Navigation – Plan du site
Le mariage dans le pourtour méditerranéen de l’Europe : du modèle à la comparaison

Couples unis et couples séparés

Le mariage dans le diocèse de Démétrias (Volos) à la fin du xixsiècle
United and separated couples: marriage in the diocese of Demetrias (Volos) at the end of the 19th century
Dina Moustani

Résumés

À travers une analyse des données compilées du diocèse de Démétrias en Thessalie au tournant du xixe siècle, cet article explore les structures démographiques et socio-économiques des habitants de la région afin d’éclairer leurs attitudes démographiques à l’égard du mariage et du divorce. L’analyse de la nuptialité du diocèse montre que les femmes entraient tôt dans la vie conjugale, en particulier dans les zones rurales où la grande propriété était répandue. Au contraire, les hommes se mariaient à un âge tardif, principalement dans la partie orientale du diocèse, dans la ville de Volos et dans les villages de montagne du Pelion. Le modèle de nuptialité du diocèse, malgré ses différenciations internes, pourrait se situer à un stade intermédiaire entre les deux modèles de nuptialité de John Hajnal, se rapprochant pour partie du modèle méditerranéen défini par Peter Laslett. L’article examine également l’importance du respect scrupuleux des règles du Saint-Synode de l’Église de Grèce par l’archevêque en ce qui concernait le mariage, mais également son rôle de médiateur lorsque des couples voulaient la dissolution de leur mariage. La rareté des divorces dans le diocèse de Démétrias montre la rigidité d’une société conservatrice, qui préférait laisser à la mort, et non au juge, le soin de mettre fin à la vie conjugale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie l’archevêque Demetrias Ignatios de m’avoir donné la permission de travailler sur les archives du diocèse de Démétrias.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agit d’un registre de citoyenneté, qui recense tous les démotes (citoyens) de la ville de Volo (...)
  • 2 Ces études se concentrent essentiellement sur le fonctionnement de leurs tribunaux ecclésiastiques (...)

1Précieuses pour la démographie historique, les archives « religieuses » concernant les mariages du diocèse de Démétrias en Thessalie (livres de mariages et livres de demandes de divorce) et celles du Registre de la Municipalité de Pagasson (Dimotologio) pour l’année 18851, nous permettent d’examiner la composition et la dissolution des familles dans les limites territoriales du diocèse, de la fin du xixe siècle jusqu’à la première décennie du xxe siècle. Plus précisément, nous tenterons de montrer comment le mariage, à Démétrias, a été encadré et institutionnalisé par le diocèse, qui suivait les règles et les limites imposées par l’Église (orthodoxe) de Grèce, en particulier pour ce qui concerne les restrictions à la célébration de l’union et à sa dissolution. Qui étaient les habitants du diocèse et les nouveaux mariés résidents de Volos, la ville portuaire de ce diocèse ? Quels métiers exerçaient-ils, à quel âge se mariaient-ils et à quels moments de l’année ? Était-il facile pour un couple de divorcer en Grèce vers la fin du xixe siècle et comment l’archevêque faisait-il face à ce qui était alors considéré comme une forme de déviance ? Quelles y étaient les principales raisons du divorce et leur fréquence ? La reconstitution des familles d’une paroisse de Volos au cours de la deuxième décennie du xxe siècle vient renforcer l’hypothèse selon laquelle les divorces auraient été assez rares. Cette étude permet aussi de montrer que c’est le veuvage et non le divorce qui mettent fin à la plupart des mariages, comme le montrent d’ailleurs les rares travaux consacrés aux diocèses de la Grèce2.

Le diocèse de Démétrias dans la seconde moitié du xixe siècle

2Au xixe siècle, le diocèse de Démétrias correspondait territorialement à la province du même nom. Cette dernière comprenait quatre grandes parties :

  • Volos et les villages du Pélion ;
  • Ayia et les villages situés au pied du Kissavos ;
  • Les villages de la plaine de Thessalie qui dépendaient administrativement de Larissa ;
  • Velestino et les villages voisins3.
  • 4 Scholarios 1877, p. 204-235.

3Dans les années 1860, le diocèse comptait 92 villages et 12 550 familles pour une population de 62 750 habitants. On y enregistrait aussi 445 familles ottomanes, regroupant un total de 2 225 personnes4.

  • 5 Sauf le Dème d’Evrimenon dans la province d’Ayia, et plus précisément les villages de Tsageji et de (...)
  • 6 Soit les Dèmes de Sikourio, Okhistou et Armeniou.
  • 7 Trikeri aura sa propre Exarchie dépendant directement du Patriarcat au xixe siècle. En 1863, le Syn (...)
  • 8 L’annexion temporaire des Sporades dans le diocèse de Démétrias révèle les rivalités entre les évêq (...)

4Après l’annexion de la Thessalie par la Grèce en 1881, le diocèse de Démétrias, qui était centré sur les provinces de Volos et d’Ayia5, s’agrandit en intégrant la province d’Almiros, une partie de la province de Larissa6 et la région de Trikeri7. Le recensement de la population effectué juste après l’annexion, précieux pour notre connaissance statistique du diocèse, montre un changement significatif dans la composition de la population de la région, avec le départ de sa population ottomane. Pour autant, l’exode des habitants musulmans fut assez négligeable comparé à l’augmentation de la population diocésaine consécutive à l’annexion des régions limitrophes d’Almiros et des îles Sporades8. Surtout, l’attrait croissant de Volos, grand centre urbain et industriel disposant d’un port commercial d’importance depuis la première moitié du xixe siècle, a très largement contribué à l’expansion et au renouvellement de la population. Ainsi, fin xixe siècle, les frontières du diocèse de Démétrias comprenaient les régions les plus peuplées de Thessalie.

  • 9 Sur le « retard » des actes d’état civil en Grèce, voir Valaoras 1988, p. 429-445 et Bafounis 2006.

5Les archives diocésaines, surtout à partir de 1884, sont les seules sources permettant d’étudier la nuptialité dans la région à cette époque : les actes de mariage, en effet, n’existaient pas encore (Volos dispose des actes de décès depuis 1889, ainsi que des actes de mariage depuis 19209), tandis que les contrats de mariage (proikosymfona) n’étaient que très rarement stipulés au cours de la période prise ici en considération.

Figure 1 ‒ Les limites du diocèse de Démétrias après l’annexion de la Thessalie, 1881.

Figure 1 ‒ Les limites du diocèse de Démétrias après l’annexion de la Thessalie, 1881.

Fonds de carte Sivignon 1977, p. 380.

6Il faut préciser que les livres de mariages du diocèse contiennent des licences de mariage. Ces dernières, même si elles étaient immédiatement suivies de la célébration, ne constituaient pas des actes de mariage au sens propre du terme. En effet, la licence de mariage (adeia gamou) n’était rien d’autre que l’ordre de l’archevêque enjoignant au prêtre d’une paroisse précise de procéder au mariage du couple.

Le mariage dans le diocèse de Démétrias, 1884-1910

Cadre institutionnel et réglementaire

  • 10 Il est significatif que le Saint-Synode ait publié une circulaire depuis 1834, dans laquelle il sou (...)
  • 11 Pidalion, p. 53, 110, 153, 224, 376, 446-455 ; Rallis 1852-1853 et 1854, p. 210-212, 275-277, vol.  (...)
  • 12 Pour les personnes nées en dehors du diocèse, le prêtre demandait des certificats à la municipalité (...)
  • 13 En 1884-1910, nous n’avons trouvé dans les archives que deux cas où le mariage n’a pas été célébré (...)
  • 14 En octobre 1868, le prêtre Theophanis procéda au mariage d’un couple à Makrinitsa (village du Pélio (...)
  • 15 Savorianakis 2000, p. 40-45.

7La responsabilité de la cérémonie du mariage incombait à chaque diocèse, qui en fixait le cadre et les restrictions, d’après les règlements Synodaux et Apostoliques10. En d’autres termes, l’Église seule décidait quand on pouvait se marier (l’âge et la saison), avec qui cela était possible (degrés de parenté, affinité) et, surtout, si le fait même de se marier était autorisé (problèmes de santé, incapacité physique et mentale, permission ou non pour un troisième mariage)11. Le premier soin de l’archevêque du diocèse de Démétrias était de faire appliquer ces règles et de vérifier l’identité des futurs conjoints avant de leur donner l’autorisation de convoler. Ceux-ci devaient être chrétiens, non mariés, sans lien de sang ni d’affinité (jusqu’au 7e degré) et sans questions « en suspens » (comme un mariage précédent toujours en vigueur ou certains obstacles juridiques, tels des condamnations). Les prêtres étaient chargés de la tâche délicate de la confirmation des informations (date et lieu de naissance) lorsque les futurs époux étaient originaires du même village ou d’un village voisin12. L’annulation d’un mariage était rare – nous en trouvons toutefois quelques traces dans les archives du diocèse13 – et pouvait conduire à la destitution du prêtre, ce qui était pour lui la punition suprême14. Dans l’île de Kos, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, les cas « d’inceste » étaient très strictement punis, par l’excommunication du couple15.

8Le maire ou le juge de paix délivraient des certificats d’identité aux personnes qui n’étaient pas connues dans la société locale, pour l’essentiel des migrants, des réfugiés, des ouvriers temporaires ou saisonniers. Ceux-ci étaient assistés par deux témoins qui devaient signer et donner des garanties concernant le célibat des futurs mariés, qu’ils connaissaient souvent pour exercer la même profession. Dans le diocèse de Démétrias, dans chaque grand village, on désignait des représentants épiscopaux, responsables de la collecte de tous les documents nécessaires aux futurs mariés ; ils signaient eux aussi des licences de mariage et veillaient à valider eux-mêmes les livres de mariage complétés par les curés locaux.

  • 16 Archives du diocèse de Démétrias, Livres de mariages, années 1884-1910.

9Nous nous concentrerons sur quelques villages situés dans les quatre parties du diocèse, et en particulier sur la question de la nuptialité, afin de mettre en valeur quelques-unes de ses caractéristiques au sein d’une population fortement hétérogène, essentiellement rurale mais aussi urbaine (Volos), avec des villages de montagne, de plaine ou encore côtiers. Pour ce faire, et en nous fondant sur les critères de la représentativité et de la qualité de nos sources, nous avons choisi de nous intéresser aux villages du Pélion : Drakia (années 1889-1905), le Dème d’Orminiou, Portaria et Katihori (1892-1908), Miliès (1891-1896), Trikeri (1884-1895), Zagora (1889-1890), la province d’Almiros (1899-1895) et plus particulièrement la région de Sourpi (1893-1910), la province d’Ayia (1894-1895) et les villages de la Municipalité de Feron (1899-1910). Comme on le remarque, les livres de mariages couvrent la période 1884-1910, mais avec des lacunes16.

Les grands traits de la nuptialité

  • 17 Sereléa 1978, p. 44.

10L’image de la nuptialité en Grèce, à la charnière du xxe siècle, est assez claire : elle était très élevée et précoce, avec un taux particulièrement bas de célibataires, côté masculin comme côté féminin. Lors du recensement de 1879 (qui ne comprenait pas la Thessalie), 86,3 % des femmes de 31 à 35 ans étaient mariées, 7,6 % étaient veuves et 6,01 % célibataires, taux qui tombait à 2,6 % parmi celles âgées de 51 à 55 ans17.

11Bien que le recensement de 1881 ne fournisse pas la distribution par état matrimonial, les taux bruts de nuptialité dans les villages du diocèse, même s’ils sont généraux, donnent une première image de la nuptialité en Thessalie à l’époque. Durant les années 1889, 1896 et 1907, où des recensements eurent lieu, on enregistra 5 à 6 mariages par an pour 1.000 habitants à Portaria et Katihori, villages montagneux très proches de Volos. Quant à Drakia, au fur et à mesure des recensements, son taux brut tomba de 8 à 4 mariages pour 1.000 habitants. En revanche, les villages excentrés et isolés comme Trikeri (qui conservait un caractère insulaire/maritime) et Sourpi, situés sur le littoral du Golfe Pagasétique, enregistrèrent 10 à 14 mariages par an pour 1.000 habitants (tableau 1). Les différences de taux brut de nuptialité dans les villages mentionnés sont probablement à mettre en rapport avec la structure de la population et notamment l’âge et le nombre des personnes en capacité de se marier.

12L’enregistrement annuel des mariages par région en chiffres absolus (graphique 1) révèle deux caractéristiques intéressantes : une légère chute du nombre des mariages aux années bissextiles (1884, 1892, 1896, 1904, 1908) ; et la nette rupture que représente la Guerre gréco-turque de 1897-1898, tant pour l’enregistrement que pour la célébration des mariages.

Tableau 1 – Population et taux brut de nuptialité à Drakia, Trikeri, Sourpi, Portaria, Katihori, 1889-1907.

Recensement

Drakia

Pélion

Trikeri

Pélion

Sourpi

Almiros

Dème Orminiou

Portaria et Katihori

TBN

Population

TBN

Population

TBN

Population

TBN

Population

1889

8.52

2.463

6.58

1.519

-

-

-

-

1897

6.85

2.772

12.48

1.362

7.50

1.466

5.32

3.753

1907

4.21

2.611

14.49

1.449

10.42

1.726

5.24

3.240

  • 18 Kotzamanis 1997, p. 69. Selon P. Festy dans la période 1952-1986, l’évitement des mariages aux anné (...)

13Suivant la tradition, on évitait les mariages pendant les années « porteuses de guigne », davantage dans les villages du Pélion et dans ceux du Dème de Feron (région de Velestino) qu’à Trikeri ou Sourpi. Cependant, le déficit des années bissextiles à cette période est moins fort que celui constaté en Grèce, pour ces mêmes années, mais aussi au cours de l’Entre-deux-guerres et après 194518.

Graphique 1 ‒ Nombre de mariages par région (années bissextiles : 1884, 1892, 1896, 1904, 1908).

Graphique 1 ‒ Nombre de mariages par région (années bissextiles : 1884, 1892, 1896, 1904, 1908).
  • 19 Il convient ici de rappeler que nous avons calculé l’âge moyen au premier mariage à partir des mari (...)

14Le calendrier de la nuptialité dans notre diocèse, c’est-à-dire l’âge au mariage des couples, variait en fonction du lieu d’origine, de l’occupation professionnelle de l’époux, du niveau d’instruction du couple et des conditions politiques ou socioéconomiques de la période. L’examen détaillé de l’âge moyen au premier mariage des couples19, révèle un âge d’entrée des hommes particulièrement avancé dans la vie conjugale. Plus précisément, l’âge moyen au mariage pour les hommes de Drakia, Portaria et Katihori dans les années 1889-1910 est de 32-34,4 ans. Les époux des régions de Trikeri et Zagora, ainsi que de Miliès présentent un âge moyen au mariage inférieur, situé entre 27,2 et 29,8 ans. Cette différence est due essentiellement au fait que nos données s’arrêtent en 1895 et ne prennent par conséquent pas en compte les effets de la Guerre de 1897. Les maris les plus jeunes (âge moyen au premier mariage : 26 ans) comme les épouses les plus jeunes (18 ans d’âge moyen au premier mariage) proviennent des populations rurales de la province d’Ayia mais, hélas, dans ce cas nos données ne couvrent qu’une année.

  • 20 Sereléa 1978, p. 42-50.
  • 21 Après son annexion à l’État grec en 1881, la Thessalie semble avoir eu 198 des villages d’agriculte (...)
  • 22 Les çiftlik ont été distingués en fonction du système foncier et du degré de participation du propr (...)
  • 23 Prontzas 1988, p. 534-551.
  • 24 Del Panta 1999, p. 520-521.
  • 25 Par exemple, dans la communauté des métayers de Casalguidi, une paroisse toscane, l’âge au mariage (...)

15L’âge moyen au mariage des femmes dans certaines régions du diocèse (tableau 2), qui varie entre 20,55-22,57 ans dans la période 1884-1910, est nettement inférieur et plus précoce que l’image générale de la nuptialité que G. Sereléa nous a donné pour la Grèce pour les années 1865-1885 : l’âge moyen au mariage s’élevait alors à 23,75 ans20. Dans les villages de la Thessalie du sud-est, région des çiftlik (tsiflikia)21 c’est-à-dire de très grands domaines agricoles, comme ceux de la région d’Almyros et de Sourpi, l’âge moyen au mariage des femmes était assez bas (21,03-21,32 ans). Dans ce système économique22, nombreux étaient les métayers et les journaliers employés dans la culture des céréales et du tabac ou dans la production de vin, qui ne possédaient pas de biens fonciers23. Cette relation inversée entre propriété et précocité du mariage des femmes, phénomène démographique typique de la péninsule italienne aux xviiie et xixe siècles24, était liée au besoin accru de main d’œuvre de la population agricole25.

Tableau 2 – Âge moyen au premier mariage dans le diocèse de Démétrias, 1884-1910.

Villages/Dèmes/ Provinces Période Hommes Femmes Écart
Drakia (Pélion) 1889-1910 34,40 21,84 12,56
Dème d’Orminiou (Portaria et Katihori) 1893-1907 32,23 22,57 9,66
Trikeri (Pélion) 1884-1895 29,86

21,27

8,59

Milies (Pélion)

1892-1895

28,82

21,04

7,78

Sourpi (Almiros)

1894-1910

27,16

21,32

5,84

Province d’Almiros

1899-1900

27,20

21,03

6,17

Zagora (Pélion)

1889-1901

27,24

20,55

6,69

Dème Dotiou (Ayiaet ses villages)

1894 (nov.) -1895

25,93

18,4

7,5

Paroisse Saint Constantin (Volos)

1913-1922

32,1

24,3

7, 8

  • 26 Selon l’anthropologue M. Petronoti, les Karagounides, strictement hiérarchisés, étaient constitués (...)

16Parallèlement, en Thessalie de l’ouest, où l’on repère le plus grand nombre des çiftlik, le travail des femmes était essentiel dans la production agricole et cela pouvait retarder leur mariage après l’âge de 22 ans, en particulier au sein de la population rurale indigène des Karagounides26.

  • 27 Dimotologion du Dème Pagasson (Volos) renouvelé en 1896, Centre d’histoire et de documentation de V (...)
  • 28 Moustani 2014, p. 169.
  • 29 Ils représentent 37 % du total des professions commerciales dans la province d’Ayia, et 51,9 % dan (...)
  • 30 Sur les ménages multiples et élargis des Valaques, voir les études suivantes : Campbell 1964 ; Caft (...)
  • 31 L’archevêque Dorotheos Scholarios qualifiait les habitants de Drakia de « propriétaires et marchand (...)
  • 32 Scholarios 1877, p. 216-218.
  • 33 Handman 1994, p. 243. Sur l’importance de la dot dans la société grecque, voir entre autres : Frang (...)
  • 34 Pour les structures sociales du village de Trikeri, voir Beopoulou 1981, p. 191-199.
  • 35 Cette coutume semble provoquer des « scandales » entre les deux parties, qui impliquent aussi la do (...)
  • 36 L’âge moyen au premier mariage des femmes à Trikeri pour la période 1884-1888 était de 21,43 ans et (...)

17Les villages du Pélion, surtout ceux qui jouxtaient Volos (Portaria, Ano Volos ou Makrinitsa), mais aussi Drakia, représentaient le principal bassin de recrutement des nouveaux habitants de la ville de Volos à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Le Dimotologio de Volos en 188527 montre que 41 % des nouveaux citoyens enregistrés comme habitant dans la ville cette année-là étaient originaires du Pélion occidental28. Nos deux sources démontrent le lien étroit existant entre la profession et la précocité à fonder une famille. La probabilité de conclure un mariage à un jeune âge était plus forte pour un agriculteur, et encore plus pour un éleveur d’Ayia, d’Almiros et de Velestino, villages composés de populations valaques enregistrant les taux les plus élevés d’agriculteurs et d’éleveurs au recensement de 188129, car le jeune couple s’intégrait dans le ménage élargi ou multiple du père30, sans attendre nécessairement l’« indépendance » de son propre ménage après la transmission de la terre paternelle. En revanche, les commerçants et les propriétaires de Drakia31, les commerçants, les ouvriers et les manufacturiers de Volos (la bourgeoisie ascendante) ainsi que les marins, pécheurs, commerçants et propriétaires de Trikeri et de Zagora32 se montraient plus enclins à reporter leur mariage jusqu’à ce qu’ils acquissent les moyens (maison, champs, argent, dot, trousseau, etc.) de fonder leur propre ménage et qu’ils se libérassent des engagements moraux imposés par les mœurs sévères et le système d’héritage très rigide de ces sociétés, comme l’obligation de constituer une dot ou de marier d’abord les sœurs33. À Trikeri, où l’organisation locale du village depuis le xviiie siècle, exigeait l’absence des hommes et parallèlement conférait aux femmes un pouvoir gestionnaire34, ces « obligations » n’empêchèrent pas les jeunes couples de vivre ensemble en résidence uxorilocale, à partir de leurs fiançailles qui duraient habituellement de nombreuses années. Cette « liberté » des jeunes couples de cohabiter avant le mariage provoqua la réaction du Patriarche de Constantinople en 188835. Les recommandations du patriarche semblent avoir été directement acceptées par les prêtres qui marient, en particulier, les femmes plus jeunes dans les années 1888-1895.36

  • 37 Moustani 2016, p. 185-188.

18La différence d’âge, d’environ dix ans, entre les époux du diocèse, et en particulier chez ceux originaires de Pélion, était la plus ample que l’on rencontrait en Grèce37. Elle est confirmée par un autre élément présent dans le Dimotologio de Volos en 1885, à savoir le grand nombre de femmes veuves, qu’elles fussent seules, ou indiquées comme chefs de famille dans des ménages nucléaires ou élargis (17,5 %). Les épouses étaient rarement plus âgées ou du même âge que leurs époux, non seulement dans le Dimotologio (tableau 3), mais aussi dans les livres de mariages du diocèse.

  • 38 Dans la paroisse de Métamorphoses, l’âge moyen au mariage des hommes, pendant la même décennie, var (...)

19La différence d’âge des époux diminua au cours de la deuxième décennie du xxe siècle à Volos, comme le montre la reconstitution des familles de la paroisse de Saint Constantin – qui figurait parmi les cinq plus grandes paroisses de la ville – de 1913 à 1922. L’âge moyen au mariage des hommes restait élevé (32,1 ans) au temps des Guerres balkaniques, mais l’écart d’âge des époux se réduisit à 7,9 ans, du fait de l’augmentation de l’âge moyen des nouvelles épouses, soit 24,3 ans, ce qui représente un retard de 1,5 à 2 ans environ entre 1885 et 1922. Les âges au mariage dans les autres paroisses de la ville étaient comparables38.

Tableau 3 – Différence d’âge des couples mariés avec enfants, selon le Dimotologio de Volos, 1885.

Nombre de cas (%) f>h f = h h>f 1-5 ans h>f 6-10 ans h>f 11-15 ans h> f 16-20 ans h>f 21-25 ans h>f 26-30 ans
5 (1,47 %) 6 (1,76 %) 41 (12,05 %) 114 (33,52 %) 99 (29,11 %) 48 (14,11 %) 13 (3,82 % 3 (0,88 %)

f=femme, h=homme

  • 39 Kordatos 1960, p. 377.
  • 40 Sur la pratique du service domestique en Grèce, voir Hionidou 2005, p. 473-489.
  • 41 Handman 1981, p. 231-244.
  • 42 Nous ne connaissons pas le nombre exact des domestiques en 1907, car l’inventaire les inclut dans u (...)

20Comment expliquer cette hausse de l’âge moyen au premier mariage des femmes au tournant du xixe siècle ? Nous pourrions évoquer des raisons socio-économiques, notamment l’emploi payé ou non des femmes dans les régions rurales et urbaines. Les femmes dans la campagne thessalienne au xixe siècle faisaient partie de ménages qui avaient besoin de leurs mains. Elles travaillaient dans les champs, avant et après leur mariage, et s’occupaient des travaux domestiques (préparer la nourriture, cultiver les jardins, soigner les animaux domestiques, etc.)39. Travailler avant le mariage permettait en outre de réunir un petit pécule pour constituer une dot. Dans les zones urbaines, les femmes célibataires avaient plus de possibilités de travailler. À Volos, à la fin du xixe siècle, plusieurs industries, notamment dans le secteur textile, employaient des femmes, même si leur emploi « habituel » restait le service domestique40. Des centaines de jeunes filles, venant des villages les plus pauvres du Pélion et de la plaine thessalienne, officiaient comme domestiques dans les foyers urbains de Volos et de Larissa41. La plupart du temps, elles y vivaient pendant plusieurs années avant de se marier en ville ou de rentrer au village d’origine avec les économies peu à peu amassées. L’augmentation du nombre des domestiques entre les recensements de 1881 et 1907 dans les provinces de Volos et Almiros (Ayia présente une population stable) fut telle que leur effectif tripla presque42.

  • 43 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 135.
  • 44 Sur le bulletin individuel du recensement, le poste intitulé « instruction » était expliqué ainsi : (...)
  • 45 Par exemple, dans le village de Lehonia, le seul du Pélion à être habité par des musulmans, il n’y (...)
  • 46 La crise économique que Zagora traversa au milieu du xixe siècle, mettant ainsi fin à ses activités (...)
  • 47 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 135.

21L’âge moyen au mariage des couples du diocèse de Démétrias paraît être étroitement lié aussi au niveau d’instruction. Au recensement de 190743, dans lequel il était renseigné44, on remarque que dans les régions où le taux d’alphabétisation était important, l’âge moyen au mariage était plus élevé. Ainsi, Volos présentait la plus forte proportion d’hommes et de femmes « lettrés », 64 % et 40,34 % respectivement, un niveau assez proche de celui du Dème de Nilia, qui comprenait Drakia, et où l’on comptait 67,1 % d’hommes et 30,8 % de femmes dits « lettrés ». En revanche, dans les provinces d’Ayia et d’Almiros la part des « illétrés » était particulièrement élevée, bien qu’il y eût une école des jeunes filles à Ayia ; le Dème de Feron enregistrait des taux encore plus bas : 8,81 % seulement des femmes déclaraient savoir lire et écrire. Il est à noter que ces régions, qui présentaient des forts taux d’illettrisme, concentraient en leur sein, avant comme après l’annexion par la Grèce, des communautés musulmanes plus ou moins importantes, où les écoles des jeunes filles étaient absentes45. Il convient toutefois de noter que la commune de Zagora, dans la partie orientale du Pélion, formait un cas à part, car elle présentait un âge moyen au mariage des femmes assez jeune – ce qui était probablement lié au système de dotation des filles46 – alors que le pourcentage de femmes définies comme « lettrées » était de 22,45 % et que celui des hommes atteignait 49,92 %47.

  • 48 Hermoupolis présente des similitudes avec Volos en ce qui concerne la structure des ménages en 1879 (...)
  • 49 À Syros, au milieu du xixe siècle, l’âge moyen au premier mariage était respectivement de 27,16 ans (...)
  • 50 Dimitropoulou 2003, p. 87.
  • 51 Selon E. Bournova, « L’âge avancé au premier mariage était probablement la conséquence du temps plu (...)
  • 52 Gavalas 2004, p. 2-3 ; Gavalas 2001, p. 81 et 157.
  • 53 V. Hionidou rapporte que dans la première moitié du xixe siècle, le SMAM augmenta pour les hommes e (...)
  • 54 En 1863, à Leucade, l’âge moyen au mariage des hommes était de 31,6 ans en ville et de 26,1 ans à l (...)

22Quel était le calendrier du mariage dans le reste de la Grèce et en Europe ? L’âge moyen au mariage des femmes dans le diocèse de Démétrias dans les deux dernières décennies du xixe siècle (excepté la Municipalité d’Ayia) était le même que celui d’Hermoupolis, dans l’île de Syros,48 où nous remarquons une augmentation équivalente au cours de la seconde moitié du xixe siècle, mais qui ne permit pas de franchir le seuil des 23 ans49. La capitale, Athènes, présentait une différence d’âge de 9 ans entre les époux, chiffre tout à fait remarquable, au début du xxe siècle50. Par ailleurs, les Thessaliennes qui se mariaient à cette époque à Athènes le faisaient à un âge moyen d’environ 24 ans, soit supérieur d’un an à celui des épouses originaires d’Athènes et du Pirée51. La différence d’âge entre les époux vers la fin du xixe siècle apparaissait particulièrement réduite dans les îles des Cyclades, Mykonos et Paros, mais Mykonos présentait un âge moyen au mariage sensiblement inférieur à celui des femmes de Paros52. Dans les îles Ioniennes, la situation était assez différente, notamment à cause de l’âge tardif du mariage des femmes, tant à Cythère53 qu’à Leucade54 (tableau 4).

Tableau 4 – Âge moyen au premier mariage en Grèce dans la seconde moitié du xixe siècle.

Région Période Hommes Femmes Écart
Athènes 1896-1910 33 24 9
Syros 1845-1853 1859-1890 27,95 30,5 19,68 22,2 8,27 8,3
Mykonos 1889-1898 25,7-26,8 20,7-21,6 5,2
Paros 1894-1998 29,1 23,6 5,5
Cythère 1844 29,6 26,3 3,3
Leucade 1863 31,6 24,6 7
  • 55 Dans le schéma de J. Hajnal, la ligne imaginaire Saint-Pétersbourg-Trieste séparait deux modèles de (...)
  • 56 Laslett 1983, voir principalement p. 517-525.
  • 57 Alors que cet âge était de 18,4 ans en Serbie en 1890, de 19,8 ans en Bulgarie en 1892 et de 20,3 a (...)
  • 58 Henry 1965, p. 455.
  • 59 Burr Litchfield 1988, p. 85.
  • 60 Knodel 1988, p. 121-125.
  • 61 Van Poppel et Nelissen 1999, p. 66-69.
  • 62 Festy 1979, p. 227.
  • 63 Livi Bacci 1977, p. 102.

23L’écart d’âge remarquable entre époux au sein de notre diocèse distingue notre région des autres pays balkaniques, qui se situaient près de la frontière séparant les deux modèles de nuptialité de John Hajnal55, mais appartenaient clairement au modèle du sud-est. La nuptialité du diocèse de Démétrias, à cette période, la rapprochait en partie du modèle méditerranéen de Peter Laslett56. Pourtant, la présence importante de familles nucléaires et particulièrement l’âge moyen au mariage de la femme assez tardif (21,4-24 ans)57 étaient des facteurs de divergence par rapport au modèle de comparaison. Plus au nord, en France, l’âge moyen au premier mariage des hommes, de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’ à la Première Guerre mondiale, restait plutôt au-dessus de 28 ans, tandis que l’âge correspondant pour les femmes était de 24 ans58, et que dans certaines régions ou villes, comme Amiens ou Paris, la différence d’âge était à la baisse59. Dans les quatorze villages allemands étudiés par John Knodel, l’âge moyen au premier mariage pour les hommes pendant les années 1875-1899 était de 28,3 ans et pour les femmes, de 25,5 ans60. L’âge moyen au mariage des femmes était encore plus tardif aux Pays-Bas durant tout le xixe siècle, et ce dans toutes les classes sociales (26,08-26,76 ans). Les paysannes se mariaient à un âge plus élevé, 27,33 ans61. Plus au sud, en Espagne, l’âge moyen au premier mariage des femmes pendant les années 1887-1900 était de 24,6 ans62, tandis qu’en Italie, vers la fin du xixe siècle, il était de 24,94 ans63.

  • 64 N. Botev et M. Todorova ont tous deux « distingué » la Grèce du reste des pays des Balkans, en la p (...)
  • 65 En comparaison, J. Knodel a indiqué qu’au cours de la période 1850-1899, le taux pour les mariages (...)
  • 66 Les mariages répétitifs dans la paroisse représentent 10,7 % de tous les mariages. Voir Moustani 20 (...)
  • 67 Gavalas 2001, p. 171.

24Le modèle de nuptialité du diocèse (tableau 5), malgré ses différentiations internes (âges au mariage, professions, composition de la population), pourrait être situé à un niveau intermédiaire entre les deux modèles de J. Hajnal64. Cette hypothèse se trouve renforcée par le taux élevé de remariages des femmes veuves, plus prégnant dans les villages du diocèse qu’à Volos, ce qui n’était pas conforme avec le modèle méditerranéen. En effet, à Drakia, entre 1889 et 1910, les mariages impliquant une veuve correspondent à 6,8 % de tous les mariages, tandis que ceux impliquant un veuf représentent 10,5 de tous les mariages65. Les hommes se remariaient plus souvent avec des femmes qui convolaient pour la première fois, que l’inverse. Quant à la réalisation d’un troisième mariage, elle semblait être le privilège absolu des hommes et n’était en revanche pas une option pour les femmes du diocèse. À Volos, au cours des années 1913-1922, au sein de trois des paroisses de la ville (Saint Constantin, Métamorphoses et Saints Théodores), les seconds mariages des femmes furent plus nombreux et parvinrent à représenter 5,59 %, du total des mariages66, taux qui ne peut être considéré comme insignifiant pour une décennie, alors qu’à Paros dans les années 1894-1928, le même pourcentage était de l’ordre de 0,7 %67.

Tableau 5 – Caractéristiques de la nuptialité et type de ménages dans le diocèse de Démétrias*.

Critères

Tendances dans le diocèse

Modèle ouest/central

Modèle méditerranéen

Âge au mariage

élevé pour les maris

élevé

élevé

faible pour les femmes

élevé

faible

Différence d’âge entre les conjoints au 1er mariage

élevée

faible

élevée

Proportion de femmes plus âgées que les maris

faible

très élevée

faible

Proportion de remariages des veuves

assez élevée

très élevée

très faible

Proportion de femmes non mariées

faible

élevée

faible

Proportion d’hommes célibataires

assez élevée

élevée

faible

Proportion de ménages sans famille

faible (2,65 %)

élevée

faible

Proportion de ménages simples

très élevée (70,11 %)

élevée

faible

Proportion de ménages à famille élargie

assez faible (8,89 %)

élevée

faible

Proportion de ménages multiples

très faible (0,53 %)

faible

élevée

Proportion de frérèches

très faible (0,13 %)

faible

élevée

*Le classement des ménages a été effectué en utilisant les données du Dimotologio de Volos pour 1885.

  • 68 L’image générale de la population dans le Dimotologio est celle d’un ensemble jeune dans lequel il (...)
  • 69 Moustani 2014, p. 173-175.

25Les archives des mariages du diocèse révèlent une forte endogamie géographique, c’est-à-dire une préférence pour des conjoints originaires du même village. La « raréfaction » de ces derniers poussait à étendre la recherche de partenaires disponibles dans les villages voisins ; il se dessine ainsi un réseau d’échanges d’époux entre les villages proches au sein du diocèse, qui se renforçait et se renouvelait à l’occasion des foires du printemps (panégyries) et des « rencontres » des Valaques nomades avec les Sarakatsanes de la région de Velestino. Les hommes originaires du Pélion installés à Volos en 1885 se mariaient avec des femmes de leur village dans deux tiers des cas (67,3 %), une proportion qui diminuait fortement en fonction de la distance des villages. À l’inverse, l’endogamie ne semble pas avoir été particulièrement prisée par les futures épouses du Pélion, qui trouvaient souvent un époux parmi les ouvriers nouvellement installés à Volos68. Nous ne pouvons pas savoir combien d’entre eux s’étaient installés dans les villages de leurs épouses, mais les femmes du Pélion étaient enregistrées comme les épouses d’hommes venant de toutes les régions géographiques. Plus précisément, 31,4 % des Thessaliens étaient mariés avec des femmes du Pélion, de même que 21,5 % des Épirotes installés à Volos69.

  • 70 Il est significatif que les églises, dans les villages de la plaine de Thessalie et d’Ayia, fussent (...)
  • 71 Guillaume et Poussou 1970, p. 183.

26L’étude de la saisonnalité des mariages révèle la stricte observance du calendrier ecclésiastique, selon lequel la cérémonie du mariage était interdite pendant les périodes du jeûne du Carême (surtout en mars), de Noël, de la fête de l’Assomption de la Vierge (du 1er au 15 août), et des Saints-Apôtres (du dernier dimanche de la Pentecôte jusqu’à la fin du mois de juin). Ainsi, les mois privilégiés étaient avril70 (le moins préféré, en revanche, dans la France du xviiie siècle71) ainsi que novembre, juin, février et juillet ; les choix saisonniers différaient d’une région à l’autre, en fonction des variations du calendrier des travaux agricoles, des périodes d’absence des hommes (comme dans le cas des marins de Trikeri qui rentraient à Noël ainsi que les pêcheurs qui n’allaient pas en mer en janvier-février) et des foires locales qui offraient l’occasion de nouvelles rencontres, surtout pour les éleveurs transhumants valaques. Les foires, plus fréquentes pendant l’été, faisaient monter significativement le nombre des mariages (surtout en juillet), malgré l’intensité des travaux agricoles, qui duraient du mois d’août jusqu’au mois d’octobre.

Graphique 2 ‒ Saisonnalité des mariages dans les différentes régions du diocèse de Démétrias (1884-1910).

Graphique 2 ‒ Saisonnalité des mariages dans les différentes régions du diocèse de Démétrias (1884-1910).
  • 72 Dans la paroisse de Saint Constantin en 1913-1922, il semble que le baptême privé était la norme. P (...)

27La majorité des mariages, pendant la période de notre étude, avait lieu dans une maison, d’habitude celle de la future épouse, surtout dans les villages où l’uxorilocalité était pratiquée, comme à Trikeri, et plus rarement dans les églises. Cette pratique commença à changer, semble-t-il, à partir de la deuxième décennie du xxe siècle, lorsque l’Église essaya d’officialiser la cérémonie du mariage et du baptême, en redéfinissant son cadre réglementaire72.

La dissolution du mariage: une première approche

  • 73 Dans certaines régions de la Grèce, le divorce était complètement absent, comme par exemple dans le (...)
  • 74 Oi Ellinikoi Kodikes 1856.
  • 75 Article 682 et 643, Oi Ellinikoi Kodikes 1856, p. 387.
  • 76 Article 683-685, Oi Ellinikoi Kodikes 1856, p. 387-389.
  • 77 Archives du diocèse de Démétrias, Livres de Divorces, années 1907-1918.

28Par opposition au mariage, qui constituait un événement démographique central dans le diocèse de Démétrias, le divorce était une conclusion exceptionnelle et rarissime pour les couples, à l’image de ce qu’il en était d’ailleurs en Grèce la plupart du temps73. Avec la publication du décret de la Régence (Vice-royauté) en 1834 concernant le Code de Procédure civile74, furent définies pour la première fois les conditions judiciaires du divorce qui, avant la constitution de l’État grec, relevaient de la compétence exclusive des tribunaux ecclésiastiques. L’époux ou l’épouse souhaitant la séparation « du lit et de la table » devait adresser une demande écrite au Tribunal de Grande Instance, en expliquant précisément les faits sur lesquels s’appuyait sa demande75. Il s’ensuivait une rencontre privée avec le président du Tribunal de Grande Instance « visant à réconcilier » les époux. Quand cela s’avérait impossible, le même président travaillait sur le bien-fondé de la demande, puis passait à l’annonce et à la publication de son rapport ; il établissait les prestations financières à verser à l’épouse et, s’il y en avait, aux enfants. Il procédait ensuite à l’audition de témoins76. Une fois la procédure de divorce terminée, la dissolution en faveur de l’homme ou de la femme était décidée et cette décision était communiquée à l’évêque, de qui l’on attendait la dissolution spirituelle du mariage77.

  • 78 Loi 201 du Saint Synode de l’Église de Grèce, Journal Officiel, no. 28, 24 juin 1852.

29Cependant, le décret du 2/14 avril 1834 n’était pas assez précis pour que l’engagement de l’Église orthodoxe dans la procédure de divorce soit parfaitement cadré. Le Saint Synode de l’Église Orthodoxe de Grèce, avec la loi statutaire 201/1852, certifia son rôle constitutionnel et fixa les responsabilités de l’évêque en matière de divorce. Les époux qui voulaient divorcer devaient se tourner vers ce dernier et si après « avoir utilisé tous les moyens spirituels convenables » afin de concilier les deux parties, la situation n’avait pas été normalisée, il adressait une demande écrite au Tribunal de la région78.

  • 79 Le nombre de mariages n’est pas connu. Les données sur les autres pays sont issues du recensement d (...)
  • 80 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, ιθ.
  • 81 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 156-157.

30Des données statistiques concernant les divorces en Grèce sont bien disponibles depuis le recensement de 1907. D’après celles-ci, le nombre de divorcés en Grèce correspondrait à 0,81 ‰ du nombre des habitants, soit un taux particulièrement bas si on le compare à ceux de la Bulgarie (1,54 ‰), de la Serbie (1,76 ‰) et de la Roumanie (3 ‰)79. Les taux les plus élevés sont enregistrés dans les Départements d’Attique, de Magnésie et des Cyclades (entre 1,23 ‰ et 1,14 ‰, respectivement)80, soit les régions les plus industrialisées de la Grèce et qui disposaient d’un port (Athènes et le Pirée, Volos, Hermoupoli). Parmi les 2.135 personnes recensées comme « divorcées » dans le recensement de 1907, les femmes étaient supérieures à un taux de l’ordre de 55,3 %. Les tranches d’âge les plus fréquentes de divorcés en Grèce, sont celles des 35-40 ans (25,1 %) et entre 41-50 ans (21,5 %)81.

  • 82 Nous avons calculé le total de divorcés en Magnésie (130), à Ayia (2 en dehors du Dème d’Evrimenon) (...)
  • 83 Le département de Magnésie en 1907 comprenait les provinces de Volos, Almiros et Skopelos.
  • 84 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 138-139.
  • 85 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 152.
  • 86 Selon B. Kotzamanis, « Au cours de la période 1888-1919, 374,5 mille départs (dont 96 % sont dirigé (...)

31Dans le recensement de 1907, le nombre de divorcés du diocèse de Démétrias s’élevait à 135 hommes et femmes82. Dans le département de Magnésie, qui comprenait presque l’ensemble du diocèse83, les divorcés représentaient 1,26 ‰ des habitants (130 personnes), la proportion de femmes divorcées étant légèrement supérieure (11,30 ‰, soit 67 divorcées) à celle des hommes (1,23 ‰, soit 63 divorcés)84 en remarquant la meilleure concentration dans le Dème Pagasson (Volos), 56 femmes et 51 hommes85. Ce petit déséquilibre en faveur des femmes peut être en partie expliqué par l’émigration des hommes vers les États-Unis au tournant du siècle, bien que la participation de Thessalie à cet exode ait été réduite86.

  • 87 Seul un divorce par consentement mutuel (sur un total de 85 divorces) est signalé dans les années 1 (...)
  • 88 Savorianakis 2000, p. 51.
  • 89 Nikolaidou 1988, p. 218.
  • 90 « Chaque personne qui divorce sans raison acceptable et qui se remarie, doit être considérée comme (...)
  • 91 Pidalion, p. 34.

32De 1907 à 1920, seuls 98 divorces furent encore prononcés dans le diocèse, ce qui montre que cette option n’était pas un choix facile à faire pour les couples et que la procédure n’était guère rapide. L’archevêque essayait de réconcilier le couple – « ceux que Dieu a unis » – et de maintenir la famille rassemblée même dans des cas extrêmes, comme lorsque des actes de brutalité, pouvant aller jusqu’à la mise en danger du conjoint, survenaient, en particulier contre les épouses, avant que celles-ci ne se tournassent vers la justice. Toutes les demandes de divorce trouvées dans les archives ont un caractère original ; on n’y trouve pas d’indice de rupture par consentement mutuel (comme on en trouve à Lesbos en 190087, en revanche, on en trouve à Kosau xviiie siècle88 et dans le diocèse de Ioannina-Vellas pendant les années 1840-185589) et on a l’impression que les limites de l’endurance et de la tolérance tant de l’homme que de la femme étaient atteintes lors de l’enclenchement de la démarche. Plus précisément, dans deux-tiers des cas, la demande de divorce était déposée par l’époux, qui, le plus souvent, accusait son épouse d’adultère, d’abandon du foyer conjugal et de désobéissance. L’adultère était la seule raison de divorce que l’Église90 reconnaissait et justifiait, en interdisant à l’homme et à la femme qui avait commis ce péché de se remarier91.

  • 92 Selon G. Savage, les demandes et la procédure de divorce en Angleterre étaient liées à la situation (...)
  • 93 Par exemple, à Rouen, entre 1792 et 1816, 71 % des demandes de divorce émanaient de femmes : Philli (...)

33En revanche, nous n’avons trouvé aucune femme demandant la séparation pour des raisons d’adultère, tout au moins comme raison prépondérante. Les femmes avaient recours à un avocat quand les conseils de l’archevêque restaient sans effet et que leur vie était mise en danger. L’agression à visée féminicide était souvent l’aboutissement d’un comportement violent de longue durée, qui serait resté caché et toléré, s’il n’avait pas culminé dans un péril réel pour la conjointe. Cette « passivité » et ce manque d’initiative du côté des femmes concernant la dissolution de leur vie conjugale, contredisaient l’image générale qui dominait en Europe de l’ouest et du nord – à l’exception peut-être de l’Angleterre92 – de femmes pionnières dans les demandes de divorces unilatéraux comme dans les divorces par accord mutuel93.

34Même si le métier de deux époux n’était pas mentionné dans les demandes de divorce, on considère comme probable que les femmes, et particulièrement celles des régions agricoles du diocèse mentionnées dans ces archives, étaient des paysannes sans revenus financiers. Somme toute, le manque d’indépendance financière, les principes moraux et religieux d’une société où la domination de l’homme était incontestable, l’éloignement du centre urbain (celui de Volos) où l’on jugerait l’affaire et le manque de soutien familial vis-à-vis de la femme, étaient des raisons précises qui, selon toutes vraisemblances, dissuadaient l’épouse de demander le divorce.

  • 94 Moustani 2014, p. 264-313.

35Ceux qui demandaient le divorce l’emportaient généralement devant le Tribunal saisi de l’affaire, et leurs conjoints, les « perdants », devaient alors payer les frais de justice. On ne trouve pas de référence à la pension alimentaire concernant les épouses ou leurs enfants. Les 98 divorces conclus dans le diocèse en 1907-1920 montrent la rigidité d’une société conservatrice, qui préférait laisser à la mort, et non au juge, le soin de mettre fin au mariage. Il est à noter que dans le Dimotologio de Volos en 1885, nous avons trouvé un seul divorce pour un total de 753 ménages. La rareté des divorces est confirmée aussi par la reconstitution des familles de la paroisse de Saint Constantin que nous avons faite pour la période 1913-1922 (393 couples) : nous n’avons trouvé aucun divorce jusqu’à la fin de l’observation des familles, fin imposée par le veuvage94.

Conclusion

36Dans cet article, nous avons tenté d’examiner la formation et la dissolution des mariages dans les limites de l’archidiocèse de Démétrias dans le sud-est de la Thessalie de la fin du xixe siècle jusqu’à la première décennie du xxe siècle et de mettre en évidence le cadre institutionnel du mariage, mais aussi de sa dissolution, selon les décrets du Saint Synode. Nous nous sommes concentrés sur les comportements par rapport au mariage des habitants de différentes régions rurales, montagneuses, basses terres, côtières, concernant le centre urbain de Volos, qui était le siège du diocèse.

37Plus spécifiquement, il apparaît que le calendrier de la nuptialité dans le diocèse variait en fonction du lieu d’origine, de l’occupation professionnelle de l’époux, du niveau d’instruction du couple et des conditions socioéconomiques de l’époque. L’âge moyen au premier mariage des couples révèle un âge d’entrée des hommes particulièrement tardif dans la vie conjugale : 32-34,4 ans dans les villages du Pélion proches de Volos entre les années 1889-1910, mais un peu plus précoce(entre 27,2 et 29,8 ans) dans les villages les plus éloignés de Volos. Les couples les plus jeunes provenaient des populations rurales situées au sud-ouest du diocèse, soit des régions de grande propriété due au système des çiftlik (tsiflikia) et où les habitants travaillaient comme métayers et journaliers. La demande pressante de bras était telle qu’elle augmentait la probabilité de conclure un mariage à un jeune âge chez les agriculteurs, et encore plus chez les éleveurs d’Ayia, d’Almiros et de Velestino, villages à populations valaques, dès lorsque, par ce mariage, le jeune couple s’intégrait dans le ménage élargi et/ou multiple du père. L’âge moyen au mariage des couples du diocèse de Démétrias paraît aussi avoir été étroitement lié au niveau d’instruction; on remarque que les régions avec le plus grand nombre d’hommes et femmes recensés comme « lettrés » présentaient l’âge moyen au mariage le plus élevé.

38Le modèle de nuptialité du diocèse, malgré ses différentiations internes (âges au mariage, professions, composition de la population) pourrait être situé à un échelon intermédiaire entre les deux modèles de nuptialité de John Hajnal, mais se rapproche du modèle méditerranéen défini par Peter Laslett.

39Les archives des mariages du diocèse révèlent une forte endogamie géographique, une préférence pour des conjoints originaires du même village qui ne semble en revanche pas particulièrement prisée par les futures épouses du Pélion, qui trouvaient souvent un époux parmi les ouvriers, nouvellement installés à Volos. L’étude de la saisonnalité des mariages révèle la stricte observance du calendrier ecclésiastique, selon lequel la cérémonie du mariage était interdite pendant les périodes du jeûne du Carême, de Noël, de la fête de l’Assomption de la Vierge, et des Saints-Apôtres.

40Rares étaient les couples du diocèse de Démétrias dont la vie conjugale s’achevait sur un divorce. Dans le recensement de 1907, le nombre des divorcés du diocèse s’élevait à 135 hommes et femmes en tout et pour tout. Dans le département de Magnésie, qui comprenait presque l’ensemble du diocèse, les divorcés représentaient 1,26 ‰ des habitants. À partir de 1907 et jusqu’en 1920, il n’y eut que 98 divorces prononcés dans le diocèse, ce qui montre que cette procédure était un choix difficile à faire pour les couples et qu’elle n’était guère rapide. L’archevêque essayait de réconcilier les couples concernés et de maintenir les familles unies même dans les cas extrêmes, où la vie de l’épouse était menacée. Dans les deux-tiers des cas, la demande de divorce était déposée par le mari, qui accusait généralement son épouse d’adultère, d’abandon du foyer conjugal et de désobéissance. Les 98 divorces conclus dans le diocèse en 1907-1920 montrent la rigidité d’une société conservatrice, qui préférait laisser à la mort, et non au juge, la mission de mettre fin à la vie conjugale.

Haut de page

Bibliographie

Archives

Archives du Diocèse de Démétrias, Livres de Mariages, années 1884-1910.

Archives du Diocèse de Démétrias, Livres de Divorces, années 1907-1918.

Dimotologion du Dème Pagasson (Volos) renouvelé en 1896, Centre d’histoire et de documentation de Volos.

Journal Officiel

Décret ΒΧΔ, du 6 juillet 1899, Journal Officiel 136, 8/7/1899, et Décret ΓΥΠΔ, du 16 novembre 1909.

Décret du 2 avril 1835, Journal Officiel 12, 5/4/1835.

Loi 201 du Saint Synode de l’Église de Grèce, Journal Officiel 28, 24 juin 1852.

Ministère de l’Intérieur, Pinakes ton Eparhion Thessalias kai Epiroυ kata tin Apografin tou 1881 [Tableaux des Éparchies d’Épire et de Thessalie d’après le dénombrement de 1881], Athènes, 1884.

Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement général de la population effectué le 27 octobre 1907, Vol. Α΄, Athènes, 1909.

Oi Ellinikoi Kodikes meta ton Tropopiounton autous neoteron nomon ke V. Diatagmaton ois Prosetethisan to Politikon Syntagma tis Ellados t. 1 [Les codes grecs avec des amendements à ces nouvelles lois et décrets, auxquels ont été ajoutés la Constitution politique de la Grèce], Athènes, 1856.

Sources imprimées

Pidalion = Agapios, le moine – Nikodimos, moine du Mont Athos, Pidalion tis Noitis Nios, tis Mias Agias, Katholikis kai Apostolikis ton Orthodoxon Ekklisias [Gouvernail du navire conceptuel de l’Église des orthodoxes, Une, Sainte, Universelle et Apostolique], Leipzig, 1800.

Alexakis 1975 = Eleftherios Alexakis, « H Domi tis ellinikis oikogeneias sti Thraki » [La structure de la famille grecque en Thrace], Mnimon 5, 1975, p. 49-80.

Aroni-Tsichli 1992 = Kaiti Aroni-Tsichli, Agrotiko Zitima ke Agrotiko Kinima. Thessalia 1881-1923 [La question agraire et le mouvement agraire en Thessalie 1881-1923], Athènes, Papazisis, 1992.

Bafounis 1983-1984 = Giannis Bafounis, « Gamoi stin Ermoupoli (1845-1853). Dimographika fainomena mias monternas polis tou ellinikou 19ou aiona » [Mariages à Hermoupolis (1845-1853). Les phénomènes démographiques d’une ville moderne du xixe siècle grec], Mnimon 9, 1983-1984, p. 211-243.

Bafounis 2006 = Giannis Bafounis, H Elliniki Statistiki ton 19o aiona. Statistiki ke plani ine lekseis sinonimes… [Statistiques grecques au xixe siècle. Statistiques et erreurs sont des mots synonymes], Athènes, ΕΜΝΕ-Μnimon, 2006.

Beopoulou = 1981 Ioanna Beopoulou, « Trikeri : mobilité et rapports d’appartenance », The Greek Review of Social Research, 1981, p. 191-199.

Botev 1990 = Nikolai Botev, « Nuptiality in the course of the demographic transition: The experience of the Balkan countries », Population Studies 44, 1990, p. 107-126.

Bournova 2016 = Eugenia Bournova, Oi Katoikoi ton Athinon 1900-1960. H dimografia [Les habitants d’Athènes 1900-1960. La démographie], Athènes, Département d’économie, Université nationale et capodistrienne d'Athènes, 2016 https://doi.org/10.12681/econ.4.

Brégianni 2016 = Catherine Brégianni, « Réformes agraires et changement rural en Grèce (du xixe siècle à l’Entre-deux-guerres) », Neoellinika Historika 4, 2016), p. 245-284.

Litchfield 1988 = Robert Burr Litchfield, « Single people in the nineteenth-century century city: a comparative perspective on occupations and living situations », Continuity and Change 3, 1988, p. 83-100.

Campbell 1964 = John Campbell, Honor, Family, and Patronage. A study of Institutions and moral values in a Greek mountain community, New York, Clarendon Press, 1964.

Caftanzoglou 1997 = Roxane Caftanzoglou, « Shepherds, innkeepers and census-takers: the 1905 census in two villages in Epirus », Continuity and Change 12/3, 1997, p. 403-424.

Caftanzoglou et Naoumi 1985 = Roxane Caftanzoglou et Matina Naoumi, « Morfes oikogeneias sto Syrrako stis arxes tou aiona » [Formes de famille à Syrrako au début du siècle], The Greek Review of Social Research 58, 1985, p. 32-54.

H Istoriki Poria 2003 = H Istoriki Poria tou Agrotikou Zitimatos stin Karditsa (8-9 Iouniou 2002) [Le cours historique de la question agricole à Karditsa (8-9 Juin 2002)], Karditsa, 2003.

Del Panta 1999 = Lorenzo Del Panta, « L’Italie », dans Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier, Histoire de la population européenne, II, La Révolution démographique, 1750-1914, Paris, Fayard, 1999, p. 513-532.

Dimitropoulou 2003 = Myrto Dimitropoulou, « Athènes au xixe siècle : de la bourgade à la capitale », thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 2003.

Festy 1979 = Patrick Festy, La Fécondité des Pays Occidentaux de 1870 à 1970, Paris, INED, 1979 (Cahier de l’INED 85).

Festy 1983 = Patrick Festy, « Le mouvement quadriennal des mariages en Grèce », Population 2, 1983, p. 409-413.

Franghiadis 1998 = Alexis Franghiadis, « Dowry, capital accumulation and social reproduction in 19th century Greek agriculture », MEFRIM 110/1, 1998, p. 187-192.

Gavalas 2001 = Vasilis S. Gavalas, « Demographic Reconstruction of a Greek Island Community: Naoussa and Kostos, on Paros, 1894-1998 », thèse de doctorat, Université de Londres, LSE, 2001.

Gavalas 2004 = Vasilis S. Gavalas, « Family formation and dissolution in an Aegean island », Journal of Biosocial Science 37/3, 2005, p. 351-370.

Gédéon 1888 = Manuel Gédéon, Kanonikai diatakseis. Epistoles, lyseis, thespismata ton agiotaton Patriarxon Konstantinoupoleos apo Grigoriou tou Theologou mexri Dionysiou tou apo Adrianoupoleos [Ordonnances Canoniques. Lettres, Solutions, Décrets des Très Saints Patriarches de Constantinople depuis Grégoire le Théologien jusqu’à Dionysos d’Adrianople], Constantinople, 1888.

Giannopoulos 1972 = Ioannis Giannopoulos, « Ta tsiflikia tou Veli Pasa, yiou tou Ali Pasa » [Les çiftlik de Veli Pacha, le fils d’Ali Pacha], Mnimon 2, 1972, p. 135-158.

Guillaume et Pousson 1970 = Pierre Guillaume et Jean-Pierre Poussou, Démographie historique, Paris, Armand Colin, 1970.

Hajnal 1965 = John Hajnal, « European marriage patterns in perspective », dans David Victor Glass et David Edward Charles Eversley (éd.), Population in History. Essays in Historical Demography, I, General and Great Britain, New Brunswick, Aldine Transaction, 1965, p. 101-143.

Handman 1981 = Marie-Elizabeth Handman, « De la soumission à la dépendance. Le statut de la femme dans un village du Pélion », The Greek Review of Social Research numéro spécial, 1981, p. 231-244.

Handman 1990 = Marie-Elizabeth Handman, Via ke Poniria. Andres ke ginekes se ena elliniko xorio [Violence et ruse. Hommes et femmes dans un village grec], Athènes, Kastaniotis, 1990.

Handman 1994 = Marie-Elizabeth Handman, « Astikos kodikas kai ethimiko dikaio. H proika sto Pouri tis Thessalias » [Code civil et droit coutumier. La dot à Pouri, Thessalie], dans Colette Piault, Oikogeneia kai periousia stin Ellada kai tin Kypro [Familles et biens en Grèce et à Chypre], Athènes, 1994, p. 239-251.

Henry 1965 = Louis Henry, « The population of France in eighteenth century », dans David Victor Glass et David Edward Charles Eversley (éd.), Population in History. Essays in Historical Demography, II, Europe and the United States, New York, 1965.

Hionidou 1999 = Violetta Hionidou, « Nineteenth-century urban Greek households: the case of Hermoupolis, 1861-1879 », Continuity and Change 14/3, 1999, p. 403-427.

Hionidou 2005 = Violetta Hionidou, « Domestic service on three Greek islands in the later 19th and early 20th centuries », The History of the Family 10, 2005, p. 473-489.

Hionidou 2016 = Violetta Hionidou, « From modernity to tradition: households on Kythera in the Early Nineteenth Century », dans Silvia Sovič, Pat Thane, Pier Paolo Viazzo (éd.), The History of Families and Households. Comparative European Dimensions, Leiden/Boston, Brill, 2016, p. 47-68.

Knodel 1988 = John E. Knodel, Demographic Behavior in the Past. A study of fourteen German village populations in the eighteenth and nineteenth centuries, Cambridge, Cambridge UP, 1988.

Kolodny 1974 = Émile Kolodny, La Population des Iles de la Grèce : Essai de géographie insulaire en Méditerranée Orientale, vol. 2, Aix-en-Provence, 1974.

Kordatos 1960 = Yianis Kordatos, Istoria tis Eparxias Volou kai Ayias [Histoire de la province de Volos et Ayia], Athènes, 20os Aionas, 1960.

Kotzamanis 1997 = Byron Kotzamanis, « Gamiliotita kai dialysi ton eggamon sumbioseon stin Ellada. Mia proti dimografiki proseggisi » [Nuptialité et dissolution des mariages en Grèce : une première approche démographique], The Greek Review of Social Research 94, 1997, p. 61-152.

Kotzamanis et Androulaki 2009 = Βyron Kotzamanis et Eleftheria Androulaki, « Oi dimografikes exelixeis sti neoteri Ellada » [Les évolutions démographiques en Grèce moderne], dans Byron Kotzamanis (éd.), H dimographiki proklisi, gegonota kai diakubeumata [Le défi démographique, les événements et les enjeux], Volos, 2009, p. 87-120.

Laiou 2007 = Sophia Laiou, « Some Considerations Regarding Çiftlik Formation in the Western Thessaly, Sixteenth-Nineteenth Centuries », dans Elias Kolovos et al. (éd.), The Ottoman Empire, the Balkans, the Greek Lands: Toward a Social and Economic History, Istanbul, The Isis Press, 2007, p. 255-277.

Laslett 1983 = Peter Laslett, « Family and household as work group and kin group: areas of traditional Europe compared », dans Richard Wall, Jean Robin et Peter Laslett (éd.), Family Forms in Historic Europe, Cambridge, Cambridge UP, 1983, p. 517-525.

Livi Bacci 1977 = Massimo Livi Bacci, A History of Italian Fertility During the Last Two Centuries, Princeton, Princeton UP, 1977.

Lottin 1974 = Alain Lottin, « Les séparations d’époux aux xviie et xviiie siècles : le cas du diocèse de Cambrai », Revue du Nord 220, Janvier-mars 1974, p. 112-113.

Manfredini, Breschi et Fornasin 2016 = Matteo Manfredini, Marco Breschi et Alessio Fornasin, « La préférence pour les fils dans une société de métayers. Composition des fratries selon le sexe et fécondité dans une population italienne pré-transitionnelle », Population 71/4, 2016, p. 683-702.

Marre 2004 = Sébastien Marre, « Le dimotologion: une source originale en Grèce », Histoire & Mesure XIX-1/2, 2004, p. 133-150.

Moustani 2014 = Dina Moustani, « Oi Dimografikes Ekselikseis se ena viomixaniko kentro: Volos, 1881-1922 » [Les évolutions démographiques dans un centre industriel, Volos, 1881-1922], thèse de doctorat, Université de Thessalie, 2014.

Moustani 2016 = Dina Moustani, « Η sygkrotisi mias neas polis : o Volos to 1885 » [La création d’une ville nouvelle : Volos en 1885], Historica 64, 2016, p. 127-154.

Naoumi 2000 = Matina Naoumi, « Oikogeneia kai poli. H periptosi tis Ermoupolis » [Famille et ville. Le cas d’Hermoupolis], dans H poli stous Neoterous Xronous. Mesogeiakes kai valkanikes opseis (19os-20os ai.) [La ville aux temps modernes. Aspects méditerranéens et balkaniques (xixe-xxe siècles], Athènes, 2000, p. 499-505.

Nikolaidou 1988 = Eleftheria I. Nikolaidou, « Dialytiria mnistias ke diazygia sti Mitropolitiki Eparchia Ioanninon-Vellas (1840-1855) » [Dissolution des engagements et divorces dans la province métropolitaine d’Ioannina-Vellas (1840-1855)] dans Syndeipnon. En hommage à Dimitris Loukatos, Ioannina, PU, 1988, p. 199-235.

Petmezas 1998 = Socrates D. Petmezas, « Recherches sur le système de dévolution du patrimoine familial à Zagora, une commune proto-industrielle du mont Pélion oriental (ca 1750-1850) », MEFRIM 110/1, 1998, p. 243-253.

Petronoti 1984 = Marina Petronoti, « La composition de l’économie et des institutions matrimoniales de Karagounides dans l’ouest de la Thessalie », Anthropologika 6, 1984, p. 31-40.

Phillips 1976 = Roderick Phillips, « Demographic aspects of divorce in Rouen 1792-1816 », Annales de démographie historique, 1976, p. 429-441.

Prontzas 1988 = Vangelis Prontzas, « O vathmos ekxrimatismou ekklistiastikou tsiflikiou sti Thessalia tou isterou 19ou aiona » [La monétarisation d’un « tsifliki » ecclésiastique en Thessalie, à la fin du xixe siècle], dans Monde rural et Méditerranée franco-hellénique, Athènes, 1989, p. 534-551.

Prontzas 1992 = Vangelis Prontzas, Oikonomia ke geoktisia sti Thessalia (1881-1912) [Économie et propriétaires en Thessalie (1881-1912)], Athènes, Fondation Culturelle de la Banque Nationale de Grèce, 1992.

Psychogios 1985 = D. Psychogios, « Oikonomikos kai koinonikos metasximatismos agrotikon koinotiton » [Transformation économique et sociale des communautés rurales], The Greek Review of Social Science 58, 1985, p. 3-31.

Psychogios 1995 = D. Psychogios, Foroi, stafida kai psomi. Oikonomia kai oikogeneia stin agrotiki Ellada tou 19ou aiona [Dot, taxes, raisins secs et pain : économie et famille dans la Grèce rurale du xixe siècle], Athènes, Centre national de recherche sociale, 1995.

Rallis 1852-1853 et 1854 = Georgios A. Rallis, Syntagma ton Theion kai Ieron Kanonon ton te Agion kai Panefimon Apostolon kai ton Ieron kai Oikoumenikon kai Topikon Synodon kai ton kata meros Agion Pateron, Vol. 1 [Constitution des règles divines et sacrées des Saints Apôtres et des Synodes saints et œcuméniques et locaux, et des saints Pères], Athènes, 1852-1853, 1854.

Savage 2011 = Gail Savage, « They would if they could: Class, gender, and popular representation of English Divorce Litigation, 1858-1908 », Journal of Family History 36/2, 2011, p. 173-190.

Savorianakis 2000 = Panayiotis Savorianakis, « Oikogeneia kai gamilies praktikes sto notioanatoliko Aigaio. H Kos sto 18o ke 19aiona » [Famille et pratiques de mariage dans le sud-est de la mer Égée. Kos aux xviiie et xixsiècles], Mnimon 22, 2000, p. 31-68.

Scholarios 1877 = Dorotheos Scholarios, Archevêque de Larissa, Erga kai Hmerai [Les Travaux et les Jours], Athènes, 1877.

Sereléa 1978 = G. Sereléa, « Regards sur la nuptialité et la fécondité en Grèce pendant la seconde moitié du xixe siècle », Revue de Recherches Sociales 32, 1978, p. 42-50.

Siampos 1973 = Giorgos Siampos, Dimografiki Ekseliksis tis Neoteras Ellados (1821-1985) [Évolution démographique de la Grèce moderne, 1821-1985], Athènes, 1973.

Sivignon 1977 = Michel Sivignon, « The demographic and economic evolution of Thessaly (1881-1940) », dans Francis W. Carter (éd.), An Historical Geography of the Balkans, Londres, Academic Press, 1977, p. 379-407.

Stamatoyiannopoulou 1994 = Maria Stamatoyiannopoulou, « Makran koitis ke trapezis. Oi syzigikes sygkrouseis sti Lesbo tou 1900 » [Loin du lit et de la table, les conflits conjugaux à Lesbos en 1900], Mnimon 16, 1994, p. 107-138.

Stamatoyiannopoulou 1998 = Maria Stamatoyiannopoulou, « Conflit et rupture du lien conjugal dans la société insulaire de Lesbos (Grèce) vers 1900 », MEFRIM 110/1, 1998, p. 255-258.

Syreggelas 2005 = Ioannis P. Syreggelas, « H Eparchia Dimitriados 1821-1923 » [L’Éparchie Demetrias 1821-1923], thèse de doctorat, Université Aristote de Thessalonique, 2005.

Todorova 1999 = Maria Todorova, « Les Balkans », dans Jean-Pierre Bardet et Jacques Dupâquier (éd.), Histoire de la population européenne, II, La Révolution démographique, 1750-1914, Paris, Fayard, 1999, p. 463-486.

Tomara-Sideris et Sideris 1986 = Matoula Tomara-Sideris et Nicolas Sideris, « Invariants structurels et transformations démographiques (le cas de Leucade au xixe siècle) », dans Actes du IIe Colloque international d’histoire, économies méditerranéennes. Équilibres et intercommunications xiiie-xixe siècles, vol. 3, Athènes, 1986, p. 37-49.

Valaoras 1959 = Vasileios Valaoras, Dimografiki Istoria tis Sychronou Ellados (1860-1965) [Histoire démographique de la Grèce contemporaine], Athènes, 1959.

Valaoras 1988 = Vasileios Valaoras, Adinamies ton liksiarxikon mas katagrafon ke i vrefikh thnisimotis ton Ellinon [Faiblesses de nos registres d’état civil et mortalité infantile des Grecs], Parnassos 1, 1988, p. 429-445.

Van Poppel et Nelissen 1999 = Frans Van Poppel et Jan Nelissen, « The proper age to marry. Social norms and behavior in nineteenth-century Netherlands », The History of the Family 4/1, 1999, p. 51-75.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un registre de citoyenneté, qui recense tous les démotes (citoyens) de la ville de Volos en 1885. Sur ce type de sources et leur mise en place institutionnelle dans la Grèce du xixe siècle, voir en particulier Kolodny 1974, p. 811-817 ; Marre 2004, p. 133-159.

2 Ces études se concentrent essentiellement sur le fonctionnement de leurs tribunaux ecclésiastiques pendant la domination ottomane. Voir notamment Stamatoyiannopoulou 1998, p. 255-258 ; Stamatoyiannopoulou 1994, p. 107-138 ; Nikolaidou 1988, p. 199-235 ; Savorianakis 2000, p. 31-68.

3 Je maintiens ici la distinction opérée par Dorotheos Scholarios, archevêque de Démétrias puis de Larissa dans les années 1858-1870 (Scholarios 1877).

4 Scholarios 1877, p. 204-235.

5 Sauf le Dème d’Evrimenon dans la province d’Ayia, et plus précisément les villages de Tsageji et de Karitsa.

6 Soit les Dèmes de Sikourio, Okhistou et Armeniou.

7 Trikeri aura sa propre Exarchie dépendant directement du Patriarcat au xixe siècle. En 1863, le Synode du Patriarcat l’abolit, provoquant ainsi la colère des habitants de Trikeri. Cette région fut définitivement rattachée au diocèse de Démétrias après 1881 (Scholarios 1877, p. 217). Pour les décisions synodales et patriarcales, voir Syreggelas 2005, p. 177‒181.

8 L’annexion temporaire des Sporades dans le diocèse de Démétrias révèle les rivalités entre les évêques voisins, qui cherchaient à étendre le territoire de leur juridiction (Syreggelas 2005, p. 42). Ainsi, c’est après la première décennie du xxe siècle et l’adoption de deux lois que les limites actuelles du diocèse de Démétriasont été fixées et qui coïncident presque avec celles du département de Magnésie : Décret ΒΧΔ, du 6 juillet 1899, Journal Officiel 136, 8/7/1899, et Décret ΓΥΠΔ, du 16 novembre 1909.

9 Sur le « retard » des actes d’état civil en Grèce, voir Valaoras 1988, p. 429-445 et Bafounis 2006.

10 Il est significatif que le Saint-Synode ait publié une circulaire depuis 1834, dans laquelle il souligne strictement l’institutionnalisation du mariage. Décret du 2 avril 1835, Journal Officiel 12, 5/4/1835.

11 Pidalion, p. 53, 110, 153, 224, 376, 446-455 ; Rallis 1852-1853 et 1854, p. 210-212, 275-277, vol. 3, p. 74, 219 et vol. 4 p. 438.

12 Pour les personnes nées en dehors du diocèse, le prêtre demandait des certificats à la municipalité ou à la communauté d’hommes et de femmes.

13 En 1884-1910, nous n’avons trouvé dans les archives que deux cas où le mariage n’a pas été célébré malgré la licence, ainsi que deux annulations de mariage. Archives du diocèse de Démétrias, Livres de Mariages, années 1884-1910. Dans le même temps, le Patriarcat de Constantinople semble pardonner plusieurs cas de fiançailles concernant des couples de 6e degré de parenté « à cause du désir excessif du couple ». Gédéon 1888, p. 92-93, 151-161, 165-169.

14 En octobre 1868, le prêtre Theophanis procéda au mariage d’un couple à Makrinitsa (village du Pélion), sans la permission de l’archevêque. Dès lors qu’il fut établi que des relations d’affinités unissaient les mariés, le mariage fut annulé et le prêtre cessa d’exercer ses fonctions. La clémence de la peine était due au fait que le prêtre avait reçu la garantie orale d’une personne « particulièrement respectable et extrêmement loyale », qui n’est pas nommée dans le document. Voir Scholarios 1877, p. 196-204.

15 Savorianakis 2000, p. 40-45.

16 Archives du diocèse de Démétrias, Livres de mariages, années 1884-1910.

17 Sereléa 1978, p. 44.

18 Kotzamanis 1997, p. 69. Selon P. Festy dans la période 1952-1986, l’évitement des mariages aux années bissextiles concernait non seulement les classes défavorisées, mais aussi celles qui avaient un bon niveau d’éducation. Festy 1983, p. 411-412.

19 Il convient ici de rappeler que nous avons calculé l’âge moyen au premier mariage à partir des mariages totaux célébrés dans les régions étudiées. La méthode de calcul de l’âge moyen au mariage de J. Hajnal n’est pas applicable dans notre cas, comme dans le reste de la Grèce, au moins avant le recensement de 1907. En effet, nous ne connaissons pas les dénominateurs en raison de données incomplètes (notamment pour ce qui concerne l’âge et l’état matrimonial des femmes et des hommes). G. Sereléa avait tenté de calculer l’âge moyen au mariage des femmes dans la seconde moitié du xixe siècle. Sereléa 1978, p. 42-50.

20 Sereléa 1978, p. 42-50.

21 Après son annexion à l’État grec en 1881, la Thessalie semble avoir eu 198 des villages d’agriculteurs propriétaires et 466 villages de colons, appartenant aux grands domaines agricoles. Brégianni 2016, p. 261-262. Sur les çiftlik de Thessalie, voir Prontzas 1992 ; Laiou 2007, p. 255-277 ; Giannopoulos 1972, p. 135-158 ; H Istoriki 2003.

22 Les çiftlik ont été distingués en fonction du système foncier et du degré de participation du propriétaire aux coûts de la culture des terres. Dans les villages du centre et de l’est de la Thessalie, les cultivateurs étaient obligés de verser les droits fonciers aux propriétaires terriens, c’est-à-dire la moitié de la récolte, tandis que dans l’ouest de la région, nous observons principalement des villages où les conditions étaient nettement meilleures pour les paysans, qui leur donnaient le tiers de la récolte. Voir notamment Aroni-Tsichli 1992, p. 36-37. Pour les systèmes de metayage en Thessalie, voir Brégianni 2016, p. 262.

23 Prontzas 1988, p. 534-551.

24 Del Panta 1999, p. 520-521.

25 Par exemple, dans la communauté des métayers de Casalguidi, une paroisse toscane, l’âge au mariage était de 24,7 ans en moyenne entre 1819 et 1859. Il est à noter que les femmes dans les populations pré-transitionnelles, entraient dans la vie conjugale à un âge plus avancé « en neutralisant l’effet de l’âge, le rythme de procréation [pouvant] être plus rapide, reflétant la tentative de rattraper le temps perdu » : Manfredini, Breschi et Fornasin 2016, p. 691.

26 Selon l’anthropologue M. Petronoti, les Karagounides, strictement hiérarchisés, étaient constitués de familles élargies de type patrilocal, qui payaient (principalement des animaux et de l’argent) le père de la mariée, en compensation de l’aide perdue. La coutume qui coexistait avec la dot s’appelait « agarilic » : Petronoti 1984, p. 33-36. Bien qu’il existe une différence d’âge moyen au premier mariage entre les femmes dans les grands domaines entre l’est et l’ouest de la Thessalie, nous ne disposons malheureusement pas d’études (principalement portant sur un autre diocèse de Thessalie) pouvant renforcer notre thèse.

27 Dimotologion du Dème Pagasson (Volos) renouvelé en 1896, Centre d’histoire et de documentation de Volos.

28 Moustani 2014, p. 169.

29 Ils représentent 37 % du total des professions commerciales dans la province d’Ayia, et 51,9 % dans la province d’Almiros. Ministère de l’Intérieur, Pinakes ton Eparhion Thessalias kai Epiroυ kata tin Apografin tou 1881 [Tableaux des Éparchies d’Épire et de Thessalie d’après le dénombrement de 1881] (Athènes, 1884), p. 58-59.

30 Sur les ménages multiples et élargis des Valaques, voir les études suivantes : Campbell 1964 ; Caftanzoglou 1997, p. 403-424 ; Caftanzoglou et Naoumi 1985, p. 39-40. On observe aussi des ménages multiples à la fin du xixe siècle dans la région rurale de Thrace : Alexakis 1975, p. 49-80.

31 L’archevêque Dorotheos Scholarios qualifiait les habitants de Drakia de « propriétaires et marchands » : Scholarios 1877, p. 212.

32 Scholarios 1877, p. 216-218.

33 Handman 1994, p. 243. Sur l’importance de la dot dans la société grecque, voir entre autres : Franghiadis 1998, p. 187-192 ; Psychogios 1985, p. 3-31 et Psychogios 1995.

34 Pour les structures sociales du village de Trikeri, voir Beopoulou 1981, p. 191-199.

35 Cette coutume semble provoquer des « scandales » entre les deux parties, qui impliquent aussi la dot de la femme. Le Patriarche recommanda aux prêtres de Trikeri de ne pas fiancer les couples mineurs, de ne pas autoriser la cohabitation des couples avant le mariage, qui ne devait pas être retardé de plus de 4 ans : Gédéon 1888, p. 311-313.

36 L’âge moyen au premier mariage des femmes à Trikeri pour la période 1884-1888 était de 21,43 ans et pour les années 1888-1895, de 20,72 ans.

37 Moustani 2016, p. 185-188.

38 Dans la paroisse de Métamorphoses, l’âge moyen au mariage des hommes, pendant la même décennie, varie de 32,2 à 34 ans et de 24,4 à 24,9 ans pour les femmes. Dans la paroisse des Saints Théodores la différence d’âge des conjoints se maintient à 7,28-9,6 ans ; l’âge moyen au mariage des hommes se situe entre 29,8-36,6 ans, alors que les femmes se marient en général après 24 ans : Moustani 2014, p. 275-276.

39 Kordatos 1960, p. 377.

40 Sur la pratique du service domestique en Grèce, voir Hionidou 2005, p. 473-489.

41 Handman 1981, p. 231-244.

42 Nous ne connaissons pas le nombre exact des domestiques en 1907, car l’inventaire les inclut dans une catégorie plus large avec les nourrices et les précepteurs (1033 au total). En 1881, il y avait toutefois 354 domestiques dans la province de Volos. Ministère de l’Intérieur, Tableaux des Éparchies, 58-59 ; Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement général de la Population effectué le 27 octobre 1907, Vol. Α΄ (Athènes, 1909), 346, 353.

43 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 135.

44 Sur le bulletin individuel du recensement, le poste intitulé « instruction » était expliqué ainsi : « Si tu sais lire et écrire, tu écris lettré, sinon, tu écris illettré ».

45 Par exemple, dans le village de Lehonia, le seul du Pélion à être habité par des musulmans, il n’y avait pas d’école lorsque Dorotheos Scholarios était archevêque : Scholarios 1877, p. 212.

46 La crise économique que Zagora traversa au milieu du xixe siècle, mettant ainsi fin à ses activités industrielles, entraîna la transformation du système de distribution des terres aux filles de la famille et l’introduction de la pratique de trahoma (dot en argent). Petmezas 1998 ; p : 243-253.

47 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 135.

48 Hermoupolis présente des similitudes avec Volos en ce qui concerne la structure des ménages en 1879 et 1885, soit une prépondérance des ménages nucléaires, un nombre important de ménages solitaires et une présence minimale de ménages multiples : Moustani 2016, p. 149.

49 À Syros, au milieu du xixe siècle, l’âge moyen au premier mariage était respectivement de 27,16 ans pour les hommes et de 18,84 ans pour les femmes. Bafounis 1983-1984, p. 219. L’étude de M. Naoumi sur les mariages à Hermoupolis dans les années 1859-1890, à travers les archives d’état civil, réévalue les âges à 22,2 ans et 30,5 ans pour les femmes et les hommes respectivement : Naoumi 2000, p. 504. Il faut noter ici que V. Hionidou estime le SMAM pour les femmes à Ermoupolis en 1879 à 24,6 : Hionidou 1999, p. 403-427.

50 Dimitropoulou 2003, p. 87.

51 Selon E. Bournova, « L’âge avancé au premier mariage était probablement la conséquence du temps plus long nécessaire aux migrants internes pour leur réadaptation professionnelle » : Bournova 2016, p. 184 et 186-187.

52 Gavalas 2004, p. 2-3 ; Gavalas 2001, p. 81 et 157.

53 V. Hionidou rapporte que dans la première moitié du xixe siècle, le SMAM augmenta pour les hommes et les femmes à Cythère en raison de facteurs socio-économiques, principalement liés à l’émigration, qui eurent un impact sur l’augmentation du nombre de ménages élargis et multiples :Hionidou 2016, p. 58-59.

54 En 1863, à Leucade, l’âge moyen au mariage des hommes était de 31,6 ans en ville et de 26,1 ans à la campagne, contre 24,6 ans et 23,4 ans respectivement pour les femmes. Tomara-Sideris et Sideris 1986, p. 41-42.

55 Dans le schéma de J. Hajnal, la ligne imaginaire Saint-Pétersbourg-Trieste séparait deux modèles de nuptialité: mariage tardif et célibat élevé en Europe occidentale et mariage précoce et faible célibat dans l’est de l’Europe : Hajnal 1965, p. 101-136.

56 Laslett 1983, voir principalement p. 517-525.

57 Alors que cet âge était de 18,4 ans en Serbie en 1890, de 19,8 ans en Bulgarie en 1892 et de 20,3 ans en Roumanie en 1899, voir Todorova 1999, p. 482.

58 Henry 1965, p. 455.

59 Burr Litchfield 1988, p. 85.

60 Knodel 1988, p. 121-125.

61 Van Poppel et Nelissen 1999, p. 66-69.

62 Festy 1979, p. 227.

63 Livi Bacci 1977, p. 102.

64 N. Botev et M. Todorova ont tous deux « distingué » la Grèce du reste des pays des Balkans, en la plaçant à un stade intermédiaire entre les deux modèles de J. Hajnal, principalement en raison de l’âge moyen au mariage « tardif » des femmes, qui culminait à environ 23,9 ans en 1928 : Botev 1990, p. 107-126 et Todorova 1999, p. 481.

65 En comparaison, J. Knodel a indiqué qu’au cours de la période 1850-1899, le taux pour les mariages répétitifs de veuves était de 5,4 %. Knodel 1988, p. 162 (tableau).

66 Les mariages répétitifs dans la paroisse représentent 10,7 % de tous les mariages. Voir Moustani 2014, p. 276-277.

67 Gavalas 2001, p. 171.

68 L’image générale de la population dans le Dimotologio est celle d’un ensemble jeune dans lequel il existe un taux de masculinité particulièrement élevé dans toutes les classes d’âge ; cette vision est due à la sous-représentation bien connue des femmes dans de telles sources mais aussi à l’afflux de population masculine à Volos depuis le milieu du xixe siècle : Moustani 2014, p. 165-167. La prédominance des hommes dans tous les recensements avant 1920 avait été identifiée par G. Siampos et V. Valaoras comme une erreur : Valaoras 1959, p. 3 et Siampos 1973, p. 63-64.

69 Moustani 2014, p. 173-175.

70 Il est significatif que les églises, dans les villages de la plaine de Thessalie et d’Ayia, fussent dédiées aux saints qui étaient célébrés pendant le printemps, comme Saint George et Saint Constantin, c’est-à-dire avant le semis, le battage et la récolte. Scholarios 1877, p. 231-232.

71 Guillaume et Poussou 1970, p. 183.

72 Dans la paroisse de Saint Constantin en 1913-1922, il semble que le baptême privé était la norme. Pour être précis, 74,5 % de tous les baptêmes furent célébrés dans la maison de l’enfant, 24,2 % dans l’église et un pourcentage infime (0,74 %) des enfants reçurent leur nom à l’Hôpital : Moustani 2014, p. 302-306.

73 Dans certaines régions de la Grèce, le divorce était complètement absent, comme par exemple dans les deux communautés de Paros, où seuls trois divorces ont été enregistrés entre 1894 et 1998, et ce uniquement dans les années 1980 et 1990 : Gavalas 2004, p. 10. Notons toutefois qu’à Athènes les divorces étaient également peu nombreux, comme le montre le registre municipal de la population, dans lequel on ne relève que 2 083 divorces pour la période 1925-1960, 22 seulement pour les années 1925-1930 et 122 pour la décennie 1930. Bournova 2016, p. 175.

74 Oi Ellinikoi Kodikes 1856.

75 Article 682 et 643, Oi Ellinikoi Kodikes 1856, p. 387.

76 Article 683-685, Oi Ellinikoi Kodikes 1856, p. 387-389.

77 Archives du diocèse de Démétrias, Livres de Divorces, années 1907-1918.

78 Loi 201 du Saint Synode de l’Église de Grèce, Journal Officiel, no. 28, 24 juin 1852.

79 Le nombre de mariages n’est pas connu. Les données sur les autres pays sont issues du recensement de 1907. Voir Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, νζ, νη, νθ.

80 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, ιθ.

81 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 156-157.

82 Nous avons calculé le total de divorcés en Magnésie (130), à Ayia (2 en dehors du Dème d’Evrimenon) et dans les Dèmes de Sikourio, Okhistou et Armeniou, de la province de Larissa (3). Ministère de l’Intérieur, 152.

83 Le département de Magnésie en 1907 comprenait les provinces de Volos, Almiros et Skopelos.

84 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 138-139.

85 Ministère de l’Intérieur, Résultats statistiques du Recensement, p. 152.

86 Selon B. Kotzamanis, « Au cours de la période 1888-1919, 374,5 mille départs (dont 96 % sont dirigés vers les États-Unis) sont enregistrés. Neuf immigrants sur dix sont des hommes et 90 % d’entre eux ont entre 15 et 44 ans. Le Péloponnèse, les Cyclades et un nombre limité d’îles (Zakynthos, Cythère, Karpathos, Halki, Symi, Kalymnos, Kastelorizo, etc.) constituent la principale origine de ce premier courant migratoire, dans lequel les régions de plaines de Sterea Ellada et de Thessalie avaient une faible participation » : Kotzamanis et Androulaki 2009, p. 108.

87 Seul un divorce par consentement mutuel (sur un total de 85 divorces) est signalé dans les années 1884-1895, 1908-1910. Stamatoyiannopoulou 1994, p. 115-116.

88 Savorianakis 2000, p. 51.

89 Nikolaidou 1988, p. 218.

90 « Chaque personne qui divorce sans raison acceptable et qui se remarie, doit être considérée comme adultère et ne peut pas prendre la sainte communion pendant sept ans… si les couples divorcent sans adultère, ils doivent demeurer célibataires, ou alors négocier et se réunir ». Pidalion, p. 35 et 559.

91 Pidalion, p. 34.

92 Selon G. Savage, les demandes et la procédure de divorce en Angleterre étaient liées à la situation sociale et économique des époux. Les demandes des femmes représentaient environ 41 % des cas entre 1861 et 1900, la proportion chutant à 30 % parmi les plus pauvres d’entre elles : Savage 2011, p. 177-185.

93 Par exemple, à Rouen, entre 1792 et 1816, 71 % des demandes de divorce émanaient de femmes : Phillips 1976, p. 433-434. De même, dans le cas du diocèse de Cambrai, les deux tiers des demandes de séparations aux xviie et xviiie siècles émanaient de femmes : Lottin 1974, p. 112-113.

94 Moustani 2014, p. 264-313.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 ‒ Les limites du diocèse de Démétrias après l’annexion de la Thessalie, 1881.
Crédits Fonds de carte Sivignon 1977, p. 380.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Titre Graphique 1 ‒ Nombre de mariages par région (années bissextiles : 1884, 1892, 1896, 1904, 1908).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Graphique 2 ‒ Saisonnalité des mariages dans les différentes régions du diocèse de Démétrias (1884-1910).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 509k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dina Moustani, « Couples unis et couples séparés », Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 1 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/298

Haut de page

Auteur

Dina Moustani

Université de Thessalie.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
  • Logo École française d’Athènes
  • Logo Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
  • OpenEdition Journals