Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3La matérialité du temps : usages ...De la fouille au musée : les part...

La matérialité du temps : usages patrimoniaux du passé en Méditerranée orientale (xixe et xxe siècles)

De la fouille au musée : les partages des antiquités égyptiennes au début du xxe siècle à travers l’exemple de Médamoud

From Excavation to Museum: The Distribution of Egyptian Antiquities at the Beginning of the 20th century through the Case of Medamud
Félix Relats Montserrat

Résumés

Au tournant des xixe et xxe siècles, le système des partages encadrés par la législation égyptienne constituait une des sources pour alimenter les collections muséales européennes. Si ce mécanisme a été étudié sur le plan des relations entre les puissances de l’archéologie coloniale, les objets compris dans ces processus n’ont pas autant attiré l’attention des chercheurs, de même que les négociations préliminaires entre les acteurs de l’archéologie de l’époque. Le cas d’étude développé dans le présent article porte sur le site de Médamoud, fouillé par l’Institut français d’archéologie orientale du Caire au nom du musée du Louvre, qui est représentatif des intérêts divergents entre les fouilleurs, les musées bénéficiaires et enfin les autorités égyptiennes chapeautées par un savant français. Derrière ces discussions, une histoire culturelle du mobilier de fouilles se dessine par les critères faisant d’un objet archéologique une œuvre muséale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : impérialisme colonial et fouilles archéologiques en Égypte

  • 1 Braudel 1977, p. 7.
  • 2 Schnapp 1993.
  • 3 Voir le débat autour de la publication du rapport de B. Savoy et F. Sarr commandité par E. Macron. (...)
  • 4 Cette notion, forgée par F. Hartog, vise à questionner la façon dont une société traite de son pass (...)

1Véritable carrefour de « civilisations entassées les unes sur les autres » pour reprendre l’expression de Fernand Braudel1, la Méditerranée a alimenté depuis longtemps les collections d’antiques à travers les cabinets de curiosités de la Renaissance, les acquisitions des voyageurs faisant leur « grand tour » ou l’exploration archéologique dès la fin du xixe siècle2. Or, ces « captations patrimoniales » – souvent masquées par la dé‑contextualisation de l’objet muséal – sont désormais source de débats d’opinion et de positionnements politiques témoignant du poids identitaire, mémoriel et culturel qui leur est attaché3. L’objet archéologique manifeste, dans ces débats, un régime d’historicité particulier car il appartient à une civilisation non contemporaine à son arrivée dans les collections muséales, mais participe d’une époque qui construit sa mémoire culturelle en référence à un passé révolu4.

  • 5 Le départ de l’armée d’Orient et l’installation de Mohammed ‘Ali ont profondément modifié le paysag (...)
  • 6 Reid 1998, p. 217‑238 ; Gayffier-Bonneville 2016, p. 161‑181.
  • 7 Sur la figure de Lord Cromer, Owen 2004.
  • 8 Le 28 février 1922, le Royaume‑Uni accorda unilatéralement son indépendance à l’Égypte, assortie de (...)

2Dans ces réflexions, l’Égypte ancienne occupe une place de choix, tant par la fascination qu’elle exerce encore – le succès de la récente exposition Toutankhamon à Paris et à Londres en est un bel exemple – que par le contexte géopolitique du pays à l’époque contemporaine qui offre un cas d’étude privilégié pour observer la constitution des collections dans un régime semi-colonial. En effet, théoriquement province de l’Empire ottoman depuis la conquête de Sélim Ier en 1517, l’Égypte a connu un processus de modernisation et de large autonomisation grâce aux politiques menées par la lignée de Mohammed ‘Ali, lancées après la fin de l’expédition de Bonaparte en 18015. Or, ces aspirations furent freinées avec la crise de la dette de 1876, puis en 1879 lors de la déposition du souverain – le khédive Isma‘il – et enfin en 1882 avec l’intervention militaire britannique suivant la révolte de ‘Urabi Pacha. De ce fait, le pays a subi le tournant impérialiste de la fin du xixe siècle quand les Britanniques établirent, à la fin des années 1870, une domination sur le pays fondée sur deux objectifs : d’un côté rétablir l’ordre pour protéger le canal de Suez et de l’autre assainir les finances de l’État6. Ceci explique la présence occidentale dans les organes de gouvernement égyptiens, particulièrement pour les finances, ainsi que le poids du consul-général britannique au Caire7. Les limites du système devinrent patentes quand l’Égypte fut déclarée protectorat britannique en 1914 face à l’engagement de l’Empire ottoman aux côtés de l’Allemagne. Certes, l’indépendance fut par la suite proclamée en février 1922 mais assortie de quatre points laissés sous le contrôle anglais. Il fallut attendre 1936 pour qu’elle devienne réellement effective, même si encore à cette date le canal de Suez restait sous protection britannique8.

  • 9 L’histoire des relations entre l’égyptologie et le contexte égyptien contemporain a connu ces derni (...)
  • 10 Pour le changement de paradigme, et l’intérêt porté aux biographies d’objets, voir l’introduction d (...)
  • 11 Sur le commerce d’antiquités, Hagen, Ryholt 2016. Les spoliations d’antiquités, quant à elles, ont (...)
  • 12 Gady 2011, § 16‑20.

3De ce fait, les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres sont un bon observatoire pour mettre en lumière l’évolution des politiques muséales dans un contexte qui a vu passer le pays d’un protectorat voilé à un état indépendant sous conditions. L’historiographie a souligné l’importance de ces processus de domination ainsi que l’hégémonie scientifique pesant sur la discipline égyptologique9. Sans remettre en question la pertinence de cette approche, je me propose d’inverser l’angle d’étude pour partir des objets et des acteurs qui ont présidé à leurs circulations10. D’emblée, il faut relever la diversité des modalités qui ont conduit à la naissance des collections et qui vont des spoliations aux achats auprès d’antiquaires, en passant par les fouilles. Si les deux premières sont bien connues, je souhaite interroger la dernière de ces modalités car c’est aussi celle qui questionne le plus les rapports de force11. Il s’agira donc d’étudier la mobilité des collections issues de fouilles légales, majoritairement à la charge d’acteurs occidentaux, mais qui sont régies par une législation égyptienne ad hoc. Cela explique le choix de centrer ma réflexion sur le début du xxe siècle, époque qui marque la fin de l’âge héroïque de la spoliation consulaire et l’aboutissement de la structuration d’une administration des antiquités égyptiennes sous tutelle française. Cette dernière prévoyait une division des découvertes avec les fouilleurs, appelée couramment partage12. À partir de là, il s’agira de réfléchir sur le rôle joué par les différents acteurs mais aussi sur leur positionnement par rapport aux objets, en tenant compte des critères qui ont présidé à la définition d’un objet archéologique digne d’être thésaurisé dans une institution muséale. C’est donc aussi une histoire culturelle du mobilier issu des fouilles qu’il faudra esquisser.

  • 13 Les recherches des fouilleurs et la réunion de leurs archives ont fait l’objet d’une thèse de docto (...)

4Pour définir les stratégies de tous les acteurs de l’archéologie de l’entre-deux-guerres, il faudrait avoir accès aux archives des différents musées occidentaux et du service des Antiquités, encore largement inexploitées. C'est pourquoi mon propos se fondera sur l’exemple d’un chantier de fouilles français en Égypte – celui de Médamoud – qui est représentatif des intérêts divergents des différents acteurs autour des objets archéologiques ; il s’agit aussi d’un des seuls sites où les archives des fouilleurs (Fernand Bisson de la Roque entre 1925 et 1932 puis Clément Robichon entre 1933 et 1939) ont été rassemblées13. Il se trouve à 5 km au nord‑est de Louqsor et est en partie implanté sur le kôm de l’antique Mȝdw, la plus septentrionale des villes du dieu Montou. Il fut fouillé par l’Institut français d’archéologie orientale (Ifao) entre décembre 1924 et avril 1939 au nom du musée du Louvre. De nos jours, sont encore visibles les ruines d’un temple remontant au Nouvel Empire (ca 1575-1077 av. J.‑C.), agrandi et modifié aux époques ptolémaïque et romaine. L’exploration archéologique du sous‑sol a toutefois démontré qu’il s’élevait sur l’emplacement de monuments religieux plus anciens, remontant au Moyen Empire (ca 1980-1760 av. J.‑C.) dont les reliefs ont alimenté les collections des musées du Caire et du Louvre. Au croisement de tutelles multiples, Médamoud offre donc un bon observatoire pour questionner les rapports entre l’Ifao, les fouilleurs, les musées bénéficiaires et enfin les autorités égyptiennes chapeautées par un savant français. L’ensemble de ces acteurs, dont les rapports sont souvent conflictuels et défendent des intérêts contradictoires, ont fixé la destinée des objets de fouille. Je présenterai d’abord les conditions légales qui présidaient à leur répartition avant d’en étudier les modalités pratiques et de questionner, enfin, la nature des objets soumis au partage.

La législation sur les antiquités égyptiennes

Le service des Antiquités, un acteur majeur de l’archéologie égyptienne

  • 14 Reid 2002, p. 100 ; Reid 2015, p. 20‑21.

5Le début du xxe siècle correspond à l’ouverture de l’exploration archéologique de Médamoud, sous la surveillance du service des Antiquités. Cette institution, fondée par Auguste Mariette en 1858, avait été chargée de limiter l’exportation des antiquités par la création du musée de Boulaq et d’éviter l’exploitation des sites par la mise en place d’inspections. Étant donné que sa direction échoua à un ressortissant français jusqu’en 1952, elle est souvent présentée comme une des formes de la domination occidentale sur l’archéologie égyptienne et en particulier de l’impérialisme français14. Or, l’acceptation de ce postulat conditionne la vision portée sur les rapports de force unissant les différents acteurs de l’archéologie de l’époque.

  • 15 Reid 2002, p. 99‑103 ; David 1994, p. 99‑108 ; Khater 1960, p. 59, n. 1.
  • 16 Il s’agissait donc d’un domaine khédival qui a été ultérieurement intégré à l’administration de l’É (...)
  • 17 La position d’A. Mariette au début de son mandat ne peut être qualifiée d’impérialiste, même indire (...)
  • 18 David 2010, p. 215‑216.
  • 19 Certes, A. Mariette était depuis 1855 conservateur-adjoint au musée du Louvre, mais sa situation éc (...)
  • 20 Khater 1960, p. 64‑65 ; Lebée 2013.
  • 21 Les autorisations de fouilles étaient signées par le vice‑roi lui‑même. Les firmans émis avant 1858 (...)

6En réalité, la documentation présente une situation plus complexe et le Service connut une évolution dans le temps qui en modifia le rôle, s’adaptant aux changements du contexte égyptien et occidental. Ainsi, le 1er juin 1858, date considérée comme celle de la naissance du service des Antiquités, correspond en réalité à la nomination d’Auguste Mariette par Saïd Pacha au titre de ma’mur al‑antiqat, directeur des antiquités15. À ce titre, il dépendait – à l’origine – directement du vice‑roi, qui lui avait concédé une délégation en matière d’antiquités16. Il s’agit donc d’une nomination personnelle, qui s’est d’ailleurs faite sans qu’A. Mariette ne reçût aucune directive officielle du gouvernement français le poussant à créer cette fonction. Bien évidemment, les bons rapports entre le khédive, Napoléon III et Ferdinand de Lesseps facilitèrent sa nomination, mais son action ne peut pas être considérée – dès 1858 – comme un projet de mainmise de l’archéologie égyptienne par la France stricto-sensu17. Pour preuve, rappelons qu’un premier brouillon du projet du service des Antiquités rédigé par Mariette prévoyait une gestion collective dans le cadre d’une commission internationale18. Même s’il est vain de chercher à estimer la sincérité de Mariette quand il plaide en faveur de la protection du patrimoine égyptien, la recherche d’un poste prestigieux apparaît comme un argument plus significatif au moment de la création du Service19. Dans le cadre de son action à la tête des antiquités égyptiennes, A. Mariette fonda le musée de Boulaq en 186320 et se réserva le monopole des fouilles, ce qui limita l’exploitation archéologique des expéditions étrangères de toutes nationalités21.

  • 22 Pour cette notion d’« indirect imperialism », Clancy-Smith 2010. Je remercie le recenseur anonyme p (...)
  • 23 Gady 1999, p. 46 ; Gady 2005 ; Gady 2014.
  • 24 Propos de Mariette cités par Wallon 1883, p. 531‑532.
  • 25 Sur la succession des directeurs du Service : David 1999, p. 80‑83. En 1898, la Mission archéologiq (...)
  • 26 Comme le fait remarquer É. Gady, le fait que l’article premier du traité mentionne la direction gén (...)
  • 27 Les discours de G. Maspero sont pourtant régulièrement cités à l’appui pour illustrer les actions d (...)

7Mais cette initiative, liée à la personnalité d’A. Mariette, fut réappropriée par la diplomatie européenne et devint, au fur et à mesure de l’avancement du siècle, une marque de l’impérialisme français indirect22. Avec le contrôle britannique sur l’Égypte, mis en place entre 1876 et 1882, la France se réserva la direction du service des Antiquités dans le cadre de ce qu’Éric Gady a appelé un « impérialisme scientifique »23. A. Mariette souligne lui‑même d’ailleurs les enjeux de sa succession dans sa correspondance dès les années 187024. Pour y faire face, la France avait créé une mission archéologique permanente au Caire afin qu’un de ses membres puisse être placé à la tête du Service ; la fonction échut à Gaston Maspero en février 188125. La gestion des antiquités était donc bien devenue un sujet diplomatique, comme le prouve la mention de la direction du service des Antiquités dans l’accord du 8 avril 1904 instituant l’Entente cordiale entre les deux pays où fut reconnue l’attribution permanente de ce poste à un savant français26. Il est néanmoins important de remarquer, méthodologiquement, qu’il n’est pas possible de prêter à A. Mariette les mêmes intentions qu’à G. Maspero qui vécut dans un contexte complètement différent, pas plus que le Mariette des années 1870 – en pleine déroute de Sedan – n’est le même qu’à son arrivée au Caire27. Au contraire, l’époque de G. Maspero est plutôt à comprendre dans le cadre de la construction des empires coloniaux lors de la conférence de Berlin de 1884‑1885.

  • 28 David 1999, p. 112‑118.
  • 29 Créé en 1887, ce comité est souvent présenté comme une manœuvre anglaise pour contrer Eugène Grébau (...)
  • 30 Voir supra n. 16.
  • 31 En effet, la fondation du Service n’entraina pas, au départ, la rédaction d’une loi sur les antiqui (...)
  • 32 Pour le texte du décret : Khater 1960, p. 282‑283.
  • 33 David 1999, p. 224 et 296‑301 ; Khater 1960, p. 112‑4. En plus de la loi de 1912, il faut aussi pre (...)

8Dans cette ère nouvelle pour les antiquités égyptiennes, le Service connut un triple tournant : d’une part, G. Maspero mit fin au monopole des fouilles en encourageant la fondation de l’Egyptian Exploration Society28. Progressivement, une telle ouverture entraîna à la mise en place d’une procédure pour l’obtention des autorisations des travaux de terrain (appelée concessions), délivrées par le comité d’égyptologie29. D’autre part, le personnel du Service, très limité à l’époque d’A. Mariette, se développa en nombre et en capacité d’action, devenant ainsi un organe du gouvernement égyptien à part entière30. Enfin, G. Maspero contribua à la mise en place d’une législation sur les antiquités31. En 1891, le décret du 17 novembre attribua la propriété de tous les objets découverts à l’État égyptien, mais fut prévue une compensation pour le fouilleur, appelée communément « partage ». Deux lots de valeur égale étaient constitués et étaient tirés au sort pour les répartir. S’il le considérait nécessaire, le Service pouvait racheter toute pièce que le sort avait attribué au fouilleur au prix que ce dernier fixait32. Toutefois, la législation ne fut pas jugée assez ferme et, en 1901, G. Maspero mit en place un projet de loi afin de préciser les pénalités contre les contrevenants aux règlements du Service et de compiler la législation existante en un seul texte cohérent. Celui‑ci tarda dix ans à se mettre en place et il fallut attendre 1912 pour que la nouvelle loi soit promulguée33. Celle‑ci prévoyait que : les antiquités étaient propriété de l’État ; les fouilleurs avaient le droit de recevoir une partie des antiquités en partage, correspondant à la moitié des objets ou à l’équivalant de leur valeur ; toute exportation d’antiquités devait obtenir une autorisation préalable de l’administration égyptienne.

  • 34 L’interdiction complète de l’exportation des antiquités ne fut votée que par la loi 117 de 1983 (Ha (...)

9Cette évolution législative est fondamentale pour les musées européens qui, à partir de cette date, disposaient uniquement de deux sources d’approvisionnement : d’une part, l’achat auprès de vendeurs ayant obtenu une licence et, d’autre part, le partage à l’issu des fouilles34.

L’entre‑deux-guerres et la direction de P. Lacau

  • 35 Voir le portrait résumé qu’en donne D. Reid : « Place names in Cairo still honor the memory of Cham (...)

10Si l’évolution du contexte politique égyptien, marquée par la proclamation de l’indépendance sous tutelle de 1922 et la montée du nationalisme, a bien été étudiée, on s’attarde moins sur Pierre Lacau qui a pourtant dirigé les Antiquités égyptiennes pendant presque la totalité de l’entre-deux-guerres35. Or ce dernier a, à son tour, laissé une empreinte majeure dans la gestion des fouilles.

  • 36 Khater 1960, p. 171. Ce dernier parle d’une « décision administrative » sans en préciser la nature. (...)
  • 37 « Art. 10. Toutes les antiquités trouvées pendant toute la durée des travaux seront remises au serv (...)
  • 38 « The coincidence of Tutankhamun’s tomb coming to light the same year the British unilaterally decl (...)

11En vertu d’une décision administrative de 1922, le partage des antiquités à lots égaux fut supprimé36. Désormais, tous les objets découverts pendant une campagne étaient réclamés par le Service, ce dernier étant libre d’en accorder une partie aux fouilleurs sous la forme de dons à sa discrétion. Cette procédure était spécifiée dans l’article 10 du contrat unissant le concessionnaire et le service des Antiquités37. L’historiographie a coutume de relier la modification de la législation à la découverte du tombeau de Toutankhamon, le 4 novembre 1922, qui aurait forcé P. Lacau à agir sous la pression de l’opinion publique égyptienne38. Or, contrairement à cette vision qui sous‑entend que le directeur du Service aurait agi sous la pression des mouvements nationalistes, il fut le moteur de ce changement. Certes le comité d’égyptologie se prononça sur la question uniquement le 6 décembre 1922, mais le sujet avait déjà été débattu pour la première fois en avril 1922 – soit plusieurs mois avant les travaux de Howard Carter. Ce fut une affaire de partage avec le Metropolitan Museum qui accéléra les démarches, comme le rappelle P. Lacau :

  • 39 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives EPHE.

Le 29 avril dernier [i.e. 1922], j’ai envoyé aux membres du comité, faute d’avoir pu les réunir en nombre suffisant, une note leur exposant ce que j’aurais désiré leur expliquer en séance. Parmi les questions à étudier se trouvait la modification de la loi sur les antiquités, en ce qui concerne le partage (Art. II.). Je vous avais déjà parlé plusieurs fois de la nécessité de réviser les articles de cette loi ayant trait à la division des objets trouvés entre le fouilleur et le Service des Antiquités. […] Les difficultés qui s’étaient élevées, au printemps dernier, au sujet de la compensation à donner au Metropolitan Museum of Arts de New York, en échange de la moitié de la valeur du sarcophage de la princesse Achait, que le Musée ne pouvait laisser partir à l’étranger, m’obligèrent à vous exposer la nécessité de cette modification. En effet, nous aurions dû donner au fouilleur une somme d’environ L.E. 3 000 pour compenser la moitié de la valeur de ce monument. Pour cela, il fallait fermer deux de nos chantiers. Nous avons préféré offrir la contrevaleur en antiquités et nous avons dû abandonner deux statues de Méréptah, récemment découvertes dans le temple de Louqsor, dont nous avions certes l’équivalent au Musée, mais qu’il aurait été désirable de laisser sur place. Les inconvénients du partage par moitié apparaissent d’une façon bien claire39.

  • 40 Jarsaillon 2017, n. 18.
  • 41 Le décalage dans l’application de cette décision s’explique en raison des convulsions de la politiq (...)

12P. Lacau avait donc porté ce projet depuis longtemps, témoignant ainsi de sa politique en faveur de la défense des antiquités égyptiennes. Les diverses découvertes ne firent qu’accélérer la procédure, qui s’appliqua à toutes les missions quelle que fût leur nationalité. Dans ce cas, le directeur du Service ne joua donc pas, visiblement, un rôle de protecteur des intérêts français. Pourtant, il dut faire face aux critiques qui l’accusaient d’instrumentaliser les partages dans les luttes géopolitiques franco-britanniques. C. Jarsaillon résume parfaitement la situation quand elle affirme : « alors que Lacau veut appliquer la nouvelle législation restrictive empêchant les objets de quitter l’Égypte, défendant ainsi les intérêts du pays, Carter et l’égyptologie anglaise le perçoivent comme une attaque française contre eux »40. Finalement, malgré ces critiques, la mesure fut appliquée à partir de janvier 192541.

  • 42 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives Lacau EPHE
  • 43 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives Lacau EPHE. Dans la pratique, seules les (...)

13L’ambiguïté de la position de P. Lacau est toutefois manifeste dans son opposition à la suppression totale des partages42. Il prit ici la défense des intérêts occidentaux officiellement dans l’objectif d’assurer l’accessibilité des œuvres à la communauté scientifique. Il souhaita ainsi que les objets cédés aux fouilleurs soient seulement des doublons déjà présents dans les collections nationales égyptiennes (« tout ce dont nous avons l’équivalent dans nos séries ») et que ces dons alimentent uniquement les musées afin qu’ils « demeurent accessibles à l’étude pour toujours »43. À titre d’exemple, il s’opposa farouchement à la demande de P. Montet de fouiller Tanis au nom de l’université de Strasbourg comme l’exprime É. Drioton dans une de ses lettres :

  • 44 Lettre manuscrite signée É. Drioton, datée du 2 février 1929, et adressée à Ch. Boreux, conservée a (...)

Il [Lacau] ne veut connaître que l’Instruction Publique dont le musée normal est le Louvre. Dans le même esprit, il ne veut pas que la publication des fouilles soit faite par Kémi : il sera stipulé que toutes les publications officielles des fouilles seront faites dans les collections de l’organe de l’instruction publique, l’IFAO44.

  • 45 Concrètement, Tanis est resté une mission indépendante de l’Ifao jusqu’à très récemment.

14P. Montet, professeur à Strasbourg, voulait que l’université fût le concessionnaire. Or, aux yeux de P. Lacau, le bénéficiaire ultime des fouilles devait être le ministère de l’Instruction publique français dont le Louvre et l’Ifao étaient les émanations. L’objectif des fouilles étant à ses yeux d’enrichir les collections muséales, c’était donc au Louvre de recevoir le partage des œuvres. L’Ifao devait en revanche gérer la fouille et les publications scientifiques, car le Louvre ne possédait pas de personnel fixe en Égypte. Dans ce cas, P. Lacau resta attaché au système de partages en faveur des pays concessionnaires des fouilles, mais y imposa des limites. Il alla même jusqu’à suggérer la mise en place d’une hiérarchie entre les institutions françaises qui n’existe pas administrativement : le Louvre, l’Ifao et les universités étaient certes partenaires et soumis au même ministère de tutelle, mais n’entretenaient que des rapports distants45.

15C’est dans ce contexte législatif qu’eut lieu l’exploration archéologique de Médamoud. Dès le xviie siècle, plusieurs voyageurs avaient signalé l’existence des vestiges, mais il fallut attendre le début du xxe siècle pour l’ouverture de fouilles systématiques. C’est le Louvre qui le premier s’est intéressé à Médamoud à travers la figure de son conservateur en chef, Georges Bénédite. En 1914, il réserva le site dans l’objectif de bénéficier des partages (encore soumis à la loi de 1912) pour enrichir les collections muséales françaises. Cependant, faute d’archéologues, les travaux ne débutèrent qu’en 1924, quand l’Ifao libéra un de ses pensionnaires pour diriger les recherches sur le terrain au nom du musée du Louvre. Or, à cette date, la législation avait déjà été modifiée et le partage par moitié avait été supprimé, perturbant profondément les objectifs initiaux. Cette organisation correspondait d’ailleurs à la vision préconisée par P. Lacau décrite supra.

Les négociations de partage : un bras de fer colonial ?

Le fonctionnement des partages : l’exemple de la campagne de 1926

16Ainsi, aux yeux du concessionnaire, le musée du Louvre, l’objectif d’une fouille était de récupérer des objets en partage malgré l’évolution de la législation. Celle‑ci prévoyait désormais qu’une demande devait être formulée au service des Antiquités, qui avait le dernier mot dans la répartition des œuvres. De ce fait, des négociations durent être menées à la fin de chaque campagne pour assurer au Louvre un lot d’objets. L’initiative revenait au concessionnaire qui devait informer le service des Antiquités des pièces qu’il souhaitait recevoir. Un lot d’archives daté de 1926, soit la fin de la deuxième campagne, permet d’illustrer cette procédure. F. Bisson de La Roque, au nom du Louvre, avait sélectionné 44 objets, ramenés au musée du Caire pour qu’ils puissent être examinés par le Service :

  • 46 Rapport de G. Foucart à Ch. Boreux, daté du 26 juin 1926, conservé aux Archives nationales (AN/ F/1 (...)

Le Musée Égyptien a retenu ceux des objets qu’il voulait et nous a abandonné le reste et pointé la liste. Séance tenante, les antiquités non gardées par le Service Égyptien ont été réemballées sur place avec emballage définitif, et scellées avec les cachets du Musée pour la sortie en douane et ramenées à Mounirah46.

Fig. 1. Décision du partage de 1926.

Fig. 1. Décision du partage de 1926.

Louvre/Département des Antiquités Égyptiennes.

17Le choix du Louvre s’était porté sur des objets remarquables soit par leur rareté, soit par la finesse de leur style, mais trois statues furent refusées et furent gardées par le musée du Caire (fig. 1). Or, les motifs ayant présidé à cette décision illustrent la démarche du Service.

  • 47 Sur ces statues, Bisson de la Roque 1927, p. 110‑115.
  • 48 Inventaire Médamoud 2210 et 2212, Bisson de la Roque 1927, p. 113‑114.

18En 1926, F. Bisson de La Roque découvrit trois paires de statues dédiées à Montou, le dieu tutélaire de la province thébaine sous sa forme taurocéphale, ainsi qu’à sa parèdre Rattaouy47. Le socle de chaque statue était gravé d’une inscription qui associait la divinité à l’une des quatre villes où son culte était rendu (Ermant, Tod, Thèbes et Médamoud). L’ensemble formait donc un lot, qui devait être constitué à l’origine de huit statues formant des couples de divinités, reliées à leurs temples respectifs. Mesurant 80 cm de hauteur, les statues étaient en calcaire, à l’origine recouvert de feuilles d’or – signe de leur probable usage cultuel – ce qui en faisait des documents d’exception attirant l’intérêt du musée. Dans la demande initiale, avaient été sélectionnées quatre des six statues. Les deux statues restantes avaient été laissées au magasin de Médamoud, en raison de leur état très fragmentaire48.

Fig. 2a. Statue de Montou seigneur de Thèbes (inv. 2208) gardée par le musée du Caire (JE 50033).

Fig. 2a. Statue de Montou seigneur de Thèbes (inv. 2208) gardée par le musée du Caire (JE 50033).

Archives Ifao (Pv_2004_10459).

Fig. 2b. Statue de Montou seigneur de Tod (inv. 2209) cédée au Louvre (E 12922).

Fig. 2b. Statue de Montou seigneur de Tod (inv. 2209) cédée au Louvre (E 12922).

Archives Ifao (Pv_2004_10358).

Fig. 3a. Statue de Rattaouy qui réside à Médamoud (inv. 2213) gardée par le musée du Caire (JE 50034).

Fig. 3a. Statue de Rattaouy qui réside à Médamoud (inv. 2213) gardée par le musée du Caire (JE 50034).

Archives Ifao (Pv_2004_10360).

Fig. 3b. Statue de Rattaouy qui réside à Thèbes (inv. 2211) cédée au Louvre (E 12923).

Fig. 3b. Statue de Rattaouy qui réside à Thèbes (inv. 2211) cédée au Louvre (E 12923).

Archives Collège de France (M00094).

  • 49 « La statue de Montou et celle de Rait‑taoui étaient des pièces tellement uniques jusqu’à présent q (...)

19Le Service refusa la proposition du Louvre préférant garder deux statues et céder les deux autres49. Dans ce cas, la règle du « double emploi » précédemment énoncée fut donc appliquée, même si elle n’allait pas forcément de soi. En effet, les six statues formaient un lot cohérent que le Service accepta de diviser, reconnaissant de la sorte l’intérêt que le Louvre pouvait avoir à acquérir des objets d’exception. Néanmoins, il fallut répartir les statues et le choix se fit par des critères esthétiques : pour départager celles de Montou, Le Caire garda celle en meilleur état de conservation (visible au niveau du museau en comparant les fig. 2a et 2b) ; en revanche, pour les statues de Rattaouy, le Service privilégia celle qui possédait le plus d’attributs iconographiques. Même si le corps de la statue cédée au Louvre était presque entièrement conservé (fig. 3a), elle était dépourvue de couronne (fig. 3b), ce qui était le cas de celle gardée pour Le Caire, malgré une cassure qui couvrait toute la moitié droite de son corps (fig. 3b). Dans les deux cas, le choix participait de la recherche du « bel objet » digne d’alimenter une collection muséale en adaptant les critères au cas par cas.

20Pour la troisième statue refusée, une tête de Sésostris III (inv. 2099 – Le Caire TR 18/6/26/2), le musée du Caire en possédait déjà de nombreux exemples et ne pouvait pas a priori être appliquée la règle des doubles. Le Service refusa tout de même de la céder en raison de la beauté de la pièce comme le rappelle G. Foucart dans son compte rendu :

  • 50 Rapport de G. Foucart (AN/ F/13604).

Mais là où je me suis trompé, c’est quand j’avais espéré que la tête en granit noir d’Ousirtasen III (?) nous serait abandonnée, en raison de l’existence de deux types identiques au musée du Caire. Mais celle que vous avez trouvée est trop nettement supérieure à ceux qui existaient, et de fait, à mon jugement, il n’existe pas une seule tête comparable à celle‑ci pour toute la série muséographique que l’on possède de ce souverain50.

Fig. 4. Statue de Sésostris III (inv. 2099 – TR 18/6/26/2).

Fig. 4. Statue de Sésostris III (inv. 2099 – TR 18/6/26/2).

Archives Ifao (Pv_2004_10353).

21Les partages impliquaient donc un équilibre d’intérêts. Même si le Service avait le dernier mot, l’administration ne pouvait pas attribuer au Louvre uniquement des objets de second choix. Par contre, les deux acteurs impliqués privilégiaient des critères esthétiques pour obtenir des objets dignes d’être exposés dans leurs musées respectifs, témoignant ainsi que le Service n’était pas à la solde des puissances étrangères.

Unica et lots d’objets

22Dans le cas de Médamoud, le grand nombre de remplois découverts posaient un problème supplémentaire. Ces blocs appartenaient à des monuments du Moyen Empire (XIIe et XIIIe dynasties, ca 1939-1760 av. J.‑C.) démontés sous le règne de Thoutmosis III (ca 1479-1425 av. J.‑C., XVIIIe dynastie) pour bâtir un radier sur lequel reposait un nouveau temple construit par ce souverain. Or, les différents blocs pouvaient être réassemblés pour restituer les portes, colonnes et portiques d’origine. Le Service, de ce fait, refusait formellement de séparer les lots comme le rappelait P. Lacau :

  • 51 AN/F/13604.

Dans le cas spécial de Médamoud, vous savez que la partie la plus importante des trouvailles est, depuis deux ans, d’ordre architectural : des fragments de construction sortant des fondations. Il est impossible de faire une division sérieuse avant que nous n’ayons la certitude qu’aucun de ces fragments d’architecture ne peut plus être complété51.

23Si un relief ou un élément architectural était isolé, il pouvait être examiné pour être – éventuellement – cédé au Louvre ; dans le cas contraire, c’est le monument dans sa totalité qui devait être discuté. Le Service était cependant peu enclin à se priver d’un lot complet en raison du nombre limité d’éléments architecturaux du Moyen Empire bien préservés. Cela créait une situation inextricable pour le musée parisien qui voyait ses chances d’obtenir une part de choix dans le partage diminuer.

Fig. 5. Linteau, Louvre E 13983.

Fig. 5. Linteau, Louvre E 13983.

Archives Ifao (Pv_2004_10640).

  • 52 Bisson de La Roque, Clère, Drioton 1928, p. 96 et 122 ; Bisson de La Roque 1930, pl. VIII ; Boreux (...)

24C’est ce contexte qui explique les mésaventures d’un linteau au nom de Sésostris III (inv. 3074), aujourd’hui conservé au Louvre (E 13983 ; fig. 5)52. Découvert en 1927, il est gravé dans le creux avec une double scène symétrique où le roi (au centre) présente deux offrandes alimentaires à Montou : à gauche, du pain blanc (t‑ḥḏ) et, à droite, du pain šʿ.t. Or, une série de blocs également découverts dans la plateforme de fondations de Thoutmosis III présentent une thématique très similaire. Ils s’assemblent pour former un porche construit aussi par Sésostris III, constitué originellement de 14 blocs dont 13 ont été préservés. Son nom est inscrit sur les montants extérieurs

(sbȝ n(y) šnʿ n(y) ḥtp.wt‑nṯr ‑

Image

« la porte du magasin des offrandes divines »)

et les deux parois intérieures sont gravées de scènes où le roi offre les mêmes pains (t‑ḥḏ et šʿ.t) au dieu Montou. La convergence des indices épigraphiques convainquit F. Bisson de La Roque – le fouilleur – d’associer les deux monuments, considérant que le bloc inv. 3074 correspondait au linteau manquant du porche. En raison de la finesse de son style, le Louvre manifesta très vite son intérêt pour le bloc qui fut envoyé à l’Ifao dès 1927 avant même que la décision de partage n’ait été prise et c’est pourquoi il est aussi souvent appelé le « linteau de Mounira », du nom du quartier où se trouve l’Institut. Cependant, le service des Antiquités refusait de séparer le lot et soutenait que le linteau devait être exposé avec le reste du porche qui, en raison de son importance, ne pouvait pas être accordé au Louvre. La question resta longtemps en suspens et la correspondance des différents acteurs du chantier évoque les hésitations du Service. Ainsi, le 2 mars 1930, Charles Boreux – conservateur en chef du Louvre – mentionne les informations contradictoires obtenues à ce sujet :

  • 53 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

Il [Bisson de la Roque] était encore très ému d’une visite que Gunn avait faite l’après‑midi même à Médamoud, visite au cours de laquelle il avait sorti des papiers, signés de Lacau et du ministre, et constata que tous les linteaux (y compris celui de Mounira) étaient attribués au Caire au titre du partage de l’année dernière […]. Lacau, que j’ai vu pas mal à Louxor cette semaine, déclare que le linteau de Mounira n’est pas encore définitivement attribué : qui faut‑il croire53 ?

25Or, à la fin de la campagne de 1930, Cl. Robichon, l’architecte du chantier, fit remarquer que le linteau ne pouvait pas appartenir au porche en raison de ses mesures, à la surprise de Ch. Boreux lui‑même :

  • 54 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

Il s’est produit un coup de théâtre : Robichon est venu affirmer que le linteau de Mounira ne faisait pas partie d’un ensemble ; on a longuement discuté, et la discussion se poursuit en ce moment au Caire : mais s’il était démontré que le linteau est sûr « isolé », Lacau me le donne54.

  • 55 Même si cette décision prit du temps. Ainsi, début mai 1930, Ch. Boreux attendait encore une décisi (...)
  • 56 Encore récemment l’exposition Sésostris III, organisée en partenariat par le musée des Beaux‑Arts d (...)

26La démonstration de Cl. Robichon permit in fine son attribution au Louvre en 193055 ; pourtant la littérature égyptologique, par habitude et pour renforcer l’importance du bloc, continue de le désigner habituellement comme le « linteau du magasin des offrandes »56. Le porche en revanche fut gardé par Le Caire. Ici, de nouveau, la décision du Service peut être lue sous plusieurs angles différents : d’un côté, il accepta de céder aux fouilleurs un objet de premier choix ; mais d’un autre côté, il se réserva le lot de blocs le plus important ; enfin, cela se fit au prix d’importantes négociations.

Les partages, un équilibre des puissances ?

27Reste encore à analyser la nature de ces négociations. Dans le cas du linteau finalement accordé au Louvre que nous venons d’évoquer, les rapports de force apparaissent clairement. Dès sa découverte en 1927, il fut transporté à l’Ifao où il resta pendant trois ans, tant que le Service ne prit une décision définitive. Les discussions se firent à partir de photographies, sans que l’administration égyptienne n’eût accès au bloc pendant un temps long. Symboliquement, le fouilleur gardait ainsi la possession du linteau : le Louvre ne voulait visiblement pas prendre le risque de l’amener au musée pour éviter qu’il ne lui échappe et cela constituait, indirectement, un moyen de peser sur les négociations. Une telle stratégie était possible uniquement parce que l’Ifao constituait une antenne française en Égypte, à la différence des autres musées qui venaient dans le pays mais ne pouvaient se permettre d’étaler la négociation sur plusieurs années sans que le devenir des objets soit tranché. Malgré tout, le service des Antiquités était souverain dans la décision à prendre et ses atermoiements mécontentèrent le Louvre, en la personne de son représentant, Ch. Boreux comme il le rappelle dans sa correspondance :

  • 57 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

Lacau, accusant Bisson de La Roque de ne pas lui établir – au moyen de photographies toutes à la même échelle – des dossiers suffisamment « parlants », déclare qu’il ne veut entamer aucune négociation avant d’avoir un dossier de ce genre. Bisson et Jouguet vont bien lui établir ce dossier, sur lequel il fera un choix « de principe » et nous retournerons tous les trois à Louxor (au moment de la visite de la reine des Belges) pour statuer définitivement ou plutôt pour l’entendre statuer définitivement. Tout cela est très énervant et fait perdre beaucoup de temps : mais que faire devant ces ukazes du moudir57 ?

  • 58 Reid 2015, p. 82‑84. Certes ce dernier affirme : « Pierre Lacau’s falling out with the IFAO directo (...)
  • 59 G. Maspero et P. Lacau ont ainsi dirigé l’Ifao avant de devenir directeurs généraux du service des (...)
  • 60 Reid 2015, p. 84. Sur le patriotisme du « soldat Lacau », voir infra.
  • 61 Sur l’influence de la presse nationaliste sur P. Lacau : Reid 2015, p. 75 et 84.

28Le choix du terme ukaze, en référence aux proclamations des tsars qui avaient force de loi, témoigne de son opposition à la législation des partages et au poids qu’elle accordait au Service. Plus globalement dans sa lettre, Ch. Boreux se plaint aussi de la mauvaise foi de P. Lacau dans les négociations. Cet exemple illustre les tensions existantes entre les fouilleurs et l’administration des Antiquités, qui ne peuvent pas être lues sous le prisme des tensions franco-britanniques comme cela est fait habituellement dans la mesure où les deux acteurs impliqués étaient des ressortissants français58. De même, contrairement à l’opinion encore trop souvent développée, il prouve que l’Ifao ne contrôlait visiblement pas le service des Antiquités, même si le Quai d’Orsay considérait le passage par le premier comme un vivier pour alimenter le deuxième59. Dans le cas des querelles franco-françaises, D. Reid propose même qu’une rivalité patriotique aurait opposé P. Lacau et G. Foucart, le directeur de l’Ifao, tous les deux étant déterminés à prouver « their devotion to France »60. Une telle interprétation n’est ici pas soutenable, sinon pourquoi Lacau n’aurait‑il pas cédé aux demandes françaises ? Aucune mention n’a été faite – à ma connaissance – de ces discussions dans la presse égyptienne ayant pu influencer sa position61. P. Lacau défend ici les intérêts égyptiens, tout en reconnaissant au Louvre le droit d’une part des objets, sans que des questions d’influence nationale soient soulevées.

29Un autre bon exemple est offert par les discussions du partage de 1929, connues grâce à la correspondance d’É. Drioton, conservateur-adjoint au musée du Louvre et épigraphiste du chantier :

  • 62 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 21 mars 1929, Archives de la RMN.

J’ai vu Lacau alité pour cause de grippe. J’ai discuté avec lui la question du partage et il serrait le bon bout car on a honte de contrarier un malade. J’ai tenu ferme les points suivants : 1) que la petite porte complète usurpée par Sebekhotep que j’ai demandée par‑dessus le marché (et j’ai bien eu tort, car je lui ai fourni les gants pour faire le bon prince en nous l’octroyant) ne nous satisfait pas du tout et que nous sommes prêts à la lui laisser. Il a ri en voyant son jeu percé et nous la donne comme bakshih. Je lui ai dit que nous le remercions, mais sans spéciale reconnaissance. 2) que nous désirions un autel. Là il est très embarrassé. Il ne veut pas donner l’autel de Ptolémée III parce que c’est une pièce unique. Dans le courant de la discussion, il a lâché :  « j’aimerais mieux donner l’autel de Sésostris III ». Je lui ai dit « nous acceptons ». Il a changé de conversation. La question restera en suspens cette année62.

  • 63 Sur Manéthon et la périodisation de l’histoire de l’Ancienne Égypte, Bonhême, Forgeau 1988, p. 43‑4 (...)
  • 64 La dernière synthèse en date faisant le point de la question est celle de Siesse 2019.

30Même si ce cas relève presque de l’anecdote, plusieurs éléments peuvent être mis en exergue. Tout d’abord, la mise en scène de l’échange entre le Service et le représentant du Louvre pendant une grippe de P. Lacau, utilisée comme théâtre des discussions. Ensuite, la position de ce dernier dans le cas des autels illustre l’attachement du Service aux objets uniques et à la préférence accordée à l’Égypte. Enfin, est rendue patente la stratégie du Louvre qui avait demandé une œuvre de second choix, une porte de la XIIIe dynastie, au départ comme complément d’une série de blocs de la XIIe dynastie. Cependant, le service des Antiquités accorda uniquement la porte demandée « par‑dessus le marché », signe de l’échec de la stratégie du Louvre. Indirectement, cet exemple témoigne aussi de l’importance de l’appréciation artistique portée sur les objets, reflet des connaissances historiques de l’époque. Au début du xxe siècle, la XIIIe dynastie était ainsi considérée comme une époque de décadence qui aurait entrainé la rupture de l’ordre établi du Moyen Empire (XIIe dynastie). Ici, les jugements artistiques rejoignent l’analyse historique : Manéthon, prêtre égyptien vivant sous le règne de Ptolémée II avait réuni les différents rois en trente dynasties depuis les origines mythiques de la monarchie jusqu’à l’arrivée d’Alexandre le Grand63. Ces différentes dynasties furent, au xixe siècle, regroupées en trois grands Empires, époques de centralisation politique et de grandeur artistique, séparés par trois périodes intermédiaires, caractérisées par une crise du pouvoir politique entraînant une déchéance artistique. Or, cette conception, calquée sur la vision que l’historiographie allemande avait de sa propre histoire, est aujourd’hui remise en question : non seulement la XIIIe dynastie est désormais réunie au Moyen Empire, mais les périodes intermédiaires sont interprétées comme des phases de foisonnement artistique64. D’ailleurs, aujourd’hui, le Louvre expose la porte reçue en partage en 1929, signe de l’intérêt porté pour cette phase de l’histoire égyptienne.

  • 65 Reid 2015, p. 84, n. 13. En ce sens, il fut décoré de l’ordre national de la Légion d’honneur à la (...)

31À travers ces deux exemples, il apparaît que la législation égyptienne entraînait, à la fin de chaque campagne, des négociations pour assurer la répartition des objets découverts année après année. Or, si celles‑ci expriment les stratégies des différents acteurs, elles mettent surtout en exergue la position précaire du directeur du service des Antiquités dans un milieu semi-colonial : au service de l’État égyptien tout en étant de nationalité française. Le Quai d’Orsay considérait bien d’ailleurs que sa position était stratégique, mais ne semble pas avoir pesé dans les négociations des partages65. En même temps, les querelles franco-françaises qui viennent d’être développées ne peuvent pas être lues sous le prisme des luttes impériales franco-britanniques ou de la rivalité patriotique française. P. Lacau apparaît, dans ce cadre, comme une personnalité voulant créer son propre équilibre entre ces influences multiples. Les postcolonials studies évoquent aussi souvent l’influence de l’opinion publique égyptienne, élément qui ne s’applique pas à Médamoud faute de médiatisation du chantier. De ce fait, les échanges épistolaires conservés ne participent pas des débats sur la nationalisation des antiquités et portent uniquement sur la cohérence des lots de blocs et sur leur rareté. Derrière ces discussions, ce sont des tensions multiples qui se dessinent dans un milieu colonial où les intérêts contradictoires ne peuvent pas être limités aux frontières nationales. Outre ces rapports de force, la vision que l’époque portait sur les artefacts issus des fouilles apparaît aussi comme un critère majeur.

Comment reconnaître un objet archéologique ?

  • 66 Voir supra.

32Par nature, les partages d’antiquités étaient liés à la patrimonialisation du mobilier issu des fouilles car les discussions portaient sur des objets susceptibles d’alimenter les collections muséales occidentales66. De même, le service des Antiquités, dès sa fondation, fut associé au musée du Caire dont le but était de conserver les œuvres mobiles pour éviter leur spoliation. Cependant, cette structure administrative tendait à concentrer les discussions autour des objets jugés dignes d’alimenter les collections muséales. L’égyptologie et son goût pour les objets inscrits intensifia également ce phénomène. Un problème se posait donc pour tous les objets non dignes d’être exposés, ce qui indirectement soulève le décalage entre l’œuvre muséale et l’objet de fouille à une époque où les grands musées occidentaux (dont le Louvre qui nous occupe) n’avaient pas encore de stratégie d’acquisition pour une grande partie des artefacts du quotidien.

Le cas des céramiques

  • 67 Pour un exemple de re‑datation, Barahona Mendieta 2014, p. 267‑280.

33Dans le cas de Médamoud, les céramiques offrent un exemple illustratif car, en Égypte pharaonique, il s’agit d’objets utilitaires peu ou pas décorés qui ne répondent pas a priori aux attentes esthétiques muséales. Or, le site dans l’Antiquité était un haut lieu de production céramique, que les Grecs appelèrent τὰ Κεραμεῖα. Les fouilles de F. Bisson de La Roque mirent logiquement au jour une quantité importante de matériel, ainsi que deux zones d’ateliers avec plusieurs fours préservés. Ils étaient bâtis en briques crues à l’origine et divisés en deux parties par une sole : la plus basse correspondant à la chambre de chauffe pour l’alimentation du foyer, la partie supérieure servant de chambre de cuisson pour la céramique, appelée plus communément « laboratoire ». Dans les années 1920, l’étude des céramiques n’était pas encore développée et les datations proposées étaient souvent erronées67. Dans les rapports publiés, sont mentionnées uniquement les pièces décorées jugées les plus intéressantes et, en tout, seules 125 pièces furent envoyées au Louvre en partage.

  • 68 « En attendant j’étudie la poterie copte décorée du site et en fais des séries dans les magasins de (...)

34Mais un des collaborateurs du chantier, É. Drioton, eut pour projet de commencer une sériation des céramiques byzantines68. C’est pourquoi plusieurs caisses furent demandées par le Louvre en partage. Clairement, le service des Antiquités n’était pas intéressé par cette documentation, nombreuse et difficile à mettre en valeur dans un musée et ne fit aucune objection à leur envoi à Paris. Le problème est que le Louvre ne semble pas avoir été plus enthousiaste à l’idée de recevoir ces objets, qui avaient été demandées en partage par défaut comme le raconte É. Drioton lui‑même :

  • 69 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 10 juillet 1928, Archives des Musées nationaux (O 30 982 (...)

Il se peut que vous receviez pendant mon absence les caisses de Médamoud. Ne soyez pas étonné par tous les tessons de poterie qu’elles renferment. J’avais demandé à M. Lacau de les laisser sortir « en communication ». Il m’a dit que ce n’était possible que pour les ostraca écrits, mais que pour avoir en France les ostraca décorés, il fallait les demander pour le Louvre. C’est donc ce que j’ai fait, mais vous pensez bien que je n’ai pas la prétention de vous embarrasser de toutes ces saletés. Puisque ces débris sont destinés à me permettre de faire mon rapport, il sera juste que je partage les frais de transport69.

  • 70 Annexe d’une lettre de F. Bisson de La Roque à P. Lacau, datée du 14 mars 1932 (Archives de l’Ifao,(...)

35C’est donc en tant que matériel d’étude que ces caisses furent envoyées, visiblement sans vocation à être intégrées aux collections du musée, témoignant ainsi de l’intérêt relatif qui leur était porté. Un problème supplémentaire se posa en 1932 quand F. Bisson de La Roque décida de fermer le site. Il fut alors décidé de vider les magasins pour en extraire les principaux objets qui y étaient encore entreposés. Plusieurs d’entre eux furent retenus par le musée du Caire et 19 pièces diverses furent envoyées au Louvre. Le reste du mobilier archéologique, essentiellement des céramiques et des petits éclats de calcaire peu exploitables, fut transporté à l’Ifao, dans l’objectif de l’envoyer ultérieurement au Louvre. F. Bisson de La Roque précise ainsi dans l’inventaire du contenu de l’une de ces caisses de céramiques : « ici pour étude à proposer plus tard au partage. Déjà vus par l’administration du musée qui n’en veut pas »70. De nouveau, le Service ne jugeait pas utile de garder les céramiques, mais le Louvre n’en voulut pas non plus :

  • 71 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 26 février 1931, Archives des Musées nationaux (O 30 982 (...)

J’essaye de faire passer les quelques pièces de série que je convoite en leur donnant des parallèles dans ma proposition : mais rassurez‑vous, tout le « lest » restera dans les caves de Jouguet. Je ne rapporterai pas de saletés71.

  • 72 Approximativement 709 tessons céramiques sont entreposés dans les caves de l’Ifao. Les petits éclat (...)

36É. Drioton, dans l’extrait de sa lettre, est donc bien conscient que les céramiques resteraient à l’Ifao, où elles sont encore aujourd’hui, contrairement au projet initial72. Ce matériel était donc suffisamment intéressant pour être étudié, mais pas assez pour être exposé. Évidemment, aujourd’hui ces pièces sont reconnues comme objets archéologiques et sont incluses dans les recherches de la mission que l’Ifao mène toujours à Médamoud.

L’influence de l’histoire des savoirs dans la constitution des collections archéologiques

  • 73 Rapport de F. Bisson de La Roque à Pierre Jouguet, daté du 20 janvier 1931, Archives de l’Ifao (ms‑ (...)
  • 74 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 4 mars 1927, Archives Drioton, Montgeron (dossier 30), (...)
  • 75 Par exemple, il avait l’habitude de laisser en place des structures isolées (blocs, briques cuites) (...)
  • 76 Lacoste 2011, § 17.

37Outre le rôle primordial joué dans les processus d’acquisitions d’antiquités, le regard porté sur le mobilier de fouilles explique également les stratégies suivies pour explorer le site. Dans le cas de Médamoud, le kôm antique couvre une surface de plus de 15 hectares, dont une infime partie a été étudiée. Les fouilleurs se concentrèrent sur le temple dans l’espoir de trouver des maçonneries en pierre décorées, susceptibles d’être soumises en partage. Ils délaissèrent, de ce fait, les structures urbaines et artisanales en briques crues, qui entouraient le temenos. Mais, indépendamment de l’intérêt du Louvre – dont l’objectif était de récupérer des objets en partage –, les fouilleurs eux‑mêmes partageaient ce point de vue comme cela est visible dans la stratégie suivie par F. Bisson de La Roque. Ce dernier commença par dégager le temple (1925 et 1926), puis explora les annexes qui l’entouraient à l’intérieur de l’enceinte romaine en même temps qu’il démonta les fondations du sanctuaire pour en extraire des blocs en remploi (1927‑1930). En 1931, les travaux dans le temple furent complétés et il ne restait plus que ses accès à étudier. Or, au fur et à mesure qu’avançait la fouille du dromos, l’intérêt que F. Bisson de La Roque portait à Médamoud décroissait. Il l’exprime très clairement dans sa correspondance en parlant des résultats de la campagne : « Il est bien entendu, toutefois, que je considère la fouille de cette année comme ne devant pas payer en objets notre dépense »73. C’est pourquoi il commença à chercher un nouveau chantier en accord avec les objectifs du musée du Louvre et s’intéressa au site de Tôd74. L’année suivante, en 1932, le chantier fut finalement jugé « épuisé » et le Louvre demanda cette nouvelle concession. F. Bisson de La Roque illustre donc bien les priorités de son époque et – comme de nombreux autres égyptologues de son temps – sa technique de fouille ne s’était pas adaptée à l’évolution des techniques archéologiques. La priorité restait ainsi fixée au dégagement de l’objet et non pas à l’enregistrement de son contexte de découverte75. La photographie, par exemple, était conçue comme un outil documentaire pour illustrer l’état d’avancement des fouilles de terrain. Les maçonneries sont ainsi photographiées en cours de dégagement, souvent avec des ouvriers en mouvement, permettant rarement de comprendre les relations stratigraphiques. Comme le fait remarquer A. Lacoste à propos des clichés de G. Legrain à Karnak : « la scène relève plus de l’évènementiel que du scientifique »76. F. Bisson de La Roque illustre ainsi les pratiques d’une époque qui contextualisent aussi l’univers mental sous‑jacent à la législation sur les antiquités.

  • 77 Pour la désignation des années 1920 et 1930 comme l’âge d’or de l’égyptologie, Stevenson 2019, p. 1 (...)
  • 78 Singaravélou 2013.

38Le système des partages mis en place après la Première Guerre mondiale, époque habituellement considérée comme l’âge d’or de l’archéologie égyptienne77, a été un des moteurs de la constitution des collections muséales du Louvre et du musée du Caire pour le cas de Médamoud qui nous a occupé. Ainsi, depuis 1925, le Louvre a dû adapter sa stratégie d’approvisionnement d’œuvres d’art quand le marché des antiquités se complexifiait et s’est tourné vers la recherche archéologique en partenariat avec l’Ifao dont les fouilles constituent une importante source pour les collections du musée. L’évolution de la législation des antiquités a ainsi mis les œuvres d’art au cœur de rapports internationaux tiraillés entre la protection du patrimoine égyptien et les intérêts occidentaux. Toutefois, le cadre national n’apparaît pas comme un filtre de lecture adapté à la nature de ce chantier qui ne bénéficia d’aucune médiatisation et dont les partages ne furent pas des « affaires » qui mobilisèrent l’opinion publique. En revanche, la personnalité de P. Lacau et ses convictions personnelles apparaissent comme un élément fondamental. S’il est souvent présenté comme un soldat patriote au service de la France, en référence à son engagement pendant la Grande Guerre, son mandat à la tête du service des Antiquités est au contraire marqué par une recherche d’équilibre dans les intérêts contradictoires des acteurs de l’archéologie de son temps. Nous rejoignons ici les tendances actuelles de l’historiographie des mondes coloniaux qui tend à les considérer non pas comme des espaces de domination uniforme, mais comme des lieux d’interactions et de négociations asymétriques78. Sans remettre en cause les tensions liées à l’impérialisme colonial ni l’ambiguïté de la position du Service, l’exemple de Médamoud invite aussi à compléter cette approche en ayant recours à une histoire culturelle du mobilier de fouille, considérant aussi bien l’univers mental des acteurs de l’époque que le regard qu’ils portaient aux œuvres muséales. Les remarques qui précèdent sont tirées d’un exemple, certes illustratif, mais qui ne peut être érigé en règle. Il serait bon d’explorer les archives administratives des différentes administrations pour éclairer la stratégie des autres musées européens, avec leurs fouilles respectives, ainsi que de les comparer aux achats effectués sur le marché de l’art.

Haut de page

Bibliographie

Alleaume 1998
Ghislaine Alleaume, « Muhammad ‘Ali, pacha d’Égypte (1771‑1849) », in Dominique Jacobi (éd.), Pascal Coste, Toutes les Égypte, Marseille, Parenthèses, 1998, p. 49‑70.

Andreu‑Lanoë 2014
Guillemette Andreu‑Lanoë, « Linteau et statues au nom de Sésostris III provenant du temple de Médamoud », in Fleur Morfoisse, Guillemette Andreu-Lanoë (éd.), Sésostris III, pharaon de légende, Catalogue d’exposition, Lille, Palais des Beaux‑Arts, 9 octobre 2014-25 janvier 2015, Gent, Snoeck, 2014, p. 128.

Barahona Mendieta 2014
Zulema Barahona Mendieta, « La producción de cerámica en Medamud, Estudio de la cerámica procedente de los hornos del Reino Nuevo, Baja Época y Época Ptolemaica », BCE 24, 2014, p. 267‑280.

Bisson de La Roque 1927
Fernand Bisson de La Roque, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1926), Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, FIFAO IV/1, 1927.

Bisson de la Roque 1930
Fernand Bisson de La Roque, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1929), Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, FIFAO VII/1, 1930.

Bisson de La Roque, Clère, Drioton 1928
Fernand Bisson de La Roque, Jacques Jean Clère, Étienne Drioton, Rapport sur les fouilles de Médamoud (1927), Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale, FIFAO V/1, 1928.

Bonhême, Forgeau 1988
Marie‑Ange Bonhême, Annie Forgeau, Pharaon, Les secrets du pouvoir, Paris, Armand Colin, 1988.

Boreux 1932
Charles Boreux, « À propos d’un linteau représentant Sésostris III trouvé à Médamoud (Haute‑Égypte) », MonPiot XXXII, 1932, p. 1‑20.

Braudel 1977
Fernand Braudel, La Méditerranée, l’espace et l’histoire, Paris, Arts et métiers graphiques, 1977.

Clancy-Smith 2010
Julia A. Clancy-Smith, Mediterraneans: North Africa and Europe in an Age of Migration, c. 1800-1900, Oakland, University of California Press, 2010.

David 1994
Elisabeth David, Mariette Pacha, 1821‑1881, Paris, Pygmalion-Gérard Watelet, 1994.

David 1999
Elisabeth David, Gaston Maspero, 1846‑1916, Le gentleman égyptologue, Paris, Pygmalion-Gérard Watelet, 1999.

David 2010
Elisabeth David, « Un brouillon de Mariette : un projet pour un Service des Antiquités de l’Égypte International », RdE 61, 2010, p. 209‑224.

Gady 1999
Éric Gady, « L’égyptologie : une science française ? », EAO 12, 1999, p. 41‑48.

Gady 2005
Éric Gady, Le pharaon, l’égyptologue et le diplomate : les égyptologues français du voyage de Champollion à la crise de Suez (1828‑1956), thèse de doctorat, université de Paris-Sorbonne, 2005.

Gady 2011
Éric Gady, « L’archéologie de l’Égypte antique pendant la période coloniale de l’occupation britannique à la découverte du tombeau de Toutankhamon », Les nouvelles de l’archéologie 126, 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 13 juillet 2019, https://journals.openedition.org/nda/1195, DOI : 10.4000/nda.1195.

Gady 2014
Éric Gady, « Un impérialisme scientifique ? l’exemple de l’égyptologie », in Michèle Battesti, Jacques Frémeaux (dir.), Sortir de la guerre, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2014.

Gayffier-Bonneville 2016
Anne-Claire De Gayffier-Bonneville, Histoire de l’Égypte moderne, l’éveil d’une nation xixexxe siècle, Paris, Flammarion, Champs Histoire, 2016.

Goode 2007
James F. Goode, Negotiating for the Past: Archaeology, Nationalism, and Diplomacy in the Middle East, 1919‑1941, Austin, University of Texas Press, 2007.

Grange 1994
Daniel Grange, « Archéologie et politique, égyptologues et diplomates français au Caire (1880‑1914) », in Michel Dewachter, Alain Fouchard (éd.), L’égyptologie et les Champollion, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, p. 355‑370.

Guichard 2013
Sylvie Guichard, « D’une expédition à l’autre, de Bonaparte à Champollion (1798‑1828) », in Philippe Mainterot, Hélène Jagot (éd.), Du haut de ces pyramides… l’expédition d’Égypte et la naissance de l’égyptologie (1798‑1850), exposition présentée au musée de la Roche‑sur-Yon et à la médiathèque Benjamin-Rabier du 14 décembre au 22 mars 2014, Lyon, Fage, 2013, p. 192‑203.

Hagen, Ryholt 2016
Fredrik Hagen, Kim Ryholt, The Antiquities Trade in Egypt 1880‑1930, The H.O. Lange Papers, Sci.Dan.H.4/8, Copenhague, The Royal Danish Academy of Sciences and Letters, Scientia Danica, Series H, Humanistica 4.8, 2016.

Hartog 2003
François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003.

Jarsaillon 2017
Carole Jarsaillon, « Schiaparelli et les archéologues italiens aux bords du Nil : égyptologie et rivalités diplomatiques entre 1882 et 1922 », RiME 1, 2017, DOI : 10.29353/rime.2017.1231.

Khater 1960
Antoine Khater, Le régime juridique des fouilles et des antiquités en Égypte, Le Caire, Ifao, RAPH 12, 1960.

Lacoste 2011
Anne Lacoste, « “Un moyen de reproduction si exact” ? La photographie dans les missions archéologiques en Orient (1860‑1900) », Les nouvelles de l’archéologie 126, 2011, mis en ligne le 30 décembre 2014, consulté le 04 septembre 2019, http://journals.openedition.org/nda/1207, DOI : 10.4000/nda.1207.

Laurens 2004
Henry Laurens, Orientales III, Parcours et situations, Paris, CNRS éditions, 2004.

Lebée 2013
Thomas Lebée, Le musée d’antiquités égyptiennes de Bulaq (1858‑1889), Faire connaître et aimer l’Égypte ancienne au xixe siècle, mémoire d’étude, École du Louvre, 2013.

Mestyan 2017
Adam Mestyan, Arab Patriotism, The ideology and Culture of Power in Late Ottoman Egypt, Princeton, Princeton University Press, 2017.

Owen 2004
Roger Owen, Lord Cromer, Victorian Imperialist, Edwardian Proconsul, Londres, Oxford University Press, 2004.

Postel 2014
Lilian Postel, « Le paysage monumental de la vallée du Nil sous le règne de Sésostris III », in Fleur Morfoisse, Guillemette Andreu-Lanoë (éd.), Sésostris III, pharaon de légende, Catalogue d’exposition, Lille, Palais des Beaux‑Arts, 9 octobre 2014-25 janvier 2015, Gent, Snoeck, 2014, p. 114‑132.

Reid 1998
Donald Malcolm Reid, « The Urabi Revolution and the British Conquest 1879‑1882 », in Martin W. Daly (éd.), The Cambridge Hisory of Egypt II, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 217‑238.

Reid 2002
Donald Malcolm Reid, Whose pharaohs? Archaeology, Museums, and Egyptian National Identity from Napoleon to World War I, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 2002.

Reid 2015
Donald Malcolm Reid, Contesting Antiquity in Egypt, Archaeologies, Museums and Struggle for Identities from World War I to Nasser, Le Caire-New York, The American University in Cairo Press, 2015.

Relats Montserrat à paraître
Félix Relats Montserrat, Médamoud I. L’histoire d’une fouille (1924‑1940), Le Caire, FIFAO, à paraître.

Sarr, Savoy 2018
Felwine Sarr, Bénédicte Savoy, « Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle », rapport commandé par le Président de la République, rendu le 23 novembre 2018, 2018. Accessible en ligne : http://www.icom-musees.fr/ressources/rapport-sur-la-restitution-du-patrimoine-culturel-africain-vers-une-nouvelle-ethique (consulté en décembre 2019).

Schnapp 1993
Alain Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, La Découverte, 1993.

Siesse 2019
Julien Siesse, La XIIIe dynastie. Histoire de la fin du Moyen Empire égyptien, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2019.

Singaravélou 2013
Pierre Singaravélou (dir.), Les empires coloniaux. xixexxe siècle, Paris, Le Seuil, Point Histoire, 2013.

Stevenson 2019
Alice Stevenson, Scattered Finds, Archaeology, Egyptology and Museums, Londres, UCL Press, 2019.

Valentin 2019
Manuel Valentin, « Restituer le patrimoine “africain” », Les nouvelles de l’archéologie 155, 2019, mis en ligne le 06 septembre 2019, consulté le 29 novembre 2019, http://journals.openedition.org/nda/5953 ; DOI : 10.4000/nda.5953.

Vercouter 1980
Jean Vercouter, « Introduction », in Livre du Centenaire 1880‑1980, Le Caire, Ifao, MIFAO CIV, 1980, p. VII‑XXIII.

Wallon 1883
Henri Wallon, « Notice sur la vie et les travaux de François-Auguste-Ferdinand-Mariette-Pacha, membre ordinaire de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », CRAIBL 27/4, 1883, p. 481‑584.

Haut de page

Notes

1 Braudel 1977, p. 7.

2 Schnapp 1993.

3 Voir le débat autour de la publication du rapport de B. Savoy et F. Sarr commandité par E. Macron. Nous empruntons à ces auteurs l’expression « captation patrimoniale » (Sarr, Savoy 2018). Pour une réflexion critique, Valentin 2019.

4 Cette notion, forgée par F. Hartog, vise à questionner la façon dont une société traite de son passé en interrogeant les temporalités qui structurent ou ordonnent les évènements historiques et leurs perceptions. Plus largement, la notion sert à désigner la modalité de conscience de soi d’une communauté humaine en traitant de la manière dont elle ressent (consciemment ou inconsciemment) son historicité. Appliquée aux sociétés contemporaines, cette notion met en lumière l’importance du présent, qu’il nomme « présentisme », mais plus largement elle permet d’étudier les rapports que les sociétés créent entre passé, présent et futur. Se rapporter à Hartog 2003.

5 Le départ de l’armée d’Orient et l’installation de Mohammed ‘Ali ont profondément modifié le paysage politique égyptien. La campagne de modernisation voulue par le pacha d’Égypte a entraîné l’ouverture du pays sur l’extérieur, marquée par l’installation de nombreux européens. Pour une vue d’ensemble, Gayffier-Bonneville 2016, p. 49‑64 ; sur Mohammed ‘Ali, Alleaume 1998, p. 49‑70.

6 Reid 1998, p. 217‑238 ; Gayffier-Bonneville 2016, p. 161‑181.

7 Sur la figure de Lord Cromer, Owen 2004.

8 Le 28 février 1922, le Royaume‑Uni accorda unilatéralement son indépendance à l’Égypte, assortie de quatre points gardés sous l’autorité anglaise (la sécurité des communications, la défense de l’Égypte, la protection des intérêts étrangers et le Soudan). Cet équilibre précaire resta en place jusqu’au traité anglo-égyptien du 26 août 1936, dont la durée avait été fixée à vingt ans, qui établissait une égalité juridique entre les deux États. Les Britanniques étaient désormais cantonnés en temps de paix dans la zone du canal de Suez. Pour ces deux étapes, Laurens 2004, p. 167‑169 et 176‑177.

9 L’histoire des relations entre l’égyptologie et le contexte égyptien contemporain a connu ces dernières années un fort renouveau, marqué par les recherches des postcolonial studies. Voir Reid 2002, p. 21‑64, et Reid 2015, p. 1‑11 et 15. Pour un point de vue plus nuancé, Gady 2011 ; Jarsaillon 2017.

10 Pour le changement de paradigme, et l’intérêt porté aux biographies d’objets, voir l’introduction du présent dossier, A. Dalachanis et M. Volait.

11 Sur le commerce d’antiquités, Hagen, Ryholt 2016. Les spoliations d’antiquités, quant à elles, ont été rendues célèbres pendant « l’ère des consuls ». L’expression fait référence à l’opposition entre les représentants français et anglais – Bernardino Drovetti et Henry Salt respectivement – qui ont patronné chacun des expéditions archéologiques concurrentes, encourageant ainsi un nouvel intérêt pour les antiquités pharaoniques : Guichard 2013, p. 199‑203 ; Reid 2002, p. 37‑39.

12 Gady 2011, § 16‑20.

13 Les recherches des fouilleurs et la réunion de leurs archives ont fait l’objet d’une thèse de doctorat, soutenue par l’auteur en Sorbonne en 2016 et qui a été rendue pour publication à l’Ifao : Relats Montserrat à paraître.

14 Reid 2002, p. 100 ; Reid 2015, p. 20‑21.

15 Reid 2002, p. 99‑103 ; David 1994, p. 99‑108 ; Khater 1960, p. 59, n. 1.

16 Il s’agissait donc d’un domaine khédival qui a été ultérieurement intégré à l’administration de l’État au moment de l’intervention européenne pour le contrôle de la dette égyptienne. Un processus similaire a été étudié par A. Mestyan pour les théâtres khédivaux (Mestyan 2017, p. 239), qu’il soit ici remercié pour les discussions sur le sujet. Le service des Antiquités fut ensuite rattaché au ministère des Travaux publics en décembre 1878 (Mestyan 2017, p. 240, n. 6). Le 16 mai 1883, cette décision fut confirmée par un décret spécifiant que le musée de Boulaq et les objets qu’il contenait étaient désormais considérés comme propriétés du domaine public de l’État sous la responsabilité du ministre des Travaux publics (Khater 1960, p. 281, annexe VI).

17 La position d’A. Mariette au début de son mandat ne peut être qualifiée d’impérialiste, même indirectement, car elle ne repose pas sur une stratégie politique liée à l’État français. S’il se propose lui‑même comme intermédiaire et informateur auprès de l’empereur, cela ne fait pas pour autant de lui un agent de la France. La proximité avec la famille impériale apparaît plutôt comme un moyen de s’assurer une position rémunératrice pérenne : Jarsaillon 2017, p. 3.

18 David 2010, p. 215‑216.

19 Certes, A. Mariette était depuis 1855 conservateur-adjoint au musée du Louvre, mais sa situation économique restait précaire : David 1994, p. 97. En 1858, il se trouvait en Égypte pour préparer le voyage du prince Napoléon, le cousin de Napoléon III, qui fut finalement annulé. A. Mariette décida alors de rester en Égypte.

20 Khater 1960, p. 64‑65 ; Lebée 2013.

21 Les autorisations de fouilles étaient signées par le vice‑roi lui‑même. Les firmans émis avant 1858 ne furent pas supprimés, mais les fouilles devaient théoriquement être surveillées par A. Mariette : David 1994, p. 109 ; Khater 1960, p. 66 et n. 1. Le monopole des fouilles comprenait également les savants qui travaillaient pour le Service.

22 Pour cette notion d’« indirect imperialism », Clancy-Smith 2010. Je remercie le recenseur anonyme pour cette référence.

23 Gady 1999, p. 46 ; Gady 2005 ; Gady 2014.

24 Propos de Mariette cités par Wallon 1883, p. 531‑532.

25 Sur la succession des directeurs du Service : David 1999, p. 80‑83. En 1898, la Mission archéologique du Caire fut renommée Institut français d’archéologie orientale. Sur la naissance de l’Ifao, Vercouter 1980, p. VII‑XXIII.

26 Comme le fait remarquer É. Gady, le fait que l’article premier du traité mentionne la direction générale des Antiquités en Égypte illustre comment l’égyptologie était perçue comme instrument géopolitique : Gady 2011, § 9, et Jarsaillon 2017, p. 4 (avec extrait du texte).

27 Les discours de G. Maspero sont pourtant régulièrement cités à l’appui pour illustrer les actions d’A. Mariette. Inter alia, Reid 2002, p. 100.

28 David 1999, p. 112‑118.

29 Créé en 1887, ce comité est souvent présenté comme une manœuvre anglaise pour contrer Eugène Grébaut (le successeur de G. Maspero à la tête du Service, Grange 1994, p. 362‑363 ; Reid 2002, p. 182), mais doit aussi être compris dans le vaste mouvement de structuration de l’administration égyptienne des années 1880 avec la création de plusieurs autres comités (Mestyan 2017, p. 241).

30 Voir supra n. 16.

31 En effet, la fondation du Service n’entraina pas, au départ, la rédaction d’une loi sur les antiquités qui restèrent gérées par l’ordonnance de Mohammed ‘Ali de 1835 (Khater 1960, p271‑273). Il faut toutefois considérer que les lois ottomanes de 1869 et de 1874 étaient théoriquement en vigueur en Égypte, ce qui pourrait expliquer l’absence de rédaction d’un texte ad hoc. Pour les lois ottomanes : Khater 1960, p274‑279.

32 Pour le texte du décret : Khater 1960, p. 282‑283.

33 David 1999, p. 224 et 296‑301 ; Khater 1960, p. 112‑4. En plus de la loi de 1912, il faut aussi prendre en considération les arrêtés ministériels signés la même année (arrêtés 50, 51 et 52 du 8 décembre 1912) pour préciser son application : Khater 1960, p. 286‑299.

34 L’interdiction complète de l’exportation des antiquités ne fut votée que par la loi 117 de 1983 (Hagen, Ryholt, p. 163).

35 Voir le portrait résumé qu’en donne D. Reid : « Place names in Cairo still honor the memory of Champollion, Mariette, and Maspero but not Lacau » (Reid 2015, p. 75). Un colloque sera organisé à Paris autour de la figure de P. Lacau par F. Relats Montserrat, Chl. Ragazzoli et A. Stauder.

36 Khater 1960, p. 171. Ce dernier parle d’une « décision administrative » sans en préciser la nature. En réalité, le comité d’égyptologie décida, le 6 décembre 1922, de modifier un article dans les contrats des concessions unissant le Service et les fouilleurs sans modifier la loi de 1912. Le vote est préservé dans les archives Lacau de l’EPHE.

37 « Art. 10. Toutes les antiquités trouvées pendant toute la durée des travaux seront remises au service des Antiquités. À l’exception de celles que ledit Service décidera, dans sa discrétion, de donner au bénéficiaire, elles feront partie du domaine public », Archives du département des antiquités égyptiennes (DAE/1924 – extrait du contrat de fouilles de Médamoud).

38 « The coincidence of Tutankhamun’s tomb coming to light the same year the British unilaterally declared Egypt independent, 1922, linked archaeology and politics as never before. Limited as this “independence” was, it enabled Egypt to keep the entire contents of Tutankhamun’s tomb, pass far stricter controls on exporting antiquities » (Reid 2002, p. 293). Sur l’effervescence de l’opinion publique et les réactions autour de la découverte de la tombe dans la presse égyptienne, Reid 2015, p. 67‑74. Ce point de vue a déjà été critiqué par Gady 2011, § 20.

39 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives EPHE.

40 Jarsaillon 2017, n. 18.

41 Le décalage dans l’application de cette décision s’explique en raison des convulsions de la politique égyptienne (la Constitution n’ayant été votée qu’en avril 1923 et les premières élections qui signèrent la victoire du parti wafd furent organisées en janvier 1924) et des pressions anglaises et américaine (Reid 2015, p. 82‑84 ; Goode 2007, p. 94‑96). La loi, d’ailleurs, ne fut modifiée qu’en 1951 (Khater 1960, p. 308).

42 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives Lacau EPHE

43 Compte rendu du comité d’égyptologie, 6/12/1922, Archives Lacau EPHE. Dans la pratique, seules les pièces qui faisaient « double emploi » avec celles qui étaient déjà conservées dans le musée du Caire, pouvaient désormais être proposées aux fouilleurs. L’expression est de G. Bénédite, tirée d’un article du journal Le cousin pons, où est transcrite une interview de ce dernier par Simon Arbellot (DAE/1925).

44 Lettre manuscrite signée É. Drioton, datée du 2 février 1929, et adressée à Ch. Boreux, conservée aux archives du Louvre (DAE/1929).

45 Concrètement, Tanis est resté une mission indépendante de l’Ifao jusqu’à très récemment.

46 Rapport de G. Foucart à Ch. Boreux, daté du 26 juin 1926, conservé aux Archives nationales (AN/ F/13604).

47 Sur ces statues, Bisson de la Roque 1927, p. 110‑115.

48 Inventaire Médamoud 2210 et 2212, Bisson de la Roque 1927, p. 113‑114.

49 « La statue de Montou et celle de Rait‑taoui étaient des pièces tellement uniques jusqu’à présent que je n’avais pas partagé les illusions de Bénédite sur la possibilité de les voir un jour au Louvre » (Rapport de G. Foucart, Archives nationales [AN/ F/13604])

50 Rapport de G. Foucart (AN/ F/13604).

51 AN/F/13604.

52 Bisson de La Roque, Clère, Drioton 1928, p. 96 et 122 ; Bisson de La Roque 1930, pl. VIII ; Boreux 1932, p. 1‑20 ; Andreu-Lanoë 2014, p. 128.

53 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

54 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

55 Même si cette décision prit du temps. Ainsi, début mai 1930, Ch. Boreux attendait encore une décision définitive de P. Lacau comme il le rappelle dans sa correspondance : « Je suis toujours sans nouvelles du linteau de Mounira, et j’ai dû dire aux membres du Conseil des Musées à la séance de Lundi dernier que j’ignorais encore ce qui avait été décidé par vous à son sujet » (Lettre de Ch. Boreux à P. Lacau, datée du 9 mai 1930, Archives de l’Institut de France [MSS. 6330]).

56 Encore récemment l’exposition Sésostris III, organisée en partenariat par le musée des Beaux‑Arts de Lille et le Louvre, a présenté ce point de vue, Andreu-Lanoë 2014, p. 128 ; Postel 2014, p. 114‑132.

57 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 30 mars 1930, Archives Drioton, Montgeron.

58 Reid 2015, p. 82‑84. Certes ce dernier affirme : « Pierre Lacau’s falling out with the IFAO director George Foucart (1865‑1943) is a salutary reminder that archaeological factions rarely split cleanly along national lines » (Reid 2015, p. 84), mais pour développer plus loin l’idée qu’une rivalité patriotique opposait G. Foucart et P. Lacau (infra n. 60).

59 G. Maspero et P. Lacau ont ainsi dirigé l’Ifao avant de devenir directeurs généraux du service des Antiquités.

60 Reid 2015, p. 84. Sur le patriotisme du « soldat Lacau », voir infra.

61 Sur l’influence de la presse nationaliste sur P. Lacau : Reid 2015, p. 75 et 84.

62 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 21 mars 1929, Archives de la RMN.

63 Sur Manéthon et la périodisation de l’histoire de l’Ancienne Égypte, Bonhême, Forgeau 1988, p. 43‑47.

64 La dernière synthèse en date faisant le point de la question est celle de Siesse 2019.

65 Reid 2015, p. 84, n. 13. En ce sens, il fut décoré de l’ordre national de la Légion d’honneur à la demande du ministre plénipotentiaire de France en Égypte Henri Gaillard au rang de chevalier le 12 octobre 1921 puis d’officier le 16 juillet 1929 (ces nominations sont conservées aux Archives nationales, Base Leonore / 19800035.400.53549).

66 Voir supra.

67 Pour un exemple de re‑datation, Barahona Mendieta 2014, p. 267‑280.

68 « En attendant j’étudie la poterie copte décorée du site et en fais des séries dans les magasins de chaux de fouilles. Ce sera aussi pour nous, quand le moment sera venu, une source d’enrichissement » (Lettre de Ch. Drioton à M. Veyne, directeur des Musées nationaux, datée du 12 février 1928, Archives des Musées nationaux (O 30 982).

69 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 10 juillet 1928, Archives des Musées nationaux (O 30 982).

70 Annexe d’une lettre de F. Bisson de La Roque à P. Lacau, datée du 14 mars 1932 (Archives de l’Ifao, MS_2002_0022).

71 Lettre d’É. Drioton à Ch. Boreux, datée du 26 février 1931, Archives des Musées nationaux (O 30 982).

72 Approximativement 709 tessons céramiques sont entreposés dans les caves de l’Ifao. Les petits éclats en calcaire, inexploitables pour l’exposition muséale, furent rendus à une date inconnue au musée (ainsi l’éclat inv. 3205 est mentionné dans liste de 1932 parmi les blocs entreposés à l’Ifao ; il est aujourd’hui dans les réserves du musée du Caire sous l’inventaire SR 8M/231).

73 Rapport de F. Bisson de La Roque à Pierre Jouguet, daté du 20 janvier 1931, Archives de l’Ifao (ms‑2004-0020).

74 Lettre de Ch. Boreux à É. Drioton, datée du 4 mars 1927, Archives Drioton, Montgeron (dossier 30), qui signale la visite de Ch. Boreux à Tôd et l’intérêt qu’il aurait à récupérer ce chantier.

75 Par exemple, il avait l’habitude de laisser en place des structures isolées (blocs, briques cuites) et continuait à excaver tout autour, formant des sortes de ziggourat circulaires.

76 Lacoste 2011, § 17.

77 Pour la désignation des années 1920 et 1930 comme l’âge d’or de l’égyptologie, Stevenson 2019, p. 147.

78 Singaravélou 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Décision du partage de 1926.
Crédits Louvre/Département des Antiquités Égyptiennes.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fig. 2a. Statue de Montou seigneur de Thèbes (inv. 2208) gardée par le musée du Caire (JE 50033).
Crédits Archives Ifao (Pv_2004_10459).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre Fig. 2b. Statue de Montou seigneur de Tod (inv. 2209) cédée au Louvre (E 12922).
Crédits Archives Ifao (Pv_2004_10358).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 3a. Statue de Rattaouy qui réside à Médamoud (inv. 2213) gardée par le musée du Caire (JE 50034).
Crédits Archives Ifao (Pv_2004_10360).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 3b. Statue de Rattaouy qui réside à Thèbes (inv. 2211) cédée au Louvre (E 12923).
Crédits Archives Collège de France (M00094).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 4. Statue de Sésostris III (inv. 2099 – TR 18/6/26/2).
Crédits Archives Ifao (Pv_2004_10353).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Fig. 5. Linteau, Louvre E 13983.
Crédits Archives Ifao (Pv_2004_10640).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/614/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Relats Montserrat, « De la fouille au musée : les partages des antiquités égyptiennes au début du xxe siècle à travers l’exemple de Médamoud »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.614

Haut de page

Auteur

Félix Relats Montserrat

Institut français d’archéologie orientale

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search