Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2La statue de Fortuna au forum de ...

La statue de Fortuna au forum de Philippes et son écrin architectural

Το άγαλµα της Τύχης-Fortuna στην αγορά των Φιλίππων και το αρχιτεκτονικό του περιβάλλον
The statue of Fortuna at the forum of Philippi and its architectural setting
Guillaume Biard, Michel Sève et Patrick Weber
p. 713-766

Résumés

L’article exploite l’occasion rare d’étudier ensemble une statue et la construction où elle était présentée et mise en valeur. Les fragments de la statue comme de son baldaquin ont été trouvés ensemble lors de la fouille de 1931. Le baldaquin consiste en un petit édicule corinthien à deux colonnes, ouvert en façade et sur les côtés, accolé au mur Sud de la curie. La légèreté de sa construction comparée à la massivité de la statue exécutée d’un seul bloc, implique qu’il a été construit autour de la statue, après sa mise en place et son achèvement. La statue assise de Fortuna se présentait de face, tournée vers l’espace qui tenait lieu de basilique civile au forum. L’emplacement où elle se trouve lui donne ainsi tout son sens. L’ensemble a été mis en place au moment des grands travaux de la deuxième phase architecturale du forum, dans le troisième quart du iie s. p.C., et détruit par le séisme qui a gravement affecté les bâtiments du forum vers le début du vie s.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Guide, p. 65, no 11 pour une présentation succincte et une esquisse de restitution, fig. 62 et (...)
  • 2 Publication princeps par Ét. Lapalus, Sculptures, p. 452‑458 et fig. 5‑6. Sur ce sujet, indications (...)

1Le forum de Philippes offre l’occasion assez rare d’étudier ensemble une statue et le baldaquin qui l’abritait et la mettait en valeur. Tous les éléments ont été mis au jour ensemble au cours de la première semaine de juin 1931 dans l’extrémité Nord de la nef centrale du portique Ouest, contre le mur sud de la curie1 (fig. 1). La statue est connue depuis longtemps2. Le baldaquin n’a pas été reconnu au moment de la fouille et n’a été compris qu’à l’occasion des travaux de Michel Sève et Patrick Weber, sans avoir encore fait l’objet d’une publication d’ensemble. C’est le propos du présent article : l’étude de l’architecture est due à Michel Sève et Patrick Weber, celle de la statue à Guillaume Biard, mais il est le fruit d’un travail commun, sur le terrain comme au bureau.

Fig. 1 — Moitié Ouest du forum avec le baldaquin à l’extrémité Nord du portique Ouest

Fig. 1 — Moitié Ouest du forum avec le baldaquin à l’extrémité Nord du portique Ouest

EFA/L. Fadin, P. Weber.

Le baldaquin (MS, PW)

  • 3 Voir les notes de P. Collart à la date du 6 juin 1931 : « Dans l’espace compris entre le 2e et le 3(...)
  • 4 Le lecteur pourra être surpris par le caractère très minutieux de la description des divers élément (...)

2Les différents éléments que nous attribuons au baldaquin sont actuellement dispersés, disposés les uns à l’intérieur de la curie (piédestal et chapiteau, quelques fragments d’épistyle, blocs de couverture), les autres (surtout les blocs de corniche, et plusieurs fragments de colonnes et d’épistyle) à proximité du socle. Tous ont en fait été trouvés ensemble, à proximité du socle et des fragments de la statue, et leur situation actuelle résulte de rangements antérieurs au début de nos travaux3. Toutes les séries sont représentées, si bien qu’on peut en proposer une restitution complète et raisonnablement sûre4.

Le socle

  • 5 La présente description est une reprise allégée, avec des retouches dues aux progrès de l’étude, de (...)

3Le socle5 (fig. 2) est accolé au mur Sud de la curie, à l’extrémité Nord de la nef centrale du portique dont il n’occupe pas toute la largeur : il est situé non pas exactement dans l’axe, mais légèrement décalé vers la droite, à 1,30 m du stylobate de la pièce à cinq colonnes (Guide, no 10) et à 0,70 m de la fondation de la colonnade qui sépare les deux nefs du portique Ouest (Guide, no 8), ou 0,50 m de la dalle d’extrémité Nord de cette colonnade, si elle est effectivement en place. Il était en saillie d’environ 0,20 m par rapport au sol antique du portique.

Fig. 2 — Socle du baldaquin, vue d’ensemble.

Fig. 2 — Socle du baldaquin, vue d’ensemble.

Cl. M. Sève.

  • 6 Voir le plan n° 965 et surtout le relevé de H. Ducoux dans son carnet 2‑C PHI 22a.

4La fondation constituée de galets mêlés de quelques moellons liés d’un mortier très résistant n’est apparente sur une faible hauteur que sur les côtés Sud (débord de 0,20 m) et Est (débord de 0,05 à 0,20 m). La première assise formait un rectangle large de 3,36 m, profond de 2,22 m autour d’un blocage analogue à la fondation ; il était fermé au Nord par le mur Sud de la curie, sur les autres côtés par quatre blocs de dimensions très comparables fixés les uns aux autres par des crampons en pi dont trois sont conservés : à l’Est, 1,50 m × 0,68 m, hauteur 0,28 à 0,355 m ; à l’Ouest, 1,565 m × 0,65 m, hauteur 0,33 m ; au Sud, 1,54 m × 0,72 m, hauteur 0,31 à 0,34 m pour le bloc de l’Est (il manque le bloc voisin à l’Ouest). La face verticale du bloc Est porte à la partie inférieure un bourrelet en saillie de 0,04 à 0,05 m, situé sous le niveau du lit d’attente, de 0,21 m au Nord et 0,26 m au Sud, qui ne se retrouve pas sur les autres côtés du socle (fig. 3). Le lit d’attente, grossièrement piqueté, est marqué le long des arêtes externes par une forte trace d’usure qui peut atteindre 0,16 m ; elle manque sur le bloc Est dont l’arête est cassée sur presque toute sa longueur. On restituera donc une deuxième assise en retrait. Au contact du mur de la curie, l’arête supérieure Nord du bloc Ouest donne l’impression d’avoir été épaufrée, sinon entaillée, à l’occasion de la mise en place de ce mur (fig. 4). Le rapport du bloc Est avec ce mur est plus compliqué (fig. 5). Sa face verticale Nord, très grossièrement piquetée, est en partie appuyée contre un bloc de grand appareil en partie retaillé, probablement un vestige resté en place du bâtiment de la première phase architecturale (époque de Claude), mais l’assise inférieure du mur du pronaos de la curie, qui s’y appuie, déborde de 11 cm le long du socle (fig. 6). Les fondations du pronaos ont été élargies et renforcées lors de la construction du deuxième état architectural, mais le rapport chronologique avec le socle ne peut être précisé. Lors de la fouille, le socle était en grande partie recouvert d’une maçonnerie de moellons et mortier large d’environ 1,50 m à compter du mur de la curie, qui s’étendait depuis le bloc Est resté visible jusqu’au stylobate de la pièce aux cinq colonnes6.

Fig. 3 — Socle du baldaquin, détail de l'assise conservée.

Fig. 3 — Socle du baldaquin, détail de l'assise conservée.

Cl. M. Sève.

Fig. 4 — Socle du baldaquin, détail du bloc Ouest.

Fig. 4 — Socle du baldaquin, détail du bloc Ouest.

Cl. M. Sève.

Fig. 5 — Socle du baldaquin, détail du bloc Est dans ses rapports avec la curie.

Fig. 5 — Socle du baldaquin, détail du bloc Est dans ses rapports avec la curie.

Cl. M. Sève.

Fig. 6 — Socle du baldaquin.

Fig. 6 — Socle du baldaquin.

Relevé en plan, en élévation frontale avec au fond la curie, en élévation latérale avec au fond les vestiges de la pièce aux cinq colonnes.

EFA/P. Weber.

Les éléments porteurs

Piédestal

5Un seul piédestal est conservé (fig. 7‑8 et fig. 14). Il est constitué d’un dé mouluré supportant une base ionique de type attique sur plinthe, selon un type très usuel.

Fig. 7 — Piédestal 1, vue d’ensemble.

Fig. 7 — Piédestal 1, vue d’ensemble.

Cl. M. Sève.

Fig. 8 — Piédestal 1 vu de dessous (état actuel).

Fig. 8 — Piédestal 1 vu de dessous (état actuel).

Cl. M. Sève.

  • 7 Il reste peut‑être un fragment d’une autre base analogue (inv. 644), observé dans la curie, mais qu (...)
  • 8 Il était déjà brisé en deux morceaux au moment de sa découverte. Ces deux moitiés ont été réunies p (...)

61. Piédestal (inv. 676)7. Piédestal très endommagé constitué d’un dé mouluré de plan carré surmonté d’une base de colonne ionique de type attique brisé par une cassure verticale en deux moitiés équivalentes8 ; une de ces moitiés est elle‑même affectée par une fissure verticale qui pourrait avoir à l’avenir le même résultat. Dimensions de l’ensemble : hauteur 74,5 cm ; largeur 52,5 cm.

7Le dé, haut de 57,5 cm, est très mal conservé : aucune arête ne subsiste, les angles sont perdus, il y a de grands manques de part et d’autre de la cassure. Il consiste en un fût haut de 25 cm et large d’environ 44 cm mouluré en haut et en bas ; sa surface est finement brettelée. La mouluration, en saillie d’environ 4 cm est classique, mais n’est pas achevée en totalité : en bas (hauteur totale 18,5 cm), une plinthe (6,5 cm) que surmontent un quart de rond renversé (4 cm), un talon très tendu (5,5 cm) dégagé par deux gorges de 1 cm, et un amortissement en congé ; en haut (hauteur totale 13 cm), la moulure est très ruinée, mais on y distingue au‑dessus de l’amortissement en congé les vestiges d’un ovolo (4,5 cm) surmonté d’un talon renversé (4 cm) que couronne un bandeau (4 cm). Le lit de pose est simplement ravalé mais présente sur un côté une anathyrose large de 4 cm qui ne semble pas exister sur les trois autres côtés ; aucune mortaise pour une liaison verticale.

8La base ionique de type attique, haute de 17 cm, est, elle aussi, très endommagée et son diamètre supérieur n’est pas facile à mesurer : 36 cm environ. Sur une plinthe carrée haute de 6 cm, le tore inférieur (diamètre 42,2 cm, hauteur 3 à 4 cm) n’est bien conservé nulle part ; la scotie (diamètre en bas 39 cm, hauteur 5 cm), dont la partie supérieure est largement perdue, donne l’impression de s’y enfoncer comme dans un coussin ; sur le tore supérieur (diamètre extérieur 38,3 cm, hauteur 3,2 cm), le lit d’attente est indiqué par un disque ravalé (diamètre 36 cm) portant au centre une mortaise circulaire plutôt que carrée (diamètre 6 cm, profondeur 4 cm) avec un canal de coulée perpendiculaire à la cassure.

9On peut songer à comparer le piédestal du baldaquin aux quelques autres que l’on connaît à Philippes : ceux de la curie et du temple Est, ceux de l’étage des boutiques. Ils ne sont comparables entre eux que par leur organisation générale, pas par leurs proportions : ceux du temple Est et de la curie sont plus ramassés, ceux de l’étage des boutiques plus élancés, ce qui s’explique par leur position et le fait qu’ils servaient à maintenir des garde‑corps en bordure de l’étage.

Colonnes

  • 9 Citons pour information d’autres fragments de fût tous mutilés en haut, en bas et dans l’épaisseur  (...)

10On a observé à proximité du socle et des fragments de la statue plusieurs fragments de colonne dont aucun n’est complet, qui ne semblent pas appartenir tous à la même série, et qui posent des problèmes d’attribution. Leur état de fragmentation ne permet aucune conclusion pour la hauteur de l’ensemble. Nous ne décrirons ci‑dessous que les trois fragments significatifs compatibles avec le piédestal et le chapiteau du baldaquin9.

112. Pied de colonne (inv. 1061 ; fig. 9). Fragment d’un pied de colonne brisé en biseau et dans l’épaisseur dont il subsiste environ la moitié. Longueur maximale conservée 34,5 cm, rayon maximal 16 à 16,5 cm, soit un diamètre restitué de l’ordre de 32 cm. Le lit de pose présente un disque en légère surépaisseur (rayon 14,5 cm) bordé d’une ciselure périmétrale large de 2 cm ; au centre, une mortaise carrée incomplètement conservée, côté 4 cm, profondeur 4,5 cm. Le bandeau inférieur du fût est haut de 2,5 cm, et la base de l’amortissement en cul de four des cannelures à 4 cm au‑dessus du lit de pose. Il subsiste 8 cannelures (le fût complet en comportait 16), larges de 4 cm, profondes de 2 cm, séparées par des méplats de 2 cm.

Fig. 9 — Pied de colonne 2.

Fig. 9 — Pied de colonne 2.

Cl. M. Sève.

123. Pied de colonne (inv. 1068 ; fig. 10‑11 et fig. 14). Fragment d’un pied de colonne brisé en haut en biseau et dans l’épaisseur. Longueur conservée 56 cm, mais en 1978, un fragment supplémentaire recollant avec lui avait été retrouvé, donnant une longueur totale de 76 cm ; rayon 16,5 cm. Disque au lit de pose d’un rayon de 14,5 à 15 cm, dégagé par une ciselure périmétrale de 1,5 à 2 cm ; diamètre restitué de l’ordre de 30 cm pour le lit de pose proprement dit, 33 cm en tout. Au centre, mortaise carrée de 4 cm de côté, qui a conservé son scellement au plomb : le goujon était presque carré, 2,5 × 3 cm, profondeur 1,5 cm. Le fût comportait 16 cannelures, mais elles sont très mutilées d’un côté : largeur 4,5 cm, profondeur 2,3 cm, méplats 1,5 cm ; leur amortissement en cul de four est à 9 cm du lit de pose.

Fig. 10 — Colonne 3, vue d’ensemble.

Fig. 10 — Colonne 3, vue d’ensemble.

Cl. M. Sève.

Fig. 11 — Colonne 3, vue de dessous.

Fig. 11 — Colonne 3, vue de dessous.

Cl. M. Sève.

134. Sommet de colonne (sans numéro d’inventaire ; fig. 12 et fig. 14). Fragment brisé en bas et dans l’épaisseur ; hauteur conservée 23 cm, largeur maximale conservée au lit d’attente 23 cm. Le diamètre est très difficile à évaluer. Il ne subsiste que 3 cannelures larges de 4 cm, profondes d’environ 2 à 2,5 cm, séparées par des méplats (usés) de 2 cm. Le sommet est couronné par un bandeau et un tore très usé. Malgré son état de conservation, la pièce semble compatible avec les pieds de colonne nos 2 (inv. 1061) et 3 (inv. 1068).

14Nous ne pouvons retenir ici un troisième pied de colonne qui pourrait paraître compatible avec le piédestal, mais diffère des deux autres par ses caractéristiques matérielles.

Fig. 12 — Sommet de colonne 4.

Fig. 12 — Sommet de colonne 4.

Cl. M. Sève.

15Pied de colonne (inv. 1069 ; fig. 13). Fragment brisé en bas et mutilé dans l’épaisseur. Longueur conservée 21,5 cm. Lit de pose lisse, sans ciselure périmétrale autour d’un disque en légère surépaisseur, diamètre 25,5 cm ; mortaise ronde, diamètre 6 cm, profondeur 4,5 cm. Il subsiste 6 cannelures ; largeur 3,5 cm, profondeur 1,5 cm, méplats 1,4 cm. Leur amortissement en cul de four se trouve à 6 cm au‑dessus du lit de pose. Ce fragment appartient donc à une série différente.

Fig. 13 — Pied de colonne.

Fig. 13 — Pied de colonne.

Cl. M. Sève.

Fig. 14 — Éléments porteurs.

Fig. 14 — Éléments porteurs.

Piédestal 1, pied de colonne 3, sommet de colonne 4.

EFA/P. Weber.

Chapiteau

  • 10 Voir Philippes, pl. LI, 3 ; Guide, p. 70 fig. 45 ; M. Sève, « Φίλιπποι » (n. 2), p. 452 fig. 925.
  • 11 Guide, p. 49 fig. 26.
  • 12 Voir M. Sève et P. Weber, « Le côté Nord du forum de Philippes », BCH 110 (1986), p. 531‑581, spéci (...)
  • 13 Guide, p. 64 fig. 41.
  • 14 C’est probablement la comparaison des diamètres des lits de pose qui permet le plus facilement d’es (...)
  • 15 En termes plus techniques, on peut parler d’éclairage en deuxième jour.

16Il ne subsiste qu’un chapiteau (fig. 15‑19) dont les très petites dimensions rendent difficile la comparaison avec les autres chapiteaux corinthiens connus au forum. Il y en a de plusieurs modules différents : les plus grands au temple Est et à la curie10, un autre de dimensions moyennes à la bibliothèque11, d’autres un peu plus petits sur la terrasse Nord12 et probablement dans les colonnades des portiques, sans omettre la partie corinthienne du chapiteau composite du tabularium13. Jusqu’ici, seuls ont été publiés en détail les chapiteaux de la terrasse supérieure14. Les petites dimensions de cette pièce peuvent en partie expliquer les différences qu’elle présente avec les chapiteaux plus grands, spécialement pour la prédominance des ornements végétaux. À l’emplacement prévu pour cet ensemble, l’éclairage était atténué par la nef externe du portique15, ce qui a pu conduire à accentuer les reliefs.

Fig. 15 — Chapiteau 5, vue d’ensemble.

Fig. 15 — Chapiteau 5, vue d’ensemble.

Cl. M. Sève.

Fig. 16 — Chapiteau 5, lit d’attente (inv. 610).

Fig. 16 — Chapiteau 5, lit d’attente (inv. 610).

Cl. M. Sève.

Fig. 17 — Chapiteau 5, lit de pose.

Fig. 17 — Chapiteau 5, lit de pose.

Cl. M. Sève.

Fig. 18 — Chapiteau 5, détail des acanthes.

Fig. 18 — Chapiteau 5, détail des acanthes.

Cl. M. Sève.

Fig. 19 — Éléments porteurs : chapiteau 5.

Fig. 19 — Éléments porteurs : chapiteau 5.

EFA/P. Weber.

175. Chapiteau (inv. 610). Chapiteau corinthien de petit module mutilé (aucun angle n’est conservé) et affecté de plusieurs fissures : hauteur 34,5 cm ; diamètre au lit de pose 28 cm ; lit d’attente, 35 × 36 cm. Au lit de pose, mortaise centrale quadrangulaire, 3 × 4 cm, profondeur 5 cm, avec deux fissures partant de la mortaise centrale (dans un cas, on pourrait la prendre pour un canal de coulée) et une autre plus forte plus près du bord. Au lit d’attente (diagonales conservées 42 et 45 cm), disque brettelé en légère surépaisseur, diamètre 33 cm, sans aucune mortaise ; une très profonde fissure qui paraît près de se casser en traverse le bord et pourrait emporter un angle du chapiteau.

18Le calathos est peu perceptible et peu visible parce qu’entièrement recouvert par les ornements végétaux : sa lèvre n’est nettement marquée sur aucune des quatre faces du chapiteau. Les acanthes sont partout largement endommagées. Celles de la corolle inférieure, hautes d’environ 12 cm, semblent sortir du sommet de la colonne qui les aurait coupées au travers des folioles inférieures. Ces dernières sont perdues à peu près partout, à l’exception de leur digitation supérieure qui forme avec la foliole médiane le dessin en pince de homard habituel à Philippes, mais la partie basse du chapiteau n’est pas traitée avec une grande précision. Ce qui subsiste des folioles médianes, très mal conservées elles aussi, est assez charnu. Les folioles centrales, très mutilées, sont nettement rabattues vers l’avant. L’ensemble est animé d’un relief vigoureux et se détache nettement du fond (saillie moyenne 2 cm, plus de 3 cm pour le sommet des folioles centrales). La corolle supérieure, haute d’environ 9 à 10 cm, elle aussi très mutilée, est passablement désorganisée, à l’exception du motif en pince de homard ; sur le fond du calathos, à l’arrière des acanthes de la corolle inférieure, les intervalles entre celles de la corolle supérieure forment comme des ogives. Le relief est très vigoureux (saillie des folioles centrales : au moins 5 cm), et les sillons qui détaillent les nervures, trop profonds et étroits pour avoir été exécutés à la gouge, l’ont été au trépan, mais les traces sont bien ravalées. La partie haute du décor ne laisse à peu près rien apparaître du fond du calathos. Les bractées, hautes de près de 8 cm, sont presque aussi développées que les acanthes. On ne perçoit pas de caulicoles, même sous la forme usuelle ailleurs de pointes de diamant. Leur foliole interne se rabat en arc de cercle jusqu’à l’arrière de la foliole centrale de la corolle supérieure, créant ainsi un motif très visible et décoratif rappelant deux arches de pont accolées. Plus haut le décor occupe une surface très déversée vers l’arrière. Les hélices externes sont partout perdues avec les angles du chapiteau et il n’en subsiste que l’amorce, large de 2 cm et très plate. Les hélices internes sont plates (largeur 1 cm) et peu saillantes, tangentes aux bractées, mais pas entre elles, et leur enroulement, simpliste, fait penser à un crochet. Entre elles, le style du fleuron d’abaque paraît sinueux sur les faces où il est conservé. Le fleuron lui‑même, partout perdu, était large de 8 cm et semble avoir été volumineux.

19L’abaque, dont la courbure est assez marquée, est mal conservé dans l’ensemble. Haut de 4,5 cm, il consiste en un cavet haut de 3 cm séparé par une profonde rainure en V du listel qui le couronne, haut de 1,5 cm.

L’entablement

Épistyle

20L’épistyle consiste en une assise haute de 43,5 à 44 cm combinant une architrave à décor ionique et une frise bombée, large au lit inférieur de 32 cm, au lit supérieur de 30 à 32 cm. Côté externe, l’architrave est à trois fasces hautes respectivement (de bas en haut) de 3,5, 5,3 et 8,5 cm, en saillie l’une par rapport à l’autre de 0,6 et 1 cm ; leur couronnement, haut de 8 à 9 cm, consiste en un talon haut de 4,2 cm, surmonté d’un bandeau de 3,5 cm, en saillie de 3,4 cm par rapport à la fasce supérieure et de 4,5 cm par rapport à l’arête inférieure du bloc. La frise, lisse et haute de 10 cm, est simplement bombée ; son couronnement haut de 7,7 cm, consiste en un listel plat (1 cm), un ovolo (3,5 cm) et un bandeau (2,7 cm). Côté interne, le décor ionique, haut de 27 cm environ, consiste en deux fasces de 7,3 et 9,2 cm, en saillie de 1 cm, couronnées par un talon 4,9 cm et un bandeau de 4 à 4,5 cm, en saillie de 5 à 5,8 cm par rapport à l’arête inférieure. Au‑dessus, l’encastrement pour les plaques de couverture, limité par une face simplement ravalée sur une hauteur de 17,5 à 19 cm verticale sur les côtés et légèrement inclinée en façade, est en retrait de 8 à 10 cm par rapport au couronnement du décor interne. Il en subsiste sept fragments, appartenant à trois blocs différents.

216. Extrémité d’épistyle (inv. 668 ; fig. 20‑21 et fig. 34). Extrémité d’un bloc d’épistyle brisé à gauche en biais dans le sens vertical ; longueur conservée 65 cm au lit d’attente, 52 cm au lit inférieur, hauteur 44 cm, largeur conservée 40,5 cm (au lit de pose 32 cm, au lit d’attente 30 cm). Le côté externe est très ruiné et paraît lisse : il ne conserve que la fasce inférieure et une partie de la fasce médiane du décor d’architrave ionique, pour une hauteur totale de 7,4 cm et, au‑dessus de la frise, un vestige du couronnement pour une hauteur de 6,3 cm. Le côté interne, bien conservé, porte en partie basse, sur une hauteur de 25 cm, un décor à deux bandeaux hauts respectivement de 7,3 et 9,2 cm, en saillie l’un par rapport à l’autre de 1 cm, couronnés par un talon haut de 4,9 cm et d’un bandeau de 4 cm, en saillie de 5 cm par rapport à l’arête inférieure du bloc et de 10 cm par rapport à la partie haute. Cette dernière est verticale et simplement épannelée sur une hauteur de 19 cm. Le lit d’attente est simplement ravalé. Le soffite est ravalé sur une longueur de 22 cm à partir de la face latérale, puis décoré d’une bande longitudinale bombée dégagée par deux rainures, large de 5 cm et à peu près centrée, à 13,5 cm de la face interne. L’extrémité droite est taillée en biseau à 45° pour recevoir en retour le bloc de façade : la partie droite occupe 15 cm de la largeur du bloc, la partie biaise 17 cm de la largeur pour 18 cm de la longueur. À l’extrémité de cette dernière, et à 2 à 3 cm du biseau, mortaise pour une agrafe, longue d’au moins 7 à 8 cm (arrachement à l’extrémité), large de 4 cm, profonde de 3 cm. Ces deux faces verticales sont simplement ravalées.

22Ce fragment est donc l’extrémité droite de l’épistyle gauche du baldaquin.

Fig. 20 — Épistyle 6, face interne.

Fig. 20 — Épistyle 6, face interne.

Cl. M. Sève.

Fig. 21 — Épistyle 6, soffite.

Fig. 21 — Épistyle 6, soffite.

Cl. M. Sève.

237. Extrémité d’épistyle (inv. 673 ; fig. 22‑23). Fragment d’extrémité d’un bloc d’épistyle brisé à droite en biais. Longueur conservée 52 cm, largeur globale conservée 41 cm, au lit de pose 31,5 cm, au lit d’attente 30 cm, hauteur 43,5 cm. La face latérale est grossièrement piquetée. Le lit supérieur, horizontal semble‑t‑il, est grossièrement piqueté. Le lit inférieur est décoré au soffite d’une bande longitudinale légèrement bombée large de 4,5 à 5 cm dégagée par deux rainures, et centrée ; elle commence à 30 cm de la face latérale. Le côté externe est très endommagé : il n’en subsiste que les trois fasces du décor ionique et l’amorce du talon de couronnement. La frise et son couronnement sont presque entièrement abattus. Le décor ionique du côté interne est mieux préservé et correspond au profil type. Au‑dessus, l’encastrement pour les plaques de couverture est en retrait de 8 cm, et la face verticale, simplement ravalée, est haute de 16,5 à 18 cm.

24Ce fragment est donc l’extrémité gauche de l’épistyle gauche du baldaquin. Des traces de mortier avaient été aperçues dans les années 1980 sur une longueur de 40 cm, d’où l’hypothèse d’un ancrage dans le mur de fond de la curie. Elles n’ont pas subsisté.

Fig. 22 — Épistyle 7, face externe.

Fig. 22 — Épistyle 7, face externe.

Cl. M. Sève.

Fig. 23 — Épistyle 7, soffite.

Fig. 23 — Épistyle 7, soffite.

Cl. M. Sève.

258. Extrémité d’épistyle inscrit (inv. 1836 ; fig. 24‑25 et fig. 34). Extrémité gauche du bloc de façade dont le décor se retourne sur le côté gauche, brisé en bas et à droite, cassé horizontalement en deux fragments qui se raccordent à la base de la frise. Longueur en façade 29,5 cm, sur la face latérale 17 cm, hauteur 38 cm. La face arrière, conservée, est bien ravalée, de même que le lit supérieur où on relève le vestige d’une mortaise pour une agrafe longue de 6 cm, profonde de 5 cm, large au minimum de 3 cm (la cassure à droite passe à travers la mortaise), située à 13,5 cm de l’arête latérale et 9 cm de l’arête de façade. Le fragment est conforme au profil type, mais le couronnement du bloc et celui de l’architrave sont perdus à l’angle et la frise est très endommagée sur la face latérale ; en façade, la cassure passe juste sous la fasce supérieure de l’architrave, qui subsiste sur une hauteur de 9 cm quoiqu’elle soit perdue à l’angle sur la moitié de sa hauteur. Cette fasce était inscrite : à 18,5 cm de l’extrémité, vestige d’une lettre rectangulaire dont subsiste l’angle supérieur sur une hauteur de 6 cm et une largeur de 3,5 cm, avec une haste horizontale à 2,6 cm sous la haste supérieure, donc F plutôt que E (mais la partie inférieure de la lettre n’est pas bien conservée).

Fig. 24 — Épistyle 8, vue d’ensemble.

Fig. 24 — Épistyle 8, vue d’ensemble.

Cl. M. Sève.

Fig. 25 — Épistyle 8, vue latérale.

Fig. 25 — Épistyle 8, vue latérale.

Cl. M. Sève.

269. Fragment d’épistyle (inv. 895 ; fig. 26). Bloc brisé aux deux extrémités et très endommagé, longueur totale conservée 1,20 m, mais 1,02 m au lit d’attente et 0,95 m au lit inférieur, largeur totale 0,44 m (0,32 m au lit d’attente), hauteur 0,44 m. Le lit d’attente est soigneusement piqueté, avec une bordure large de 5 à 7 cm plus finement exécutée le long de l’arête antérieure, sans qu’on puisse à proprement parler d’anathyrose. Le côté interne, très mal observable, est conforme au profil type. L’encastrement pour les plaques de couverture mesure 8 cm dans le sens horizontal, 19 cm dans le sens vertical. La face verticale est en fait légèrement déversée en haut, et la différence entre le haut et le bas est de 4 cm. La face externe est très endommagée. Toute la partie correspondant à l’architrave sous le talon de couronnement est perdue, et la mutilation a emporté la majeure partie du lit inférieur, y compris le décor du soffite, dont il ne subsiste que la rainure du côté interne, à 13 cm de l’arête : comme ailleurs, il était donc centré. Le côté externe n’est conservé que dans sa partie supérieure : le talon et le bandeau couronnant l’architrave sont conservés pour une hauteur totale de 8 cm et une saillie de 2,5 cm par rapport à la frise. Cette dernière, haute de 11 cm, est légèrement bombée, et sa surface est irrégulière, comme explosée, mais l’arrondi du bombement peut parfois se suivre et on ne distingue pas de trace d’outil. Au‑dessus, le couronnement, bien conservé, consiste en un listel plat, un ovolo et un bandeau, pour une hauteur totale de 7,3 cm.

Fig. 26 — Épistyle 9.

Fig. 26 — Épistyle 9.

Cl. M. Sève.

2710. Extrémité d’épistyle (inv. 896 ; fig. 27 à 30 et fig. 34). Extrémité droite du bloc de façade ; le décor se retourne sur la face latérale droite, le bloc est brisé à l’autre extrémité. Longueur conservée 1,07 m ; hauteur 44,3 cm. La face externe est largement endommagée par une perte qui a emporté presque toute la partie architravée du bloc ainsi que l’essentiel de son lit inférieur jusqu’au‑delà du décor du soffite. La partie supérieure, à compter du couronnement de l’architrave, est conforme au profil type. La frise est bien conservée à son extrémité droite sur une longueur de 20 cm, mais est endommagée plus à gauche. Le décor se retourne sur une longueur de 18 cm au niveau du couronnement. La face interne est bien conservée et conforme au profil type. L’encastrement pour les plaques de couverture mesure 17,4 cm dans le sens vertical. La face verticale est légèrement déversée vers le haut, et le retrait est de 8 cm en bas, 13,5 cm en haut par rapport au bandeau de couronnement de l’architrave. L’évidement pour le raccord avec le bloc perpendiculaire n’est pas d’une exécution très soignée et fait penser à un arc de cercle plutôt qu’à un biseau.

Fig. 27 — Épistyle 10, vue de face.

Fig. 27 — Épistyle 10, vue de face.

Cl. M. Sève.

Fig. 28 — Épistyle 10, face interne.

Fig. 28 — Épistyle 10, face interne.

Cl. M. Sève.

Fig. 29 — Épistyle 10, vue latérale.

Fig. 29 — Épistyle 10, vue latérale.

Cl. M. Sève.

Fig. 30 — Épistyle 10, soffite.

Fig. 30 — Épistyle 10, soffite.

Cl. M. Sève.

2811. Extrémité d’épistyle (inv. 1834 ; fig. 31‑32). Fragment brisé en écharde à droite, en bas et dans l’épaisseur ; lit d’attente et face latérale gauche conservés. Longueur 36,5 cm ; hauteur 27 cm ; épaisseur 12 cm. La face externe est bien conservée, mais brisée juste au‑dessous du couronnement de l’architrave. Le décor est conforme au profil type ; la frise, bien conservée, est dégagée par un trait de gouge creux plutôt que par une rainure. La face latérale gauche est parée à joint avec une anathyrose nette assez large.

Fig. 31 — Épistyle 11, vue de face.

Fig. 31 — Épistyle 11, vue de face.

Cl. M. Sève.

Fig. 32 — Épistyle 11, vue latérale.

Fig. 32 — Épistyle 11, vue latérale.

Cl. M. Sève.

2912. Fragment d’épistyle (inv. 1177 ; fig. 33). Fragment brisé de tous côtés sauf en haut. Longueur conservée 60 cm, profondeur 33 cm, hauteur 43 cm. Le lit d’attente (profondeur conservée 23 cm) est assez grossièrement piqueté. La face externe, assez bien conservée, est brisée en écharde juste au‑dessous de la fasce supérieure de l’architrave ; le couronnement de l’architrave est entièrement perdu, mais la frise et son couronnement sont préservés.

Fig. 33 — Épistyle 12 (inv. 1177).

Fig. 33 — Épistyle 12 (inv. 1177).

Cl. M. Sève.

30Il apparaît donc qu’il subsiste des éléments du bloc latéral gauche (blocs 6 et 7, inv. 668 et 673), du bloc de façade (blocs 8 à 10, inv. 1836, 895 et 896), et probablement du bloc latéral droit (bloc 11, inv. 1834) de l’épistyle. L’état de conservation de la frise sur le fragment 12 (inv. 1177) suggère qu’il appartenait à un bloc latéral, plus probablement celui de droite. Il est possible de reconstituer l’assemblage en biseau du bloc de façade avec le bloc de gauche ; celui de droite est trop ruiné, même s’il faut lui attribuer le fragment 12 (inv. 1177). On regrettera la perte irrémédiable de la dédicace de la statue. Il est tentant, mais probablement trop aventuré, de restituer F[ortunae…].

Fig. 34 — Épistyle : bloc 10 complété à gauche par les blocs 6 et 8.

Fig. 34 — Épistyle : bloc 10 complété à gauche par les blocs 6 et 8.

EFA/P. Weber.

Corniche

31Il subsiste sept, et peut‑être huit, blocs de la corniche, dont deux angles qu’il est impossible de positionner. Cette assise haute en façade de 29,5 cm (soit un pied romain) à quelques variations près dans le détail, mais plus irrégulière à l’arrière où elle peut atteindre jusqu’à 32 cm, présente toujours le même profil type : de bas en haut, une rangée de denticules peu réguliers hauts de 3 à 4 cm, larges de 5,2 à 6 cm, profonds de 6 cm et séparés par des intervalles larges de 3 à 3,4 cm au plafond pas toujours horizontal ; le raccord avec le larmier se fait par un listel plat haut de 1 cm et un talon très tendu, haut de 3,5 cm. Le larmier est en saillie de 10,5 cm ; son plafond est courbe, sa partie verticale haute de 6 cm environ est épaisse à l’extrémité de 2,8 cm ; son extrémité inférieure correspond à la base du talon qui surmonte les denticules. Au‑dessus du larmier se succèdent un talon assez tendu haut de 3,8 cm, un listel de 1,4 cm, une doucine de 6,8 cm, enfin un bandeau de 5 cm qui couronne la mouluration. La saillie totale par rapport au front des denticules est de 21 cm, et de 27 cm par rapport à leur fond.

3213. Angle de corniche (inv. 899 ; fig. 35 et fig. 37). Bloc d’angle brisé à l’angle et sur l’une des faces latérales ; l’autre est conservée au complet, à l’exception d’un éclat dans la partie supérieure. Longueur restituée 0,75 m sur la face visible complète, 0,985 m sur la face en retour (la pièce était plus longue dans ce sens) ; épaisseur irrégulière, 0,29 m en façade. Le lit supérieur est simplement épannelé et l’épaisseur peut atteindre 32 cm. La face latérale conservée est fortement démaigrie au centre, plus finement piquetée le long des arêtes sans que cela forme une bande d’anathyrose bien définie. Le lit de pose est simplement ravalé et mesure 47 cm dans la dimension complète ; une bande lisse large de 2 cm longe les denticules sur l’une des faces moulurées, mais pas sur l’autre. Le larmier est perdu sur les deux côtés, et les moulures de couronnement le plus souvent abattues. Sur le côté adjacent à la face latérale conservée, il ne subsiste, sur une longueur de 38 cm, que le talon et le bandeau qui le surmonte ; la rangée des denticules (il en subsiste quatre, hauts de 3,2 cm séparés par des intervalles de 2,8 à 3,3 cm) se termine par un intervalle. Sur la face en retour, le couronnement est conservé sur une longueur d’environ 50 cm. Il subsiste cinq denticules pour une longueur de 45 cm. L’exécution des denticules n’est pas très régulière dans le détail : la largeur et la profondeur varient de l’un à l’autre, le plafond des intervalles n’est pas toujours horizontal, les parois ne sont ni toujours verticales, ni toujours droites.

Fig. 35 — Corniche 13.

Fig. 35 — Corniche 13.

Cl. M. Sève.

3314. Angle de corniche (inv. 919 ; fig. 36 et fig. 37). Bloc d’angle assez bien conservé malgré un éclat à l’angle qui a emporté la partie supérieure de la mouluration en laissant intact l’essentiel du larmier ; le profil est conservé sur les deux côtés, mais il n’y est pas toujours net ; mutilations à l’arrière en sorte que les faces latérales ne sont pas intactes. Dimensions : 67,5 × 74 cm, hauteur 32 cm, mais seulement 28 cm en façade ; au lit de pose, dimensions au fond des denticules : 39 × 45 cm. Le lit supérieur, mal observable, est simplement épannelé. Le lit de pose est seulement piqueté et ne présente aucune bande lisse : seuls les denticules sont lisses. Les denticules – cinq sur un côté, quatre et arrachement d’un cinquième sur l’autre – sont irréguliers : largeur de 4,5 à plus de 6 cm, mais le plus souvent 5 cm ; profondeur de 5,8 à 6,5 cm, le plus souvent 6 cm ; hauteur de 3 à 3,5 cm. Les intervalles, normalement larges de 3,5 cm, varient de 3 à 4 cm. L’impression d’irrégularité est accrue par le dessin des denticules qui forment rarement des rectangles parfaits. À l’angle, les deux rangées de denticules se rejoignent sur un denticule qui prend la forme d’une masse qui devrait être cubique mais ne l’est pas vraiment : sa largeur est de 6 cm d’un côté, 7,5 cm de l’autre. La mouluration de façade correspond au profil type mais est le plus souvent émoussée, en particulier le profil en doucine, mal conservé.

Fig. 36 — Corniche 14 (ensemble inv. 919).

Fig. 36 — Corniche 14 (ensemble inv. 919).

Cl. M. Sève.

Fig. 37 — Corniche : angles 13 et 14.

Fig. 37 — Corniche : angles 13 et 14.

EFA/P. Weber.

3415. Bloc de corniche (inv. 898 ; fig. 38‑39). Grand fragment brisé à gauche et à droite, lui‑même brisé en façade en deux fragments qui se raccordent. Hauteur 32 cm mais seulement 29 cm en façade, profondeur 80 cm au lit supérieur, mais seulement 52 cm au lit de pose par rapport au fond des intervalles entre denticules, longueur conservée 1,02 m. Le lit supérieur, plat, est simplement épannelé, de même que la face arrière, conservée. Le lit de pose est ravalé et présente une bande lisse large de 2 cm le long des denticules, en sorte que par rapport à l’appui sur l’épistyle la saillie totale est de 29,4 cm (un pied romain) et la profondeur en appui ne dépasse pas 50 cm. En façade, on compte dix denticules et la moitié d’un onzième, en fait quatre denticules à gauche de la cassure, cinq à droite, et un presque disparu au milieu ; la mouluration est mutilée à l’extrémité droite du bloc conservé.

Fig. 38 — Corniche 15, mouluration.

Fig. 38 — Corniche 15, mouluration.

Cl. M. Sève.

Fig. 39 — Corniche 15, vue latérale.

Fig. 39 — Corniche 15, vue latérale.

Cl. M. Sève.

3516. Bloc de corniche (inv. 900 ; fig. 40). Fragment de corniche en forme d’une longue écharde brisée de tous côtés sauf dans l’épaisseur, qui conserve une partie de la mouluration de façade dont subsistent les divers éléments, mais jamais en continuité. Longueur conservée, plus de 1 m ; profondeur, environ 30 cm ; hauteur 30,5 cm. Sur une longueur de 65 cm dans la partie gauche du bloc, subsiste surtout le larmier et son couronnement ; dans la partie droite, sur une longueur d’environ 38 cm, ce sont les denticules qui sont conservés : il en subsiste trois entre deux arrachements ; les intervalles sont plutôt étroits, 2,5 à 3 cm. Le lit supérieur est plat et simplement épannelé.

Fig. 40 — Corniche 16 (inv. 900).

Fig. 40 — Corniche 16 (inv. 900).

Cl. M. Sève.

3617. Bloc de corniche (inv. 914 ; fig. 41). Bloc brisé à gauche et mutilé en façade où la mouluration est perdue au‑dessus du larmier ; l’épaisseur est intacte, ainsi que la face arrière. Longueur 61 cm ; profondeur conservée 64 cm ; hauteur 30 cm. Le lit supérieur est grossièrement épannelé. Le lit de pose est piqueté et une bande lisse, mais mal mesurable, longe l’arrière des denticules. En façade, il ne subsiste que le front du larmier sur une hauteur de 5 cm et la partie concave du talon qui le surmonte. Il reste sept denticules, mal conservés : un sur deux est brisé. Leur exécution est irrégulière : la profondeur varie de 5,5 cm à presque 7 cm, et la variation sensible de la hauteur est visible en façade. La rangée se termine à droite par un intervalle plus étroit que les autres, 2 cm au lieu de 3.

Fig. 41 — Corniche 17 (inv. 914).

Fig. 41 — Corniche 17 (inv. 914).

Cl. M. Sève.

3718. Bloc de corniche (inv. 915 ; fig. 42‑43). Bloc brisé à droite ; il manque l’angle antérieur gauche, sinon la face latérale gauche et la face arrière sont intactes ; elles sont simplement épannelées, et l’arête inférieure arrière paraît légèrement chanfreinée. Longueur 74 cm, profondeur conservée 62 cm, hauteur 30 cm. Le lit de pose est ravalé et mesure 43,5 cm entre la face arrière et le fond des denticules. On ne perçoit pas de bande lisse le long des denticules. Il en subsiste sept, d’une exécution irrégulière, pas toujours taillés droit : largeur le plus souvent 5,5 cm ; hauteur 2,5 à 3,6 cm, mais le plus souvent 3 cm ; profondeur 6 cm, mais parfois 6,5 cm. Les intervalles varient de 3 à 3,5 cm. Le larmier à fond concave est bien conservé sur une longueur de 50 cm, le reste de la mouluration est mutilé et la partie supérieure de la doucine est partout perdue.

Fig. 42 — Corniche 18, vue de face.

Fig. 42 — Corniche 18, vue de face.

Cl. M. Sève.

Fig. 43 — Corniche 18, vue latérale.

Fig. 43 — Corniche 18, vue latérale.

Cl. M. Sève.

  • 16 Malgré nos efforts, nous n’avons pu réussir à revoir ce bloc en juin 2018.

3819. Bloc de corniche (inv. 917). Bloc brisé à gauche et à droite, longueur 70 cm, profondeur 82 cm, hauteur en façade 27,5 à 28 cm, sinon 31 cm. Le lit supérieur est grossièrement épannelé : le lit de pose est piqueté, mais on perçoit une bande mieux ravalée le long des denticules, d’une largeur équivalente à la profondeur des denticules. Ces derniers sont larges de 5 à 5,5 cm. Le larmier est bien conservé, et la façade correspond au profil type de la série16.

3920. Bloc de corniche (inv. 1835 ; fig. 44). Fragment de la partie supérieure d’un bloc de corniche, à partir du larmier, brisé à droite, à l’arrière et en bas. Longueur 34 cm, profondeur 20 cm, hauteur au larmier 21 cm. Il ne subsiste de la partie basse qu’un vestige du talon surmontant les denticules, pour une hauteur de 2 cm. Le larmier est en saillie de 10 cm. Son front est haut de 5,5 cm, le bec large à l’extrémité de 2 cm. Le couronnement consiste en un talon haut de 3 cm et une doucine haute de 6 cm. La face latérale gauche est parée à joint sur toute la partie correspondant au larmier et à son couronnement. La face supérieure est très grossièrement épannelée, la partie correspondant au couronnement du larmier est en saillie par rapport au reste en s’amincissant graduellement de 8 cm à son pied jusqu’à 4 cm à son sommet.

40Malgré des parentés indéniables dans les proportions avec les autres blocs de cette corniche, la différence du traitement du lit supérieur, le traitement plat plutôt que courbe du plafond du larmier, la minceur du bandeau terminant le profil au‑dessus de la doucine, font douter de l’appartenance de ce fragment à la corniche du baldaquin.

Fig. 44 — Corniche 20, vue latérale.

Fig. 44 — Corniche 20, vue latérale.

Cl. M. Sève.

La couverture

  • 17 On peut se demander s’il existe au forum des décors analogues. Ce n’est pas le cas à la bibliothèqu (...)

41Le baldaquin avait une couverture de plaques ornées au soffite d’un décor en caissons de plafond assez simple, consistant en losanges inscrits dans des rectangles allongés avec en leur centre des rosaces alternativement rondes ou carrées17. Il en subsiste une plaque à peu près complète et le tiers antérieur d’une autre (fig. 49).

4221. Plaque de couverture (inv. 647 ; fig. 45‑47). Plaque complète brisée en trois fragments qui se raccordent, longueur totale 1,91 m, largeur 0,698 m, épaisseur 0,165 m du côté extérieur (sur une largeur de 0,195 m) et à l’avant, environ 0,25 m dans la partie centrale. La face supérieure est très grossière, probablement laissée brute de carrière. Les tranches sont simplement épannelées, mais la face latérale du côté intérieur (en œuvre) présente une anathyrose large de 3 à 5 cm le long de l’arête inférieure. La face inférieure présente un traitement plus complexe. L’essentiel est occupé par un décor en caissons de plafond qui se détache sur un fond brettelé où les fouilleurs ont observé des traces de peinture rouge dont il ne subsiste plus rien. Il consiste en six rectangles de 53 × 28,5 cm disposés longitudinalement en deux rangées de trois, occupés chacun par un losange, délimités les uns et les autres par des bandes larges de 2 cm, en saillie de 1,5 cm. Le centre des losanges est décoré d’une rosace, dont seul le dessin varie en alternance : soit une fleur à bouton central conique de forme grossièrement circulaire (diamètre 14 cm), comportant cinq pétales en forme de virgule, renflés à la base et s’amincissant graduellement vers l’extérieur pour englober leur voisin, orientés dans le sens inverse des aiguilles d’une montre (fig. 46) ; soit une fleur de plan quadrangulaire (11 × 12 cm), présentant autour d’un bouton en hémisphère quatre pétales eux‑mêmes subdivisés en quatre (fig. 47). Ces rectangles sont séparés les uns des autres par des bandes larges de 4,5 cm. Sur les longs côtés, ils sont bordés du côté interne par une bande de demi-largeur, soit 2 cm ; du côté externe, leur encadrement est difficile à distinguer et se joint à une bande non creusée, simplement piquetée, large de 5 cm. L’un des petits côtés présente le même traitement : le bord externe des rectangles est difficile à distinguer et se confond avec une bande simplement piquetée large de 4 à 6 cm, qui servait d’appui ; néanmoins, la bande de séparation longitudinale entre les deux rangées de rectangles atteint l’extrémité du bloc. De l’autre côté, le bloc se prolonge d’environ 17 à 20 cm au‑delà des rectangles ; l’extrémité est brisée en léger biseau et l’angle intérieur droit est cassé ; les deux rectangles du décor sont bordés à l’arrière par une bande large de 4 à 4,5 cm, et la bande longitudinale qui les sépare se prolonge encore sur 11 cm, pour s’interrompre à 2 cm de l’extrémité du bloc ; de part et d’autre, la surface est soigneusement piquetée.

Fig. 45 — Plaque de couverture 21.

Fig. 45 — Plaque de couverture 21.

EFA/P. Collart.

Fig. 46 — Plaque de couverture 21, rosette ronde.

Fig. 46 — Plaque de couverture 21, rosette ronde.

Cl. M. Sève.

Fig. 47 — Plaque de couverture 21, rosette carrée.

Fig. 47 — Plaque de couverture 21, rosette carrée.

Cl. M. Sève.

4322. Fragment d’une plaque de couverture (inv. 670 ; fig. 48). Fragment de plaque complet en largeur, brisé en biseau dans sa longueur. Longueur maximale conservée 0,76 m ; largeur 0,76 m ; épaisseur à l’avant 0,17 m sur une longueur de 0,26 m, ensuite 0,22 m. Anathyroses sur les tranches des deux longs côtés et sur la face antérieure. La face inférieure présente le même décor se détachant d’un fond brettelé que la plaque précédente, mais avec des cotes légèrement différentes pour absorber la différence de largeur. Il subsiste deux rectangles complets avec le décor en losange orné d’une rosace, respectivement circulaire et quadrangulaire : longueur 52,5 cm, largeur respectivement 33 et 33,5 cm, et les vestiges de deux autres dont le moins mal conservé, à droite (en œuvre) ne l’est que sur une longueur maximale de 11,5 cm. Les bandes qui les séparent sont larges de 4,5 cm. Le long du côté gauche (en œuvre), ils sont bordés par une bande de demi-largeur, soit 2 cm, qui complète bien le dispositif analogue de la plaque voisine ; elle se répète le long du côté droit, mais est bordée le long de l’arête d’une bande plus indécise large de 1 cm. À la face antérieure, la bande bordant les rectangles n’est large que de 3 cm et est elle‑même bordée d’une bande large de 4,5 cm permettant l’appui, au même niveau que celles qui encadrent les rectangles et les losanges intérieurs.

Fig. 48 — Plaque de couverture 22.

Fig. 48 — Plaque de couverture 22.

EFA/P. Collart.

La restitution

44Pour la restitution du baldaquin, on ne dispose que de deux éléments complets : la première assise du socle dont les dimensions sont connues, et la plaque de couverture no 21 (inv. 647), conservée presque complètement, qui donne la profondeur de sa partie visible. Elle se fait ainsi.

  • 18 Estimations fondées, pour la façade, sur les impératifs de mise en place des plaques de couverture  (...)

45En plan, le socle mesure à sa première assise 3,36 m en façade, 2,22 m en profondeur. Il y avait une deuxième assise : le traitement du lit supérieur des blocs conservés du socle, la fondation de galets restée apparente au milieu, demandent une assise de finition, qui devait être constituée de dalles pleines ravalées en tête et sur les côtés. Les dimensions des parties hautes permettent d’être assuré qu’il n’y avait pas de troisième assise : la profondeur de la partie visible de la couverture (plaque no 21), la longueur du bloc de façade de l’épistyle, la longueur cumulée des blocs de corniche, sont incompatibles avec cette hypothèse. Par rapport à la première assise, elle était en continuité en façade ou n’était que très légèrement en retrait (2 ou 3 cm au plus), mais l’était davantage sur les côtés, de l’ordre de 16 cm18. Il y avait un piédestal sur la deuxième assise à chaque angle de la façade, ce qui donne les dimensions suivantes : entraxe entre les colonnes 2,55 m, entrecolonnement 2,03 m (en fait un peu moins dans les deux cas, pour tenir compte d’une retraite de quelques centimètres indispensable au bord de l’assise).

Fig. 49 — Couverture : plaques 21 et 22.

Fig. 49 — Couverture : plaques 21 et 22.

EFA/P. Weber.

46En partie haute, l’épistyle était constitué de trois blocs assemblés dans les angles par des joints en onglet à 45° sur la moitié intérieure de leur largeur : ils devaient être consolidés par une agrafe dont les mortaises ont été observée sur l’extrémité gauche du bloc de façade (no 8, inv. 1836) et sur l’extrémité correspondante du bloc latéral gauche (no 6, inv. 668). Le bloc de façade est conservé presque au complet, en trois fragments (nos 8, inv. 1836 ; 9, inv. 895 ; 10, inv. 896), dont la longueur totale conservée est de 2,565 m. On a conservé les deux extrémités du bloc latéral gauche. Celle de gauche (no 7, inv. 673) était engagée dans le mur de la curie, probablement de 24 cm si l’on se fie au décor du soffite. Il ne subsiste du bloc latéral droit que l’extrémité gauche (no 11, inv. 1834).

  • 19 Rien n’a été retrouvé de ce plaquis à l’arrière du baldaquin mais des crampons de fixation en ont é (...)

47Du côté interne, l’épistyle supportait une couverture décorée au soffite en caissons de plafond, dont on a conservé une plaque quasi complète parée à joint sur la tranche droite (no 21, inv. 647) et le tiers antérieur d’une autre (no 22, inv. 670), parée à joint sur les deux tranches latérales. On peut donc replacer à droite une plaque analogue au no21 et restituer une couverture symétrique en appui sur l’épistyle de 5 cm de chaque côté, large en tout de 2,15 m, mais visible sur environ 2,05 m seulement. En longueur, la partie visible de la plaque no 21, au maximum de 1,87 m, ne devait l’être que sur 1,80 m ou un peu moins, et l’essentiel de ce qui était engagé dans le mur de la curie a été brisé (fig. 50). L’ensemble était coiffé d’une corniche dont nous sont parvenus les deux angles et cinq, et peut‑être six, autres blocs dont la longueur cumulée représente 7,56 m, c’est‑à‑dire presque la totalité du développement du baldaquin. Elle reposait à la fois sur l’épistyle et les bords des plaques de couverture dont le lit supérieur avait été taillé (grossièrement) pour la recevoir. Le mur de la curie servait de fond au monument. Il est construit en maçonnerie de moellons et mortier et avait nécessairement reçu un traitement de surface, vraisemblablement un plaquis de plaques de marbre épaisses de 1,5 cm maintenu par des crampons de bronze et scellé par du mortier19.

48Un trait remarquable de cette architecture est l’absence presque totale de liaisonnements métalliques : des goujons solidarisent entre eux piédestal, fût de colonne et chapiteau, mais le piédestal ne l’est pas avec l’assise sur laquelle il repose, pas plus que l’épistyle ne l’est avec le chapiteau. Les trois blocs de l’épistyle l’étaient entre eux, mais il est assuré que ceux de la corniche ne l’étaient pas. L’ancrage de l’épistyle et des plaques de couverture dans le mur de la curie, ainsi que le poids de la corniche, suffisaient à assurer le maintien de l’ensemble.

Fig. 50 — Mise en place des éléments de couverture, vue de dessous.

Fig. 50 — Mise en place des éléments de couverture, vue de dessous.

Épistyles 7, 6, 8, plaques 21 et 22, épistyle 10.

EFA/P. Weber.

  • 20 Cette hypothèse s’appuie sur des proportions en carré que l’on observe ailleurs au forum.
  • 21 Voir Guide, p. 45, à propos du portique Est (no 2) ; celle du portique Ouest (no 8) était la même. (...)

49Le point le plus délicat est celui de la hauteur, dans la mesure où aucune colonne complète ne nous est parvenue. Piédestal, chapiteau, pied et sommet de colonne sont compatibles entre eux (fig. 51). Les données sont les suivantes : le piédestal est haut de 74,5 cm, le chapiteau de 34,5 cm, l’entablement au total de 73 cm, soit un total conservé de 1,82 m. Les colonnes étaient étroites – elles ne comportaient que seize cannelures – et ne pouvaient pas avoir été très hautes. Il faut tenir compte aussi de la hauteur de la statue dont la tête ne devait pas donner l’impression de toucher le plafond (on sait que c’était l’un des reproches faits à la statue de Zeus à Olympie créée par Phidias) : la couverture se trouvait à 25 cm seulement au‑dessus du lit d’attente du chapiteau. Une hypothèse serait que la hauteur de la colonne soit équivalente à l’entraxe de façade, soit 2,55 m20. Sa hauteur équivaudrait alors à environ huit fois son diamètre inférieur. Par rapport au sol environnant, compte tenu des deux degrés du socle estimés à 21 cm chacun, on obtiendrait pour le baldaquin une hauteur totale de 4,79 m, compatible avec celle du portique, restituée à 5,70 m sous l’architrave21.

Fig. 51 — Restitution de l’ordre du baldaquin.

Fig. 51 — Restitution de l’ordre du baldaquin.

EFA/P. Weber.

La statue (GB)

Statue féminine colossale assise

50L’œuvre restaurée est exposée sur le forum de Philippes, directement sur les vestiges du socle du baldaquin, face au Sud-Est (fig. 52).

Fig. 52 — Statue de Fortuna sur son socle.

Fig. 52 — Statue de Fortuna sur son socle.

Vue générale depuis le Sud.

Cl. G. Biard.

51Les fragments de la statue ont été mis au jour en juin 1931 dans les vestiges du portique Ouest, immédiatement au Sud du mur méridional de la curie.

  • 22 La hauteur de 1,60 m donnée dans Guide, n° 11 p. 65, reprend celle d’É. Lapalus (Sculptures, p. 452 (...)

52Hauteur conservée : 2,08 m22 ; largeur : 1,015 m.

  • 23 Contra É. Lapalus (Sculptures, p. 452) qui estime qu’il s’agit de marbre local.

53La statue a été taillée dans un bloc unique de marbre blanc à grains très fins différent du marbre local23.

  • 24 Archives manuscrites de l’EFA, 2‑C PHI 28.

54Lors de sa découverte, la statue était brisée en un très grand nombre de fragments, dont le lieu de conservation n’est pas toujours connu. Cinq fragments principaux jointifs ont servi à la restauration actuelle : un fragment de la partie antérieure de la plinthe et du bas du chitôn ; un fragment médian comprenant les cuisses, le ventre et la partie gauche du trône ; un fragment supérieur comprenant la partie droite du buste et le dossier du trône ; deux fragments jointifs de la partie postérieure de la plinthe et de l’étai. Il faut leur ajouter vingt fragments importants signalés dans le carnet de fouilles de 1931, dont certains gisent encore à proximité de l’œuvre24.

55Il est probable que la statue, lors de l’accident qui a entraîné sa destruction, est tombée sur son flanc gauche. Ce côté est en effet particulièrement concassé. La fragmentation de la statue a d’abord suivi, semble‑t‑il, les principales lignes de fragilité du marbre, sculpté en délit. Les lacunes sont nombreuses : la tête est brisée à la base du cou ; la partie antérieure de la plinthe et le pied gauche ont disparu, de même que le pied droit, emporté dans une cassure avec le fragment de plinthe qui lui était associé ; la cuisse gauche manque entièrement, ainsi que la partie gauche du buste et le pan de manteau qui y retombait ; du même côté, une grande partie de la plinthe, le bas du vêtement et le pied antérieur du trône sont mutilés ; à l’arrière, les pieds du trône ont disparu, une grande partie de l’étai est endommagée et l’angle postérieur droit de la plinthe a été emporté dans une cassure. Des dommages plus limités ont amoindri le volume du genou et du sein droits et des épaufrures perturbent l’arête de nombreux plis.

Fig. 53 — Statue de Fortuna, vue de face.

Fig. 53 — Statue de Fortuna, vue de face.

Cl. G. Biard.

Fig. 54 — Statue de Fortuna, profil gauche.

Fig. 54 — Statue de Fortuna, profil gauche.

Cl. G. Biard.

Fig. 55 — Statue de Fortuna, profil droit.

Fig. 55 — Statue de Fortuna, profil droit.

Cl. G. Biard.

Fig. 56 — Statue de Fortuna, vue arrière.

Fig. 56 — Statue de Fortuna, vue arrière.

Cl. G. Biard.

Fig. 57 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.

Fig. 57 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.

Cl. G. Biard.

Fig. 58 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.

Fig. 58 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.

Cl. G. Biard.

56L’épiderme du marbre, de couleur gris sombre dans les zones les plus fortement exposées aux intempéries, est maculé de mousses et de lichens. La blancheur initiale de la pierre est préservée dans les replis du vêtement et dans la partie inférieure de l’œuvre, mieux protégée. La légère usure générale du marbre ne perturbe cependant pas l’observation des volumes et des détails.

57La restauration de l’œuvre et son exposition sur le forum ont nécessité de renforcer sa partie inférieure : des briques empilées dissimulées sous le plâtre comblent les lacunes latérales de la plinthe et de la statue. Un fragment de l’étai postérieur, autrefois fixé à l’aide d’une tige métallique de section circulaire, a disparu.

  • 25 Parmi les fragments trouvés en 1931 est signalée l’extrémité d’une torche, qui n’a pu être retrouvé (...)
  • 26 Le port d’une couronne tourelée est possible, mais pas obligatoire : les deux possibilités sont att (...)
  • 27 D’autres fragments similaires ont été trouvés lors de la fouille (archives manuscrites de l’EFA, 2‑ (...)
  • 28 Deux fragments du second accoudoir sont signalés dans le carnet de fouilles de 1931 (archives manus (...)

58Assise sur un trône à haut dossier, les pieds en appui sur un repose-pieds dont ne subsiste qu’un fragment de moulure (fig. 59), une imposante figure féminine au port altier tourne légèrement le buste et la tête en direction de sa main droite, qui, portée vers l’avant, tenait probablement quelque attribut. Il faut sans doute imaginer le bras gauche levé, tenant peut‑être un sceptre25. La figure porte un fin chitôn talaire à manches courtes, doublé sur le haut du corps, et un himation couvrant les jambes, le dos et l’épaule gauche et voilant l’arrière de la tête26. Le trône luxueux signale un personnage important : le châssis du dossier ajouré (fig. 60) maintient, sur trois registres dont les hauteurs décroissent depuis l’assise, des croisillons de bois ciselés dont l’axe est orné de rosettes probablement métalliques ; le pied antérieur gauche du trône, seul conservé, présente une ornementation sculptée, tandis qu’un rinceau végétal anime le cadre de l’assise27 ; contre le flanc droit, l’accoudoir prend la forme d’une corne d’abondance (fig. 61) d’où émergent une large feuille, une pomme de pin et un fruit rond de nature indéterminée28 ; enfin, on peut identifier l’arrière-train d’un félin au sommet des deux pieds antérieurs du siège (fig. 62). Un épais coussin, enveloppé d’un tissu dont les extrémités frangées retombent de part et d’autre du siège, assure le confort de l’assise. À l’arrière, un stipe de palmier étaie le trône.

Fig. 59 — Statue de Fortuna, détail du repose-pied.

Fig. 59 — Statue de Fortuna, détail du repose-pied.

Cl. G. Biard.

Fig. 60 — Statue de Fortuna, dossier du trône.

Fig. 60 — Statue de Fortuna, dossier du trône.

Cl. G. Biard.

Fig. 61 — Statue de Fortuna, accoudoir droit du trône.

Fig. 61 — Statue de Fortuna, accoudoir droit du trône.

Cl. G. Biard.

Fig. 62 — Statue de Fortuna, figure animale sur le pied antérieur gauche du trône.

Fig. 62 — Statue de Fortuna, figure animale sur le pied antérieur gauche du trône.

Cl. G. Biard.

  • 29 Olympie, Musée, inv. L155 ; A. Alexandridis, Die Frauen des römischen Kaiserhauses. Eine Untersuchu (...)
  • 30 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung Berlin, Sk 1398 ; cf. la notice consacrée par Renate Bol (...)
  • 31 Olympie, Musée, inv. L157 ; R. Bol, Das Statuenprogramm des Herodes-Atticus-Nymphäums (1984), p. 17 (...)
  • 32 Aphrodisias, Musée, inv. 63‑56 ; R. R. R. Smith, Aphrodisias, II. Roman Portrait Statuary from Aphr (...)
  • 33 Sur la sculpture architecturale, cf. É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 59 (1935), p. 175 (...)

59Le recours systématique au trépan courant pour creuser les plis, dont les arêtes sont vives et la densité importante, ainsi que l’animation limitée de la surface du marbre confèrent à l’œuvre une grande raideur en même temps qu’une évidente efficacité graphique. Les œillets qui ferment le chitôn sur l’épaule droite en offrent un exemple extrême, tant le dessin l’emporte ici sur le volume (fig. 63). Les plis verticaux de la doublure du chitôn sur les seins, ceux qui, sur le ventre, convergent vers le pubis figent plus qu’ils n’animent l’anatomie de la figure, qui acquiert de la sorte un aspect hiératique. L’atelier a privilégié les lignes claires et les contrastes francs pour traduire la solennité de la figure, exaltée par son cadre architectural. Ce parti pris esthétique correspond aux recherches plastiques de la seconde moitié du iie siècle apr. J.‑C. jusqu’au tout début de la dynastie des Sévères : une statue de Faustina maior29, une réplique de la Grande Herculanaise30 et surtout une statue féminine anonyme31 (fig. 64) qui ornaient le nymphée d’Hérode Atticus à Olympie montrent le même souci de saturation de la surface du marbre par un réseau dense de plis graphiques. La statue du forum présente cependant un degré de schématisation assez avancé qui évoque plus précisément les statues des dernières décennies du iie siècle apr. J.‑C. On songe notamment à une statue de prêtresse mise au jour à Aphrodisias32 (fig. 65) qui propose la même réduction à un schéma graphique des plis du chitôn que la statue de Philippes. Tout semble donc indiquer que la réalisation de la statue est contemporaine de la construction de l’ensemble du côté Ouest du forum, sans doute dans le troisième quart du iie siècle apr. J.‑C. : le portique, le baldaquin et la statue appartiennent à un même programme d’aménagement. Cependant, la statue assise a probablement fait l’objet d’une commande spécifique auprès d’un atelier rompu au travail du marbre importé pour l’occasion, différent de celui qui a réalisé la sculpture architecturale en marbre local33. Ce recours à un atelier spécifique explique peut‑être l’absence de coordination apparente entre architectes et sculpteurs : le dos de la statue, travaillé avec soin, ne devait guère être visible car la circulation à l’arrière de la statue était rendue impossible par le mur de la curie et par la première colonne de la colonnade intérieure du portique.

Fig. 63 — Statue de Fortuna, manche du chitôn.

Fig. 63 — Statue de Fortuna, manche du chitôn.

Cl. G. Biard.

Fig. 64 — Statue féminine drapée du nymphée d’Hérode Atticus à Olympie.

Fig. 64 — Statue féminine drapée du nymphée d’Hérode Atticus à Olympie.

Olympie, Musée, inv. L157 ; Institut archéologique allemand d’Athènes : D‑DAI-ATH-1979-0409 ; cl. Gösta Hellner.

Fig. 65 — Statue féminine drapée d’Aphrodisias.

Fig. 65 — Statue féminine drapée d’Aphrodisias.

Aphrodisias, Musée, inv. 63‑56 ; New York University Excavations at Aphrodisias (G. Petruccioli).

  • 34 Il semble exclu que le bloc soit en marbre de Paros, en raison de sa taille. Cf. P. Pensabene, L. L (...)
  • 35 La masse volumique moyenne du marbre est d’environ 2,7 g/cm3 ; cf. K. Germann, G. Gruben, H. Knoll, (...)
  • 36 Un dégrossissage sommaire des blocs en carrière était fréquent à l’époque impériale. Cf. S. Nolte, (...)

60L’œuvre fut réalisée dans un bloc dont les dimensions peuvent être estimées à ca 1,10 × 1,10 × 2,60 m, soit un volume de ca 3,146 m3. Le poids du bloc extrait34, sans doute choisi par l’équipe de sculpture chargée de l’exécution de la statue, peut donc être estimé à ca 8,494 tonnes35. On peut émettre l’hypothèse que l’atelier de sculpteurs, après avoir réalisé un premier dégrossissage du bloc36, travailla à Philippes parallèlement à l’atelier d’architecture chargé du réaménagement du forum, qui disposait de tous les engins de levage et outils nécessaires à l’exécution et à la mise en place de l’œuvre. Il est en tout cas certain que l’installation de la base et de la statue presque achevée sur le socle eut lieu avant celle de l’épistyle et de la corniche du baldaquin et sans doute avant celle des colonnes. En effet, l’installation requit un important espace, permettant de lever verticalement la statue au‑dessus de la base, opération que l’élévation du baldaquin aurait rendue impossible. Des travaux de finition de la statue furent peut‑être réalisés après la mise en place – on pense notamment aux arêtes les plus saillantes du bas du chitôn – pour éviter les accidents lors de la manutention finale, mais aucune trace de cette dernière étape du travail n’est préservée.

  • 37 Malgré les suggestions du carnet de fouilles de P. Collart (voir note 3), rien ne subsiste de la ba (...)

61Bien qu’aucun fragment n’en subsiste, on peut émettre l’hypothèse que la base de la statue était monolithe et moulurée à la base comme au couronnement, conformément au type le plus courant à l’époque impériale37. Ses dimensions étaient adaptées à l’écrin architectural. L’entrecolonnement restitué du baldaquin est de 2,03 m et l’espace disponible sur le socle à l’arrière des piédestaux de colonnes est de ca 1,535 m. Or, la longueur maximale conservée de la statue est 1,015 m, tandis que sa largeur maximale conservée est 0,98 m : ces mesures constituent les dimensions minimales du couronnement de la base, dans lequel était fixée la plinthe de la statue. On peut donc restituer, au centre du second degré du socle du baldaquin, une base de plan carré dont le fût a pour dimension ca 1 × 1 m. L’arête antérieure de la base aurait ainsi été implantée sur la ligne formée par les arêtes postérieures des piédestaux de colonnes, tandis qu’un espace de ca 0,40 m aurait séparé les arêtes latérales de la base de celles des piédestaux.

62En élévation, la hauteur du piédestal (0,745 m), celle du chapiteau (0,345 m) et celle restituée de la colonne (2,40 m) définissent une hauteur disponible sous le baldaquin de 3,49 m. Or, la hauteur maximale conservée de la statue est de 2,08 m, à laquelle il faut ajouter la hauteur de la tête et du cou – ca 0,45 m étant donné les dimensions colossales de la figure – et retrancher la hauteur de la plinthe – ca 0,20 m – qui devait être encastrée dans la base. La partie visible de l’œuvre devait donc atteindre ca 2,33 m. La hauteur disponible pour la base est donc de ca 1,16 m. Cependant, pour la présentation correcte de la statue, un espace devait être ménagé entre la tête de la statue et le lit inférieur de l’épistyle. On peut donc former l’hypothèse que la base avait la même hauteur que le dé des piédestaux des colonnes – 0,575 m –, ce qui aurait permis de laisser un espace libre de ca 0,595 m au‑dessus de la tête de la statue.

Fig. 66 — Statue de Fortuna : vue latérale droite et vue frontale.

Fig. 66 — Statue de Fortuna : vue latérale droite et vue frontale.

EFA/P. Weber.

Fig. 67 — Statue de Fortuna : vue latérale gauche et vue arrière.

Fig. 67 — Statue de Fortuna : vue latérale gauche et vue arrière.

EFA/P. Weber.

Conclusions (GB, MS, PW)

  • 38 Voir Guide, nos 4 (bibliothèque) et 9 (tabularium), et en dernier lieu C. Brélaz, CIPh II, 1, nos 1 (...)

63À l’issue de cette étude, le monument peut être restitué ainsi (fig. 68). La statue se présentait de face, adossée au mur Sud de la curie, orientée vers l’extrémité Sud de la nef interne du portique Ouest du forum, mais pas tout à fait dans son axe. Elle était mise en valeur par un baldaquin à deux colonnes corinthiennes qui l’entourait assez étroitement et ne permettait une vue satisfaisante que de face, depuis le Sud (fig. 69). On pouvait voir son côté gauche depuis la nef extérieure du portique et, de plus loin, depuis la place basse du forum, quoiqu’il ait été en partie masqué par la colonnade interne du portique (fig. 70) ; son côté droit était bien moins visible, masqué qu’il était en partie par le pilastre d’ante Nord de la pièce aux cinq colonnes. Le dos n’était séparé du mur de la curie que par une quarantaine de centimètres et ne pouvait être aperçu que par des vues très obliques, au point qu’on se demande pourquoi son exécution avait été aussi soignée. Une inscription identifiait la statue et, peut‑être, son donateur. La frise du baldaquin est suffisamment conservée sur les faces latérales pour qu’on puisse penser qu’elle n’était pas décorée. En façade, elle est presque entièrement détruite. Il est probable qu’elle ait porté le début de la dédicace, comme c’est le cas à la bibliothèque et au tabularium38, mais il aurait été dans ce cas légèrement décalé vers la droite par rapport à l’inscription de l’architrave. Il reste à présenter trois ordres de conclusions : sur la chronologie, l’emplacement et le type de la statue.

Fig. 68 — Restitution du baldaquin : élévation latérale, élévation frontale, plan.

Fig. 68 — Restitution du baldaquin : élévation latérale, élévation frontale, plan.

EFA/P. Weber.

Fig. 69 — Le baldaquin dans son contexte, vu du portique.

Fig. 69 — Le baldaquin dans son contexte, vu du portique.

EFA/P. Weber.

Fig. 70 — Le baldaquin dans son contexte, vu de la place.

Fig. 70 — Le baldaquin dans son contexte, vu de la place.

EFA/P. Weber.

Sur la chronologie

  • 39 On connaît peut‑être un exemple analogue à Cyzique vers l’époque de Caligula. Un des honneurs accor (...)

64On peut concevoir ainsi la mise en place du monument. Le socle a été construit en premier lieu, vers le même moment que l’ensemble du côté Ouest du forum, ou peu après, mais peut‑être après la construction de la curie, donc dans le troisième quart du iie s. ap. J.‑C. Vient ensuite la mise en place de la statue, sur sa base. En effet, l’étroitesse des ouvertures (à peine plus de 2 m en façade, et de 1,60 m sur les côtés) ne permettait pas un passage facile de l’œuvre ni de sa base ; la moindre fausse manœuvre était de nature à compromettre l’équilibre de l’architecture, dont les colonnes sont particulièrement graciles et la solidité dépend surtout du poids de la corniche. Le baldaquin a donc été construit autour de la statue. Il ne s’agissait en somme que de mettre en place douze blocs : deux piédestaux, deux fûts de colonne, deux chapiteaux, trois blocs d’épistyle et trois plaques de couverture, et seuls l’épistyle et la couverture risquaient de poser problème. Il a fallu pour cela entailler le mur Sud de la curie, pour y ancrer l’extrémité des blocs latéraux de l’épistyle et celle des plaques de couverture. Ce mur est épais de 73 à 75 cm : l’opération consistant à y pratiquer une entaille profonde de 25 à 30 cm au maximum ne présentait pas de risque majeur39. La pose de la corniche qui venait ensuite était sans danger pour la statue, mais indispensable pour la stabilité du baldaquin.

65Les contraintes matérielles que l’étude a mises en lumière laissent donc peu de place au doute sur la date de cet ensemble. Le chantier du portique offrait des facilités pour installer le baldaquin : espaces relativement dégagés, présence des appareils de levage et possibilité de les manœuvrer commodément. Il nous semble donc que la construction du portique Ouest et la mise en place de la statue et de son baldaquin ont été strictement contemporaines, à une date qu’on ne peut fixer à l’année près dans le troisième quart du iie s. apr. J.‑C. Il est rassurant que l’étude stylistique de la statue s’accorde avec cette conclusion.

Sur l’emplacement

  • 40 Pour le détail de tout cela, voir Basiliques et agoras, p. 96‑98.
  • 41 On pourrait admettre que la décision d’offrir cette statue a été prise à un moment où le gros œuvre (...)

66La situation de cette statue peut surprendre. Son orientation et son mode de présentation indiquent qu’elle n’était pas destinée en général au public du forum, mais plus spécialement à celui qui se rendait dans le portique Ouest, et uniquement dans sa nef interne. Cette nef n’était pas un endroit de passage : elle était limitée à son extrémité Nord par la curie à laquelle était adossé le baldaquin objet de la présente étude, à son extrémité Sud par le tabularium. Nous avons expliqué ailleurs pour quelles raisons nous considérons que la pièce aux cinq colonnes avait le rôle d’une basilique civile et que la nef interne du portique Ouest en formait une sorte d’extension, malgré les objections que pourraient fournir le fait que le sol respectif de ces deux espaces n’était pas au même niveau, et la présence de quatre socles pour des statues honorifiques situés devant le stylobate de la pièce aux cinq colonnes, à son extrémité Sud40. Il en résulte que le côté Ouest du forum était dans son ensemble consacré aux nécessités civiques et administratives de la colonie : curie au Nord, tabularium au Sud, et très vraisemblablement espace tenant lieu d’une basilique civile entre les deux. C’est là que se trouvait la statue dans son écrin, orientée de telle façon que le spectateur qui tournait le regard vers elle regardait aussi vers la curie. Restent deux difficultés que nous ne pouvons expliquer : si la statue a un sens civique fort, pourquoi l’avoir installée ici plutôt qu’à l’extrémité Nord de la pièce aux cinq colonnes ? Et si l’on voulait la mettre à l’extrémité de la nef interne du portique, pourquoi ne pas l’avoir installée dans l’axe plutôt que dans une position décalée vers l’Est41 ?

Sur le type et sa signification

  • 42 Sculptures, p. 457‑458.
  • 43 B. Lichocka, Liconographie de Fortuna dans l’empire romain (i  er siècle avant n.è.-iv  e siècle d (...)
  • 44 Cf. le portrait féminin en Cybèle provenant de Rome et conservé au J. Paul Getty Museum de Malibu ( (...)
  • 45 Ce motif décoratif apparaît au début du ve s. av. J.‑C. sur les reliefs du monument des Harpies de (...)
  • 46 B. Lichocka, Liconographie de Fortuna dans l’empire romain (i   er siècle avant n.è.-iv   e siècle (...)
  • 47 Philippes, p. 455, pl. LXXXII, 1‑2 ; P. Collart et P. Ducrey, Philippes, I. Les reliefs rupestres, (...)
  • 48 P. Lemerle, « Inscriptions latines et grecques de Philippes I. Inscriptions latines », BCH 58 (1934 (...)
  • 49 Nos conclusions rejoignent ici l’intuition de Charles Picard (CRAI 1934, p. 114) ; cf. également Ph (...)
  • 50 Un stipe de palmier étaie une copie julio-claudienne du Diadumène de Polyclète conservée à Rome (Mu (...)
  • 51 Un stipe de palmier étaie une copie du Diadumène de l’époque d’Hadrien conservée au musée de Tripol (...)

67En dépit des hésitations d’É. Lapalus42, l’identification de la déesse à Fortuna ne fait guère de doute. La corne d’abondance, qui compte parmi les attributs principaux de Fortuna43, n’est pas ordinairement associée à Cybèle. Dans quelques cas rares, la corne d’abondance, complétée éventuellement par le gouvernail, permet une assimilation partielle des deux divinités44, mais jamais la corne d’abondance n’a constitué un attribut courant de la déesse d’origine phrygienne. Quant aux lions que croit reconnaître É. Lapalus sur les pieds du siège, il s’agit probablement de sphinges, bien plus fréquentes dans cette position que les lions45. La présence éventuelle d’un sceptre n’exclut pas l’identification à Fortuna. La déesse apparaît en effet trônante, appuyée sur un sceptre de la main gauche et tenant une corne d’abondance dans la main droite, sur des deniers peut‑être frappés à Laodicée‑sur-Mer sous Septime Sévère46. Des reliefs consacrés à Cybèle ont certes été découverts à Philippes, immédiatement au‑dessus du forum, près d’un sanctuaire de Silvain, et parmi les reliefs rupestres des pentes de l’acropole47, mais la déesse présente toujours sur ces ex‑voto ses attributs traditionnels : le tambourin, le lion et la patère. L’absence de corne d’abondance laisse supposer que cet attribut n’était pas, à Philippes, couramment associé à Cybèle. L’identification à Fortuna – associée au Genius macelli dans une dédicace trouvée en remploi dans le secteur du marché romain48 – parce qu’elle incarne le destin de la colonie, paraît plus à sa place à proximité de la curie49. Il n’y a pas lieu enfin, de donner une signification religieuse ou symbolique particulière au stipe de palmier qui étaie le trône. On trouve ce type d’étais en sculpture dès la première moitié du ier siècle apr. J.‑C.50 et il est encore largement attesté au iie siècle51.

  • 52 Sur le culte de Fortuna dans le monde romain à l’époque républicaine, cf. J. Champeaux, Fortuna. Re (...)
  • 53 Il faut mentionner notamment le culte de Fortuna Augusta à Pompéi (V. Gasparini, « Engineering of t (...)
  • 54 RE VII, s.v. « Fortuna », col. 36‑39 ; LIMC VIII, s.v. « Tyche/Fortuna » (F. Rausa), p. 140.
  • 55 A. Alföldi, Die monarchische Repräsentation im römischen Kaiserreiche (1970), p. 246‑247 ; M. Weber(...)
  • 56 H. Mattingly, E. A. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, III. Antoninus Pius to Commodus (1930), p (...)
  • 57 A. Alföldi, Die monarchische Repräsentation im römischen Kaiserreiche (1970), p. 247, pl. 14, 4.
  • 58 Voir par exemple un aureus frappé sous Hadrien, conservé au British Museum (inv. THO, II.1344) ; H. (...)
  • 59 Sur cette hypothèse, Basiliques et agoras, p. 98.

68Le culte de Fortuna52 est attesté dans de nombreuses colonies romaines, où il est souvent lié à celui du Génie de la colonie53 : les deux divinités président ensemble au destin spécifique de la communauté. À l’époque impériale, Fortuna est par ailleurs, en contexte public, étroitement associée à l’empereur, dont elle représente la puissance54. Le trône et le sceptre que tenait probablement la statue de Philippes en main gauche sont des attributs de souveraineté, qui répondent à cette fonction. L’installation de la statue sous un baldaquin évoque elle aussi le pouvoir impérial, car ce dispositif architectural paraît avoir été lié au culte des empereurs55. En outre, Antonin le Pieux apparaît en toge sur une estrade, à l’abri de ce qui semble être un édicule, au revers d’aurei frappés après la mort de Faustine la Jeune pour célébrer la fondation des puellae faustinianae56. Selon A. Alföldi, ce mode de représentation évoque le tribunal impérial qui se tenait sur une estrade couverte57, ce qui permettrait d’associer plus précisément la statue du forum de Philippes aux fonctions judiciaires. Cette hypothèse est d’autant plus séduisante que, n’étaient les cornes d’abondance qui servent d’accoudoirs, la statue de Philippes serait très proche de représentations de Iustitia sur des monnaies frappées à l’époque impériale, notamment sous Hadrien58. Si la pièce au cinq colonnes et la nef intérieure du portique Ouest ont bien servi de basilique civile59, la présence de Fortuna, figure de l’autorité impériale, à qui furent donnés pour l’occasion un type iconographique et un mode de présentation évoquant la justice, paraît tout à fait opportune.

Épilogue

  • 60 Voir Guide, p. 22‑24 ; sur les encoches pratiquées dans le dallage pour un soutènement de la façade (...)
  • 61 L’ensemble a dû être entraîné vers le côté le plus fragile, les colonnades du portique, ce qui peut (...)
  • 62 Voir en particulier le relevé de H. Ducoux, carnet 2‑C PHI 22a, et sa mise au net de 1931, plan 965 (...)

69La ruine du baldaquin et de la statue qu’il protégeait est probablement due au séisme qui a gravement ébranlé les bâtiments du forum vers la fin du ve ou le début du vie s. au point de rendre nécessaires la reconstruction totale des portiques et d’importantes réfections partout ailleurs60. Il a fallu à cette occasion étançonner la façade de la curie et transformer celle de la pièce aux cinq colonnes en un mur percé de portes. La construction était légère, les colonnes graciles, l’ancrage de l’épistyle et des plaques de couverture dans le mur de la curie assez peu profond : les parties hautes, maintenues surtout par le poids de la corniche, se sont effondrées et ont entraîné la statue dans leur chute61. Les changements dans l’ordre politique, social et religieux survenus dans l’Antiquité tardive avaient fait perdre sa signification à la statue. L’emplacement à l’extrémité de la nef intérieure du portique était un renfoncement quelque peu isolé. Ces ruines ne devaient pas gêner beaucoup. On ne s’est pas donné la peine de les débarrasser ; on s’est contenté de les recouvrir en partie62, et cet espace fut voué à un autre usage qu’on ne peut déterminer.

Haut de page

Bibliographie

Basiliques et agoras = M. Sève et P. Weber, « Peut‑on parler d’une basilique civile au forum de Philippes ? », dans L. Cavalier, R. Descat, J. des Courtils (éds), Basiliques et agoras de Grèce et d’Asie Mineure, Ausonius Mémoires 27 (2012), p. 91‑106.

Guide = M. Sève et P. Weber, Guide du forum de Philippes, Sites et Monuments 18 (2012).

Philippes = P. Collart, Philippes, ville de Macédoine, depuis ses origines jusqu’à la fin de l’époque romaine, Travaux et mémoires des anciens membres étrangers de l’École et de divers savants 5 (1937).

Sculptures = É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 57 (1933), p. 438‑466, pl. XXV‑XXVI.

Haut de page

Notes

1 Voir Guide, p. 65, no 11 pour une présentation succincte et une esquisse de restitution, fig. 62 et 65, que l’objet du présent article est d’affiner (on rectifiera une imprécision : c’est sur l’architrave, et non la frise, que subsiste un vestige de l’inscription) ; premières indications dans M. Sève, BCH 118 (1994), p. 435‑436, avec photos du piédestal n° 1, du chapiteau n° 5 et de la plaque de couverture n° 21. Voir aussi Basiliques et agoras, p. 97 et fig. 10 p. 102.

2 Publication princeps par Ét. Lapalus, Sculptures, p. 452‑458 et fig. 5‑6. Sur ce sujet, indications cursives pour la présente interprétation dans Basiliques et agoras, p. 97 et fig. 11 p. 103. En outre, photographie vue de côté dans Guide p. 66 fig. 43, et vue de dos chez M. Sève, « Φίλιπποι », dans A. Vlachopoulos (éd.), Μακεδονία-Θράκη. Αρχαιολογία, 4 (2017), p. 452, fig. 926.

3 Voir les notes de P. Collart à la date du 6 juin 1931 : « Dans l’espace compris entre le 2e et le 3e mur et le temple [comprendre : à l’extrémité Nord de la nef intérieure du portique Ouest], on a trouvé plusieurs grands blocs d’architecture, …, un tout petit chapiteau corinthien avec la base correspondante brisée en deux morceaux, un grand caisson de plafond composé de six compartiments décorés chacun d’un losange et d’une rosace, brisé en trois morceaux ; un autre morceau de caisson semblable ; plusieurs gros blocs manifestement remployés, notamment une grande base portant à sa face sup. outre un gros trou de scellement avec canal de coulée pour servir à assujettir une statue colossale etc. ». L’intérieur de la curie avait été libéré dès la fin de la campagne de 1931, sans que l’on sache si ces blocs y ont été déplacés dès ce moment‑là ou l’ont été plus tard (carnet 2‑C PHI 28).

4 Le lecteur pourra être surpris par le caractère très minutieux de la description des divers éléments, qui peut en rendre la lecture ardue. La difficulté qu’il y a à se reconnaître dans les ruines du forum, la massivité des blocs et leur mauvais état de conservation, font que ces descriptions détaillées sont la seule garantie d’un travail qui ne soit pas imaginaire.

5 La présente description est une reprise allégée, avec des retouches dues aux progrès de l’étude, de celle qui avait été donnée dans la thèse de Michel Sève, « Recherches sur les places publiques dans le monde grec du ier au viie s. de notre ère : l’exemple de Philippes », Paris X‑Nanterre, 1989, p. 269‑271, no 247.

6 Voir le plan n° 965 et surtout le relevé de H. Ducoux dans son carnet 2‑C PHI 22a.

7 Il reste peut‑être un fragment d’une autre base analogue (inv. 644), observé dans la curie, mais que nous n’avons pu revoir : base de type attique brisée en bas, corde du fragment conservé 28,5 cm, diamètre restitué 36 à 37 cm ; il nous avait semblé pouvoir se superposer à la base du piédestal, mais appartiendrait à un autre exemplaire.

8 Il était déjà brisé en deux morceaux au moment de sa découverte. Ces deux moitiés ont été réunies par la suite, probablement quand plusieurs fragments du baldaquin ont été déplacés à l’intérieur de la curie (dès 1931 ?). Elles étaient encore jointives au début de nos travaux, mais ne l’étaient plus en 1993.

9 Citons pour information d’autres fragments de fût tous mutilés en haut, en bas et dans l’épaisseur : inv. 1060, longueur 55 cm ; inv. 1062, longueur 35 cm ; inv. 1063, longueur 34 cm ; inv. 1065, longueur 42 cm ; inv. 1066, longueur 26 cm ; inv. 1067, deux fragments jointifs mesurant ensemble 99 cm ; inv. 1098, longueur 81 cm ; inv. 1104, longueur 67 cm ; inv. 1105, longueur 53 cm. Il n’a pas été possible de recoller ces fragments ni de les associer, ni même de s’assurer qu’ils appartiennent bien tous à la même série.

10 Voir Philippes, pl. LI, 3 ; Guide, p. 70 fig. 45 ; M. Sève, « Φίλιπποι » (n. 2), p. 452 fig. 925.

11 Guide, p. 49 fig. 26.

12 Voir M. Sève et P. Weber, « Le côté Nord du forum de Philippes », BCH 110 (1986), p. 531‑581, spécialement p. 561‑565, nos 14 et 15 et fig. 38, 39 et 42 ; Guide, p. 36 fig. 14.

13 Guide, p. 64 fig. 41.

14 C’est probablement la comparaison des diamètres des lits de pose qui permet le plus facilement d’estimer le module de ces différents chapiteaux : curie (inv. 692), diamètre 76,5 cm ; bibliothèque (inv. 578), 48,5 cm ; colonnade des portiques (inv. 575), 40,5 cm ; terrasse supérieure, respectivement 39 et 40 cm ; chapiteau composite du tabularium (inv. 1119), 46 cm. On voit à quel point le chapiteau du baldaquin, avec son diamètre de 28 cm au lit de pose, est sensiblement plus petit que les autres. Planche comparative des chapiteaux de la curie, de la terrasse supérieure et du portique des Incantadas à Thessalonique par P. Weber dans M. Sève et P. Weber, « La colonnade des Incantadas à Thessalonique », Bulletin de la SFAC 43 (2011-2012), RA 2013, p. 131, fig. 5.

15 En termes plus techniques, on peut parler d’éclairage en deuxième jour.

16 Malgré nos efforts, nous n’avons pu réussir à revoir ce bloc en juin 2018.

17 On peut se demander s’il existe au forum des décors analogues. Ce n’est pas le cas à la bibliothèque où le décor au soffite des plaques de couverture des niches est constitué de carrés emboîtés, analogue à ceux découverts en 1920 au sanctuaire de Silvain, voir M. Sève, 1914-2014. Philippes. 100 ans de recherches françaises, Patrimoine photographique, 2 (2014), p. 238, fig. 159‑160. Nous attribuons au tabularium une plaque (inv. 1252) portant au soffite un décor qui se rapproche de celui du baldaquin dans sa conception générale (losange orné d’une rosace inscrit dans un rectangle), mais en diffère dans le détail en ce qu’il est plus riche (deux losanges emboîtés, feuilles dans les écoinçons, traitement différent de la rosace).

18 Estimations fondées, pour la façade, sur les impératifs de mise en place des plaques de couverture ; pour les côtés, sur les traces d’usure visibles à l’angle Sud‑Est de la première assise. L’usure visible à l’extrémité du bloc Sud‑Est se retourne en façade, mais ce bloc était resté découvert après la ruine du baldaquin. La dissymétrie de la retraite entre celle de façade et celle des côtés peut s’observer, quoique dans des proportions moindres, pour les bases de colonnes et de pilastres d’ante à la curie et au temple Est.

19 Rien n’a été retrouvé de ce plaquis à l’arrière du baldaquin mais des crampons de fixation en ont été observés dans la pièce aux cinq colonnes. Notre estimation repose sur les observations faites par les fouilleurs sur les murs intérieurs de la curie et du temple Est, les uns et les autres revêtus d’un tel plaquis. Leurs éléments étaient maintenus par des crampons et scellés par une couche de mortier estimée à 7,5 cm pour les murs intérieurs du temple Est, peut‑être un peu moins pour la curie. L’épaisseur totale de ce plaquis pouvait atteindre entre 8 et 9 cm.

20 Cette hypothèse s’appuie sur des proportions en carré que l’on observe ailleurs au forum.

21 Voir Guide, p. 45, à propos du portique Est (no 2) ; celle du portique Ouest (no 8) était la même. Les restitutions des fig. 62, 64 et 65 du Guide sont à corriger pour la mise en place de la statue.

22 La hauteur de 1,60 m donnée dans Guide, n° 11 p. 65, reprend celle d’É. Lapalus (Sculptures, p. 452). Elle ne tient compte que d’une partie de l’œuvre (sans doute les deux fragments supérieurs), avant la restauration définitive.

23 Contra É. Lapalus (Sculptures, p. 452) qui estime qu’il s’agit de marbre local.

24 Archives manuscrites de l’EFA, 2‑C PHI 28.

25 Parmi les fragments trouvés en 1931 est signalée l’extrémité d’une torche, qui n’a pu être retrouvée. É. Lapalus (Sculptures, p. 456) hésite sur l’interprétation de cet élément : il s’agirait soit d’une torche, soit d’un sceptre.

26 Le port d’une couronne tourelée est possible, mais pas obligatoire : les deux possibilités sont attestées dans la typologie de Fortuna ; cf. LIMC VIII, s.v. « Tyche/Fortuna » (F. Rausa).

27 D’autres fragments similaires ont été trouvés lors de la fouille (archives manuscrites de l’EFA, 2‑C PHI 28).

28 Deux fragments du second accoudoir sont signalés dans le carnet de fouilles de 1931 (archives manuscrites de l’EFA, 2‑C PHI 28) ; l’arrachement de l’extrémité de cet accoudoir est d’ailleurs visible sur le haut de la cuisse gauche.

29 Olympie, Musée, inv. L155 ; A. Alexandridis, Die Frauen des römischen Kaiserhauses. Eine Untersuchung ihrer bildlichen Darstellung von Livia bis Iulia Domna (2004), p. 188‑189, no 192, pl. 40, 2.

30 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung Berlin, Sk 1398 ; cf. la notice consacrée par Renate Bol à la statue sur la base de données de l’institut archéologique allemand Arachne (consultée le 9 décembre 2018) : https://arachne.dainst.org/entity/1120914.

31 Olympie, Musée, inv. L157 ; R. Bol, Das Statuenprogramm des Herodes-Atticus-Nymphäums (1984), p. 176‑177, no 39, pl. 39‑41.

32 Aphrodisias, Musée, inv. 63‑56 ; R. R. R. Smith, Aphrodisias, II. Roman Portrait Statuary from Aphrodisias, Mayence (2006), p. 214‑216, no 95, pl. 74‑75.

33 Sur la sculpture architecturale, cf. É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 59 (1935), p. 175‑185.

34 Il semble exclu que le bloc soit en marbre de Paros, en raison de sa taille. Cf. P. Pensabene, L. Lazzarini, M. Soligo, M. Bruno, B. Turi, « The Parian Marble Blocks of the Fossa Traiana », dans D. U. Schilardi, D. Katsonopoulou, Πάρια λίθος. Λατοµεία, µάρµαρο και εργαστήρια γλυπτικής της Πάρου. Πρακτικά Α’ ∆ιεθνούς συνεδρίου Αρχαιολογίας Πάρου και Κυκλάδων. Παροικιά, Πάρος 2‑5 Οκτωβρίου 1997 (2000), p. 534. Selon Ch. Dubois, Études sur l’administration et l’exploitation des carrières (marbre, porphyre, granit, etc.) dans le monde romain (1908), p. 111, le côté le plus long des blocs extraits mesurait en moyenne 1 à 2 m.

35 La masse volumique moyenne du marbre est d’environ 2,7 g/cm3 ; cf. K. Germann, G. Gruben, H. Knoll, V. Valis, F. J. Winkler, « Provenance Characteristics of Cycladic (Paros and Naxos) Marbles – A Multivariate Geological Approach », dans N. Herz, M. Waelkens (éds), Classical Marble : Geochemistry, Technology, Trade. Proceedings of the NATO Advanced Research Workshop on Marble in Ancient Greece and Rome : Geology, Quarries, Commerce, Artifacts, Il Ciocco, Lucca, Italy, May 9‑13, 1988 (1988), p. 258.

36 Un dégrossissage sommaire des blocs en carrière était fréquent à l’époque impériale. Cf. S. Nolte, Steinbruch – Werkstatt – Skulptur. Untersuchungen zu Aufbau und Organisation griechischer Bildhauerwerkstätten, Göttingen (2006), p. 218 ; P. Pensabene, L. Lazzarini, M. Soligo, M. Bruno, B. Turi, « The Parian Marble Blocks of the Fossa Traiana », dans D. U. Schilardi, D. Katsonopoulou, Πάρια λίθος. Λατοµεία, µάρµαρο και εργαστήρια γλυπτικής της Πάρου. Πρακτικά Α’ ∆ιεθνούς συνεδρίου Αρχαιολογίας Πάρου και Κυκλάδων. Παροικιά, Πάρος 2‑5 Οκτωβρίου 1997 (2000), p. 527‑536.

37 Malgré les suggestions du carnet de fouilles de P. Collart (voir note 3), rien ne subsiste de la base de la statue : la base avec un trou de scellement observée à proximité est un remploi dans le mur à arcatures qui a remplacé la colonnade interne du portique à l’occasion des travaux de la troisième phase architecturale. La dalle sur laquelle la statue est actuellement présentée n’appartient pas à l’installation d’origine : longueur 1,13 m (cassée d’un côté, parée à joint de l’autre), largeur 0,88 m avec les deux faces parallèles soigneusement dressées, hauteur 0,27 m, lit supérieur démaigri au centre, c’est une dalle de remploi provenant probablement de l’élévation de la curie, utilisée secondairement lors du remontage de la statue.

38 Voir Guide, nos 4 (bibliothèque) et 9 (tabularium), et en dernier lieu C. Brélaz, CIPh II, 1, nos 18 (tabularium) et surtout 21 (bibliothèque).

39 On connaît peut‑être un exemple analogue à Cyzique vers l’époque de Caligula. Un des honneurs accordés à la bienfaitrice défunte Apollonis fille de Proclès prévoit qu’on lui construira une agalmatothèque « dans le sanctuaire des Charites, à droite en entrant quand on vient de l’agora sacrée, où l’on dressera une statue d’elle » : κατασκευάσαι δὲ αὐτῆς καὶ ἀγαλµατοθήκην ἐν τῷ Χαριτησίῳ, εἰσερχοµένων ἐκ τῆς ἱερᾶς ἀγορᾶς ἐν δεξίᾳ, ἐν ᾗ καὶ ἀναστῆσαι αὐτῆς ἄγαλµα, voir M. Sève, « Un décret de consolation à Cyzique », BCH 103 (1979), p. 327‑359, spécialement p. 329, l. 57‑59 (SEG 28, 953, l. 57‑59). Le commentaire du passage, p. 344‑345, excluait nettement l’hypothèse d’une niche pratiquée dans un mur préexistant et se prononçait pour un édicule indépendant. Le baldaquin de Philippes, qui n’avait pas encore été étudié à l’époque, ne permet plus d’être aussi net : il pourrait s’agir à Cyzique d’une construction du même genre.

40 Pour le détail de tout cela, voir Basiliques et agoras, p. 96‑98.

41 On pourrait admettre que la décision d’offrir cette statue a été prise à un moment où le gros œuvre de la pièce aux cinq colonnes était déjà construit, mais pas encore celui du portique, et que la position légèrement décalée par rapport à l’axe de la nef interne du portique tenait à l’existence de structures sous-jacentes, ce qui ne pourrait être vérifié que par des fouilles en profondeur. Mais tout cela n’est que pure hypothèse.

42 Sculptures, p. 457‑458.

43 B. Lichocka, Liconographie de Fortuna dans l’empire romain (i  er siècle avant n.è.-iv  e siècle de n.è.) (1997), p. 32‑34 ; LIMC VIII, s.v. « Tyche/Fortuna », p. 139 (F. Rausa).

44 Cf. le portrait féminin en Cybèle provenant de Rome et conservé au J. Paul Getty Museum de Malibu (inv. 57.AA.19) : LIMC VIII, s.v. « Kybele », p. 754, no 54 (E. Simon) ; A. Spinelli, « The “Getty Cybele” : a Roman Portrait of Feminine Virtues », AJA 121 (2017), p. 369‑396, en particulier p. 375‑376. Cf. également une statuette du musée du Prado à Madrid (inv. 220E) : LIMC VIII, s.v. « Kybele », p. 754, no 53 (E. Simon).

45 Ce motif décoratif apparaît au début du ve s. av. J.‑C. sur les reliefs du monument des Harpies de Xanthos (Londres, British Museum, inv. 1848,1020.1 ; H. Kyrieleis, Throne und Klinen. Studien zur Formgeschichte altorientalischer und griechischer Sitz- und Liegemöbel vorhellenistischer Zeit. JDAI Ergh. 24 [1969], p. 135, no 5 ; 198) et est particulièrement apprécié aux ve et ive s. av. J.‑C. On trouve notamment ces sphinges ornant les pieds de trônes sur certains reliefs funéraires : CAT 2.276b ; 3.457 ; 4.410 ; 4.430. Elles apparaissent également sur les trônes de figures divines, notamment celui d’Hadès sur le relief de Lacrateidès (Éleusis, Musée archéologique, inv. 5079 ; K. Clinton, Myth and Cult. The Iconography of the Eleusinian Mysteries [1992], p. 51‑53, fig. 5) et celui d’une divinité masculine non identifiée sur un relief du musée de l’Acropole (inv. 3273 ; O. Walter, Beschreibung der Reliefs im kleinen Akropolismuseum in Athen [1923], p. 60, no 104).

46 B. Lichocka, Liconographie de Fortuna dans l’empire romain (i   er siècle avant n.è.-iv   e siècle de n.è.) (1997), p. 247 (type IV G 3), fig. 237.

47 Philippes, p. 455, pl. LXXXII, 1‑2 ; P. Collart et P. Ducrey, Philippes, I. Les reliefs rupestres, BCHSuppl. 2 (1972), p. 165‑166, fig. 177‑178, no 145, et p. 242.

48 P. Lemerle, « Inscriptions latines et grecques de Philippes I. Inscriptions latines », BCH 58 (1934), p. 463‑464, no 5 ; Philippes, p. 363 ; 411 ; P. Pilhofer, Philippi, II. Katalog der Inschriften von Philippi  2 (2009), no 251.

49 Nos conclusions rejoignent ici l’intuition de Charles Picard (CRAI 1934, p. 114) ; cf. également Philippes, p. 360, n. 5, et Basiliques et agoras, p. 97. Il est impossible, faute de contexte précis, de préciser l’identité de la déesse dont la tête ornée d’une couronne tourelée a été retrouvée au Sud‑Ouest de la basilique B (É. Lapalus, « Sculptures de Philippes », BCH 59 [1935], p. 191‑192, pl. X ; Philippes, p. 455, pl. LXXXIII, 3).

50 Un stipe de palmier étaie une copie julio-claudienne du Diadumène de Polyclète conservée à Rome (Musées capitolins, inv. 1878) : D. Kreikenbom, Bildwerke nach Polyklet. Kopienkritische Untersuchungen zu den männlichen statuarischen Typen nach polykletischen Vorbildern: “Diskophoros”, Hermes, Doryphoros, Herakles, Diadumenos (1990), p. 190, cat. V 8, pl. 266‑267.

51 Un stipe de palmier étaie une copie du Diadumène de l’époque d’Hadrien conservée au musée de Tripoli (inv. 22) : D. Kreikenbom (note préc.), p. 189, cat. V 4, pl. 258.

52 Sur le culte de Fortuna dans le monde romain à l’époque républicaine, cf. J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la fortune à Rome et dans le monde romain des origines à la mort de César, II. Les transformations de Fortuna sous la République (1987).

53 Il faut mentionner notamment le culte de Fortuna Augusta à Pompéi (V. Gasparini, « Engineering of the sacred. The mechanics of introducing the cult of Fortuna Augusta in Pompeii », dans Orte der Forschung, Orte des Glaubens. Neue Perspektiven für Heiligtümer in Italien von der Archaik bis zur späten Republik. Akten der internationalen Tagung in Darmstadt am 19. und 20. Juli 2013, Bonn [2016], p. 45‑70), ceux de Fortuna à Pouzzoles (Ch. Dubois, Pouzzoles antique (histoire et topographie) [1907], p. 144 ; p. 415‑416, nos 4‑5) et à Berytos (CIL III 6671), auxquels on peut ajouter le culte de Tychè à Corinthe (Ch. M. Edwards, « Tyche at Corinth », Hesperia 59 [1990], p. 529‑542). Une statue de Tychè/Fortuna a par ailleurs été mise au jour à Leptis Magna (M. Floriani Squarciapino, « Fortuna o Astarte-Genius coloniae ? », Quaderni di archeologia della Libia 5 [1967], p. 79‑87), tandis que la déesse est représentée sur le fronton du temple du Génie de la colonie à Tripolis (H. von Hesberg, « Archäologische Denkmäler zu den römischen Götterstalten », dans ANRW II, 17, 2, p. 1072‑1073).

54 RE VII, s.v. « Fortuna », col. 36‑39 ; LIMC VIII, s.v. « Tyche/Fortuna » (F. Rausa), p. 140.

55 A. Alföldi, Die monarchische Repräsentation im römischen Kaiserreiche (1970), p. 246‑247 ; M. Weber, Baldachine und Statuenschreine (1990), p. 51‑53 ; le culte de Fortuna à l’époque impériale s’inscrit ainsi, la plupart du temps, dans le cadre défini à l’époque républicaine avec l’instauration à Rome du culte de la Fortuna Publica populi romani, qui préside au destin singulier du Peuple romain (cf. J. Champeaux, Fortuna. Recherches sur le culte de la fortune à Rome et dans le monde romain des origines à la mort de César, II. Les transformations de Fortuna sous la République [1987] p. 82‑83).

56 H. Mattingly, E. A. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, III. Antoninus Pius to Commodus (1930), p. 74‑75, no 397‑398, pl. III, 68.

57 A. Alföldi, Die monarchische Repräsentation im römischen Kaiserreiche (1970), p. 247, pl. 14, 4.

58 Voir par exemple un aureus frappé sous Hadrien, conservé au British Museum (inv. THO, II.1344) ; H. Mattingly, E. A. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, II. Vespasian to Hadrian (1968), p. 369, no 252.

59 Sur cette hypothèse, Basiliques et agoras, p. 98.

60 Voir Guide, p. 22‑24 ; sur les encoches pratiquées dans le dallage pour un soutènement de la façade de la curie, ibid., p. 66.

61 L’ensemble a dû être entraîné vers le côté le plus fragile, les colonnades du portique, ce qui peut expliquer que les parties gauche de la statue et Est du baldaquin sont plus endommagées que les autres.

62 Voir en particulier le relevé de H. Ducoux, carnet 2‑C PHI 22a, et sa mise au net de 1931, plan 965 : on ne discerne à l’emplacement du socle qu’une maçonnerie de moellons et mortier recouvrant l’essentiel de cet espace sur une largeur de 1,50 m en ne laissant libres que le bloc Est et la partie antérieure du socle. On manque de renseignements précis sur la façon dont se présentaient les différents éléments du monument à l’emplacement où ils ont été découverts et sont pour la plupart restés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Moitié Ouest du forum avec le baldaquin à l’extrémité Nord du portique Ouest
Crédits EFA/L. Fadin, P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Fig. 2 — Socle du baldaquin, vue d’ensemble.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3 — Socle du baldaquin, détail de l'assise conservée.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 4 — Socle du baldaquin, détail du bloc Ouest.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Fig. 5 — Socle du baldaquin, détail du bloc Est dans ses rapports avec la curie.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 6 — Socle du baldaquin.
Légende Relevé en plan, en élévation frontale avec au fond la curie, en élévation latérale avec au fond les vestiges de la pièce aux cinq colonnes.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Fig. 7 — Piédestal 1, vue d’ensemble.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 8 — Piédestal 1 vu de dessous (état actuel).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 9 — Pied de colonne 2.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 10 — Colonne 3, vue d’ensemble.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 11 — Colonne 3, vue de dessous.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 12 — Sommet de colonne 4.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 13 — Pied de colonne.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 14 — Éléments porteurs.
Légende Piédestal 1, pied de colonne 3, sommet de colonne 4.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Titre Fig. 15 — Chapiteau 5, vue d’ensemble.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Fig. 16 — Chapiteau 5, lit d’attente (inv. 610).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 17 — Chapiteau 5, lit de pose.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 18 — Chapiteau 5, détail des acanthes.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 19 — Éléments porteurs : chapiteau 5.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 20 — Épistyle 6, face interne.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 21 — Épistyle 6, soffite.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 22 — Épistyle 7, face externe.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 23 — Épistyle 7, soffite.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 24 — Épistyle 8, vue d’ensemble.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 25 — Épistyle 8, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre Fig. 26 — Épistyle 9.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 27 — Épistyle 10, vue de face.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 28 — Épistyle 10, face interne.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 29 — Épistyle 10, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 30 — Épistyle 10, soffite.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 31 — Épistyle 11, vue de face.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 32 — Épistyle 11, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 33 — Épistyle 12 (inv. 1177).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 34 — Épistyle : bloc 10 complété à gauche par les blocs 6 et 8.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 670k
Titre Fig. 35 — Corniche 13.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 36 — Corniche 14 (ensemble inv. 919).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 37 — Corniche : angles 13 et 14.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 630k
Titre Fig. 38 — Corniche 15, mouluration.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 39 — Corniche 15, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 40 — Corniche 16 (inv. 900).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 41 — Corniche 17 (inv. 914).
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 42 — Corniche 18, vue de face.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 43 — Corniche 18, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Fig. 44 — Corniche 20, vue latérale.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 45 — Plaque de couverture 21.
Crédits EFA/P. Collart.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 46 — Plaque de couverture 21, rosette ronde.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Fig. 47 — Plaque de couverture 21, rosette carrée.
Crédits Cl. M. Sève.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 48 — Plaque de couverture 22.
Crédits EFA/P. Collart.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 49 — Couverture : plaques 21 et 22.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 50 — Mise en place des éléments de couverture, vue de dessous.
Légende Épistyles 7, 6, 8, plaques 21 et 22, épistyle 10.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Titre Fig. 51 — Restitution de l’ordre du baldaquin.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
Titre Fig. 52 — Statue de Fortuna sur son socle.
Légende Vue générale depuis le Sud.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 53 — Statue de Fortuna, vue de face.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 54 — Statue de Fortuna, profil gauche.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 55 — Statue de Fortuna, profil droit.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 56 — Statue de Fortuna, vue arrière.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 57 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Fig. 58 — Statue de Fortuna, vue de trois quarts.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre Fig. 59 — Statue de Fortuna, détail du repose-pied.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Fig. 60 — Statue de Fortuna, dossier du trône.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 61 — Statue de Fortuna, accoudoir droit du trône.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Fig. 62 — Statue de Fortuna, figure animale sur le pied antérieur gauche du trône.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Titre Fig. 63 — Statue de Fortuna, manche du chitôn.
Crédits Cl. G. Biard.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 64 — Statue féminine drapée du nymphée d’Hérode Atticus à Olympie.
Crédits Olympie, Musée, inv. L157 ; Institut archéologique allemand d’Athènes : D‑DAI-ATH-1979-0409 ; cl. Gösta Hellner.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Fig. 65 — Statue féminine drapée d’Aphrodisias.
Crédits Aphrodisias, Musée, inv. 63‑56 ; New York University Excavations at Aphrodisias (G. Petruccioli).
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 66 — Statue de Fortuna : vue latérale droite et vue frontale.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 67 — Statue de Fortuna : vue latérale gauche et vue arrière.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 68 — Restitution du baldaquin : élévation latérale, élévation frontale, plan.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre Fig. 69 — Le baldaquin dans son contexte, vu du portique.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 70 — Le baldaquin dans son contexte, vu de la place.
Crédits EFA/P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/985/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Biard, Michel Sève et Patrick Weber, « La statue de Fortuna au forum de Philippes et son écrin architectural »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 713-766.

Référence électronique

Guillaume Biard, Michel Sève et Patrick Weber, « La statue de Fortuna au forum de Philippes et son écrin architectural »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.985

Haut de page

Auteurs

Guillaume Biard

Aix‑Marseille Université, CNRS, Centre Camille Jullian, Aix‑en‑Provence, France.

Articles du même auteur

Michel Sève

Professeur des universités, Émérite en histoire grecque de l’Université de Lorraine (Metz).

Articles du même auteur

Patrick Weber

Architecte.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search