Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3La matérialité du temps : usages ...Motifs traditionnels et messages ...

La matérialité du temps : usages patrimoniaux du passé en Méditerranée orientale (xixe et xxe siècles)

Motifs traditionnels et messages modernes. Les peintures murales des maisons de Synasos en Cappadoce

Traditional Motifs and Modern Messages: The Wall Paintings of the Houses of Synasos in Cappadocia
Christos Hadziiossif

Résumés

Dans le dernier quart du xixe siècle, les habitants chrétiens grecs-orthodoxes, de la petite ville de Synasos, actuellement Mustafapaşa dans la province de Nevşehir, enrichis par le négoce à Istanbul, ont commencé à faire peindre des fresques dans leurs nouvelles maisons. L’article étudie ces œuvres en relation avec la longue tradition des décorations murales dans les demeures des Balkans et celles des provinces asiatiques de l’Empire ottoman. Il essaie de replacer les auteurs et les thèmes de ces peintures, aussi bien dans le cadre de la vie locale que dans l’actualité politique de l’Empire, en se fondant sur les informations puisées dans les archives de la communauté grecque-orthodoxe de la ville.

Haut de page

Texte intégral

Une production artistique longtemps méconnue

  • 1 Strzygowski 1903.
  • 2 Jerphanion 1925‑1942.
  • 3 Jusqu’à l’échange des populations en 1924, les habitants chrétiens de la ville et les sceaux de la (...)

1Au début du xxe siècle, les historiens de l’art ont découvert les monuments byzantins de l’intérieur de l’Anatolie. Le nouvel intérêt scientifique a coïncidé avec le développement des études byzantines dans les pays de l’Europe de l’Ouest et il a profité des mêmes facteurs économiques, politiques et idéologiques. L’historien de l’art autrichien d’origine polonaise, Josef Strzygowski, a été le premier à évoquer une « terre nouvelle de l’histoire de l’art », l’Asie Mineure1, à une époque où archéologues et historiens de diverses nationalités, comme l’Allemand Hans Rott et le Belge Henri Grégoire, parcouraient les provinces anatoliennes de l’Empire ottoman à la recherche de monuments chrétiens. De tous ceux‑ci, le jésuite français Guillaume de Jerphanion a été celui qui a inventorié de la manière la plus systématique l’art byzantin de l’Asie Mineure, pendant ses longs séjours dans le pays avant et après la Première Guerre mondiale. Les résultats de son enquête ont commencé à être publiés, à partir de 1925, en plusieurs volumes sous le titre Une nouvelle province de l’art byzantin. Les églises troglodytes de Cappadoce2, désignant ainsi une région concrète dans « la terre nouvelle de l’histoire de l’art » de Josef Strzygowski. Un des lieux visités par G. de Jerphanion est la petite ville de Synasos, pour laquelle il adopta l’orthographe Sinassos3 (fig. 1). Le nom de Synasos est actuellement Mustafapaşa et la ville dépend de la province de Nevşehir.

Fig. 1. Vue de Synasos depuis la route d’Ürgüp (Prokopi). Ici le quartier de Kapalos en 1924.

Fig. 1. Vue de Synasos depuis la route d’Ürgüp (Prokopi). Ici le quartier de Kapalos en 1924.

D’après Sarantidis Archelaos s. d.

2Dans l’avant-propos du deuxième tome contenant les textes de l’édition des Églises troglodytes, G. de Jerphanion notait :

  • 4 Jerphanion 1925‑1942, II, 1, p. VI.

Au voisinage immédiat de ces églises archaïques, on en verra d’autres qui, conservées jusqu’à ces derniers temps au culte chrétien, offrent des peintures retouchées ou refaites, au cours des âges, quelques‑unes à une date relativement récente. Si nous avions voulu nous y arrêter, Sinassos nous aurait mené jusqu’à l’époque contemporaine4.

3Nous savons que G. de Jerphanion n’a pas étudié la peinture postérieure à 1453, non seulement parce que celle‑ci n’était pas le but principal de sa recherche, mais aussi parce qu’il la jugeait inférieure du point de vue de la qualité artistique.

  • 5 Jerphanion 1925‑1942, I, 1, p. 29.

Quand nous la visitions, Sinassos avait une population presque exclusivement grecque. Elle avait un aspect propre et opulent. C’était le séjour d’un grand nombre de familles bourgeoises enrichies dans le commerce à Constantinople. On y voyait un monastère dont les bâtiments, en partie rupestres, étaient modernes et plusieurs églises fâcheusement restaurées. Elles conservent cependant quelques débris de peintures anciennes5.

  • 6 Texier 1849, p. 81‑82.

4Les jugements de G. de Jerphanion font partie d’une longue tradition de mépris des Occidentaux à l’égard de la civilisation matérielle et les traditions orales des chrétiens d’Asie Mineure. En ceci, G. de Jerphanion ne se différenciait guère des jugements de son compatriote Charles Texier qui, dans les années 1830, avait visité la région en mission officielle de l’État français. Dans les pages consacrées à Ürgüp (en grec, Prokopi), la ville voisine de Synasos, Ch. Texier constatait que « cette petite ville, contrairement à toutes celles de la Cappadoce, présente une certaine apparence de prospérité », mais, en même temps, il concluait à propos de l’église locale que « l’art de bâtir est tombé, chez les Turcs comme chez les chrétiens, à un degré inouï d’abaissement, il ne reste plus le moindre vestige d’un art national6 ». Il déclarait aussi sa surprise devant l’absence de toute décoration à l’intérieur des maisons de la ville. À Synasos Ch. Texier consacre un court paragraphe, ce qui nous laisse penser soit qu’il n’y avait rien d’intéressant, soit qu’il avait contourné la ville. C’est la deuxième hypothèse qui est la plus probable, parce que dans le territoire de Synasos se trouvaient d’importantes églises rupestres de l’époque byzantine ainsi que des complexes d’habitations troglodytes qui, normalement, auraient dû attirer son intérêt.

  • 7 Roïdis 1986, p. 113‑160.
  • 8 Καππαδοκία 1993, p. 48‑49.
  • 9 Kıvılcım 2011. La bibliographie contient un nombre considérable de thèses soutenues dans des unive (...)
  • 10 Özbek 2005. Toutefois, son analyse est plus solide dans Özbek 2014, p. 215‑230.
  • 11 Hadziiossif 2005.

5Le peu d’estime que les voyageurs européens témoignaient envers l’architecture et la peinture de l’époque moderne en Anatolie, explique peut‑être l’absence de toute mention de maisons de particuliers et de leur décoration intérieure dans leurs récits. Plus surprenante est en revanche la mention succincte de la décoration intérieure dans la première étude consacrée à l’architecture des maisons de Synasos. Celle‑ci s’explique peut‑être par le fait que l’auteur, l’architecte Stelios Roïdis, n’avait pas pu mener son enquête in situ7. Quelques années plus tard, c’est en passant seulement que Ioanna Petropoulou mentionne dans sa contribution à l’album Cappadoce. Voyage dans l’Anatolie chrétienne les peintures murales et qu’elle accompagne sa référence de deux petits clichés photographiques8. Il a fallu attendre l’inclusion de la région dans les circuits touristiques pour voir apparaître au cours des trois dernières décennies de nombreux travaux universitaires concernant la réhabilitation de certaines églises et de quelques maisons, aussi bien à Synasos que dans le reste de la Cappadoce9. Ces publications comprennent plusieurs photos de peintures murales provenant d’habitations privées. Les historiens de l’art qui enseignent dans les universités turques ont apporté une contribution importante à la connaissance des peintures murales des maisons de la région de Césarée et de Nevşehir. Parmi eux, c’est Yıldıray Özbek qui a établi le catalogue le plus complet des peintures murales existant dans les maisons de Synasos10. Les guides touristiques et les prospectus publicitaires des gîtes et des hôtels sont souvent illustrés par des photos de peintures murales. Une série de photos des peintures conservées à Synasos ont été publiées par l’association La Nouvelle Sinasos du Pirée dans ses calendriers des années 2007 et 2014. Je me propose ici de replacer ces fresques dans leur contexte historique en puisant dans les archives de la commune conservées aux Archives générales d’État (ΓΑΚ) à Athènes, dans des archives privées et dans des interviews réalisées lors de la rédaction de mon livre, Synasos. Histoire d’un lieu sans histoire11.

  • 12 Vassilis Hadjiiossif, Η μικρή ιστορία της ζωής μου [La petite histoire de ma vie], p. 239‑240, Arc (...)

6Les peintures murales qui subsistent aujourd’hui dans les maisons de Synasos sont une partie seulement de celles qui existaient en 1924, lors du départ des derniers habitants chrétiens de la bourgade. Aucune peinture, par exemple, n’est conservée dans la maison récemment réhabilitée de Pantelis Pigopoulos. Par les mémoires de Vassilis Hadjiiossif on sait pourtant qu’il avait décoré la belle salle du deuxième étage « avec plusieurs peintures : Sur une d’elles figurait Athanassios Diakos (oui ! le héros d’Alamana de 1821 !) au moment où avec l’épée brisée à la main il fut pris par une foule de janissaires. Il y avait aussi une autre grande peinture murale représentant une bataille en Abyssinie avec un petit détachement de l’armée italienne, encerclé par des guerriers abyssiniens »12. L’érudit local Serafim Rizos, dans ses notes, mentionne entre autres les œuvres suivantes du peintre Kostis Mélétiadis :

  • 13 Rizos 2007, p. 340‑341.

Il existe la photo d’une de ses peintures, une fresque représentant des Synasites en train de danser portant des shalwars. Je me souviens également d’une de ses belles peintures, d’une fresque au kiosque de la maison d’Antonis Polygenidis représentant le port de Galata, et d’une fresque de çiçeklik (composition florale en turc) dans la salle de réception de la même maison. Une très belle nymphe en train de répandre des fleurs autour d’elle13.

7Aucune de ces fresques n’a été conservée.

Tradition et innovation

  • 14 Garidis 1996 ; Renda 1998.
  • 15 Un exemple célèbre de fusion des influences ottomanes et savafides de Perse avec des représentatio (...)
  • 16 Pour les parties sculptées, voir Roïdis 1986, p. 150‑151.

8Les peintures murales qui nous sont parvenues ont subi des dommages causés par le temps et les hommes. Les vestiges de cette production artistique nous autorisent à l’inclure dans une longue tradition de décoration de palais, d’églises et de mosquées, ainsi que de demeures privées de dignitaires ottomans et de riches négociants dans les provinces asiatiques et européennes de l’Empire. Cette pratique se généralise au cours du xviiie siècle et elle s’est maintenue par endroits jusqu’au début du xxe siècle14. Les trois critères qui permettent d’inclure les exemples de Synasos dans cette tradition sont la qualité des commanditaires, les sujets traités et le profil des peintres eux‑mêmes. Toutefois, il existe d’importants éléments qui distinguent la production de Synasos d’autres exemples de la tradition appelée baroque ou rococo turc. D’abord, l’horizon idéologique des créateurs et des commanditaires de la fin du xixe siècle avait évolué par rapport à celui des époques antérieures. Cette évolution se reflète aussi bien dans les sujets des peintures que dans leur fonction dans le cadre de la décoration générale des maisons. La peinture murale n’était plus insérée dans un dense décor pictural, mais elle figure isolée, dans un simple encadrement peint, sur une grande surface d’où elle émet son message. Les plus grandes compositions étaient peintes sur le demi-cercle ou la surface triangulaire qui se trouve au‑dessus des fenêtres et sous le plafond, face à l’entrée du baş oda, la grande salle de réception au deuxième étage de la maison. Ces peintures contenaient le message idéologique que le propriétaire de la maison destinait à ses visiteurs. De plus petites compositions picturales se trouvaient à d’autres endroits de la grande salle et dans les autres pièces de la maison. Les peintures murales n’étaient pas les seuls éléments décoratifs des habitations. Elles formaient avec la répartition des volumes de l’édifice et les décors sculptés sur le bois et la pierre un ensemble qui obéissait à des règles esthétiques et appliquait des techniques de travail de la pierre originaires d’Arménie et de Perse. Les auteurs des premières études de cette production artistique ont mis l’accent sur les influences occidentales. Günsel Renda parlait de westernisms, Miltos Garidis de turco-baroque dans son étude pionnière. Si influences occidentales il y a eu, l’exemple des peintures de Synasos montre que le substrat oriental était déterminant dans le choix des sujets et la manière de leur exécution. Il s’agit d’un fond commun de valeurs esthétiques et sociétales qui conditionnaient la perception et la représentation du monde par les hommes vivant dans la vaste région allant du Caucase et de la Perse jusqu’à la Méditerranée. Les œuvres artistiques étaient entendues par les hommes de tous les peuples et elles généraient en eux les mêmes émotions au‑delà des frontières des empires et des clivages ethniques et religieux15. Pour des raisons pratiques, je vais me concentrer ici sur les peintures murales, bien que je considère le travail de la pierre comme l’élément caractéristique de l’art local, depuis l’extraction dans les carrières, en passant par l’édification des bâtiments et jusqu’à la sculpture des arcs, piliers, poutres et chapiteaux16 (fig. 2).

Fig. 2. Kiosque d’une maison de Synasos.

Fig. 2. Kiosque d’une maison de Synasos.

D’après Roïdis 1986.

L’évolution de l’architecture favorise l’essor des peintures murales

  • 17 Kıvılcım 2011, p. 267.
  • 18 Interview de Kyriaki Kaïraktidou, Kallithéa, 20 juillet 1993.

9Les peintures murales de Synasos ont été réalisées pendant une période relativement courte, allant du dernier quart du xixe aux deux premières décennies du xxe siècle. C’est l’époque de l’affermissement de l’ordre public à l’intérieur de l’Anatolie et de la prospérité pour de nombreux habitants du bourg. Les nouvelles maisons n’étaient plus collées aux parois rocheuses des collines, elles étaient dégagées de tout côté, dépourvues de chambres refuges taillées dans le roc. Dans les ruines des maisons de l’ancien style ont été préservés des décors colorés17, mais l’éclairage des lieux et les finances des propriétaires d’alors ne favorisaient pas les grandes peintures murales. Les nouvelles maisons étaient érigées par les négociants synasites, quand ils se retiraient du commerce du caviar et des autres affaires à Constantinople, pour passer le restant de leur vie dans leur « patrie ». Comme la maison paternelle ne suffisait plus à abriter leur propre famille et celles de leurs frères, ils étaient obligés soit d’ajouter de nouvelles chambres à la maison existante soit, s’ils en avaient les moyens, de construire une nouvelle maison. La première solution est décrite par Kyriaki Kaïraktidou, fille de Minas Tépéroglou : « Ils ont fermé le couloir et ils ont divisé la maison. Dans la maison du grand‑père est resté l’oncle Anastassis. Nous avons fait un autre tandour »18, c’est‑à‑dire un nouveau four en forme de jarre en terre cuite enfuie dans le sol. La deuxième solution a été adoptée par Ioannis Haji Iossif quand, en 1885, à l’âge de 49 ans, il s’est retiré de l’entreprise familiale de caviar sise à Balık Bazar sur la Corne d’Or du côté de Stamboul. En dépensant selon ses comptes 536 livres d’or turques, il acheta un terrain et fit construire sa maison dans le nouveau quartier de Kapalos. La maison paternelle, qui était à demi-rupestre, est restée à son frère Iossif et à la famille de celui‑ci. Dans les comptes détaillés de la construction, il n’y a pas mention de rémunération pour un artiste peintre, les peintures murales qui sont préservées dans la maison, aujourd’hui l’hôtel Natura, et les autres qui sont décrites dans les récits des membres de la famille, doivent donc avoir été réalisées postérieurement. On ne sait pas, d’ailleurs, si les dépenses pour les peintures murales étaient comprises dans les 2 000 livres d’or que, selon les contemporains, aurait coûtées la maison du marchand de beurre Charalambos Soultanidis, aujourd’hui l’hôtel Sinasos.

Le thème des paysages urbains

  • 19 Georgios Stavrakoglou (Stavrakis), homme d’affaires et dignitaire phanariote exécuté sur ordre du (...)

10Les paysages urbains représentant des villes réelles ou imaginaires sont un sujet fréquent des peintures murales dans les demeures des dignitaires ottomans et des négociants chrétiens des xviiie et xixe siècles. En province, l’image des grandes villes sur les murs des maisons rappelait aux visiteurs la réussite professionnelle du propriétaire loin du milieu agraire de son origine. La splendeur de la ville historiée rejaillissait sur l’autorité du propriétaire. Constantinople, plus particulièrement, symbolisait pour les habitants des provinces de l’Empire ottoman le pouvoir fort et absolu et l’accumulation des richesses et des merveilles. Pour cette raison, ses vues étaient un des sujets favoris des peintres. Les vers de l’histoire d’un dignitaire phanariote, du spathaire Stavraki19, éditée à Venise en 1767, cités par Miltos Garidis dans son étude, montrent l’importance du vécu et des symboles de la puissance dans le choix des sujets des peintures murales :

              Dans la salle du spathaire, ils avaient peint
la Valachie et la Moldavie en détail
Dans la salle de sa femme, ils avaient peint
Constantinople et Moscou, des royaumes terribles

11Pour les dignitaires de la Sublime Porte qui habitaient les yalis du Bosphore nous pouvons imaginer que les vues de la capitale peintes sur leurs murs ajoutaient la jouissance esthétique à celle, matérielle, que leur procurait leur pouvoir réel sur le pays.

  • 20 Özbek 2014.
  • 21 Weber 2012, p. 160‑163.
  • 22 Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de mai.
  • 23 Kıvılcım 2011, p. 155.
  • 24 Weber 2012, p. 168‑169.

12À la fin du xixe siècle, cependant, le pouvoir du sultan ottoman avait subi le contrecoup des défaites militaires et des problèmes financiers. C’est probablement la raison pour laquelle, avec l’usure du temps, il n’y a pas dans les maisons de Synasos beaucoup de représentations de la capitale, contrairement à ce qui se passe dans les maisons de Nevşehir et des villages situés à l’est de Césarée20. D’ailleurs, Constantinople n’était plus pour les hommes de Synasos un lieu lointain et mythique comme ce fut le cas par le passé pour les habitants de la Roumélie et de l’Anatolie. Au xixe siècle, tous les jeunes gens du bourg émigraient pour travailler pendant de longues années dans la capitale. Ainsi, il n’est pas certain si l’image de la tour génoise de Galata dans un cadre ovale entouré de feuilles de laurier, peinte dans la maison de Petros Kaïraktidis, était destinée à accroître le prestige du maître des lieux, ou si elle était un simple souvenir des années au cours desquelles celui‑ci avait résidé dans la capitale pour les besoins du commerce du caviar (fig. 3). Le choix des thèmes des fresques par les notables de Synasos se différenciait aussi du choix de leurs contemporains de Damas qui eux étaient restés fidèles aux représentations d’Istanbul21. Toutefois, la grande vue d’Andrinople de 1910 dans la maison de Dimosthénis Papadopoulos suivait des modèles plus traditionnels. On retrouve la vue d’Andrinople dans des maisons d’autres bourgades de la région. En tout cas, la place de Constantinople, qui avait cessé de représenter un « royaume terrible » comme à l’époque du spathaire Stavraki, avait été prise au moins pour une fois par Odessa, le grand port de la « grande et sainte » Russie, comme les chrétiens de Synasos appelaient l’empire des Tsars22. Cette vue de la ville russe dans la maison de Papadaniil était peinte comme la vue d’Andrinople à partir d’une carte postale. Le peintre local a quand même rajouté un élément important, un train qui traverse de gauche vers la droite la base du tableau. Le motif du train qu’on retrouve dans d’autres panoramas peints à Synasos était très populaire à l’époque de la construction de la ligne de Bagdad. Le train symbolisait le monde moderne auquel les Synasites voulaient appartenir et ils en faisaient déjà partie, si ce n’était que par ses marges. Ils avaient conscience que dans le monde nouveau la puissance des États était liée à l’appropriation de la technologie moderne. On peut percevoir l’attrait de la technologie sur les habitants de la région de Synasos à travers une grande vue de Constantinople, préservée dans une maison de la ville voisine d’Ürgüp. Le panorama est observé depuis Galata, d’un endroit au‑dessus du pont, et un avion, une montgolfière et un dirigeable sont en train de planer au‑dessus des mosquées de Stamboul23. Y. Özbek date la fresque de 1915, mais l’année de l’hégire 1331 qui est notée sur la peinture correspond en réalité à la période de décembre 1912 à novembre 1913. Des trains et des navires à vapeur apparaissent aussi sur les vues d’Istanbul représentées dans les maisons de Damas24.

Fig. 3. La tour de Galata, maison de Petros Kaïraktidis.

Fig. 3. La tour de Galata, maison de Petros Kaïraktidis.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de janvier.

La mise en valeur des thèmes grecs

  • 25 Schneider 2016.
  • 26 La fresque a été publiée dans le calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois de mars.
  • 27 Interviewé par l’auteur à Paléo Faliro, 1er septembre 1996.

13À la fin du xixe siècle, l’image du monde lointain était véhiculée à Synasos non seulement par des gravures comme par le passé, mais aussi par les cartes postales et les illustrés. D’un livre illustré doit être tirée la scène d’une guerre coloniale qui est représentée sur un mur de la maison Yarha, aujourd’hui l’hôtel Old Greek House. Un illustré est aussi la source de la représentation de l’attentat d’un policier japonais contre le tsarévitch dans la ville d’Otsu en mai 1891 et de l’intervention du prince Georges de Grèce, qui a sauvé l’héritier du trône de la Russie. L’incident a été le sujet de plusieurs illustrations dans la presse en Grèce et en Europe. La grande composition peinte en 1893 par le peintre local Kostis Mélétiadis dans la grande salle de la maison de Charalambos Soultanidis, aujourd’hui l’hôtel Sinasos, est une copie fidèle de la représentation de l’attentat dans le journal illustré parisien Le Petit Journal, comme l’a montré l’historienne de l’art Miriam Magdalena Schneider25. La peinture est accompagnée par une légende en grec écrite en lettres majuscules : « L’attentat meurtrier du Japonais contre le tsarévitch en Otsu et la délivrance de celui‑ci par le prince royal grec Georges »26 (fig. 4). Ici le peintre ne veut pas simplement rappeler un fait divers. Le sujet du prince grec sauvant l’héritier du trône de la Grande et Sainte Russie témoigne d’une manière éclatante des sentiments nationaux du propriétaire. La démonstration ici est conforme à la politique suivie par la commune de cultiver à travers l’école une conscience culturelle grecque. Ce fut aussi le but poursuivi par un grand nombre de peintures murales dans les maisons du bourg. Il ne s’agissait pas d’une adhésion platonique à une communauté nationale imaginaire. Pour les chrétiens grécophones de Synasos, l’appartenance à la culture grecque était le pont qui leur permettait d’accéder au monde moderne avec toutes les conséquences positives que cet accès avait pour leurs affaires. En même temps, la propagande russe était très active dans la région, surtout parmi les chrétiens turcophones. C’est avec des subsides venant de la Russie que les chrétiens turcophones de la ville voisine d’Ürgüp ont entrepris, en 1886, la construction d’une grande église dans le style russe, dédiée au béat saint Jean le Russe. Le deuxième but des peintures murales à Synasos était la socialisation des habitants par des sujets moraux et des légendes tirées de la sagesse antique et de la tradition de l’église orthodoxe. « Les maisons avaient des inscriptions avec des dictons anciens comme γνώθι σαυτόν, μηδέν άγαν, χρόνου φείδου » se souvenait le Synasite Lambros Papadopoulos en 199627.

Fig. 4. L’attentat contre le tsarévitch, maison Charalambos Soultanidis.

Fig. 4. L’attentat contre le tsarévitch, maison Charalambos Soultanidis.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de mars.

  • 28 Calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois d’octobre.
  • 29 Calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois de juillet.
  • 30 Photographiée par l’auteur en juin 2000.

14Les portraits de femmes dans des costumes traditionnels, non pas de la région de Synasos, mais des villes du royaume de Grèce comme la femme d’Éleusis, œuvre de Kostis Mélétiadis dans la maison de Dimosthénis Papadopoulos, constituaient un thème populaire28. La femme d’Éleusis se tient debout à côté d’un puits sur le bord duquel elle pose une cruche en terre cuite (fig. 5). C’est exactement la même position que celle d’une femme en costume du village de Spata en Attique, peinte dans la maison de Soultana par S. A. Alexiadis en 190629. Plus détendue apparaît une autre femme dont le portrait est préservé dans la maison de Ioannis Hadji Iossif. Son portrait est peint dans le même type d’encadrement en trompe-l’œil que les portraits précédents, mais la figure féminine porte ici une simple robe et elle a l’air de rentrer des champs en tenant par la main un petit garçon (fig. 6)30. S’il n’a pas été inspiré par l’œuvre d’un peintre étranger que nous n’avons pas pu identifier, ce portrait aurait pu représenter une scène quotidienne avec des membres de la famille du propriétaire de la maison.

Fig. 5. Femme d’Éleusis en costume de fête, maison Dimosthénis Papadopoulos.

Fig. 5. Femme d’Éleusis en costume de fête, maison Dimosthénis Papadopoulos.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois d’octobre.

Fig. 6. Femme avec enfant, maison Hadji Iossif.

Fig. 6. Femme avec enfant, maison Hadji Iossif.

Cl. de l’auteur, 2000.

15Pour cette dernière maison on possède le témoignage d’une autre peinture murale qui est décrite dans ces termes :

  • 31 Vassilis Hadjiiossif, Η μικρή ιστορία της ζωής μου [La petite histoire de ma vie], p. 239‑240, Arc (...)

une niche ronde dans laquelle le peintre de notre village, un bon peintre, avait peint une jeune fille portant une tunique, marchant pieds nus sur une prairie et répandant autour d’elle les fleurs portées dans un panier. Et en bas une légende en vers dont je me souviens encore : La voici la Moira qui vient et ouvre avec sa main les rayons de la joie, du bonheur joyeux31.

  • 32 Özbek 2005, p. 37‑38.

16Dans une maison dans laquelle la jeune bru était obligée de porter le yasma, un fichu strict, dans une société dans laquelle le contrôle des jeunes femmes était sévère, la représentation par les peintres de nymphes vêtues en tuniques légères était un paradoxe. Je soupçonne que la Moira dans la maison Hadji Iossif était aussi légèrement vêtue que la jeune femme dans la peinture murale de la maison Patrikiadi/Yarha, une copie du tableau Le Printemps exposé au salon de 1873 par le peintre académique français Pierre Auguste Cot, comme l’a démontré Y. Özbek (fig. 7). On constate le même paradoxe dans le portrait de la femme d’Éleusis dont la pose austère était contrebalancée par le texte coquin qui l’accompagnait : « Énigme : Ce n’est pas l’eau qui éteint le feu ? Chose curieuse !!! Moi, elle me brûle, elle m’allume et ne t’en surprends pas ». Éros en personne apparaît dans une peinture murale exécutée par Kostis Mélétiadis en 1908, dans une maison du quartier de Loula, dont on ignore le nom du propriétaire de l’époque. Sur la reproduction publiée par Y. Özbek le petit Éros ailé vise avec son arc une jeune femme portant une couronne de fleurs et vêtue légèrement32.

Fig. 7. Le printemps, fresque inspirée du tableau de Pierre Auguste Cot, maison Patrikiadi/Yarha.

Fig. 7. Le printemps, fresque inspirée du tableau de Pierre Auguste Cot, maison Patrikiadi/Yarha.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 1999, première page.

Des nymphes, de la condition éphémère de la vie humaine

17L’époque à laquelle a été peinte la femme d’Éleusis en 1908 et l’Éros avec la jeune femme que Y. Özbek date de 1910 laisse penser que la révolution des Jeunes Turcs avait amené en plus des libertés politiques un assouplissement général des mœurs. Jusqu’à cette époque, les sujets des peintures murales et les nombreuses inscriptions dans les maisons de Synasos avaient un caractère moralisateur et étaient souvent d’une rigueur quasi protestante. Dans la maison de la famille Adam, le même Kostis Mélétiadis, l’auteur de l’Amour ailé, avait écrit tout autour de la base d’une coupole décorée d’un soleil la phrase : « Nous sommes tous des “parèques” et des passants en ce monde, nous respectons volontiers la loi commune de l’hospitalité »33 (fig. 8). Dans les ruines d’une maison éventrée par la route moderne qui a traversé l’ancien quartier de Kipos et dont nous ignorons le nom de l’ancien propriétaire subsistait, à l’été 2000, au‑dessus d’une fresque soigneusement grattée et blanchie à la chaux l’inscription suivante : « J’ai été créé avec de la terre comme Adam et j’ai été mis comme les trois jeunes dans la fournaise, dans la vie j’ai fait beaucoup de boulots et après la mort mes ossements ont été piétinés 1900 »34 (fig. 9). La fugacité de la vie humaine est le thème d’une grande composition murale dans la grande salle de la maison de Petros Kaïraktidis. Elle représente sous forme d’un arc le cycle de la vie, de la naissance jusqu’à la mort. L’artiste local suit fidèlement la disposition des stades de la vie d’une image d’Épinal, dont un exemplaire est conservé dans le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille35. Il s’agit d’une des représentations les plus machistes du thème des stades de la vie dont nous disposons avec la femme apparaissant seulement au moment du mariage et de la naissance du premier enfant. Le peintre de Synasos s’éloigne de son modèle en présentant de nouveau le couple, l’un s’appuyant sur l’autre, à l’âge de 80 ans. Tant l’homme que la femme portent des habits locaux à chaque stade de leur vie. Le terme de la vie est présenté ici plus crûment que dans son modèle français par une tombe semi-ouverte. L’inévitable fin de la vie humaine est attribuée au péché originel avec la représentation d’Adam et Ève sous l’arbre de la connaissance du bien et du mal, à la base de l’arc des stades de la vie. On trouve également des connotations d’ordre religieux dans une autre peinture de Kostis Mélétiadis datée de 1896 et publiée par Y. Özbek. Elle représente deux hommes et une femme près d’un petit cours d’eau, derrière eux un monolithe et au fond la montagne d’Apsili Panaghia, le haut lieu religieux des chrétiens de Synasos. Sur la photo publiée par Y. Özbek, on peut lire ΠΙΣΤΗ (la foi), le dernier mot d’une phrase illisible, que Y. Özbek traduit en turc comme « il n’y a rien d’autre que la foi »36.

Fig. 8. Décoration de coupole et inscription par Kostis Mélétiadis, maison Adam.

Fig. 8. Décoration de coupole et inscription par Kostis Mélétiadis, maison Adam.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de février.

Fig. 9. Inscription au‑dessus d’une fresque grattée et blanchie, maison anonyme.

Fig. 9. Inscription au‑dessus d’une fresque grattée et blanchie, maison anonyme.

Cl. de l’auteur, 2000.

  • 37 Calendrier 2007, mois de juin.

18De la maison de la famille Adam, on connaît la photo de l’inscription entourée de pots de fleurs et placée au‑dessus d’une horloge peinte avec les heures marquées à la turque. L’inscription contient une énigme : « si tu enlèves mon turban, alors je porte un turban, dis à quel sage appartient une telle tête »37 (fig. 10). Les devinettes et l’habitude d’accompagner les peintures murales de dictons anciens et de mots de sagesse chrétienne suggèrent que sous la recherche de la grécité et la projection des symboles de la technologie moderne comme le chemin de fer subsistait un substrat local, un fond de pensée orientale. Le fait d’encadrer le thème central des peintures murales de bouquets de fleurs et celui de représenter des vases de fleurs dans des niches en trompe-l’œil font apparaître les profondes structures mentales qui permettent d’intégrer Synasos, peut‑être en tant qu’exception, dans un large espace qui s’étendait depuis la Perse jusqu’à la Méditerranée.

Fig. 10. L’énigme de l’horloge, maison Adam.

Fig. 10. L’énigme de l’horloge, maison Adam.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de juin.

Les thèmes politiques

La politique locale

  • 38 Voir la tradition picturale du sujet dans Özbek 2016. La fresque a été publiée sur la page de gard (...)

19La composition qui exprimait le mieux la coexistence de la recherche de la grécité avec la tradition orientale, je crois qu’on la trouve dans la maison de la famille Faslaha. Là, sur un demi‑cercle au‑dessus des fenêtres et sous le plafond de la grande salle, le peintre Georgios Iordanidis avait peint en 1884 l’allégorie de la calomnie d’Apelle (fig. 11). Le fameux peintre de l’Antiquité avait été victime de fausses accusations auprès de son mécène, le roi Ptolémée, ce qui lui inspira l’idée de peindre une grande composition allégorique pour dénoncer ses accusateurs. Pendant la Renaissance et au début de l’ère moderne, l’histoire de Ptolémée et d’Apelle était un sujet qui touchait les peintres dépendants du bon vouloir des princes et exposés aux intrigues des courtisans. De ce fait, le sujet de la calomnie d’Apelle a été traité par plusieurs peintres célèbres comme Dürer, Pieter Bruegel, Mantegna, Raphaël, etc.38.

Fig. 11. La calomnie d’Apelle par Georgios Iordanidis, datée de 1884, maison Faslaha.

Fig. 11. La calomnie d’Apelle par Georgios Iordanidis, datée de 1884, maison Faslaha.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page de garde.

  • 39 Sur les conflits politiques internes à Synasos, voir Hadziiossif 2005, p. 190‑202, 350‑354.

20Nous ignorons si Georgios Iordanidis avait eu des expériences analogues avec les commanditaires de ses œuvres, mais il est certain que Vassilis Faslahas était sensible au sujet de l’intrigue politique, si on juge par la dédicace inscrite à la base de la composition : « dédié aux princes politiques et religieux ». Par princes politiques et chefs religieux, le notable, et à plusieurs reprises membre de la démogérontie, du conseil élu du bourg, n’entendait pas le sultan ottoman ou un roi quelconque d’un autre pays ni le patriarche de Constantinople, mais les principaux personnages de la politique municipale à un moment de grandes tensions au sein de la communauté chrétienne. Les huit membres de la démogérontie, élus pour un an par une « assemblée générale patriotique », étaient au cœur d’un système économique, judiciaire et culturel autonome. Depuis le xviiie siècle, ils avaient réussi à préserver dans une large mesure la vie locale des ingérences du gouvernement central et du patriarcat orthodoxe de Constantinople. Les représentations des pièces de théâtre qui avaient lieu dans la grande salle de l’école des garçons et les œuvres historiques des érudits locaux entretenaient le sentiment d’appartenir à une entité politique autonome, à une « patrie ». À partir des années 1870, ce système a subi la pression simultanée du renforcement du pouvoir central de l’État et de la crise de l’économie agricole qui avait aggravé les inégalités économiques et exacerbé les conflits internes. Ces conflits ont conduit quelques années plus tard à l’exil des notables accusés d’abus des fonds communaux39.

  • 40 Voir la reproduction de l’icône de Hagios Stéfanos dans le calendrier de 2004, mois de juin.

21Les habitants de Synasos, à des rares exceptions près, ne possédaient pas la culture classique qui leur aurait permis de faire la liaison entre l’anecdote de l’Antiquité et les événements contemporains. Le peintre était par conséquent obligé, pour faire passer le message, d’adopter une approche didactique et un langage pictural traditionnel proche de celui des compositions religieuses couvrant les murs des églises orthodoxes. Ainsi, il avait inscrit en haut de la composition et en grec ancien le titre Η κατΑπελλήν των Εφεσίων διαβολή et vers le bas, au‑dessus de l’image d’une lyre antique intégrée dans l’encadrement peint, il précisait sa source : « de Lucien ». La composition représente au total treize personnages ou figures symboliques. Toutes sont peintes au premier plan sans perspective, la distance étant suggérée par la taille des personnages comme sur les icônes. De la même manière, Zeus et Héra peints plus petits que les autres personnages contemplent la scène depuis un petit nuage placé à gauche en haut du tableau. À la même place, les hagiographes plaçaient sur les icônes Dieu le Père et le Christ40. Pour aider le spectateur à identifier les personnages représentés, une légende les numérote de 1 à 11, de gauche à droite, dans une bande à la base de la composition. Le peintre signe en deux endroits, en bas à gauche en grec à la manière typique des peintres d’icônes, « χειρ Γεωργίου Ιορδανίδη », et sous la légende explicative en caractères latins, « Giorgio Pitore ».

  • 41 Rizos 2007, p. 341.
  • 42 Journal Νεολόγος, Constantinople, 9/21 janvier 1887.
  • 43 Rizos 2007.
  • 44 Il est né à Zaléla en 1874. Voir la notice biographique par Iannis Bolis dans Evgénios D. Matthiop (...)

22J’ai déjà cité les noms de trois artistes peintres ayant travaillé à Synasos. Y. Özbek a étudié plus systématiquement l’œuvre religieuse et laïque de Georgios Iordanidis. L’érudit local S. Rizos présente Georgios Iordanidis comme un peintre de sujets exclusivement religieux et ne mentionne pas son importante œuvre laïque. La raison de cette omission est peut‑être le fait que la calomnie d’Apelle rappelait une phase de la politique locale caractérisée, entre autres, par une contestation virulente de la famille Rizos, dont deux membres, le père de Seraphim et un de ses oncles, accusés de mauvaise gestion des fonds de la commune, ont dû fuir Synasos. Cependant, Georgios Iordanidis fut peut‑être le plus novateur des trois, si on en juge par le choix de ses thèmes, et certainement celui qui a le plus voulu s’approprier la tradition artistique occidentale en signant alternativement avec son nom grec et comme Giorgio Pitore (sic), signature qui est à l’origine de la légende de la présence d’un peintre italien à Synasos. S. Rizos donne davantage d’informations au sujet de Kostis Mélétiadis. Ce dernier est censé avoir dit à S. Rizos qu’il avait appris son art en Italie, où pourtant il n’a laissé aucune trace41. Il est plus probable qu’il a appris son métier à Constantinople où, vers la fin du xixe siècle, s’activaient plusieurs peintres grecs et étrangers, parmi lesquels quelques Italiens. Il a certainement travaillé dans la capitale comme décorateur de théâtre42. Kostis Mélétiadis avait une personnalité artistique à plusieurs facettes. Il jouait de la clarinette lors des fêtes publiques et pour des banquets privés. Son nom, avec ceux de Thodori Taka au violon, d’Eugénia Géranopoulou et de Fotika au tambourin et au chant, est immortalisé par les inscriptions commémoratives accompagnant les peintures murales qui célébraient certains de ces festins. En général, c’est lui‑même qui exécutait la peinture et écrivait l’inscription comme ce fut le cas avec la grande peinture au kiosque Maïmounoglou. Kostis Mélétiadis jouait aussi des rôles comiques lors de représentations théâtrales et on le surnommait képézé, du mot turc kepaze pour « ridicule »43. Il y a aussi des témoignages sur l’activité dans la région d’un peintre académique, Nikolaos Alektoridis, originaire de Zaléla, actuellement Çemil, village voisin de Synasos. N. Alektoridis avait appris son art auprès du peintre italien Fausto Zonaro à Constantinople, mais avait fait carrière essentiellement à Athènes, où il mourut accidentellement en 190944.

La politique ottomane

  • 45 La fresque a été publiée dans le calendrier de 2007, mois d’avril. Son état ne permet pas de lire (...)
  • 46 Hadziiossif 2005, p. 130.
  • 47 Anagnostopoulou, Kappler 2005‑2006.

23Dans la maison de Hadji Harikli est conservée une autre peinture murale avec un message politique45. Hadji Harikli (Harikleia) était la fille d’Athanasios Tépéroglou, un des plus riches et puissants notables de Synasos. Elle avait acquis sa maison après la mort de son frère Minas en 187646. Nous ne savons pas si la commande pour la grande peinture murale a été passée par Hadji Harikli elle‑même ou par un autre membre de la grande descendance d’Athanasios Tépéroglou. Les éditeurs du calendrier de l’association Néa Sinasos, dans lequel la photo de la peinture a été publiée pour la première fois, datent l’œuvre entre 1900 et 1910. Son sujet me fait pencher pour une date postérieure à l’été 1908 et pas très éloignée de cette saison. La peinture représente un imaginaire détroit maritime encadré par deux ensembles montagneux. Sur la rive gauche (occidentale) du détroit sont dessinées des ruines antiques, alors que sur la rive droite (orientale) on voit flotter un drapeau turc sur un édifice dont on ne peut pas distinguer le caractère. À l’embouchure du détroit naviguent deux navires, l’un porte le nom de « Bouboulina », capitaine et combattante de la Révolution grecque de 1821, et l’autre bat pavillon turc. Au centre du tableau, on voit un char tiré par trois hirondelles volant dans la lumière éclatante du soleil qui se lève au fond du détroit. Au‑dessus du char est écrit en majuscules, en grec, le mot AUBE (ΑΥΓΗ) (fig. 12). Les éditeurs du calendrier attribuent l’œuvre à Kostis Mélétiadis et ils soutiennent qu’elle symbolise l’aube de la Grèce indépendante. Personnellement, je suis enclin à voir dans la coexistence pacifique, dans un environnement idyllique, du bâtiment de Bouboulina avec un navire de guerre turc non pas une révolution et une guerre d’indépendance, mais l’aube d’une nouvelle ère de paix et d’harmonie entre les peuples grec et turc. Justement, après la révolution des Jeunes Turcs en juillet 1908 et le rétablissement de la constitution, beaucoup de Synasites, de même que la majorité des sujets chrétiens du sultan ottoman, avaient cru au début d’une telle ère47. Le chemin de fer, le très populaire symbole de la modernité, le train de la ligne de Bagdad en pleine construction, ne pouvait pas manquer à cette composition allégorique. En effet, un train est représenté avançant de l’occident vers l’orient à la base du tableau.

Fig. 12. Fresque de L’AUBE, datée de 1908 (?), maison Hadji Harikli.

Fig. 12. Fresque de L’AUBE, datée de 1908 (?), maison Hadji Harikli.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois d’avril.

  • 48 Sarantidis Archelaos s. d.

24Deux dédicaces d’excursionnistes de Synasos écrites sur les murs du gîte des pèlerins à Hagios Dimitrios, une chapelle rupestre sur le territoire du village voisin de Zaléla, corroborent l’hypothèse que la composition de l’Aube dans la maison de Hadji Harikli exprimait les espérances que le changement politique de juillet 1908 avait fait naître chez les chrétiens de l’Empire ottoman. Les dédicaces ont été publiées dans le calendrier de l’année 2019 de l’association Néa Sinasos. Les hommes de Synasos avaient l’habitude de fixer le souvenir de leurs excursions festives dans des inscriptions, souvent accompagnées par des peintures murales. Les jeunes gens qui, en 1897, avaient chanté et dansé au kiosque du jardin de la maison Maïmounoglou, situé à la lisière de la bourgade, sont représentés par Kostis Mélétiadis, qui avait participé à la fête, en train de danser une ronde. Les danseurs adoptent tous la même pose et sont habillés de la même manière, mais les traits de leur visage sont différents, ce qui nous fait penser qu’il s’agit de portraits réalistes48 (fig. 13).

Fig. 13. Fresque du kiosque de la maison Maimounoglou. La photo date de 1924.

Fig. 13. Fresque du kiosque de la maison Maimounoglou. La photo date de 1924.

D’après Sarantidis Archelaos s. d.

25La plus ancienne des dédicaces du gîte de Hagios Dimitrios est datée de 1904 et la dernière de 1910. En général, celles‑ci sont rédigées en simple katharévousa, en grec purifié des apports des langues étrangères et se rapprochant du grec ancien, une minorité seulement essaye un grec davantage archaïque, et quelques‑unes sont en vers. Le ton général est festif et optimiste, il célèbre la joie de vivre et l’amitié qui liait les excursionnistes, il proclame la fierté des origines. Elles étaient donc rédigées dans un esprit tout différent de celui, mélancolique, des légendes des peintures murales plus anciennes des maisons de leur ville. Les inscriptions se terminent avec l’énumération des noms des participants aux réjouissances et, au‑dessous, ceux des musiciens qui nous sont également connus par d’autres sources de l’époque.

  • 49 Calendrier de 2019, mois de mars.

26C’est dans ce style que deux inscriptions ont été peintes sur les murs du gîte, l’été 1908, à la différence près que, après la célébration habituelle de l’amitié et de la joie de vivre, elles finissent par déclarer des positions et des attentes politiques. La première inscription est datée du 23 août 1908 du calendrier julien49 (fig. 14). Sur la photo, on voit le texte encadré par l’imitation peinte du cadre d’un tableau. L’encadrement est un méandre couleur azur sur fond doré qui renferme deux rectangles azur sur fond jaune clair. Deux lignes azur divisent la surface écrite en deux, comme les deux pages ouvertes d’un cahier. Le texte est le suivant :

                Unis par les liens d’une chaste amitié
Et pris par l’envie d’une gaieté candide
Pour une simple réjouissance
Nous sommes montés sur cette haute montagne
Pour rester huit jours
Et nous avons passé d’une manière épatante
Avec joie et santé
En recevant des visiteurs quotidiennement
En compagnie des confrères comme une famille
Avec amour et concorde
Comme des frères aimés
D’un avis et avec le même esprit
Vive notre Monarque
Vive la Constitution
Vive les Synasites
Vive la Concorde

Fig. 14. Inscription datée d’août 1908, gîte de Hagios Dimitrios.

Fig. 14. Inscription datée d’août 1908, gîte de Hagios Dimitrios.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2019, page du mois de mars.

27Suivent les noms de neuf jeunes gens de Synasos et des musiciens, deux hommes et une femme.

  • 50 Calendrier de 2019, mois de janvier.

28La seconde inscription avec un contenu politique est datée du 6‑9 septembre 190850 (fig. 15). Elle est encadrée par une guirlande dorée de fleurs, alors que la date est soutenue par deux branches de laurier. Au centre de l’inscription, dans une niche taillée dans la paroi rocheuse, est inscrit un dicton en grec ancien, un des aphorismes attribués par la tradition au poète dramatique Ménandre, qui dit que la vie est digne d’être vécue, si on vit sans peur pour elle. Ici aussi nous sommes très loin de la contrition des inscriptions accompagnant les peintures murales dans les maisons. Sur la photo, on ne peut pas distinguer les noms des six jeunes hommes qui se sont réjouis en ces lieux. Le début de l’inscription se lit ainsi : « lors des jours de la constitution et de la liberté nous sommes tous heureux… ». Le reste est très endommagé et pratiquement illisible. Pourtant, on distingue deux fois le mot liberté et un adjectif dérivé de celui‑ci. L’inscription se termine par : « tous tes sujets Sultan avec un cœur, une âme et un esprit crient vive ». Après plusieurs mots illisibles et les noms des participants de l’excursion effacés par le temps arrive le final : « Vive les Synasites ».

Fig. 15. Inscription datée de septembre 1908, gîte de Hagios Dimitrios.

Fig. 15. Inscription datée de septembre 1908, gîte de Hagios Dimitrios.

D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2019, page du mois de janvier.

  • 51 Kechriotis 2012 ; Mandamadiotou 2013.

29Malgré la katharévousa du grec utilisé et l’habituelle citation d’un ancien dicton, les membres de ce groupe exprimaient une même adhésion à la vie que le groupe précédent et il semble qu’ils croyaient être les témoins de l’aube d’une nouvelle ère. La grande peinture murale dans la maison de Hadji Harikli n’était alors pas une exception. Nous savons que cet optimisme a été démenti par les évènements des années suivantes51. Et ceci très vite, si on en juge par l’inscription des excursionnistes de l’été suivant, lesquels étaient revenus aux platitudes du bonheur, de la candeur, de l’amour, etc.

Haut de page

Bibliographie

Anagnostopoulou, Kappler 2005‑2006
Sia Anagnostopoulou, Matthias Kappler, « Ζήτω ζήτω ο σουλτάνος / Bin yaşa padişahımız: The Millet‑i Rum Singing the Praises of the Sultan in the Framework of Helleno-Ottomanism », Archivum Ottomanicum 23, 2005‑2006, p. 47‑78.

Garidis 1996
Miltos Garidis, Διακοσμητική Ζωγραφική. Βαλκάνια – Μικρά Ασία 18ος  19ος αιώνας. Μπαρόκ και Ροκοκό, Ανατολίτικη και Βυζαντινή Κληρονομιά [Peinture décorative. Balkans-Asie Mineure xviiiexixe siècle. Patrimoine baroque et rococo, oriental et byzantin], Athènes, Melissa, 1996.

Gonnella, Kröger 2008
Julia Gonnella, Jens Kröger (éd.), Angels, Peonies, and Fabulous Creatures: The Aleppo Room in Berlin: International Symposium of the Museum für Islamische Kunst, Staatliche Museen zu Berlin, 12.‑14. April 2002, Berlin, Museum für Islamische Kunst, Staatliche Museen zu Berlin, Preussischer Kulturbesitz, 2008.

Hadziiossif 2005
Christos Hadziiossif, Συνασός. Ιστορία ενός τόπου χωρίς ιστορία [Synasos. Histoire d’un lieu sans histoire], Héraklion, Panepistimiakes Ekdoseis Kritis, 2005.

Jerphanion 1925‑1942
Guillaume de Jerphanion, Les églises rupestres de Cappadoce. Une nouvelle province de l’art byzantin, Paris, Librairie Orientale Paul Geuthner, 1925‑1942.

Καππαδοκία 1993
Anna Ballian, Nota Panteleaki, Ioanna Petropoulou, Καππαδοκία. Περιήγηση στη Χριστιανική Ανατολή [Cappadoce. Visite de l’Orient chrétien], avec les photographies de Lisa Evert, Dora Minaïdi, Maria Phakidi, Athènes, Adam, 1993.

Kechriotis 2012
Vangelis Kechriotis, « The Enthusiasm Turns to Fear: Everyday Life Relations between Christians and Muslims in Izmir in the Aftermath of the Young Turk Revolution », in François Georgeon (éd.), « L’ivresse de la liberté ». La révolution dans l’Empire ottoman, Louvain, Peeters, Turcica XVII, 2012, p. 295‑316.

Kıvılcım 2011
Figen Kıvılcım, A Research on the Conservation of the Spirit of Place (Genius Loci). Caso di Studio: Mustafapaşa (Sinasos) in Cappadocia, thèse de doctorat, université Sapienza de Rome, 2011.

Koumas 1831
Konstantinos Koumas, Ιστορία των ανθρωπίνων πράξεων από των αρχαιοτάτων χρόνων έως των ημερών μας 10 [Histoire des faits humains de l’Antiquité à nos jours], Vienne, Anton von Haykul, 1831.

Mandamadiotou 2013
Maria Mandamadiotou, « Προσδοκίες και διαψεύσεις στη Μυτιλήνη, 1900‑1912 » [Attentes et dénégations à Mytilène, 1900‑1912], Τα Ιστορικά 58, 2013, p. 131‑148.

Özbek 2005
Yıldıray Özbek, Mustafapaşa (Sinasos) evlerinde duvar resimleri [Fresques dans les maisons de Mustafapaşa (Sinasos)], Césarée, Mustafapaşa Yerel Gündem 21 Kent Konseyi, 2005.

Özbek 2014
Yıldıray Özbek, « Kapadokya’da Osmanlı Dönemi Duvar Resimlerinde Kent Tasvileri » [Représentations de la ville dans les peintures murales de la période ottomane en Cappadoce], Mediterranean Journal of Humanities IV/I, 2014, p. 215‑230.

Özbek 2016
Yıldıray Özbek, « Mustafapaşa (Sinasos) Duvar Resimlerinde Siradisi Konular ve Georgios Iordanidis » [Sujets insolites dans les peintures murales de Mustafapaça (Sinasos) et le peintre Georgios Iordanidis], Mediterranean Journal of Humanities VI/2, 2016, p. 381‑398.

Renda 1998
Günsel Renda, « Westernisms in Ottoman Art: Wall Paintings in 19th Century Houses », in Stanley Ireland, William Bechhoefer (dir.), The Ottoman House. Papers from the Amasya Symposium 26‑27 September 1996, Oxford, The British Institute of Archaelogy at Ankara and the University of Warwick, 1998, p. 103‑108.

Rizos 2007
Serafim Rizos, Η Σινασός Α’ [Sinasos 1], Athènes, Kentro Mikrasiatikon Spoudon, 2007.

Roïdis 1986
Stelios Roïdis, « Το σινασίτικο σπίτι » [La maison sinasienne], Η Σινασός της Καππαδοκίας [Sinasos de Cappadoce], Athènes, Agra, 1986, p. 113‑160.

Sarantidis Archelaos s. d.
Ioannis Sarantidis Archelaos et le Comité des Synasites, Η Σινασός, το διαμάντι της Ανατολής, Athènes, Typografio Kallitechnias, s.d. [1926 ?].

Schneider 2016
Miriam Magdalena Schneider, « Tsarevich Nicolas of Russia and Prince George of Greece. A tale of two Princes », University of St Andrew The Heirs of the Throne Project, mai 2016 [En ligne]. URL : http://heirstothethrone-project.net/?page_id=2357, consulté le 6 décembre 2019.

Strzygowski 1903
Josef Strzygowski, Kleinasien, ein Neuland der Kunstgeschichte. Kirchenaufnahmen von W. Crowford, J.J. Smirnof bearbeitet von Josef Strzygowski, Leipzig, J.C. Hinrich, 1903.

Texier 1849
Charles Texier, Description de l’Asie Mineure faite par ordre du gouvernement français de 1833 à 1837 et publiée par le ministère de l’instruction publique II.2, Paris, Imprimerie de Firmin Didot Frères, 1849.

Weber 2012
Stefan Weber, « Images of Imagined Worlds. Self-Image and Worldview in Late Ottoman Wall Painting of Damascus », in Jens Hanssen, Thomas Philipp, Stefan Weber (dir.), The Empire in the City: Arab Provincial Capitals in the Late Ottoman Empire, Beyrouth, Beirut Orient Institut, Beirouter Texte und Studien 88, 2012, p. 145‑171.

Haut de page

Notes

1 Strzygowski 1903.

2 Jerphanion 1925‑1942.

3 Jusqu’à l’échange des populations en 1924, les habitants chrétiens de la ville et les sceaux de la démogérontie utilisaient l’orthographe Synasos (Συνασός). L’orthographe Sinasos (Σινασός) s’est imposée en Grèce comme la version démotique simplifiée de « l’indo-européen » Sinassos (Σινασσός), ville du soleil, introduite par l’érudit local Ioannis Sarantidis Archélaos. Personnellement, j’opte pour l’ancienne version du nom.

4 Jerphanion 1925‑1942, II, 1, p. VI.

5 Jerphanion 1925‑1942, I, 1, p. 29.

6 Texier 1849, p. 81‑82.

7 Roïdis 1986, p. 113‑160.

8 Καππαδοκία 1993, p. 48‑49.

9 Kıvılcım 2011. La bibliographie contient un nombre considérable de thèses soutenues dans des universités turques auxquelles je n’ai pas pu avoir accès.

10 Özbek 2005. Toutefois, son analyse est plus solide dans Özbek 2014, p. 215‑230.

11 Hadziiossif 2005.

12 Vassilis Hadjiiossif, Η μικρή ιστορία της ζωής μου [La petite histoire de ma vie], p. 239‑240, Archives personnelles de Iannis Hadjiiossif, Maroussi.

13 Rizos 2007, p. 340‑341.

14 Garidis 1996 ; Renda 1998.

15 Un exemple célèbre de fusion des influences ottomanes et savafides de Perse avec des représentations anthropomorphes de la tradition chrétienne est le Aleppo-Zimmer dans la section islamique du Pergamon Museum à Berlin. Voir les communications dans Gonnella, Kröger 2008.

16 Pour les parties sculptées, voir Roïdis 1986, p. 150‑151.

17 Kıvılcım 2011, p. 267.

18 Interview de Kyriaki Kaïraktidou, Kallithéa, 20 juillet 1993.

19 Georgios Stavrakoglou (Stavrakis), homme d’affaires et dignitaire phanariote exécuté sur ordre du sultan en 1765. Le titre de grand spathaire lui avait été décerné par les princes de Valachie et de Moldavie, voir Koumas 1831, p. 380‑381.

20 Özbek 2014.

21 Weber 2012, p. 160‑163.

22 Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de mai.

23 Kıvılcım 2011, p. 155.

24 Weber 2012, p. 168‑169.

25 Schneider 2016.

26 La fresque a été publiée dans le calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois de mars.

27 Interviewé par l’auteur à Paléo Faliro, 1er septembre 1996.

28 Calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois d’octobre.

29 Calendrier de l’association Néa Sinasos de 2007, mois de juillet.

30 Photographiée par l’auteur en juin 2000.

31 Vassilis Hadjiiossif, Η μικρή ιστορία της ζωής μου [La petite histoire de ma vie], p. 239‑240, Archives personnelles de Iannis Hadjiiossif, Maroussi.

32 Özbek 2005, p. 37‑38.

33 Calendrier 2007, mois de février. Le mot grec πάροικος (« parèque ») désignait au xixe siècle le résident étranger.

34 Photographiée par l’auteur en juin 2000.

35 https://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/les-ages-de-l-homme, consulté le 20 octobre 2020.

36 Özbek 2005, p. 29‑30.

37 Calendrier 2007, mois de juin.

38 Voir la tradition picturale du sujet dans Özbek 2016. La fresque a été publiée sur la page de garde du calendrier de 2007.

39 Sur les conflits politiques internes à Synasos, voir Hadziiossif 2005, p. 190‑202, 350‑354.

40 Voir la reproduction de l’icône de Hagios Stéfanos dans le calendrier de 2004, mois de juin.

41 Rizos 2007, p. 341.

42 Journal Νεολόγος, Constantinople, 9/21 janvier 1887.

43 Rizos 2007.

44 Il est né à Zaléla en 1874. Voir la notice biographique par Iannis Bolis dans Evgénios D. Matthiopoulos (éd.), Λεξικό ελλήνων καλλιτεχνών: ζωγράφοι, γλύπτες, χαράκτες 16ος – 20ος αιώνας 1 [Dictionnaire des artistes grecs : peintres, sculpteurs, graveurs xviexxe siècle 1], Athènes, Melissa, 1997, s.v., p. 30‑31.

45 La fresque a été publiée dans le calendrier de 2007, mois d’avril. Son état ne permet pas de lire le nom du peintre.

46 Hadziiossif 2005, p. 130.

47 Anagnostopoulou, Kappler 2005‑2006.

48 Sarantidis Archelaos s. d.

49 Calendrier de 2019, mois de mars.

50 Calendrier de 2019, mois de janvier.

51 Kechriotis 2012 ; Mandamadiotou 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue de Synasos depuis la route d’Ürgüp (Prokopi). Ici le quartier de Kapalos en 1924.
Crédits D’après Sarantidis Archelaos s. d.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 2. Kiosque d’une maison de Synasos.
Crédits D’après Roïdis 1986.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 3. La tour de Galata, maison de Petros Kaïraktidis.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de janvier.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 4. L’attentat contre le tsarévitch, maison Charalambos Soultanidis.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de mars.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 5. Femme d’Éleusis en costume de fête, maison Dimosthénis Papadopoulos.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois d’octobre.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Fig. 6. Femme avec enfant, maison Hadji Iossif.
Crédits Cl. de l’auteur, 2000.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 7. Le printemps, fresque inspirée du tableau de Pierre Auguste Cot, maison Patrikiadi/Yarha.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 1999, première page.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 8. Décoration de coupole et inscription par Kostis Mélétiadis, maison Adam.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de février.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Fig. 9. Inscription au‑dessus d’une fresque grattée et blanchie, maison anonyme.
Crédits Cl. de l’auteur, 2000.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Fig. 10. L’énigme de l’horloge, maison Adam.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois de juin.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 11. La calomnie d’Apelle par Georgios Iordanidis, datée de 1884, maison Faslaha.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page de garde.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 12. Fresque de L’AUBE, datée de 1908 (?), maison Hadji Harikli.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2007, page du mois d’avril.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 13. Fresque du kiosque de la maison Maimounoglou. La photo date de 1924.
Crédits D’après Sarantidis Archelaos s. d.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 14. Inscription datée d’août 1908, gîte de Hagios Dimitrios.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2019, page du mois de mars.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 15. Inscription datée de septembre 1908, gîte de Hagios Dimitrios.
Crédits D’après Association Néa Sinasos, calendrier 2019, page du mois de janvier.
URL http://journals.openedition.org/bchmc/docannexe/image/653/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christos Hadziiossif, « Motifs traditionnels et messages modernes. Les peintures murales des maisons de Synasos en Cappadoce »Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 18 décembre 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/bchmc/653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bchmc.653

Haut de page

Auteur

Christos Hadziiossif

Insitute for Mediterranean Studies, Foundation for Research and Technology Hellas (FORTH)

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de correspondance hellénique moderne et contemporain

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search