est toutefois absent de la biographie de Philostrate et le poème est manifestement hyperbolique.

52 Philostrate, Vie des Sophistes, II 566 et 587.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Face antérieure du pilier EM 9584a, portant l’inscription IG II2 3649.
Crédits Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 2 — Fac-simile de l’inscription IG II2 3649 effectué par Pittakis.
Crédits D’après K. Pittakis, AEph 1854, no 2323, p. 1196.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Fig. 3 — Face latérale droite du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 449.
Crédits Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 4 — Face arrière du pilier EM 9584a, portant l’inscription Agora XV 486.
Crédits Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 5 — Traces de coups de pic au bas de la face antérieure du pilier EM 9584a indiquant une opération de retaille du bloc.
Crédits Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre Fig. 6 — Face latérale gauche du pilier EM 9584a.
Crédits Cl. Musée épigraphique, cl. Cl. Sarrazanas.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/977/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Sarrazanas, « Un agonothète athénien exceptionnel (Hérode Atticus ?) dans une inscription d’époque impériale méconnue (IG II2 3649) »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 685-711.

Référence électronique

Clément Sarrazanas, « Un agonothète athénien exceptionnel (Hérode Atticus ?) dans une inscription d’époque impériale méconnue (IG II2 3649) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.977

Haut de page

Auteur

Clément Sarrazanas

Université de Picardie Jules Verne, Laboratoire TRAME UR 4284, LabEx ARCHIMEDE (Labex ANR 11 – LABX 0032‑01).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search