Navigation – Plan du site

AccueilNuméros143.2Bienfaits de l’empereur Hadrien e...

Bienfaits de l’empereur Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada (IG II2 1089, complétée, et IG II2 1075, complétée)

Ευεργεσίες του αυτοκράτορα Αδριανού προς τις πόλεις των Σάρδεων και των Συννάδων (IG II1089, συμπληρωμένη και IG II1075, συμπληρωμένη)
Benefactions of Emperor Hadrian to the Cities of Sardes and Synnada (IG II1089, completed, and IG II1075, completed)
Simone Follet et Dina Peppas Delmousou †
p. 767-783

Résumés

Grâce à l’addition de nouveaux fragments, à la mise en place de fragments déjà connus et à de nouvelles lectures, il nous a été possible de republier deux inscriptions évoquant les bienfaits de l’empereur Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada (IG II2 1089 et 1075, complétées), placées à l’origine sur l’Acropole d’Athènes dans le « Panthéon ». Quelques précisions sont aussi apportées sur le prêtre Tib. Cl. Attalos Andragathos de Sphettos, citoyen de Synnada et d’Athènes, d’après les lettres adressées aux artistes dionysiaques gravées sur une stèle opisthographe (IG II2 1105, complétée), maintenant mieux reconstituée.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches qui ont abouti à cet article n’auraient pas été possibles sans l’aide apportée par les Directeurs et le personnel du Musée épigraphique d’Athènes, qui ont accueilli nos nombreuses demandes avec une infinie patience, sans le concours aimable et efficace du personnel de l’American School of Archaeology, qui m’a donné accès aux collections de l’Agora, et sans l’accueil amical des directeurs successifs et du personnel de l’École française d’Athènes, qui m’ont hébergée pendant de nombreux séjours et permis de profiter pleinement des ressources de leur merveilleuse bibliothèque. Je remercie aussi chaleureusement Mireille Corbier, directrice de l’Année épigraphique, Anne Gangloff, maître de conférences à l’Université Rennes II, Athanase D. Rizakis, directeur de recherches émérite au KERA, et les membres du comité de lecture du BCH, qui m’ont aidée à compléter ma documentation et permis d’éviter plusieurs erreurs.

Texte intégral

  • 1 S. Follet, D. Peppas Delmousou, « Le décret de Thyatire sur les bienfaits d’Hadrien et le « Panthéo (...)

1En 1997, nous avons republié et commenté un décret rappelant les bienfaits d’Hadrien envers Thyatire1. Le texte de deux autres inscriptions appartenant au même ensemble, concernant les cités de Sardes et de Synnada, peut aussi être amélioré. La ressemblance entre IG II2 1088 et IG II2 1089 avait déjà été signalée par U. Köhler et W. Dittenberger dans IG III 14.

Bienfaits envers Sardes

2Plusieurs fragments de cette inscription sont connus depuis longtemps, mais, grâce aux observations de D. Peppas Delmousou, il a été possible de rapprocher quatre fragments du fronton sculpté, dont deux inédits, de trois fragments, dont un inédit, appartenant au corps du texte. Nous les énumérons de gauche à droite et de haut en bas.

  • 2 Le fragment EM 2509 n’avait pas encore été mis en place ; il doit être rapproché du bloc principal (...)

3a. EM 5892 (Acropole 2197) + EM 8429 + EM 6097a, recollés, et EM 2509 permettent de reconstituer une partie importante du fronton triangulaire sculpté qui couronnait la stèle (voir fig. 12). Dimensions : h. 31, l. 56, ép. 7,5 cm et h. 10, l. 10, ép. 6 cm ; h. des lettres 2 à 2,1 cm.

4b. Agora I 2269, à gauche, et EM 2891 + EM 9487, recollés, à droite, portent le texte principal. Dimensions : h. 20,5, l. 28,7, ép. 8 cm ; h. 23, l. 58,9, ép. 7,3 cm ; h. des lettres 1,2, interligne 0,8 cm.

Fig. 1 — Fronton sculpté de la stèle portant l'inscription de Sardes : EM 5892 + EM 8429 + EM 6097a et EM 2509.

Fig. 1 — Fronton sculpté de la stèle portant l'inscription de Sardes : EM 5892 + EM 8429 + EM 6097a et EM 2509.

Cl. Ch. Galazios.

Provenance

5Les fragments dont la provenance est connue (EM 5892, EM 8429, EM 9487) ont été trouvés sur l’Acropole. Pour EM 9487, les indications de K. S. Pittakis sont floues : « en 1837 près des Propylées » ; « en 1829 à l’ouest de l’Érechtheion ». I 2269 a été trouvé dans les fouilles de l’Agora, remployé dans un mur moderne, le 31 décembre 1934.

Éditions antérieures

6EM 5892 (Acr. 2197) : J. Kirchner, IG II2 3279, avec n° EM et restitutions suggérées par H. Nesselhauf erronés.

7EM 8429 : K. S. Pittakis, Ephem. 1842, n° 1022, p. 584 ; (Ph. Le Bas, Att. n° 98) ; W. Dittenberger, IG III 224 b, p. 493 (copie d’U. Köhler) ; J. Kirchner, IG II2 4775 b, séparé d’IG II2 4775 c (EM 8428) par W. Peek, AM 67 (1942), n° 96, p. 57-58 et pl. 220, qui rapproche ce dernier fragment d’EM 8427 ; cf. G. E. Malouchou, APMA 5 (2010), n° 664, p. 94 (pour le n° EM, lire EM 8429).

8I 2269 : J. H. Oliver, Hesperia, 10 (1941), n° 35, p. 82-83 ; Hesperia, Suppl. 13 (1970), n° 45, p. 123-124, qui a rapproché ce fragment d’ IG II2 1089 (photo des deux fragments associés).

9EM 9487 (Acr. 1578) : K. S. Pittakis, Ephem. 1838, n° 55, p. 109 ; Ephem. 1842, n° 1036, p. 591 ; W. Dittenberger, IG III 14, d’après une copie d’U. Köhler ; J. Kirchner, IG II2 1089 (estampage) ; J. H. Oliver (voir supra) ; cf. G. E. Malouchou, APMA 5 (2010), n° 617, p. 87.

Description

  • 3 L. von Sybel, Katalog der Skulpturen zu Athen (1881), no 7212, p. 447. Les personnages sont décrits (...)

10L’inscription était gravée sur une stèle de marbre pentélique à dos lisse, peut-être plus large que haute. La première ligne occupait le bandeau plat constituant la partie inférieure du fronton triangulaire. Les deux lignes suivantes occupaient un autre bandeau situé juste au-dessous, faisant saillie à gauche (et certainement aussi à droite). Dans la partie inférieure, le texte était limité, comme dans le décret de Thyatire, par une marge d’environ 3 cm et une rainure en V asymétrique, et se divisait en trois parties séparées par une ligne blanche. Le mot unique de la l. 4, gravé à droite dans le prolongement d’un listel, paraît avoir été ajouté pour réparer une omission, sans doute après arasement de l’extrémité droite du listel. Du relief inscrit dans le triangle du fronton seule la partie se trouvant sur le fragment EM 8429 avait été décrite jusqu’ici. Le personnage chevelu et barbu appuyé sur son coude gauche représenté à gauche était, selon K. S. Pittakis, l’empereur Hadrien. À sa droite il croyait reconnaître une vigne portant une grappe, symbole d’abondance, mais L. von Sybel3 mettait un point d’interrogation après « Traube » (vigne). À droite on reconnaissait un personnage dont la tunique descendait jusqu’aux chevilles, portant un vase dans la main droite. On voit, après recollage, que ces personnages féminins étaient au nombre de trois, ce qui suggère qu’il s’agit des Charites. L’empereur Hadrien est peut-être appuyé sur un sac de pièces d’or ; on pourrait alors comprendre la référence, l. 3, au « Lydien », sans doute Crésus, qui enrichit Sardes, sa capitale, grâce à l’or du Pactole (voir infra).

Écriture

11Les lettres, à petits apices, présentent des variations de détail importantes. Les boucles de rhô et de bèta sont souvent mal fermées ; omicron peut être un ovale allongé vers le haut ou un cercle parfait ; la haste centrale d’epsilon est disjointe de la verticale gauche ; les bases d’oméga peuvent être plates ou pourvues d’apices ; tau, my et ny sont de largeur variable. La haste centrale d’alpha est rectiligne. Sigma, anguleux, peut présenter une dissymétrie entre le haut et le bas. Les deux boucles de phi sont parfois dissymétriques. Dans l’ensemble, bien que les lettres soient du même style, l’écriture du fronton, plus grosse, apparaît plus soignée que celle du bas de la stèle ; il se peut que deux graveurs différents aient collaboré.

Texte

Apparat critique

1 Χάραισ[ιν Pitt. Χάρισ[ι Ditt. [τῷ ∆ήμῳ καὶ] ταῖς Χάρισ[ι Ki. 2 Αὐτοκρά[τορος Καίσαρος Νέρωνος Κλ] dub. Nesselhauf apud Ki. ; Αὐτοκρ]άτορος Ἁδρια[νοῦ Pitt. Ditt. Ki. ; ὅσαι Κροίσου τοῦ] uel [ἴσαι ταῖς ? Κροίσου? τοῦ] nos. 3 αυδίου θ[εοῦ Κλαυδίου υἱοῦ dub. Nesselhauf apud Ki. (seul le haut des lettres est préservé ; on pourrait lire aussi Ἀ̣χ̣α̣ιοῦ ou Λ̣υ̣α̣ίου) ; [Τραιανοῦ] εὐεργεσίᾳ εἰς [τὴν πόλιν | τῶν Ἀθηναίων] Pitt. [..... ε]ὐεργεσίᾳ εἰς..... Ditt. [- - - ε]ὐεργεσίαι εἰς | /// Ki. Λ̣υ̣δ̣ίου εὐεργεσίαι εἰσὶ̣ [ε]ἰς ἡ̣µ̣ᾶς Σα̣[ρδιανούς] nos. 4 -ε Pitt.1 om. Pitt.2 ΙΕ Köhler - - - ιε Ki. - - -]ατε Ol. ἅ̣π̣ερ̣ nos. 5 -σαι Pitt.1 κ]αὶ Pitt.2 ¯AI Köhler -αι Ditt. -τ̣αι Ki. Ol. καὶ nos ; ΑΝΑΣΩΖΙΝ, ΑΠΟΑΑΜΒΑΝΕΙΝ lapis. 5-6 προαι- Pitt.1 Ki. Ol. προαι[ρεῖσθαι] Pitt.2 Ditt. προαι|[ρεῖται] nos. 7 - - σ̣ - - Ol. ; ὑπο]σ̣χ̣όμενος nos ; [τ]ῶν Pitt.1 -ων Pitt.2 Ditt. Ki. Ol. ἡμῶν nos. 8 […]ους Ol. [καὶ] τ̣οὺς nos ; -ιτιμουμένην Pitt.1 -ΙΤΙΜΟΥΜΕΝΩΝ Pitt.1 fac.-sim. -τιμουμένων Pitt.2 TEIΜΟΥΜΕΝΩΝ Köhler [φιλοτ]ειμουμένων Ditt. [φαίνεσθαι τῶν φιλο]τειμουμένων Hiller von Gärtringen apud Ki. φιλο]τειμουμένων Ol. φιλο̣τειμουμένων nos ; τὰ δέκα … ησων … (ΚΑΙΕΣΩΝ fac.-sim.) Pitt.1 τὰ δὲ καὶ ἐξ ὧν Pitt.2 τάδε καὶ ἐξ ὧν Ditt. Ki. Ol. 9 αὐτο | Ol. αὐτοκ̣[ρατόρων, -τορος uel -τορικῆς καὶ συγ]χ̣ωρήσεως nos ; [-τῶ]ν Pitt. Ditt. Ol. -ν Ki. 9-10 πό|[λεων] Pitt.1 πό|[ρων] Pitt.2 Ditt. πο- Ki. πο|ρίζουσιν Ol. 10 ἀ - - - Ol. ἀ[γλαὸν uel ἀ[γανὸν uel sim. nos ; ἑλ]έσθαι Pitt.1 ἑ]λέσθαι Pitt.2 γεν]έσθαι Ditt. Ki. γε]νέσθαι Ol. προσηγ?]γ̣ύ̣ησεν γενέσθαι dub. nos. 11 ἔστι[ν αὐτὰς ὑπερβαλεῖν. Ἡμεῖς δὲ] dub. nos. 12 τῆ[ς Ol. τῆς̣ nos ; -ες Pitt.1 εἰ]ς Pitt.2 -τες Ditt. Ki. οἱ ἐπιμεληθέντες καὶ κατασκευάσαν]τες Ol. ἐπεμελήθησαν οἱ ποιήσαν]τες nos. 13 [τῶν - - -] Pitt.1 [τῶν ἰδίων] Pitt.2 τῶν ἰδίων Ol. ; Γ̣ Ol. Π̣[ανέλληνες uel Π̣[ανελληνίου (καὶ πρέσβεις ?)] nos ; -υος Pitt. vΟΣ Köhler -ος Ki. -χος Ol. -χ̣ος nos. 14 Α. Κορνήλιος Πόστομ[ος - - -] Ol. ; - - - ἐπὶ Pitt.1 [κληρονόμος] Pitt.2.

Traduction

12À la Bonne Fortune, aux Grâces de l’empereur (Hadrien ?). Les bienfaits de l’empereur Hadrien Olympien sont (aussi nombreux que ?) ceux du Lydien (Crésus ?) envers nous, habitants de Sardes, ce que le (très divin empereur ?) choisit que nous préservions, fassions revivre et recevions. Hadrien Auguste, ayant fait lui-même (de nombreuses ?) promesses en notre faveur, a rendu aussi nos concitoyens à tel point meilleurs (que, ceux-ci ?) se montrant généreux d’une part sur leurs biens propres, d’autre part à partir des ressources qu’ils tirent, grâce à la sollicitude et à la permission des empereurs, des fonds communs et publics, il a garanti (?) l’apparition à Sardes d’une beauté en quelque sorte nouvelle (et éclatante ?), et dans l’ensemble il est impossible (de la surpasser ?). Nous en sommes, nous, restés confus.

13La charge de faire ériger cette (stèle a été assumée) par ceux qui l’avaient fait préparer à leurs frais, les délégués au P̣[anhellènion (et ambassadeurs ?)] [- - -]chos et A(ulus) Cornelius Postum[us].

Commentaire

  • 4 Pausanias, 1, 5, 5 (ἐν τῷ κοινῷ τῶν θεῶν ἱερῷ) ; 1, 18, 9 (θεοῖς τοῖς πᾶσιν ἱερὸν κοι (...)

14J. Kirchner, après avoir rappelé la ressemblance signalée par U. Köhler entre ce texte et le décret de Thyatire IG II2 1088, présentait IG II2 1089 comme un décret des Panhellènes. G. E. Malouchou, dans APMA 5 (2010), n° 617, p. 87, y voit plutôt un décret de la ville de Sardes évoquant des bienfaits d’Hadrien, ce que confirme le rapprochement des différents fragments, avec en particulier les expressions ἡ̣μ̣ᾶς Σα̣[ρδιανούς] l. 3 et ταῖς Σάρδεσιν l. 10. Bien que le terme « décret » pour désigner ce texte soit traditionnel, on voit, en le comparant aux documents de la même série, que sa forme est inhabituelle, puisqu’il ne comporte ni considérants ni décision. Il s’agit plutôt d’un exposé des motifs ou d’un résumé de l’argumentaire qui devait figurer dans le décret voté, et probablement publié, à Sardes. On peut aussi le considérer comme un « témoignage » (μαρτυρία) sur les bienfaits d’Hadrien, analogue à ceux qui ont été accordés sous l’Empire au Toulousain Trebellius Rufus de Lamptres (Agora, XVIII, H 398, p. 216-219), au Panhellène M. Ulpius Euryclès d’Aizanoi (OGI, 504-507) ou à Polybios de Sardes (voir infra, n. 17 et 28). Comme le décret de Thyatire, mais aussi celui de Synnada (voir infra), il devait avoir été gravé sur une stèle érigée sur l’Acropole dans le « Panthéon »4.

  • 5 Demokratia, the Gods and the Free World (1960), chap. III : « Aphrodite, Democracy and the Graces »
  • 6 The Athenian Agora, III, Literary and Epigraphical Testimonia (1957), nos 125‑132, p. 59‑61. On doi (...)
  • 7 Voir P. Chantraine et alii, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, IV, (...)
  • 8 L’Année épigraphique (2008), n1353, l. 92, p. 551‑552.

15L. 1 : Il existe à Athènes un culte du Dèmos et des Charites. J. Kirchner avait cru pouvoir restituer, dans IG II2 4775b, [τῶι ∆ήμωι καὶ] ταῖς Χάρισ[ι], d’après IG II2 5047. Mais les nombreux testimonia réunis notamment par J. H. Oliver5 et R. E. Wycherley6 prouvent que leur sanctuaire était situé non sur l’Acropole, mais sur le flanc nord du Kolônos Agoraios. En fait la dédicace « aux Charites de l’empereur » était précédée seulement d’un vœu banal « à la Bonne Fortune ». Les Charites symbolisent les faveurs, les Grâces accordées par l’empereur Hadrien à la cité de Sardes, mais aussi réciproquement la reconnaissance de ses obligés7. Le mot χάρις est traduit par beneficium dans le règlement du portorium de la province d’Asie8. Il est repris ici l. 3 par le synonyme εὐεργεσιαι. Les formes très variées de l’évergétisme d’Hadrien sont connues : voir par exemple Dion Cassius, 69, 5, 1-3 ; 69, 10, 1 ; 69, 16, 1-2 ; Pausanias, 1, 5, 5 ; 1, 18, 6 et 9 ; IK 24, 1, n° 676 et Philostrate, V. Soph. 1, 25, 2 (faveurs obtenues d’Hadrien par le sophiste Polémon pour la ville de Smyrne).

16L. 2 : Hadrien est Ὀλύμπιος, non Πανελλήνιος, ce qui permet de dater l’inscription probablement entre 129 et 132.

  • 9 Les sources littéraires sur Sardes ont été réunies par J. G. Pedley, Ancient Literary Sources on Sa (...)
  • 10 IG II2 1091. Sur Leukippos, voir aussi R. Merkelbach et J. Stauber, Steinepigramme aus dem griechis (...)
  • 11 IG XIV 829 ; O. Curty (supra n. 4), n° 81, p. 204‑205 ; P. Lombardi, « L’ellenismo di Puteoli nel I (...)
  • 12 P. Herrmann, « Inschriften von Sardeis », Chiron 23 (1993), p. 242‑244.

17L. 3 : Le déchiffrement du mot Λ̣υ̣δ̣ιου est important : la restitution [Κλ]|αυδιου proposée par H. Nesselhauf pour IG II2 3279 violait la coupe syllabique ; une autre lecture possible, Λ̣υ̣α̣ιου, épiclèse de Dionysos, est peu probable ici. Sardes est l’ancienne capitale du royaume de Lydie. Parmi les figures glorieuses de son passé Crésus occupe une place de choix, de préférence à Gygès auquel on pourrait songer ; c’est le roi qui a enrichi non seulement Sardes, mais aussi de nombreux sanctuaires de Grèce et d’Asie grâce à l’or du Pactole9. Instaurer une comparaison entre lui et Hadrien, dont les bienfaits sont « aussi nombreux que » (ὅσαι) ou « équivalents à » (ἴσαι) ceux du roi de Lydie, apparaît naturel. Le héros Leukippos est nommé en tête du décret de Magnésie du Méandre10, Zeus Sauveur en tête de celui de Kibyra11 : l’allusion à Crésus ici ne manque donc pas de parallèles.
Dans la continuité des travaux de L. Robert, P. Herrmann12 a étudié le complexe de légendes relatives à la fondation de Sardes, élaborées ou revues à l’occasion de son admission au Panhellènion, qui lui permettent de se proclamer au IIIe s. sur ses monnaies μητρόπολις Ἀσιά ς Λυδιά ς Ἑλλάδος.

18L. 4-6 : La relative placée au début du texte proprement dit constitue une sorte de titre ou, plus probablement, une apposition explicitant le terme εὐεργεσιαι de la l. 3. Le bienfaiteur de Sardes, cité au début de la l. 5, ne peut être qu’Hadrien ; nous avons restitué une des formules susceptibles de le désigner. L. 5-6, le verbe προαιρεῖσθαι, suggéré par deux éditeurs, ne peut être qu’à l’indicatif présent, προαι|[ρεῖται]. Les bonnes dispositions de l’empereur envers Sardes sont traduites par trois verbes précis : διατηρεῖν « préserver » (ce qu’elle a), ἀνασῴζ(ε)ιν « restaurer » (ce qui a été perdu ou détruit), ἀπο(λ)αμβάνειν « recevoir » (ce qui lui est dû). Le neutre ἅπερ peut donc synthétiser des éléments très divers : biens fonciers, monuments, revenus, privilèges, exemptions, institutions…

  • 13 Voir T. Ritti, Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (2000) (...)
  • 14 Sur les différentes ressources des cités, voir notamment la conclusion de M. Corbier au colloque ci (...)
  • 15 On peut restituer, l. 9, αὐτοκ̣[ράτορος], αὐτοκ̣[ρατόρων] ou αὐτοκ̣[ρατορικῆς]. On ne peut savoir, (...)
  • 16 Un bon exemple est fourni par une inscription de Philippes : voir C. Brélaz, Corpus des inscription (...)
  • 17 Les fouilles de Sardes ont mis au jour de nombreux bâtiments (voir e. g. E. Akurgal, Civilisations (...)
  • 18 Smyrne : voir W. Peek, Griechische Vers-Inschriften, I, Grabgedichte (1955), n1026, v. 3 : Σμύρνη (...)
  • 19 A.‑V. Pont, Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romai (...)
  • 20 Voir Philostrate, Her. 0, 2, 10, avec les n. 3 et 4, p. 9 et 145 de l’édition de S. Follet, CUF (20 (...)

19L. 7-11 : Malgré les lacunes, on peut reconstituer la syntaxe de la longue phrase qui occupe les l. 7-11. Le personnage évoqué au nominatif ([ὑπο]σ̣χ̣όμενος l. 7, ἐ̣[ποιησεν uel sim. l. 8, προσηγ]γυ̣ ̣́ησεν l. 10) est certainement Hadrien, quelle que soit l’expression qui le désigne l. 7. Le participe devait être accompagné d’un accusatif, e. g. πολλά ou ταῦ͂τα. Le tour ἐπὶ τοσοῦτον, l. 7, doit introduire une consécutive : nous avons restitué ὥστε, puis un démonstratif au génitif qui paraît nécessaire avec φιλοτειμουμένων. Les expressions parallèles τὰ μὲν ... τὰ δὲ permettent de distinguer deux sources où ont puisé les citoyens généreux : d’une part, leurs biens propres (οἴκοθεν, l. 8), d’autre part, les ressources communes et publiques. L’expression τὰ κοινὰ καὶ δημόσια est rare : en plus de notre texte (seule l’édition IG II2 1089 est citée), on ne trouve dans la banque de données sur le vocabulaire des inscriptions latines et grecques qu’un seul exemple, un peu différent, FD III 2, 70, de la fin du IIème s. av. J.-C. : des ambassadeurs ont rendu compte au consul Marcus Livius περὶ χρημάτων δημοσιων ἢ κοινῶν. La particule disjonctive donne à penser qu’il s’agit de fonds distincts. Le problème des différentes caisses de finances municipales a été posé notamment à propos de l’apparition, à Hiérapolis, d’une τράπεζα τῶν φόρων13. À Sardes aussi existaient probablement deux caisses distinctes, où pouvaient être versés les produits de diverses locations, d’une part, de taxes et amendes, d’autre part14. L’autorisation impériale15 était nécessaire pour de nombreuses opérations financières réalisées par les cités : acceptation de fondations ou de legs, changement d’affectation de sommes prévues pour une action précise16, construction de bâtiments publics… Le contexte ici semble indiquer qu’il s’agit des finances municipales. On ne peut toutefois exclure la possibilité d’exemptions fiscales ou autres faveurs accordées par l’empereur. Dans le décret de Synnada (l. 24), l’empereur paraît avoir donné des terres qui faisaient partie de son propre domaine. La façon dont se manifeste l’évergétisme d’Hadrien ici est originale : il définit une politique (προαιρεῖται) favorable à la ville de Sardes, lui permettant de préserver, recouvrer ou obtenir certains biens ou avantages (l. 4-6) ; il fait certaines promesses ou beaucoup de promesses (l. 7) et suscite ainsi l’émulation des citoyens qui vont se montrer généreux soit avec leurs biens propres, soit sur des ressources qu’ils peuvent tirer des fonds publics. C’est donc l’empereur qui assure à la ville de Sardes une beauté nouvelle. L’adjectif qui suit ne peut être restitué sûrement : nous avons suggéré e. g. ἀ[γλαόν], mais les possibilités sont nombreuses, « aimable », « admirable » etc. En raison de sa place, τι paraît porter plutôt sur νεαρόν que sur κάλλος : « une beauté en quelque sorte nouvelle » ; l’adjectif est assez recherché, moins banal que νέον ou καινόν. Notre texte atteste donc qu’Hadrien a embelli Sardes17. Sardes n’est pas la seule ville dont on vante la beauté : on trouve de semblables éloges, par exemple, pour Smyrne et Éphèse18. Les mots κάλλος et κόσµος constituent en quelque sorte le leit-motiv de l’ouvrage d’Anne-Valérie Pont sur le paysage urbain de l’Asie gréco-romaine19.
La ligne 11 contient une sorte de conclusion. La construction de la première partie n’est pas sûre, τὸ σύνολον pouvant être un accusatif de relation ou le sujet du verbe. L’idée est sans doute que cet ensemble est insurpassable ou inégalable, même si l’on ne peut pas retrouver sûrement l’expression employée. La première personne du pluriel employée pour l’aoriste de κατηφεῖν, « être abattu, honteux », dénote un brusque changement de sujet ; l’opposition à ce qui précède devait être marquée par une particule et peut-être un pronom sujet. Le sentiment exprimé est sans doute une certaine confusion, voire honte, des citoyens ordinaires face aux générosités de l’empereur et des « bons citoyens », en fait les citoyens influents et riches appelés parfois οἱ δυνατοί20.

  • 21 Voir IG II2 12418, v. 1 : Στήλλην Παρθ<ε>νόπης ἴδιος γαμέτης ἐπόησεν, datée du milieu du iis. ap (...)

20L. 12, nous avons préféré une formule plus simple que celle de J. H. Oliver. La restitution du verbe ἐπιμελεῖσθαι s’impose. Pour le participe, [κατασκευάσαν]τες (Oliver) est usuel et donne un sens satisfaisant, mais il faut peut-être restituer un verbe plus court, tel que [ποιήσαν]τες21.

  • 22 Voir e. g. J. H. Oliver, Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri ( (...)
  • 23 J. H. M. Strubbe, « Gründer kleinasiatischer Städte. Fiktion und Realität », Ancient Society 15‑17 (...)
  • 24 Voir les deux éditions de J. H. Oliver citées supra et D. J. Geagan, The Athenian Constitution afte (...)
  • 25 Voir e. g. S. Follet, Athènes au iie et au iiie siècle. Études chronologiques et prosopographiques (...)
  • 26 Voir supra, n. 22.
  • 27 Article cité supra n. 17, p. 217.
  • 28 C. P. Jones, « Polybios of Sardes », Classical Philology 91 (1996), p. 247‑253.

21L. 13, puisque le mot σύνεδρος est usuel pour désigner un Panhellène22 et que la lettre qui suit ne peut être que gamma23 ou pi, la restitution Π̣[ανέλληνες] ou Π̣[ανελληνιου] s’impose. J. H. Oliver et D. J. Geagan24 avaient bien vu que les deux personnages cités étaient des Panhellènes, bien que leurs noms aient été omis dans plusieurs listes de Panhellènes25. Ils pouvaient porter aussi le titre de πρέσβεις. Sardes avait donc, comme Cyrène, deux délégués au Panhellènion26.
Le fait que les deux Panhellènes nommés ici soient autres que Polybios de Sardes ne permet pas de savoir si ce dernier était ou non un Panhellène – question discutée par P. Herrmann27 et C. P. Jones28 –, car les deux inscriptions de Sardes publiées par P. Herrmann peuvent être plus tardives que le texte inscrit à Athènes.

  • 29 Voir LAnnée épigraphique (2000), n1566 (inscription grecque d’Égypte datée du règne d’Antonin).

22L. 14, la forme latine du nom est A(ulus) Cornelius Postumus. Ce cognomen est parfois transcrit en grec sous la forme Πόστυμος29.

Bienfaits envers Synnada

23Plusieurs fragments d’une grande stèle de marbre pentélique, au dos grossièrement piqueté, ont été peu à peu réunis. Il est encore possible de progresser dans l’établissement du texte en tenant compte des anciennes éditions, en lisant mieux les passages où la surface est usée et en réorientant le commentaire, une fois le décret identifié comme décret de Synnada, à la lumière des autres textes contenant un éloge d’Hadrien regroupés dans le « Panthéon » sur l’Acropole d’Athènes. On peut distinguer trois parties.

  • 30 D. J. Geagan, « Hadrian and the Athenian Dionysiac Technitai », Transactions and Proceedings of the (...)
  • 31 Voir ses photographies, pl. 2 et 3.

24a. Des sept premières lignes ne sont conservées que des bribes. Les fragments Agora I 1267 et I 155, identifiés et publiés séparément par D. J. Geagan30, sont aujourd’hui recollés. Dimensions : h. 13,2, l. 39, ép. 21,2 cm ; h. des lettres 1,1 cm, interligne 0,8 cm. Ce bloc doit être placé à gauche (le bord gauche et la moulure sont préservés dans I 1267), mais un peu plus bas qu’EM 9509a, rapproché par D. J. Geagan31, qui préserve une partie du haut de la stèle (un uacat d’1,9 cm précède la première ligne inscrite). Dimensions : h. 17, l. 10, ép. 19 cm ; h. des lettres 1 à 1,2 cm, interligne 0,5 à 0,8 cm.

  • 32 Les deux fragments sont un peu trop éloignés sur la photographie de notre fig. 3, mais on distingue (...)

25b. EM 9511 est un bloc mutilé de tous côtés, sauf au dos, dont la surface est très usée à droite. Le bas a été retaillé, si bien que seul le haut de certaines lettres est lisible l. 26. Dimensions : h. 41, l. 38, ép. 18 cm ; h. des lettres 1 à 1,2, interligne 0,8 cm. Le bassin carré peu profond entaillant la surface au bas de ce bloc n’est conservé que sur une hauteur de 3,5 cm, mais on voit bien, dans l’angle supérieur droit, l’arc supérieur d’un trou de scellement dont l’arc inférieur est visible dans l’angle supérieur droit du carré découpé dans la surface d’EM 104332. Les deux blocs sont donc contigus. Ce trou de scellement, bien représenté déjà dans le fac-similé du premier éditeur, K. S. Pittakis, a son symétrique dans le coin inférieur droit du carré.

26c. EM 10431 constitue le coin inférieur droit de la stèle, avec un uacat de 26 cm suivant la dernière ligne inscrite et une double moulure à droite du texte. Dimensions : h. 63, l. 47, ép. 21 cm ; h. des lettres 1,1 cm (1,3 cm pour la dernière ligne), interligne 0,5 à 0,8 cm.

27La position respective des blocs b et c étant déterminée, aucune portion importante du texte n’a disparu entre eux. Il se peut qu’EM 9509a soit aussi très proche d’EM 9511 : la dernière lettre lisible sur EM 9509a semble être un pi, qui pourrait être l’initiale du mot ποι]εῖν, probable au début d’EM 9511 (nous n’avons pas pu vérifier cette hypothèse sur la pierre). Quoi qu’il en soit de ce détail, la perte de texte, là non plus, ne doit pas être importante.

Provenance

28Agora I 1267 et I 155 ont été trouvés remployés dans le mur de maisons modernes au pied nord de l’Acropole et au sud-ouest de l’Agora, respectivement le 1er février 1934 et le 13 février 1932. EM 9509a a été trouvé au pied sud de l’Acropole. EM 9511 a été découvert en 1837 dans les fouilles de l’Acropole, à l’est des Propylées, et EM 10431 le 23 octobre 1858, à l’est des Propylées. Il paraît certain, vu le lieu où ont été trouvés les deux plus gros blocs, que le lieu d’exposition initial du décret était l’Acropole, ce qu’indiquent peut-être aussi les lignes 5 et 6 du texte.

Éditions antérieures

29Agora I 1267 et I 155 : D. J. Geagan, « Hadrian and the Athenian Dionysiac Technitai », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, 103 (1972), p. 158-160 (photos, pl. 3 et 2) ; (SEG 30, no 89, p. 46-49).

30EM 9509a : W. Dittenberger, IG III 52a, p. 481 (copie d’U. Köhler) ; J. Kirchner, IG II2 2291c (estampage) ; A. N. Oikonomides, Τὰ Ἀθηναϊκά 14 (1959), n° 26, p. 12 ; (SEG 18, no 59, p. 33) ; D. J. Geagan, art. cit., p. 158-160 ; (SEG 30, no 89, p. 46-49) (fig. 2).

31EM 9511 : K. S. Pittakis, Ephem. 1838, no 61, p. 114 (fac-similé) ; W. Dittenberger, IG III 55 (non repris dans IG II2) ; P. Graindor, « Études épigraphiques sur Athènes à l’époque impériale. II. Décret d’Athènes en l’honneur d’Hadrien », Revue des études grecques 31 (1918), p. 227-237 ; (SEG 30, no 89, p. 46-49) ; cf. APMA 5 (2010), no 794, p. 115-116.

32EM 10431 : K. S. Pittakis, Ephem. 1860, no 3841, p. 1979 ; W. Dittenberger, IG III 7 (copie d’U. Köhler) ; J. Kirchner, IG II2 1075 (copie et notes de J. von Prott et estampage) ; P. Graindor et SEG 30, no 89, voir supra ; cf. APMA 5 (2010), no 842, p. 122.

Fig. 2 — Fragment appartenant à la partie supérieure droite du décret de Synnada (l. 1-7) : EM 9509a.

Fig. 2 — Fragment appartenant à la partie supérieure droite du décret de Synnada (l. 1-7) : EM 9509a.

Cl. Ch. Galazios.

Fig. 3 — Fragments inférieurs du décret de Synnada (l. 7-45) : EM 9511 + EM 10431.

Fig. 3 — Fragments inférieurs du décret de Synnada (l. 7-45) : EM 9511 + EM 10431.

Cl. B. Stamatopoulos.

Écriture

33Pour le détail, voir surtout la photographie d’EM 9509a, fig. 2. L’écriture est assez régulière, légèrement étirée en hauteur, avec de petits apices. Les lettres triangulaires sont prolongées en haut à gauche. Sigma est anguleux. Alpha a une haste centrale rectiligne. Les hastes obliques de kappa, touchant la haste verticale, sont assez longues. Omicron est de forme circulaire, mais de taille variable. Les hastes extérieures de my et ny sont verticales. Certaines lettres sont assez étroites, notamment delta, parfois alpha et epsilon.

Texte

Apparat critique

1 Λακεδαιμο[ν... Ditt. Ki. 2 - - ειδη δε[- - - Geagan ἐπ]ειδὴ δε[δηλώκασιν ὅτι ? nos ; ἀπο]ικίαν ἀγαγό[ντ… Ditt. Ki. 3 - - ι̣ν - - Geagan γ]ῆ̣ν ἣ̣[ν nos ; ἔχουσ[ι Geagan ; ἔτι καὶ νῦν ? κατ]έχουσι̣ nos ; γ̣ῆν aut τ̣ὴν Ἀττικὴ[ν - - Ditt. 4 - - δ̣ι̣ος Α[- - - Geagan ; θ̣αι ὅσα nos ; εὐ̣δ̣ Geagan [εἰς ἔθνη καὶ ?] π̣όλεις εὐ̣ερ̣[γέτηκε ? nos. 4-5 Τραι-|α̣νοῦ Ἀδριαν̣[οῦ Σεβαστοῦ] Geagan ; Ὀ]λ̣υμπίου - - - Gea- gan ; -ός, μόνου Ditt. Ki. ; Π̣α̣[νελληνίου ∆ι]ός, μόνου [σωτῆρος καὶ κτίστου nos (1997). 5-6 - - | αρι Ἀθήνηισ̣[ιν Geagan ; ἐν Ἀκροπό-|λ̣ε̣ι Ἀθήνηισ̣[ιν nos (1997). 6 ἡ π]ό̣λ̣ις Geagan ἀναγράψαι ? ἡ π]ό̣λ̣ις [ἐψηφίσατο ? ἅτ]ε̣ nos ; ἰδίᾳ προ- Ditt. Ki. ἰδίαι προτιμηθεῖσα ? nos (1997). 7 - ειν - Ditt. Ki. ὥστε ποι]εῖν nos ; ΑΝΕΙN Pitt. φανε[ρ]ὸ[ν ἂν γ]έ[νοιτο ?] Ditt. φανερὰ̣ς̣ ΙΓΛΙ- Gr. φανερὰς τὰς εὐ[εργεσίας] nos. 8 ΙΤΩΝ Pitt. ΝΤΩΝ Köhler -ν τῶν Gr. σ̣ι̣ν τῶν nos ; ΧΕΙΜΑΡΙΟ̣ΝΙΙ Pitt. ΧΕΙΜΑΡΙΩΝ..ΙΝ Köhler χειμάρρων Ditt. χ̣ειμ̣άρρων τὴ̣ν̣ Gr. 9 ∆ΙΝ Pitt. IN Köhler αὔ]ξ̣η̣σ̣ιν Gr. ΙΙΟΤΛΙΙΟΝ Pitt. [π]οτ[α]μῶν Ditt. ποτα̣μ̣ῶ̣ν εις Gr. 10 –ΙΕΧΑΡΙΣΑΤΟ– Pitt. ΝΕΧΑΡΙΣΑΤΟ Köhler -ν ἐχαρίσατο Gr. -ι̣ν ἐχαρίσατο nos ; [τ]οῦτ[ον] Pitt. ΠΡΟE.. Köhler πρὸ ἑπ[τὰ ἐτῶν ?] Ditt. πρὸς ὑ̣π.. Gr. 11 ἐπηρτημένο̣[ν] uel alius casus Ditt. ; ΟΙΚΛΥΚ Pitt. ΛΥI Köhler κ̣ινδ̣ύν̣[ω]ν̣ Gr. 12 ΡΛΙ Ι Pitt. ΤΛΙ Ο Köhler τὰ̀... Ditt. καὶ. ο - - Gr. ḲΑΙΤ̣Ο nos. 13 ΟΙΣ Pitt. ΤΟΙΣ Köhler τ]οῖς Gr. τ̣οῖς nos ; HMCI Pitt. ἡμ[ε]τ[έροις Ditt. ἡμετέ̣[ροις Gr. ἡμετέ̣ρ̣ο̣ις̣ nos. 14 ΙΩΙ Pitt. Köhler τῷ Ditt. Gr. ; CTNC’ Pitt. = T Köhler ἐ̣πι̣| Gr. ἐπέ̣σ̣τ[ειλ]ε̣ nos. 15 ΤΕΝΕΣΟΙΙΙ Pitt. ΙΕΝΕΣ(^ Köhler [γ]ενέσθ[αι] Ditt. γεν̣έ̣σ̣θ̣α̣ι̣ Gr. γενέσθ̣α̣ι. ν̣ nos. 16 fin [... συμβέβηκεν ?] Ditt...ΙΙ Gr. [τ]ῆ̣ι̣ π̣ό̣λ̣[ει] nos. 17 …εδριον Pitt. ΙΕ∆ΡΙΟΝ Köhler [τὸ συν]έδριον Ditt. συν]έδριον Gr. συ]ν̣έδριον nos ; παρημε. νενομισ[μένα] Pitt. παρ’ ἡμ[εῖ]ν ἐν ὁ[σ]ίαις ? Ditt. παρ’ ἡμε[ῖ]ν̣ ἐνο.ι.ε..ν Gr. ἐνό[μ]ι[σ]ε [γε]ν[έσθαι] nos. 18 ψ]ηφισαμένης Pitt. cett. ; E..AI.. Pitt. E Köhler ἐ- - Ditt. - …ν. Ι Gr. ε...α̣ι̣- - nos. 19 ΙΤΑΣΗΜΩΝΙ Pitt. τα Σήμωνι Pitt. [τοὺς πολ]ίτας ἡμῶν Ditt. Gr. ; ΚΛΑΥ∆Ι ΙΤΕΑΤΙΛΛΝ et Κλαυδίῳ - - Pitt. ΚΛΑΥ∆Ι.ΝΤΕΑΤΙΛΛ.N Köhler Κλαυδί[α]ν Τε[ρ]τ[ύ]λλ[α]ν ? Ditt. Κλαύδι[ό]ν τε Ἄτταλ[ο]ν Gr. Κλαύδιόν τε Ἄττα̣λο̣ν Ἀνδρ̣ά̣γ̣̣[αθον] nos. 20 /.ΚΛ.Γ Pitt. ⸄.ΚΛ Köhler Κλ. Ditt. Gr. -ο]υ̣ Κλ. nos ; ΤΕΡΤΥΛΑΕΙΙ Pitt. ΤΕΡΤΥΛΛΕΙ Köhler Τερτυλλεῖ[νον] Ditt. Τερτυλλεῖνο̣ν̣ Gr. Τερτυλ(λ)εῖνο̣ν τ̣ὸ̣ν̣ nos. 21 ΥΜΕΝ Pitt. [ἐγρα]μ̣μάτευεν Pitt. ϽΛΜΕΝ Köhler [ἀκηκ]ό[α]μεν ? Ditt. [ἀκηκ]όαμεν Gr. ; ΑΛΑ Pitt. ἄλλοις Pitt. ΑΛ Köhler ἄλ[λοις] Ditt. ἄλλ[οι]ς Gr. ἄλλο̣ι̣ς nos. 22 [τ]ῆς Pitt. Ditt. [τοῖς τ]ῆς Gr. [ἐν τοῖς ? τ]ῆς nos ; τε Pitt. Ditt. ΤΕΙ.Π Köhler τε κα̣ρ̣π[οὺς] Gr. τε καρπο̣ὺ̣ς̣ nos. 23 -ικεν Pitt. -ηκεν Ditt. -η̣κεν Gr. nos ; ΧΟΡ Pitt. ΧΩ Köhler χω[ρία] Ditt. Gr. χωρί̣α̣ nos. 24 ΣΕΚ et ὁ ἐκ Pitt. …ς ἐκ Ditt. Gr. ὁ βασιλε ?]ὺς nos ; ΠΑΡΕΧΕΙ ΙΙΙ et παρέχειν Pitt. ΠΑΡΕΧΕΙΤΗΙΠ Köhler παρέχει τῇ π[όλει] Ditt. παρέχ̣ε̣ι̣ τ̣ῆ̣ι̣ π[ό]λ̣[ει] Gr. παρέχει τῆι πόλ̣ε̣[ι] nos. 25 ΚΕΚΤΗΜΕΝΟΙΣ et κεκτημένος Pitt. κεκτημένοις Ditt. Gr. ; ΜCIΛ et μεγ[άλου] Pitt. MEIΛ Köhler μειλ- Ditt. μεγάλα̣.I\ Gr. μεγάλας κατ̣α̣σ̣κ̣[ευὰς] nos. 26 ͂Σ ΤΗΝΟΙΚΓΙΝ ͂ ͂Η et... ος τὴν οἰκουμ.ει.λ... Pitt. - - ος τὴν οἰκε[ία]ν ὁρι- Ditt. [- -]ο̣ς̣ τὴν ο̣ἰ̣κ̣ε̣ί̣α̣ν̣ θρ̣ι̣- Gr. [ πρ]ὸ̣ς τὴν οἰκεία̣ν θρησ̣κ̣ε̣ί̣α̣ν̣ (on ne voit que le haut des lettres) nos. 27-28 κα]ὶ τῷ συμ[μαχικῷ Pitt. τῷ σύμπαντιδήμῳ ? Ditt. Ki. α]ὐ̣τῶι σύμ- Gr. nos. 28 παραμ]υθούμενος Pitt. Ditt. Ki. παρα]μ̣υθούμενος Gr. fortasse -χ̣θούμενος nos. 29 ἐ]φικτοὶ Pitt. ἀ]φῖκτο Ditt. ὅτε εἰς Ἀθήνας ἀ]φῖκτο Ki. ἀφῖκτο Gr. nos. 29-30 ἐπιδη|[μίαν ἔχειν ἐν τ]οῖς Pitt. ἐπιδη|[μίαν Ditt. ἐπιδη|[μῶν Ki. ἐπιδη|[μήσας ἀξιώσασιν ἡμῖν ? χρῆσθαι τ]οῖς Gr. ἐπιδη|[μήσας αἰτήσασι τοῖς Ἀθηναίοις ? - - χρῆσθαι] τ̣οῖς nos. 30-31 πόλε-|[ως Pitt. πόλε-|[ως νόμοις cett. 31 -λεν ἴσιαι Pitt. ΕΝΙ///ΣΙΑΙ Köhler ἐν [Ἀ]σίαι Ki. L. Robert. ἐν|σίαι Gr. 32 -εν μηδὲν ἄλλo [εἰ]πεῖν Pitt. -εν μηδένα ἀλλ ̓ἀπεῖν[αι Ditt. -ε̣ν μηδένα ἀλλ ̓ἀπεῖν- Ki. - - ἐκώλυ ?]σ̣εν μηδένα ἀλλάττειν Gr. nos. 33 -ντου Πρύτανιν ὑμῶν Pitt. -ν τὸ[ν] πρύτανιν [ἡ]μῶν Ditt. Ki. -ν τὸν̣ π̣ρ̣ύτανιν ἡ̣μῶν Gr. -ι̣ν τὸν̣ π̣ρ̣ύτανιν ἡμῶν nos. 34 ἱ]δρύσατο, τὴν δὲ ἱερωσύ-|νην Pitt. ἱδρύσατο τήνδε (uel τὴν δὲ) ἱερωσύ|[νην Ditt. [ναὸν ∆ιὸς Ὀλυμπίου] ἱδρύσατο, τὴν δὲ ἱερωσύ|[νην Ki. ἱδρύσατο, τὴν δὲ ἱεροσύ|[νην Gr. ἱδρύσατο, τὴν δὲ ἱερωσύ-|[νην nos. 35 στε]φανηφορεῖν edd. στ]ε̣φανηφορεῖν nos. 36 πρά]γματα Pitt. δ]ό̣γματα cett. 36-37 καθαι|[ρεθῆναι Pitt. καὶ τὰ | - - - edd. cett. 37 -]το Pitt. εἰς τοῦ]το Ditt. εἰς ? το]ῦτο Ki. το]ῦ̣το Gr. εἰς? το]ῦτο nos ; δόξηε Pitt. δόξης edd. cett. 38 fin .NIA... et [ἐ]νια[υτὸν] Pitt. - - - Ditt. καὶ ΛΛΙ= Ki. κ̣α̣ὶ Λ\Iε Gr. Λα̣κ̣ε̣|[δαιμονίων ? Strubbe Λακε|[δαιμονίων L. Robert. 39-40 ἀποι[θ]ήσει | Pitt. ἡ πό[λις] ἡγεῖ|[ται edd. ἡγεῖ|[το ? nos. 40 τοῖς] θεοῖς εὐ[σεβῶς κ]αταξί- Pitt. θεοῖς εὐχόμεθα πᾶσι cett. 41 ως αὐτῷ καὶ σύμ]παντι αὐ[τοῦ] οἴκῳ καὶ γ- Pitt. [.... δοῦναι αὐτῷ τε καὶ τῷ σύμπ]αντι Ditt. - - δοῦναι αὐτῶι τε καὶ τῶι σύμ]παντι Ki αὐτῶι καὶ σύμ]παντι Gr. [αὐτοκράτορι Ἁδριανῶι Σεβαστῶι Ὀλυμπίωι ? καὶ τῶι σύμ]παντι nos. 42 γ|[ραφῇ τῆς] Pitt. ; [- - ἐπιμελείσθω τῆς κατασκευῆς καὶ ἀναθέσεως τῆς] Ditt. [ἐπιμελείσθω τῆς κατασκευῆς καὶ ἀναγραφῆς τῆς] Ki. [ἐπιμελείσθω τῆς ἀναθέσεως τῆ]ς Gr. [τῆι Ῥωμαίων Συνκλήτωι ?. Ἐπεμελήθησαν τῆς ἀναστάσεως τῆ]ς̣ nos ; καὶ στῆσαι [ἐ]ς Pitt. Κλ. Ἄτταλος edd. cett. (ΑΤΤΑΛ///Σ Köhler Ἄτταλος Ditt. Ἄτταλ[ο]ς Ki. Ἄτταλος Gr. nos). 43 [τὴν στοὰν ∆ιὸς τοῦ] Pitt. - - τοῦ ∆ιὸς τ]οῦ Ditt. [στῆσαι δὲ ἀντίγραφα ? πρὸ τῆς στοᾶς τοῦ ∆ιὸς το]ῦ Ki τοῦ ∆ιὸς το]ῦ̣ Gr. [Ἀνδράγαθος ὁ ἱερεὺς τῆς Ὁμονοίας τῶν Ἑλλήνων καὶ ∆ιὸς το]ῦ nos. 43-44 πρὸ| τοῦ ναοῦ τ]οῦ ∆ιὸς τοῦ Πανδή… Pitt. πρὸ| [τοῦ ἱεροῦ τ]οῦ Ditt. Ki. [- - - καὶ] τ̣οῦ Gr. [ - - - καὶ Κλ. Πείσων Τερτυλλεῖνος ὁ ἱερεὺς] τ̣οῦ nos. 44-45 Πανδή|.ου Pitt. Πανδή|[μου edd. cett. 45 ἐν ἑκάστῳ τόπῳ τῆς π]όλεως Pitt. π]όλεως aut ἀκροπ]όλεως Ditt. - ἀκρο- π[όλεως Ki. π]ό̣λεως Gr. fortasse -καὶ ἱερεὺς τῆς Τύχης τῆς π]όλεως nos.

Commentaire

  • 33 Les indications sur les cultes et l’emplacement supposé de diverses copies du décret données par W. (...)
  • 34 Voir notamment le résumé des cours du Collège de France de 1944-1945 dans Hellenica, 8 (1950), p. 9 (...)
  • 35 « Les kordakia de Nicée. Le combustible de Synnada et les poissons‑scies. Sur des lettres d’un métr (...)
  • 36 « Epigrammi agonistici e notabili di Synnada », Annali di archeologia e storia antica, 13‑14 (2006- (...)
  • 37 Voir W. Weber (n. 36), p. 228, n. 809 ; Th. Drew‑Bear et G. Sacco, art. cit. ibidem.

34Ce décret a été commenté dès la publication des premiers fragments et déjà attribué à l’époque d’Hadrien par W. Dittenberger, mais certains commentaires étaient erronés aussi longtemps qu’il a été considéré comme un décret d’Athènes33. Un tournant décisif a été accompli quand L. Robert a reconnu qu’il s’agissait d’un décret de Synnada et qu’il avait un rapport avec le Panhellènion fondé à Athènes par Hadrien34. Sur Synnada, cité de Phrygie, son territoire, ses ressources, son importance à l’époque romaine, L. Robert a fait le point dans un commentaire détaillé d’une lettre d’un métropolite de Phrygie, datée de la fin du xème ou du début du xième siècle35. Th. Drew-Bear et G. Sacco36, d’autre part, ont démontré qu’Hadrien était probablement passé à Synnada dans l’été 129, lorsqu’il a visité les carrières de marbre de Dokimeion et le tombeau d’Alcibiade, et que le concours des Hadrianeia Panathènaia, connu par les monnaies de Synnada et une inscription37, devait avoir été fondé à cette occasion : le nom même du concours établit un lien entre Synnada, Athènes et Hadrien, qui peut aider à comprendre pourquoi la cité fut admise au Panhellènion.

  • 38 Elle se trouve dans les décrets des quatre villes citées supra : voir notre article cité n. 1 ; SEG (...)
  • 39 On ne sait quel terme était employé ici : on peut penser à « descendants », « colons », « parents » (...)
  • 40 Sur les légendes de fondation de Synnada, outre les travaux de L. Robert (voir supra, n. 4 et 35), (...)
  • 41 Notamment Sardes, Thyatire, Kibyra, Magnésie du Méandre (voir supra, n. 38).

35L. 1-7 : L’étendue des lacunes empêche de restituer exactement le texte, mais la comparaison avec les inscriptions d’autres cités admises au Panhellènion, telles que Sardes, Thyatire, Magnésie du Méandre ou Kibyra, suggère quelques hypothèses. La formule Ἀγαθῆι Τύχηι pouvait figurer au début38. Ensuite on devait trouver les noms des habitants, Συννάδεις, présentés comme héritiers39 [des Athéniens et] des Lacédémoniens (voir infra, l. 38-39), donc vrais « Hellènes ».
L. 2-3 pouvait se trouver une allusion aux héros colonisateurs40, [ἐπ]ειδὴ δε[δηλώκασιν ὅτι Ἀκάμας καὶ Θύνναρος ? ἀπο]ικιαν ἀγαγό[ντες, et à leur installation sur le territoire qu’ils occupent encore aujourd’hui ([εἰς τὴν γ]ῆ̣ν [ἣν ἔτι καὶ νῦν κατ]έχουσι[ν ?). Une allusion au Panhellènion créé en Attique ([εἰς] γ̣ῆ͂ν Ἀττικὴν ou [εἰς] τη̣ ̀ν Ἀττικὴν) par l’empereur pouvait suivre, puis l’évocation des bienfaits de l’empereur envers [les peuples et ?] les cités, [ἔθνη καὶ ?] π̣όλεις, que la cité a décidé par un vote de faire graver sur l’Acropole à Athènes ([ἐν ἀκροπό]|λ̣ει Ἀθήνηισ̣[ιν ἀναγράψαι ἡ] π̣όλις [ἐψηφισατο ?]). Comme plusieurs autres cités41, Synnada rappelait ensuite qu’elle avait été « particulièrement honorée » (ἰδιαι προ[τιμηθεῖσα ?]) par Hadrien. Il s’agissait donc de « rendre visibles pour tous » ([ποι]εῖν π̣ᾶσιν φανεράς) les bienfaits (εὐεργεσιά ς) de l’empereur.

  • 42 Voir P. Graindor, Athènes sous Hadrien (1932), p. 35‑36, qui cite et commente les principales sourc (...)

36L. 8-9 : P. Graindor a rappelé qu’Hadrien, lors de son premier séjour à Athènes comme empereur (en 124/5), « a voulu prévenir le retour de dangers résultant d’inondations produites par des torrents et des fleuves, notamment le Céphise près d’Éleusis »42. Le mot incomplet l. 8 était peut-être ἐπιχυ]σ̣ιν̣.

  • 43 Voir M. Wörrle, « Neue Inschriftenkunde aus Aizanoi, I : Eine Brückenweihung des Eurykles », Chiron (...)

37L. 10 : D’après la Vita Hadriani, 13, 1, multa in Athenienses contulit. Le verbe ἐχαρισατο peut rappeler ces largesses. Dion Cassius, 69, 16, 1-2, évoque aussi les libéralités d’Hadrien (grandes sommes d’argent, fourniture annuelle de grain, île de Céphallénie), mais on ne sait si cet extrait concerne le premier ou le troisième voyage. La phrase qui suit, évoquant la construction du Panhellènion et la fondation des Panhellènia, fait penser plutôt au voyage de 131/2, la première célébration des Panhellènia n’ayant eu lieu qu’en 13743.

  • 44 Un dossier bilingue de 125/6 évoquant une contestation semblable offre un excellent parallèle : voi (...)

38L. 13-14 : Il est peut-être question, comme l’a supposé P. Graindor, d’un conflit de frontières, àpropos duquel l’empereur aurait donné des ordres à son procurateur ([ἐκέλευσε]ν τῶι αὑτοῦ ἐπιτρόπωι ἐ̓πιμ[έλεσθαι] ; le ny d’[ἐκέλευσε]ν ne figure pas dans son texte (nous n’avons lu qu’une haste verticale) et notre lecture du dernier mot, ἐπέστ[ειλ] ε̣[ν], donne un sens satisfaisant44.

39L. 15-16 : « Il est […] question d’une route dont la création valut aux Athéniens de notables avantages » (P. Graindor) ; elle ne semble pas attestée par d’autres sources. L’expression [τ]ῆ̣ι̣ π̣ό̣λ̣[ει] que nous avons déchiffrée est à peu près sûre.

40L. 17-18 : P. Graindor a proposé de lire [καὶ τὸ - - - συν]έδριον παρ’ ἡμε[ῖ]ν ἐνό[μ]ι[σ]ε [γε]ν[έσθαι] et de voir là une allusion au συνέδριον des Panhellènes, qui avait son siège à Athènes; le premier ny de συ]ν̣έδριον est partiellement lisible et on pourrait restituer [καὶ τὸ τῶν Πανελλήνων συ]ν̣έδριον au début de la l. 17. Il se peut que le participe ψ]ηφισαμένης ou [ἐπιψ]ηφισαμένης l. 18 concerne aussi le Panhellènion : s’agirait-il du Sénat romain, probablement cité aussi infra, l. 42 ?

  • 45 Dans le dossier contenant notamment des lettres d’Hadrien aux technites dionysiaques réédité par D. (...)
  • 46 IG V 1, 452, et Addenda, p. 303 ; A. Wilhelm, Neue Beiträge zur griechischen Inschriftenkunde, 3 (1 (...)

41L. 18-20 : Αὐτός doit représenter Hadrien. Il s’agit de ses rapports avec deux citoyens de Synnada45, cités de nouveau au bas du décret parce qu’ils l’ont fait graver à Athènes (l. 42-45). Notre lecture du second cognomen Ἀνδρ̣ά̣γ̣[αθον] permet de distinguer sûrement le premier Claudius Attalos de son neveu homonyme attesté sous Antonin (MAMA VI 374). Son nom est maintenant assuré, alors que W. Dittenberger avait cru pouvoir reconnaître une Claudia Tertulla, attestée à Athènes sous Hadrien (IG II2 2776, 96). Comme son frère Tib. Cl. Piso Tertullinus, il est citoyen de Synnada. Seul Cl. Attalos Andragathos a obtenu le droit de cité à Athènes ; ἡμῶν, dans l’expression τοὺς πολ]ιτας ἡμῶν, renvoie donc à Synnada, alors qu’ ἡμε[ῖ]ν l. 18 renvoyait à Athènes. Ces citoyens de Synnada, s’identifiant à ceux d’Athènes, revendiquent pleinement leur origine athénienne, comme le fait Cl. Attalos près de Sparte en dédiant au héros Thynnaros une statue d’Athèna Poliade46.

42L. 21 : La lecture de la première lettre n’étant pas sûre (omicron ou thèta), on ne peut restituer le verbe initial. Après ἄλλοις, on peut penser à καιροῖς.

  • 47 Sur cette inscription, voir en dernier lieu M. G. Rizzi, Legislazione di mercato ad Atene attravers (...)

43L. 22-24 : P. Graindor a bien vu qu’il s’agissait de deux catégories de biens fonciers, ceux des particuliers et ceux de l’empereur ; ce dernier semble avoir abandonné une partie de ses revenus à la cité : P. Graindor rappelle à ce propos le statut privilégié réservé aux biens d’Hipparchos, grand-père d’Hérode Atticus, d’après IG II2 110047, l. 3-6.

  • 48 Une inscription de la région de Thyatire publiée par P. Herrmann, « Die Karriere eines prominenten (...)

44L. 25 : Il s’agit de propriétaires de grandes demeures (κατα̣ ̣σ̣κ̣[ευάς]48, que nous avons déchiffré, paraît sûr), mais on ignore quelles dispositions étaient prises à leur égard.

  • 49 Pour le sens de θρησκειά , voir L. Robert, Études épigraphiques et philologiques (1938), p. 226‑23 (...)

45L. 26 : Notre lecture du mot θρησ̣κ̣ε̣ί.α. ν. (seul le haut des lettres est conservé) montre qu’il s’agit de mesures concernant un culte privé49. P. Graindor, qui lisait ΘΡΙ là où W. Dittenberger écrivait ὁρι-, pensait à un immeuble situé dans le dème de Thria ; notre lecture permet d’écarter cette conjecture.

46L. 27-28 : La lecture et la coupe des mots ne sont pas sûres ; il est donc impossible d’interpréter ces bribes.

  • 50 Sur ce séjour, point de départ d’une nouvelle ère à Athènes, voir notamment P. Graindor, Athènes so (...)
  • 51 Voir Aristote, Constitution d’Athènes, 7, 1 ; K. Clinton, « The Nature of the Late Fifth-Century Re (...)
  • 52 Voir les testimonia sur ce portique réunis par R. E. Wycherley, The Athenian Agora, 3 (1957), p. 2 (...)
  • 53 Sylloge3 684.
  • 54 OGI 449.
  • 55 IG XII 1, 2, et corrigenda, p. 206.
  • 56 Dans son commentaire, p. 234, il complétait sa restitution de la p. 228. Voir aussi Athènes sous Ha (...)

47L. 29-30 : A. von Premerstein, cité par J. Kirchner, et P. Graindor ont vu que ce passage évoquait le premier séjour d’Hadrien à Athènes50 au cours duquel, à la demande des Athéniens, il révisa leur constitution et fit observer à nouveau les lois de Solon et de Dracon. On sait que ces lois antiques, inscrites sur des panneaux mobiles (ἄξονες καὶ κύρβεις), étaient conservées sur l’Agora dans la στοὰ βασιλειος51. Elles avaient été plusieurs fois révisées et rétablies52 : par Nicomachos à la fin du vème siècle av. J.-C., par Antipatros en 322 av. J.-C. Cicéron pouvait encore, dans le Pro Roscio, 70, présenter les lois de Solon comme « celles que les Athéniens observent aujourd’hui » (Solonem qui leges quibus hodie utuntur scripsit). Après la révision d’Hadrien Élien, au iiième s. ap. J.-C., présente aussi les lois de Solon comme τοὺς νῦν ἔτι φυλαττομένους, seules les lois sur l’homicide remontant à Dracon (V. H. 8, 10). On peut citer d’autres cas de lois anciennes d’une cité confirmées par les autorités romaines : dans une lettre du proconsul romain Q. Fabius Maximus aux habitants de Dymè, vers 139 av. J.-C., est évoqué le retour à τῆι ἀποδοθεισηι τοῖς [Ἀ]χαιοῖς ὑπὸ Ῥωμαιων πολιτειαι53 ; à Pergame, vers 46 av. J.-C., le proconsul Publius Servilius Isauricus est honoré comme « sauveur et bienfaiteur » ἀποδεδωκότα τῆι πόλει τοὺς πατριους νόμους καὶ τὴν δημοκρατιαν ἀδούλωτον54 ; à Rhodes, en 51 ap. J.-C.55, un décret évoque « la constitution ancestrale et les lois rétablies pour la cité… par les… de [Néro]n César ». Puisque, d’après les sources littéraires, la révision à Athènes a été faite à la demande des Athéniens, la restitution de P. Graindor, ἀξιώσασιν ἡμῖν, est vraisemblable ; on peut penser aussi à une formule un peu plus longue, αἰτήσασι τοῖς Ἀθηναιοις. Puisque le décret de Synnada est postérieur à 131/2, date du troisième voyage d’Hadrien à Athènes et de la fondation du Panhellènion, la précision ὅτε τὸ πρῶτον εἰς τὰς Ἀθήνας] ἀφῖκτο se trouvait peut-être au début de la l. 29, comme l’a suggéré P. Graindor56.

  • 57 Voir à ce sujet, e. g., L. Robert, « La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la hain (...)
  • 58 Cl. Attalos, fils de Cl. Pison Tertullinus, par exemple, a été à la fois prytane et logiste : voir (...)

48L. 31-36 : Les mesures évoquées, impossibles à restituer dans le détail, concernent l’Asie (lecture de L. Robert l. 31 : ἐν Ἀσίαι), et non plus Athènes. Selon P. Graindor, κινεῖν pouvait concerner des lois, mais le verbe peut avoir un sens plus général et évoquer seulement des troubles (e. g. [τῶν πραγμάτω]ν̣ ἐν Ἀσιαι κεινουμένων) ; on sait que les dissensions entre cités ou à l’intérieur des cités y étaient nombreuses57.
L. 33 : L. Robert a reconnu dans ce prytane un des principaux magistrats de Synnada58. L. 34 : Il est impossible de préciser à quel bâtiment ou institution renvoie le verbe ἱδρύσατο.
L. 35 : P. Graindor a bien reconnu l’allusion à une fondation perpétuelle, assurant le financement de la charge de stéphanèphore, mais celle-ci concerne Synnada, non Athènes. Elle est attestée, par exemple, dans MAMAVI 373, l. 10. L. 36 : Sans contexte on ne peut préciser le sens de δόγματα : « décisions », « doctrines », « décrets »…

  • 59 Certaines monnaies portent la légende ΣΥΝΝΑ∆ΕΩΝ ∆ΩΡΙΕΩΝ ΙΩΝΩΝ : B. V. Head, Historia Numorum2 (1911 (...)
  • 60 Voir supra n. 45.

49L. 37-39 : Il paraît être question d’un citoyen de Synnada qui a obtenu une grande réputation, peut-être en rappelant les traditions sur ses origines, qui font d’elle l’héritière « des Athéniens et des Lacé[démoniens] ». Sur ses rapports avec ces deux cités, les documents les plus intéressants sont les monnaies qui la présentent comme à la fois ionienne et dorienne59, l’inscription métrique qui définit ses habitants comme Θυνναριδαι par référence au héros lacédémonien Thynnaros (MAMA IV 66) et surtout la dédicace au héros Thynnaros, par des Συνναδέων ἀποικων, d’une statue d’Athèna Poliade, sans doute sur l’ordre d’un oracle, dont le dédicant est « le prêtre de la Concorde des Hellènes et de Zeus Eleuthérios (et Olympios) Claudios Attalos Andragathos » (IG V 1, 452) ; voir supra, l. 19, et infra, l. 42-4360.

  • 61 Voir supra n. 4.

50L. 40 : La prière adressée ici « à tous les dieux » est le principal argument pour l’identification du lieu où est placé ce décret avec « le sanctuaire commun à tous les dieux » (Panthéon) évoqué par Pausanias. P. Graindor renvoyait déjà à un des deux passages de Pausanias61.

  • 62 « Il Senato e il Panhellenion », Ὀστρακά 4 (1995), p. 157‑167. Certaines monnaies de Synnada, entre (...)
  • 63 Voir le décret de Thyatire (pour notre édition, supra, n. 1), l. 17, et l’étude de G. Forni, « ΙΕΡ (...)

51L. 41-42 : La formule « et à toute sa maison » ne peut, comme on l’a reconnu depuis longtemps, s’appliquer qu’à l’empereur ; puisqu’il n’était pas cité précédemment, son nom avec un certain nombre de titres ou une périphrase le désignant devait se trouver au début de la l. 41, e. g. [τῶι θειοτάτωι αὐτοκράτορι Ἁδριανῶι Σεβαστῶι (ou Ὀλυμπιωι) καὶ τῶι σύμ]π̣αντι αὑτοῦ οἴκωι (l’article, supprimé par P. Graindor, paraît nécessaire). Le corps qui suit, associé par καὶ à l’empereur et à sa maison, est probablement le Sénat romain, dont V. Marotta62, en commentant le décret de Thyatire, a montré l’importance dans le contexte de la création du Panhellènion ; il pouvait être appelé τῆι Ῥωμαίων Συνκλήτωι, τῆι ἱερᾶι ou τῆι ἱερωτάτηι Συνκλήτωι63, expression à restituer au début de la l. 42.

  • 64 Voir notamment H. Müller (n. 58), p. 462‑466 et 484 (stemma) ; A. J. Spawforth-S. Walker, « The Wor (...)
  • 65 En tête des faces A et B du dossier relatif aux technites dionysiaques d’Athènes, IG II2 1105 + 479 (...)
  • 66 Contrairement à ce qu’ont écrit A. J. Spawforth et S. Walker (n. 64), p. 90, il ne porte le titre d (...)
  • 67 Ce culte, commémorant la victoire de 479 av. J.‑C., est aujourd’hui bien connu : voir la synthèse d (...)
  • 68 Voir M. D. Campanile, I sacerdoti del koinon d’Asia (sec. a. C.-iii sec. d. C.). Contributo allo (...)
  • 69 Voir e. g. Hellenica, 4, p. 90 ; J. et L. Robert, Bulletin épigraphique (1951), n2 (analyse criti (...)
  • 70 Voir F. Imhoof-Blumer, supra (n. 62), nos 157 et 158, p. 413.

52L. 42-45 : Comme dans le texte de Sardes, les deux personnages qui se sont chargés de faire graver et ériger la stèle devaient être nommés dans une proposition indépendante à la fin de l’inscription. Grâce à divers documents de Synnada, d’Athènes et de Sparte, ils sont aujourd’hui bien connus. Le premier, Cl. Attalos Andragathos64, est devenu citoyen athénien, inscrit dans le dème de Sphettos de la tribu Acamantide (la tribu porte le nom d’un des fondateurs de Synnada) avant la mort d’Hadrien65 ; il est seulement appelé Cl. Attalos de Sphettos dans les trois documents de 140/139, date de son archontat à Athènes, IG II2 2047, 2048 et ID 253866. Sous Hadrien, pendant quatre ans, il a été « prêtre de la Concorde des Hellènes et de Zeus Eleuthérios »67 (à Platées) : ce titre paraît combler exactement la lacune de la l. 43. Après son archontat, sous Antonin, d’après l’inscription republiée par D. J. Geagan, il semble avoir été stratège des hoplites (face B, l. 24, 32 et 40). On peut se demander si l’inconnu d’IG II2 3522, rééditée par D. J. Geagan, art cit. (n. 30), p. 157, dans une liste d’inscriptions attiques nommant le prêtre de la Concorde des Hellènes et de Zeus Eleuthérios, ne doit pas être identifié à Cl. Attalos Andragathos, qui a exercé trois des quatre fonctions attestées pour l’inconnu (seul manquerait le titre de « héraut de l’Aéropage », mais le mélange supposé de fonctions passées et présentes rend les restitutions douteuses). L. 44, aucun titre commençant par προ- n’est attesté pour lui ; il pourrait s’agir d’une formule comme προ|[στάτης ou πρό[δικος τῆς πόλεως ou πρό-|[ξενος - - - ?], mais rien n’est sûr. Son frère, (Cl.) Pison Tertullinus, est comme lui attesté à Synnada sous Antonin, avec son frère Attalos, le prêtre des Hellènes et son fils Cl. Attalos (MAMA VI 374) ; Cl. Attalos junior est honoré par le peuple athénien ; Cl. Pison Tertullinus, alors asiarque68, est aussi nommé sur les monnaies datées du règne d’Antonin. Ici il paraît être prêtre de Zeus Pandèmos – c’est, comme l’a montré L. Robert69, le dieu principal de Synnada, nommé dans MAMA VI 370 et sur les monnaies de la ville70. On ne peut pas restituer sûrement la l. 45 ; on peut songer à une autre prêtrise importante de Synnada, [ἱερεὺς τῆς Τύχης τῆς π]όλεως, à un titre comme στρατηγὸς τῆς π]όλεως, attesté dans MAMA VI 371, ou à une dédicace faite « au nom de la cité » ὑπὲρ τῆς π]όλεως, ce dernier mot étant inscrit en lettres un peu plus hautes que celles des lignes précédentes, détail qui peut être significatif ou non.

Appendice par Simone Follet

Note sur IG II2 1105

  • 71 L’édition de référence est maintenant celle de D. J. Geagan (art. cit. supra, n. 30 et 45). J. H. O (...)
  • 72 Voir supra, p. 781.
  • 73 S. Follet (n. 24), p. 192, n. 7.
  • 74 Voir J. et L. Robert, Bulletin épigraphique (1974), n204.
  • 75 J. H. Oliver (n. 22), p. 248.

53La mention dans le décret de Synnada du prêtre Tib. Cl. Attalos Andragathos m’a conduite à revoir la série de lettres adressées aux artistes dionysiaques d’Athènes que ce personnage a fait graver sur une stèle opisthographe71au cours des quatre années où il était prêtre de la Concorde des Hellènes à Platées (il porte ce titre en tête des deux faces A et B de la stèle dont la gravure a com- mencé sous le règne d’Hadrien ; il ne porte plus ce titre quand il est archonte en 140/172). Avant 1976, j’avais vu que l’on pouvait sans doute placer le fragment 73, suggestion signalée par J. et L. Robert74, approuvée par D. J. Geagan et J. H. Oliver75. Après avoir réétudié la pierre au Musée épigraphique d’Athènes en 2004, où j’ai pu bénéficier d’intéressantes observations du sculpteur du Musée, St. Tzanekas, je pense avoir trouvé aussi la place du fragment c et espère que la pierre pourra maintenant être reconstituée au Musée épigraphique.

54Sans attendre, on peut signaler quelques améliorations au texte de D. J. Geagan et J. H. Oliver.

  1. La restitution actuelle de l’intitulé est trop courte. La formule désignant le prêtre devait être, sur les deux faces : Ὁ ἱερεὺς τοῦ Χορείου ἐκ τεχνειτῶν ∆ιονύσου, ἱερεὺς τῆς Ὁμονοίας τῶν Ἑλλήνων καὶ τοῦ Ἐλευθερίου ∆ιός, Τιβ. Κλ. Ἄτταλος Ἀνδράγαθος Σφήττιος (fragment a).
  2. Pour le fragment b, on n’a pas tenu compte jusqu’ici des lectures de M. Fourmont, qui donne trois versions légèrement différentes du texte des faces A et B, l’une appartenant à un « envoi de Gaspari », une autre réalisée apparemment juste après la découverte du texte : « inscription déterrée à la petite cour de St Dimitri faisant accommoder la muraille. 1er sept. 1730 », et l’autre présentée ainsi : « Voilà l’inscription et la figure rompuë de la pierre que j’ay trouvé devant la petite porte de ma maison. Écrite tant d’un coté que d’autre, j’ay compossé la grandeur des lettres et je les ay copiées le mieux qu’il m’a esté possible »76. Il avait lu, pour certaines lignes, une ou deux lettres de plus.
  3. La disposition d’ensemble apparaît plus clairement. Sur la face A, toutes les lettres – au moins huit – sont d’Hadrien et peuvent appartenir à la fin de son règne (l’avant-dernière est datée par sa 21puissance tribunicienne, qui correspond pour l’essentiel à l’année 137). Sur la face B, toutes les lettres appartiennent au début du règne d’Antonin : elles ont pour auteurs l’empereur lui-même, le prêtre Attalos et peut-être un autre personnage, A - - -, qui paraît citer Antonin et Attalos, donc ne peut être identifié à aucun d’eux. Un certain -eidès ou pidès est cité aussi, comme ami de l’empereur probablement.
  4. Le prêtre Cl. Attalos règle apparemment des problèmes de discipline de l’association, en faisant exclure des artistes (peut-être un chœur) qui ont commis des actes inconnus jusque-là à Athènes. Il est soucieux de la bonne réputation de ses membres. D’autre part, il apparaît qu’il jouit de la confiance de l’empereur et on célèbre sa « douceur, bonté, bienveillance » (ἠπιότης), mot que l’on peut restituer sans hésiter car, à part quelques noms techniques de maladies ou de plantes, il n’existe en grec qu’un autre substantif féminin commençant par ΗΠ, ἤπειρος, qui ne peut convenir dans ce contexte. Cette qualité est remarquable, car assez rarement louée chez les souverains ou les hommes politiques77.
  5. Cette inscription peut être comparée à l’IG II2 1348, qui contient une lettre d’un autre groupe d’artistes, pratiquant le culte de Dionysos Melpomenos, et la réponse d’un empereur, probablement Antonin. La présentation de ce texte par J. Kirchner est trompeuse, car le bord gauche est conservé et seules quelques lettres au début de chaque ligne sont de lecture difficile.
Haut de page

Bibliographie

AM = Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts, Athenische Abteilung.

APMA = Ἀρχεῖον τῶν μνημείων τῶν Ἀθηνῶν καὶ̀ τῆς Ἀττικῆς.

BCH = Bulletin de correspondance hellénique.

EM = Ἐπiγραφικὸ Moυσεῖο, Athènes.

Ephem. = Ἀρχαιολογικὴ Ἐφημερίς.

IG = Inscriptiones Graecae.

IK = Inschriften griechischer Städte aus Kleinasien.

MAMA = Monumenta Asiae minoris antiqua.

OMS = Opera minora selecta.

SEG = Supplementum epigraphicum Graecum.

TAM = Tituli Asiae minoris.

Haut de page

Notes

1 S. Follet, D. Peppas Delmousou, « Le décret de Thyatire sur les bienfaits d’Hadrien et le « Panthéon » d’Hadrien à Athènes (IG II2 1088 + 1090 + IG III 3985, complétées = TAM V 2, 1180, complétée) », BCH 121 (1997), p. 291‑309. Il faut rectifier les numéros des fragments p. 295, n. 8.

2 Le fragment EM 2509 n’avait pas encore été mis en place ; il doit être rapproché du bloc principal et permettre de lire ΟΛΥ̣ΜΠ[ΙΟΥ] l. 2.

3 L. von Sybel, Katalog der Skulpturen zu Athen (1881), no 7212, p. 447. Les personnages sont décrits, mais non identifiés.

4 Pausanias, 1, 5, 5 (ἐν τῷ κοινῷ τῶν θεῶν ἱερῷ) ; 1, 18, 9 (θεοῖς τοῖς πᾶσιν ἱερὸν κοινόν). Pour cette localisation, voir l’article cité n. 1, p. 306‑308. Le mot « Panhellènion » employé par J. et L. Robert dans le Bulletin épigraphique de 1951, n2, p. 122, et 104, paraît être un simple lapsus pour « Panthéon », ce qui explique qu’ils ne l’aient jamais répété. La liste des allusions à l’ouvrage préparé mais non publié de L. Robert sur Les origines légendaires de Synnada et les parentés de peuples a été établie par O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques. Catalogue raisonné des inscriptions contenant le terme ΣΥΓΓΕΝΕΙΑ et analyse critique (1995), p. 261, n. 12. Pour diverses localisations du Panthéon proposées, voir l’essai de clarification d’A. Karivieri, « The So‑Called Library of Hadrian and the Tetraconch Church in Athens », dans P. Castrén (éd.), Post-Herulian Athens. Aspects of Life and Culture in Athens A. D. 267-529 (1994), p. 90‑93. La plupart de ces hypothèses reposent sur des interprétations forcées des textes de Pausanias ou une assimilation arbitraire du Panthéon à un autre des monuments cités par Pausanias ou Dion Cassius. Pour C. P. Jones, « A Decree of Thyatira in Lydia », Chiron 29 (1999), p. 1‑21, il est confondu avec le Panhellènion (voir nos objections dans le Bulletin épigraphique [2000], n315).

5 Demokratia, the Gods and the Free World (1960), chap. III : « Aphrodite, Democracy and the Graces ».

6 The Athenian Agora, III, Literary and Epigraphical Testimonia (1957), nos 125‑132, p. 59‑61. On doit exclure IG II2 3404 de la liste des testimonia, K. Clinton, Eleusis. The Inscriptions on Stone. Documents of the Sanctuary of the Two Goddesses and Public Documents of the Deme (2005-2008), n482 et pl. 205, ayant proposé une autre restitution. Sur ce sanctuaire, voir aussi M. C. Monaco, « Contributi allo studio di alcuni santuari ateniesi: il temenos del Demos et delle Charites », Annuario della Scuola archeologica di Atene 79 (2001), p. 103‑150.

7 Voir P. Chantraine et alii, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, IV, 2 (1980), s. v. « Χάρις », p. 1247-1248.

8 L’Année épigraphique (2008), n1353, l. 92, p. 551‑552.

9 Les sources littéraires sur Sardes ont été réunies par J. G. Pedley, Ancient Literary Sources on Sardis, Archaeological Exploration of Sardis 2 (1972). La source principale sur le règne de Crésus est le livre I d’Hérodote (voir surtout 1, 28‑29, 32, 50‑52, 54, 69, 88‑89, 92‑93). Pour l’importance de Crésus et son lien avec l’or du Pactole, une épigramme du grammairien Bianor de Bithynie (début du ier s. ap. J.‑C.), AP IX, 423, est caractéristique : Σάρδιες, αἳ τὸ πάλαι Γύγου πόλις αἵ τ’ Ἀλυάττου, Σάρδιες, αἳ Βασιλεῖ Περσὶς ἐν Ἀσιάδι, αἳ Κροισῳ τὸ παλαιὸν ἐπλινθώσασθε μέλαθρον, ὄλβον Πακτωλοῦ ῥεύματι δεξάμεναι… (la variante χρυσῷ pour Κροισῳ v. 3 est une conjecture de Saumaise, retenue par H. Beckby ; Κροισῳ est une correction du κρυσω de P, mais doit être la leçon correcte).

10 IG II2 1091. Sur Leukippos, voir aussi R. Merkelbach et J. Stauber, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, I (1998), n02/01/01, p. 180‑186, v. 43 et 46.

11 IG XIV 829 ; O. Curty (supra n. 4), n° 81, p. 204‑205 ; P. Lombardi, « L’ellenismo di Puteoli nel II sec. d. C., Kibyra e il Panhellenion : considerazioni sull’ iscrizione IG XIV 829 », dans M. L. Lazzarini et P. Lombardi (éds), L’Italia centromeridionale tra Repubblica e primo Impero. Alcuni aspetti culturali e istituzionali (2003), p. 11‑31 ; SEG 53, 2 (2003), n1090, p. 243‑244.

12 P. Herrmann, « Inschriften von Sardeis », Chiron 23 (1993), p. 242‑244.

13 Voir T. Ritti, Il capitolo delle entrate nelle finanze municipali in Occidente ed in Oriente (2000), p. 261‑274 ; L’Année épigraphique (1999), nos 119 et 1589. Dans cette inscription, il faut peut‑être restituer κοινης devant τραπέζες plutôt que δημοσίας, écarté comme trop long par l’éditrice, ou ἰδίας, suggéré dans L’Année épigraphique, n° 1589, qui ne paraît pas convenir pour le sens.

14 Sur les différentes ressources des cités, voir notamment la conclusion de M. Corbier au colloque cité (n. 13), p. 285‑293.

15 On peut restituer, l. 9, αὐτοκ̣[ράτορος], αὐτοκ̣[ρατόρων] ou αὐτοκ̣[ρατορικῆς]. On ne peut savoir, dans l’état actuel du texte, si Hadrien était le seul empereur concerné.

16 Un bon exemple est fourni par une inscription de Philippes : voir C. Brélaz, Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, II, La colonie romaine, I, La vie publique de la colonie (2014), n° 16.

17 Les fouilles de Sardes ont mis au jour de nombreux bâtiments (voir e. g. E. Akurgal, Civilisations et sites antiques de Turquie, 1986, p. 132‑140). Une restauration du temple d’Artémis et la création d’un grand complexe de bains peuvent être datées du iisiècle ap. J.‑C., ainsi que l’Hadrianeion qu’a fait connaître une inscription publiée par P. Herrmann, « Epigraphische Forschungen in Lydien (Polybios aus Sardeis) », dans G. Dobesch et G. Rehrenböck (éds), Die epigraphische und altertumskundliche Erforschung Kleinasiens : Hundert Jahre Kleinasiatische Kommission der Österreichischen Akademie der Wissenschaften (1993), p. 213 ; Id., « Inschriften von Sardeis », Chiron 23 (1993), p. 243, n. 41.

18 Smyrne : voir W. Peek, Griechische Vers-Inschriften, I, Grabgedichte (1955), n1026, v. 3 : Σμύρνῃ δ’ ἒν θνῄσκω τῇ καλῇ ; Lucien, Imag. 2, à propos de Panthée de Smyrne : θαυμαστὸν οὐδὲν εἰ ἡ καλλιστη τῶν Ἰωνικῶν πόλεων τὴν καλλιστην γυναῖκα ἤνεγκεν. Éphèse : Julia Domna s’associe aux bienfaits de Caracalla envers Éphèse διὰ [τὸ μέγεθος] καὶ κάλλος καὶ τὴν λοιπὴν [ἀξι]ω̣σιν καὶ τὸ παιδ[εύσεως] εἶναι τοῖς πανταχόθεν Ἕ[λλησιν] ἐργαστήριον, dans Ch. Börker et R. Merkelbach, Die Inschriften von Ephesos, II (1997) (IK, XII, n212), avec les restitutions de G. Souris, « A παιδεύσεως ἐργαστήριον for « Hellenes » in Ephesos. Julia Domna’s letter to the city revisited », Chiron 39 (2009), p. 359‑362.

19 A.‑V. Pont, Orner la cité. Enjeux culturels et politiques du paysage urbain dans l’Asie gréco-romaine (2010).

20 Voir Philostrate, Her. 0, 2, 10, avec les n. 3 et 4, p. 9 et 145 de l’édition de S. Follet, CUF (2017).

21 Voir IG II2 12418, v. 1 : Στήλλην Παρθ<ε>νόπης ἴδιος γαμέτης ἐπόησεν, datée du milieu du iis. ap. J.‑C. par J. Osborne et S. G. Byrne, A Lexicon of Greek Personal Names, 2, Attica (1994), p. 361, s. v. « Παρθενόπη ».

22 Voir e. g. J. H. Oliver, Greek Constitutions of Early Roman Emperors from Inscriptions and Papyri (1989), n120, p. 275, l. 12 : Κυρηναιων δὴ δύο συνέδρους πεμπόντω[ν], avec les rééditions de C. P. Jones, « The Panhellenion », Chiron 26 (1996), p. 47‑53, et « A Constitution of Hadrian Concerning Cyrene », Chiron 28 (1998), p. 255‑266. Le dérivé συνεδρεια désigne la « session » de l’assemblée : voir OGI 507 ; J. H. Oliver, Hesperia, Suppl. 13 (1970), n30, p. 115‑116, l. 11‑12.

23 J. H. M. Strubbe, « Gründer kleinasiatischer Städte. Fiktion und Realität », Ancient Society 15‑17 (1984-1986), p. 281, nomme les deux personnages « Abgesandte » (« envoyés », « délégués ») dans le texte et Panhellènes n. 168, ibidem. Le nom du premier est présenté comme G---.chus ?, mais, vu les dimensions de la lacune, il est peu probable que Γ̣ soit l’initiale de son prénom.

24 Voir les deux éditions de J. H. Oliver citées supra et D. J. Geagan, The Athenian Constitution after Sulla, Hesperia, Suppl. 12 (1967), p. 37.

25 Voir e. g. S. Follet, Athènes au iie et au iiie siècle. Études chronologiques et prosopographiques (1976), p. 125‑134 ; A. J. Spawforth et S. Walker, « The World of the Panhellenion, I : Athens and Eleusis », Journal of Roman Studies 75 (1985), p. 84‑86.

26 Voir supra, n. 22.

27 Article cité supra n. 17, p. 217.

28 C. P. Jones, « Polybios of Sardes », Classical Philology 91 (1996), p. 247‑253.

29 Voir LAnnée épigraphique (2000), n1566 (inscription grecque d’Égypte datée du règne d’Antonin).

30 D. J. Geagan, « Hadrian and the Athenian Dionysiac Technitai », Transactions and Proceedings of the American Philological Association 103 (1972), p. 158‑160.

31 Voir ses photographies, pl. 2 et 3.

32 Les deux fragments sont un peu trop éloignés sur la photographie de notre fig. 3, mais on distingue bien les contours du trou de scellement situé dans le coin supérieur droit du carré.

33 Les indications sur les cultes et l’emplacement supposé de diverses copies du décret données par W. Dittenberger, J. Kirchner et P. Graindor sont à exclure. Avant et même après la démonstration de L. Robert, la présentation faite de ce décret est variable : décret du peuple pour un inconnu (Dittenberger) ; décret d’Athènes en l’honneur d’Hadrien (Graindor) ; décret des citoyens de Synnada honorant « a favorite son » (D. J. Geagan, ANRW, II 1, p. 399) ; décret de Synnada pour Claudios Attalos (G. E. Malouchou).

34 Voir notamment le résumé des cours du Collège de France de 1944-1945 dans Hellenica, 8 (1950), p. 90‑91 (= OMS, 4, p. 90‑91). Il s’appuie sur la mention de troubles en Asie (l. 31), du prytane, magistrat important de Synnada (l. 33), de Zeus Pandèmos, principal dieu honoré à Synnada (l. 44), et de deux membres connus d’une famille en vue de Synnada (l. 19‑20 et 42‑45). Sa démonstration a été généralement acceptée. Voir cependant les réserves de C. P. Jones, « The Panhellenion », Chiron, 26 (1996), p. 39‑41, qui ne pense pas que Synnada fasse partie du Panhellènion. Selon lui, le συνέδριον cité l. 17 pourrait se trouver en Asie ou à Synnada.

35 « Les kordakia de Nicée. Le combustible de Synnada et les poissons‑scies. Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie au xsiècle. Philologie et réalités », Journal des Savants (1961), p. 97‑166 ; (1962), p. 5‑74. La lettre 43 écrite par Léon, métropolite de Synnada, est commentée dans le second article, p. 19‑70 (= OMS, 7, p. 115‑166).

36 « Epigrammi agonistici e notabili di Synnada », Annali di archeologia e storia antica, 13‑14 (2006-2007), p. 253‑281 et résumé p. 360‑361, et déjà W. Weber, Untersuchungen zur Geschichte des Kaisers Hadrianus (1907) [réimpr. 1973], p. 139 et 227‑228. H. Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im römischen Reich (1986), critique la méthode de W. Weber (p. 189) et ne nomme pas Synnada quand il retrace l’itinéraire d’Hadrien en Phrygie (p. 193 et 206).

37 Voir W. Weber (n. 36), p. 228, n. 809 ; Th. Drew‑Bear et G. Sacco, art. cit. ibidem.

38 Elle se trouve dans les décrets des quatre villes citées supra : voir notre article cité n. 1 ; SEG 53/2, 1090 ; IG II2 1091, et le texte de Sardes republié supra.

39 On ne sait quel terme était employé ici : on peut penser à « descendants », « colons », « parents »…

40 Sur les légendes de fondation de Synnada, outre les travaux de L. Robert (voir supra, n. 4 et 35), voir Étienne de Byzance, Ethnika, s. v. Σύνναδα ; P. Weiss, « Lebendiger Mythos. Gründerheroen und städtische Gründungstraditionen im griechisch-römischen Osten », Würzburger Jahrbücher für die Alter- tumswissenschaft 10 (1984), p. 188‑189 ; J. H. M. Strubbe, « Gründer kleinasiatischer Städte. Fiktion und Realität », Ancient Society 15‑17 (1984-1986), p. 261, 263‑264, 269‑270 et 281‑282 ; M. Nafissi, « Tiberius Claudius Attalos Andragathos e le origini di Synnada, i culti plataici di Zeus Eleutherios e della Homonoia ton Hellenon ed il Panhellenion », Ὀστρακά 4 (1995), p. 120‑124. Pour l’expression ἀποικιαν ἄγειν, L. Robert, Hellenica 11‑12 (1960), p. 520, a cité Sylloge3 1020, l. 4‑6, sur les rapports entre Trézène et Halicarnasse : une statue de Poséidon a été consacrée ὑπὸ τῶν τὴν ἀποικι[αν ἐκ] Τροιζῆνος ἀγαγόντων.

41 Notamment Sardes, Thyatire, Kibyra, Magnésie du Méandre (voir supra, n. 38).

42 Voir P. Graindor, Athènes sous Hadrien (1932), p. 35‑36, qui cite et commente les principales sources.

43 Voir M. Wörrle, « Neue Inschriftenkunde aus Aizanoi, I : Eine Brückenweihung des Eurykles », Chiron 22 (1992), p. 337‑349, notamment p. 343, et pl. 1, p. 371 ; G. Petzl et E. Schwertheim, Hadrian und die dionysischen Künstler. Drei in Alexandria Troas neugefundene Briefe des Kaisers an die Künstler-Vereinigung (2006), l. 73‑74, p. 14‑15, et commentaire, p. 86.

44 Un dossier bilingue de 125/6 évoquant une contestation semblable offre un excellent parallèle : voir U. Laffi, « I terreni del tempio di Zeus ad Aizanoi », Athenaeum 49 (1971), p. 53‑54 et pl. I‑XI. On y trouve mention de lettres de l’empereur, du proconsul d’Asie Avidius Quietus et du procurateur impérial Hesperos (ἐπίτροπος τοῦ Σεβαστοῦ). Le verbe ἐπέστειλα se trouve deux fois dans la lettre A, l. 4 et 10, et ἐπιστολή trois fois, l. 9, 15 et 19.

45 Dans le dossier contenant notamment des lettres d’Hadrien aux technites dionysiaques réédité par D. J. Geagan (voir supra, n. 30, et infra, Appendice), p. 133‑160, Attalos semble être stratège des hoplites (face B, l. 32 et 40) ; on trouve une lettre d’Attalos à l’empereur (face B, l. 24) et Hadrien, avant 137, appelle Cl. Attalos ὁ κράτιστος φιλ̣ο̣ς μο̣[υ ‑ ] (face A, l. 45). Cl. Pison Tertullinus était peut‑être présenté, ici l. 20‑21, comme τ̣ὸ̣ ν̣ [ἀδελφὸν αὐτοῦ]. Sur leurs liens de parenté, voir surtout MAMA VI 374 : ὁ δῆμος ὁ Ἀθηναιων Κλ. Ἄτταλον, Πεισωνος Τερτυλλεινου ἀσιάρχου υἱόν, Ἀττάλου τοῦ ἱερέως τῶν Ἑλλήνων ἀδελφιδοῦν, ἀρετῆς ἕνεκα.

46 IG V 1, 452, et Addenda, p. 303 ; A. Wilhelm, Neue Beiträge zur griechischen Inschriftenkunde, 3 (1913), p. 28‑31 (Akademieschriften, I [1974], n11, p. 150‑153) ; B. D. Meritt, « The Epigraphic Notes of Francis Vernon », dans Commemorative Studies in Honor of Theodore Leslie Shear, Hesperia, Suppl. 8 (1949), p. 220 (SEG 11, 771) ; A. M. Woodward, « Sparta and Asia Minor under the Roman Empire », dans G. E. Mylonas, D. Raymond (éds), Studies Presented to David Moore Robinson on his Seventieth Birthday, 2 (1953), p. 869 et 872‑876 ; A. J. Spawforth, S. Walker, « The World of the Panhellenion, II, Three Dorian Cities », Journal of Roman Studies, 76 (1986), p. 88‑90 ; C. P. Jones, « The Panhellenion », Chiron, 26 (1996), p. 54‑56 ; S. Follet, Bulletin épigraphique (1996), n194. Voici le texte établi après révision des copies anciennes : [Ὁ ἱερεὺς τ]ῆς Ὁμονοιας τῶν |[Ἑλλήνων] καὶ τοῦ Ἐλευθεριου |[∆ιὸς τοῦ Ὀλ]υμπιου Κλαύδιος Ἄτ-|[ταλος Ἀνδ]ράγαθος Ἀθηνᾶν Π̣[ολιά-]|[δα ὑπὲρ Συ]ν̣ναδέων ἀποικων [ὡς]|[χρησμὸς ὁ] δ̣οθεὶς Θυννάρῳ ἐ̣[πέ-]|[ταξεν.] uacat. Le héros Tynnaros avait aussi un thiase au Pirée dès 301/0 : voir D. Stauropullos, « Thiasotendekret aus dem Piräus », AM 21 (1996), p. 93‑94.

47 Sur cette inscription, voir en dernier lieu M. G. Rizzi, Legislazione di mercato ad Atene attraverso la documentazione epigrafica dalla fine dell’età ellenistica all’epoca imperiale (2016), p. 111‑157.

48 Une inscription de la région de Thyatire publiée par P. Herrmann, « Die Karriere eines prominenten Juristen aus Thyateira », Tyche, 12 (1997), p. 111‑123, honore l’évergète M. Gnaeus Licin(nius) Rufinus διά τε ἀφθονιαν τροφῶν καὶ ἔργων πολλῶν καὶ μεγάλων κατασκευάς.

49 Pour le sens de θρησκειά , voir L. Robert, Études épigraphiques et philologiques (1938), p. 226‑235 ; P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, II (1970), p. 440, s. v. « Θρησκεύω » ; L. Foschia, « Le nom du culte, θρησκειά , et ses dérivés à l’époque impériale », dans S. Follet (éd.), L’hellénisme d’époque romaine : nouveaux documents, nouvelles approches (Ier s. a. C.-IIIs. p. C.) (2004), p. 15‑35, avec, p. 27‑35, le « catalogue des occurrences épigraphiques » (notre lecture est signalée n12, p. 28).

50 Sur ce séjour, point de départ d’une nouvelle ère à Athènes, voir notamment P. Graindor, Athènes sous Hadrien (1932), p. 30‑36 ; S. Follet (n. 24), p. 107‑115. Le décret de Synnada prouve que la révision constitutionnelle a eu lieu en 124/5, non, comme on pouvait le croire, dans une des années antérieures.

51 Voir Aristote, Constitution d’Athènes, 7, 1 ; K. Clinton, « The Nature of the Late Fifth-Century Revision of the Athenian Law Code », dans Studies in Attic Epigraphy, History and Topography, presented to E. Vanderpool, Hesperia, Suppl. 19 (1982), p. 33, n. 22 ; E. A. Meyer, « Posts, Kyrbeis, Metopes. The Origins of the Athenian « Documentary » Stele », Hesperia 85 (2016), p. 323‑383, notamment p. 331‑343, 353‑361, 374‑375 (riche bibliographie).

52 Voir les testimonia sur ce portique réunis par R. E. Wycherley, The Athenian Agora, 3 (1957), p. 21‑25.

53 Sylloge3 684.

54 OGI 449.

55 IG XII 1, 2, et corrigenda, p. 206.

56 Dans son commentaire, p. 234, il complétait sa restitution de la p. 228. Voir aussi Athènes sous Hadrien (1932), p. 31, n. 1.

57 Voir à ce sujet, e. g., L. Robert, « La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine », Harvard Studies in Classical Philology 81 (1977), p. 1‑39 (= OMS, VI, p. 211‑250 ; Louis Robert. Choix d’écrits, éd. D. Rousset [2007], p. 673‑704) ; A. R. R. Sheppard, « Homonoia in the Greek Cities of the Roman Empire », Ancient Society 15‑17 (1984-1986), p. 229‑252 ; J. H. M. Strubbe (voir supra n. 40), p. 254‑257 ; R. J. Penella, « An Unpublished Letter of Apollonius of Tyana to the Sardians », Harvard Studies in Classical Philology 79 (1975), p. 305‑311, commentée par C. P. Jones, « Institutions and Cults in the Letters of Apollonius of Tyana », Studi ellenistici 19 (2006), p. 606‑608. Les discours de Dion Chrysostome et Aelius Aristide offrent de nombreux exemples.

58 Cl. Attalos, fils de Cl. Pison Tertullinus, par exemple, a été à la fois prytane et logiste : voir les monnaies datées entre 161 et 169, citées par H. Müller, « Claudia Basilo und ihre Verwandtschaft », Chiron 10 (1980), p. 461 et n. 38 ; Th. Drew-Bear et G. Sacco, art. cit. (n. 36), p. 261, n. 52.

59 Certaines monnaies portent la légende ΣΥΝΝΑ∆ΕΩΝ ∆ΩΡΙΕΩΝ ΙΩΝΩΝ : B. V. Head, Historia Numorum2 (1911), p. 685‑686.

60 Voir supra n. 45.

61 Voir supra n. 4.

62 « Il Senato e il Panhellenion », Ὀστρακά 4 (1995), p. 157‑167. Certaines monnaies de Synnada, entre 161 et 169, portent un buste drapé du Sénat avec la légende ΙΕΡΑ ΣΥΝΚΛΗΤΟΣ : voir F. Imhoof-Blumer, Monnaies grecques (1883) [réimpr. 1977], n159, p. 413.

63 Voir le décret de Thyatire (pour notre édition, supra, n. 1), l. 17, et l’étude de G. Forni, « ΙΕΡΑ e ΙΕΡΩΤΑΤΗ ΣΥΝΚΛΗΤΟΣ, un capitolo dimenticato nella storia del Senato romano », dans M. G. Angeli Bertinelli (éd.), Scritti vari di storia, epigrafia e antichità romana (1994), p. 51‑187.

64 Voir notamment H. Müller (n. 58), p. 462‑466 et 484 (stemma) ; A. J. Spawforth-S. Walker, « The World of the Panhellenion II », Journal of Roman Studies 76 (1986), p. 89‑90 ; M. Nafissi (n. 40), p. 120‑124 et 132‑135 ; S. G. Byrne, Roman Citizens of Athens (2003), Claudius n72, p. 138‑139.

65 En tête des faces A et B du dossier relatif aux technites dionysiaques d’Athènes, IG II2 1105 + 4795, après recollage des deux fragments EM 396 et EM 3942 par M. Th. Mitsos, Ἀρχαιολογικὴ Ἐφημερίς (1961), p. 198‑201, et réédition par D. J. Geagan (voir supra, n. 45), il porte deux titres : Ὁ ἱερεὺς [τ]οῦ Χορειου [ἐκ τεχνειτῶν ∆ιονύσ]ου, ἱε[ρεὺ]ς τῆς Ὁμονο[ια]ς τῶν Ἑl[λήνων καὶ τοῦ Ἐλευθεριου ∆ιὸς Τιβ.] Kλ. Ἄτταλος [Ἀνδ]ράγαθ[ος Σφ]ήττιος. Si notre restitution de la l. 43 est correcte, il n’est pas encore citoyen athénien à la date du décret de Synnada. Dans IG V 1, 452, il n’a ni démotique ni ethnique.

66 Contrairement à ce qu’ont écrit A. J. Spawforth et S. Walker (n. 64), p. 90, il ne porte le titre de prêtre de la Concorde des Hellènes et de Zeus Eleuthérios dans aucun de ces trois documents.

67 Ce culte, commémorant la victoire de 479 av. J.‑C., est aujourd’hui bien connu : voir la synthèse de G. Thériault, Le culte d’Homonoia dans les cités grecques (1996), notamment le chapitre III, p. 101‑130 : « Le culte de l’Homonoia des Hellènes ». Des documents importants ont été publiés et commentés : voir R. Étienne et M. Piérart, « Décret du koinon des Hellènes à Platées en l’honneur de Glaucon, fils d’Étéoclès, d’Athènes », BCH 99 (1975), p. 51‑75 ; N. Robertson, « A Point of Precedence at Plataia. The Dispute between Athens and Sparta over Leading the Procession », Hesperia 55 (1986), p. 88‑102 ; A. Chaniotis, Historie und Historiker in den griechischen Inschriften. Epigraphische Beiträge zur grie- chischen Historiographie (1988), t. 10, p. 42‑48 (réédition commentée d’IG II2 2788). Le concours des Eleutheria comporte des épreuves hippiques, gymniques et musicales : voir notamment L. Robert, « Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes. Parodie et réalités », dans L’épigramme grecque (1968), p. 187‑190 (= OMS, 6, p. 323‑326 ; Louis Robert. Choix d’écrits, éd. D. Rousset [2007], p. 175), qui a dressé une liste de vainqueurs; sur les épreuves musicales, voir L. Moretti, « Dagli Heraia all’aspis di Argo », dans Studia in honorem Georgii Mihailov (1995), p. 337‑338, n. 26 ; I. E. Stephanis, Διονυσιακοὶ τεχνῖται. Συμβολὲς στὴν προσωπογραφία τοῦ θεάτρου καὶ τῆς μουσικῆς τῶν ἀρχαίων Ἑλλήνων (1988), index s. v. « Πλαταιές », p. 604, renvoie à ses nos 236, 423, 1547 et 1952. Le titre du prêtre a varié au cours des siècles : sous la forme présente ici, il est attesté du règne d’Hadrien au milieu du iiis. ap. J.‑C. (voir D. J. Geagan, supra n. 30 et 45, p. 156‑158 ; M. Nafissi, supra n. 40, p. 129‑132). Tib. Cl. Novius d’Oion, qui avait été ἄριστος τῶν Ἑλλήνων (vainqueur à la course armée de Platées, comme l’a montré L. Robert), était « grand-prêtre de Néron Germanicus et du Zeus Eleuthérios des Hellènes » en 60/61, d’après IG II2 1990, 6.

68 Voir M. D. Campanile, I sacerdoti del koinon d’Asia (sec. a. C.-iii sec. d. C.). Contributo allo studio della romanizzazione delle élites provinciali nell’Oriente greco, Studi ellenistici 7 (1994), n78, p. 88‑89.

69 Voir e. g. Hellenica, 4, p. 90 ; J. et L. Robert, Bulletin épigraphique (1951), n2 (analyse critique de l’article « Pandèmos » de RE). Z. Petre, « Aphrodite Pandemos », Studi Clasice 28‑30 (1992-4 [1997]), p. 5‑14, attribue encore à Athènes le décret IG II2 1075 mentionnant Zeus Pandèmos.

70 Voir F. Imhoof-Blumer, supra (n. 62), nos 157 et 158, p. 413.

71 L’édition de référence est maintenant celle de D. J. Geagan (art. cit. supra, n. 30 et 45). J. H. Oliver (n. 22), nos 98‑104, p. 244‑250, a republié la face A et les premières lignes de la face B, en ajoutant le fragment EM 3277, contigu au fragment e.

72 Voir supra, p. 781.

73 S. Follet (n. 24), p. 192, n. 7.

74 Voir J. et L. Robert, Bulletin épigraphique (1974), n204.

75 J. H. Oliver (n. 22), p. 248.

76 Voir le Parisinus Suppl. gr. 854 de la Bibliothèque nationale de France, nos 610, 611 et après le n605.

77 Voir l’étude générale de J. de Romilly, La Douceur dans la pensée grecque (2011), qui remarque que l’adjectif ἤπιος, homérique, ne reparaît qu’à l’époque romaine dans les textes et les inscriptions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Fronton sculpté de la stèle portant l'inscription de Sardes : EM 5892 + EM 8429 + EM 6097a et EM 2509.
Crédits Cl. Ch. Galazios.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 2 — Fragment appartenant à la partie supérieure droite du décret de Synnada (l. 1-7) : EM 9509a.
Crédits Cl. Ch. Galazios.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 3 — Fragments inférieurs du décret de Synnada (l. 7-45) : EM 9511 + EM 10431.
Crédits Cl. B. Stamatopoulos.
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
URL http://journals.openedition.org/bch/docannexe/image/990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 778k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Follet et Dina Peppas Delmousou †, « Bienfaits de l’empereur Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada (IG II2 1089, complétée, et IG II2 1075, complétée) »Bulletin de correspondance hellénique, 143.2 | 2019, 767-783.

Référence électronique

Simone Follet et Dina Peppas Delmousou †, « Bienfaits de l’empereur Hadrien envers les cités de Sardes et Synnada (IG II2 1089, complétée, et IG II2 1075, complétée) »Bulletin de correspondance hellénique [En ligne], 143.2 | 2019, mis en ligne le 05 mars 2020, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/bch/990 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bch.990

Haut de page

Auteurs

Simone Follet

Professeur émérite à l’Université de Paris-Sorbonne.

Dina Peppas Delmousou †

Directrice honoraire du Musée épigraphique d’Athènes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search