Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Quêtes odysséennes, ou comment ph...Victor Bérard, Homère et l’École ...

Quêtes odysséennes, ou comment photographier Homère ? Victor Bérard et Fred Boissonnas sur les traces d'Ulysse

Victor Bérard, Homère et l’École française d’Athènes

Victor Bérard, Homer and the French School at Athens
Alexandre Farnoux
p. 7-34

Résumés

L’article examine le lien entre le séjour de Victor Bérard à l’École d’Athènes (1887-1890) et son œuvre homérique. Il fait le point plus largement sur la place que cette institution a faite à la question homérique entre 1846 et 1931, en particulier pendant les années où H. Schliemann mène ses fouilles à Hissarlik, Mycènes et Tirynthe. Victor Bérard n’a pas manifesté, semble‑t‑il, d’intérêt particulier pour Homère pendant ses années athéniennes. En revanche ses missions de terrain, en Arcadie par exemple, lui ont permis de se former à « l’autopsie », l’examen par soi‑même des sites et des vestiges, et de pratiquer la confrontation avec les sources antiques, Pausanias surtout. Bérard est, en ce sens, un produit de cette « école d’application » qu’est l’École française d’Athènes. C’est cette méthode qui lui permet ensuite de construire la « topologie » qui lui sert d’outil heuristique fondamental pour analyser l’œuvre d’Homère, la traduire et l’interpréter. Il use de la photographie comme une preuve pour identifier les lieux des aventures d’Ulysse et souligner l’exactitude topographique des épithètes. Il privilégie ainsi dans l’œuvre homérique la tradition écrite et minimise la part de création orale dont au même moment M. Parry dévoile les mécanismes. L’Homère de Bérard reste cependant aujourd’hui encore d’une force singulière qui mérite d’être redécouverte.

Haut de page

Texte intégral

L’École française d’Athènes, un foyer homérique ?

  • 1 Béquignon 1933 ; Courbin 1955 ; Monceaux 1883, p. 51‑52.
  • 2 Bérard 1930, p. 1 ; mais aussi Bérard 1902, p. II, Bérard 1929a, p. 361. Le « Joanne » auquel il e (...)
  • 3 Bérard 1924, non paginé.

1La contribution de l’École française d’Athènes à l’archéologie homérique n’a jamais fait l’objet d’étude particulière. Elle compte pourtant quelques découvertes importantes : on peut citer par exemple le fragment de Sophilos représentant les jeux funèbres en l’honneur de Patrocle découvert à Phères en 1931 par Yves Béquignon ou le vase avec l’aveuglement de Polyphème sur un vase argien mis au jour par Paul Courbin en 1955, sans oublier la base inscrite d’une statue élevée à la mémoire du poète identifiée à Pharsale par Paul Monceaux en 18821. Mais Victor Bérard, membre de 1887 à 1890, a sans doute contribué de la manière la plus complète et la plus originale à cette recherche. Son œuvre frappe le lecteur d’aujourd’hui par son ampleur, sa singularité et son audace. L’intéressé a affirmé à plusieurs reprises que c’est à l’École française qu’est née sa passion homérique : « Au printemps de 1888, une rencontre de hasard me mit en présence des héros homériques. Membre de l’École française d’Athènes, je fouillais en Arcadie les ruines de Mantinée et recherchais le tombeau d’Épaminondas sur le champ de bataille voisin ; le Joanne de la Grèce romaine, Pausanias, était mon guide : il me conduisit sur la colline où les Arcadiens, nous dit‑il, plaçaient l’étrange aventure de Pénélope et du dieu Pan. Il en est résulté pour moi quarante et une années d’études odysséennes »2. Il l’a rappelé encore d’une manière inattendue dans le croquis qui clôt le troisième volume de sa traduction de l’Odyssée, où, à côté d’un rhapsode qui récite un vers d’Homère, on lit cette légende : « Mai 1888. Mantinée, fouilles de l’École française d’Athènes », suivie d’une citation de Pausanias (VIII, XII, 5)3 (fig. 1) ; la figure du rhapsode est inspirée d’une amphore du British Museum du Peintre de Kléophradès, mais présente une tête qui pourrait bien être un portrait de Bérard lui‑même.

Fig. 1. « Mai 1888. Mantinée, fouilles de l’École française d’Athènes », extrait de Bérard [1924].

Fig. 1. « Mai 1888. Mantinée, fouilles de l’École française d’Athènes », extrait de Bérard [1924].
  • 4 Lettre de Paul Jamot à Victor Bérard, 15 janvier 1889. Je remercie Étienne Bérard de m’avoir commu (...)
  • 5 Selon le récapitulatif donné dans la réédition du premier tome de la traduction de l’Odyssée en 19 (...)
  • 6 Bérard 1888.
  • 7 Legrand 1932, p. 19.

2Paul Jamot, son camarade de promotion à l’École, dans une des lettres qu’il lui écrit le 15 janvier 1889, fournit un témoignage de la manie homérique qui s’est emparée de Bérard à Athènes : « À quand ce retour ? Le Chef est inquiet, se demande ce que vous faites à Tégée, et pourquoi vous ne lui écrivez pas. Pendant que vous cherchez, après Schliemann, l’emplacement de la chambre à coucher de Nestor, on danse ici sans vous à la cour (…) »4. C’est donc dans cette institution qu’il faut chercher le déclencheur de l’enquête qui l’occupa plus de quarante années et a nourri toutes ses publications académiques, soit vingt‑quatre volumes5, autant que de chants de l’Odyssée. Pourtant, durant ses années athéniennes, Bérard n’a rien publié de spécifiquement homérique, à part un article d’épigraphie où il traite marginalement de la transmission du texte6. Comme l’a fait remarquer Philippe-Ernest Legrand, compagnon de voyage de Bérard, ce n’est que dix ans après les années athéniennes que se manifeste vraiment sa passion pour les voyages d’Ulysse7. Comment alors expliquer ce décalage dans le temps ? Pour répondre à cette question, il faut élargir, bien au‑delà de la seule question d’Homère, l’examen de la dette de Bérard à l’égard de l’institution athénienne mais souligner ensuite l’originalité de son aventure odysséenne.

Les études homériques à l’École française d’Athènes

  • 8 Bérard 1895a, p. 339‑400. Sur Bérard à l’EFA, Duchêne 2010, p. 20‑22.

3Chercher la source de la passion pour le poète et son œuvre qui l’a animé pendant près de quarante ans suppose d’examiner la place des études homériques à l’École française et de voir comment cette institution et ses membres ont participé ou non aux nombreux débats que suscitent en particulier les résultats et la publication des fouilles de Heinrich Schliemann de 1870 à 1890. Il n’est pas inintéressant de reconstituer ce cadre athénien dont Bérard a lui‑même donné un aperçu dans une correspondance fictive où est racontée en détail la vie des membres sur le Lycabette et sur les chantiers de fouilles8.

Homère comme source

  • 9 Radet 1901, p. 90 et p. 93.
  • 10 Gandar 1869, p. 147.
  • 11 Gandar 1869, p. 149.

4Georges Radet, à qui on doit une irremplaçable histoire de l’École française d’Athènes, a décrit de manière ironique l’emprise qu’exerce la lecture d’Homère sur les premières générations des membres, comme sur « l’homéride Benoît », membre de la première promotion qui rejoint Athènes au printemps 18479. Les lettres d’Eugène Gandar (promotion 1847) à sa mère semblent confirmer cette fascination un peu naïve. Ainsi le 17 août 1848 il écrit depuis Argostoli : « N’est‑ce pas là tout ce que je rêvais, un air pur, un horizon à souhait pour les yeux, la paix absolue pour lire Homère et terminer mon Giotto » 10. Ou encore depuis Ithaque, le 20 août de la même année : « J’éprouve un plaisir très‑vif à relire ici tous ces beaux vers d’Homère ; la vue des lieux qui les ont inspirés leur prête un nouveau charme et comme un sens inconnu »11.

  • 12 Radet 1901, p. 110.
  • 13 Ampère 1844b, p. 39.
  • 14 Ampère 1844a, p. 991 et 994.
  • 15 Hinstin 1861. Sur cette question, Kimmel-Clauzet 2013.

5La réforme de 1850 place l’institution athénienne sous l’égide de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres : c’est cette dernière qui, à partir de cette date, oriente et évalue l’activité des membres. Obligés de renoncer à la lecture « des beaux vers de Sophocle et d’Homère » sous les oliviers pour des explorations sur les traces des savants de l’Expédition de Morée, les membres ont alors commencé, selon Radet, à travailler sérieusement en Grèce12. L’Académie, dans les sujets de recherches proposés chaque année, ne retient pas Homère parmi les sources antiques dont la lecture est recommandée, mais Pausanias ou Strabon, ou les voyageurs modernes. Les œuvres du poète ne sont mentionnées que dans le cadre d’études philologiques sur l’histoire de la langue grecque, des dialectes et des chants populaires. Il est vrai que l’opinion dominante en France est celle que Jean-Jacques Ampère, historien et professeur au Collège de France, avait publié dans la Revue des Deux Mondes en 1844, à la suite de son voyage en Orient : « Homère, sans cesser d’être un artiste naturellement sublime, est pour nous le chantre ou plutôt la voix de la tradition ; on l’a enlevé à la société des poètes lettrés pour le placer à la tête de cette famille des poètes primitifs et spontanés à laquelle appartiennent les auteurs des épopées indiennes, de l’Edda, des Niebelungen, des ballades espagnoles, et des chants populaires de la Grèce moderne »13. Tout en soutenant la thèse que le poète est plutôt une source pour étudier les survivances de la Grèce antique dans la Grèce moderne qu’une source historique fiable, Ampère insiste sur « la fidélité merveilleuse » des épithètes homériques dans la description des paysages et souligne « l’exactitude topographique d’Homère »14. Aussi les membres ne délaissent‑ils pas complètement l’étude d’Homère. Si le mémoire de Gustave Hinstin sur l’île d’Ios et le tombeau d’Homère15 ne semble pas mériter de retenir l’attention aujourd’hui, d’autres travaux constituent des contributions plus intéressantes.

  • 16 Gandar 1869, p. 287, lettre du 26 janvier 1849.
  • 17 Gandar 1869, p. 469 lettre du 21 juin 1853.
  • 18 Gandar 1854.
  • 19 Delacoulonche 1858a, p. 5 et 24.
  • 20 Boutan 1864, p. 237.
  • 21 Boutan 1864, p. 225.
  • 22 Lebègue 1876, p. 76‑84.

6Ainsi E. Gandar ne se contente pas de lire avec émotion le poète. Il explore deux fois les îles ioniennes et Ithaque en particulier, la première en août 1848 comme membre, la seconde, après son retour en France, en juin 1853 grâce à une mission du ministère de l’Instruction publique. Il fait aussi le voyage en Troade en 1849 à la suite de quoi il envisage de « présenter à la Faculté une thèse sur le monde d’Homère »16. C’est que l’exploration attentive des lieux lui permet de dépasser l’impression superficielle d’une lecture faite sur place : « Si profonde que fût cette impression, j’avais besoin d’aller au‑delà, et de connaître la plaine dans tous ses détails. Ici les ruines sont peu de chose, mais la nature parle plus clairement qu’elles. Voilà, sans aucun doute, le port où s’embarqua Télémaque, l’îlot d’où les prétendants épièrent son retour, le versant qui couvrait la ville au pied du petit mont Néion »17. L’expérience de Gandar est intéressante car elle met l’accent sur les paysages plutôt que sur les monuments, faisant de l’archéologie homérique d’abord une topographie sans fouilles, une analyse des sites. C’est à cette question qu’il consacre finalement sa thèse latine en se restreignant à la seule île d’Ulysse, qu’il publie en 185418. Il y conclut à la fiabilité du poète en matière de géographie. D’autres membres parviennent à la même conclusion, par exemple Ernest Delacoulonche, membre en 1853, lorsqu’il explore l’Émathie19 ou encore Léon Thenon : parti en 1856 avec Georges Perrot explorer la Crète pour répondre à une question posée par l’Académie, il rédige un mémoire de plus de quatre cents pages sur les cités antiques crétoises qu’il intitule Les cent villes de Crète, plaçant ainsi son travail sous l’égide du poète (Iliade II, 649). De son côté, Ernest Boutan explore en 1855 et 1856 la Triphylie avec Homère à la main dont il invoque le témoignage plus de vingt fois dans son mémoire : « L’exactitude de la géographie d’Homère est si reconnue qu’il y aurait une grande hardiesse à rejeter son témoignage, surtout quand on le voit confirmé, après un aussi grand intervalle, par Strabon et Stace »20. Sur le terrain il fait la démonstration de la fiabilité du témoignage homérique : « Laissant derrière nous Macistos et les roches Achéennes que dominent ses ruines, nous trouverons, en nous avançant vers le nord, l’emplacement de deux villes du monde homérique, [Krounos et Chalkis], dont Strabon nous révèle l’existence »21. L’usage d’Homère comme source pour guider la recherche de terrain n’est cependant pas toujours judicieux : c’est sur une indication tirée de l’Odyssée qu’Albert Lebègue identifie fautivement le temple primitif d‘Apollon et la « Caverne du soleil » sur le Cynthe à Délos22.

  • 23 Burnouf 1879, p. 1‑52.
  • 24 Burnouf 1881.
  • 25 Schliemann 1885.
  • 26 Amandry 1995, Masson 1995, Allen 1999, p. 176‑177.
  • 27 Burnouf 1879, p. 75.
  • 28 Archives EFA DELPHES 4‑Homolle (6).

7Émile Burnouf, directeur de 1867 à 1875, représente un cas assez particulier de l’intérêt qu’a pris l’institution aux recherches sur Homère. Philologue et féru de civilisation indienne, il tient l’œuvre homérique pour une épopée populaire et traditionnelle, transmise à travers les siècles. Il est aussi un des premiers hellénistes à reconnaître qu’une longue période de civilisation a précédé l’époque archaïque en Grèce, et dans le reste de l’Europe, comme le révèlent les fouilles qu’il fait faire à Théra entre 1869 et 1871, puis celles de Heinrich Schliemann à Troie et à Mycènes23. Il est aussi très proche de l’archéologue allemand dont il dessine, avec sa fille Louise, le matériel céramique issu des fouilles de Mycènes en 1874. Au printemps 1879, bénéficiant d’une mission du ministère de l’Instruction publique, il réalise un plan précis de la région d’Hissarlik et une étude topographique de la région24 et il participe même aux travaux de fouilles à Hissarlik. Dans Ilios, Schliemann cite abondamment les résultats de son travail de terrain25. Leur relation étroite explique sans doute le fait que Burnouf ait accepté en 1874 de cacher à l’École les douze paniers contenant le Trésor de Priam que Schliemann avait sorti illégalement de Turquie ; à cette occasion il tente d’intervenir en faveur d’une vente à la France au profit du Louvre26. Burnouf a exposé à plusieurs reprises ses idées sur Homère et l’archéologie : « Homère de l’Iliade n’est probablement qu’un nom sous lequel ont passé de bouche en bouche, comme dans les chansons franques et les tirades des sûtas indiens, les récits plus ou moins bien rythmés des aèdes et des rhapsodes. L’imagination des temps postérieurs a donc été en grossissant et embellissant les actions des héros ; les dieux y ont eu leur part ; mille légendes se sont groupées autour de la légende troyenne, et l’incendie d’une petite forteresse asiatique est devenue une immense conflagration. Les fouilles ramènent les choses à leurs proportions réelles »27. Le rôle de l’archéologie est ainsi à ses yeux de retrouver la part de réalité, même mince, sous l’habillage de la poésie traditionnelle. Les fouilles de Heinrich Schliemann à Hissarlik et Mycènes ne laissent en tout cas pas les membres indifférents. Ils sont invités à venir voir sa collection ou écoutent ses interventions dans les séances de l’Institut de correspondance hellénique qui se tiennent à l’École. De l’homme, ils ne pensent pas toujours du bien : Théophile Homolle raconte à sa mère en 1876 un dîner chez Heinrich Schliemann dont il fait le portrait suivant : « Il pourrait bien avoir payé sa renommée d’un peu de raison. Le bon Homère, auquel il doit tout, lui a, j’en ai bien peur, en le couronnant de gloire, mis sur la tête un autre bonnet qui porte des grelots. Il y a mille genres de folie, il a lui la folie homérique »28.

Le refus d’Homère

8Mais il s’est trouvé très tôt à l’EFA de farouches opposants à l’utilisation d’Homère pour l’exploration de terrain. Ainsi Antoine Grenier, membre en 1846, dans un livre issu de sa thèse latine De descriptionibus apud Homerum, soutenue en 1858 et publiée en 1861, est formel, à la suite d’une analyse aussi mordante que précise de l’usage des épithètes : « Cessons donc de chercher les traces d’Homère sur la terre ; n’abusons pas d’une dérisoire érudition et de soins puérils pour dresser l’itinéraire de ses rêves et calculer la latitude et la longitude de ses fantaisies. Avec lui, dès le premier vers, nous sommes dans un monde enchanté et non plus dans celui des antiquaires, des hydrographes et des officiers du corps de l’état-major »29. À ce scepticisme radical on peut rattacher les travaux d’Othon Riemann, membre en 1874 : à la question « Corfou est‑elle la Schérie d’Homère ? » il répond : « Nous n’entrerons pas dans les détails de cette question, qui ne fait point partie de notre sujet » et il précise un peu plus loin : « Pour nous il nous semble que la question a été mal posée. On peut se demander si la légende des Phéaciens, telle qu’elle est chez Homère, se rapporte à l’île de Corcyre ou à un autre pays réellement existant ; mais ce qui, croyons‑nous, ne peut pas faire l’objet d’un doute, c’est le caractère légendaire et merveilleux de cette description, et dès lors il nous paraît absolument chimérique de vouloir y retrouver une exactitude géographique dans les détails »30. Ce refus d’Homère comme source archéologique caractérise aussi les recherches d’André de Ridder à Gla en Béotie qu’il refuse d’identifier avec l’Arnè homérique31. A côté de ces oppositions marquées, on trouve aussi des membres qui manifestent une certaine réticence à utiliser Homère alors qu’ils sont parfois sur les lieux mêmes chantés par le poète. Ainsi Henri Lechat mène une fouille à Corfou sans se préoccuper outre mesure des Phéaciens32, tandis que Carl Wilhelm Vollgraff, membre hollandais de l’École en 1901, conduit en 1904 une exploration méthodique des ruines d’Ithaque sans utiliser le texte d’Homère, ce qui est surprenant car il bénéficie du financement privé de M. Goekoop qui publiera un peu après une monographie sur l’Ithaque homérique33.

La mémoire d’Homère

  • 34 Boutan 1856, p. 332‑333.
  • 35 Monceaux 1887, p. 422.
  • 36 Fustel de Coulanges 1856, p. 499.

9Enfin, certains membres ne prennent pas parti dans le débat homérique, mais ne négligent pas pour autant la question lorsqu’ils la rencontrent même sous des formes très inattendues. Ainsi Ernest Boutan s’étonne‑t‑il de voir que les habitants de Lesbos ont fait d’Achille un de leur héros alors qu’il est donné dans l’Iliade pour l’avoir pillée et ravagée : « (…) on ne peut nier que dans les environs du Lepethymnus les souvenirs d’Achille, de Palamède, d’Homère et de la guerre de Troie, en général, ne soient très populaires. Tout cela s’est fort défiguré, comme tout ce qui passe dans le domaine des légendes populaires »34. Paul Monceaux, membre en 1881, constate le même phénomène d’altération en Thessalie : « Pendant notre séjour à Pharsale, il n’était bruit dans les échoppes que d’un certain héros Mèros, un paladin du pays. On lui prêtait des exploits merveilleux, où les souvenirs des guerres d’indépendance se mêlaient aux fables antiques. La renommée de ce Mèros ne nous paraissant pas de bon aloi, nous avons la curiosité de chercher son acte de naissance. Les savants du pays nous mènent dans le jardin d’une mosquée, encombré d’herbes folles. Le plus âgé, un patriarche à barbe blanche, écartant les broussailles avec son poignard circassien, découvre d’un air triomphant une large dalle, sur laquelle s’étale une inscription ancienne. Ce fut la mort de Mèros ; la première lettre du nom était effacée ; il n’était pas difficile de reconnaître la base d’une statue d’Homère. Alors s’envolèrent de toutes les bouches des cris joyeux, des exclamations sans fin. Ce soir‑là on parla de nous dans Pharsale, et le lendemain, au lever de l’aurore, on brûla bien de la poudre en notre honneur »35. Numa Denis Fustel de Coulange, à Chios, saisit bien la spécificité de la mémoire homérique : « Il y a quelque chose de plus authentique que l’école d’Homère, c’est le souvenir du poète persistant à Chios depuis trente siècles. (…) Tout souvenir de l’antiquité a disparu dans l’île excepté celui‑là : le nom d’Homère ne peut sortir de la mémoire du peuple ignorant. L’île entière est encore pleine d’Homère : à Pityos il est né, il a vécu à Volisso, il a tenu école à Pacha-Vrysis, à Anavato il a chanté, Cardamyle montrait son tombeau. (…) Nous allons parcourir l’île, mais la ruine la plus intéressante que nous aurons rencontrée ce sera ce souvenir lui‑même »36.

  • 37 Radet 1901, p. 325 et Duchesne et Bayet 1876, p. 168‑181.

10Les membres de l’École française d’Athènes ont donc bien eu à faire à Homère et à son œuvre. Mais il apparaît, avec ces quelques exemples, que la question homérique n’est pas une préoccupation majeure. En témoignent aussi les livraisons du Bulletin de Correspondance Hellénique, la revue de l’École créée en 1877, qui ne publie pas d’articles portant sur Homère ou l’archéologie homérique : lorsque l’œuvre du poète est invoquée, c’est principalement pour des questions de philologie ou d’iconographie. De même les recherches menées sur les manuscrits grecs découverts dans les monastères qu’explorent aussi les membres ne suscitent pas une édition critique du texte d’Homère37. Ce que Bérard a trouvé à l’École française, c’est autre chose qui va le conduire sur les traces d’Ulysse.

Une école d’application

11En effet, si l’auteur des Navigations d’Ulysse n’a pas trouvé dans l’établissement de la rue Didotou le foyer des études homériques qu’on pourrait attendre conformément à la vocation philologique de l’institution, il a cependant reçu une formation pratique plus déterminante pour sa vocation.

Une formation à « l’autopsie »

  • 38 Bérard 1895a, p. 339‑400.
  • 39 Walckenaer 1850, p. 188‑189.
  • 40 Guigniaut 1856, p. 653
  • 41 Egger 1862, p. 133.
  • 42 Dehèque 1864, p. 19.
  • 43 Duchêne 1996.
  • 44 Reinach 1886, p. 11.

12Comme l’indique le titre du livre où Victor Bérard publie, sous le pseudonyme de Maurice Lebrun38, la correspondance fictive d’un membre avec son frère, l’École française d’Athènes est d’abord « une école d’application », au même titre que l’École des Chartes ou l’École des Mines : les membres y reçoivent une formation pratique et se forment à des démarches d’investigation historique. Depuis 1850, l’activité des membres est soigneusement encadrée et orientée par une commission de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres : pour leur première année à Athènes, « (la commission) a voulu qu’ils s’occupassent, avant tout, de la langue vulgaire et de la topographie générale de la Grèce, pour se mettre en communication avec le pays et avec les hommes ; qu’ils étudiassent ensuite les éléments de la paléographie, tant diplomatique que monumentale, de la numismatique et de l’archéologie en général ; qu’enfin ils fissent une lecture assidue des auteurs, particulièrement des géographes et des historiens anciens. (…) La seconde année du cours d’études se composera de travaux, mémoires, dissertations sur des points spéciaux de topographie, d’archéologie, d’histoire et de littérature, se rapportant aux études et aux explorations qui auront été faites dans le cours de la première année. Ces travaux sont obligatoires pour les élèves, qui seront tenus d’envoyer au moins un mémoire de topographie, et d’archéologie, et une dissertation de mythologie, d’histoire ou de littérature, à l’expiration de la deuxième année »39. Pour les membres jugés les plus méritants par l’Académie une troisième année est prévue pour traiter une des questions publiées par la commission dans son rapport annuel. Celles‑ci précisent les objectifs de ces enquêtes de terrain, comme le montre l’une des questions de 1856 : « Tenter, si, comme il est probable, les circonstances le permettent, un voyage en Acarnanie, et, en se fondant sur une description exacte de l’état actuel de cette province, en faire la géographie comparée et l’histoire à toutes les époques ; y signaler de point en point les ruines des villes antiques ; étudier les rapports des populations actuelles avec celles d’autrefois ; recueillir les inscriptions, les vestiges des dialectes locaux, et tout ce qui peut caractériser les hommes et leur génie propre aussi bien que la contrée qu’ils habitent ou qu’ils ont habitée »40. L’Académie recommande la lecture des auteurs anciens et des voyageurs modernes, mais aussi de tout type de documentation : ainsi dans le compte-rendu du mémoire de L. Thenon sur la Crète, l’Académie suggère à l’auteur la lecture des portulans41 ; et d’une manière générale elle conseille l’utilisation des cartes de l’Expédition de Morée ou des cartes allemandes. Cependant l’Académie insiste sur le fait que le mémoire doit avant tout être le fruit d’une observation directe, non une compilation de témoignages. Aussi la question VIII proposée en 1864 est‑elle ainsi libellée : « VIII. Étudier les trois ports de Corinthe (Schoenus, Cenchrées, Léchée) ; en dresser le plan, s’il se peut. Rechercher les traces du mur antique qui coupa l’isthme, et le système de fortifications imaginé par les Corinthiens. Décrire avec soin l’Hiéron de l’isthme, ses ruines, ses inscriptions, s’il y en a, et des fouilles en feraient certainement retrouver. On se gardera des récits et des compilations historiques pour s’attacher surtout aux monuments, à la topographie, à l’archéologie proprement dite »42. Au moment où V. Bérard rejoint l’École française, les réformes qui ont suivi celle de 1850 n’ont pas changé fondamentalement ce cadre qui fait de l’observation de terrain par soi‑même – ou « autopsie » comme Gustave Fougères l’appelle un peu plus tard – l’activité principale des membres, sinon leur spécialité. Salomon Reinach, qui fut un membre très voyageur43, publie d’ailleurs un manuel intitulé Conseils aux voyageurs en 1886 où on lit ceci : « Les pages qui suivent s’adressent à l’archéologue, en entendant ce mot dans le sens le plus large, c’est‑à‑dire à l’épigraphiste, à l’historien de l’art, au numismatiste et accessoirement au géographe »44. Dans cette perspective, il recommande lui aussi la lecture des voyageurs et l’utilisation des cartes de l’amirauté britannique.

Témoigner du terrain

  • 45 Boutan 1864 p. 212.
  • 46 Hellmann 1996.
  • 47 Collet 1996, Réveillac 1992.
  • 48 Reinach 1886, p. 28.
  • 49 Feyler 1987, p. 1038. Sur cette question voir aussi Lacoste 2013.
  • 50 Collet 1996.

13Les membres documentent leurs explorations par des notes et des images. Les premières consistent, d’abord, en journaux ou carnets, puis en rapports au directeur et lettres aux proches. Ils servent généralement de base au mémoire rédigé pour l’Académie. Parfois ils sont cités en étant à peine mis en forme, comme dans le mémoire de Boutan sur la Triphylie à propos d’une acropole près de Lépréon où il reconnaît la cité homérique de Chaa : « Ces ruines me paraissant fort étranges, je me bornerai, pour les décrire, à reproduire textuellement les notes prises sur les lieux mêmes, de peur que mes souvenirs ne m’induisent en erreur pour quelques détails »45. Le recours direct aux notes ou au journal de voyage constitue ainsi une garantie d’exactitude et d’authenticité de l’observation, ce que retiendra aussi Bérard dans ses publications. Pour les images, les membres sont parfois accompagnés dans leurs explorations par un artiste de l’Académie de France à Rome, architecte le plus souvent. Ils ont alors la chance de disposer d’un collaborateur qui dessine au fur et à mesure les antiquités découvertes46. Bien avant la grande fouille de Delphes qui fit l’objet d’une large couverture photographique47, quelques explorations de terrain sont documentées par des clichés. Dans ses Conseils au voyageur, Reinach consacre un chapitre entier à l’équipement photographique et sa pratique en exploration : estamper et photographier sont les deux moyens pour un explorateur de prouver ses hypothèses48. Dans l’histoire de la photographie scientifique appliquée aux études de l’Antiquité, on a noté que c’est vers 1870 que se fait le passage vers « une photographie de démonstration »49 en particulier dans les missions archéologiques. Dans la revue de l’École française, le Bulletin de Correspondance hellénique la photographie apparaît dès 187850. Sur le terrain elle est pratiquée par les archéologues eux‑mêmes, rarement par des professionnels, par M. Holleaux au Ptoion (1884), par G. Fougères à Mantinée (1887), par P. Jamot au Val des Muses (1888) et par A. Joubin en Crète (1890). Ainsi formés à l’exploration et aux moyens d’en rendre compte, les membres font une œuvre scientifique dont l’Académie apprécie l’ampleur et l’efficacité. C’est en cela que l’EFA est une école d’application et Bérard mettra en pratique cette formation.

Terrain, sites et paysages ou l’autopsie au service du paysage

  • 51 Gandar 1868, p. 365.
  • 52 Gandar 1868, p. 364.
  • 53 Boutan 1856, p. 283.
  • 54 Gorceix 1876, p. 205‑216.
  • 55 Cité par Radet 1901, p. 157.

14Formés à cette démarche qui combine sources et données de terrain, les membres consacrent une grande partie de leur temps de séjour en Grèce aux explorations. Certains font preuve très tôt d’un grand sens de l’observation du paysage et d’une analyse fine des pays qu’ils traversent, comme E. Gandar qui explicite la démarche dans une lettre du 31 mai 1849 : « La nature d’un pays, son climat, les lignes de l’horizon, la lumière qui les éclaire, le voisinage de la mer, des fleuves ou des montagnes, exerce sur les mœurs d’un peuple, sur son développement intellectuel, commercial et politique une influence immense, et que personne aujourd’hui ne cherche à contester. C’est donc apprendre à connaître un peuple que de vivre où il a vécu et de respirer l’air qu’il respire. Souvent la nature d’une contrée est plus instructive que les ruines. Les ruines se dispersent confuses, mutilées, méconnaissables ; elles n’ajoutent rien aux témoignages de l’histoire. Mais les lieux ne changent pas si vite, et quelques pierres éparses dans la plaine ne m’apprennent pas d’une manière aussi frappante ce que fut Sparte qu’une seule heure passée devant le Taygète ».51 Et il résume ce travail dans cette formule heureuse : « avoir des yeux pour le chemin lui‑même »52. Les membres en voyage sont attentifs aussi aux mutations qui affectent les paysages. Ainsi E. Boutan à Lesbos : « Il est vrai que, dans bien des cas, on ne peut affirmer d’une manière absolue que la configuration du terrain et le dessin des côtes n’ait pas changé considérablement depuis les temps anciens, et ce serait s’exposer à d’étranges erreurs que de croire la géographie ancienne toujours et de tout point semblable à la géographie moderne. (…) on ne saurait admettre qu’il y ait eu à Mytilène le moindre changement ; il est facile de le prouver de deux façons, d’abord par l’observation exacte des lieux tels qu’ils sont en ce moment, puis par des textes anciens »53. Ce n’est pas un hasard si le seul membre de l’éphémère section des sciences de l’École est un géologue : Henri Gorceix, membre en 1869, pousse l’analyse des paysages plus loin encore, comme par exemple à Cos54. Et É. Burnouf n’est pas loin de penser que la seule science à laquelle l’École peut légitimement et utilement contribuer est la géologie : « Un des premiers travaux à entreprendre, parce qu’il serait la base de tous les autres, serait une étude détaillée et approfondie de la géologie des pays grecs ».55

  • 56 Deville 1866, p. 14.
  • 57 Fougères 1898, p. 4‑5.
  • 58 Voir dans ce volume l’article de Ségolène Débarre.

15On voit aussi s’ébaucher, très tôt, une analyse des lieux qui dégage des lois et explique l’histoire humaine, comme chez Deville : « Mais, comme le fait prévoir la configuration même du pays et la position latérale et détachée qu’il occupe par rapport au reste du Péloponnèse, il n’a jamais pris une part considérable aux événements qui ont agité la péninsule, de telle sorte que les historiens l’ont oublié ».56 C’est chez Gustave Fougères, l’aîné de V. Bérard, qu’on trouve exprimé avec le plus de fermeté ce déterminisme géographique, à propos de la localisation de Mantinée : « Elle présente aussi un intérêt d’ordre quasi théorique. La constitution géologique de son sol, son régime hydrographique et sa position au nord de la grande plaine fermée d’Arcadie ont influé sur sa mythologie, sur son histoire et sur sa politique suivant un déterminisme très apparent dont peu d’États grecs offriraient un exemple aussi typique. C’est donc un milieu en quelque sorte schématique pour étudier l’action du sol sur un groupe d’hommes, la conversion des phénomènes physiques en idées religieuses et par suite en énergies morales, le jeu des influences étrangères, bref toutes les causes qui collaborent à la formation et à la vie d’une cité grecque ».57 On connaît la fortune qu’a connue ce concept, en particulier chez un autre ancien membre de l’École, Paul Vidal de la Blache58.

Philologie et mythologie ou l’autopsie au service du témoignage

16Les explorations contribuent aussi à la compréhension des textes antiques et à l’établissement de leur crédibilité. C’est une question que l’Académie soumet aux membres de l’École, sous différentes formes, par exemple en 1876 : « Choisir et interpréter un ou plusieurs chapitres soit de Strabon, soit de Pausanias, sur lesquels les dernières découvertes archéologiques jettent le plus de lumières nouvelles ».59 C’est la géographie historique qui profite le plus de cette confrontation. Il revient à Marcel Dubois, membre de l’École en 1873 et futur professeur de géographie coloniale à l’université de Paris60, de rédiger une défense et illustration complètes de Strabon, volume publié chez Armand Colin en 1891 et couronné par l’Académie61. Pausanias, quant à lui, voit sa crédibilité défendue par G. Fougères : « Si le témoignage de Pausanias est aujourd’hui très discuté, s’il est de mode de le corriger avec force gourmades, je pense, avec M. Bérard, que les doutes émis sur la réalité de ses voyages et, comme disent les Allemands, sur l’autopsie de ses observations, ne doivent pas s’appliquer aux Arcadiques. Le Périégète a fait en conscience son métier de folkloriste et d’archéologue ».62 Cette application de l’autopsie à la philologie, ajoutée à une bonne maîtrise du grec ancien, conduit certains membres à travailler aux traductions des textes grecs pour la nouvelle collection de sources fondée en 1917 par la Société des Belles Lettres. C’est ainsi que Philippe-Ernest Legrand, membre en 1888 et compagnon de voyage de V. Bérard, traduit tout Hérodote entre 1932 et 1954, soit 10 volumes. On verra le parti original que tirera le futur traducteur de l’Odyssée de cette application de l’autopsie aux textes anciens.

  • 63 Walckenaer 1850, p. 189.
  • 64 Déhèque 1864, p. XVIII.
  • 65 Burnouf 1872, p. 3‑5.
  • 66 Bertrand 1858, p. 39.
  • 67 Fougères 1898, p. III.
  • 68 Bérard 1894, p. 35 et 44.
  • 69 Guigniaut 1854, p. 480.
  • 70 Bertrand 1859.
  • 71 Delacoulonche 1858b.
  • 72 Hinstin 1863.

17Mais plus encore que cet apport à la compréhension des textes grecs et à la validation de leur apport documentaire, l’exploration de terrain a, conformément à une demande de l’Académie, nourrit les recherches en matière de mythologie où la confrontation entre les textes et le terrain est apparue fondamentale. De 1846 à 1890 les questions de mythologie occupent en effet l’actualité scientifique, en particulier à l’Académie où Joseph-Daniel Guigniaut, secrétaire perpétuel de 1860 à 1873 à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, consacre sa vie à la traduction de La Symbolique et la mythologie des peuples anciens du savant allemand G.‑Fr. Creuzer, publiée entre 1810 et 1812. Artisan de la réforme de 1850 qui place l’École sous la tutelle scientifique de l’Académie et secrétaire de la Commission de l’École d’Athènes, c’est lui qui recommande de demander aux membres de deuxième année une dissertation de mythologie, d’histoire ou de littérature63. Dans les questions proposées aux membres de troisième année la mythologie est clairement identifiée comme un objectif. A propos d’une exploration « de la mer de Corinthe au golfe de Lépante », il est ainsi précisé : « Ce périple doit être une étude de géographie comparée. On y recueillera des souvenirs de mythologie et d’histoire que les lieux rappellent, les inscriptions, les chants populaires qui ne sont pas dans les recueils de Zampelios et de Passow, surtout les chants des marins et des pêcheurs »64. On note le lien établi ici entre la géographie comparée, la mythologie et la philologie. Sont ainsi produits dans le cadre de l’École les Études de mythologie et d’archéologie grecques, d’Athènes à Argos (1858) d’A. Bertrand ou Les Muses, études de mythologie grecque (1869) de P. Decharme, le premier d’esprit plus géographique cependant que le second. Émile Burnouf lie explicitement les études mythologiques à la topographie, en particulier dans La légende athénienne, étude de mythologie comparée (1872) où il invente le principe de la « localisation », principe fondateur de la mythologie comparée selon lui : « Le phénomène qui s’est produit réellement et sur lequel il faut insister, est celui de la localisation. (…) Si le mythe s’est à ce point approprié à l’aspect des lieux, il s’ensuit que l’étude du lieu est encore aujourd’hui l’un des moyens de remonter à la signification du mythe. En effet les lieux ne changent pas ou ne changent guère, et nous tenons ainsi le mythe dans sa cause locale (…). Sans l’étude locale, les seules forces actuelles de la philologie peuvent conduire à des résultats généraux (…). Mais les religions anciennes n’avaient pas seulement ce caractère général et un peu vague ; elles étaient propres à chaque ville, à chaque citadelle, et même à chaque point notable d’une ville, d’une citadelle, d’une montagne, d’une plaine, d’une rivière ou d’un bois. Donc l’étude des lieux complète la recherche purement philologique et la vérifie ».65 L’idée que la mythologie grecque ne peut être valablement étudiée qu’à partir de cas particuliers, locaux et observables et que c’est le seul moyen d’éviter les reconstitutions érudites et littéraires des savants alexandrins, est partagée par d’autres membres de l’École, comme Alexandre Bertrand66. C’est cette conception qu’on retrouve aussi chez Fougères67. C’est celle aussi que V. Bérard développe dans son étude sur les cultes d’Arcadie68, conformément à une question posée par l’Académie : « Recueillir en un corps d’ouvrage tout ce que les auteurs anciens ont rapporté de relatif à l’histoire, aux institutions religieuses et politiques, générales ou particulières, aux mœurs et aux coutumes des peuples de l’antique Arcadie »69. Cette région avait déjà fait l’objet de la thèse latine de A. Bertrand, issue d’une exploration réalisée en 185070. E. Delacoulonche y consacre un voyage en 1854 et tente de répondre aux attentes de l’Académie71. G. Hinstin qui explore la région en 1857 en tire la matière d’une conférence où il signale à son auditoire la permanence de traits antiques dans les pratiques religieuses et superstitieuses des habitants actuels et donne le texte d’une chanson populaire entendue sur place72. C’est en reprenant ce dossier en 1889 que Bérard achève de mettre au point sa méthode d’analyse.

18La pratique de l’autopsie et de l’exploration de terrain par les membres de l’École au moment où Bérard arrive à Athènes est donc la démarche privilégiée dans leur activité scientifique, qu’elle s’accompagne ou non de fouilles. Elle ne vise pas à construire une discipline autonome et dédiée à l’observation de terrain et l’analyse en soi des paysages, elle est ordonnée avant tout à la connaissance de l’Antiquité, dans ses aspects les plus divers mais aussi à son empreinte sur la Grèce moderne. En privilégiant l’observation personnelle et en faisant de la topographie une source de données positives à combiner avec les témoignages des textes antiques, elle permet aux membres de renouveler sur de nouvelles bases la connaissance de l’hellénisme. C’est donc dans cette perspective qu’il faut examiner l’œuvre de Victor Bérard.

L’œuvre homérique de Bérard

  • 73 Bérard 1930b, p. 176.
  • 74 Bérard 2015, p. 20‑21.

19Bérard applique à la question homérique la démarche qu’il a apprise durant ses années athéniennes. Il le souligne dans une de ses dernières publications : « Quelque profonde que soit notre ignorance de cette Grèce archaïque, je crois qu’une méthode réaliste, utilisant les rares données de l’histoire et les données plus nombreuses et moins douteuses de l’archéologie et de la géographie, peut conduire à quelques conclusions certaines ».73 Mais cette expérience initiale nourrit une méthode originale qui renouvelle les études homériques de fond en comble. Entre 1890 et 1902, Bérard qui enseigne successivement à l’École normale supérieure, à l’École supérieure de la Marine et à l’École pratique des hautes études (IVe section)74, produit l’essentiel de sa thèse sur l’origine phénicienne de l’Odyssée qu’il publie de manière complète dans Les Phéniciens et l’Odyssée (1902-1903). Il ne la modifie plus jusqu’à sa mort en 1931, sauf marginalement, mais la décline sous différentes formes, livres, articles, essais ou notes pour différents publics. Cette unité de vue, revendiquée avec constance, est solidement fondée sur trois piliers : la théorisation de l’autopsie en « topologie », l’élaboration du texte de l’Odyssée en document et la démonstration photographique de la valeur topographique des épithètes. Ce sont ces trois piliers, tous liés d’une certaine manière à son apprentissage à Athènes, qu’il faut maintenant examiner.

De l’autopsie à la topologie

  • 75 Bérard 1895a, p. 353.
  • 76 Radet 1901, p. 368‑369 et Robert 1973.
  • 77 Par exemple Bérard 1902, p. 94, p. 99 et p. 561.
  • 78 Par exemple Bérard 1903, p. 554.
  • 79 Bérard 1894, p. 358.
  • 80 Sohier 2016 et dans ce volume l’article de Ségolène Débarre.
  • 81 Bérard 1894, p. 30.
  • 82 Bérard 1899, p. 68‑72.
  • 83 Bérard 1930b, p. 31.
  • 84 Bérard 1902, p. 25.
  • 85 Bérard 1903, p. 41.
  • 86 Bérard 1902, p. 19‑25 et p. 305 contre « l’histoire archéologique ».
  • 87 Bérard 1899, p. 66.
  • 88 Bérard 1899, p. 72.
  • 89 Bérard 1899.
  • 90 Bérard 1902, p. 117.
  • 91 Bérard 1895c et Bérard 1898.
  • 92 Bérard 1894, p. 12. Sur Bérard et les études phéniciennes, Bonnet 2015.
  • 93 Dumont 1874a, p. III‑IV, Dumont 1874b, p. 64 et Deonna 1914.

20Dans le chapitre consacré à l’École française d’Athènes publié dans le volume Nos Écoles d’application, il est significatif que Victor Bérard, alias Maurice Lebrun, consacre l’essentiel de ses lettres fictives aux explorations de terrain, fouilles ou voyages, toutes les formes de l’autopsie, et non à Homère. De manière révélatrice, il écrit : « Je sors de chez le directeur. Nous quittons le Pirée dans un mois. Je vais apprendre avec mon ancien [allusion probable à Gustave Fougères] le métier de voyageur ».75 Bérard pratique amplement ce « métier de voyageur » toute sa vie : de 1887 à 1890, il le conduit dans le Péloponnèse et en Asie Mineure avec G. Fougères76 ; puis, après ses années athéniennes, dans la Turquie d’Europe avec Ph. Legrand et la Crète ; pour son projet odysséen, Bérard parcourt toute la Méditerranée occidentale. Sa pratique du voyage d’exploration recoupe celle des autres membres dont il cite régulièrement les travaux77. Mais il s’en distingue par plusieurs aspects innovants. Tout d’abord il applique les objectifs de la démarche autopsique à la mer Méditerranée elle‑même pour retrouver le point de vue des marins, en utilisant les Instructions nautiques comme sources documentaires à part entière78. Ensuite, il tire de son expérience personnelle et de sa pratique de la navigation des données qui lui servent à calculer des temps de traversée, reconstituer des manœuvres et des itinéraires, inaugurant par‑là une archéologie expérimentale inédite. Enfin et surtout, il cherche à faire de l’autopsie un outil prédictif et plus seulement descriptif, pour passer de l’observation empirique qu’il a apprise à Athènes à l’analyse heuristique. Déjà dans son étude De l’origine des cultes arcadiens dont le sous‑titre est Essai de méthode en mythologie grecque, Bérard manifeste un goût pour la théorie et l’abstraction : « Notre hypothèse sur l’origine des cultes arcadiens entraîne avec elle une hypothèse pour toute la religion hellénique et une méthode pour toutes les études de mythologie grecque ».79 Dans ce même ouvrage et en bon élève de Vidal de la Blache dont il a suivi les cours avant de rejoindre Athènes, il esquisse les linéaments d’une théorie des lieux80. Il écrit ainsi : « il suffit de vivre quelques jours dans les monts arcadiens pour sentir que ce pays ne fut jamais une de ces contrées ouvertes, où l’étranger entre, sort, rentre et s’établit sans difficulté. Une théorie historique ne saurait être admise quand elle est en contradiction aussi nette avec les lois immuables de la nature, avec les caractères essentiels et éternels d’un pays ».81 La nécessité de théoriser l’expérience autopsique s’impose aussi à lui en raison des limites et des insuffisances de la science archéologique82. Certes Bérard, citant les travaux de H. Schliemann, W. Helbig ou G. Perrot, reconnaît que celle‑ci ramène enfin l’épopée dans l’histoire : grâce aux fouilles, « les vers du Poète ont repris toute leur valeur de document ».83 Mais il avoue « [son] peu de confiance dans l’archéologie »84 et trouve que les archéologues ne poussent pas assez loin la confrontation des sources : « Il semble aussi que les archéologues aient un peu négligé de commenter leurs trouvailles par les données du texte homérique ».85 Il fait aussi une critique radicale des archéologues, leur reprochant leur myopie, leur inutile érudition et leur goût pour l’argument d’autorité86. La théorisation de l’autopsie en « topologie » lui semble le seul moyen de compenser ces insuffisances : « Semblable à la géologie, la topologie, partant des phénomènes contemporains, s’attacherait surtout à l’étude du passé à la lumière des faits actuels, elle reconstituerait de toutes pièces ou expliquerait les époques disparues ».87 S’inspirant d’une célèbre formule de Strabon, il fixe comme objectif à la topologie l’établissement de lois : « Pour reconstituer une histoire réelle, ou du moins rationnelle, des origines grecques, il faut autre chose que les traces fossiles des héros et des villes : « Le moissonneur et le fouilleur ne suffisent pas, dit Strabon, il faut un homme capable de concevoir les lois générales de la terre » ».88 Théorisée entre 1890 et 190089, la topologie est mise en œuvre très largement dans les Phéniciens et l’Odyssée. Un seul exemple suffit ici pour l’illustrer : pour préciser la géographie du royaume de Pylos, il analyse le lien entre les bazars et les échelles ou comptoirs sur les côtes dans le Péloponnèse : « Étudiez maintenant ce bazar d’Aliphèra et voyez si l’existence même de ce bazar n’implique pas le débarcadère des étrangers au point où nous l’avons mis, à l’échelle du Samikon. C’est comme une vérification de tout notre calcul topologique que je vous propose »90. Le « calcul topologique » est complété par un « calcul toponymique » car la toponymie conserve la mémoire des noms successifs des lieux, elle aussi régie par des lois, comme celle des « doublets gréco-sémitiques »91. C’est ainsi que Bérard fait apparaître une autre Méditerranée sous la Méditerranée grecque : « Je crois qu’avant la Méditerranée grecque, il y eut une Méditerranée phénicienne, cerclée de possessions et de comptoirs phéniciens »92. L’effort théorique de Victor Bérard pour dépasser l’observation empirique n’est pas isolé à l’École d’Athènes et il est à rapprocher des tentatives similaires faites à la même époque ou un peu plus tard par un A. Dumont pour dégager des « lois sociales » à l’œuvre dans les sciences historiques et découvrir « les lois supérieures de l’histoire » ou par un W. Deonna pour faire apparaître « les lois et les rythmes dans l’Art »93.

Homère comme source écrite

  • 94 Bérard 1903, p. 485.
  • 95 Bérard 1903, p. 586.
  • 96 Bérard 1930a, p. 40‑42.
  • 97 Bérard 1917. Sur Bérard et Wolf, Espagne 2015.
  • 98 Bérard 1903, p. 583.
  • 99 Bérard 1903, p. 588.
  • 100 Bérard 1930b, p. 96 et 97.
  • 101 Bérard 1894, p. 29.

21L’autopsie, même théorisée en « topologie » n’est cependant pas suffisante à elle seule pour renouveler la question homérique, il faut encore élaborer le texte homérique en source fiable : « Car il faut toujours en revenir à cette conception fondamentale et juger la vérité de ces descriptions odysséennes, non pas d’après la seule réalité, mais en interposant toujours le langage d’un périple entre la description et le site décrit : le poète n’a pas vu ; il a lu »94. Il a approfondi cette perspective dans les années qui ont suivi son séjour athénien et son livre Les Phéniciens et l’Odyssée reposent entièrement sur l’idée que l’Odyssée est un document et, plus précisément, un document géographique dont il faut rétablir l’état originel. Pour ce faire, Bérard doit d’abord démontrer, contre l’opinion dominante, le caractère littéraire et scientifique de l’œuvre. Deux moyens s’offrent à lui : lier Homère à l’écriture et réfuter la thèse de l’origine orale. Pour Bérard la philologie et l’archéologie prouvent que le poète savait écrire : « Le poète de l’Odyssée nous est apparu comme un écrivain. Il n’a pu travailler que sur des documents écrits. Sans l’écriture, il est impossible de comprendre la connaissance qu’il eut de documents ou de modèles sémitiques, et l’imitation ou l’adaptation grecques qu’il en fit. Par les trouvailles de Crète et d’Orchomène, nous savons que l’écriture n’est pas d’invention ou d’importation récentes dans les pays helléniques »95. C’est une conviction que Bérard exprime à de nombreuses reprises, y compris dans ses Carnets de topologie inédits et jusque dans son dernier livre La Résurrection d’Homère paru en 193096. Elle s’accompagne d’une position très offensive contre la thèse de l’origine orale, thèse qu’il connaît bien pour y avoir consacré un livre97 : « Les disciples de Wolf, la troupe germanisante des philologues, ne voudront pas renoncer à leurs merveilles d’“épopée populaire”, de “formation spontanée” (…) »98. Mais il faut reconnaître qu’il refuse plus qu’il ne réfute cette thèse : « (…) je suis bien certain que pour l’Odyssée, il faut renoncer à l’hypothèse d’une composition et d’une transmission orales : le fond et la forme du poème odysséen impliquent l’usage d’une écriture »99. La publication de la thèse de Milman Parry en 1928 aux Belles Lettres, sous le titre L’épithète traditionnelle dans Homère, fournit une argumentation nouvelle en faveur de l’origine orale de la matière épique grecque, mais elle l’amène seulement à nuancer son propos sur ce qu’il appelle d’une jolie formule l’« empire du mètre »100 : il n’en discute pas le détail dans son dernier livre La Résurrection d’Homère paru en 1930, sans doute en vertu du principe qu’il a énoncé dès 1894 à propos de la thèse phénicienne qu’il entend défendre : « On s’apercevra bientôt que je poursuis le développement de cette hypothèse sans m’arrêter, d’ordinaire, aux interprétations différentes antérieurement proposées, sans les combattre, sans même les citer, le plus souvent sans y faire la moindre allusion »101.

  • 102 Bérard 1914-1915, p. 93‑94.
  • 103 Bérard 1924, t. 1, p. 129.
  • 104 Bérard 1929b, p. 331.
  • 105 Bérard 1902, p. 52.
  • 106 Bérard 1902, p. 138. L’appellation « Les Plus Homériques » désigne, dans l’Antiquité, les commenta (...)

22Pour faire de l’Odyssée une source écrite exploitable, il faut ensuite en retrouver le texte original. Pour cela Bérard recourt à l’autopsie et il ne faut pas s’étonner qu’il intitule un de ses cours de géographie ancienne à l’École pratique des hautes études : « Dépècements et restaurations du texte odysséen »102. Sans entrer dans le détail du travail considérable qu’accomplit Bérard sur le texte qu’on ne peut traiter ici, il suffit de donner deux exemples. Tout d’abord l’autopsie lui permet d’établir le texte grec : ainsi pour réfuter l’identification d’Ithaque avec Leucade que propose W. Dörpfeld, il recourt à la configuration topographique des lieux pour modifier le vers 846 du Chant XIV : « Le texte grec, légèrement corrigé au vers 846, nous décrirait cette réalité topographique. Il suffirait en effet de changer en ce vers trois lettres et de lire ΔΕΤΕ …. ΑΝΤΗΝ au lieu de Δ’ΕΝΙ…. ΑΥΤΗΙ et nos Ports Jumeaux viendraient reprendre leur place réelle en face et non pas au‑dessus de notre îlot de Dascalio, et l’on ne serait pas obligé de recourir à ces changements onomastiques des îles, dont le reste de la Méditerranée ne nous a jamais donné le moindre exemple »103. Ensuite, l’autopsie aide à comprendre et donc à traduire le texte grec ainsi obtenu : « à ma table de travail je pouvais hésiter sur la valeur de ce renseignement. Ici il est impossible, ayant sous les yeux cette mer immense, de douter que le poète n’annexe ces îles du large, au domaine de Circé (…) »104. De même la traduction des vers 547‑555 du chant XV où est retracé le chemin que suit Télémaque arrivant à Ithaque bénéficie de l’autopsie personnelle qu’il y a conduite avec Fr. Boissonnas en 1912. Ainsi rétabli, le texte original autorise une double lecture géographique de l’Odyssée, d’une part en allant du texte vers la réalité et, d’autre part, en allant de la réalité vers le texte : « C’est un document géographique. C’est la peinture poétique, mais non déformée, d’une certaine Méditerranée avec ses habitudes de navigation, ses théories du monde et de la vie navale, sa langue, ses Instructions Nautiques et son commerce. (…) Réciproquement, cette Méditerranée phénicienne, une fois explorée, nous explique l’ensemble et le détail des aventures odysséennes »105. En ce sens Bérard est l’héritier moderne de Strabon et des Plus Homériques, comme il le revendique souvent : « Les descriptions odysséennes sont l’exacte copie de la réalité. Elles correspondent à des sites très caractérisés qu’il s’agit seulement de découvrir, mais que l’on finit par retrouver si l’on veut prendre la peine d’interroger tous les mots du texte. Les Plus Homériques ont raison de parler de la précision géographique du poème »106. En combinant topologie et philologie, Bérard entend ainsi retrouver l’Odyssée première et sa signification profonde.

L’épithète homérique : la preuve topographique par l’épreuve photographique

  • 107 Bérard 1902, p. 582.
  • 108 Bazin 1864, p. 359, Helbig 1894, p. 201.
  • 109 Dubois 1891, p. 172.

23L’épithète joue un rôle central dans la démonstration de Bérard : pour lui, elle n’est ni décorative ni poétique, mais exacte et scientifique, ce que n’ont pas vu les partisans d’un Homère chantre de la poésie populaire : « on ne voyait que le conte parce que l’on ignorait la réalité. Mais vous prenez les cartes et descriptions de nos marins et, tout aussitôt, vous retrouvez la trame du poème ; sous la broderie, apparaît un tissu compact, serré, de faits géographiques rigoureusement exacts et minutieusement notés. Quand vous avez, par le détail, vu comment chaque épithète du poème correspond à une particularité du site, comment chaque aspect de côtes et de montagnes, chaque disposition de promontoires ou de ports, et les distances réciproques des fleuves et des villes, et les alentours des sources et fontaines, bref toutes les descriptions, sont conformes à la réalité tangible, à la vérité scientifique et expérimentale : il ne vous est plus possible de penser encore à des souvenirs de matelots. Vous ne pouvez plus songer, je crois, qu’à un journal de navigateur, à un périple. En mettant bout à bout les descriptions odysséennes de la Phéacie, vous reconstitueriez une page de nos Instructions nautiques »107. D’autres avant lui, on l’a vu, avaient défendu la thèse du caractère réaliste des épithètes chez Homère, comme Ampère, Bazin ou Helbig108. Il est intéressant de noter que même le géographe Dubois, à la même époque, n’est pas loin de partager cette idée : « Dès qu’il s’agit de géographie descriptive, ce retour vers le passé est un droit strict ; et, en dernière analyse, plus on peut constater la permanence séculaire des aspects physiques et des mœurs, expression toujours exacte, malgré des variations de forme, des rapports entre la terre et l’homme, plus on fait largement son devoir de géographe. J’ai souvent sillonné, dans les barques des pauvres gens de l’Archipel, ces parages si pleins de souvenirs ; toutes les fois qu’un fait physique, changement des vents, de la température, de la couleur des eaux, vue lointaine d’une terre me frappait, c’est un vers ou un passage d’Homère qui me revenait le plus volontiers à l’esprit ; et, pour l’avouer franchement, ce qui jusque‑là ne m’avait charmé que grâce à un effort d’imagination, me séduisit alors par l’exactitude technique »109. L’idée n’est donc pas neuve.

  • 110 Lettre 7, feuillet 175, octobre 1912, Ithaque Port Vathy, p. 2.
  • 111 Lettre 7, feuillet 180, octobre 1912, p. 36.
  • 112 Bérard 1902, p. 55.
  • 113 Bérard [1924], Odyssée V, 55, p. 147 et p. 154.
  • 114 Duchêne 2010, p. 30‑31, Sohier 2015 et 2016.

24Mais chez Bérard cette thèse occupe une place centrale dans son système et dans toutes ses publications de 1890 à 1930. Pour prouver la valeur scientifique de l’épithète, il lui faut aller sur place, retrouver le point de vue qui l’autorise et en garder un témoignage par le journal et par la photographie. Dans une des lettres qu’il écrit à sa femme Alice lors de son voyage en 1912 avec Boissonnas, il écrit : « Au bout de la rade, nous avons longuement photographié le petit port semi-extérieur de Doxa, le port de Phorkys où les Phéaciens déposent Ulysse. Vu de la mer, en mer comme nous étions, ce port reproduit toute la description odysséenne avec un relief sous les mots que les philologues en chambre n’apercevront jamais »110. Plus encore que les extraits du journal de voyage ou des lettres qu’il cite abondamment dans les Phéniciens et dans les Navigations, Bérard voit dans la photographie un moyen d’administrer la preuve de la valeur topographique des épithètes : « je rentre d’Ithaque absolument convaincu que j’ai raison et je crois en avoir les preuves photographiques »111. Dès 1900, Bérard a la conviction que les photographies constituent au même titre que les cartes des documents scientifiques : « Pour mieux illustrer l’exactitude des descriptions odysséennes, on verra par la suite que les cartes et photographies des lieux sont d’un indispensable secours. Ces documents scientifiques donnent l’explication précise de tous les mots du poète »112. Il a trouvé en Fr. Boissonnas le photographe qui pouvait, mieux encore que sa femme Alice qui en était chargée en 1900, produire ces « vues odysséennes » nécessaires à sa démonstration. Les lettres écrites à sa femme pendant le voyage de 1912 fournissent de nombreux détails sur les efforts inimaginables déployés par Boissonnas « pour découvrir la vue précise dont il est question dans l’Odyssée » (Lettre 3, feuillet 144) et produire des « vues homériques » : « [Boissonnas et son aide] ont fait encore une heure et demie à pied pour avoir la vue convenable. Ils reviennent harassés, mais contents. Nous aurons le Kharavi en belle silhouette au milieu des îles : il est juste à l’échelle d’une barque flottante ». (Lettre 3, feuillet 145). Ces photographies sont destinées à être publiées dans un « Album-Atlas odysséen » auquel Bérard renvoie à plusieurs reprises, y compris dans sa traduction de l’Odyssée : ainsi à propos de l’île de Calypso, il écrit qu’il a pu « (…) en rapporter des photographies nombreuses que je publierai dans l’Album-Atlas : on y verra les vraies grottes de Calypso et leurs quatre sources divergentes, ainsi que tous les autres détails de la description odysséenne » ou encore à propos du vers 238 du même chant : « on verra dans l’Album-Atlas ce cimetière d’arbres morts »113. Pour lui la photographie est un moyen moins d’illustrer l’Odyssée que de prouver ses identifications et établir la valeur topographique et non poétique des épithètes114.

  • 115 Severyns 1929, Chantraine 1932.
  • 116 Van Gennep 1909, p. 51‑53. Bérard n’ignore pas les travaux sur la poésie populaire slave mais il e (...)
  • 117 Sohier 2015, p. 146‑148.
  • 118 Picard 1931, p. 246 n. 1.
  • 119 Bérard 1930c non paginé [p. 72 du pdf] ; Bérard 1926, p. 351. Sur la mise en image fixe et cinémat (...)

25Il est assez frappant de noter que Bérard recourt à un moyen technique moderne (la photographie) pour démontrer sa thèse au moment où Parry met en œuvre un autre moyen moderne (le phonographe enregistreur) pour prouver la thèse inverse : c’est en effet en 1935 que, accompagné d’Albert Lord, Parry enregistre au Monténégro les derniers guslars héritiers d’une pratique orale de la poésie épique traditionnelle. Mais avant même que ne soient connus les chants enregistrés sur les disques d’aluminium, la thèse de l’oralité avait été considérablement renforcée par les travaux universitaires de Parry. Elle avait reçu un accueil très favorable auprès de savants comme Severyns ou Chantraine115. Dès le début du xxe siècle, l’attention s’était portée sur les traditions orales encore vivantes dans les Balkans, slaves en particulier, comme en témoigne van Gennep, dans un opuscule intitulé La question d’Homère paru en 1909116. Dans les raisons qui expliquent que Bérard n’a pas publié l’Album-Atlas qu’il envisageait, entrent bien sûr les difficultés financières de Fr. Boissonnas et les nombreuses occupations de Bérard lui‑même à l’époque117. Mais le succès rapide des travaux de M. Parry a aussi ébranlé l’un des piliers de la thèse de Bérard, l’exactitude topographique des épithètes et leur caractère non poétique : comment publier après 1928 un Atlas avec des photos de lieux identifiés grâce à des épithètes dont la fonction poétique n’est finalement pas à exclure ? Si les épithètes sont des formules, les photographies ne risquent‑elles pas d’être seulement des « clichés » ? Dans le volume intitulé Dans le sillage d’Ulysse. Album odysséen, avec des photographies de Fr. Boissonnas, finalement publié en 1933 après la mort de Victor Bérard, les photographies de Boissonnas sont utilisées plutôt comme des illustrations du poème que comme des preuves scientifiques, prenant acte semble‑t‑il de la victoire de l’« empire du mètre ». Il en va de même dans l’édition posthume de la traduction de Bérard, qu’illustrent 32 photographies de Fr. Boissonnas, réalisée par Jean Bérard chez Armand Colin en 1942. Il est significatif que, jusqu’au dernier jour de sa vie, Bérard a travaillé à une édition illustrée mais d’un tout autre type. C’est celle à laquelle Charles Picard fait allusion dans sa notice nécrologique : « Il m’a entretenu plusieurs fois d’une magnifique édition de luxe qu’il faisait préparer pour l’Odyssée ; des privilégiés de la fortune y eussent trouvé une illustration dessinée, à Cnossos notamment et partout, sur place, par un maître. Verra‑t‑elle le jour ? »118 Publiée par la Compagnie des bibliophiles de l’automobile-club de France, elle est accompagnée de bois gravés polychromes, réalisés par François-Louis Schmied, de style minoïsant. Dans la préface à cette édition qui est le dernier texte de la main de Victor Bérard on trouve exprimée la forme ultime de son projet homérique, qui reprend une idée exprimée en 1926, combinant son enregistré et vues de paysage : « Bref, j’ai voulu présenter au public français une Odyssée que, devant un auditoire, pourrait réciter un acteur, ou même un phonographe, et je rêve de représentations homérique où des projections photographiques éclaireraient encore le texte, en lui donnant comme fond de scène et décors les paysages si minutieusement et si fidèlement décrits par le Poète »119. Et c’est sans doute sous cette forme que Bérard conçoit finalement la résurrection d’Homère, ce qu’illustrait déjà le croquis qui clôt le dernier tome de la traduction de l’Odyssée, comme un portrait de l’explorateur en aède (fig. 1).

Conclusion

  • 120 Archives Burnouf 51_2_17, Université de Lorraine.
  • 121 Bérard 1894, p. 7.
  • 122 Lettre 2, feuillet 136, octobre 1912.

26Le parcours homérique de Victor Bérard, si singulier soit‑il, n’est donc finalement pas si étranger à l’École française d’Athènes. Il y a trouvé non pas tant une matière érudite savamment amassée qu’une méthode d’analyse où l’autopsie joue un rôle primordial à condition, pensait‑il, qu’elle ne soit pas qu’une pratique empirique. Bérard appartient à cette lignée d’hellénistes qui ont appris à l’École d’Athènes à ne pas être qu’archéologue, comme A. Dumont qui écrivait à É. Burnouf en décembre 1869 : « Je serais déplorable de n’être qu’archéologue. L’érudition est une distraction et ne doit pas être autre chose. Je vous prie de croire que je n’ai pas voyagé seulement pour voir des pierres et décrire des banquets »120. Et quelle que soit aujourd’hui la fortune de son Homère ressuscité, il n’en reste pas moins que l’œuvre de Victor Bérard constitue sans doute une des aventures intellectuelles les plus passionnantes et les plus suggestives qu’ait jamais suscitées la question homérique. Elle lui a permis de développer un point de vue singulier et critique sur les études classiques d’une étonnante actualité dans sa dénonciation du « chauvinisme européen » : « Depuis Strabon jusqu’à Ritter, tous les géographes nous ont appris à considérer notre Europe comme une terre favorisée entre toutes les autres, unique, supérieure à toutes les autres en beauté, en richesse de presqu’îles et de développements, en élégance de formes, en puissance de civilisation. Notre chauvinisme ainsi excité se traduit assez dans notre nomenclature qui place notre Europe, cette pauvre péninsule asiatique, au même rang que le colosse africain ou le double géant des Amériques, parmi les cinq parties du monde. L’Hellade était jadis pour les Grecs le centre physique, le nombril de l’univers, et nous, qui sourions de cette naïve fatuité, nous ne nous demandons pas ce que penseront dans un siècle les géographes de Melbourne ou de Philadelphie »121. Certes le parti‑pris pan‑phénicien de Bérard n’a pas survécu à son auteur, mais, de l’autopsie terrestre pratiquée sous l’égide de l’École française d’Athènes à la « navigation créatrice »122 qu’il inventa de toute pièce, le parcours de Victor Bérard témoigne surtout d’une indépendance d’esprit et d’une liberté intellectuelle qui restent un modèle.

Haut de page

Bibliographie

Allen 1999
Susan Heuck Allen, Finding the Walls of Troy: Frank Calvert and Heinrich Schliemann at Hisarlik, Berkeley, University of California Press, 1999.

Amandry 1995
Pierre Amandry, « Schliemann, le ‘Trésor de Priam’, et le Musée du Louvre », in Le Trésor de Priam retrouvé. Dossiers d’archéologie 206, 1995, p. 42‑83.

Ampère 1844a
Jacques Ampère, « La poésie grecque en Grèce », Revue des deux monde 6, (15 juin) 1844, p. 982‑1015.

Ampère 1844b
Jacques Ampère, « La poésie grecque en Grèce », Revue des deux mondes 7, (1er juillet) 1844, p. 38‑65.

Bazin 1864
Hugues Bazin, « Mémoire sur l’Étolie », Archives des missions scientifiques et littéraires, 2e série, 1, 1864, p. 249‑372.

Bérard 1888
Victor Bérard, « Inscription du Laurium », BCH 12, 1888, p. 246‑248.

Bérard 1894
Victor Bérard, De l’origine des cultes arcadiens : essais de méthode en mythologie grecque, Paris, EFA, Thorin & fils, BEFAR 67, 1894.

Bérard 1895a
[Victor Bérard], « L’École française d’Athènes », in Louis Rousselet, Nos grandes Écoles d’application, Paris, Hachette, 1895, p. 339‑400.

Bérard 1895b
Victor Bérard, « Méditerranée phénicienne », Annales de Géographie, t. 4, n° 16, 1895, p. 271‑286.

Bérard 1895c
Victor Bérard, « Méditerrané phénicienne », Annales de Géographie, t. 4, n° 17, 1895, p. 414‑431.

Bérard 1898
Victor Bérard, « Topologie et toponymie antiques. Mégare », Annales de Géographie, t. 7, n° 34, 1898, p. 363‑375.

Bérard 1899
Victor Bérard, « Topologie », Revue Archéologique 34, 1899, p. 65‑96.

Bérard 1902
Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. I Les Îles de la Très Verte, Paris, Armand Colin, 1902.

Bérard 1903
Victor Bérard, Les Phéniciens et l’Odyssée, t. II Mer Rouge et Méditerranée, Paris, Armand Colin, 1903.

Bérard 1914-1915
Victor Bérard, « IX. Géographie ancienne », École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques, Annuaire 1914-1915, 1914, p. 93‑94.

Bérard 1917
Victor Bérard, Un mensonge de la science allemande. Les « Prolégomènes à Homère » de Frédéric-Auguste Wolf, Paris, Hachette, 1917.

Bérard [1924]
Victor Bérard, Homère. L’Odyssée, « Poésie homérique », texte et traduction de Victor Bérard, 3 t., Paris, Les Belles Lettres, [1924], deuxième édition revue et corrigée 1933.

Bérard 1925
Victor Bérard, « L’Épos homérique », La Revue de Paris 6, (novembre-décembre) 1925, p. 781‑806.

Bérard 1926
Victor Bérard, « L’Épos homérique », La Revue de Paris 1, (janvier-février) 1926, p. 315‑351.

Bérard 1929a
Victor Bérard, « Le retour chez Calypso », Revue des deux mondes 51, (1er juin) 1929, p. 649‑671.

Bérard 1929b
Victor Bérard, Les Navigations d’Ulysse, t. IV Nausicaa et le retour d’Ulysse, Paris, Armand Colin, 1929.

Bérard 1930a
Victor Bérard, La Résurrection d’Homère. Au temps des héros, Paris, Grasset, 1930.

Bérard 1930b
Victor Bérard, La Résurrection d’Homère. Le drame épique, Paris, Grasset, 1930.

Bérard 1930c
Victor Bérard, L’Odyssée, traduction de Victor Bérard, Illustrations et décors de François-Louis Schmied, Paris, La Compagnie des bibliophiles de l’automobile-club de France, 1930.

Bérard 2015
Étienne Bérard, Reine-Marie Bérard, « Victor Bérard en héritage », in Sophie Basch (éd.), Portraits de Victor Bérard : Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (5‑6 avril 2013), Athènes, EFA, 2015, p. 11‑39.

Béquignon 1933
Yves Béquignon, « Un nouveau vase du peintre Sophilos », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, 1933, p. 43‑66.

Bertrand 1858
Alexandre Bertrand, Études de mythologie et d’archéologie grecques, d’Athènes à Argos, Rennes, Catel, 1858.

Bertrand 1859
Alexandre Bertrand, De fabulis Arcadiae antiquissimis, Paris, ex typis Pillet, 1859.

Bonnet 2015
Corinne Bonnet, « Homère « auditeur et disciple des sciences phéniciennes ». Victor Bérard et la Méditerranée en partage », in S. Basch (éd.) Portraits de Victor Bérard : Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (5‑6 avril 2013), Athènes, EFA, 2015, p. 61‑78.

Boutan 1856
Ernest Boutan, « Rapport de M. Boutan, membre de l’École française d’Athènes, sur la topographie et l’histoire de l’île de Lesbos », Archives des Missions scientifiques et littéraires 5, 1856, p. 273‑364.

Boutan 1864
Ernest Boutan, « Mémoire sur la Triphylie », Archives des Missions scientifiques et littéraires, 2e série, 1, 1864, p. 193‑248.

Burnouf 1866
Émile Burnouf, « Origines de la poésie hellénique », Revue des deux mondes 65, 1866, p. 721‑746.

Burnouf 1872
Émile Burnouf, La légende athénienne, étude de mythologie comparée, Paris, Maisonneuve et Cie, 1872.

Burnouf 1879
Émile Burnouf, Mémoires sur l’Antiquité, Paris, Maisonneuve, 1879.

Burnouf 1881
Émile Burnouf, « Rapport sur une mission en Troade », Archives des Missions scientifiques et littéraires, 3e série, 7, 1881, p. 49‑64.

Chantraine 1932
Pierre Chantraine, « Remarques sur l’emploi des formules dans le premier chant de l’Iliade », REG 45, avril‑juin 1932, p. 121‑154.

Collet 1996
Philippe Collet, « La photographie et l’archéologie : des chemins inverses », BCH 120.1, 1996, p. 325‑344.

Courbin 1955
Paul Courbin, « Un fragment de cratère protoargien », BCH 79, 1955, p. 1‑49.

Dehèque 1864
Félix-Désiré Dehèque, « Commissions et jugement des concours », CRAI 8ᵉ année, 1864, p. 15‑24.

Decharme 1869
Paul Decharme, Les Muses, études de mythologie grecque, Paris, Ernest Thorin, 1869.

Delacoulonche 1858a
Ernest Delacoulonche, Le berceau de la puissance macédonienne, des bords de l’Haliacmon à ceux de l’Axius, Paris, Imprimerie et Librairie administratives Paul Dupont, 1858.

Delacoulonche 1858b
Ernest Delacoulonche, « Rapport sur l’histoire, les mœurs et les coutumes des peuples de l’ancienne Arcadie », Archives des missions scientifiques et littéraires, VII, 1858, p. 83‑268.

Deonna 1914
Waldemar Deonna, Les lois et les Rythmes dans l’Art, Paris, Ernest Flammarion, 1914.

Deville 1866
Gustave Deville, Étude du dialecte tzaconien, Paris, Imprimerie Ad. Lainé et J. Havard, 1866.

Duchêne 1996
Hervé Duchêne « Un Athénien : Salomon Reinach », Bulletin de correspondance hellénique 120.1, 1996, p. 273‑284.

Duchêne 2010
Hervé Duchêne, « Bérard, père et fils », in Michel Gras, Jean‑Pierre Brun (éd.), Avec Jean Bérard, 1908-1957 : la colonisation grecque, l’Italie sous le fascisme, Rome, EFR, 2010, p. 19‑40.

Duchesne, Bayet 1876
L’abbé Duchesne et Charles Bayet, Mémoire sur une mission au Mont Athos, Paris, Ernest Thorin, 1876.

Dubois 1891
Marcel Dubois, Examen de la Géographie de Strabon, Étude critique de la méthode et des sources, Paris, Imprimerie Nationale, 1891.

Dumont 1874a
Albert Dumont, Le Balkan et l’Adriatique : Les Bulgares et les Albanais. L’administration en Turquie. La vie des campagnes. Le panslavisme et l’hellénisme, Paris, Didier et Cie, 1874.

Dumont 1874b
Albert Dumont, « Succursale de l’École française d’Athènes à Rome. Cours d’archéologie : objet du cours » RA, n.s. 27, janvier à juin 1874, p. 57‑64.

Egger 1862
Émile Egger, « Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes », CRAI 6ᵉ année, 1862 p. 125‑134.

Espagne 2015
Michel Espagne, « Victor Bérard et la science allemande », in S. Basch (éd.) Portraits de Victor Bérard : Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (5‑6 avril 2013), Athènes, EFA, 2015, p. 79‑93.

Feyler 1987
Gabrielle Feyler, « Contribution à l’histoire des origines de la photographie archéologique : 1839-1880 », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité 99.2, 1987, p. 1019-1047.

Fougères 1898
Gustave Fougères, Mantinée et l’Arcadie orientale, Paris, EFA, Fontemoing éditeur, BEFAR 78, 1898.

Fustel de Coulanges 1856
Numa Fustel de Coulanges, « Mémoire sur l’île de Chio », Archives des Missions scientifiques et littéraires, V, 1856, p. 481‑642.

Gandar 1854
Eugène Gandar, De Ulyssis Ithaca, Paris, Typis Caroli Lahure, 1854.

Gandar 1869
Lettres et souvenirs d’enseignement d’Eugène Gandar, publiés par sa famille, et précédés d’une étude biographique et littéraire, par M. Sainte-Beuve, Paris, Didier, 1869.

Ginsburger 2018
Nicolas Ginsburger, « La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905) », Cybergeo, document 855, mis en ligne le 16 mai 2018, http://journals.openedition.org/cybergeo/29138.

Grenier 1861
Antoine Grenier, Idées nouvelles sur Homère, Paris, Durand, 1861.

Guigniaut 1854
Joseph-Daniel Guigniaut, « Rapport de la commission chargée d’examiner les travaux envoyés par les membres de l’École française d’Athènes », Archives des missions scientifiques et littéraires, 1854, p. 459‑481.

Guigniaut 1856
Joseph-Daniel Guigniaut, « Rapport lu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans la séance publique du 8 août 1856, au nom de la commission chargée d’examiner les travaux envoyés par les membres de l’École française d’Athènes », Archives des missions scientifiques et littéraires, 1856, p. 643‑654.

Goekoop 1908
Adriaan Eliza Herman Goekoop, Ithaque la grande, Athènes, Beck & Barth, 1908.

Gorceix 1876
Henri Gorceix, « Aperçu géologique sur l’île de Cos », Annales scientifiques de l’ENS 2e série, tome 5, 1876, p. 205‑216.

Hanriot 1889
Charles Hanriot, La géographie homérique, I. Ses limites, Poitiers, Imprimerie Millet, Descoust et Pain, 1889.

Helbig 1894
Wolfgang Helbig, L’épopée homérique expliquée par les monuments, Paris, Firmin-Didot et Cie, 1894.

Hellmann 1996
Marie-Christine Hellmann, « Les architectes de l’École française d’Athènes », BCH 120.1, 1996, p. 191‑222.

Hinstin 1861
Gustave Hinstin, « l’île d’Ios et le tombeau d’Homère », Mémoires de la Société des Sciences, Agriculture et Arts de Lille VIII, 1861, p. 47‑52.

Hinstin 1863
Gustave Hinstin, « En Arcadie », Mémoires de la Société des Sciences de Lille, 1863, 2e série, t. X, p. 209‑221.

Kimmel-Clauzet 2013
Flore Kimmel-Clauzet, Morts, tombeaux et cultes des poètes grecs. Étude de la survie des grands poètes des époques archaïques et classiques en Grèce ancienne, Bordeaux, Ausonius, 2013.

Lacoste 2013
Anne Lacoste, « Édition photographique et sciences de l’Antiquité », Revue de la BNF, 44.2, 2013, p. 18‑24.

Lebègue 1876
Albert Lebègue, Recherches à Délos, Paris, Thorin, 1876.

Lechat 1891
Henri Lechat, « Terres cuites de Corcyre », BCH 15, 1891, p. 1‑112.

Legrand 1932
Philippe-Ernest Legrand, « Victor Bérard », Bulletin de l’Association Guillaume Bu 34, janvier 1932, p. 18‑22.

Masson 1995
Olivier Masson, « Recherches récentes sur Heinrich Schliemann », REG 108.2, 1995, p. 593‑600.

Monceaux 1883
Paul Monceaux, « Inscriptions de Thessalie », BCH 7, 1883, p. 41‑61.

Monceaux 1887
Paul Monceaux, « Voyage en Thessalie », Le Tour du Monde LIV, 31 décembre 1887, p. 417‑432.

Parry 1928
Milman Parry. L’épithète traditionnelle dans Homère, Paris, Les Belles Lettres, 1928.

Perrot 1876
Georges Perrot, « Écoles françaises d’Athènes et de Rome, questions proposées pour les travaux de l’École française d’Athènes », CRAI, 20ᵉ année, 4, 1876, p. 293‑295.

Picard 1931
Charles Picard, « Victor Bérard », Revue Historique 169.1, 1932, p. 242‑251.

Radet 1891
Georges Radet, « Notes de géographie ancienne », BCH 15, 1891, p. 373‑380.

Radet 1901
Georges Radet, L’histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, Paris, Albert Fontemoing, 1901.

Rayet 1876
Olivier Rayet, Mémoire sur l’île de Kos, Paris, Imprimerie nationale, 1876.

Reinach 1886
Salomon Reinach, Conseils aux voyageurs archéologues en Grèce et dans l’Orient hellénique, Paris, Ernest Ledoux éditeur, 1886.

Réveillac 1992
Gérard Réveillac, « Les photographies de la “Grande fouille” de Delphes », Histoire de l’art 19, 1992, p. 3‑13.

Ridder 1894
André de Ridder, « Arnè ? », BCH 18, 1894, p. 446‑452.

Riemann 1879
Othon Riemann, Recherches archéologiques sur les îles ioniennes, I. Corfou, Paris, Ernest Thorin, BEFAR 8, 1879.

Robert 1973
Louis Robert, « Les enquêtes de Victor Bérard, helléniste et géographe au moyen Orient – 1887 à 1896 », Revue d’Histoire du Quatorzième Arrondissement de Paris 18, 1973, p. 28‑35.

Schliemann 1885
Henri Schliemann, Ilios, ville et pays des Troyens : résultat des fouilles sur l’emplacement de Troie et des explorations faites en Troade de 1871 à 1882, traduit de l’anglais par Madame E. Egger, Paris, Librairie Firmin-Didot, 1885.

Severyns 1929
Albert Severyns, « Milman Parry, L’épithète traditionnelle dans Homère », Revue belge de philologie et d’histoire 8.3, 1929, p. 881‑885.

Sohier 2015
Estelle Sohier, « Une Odyssée inachevée », in S. Basch (éd.) Portraits de Victor Bérard : Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (5‑6 avril 2013), Athènes, EFA, 2015, p. 129‑168.

Sohier 2016
Estelle Sohier, « Ré‑imaginer la Méditerranée avec l’Odyssée, la carte et la photographie. Victor Bérard, un géographe sur les traces d’Ulysse », Annales de géographie, 2016/3‑4, 709‑710, p. 333‑359.

Vollgraff 1905
Wilhelm Vollgraff, « Fouilles d’Ithaque », BCH 29, 1905, p. 145‑168.

Walckenaer 1850
Charles Athanase Walckenaer, « École française d’Athènes. Rapport fait à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au nom de la commission chargée de préparer les propositions destinées à régulariser les travaux de l’École française d’Athènes, le 8 mars 1850 », Archives des Missions scientifiques et littéraires 1, 1850, p. 184‑191.

Haut de page

Notes

1 Béquignon 1933 ; Courbin 1955 ; Monceaux 1883, p. 51‑52.

2 Bérard 1930, p. 1 ; mais aussi Bérard 1902, p. II, Bérard 1929a, p. 361. Le « Joanne » auquel il est fait allusion est bien sûr la célèbre collection de guides créée par Adolphe Joanne en 1854.

3 Bérard 1924, non paginé.

4 Lettre de Paul Jamot à Victor Bérard, 15 janvier 1889. Je remercie Étienne Bérard de m’avoir communiqué cette correspondance.

5 Selon le récapitulatif donné dans la réédition du premier tome de la traduction de l’Odyssée en 1933 et sans compter la première traduction restée inédite du poème et faite entre 1900 et 1912, Bérard 1930b, p. 102.

6 Bérard 1888.

7 Legrand 1932, p. 19.

8 Bérard 1895a, p. 339‑400. Sur Bérard à l’EFA, Duchêne 2010, p. 20‑22.

9 Radet 1901, p. 90 et p. 93.

10 Gandar 1869, p. 147.

11 Gandar 1869, p. 149.

12 Radet 1901, p. 110.

13 Ampère 1844b, p. 39.

14 Ampère 1844a, p. 991 et 994.

15 Hinstin 1861. Sur cette question, Kimmel-Clauzet 2013.

16 Gandar 1869, p. 287, lettre du 26 janvier 1849.

17 Gandar 1869, p. 469 lettre du 21 juin 1853.

18 Gandar 1854.

19 Delacoulonche 1858a, p. 5 et 24.

20 Boutan 1864, p. 237.

21 Boutan 1864, p. 225.

22 Lebègue 1876, p. 76‑84.

23 Burnouf 1879, p. 1‑52.

24 Burnouf 1881.

25 Schliemann 1885.

26 Amandry 1995, Masson 1995, Allen 1999, p. 176‑177.

27 Burnouf 1879, p. 75.

28 Archives EFA DELPHES 4‑Homolle (6).

29 Grenier 1861, p. 86.

30 Riemann 1879, p. 9.

31 Ridder 1894, p. 446‑452.

32 Lechat 1891, p. 1‑112.

33 Vollgraff 1905 ; Goekoop 1908.

34 Boutan 1856, p. 332‑333.

35 Monceaux 1887, p. 422.

36 Fustel de Coulanges 1856, p. 499.

37 Radet 1901, p. 325 et Duchesne et Bayet 1876, p. 168‑181.

38 Bérard 1895a, p. 339‑400.

39 Walckenaer 1850, p. 188‑189.

40 Guigniaut 1856, p. 653

41 Egger 1862, p. 133.

42 Dehèque 1864, p. 19.

43 Duchêne 1996.

44 Reinach 1886, p. 11.

45 Boutan 1864 p. 212.

46 Hellmann 1996.

47 Collet 1996, Réveillac 1992.

48 Reinach 1886, p. 28.

49 Feyler 1987, p. 1038. Sur cette question voir aussi Lacoste 2013.

50 Collet 1996.

51 Gandar 1868, p. 365.

52 Gandar 1868, p. 364.

53 Boutan 1856, p. 283.

54 Gorceix 1876, p. 205‑216.

55 Cité par Radet 1901, p. 157.

56 Deville 1866, p. 14.

57 Fougères 1898, p. 4‑5.

58 Voir dans ce volume l’article de Ségolène Débarre.

59 Perrot 1876, p. 293‑295.

60 Ginsburger 2018.

61 Dubois 1891.

62 Fougères 1898, p. VI.

63 Walckenaer 1850, p. 189.

64 Déhèque 1864, p. XVIII.

65 Burnouf 1872, p. 3‑5.

66 Bertrand 1858, p. 39.

67 Fougères 1898, p. III.

68 Bérard 1894, p. 35 et 44.

69 Guigniaut 1854, p. 480.

70 Bertrand 1859.

71 Delacoulonche 1858b.

72 Hinstin 1863.

73 Bérard 1930b, p. 176.

74 Bérard 2015, p. 20‑21.

75 Bérard 1895a, p. 353.

76 Radet 1901, p. 368‑369 et Robert 1973.

77 Par exemple Bérard 1902, p. 94, p. 99 et p. 561.

78 Par exemple Bérard 1903, p. 554.

79 Bérard 1894, p. 358.

80 Sohier 2016 et dans ce volume l’article de Ségolène Débarre.

81 Bérard 1894, p. 30.

82 Bérard 1899, p. 68‑72.

83 Bérard 1930b, p. 31.

84 Bérard 1902, p. 25.

85 Bérard 1903, p. 41.

86 Bérard 1902, p. 19‑25 et p. 305 contre « l’histoire archéologique ».

87 Bérard 1899, p. 66.

88 Bérard 1899, p. 72.

89 Bérard 1899.

90 Bérard 1902, p. 117.

91 Bérard 1895c et Bérard 1898.

92 Bérard 1894, p. 12. Sur Bérard et les études phéniciennes, Bonnet 2015.

93 Dumont 1874a, p. III‑IV, Dumont 1874b, p. 64 et Deonna 1914.

94 Bérard 1903, p. 485.

95 Bérard 1903, p. 586.

96 Bérard 1930a, p. 40‑42.

97 Bérard 1917. Sur Bérard et Wolf, Espagne 2015.

98 Bérard 1903, p. 583.

99 Bérard 1903, p. 588.

100 Bérard 1930b, p. 96 et 97.

101 Bérard 1894, p. 29.

102 Bérard 1914-1915, p. 93‑94.

103 Bérard 1924, t. 1, p. 129.

104 Bérard 1929b, p. 331.

105 Bérard 1902, p. 52.

106 Bérard 1902, p. 138. L’appellation « Les Plus Homériques » désigne, dans l’Antiquité, les commentateurs qui défendent la crédibilité du texte homérique.

107 Bérard 1902, p. 582.

108 Bazin 1864, p. 359, Helbig 1894, p. 201.

109 Dubois 1891, p. 172.

110 Lettre 7, feuillet 175, octobre 1912, Ithaque Port Vathy, p. 2.

111 Lettre 7, feuillet 180, octobre 1912, p. 36.

112 Bérard 1902, p. 55.

113 Bérard [1924], Odyssée V, 55, p. 147 et p. 154.

114 Duchêne 2010, p. 30‑31, Sohier 2015 et 2016.

115 Severyns 1929, Chantraine 1932.

116 Van Gennep 1909, p. 51‑53. Bérard n’ignore pas les travaux sur la poésie populaire slave mais il en limite la portée, Bérard 1925, p. 785.

117 Sohier 2015, p. 146‑148.

118 Picard 1931, p. 246 n. 1.

119 Bérard 1930c non paginé [p. 72 du pdf] ; Bérard 1926, p. 351. Sur la mise en image fixe et cinématographique d’Homère, voir dans ce volume l’article de Jean-François Staszak « Homère au cinéma ».

120 Archives Burnouf 51_2_17, Université de Lorraine.

121 Bérard 1894, p. 7.

122 Lettre 2, feuillet 136, octobre 1912.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. « Mai 1888. Mantinée, fouilles de l’École française d’Athènes », extrait de Bérard [1924].
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/1004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Farnoux, « Victor Bérard, Homère et l’École française d’Athènes »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain, 6 | -1, 7-34.

Référence électronique

Alexandre Farnoux, « Victor Bérard, Homère et l’École française d’Athènes »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/1004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.1004

Haut de page

Auteur

Alexandre Farnoux

Sorbonne Université

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain, 6 | 2022
  • Éditorial [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain, 1 | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search