Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3La matérialité du temps : usages ...Irréductibles Tarentins : entre G...

La matérialité du temps : usages patrimoniaux du passé en Méditerranée orientale (xixe et xxe siècles)

Irréductibles Tarentins : entre Grèce et Italie, la construction d’une identité inspirée par l’Antiquité

Irreducible Tarantines: Between Greece and Italy, the Construction of an Identity Inspired by Antiquity
Fabien Bièvre‑Perrin

Résumés

En Italie, l’Antiquité est au cœur de la vie politique, culturelle, idéologique et économique. Si la romanité a fait l’objet d’une attention particulière de la part des historiens, notamment en lien avec la propagande fasciste, le passé grec des régions du sud et ses usages méritent également que l’on s’y intéresse. La ville de Tarente, dans les Pouilles, offre un cas d’étude intéressant. Le passé antique de la cité, fondée à la fin du viiie siècle av. J.‑C. par des Grecs d’origine spartiate, fait en effet l’objet ces dernières années d’un intérêt important, de la part d’acteurs aux intentions parfois contradictoires. Entre branding touristique, discours identitaire et médiation scientifique, les institutions et associations tarentines tentent de faire face à la grave crise sanitaire et économique que traverse la cité en valorisant son histoire et son patrimoine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a été réalisé dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed – Les sciences humaines et sociales au cœur de l’interdisciplinarité pour la Méditerranée, portant la référence 10‑LABX-0090. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence no ANR‑11-IDEX-0001‑02.

Texte intégral

1Parce qu’elle a vu naître l’archéologie moderne et fait partie aujourd’hui des territoires les plus fouillés et étudiés par les historiens, l’Italie est depuis plusieurs siècles un laboratoire italien et européen pour la conservation et la transmission des vestiges antiques. À chacune de ses séquences (avant et après l’unité, pendant la monarchie, le fascisme, la République…), la politique nationale a accordé une large place à ces questions et celles‑ci se sont trouvées au centre de la vie politique, culturelle, idéologique et économique. L’histoire antique est l’objet des préoccupations de l’État, des régions et des municipalités, ainsi que de la Communauté européenne et de l’UNESCO. Si la romanité occupe une place importante dans le roman national patrimonial, d’autres civilisations ont été valorisées, notamment autour du passé grec du sud de la péninsule. Nous nous arrêterons ici sur la situation de la ville de Tarente, dans les Pouilles, et de son musée archéologique.

  • 1 « Renzi a Taranto il 29 luglio per inaugurare l’ampliamento del Marta: “Novità per Ilva e porto” », (...)
  • 2 Enrica Simonetti, « Eva Degli Innocenti nuova direttrice del MarTa “La Puglia così dinamica” », La (...)
  • 3 Non sans tensions : Emanuela Perrone, « “Taranto Spartana” contro “Taranto, la città Spartana”: nem (...)
  • 4 Alessandro Salvatore, « “Spartan Race” i gladiatori tornano a Taranto », La gazzetta del Mezzogiorn (...)
  • 5 Mrozek 2018.
  • 6 Ella Ide, « L’Italie face au chantier titanesque de la dépollution de l’aciérie de Tarente », La Tr (...)
  • 7 Isnart 2012.
  • 8 Settis 2004.
  • 9 Maiatsky 2009.

2Fondé en 1887, le Museo archeologico nazionale di Taranto abrite des vestiges provenant de cette ancienne cité grecque et des Pouilles. Sa restauration et son agrandissement à partir de 2000 ont donné la priorité à la période grecque (les salles concernant la préhistoire ont été les dernières à être rouvertes en 2016)1. En poste à Tarente depuis 2015 après avoir été directrice du musée Coriosolis (Bretagne, France) pendant cinq ans2, Eva Degl’Innocenti a infléchi la politique du musée en direction des Tarentins dans une phase de leur histoire où ils portent fièrement leur passé grec et font de l’origine spartiate des fondateurs de la cité un label, presque une marque. Les effets de cette politique sont variés : jumelage avec Sparte3, organisation de la Spartan Race4, communication reprenant des images du film américain 300 ou du matériel archéologique, mises en scène devant les vestiges grecs encore visibles dans la ville, musées particuliers, associations identitaires… S’il faut lier cet usage des symboles spartiates à leur succès dans la rhétorique et l’iconographie d’extrême-droite contemporaines5, à Tarente ces choix sont liés à des préoccupations très locales et actuelles. L’Italie du Sud est une terre d’émigration, le centre urbain de Tarente est en piteux état et le gouvernement est accusé de se désintéresser de la situation sociale de cette grande ville, ancien fleuron de la sidérurgie6 : le thème du passé grec local (passé glorieux et distinct du récit national majoritaire romain, ancêtres non autochtones et mondialement connus) est venu cristalliser ces problématiques à travers différents modes de patrimonialisation, officiels ou ordinaires7. Dans un pays où la culture classique demeure une référence importante8, nous verrons comment une identité « émigrée » s’est mise en place à Tarente dans un contexte économique et social difficile, permettant à ses habitants de souligner leur spécificité. En réaction au schéma industrialisation/désindustrialisation/crise économique, on observe d’une part un discours muséal institutionnel, d’autre part une forme d’auto-exotisation identitaire9, accompagnant à la fois une marchandisation touristique et une volonté d’empowerment.

Tarente, grandeur et décadence

  • 10 Wuilleumier 1970.
  • 11 Maeder 2017, p. 77‑84.
  • 12 Peluso 1991 ; Peluso 2004.
  • 13 Massafra, Carrino 2004.
  • 14 Lo Martire 2000.

3Il sera ici question de la période la plus contemporaine, mais un aperçu de l’histoire locale est indispensable, de la grandeur antique à la décadence des années 1990. Dans l’Antiquité, Tarente est l’une des cités les plus importantes de ce que l’on nomme la Grande Grèce, c’est‑à‑dire la zone où se sont installés les Grecs durant la période archaïque. Censée avoir été fondée en 706 av. J.‑C. par des exilés spartiates appelés les Parthéniens, Tarente se situe sur un site exceptionnel à bien des égards. À l’interface entre la mer Ionienne et une mer intérieure, le site bénéficie d’un port naturel stratégique et la cité devient rapidement riche et puissante, pour atteindre son apogée au ive siècle av. J.‑C. Elle est réputée dans plusieurs domaines, notamment le commerce maritime et la pêche, l’élevage de chevaux et la cavalerie, la production de bissus, un tissu soyeux tiré d’un coquillage dont les Tarentins revendiquent aujourd’hui l’origine, et la philosophie (Philolaos, Lysis, Archytas, Eurytos)10. Malgré sa puissance, la cité finit, comme le reste de la Grande Grèce avant elle, par se soumettre à Rome en 272. Hannibal s’en empare en 212 et elle est ensuite mise à sac avant d’être définitivement reconquise par les Romains en 209 av. J.‑C. Tarente perd alors son influence au profit de Brindisi, située sur la côte adriatique11. La cité voit ensuite se succéder les Goths, les Byzantins, les Lombards, les Sarrasins et les Normands12. Au xixe siècle, elle est dotée de nouvelles fortifications et devient une base navale française à l’époque napoléonienne puis une base de la marine de guerre italienne13. En 1940, la flotte italienne y est bombardée par les Britanniques14.

  • 15 Faraoni 2013.

4Après-guerre, dans le cadre de développement du Mezzogiorno, l’industrialisation bouleverse la démographie et la société locales. En 1961, l’installation du complexe sidérurgique Italsider, dont l’un des objectifs est de dynamiser la région et de tarir l’émigration, attire une population venue de toute l’Italie. Avec la raffinerie installée au nord de la ville, l’industrie tarentine devient l’un des pôles majeurs de l’économie régionale et européenne (fig. 1). La ville passe de 170 000 habitants après-guerre à près de 250 000. Ce dynamisme suscite des tensions avec le Nord, qui y voit une assistance indue à des régions dont on considère les habitants comme des freins à l’économie italienne15.

Fig. 1. La raffinerie et le borgo antico depuis la ville moderne au sud (Tarente, 25 septembre 2019).

Fig. 1. La raffinerie et le borgo antico depuis la ville moderne au sud (Tarente, 25 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

  • 16 « Italie : une aciérie mortelle dans les Pouilles ? », Franceinfo, 6 septembre 2019, [En ligne], co (...)
  • 17 Andrea Barolini, « Le monstre écologique que l’Italie ne veut pas fermer », Reporterre, 2 octobre 2 (...)
  • 18 Olivier Tosseri, « ArcelorMittal : le feuilleton de la reprise d’Ilva trouve son épilogue », Les Éc (...)
  • 19 « Deficit di Taranto, “il peggiore della storia” », La Gazzetta del Mezzogiorno, 9 mars 2007, [En l (...)
  • 20 Vittorio Ricapito, « Crac del Comune di Taranto: assolto l’ex sindaco, tre condanne. “26 milioni pe (...)
  • 21 Jérôme Gautheret, « En Italie, le dilemme des ouvriers d’ILVA entre défense de l’emploi et lutte co (...)
  • 22 Reuters (Milan), « Arcelormittal : Le gouvernement italien conteste en justice le retrait d’Arcelor (...)

5En 1995, lorsque l’État italien se retire d’Italsider, le pôle est privatisé. À partir de cette date, de nombreux problèmes sanitaires se manifestent : cancers, néoplastie, mortalité supérieure de 10 à 15 % à la moyenne nationale, etc.16. Il faut cependant attendre 2012 pour que la société soit condamnée pour « désastre environnemental » et qu’une partie du site soit mise sous séquestre17. La population décroît avec le départ massif des anciens ouvriers et des jeunes nés dans la région18. Cette situation catastrophique provoque en partie la faillite de la ville. En 2005, la commission de liquidation estime le passif à 637 millions d’euros, soit l’une des plus lourdes faillites subies par une collectivité locale19. Suite à la déclaration de l’état de faillite en 2006, la maire Rossana di Bello (Forza Italia, parti de Berlusconi) est condamnée pour abus de pouvoir et usage de faux dans le cadre d’une enquête sur l’incinérateur municipal20. En juin 2017, le groupe ArcelorMittal, associé à Marcegaglia, décide de reprendre partiellement l’aciérie, qui demeure l’une des plus grandes d’Europe. Après un refus de l’Union européenne, le rachat effectif survient en juillet 201821. Tarente est cependant encore dans l’expectative après le retrait du groupe du site sidérurgique en 2019, contesté par le gouvernement italien22.

  • 23 Bertossi, Duyvendak 2016.

6Pour ses habitants, la glorieuse Tarente du passé n’est plus. Pauvre, malade et délaissée, elle tombe progressivement en ruine, créant un climat propice à un discours identitaire nostalgique23. Ses habitants ont fui le vieux centre‑ville pour des immeubles plus récents ou pour le nord de l’Italie, murant les fenêtres et les portes des anciens palais à leur départ, faisant de la potentielle zone touristique un quartier désaffecté (fig. 4).

Le musée archéologique de Tarente

  • 24 Dell’Aglio, Zingariello 2010.

7Le Museo archeologico nazionale di Taranto, aussi appelé par son acronyme MArTA, occupe l’ancien couvent de San Pasquale di Baylon, construit au xviiie siècle dans la partie moderne du centre‑ville de Tarente (fig. 2). Si les collections et les réserves du musée abritent du matériel préhistorique, protohistorique, médiéval et une collection de tableaux, la plupart des objets conservés et exposés remontent à l’Antiquité24.

Fig. 2. La façade du MArTA (Tarente, 25 septembre 2019).

Fig. 2. La façade du MArTA (Tarente, 25 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

  • 25 Le processus n’est pas nouveau, il existait dans le royaume des Deux-Siciles. Une partie du matérie (...)
  • 26 Dell’Aglio, Zingariello 2010, p. 11.
  • 27 « Expo 2015, “Ori di Taranto… o di Canosa ?” », Buonasera, 20 août 2015, [En ligne], consulté le 19 (...)
  • 28 Tite-Live, Histoire romaine XXVII 16, 7 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 18, 1‑2.

8La création du musée en 1887 a lieu dans un contexte où le patrimoine de la région est victime d’une dispersion d’ampleur. En l’absence de loi de protection des biens culturels, les nombreux objets découverts, notamment les vases à figures rouges, sont dispersés dans les collections muséales et privées du monde entier25. L’agrandissement de la ville moderne provoque de très nombreuses découvertes et destructions dans les nécropoles de la cité qui expliquent que l’archéologue Luigi Viola soit envoyé à Tarente. Celui‑ci décide de créer un « musée de la Grande Grèce » afin que le matériel de la prestigieuse cité grecque soit conservé sur place, et qu’on y rassemble des objets venus de toute l’Italie du Sud26. On y trouve donc du matériel issu des Pouilles, ce qui suscite aujourd’hui encore des tensions entre les petits musées « de site » et le musée de Tarente, notamment autour des fameux bijoux de la « tombe des ors » que la municipalité de Canosa réclame régulièrement27. Cependant, comme ce fut le cas pour le « musée national de la Grande Grèce » de Reggio Calabria créé en 1882, le projet n’a pas véritablement concrétisé l’intention initiale de Luigi Viola : plus qu’un musée de la Grande Grèce, le MArTA est un musée de Tarente et des Pouilles. En effet, la politique nationale italienne consistant à privilégier des petits musées de site et des antiquariums, combinée à la relative autonomie des régions, a eu raison de cette idée d’un grand musée synthétique. Malgré tout, le musée de Tarente conserve des collections exceptionnelles : les bijoux en or de Canosa, les cariatides de Lecce et le matériel de la tombe de la prêtresse (Arsenal, 2012) sont les objets les plus célèbres et célébrés du musée. Cependant, notons que l’un des objets les plus photographiés du musée est… une reproduction : l’énorme tête d’Héraclès qui accueille les visiteurs dans le hall du musée est une reproduction agrandie d’une tête en marbre d’époque romaine, considérée comme la copie d’un bronze du sculpteur Lysippe (fig. 3). Elle renvoie à la grandeur antique de Tarente et à une statue monumentale d’Hercule évoquées dans les textes relatant le pillage de la ville par les Romains28.

Fig. 3. L’entrée du MArTA avec la reproduction agrandie de la tête d’Héraclès (Tarente, 25 septembre 2019).

Fig. 3. L’entrée du MArTA avec la reproduction agrandie de la tête d’Héraclès (Tarente, 25 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

  • 29 Pour une mise en perspective historiographique, voir Bièvre-Perrin 2013, p. 352‑353.
  • 30 Dell’Aglio, Zingariello 2010, p. 11.
  • 31 Andrea Fiorenza, « Polo museale tarantino – Ristrutturazione del museo nazionale archeologico di Ta (...)
  • 32 « 29 luglio 2016: Inaugurazione del II piano », MArTA, site officiel du musée [En ligne], consulté (...)

9Le musée a été modifié à plusieurs reprises, notamment en 1903, lorsqu’on lui ajoute une façade de Guglielmo Calderini, et de 1935 à 1941, lorsqu’il est agrandi par Carlo Ceschi. Alors que l’Italie s’intéresse à tous ses passés et cherche à protéger son patrimoine, ces travaux montrent l’importance accordée au musée et à ses missions au cours de ces années. Ils s’accompagnent en 1920 de la fondation de la Società Magna Grecia, par Paolo Orsi et Umberto Zanotti Bianco. Il faut cependant attendre 1963 pour qu’une surintendance archéologique des Pouilles voie le jour29. Le musée a également connu une restauration et une restructuration récentes des plus importantes. Initiées en janvier 2000, celles‑ci ont seulement permis une première réouverture en décembre 2007. Entre temps, une partie des collections était visible dans le Palazzo Pantaleo30. Rénové et agrandi, en partie grâce aux fonds du loto via la loi 662/96, le musée a rouvert partiellement et le public a alors pu redécouvrir une partie des collections, dans des salles consacrées à la période grecque, notamment aux nécropoles et aux bijoux31. Il a fallu attendre l’été 2016 pour que le deuxième étage du musée ouvre et que les salles consacrées aux autres périodes et aux Pouilles soient de nouveau accessibles32.

Le renouveau du MArTA

  • 33 « Museo MarTa, alla guida confermata Eva Degl’Innocenti », Buonasera Taranto, 6 août 2019, [En lign (...)
  • 34 Traduction de l’auteur : « L’inauguration du deuxième étage du Musée archéologique national de Tare (...)

10C’est dans ce contexte que la nouvelle directrice du musée a été nommée en décembre 2015. Comme les autres « super directeurs » de musées nationaux italiens, celle‑ci arrivait en 2019 au terme de son premier mandat de quatre ans : elle a été reconduite à son poste33. La mission qui lui a été confiée est difficile et ambitieuse, ainsi que l’on peut la retrouver exprimée sur le site officiel du musée, qui annonce en page d’accueil : « L’inaugurazione del II piano del Museo Archeologico Nazionale di Taranto – MArTA è avvenuta il 29 luglio 2016. Il nuovo allestimento ripercorre la STORIA di uomini e donne dal Paleolitico fino al IV secolo a. C., ricollegandosi all’esposizione del I piano del Museo. Il Museo Archeologico Nazionale di Taranto – MArTA è stato RESTITUITO AL PUBBLICO! Si tratta di un tuffo nella STORIA: una NARRAZIONE di Taranto e del territorio »34. Notons bien les mots en lettres capitales.

  • 35 Je remercie Eva Degl’Innocenti pour l’entretien qu’elle m’a accordé à ce sujet en mai 2019.
  • 36 Pollini 2011.

11Si les touristes font partie de la cible du musée, le projet principal d’Eva Degl’Innocenti est d’y faire venir les Tarentins35. Selon son analyse, la marine militaire, l’ILVA et les milliers de néo-habitants arrivés à Tarente dans leur giron ont coupé les habitants de la ville et de la région du musée et de son patrimoine. Alors même que la ville entrait en pleine crise économique, politique, sanitaire et sociale, la mise en chantier du musée et sa fermeture de sept ans sont venues mettre un point définitif au rapport de la ville à son Antiquité prestigieuse malgré les découvertes qui ont ponctué cette période au gré des travaux dans la ville. Pour la directrice du musée national, si durant la fermeture les collections du musée sont demeurées importantes pour les spécialistes, le musée avait délaissé son rôle de moteur de la démocratie culturelle. Selon elle, les nouvelles générations ne connaissent plus le musée ou l’histoire de la cité dans laquelle ils vivent et dont ils voient pourtant les vestiges. La population vieillissante n’en sait pas forcément bien plus, arrivée tardivement dans la région. Depuis 1960, le congrès international de Tarente rassemble pourtant chaque année les spécialistes de la Grande Grèce et un vaste public dans la vieille ville36, où l’Università degli Studi di Bari maintient une antenne et une licence de « Sciences du patrimoine culturel pour le tourisme ». Le contexte économique et social renforce malgré tout le désintérêt des jeunes pour leur cité, à l’égard de laquelle leur mépris est criant. Ceux dont les compétences le permettent ne rêvent que de partir travailler ailleurs.

  • 37 Les échos sont forts avec les idées défendues par Ranuccio Bianchi-Bandinelli et ses élèves Filippo (...)

12Le musée s’est donc lancé dans une vaste politique de communication en direction des Tarentins, notamment des plus jeunes. Selon les mots de la directrice, il s’agit de produire un « storytelling entre passé, présent et futur », avec pour objectif de contribuer à relier la population au territoire et à son histoire, en montrant notamment les héritages de la Grande Grèce, ce qu’elle continue d’apporter à la région. Le projet se veut également civique : mettre la culture et la connaissance au service des citoyens37. Il se concrétise par un investissement très fort des équipes du musée : des activités sont proposées de manière incessante et le programme est disponible sur le site, sur les réseaux sociaux et dans la presse. Le succès semble être au rendez‑vous, il faut souligner que le musée, avec désormais son propre Fablab, est l’un des rares pourvoyeurs d’activités culturelles dans la ville avec… les processions religieuses (fig. 4). Les activités culturelles sont rares alors que l’Église s’est réimplantée vigoureusement dans le quotidien de la ville. Le musée embrasse ainsi sa dimension éducative en tant que structure nationale, avec un discours et un programme dépassant forcément le niveau local pour contribuer aux missions de son ministère de tutelle.

Fig. 4. Procession des saints Côme et Damien dans un quartier du borgo antico dont les habitations sont en partie murées et abandonnées (Tarente, 27 septembre 2019).

Fig. 4. Procession des saints Côme et Damien dans un quartier du borgo antico dont les habitations sont en partie murées et abandonnées (Tarente, 27 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

  • 38 Ash Mayhew, « Past For Future is a new adventure by the maker of Father and Son », Droid Gamers, 24 (...)

13Chaque mois, le musée décline sa politique culturelle autour d’une thématique différente, en direction de chaque public visé. Le projet « Primi passi al Marta » rencontre notamment un grand succès : les écoliers sont gratuitement accueillis au musée à la journée. Le but de l’opération est autant de proposer des activités à ces enfants et de les impliquer, que d’en faire des ambassadeurs du musée auprès de leur famille. Lors des ateliers pédagogiques « Marta Racconta », les enfants emmènent en effet leurs parents et proches avec eux au musée, ce qui a permis de créer un nouveau public fidélisé. Autre initiative en direction de la jeunesse, une collaboration avec quatre lycées en alternance : les lycéens consacrent soixante heures par an au musée dans le cadre de projets de valorisation du territoire : ils sont notamment amenés à concevoir des « mappe di comunità » sur lesquelles ils reportent le patrimoine ancien et récent, matériel et immatériel, et projettent leur devenir, afin de leur faire prendre conscience du territoire et de l’envisager positivement. Selon les équipes du musée, les lycéens ressortent du projet plus fiers de leur cité et de leur région, éventuellement plus motivés à l’idée de réaliser des projets de vie localement. Enfin, dernier élément que je détaillerai : à l’image du musée de Naples, le MArTA a développé un jeu vidéo, gratuit et accessible via une application. Le scénario de Past for future voit un jeune anglais venir à Tarente à la recherche d’une jeune femme38. Contrairement aux apparences, le jeu est avant tout conçu pour faire bouger les jeunes locaux, car il faut forcément se rendre au musée et sur plusieurs sites archéologiques de la région pour avancer dans le jeu, en se géolocalisant avec son Smartphone en des points choisis.

  • 39 Chiffres communiqués par la direction du musée, également disponibles pour certains dans cet articl (...)
  • 40 « MArTa a Taranto, dopo la visita della Ferragni è boom di contatti sul web », La gazzetta del Mezz (...)
  • 41 « Taranto, il museo MarTa diventa 3.0. Ecco la nuova identità visiva », La Ringhiera, 25 juillet 20 (...)
  • 42 Degl’Innocenti et al. 2019.

14La politique du musée semble peu à peu porter ses fruits. Les entrées sont plus nombreuses et le public local plus fidèle représente plus de 60 % des visiteurs. La première année du programme a démontré son efficacité : en 2015, 55 186 visiteurs sont venus au musée, contre 85 351 en 2016. Depuis, le musée affiche une hausse de visiteurs de 42 %, qui s’accompagne d’une hausse de 80 % des recettes de la structure39. Le fait qu’en 2020 Dior ait choisi les Pouilles comme thème de sa collection Cruise et se soit intéressé aux collections du musée montre aussi en partie le succès de l’opération : les boucles d’oreilles arborées par les mannequins lors du défilé à Lecce en juillet sont inspirées de bijoux en or conservés au musée de Tarente, ce qui a attiré au musée l’influenceuse Chiara Ferragni et de nombreux jeunes, suscitant des discussions animées sur les réseaux sociaux40. Les projets en cours au musée, que la directrice qualifie de « Marta 3.0 », devraient confirmer cette tendance41. Les expositions temporaires nombreuses permettent de valoriser des collections souvent inédites et les objets récemment rapatriés des États‑Unis et encore jamais vus en Italie42. L’ouverture d’un Fablab en lien avec le musée permet d’imprimer des copies des œuvres, d’initier les jeunes aux nouvelles technologies et d’approvisionner la boutique du musée en produits maison. Enfin, le versement en ligne de 40 000 fiches objets illustrées de photographies en haute qualité sera une première européenne à même d’attirer l’attention et de stimuler aussi bien la recherche que le tourisme. On identifie toujours la même volonté de rendre le musée accessible, utile et « réutilisable », une illustration assez parfaite du principe des Commons. Le passage de la directrice du musée par l’ouest de la France, où les musées de Bretagne se distinguent par leur politique open data, n’est certainement pas anodin.

La réouverture du musée et ses corollaires : la renaissance du passé spartiate

  • 43 À ce propos, voir le dossier « Au‑delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestatair (...)

15Depuis la réouverture du musée national, ont été créés un musée privé, il Museo Spartano, une association de promotion locale, Taranto, la Città Spartana, et un concours sportif, la Spartan race. Ces acteurs proposent eux‑mêmes des contenus patrimoniaux, éventuellement contradictoires avec l’approche des acteurs officiels43. Il est ici difficile d’évaluer la causalité, mais le calendrier incite à envisager que l’apparition de ces acteurs soit liée à l’agenda du musée.

  • 44 Richer 2018.
  • 45 Antiochos cité par Strabon, Géographie VI 3, 2.
  • 46 Éphore, dans Strabon, Géographie VI 3, 3.
  • 47 Corsano 1979, p. 113‑140.

16La référence à Sparte dans les intitulés de ces structures se fonde évidemment sur l’histoire de la fondation de la cité : la tradition mythique veut qu’un groupe de rebelles expulsé de Sparte soit à l’origine de la cité au viiie siècle av. J.‑C. Antiochos écrit ainsi qu’une partie des citoyens de Sparte refusèrent de partir au combat lors de la première guerre messénienne44. Les enfants qu’ils eurent pendant la guerre furent nommés les Parthéniens (enfants de filles non mariées), considérés comme « atimoi » et privés de leurs droits civiques : en refusant de prendre part au combat, leurs pères ont perdu leur citoyenneté et n’ont donc pu la transmettre45. Selon Éphore, ce sont les femmes de Sparte qui ont réclamé le retour de certains soldats afin de pouvoir enfanter en l’absence de leurs maris, cette fois les enfants étant illégitimes car leur père n’est pas identifiable précisément46. Devenus adolescents, ces enfants conspirèrent contre la cité : trahis puis découverts, ils partent de Sparte, guidés par Phalantos et suivent les indications de l’oracle de Delphes jusqu’à Tarente47.

  • 48 Cela n’est néanmoins pas unique, pensons aux premiers habitants de Rome par exemple ; sur la thémat (...)
  • 49 Le propriétaire du Museo Spartano a d’ailleurs mis en ligne une vidéo intitulée « I FONDATORI DI TA (...)

17Même dans une région dont l’hospitalité est proverbiale, se revendiquer aujourd’hui descendants de bâtards illégitimes au statut inférieur venus d’un pays étranger rend a priori difficile une valorisation nationaliste des ancêtres48. Un autre récit légendaire est plus glorieux, celui du héros dénommé Taras qui a fondé la ville : on le retrouve notamment sur les monnaies de la cité et sur les emblèmes de la ville. Mais ce ne sont ni Taras ni les Parthéniens qui sont mis en avant aujourd’hui, ce sont bien les Spartiates49. L’année 2015 marque une étape importante et dans la sphère politique et dans la sphère privée. Tarente est jumelée à Sparte, des associations et des structures sont créées :

  • 50 Seuls les travaux publiés par le musée attestent de nombreux éléments présentés comme scientifiques (...)
  • 51 Isnart 2012.

18– le Museo Spartano de Tarente qui a ouvert en 2015 est une structure privée, installée dans la partie la plus ancienne de la cité, le borgo antico (fig. 5). Tenu par un médecin, il occupe un hypogée sous le palais des Beaumont Bonelli. Le visiteur peut, par exemple, y découvrir une copie de casque spartiate géant, ainsi que, selon le propriétaire arrivé en 2002, les fondations d’un édifice d’époque grecque. Le musée est une émanation d’une association fondée en 2004 : le centre culturel de Filonide dont le nom évoque un personnage haut en couleur qui résista aux Romains ; on repère aussi le héros Taras sur plusieurs visuels. Porté par des données conjecturales et un discours parfois hostile aux archéologues, le Museo Spartano offre à ses visiteurs l’image d’une cité au passé glorieux dont les héritiers habitent les vestiges50. Cyril Isnart évoque à propos de ce type d’initiatives des « pratiques ordinaires de patrimonialisation » et souligne le flou qui entoure leurs visées, à la fois patrimoniales et affectives51.

Fig. 5. L’entrée du Museo Spartano, dans le borgo antico (Tarente, 29 septembre 2019).

Fig. 5. L’entrée du Museo Spartano, dans le borgo antico (Tarente, 29 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

19– Taranto, la Città Spartana est une autre association, fondée en 201552. Il semble que ce soit sous l’influence de celle‑ci que le centre culturel de Filonide ait opéré sa mue spartiate lors de l’ouverture de son musée, mais les deux structures sont bien séparées et ne semblent pas collaborer. La structure réunit notamment des entrepreneurs dont l’objectif paraît être majoritairement lié à des préoccupations de marketing. Ici il n’y a aucune prétention à proposer des contenus scientifiques, ce qui a mené à des collaborations avec le musée, contrairement à la structure précédente. L’objectif premier de Taranto, la Città Spartana est, selon le site internet de l’association, « il recupero di un’identità storica, delle tradizioni di antica e nobile origine e del patrimonio culturale immateriale locale, tutti elementi di grande impatto sull’immaginario collettivo »53. Le choix de l’association de revendiquer la spartanité est lié à une enquête menée par ses membres. Notant la popularité des Spartiates dans la pop culture et avançant que des milliers de gens de par le monde s’identifient comme Spartiates à travers leurs valeurs, ils ont voulu faire fructifier le statut « d’unique cité au monde fondée par Sparte » ! Le site explique comment et pourquoi le A central de TARΛNTO a été remplacé par un lambda majuscule entouré d’un bouclier, désignant les soldats de Lacédémone54. Dans la pratique, les activités valorisées par l’association sont la mise en place d’une « narration historique » pour valoriser le patrimoine, avec un guidage au sol dans la ville, la reconstruction en 3D du temple dorique et le développement de plaques en forme de bouclier pour les numéros de rue... Par ailleurs, l’association souhaite organiser de grands évènements : pour l’instant seule la Spartan Race a eu lieu. Il s’agit d’un rude concours sportif américain vantant notamment la virilité des anciens Spartiates55. Une régate reliant Sparte à Tarente et une Spartan FEST (Food, Expo, Sound, Tradition) sont également projetées, de même que des structures culturelles.

20Dans la continuité de ces associations, les quelques boutiques qui ont ouvert récemment pour vendre des souvenirs aux touristes proposent des mugs ou des t‑shirts ornés d’un casque spartiate, de fausses traces de sang et des mots Keep Calm and Spartan Rules, I’M SPARTAN ou Welcome back Spartans. D’autres proposent des bières Taras, des maquettes en liège du temple dorique ou encore des moules, spécialité locale, décorées de casques et transformées en aimants pour le frigo. Dans la ville, les Spartiates et Taras sont omniprésents dans les vitrines et sur les murs (fig. 6, 7).

Fig. 6. Pochoir reprenant le blason de Tarente et une couronne de laurier (Tarente, 30 septembre 2019).

Fig. 6. Pochoir reprenant le blason de Tarente et une couronne de laurier (Tarente, 30 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

  • 56 « Dopo di che a sottolineare il cambio di epoca e anche di livello culturale, diciamo lo [...] Nel (...)
  • 57 Olivier Tosseri, « L’Italie, symbole et modèle de l’Europe à plusieurs vitesses », Les Échos, 26 av (...)
  • 58 « Ilva, la Corte europea dei diritti umani condanna l’Italia: “Non ha protetto i cittadini di Taran (...)
  • 59 Le film 300 est un péplum américain de Zack Snyder sorti en 2007, adapté du roman graphique éponyme (...)
  • 60 « Il brand », [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL  : https://web.archive.org/web/20191116172 (...)
  • 61 Mrozek 2018 ; Bièvre-Perrin 2018 ; dozier 2021.

21Pour comprendre le développement de l’identité spartiate à Tarente, il faut replacer l’apparition de ces structures dans un contexte plus général. Tout d’abord, il convient de prendre note du contexte géopolitique. Ainsi, l’une des guides du musée se plaît à commencer son parcours auprès de la tête géante de Lysippe dans le hall du musée (fig. 1). Elle y explique à quel point la cité était une merveille dans l’Antiquité. La statue sert de référence dans son discours et lie la victoire de Rome et le pillage des statues de bronze à la décadence de Tarente. Si Rome n’avait pas conquis et pillé la ville, la guerre et l’industrie n’auraient pas eu le même impact, le développement de la base militaire et de l’ILVA n’aurait pas été nécessaire. On retrouve la même idée dans le discours du Museo Spartano à propos d’un sanctuaire des eaux, un museion, prétendument transformé en vulgaire lieu où les Romains se lavaient et se séchaient les pieds56. Cela pourrait paraître une vague nostalgie déplacée, mais il est important de rappeler que la dichotomie Nord/Sud est encore importante aujourd’hui en Italie57. La conquête romaine du iiie siècle av. J.‑C. se télescope avec la situation sanitaire dramatique, la rancœur des Tarentins abandonnés par l’État dans les années 1990 et le mépris d’une partie des Italiens du Nord pour ceux du Sud58. Ajoutons à la situation locale le succès du film 300 de Zack Snyder et de son iconographie très particulière59 : cette filiation pop est assumée par les initiateurs du projet Taranto, la Città Spartana qui y ont vu un ingrédient stratégique susceptible d’attirer l’attention60. Ce ne sont d’ailleurs pas les seuls, puisque Sparte et ses reprises sont au cœur de la communication de nombreux mouvements identitaires en Europe et aux États‑Unis61.

  • 62 En Grèce, deux courants ont existé au xixe siècle, la vision établissant une continuité entre les G (...)
  • 63 Cette référence n’est pas nouvelle (Leoussi 1998 ; Chapoutot 2012) et correspond par ailleurs à un (...)
  • 64 Sur le site officiel du groupe d’extrême-droite Casapounds, un anonyme s’inquiète tout de même d’un (...)
  • 65 Après avoir été gouvernée par la conservatrice Lega d’Azione Meridionale et le parti de Berlusconi, (...)

22Avec la réouverture du musée et le développement d’une « fierté locale », l’ascendance des Parthéniens s’est trouvée simplifiée : aux oubliettes les bâtards fils de lâches, les fondateurs de Tarente sont des Spartiates, des vrais. Et les Tarentins actuels en sont les héritiers62. Cette ascendance remarquable explique le statut particulier des Tarentins : ils ne sont pas de simples Italiens, mais les représentants d’une civilisation glorieuse venue s’installer en Italie, les habitants de la seule fondation de Sparte au monde, ainsi que le répète à l’envi la communication de l’association Taranto, la Città Spartana. Le passage d’une ascendance à l’autre s’est fait sans écueil et la mairie, de gauche, s’en est fait en partie l’écho : depuis 2015, avec l’aide des associations, la cité a en effet mis en place un jumelage avec Sparte et encouragé les initiatives allant en ce sens. Combinés à une stratégie marketing misant sur la réputation des Spartiates et leur succès dans la pop culture, ces différents éléments ont conduit, depuis 2015 à la mise en place d’une « fierté spartiate » inédite chez les Tarentins. Ce néo-chauvinisme se manifeste notamment par des codes graphiques, le lambda, le casque spartiate et le bouclier, ainsi que par la mise en avant de valeurs dites spartiates, en réalité les mêmes valeurs conservatrices et viriles que l’extrême-droite mondiale et les mouvements nationalistes placent derrière cette référence63. Ainsi, dans de nombreux visuels récents, même l’élégant Taras se trouve bodybuildé et coiffé d’un casque spartiate. À Tarente, les partis politiques ne semblent cependant pas avoir particulièrement misé sur cet aspect de la cité64. Le Parti démocrate actuellement à la mairie a même adopté un nouveau blason pour Tarente : de Taras sur son dauphin ne reste que la queue du cétacé65.

Conclusions

  • 66 Sur la question des « racines », voir Bettini 2007 ; sur la question des relations entre Grecs et i (...)

23Dans ce cadre politique et marketing néolibéral et complexe, le musée de Tarente s’envisage comme une vigie scientifique et idéologique, en redonnant du contexte aux discours. Volontaires ou non, ceux‑ci présentent des lacunes plus ou moins significatives. Eva Degl’Innocenti souligne, par exemple, à quel point la problématique des populations indigènes antiques est absente de la communication et des textes des associations locales, quand le musée explique bien leur présence et leurs rapports avec les Grecs : soulignons que le musée archéologique national conserve des vestiges archéologiques issus de toutes les Pouilles, donc de sites indigènes, quand les initiatives privées se focalisent sur la cité grecque66. De part et d’autre, les acteurs contribuent volontairement à « une fierté tarentine », dans un cas liée aux institutions et à la nation, dans l’autre à une auto-exotisation visant à montrer la singularité des Tarentins et leur opposition millénaire à Rome, de la conquérante du iiie siècle av. J.‑C. à la capitale de l’État italien.

  • 67 Sur la question des usages politiques contemporains de l’Antiquité dans le monde, consulter par exe (...)
  • 68 Bièvre-Perrin 2019.

24Entre marketing territorial, récits identitaires et recherche scientifique, le développement de la nouvelle identité tarentine se fait sous l’influence de discours institutionnels et privés aux intérêts contradictoires, sur les bases d’une citoyenneté malmenée par l’histoire et la politique67. La situation n’est pas du tout la même à Naples (Campanie) ou à Reggio Calabria (Calabre) où se trouvent également d’importants musées archéologiques nationaux et où le passé grec local est très valorisé. À Naples, la réouverture de la section « Grande Grèce » en 2019 est l’occasion de parler de l’ensemble de l’Italie du Sud et des acteurs de l’archéologie. Quant aux Bronzes de Riace, conservés au Museo Archeologico Nazionale di Reggio Calabria, ils ont plutôt tendance à alimenter un discours humaniste et européen plutôt que local : les deux statues sont notamment assimilées aux migrants dont les corps s’échouent aujourd’hui sur les côtes italiennes. Le passé grec local est également un argument marketing dans des domaines très différents : en Sicile, il s’agit par exemple d’un élément capital de la communication de la marque Dolce & Gabbana68, une dimension qui pourrait se développer à Tarente suite au défilé Dior évoqué plus haut.

  • 69 Sur la notion d’autochtonie dans les politiques identitaires en Méditerranée contemporaine, voir Qu (...)
  • 70 Martina Gino, « Taranto, Francesco muore a vent’anni dopo una vita di lotta: “Era l’eroe sorridente (...)

25L’équilibre précaire de la ville de Tarente, suspendu aux décisions d’ArcelorMittal, repose en partie sur le musée et les associations, que la municipalité tente d’utiliser pour redonner du lustre à sa ville et provoquer un tournant écologique et touristique indispensable à la survie de la cité. Sensible à ces discours, la population de Tarente s’en empare et participe à la création d’une nouvelle identité spartano-tarentine, paradoxalement à la fois autochtone et étrangère, lui permettant de s’inscrire dans un récit glorieux et distinctif69. En mai 2019, la mort de Francesco Vaccaro d’une anémie hémolytique auto-immune, que certains attribuent à ILVA, a suscité un grand émoi dans la région : qualifié de combattant par la presse locale, le jeune homme a lutté contre la maladie depuis l’âge de 7 ans, jusqu’à sa mort à 20 ans. Il est notamment honoré d’un graffiti sur les murs de la ville, près du musée : « Les Spartiates ne meurent jamais, Francesco vit » (fig. 7)70.

Fig. 7. « Gli spartani non muoiono mai. Francesco vive! » [Les Spartiates ne meurent jamais. Francesco vit !] (via Roma, Tarente, 25 septembre 2019).

Fig. 7. « Gli spartani non muoiono mai. Francesco vive! » [Les Spartiates ne meurent jamais. Francesco vit !] (via Roma, Tarente, 25 septembre 2019).

Cl. de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

Basset 2006
Karine-Larissa Basset, Le légendaire sarrasin en France : configuration et histoire d’un contre‑récit national, xixexxe siècles, Grenoble, Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 2006.

Bertossi, Duyvendak 2016
Christophe Bertossi, Jan Willem Duyvendak, « Les migrations face au défi identitaire en Europe. Entre mémoire et identité : une crise européenne », in Thierry de Montbrial, Dominique David (éd.), RAMSES 2017 – Rapport annuel mondial sur le système économique et les stratégies, Malakoff, Dunod, 2016, p. 188‑191.

Bettini 2012
Maurizio Bettini, Contro le radici. Tradizione, identità, memoria, Bologne, Il Mulino, 2012.

Bièvre‑Perrin 2013
Fabien Bièvre‑Perrin, « 150 ans de recherche sur les marqueurs de tombe en Grande Grèce. Bilan historiographique et mise en perspective historique », Topoi 18.2, 2013, p. 347‑365.

Bièvre‑Perrin 2018
Fabien Bièvre‑Perrin, « Claiming the Classical (Classics and Politics in the 21st Century) – Réflexions et bilan », Carnet du LabexMed, décembre 2018, [en ligne], Lyon, mis en ligne le 12 décembre 2018, consulté le 28 octobre 2019. URL : https://labexmed.hypotheses.org/6498.

Bièvre‑Perrin 2019
Fabien Bièvre‑Perrin, « L’Antique globalisé : Dolce et Gabbana dans la vallée des temples », Antiquipop, juillet 2019, [en ligne], Lyon, mis en ligne le 08 juillet 2019, consulté le 28 octobre 2019. URL : https://antiquipop.hypotheses.org/7012.

Bièvre‑Perrin, Pampanay 2018
Fabien Bièvre‑Perrin, Élise Pampanay, « Esthétique et fonction du corps antique dans la publicité du xxie siècle », Thersites 6, mai 2018, [en ligne], mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 28 octobre 2019. URL : http://www.thersites.uni-mainz.de/index.php/thr/article/view/63.

Bondaz, Isnart, Leblon 2012
Julien Bondaz, Cyril Isnart, Anaïs Leblon, « Au‑delà du consensus patrimonial », Civilisations 61.1, 2012, [en ligne], mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 28 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/civilisations/3113.

Capdetrey, Zurbach 2012
Laurent Capdetrey, Julien Zurbach (éd.), Mobilités grecques. Mouvements, réseaux, contacts en Méditerranée, de l’époque archaïque à l’époque hellénistique, Bordeaux, Ausonius, 2012.

Chapoutot 2012
Johann Chapoutot, « La Grèce et la guerre : corps et sport sous le iiie Reich », in George Bensoussan, Paul Dietschy, Caroline François, Hubert Strook (éd.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet homme nouveau, Paris, Armand Colin, 2012, p. 105‑115.

Coarelli, Royo 2007
Filippo Coarelli, Manuel Royo, « Filippo Coarelli, archéologie, histoire de l’art et société », Perspective 1, 2007, [en ligne], mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 04 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3712.

Corsano 1979
Marinella Corsano, « Sparte et Tarente : le mythe de fondation d’une colonie », Revue de l’histoire des religions 196.2, 1979, p. 113‑140.

Degl’Innocenti et al. 2019
Eva Degl’Innocenti, Anna Consonni, Luca di Franco, Lorenzo Mancini, Mitomania. Storie ritrovate di uomini ed eroi, Rome, Gangemi Editore, 2019.

Dell’Aglio, Zingariello 2010
Antonietta Dell’Aglio, Amanda Zingariello (éd.), MArTA. Il museo nazionale archeologico di Taranto, Tarente, Scorpione Editrice, 2010.

Dozier 2021
Curtis Dozier, « Les terroristes du Capitole s’inspirent du monde antique », Antiquipop, décembre 2021, [en ligne], mis en ligne le 19 décembre 2021. URL : https://antiquipop.hypotheses.org/9505.

Faraoni 2013
Natalia Faraoni, « Mezzogiorno autonome et Mezzogiorno dépendant : parcours de développement dans le sud de l’Italie », Pôle Sud 38.1, 2013, p. 87‑101, [en ligne], mis en ligne le 16 septembre 2013, consulté le 28 juillet 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-pole-sud-2013-1-page-87.htm.

Hamilakis 2012
Yannis Hamilakis, « Indigenous Hellenisms/Indigenous Modernities: Classical Antiquity, Materiality, and Modern Greek Society », in George Boys‑Stones, Barbara Graziosi, Phiroze Vasunia (éd.), The Oxford Handbook of Hellenic Studies, Oxford, Oxford Handbooks, 2012, p. 19‑31.

Isnart 2012
Cyril Isnart, « Les patrimonialisations ordinaires. Essai d’images ethnographiées », ethnographiques.org 24, 2012 [Ethnographies des pratiques patrimoniales : temporalités, territoires, communautés], [en ligne], consulté le 28 juillet 2020. URL : https://www.ethnographiques.org/2012/Isnart.

Leoussi 1998
Athena Leoussi, Nationalism and Classicism: The Classical Body as National Symbol in Nineteenth-Century England and France, New York, St. Martin’s Press, 1998.

Lepore 2000
Ettore Lepore, La Grande Grèce. Aspects et problèmes d’une « colonisation » ancienne : Quatre conférences au Collège de France (Paris, 1982), Naples, Publications du Centre Jean Bérard, 2000.

Lo Martire 2000
Nino Bixio Lo Martire, La notte di Taranto (11 novembre 1940), Tarente, Schena Editore, 2000.

Maeder 2017
Felicitas Maeder, « La soie marine et son histoire : un produit textile de la Méditerranée », in Ricardo González Villaescusa, Katia Schörle, Frédéric Gayet, François Rechin (éd.), L’exploitation des ressources maritimes de l’Antiquité – Activités productives et organisation des territoires. xxxviies rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes & xiie colloque de l’association AGER, Antibes, Association pour la promotion et la diffusion des connaissances archéologiques, 2017, p. 77‑84.

Maiatsky 2012
Michail Maiatsky, « Comme dans le ventre de sa marâtre », Études de lettres 2‑3, 2009 [en ligne], mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 28 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/edl/445.

Massafra, Carrino 2004
Piero Massafra, Francesco Carrino, Il Centro Storico di Taranto: il Borgo, Tarente, Scorpione Editrice, 2004.

Mrozek 2018
Bodo Mrozek, « Sous une fausse bannière. Comment l’extrême droite adopte des symboles antiquisants de la culture‑pop dont l’histoire a pourtant tout pour lui déplaire », Antiquipop, mars 2018, [en ligne], Lyon, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 28 octobre 2019. URL : https://antiquipop.hypotheses.org/3596.

Peluso 1991
Giacinto Peluso, Storia di Taranto, Tarente, Scorpione Editrice, 1991.

Peluso 2004
Stefania Peluso, Il principato di Taranto, Modugno (Bari), Edizioni dal Sud, 2004.

Pollini 2011
Airton Pollini, « Les congrès de Tarente et les thèmes de recherche sur la Grande Grèce », MEFRA 123.2, 2011, [en ligne], mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 02 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/mefra/436.

Quantin 2020
François Quantin, Chimères autochtones. Le Malentendu identitaire en Méditerranée, Paris, Karthala, 2020.

Richer 2018
Nicolas Richer, Sparte : cité des arts, des armes et des lois, Paris, Perrin, 2018.

Settis 2004
Salvatore Settis, Futuro del «classico», Turin, Einaudi, 2004.

Wuilleumier 1970
Pierre Wuilleumier, Tarente des origines à la conquête romaine, Paris, De Boccard, 1970 (1939).

Haut de page

Notes

1 « Renzi a Taranto il 29 luglio per inaugurare l’ampliamento del Marta: “Novità per Ilva e porto” », La Repubblica – Bari, 25 juillet 2016, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20160726140753/https://bari.repubblica.it/cronaca/2016/07/25/news/renzi_a_taranto-144766425/.

2 Enrica Simonetti, « Eva Degli Innocenti nuova direttrice del MarTa “La Puglia così dinamica” », La gazzetta del Mezzogiorno, 19 août 2015, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/https://www.lagazzettadelmezzogiorno.it/news/newsweek/675544/eva-degli-innocenti-nuova-direttrice-del-marta-la-puglia-cosi-dinamica.html.

3 Non sans tensions : Emanuela Perrone, « “Taranto Spartana” contro “Taranto, la città Spartana”: nemmeno il gemellaggio mette le associazioni d'accordo », Cronache Tarantine, 31 août 2015, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20150903040739/www.cronachetarantine.it/index.php/primo-piano/item/5085-taranto-spartana-contro-taranto-la-citta-spartana-nemmeno-il-gemellaggio-mette-le-associazioni-d-accordo ; Alessandro Salvatore, « Taranto-Sparta, il gemellaggio lancerà il progetto del futuro? », La gazzetta del Mezzogiorno, 21 juin 2015, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116162819/https://www.lagazzettadelmezzogiorno.it/news/home/661766/taranto-sparta-il-gemellaggio-lancera-il-progetto-del-futuro.html.

4 Alessandro Salvatore, « “Spartan Race” i gladiatori tornano a Taranto », La gazzetta del Mezzogiorno, 11 octobre 2017, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20171019045303/http://www. lagazzettadelmezzogiorno.it/news/sport/938697/spartan-race-i-gladiatori-tornano-a-taranto.html.

5 Mrozek 2018.

6 Ella Ide, « L’Italie face au chantier titanesque de la dépollution de l’aciérie de Tarente », La Tribune, 11 août 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191111103227/https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/l-italie-face-au-chantier-titanesque-de-la-depollution-de-l-acierie-de-tarente-825603.html.

7 Isnart 2012.

8 Settis 2004.

9 Maiatsky 2009.

10 Wuilleumier 1970.

11 Maeder 2017, p. 77‑84.

12 Peluso 1991 ; Peluso 2004.

13 Massafra, Carrino 2004.

14 Lo Martire 2000.

15 Faraoni 2013.

16 « Italie : une aciérie mortelle dans les Pouilles ? », Franceinfo, 6 septembre 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/ 20191020102600/https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/italie-une-acierie-mortelle-dans-les-pouilles_3605799.html.

17 Andrea Barolini, « Le monstre écologique que l’Italie ne veut pas fermer », Reporterre, 2 octobre 2014, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190203021752/https://reporterre.net/Le-monstre-ecologique-que-l-Italie-ne-veut-pas-fermer.

18 Olivier Tosseri, « ArcelorMittal : le feuilleton de la reprise d’Ilva trouve son épilogue », Les Échos, 6 septembre 2018, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190831051527/https://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/arcelormittal-le-feuilleton-de-la-reprise-dilva-trouve-son-epilogue-138300 ; Olivier Tosseri, « ArcelorMittal menace de fermer l’aciérie Ilva de Tarente », Les Échos, 27 juin 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191104231842/https://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/arcelormittal-menace-de-fermer-lacierie-ilva-de-tarente-1033679.

19 « Deficit di Taranto, “il peggiore della storia” », La Gazzetta del Mezzogiorno, 9 mars 2007, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116163736/https://www.lagazzettadelmezzogiorno.it/news/home/58993/deficit-di-taranto-il-peggiore-della-storia.html.

20 Vittorio Ricapito, « Crac del Comune di Taranto: assolto l’ex sindaco, tre condanne. “26 milioni per le casse dell’amministrazione” », La Repubblica – Bari, 6 octobre 2014, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20141130092938/http://bari.repubblica.it/cronaca/2014/10/06/news/comune_taranto-97507561/.

21 Jérôme Gautheret, « En Italie, le dilemme des ouvriers d’ILVA entre défense de l’emploi et lutte contre la pollution », Le Monde, 15 septembre 2018, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191110172536/https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/09/15/en-italie-le-dilemme-des-ouvriers-d-ilva-entre-defense-de-l-emploi-et-lutte-contre-la-pollution_5355548_3234.html.

22 Reuters (Milan), « Arcelormittal : Le gouvernement italien conteste en justice le retrait d’Arcelor de l’aciérie Ilva », Le Figaro, 15 novembre 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191115165254/https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-gouvernement-italien-conteste-en-justice-le-retrait-d-arcelor-de-l-acierie-ilva-20191115.

23 Bertossi, Duyvendak 2016.

24 Dell’Aglio, Zingariello 2010.

25 Le processus n’est pas nouveau, il existait dans le royaume des Deux-Siciles. Une partie du matériel reste cependant en Italie, au musée royal bourbon de Naples et à celui de Lecce, au cœur des Pouilles.

26 Dell’Aglio, Zingariello 2010, p. 11.

27 « Expo 2015, “Ori di Taranto… o di Canosa ?” », Buonasera, 20 août 2015, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/ 20191116164005/https://www.tarantobuonasera.it/news/cronaca/31097/expo-2015-ori-di-taranto-o-di-canosa/.

28 Tite-Live, Histoire romaine XXVII 16, 7 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 18, 1‑2.

29 Pour une mise en perspective historiographique, voir Bièvre-Perrin 2013, p. 352‑353.

30 Dell’Aglio, Zingariello 2010, p. 11.

31 Andrea Fiorenza, « Polo museale tarantino – Ristrutturazione del museo nazionale archeologico di Taranto », Site officiel du ministère pour les biens et activités culturelles et pour le tourisme, 2 août 2016, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20161018235547/http://www.beniculturali.it/mibac/export/MiBAC/sito-MiBAC/Contenuti/MibacUnif/Comunicati/visualizza_asset.html_787854649.html.

32 « 29 luglio 2016: Inaugurazione del II piano », MArTA, site officiel du musée [En ligne], consulté le 18 août 2016. URL : https://web.archive.org/web/20160818103054/http://www.museotaranto.org/web/index.php?area=2&page=nws&cat=1&id=234&lng=it.

33 « Museo MarTa, alla guida confermata Eva Degl’Innocenti », Buonasera Taranto, 6 août 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190807133120/https://www.tarantobuonasera.it/news/72681/museo-marta-alla-guida-confermata-eva-deglinnocenti/.

34 Traduction de l’auteur : « L’inauguration du deuxième étage du Musée archéologique national de Tarente - MArTA a eu lieu le 29 juillet 2016. La nouvelle exposition retrace l’HISTOIRE des hommes et des femmes du Paléolithique au ive siècle av. J.‑C., liée à l’exposition du premier étage du Musée. Le Musée archéologique national de Tarente – MArTA a été RESTITUÉ AU PUBLIC ! C’est une plongée dans l’HISTOIRE : une NARRATION de Tarente et du territoire » ([En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191010175540/http://www.museotaranto.beniculturali.it/web/index.php?area=1&page=home&id=0&lng=it).

35 Je remercie Eva Degl’Innocenti pour l’entretien qu’elle m’a accordé à ce sujet en mai 2019.

36 Pollini 2011.

37 Les échos sont forts avec les idées défendues par Ranuccio Bianchi-Bandinelli et ses élèves Filippo Coarelli, Mario Torelli ou Andrea Carandini, voir Coarelli, Royo 2007.

38 Ash Mayhew, « Past For Future is a new adventure by the maker of Father and Son », Droid Gamers, 24 décembre 2018, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/save/https://www.droidgamers.com/2018/12/24/past-future-android/.

39 Chiffres communiqués par la direction du musée, également disponibles pour certains dans cet article : Antonio Di Giacomo, « Musei, in Puglia è Castel del Monte il più visto: in ascesa il Marta di Taranto. E Matera perde visitatori », La Repubblica – Bari, 15 janvier 2017, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20170116164756/https://bari.repubblica.it/cronaca/2017/01/15/news/musei_in_puglia_e_castel_del_monte_il_piu_visto_in_ ascesa_il_marta_di_taranto_e_matera_perde_visitatori-156034643/.

40 « MArTa a Taranto, dopo la visita della Ferragni è boom di contatti sul web », La gazzetta del Mezzogiorno,  23 juillet 2020, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20200725014613/https://www.lagazzettadelmezzogiorno.it/news/taranto/1239252/marta-a-taranto-dopo-la-visita-della-ferragni-e-boom-di-contatti-sul-web.html.

41 « Taranto, il museo MarTa diventa 3.0. Ecco la nuova identità visiva », La Ringhiera, 25 juillet 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190726130733/https://www.laringhiera.net/taranto-il-museo-marta-diventa-3-0-con-la-nuova-identita-digitale/.

42 Degl’Innocenti et al. 2019.

43 À ce propos, voir le dossier « Au‑delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations 61.1, 2012, et notamment la synthèse introductive (Bondaz, Isnart, Leblon 2012) afin d’observer comment ce processus se situe à différents niveaux et pour des patrimoines très variés (paysages, animaux, vestiges archéologiques…).

44 Richer 2018.

45 Antiochos cité par Strabon, Géographie VI 3, 2.

46 Éphore, dans Strabon, Géographie VI 3, 3.

47 Corsano 1979, p. 113‑140.

48 Cela n’est néanmoins pas unique, pensons aux premiers habitants de Rome par exemple ; sur la thématique des ancêtres non autochtones, voir Basset 2006 à propos du légendaire Sarrasin en France.

49 Le propriétaire du Museo Spartano a d’ailleurs mis en ligne une vidéo intitulée « I FONDATORI DI TARANTO ERANO SPARTANI NON FIGLI ILLEGITTIMI: Mario TzortzakisMario Tzortzakis » dans laquelle la généalogie des Tarentins est revisitée ([En ligne], consulté le 1er juin 2021). URL : https://web.archive.org/web/20191116162253/https://www.youtube.com/watch? v=8SNQdyvRsJM.

50 Seuls les travaux publiés par le musée attestent de nombreux éléments présentés comme scientifiques, comme la présence d’une voie « magno-grecque » dans le sous‑sol du musée, entre ce qui serait la muraille, une carrière et un lieu de culte inondé, transformé en thermes par les Romains (reportage d’Alessandra Martelloti pour TRM Network, « Culture. Il Museo Spartano di Taranto », TRM ART, 25 mars 2016, [En ligne], consulté le 1er juin 2021). URL : https://web.archive.org/web/20191116190752/https://www. youtube.com/watch?v=jBvhVbqiUlA, voir notamment de 12’53 à 15’25. Les textes publiés en ligne par l’association demeurent bien plus prudents que le discours offert au cours des visites guidées et dans le reportage TRM de 2016. L’hypogée semble par ailleurs habité de paranormal si l’on en croit plusieurs évènements organisés dans ses locaux : Alessandra Machitella, « A caccia di fantasmi e misteri nel museo spartano », Nuovo Quotidiano di Puglia, Taranto, 26 août 2016, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20160924043913/http://www. filonidetaranto.it/2016/08/ricerca-di-energie-esoteriche-nel-museo.html.

51 Isnart 2012.

52 Site officiel, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190830235915/http://tarantolacittaspartana.it/ ; « Taranto, la Città Spartana. La città jonica trasforma in brand il proprio passato e ospita ad ottobre la celebre Spartan Race », Fame di Sud, 30 juin 2016, [En ligne], consulté le 10 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20161114165023/http://www.famedisud.it/taranto-la-citta-spartana-la-citta-jonica-trasforma-in-brand-il-proprio-passato-e-ospita-ad-ottobre-la-celebre-spartan-race/.

53 Traduction de l’auteur : « le rétablissement d’une identité historique, de traditions d’origine ancienne et noble et du patrimoine culturel immatériel local, autant d’éléments ayant un grand impact sur l’imagination collective » ([En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116171246/http://www.tarantolacittaspartana.it/progetto/13-obiettivi).

54 « Il brand », [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116172124/http://www.tarantolacittaspartana.it/il-brand.

55 « DES MOTS À APPLIQUER À SA VIE : Les Spartans maîtrisent leurs émotions. Les Spartans apprennent continuellement. Les Spartans donnent avec générosité. Les Spartans sont des leaders. Les Spartans défendent leurs croyances, coûte que coûte. Les Spartans connaissent leurs faiblesses autant que leurs forces. Les Spartans font leurs preuves à travers leurs actions, et non leurs mots. Les Spartans vivent chaque jour comme si c’était le dernier », site officiel français de la Spartan Race, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116172717/http://web.archive.org/screenshot/https://www.spartanrace.fr/fr/about/our-story/the-spartan-code ; voir aussi le site officiel américain, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191017095916/https://www.spartan. com/en.

56 « Dopo di che a sottolineare il cambio di epoca e anche di livello culturale, diciamo lo [...] Nel secondo secolo avanti Cristo arrivano i Romani. È noto che i Romani amavano le terme. Per cui, quella struttura si presta bennessimo visto che il livello dell’aqua era più alto a l'epocha ad essere un piccola terma [...] ci sono le sedute i romani si sedevano e si asciugavano i piedi […] La differencia culturale, mi sì a consentito, è proprio questa, mentre i Greci si dedicavano al pensiero elevato, il luogo delle muse, museo [...] Quindi, mentre i Greci facevano questo, i Romani preferivano asciugarsi i piedi », Transcription du reportage de TRM Networks, 14’08 à 15’25 (voir supra).

57 Olivier Tosseri, « L’Italie, symbole et modèle de l’Europe à plusieurs vitesses », Les Échos, 26 avril 2017, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116172359/https://www.lesechos.fr/2017/04/litalie-symbole-et-modele-de-leurope-a-plusieurs-vitesses-1115355.

58 « Ilva, la Corte europea dei diritti umani condanna l’Italia: “Non ha protetto i cittadini di Taranto dall’inquinamento” », Il Fato Quotidiano, 24 janvier 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/ 20191116172620/https://www.ilfattoquotidiano.it/2019/01/24/ilva-la-corte-europea-dei-diritti-umani-condanna-litalia-non-ha-protetto-i-cittadini-di-taranto-dallinquinamento/4920462/.

59 Le film 300 est un péplum américain de Zack Snyder sorti en 2007, adapté du roman graphique éponyme de Franck Miller et Lynn Varley. Critiqué pour sa vision raciste opposant Orient et Occident, le film raconte de manière fantastique la bataille des Thermopyles de 480 av. J.‑C., au cours de laquelle les Spartiates affrontèrent l’armée perse.

60 « Il brand », [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL  : https://web.archive.org/web/20191116172124/http://www.tarantolacittaspartana.it/il-brand.

61 Mrozek 2018 ; Bièvre-Perrin 2018 ; dozier 2021.

62 En Grèce, deux courants ont existé au xixe siècle, la vision établissant une continuité entre les Grecs antiques et les Grecs actuels l’emportant largement, en lien avec la construction de l’État grec moderne : Hamilakis 2012.

63 Cette référence n’est pas nouvelle (Leoussi 1998 ; Chapoutot 2012) et correspond par ailleurs à un imaginaire très diffusé (Bièvre-Perrin, Pampanay 2018).

64 Sur le site officiel du groupe d’extrême-droite Casapounds, un anonyme s’inquiète tout de même d’une extinction de l’identité spartiate en raison de l’immigration, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/ 20191104211012/https://www.casapounditalia.org/casapound-la-verita-non-puo-essere/.

65 Après avoir été gouvernée par la conservatrice Lega d’Azione Meridionale et le parti de Berlusconi, Forza Italia, la mairie bascule à gauche en 2007 (Parti de la refondation communiste & Gauche, écologie et liberté, puis Parti démocrate à partir de 2017) ; « “Capitale di mare”. Nuovo brand per rilanciare Taranto a firma Proforma », UNA, 8 août 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20191116172858/https://unacom.it/2019/08/08/capitale-di-mare-nuovo-brand-per-rilanciare-taranto-a-firma-proforma/.

66 Sur la question des « racines », voir Bettini 2007 ; sur la question des relations entre Grecs et indigènes, voir par exemple Lepore 2000, p. 75‑95 (IV. L’« hellénisation » et les sociétés indigènes de l’Italie antique), ou Capdetrey, Zurbach 2012.

67 Sur la question des usages politiques contemporains de l’Antiquité dans le monde, consulter par exemple Bièvre-Perrin 2018.

68 Bièvre-Perrin 2019.

69 Sur la notion d’autochtonie dans les politiques identitaires en Méditerranée contemporaine, voir Quantin 2020.

70 Martina Gino, « Taranto, Francesco muore a vent’anni dopo una vita di lotta: “Era l’eroe sorridente dei Tamburi” », La Repubblica – Bari, 30 mai 2019, [En ligne], consulté le 19 avril 2021. URL : https://web.archive.org/web/20190920090456/https://bari.repubblica.it/cronaca/2019/05/30/news/taranto_muore_a_vent_anni_dopo_ 13_anni_di_battaglia_contro_l_anemia_emolitica_francesco_era_l_ero_sorridente_dei_tamburi_-227537093/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La raffinerie et le borgo antico depuis la ville moderne au sud (Tarente, 25 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 2. La façade du MArTA (Tarente, 25 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Fig. 3. L’entrée du MArTA avec la reproduction agrandie de la tête d’Héraclès (Tarente, 25 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Fig. 4. Procession des saints Côme et Damien dans un quartier du borgo antico dont les habitations sont en partie murées et abandonnées (Tarente, 27 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 5. L’entrée du Museo Spartano, dans le borgo antico (Tarente, 29 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 6. Pochoir reprenant le blason de Tarente et une couronne de laurier (Tarente, 30 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 575k
Titre Fig. 7. « Gli spartani non muoiono mai. Francesco vive! » [Les Spartiates ne meurent jamais. Francesco vit !] (via Roma, Tarente, 25 septembre 2019).
Crédits Cl. de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/571/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Bièvre‑Perrin, « Irréductibles Tarentins : entre Grèce et Italie, la construction d’une identité inspirée par l’Antiquité »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/571 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.571

Haut de page

Auteur

Fabien Bièvre‑Perrin

Gerda Henkel Stiftung, Aix-Marseille Université - LabexMed, USR3155 – IRAA

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search