Navigation – Plan du site
Le mariage dans le pourtour méditerranéen de l’Europe : du modèle à la comparaison

Entre deux hommes, entre deux femmes

Mariage, adultère et divorce à Zante à la fin du xviiisiècle
Between two men, between two women: marriage, adultery and divorce in Zante at the end of the 18th century
Katerina Konstantinidou

Résumés

Fin du xviiie siècle, à Zante sous domination vénitienne, une Grecque née à Venise, épouse d’un fonctionnaire de l’administration locale, et un intellectuel du pays, ami et collaborateur de l’époux, entament une relation d’amitié qui évolue en passion amoureuse. Porté à la connaissance du public par l’amant, l’adultère entraîne le divorce. Par ailleurs, l’époux ayant dénoncé une tentative d’empoisonnement le visant, les protagonistes sont conduits devant le tribunal du conseil des Dix. Des documents du dossier lacunaire émergent des éléments qui révèlent les multiples identités sociales et culturelles d’une société complexe à la périphérie de l’État vénitien, à l’aube d’un monde nouveau, évoluant entre modernité et pré-modernité.
Parallèlement, dans cette société, on constate l’aspect interventionniste de la justice vénitienne comme outil de gouvernance des populations dominées et d’équilibrage des forces divergentes qui se développent entre les milieux institutionnel et non institutionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de Zuanne Bosichi cf. A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. (...)
  • 2 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 6 août 1784, c. 226r.
  • 3 Ferro 1847, p. 676‑678.

1Dans la nuit du 9 mai 1784, Zuanne Bosichi tombait mort sous les coups de feu tirés par des inconnus, dans une rue de la ville de Zante1. « On m’a eu », cria-t-il en grec et, immédiatement après, il succombait à ses blessures sans avoir eu le temps de fournir de renseignements sur les auteurs du crime aux gens du quartier qui, entretemps, s’étaient réunis autour de lui2. Lui‑même, résident permanent de l’île depuis l’âge de 17 ans, ayant fait des études en Italie, appartenait à la couche sociale moyenne et était un pubblico sensale3, c’est‑à‑dire un intermédiaire et courtier d’affaires commerciales dans la ville de Zante, nommé par Venise.

  • 4 Zois 1963, p. 19‑20.
  • 5 Ploumidis 1971, p. 168.

2Toutefois, l’histoire de Zuanne, qui allait se trouver au centre de l’attention de la société locale et des autorités judiciaires vénitiennes, avait commencé plusieurs années auparavant – pour être plus précis, près de douze ans auparavant. Marié à Anastasia Vlassopoulou, une Grecque de Venise venue s’établir à Zante après son mariage, il avait eu un seul fils qui, lors du meurtre de son père, avait à peine 17 ans. Son épouse était cultivée et déployait une intense vie sociale – contrairement aux mœurs de l’île selon lesquelles la place des femmes était au foyer. Elle accompagnait son époux côtoyant avec lui des personnalités haut placées. Dans ces mêmes cercles évoluait également un jeune homme du pays, membre d’une famille connue de l’île, Théodoros Avramiotti. Son beau‑frère était le protopapas de Zante, c’est‑à‑dire à la tête de l’église orthodoxe, élu par le conseil de la communauté. Son frère, quant à lui, était Dionysios Avramiotti, médecin et intellectuel, une personnalité importante du xviiie siècle, établi dans l’Empire ottoman4. Ayant étudié le droit en Italie5, Théodoros a cherché à entrer en contact avec Bosichi et, progressivement, cette relation a évolué en une amitié très proche. Tout en nourrissant des sentiments profonds, il semble qu’il avait pris en main – disposant pour cela d’une large marge d’initiative – la supervision des affaires de Bosichi lorsque celui‑ci était absent de Zante pour des raisons professionnelles.

  • 6 Parmi les documents du procès, il y a des chapitres de la Nouvelle Héloïse de Rousseau, traduits en (...)
  • 7 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi, cc. 4v‑3 (...)

3En même temps, avec le consentement de Bosichi, Théodoros avait commencé à développer des relations plus étroites avec Anastasia. Il lui tenait compagnie en l’absence de son époux, l’accompagnait aux évènements sociaux, partageait avec elle des idées et des conversations. Selon la déposition de Bosichi au Conseil des Dix, l’homme faisait avec beaucoup d’insistance la cour à son épouse et, lorsque celle‑ci, fidèle à ses principes moraux, refusa son amour, « il l’a infectée à l’aide de livres qui portaient de nouveaux démons ». Rousseau, Voltaire, Mirabeau étaient quelques‑uns des auteurs qui conduisirent Anastasia dans les bras de l’ami de confiance de son époux et, dorénavant, son amant. Cette relation, qui commença entre les pages de la Nouvelle Héloïse6, semble remonter à la seconde moitié de 1770 au moins. C’était l’époque où la collaboration entre les deux hommes et leur solide amitié ne permettaient nullement de douter de ce qui allait suivre. Mais, en était‑il bien ainsi7 ?

  • 8 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi, c. 18v.

4Dans les années qui suivirent, il semble que Bosichi soutenait financièrement Avramiotti. À tout le moins, c’est ce qu’il prétendait. Il est très probable qu’il lui ait prêté de l’argent moyennant intérêt. Avramiotti était également matériellement soutenu par l’épouse de Bosichi, sans que celui‑ci n’en sache rien. D’ailleurs, ainsi qu’il le prétendit devant les juges, son époux n’exerçait aucun contrôle sur les finances de son foyer, laissant Anastasia absolument libre, dans le cadre d’une relation de confiance8. En tout état de cause, sa dépendance financière à l’égard du couple était très probablement un des principaux axes autour desquels se forma la relation des trois personnages et, bien entendu, constituait probablement la cause qui en révéla les aspects les plus sombres.

  • 9 Sur le divorce et le mariage entre les sujets orthodoxes de Venise, voir ci-dessous.

5Au début des années 1780, une note anonyme informa un certain Andrea Manolesso, habitant de la ville, chef de famille et chargé de trois sœurs célibataires, que Zuanne Bosichi avait séduit l’une d’entre elles, Smeraldo. Pareille accusation, dans la société de Zante, impliquait la mort pour le fautif. D’ailleurs, le présumé séducteur était marié et, par conséquent, les amants avaient commis le pêché de l’adultère, ce qui interdisait à jamais l’union légale entre les amants supposés9.

6Dès le moment où il apprît cela, Bosichi proclama son innocence et, cherchant l’auteur de cette diffamation, sa pensée se tourna vers Théodoros Avramiotti. Dans cette histoire subsiste un problème de logique sur ce point précis : comment, d’un instant à l’autre, a‑t‑il pu identifier en la personne de son ami et collaborateur un ennemi mortel ? Comment se fait‑il que, soudain, Avramiotti ait été accusé de souhaiter la mort de son ami ? Et comment lui a‑t‑il été immédiatement interdit d’avoir accès à la résidence Bosichi ? La dette financière suffisait‑elle, à elle seule, pour détruire une relation de dix ans ? Les documents du procès ne permettent pas de répondre clairement à ces questions. En tout état de cause, il semblerait que, se vengeant pour avoir été banni mais aussi sous la pression exercée par son créancier, Avramiotti a rendu publique sa relation avec Anastasia.

  • 10 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, c. 262v.
  • 11 Leur divorce a été promulgué le 20 septembre 1782, cf. A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati al (...)
  • 12 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 8v/9r.

7Lorsque cette révélation parvint à Bosichi, celui‑ci demanda immédiatement des explications auprès de son épouse. Celle‑ci ayant admis l’adultère, sans honte comme le relevait le juge vénitien, les marges de réaction n’étaient pas grandes10. Impliquant sa publicité, le divorce était une voie sans retour11. Toutefois, une nouvelle révélation rendît furieux, cette fois‑ci, les deux conjoints : au cours de ses visites à la résidence Bosichi, Avramiotti avait eu l’opportunité de séduire la jeune nièce et aide domestique du couple, Angela Vlassopoulou, en lui promettant le mariage, ainsi qu’elle le prétendit. La confession de la jeune femme réservait bien d’autres surprises : sur ordre de son amant, elle avait tenté dans le passé d’administrer en secret une substance, probablement du poison, à Bosichi. Son but, ainsi que le suspectait le rescapé de cette tentative de meurtre, était de le tuer et de prendre possession de son patrimoine et de sa place12.

  • 13 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, c. 139r.
  • 14 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 1r‑2r et 4v‑37v.

8Dans le même temps, Bosichi reçut des messages menaçants : sa vie était en péril13. La justice vénitienne était, pour lui, l’unique issue, lorsqu’il découvrit que des personnes du cercle d’Avramiotti avaient promis une rémunération à quatre hommes recherchés, afin qu’ils le tuent14.

  • 15 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 282r/v août 1783 e (...)
  • 16 A.S.V., I.S, b. 406, fasc. raspe con le instanze dei processi spediti dal proveditor general mar ed (...)

9La requête déposée auprès du Conseil des Dix fut reçue et le proviseur vénitien ordonna de tenir un procès. La procédure fut entamée et Bosichi fit état de l’histoire, de ses suspicions et des documents concernant la tentative d’empoisonnement et les plans de son assassinat. Toutefois, alors que la procédure était en cours, il allait être assassiné, dans la nuit, dans les ruelles de la ville de Zante. Un peu plus tard, le fils de la victime se présenta à nouveau devant le Conseil des Dix, en demandant que l’affaire soit jugée avec pour principaux suspects Avramiotti, son cercle de connaissances et la famille Manolesso15. Le procès ne s’acheva pas et le jeune Bosichi revint à nouveau avec le même acte d’accusation, en faisant état, cette fois‑ci, de craintes pour sa vie, à cause de la vendetta qui était lancée. Plusieurs années plus tard, la cour vénitienne prononcera l’acquittement de tous les accusés, à l’exception d’Avramiotti. Celui‑ci sera finalement condamné par contumace pour tentative d’empoisonnement. La peine infligée était le bannissement, pour une période de trois ans, des territoires vénitiens qu’il avait déjà quittés de son propre chef16.

L’île de Zante

  • 17 Sur l’histoire de Zante pendant la domination vénitienne, cf. Zois 1955, p. 103‑359.
  • 18 Arvanitakis 2000, p. 11‑25.
  • 19 Sur le conseil de la communauté de l’île et les transformations sociales, cf. Arvanitakis 2001 ; Ar (...)

10L’île de Zante (Zakynthos), théâtre de l’histoire de Bosichi, d’Anastasia Vlassopoulou et de Théodoros Avramiotti, est passée sous domination vénitienne à la fin du xve siècle17. À partir de ce moment et jusqu’à la fin de la République, la vie politique, sociale et économique de l’île a été déterminée par l’empreinte décisive de Venise. Cependant, dans le cadre d’un dialogue constant entre le centre et la périphérie, une relation qui n’était pas toujours harmonieuse, sans conflit ni litige, s’instaura. Le représentant de Venise dans la colonie était un proviseur, noble de Venise, membre du Maggior Consiglio (Grand Conseil), avec un mandat de deux ans. Lui‑même avait le rôle de médiateur institutionnel entre les habitants du pays et le gouvernement vénitien ; il constituait le premier pôle de pouvoir dans l’île18. Le deuxième pôle était composé par le conseil de la communauté locale, accessible, depuis la fin du xvie siècle, à un nombre réduit de familles, dont les membres répondaient à des critères institutionnels spécifiques. La nature oligarchique du conseil, en particulier après sa fermeture en 1683, et l’accaparement des offices locaux ont provoqué des tensions sociales intenses dans l’espace urbain : les popolari aisés, – commerçants, usuriers, avocats, etc. – exclus de ce conseil, revendiquèrent alors leur intégration ou du moins leur identification en tant que groupe social distinct des couches les plus humbles de la société. Dans ce mouvement, on peut en définitive identifier une volonté de modifier la constitution politique et sociale de Venise, pas celle de la renverser. Le cadre politique et social de l’île était aussi modelé par des pouvoirs non institutionnels, des réseaux de clientèle et des réseaux de parenté, qui étaient présents et actifs tant à la ville qu’à la campagne et qui dominaient de manière dynamique tous les domaines de la vie de l’île19.

  • 20 Sur la politique ecclésiastique vénitienne à Zakynthos et les autorités ecclésiastiques catholiques (...)

11Un chapitre important de l’histoire de Zante vénitien a concerné la politique ecclésiastique de Venise dans l’île. La Sérénissime a maintenu l’évêché orthodoxe situé dans l’île voisine de Céphalonie tandis que l’Église catholique était représentée par un évêque catholique dont le siège se trouvait à Zante. L’implication de l’Église catholique dans la juridiction de l’Église orthodoxe était plutôt limitée à cause de la présence réduite des catholiques dans l’île. La population orthodoxe était représentée auprès de l’évêque orthodoxe et des autorités vénitiennes par un protopapas, un prêtre élu par le conseil de la communauté locale20.

Le divorce

  • 21 Kapadochos 1990, p. 138.
  • 22 Par exemple, à la fin du xvie siècle, en Crète, dans les décisions de la cour ecclésiastique de l’a (...)
  • 23 Les catholiques étaient limités à quelques centaines de fonctionnaires, de mercenaires et de marcha (...)

12Zanne et Anastasia s’étaient mariés selon le rite orthodoxe. Conformément au droit de l’Église orthodoxe, la dissolution du mariage était possible à des conditions précises21. Toutefois, dans le cas des zones sous domination vénitienne et, notamment là où les évêchés orthodoxes n’existaient pas ou étaient abolis, la situation était assez complexe : l’on a ainsi soutenu que les interventions de l’Église catholique combinées au droit vénitien et à l’application du droit civil post-byzantin faisaient du divorce une affaire difficile et exigeant beaucoup de temps, à tout le moins dans certains cas22. En outre, dans le cas de Zante, il est possible que la présence limitée de l’élément catholique23, combinée à la conjoncture historique, limitait l’intervention de l’Église catholique dans les questions relevant de l’Église orthodoxe. Toutefois, le manque de matériel d’archives ne permet pas de tirer des conclusions sûres dans ce domaine.

  • 24 Kapadochos 1990, p. 137‑147.
  • 25 Hacke 2004, p. 228 ; Ploumidis 2008, p. 74.
  • 26 Hacke 2004, p. 219.

13En tout état de cause, dans le monde orthodoxe, ce qui pouvait entraîner le divorce était la violence exercée sur l’un des conjoints, la conversion religieuse, la maladie, le mariage d’argent, l’impuissance sexuelle, l’entrée dans les ordres monastiques, l’absence de consentement de la part d’un des futurs conjoints et, bien entendu, la prostitution et l’adultère24. En ce qui concerne l’adultère en particulier, bien qu’il pouvait être commis par les deux sexes, il était principalement perçu, aussi bien dans le monde orthodoxe que catholique, comme un péché féminin qui mettait le mariage en péril plus encore que la violence ou la molestation25. Les déviations du comportement sexuel féminin pouvaient bouleverser les hiérarchies institutionnelles au sein du foyer, en portant atteinte à l’aspect symbolique du mariage et en minant la pureté de la reproduction26.

  • 27 Selon le droit civil post-byzantin, le mari de l’adultère avait le droit de s’approprier la dot ; d (...)
  • 28 A.S.V., C.X., Processi Criminali delegati alle Isole Ionie, b. 10, 19 octobre 1782, c. 237r.
  • 29 Pendant la domination britannique dans les Îles Ioniennes, la poursuite pénale des femmes qui ont c (...)
  • 30 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, 28 septembre 1782, cc. 244r/247v

14Dans les territoires vénitiens du Levant, l’honneur perdu de l’époux dont la partenaire était adultère pouvait être rétabli, d’une part, par le divorce et, d’autre part, par la poursuite pénale de l’épouse, selon le droit vénitien, et par l’appropriation de sa dot, selon le droit vénitien et le droit civil post-byzantin27. Toutefois, dans notre histoire, l’attitude de Zuanne s’écarte de celle attendue : dans son mémoire, il indique clairement qu’il avait été contraint de procéder au divorce parce que les faits avaient été rendus publics. Cette version est confirmée par son ex‑épouse. En effet, il a indiqué avoir abouti à cette décision contre sa propre volonté et en dépit du fait qu’il s’était efforcé d’éviter cette conclusion : « S’è devenuto al divorzio ciò non fu con sua volontà mentre io sono testimonio che ogni sforzo fece per evitarlo »28. En outre, non seulement il n’avait pas entrepris de poursuivre son épouse au niveau pénal29 mais, au contraire, par acte notarié, il lui avait restitué sa dot et avait assuré son entretien après qu’elle eut quitté le foyer conjugal30.

  • 31 De Biase 1993, p. 70.

15Cette réticence à demander le divorce signifie‑t‑elle la recherche d’un compromis ou bien est‑elle sous‑tendue par une conception moderne de la vie en couple dans le cadre de laquelle la routine et la convention peuvent entraîner des déviations sexuelles susceptibles d’être finalement comprises et pardonnées ? Dans ce sens, la restitution de la dot peut‑elle être interprétée simplement comme un geste de charité et de tendresse à l’égard de l’épouse ou bien comme un aveu de coresponsabilité de l’époux quant à l’aboutissement de leur relation qui conduit à un simple divorce par consentement mutuel – lequel, selon le droit post-byzantin, prévoit la restitution de la dot ? Ou bien le rôle d’Anastasia dans les entreprises financières de son époux était‑il majeur et son absence porterait‑elle un coup à la poursuite normale de ses activités ? Les sentiments personnels ou l’intérêt, d’une part, et les choix imposés par le cadre institutionnel et culturel, d’autre part, sont en conflit. Le privé s’oppose au public et ce dernier prédomine31.

Les femmes

  • 32 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, c. 5v.
  • 33 Datta 2003, p. 177.
  • 34 L’amitié dans les lettres d’Avramiotti à Bosichi pourrait être interprétée comme une relation qui s (...)
  • 35 De Biase 1993 ; Plebani 2012 ; Manzato 2012.

16Anastasia Vlassopoulou est née à Venise dans une famille qui appartenait à la classe moyenne. Les documents du procès indiquent clairement qu’elle était lettrée et cultivée. Elle lisait et écrivait en grec et en italien, maîtrisait le français et l’anglais, tandis que les ouvrages qui circulaient largement en Europe à l’époque faisaient partie de son quotidien32. De toute évidence, elle avait reçu une éducation similaire à celle que recevaient de nombreuses filles de sa classe à Venise, à l’école ou par le biais de pédagogues privés, à son domicile33. Anastasia jouissait de la compagnie d’Avramiotti, chez elle. Elle avait une vie sociale intense dans la ville de Zante, ce qui ne manquait pas de nourrir les commentaires dans son entourage. Dans ses quelques lettres, elle apparaît comme une femme qui prenait des initiatives, qui participait aux affaires économiques de son époux. Après le meurtre de ce dernier, parlant publiquement des évènements qui avaient précédé, elle apparaît déterminée, capable de revendiquer son droit, de demander, par le biais de la justice vénitienne, la vengeance pour le mal que sa famille a subi, et de protéger son fils. Avoir commis l’adultère est un stigmate pour elle‑même. Toutefois, elle n’hésite pas à se défendre, à provoquer la confrontation publique avec d’autres femmes et hommes, en dénonçant des comportements s’opposant aux codes de la rectitude et de l’amitié34. Son caractère décidé, son entêtement et son dynamisme sont les traits d’une puissante autodétermination. Elle n’était pas un cas représentatif des femmes des couches supérieure et moyenne de la société locale de l’époque. Ses relations et son comportement reflètent, même par réfraction, les changements que l’on observe à la même époque dans son pays natal, Venise. La contestation progressive des principes patriarcaux, la vie mondaine intense, les salons littéraires, les accompagnateurs officiels de femmes de la noblesse, prêts à servir leurs dames en bouleversant, symboliquement et en pratique, les relations de pouvoir instituées entre les deux sexes sont quelques-uns des phénomènes qui menacent les structures sociales et politiques de Venise35.

  • 36 Martinengou 1983, p. 60. Sur l’autobiographie de Elisabeth Martinengou dans le contexte social et c (...)
  • 37 Sur le comportement sexuel d’une femme célibataire et les conséquences de ce comportement sur l’hon (...)

17Par contraste, plusieurs décennies plus tard, l’intellectuelle de Zante, Elissavet Martinengou, fille et épouse d’origine noble, écrivait que son père considérait que l’éducation des femmes était dangereuse. Elle notait que sa vie était strictement limitée entre les quatre murs de sa maison, exactement comme c’était le cas de toutes les femmes de sa classe36. La seconde femme de notre affaire appartient à cette catégorie. Elle est une figure silencieuse qui existe à travers le discours des hommes, de son frère, des amis de son frère et des parents. Smeraldo, prisonnière des règles de la famille patriarcale, n’est pas maîtresse de son destin. Née dans une famille de la couche moyenne qui n’est pas particulièrement riche, elle est sous l’emprise de son frère, obligatoirement enfermée chez elle. Dans ce contexte, la rumeur de sa séduction par Bosichi détruit l’image publique des Manolesso, provoque l’écroulement des relations de pouvoir et seule la sanction du séducteur est susceptible de rétablir les équilibres menacés37.

Les hommes

  • 38 Foyster 1999, p. 7.
  • 39 Hacke 2000, p. 64.
  • 40 En ce qui concerne les changements dans la société vénitienne, l’émancipation progressive des jeune (...)

18À l’époque moderne, l’identité masculine est perçue comme un ensemble complexe d’attentes. Toutefois, cette identité n’est pas constituée de façon unique ; elle n’est pas définie par des postulats et des caractéristiques intemporelles : elle est fragile et constamment renégociée. La couche sociale, la profession ou l’office, l’instruction, les expériences, l’extraversion constituent des paramètres qui définissent dans une grande mesure le type et le poids de ces attentes38. Dans ce même contexte, le comportement sexuel masculin, d’une part, et l’honneur sexuel, de l’autre, constituent des expressions de la masculinité essentielles mais non pas uniques et, probablement, pas déterminantes. Dans la Venise patriarcale de la fin du xviiie siècle, les éléments constitutifs de la masculinité dominante, qui s’identifie, en grande part, à la notion d’honneur et qui se concrétise dans le pouvoir sur les femmes du foyer combiné à la bonne réputation et à la possibilité d’assurer la vie des membres de son foyer39, sont discrètement contestés et adaptés avec flexibilité aux conditions et idées nouvelles40.

  • 41 Foyster 1999, p. 7‑8 ; Harvey 2005, p. 303.

19Des observations similaires, bien que non identiques, pourraient être formulées concernant la société de la Zante vénitienne de la fin du xviiie siècle. Zuanne Bosichi, chef de famille di civil condition, semble perdre le contrôle sur son épouse et, par conséquent, le pouvoir sur son foyer. Il apparaît vulnérable et faible. Toutefois, bien qu’il répète souvent être déshonoré et, à ce titre, malheureux, les modalités selon lesquelles il avait organisé sa vie et choisi de dissoudre son mariage font ressortir un modèle masculin peu enclin à rétablir sa réputation à l’aide des armes juridiques dont il disposait. Son statut social, son activité économique, la portée et le type de ses transactions combinés à son parcours professionnel, auraient‑ils, en fin de compte, un poids plus significatif concernant son identité masculine et son honneur que le seul contrôle du comportement sexuel de son épouse41 ? Bien entendu, son incapacité à discipliner la sexualité de celle‑ci porte un coup grave à sa masculinité. Toutefois, bien que sa relation probable avec une autre femme aurait pu, en partie, réparer aux yeux du public le coup qui lui a été porté, il refuse toute participation à cette affaire. Ce qu’il poursuit, c’est sa survie. Considéré ainsi, son comportement prend sens. Zuanne ne semble pas être un cas typique d’homme des couches sociales supérieures de l’île, pour qui le contrôle du foyer par le biais du contrôle exercé sur les femmes, constitue un élément central.

  • 42 De Biase 1993, p. 32.
  • 43 Sur le rôle d’un chevalier servant, cf. aussi Povolo 2012, p. 7‑28. Bizzochi 2008, p. 162 ; De Bias (...)

20Dans le discours construit par Bosichi, Avramiotti, le deuxième homme, apparaît comme une personnalité qui se contredit elle‑même. Adepte des idées des Lumières, il critique la religion, recherche la satisfaction physique à l’encontre de la morale sociale dominante42. Mais, en réalité, il n’assume pas ce rôle. Il renforce sa masculinité par le biais de ses performances sexuelles et met en avant publiquement son ami et créancier selon des modalités pré-modernes. Comme un chevalier servant, c’est‑à‑dire, accompagnateur et interlocuteur officiel de femmes des couches sociales supérieures, avec le consentement de l’époux, il représente un nouveau type d’homme dont la présence devait servir de nouvelles valeurs. Le bouleversement des rapports de pouvoir entre homme et femme, dame et chevalier, et la relative indépendance de l’épouse par rapport à l’époux constituent le cadre de cette nouvelle convention et du jeu social43. Il bouleverse cette relation, arrive à l’adultère et, lorsque l’entrée à la maison Bosichi lui est interdite, il choisit de clouer sa dame au pilori et de quitter l’île.

  • 44 Claudio Povolo a remarqué que « Violence and honor were also so closely connected because of the cl (...)

21L’image du troisième homme, Manolesso, telle qu’elle est construite dans les documents du procès, résume les valeurs traditionnelles de la famille patriarcale de l’île. Il protège l’honneur des femmes sur lesquelles il a le pouvoir et il préserve sa réputation. Son image s’écroule sous le poids des rumeurs concernant la séduction de sa sœur célibataire. Attaché au modèle de cloisons sociales, il exclut la possibilité que Smeraldo épouse Bosichi, cet homme riche et socialement distingué. Rendre soi‑même justice – indépendamment de la question de savoir s’il le fit ou non – répond aux codes de restauration de son honneur et, par conséquent, de sa masculinité minée. En l’occurrence, la vendetta pouvait rétablir l’honneur perdu et le pouvoir, sans faire intervenir la justice vénitienne44.

La justice vénitienne

  • 45 Sur la justice vénitienne, Cozzi 1980 ; 1982, p. 82‑216.
  • 46 Cozzi 2000, p. 59.
  • 47 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, 17 février 1782 (more veneto), c (...)
  • 48 Zois 1963, p. 19‑20.

22Dans les territoires vénitiens, l’administration de la justice était un outil essentiel de gouvernance des terres sous occupation et de gestion des sujets. Le Conseil des Dix était l’organe judiciaire suprême depuis la fin du Moyen âge45. Au xviiie siècle, toutes les questions matrimoniales mettant en cause les structures de la famille patriarcale relèvent dorénavant de la juridiction du Conseil46. Ainsi, l’atteinte portée à la famiglia di civil condizione, citée dans les documents, combinée à l’assassinat, est une raison expliquant l’intervention de cet organe dans l’affaire. Mais, l’on identifie également trois autres paramètres qui interviennent probablement dans la décision du Conseil des Dix de procéder à l’ouverture d’un procès, suite à la requête de la famille Bosichi : a) les déclarations d’Avramiotti concernant l’athéisme et le soupçon qu’il introduirait dans le monde vénitien les idées politiques des Lumières françaises47 ; b) la relation entre la famille Avramiotti et l’Empire ottoman où, en outre, son frère est établi de façon permanente, évoluant aux côtés de personnalités politiques éminentes de cet empire voisin48 ; c) la place importante, du point de vue économique et probablement politique, que Bosichi occupait dans l’île et ses contacts avec des acteurs étrangers.

23En tout état de cause, les mémoires déposés par les hommes de la famille Bosichi, père et fils, sont adressés à un organe gardien des valeurs patriarcales, des valeurs de la société, valeurs qui régressent et sont constamment remises en cause de l’intérieur. En outre, ces mêmes personnes évoluent dans un milieu social et politique régi par des institutions précises, le plus souvent incontournables, mais aussi par des paramètres culturels et moraux complexes et, souvent, contradictoires. Dans ces conditions, la narration des faits, allant crescendo, aboutit à un récit où les fautes morales et la vie de parasite menée par Avramiotti mettaient en péril les structures sociales, politiques et culturelles d’une société périphérique des territoires vénitiens. La tentative d’empoisonnement et l’assassinat sur commande (assassinio commissionato), les principales raisons pour lesquelles il est déféré en justice à la première étape du procès, sont présentés aux autorités comme les actes d’une personne capable de miner les équilibres et les principes établis, et de mener à la décadence et au renversement de l’ordre existant. Il en est allé de même, plus tard, pour l’accusation de meurtre. Les demandeurs accusent Avramiotti de lire des ouvrages répugnants, qui minent l’institution du mariage et contestent Dieu. Ils le présentent comme le défenseur de nouveaux penseurs. À la fin du xviiie siècle, l’athéisme acquiert un sens politique et constitue, dorénavant, une menace pour un monde vénitien fossilisé. Bosichi et ses avocats, en réalité, dressent à la cour un tableau typique du chevalier-servant adultère, politiquement dangereux, dont l’activité et le comportement portent atteinte aux principes de l’institution du mariage et, par conséquent, de la construction patriarcale vénitienne. L’objectif est d’obtenir la condamnation d’Avramiotti. On peut interpréter de la même manière la présentation des menaces à l’encontre de Bosichi, suite aux rumeurs de séduction d’une fille non mariée. La description du milieu familial traditionnel de Smeraldo, des pratiques sociales et des codes de comportement relève du stéréotype. Il s’agit de protéger Bosichi contre la vendetta de la part des parents de la jeune femme.

  • 49 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, cc. 283r/v, 1er avril 1788.
  • 50 Sur l’administration de la justice dans les territoires vénitiens, Povolo 1997 ; Povolo 2013, p. 51 (...)
  • 51 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, c. 424r.
  • 52 A.S.V., I.S., b. 406, fasc. raspe con le instanze dei processi spediti dal proveditor general damar (...)

24Le procès qui commencera au début des années 1780 sera interrompu deux fois : les éléments du procès étaient considérés insuffisants et ne lui permettaient pas d’être achevé. Il le sera en 1791, à la suite d’une nouvelle requête introduite par Demetrio Bosichi, en 178849. Prolonger la durée d’un procès était une pratique courante de la justice vénitienne, lorsque l’enjeu n’était pas impératif : faire traîner la procédure visait, le plus souvent, à détendre progressivement les tensions et à restaurer les relations par le biais de procédures extrajudiciaires, voire par celui du retrait physique des personnes impliquées. D’un autre côté, les décisions d’acquittement concernant la plupart des accusés ainsi que la peine légère imposée à Avramiotti pourraient être interprétées comme une preuve de l’innocence de la majorité des accusés. Mais, est‑ce bien le cas ? En règle générale, la justice vénitienne intervenait de façon « chirurgicale ». L’objectif poursuivi était de ne pas perturber les équilibres au sein des sociétés locales ou de les rétablir. Le critère principal était toujours de protéger la domination vénitienne50. En l’occurrence, bien qu’il fût une personnalité importante et un officier public, Bosichi n’était pas autochtone. Il était le chef d’une famille nucléaire et non pas étendue, une famille qui n’était pas intégrée dans des réseaux parentaux. En même temps, bon nombre de ses relations sociales impliquaient principalement des personnes du cercle d’Avramiotti, des officiers vénitiens, ne siégeant pas de manière permanente dans l’île, mais aussi des représentants de puissances étrangères, tel que le consul anglais. Son propre fils, qui demandait la sanction des assassins de son père, habitait à Venise et, plus tard, s’établira de manière permanente à Trieste51. Par conséquent, le rôle et le pouvoir de la famille Bosichi dans la société locale disparurent après le décès de son chef. D’autre part, les accusés, tous gens du pays, étaient peut-être liés entre eux par des liens de parenté ou d’amitié et vivaient, de toute évidence, intégrés dans des réseaux clientélistes locaux élargis. La décision de condamner ces personnes aurait très probablement provoqué des réactions indésirables. Ainsi, l’ambigüité des accusations et les preuves lacunaires, combinées aux troubles que la condamnation des accusés était susceptible de provoquer, ont pu contribuer à la décision d’acquittement52.

  • 53 Vakalopoulos 1973, p. 372‑463. Sur le rôle des Russes et l’historiographie grecque, Rotzokos 2007.
  • 54 Sur les idées des Lumières dans les Îles Ioniennes cf. Kitromilides 2009, p. 48‑55, 71‑73.

25À Zante, dans les dernières décennies du xviiie siècle, les nouveaux développements sociaux et politiques sont nombreux. Il s’agit d’une société qui, au cours de cette période, est, dans son intégralité, en contact avec différentes perspectives de domination et de gestion, avec l’apparition des Russes dans les îles Ionienne53. En même temps, la pénétration des idées des Lumières54, plus ou moins assimilées par les élites locales, permet d’explorer de nouvelles formules de gouvernance. Dans ces conditions, la justice vénitienne intervient de façon consensuelle, sans pour autant outrepasser les principes du système patriarcal. L’acquittement du groupe des accusés et la peine légère imposée à Avramiotti pourraient même être interprétées comme une marque de réprobation envers la personne de Bosichi pour avoir adopté, dans son foyer, les mœurs nouvelles.

26Les affaires qui arrivaient à la cour concernaient des cas particuliers qui déviaient des normes sociales attendues. Toutefois, leur accorder le qualificatif de déviantes n’est possible que par comparaison à des normalités et ne peut que souligner l’imbrication des unes et des autres. À Zante à la fin du xviiie siècle, dans les documents du procès, l’ancien et le neuf coexistent, en termes tantôt de consentement et, tantôt, de conflit. En fin de compte, ces deux éléments se réunissent en la personne d’Anastasia : le nouveau comportement moral et social, les nouvelles conceptions concernant la famille, les nouvelles idées, d’une part, et, d’autre part, les anciennes structures et mentalités. Elle constitue à la fois le maillon faible des relations multiples ainsi que leur fer de lance. Elle choisit de vivre au‑delà des lignes et des conventions sociales, entre deux hommes, et cela la rend vulnérable. À supposer que, pour diverses raisons sociales, économiques, Avramiotti ait choisi d’anéantir Bosichi dans la société locale, après que celui‑ci l’eut exclu de sa vie privée et publique et eut « dissous » leur partenariat rentable sous plusieurs aspects, on pourrait penser qu’Anastasia lui a offert les moyens de le faire. Sa répudiation vise à porter un coup à l’époux, en lui enlevant son honneur. Ainsi, la renégociation des rôles et des institutions s’arrête là. L’écart par rapport aux formes traditionnelles du mariage est confronté à la société locale et à la justice vénitienne et la vie d’une femme entre deux hommes est sanctionnée de multiples façons.

Haut de page

Bibliographie

A.S.V., C.X. = Archivio di Stato di Venezia, Consiglio dei Dieci.

A.S.V., I.S. = Archivio di Stato di Venezia, Inquisitori di Stato.

Armenopoulos 1793 = Konstantinos Armenopoulos, Πρόχειρον, το λεγόμενον Η Εξάβιβλος, Venise, 1793.

Arvanitakis 2000 = Dimitris Arvanitakis (éd.), Οι αναφορές των προβλεπτών της Ζακύνθου, Venise, 2000.

Arvanitakis 2001 = Dimitris Arvanitakis, Κοινωνικές αντιθέσεις στην πόλη της Ζακύνθου. Το ρεμπελιό των ποπολάρων (1628), Athènes, 2001.

Arvanitakis 2002 = Dimitris Arvanitakis, « Προβλήματα κοινοτικής αυτοδιοίκησης και κοινωνικές αντιθέσεις στον Ιόνιο χώρο », dans Ελληνισμός και Κάτω Ιταλία. Από τα Ιόνια Νησιά στην Grecia Salentina, v. 1, Corfou, 2002, p. 9‑54.

Arvanitakis 2005 = Dimitris Arvanitakis, « H 'Αυτοβιογραφία' της Μαρτινέγκου: οι ρωγμής της σιωπές και οι πολλαπλές διαστάσεις του κόσμου », Τα Ιστορικά 43, 2005, p. 397‑420.

Bellavitis 2013 = Anna Bellavitis, « Family and Society », dans Éric R. Dursteler (éd.), A Companion to Venetian History, 14001797, Leiden/Boston, Brill, 2013, p. 319‑351.

Bizzochi 2008 = Roberto Bizzochi, Cicisbei. Morale privata e identità nazionale in Italia, Rome/Bari, Laterza, 2008.

Carydis 2010 = Spyros Carydis, « Η οργάνωση της ορθόδοξης Εκκλησίας », dans Chryssa Maltezou (éd.), La Grecia durante la Venetocrazia: approccio alla sua storia, v. 1, Venise/Athènes, Institut Hellénique d'études byzantines et post-byzantines de Venise, 2010, p. 295‑326.

Cozzi 1980 = Gaetano Cozzi (éd.), Stato, società e giustizia nelle Repubblica Veneta (sec. xv-xviii), v. 1 et 2, Rome, Jouvence, 1980.

Cozzi 1982 = Gaetano Cozzi, « La giustizia e la politica della Repubblica di Venezia (sec. xv-xviii) », dans Id., Repubblica di Venezia e stati Italiani, Turin, Einaudi, 1982, p. 82‑216.

Cozzi 2000 = Gaetano Cozzi, « Padri, figli e matrimoni clandestini », dans Id., La società Veneta e il suo diritto. Saggi su questioni matrimoniali, giustizia penale, politica di diritto sopravvivenza del diritto veneto nell’Ottocento, Venise, Marsilio, 2000, p. 19‑64.

Datta 2003 = Satya Brata Datta, Women and Men in Early Modern Venice. Reassessing History, Burlington, Ashgate, 2003.

De Biase 1993 = Luca De Biase, Amore di Stato, Palerme, Sellerio, 1993.

Ferro 1845 = Marco Ferro, Dizionario del Diritto Comune e Veneto, vol. 1, Venise, 1845.

Ferro 1847 = Marco Ferro, Dizionario del Diritto Comune e Veneto, vol. 2, Venise, 1847.

Foscolos 1985 = Μarcos Foscolos, « Κώδικας του Εκκλησιαστικού Δικαστηρίου της Λατινικής Αρχιεπισκοπής Κρήτης (1598‑1609). Ο κώδικας 20 του Αρχείου Καθολικών Τήνου », Αriadne 3, 1985, p. 155‑174.

Foscolos 2010 = Μarcos Foscolos, « H οργάνωση της Καθολικής Εκκλησίας », dans Chryssa Maltezou (éd.), La Grecia durante la Venetocrazia: approccio alla sua storia, v. 1, Venise/Athènes, Institut hellénique d'études byzantines et post-byzantines de Venise, 2010, p. 337‑354.

Foyster 1999 = Elisabeth A. Foyster, Manhood in Early Modern England. Honour, Sex and Marriage, Londres/New York, Routledge, 1999.

Gallant 2011 = Thomas W. Gallant, « Women, Crime and the Courts in the Ionian Islands during the Nineteenth century », Historein 11, 2011, p. 136‑156.

Hacke 2000 = Daniela Hacke, « Gendering Men in Early Modern Venice », Acta Histriae 8, 2000, p. 49‑68.

Hacke 2004 = Daniela Hacke, Women, Sex and Marriage in Early Modern Venice, Burlington, Ashgate, 2004.

Harvey 2005 = Karen Harvey, « The History of Masculinity, circa 1650‑1800 », Journal of British Studies 44/2, 2005, p. 296‑311.

Jacobson Schutte 2013 = Anne Jacobson Schutte, « Society and the Sexes in the Venetian Republic », dans Éric R. Dursteler (éd.), A Companion to Venetian History, 14001797, Leiden/Boston, Brill, 2013, p. 353‑377.

Kapadochos 1990 = Dimitrios Chr. Kapadochos, Η απονομή της Δικαιοσύνης στην Κέρκυρα από τους μεγάλους πρωτοπαπάδες την ενετική περίοδο (1604‑1797) (Σύμφωνα με ανέκδοτα έγγραφα ιστορικού αρχείου Κέρκυρας), Athènes, 1990.

Kitromilides 1983 = Paschalis Kitromilides, « The Enlightenment and Womanhood: Cultural Change and the Politics of Exclusion », Journal of Modern Greek Studies 1/1, 1983, p. 39‑61.

Kitromilides 2009 = Paschalis Kitromilides, Νεοελληνικός Διαφωτισμός. Οι πολιτικές και κοινωνικές ιδέες, Athènes, 2009.

Lamprinos 2012 = Kostas Lamprinos, « La condizione giuridica e sociale della donna patrizia nella Creta veneziana (sec. xvi-xvii) », dans Anna Bellavitis, Nadia Maria Filippini et Tiziana Plebani (éd.), Spazi, poteri e diritti delle donne a Venezia in età moderna, Vérone, QuiEdit, 2012, p. 89‑96.

Manzato 2012 = Mila Manzato, Il tricorno e il ventaglio. Poteri e relazione tra i sessi nell’aristocrazia Veneta de Settecento, Vérone, Cierre, 2012.

Martinengou 1983 = Elisavet Martinengou, Αυτοβιογραφία, Athènes, 1983.

Papadia-Lala 2004 = Anastasia Papadia-Lala, Ο θεσμός των αστικών κοινοτήτων στον ελληνικό χώρο κατά την περίοδο της βενετοκρατίας (13ος18ος αι.): μια συνθετική προσέγγιση, Venise, 2004.

Plebani 2012 = Tiziana Plebani, Un secolo di Sentimenti. Amori e conflitti generazionali nella Venezia del Settecento, Venise, Ist. Veneto di Scienze, 2012.

Ploumidis 1971 = Georgios Ploumidis, « Αι πράξεις εγγραφής των Ελλήνων σπουδαστών του Πανεπιστημίου της Παδούης (Μέρος Β΄. Legisti 1591‑1809) », Επετηρίς Εταιρείας Βυζαντινών Σπουδών 38, 1971, p. 84‑195.

Ploumidis 2008 = Spyridon Ploumidis, Γυναίκες και γάμος στην Κέρκυρα (1600‑1784). Έμφυλες σχέσεις και οικονομικές δραστηριότητες, Corfou, 2008.

Povolo 2015 = Claudio Povolo, « Feud and Vendetta: Customs and Trial Rites in Medieval and Modern Europe. A Legal-Anthropological Approach », Acta Histria 23, 2015, p. 195‑244.

Povolo 2013 = Claudio Povolo, « Liturgies of Violence: Social Control and Power Relationships in the Republic of Venice between the 16th and 18th Centuries », dans Éric R. Dursteler (éd.), A Companion to Venetian History, 1400‑1797, Leiden/Boston, Brill, 2013, p. 513‑542.

Povolo 2012 = Claudio Povolo, « Honi qui mal y pense (or the best interpretation of events). Alcune riflessioni intorno al tema del serventismo », dans Mila Manzatto, Il tricorno e il ventaglio, Vérone, Cierre, 2012 p. 7‑28.

Povolo 1997 = Claudio Povolo, L’intrigo dell’onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997.

Rotzokos 2007 = Nikos Rotzokos, Εθναφύπνιση και εθνογένεση. Ορλωφικά και ελληνική ιστοριογραφία, Athènes, 2007.

Ruggiero 2013 = Guido Ruggiero, « Wayfarers in Wonderland: The Sexual Worlds of Renaissance Venice Revisited », dans Éric R. Dursteler (éd.), A Companion to Venetian History, 1400‑1797, Leiden/Boston, Brill, 2013, p. 543‑569.

Tadmor 2003 = Naomi Tadmor, Family and Friends in Eighteenth-Century England: Household, Kinship and Patronage, Cambridge, Cambridge UP, 2003.

Tsakiri 2007 = Romina Tsakiri, « Vendetta del sangue innocente. Πράξεις αντεκδίκησης στη βενετοκρατούμενη Κρήτη τον 16ο αιώνα », Thesaurismata 37, 2007, p. 155‑191.

Vakalopoulos 1973 = Apostolos Vakalopoulos, Ιστορία Νέου Ελληνισμού, v. 4, Thessalonique, 1973.

Vincent 2001 = Alfred Vincent, « The Calergi Case. Crime and Politics in Western Crete under Venetian Rule », Thesaurismata 3, 2001, p. 211‑292.

Zois 1955 = Leonidas Zois, Ιστορία της Ζακύνθου, Athènes, 1955.

Zois 1963 = Leonidas Zois, Λεξικόν Ιστορικόν και Λαογραφικόν της Ζακύνθου, v. 1, Athènes, 1963.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de Zuanne Bosichi cf. A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi.

2 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 6 août 1784, c. 226r.

3 Ferro 1847, p. 676‑678.

4 Zois 1963, p. 19‑20.

5 Ploumidis 1971, p. 168.

6 Parmi les documents du procès, il y a des chapitres de la Nouvelle Héloïse de Rousseau, traduits en italien, A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi, cc. 194r‑207v.

7 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi, cc. 4v‑37v.

8 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, fasc. Processo Bosichi, c. 18v.

9 Sur le divorce et le mariage entre les sujets orthodoxes de Venise, voir ci-dessous.

10 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, c. 262v.

11 Leur divorce a été promulgué le 20 septembre 1782, cf. A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, c. 242r/v.

12 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 8v/9r.

13 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, c. 139r.

14 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 1r‑2r et 4v‑37v.

15 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, 10 octobre 1783, cc. 282r/v août 1783 et 283r/v, 1 avril 1788.

16 A.S.V., I.S, b. 406, fasc. raspe con le instanze dei processi spediti dal proveditor general mar ed inventari, 8 mai 1791.

17 Sur l’histoire de Zante pendant la domination vénitienne, cf. Zois 1955, p. 103‑359.

18 Arvanitakis 2000, p. 11‑25.

19 Sur le conseil de la communauté de l’île et les transformations sociales, cf. Arvanitakis 2001 ; Arvanitakis 2002, p. 9‑54 ; Papadia-Lala 2004, p. 336‑380.

20 Sur la politique ecclésiastique vénitienne à Zakynthos et les autorités ecclésiastiques catholiques et orthodoxes de l’île, Carydis 2010, 298, 300, 304 ; Foscolos 2010, p. 347‑348.

21 Kapadochos 1990, p. 138.

22 Par exemple, à la fin du xvie siècle, en Crète, dans les décisions de la cour ecclésiastique de l’archevêque catholique sur les conflits de mariage, même dans les cas d’adultère, on parle de séparation plutôt que de divorce, cf. Foscolos 1985, p. 158.

23 Les catholiques étaient limités à quelques centaines de fonctionnaires, de mercenaires et de marchands, cf. Foscolos 2010, p. 347‑348.

24 Kapadochos 1990, p. 137‑147.

25 Hacke 2004, p. 228 ; Ploumidis 2008, p. 74.

26 Hacke 2004, p. 219.

27 Selon le droit civil post-byzantin, le mari de l’adultère avait le droit de s’approprier la dot ; de plus, s’ils n’avaient pas d’enfants, il pouvait recevoir d’autres « choses » de sa femme ce qui correspond au tiers de la valeur de la dot, cf. Armenopoulos 1793, p. 246‑247. Selon le droit vénitien, la femme adultère perd sa dot et ne la récupère que si elle est à nouveau acceptée par son époux, cf. Ferro 1845, p. 53, 648.

28 A.S.V., C.X., Processi Criminali delegati alle Isole Ionie, b. 10, 19 octobre 1782, c. 237r.

29 Pendant la domination britannique dans les Îles Ioniennes, la poursuite pénale des femmes qui ont commis l’adultère était une pratique courante dans la classe moyenne, Gallant 2011, p. 148.

30 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, 28 septembre 1782, cc. 244r/247v.

31 De Biase 1993, p. 70.

32 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, c. 5v.

33 Datta 2003, p. 177.

34 L’amitié dans les lettres d’Avramiotti à Bosichi pourrait être interprétée comme une relation qui se meut entre l’intimité et le patronage. A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, cc. 213r‑220r. Sur l’amitié en Europe prémoderne cf. Tadmor 2003, p. 167‑215.

35 De Biase 1993 ; Plebani 2012 ; Manzato 2012.

36 Martinengou 1983, p. 60. Sur l’autobiographie de Elisabeth Martinengou dans le contexte social et culturel de son époque, cf. Arvanitakis 2005, p. 397‑420 ; Kitromilides 1983, p. 56‑61, Kitromilidis a remarqué que « ... her autobiography turned out to be a forceful and penetrating appraisal (a) of the social oppression and psychological violence caused by the condition of women in Greek society and (b) of what that condition might and should be », (Kitromilides 1983, p. 57).

37 Sur le comportement sexuel d’une femme célibataire et les conséquences de ce comportement sur l’honneur de sa famille, cf. Ruggiero 2013, p. 549 ; dans les territoires vénitiens du Levant, Lamprinos 2012, p. 91‑96.

38 Foyster 1999, p. 7.

39 Hacke 2000, p. 64.

40 En ce qui concerne les changements dans la société vénitienne, l’émancipation progressive des jeunes nobles par l’autorité paternelle, les mariages clandestins, l’indépendance des femmes, l’explosion d’émotions, cf. Plebani 2012, p. 47‑104, 175‑184, 221‑293 ; De Biase 1993, p. 31‑68 ; Bellavitis 2013, p. 323, 331‑332 ; Jacobson Schutte 2013, p. 358‑359.

41 Foyster 1999, p. 7‑8 ; Harvey 2005, p. 303.

42 De Biase 1993, p. 32.

43 Sur le rôle d’un chevalier servant, cf. aussi Povolo 2012, p. 7‑28. Bizzochi 2008, p. 162 ; De Biase 1993, p. 61.

44 Claudio Povolo a remarqué que « Violence and honor were also so closely connected because of the close relationship between the physical person and honor: every offense to a person’s honor had to be repaid with physical violence », Povolo 2013, p. 518. Sur la vendetta cf. Povolo 2015, p. 195‑244. Sur la vendetta en Crète vénitienne, Vincent 2001, p. 211‑292 ; Tsakiri 2007, p. 155‑191.

45 Sur la justice vénitienne, Cozzi 1980 ; 1982, p. 82‑216.

46 Cozzi 2000, p. 59.

47 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, 17 février 1782 (more veneto), c. 1r.

48 Zois 1963, p. 19‑20.

49 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, cc. 283r/v, 1er avril 1788.

50 Sur l’administration de la justice dans les territoires vénitiens, Povolo 1997 ; Povolo 2013, p. 513‑542.

51 A.S.V., C.X., Processi Criminali Delegati alle Isole Ionie, b. 10, c. 424r.

52 A.S.V., I.S., b. 406, fasc. raspe con le instanze dei processi spediti dal proveditor general damar ed inventari, 8 mai 1791.

53 Vakalopoulos 1973, p. 372‑463. Sur le rôle des Russes et l’historiographie grecque, Rotzokos 2007.

54 Sur les idées des Lumières dans les Îles Ioniennes cf. Kitromilides 2009, p. 48‑55, 71‑73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katerina Konstantinidou, « Entre deux hommes, entre deux femmes », Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/290

Haut de page

Auteur

Katerina Konstantinidou

Assistant professor, National and Kapodistrian University of Athens

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals