Navigation – Plan du site
Le mariage dans le pourtour méditerranéen de l’Europe : du modèle à la comparaison

Marié à un « étranger », marié à l’étranger

Mobilité et statut social dans l’Europe du Sud‑Est (1780‑1830)
Marrying a “foreigner”, marrying in a foreign country: Mobility and social status in South-Eastern Europe (1780-1830)
Constanţa Vintilă‑Ghițulescu

Résumés

À travers des archives inédites, tenues tant par les tribunaux ecclésiastiques que les tribunaux laïcs roumains, ce travail voudrait analyser la relation entre le mariage d’un étranger et son insertion dans le pays d’accueil. Tout le long du xviiie siècle, on assiste à une forte migration à l’intérieur de l’Empire ottoman, pays roumains compris. Des orthodoxes (Grecs, Serbes, Bulgares, Valaques), mais aussi des juifs ou des musulmans arrivent et s’établissent parfois définitivement, parfois pour une longue période dans les villes et les villages roumains. Le mariage se révèle être la principale et la première solution pour s’insérer dans le nouveau milieu, générant assez vite l’accès aux privilèges économiques et sociaux. Un mécontentement sourd prend aussi naissance contre « les Grecs » qui s’emparent des offices, des femmes et des propriétés des autochtones, mais sans jamais conduire à une lutte ouverte.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette recherche a été réalisée dans le cadre du projet Luxury, Fashion and Social Status in Early Modern South-Eastern Europe (LuxFaSS), avec le numéro ERC-2014-CoG no. 646489, financé par European Research Council et développé au New Europe College, Bucarest. Tous mes remerciements pour leurs relectures attentives à Christiane Nantois-Pigeon et Robert Pigeon.

Texte intégral

  • 1 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 179, le 15 Mai 1801.

Je porte ma plainte, avec les larmes aux yeux, devant Votre Altesse contre mon mari, Nedelko, qui a été laquais. Nous nous sommes mariés dans le pays des Turcs depuis déjà cinq ans, à Zağra‑i Eskisi (Stara Zagora, Bulgarie). Et nous avons eu une fille. Il y a deux ans, il m’a laissée avec cette fille de cinq mois, et il est venu ici, en Valachie. Pendant tout ce temps‑là, il n’a rien envoyé, ni argent, ni nouvelle, ni lettre. Alors, je suis venue moi aussi en Valachie, avec mon frère, et j’habite à Bucarest depuis trois mois1.

1Cette plainte, rédigée par Stoiana, réclame l’aide du prince roumain pour obtenir une séparation de son mari, Nedelko. Ce type de document se retrouve dans les archives tout au long du xviiie siècle. Il s’agit d’une forme de mobilité – souvent négligée par la recherche contemporaine – entre les pays roumains et l’Empire ottoman. Ce document éclaire la situation de ces familles du Sud‑Est, qui migrent d’un endroit à l’autre et doivent s’adapter et utiliser les ressources de nouveaux environnements sociaux.

2Le long xviiie siècle est connu, dans l’historiographie roumaine, comme celui du « régime des Phanariotes », dans la mesure où les premiers princes qui ont occupé le trône étaient des Grecs originaires du quartier du Phanar à Constantinople. La Valachie et la Moldavie sont alors complètement intégrées au système politique et militaire ottoman et n’ont plus de politique extérieure propre. Les princes sont nommés et révoqués selon le bon gré du sultan et conformément aux intérêts de l’Empire ottoman ; ils sont incorporés au système administratif ottoman, se transformant en pacha, directement responsables de leurs actes devant le sultan. À la périphérie de l’Empire Ottoman, l’Empire Russe et l’Empire des Habsbourg, les pays roumains forment un terrain fertile pour la migration d’un empire à l’autre.

3Cette étude propose de reconstituer les destins de ces familles qui se déplacent à l’intérieur de l’Empire Ottoman et laissent des traces dans les archives judiciaires roumaines. Dans cette importante et riche documentation, se côtoient toutes les couches sociales – qui, de plus, reflètent très bien la spécificité de ces pays roumains en termes de forte diversité ethnique : des Grecs, des Turcs, des Valaques, des Arméniens, des Serbes, des Russes, des Bulgares, des Juifs, des Albanais y vivent ensemble et accèdent aux mêmes instances. Nous avons utilisé ces sources pour étudier le mariage et le démariage des « étrangers » en insistant sur quatre aspects : la mobilité, la mixité, la séparation et le statut social. La démarche employée consiste à essayer de mettre en évidence les mots et les catégorisations propres aux acteurs sociaux et à comprendre en quoi ils éclairent le sens que l’on peut donner au fait « d’être un étranger » et de « vivre à l’étranger ».

  • 2 Zarinebaf 2010.
  • 3 Doumani 2017.
  • 4 Laiou 2007.

4Ce sujet reste encore marginal, très peu connu et étudié par les historiens ou les sociologues de la région. Cependant, des recherches disparates ont été conduites, s’appuyant plutôt sur les archives de l’Empire ottoman. Mentionnons les récentes études faites par Fariba Zarinebaf qui analyse les conflits familiaux des orthodoxes à Istanbul du point de vue des mœurs2 ou l’intéressante et utile recherche de Beshara Doumani sur les familles de l’Empire ottoman à partir des archives de « shari’a courts »3 ; s’y ajoutent les études de Sophie Laiou, plus détaillées, qui sont dédiées aux chrétiens orthodoxes (surtout les Grecs) qui font appel aux kadis pour résoudre leurs conflits familiaux4.

Acteurs et actrices des Empires

  • 5 Le nom de Târnovo se retrouve partout dans les Balkans. Voir l’inventaire fait par Lidia Cotovanu ((...)
  • 6 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, f. 292r‑v.
  • 7 Fond Département Spătărie, 1267/1827.
  • 8 Ungureanu 2004, p. 14.

5Les archives roumaines conservent des informations sur ces populations mobiles qui voyagent à l’intérieur des frontières de l’Empire ottoman, pays roumains inclus. Cette enquête s’appuie sur les archives conservées par les cours ecclésiastiques (de Bucarest et de Iaşi), par la police et par les Départements des Affaires étrangères (Rom. Logofeţia Pricinilor Străine). Qui sont les individus qui migrent d’un endroit à l’autre et laissent ainsi des traces dans les archives ? Au travers du destin de quelques acteurs et quelques actrices retrouvés dans ces archives, on perçoit rapidement la richesse de ces sources. Elles permettent de saisir les trajectoires des individus, mais nous aident aussi à conceptualiser et à comprendre certaines actions ou pratiques. Ainsi, Chiriiachi et son mari, Dimitri, marchand de tabac, sont venus de l’Empire ottoman : elle est née à « l’Ostrov de la mer », il est né à Târnovo5. Ils se marient en 1797 et louent une maison dans le faubourg Saint‑Ilie à Bucarest. Le nom de la femme Chiriiachi (Kyriaki) signifie en grec « dimanche ». Chiriiachi reste dans le faubourg Saint‑Ilie de Bucarest, tandis que Dimitri voyage à travers les Balkans pour ses affaires6. Mais Chiriiachi n’est pas seule dans ce monde urbain, abandonnée à la merci des faubouriens et sous la surveillance de la paroisse. D’autres femmes roumaines ou « étrangères » attendent, comme elle, impatiemment leurs maris, marchands ou artisans, partis à la recherche d’une affaire ou pour l’accomplissement d’une mission. Ces épouses sont très vulnérables dans ce monde masculin, surtout si elles sont pauvres, obligées de préserver leur honneur et d’assurer leur survie. Dans un autre coin de la ville de Bucarest, Haela la juive, quittée par son mari, Avraam Bergman, doit faire face au mépris de sa communauté et à la misère engendrée par le gaspillage de la dot. Avant de se marier avec Avraam, Haela habitait à Bucarest dans la maison de son père, Maer le juif. Avraam Bergman est venu de l’Empire ottoman, pour pratiquer la médecine, mais il s’égare dans de multiples conversions, étant tour à tour catholique, orthodoxe, juif en fonction de ses intérêts immédiats7. À la même époque, une communauté juive commence à se développer et à prendre racine surtout dans les capitales et dans les bourgs moldaves. Certains d’entre eux choisissent alors de se convertir pour des raisons pragmatiques8.

  • 9 Sur l’image du juif dans la culture roumaine voir Oişteanu 2013.

6Toutes ces individus, perçus comme des « étrangers », sont reconnaissables par les noms et les prénoms, par les surnoms attachés, par d’autres détails construits autour de leur identité : lieu de naissance, confession, occupation, situation économique, insertion dans un réseau ou un lien de parenté. Certains portent littéralement leur identité ; ils sont facilement repérables dans les rues en raison d’une physionomie, d’un costume, d’une coiffure. C’est le cas de la juive Haela et de son père Maer qui portent des vêtements spécifiques9 et qui sont identifiés comme juifs par la communauté environnante. D’autres s’insèrent dans la majorité, partageant la langue, la confession, les normes et les coutumes du pays d’adoption. Sont‑ils encore considérés comme « des étrangers », une fois « intégrés » dans les coutumes des pays ? Le mariage constitue‑t‑il une forme d’intégration ?

  • 10 Vintila-Ghitulescu 2017‑2018.
  • 11 Les archives de ces Départements (Logofeţia Pricinilor Străine), un pour chaque pays, sont encore i (...)
  • 12 Cerutti 2012, p. 2‑21.

7Être un étranger dans les pays roumains est un sujet encore très peu étudié10. Même si les pays roumains sont traversés de longue date par toutes sortes d’étrangers, un débat juridique commence dans les années 1780, à la suite de l’apparition des consulats étrangers à Iaşi et à Bucarest. Les étrangers (parfois les autochtones aussi) demandent à se mettre sous la protection des empires voisins (l’Empire des Habsbourg, l’Empire russe) ou des États puissants de l’Europe (France, Angleterre, Prusse), en contournant ainsi la justice roumaine. Les problèmes soulevés par ces « protégés » (Rom. Sudit) conduisent à la création d’un département chargé de résoudre leurs affaires11. En l’absence d’un débat intellectuel ou institutionnel structuré, les archives de la pratique restent cependant des sources essentielles pour observer comment un étranger se définit et comment il arrive à s’intégrer dans la communauté d’accueil. On abordera la condition d’étranger à travers quatre critères : la mobilité, le travail, la confession religieuse, la propriété12.

Mobilité sociale et professionnelle

  • 13 Katsiardi-Hering 2008, p. 173‑174.
  • 14 Cotovanu 2014, p. 2‑19.

8La mobilité sociale et professionnelle entre l’Empire ottoman et l’Empire des Habsbourg reste un sujet à explorer, même si des études ont déjà été lancées dans cette direction. Olga Katsiardi-Hering propose ainsi un schéma pour la mobilité des Grecs le long des routes commerciales et parle d’une « communauté économiquement périphérique » quand il s’agit des Grecs installés dans les pays roumains. Ces « Grecs » sont en fait des intermédiaires entre les communautés locales et le grand commerce, avec une active implication dans l’agriculture, l’artisanat et le petit négoce13. Les grands centres commerciaux restent les villes de Transylvanie : Braşov (Kronstadt) et Sibiu (Hermannstadt), appartenant politiquement à l’Empire des Habsbourg, qui fournissent aussi des produits de luxe pour la noblesse roumaine de Valachie et de Moldavie. Si Olga Katsardi-Hering s’intéresse aux « grandes routes », Lidia Cotovanu, s’attarde, elle, sur cette « petite migration » pratiquée entre les deux rives du Danube, offrant une carte détaillée des localités et des personnes parties à l’aventure « étrangère »14.

  • 15 Une étude récente offre une nouvelle perspective sur « le rôle de la langue grecque dans l’insertio (...)
  • 16 Pakucs 2017.
  • 17 Cotovanu 2017, p. 218.
  • 18 Voir aussi les déclarations des marchands « grecs » de Transylvanie qui affirment que « vivre dans (...)

9La dénomination « grec » elle‑même est aussi à reconsidérer15. Qui sont ces « grecs » arrivés en grand nombre dans les pays roumains et que l’on retrouve dans toutes les couches sociales et dans toutes les activités ? Le terme « grec » couvre une large population orthodoxe venue au‑delà du Danube. Maria Pakucs montre l’usage de cette dénomination générique pour tous les marchands porteurs des marchandises « turques », adjectif générique utilisé pour désigner les produits arrivés de l’Empire ottoman16. Si les marchands ouvrent les routes, d’autres « Grecs », valaques ou non roumains, bulgares ou serbes arrivent et restent17. Le choix des pays roumains n’est pas dû au hasard : vivre parmi des chrétiens, hors du contrôle ottoman, s’avère important18. Nous n’insistons pas cependant sur ce point dans la mesure où l’objectif de cet article est d’exploiter les archives roumaines pour étudier la vie quotidienne, la manière de s’insérer, par le mariage notamment, dans les paroisses roumaines et la réaction des autochtones vis‑à‑vis des « étrangers ».

  • 19 Čortan (tc.) – est un surnom qui signifie carpe.
  • 20 Sur ce sujet voir aussi un document émouvant qui enregistre les femmes et les enfants pris comme de (...)
  • 21 Ianache est bogasier, c’est‑à‑dire un marchand de tissus utilisés surtout pour les dessus.
  • 22 BAR, Fond Manuscrise, MS. 640, f. 216v‑217r, 17 octobre 1782.

10Dima Ciortan est un cas typique pour la région et pour notre étude. Né dans l’Empire ottoman, à Arvanitohori (en Bulgarie, aujourd’hui), Dima, marchand de poissons19, s’oriente vers les pays roumains. Il s’arrête dans le bourg Focşani, département Râmnicul Vâlcea, à la frontière entre Valachie et Moldavie, où il se marie avec une roumaine, Paraschiva. Il bâtit une maison, fait des enfants et travaille la terre reçue en dot et un vignoble acheté dans la région. Il semble que la vie ait été généreuse pour lui. Un jour tout bascule : sa femme, Paraschiva, meurt et ses deux garçons (de 12 ans) deviennent des esclaves20 à l’occasion de la guerre austro-russo-turque, entre 1769 et 1774. Après l’année de deuil, Dima décide de retourner « dans sa patrie », à Arvanitohori, où il se remarie et a un autre enfant, cette fois‑ci, une fille. Mais, le destin guide de nouveau ses pas vers la Valachie, où se trouve encore une partie de sa fortune. Il finit par être tué, un jour, par des brigands sur les chemins de son vignoble, près de sa maison valaque. Toute l’histoire de Dima est racontée devant le tribunal ecclésiastique par Niculiţă, son beau‑frère et frère de sa première femme, Paraschiva. L’héritage est réclamé devant la justice princière par la fille de Dima, née du deuxième lit, devenue, à ce moment‑là, adulte. Accusé d’avoir pris en sa possession le vignoble, celui de Focşani, Niculiţă est amené à Bucarest, de force, par le nouveau propriétaire, Ianache marchand21. Ianache marchand est le beau‑fils de Dima et il possède le vignoble en vertu de l’acte dotal22. Au‑delà du caractère singulier de ce cas, une série de questions-problèmes se pose : comment Dima a‑t‑il réussi à s’insérer dans la communauté de ce bourg ? Quel est son statut dans la communauté ? Quelle langue parle‑t‑il avec les autres ? En raison de quelle loi/ quel droit, la fille de celui‑ci fait‑elle appel au prince valaque ? Dans quelle langue Ianache marchand (bogasier) rédige‑t‑il sa plainte ? Les réponses à ces questions fournissent des pistes importantes pour comprendre le statut et la condition d’un étranger dans les pays roumains.

  • 23 Sur l’importance de la confession religieuse dans le façonnage d’une identité, voir Schmitt 2007.

11« La patrie » de Dima est l’Empire ottoman. Mais Niculiţă ne pense pas à la région au sens politique quand il essaie de localiser son beau‑frère. Pour lui, « la patrie » de Dima est Arvanitohori, localité près de Veliko Târnovo, région habitée par des chrétiens qui sont aussi des reâyah. En ce sens, le beau‑frère est avant tout un chrétien orthodoxe, assujetti aux mêmes autorités religieuses et politiques. C’est d’abord l’identité religieuse qui aide à l’insertion dans une autre communauté orthodoxe23 ; une fois le mariage conclu, il a le droit, en raison de la propriété immobilière reçue par la dot, de faire des achats dans le terroir. Autrement dit, le mariage lui donne accès à la terre du village, protégée par la loi de préemption. Maillon d’un réseau de parenté, Dima est ensuite accepté par la communauté qui s’ouvre pour l’assimiler en son sein. Enfin, l’insertion dans le tissu local d’accueil change le statut de l’étranger : l’appartenance reconnue à un village le transforme en sujet imposable.

12Dans le cas présent, une seule pièce est conservée dans les archives : l’engagement contracté par Niculiţă, contraint par la justice princière de rendre le vignoble à son propriétaire. L’engagement est rédigé en roumain, en alphabet cyrillique. Mais la conclusion la plus importante de ce cas est liée au statut de la propriété et du possesseur : une fois gagné le droit d’acheter des biens immobiliers, l’étranger jouit de tous les droits de son domaine, ainsi que du droit de le transmettre à ses héritiers. Le mariage et la confession religieuse s’avèrent indispensable dans l’attribution des droits de l’appartenance locale. Cet avantage encourage d’autres étrangers à venir et à tenter de faire fortune pour eux‑mêmes, et, le cas échéant, à la transmettre à d’autres.

Église, mariage et démariage

  • 24 Né en Géorgie, Iviria, autour de 1650, Antim Ivireanul fait son éducation près du patriarcat de Con (...)
  • 25 Ivireanu 2010, p. 333‑334.

13Le mariage est une institution essentielle tant pour les orthodoxes que pour les musulmans à la recherche d’une stabilité et d’un contrôle effectif sur les mœurs. Le manuel du métropolite Antim Ivireanul, publié en 1710, spécialement conçu pour les prêtres, est une source précieuse dans ce domaine24. Pour le métropolite Antim Ivireanul, le premier objectif du mariage est la procréation : « le mariage est l’union de l’homme et de la femme pour accomplir la parole divine : ‘croissez et multipliez’ ». Le deuxième objectif est la considération mutuelle des époux et le troisième « l’apaisement de la passion charnelle ». Autrement dit, l’acte sexuel n’acquiert de légitimité qu’à l’intérieur d’une liaison licite, parce que « pour la fornication chaque homme doit s’en tenir à sa femme et chaque femme doit s’en tenir à son mari », dit le métropolite en paraphrasant l’apôtre Paul25.

  • 26 Călători străini 1997, p. 66.
  • 27 Pour le mariage d’un prêtre dans l’Église d’Orient voir (Pitsakis 1995).

14Le mariage est une institution recommandée à tous les fidèles. Le célibat ne prend de sens que dans le cadre de la vie monacale ; en dehors, il est vu comme un état « dangereux » qui pourrait déstabiliser l’individu en le poussant au commerce charnel. Pour cette raison, il n’est ni recommandé, ni valorisé, et l’Église essaie de diminuer la durée de cette étape de la vie, d’où l’âge précoce au mariage prescrit par le droit canonique orthodoxe. Le mariage est aussi obligatoire pour le curé qui est ordonné prêtre à condition d’avoir une famille. Le prêtre ne peut choisir qu’une vierge et cela une seule fois dans sa vie, le veuvage lui interdisant de se remarier26. En outre, le divorce d’un prêtre n’est pas accepté, et si cela arrive, le prêtre risque d’être défroqué27. L’Église roumaine administre le mariage et le divorce (avec une diminution graduelle de ses compétences au fur et à mesure que la sécularisation progresse) jusqu’en 1864, date à laquelle, par le nouveau Code Civil, ils deviennent des affaires laïques. Cette implication de l’Église dans le contrôle du couple aboutit à la création des riches archives utiles pour bien connaître les mœurs d’autrefois.

  • 28 L’article 183 du Règlement de la loi, avec ses neuf paragraphes, et l’article 232 du même code ment (...)

15L’Église ne s’oppose pas aux unions avec les autres peuples balkaniques, s’ils sont de confession orthodoxe. Soumise politiquement et religieusement au Patriarcat de Constantinople, l’Église roumaine prend sous sa protection les chrétiens orthodoxes arrivés de l’Empire ottoman. Suivant la ligne impulsée par le Patriarcat, l’Église déconseille les alliances entre personnes de religions différentes et autorise le divorce dans le cas où l’un des époux changerait de confession. À l’époque, seuls les Juifs et les Musulmans sont hérétiques, mais cela n’autorise pas pour autant les alliances avec les catholiques ou les protestants28.

  • 29 Les Russes deviennent de plus en plus nombreux dans la deuxième moitié du xviiie siècle, du fait de (...)
  • 30 Ungureanu 2004, p. 20‑58.

16On trouve plusieurs cas de mariages « mixtes » dans les archives. Le terme « mixte » couvre plutôt ici une diversité ethnique qu’une différence confessionnelle qui le rapproche de notre définition actuelle. Les orthodoxes qui se marient entre eux – c’est‑à‑dire les Roumains, les Valaques, les Grecs, les Serbes, les Bulgares, les Russes29 – reçoivent la dénomination de leur ethnicité dans les archives, soit qu’il agit de leur nationalité, soit qu’il s’agit de leur origine géographique : Dima le Grec ou Dima Târnoveanul (Dima de Târnovo), Neaga la Serbe, etc. Les autres sont aussi dénommés par leur nationalité : le Turc, le Tsigane, le Hongrois, l’Allemand, l’Arménien etc. La confession est associée au prénom surtout dans les cas des convertis ; devenus des orthodoxes, ils continuent d’être nommés « les papistes » ou on leur ajoute le surnom « le baptisé ». Cette dernière dénomination est largement utilisée pour désigner les juifs convertis à l’orthodoxie30. La population étrangère, mais de confession orthodoxe, accepte la loi de l’Église roumaine en matière de mariage et de divorce, considérée comme une branche de la Grande Église de Constantinople. Soumis à la législation roumaine, qui est, en fait, la législation byzantine propre au Patriarcat de Constantinople, les orthodoxes de l’Empire ont accès au jugement du prince et de l’Église orthodoxe. Les cas présentés ci‑dessous sont d’abord adressés au prince qui les dirige ensuite vers les deux métropolites, valaque ou moldave, et leurs tribunaux.

  • 31 Pitsakis 2004, p. 111.
  • 32 Zelepos 2013.
  • 33 La conversion à l’islam est un sujet très peu connu dans l’historiographie roumaine, même si les do (...)
  • 34 Par exemple, Sireanţa la Juive, de 20 ans, quitte la maison parentale (avec habits et bijoux), prot (...)
  • 35 Ungureanu 2004, p. 21‑58.

17À l’intérieur de l’Empire ottoman, les sujets « ottomans », pris entre cette double autorité politique (le Sultan) et religieuse (le Patriarche), inventent des solutions appropriées pour sauvegarder leurs relations et survivre aux pressions diverses. Dans son étude sur les mariages mixtes dans l’Église grecque, Constantin Pitsakis mentionne la solution « des mariages temporaires » conclus devant le kâdi, mais refusés par l’autorité religieuse patriarcale. Ce « mariage par contrat du bail » devient une pratique courante même pour les mariages entre orthodoxes, afin d’éviter ainsi les empêchements, et ce en dépit de l’interdiction prononcée par l’autorité ottomane31. Dans l’étude d’Ioannis Zelepos, d’autres types d’unions « maritales » forment l’aboutissement de situations de cohabitation. Chrétiens, musulmans et juifs expérimentent différentes formes de mariage, tandis que le Patriarcat de Constantinople développe toute une législation pour conserver ses fidèles32. Des unions mixtes, dans le sens propre du mot, entre orthodoxes et catholiques ou musulmans sont également mentionnées dans les archives. Elles sont considérées comme des concubinages tolérés par la communauté et déplorés par l’Église33. L’absence d’une autorité religieuse musulmane n’engendre pas la surveillance d’un kâdi et la nécessité d’une solution légale acceptable pour la société. Des mariages « mixtes » entre les orthodoxes et les juifs se rencontrent aussi ; ils sont possibles après une conversion. Les juifs convertis « à la vraie croyance orthodoxe » peuvent se marier avec des orthodoxes, mais les suspicions emplissent les pensées des paroissiens et se déversent dans les témoignages consignés dans les dossiers d’archives34. Des accusations de « fausse conversion » (et de pratique de la confession judaïque en secret) sont souvent portées contre eux et immédiatement divulguées à toute la communauté35. En l’absence de registres paroissiaux, le mariage et le démariage peuvent être connus seulement à travers les archives judiciaires.

Vivre dans le pays d’adoption

  • 36 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 183, 26 janvier 1803.

18Quel type d’existence parvient à bâtir cette population mobile ? J’ai mentionné le cas de Chiriiachi et de son mari, Dimitri, des Grecs établis dans le faubourg Saint Ilie à Bucarest. Pendant un certain temps, on voit le couple se comporter comme des parrains pour Trandafir (Rose), un couturier du faubourg Antim à Bucarest. Chiriiachi et Dimitri essaient ainsi de prendre racine dans le nouveau pays d’adoption. Ioan est un « étranger » venu pour devenir mercenaire dans la garde princière. Après douze années de service militaire, il se marie avec Păuna, achète une maison et s’installe à Bucarest, fait des enfants, trouve un autre emploi « d’instituteur » pour ses propres enfants et les enfants des autres. Fils d’un Avram, il est possible qu’Ioan soit un juif converti à l’orthodoxie36.

  • 37 BAR, Fond Documente Istorice, CCCCXX/47, 12 mai 1780.
  • 38 Stănescu 1906, p. 435‑444.

19S’adapter et adopter un mode de vie propre à la communauté d’accueil semble une solution appropriée pour les étranger(e)s. S’accommoder est une nécessité parce que les étrangers ne peuvent vivre et survivre qu’avec la collaboration de la majorité et l’acceptation du voisinage. Anuţa et Zerih Arman, des Arméniens établis à Iaşi, font des affaires avec les Moldaves et imitent les formes de promotion sociale et économique des locaux par l’investissement dans la terre. Il est important de mentionner le rôle actif de cette femme dans les affaires, une chose peu visible pour les femmes roumaines. Anuţa emprunte de l’argent, tient une comptabilité exacte des intérêts, négocie la restitution avec l’usurier, un boyard local, dicte la forme de la négociation, signe en arménien ses documents37. Dans un autre milieu, une femme se mêle ainsi aux locaux, tirant profit de ses habiletés linguistiques : Neaga la Serbe tient une taverne dans le faubourg Zlătari à Bucarest, mais elle assiste à toutes les discussions entamées autour d’un verre grâce à sa capacité à comprendre le roumain, mais aussi le turc, le serbe, les grecs. Elle s’avère être une bonne fournisseuse d’informations pour le pouvoir, peut‑être « un mouchard » au cœur d’une paroisse très proche de la cour princière de Bucarest38.

  • 39 Voir sur le sujet Laiou 2007, Başak 2017. Sur d’autres régions voir Lebeau et Chauvard 2004.
  • 40 Sur la bigamie voir Vintilă-Ghiţulescu 2014.
  • 41 Ivireanul 2010, p. 338, 341.
  • 42 Le 24 juillet 1761, trois marchands grecs (Iane Costea, Cuţari et Stoian) témoignent devant le métr (...)

20Le mariage engendre la stabilité d’un couple, ancre la femme dans une institution soutenue par l’Église et renforcée par le prince : la famille39. Être « un étranger », comme Ioan se désigne dans sa plainte adressée au prince, exige des mesures supplémentaires pour conclure un mariage à l’intérieur du pays d’adoption. La bigamie est une inquiétude assez souvent mentionnée tant par les autorités ecclésiastiques, que par les individus dans leurs requêtes40. Par exemple, le métropolite Antim Ivireanul attire ainsi l’attention dans son manuel sur « les gens du pays hongrois et du pays turc, et d’autres endroits lointains » qui arrivent en Valachie et, sans déclarer leur état civil, se remarient. Par ce moyen, ils deviennent bigames ou ils prennent une quatrième épouse, transgressant les lois de l’Église qui interdit tant la bigamie que le quatrième mariage. Les prétendants d’origine étrangère ont donc l’obligation de prouver leur statut par des lettres signées des clercs de leur paroisse ou par la prestation d’un serment41. Cette peur conduit à créer des instruments de contrôle : la « lettre des garants au mariage », (zapisul de chezăşie pentru căsătorie). Cette lettre doit être sollicitée par le prêtre s’il soupçonne qu’un des partenaires a des problèmes d’état civil. Ainsi, deux ou trois personnes certifient que les candidats ne sont pas mariés ailleurs, qu’ils n’ont pas une autre religion, qu’ils ne sont pas apparentés42.

Se marier au sein de l’aristocratie. Faire carrière

  • 43 Sur les phanariotes voir Philliou 2011.

21Ce type de précautions est‑il également valable pour les élites ? La question est d’importance au cours du siècle phanariote (1714/1716‑1821) qui a connu une forte mobilité sociale et une grande infusion « grecque » au sein de la noblesse roumaine. Nommé par le sultan, le prince phanariote arrive toujours accompagné de son entourage formé par les membres de la famille, les créditeurs, les amis, mais aussi d’une nombreuse clientèle43. Le mariage devient alors une stratégie importante tant pour les membres de l’entourage princier que pour les boyards roumains : les boyards s’allient avec les personnes arrivées dans la suite du prince phanariote en dépit de l’origine roturière de ces derniers. À leur tour, les favoris « étrangers » du prince ont tout intérêt à contracter de bons mariages au sein de l’aristocratie roumaine, qui renforcent leur position, leur permettent de s’établir en Valachie et de s’introduire dans le jeu politique. Une partie de l’aristocratie roumaine n’accepte pas cette stratégie matrimoniale parce qu’elle présente à long terme une menace pour leurs positions au conseil princier et dans les divers offices de l’État. Pour préserver la classe nobiliaire roumaine et s’opposer à ceux qui sont vus comme des intrus sur le chemin vers les offices, ils demandent l’aide du prince Ștefan Racoviţă (1764‑1765). C’est dans ce contexte qu’est rédigé l’acte de 30 juillet 1764 sur l’arrêt des mariages entre les autochtones (roumains) et « les étrangers ». L’ordonnance touche toutes les catégories sociales, mais insiste surtout sur les mariages dans la haute noblesse et les effets qu’ils engendrent.

22La première partie de ce document est une analyse de ce phénomène et une justification de la nécessité de prendre rapidement les mesures qui s’imposent pour le freiner. Quels sont les caractéristiques et les effets de ces mariages « mixtes », considérés comme des mésalliances ? Le document relève d’abord l’origine ethnique des « étrangers » : Grecs, Albanais, Serbes, sont divisés en deux catégories : « gens honnêtes dont le lignage est connu » et « d’autres gens de mauvaise condition dont le lignage n’est pas connu ». Ces derniers sont eux‑mêmes divisés par le texte de l’ordonnance entre « gens avec un métier » (« des tanneurs, des couturiers, des bijoutiers, des pâtissiers, des vendeurs de jus, des boulangers, des bouchers etc. ») et « gens sans rien, expulsés de leurs patries, parfois même mariés ». L’ordonnance revient ensuite sur les « étrangers » qui s’enrichissent par diverses méthodes, achètent un office dans l’appareil d’État et, pour être entièrement assimilés, épousent une fille noble dont ils prennent parfois le nom. Ils pénètrent ainsi « au sein des boyards avec un office (dregătorie) ».

23Les boyards roumains, à l’origine de ce document, manifestent de cette manière leur indignation envers cette concurrence sur le marché matrimonial et prétendent que les nouveaux venus « discréditent » les offices acquis de cette manière. L’effet de cette « intrusion » serait « la diffamation de l’aristocratie autochtone », dit le texte. Les nouveaux venus sont pareillement vus comme responsables de « tous les maux » et dégâts subis par « la patrie ». Stopper cette pratique, « mauvaise coutume », dit l’ordonnance, est donc perçu comme une nécessité. Le prince roumain répond aux exigences de l’aristocratie et ordonne l’interdiction des mariages entre les roumaines et les « étrangers » sous peine, pour les récalcitrants, de voir leur fortune confisquée, voire de se faire expulser. Parents, parrains et prêtres seront punis au cas où ils n’observeraient pas la nouvelle ordonnance. Seront tolérés les « étrangers » déjà mariés seulement s’ils n’ont pas la prétention de pénétrer dans l’aristocratie.

  • 44 Il faut mentionner que l’ordonnance est signée par tous les membres du conseil princier (divan). Le (...)
  • 45 Pour ces dissensions entre le groupe de « boyards autochtones » et le groupe de « boyards grecs » ( (...)

24La noblesse roumaine pousse à la proclamation de cet acte car elle s’estime menacée par les puissants personnages, venus de Constantinople, dans l’entourage du prince44. Grâce à cette position si proche du prince, ils parviennent plus facilement à un office que les boyards. Ensuite, par le biais du mariage, ils restent en Valachie et forment, avec d’autres nouveaux venus, leur propre groupe ou fraction politique45.

  • 46 Koselleck 1990, p. 110.

25Il faut replacer la riposte des nobles roumains dans le contexte des nouvelles conditions créées par les réformes sociales du prince Constantine Mavrocordat qui transforme, après 1741, le concept de « boyard ». Au cours du xviie siècle encore, le boyard se définit par sa propriété terrienne et ses ancêtres ; ces deux critères lui permettent de détenir un office dans l’appareil d’État, et notamment au conseil princier. Le boyard y est nommé grâce à sa qualité et doit ainsi participer au gouvernement du pays. N’est concernée par la participation au conseil princier que la grande noblesse, soit une trentaine de familles, qui occupent, durant tout le xviiie siècle, les offices les plus importants. Avec la réforme du prince Constantine Mavrocordat, seule une personne qui occupe un office supérieur est aussi considérée comme noble. L’enjeu est très fort parce que la réforme transforme le rapport de forces. Les « boyards » ne sont plus nobles que par leur nomination dans un office, qui dépend de la volonté d’un prince. De plus, les privilèges comme l’exemption d’impôt, le droit d’être jugé par ses pairs ou par le prince etc. ne sont accordés qu’aux officiers nobles (dregători) et à leur descendance. Si les nouveaux venus s’emparent de tous les offices en excluant les boyards, ceux‑ci perdent, outre une source essentielle de revenus, les attributs qui fondent leur distinction sociale. Ainsi, le statut de boyard et la possession d’un office s’entremêlent pour définir les notions de noblesse, privilèges, richesse. Bref, ce double attribut « ouvre certains horizons » et « il en ferme d’autres »46. Le prince Constantine Mavrocordat fait ainsi pour la première fois la distinction entre les grands boyards – ou boyards de première classe – et les petits boyards – ou boyards de deuxième classe. Pour être membre de la première classe, un noble doit occuper une haute charge dans le gouvernement. Il devient donc nécessaire d’éloigner les intrus, concurrents qui disposent d’une « arme » déloyale, la faveur du prince.

  • 47 Urechia 1891, vol. II, p. 147‑148.
  • 48 Corfus 1946, p. 132‑139.

26L’ordonnance a été effectivement appliquée pendant le court règne du prince Ştefan Racoviţă (1764‑1765) et encore, seulement quand elle servait sa cause. Elle est ensuite tombée en désuétude47. En 1764, par exemple, le prince Ştefan Racoviţă intervient dans le mariage arrangé par le grand écuyer Nicolae pour son fils (Iordache) avec la fille du grand ban Toma Creţulescu. Même si le prince a donné son accord, le père et le fils sont emprisonnés le jour des noces et la fille est obligée de se marier avec un autre. Le prince dit agir au nom de cette ordonnance qui interdit le mariage entre les nobles roumains et étrangers. Mais, un contemporain, Mihai Cantacuzino affirme que le gendre imposé par le prince est lui aussi d’origine étrangère et que le prince a voulu simplement affirmer son autorité48. Il était d’ailleurs presque impossible d’imposer une telle interdiction dans le contexte politique et géographique de l’époque. Cette ordonnance montre en fait que le mariage représente la forme simple d’intégration utilisée par tout le monde. Un mariage engendre la participation aux privilèges économiques, institutionnels, professionnels ou politiques d’un réseau et l’aristocratie s’en sert pour garder ses positions dans la hiérarchie des pays roumains.

« Étant étranger dans ce pays, je réclame votre Grâce »49 : séparation et désarroi 

  • 49 Cette formule ouvre parfois la plainte adressée au prince. Voir BAR, Fond Manuscrise, MS. 641, f. 4 (...)
  • 50 Voici un exemple parmi d’autres : Constantin charpentier (un autre « Grec ») vient du « Pays des Tu (...)
  • 51 Pour des détails sur la procédure voir, Vintilă-Ghiţulescu 2013.
  • 52 ANIC, Fond Département Spătărie 1267/1827, 3 Mai 1827.

27Les « étrangers » chrétiens orthodoxes, venus d’ailleurs et mariés dans les pays roumains ont deux solutions pour résoudre leurs conflits familiaux : soit le retour dans leur pays d’origine pour se soumettre au jugement d’autorités connues, soit l’appel aux tribunaux ecclésiastiques. Laisser sa famille à Bucarest, par exemple, et partir sans jamais revenir, est une pratique fréquemment rencontrée dans les archives50. L’absence prolongée (trois à cinq années) d’un partenaire ouvre alors la porte à un nouveau mariage. Mais la clé de cette porte est bien gardée par l’Église et ses tribunaux qui ont le droit de faire une enquête sur la véracité des faits et des dires et de donner son accord pour le deuxième ou le troisième mariage. Ces juridictions fonctionnent à Bucarest et à Iaşi, près de la Métropole de Valachie et de la Métropole de Moldavie. Leurs membres sont des prêtres éduqués dans les séminaires de l’Église ; les métropolites dirigent toutes les séances et prononcent les sentences (soumises parfois aux princes)51. Leur compétence juridique concerne surtout les conflits familiaux des orthodoxes, mais les cours reçoivent parfois des litiges des familles catholiques, juives ou protestantes. Elles sont sollicitées pour donner un conseil, une direction ou une décision (en appel) à partir de l’analyse faite par les organismes des minorités locales. C’est le cas de Haela et Avraam Bergman, jugés en première instance par le rabbin (haham) de la communauté juive. Parce que le mari, Avraam Bergman refuse de respecter la décision, la femme fait appel au prince valaque. La femme insiste dans sa plainte sur la crainte que son mari puisse disparaître de nouveau et puisse la laisser dans une situation incertaine. Le cas est envoyé vers le métropolite avec la demande de trouver une solution. Avraam Bergman est un cas singulier : il cherche la protection des autres pouvoirs politiques avoisinants, auprès des représentations diplomatiques présentes dans les pays roumains, pour faire trainer son procès ; en la circonstance, il se met sous la protection du consulat prussien à Bucarest52.

  • 53 Selon le contrat de mariage, Hanna, fille de Shulin, et Joseph, fils de Hersh, du village de Stoniv (...)

28L’appel au métropolite n’est toutefois pas systématique. À la même époque, un autre conflit est résolu par le représentant de la communauté juive, mais la décision est renforcée par un « département » de l’État moldave. Les deux protagonistes sont juifs : Hanna Tenentzapf demande à son mari Joseph Tenentzapf la séparation et la restitution de la dot. David Hagher s’occupe de ce procès et décide la restitution de la dot. Les documents ne donnent pas de précisions sur la qualité de ce David Hagher, il est, peut‑on supposer, le représentant de la communauté juive établie dans le département Neamţ en Moldavie. Cependant, tous les documents sont traduits de la langue juive en roumain pour pouvoir être lus par les officiers du Département des Affaires des Étrangers qui instruit l’affaire53.

  • 54 Sur la prostitution d’occasion, parfois proche de l’adultère, voir aussi Sariyannis 2008.
  • 55 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, ff. 288r‑v, 292r‑v.

29La mobilité n’est pas toujours une bonne chose pour une famille surtout dans les milieux pauvres. Dimitri, marchand de tabac, voyage sur les routes de ce commerce loin dans l’Empire vers Ioannina, Thessalonique, Constantinople et rentre parfois après des mois, parfois des années. Restée seule et sans dot, Chiriachi se promène d’un faubourg à l’autre, d’une taverne à l’autre à la recherche de nourriture et de sociabilité. Un jour, elle vole la laine de son voisin, Slav le charpentier, et se cache « dans une taverne des gitanes du faubourg Mihai vodă », à Bucarest. Une autre fois, elle casse le coffre de son filleul, Trandafir, vole des linges et des vêtements et s’enfuit. Partis pour récupérer leurs objets volés, les deux hommes racontent en détail les chemins qu’empreinte une femme seule, contrainte de chercher à se nourrir pour survivre. Cette femme n’a qu’un seul choix : la prostitution d’occasion54. Malade de la syphilis et de la lèpre, Chiriachi trouve refuge parmi les miséreux de la Vielle Cour, la cour des miracles de Bucarest, le 4 Septembre 1804. L’année suivante, le 25 Juin 1805, son mari revient de ses voyages et demande la séparation, mais il ne sait rien de sa femme depuis déjà trois années. Le tribunal ecclésiastique insiste sur la présence des deux partis au tribunal, mais Chiriachi est disparue dans les nuages de l’histoire55.

  • 56 Sur le divorce dans les pays roumains voir Vintilă-Ghiţulescu 2009. 
  • 57 Voir aussi les cas présentés par Zarinebaf 2010 ; Laiou 2007, p. 244.
  • 58 Selon Eleftheria Papagianni, les fidèles de l’Église grecque – il s’agit de tous les chrétiens orth (...)
  • 59 Laiou 2007, p. 246.

30L’Église orthodoxe accepte et prononce le divorce pour des motifs divers. Les archives judiciaires gardent trace de milliers et de milliers de cas arrivés devant les cours ecclésiastiques. Ce nombre important témoigne de la flexibilité de l’Église orthodoxe en matière de recomposition des familles56. Certains historiens interprètent cette flexibilité comme une « nécessité » pour éviter l’appel aux instances musulmanes57 ou même la conversion58. Soumise à la juridiction de l’Église constantinopolitaine, l’Église roumaine en suit les grandes directions. Toutefois la menace musulmane n’est pas si pressante. L’Église roumaine n’a jamais adopté ou même invoqué la décision du patriarche Jérémie le iiie, de 1717, sur le divorce par le libre consentement des parties59. Elle reste dans le cadre de la législation byzantine et prononce ses sentences après une enquête sur place, l’interrogatoire des parties, l’audition des témoins et la présentation des preuves.

  • 60 Le registre tenu par le Grand Divan (Marele Divan), pour les années 1791‑1804, garde une plainte ex (...)
  • 61 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, f. 292r‑v.

31Le genre joue un rôle décisif dans la décision finale. Par exemple, Dimitri et Chiriiachi portent plainte séparément : en 1800, la femme adresse, pour sa part, une requête au Grand Divan, se plaint que son mari, Dimitri, a gaspillé toute sa dot « aux tavernes et aux jeux des cartes » et exige une séparation. Sa plainte reste sans suite60. Dimitri porte plainte, la même année, et accuse sa femme de fornication et d’être une grande ivrogne. Après sa plainte, la cour ecclésiastique fait une enquête sur place, écoute le couple et insiste pour qu’il y ait réconciliation. Deux années plus tard, en 1802, Dimitri porte à nouveau plainte, avec les mêmes accusations sur le comportement de sa femme : nouvelle enquête, nouvelle réconciliation. Il repart alors et revient après trois années d’absence. Sans rien savoir du sort de sa femme, sans la retrouver, il porte plainte, aidé par les voisins mécontents de la conduite de Chiriachi61.

  • 62 ANIC, Fond Manuscrise, MS. 143, ff. 134v‑135v, 1 April 1793.

32Ce cas est simple : le couple n’a ni enfants ni une fortune à partager. Dans d’autres situations, ces deux éléments compliquent la séparation. Ainsi, Maria est mariée par son père avec Ianache « Grec étranger » et sans « son consentement ». Le mariage est conclu « à la hâte pendant la guerre de 1787‑1792 », comme le père lui‑même, le boyard Constantin Tigveanul, le raconte dans sa plainte adressée à la Métropole de Valachie. Il donne à sa fille une dot importante et sa bénédiction. Mais, le mariage est très mal vécu par le couple surtout pendant cette période de guerre quand les pays roumains sont occupés soit par les Turcs, soit par les Russes. Refugiés au monastère Argeş, Maria et Ianache survivent à l’aide de la dot, vendue pièce par pièce, jour après jour. Quand la dot est épuisée, Ianache abandonne sa femme et part faire sa vie ailleurs dans les villages du sud à la recherche d’un travail journalier. C’est le père qui porte plainte et réclame la séparation et surtout la restitution de la dot dans son intégralité, reconnaissant qu’il a forcé ce mariage sans tenir compte que « l’une et l’autre n’en voulaient pas »62.

  • 63 Îndreptarea legii 1962, p. 221‑224.
  • 64 Vintilă-Ghiţulescu 2011.

33La séparation du couple, par l’intermédiaire du métropolite et du conseil ecclésiastique, entraîne un nouveau statut pour la dot, les dons et les enfants. Le motif du divorce joue un rôle important dans la récupération de la dot, dont les conditions de la perte et de la conservation sont hautement réglementées dans la loi écrite du pays. Conformément aux articles 214 et 215, la femme perd sa dot ainsi que tous les dons de noces dans le cas d’un adultère prouvé par le mari et d’une « fornication » associée à la prostitution63. Ce sont là les deux critères principaux décidant de la perte de la dot, même si une série d’autres règles concourt à préciser la place et le statut de la femme dans la maison de son mari. Dans tous les autres motifs de divorce, la dot suit la femme, dans la maison de ses parents, ou dans celle de son nouvel époux. Mais, entre la loi et la pratique quotidienne, la distance est grande, car le mari restitue rarement ce qu’il a reçu des années auparavant. D’une part, la dot a été gaspillée longtemps avant le divorce, d’autre part, le mari ne veut pas amoindrir sa fortune pour en donner une partie à celle qui, de toute façon, n’est plus sa femme. Dans le cas présenté ci‑dessus, Maria est toujours accompagnée dans ses démarches par son père. C’est le père qui porte plainte à la Métropole de Bucarest, à l’évêché d’Argeş, au préfet du Département d’Argeş, rédige des lettres pour les boyards locaux en demandant de l’aide pour poursuivre de son gendre disparu dans les collines. « L’homme même s’il est pauvre, a l’obligation de payer la dot qu’il a prise » (Indreptarea legii 1962, p. 266), dit la loi. Ainsi, la femme a le droit de demander sa dot, et l’homme, quel que soit son état matériel, doit assumer la charge de sa restitution. Mais, la récupération devient parfois une bataille sans fin64.

En guise de conclusion

  • 65 « Je suis retournée dans ma patrie, ici dans le pays, après quelque temps passé à Braşov (Kronstadt (...)

34Les frontières sociales et professionnelles sont très perméables pour les étrangers venus s’établir dans les pays roumains. Les étrangers orthodoxes, comme par exemple Dima, s’introduisent dans le tissu social local par le biais du mariage et par la création d’affinités spirituelles. La vie quotidienne des étrangers est aussi soumise aux aléas de l’histoire : le bonheur de Dima est bouleversé par la mort inattendue de sa femme. La présence de tous ces étrangers dans les registres ecclésiastiques témoigne de leur intégration dans le milieu d’accueil, mais certains d’entre eux restent durablement attachés à leur identité d’origine. C’est une appartenance affective dont témoigne le syntagme « ma patrie », souvent mentionné dans les archives, qui désigne un « chez‑soi », un réseau de parentèle, une culture, des ancêtres65. Conserver son appartenance d’origine relève aussi du pragmatisme de la part de ces populations qui traversent les frontières dans un sens – ou dans l’autre – pour gagner leur vie. Le mariage, dans ce contexte, est une première étape dans le processus d’intégration sociale qui donne accès à la transmission, aux biens immobiliers et finalement aux droits locaux.

  • 66 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 179.
  • 67 BAR, Fond Manuscrise, MS. 3935, ff. 256r‑259r.

35L’Église orthodoxe roumaine essaie, par son implication spirituelle et judiciaire, d’intégrer ces étrangers dans son troupeau, de les considérer comme des fidèles et des sujets propres. La même Église accorde son aide et son jugement aux autres « étrangers », de différentes confessions, pour bien connaître et contrôler une population qui peut, d’ailleurs, être attirée vers « la vrai foi orthodoxe ». Juives ou chrétiennes, arméniennes ou catholiques, les femmes laissent, par leur appel à la justice, des traces de leur vie quotidienne et leur statut dans la communauté d’accueil. C’est parfois la seule source qui offre des détails sur ces femmes et sur la manière dont le mariage et la mobilité affectent leur vie. Ainsi, Stoiana quitte son village bulgare pour retrouver son mari à Bucarest et s’accommode de sa nouvelle vie en attendant une décision judiciaire66, tandis que Maria choisit une vie « d’exil » et d’humiliation de la part de sa famille pour être près de son amant (son beau‑frère)67. Le mariage à l’étranger, on le voit, a des effets sur tous les membres d’une famille ; la cohésion et la solidarité doivent être plus fortes pour s’approprier ces nouvelles réalités sociales, politiques et professionnelles.

  • 68 Sturdza 1999.
  • 69 Le 11 novembre 1838, Le Département ecclésiastique (Logofeţia Pricinilor Bisericeşti) adresse au pr (...)
  • 70 Cotovanu 2017.

36L’étranger s’intègre plus rapidement s’il appartient aux élites et qu’il est aidé par l’obtention d’office dans l’administration princière : le mariage et l’office façonnent alors sa nouvelle identité de sorte qu’il aboutit à « se naturaliser par absorption »68. La reconnaissance sociale s’affirme aussi comme un critère important dans ce processus d’intégration sociale. Ainsi, les étrangers peuvent être reconnus et acceptés par le tissu social local comme membre d’une communauté sans pour autant avoir donné lieu à une reconnaissance officielle de l’État. Nous ignorons si tous ces « étrangers » évoqués dans cet article comptent parmi « les sujets de Mon Règne », formule souvent utilisée par la chancellerie princière. Toutefois, cet afflux d’étrangers et les nombreux mariages tout au début du xixe siècle donnent lieu à une nouvelle ordonnance contre le mariage « mixte »69 et aboutissent à la naissance de discours et d’attitudes xénophobes70, vite intégrées dans la construction de l’État moderne.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

ANIC = Archives Nationales Historiques Centrales, Bucarest
Registres de l’Église orthodoxe sur les actes dotaux, les testaments, les divorces et autres litiges, 1700‑1865.

ANR = Archives Nationales de la Roumanie
Département Braşov, (ANR, Braşov)

BAR = Bibliothèque de l’Académie Roumaine
Registres de l’Église orthodoxe sur les actes dotaux, les testaments, les divorces et autres litiges, 1700‑1865.

Sources législatives

Antim Ivireanul, Învățătură bisericească la cele mai trebuincioase și mai de folos pentru învățătura preoților [Enseignements ecclésiastiques très utiles pour les prêtres], première édition 1710, dans Antim Ivireanul, Opere. Didahii, Bucarest, Minerva, 2001.

Îndreptarea legii [Le Règlement de la loi], Bucarest, Editura Academiei Române, 1962 [première édition 1652].

Collections de documents

Călători străini 1997 = Călători străini despre țările române [Les recits de voyages sur les pays roumains], vol. IX, éd. Maria Holban, Maria-Magdalena Alexandrescu-Dersca Bulgaru, Paul Cernovodeanu, Bucarest, Editura Academiei Române, 1997.

Corfus 1946 = Ilie Corfus, « În legătură cu opera lui Mihai Cantacuzino » [L’œuvre de Mihai Cantacuzino], dans Revista Istorică Română XVI/2, 1946, p. 132‑139.

Stănescu 1906 = Dumitru Stănescu, Viaţa religioasă la români şi influenţa ei asupra vieţii publice [La vie religieuse chez les roumains et son influence sur la vie publique], Bucarest, 1906.

Urechia 1891 = Vasile Alexandrescu Urechia, Istoria românilor [Histoire des roumains], Bucarest, Soccec, II, 1891.

Sources imprimées

Bașak 2017 = Tuğ Bașak, Politics of Honor in Ottoman Anatolia: Sexual Violence and Socio-legal Surveillance in the Eighteenth century, Leiden, Brill, 2017. 

Brătianu 1995 = Gheorghe Brătianu, Sfatul domnesc şi adunarea stărilor în principatele române [Le conseil princier et les assemblées dans les Principautés Roumaines], Bucarest, Editura Enciclopedică, 1995.

Cernovodeanu 1994 = Paul Cernovodeanu, « Clanuri, familii, autorităţi, puteri (Ţara Românească, secolele xvxvii) » [Clans, familles, autorités, pouvoirs. Valachie, xvexviie siècles], Arhiva Genealogică IV/1‑2, 1994, p. 77‑86.

Cerutti 2012 = Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012.

Cotovanu 2014 = Lidia Cotovanu, « L’émigration sud-danubienne vers la Valachie et la Moldavie et sa géographie (xvexviie siècles) : La potentialité heuristique d’un sujet peu connu », Cahiers balkaniques 42, 2014, p. 2‑19.

Cotovanu 2017 = Lidia Cotovanu, « “Chasing Away the Greeks”: The Prince-State and the Undesired Foreigners (Wallachia and Moldavia between the 16th and 18th Centuries) », dans Olga Katsiardi-Hering, Maria A. Stassinopoulou (éd.), Across the Danube. Southeastern Europeans and Their Travelling Identities (17th‑19th C.), Leiden, Brill, 2017, p. 215‑253.

Djuvara 1987 = Neagu Djuvara, « Les grands boïars ont‑ils constitué dans les principautés roumaines une véritable oligarchie institutionnelle et héréditaire ? », dans Südost-Forschungen Sonderdruck Band, XLVI, Munich, 1987, p. 1‑55.

Do Paço 2011 = David Do Paço, « Le marchand grec existe‑t‑il ? Remarques sur les représentations collectives et les identités sociales viennoises dans le Kaufruf de Johann Christian Brand de 1775 », dans Christine Lebeau et Wolfgang Schmale (éd.), Images en capitale : Vienne, fin xviie-début xixe siècles, Vienne, Bochum, 2011, p. 53‑72.

Doumani 2017 = Beshara B. Doumani, Family Life in the Ottoman Mediterranean. A Social History, Cambridge, Cambridge University Press, 2017.

Gradeva 1995 = Rossitsa Gradeva « Turks and Bulgarians, Fourteenth to Eighteenth Centuries », Journal of Mediterranean Studies 5/2, 1995, p. 173‑187.

Gorovei 1994 = Ştefan Gorovei, « Clanuri, familii, autorităţi, puteri (Moldova, secolele xvxvii) » [Clans, familles, autorités, pouvoirs. Moldavie, xvexviie siècles], dans Arhiva Genealogică IV/1‑2, 1994, p. 87‑93.

Laiou 2007 = Sophia Laiou, « Christian Women in an Ottoman World: Interpersonal and Family Cases Brought Before the Shari‘a Courts During the Seventeenth and Eighteenth Centuries. (Cases Involving the Greek Community) », dans I. Schick (éd.), Women in the Ottoman Balkans. Gender, Culture and History, Londres, 2007, p. 243‑271.

Lebeau et Chauvard 2004 = Christine Lebeau et Jean-François Chauvard (éd.), Éloignement géographique et cohésion familiale : xvexxe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2004.

Katsiardi-Hering 2008 = Olga Katsiardi-Hering, « Central and Peripheral Communities in the Greek Dispora: Interlocal and Local Economic, Political, and Cultural Networks in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », dans Minna Rozen (éd.), Homelands and Diasporas. Greeks, Jews and Their Migrations, Tauris, Londres, 2008, p. 169‑180.

Katsiardi-Hering 2016 = Olga Katsiardi-Hering, « Greek merchant colonies in Central and South-Eastern Europe in the Eighteenth and early Nineteenth Centuries », dans Viktor N. Zakharov, Gelina Harlaftis et Olga Katsiardi-Hering (éd.), Merchant Colonies in the Early Modern Period, Abingdon, Routledge, 2016, p. 127‑140.

Koselleck 1990 = Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990.

Mărieş 1985 = Stela Mărieş, Supuşii străini din Moldova în perioada 1781‑1862 [Les projetés étrangers dans la Moldavie], Iaşi, Editura Universitatea Al. I. Cuza, 1985.

Oişteanu 2013 = Andrei Oişteanu, Les Images du Juif : Clichés antisémites dans la culture roumaine. Une approche comparative, Paris, Éditions Non Lieu, 2013.

Pakucs 2017 = Mária Pakucs, « Between “Faithful Subjects” and “Pernicious Nation” : Greek Merchants in the Principality of Transylvania in the Seventeenth Century », Hungarian Historical Review 6/1, 2017, p. 111‑137.

Pakucs 2017/2018 = Mária Pakucs, « “This is their profession” : Greek Merchants in Transylvania and their Networks at the End of the 17th century », Cromohs (Cyber Review of Modern Historiography) 21, 2017‑2018, p. 36‑54.

Papacostea 1974 = Şerban Papacostea, « La grande charte de Constantin Mavrocordato (1741) et les réformes en Valachie et en Moldavie », dans Symposium « L’Époque phanariote », Thessaloniki, Institute for Balkan Studies, 1974, p. 365‑376.

Papacostea-Danielopolu 1982 = Cornelia Papacostea-Danielopolu, Literatura în limba greacă din Principatele Române [La littérature grecque dans les Principautés Roumaines], Bucarest, Minerva, 1982.

Papagianni 2001 = Eleftheria Papagianni, « Droit byzantin contre pratique judiciaire. Une affaire de divorce au xviiie siècle », dans Kalliopi Papakonstantinou (éd.), Byzantine Law. Proceedings of the international Symposium of Jurists, Thessaloniki, 10‑13 December, 1998, Thessalonique, The Bar Association of Thessaloniki, 2001.

Philliou 2011 = Christine Philliou, Biography of an Empire: Governing Ottomans in an Age of Revolution, Berkeley, California University Press, 2011.

Pitsakis 2004 = Constantin Pitsakis, « Les mariages mixtes dans la tradition juridique de l’Église grecque : de l’intransigeance canonique aux pratiques modernes », Études balkaniques 10, 2004, p. 109‑144.

Pitsakis 1995 = Constantin Pitsakis, « Clergé marié et célibat dans la législation du concile de Trullo : le point de vue oriental », dans George Nedungatt et Michel Featherstone (éd.), The Council in Trullo Revisited, Rome, Pontificio Instituto Orientale, 1995, p. 263‑306.

Popovici 1945 = Dumitru Popovici, La littérature roumaine à l’époque des lumières, Sibiu, 1945.

Sariyannis 2008 = Marinos Sariyannis, « Prostitution in Ottoman Istanbul, Late sixteenth – early Eighteenth Century », Turcica 40, 2008, p. 37‑65.

Schmitt 2007 = Jens Oliver Schmitt, Les Levantins. Cadres de vie et identities d’un groupe ethno-confessionnel de l’Empire Ottoman au « long » xixe siècle, Istanbul, Les Éditions Isis, 2007.

Sturdza 1999 = Dimitrie Mihail Sturdza, Grandes Familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople, Paris, chez l’auteur, 1999.

Ungureanu 2004 = Mihai-Răzvan Ungureanu, Convertire şi integrare religioasă în Moldova la începutul epocii moderne [Conversion et intégration religieuse dans la Moldavie, au début de l’époque moderne], Iaşi, Editura Universităţii « Alexandru Ioan Cuza », 2004.

Vintilă-Ghiţulescu 2009 = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, « Autour du divorce : disputes et réconciliations au tribunal (Valachie 1750‑1830) », Annales de démographie historique 118, 2009, p. 77‑99.

Vintilă-Ghiţulescu 2011 = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, « Mariage et parenté à travers les actes dotaux roumains (1700‑1865) », Annales de démographie historique 121, 2011, p. 141‑160.

Vintilă-Ghiţulescu 2013 = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, Evgheniţi, ciocoi, mojici. Despre obrazele primei modernităţi româneşti 1750‑1860 [Boyards, Parvenus, Roturiers. Sur les visages de la première mordenité roumaine], Bucarest, Humanitas, 2013.

Vintilă-Ghiţulescu 2013b = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, « Judicial archives and the history of the Romanian family : domestic conflict and the Orthodox Church in the eighteenth century », The History of the Family 18/3, 2013, p. 261‑277.

Vintilă-Ghiţulescu 2014 = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, « Mixed Marriages, Mixed Children : between Norms and Practices in Romanian Society (18th‑19th Centuries) », dans Luminţa Dumănescu, Daniela Mârza et Marius Eppel (éd.), Intermarriage throughout History, Newcastle, Cambridge Scholars Publisher, 2014, p. 204‑212.

Vintilă-Ghiţulescu 2017/2018 = Constanţa Vintilă-Ghiţulescu, « ‘Le Coquin Grec’ vs. ‘le Véritable François’ : Being a foreigner in the Danubian Principalities in the Eighteenth Century », Cromohs (Cyber Review of Modern Historiography) 21, 2017‑2018, p. 91‑105.

Zarinebaf 2010 = Fariba Zarinebaf, Crime and Punishment in Istanbul 1700‑1800, Berkeley, University of California Press, 2010.

Zelepos 2013 = Ioannis Zelepos, Multi-denominational Interaction in the Ottoman Balkans from a legal Point of View: the Institution of Kiambin-marriages, dans Eliezer Papo et Nenad Makuljević (éd.), Common Culture and Particular Identities : Christians, Jews and Muslims in the Ottoman Balkans, Beer-Sheva, Ben Gurion University of the Negev, 2013 (El Prezente. Studies in Sephardic Culture, 7), p. 43‑53.

Wasiucionek 2017/2018 = Michał Wasiucionek, « Greek as Ottoman ? Languages, identity and mediation of Ottoman culture in the early modern period », Cromohs (Cyber Review of Modern Historiography) 21, 2017‑2018, p. 70‑89.

Haut de page

Notes

1 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 179, le 15 Mai 1801.

2 Zarinebaf 2010.

3 Doumani 2017.

4 Laiou 2007.

5 Le nom de Târnovo se retrouve partout dans les Balkans. Voir l’inventaire fait par Lidia Cotovanu (Cotovanu 2014, p. 2‑19).

6 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, f. 292r‑v.

7 Fond Département Spătărie, 1267/1827.

8 Ungureanu 2004, p. 14.

9 Sur l’image du juif dans la culture roumaine voir Oişteanu 2013.

10 Vintila-Ghitulescu 2017‑2018.

11 Les archives de ces Départements (Logofeţia Pricinilor Străine), un pour chaque pays, sont encore inédites. Pour la Moldavie, Stela Marieş a fait une thèse de doctorat, publiée en 1985, qui porte sur le statut de protégé, insistant surtout sur la première partie du xixe siècle (Marieş 1985).

12 Cerutti 2012, p. 2‑21.

13 Katsiardi-Hering 2008, p. 173‑174.

14 Cotovanu 2014, p. 2‑19.

15 Une étude récente offre une nouvelle perspective sur « le rôle de la langue grecque dans l’insertion de l’élite roumaine dans la culture impériale ottomane » (Wasiucionek 2017‑2018, p. 74). Sur la présence des « grecs » dans d’autres régions de l’Europe Centrale et de Sud‑Est ; voir Do Paço 2011, Katsiardi-Hering 2016, Pakucs 2017‑2018.

16 Pakucs 2017.

17 Cotovanu 2017, p. 218.

18 Voir aussi les déclarations des marchands « grecs » de Transylvanie qui affirment que « vivre dans un pays chrétien est plus précieux que leurs vies et marchandises » (Pakucs 2017, p. 114).

19 Čortan (tc.) – est un surnom qui signifie carpe.

20 Sur ce sujet voir aussi un document émouvant qui enregistre les femmes et les enfants pris comme des esclaves entre 1789‑1790 à l’occasion de la guerre de 1787‑1792, notant aussi des informations sur leurs routes dans l’Empire ottoman, Par exemple : « Maria, la femme du Raduţoiu, qui est tombée en esclavage avec ses trois filles : Maria âgée de 11 ans, Magdalina de 9 ans et Nedelea de 6 ans. Elles se trouvent dans le pays des turcs sans connaître les lieux » ; « Florea, la femme de Grigore Voinescu, tombée en esclavage avec ses trois enfants, Maria âgée de 15 ans, Dobra âgée de 7 ans et Ana âgée de 6 ans. Elles ont été rachetées par le marchand Georgie, qui a payée 200 talers et sont revenues chez elle en 1790 », etc. (ANR, Braşov, Fond Actele Magistratului 1222/1792, 5 juin 1792). Il est important de mentionner la solidarité prouvée par les communautés (paroisses, voisinages ou guildes) impliquées dans le rachat de leurs membres tombés en esclavage. Voir d’autres exemples dans Vintilă-Ghiţulescu 2013, p. 71‑99.

21 Ianache est bogasier, c’est‑à‑dire un marchand de tissus utilisés surtout pour les dessus.

22 BAR, Fond Manuscrise, MS. 640, f. 216v‑217r, 17 octobre 1782.

23 Sur l’importance de la confession religieuse dans le façonnage d’une identité, voir Schmitt 2007.

24 Né en Géorgie, Iviria, autour de 1650, Antim Ivireanul fait son éducation près du patriarcat de Constantinople, où il arrive dans la cohorte des esclaves pris par les Ottomans. Quand il arrive en Valachie, vers 1689, il est déjà un moine très doué dans l’art typographique et les langues étrangères. Il développe une riche activité typographique qui aide son ascension sociale : abbé (1696‑1705), évêque (1705‑1708), métropolite (1708‑1715).

25 Ivireanu 2010, p. 333‑334.

26 Călători străini 1997, p. 66.

27 Pour le mariage d’un prêtre dans l’Église d’Orient voir (Pitsakis 1995).

28 L’article 183 du Règlement de la loi, avec ses neuf paragraphes, et l’article 232 du même code mentionnent les alliances entre un homme hérétique et une femme chrétienne ou un homme chrétien et une femme hérétique, assimilées à un adultère. Le remariage apparaît comme une nécessité ; le droit canon expliquant cette mesure par la possibilité qui doit être donnée à un chrétien de « s’unir à un autre chrétien » (Îndreptarea legii 1962, p. 179‑180).

29 Les Russes deviennent de plus en plus nombreux dans la deuxième moitié du xviiie siècle, du fait des multiples guerres qui se déroulent dans la région.

30 Ungureanu 2004, p. 20‑58.

31 Pitsakis 2004, p. 111.

32 Zelepos 2013.

33 La conversion à l’islam est un sujet très peu connu dans l’historiographie roumaine, même si les documents sont abondants et généreux. Parce que le mariage est parfois invoqué comme raison de la conversion à l’islam, je cite un exemple, parmi d’autres. Quand Nicolae, habitant dans le faubourg Golescu, Bucarest, devient Ismail, les voisins et les voisines le questionnent sur son choix, sa réponse est toujours : « si j’avais une bonne femme je n’aurais pas renoncé à ma foi ». Nicolae s’est marié avec Stana en 1759 et ils ont un garçon l’année suivante. Après deux années de mariage, en 1761, il quitte sa femme et son faubourg pour partir à Constantinople où a lieu la conversion. Le retour « comme turc, éloigné de sa foi chrétienne » produit de la rumeur au sein des voisins qui avertissent l’épouse et ensuite le métropolite (BAR, Fond Manuscrise, MS. 634, f. 39, 2 septembre 1767). Sur la conversion à l’islam dans l’Europe de Sud‑Est voir aussi (Gradeva 1995).

34 Par exemple, Sireanţa la Juive, de 20 ans, quitte la maison parentale (avec habits et bijoux), protestant ainsi contre le mariage arrangé par sa mère Ruşa (Rachel), travailleuse de soie, et son père, Isac couturier, des juifs habitant dans la ville Ploieşti, le département Saac, Valachie. Elle trouve abri et soutien de la part de son voisin le boyard Gheorghe Boldescu qui la cache dans sa maison de village Boldeşti, le département Saac. La conversion de Sireanţa n’est qu’une question du temps parce qu’elle vit dans une communauté majoritairement orthodoxe qui exerce toutes sortes de pressions au niveau de l’intégration. Après avoir lu les pétitions de la mère et écouté Sireanţa, l’Église recommande « d’illuminer la jeune juive par le saint baptême » et que la fille puisse garder les choses volées de la maison parentale comme « dot » (BAR, Fond Manuscrise 3935, ff. 204v‑205v, 27 octobre 1820).

35 Ungureanu 2004, p. 21‑58.

36 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 183, 26 janvier 1803.

37 BAR, Fond Documente Istorice, CCCCXX/47, 12 mai 1780.

38 Stănescu 1906, p. 435‑444.

39 Voir sur le sujet Laiou 2007, Başak 2017. Sur d’autres régions voir Lebeau et Chauvard 2004.

40 Sur la bigamie voir Vintilă-Ghiţulescu 2014.

41 Ivireanul 2010, p. 338, 341.

42 Le 24 juillet 1761, trois marchands grecs (Iane Costea, Cuţari et Stoian) témoignent devant le métropolite Grigorie de Valachie sur l’état civil d’un autre marchand, Costandin le Grec, fils d’un Ianache Botca d’Arvanitohori. Costandin est marié avec Safta, fille de Lamba, à Bucarest. Toutefois, il quitte la Valachie pour revenir à Arvanitohori où, en présence de ces trois marchands mentionnés, il se remarie avec la fille d’un Costea Pandora, sans rien dire sur son mariage de Bucarest (BAR, Fond Manuscrise, MS. 634, f. 41v).

43 Sur les phanariotes voir Philliou 2011.

44 Il faut mentionner que l’ordonnance est signée par tous les membres du conseil princier (divan). Le métropolite de la Valachie renforce le document avec sa signature et le fait envoyer à tous les évêques pour le faire connaître aux prêtres (Urechia 1891, II, p. 148).

45 Pour ces dissensions entre le groupe de « boyards autochtones » et le groupe de « boyards grecs » (sous cette dénomination se trouvent inclus tous les étrangers) voir Brătianu 1995, p. 185‑193. Pour l’organisation de la noblesse roumaine et les réformes sociales, voir Papacostea 1974, p. 365‑367 ; Djuvara 1987, p. 1‑55 ; Cernovodeanu 1994, p. 77‑86 ; Gorovei 1994, p. 87‑93.

46 Koselleck 1990, p. 110.

47 Urechia 1891, vol. II, p. 147‑148.

48 Corfus 1946, p. 132‑139.

49 Cette formule ouvre parfois la plainte adressée au prince. Voir BAR, Fond Manuscrise, MS. 641, f. 49v‑451v, 30 février 1794 qui contient le cas de Nicolae, chef des gardes princières (tc. deli basi), « homme étranger », vivant en concubinage avec Rada, la fille de Stoian, serrurier, du faubourg Şerban-vodă à Bucarest, pendant quatre années (1786‑1790), mais avec une épouse et des enfants à Constantinople. Quand le prince Nicolae Mavrogheni (1786‑1790) est déposé, Nicolae quitte Bucarest pour rejoindre, avec sa famille, Constantinople. Toutefois, il revient en 1794 et reprend sa relation avec Rada. À ce moment, le père demande la légalisation de la relation, mais devant le tribunal ecclésiastique, « l’homme étranger » confesse qu’il est déjà marié et réclame la grâce princière « pour avoir vécu si longtemps dans le péché ».

50 Voici un exemple parmi d’autres : Constantin charpentier (un autre « Grec ») vient du « Pays des Turcs » pour se marier en 1794 avec Rada, à Bucarest, faubourg Broşteni. Trois semaines après les noces, il disparait sans jamais revenir (BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 22v‑23r, 6 septembre 1801).

51 Pour des détails sur la procédure voir, Vintilă-Ghiţulescu 2013.

52 ANIC, Fond Département Spătărie 1267/1827, 3 Mai 1827.

53 Selon le contrat de mariage, Hanna, fille de Shulin, et Joseph, fils de Hersh, du village de Stoniveşti, dans le département Neamţ, se sont mariés en janvier 1830. À ce moment, Hanna apporte une dot de 2964 florins d’argent. Le contrat est rédigé dans la langue juive, traduit en roumain, approuvé et signé par le Département des Affaires des Étrangers. Quatre années plus tard, Hanna demande la séparation, le 26 novembre 1834. ANIC, Fond Achiziţii Noi, MMLXIX/1, p. 2, 3.

54 Sur la prostitution d’occasion, parfois proche de l’adultère, voir aussi Sariyannis 2008.

55 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, ff. 288r‑v, 292r‑v.

56 Sur le divorce dans les pays roumains voir Vintilă-Ghiţulescu 2009. 

57 Voir aussi les cas présentés par Zarinebaf 2010 ; Laiou 2007, p. 244.

58 Selon Eleftheria Papagianni, les fidèles de l’Église grecque – il s’agit de tous les chrétiens orthodoxes qui habitent et vivent dans l’Empire ottoman – « n’avaient apparemment aucun scrupule à recourir aux tribunaux ottomans, au cadi, et pour obtenir un divorce même à se convertir à l’Islam » (Papagianni 2001, p. 244).

59 Laiou 2007, p. 246.

60 Le registre tenu par le Grand Divan (Marele Divan), pour les années 1791‑1804, garde une plainte exigeant la séparation formulée par Chiriiachi (ANIC, Fond Manuscrise, MS. 1751, f. 326).

61 BAR, Fond Manuscrise, MS. 646, f. 292r‑v.

62 ANIC, Fond Manuscrise, MS. 143, ff. 134v‑135v, 1 April 1793.

63 Îndreptarea legii 1962, p. 221‑224.

64 Vintilă-Ghiţulescu 2011.

65 « Je suis retournée dans ma patrie, ici dans le pays, après quelque temps passé à Braşov (Kronstadt) à cause de la guerre », écrit Maria Bălăceanu, le 10 April 1797 (BAR, Fond Manuscrise, MS 611, ff. 17v‑21r).

66 BAR, Fond Manuscrise, MS. 644, f. 179.

67 BAR, Fond Manuscrise, MS. 3935, ff. 256r‑259r.

68 Sturdza 1999.

69 Le 11 novembre 1838, Le Département ecclésiastique (Logofeţia Pricinilor Bisericeşti) adresse au prince Alexandre Ghica un projet pour réglementer les mariages faits avec « les étrangers ». Le document souligne les suspicions de bigamie qui planent sur les « étrangers » venus d’ailleurs (ANIC, Fond Logofeţia Pricinilor Bisericeşti, 294/1838).

70 Cotovanu 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constanţa Vintilă‑Ghițulescu, « Marié à un « étranger », marié à l’étranger », Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/296

Haut de page

Auteur

Constanţa Vintilă‑Ghițulescu

New Europe College, Institut d’Études Avancées, Institut d’Histoire « Nicolae Iorga » (Bucarest)

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals