Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3La matérialité du temps : usages ...Monde de l’art et musées publics ...

La matérialité du temps : usages patrimoniaux du passé en Méditerranée orientale (xixe et xxe siècles)

Monde de l’art et musées publics des beaux‑arts en Grèce de 1950 à 2011. Interdépendances et histoire fragmentée

The Art World and Public Museums of Fine Arts in Greece from 1950 to 2011: Interdependencies and Fragmented History
Christina Ntaflou

Résumés

Le présent article se propose de rendre compte de la situation contemporaine des musées publics des beaux‑arts en Grèce. Ces musées ont connu un développement après 1950, ainsi la période étudiée s’étend des années 1950 à 2011. Ce choix permet d’avoir une vision macroscopique sur le processus de patrimonialisation de la modernité ainsi que de mettre en évidence les moments majeurs de transformation de ces musées. Les premiers musées des beaux‑arts fondés en Grèce après-guerre étaient publics, voire municipaux. En s’appuyant sur la notion du « monde de l’art », telle que définie par Howard Becker (1982), l’article révèle les divers acteurs impliqués : artistes, collectionneurs, individus, sociétés savantes, collectivités territoriales et État. Le rôle de tous ces agents est éclairé par trois études de cas qui font apparaître une micro-histoire de la fondation des musées modernes. La Pinacothèque municipale de Ioannina, celle de Thessalonique et la Pinacothèque municipale de Larissa-musée G. I. Katsigras illustrent l’histoire souvent fragmentée du développement des musées des beaux‑arts en Grèce moderne.

Haut de page

Notes de l’auteur

La majorité des informations de cet article sont extraites de ma thèse de doctorat défendue en public en janvier 2012, sous le titre : Les musées d’art en Grèce. Une histoire contemporaine des pinacothèques publiques (1950‑2010). Ce travail s’appuie sur une recherche bibliographique, des dépouillements systématiques des nombreuses archives et de la presse spécialisée, ainsi que des études de cas. Une première version de l’article a été présentée à la journée d’études Institutionnaliser le passé. La vie politique et sociale des collections, des archives et des musées en Méditerranée contemporaine, tenue à l’École française d’Athènes le 7 juin 2019. J’aimerais ici remercier les organisateurs de cette journée d’études et, surtout, Angelos Dalachanis et Mercedes Volait, ainsi que Tassos Anastassiadis. La discussion tenue après la présentation avec tous les participants a enrichi les idées et la structure de l’article. Enfin, je tiens à vivement remercier les deux rapporteurs anonymes, qui ont contribué à améliorer décisivement cet article.

Texte intégral

Introduction

1L’année 2019 marqua une date signifiante pour le paysage muséal de Grèce : la fondation Basil et Élise Goulandris a inauguré un musée privé des beaux‑arts à Athènes, où les œuvres en vue ne viennent pas seulement d’artistes grecs mais aussi d’artistes de la modernité reconnus internationalement. Jusque‑là, la majorité des musées publics des beaux‑arts – nationaux, locaux ou municipaux – ont principalement exposé et exposent toujours majoritairement de l’art grec. Il existe bien sûr des exceptions de musées ou bien de collections privées et de fondations dédiées aux beaux‑arts ou à l’art contemporain international et grec qui confirment la règle du paysage muséal grec. De tels exemples sont offerts par la fondation DESTE1, la collection de D. Daskalopoulos2 ou bien la collection Costakis du musée d’État d’art contemporain à Thessalonique3.

  • 4 Par exemple, Kokkou 1977.
  • 5 5Loi de 1834 [loi dite Maurer], « Νόμος περί των επιτημονικών και τεχνολογικών συλλογών, περί ανακα (...)

2La Grèce, étant un « pays-source » d’antiquités, a mis l’accent pendant longtemps sur le développement des musées consacrés aux antiquités. En effet, depuis la création de l’État grec en 1830, le patrimoine antique et les antiquités ont reçu une attention incontestable, surtout sur les plans de la protection, de la recherche, de la mise en valeur et du cadre de la propriété – étatique, voire nationale. Les actions du premier gouverneur Ioannis Kapodistrias pour la fondation d’un « musée central » à Égine (ouvert en 1829)4, la première loi patrimoniale de Georg Ludwig von Maurer de 18345 et l’action du service archéologique fondé en 1837 témoignent d’un effort coordonné d’institutionnaliser et de protéger le patrimoine antique. Ainsi, le musée archéologique en tant qu’institution naît pratiquement avec la création de l’État grec et acquiert une grande importance dans la gestion du patrimoine national. D’autres types de musées, en particulier les musées des beaux‑arts, ont connu un destin beaucoup plus incertain.

  • 6 Entre autres, Voudouri 2003, p. 82.
  • 7 Voir, entre autres, Mertyri 2000 ; Tsouchlou, Bacharian 1984.
  • 8 Sur la Pinacothèque nationale, voir succinctement Ntaflou 2011, p. 117‑138.
  • 9 Voir Kouria 2003, p. 416 ; Kouria 2001, p. 42.

3Le musée grec en tant qu’institution a évolué en prenant pour référence des modèles occidentaux. À la différence d’autres pays européens, la Grèce moderne n’a pas eu de collections royales ou princières dont elle aurait en quelque sorte « hérité »6. Ainsi, les antiquités et leur cadre d’institutionnalisation et de protection ont tenu une place prioritaire dans l’organisation officielle du patrimoine. Néanmoins, des efforts étaient menés pour organiser aussi l’enseignement des beaux‑arts ainsi que des plans pour créer un musée national des beaux‑arts7. En effet, la Pinacothèque nationale fut fondée en 1900, mais son histoire est perturbée ; par ailleurs, elle n’a acquis de bâtiment en propre qu’en 19768. Durant les premières décennies du xxe siècle, des amateurs appartenant généralement à la bourgeoisie ont constitué des collections dans diverses villes prospères, telles que Volos (en Magnésie) et Thessalonique9. L’histoire des beaux‑arts et des musées qui leur sont consacrés au xxe siècle résulte d’une affirmation de plus en plus forte de l’appartenance à l’Europe et à l’Occident ainsi que d’une volonté de modernisation de plus en plus intense.

  • 10 Voir, par exemple, Beaton 2020, p. 238‑240.
  • 11 Gourgouris 1996, p. 87‑88.

4Le musée grec en tant qu’institution a donc suivi les mutations de l’institution en Occident. Mais certains des projets de musées des beaux‑arts ont rencontré de grandes difficultés pour devenir réalité. En effet, la période de l’entre-deux-guerres, particulièrement riche en évolutions sur le plan culturel et intellectuel10, est aussi riche en évolutions vers la prise en compte de l’importance du musée des beaux‑arts. Les collections des beaux‑arts formées dans l’entre‑deux-guerres et même avant, ainsi que les œuvres appartenant aux collections que les municipalités se sont souciées de former pendant la même période, sont souvent à l’origine de la création des musées des beaux‑arts à Athènes et dans les villes de province. Ensuite, durant les années perturbées de l’après-guerre, l’image culturelle de la Grèce moderne s’est construite par le développement de l’enseignement11, de la reconnaissance des artistes, de la création des musées et, enfin, par la constitution d’un monde de l’art contemporain.

  • 12 Voir Becker 2008. Pour H. Becker, le monde de l’art est : « un réseau de coopération au sein duquel (...)

5De nombreuses personnalités ont promu l’idée de musée ‒ hommes politiques, historiens, historiens d’art, critiques, enseignants – et au nom des notions de patrimoine, de nation et de modernité ont contribué au processus de modernisation du pays. Durant la période de l’après-guerre, un « monde de l’art » grec – la notion telle que Howard Becker l’utilise dans son livre-référence12 – se forme. Le recours à la notion de « monde de l’art » dans ses différentes acceptions, permet d’établir les liens complexes entre tout un ensemble de phénomènes qui interagissent dans la continuité et la discontinuité de l’histoire des musées publics des beaux‑arts : le rôle de l’État, la perception du patrimoine, la création des musées en général, l’apparition de l’histoire de l’art en tant que discipline, la mise en place de l’enseignement artistique, le développement d’un milieu artistique, le développement du rôle de l’artiste.

6Les musées des beaux‑arts commencent à « revendiquer » une place culturelle au sein de la société grecque pendant les années de « transition politique », c’est‑à‑dire de 1945 à 1967. Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale ‒ jusqu’en 1974 ‒ sont assez sombres sur le plan politique. Au cours de cette période, la démocratie est seulement une apparence en raison de l’établissement d’un État policier et d’un régime de « para-constitution »/ « para-syntagma » ou para‑État. Le pays est une monarchie, jusqu’à la dictature de 1967, quand le roi Constantin II s’enfuit à Rome. Par ailleurs, dans l’entre-deux-guerres, la Grèce avait déjà connu deux régimes dictatoriaux : en 1925-1926, avec Théodoros Pangalos, et en 1936-1940, avec Ioannis Metaxás. De l’autre côté, la royauté n’a été définitivement abolie qu’en 1973/1974 par un référendum sur le choix du régime politique en Grèce. Le nouveau régime politique et le renouveau constitutionnel de 1975, appelé métapoliteusi, se sont surtout fondés sur le modèle des démocraties européennes. À partir de ce moment‑là, le rapprochement et l’attachement politique et culturel à l’Europe est une constante.

7Durant la longue période de l’après-guerre, il y avait le projet de faire d’Athènes, la capitale du pays, une ville européenne de culture partagée, en raison principalement de ses antiquités. Sur le plan culturel et artistique, la province s’est développée de manière plus hasardeuse et moins programmée qu’à Athènes. Dans un climat de (re)construction, de développement et de progrès dans un pays qui repousse le « danger communiste », les régions prennent des initiatives dans le domaine du patrimoine et des musées. La mise en valeur du patrimoine, dans la plupart des cas, offre une importance locale ou nationale. Les centres urbains de province se développent en même temps qu’Athènes en raison de l’exode rural et des mutations de la société grecque dans son ensemble. Les fondations de musées dans les années 1960 sont liées aux questions du rapport entre l’espace, la société, l’art, les questions de représentations de groupe et de la participation active dans le processus de patrimonialisation de la modernité de la part des municipalités et des savants. Pourtant, ce n’est que des années plus tard – dans la décennie 1980 – que des activités concernant les musées des beaux‑arts, menées respectivement dans la capitale et en province, commencent à être perçues.

  • 13 Telle, par exemple, la nouvelle organisation des communes, municipalités et communautés publiques e (...)

8Dans ce cadre succinctement esquissé, le présent article se propose de rendre compte de la situation contemporaine des musées des beaux‑arts en Grèce. Dans la mesure où ces musées ont connu un développement important et progressivement plus programmé après 1950, la période chronologique étudiée ici s’étend des années 1950 à 2011. L’étendue de la période permet d’avoir une vision macroscopique sur le processus de patrimonialisation de la modernité dans ce pays méditerranéen, ainsi que de mettre en évidence les moments majeurs de transformation de ces musées. À partir de 2011, une série de transformations et de changements au plan surtout de l’organisation et du financement après la crise économique apparaissent13, à tel point que l’année 2011 peut être vue comme une charnière chronologique. En outre, les premiers musées des beaux‑arts qui ont ouvert leurs portes en Grèce après-guerre ont été publics, voire municipaux. Qui sont vraiment les acteurs qui y contribuent ? Quel est le rôle des artistes, des collectionneurs, des individus, des sociétés savantes, des collectivités territoriales et celui de l’État ? Le rôle actif de tous ces agents s’éclaire mieux dans un contexte local et dans une micro-histoire du musée qui aide à faire apparaitre des notions importantes dans l’histoire de la fondation des musées en Grèce, tel l’évergétisme ou la bienfaisance.

  • 14 Pour une analyse historique du terme « pinacothèque », Ntaflou 2011, p. 83‑87.

9Les musées qui sont au centre du présent article ont été fondés en vue de conserver, de montrer et de mettre en valeur la création artistique de leur temps. La production artistique dont il s’agit couvre principalement la peinture, la sculpture, la gravure et le dessin. La dénomination « traditionnelle » en grec de ces musées des beaux-arts, toujours d’actualité, est celle de « pinacothèque »14. Ainsi cette dénomination apparaît indifféremment de celle de « musée des beaux‑arts ».

10Enfin, la Grèce ne fait pas exception par rapport à d’autres pays européens et à leur attention portée aux arts plastiques en province, dans le cadre de la décentralisation. Par ailleurs, le renouveau des grands musées en Europe et aux États‑Unis et la création de nouveaux musées ont servi en Grèce, aussi, de point de départ à la discussion sur le musée en tant qu’institution. Bien que ces musées des beaux‑arts, publics et privés, soient aujourd’hui nombreux en Grèce, peu d’études leur sont consacrées. La nécessité de fonder des musées au sein du nouvel État était soulignée déjà au xixe siècle. Les historiens et les intellectuels du xxe siècle ont également promu cette institution moderne. Pourtant, l’attention de l’administration culturelle ainsi que de l’historiographie est portée principalement sur les musées archéologiques, byzantins, ethnographiques (laographiques) et historiques.

  • 15 Les dernières décennies, des spécialistes tels Alexandra Bounia, Dimitris Damaskos, Andromache Gazi (...)

11Les travaux sur les musées en tant qu’objet de réflexion ne commencent à paraître timidement qu’à la suite de la Seconde Guerre mondiale. L’activité scientifique sur les questions patrimoniales et muséales a apporté des résultats intéressants sur la Grèce et les conclusions des nombreux spécialistes se sont ajoutées à la liste des références internationales sur le rôle de l’archéologie, du passé et du musée dans la formation des États modernes et des nationalismes des pays occidentaux. Cet ensemble de travaux a également favorisé des comparaisons entre des expériences et des contextes similaires ou, au contraire, différenciés. Toutefois, l’histoire des musées des beaux‑arts grecs et de leur inscription dans leur contexte social, politique et artistique n’a pas été suffisamment entreprise15. Faire l’histoire des pinacothèques contribue alors à l’historiographie culturelle et sociale tant grecque que méditerranéenne, voire européenne.

Les prérequis pour le développement des musées grecs des beaux‑arts

12La période d’après-guerre fut pour la Grèce une période de reconstruction tout en étant aussi une période de modernisation et d’évolutions culturelles. Comme ce fut le cas également d’autres pays européens, après la Seconde Guerre mondiale, la vie intellectuelle, artistique et culturelle grecque a connu un essor considérable. La période coïncide aussi avec le développement des musées, parmi lesquels les archéologiques et byzantins furent privilégiés. De façon moins visible, les fondations de musées des beaux‑arts, dans la capitale et, de manière intéressante, dans les régions, voient également le jour.

  • 16 Voir le commentaire sur la réorganisation ou la construction des musées grecs en province par le Co (...)
  • 17 Voudouri 2003, p. 323.
  • 18 Loi 1469 « Περί προστασίας ειδικής κατηγορίας οικοδομημάτων και έργων τέχνης μεταγενέστερων του 183 (...)

13Après la création du Royaume grec au xixsiècle (1833), Athènes joue un rôle central en matière de création artistique. C’est là que les arts s’épanouissent et c’est là que l’État investit dans des projets, pour affirmer le pouvoir désormais grec sur le territoire national. Après la Seconde Guerre mondiale d’un autre côté, l’état soutient un grand nombre de constructions de musées archéologiques en province16. Il a pris également le soin de fonder des musées consacrés à l’époque byzantine du pays pour lesquels l’intérêt s’est accru, notamment après 196017. Pour ce qui est du patrimoine contemporain, une première loi, en 195018, concerne la protection des monuments modernes. Cependant, cette loi ne fut véritablement appliquée que dix ans après son élaboration.

14Suivant ces évolutions, les archéologues et les historiens de l’art se mettent au travail afin de définir les époques d’un art national qui débute dès l’Antiquité. Ils cherchent à mettre en valeur et à protéger l’art grec à l’aide d’une législation pour la culture et le patrimoine. Puis, la réflexion sur le musée en tant qu’institution de communication culturelle prend une forme plus méthodique, avec des contenus et des concepts enrichis par le biais des exemples occidentaux.

15Durant cette longue période de l’après-guerre, l’État agit lentement concernant la fondation ou même le soutien de musées des beaux‑arts. Il en est de même pour la mise en valeur de l’artiste contemporain. Le monde de l’art et des lettres désirait créer des musées où l’art de « leur temps » serait exposé. Le projet de créer un musée d’art contemporain dès les années 1950 est lié aux changements que les artistes voulaient introduire dans leur art et, sans doute, dans leur statut social. Pourtant, l’évolution des attitudes à l’égard de l’art et de la production artistique contemporains qui pourraient entrer dans un musée a été lente. Au niveau des musées locaux des beaux‑arts, seules certaines pinacothèques firent l’expérience simultanée du renouveau artistique, suivant l’évolution de l’art contemporain (telle la pinacothèque de Ioannina à ses débuts). Malgré cela, dans les années directement après la guerre, le rôle de l’artiste en tant que créateur commence progressivement à être reconnu.

  • 19 Concernant la Grèce, le musée archéologique d’Héracleion et le Musée byzantin d’Athènes, entre autr (...)
  • 20 Voir le journal Ethnos, 17 juin 1949, p. 2. Le ministère de l’Enseignement comportait une direction (...)
  • 21 Projet déjà soutenu par l’État, selon C. Tsatsos. Marinos Kalligas, dès cette même année, déclara é (...)
  • 22 Proposition non directement approuvée par le ministre, déclarant sa volonté d’y réfléchir, Ethnos, (...)
  • 23 Pour les villes qui ont une population au‑dessus de 10 000 habitants, il est proposé une subvention (...)

16Concernant l’aspect de l’organisation et de l’activité des artistes et leur rapprochement de l’institution du musée, il faut mentionner le rôle de la Maison des arts plastiques de Grèce, aujourd’hui une personne morale de droit public, sous la supervision du ministère de la Culture et du comité national de l’Association internationale d’arts plastiques (ΑΙΑΡ/UNESCO). Son origine se situe dans l’entre-deux-guerres et, dès sa création, elle a entretenu une relation étroite avec l’État. Dans l’après-guerre, une des premières actions de la nouvelle Maison a été de soutenir les propositions de certains artistes auprès du ministre de l’Enseignement pour intégrer les arts plastiques dans le plan Marshall19. En 1949, une rencontre a lieu à ce sujet avec le ministre de l’Éducation20, mais le projet ne se réalise finalement pas. Dans cette première rencontre de l’après-guerre avec le ministre Constantin Tsatsos, des représentants des artistes évoquent également le sujet de la création d’une pinacothèque et d’une glyptothèque à Athènes21 ainsi que celui de la création de pinacothèques municipales22 afin que les œuvres achetées par les municipalités avant la guerre soient exposées23. D’autres mesures en faveur des arts plastiques sont proposées, mais elles ne sont pas toujours adoptées et appliquées.

  • 24 Επιμελητήριο Εικαστικών Τεχνών Ελλάδος/Epimélitirio Ikastikon Technon Ellados.
  • 25 Selon l’art. 17 de la loi 1218 « Περί Επιμελητηρίου Εικαστικών Τεχνών Ελλάδος » [Sur la Maison des (...)
  • 26 Tel est l’exemple d’une exposition organisée en 1985. Voir le catalogue d’exposition Η Τέχνη στους (...)

17Finalement, l’absence d’un engagement continu de l’État a conduit les artistes à soutenir individuellement le mouvement de création des pinacothèques qui, au fur et à mesure, voient le jour en province. Quant à la Maison des arts plastiques, elle se renouvelle dans les années 1980, en suivant les changements culturels et le climat politique de l’époque. Elle devient alors la Maison des arts plastiques de Grèce24 et est placée sous la tutelle du ministère de la Culture et des Sciences25. Quelques années après la nouvelle loi la concernant, la Maison des arts a cherché à profiter des possibilités offertes par les collectivités territoriales et à aider ses membres à se rendre plus visibles du public26.

  • 27 Projet financier des États‑Unis pour la reconstruction de l’Europe (1947‑1951). Ce plan doit être c (...)

18Dès avant la Seconde Guerre mondiale, les municipalités et les sociétés savantes locales étaient déjà souvent venues en aide aux artistes et à d’autres individus, devenant des agents significatifs pour l’organisation des musées locaux pour les arts plastiques et les beaux‑arts en Grèce. Par ailleurs, le développement de musées des beaux‑arts peut être vu en parallèle à la situation historique, politique et économique du pays. Les années de 1945 à 1974 sont caractérisées par l’instabilité politique mais aussi par des transitions culturelles. À partir de 1947, des infrastructures sont mises en place dans le cadre du plan Marshall (1947‑1951)27 et un rapprochement politique s’opère avec l’Europe occidentale. Ce climat positif au plan culturel s’arrête brusquement en 1967, quand la junte militaire prend le pouvoir.

Les musées des beaux‑arts en Grèce : un panorama

19Après les premiers efforts de l’après-guerre, les musées des beaux‑arts plus spécifiquement sont l’objet d’un intérêt accru à partir d’un autre moment historique et politique : la métapoliteusi, et notamment après les années 1980. Leur développement atteindra son apogée dans les années 1990. Puis, la période qui commence à partir de la fin de cette décennie signifie une série de changements qui rendront ces musées – en grande majorité – municipaux plus visibles. Ces différents moments du développement des musées des beaux‑arts en Grèce apparaissent en filigrane dans le tableau 1, qui montre le nombre de pinacothèques fondées par décennie (de 1950 à 2011) sur un total de quatre‑vingts institutions.

  • 28 Pour une analyse plus approfondie de ce problème, voir Ntaflou 2011, p. 487‑501.
  • 29 Le ministère de la Culture, par le biais de ses différentes pages internet accessibles au public (d (...)

20Pour ce tableau, les musées qui ont été retenus sont ceux qui ont été reconnus par l’administration officielle en tant que « musées d’arts plastiques » et « pinacothèques ». Les différents recensements sur les musées d’après-guerre, qu’ils soient nationaux ou le produit d’initiatives individuelles, prennent indifféremment en compte ces musées des beaux‑arts publics ou privés. Les critères retenus pour caractériser une institution en tant que musée sont également très divers. Cela a amené à l’existence de chiffres très variés par rapport aux musées en général et aux musées des beaux‑arts en particulier28. De nos jours encore, il n’y a pas un chiffre « officiel » du nombre total de musées en Grèce. Au cours des décennies, différents efforts ont été produits afin d’obtenir un nombre total de musées, mais ces chiffres sont peu nombreux29.

  • 30 Ntaflou 2011, p. 508‑509.

21À partir de diverses informations disponibles sur ces institutions, une liste de quatre‑vingts musées des beaux‑arts a pu être établie pour la période 1950‑2011. Cette liste n’est certainement pas exhaustive. Elle ne peut pas non plus être considérée comme strictement représentative de l’ensemble des musées des beaux‑arts, néanmoins elle constitue un échantillon très largement indicatif de la réalité plus large que constituent ces pinacothèques à l’exception de certaines institutions très spécifiques. Dans cette liste, les musées monographiques ont été écartés et les musées nationaux d’Athènes et de Thessalonique – parce que les musées nationaux n’étaient pas la cible de l’analyse – ne sont pas pris en compte. Ainsi, les musées retenus sont essentiellement des structures, publiques ou privées, localisées sur l’ensemble du territoire grec. La majorité d’entre elles (environ 65 % des quatre‑vingts pinacothèques30) dépend de municipalités sous des formes différentes : personne morale de droit public, partie de l’organisation culturelle de la ville, partie d’une entreprise culturelle. Les autres, moins nombreuses, sont privées, gérées par des associations diverses, des annexes de la Pinacothèque nationale, et celles gérées par l’Église – comme c’est le cas des musées de Tinos.

22Le développement des musées des beaux‑arts ‒ dont les pinacothèques – varie en fonction des différentes périodes de l’histoire contemporaine de la Grèce. Il existe des pinacothèques pour lesquelles la fondation a été décidée bien avant leur ouverture effective, mais dans le classement effectué, c’est la date d’ouverture au public qui est retenue. Ainsi, sur les quatre‑vingts institutions recensées, un musée a été fondé avant 1960, il s’agit du musée Benaki (1930). Sept pinacothèques ont été fondées dans le courant de la décennie 1960-1970, sept de 1970 à 1980, seize pendant les années 1980-1990, quinze entre 1990 et 2000 et, enfin, vingt et un de 2000 à 2011. Des éléments chronologiques exacts manquent pour douze pinacothèques.

  • 31 Les données de ce tableau sont fondées sur ma thèse de doctorat. Pour une analyse étendue, voir Nta (...)

Tableau 1. Fondation de pinacothèques par décennie (1960‑2011)31.

Tableau 1. Fondation de pinacothèques par décennie (1960‑2011)31.

23Quant à leur répartition géographique, on peut faire les observations suivantes : la majorité des institutions de l’Attique sont situées à Athènes (13). Ensuite, c’est le Péloponnèse qui compte le plus grand nombre de musées (11), parmi lesquels se trouvent deux des quatre annexes de la Pinacothèque nationale (à Sparte et à Nauplie). Vient en troisième position la région de l’Épire et de la Macédoine centrale avec six musées pour chacune. La renommée de l’Épire en tant que région culturelle durant l’époque tardive de l’Empire ottoman explique en partie son développement muséal. Par ailleurs, dans cette région, le phénomène de l’évergétisme a pris une importance considérable et continue à s’étendre. Ces deux « traditions » – lettres/arts et bienfaisance – ont peut‑être favorisé le développement de ses musées et de sa culture bien que, selon les statistiques officielles, la région soit l’une des plus pauvres du pays. Pour la Macédoine centrale, tous les musées se trouvent soit à Thessalonique – qui se veut la capitale du nord de la Grèce – soit dans des municipalités près de cette ville. Ensuite, la région des Cyclades compte sept musées d’art dont deux musées privés et un ensemble de musées à Tinos gérés par la Fondation sacrée panhéllenique d’Evangelistria, une institution ecclésiastique fondée en 1825.

24Dans les îles Ioniennes, en Grèce centrale et en Macédoine occidentale se trouvent respectivement cinq musées. D’une manière ou d’une autre, la « tradition » ou les « traditions » des différentes régions du pays ont influencé le développement et l’évolution des zones urbanisées dans le courant du xxe siècle, comme c’est le cas des îles de la mer Ionienne. Pour la Grèce centrale, il faut mentionner la proximité de sites archéologiques connus (tel Delphes). Enfin, pour la Macédoine occidentale, le développement de musées des beaux‑arts peut être attribué à la grande importance des associations culturelles qui ont contribué ‒ et contribuent toujours ‒ à l’évolution culturelle et artistique de cette partie du pays.

25Enfin, la région de l’Égée du Sud paraît avoir seulement deux musées, l’un à Rhodes et l’autre à Samos. Le musée des beaux‑arts de Rhodes, une institution fondée dans les années 1960, revendique une place importante dans le paysage muséal. Pour ce qui est du musée de Samos, la structure municipale ne semble pas avoir évolué. Enfin, la Thessalie-Magnésie, la Crète et l’Égée du Nord affichent chacune quatre musées.

  • 32 Mouliou 2008.

26Pour mieux comprendre ces données de fondation de musées par décennie, on peut distinguer trois périodes chronologiques, qui, chacune, montre un dynamisme différent par rapport à la fondation et à la promotion de l’institution du musée des beaux-arts/pinacothèque. Chaque période chronologique a par ailleurs ses propres caractéristiques sur les plans politique et culturel qui influencent aussi le développement des musées. L’État, les artistes et autres individus du monde culturel et politique ainsi que les pouvoirs locaux ont chaque fois un rôle particulier à jouer. Finalement, ces trois périodes pourraient être vues parallèlement aux périodes de développement des musées archéologiques, telles qu’elles sont définies par Marlène Mouliou en 200832.

27L’analyse de trois cas spécifiques de musées des beaux‑arts illustreront les interdépendances entre les différents agents ainsi que les discontinuités apparues dans le processus de fondation, mais aussi les grands moments historiques de fondation des musées.

Première période de développement des pinacothèques (ca 1950‑1980)

  • 33 Pour une analyse détaillée de cette notion et ses rapports au monde de l’art et aux musées des beau (...)

28Durant la période de ca 1950 à 1980, on peut observer que des acteurs très divers sont impliqués dans la création et le développement des musées. Les aspirations de nombre d’intellectuels, artistes et hommes politiques demeurent attachées à l’idée de la « grécité »33. Au plan national, l’affirmation du pays en tant que pays européen passe par l’effort de mettre en œuvre dans la capitale et dans quelques grandes villes, telle que Thessalonique, une vie culturelle. Des personnalités contribuent de manière décisive à la formation d’une vie culturelle et souvent muséale dans la cité. Des exemples de fondations de pinacothèques durant cette période à Ioannina, à Rhodes et à Thessalonique témoignent de l’engagement décisif des personnalités de la vie publique locale (à Thessalonique) ou bien nationale (à Ioannina et à Rhodes).

  • 34 Sur les galeries grecques : Polère 1999, p. 263‑285.
  • 35 Skaltsa et al. 1989, p. 5‑16 et 121‑122. Thessalonique acquerra sa première galerie en 1959. La plu (...)

29Au cours de cette première période de l’après-guerre, archéologues, historiens et critiques d’art (tels Angelo Procopiou, Dimitri Evangélidès, Tony Spiteris, parmi d’autres) enseignent l’histoire de l’art et publient des livres sur l’art contemporain. Ils soutiennent les artistes qui exposent à Athènes ainsi que ceux qui ont la volonté d’exposer en dehors de la capitale. Ces efforts coordonnés entre critiques, historiens et artistes mènent à l’établissement d’un monde et d’un marché de l’art dont l’action fut multiple et polyvalente. Le marché, et finalement le monde de l’art, reprend sa vitalité au milieu des années 1950 par le biais de la formation d’associations culturelles et artistiques, la publication d’ouvrages sur l’art et la création de nouvelles galeries34. L’activité artistique semble dynamique tant à Athènes qu’à Thessalonique35.

30La réflexion sur l’art contemporain pendant cette période est aussi liée à l’enseignement des arts et de l’histoire de l’art, à la professionnalisation dans le domaine des beaux‑arts et au goût esthétique de la période. Pendant cette période, la Grèce se rapproche de l’Europe, voire du monde occidental. Les institutions muséales participent activement à cette évolution de la société grecque. La programmation des premières pinacothèques en témoigne. La pinacothèque de Ioannina prévoyait des conférences et des séminaires d’artistes et de théoriciens sur l’art européen avec la projection de diapositives déjà dans le courant des années 1960. Dès que les cours d’histoire de l’art européen sont introduits dans les universités, les pinacothèques ont adopté une orientation pédagogique. De telles initiatives pédagogiques renforcent ainsi le lien entre les musées des beaux‑arts et l’éducation. Dans cette évolution muséale et pédagogique, l’influence internationale, par le biais de l’ICOM, n’est pas négligeable. Cette influence s’est exercée aussi plus tard, dans les années 1980.

  • 36 Danto 1964, p. 584, sur le réseau constitué autour de l’art et qui forme un monde de l’art.
  • 37 Voir aussi l’analyse de Françoise Liot sur l’intégration des artistes dans le plan pédagogique, Lio (...)

31Puis, à l’instar des exemples internationaux, la place et l’influence de la critique et des revues ou journaux d’art ont joué un rôle incontestable dans la formation du monde de l’art dès les années 197036. Or, des critiques d’art ont aidé considérablement les artistes à s’établir dans le milieu de l’art ainsi qu’à être vus et appréciés par le public. Dans la décennie suivante, les artistes collaborent avec les journaux et publient des livres. À partir de ce moment‑là, les « critiques artistes » qui deviennent plus nombreux (par exemple Thodoros et Georges Lazongas) s’intègrent au sein du monde artistique par des nominations également plus nombreuses aux postes de professeurs à l’École supérieure des beaux‑arts d’Athènes et dans l’enseignement primaire et secondaire37.

  • 38 Philippidès 1990, p. 71.

32Malgré le dynamisme et les efforts du monde de l’art dans le domaine du développement muséal aussi, aucune programmation cohérente n’a été suivie par les différents gouvernements dans l’urbanisme et le développement des villes38. Or, les musées mis en place ont été le produit de la volonté locale d’une certaine partie de la population (individus ou groupes). Souvent, on peut constater une fondation précipitée d’un musée dont les collections sont encore pauvres et les problèmes majeurs – telle l’absence d’un bâtiment propre. Les municipalités montrent également un engagement partiel au fonctionnement continu des musées des beaux‑arts locaux. Là encore, l’exemple de la pinacothèque de Ioannina qui, après quelques années actives, n’a pratiquement plus d’existence propre dès les années 1970, est très représentatif.

  • 39 Χρονικό 1970, p. 175‑181.

33Quelques tentatives pour favoriser le développement de la vie culturelle et artistique du pays tout entier s’intensifient dès avant la fin de la junte militaire en 1974. Par ailleurs, les institutions culturelles et les galeries de diverses villes, même lorsqu’elles ne se présentent pas comme institution culturelle publique, présentent des artistes locaux (à Kavala, Zante, Céphalonie, Thessalonique, Patras, Volos). Des expositions sont organisées dans les bibliothèques (Patras), dans les instituts étrangers (Larissa), dans les hôtels (par exemple l’hôtel Xenia à Volos et à Kavala), dans les locaux d’associations culturelles (association Théotokopoulos à Héracleion, Crète) et professionnelles (Serres)39.

34À partir du rétablissement de la démocratie et la nouvelle constitution de 1975, les antiquités, la tradition et les artistes sont protégés afin d’atteindre les objectifs de la protection du patrimoine national. Puis, on peut observer un renforcement de la création contemporaine et la diminution des déséquilibres régionaux, surtout dans les années 1980.

Deuxième période de développement des pinacothèques (ca 1980‑1996)

  • 40 Une étape importante vient plus tard, avec le traité de Maastricht en 1992, Konsola 2006, p. 152‑15 (...)

35Pour la période de ca 1980 à 1996, on peut constater une accélération dans la fondation et le développement des musées, voire des pinacothèques et musées des beaux‑arts. Ces musées sont fondés dans un contexte politique nouveau après la chute de la dictature en 1974 et avec une volonté politique affirmée de décentralisation et de mise en valeur artistique et patrimoniale. Une caractéristique de cette période est que les pinacothèques fondées sont municipales, mais elles font également appel au ministère de la Culture (fondé en 1971). L’État par le biais du ministère de la Culture commence pendant cette deuxième phase à avoir une interaction plus visible avec les musées régionaux des beaux‑arts. Les évolutions sur le plan politique et économique sont liées à l’appartenance officielle du pays à l’Union européenne et ont un impact considérable, aujourd’hui très ressenti, sur le domaine de la culture et des musées. D’une manière générale, l’intérêt porté à la culture en Grèce suit en parallèle l’intérêt de l’Union européenne à l’égard de la culture, plus marqué dès la décennie 198040.

  • 41 Dronnet 1991, p. 24.
  • 42 En outre, la Constitution de 1975 revue en 1986 [JO 24/A, 14 mars 1986] et en 2001 dit clairement a (...)

36Ainsi, à partir de 1983, les efforts du ministère de la Culture s’orientent vers des objectifs plus concrets41. D’ailleurs, la volonté de promouvoir une image de la Grèce autre que celle de la Grèce antique naît à cette époque. Puis, à l’instar d’autres pays, la décentralisation du système administratif a été engagée par la voie législative durant les années 198042. L’État intervient, pour la première fois, directement dans la formation et parfois dans la gestion des collections de beaux‑arts. À cet égard, la politique de soutien de l’État aux beaux‑arts concerne les achats et les cessions d’œuvres ainsi que les collaborations timides avec les municipalités pour la gestion des pinacothèques de province.

  • 43 Voir dans le texte de Mairi Michaïlidou intitulé Pour la Pinacothèque municipale d’Héracleion dans (...)
  • 44 La pinacothèque fut fondée par l’acte 1040 du 17 janvier 1992 et fut abritée dans la basilique de S (...)

37Dans les années 1980, le ministère de la Culture décide donc d’acheter des œuvres contemporaines afin de créer un « héritage national d’œuvres d’art ». Il compte attirer des dons d’œuvres qui permettraient d’enrichir tant les collections d’un futur musée national d’art contemporain que les collections des pinacothèques municipales43. Pour la Pinacothèque municipale d’Héracleion (Crète), celle de Lamia (Grèce centrale) et de celle de Kavala (Macédoine orientale et Thrace), c’est l’État, sous l’office de Melina Mercouri en 1984, qui aide à la constitution des petites collections et à la promotion de ces institutions. Malgré cette cession d’œuvres, la pinacothèque de la municipalité d’Héracleion n’est fondée que six ans plus tard44. La création de la pinacothèque de Lamia indique un processus de même nature et celle de Kavala se trouve toujours face à des difficultés existentielles.

38Parallèlement, les initiatives collectives et/ou en collaboration avec les municipalités se multiplient. Tout au long de cette deuxième période, la bienfaisance s’impose pour la réalisation des projets culturels et muséaux, comme l’illustre l’exemple de la ville de Larissa analysé plus loin. D’autre part, le collectionnisme prend de l’ampleur au sein du monde de l’art. Les premiers musées d’art privés font leur apparition et deviennent très actifs – par exemple le musée de Ion Vorrés fondé en 1983 ou bien la collection de D. Daskalopoulos fondée en 1994.

39Au niveau local, ce sont les personnalités politiques et les intellectuels qui prennent souvent l’initiative. Simultanément, les municipalités revendiquent et acquièrent une participation, voire une autonomie, dans la gestion patrimoniale, artistique et culturelle – les exemples de Thessalonique et de Larissa et de leurs pinacothèques respectives en offrent une bonne illustration. La culture et le patrimoine se mettent au centre des expressions de la nouvelle ère politique.

  • 45 Voir l’exemple du séminaire Musée et enseignement en Grèce tenu à Athènes en 1988, à la demande de (...)

40Sur le plan de l’organisation des musées mêmes, dans les années 1980, le comité national grec de l’ICOM se développe et acquiert une influence qui s’est accru depuis. Des séminaires sont organisés par des experts étrangers pour les conseillers pédagogiques du ministère de l’Éducation, les enseignants et les animateurs des musées45. Cette action contribua à tout un ensemble de phénomènes : la prise de conscience des problèmes de chaque secteur, la collaboration des professionnels, la résolution des problèmes et la modernisation progressive de l’action éducative du musée.

41Finalement, la création d’une filière d’histoire de l’art à l’université d’Athènes et à l’université de Thessalonique, à partir des années 1980, a rendu plus systématique l’étude de l’art occidental, de l’art grec moderne et contemporain, ainsi que des théories de l’art sur lesquelles les critiques fondaient leurs analyses. Nombre de musées des beaux‑arts sont créés en même temps que ces évolutions dans les champs théorique, scientifique et socio-politique. Néanmoins, le manque d’expérience, la faible capacité et le développement lent des pinacothèques a retardé leur contribution aux idées sur l’art, l’histoire, l’esthétique et l’enseignement de l’art. Elles ont aussi échappé à des débats critiques et esthétiques plus profonds ou idéologiques et politiques qui, d’une certaine manière, les dépassaient.

Troisième phase de développement des pinacothèques (1997‑2011)

42Les évolutions sur des plans multiples des deux phases précédentes conduisent à la troisième période, qui représente un temps d’actions plus systématique de la part de l’État ainsi que d’autres agents impliqués dans le fonctionnement des musées des beaux‑arts. Cette dernière période représente par ailleurs une étape législative décisive pour tous les types de musées. Dès 1997, des lois sur les musées des beaux‑arts et d’autres textes législatifs indispensables et toujours d’actualité voient le jour. À partir de cette date, il devient progressivement évident pour la politique culturelle et muséale de l’État aussi que toutes les institutions culturelles doivent être mieux encadrées sur le plan législatif et politique.

  • 46 Προγραμματική σύμβαση/Programmatiki symvassi.
  • 47 L’équivalent français serait la convention de développement culturel, une action qui était promue e (...)

43Dans les années 1990, le ministère de la Culture a continué l’action qu’il avait commencé quelques années plus tôt, en privilégiant plutôt les collaborations, car ni ses finances ni la législation ne lui permettaient d’accorder un soutien plus concret. Pendant cette époque, on peut observer plus de conventions de coopération46, celles‑ci étant des contrats établis entre le ministère de la Culture et les municipalités. Ces conventions fixent des modes spécifiques de coopération dont les termes et le contenu peuvent se différencier selon des accords particuliers entre les parties contractantes47. Surtout après 1995, ces conventions – souvent conclues avec les centres d’art contemporain – se sont multipliées dans le cadre du Réseau culturel national des villes. Leur validité durait environ dix ans. Un exemple d’une telle collaboration entre ministère de la Culture et municipalité est offert par la pinacothèque de Ioannina. L’objectif de cette politique de collaborations était de créer des plateformes de communication entre villes, entre institutions à l’intérieur du pays et avec l’étranger.

  • 48 Konsola 2006, p. 181.

44La conséquence la plus importante de l’apport européen dans les années 1990 est sans doute le fait que l’État a défini sa politique culturelle en fonction d’un dynamisme rendu possible par les aides économiques européennes48. Plusieurs pinacothèques ont bénéficié des programmes européens, notamment celles qui ont participé au programme Société de l’information. Nombreuses sont ainsi les pinacothèques qui ont pu numériser leurs collections afin de les mettre à la disposition d’une communauté étendue, par le biais d’internet (comme par exemple la pinacothèque de Corfou).

  • 49 Klonaris, Thomadaki 1992. Pour plus de détails, surtout sur le débat public des années 1970, voir N (...)
  • 50 Fondé avec la loi 2557 « Θεσμοί, μέτρα και δράσεις πολιτιστικής ανάπτυξης » [Institutions, mes (...)
  • 51 Loi 3028 « Για την προστασία των Αρχαιοτήτων και εν γένει της Πολιτιστικής Κληρονομιάς » [Sur (...)
  • 52 Voir le décret présidentiel 191 « Οργανισμός υπουργείου πολιτισμού » [Organisation du ministère (...)
  • 53 Voir la loi 3711 « Ίδρυση νομικού προσώπου δημοσίου δικαίου με την επωνυμία “ΜΟΥΣΕΙΟ ΑΚΡΟΠΟΛΗΣ” και (...)
  • 54 Voir la décision publiée dans le Journal officiel 2385/B, le 26 octobre 2011, fondée sur la décisio (...)

45Le thème de la fondation d’un musée d’art moderne et contemporain, qui fut un sujet de débats publics déjà dès les années 1950 et encore plus intenses dans les années 197049, est réglé. En 1997, le premier musée étatique d’art moderne et contemporain est ouvert à Thessalonique, en grande partie grâce au financement attribué à la ville cette année‑là en tant que capitale européenne de la culture50. Les lois patrimoniales suivantes et autres décisions législatives sont par ailleurs aussi stipulées : en 2002, la loi patrimoniale51 ; en 2003, la nouvelle organisation du ministère de la Culture52 ; en 2008, la loi pour le musée de l’Acropole53. Dans l’esprit de la loi de 2002, l’État grec définit, conçoit et crée des musées de tout type. Mais, il est encore très largement question des musées nationaux. Le nombre de musées publics des beaux‑arts augmente et, cette fois, la capitale n’est pas favorisée. D’ailleurs, l’absence d’un cadre général pour l’ensemble des musées – quels que soient leur statut juridique et leur type – renvoie aux questions sur une politique muséale globale et effective. Une solution à la problématique d’un cadre global pour les musées viendra ainsi en 2011, avec la création d’un système de certification des musées54.

  • 55 Cela est peut‑être lié au fait que les études de muséologie ont gagné une place au sein du monde mu (...)

46Depuis, les musées semblent être entrés dans une phase de « maturité institutionnelle » dans laquelle ils sont confrontés à des problèmes d’ordre financier, muséographique, de communication, voire de survie. 2004 a été une date charnière qui a fait naître beaucoup d’espoir. Cela, surtout en raison de l’enthousiasme suscité par l’organisation des Jeux olympiques et du soutien qui a été apporté aux structures culturelles à cette occasion, notamment l’organisation d’expositions. Mais depuis, et c’est toujours le cas, les musées et les pinacothèques ont à faire face à de grandes difficultés dont la plus importante est sans doute que leur fonctionnement est de plus en plus lié aux intérêts politiques et économiques des municipalités. Parallèlement, on peut constater une prise de conscience de leur importance dans l’histoire muséale de la Grèce55.

47Durant la longue période de l’après-guerre, lorsque la patrimonialisation de la modernité eut lieu, s’est dessinée une histoire fragmentée des agents qui ont contribué de différentes manières à ce processus de fondation des musées des beaux‑arts et de la patrimonialisation de l’art moderne et contemporain. Dans la section suivante, trois études de cas montrent les interactions et les processus qui ont eu lieu pour le développement de la culture muséale dans les différentes villes de Grèce à des moments historiques, politiques et sociaux différents.

Fondation des pinacothèques : modèles, interdépendances et histoire fragmentée

48Les pinacothèques prises en compte dans le présent article appartiennent majoritairement aux municipalités. Concernant leur fondation, on peut distinguer l’implication de processus différents qui peuvent aussi s’observer dans les trois cas exposés ci‑après.

  • 56 Tériade, de son vrai nom Stratis (ou Efstratios) Eleftheriadis (1897‑1983) était originaire de Myti (...)

49La fondation d’un musée des beaux‑arts peut se décider à partir de la donation d’une collection – ou d’une partie de celle‑ci – d’un notable de la ville, de membres de la diaspora grecque ou de personnes – voire souvent d’artistes – qui veulent offrir des œuvres d’art à leur région d’origine. Tel est le cas de plusieurs fondations, comme la pinacothèque de Larissa, fondée à partir de la donation du médecin Georges I. Katsigras et la collection de Tériade donnée à la municipalité de Mytilène après son exposition à Paris en 197356. Souvent, un artiste, originaire de la ville où l’institution est fondée, fait une donation de ses œuvres ou de sa collection à la municipalité. D’ailleurs, il existe une règle implicite selon laquelle les artistes qui exposent temporairement dans une pinacothèque laissent à la fin de la manifestation une de leurs œuvres afin que la pinacothèque puisse enrichir ses collections. Dans les statuts de la majorité des pinacothèques grecques, il est mentionné qu’un de leurs buts est de promouvoir l’art grec d’une part et l’art qui se produit au niveau local d’autre part. Les expositions qui sont organisées chaque année dans les pinacothèques ne sont pas seulement des expositions d’artistes locaux, mais ceux‑ci sont souvent très représentés.

  • 57 Δημοτική πινακοθήκη Ρόδου 1964 ; Art Gallery of Rhodes 1972 ; Kambouridès 1988, p. 15‑16 et passim.

50En outre, très souvent, les pinacothèques sont fondées grâce aux actions menées par un groupe de personnes dans une ville – sociétés savantes ou associations culturelles locales, intellectuels, artistes, hommes de lettres et notables – ou par une seule personne, souvent assistée par d’autres pendant le processus de fondation. Les exemples de ce type de création sont nombreux : les pinacothèques de Ioannina, de Thessalonique, de Kalamata ou de Florina. C’est aussi le cas de la pinacothèque de Rhodes, créée dans les années 1960 à la suite de l’initiative d’Andréas Ioannou, une figure de la vie politique57.

  • 58 Un de plus importants musées grecs, le musée Benaki, est né des collections privées d’Antonis Benak (...)

51Ces différents modes de fondation révèlent la coexistence du privé et du public et même, au‑delà de la coexistence, une coopération étroite. D’ailleurs, cette coopération semble être la norme pour les musées grecs qui ne sont pas des musées nationaux. Le musée Benaki, qui jouit d’une reconnaissance internationale, offre un cas concret de ce fait58. Or, il semble que les municipalités ont aussi progressivement joué un rôle décisif dans la fondation et la gestion de plusieurs musées régionaux.

  • 59 À titre d’exemple, Gourgioti 2008, p. 817‑818.
  • 60 Voir Gravari-Barbas 2005, p. 22 ; Bailly, Béguin 2001, p. 59.
  • 61 Voir aussi l’article relatif au patrimoine architectural, à l’association culturelle et aux demande (...)

52Dès le début du xxe siècle et plus encore après la Seconde Guerre mondiale, les municipalités se sont souciées de donner une identité, à la fois nationale et uniformisée à leurs villes. Elles ont cherché à atténuer ou à faire disparaître leurs aspects ottomans et orientaux. À l’instar du modèle européen, les municipalités ont voulu mettre en valeur l’espace urbain pour qu’il soit digne d’une « ville moderne »59. La création de musées archéologiques, historiques et ethnographiques (laographiques), de bibliothèques, de théâtres, de conservatoires et d’orchestres philarmoniques municipaux s’inscrit dans ce projet de modernisation, de progrès social, de croissance économique et de développement culturel. Pour les villes qui décident de fonder une pinacothèque, l’argument géoculturel60 n’est pas négligeable car un musée est une institution qui constitue une expression identitaire. Ce point d’accroche se fonde aussi sur des logiques politiques61. Ainsi, l’histoire des pinacothèques en province s’inscrit dans celle des municipalités et, plus largement, dans la politique locale. Cette relation entre politique et culture s’illustre bien dans l’exemple de trois villes : Ioannina, Thessalonique et Larissa.

  • 62 Comme pour la majorité des pinacothèques municipales du pays.
  • 63 Une évolution qui se trouvait en avril 2020 au dernier stade. Voir à titre d’exemple, https://www.l (...)

53Dans le cas des pinacothèques de ces trois villes, la volonté après-guerre est de faire connaître aux citoyens l’art contemporain. Dans les différentes villes, les motivations qui président à l’ouverture des pinacothèques sont les mêmes : honorer sa ville, son passé et son patrimoine et, avec des options différentes, lui donner une identité artistique et culturelle qui se voit. Pour la pinacothèque municipale de Ioannina, comme pour celle de Thessalonique62, les efforts publics et privés ne permettent pas un agrandissement immédiat des institutions. Leur renouveau n’est venu que dans ou après les années 1980, une époque marquée par l’effort politique de décentralisation. Or, leur fondation et leur fonctionnement se sont appuyés au début sur des figures différentes de la vie publique, intellectuelle et culturelle des deux villes et au‑delà. Pour le cas de Larissa, l’agent « municipalité » et un unique donateur sont à l’origine du musée et de son fonctionnement ; ce musée local des beaux‑arts a été certifié en 2020 par l’État63.

Le cas de Ioannina

54La pinacothèque de Ioannina se trouve être la première pinacothèque en province (dans le « nomos » [département] de l’Épire) officiellement inaugurée par le président de la République en 1961 et avec le support à l’époque de la cour royale (fig. 1). Son histoire commence des années plus tôt.

  • 64 Stergiopoulos 1972.
  • 65 Officiellement, la cession eut lieu en 1964, avec la décision 8535 du 19 juin 1964 du ministère de (...)
  • 66 Stergiopoulos 1972, p. 5. L’association a financé des projets patrimoniaux : l’ouverture de la grot (...)
  • 67 Stergiopoulos 1972, p. 6.

55En 1952, différentes personnes originaires dans leur majorité de l’Épire forment une association – officiellement active jusqu’en 1972 – qu’ils nomment Les Amis de Ioannina. La publication de l’historique de la pinacothèque de Ioannina en 197264 fut la dernière action réalisée par l’association qui était en réalité dissoute depuis 1969, au moment où elle avait pratiquement cédé les œuvres de sa collection à l’État65. Les personnes à l’initiative de cette pinacothèque appartenaient à des groupes ou des collectifs qui désiraient changer le paysage muséal et culturel de Grèce. Y étaient impliquées des personnalités influentes du monde des lettres et de la politique locale et nationale. Le directeur de la Pinacothèque nationale, Marinos Kalligas, se trouvait parmi eux. Les principaux membres de l’association, avec son président Georges Vilaras, qui ont eu l’idée de fonder un musée des beaux‑arts à Ioannina ainsi que d’organiser des conseils à Athènes et à Ioannina, ont contribué par ailleurs à la réalisation de divers projets culturels66. Des bienfaiteurs, des artistes et des amateurs d’art ont apporté un soutien spécial à la création de la pinacothèque67. À côté d’eux, la municipalité de Ioannina et le ministère de l’Éducation ont aussi enrichi la collection du musée avec des donations.

  • 68 On honore toujours aujourd’hui, tant Costas Malamos (1913‑2007) que son épouse Ioanna Mitséa-Malamo (...)

56L’artiste-peintre Costas Malamos68 – originaire du village de Zitsa, en Épire – a toujours soutenu le musée, tout en étant un des initiateurs du premier projet d’établissement d’une pinacothèque de la ville de Ioannina. Il a surtout fait appel aux artistes de sa génération pour qu’ils soutiennent le projet de cette pinacothèque. Afin de les convaincre de donner des œuvres à la pinacothèque en devenir, il a utilisé l’argument de la création d’un mouvement dans le marché de l’art. Le peintre n’a pas manqué de souligner l’importance de la ville de Ioannina qui fut la première à s’engager dans la promotion de l’art et, fait encore plus significatif, la promotion d’un art grec contemporain. Finalement, en 1969, cinquante artistes et neuf collectionneurs ont donné des œuvres d’art.

57La pinacothèque fut ainsi, à ses débuts, une institution consacrée à l’art de son temps, c’est‑à‑dire, aux artistes contemporains. En effet, ce sont des artistes établis et reconnus, dont certains faisaient partie du corps enseignant de l’École supérieure des beaux‑arts d’Athènes ou des collèges privés de la capitale qui ont largement formé le fonds de la collection de cette institution de province. Dans le journal I Kathimerini et la revue Ikones ainsi que dans des émissions radiophoniques, l’historien d’art et critique Angelos Procopiou offrit une tribune et des canaux de reproduction sur la chronique de la Pinacothèque de Ioannina. D’ailleurs, on peut suivre dans l’historique de plusieurs musées de province au cours de la longue période de l’après-guerre un même schéma de donations de la part d’artistes vivants.

Fig. 1. Inauguration officielle de la pinacothèque de Ioannina en 1961.

Fig. 1. Inauguration officielle de la pinacothèque de Ioannina en 1961.

Archives ERT AE, Collection Ellenika Epikaira.

58L’activité de l’association qui œuvra pour la fondation de la pinacothèque de Ioannina fut essentielle. L’association a entre autres mis la pression sur la municipalité, en fixant le terme de l’installation de la pinacothèque dans le pavillon de la mairie de la ville – où elle s’installa à l’origine – à une durée ne devant pas dépasser trois ans. Pour accentuer cette pression et protéger la collection de cette nouvelle institution, l’association conserva la propriété des œuvres afin de pouvoir les retirer des lieux d’exposition au cas où la pinacothèque rencontrerait des difficultés de fonctionnement dont la municipalité serait responsable. Puis, au cas où le musée n’arriverait pas à fonctionner correctement, elle aurait donné la collection de la pinacothèque à l’État. Les œuvres furent en effet données à l’État et, dans les années 1970, une petite partie des œuvres de la collection furent présentées au musée archéologique de la ville (49 œuvres exposées). Les œuvres qui n’avaient pas été exposées furent conservées dans les réserves de la 8e Éphorie des antiquités byzantines de la ville.

59Durant la période de la dictature (1967‑1974), aucun effort pour changer la situation de la pinacothèque de Ioannina ne fut réalisé. Puis, en 1976, lors de la première édition du festival Épirotika, les arts plastiques trouvèrent une place dans la programmation de cette organisation culturelle. La Société d’études épirotes et l’Académie pédagogique de Zossimas étaient aussi actives dans l’organisation de la vie culturelle de la ville à cette période. Ces différentes manifestations artistiques à Ioannina et la présence active du peintre Costas Malamos, qui a soutenu le projet « Pinacothèque de Ioannina » tout au long de son histoire perturbée, ont influencé les pouvoirs municipaux suivants qui se sont préoccupés – avec plus ou moins d’enthousiasme et de résolution – de la cause de la pinacothèque. Certains maires ont même eu le désir d’un nouveau bâtiment pour abriter le musée, sans que ce projet ne se réalise par manque de moyens financiers.

  • 69 Vassili Pyrsinélas (1878‑1959) fut le premier maire de la ville depuis son annexion par la Grèce en (...)
  • 70 Les maires Philippas Philios (1987‑1990 et 1990‑1994) et Elefthérios Glinavos (1995‑1998).
  • 71 Sous le mandat du maire Anastassios Papastavros (1999‑2002).
  • 72 Certaines œuvres sont restées au musée qui se trouve sur la petite île du lac Pamvotis en raison de (...)

60Ce n’est que des décennies plus tard que le problème de bâtiment pour la pinacothèque trouva une solution. La réhabilitation de la maison Pyrsinélas69, le bâtiment actuel de la pinacothèque (fig. 2), a commencé et a abouti sous les mandats de différents maires70, qui se sont investis dans le projet de réouverture de la pinacothèque de Ioannina. La restauration de la maison Pyrsinélas n’a pas été financée par la municipalité. Les travaux les plus importants ont été réalisés avec le financement de la Banque agricole de Grèce. D’autres sponsors sont intervenus pour financer ce projet. Le 21 février 1997, une première exposition présenta une partie de la collection qui avait été conservée dans les réserves pendant de nombreuses années. Cette manifestation a marqué le début d’une nouvelle ère pour l’institution. Une convention de coopération avec le ministère de la Culture fut signée à la fin des années 199071 afin que les œuvres soient cédées à la Pinacothèque municipale de Ioannina. Certaines œuvres ont fait l’objet d’une restauration et la collection fut transférée dans le bâtiment Pyrsinélas72. En février 2000, enfin, la pinacothèque est inaugurée officiellement – pour la deuxième fois – par le président de la République, Constantin Stephanopoulos.

Fig. 2. Le bâtiment de la pinacothèque de Ioannina, la maison de Pyrsinélas.

Fig. 2. Le bâtiment de la pinacothèque de Ioannina, la maison de Pyrsinélas.

Cl. de l’auteur (2009).

  • 73 Constantinos Tsatsos était alors le ministre.

61Trois faits doivent être soulignés concernant cet historique. Premièrement, l’État a aidé le projet par l’intermédiaire du ministère de l’Éducation (section des Beaux‑Arts)73 dans les années 1950-1960 ainsi que plus tard, dans les années 1990-2000 par le biais du ministère de la Culture. Deuxièmement, l’implication des femmes dans la fondation originelle de cette structure culturelle a été décisive. Il s’agit de femmes connues de l’époque de l’après-guerre dont les qualités et les choix ont marqué l’institution : Hélène Vakalo (1921‑2001), critique et poète ; Nina Aravantinou, propriétaire du journal I Vradyni et première femme ministre dans le gouvernement de Constantin Caramanlis (1956‑1958) ; Lina Tsaldari (1887‑1981), fille de l’historien et byzantinologue Spyros Lambros, engagée dans la vie politique et dans la promotion du droit de vote des femmes. Troisièmement, l’association Les Amis de Ioannina a regroupait toutes ces personnalités qui désiraient ancrer le musée dans la société locale et, finalement, ont collaboré étroitement avec les pouvoirs locaux. L’association a également été le lien entre tous les agents et donateurs qui se sont impliqués dans le projet. Enfin, dans les années 1990, l’implication de la municipalité et de certains habitants fut cruciale pour l’ouverture permanente de la pinacothèque de Ioannina.

Le cas de Thessalonique

  • 74 Voir, par exemple, l’organisation par la Société d’études macédoniennes d’une exposition ouverte à (...)
  • 75 C’est le cas notamment lors du festival Démétria de la ville de Thessalonique. À l’inverse, la Soci (...)

62La pinacothèque de Thessalonique présente une histoire tout aussi perturbée que celle de la ville de Ioannina. Les histoires respectives de ces deux institutions ont certains points en commun, comme par exemple l’implication des sociétés savantes locales à vocation culturelle. La Société d’études macédoniennes a précédé celle de Ioannina, dont elle fut le modèle. La Société d’études macédoniennes de Thessalonique a véritablement été pionnière dans la création d’un climat culturel et, surtout, dans la mise en valeur d’une identité thessalonicienne, macédonienne ou de la Grèce du Nord74. À côté de la Société d’études macédoniennes, l’université a aussi été très active dans le domaine de la culture. Ces associations et sociétés locales ont perduré dans le temps et ont collaboré en continu avec la municipalité. De son côté, la municipalité a renforcé les liens avec celles‑ci et les a fréquemment pris en charge, ce qui ne fut pas toujours le cas entre la municipalité de Ioannina et la Société d’études épirotes75.

  • 76 Thessalonique accueillait une grande communauté de juifs sépharades avant la guerre. Sur le sujet, (...)
  • 77 Par exemple, dès la fin des années 1970, plusieurs institutions culturelles commencent d’emblée à c (...)
  • 78 Notamment celles menées par la Société d’études macédoniennes et par le Centre d’études balkaniques (...)
  • 79 Sur le rôle des élites locales dans cette problématique identitaire, voir Polère 2008, p. 111‑114.
  • 80 Δημοτική Βιβλιοθήκη Θεσσαλονίκης 1990, p. 21.
  • 81 Skaltsa 1986, p. 711‑712. 1927 fut une année riche en expositions d’arts plastiques dans la ville.
  • 82 Moumtzidou-Papadjima 2002, p. 20‑21. Et pour l’importance de l’Exposition internationale des années (...)

63La ville de Thessalonique avait jusqu’avant la guerre un visage multiethnique76 qui a brusquement changé. Dès la période de l’après-guerre, les pouvoirs locaux ainsi que les intellectuels de la ville ont voulu organiser une vie culturelle en multipliant les manifestations artistiques et culturelles, en enrichissant les collections d’art77 et en développant les études historiques sur ces collections78 avec le soutien de la municipalité et l’aide de l’université79. La municipalité achetait des œuvres aux peintres lors d’expositions80, notamment les Expositions internationales de Thessalonique, organisées depuis 192781 (année de l’ouverture de l’université de Thessalonique) et visitées par un public nombreux82.

64L’histoire de la pinacothèque de Thessalonique commence ainsi dans l’entre-deux-guerres, mais cette institution n’est devenue une réalité que beaucoup plus tard. Quelques années après la fondation de la pinacothèque de Ioannina, en raison de la notoriété acquise par celle‑ci et à la demande de membres de l’intelligentsia de la ville de Thessalonique, la municipalité prit à son tour une part plus active dans le développement de la vie culturelle du pays. La pinacothèque de Thessalonique est établie dans la bibliothèque municipale, fondée pour sa part en 1939. Des personnalités qui avaient aidé à l’organisation de la bibliothèque municipale – tel que le professeur Antonis Sigalas (1890‑1981) – conçurent d’ailleurs l’idée de créer une société pour l’étude de l’histoire et du folklore (de la laographie) macédoniens, devenue la Société d’études macédoniennes.

  • 83 Neoclassical Building 1986, p. 9 (le texte du Comité de supervision).
  • 84 Τέχνη/Art comme elle est connue, et de son nom complet Μακεδονική Καλλιτεχνική Εταιρεία «Τέχνη(...)

65La municipalité est active dans le domaine des beaux‑arts de 1956 à 1959, puisqu’elle organisa une exposition annuelle83. À partir des années 1960, Thessalonique et, plus généralement, la Grèce du Nord amorcèrent une évolution culturelle avec Techné. L’association Techné (Τέχνη), fondée en 195184, rassemblait le monde culturel et lettré de la ville. Elle est à l’origine de nouvelles institutions et du choix d’une architecture moderne pour les bâtiments de la ville. Elle exerça également une influence sur d’autres associations culturelles dans la région. En 1960, sont ainsi présentées pour la première fois des expositions d’art, de sculpture, de peinture et de gravure.

  • 85 Dino Christianopoulos, poète, homme de lettres et des arts de Thessalonique, qui avait travaillé à (...)
  • 86 Christianopoulos 2002, p. 77 et 79.

66En 1966, la pinacothèque de Thessalonique ouvre pour ainsi dire ses portes au public grâce à la bibliothèque qui céda deux de ses salles afin d’exposer les œuvres dispersées jusque‑là dans divers services de la municipalité85. Pour cette première « pinacothèque » sont réunies et exposées cinquante‑sept œuvres d’art – le noyau initial de la collection. Le choix des œuvres est dû à un comité artistique formé par des professeurs de l’École polytechnique (Nicos Moutsopoulos, Dimitri Fatouros), des peintres (Polyclète Rengos, Christos Lefakis) et des conseillers municipaux (Athanassios Tantanassis, N. Nicolaïdès)86. Cette même année, l’Office du tourisme de Thessalonique s’inscrit également dans la mouvance d’une nouvelle impulsion culturelle et décide l’organisation du festival Démétria (Δημήτρια). Dans cette synergie entre culture et tourisme, l’agent unificateur et culturel par excellence n’est autre que la bibliothèque et, derrière elle, la municipalité.

  • 87 Le comité se composait de Chr. Christou, Costas Lachas, Costis Moscov, et disposait d’un budget de (...)
  • 88 Il écrivit une note pour le catalogue de la pinacothèque de Thessalonique sorti en 1982, qu’il publ (...)

67De 1966 jusqu’au lendemain du tremblement de terre du mois de juin 1978, la pinacothèque de Thessalonique présente sa collection dans les deux salles de la bibliothèque où elle fut inaugurée. Au cours de cette période, elle s’enrichit, surtout en gravures, notamment après la fin de la junte militaire. La municipalité de Thessalonique met en place pour cela un comité d’achat de gravures87. Par souci de protection des acquisitions, l’établissement d’un inventaire de la collection de la pinacothèque est entrepris. Le tremblement de terre de 1978 et les dégâts matériels engendrés ont mis en évidence la nécessité de répondre à certains problèmes relatifs au musée public des beaux‑arts et au patrimoine en particulier : la programmation d’une activité culturelle permanente et la sauvegarde des œuvres. Dino Christianopoulos a procédé à l’inventaire de toutes les œuvres d’art qui se trouvaient dans les locaux de la bibliothèque et qui appartenaient à la municipalité88. Ce travail a fait prendre conscience de la nécessité de consacrer un bâtiment spécifique à la pinacothèque.

68En 1985, cette prise de conscience se concrétisa avec l’installation de la pinacothèque de Thessalonique dans la villa Mordoh, à l’est de la ville, qui est rénovée pour l’accueillir. Aujourd’hui, la villa Mordoh n’est plus utilisée par la pinacothèque qui fut installée à la Casa Bianca (fig. 3). Le Centre culturel d’Ano Toumba – un bâtiment construit par la municipalité et inauguré en 2006 – est utilisé depuis quelques années afin de présenter surtout la large collection d’artistes originaires de Thessalonique. La pinacothèque en tant qu’institution municipale est toujours active dans la vie culturelle de Thessalonique en organisant des expositions à différents endroits et lieux patrimoniaux de la ville (comme par exemple à Geni Djami).

Fig. 3. Casa Bianca, Pinacothèque municipale de Thessalonique, bâtiment actuel.

Fig. 3. Casa Bianca, Pinacothèque municipale de Thessalonique, bâtiment actuel.

Cl. Pappasadrian (2013).

  • 89 L’homme politique Évangelos Venizélos, ministre de la Culture de 1996-1999, affirme que toutes les (...)
  • 90 Ledit Mouvement des cinq, c’est‑à‑dire des cinq musées (privés et publics) de la ville fut annoncé (...)
  • 91 Voir l’exemple de la ville de Xanthi (Thrace) tel qu’il est décrit par une lettre du maire de la vi (...)

69Ainsi, l’action des associations culturelles, des musées municipaux, nationaux et privées de la ville de Thessalonique s’est renforcée dans le temps. La politique de la municipalité, le climat de coopération entre différentes institutions et individus et enfin les « opportunités historiques et patrimoniales », comme par exemple le choix de la ville de Thessalonique comme Capitale européenne de la culture en 199789, ont offert un cadre plus structuré pour le fonctionnement des musées, parmi lesquels la pinacothèque municipale. Finalement, les musées majeurs de Thessalonique se sont réunis en 2009 en vue d’un meilleur fonctionnement ainsi que d’une plus grande visibilité, en formant le Mouvement des cinq90. Ainsi, la multiplicité des volontés individuelles et collectives ainsi que la concrétisation des projets qui en découlent ont laissé – et laissent toujours – leurs marques sur le paysage culturel et artistique de Thessalonique. Par ailleurs, tout au long de ces années, ces innombrables initiatives privées et publiques ont conduit également à la constitution de collections dans d’autres villes de la région et ont contribué à l’enrichissement de la vie culturelle et artistique de la Macédoine et de la Thrace91.

Le cas de Larissa

70Enfin, la Pinacothèque municipale de Larissa – musée G. I. Katsigras – date de l’époque que l’on pourrait appeler « le printemps des pinacothèques » en raison de la prise de conscience, dans les années 1980, de l’importance de leur rôle dans la ville ainsi que dans le secteur muséal. En 1981, le médecin et collectionneur Georges I. Katsigras, habitant de Larissa, donne son importante collection à la municipalité qui l’expose partiellement au début et pendant de longues années dans le bâtiment de l’organisme culturel municipal. La collection comprenait environ 700 tableaux et œuvres graphiques que le collectionneur avait acquis grosso modo entre 1950 et 1965, les meubles historiques de son bureau jadis propriété de l’archéologue Heinrich Schliemann et dessinés par Ernst Ziller, ainsi qu’une grande quantité de livres d’histoire d’art et de littérature.

71La collection de G. I. Katsigras est la première à être cédée à la municipalité et non à la Pinacothèque nationale, comme cela était plus courant jusque‑là. La seule condition de la donation était la construction d’un bâtiment propre à ce musée. Celui‑ci fut construit entre 1991 et 2003. L’installation définitive du musée dans un bâtiment construit pour l’accueillir est ainsi survenue en 2003 (fig. 4). Jusqu’à cette date, une partie de la collection avait été présentée dans des locaux du centre culturel municipal (1992‑2003). La municipalité – grâce à un financement européen entre autres – a soutenu ce projet durant toute cette période.

72La Pinacothèque municipale de Larissa-musée G. I. Katsigras est une des institutions municipales des beaux‑arts des plus réussies en Grèce. Son succès se traduit par un fonctionnement constant depuis son ouverture au public, une grande variété des expositions temporaires, le fonctionnement exemplaire d’un atelier d’enseignement des arts plastiques, l’organisation de programmes éducatifs pendant toute l’année ainsi que par une nouvelle muséographie de l’exposition permanente (depuis mai 2019). Par ailleurs, la pinacothèque collabore avec d’autres musées du pays et organise des expositions, en prêtant les œuvres de sa riche collection. Pour son fonctionnement, la pinacothèque fait appel à un comité artistique ainsi qu’à une administration gérée par la municipalité.

Fig. 4. Vue extérieure de la pinacothèque de Larissa‑musée G. I. Katsigras.

Fig. 4. Vue extérieure de la pinacothèque de Larissa‑musée G. I. Katsigras.

Cl. de l’auteur (2009).

  • 92 Le terme est plutôt technique en français, mais c’est celui qui est utilisé en grec.
  • 93 Voir les exemples de la ville de Karditsa et la création de sa pinacothèque municipale. Compte rend (...)

73La personnalité de G. I. Katsigras et son apport décisif à la fondation de la pinacothèque de Larissa offre une bonne occasion de parler du phénomène de l’évergétisme92, ou de la bienfaisance, dans le domaine de la culture. La donation de G. I. Katsigras est la première d’une longue liste d’exemples semblables. En Thessalie, dans les villes voisines de Karditsa et de Volos, des lieux d’exposition ont été créés à partir de donations de bienfaiteurs qui relèvent d’un effet boule‑de-neige et d’une indiscutable émulation entre les villes93.

L’évergétisme ou la bienfaisance

  • 94 Pomian 1987, p. 300‑301.
  • 95 Le grand nombre de documents administratifs du ministère de la Culture et des municipalités sur l’a (...)
  • 96 Voir Caillot 2009, p. 73‑77.

74La pinacothèque publique, voire municipale, comme institution relève du modèle évergétique du musée et du patrimoine de la sphère privée tels que définis par Krzysztof Pomian94. L’acte évergétique ou de bienfaisance a lieu lorsque les bâtiments, les fortunes personnelles ou les collections sont cédées au domaine public soit du vivant du donateur soit après sa disparition. C’est un phénomène qui a une histoire propre à la Grèce où les collections des pinacothèques sont plus facilement enrichies par des dons que par des achats95. Aussi, les actes d’évergésie ont‑ils été essentiels dans le développement des musées des beaux‑arts. Le don – jadis comme aujourd’hui – semble être complémentaire des initiatives de l’État96, des municipalités et des sociétés culturelles diverses.

  • 97 Voir Pomian 1987, p. 301.
  • 98 Poulot 2001, p. 75‑76. Dominique Poulot mentionne le musée de Clisson en Vendée, fondé par les frèr (...)
  • 99 Voir, entre autres, Sheehan 2000, p. 84‑85.
  • 100 Seni 2009.
  • 101 Aux États‑Unis, ces musées dépendent des bords of trustees et, souvent, après leur création par des (...)
  • 102 Voir Arvanitakis 2006, p. 25.
  • 103 Des glissements d’intérêts des évergètes existaient déjà pendant l’essor du phénomène. Voir Théodor (...)
  • 104 Les bourgeois grecs de la diaspora étaient les premiers à collectionner des œuvres d’art. Voir Chas (...)
  • 105 Sur la bourgeoisie locale, athénienne et, particulièrement en Thessalie, Sivignon 1975, p. 550‑551.

75L’évergétisme en art n’est pas spécifique à la Grèce97. La Grèce n’est pas non plus le seul État à faire appel aux collectionneurs privés pour constituer des collections publiques et fonder des musées des beaux‑arts. Bien des musées en France98, en Allemagne99, en Turquie100 ou aux États‑Unis101 ont été créés à partir de donations de particuliers ou de sociétés savantes. Tout au long du xixe siècle, les bienfaiteurs en Grèce ont privilégié les infrastructures, l’éducation et la santé. La mentalité évergétique a progressivement changé pendant le xxe siècle. L’évergétisme a alors touché les couches sociales de la petite et de la moyenne bourgeoisie102. Les intérêts des évergètes ont glissé vers les arts, en particulier les arts plastiques et les musées103. S’est dès lors manifestée une volonté de former des collections personnelles104, de les montrer de temps à autre au public et de les donner aux instances politiques de la ville d’origine afin qu’un musée des beaux‑arts soit créé. Au sein des localités où une telle bourgeoisie évoluait, la valeur symbolique et éducative de l’art était reconnue ainsi que son rôle dans le développement des sociétés locales105.

76Dans le cas de la fondation des pinacothèques municipales, l’évergétisme s’inscrit dans une « tradition » remontant au xixe siècle. Le modèle est le même, seuls les évergètes ont changé, comme le montre l’histoire des pinacothèques. Dans la période contemporaine, le collectionneur d’œuvres d’art (principalement de peinture) est un collectionneur ‒ ou un amateur ‒ local qui offre librement ses collections à la municipalité de sa ville natale. Un tel geste correspond aussi à une évolution de la représentation personnelle dans la société grecque au cours des années de transformation du pays en une démocratie.

  • 106 Sur l’évolution des collectivités locales voir Τοπική Αυτοδιοίκηση 1983 ; et Georgoulis 1997 pour u (...)
  • 107 Les collectionneurs Ion Vorrés et Dimitri Piérides avaient déclaré vouloir faire don de leurs colle (...)
  • 108 L’influence qu’ils exercent sur d’autres collectionneurs avec leurs choix esthétiques, ainsi que le (...)

77Il faut ajouter une autre remarque à propos du développement du phénomène de bienfaisance par rapport aux musées. La donation d’une collection à une municipalité s’inscrit dans une période de réforme de l’organisation territoriale du pays. Cette réorganisation territoriale avait pour objectif de rendre effective une décentralisation à tous les niveaux et de donner un plus grand pouvoir aux collectivités locales106. Par ailleurs, les décennies 1980-1990 « ont révélé » les collectionneurs qui se montraient de plus en plus en public. Les donations en région ont servi de point de départ à la reconnaissance des collectionneurs107 et au développement du collectionnisme. Des musées des beaux‑arts ont alors été fondés à l’initiative de ces collectionneurs qui ont pris conscience de leur rôle dans le monde de l’art grec108 et dans le monde muséal, dans le sens de la mise en exposition et de la mise en valeur de l’art. Les réseaux et le marché de l’art qui se sont formés au cours de cette décennie ont jeté les bases du système artistique grec des années 1990 plus fermement établi.

  • 109 Vorres, Papastamos, Frantzeskakis 1982.
  • 110 Polère 1999, p. 337. Z. Portalakis a exposé temporairement une partie de sa riche collection dans l (...)
  • 111 Il a ouvert sa collection – de près de 800 œuvres – au public en 1999.
  • 112 Il a présenté sa collection à Athènes (1989), Patras (1992), Volos (1993), Rhodes (1994), Syros (19 (...)
  • 113 Voir http://www.frissirasmuseum.com/, consulté le 25 avril 2021 ; Lambraki-Plaka et al. 1993.
  • 114 Voir Kouvoutsakis 1996.
  • 115 D. Daskalopoulos est un entrepreneur et un collectionneur d’art contemporain internationalement con (...)

78Finalement, on se demande pourquoi quelques grands collectionneurs ont préféré créer leurs propres musées et/ou ouvrir leurs collections au public au lieu de procéder à une donation de l’ensemble de leurs œuvres d’art à des municipalités ou au domaine public. Parmi les entrepreneurs qui ont ouvert leurs collections au public, les plus connus sont : Ion Vorrés109 ; Zacharias Portalakis110 ; Prodromos Emfietzoglou (1937)111 ; Costas Ioannidès (collectionneur principalement d’art grec)112 ; Vlassis Fryssiras, qui fonde son musée privé113 ; Panayotis Kouvoutsakis, qui crée sa pinacothèque en 1995114 ; et Dimitris Daskalopoulos, qui, comme Dakis Ioannou, connaît une reconnaissance internationale115.

En guise de conclusion

79Les différents aspects de l’histoire muséale et de la patrimonialisation des arts plastiques présentés ici apportent une vision plus complète sur le musée grec, une institution qui n’avait pas de précédents historiques. À la lumière des exemples des pinacothèques grecques, on peut suivre l’institutionnalisation de l’art moderne et contemporain ainsi que l’organisation de la vie culturelle en Grèce après-guerre, notamment dans ses différentes régions.

80Dans les années 1950, la situation de la Grèce a fait naître simultanément le besoin de retrouver les repères d’avant la guerre et de créer de nouvelles bases pour favoriser l’évolution et le développement du pays. L’institution de la pinacothèque, cible d’aspirations complexes, s’est constituée et ancrée en Grèce au cours d’une période perturbée par des changements politiques, sociaux, économiques, culturels et artistiques. L’existence, même problématique, d’une Pinacothèque nationale à Athènes a certainement influencé les musées du même type en province, particulièrement en ce qui concerne les collections et les expositions. Celles‑ci sont presque dans leur ensemble des collections d’art grec, moderne et contemporain. Par ailleurs, on peut constater que dans les pinacothèques régionales l’éducation artistique par le biais d’ateliers et de programmes pédagogiques a joué et joue toujours un rôle important pour le contact avec la société locale.

  • 116 Le régime républicain représentatif fournit de larges possibilités aux instances locales afin de s’ (...)
  • 117 Papanicolaou 1994, p. 452.

81L’histoire des pinacothèques publiques n’est pas l’histoire d’un moment ou d’un domaine artistique. Et, surtout, elle n’est pas l’histoire d’une seule instance. La gestion du patrimoine en Grèce dépend d’un système d’administration, d’une tradition de centralisation étatique et d’une tendance à lier les objets patrimoniaux à l’identité de la Nation. La municipalité en tant qu’agent public s’est imposée pour des raisons pratiques et politiques116. Mais elle suit d’autres agents dynamiques : les historiens d’art et critiques, l’université, et les principaux agents économiques et culturels d’une ville117. L’État s’est montré plutôt lent en matière de législation concernant fondations, fonctionnement et certification des musées. Dans les deux dernières décennies, on a pu constater un effort plus organisé afin de créer un registre des musées grecs – suivant la définition du musée telle qu’elle fut introduite par la loi patrimoniale de 2002 – dans leur ensemble. Les critères précis, stipulés et définis par le ministère de la Culture depuis 1999, afin de mieux soutenir le musée grec dans tous ses aspects n’ont pourtant été mis en œuvre systématiquement que ces dernières années.

82Les musées locaux, comme les pinacothèques, offrent ainsi une image fragmentée de l’histoire du développement du monde de l’art, des musées et du processus de patrimonialisation de l’art et de l’architecture moderne en Grèce. Dès le début du développement des pinacothèques, les difficultés de la gestion publique de la culture sont apparues. La situation s’est améliorée au fil des ans, notamment après la chute de la junte militaire en 1974, mais la gestion et surtout le financement sont toujours sources de difficultés. Les fondations de différents musées sont liées à des évergètes locaux ou d’envergure nationale, tandis que les actions entreprises dans le domaine des beaux‑arts et de la culture sont le fait d’individus intéressés – des peintres, comme par exemple Costas Malamos – ou d’un monde de l’art actif au niveau local ou national.

83Depuis le début de la récente crise économique en Grèce, toutes les initiatives dans le domaine muséal et culturel ont été ou sont éprouvées. Les musées sont invités à ajuster leur fonctionnement aux nouvelles données économiques, administratives et politiques. Pourtant, l’étude de ces institutions se fait d’une manière plus scientifique et concrète, de sorte que l’institution muséale grecque y gagne un discours plus global. L’initiation et le développement de la transition numérique dans le domaine culturel amènent aussi d’autres changements et offrent de nouveaux moyens de communication aux musées des beaux‑arts.

Haut de page

Bibliographie

Art Gallery of Rhodes 1972
Art Gallery of Rhodes: A catalogue, Athènes, Dimotiki Pinakothiki Rhodou, 1972.

Arvanitakis 2006
Dimitris Arvanitakis (éd.), Το φαινόμενο του ευεργετισμού στη Νεότερη Ελλάδα: Πρακτικά Ημερίδας, Δευτέρα 29 Νοεμβρίου 2004, Μουσείο Μπενάκη, Κτίριο οδού Πειραιώς [Le phénomène de l’évergétisme en Grèce modern : Actes de la journée organisée au musée Benaki le 29 novembre 2004, au bâtiment de la Rue du Pirée], Athènes, Musée Benaki, 2006.

Bailly, Béguin 2001
Antoine Bailly, Hubert Béguin, Introduction à la géographie humaine8, Paris, Armand Colin, U série Géographie, 2001.

Beaton 2020
Roderick Beaton, Greece: Biography of a Modern Nation, Londres, Penguin Books, 2020.

Becker 1999
Howard S. Becker, Propos sur l’art, Paris, L’Harmattan, 1999.

Becker 2008
Howard Becker, Art Worlds25, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 2008 [1982].

Caillot 2009
Laure Caillot, Sculpture antique, patrimoine et identité nationale au regard des musées helléniques. L’exemple du Musée national archéologique d’Athènes, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille I – Université de Provence & Université nationale et Capodistrienne d’Athènes, 2009.

Chassiotis, Katsiardi-Hering, Abatzi 2006
Ioannis K. Chassiotis, Olga Katsiardi-Hering, Eurydice A. Abatzi (éd.), Οι Έλληνες στη Διασπορά: 15ος – 19ος αιώνας [Les Grecs en diaspora : xvexixe siècle], Athènes, Parlement grec, 2006.

Χρονικό 1970
Asadour Bacharian (éd.), Χρονικό 70. Καλλιτεχνική Πνευματική Ζωή, Καλλιτεχνικό Πνευματικό Κέντρο Ώρα, γεν. επιμ. Ασαντούρ Μπαχαριάν [Chronique 70. Vie artistique et intellectuelle, du Centre artistique Ora], Athènes, Centre artistique Ora, 1970.

Christianopoulos 2002
Dinos Christianopoulos, Καλλιτεχνικά Θεσσαλονίκης: μελέτες και σημειώματα [Affaires artistiques de Thessalonique : études et notes], Thessalonique, Ianos, Art, 2002.

Danto 1964
Arthur Danto, « The Artworld », The Journal of Philosophy 61.19, 1964, p. 571‑584.

Δημοτική Βιβλιοθήκη Θεσσαλονίκης 1990
Δημοτική Βιβλιοθήκη Θεσσαλονίκης: πενήντα χρόνια λειτουργίας (1939‑1989) [La Bibliothèque municipale de Thessalonique : cinquante ans d’existence (1939‑1989)], Thessalonique, Municipalité de Thessalonique-Bibliothèque municipale, 1990.

Δημοτική Πινακοθήκη Ηρακλείου s. d.
Δημοτική Πινακοθήκη Ηρακλείου [Pinacothèque municipale d’Héracleion], Bibliothèque Vikélas, Héracleion, Lavrys, s. d.

Dronnet 1991
François Dronnet, La politique culturelle de la Grèce, mémoire réalisé dans le cadre du programme européen d’échanges ERASMUS à l’université PANTIOS d’Athènes, Paris, 1991.

Georgoulis 1997
Stamatis Chr. Georgoulis, Τοπική και Περιφερειακή Αυτοδιοίκηση στην Ευρωπαϊκή Ένωση [Collectivités locales et régionales dans l’Union européenne], Athènes-Komotini, Ant. Sakkoula, 1997.

Gourgioti 2008
Léna Gourgioti, « Η διαμόρφωση των κοινωνιών στη Θεσσαλία κατά τα νεότερα ιστορικά χρόνια 1650‑1950 » [La formation de sociétés en Thessalie à l’époque moderne 1650‑1950], in Πρώτο Διεθνές Συνέδριο Ιστορίας και Πολιτισμού της Θεσσαλίας II [Premier Congrès international d’histoire et de culture de la Thessalie II], Thessalonique, Alexandros/Division administrative (périphérie) de Thessalie, 2008, p. 804‑823.

Gourgouris 1996
Statis Gourgouris, Dream Nation: Enlightenment, Colonization, and the Institution of Modern Greece, Stanford-Californie, Stanford University Press, 1996.

Gravari-Barbas 2005
Maria Gravari-Barbas (dir.), Habiter le patrimoine : enjeux-approches-vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Géographie sociale, 2005.

Hadjinicolaou 2011
Teti Hadjinicolaou, « Η ανάγκη εφαρμογής του συστήματος πιστοποίησης στα μουσεία » [Le besoin d’application du système de certification des musées], Les nouvelles de l’ICOM (section grecque) B.8, décembre 2011, p. 24‑30.

Kambouridis 1988
Haris Kambouridis, Greek Painting of 20th century at the Municipal Art Gallery of Rhodes: A Brief Introduction. Guide to the Works Exhibited, Athènes-Rhodes, Municipal art gallery of Rhodes & Commercial Bank of Greece, 1988.

Karouzos 1995
Christos I. Karouzos, Μικρά κείμενα [Petits essais], édités par Vassilios Ch. Petrakos, Athènes, Société archéologique d’Athènes, Bibliothèque de la SAA 149, 1995.

Kokkou 1977
Angueliki Kokkou, Η μέριμνα για τις αρχαιότητες στην Ελλάδα και τα πρώτα μουσεία [La protection des antiquités en Grèce et les premiers musées], Athènes, Hermis, 1977.

Konsola 1999
Dora Konsola, « La Politique culturelle de la Grèce », Pôle Sud 5, mai 1999, p. 27‑44.

Konsola 2006
Dora Konsola, Πολιτιστική ανάπτυξη και πολιτική [Développement culturel et politique], Athènes, Papazisis, 2006.

Kouria 2001
Aphrodite Kouria, « Συλλέκτες μαικήνες. Η ελληνική εκδοχή » [Collectionneurs mécènes. La version grecque], in Dimitris Papacostas (éd.), Τέχνη και Συλλέκτης: Πρακτικά συμποσίου, Μέτσοβο 9‑10 Σεπτέμβρη 2000 [L’Art et le Collectionneur : Actes de Colloque, Metsovo 9‑10 septembre 2000], Psychico, Fondation Evangelos Averoff-Tositsas, 2001, p. 41‑46.

Kouria 2003
Aphrodite Kouria, « Επισημάνσεις για την έρευνα της νεοελληνικής τέχνης στο πρώτο μισό του 20ού αιώνα » [Observations pour la recherche de l’art grec moderne durant la première moitié du xxe siècle], Evgenios D. Matthiopoulos, Nikos Hadjinicolaou (éd.), Η Ιστορία της τέχνης στην Ελλάδα [L’histoire de l’art en Grèce], Héracleion, Presses universitaires de Crète, 2003, p. 409‑417.

Kouvoutsakis 1996
Panayotis Kouvoutsakis, Οδηγός Πινακοθήκης Κουβουτσάκη – Guide to the Kouvoutsakis Art Institute, Athènes, Kouvoutsakis Art Institute, 1996.

Klonaris, Thomadaki 1992
Maria Klonaris, Katerina Thomadaki, « The Museum of Contemporary Art: A Vision », in Anna Kafetsi (éd.), Metamorphoses of the Modern: The Greek Experience, Athènes, Ministry of Culture, National Gallery, Alexandros Soutzos Museum, 1992, p. 417‑419.

Lachas 1998
Costas Lachas, Πλους ονείρου: Από τον Εχέδωρο στο Θερμαϊκό [Navigation de rêve : de la rivière Echedore au golfe Thermaïque], Thessalonique, Ianos, 1998.

Lambraki-Plaka et al. 1993
Marina Lambraki-Plaka, Gérald Xuriguera, Guiliano Serafini, Takis Mavrotas, The Vlassis Frissiras Collection of Contemporary Greek Paintings. A Catalogue of One Hundred and Thirty Paintings by Thirty Greek Artists, [Athènes], Fryssiras Collection, 1993.

Liot 2004
Françoise Liot, Le métier d’artiste : les transformations de la profession artistique face aux politiques de soutien à la création, Paris-Budapest-Turin, L’Harmattan, 2004.

Loyer 1996
François Loyer, Architecture de la Grèce contemporaine, thèse de doctorat, Université de Paris, 1966.

Makrydimitris 2003
Antonis Makrydimitris (éd.), Αυτοδιοίκηση και κράτος στο πλαίσιο της παγκοσμιοποίησης [Auto-administration et État dans le contexte de la globalisation], Athènes-Komotini, Ant. N. Sakkoula, 2003.

Mazower 2005
Mark Mazower, Salonica, City of Ghosts: Christians, Muslims and Jews, 1430‑1950, Londres, Harper Perennial, 2005.

Mertyri 2000
Antonia Mertyri, Η καλλιτεχνική εκπαίδευση των νέων στην Ελλάδα (1836‑1945) [L’enseignement artistique des jeunes en Grèce (1836‑1945)], Athènes, E.I.E., Institut d’études néohelléniques 36, 2000.

Mouliou 2008
Marlène Mouliou, « Museum Representations of the Classical Past in Post‑War Greece; a Critical Analysis », in Dimitris Damaskos, Dimitris Plantzos (éd.), A singular Antiquity: Archaeology and Hellenic Identity in Twentieth-Century Greece, Athènes, Mouseio Benaki Supplement 3, 2008, p. 83‑109.

Moumtzidou-Papadjima 2002
Phanie Moumtzidou-Papadjima, Η Ελλάδα που αλλάζει: τέχνη και προσωπικότητες στον 20ό αιώνα [La Grèce qui change : art et personnalités du xxe siècle], sept. 2002-janv. 2003, Thessalonique, Fondation Telloglio/Exposition internationale de Thessalonique, 2002.

Neoclassical Building 1986
Municipal Art Gallery of Thessaloniki, Neoclassical Building on 25th March Street, Thessalonique, Municipality of Thessaloniki, 1986.

Ntaflou 2011
Christina Ntaflou, Les musées d’art en Grèce. Une histoire contemporaine des pinacothèques publiques (1950‑2010), thèse de doctorat, Paris I – Panthéon – Sorbonne, 2011.

Papanicolaou 1994
Miltiade Papanicolaou, «Tο μπλε άλογο»: θέματα ιστορίας και κριτικής της τέχνης [« Le cheval bleu » : sujets d’histoire et de critique d’art], Thessalonique, Vanias, 1994.

Philippidès 1990
Dimitris Philippidès, Για την ελληνική πόλη: μεταπολεμική πορεία και μελλοντικές προοπτικές [Pour la ville grecque : parcours de l’après-guerre et perspectives pour l’avenir], Athènes, Themelio, 1990.

Δημοτική πινακοθήκη Ρόδου 1964
[s. a./Andréas Ioannou], Δημοτική πινακοθήκη Ρόδου. Ακατάλογος των εκτιθεμένων έργων ζωγραφικής [Pinacothèque municipale de Rhodes. Ier Catalogue des œuvres de peinture exposées], Rhodes, s. éd., 1964.

Polère 1999
Cédric Polère, Construction locale de l’identité et universalisme en art. Une sociologie des arts modernes et contemporains en Grèce, Thèse de doctorat, Université Pierre Mendès France – Grenoble II, 1999.

Polère 2008
Cédric Polère, « Diffusion de l’art et collectionnisme à Salonique dans la seconde moitié du xxe siècle », in Stéphane Sawas (éd.), Visages de Salonique au xxe siècle, Paris, Hêrodotos-Kadmos, Mésogeios 34, 2008, p. 107‑129.

Pomian 1987
Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise xviexviiie siècle, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1987.

Poulot 2001
Dominique Poulot, Patrimoine et musées : l’institution de la culture, Paris, Hachette, Carré Histoire, 2001.

Seni 2009
Nora Seni, « Le mécène, un acteur méconnu de la ville : Istanbul à l’heure des musées privés », Transcontinentales 7, 2009, p. 105‑128.

Sheehan 2000
James J. Sheehan, Museums in the German Art World: From the end of the Old Regime to the Rise of Modernism, Oxford-New York, Oxford University Press, 2000.

Sivignon 1975
Michel Sivignon, La Thessalie : analyse géographique d’une province grecque, Lyon, Institut des études rhodaniennes des universités de Lyon, Mémoires et documents 17, 1975.

Skaltsa 1986
Matoula Skaltsa, « Καλλιτέχνες του Βορειοελλαδικού χώρου και η προβολή τους μέσα από τον περιοδικό τύπο της Θεσσαλονίκης » [Artistes de l’espace grec du Nord et leur projection à travers la presse périodique de Thessalonique], in Ανάτυπο από τα Πρακτικά του συμποσίου «Η Θεσσαλονίκη μετά το 1912», 1‑3 Νοεμβρίου 1985 [Tiré à part de l’ouvrage Actes du colloque « Thessalonique après 1912 », 1‑3 novembre 1985], Thessalonique, Municipalité de Thessalonique/Centre d’histoire, 1986, p. 705‑751.

Skaltsa et al. 1989
Matoula Skaltsa, Maria Ioannou, Hélène Kypreou, Dimitra Tsouchlou, Αίθουσες Τέχνης στην Ελλάδα: Αθήνα – Θεσσαλονίκη, 1920‑1988 [Salles d’exposition en Grèce : Athènes-Thessalonique, 1920‑1988], Athènes, Apopsi, 1989.

Stergiopoulos 1972
Constantin D. Stergiopoulos, Η Πινακοθήκη Ιωαννίνων [La pinacothèque de Ioannina], Athènes, Oi Filoi ton Ioanninon kai passis Epirou, 1972.

Théodorou 1987
Vassiliki Théodorou, Œuvres de bienfaisance en Grèce (1870‑1920) : profil et études des donateurs, thèse de doctorat, Université de Paris I‑Panthéon-Sorbonne, 1987.

Théodorou 2006
Vassiliki Théodorou, « Εκσυγχρονιστικές απόπειρες των δωρητών της διασποράς. Επιρροές, προοπτικές και όρια των νεωτερικών τους παρεμβάσεων στα τέλη του 19ου και τις αρχές του 20ου αιώνα » [Tentatives de modernisation des évergètes de la diaspora. Influences, perspectives et limites de leurs interventions modernes à la fin du xixe et au début du xxe siècle], in Dimitris Arvanitakis (éd.), Το φαινόμενο του ευεργετισμού στη Νεότερη Ελλάδα [Le phénomène de l’évergétisme en Grèce moderne], Athènes, Musée Benaki, 2006, p. 61‑88.

Τοπική Αυτοδιοίκηση 1983
Τοπική Αυτοδιοίκηση: Μια σύγχρονη Ευρωπαϊκή έκφραση: Πρακτικά συμποσίου, Ινστιτούτο Friedrich Naumann, Ορθόδοξη Ακαδημία Κρήτης, Κολυμβάρι 21‑23 Μαΐου 1982 [Les collectivités locales : une expression européenne contemporaine : actes de colloque organisé par l’institut Friedrich Naumann, Académie orthodoxe de Crète, Kolymvari, 21‑23 mai 1982], Athènes-Nicosie, Tamassos, 1983.

Tsouchlou, Bacharian 1984
Dimitra Tsouchlou, Asadour Bacharian, Η Ανωτάτη Σχολή των Καλών Τεχνών: Χρονικό 1836‑1984 [L’École supérieure des beaux‑arts : Chronique, 1836‑1984], [Athènes], Apopsi, 1984.

Venizélos 1999
Évangelos Venizélos, Διαχρονία και συνέργεια: Μια πολιτική πολιτισμού [Diachronie et synergie : une politique culturelle], Athènes, Kastaniotis, 1999.

Vorres, Papastamos, Frantzeskakis 1982
Ian Vorres, Dimitri Papastamos, Frantzis K. Frantzeskakis, The Vorres Museum, Paiania [Attique], The Vorres Museums, 1982.

Voudouri 2003
Daphnée Voudouri, Κράτος και Μουσεία: Το θεσμικό πλαίσιο των Αρχαιολογικών Μουσείων [L’État et les musées : le cadre législatif des musées archéologiques], Athènes-Thessalonique, Sakoula, 2003.

Haut de page

Notes

1 Voir : https://deste.gr, consulté le 22 avril 2021.

2 Voir : https://ddcollection.org/en/about-the-collection/, consulté le 22 avril 2021.

3 Voir : https://www.greekstatemuseum.com/kmst/collections/kostakis.html, consulté le 22 avril 2021.

4 Par exemple, Kokkou 1977.

5 5Loi de 1834 [loi dite Maurer], « Νόμος περί των επιτημονικών και τεχνολογικών συλλογών, περί ανακαλύψεως και διατηρήσεως των αρχαιοτήτων και της χρήσεως αυτών » [Sur les collections scientifiques et technologiques, sur les découvertes et la sauvegarde des antiquités et sur leur usage], Journal officiel 22, 16 au 28 juin 1834.

6 Entre autres, Voudouri 2003, p. 82.

7 Voir, entre autres, Mertyri 2000 ; Tsouchlou, Bacharian 1984.

8 Sur la Pinacothèque nationale, voir succinctement Ntaflou 2011, p. 117‑138.

9 Voir Kouria 2003, p. 416 ; Kouria 2001, p. 42.

10 Voir, par exemple, Beaton 2020, p. 238‑240.

11 Gourgouris 1996, p. 87‑88.

12 Voir Becker 2008. Pour H. Becker, le monde de l’art est : « un réseau de coopération au sein duquel les mêmes personnes coopèrent de manière régulière et qui relie donc les participants selon un ordre établi. Un monde de l’art est fait de l’activité même de toutes ces personnes qui coopèrent ». Ainsi, l’art est pour lui « le produit d’une action collective », dont les acteurs partagent « des présupposés communs, les conventions, qui leur permettent de coordonner ces activités efficacement et sans difficultés ». Voir Becker 1999, p. 99.

13 Telle, par exemple, la nouvelle organisation des communes, municipalités et communautés publiques en Grèce, connue sous le nom « Kallikratis » (loi 3852, Journal officiel 87Α du 7 juin 2010). Étant donné qu’un grand nombre des musées publics est municipal, cela influence aussi leur fonctionnement.

14 Pour une analyse historique du terme « pinacothèque », Ntaflou 2011, p. 83‑87.

15 Les dernières décennies, des spécialistes tels Alexandra Bounia, Dimitris Damaskos, Andromache Gazi, Yiannis Hamilakis, Aphrodite Kouria, Marlene Mouliou, Dimitris Plantzos, Daphné Voudouri, parmi d’autres, ont considérablement contribué à l’étude des musées et du collectionnisme ainsi que de la réception de l’archéologie et du patrimoine archéologique. Ils ont ainsi permis avec leurs publications et leurs recherches que la bibliographie sur le domaine du patrimoine et des musées s’enrichisse considérablement. Par ailleurs, une partie d’entre eux, par le biais de leur enseignement dans les universités grecques, ont formé les futures générations de chercheurs.

16 Voir le commentaire sur la réorganisation ou la construction des musées grecs en province par le Conseil International des musées, Les Nouvelles de l’ICOM 7.3, juin 1954, p. 9 et pour des informations en anglais p. 21. Le tremblement de terre qui eut lieu en 1953 a précipité, peut‑être, quelques processus de réhabilitations et/ou de constructions. Pour les bâtiments de certains de ces musées, voir Loyer 1966, p. 1149‑1154.

17 Voudouri 2003, p. 323.

18 Loi 1469 « Περί προστασίας ειδικής κατηγορίας οικοδομημάτων και έργων τέχνης μεταγενέστερων του 1830 » [Sur la protection d’une catégorie spéciale de bâtiments et d’œuvres d’art postérieurs à 1830], Journal officiel 169/A, 7 août 1950. Il s’agit en réalité d’une mise à jour de la loi archéologique de 1834 (loi Maurer), qui intègre pour la première fois la tradition architecturale moderne ainsi que les œuvres de beaux‑arts dans le patrimoine du pays. La construction de musées sur des sites naturels d’une beauté exceptionnelle est prévue dans cette même loi.

19 Concernant la Grèce, le musée archéologique d’Héracleion et le Musée byzantin d’Athènes, entre autres, ont été effectivement intégrés dans ce plan dès 1949, avec l’aide du ministère de l’Éducation. On a ainsi procédé à des réparations et à la construction de nouvelles salles. Pour ces deux musées, voir dans Museum 6.3, 1953, la Chronique sur le musée archéologique, et l’article de G. Sotiriou (directeur du Musée byzantin) sur le Musée byzantin.

20 Voir le journal Ethnos, 17 juin 1949, p. 2. Le ministère de l’Enseignement comportait une direction des beaux‑arts, créée par le régime de Metaxás dans l’entre‑deux-guerres.

21 Projet déjà soutenu par l’État, selon C. Tsatsos. Marinos Kalligas, dès cette même année, déclara également qu’il comptait former une collection des sculptures au sein de la Pinacothèque nationale, Ethnos, 17 juin 1949, p. 2.

22 Proposition non directement approuvée par le ministre, déclarant sa volonté d’y réfléchir, Ethnos, 17 juin 1949, p. 2.

23 Pour les villes qui ont une population au‑dessus de 10 000 habitants, il est proposé une subvention permanente dans le budget municipal pour l’enrichissement de ces institutions.

24 Επιμελητήριο Εικαστικών Τεχνών Ελλάδος/Epimélitirio Ikastikon Technon Ellados.

25 Selon l’art. 17 de la loi 1218 « Περί Επιμελητηρίου Εικαστικών Τεχνών Ελλάδος » [Sur la Maison des arts plastiques de Grèce], Journal officiel 289/A, 2 octobre 1981 ; la loi 1863/1944 sur la fondation d’une Maison artistique professionnelle est bannie dès la mise en vigueur de la nouvelle loi de 1981.

26 Tel est l’exemple d’une exposition organisée en 1985. Voir le catalogue d’exposition Η Τέχνη στους Δήμους: Ζωγραφική – Γλυπτική – Χαρακτική – Διακοσμητική [L’Art aux municipalités : Peinture – Sculpture – Gravure – Art décoratif], cat. exp. du 27 février au 2 avril 1985, [Athènes], [Maison des arts plastiques de Grèce], [1985].

27 Projet financier des États‑Unis pour la reconstruction de l’Europe (1947‑1951). Ce plan doit être considéré avec la doctrine Truman d’intervention politique, mise en place par le président américain Harry Truman (1884‑1972) en 1947, afin d’aider financièrement et militairement la Turquie et la Grèce et d’éloigner ainsi le « danger » du communisme de cette partie du monde. Le développement de la Grèce s’est surtout appuyé sur l’exploitation des riches ressources de lignite au nord du pays, qui a contribué à la création d’infrastructures.

28 Pour une analyse plus approfondie de ce problème, voir Ntaflou 2011, p. 487‑501.

29 Le ministère de la Culture, par le biais de ses différentes pages internet accessibles au public (dont le site officiel ici : https://www.culture.gov.gr/en/SitePages/default.aspx, consulté le 24 octobre 2020), publie certaines informations (le nom et le site internet) sur des institutions culturelles et artistiques diverses, voir http://drasis.culture.gr, ainsi que sur des musées et collections archéologiques (la liste date de 2008 et n’est accessible qu’en grec) : https://www.culture.gov.gr/el/service/SitePages/view.aspx?iID=2118 (consulté le 24 octobre 2020). Concernant les collections des musées des beaux‑arts, seul les collections de treize institutions publiques et privées sont actuellement accessibles, dont deux pinacothèques municipales (celle d’Agrinion et celle de Larissa), sur le site du Centre national de documentation : https://www.searchculture.gr/aggregator/portal/collections?collectionTypeURI=http://semantics.gr/authorities/searchculture-collection-types/Works-of-art-collection (consulté le 24 octobre 2020).

30 Ntaflou 2011, p. 508‑509.

31 Les données de ce tableau sont fondées sur ma thèse de doctorat. Pour une analyse étendue, voir Ntaflou 2011, p. 487‑505.

32 Mouliou 2008.

33 Pour une analyse détaillée de cette notion et ses rapports au monde de l’art et aux musées des beaux‑arts, voir Ntaflou 2011, p. 183‑226.

34 Sur les galeries grecques : Polère 1999, p. 263‑285.

35 Skaltsa et al. 1989, p. 5‑16 et 121‑122. Thessalonique acquerra sa première galerie en 1959. La plus importante sera celle de Techné en 1960. D’autres galeries historiques (Kochlias, Diagonios, Exostis) ont été ouvertes à la fin des années 1970. Polère 1999, p. 603‑604.

36 Danto 1964, p. 584, sur le réseau constitué autour de l’art et qui forme un monde de l’art.

37 Voir aussi l’analyse de Françoise Liot sur l’intégration des artistes dans le plan pédagogique, Liot 2004, p. 32.

38 Philippidès 1990, p. 71.

39 Χρονικό 1970, p. 175‑181.

40 Une étape importante vient plus tard, avec le traité de Maastricht en 1992, Konsola 2006, p. 152‑158.

41 Dronnet 1991, p. 24.

42 En outre, la Constitution de 1975 revue en 1986 [JO 24/A, 14 mars 1986] et en 2001 dit clairement art. 101 que « 1. L’administration de l’État s’organise selon le système décentralisateur ».

43 Voir dans le texte de Mairi Michaïlidou intitulé Pour la Pinacothèque municipale d’Héracleion dans le catalogue Δημοτική Πινακοθήκη Ηρακλείου [1994].

44 La pinacothèque fut fondée par l’acte 1040 du 17 janvier 1992 et fut abritée dans la basilique de Saint‑Marc. Selon une lettre envoyée de la part de la municipalité (département des activités sociales et culturelles) au ministère de la Culture (direction des manifestations culturelles, département des musées et des pinacothèques) le 20 novembre 1992/Registre public 16995 (pour la municipalité), cette église a été aménagée afin de pouvoir accueillir toutes les œuvres de la collection de la municipalité en janvier 1993. Jusqu’à la date où la lettre fut écrite, les œuvres de la collection de la municipalité étaient exposées dans les locaux de la mairie, à l’entreprise municipale de développement culturel et touristique et, enfin, à la bibliothèque municipale Vikélas, avec laquelle la pinacothèque municipale établit des liens étroits.

45 Voir l’exemple du séminaire Musée et enseignement en Grèce tenu à Athènes en 1988, à la demande de la délégation grecque auprès de l’UNESCO, et grâce à l’aide française du secteur de l’Éducation de l’UNESCO. L’ICOM avait organisé à Athènes (du 17 au 19 octobre 1988) une consultation d’experts destinée à des conseillers pédagogiques du ministère de l’Éducation. Voir le bulletin d’information publié par le Conseil international des musées, « Comités internationaux de l’ICOM/Musées et enseignement en Grèce », Nouvelles de l’ICOM 41.4, 1988, p. 17‑18.

46 Προγραμματική σύμβαση/Programmatiki symvassi.

47 L’équivalent français serait la convention de développement culturel, une action qui était promue en France depuis 1974.

48 Konsola 2006, p. 181.

49 Klonaris, Thomadaki 1992. Pour plus de détails, surtout sur le débat public des années 1970, voir Ntaflou 2011, p. 244‑249.

50 Fondé avec la loi 2557 « Θεσμοί, μέτρα και δράσεις πολιτιστικής ανάπτυξης » [Institutions, mesures et actions pour le développement culturel], Journal officiel 271/A, 24 décembre 1997.

51 Loi 3028 « Για την προστασία των Αρχαιοτήτων και εν γένει της Πολιτιστικής Κληρονομιάς » [Sur la Protection des antiquités et du patrimoine culturel en général], Journal officiel 153/A du 28 juin 2002.

52 Voir le décret présidentiel 191 « Οργανισμός υπουργείου πολιτισμού » [Organisation du ministère de la Culture], Journal officiel 146/A, 13 juin  2003.

53 Voir la loi 3711 « Ίδρυση νομικού προσώπου δημοσίου δικαίου με την επωνυμία “ΜΟΥΣΕΙΟ ΑΚΡΟΠΟΛΗΣ” και άλλες διατάξεις » [Fondation d’une personne morale de droit public sous la dénomination « Musée de l’Acropole » et autres règlements], Journal officiel 224/Α du 5 novembre 2008.

54 Voir la décision publiée dans le Journal officiel 2385/B, le 26 octobre 2011, fondée sur la décision de la Direction du patrimoine moderne sous le numéro ΥΠΠΟΤ/ΓΔΑΠΚ/ΔΙΝΕΠΟΚ/Δ/93783/1682. Pour un commentaire, voir Hadjinicolaou 2011, p. 24‑30.

55 Cela est peut‑être lié au fait que les études de muséologie ont gagné une place au sein du monde muséal et académique.

56 Tériade, de son vrai nom Stratis (ou Efstratios) Eleftheriadis (1897‑1983) était originaire de Mytilène.

57 Δημοτική πινακοθήκη Ρόδου 1964 ; Art Gallery of Rhodes 1972 ; Kambouridès 1988, p. 15‑16 et passim.

58 Un de plus importants musées grecs, le musée Benaki, est né des collections privées d’Antonis Benakis (1873‑1954), qui est aussi à l’origine de la Glyptothèque nationale. Le musée Benaki jouit d’une grande reconnaissance et, souvent, d’aides financières de la part du ministère de la Culture. Il a même son propre statut, puisqu’il est privé mais protégé par l’État.

59 À titre d’exemple, Gourgioti 2008, p. 817‑818.

60 Voir Gravari-Barbas 2005, p. 22 ; Bailly, Béguin 2001, p. 59.

61 Voir aussi l’article relatif au patrimoine architectural, à l’association culturelle et aux demandes auprès du ministère de la Culture de la ville de Florina pour la création d’un musée, Rizospastis, 14 janvier 1979. Le rédacteur de l’article mentionne deux fois l’« isolement » et le « caractère frontalier » de cette ville de Macédoine occidentale. L’enjeu politique était la mise en valeur de la Macédoine grecque, qui avait des caractéristiques balkaniques marquées.

62 Comme pour la majorité des pinacothèques municipales du pays.

63 Une évolution qui se trouvait en avril 2020 au dernier stade. Voir à titre d’exemple, https://www.larissanet.gr/2020/04/25/apokta-pistopoiisi-sima-anagnorisis-i-dimotiki-pinakothiki-larisas/, consulté le 12 octobre 2020.

64 Stergiopoulos 1972.

65 Officiellement, la cession eut lieu en 1964, avec la décision 8535 du 19 juin 1964 du ministère de la Présidence, comme les procès-verbaux des conseils d’administration des Amis de Ioannina l’indiquent.

66 Stergiopoulos 1972, p. 5. L’association a financé des projets patrimoniaux : l’ouverture de la grotte de Pérama à Ioannina et de celle de Pramanta à Tzoumerka ; la fondation du musée de l’époque prérévolutionnaire au couvent de Saint-Panteleïmon sur l’île de Ioannina ; la création de la pinacothèque d’Ioannina ; la restauration du temple byzantin de l’Archange à Grammeno.

67 Stergiopoulos 1972, p. 6.

68 On honore toujours aujourd’hui, tant Costas Malamos (1913‑2007) que son épouse Ioanna Mitséa-Malamou (1913‑2004) à Ioannina et à Zitsa.

69 Vassili Pyrsinélas (1878‑1959) fut le premier maire de la ville depuis son annexion par la Grèce en 1913.

70 Les maires Philippas Philios (1987‑1990 et 1990‑1994) et Elefthérios Glinavos (1995‑1998).

71 Sous le mandat du maire Anastassios Papastavros (1999‑2002).

72 Certaines œuvres sont restées au musée qui se trouve sur la petite île du lac Pamvotis en raison de leur affinité avec l’histoire des lieux. D’autres n’ont jamais quitté divers services de la municipalité, et quatre n’ont jamais été retrouvées. Voir les archives de la pinacothèque, document au numéro du registre public 10 013, du 27 mai 2008, adressé à la municipalité de Ioannina, bureau du Secrétaire général : « Achèvement d’inventorisation des peintures, sculptures, etc. de la pinacothèque municipale ».

73 Constantinos Tsatsos était alors le ministre.

74 Voir, par exemple, l’organisation par la Société d’études macédoniennes d’une exposition ouverte à tout artiste macédonien. La société a lancé un appel auprès de l’organe collectif d’artistes, afin que toute personne d’origine macédonienne le désirant puisse y participer. Le roi Georges II étant président honoraire de la société effectue l’inauguration de l’exposition, Ethnos, 07 novembre 1951.

75 C’est le cas notamment lors du festival Démétria de la ville de Thessalonique. À l’inverse, la Société d’études épirotes a suivi son propre chemin à Ioannina, en ne s’appuyant pas toujours sur les collaborations avec les instances politiques et en organisant ses propres musées-lieux de mémoires.

76 Thessalonique accueillait une grande communauté de juifs sépharades avant la guerre. Sur le sujet, voir entre autres Mazower 2005.

77 Par exemple, dès la fin des années 1970, plusieurs institutions culturelles commencent d’emblée à collectionner des gravures : la Pinacothèque municipale, la pinacothèque de la Société d’études macédoniennes, Techné, le Musée macédonien d’art contemporain. La collection de gravures de la pinacothèque de Thessalonique devient alors importante, Neoclassical Building 1986, p. 10.

78 Notamment celles menées par la Société d’études macédoniennes et par le Centre d’études balkaniques de l’université. Dans les années 1980, une autre institution a vu le jour, celle du Centre d’histoire de la ville, un centre municipal.

79 Sur le rôle des élites locales dans cette problématique identitaire, voir Polère 2008, p. 111‑114.

80 Δημοτική Βιβλιοθήκη Θεσσαλονίκης 1990, p. 21.

81 Skaltsa 1986, p. 711‑712. 1927 fut une année riche en expositions d’arts plastiques dans la ville.

82 Moumtzidou-Papadjima 2002, p. 20‑21. Et pour l’importance de l’Exposition internationale des années 1950, voir Lachas 1998, p. 73.

83 Neoclassical Building 1986, p. 9 (le texte du Comité de supervision).

84 Τέχνη/Art comme elle est connue, et de son nom complet Μακεδονική Καλλιτεχνική Εταιρεία «Τέχνη»/Makedoniki Kallitechniki Eteria [« Techné »/Société artistique macédonienne « l’Art »].

85 Dino Christianopoulos, poète, homme de lettres et des arts de Thessalonique, qui avait travaillé à la pinacothèque pendant quelques années, rapporte que celle‑ci avait une grande salle qui lui était réservée dans la bibliothèque entre 1965 et 1985, Christianopoulos Dinos, « Bibliothécaire à la bibliothèque municipale (1957‑1965) », in Δημοτική Βιβλιοθήκη Θεσσαλονίκης 1990, p. 40‑42.

86 Christianopoulos 2002, p. 77 et 79.

87 Le comité se composait de Chr. Christou, Costas Lachas, Costis Moscov, et disposait d’un budget de 250 000 GRD. Avec cet argent, Costas Lachas se rendit à Athènes où il acheta les gravures de la future collection. Christianopoulos 2002, p. 81‑82. Des achats et des dons ont été effectués de 1977 à 1980.

88 Il écrivit une note pour le catalogue de la pinacothèque de Thessalonique sorti en 1982, qu’il publia de manière anonyme.

89 L’homme politique Évangelos Venizélos, ministre de la Culture de 1996-1999, affirme que toutes les structures créées à Thessalonique (institutionnelles et, concrètement, celles qui ont été construites) l’ont transformée en une métropole culturelle permanente pour la région étendue, voire pour les Balkans, Venizélos 1999, p. 166.

90 Ledit Mouvement des cinq, c’est‑à‑dire des cinq musées (privés et publics) de la ville fut annoncé le 13 mai 2009. Il regroupe le Musée archéologique de Thessalonique (un musée national), le Musée de la Culture byzantine (un musée national), le Musée macédonien d’Art contemporain (un musée privé), le Musée d’État d’Art contemporain (un musée étatique) et la Fondation culturelle Tellogleio (une personne morale de droit privé qui appartient à l’université Aristote de Thessalonique).

91 Voir l’exemple de la ville de Xanthi (Thrace) tel qu’il est décrit par une lettre du maire de la ville de l’époque, Vasilios Vassiliadès, dans la rubrique « Μας γράφουν: Μια ωραία προσπάθεια » [« On nous écrit : un bel effort »], Zygos 30, janvier-août 1978, p. 47‑48.

92 Le terme est plutôt technique en français, mais c’est celui qui est utilisé en grec.

93 Voir les exemples de la ville de Karditsa et la création de sa pinacothèque municipale. Compte rendu no 10 du 05 mai 1991, no de décision 146 du conseil municipal. La ville gardait les donations d’œuvres d’art dans son musée laographique L. & N. Sakellariou. Dans le compte rendu, il est mentionné qu’on espère ouvrir ainsi la voie aux artistes résidant dans la ville (Dimitri Gioldassis et Stathis) afin qu’ils aident ce musée.

94 Pomian 1987, p. 300‑301.

95 Le grand nombre de documents administratifs du ministère de la Culture et des municipalités sur l’acception de telles donations le prouve. Il y a considérablement bien moins de documents qui attestent des achats. Les collections des musées s’enrichissent depuis longtemps grâce aux donations soit des collectionneurs soit des artistes. La Pinacothèque nationale a elle‑même reçu nombre de donations de la part d’artistes et de collectionneurs.

96 Voir Caillot 2009, p. 73‑77.

97 Voir Pomian 1987, p. 301.

98 Poulot 2001, p. 75‑76. Dominique Poulot mentionne le musée de Clisson en Vendée, fondé par les frères Cacault.

99 Voir, entre autres, Sheehan 2000, p. 84‑85.

100 Seni 2009.

101 Aux États‑Unis, ces musées dépendent des bords of trustees et, souvent, après leur création par des philanthropes, les investisseurs prennent leur place, amenant ainsi à la mutation du financement et, surtout, de la programmation de l’institution.

102 Voir Arvanitakis 2006, p. 25.

103 Des glissements d’intérêts des évergètes existaient déjà pendant l’essor du phénomène. Voir Théodorou 1987 et Théodorou 2006, p. 77.

104 Les bourgeois grecs de la diaspora étaient les premiers à collectionner des œuvres d’art. Voir Chassiotis, Katsiardi-Hering, Abatzi 2006.

105 Sur la bourgeoisie locale, athénienne et, particulièrement en Thessalie, Sivignon 1975, p. 550‑551.

106 Sur l’évolution des collectivités locales voir Τοπική Αυτοδιοίκηση 1983 ; et Georgoulis 1997 pour une vision comparée du cas grec dans le cadre de l’UE.

107 Les collectionneurs Ion Vorrés et Dimitri Piérides avaient déclaré vouloir faire don de leurs collections à l’État. Ils ne l’ont pas fait finalement, optant pour la création de leur propre musée privé, dans la région d’Athènes, Rizospastis, 1er août 1982. Ion Vorrés laissait entendre depuis des années qu’il donnerait au domaine public le musée qu’il construisait à Paiania. À ce sujet, voir « Το Μουσείο Ίωνος Βορρέ. Με την ευκαιρία της έκθεσης ενός μέρους της συλλογής του στην Ελληνοαμερικανική Ένωση » [Le musée d’Ion Vorrés. À l’occasion de l’exposition d’une partie de sa collection à l’Union gréco-américaine], Zygos 35, mai‑juin 1979, p. 38‑43.

108 L’influence qu’ils exercent sur d’autres collectionneurs avec leurs choix esthétiques, ainsi que leurs relations avec les galeries et les artistes forment les prix du marché. Voir Polère 2008, p. 123‑124.

109 Vorres, Papastamos, Frantzeskakis 1982.

110 Polère 1999, p. 337. Z. Portalakis a exposé temporairement une partie de sa riche collection dans les locaux où se trouve son cabinet professionnel. Sa volonté était de pouvoir créer un musée d’art contemporain (avec sa collection) dans sa ville natale, Héracleion, en Crète. Cependant, à partir de 2015 et plus régulièrement à partir de 2018, il a exposé une partie de sa collection à Héracleion suite à une collaboration avec la Société d’études historiques crétoises.

111 Il a ouvert sa collection – de près de 800 œuvres – au public en 1999.

112 Il a présenté sa collection à Athènes (1989), Patras (1992), Volos (1993), Rhodes (1994), Syros (1995) et La Canée (2007).

113 Voir http://www.frissirasmuseum.com/, consulté le 25 avril 2021 ; Lambraki-Plaka et al. 1993.

114 Voir Kouvoutsakis 1996.

115 D. Daskalopoulos est un entrepreneur et un collectionneur d’art contemporain internationalement connu – il fait, par exemple, partie du bord of trustees de la Fondation Guggenheim. Il fut executive committee member du Conseil international du directeur durant six ans et a établi un fonds d’aide pour les jeunes artistes au sein du musée.

116 Le régime républicain représentatif fournit de larges possibilités aux instances locales afin de s’approprier les pouvoirs donnés par les électeurs de différentes manières, manipulatrices, clientélistes, créatives, etc.

117 Papanicolaou 1994, p. 452.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Fondation de pinacothèques par décennie (1960‑2011)31.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 1. Inauguration officielle de la pinacothèque de Ioannina en 1961.
Crédits Archives ERT AE, Collection Ellenika Epikaira.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/634/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 2. Le bâtiment de la pinacothèque de Ioannina, la maison de Pyrsinélas.
Crédits Cl. de l’auteur (2009).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/634/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre Fig. 3. Casa Bianca, Pinacothèque municipale de Thessalonique, bâtiment actuel.
Crédits Cl. Pappasadrian (2013).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/634/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 4. Vue extérieure de la pinacothèque de Larissa‑musée G. I. Katsigras.
Crédits Cl. de l’auteur (2009).
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christina Ntaflou, « Monde de l’art et musées publics des beaux‑arts en Grèce de 1950 à 2011. Interdépendances et histoire fragmentée »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 24 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.634

Haut de page

Auteur

Christina Ntaflou

Chercheuse indépendante

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search