Navigation – Plan du site
Le mariage dans le pourtour méditerranéen de l’Europe : du modèle à la comparaison

Introduction

Fabrice Boudjaaba, Eugenia Bournova, Michaël Gasperoni et Vincent Gourdon

Texte intégral

1La famille méditerranéenne existe‑t‑elle ? Si rien n’est moins sûr, il faut pourtant constater qu’elle a une longue vie derrière elle, dans les représentations mais également dans l’historiographie de l’histoire de la famille comme dans celle de la démographie historique. Ce premier numéro du Bulletin de Correspondance hellénique moderne et contemporaine est consacré à l’un des éléments centraux de l’émergence de la notion de famille méditerranéenne : le mariage.

2Cette institution est au cœur de la famille qu’elle contribue à fonder et dont elle contribue à déterminer les contours de fonctionnement, notamment en termes de pratiques de corésidence. Il n’est donc pas surprenant que le mariage ait constitué dans l’historiographie des systèmes familiaux l’un des paramètres déterminants des entreprises de classification ou de typologie des formes de la parenté et des manières de cohabiter « au même feu et au même pot », en particulier dans les sociétés européennes anciennes.

  • 1 On pourrait ajouter la néolocalité.
  • 2 Boudjaaba et Arizabalaga 2015.
  • 3 Les travaux plus récents peinent encore à mobiliser des études de cas relevant de la Méditerranée o (...)

3C’est d’ailleurs en partie dans le cadre de ces travaux de typologie des groupes familiaux qu’ont émergé les notions de famille et de mariage méditerranéens. L’article fondateur de Hajnal (1965) qui définit un modèle européen du mariage a ainsi joué un rôle décisif dans l’historiographie des systèmes familiaux mais également, de manière implicite, dans l’émergence du concept de famille et de mariage méditerranéens. Ce modèle européen du mariage peut se résumer à deux caractéristiques principales : un âge au mariage tardif d’une part, et un taux de célibat définitif important d’autre part1. Ce double procédé, en facilitant la limitation des naissances et la descendance finale d’une génération à l’autre, permet in fine d’assurer le maintien des conditions d’existence et de reproduction familiale et sociale dans le cadre des sociétés préindustrielles, dépendantes encore largement des ressources de la terre pour leur développement2. Certes, l’Europe reste à beaucoup d’égards un espace dont les limites sont mal définies qu’on s’en tienne à un critère strictement géographique ou qu’on s’attache à une définition politique. Force est de constater néanmoins que l’Europe du modèle matrimonial de Hajnal ne recouvre que partiellement l’Europe, quelles que soient les limites qu’on lui donne, et assez mal sa partie méditerranéenne. Le modèle hajnalien vaut en fait essentiellement pour l’Europe occidentale, que l’auteur définit par la ligne Trieste/Saint-Pétersbourg. Il exclut très largement de fait l’Europe du Sud et du Sud‑Est ou à tout le moins peine à en rendre compte3. En outre, même si Hajnal ne disposait pas de données pour la Grèce, l’Europe du Sud‑Est ou encore l’Asie mineure, les âges au mariage et le taux de célibat de certaines parties de l’Espagne ou de l’Italie cadrent mal avec ce modèle qui voudrait qu’on se marie tous et jeunes au bord de la Méditerranée. Pourtant, bien que le modèle d’Hajnal – au‑delà des variations locales ou régionales – fonctionne surtout pour ce que nous appelons communément l’Europe occidentale, voire l’Europe du Nord‑Ouest, il n’en demeure pas moins qu’il a contribué à construire en creux un modèle méditerranéen de la famille et du mariage, sans que les historiens le pensent pour lui‑même.

4Les travaux tout aussi essentiels de Peter Laslett sur les formes d’organisation familiale et les modalités de corésidence ont également participé à l’édification de ce « modèle » méditerranéen de la famille et du mariage. L’objet initial de Laslett n’était pas de proposer une cartographie européenne des systèmes familiaux mais d’abord une typologie des formes de corésidence. Dans l’introduction de son ouvrage de 1972 et dans son article concomitant des Annales ESC, Peter Laslett prend appui sur quelques corpus de recensements disponibles à l’époque moderne, principalement pour l’espace britannique (Angleterre, Écosse, colonies britanniques) mais aussi en France, en Allemagne, en Pologne, en Italie, en Serbie et au Japon pour décrire la taille et la composition des ménages. Le tableau est nécessairement incomplet mais c’est le lot de toute tentative de généralisation à une échelle européenne et a fortiori mondiale. On peut néanmoins observer que le prisme reste orienté vers l’Europe occidentale et qu’en tout état de cause la Méditerranée est représentée par l’Italie et souligner, nous y reviendrons, que l’Italie et l’Espagne parlent souvent pour toute l’Europe méditerranéenne dans nombre de travaux de démographie historique et d’histoire de la famille.

  • 4 Wall 1983.
  • 5 Il ne s’agit pas d’affirmer que les travaux de démographie historique ou d’histoire de la famille s (...)

5En 1983, dans un ouvrage collectif, Peter Laslett et Richard Wall4 s’essaient, à leur tour, à une géographie des formes familiales en Europe à partir du cadre d’analyse des formes de corésidence. Peter Laslett, dans le chapitre conclusif de cet ouvrage, distingue finalement quatre grands types qui sont davantage des tendances que des modèles : un type occidental, un type moyen occidental, un type méditerranéen et un type oriental. Cependant, l’ouvrage lui‑même comprend des études de cas qui ne portent jamais sur l’espace méditerranéen, à savoir la Russie, la Pologne, la Hongrie, l’Estonie, l’Autriche, les Flandres (3 chapitres), la France et naturellement l’Angleterre. À nouveau, il faut faire le constat que le type méditerranéen est moins étayé que le type occidental5. L’attention est d’abord portée sur la famille nucléaire de l’Europe du Nord‑Ouest qui, d’une certaine manière, forme la mesure de toute chose ; les autres types ou modèles sont à cet égard souvent définis en creux par rapport aux caractéristiques majeures des systèmes familiaux d’Europe occidentale.

  • 6 Sabean, Teuscher, Mathieu 2007 ; Albera 2011.
  • 7 Barbagli 1984.
  • 8 Chacon Jimenez 1990.
  • 9 Van Zanden 2009.

6Cependant, ces typologies des systèmes matrimoniaux et familiaux ont fortement marqué l’historiographie de la famille et de la démographie historique même s’ils ont été aussi rapidement discutés et remis en cause, notamment parce qu’elles proposaient une cartographie relativement figée qui ne tenait pas assez compte des transformations de ces systèmes au cours du temps6. L’existence même d’un modèle méditerranéen a été contestée notamment pour le cas italien7 et le cas espagnol8. Néanmoins, ces modèles continuent d’irriguer une partie importante de l’historiographie. L’histoire économique en particulier et notamment celle des voies du développement économique à l’époque pré‑ et industrielle accorde ainsi une importance remarquable à la question des modes d’organisation familiale pour expliquer la « petite divergence » qui aboutirait à l’avance de l’Europe du Nord‑Ouest à ménage nucléaire et au retard de l’Europe méditerranéenne, dominée par des structures complexes, lors de la Révolution industrielle9.

7L’objectif de ce numéro du BCH moderne et contemporain n’est évidemment pas de réinterroger l’ensemble de cette vaste historiographie. Ces ambitions sont plus modestes puisque ce dossier thématique ne porte pas sur les systèmes familiaux méditerranéens dans leur ensemble mais se concentre sur la question du mariage dans le pourtour européen de la Méditerranée.

  • 10 Alfani et al. 2015 ; Bournova et Dimitropoulou 2015.

8Nous n’avons pas non plus cherché à reprendre ce débat dans les mêmes termes que ceux dans lesquels il a été posé il y a une trentaine d’années. Certes, la question de l’âge au mariage et du caractère plus ou moins universel des unions matrimoniales est abordée dans un certain nombre d’articles, notamment ceux consacrés à la Croatie (Mogorevic et al.) et à la Grèce (Moustani), mais nous avons d’abord souhaité observer la pratique du mariage en Méditerranée à l’aune des inflexions récentes de l’histoire de la famille et de l’alliance10. C’est pourquoi la question des rituels, celle des acteurs de ces cérémonies ou encore celle de la mixité des unions dans l’espace méditerranéen ont davantage retenu l’attention.

  • 11 Si la démarche comparative est devenue très habituelle dans le champ de l’étude des systèmes famili (...)
  • 12 La rive sud-orientale de la Méditerranée est, à regret, ici peu représentée sauf à travers des incu (...)

9Les huit articles proposés ici ont été sollicités, puis sélectionnés parmi la vingtaine de communications d’un colloque organisé à l’Université d’Athènes (N.K.U. A.) en septembre 2017, mais dont l’initiative revient pour partie à des chercheurs français qui ne sont pas spécialistes de cette partie de la Méditerranée ; ils sont surtout spécialistes (ou entretiennent des relations scientifiques régulières avec des chercheurs) de la partie occidentale de l’Europe méditerranéenne, principalement l’Italie et la péninsule ibérique. Ce colloque partait en partie du constat, qu’au total, pour l’École française de démographie historique, la Méditerranée – sans même parler de modèle méditerranéen – était aussi tout de même très souvent restreinte à sa partie occidentale, comme ce fut le cas pour l’historiographie anglo-saxonne évoquée plus haut. La famille et le mariage en Méditerranée sont apparus comme rarement étudiés pour eux‑mêmes et comme ne faisant que peu fréquemment l’objet d’une démarche comparative au sein même de ce vaste espace aux principes et aux pratiques matrimoniales variés11. C’est donc l’un des objectifs de ce volume, qui comprend des articles sur le mariage en Grèce ou encore en Roumanie et en Croatie mais qui traitent également des cas français ou espagnol, que d’initier une démarche comparative à l’échelle méditerranéenne. Même si les contraintes d’un numéro thématique de revue n’auraient pas permis de donner une place à l’ensemble des papiers du colloque d’Athènes, il nous est apparu important, bien qu’il s’agisse d’une revue consacrée aux mondes grecs et d’influence grecque, d’ouvrir la comparaison et le dialogue avec au moins l’ensemble de la rive nord de la Méditerranée12.

10La comparaison interne au monde méditerranéen est potentiellement très riche à plusieurs titres. C’est tout d’abord dans la comparaison de la variété des espaces qui le composent que l’on est le plus à même, nous semble‑t‑il, de faire justice – ou non – au concept de « modèle méditerranéen », plutôt que dans une définition en creux ou par défaut de celui‑ci.

  • 13 Dans son stimulant ouvrage sur la parenté, Laurent Barry consacre ainsi de longs développements au (...)

11Il s’agit ensuite d’un espace qui permet d’interroger l’articulation entre les systèmes matrimoniaux et les cadres religieux et civils dans lesquels les unions se produisent. Au sein du monde chrétien tout d’abord : le premier mérite d’une prise en compte de l’espace méditerranéen dans son ensemble est d’intégrer pleinement l’orthodoxie dans l’étude des formes matrimoniales. Certes, celle‑ci n’est jamais totalement absente dans les grandes synthèses consacrées aux systèmes familiaux, mais sa présence est en réalité souvent marginale. La définition d’un hypothétique modèle méditerranéen du mariage s’est largement construite en s’articulant à la distinction entre catholicisme et protestantisme. L’orthodoxie n’est guère plus présente que le judaïsme ou l’Islam13 sans lesquels pourtant il est difficile de parler de la Méditerranée dans sa totalité.

12Il s’agit enfin d’interroger le modèle du mariage méditerranéen en tenant compte de la spécificité de chaque espace qui forme le monde méditerranéen mais également de prendre en considération cet espace comme un lieu de circulations qui participent elles‑aussi à la construction et à la réélaboration des normes et des pratiques matrimoniales. De ce point de vue, se limiter à la Méditerranée occidentale ou à sa partie orientale n’est pas satisfaisant tant les circulations sur le long terme sont denses. Sans remonter à l’Empire romain, les colonies vénitiennes jusqu’en Asie mineure d’une part et les extensions de l’Empire ottoman en Europe balkanique d'autre part suffisent à justifier une attention soutenue aux circulations et aux formes de mixité matrimoniale au sein de l’espace méditerranéen depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.

13Cette question du mariage interconfessionnel est très présente dans ce volume et constitue une des quatre pistes de recherche qui se dégagent à la lecture des huit articles qui le composent. L’article de Ghitulescu sur les mariages d’étrangers en pays roumains, pour lesquels ils constituent la première voie d’intégration aux communautés locales, donne un aperçu de l’extraordinaire complexité des configurations matrimoniales possibles, liées tant à la variété des nationalités que des confessions, dans cet espace de circulation de l’Empire ottoman. L’étude anthropologique de De Giacometti rappelle la contemporanéité du mariage interconfessionnel et des circulations entre les deux rives de la Méditerranée en s’intéressant aux couples venus du Proche‑Orient (Liban, Israël) qui viennent aujourd’hui se marier sur l’île de Chypre et ainsi échapper aux obstacles qu’ils rencontrent dans leur pays de résidence.

14L’article de Mogorovic et al., sur les mariages en Istrie, dans l’actuelle Croatie, qui est moins focalisé sur les mariages mixtes eux‑mêmes, souligne la coexistence de droits du mariage différents dans un même espace : le mariage istrien, le mariage slave et le mariage croate, au gré des régimes politiques et au‑delà de la présence durable de certaines populations migrantes dans ce petit territoire.

15Le deuxième axe d’interrogations porte sur l’articulation entre le mariage dans sa dimension civile et le mariage dans sa dimension religieuse, et plus largement sur le jeu entre pouvoir ecclésiastique et pouvoir civil pour organiser et contrôler les unions. Les configurations sont en la matière diverses selon les espaces et les périodes et il est difficile au total de dégager une homogénéité propre à telle sous‑région ou telle aire religieuse. Tantôt Églises et État jouent la conciliation et assument ensemble un meilleur contrôle des unions – c’est le cas dans l’Espagne catholique étudiée par Ofelia Rey Castelao où Monarchie et Église travaillent de concert à la réduction des mariages clandestins et de la bigamie dès avant le concile de Trente –, tantôt ils agissent indépendamment l’un de l’autre – à Byzance au ixe siècle où société et État agissent autant que possible sans se soucier d’obtenir l’assentiment de l’Église (Nikolaou) – aboutissant parfois à des situations inconciliables, comme en France à l’issue de la Révolution. Les requêtes présentées au Légat pontifical montrent la confusion qui règne durant la période concordataire en matière de mariage religieux et de remariage après l’émergence du mariage civil et l’introduction temporaire du divorce dans la législation française (Salmon).

16Ces concurrences et ces contradictions compliquent la vie des couples et des familles mais ouvrent également des espaces de liberté aux mêmes individus qui peuvent parfois jouer de ces dissensions pour poursuivre leurs propres objectifs, à Byzance (Nikolaou) mais aussi en Roumanie au xviiie siècle dans les mariages impliquant des étrangers. Les individus, selon les circonstances, font appel à la justice ecclésiastique locale, voire au patriarche de Constantinople, ou au Prince roumain et aux tribunaux civils, et même parfois aux puissances étrangères, pour résoudre les conflits internes au couple ou avec leur famille sur des questions notamment d’héritage induites par leurs choix matrimoniaux antérieurs (Ghitulescu).

17Le troisième axe de réflexion qui traverse nombre des articles qui composent ce numéro est certainement la question de la séparation et du remariage. Sur la question de la séparation et a fortiori du divorce, le monde catholique offre une image bien différente de celle de la Méditerranée orthodoxe. Les problèmes posés par l’incompatibilité entre divorce et remariage sont régulièrement soulevés dans les suppliques adressées au Cardinal Caprara (Salmon). Par contraste, les règles étant plus souples en matière de divorce et consécutivement de remariage, les articles qui portent sur la partie orientale de l’espace méditerranéen font la part belle aux récits de vie dans un cadre légal, qu’il soit civil et/ou religieux, qui leur laisse davantage de possibilités pour gérer et négocier leurs unions et leurs désunions. Nous avons déjà évoqué le cas des unions en pays roumains au xviiie siècle (Ghitulescu), c’est aussi le cas pour les époux du diocèse de Démétrias (Volos) à la fin du xixe siècle étudié par Moustani à partir d’une vaste documentation d’archives et en proposant des données statistiques étoffées pour analyser les comportements des acteurs à différentes échelles ; et plus encore des licences que s’autorise un couple de l’île de Zante à la fin du xviiie siècle et dont Katerina Konstantinidou reconstitue le parcours à l’occasion notamment des différents procès qui entourent leur divorce et l’assassinat du mari.

18La quatrième approche, présente dans un certain nombre de contributions, réside dans l’attention portée aux rites matrimoniaux en lien avec les développements récents d’une histoire de la famille attentive aux liens et aux réseaux de parenté, au‑delà de l’approche plus classique du mariage à travers sa dimension économique (Béaur 2011), ou de ce qu’il implique en termes de forme de corésidence. La question des formes de célébrations et du rôle des témoins est abordée de manière détaillée dans au moins trois articles, celui de Rey Castelao sur l’Espagne avant le concile de Trente, celui de Mogorovic et al. sur l’Istrie à l’époque moderne et celui de De Giacometti sur les mariages à Chypre aujourd’hui.

19Ce numéro, très varié dans ses approches et ses terrains, n’a évidemment pas vocation à rendre compte du mariage en Méditerranée dans sa globalité. Il espère néanmoins constituer le premier jalon d’une réflexion de plus grande ampleur sur la famille en Méditerranée qui prenne pour terrain d’enquête ce vaste espace pour lui‑même et dans sa totalité, et qui, par‑là, permette de réinterroger les modèles familiaux européens construits par la démographie historique entre Paris et Londres pour l’essentiel.

Haut de page

Bibliographie

Albera 2011 = Dionigi Albera, Au fil des générations. Terre pouvoir et parenté dans l'Europe alpine xivexxe siècle, Grenoble, PUG, 2011.

Alfani, Gourdon, Grange et Trevisi 2015 = Guido Alfani, Vincent Gourdon, Cyril Grange et Marion Trevisi, « La mesure du lien familial : développement et diversification d’un champ de recherches », Annales de démographie historique 129, 2015‑1, p. 277‑320.

Barry 2008 = Laurent Barry, La parenté, Paris, Gallimard, 2008 (Folio essais).

Beaur 2011 = Gérard Beaur, « Le contrat de mariage dans les sociétés européennes. Enjeux familiaux et pratiques des acteurs », Annales de démographie historique 121, 2011‑1, p. 5‑21.

Boudjaaba, Oris, Gourdon, Robin et Trevisi 2015 = Fabrice Boudjaaba, Michel Oris, Vincent Gourdon, Isabelle Robin et Marion Trevisi (éd.), « 50 ans de démographie historique. Bilan historiographique d’une discipline en renouvellement », dossier thématique des Annales de démographie historique 129, 2015‑1.

Barbagli 1984 = Marzio Barbagli, Sotto lo stesso tetto. Mutamenti della famiglia in Italia dal XV al XX secoli, Bologne, Il Mulino, 1984.

Barbagli et Kertzer 2001 = Marzio Barbagli et David I. Kertzer, The history of the European family, New Haven, Yale University Press, 2001.

Boudjaaba et Arrizabalaga 2015 = Fabrice Boudjaaba et Marie‑Pierre Arrizabalaga, « Les systèmes familiaux. De la cartographie des modes d'héritage aux dynamiques de la reproduction familiale et sociale », Annales de démographie historique 129, 2015‑1, p. 165‑200.

Bournova 2016 = Eugenia Bournova, Οι κάτοικοι των Αθηνών, 1900‑1960. Η δημογραφία [Les habitants d’Athènes, 1900‑1960. La démographie], Athènes, N.K.U.A., 2016 ; https://doi.org/10.12681/econ.4.

Bournova et Garden 2014 = Eugenia Bournova et Maurice Garden, « Naître à Athènes pendant la première moitié du xxe siècle. Démographie et institutions », Annales de démographie historique 127, 2014‑1, p. 209‑230.

Bournova et Dimitropoulou = Eugenia Bournova et Myrto Dimitropoulou, « Les réseaux de parrainage dans une capitale orthodoxe : Athènes, du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle », dans Guido Alfani, Vincent Gourdon, Isabelle Robin (éd.), Le parrainage en Europe et en Amérique. Pratiques de longue durée (xviexxie siècle), Bruxelles, Peter Lang, 2015, p. 405‑428.

Chacón Jiménez 1990 = Francisco Chacón Jiménez (éd.), Historia social de la familia en España. Aproximación a los problemas de familia, tierra y sociedad en Castilla (ss. vxxix), Alicante, Instituto Alicantino Juan Gil‑Albert, 1990.

Delille 2015 = Gérard Delille, L’économie de Dieu : famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, Paris, Les Belles Lettres, 2015.

Fauve-Chamoux et Ochiai 2009 = Antoinette Fauve-Chamoux et Emiko Ochiai (éd.), The Stem Family in Eurasian Perspective: Revisiting House Societies, 17th-20th Centuries, Berne, Peter Lang, 2009.

Gavalas 2001 = Vasilios S. Gavalas, « Demographic reconstruction of a Greek island community: Naousa and Kostos, on Paros, 1894‑1998 », Thèse de doctorat non publié, Université de Londres, LSE, 2001.

Gavalas 2002 = Vasilios S. Gavalas, « Fertility transition on a Greek island », Continuity and Change 17/1, 2002, p. 133‑160.

Hajnal 1965 = John Hajnal, « European marriage pattern in historical perspective », dans Population in History. Essays in Historical Demography, Londres, Arnold, 1965, p. 101‑143.

Hionidou 1995 = Violetta Hionidou, « Nuptiality patterns and household structure on the Greek island of Mykonos, 1849‑1959 », Journal of Family History 20/1, 1995, p. 67‑102.

Hionidou 1999 = Violetta Hionidou, « Nineteenth-century Greek households: The case of Hermoupolis, 1861‑1879 », Continuity and Change 14/3, 1999, p. 403‑427.

Hionidou 2011 = Violetta Hionidou, « Independence and inter-dependence: Household formation patterns in eighteenth century Kythera, Greece », The History of the Family 16/3, 2011, p. 217‑234.

Hionidou 2012 = Violetta Hionidou, « Marriage, inheritance and household formation on a Greek island, Mykonos (mid-nineteenth to mid-twentieth century », dans Anne‑Lise Head‑König, Péter Pozsgai et Jürgen Schlumbohm (éd.), Inheritance practices, marriage strategies and household formation in European rural societies, Turnhout, Brepols, 2012, p. 261‑282.

Hionidou 2015 = Violetta Hionidou, « From Modernity to Tradition: Households on Kythera in the Early Nineteenth Century », dans Silvia Sovic, Pat Thane et Pier Paolo Viazzo (éd.), The History of Families and Households: Comparative European Dimensions, Leiden, Brill, 2015, p. 47‑68.

Kasdagli 1999 = Aglaia E. Kasdagli, Land and Marriage settlements in the Aegean. A case study of seventeenth-century Naxos, Venise/Athènes, Institut d’Études byzantines et post-byzantines, 1999.

Laslett 1972 = Peter Laslett, Household and Family in Past Time: comparative studies in the size and structure of the domestic group over last three centuries in England, France, Serbia, Japan and colonial America, Cambridge, Cambridge UP, 1972.

Laslett 1972 = Peter Laslett, « La famille et le ménage : approches historiques », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 27ᵉ année, 4‑5, 1972, p. 847‑872.

Laslett 1983 = Peter Laslett, « Family and Household as Work Group and Kin Group: Areas of Traditional Europe Compared », dans Richard Wall (éd.), Family Forms in Historic Europe, Cambridge, CUP, 1983.

Sabean, Teuscher, Mathieu 2007 = David W. Sabean, Simon Teuscher et Jon Mathieu (éd.), Kinship in Europe Approaches to Long‑Term Development (1300‑1900), New York/Oxford, Berghahn Book, 2007.

Sant Cassia et Bada 1992 = Paul Sant Cassia et Constantina Bada, The making of the modern greek family. Marriage and exchange in 19th cent. Athens, Cambridge, Cambridge UP, 1992.

Stoianovich 1992 = Traian Stoianovich, Between East and West. The Balkan and Mediterranean worlds, New York, Traders, Rowns and Households, 1992.

The History of the Family, vol. 9, 2004, n. 3 « The Family Past in Greece » https://www.tandfonline.com/toc/rhof20/9/3.

Todorova 1992 = Maria Todorova, Balkan Family History and the European Pattern: Demographic Developments in Ottoman Bulgaria, Washington D. C., The American University Press, 1992.

Van Zanden 2009 = Jan Luiten Van Zanden, The Long Road of the Industrial Revolution, Leiden, Brill, 2009.

Wall 1983 = Richard Wall (éd.), Family Forms in Historic Europe, Cambridge, CUP, 1983.

Haut de page

Notes

1 On pourrait ajouter la néolocalité.

2 Boudjaaba et Arizabalaga 2015.

3 Les travaux plus récents peinent encore à mobiliser des études de cas relevant de la Méditerranée orientale, même quand ils n’adhèrent pas à la vision hajnalienne du modèle méditerranéen (Barbagli et Kertzer 2001).

4 Wall 1983.

5 Il ne s’agit pas d’affirmer que les travaux de démographie historique ou d’histoire de la famille sur la Grèce ou le pourtour méditerranéen sont inexistants ; les monographies sont en fait relativement nombreuses et s’inscrivent souvent tantôt dans la tradition française (Bournova et Garden 2014 ; Bournova 2016), tantôt dans la tradition anglo-saxonne (voir notamment les travaux de Violetta Hionidou ; ou encore Gavalas 2011 et 2002) mais elles restent relativement peu sollicitées dans les entreprises de comparaison et surtout de modélisation des systèmes familiaux à l’échelle européenne. Voir également pour la Grèce Sant Cassia, Bada 1992 ; Kastagli 1999, et pour l’espace balkanique, Stoianovich 1992 ; Todorova 1992.

6 Sabean, Teuscher, Mathieu 2007 ; Albera 2011.

7 Barbagli 1984.

8 Chacon Jimenez 1990.

9 Van Zanden 2009.

10 Alfani et al. 2015 ; Bournova et Dimitropoulou 2015.

11 Si la démarche comparative est devenue très habituelle dans le champ de l’étude des systèmes familiaux, on peut toutefois constater que les comparaisons à l’échelle de l’Europe occidentale principalement ont laissé place à des comparaisons à l’échelle planétaire, notamment entre Europe et Asie (Fauve‑Chamoux et Ochiai 2009), ou à l’échelle des monothéismes (Delille 2015) et qu’à nouveau la Méditerranée, et en particulier sa partie orientale, font figures de parents pauvres.

12 La rive sud-orientale de la Méditerranée est, à regret, ici peu représentée sauf à travers des incursions telles que les mariages des Libanais sur l’île de Chypre étudiés par De Giacometti, mais fait incontestablement partie du questionnement.

13 Dans son stimulant ouvrage sur la parenté, Laurent Barry consacre ainsi de longs développements au mariage dans le monde musulman à travers le « mariage arabe », mais seulement quelques pages au monde orthodoxe (Barry 2008, p. 553‑559).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Boudjaaba, Eugenia Bournova, Michaël Gasperoni et Vincent Gourdon, « Introduction », Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/280

Haut de page

Auteurs

Fabrice Boudjaaba

CNRS, EHESS‑CRH « ERHIMOR »

Eugenia Bournova

Université nationale et capodistrienne d'Athènes, Département de Sciences économiques

Michaël Gasperoni

CNRS Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Vincent Gourdon

CNRS Centre Roland Mousnier (UMR 8596)

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals