Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3La matérialité du temps : usages ...Circonscrire le champ patrimonial...

La matérialité du temps : usages patrimoniaux du passé en Méditerranée orientale (xixe et xxe siècles)

Circonscrire le champ patrimonial du grec moderne : des anciennes collections aux archives du Dictionnaire de l’Académie (1850‑1930)

Delimiting the Field of Heritage and Promoting Modern Greek: From Early Collections to the Archives of the Academy’s Dictionary
Petros Diatsentos

Résumés

L’édition du dictionnaire historique du grec moderne de l’Académie d’Athènes est un projet dont l’origine remonte au début du xxe siècle. Il s’agit d’une « rencontre » entre les instances de l’État et certains milieux qui s’activent au sein de l’université, dans des sociétés savantes ou des revues littéraires. Le décret royal qui entérine le début des travaux (1908) marque la volonté commune des institutions et d’une partie des élites intellectuelles d’amorcer une politique linguistique. Le début de la publication du dictionnaire, ainsi que l’édition de la grammaire historique du grec moderne dans les années 1930, indiquent l’accélération d’un double processus : d’un côté, la grammatisation et, de l’autre, l’institution du grec moderne. En même temps, ce processus devient pour la première fois une affaire de l’État et de ses instances. Cet article expose de façon succincte la morphologie des collections ou des archives constituées dans la seconde moitié du xixe siècle afin de développer la question du sort qu’on leur a réservé, dans l’horizon de la mise en place du dictionnaire de l’Académie. Considérées comme non fiables, incomplètes, biaisées, insuffisantes, ces collections ou archives ont été expulsées de l’horizon de la langue moderne. Néanmoins, lorsqu’on se tient au plus près des sources, on constate qu’au‑delà des questions de méthode ou d’approche, il existe un positionnement bien précis vis‑à‑vis de la langue moderne, de son histoire, de son outillage et de son institutionnalisation. L’article est fondé sur les comptes rendus et les rapports des trois protagonistes (M. Triantafyllidis, F. Koukoules et I. Vogiatzidis) qui s’activent dans la première phase des travaux du dictionnaire de l’Académie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agit du Dictionnaire historique du grec moderne, commun et dialectal [Ιστορικόν Λεξικόν της Νέ (...)
  • 2 Il faut tout de suite préciser que les travaux pour le Dictionnaire historique commencent avant mêm (...)

1L’édition du Dictionnaire historique du grec moderne1 de l’Académie d’Athènes est un projet dont l’origine remonte au début du xxe siècle. Ce projet s’inscrit dans un cadre plus large : le décret royal qui entérine le début des travaux, en 1908, marque la volonté commune des institutions politiques et d’une partie des élites intellectuelles d’amorcer une politique linguistique. Dans cet article, j’ai l’intention de contribuer à l’examen de la formation du champ patrimonial du grec moderne en examinant le sort qui a été réservé aux collections et aux archives du xixe siècle dans le cadre du projet de rédaction du Dictionnaire historique du grec moderne de l’Académie d’Athènes2.

2Le dictionnaire, répertoire raisonné de mots et en même temps objet investi de significations, constitue à la fois un outil et un monument :

  • 3 Dancette 2004, p. 913.

Comme tout produit [culturel], un dictionnaire s’analyse selon deux dimensions, la dimension d’usage et la dimension symbolique. Ce sont ces dimensions qui en font un objet culturel (il produit du sens) et un lieu de mémoire (il rappelle les usages disparus ou en voie de disparition, et consigne les usages actuels dans la mémoire collective). La valeur d’usage se mesure au besoin ressenti par les usagers potentiels d’un tel outil, qu’il s’agira de satisfaire. […] La dimension symbolique, quant à elle, tient à l’espace et au temps dans lesquels s’inscrit le dictionnaire3

  • 4 « La constitution du patrimoine culturel consiste donc en une transformation de certains déchets en (...)

3Lorsque je parle de champ patrimonial, j’entends un ensemble d’objets identifiables (visibles ou immatériels), investis de signification, que se donne à un moment précis une société. En paraphrasant Krzysztof Pomian4, je dirais que la constitution du patrimoine culturel implique d’abord une transformation de certains objets invisibles ou occultés en objets ostensibles et investis de signification, et ensuite, une transformation et un changement de finalité et de signification de certains sémiophores. Pour ce qui nous concerne, certains des idiomes du grec moderne, à savoir ses parlers vernaculaires – occultés ou invisibles pendant longtemps –, attirent l’attention des lettrés et sont progressivement érigés en patrimoine linguistique et national. Les vernaculaires deviennent, ainsi, des éléments sélectionnés pour appartenir au domaine imaginé, mais largement accepté et légitimé, de la culture grecque moderne.

  • 5 Diatsentos 2015a, p. 127‑145.
  • 6 À l’origine, le projet porte sur un grand dictionnaire du grec depuis ses origines jusqu’à l’époque (...)

4Ce processus a lieu en deux temps : tout d’abord, dans la seconde moitié du xixe siècle, grâce au travail des lettrés, des revues littéraires et des sociétés savantes qui mettent en lumière ce qu’ils considèrent être les monuments de la langue5. Le lexique des parlers vernaculaires, ou plutôt une partie de celui‑ci, est perçu comme un vestige du passé, témoignant de l’origine hautement antique des parlers et de leurs locuteurs. Le recensement lexical, effectué en cette période, fournit la matière première qui sert à dresser des inventaires et à donner naissance aux lexiques dialectaux de la seconde moitié du xixe siècle. Une nouvelle étape s’ouvre, au début du xxe siècle, avec la création d’institutions chargées d’assurer la conservation et la protection de ce patrimoine. La commission du ministère de l’Instruction publique, chargée à partir de 1909 d’élaborer le projet pour le « Grand dictionnaire de la langue grecque »6, officialise la « rencontre » entre les instances de l’État et certains milieux qui s’activent au sein de l’université d’Athènes, dans des sociétés savantes ou des revues littéraires. La commission qui coordonne la rédaction initialement, puis le service de l’Académie qui prend le relais en 1926, mais aussi le cadre législatif et les statuts mis en place dans les années 1910, les locaux réservés aux archives et à la bibliothèque constituent un ensemble d’actions volontaires des instances du pouvoir politique visant à protéger ce qui est clairement défini comme patrimoine culturel de la nation.

  • 7 Balibar 1985, p. 12‑14.
  • 8 Ici, le terme grammatisation désigne le processus par lequel une langue se trouve outillée, notamme (...)
  • 9 Eloy 2001, p. 82.
  • 10 Branca-Rosof 2001, p. 6.
  • 11 Triantafyllidis 1938.
  • 12 Triantafyllidis 1941.

5Ce projet lexicographique qui démarre dans les années 1910 constitue un événement fondateur pour l’institution du grec moderne. Par « institution », j’entends le concept forgé par Renée Balibar qui désigne « le processus de création d’une langue écrite par des actes volontaires et politiques »7. Pour Jean‑Michel Eloy, « ce processus consiste […] dans la reconnaissance [...] d’une variété en tant que langue, accompagnée d’une démarche de grammatisation8 et en même temps de mise en ordre statutaire (officialité), sur la base de besoins ethno-politiques. […] La mise en ordre, par grammatisation, du corpus est antérieure ou simultanée à la mise en ordre du status [...] et décide de l’érection en langue d’une variété quelconque »9. D’après Sonia Branca-Rosof, « l’identité des langues instituées se forge à la rencontre des autres langues par un double mouvement de différenciation et d’emprunts »10. J’ajouterai à cela que l’identité des langues instituées se forge également avec la mise en place des narrations portant sur leurs origines et leur évolution. Pour ce qui concerne la présente analyse, en dehors de la mise en ordre du corpus de grec moderne par grammatisation, le projet pour l’édition du Dictionnaire historique du grec moderne marque également sa mise en ordre statutaire, dans la mesure où cette entreprise lexicographique est assumée par les instances officielles du pouvoir politique. Par ailleurs, elle constitue le premier des quatre actes fondateurs dans l’institution du grec moderne. En dehors du projet lexicographique de l’Académie et du début de la publication du dictionnaire en 1933, les autres actes qui marquent l’institution du grec moderne sont l’édition en 1938 d’une œuvre de synthèse portant sur l’histoire de la langue moderne11, puis la parution de la Grammaire du grec moderne (la « grammaire de Triantafyllidis ») en 194112. Les deux ouvrages voient le jour sous les auspices du régime de Metaxas. La reconnaissance officielle, en 1975, de la norme de Triantafyllidis comme langue officielle constitue le dernier acte.

6La mise en place de collections, de recueils et d’archives privées dans la seconde moitié du xixe siècle, puis la constitution des archives du Dictionnaire historique renvoient à un phénomène de sédimentation de matériau archivistique s’amorçant dans les années 1850. Lorsque nous parlons de sédimentation, nous nous référons au concept avancé et décrit par Marco Bologna. Selon lui :

  • 13 Bologna 2017, p. 39. Nous évitons la traduction des extraits cités, car l’article en question est d (...)

when the word sedimentation is used, it refers to both the idea of “accumulation” as well as to a more refined “decanting” and “separation” process. Therefore, sedimentazione of archival materials not only means the apparently random piling up of files –accumulation– but also the process by which such files are sorted and separated depending on their individual “weight.” In other words, on the one hand, the term “sedimentation” refers to a mechanical, almost random process of accumulation […]; on the other hand, it implies a process of selection and sorting, whereby “heavier” files are separated from “lighter” ones. […] Furthermore, it should be pointed out that the two meanings of the word “sedimentation” [...] are linked to two actions that occur at different points in time, with an interval in between, varying in length depending on the type of material: namely, first records accumulate, and only later [...] they might be decanted13.

7D’après l’auteur, ce phénomène, intrinsèquement historique, reflète des actes volontaires et répond à des besoins administratifs, politiques ou, pour le cas qui nous préoccupera, idéologiques :

  • 14 Bologna 2017, p. 45.

We may conclude that those who have the “power” to decide on the purposes of an archives also decide on its sedimentation. […] Archival sedimentation is historical, because it takes place in the history of the community where a specific archives is preserved. It belongs both to the micro-history of that community, which may be linked to the actions of just a handful of people, and to the legal and cultural macro-history of an entire age because of its natural dependence on political and administrative plans and intellectual fads and trends14.

8Dans le cadre de cet article, je compte, dans un premier temps, présenter la façon dont se sont constitués les recueils, les collections et les archives dans la seconde moitié du xixe siècle, en me focalisant sur les acteurs, leur travail et sur le cadre socio-historique au sein duquel ont émergé les divers documents. Dans un deuxième temps, j’aborderai la mise en place du projet lexicographique dans les années 1910, et plus particulièrement les étapes de la constitution de l’archive. Enfin, je compte exposer les raisons pour lesquelles la décision de refonte du premier fonds d’archives implique un positionnement bien précis vis‑à‑vis de la langue moderne, de son histoire, de son outillage et de son institution. Je considère que l’abandon d’une partie importante du premier fonds est produite non seulement en raison des questions de méthodologie de travail, mais à cause d’une vision du grec moderne bien ancrée au sein de l’équipe des porteurs du projet. En réalité, il s’agit d’une position qui rompt avec les représentations linguistiques du xixe siècle et les idées dominantes concernant la réforme du grec moderne.

Collections et archives dans la seconde moitié du xixe siècle

  • 15 Diatsentos 2015b, p. 219. Voir ici en annexe, tableau 1.
  • 16 Il s’agit de la circulaire no 1959 du 22.06.1855. Voir Parisis 1884, p. 263‑264.
  • 17 Diatsentos 2015a, p. 134‑137.
  • 18 Voir ici en annexe, tableau 2. Les données du tableau sont compilées sur la base des informations f (...)

9À partir des années 1850, on assiste à un accroissement spectaculaire des publications qui marquent l’émergence de l’intérêt dialectologique, tant dans le royaume grec que dans l’Empire ottoman15. En 1855, le ministère de l’Instruction publique adresse une circulaire16 aux enseignants en leur demandant de recueillir « les trésors de la langue », dans les diverses contrées du pays. Si le ministère semble bien être l’initiateur de cette entreprise, le relais est aussitôt pris par les savants éminents, par le milieu associatif et par les revues qui agissent en quelque sorte comme « organe exécutif » du pouvoir politique. Ainsi, pendant toute cette période, des savants de renom lancent des appels à tous les Grecs pour recueillir le « lexique populaire », en laissant aux érudits la partie la plus pointue de la recherche. Les grandes revues littéraires relaient les études de lexicographie dialectale17. L’explosion de recueils lexicaux est en grande partie encouragée par l’instauration d’un concours annuel portant sur « les monuments vivants de la langue grecque », organisé par l’Association hellénique littéraire de Constantinople, dès 1873. Dix ans après l’ouverture du concours, plus de cinquante recueils sont présentés, et leur nombre augmente encore les années suivantes18.

  • 19 Diatsentos 2015a, p. 129‑130.
  • 20 Voir ici en annexe, tableau 3. Ce tableau représente la majeure partie du matériau qui voit le jour (...)

10Les études publiées portent sur des zones de dimensions très variables sur le plan géographique. Le terrain que l’on prétend étudier couvre des aires qui peuvent concerner un simple village, un territoire relativement limité où l’on trouve quelques bourgs ou villages, ou bien des régions couvrant des dizaines de villages ou de villes19. Les publications portant sur les contrées du royaume sont très peu nombreuses, en comparaison de celles qui sont consacrées aux régions de l’Empire à populations grécophones, bien que les régions les plus compactes de la grécophonie se trouvent à l’intérieur du pays20. Ce phénomène n’est pas le fruit du hasard, mais il répond à une série d’objectifs souvent liés aux enjeux politiques que l’on rencontre dans les Balkans pendant le dernier quart du siècle. Le travail de la lexicographie dialectale ne vise pas à constituer une discipline académique, mais il contribue plutôt à réaménager la notion de langue populaire et à définir les frontières linguistiques du concept de l’hellénisme. L’image du grec dialectal qui commence à se construire après 1850 va peu à peu supplanter celle d’une langue corrompue et gréco-barbare, image qui a persisté pendant plusieurs siècles. Le développement de la lexicographie dialectale répond, en réalité, au besoin de la refonte de l’identité et de l’histoire des couches populaires rurales, dans une conjoncture historique particulière.

  • 21 Diatsentos 2015a, p. 130.

11Un nombre important de ces études « sont des répertoires de mots, recueillis sur le terrain. Elles sont considérées par les lettrés comme le conservatoire des vestiges du grec ancien. Dans la majorité de ces publications, les mots cités sont suivis d’une définition, avec la citation fréquente de synonymes, du mot antique qui est à l’origine, de l’étymologie et parfois de la traduction en français »21. Cependant, l’examen des faits linguistiques spécifiques est plutôt exceptionnel. En somme, il s’agit avant tout de travaux de recensement lexical, accompagnés parfois de longues introductions et d’informations ethnographiques.

  • 22 Certeau 1986, p. 4. À la même page, l’auteur décrit la constitution des archives comme un phénomène (...)
  • 23 Les mots « trésor » ou « monuments » reviennent avec une forte occurrence dans les sources après 18 (...)
  • 24 Rey 1986, p. 630.

12Ce matériau est considéré par les auteurs comme le témoin d’un passé antique perpétué sans interruption au cours des siècles. Le lexique qui se retrouve dans ces travaux constitue en effet une partie du vocabulaire dialectal sorti de son contexte et étudié comme une matière qui porte les empreintes de l’antiquité hellénique. On assiste ici à un phénomène où des signes linguistiques qui sont des éléments constitutifs du discours, assurant le contact, la communication et l’interaction, sont tirés de leur contexte pour leur faire assumer une autre fonction, à la fois symbolique et mémorielle. Il s’agit d’« actions concertées [qui] placent ce matériau hors des frontières de l’usage et le destinent à un réemploi cohérent »22. Ces éléments fragmentaires et décontextualisés sont en effet érigés au rang de « trésor » et de « monuments » de la langue grecque23. Ils sont à la fois témoins du passé et porteurs de mémoire et, de ce fait, ils sont traités comme des objets qui doivent être triés, inventoriés, classés, dans les deux sens du terme, et conservés dans un but qui est avant tout mémoriel et accessoirement utilitaire. Il s’agit de ce qu’Alain Rey a décrit comme une « mise à l’abri volontaire et délibérée des valeurs menacées », ce qui constitue en réalité une « mise en mémoire [du] matériel de la langue »24.

  • 25 Paspatis 1888.
  • 26 Paspatis 1888, p. 25‑29.

13Le travail de terrain, c’est‑à‑dire le recueil et le recensement de mots s’effectue grâce au concours de tous les lettrés. Ceux qui s’attellent au recueil lexical sont très rarement des spécialistes formés à ce genre de travail. Je parlerais plutôt d’une mosaïque de lettrés impliqués dans ce qui semble être une entreprise lexicographique d’envergure nationale. En effet, l’intérêt pour la lexicographie dialectale prend une ampleur considérable et devient une affaire non pas de spécialistes mais de personnes lettrées de tout bord. Si nous voulons esquisser le profil du lettré qui y est impliqué, nous nous rendons compte que ses traits ne sont pas homogènes. Pour en donner un exemple, qui illustre bien la situation pendant ces années, prenons le cas du Glossaire de Chios d’A. Paspatis, qui voit le jour en 188825. Il faut d’abord préciser que l’auteur, qui exerce le métier de médecin, est un érudit qui participe activement à l’Association hellénique littéraire de Constantinople en donnant des conférences et en publiant des articles. Ce « linguiste » autodidacte semble posséder des bases théoriques relativement solides. Dans son Glossaire, il informe le lecteur qu’une partie du vocabulaire recueilli est le fruit de ses efforts, tandis qu’une autre est due à d’autres lexiques qui lui ont été remis par d’autres lettrés. Il fait donc référence à d’autres travaux à partir desquels il a tiré une partie du contenu de son livre. D’après ses informations, les auteurs sont un négociant – amateur de lettres –, un évêque, le directeur d’un lycée, le médecin d’un village, ou encore un érudit local26. Au moment de la publication de son ouvrage, en 1888, nous pouvons donc dénombrer une dizaine d’autres essais moins connus qui avaient été réalisés à Chios, qui suivent à peu près les mêmes objectifs, ou bien des travaux qui passent complètement inaperçus. Par conséquent, en dehors des œuvres recensées dans les catalogues ou les fichiers bibliographiques, il existe de nombreux autres travaux qui ont une certaine diffusion à l’époque, même restreinte, dans le milieu des savants. Les livres ou articles qui voient le jour sont partiellement fondés sur d’autres recueils, assez souvent inédits. Chaque auteur semble compléter sa recherche de terrain à l’aide de travaux antérieurs, ou en s’appuyant sur les travaux que d’autres lettrés mettent à sa disposition. Les informateurs directs ou indirects de Paspatis, les philologues confirmés, les savants mineurs représentent, après tout, la mosaïque des personnes qui sont impliquées dans l’entreprise lexicographique. D’autre part, les revues accueillent sans distinction aussi bien les travaux des savants majeurs que ceux des personnes instruites tout court, contribuant ainsi à une sorte de « démocratisation » de la recherche lexicographique.

14Le développement de la lexicographie dialectale répond, en réalité, au besoin d’une refonte de l’identité et de l’histoire des couches populaires rurales, dans une conjoncture historique particulière. En effet, à la sortie de la guerre de Crimée, en 1856, c’est‑à‑dire au moment où les nationalismes slaves reçoivent l’appui politique russe, la refondation d’une identité hellénique pour les couches populaires devient à la fois une urgence et une responsabilité collective de l’ensemble des personnes instruites. C’est dans ce cadre que se dégage nettement l’enjeu politique de l’étude des dialectes, et qu’au même moment, la langue devient un argument stratégique dans le processus d’unification de l’espace national et de légitimation des objectifs politiques du nationalisme grec. L’élan qui se développe prend plus la forme d’un devoir patriotique que d’un engagement académique ou scientifique. Pendant ces années, se manifeste donc le besoin d’apporter les preuves de la continuité des vernaculaires qui avaient été méprisés jusqu’alors. Cette continuité est certes incontestable, mais au fil de ces années, elle sera bâtie sur un terrain qui est avant tout destiné à satisfaire les aspirations du projet national grec.

  • 27 Diatsentos 2015a, p. 131‑137.

15Les lexiques, les répertoires ou les glossaires qui voient le jour sont fondés tantôt sur un travail de terrain personnel, tantôt sur une collaboration avec d’autres personnes qui servent d’informateurs. Dans le dernier tiers du xixe siècle, plusieurs lettrés attestent détenir des pièces de toute sorte, liées à ce travail. Il s’agit de catalogues, de répertoires, de fiches, de corpus, de correspondances, de cahiers de notes et d’autres manuscrits qui sont le fruit de leur travail personnel ou le matériau transmis par des informateurs. Les savants les plus éminents conservent l’ensemble de leurs documents dans des archives personnelles. Ainsi une partie importante de ce qui est publié s’appuie‑t‑elle sur un matériau qui est conservé par des particuliers. Mais hormis ce qui relève de l’initiative privée, les revues et les sociétés littéraires détiennent également une partie non négligeable de ce travail. Il s’agit tout d’abord de divers manuscrits reçus dans le cadre des concours ou en vue de publication, mais aussi de l’ensemble des articles de lexicographie dialectale qui voient le jour dans leurs tribunes27. Au début du xxe siècle, nous avons donc un matériau, non négligeable du point de vue quantitatif, portant sur les dialectes et notamment sur le lexique de ces derniers.

16Toutefois, ce matériau semble assez hétérogène : les monographies, les articles, les fascicules, les inventaires, les fiches, la correspondance, les brochures, tout cela constitue un ensemble d’éléments non uniformes, très dispersés dans l’espace géographique et détenus par des collectivités, par des revues ou par des individus. Comme nous l’avons indiqué, une partie de ces données est imprimée et publiée, tandis qu’une autre reste inédite. Lorsqu’on se penche sur la morphologie et sur le contenu des travaux publiés, il est possible de tirer quelques conclusions à propos des documents qui leur ont servi de source. Ce que nous pouvons constater, entre autres, c’est le statut de ces fonds de documents : un certain nombre d’entre eux gardent le caractère de collections ou d’archives privées conservées par des particuliers. La taille de ces fonds est par ailleurs très variable : elle va de quelques dizaines de pages manuscrites à quelques dizaines de milliers de fiches.

  • 28 Voir ici en annexe, tableau 3.

17D’autres fonds sont constitués grâce à l’initiative de sociétés savantes ou de revues et conservés dans leurs locaux au moins jusqu’au début du xxe siècle. Il devient alors évident que le statut du fonds affecte souvent son accessibilité. Une dernière question concerne leur répartition dans l’espace : l’origine des auteurs et des études, aussi bien que leurs lieux de publication montrent que les collections sont dispersées entre les grandes villes grecques et ottomanes. La topographie des études28 révèle également une forte fragmentation géographique des recherches, ce qui se traduit par une répartition inégale entre les différentes régions.

Les archives du Dictionnaire historique du grec moderne

18La conjoncture historique dans laquelle s’inscrit l’entreprise du Dictionnaire historique du grec moderne est, sous certains points de vue, très différente du contexte socio-politique que le pays a connu avant les années 1890. Deux événements marquent la dernière décennie du xixe siècle : l’effondrement de l’économie grecque, en 1893, et la très lourde défaite militaire face à l’Empire ottoman, en 1897. Les années qui vont de 1897 aux guerres balkaniques (1912‑1913) constituent une période de bilans, d’efforts de « redressement national », et de réformes. En ce qui concerne le « projet national », le rôle hégémonique que le royaume prétend jouer dans le contexte balkanique et oriental et l’aspect européen de l’identité grecque sont remis en question. Pendant ces années, les élites se trouvent obligées de se pencher à nouveau sur ce qui permettrait au royaume de redevenir un pays capable d’assumer « la mission civilisatrice » qu’il s’était assignée au milieu du siècle. La langue et les lettres helléniques comme véhicules de la civilisation dans les Balkans et comme certificat unique d’appartenance à un espace socio-culturel précis (celui de l’Occident européen) sont à leur tour remises en question. Ce qui prime n’est plus l’expansion territoriale à tout prix du pays ni l’intégration dans l’ensemble national de nouvelles populations, mais le redressement économique, la réforme du système scolaire et l’efficacité de l’appareil d’État. En 1909, un coup d’État militaire oblige les élites politiques à procéder à des réformes institutionnelles et politiques. En dehors de la modernisation du cadre institutionnel et de la recomposition du paysage politique, le premier quart du xxe siècle marque également l’intervention de plus en plus systématique de l’État dans des domaines qui n’étaient pas auparavant considérés comme relevant de ses prérogatives. C’est dans ce cadre‑là que doit être comprise la création de diverses instances officielles (Commission pour la rédaction du Dictionnaire historique, Archives nationales de musique, Archives de laographie) qui prennent en charge des politiques culturelles et linguistiques liées à des enjeux mémoriels et idéologiques.

  • 29 Journal officiel 1908, p. 1182.

19Ainsi, en 1908, le décret royal qui entérine le début des travaux marque la volonté commune, des institutions et d’une partie des intellectuels, d’amorcer une politique à la fois linguistique et culturelle. Cet acte législatif instaure une instance décisionnelle, chargée de la direction du projet. Initialement rattachée au ministère de l’Instruction publique, elle devient, en 1927, le Service du dictionnaire historique du grec moderne de l’Académie d’Athènes. Le décret annonce clairement que la publication de l’ouvrage constitue un enjeu d’envergure nationale. Le premier volume devra paraître le 25 mars 1921, à l’occasion de la célébration du centenaire de la guerre d’Indépendance. Dans le préambule de cet acte, le législateur précise : « nous érigeons un monument qui dépeindra l’immortalité de la race grecque et la continuité ininterrompue de la nation et nous estimons que le meilleur monument, celui qui brillera au loin, sera le dictionnaire historique de la langue grecque tout entière »29. Ainsi, ce projet mené par l’État est explicitement présenté comme le monument par excellence destiné à célébrer le centenaire de la guerre d’Indépendance. Son caractère est donc clairement historique, et l’objectif serait entre autres de composer l’histoire de la langue grecque dans sa totalité. Ouvrage centralisateur du savoir, le dictionnaire aurait aussi la vocation d’assumer une fonction de musée de la langue grecque.

  • 30 La personne à l’initiative de ce projet est l’universitaire et linguiste Georgios Chatzidakis, par (...)
  • 31 Journal Officiel 1908, p. 1181.
  • 32 Chatzidakis 1908, p. 357.
  • 33 Diatsentos 2015b, p. 221‑222.

20D’après les aspirations des promoteurs du projet30, le décret prévoit l’édition du « dictionnaire de la langue grecque depuis son apparition jusqu’à nos jours ». Il est question de répondre à l’exigence d’examiner la langue dans son unité et sa totalité, « sans poser des limites dans le temps ou dans l’espace »31. L’instigateur du projet note qu’il s’agira du dictionnaire « de la langue grecque tout entière, d’Homère jusqu’à George I [roi du pays] et du Caucase jusqu’en Italie. La profonde conscience de l’unité entre nous et les générations helléniques précédentes, et de l’unité avec tous nos frères vivant en Europe et en Asie ne nous autoriserait pas à imposer des limites »32. Qualifié de monument destiné à témoigner de l’unité nationale au fil des siècles, le futur dictionnaire constitue donc un projet à forte dimension idéologique. L’image fantasmée de l’unité et de l’indivisibilité du grec et de sa grammaire, forgée au xixe siècle, empêche en fait de se focaliser uniquement sur le grec moderne. Ce postulat défend en réalité de considérer le grec moderne comme une langue à part entière, et, tout au long du siècle précédent, a rendu illégitime toute tentative de forger ses propres outils linguistiques33.

  • 34 Boutouras 1911a, p. 78‑79.
  • 35 Triantafyllidis 1963c, p. 403.
  • 36 Il est utile de rappeler que le Greek–English Lexicon, communément appelé le Liddell & Scott, est i (...)

21Toutefois, la commission qui se réunit en 1909 définit comme première étape des travaux le recueil du lexique du grec dialectal, en vue de publier, dans un premier temps, un dictionnaire abrégé « de la langue parlée »34. L’équipe du Dictionnaire et d’une manière plus large les milieux de lettrés sont pleinement conscients du recul des vernaculaires et de l’avancée de la langue commune. On reconnaît l’urgence de sauvegarder les parlers locaux qui, d’après des avis convergents, sont en voie d’affaiblissement. On estime que tôt ou tard les dialectes disparaîtront, en emportant avec eux une partie de la mémoire d’une culture rurale, perçue comme le reflet de « l’âme du peuple grec ». Mais ce qui est encore plus important, c’est que la disparition emportera aussi les témoins d’une identité hautement antique. Il devient ainsi prioritaire de consigner, en premier lieu, ce qui risque de disparaître à jamais. La décision d’initier le travail lexicographique par le grec dialectal est aussi motivée par le manque de moyens matériels, ce qui empêche en réalité une entreprise plus ambitieuse, portant sur les origines de la langue moderne35. Par ailleurs, depuis 1843 jusqu’à la fin du siècle, les huit éditions de Liddell & Scott36 font autorité aussi bien en Europe qu’en Grèce, où l’œuvre est publiée, en huit tomes, entre 1901 et 1906. Le volet du projet concernant la lexicographie du grec ancien est donc mis provisoirement de côté. La commission inscrit comme priorité la conservation et la protection de ce qui est considéré comme un patrimoine à la fois linguistique et national. La fonction symbolique, en l’occurrence l’aspect patrimonial, l’emporte sur la valeur utilitaire de cette entreprise lexicographique, dans la mesure où le premier objectif n’est pas de prescrire l’usage et d’investir d’autorité une norme bien précise de grec moderne. Dans la première phase, les travaux n’iront donc pas dans le sens de la constitution de corpus de la langue commune, mais viseront plutôt le recueil d’un matériau ayant un usage vernaculaire.

  • 37 Actuellement les archives du DHGM, abritées dans les locaux de l’Académie d’Athènes, comprennent 1  (...)
  • 38 Boutouras 1911a, p. 78.
  • 39 Boutouras 1911b, p. 21.
  • 40 Il s’agit de 150 000 à 200 000 fiches, selon A. Boutouras (Boutouras 1911b, p. 57) ou de 120 000, s (...)
  • 41 Boutouras 1911b, p. 21.
  • 42 Boutouras 1911b, p. 20.
  • 43 Boutouras 1911a, p. 78.
  • 44 Notons que les archives privées de M. Deffner et le fonds de l’Association littéraire de Constantin (...)
  • 45 Triantafyllidis 1963c, p. 403‑404.

22C’est au début de 1911 que se constitue le premier fonds destiné à l’élaboration des articles du dictionnaire37. Athanasios Boutouras, qui dirige l’équipe des rédacteurs, décide d’y inclure tout ce qui a été accompli jusqu’à cette date. Ce dernier semble avoir une vision assez nette de ce qui a déjà été réalisé et estime que depuis le milieu du xixe siècle on a suffisamment recueilli de matériau38. Aussi prend‑il soin d’inclure dans le fonds des archives une importante partie des « manuscrits » de l’Association littéraire de Constantinople. Cette dernière transmet le matériau nécessaire, qui est reproduit, puis restitué à la société stambuliote39. À son tour, la Société linguistique d’Athènes fait don d’une partie de ses collections tirées de ses concours « pour le recueil du matériau dialectal ». Par ailleurs, l’archéologue et linguiste bavarois Michael Deffner, qui s’est longuement penché sur les parlers de la Tsakonie et de la rive sud de la mer Noire, met ses volumineuses archives40 au service de la rédaction du DHGM41. A. Boutouras prend également soin d’y inclure un nombre non négligeable d’articles de revues littéraires portant sur le lexique dialectal. Il entre également en contact avec des particuliers qui détiennent des manuscrits, ainsi qu’avec des spécialistes vivant dans les provinces grecques qui lui transmettent des collections et des travaux qui lui manquent42. En même temps, il lance un appel aux dons en direction de tous les autres lettrés qui posséderaient des collections ou des données pouvant aider à cette entreprise lexicographique. Le premier fonds intègre ainsi des recueils privés et des manuscrits de collectionneurs amateurs (maîtres d’écoles, professeurs et autres savants) décrivant la plupart du temps les particularismes lexicaux de leur lieu d’origine. Le chef de la première équipe de rédaction du dictionnaire déclare qu’il a l’intention de rassembler prochainement tout le matériau produit jusqu’alors43. Le fonds est donc composé de données qui remontent à la seconde moitié du xixe siècle44. Après l’intégration des différentes collections et archives privées, il compte approximativement 600 000 fiches. Toutefois, à partir de 1912, on constate son insuffisance et on commence à œuvrer pour constituer un second fonds. En 1917, les archives comptent 300 000 fiches supplémentaires rangées dans un second dépôt. Ce dernier réunit le matériau lexical rassemblé par les premières missions de spécialistes sur le terrain et celui issu du dépouillement de diverses sources. Néanmoins, le calendrier pour la rédaction de l’ouvrage impose l’exclusion des textes médiévaux ainsi que la plupart du corpus post-byzantin45. Ainsi les deux fonds d’archives incluent‑ils des corpus ou des documents postérieurs à 1800. Toutefois, jusqu’en 1914 l’entreprise lexicographique avance très lentement. Hormis les deux campagnes militaires des années 1912-1913, qui ralentissent les recherches de terrain, le peu de personnel qui compose l’équipe travaille à mi‑temps et dans des conditions relativement précaires.

23Jusqu’à la fin de 1913 – ce que j’appelle la première phase du Dictionnaire historique –, ce projet constitue essentiellement un effort pour coordonner les pratiques de la lexicographie dialectale, telles qu’elles émergent dans la seconde moitié du xixe siècle, et pour les mettre sous la tutelle d’une institution d’État fondée dans ce but. Les travaux des linguistes autodidactes et des collectionneurs amateurs, les concours et les initiatives de sociétés savantes passent en effet sous le contrôle d’une instance officielle qui est dirigée par un comité de spécialistes. On avance donc de l’initiative privée, individuelle ou collective, à l’initiative publique et institutionnelle. La direction et la coordination de cette entreprise, assurées par une autorité à la fois politique et scientifique, sont désormais centralisées. La mise en place d’un appareil institutionnel et l’inauguration des archives du dictionnaire amorcent donc un processus de centralisation et de contrôle du savoir linguistique.

  • 46 Triantafyllidis 1963a et Triantafyllidis 1963b.
  • 47 Triantafyllidis 1963c.
  • 48 Triantafyllidis 1963c, p. 403.
  • 49 Triantafyllidis 1915. Rédigé en octobre 1914, ce texte est le fruit des échanges de l’auteur avec l (...)

24De 1914 à 1917, nous assistons à une nouvelle étape dans l’élaboration du projet lexicographique. Les deux évènements qui marquent cette période sont d’une part, la promulgation de la loi sur le « Dictionnaire de la langue grecque », en 1914, et d’autre part, la remise à la Commission de direction de trois rapports concernant l’organisation du travail, les objectifs et le calendrier. La loi 220 du 10 avril 1914 attribue des financements plus conséquents à ce projet, ce qui permet de procéder à la titularisation de plusieurs collaborateurs, d’embaucher de nouveaux spécialistes et d’organiser des missions sur le terrain dont celles de Manolis Triantafyllidis. Ce dernier, qui intègre l’équipe pendant cette deuxième phase, signe en 1917 les trois rapports présentés à la direction du dictionnaire. Deux de ces rapports sont le fruit de son travail personnel46. Le troisième, que j’appellerai « rapport général »47, est la synthèse des points de vue de « l’équipe de rédacteurs ». Ce rapport, rédigé vers la fin de 1916, est soumis à la commission de direction du DHGM en 1917 et publié trois ans plus tard. Il constitue la synthèse des points de vue des rédacteurs du dictionnaire et inclut les conclusions de la commission tripartite (Triantafyllidis, Amantos et Kyriakidis) qui se trouve à la tête de l’équipe de rédaction. D’après M. Triantafyllidis, ce sont les deux derniers qui l’ont chargé de rédiger ce rapport48. Lorsqu’on compare l’ensemble des rapports, on constate que le rapport général reflète largement les points de vue de son signataire. Ces trois rapports ainsi qu’un opuscule, publié en 191549, constituent des textes normatifs et programmatiques portant sur la constitution et l’organisation des archives, les principes méthodologiques, le calendrier des travaux et les objectifs du dictionnaire. L’auteur formule une critique systématique de ce qui a été fait jusqu’alors, soulève plusieurs questions concernant les archives et suggère une révision globale du projet initial en mettant en avant des propositions pour une entreprise lexicographique fondée sur de nouvelles bases.

25Au travers des rapports ou des textes susmentionnés se dégagent quatre questions capitales en rapport avec le travail de rédaction et de publication du dictionnaire. Premièrement, on considère que les méthodes de collecte de matériau ont été largement inappropriées jusqu’alors, ce qui nécessite une révision globale du travail de terrain. Deuxièmement, il est admis qu’il serait nécessaire de restructurer l’ensemble des fonds après avoir redéfini les principes du catalogage, de la transcription et du classement de l’information, ce qui devrait entraîner l’harmonisation des tâches et la mise en place de nouvelles normes d’organisation des archives. Troisièmement, il est avancé qu’il faudrait procéder à la fusion des deux fonds actuels avant d’entamer la rédaction de l’ouvrage. Enfin, outre le futur fonds unique pour les parlers vernaculaires, il est admis qu’il serait judicieux d’en créer deux autres : un fonds terminologique, ainsi qu’une archive byzantine et ottomane. Lorsqu’on se penche sur l’ensemble de ces textes, on peut discerner le double aspect des préconisations : utilitaire d’un côté et prescriptif de l’autre. L’auteur recommande d’une part une refonte des méthodes de travail, ce qui constitue la condition sine qua non pour la mise en œuvre d’un dictionnaire digne d’une instance officielle de l’État. D’autre part, il souhaite cerner les origines du grec moderne et déterminer ses sources, en créant un ancrage solide de la langue commune dans le xixe siècle.

  • 50 Triantafyllidis 1963c, p. 414.
  • 51 Triantafyllidis 1963c, p. 425.
  • 52 Triantafyllidis 1915, p. 17.
  • 53 Triantafyllidis 1963c, p. 425.
  • 54 Triantafyllidis 1963a, p. 365.

26Le rapport général admet qu’il est possible de procéder à la publication du premier tome en 1921 même si la rédaction de tous les articles du dictionnaire n’est pas terminée. Toutefois, l’équipe des rédacteurs ne juge pas souhaitable de procéder de cette manière, car finalement on aboutirait à une œuvre incomplète, médiocre et lacunaire50. Ce qui pose problème pour la publication d’un dictionnaire historique convenable, c’est l’organisation et la méthodologie du travail ainsi que le contenu des archives déjà constituées. Le matériau déjà consigné est maigre et ne représente qu’une petite partie de l’ensemble. De plus, il est réparti de façon déséquilibrée entre les différents parlers. Plusieurs d’entre eux ne sont pas représentés, tandis que d’autres ne sont pas décrits suffisamment51. Dans l’ensemble, les sources ne sont pas toujours vérifiées et les informations fournies demeurent lacunaires et parfois contradictoires52. Les fonds qui constituent les archives actuelles se composent en effet de répertoires de mots sans véritable description linguistique, sémantique, phonologique ou autre. Plus précisément, le rapport général parle de manque d’informations suffisantes et d’exemples concernant l’usage commun ou dialectal et la signification des mots53. Les observations morphologiques se révèlent souvent équivoques, tandis que la transcription phonologique peut être manquante, imprécise ou erronée. D’après l’auteur, la majorité des personnes qui ont rassemblé ces données n’avaient ni formation linguistique ni connaissances lexicographiques54. Il sous‑entend également que, parfois, elles n’avaient pas l’intention de fournir des informations pour qu’elles soient exploitées dans un travail lexicographique. En se fondant sur l’ensemble des rapports, je dirais que M. Triantafyllidis est pleinement conscient que le premier objectif de ces études était d’établir des certificats d’une origine hellénique hautement antique pour les parlers vernaculaires. L’enjeu était avant tout politique, idéologique, mémoriel, et à un degré moindre, linguistique.

  • 55 Triantafyllidis 1963c, p. 426.
  • 56 Triantafyllidis 1963a, p. 374‑375.

27Le rapport général recommande alors l’arrêt du rapatriement des divers documents qui sont éparpillés dans l’espace et conclut qu’« il est complètement impossible d’utiliser un matériau recueilli dans [des] conditions [semblables] »55. L’auteur considère qu’il « est vraiment difficile d’imaginer que l’on peut se permettre de fonder ce Grand dictionnaire historique de la langue nationale, [...] de façon presque exclusive, sur le matériau que l’on a utilisé jusqu’à ce jour [...], dont la qualité et la quantité ont été évaluées auparavant, au lieu de l’enrichir en premier lieu avec les parlers locaux, étudiés systématiquement, selon un projet bien précis et d’après les exigences et les méthodes les plus récentes »56. Par conséquent, d’après le projet qu’il dresse, il relègue au second plan les archives constituées sur la base d’un matériau qui contient en majorité les travaux (collections, inventaires, recueils) effectués avant 1908. Dès lors, une partie non négligeable de celui‑ci ne devrait jamais accéder au statut de document d’archives du Dictionnaire historique du grec moderne.

  • 57 Triantafyllidis 1963a, p. 373.

28Les décisions prises et les actions menées désignent donc un processus de sédimentation des archives qui se manifeste par des actes conscients et volontaires. Elles reflètent des choix non seulement scientifiques mais aussi politiques au sens large du terme et répondent également à des questions idéologiques. Si la première phase (1909‑1914) est donc celle du « rapatriement », de la centralisation du matériau, la nouvelle étape marque la volonté de standardiser le contenu en triant et en imposant également une mise à l’écart de ce qui n’est pas conforme, selon les critères établis dans les rapports. Le rapport général conseille également de reporter l’édition du dictionnaire, afin de pouvoir se concentrer prioritairement sur le grec dialectal, à savoir la langue dans son aspect synchronique, ainsi que sur l’amélioration qualitative et l’enrichissement du fonds d’archives. Celui‑ci devrait alors fermer ses portes aux anciennes collections et le travail devrait se focaliser sur la recherche de terrain accomplie par des spécialistes. Le projet pour l’édition du dictionnaire, tel qu’il est redéfini en 1917, marginalise donc une partie considérable des pièces qui ont composé les toutes premières archives. En revanche, le rapport préconise d’établir un fonds supplémentaire, de petite taille, constitué par le dépouillement de corpus byzantins et post-byzantins. Ce fonds serait auxiliaire et ne viserait pas à une étude en soi de la langue byzantine. Les ressources du grec dialectal examinées dans leur rapport historique avec la langue byzantine et post-byzantine se placeraient au centre des préoccupations. L’objectif, selon le rapport, n’est pas de rassembler tout le matériau pour compiler un futur dictionnaire byzantin, mais d’inclure uniquement les éléments nécessaires pour la documentation historique et pour jeter la lumière sur la naissance des mots du grec moderne57. En somme, il s’agirait d’un fonds de documents qui seraient à la fois les preuves et les fondements de l’histoire du grec moderne. M. Triantafyllidis, cet éminent linguiste et historien de la langue, se rend très bien compte que les documents d’archives constituent, entre autres, le support matériel de l’identité de la langue.

  • 58 En ce qui concerne les postulats qui ont régi l’historiographie de la langue, voir Diatsentos 2015b (...)

29Lorsque l’auteur du rapport recommande, d’un côté, d’écarter l’essentiel du fonds d’archives actuel, tandis que de l’autre, il prône la constitution d’une archive byzantine et ottomane auxiliaire, il circonscrit en effet les origines historiques de la langue moderne. Il avance en réalité une lecture bien précise de l’histoire du grec moderne, qui s’oppose aux postulats qui ont émergé tout au long du xixe siècle58. Comme je l’ai suggéré auparavant, le matériau rassemblé jusqu’alors est régi par le principe du lien direct entre la langue moderne et le grec ancien ; d’autre part, ce principe passe sous silence la période intermédiaire et occulte les influences linguistiques des langues avoisinantes. M. Triantafyllidis, en revanche, situe les origines de la langue moderne à l’époque byzantine et post-byzantine. Sans remettre en question la continuité historique, il appelle à étudier le grec moderne comme une langue à part entière et non comme une annexe du grec ancien. L’acte de révision du contenu des archives signifie que l’auteur circonscrit, ne serait‑ce qu’implicitement, le grec moderne, qu’il pose des limites chronologiques pour les vernaculaires et qu’il ancre solidement la langue commune dans le xixe siècle. Il procède en quelque sorte au tri entre les divers récits ou variantes du discours mémoriel sur la langue, en opérant une sélection et en la revêtant d’un habit institutionnel. Toutefois, il ne doit pas nous échapper que ces choix ne sont ni définitifs ni irrévocables. Le discours mémoriel et l’idéologie linguistique dominante se cristallisent progressivement, mais ce processus n’est pas linéaire dans le cas du grec moderne.

  • 59 Triantafyllidis 1963c, p. 410.
  • 60 « O κοινός ή επικρατέστερος τύπος » (Triantafyllidis 1915, p. 18).
  • 61 Triantafyllidis 1915, p. 16.
  • 62 Triantafyllidis 1915, p. 9.
  • 63 Triantafyllidis 1915, p. 17.

30Par ailleurs, la redéfinition des méthodes pour le travail de terrain, la constitution de fiches et le classement sont liés à la question de l’unification et de la normalisation de la langue moderne, qui est principalement une langue de tradition orale. Outre la très urgente question de la normalisation de l’orthographe59, la réorganisation du fonds et l’harmonisation du travail requièrent la mise en place de principes selon lesquels on choisit les mots d’entrée des fiches, ce qui renvoie à la question de classement de celles‑ci. D’après l’auteur, pour l’entrée d’une fiche (mais aussi pour les mots vedettes du futur dictionnaire), on devrait désormais opter pour la forme dominante ou commune60 d’un mot, sous laquelle on allait rassembler les variantes dialectales relevées sur le terrain61. Par ce choix, M. Triantafyllidis écarte, tout d’abord, le principe qui était en vigueur dans la première phase des travaux, à savoir l’emploi d’une forme fondée sur l’étymologie62. Ce principe présuppose l’adoption d’un terme qu’on ne relève que rarement sur le terrain, à savoir un mot qui est souvent forgé par le lexicographe. D’autre part, on devrait aussi exclure la solution de la forme (dialectale ou commune) la plus proche de la morphologie du grec ancien. Avec sa proposition, il élimine donc le « principe étymologique » qui domine le travail de purification des érudits, mais également celui de la proximité morphologique du grec ancien, qui a régi le recueil du lexique dialectal dans la seconde moitié du xixe siècle. Ce choix amène donc l’auteur à avancer les critères pour définir ce qu’il entend par « usage dominant ». C’est ainsi qu’il expose les principes selon lesquels un mot devrait être considéré comme commun63. Par ailleurs, il entreprend la définition des règles morphologiques de la langue commune, ce qui permet d’après lui de normaliser cette variété. En admettant donc la nécessité de forger un système de classement du fonds à la fois rationnel et efficace, l’auteur ébauche un travail d’énonciation de critères et de règles concernant le contenu de la langue commune.

31Par conséquent, nous dirions que l’ensemble des actions nécessaires pour la rédaction du dictionnaire (réorganisation du premier fonds, redéfinition des principes de catalogage et fusion de divers fonds) impliquent une démarche de prescription de la langue dans son aspect grammatical ou du point de vue historique. Comme nous l’avons suggéré auparavant, la mise à l’écart de l’essentiel du premier fonds ne renvoie pas uniquement à des questions de méthodologie de travail ou de pertinence du contenu. La refonte des archives, selon les préconisations du rapport, sous‑tend un positionnement précis vis‑à‑vis de la langue moderne et de son histoire, tandis qu’elle ouvre la voie pour l’institution du grec moderne. Dans ce processus d’institution, la langue n’a plus un rapport d’exclusivité avec le grec ancien et ses sources textuelles. La volonté de rompre avec sa tutelle, cristallisée au sein des milieux démoticistes depuis le dernier quart du xixe siècle, s’exprime désormais au niveau institutionnel.

Conclusions

32L’institution du grec moderne survient au terme d’un long processus qui s’amorce au milieu du xixe siècle. Pendant cette période, l’État délègue une partie de son autorité, en matière de politique linguistique, aux revues littéraires, aux sociétés savantes qui siègent aussi bien dans le pays qu’à l’étranger ou à des acteurs qui se trouvent à mi‑chemin entre le pouvoir politique et la société civile qui est en train d’émerger. Des livres scolaires, des glossaires, des dictionnaires et des grammaires voient le jour au sein des grandes associations, et les œuvres de référence qui émergent sont rarement sanctionnées par une instance officielle de l’État. Cette « répartition de responsabilités » désigne en effet un consensus implicite qui existe entre la communauté des lettrés et le monde qui encadre les postes politiques. Ce dernier admet tacitement qu’il ne devrait pas intervenir dans un domaine qui n’entre pas dans ses prérogatives. Au début du xxe siècle, on assiste à une reconfiguration du jeu d’acteurs. On constate, en effet, un cheminement allant de l’initiative à caractère privé (le tandem « auteur-éditeur » qui prédomine au xixe siècle) ou des entreprises visant à fédérer les efforts individuels (concours ou appels des sociétés savantes et de revues), vers des initiatives amorcées par les institutions de l’État. Dans les années 1910, la mise en place d’un grand dictionnaire monolingue devient une affaire de spécialistes et du pouvoir politique, tandis que le rôle des « lettrés de tous bords » diminue considérablement. Lorsqu’on se penche sur ces années‑là, on s’aperçoit qu’en 1914 sont fondées les Archives nationales de musique « pour le recueil et la sauvegarde des chansons, des danses et des instruments de musique du peuple grec » (loi 432/1914). Quatre ans plus tard, on instaure les Archives de laographie. Lors de la fondation de l’Académie d’Athènes, en 1926, le Service du Dictionnaire historique de la langue grecque, ainsi que les archives de musique et de laographie sont rattachés à cet appareil du pouvoir politique. Enfin, en 1930, l’Académie met en place les Archives médiévales. En somme, dans le premier tiers du xxe siècle, l’État grec crée un ensemble de dispositifs autour desquels se rattachent les élites lettrées. Ainsi s’approprie‑t‑il leur travail et les érige‑t‑il en partenaires officiels, dotés d’un statut particulier, en vue de prendre le contrôle de la politique culturelle et de la fabrication de la mémoire historique. Pour le pouvoir politique, l’enjeu n’est pas uniquement la production, la diffusion, le contrôle et la consécration des savoirs, mais également l’institutionnalisation de la mémoire, liée à ces derniers. C’est dans ce cadre que l’ensemble des documents d’archives, pourvoyeurs d’identité collective, deviennent des lieux d’une mémoire institutionnalisée.

Haut de page

Bibliographie

Auroux 1992
Sylvain Auroux, « Introduction. Le processus de grammatisation et ses enjeux », in Sylvain Auroux (dir.), Histoire des idées linguistiques. Le développement de la grammaire occidentale 2, Liège, Mardaga, 1992, p. 14‑64.

Balibar 1985
Renée Balibar, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, Presses universitaires de France, 1985.

Bologna 2017
Marco Bologna, « Historical Sedimentation of Archival Materials: Reinterpreting a Foundational Concept in the Italian Archival Tradition », Archivaria 83, 2017, p. 35‑57.

Boutouras 1911a
Athanasios Boutouras, « Το ιστορικόν λεξικόν της ελληνικής γλώσσης » [Le dictionnaire historique de la langue grecque], in Οι εθνικοί και γλωσσικοί εφιάλται [Les cauchemars nationaux et linguistiques], Athènes, Raftanis, 1911, p. 73‑79.

Boutouras 1911b
Athanasios Boutouras, Προλεγόμενα εις το νεοελληνικόν λεξικόν [Prolégomènes au dictionnaire grec moderne], Athènes, Raftanis, 1911.

Branca‑Rosof 2001
Sonia Branca‑Rosof, « De l’institution des langues à leur universalisation », in Sonia Branca‑Rosof (éd.), L’institution des langues : autour de Renée Balibar, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

Certeau 1986
Michel de Certeau, « L’espace de l’archive ou la perversion du temps », Traverses. Revue du Centre de création industrielle 36, 1986, p. 4‑6.

Chatzidakis 1908
Georgios Chatzidakis, « Επείγον εθνικόν καθήκον » [Devoir national urgent], in Πανελλήνιον ημερολόγιον. Ετήσιον παράρτημα της Αττικής Ίριδος, Athènes, Typografeion tis Nomikis, 1908, p. 353‑357.

Dancette 2004
Jeanne Dancette, « Dictionnaires, objets du patrimoine culturel : le vocabulaire du commerce dans différentes communautés linguistiques », Meta 49.4, 2004, p. 910‑919.

Diatsentos 2015a
Petros Diatsentos, La question de la langue dans les milieux des savants grecs au xixe siècle : projets linguistiques et réformes, Lille, ANRT, 2015.

Diatsentos 2015b
Petros Diatsentos, « Modern Greek: Founding Myths, Reform and Prescription Matters in 19th Century », in The Construction of Languages: Myths, Rules and Emotions; Selected Papers of the IX International Colloquium, Girona, Publicacions de l’Institut de Llengua i Cultura Catalanes, 2015, p. 213‑225.

Eloy 2001
Jean‑Michel Eloy, « Quelques points de débat sur le colinguisme. L’émergence des langues régionales », in Sonia Branca-Rosof (éd.), L’institution des langues : autour de Renée Balibar, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

Exertzoglou 1996
Charis Exertzoglou, Εθνική ταυτότητα στην Κωνσταντινούπολη τον 19ο αιώνα. Ο Ελληνικός Φιλολογικός Σύλλογος Κωνσταντινουπόλεως, 1861‑1912 [Identité nationale à Constantinople au xixe siècle : l’Association littéraire hellénique de Constantinople (1861‑1912)], Athènes, Nefeli, 1996.

Ikonomidis 1973‑1974
Dimitrios V. Ikonomidis, « Βιβλιογραφία της ελληνικής λαογραφίας 1800‑1906 » [Bibliographie de la laographie grecque 1800‑1906], in Annuaire du K.E.E.L., Académie d'Athènes 23, 1973‑1974, p. 63‑270.

Logotheti 1960
Fofo Logotheti, Γ. Δροσίνης. Εισαγωγή και εκλογή κειμένων [G. Drosinis. Introduction et textes choisis], Athènes, Syllogos pros diadosin ofelimon vivlion, 1960.

Journal officiel 1908
Journal officiel du Royaume de la Grèce
(en grec) 280‑1, 08 novembre 1908, p. 1181‑1183.

Parisis 1884
Stefanos M. Parisis, Ανωτέρα και μέση εκπαίδευσις, ήτοι συλλογή των διεπόντων την Ανωτέραν και Μέσην Εκπαίδευσιν νόμων Β. Διαταγμάτων και εγκυκλίων του επί των Εκκλησιαστικών και της Δημοσίας Εκπαιδεύσεως Υπουργείου από του 1884‑1886 [Éducation secondaire et supérieure, ou recueil des lois, décrets royaux et circulaires du ministère de l’Instruction publique et de l’Église, régissant l’éducation secondaire et supérieure], Athènes, Palamidis, 1884.

Paspatis 1888
Andreas Paspatis, Το Χιακόν γλωσσάριον ήτοι η εν Χίω λαλουμένη γλώσσα [Glossaire de Chios, ou la langue parlée à Chios], Athènes, imp. Perris, 1888.

Pomian 1990
Krzysztof Pomian, « Musée et patrimoine », in Patrimoines en folie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. 177‑198.

Rey 1986
Alain Rey, « Les trésors de la langue », in Les lieux de mémoire. La Nation 2, Paris, Gallimard, 1986, p. 625-645.

Triantafyllidis 1915
Manolis Triantafyllidis, Το λήμμα [Le lemme], Athènes, Estia, 1915.

Triantafyllidis 1938
Manolis Triantafyllidis, Νεοελληνική γραμματική. Ιστορική εισαγωγή [Grammaire du grec moderne. Introduction historique], Athènes, Dimitrakos, 1938.

Triantafyllidis 1941
Manolis Triantafyllidis, Νεοελληνική γραμματική (της δημοτικής) [Grammaire du grec moderne (du démotique)], Athènes, OESB, 1941.

Triantafyllidis 1963a
Manolis Triantafyllidis, « Έκθεσις περί της γλωσσικής αποστολής εις την Βορειοδυτικήν Ελλάδα κατά το 1915 » [Exposé sur la mission linguistique en Grèce du Nord-Ouest en 1915], Άπαντα 2 [Œuvres complètes 2], Thessalonique, I.N.S., 1963 (1re éd. 1920), p. 363‑388.

Triantafyllidis 1963b
Manolis Triantafyllidis, « Υπόμνημα περί της συλλογής των επαγγελματικών τεχνικών όρων » [Rapport sur le recueil de termes techniques des métiers], Άπαντα 2 [Œuvres complètes 2], Thessalonique, I.N.S., 1963 (1re éd. 1920), p. 389‑397.

Triantafyllidis 1963c
Manolis Triantafyllidis, « Υπόμνημα περί του Ιστορικού Λεξικού » [Rapport sur le dictionnaire historique], Άπαντα 2 [Œuvres complètes 2], Thessalonique, I.N.S., 1963 (1re éd. 1920), p. 398‑453.

Vayacacos 1972
Dikeos V. Vayacacos, Le grec moderne, les dialectes néo­helléniques et le dictionnaire historique de lAcadémie dAthènes, Athènes, Ακαδημία Αθηνών, 1972.

Haut de page

Annexe

Tableau 1. Répartition chronologique des travaux dialectologiques grecs au xixe siècle.

1830‑1854 1855‑1872 1873‑1900
2 15 60

Sources : fichier bibliographique de l’INALCO ; Vayacacos 1972 ; Ikonomidis 1973‑1974, p. 63‑270.

Tableau 2. Nombre de travaux soumis à Zografion Diagonisma (concours annuel sur « les monuments vivants de la langue grecque »).

1873‑1883 1878‑1893
> 50 > 100

Source : Exertzoglou 1996, p. 125.

Tableau 3. Publications de travaux dialectologiques (1830‑1900).

Régions Publications grecques Publications étrangères Total
Péloponnèse 2 -- 2
Tsakonie 4 7 11
Sterea Hellas 2 -- 2
Eubée 2 -- 2
Épire 6 -- 6
Heptanèse 5 -- 5
Crète 5 -- 5
Macédoine 3 -- 3
Thrace 5 -- 5
Samothrace 1 1 2
Imbros & Ténédos 3 -- 3
Cyclades 5 3 8
Chios, Lesbos, Icarie, Samos 9 1 10
Chypre 5 2 7
Dodécanèse 6 2 8
Égine -- 1 1
Corse (Cargèse) 1 -- 1
Italie Méridionale -- 13 13
Pont 6 1 7
Cappadoce & Lycie 7 1 8
Totaux 77 32 109

Sources : fichier bibliographique de l'INALCO ; Vayacacos 1972 ; Ikonomidis 1973‑1974, p. 63‑270.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du Dictionnaire historique du grec moderne, commun et dialectal [Ιστορικόν Λεξικόν της Νέας Ελληνικής της τε κοινώς ομιλουμένης και των ιδιωμάτων] de l’Académie d’Athènes. Dans cet article, nous utilisons le titre abrégé Dictionnaire historique, l’abréviation DHGM ou parfois l’étiquette Dictionnaire de l’Académie d’Athènes.

2 Il faut tout de suite préciser que les travaux pour le Dictionnaire historique commencent avant même la fondation de l’Académie d’Athènes. Le cadre législatif qui définit la création et le fonctionnement d’une académie se met en place très tôt, à savoir peu après l’établissement de l’État grec. La fondation d’une académie est en effet prévue dans la loi de 1837 concernant l’enseignement supérieur, mais contrairement à l’université qui ouvre ses portes l’année suivante, le projet de l’Académie reste dans les tiroirs. Le bâtiment qui est destiné à l’accueillir est prêt en 1881. Toutefois, tout au long du xixe siècle, on observe un décalage entre les déclarations d’intention du pouvoir politique et le manque d’initiatives concrètes de sa part. En effet, jusqu’à la fin de ce siècle, l’État semble déléguer une partie de son autorité, en matière de réforme de la langue, aux associations littéraires qui siègent aussi bien dans le pays qu’à l’étranger. La décision définitive de l’ouverture de l’Académie, en 1926, peut en partie s’expliquer par les attentes des élites instruites vis‑à‑vis de l’État ainsi que par la conjoncture internationale au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dès son ouverture, l’Académie d’Athènes accueille l’équipe de rédaction du Dictionnaire historique, rattachée jusqu’alors à l’université d’Athènes.

3 Dancette 2004, p. 913.

4 « La constitution du patrimoine culturel consiste donc en une transformation de certains déchets en sémiophores, en une transformation analogue de certains corps naturels et en un changement de finalité et de signification de certains sémiophores. Le choix d’objets qui entrent ainsi dans le patrimoine culturel tient à leur capacité de recevoir des significations liée, principalement, à leur histoire antérieure, à leur rareté, à leur apparence externe. Toujours est‑il qu’une fois devenus sémiophores, les ci‑devant déchets ou corps naturels sont soumis à une protection spéciale contre les influences corrosives de l’environnement et contre les dégâts que sont susceptibles de provoquer les hommes. C’est pourquoi la constitution du patrimoine culturel s’accompagne de la création d’institutions chargées d’assurer une telle protection » (Pomian 1990, p. 181).

5 Diatsentos 2015a, p. 127‑145.

6 À l’origine, le projet porte sur un grand dictionnaire du grec depuis ses origines jusqu’à l’époque contemporaine. Comme nous le verrons par la suite, très rapidement, il y aura une réorientation et un changement dans les objectifs du programme.

7 Balibar 1985, p. 12‑14.

8 Ici, le terme grammatisation désigne le processus par lequel une langue se trouve outillée, notamment à l’aide de grammaires et de dictionnaires (Auroux 1992, p. 14‑18).

9 Eloy 2001, p. 82.

10 Branca-Rosof 2001, p. 6.

11 Triantafyllidis 1938.

12 Triantafyllidis 1941.

13 Bologna 2017, p. 39. Nous évitons la traduction des extraits cités, car l’article en question est déjà une traduction de l’italien.

14 Bologna 2017, p. 45.

15 Diatsentos 2015b, p. 219. Voir ici en annexe, tableau 1.

16 Il s’agit de la circulaire no 1959 du 22.06.1855. Voir Parisis 1884, p. 263‑264.

17 Diatsentos 2015a, p. 134‑137.

18 Voir ici en annexe, tableau 2. Les données du tableau sont compilées sur la base des informations fournies par Ch. Exertzoglou dans son ouvrage sur l’Association littéraire hellénique de Constantinople (Exertzoglou 1996). Sur le matériau recueilli dans la seconde moitié du siècle, les méthodes, les instigateurs, le rôle des sociétés littéraires et des revues dans cet élan dialectologique, ainsi que le climat idéologique au sein duquel émergent ces actions, voir « L’émergence de la lexicographie dialectale et son impact » (Diatsentos 2015a, p. 127‑184).

19 Diatsentos 2015a, p. 129‑130.

20 Voir ici en annexe, tableau 3. Ce tableau représente la majeure partie du matériau qui voit le jour. D’après nos estimations, les chiffres reflètent les deux tiers des travaux qui paraissent dans la seconde moitié du siècle. Outre les travaux qui trouvent une maison d’édition, présentés aux divers concours ou diffusés dans les colonnes d’une revue, un nombre non négligeable de recueils ne sont jamais publiés.

21 Diatsentos 2015a, p. 130.

22 Certeau 1986, p. 4. À la même page, l’auteur décrit la constitution des archives comme un phénomène dynamique qui est le reflet des actes capables de modifier « un ordre reçu et une vision sociale ».

23 Les mots « trésor » ou « monuments » reviennent avec une forte occurrence dans les sources après 1870. Ces termes sont couramment utilisés dans le dernier quart du siècle pour désigner cette partie du vocabulaire qui tire ses origines du grec ancien. À titre d’exemple, la compétition littéraire la plus célèbre de l’époque, au sein de l’Association hellénique littéraire de Constantinople, s’intitule « Concours pour la collection des monuments vivants de la langue grecque ».

24 Rey 1986, p. 630.

25 Paspatis 1888.

26 Paspatis 1888, p. 25‑29.

27 Diatsentos 2015a, p. 131‑137.

28 Voir ici en annexe, tableau 3.

29 Journal officiel 1908, p. 1182.

30 La personne à l’initiative de ce projet est l’universitaire et linguiste Georgios Chatzidakis, par ailleurs chargé de rédiger et d’adresser au ministère le rapport officiel qui sert de base au décret royal publié en 1908 (Logotheti 1960, p. 203‑204). L’éminent linguiste sera membre, puis, à partir de 1912, président de la commission de direction. Les deux autres personnes qui encadrent la première équipe de direction sont Konstantinos Kontos et Simos Menardos.

31 Journal Officiel 1908, p. 1181.

32 Chatzidakis 1908, p. 357.

33 Diatsentos 2015b, p. 221‑222.

34 Boutouras 1911a, p. 78‑79.

35 Triantafyllidis 1963c, p. 403.

36 Il est utile de rappeler que le Greek–English Lexicon, communément appelé le Liddell & Scott, est initialement un dictionnaire bilingue grec (ancien)-anglais publié par Oxford University Press. Très tôt, il est traduit dans plusieurs autres langues (de sortie), et, dès la fin du xixe siècle, il devient une œuvre de référence, dans le monde occidental. Les spécialistes grecs sont bien conscients que le Liddell & Scott constitue une œuvre lexicographique inégalable.

37 Actuellement les archives du DHGM, abritées dans les locaux de l’Académie d’Athènes, comprennent 1 525 collections manuscrites qui dépassent les 310 000 pages. La majorité des manuscrits proviennent des missions annuelles des collaborateurs du DHGM, inaugurées dans les années 1910. Le contenu de ces collections concerne notamment les variétés dialectales, mais le grec moderne commun y est présent.

38 Boutouras 1911a, p. 78.

39 Boutouras 1911b, p. 21.

40 Il s’agit de 150 000 à 200 000 fiches, selon A. Boutouras (Boutouras 1911b, p. 57) ou de 120 000, selon M. Triantafyllidis (Triantafyllidis 1963c, p. 403).

41 Boutouras 1911b, p. 21.

42 Boutouras 1911b, p. 20.

43 Boutouras 1911a, p. 78.

44 Notons que les archives privées de M. Deffner et le fonds de l’Association littéraire de Constantinople représentent le plus grand volume de cet ensemble.

45 Triantafyllidis 1963c, p. 403‑404.

46 Triantafyllidis 1963a et Triantafyllidis 1963b.

47 Triantafyllidis 1963c.

48 Triantafyllidis 1963c, p. 403.

49 Triantafyllidis 1915. Rédigé en octobre 1914, ce texte est le fruit des échanges de l’auteur avec les autres membres de l’équipe du Dictionnaire. Il porte sur des questions de lemmatisation et de classement des fiches des archives.

50 Triantafyllidis 1963c, p. 414.

51 Triantafyllidis 1963c, p. 425.

52 Triantafyllidis 1915, p. 17.

53 Triantafyllidis 1963c, p. 425.

54 Triantafyllidis 1963a, p. 365.

55 Triantafyllidis 1963c, p. 426.

56 Triantafyllidis 1963a, p. 374‑375.

57 Triantafyllidis 1963a, p. 373.

58 En ce qui concerne les postulats qui ont régi l’historiographie de la langue, voir Diatsentos 2015b, p. 215‑216.

59 Triantafyllidis 1963c, p. 410.

60 « O κοινός ή επικρατέστερος τύπος » (Triantafyllidis 1915, p. 18).

61 Triantafyllidis 1915, p. 16.

62 Triantafyllidis 1915, p. 9.

63 Triantafyllidis 1915, p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Petros Diatsentos, « Circonscrire le champ patrimonial du grec moderne : des anciennes collections aux archives du Dictionnaire de l’Académie (1850‑1930) »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.624

Haut de page

Auteur

Petros Diatsentos

UMR 7297 TDMAM Centre Paul‑Albert Février

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search